AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

La jalousie, cette preuve indiscutable de l'amour ▬ Eleyna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Sam 6 Oct 2012 - 11:40

     Le passage à Murs-Blancs avait été plus animé qu'ils ne le pensaient en s'y rendant. Au début Pryam l'avait amèrement regretté pour la bonne et simple raison qu'il avait croisé trop de personnes mêlées à ce qu'il appelait « son ancienne vie ». Même si bien évidemment aucun d'entre eux n'était capable de le reconnaître, c'était le simple fait de voir le Val se manifester avec autant de présence qui l'avait troublé. Puis l'apparition du Feunoyr avait été la goutte de trop, même en se prétendant être un simple roturier, le Valois n'avait pu s'empêcher de se souvenir que le père de cet homme avait occis son grand-père lors de la bataille d'Herberouge - c'était d'ailleurs ce qui avait valu à l'actuel chevalier de Neufétoiles d'occuper sa place - et l'enseignement dispensé par son géniteur s'était éveillé dans un coin de son esprit. C'était pour cette raison principalement qu'il avait été soulagé de reprendre la route et de s'éloigner de ce lieu maudit. Même si de son côté Eleyna avait certainement profité au maximum de ces rebondissements inattendus, lui-même ne ressentait qu'une certaine frustration en se souvenant des quelques jours passés là-bas. La foule, le tournoi, tout avait été trop rapide et il n'avait pas eu le temps de comprendre vraiment tout ce qui pouvait se dérouler devant ses yeux. Les intrigues politiques n'étaient pas pour lui et Pryam n'avait même pas eu l'occasion de voir comment se portait ser Buford qui lui aussi avait participé à Herberouge après tout. Encore une fois une rencontre intéressante pour la Nordienne qui avait été littéralement passionnée par cet individu.

     Eleyna ! La jeune femme semblait de plus en plus souvent s'imposer dans les réflexions du Valois qui justifiait cela en se disant qu'elle était aussi la seule personne – avec son compagnon – qui sortait de son cadre habituel de connaissances. Mais ce n'était pas si simple, parce que malgré cette analyse certainement erronée, Pryam avait bien évidemment remarqué qu'il ne songeait jamais au chasseur qui accompagnait la ménestrelle et lui aussi était pourtant concerné par cette « nouveauté ». Il fallait se l'avouer, la présence de la Nordienne lui plaisait beaucoup. Au début il l'avait perçue comme une simple originalité, un peu de changement dans son voyage qui s'en-irait dès qu'elle aurait trouvé de nouvelles choses à raconter. Mais force était de constater que l'idée de la voir prendre une autre route que la sienne, l'embêtait franchement. N'avait-il d'ailleurs, pas craint qu'elle ne se soit envolée lors du début du tournoi ? Leur dernière discussion avant cet événement, n'avait pas été très joyeuse et le manque d'éloquence du jeune homme avait fait mouche une fois de plus. Le chevalier avait dû admettre qu'il avait cherché la silhouette de la demoiselle dans le public pendant un bon moment, risquant même de rater sa première joute tant il était distrait. Pryam l'avait d'ailleurs avoué à demi-mot à la demoiselle lors du repas du soir, mais il n'avait abordé le sujet que de manière très superficielle, il était donc fort probable qu'elle ne se doute pas une seule seconde que l'idée de ne plus la revoir l'avait vraiment troublé.

     Fidèle à lui-même, le blond avait pourtant décidé de ne pas parler de cela à Eleyna, pas avant un sacré moment du moins. C'était donc avec légèrement plus d'assurance qu'à l'accoutumée que le Valois et ses compagnons s'étaient arrêtés dans une auberge pour y passer la nuit. Ils reprendraient la route rapidement et tout redeviendrait à la normale. Le temps d'installer le peu d'affaires qu'il avait dans la pièce qu'il occupait, le chevalier errant était redescendu dans la salle commune où Eleyna était déjà installée. Serena n'était pas là, certainement occupée avec Bray ou en train de visiter les environs, il ne s'inquiétait pas pour elle. Malgré sa relative bonne humeur, Pryam ne put s'empêcher de se sentir irrité lorsqu'il aperçut que la Nordienne n'était pas seule à sa table, face à elle un jeune homme à la tenue trop basique pour être un noble et à l'apparence plutôt soignée, était attablé. Il ne fallut pas bien longtemps au Valois pour constater qu'il avait un luth à ses côtés, certainement qu'il s'agissait d'un autre ménestrel qui votait là l'occasion de pouvoir bavarder avec une collègue ? Mais le chevalier avait espéré pouvoir passer un peu de temps avec Eleyna, chose qui devenait difficile si une troisième personne se trouvait là. Observant la demoiselle, Pryam vit à plusieurs reprises un sourire fleurir sur ses lèvres, elle avait l'air intéressée pour ne pas dire captivée par son interlocuteur. Un pointe de... Jalousie ? Naquit dans l'esprit du jeune homme qui en vint à se demander s'il n'était pas tout simplement agacé par la présence de ce ménestrel parce qu'il pourrait être capable de séduire la demoiselle. Après quelques instants de réflexion, il fut obligé de constater qu'effectivement, c'était bien ce qui posait problème. Malheureusement pour lui, l'homme était très poli et le chevalier ne voyait là aucune raison d'intervenir, si ce n'était cette jalousie qui se manifestait pour la première fois.

     Seules quelques secondes de réflexion furent nécessaires avant qu'il ne décide de se manifester. S'il continuait à regarder la scène de loin, il finirait par toujours rester spectateur. Pryam avança donc vers le duo et passa derrière la jeune femme, tout en ignorant parfaitement si elle l'avait remarqué ou si elle était trop occupée par son nouvel ami. Un sentiment désagréable lui étreignait le cœur et une boule dans sa gorge rendait toute tentative de discussion très difficile. Mais il le fallait bien. Comptant sur les Sept pour lui glisser une bonne idée afin de troubler l'atmosphère amicale qui s'était installée entre ces deux-là, le Valois se lança pour la première fois sans savoir ce qu'il allait bien pouvoir dire.

     ▬ Certainement que l'histoire de Murs-Blancs est arrivée à vos oreilles et que vous espérez qu'Eleyna va vous accorder quelques informations dont elle ne se servirait pas ? Ce n'était pas très aimable d'attaquer son intégrité, mais Pryam se découvrait cette capacité en même temps que sa jalousie. Je pense qu'elle gagnerait à ne pas dévoiler tout ce qu'elle sait à ce propos, sous peine de voir sa ballade ressembler à une autre. »

     L'homme en voulait-il aux informations de la jeune femme ou simplement à son joli minois ? Dans le doute, Pryam préférait ne pas jouer sur le mauvais tableau et visait ce qui était le moins désagréable pour lui. Restait à espérer que ces paroles fassent réfléchir Eleyna et qu'elle envisage que son interlocuteur puisse effectivement avoir dans l'idée de la supplanter. Mais c'est à ce moment qu'il se souvint que la Nordienne était une femme qui semblait désireuse de partager, il était fort probable qu'elle décide donc de continuer la discussion sans aborder le sujet de Murs-Blancs. Sur le coup, le Valois se sentit stupide, debout derrière la demoiselle à essayer de la dissuader de bavarder avec ce ménestrel. L'espace d'une seconde, il fut tenté de tourner les talons après leur avoir souhaité une bonne soirée et de s'en-aller se rafraîchir les idées. Mais ce moment d'égarement ne dura pas et le chevalier décréta qu'il était plus que temps de prendre les choses en main. Au sens littéral d'ailleurs. Mû par une force qu'il ne se connaissait pas, le blond se pencha vers Eleyna et lui attrapa tout simplement la main avant de lâcher quelques mots au ménestrel.

     ▬ Si vous voulez bien nous excuser, je vous l'emprunte un moment. »

     En réalité il ne comptait pas la lui « rendre ». Mais peu importait. Glissant son regard vers le visage de la jeune femme, Pryam lui fit un signe de la tête pour l'inviter à le suivre. Allait-elle résister ? Non, à son grand soulagement la Nordienne accepta de le suivre. Il l'amena donc vers la porte avant de sortir dans la rue pour s'éloigner de quelques pas de l'auberge et de la ruelle pour se retrouver dans un coin un peu plus tranquille. La nuit était déjà tombée, comme lors de leur dernière halte dans une auberge en réalité. Lâchant à regret la main de la jeune femme, Pryam lui accorda un regard avant de sentir son « courage » fondre comme neige au soleil et il laissa apparaître un sourire vaguement embarrassé.

     ▬ Navré, j'espère que vous ne m'en voulez pas trop de vous avoir enlevée à votre nouvel ami, mais nous n'avons pas beaucoup eu l'occasion de parler ces derniers temps.... »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 12 Oct 2012 - 10:23

Le trône aux piques de fer répand le sang des dragons et des innocents, égaux face à ses caprices d'enfant... Observant sa phrase, Eleyna ne pu que se demander si elle ne lui attirerait pas quelques ennuis. Avant de rencontrer Pryam, la question ne lui aurait même pas effleuré l'esprit. Il avait sur elle cette influence jugée bénéfique qu'elle-même ne parvenait pas à classer dans une catégorie de façon satisfaisante. Pensive, elle poussa un léger soupir et referma son ouvrage, décidant que son âme n'était pas à la composition. Elle n'avait pourtant pas manqué de sujets d'inspiration au cours du tournoi de Mur-Blanc, auquel elle avait supplié le chevalier -et pour une fois avec le concours de Serena- de participer. L'évènement avait attiré foule et bon nombre de problèmes. Elle aurait pu composer une oraison funèbre aussi bien qu'une balade haletante concernant le plan du dragon noir pour reprendre le trône de son père. Elle avait cette envie pressante d'écrire au sujet du jeune homme qu'elle avait vu se battre avec une telle fureur, une telle passion, désireux de réaliser plus qu'u rêve: un destin. Daemon l'inspirait à outrance, mais un détail la bloquait, l'empêchant de mettre sur papier les vers à son sujet. Un détail passant outre le fait qu'on risquerait de la prendre pour une traîtresse à la couronne, ce qui attirerait des ennuis sur leur petit groupe. Elle ne parvenait pas à oublier la crispation de Pryam lorsque le chevalier masqué s'était dévoilé. Ca allait au delà de la simple contrariété, quelque chose, en rapport avec lui, ne lui plaisait manifestement pas et Eleyna ne voulait pas le blesser. Etrange, comme cette constatation lui apparaissait clairement. Jadis elle se fichait pas mal de contrarier l'un ou l'autre, sa créativité n'avait de limite que son imagination des plus débordantes. Pas mal de choses avaient changé, depuis, et Pryam n'était pas le seul fautif de cette histoire.
L'autre, elle refusait d'y penser.
Rien n'échappe à l'oeil unique et ses mille compères. Brynden Rivers l'avait également intriguée. Elle l'avait aperçu et reconnu immédiatement grâce aux descriptions narrées par son oncle, lorsqu'il lui racontait encore des histoires de dragon. Elle connaissait par coeur les rumeurs courrant à son sujet et elle avait du se faire violence pour ne pas aller lui demander directement s'il était réellement vervoyant, ni même de lui raconter certaines de ses visions. Que de personnages fascinants s'étaient donnés rendez-vous pour un simple mariage. Prétexte, bien entendu, elle l'avait rapidement compris lorsque l'intrigue finale avait été révélée. Un peu avant, à vrai dire, ayant senti l'anormalité dés le premier soir dans ce violent affrontement prémédité. De quoi alimenter ses prochaines chansons, bien qu'elle ne démorde pas de son idée première; composer une balade au sujet d'un chevalier errant particulier...Elle se demandait si Pryam ne pourrait pas jouer le rôle du narrateur, à sa façon, dans son époée de Mur-Blanc. Tout voir par ses yeux. Mais pour cela, elle devait parler avec lui, discuter de ses impressions et surtout essayer de savoir pourquoi il n'appréciait pas le dragon noir. Etais-ce par simple loyauté à la couronne ou y avait-il quelque chose de plus? L'instinct quasi mystique de la jeune femme savait quel chemin emprunter. Comment y accéder, par contre...
Rangeant ses affaires dans la sacoche en cuir qu'elle ne quittait plus, elle cala son livre contre son luth, le manche de l'instrument dépassant du sac trop petit. Elle aurait pu en emporter un plus grand mais la taille au dessus aurait été encombrante, ce qu'on ne pouvait se permettre durant un voyage de cette envergure. Eleyna désirait toujours visiter le monde et aller au delà des frontières de Westeros. Elle était avide de connaissances, de découverte. Elle voulait entendre la musique qui se jouait à Braavos ou à Lys, elle voulait découvrir de nouvelles cultures, rencontrer d'autres gens. Âme d'oiseau, elle aurait aimé avoir des ailes pour se déplacer. Être un zoman...De cela, elle en avait rêvé maintes et maintes fois!

