AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Jour 3, matin : Duel judiciaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 24 Sep 2012 - 13:53

Intervention initiale !

         Le réveil fut difficile pour tous avec le rappel des événements du soir précédent. Tout le monde croyait ser Even innocent, mais étrangement, aucune preuve ne venait étayer cela. Tout semblait au contraire l’accuser. On avait tué les gardes avec son poignard et son alibi de la journée ne pouvait pas être prouvé. Oh, bien entendu, on pouvait tout aussi bien penser à une machination, l’alibi étant démenti par le biais de mensonges et le poignard ayant été volé. Mais qui gagnerait à faire cela ? Qu’est-ce que cela pourrait apporter ? Il était impossible de le dire, d’autant que même si le « procès » du soir semblait avoir été totalement surjoué, la colère de lord Gormon Peake face au vol avait été tout à fait réelle. Les seigneurs présents, qu’il s’agisse de lord Tully, de lord Arryn ou même de lord Frey, auraient pu tenter de faire la lumière à ce sujet en questionnant le lord sur l’endroit où s’était trouvé l’œuf, mais personne n’y avait pensé. Tous n’avaient pensé qu’à défendre ser Even en demandant la présentation des preuves et ces preuves l’accusaient… Néanmoins, le questionnement au sujet du lieu du vol aurait pu dissiper tout cela, puisqu’à moins d’avoir eu un complice très particulier, le vol n’aurait jamais pu être commis par ser Even. Mais c’était maintenant trop tard et il fallait espérer que les Sept feraient ce qu’il faudrait pour innocenter le chevalier.

         Au matin, un repas frugal fut servi à ceux qui avaient faim, même s’ils seraient sans doute rare. Des trompes invitèrent ensuite tout le monde à sortir dans la cour du château. Cette dernière avait été réaménagée aussi rapidement que possible pour accueillir l’événement judiciaire et des barrières délimitaient maintenant l’espace de l’échange. Les spectateurs pourraient prendre place tout autour sous l’œil acéré des gardes qui garnissaient les remparts et qui prenaient place partout dans la cour. Lord Beurpuits semblait avoir voulu éviter au maximum les problèmes et toute personne qui viendrait à en poser se verrait sévèrement punir. Sortant de sa léthargie en cette heure si matinale, la foule se rendit donc petit à petit dans la cour, prenant place autour de l’espace de joute. Certains frémissaient d’excitation à l’idée de ce qui allait se jouer tandis que d’autres ressentaient de la crainte voire de la peur. Nombre des spectateurs avaient pu assister au tournoi de Cendregué et en cette occasion, au Jugement des Sept qui avait provoqué la mort du prince Baelor. Devait-on craindre pour la vie de ser Even ? Et qu’en était-il de ser John ? Il avait fait ses preuves en temps que chevalier d’honneur et de valeur et même lord Arryn s’était pris à apprécier son état d’esprit et sa façon de penser. Est-ce qu’un tel homme avait des choses à cacher ? Une chose était certaine, quel que soit le résultat de la joute, ce duel judiciaire provoquerait bien des dégâts.

         Quand tout le monde fut enfin réuni dans la cour du château, lord Beurpuits prit la parole. « Un abominable crime a été commis sous ce toit la nuit dernière. Devant l’incapacité à faire la lumière sur ces événements, nous laissons les Sept juger de l’innocence ou de la culpabilité de ser Even Corbray que de nombreuses preuves accusent malgré les sentiments de nombre d’entre vous à son égard. Puissent les Sept le juger équitablement ! » On invita ensuite ser Even à prononcer quelques mots qui pourraient, selon le déroulement de la joute, être ses derniers mots. C’était à lui de les choisir avec soin pour émouvoir autant la foule assemblée que les Sept qui seraient les seuls à même de l’innocenter. Après tout, une fois un tel duel décidé et engagé, aucun homme n’aurait pu l’interrompre à moins de s’opposer à la volonté des dieux ! Lorsque ser Even eut fini de parler, ce fut au tour de ser John de prendre la parole. Saisissant la bride de son cheval, il le fit lentement parader dans l’espace de joute, regardant les spectateurs. « Vous m’avez tous vu jouter hier, mais sans doute vous demandez-vous pourquoi j’ai été choisi pour être le champion de lord Beurpuits ? Certains penseront que je n’ai pas ma place ici et que ce choix cache quelque chose d’autre. Dans un sens, c’est vrai. » Saisissant sa cape de sa main, ser John la retira pour la laisser tomber au sol, révélant par la même occasion le blason qui ornait son torse ? Un blason rouge comme le sang sur lequel se dessinait un Dragon Noir à trois têtes… « Je suis Daemon Feunoyr, héritier du Dragon Noir et souverain légitime du Trône des Sept Couronnes ! Je suis ici pour reprendre ce qui me revient de droit et cet œuf devait me l’offrir ! Le crime odieux qui a été commis ici a non seulement privé deux hommes de la vie, mais il a aussi privé le royaume de son véritable souverain, le laissant entre les mains d’un homme incapable et de son bâtard d’oncle, un fratricide ! » Se tournant alors vers ser Even, Daemon reprit un ton plus calme. « Je ne sais si vous avez volé cet œuf, mais si c’est le cas, j’ose espérer que les Sept feront ce qui est juste. »

         Sans tenir compte des réactions que ses propos pouvaient avoir provoqué dans la foule, Daemon II Feunoyr retourna vers le côté de la lice improvisé qui lui était dédié afin de revêtir son heaume et de saisir la lance de guerre qu’il avait choisie. Menant son cheval sur la ligne de départ, il n’attendit plus que le retentissement des trompes.


    - Voici enfin la dernière phase qui vous apportera de nombreuses réponses ! Si le début sera un peu limité pour vous du fait de l’échange nécessaire, ne vous inquiétez pas, la suite vous offrira davantage de liberté de jeu !

    - Certains d'entre vous ont reçu des blessures au cours des jours précédents, n'oubliez pas d'en tenir compte. Lady Coeurdepierre et la Corneille n'oublient jamais rien.
    - Rappelez vous que la lecture des règles est obligatoire.
    - Les interactions avec les PNJ seront nombreuses, merci de laisser au MJ le soin de les mener à bien !
    - Vous êtes libres de réagir aux propos tenus, mais n’oubliez pas que vous ne pouvez pas intervenir directement pour le moment à moins de vous mettre dans une situation très peu enviable !
    - Pour des raisons pratiques, le duel à proprement parler se déroulera dans un sujet à part, comme les joutes, mais vous êtes libres d’y réagir ici-même !
    - Prochaine réponse à venir au courant de la semaine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 24 Sep 2012 - 19:25

      – C'est quoi, exactement, un duel judiciaire ?

     Edwyn connaissait ses leçons d'histoire et les traditions séculaires des Sept couronnes, mais il voulait être bien sûr de savoir à quoi s'attendre. Qu'allait-il voir, le lendemain ? C'est pour répondre à cette question qu'il interrogea tout son entourage proche, ceux qui veillaient sur lui dans le château de Murs-Blancs qui, suite au banquet avorté du soir du deuxième jour, était devenu pesant et très étroit. Neuf, ce château l'incommodait, comme si l'ambiance que le vol de l’œuf avait généré lui rongeait l'intérieur à la manière d'un rat dans un sac de grain. Il dormit en tremblant du cœur, soucieux à la fois de comprendre et d'oublier la soirée qui était désormais celle de la veille.

     Au petit matin, il adressa une prière au Père d'en haut pour que ce dernier accorde à chacun des deux adversaires du duel la force de triompher de son opposant dans le cas où il serait innocent. Quant au coupable, qu'il tombe sous les coups de l'autre ! Edwyn ne se sentirait bien qu'une fois cette histoire réglée et tranchée par le fer des épées qu'on agiterait bientôt dans la cour du château. Celle-ci avait été aménagée pour l'occasion et naturellement, Edwyn se plaça spontanément aux côtés de lord Beurpuits. Celui-ci prit la parole et Edwyn approuva d'un air déterminé, cet air qu'il se donnait pour dissimuler la vive émotion qui le saisissait. Il sentait quelque chose arriver. Les paroles de ser Even furent bientôt balayées par celles de ser John qui arrachèrent un cri d'émoi au petit garçon.

      – Mais vous êtes un...

     Toute la spontanéité des paroles du petit garçon ne surent franchir la barrière des mains que la prévenante Charissa Tully posa immédiatement sur les lèvres de son fils en lui murmurant de garder pour lui ce genre de remarques naïves et Ô combien véridiques. En effet, il y avait bien là un traître feunoyr, mais s'il se déclarait ainsi ouvertement, sans doute y avait-il aussi dans l'assistance nombre de ses partisans, et la mère alerte qu'elle était savait la vie de son fils trop précieux pour qu'il la risque ainsi en commettant quelque imprudence verbale dont les enfants ont le secret. Le petit échangea un regard avec sa génitrice et comprit aussitôt qu'il devait se taire. Au fond de lui, une voix hurlait et tentait de lui imposer une réaction forte et tonitruante, mais il la musela du mieux qu'il put, aider par les bras protecteurs et maternels. Quand sa bouche fut à nouveau libre, alors que les deux jouteurs s'apprêtaient au combat, Edwyn glissa à l'attention de lord Ambrose :

      – Vous le saviez ?

     L'innocence de cette question transpirait au front du petit garçon qui craignait de voir dégénérer une situation déjà très compliquée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 25 Sep 2012 - 11:37

Serena n'était pas très savante en matière de théologie. Disons que les us et coutumes liés aux Sept n'étaient pas d'un grand secours lorsque l'on voyage à travers tout un royaume pour retrouver un frère perdu. Elle avait un peu honte de ne pas pouvoir se dire pieuse. Bien sûr, elle se souvenait de quelques leçons dispensées à Ninestars pendant son enfance mais les zones d'ombre étaient encore importantes. Pourtant, la nuit qui précéda le duel judiciaire, elle traîna parmi les invités jusqu'à ce qu'à tomber sur une personne qui sut lui dire exactement comment prier les Sept d'aider le chevalier du Val à remporter la victoire. Elle le fit une bonne partie de la nuit, en boucle, jusqu'à finalement tomber de sommeil.

Au repas le lendemain, Serena ne mangea rien. Elle était aussi nerveuse qui si son frère était présumé coupable, au lieu de ce presque inconnu qu'elle avait rencontré deux jours auparavant. La jeune femme ne parvenait pas à comprendre pourquoi elle se sentait aussi anxieuse. Elle avait déjà assisté à des combats et même à des condamnations à mort. Jamais ces choses ne l'avaient émue. C'était ce valois, ce chevalier. Il devait avoir quelque chose de spécial. Quelque part, elle voulait qu'il vive. Elle le voulait réellement et elle savait déjà au fond d'elle que si son adversaire l'emportait, son cœur s'en attristerait beaucoup. Plus, sans doute, que s'il avait s'agit de n'importe quel autre homme (son frère excepté).
Voyant enfin le Corbray arriver dans la cour, Serena courut dans sa direction. Elle n'avait que faire de savoir qui regardait ou qui se trouvait à proximité. Peut-être même venait-elle de passer devant son suzerain sans le voir. Arrivée presque sous son nez, elle prit une de ses mains dans les siennes pour dire, la gorge serrée.

_ Ser Even, je suis mortifiée par ce qui vous arrive. Je ne comprends pas comment l'intégrité d'un homme tel que vous peut être remise en cause. Moi, je ne doute pas un instant de votre innocence, sachez-le. Et les Sept, qui ont tout vu, ne peuvent pas en douter non plus. Alors je ne vous souhaite pas bonne chance, je vous souhaite bon courage, pour être la main de la justice qui toujours doit triompher. Il m'a plu de vous rencontrer, messer. Revoyons-nous bientôt, dans ce monde-ci.

Sur ces mots, la jeune femme étreignit doucement les doigts du chevalier et lui sourit avec une tendresse confiante. On pouvait lire de la peur dans son regard mais aussi une sorte de foi.
Les participants firent leur discours et la découverte du blason de l'opposant d'Even entraîna une vague de murmures dans le public. Ce dragon noir à trois têtes sur un fond de sang. Serena le connaissait par ses leçons d'histoire et par les rumeurs véhiculées dans les bouches depuis plusieurs décennies. La Maison Feunoyr. Elle aurait juré qu'ils n'existaient plus. Aujourd'hui encore, ils en avaient après le trône. Sans doute les agitateurs de l'avant-veille, ceux-là même responsables de ses blessures, étaient-ils à la solde du jouteur qui venait de se révéler. Pourquoi ? Pourquoi avait-il choisi ce petit tournoi pour réapparaître ? Ce n'était pas un mariage princier et il ne devait pas être sans savoir que la plupart des dignitaires présents étaient fidèles aux Targaryens. Qu'avait-il à gagner en semant cette pagaille ?
Serena, retournée près de Pryam, glissa sa main dans la sienne et posa son front contre son épaule en silence. Elle ne comprenait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 25 Sep 2012 - 17:10

     Les malheurs de ser Even étaient regrettables, Pryam ne le connaissait pas personnellement et avait à peine eu l'occasion d'échanger quelques mots avec lui, mais il ne pouvait décemment agir et penser autrement. Le Corbray était un natif du Val et qui plus est, un chevalier, par conséquent l'errant ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il aurait bien pu être à sa place, s'il avait été de plus noble naissance du moins. Pour la première de sa vie, le chevalier errant se sentait chanceux de se présenter comme un simple roturier. Peut-être que son rang social risquait de coûter très cher à ser Even.

