AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Les roses ne fanent pas tous à l'Automne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Dim 30 Sep 2012 - 3:00

Elle aurait aimé oublié son séjour au Ric. Elle ne détestait pas avoir pu renouer avec son frère, mais elle avait détesté les adieux qui étaient toujours très difficile. Elle était rentrée au Bief, sachant qu’elle aurait certainement des comptes à rendre. Lord Tyrell n’avait certainement pas aimé comment elle avait rebondi dans l’Ouest. Elle était certaine qu’il comprendrait, mais elle était prête à tout. Elle avait le chemin du retour avec Tristan. Elle n’avait pas été beaucoup bavarde. Elle ne se plaignait pas non plus. Ils étaient à peine revenus de leur voyage que la petite lionne du Roc avait prit la direction des appartements. Elle s'était faite discrète comme à son habitude. Tristan n’avait pas cherché à la faire parler. Il comprenait qu’elle pouvait être troublée. Son comportement était quelques peu inquiétant, mais elle savait faire.

Alors les vertes contrées de Lord Tyrell ressemblaient à ceci, une fois l’automne à la porte de Westeros. Elle se souvenait que dans l’Ouest, il faisait toujours plus froid. Elle ne se souvenait plus des moments où elle respirait l’air du port. La dernière fois que l’automne avait frappé le continent, elle était encore jeune. Elle avait encore le droit d’aller où elle voulait. Elle n’avait même pas en tête de se marier un jour. Les choses allaient si vite. Non, elle ne regrettait en rien son mariage. Encore moins depuis que Tristan avait décidé de changer avec elle. La pire des catastrophes du millénaire prévu n’étaient jamais arrivée. Elle avait fini par trouver un terrain d’entente avec son époux. Elle ne voulait pas s’attacher à personne pour le moment, elle ne se sentait pas prête.

Dans les premiers jours, elle avait essayé d’en apprendre un peu plus sur les différents personnages de la maison Tyrell. Évidemment, elle avait passé son tour sur tout ce qui concernait l’ancienne vie de Tristan. Elle ne s’ennuyait que de l’effervescence de Port Lannis. Accompagnée de quelques gardes, elle avait suivi Emilia lui montrer quelques recoins du Bief, sans trop s’éloigner. Elle avait passé un peu de temps avec Mathias, mais beaucoup moins. Il lui arrivait de passer quelques heures, avec la Vielle Lady Amélia. Certains jours, elle priait les sept pour ne pas devenir comme la mère de Lord Tyrell. Les chances étaient minces puisqu’elles avaient deux caractères bien distincts et celui de la petite lionne était davantage à la discrétion. Elle s’en voulait de ne pas avoir eu le temps de parler avec Jeanne.

Elle était plutôt nostalgique. Elle s’ennuyait d’un homme. Un homme dont elle aurait toujours beaucoup d’estime. En fait, elle devait beaucoup à cet homme qui avait pris le risque de lui remettre les pendules à l’heure, ce que son frère n’avait jamais fait. Elle ne savait pas si le temps lui permettrait de le revoir, mais il y avait bien des gens qui lui manquaient. Elle était comme une inconnue dans le Bief. Elle n’était que l’épouse de Tristan Tyrell et rien de plus. Malgré les échecs de pouvoir écrire quoique ce soit sur une feuille, elle avait abandonné. Elle était sortie du château et avait pris un peu l’air. Elle avait observé longuement Tristan en train de s’entrainer, mais n’était pas resté aussi longtemps.

Elle avait pris un chemin qu’elle connaissait de plus en plus dans les derniers temps. Chaque détail était entré dans son cerveau. Elle aimait vivre ici. Elle n’avait rien à prouver de plus que ce qu’elle était. Elle n’en pouvait plus de toujours faire des bêtises, pour se montrer a la hauteur de ses deux frères. Elle avait toujours voulu tout bien faire, mais elle arrivait toujours à un échec. Heureusement, elle pouvait être qui elle voulait, même si elle ressentait toujours une certaine gêne avec Lord et Lady Tyrell. Elle avait fini par prendre la direction des écuries. Elle ne sortait pas sans garde. Elle arrivait parfois à les semer, mais elle se retenait de le faire.

Elle scella Tempête et grimpa sur sa monture et prit une direction qui semblait celle qui s'offrait à elle. Elle regarda les trois hommes qui se trouvaient derrière elle et laissa Tempête prendre le rythme. Elle prenait les chemins qui s’offraient à elle. Il avait suffi de prendre de la vitesse pour échapper quelques minutes à la surveillance des gardes. Les sols étaient quelques peu boueux. Elle avait l’impression parfois que Tempête s’enfonçait dans le sol. Elle s’accrocha et au terme de quelques minutes, elle fut seule, sur un chemin qu’elle ne connaissait pas. Le petit oiseau avait voulu de la liberté, mais il se retrouvait perdu. ..






 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Bryn Penrose
Noble

Général
Dame des Parchemins et Rat de Bibliothèque

"A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one."

♦ Missives : 488
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 29/08/2012
♦ Célébrité : Mia Wasikowska
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Seamus Ouestrelin, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 17 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Villevieille, Bief
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Penrose
♦️ Seamus
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
216/500  (216/500)


Message Lun 25 Fév 2013 - 22:43

Cela faisait presque six mois qu’elle avait quitté les Parchemins. La route avait été rude, très rude même, et il avait été particulièrement difficile de s’habituer à la nouvelle vie qu’elle s’était érigée en partant à la recherche de son meilleur ami. Bien que celui-ci avait promis à la jeune Penrose de la retrouver à l’auberge du Navet Fringant, personne n’avait été là pour accueillir la petite Bryn, à l’exception de l’étrange serveur nommé Wat le Pégu... Quoi qu’il en soit, la jeune fille avait attendu indéfiniment durant de longues journées. Personne n’avait fait son apparition. Elle ne pouvait retourner chez elle, c’était impossible, mais elle ne pouvait pas non plus rester infiniment dans cette avenante taverne. Finalement, le petit Rat de Bibliothèque avait décidé de se frayer son propre chemin à travers le flot turbulent que promettait à présent d’être sa vie.
Loin de perdre espoir, Bryn s’était longtemps creusé la tête afin de trouver une issue à l’impasse dans laquelle elle s’était fourrée. Pouvait-elle se réfugier chez un ami ? Les Trant ? les Baratheon ? Peut-être même les Lannister ? Pas un seul de ses plans ne lui paraissait réalisable. Enfin, la jeune Penrose eut une révélation : depuis toujours, elle rêvait de rejoindre Villevieille et sa légendaire citadelle. Peut-être parviendrait-elle à s’infiltrer parmi les disciples destinés à devenir mestres ! Ce fut donc avec une naïveté enfantine mais un enthousiasme sans égal que Bryn se mit en route pour le Bief.

Il fallait toutefois qu’elle trouve un moyen de migrer vers le Sud de Westeros. Pour cela, elle avait suivi l’exemple d’une ancienne connaissance : Lantheïa avait été une excellente actrice et s’était efforcée de faire la leçon à la petite Penrose il y a plusieurs années de cela. Les deux femmes s’étaient rencontrées à Accalmie et Bryn était sortie bien plus clairvoyante de cette brève mais intense aventure. La jeune fille avait par conséquent décidé de jouer la comédie afin d’arriver à ses fins. Elle était parvenue à adopter plusieurs identités, chacune plus farfelue que la précédente. Après tout, plus son histoire était compliquée et plus les personnes dont elle cherchait la compagnie étaient susceptibles d’avaler ses dires. Il valait mieux voyager à plusieurs, et les routes de Westeros grouillaient de gens à la recherche de personnes qui savaient lire, écrire ou calculer. Elle avait donc présenté ses aptitudes sur un plateau d’argent. Offrir de tels services lui avait permis de gagner quelques piécettes. Toutefois, il était souvent plus prudent de passer inaperçu, et pour cela, la jeune Penrose s’était dernièrement résignée à des rôles tels qu’une pauvre paysanne, une habile voleuse ou encore une orpheline perdue. Elle était parvenue à avancer en compagnie de marchands, de chevaliers, d’acteurs itinérants ou d’autres étranges personnages, s’abreuvant des contes et récits tumultueux qu’ils avaient à offrir afin de rendre les siens encore plus crédibles.
Enfin, la jeune fille avait décidé de se faire passer pour un garçon. L’affaire n’avait pas été particulièrement difficile ; après tout, son corps ressemblait déjà à celui d’un mioche malfamé... Tout ce qui avait été nécessaire était de trouver une chemise usée, des pantalons et de se couper les cheveux afin de rendre son entreprise plus vraisemblable. Il avait d’abord parut très étrange à la petite Bryn de se séparer de ses boucles dorées, mais elle ne regretta point son choix les jours suivants. De fait, elle ne se prenait plus la tête à se coiffer et pouvait s’aventurer dans des coins boueux sans avoir affaire à la pénibilité de se décrotter la chevelure. Personne ne l’avait jusqu’à présent suspectée d’être en réalité une jeune femme, et encore moins la fille d’un noble seigneur des Terres de l’Orage !

« Tim ! Tim ! hurla Denys à l’avant de la caravane, Qu’est-ce qu’il fait c’garçon encore ?!
_J’suis là Den’ ! J’suis là ! Bryn sauta du toit de la caravane pour atterrir par terre d’une façon des plus inélégantes.
_Dépêches toi d’retrouver Bran ! L’est surement en train d’somnoler prêt du camp !
_Oui, chef ! » annonça la jeune Penrose avant de disparaître derrière une rangée de buissons.
Denys était un vieux marchand itinérant. Il avait passé sa vie dans l’espoir de devenir riche, mais n’était jamais parvenu à tirer grand profit en vendant ses fruits et légumes. Il était parti depuis Longuetable et comptais rejoindre Hautjardin où il pensait faire fortune. C’était un homme juste mais avare, c’est-à-dire qu’il avait ses principes mais trouvait toujours diverses excuses afin de les ignorer. Il était accompagné de son neveu et les deux hommes avaient accepté le petit Tim par simple charité. Quant à Bran, c’était un jeune homme honnête, quoiqu’un peu paresseux. Il se disputait souvent avec son oncle, mais leurs querelles s’arrêtaient aussitôt qu’elles avaient commencé. Bien que ce petit groupe n’avançait que lentement, Bryn appréciait leur compagnie. C’étaient des gens simples, et la jeune Penrose avait toujours apprécié les choses ordinaires.

Il s’avéra toutefois que Bran ne se trouvait pas sur le camp, ni aux alentours. Le Rat de Bibliothèque traversa hautes herbes et buissons dans l’espoir de retrouver le jeune homme. Elle craignait notamment déplaire à Denys qui n’hésitera pas de lui remettre la faute si elle ne parvenait pas à retrouver son neveu. Cependant, à force de fouiller la nature, Bryn finit par se perdre. Voilà qui la mettait dans l’embarras ! Les marchands ne l’attendront certainement pas, et reprendront rapidement la route si elle ne parvenait à retrouver leur caravane. Le petit Tim s’empara d’un bâton, et se mit à frapper les hautes herbes avec violence afin de se frayer un chemin à travers cette jungle indomptable. Des moucherons la harcelaient et elle croisa même une guêpe qu’elle s’efforça de chasser en agitant frénétiquement les bras. Enfin, après s’être combattu contre mauvaises herbes et verdures récalcitrantes, elle parvint à se détacher du labyrinthe pour atterrir sur un chemin en terre battu. La route était encadrée de deux longues rangées d’anciens châtaigniers, procurant à ce majestueux passage une atmosphère féérique. Des rayons scintillants perçaient les denses feuillages. Ces faisceaux venaient s’affaisser sur la terre pour former d’élégants disques argentés, comme si l’espace était parsemé de gemmes étincelantes. Bryn scruta une extrémité du chemin, s’émerveillant face à tant de splendeur avant de se retourner afin d’examiner l’autre bout de la route. Mais alors qu’elle faisait volte-face, elle tressaillit à la vue d’une jeune dame à cheval, faisant par la même occasion sursauter l’animal. La bête se calma rapidement, mais la jeune Penrose fit tout de même quelques pas en arrière de peur de se faire écraser.
« Attention ! Ne m’écrasez pas ! cria-t-elle. Dans sa surprise toutefois, elle oublia d’adopter la voix de Tim. Elle s’empressa de se racler la gorge pour reprendre, ‘Scusez-moi m’dame ! S’cusez-moi ! J’voulais pas faire peur, ni à vous ni à votre cheval ! Juste, j’me suis perdu et j’retrouve pas mes compagnons d’route... »
Elle agita les bras en signe d’excuse, puis s’inclina dans l’espoir que cette marque de respect apaise la demoiselle à cheval.


Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Mar 26 Fév 2013 - 2:12

Voila plusieurs heures, qu’elle prenait un chemin pour emprunter un autre. Elle tentait de trouver un moyen de retrouver son chemin, mais elle savait sans doute qu’un des hommes des Tyrell la retrouverait bien avant. Lord Tyrell étant à Villevielle, il ne saurait rien de cette petite escapade manqué. Le Pire scénario qui s’offrait à elle n’était pas si catastrophique. Elle n’aurait qu’à trouver une petite auberge pour la nuit. Loin de s’affoler, elle avait continué à traverser les routes. Il était peut-être très imprudent et mal aisé pour une personne de son rang de se retrouver seule aux abords d’une route, mais c'était loin d’être la première fois, pour la petite lionne de Castral Roc. Chaque fois, qu’elle tentait de revenir sur ses pas, elle avait l’impression de se remettre les pieds dans les plats et s’enfoncer encore plus dans le Bief. C’était bien la première fois qu’elle dépassait la maison de Hautjardin, sans escorte ou sans même Tristan qui connaissait son lieu naissance comme le fond de sa poche. Elle se maudissait de ne pas avoir inscrit tout ce qu’il lui disait lors des balades qu’ils effectuaient. Elle avait fini par abandonner, puisque Tempête lui-même semblait ignorer sa maitresse. L’étalon avait balancé sa tête dans tout les sens signe certain d’un mécontentement. Aliénor avait soupiré avant de grommeler :

Je sais, si tu pouvais parler, tu me dirais combien j’ai été idiote de te pousser à les semer et nous voila dans un beau pétrin! Heureusement pour mes oreilles je ne t’entendrais pas mais j’exigerais moyennement ta collaboration. En gage de nos longues années d’amitiés …

Maintenant, elle parlait comme une cinglée à un cheval, on aurait tôt fait de l’enfermer à double clé à Hautjardin. Tempête avait henni comme s’il approuvait les dires de sa maitresse. La petite Lady Tyrell avait roulé des yeux en soupirant. Heureusement pour elle, il ne parlait pas. Elle préférait se faire la discussion que d’entendre quelqu’un lui rappeler que son imprudence lui couterait un jour cher. A s’entendre penser, elle avait l’impression que son père était encore vivant et qu’il lui rappelait qu’elle ne pouvait pas se permettre de tels frasques. Si plus jeune, elle arrivait à le faire devenir bleu par ses disparitions fréquentes, il n’y avait pas de doute que Tristan en serait vert, s’il venait à apprendre qu’elle était trop idiote pour rester avec les gardes de la maison. Elle n’osait même pas imaginer la réaction du lord lui-même. Elle pouvait s’escompter chanceuse de son absence, elle n’aurait qu’à faire taire les mauvaises langues.

Elle avait réussi à trouver un chemin de terre, qui serait certainement moins chaotique à parcourir que toutes ses plaines que Tempêtes se faisait un plaisir d’arpenter comme un joyeux luron en cavale. Ce n’était pas lui qui était aussi malheureux. Il détestait tant les écuries que lorsque sa maitresse l’amenait dans n’importe quel endroit, il devenait heureux. Surtout que c’était beaucoup plus agréable que Port-Lannis ou Castral Roc, là où il était né. Comme, elle n’avait plus rien à perdre et qu’elle trouverait certainement un endroit pour faire halte et demander son chemin, elle continua au trot. Au terme de plusieurs minutes, son impatience fut remplacé par la faim, heureusement, il lui semblait avoir vu quelconque fruit dans la sacoche que portait Tempête. Elle se pencha doucement, mais au dernier moment, l’étalon s'éleva dans les airs, forçant la petite lionne à attraper les rênes, pour rester en place. Elle avait réussi à détourner Tempête pour ne pas écraser le passant. Celui-ci piaffait nerveusement dans la terre, forçant Aliénor à le caresser pour le calmer. Elle l’avait échappé belle, cette fois-ci, et la jeune femme … plutôt jeune homme aussi.


Tout, doux, tempête. Tout doux. Ce n’est rien.


Elle avait réussi à mettre les pieds au sol et attrapa l'étalon pour lui caresser le chanfrein. Il n’en restait pas moins qu’un animal très nerveux. Courageux et loyal, mais terriblement couard et violent quand il s’agissait de personnes autres que la lionne. Aliénor délaissa la bête pour la personne qui se trouvait devant elle. Elle aurait juré avoir entendu une voix de fille, plutôt que de garçon. Elle dévisagea son interlocuteur. Il ne devait être à peine plus âgé qu’elle, a première vue. Un sourire bienveillant s’installa sur ses lèvres alors qu’il se fondait en excuse. C'était aussi en grande partie sa faute, si elle avait regardé au lieu de penser uniquement à son estomac.


Vous n’y êtes pour rien. C’est de ma faute, j’aurais du regarder devant moi. Heureusement, il y a eu plus de peur que de mal. Vous n’êtes pas blessé, j’espère?


Il y aurait de quoi jaser, si elle l’avait blessé. La nouvelle Bieffoise qui attaque ses propre gens. Une petite annonce, dont elle se passerait certainement, avec toute la maladresse que l’Aïeule devait certainement prendre plaisir à tisser pour elle. Elle avait assez de son passé de délinquante dans le Roc, inutile d’en rajouter une couche chez les Tyrell. Il serait fort à parier que certains vassaux se feraient une joie de trainer un peu le nom dans la boue. Dans toute sa spontanéité, la petite lionne sourit et lança :

Si vous le voulez, je peux peut-être vous aider. Je suis peut-être nouvelle dans le Bief, mais je commence à connaitre quelques recoins.


Quelques recoins, sauf peut-être celui qui abritait la maison des Tyrell, puisqu’elle semblait aussi perdue, que le jeune homme. Il n’y avait certainement qu’Aliénor pour proposer une telle chose. Et puis, une petite aventure ne lui ferait pas de mal, elle était trop naïve pour croire que l’on pouvait y en vouloir, ou qu’il y aurait un quelconque piège à cette mascarade. Enfin, personne ne pouvait réellement la changer, pas même les Tyrell. Et bon, elle trouverait peut-être quelqu’un parmi les compagnons qui pourraient lui indiquer le bon chemin, même s’il devait y avoir une dizaine d’hommes en vert à sa recherche. Elle passerait certainement aux explications plus tard avec son époux, mais elle ne pouvait résister à la tentation d’aider le jeune homme qui se trouvait près d’elle.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Bryn Penrose
Noble

Général
Dame des Parchemins et Rat de Bibliothèque

"A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one."

♦ Missives : 488
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 29/08/2012
♦ Célébrité : Mia Wasikowska
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Seamus Ouestrelin, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 17 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Villevieille, Bief
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Penrose
♦️ Seamus
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
216/500  (216/500)


Message Ven 1 Mar 2013 - 12:24

« Vous’êtes pas en colère ? s’étonna Bryn tout en jetant un regard incrédule à l’égard de sa nouvelle interlocutrice. Apercevant l’œil interrogateur de la jeune dame, elle continua d’un ton désinvolte : J’sais pas... D’habitude les dames m’proposent pas d’l’aide. » En réalité on lui avait accordé encore moins d’attention quand elle était encore aux Parchemins que quand elle a commencé à adopter toutes les identités imaginables. Au moins les personnes aux rangs plus élevés l’avaient-ils traitée avec méfiance ou dégout et non avec impassibilité. Car s’il y avait bien quelque chose que la jeune Penrose avait appris à détester c’était bien l’indifférence.
Elle jeta un coup d’œil en arrière, s’interrogeant s’il ne valait peut-être pas mieux qu’elle reparte à la recherche de ses autres compagnons. Cependant, et elle en étant bien consciente, Denys et Bran n’étaient pas des gens patients. Si elle retournait au point de rendez-vous (et il fallait d’abord qu’elle le retrouve), le marchand et son neveu seront certainement déjà partis et elle devra rejoindre Hautjardin toute seule. Une telle perspective ne l’enchantait nullement... Or, être accompagné d’une dame pouvait s’avérer particulièrement utile. Peut-être pourrait-elle tourner cette situation à son propre avantage.
« D’accord, commença-t-elle en haussant les épaules, mais faut m’promettre qu’vous allez pas m’enfermer ou m’réserver des saletés du genre ! » elle osa ponctuer sa phrase d’un regard méfiant avant de se souvenir qu’elle jouait le rôle d’un pauvre orphelin, puis s’empressa de baisser les yeux afin d’apparaître plus humble et soumise. Les nobles n’aimaient pas que les paysans fassent preuve de défiance, mieux valait faire profil bas.
« Vous menez, j’vous suis ! » annonça-t-elle d’un ton un peu plus enjoué.
Ainsi, les deux personnages se mirent en route et composaient un drôle de couple sur ce majestueux paysage. Le petit Tom, cheveux courts et ébouriffés, portant une chemise trouée et usée, les joues brûlées par le soleil et les bottes couvertes de boue ; escortant une gracieuse et délicate jeune femme, chevauchant un noble destrier et portant des vêtements au tissu élégant et raffiné. Plus d’une personne se serait enquise de ce que ces deux individus pouvaient bien avoir affaire ensemble... Mais il semblait que le sort souhaitait qu’ils se croisent dans leurs mutuelles infortunes – et qui sait ? Peut-être qu’ils en sortiront tout deux plus fortunés !
La compagnie qu’elle tenait à présent la réjouissait davantage qu’elle ne l’aurait cru : elle avait l’habitude de nourrir une profonde rancune envers les nobles dames. Celles-ci avaient toujours traité la petite Penrose avec dédain, dévisageant sa figure et ses vêtements comme si elle avait transgressé quelques commandements sacrés. Elle ne me parle ainsi que parce qu’elle pense que je suis un mioche pouilleux... Probablement avait-elle pitié d’un garçon à l’allure si malpropre...

Elles avançaient toujours sur la même route. Un mince ruisseau longeait le chemin en terre battue, couvert à gauche et à droite de touffes d’herbes variant d’un profond vert à un jaune pâle et parsemé par-ci par-là de quelques mauves sylvestres dont les pétales pourpres ravivaient le paysage, convertissant ce qui aurait put paraître comme une route très banale en un véritable délice pour les sens. Une famille de canards y pataugeait gentiment, les têtes dans l’eau et les culs à l’air afin de creuser les bas-fonds du limon à la recherche de nourriture. Bryn s’amusa à les contempler tout marchant aux côtés de son escorte. Le tableau qui s’offrait à elles était si apaisant qu’elle n’osa à peine percer le silence. Enfin, sa curiosité prit le dessus et elle s’autorisa à adresser la parole à la jeune femme malgré tout :
« Qu’est-ce vous vouliez dire par “nouvelle dans le Bief” ? Z’êtes pas d’ici m’lady ? »
D’après ce que la jeune Penrose pouvait constater, l’élégante blondinette semblait tout à fait être dans son élément. M’enfin... Bryn elle-même se fondait plus ou moins dans le décor.
« Comment ça s’fait qu’vous n’êtes pas accompagnée d’une troupe pompeuse ? elle lâcha un petit ricanement, D’habitude les dames de haut rang n’s’aventurent pas seules. »
Bryn leva les yeux vers son interlocutrice pour l’examiner avec un peu plus d’attention. Elle était probablement en visite à Hautjardin et provenait sans doute d’une maison mineure. Etait-elle originaire des Terres de l’Orage ? L’idée de croiser quelqu’un de sa région attisa légèrement l’enthousiasme du petit rat de bibliothèque ; après tout, c’était toujours un plaisir de retrouver une parcelle de chez soi.


Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Sam 2 Mar 2013 - 2:42

Elle avait prit un temps pour répondre. C’est ce qui l’avait toujours différencié de ses frères et de sa sœur. Elle ne s’était jamais emporté contre les autres, sauf ceux qui lui brimaient sa petite liberté qu’elle arrivait à avoir. Elle ne fut pas étonnée que le jeune homme soit aussi surpris. Elle avait eu des fréquentations de tout genre et se salir les mains n’avaient jamais été très dure. Elle avait toujours vécu comme elle l’entendait, même si elle pouvait faire désespérer son père et son frère ainé. La vie ne valait pas la peine d’être vécue si elle n’avait pas d’obstacle ou de danger. Certes elle s’était faite plus prudente en vieillissant, mais l’idée de rester sage ne lui était jamais venu en tête. Encore elle était mariée et trouvait malin plaisir à trouver un moyen d’échapper à la vigilance des hommes verts, et ce comme une gamine aimerait le faire. Elle avait besoin d’air et il n’y avait que Tristan qui avait en parti compris.


Pourquoi le serais-je? Je n’ai pas regardé et il a failli vous aplatir. C’est peut-être aussi que je ne ressemble pas aux autres dames.

