AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Le crâne vide et le souffle court [Pv Andrik Sombrelyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chasseur
avatar

Lyessa Reed
Chasseur

Général
Insaisissables
Représentante des Bouffes-Grenouilles

♦ Missives : 2044
♦ Missives Aventure : 73
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/10/2012
♦ Célébrité : Keira Knightley
♦ Copyright : Randy / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Lieu : Le Nord
♦ Liens Utiles : Fiche de Lyessa
Journal d'aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
512/1000  (512/1000)


Message Lun 15 Oct 2012 - 9:53

    Lyessa ouvrit péniblement les yeux puis se redressa sur son séant. Le goût du sang imprégnait sa bouche et elle s'essuya les lèvres d'un revers de main, sentant le liquide écarlate couler le long de son menton. Une lèvre fendue, rien de bien méchant – mais par les enfants de la forêt, que faisait-elle ici ? Elle observa lentement autour d'elle et tenta de recomposer ses souvenirs troubles jusqu'ici. Elle se trouvait... Dans les Terres de la Couronne. Les arbres et la végétation étaient différents de ceux dans le Nord et la mousse sur les troncs arboraient un coloris un brin différent. Elle n'arrivait pas à ce souvenir – sûrement la faute au coup qu'elle avait pris sur la tête. Elle effleura son crâne sous sa chevelure emmêlée et serra les dents. L'avait-on frappé ? Ou était-elle tombée ? Que de questions dont elle ne connaissait pas la réponse. Elle inspecta brièvement sa tenue et constata qu'elle avait tout. C'était au moins ça – on ne lui avait rien volé. Sauf, son cheval peut-être ? Si elle en avait bien un, ce qu'elle ne pouvait affirmer...

    L'air méfiant, la jeune femme se remit rapidement sur pieds et se coula contre un tronc d'arbre bien plus épais qu'elle. Malgré le fait que ses sens soient un peu troublés, elle perçut un bruissement de feuilles mortes un peu plus loin. L'on se dirigeait vers elle rapidement. Des hommes à pieds, non ralentis par une quelconque armure d'acier, et ils devaient être près de six ou sept. Plus ils s'approchaient, plus la jeune femme entendait leurs voix rauques.

    « Où est-ce qu'elle est passée ? Elle n’a pas pu aller bien loin. »

    Manifestement, ces hommes la cherchaient et Lyessa comprit assez vite que c'était sûrement par leur faute qu'elle s'était retrouvée là. Avait-t-elle fui ? La jeune femme serra ses poings à en faire blêmir ses phalanges et elle fit volteface pour reprendre sa course. Les arbres étaient trop épais et il lui fallait trouver un point en hauteur pour pouvoir les cribler de flèches. Fondant à travers la forêt, Lyessa coulait avec furtivité, enjambant ronces, pierres et troncs brisés qui gisaient en travers de son chemin. La chasseresse chassée – c'était ironique. Elle ne comptait pas se laisser attraper aussi facilement. Qui étaient-ils ? Des pillards, contrebandiers ? Les avait-t-elle provoqués ? La jeune femme chassa toutes ses interrogations pour s’élancer plus rapidement, contournant les bosquets et tentant de semer ses adversaires. Mais le coup à la tête l’avait largement ralenti et elle peinait à mettre de côté le vide qu’elle avait dorénavant en tête à la place de ses souvenirs récents. Rassemblant ses forces, la jeune femme grimpa sur les quelques pierres - ruines d’une tour peut-être – et sortit souplement son arc pour y encocher une flèche et se concentrer sur son champ de vision. Elle pouvait encore les entendre, foulant la terre de leurs pas pressés et ils se rapprochaient rapidement. Espérons qu’ils soient loin de guerriers aguerris . Lyessa se surprit à regretter d’être ici et c’était rare quand cela arrivait. Elle n’osait pas imaginer ce que ces hommes pourraient lui faire et s’ils la tuaient, plus jamais elle ne reverrait ses parents ou ses frères, restés retranchés dans le Neck. Elle prit une longue inspiration, l’arc bandé entre ses doigts tremblant d’une appréhension certaine. Si elle pouvait en ralentir quelques-uns, ça ne serait pas de refus. Les yeux plissés et les lèvres pincées, Lyessa guettait, prête à décocher une flèche au moindre mouvement. Les épais troncs d’arbres couverts de mousse se dressaient comme ennemis, elle qui était pourtant si familière avec la nature. Un mouvement un peu plus sur la droite et Lyessa s’ajustait avant de lâcher ma corde. Déjà, la flèche filait pour se planter dans l’abdomen d’un homme qui venait d’émerger. Couvert de crasse – pour sûr que ce n’était pas un lord ça. A peine reportait-elle sa main dans son carquois pour en tirer une autre flèche que trois types émergeaient des fourrés, le visage agressif et des haches en main. Au moins n’avaient-ils pas quelques archers embusqués par là. Ça aurait été un peu plus compliqué.

    « N’approchez pas ou je vous fauche ! » – Clama-t-elle haut et fort d’une voix menaçante. Elle essayait désespérément de tempérer car elle savait pertinemment qu’elle n’arriverait guère à les tuer tous avant qu’ils ne l’atteignent. « Qu’est-ce que vous m’voulez ?! »

    Ça avait quelque chose d’humiliant de se rappeler de rien. Peut-être leur avait-elle parlé ? Elle se montrait déterminée et menaçante, le visage fermé et les muscles tendus, mais sa remarque fut accueillie d’un rire goguenard par l’un d’eux.

    « Tout ce que t’as qu’on veut. Pis c’est qu’on s’ennuie dans nos ruines, encore mieux si on pouvait s’récupérer de quoi s’amuser un peu. »

    Ils se tenaient aux aguets et Lyessa se doutait qu’ils n’hésiteraient pas à la découper une fois parvenus jusqu’à elle. Elle recula d’un pas sur l’épais rebord de pierre sur lequel elle se trouvait et décocha une nouvelle flèche qui fila droit sur l’un de ses adversaires. Lyessa manquait rarement sa cible, mais ce dernier avait été trop rapide et la flèche se planta dans un tronc derrière lui.

    Etouffant un juron, Lyessa fonça de nouveau dans le sens inverse de la bande, croisant les doigts pour arriver rapidement à l’orée des Bois et rejoindre un village ou un endroit qui lui était familier. Jamais ils ne lui mettront la main dessus – elle, une Reed. Bien trop de fierté et bien trop d’orgueil habitaient la jeune femme pour qu’elle s’avoue vaincue. Alors, elle se battra jusqu’à sa mort – en espérant emporter le maximum de ses ennemis avec elle.

    Emergeant d’un buisson, elle retomba finalement sur un sentier qui menait sûrement à Port-Réal. Elle observa d’un côté puis de l’autre pour voir s’il y avait quelqu’un, puis percevant les aboiements de ses adversaires, elle se remit à courir pour longer le sentier. Elle était hors d’haleine et le sang lui battait les tempes, rendant la douleur de son crâne plus virulente. Le seul mot d’ordre pour elle était de ne pas s’évanouir. Son meilleur ennemi reste soit même n’est-ce pas ?






Spoiler:
 

Thème


Dernière édition par Lyessa Reed le Mer 24 Oct 2012 - 8:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 23 Oct 2012 - 15:11

Andrik revenait d'un voyage dans le sud. Il était accompagné par une douzaine de personnes. Des hommes et des femmes en qui il avait une confiance totale. Ils étaient loin d'être tous d'origine noble, certain même avait été des braconniers, mais tous, tous sans exception était les amis du chevalier. Pour certain, il leur avait offert une nouvelle vie, une amitié et une famille, car Andrik traitait chacune des personnes avec qui il c'était lié d'amitié, comme un membre de sa famille. C'était une chose rare parmi les nobles, mais Andrik inspirer le respect, si des braconniers avaient fini par abandonner leur vie de hors-la-loi pour le suivre dans ses aventures, c'est parce qu'il était différent.

Le groupe dut traverser une forêt pour rentrer à Sombreval, demeure d'Andrik et de la maison Sombrelyn. La route était légèrement humide et la plupart se déplacer à cheval comme Andrik, d'autres comme Cerenna ou Allyria s'occuper d'être les éclaireurs du groupe. Après tout, même pour un groupe bien armé et au coeur du royaume, les nobles restaient des cibles alléchantes pour les brigands tapis dans l'ombre des bois. Kirth « Tu sais Andrik, je n'aime pas que Cerenna soit seul comme ça à surveiller d'éventuel embuscade » Oberyn « Arrête Kirth, tout le monde sait que tu craques pour elle, mais c'est une grande fille, c'est certainement la meilleur, et puis il y a Allyria avec elle. » Kirth « je sais! Je précise juste que je n'aime pas c'est tout! » Moribald « Kirth... depuis quand un coureur de jupon comme toi tombe amoureux?! » Kirth « Toi va te faire F***** »

Andrik avait gardé le silence. Il devait rentrer chez lui pour une réunion politique capitale. Alors autant dire que son esprit était davantage préoccuper par cela que par de petite chamaillerie entre amis. Habituellement, Andrik ne s'occupait pas de politique pour sa maison, mais si son père et son frère l'avait fait quérir, c'était obligatoirement parce que le sujet était important. La maison Sombrelyn est l'une des plus anciennes maisons nobles de Westeros. Andrik n'aimait donc pas représenter une ligné si ancienne et si prestigieuse que la sienne. Il n'aimait pas avoir un tel poids sur ses épaules et préféré largement mener un groupe à l'aventure pour le bien du peuple.