     Après une nuit toujours aussi agitée que les précédentes, puis un repas du matin qui apparaissait plus que décalé, ce fut au tour de l'action de débarquer au milieu de ces réjouissances. Un discours fut prononcé et des révélations très étranges furent faites. Un Feunoyr, ici ? C'était une chose qui risquait de compliquer la situation. Pryam n'avait jamais éprouvé que de l'aversion à l'égard de cette maison, son grand-père avait été tué par un homme portant le même patronyme que ser John, lors de la bataille d'Herberouge. Étant né Templeton, le Valois ne pouvait donc que se sentir dérangé par la présence d'un tel homme. Ce qui était encore plus embêtant était bien évidemment que lord Beurpuits devait être au courant de tout cela. Quelle raison pouvait donc le pousser à inviter un Feunoyr à son mariage et à le faire passer pour un simple chevalier errant ? Pas étonnant que ce rôle soit si mal perçut par les autres nobles.

     Soupirant de dépit tout en regrettant toujours plus d'être venu ici, Pryam observait l'action d'un air neutre, comme si tout cela ne le concernait pas. Au fond, c'était le cas. Il n'était lié à aucun des deux protagonistes et n'avait désormais qu'une hâte : que ce tournoi termine pour qu'ils puissent s'en-aller rapidement de ces lieux et mettre le plus de distance possible entre eux et le Feunoyr. Le tirant de ses pensées, la présence de Serena permis au Valois de se concentrer sur la situation actuelle. Tenant la main qu'elle avait glissée dans la sienne, il la serra légèrement, comme pour la rassurer, puis ajouta quelques mots d'un ton qui se voulait aimable et rassurant.

     ▬ Ne t'en fais pas, tout se passera bien. Les Sept verront qu'il n'a rien fait. »

     Même si ser Even n'avait normalement rien à voir avec eux, Pryam avait bien remarqué l'intérêt que sa sœur avait l'air de bien apprécier le chevalier. Il serait plutôt contrarié de voir Serena triste si jamais les Sept venaient à décider que le Corbray avait volé cet œuf. Il ne restait qu'à espérer qu'il dise la vérité, seul lui et le coupable connaissaient la réponse. Glissant son regard vers Eleyna, le blond lui adressa un bref sourire avant de prononcer quelques mots.

     ▬ Nous n'avons peut-être pas fait le bon choix en venant ici finalement. »

     Restait à espérer que ce ne soit pas le cas et que quelque chose vienne contredire les paroles qu'il venait de prononcer.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 25 Sep 2012 - 17:21

     Tous les événements qui se déroulaient à ce mariage étaient très.... Étranges ! Au final, Lyra en venait presque à regretter se présence ici, du moins cela aurait été le cas si Maël n'avait pas été avec elle. Avoir son cher tailleur à ses côtés lui remontait le moral et même si son avenir lui apparaissait actuellement comme une brume opaque et indéchiffrable, la Dornienne se sentait presque heureuse et confiante. Elle aurait toujours quelqu'un qui s'inquiétait pour elle et bien qu'elle n'aimait pas être le sujet des inquiétudes de quelqu'un, cela la réconfortait.

     Lyra connaissait ser Even. Enfin, connaître était un bien grand mot ! La jeune femme l'avait croisé et avait parlé avec lui, plus ou moins longuement, lorsqu'il était venu séjourner à Lancehélion en compagnie de son maître. Où était-il d'ailleurs ? La brune s'inquiéta soudain pour le sort de cet individu, même si elle lui avait encore moins parlé qu'à ser Even, la roturière l'avait trouvé très intéressant. Il eut été regrettable et dommage qu'une telle personne ne soit plus de ce monde. Qu'il était étrange de constater que le cheminement des pensées conduisait à des choses aussi étranges ! Elle s'inquiétait pour le sort d'un noble qu'elle avait trouvé agréable avec elle et se retrouvait à pleurer l'éventuel décès d'un maître d'arme rencontré il y a plusieurs années !

     Soupirant, la demoiselle regarda autour d'elle. La nuit avait été difficile, déjà parce qu'elle se demandait ce que l'on réservait au Valois, mais aussi parce qu'elle avait peur de ce que la suite leur réservait. Hier, rien ne l'inquiétait, elle était avec Maël, persuadée que la Mère Rivière allait les protéger et les mener sur le bon chemin, mais désormais elle s'interrogeait : la vie réservait des surprises inquiétantes, un jour vous étiez heureux et en passe de gagner un tournoi, puis le lendemain votre vie et votre honneur étaient en jeu. Si un noble pouvait être traité de la sorte par la Mère Rivière – ou leur divinité – qu'en serait-il de simples roturiers ? S'arrachant à ses pensées sombres, Lyra remit en place le foulard offert par Maël il y a plusieurs semaines. Elle l'avait passé autour de ses cheveux et le triturait tout en prenant garde à ne pas l'abîmer. Son attention se porta autour d'elle et elle repéra rapidement son ami tailler auprès de qui elle se glissa pour passer ses mains autour de son bras.

     ▬ Quel malheur, puisse la Mère Rivière veiller sur lui ! Je me demande comment est-ce que la mariée peut tolérer une telle chose à son mariage, c'est censé être le plus beau jour de sa vie non ? »

     Une vision bien utopique certes ! Au moins le cheminement de ses pensées l'avait empêchée d'entendre tout ce qui se disait et elle n'avait porté qu'une oreille distraite au discours de ser John. Ce qui au fond, n'était pas plus mal vu la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Even Corbray
Chevalier

Général
Courage et honneur.



Chevalier du Val.

♦ Missives : 628
♦ Missives Aventure : 84
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 01/05/2012
♦ Célébrité : Eric Bana
♦ Copyright : Izhelinde
♦ Doublons : Corwin Rogers, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 30 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Cordial, Val d'Arryn
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
251/500  (251/500)


Message Mar 25 Sep 2012 - 21:21

Even avait passé une bonne partie de la nuit à prier les Sept, et l'autre à réfléchir. Il avait beau faire, il n'arrivait pas à pousser ses conclusions assez loin. Il avait remarqué des faits troublants concernant le manège de la Brute de Bracken et de ses acolytes, les mensonges du mestre de Murs-Blancs, le fait qu'on aie pu lui subtiliser le poignard... Mais il avait beau faire, il ne voyait pas à quoi tout cela menait. Peut-être que cela n'avait plus d'importance. Selon l'issue du duel du lendemain... Mais il devait croire en les Sept. Il était innocent, et leur jugement le disculperait. Cependant, il avait comme un mauvais pressentiment. C'était comme si son instinct tentait de lui dire que quelque chose allait clocher lors de cet affrontement. Il finit par trouver le sommeil, péniblement, mais il ne dormit que trop peu.
Le lendemain matin, il parvint à avaler un petit déjeuner assez consistant pour lui donner des forces, ce qui en étonna sûrement plus d'un. Son estomac eut beau protester, la tension le nouant, il n'en mangea pas moins ce qu'il fallait pour que son bras ne faillisse pas. Puis, il se mit en quête de lord Arryn. Il se devait de le voir avant la joute. Il eut fort heureusement la chance d'échanger quelques mots avec lui pour lui faire part des éléments troublants qu'il avait recensés, et des faits qui s'étaient passés. Avant de prendre congé pour aller se préparer pour sa joute, il lui jura une fois de plus qu'il était innocent, et qu'il serait heureux d'offrir sa tête à son suzerain si ce dernier le pensait nécessaire.

En quittant lord Jasper, il tomba sur Serena dans la cour. Elle courut jusqu'à lui et prit sa main dans les siennes, la pressant avec force tandis qu'elle lui assurait qu'elle ne le croyait pas coupable, qu'elle avait été heureuse de le rencontrer et qu'elle espérait le revoir. Ces paroles firent encore plus chaud au cœur du Valois qu'elle n'aurait pu l'imaginer. Lorsqu'elle lui étreignit les doigts en souriant, il inclina légèrement la tête à son attention.


« Vos paroles me réchauffent le cœur. J'étais moi aussi ravi de faire votre connaissance. Vous êtes une personne de valeur, et votre frère également. J'espère que les Sept soutiendront mon bras, et que le véritable coupable sera retrouvé. Ce sera un grand plaisir de vous revoir...

Il se pencha pour lui faire un baisemain, puis il prit congé pour aller s'équiper. Il resta songeur tandis qu'il se faisait aider pour enfiler son armure. Lorsqu'il alla retrouver son cheval, une fois vêtu de ses plates, il trouva l'étalon nerveux. Peut-être un reflet des émotions qu'il refoulait. Avec calme et patience, il flatta l'encolure et les naseaux de l'animal pour l'apaiser.
Lorsqu'il alla se présenter devant lord Beurpuits et les spectateurs, il ressentit pleinement la désagréable sensation d'être jugé quand on est innocent... Ser John était là lui aussi, mais c'est à lui qu'on donna la parole. Le chevalier ne voyait pas quoi dire de plus, aussi fut-il bref.

- Je ne puis rien dire de plus que de jurer encore une fois mon innocence. Je fais confiance au jugement des Sept pour trancher. Mais pendant que cette joute se déroule, le vrai coupable court toujours sans être inquiété. »

Il se tut alors qu'on donnait la parole à ser John. Tandis qu'il parlait, Even fit le vide dans son esprit pour se concentrer uniquement sur la joute imminente... Du moins jusqu'à ce que son adversaire révèle sa véritable identité, celle de Daemon Feunoyr. Alors que tous avaient le souffle coupé, le Valois sentit mille questions se presser dans son esprit. Il ne s'y attarda cependant pas trop, tentant de vivre dans l'instant le combat qui allait se dérouler. Il ne répondit pas à ce que lui dit son adversaire, et il alla se placer de son côté de la lice, se mettant en selle en prenant lance et bouclier pour l'échange qui allait commencer.


PS: Mon post est légèrement trop long, mais je n'ai vraiment pas réussi à l'écourter, désolée ^^'


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Mer 26 Sep 2012 - 8:49

Le Géant des Osseux avait finalement plutôt bien dormi cette nuit là. En effet, la veille, alors que des yeux accusateurs se jetaient finalement sur sa cousine et lui comme de probables complices de l'odieuse rapine de l’œuf de Dragon, la suite des évènements avaient détourné tout soupçon à leur encontre. Les preuves accablés ce brave chevalier, et quand bien même le Ferboys trouvait dommage que ce sympathique personnage à qui il avait accordé son soutien pendant les joutes fusse accusé, il ne s'en émouvait que très modérément. Après tout, même s'il avait humilié cet imbécile de Ser Tom le Noir, Ser Even restait un parfait inconnu pour lui, donc son sort, si triste était il, l'importait peu. Après tout, il pouvait très bien être le voleur, auquel cas il aurait bien mérité son sort. Le duel judiciaire était donc finalement plutôt logique : la culpabilité du chevalier semblait avéré, et lui clamait son innocence. Laisser leurs Dieux décider de son sort semblait, bien qu'à première vue surprenant, être une chose normale, et coutumière de cette région.

Pour cela, le Dornien au teint halé avait donc plutôt bien dormi, à tel point que sa cousine était déjà présente pour assister à la joute alors que lui n'était toujours pas là. Il n'arriva que quelques minutes plus tard, baillant allégrement et l'esprit visiblement encore embrumé à cause d'un réveil pas encore total, la mine fatigué et la barbe un peu plus fournie et moins nette que la veille. Se plaçant aux côtés de sa cousine, il lui sourit, bien qu'il semblait encore enlacer les bras de Morphée.

- Bonjour, Edarra. Comment vas tu ?

La belle noble de Ferboys ne daigna pas regarder son fantasque cousin, lui délivrant une des saillies meurtrières dont elle était coutumière.

- Tu es en retard, et tu as l'air d'un ivrogne ce matin. Rien de bien étonnant, me dirais tu...

Le Dornien sourit à nouveau, comme si tout cela l'amusait. Observant la scène et la présentation de Lord Ambrose avec un air distrait et une attention bien médiocre.

- Tu sais que j'ai une réputation à soigner, voyons... Et puis, voir encore une joute, je n'avais nulle raison de me presser.

- J'espère qu'un jour tu auras l'intelligence de comprendre que tout ceci est on ne peut plus sérieux, et que tu nous fais du tord en te comportant comme un idiot alcoolique et coureur...

