AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Six étincelles écarlates dans la pénombre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Ouest
avatar

Tybolt Lannister
Seigneur Suzerain de l'Ouest

Général
Gouverneur de l'Ouest et
Bouclier de Port-Lannis

HEAR ME ROAR

♦ Missives : 1880
♦ Missives Aventure : 52
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 04/10/1987
♦ Arrivée à Westeros : 01/10/2012
♦ Célébrité : Bradley James
♦ Copyright : Me
♦ Doublons : Sir Corbac
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : ~
♦ Lieu : Castral Roc
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
482/500  (482/500)


Message Jeu 11 Oct 2012 - 11:29


La nuit est la preuve que le jour ne suffit pas.


°•


____Maura criait à s'en rompre les cordes vocales. Parcouru de violentes convulsions, son corps se tordait sous l'emprise du mal qui la consumait de l'intérieur. Sur sa peau laiteuse se distinguaient les sillons laissées par sa moiteur, de même qu'à hauteur des mains, des poignets, du cou, se remarquait nettement le tracé bleuté de ses veines saillantes. Les poings serrés sur les draps tachetés de sang, les yeux tantôt grands ouverts, tantôt fermés, la dame Lannister hurlait sa douleur à la face du monde. Rien n'était en mesure de soulager son combat, pas même la présence de Tybolt ; qu'elle n'avait pas daigné regarder une seule fois depuis le commencement du travail. Septa et servantes s'afféraient autour d'elle, lui épongeaient le front quand cela était nécessaire, la retenaient par les pieds et les bras quand les convulsions gagnaient en intensité. Tybolt lui était capitonné dans son mutisme, renvoyé au rang de simple spectateur. Le temps filait sans véritable mesure. Maura se cambrait, les yeux exorbités par un mélange saisissant de peur et de soulagement, tandis qu'un cri strident, chevrotant, et incontestablement étranger, pourfendait le silence. La dame Lannister s'affaissait soudain sur elle-même dans un râle d'agonie. Sa tête roulait contre son épaule, son visage disparaissant sous sa masse de cheveux bruns. Là-dessus ses yeux se fermaient pour ne plus jamais se rouvrir. Le nourrisson brailla, tempêta, comme s'il venait soudainement de prendre conscience du drame qui s'était joué malgré lui. Tybolt l'abordait et découvrait avec horreur un monstre à la peau violacée, couvert de cloques au point d'en paraître difforme, et muni d'une paire d'yeux globuleux dont les prunelles scintillaient d'un noir de jais. L'épouvante se figea en lui de manière si réelle que Tybolt eut du mal à saisir pourquoi les ténèbres se refermaient soudain sur lui.

____Le réveil fut à ce point brutal que la tête lui tourna instantanément. Tybolt la prit entre ses mains, et ferma les yeux pour ne pas donner raison à ses nausées de se manifester. Son coeur ne demandait qu'à s'extirper de sa poitrine à la manière dont il la martelait, et sa respiration haletante qu'à mourir à l'orée de ses poumons au lieu de lui brûler la gorge. En nage, Tybolt cherchait à démêler le vrai du faux, la réalité du cauchemar, quand la fraîcheur de cette nuit d'automne s'imposa d'autant plus nettement à lui que la peau de son torse lui était entièrement exposée. Il fallut un temps relativement long au seigneur du Roc pour reprendre le contrôle de lui-même, et plus particulièrement de ses émotions. Son cauchemar lui paressait si réel, le calvaire de Maura si perceptible, et que dire du nourrisson et de l'empreinte que son regard luisant avait laissé sur lui. Tybolt naviguait dans des eaux troubles où il ne fallait habituellement que peu de choses pour qu'un homme se perde à jamais. Fort heureusement, il trouva une terre ferme à laquelle s'arrimer et aussitôt le cauchemar fut écrasé au rang d'hallucination.

____Les appartements des seigneurs du Roc ne formaient qu'une seule et même pièce spacieuse divisée en deux parties. La première, la plus ouverte, comportait lit et tout un assortiment de meubles dont une table de lecture, une autre pour la toilette, et une armoire aussi grande que large. A côté de la dite armoire, se trouvait une porte de chêne massif qui donnait sur un réseau de passages secrets, permettant aux suzerains de l'Ouest d'accéder plus rapidement que quiconque aux quatre coins de leur forteresse. A son parfait opposé, s'ouvrait sous de lourds rideaux carmin le grand balcon où chaque seigneur du Roc avait ses habitudes. On accédait à la seconde moitié de la pièce par une volée de marches sous de hautes arcades sculptées dans l'ocre du Roc ; chaque arcade soutenue par deux piliers massifs nervurés de fils d'or. Cette partie était exclusivement dédié aux travaux du maître des lieux, en attestait les deux tables de travail jonchés d'ouvrages, de plumes, de parchemins vierges et noircis, et la bibliothèque encastrée dans le mur. Cette partie avait la particularité d'être perpétuellement éclairée ; de jour la lumière naturelle y accédait par la très large ouverture qui donnait sur le balcon quand de nuit, les chandelles s'afféraient à lui donner une ambiance plus tamisée.

____Tybolt laissa la plante de ses pieds entrer en contact avec le sol, d'une tiédeur résolument salvatrice par cette froideur nocturne. Doucement, redoutant le tournis de trop qui le ferait vaciller, il se mit debout et marcha jusqu'à la bassine d'eau en argent massif à l'intérieur de laquelle il ne rechigna pas à tremper les deux mains. Le geste était lent, un brin machinal, signe qu'il avait été effectué un si grand nombre de fois qu'il en avait perdu de son authenticité, quand Tybolt encastra sa tête dans ses épaules au moment où ses mains jointes venaient lui laver le visage. Le contact de l'eau froide sur sa peau rompit les derniers fils qui le retenaient encore pieds et poings liés à l'horreur de sa rêverie écoulée. Ses mains cherchèrent le contact du bois, s'agrippèrent aux bords de la table. Ses yeux frémirent lorsqu'ils croisèrent le reflet de leur propre faiblesse à la surface de l'eau. Les gouttes qui ruisselaient de son menton et venaient troubler ce reflet n'en changeaient pas la leçon première : ses traits demeuraient tristes et fatigués. Le manque de sommeil commençait tout juste à creuser le pourtour de ses yeux, un détail que l'oeil acéré de Gerold ne manquerait pas de remarquer. Mais aussi acéré soit-il, cet oeil ne pourrait jamais déceler l'ampleur de son harassement. Toutes ces nuits écoulées depuis la mort de Maura lui étaient tristes et fatigantes.

____Quand les battements de son coeur retrouvèrent enfin leur paisibilité, Tybolt lâcha prise et se tourna vers le balcon où il observa longuement la nuit, sa chevelure d'or soulevée par les courants d'air ascendants qui remontaient du rivage. Le fracas des vagues mêlé au grondement des mers agités enchantait cette nuit sans étoiles. Noire, opaque, l'obscurité pesait sur le monde comme elle pesait sur les épaules du gouverneur de l'Ouest. Cette nuit était noire, résolument noire pour Tybolt Lannister, et même si la pluie n'en était pas à tomber sur ses épaules robustes, les mers à se déchaîner contre lui, une perle d'eau salée trouva pourtant bel et bien son chemin sur sa joue. Mais ses traits y restèrent insensibles. Nul tressaillement, nul réaction, ses traits demeurèrent tristes et fatigués.

~


____La grande salle grouillait de monde ce matin même du départ d'Aliénor et de sa garde pour le Bief. Serviteurs et servantes, nobles et autres chevaliers, hommes d'armes et manteaux rouges, allaient et venaient d'une arcade à l'autre sans troubler la quiétude de leur hôte. Depuis qu'Aliénor Tyrell séjournait au Roc, la bannière Tyrell, une rose d'or sur champ vert, côtoyait le lion d'or rugissant sur champ écarlate de la bannière Lannister et le seul champ noir de la bannière qui avait pour vocation de rappeler le deuil que vivait le Roc, s'il était question de le rappeler à qui que ce soit. La salle éclaboussait les sens par sa seule immensité, autant que la robustesse de ses dix huit colonnes parcourues d'or impressionnait tant elles évoquaient des géants dressés en rang pour supporter la voûte somptueusement sculptée de carmin et de têtes de lion rugissantes. Le dallage de couleur ocre renvoyait lui à la roche même du Roc qui des colonnes au plafond, en passant par les murs, se laissait admirer.

____Assis à la grande table qui longeait sur quasiment toute sa longueur le mur sud ; où se distinguait par ailleurs une somptueuse tapisserie évoquant la prise de Castral Roc par Lann le Futé, Tybolt arborait un visage concentré. Ses yeux parcouraient avec détachement une missive dont le cachet de cire pendouillant indiquait la provenance. Le loup-garou Stark. Tybolt portait une tunique grenat et des chausses noires assorties à ses cuissardes, l'heure n'était pas aux réceptions grandioses mais aux prises de décisions et accessoirement au premier repas de la journée. Les nuits d'insomnie avaient au moins ce mérite d'entamer son appétit.

____Mais alors que seuls des bruits de pas lointains parvenaient ponctuellement à ses oreilles, des murmures indiscrets s'y mêlèrent soudain. Distrait, Tybolt releva la tête et son visage s'illumina d'un sourire subtile, presque trop fin pour être qualifié de la sorte. Aliénor et Gerold venaient de faire irruption dans la grande salle, en même temps certes, mais par des arcades différentes, quand bien même Tybolt imaginait aisément que les commérages de couloirs les prétendraient opposées d'ici quelques heures.



Dernière édition par Tybolt Lannister le Mer 31 Oct 2012 - 21:18, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Sam 13 Oct 2012 - 1:08

Voilà enfin quelques jours qu'elle sentait la pression retomber. Elle en avait finit de ses vieux démons. Elle avait retrouvé sa famille et ses frères. Oui elle se sentait bien au Bief. Même si dans les derniers jours elle avait plutôt une sale tête. Elle aurait aimé que Tristan l'accompagne. Il avait plutôt voulu que la petite lionne qui sommeillait en elle retrouve l'équilibre et l'harmonie avec ses frères. Aliénor n'étant pas née de la dernière pluie, elle avait compris que le chevalier de la rose n'avait pas envie de se jeter dans la gueule du lion. Elle avait compris la réticence de son époux mais tout changerait désormais. Retrouver son nid à Castral roc ne lui avait pas déplu. Tout semblait intact dans sa chambre. Elle avait sorti la clé de sa coiffeuse et avait ouvert le tiroir. Le camet était encore la. Un cadeau précieux qu'elle avait oublié en quittant le roc. Elle prit les quelques lettres ainsi que son journal et les jeta dans le feu que la servante avait pris le temps de préparer. Inutile de retrouver le passé. Elle avait fixé la lettre d'un certain fer ne. Il lui faudrait en parler un jour. À qui, elle ne le savait pas, mais elle n’avait jamais osé le dire avec ses frères, de peur que Tybolt l’enferme dans le château.


