AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Gardez-vous des malheurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 4 Oct 2012 - 18:01

Au château, la nouvelle se répandit comme une traînée de poudre, et rares furent les réactions qui surent trahir les pensées de leur auteur, comme souvent à Hautjardin, ou mentir et dissimuler étaient moins une nécessité qu'une habitude. Lady Emilia, aux bras de sa grand-mère, ne put retenir ses larmes, et la vieille Amelia serra plus que de raison la main de sa petite-fille. Ce décès là présageait d'un bouleversement terrible, ses conséquences auraient plus d'impact à Westeros que la chute de mille astéroïdes. Avec l'annonce de la mort de lady Maura Lannister, née Arryn, nièce du seigneur des lieux, c'est le souvenir de la mort de lady Rohana, fille de Hautjardin en exil matrimonial dans le Val d'Arryn qui rejaillit dans tous les esprits et Leo lui-même en fut très affecté. Quand sa défunte sœur passa de vie à trépas, il avait noirci les couleurs du château, comme s'il avait souhaité que les murs-mêmes qui avait vu naître sa chère et tendre petite sœur portassent le deuil avec lui. Il n'en fit pas moins pour lady Maura, et au sinople des tapisseries se mêla le sable des bannières en berne. Leo lui-même se parait, en public, d'une longue écharpe noire tendue sur sa poitrine et agrafée d'une broche d'argent qui figurait une rose ouverte sur l'envol d'un faucon. Promptement, presque aussitôt, les courtisans s'empressèrent d'imiter leur suzerain et c'est avec un zèle douteux que la cour brillante et éclairée de Hautjardin revêtit les habits du deuil, ce qui donnait à voir un tableau des plus crapuleux : aucun d'eux n'était sincère dans sa démarche, ce qui avait de quoi donner la nausée aux estomacs les plus aguerris. Leo ne s'en amusait guère. Il fulminait. Cette débauche de nobles vassaux, de chevaliers, de grands maîtres, de laquais, de garçons de course, de femmes de chambre, de cuisiniers, de marmitons, de pâtissiers, de boulangers, de chauffeurs, de blanchisseuses, de lingères, de couturières, de brodeuses, de cochers, d'écuyers, de palefreniers, de piqueurs, de portiers, de gardiens, de veilleurs, de tailleurs, de bottiers, de selliers, d'apothicaires, de bouffons, de musiciens, d'acteurs, de chanteurs, de peintres et de tisserands l'exaspérait. Tous affichait des couleurs plus sombres que celles de l'antique nuit d'avant, et tous avait le cœur brillant d'aise et de convoitise. Très brutalement, Leo marqua son désaveu pour cette bande hétéroclite qui venait à bout de sa patience et pour mieux témoigner du dégoût que lui inspirait ces colporteurs jaloux, il prit la décision de fermer sa cour temporairement, prétextant une mauvaise humeur de poitrine qu'il s'inventa. Mais au lieu de garder le lit comme il le fit prétendre, il demeurait jour et nuit dans le septuaire de Hautjardin, priant, jeûnant, réfléchissant. Ses enfants, son épouse, sa mère se relayait auprès de lui et cette dernière, taquine mais compréhensive, lui fit remarquer que s'il s'entêtait ainsi à fréquenter le lieu sacré, le Long Dard deviendrait bientôt Leo le Saint. Un tel surnom n'était pas pour déplaire à cet homme qui, plus que jamais, sentait sur lui peser le poids des ans.

Mais après de nombreux jours de ce traitement austère, Leo émergea comme s'il s'éveillait d'un long sommeil. La cour se reforma aussitôt autour de lui, comme autant de mouches revenant sur l'âne qui avait, un temps, quitté la prairie. Mais il n'avait pas le temps pour ces banalités puantes, il devait écrire, et vite, un message à l'attention d'un homme qu'il devait informer et, surtout, renseigner.


 « Lord Hightower,

Nous vivons des temps intéressants, mais cruels. La nouvelle a dû vous parvenir aussi vite qu'elle a rejoint la cour de Hautjardin : lord Lannister est désormais veuf, et sans enfant. La mort de lady Maura, ma nièce, est un bouleversement, d'autant plus que son mariage avec le Bouclier de Port-Lannis n'a porté aucun fruit. Le dessein des Sept est impénétrable et, bien souvent, étonnamment cruel.

Je m'inquiète et crains dès lors que cela ne présage de jours funestes pour nous tous dans le Bief. Dans quelle monde étrange vit-on si les dieux ôtent la vie de ceux qui ne l'ont pas encore connue ? Au plus tôt lady Aliénor sera ronde, au plus tôt je serai rassuré, au plus tôt le Bief pourra s'apaiser.

Je crains également que ce trépas si soudain et si inattendu ne trouble grandement mon neveu qui ne méritait point un tel coup du sort. Qui peut dire aujourd'hui ce que sera sa réaction ? Vous l'avez rencontré vous-même, vous savez quel genre d'homme il est. Que le Père d'en haut lui prête force et sagesse quand il apprendra la nouvelle, et qu'il fasse de même auprès de lord Lannister ! Qu'il nous préserve aussi à présent d'une guerre fratricide et déraisonnable entre les deux seigneurs de Castral Roc et des Eyrié. Le royaume ne s'en relèverait pas et nos projets en souffriraient bien trop. C'est là un scénario qui est autant catastrophe qu'improbable, et c'est bien là ce qui me console. Plus que jamais nous devons affirmer l'unité des jardins du sud pour reprendre le trait de satire de nos détracteurs. Tant que l'attention se concentrera sur l'Ouest et les Îles de fer, nous pourrons nous concentrer sur notre projet et assurer sa prospérité.

Souvenez-vous : notre soutien au roi et à sa Main doit apparaître comme inébranlable, il est hors de question de laisser croire au prince de Lestival que Hautjardin s'intéresse à lui. Nous le courtiserons, au besoin, quand il aura quitté la chaise percée qu'il occupe pour ceindre à son front la couronne qu'il désire âprement. Pas avant. Sachez toutefois le ménager : il est, dit-on, d'un tempérament difficile. Il a beaucoup d'imagination et d'ambition, mais trop peu de sens et d'esprit. Je me souviens de lui avec facilité, ne cherchez même pas sa faveur : il est trop inconstant pour avoir la mémoire de ses amis. Maekar Targaryen n'est pas mauvais de nature, mais il manque de raffinement : à une grande maladresse, il lie les plus sottes erreurs de jugement. Son crâne n'abrite rien de plus qu'une masse qu'il agite constamment. Inutile pour vous de vous y soumettre. Votre œuvre est ailleurs et bien plus grande.

Je vous renouvelle ma confiance. Je transmettrai ces mêmes conseils à lord Redwyne, qui sert lui aussi à merveille notre cause. Vous n'êtes point chevaliers l'un et l'autre et pourtant, vous êtes à Port-Réal mes meilleurs atouts, non à raison des postes que vous occupez, mais bien grâce aux talents qui vous sont propres. Votre sens politique ne fait aucun doute. Quant au Grand Amiral, il me semble évident que son œil est conçu pour lire le cœur des hommes, même s'il s'en cache par humilité.

Gardez-vous des malheurs.

Lord Leo Tyrell »


Le pli fut confié à un coursier de confiance qui fut chargé de le remettre en main propre à son destinataire, tache dont il s'aquitta avec application et zèle.
Revenir en haut Aller en bas

Gardez-vous des malheurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» COMMENT PRENDRE MICHEL MARTELLY AUX MOTS ???????
» Un départ tardif
» Gardez-vous vos chaussettes pour dormir ?
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-