La fin de la phrase se perdit dans la clameur de l'assemblée alors que Ser John révélait sa véritable identité. Daemon Feunoyr... Le charismatique et impressionnant Daemon Feunoyr, chevalier bâtard des Targaryens dont la réputation avait traversé les contrées. Ser Daemon jouissait d'une évidente côte de popularité auprès de la populace et de certains seigneurs, cela était une affaire entendue, mais l'annonce de sa soi-disant légitimité sur le trône de fer eut l'effet d'une bombe, même pour des Dorniens pourtant peu concernés par le reste de Westeros. Asafa resta bouche bée, un instant incrédule devant la scène se déroulant devant lui.

- Par toutes les putains de Port-Réal... Daemon Feunoyr ? Se révéler de la sorte ? Il n'y a pas à dire, le garçon a une sacré paire pour s'annoncer de la sorte !

- Et un manque certains de clairvoyance... Reconnaissons lui tout de même un certains sens du sensationnel...

- Oui... Je me demande si les deux jouteurs ont conscience que l'avenir du royaume se joue peut-être au bout de leur lance...

Asafa conclut en souriant, ayant subitement retrouvé de l'intérêt pour la scène se déroulant sous ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 26 Sep 2012 - 17:25

          Noire fut la nuit, à l'image de ses pensées quand il s'endormit. Il ne rêva point cette nuit-là et à peine avait-il clos ses yeux qu'il lui sembla qu'il les rouvrait déjà. Il n'avait pas le cœur à se nourrir. Il se prépara en silence, adressant à peine quelque sourire contrit à l'écuyer qui le pria malgré tout d'avaler un peu d'eau. Celle-ci avait un goût de bile. Les Sept s'acharnaient-ils sur lui ? Tout jeune seigneur suzerain qu'il était, il avait en moins d'un an subi plus d'épreuves que ces grands rois à la vie pourtant bien remplie. La dureté, l'âpreté et la simplicité de sa contrée natale lui manquait. Tout avait été si compliqué depuis qu'il avait franchi la Porte Sanglante ! Comme si les hommes des ces régions ne savaient rien faire avec sincérité et pureté. Tout devait-il être si étriqué, si complexe ? Cette nouvelle affaire Corbray avait de quoi le terrasser et dans le fond, s'il affectait de croire à l'innocence de ser Even, c'était bien parce que sa culpabilité aurait achevé de ternir la réputation d'une des plus prestigieuses maisons du Val d'Arryn. Fort heureusement, le duel judiciaire viendrait détacher l'homme de sa terre et de son sang pour le placer seul à l'orée du jugement divin. Que décideraient les dieux ? Nul n'aurait su le prévoir. Pieux de corps et d'esprit, Jasper ne comptait point user de quelque autorité dont il aurait pu se croire investi pour altérer le cours des événements. À ses yeux, il n'y avait pas meilleur juge que le regard divin pour décider de la culpabilité ou de l'innocence de ser Even... quand lui-même demeurait réservé et pénétré par le doute. Arrivé dans la cour du château, Jasper rencontra ser Even qui échangea avec lui quelques mots qui n'aidèrent en rien le jeune homme à se faire un avis tranché, sinon pour convenir encore une fois que de nombreux éléments troublants venaient affaiblir l'accusation tout en sapant la démonstration d'innocence. Rien ne l'agaçait davantage que ce climat nauséabond d'ambiante trahison.

          Mais alors qu'il était presque insouciant de la situation alentour, un mot résonné dans sa tête comme le lourd bourdonnement d'une cloche de septuaire. Ser John, ce chevalier qu'il avait admiré la veille en tournoi, venait d'annoncer à la volée qu'il était l'héritier de feu le traître Daemon Feunoyr. La gorge de Jasper se serra. Son premier mouvement fut de porter la main à sa hanche mais il se ravisé. D'une part, il ne portait pas son épée. D'autre part, était-il bien prudent de s'attaquer à un homme qui s'apprête à participer à un duel judiciaire, seule ordalie juste et sacrée en ce bas monde ? L'envie était pourtant là, tenace, pernicieuse, séduisante. Cette annonce plongeait Jasper dans le souvenir de ses jeunes années, quand il avait vu son père et tout un ost du Val d'Arryn passer la Porte Sanglante pour se porter à l'assaut des dragons noirs, ces bâtards usurpateurs. Comment oublier l'an 196 ? Et pourquoi ce chevalier errant se révélait-il ici, au beau milieu d'un événement aussi frivole qu'un mariage, à l'orée d'un duel judiciaire, alors qu'il était entouré des loyaux vassaux et liges du trône de fer ? Tout cela n'avait plus aucun sens. Quelle était cette pantomime ? Pourquoi lord Beurpuits n'interrompait-il pas le duel qui s'ouvrait pour ordonner qu'on se saisisse du prétendant Feunoyr ? Pourquoi Jasper croyait-il déceler dans les regards de certains invités de marque cette lueur d'admiration qui caractérise les serments d'allégeance ? Légèrement anxieux et désabusé, Jasper n'osait trop croire la triste vérité qui semblait, devant eux, sur la lice, se déchirer. Le regard qu'il posait sur lord Beurpuits en disait long alors qu'il attendait que ce dernier réponde à la question du jeune Edwyn Tully, seule qui ait encore du sens au cœur de ce coup de théâtre.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Jeu 27 Sep 2012 - 3:31

Maeve avait un mauvais pressentiment. Le spectacle que l’on avait offert à ses yeux la veille n’aidait pas à démystifier le monde des adultes. Comme presque tous les invités, elle avait rejoint les gradins. Elle était accompagnée de Noreen et elle n’Avait pas posé aucune question, mais il était clair qu’elle en avait des millions. Elle ne connaissait pas beaucoup Ser Corbray, enfin, elle savait une ou deux choses, mais elle était plutôt distante avec l’entourage du Val. Elle était plus souvent près de Mestre Wyman que les autres. Elle avait trouvé que les arguments de l’Accusation était un peu mal travaillés. Rejeté la faute sur un Corbray semblait facile désormais. Elle avait salué son frère, puis s'était assise. Elle avait jeté un regard vers le petit Lord Tully, mais celui-ci semblait enclin à un grand spectacle. Maeve n’était pas sure.

Voir le masque du fameux Ser tombé, en surprit plus d’un. Elle avait entendu ce nom, avec Mestre Wyman. En Grandissant, elle avait toujours fait l’Association que le mal égalait les Feunoyr. Maeve scrutait le regard de Jasper. C’est ce qu’elle croyait, c’était une mauvaise nouvelle. Elle soupira en se laissant caler contre son siège et se tourna la tête vers Noreen. Elle lui lança à voix basse comme pour se faire pardonner des sept :


J’espère qu’il n’Est pas trop tard pour que je retire mes louanges sur lui.


Alors il avait pris le repas avec un traitre? Elle aurait cru à tout sauf cela. Mais elle commençait à trouver des associations très faciles. Œuf, Dragon, Targaryen, Feunoyr. Son esprit dérangé était prêt à parier qu’il n’y avait qu’un traitre Feunoyr pour voler un œuf. Elle ne s’amusait pas du spectacle. Elle était même un peu anxieuse pour le Valois. Elle serrait la main de Noreen si fort que la pauvre n’aurait plus de circulation à ce rythme. La petite peste du Val fixait étrangement son frère depuis quelques secondes lorsqu’elle lui demanda :

Est-ce vraiment loyal ?

Elle espérait que Jasper voit le fondement de son questionnement. Était-ce loyal de combattre un homme reconnu comme un traitre par la couronne même? Elle espérait vraiment que pour ce que l’on disait du Borgne de Port-Real était vrai. Qu’il ait mille et rien qu’un. Une chose certaine, personne n’avait vu venir ce coup théâtre, sauf peut-être ceux qui l’avait orchestré et les coupables pouvaient être plusieurs.




Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Jeu 27 Sep 2012 - 17:50

La nuit n'avait pas été sereine pour Alysanne Florent. Trop de questions sans réponse, trop d'enjeux, trop de soupçons harcelaient son esprit comme un essaim de frelons. Elle n'avait osé prendre la parole parmi ces hommes puissants, prompts à rabaisser ou châtier quiconque sortait du rang. Pourtant elle ne pouvait s'empêcher de penser que sa prudence, celle qui l'avait poussée à se taire, avait contribué à condamner un innocent – que cet innocent soit Ser Even ou Ser John. Jamais la lumière ne serait faite sur ces crimes, et aujourd'hui un homme offrirait sa vie en paiement de leur ignorance. Le prix de l'inaction pouvait s'avérer plus élevé que celui de l'audace. Elle ignorait encore à quel point cette vérité allait se vérifier ce jour-là.

Après une rupture de jeûne frugale, elle retrouva Hugo et Kerigan et partagea avec eux ses inquiétudes. Coup de théâtre improbable, multiples mystères... il y avait bien des choses qu'elle aurait voulu comprendre, mais ils n'avaient pas plus d'informations qu'elle et ne pouvaient que se perdre en conjectures discrètement échangées au détour d'un couloir.

C'est donc d'un cœur lourd qu'Alysanne se dirigea vers la lice avec son escorte, cherchant du regard Serena. Si cette jeune femme au cœur sensible était proche de Ser Even, elle devait être en proie au désarroi à cette heure. Lord Beurpuits prononça son discours comme on enfonce le dernier clou dans un cercueil. Sans appel, sans ouverture, il s'en remettait à l'intervention providentielle des Sept. Faut-il être bien présomptueux pour se figurer qu'une divinité consentirait à arbitrer nos médiocres querelles de mortels. L'ont-ils jugé, lui, pour n'avoir point protégé ceux qui partageaient le pain et le sel à l'abri de ses murs ?

Mais il n'était plus temps d'élever la voix pour protester. Ser John apparut et rejeta les oripeaux factices du chevalier errant pour révéler sa véritable nature. Elle porta ses doigts à ses lèvres, muette, tendue comme la corde d'un arc. Les tesselles de la mosaïque s'imbriquaient à présent. La présence de certaines familles, l'élégance et le raffinement du Violoniste, son audace cautionnée, l'enjeu du tournoi, l'atmosphère menaçante des derniers jours... elle tourna vers Lord Beurpuits un regard sombre et murmura entre ses dents : « Traître » . Puis elle contempla Ser John avec un sentiment qui lui était bien peu familier : la haine. Sédition. Guerre. Carnage. Herberouge, encore ? Les Sept Couronnes n'avaient-elles pas suffisamment souffert ? N'était-ce pas assez de la sécheresse, de la famine, du Fléau de Printemps, des attaques des Fer-nés, de l'hiver approchant ? Fallait-il encore que les champs s'abreuvent de sang et de larmes pour satisfaire la folie des dragons ? Que le feu qui l'habite le consume et le réduise en cendres. Son seul souhait désormais était de voir abattre cette promesse de tempête. Que Daemon termine ce jour aussi raide et froid que l’œuf de pierre dont il avait voulu faire son égide.

« Si seulement nous avions compris. » Elle se mordit la lèvre. Si elle n'était pas restée à sa place. Si elle avait été au bout de ses interrogations. Aurait-elle pu découvrir la vérité, quitte à prendre des risques ? En écho à ses pensées, Hugo murmura : « Toutes les défaites de l'histoire se résument en deux mots : trop tard. » Oui. Elle avait assez souvent entendu son père le répéter à son frère. Le premier jour, elle aurait pu, si elle avait éventé l'identité de Ser John, dépêcher Kerigan à Darry. Il n'aurait pas fallu longtemps pour qu'un corbeau atteigne le Donjon Rouge, et Shaïra avait l'oreille de Brynden Rivers. Alors le dragon aurait pu être capturé avant même de se dévoiler. Trop tard pour agir. Trop tard pour se morfondre. Affronte ce qui vient.

Alors que les jouteurs se préparaient, elle se demanda qui avait volé l’œuf. Pas Daemon, de toute évidence. Il avait voulu le gagner. Stupide dans son arrogance, prêt à risquer sa quête, sa vie et les espoirs de ses partisans dans un tournoi, et aujourd'hui dans un duel. Le symbole eût été joli, mais inutile. Encore un homme qui ne savait où loger son honneur. Il l'avait placé, non dans la loyauté au trône et la protection du peuple, mais dans la gloire au combat et l'équité supposée d'une joute. Comme si ses partisans allaient le laisser perdre après qu'il se soit révélé. Tout le monde savait quelles Maisons avaient suivi le Dragon Noir. Leur présence ici était trahison. Sa mort serait pour eux une menace. Ils ne le permettraient pas. Asafa avait-il pris part à cette conspiration ? Elle en doutait, mais les Ferboys étaient certainement mêlés à tout ceci.

Et voilà comment s'expliquaient le vol et l'accusation. Vraisemblablement, quelqu'un de son camp avait voulu préserver le Dragon Noir contre sa propre témérité, craignant sa défaite aux lices. Mais l'on n'avait pas prévu, sans doute, ce dernier coup de folie : le duel judiciaire... nul ne peut protéger un dragon de lui-même. Et maintenant, tous certainement tremblaient pour leur champion, quel qu'il soit.