En quête du chevalier Pryam, Eleyna descendit dans la salle commune de leur auberge du jour. Il n'y avait pas grand monde attablé, ce qui semblait désespérer le tenancier. Elle s'avança et demanda quelque chose à boire. Elle ignorait si Pryam était dans sa chambre ou s'il était sortit. Malgré l'heure tardive, tout était possible, si bien qu'il valait mieux l'attendre au chaud. Elle espérait qu'il repasserait, puisque c'était dans ses habitudes de s'asseoir près du feu sans un mot, l'air ailleurs. Elle aurait pu sortir à sa recherche mais malgré le fait que ses pelisses en peau de bête empêchaient la nordienne de souffrir vraiment du froid, le vent avait tendance à charrier ses cheveux, les emmêlant et frappant ses joues aussi fort qu'un coup de son père, la faisant rougir et abîmant sa peau pourtant habituée aux rigueurs du climat. De plus, la savoir à l'extérieur, toute seule, ne serait pas pour plaire au chevalier et encore moins à son ami Jorah, qu'elle devait ménager. Il n'était pas encore en réel état de lui courir après.
Buvant une gorgée après avoir échangé sa chopine contre une piécette, une voix l'interpella. « Je vois une fille belle comme l'été au point d'en rendre jaloux le soleil! » Ce n'était pas par orgueil que la jeune fille savait que cette phrase lui était destinée mais bien parce qu'un homme venait d'exécuter une révérence devant elle. « Et les étoiles, et la lune... » continua-t-il en chantonnant. La jeune fille ne pu s'empêcher de sourire. « Seriez-vous ivre, monsieur, ou juste aveugle? » répondit-elle, toujours amusée. Elle n'avait pas l'habitude qu'on la qualifie de belle, ce genre d'idées ne lui traversait même pas l'esprit. Elle se savait agréable mais mille femmes étaient plus élégantes, plus raffinées, avaient une peau plus douce et plus soignée, une compagnie plus agréable. « Ni l'un ni l'autre quoi que je puisse l'être par vous tant vous êtes belle! Je me nomme Duncan Belle-Corde ou du moins est-ce ainsi que l'on me nomme dans les environs. Je suis ménestrel. » Elle sourit à nouveau. Le nom du musicien lui rappelait celui d'un ami d'enfance qu'elle chérissait énormément, quant à son titre elle se demandait quel noble seigneur l'en avait affublé. « Je me nomme Eleyna, sans titre pour le moment et je suis moi-même ménestrel. Racontez moi l'histoire de votre surnom! » Innocence incarnée, naïveté ridicule, elle n'imaginait pas que l'homme puisse avoir envers elle de mauvaises intentions. Il semblait tout à fais charmant quoi qu'un peu fanfaron, et sans doute de son âge, à quelques lunes près. L'écoutant raconter son histoire, elle était véritablement intéressée -comme toujours lorsqu'on lui faisait ce plaisir- si bien qu'elle n'entendit point son chevalier errant approcher.

Il semblait d'une humeur fort gâtée, sans qu'elle ne sache pourquoi. Il s'en prit au ménestrel qui, quoi que beau parleur, fut rapidement intimidé en voyant l'arme qu'il portait et en l'identifiant comme un chevalier. Il cessa de discuter et Eleyna se tourna vers lui. L'affirmation de Pryam selon laquelle il en voulait à ses connaissances sur Mur-Blanc avait peut-être un fond de vérité mais comment ce garçon aurait-il pu savoir qu'elle s'y trouvait? Peut-être tentait-il sa chance au plus grand des hasards, espérant tomber sur l'un des voyageurs revenant de cet endroit où elle ne souhaitait plus jamais mettre les pieds. Lord Rivers avait, de toute façon, pour projet de démonter l'endroit pierre par pierre, selon ses propres mots. Elle trouvait cela assez triste, mais qui était-elle pour donner son avis? Elle avait décidé qu'elle devrait repasser par cet endroit, pour voir s'il l'avait réellement fais et composer une ode au champs de ruine devenu tombeau de dizaines de malheureux, morts pour la joie du terrible trône.

Sans qu'elle ne comprenne d'avantage son comportement, Pryam l'emprunta en lui prenant la main. Elle sentit une douce chaleur l'envahir alors qu'il l'entraînait à l'extérieur. Elle était un peu contrariée qu'il ai interrompu la passionnante histoire narrée par Duncan Belle-Corde mais soigna sa frustration grâce à ce contact. Elle ne pu que noter qu'il s'agissait de la première fois où il avait un tel geste envers elle. Elle ne comptait pas les légères caresses qu'ils échangeaient parfois, pudiquement, comme pour s'assurer de la présence de l'autre. Mordillant sa lèvre, elle accepta de se laisser entraîner dans une ruelle après un regard d'excuse au ménestrel. Ils s'arrêtèrent ainsi et il la lâcha, presque à regret. Sentiment partagé, il semblait mal à l'aise de son comportement. La jeune femme sourit. « J'ai hélas l'impression d'avoir déteint sur vous. Il me semble que vous perdez vos bonnes manières...C'est assez amusant. Je vous préfère ainsi. Parfois il est bon de se laisser aller... » répondit-elle à son excuse. Elle n'était pas en colère, pas le moins du monde. « Vous avez interrompu une fort belle histoire, vous m'en devez une de plus désormais. » ajouta-t-elle, taquine, ponctuant son affirmation d'un clin d'oeil léger avant d'observer son environnement. Comme toujours lorsqu'ils sortaient, il faisait assez sombre et la ruelle n'était éclairée que par la bienveillance d'une pleine lune. Personne ne semblait se promener dans les environs ou tout du moins, être désireux de venir les gêner. La jeune femme s'appuya sur le mur à côté du chevalier. « J'étais descendue en espérant vous croiser...Pour que l'on puisse discuter. Vous n'êtes pas d'un naturel très bavard lorsque nous sommes accompagné. » comme si la présence de Serena réduisait les choses qu'il se permettait de dire. Ou peut-être étais-ce Eleyna, qui devenait moins bavarde en présence de la soeur. Elle n'avait pas envie de s'appesantir sur l'animosité qui semblait persister entre elles. Inutile et des plus embarrassant, surtout pour le pauvre Pryam. « N'est-il pas étrange de se dire que nous venons de partager notre première aventure commune? » Lança-t-elle en guise de sujet de conversation, puisqu'elle était désireuse d'obtenir quelques informations. De même, sa proximité était des plus agréables et le fait qu'il désire, de lui-même, discuter, plutôt encourageant. « Et pas des moindres...Êtes-vous toujours contrarié que nous vous ayons plus ou moins forcé la main pour y participer? C'était la première fois que j'assistais à un tournoi. Ca ne se pratique pas, d'où je viens...C'était véritablement palpitant! Et j'ai pu remarquer que vous vous mésestimiez grandement, plus que je ne le pensais...Une sale habitude, vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Sam 13 Oct 2012 - 12:55

     Elle n'avait pas l'air agacée, ni énervée. Pryam ressentit un soulagement indéniable à cette constatation, l'idée qu'il puisse avoir coupé court à une conversation qui l'intéressait l'avait inquiété, mais uniquement après qu'il se soit autorisé ce comportement. C'était étrange, mais lorsqu'il avait vu la jeune femme en compagnie de ce beau parleur, la seule chose qui lui avait semblé importante était de la prendre à part pour rester seul avec elle. Pour quelle raison ? Lui-même l'ignorait et si Eleyna lui en avait posé la question, il aurait été bien malaisé d'y répondre. Peu importait au final, la seule chose qui comptait n'était-elle pas qu'ils se retrouvaient enfin seuls, tous les deux ?
     Un sourire éclaira les lèvres de la demoiselle et le chevalier l'observa un bref instant, à la dérobée. La nuit était assez sombre et comme à chacune de leur discussion nocturne, la lune semblait les surveiller. C'était le moment de la journée qu'il préférait. L'obscurité apportait le silence et chaque parole devenait plus importante qu'en plein jour. C'était du moins ce qu'il ressentait, après pour d'autres la nuit n'apparaissait peut-être que comme un moment désagréable à passer. Sans surprise, Pryam nota que ce qu'il préférait dans ces moments, c'était la présence de la Nordienne à ses côtés. Autant se l'avouer, Eleyna apportait une fraîcheur et un petit « quelque chose » qu'il n'avait plus connu depuis bien des années. Jusqu'à présent, il n'avait imaginé pouvoir se sentir tranquille qu'en présence de sa sœur, mais il semblait qu'il puisse doucement élargir son cercle. Même si les deux jeunes femmes n'apportaient pas la même chose. Ce n'était pas comparable et c'était bien ce qui troublait tant le Valois. Il n'arrivait pas à mettre de mot sur ce sentiment.

     Lorsque la jeune femme lui fit savoir qu'elle le préférait de la sorte, il ne put s'empêcher de sourire à son tour. Quelle drôle de remarque sachant qu'il avait plutôt agi comme un butor que comme un véritable chevalier, mais peut-être qu'Eleyna avait compris que son comportement la concernait ? La mère de l'errant lui disait toujours que les femmes étaient bien plus perspicaces que les hommes et il était enclin à la croire. L'idée de lui devoir une histoire ne le dérangeait pas vraiment, ce serait une raison de plus pour lui d'avoir une excuse pour l'aborder, bien qu'il avait réussi à se retrouver en tête-à-tête avec la Nordienne sans trop de difficultés. Lorsque la ménestrel s'appuya sur le mur à ses côtés, il tourna la tête dans sa direction et observa son profil quelques instants, toujours aussi silencieux. L'écouter parler était une chose qu'il appréciait davantage chaque jour. Eleyna avait une voix particulière qui captivait l'attention et surtout, la retenait. Les paroles qu'elle prononça alors ne manquèrent pas de réjouir le blond, bien qu'il se trouva fort stupide de se sentir heureux de savoir qu'elle souhaitait le croiser en descendant dans la salle. Un simple sourire éclaira à nouveau ses lèvres alors qu'il détournait son attention sur le paysage face à eux, sans négliger pour autant d'écouter la demoiselle avec une grande attention. La suite de la discussion le fit hausser les épaules avant qu'il ne prenne enfin la peine de répondre, presque à regret de briser le monologue de la jeune femme.

     ▬ Je n'étais pas contrarié, disons simplement que ce n'est pas vraiment le genre d'endroits que j'aime fréquenter. Il y avait trop de monde, trop de nobles surtout et j'en côtoie assez quotidiennement pour ne pas rechercher leur compagnie. Contrairement à celle de la Nordienne. Mais il passa cette réflexion sous silence. Malgré le fait qu'ils passaient le plus clair de leur temps ensemble – et avec le reste du groupe – il ne s'en lassait pas. Vous savez, vous arrivez à une période où la chance me sourit particulièrement, si vous m'aviez connu quelques années plus tôt, vous comprendriez mon comportement vis-à-vis de mes capacités. Mais je crois qu'il est dans la nature humaine d'agir de la sorte, non ? Il glissa son regard vers elle, au fond tout ceci lui importait peu. Il était un chevalier moyen et ne deviendrait jamais célèbre pour ses faits d'armes et cela lui convenait parfaitement. Pryam ne se sentait pas taillé pour devenir une figure de son époque, il voulait une vie normale, tout simplement. Mais je suis plutôt satisfait que nous nous soyons rendus là-bas, même si les événements qui s'y sont déroules ne m'ont pas enchantés, c'est resté un moment agréable en votre compagnie. Aussitôt une prise de conscience le fit ajouter quelques mots. Ainsi que celle de nos autres compagnons. »

     C'était plus fort que lui, toute l'assurance qui l'habitait alors qu'ils étaient dans la salle, s'envolait et fondait comme neige au soleil. Une légère frustration se fit sentir, ainsi qu'une part de soulagement. D'un côté Pryam avait envie de faire savoir à Eleyna que sa présence lui faisait plaisir et le réconfortait, mais de l'autre, il se disait qu'il n'avait pas le droit d'imposer de telles paroles à une femme libre comme elle. Puis surtout, il craignait que ce ne soit pas réciproque, même si jusqu'à présent les mots utilisés par la Nordienne lui permettaient de penser que c'était bien le cas. Il soupira légèrement, laissant quelques secondes passer avant de poursuivre du même ton posé qui lui était familier.

     ▬ Vous savez, toutes les histoires que je connaissais je vous les ai déjà contées, je ne suis pas aussi doué que vous en la matière et je crains de ne pas pouvoir rivaliser avec votre ami. Sur le plan des histoires ou autre chose ? Les deux certainement, ce n'était pas l'assurance ou la vanité qui étouffaient le Valois, au contraire. Il préférait encore participer à un nouveau tournoi que faire preuve d'éloquence face à une dame. Surtout Eleyna. Quant au silence... Je dirais que ce n'est pas uniquement lorsque nous sommes accompagnés. C'est simplement que je préfère entendre les autres parler alors j'écoute. Certaines personnes ont une voix particulière qui mérite que l'on s'y attarde. Son attention se porta à nouveau sur le profil de la Nordienne. Comme vous par exemple, vous avez une belle voix que j'apprécie d'écouter. C'était déjà un bon début. Son regard dévia aussitôt. Mais je vous l'ai déjà dit il y a quelques temps. Je me répète. »

     Dans le Conflans plus précisément, chez les Darry lorsqu'ils avaient fait une halte un soir. C'était là la première fois où Pryam avait entendu la demoiselle chanter, une soirée bien agréable, même si elle avait été très courte. Le Valois s'emmêlait les pinceaux, il n'était pas capable d'avoir une discussion sans se perdre dans des excuses et là c'était encore plus gênant. Il devait se concentrer sur un sujet et s'y tenir en passant sous silence tout ce qu'il pouvait bien penser. De toute manière, ce n'était pas des pensées qui devaient être formulées, par respect pour la jeune femme qui se tenait à ses côtés. Nouveau soupir, très léger, avant qu'il n'arbore une expression faussement détendue pour reprendre le chemin d'un sujet moins épineux.