Il fut tiré de ses pensées par Ser Lothar et Ser Godrik. Godrik « c'est étrange, écoutaient tous, il n'y pas de bruit d'oiseau... » Lothar « oui c'est vrai c'est étrange... il doit y avoir quelque chose qui leur fait peur dans les environs. Tu avais remarqué Andrik? » Andrik « non... HALTE!!! » Le groupe s'arrêta un instant. Ils observèrent les environs. C'est alors qu'Allyria et Cerenna sortir des fourrés. Si leur visage ne semblait pas terrifier, elles avaient en revanche quelque chose à dire. Allyria « Andrik! Il y a du mouvement dans les bois à une trentaine de mètre dans cette direction. Je suis incapable de dire combien ils sont, mais visiblement nous ne sommes pas les cibles » Andrik « Pourquoi? » Cerenna « parce qu'ils sembleraient qu'une personne soit traqué dans ces bois et ils viennent dans notre direction» Andrik resta silencieux un instant, c'est alors que le groupe put entendre les cris d'une femme.

« N’approchez pas ou je vous fauche ! » Il attendit encore « Qu’est-ce que vous m’voulez ?! » La rage et la colère pouvaient être ressentit dans cette voix inconnue. Elle semblait déterminée à survivre, mais seul, il y avait peu de chance que cette personne s'en sorte. Son groupe observait Andrik et attendait d'obéir au moindre ordre qu'il pouvait donner. Chacun savait qu'Andrik allait intervenir, car ce n'était pas dans son genre de ne pas aider une personne. Qu'elle soit noble, roturière ou braconnière. Cette personne avait besoin d'aide et Andrik n'avait pas besoin d'en savoir plus pour intervenir. Il sortit son épée de son fourreau et s'équipa de son bouclier. « Pied à terre! Lothar, Godrik et Wendel restait à cheval, les archers, planquer vous dans les buissons et les arbres. Les autres avec moi! Si cette personne se dirige vers nous, alors tenons la route! » C'est à ce moment qu'une personne tomba nez à nez avec le groupe. Une femme, elle avait visiblement longée le sentier et avait prit le virage que la route offrait.


De se fait, elle avait rejoint le groupe d'Andrik. Celui-ci s'approcha d'elle avec Moribald et Oberyn. Andrik « calmer vous madame. Avez-vous besoin d'aide? nous ne vous ferons aucun mal » Il s'approcha d'elle prudemment... Les armoiries de sa maison étaient présente sur son bouclier, à la différence que lui avaient de petits loups blanc dans chaque losange noir. Continuant d'être prudent il lui adressa tout de même un sourire rassurant. Il se méfiait tout de même, après tout, il ne pouvait pas savoir qu'elle serai sa réaction. C'était une jeune femme à la peau blanche et aux longs cheveux noirs. Elle possédait un certain charme que ne manqua pas de remarquer Andrik. Puis il remarqua un peu de sang sur sa main. « Vous êtes blessé? »
Revenir en haut Aller en bas
Chasseur
avatar

Lyessa Reed
Chasseur

Général
Insaisissables
Représentante des Bouffes-Grenouilles

♦ Missives : 2044
♦ Missives Aventure : 73
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/10/2012
♦ Célébrité : Keira Knightley
♦ Copyright : Randy / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Lieu : Le Nord
♦ Liens Utiles : Fiche de Lyessa
Journal d'aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
512/1000  (512/1000)


Message Mer 24 Oct 2012 - 9:59

    Lyessa commençait à être à bout de souffle, sa tempe lui lancinant de plus belle pour lui vriller le crâne. Les scélérats étaient encore sur ses talons et elle désespérait qu’ils ne la laissent filer. Hésitant entre couper de nouveau à travers forêt ou suivre le sentier, Lyessa s’arrêta durant quelques secondes et tendit l’oreille. Ils étaient à moins de quelques mètres d’elle et étaient manifestement de bons chasseurs pour la pister avec autant de facilité. Maudits soient-ils ! La vision de la Nordienne commença à se troubler légèrement et elle dut se tapoter la joue afin de pouvoir se remettre à courir. Tâchant de ne pas se prendre les pieds dans les ronces et fourrés, la jeune femme fila sur la bordure du sentier pour ne pas être facilement visible, ne sachant même pas dans quel sens elle allait.
    Lyessa perçut un craquement derrière elle et inclina la tête dans cette direction avant de perdre l’équilibre dans sa course et rouler sur le sentier boueux. Quand elle redressa la tête, sauvage, elle perçut un groupe d’hommes qui semblaient manifestement l’attendre sur le chemin. Elle sortit son petit poignard, peinant à reprendre son souffle.

    « Vous êtes qui ?! » – Demanda-t-elle, posant ses prunelles sombres sur chacun d’eux avec méfiance.

    Manifestement, ils n’étaient pas avec les types qui la poursuivaient à travers la forêt. L’homme qui s’adressa à elle, sûrement un chevalier, possédait un bouclier frappé d’armoiries que Lyessa n’avait encore jamais vu. Il lui assura d’une voix calme qu’ils ne lui feraient pas de mal et lui demanda si elle avait besoin d’aide. Les bruits des pas des traqueurs répondirent pour elle. La Nordienne n’eut le temps de répondre quand il remarqua sa blessure. Les bandits se rapprochaient maintenant de l’endroit où ils se trouvaient et Lyessa se redressa d’un bond et se tourna vers là où elle venait, bandant son arc pour accueillir ses ennemis.

    « Ils arrivent ! » – Eut-elle le temps de prononcer à l’égard de ses compagnons d’infortune.

    Lyessa estimait qu’elle n’avait pas le temps de tailler un brin de causette avec les inconnus. Puis tandis qu’elle attendait de voir ses ennemis émerger, arc en mains, le silence se fit de mort tout autour d’eux. Plus aucun bruit de pas ne se faisait entendre. Fronçant les sourcils, retenant son souffle, Lyessa finit par ouvrir la bouche de nouveau.

    « Ils ont du vous remarquer… J’suis sûre qu’ils nous guettent en ce moment même. » – Murmura-t-elle avant de faire quelques pas en avant, à l’orée des branchages.

    Ils n’avaient manifestement pas affaire à des débutants et peut-être oseraient-ils passer à l’attaque malgré le fait que leur proie ait été rejointe par des alliés ? Alors que Lyessa, les yeux plissés, tentait de scruter pour percevoir ses ennemis, un bruit parvint alors de derrière eux. Trois hommes, les frusques sales et armés de haches, venaient de surgir de l’autre côté du chemin, menaçants, et ils se dirigeaient vers les hommes du chevalier. Rapidement inclinée dans cette direction, Lyessa décocha une flèche qui alla droit se planter dans l’armure de cuir bouilli sûrement volée de l’un d’eux.

    « Attention ! » – Gueula-t-elle à l’égard des hommes autour d’elle.

    Elle sentit un bras puissant lui passer en travers de la gorge pour l’attirer en arrière et elle lâcha son arc de par la violence de l’empoignade. Ramenant brusquement ses mains sur l’avant bras de l’homme qui la retenait, plantant ses ongles de plus belles dans sa chair, elle tenta de sa débattre tandis que les autres menaient le même combat avec leurs voisins.

    « On t’tient grognasse ! » – Lui cracha le scélérat, l’haleine aux relents de vinasse.

    Lyessa saisit son poignard tandis qu’elle se sentait emmenée vers l’arrière et tenta de frapper son ennemi à l’aveugle, la position ne lui permettant guère de faire mieux.







Spoiler:
 

Thème
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 27 Oct 2012 - 11:06

« Ils arrivent ! » Elle était pour le moins direct, mais la peur et la colère que dégager sa voix était plus que mériter. Si elle était traquée et en danger, toutes personnes doués de raison aurait évité de s'engager dans un débat et une discussion sans fin. Elle prit son arc en main, voyant le réflexe que la jeune femme avait et le fait qu'elle était prête à se battre. Andrik eu juste à lever le poing pour signaler à sa troupe que les ennuis arrivaient, chacun se prépara alors selon son rôle. Le silence était oppressant, terrifiant et laisser présager d'une grande tension dans l'air. Les instincts de guerrier d'Andrik et de ses hommes firent que la troupe restait concentrer, silencieuse et prête au moindre dérapage. Cependant, le silence commençait à durer et certain commençaient à se demander si les hommes qui approchaient été bien là; s'ils allaient sortir des fourrés ou si le simple fait de voir cette compagnie armée les avaient dissuadé de poursuivre leur traque.


« Ils ont du vous remarquer... J'suis sûre qu'ils nous guettent en ce moment même. » Keith « le contraire m'aurai étonné » Andrik « La ferme... » Dit-il en chuchotant. Le braconnier des terres de l'orage se tut immédiatement. Andrik avait gagné sa loyauté et le « droit » de lui parler sur ce ton. Keith savait par expérience que si son meneur lui donner un ordre, c'est qu'il y avait de bonne raison. Andrik se retourna un instant observant le reste de ses hommes. Ils étaient tous à leur poste dans la même posture que lui. Une posture méfiante, prudente et prête au combat. Il regarda de nouveau dans la même direction que la jeune femme qui les avait rejoints.