Spoiler:
 




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Jeu 27 Sep 2012 - 20:17

La nuit porte conseil me disait ma grand-mère. Pourtant, aucune réponse ne parvint à éclairer les points obscurs que générèrent les événements de la veille. Le vol de l’œuf, les accusations à l'encontre de ser Even, les allégations qui furent émises avec plus ou moins de conviction, le duel judiciaire et la proposition de ser John... Trop d'éléments et si peu de réponses. Cela me frustrait de n'avoir aucune matière pour résoudre ces interrogations. D'autant que si cela pouvait provoquer des tensions politiques en dépit de l'arbitrage divin. Je levai les yeux vers le plafond qui me surplombait tandis que j'étais encore allongée sur mon lit. Les dieux seront-ils vraiment des juges impartiaux ou simplement des spectateurs ? Ils étaient aussi inconstants que mon propre don. Je poussai un soupir. Avec tout cela, je n'avais pas pris le temps de m'entretenir avec John le Violoniste comme j'en avais eu l'intention à la suite des joutes. Sur ses pensées, je décidai de me lever et de me préparer pour assister à la confrontation du jour.

Une fois arrivée sur les lieux je pris place dans les gradins non loin d'Alysanne, que je saluai, et des suzerains entourant lord Beurpuit. Je me demandai quelle serait l'issue de ce combat tandis que chaque jouteur prenait la parole suite à notre hôte. Je ne connaissais pas Even, ni même John d'ailleurs, ce n'était pas avec une danse que je pouvais me targuer d'en savoir beaucoup sur lui. A cet instant, les paroles de ser John firent leur chemin dans mon esprit. Impossible.... J'étais estomaquée par son audace et ses révélations, au point que je le fixai d'un air incrédule et que ma main se crispa sur ma robe. Daemon Feunoyr... Un traître venant réclamer ce qu'il croyait lui appartenir... De quel droit... Mais, cela expliquait un certain nombre de choses. Je finis par reprendre mes esprits, quittant John pour jeter un coup d’œil à la foule dans l'optique de cerner l'impact de ce retournement de situation. L'indifférence n'était pas de mise, je le voyais sur les visages.

Il était trop tard pour intervenir, les chevaliers se mettaient en place. Je ne pouvais me résoudre à prendre partie pour l'un des participants. Pour une fois que la vervue aurait pu m'être utile en me laissant entrevoir le retour d'un traître pouvant bouleverser profondément les Sept Couronnes, les dieux restaient silencieux... Ironique... J'espérai que le dénouement découlant de ce duel serait à la hauteur des espérances de chacun, sachant pertinemment ou du moins intuitivement que les deux protagonistes principaux n'avaient pas pris part au vol. Qui, dans ce cas ? Trop de suspects...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 29 Sep 2012 - 8:39

Eleyna avait été attristée du tour qu'avait pris la situation tout en étant soulagée que, cette fois, son ami et elle-même n'ai pas été pris pour cible. Elle avait cru comprendre que la noblesse préférait accuser des roturiers et elle ignorait qui ser Even avait-il bien pu contrarier pour être victime d'une telle machination. Eleyna le voyait ainsi et ne doutait pas de son innocence car seul un imbécile tue une personne avec une arme marquée de son blason sans revendiquer le dit crime. Elle pouvait se tromper, mais l'homme n'avait pas l'air stupide et Pryam semblait s'inquiéter pour Serena, liée au chevalier. De plus, elle se souvenait de ses actions lors du premier soir et ne pouvait nier qu'il était fort courageux Elle le voyait mal ôter la vie pour un oeuf de dragon dont il n'aurait que faire. Ils étaient donc tous impliqués d'une façon ou d'une autre, à un plus ou moins grand niveau, dans cette histoire. La tension autour d'eux alors qu'ils s'avançaient dans la cours pour assister au duel judiciaire le prouvait.
Eleyna était assez excitée puisqu'elle n'avait jamais assisté à de tels évènements -dans le Nord cela n'existait bien sur pas- et découvrait énormément de choses. Elle en vint pourtant à se dire qu'il aurait mieux valu un tournoi calme avec une conclusion heureuse. Suivant le chevalier et accompagnée de Jorah, remit partiellement de ses blessures, ils parvinrent à se trouver une place suffisamment bonne pour pouvoir observer ce qui se passait et, de la, assister à la révélation faite par l'adversaire de ser Even.

Daemon II Feunoyr, voila qui avait de quoi étonner grandement la nordienne et la ravir, également. Elle avait entendu toutes les histoires possible au sujet des Feunoyr, son oncle étant encore sur la route à l'époque de la bataille d'Herberouge. Il s'agissait de ses histoires favorites et la jeune femme ignorait qui du roi actuel ou de celui qui se tenait devant eux était le souverain légitime des Sept Couronnes. Des arguments cohérents allaient en faveur de chacun des deux partis si bien qu'elle se contenta d'être émerveillée par ce garçon, ce roi en exil, qui avait le courage -ou la folie- de se montrer devant une foule de spectateurs, devant des lord dont les parents, les amis, les hommes, étaient morts durant cet affrontement. « Par les anciens! » s'exclama-t-elle, alors que Pryam finissait de lui dire qu'ils n'avaient pas fais le bon choix de venir jusqu'ici. Elle secoua la tête. « J'espère que vous me pardonnerez mais je ne suis pas d'accord. Certes les circonstances sont terribles mais nous assistons sans doute à un évènement historique, s'il ne s'agit pas d'un imposteur. Je suis on ne peut plus heureuse d'être la! » Une fois de plus son excitation transparaissait un peu trop et, au vu de la tête que faisait le chevalier, elle se dit qu'il ne devait pas être partisan des Feunoyr. Elle non plus, à vrai dire, l'un ou l'autre peu l'importait. Elle était une artiste, pas une intrigante. « Mais je me demande, du coup, si tout cela n'est pas un coup astucieusement monté pour faire peser le poids du crime sur ser Even tandis que le Feunoyr s'en ira avec l'oeuf sous le bras, pour revenir ensuite prendre son trône s'il le fait éclore... » Une histoire qui pouvait tenir malgré le discours de Daemon. Mentir, ruser, manipuler, était le propre de chaque homme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 30 Sep 2012 - 1:28

Noreen avait très mal dormi pensant à son père, si proche et si loin à la fois et entachés par les crimes de Kaeril Corbray, et maintenant cette histoire avec Even. Que pourrait bien penser Gwayne de tout cela lorsqu’il serait mis au courant ? Retournant le problème dans sa tête, elle ne parvenait à trouver de solution et se contenta de prier longuement pour que les Sept daignent juger les deux participants avec compassion. Car si elle ne voulait pas qu’Even meure et qu’elle le croyait innocent, elle ne voulait pas non plus que Ser John, le séduisant preux et gentil chevalier soit tué dans cette entreprise. Elle savait dors et déjà que quelque soit l’issue de ce duel elle ne pourrait pas être heureuse du dénouement, mais le sort en était jeté, la joute aurait bien lieue, et il y avait fort à parier que seule la mort d’un des deux participants mettrait un point finale à cette aventure qu’elle trouvait désormais beaucoup moins belle et excitante qu’au premier jour. Elle pria donc, et pleura un peu, mais elle finit tout de même par s’endormir à une heure tardive, emportée par sa fatigue et ses pensées maussades qui hantèrent ses rêves jusqu’au petit matin. Un cauchemar la réveilla en sursaut alors que le jour pointait à peine et que la fatigue l’étreignait encore, des œufs, du sang, Ser Even et Ser John éventrés par un monstre informe, une ombre chimérique, des dragons sauvages planant au dessus de Penn Irin. Morte de peur, elle ne put retrouver le sommeil et s’enroula dans une couverture pour regarder l’aube se dévoiler peu à peu, effilochant ces brumes à mesure que le soleil se levait, puis, elle se prépara… Ainsi, elle fut prête à l’heure pour une fois et accompagna Maeve dans les tribunes, l’air morne et les traits tirés par la fatigues et le chagrin malgré son jeune âge, la peur au ventre, son rêve, qui pourtant n’avait aucun sens n’avait rien pour la rassurer. Elle salua Jasper et Lord Edwyn comme il se doit, mais les événements tragiques de l’a veille lui avait fait quelque peu oublié la conversation qu’elle avait eut avec lui et qui finalement avait manqué de réponse franche.

Lorsque John le violoniste révéla aux spectateurs sa véritable identité, la rumeur sourde des nombreux murmures que la nouvelle suscita ne fit qu’accroitre la peur que la rouquine ressentit. Un traitre à la couronne, voila ce qu’il était, voila ce qu’allait devoir combattre Even, chevalier du Val, et malgré cela elle ne pouvait s’empêcher de se souvenir des sages paroles du jeune homme la veille, de son visage avenant et de sa courtoisie. Comment un Feunoyr pouvait-il être aussi aimable ? Comment pouvait-elle autant apprécier un fils de bâtard doublé d’un traitre ? Comment pouvait-elle souhaiter autre chose que sa mort ? Les bâtards du défunt roi étaient à l’origine de la Bataille du Champ d’Herberouge ou les Valois placés à l’avant-garde avaient été décimés. Certes Ronan Ruthermont avait gagné ses galons, ou plutôt son fief grâce à cette guerre, mais sa fille ne pouvait pas leur pardonner tout le sang versé pour autant, elle se sentait si mal de ne pas le haïr, mais quoi qu’elle se dise elle n’y arrivait pas. Il fallait qu’elle cache tout ce qu’elle ressentait, mais elle n’avait pas le talent des Dames de haute naissance pour cela, et se contenta de regarder droit devant elle en crispant les doigts sur sa robe verte. Dents serrées et souffle coupé par la nouvelle et toutes les pensées qui se bousculaient dans sa tête, elle manqua de ne pas entendre la réflexion de sa maitresse, et ne put se tourner vers elle consciente qu’elle ne parviendrait pas à soutenir son regard sans trahir ses sentiments.

« On ne peut retirer ses louanges Ma Dame, seulement se repentir de les avoir faites. Mais c’est à lui de se repentir devant les Sept qui sont là pour le juger, il nous a bien trompés avec ces belles paroles hier, mais désormais nous savons qui il est. »

Cette phrase avait au moins eut le mérite de faire disparaître toute complaisance vis-à-vis du Feunoyr, mais elle le trouvait toujours séduisant, enfin, une jeune fille de bonne famille ne se laisse pas attendrit par un beau minois, peu important donc qu’il le soit ou non, il était un traitre et elle était une loyaliste convaincue. Noreen ne sentait plus sa main, mais elle serrait celle de Maeve aussi fort que possible elle aussi, tant le sort d’Even était important à ses yeux. Il devait vaincre, et il devait tuer le fils du bâtard, si les Dieux étaient justes, il ne pouvait en être autrement !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 30 Sep 2012 - 1:32

L’alcool aidant, Eva était tombée comme une souche, et ni cela, ni cette nuit inconfortable ni les coups reçus la veille ne furent un atout pour sa beauté lorsqu’elle se réveilla le lendemain alors que l’agitation gagnait déjà la cour. N’ayant presque rien mangé la veille, elle fut l’une des rares à manger quelque chose, néanmoins, elle ne mangea pas grand-chose et fut bientôt sur la lice. Surprise et heureuse de n’avoir pas fini dans les geôles, elle était bien décidée à se taire et à se contenter de regarder, elle écouta donc les discours sans broncher en tout cas jusqu’à celui de ce soit disant Ser John. La cape tomba sur le sol et le dragon noir à trois têtes sur fond rouge sang apparut sur le plastron du chevalier, révélant, non seulement l’identité du chevalier, mais surtout, combien ce château était maudit, car quiconque est représenté par un traitre ne peut qu’en être un lui aussi, non ? Évidement ça n’est as aussi simple, mais il y avait de quoi se poser bien des questions entre ça, le vol, la bagarre dans la cour le premier soir. Ce tournoi ressemblait de plus en plus à une pièce de théâtre, mais si pour beaucoup, c’était une tragédie, ce revirement de situation eut un effet assez particulier sur Eva qui éclata de rire. Hé oui, les bonnes résolutions ont une espérance de vie très courte dans l’esprit d’une catin, surtout lorsque les hasards lui offrent une telle mise en scène.
Tout en plaignant la pauvre mariée qui voyait son mariage prendre une tournure de plus en plus sombre, elle s’exclama :

« C’est de plus en plus amusant ce Tournoi ! »

Elle s’adressait à l’homme à coté d’elle qui s’avéra être Asafa Ferboys, un noble Dornien rencontré brièvement la vielle. Elle lui sourit donc en le reconnaissant et remarqua à côté de lui une jeune femme

« Ravie de vous revoir Messire Asafa. Lady Edarra Ferboys, j’espère que vous avez bien dormi, vous êtes très en beauté en tout cas. »

Dit-elle en saluant la noble cousine du jeune homme avant d’ajouter plus doucement pour que la Dame ne saisisse pas le sens de ces propos trop facilement.

