AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Triste jour pour une rencontre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 22 Sep 2012 - 13:35

Triste jour pour une rencontre.

Grand-Arc, Val d'Arryn, année 209.



Spoiler:
 



L'allure du convoi était si lente, préfigurant déjà une marche funèbre, que Roy pouvait détailler les moindres détails de la forêt environnante. Les troncs massifs des chênes centenaires, les aulnes blancs aux feuilles rondelettes dansant dans le vent, frênes, hêtres, pins entremêlés... Il aimait cette forêt. Il y avait passé tant de temps, fait tant de ballades à cheval seul ou avec sa famille, participé à tant de chasses. Des jours heureux qui le faisaient sourire de plaisir malgré le but funeste de ce voyage-ci. Mais à bien y réfléchir, la forêt elle-même semblait s'attrister de la mort de Lord Veneur. Des feuilles brunes jonchaient le sol en plus grand nombre qu'à l'accoutumée, et un silence pesant s'installait sous la futaie à mesure qu'ils approchaient des Terres de Grand-Arc. A moins que ce ne soit l'imagination de Roy qui ne lui jouait encore des tours, lui-même fort préoccupé depuis quelques années par l'âge qui, intarissablement, s'évertuait à le rapprocher de la mort.

Si Roy avait lu la missive avec une certaine tristesse, dire qu'il était ami avec Lord Veneur serait mentir. Il avait même eu quelque mailles à partir avec lui plusieurs années plus tôt à propos de la sécurité des côtes du Val. Mais il le respectait néanmoins pour sa vaillance et son honneur. Apprendre qu'il était mort ainsi, en contractant la fièvre de printemps alors qu'il était coincé hors du Val, était très certainement une triste nouvelle. Et maintenant Roy se trouvait en route pour présenter ses respects et condoléances à sa famille restée heureusement en sécurité au Val.

Il n'était pas seul bien entendu. L'accompagnaient sa Femme Emily, Mylia sa fille, la septa Lina-Offra et Cerceï, la jeune femme de Donal, son héritier, qui le représenterait sur place, celui-ci n'ayant pu faire le voyage afin de gérer le domaine avec l'aide de Mestre Galan pendant l'absence de son père. A peine une demi-douzaine de serviteurs formaient sa suite, pages, palefreniers, cuisiniers, veneurs... et conduisaient le carrosse et les trois chariots de matériels, victuailles et présents emportés par la troupe. De quoi assurer à sa famille un voyage en de bonnes conditions jusqu'à leur destination à près de 400 milles de là, le tout accompagné d'une maigre escorte de dix hommes sûrs dirigés par le Capitaine de la Garde Telion le Bougre. Il n'en fallait guère plus pour traverser les forêts tranquilles du Val en cette période calme.

C'était un long voyage qui leur prendrait près de deux semaines au lieu de quelques jours par bateau, mais pour plusieurs raisons, Roy avait décidé d'y aller par voie de terre. Tout d'abord sa femme Emily n'avait jamais vraiment eu le pied marin et il ferait toujours son possible pour la préserver des voyages en mer. De plus, cela faisait des lustres qu'il n'avait vu Lord Benoit Vanbois de Chênes-en-fer, avec qui lui-même avait noué quelque amitié durant la guerre contre la rébellion Feunoyr et qui se trouvait sur la route la plus directe pour aller à Grand-Arc. Il avait aussi été convenu par corbeau que les Grafton passeraient une nuit chez les Melcolm de Vieux Havre d'où Tyana était originaire, avant de reprendre la route tous ensemble vers Grand-Arc. Et pour finir, et cela joua dans sa prise de décision un plus grand rôle qu'il ne se le serait laissé admettre, il "ressentait" le besoin de faire cette longue route comme source de méditation sur le sort du pauvre Lord Veneur qui aurait pu, pourquoi non, être le sien plutôt. Sans compter qu'il pouvait être agréable de faire ce voyage en famille même si finalement peu de ses membres avaient pu venir. Percy était en mission à la tête de son Dromon "l'Ecume" vers les citées libres, Donal devait continuer à gérer le domaine et la ville durant son absence, Wilem servait son Chevalier à la Porte Sanglante, ...

Ils longèrent ainsi les côtes déchiquetées du sud des Doigts pendant plusieurs jours avant de faire escale à Chênes-en-fer puis à Vieux Havre, mais ce qui s'y passa est une autre histoire. Rapidement leur route les mena à l'intérieur des terres et passé le Col des Rugissants, le chemin versa sur le versant Nord des montagnes où le temps était moins clément qu'aux alentours de Goëville, ce qui n'arrangeait pas l'impatience grandissante de toute la troupe. Milya commençait à faire preuve d'un caractère irascible malgré le plaisir évident qu'elle avait à passer plus de temps qu'à l'accoutumée avec son père et un jeune palefrenier s'était blessé salement lors d'une chasse et Roy regrettait l'absence de son Mestre et n'en priait que plus pressement les dieux de faire passer les derniers miles plus rapidement et d'enfin arriver au terme de leur voyage.