Elle avait finit par s'assoupir dans un divan près du feu. Une servante qui était passé lui avait déposé une couverture sur l'ancienne lionne. Elle se sentait bercer par une douce voix qu’elle n'avait pas entendue depuis longtemps. Elle était la, sa mère si tendre lorsqu'elle prenait soin d'elle. Elle finissait par sommeiller, mais sa mère n'avait jamais la force de la soulever. Petite princesse qu’elle était elle terminait la course jusqu'à ses appartements sur son royal destrier le Lion Gris. Il avait fait tant attention à elle. Elle l’avait tant aimé. Une chose certaine, elle avait eu une dure enfance, mais il y avait toujours eu quelqu’un pour elle.


Aliénor finit par se réveiller en sursaut par son volatile, cadeau du Fidèle Lord Estren. Elle n'avait jamais cru retrouvé cet oiseau. Elle lui caressa la tête et sourit.


Je te ramènerai dans le Bief. J'ai fait la promesse à Lord Estren de prendre soin de toi. J’espère que tu ne m’en voudras pas d’Avoir tardé.


Voilà un personnage qui lui manquait terriblement encore plus. Cet homme avait toujours été de fort bonne humeur. Il lui avait découvrir qu’elle était bien plus qu’une enfant gâté et encore plus. Elle s’en voulait encore aujourd’hui de ne pas avoir fait attention à cet homme. Peut-être l’avait-elle haï seulement parce qu’il était le messager de son malheur? Aujourd’hui, elle ne regrettait pas d’avoir connu cet homme qui lui avait fait un grand discours sur son futur. Discours auquel Tybolt n’avait pas tenu avec elle, en tant que grand frère. Même aujourd’hui, elle ne lui en voulait pas. Enfin, il n’aurait pas pu la garder éternellement avec lui. Elle n’était pas destinée à vivre au Roc. Dès qu’elle rentrerait, elle en profiterait pour prendre le temps et envoyer une lettre à son protecteur.


La veille, une domestique du château était venue la voir, lui annonçant qu’elle prendrait le déjeuner avec non pas Tybolt, mais ses deux frères. Elle n’était pas certaine de vouloir se montrer le minois. Elle était certaine qu’elle finirait par sortir ses épines, si Gérold était sur son cas. Elle ne supportait pas son autre frère. Enfin, ils n’avaient jamais réussi à avoir un terrain d’entente. De son coté, elle le trouvait manipulateur et de son coté à lui, il la considérait comme la pire des pestes. Enfin s’il arrivait quoique ce soit, Tybolt serait là pour les séparer. Elle n’était pas certaine de pouvoir se retenir de lui envoyer quelques tirades. Enfin, elle le faisait pour Tybolt. Elle était venue pour lui et pour dire un dernier adieu à sa belle-sœur.

Elle avait fait le tour des grandes salles. Celle qui lui avait inspiré ses plus grand jeux avec son frère. Elle n’arrivait plus à oublier, maintenant, qu’elle avait renoué avec son frère. Elle espérait avoir cette chance, mais avant tout la force de pouvoir continuer. Elle voulait voir un jour, ses propres enfants courir dans le château de Hautjardin. Elle voulait pouvoir admirer leur complicité, mais surtout, elle veillerait à ce que jamais un d’entre eux finissent comme elle avait fini avec Gérold. Elle n’accepterait pas et elle espérait toujours pouvoir faire la paix avec lui, même si cela s’avérait plus qu’impossible. Elle était revenue sur ses pas et avait croisé le capitaine de sa garde. Elle avait discuté avec lui et prit quelques dispositions pour le voyage de retour. Elle ne pouvait pas rester éternellement ici, mais elle était heureuse du résultat. Elle avait oublié comment le roc pouvait être calme le matin si tôt.

Elle avait erré quelques minutes dans différentes pièces de Castral Roc, pour enfin prendre la direction de la salle où ses frères l’Attendraient certainement. Elle ne voulait pas être en retard, comme l’ancienne Aliénor. Celle qui croyait avoir tous les droits. Non, elle avait grandi et c’était fini les enfantillages. Elle ne pourrait certainement jamais supporter de faire cela. Elle offrit tout d’abord un sourire à son ainé en guise de salut, puis soupira intérieurement.

Gérold, je suis heureuse de te voir.

Un sourire forcé et elle se pardonnait de l’Avoir fait. Elle avait toujours été froide avec lui. Enfin encore plus depuis leur conversation dans les jardins du Bief. Elle détestait comment il parlait de son mari. Elle préférait lui sauter à la gorge, plutôt que de le laisser parler. Elle n’était pas aussi heureuse de revoir Gérold. Disons que c'était pour elle, une formule de politesse comme les autres et surtout pour ne pas gâcher dès le début le déjeuner. Elle n’avait pas envie de régler ses comptes avec lui. Surtout que Tybolt avait besoin de tout sauf une famille désunie et une frère et une sœur qui ne pensait qu’à se chamailler.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Lun 15 Oct 2012 - 0:24

La fierté des Lannister était bel et bien réelle, forte, et n’était pas usurpée. Pourtant, elle aurait dû s’écraser devant l’union, la famille, la solidarité dont devait faire preuve la Maison au Lion. Les paroles échangées dans les jardins de Hautjardin auraient dû être oubliées, du moins le temps de la visite. Pour Tybolt, il aurait été plus sage que son frère et sa sœur mettent de côté leur animosité, si pesante, pendant qu’elle était présente à Castral Roc. Dès l’arrivée de Lady Aliénor Tyrell, Gerold avait été présent, mais s’était retiré avant même qu’elle n’ait posé le pied sur ses terres natales. S’il devait lui adresser la parole, mieux valait d’abord qu’il s’habitue à sa présence dans les murs. Le Seigneur l’avait compris, mais avait cependant émis le brûlant désir de les réunir pour qu’ils puissent tous trois siéger en tant que grande famille des Sept Couronnes. Le Jeune Lion avait acquiescé, promettant tacitement de faire cet effort, mais sans pour autant préciser à quel moment.

Ce moment était venu. Aujourd’hui même, sa très chère petite sœur s’en retournait dans son Bief d’adoption, allant retrouver son doux mari, le très sage et très clairvoyant Tristan Tyrell… L’homme ferait un beau seigneur. Gerold rit à cette pensée incongrue. Lorsqu’il prenait le temps de laisser son imagination voguer vers des incongruités, il en profitait. A l’une des fenêtres de ses appartements, il observait l’horizon, songeant au départ d’Aliénor, quand son esprit avait dérivé. Retrouvant son sérieux, il inspira une longue bouffée d’air marin, au moment où le vent s’engouffrait dans la pièce, faisait voler ses cheveux d’or. Passant par le cabinet de toilettes, il se rafraichit le visage avant de se vêtir. Le pourpre lui seyait tant qu’il ne portait que cette teinte. Son armoire n’arborait pas la moindre variation… Une fois prêt, il quitta les lieux, après s’être assuré qu’il était présentable.

Tout en parcourant les couloirs menant à la salle où serait déjà, probablement, Tybolt, Gerold se répétait intérieurement les paroles à dire à sa sœur. Ou plutôt, il énumérait les mots à ne pas prononcer. Il était fort probable qu’il ne pourrait retenir quelques piques, mais il tâcherait grandement d’éviter de la vexer. En toute autre occasion, face à des invités, il aurait été charmant, aimable, hypocrite à souhait. Là, le seul qu’il fallait convaincre de la paix, même temporaire, était le Seigneur de Castral Roc. Aussi, le Jeune Lion savait qu’il pourrait se permettre parfois des petits écarts. Mais toujours mesurés, toujours à propos, jamais gratuits. Méchant, il l’avait été, même s’il pensait presque ce qu’il avait dit sur Tristan Tyrell. Peut-être l’épargnerait-il cette fois. Après tout, il n’était pas encore suzerain du Bief…

« Mon frère est-il attablé ? » héla-t-il un serviteur qui passait plus loin.

Ce dernier avait surgi d’une arche latérale et semblait prendre la direction de la Grande salle, justement. Il revint sur ses pas et s’approcha, un peu courbé, de son jeune maître.

« Oui, messire. Lord Lannister est présent, ainsi que de nombreux gens du Roc. »
« Lady Aliénor également ? »
« Pas encore, messire. »
« Que tiens-tu là ? »
« Un message pour Lord Lannister, messire. »
« Donne, je vais lui porter moi-même. »

Il n’y eut pas une seule seconde d’hésitation chez le domestique, qui tendit le rouleau à Gerold, avant de s’incliner et de disparaître par où il était apparu. Tout en reprenant sa marche, le conseiller déroula la missive et la parcourut. La première chose qu’il regarda fut la signature. Lady Ismaelle Forrest. Une Dornienne. De La-Tombe-du-Roy, si les souvenirs géographiques étaient exacts. Gerold était loin de connaître les noms de chaque Maison et chaque fief, mais il en savait suffisamment. Les Forrest avaient un lien familial avec les Martell. Que voulait-elle donc au Seigneur du Roc ? Parcourant rapidement le texte, Gerold ne s’arrêta que sur quelques mots-clés. Pendant quelques secondes, il chercha un sens caché. Il ne devait y en avoir d’autre que la volonté d’une rencontre, probablement.

Alors qu’il atteignait la Grande salle, le Jeune Lion réfléchissait. Peut-être était-il intéressant d’avoir comme alliée cette Lady Forrest. Elle avait une certaine réputation, et avait même voyagé jusqu’au Bief. Quittant ses pensées, il remarqua l’entrée, en même temps que lui, d’Aliénor, dont la silhouette apparut dans une arcade opposée. Il évita de la regarder jusqu’à avoir atteint son siège. Comme annoncé, Tybolt était déjà assis à sa place, et un bruit de fond trahissait les conversations des quelques présents.