     ▬ Mais vous avez raison. C'était une belle aventure, vous allez avoir de quoi écrire plusieurs ballades j'en suis persuadé. Même s'il est regrettable que vous ne puissiez pas en apprendre plus, au moins n'y avait-il pas beaucoup d'autres ménestrels sur place. Il n'avait vu que très peu de monde en réalité, essentiellement concentré sur la sécurité de Serena et bien évidemment, à chercher Eleyna dans le public lorsqu'il avait craint qu'elle ne s'en-aille suite à leur dernière discussion. Avez-vous déjà des idées ? Je suis certain qu'une personne avec une imagination comme la vôtre doit déjà tout avoir en tête, peut-être même déjà couché sur papier ? Il s'intéressait sincèrement à elle, même si sa manière de le montrer était assez maladroite. Et qu'avez-vous apprécié le plus à ce tournoi Eleyna ? Si vous avez apprécié, il sera toujours possible d''assister à d'autres vous savez. Il marqua une légère pause avant d'ajouter ce qui l'inquiétait le plus. Si vous prévoyez encore de voyager avec nous du moins, je ne veux pas vous obliger à quoi que ce soit. »

     Au fond de lui, il espérait qu'elle souhaitait réellement rester dans leur groupe pour continuer leur périple, même si une part de lui-même ne pouvait s'empêcher d'espérer qu'il ait un rôle dans ce désir.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 15 Oct 2012 - 10:21

« Vous n'aimez pas les nobles? » demande-t-elle, un peu surprise et peut-être aussi embêtée. Ce n'était pas exactement ce qu'il avait dis et peut-être étais-ce un semblant de paranoïa qui le lui faisait penser. Ridicule, pour un chevalier, ne pas apprécier la noblesse...Même si, en y réfléchissant bien, elle se souvenait de la distance qu'il avait adopté chez les Darry, préférant loger comme un homme du peuple au lieu de goûter à la chaleur d'un lit. Il avait prétendu ne pas vouloir profiter du cadeau offert à la ménestrel mais, s'il y avait autre chose? Et si son instinct l'avait trompé et qu'il n'appartenait pas à la noblesse? Ou qu'il en avait fais partie mais ne les appréciait plus qu'en guise d'employeur? Eleyna se demandait quelle réaction il pourrait avoir en apprenant sa véritable identité. Certes, les Omble étaient une maison mineure du Nord mais ils n'en restaient pas moins de beau-sang. A moins qu'il n'ai voulu souligner le fait qu'il n'aimait pas la compagnie de certains nobles, de par leur caractère. Après tout, les spécimens croisés à Mur-Blanc avaient eu le mérite d'être haut en couleur et rarement des plus sympathiques. Preuve en était cet homme qui avait accusé son ami roturier à tord, dans le seul but d'obtenir la satisfaction de désigner un coupable.
La nordienne n'avait jamais apprécié elle-même la compagnie des femmes nobles, même du Nord, en dehors de celles qui, comme elle, sortaient des sentiers battus. Point commun ou différence capable de changer la vision du chevalier à son égard? Ne sachant pas, elle préfère le laisser continuer. Après tout, elle s'est sûrement trompée, montée la tête trop rapidement. A fleur de peau, tel est son état d'esprit lorsqu'il l'accompagne. Puis il ne connaissait pas son nom de famille, et c'était tout aussi bien. « Je pense plutôt qu'il s'agit de votre propre nature plus que la nature humaine. J'ai connu beaucoup d'hommes vantards, certains qui le pouvaient et d'autres -la plupart- qui ne le pouvaient guère. Je n'ai jamais rencontré une personne qui se mésestimait. C'est étrange, vraiment...Et agréable. Cela fais de vous quelqu'un de spécial. » précise-t-elle en souriant doucement, cherchant par la à le complimenter à sa façon. Il lui rend assez rapidement la pareille, lui expliquant que, malgré les évènements agaçants il avait apprécié les moments partagés. Il eut beau préciser que ce fut le cas également avec leurs compagnons, Eleyna sentit une rougeur de pucelle envahir son visage. Teinte délicate, qui ne devait guère être vue dans la pénombre du soir. Cela lui plait, encore plus de l'entendre après la légère dispute qu'ils avaient eu là-bas. Histoire ancienne, qu'elle ne parvenait pourtant pas réellement à oublier. Elle avait été blessée, mais surtout très triste. Dire qu'elle avait songé à s'en aller pour ne plus lui causer d'ennuis...Elle n'avait pas cherché à mal, loin de la. Ils ne s'en étaient que rapidement expliqués, cela ayant suffit pour l'empêcher de mener son fol projet à bien. Pourtant, elle prenait garde.

« Ce n'est pas mon ami... » croit-elle bon de préciser. Le terme a l'air d'heurter le chevalier, comme s'il craignait le ménestrel. L'homme avait simplement été un peu fanfaron, mais n'avait pas tenté de lui faire du mal. Il lui racontait une histoire, toute simple. Eleyna n'en était pas son amie pour autant. Elle était celle de Pryam...Du moins, à ses yeux. « Vous, vous l'êtes. Du moins si vous l'acceptez. Nous nous complétons assez bien, j'aime raconter, vous aimez écouter, et de temps en temps les rôles s'inversent...Je suis persuadée que nous vivrons bien d'autres aventures. Mon oncle m'a dis jadis que j'avais une tendance naturelle à attirer les bonnes histoires. Je crois que ce n'était pas un compliment...Enfin, de sa bouche, peut-être que si. » S'éloignant un peu du sujet, Eleyna semblait à nouveau perdue dans son monde de songes, là où elle conservait ce qu'elle appelait passé. Elle se souvenait, qu'il lui avait dis cela en riant, de son gros rire bruyant qu'on entendait dans toute la demeure. C'était après la fameuse histoire des brigands.
« De la part d'une personne qui n'apprécie guère la musique, c'est un beau compliment. Vous êtes flatteur ce soir, cher chevalier. » répond-elle, toujours avec ce léger sourire qu'elle arbore lorsqu'un compliment la touche. On ne lui en avait pas fais énormément, et ceux de Pryam faisaient pétiller ses yeux de joie véritable. Etrange, le baume que cela mettait sur son coeur encore meurtrit par la perte d'un être cher. Etrange, cette envie de vouloir rester en sa compagnie, de s'y sentir en sécurité, presque comme avec son frère. Etrange, cette confiance, et cette capacité qu'il avait acquise en si peu de temps, de la toucher avec une facilité déconcertante. Etrange duo, Pryam Eleyna, Eleyna Pryam. Au fond, ils n'avaient rien en commun...Et pourtant.

« J'avoue que quelques idées me sont déjà venues et je voulais en discuter avec vous. » Pourtant, avant de pouvoir ne fus-ce qu'essayer de le faire, le chevalier la surprit à nouveau. Ce n'était pas la première fois ce soir et Eleyna se demandait ce qui lui prenait. Agréablement, elle aimait ce changement, elle aimait le voir prendre les devants à sa façon. Déjà, son imagination s'emballait quelque peu sans qu'elle ne sache exactement dans quelle direction. Parfois, son esprit se montrait trop complexe face à des choses pourtant simple. « Si cela vous convient, à tous, ce serait un vrai plaisir. » confia-t-elle, heureuse. C'était la seconde fois déjà qu'il l'invitait à voyager en sa compagnie, la première datant de leurs retrouvailles, après qu'elle eut perdu son jumeau. Il s'était montré attentionné et Eleyna n'avait jamais eu à se méfier de ses intentions. Cet homme était un chevalier de contes personnifié. Il était loyal, juste, fidèle à ses voeux, respectueux et prompt à aider son prochain. Cela la fascinait d'autant plus depuis leur escapade à Mur-Blanc, où elle avait pu remarquer que la plupart de ses confrères n'agissaient pas vraiment ainsi. « J'aurais le plaisir de vous voir jouter à nouveau! En espérant que le prochain tournoi soit tout aussi agité. » Léger clin d'oeil. Elle ne plaisantait pas, petite fille rêvant d'aventures fabuleuses. Bien sur, cela avait été dangereux et pour la première fois, elle avait goûté à la peur de perdre autant son ami Jorah que ce nouveau compagnon chevalier. Beaucoup d'émotions étranges avaient défilé en elle ces trois derniers jours, des sentiments qui avaient quelque peu changé sa façon d'être. Jadis elle était une jeune noble sortie d'un cocon tressé avec soin pour la garder prisonnière. Elle n'avait de l'aventure qu'une vue romancée. Désormais elle apprenait à la connaître, développait de nouvelles aptitudes et acquéraient de nouveaux savoirs à appliquer. Raison pour laquelle elle était, somme toute, un peu différente de leur première rencontre. Tant de choses s'étaient passées...

« Je sais que je ne devrais pas le souhaiter. Après tout, de nombreuses personnes ont perdu la vie au fil des soirs, un noble chevalier a failli être accusé à tord, pour le simple plaisir de trouver un coupable. Mon ami a été blessé, moi-même j'ai failli l'être, mais je n'arrive à retenir que les instants les plus exaltants. Vos joutes par exemple, ou le moment où Daemon Feunoyr a révélé son identité, ou encore lorsque j'ai aperçu Brynden Rivers...J'aurais aimé pouvoir approcher ces hommes, leurs parler. J'aurais aimé demander à la Main du Roi si toutes les légendes à son sujet étaient vraies. J'aurais aimé demander au Feunoyr comment il vivait son exil, entendre le récit de ses combats. Je sais, ce n'est que folie...D'ailleurs ne le suis-je pas? Folle. » Elle hausse les épaules. Cela ne la dérange pas, ainsi est sa façon d'être. « Mais je ne peux que supposer toutes ces choses. Les inventer. J'ai rencontré des hommes vraiment fascinant; de grands hommes à vrai dire, dont mon oncle m'avait mainte fois parlé. Puis j'ai compris...Que le plus grand d'entre tous et bien, c'était vous. Vous qui aidez les autres sans vous soucier de la récompense, sans vous soucier du pouvoir. Le jeu des trônes est fascinant à fantasmer, et mon imagination ne connaît de limite que celle qu'elle s'impose. Mais dans la réalité -et ne vivons nous point dans celle-ci? ...Je préfère les mystérieux chevaliers errants. » Elle sourit, à nouveau elle se mordille doucement la lèvre sans vraiment le regarder. Elle fixe un point au delà, peut-être la lune, peut-être une étoile. « J'écrirais sur eux tous, malgré le danger que cela représente lorsqu'il s'agit du dragon noir. Mais mon sujet préféré...Est et restera...Pryam Juste Pryam. » Elle baisse les yeux pour chercher son regard, et souffle, plus bas: « Alors non, je ne partirais pas. Égoïstement, je ne partirais pas, dusse-je devenir un poids, dussiez-vous finir par me haïr. »
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 15 Oct 2012 - 15:35

     Les mots et les discussions les plus basiques avaient l'air toujours plus importantes lorsqu'il les abordait avec Eleyna. C'était étrange en y repensant, sachant qu'il aimait parler avec elle, il aurait été plus logique que leurs conversations soient naturelles et se déroulent sans difficultés, mais pourtant, c'était le contraire qui se produisait. Il pesait et scrutait chaque mot avant de le prononcer et c'était d'ailleurs en grande partie la raison de ses silences répétés. Il était plus simple de se taire pour ne pas dire de sottises, plutôt que de parler et de prendre le risque de sortir une énormité. C'était la solution de facilité, une espèce de fuite qu'il n'assumait pas franchement, mais soyons honnêtes, il avait déjà fuit sa demeure alors il n'était plus à cela près. Avant de laisser la culpabilité le gagner, Pryam chassa ces pensées de son esprit avant de secouer la tête en signe de dénégation. Il n'avait rien contre les nobles, du moins pas précisément contre ces personnes, ce n'était pas une généralité, plus quelques individus isolés. Peu habitué à décrypter le ton de ses interlocuteurs, le jeune homme n'avait même pas remarqué qu'Eleyna avait eu l'air embêtée par cette idée, puis quand bien même en aurait-il était capable, il aurait certainement pensé qu'elle craignait pour leurs futurs emplois.