En cette dernière journée de route, Roy se prit à se demander comment serait l'accueil de Grand-Arc et par là même, à penser à Lady Tyana. A vrai dire, il avait durant ce voyage, surtout tourné sa réflexion vers son défunt mari et vers la mort elle-même. Mais assez peu vers sa veuve. Trop peu se récria-t-il. La pauvre Dame devait être éplorée, perdue, quoiqu'il lui sembla avoir souvent entendu parler d'un fort caractère et d'une autonomie farouche. Il ne savait que très peu de chose de la Dame, ne l'ayant jamais rencontrée jusque là. Il savait assez peu de choses de la Maison Veneur par ailleurs, outre les éléments essentiels lié à la politique du Val, à son commerce et à son histoire...

Le Capitaine Telion le sorti de ses pensées en revenant de son exploration du chemin. Hardi, il semblait pressé et joyeux.

"Lord! ... Lord! ... Nous y v'là enfin! Derrière ce pic là d'vant, la route descends en lacets dans la vallée d'Grand-Arc. Nous s'rons avant la fin du jour et c'est pas tant pis, non?"


"Une difficulté en suivant une autre, nous allons pouvoir nous défaire de notre fatigue et endosser un tout autre manteau de douleurs. Mais je suppose qu'il y a là tout de même matière à se réjouir, le Bougre." Le tança Roy non sans malice. Et la mine penaude de son Capitaine, qui avait saisit qu'il y avait gentille moquerie mais sans en démêler clairement le sens, finit de remonter le moral de Roy pour le moment, et c'est la mine plus gaie, échangeant quelques rires francs avec son vieil ami, qu'il entreprit de franchir les derniers miles les séparant de Grand-Arc.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Tyana Veneur
Noble

Général

Une poigne de fer dans un gant de velours.
Dame de Grand-Arc

♦ Missives : 314
♦ Missives Aventure : 38
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/09/2012
♦ Célébrité : Imogen Poots
♦ Copyright : Seamus
♦ Doublons : Lyessa Reed, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Le défunt lord Veneur
♦ Lieu : Grand-Arc dans le Val d'Arryn
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Carnet de route

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
514/1000  (514/1000)


Message Lun 24 Sep 2012 - 9:49

    Tyana peina à s’extirper de ses couvertures. Elle portait son deuil sur ses frêles épaules - un fardeau qu’elle tâchait de ne pas montrer devant ses gens, mais ça n’en restait pas moins difficile lorsqu’elle se trouvait seule. Ses nuits n’étaient pas vraiment reposantes depuis que la missive lui amena la funeste nouvelle. Son mari était mort. Jeric Veneur avait succombé au Fléau du Printemps alors qu’il était sur le chemin entre Port-Réal et Grand-Arc. Pourquoi les Sept Couronnes lui avaient-elles pris son époux ? Eron était encore bien jeune et son père n’avait pas eu tout le temps de lui apprendre comment devenir un seigneur juste et bon. Et c’était à elle, maintenant, que revenait la tâche de l’élever et de faire de lui un homme. Il fallait aussi qu’elle réfléchisse au meilleur parti à lui faire épouser – tout ça n’était pas une tâche facile. Surtout avec les derniers évènements. Le corps du défunt lord Veneur avait été remis à la famille quelques jours auparavant et on avait du le brûler pour éviter tout risque de contagion à Grand-Arc. Jeric Veneur était mort en insufflant crainte dans les cœurs de ses sujets – ça avait quelque chose de terriblement déshonorant.

    A peine son époux disparu, Tyana avait du organiser un banquet en son honneur – où tous pourraient venir lui rendre hommage tout en resserrant les liens entre les familles du Val. Maintenant que son mari n’était plus, c’était elle qui était à la tête de la maison jusqu’à que son fils soit en âge de gouverner. Elle se devait de prendre le soin de rencontrer tous les membres honorables de chaque famille, de tous les bannerets Arryn dont elle partageait l’allégeance. Accueillir tout ce monde demandait une organisation rigoureuse et heureusement, elle était aidée par son intendant et son mestre dans cette tâche. Des chambres avaient été apprêtées en grand nombre dans le château avec le plus grand soin pour recevoir chacun des invités de la maison. Des tapis avaient été brodés depuis des mois déjà aux couleurs de leurs alliés mais jamais elle n’aurait cru qu’ils auraient été utilisés pour un évènement aussi tragique. La mort de lord Veneur était impromptue et toute la maisonnée était encore sous le choc de la nouvelle.