« Gerold, je suis heureuse de te voir. »

C’est donc elle qui ouvrait les hostilités. Très bien. Affichant un sourire le plus sincère possible, Gerold répondit :

« Mais le plaisir est partagé, chère Aliénor, sois en certaine. »

Voilà qui installait la future conversation. Au moins, Tybolt ne pourrait pas prétendre qu’ils n’y mettaient pas du leur. Mais ce n’était que le début, la suite pouvait s’avérer bien plus intéressante. Tendant le rouleau qu’il avait intercepté en venant, Gerold reprit la parole :

« Bien le bonjour, mon frère. Je commence la journée en t’apportant une lettre de condoléances. Elle te vient de Lady Ismaelle Forrest. »

Il n’ajouta rien, son regard ayant détaillé les traits tirés de Tybolt alors qu’il parlait. Le Seigneur du Roc était fatigué, il était probable qu’il ait mal dormi. Ce devait probablement être un contrecoup de la perte, encore récente, de Lady Maura. Mais il n’en parla pas. C’était un sujet plutôt délicat, et s’il devait l’aborder, mieux valait qu’ils soient seul à seul, sans même la présence de leur sœur. Ses yeux balayèrent ensuite la tablée devant lui. Maintenant qu’il y songeait, il avait faim. Mais tant que son frère n’aurait pas commencé, il ne commencerait pas. Mieux valait au moins faire quelque peu bonne figure. En d’autres circonstances, il ne se serait pas gêné, mais Aliénor donnait un caractère différent à la scène.

Et puis, il pensa plus avant à cette scène. Scène qui ne s’était pas reproduite depuis bien longtemps. Il fut une époque où tous les Lannister s’installaient autour de cette table, qu’ils le veuillent ou non. C’était l’époque du Lion Gris. Damon Lannister avait toujours su se faire aimer de ses enfants, au point qu’ils acceptent d’oublier leurs différends le temps d’un repas. Et aujourd’hui, c’était Tybolt qui avait cette influence, puisqu’il réunissait, malgré l’ancestrale mésentente qu’ils entretenaient, Aliénor et Gerold.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Ouest
avatar

Tybolt Lannister
Seigneur Suzerain de l'Ouest

Général
Gouverneur de l'Ouest et
Bouclier de Port-Lannis

HEAR ME ROAR

♦ Missives : 1880
♦ Missives Aventure : 52
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 04/10/1987
♦ Arrivée à Westeros : 01/10/2012
♦ Célébrité : Bradley James
♦ Copyright : Me
♦ Doublons : Sir Corbac
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : ~
♦ Lieu : Castral Roc
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
482/500  (482/500)


Message Mar 16 Oct 2012 - 0:36

____Si Aliénor était le jour, Gerold était la nuit. Cela n'avait pas à voir avec leur tempérament ou leur manière de concevoir leur existence et celle des autres, il s'agissait simplement d'un fait. Si l'un devait symboliser quelque chose dans l'imaginaire collectif, l'autre se devait presque instinctivement d'incarner son opposé. Aussi loin que remontât la mémoire de Tybolt, il en avait toujours été ainsi entre ces deux-là. L'âge adulte n'avait en rien altérer l'hostilité qui était née entre eux au cours de l'enfance. Personne ne s'était jamais expliqué la raison d'une telle aversion ou pour être tout à fait honnête, personne ne s'était vraiment penché sur cette histoire, pensant qu'avec l'age, l'animosité retomberait d'elle-même. Père avait bien essayé de les reconcilier une fois ou deux, mais c'était bien le genre de batailles dans lequel ses stratégies n'excellaient guère. Tybolt en personne s'y était essayé, certes avec plus de maladresse que de doigté, mais l'affaire s'était soldée par le même résultat. Aliénor et Gerold n'étaient pas fait pour s'entendre. Au moins, la leçon avait été consciensieusement apprise et était désormais soigneusement congédiée dans un coin de la tête du suzerain de l'Ouest. Ceci expliquant cela, il accueillit leur salutation avec une pointe de contentement intérieur, pour ne pas dire d'amusement. De piètres acteurs, il en jurerait, mais d'honorables convives qui savaient encore faire bonne figure devant lui.

____Quand tout le monde se fut attablé, des servantes apparurent pour apporter les dernières pièces du repas : miches de pain moelleuses, fromages entiers à la croûte dorée et corbeilles de baies de pays. Venaient s'ajouter à cela différents plats de viandes et majoritairement de poissons préparés avec la plus grande simplicité pour ne pas brusquer les estomacs les plus fragiles. Gerold en profitait pour lui tendre une lettre d'une certaine lady Ismaëlle Forrest. Forrest... le nom lui évoqua vaguement quelque chose mais c'était comme si sa mémoire s'empressait de rompre le fil qu'il essayait de tisser. La curiosité dans ce qu'elle avait de plus sincère lui fit reposer la missive de lord Beron Stark sur la table, à la gauche de son assiette vide, et dérouler cette bien mystérieuse et étrange lettre d'une toute aussi mystérieuse et étrange inconnue. Mais à peine avait-il pris connaissance de la première ligne que l'absence de tintements caractéristiques d'un début de repas timide lui fit redresser le cap. Un regard vers Gerold, un autre vers Aliénor, enfin un dernier pour les mets qui les séparaient. Pour sûr, ils savaient faire bonne figure... un peu trop.

____« Ne m'attendez pas pour vous servir ou je crains que vous n'avaliez rien qui n'aie gelé entre temps, déclara Tybolt avec une lueur presque mutine dans le regard. »

____Se replongeant dès lors dans la lettre qui lui était destinée, il reprit le fil de sa lecture en dressant comme une bulle d'inattention autour de lui ; de sorte que plus rien ne soit à même de le distraire pendant quelques instants. A mesure que ses yeux bleus s'enfonçaient dans le texte, un pli se dessinait entre ses sourcils. Chaque mot, chaque ligne, baignait d'une audace à laquelle il peinait à croire. Jamais, jusqu'alors, il avait pu imaginer pareille lettre d'une personne dont il ne connaissait rien, pareille émotion à la lecture d'une écriture aussi surprenante qu'elle était dérangeante. Cette dame connaissait assurément son sujet. Tybolt se surprit à se demander comment... comment la nouvelle du décès de sa femme avait pu intéresser une dame de Dorne, comment avait-elle pris sur elle de lui écrire, et surtout comment s'y était-elle pris pour choisir un discours qui avait su dessiner une ride à la surface du lac qu'il s'était évertué de garder statique... Forrest... Tybolt détourna les yeux et se mit en quête d'une réponse au-delà du vide. Oui... il se souvenait vaguement de ce nom, une maison noble de Dorne... il ramena son attention sur la fin de la lettre où luisait à l'encre noir les mots : Chez nous, il est dit que quelle qu'elle soit, la mort se couronne.

____« Lady Forrest de La-Tombe-du-Roy... murmura-t-il, comme si c'était soudain devenu une évidence, avant de lever les yeux vers sa soeur, et de lui tendre la lettre par-dessus un plat de sardines nappées d'huile. Qu'en dis-tu ? »

____Songeur, un brin embrumé, Tybolt conserva des traits figés et porta un regard lointain par-dessus l'épaule de son frère. Cette dame attendait-elle une réponse de sa part ? Si oui, laquelle ? Et surtout pourquoi ? Le coup d'oeil d'Aliénor saurait peut-être lui apporter quelques éléments de réponse. Un mouvement en toile de fond le ramena brusquement à la réalité. Les billes qui lui servaient d'yeux virèrent à peine pour croiser le regard de Gerold. Une autre réalité se rappela alors à lui. Les difficultés du Nord à contenir la menace fer-nés. Celles même auxquelles il n'avait cessé de réfléchir depuis qu'au cours de sa dernière nuit d'insomnie, sa main s'était refermée presque par hasard sur cette missive parvenue de longue date au Roc, au milieu du fouillis de parchemins qui encombrait la table de travail de ses appartements privés. Le Nord demandait de l'aide et l'Ouest était bien placé pour y répondre. Restait à déterminer quels moyens l'Ouest pouvaient déployer et surtout quel serait le prix demandé à lord Stark pour cet effort. Gerold était parfaitement au fait des évènements, nul doute que la question avait déjà fait son chemin dans son esprit et qu'elle y avait peut-être même déjà trouvé une réponse.

____Tybolt tira le pichet de vin vers lui et s'en servit une demi-coupe qu'il saisit entre ses doigts avant de se tasser contre le dossier haut de son siège. Là, il fit tournoyer le liquide dans sa demi-sphère en le scrutant pensivement. Bordeaux, bordeaux comme le sang coagulé des hommes de l'Ouest qui payeraient de leur vie pour délivrer le Nord des seiches Greyjoy. Un lourd tribut à payer, trop lourd pour être pris à la légère. Tybolt n'en était plus à concevoir la vie de ses vassaux comme une simple monnaie d'échange ayant pour seul but d'étendre l'influence de la maison Lannister. Non, ses hommes valaient mieux que ça. La maison Lannister tout autant.

____« La Seiche étend ses tentacules sur le Nord tandis que le malheur accable le Lion, commenta Tybolt, évasif. Lord Stark demande notre aide, et si mon coeur me pousse à répondre à cet appel, je ne peux m'empêcher de me demander, mon frère, quels intérêts y trouverions-nous ? »

____Le Lion Gris aimait de son vivant réunir tous les Lannister à sa table non pas pour prétendre à une famille unie, mais parce que tout Lannister qui se respecte avait forcément une opinion intéressante à donner. Non forcément la plus adaptée à la situation, la plus juste, ou la plus réaliste, mais la plus honnête. Et en cela, le Lion Gris avait toujours jouis à sa table d'une vision sincère du monde tel qu'il était. Un monde plein de contradictions, d'erreurs, mais aussi plein de fatalités.



Dernière édition par Tybolt Lannister le Dim 28 Oct 2012 - 7:41, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Mar 16 Oct 2012 - 19:19

Aliénor était de fort bonne humeur, même en présence de Gérold. Qu’il ose une seconde l’attaquer avec une des ses piques la concernant, elle ou Tristan. Elle serait certainement aux aguets, mais elle ne le croyait pas assez fou, pour le faire devant son frère. Son sourire avait été un peu trop poussé, mais elle pouvait faire un effort pour rester de marbre. Si ses frères croyaient que la petite lionne était enfouie sous les roses, ils remarqueraient qu’elle n’était pas loin, prête à mordre. Tout dépendait de son frère. Seul les mots pouvaient le rendre coupable. Elle se retiendrait de faire des histoires. Elle n’était pas là pour détruire ce qu’elle venait de ravoir.