« Je m’attendais à gagner de l’argent et assez de contact pour remplir L’aubade de la Lysienne jusqu’au printemps prochain, mais pas à apprendre qu’une nouvelle guerre se préparait. »

Elle ne voulut pas en révéler d’avantage, mais elle pensait bien sur à Tybolt en disant cela, combien la payerai-il pour cette information ? Pourrait-elle la vendre à plus offrant ? Enfin, s’il mourrait lors de ce duel, ce serait un coup d’épée dans l’eau… à moins qu’il ne soit pas le seul à vouloir remettre les Feunoyr sur le trône... Elle prit le temps d’observer les visages des spectateurs pour y déceler la moindre expression qui trahirait leurs allégeances, le savoir pourrait lui rendre bien des services lorsque le conflit se ferait jour, et ce quelque soit le sort de John… Daemon II. D’ailleurs celui-ci fut atteint au bouclier par Even Corbray, et cela ne présageait rien de bon pour la suite, mais si la guerre pouvait rapporter gros, la paix avait tout de même de nombreux avantages. Aussi le cœur d’Eva balançait entre le désir d’un conflit où elle pourrait essayer de tirer son épingle du jeu, et celui de la mort rapide et sans heurts de l’héritier du trône inexistant du bâtard. Et si le sort était entre les mains des Sept ou de tout autre Dieu auxquels le commun de mortels pouvait croire pour se rassurer sur le sens de la vie et celui de la mort, alors qu’ils s’en amusent autant que la prostituée de Lancehélion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 30 Sep 2012 - 8:22

Enfin ce diner maudit s'était achevé, mais pour Oteh, la nuit ne s'acheva point là. Dans l'auberge où il logeait, il eut l'occasion de prendre un vrai diner en compagnie de personnes certes de moins grande envergure, mais avec qui au moins il eut l'occasion de rire et de bavarder sans attendre qu'on lui en donne la permission. Il obtint notamment quelques infos sur Clarence Hightower, le grand argentier. Une fois qu'il eut ce qu'il voulait, il retourna dans sa chambre et prépara son voyage, n'ayant pour bagage que le sac de toile contenant les restes d'Alicia, la tâche fut aisée. Le silence et l'obscurité le laissèrent par contre en proie au souvenir des remarques acérés dont il avait été la cible, quolibets et insultes, il ne supportait pas. Avec la mort de Mewan, il avait perdu plus qu'un ami, il avait perdu une étiquette.

Lorsqu'il eut suffisamment usé de ses muscles en exercice divers, il tenta enfin de trouver le sommeil. Mais les rêves qui le hantèrent n'étaient pas pour le reposer. Il se revoyait sept ans auparavant dans les cols chaud des marches dorniennes, en compagnie d'Edarra Ferboys, se rappelant avec acidité la discussion qu'ils avaient eut, sur l'ambition et la vrai place que méritait Oteh. Des cauchemars vinrent ensuite et il finit par se réveiller d'un bond alors qu'à l'extérieur, le ciel se peignait de couleurs plus chaude.

Peu avant le rendez vous de la joute, il était encore en train de négocier son voyage vers Port-Réal avec d'autres voyageurs qui allaient emprunter la même route. Le départ était donné, dès la fin de cette joute, il partirait. Le temps était aux au revoir à présent. Il se dirigea donc vers le lieu du duel. Il y trouva tout d'abord la jolie Lyra et se dirigea vers elle. Durant sa foulée, une exclamation de masse s'éleva de la foule et ce n'est qu'à son arrivé sur les lieux qu'il en comprit la raison. Ne partageant pas le choc montré par le public, il se contenta de poser une main sur l'épaule de Lyra pour attirer son attention.

"Je m'apprêtes à vous quitter amis, Even Corbray sortira vivant de ce duel. Point d'inquiétudes à avoir pour lui. C'est ici que je vous fait mes adieux à vous deux, puisse la mère rivière vous apporter bonheur et félicité, recevez la bénédiction d'un vieux prêtre à qui les dieux parlent encore."

Il baisa le front de la petite demoiselle et servit une franche et amicale accolade à son ami. Puis une idée lui vint, maudissant lord Ambrose et ce mariage, il rêvait d'une petite vengeance. Sachant que des oreilles se trouvaient non loin, il comptait jeter un peu plus l'opprobe sur la maison Beurpuit.

"Savez vous ce que j'ai entendu cette nuit ?" Commença-t-il d'une voix qui se voulait peu discrète. "On dit que Lord Ambrose n'avait en fait plus l'oeuf depuis longtemps, il l'aurait revendu pour lever une armée et soutenir les Feunoyr !"

hj : est-ce que c'est paroles vont se propager dans l'assistance ?
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mer 3 Oct 2012 - 13:54

Une chose était certaine pour chacune des personnes présentes, les révélations de ser John n’étaient pas innocentes. Pourquoi prendre le risque de se signaler de cette manière et à un tel moment ? Certains l’avaient déjà compris la veille au soir… Ce mariage n’était pas ce qu’il semblait être et un rapide rappel des faits historiques l’aurait révélé à n’importe qui. Beurpuits, Bracken, Caswell, Cockshaw, Costayne, Ferboys, Peake, Sunderland, Tarbeck… Ils étaient tous des invités de ce mariage. Mais surtout, chacun d’eux avait pleinement soutenu le Dragon Noir lors de sa rébellion et de la sanglante bataille d’Herberouge. Leur présence ici n’était pas anodine et tous les représentants de ces familles savaient qu’ils étaient venus en ces lieux pour apporter leur soutien incontesté au prétendant Feunoyr lorsqu’il lancerait sa nouvelle rébellion. Le mariage n’avait été qu’une farce visant à dissimuler tout cela.

Malheureusement, rien ne s’était déroulé comme prévu. Si le petit lord Tully avait été invité en raison de son jeune âge et de son incapacité à comprendre les enjeux présents, il n’avait pas été prévu que tant d’autres chevaliers du Val et d’ailleurs se joignent à la partie… Arryn, Corbray… Tant d’autres soucis dont on ne pouvait pas se débarrasser facilement. Et comme si cela ne suffisait pas, un vol avait été commis dans l’enceinte du château ! L’œuf de dragon que Daemon Feunoyr devait remporter grâce aux joutes et qui devait ainsi certifier de sa capacité à prétendre au trône avait été volé et il était impossible de remettre la main dessus ! Par chance, ser Otho Bracken et ser Tommard Heddle avaient mis au point un stratagème pour retourner la situation à leur avantage en éliminant un des importuns, mais ce n’était quand même pas suffisant. Cet œuf était l’élément le plus important, celui-là même qui permettrait au Dragon Noir de renaitre de ses cendres !

Lorsque le petit Edwyn Tully réfréna ses pulsions enfantines pour poser une question des plus naïves au seigneur des lieux, ce dernier ne put s’empêcher de laisser transparaitre un petit sourire tout en échangeant des regards avec son suzerain et la mère de ce dernier. « Oui, messire, je le savais. Ser Daemon a été invité à ce mariage comme de nombreux autres. Nous vous expliquerons les raisons à cela plus tard. Vous savez, les livres d’histoire ne disent pas toujours la vérité. Je puis vous assurer qu’avec un tel roi, les Fer-nés n’auraient jamais pris le risque d’attaquer notre royaume… » Des propos vagues et énigmatiques qui avaient pour but de jeter le trouble sur l’esprit du jeune lord. Si on rappelait à lui les nombreux problèmes que le royaume connaissait et que le roi ignorait, peut-être parviendrait-on à le convaincre des bienfaits d’une révolte ? Difficile à dire, mais c’était l’occasion ou jamais de tenter le coup. Et si jamais cela ratait, une autre décision s’imposerait d’elle-même…

Pendant ce temps, la foule ressentait des réactions diverses et variées. Les Templeton qui cachaient leur identité ne pouvaient pas réellement apprécier ce retournement de situation pour la bonne et simple raison que le père de ce Feunoyr avait été le meurtrier de leur propre grand-père lors de la bataille du champ d’Herberouge. Plus loin, le Dornien Asafa Ferboys s’étonnait de la révélation faite par le Feunoyr, mais sa cousine lui rappela promptement qu’il était des informations que seuls les gens d’importance possédaient et c’était présentement le cas. En effet, si elle ne s’était pas attendue à une révélation faite de cette manière, lady Edarra savait depuis bien longtemps qui était réellement ser John. N’était-elle pas venue en ces lieux pour apporter le soutien de leur maison à ce prétendant au trône ? Ailleurs, une intervention impromptue du prêtre à barbe qui avait déjà tant fait parler de lui la veille n’eut toutefois pas l’effet escompté… S’il avait espéré provoquer la colère des gens présents pour qu’ils se lèvent contre lord Beurpuits, il provoqua un effet totalement contraire, voyant des gardes resserrer leurs armes pour se rapprocher de lui. S’il avait réfléchi un peu plus avant de lancer de tels propos à la ronde, il aurait effectivement constaté que pratiquement tous les invités nobles présents étaient des partisans du Dragon Noir. De ce fait, ils savaient tous que lord Beurpuits soutenait le rebelle puisque c’était aussi leur cas, mais ils savaient aussi que jamais il n’aurait revendu l’œuf. Après tout, c’était cet œuf-là qui devait permettre à Daemon Feunoyr de réveiller le Dragon dont il avait rêvé et de reprendre ainsi le trône à l’incapable Aerys ! Une fois de plus, la promptitude à agir du prêtre risquait de lui attirer bien des ennuis… Et bien étrangement, comme à chaque fois, la jeune Lyra se trouvait à ses côtés.

Les trompes retentirent alors, lançant l’échange qui opposait ser Even à ser Daemon. Le choc des lances fut violent, mais les deux chevaliers parvinrent à y résister. Du moins, en apparence. En effet, si ser Even garda contenance en reprenant position sur sa monture, ser Daemon n’y parvint pas et après avoir parcouru une courte distance, il finit par choir de son cheval. Sous les yeux ébahis de tous, le chevalier du Val venait de vaincre son adversaire ! Ce dernier ne tarda toutefois pas à se relever, comme s’il cherchait à continuer le combat par l’épée. Ils n’eurent toutefois pas l’occasion de poursuivre cela qu’un énorme vacarme se fit entendre à la porte principale. Des trompettes de guerre retentissaient au-delà des murailles !

Alertés par la situation, les gardes reprirent leurs positions sur les murs et le capitaine de la garde de Murs-Blancs se rendit auprès de lord Beurpuits. La situation évoluait encore en empirant et il n’avait pas trente-six solutions… Résigné, le seigneur des lieux savait qu’il n’avait plus d’autre solution. Il donna donc l’ordre d’ouvrir grand les portes, sachant déjà ce que cela signifierait pour lui. Dans un craquement sonore, les portes de barral blanc s’ouvrirent pour laisser place à une troupe de cavaliers en armes. Une troupe dont les membres ne pouvaient qu’être reconnus par tous. Des seigneurs du Conflans et de la Couronne, des Blancs Manteaux au service du roi et des soldats de la Main du Roi. Et ce n’était là qu’une infime fraction de l’armée qui se trouvait en position aux abords du village, sur la route royale. Du haut des remparts, on pouvait apercevoir les bannières des maisons Mouton, Nerbosc, Sombrelyn, Fengué, Rosby, Castelfoyer, Massey ou encore Lothston. Tous s’étaient rassemblés pour se rendre à Murs-Blancs afin de contrer le début de révolte qu’espérait lancer lord Beurpuits en soutenant Daemon II Feunoyr. Suivant la première troupe de cavaliers, ce fut alors lord Brynden Rivers en personne qui pénétra dans l’enceinte de la forteresse. Visiblement, les rumeurs à son égard étaient vraies. Mille yeux et un seul, disait-on…

Tandis que les Dents de Freux prenaient position dans la cour du château pour sécuriser les lieux en suivant les ordres de leur capitaine, ser Alrik Mallery, lord Rivers se rendit auprès de lord Beurpuits. Ser Gwayne Corbray de la Garde Royale suivit à son tour, repérant d’un œil tous les rebelles présents qu’il avait déjà pu rencontrer par le passé. C’est à ce moment-là que seul au milieu de la lice, ser Daemon dégaina son épée pour provoquer en duel lord Rivers. Si la situation semblait être incongrue, tous purent néanmoins constater un fait important. L’épée tirée du fourreau n’était qu’une épée des plus simples. Pourtant, ne disait-on pas que les prétendants Feunoyr possédaient l’épée royale de la maison Targaryen à laquelle ils devaient leur propre nom, la si célèbre Feunoyr ? Où se trouvait-elle ? Qu’est-ce que cela voulait dire ? Cette révolte n’était-elle qu’un caprice du jeune homme ?

Sans réellement tenir compte de la situation, lord Rivers ordonna immédiatement l’arrestation du traitre avant de se retirer à l’intérieur du château en compagnie de lord Beurpuits. Il laissait ainsi les seigneurs rebelles, les chevaliers loyalistes et tous les spectateurs de cet étrange spectacle dans la cour. La situation venait de changer du tout au tout et la répartition des forces avait grandement changé. Tout le monde pouvait maintenant suivre ce que lui dictait son cœur et faire ce qui s’imposait. Quant à ser Even, il avait malgré tout remporté son duel judiciaire et il avait vaincu Daemon II Feunoyr !