Dans la tête d'Andrik, le fait de s'organiser ainsi, puis d'avoir rejoint la femme avait fait que les troupes d'Andrik c'était étiré. La première partie du groupe, loin derrière, les trois hommes à cheval qu'étaient Lothar, Godrik et Wendel, étaient prêts à se battre. La deuxième partie était séparé en deux groupes, celui de Kirth, Ryam et Devan, puis celui d'Andrik, d'Oberyn et de Moribald qui accompagnaient autant que faire ce peu la jeune femme qu'ils s'apprêtaient à aider. Pour ce qui était de c'est planqué d'archer, seul eux savaient où ils étaient.


Le silence rendait les réflexions internes d'Andrik particulièrement éprouvante. Ils allaient devoir veiller à ce que ses ordres soient efficaces s'il voulait ramener tous ses hommes à la maison. Quoi qu'il en soit, les hommes qui traquaient la jeune n'étaient visiblement pas des clowns et des débutants. Un léger bruit se fit entendre, ce qui fit immédiatement régir l'inconnu qui décocha une flèche qui frola Andrik. Celle-ci se figea dans l'armure d'un homme qui sortait des fourrés. « Attention ! »


L'avertissement de la jeune femme fut « le cris de départ » de la bataille. Trois hommes étaient sortie en premier et un était déjà à terre, mais d'autres hommes sortirent des bois et certain décochèrent plusieurs flèches en direction des hommes d'Andrik. Le combat débuta avec beaucoup de brutalité. Wendel reçu une flèche dans l'épaule qui le fit lourdement chuter sur le sol. Son corps inerte ne bouger que très peu, sans doute était il sonnait. La plupart des hommes d'Andrik s'en sortir bien mieux, les flèches de ses hommes eurent tôt fait d'exécuter à distance les archers ennemis sans se faire repérer. Andrik lui-même fracassa le crâne d'un des hommes de son épée. Après tout, il n'avait pas à faire à des nobles, mais à des brigands et autre mécréant. Alors autant frapper franchement. Puis Keith fut atteint par un coup chanceux qui lui blessa le bras. Lâchant son arme et se retrouvant à genoux devant son ennemi. Il se retrouva à la merci du brigand qui s'apprêtait à l'abattre, mais c'était sans compter sur les archers comme Allyria qui « couvrait» autant que possible les hommes se battant au contact. Le brigand mourut donc d'une flèche dans le crane avant de pouvoir finir son oeuvre.


Alors que le combat faisait rage, l'un des mécréants cracha « On t'tient grognasse ! ». En se retournant, il vit qu'elle était non seulement dans de sale draps, mais également capturer et entre les mains du mécréant. Cependant, Andrik ne pouvait pas lui venir en aide, car il était lui-même entrain de se battre contre trois bandits.

C'est finalement Cerenna qui vint en aide à la jeune femme. Cacher dans les sombres bois entourant la bataille. Elle la vit en mauvaise posture mais également avec son poignard en main. *il lui faut une diversion* pensa-t-elle, elle décocha alors une flèche qui alla se planter dans l'armure et dans le dos de l'homme qui cria de douleur et relâcha un instant la prise qu'il avait sur la jeune femme. Nul doute qu'elle allait en profiter, mais en aurait-elle le temps?


De son côté, Andrik fracassa le crane d'un des trois hommes lui faisant face avec son bouclier. il eu alors juste le temps de voir Wendel se relever sonner, mais l'épaule terriblement douloureuse. Heureusement pour lui, Lothar et Godrik veillaient autant que faire ce peu sur lui. Devan et Ryam étaient eux aussi blesser mais légèrement. Visiblement, ces brigands semblaient se débrouiller de manière admirable face à une troupe entraîné.

[HRP: sorry du temps de réponse ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Chasseur
avatar

Lyessa Reed
Chasseur

Général
Insaisissables
Représentante des Bouffes-Grenouilles

♦ Missives : 2044
♦ Missives Aventure : 73
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/10/2012
♦ Célébrité : Keira Knightley
♦ Copyright : Randy / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Lieu : Le Nord
♦ Liens Utiles : Fiche de Lyessa
Journal d'aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
512/1000  (512/1000)


Message Lun 29 Oct 2012 - 10:49

    Lyessa serrait le poignard qu’elle avait en main et tentait de frapper mais en vain. De dos à son adversaire et retenue ainsi contre lui, elle ne pouvait se libérer pour lui planter la lame dans le torse. Alors, elle tentait de sa débattre et de le repousser mais elle sentit rapidement la lame venir lui caresser la gorge en signe d’avertissement. Elle n’était décidément pas prête à mourir – surtout ainsi. C’est alors qu’elle sentit un violent soubresaut chez son ennemi et le cri qu’il poussa indiqua à Lyessa que c’était le moment d’intervenir. Elle le repoussa vers l’arrière, se retourna vivement et d’un geste ample et souple du bras, lui ouvrit la gorge, instiguant surprise en lui. Lyessa fixa les yeux orbités de l’homme tandis qu’il se vidait de son sang et s’écroula à terre puis elle remarqua la jeune femme, cachée dans les fourrés, un arc à la main. C’était elle qui avait créé le moment de battement possible pour la Nordienne et elle l’en gratifia d’un sourire avant de se retourner vers les autres adversaires. Il en restait peu qui tenait encore debout et Lyessa dut constater que ses alliés temporaires s’étaient montrés plus nombreux qu’elle ne l’imaginait et surtout très efficaces au combat. Le chevalier qui lui avait adressé la parole semblait être en mauvaise posture, croisant la lame avec trois scélérats que Lyessa entreprit de prendre par surprise. Armée de son poignard, la jeune femme se jeta sur l’un d’eux, ramenant sa tête en arrière pour lui entailler la gorge tout comme son compère.

    Elle échangea un regard convenu avec le chevalier avant d’observer les compagnons de l’homme se débrouiller avec leurs agresseurs. Seuls les voleurs avaient perdu des leurs et les survivants se rendirent finalement compte de leur perte et décidèrent de prendre leurs jambes à leur cou. Lyessa attrapa son arc et le banda à nouveau en direction d’un fuyard pour lui décocher une flèche dans la jambe. Les bruits de bataille laissèrent bientôt place au seul souffle de ses alliés et elle les détailla tous brièvement du regard avant de se mettre à causer.

    « Merci pour l’coup de main. » – Lyessa n’était pas bien habituée à remercier qui que ce soit. D’habitude, elle arrivait toujours à se sortir de ses ennuis, seule. Mais là, elle doutait sincèrement s’en être sortie si ce groupe ne s’était pas trouvé sur son chemin. Loués soient-ils. « Vous êtes blessés ? »

    Elle remarqua quelques blessures sur certains d’entre eux, mais ne savait pas vraiment se comporter face à eux. Elle ne les connaissait pas après tout. Elle croisa le regard de la jeune femme qui l’avait aidé et lui adressa un signe de tête reconnaissant avant de daigner se présenter.

    « J’suis Lyessa Reed. Lady Reed de Fort-Griseaux dans l’Neck. » – Déclara-t-elle finalement, consentant préciser son statut. Le plus souvent, les gens la prenaient pour une roturière, une vulgaire aventurière ou chasseresse. Rien de plus. A savoir s’ils avaient entendu parler de la famille Reed du Nord. Cependant, Lyessa n’aurait pas confié aussi rapidement sa condition s’il elle n’avait pas constaté que l’homme face à elle eut été un chevalier. « Et vous êtes, ser ? »

    Bien qu’elle ne rappelle pas la raison de sa présence ici à cause du coup reçu sur la tête, elle avait souvenir de tout ce qu’elle était. Fronçant les sourcils durant quelques secondes, circonspecte, la jeune femme finit par reprendre.

    « Sommes-nous bien sur les Terres de la Couronne ? » – Hésita-t-elle. « J’ai bien peur d’avoir quelques trous de mémoire. »

    Ça n’avait rien de réjouissant que de se trouver dans une pareille situation. C’était la première fois que la mémoire de Lyessa lui faisait défaut – et pourtant, elle arrivait parfois à se battre et à prendre quelques coups sur la tête. Elle ignorait si c’était sur sa route qu’elle avait découvert ses brigands ou s’il s’était passé bien d’autres choses qu’elle ignorait encore. Elle s’observa ensuite de la tête aux pieds et constata qu’elle avait quelques entailles mais rien de bien méchant. Elle espérait seulement que tout ce qu’il s’était passé lui revienne vite en tête.


[HJ : Pas de souci, tu as tout ton temps pour me répondre ^^]





Spoiler:
 

Thème
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 13 Nov 2012 - 23:08

Le combat avait été rapide, mais très brutal. Andrik avait tué sans mal l'un des trois brigands qui lui faisait face, mais c'est grâce à cette inconnue qu'il parvint à se débarrasser de ses opposants. Il échangea un regard et un sourire respectueux. Puis il observa la scène, les ennemis étaient presque tous mort ou en fuite. Rassurer, le chevalier et le meneur de la maison Sombrelyn parut soulager. Il se permit de ranger son épée dans son fourreau. « Moribald et Alyria de soignez les blesser, Lothar prend Keith avec toi et commence à monter le campement. »


Puis il fit face à la jeune femme. Il ne savait toujours pas qui elle était. Il ne savait qu'une chose, c'est que bien qu'elle soit habillée comme une guerrière ou comme une roturière, la jeune femme posséder un certain charme, un charme sauvage. « De rien c'est normal, vous aviez besoin d'aide et nous vous l'avons apporté, c'est la moindre des choses que nous puissions faire ».