Ce qui n’était pas entièrement faux. Elle savait se montrer avenante et jolie, mais elle n’usait pas de ses charmes. Même si elle était issue d’une famille forte réputée cela ne lui donnait pas l’avantage de se faire grande. Elle n’en avait jamais vu vraiment l’intérêt. Elle était en quelques sortes le petit mouton noir de la famille Lannister. Ceux qui voulaient médire sur son compte, pouvaient le faire, elle n’y accordait peu d’importance. Elle était à plus d’une personnalité et elle était loin de se faire des ennemis. Elle savait que tout au loin, la lionne n’était jamais loin. La petite lionne ne put que réprimer un sourire et un léger rire. Elle n’était pas certaine que Lord Tyrell approuve ce qu’elle faisait, mais ne disait-on point « Quand le chat dort, les souris dansent »? Elle n’allait pas mettre le jeune garçon dans une cellule humide et crasseuse uniquement parce qu’il était sur sa route et qu’elle avait failli l’écraser. Les gens pouvaient être parfois bizarres, mais cela rendait les rencontres plus qu’enrichissante selon elle.

Je ne suis pas équipé et ne suis pas armée pour t’amener de force dans les Geôles de Hautjardin. Loin de moi cette idée et je ne crois pas qu’avoir énervé Tempête est passible d’un châtiment.

Lord Tyrell n’aurait vraiment pas apprécié qu’elle commence à enfermer des gens alors qu’elle n’avait pas encore passé une année entière à Hautjardin. Elle aurait tôt fait de passer pour un goujat. Et puis Tempête était trop peureux, un éclair l’aurait fait sursauter autant. Elle ne pouvait donc pas en vouloir à un jeune homme qui aurait été à la mauvaise place au mauvais moment.

Vos compagnons de route se trouvait où lorsque vous les avez quitté? Non loin d’ici se trouve la maison d’Hautjardin, si celle-ci vous évoque quoi ce soit. Vous preniez quelle direction avec vos compagnons?

Aliénor savait que non loin se trouvait la route de la rose qui par le sud menait directement à la maison des Hightower, soit Villevieille. S’ils allaient en direction de Port-Réal, il fallait la prendre par le nord, et son Ouest natale se prenait par La Route du Front de Mer. Elle les avait étudié avec insistance les routes du Bief, Tristan se permettant de cultiver sa jeune épouse. Elle savait qu’il lui avait montré la route qui menait jusqu’aux Oldflowers, la maison de Lady Amélia. Elle se souvenait vaguement des paysages que lui avait montrés son époux, mais sa mémoire ne lui faisait certainement pas défaut. Elle n’était jamais venue ici. Sinon, elle aurait reconnu quelques choses et même Tempête aurait été moins aux aguets. Elle avait levé les yeux au ciel. Celui-ci commençait à se parsemer de nuage gris. Quel les sept lui laissent la chance de ramener ce garçon à ses compagnons pour qu’elle puisse à son tour retrouver son chemin. Si un endroit lui serait familier, elle guetterait certainement les environs pour héler un de ses hommes verts, si elle en voyait un.

La question ne la surprit pas. Elle n’avait pas décliné son identité. Elle préférait être quelques peu discrets, même si son nom parcourait quelques peu le Bief, dernièrement. Elle regarda le jeune homme avant de soupirer intérieurement. Elle était toujours la sœur de … et cela la rendait malade quelques fois. Sœur de Tybolt Lannister, Sœur de Tya Baratheon et blablabla. Un ennui mortel de n’être que la petite dernière et la moins connue qui s'était toujours traduit par cette phrase maudite. L’art de vivre dans l’ombre de ses frères et sa sœur, elle y avait excellé pendant des années, mais ici, elle avait tout à prouver, heureusement.

]b]Je suis née à Castral Roc. Je suis la sœur du seigneur de Castral Roc, Lord suzerain des terres de l’ouest et Gouv … et c’est ca. J’ai épousé voilà quelques semaines l’Héritier de la Maison Tyrell et me voici en ses terres vertes. [/b]

Elle avait toujours trouvé les titres pompeux, du temps de son père, elle avait mémorisé tous les titres que pouvaient posséder les seigneurs suzerains. Elle avait un respect pour tous ses hommes, mais c'était pomper de l’air aux paysans que de radoter tous les titres inimaginable qu’ils pouvaient porter. Le sien lui allait très bien « Dame de la maison Tyrell ». Simple, facile à retenir pour n’importe qui et l’erreur diplomatique était même réduite. Parlant de pompeux d’air, Le jeune homme lui rappelait qu’elle avait veillé à tromper la vigilence de ses derniers. Que pouvait-elle faire de plus, elle était une éternelle enfant à ce petit jeu.

Disons tous simplement que j’ai cru voir un raccourci et qu’ils ne m’ont pas suivi, lança-t-elle en souriant. Ne vous inquiétez pas, ils ne vous feront aucun mal, s’ils me trouvent pendant la recherche de vos compagnons.

Elle les avait plutôt semés pour prendre l’air. À force de lui « pomper l’air », elle manquait cruellement de liberté. Et puis, elle savait se défendre. Personne ne lui voudrait de mal, sinon, elle avait qu’à faire tourner la tête à Tempête pour écraser ses assaillants. Elle se priva de le dire. Tant qu’à répondre, répondons de manière à ne pas faire de bêtise. Elle utilisa même le jeune homme à son avantage. Question de détourner un peu la conversation d’elle.

Exact et présentement je ne suis pas seule. Et de mon jeune âge, j’ai appris bien des manières pour filer entre les doigts des gens.

Port-Lannis regorgeait d’endroit indésirable ou elle avait mis les pieds quand elle s’aventurait. Les villes étaient sans cesse des endroits où elle pouvait créer ses propres terrains de jeux et rares avaient été ceux qui étaient ennuyant. Elle se disait que si son père était encore vivant, il serait certainement au bord de la crise de nerf et lui sortirait le discours « tu n’as plus 10 ans comporte-toi comme une dame ». Elle finit même par descendre de Tempête. Le chemin était trempé et elle n’avait pas envie de passer par-dessus sa monture, parce que celle-ci s’énervait pour un rien. Elle attrapa le pan de sa robe pour la garder fermement dans ses mains. La route n’était pas loin, elle remonterait une fois sortie de ce champ battu.

Et toi? Tu es né dans le Bief?

Elle ne connaissait rien de cette région et encore moins du jeune homme. Elle n’avait pas envie de parler beaucoup d’elle. Elle avait même remarqué qu’il ne connaissait pas son nom et qu’elle non plus d’ailleurs. Elle ne se sentait pas menacée par le jeune homme et pourtant, par sa condition, elle aurait du l’oublier. Peut-être était-ce pour cela que sa famille avait toujours dit qu’elle n’était pas comme tous les lions. Heureusement pour elle, Tybolt trouvait que là était son charme. Il était bien le seul, puisque la plupart la trouvait partiellement dérangée.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Bryn Penrose
Noble

Général
Dame des Parchemins et Rat de Bibliothèque

"A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one."

♦ Missives : 488
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 29/08/2012
♦ Célébrité : Mia Wasikowska
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Seamus Ouestrelin, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 17 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Villevieille, Bief
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Penrose
♦️ Seamus
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
216/500  (216/500)


Message Jeu 7 Mar 2013 - 13:04

« Vrai qu’vous n’êtes pas trop comme les autres dames. Elle fit quelques pas avant de réaliser que ce qu’elle venait de dire pouvait paraître grossier. De peur que son interlocutrice s’offense, Bryn agita les bras d’un geste désolé, Pas qu’c’est pas bien ! Au contraire, c’est... c’est bien. J’aime pas trop les dames d’habitude. »
L’Orageuse se mordit la lèvre inférieure. Il fallait qu’elle fasse davantage attention. Dès qu’elle se mettait à trop parler elle laissait facilement échapper quelques bêtises.
Enfin, la demoiselle s’enquit de l’emplacement de ses compagnons de route. Sur quoi la jeune Penrose pointa un doigt dans la direction opposée à celle vers laquelle elles marchaient.
« Par delà les buissons. Quelque part par là-bas ! Elle ne savait pas précisément où se devait se trouver la caravane du marchand... Hautjardin. répondit-elle de but en blanc, à la seconde question de la demoiselle ; un peu mal à l’aise de penser au vieux Denys et son neveu – elle ne pouvait se permettre de nourrir une quelconque culpabilité, surtout avec la vie qu’elle menait à présent. Il faut apprendre à couper les ponts... ’Sont pas vraiment mes compagnons vous savez. J’les ai rencontré à Longuetable et ils ont accepté d’m’emmener avec eux. »
Le Rat de Bibliothèque préférait ne pas s’éterniser sur le sujet. Elle baissa donc le regard jusqu’à ce que la blondinette révèle son identité :
« Castral Roc ? Vous venez de Castral Roc ? Bryn ne parvint à retenir son incrédulité. Elle avait parcouru tant de miles, était si éloignée de chez elle et le destin avait décidé qu’elle croise le chemin d’une Lannister ? Fille du Lion Gris en plus de cela ! Impossible d’empêcher un sourire lui tordre les lèvres avant de légèrement pouffer de rire sous le regard de son interlocutrice. ’Scusez moi m’dame... C’est une drôle de coïncidence vous savez : j’ai vu vot’frère se battre pendant le tournoi d’Cendregué. »
Le souvenir semblait lointain ; très lointain même, comme s’il appartenait à quelqu’un d’autre. C’était le jour où elle avait rencontré Lorant Trant... Le valant chevalier avait promis au frère de la Jeune Penrose de prendre soin d’elle alors que celui-ci avait tenté sa chance sur la lice. Bryn avait alors nourri une forme de rancune envers le jeune suzerain des Terres de l’Ouest, notamment parce qu’elle avait l’impression qu’il avait humilié son frère. Enfin, Jon l’avait finalement convaincue que Lord Tybolt était quelqu’un d’honorable et elle était même allée jusqu’à lui envoyer une lettre afin d’exprimer ses condoléances suite à la mort de Damon Lannister.
Evidemment, il lui était impossible de conter cette histoire à la jeune femme et elle garda ces souvenirs et ces pensées pour elle-même, mastiquant leur saveur avec une forme d’avidité qui prouvait que sa famille lui manquait terriblement...
« S’est fait désarçonner par Jon Penrose, vot’frère ! L’avez surement vu ; ce chevalier sur son cheval marron avec la cape orange où s’entrecroisent deux plumes d’argent. Il l’a presque battu ! Presque ! Mais Tyb... Seigneur Tybolt ; il a gagné à terre... Mais comme j’ai dit, il la presque battu ! »
Bryn s’était laissée emporter... Le souvenir de son frère désarçonnant l’actuel Lord Lannister excitait son imagination et elle ne pouvait s’empêcher de parler de Jon qu’avec admiration. Ser Penrose avait toujours été un modèle pour la jeune fille et elle s’était toujours entêtée à voir en lui quelqu’un d’irréprochable.
« ’Savez, mes compagnons m’auront pas attendu... ‘Sont surement déjà partis. J’vais devoir trouver d’autres gens à Hautjardin. » Il y aura un tas de personnes chez les Tyrell, elle ne rencontrera certainement pas trop de difficultés à s’incruster parmi quelques vagabonds ou autres employeurs itinérants.
Bryn se fia à la parole de la Lionne ; il est vrai qu’elle avait un peu de mal à voir cette gentille demoiselle ordonner à ses gardes d’enfermer un pauvre mioche alors qu’il n’avait que fait se mettre en travers du chemin Lady Tyrell. Elle ne le dit pas, mais la jeune Penrose trouvait le comportement très humble et naturel de cette noble dame particulièrement agréable. Aussi, le fait qu’elle avoue intentionnellement vouloir “filer entre les doigts des gens” l’enchanta davantage, dans la mesure qu’elle pouvait elle-même parfaitement s’identifier à un tel comportement. Bryn sourit, heureuse de partager la route avec quelqu’un qui était parfaitement à son goût.
« J’suis né... J’viens des alentours de Herbeval ! Près d’la lisière du Bois-du-Roi. S’empressa-t-elle de répondre, J’m’appelle Timothy. Le nom d’un des frères que je n’ai jamais connu... Mais vous pouvez m’appeler Tim. » Elle adressa un sourire amusé à la Lionne, comme si elle était flattée qu’on lui pose la question.
Si elle devait jouer l’orphelin biefois, mieux valait qu’elle maintienne son rôle jusqu’au bout ; un petit garçon enivré par la compagnie d’une noble dame paraitrait bien plus crédible qu’un enfant à l’air pauvre et à l’attitude condescendante.
Soudain, une goutte d’eau s’éclata sur sa joue ; à force de papoter, Bryn n’avait même pas remarqué les denses nuages qui couvraient le ciel majestueux. Le paysage paradisiaque s’était soudainement assombri, jetant une large ombre sur le fief de la maison de la Rose. Pourtant, l’endroit ne perdait guère son charme... Une agréable odeur où se mêlaient humidité ainsi que les sauvages arômes de la forêt s’était rapidement propagée suite à l’annonce de la tempête. Un coup de vent vint agiter la forêt ; les arbres agitèrent leurs branches, faisant ruisseler leurs feuilles telle une farouche marée. Et soudain, la pluie se mit à tomber.
Les gouttes furent d’abord légères mais s’intensifièrent rapidement et perçèrent avec aise le gros feuillage au-dessus de leurs têtes. Le petit Tim leva un regard à la fois enjôlé mais agacé à la noble dame.
« Faudrait p’tête qu’on trouve un endroit où s’réfugier... ça vous va si j’monte sur votre féroce cheval ? »
Elle couronna sa demande d’une grimace insistante alors que la pluie tombait sur sa courte chevelure et que l’eau ruisselait le long de son maigre visage.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Jeu 7 Mar 2013 - 18:35

Du beau temps le Bief en avait plus que profité l’été dernier, tant et si bien que la verte région avait largement suffoqué par la faute d’un astre du jour bien trop généreux lorsqu’il avait fallu offrir ses rayons. Le grenier de Westeros s’était petit à petit desséché, son herbe grasse comme ses arbres avaient accusé le coup de la saison jusqu’à devenir de tristes ombres racornies de leur splendeur passée. Fort heureusement l’automne était enfin revenu redonner meilleure mine aux terres des Tyrell, et grâce aux pluies de plus en plus abondantes il n’avait fallu que quelques semaines pour que le sol réputé si prolifique ne recommence à fleurir.