     ▬ Non, non je n'ai rien contre eux. C'est juste que les nobles ont trop d'ambitions et perdent souvent de vue les choses essentielles. Enfin je crois, mais je n'ai aucun grief contre les nobles, sinon je ne leur offrirais pas mes services. »

     Après tout, n'était-ce pas les ambitions trop hautes de son géniteur, qui avaient poussé le jeune écuyer qu'il était à aller chercher une vie plus facile ailleurs ? Il ignorait ce qu'Eleyna pouvait avoir comme expérience avec ces personnes, mais puisqu'il la pensait née roturière, Pryam pensait qu'elle ne pouvait pas connaître pleinement le côté négatif de cette vie. Les nobles étaient riches et mieux lotis que les roturiers, il ne fallait pas se leurrer, leur vie était facilitée. Mais ils devaient aussi subir les désirs de personnes plus puissantes, les filles être mariées à des personnes qu'elles ne connaissaient pas et les fils entraînés pour devenir plus importants que leurs voisins. Certes les roturiers aussi vivaient avec les choix de leurs seigneurs, mais ils étaient encore libres de décider de leur vie et pouvaient quitter un endroit s'il ne leur convenait pas. La vie de roturier n'était pas facile, mais elle valait peut-être plus la peine de se battre pour elle.
     Il n'avait pas répliqué au compliment qu'elle lui avait fait, même si ces paroles avaient été agréables à son oreille et qu'un léger sourire l'indiquait. Ce n'était pas dans ses cordes de remercier quelqu'un pour de tels mots alors qu'il pensait ne pas les mériter. Le Valois fut néanmoins rassuré en entendant Eleyna lui faire savoir que le saltimbanque n'était pas son ami, contrairement à lui. Révélation qui ne manqua pas de lui mettre du baume au cœur, au point qu'il manqua de l'interrompre pour assurer qu'il souhaitait être considéré comme tel. Fidèle à lui-même, le chevalier resta silencieux lorsque la Nordienne se perdit dans ses pensées, patientant tranquillement jusqu'à ce qu'elle souligne la manière dont il se montrait flatteur. En faisait-il trop peut-être ? Difficile de le dire lorsque vous ne pratiquiez pas ce genre de discussions bien souvent, ou que vous ne regardiez pas les autres à l’œuvre. Un léger sourire se peignit sur les lèvres du blond, gêné il fallait l'avouer.

     ▬ Mon but n'était pas de vous flatter, je le pense réellement, je voulais juste que vous le sachiez. »

     Il s'enfonçait, certes, mais c'était plus fort que lui. Comment gâcher un compliment ? En soulignant que ce n'en était pas un. Quel idiot, mais peu importait, la bêtise était dite alors autant assumer. Cela dit, c'était vrai qu'il le pensait, Pryam n'avait pas parlé de la sorte dans le but de la flatter et qu'elle lui soit redevable, il n'était pas calculateur et Eleyna devait se douter qu'il n'attendait rien d'elle en échange de telles paroles. La gêne d'avoir été peut-être trop loin était toujours aussi présente, mais sa compagne du soir brisa le flot des réflexions en avouant qu'elle avait déjà songé à quelques idées, avant de confirmer qu'elle serait ravie de pouvoir assister à de nouveaux tournois. Lui-même ne pensait pas forcément y prendre part, plutôt y assister en tant que spectateur pour être franc, mais si la Nordienne le souhaitait, pourquoi pas ? Haussant les épaules il lâcha quelques mots après le clin d’œil de la demoiselle.

     ▬ À condition de mieux se renseigner sur les participants cette fois-ci. »

     L'idée qu'il aurait éventuellement été amené à jouter contre un Feunoyr le dérangeait beaucoup. Comment prendriez-vous le fait de savoir que l'homme face à vous était le fils de celui qui avait tué une personne de votre famille ? Certes, certains s'en moqueraient, mais Pryam avait un profond respect pour son grand-père et surtout, voyait là le déclencheur de l'ambition de son paternel qui n'aurait jamais pu se comporter de la sorte si son père avait encore été en vie. Mais passons. Il voulait juste éviter de revoir d'autres Valois aussi importants que les Corbray ou les Arryn, mieux valait se montrer prudent, même si son statut apparent de roturier ne l'exposait à rien, surtout depuis la mort de lady Maura.
     Comme si elle entendait ses pensées, Eleyna reprit la parole en avançant qu'elle ne devrait pas espérer de telles choses alors qu'il y avait eu beaucoup des malheurs. C'était un fait, mais après tout, le malheur de certains faisait le bonheur d'autres non ? Le seigneur de Murs-Blancs n'avait pas hésité à sacrifier plusieurs personnes – dont un chevalier étranger, souillant son honneur – juste pour aider un imposteur à monter sur le trône. À côté, le souhait d'Eleyna était plus que minime. Cela dit, les paroles de la jeune femme ne manquèrent pas de surprendre le chevalier. Daemon Feunoyr l'intéressait ? Elle disait être Nordienne, Herberouge ne devait donc être qu'une simple bataille contée au coin du feu comme bon nombre de familles de Westeros. Les réflexions de l'errant se faisaient peut-être trop sérieuses, en tous les cas, il fut pris de court lorsque son amie lui avoua qu'elle préférait les récits sur les chevaliers errants à ceux sur ces individus. Il ne sut que répondre et décida de laisser le silence planer jusqu'à ce qu'elle cherche son regard. À ce moment il se contenta de hausser légèrement les épaules.

     ▬ Il n'y a aucune raison pour que j'en vienne à vous haïr, au contraire. Je ne vous cache pas qu'au début je n'étais pas convaincu de la durabilité de notre groupe, mais avec le temps, je commence à trouver cette situation plus que normale. Et puis, j'apprécie toujours davantage votre compagnie, je ne vois pas pour quelle raison ce sentiment changerait. C'était sorti seul, il ne souhaitait pas qu'elle puisse imaginer qu'il en vienne à trouver sa présence pesante. Désireux de chasser ce sujet, Pryam enchaîna rapidement. Cette fois-ci, c'est vous qui êtes flatteuse Eleyna. Vous savez, il est aisé de ne pas se soucier du pouvoir lorsque vous n'en avez pas. Je ne suis qu'un chevalier errant que personne ne connaît, ce n'est pas très dur de renoncer au pouvoir et à la richesse lorsque je ne l'ai pas. Ce n'était pas très flatteur dit de la sorte, mais véridique. Cela me fait plaisir que vous me voyiez de la sorte, mais je ne veux pas que vous soyez déçue le jour où vous comprendrez qui je suis réellement. »

     L'idée qu'elle puisse lui tourner le dos le jour où il lui avouerait tout, le dérangeait fortement. Lui dirait-il un jour d'ailleurs ? Bonne question. Il n'avait aucune réponse à fournir, si ce n'était qu'il espérait que ce moment n'arrive jamais. À force de s'enfoncer dans le mensonge – s'en était un après tout – Pryam voyait de moins en moins comment s'en sortir sans blesser la jeune femme. Mieux valait tout laisser en place et ne pas remuer la vase au fond de l'eau. Son attention se déporta sur le ciel face à eux avant qu'il ne termine son intervention.

     ▬ Daemon Feunoyr n'a que trop fait parler de lui et pas en bien, mais si vous désirez écrire sur lui, je le respecterais. Veillez seulement.... Il réfléchit quelques instants à la manière dont il fallait présenter les choses. Veillez juste à ce que personne ne puisse vous considérer comme une rebelle, je ne voudrais pas qu'il vous arrive malheur par ma faute. Après tout, c'est à cause de moi que vous étiez là-bas. »

     Une manière de masquer le fait qu'il ne voulait pas qu'il lui arrive malheur, tout simplement. Sentiment à demi avoué, c'était déjà une bonne chose, c'était mieux qu'auparavant en tous les cas.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 22 Oct 2012 - 15:45

Pryam la rassura presque immédiatement sur un point sensible: Il ne nourrissait aucun grief contre les nobles, simplement il n'appréciait pas leur ambition démesurée. Cela, Eleyna pouvait aisément le concevoir. Elle-même n'aimait le jeun des trônes que de très loin et les nordiens avaient ce manque d'intérêt chronique pour les régions du Sud et leurs différentes activités. Un Stark s'occupait en premier lieu de son fief, ils avaient tous des préoccupations plus importante que les conflits entre l'Ouest et le Val. Ne pas mourir de faim une fois l'hiver venu, ne pas laisser les fer-nés envahir leurs territoires, vivre et survivre, le plus simplement du monde. Il y avait au Nord cette espèce de noblesse simple faisant que le Stark, aussi froid que la glace constituant le Mur, pouvaient se permettre de ne jamais se mêler que de leurs affaires. Ils régnaient sur un territoire aussi grand que le reste des sept couronnes et ne s'étaient soumis, au fond, que pour obtenir la paix. Ils restaient maîtres et rois là où la neige était éternelle. Ils défendaient le royaume contre une menace que trop négligeaient, et oui, Eleyna était fière de la neige coulant dans ses veines bleutés, délicatement sous sa peau pâle. Et elle se savait différente des autres, tout comme son oncle l'avait été, tout comme l'était sa cousine. La noblesse avait un sens différent à ses yeux, et elle découvrait un peu plus chaque jour à quel point tout était différent ici, tout ce qu'elle croyait connaître, tout ce qu'elle s'était imaginé. Loin de son esprit romanesque, elle continuait de garder ses illusions pour le simple plaisir de rester elle-même. Oui...Eleyna était différente d'autres nobles, elle ne devait donc pas s'inquiéter d'une ambition démesurée. Quoi que son rêve soit de rencontrer toutes les légendes contemporaines de Westeros, discuter pour pouvoir écrire à leur sujet et ensuite leurs présenter le fruit de sa création. Peut-être cela faisait-il d'elle quelqu'un d'ambitieux, ou d'imbu de sa personne. Croire qu'une fille de la petite noblesse pourrait mener à bien ce projet fou...Idéaliste? Naïve? Allez savoir. « Vous m'en voyez rassurée. » dit-elle, avant d'ajouter avec un soupçon de précipitation: « C'aurait été contrariant pour votre emploi, dans le cas contraire! » Léger sourire, ils enchaînent.

Il lui affirme qu'il ne cherche pas à la flatter, simplement il énonce une vérité. Cela lui fait plaisir, qu'il ai envie de lui avouer ce genre de choses. Elle continua de parler, lui expliquant ses projets, le renseignant sur toute la vérité de ses propres pensées. Sur Daemon, sur Brynden, sur tous ces gens qu'elle désirait rencontrer et ce peu importe les bruits qui couraient à leur sujet. Eleyna était du genre à vouloir faire connaissance avec un fer-né, ce pour mieux les connaître, pour mieux en parler. L'histoire de Pryam avait éveillé sa curiosité et elle désirait en savoir plus. Vérifier les rumeurs, savoir s'ils étaient vraiment barbare ou s'il s'agissait d'un peuple différent et donc rejeté par les bonnes convenances de Westeros. Son oncle lui avait toujours dis qu'un homme, quel qu'il soit, rejette ce qu'il ne comprend pas parce qu'il en a peur. Un peu comme le Sud avait abandonné les anciens Dieux au profits des nouveaux. L'aspect théologique de leur relation n'avait jamais vraiment été abordé. Pryam était un enfant des sept, chevalier de surcroît, et donc dévoué à leur service. A ses côtés, elle avait énormément appris sur cette religion et plus elle en savait, moins elle l'appréciait. Ici, loin des bois, elle avait l'impression que le regard bienveillant de ses protecteurs ne pouvait l'atteindre. Elle se sentait un peu seule, parfois. Sauf lorsqu'ils traversaient une forêt, chose qui n'arriverait plus avant un moment puisqu'ils se dirigeaient vers les plaines de l'Ouest et sa capitale, Port-Lannis.

Pryam continua de parler, avec une aisance qui allait en augmentant chaque jour un peu plus. Elle répondit à son clin d'oeil d'un léger rire: « Assurément! Auquel cas vous pourriez également vous faire passer pour quelqu'un d'autre, juste pour vous amuser. Ou je le pourrais...Qui pourrais-je être? » se demanda-t-elle, désireuse de pousser un peu plus loin la plaisanterie. Aucun des deux ne savait qui était réellement l'autre. Ils avaient des doutes, Eleyna trouvait qu'il parlait trop bien pour un simple chevalier errant et le soupçonnait d'appartenir à quelque noblesse. Quand à savoir d'où exactement... Elle avait cru comprendre qu'il était natif du Val, tout comme lui savait qu'elle venait du Nord. Deux grandes régions, difficile d'y trouver quelqu'un de disparu. Ou peut-être pas...Etaient-ils les deux seuls nobles à oser quitter leur avenir, leurs terres, la sécurité, pour partir à l'aventure? Eleyna avait imaginé bon nombres d'histoire au sujet de Pryam, sans jamais osé lui poser directement la question. Elle ignorait quelle était cette chose, qui la retenait. Aurait-elle, pour la première fois, peur de blesser quelqu'un par sa curiosité?