La jeune femme semblait mal à l'aise, comme si vivre avec d'autre être humain lui était relativement rare. Peut-être était elle tout simplement intimidé, mais Andrik en douter. Elle devait certainement ne pas trop savoir où elle en était. « Quelques petites égratignure, rien de bien grave, mais vous l'êtes bien plus que la plupart d'entre nous. Vous devriez nous laisser vous soigner. Un choc à la tête peut avoir de nombreuse répercutions. Vomissement, perte de l'équilibre ou de la mémoire ext... Si votre blessure est grave, dès que vous dormirez, vous pourriez ne jamais vous réveillez, vous devriez au moins rester avec nous pour la nuit, histoire que quelqu'un surveille votre état pendant votre sommeil, pour votre sécurité. » Andrik aurait parfaitement compris un refus de la part de la jeune femme, cela dit, même si elle venait à refuser. Il serait intimement persuadé que ça ne serai pas une bonne idée de la part de la jeune femme. Lui étant inconnue, il n'avait aucune idée de comment elle réagirai, mais elle ne semblait pas vraiment du genre à prendre son temps.


« Ah, alors comme ça vous êtes une noble dame de la maison Reed. Je dois avouer que je suis agréablement surpris. Je ne suis pas habitué à ce que les dames de haute lignés soient de véritables guerrières. Ne le prenait pas mal, mais je vous avez pris pour une roturière, ce qui n'est pas un mal. Les roturiers sont des êtres humains autant que les nobles. Je dois avouer que je ne suis pas particulièrement fan de ces dames dont la plus grande peur serai de se salir les ongles. Ravi de faire votre connaissance. J'ai entendu beaucoup de choses sur les Reed...» Il était resté le plus poli possible. A vrai dire, le fait d'être aussi surpris sur les origines de cette personne avait déstabilisé Andrik. Provoquant donc une réponse franche et directe alors qu'Andrik appréciait fortement d'être mystérieux sur ce qu'il pensait. Cette femme l'intriguait, au moins autant que sa famille ou la région du Neck. Une des rares régions ou il n'avait pas encore mis les pieds, c'étaient peut-être l'occasion pour en apprendre plus.

« Je suis Ser Andrik de la maison Sombrelyn, je réside la plupart du temps dans un campement de fortune avec mes compagnons, mais ma demeure se trouve à Fort-jaune à Sombreval. » il c'était contenter de donner le minimum d'information, après tout, il était persuadé que si Lyessa voulait en savoir davantage, elle ne se gênerait pas pour en savoir plus. Il avait déjà compris le plus simple d'elle, mais Andrik savait pertinemment que connaître la carapace de quelqu'un n'était pas connaître l'intérieur de celle-ci, alors sa curiosité était encore grande, très grande.


« Oui, nous sommes bien dans les terres de la couronne, mais au sud. Nous sommes à deux jours de voyage de Sombreval ou Port-réal. » la voyant hésitante un instant Andrik comprit qu'elle n'avait pas vraiment l'habitude d'être dans une mauvaise situation, ou du moins, d'être plus ou moins forcer de faire confiance à quelqu'un d'autres. Un personnage intéressant pensa Andrik. « Ecoutez, vous-êtes blesser et votre perte de mémoire n'est pas normal. Je vous propose de restez un peu avec nous. Pour l'instant, partir seul ne serai pas très prudent. Le campement sera bientôt monté, vous pourrez boire, manger, vous soignez et vous reposez. Faites comme si nos ressources vous appartenez. Vous êtes mon invité et profitons en si vous le désirez pour apprendre à mieux nous connaître autour d'un feu. La nuit ne va pas tarder à tomber et la température peut être fraiche. » La proposition d'Andrik était sage, Lyessa devait le savoir, mais si elle était fier et aussi indépendante qu'elle semblait l'être. Rien de ce que pourrai dire Andrik ne forcerai à faire un choix. D'une certaine façon, si elle restait ce serait parce qu'elle seul le voudrait. "Et avant que vous décidiez, je me permet d'insister! Permettez nous au moins de vous escortez jusqu'à votre destination quand vous aurez récupéré la mémoire. Le choix est votre Lyessa" Il espérait qu'elle ne prendrait pas mal qu'il ne l'appel pas par son titre. Lui-même n'en avait que faire, roturière ou noble? Qu’elle différence?


[hrp: voilà ^^' ne me frappe pas lol ]
Revenir en haut Aller en bas
Chasseur
avatar

Lyessa Reed
Chasseur

Général
Insaisissables
Représentante des Bouffes-Grenouilles

♦ Missives : 2044
♦ Missives Aventure : 73
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/10/2012
♦ Célébrité : Keira Knightley
♦ Copyright : Randy / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Lieu : Le Nord
♦ Liens Utiles : Fiche de Lyessa
Journal d'aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
512/1000  (512/1000)


Message Mer 14 Nov 2012 - 10:44

Lyessa était encore un peu troublée par la situation, mais elle ne pouvait que se sentir soulagée de voir que le combat était terminé. Ne restait plus maintenant qu’à faire les présentations et c’est d’un ton peu convaincu qu’elle les débuta. Il faut dire qu’elle n’était pas habituée à être secourue – et d’ailleurs, elle n’aimait pas ça, car ça la forçait à avoir une dette envers autrui. Le meneur ordonna à deux de ses compagnons de soigner les blessés, puis il lui fit face. Lyessa le détailla ostensiblement du regard et écouta ses remarques avec perplexité. L’homme se montrait poli et serviable – qualités qui en somme appartenaient aux chevaliers. La Paludière ne se considérait pas comme une femme à choyer. Elle vivait à la dure et elle avait eu plus d’une blessure potentiellement grave dans sa vie. Lorsqu’il lui détailla les risques qu’elle encourrait en restant seule après ce mauvais coup à la tête, Lyessa ne put s’empêcher d'arquer un sourcil.

« Vous êtes mestre ou chevalier ? » – Lui demanda-t-elle dans un brin de sarcasme. Elle chasse cette remarqua en secouant légèrement la tête. « Vous en faites pas, ça va aller. »

Son interlocuteur sembla étonné d’apprendre qu’elle était noble, ce qui n’avait en soi rien de bien étonnant. C’était bien parce qu’elle sortait du cadre habituel de la précieuse dame que tous en restaient pantois à chacune de ses rencontres.

« La liberté qu’ont les femmes nobles d’être guerrières est plus fréquente dans le Nord. C’est sûr que dans vot’ coin, elles se font rares. » – Lyessa se massa le crâne, pensive, avant de reprendre. « Tout le monde a entendu beaucoup de choses au sujet des Reed, mais pour la moitié, c’ne sont que des rumeurs. »

Son ton s’était fait plus tranchant qu’elle ne l’aurait voulu. Après tout, cet homme, comme les autres, ne savaient rien des Paludiers exceptés les « on-dit » et cela piquait certainement sa curiosité. Il se présenta alors sous le nom d’Andrik Sombrelyn – un chevalier, comme elle s’en était doutée. Il évoqua le nom de Sombreval et Lyessa tenta d’y réfléchir sans pour autant arriver à le situer. Elle apprit qu’il y avait deux jours de voyage pour atteindre Port-Réal et la jeune femme fronça les sourcils, soucieuse. Elle n’était pas dans son assiette après cette course poursuite interminable et ser Andrik avait vu juste en disant que ce serait dangereux pour elle de repartir comme ça. Oui, mais voilà – Lyessa détestait s’en remettre à d’autres pour tout ce qui la concernait. Un problème de confiance, dirons-nous, qui ne l’empêchait pas de se montrer reconnaissante lorsqu’il le fallait. Le chevalier l’invita à se joindre à eux pour la nuit et de faire comme si tout ce qu’il lui proposerait était à elle, ce qui la laissa quelque peu stupéfaite. Elle était loin de porter les chevaliers dans son cœur, tout simplement parce qu’elle n’était pas habituée à en croiser et les prenait pour des damoiseaux en plein besoin de reconnaissance. Voilà qu’il lui proposait en plus de la raccompagner jusqu’à sa destination après tout ça et la jeune femme resta silencieuse durant quelques secondes, le scrutant avec perplexité.

« C’est… Gentil à vous. » – Répondit-t-elle finalement, se demandant si sa réalité n’était pas déformée par le coup qu’elle avait pris sur la tête. Croisant les bras contre sa poitrine, elle observa autour d’elle avant d’en revenir à son interlocuteur. « Ne vous en faites pas, je suis habituée à faire route seule et je suis assez endurante pour parvenir jusqu’à Port-Réal avant d’attraper froid. »

Pitoyable tentative de rassurer ser Andrik qui se solda par un haussement d’épaules nonchalant de la jeune femme.

« Merci beaucoup, ser. » – Elle lui adressa un sourire avant de faire volte-face pour poursuivre sa route mais après quelques pas à peine, elle dut s’arrêter, se sentant prise de vertiges. Non, non, non… – elle sentit ses genoux se dérober sous elle et manqua de s’étaler par terre mais le chevalier de Sombreval fut rapide à la rattraper. « Bon… Va pour l’hospitalité alors. On dirait que je n’ai pas trop le choix. »

Elle se remit sur pieds et se mordit la lèvre inférieure, se sentant coupable de faiblesse.