Être assis à cette table, lui remémorait de bon comme de mauvais souvenirs. Certains lui rappelaient la première fois qu’elle avait rencontré Maura. Elle n’était même pas encore dame du Roc et Aliénor venait à peine de savoir, qu’elle irait se marier dans le Bief. Elle se rappela aussi de toutes ses fois, où elle avait encore toute sa famille. Tya, son père et sa mère. Un souvenir qui remontait à trop longtemps. Les discussions du Lion Gris se terminaient souvent sans elle. Elle revoyait encore sa petite tête blonde lutté contre le sommeil. Quand il ne parlait que de l’ouest, elle tentait d’enregistrer ce qu’il disait, comprenant à peine les noms des maisons tant cela était compliqué pour son âge. Elle était toujours assise tout près de sa mère. Comme, elle pouvait lui manquer parfois.

Aliénor sortit de ses pensées lorsque son frère ainé, leur lança de commencer. Elle avait fait la sourde oreille, pour ne pas s’incruster dans les affaires de l’Ouest. Elle n’avait plus à donné son avis, puisque sa maison se situait désormais plus au sud de Castral Roc. Quelle surprise ne fut pas le geste de Tybolt à son égard. Voulait-il la mêler à quelconque sujet concernant le roc? Que pouvait bien vouloir Dorne aux lions du Roc. Elle tendit la main pour prendre le plis et pris le temps de lire attentivement. Elle leva les yeux vers Gérold puis croisa le regard de Tybolt.


Ce que j’en dis? Cela dépend de quel avis tu veux, celui d’une sœur ou celui d’une femme. L’Avis de la sœur voit avant tout des condoléances face au malheur qui accable la maison du lion, mais la femme y voit autre chose.


L’un était différent de l’autre. Si Tybolt voulait son avis de femme, elle serait heureuse de lui donner en espérant ne pas le froisser ou y voir de mauvaise intention de Lady Ismaelle. La petite lionne qui souffrait aussi de la perte de Maura. Elle y voyait en quelques parts, une simple lettre de condoléances, mais la femme, elle voyait bien au delà. Les mots étaient choisis et étudiés. Cette femme avait une finesse avec les mots. Aliénor relisait certain passage qui avait attirés son attention. Elle se demandait pourquoi les Forest s’intéressaient au lion de Castral Roc. Quelle relation pouvait donc entretenir son frère et une famille de Dorne. Faisant taire son questionnement, elle redonna le plis à son frère avant de lui demander une question qui n’était certainement pas de son ressort.

Libre à toi de me répondre, mais comment connais-tu Lady Ismaelle?

Elle-même n’avait pas connaissance de cette femme. On lui avait parlé dans le Bief de la relation Dorne-Bief. Certainement pas la meilleure, à ce qu’elle avait compris. Elle avait déduit, que temps que personne ne se marcherait sur les pieds, les deux régions resteraient en paix. Aliénor n’oserait jamais émettre un jugement sur une personne qu’elle ne connaissait pas. Cependant, elle savait une chose, son frère ne pouvait pas rester veuf très longtemps. Tant qu’il n’y avait pas d’héritier pour le Roc, Tybolt ne serait pas tranquille. Heureusement pour lui, on n’attendait de lui qu’il se marie et que sa femme lui donne un fils. Pour Aliénor, elle ressentait la pression que les Tyrell exerçaient, sans bien le vouloir. Il ne fallait lui rappeler que l’épisode, ou une domestique avec la langue bien pendue, avait failli recevoir les griffes de la lionne. Heureusement, Tristan était arrivé au bon moment, elle n’Avait pu sauter à la gorge de la femme. Un accident pour le moins isolé. Tant qu’elle ne porterait pas un enfant, personne ne serait serein. D’un coté, elle redoutait de passer par cette épisode, sachant que jadis, sa mère avait été emportée par son dernier né et que Maura avait succombé elle aussi.

Même si elle sentit Tybolt s’adresser à son frère plutôt qu’à elle. Elle ne put s’empêcher de vouloir émettre un commentaire sur la seiche Greyjoy. Maintenant, qu’elle avait pris de l’assurance dans le Bief, elle ne se cachait plus pour émettre des avis qui étaient les siens. Elle les assumait quoiqu’il arrive et quoique les autres pensent. Elle lui avait promis de grandir et elle l’Avait fait. À croire que la devise des Tyrell n’était pas totalement fausse. Elle se retint au dernier instant de parler. Autant laisser la parole à Gérold. Elle n’Avit pas envie d’avoir une confrontation avant son départ. Elle s’en priverait bien. Elle finit par piocher dans son assiette. Elle devait se retenir cette fois, mais un grand sourire se dessina sur son visage qu’elle espérait que personne n’ait remarqué. Elle était certaine que tant que la couronne ne réagirait pas, il y aurait fort à parier que la seiche ne cesse de piller les autres régions côtières. Elle avait vu en la question de son grand frère, un moyen de se venger un peu. Un peu plus et elle aurait proposé à Tybolt de faire alliance avec lord Stark. Il avait bien réussi à faire alliance avec Lord Tyrell. Et de ce qu’Elle savait, lord Stark avait des sœurs. Une d’elle aurait certainement pu faire une charmante épouse à Gérold, quoique ce fût un peu cruel de souhaiter à une femme d'épouser son frère. Tybolt devait faire certainement un meilleur mari que lui. Elle n’Avait pas de doute là-dessus.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Mer 24 Oct 2012 - 23:57

Gerold, attablé, observait son seul frère, plongé dans la lecture de la missive qu’il venait de lui porter, tandis que sa sœur, elle, paraissait se laisser aller à ses souvenirs. Il est vrai que la circonstance y était fort propice. Les pensées de Gerold s’arrêtèrent un instant sur sa seconde sœur, Tya, mariée à un Baratheon, et qui vivait si loin du Roc. Il y avait bien longtemps qu’il ne l’avait point vue. Et tandis qu’il reportait son entière attention sur Tybolt, ce dernier parut remarquer que sa fratrie suivait son exemple sans toucher à aucun met. Il les invita donc à commencer sans l’attendre, lui-même n’ayant visiblement pas faim. C’était un autre signe qui donna un peu plus d’inquiétude au Jeune Lion. Mais il ne fit aucune remarque, du moins, il s’en garderait bien en présence de tant de monde.

Gerold haussa légèrement les épaules, sans quitter son aîné du regard, et saisit un petit pain rond encore chaud. Il attira ensuite à lui un plat sur lequel étaient disposés différents fromages, et opta pour un beau pavé à la croûte dorée. Tandis qu’il se servait, son attention ne quittait en rien ce qui se passait autour de lui. Il leva les yeux, légèrement surpris, lorsque Tybolt quémanda son avis auprès… d’Aliénor. A la réflexion, il constata qu’il était curieux d’entendre ce qu’elle pouvait avoir à dire sur le sujet. Il suivit le regard de son frère vers le lointain, comme s’il cherchait à apercevoir Lady Ismaëlle, dont il avait su situer l’origine, La-Tombe-du-Roy. Et alors que leur sœur parcourait la lettre, il prit une bonne bouchée, satisfait de pouvoir enfin manger quelque chose.

Enfin, Aliénor acheva sa lecture. Le style si particulier de la missive pouvait renfermer bien des mystères, et peut-être qu’un œil féminin pouvait en discerner certains qui n’étaient pas donnés aux hommes de découvrir. Ainsi, la sœur et la femme qu’elle était avaient des opinions différentes sur la question. Exactement ce dont Gerold se doutait. Et pour le coup, il portait bien plus d’intérêt au second. Ce que confirma la jeune dame, sans pour autant livrer les inspirations que lui procuraient les mots de la Dornienne. Ménageait-elle ses effets ? Il était évident que Tybolt, comme lui, désirait entendre ce qu’elle voudrait bien dévoiler. Le Seigneur du Roc, pensif, avait apparemment plusieurs questions qui lui tourmentaient l’esprit.

Se servant à son tour du vin, il en huma le fumet sans y tremper les lèvres. Ainsi, la lettre que lisait Tybolt à leur arrivée venait de Lord Beron Stark. Et ce dernier appelait à l’aide. Mais était-il venu au secours de l’Ouest lorsque la furie des Fer-Nés s’était abattue sur les côtes ? Gerold goûta le vin, repoussa sa coupe et prit le temps de se tamponner les lèvres, avant de désigner les plats qui se trouvaient devant eux, sur la table.

« Tu devrais te restaurer un peu, et ne pas te contenter de vin. »

Cela valait aussi pour sa bonne tenue, qu’il ait la tête suffisamment claire pour donner les bonnes réponses aux bonnes questions sur les sujets qu’ils abordaient tous trois. Tybolt était fatigué, il n’était pas utile d’ajouter à son accablement en jeûnant. Le manque de sommeil était déjà de trop.

« Nous ne sommes pas prêts. La flotte retrouve de sa force, mais elle est encore loin d’être suffisante, contre n’importe quel ennemi. Notamment un ennemi qui a fait des batailles maritimes une spécialité. »

Ce n’était qu’un simple constat, mais lourd de vérité. Port-Lannis s’était remis de l’assaut des Fer-Nés, mais l’ensemble des navires qui y stationnaient à l’époque peinaient à retrouver leur lustre d’antan. La reconstruction de l’armada au Lion d’or n’était pas achevée, et il était encore impossible de déterminer combien de temps elle prendrait encore avant que la flotte soit parfaitement opérationnelle.

« Et même si nous décidions de nous porter au secours du Nord, la route est longue. Par les terres, avec des troupes nombreuses et bien armées, il faut plus d’une semaine, et encore, à allure forcée, avant d’atteindre les littoraux nordiens. Et par la mer… autant attaquer directement les Îles de Fer, puisque c’est sur notre route. »

Il avait achevé ses paroles sur un ton presque sec. Rien que d’en parler lui donnait l’envie de ne pas attendre, de lancer l’assaut, de faire payer à ces mollusques l’affront qu’ils avaient fait subir au Roc. Mais il fallait se montrer raisonnable. L’Ouest avait payé sa part dans la guerre, et il fallait panser les blessures avant de repartir au combat. Après tout, que promettait Lord Stark en échange ? Si Tybolt lui-même demandait ce qu’il y avait à y gagner, c’est bien que le message ne le précisait pas. La menace fer-née se concrétisait de temps à autre, et déjà plusieurs territoires en avaient subi les conséquences. Bief, Ouest, Conflans. C’était le tour du Nord.