« J'étais là bas à cause de moi-même. Nous vous avons harcelé pour pouvoir nous y rendre et vous avez cédé. Vous ne seriez pas responsable...Encore moins si l'une de mes chansons m'attire les foudres des puissants. Qu'y puis-je s'ils se vexent aussi vite? » répondit-elle à sa touchante expression de crainte à l'idée de la perdre. Il multipliait les marques d'affections verbales, et elle en était heureuse. « Ne craignez pas pour moi, quoi que j'apprécie l'idée que vous désiriez me protéger. Cela m'a toujours rendue hardie, de savoir que quelqu'un était la, pour me sauver s'il le fallait. Je me demande ce que cela ferait, avec vous... » L'envie de se mettre en danger juste pour ressentir cette sensation était grande, mais tellement irresponsable...Digne d'elle. Seul un frère, lui avait porté assistance. Un ami aussi, un ami tel que Jorah qui faisait office de frère, à sa façon. Mais un homme...Un homme neutre, avec qui elle s'entendait simplement bien. A nouveau, son imagination s'emballait, et soudain, l'envie d'écrire quelque chose lui prit les doigts. Comme elle l'avait espéré, sa compagnie lui rendait la beauté de sa plume. « Regardez les envies que vous provoquez en moi, avec vos belles paroles. Cela me touche, de vous entendre apprécier ma compagnie. Cela me soulage également...Etrange, n'est-ce pas? » L'air un peu rêveuse, elle baisse le regard sur le sol. De la terre, battue par les mains passages. Des traces de roues, sans doute une charrette appartenant à l'aubergiste, pour lui livrer de quoi préparer sa tambouille.

Il a dit une phrase, anodine mais qu'elle a retenue. Qui je suis réellement. Elle est curieuse, elle s'interroge. Lui aussi. « Parce que je ne sais pas qui vous êtes...Selon ce que vous dites. Je connais Pryam Juste Pryam, mais pour d'autres vous n'êtes pas Juste Pryam, vous êtes peut-être.. Pryam quelque chose. Pryam autre chose. Si j'en viens à être amie avec Serena, peut-être me dira-t-elle quelques secrets...J'ai toujours aimé les secrets. Vous souvenez-vous de notre premier jeu, lorsque nous nous sommes rencontrés? Je vous racontais une histoire et vous, en échange, m'en contiez une. Cela pouvait être une fable ou simplement la réalité. Je me demande...Si vous êtes une fable, ou une réalité. Si nous jouons tous les deux un rôle, ou si nous sommes les originaux, ceux qui inspirent l'histoire. Je me demande tellement de choses... » Au fil de son discours, sa voix baisse, devient une sorte de murmure. Elle se parle à elle-même, à lui également. Elle oublie de fermer sa bouche, ou peut-être pas. Elle suit le fil de sa pensée, un peu tordue. Elle ne sait pas. « Joueriez-vous à ce genre de jeu avec moi, Pryam? Me raconteriez-vous des choses que nul autre ne sait? Et que nul autre ne saura...Secret pour secret? Je me le demande. Jusqu'à quel point somme nous ce que nous sommes. Et jusqu'à quel point vous êtes curieux, vertueux chevalier errant. » Elle releva la tête, son visage orné d'un sourire teinté d'une touche de provocation. Rien de vilain, un amusement. Elle avait envie de discuter, d'apprendre, de s'amuser aussi peut-être...Ses paroles l'avaient rendue hardie, elle ne mentait pas. L'avait, peut-être, ramenée vers ce qu'elle était avant la série de drames qu'elle avait connue dans l'auberge. C'était amusant, comme une enfant curieuse, et peut-être un peu malsain, vu que l'enfant était femme faite.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 22 Oct 2012 - 18:02

     Les paroles pourtant pleines d'indices de la Nordienne, ne semblaient pas provoquer de questionnement particulier dans l'esprit du Valois. Il interprétait son intérêt pour les nobles comme quelque chose de normal, après tout, une ménestrel était forcément liée à ce milieu puisque ce n'était pas les roturiers qui allaient financer ses représentations, ou en offrant juste de quoi survivre. L'idée qu'elle puisse être noble ne l'avait pas vraiment effleuré, Eleyna était une femme originale et elle parlait bien - peut-être trop pour une roturière - mais elle travaillait dans un domaine où le langage et la tenue étaient primordiales. Comment une paysanne pourrait réussir à se faire accepter dans la cour d'une maison noble ? Ce serait impossible, peut-être que les parents de la Nordienne avaient compris ce point et s'étaient arrangés pour lui offrir la meilleure vie qui soit ? Les roturiers étaient souvent bien plus attentifs aux besoins de leurs enfants que les nobles qui voyaient les leurs au travers de leur progéniture. Le questionnement de son origine ne se posait donc pas. Pas encore du moins, même si le temps éveillait forcément des questions. Ce n'était pas sans raison qu'il avait toujours soigneusement évité de trop fréquenter les mêmes individus. Jusqu'à Eleyna.

     Lorsque la jeune femme aborda l'idée qu'il puisse se faire passer pour une autre histoire de s'amuser, un bref moment de gêne passa dans le regard du Valois qui, heureusement, ne regardait pas la jeune femme à ce moment. Déjà qu'il avait du mal à garder ce rôle de « Pryam du Val », ce n'était pas pour en rajouter par-dessus. Mais comment Eleyna pourrait-elle se douter qu'il jouait déjà un autre personnage ? Il était préférable de ne pas aborder le sujet et il se contenta donc de hausser légèrement les épaules avant de lâcher quelques mots, sincères, afin de détourner la discussion.

     ▬ Pourquoi vouloir être une autre ? Vous êtes très bien comme vous êtes. »

     Ce n'était pas le nom ou les origines d'une personne qui faisaient ce qu'elle était, mais plus ses choix. Eleyna avait décidé d'être sur les routes et non auprès des siens, il n'y avait rien d'autre à savoir. Et pourtant... Il avait très envie d'en savoir plus à son sujet, tout en se doutait qu'avec la personnalité de la jeune femme ce serait donnant-donnant et il ne pouvait se le permettre. La jeune femme rassura Pryam à sa manière en lui faisant savoir qu'il ne serait aucunement responsable de tout ce qui pourrait bien arriver suite à ce tournoi. Certes, c'était certainement la vérité, mais il n'empêchait pas que l'inquiétude du Valois soit toujours présente. Cela dit, ce fut avec amusement qu'il accueillit la déclaration de son amie concernant le fait qu'elle apprécie l'idée qu'il souhaite la protéger. Allait-elle se lancer dans de folles aventures pour voir jusqu'à quel point il serait prêt à aller pour veiller sur elle ? Il espérait bien que non, non parce qu'il avait une limite - son devoir lui dictait de faire passer la vie des autres avant la sienne - mais peut-être tout simplement, parce que lui-même craignait de savoir jusqu'à où il pouvait aller. C'est donc avec son arme la plus efficace qu'il répliqua à cette déclaration : le silence. Mais l'annonce d'Eleyna concernant le fait qu'elle était soulagée de savoir qu'il appréciait de l'avoir à ses côtés fut suffisante pour le faire changer de mode de fonctionnement. Il tourna la tête dans sa direction, la regarda un bref instant alors qu'elle contemplait le sol d'un air rêveur, puis répondit simplement.

     ▬ Est-ce si inhabituel que l'on apprécie votre compagnie, ou est-ce simplement parce que je ne le montre pas en temps normal ? »

     Il était vrai que Pryam n'était pas vraiment l'homme le plus démonstratif de Westeros, mais c'était justement ce qui faisait son caractère. Au moins chaque mot qui sortait de sa bouche était sincère, il n'exprimait pas ses sentiments à la légère, Serena elle-même le savait bien. Le regard du chevalier quitta le profil de la jeune femme alors qu'il levait le nez au ciel pour constater que les étoiles étaient visibles : ils auraient une belle journée le lendemain. Mais les choses se gâtèrent d'elles-mêmes, du moins ce fut le sentiment que le Valois ressentit en entendant Eleyna avancer l'idée qu'il puisse être plus que « Juste Pryam ». À leur première rencontre il avait assuré n'être qu'un simple roturier, avait-il dit quelque chose qui puisse éveiller des doutes dans l'esprit de la jeune femme ? Le sourire qui flottait, léger, sur ses lèvres, s'envola rapidement et fut remplacé par une expression de réflexion. C'était un sujet épineux qui provoquait toujours un nœud dans son estomac et une boule dans sa gorge, un peu comme lorsqu'il avait avoué à la belle qu'il appréciait sa présence. Il n'y avait pas grand-chose pour provoquer ce type de réactions en lui. Tout le long des paroles de la Nordienne, le chevalier resta muet et immobile, ce ne fut que lorsqu'elle tourna la tête dans sa direction qu'il fit de même, hésitant à la regarder avec franchise parce qu'il savait très bien qu'il ne parviendrait pas à lui mentir les yeux dans les yeux. Mentir, c'était une chose qu'il détestait, la vie était toujours plus compliquée lorsque vous deviez travestir la vérité. Le jeune homme inspira légèrement alors que ses yeux se déportaient sur le chemin devant eux, puis il répondit.

     ▬ Je n'ai jamais été doué aux jeux et je ne sais pas si ce serait une excellente idée que j'y prenne part.... Un bref moment de silence s'installa. Est-ce que vous pensez réellement que le passé est si important que cela Eleyna ? J'ai toujours considéré que c'était les actes d'une personne qui déterminaient ce qu'il était, mais pourtant il semblerait qu'aux yeux de tous, ce ne soit que le reste qui compte. Il n'avouait pas être un autre que « Juste Pryam », mais ne niait pas pour autant. Je ne suis pas le chevalier vertueux que vous pensez avoir face à vous, mais il n'y a pas de sombre histoire ou de secret de famille derrière tout cela, rien de plus que la vie banale d'un frère et d'une sœur tout simplement. C'était un fait, après tout, combien de jeunes filles nobles étaient destinées à la vie que Serena aurait dû avoir ? Je crois tout simplement que vous m'imaginez plus intéressant que je ne le suis réellement Eleyna, vous risquez d'être très déçue. »

     Pouvait-il lui raconter un secret comme elle le désirait ? Il l'aurait souhaité, mais quelque chose l'en empêchait, plusieurs raisons en réalité. Pryam avait formellement demandé à Serena de ne pas aborder le fait qu'ils possédaient un nom, il l'obligeait à vivre comme une roturière sur les routes et à ne pas pouvoir espérer construire un avenir. Comment pourrait-il se permettre de dévoiler ce qu'il avait refusé à sa sœur, juste pour cette raison ? Quelle raison d'ailleurs ? Pouvoir garder Eleyna encore quelques temps à leurs côtés ? S'il avait envie de pouvoir donner à la Nordienne ce qu'elle attendait, c'était uniquement parce qu'il désirait en apprendre tout autant à son propos, un désir égoïste qui, jadis, l'avait poussé à abandonner Serena à Neufétoiles. C'était un luxe qu'il ne pouvait plus se permettre, sans quoi les Sept ne pourraient plus le juger digne d'être chevalier. Ces réflexions défilaient dans l'esprit du Valois en l'espace de quelques secondes et à regret, il constata que la situation ne permettait pas de révélations, pas comme il l'aurait souhaité du moins. L'expression de Pryam s'était légèrement rembrunie avant qu'il ne réplique une fois de plus.