C’est sous l’une de ces pluies que Dame Tyrell et la petite Penrose dissimulée sous les traits du jeune Tim furent prises de court. D’abord légère et réduite à quelques fines gouttes déversées par de modestes nuages grisâtres, l’averse ne tarda pas à s’intensifier tandis que la lumière du jour diminuait sensiblement en même temps que des formes bien plus sombres et menaçantes venaient masquer le bleu du ciel.

Le vent en profita pour se lever aussi brusquement que le mauvais temps et anima la forêt de ces innombrables chuchotis et bruissements que seules les feuilles pouvaient produire, au milieu de cela quelques oiseaux prirent bien vite leur envol pour trouver un meilleur abri tandis que toutes les créatures des bois filaient se cacher du pire, aidés en cela par leur instinct de conservation. Le fidèle Tempête ne semblait guère à son aise non plus, la réputation de nervosité de l’animal semblait se démontrer d’elle-même alors que sa maitresse faisait de son mieux pour le faire avancer par la bride.

Branches et écorces furent bien vite détrempées, abreuvant le sol d’un mélange pâteux de sève et d’eau, le sentier de terre déjà boueux se mua en une succession de flaques troubles tressautant au rythme des bourrasques. Qui resterait là-dessous plus de quelques minutes finirait mouillé comme une soupe à moins de trouver un toit, une grotte, ou quoi que ce soit permettant de se soustraire à l’attention maligne de cieux si imprévisibles dans cette région avec laquelle les deux femmes n’étaient au fond pas encore familières.

Quand le désagrément ne semblait pas pouvoir empirer ce fut au tour des premières lueurs blanches striant l’horizon, signes annonciateurs d’éclairs eux-mêmes hérauts d’un gros orage. Il y eu plusieurs de ces flashs lumineux et avec un décalage de plusieurs battements de cœur le grondement résonnant comme le cri mécontent des dieux. Confortablement installé en sa demeure l’on ne craignait guère ce genre de tempêtes qui serait certainement passée d’ici une heure, au milieu de la nature c’était une toute autre affaire. Les craquements se firent de plus en plus rapprochés de leurs éblouissements précurseurs, parmi les petites gens du commun l’on savait qu’il valait mieux mettre autant de choses que possible entre son crâne et les cieux dans ce genre de situations car cela impliquait une dangereuse proximité avec le point culminant du phénomène.

Et finalement ce qui devait arriver dans un bois se produisit, un arbre fut frappé de plein fouet par la foudre à moins de cinquante pas au-devant du duo improvisé, l’impact résonna comme un gigantesque coup de hache qui déchira le tronc d’un grand marronnier vers la moitié de sa hauteur et fit décoller en toute hâte une volée de moineaux pépiant à s’en déchirer leur petit gosier. Le peu de cohésion restant au végétal meurtri céda rapidement et aussi surement qu’un décapité, le long tronçon de bois s’écrasa à demi sur la route en répandant branches et marrons encore à l’abri dans leur cocon épineux. Signe ou non, nul place au doute pour dire que les deux Dames devaient se presser.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Sam 9 Mar 2013 - 19:57

Elle ne savait pas si cela était bien ou pas … Son père et sa famille auraient peut-être voulu qu’elle soit comme les autres dames. Elle n’avait pas le moindre doute de ce que cela pouvait être. Il n’y avait pas un gramme de méchanceté, seulement de l’innocence et de l’insouciance dans la jeune lionne de Castral Roc. Elle avait ri légèrement même si cela causait un malaise au jeune homme. Elle le savait très bien qu’elle n’était pas comme toutes les femmes, elle n’Avait rien d’Arrogant et était plutôt amicale quand elle le voulait. Enfin loin de l’image que pouvait se donner d’autre Lady qu’elle connaissait et ne connaissait pas. Elle ne s’imposait pas comme étant une femme de caractère. Dans l’Ouest, elle aurait certainement réussi, avec la réputation des lions, mais elle était mal aisée de montrer de l’Arrogance dans un endroit où on ne la connaissait pas. Pour l’instant, elle n’était que l’épouse de Ser Tristan, pas la Dame de Hautjardin.

Aucune rancune, j’ai l’habitude de ne pas être comme les autres. J’ai aussi pour habitude d’entendre ce genre de chose.

Elle offrit un sourire d’assurance écoutant très attentivement les mots que prononçait son interlocuteur. Malheureusement pour lui, elle s’avérait être un peu trop curieuse dans la vie pour rester sur les paroles du jeune homme. Elle avait fixé l’horizon espérant y voir quoique ce soit, mais rien. Elle allait certainement avoir un de ses savons lorsqu’elle rentrerait. Tant pis, elle avait certainement fait une superbe rencontre qui lui laissait le temps de prendre l’air, tout ce qu’elle demandait depuis qu’elle était de retour de Castral Roc. Sa famille lui manquait déjà terriblement et pourtant, elle avait l’impression que cela faisait des années qu’elle était chez les Tyrell.

Espérons pour nous qu’ils y sont encore. Qu’est-ce qu’un jeune homme peut-il de trouver de si intéressant à Hautjardin? Surtout avec cet automne plus que pluvieux ?

Si cela n’avait qu'été d’elle, elle resterait enfermée pour ne pas jouer dans les plans boueux qui se trouvait partout. Le Bief avait retrouvé ses couleurs après un été aride. Il ressemblait à ce que son père lui avait toujours raconté alors qu’elle n’était qu’une enfant. Qu’elle trouva cette place de Westeros fort charmant lorsqu’elle vint avec ses frères au tournoi de Cendreguée. Elle n’avait pas oublié ce tournoi fort riche en émotion ou son père avait été battu par le Lord qui était son beau-père désormais. Elle était encore toute jeune à cette époque qui ne semblait pas si lointaine quand elle y repensait. Mais la simple idée de penser à son défunt père lui laissait un gout amer en bouche. La famille était une autre réalité qui l'éloignait de son époux. Lui qui était le plus vieux des enfants et qui avait encore ses parents en fortes bonnes santé.

Oui, j’ai épousé récemment, Ser Tristan, l’héritier de la maison Tyrell. Tybolt ainsi que mon père y ont participé. Un moment fort admirable, si je me souviens. C'était la première fois que je voyais mon frère se faire désarçonner d’une telle manière. Ser Penrose s’est vaillamment combattu. Naïve comme je l’étais à l’époque j’étais certaine que mon frère allait perdre.

Un tournoi fort en émotion qui se termina de manière certainement triste. Elle se souvenait du chevalier qu’il avait affronté. En fait, elle se rappelait de tout. Comment son père avait jouté, comment il avait été désarçonné par Lord Tyrell lui-même. Cendreguée était ses premières joutes, auxquelles elle avait assisté.

Elle passait du « vous » au « tu » sans s’en rendre vraiment compte. Elle regardait le jeune Tim et se demandant comment l’on pouvait faire un si long trajet et pour quelle raison. Herbeval était, si elle se rappelait n’était pas tout à coté de Hautjardin? Mais bon qui était-elle pour décider … Elle-même à une époque avait rêvé d’une grande aventure qui dans ses souvenirs ne l’Avaient jamais amené dans le Bief. Elle allait ouvrir la bouche de nouveau pour poser une de ses innombrables questions lorsque la pluie se mit à tomber. Voila tout ce qui manquait. Tempête s'était mit à battre des sabots dans la terre qui devenait de plus en plus de la boue. En guise de réponse la petite lionne attrapa la main du Jeune Tim et l’aida à monter sur Tempête. Tant pis, ils trouveraient un endroit se réfugier pendant que la tempête gronde. Aliénor avait rabattu son capuchon sur sa tête et tentait de tenir sa monture comme il e fallait. Elle avait mit ce dernier au galop espérant que son jeune passager ne lui en voudrait pas de l’inconfort que pouvait être son étalon parfois.

S'il y avait une chose qu’Elle détestait depuis son enfance c’était bien les orages. La simple vue d'éclair l’avait toujours apeuré. Toute petite, elle se réfugiait contre sa mère et lorsque celle-ci fut décédée ce fut au tour de son père de réconforter sa lionne. En tant d’Année, elle n’avait pas changé, mais la plupart du temps, elle s'était toujours trouvée à l’abri, plutôt que sur un chemin dont elle ne connaissait pas entièrement les destinations. Elle sursauta lorsqu’un bruit étrange se fit entendre dans les bois. Ils n’étaient pas sortis de cet enfer. Talonnant Tempête, elle remarqua bien vite d’où était provenu ce bruit. Elle avait stoppé sa monture avant de se faire désarçonner avec le jeune Tim. Elle pesta à l’idée de contourner l’arbre. Avec ce mauvais temps, elle aurait du rester à Hautjardin. Un petit détour, et elle entreprit de suivre la route jusqu’au premier village qu’elle vit. Elle aurait bien voulu éviter ce genre de désagrément mais elle s’arrêta dans une petite auberge. Retirant la sacoche, elle confia Tempête à l’écurie alors qu’elle entrait avec Tim. Elle le fit passer devant regardant derrière elle. Ses bottes étaient boueuses ainsi que le pan de sa robe. Heureusement ce n’était pas une de ses plus grandes robes qu’elle portait. Ses cheveux étaient trempés et dans tous les sens. Bref, elle n’avait plus l’air d’une grande Lady avec cet accoutrement. Elle finit par montrer une petite table où ils prendraient temps de se sécher auprès du feu qui brulait non loin. Aliénor s’était assisse et avait détourné la tête. Deux hommes portant la rose d’or des Tyrell passèrent et elle n'av ait pas envie de créer un quelconque émoi. Elle les regarda prendre place et soupira intérieurement. Son regard se posa sur Tim. Elle aurait certainement besoin de sa collaboration.

Tu vois les deux hommes qui portent la rose d’or, plus loin, demanda-t-elle, sans se retourner, ni pointer les deux hommes. Ils sont de Hautjardin, et je n’ai nulle envie de créer de problème. Ne prononce pas mon nom et encore moins l’appellation « Lady ».

Elle voulait aider Tim avant de retrouver son chemin. Elle n’aurait qu'à demander une fois qu’ils quitteraient, la direction de la maison Tyrell. Pour l’instant, elle devait faire un minimum de retenue. Elle n'Avait pas envie que Tim se ramasse au cachot par sa faute.

Dès que l’orage sera passé, nous irons à Hautjardin. Pour l’instant, attendons …, déclara-t-elle avant de demander tout doucement. Tu as faim?



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Bryn Penrose
Noble

Général
Dame des Parchemins et Rat de Bibliothèque

"A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one."

♦ Missives : 488
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 29/08/2012
♦ Célébrité : Mia Wasikowska
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Seamus Ouestrelin, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 17 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Villevieille, Bief
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Penrose
♦️ Seamus
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
216/500  (216/500)


Message Lun 11 Mar 2013 - 17:44

Les soudains grondements de l’orage prirent la petite Penrose au dépourvu. Elle se dépêcha de monter sur le taciturne étalon de la noble Dame ; mieux valait qu’elles trouvent rapidement un abri. De fait, quelques instants plus tard, la foudre frappa un arbre en plein cœur et le verdâtre géant s’écroula non loin avec terrible fracas. Un tel spectacle semblait toujours incroyable, et fit farouchement bondir le cœur de la jeune Bryn qui ne put s’empêcher de sourire devant tant d’excitation. Un violent orage n’avait jamais manqué à faire frissonner le Petit Rat de Bibliothèque, mais elle aimait les frayeurs puisque celles-ci lui rappelaient toujours à quel point le monde regorgeait d’aventures et de dangers.