    - Oteh, je n’ai pas tenu compte du début de ton message, même si ça ne change fondamentalement rien. En effet, le message de clôture du jour 2 indiquait que personne ne pouvait quitter le château pour le moment, ce qui est normal étant donné qu’on n’a pas retrouvé l’œuf ! On n’allait donc pas risquer que le voleur s’enfuit ^^ Je n’ai cependant pas fait le rappel dans ce message donc j’en suis un peu fautif:/ Mais techniquement, Oteh a du passer la nuit au château, comme tous les autres et il ne pourra pas en sortir avant qu’on ne décide d’en ouvrir les portes.

    - Dans ce message, de nombreuses réponses vous sont apportées quant aux événements des trois jours ! Vous devriez avoir toutes les cartes en main pour tout saisir, bien qu’il ne soit encore rien révélé sur l’œuf ! Si vous êtes un peu perdu quant à la suite des événements, notez que nous arrivons à la résolution de l’intrigue. Il n’adviendra normalement plus d’événements importants et vous pouvez donc reprendre votre vie en main Very Happy N’hésitez pas à interagir entre vous pour discuter, échanger ou obtenir des réponses. Vous pouvez aussi chercher à revoir des gens rencontrés précédemment ou au contraire, à rencontrer certains des nouveaux protagonistes, que ce soit des PNJ (Brynden Rivers, Roland Crakehall, des Dents de Freux, des seigneurs Loyalistes, etc.) ou des PJ (Alrik Mallery et Gwayne Corbray). Vous pouvez aussi chercher à obtenir justice, à faire part de vos informations ou autres choses du genre ! Si vous aviez des envies que vous n’avez pas pu réaliser en raison des chamboulements incessants, c’est l’occasion ou jamais Very Happy

    - Comme il peut y avoir beaucoup à dire, n’hésitez donc pas à échanger entre vous autant que vous le voulez et si vous souhaitez l’intervention de la Corneille, demandez-le clairement (en gras et sorti du texte). Il y aura encore quelques relances globales qui feront avancer le temps en clarifiant la situation, mais il n’y aura plus d’événement majeur. Vous pouvez donc considérer que l’intrigue est désormais terminée puisque les événements sont définitivement réglés. Cela veut aussi dire que vous pouvez vous lancer dans des sujets post-intrigues Wink
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Mer 3 Oct 2012 - 17:13

Alysanne avait du mal à contenir son émotion. Jamais elle n'avait éprouvé une joie et un soulagement aussi intenses qu'à la vue de Brynden Rivers dont elle découvrait pour la première fois le pâle visage et l'allure fantômatique. Les misérables machinations de Lord Beurpuits avaient donc été éventées ! Mille yeux, et un seul. Non content d'avoir découvert ce complot, la Main si décriée avait su écraser la rébellion dans l’œuf... ce n'était donc pas l'homme prétendûment indifférent au sort du royaume dont les envieux et les mécontents dressaient le portrait. Qui était-il vraiment ? Elle était curieuse de le savoir, mais il avait sans doute mieux à faire en ces instants historiques que d'accorder une entrevue à une jouvencelle du Bief. Shaïra saurait sans doute l'éclairer sur son compte, lors de son prochain passage à Port-Réal...

« On dirait que le vent tourne pour notre hôte et ses alliés. »
dit-elle avec un sourire en coin à son escorte. « Évitons de rester au milieu de ce qui pourrait bien devenir un théâtre d'affrontement. » De loin, elle jeta un regard à Asafa. Difficile de savoir comment il prenait ce retournement de situation. Sa cousine quant à elle ne semblait guère enchantée, comme il fallait s'y attendre. Pour les partisans du Dragon Noir, c'était une déconvenue sur tous les plans : l'échec de leur champion, la lame désespérément ordinaire que celui-ci avait tirée de son fourreau, la disparition de l’œuf, et maintenant ceci... ils n'avaient aucune chance de s'enfuir et devraient bientôt répondre de leur félonie. Songer, ne serait-ce qu'un instant, à diviser le royaume à l'heure où les Fer-nés ensanglantent nos côtes... le pire des ennemis est toujours celui qui marche dans votre ombre.

Quant à l’œuf... elle commençait à se demander s'il n'avait pas été dérobé par un loyaliste au fait du complot, afin d'empêcher l'usurpateur de s'en servir pour rallier ses troupes. En effet, en l'absence de l'épée Feunoyr, l’œuf restait le seul symbole de légitimité de Daemon II... son dernier espoir de ressusciter un rêve mort depuis longtemps. Comment allaient-ils tous réagir, à présent que leur champion était défait, tombé en disgrâce, sans même un étendard auquel se raccrocher ? Se rendraient-ils, ou iraient-ils au bout de leur folie ? Verrait-on mourir Daemon dans un dernier élan de témérité, seul ou soutenu par ses plus fervents alliés ?

Encadrée d'Hugo et Kerigan, elle se hâta de rejoindre les lignes loyalistes. Nombre de ces blasons lui étaient connus, mais nul chevalier en particulier. Elle se plaça de leur côté tout en veillant à ne pas se mettre en travers de leur chemin. Les Florent avaient toujours su à quel camp allait leur allégeance, même si les Tyrell leurs suzerains n'avaient pas activement participé à la défense de la Couronne.

« Assistons donc au dénouement de cette triste mascarade. »
Son père et Lord Tyrell seraient sûrement intéressés par un récit détaillé des événements.

« Si mon bras était valide... »
grogna Hugo. « Je m'occuperais bien de mettre à genoux ce faux dragon. » Alysanne hocha la tête en signe d'approbation. « Nous aurons peut-être l'occasion d'aider les loyalistes en cas d'ultime fourberie. Restons vigilants. » ajouta-t-elle.




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 3 Oct 2012 - 20:48

La veillée d'arme avait été tendue alors que l'on avait défini l'ordre de bataille qui avait été décidé en vue de l'approche de Murs-Blancs, tous voulant affirmer leur loyauté, réclamant qui l'aile gauche et qui le droit de représenter la justice du Roi. Tous voulaient se montrer plus valeureux les uns que les autres et calmer les esprits échaudés fut un travail de tout les instants. Mais quelle que fut la volonté de chacun des seigneurs loyalistes, une règle s'imposait d'elle même à la menée de l'Ost : Lord Rivers et la Garde Royale ouvriraient la marche par leur préséance et en leur qualité de représentant de la personne royale. La personne royale... Peut-être là se nichait le seul regret du Blanc Manteau, celle de n'avoir sût une fois encore pût obtenir de son roi qu'il sorte. Comme cela aurait eût encore plus d'impact sur ces détracteurs. Mais las, ce ne fut pas aux côtés de son bien aimé Roi qu'il entra dans les murs de la citadelle, vêtu de son grand harnois de plate resplendissant, de ces vêtements de cérémonie les plus éclatants, les fermoirs de sa cape représentant sur l'un le Blason Blanc de la Garde et l'autre le blason de la Maison Corbray, son large écu blanc suspendu dans le dos de sa large armure, renforçant d'avantage encore si ce ne fut nécessaire l'imposante stature du Garde Royale. Et surtout, ostensiblement suspendue à sa ceinture: Dame Affliction, flamboyante d'acier valyrien dans ce demi-fourreau qui en exposait aux yeux de tous le dangereux acier centenaire. Enfin, sa tête découverte laissait voir un visage grave et fermé, des yeux d'un bleu acier aussi du que celui de sa lame, fixé sur Daemon II Feunoyr, comme un rappel féroce du Champs d'Herberouges où son père, Daemon premier du nom croisait la lame de Ser Corbray. La longue estafilade sur la gorge non protégée du chevalier en était un souvenir comme une menace ouverte envers le fils.
Accompagné de Ser Roland Crakehall sur sa gauche et Ser Willem Wylde sur sa droite, Ser Gwayne de la Garde se laissa tomber à bas de sa monture, suivi à l'unisson par ces pairs pour se diriger d'un pas lent vers Daemon II, comme l'incarnation d'une justice inexorable. Tous en cet instant pouvaient reconnaître le Blanc Faucon de la Garde, Gwayne Corbray.


-"Daemon Feunoyr, au nom de Sa Majesté Aerys Ier de la Maison Targaryen, Roi des Sept Couronnes et Seigneur du Trône de Fer, je vous met aux arrêts afin de vous conduire ci-devant votre suzerain pour répondre de vos crimes contre le Royaume."


Et tout en se tenant sur ces gardes, une main posée sur la garde de Dame Affliction, il fit un premier pas en avant vers le renégat pour en disposer avec ces Frères Jurés. Il nota la présence de son cousin mais l'heure n'étais pas à la nostalgie mais belle et bien celle du devoir. Aussi Haut que l'Honneur !


Avançant à demi sa main droite vers Daemon, il conclut sur ces termes.


-"Veuillez me remettre cette lame et cessez cette bravade inutile"

Son regard franc et dur, l'absence d'émotion et la voix de basse profonde résonnait dans l'assemblée comme un avertissement, non pas seulement envers la lame de Daemon, mais aussi toutes celles qui menaçaient de s'élever sur l'heure. Dame Affliction représentait en cette heure la volonté de son Roi et Gwayne entendait bien que tous se souviennent tous qu'il n'y avait qu'un seul roi légitime, son Frére Juré.

Daemon brava l'espace de quelques secondes le regard du Blanc Manteau avant de se tourner de droite et de gauche à la recherche de soutien qu'il vit soudain devenir bien faible pour certain. La perspective mise à nue de se confronter aux Freux et à la Garde semblait en refroidir, ayant sous les yeux l'un des grands vétérans d'Herberouges en plus des lames et piques qui les accompagnaient. Baissant sa lame, il en laissa Ser Gwayne s'en saisir dans son gantelet d'acier alors que Ser Crakehall et Ser Wylde l’entourèrent et le saisissant chacun par une épaule le menèrent a son "escorte princière" alors que Ser Gwayne Corbray resta sur place pour toiser tous ceux encore présent avant d'adresser un strict signe de tête à son cousin pour lui signifier son respect.


-"Que tous soient témoins ici de la reddition à la Loi du Roi du sieur Daemon Feunoyr fils de Daemon et qu'ils en propagent la nouvelle partout dans les Sept Royaumes. Il n'y a qu'un seul Roi et il se trouve sur le Trône de Fer ! Gloire aux Targaryens !"

Espérant être repris en coeur par tous les vrais loyalistes, il se tint droit, tourné de trois quart en direction du gros de la foule comme offrant son torse aux coups par défi alors que les loyalistes se déployaient et que les Freux prenaient position comme convenu.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Even Corbray
Chevalier

Général
Courage et honneur.



Chevalier du Val.

♦ Missives : 628
♦ Missives Aventure : 84
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 01/05/2012
♦ Célébrité : Eric Bana
♦ Copyright : Izhelinde
♦ Doublons : Corwin Rogers, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 30 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Cordial, Val d'Arryn
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
251/500  (251/500)


Message Mer 3 Oct 2012 - 21:44

Even avait l'impression d'avoir fusionné avec sa lance au moment où cette dernière frappa le bouclier orné du dragon noir. Il n'aurait trop su dire s'il faisait corps avec sa lance, ou si celle-ci était devenue un prolongement de son propre bras. Toujours est-il qu'elle fit mouche : sa pointe frappa son objectif, au moment où Daemon Feunoyr assénait lui aussi un violent coup de lance dans le bouclier aux corbeaux du Valois. Le choc fut rude, et le chevalier en ressentit les effets jusque dans sa nuque. Il raffermit cependant sa prise sur son bouclier, et surtout sur ses rênes. Il serra les jambes pour ne pas être désarçonné de sa monture qui continua au galop jusqu'au bout de la lice, ralentissant en parvenant au bout. Son cavalier le fit volter... et put se rendre compte que son adversaire n'avait pas eu autant de chance que lui : il avait vidé les étriers et se trouvait à terre. Le jeune homme prit le temps de fermer brièvement les yeux pour adresser aux Sept une prière de remerciement pour l'avoir soutenu dans l'épreuve, et avoir prouvé aux yeux de tous qu'il était innocent dans l'affaire où on l'accusait. Il flatta l'encolure de son étalon pour le remercier également de son bon comportement. Sunburn passait d'un pied sur l'autre en trépignant très légèrement, mâchouillant son mors, comme prêt à poursuivre la joute. De l'autre côté de la lice, Daemon Feunoyr se relevait... ce qui laissait croire que la suite des évènements se ferait à la pointe de l'épée.