     ▬ Vos secrets ont l'air bien précieux, je crains qu'ils ne soient bien trop importants pour être troqués contre ceux d'un chevalier. Seriez-vous aussi en train de jouer un rôle ? Vous m'avez l'air d'avoir beaucoup de personnes pour qui vous comptez si vous êtes habituée à être protégée. Il la regarda l'espace de quelques secondes. Eleyna, jeune dame en fuite pour échapper à un époux trop épris d'elle. Ce serait une belle histoire, à moins que je ne sois plus près de la vérité que de la fable ? C'était une histoire tellement commune, tout comme celle de Serena. Il secoua la tête comme pour chasser ces pensées. Ce serait bien étrange, les roturiers envient les nobles et les nobles se font passer pour des roturiers. »

     Il brûlait d'envie de connaître sa réponse, tout comme il le craignait. N'ayant rien à lui offrir en échange pour le moment, que pouvait-il espérer ? Il était rare que l'on se confie à quelqu'un qui ne le faisait pas en retour, surtout lorsque vous aviez affaire à une femme aussi curieuse que la Nordienne. Elle était contagieuse semblait-il.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 22 Oct 2012 - 20:15

Vous êtes très bien comme vous êtes. De quoi la toucher, de quoi lui donner envie de sourire des heures durant. Eleyna ne comprend pas le changement de comportement si soudain du chevalier, mais elle s'en contente et cela la réchauffe d'une façon agréable. Elle a l'habitude d'être considérée, depuis des années, par les mêmes personnes. Pryam est différent, il n'appartient pas à sa famille, il est simplement...Gentil. Attentionné. Il semble aimer être avec elle, se contenter de sa présence, de sa conversation. Elle l'avait trouvé très froid au début, elle avait pensé que quelque chose en lui était cassé, qu'il ne ressentait pas cette soif d'aventure qu'elle était certaine, être commune à tout chevalier, errant de surcroît. Avec le temps, Eleyna avait apprit à le connaître et elle savait désormais mieux le cerner, mieux le comprendre. Elle se plaisait à croire que ce changement, cette ouverture, venait d'elle et non du retour de Serena. Imagination fertile, capacité à se voiler la face, Ô douceur à l'âme...« Peut-être un peu des deux? » répondit-elle avec un sourire. « J'aime lorsque vous sortez de votre mutisme. » ajoute-t-elle, consciente que ce compliment allait à nouveau le mettre un peu mal à l'aise. Elle ne s'amusait pas de cet état de fait, simplement elle appréciait entendre ses compliments, entendre affirmer qu'il était bien en sa compagnie. Cela la changeait, de cet homme un peu froid et réservé auquel elle avait d'ordinaire à faire et qui ne se réchauffait que lorsqu'elle le surprenait, en lui volant un baiser ou en effleurant sa main. Doux souvenirs, elle se demandait si, ce soir, il oserait entreprendre. Elle aimait leur proximité, et cette sorte de jeu qu'ils avaient entamé. Peut-être était-elle la seule à jouer...Elle ne se rendait jamais bien compte des limites. Elle poussait, toujours plus fort, toujours plus loin, jusqu'à finalement dépasser le convenable, s'attirer des ennuis. Un peu comme ce qui semblait arriver avec Pryam. A mesure qu'elle parlait, que les mots s'échappaient d'entre ses lèvres à une vitesse affolante, déversant leur flot effronté, à la limite de la provocation, le visage du chevalier noircissait. Il perdait de ses sourires, de sa bonne humeur, et se renfermait sur lui-même tel qu'il était habituellement. Cela prouvait deux choses à la nordienne: La première, elle avait dépassé les limites. La seconde, il avait plus que probablement quelque chose à cacher, comme elle. Un secret important à ses yeux, peut-être plus que sa propre vie. Un secret qu'il ne souhaitait pas lui révéler. Pourquoi? Craignait-il qu'elle prenne peur? Qu'avait-il fais? Tué? Etait-il un ancien brigand? Ou avait-il trahi un serment et avait-il été déchu? Peut-être avait-il des vices cachés, était-il un brigand se faisant passer pour chevalier...A nouveau, les histoires défilaient dans son esprit à une vitesse folle, sans trouver satisfaction. La vérité était bien plus souvent décevante que l'inverse. Pryam semblait attacher une grande importance à la notion de passé, comme s'il voulait s'assurer que cela n'influerait pas sur ce qu'ils étaient à l'heure actuelle. Le passé...

Qu'était-ce, au fond? Elle s'empressa de lui répondre: « Bien sur que le passé est important. Il forge ce que nous sommes. Ce sont les épreuves que nous avons un jour appelé présent et qui le lendemain sont passées qui font notre histoire, qui nous modèle. Nous pouvons choisir d'être esclave de ce passé ou d'aller contre, de tracer une autre voie. Le passé est important parce qu'il fait de nous ce que nous sommes, soit dans sa continuité, soit en tant qu'ennemi. Quel que soit votre passé, quoi que vous ayez pu faire...Vous êtes tout de même celui que je connais aujourd'hui. » Elle lui sourit, inconsciente de l'avoir peut-être froissé et d'avoir éventuellement gâché leur soirée en tête à tête. Eleyna était ainsi, impulsive, joueuse, curieuse. Elle renfermait énormément de défauts, qu'elle voyait comme des qualités. « Peut-être...Peut-être. On m'a toujours reproché le fait d'avoir trop d'imagination. Pour une artiste, c'est indispensable. J'aime vos secrets, ils me donnent matière à extrapoler. Vous pourriez devenir Pryam le Brigand Repenti ou Pryam le Noble Caché, ou Pryam l'Aventurier...Vous êtes peut-être tout cela, ou peut-être pas du tout. Vous êtes peut-être un simple roturier, adoubé et parti sur les routes en quête de justice. Vous êtes peut-être simplement un homme bon, celui que je connais depuis quelques semaines maintenant. Vous êtes peut-être cette personne...Ou peut être pas... » Elle hausse les épaules. « Si vous n'avez pas envie de jouer, je ne peux pas vous obliger. » Elle sourit, agrémente d'un clin d'oeil comme pour dédramatiser leur situation. Elle essayait surtout de ne pas songer au fait qu'il avait vu juste. Elle s'était enfuie pour plusieurs raisons et échapper à un mariage dont elle ne voulait pas n'en était qu'une parmi d'autres. Avait-elle tant de secrets? Oui...Et Pryam était tellement à cheval sur ses règles qu'il serait capable de l'escorter jusqu'au Nord, la forçant à rentrer, et l'obligeant à fuir une nuit, à ne plus jamais le revoir. Cette idée, elle ne l'avait jusque la pas envisagé et son coeur se serra d'une étrange façon.

Elle se reprit assez vite, consciente qu'à sa façon, Pryam entrait dans son jeu et qu'il était même en train de gagner. Elle l'observa, détaillant son visage, et rit, doucement. Une sorte de rire enfantin, qui n'en était pas un. Il contenait un petit quelque chose, cette nuance, faisant toute la différence. Le rendant plus mâture, plus espiègle, moins...Innocent. « Ne serais-ce pas une histoire des plus...Simpliste? Un récit décevant... » Eleyna décida de quitter son mur et de s'approcher doucement du chevalier, réduisant rapidement la distance entre eux. « Ne pourrais-je pas être...Mmh...Que sais-je, peut-être une fer-née particulièrement sensible ayant décidé de vivre sur le continent et se faisant passer pour une roturière venue du Nord? Après tout les gens du Sud savent bien peu de choses sur les nordiens, leurs dieux...Ce serait une couverture acceptable. » Elle se trouvait désormais face à lui et releva la tête. « Je suis peut-être fille Stark, Ryswell, Bolton, qu'importe, dont on a caché la disparition, avide d'aventures et de renommée artistique la où on ne promet que politique, dépravation et malheur pour tout qui est au mauvais endroit au mauvais moment? La où on ne promet qu'écarter les cuisses pour accomplir son devoir et donner naissance à une multitudes de futurs petits seigneurs? Peut-être suis-je une sauvageonne d'au-delà du Mur qui a cherché à fuir les étendues glacées et à découvrir ce que Westeros avait à offrir? Et si Westeros ne me convenait pas, peut-être avais-je pour projet de partir au delà des mers. Peut-être suis-je tout cela, ou rien de tout cela... » Elle hausse les épaules, levant la main pour effleurer la joue du chevalier...Avant de la laisser retomber, comme si elle se ravisait après cette caresse volée. Malgré la fraîcheur, il avait la peau douce et tiède. « Quelle est la vérité? Y a-t-il même un fond de vérité? Ne suis-je tout simplement pas Eleyna au même titre que vous êtes Pryam? Mon cher chevalier, je révèlerais un secret contre un autre...Si vous voulez savoir d'où je viens, il faudra me dire d'où vous venez. Si vous voulez mon histoire, contez moi la vôtre. Et si vous préférez laisser votre imagination vous guider, et bien soit. Parlons de notre future destination, ou discutons des nobles potentiels à qui offrir nos services respectifs...Si vous n'êtes pas d'humeur joueur... » Sans prévenir, elle se hissa sur la pointe des pieds et déposa un baiser contre sa joue, juste à la commissure de ses lèvres. Douceur exquise, Eleyna a tendance à en profiter, du trouble qu'elle produit sur le chevalier. Elle n'avait pas besoin de beaucoup se grandir, géante qu'elle était déjà pour une femme. Baiser volé, à demi, elle murmure: « Pour que vous me pardonniez de vous avoir contrarié. »
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 23 Oct 2012 - 13:19

     Eleyna considérait le passé comme important, Pryam aussi d'une certaine manière, sauf qu'il préférait ne pas s'y attarder trop longtemps de peur de relever un nom incalculable de fautes qu'il aurait commises. Le passé était à oublier, il souhaitait se concentrer sur le présent et le futur, après tout, en s'attardant sur ses erreurs passées, il ne ferait que perdre son temps puisque rien ne pourrait être modifié. La Nordienne était souriante, apparemment le changement de comportement du Valois ne l'avait pas marquée, ou peut-être qu'elle ne souhaitait pas s'attarder sur ce point et voir ce que la suite de la discussion leur réservait. Le chevalier resta donc muet, la regardant d'un air neutre tandis qu'elle avouait que les gens lui reprochaient souvent son côté trop imaginatif. C'était une bonne chose pour une artiste comme elle le disait, mais à trop vouloir en apprendre sur certaines personnes, elle risquait aussi de se mettre à dos bien des gens. Lorsqu'elle enchaîna en énumérant divers rôles qu'il avait pu endosser, l'errant ne put s'empêcher de sourire. Aucun ne convenait à ce qu'il avait été – après tout il n'était pas noble – mais apparemment elle ne comptait pas lui forcer la main. Ce n'était pas si surprenant. Une femme comme Eleyna avait beau aimer en apprendre sur les autres, Pryam l'imaginait mal faire preuve de brutalité – verbale ou physique – pour obtenir ce qu'elle désirait. Pour le moment, ce n'était pas qu'il ne souhaitait pas jouer, mais qu'il ne pouvait pas. Tout simplement. Le silence répondit donc au clin d’œil de la Nordienne.

     Le sujet du passé de la jeune femme fut alors abordé et elle chassa l'hypothèse du chevalier en avançant le fait que ce serait bien décevant comme histoire. C'était un fait, pour une personnalité aussi originale que la demoiselle il fallait un récit digne d'être conté à travers tout Westeros. Ou peut-être qu'il se laissait simplement aveugler par la manière dont il la percevait. Et quelle était cette manière ? Pryam n'arrivait toujours pas à y mettre de mot et ce n'était peut-être pas nécessaire au fond. La jeune femme commença alors à émettre plusieurs hypothèses, débutant par l'idée qu'elle soit une Fer-née exilée sur le continent. L'image était plutôt... Amusante. Il n'avait rencontré que peu de Fer-nés, mais la demoiselle n'y ressemblait pas. Le chevalier la regardait avec attention maintenant qu'elle s'était à nouveau approchée de lui, attendant la suite avec cette patience qui le caractérisait si bien et il fut récompensée par une nouvelle fable. À moins qu'il ne s'agisse de la vérité ? Eleyna Stark, ce serait une bien surprenante révélation, mais à la hauteur du personnage. Malheureusement si ces idées étaient vraies, il ne pourrait prétendre que lui devoir protection et devrait ravaler les compliments qui lui venaient en tête lorsqu'ils étaient seuls. Comme pour compliquer les choses – ou chasser les pensées du chevalier – la main de la jeune femme effleura la joue du chevalier qui ne bougea pas. Ce n'était pourtant pas l'envie qui lui manquait, mais il préféra écouter ce qu'elle avait à lui dire plutôt que de couper le son de sa voix, au risque d'apparaître encore une fois comme trop passif. Mais une fois de plus, la Nordienne fit preuve d'une initiative qui permettait de débloquer la situation : elle se contenta de déposer un baiser au coin des lèvres du Valois et ce geste permis à Pryam de pouvoir prendre une décision, pour une fois.

     ▬ Je ne suis pas contrarié. »

     Il avait plus été dérangé par le fait de ne pas pouvoir lui dire ce qu'il avait envie pour la bonne et simple raison qu'il trahirait – une fois de plus – la promesse faite à Serena. Tout simplement. C'était une explication banale, mais qui risquait de grandement compliquer les choses. Puisque jusqu'à présent, Eleyna avait toujours pris l'initiative d'aller de l'avant, le chevalier décida d'échanger les rôles cette fois-ci. Il quitta le mur contre lequel il était appuyé depuis le début de leur discussion, supprimant donc en grande partie le peu de distance qui le séparait encore de la jeune femme. L'hésitation était palpable dans son esprit ainsi que dans ses gestes, mais peu importait, il se montrait bien plus attentionné ou même attentif à son égard que depuis leur première rencontre, elle lui pardonnerait certainement ces moments d'hésitation. Le chevalier baissa tout d'abord les yeux vers le sol comme s'il allait y trouver les mots idéals pour un tel moment, en vain, il fallait improviser.