Le dénommé Tempête galopait à toute vitesse, lui-même probablement apeuré par les sauvages hurlements du vent ainsi que les farouches éclairs qui transperçaient le ciel pour ensuite illuminé le Bief dans une lumière aveuglante l’espace d’une seconde. Bryn se tenait fermement à la taille de la jeune Lionne ; elle n’avait jamais aimé monter à cheval et s’était toujours avérée être très mal à l’aise avec ces majestueuses créatures. Enfin, elle n’avait clairement pas le choix et fut donc d’autant plus heureuse lorsque l’animal fit enfin halte.
La jeune Penrose ouvrit les yeux, et sauta d’abord du dos de l’étalon, atterrissant mollement dans l’humide boue qui entourait l’auberge jusqu’à laquelle les avait menées Lady Tyrell. Tim jura sombrement lorsque la terre éclaboussa ses pantalons, mais davantage encore lorsqu’il tenta de sortir ses bottes de l’épaisse et dégoutante substance. Enfin, il emboita le pas à la jolie blondinette qui s’empressa d’entrer dans l’établissement afin de se réfugier de ce violent orage.
Bryn examina brièvement le lieu avant de passer le pas de la porte. C’était une petite taverne avec un rez-de-chaussée surmonté d’un autre étage. Deux petites fenêtres encadraient la porte en bois nouvellement peinte et sur laquelle figurait un joli bouton de rose. Sous l’insigne s’étalaient des lettres écrites un peu trop grossièrement : “Le Bourgeon Carmin”. Un nom bien plus charmant que l’établissement (malheureusement), puisque le reste du bâtiment semblait assez mal entretenu : les murs autrefois blancs variaient d’un sombre gris à un vert pâle, le toit était quelque peu tordu, et enfin, les extrémités de certaines poutres s’étaient faites dévorer par de gloutonnes termites.
Juste avant d’ouvrir la porte, la petite Penrose rajusta le bandage qui lui aplatissait la poitrine. Le tissu s’était quelque peu décalé durant le farouche galop et elle avait peur qu’on ne remarque sa supercherie. Enfin, sans plus attendre, elle fit son entrée.
L’intérieur de l’auberge était plus avenant que l’extérieur. Sans doute à cause des nombreux individus qui s’étaient également réfugiés de la tempête et son inlassable pluie. Bryn rejoignit sa nouvelle compagnonne et s’assit en face d’elle. Elle se passa une main à travers sa maigre chevelure, faisant gicler quelques gouttes par-ci par-là et lui procurant par la même occasion une touffe hirsute dont les cheveux pointaient follement vers le haut. Quand la jeune Lionne pointa un doigt discret en direction des gardes Tyrell, Bryn lui adressa un sourire complice.
« T’inquiètes pas, Tamara. Nous n’avons rien à faire avec ces gardes de toute façon. »
Endosser différents rôles et improviser des histoires était devenu son fort. Si la jeune Lionne voulait elle-même dresser une petite comédie, elle ne pouvait être tombée sur meilleur compagnon !
Le petit Tim hocha avidement de la tête à la dernière question de Lady Tyrell. Son ventre était creux et criait déjà famine à la simple mention de nourriture. L’aubergiste ne tarda pas à les accoster.
« Et que puis-je faire pour ces p’tits oiseaux ? annonça-t-il, un sourire aux lèvres, apparemment heureux que la tempête ait obligé tant de gens à s’installer dans son humble établissement.
_Quelqu’chose de chaud. Quelqu’chose qui remplit aussi ! Et s’vous nous ramenez une soupe prenez le fond ; on ne veut pas du fade bouillon qui flotte au haut du chaudron.
_Faudrait peut-être que tu te montres plus courtois devant ta jolie amoureuse. l’homme se mit à ricaner bêtement, Mais ne t’inquiètes pas petit, on est très généreux au Bourgeon Carmin !
_Mon... mon amoureuse ?! » cria le petit Tim d’une voix incrédule. Mais avant qu’il puisse répliquer quoi que ce soit, l’aubergiste était déjà parti à la recherche des commandes de sa grandissante clientèle.
L’apparent jeune garçon adressa une grimace gênée à son interlocutrice et se frotta l’arrière du crâne avec embarras.
« Tu arrives à le croire ? Il nous prend pour un couple ! ‘Sont fous ces aubergistes ! elle se frotta les yeux, Enfin... pas que tu n'es pas jolie ou quoi que ce soit... C'est juste que... voilà... et bien... sa voix se fit toute petite, Tu es déjà mariée. »
Quelques embarrassantes secondes s’écoulèrent avant que le Rat de Bibliothèque ne se souvienne d’une question que lui avait posé la jeune Lionne avant que n’hurle la tempête. Elle se dépêcha de reprendre le sujet afin de combler le bref silence qui s’était installé entre elles.
« C’est pas à Hautjardin qu’j’veux aller en fait. C’est à Villevieille. Villevieille et sa merveilleuse citadelle ! Regorgeant des millions et des milliards d’ouvrages qui ne demandent qu’à se faire dévorer par ma soif de connaissance ! J’ai une grand-mère là-bas. Mon père voulait qu’j’aille chez elle en espérant qu’je trouve un boulot convenable. Y a pas grand chose à Herbeval tu sais... Elle prit soudainement conscience que son histoire n’était pas particulièrement crédible. Elle tenta par conséquent de changer rapidement de sujet : Et toi ? Pourquoi est-ce que t’as essayé d’semer tes gardes ? Tu n’es pas heureuse à Hautjardin ? »
C’était une question honnête. Plus la jeune Penrose parlait en savait au sujet de cette ancienne Lannister et plus ce singulier personnage attisait son intérêt. D’une certaine manière, elle regrettait de ne jamais l’avoir rencontrée en tant que Lady Bryn Penrose. Elles se seraient sans doute entendues à merveille...




Dernière édition par Bryn Penrose le Jeu 14 Mar 2013 - 17:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Mar 12 Mar 2013 - 2:24

Si elle l’avait voulu, elle serait certainement au chaud dans la forteresse de la rose d’Or. Ses vêtements trempés ne lui donnaient guère l’allure d’une grande dame. Elle avait la robe boueuse et trempée. Ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouvait dans cet état, plusieurs fois dans sa jeunesse il lui était arrivé de braver la tempête et parcourir les terres de Castral Roc. À une époque, si elle n’avait pas eu la ressemblance d’une fille on l’aurait certainement prise pour un garçon manqué. Elle avait retiré sa cape lourde, par la pluie et avait fermé les yeux un instant. Elle grelottait quelque peu mais c’était un risque à prendre lorsque prenait la fuite. Elle eut un sourire. Elle n’avait pas à s’inquiéter. Sa tenue ne lui donnait aucun air de Lady. Elle avait encore envie de bavarder avec ce garçon plein de mystère. Il était sans doute mal aisé de le faire pour son rang, mais elle n’était pas conventionnelle. Ses tendances rebelles s’affichaient toujours d’une manière ou d’une autre. Aliénor en avait profité pour demander à l’aubergiste du vin chaud, il n’y avait pas plus réconfortant lorsque vos os étaient gelés. La petite lionne ne put s’empêcher de rire lorsque l’aubergiste les quitta. Elle se retint de rire tout de même lorsque le jeune homme s’embarrassa des propos. Décidément, il devait avoir l’habitude des couples bizarres, puisque sa tenue n’avait rien à voir avec celle de son interlocuteur. Il n’y avait que le Bief pour y avoir des auberges de ce genre. Le Bourgeon Carmin, typique floral … Elle était mariée et le jeune Tim lui avait douté un moment. Que pouvait-bien faire Tristan? Était-il à sa recherche malgré la pluie battante ou l’attendait-il paisiblement à Hautjardin?

C’est bien ce qu’il a dit. Ne t’inquiète, les aubergistes ont toujours l’air enthousiasme quand la tempête se pointe. Les gens n’ont guère le choix de se mettre à l’abri. Ils ne font guère la différence entre les nobles dames, les chevaliers, et le reste.
Elle aussi rêvait de voir Villevieille un jour. Elle se demandait même si Lady jeanne l’y amènerait ou peut-être même Tristan. L’on lui avait dit bien des choses sur cette ville dont la juridiction se trouvait entre les mains des Hightower. Elle avait même entendu que le Lord lui-même était le Grand Argentier du Roi. Une place certainement méritée. Très jeune le mestre de la maison Lannister lui avait aussi parlé de cette ville et de la citadelle des mestres. Par contre, Aliénor y comprenait mal ce que le garçon pouvait y faire de plus. Herbeval devait certainement pas être démuni à un point tel que l’on n’y trouvait rien pour y faire quelques sous. S’il n’y avait rien à Herbeval, pourquoi son père y était-il allé?

Elle tentait de décortiquer le tout. Elle avait bien des questions, mais il lui semblait que c’était à son tour de répondre à celle du jeune homme. Elle aurait bien voulu regarder derrière elle et s’assurer que personne ne la regardait, mais c’était tenter quelques peu le diable de le faire. Elle finit par soupirer intérieurement. Elle n’avait qu’à faire très attention. Si elle parlait bas, personne ne s'intéresserait à ses paroles sauf peut-être Tim.

J’avais besoin de respirer. Ils sont constamment à mes alentours et j’étouffe. Je suis heureuse à Hautjardin, mais les Terres de l’ouest me manquent. Mon frère me manque terriblement. Je reviens d’un long séjour à Castral Roc et j’aurais aimé y rester pour toujours. Et pourtant j’ai bien sentit que je n’y avais plus entièrement ma place. Mon époux essaie par tous les moyens de me rendre la vie agréable, mais je n’y peux rien. Je n’ai pas de repère, je ne connais rien d’ici. Tout le monde est fort agréable, mais j’ai l’impression de n’être que l’étrangère sur leur terre.

On avait fini par servir le vin chaud et leur bonne soupe. Le fumet sentait si bon, qu’elle avait l’impression de se retrouver dans les cuisines même de Castral Roc. Si elle ne faisait pas de bêtises, elle restait dans cette partie de ce château qui avait été sien pendant plusieurs années. Elle but une gorgée de vin ce qui la fit décompresser. Elle détendit ses muscles raidis par la chevauchée qu’ils avaient pris. La liberté avait toujours été quelques choses de fort difficile à obtenir. Maintenant qu’elle était mariée, elle n'échapperait pas à plusieurs choses.

J’ai toujours eu besoin d’aller ou je voulais sans que personne ne me l’empêche. Disons tous simplement que de passer de deux gardes à une dizaine, la simple idée de passer inaperçu est impossible. Que sais-tu faire? Ton père t’a certainement montré un métier ou quelques choses quelconques?

Bizarrement, elle détestait se faire remarquer, mais y arrivait toujours de manière très gauche. Elle se faisait toujours reconnaitre d’une manière ou d’une autre. Même dans une auberge au nom charmant, elle ne passerait pas inaperçu. Heureusement, elle n’avait aucune coquetterie qui pouvait définir son rang parfaitement. Tant qu’elle se tenait à carreau, elle pourrait rester incognito, mais plus la tempête grondait à l’extérieur, plus les gens s’accumulaient. Et plus ils s’accumulaient, plus elle reconnaissait les visages et les accoutrements des chevaliers de la maison Tyrell. Elle devenait nerveuse chaque fois qu’elle croisait un regard. Ses mains tremblaient. Lorsqu’elle vint pour prendre son vin, elle fit tomber le vin sur la table arrosant sans bien le vouloir un des gardes qui passaient. L’homme poussa un juron et Aliénor se fondit en excuse.

Le regard de l’homme se posa sur elle, puis, sur Tim avant de revenir à la jeune femme, qui même dans un état lamentable en restait, à ses yeux une noble. Elle tentait du mieux qu’elle pouvait de retenir les tremblements de ses mains. L’Homme l’apostropha et elle ne sut quoi dire.

Ce n’est rien, ma dame …

Il marqua une pose et à l’instant où elle croyait sa cause perdue, le garde lui posa une question. Ce visage lui disait vaguement quelques choses. Quoique une grande dame aurait certainement prit du temps à se pouponner pour être digne de son rang. Il la dévisageait comme si elle lui rappelait quelqu’un, mais ses cheveux en bataille et sa robe crasseuse, ne lui laissait pas le moindre doute qu’elle était de la noblesse.

Nous nous sommes déjà rencontré, ma dame ?

Je … ne crois pas, Messer … Je viens … des terres de l’Orage … je rends visite … à ma tante, fort malade …

*Vite Ali, pense à une maison, n’importe qu'elle. Ce n’est pas le temps de créer tout un émoi dans l’auberge*

Lady Lowther …

Que les sept lui pardonnent ce mensonge grossier, mais elle n’avait pas envie de quitter la charmante compagnie de son ami et elle n'avait pas trouvé mieux comme excuse. Le chevalier s'était incliné en lui souhaitant bon voyage et avait pris la direction des autres gardes. Aliénor s’adossa avant de remplir son verre et boire cul-sec. Elle regarda le jeune garçon et se retint de rire.

Tu crois qu’il a avalé ce mensonge?