    Tyana n’avait pas chaumé. Debout depuis l’aurore, elle s’activait à terminer les derniers préparatifs pour accueillir ses invités à Grand-Arc. Les servantes se pressaient de finir de tenir les lits et d’apprêter les chambres tandis que le repas du soir se préparait en cuisine pour accueillir les premiers arrivés. Pour certains, le voyage se révèlerait être plus long que pour d’autres et Tyana avait organisé le banquet d’hommage pour dans quelques jours, espérant que chacun de ses invités ne subirait aucun tracas sur le chemin menant à Grand-Arc. Les Belmore de Forchant ainsi que les Corbray de Cordial étaient arrivés depuis la veille et n’avaient pas tardé à présenter leurs condoléances à la lady. Elle les avait accueilli avec autant de sympathie et de reconnaissance dont elle était capable et avait tâché de ne pas trop montrer de son chagrin à chaque fois que l’on évoquait Jeric. Une missive lui était parvenue de Vieux Havre tôt dans la matinée – son père, Jon Melcolm, l’avait informé qu’ils faisaient route en compagnie des Grafton de Goëville et qu’ils arriveraient d’ici peu.

    La vallée de Grand-Arc était vaste et verdoyante et le chemin pour parvenir au château qui se dressait dans une hauteur vertigineuse n’était pas dénué de zigzags interminables. La forteresse était en pierres grises et possédaient des remparts plus hauts que la moyenne, leur permettant de tenir une vue imprenable sur la totalité de la vallée. Quand la nouvelle parvint à lady Tyana que la bannière Melcolm et Grafton flottaient au détour du chemin qui menait jusqu’à Grand-Arc, cette dernière se dépêcha d’apprêter son cheval et de préparer Eron à leur venue. Tyana s’était surprise à sourire en vérifiant que son pourpoint soit bien ajusté. Malgré le chagrin qu’il ressentait au sujet de la mort récente de son paternel, le garçon s’était montré fort courageux. Elle s’étonnait encore de voir avec quelle témérité il affrontait la situation. Il savait que son père n’aurait pas aimé le voir anéanti – il était un homme, et ça ne revenait qu’aux femmes d’être éplorées. Elle passa une main dans les cheveux de son fils pour discipliner les boucles qui encadraient son visage et l’encouragea à monter sur son destrier d’un sourire complice. Ils iraient les accueillir à mi-chemin pour ensuite les conduire jusqu’au château – Tyana tenait à ce que l’accueil de ses invités soit parfait. Elle revêtit sa pelisse et monta sur Fougeuse avant d’ouvrir la marche, accompagnée de ses plus fidèles chevaliers. Son fils se portait à sa droite, sur un étalon à la robe aussi sombre que la voute étoilée. Ils mirent un peu de temps à rejoindre le cortège mais lorsqu’ils y parvinrent, c’est avec un sourire chaleureux qu’elle accueillit le seigneur son père et la maison Grafton qu’elle rencontrait pour la première fois. Elle mena Fougueuse jusqu’à lord Grafton et son épouse et leur adressa un signe de tête reconnaissant.

    « Soyez les bienvenus à Grand-Arc. J’espère que votre voyage ne s’est pas montré trop pénible. Je suis ravie de vous rencontrer enfin lord et lady Grafton, même si les circonstances de notre rencontre ne sont pas des plus joyeuses, je vous l’accorde. »

    Elle inclina son visage fin en direction de son fils et d’un regard convenu, celui-ci entreprit de s’avancer à son tour.

    « Je suis lady Tyana Veneur, et voici mon fils Eron. » – Son fils les salua poliment à son tour et la jeune femme décela en lui une certaine appréhension. Pour lui aussi, beaucoup de choses commençaient à prendre de l’importance, maintenant qu’il était devenu lord Veneur.

    Jon Melcolm parvint jusqu’à sa fille sur son destrier blanc moucheté et Tyana en ressentit un profond réconfort. Ils échangèrent un regard empli d’émotions fortes mais la jeune femme se contenta de quelques mots pour ne pas sembler aux bords des larmes.

    « Père. Je suis ravie de vous voir. » – Il acquiesça à ses paroles et Tyana chassa toute appréhension pour reporter son attention sur les Grafton. « Vous devez être éreinté après un tel voyage. Hâtons-nous de rejoindre le château. »

    Le cortège se mit en route et cela se voyait que les voyageurs avaient hâte de trouver repos entre les murs de Grand-Arc. Heureusement, le temps avait été clément avec eux et ils parvinrent rapidement aux portes du château. A peine dans le hall, Tyana chargea son intendant de prendre en charge une bonne partie des nouveaux venus pour qu'ils puissent disposer de leurs chambres. A l'extérieur avait été installé un camp assez confortable pour tous les chevaliers pour combler le manque de place à l'intérieur.