« Hormis la gloire, qu’y gagner ? Au moins, en cas de victoire, aurions-nous l’avantage de pouvoir négocier notre prix par la suite. Nous ne devons rien au Nord. En revanche, nous devons beaucoup aux Fer-Nés… »

« Un Lannister paie toujours ses dettes », disait-on. Et la dette envers les Greyjoy et leurs sous-fifres était immense. Un jour, un jour, ils auraient à répondre de leurs méfaits.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Ouest
avatar

Tybolt Lannister
Seigneur Suzerain de l'Ouest

Général
Gouverneur de l'Ouest et
Bouclier de Port-Lannis

HEAR ME ROAR

♦ Missives : 1880
♦ Missives Aventure : 52
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 04/10/1987
♦ Arrivée à Westeros : 01/10/2012
♦ Célébrité : Bradley James
♦ Copyright : Me
♦ Doublons : Sir Corbac
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : ~
♦ Lieu : Castral Roc
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
482/500  (482/500)


Message Dim 28 Oct 2012 - 10:15

__Le vin tournoyait si délicatement à l'intérieur de sa coupe émaillée. Tybolt n'en détachait que rarement les yeux, si ce n'était pour risquer un regard vers Aliénor ou Gerold dans l'attente de leur verdict respectif. Toutes ses pensées se cristallisaient sur les ondulations du liquide. Des ondulations régulières, rythmées, qui lui donnaient la vague impression de contempler une reproduction miniature d'un lac aux bords arrondis. Contrairement à d'autres, cette vision n'éveillait chez lui la soif, mais seulement la volonté de chasser l'épaisse brume qui enveloppait le moindre de ses raisonnements. La faute à ce sommeil défaillant, à ces nuits épouvantables, à ce seul cauchemar, toujours le même, nuit après nuit. N'avait-il pas assez souffert de la perte de sa femme et de son enfant, que les Sept le condamnassent à revivre chaque nuit la mort si réaliste de la première, et l'abomination hallucinatoire du second ? Le dessein des dieux restait atrocement obscur à ses yeux. Son châtiment tout autant. Oint des sept huiles, n'avait-il point montré à maintes reprises son attachement à la religion des Sept ? Chaque nuit écoulée présentait, en tout cas, une occasion de lui signifier leur désapprobation. Fatigué, accablé, Tybolt n'en demeurait pas moins vigilant. Il connaissait parfaitement bien la manière que son père avait eu de réagir à la mort de sa mère. Si l'âge auquel cette tragédie les avait frappé différait de beaucoup, Tybolt était conscient qu'il lui suffisait d'un seul faux pas, d'un seul instant de faiblesse, pour que sa vie basculât dans des limbes comme se fut le cas pour son père. Malgré l'immensité de sa perte, il n'était pas assez vieux pour se laisser mourir, pas assez résigné pour se laisser terrasser. D'autres combats requéraient sa présence et d'autres horizons guettaient le terme de sa convalescence. Aussi, se donnait-il une allure forte, comme pour se persuader de son authenticité. Même si ce n'était au fond qu'un aussi bon jeu d'acteur que celui qu'offraient Aliénor et Gerold à sa table.

__Les parfums des différents mets disposés sous son nez se mêlaient pour former un véritable chaos olfactif, dissipant peu à peu la faim qui le tiraillait pourtant depuis l'aube. A moins que ce ne fut la cause de tous ses questionnements restés sans réponses ? Tybolt n'aurait su faire pencher l'un des deux côtés de la balance à cet instant. Son regard rencontra seulement celui d'Aliénor. Il y lut de la résolution et sut instinctivement que sa petite lionne avait dores et déjà tiré ses propres conclusions quant à la lettre de lady Forrest. Quand sa bouche s'entrouvrit, Tybolt se redressa sur son siège. Un mouvement anodin qui soulignait néanmoins l'entière attention qu'il allait porter aux propos de sa soeur. Ceux-ci se révélèrent prudents, ce qui fit dire au suzerain de l'Ouest que sa soeur n'était réellement plus l'enfant capricieuse d'autrefois car voilà qu'elle prenait toute la mesure de ce qu'elle formulait, apportant plus de nuances à son discours qu'il n'en avait escompté. Attentif, Tybolt fronça subtilement les sourcils à l'énoncé du verdict. Ainsi, Aliénor voyait deux approches aux propos de lady Forrest, pour ne pas dire deux traductions radicalement différentes. Intéressé par sa conclusion, il l'observa alors qu'elle se replongeait en apparence dans une brève lecture. Un passage en particuliers ? Un détail qui lui avait échappé ? Il se laissa presque surprendre par le bruissement du papier et la question qui suivit. Machinalement, il tendit la main et saisit la lettre en provenance de Dorne pour la relire à nouveau. Comment avait-il connu lady Ismaëlle Forrest ? Les rouages de sa mémoire se mirent en branle à la recherche du moindre évènement, d'une seule situation, qui aurait pu les réunir, sans grand succès. Tybolt était persuadé de n'avoir jamais croisé de près comme de loin cette mystérieuse femme. « J'ai beau sonder ma mémoire, triturer mes souvenirs, je n'y trouve aucune trace d'une lady Forrest, commenta-t-il, avant de lever les yeux vers Aliénor. Je suis certain de ne l'avoir jamais rencontré. Ce qui m'amène à te demander ton avis de femme maintenant que je connais celui de soeur. » Cette étincelle dans son regard, Aliénor la connaissait trop bien pour l'ignorer. Depuis qu'ils étaient enfants, cette étincelle avait à maintes reprises habitée le regard de son frère, l'enjoignant de faire fi de la situation et de se confier à lui. Les années autant que les épreuves avaient quelque peu atténués le scintillement de cette frêle lueur, mais ne l'avaient pas tué pour autant.

__Occupé à se servir en fromage et en pain, Gerold en profita pour attirer l'attention de son frère sur la nécessité de se nourrir et non seulement de boire. Sans bouger d'un cheveu sa tête, Tybolt lui offrit un regard éloquent en coin qu'il ponctua d'une prémisse de sourire. « Que n'ai-je oublié que te faire mon conseiller ne s'imposait pas qu'au domaine politique, ironisa-t-il. Soit, mon frère. » Il lorgna du regard chacun des plats aligné devant lui : lard fumé, fromages de saison, corbeilles de baies, sardines à l'huile, potages, beurre, pains chauds, et du gruau d'avoine. Son dévolu se porta sur le lard fumé, dont il se servit deux tranches, accompagné d'un peu de pain chaud où il laissa fondre une noix de beurre. Une bouchée de lard plus tard, et son estomac cessait de le réprimander tandis que Gerold lui exposait méthodiquement le fond de sa pensée à propos de l'aide demandée par le Nord. Tybolt déglutit derrière une bouchée de pain et s'enfonçant contre le dossier de son siège écouta l'exposé de la situation tel que son frère la concevait. Comme à son habitude, son propos ne manquait pas de bon sens, pas plus qu'il ne se permettait des détours passables. De manière toute aussi rigoureuse, Tybolt mémorisait soigneusement chaque information, laissant par la même son frère mené son énoncé à son terme. Les réticences étaient évidentes, et Tybolt comprenait que Gerold ne souhaitait pas le voir s'engager dans une nouvelle bataille après celle qu'il devait déjà menée contre l'ombre de lui-même. Gerold n'en était toutefois pas à cracher sur l'idée d'une aide, restait à entrevoir laquelle et surtout sous quelles garanties. Tybolt détourna les yeux en se demandant jusqu'où son état d'esprit pouvait être une source de tracas pour son frère. Gerold mieux que personne avait, c'est vrai, goûté au profond changement que les décès successifs de Maura et de l'héritier du Roc avaient provoqué chez son suzerain de frère. Par égoïsme ou plus probablement par manque de perception, Tybolt ne s'était pas soucié de savoir comment son frère l'avait encaissé ; bien qu'il savait très fortes les chances de voir la tentative aboutir à un simple sourire qui lui signifierait, une fois n'est pas coutume, qu'il n'avait pas à s'en faire pour lui et qu'il avait déjà bien assez à faire sans en plus se préoccuper des sentiments d'un frère. En un sens, Tybolt regrettait que le tempérament de son frère ou son sens du devoir l'empêchât de mettre des mots sur ses sentiments aussi bien qu'il en disposait sur ses pensées. D'un autre côté, il ne pouvait s'empêcher de lui en être reconnaissant au vu du degré d'investissement que requérait son statut de suzerain et gouverneur de l'Ouest par ces temps de troubles.

__Portant une autre bouchée de pain à ses lèvres, Tybolt songea au discours que feu leur père tenait à propos du Nord et des seigneurs de Winterfell. L'honneur en porte-à-faux n'en est pas moins tranchant que la froideur des seigneurs du Nord. L'honneur, où lord Beron Stark avait bien pu congédier le sien pour demander l'aide officielle de l'Ouest dans son combat contre les Iles de Fer ? Ce n'était sans doute qu'une question de perception, car n'était-ce pas l'honneur premier d'un grand seigneur que de protéger son peuple et cela à n'importe quel prix ? Même si ce prix vous valait une dette envers les Lannister ? Tybolt en était à penser que lord Stark avait un besoin bien trop pressant pour se soucier d'en décider. Le Nord était un territoire bien trop vaste à défendre. Nul doute que Dagon Greyjoy devait s'y sentir plus libre que jamais de ses mouvements. Une possibilité que le littoral de l'Ouest ne le lui permettait pas, sans compter l'erreur que serait l'idée même d'y débarquer pour s'octroyer un pied à terre. Résolument, lord Stark se trouvait dans une bien mauvaise passe et quel choix plus légitime que de se tourner vers le clan Lannister quand les Targaryen ne répondaient à la menace fer-nés que par un admirable silence. « Le Trône reste silencieux tandis que l'urgence se presse. Je préfère voir les Stark boire dans notre coupe plutôt que de les voir se désaltérer ailleurs, annota Tybolt avant d'avaler deux gorgées de vin. Nous disposons d'une force que ni le Nord ni ses proches voisins ne peuvent déployer contre les Iles de Fer. Notre flotte. » On ne pouvait concevoir aucune autre aide, d'aucune forme. L'Ouest ne pouvait se permettre de vider ses terres pour déployer un ost dans le Nord, les seigneurs du littoral ne le toléreraient pas. La Flotte du Lion était la seule force capable de peser dans la balance. Restait qu'elle devait encore grossir de quelques navires et que pour contrebalancer ses expéditions dans le Nord, une nouvelle stratégie devrait être appliquée au littoral. Quant au prix à payer... Tybolt ramena son regard intensément sondeur sur son frère. « L'hiver guette nos portes et ce sont de navires que le Nord a besoin. Le bois va devenir une denrée de luxe dans les temps à venir et si le Nord dispose bien de quelque chose, c'est de bois. Utilisé à bon escient il nous permettrait de grossir la Flotte du Lion sous couvert de fournir une aide plus importante aux Stark, tandis que le large excédent viendrait nourrir nos réserves pour l'hiver. » Une lueur mutine traversa son regard tandis qu'il terminait la première tranche de lard fumé. « Bien sûr, si mon frère concédait à prendre la main d'une des soeurs de lord Stark et m'offrait la venue du futur héritier de Winterfell comme pupille, la question du prix ne se poserait plus, mais je doute qu'aussi bon soit ton coeur, mon frère, tu ne consentes à un tel sacrifice. » Pour la première fois depuis la mort de sa femme, Tybolt se laissa aller à un rire, très court et particulièrement léger certes, mais un rire tout de même. Rien ne pouvait être plus amusant en cet instant que d'imaginer Gerold marié à une nordienne. Ce n'était pas là une question de prestige, mais un fait incontestable que le caractère du Jeune Lion aurait bien du mal à s'accorder avec celui tout aussi borné d'une Louve au sang Stark.