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Bryn Penrose
Noble

Général
Dame des Parchemins et Rat de Bibliothèque

"A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one."

♦ Missives : 488
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 29/08/2012
♦ Célébrité : Mia Wasikowska
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Seamus Ouestrelin, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 17 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Villevieille, Bief
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Penrose
♦️ Seamus
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
216/500  (216/500)


Message Jeu 14 Mar 2013 - 21:46

La question de la jeune Tyrell rendit la petite Bryn toute décontenancée. Elle écarquilla les yeux l’espace d’un instant avant de se frotter les joues de sa main droite.
« Menuisier ! répondit-elle avec hâte, Mon père était menuisier et il m’a tout appris. Malheureusement il n’a jamais été particulièrement reconnu à Herbeval et voulait pas qu’je connaisse la même vie qu’lui. D’après ce qu’il m’a dit, je pourrais trouver mon bonheur à Villevieille. »
La jeune Penrose adressa une avenante grimace à la Lionne. Elle commençait sérieusement à s’emmêler dans ses propres histoires et avait intérêt à rapidement se reprendre si elle ne voulait pas qu’on la démasque.
Il s’agissait effectivement d’une situation délicate : bien que Lady Tyrell lui paraissait particulièrement sympathique et qu’elle aurait aimé faire sa rencontre avec le visage de Bryn Penrose et non du petit Tim, le Rat de Bibliothèque ignorait complètement ce que pouvait bien décider la jeune Lionne si elle venait à apprendre que son nouveau compagnon de route n’était en réalité personne d’autre qu’une noble dame des Terres de l’Orage en fuite. Peut-être qu’elle l’enfermera... Pire ! Elle pourrait envoyer une missive à Lord Henry et Ser Jon afin que ceux-ci la ramènent jusqu’aux Parchemins.
Il n’y avait de perspective plus terrible que de devoir faire face à son père et son frère aîné. Quel regard jetteront-ils sur elle en la revoyant ? Elle n’osait s’imaginer leurs visages. Toute trace d’amour s’en sera probablement destituée et ils ne manqueraient pas de lui faire subir le lourd fardeau de la culpabilité jusqu’à la fin de ses jours.

Enfin, l’aubergiste ne tarda pas à revenir, posant devant ses deux clients des bols fumants ainsi que du vin chaud. L’odeur remonta les narines de la jeune Penrose, descendant jusqu’à son estomac et fit gargouiller ce dernier de plus belle. Elle n’avait rien mangé depuis le soir dernier et s’était obstinée à ignorer sa faim grandissante. Maintenant qu’elle se penchait au-dessus de sa soupe, tous les soucis du monde s’écroulèrent soudainement et elle s’empressa de fourrer une cuillère dans sa bouche et d’en savourer le contenu.
L’avantage en qu’il y avait à endosser le rôle d’un petit paysan était qu’elle ne devait se tenir aux codes de la courtoisie et pouvait manger comme bon lui semblait. Si Lady Enola apercevait sa fille en train de dévorer son plat avec tant d’empressement elle l’aurait sans doute sévèrement punie. Heureusement, les Parchemins se trouvaient à plusieurs centaines de miles de Hautjardin et elle n’avait rien à craindre...
Alors que Bryn avait la figure baissée vers son bol, la jeune Tyrell renversa soudainement son breuvage sur un des nombreux gardes biéfois qui s’étaient réfugiés au Bourgeon Carmin. L’homme jura légèrement lorsque le vin tâcha son uniforme. La Lionne s’excusa, visiblement très nerveuse et angoissée à l’idée qu’on la reconnaisse.
La jeune Penrose observa la scène avec curiosité, adressant de temps en temps des regards mécontents au soldat suspicieux. L’homme s’en alla malgré tout, probablement davantage convaincu par l’allure de la jeune femme que par son excuse. Quand il rejoignit enfin ses compatriotes, Bryn s’approcha de la petite Lionne pour lui répondre en chuchotant :
« Aucune idée, il m’avait pas l’air très convaincu. Mais c’pas grave, à partir du moment qu’il ne revient pas, on s’ra tranquilles. »
Tim lui adressa une gentille grimace, découvrant toutes ses dents blanches quelque peu tordues. Mais à peine venait-elle de terminer sa phrase qu’elle vit le biefois pointer un doigt dans leur direction. Les autres hommes se retournèrent à l’unisson, peu préoccupés de leur indiscrétion...
« Mince... J’pense qu’ils s’doutent de quelque chose. »
Lady Tyrell semblait particulièrement inquiète à l’idée d’être découverte. Dans un certain sens, la situation pouvait paraître assez comique : d’un côté, Bryn tentait de se cacher derrière le personnage d’un petit garçon d’Herbeval et de l’autre, la jeune Lionne ne voulait pas non plus être découverte. Les deux jeunes femmes semblaient désireuses de fuir leurs identités respectives, préférant ignorer leur vie de noblesse afin d’alléger leurs existences... Peut-être que la petite Penrose pourra se rendre utile et persuader les gardes qu’il ne s’agissait ici point de l’épouse de Tristan Tyrell, ni de la sœur de Tybolt Lannister, mais simplement de Lady Tamara Lowther.
Avant de sauter sur pieds, Tim adressa un clin d’œil complice à sa compagnonne, puis s’avança vers le groupe d’hommes d’arme en se frayant un chemin à travers la foule tout en maintenant une attitude à la fois déterminée et un peu grossière. Elle s’arrêta devant les soldats, détournant sur-le-champ l’attention qu’ils portaient jusque là à la Dame de Hautjardin sur elle-même.
« Z’avez un problème avec ma Lady elle mit les mains dans les poches tout en les dévisageant avec une arrogante défiance, C’est pas très poli d’fixer les d’moiselles comme vous l’faites. J’vous conseille d’arrêter toute suite, sinon vous aurez affaire à moi ! »

Spoiler:
 




Dernière édition par Bryn Penrose le Dim 17 Mar 2013 - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Sam 16 Mar 2013 - 18:58

Parfois elle pensait un peu trop. C'était Presque épeurant. Elle était curieuse et voulait tout savoir, même si les gens n’étaient pas de son rang social. Il n’y avait jamais eu de barrière entre la noblesse et les autres. Elle avait toujours eu du respect pour les autres. C’est cela qui la rendait peut-être parfois agaçante et aimable à la fois. Le Lion Gris avait tenté de faire disparaitre ce trait commun uniquement à elle, mais il n’avait jamais réussi. Il avait préféré la laisser ainsi. C’était ce qui faisait d’elle une femme unique et sa petite lionne. Elle avait une bonne écoute. Il était vrai qu’en temps de guerres les menuisiers pouvaient s’avérer fort utile. Il n’avait pas tort. Il aurait certainement plus de chance à Villevieille qu’à Herbeval. Du moins, si l’on écoutait les rumeurs et en bonne Lannister, elle savait ce qui se passait du coté de sa fratrie. La guerre contre les Iles de fer était déclarée. Elle ne pleurait pas sur le sort des habitants des iles de fer. Sa plus grande peur résidait sur les iles maudites. Peut-être aurait-elle la conscience tranquille.

J’espère que tu trouveras ce que tu cherches à Villevieille. Si tu ne trouves pas reviens à Hautjardin, peut-être pourrais-je t’aider en quelques choses.

Qui savait, elle avait entendu des ragots de partout et tous les sept couronnes semblaient faire face aux terribles fers-nés... Peut-être qu’il aurait cette chance de trouver facilement du travail. Près de chantier quelconque. Elle savait qu’après l’attaque de Port-Lannis, la flotte du Lion avait été quelques peu endommagé. Elle n’en avait pas parlé des progrès, s’il y en avait eu, à son frère, sachant, qu’elle rouvrirait certainement des vieilles blessures. C’était cet événement qui avait gâché l’amitié et l’amour qu’elle portait à son frère. Une rude épreuve qui s’en était suivie de réconciliation, mais elle préférait enterrer cette histoire pour de bon. Et puis, tout semblait bien aller pour son frère, malgré les épreuves et la mort subite de Maura et son fils.

Qu’elle pouvait être terrible quand elle le voulait. Elle n'aurait certainement jamais du faire par de ce mensonge grotesque. Elle imaginait son époux se ronger les sens. Ils ne s’aimaient peut-être pas autant qu’elle avait pu voir son père aimer sa mère, mais ils ne se détestaient pas pour autant. Il apprenait à se connaitre et que dirait-il s’il avait une épouse aussi avide de liberté … Il avait fini par comprendre qu’elle ne se plaisait pas autant et que le Roc lui manquait. Elle avait dit qu’elle s’adapterait avec le temps pour le faire sentir moins fautif. La jeune lionne avait soupiré de voir que le garde ne lui en tenait pas autant rancune, mais il n’avait pas l’air convaincu, même la réponse du jeune Tim l’angoissa à l'idée que l’on la reconnaisse. Heureusement il n’y avait que Tristan à Hautjardin. Il lui suffirait d’un petit ordre pour qu’ils se taisent si l’on découvrait sa supercherie. Aliénor soupira bruyamment lorsque Tim lui lança que les doutes semblaient se montrer. Elle avait enfoui son visage dans ses mains au moment même au Tim semblait se livre. Elle tenta de le retenir, mais il était déjà trop près des gardes. Elle se mordit les doigts. Il était petit, mais plein de courage.

Les gardes qui buvaient à la table sans non moindre dévisagé la lady, ne purent s’empêcher de regarder en voyant le garçon se présenter à eux. Que voulait-il dont le mioche! Le plus vieux des hommes fixa le menuisier avant d'éclater de rire. Les autres regardèrent le doyen, un sourire aux lèvres. Aliénor s’était retournée pour regarder la scène. Elle espérait tant qu’il n’arrive rien au jeune garçon. Il avait été si gentil avec elle. Cela ne pouvait pas bien aller. Surtout qu’ils étaient en supériorité numérique même pour le rapport de force physique. Un des gardes s’approcha du jeune garçon et le regarda dans les yeux avant de se moquer de lui.

Vous avez vu l’mioche veux s’en prendre à un chevalier, ricana l’homme qui lui manquait deux dents.

Il attrapa le gamin et le souleva par le collet avant de l’asseoir comme un enfant sur la table. Les autres le regardaient certains se retenait juste de rire, d’autres dévisageaient l’importunant. Le chevalier ricana et demanda de sa voix rauque :

Tu comptes y faire comment gamin ?!Ne faut pas nous prendre pour des cons, mon p’tit gars. Des comme toi on en bouffe tous les jours !

Qui t’dit qu’on te r’garde ta lady? Si j’serais elle j’prendrais des plus costaud, elle f’ra pas long feu ici … Elle r’ssemble pas trop à une lady, ton amie …, marmonna celui qui quelques minutes plutôt avait été pris de court par la petite lionne.

Aliénor avait finit par se lever et atteindre la place que tenait les chevaliers des Tyrell. Pauvre garçon, elle avait failli l’écraser et voilà qu’il se jetait en pâture à des hommes plus costaud que lui. D’un pas très mal assurée, elle s’était présenté à la table et sentait les regards sur elle. Certains peut-être la replaçait, peut-être que les autres ne la connaissaient pas encore assez pour vraiment dire qui elle était vraiment. Même si elle ne sentait pas avoir un quelconque droit décisionnel sur les gardes, son ton fut un peu plus clair dans sa conviction.

Lâchez-le, il ne vous a rien fait.

Que c’est mignon … Elle vole à ton secours …, ricana l’homme en dévisageant la Tyrell et regardant de nouveau ses compagnons de table. Je cause l’gamin, m'dame.

Les hommes les entourant avaient éclaté de rire. Il était vrai que dans l’état de la situation et surtout dans l’état de la tenue de la Tyrell, elle n’avait pas grand-chose à dire. L’homme s’était retourné, mais elle avait posé sa main sur son épaule pour le faire retourner. Elle était de mauvaise humeur grâce à bien des choses, nul doute que le chevalier réussisse à faire déborder le vase.

Relâchez-le tout de suite, c’est un ordre.

Je ne reçois pas les ordres d’une lady qui r’ssemble à

Il n’eut pas de temps de prononcer le dernier mot, qu’une gifle fusa directement sur la joue du chevalier. Jamais en cent ans il aurait osé poser sa main sur une femme, mais l’envie n’était pas très loin de lui mettre une leçon à celle-là. La rage se lisait sur les traits de l’homme, mais elle avait l’impression que le temps avait cessé de tourner. Derrière elle un homme s’approchait en tapant dans ses mains. Elle s’était tournée pour faire volte face, pour comprendre que c’était certainement la personne qui allait la sauver.

Rappelez moi de ne jamais vous contrariez, Lady Aliénor. , sourit-il avant de l’embrasser sur la main. Relâchez le gamin.