Le Valois n'eut toutefois pas l'occasion de répondre à la provocation, car on entendit bientôt des trompettes de guerre résonner devant les murs du château. En un instant, l'attention de tous fut tournée vers toute autre chose... Une troupe de cavaliers en armes parut soudain, avec à leur tête nul autre que la Main du Roi, Brynden Rivers en personne. Même à cette distance, le chevalier put reconnaître son cousin Gwayne, sous le blanc manteau de la Garde Royale. Il comprit bien vite ce qui se passait : la Main avait eu vent, de quelque manière que ce soit, du complot qui devait se jouer à Murs-Blancs pour permettre à Daemon Feunoyr de lancer une nouvelle rebellion. Even ne put retenir un léger soupir de soulagement en voyant que tout cela avait été tué dans l'oeuf. Il se laissa glisser à bas de son cheval dont il saisit les rênes. Son adversaire s'était en effet totalement désintéressé de lui, pour provoquer Brynden Rivers en duel avec une épée des plus ordinaires. Rien à voir avec la légendaire Feunoyr que le Valois s'était attendu à affronter... Sans plus attendre, la Main ordonna l'arrestation du traître, et le chevalier aux corbeaux sut qu'il avait définitivement gagné son duel. Il remercia les Sept pour leur clémence à l'égard de tous pour ce bon coup du sort, et pour l'avoir aidé à triompher en sauvegardant son honneur, celui du Val et de la maison Corbray.

Menant son cheval par la bride, il s'avança dans l'espoir de pouvoir retirer son armure, et être au fait de ce qui allait se passer à présent. Car aux dernières nouvelles, l'oeuf était toujours introuvable. Etaient-ce des complices de Daemon Feunoyr qui le détenaient ? La lumière n'était pas encore faite à ce sujet. Even espérait également revoir peut-être Serena, même dans la confusion relative des évènements. Elle avait bien dit qu'elle aurait plaisir à lui reparler après sa joute... Et s'il le pouvait, il aurait également apprécié échanger quelques mots avec son cousin, qu'il n'avait pas vu depuis bien longtemps.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Jeu 4 Oct 2012 - 10:54

En ce matin du troisième jour, la situation était, peut-être, sur le point de se décanter. Mais Ryman ne pouvait se départir de l’idée que ça concernait plus que ces deux hommes. La manipulation, puisqu’il était convaincu que Ser Even n’était pour rien dans cette histoire, était orchestrée par un homme qui tirait les ficelles dans l’ombre. Peut-être même avec le soutien d’autres. Le coup monté était trop bien fabriqué, bien qu’un peu gros, pour que quoi que ce soit ait été laissé au hasard. Le chevalier qui s’était désigné pour affronter l’accusé lors du duel judiciaire révéla, avant même le début du combat sa véritable identité. Daemon Feunoyr, un traître à la couronne, membre de la famille prétendante au trône. Le regard du Seigneur des Jumeaux se tourna immédiatement vers le maître des lieux. Etait-il au courant ?

Le jeune suzerain posa alors la question que brûlait de formuler Lord Ryman. Et la réponse, bien que non surprenante, fut tel un coup de poing dans l’estomac de celui qui venait de devenir le beau-frère… du traître. Lord Ambrose savait ! Il avait invité Daemon Feunoyr en connaissance de cause, et à présent que ses plans étaient dévoilés au grand jour, il ne niait pas. Ryman l’aurait volontiers attrapé à la gorge, mais il se contint. Difficilement. Le duel eut lieu, et le chevalier du Val n’eut besoin que d’un seul coup pour désarçonner son adversaire, qui tomba de sa monture après quelques mètres. Ainsi prenait fin le procès, mascarade qui finissait par disculper un innocent.

C’est alors que des trompes retentirent hors les murs de la forteresse. Murs-Blancs devait être cernée. Ainsi, la trahison était déjà connue, et des forces avaient été mobilisées pour l’étouffer dans l’œuf, directement à la source. Lord Ryman se tourna vers Lord Ambrose. Ce dernier n’avait plus que deux solutions : soit s’enfoncer dans ses manigances et risquer d’y laisser la vie en tirant sa lame, soit se rendre, et laisser son château sous le contrôle du commandant des armées à l’extérieur. Lorsque les portes s’ouvrirent, le Seigneur des Jumeaux ne vit s’avancer nul autre que Lord Brynden Rivers, la Main du Roi. Son surnom n’était donc pas usurpé. Derrière, au loin, de nombreuses bannières flottaient, notamment celle des Nerbosc.

Daemon Feunoyr voulut tenter le tout pour le tout, mais seul contre tous, il n’eut pas la chance d’atteindre celui qu’il visait, Lord Rivers lui-même. La Garde Royale l’encercla pour le mettre aux arrêts, et ser Gwayne Corbray officialisa la fin du complot. Ses paroles s’achevèrent sur un cri à la gloire des Targaryen. Ryman se tourna vers Lord Ambrose pour répéter :

« Gloire aux Targaryen. »

Dans son regard brûlait toujours l’envie de l’étrangler sur place. Mais il se détourna. Son avis seul ne pourrait compter, mais il ne se priverait pas de le donner, qu’on le lui demande ou non.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Jeu 4 Oct 2012 - 11:22

     Le fait que ser Even parvienne à faire choir son adversaire au sol était quelque chose de plutôt... Surprenant ! Pryam ne doutait pas des capacités de son vis-à-vis, il savait parfaitement qu'un homme issu d'une maison aussi noble que celle des Corbray, était forcément doté d'un certain talent – naturel ou acquis à force d'entraînements – mais disons simplement que le nom de l'adversaire n'était pas négligeable non plus. Les deux chevaliers avaient attiré l'attention du public sur eux et le Valois se demandait comment son homologue allait bien pouvoir se tirer d'un combat à l'épée face à une personne comme ser John – ou plutôt Daemon – mais il n'eut guère le temps d'un songer.
     Le bruit des trompettes qui résonnèrent alors, ne ressemblait en rien à celles utilisées pour annoncer le début d'une joute, elles annonçaient plutôt le début d'hostilités. La suite ne fut qu'un mélange de surprises, si en décidant de venir à ce tournoi, le Valois avait pu ne serait-ce qu'un instant, imaginer pareils événements, certainement qu'il aurait remis à plus tard son désir de rejoindre le Conflans. Une chose le surprenant beaucoup cela dit : le fait que la maison Frey se soit liée à un traître – puisqu'il apparaissait clair que c'était ce que lord Beurpuits était – mais peut-être que le frère aîné de son écuyer n'en savait rien ? Un simple regard dans la direction de lord Ryman sembla indiquer que c'était bel et bien le cas.

     L'entrée en scène de lord Rivers, la Main du Roi, ainsi que de ses Dents de Freux, ne manqua pas de panache et après les avoir observés quelques instants, Pryam glissa son regard vers la Nordienne à ses côtés. Finalement la seule bonne chose dans toute cette histoire, c'était que la jeune ménestrelle allait avoir le plaisir de pouvoir écrire une ballade comme nulle autre sur ce sujet ! Son attention se détourna à nouveau d'Eleyna tandis qu'il se concentrait sur les événements qui avaient lieu non loin de là. Le Dragon qui se voyait arrêté et qui finirait certainement ses jours au fond d'une geôle ou plus personne ne pourrait lui vanter ses talents ou son aspect, puis lord Beurpuits fut invité à rejoindre la Main du Roi qui allait certainement agir de manière à décourager tous les autres traîtres que Westeros pouvait encore abriter.

     Lorsque tout se fut enfin apaisé, le chevalier porta son attention sur Serena qui se trouvait à ses côtés, il glissa sa main sur son épaule pour attirer son attention. D'un côté, l'envie de lui dire de rester ici était très présente, surtout avec tous les traîtres qu'il y avait dans les parages, mais elle avait semblé inquiétée par le jeune chevalier au corbeau, peut-être qu'il lui ferait plaisir de pouvoir le rejoindre ?

     ▬ Ser Even a dû être pas mal secoué par tout ces événements, tu devrais peut-être aller voir s'il se porte bien ? »

     Ce n'était aucunement une obligation bien évidemment ! Pryam aurait même préféré que sa cadette reste à ses côtés, mais disons qu'il savait aussi qu'elle devait avoir ses propres envies. Libre à la jeune dame de leur fausser compagnie pour aller rejoindre l'homme qui n'avait certainement été qu'un pion dans toute cette affaire. Qu'en était-il du fameux œuf d'ailleurs ? Peu importait, de toute manière il y avait fort à parier que personne ne l'aurait gagné et que cela aurait été à ser John de remporter les joutes. Les joutes d'ailleurs, allaient-elles continuer ? C'était la moindre de ses inquiétudes. Soupirant légèrement, il pivota pour adresser la parole à la Nordienne à ses côtés.

     ▬ Il semblerait que vous aviez raison, avec tout ces événements, vous allez pouvoir écrire une ballade sans pareil ! »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 4 Oct 2012 - 11:36

     Ce genre de situation n'avait jamais enchanté Lyra, elle rêvait simplement d'un mariage normal où elle aurait eu le plaisir de pouvoir admirer une belle mariée ainsi que des nobles et des chevaliers en belles tenues pour leur faire honneur. Mais jusqu'à présent, rien de tout cela n'avait été au rendez-vous ! L'accouchement dans une cour pleine de combats et d'animation, les joutes qui étaient plus violentes qu'elles n'étaient amusantes, le vol de la récompense pour le gagnant, puis maintenant cette révélation inattendue et une nouvelle joute qu'il s'annonçait sanglante ! Les mains moites, la Dornienne triturait sa robe, fermant les yeux en espérant pouvoir s'empêcher d'assister à pareil spectacle. Pauvre ser Even ! Elle doutait sincèrement qu'il puisse se souvenir d'elle – après tout, il avait dû en rencontrer un bon nombre des serveuses dans une auberge – mais elle de son côté se souvenait de la gentillesse dont il avait fait preuve. Pourquoi était-ce toujours aux personnes aimables que l'on s'en prenait ? C'était injuste ! La roturière priait la Mère Rivière en espérant que celle-ci puisse faire quelque chose pour un chevalier qui, certes ne croyait pas en elle, mais avait toujours aimé Dorne.

     Les paroles qui arrivèrent à ses oreilles malgré son effort pour ne rien entendre, ne la rassurèrent pas. Elle reconnaissait la voix, c'était celle du prêtre à barbe. Il pensait forcément à bien, mais l'inquiétude de la Dornienne était trop forte et elle était pétrifiée à l'idée que quelqu'un puisse imaginer qu'ils voulaient du mal au Feunoyr. C'était bien évidemment le cas ! La dame de Lyra – ou feu la dame plutôt – était une loyaliste et son époux avait été du nombre lors de la bataille d'Herberouge, mais ils étaient en territoire ennemi semblait-il. Les Ferboys en était la preuve : des traîtres qui ne pensaient qu'à leur intérêt et il y avait fort à parier que nombre d'autres invités étaient aussi du mauvais côté. Attirer l'attention sur eux de la sorte n'était pas forcément une excellente idée. Mais elle décida de faire confiance à Oteh et resta muette, fermant toujours plus fort ses paupières dans l'espoir de ne rien voir.

     Les bruits qui suivirent furent aussi étranges que surprenants et finalement la demoiselle ouvrit les yeux en entendant la foule lâcher un murmure de surprise. Son cœur fut rassuré en voyant que le chevalier du Val était encore sur sa monture et non son adversaire. Avait-il gagné ? Apparemment non, puisque le Dragon tira une épée de son fourreau comme pour continuer le combat. Pourquoi est-ce que cela ne pouvait jamais s'arrêter ? Elle grimaça légèrement, mais n'eut pas le temps de chercher le regard rassurant de son compagnon du moment, car de nouvelles trompettes résonnèrent et une suite d'événements sans pareil, déferla. Il fallut un bon moment à la Dornienne pour comprendre ce qui se passait et lorsque ce fut le cas, son anxiété – que dis-je, sa terreur – s'envola aussitôt. Les combats se terminaient enfin, ser Even n'avait plus rien à craindre et les loyalistes l'emportaient encore une fois ! Une bonne revanche du pouvoir en place, Lyra s'en voulait d'avoir assisté au mariage d'un homme tel que lord Beurpuits, mais au moins cela se terminait-il bien. Soupirant de soulagement, la roturière passa sa main sur son visage avant d'avancer légèrement vers le prêtre à barbe pour glisser sa main sur son épaule.

     ▬ À défaut d'avoir été entendu par la foule, vous avez été écouté par les dieux. Merci ! »

     Il n'y était sans doute pour rien, mais c'était sans importance, la joie était revenue dans le regard de la Dornienne et elle était rassurée de voir que rien n'était arrivé aux gens qu'elle appréciait.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Jeu 4 Oct 2012 - 12:58

Le Ferboys, écoutant les propos d'Eva, sembla également amusé, alors qu'Edarra y resta parfaitement indifférente, froide comme une lame, comme à son habitude. Inclinant sa tête pour saluer la belle, il lui glissa dans un sourire.

- Je partage ce plaisir, Eva, et je gage que tu remplira ta bourse sans soucis lors des jours à venir. Je suis heureux de voir que tu vas mieux. Ta démonstration d'hier soir était... Intrigante, je dois le confesser !

Sa cousine le héla alors, l'enjoignant à se joindre à elle aux côtés des seigneurs. Poliment, il s'excusa dans un sourire auprès d'Eva et se plaça, comme à son habitude, aux côtés de la maîtresse de la maison Ferboys pour observer le déroulement du tournoi. Là, les révélations du maître des lieux tombèrent alors que se déclenchait le duel judiciaire.