HJ:
 







Spoiler:
 

Thème
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 16 Nov 2012 - 1:20

Lyessa amusait véritablement Andrik. Elle était piquante, respectueuse certes, mais terriblement fier. La jeune femme ne semblait pas avoir confiance en lui et Andrik devinait un fort caractère et une fierté à toute épreuve derrière les remarques ou les actes de Lyessa. Elle c'était même braquer à des remarques on ne peut plus agréable. L'explication? Elle n'aimait tout simplement pas qu'on la tienne par la main. Si la situation l'amuser, le chevalier de la maison Sombrelyn était persuadé que la jeune femme manquait cruellement de sagesse dans cette situation. De plus, son comportement laisser présager d'une certaine tendance à se méfier et se braquer à la moindre remarque, était-ce parce qu'il disait qu'il ne connaissait rien en particulier sur les Reed? Parce qu'il était Chevalier? Ou étais-ce juste la façon qu'il avait eu de lui proposer son aide. Il n'en savait rien, mais aucune des idées qu'il avait eues ne l'aurait étonné. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il en savait surement un peu plus sur les Reed qu'il ne lui avait dit. Après tout, Shiera l'un des membres de son équipe, n'avait elle pas vécu dans les marrais du neck? N'était elle pas une femme du peuple des Paludiers également? Mais Andrik était joueur et il aimait se montrer plus ignorant qu'il ne l'était.

« Vous êtes mestre ou chevalier ? » 

La remarque de la jeune femme ne surprit pas Andrik, mais elle le fit sourire. Il n'était pas un chevalier ordinaire. Il faisait partie de ceux qui avaient le plus voyagé et d'un point de vue des connaissances il était loin d'être inculte. Il n'était pas comme tout ces nobles qui se pavanaient en armure et qu'on ne voyaient qu'aux tournois, non, lui il voyageait sans cesse ou presque, se blesser à chaque voyage et n'hésitait pas à se salir les mains. Peut-être que la jeune femme l'avait jugé comme beaucoup de chevalier de son époque, après tout, certain était des crétins finis et ce n’était pas vraiment une minorité. Ce contentant de sourire, Andrik trouvait Lyessa intéressante, mais il la laissa dans son jugement. Pour jouer? Surement, Andrik aimait montrer une apparence qui n'était pas la sienne. Et le chevalier était persuadé qu'un moment ou un autre, s'ils étaient fais pour s'entendre, elle s'en rendrait compte...ou pas! Tel était le jeu des relations humaines, certain étaient fait pour s'entendre, d'autres non.


« La liberté qu’ont les femmes nobles d’être guerrières est plus fréquente dans le Nord. C’est sûr que dans vot’ coin, elles se font rares. » 

Une remarque qui le fit sourire. Elle avait raison et de ce point de vue, il était en accord avec la réflexion de Lyessa, cependant, dans son groupe, les femmes n'étaient pas si peu nombreuse.


« Vous êtes une sacré femme Lyessa. Du genre indomptable, grand bien vous fasse. Les femmes ne Dorne et du Nord se ressemble en de nombreux points. »


Elle tenta également de partir par fierté ou autre, Andrik s'amusait plus qu'autre chose du comportement de la jeune femme. Shiera et Cerenna c'étaient comportés comme ça aussi il y a longtemps, mais elle s'évanouit dans cette tentative. La rattrapant avant qu'elle ne chute lourdement sur le sol. Andrik avait cessé de sourire et ne put retenir quelques mots.


« Ah les femmes des Paludiers ! Shiera ont à trouver ta sœur jumelle!»


La remettant debout, Andrik s'assura qu'elle retrouvait son esprit et son équilibre sans un mot. D'humeur taquine, mais non désagréable, Andrik ne put retenir une petite pique quand Lyessa se remit sur ses pieds. Souriant et avec un regard loin d'être hostile il prononça « Qu'Est-ce que j'avais dit... » Joueur Andrik la quitta en lui adressant un rapide mouvement de tête en respect.
Il avait aussi remarqué qu'elle c'était légèrement mordu la lèvre inférieure, comme gêner de la situation et il dit avant de partir. « Ne soyez pas gêné! Il n'y a pas de mal... la fierté des femmes! Voilà une force naturelle bien complexe! » Les remarques n’étaient pas agressive ni méchante et ça se voyait sur son visage et dans son regard. C’était tout simplement troublant de prendre en compte son regard mélanger à ses petites pique. Un mélange mystérieux que Lyessa ne manquerait certainement pas de percevoir, du moins, si elle ne prenait pas mal ses remarque.


Laissant la jeune femme avec Moribald et Shiera, Andrik partit soigner en Hâte son compagnon blessé. Moribald « ne prenait pas mal sa remarque, c'est un homme charismatique, mais il a tendance à être un peu provocateur » Shiera « dit pas de sottise, il est plus complexe que cela. Vous fiez pas aux apparences avec lui, ici tout le monde l'adore, mais je doute qu'on n'aient percé le mystère. »


...


Plus tard, une fois la nuit tombait. Andrik c'était isolé à une dizaine de mètre du campement. Assis sur la branche d'un arbre, une jambe se balançant dans le vide et le dos adossé au tronc de l'arbre. Le chevalier de la maison Sombrelyn tenait dans sa main son pendentif en forme de tête de loup. Seul la lune et les étoiles semblaient l'observer et l'éclairer. Les seuls bruits qu'il entendait, étaient ceux du campement. Ils étaient pour la plupart autour du feu entrain de manger et de discuter, d'autre de dormir. En d'autres termes, chacun vivait sa vie.

Lyessa et Andrik ne c'était pas parler depuis tout à l'heure. Andrik avait dû soigner Wendel et organiser le campement. Il n'avait pas eu le temps de toute façon. La jeune femme était en bonne compagnie, son groupe recelait des merveilles pour ce qui étaient des relations humaines, du moins, fallait il être capable de les apprécier. Le chevalier de la maison Sombrelyn c'était éloigner du campement. Il avait voulu être un instant au calme, observant d'abord les étoiles, puis il resta un instant obnubilé par son pendentif à tête de loup, le pendentif gagné pendant une quête et sa bague. Ils les observaient de manière si intense qu'il n'entendait plus les bruits venant du campement, ni même les bruits de la nature l'entourant, rien que le silence, rien d'autre que le silence.


[oh que si x) autant que je suis un chieur Very Happy xd voilà j'ai un peu avancer le rp dans le temps, pas d'autres idées ^^', si ça te convient pas je changerai :) ]
Revenir en haut Aller en bas
Chasseur
avatar

Lyessa Reed
Chasseur

Général
Insaisissables
Représentante des Bouffes-Grenouilles

♦ Missives : 2044
♦ Missives Aventure : 73
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/10/2012
♦ Célébrité : Keira Knightley
♦ Copyright : Randy / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Lieu : Le Nord
♦ Liens Utiles : Fiche de Lyessa
Journal d'aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
512/1000  (512/1000)


Message Sam 17 Nov 2012 - 18:52

Andrik avait vu juste en parlant de la similitude entre les femmes du Nord et des Dorniennes. Elles étaient des guerrières, qui avaient eu le choix de prendre les armes au lieu de se cantonner à être le faire-valoir d’un éventuel époux. Lyessa était quelqu’un de solitaire, mais qui ne manquait pas de chaleur et de spontanéité quand elle n’était pas butée dans une idée particulière. Tous les évènements récents l’avaient secoué – justement parce qu’elle ne se rappelait pas exactement de ce qui l’avait mené ici. Ça n’avait été que folie de vouloir reprendre la route, et le corps de la Nordienne eut vite fait de lui faire comprendre que le chevalier avait raison. Il fallait qu’elle se repose pour reprendre des forces. Ça aurait été dommage qu’elle ne disparaisse dans ces bois en tentant de retrouver les bribes de sa mémoire capricieuse. Lorsque ser Andrik l’aida à se redresser, celui-ci lâcha une remarque qui fit sourciller la brune. Cette dernière avait cru remarquer que des femmes faisaient partie du convoi – notamment celle qui lui avait sauvé la vie lorsqu’elle était en mauvaise posture contre l’un des bandits. Se pouvait-il que l’une d’elles fasse partie de son peuple ? Le chevalier de Sombreval semblait trouver la situation amusante et dans son entêtement, lady Reed dut faire taire sa fierté et accepter la situation. Lorsqu’il lui adressa une remarque là-dessus, la jeune femme ne put s’empêcher de rire.

« Excusez ser Andrik, mais la fierté masculine est bien pire ! » – Elle s’épargna la peine d’ajouter que les hommes étaient sans cesse en train de comparer leurs performances comme s’il s’agissait de ravir la plus belle des femmes. Si le chevalier se montrait provocateur, c’était sans animosité ou exaspération. Lyessa l’observa s’éloigner, un demi-sourire aux lèvres, avant que deux de ses compagnons ne viennent prés d’elle. Face aux tentatives de réconfort sur le comportement de ser Andrik, Lyessa haussa brièvement les épaules avant de répondre. « Oh non, j’ne le prends pas mal rassurez-vous. Après tout, il a dit vrai. Si j’avais pas eu la tête qui tournait de suite, j’serai sûrement partie pour m’écrouler quelques pas plus loin. »

Quant au mystère évoqué par la jeune femme dénommée Shiera, la Nordienne y songea, intriguée. Le peu de chevaliers qu’elle avait rencontré dans sa vie n’avait rien d’intriguant – ils s’offusquaient pour un rien et courraient surtout après les nobles dames pour les charmer. Lyessa dut s’asseoir et laissa les compagnons d’Andrik s’occuper de sa plaie à la tête tandis que la nuit voilait lentement les Terres de la Couronne. Après ça, elle tenta de se rendre utile pour monter le campement et put échanger quelques paroles avec plusieurs d’entre eux – qui se révélaient être d’une compagnie tout à fait plaisante. Shiera était sans aucun doute une Paludière de par son caractère piquant, et Lyessa avait écouté son histoire avec grande attention. Rares étaient les Paludiers qui quittaient les marais mais ça ne manquait pas de faire plaisir à lady Reed d’en croiser sur sa route. Lorsqu’ils se mirent autour du feu pour déguster les quelques lapins rôtis qu’ils avaient pu chasser, Lyessa remarqua que ser Andrik ne les honorait pas de sa présence. Après s’être rassasiée, elle se redressa et laissa le petit groupe qui était en train de plaisanter pour se diriger vers l’arbre sur lequel était installé le chevalier de Sombreval. Si elle n’avait pas cherché à être particulièrement silencieuse, elle remarqua bien vite que l’homme était plongé dans ses pensées et ne l’avait pas vu approcher.