__De retour à son assiette, Tybolt picora bout après bout le pain devenu tiède en se demandant quelle conclusion les Sept donneraient à ces intrigues. La possibilité de voir le Nord et l'Ouest s'allier contre les Iles de Fer, de voir le seigneur de Castral Roc s'intéresser à une dame de La-Tombe-du-Roy, voila qui paressait des plus exotiques, même aux yeux de son principal acteur. La situation valait néanmoins ce qu'elle valait, à savoir que les Lannister avaient de l'influence à revendre et que si l'opportunité se présentait de jeter une ombre sur le Nord et jusqu'à Dorne, le strict minimum était au moins de s'intéresser aux deux questions, de les étudier sous toutes leurs coutures, dans l'espoir que quelque chose d'avantageux en ressortirait. Concernant une possible alliance avec le Nord, l'avantage était presque entièrement tracé, réduire les frais de construction de la Flotte du Lion tout en augmentant le nombre de vaisseaux à disposition ; ce qui ne manquerait pas de soulager les seigneurs côtiers ; et accessoirement s'octroyer l'amitié des Stark dont le sens de l'honneur ne pourrait que combler l'heure venue. Concernant La-Tombe-du-Roy, la question se voulait plus sombre, plus tortueuse du fait de son mystère. Un regard vers Aliénor lui assura pourtant intimement que sa soeur l'aiderait à trancher cette question avec autant de netteté que celle posée à Gerold.



Dernière édition par Tybolt Lannister le Mer 31 Oct 2012 - 21:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Mar 30 Oct 2012 - 0:49

Elle ne savait pas trop comment agir. Peut-être était-ce la raison pour quoi elle n’avait pas voulu avancer la thèse de la femme. Elle connaissait bien trop de jeunes femmes, pour comprendre que Lady Forrest cherchait bien plus que soulager les peines du seigneur du Roc. Personne ne pourrait remplacer Maura, sauf s’il existait un clone de sa personnalité. Elle savait très bien ou se trouvait la maison des Forrest. Son manque d’attention aux affaires du Roc lui avait penché le nez souvent dans les livres de la bibliothèque du Roc et elle avait maintes fois harcelé, le mestre de la maison de Castral Roc. Cependant son cerveau semblait plutôt chercher une hypothèse que de manger

Tybolt n’avait pas le choix au remariage, même s’il était tôt. Contrairement à Damon Lannister qui n’avait pas remarié aucune femme, à la suite du décès de sa femme. Il avait à solde deux garçons en forts bonnes santés. Une fille qui resplendissait et un petit démon qui arrivait à attendrir n’importe qui. Il avait plutôt penché pour les filles de joies. Elle avait compris cela beaucoup plus tard. Quand elle était arrivée nez à nez avec cette Eva. Elle arrivait encore à se souvenir de la fureur qu’elle avait ressentie envers son père. Fureur qui était devenu un dégout avec les années. Elle ne croyait pas que son frère allait tomber aussi bas que lui. Elle avait assez des servantes du Bief qui lui avait écorché les oreilles avec les histoires de son époux. Il lui arrivait comme tout homme de le voir dévier sur une autre femme, mais elle le ramenait assez vite.

Cherchant ses mots alors que son frère lui révélait ne jamais avoir rencontré la dite Lady, Aliénor se demanda même si le Roc avait jadis entretenus des relations avec les maisons de Dornes. Une hypothèse qu’elle écarta, car un de ses frères auraient bien dit quelques choses s’ils l’avaient su. Terminant son vin distraitement, elle regarda Gérold et puis son frère ainé. Elle aurait du se taire cette fois-ci. Elle doutait que son avis de femme fasse plaisir à son frère ainé. Elle avait vraiment perdu une occasion de se taire.

Pardonne-moi si les mots que je dirais semblent un peu dur, vu les événements passés, mais je ne saurais le dire autrement. Je doute qu’au-delà de ses jolis mots il n’y a que des condoléances. Malgré le fait que tu es veuf et sans héritier, bien de grandes familles seraient prêtes à marier leur fille à la puissante maison du Roc. Qu’elle soit de la Couronne ou de Dorne.

Elle tentait de chercher l’Approbation d’un de ses frères en leur jetant des regards. Y avait-il seulement elle, qui trouvait cela louche? Elle se sentait prise au piège quelques peu et ne savait pas compter sur qui pour s’en sortir. Les probabilités étaient minces que tous le continent soit au courant. Lady Maura était tout de même bien connu, son oncle était tout de même l’illustre Maekar Targaryen, mais en dehors de cela, elle ne voyait pas ce que pouvait faire les Forrest dans cette historie.

Et puis soyons sérieux, si Le Roc ne fait pas affaire avec Dorne et encore moins avec La-Tombe-du-Roy, pourquoi une telle lettre?

Elle était loin de la paranoïa. Elle n’arrivait simplement à ne pas comprendre ce que La-Tombe-du-Roy voulait au Lannister. Oui, c’était certainement une future alliance, sinon la pauvre avait écrit cela pour rien. Elle avait été trop longtemps éloignée du Roc pour connaitre ses frères encore mieux. Mais ils étaient assez grands pour faire leur propre choix. Elle n’Avait émis qu’un avis de petite sœur et de femme. Elle ne pouvait rien faire de plus désormais. Elle était une dame du Bief et n’intervenait plus dans l’Ouest, bien qu’elle ne l’Ait jamais réellement fait.

La discussion se portait sur l’action du Trône de fer. Une inaction qui coutait bien cher au Bief, a l’Ouest, au Conflans et Au nord. Elle avait entendu quelques rumeurs dans le Bief. Ce qui lui rappela même un commentaire qu’elle avait entendu alors qu’elle se promenait dans le marché de Hautjardin. Elle s'était resservie du fromage et un peu de vin avant de soupirer quand son frère évoqua l’inaction du Trône.

Tu es trop gentil en disant que le Trône reste silencieux. Je dirais davantage qu’il est devenu aveugle et sourd.

Elle assumait totalement ses dires. Heureusement depuis qu’elle était dans le Bief, elle n’Avait pas reçu de lettre de ce fer-né qui voulait la faire femme-sel. Peut être quelqu’un lui avait entré dans le crane qu’elle était une sale peste. Elle ferait quand même attention. Elle avait allongé son voyage seulement pour éviter la route du Front de Mer. Le seul heureux de la voir disparaitre serait certainement Gérold, mais elle ne le croyait pas assez monstrueux pour le lui souhaiter. S’attaquant à un poisson, elle écoutait attentivement son frère parler de la Flotte du Lion. Elle savait qu’à cette heure, seul la Flotte de Lord Redwyne pouvait rivaliser avec celle de la couronne ou encore même celle des Greyjoy.

N’as-tu jamais pensé faire alliance avec Lord Redwyne ?

Elle avait l’impression de redevenir la petite sœur qui lui demandait toujours pourquoi il ne faisait pas tel ou telle choses. Avec Tybolt, elle avait eu un long épisode de questionnement lorsqu’elle était enfant. Il avait toujours réussi à trouver des réponses qui la renvoyaient dans leur monde imaginaire. Quand elle avait fini par guérir, elle l’avait souvent observé s’entrainer et elle lui demandait pourquoi il faisait cela. Il finissait par lui répondre, qu’il fallait qu’il devienne plus fort pour combattre le dragon qui l’avait gardé prisonnière. Il devenait alors le chevalier qu’elle aimait. Elle s’en voulait d’Avoir rejeté le Roc. Au compte final, ce château de pierre sera toujours sa maison. Elle n’était plus la frêle Aliénor qui craignait de poser un commentaire ou de dire ce qui lui passait par la tête. Depuis qu’elle était au Roc, elle avait l’impression que Tybolt la traitait comme son égal, comme si elle avait aussi un mot à dire. Pour Gérold, comme dirait leur père, il y a assez de couloirs pour ne pas se croiser. Perdu dans ses pensées, elle écoutait vaguement son frère. En buvant sa gorgé de vin, elle eut un rire qui se changea vite en étouffement à l'évocation de marier Gérold. Elle n’était pas certaine qu'une louve et un lion fasse bon ménage.







 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Sam 10 Nov 2012 - 20:34

A la satisfaction de Gerold, Tybolt suivit son conseil et se servit. Rester ainsi attablé sans toucher aux mets, au vu de son état de fatigue, ce n’était pas une bonne idée. Pour affronter tout ce que l’avenir proche allait imposer aux Lannister, le Seigneur du Roc, Bouclier de Port-Lannis, se devait d’être au mieux de ses capacités, tant intellectuelles que physiques. Et pendant ce temps, le Jeune Lion constatait que sa sœur avait probablement vu juste. Le décès de Maura laissait une place vacante aux côtés de l’un des suzerains les plus puissants des Sept Couronnes. Il était donc normal que les demoiselles de bonnes familles en quête d’un époux tentent leur chance auprès de lui. Ses intentions ne pouvaient être que tournées vers la compassion dans le deuil. Lady Ismaelle Forrest avait trouvé le moyen parfait pour attirer l’attention sur elle, ou plutôt, la curiosité de la fratrie au Lion. Et si Dorne pouvait s’avérer intéressant pour une alliance, l’urgence était plutôt vers des contrées plus proches, ou même plus au nord.