     ▬ Et si juste maintenant, vous étiez simplement Eleyna et moi Pryam ? »

     Pas de noble, pas d'obligations, juste deux roturiers qui pouvaient faire ce que bon leur semblant. C'était se voiler la face que d'agir ainsi puisqu'il apparaissait évident à présent que ni l'un ni l'autre n'était réellement ce qu'il ou elle prétendait être. Mais peu importait, il fallait bien s'accorder quelques instants d'égarement de temps en temps. Le Valois leva enfin sa main vers le visage de la Nordienne, touchant – ou plutôt frôlant – au passage son bras et son épaule comme s'il voulait vérifier qu'il n'était pas en train d'imaginer cette scène tout simplement. Redressant la tête en même temps, Pryam plongea son regard dans celui d'Eleyna et lorsque sa man se hissa enfin à la hauteur du visage de la jeune femme, il s'autorisa à caresser légèrement sa joue. Ce n'était pas des gestes qu'il effectuait fréquemment, bien au contraire, disons même qu'il ne devait jamais avoir agi ainsi à l'égard d'une femme qui n'était pas Serena et bien évidemment, ces attentions n'avaient pas le même but. Dans une suite logique, le chevalier approcha enfin son visage de celui de son interlocutrice et pour une fois, prit l'initiative de l'embrasser. Jusqu'à présent, cette attention venait toujours d'Eleyna, bien que lui ne l'ait jamais repoussée pour autant, mais peut-être que la demoiselle comprendrait l'effort qu'il faisait pour elle ? Le baiser ne dura pas très longtemps, la résolution du chevalier fondant comme neige au soleil et il recula rapidement – peut-être trop – avant de détourner brièvement son regard vers la route comme s'il voulait s'assurer que personne n'avait vu ce bref moment d'égarement. Oh, il ne regrettait pas ce qu'il venait de faire, mais c'était si inhabituel pour lui qu'il éprouvait quelques difficultés à enchaîner avec autre chose. Une chance que la nuit soit avancée sans quoi il aurait pu se mettre à rougir comme une jouvencelle. Le Valois recula d'un pas avant de lâcher quelques mots destinés à changer de sujet.

     ▬ Vous aviez envie de voyager jusqu'à Dorne il me semble ? Nous pourrions toujours envisager de nous y rendre si vous le souhaitez, d'autant plus que cela nous éloignerait des raids des Fer-nés. »

     Changement de sujet peut-être un peu trop brutal ? Il était vrai que passer d'un baiser à la guerre pouvait faire l'effet d'une douche froide, mais les mots pas plus que les attentions délicates n'étaient l'apanage du chevalier. Ces simples mots furent suffisants pour lui rappeler son devoir, il était vrai que les pirates des Iles de Fer attaquaient sans cesse Westeros et l'on disait qu'ils faisaient des morts par centaine. N'était-ce pas son rôle d'aller porter assistance aux victimes et d'offrir son épée aux seigneurs dans le besoin ? Au lieu de cela il était là à compter fleurette à la jeune femme et à se promener sur les routes avec sa sœur. D'un autre côté, le départ de la majorité des forces permettait justement aux brigands de prendre le dessus et de piller les villages délaissés par les gardes. Sa priorité devait être de protéger Serena et désormais, Eleyna aussi. Il y avait fort à parier que la Nordienne puisse éprouver le désir d'aller au devant du danger, là où les Fer-nés attaquaient justement, mais ce n'était pas envisageable, pas tant qu'il serait là du moins. Désireux de continuer sur cette voie et de faire oublier le moment d'égarement qu'il venait d'avoir, le Valois enchaîna.

     ▬ Que diriez-vous de Port-Lannis ? Après tout, c'était là où nous devions nous rendre avant le tournoi de Murs-Blancs. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 28 Oct 2012 - 15:08

Simplement Eleyna et Pryam. Deux êtres qui n'avaient à priori pas de raisons d'être réuni, et pourtant...Un tour des Anciens Dieux avait fais qu'ils se trouvaient ce soir, ensemble, dans cette ruelle. Un même tour, une même pulsion, avait poussé Eleyna dans un premier pas et entraîné Pryam dans le suivant. Elle n'avait jamais craint de le gêner lorsqu'elle se permettait ce genre de familiarité, que beaucoup trouveraient d'une rare inconvenance. Lui pas. Ou peut-être que si. Il semblait avoir plaisir à se laisser faire, quoi qu'une sorte de gêne s'installait à chaque essai, raison pour laquelle elle disparaissait avant de lui donner l'occasion de poser des questions. Ou même d'être mal à l'aise. Eleyna n'avait jamais embrassé qui que ce soit avant lui, en dehors de son frère. La différence était frappante. Une douceur retenue, pas de possessivité mal placée. Il ne cherchait pas à la posséder, juste...Quoi? Elle-même ignorait exactement ce que signifiait ce genre d'échange. Spontanément, elle déposait des baisers légers sur la commissure de ses lèvres parce qu'elle en avait envie. Parce que la situation s'y prêtait. Parce que c'était une sensation agréable et qu'elle aimait la partager avec lui. La première fois qu'elle avait osé, ç'avait été chez les Darry et elle avait remarqué avec bonheur une sorte de sourire se dessiner sur ses lèvres. Il l'avait retenue par le bras, touché de lui-même, et lui avait dis apprécier sa voix. Compliment, pour un homme qui n'entendait rien à la musique, et qui n'appréciait d'ailleurs pas plus que cela cet art dans lequel elle excellait. Elle se souvenait ensuite de leurs retrouvailles, où la caresse de sa main était parvenue à la rassurer. Son monde s'était écroulé, et lui parvenait à la garder d'aplomb par un simple geste, une petite attention. C'était merveilleux, étrange et effrayant. A Mur-Blanc, il avait recommencé, lorsqu'ils s'étaient assis à la même table. Désormais, il prenait l'initiative de déposer un baiser sur sa bouche. Elle ne pourrait pas s'éclipser comme une voleuse, avec son sourire malicieux et son clin d'oeil mystérieux, comme une invitation à continuer ce jeu entre eux. Il allait gagner cette manche, et elle était bonne perdante. Elle clos alors ses paupières et se laisse envahir par cette excitation, cette attente. Il baissa son visage vers le sien et leurs lèvres s'effleurèrent. C'était un échange chaste, autant que lorsqu'il lui caressait la main, l'air de rien. Une douce chaleur l'envahit, et elle se surprit à désirer qu'il passe sa main au creux de ses reins pour les rapprocher. Elle n'avait jamais vu ses parents s'embrasser, juste son oncle avec certaines femmes quand elle était très jeune, et il y avait toujours eu cette chaleur. Ici, elle était présente, mais timide. Une certaine distance demeurait, comme si aucun d'eux ne savait quoi faire exactement de leurs membres respectifs. Autant de leurs langues que de leurs mains, d'ailleurs. Eleyna fit un petit pas pour se rapprocher, et un léger mouvement de ses lèvres pour caresser celles du chevalier. Il lui sembla qu'il lui rendit la pareille, juste avant de s'écarter avec une certaine précipitation.

Décontenancée, Eleyna cligna des paupières une fois, voir deux, en le regardant. Lui n'osait pas poser les yeux sur elle, fixant le sol comme s'il contenait une vérité absolue. Il était gêné, et elle se demandait pourquoi. Les bonnes moeurs du chevalier errant. Etais-ce de sa faute? Il était si timide et respectueux qu'il devait s'en vouloir. Les lois de ses Sept Dieux punissaient peut-être ce genre de pratique? La jeune fille ne les connaissait pas assez pour cela. Eleyna n'avait pas honte. Une délicate rougeur embrasait ses joues et son coeur battait plus vite, quoi que son éloignement l'avait surpris et quelque peu douchée. Il ne savait pas quoi dire, et elle non plus. Alors elle se contenta de simplement sourire, façade, en se mordillant la lèvre inférieure. Elle, par contre, le regardait sans gêne. Peut-être un peu provocatrice. Elle se demandait si, sans un petit coup de pouce, il oserait recommencer l'expérience. La bonne éducation du Sud...
Il finit par répondre à l'une de ses questions, au sujet de leur parcours. Ainsi, il rompit le silence et fit passer sa gêne. Ils en avaient parlé à plusieurs reprises depuis leur première rencontre et elle était ravie qu'il se soit souvenu de ses projets. Au moins cela prouvait-il qu'il s'intéressait véritablement à ce qu'elle racontait. « Nous pouvons en effet commencer par Port-Lannis... » répondit-elle, l'air pensif. C'était la destination vers laquelle ils chevauchaient lorsqu'ils avaient appris la nouvelle, pour le tournoi de Mur-Blanc. Ils avaient été forcé d'y aller, poussé par l'écuyer de Pryam dont la soeur se mariait, sans compter les deux femmes, qui, toutes excitées, avait désiré s'y rendre. Ce que Serena avait fait exactement, la nordienne l'ignorait. De son côté, elle s'était beaucoup amusée et garderait de cet évènement un souvenir impérissable, quoi qu'elle trouva dommage qu'il s'y soit passé tant de malheurs. « C'est le meilleur endroit pour croiser des fer-nés, ne pensez-vous pas? J'aimerais en rencontrer. Peut-être cette femme dont vous m'avez parlé? Ou d'autres, j'ai envie de voir à quoi il ressemble. Puis vous savez, c'est lorsqu'on cherche à éviter une aventure qu'elle se présente sur notre route. » Eleyna lui fit un léger clin d'oeil, sans donner plus de précisions sur les éventuels sous-entendus. Qu'il les relève ou non, ce n'était pas si important. Quoi qu'elle le soupçonnait, parfois, d'être beaucoup plus perspicace qu'il n'y paraissait.

« J'ai entendu dire que les dorniens avaient des moeurs intéressantes. Une autre histoire de mon oncle...Là-bas, ils pratiquent ce qu'on appelle l'amour libre. Il m'a montré une chanson qu'il avait écrite à ce sujet. C'était très beau...Et un peu osé. » Elle rit doucement, alors que certains vers lui revenait en mémoire. Elle avait soupçonné son oncle de s'être inspiré de ses propres expériences pour la rédiger et elle avait promis de ne pas révéler le contenu du texte à son grand-père. De ne pas la chanter, tout simplement, tant qu'elle serait à Atre-Lès-Confins. A présent qu'elle avait un peu grandis, elle comprenait mieux pourquoi. « Peut-être est-ce le soleil qui échauffe les esprits... Je me demande quel effet cela peut faire sur des gens du Nord. Enfin, de ce qu'ils appellent le Nord. » Elle devait avouer à dessein une légère vengeance sur sa rigueur. Ses sous-entendus était peut-être de mauvais goût mais le petit sourire les accompagnant ne laissait pas grande place au doute quand à qui était "les gens du Nord" et le, en particulier, pour ne citer aucun nom. « En tous les cas, j'ai hâte de reprendre la route et de voir quelles aventures nous réserve l'avenir! Qui sait, peut-être pourrais-je enfin rencontrer Lord Lannister...Puisque votre soeur le connaît, autant en profiter. » Et le lion de Castral Roc l'intriguait lui aussi. Peut-être pas autant que le dragon noir ou Brynden Rivers, mais suffisamment tout du moins pour avoir envie de discuter avec lui. Le fait qu'il soit lord suzerain et elle rien d'autre, à priori, qu'une petite roturière ne lui semblait pas être un véritable obstacle.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 29 Oct 2012 - 18:46

     Eleyna avait l'air intéressée par Port-Lannis, même si Pryam de son côté ne voyait pas grand-chose d'intéressant à faire dans une telle ville. Les cités se ressemblaient toutes à Westeros, du moins dans les régions du centre. Les maisons étaient les mêmes, les habitants aussi, aucune originalité et aucune raison de s'intéresser de plus près à ce qui se passait là-bas. Là où Eleyna voyait un bon public, le chevalier voyait surtout des personnes qui subissaient la sécheresse puis les raids des Fer-nés depuis plusieurs mois à présent, nombreux étaient ceux qui n'hésiteraient pas à délester les voyageurs de leur pécule. C'était une vision bien pessimiste des choses et même si le Valois avait décidé d'aider les gens, cela ne le rendait pas aveugle pour autant. Mais c'était un sujet trop sombre pour en parler maintenant, déjà qu'il avait senti la Nordienne se refroidir lorsqu'il avait reculé brutalement après ce moment d'égarement qui venait de le prendre... Inutile d'aggraver les choses.
     Comme si elle comprenait que son compagnon songeait au danger présent dans cette ville, Eleyna reprit la parole pour aborder le sujet des Fer-nés. Aussitôt le chevalier en vint à se dire que c'était réellement une mauvaise idée d'aller là-bas alors que la flotte de fer avait attaqué cet endroit il y a quelques semaines. D'un autre côté, si Port-Lannis avait été la proie des pirates des Iles de Fer, c'était peut-être le signe qu'ils ne s'en prendraient plus à un tel endroit avant longtemps, non ? Surtout que c'était la flotte du Lion qui avait été visée et que désormais, la flotte du Bief représentait aussi un danger pour les Fer-nés. Peu importait au final, Westeros était en guerre et le jeune homme n'allait pas refuser de se rendre dans les coins où les combats avaient eu lieu, sinon il pouvait immédiatement mettre le cap sur le Val. Pryam ne pouvait toutefois s'empêcher de désapprouver les paroles de sa compagne du moment, comment pouvait-elle se réjouir de pouvoir rencontrer des Fer-nés ? Pire encore, de vouloir en rencontrer. La seule fois où le Valois avait été face à eux – sans compter la guerrière isolée à qui il devait son nez cassé – avait été à Salvemer et il ne souhaitait plus croiser le fer avec eux. C'était des êtres sans pitié qui razziaient ce qu'ils n'étaient pas capables de produire eux-mêmes. Il n'y avait rien d'intéressant chez eux, si ce n'était leur perte. Pourtant le chevalier n'était pas de ceux qui souhaitaient la mort de leurs ennemis, c'était dire.