« Désolée t’interrompre votre réflexion, ser. » – La branche sur laquelle il était assis n’était pas bien haute et dans l’obscurité, elle crut percevoir une étincelle de mélancolie dans l’œil du chevalier. « Vous semblez préoccupé. Moi qui pensais être la plus ingrate des solitaires, il semblerait qu’vous y goutez vous aussi. »

Son ton était jovial et elle n’avait nullement l’intention de rendre sa compagnie exécrable aux yeux du chevalier qui l’avait sorti de ce mauvais pas. Elle fit quelques pas dans les feuilles mortes et vint s’adosser à un arbre dont l’écorce lui chatouillait les omoplates.

« Vos compagnons sont fantastiques. Vous avez le mérite de bien vous entourer si vous voulez mon avis. » – Elle gardait un sourire de connivence sur son faciès à l’égard de son interlocuteur, et elle reprit la parole après quelques secondes. « Quelle chance j’ai eu d’tomber sur vous. C’est au moins une chose qu’je sais reconnaître. Si un jour vous passez par les marais du Neck, j’vous proposerai bien de passer à Griseaux mais personne ne sait où ça se trouve. »

La jeune femme haussa les épaules avec nonchalance puis elle se fendit d’un sourire. C’était vrai – elle n’avait que très rarement des occasions d’offrir l’hospitalité de sa demeure, et lorsque l'envie y était, les contraintes étaient fort nombreuses.







Spoiler:
 

Thème
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 18 Nov 2012 - 14:15

C'est alors que le petit loup de la maison Sombrelyn reçu la visite de Lyessa Reed. Il ne l'avait pas entendu arriver, bien trop absorber par ses objets, les étoiles et le silence, il en avait oublié qu'il était dans une forêt et non chez lui. Celle-ci avait brisé le silence en parlant au chevalier. Elle était joviale et souriante. Un comportement qui arracha un sourire au chevalier qui l'observa.

« Il n'y a pas de mal, ne vous excusez pas, appelait moi Andrik. C’est plus long mais c'est moins formel. »

Il regarda un instant le ciel étoilé, la lune et l'étendue ténébreuse s'étendant au-dessus de lui. Le cœur d’un homme était parfois aussi sombre que le ciel et la lune, lumineuse, n'était que le dernier rempart, le dernier bastion d'espoir qui illuminait encore certain esprit. Voilà une bien belle image venant de l'esprit d'un homme simple, d'un chevalier ou d'un guerrier. Quittant une nouvelle fois ses pensées et souriant aux paroles de Lyessa. Le chevalier lui répondit souriant.

« Les moments de solitude ne sont pas un mal. Le solitaire peut-être sociable, comme le loup qui voyage seul et qui chasse en meute. Les deux ne sont pas incompatibles. »

Le chevalier descendit de l'arbre et fit alors face à la jeune femme. Il poursuivit la conversation d'un ton calme et d'un regard aussi clair et doux que le ciel.

« Je suis préoccupé par bien des choses. Les dieux m'ont donné des responsabilités très importantes. Des responsabilités importantes en ces temps de trouble, de rébellion et de tension. Les gens que vous voyez là, ma maison et ma famille. J'ai leur vie entre mes mains. Ce n'est pas quelque chose à prendre à la légère.»

Il resta un instant silencieux. Plongeant son regard bleu clair dans les yeux de la brune. Puis il tourna la tête vers le campement avant de revenir sur la jeune femme. Sa voix se voulait forte et assurer, mais les paroles d'Andrik trahissaient pourtant le doute. Ses yeux semblaient déterminer et sage, mais son regard réfléchissait.

« Qui croyez vous avoir en face de vous Lyessa? Un chevalier? Un guerrier? Un meneur? Autre? »

Le ton de cette réplique se voulait curieuse. D'abord parce qu'elle traduisait la curiosité du chevalier, mais aussi parce que la question en elle-même pouvait être surprenante. Était-ce à nouveau un jeu? Le jeu des apparences ? Ou Est-ce que celle-ci était réel et posséder une profondeur cachée? Que cherchait Andrik en posant cette question?

Toujours souriant, ce qui contrastait avec certaine de ses répliques, le chevalier de la maison Sombrelyn s'adossa au tronc de l'arbre dont il était descendu il y a peu. Ses yeux brillaient maintenant, comme si parler de son équipe le rendait à la fois heureux et triste, mais son sourire faisait pencher son apparence dans la joie.

« Oui mes amis sont des gens extraordinaires. Notre force, nous la tirons du lien qui nous unis tous, de nos origines diverses et variées. Il y a des chasseurs, des mercenaires, des chevaliers. Noble ou pas, nous marchons ensemble. Dorniens, habitant du Nord, de L'ouest, du Val ou de l'orage, nous marchons tous ensemble. C'Est-ce qui fait notre force vous savez. »

Le chevalier de la couronne appréciait particulièrement la compagnie de Lyessa. Elle était intéressante, souriante et piquante. Elle était tellement plus intéressante que la plupart des êtres humains sur cette planète. Il préférait mille fois une femme guerrière à un chevalier propre sur lui. Beaucoup trop de chevalier étaient arrogant, trop d'entre eux ce disait chevalier sans mériter leur titre et trop n'ont pas encore connu de véritables batailles sanglante, très peu savaient se salir les mains. Aussi, il était ravi d'avoir fait sa connaissance, ce n'était que son deuxième contact avec une Paludière et il estimait que rencontrer quelqu'un comme Lyessa était une chance.

« La chance est partagée vous savez. Il se peut que je passe par le Neck un jour, peut-être qu'en compagnie de Shiera ou de vous-même, voir et trouver Griseaux serai ainsi possible. Quoi qu'il en soit, si vous voulez passer par Sombreval et Fort-Jaune, vous y serez accueillis à bras ouvert. Les Reed et les Paludiers y sont les bienvenus, vous n'aurez pas de mal à trouver Sombreval, cette ville est la deuxième ville et le deuxième Port le plus important des terres de la couronne après Port-réal. »

Il resta silencieux un instant, il eu un mouvement de sourcils, traduisant un intérêt certain pour la jeune femme qui lui faisait face. Il savait qui elle était et d'où elle venait, mais certaine chose restait surprenante.

« Lyessa, j'aimerais vous connaître un peu mieux, dites m'en plus sur vous, si vous le voulez bien sûr. Par exemple, les gens du peuple du Neck ne voyage que très rarement. Pourquoi êtes-vous si loin de chez vous? Griseaux et Port-Réal ne sont pas vraiment des voisins directs. Que faisiez-vous dans ces bois? Qui étaient ces hommes? »
Revenir en haut Aller en bas
Chasseur
avatar

Lyessa Reed
Chasseur

Général
Insaisissables
Représentante des Bouffes-Grenouilles

♦ Missives : 2044
♦ Missives Aventure : 73
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/10/2012
♦ Célébrité : Keira Knightley
♦ Copyright : Randy / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Lieu : Le Nord
♦ Liens Utiles : Fiche de Lyessa
Journal d'aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
512/1000  (512/1000)


Message Mar 20 Nov 2012 - 11:16

Le chevalier de Sombreval ne sembla nullement offensé par l’apparition de la Paludière qui l’interrompit dans ses pensées. Dans un sourire, il lui demanda de l’appeler Andrik et la jeune femme acquiesça simplement du chef. Elle, ne s’encombrait jamais avec les formalités – d’ailleurs, elle n’aimait pas qu’on l’appelle lady et elle appréciait qu’Andrik ne l’ait pas fait naturellement. Quand elle lui fit remarquer qu’il semblait aussi solitaire qu’elle, le chevalier lui répondit que solitaire n’amenait pas forcément au manque de sociabilité. Lyessa était peut-être un peu bourrue et franche, mais elle restait toujours quelqu’un avec qui il était plaisant de discuter. De nature, elle était plutôt bavarde d’ailleurs. Andrik descendit de son perchoir et Lyessa se mit à l’observer dans l’obscurité. Il semblait à la fois doux et protecteur, mais la Paludière se doutait que cela cachait une certaine force. Il semblait inquiet à l’égard de sa troupe, qu’il avait le devoir de protéger – un sentiment que Lyessa partageait vis-à-vis de son peuple, mais qu’elle avait choisi d’écarter lorsqu’elle partait en voyage. C’était difficile d’ailleurs, et il lui arrivait souvent de s’inquiéter pour eux alors qu’elle était à des lieues de chez elle – mais elle se devait d’assumer son choix. Silencieuse, elle écoutait patiemment le chevalier de Sombreval, qui semblait douter malgré le ton de sa voix qu’il voulait confiant. Elle le détailla du regard lorsqu’il lui demanda ce qu’elle voyait et, haussant les épaules, elle lui répondit d’un air amusé.