Gerold esquissa un sourire à la remarque, un peu plus franche, d’Aliénor au sujet de la lettre. Lorsqu’elle savait le montrer, elle était plutôt clairvoyante, du moins sur les sujets relatifs à son sexe, mais il lui arrivait de montrer quelque maladresse dans la façon d’exprimer son point de vue. Il attira vers lui le plat de lard et s’en servit tandis que la conversation s’orientait sur l’autre courrier. Les deux, en définitive, traitaient de politique. Ou comment chacun avançait ses pions sur le grand échiquier qu’était Westeros. Sauf que Tybolt avait pour conseiller son jeune frère, et que ce dernier était bien trop versé dans la stratégie et l’intrigue pour laisser quiconque prendre l’avantage et mettre les Lannister devant une situation qu’ils n’apprécieraient pas. En tant que puissance, Castral Roc se devait d’imposer ses choix.

Tybolt souligna un point capital. Si le Nord ne trouvait de soutien auprès de l’Ouest, il irait le chercher ailleurs. Bien sûr, chacun se battrait pour la même cause, mais jusqu’à quel point ? Au moment de distribuer les récompenses et de conclure les différents accords, les plus isolés allaient y perdre. Et il valait mieux ne pas compter sur le Trône. Joignant les mains, Gerold se répéta chacun des mots prononcés par son frère, et il sentit arriver la conclusion de loin. Son regard se porta sur les traits tirés de son aîné et il put discerner quelque malice dans son regard. Bien sûr, le jeu des alliances pouvait les conduire à une telle union. Mais l’envisager restait quelque chose d’assez vague pour le Jeune Lion. Il se considérait plus apte à défendre les qualités de son frère que de faire son propre éloge en vue d’un mariage.

Il resta encore silencieux lorsqu’Aliénor proposa une alliance avec Lord Redwyne. Son regard glissa vers sa sœur, qu’il observa attentivement. Depuis son Bief d’adoption, elle avait probablement appris beaucoup sur les Maisons, et sur le fait que la Flotte royale était dirigée par Jace Redwyne. L’idée avait son charme, mais elle revenait à se rapprocher de la Couronne. Gerold saisit sa coupe et fit tourner un moment le vin, délivrant les arômes fruités dont il raffolait dans ce nectar. Ce n’est qu’après en avoir bu une gorgée qu’il prit la parole.

« Dans la situation actuelle, tenter de contacter Lord Redwyne n’est que la première étape, et les suivantes peuvent prendre bien plus de temps que nous n’en disposons. »

Reposant sa coupe, il se pencha par-dessus la table. Ses mains se joignirent de nouveau, dans la position habituelle que prenait Gerold lorsqu’il exprimait le fond de sa pensée. Ce geste, il l’avait machinalement pris de son père, qui avait pour coutume de dominer les débats quand il parlait. Pour mieux par la suite écouter, entendre les conseils et avis. Et chaque fois il tranchait. Tout comme ce serait à Tybolt de trancher à la fin de la discussion.

« Si tu considères que nous avons les moyens de porter secours au Nord, je ne vois aucun inconvénient à ce que la campagne soit lancée. Mais si nous lançons notre flotte sur les mers, il faudrait soit passer bien au large des Îles de Fer, soit s’attendre à ce que les Fer-nés ne nous facilitent pas le passage. Ou bien il faut passer de nuit, sans lumières. »

Les mots sortaient à mesure que dans son esprit se précisait la marche à suivre. Et à présent, il se rendait compte qu’en préparant au mieux le voyage, il était possible d’éviter les Îles de Fer et de prendre la flotte fer-née à revers. Ainsi, les pillards seraient pris en tenaille, et s’ils trouvaient forcés de fuir, ils n’auraient guère le choix que de trouver une voie parmi leurs ennemis.

« Oui, nous avons les moyens de répondre à l’appel de Lord Stark. Et comme tu l’as si bien souligné, il pourra nous fournir suffisamment de bois pour renforcer la flotte. Ce qui sera aussi un avantage pour lui, puisque nous serons alliés. »

Gerold repoussa son siège, écarta son assiette et prit un étui en cuir à sa ceinture. Il en tira une carte, certes petite, de Westeros. Elle était peu détaillée en indications mais en disait suffisamment sur les différents territoires et régions.

« Si les vents sont favorables, il ne faudrait que quelques jours. »

S’apercevant qu’il s’était soudain plutôt emballé, le Jeune Lion s’interrompit. Rien que la pensée d’un peu d’action militaire, incombant des plans et des stratégies, lui avait fait en quelque sorte pousser des ailes. Comme un combattant retrouvant ses sensations après n’avoir pas connu de guerre pendant longtemps, il sentait qu’établir des tactiques et échafauder des marches à suivre lui avaient manqué. Mais il n’était pas sûr, soudain, que son enthousiasme soit partagé. Il attendit donc de voir l’effet de ses paroles. Tybolt devait donner son avis, mais surtout, la décision finale lui revenait. Mais il y avait fort à parier que les deux frères seraient sur la même longueur d’onde.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Ouest
avatar

Tybolt Lannister
Seigneur Suzerain de l'Ouest

Général
Gouverneur de l'Ouest et
Bouclier de Port-Lannis

HEAR ME ROAR

♦ Missives : 1880
♦ Missives Aventure : 52
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 04/10/1987
♦ Arrivée à Westeros : 01/10/2012
♦ Célébrité : Bradley James
♦ Copyright : Me
♦ Doublons : Sir Corbac
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : ~
♦ Lieu : Castral Roc
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
482/500  (482/500)


Message Jeu 15 Nov 2012 - 14:32

____La vertu couplée à la beauté est le miel servant de sauce au sucre, se rappela Tybolt en observant sa sœur se délecter de sa conclusion. Incapable de vouloir le Mal pour le simple fait de le vouloir, même si le manche de son tranchoir se tenait à portée de main. Incapable de porter le premier coup, même si la victime lui tendait la joue. Assurément, Aliénor tenait davantage de Mère qu’elle ne le soupçonnait peut-être elle-même. Mais ne disait-on pas également que la vertu était le juste milieu de deux vices ? Si c‘était là une vérité, quelles pouvaient être ceux de sa soeur ?

____Qu’importe la réponse à cette question. Tybolt avait obtenu une réponse à la sienne. Certes peu reluisante mais néanmoins intéressante de son propre point de vue. Si La-Tombe-du-Roy voulait se prêter à la danse alors c’est de danse que le Roc l’abreuverait jusqu’à ce que ses jambes ne puissent plus supporter le poids de cette folie.

____Loin de se cantonner à ce seul pan de la conversation, Aliénor se servit en vin de Treille et en fromage, probablement en provenance du Conflans, tout en laissant échapper une pique à la gloire du roi et de son immobilisme proverbial. La lionne, bien que vertueuse, n’en montrait pas moins les crocs lorsqu’une affaire faisait ponctuellement son déplaisir. Amusé, Tybolt échangea un regard en coin avec son frère puis porta un morceau de lard à sa bouche tandis que l’évocation d’une alliance avec lord Redwyne finissait de plonger la table dans un silence méditatif.

____A la vérité, l’idée aurait vraisemblablement eu du sens si les relations entre Castral Roc et Hautjardin s’étaient vues consolidées par le dernier séjour de la maison Lannister dans le Bief. Or tout portait à croire, Tybolt le regrettait, que la tendance était plutôt à l’érosion depuis le scandale retentissant de son irrespect à l’égard de lord Arryn, sous l’œil de leur hôte Tyrell. A l’évocation d’une telle situation, la flotte de lord Redwyne ne se voulait une possibilité guère plus viable que ne l’était celle des épées placées sous le commandement de lord Tyrell. Résolument, le dénouement de cette histoire résiderait dans les forces que le Lion serait capable de déployer et à la manière qu’il aurait de les employer contre l’ennemi. Les paroles que Gerold lui servit sur un plateau d’argent abondèrent d’ailleurs dans ce sens sans qu’aucune consultation préalable ne fut nécessaire entre eux.

____Sa coupe vidée de son contenu, Tybolt en observa le bord arrondi en laissant ses traits se détendre à mesure que Gerold laissait son enthousiasme gagner son propos, balayant de lui-même tous les doutes qu’il avait pu manifester jusque là, au même titre que son coin de table pour attirer toute l’attention sur une carte rudimentaire mais néanmoins assez précise pour juger de l’essentiel. Sans surprise aucune, Tybolt laissa son regard vagabonder de Belle Île à la Baie des fer-nés en passant par Pyk, là où le nœud du problème résidait. Le rehaussant ensuite pour mieux le planter dans celui de son frère, il y constata une étincelle bien trop singulière à son goût pour feindre l’ignorance.

____Gerold désirait la guerre. Il la désirait autant qu’un homme de l’Ouest pouvait désirer de laver l’affront perpétré par les fer-nés à Belcastel et à Port-Lannis.

____« Dagon Greyjoy coupera toute tentative d’incursion dans le Nord… et s’il laisse ne serait-ce qu’un seul navire lui passer sous le nez, ce sera pour mieux en couper la retraite le moment choisi… déclara chaudement Tybolt en pivotant de quelques degrés sur son séant pour observer l’imposante représentation murale de Lann le Futé. D’aucuns disent que cet homme ne connaît pas la peur… » Comment pourrait-il en ressentir une once tandis que le royaume tout entier se trouvait dans l’attente d’une réponse massive du Donjon Rouge ? Tybolt ramena son attention sur Aliénor et Gerold, jonglant de l’un à l’autre sans dénaturer sa mine songeuse. « … c’est qu’il ne connaît pas notre proportion à semer le doute… » Il avisa le messager qui remontait seul l’étendu de la grande salle entre Aliénor et Gerold. Celui-ci contourna silencieusement la longue table et se pencha vers lui, un parchemin au cachet des Stark dans la main. « … à ce sujet, nombreux sont ceux qui disent que le doute n’est autre que le premier soupçon de la peur. »

____Dépliant la missive qui lui était destiné, Tybolt prit effet des condoléances du seigneur de Winterfell et de la nouvelle de son départ prochain pour Vivesaigues en plissant légèrement les yeux. L’idée de l’y rencontrer se forma tout naturellement dans son esprit, mais c’est vers sa fratrie qu’il porta l’intégralité de son intérêt présent.