La jeune femme avait sourit, même si son identité venait d’être découverte. Elle ne connaissait peut-être pas assez le chevalier qui lui servait d’époux, mais lui il semblait la connaitre sur bien des plans. Elle avait des doutes qu’il avait du passer des longues heures à essayer de la comprendre, mais sa présence en était tout simplement agréable, malgré tout. Il était trempé dans ses habits, mais c’était le cas de plusieurs gens avec cette tempête. Il avait donc fait le chemin pour la retrouver alors qu’elle avait semé la vigilance des hommes Tyrell. La petite lionne avait aidé le jeune Tim :

Pardonne-moi de t’avoir causé beaucoup de soucis au final.

C’était sincère, il avait failli se faire écraser et puis secouer un peu par des hommes plus forts que lui. Elle avait un don pour se mettre dans des situations impossibles, mais aussi pour amener des gens dans ses aventures parfois étranges. Du moins, elle n’était pas passée pour une lady vénéneuse. Elle avait même trouvé le jeune garçon particulièrement gentil avec elle. Chose qu’Elle ne connaissait pas beaucoup.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Bryn Penrose
Noble

Général
Dame des Parchemins et Rat de Bibliothèque

"A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one."

♦ Missives : 488
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 29/08/2012
♦ Célébrité : Mia Wasikowska
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Seamus Ouestrelin, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 17 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Villevieille, Bief
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Penrose
♦️ Seamus
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
216/500  (216/500)


Message Lun 18 Mar 2013 - 13:11

Un événement en engendra un autre, et l’instant d’après Bryn se retrouvait perchée au haut d’une table, entourée par une bande de soldats aux rires moqueurs et aux regards mécontents. Qu’aurait-elle bien put faire ? Elle s’était jetée dans la gueule du loup dans l’espoir d’attirer l’attention que les gardes portaient à Lady Tyrell sur elle-même. A présent, elle commençait déjà à le regretter, se mordant la lèvre inférieure alors que son cœur battait violemment dans sa poitrine. Et bien que Bryn Penrose se serait excusée et aurait tenté de calmer l’affaire, le petit Tim était de nature bien plus farouche. Il s’efforça à maintenir une expression ferme malgré sa grandissante angoisse et fixait les gardes tour à tour d’un œil défiant.
« Oui, sales pervers ! Vous r’gardez ma Lady d’un œil mauvais ! Z’avez intérêt à déguerpir avant qu’j’me fâche et vous foutes une bonne raclée ! »
Le petit garçon pouvait voir le poing arriver ; sentait presque la terrible et brûlante sensation qui s’emparera de son visage à l’instant où la main du garde percutera sa joue, mais au dernier moment, la jeune Lionne les interrompit, demandant, puis ordonnant aux hommes de laisser Timothy tranquille. Les soldats n’étaient manifestement pas convaincus ni intimidés par le spectacle et le regard menaçant de la dénommée Tamara Lowther. Toutefois, en observant la jeune dame plus attentivement, on pouvait voir la colère bouillonner dans ses yeux verts et cette silencieuse irritation résulta très rapidement en une sauvage gifle qui coupa le grossier personnage dans sa dernière remarque désobligeante.
« Ha ! s’exclama Bryn d’un ton triomphant, J’vous l’avais dit ! Une bonne raclée ! »
Quelqu’un se mit à frapper dans ses mains comme pour féliciter le courage et la verve de Lady Tyrell. Bryn se demandait bien de qui cela pouvait être, davantage encore quand l’auberge sombra dans le silence. La jeune Penrose se retourna, pour voir de qui il pouvait bien s’agir et ses yeux s’arrêtèrent sur un homme à l’allure princière. Il s’avança jusqu’à la blondinette pour venir lui poser un délicat baiser sur la main. Tout s’éclaircit alors, ce ne pouvait être que l’époux de la jolie Lionne, Tristan Tyrell.
Bien que l’héritier de Hautjardin était venu à leur rescousse, l’Orageuse pouvait sentir les ennuis s’approcher. Mieux valait qu’elle s’éclipse aussi rapidement que possible – cette affaire devenait de plus en plus tendue et un autre joueur dans la partie pouvait bien marquer la fin de Tim le paysan d’Herbeval.
Bien que les hommes ne semblaient pas en croire leurs oreilles, ils relâchèrent le garçon, et Timothy bondit au sol, jetant à ses assaillants des regards furibonds, manifestement fier qu’ils aient été réduits au silence. Toutefois, il s’entêta à garder ses yeux rivés au sol pour ne pas croiser le regard de Ser Tristan. Mieux valait ne pas trop attirer l’attention afin qu’elle puisse s’en sortir en un morceau et tranquillement continuer sa route jusqu’à Hautjardin.
Enfin, la jeune Lionne présenta elle-même ses excuses et Bryn se retourna vers sa compagnonne en grimaçant.
« Vous inquiétez pas M’lady. J’ai traversé mon lot d’aventures sur ma route vers Villevieille. C’est pas une pauvre bande de vauriens qui va m’faire peur ! Bien que j’ai failli me faire dessus... Mieux valait adopter une attitude positive ; languir sur cette très brève rixe n’allait rien arranger du tout. Et puis, c’est moi qui doit m’excuser : j’voulais vous prêter main forte mais j’ai tout de même fini par briser vot’camouflage... »
La longévité de Lady Tamara Lowther n’aura pas perduré, mais cela ne signifiait pas que le petit Tim devait également sombrer dans les méandres de l’oubli. Non, Bryn se devait de garder son masque, même si elle aurait aimé se présenter à Aliénor en tant qu’elle-même... Elle-même était cependant devenu un concept de plus en plus abstrait et la jeune Penrose commençait peu à peu à se fondre dans les multiples personnalités qu’elle inventait tout au long de son voyage. Peut-être qu’en arrivant à Villevieille, Lady Bryn Penrose ne sera plus qu’un personnage parmi tant d’autres. Mais Tim secoua la tête, ne souhaitant point s’éterniser sur des pensées aussi futiles.
Finalement, le garçon se tourna vers l’héritier de Lord Tyrell, à qui il devait bien des remerciements.
« Merci M’sire. marmonna-t-il dans la barbe qu’il n’avait pas, s’efforçant d’adopter une attitude à la fois humble et renfrognée, J’suis vraiment désolé d’avoir causé des ennuis. C’était pas mon intention v’savez... M’enfermez pas j’vous prie, j’voulais juste rejoindre Hautjardin. C’est tout. Rien de moins, rien d’plus. »
Elle ne savait ce que serait son châtiment, mais espérait farouchement que Ser Tristan était quelqu’un de généreux. Bien que Lady Tyrell lui avait assuré que rien n’arrivera au jeune Tim, Bryn Penrose n’était pas certaine qu’il en serait de même avec son époux.




Dernière édition par Bryn Penrose le Mer 27 Mar 2013 - 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Jeu 21 Mar 2013 - 23:54

Ses doigts lui faisaient encore mal. Elle avait une légère sensibilité, mais elle n’allait pas se plaindre. Bizarrement, elle aurait plutôt mis son poing à la figure, mais quelques choses l’en avait empêche. Autant pour Tristan qu’Aliénor, le nom Lowther était devenue une couverture, mais son époux semblait l’arborer plus facilement qu’elle avait pu le faire. Les gardes s’étaient confondus en excuse devant leur Lady. Elle n’était qu’une dame de la maison, mais elle en restait pas moins importante. Elle aurait pu dévoiler son identité, mais elle n’aurait peut-être pas été aussi convaincante. Heureusement Tristan était apparu pour mettre fin à cette mascarade qui avait assez duré. Il Avait été bienveillant en lui souriant. Elle savait qu’elle avait fait une bêtise, mais il semblait faire parti des hommes qui lui pardonneraient toujours ses écarts. Tant que c’était des petites libertés qu’elle prenait comme elle le voulait.


Mon camouflage n’aurait pas duré. Il n’y a que mon époux pour me reconnaitre. Il aurait bien vu que Lady Lowther était une supercherie. Du moins, j’aurais aimé les quelques minutes qu’elle aura vécu.


Aliénor fit approcher le jeune Tim devant son époux .Elle trouvait dommage de savoir qu’elle devrait se défaire de ce personnage qu’était le petit Tim. Elle avait plutôt apprécié le jeune garçon. Plutôt spécial en son genre, mais rencontrer d’autres personnes que des nobles dames pompeuses lui faisait du bien. En réalité, elle avait peut-être besoin de cela, un ami qui voulait bien l'écouter. Elle en avait à Castral Roc, bien des Lady et bien des chevaliers qu’elle avait connus, alors qu’elle n’était qu’une gamine. Le Bief était une terre d’accueil, et elle était une étrangère, pour quelques temps encore. Elle n’avait pas quitté la maison des Tyrell depuis son arrivée.

Le nom Lowther lui était venu d’une supercherie orchestrer par son époux lui-même la première fois qu’ils s’étaient rencontrés. Elle n’avait pas aimé cet épisode, mais elle tentait de l’oublier d’une certaine manière. Leur mariage n’avait pas à souffrir de tout cela. La lionne avait décidé de mettre un trait sur cette partie de l’histoire que tout le monde ne semblait pas oublier. Les excuses du petit Tim l’avaient amusé. Elle pouvait mettre les gens dans des situations impossibles parfois. Disons qu’il n’avait pas à prendre tout le blâme. Elle partageait la faute. Elle avait offert un sourire à son époux qui avait préféré rire de la situation plutôt que de la dramatiser encore plus. Chacun avaient repris son repas. Plus personnes ne regardaient les Tyrell et leur garde. L’héritier de Hautjardin balaya du revers de la main. Il n’y avait pas eu de mal en somme. Pas de blessés et aucun mort. Il avait retrouvé son épouse et c'était tout ce qui comptait. Elle savait qu’il ne ferait rien. Surtout si son regard était bienveillant. Il se fiait à son jugement, et en aucun cas, le menuisier avait été impolie et non courroie à son égard.

Ne t’inquiète pas … Ce n’est pas assez grave pour que l’on t’enferme dans les geôles de Hautjardin. Et puis, c’est Lady Aliénor qui les attaqué en premier. De quoi leur remettre les idées en place pour la prochaine fois, ma mie. Ils vous reconnaitront

L’héritier du Bief avait offert un sourire avant de faire marche vers la sortie. Il pleuvait toujours, mais beaucoup moins qu’au tout début. Aliénor était déçue que leur chemin se termine ici. Elle aurait voulu continuer et prendre encore du temps avec le jeune Tim. Il ne l’avait jamais jugé, ce qu’elle avait fortement apprécié. Si la petite lionne était téméraire, rien n’arrêtait son imagination et les terrains inexplorés restaient la plupart du temps des terrains de jeux à découvrir. Tristan était son contraire. Il n’avait peur de rien et connaissait tout comme le fond de sa poche.


J’ai apprécié ta compagnie, et j’aimerais au moins pouvoir faire quelques choses pour toi avant que tu ne reprennes la route pour Villevieille. Je suis certaine que je peux être utile d’une manière ou d’une autre …


Aliénor pensait d’abord aux victuailles. De la manière dont il avait avalé les premières bouchées de sa soupe, elle ne doutait pas que le gamin devait certainement être mal nourri. Voyager n’était pas toujours aisé. Si elle pouvait aider, elle serait certainement heureuse.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Bryn Penrose
Noble

Général
Dame des Parchemins et Rat de Bibliothèque

"A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one."

♦ Missives : 488
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 29/08/2012
♦ Célébrité : Mia Wasikowska
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Seamus Ouestrelin, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 17 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Villevieille, Bief
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Penrose
♦️ Seamus
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
216/500  (216/500)


Message Jeu 28 Mar 2013 - 0:12

Les paroles de Ser Tristan permirent à Bryn de se laisser envahir par une vague de soulagement. Il semblerait que l’héritier de Hautjardin ne se doutait de rien et n’était même pas enclin à la punir pour ses superficiels méfaits. La chance souriait-elle à la jeune Penrose ? Peut-être que cette situation n’était pas si terrible que cela finalement... Enfin, elle osa lever la tête pour mieux cerner le protecteur de la jeune Lionne. C’était un jeune homme au profil propre à ceux ayant grandi dans l’opulence de la noblesse. Il semblait sûr de lui, fier même... Quelqu’un qui fera probablement un bon seigneur.
Le silence de la salle commençait toutefois à devenir pesant. Les spectateurs semblaient ébahis devant la soudaine apparition du chevalier, et davantage encore par la révélation de l’identité de Lady Tyrell. Bryn s’empressa donc de briser ce pénible calme en répondant au fils de Lord Leo sur un ton quelque peu enjoué :
« Content d’entendre ça m’sire. Ses lèvres s’étirèrent en une large grimace, Elle est coriace vot’épouse, si j’puis m’permettre. Sans elle, ces brutes m’auraient réduit en morceaux. »
Le petit Tim se passa une main derrière la nuque, adoptant une attitude à la fois amusée mais mal à l’aise. Puis il s’autorisa un bref coup d’œil aux gardes impudents pour brièvement leur tirer la langue. Ça leur apprendra ! s’écrièrent triomphalement ses pensées. Il aimait l’idée du mioche donnant une bonne leçon à cette bande de vauriens ; c’était une conclusion inattendue – une tournure narrative des plus surprenantes qui lui rappelait le pouvoir du hasard et de la chance. Rien n’était plus délicieux qu’une telle victoire.
Malheureusement, Bryn ne pouvait gueuler de Bonheur et refréna par conséquent son enthousiasme explosif afin de se laisser gouverner par des sentiments plus humbles et plus silencieux. Elle suivit Lady Tyrell et l’époux de celle-ci jusqu’à l’entrée du Bourgeon Carmin où ils s’arrêtèrent pour échanger quelques dernières paroles.