« J’crois que vous n’êtes pas l’un ou l’autre Andrik. Mais plutôt un peu de tout ça. » – Lyessa n’aimait pas enfermer les gens dans des cases. Elle savait pertinemment que l’humain était assez complexe pour posséder des nuances. Et si le chevalier était serviable et patient, elle se doutait qu’il possédait d’autres traits de caractère, peut-être moins flatteurs. Lyessa plissait les yeux en l’observant, ne pouvant s’empêcher de trouver étrange cette manière qu’il avait de sourire tout en lui évoquant sa personne. Il se mit ensuite à parler de ses compagnons, sujet qui soulevait son enthousiasme. Si s’accompagner était source de connivence et d’amitié, s’en était aussi une d’inquiétude. Andrik lui partagea son avis sur cette expérience et Lyessa décela une fière note de solidarité dans cette notion du regroupement de tous les horizons du Westeros qu’il évoquait. « J’en doute pas. J’essaie de retrouver ce sentiment en voyageant mais je suis encore loin d’avoir atteint l’sud et ses déserts de sable. »

Dorne attisait de plus en plus la curiosité de la Nordienne. Et pour sûr, ça semblait si différent des plaines glacées et des marais humides et vaseux du Nord. Dans cet échange relativement franc, Lyessa y vit la possibilité de revoir son jugement au sujet des chevaliers. Il n’y en avait pas dans le Nord, et ceux qu’elle avait pu rencontrer durant ses voyages n’avaient pas un sens de l’honneur et de la compagnie aussi développé que son interlocuteur. Quand il évoqua le Neck et la possibilité de s’arrêter à Griseaux et que l’hospitalité de Sombreval lui serait toujours offerte, la jeune femme le gratifia d’un sourire.

« J’y penserai… » – Répondit-t-elle avec un sourire énigmatique aux lèvres. Elle connaissait Sombreval de nom mais n’y avait jamais mis les pieds. Ce serait une occasion, une fois prochaine.

Lyessa croisa les bras contre sa poitrine, appuyée contre son propre arbre, tandis qu’Andrik se montrait curieux à son égard. Il s’intéressait à elle et au pourquoi de son goût du voyage, ainsi qu’au pourquoi de la situation fortuite dans laquelle ils s’étaient rencontrés.


« Comme j’vous l’ai dit, Andrik. On peut décidément pas faire de généralités sur un peuple. Si la plupart des Paludiers n’aiment pas voyager et se sentent en sécurité dans les marais, ça n’est pas pour autant que j’ai décidé de suivre cette conduite. Vous êtes sûrement au fait qu’on a pas d’corbeaux dans notre coin. Je m’occupe donc de faire le messager et comme ça, j’peux aussi assouvir mes b’soins de voir les Sept Couronnes en long et en large. Même si j’aime mon peuple et mes marais, même si j’ressens ce besoin de les protéger, j’ai aussi l’envie de faire respecter notre nom et de ne pas nous écarter du pouvoir sous peine d’être oublié. » – Lui expliqua-t-elle. Lyessa était fière de sa maison, et entendre jaser dans leur dos ne lui arrachait que mépris. « Quant à ce que j’faisais dans le bois, j’crois que j’étais en train d’faire route vers Port-Réal. Et ces hommes, bah, des voleurs j’crois ? »

La situation restait encore extrêmement floue dans la tête de la Paludière au sujet de l’incident d’un peu plus tôt.

« Oui, c’est même certain. Rien de bien personnel comme problème – enfin, j’imagine. M’est d’avis qu’ils ne s’en prendront pas d’aussitôt à quelqu’un d’autre. Le plus embêtant, c’est que j’crois que j’ai perdu mon cheval. Mais j’irai en acheter un à Port-Réal pour m’assurer un retour sans encombre à Fort-Griseaux. » – Lyessa restait perplexe, tentant de fouiller sa mémoire à la recherche de bribes de souvenirs. Après quelques secondes de silence, elle reprit la parole.
« Dites, il vous arrive de ne pas apprécier des individus ? Vous semblez être quelqu’un de très compréhensif et sociable en toutes circonstances. Enfin, j’dis ça mais je vous connais pas. C’est juste une idée que j’me fais de vous. »

Et peut-être bien que cette idée était biaisée. L’homme qui lui faisait face semblait doux, compréhensif, sans pour autant manquer de poigne. C’était un meneur après tout.

« A la fois, vous avez l’air proches de vos amis, mais ils semblent dire qu’vous êtes quand même un grand mystère pour eux. » – Lyessa plissa malicieusement les yeux, guettant la réaction de son interlocuteur. Evoquer mystère, et voilà que la Paludière était intriguée. « Vous avez d’la famille Andrik ? »

Nouvelle question inquisitrice qui pourrait mener dans une pente dangereuse. Souvent, la famille était sujet de griefs et vu l’attachement du chevalier à ses compagnons, peut-être qu’il n’en avait pas ou plus. Lyessa espérait ne pas avoir mis les pieds dans le plat - ce qui était souvent son cas avec sa curiosité maladive.





Spoiler:
 

Thème
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 20 Nov 2012 - 21:16

A la première réponse de Lyessa, Andrik fut relativement surprit, La plupart des gens a qui il avait posé cette question n'avait répondu qu'une seul chose, Lyessa se démarquait en proposant comme réponse que le chevalier faisait un tout. Si la réponse était inexacte, elle avait le mérite de faire comprendre à Andrik qu'elle était au-dessus du commun des mortels. Une réponse qui le fit d'ailleurs sourire après coup. « Une réponse intéressante, j'en conviens » Il pensait véritablement ce qu'il disait, une telle réponse ne voulait peut-être rien dire pour beaucoup de gens, mais pour Andrik c'était des indications sur le tempérament d'une personne. Déjà, Lyessa restait une femme intéressante, mais nettement moins mystérieuse qu'il y a quelques heures. Et puis elle semblait aussi prendre soin de ne pas trop en divulguer. Andrik était intérieurement ravi de rencontrer une personne qui, à quelques détails prêts, semblait être comme lui.


Elle l'observait en plissant les yeux, visiblement elle remarquait quelques choses dans la réaction du chevalier. Andrik s'en aperçu, peut-être tentait elle de lire sur son visage? Ou avait elle vu quelque chose d'intéressant? Un rictus ou une expression. Cela ne le rendait pas nerveux, il ne chercha même à cacher ce qu'elle a vu de particulier. Ce contentant d'être lui-même, il répondit avec enthousiasme à la jeune femme.


« Vous désirez aller à Dorne? Oh c'est un choix excellent vous savez! On y fait des rencontres pour le moins surprenante! Et Dorne possède des paysages magnifiques, la côte, le long des rivières, les dunes du centre ou les montagnes, aucun de ces lieux ne sont identiques! Pour avoir vu plus ou moins tous les territoires de la couronne à l'exception du Nord et des îles de fer. Je puis affirmer, du moins de ce que j'en sais, que Dorne n'a pas d'égale »


Souriant un instant bêtement, il se rappela un épisode de son passé. C'était ce jour qu'il avait acquis son propre navire et son équipage. Il fallait avouer une chose, Andrik n'était pas un mauvais fils, mais c'était un emmerdeur. Son père n'avait pas été capable de l'empêcher de réaliser son rêve.


« Je venais tout juste d'être fait chevalier. En revenant j'ai suffisamment cassé les pieds à mon père, que plutôt de m'empêcher de réaliser mon rêve de visité Dorne. Il m'y a aidé, voilà pour la petite anecdote » dit il en laissant échapper un petit rire « Je n'étais pas si supportable dans ma jeunesse! » dit il avec un air amusé et sereins. Puis reprenant plus sérieusement. « Si tu le désires, je puis réquisitionner un navire. Il doit bien y avoir un des navires de ma maison qui passe à Dorne. Tu pourrais y être assez rapidement »

Quand vint le moment d'offrir son hospitalité, Andrik fut récompensé par un sourire on ne peut plus énigmatique. C'était ce genre de sourire qu'Andrik aimait voir chez une femme, car il était intraduisible et impossible à cerner. Elle rendait la femme mystérieuse et au final, ce qu'Andrik recherchait à chaque moment, c'était le mystère et l'inconnu. Ce qui l'avait d'ailleurs mené durant sa vie à l'aventure.


Lyessa semblait fier de son peuple, fier d'elle, fier de ses origines et de ses terres. Elle était si fier, si indomptable et si déterminer, qu'Andrik reconnu dans sa détermination la volonté des grands. « C’est tout à votre honneur, je ne comprends pas l'image que ce fait les autres nobles des Reed. Je suppose que beaucoup on peur de ce qu'ils ne connaissent pas »


Puis, brutalement, Lyessa parut perplexe et silencieuse. Elle posa une question pour le moins surprenante! Soit elle n'y croyait pas une seul seconde, soit elle se disait que c'était trop parfait pour être vrai! Andrik, bien que sage, restait un être humain et la regardant avec plus d'intensité et de mystère, sans aucune agressivité, il lui répondit.