____Se levant de son siège, il saisit le pichet de vin et entreprit de remplir les coupes en présence au même dosage, soit approximativement à demi verre. « Lord Stark se rend à Vivesaigues, annonça-t-il en levant sa coupe vers Gerold. Alors patience mon frère, le moment viendra de discuter stratégie. Pour l’heure, convoque le ban en mon nom. Que tous les seigneurs de l’Ouest répondent à l’appel dans les plus brefs délais. J’irais à Vivesaigues si lord Tully consent à m’y recevoir et là-bas je conviendrais d’une alliance avec le Nord. A mon retour, tous nos bannerets se devront d'être réunis ici-même. Et levant sa coupe vers Aliénor. Que ne puissions-nous profiter plus longtemps de tes précieux conseils, ma sœur. Il ne me revient toutefois plus de décider de tes allées et venues. Laisse-moi seulement te remercier de ton soutien sans faille et s’il fallait te le rappeler une fois encore, que cette forteresse sera toujours ton foyer. »

____Deux lions et une lionne ils étaient. Trois prédateurs tapis dans la pénombre, observant leur proie commune. Soit au total six yeux tournés dans la même direction. L’écarlate Lannister pour volonté.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Mar 20 Nov 2012 - 20:24

Elle avait regardé ses frères l’un après l’autre. Elle espérait ne pas avoir parlé trop vite. Si elle avait eu la vive impression que Gérold autant que Tybolt n’auraient pas aimé ses paroles au sujet des Redwyne de la Treille et du Trône, elle semblait s’en faire un peu trop. Or personne ne semblait s’en offusquer réellement. Et pourtant, elle aurait préféré un avis de son frère ainé. Celui de Gérold ne lui avait jamais donné grande satisfaction. Non, elle ne contredirait jamais son frère, même si elle ne l’aimait pas autant que le suzerain des Terre de l’Ouest. Gérold avait ses opinions et Aliénor se rangeait rarement de son coté. Elle aurait pu décortiquer la phrase en entier, mais elle écoutait assez les gens du Bief, pour assimiler ce qui se racontait.

Et si c'était le contraire ? Et si le Grand Amiral n’était pas déjà en position. Et … Laissez tomber, finit-elle par conclure d’un geste vif de la main.

Une conversation lui revenait en mémoire. Tybolt avait-il peur de faire appel au Tyrell après la mauvaise impression qu’il avait donné à Long Dard lui-même? Elle se souvenait de son premier jour à Hautjardin. Elle l’avait détesté et le mariage lui-même n’avait pas encore été signé. Puis, à son retour, il y a quelques jours, il lui avait dit s’en vouloir de ce qui s'était passé avec Tristan et le Lord Suzerain du Bief. Elle se demandait si au fond de lui-même, il faisait un trait sur un allié particulier. Une chose certaine, elle s’était mariée parce que son frère voulait absolument une alliance avec le Bief, autant qu’il en profite, pour garder l’humeur de sa lionne. Ignorant peut-être Gérold, elle planqua son regard dans celui de son frère ainé. Elle n’avait pas envie de gâcher quoique ce soit. Elle finit par avaler le vin d’une traite et déposa sa coupe sur la table. Il était tant de faire ce pourquoi, elle arrivait grandement à réussir : se taire. Inutile de gaspiller de la salive à tendre des explications qu’elle sentait comme la seule à comprendre. Elle était bien loin derrière Gérold, pour faire changer l’avis de son frère

S'il y a quoique ce soit, tu sais que je serais prête à t’aider dans le Bief. Tout n’est pas encore perdu de ce coté.

Son mariage devenait donc la plus belle des inutilités. S’il continuait à croire que Lord Tyrell ne l’écouterait pas pour tel ou tel raison, elle était certaine qu’il se plantait. Elle n’avait pas envie de remuer le couteau dans la plaie. Elle n’avait pas besoin de ses frères pour comprendre son immense inutilité. Chaque fois, qu’elle tentait de bien faire, elle heurtait un mur. Elle n’avait pas la force de faire la tête et de commencer à chercher les problèmes. Elle venait que de renouer avec son frère, elle n’allait pas faire un trait, mais il savait à quoi s’en tenir. Il aurait toujours une alliée dans le Bief. Aliénor ne trouva pas pertinent d’ajouter quoique ce soit au restant de la discussion concernant à la fois le Greyjoy et ensuite le Stark de Winterfell. Elle aurait bien pu pouvoir dire quelques choses, mais elle ne tenta rien. Elle n’avait pas l’envie d’émettre un commentaire quelconque. Elle laissa même son regard vagabonder sur les meubles et la pièce où il se trouvait. Chaque fois, cela créait un vide. Il manquait son père ou sa mère. Le décor n’était pas le même sans eux. Elle s’était attachée à leurs deux personnes. Tybolt la sortit de son rêve en lui adressant la parole. Elle lui offrit un sourire. C’était bien son frère et elle était heureuse d’avoir remis les pieds dans cette maison, mais la prochaine fois, cela serait dans plusieurs temps. Elle n’était pas ici chez elle d’une certaine manière.

Merci Tybolt. Tu es aussi le bienvenue à Hautjardin, tant que j’y serais. Partir de nouveau du Roc me fait encore un drôle d’effet.

Simple retour d’amitié. Elle traiterait toujours ses frères comme il le fallait d’un suzerain à un autre. Un jour, si Tristan arrivait à se faire pardonner tous ses erreurs, elle deviendrait la première dame du Bief, et elle se demandait si ses frères ressentiraient une quelconque animosité à faire confiance à leur allié. Enfin, elle n’Avait pas envie d’en parler ou même d’y penser pour le moment.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Jeu 29 Nov 2012 - 15:16

La mer, bleue, calme, dansait sous la douce brise. Mais bientôt, elle fut troublée par une puissante coque qui fendait les eaux à grande vitesse, traçant un profond sillon d’écume qui s’élargissait après elle et était englouti par le passage d’autres navires. Le si paisible océan était à présent couvert de bâtiments, aussi loin que l’œil pouvait voir. A la flotte du Lion se joignait celle du Grand Amiral. Le vent gonflait les voiles et poussait l’armée embarquée vers les Îles de Fer. La guerre allait se poursuivre par une titanesque bataille navale. C’est bien par le nombre que l’alliance allait définitivement écraser la menace fer-née.

Tout à l’avenir belliqueux qui s’annonçait, Gerold entendit à peine les paroles de sa sœur, qui de toute façon préféra ne pas achever sa phrase. Il revint au présent alors que Tybolt, la mine songeuse, parlait de Dagon Greyjoy, de sa stratégie et de sa réputation. Quel que soit ce qu’on disait de lui, il n’était qu’un homme, de chair, de sang, avec ses faiblesses. Et malgré les blessures qu’il avait infligées aux côtes occidentales de Westeros, il n’était pas à l’abri de représailles. La revanche des meurtris était imminente, et même s’il y était préparé, le Seigneur du Fer n’y pourrait rien. Il subirait, tout simplement. Et s’il n’était pas tué, il devrait se soumettre.

Alors que le Lord du Roc s’exprimait, un messager, encore un, fit son apparition, et remonta la longue tablée à pas vif, portant une missive à l’attention de son seigneur et maître. Et alors que Tybolt prenait connaissance du message, que Gerold reconnut comme venant de la Maison Stark, le Jeune Lion saisit sa coupe, la vida d’un trait puis la remplit de nouveau. L’excitation intérieure qui avait bouilli en lui devait être apaisée. Ça ne lui ressemblait pas d’être aussi avide de combat. Celui qui se donnait sur le champ de bataille, c’était Tybolt. Le jeune frère se devait d’être mesuré, d’afficher un enthousiasme atténué.

Alors que le Seigneur des Terres de l’Ouest achevait sa lecture, Gerold but de nouveau, ne laissant rien dans sa coupe. A présent, il se sentait mieux. La douceur du vin avait toujours eu des effets apaisants sur lui. Jusqu’à une certaine quantité bien sûr, mais elle était trop rarement atteinte pour qu’il en ressente les néfastes effets. Tybolt reposa la missive et se leva, saisissant le pichet pour emplir chaque verre, dans l’objectif visible de trinquer. Trinquer au futur qui s’annonçait optimiste pour la Maison Lannister.

Ainsi, Lord Stark quittait Winterfell pour se rendre à Vivesaigues. Le lieu idéal pour une rencontre au sommet entre de nombreux seigneurs. Lord Beron, Lord Edwyn, Lord Tybolt. Un trio qui pouvait en peu de temps prendre les bonnes décisions et faire avancer la marche des choses. Il fallait à présent, en attendant d’établir les plans et stratégies militaires, convoquer le ban. Les forces militaires de l’Ouest étaient nombreuses, et quelques jours ne seraient probablement pas de trop pour mobiliser chaque vassal, et quelques autres pour les rassembler sous la bannière au Lion.

« L’appel sera entendu, et à ton retour, la plus grande des armées de Westeros t’attendra. » annonça Gerold, en levant à son tour sa coupe. « Je vais dès la fin du repas m’atteler à l’envoi des missives vers nos vassaux. L’envie de venger les affronts subis devrait faire rapidement son œuvre. »

Il adressa ensuite le même geste à Aliénor. C’était ainsi qu’il la préférait, lorsqu’elle regardait dans la même direction que ses frères. Il se retint de ne faire qu’une gorgée de son vin. Peut-être devait-il ralentir son rythme s’il voulait être efficace dans la tâche que venait de lui confier Tybolt. Convoquer le ban, il y avait plus difficile, mais il ne fallait omettre aucune famille.

« Le déplacement de Lord Stark vers le Conflans nous facilitera grandement la communication. La rapidité des échanges est à présent cruciale. Et je serais curieux de savoir quel rôle peut jouer dans les événements le jeune Seigneur du Conflans… »

Jusqu’à aujourd’hui, la réputation d’Edwyn Tully n’avait pas encore fait d’étincelles. Et pourtant, il assumait à son âge ses responsabilités avec beaucoup de maturité. Etre confronté aussi tôt à la suzeraineté d’un territoire forgeait les hommes et leur caractère. Peut-être était-ce là pour lui la première occasion d’inscrire son nom dans les ouvrages historiques, autrement que dans les simples listes de succession.

« Chère sœur, laisse-moi te souhaiter un paisible voyage de retour. Ta présence dans le Bief ne peut que nous être bénéfique. »

Etrangement, il était sincère. Le repas à trois était quelque chose trop rare pour ne pas être savouré, et il convenait de l’apprécier à sa juste valeur. Car ils étaient là trois lions de la même portée, trois fauves près à montrer les crocs et à bondir. L’écarlate des Lannister allait bientôt retrouver tout son éclat.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Six étincelles écarlates dans la pénombre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Dans la Pénombre.
» Dans la pénombre de la nuit... [PV:Shintori Saori]
» Dans la pénombre (pv Fleur de sel)
» [Secte de Nephtys] Dans la pénombre d'un sous-terrain
» maya | DANS LA PÉNOMBRE DU CLAIR DE LUNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-