Quitter la jeune Lionne lui parut soudainement très étrange : elle venait juste de faire sa connaissance et avait partagé une petite aventure avec elle. Maintenant toutefois, elles étaient obligées d’entreprendre leurs chemins respectifs qui s’étaient si brièvement entrecroisés. Ce soudain concept de séparation toucha le cœur de l’Orageuse qui avait trouvé en Aliénor quelqu’un d’extrêmement appréciable – étonnamment amicale même. C’était des caractéristiques qu’elle pensait (à ses yeux du moins) perdues dans le monde des nobles dames. Quelques fois pourtant, le destin s’avérait être généreux, et offrait dès lors la possibilité de faire de fantastiques rencontres. Celles-ci prouveront être compatibles ou complémentaires ; c’était comme une brèche provoquée par un choc, lui même crée par les destinés de personnages distincts, et dans cette brèche s’ouvrait l’occasion de former ce puissant lien que l'on nomme “amitié”...

Et alors que la jeune Penrose divaguait dans ses complexes réflexions, elle vit ses pensées se heurter à une large muraille : elle ne pourra jamais nommer Lady Tyrell son amie... Celle-ci était une Dame d’une des maisons les plus riches et puissantes de Westeros et elle-même n’était qu’un pauvre paysan à l’air pouilleux : Tim, garçon ayant quitté Herbeval pour rejoindre Villevieille afin de devenir menuisier... De fait, son masque formait d’emblée un fossé entre elle et la jeune Lionne – de quoi reprocher au destin sa sournoise cruauté au lieu d’admirer ses heureuses machinations...
« M’lady, après vous avoir causé tant d’ennuis vous êtes encore prête à faire quelqu’chose pour moi ? Sa voix se voulait incrédule mais l’on y discernait davantage les cordes de la gratitude. L’ancienne Lannister avait un grand cœur... Quelque chose qui ne maqua pas d’augmenter l’estime que la jeune Penrose éprouvait déjà pour elle. Il y a peut-être une chose... commença-t-elle avant que sa voix ne se meurt dans un doux murmure, Pourriez-vous m’indiquer le chemin le plus sûr et le plus rapide jusqu’à Hautjardin ? »
Le petit Tim grimaça. Il n’avait manifestement pas envie de se perdre de nouveau... Quelques indications seraient certainement la bienvenue et Ser Tristan ne sera certainement pas assez fourbe pour lui cacher de telles informations. Puis le garçon se pencha un peu en avant pour que ses paroles ne puissent pas être saisies par des oreilles malvenues :
« Et peut-être une assurance... Quelque chose qui me protègeraient d’ces maudits soldats. Ils n’hésiteront pas à me sauter dessus dès que vous aurez disparu derrière la porte d’entrée... »
Elle adressa un regard quelque peu implorant à Lady Tyrell et son époux. En effet, les hommes d’arme ne feront d’elle qu’une bouchée, et elle n’était pas prête à servir de pâté à troufion de si tôt.


Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Lun 1 Avr 2013 - 0:56

Voilà une autre aventure que l’on pouvait dire, tout est bien qui fini bien. Elle ne saurait explorer toute les leçons qu’elle avait eues en une journée. Elle ne se souvenait pas d’avoir autant explorer le fossé qui séparait les nobles des paysans. Une expérience qu’elle éviterait de recommencer, mais elle savait que si jamais le petit Tim revenait à Hautjardin, elle serait heureuse de le revoir. Elle avait si peu d’ami qu’elle se demandait parfois comment elle faisait pour vivre dans ce monde étrange, qui ne semblait pas être le sien. Si elle avait été à Castral Roc, elle aurait eu le droit à la réprimande de ses frères, mais surtout de Tybolt. Enfin, elle doutait fortement qu’aucun de ses frères se seraient proposés pour la chercher. Du moins, elle était heureuse de voir que son époux ne semblait pas lui en vouloir. Au moins une personne semblait comprendre son besoin de ne pas être surveillé et enfermée constamment. Les derniers jours avaient été pénibles depuis son retour et elle espérait qu’une seule chose, que tous aille pour le mieux à l’avenir. Ce changement de comportement semblait encore inconnu à la Tyrell, mais elle se montrerait sous un autre jour bientôt. Elle ne pouvait pas rester ainsi, même si l’idée de devenir une lady des plus déplaisantes ne l’animait pas. Elle aimait trop être appréciée des gens et elle finissait par faire des bêtises à la longue. Elle avait payé l’aubergiste qui la regardait toujours étrangement. Qui aurait pu douter que sous cette chevelure ébouriffée se tenait la nouvelle rose de Hautjardin et lionne de Castral Roc? Certainement personne.


Cessez de croire que vous m’avez causé des ennuis Tim. Je suis capable de me mettre dans le pétrin plus facilement que l’on peut le croire. Et puis, même si nous venons de deux mondes totalement différents, je me suis amusée. Si je peux faire quoique ce soit, j’en serais ravie.


Elle avait franchie la porte de l’auberge avec un certain plaisir. Elle ne se souvenait pas d’Avoir pu être elle-même. Elle était si intimidée depuis qu’elle vivait à Hautjardin, qu’elle gardait bien pour elle des choses qu’elle voudrait partager. Elle était tout de même triste de voir que leur chemin allait se séparer maintenant. Elle aurait aimé connaitre davantage ce jeune homme tout plein de mystère, mais elle était certaine qu’un jour, ils se rencontreraient de nouveau. Quelques goutes tombaient encore de ce ciel remplit de nuages. Elle n’avait jamais eu peur de l’eau en somme. Tristan tenait les rênes de Tempête. Il était certainement le seul après sa lady à pouvoir le faire obéir. Il lui rendit et Aliénor se retourna vers son compagnon d’infortune.

Et si je t’y amenais … Tu aurais cette assurance que personne ne te sautera dessus, même si je vois mal qu’ils le fassent.


Cette offre semblait non négociable et même le Ser Tristan n’avait pas pipé mot. Il regardait la femme trop de bonté qu’elle était. Elle-même était surprise du silence de son époux, mais elle préférait cela. Sans laisser le temps à Tim de réfléchir, elle l’avait forcé à monter sur le dos de tempête. La bête avait renâclée, mais la jeune Tyrell ne lui avait pas prêté une attention. Ils leur fut peut de temps pour que les villages près de Hautjardin se dessinent réellement. À croire que dans son périple, elle ne s'était pas trop éloignée de son chemin. Ils avaient fini par stopper les montures et Aliénor avait descendu de sa monture.


Nous y voilà … C’est ici que les sept semblent vouloir que nos chemins se séparent. J’espère que tu trouveras ce que tu cherches à Villevieille,
sourit-elle avant de tendre une petite bourse qu’elle avait réussi à prendre d’un des gardes. Ceci t’aidera peut-être un peu dans tes déplacements. Ce n’est pas grand-chose, mais ce sera certainement plus utile à toi qu'à eux. Je te souhaite la meilleure des chances … S’il arrivait quoique ce soit, je serais toujours à Hautjardin …


Elle avait fait un clin d’œil. Depuis le début elle avait été intriguée par le personnage qui se trouvait devant elle. Elle avait essayé de voir quoi, mais son instinct lui laissait des doutes qu’il n’était pas véritablement ce qu’il était. Tant pis, il aurait besoin de ses piécettes pour le voyage. Elle imaginait la colère du garde en question… Sa dernière phrase sous-entendait bien des choses, mais il pouvait l’interpréter à sa manière …



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Bryn Penrose
Noble

Général
Dame des Parchemins et Rat de Bibliothèque

"A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one."

♦ Missives : 488
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 29/08/2012
♦ Célébrité : Mia Wasikowska
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Seamus Ouestrelin, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 17 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Villevieille, Bief
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Penrose
♦️ Seamus
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
216/500  (216/500)


Message Lun 8 Avr 2013 - 22:56

Le monde était plein de surprises ; et alors que cette journée s’annonçait particulièrement morose et peu inventive, elle avait fini par croiser le chemin d’Aliénor Tyrell, fille du fameux Lion Gris et sœur du distingué Tybolt Lannister. Certes, la jeune Penrose aurait évité un tas d’ennuis, mais ne sont-ce pas les turbulences qui rendent le court cheminement de la vie si passionnant ?
Bien qu’elle s’efforçait de ne pas l’afficher, Bryn fut très reconnaissante à ce que la jeune Lionne lui propose de l’emmener jusqu’à Hautjardin. L’idée de retourner dans l’auberge du Bourgeon Carmin et de devoir faire face aux impétueux gardes la faisait frémir. C’était juste qu’elle avait été gênée à l’idée de formuler une requête à l’attention de la jeune dame. Elle finit donc par accepter l’aide de sa compagnonne de bon cœur, sautant sur le dos de Tempête après s’être emparée du bras serviable de Lady Aliénor.

Il pleuvait toujours, mais c’était un mince filet de pluie qui les arrosait depuis les cieux. Ils ne tardèrent pas à atteindre leur destination. Elle n’avait pas été trop éloignée du but finalement. L’idée d’avoir été si proche de Hautjardin accentua l’ironie de cette étrange situation, mais encore une fois, Bryn garda ses pensées pour elle-même : un jeune paysan comme Tim ne pouvait se permettre de nourrir de telles réflexions.
Quand le cheval fit halte, ils se trouvaient au beau milieu d’un village aux alentours du château. C’était le lieu idéal où la jeune Penrose pouvait aisément s’éclipser. Mais au moment de descendre du destrier, le rat de bibliothèque eut un bref moment d’hésitation. Elle jeta un coup d’œil à Hautjardin, puis baissa le regard sur Ser Tristan avant de reporter ses iris sur le dos de Lady Tyrell. Je pourrais tout leur avouer. Dire qui je suis réellement. Ils me renverront aux Parchemins où je reverrai ma famille. Bien qu’elle s’était facilement accoutumée à sa nouvelle vie, Bryn ne pouvait nier avoir pensé à maintes reprises à Lord Henry ainsi qu’à Jon, et au lointain songe qu’était devenu la notion d’un foyer. Mais la jeune Penrose était bien trop entêtée pour abandonner son rêve... Elle balaya ces pensées néfastes en secouant brièvement la tête, puis descendit de Tempête pour la dernière fois ; presque avec une certaine aisance. Enfin, elle se retourna vers Lady Tyrell, lui adressant un sourire qui était davantage celui de la jeune dame des Parchemins que celui du petit Tim.
« Que les Dieux vous gardent, Dame Tyrell. Elle marqua une brève pause, levant vers la jeune femme un regard complice, Souvenez-vous, certaines choses ne sont jamais ce qu’elles semblent être. »
Et bien que l’on s’attendait à ouïr la voix un peu trop grave d’un jeune paysan, c’était une sonorité féminine qui résonna depuis les cordes vocales du mystérieux personnage. Cela n’aura évidemment pas manqué d’éveiller l’étonnement de son interlocutrice et c’est pour cela que Bryn s’empressa de se courber légèrement dans une élégante révérence avant de prendre ses jambes à son cou et de disparaitre aussitôt.
Sans plus de cérémonies, Lady Penrose s’était évaporée telle une bouffée enjouée d’air frais. Et alors que la jeune Lionne la cherchait encore brièvement du regard, le petit Rat de Bibliothèque l’observait furtivement depuis l’arrière d’une des maisonnettes alentours. L’Orageuse s’autorisa à savourer sa manœuvre, prenant un étrange plaisir à incarner tant de rôles puis de s’en débarrasser comme l’on désenfile d’improbables costumes. Au moins aura-t-elle légué un indice de vérité à l’ancienne Lannister ; de quoi passer davantage pour une apprentie comédienne qu’une insensible menteuse. Peut-être était-ce sa manière de faire preuve d’une forme de reconnaissance et de considération...
« Merci Aliénor. » souffla-t-elle doucement, puis abandonna sa cachette pour s’engouffrer parmi les autres villageois, désireuse d’atteindre Villevieille...

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Les roses ne fanent pas tous à l'Automne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Les roses jaunes ne fanent pas [ PV : Vy ; Angélie ] {RP court}
» [Aout 550] Tempête de roses noires (Ouvert à tous)
» SAMEDI 08 OCTOBRE 2011
» Joyeux noel à tous!
» Les Roses De Versailles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-