     ▬ Priez les Sept... Enfin vos dieux, de ne jamais rencontrer de Fer-né, dans votre intérêt, puis dans le mien aussi. »

     Après tout, n'avait-il pas précisé qu'il la protégerait aussi dorénavant ? Si Eleyna était aux prises avec un pirate, ce serait à lui de l'aider et même si l'envie de s'en prendre à nouveau à un Fer-né n'était pas présent, bien au contraire, il le ferait. Pryam n'avait pas relevé ce qu'elle avait dit à propos des aventures, il était bien placé pour savoir que c'était en évitant quelque chose que cela vous tombait dessus, puis à contrario, vouloir trouver quelqu'un rendait la chose pratiquement impossible. Il n'y avait qu'à voir le fait qu'il avait cherché Serena plus de dix ans alors que sa route avait croisée celle de la Nordienne plusieurs fois en moins de quelques mois alors qu'il ne le cherchait pas. Le hasard était étrange.
     Comme pour détendre l'atmosphère, la Nordienne reprit la parole pour aborder le sujet de Dorne et souligna que les habitants de cette région avaient tous une réputation plutôt intéressante. Par là, elle entendait apparemment une réputation sulfureuse ce qui n'était pas franchement le type d'informations qui intéressaient le Valois, au contraire même. Il tourna la tête pour la regarder quelques instants tandis qu'elle riait légèrement avant d'enchaîner de plus belle pour se demander ce que le soleil pouvait produire sur d'autres personnes, du moins si c'était là la raison de leur liberté sur ce plan. Il se contenta de hausser les épaules, ne comprenant pas parfaitement là où elle voulait en venir et il regarda devant lui tandis qu'elle changeait une fois de plus de sujet. Pryam resta quelques instants silencieux avant de répliquer.

     ▬ Concernant les Dorniens, je vous avoue ne pas savoir du tout. Je ne m'intéresse pas franchement aux rumeurs de ce type, je portais plus attention au fait qu'ils n'avaient pas de chevaliers, ou très peu, puis que les femmes semblent pouvoir combattre au même titre que les hommes. Il avait aussi entendu parler des femmes qui héritaient et des choses de ce genre, Dorne était une région très originale c'était l'évidence même. Était-ce réellement une bonne idée de s'y rendre ? Je sais aussi que, comme dans le Nord, ils n'ont pas forcément une bonne opinion des étrangers. Vous serez certaine bien traitée comme votre région ressemble beaucoup à la leur, mais je ne suis pas certain que la venue d'un chevalier puisse les enchanter. Au fond, il s'en moquait, l'avis que les autres avaient de lui ne changera pas même s'il s'en inquiétait. Quoi qu'il en soit, le seul Dornien que j'ai rencontré était chevalier et me semblait on ne peut plus honorable, les rumeurs sur leurs mœurs ne sont certainement là que pour médire à leur propos. Les Dorniens ne sont pas appréciés partout, leur attribuer des réputations déplacées peut être une manière de leur porter préjudice. »

     Rien ne le prouvait, puis cela ne changerait pas grand-chose à leur vie. Il soupira légèrement, haussant les épaules comme pour chasser ce sujet. L'idée d'aller à Port-Lannis l'avait inquiété au départ, car il craignait de croiser lady Maura Arryn avec qui il avait conversé à plusieurs reprises. Même si la dame savait parfaitement que le Valois faisait fi de son patronyme, elle pourrait bien l’appeler par son nom de famille sans s'en soucier. Mais désormais la dame du Val n'était plus, cela avait sincèrement chagriné Pryam lorsqu'il avait appris que l'épouse de lord Lannister était morte en couche. Malheureusement rien ne changerait ce destin funeste. Le Valois chassa ces pensées avant de reprendre.

     ▬ Serena connaît lord Lannister, mais lui ne la connaît pas. Elle n’est qu'une roturière parmi d'autres, je doute sincèrement qu'il se souvienne de son visage et encore moins de son prénom. Nous présenter devant lui ne serait pas franchement une bonne idée, surtout qu'il vient de perdre son épouse. Il tourna la tête vers elle. J'ai cru comprendre que même si c'était un mariage arrangé, ils s'aimaient, j'imagine que ce doit donc être particulièrement difficile pour lui. Son regard quitta le minois de la Nordienne. Cela dit, vous êtes une très bonne chanteuse, je suis persuadé qu'il pourrait apprécier vos talents. J'ignore s'il goûte à la musique, mais vous pourrez tenter votre chance. Serena pourrait vous accompagner au château, ce serait l'occasion pour vous deux d'être un peu seules. Excepté si elle ne le souhaitait pas bien évidemment. Était-ce le cas ? Il hésita un bref instant avant de finalement conclure. Sauf si vous ne le désirez pas, il suffit de le dire et nous vous laisserons y aller avec votre ami. »

     Il faisait référence au chasseur et non au ménestrel rencontré dans l'auberge bien entendu. Ce n'était pas que Pryam ne souhaitait pas se rendre à Castral-Roc, au contraire, mais il ne voyait pas vraiment pour quelle raison est-ce qu'il irait jusqu'à la forteresse des Lannister, en temps de guerre alors qu'il n'avait rien à apporter, contrairement à Eleyna qui pouvait chanter pour divertir. Passer un petit moment entre elles pourrait peut-être permettre aux deux jeunes femmes de mieux s'entendre, mais les désirs du Valois ne coïncidaient peut-être pas avec ceux des deux demoiselles... Il suffisait de leur demander.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 2 Nov 2012 - 15:43

Eleyna observait le chevalier avec un sourire léger. Cet homme était insensible aux sous-entendus, comme si son esprit était beaucoup trop droit pour ne fus-ce que considérer une telle éventualité. Avec sérieux, il lui répondit au sujet des dorniens, dissertant -car pour lui faire d'aussi longues phrases méritait d'un tel verbe- sur le fait qu'ils ne possédaient pas de chevalier et que les femmes avaient le droit d'hériter. Tout ce qu'un sudier pouvait reprocher, ou tout ce dont il pouvait s'étonner. Eleyna savait que, dans le Nord, c'était également plausible de voir une femme à la tête d'une maison, par héritage. Les femmes étaient vues d'une façon différente, les moeurs aussi, tout changeait par rapport au Sud. Nord était rattaché aux Sept Couronnes, Dorne également, mais uniquement de nom. Ils n'avaient pas grand chose de communs avec eux...Ils étaient fascinant et horriblement compliqués, tout à la fois. Bien plus que simplement la religion. Il y avait une mentalité ancrée dans l'éducation reçue. Ce qui la fascinait chez les dorniens, c'était cette différence marquée, qu'elle partageait avec eux. Elle aimait les Anciens Dieux, pensaient d'une façon hors norme, inappropriée. La jeune fille était curieuse de rencontrer d'autres personnes, pour qui tout cela serait normal. Pryam ouvrait son esprit pour elle, mais pas encore assez. Il ne comprenait pas le fait qu'elle veuille rencontrer des fer-nés, la priant de ne pas se mettre ainsi en danger. Petite chose fragile...Voila ce qu'était une femme, à ses yeux. Peut-être pas bonne uniquement à écarter les cuisses comme pour certain, mais en tout cas une chose à protéger. Enfermer soigneusement dans une cage dorée.
Elle aimait cette mentalité guerrière qui ne faisait nulles différences de sexe. Eleyna ne voulait pas elle-même apprendre l'art du combat, étant déjà assez mal à l'aise de posséder un poignard pour se défendre. Faire couler le sang n'est beau que dans une chanson. En tant que ménestrel, l'image lui semblait poétique mais, dans la réalité, elle craignait les conséquences que pouvait entraîner l'utilisation d'une arme par sa personne. Elle ne voulait pas changer. Elle avait vu ce que la violence avait fais du sang de son sang... Elle se contenterait de regarder et d'admirer ces dames, si habiles. Et sûrement si belle, dans leur dangerosité. Son coeur voletait d'impatience à l'idée de traverser les territoires arides du désert dornien. Mais avant cela, ils devaient se rendre à Port-Lannis et faire la connaissance du Lord Lannister, si les Anciens le voulaient bien. « Je ne les trouve pas déplacé. Qu'ils soient tels qu'ils sont, je suis sure que nous nous amuserons! Et si vous voulez mon avis, ils rejettent les étrangers parce que ces mêmes étrangers les rejettent. Si vous vous montrez respectueux de leurs us et coutumes, je suis certaine qu'ils vous adoreront. » Le rassura-t-il, à sa façon. Elle ignorait si c'était ou non une consolation pour lui, mais on ne pourrait lui reprocher de n'avoir essayé.

Le chevalier évoqua alors Lord Lannister et le drame qui avait frappé ce dernier. Eleyna était présente lorsqu'ils avaient appris le décès de Lady Maura en couche. Quoi de plus triste de mourir en essayant de donner la vie? Il n'avait pas simplement perdu une femme, mais également un enfant mort avec elle. C'était le lot d'énormément de femmes, et, de ce qu'elle savait de la dame du Val, elle ne méritait pas pareil sort. Personne, ne le méritait. Le chevalier et sa soeur avaient semblé la connaître, et la nordienne avait relevé cette information sans en parler, l'ajoutant à une liste un peu plus longue chaque jour d'indices lui permettant de trouver leur identité véritable. Triste, que de tels drames lui servent. « Je doute que quiconque puisse oublier votre soeur. » répondit-elle, sans savoir si c'était ou non une méchanceté. Ses intentions étaient floues, même à ses propres yeux. Lorsqu'il s'agissait de Serena...Eleyna se montrait un peu désagréable. Elle n'avait pas compris le rejet net opposé par la soeur du chevalier. Ou plutôt, si, mais ne ressentait pas le besoin d'imposer sa présence plus que nécessaire. Raison pour laquelle elle chevauchait moins avec le chevalier, comme elle en avait pris l'habitude à leurs premières retrouvailles. « S'il l'aimait, alors il doit être dévasté...Mais il est lord Suzerain de l'Ouest, et l'Ouest est menacé de tout côté. Si mes talents peuvent apaiser son âme, les vôtres pourront sans doute apaiser certaines de ses craintes. En de pareilles époques, si troublées, il est toujours bon d'avoir de loyaux chevaliers. Cela vous permettrait d'exercer votre métier contre bonne rémunération. Vous ne devriez pas perpétuellement vous exclure et vous déprécier...Ou vous penser de trop. Serena ne m'accompagnera pas si vous ne le faites pas vous-même et Jorah vous apprécie suffisamment pour ne pas se cacher derrière une porte quand il sait que je suis en votre compagnie. » A nouveau, elle tentait de lui donner quelque confiance en lui, sachant pourtant que la tâche était vaine. Le chevalier ne se départirait pas de ses principes ni de sa façon de voir le monde, de concevoir les autres. Un baiser volé n'y changerait rien...« Lorsque je l'aurais rencontré, je lui parlerais de vous. Je suis certaine qu'il vous fera rapidement mander à Castral Roc. » ajouta-t-elle avec un sourire et une telle certitude dans le regard, qu'on aurait dit une enfant. Si simple, si elle. Eleyna agirait vraiment de la sorte lorsqu'elle aurait rencontré le lord de l'Ouest, et elle comptait bien forcer le destin si les Anciens se montraient réticent, en espérant que cela aboutisse, cette fois-ci. Elle n'avait pas pu voir Brynden Rivers ni Daemon Feunoyr, mais elle ne laisserait pas la chance de discuter avec Tybolt Lannister lui échapper.

Sachant que Pryam risquait de discuter ce dernier point, Eleyna ne lui laissa pas même le temps d'ouvrir la bouche. « Vous avez empli mon coeur d'un ardent désir d'aventure, mon cher chevalier... » Elle fit un pas vers lui, avant d'enchaîner. « Je vais hâter mon sommeil et demain, nous partirons à l'aube pour l'Ouest je présume? » Sans avoir besoin de se mettre sur la pointe des pieds, la nordienne déposa un baiser sur la joue du chevalier. Un effleurement de lèvres, en réalité. Une caresse, douce et chaude, dans ce froid chaque soir un peu plus mordant. « Faites de beaux rêves. » lui murmura-t-elle au passage, avant de s'éclipser, fidèle à son habitude. Une ombre parmi la nuit, clair de lune trahissant sa présence. Elle pousse la porte de l'auberge, qu'il est encore dans la ruelle.

SUITE AU PROCHAIN EPISODE
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

La jalousie, cette preuve indiscutable de l'amour ▬ Eleyna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» La jalousie est la seconde plus belle preuve d'amour, après le don de soi. (Eponine et Hélio)
» L'amour fait naître la jalousie, mais la jalousie fait mourir l'amour... | AMETHYSTE
» l'amour est à la portée de tous, mais l'amitié est l'épreuve du cœur | liana ♥
» [ Amour, Jalousie, et autres Péripéties ] -PV-
» Aiyana ~ «Si cet amour existe seulement dans mes rêves, ne me réveille pas»

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-