« Oui, bien sûr, je déteste même beaucoup de personnes, des nobles pour la plupart. Tous ceux qui courbent le dos pour rien, toutes les vipères, tous les lâches. Le tout reste global bien sûr, il y a bien entendu pas mal de nobles avec qui je m'entends bien. Ne me croyais pas si gentil, nous avons tous une part d'ombre. »


Puis il poursuivit après la réplique de Lyessa, cette dernière plissait de nouveau les yeux. Ce qu'elle semblait faire dès qu'elle recherchait quelque chose chez lui, le chevalier l'observait attentivement, l'écouter attentivement. Que pensait-elle? Que recherchait-elle? Savait-elle quelque chose? « Je suis un mystère? » il laissa échappa un petit rire « c'est intéressant... » Toujours aussi mystérieux, le regard de Lyessa finirai peut-être par gêner Andrik, mais se fut sa dernière question qui le fit réagir. Il hésita entre dire la vérité ou cacher une partie.


« Mh, c'est un sujet complexe. J'ai perdu des proches, comme tout le monde me direz vous, mais j'ai la chance d'avoir des neveux, des nièces, des frères, des cousins et une mère qui malgré que son mari sombre lentement dans la folie, semble avoir gardé toutes l'énergie de la jeunesse!!! Mais si vous parlez plus personnellement, je ne suis pas marié et je n'ai pas d'enfant. Les occasions n'ont pourtant pas manqué, mais il manquait tout simplement quelque chose. Un jour peut-être va savoir. »


Cherchant à échapper plus qu'autre chose à une question plus personnel. Andrik lui posa alors une réponse en retour rapidement. C'était relativement maladroit, mais il ne semblait en aucun cas vexer ou blesser, plus gêner qu'autre chose.


« Et toi Lyessa? »

Si Andrik avait en quelque sorte fuis, c’était pour une raison relativement simple. Les sentiments, l’amour et les désirs ont toujours été compliqué pour lui. Des femmes il en avait eu, n’avait il pas eu une enfance de coureur de jupon? Mais des actes entrainent des conséquences. Il n’était pas impossible qu’il réponde à une question plus personnel, mais Andrik avait tendance à être plus mystérieux qu’il ne le voulait. Pour le coup, Lyessa l’avait déstabilisé un instant. De toute façon, ses histoires de coeur n'était pas un mystère divin. La vie était toujours difficile pour les gens fragile et sensible, mais sa forger le caractère.
Revenir en haut Aller en bas
Chasseur
avatar

Lyessa Reed
Chasseur

Général
Insaisissables
Représentante des Bouffes-Grenouilles

♦ Missives : 2044
♦ Missives Aventure : 73
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/10/2012
♦ Célébrité : Keira Knightley
♦ Copyright : Randy / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Lieu : Le Nord
♦ Liens Utiles : Fiche de Lyessa
Journal d'aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
512/1000  (512/1000)


Message Jeu 22 Nov 2012 - 15:55

Le chevalier de Sombreval lui parla de Dorne lorsqu’elle lui évoqua le désir de s’y rendre. Il semblait enjoué et porter cette contrée dans son estime, ce qui ne fit que renforcer l’envie de la Paludière d’en découvrir les paysages. Elle était surprise qu’Andrik s’y soit rendu, tandis que le Nord lui restait encore inconnu. Pour un chevalier qui possédait une terre, il semblait donner plus d’importance à ses voyages qu’à son fief. C’était peut-être ceci qu’ils avaient tout deux en commun. L’homme semblait perdu dans ses pensées en évoquant Dorne et Lyessa pouvait deviner que beaucoup de souvenirs l’y rattachaient. Il eut vite fait de faire taire la curiosité de la jeune femme en précisant qu’il avait réalisé son rêve en y allant alors qu’il était tout juste chevalier, aidé à contrecœur par son paternel. La Paludière voyait assez bien le contexte car elle avait vécu une situation similaire. Après tout, sa famille restait cloitrée à Fort-Griseaux mais lui avait permis de le quitter quand bon lui semblait. Lyessa sourit en entendant l’anecdote du chevalier puis fut surprise lorsqu’il lui proposa de voyager à bord d’un de ses propres navires pour rejoindre Dorne. Lyessa n’avait jamais navigué. La mer était loin d’être un endroit de prédilection mais elle devait avouer que ça comportait bon nombre d’avantages pour parvenir dans une région éloignée sans perdre trop de temps.

« J’apprécie la proposition. J’dois t'avouer que je n’ai jamais foutu les pieds sur un bateau. » – Avoua-t-elle, entre gêne et amusement. « M’est d’avis que ça s’ra drôle à voir pour ton capitaine, mais moins drôle pour moi. » - Elle était à peu prés sûre d’avoir le mal de mer. Elle avait souvent entendu dire que les premières expériences maritimes n’étaient pas les meilleures – votre corps devait s’adapter au dodelinement incessant de la carcasse guidée par les eaux et l’estomac supportait rarement.

Lorsque la discussion en vint à la famille Reed et de sa détermination à faire respecter son nom dans les Sept Couronnes, Andrik exprima son ressenti. S’il ne comprenait pas pourquoi la plupart des nobles aimaient jaser à leur sujet, il jugeait que ça devait être parce qu’ils les craignaient. Et il disait sûrement vrai.

« Nous vivons reclus et personne ne sait ce qui s’trame à Griseaux. Pour sûr que nous vivons hors des normes, et c’est ça qui leur tient l’crachoir à ces gens-là. » – Conclut-elle pour achever le chapitre sur les rumeurs lancées par les autres maisons au sujet de son peuple.

Lorsqu’elle se fit plus inquisitrice et franche en demandant s’il lui arrivait de détester autrui, Andrik afficha une mine stupéfaite. En écoutant sa réponse, Lyessa se fendit d’un sourire. Personne ne pouvait rester calme et patient en toutes circonstances, surtout un homme qui tenait une épée. Le chevalier de Sombreval semblait avoir quelques réticences envers les nobles – chose pas vraiment étonnante lorsqu’on voyait comment se comportait la plupart face à des gens hiérarchiquement plus bas qu’eux. Il sembla de nouveau surpris lorsqu’elle évoqua le fait que ses compagnons lui attribuaient une part de mystère. Elle détourna son regard du sien, pour arrêter de se montrer insistante en attention. Elle s’éloigna quelques peu, observant les alentours tandis qu’il se décidait à lui répondre au sujet de sa famille. Un père fou, une mère énergique, des nièces, neveux et frères – il semblait qu’Andrik ait encore de la famille en quantité mais cela se voyait qu’il s’était détaché d’elle depuis longtemps. Il précisa qu’il n’était pas marié et n’avait pas d’enfants, ce qui la fit sourire. La gêne du chevalier était largement palpable à cet instant et il entreprit de lui retourner la question comme pour échapper à son jugement. La jeune femme avait notamment remarqué le tutoiement employé dans leur échange et elle devait avouer qu’elle préférait largement ce mode de discussion que quelque chose de trop révérencieux. Pas dupe au point de croire à la diversion, Lyessa se permit tout de même de répondre avec un sourire aux lèvres. Si il était pudique sur ses proches relations, grand bien lui fasse – elle ne voulait en aucun cas le gêner.

« Mes deux parents et trois frères m’attendent à Fort-Griseaux. Je n’ai pas à m’plaindre. Ils sont vraiment ma bouffée d’air frais lorsque j’reviens les voir. J’suis surtout proche de mes deux plus jeunes frères – deux jumeaux aussi curieux et impulsifs qu’moi au plus grand désespoir d’ma mère ! » – Les évoquer arracha un petit rire cristallin à la jeune femme. Lyessa leva la tête pour fixer la voute étoilée, rêveuse. « C’est difficile d’être loin d’eux, comme c’est tout aussi difficile d’rester indéfiniment à Fort-Griseaux. J’ai bon espoir qu’ils m’accompagnent une fois un peu plus grands. Z’ont pas l’tempérament reclus de mes parents et ils seront tristes de rester là-bas. » – Chose qu’elle n’avait pas encore évoqué avec ses parents. Elle se doutait qu’Elinor ne supporterait pas que ses deux derniers enfants quittent le domicile avec Lyessa. Si elle avait fait une croix sur sa fille, ça n’était que dans l’espoir de garder ses autres enfants auprès d’elle. De nature craintive, elle s’était toujours inquiétée pour eux, même lorsqu’ils restaient au sein du Neck. Elle posa de nouveau son regard sur la silhouette du chevalier avant de reprendre. « Tu sais, c’est pas une tare de pas avoir femme ni enfant. J’pense que lorsqu’on fait l’choix d’embrasser notre liberté et que l’on est plus souvent sur les routes qu’à la maison, mieux vaut ne pas avoir une famille qui dépend d’vous. »

Et elle était fermement convaincue par sa ligne de conduite. De toute manière, elle ne se voyait pas porter un enfant ou avoir un homme avec qui partager ses nuits. Sa solitude lui plaisait, de par son dénuement de contraintes lorsqu’elle partait chasser ou fouler les terres voisines. Ce n’était pas pour autant qu’elle ne comprenait pas le besoin qu’avaient les autres de s’entourer d’une famille – comme elle concevait que sa mère ne veuille pas voir partir ses enfants. Ainsi, sa famille ne dépendait d’elle et elle en dépendait le moins possible – même si c’était toujours un besoin viscéral pour elle que de revenir à Griseaux pour les voir et les embrasser. Elle ne pouvait pas se résoudre à les quitter définitivement.






Spoiler:
 

Thème
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Le crâne vide et le souffle court [Pv Andrik Sombrelyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» N°1 - Episode : "je te vide ton frigo parce que je t'aime..."
» Les 10 plus court régnes des champions WWe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-