Les révélations de sa cousine lui tirèrent un sourire amusé. Cette dernière lui réaffirmait son importance, lui faisant comprendre qu'elle était réellement impliqué dans les affaires et que lui n'était que là pour l'escorte. Sans s'offusquer le moins du monde, il haussa les épaules alors que les pièces se mettaient en place. Tout ce complot avait été sciemment préparé, et plutôt brillamment, il fallait l'avouer. Le duel judiciaire avait finalement vu le succès de Ser Even Corbray, ce qui sembla ravir le Ferboys. Applaudissant avec l'entrain le caractérisant, il renouvelait visiblement le soutien qu'il avait affirmé la veille, lors du tournoi, à ce chevalier du Val. Se rasseyant, il sourit à sa cousine, avec cet air taquin de grand gamin s'apprêtant à se moquer.

- Je crois, ma chère Edarra, que tu n'as pas misé sur le bon cheval, pour le coup... Tu aurais pu me tenir au courant, tu ne crois pas ?

- Pour que tu ébruite la chose dans la couche de la première putain venue que tu aurais retourner à ta guise ?

- Tu marques un point...

Toujours l'air amusé, il porta par la suite son attention sur l'arrivée soudaine de la Main du Roi, Brynden Rivers le Borgne en personne, accompagné d'une ribambelle de soldats de la garde royale, flanqués du manteau blanc. Alors que la déconfiture se lisait sur le visage de la plupart des conjurés, le Géant des Osseux conserva cette attitude de gamin émerveillé, gloussant presque devant l'entrée en fanfare que cette force armée pratiquait au sein de Murs-Blancs. L'air hilare, il parla d'une voix forte et non contenue, alors qu'il s'adressait à sa cousine.

- Quelle entrée ! En même temps, la déclaration de Ser Daemon fut si spectaculaire qu'il est normal qu'on l'ai entendue jusqu'à Port-Réal ! Mais ça ne nous dit toujours pas qui a volé l’œuf !

Il retint à nouveau son rire alors qu'il bravait un nouveau regard noir de la part de sa cousine d'un air désolé quoique fripon. Il semblait à cet instant plus encore à un grand enfant ne saisissant pas la gravité de la situation, souriant et plaisantant de tout ceci avec une légèreté que certains pourrait trouver déplacée. Les arrestations étaient finalement menées et l'organisateur de cette mascarade était conduit dans l'enceinte pour y être jugé, très certainement, par le célèbre borgne. Edarra s'était levée, l'air sévère et les mâchoires crispées, trahissant une certaine frustration vis-à-vis de la situation. Calmement, Asafa lui prit la main pour l'inviter à s'assoir, se servant une nouvelle coupe de vin, son sempiternel sourire lui barrant le visage. D'un coup d’œil rapide, il observa l'assistance et remarqua que bien des regards étaient braqués sur eux... Des regards sans équivoque, accusateurs pour ne pas dire plus.

- Calmes toi, Edarra... Tout va bien ! Regarde, nous avons passé les deux derniers soirs à nous prendre le bec avec cet imbécile de Ser Tom et ses camarades de beuverie. Puis, nous n'avons ni manifesté ouvertement notre soutien à Lord Ambrose ou à Deamon, ni n'avons laissé quoi que ce soit pouvant nous incriminer. La vérité est qu'ils n'ont que des suspicions à notre égard.

- Cela est bien suffisant... Notre réputation va être salie... Cela peut-être un véritable désastre.

- Mais non, ne t'inquiètes pas ! Tu arrivera à nous tirer de ce mauvais pas, comme toujours ! En attendant, rentrons à Ferboys. Allez viens.

Le noble Dornien au teint halé se leva et, passant son bras autour de l'épaule de sa cousine pour la guider et la protéger dans la cohue, se dirigea vers la sortie et vers les écuries où étaient harnachées leurs montures. En chemin, toujours souriant, Asafa leva un poing rageur, comme en signe de victoire, et s'écria, à moitié hilare.

- Gloire aux Targaryens !
Revenir en haut Aller en bas
Commandant des Dents de Freux
avatar

Alrik Mallery
Commandant des Dents de Freux

Général
- Noblesse d'Ame -

♦ Missives : 1209
♦ Missives Aventure : 117
♦ Arrivée à Westeros : 19/02/2012
♦ Célébrité : Josh Holloway
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Lakdahr l'Edenteur - Séraphine - Jeyne Estremont
♦ Age du Personnage : 39 ans
♦ Mariage : Veuf - Fiancé à Velanna Vance
♦ Lieu : Les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
2127/2500  (2127/2500)


Message Jeu 4 Oct 2012 - 17:12

L'insurrection à pourfendre enfin en vue, le nid de dévoyés serait démantelé du moindre de ses aspics, par feu et sang s'il le fallait. La foi en guise de boussole, tous conglomérés à leurs voeux de faire agonir ce maudit bicéphale aux squames noires, l'extraordinaire cohorte de grandes personnalités avait fait route jusqu'à Murs-Blancs, fins prêts, qu'ils étaient. La bataille du champs d'Herberouge ne cessait de revenir en réminiscences dans les esprits, Alrik se souvenait encore de cette époque qui s'était enchâssée dans toute la diagonale de son rachis sous la forme d'une superbe couture. Hier ou aujourd'hui, nul n'aurait le bien-fondé de flétrir la notoriété du roi et d'en menacer le royaume aux Sept couronnes, le fer serait croisé avec la même volonté que seize années auparavant. Si l'honneur serait inexorablement défendu, le freux en commandement espérait pourtant qu'aucune échauffourée prompte à prendre de l'envergure ne serait à déplorer, nombre d'innocents se trouvaient parmi les conviés à la cérémonie et son dessein premier était que nul ne soit inutilement meurtri. Les ordres à ses hommes furent assidûment dispensés avant que les trompes ne chantent, et qu'aux côtés de son lord et ami la Main du Roi, il ne passe les huis de Barral Blanc.

Les Dents de Freux se disposèrent de façon à envahir les lieux de leur vigilance, que plus un pan ne leur soit inconnu et qu'aucune mouvance n'ait lieu sans qu'ils ne le voient. La prudence était mère de sûreté, aussi le chevalier veilla à ce que l'ensemble de ses instructions soient vertement respectées alors que les Blancs Manteaux menaient la nouvelle rythmique de la soirée. Les actions furent furtives, Daemon fut escorté en bel arroi après sa piètre tentative de contestation, Alrik eut l'opportunité de croiser le regard de Brynden et de lui accorder un signe de tête pour lui signifier que les choses étaient prises en main. Par la suite, le ser Gwayne Corbray fit démonstration de sa piété, défiant ainsi quiconque d'objecter en pareille instance et sollicitant l'appui des loyalistes présents. Si le sieur Mallery ne joignit pas sa voix à celles des autres, ce fut dans l'unique but de mieux observer l'assemblée et qui serait susceptible de ne pas partager leur avis.

Il ne manqua pas les déplacements et attitudes de quelques-uns, la dame Florent dans les bonnes lignes de la cour, en l'occurrence, un seigneur Frey visiblement courroucé mais circonspect, des anonymes aux airs soulagés, mais surtout, des Ferboys qu'il était difficile de manquer. Ces dorniens étaient en leur seul patronyme de potentiels ennemis car fervents partisans de la rébellion Feunoyr, la mine offusquée de la lady ne lui inspirait pas confiance, la désinvolture du quidam qui l'accompagnait encore moins. D'un discret signe, le capitaine indiqua à ses hommes de leur barrer la route pour les empêcher de sortir, pour l'heure, ils n'iraient nulle part sans son consentement, et ils ne seraient pas les seuls. Les seigneurs rebelles étaient étroitement surveillés et conviés à se rassembler dans un coin distinct, la confusion devait être contrôlée et ne pas amener à des actes inconsidérés. Une attention toute particulière fut portée aux suzerains Arryn et Tully qu'Alrik voulait en sécurité et qu'il considéra un succinct instant du regard pour s'assurer que tout se passait pour le mieux. Puis il rejoignit ser Gwayne aux côtés duquel il se plaça.


« Veillons à ce que les poignes demeurent loin des fourreaux. » Lui souffla t-il tout en continuant d'observer les alentours et bien malgré le fait qu'il ait lui-même la main sur le manche de Fraternité. « La panique autant que la révolte aura tôt fait de gagner tout le monde si nous ne sommes pas vigilants. Gardons le contrôle. »

Nul doute qu'il sévirait si la situation l'exigeait, les traitres à la couronne ne méritaient guère aucune compassion, mais il tenait à ce qu'aucune anicroche ne vienne les contrarier.


Vous allez balayer ma cendre ; L’homme ou l’insecte en renaîtra ! Mon nom brûlant de se répandre, dans le nom commun se perdra. Il fut! Voilà tout ! Bientôt même, l'oubli couvre ce mot suprême, un siècle ou deux l’auront vaincu. Mais vous ne pouvez, ô nature, effacer une créature... Je meurs. Qu’importe... J'ai vécu !


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 4 Oct 2012 - 19:00

         Sa profonde lassitude laissa place au plus grand étonnement quand les trompettes de guerre retentirent et annoncèrent l'arrivée de quelque ost dont les bannières leur étaient encore inconnues. Puis, les lourdes portes blanches s'ouvrirent, et la messe fut dite. Lord Brynden Rivers, Main du Roi Aerys Ier, venait en personne, à la tête d'une armée composée majoritairement des seigneurs riverains loyalistes, mettre un terme au court règne de Daemon II Feunoyr. La situation était à la fois glorieuse et absurde, et reprenant ses esprits alors qu'il était demeuré silencieux jusqu'à l'entrée de lord Rivers et de lord Beurpuits dans le château, Jasper se rapprocha de lord Edwyn en tirant Maeve avec lui. Les seigneurs fidèles à la cause Feunoyr, poussés par quelque soubresaut désespéré, aurait pu se lancer tout d'un coup dans une sorte de croisade suicidaire et il était hors de question pour Jasper que ces deux enfants innocents souffrent de la folie d'adultes traîtres et vaincus. Le dernier regard qu'il posa sur Daemon II, alors qu'on s'était saisi de lui et qu'on le mettait aux fers, fut empreint de mépris, et au fond de lui, Jasper regrettait presque de n'avoir pas suivi ce que l'honneur lui dictait de faire, et pris les armes pour provoquer ce roitelet de pacotille en duel au nom de sa grâce Aerys, seul véritable monarque des Sept couronnes. « Lord Edwyn, nous vivons une page de l'histoire du royaume. L'ombre Feunoyr se disperse aujourd'hui et je ne vois ni feu, ni sang. Mille yeux et un seul. Souvenez-vous toujours d'avoir connu, même de loin, cet homme qu'est lord Brynden Rivers. » Jasper ne cria point sa fidélité aux Targaryen, car il avait celle-ci dans le cœur, et non dans ses cordes vocales. La sincérité des paroles de Jasper fut telle que lui-même en éprouva une vive émotion malgré tout. Quelque peu fatigué par les événements, il songea alors à l’œuf volé, au tournoi inachevé, à ser Even innocenté. Quelle étrange suite d'instants très forts !

         Mais Jasper demeurait préoccupé.« Venez avec moi, s'il vous plaît. » Consterné par l'audace crépusculaire de ces nobles seigneurs ici assemblés, Jasper s'avança parmi eux sans un regard pour ceux qui, quelques instants auparavant, n'avaient pas hésité à fouler au pied leur serment d'allégeance à la couronne. Il épargna aux dorniens venus de si loin pour saluer l'avènement du faux roi son mépris et se dirigea, suivi d'Edwyn Tully, vers ser Gwayne Corbray de la garde royale. Lorsqu'il parvint à la hauteur de l'époux immaculé de Dame Affliction, Jasper s'inclina respectueusement devant lui puis se tourna vers ser Alrik Mallery, le capitaine des Dents de Freux. Cet homme-là saurait sans doute répondre à sa question : « Messer, croyez-vous qu'il serait possible que lord Tully et moi-même puissions entrer dans le château afin d'être tenu informé de la réelle teneur des événements ? Considérant la situation, les deux suzerains que nous sommes s'interrogent. Le moment est peut-être mal choisi, ce que je peux comprendre, auquel cas nous resterons ici et attendrons patiemment. » Le ton de sa voix était neutre, il n'avait nulle envie de prétexter son autorité de seigneur du Val d'Arryn pour prétendre à un traitement privilégié. Après tout, il était là, lui, parmi les invités du mariage, et peut-être le prenait-on pour un des partisans du Feunoyr. Une telle ironie l'aurait fait vomir.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Jour 3, matin : Duel judiciaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» bouclier de duel judiciaire
» [FB] L'ivrogne et le médecin - Duel au sommet [PV Arthy]
» Ce matin, un lapin a tué un chasseur (Cassiopée) terminé
» Mon lit est plus confortable le matin que le soir. ~ le 03-07 à 9h14
» HAITI-Justice : Un Système Judiciaire Qui Pirouette.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°3 : Murs-Blancs-