    « Je vous en prie, retrouvez nous dans la grande salle lorsque vous serez installés. Nous y servirons le repas et du vin chaud. J'espère que votre chambre sera à votre gré. » - Glissa-t-elle aux Grafton.

    Ils furent immédiatement conduits dans les étages où leur avait été réservée une chambre spacieuse et réchauffée par l'âtre crépitant. La chambre était plutôt sobre mais l'air y était agréable et la tenture aux couleurs des Grafton avait été accrochée aux murs pour leur faire honneur.

    Tyana demanda à son fils d'aller prendre place à la grande table en attendant que tous leurs invités daignent les rejoindre. Elle s'assura que tout était prêt en cuisine puis vint s'asseoir auprès de lui. Son paternel la rejoignit rapidement, prenant place à ses côtés. La main du sexagénaire vint trouver la sienne et sa poigne chaleureuse et encourageante faillit faire trembler la jeune femme qui réfrénait ses larmes.
    Les Grafton ne tardèrent pas à les rejoindre à leur tour, et d'un geste poli de la main, Tyana les invita à s'asseoir face à eux. Lorsque tous furent attablés, la jeune femme se leva, faisant taire les discussions aux alentours.

    « Merci à vous tous et toutes d'être venus jusqu'à Grand-Arc. Jeric aurait tant aimé vous voir autour de sa table, mais il avait le cruel défaut de toujours repousser au lendemain ce qu'il pouvait aussitôt faire. » - C'était glissé sur le ton de l'humour, et quelques rires parcoururent la salle. Tyana leva son verre et le tendit bien haut, tâchant de croiser le regard de chacun de ses convives. « Malgré la tragédie qui nous a réuni, mes amis, les larmes sont passagères et de Jeric subsisteront son honneur, sa force et son courage. C'était un homme si drôle et pétri de devoirs. Buvons en son nom ce soir, et j'espère que vous apprécierez le repas et les quelques jours dans notre humble demeure. »

    Elle avait réussi à dire cela sans trahir son chagrin. Elle adressa un sourire à l'assemblée avant de s'asseoir à nouveau et d'appeler à boire la première coupe de vin chaud. Elle porta son verre à ses lèvres mais en trouva le goût très amer. Une cruelle saveur de deuil.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 19 Oct 2012 - 15:02

N'étaient les traces de moins en moins subtiles de l'arrivée de l'automne, nimbant de bronze et d'or les frondaisons de la forêt et le bord des chemins et qui avaient cet effet sur Roy, qu'elles avaient sur la majorité des habitants de Westeros à l'annonce de la fin de l'été, de le rendre invariablement triste et nostalgique, un peu inquiet peut-être aussi, la route de terre battue traversant la vallée de ses larges et lents virages enchanta Roy et sa suite.

On l'aurait été à moins qu'à la vue de cette immense vallée encore luxuriante qui semblait former une gigantesque cour dévouée, s'inclinant gracieusement au pied des impressionnantes bâtisses du château comme devant son suzerain et protecteur. Le soleil couchant parachevait le tableau en couronnant l'édifice d'or et vous donnait l'impression d'arriver dans le jardin de Mère un peu plus tôt que vous ne l'auriez escompté. Cela fit sourire Roy, mais lui laissa aussi un goût amer en bouche.

A l'approche de la délégation d'accueil, Roy se demanda si l'honneur que lui faisait Lady Veneur n'avait d'autre raison que la présence de Lord Melcolm, son père. La jeune femme allait-elle ainsi au devant de chaque invité? Sûrement pas... Quoi qu'il en soit, ils avaient fière allure, elle et le jeune Lord Eron, sur leurs destriers. Probablement meilleure allure qu'eux-mêmes après un si long voyage. Cela devait d'ailleurs se voir tant la réception fut courte et tant rapidement, on les invita à rejoindre le château où les attendaient leurs appartements. Après l'introduction de Lady Tyana, Roy s'approcha doucement et, tout en présentant rapidement sa famille d'un geste de la main, répondit:

"Tout l'honneur est pour nous Lady Veneur, et soyez assurés de nos plus sincères condoléances. J'espère que moi même et ma famille pourrons de quelque manière que ce soit atténuer un peu votre douleur. "

Les civilités d'usages achevées, le convoi se remis en route. Leurs hôtes passèrent ces quelques lieues en compagnie de leur famille et, de loin, Roy voyait bien que l'affection de Lord Melcolm n'était pas feinte, et que les liens de cette famille-là étaient forts et sincères. Cela le rassura un peu pour le jeune Lord Eron et sa mère. Dans la souffrance, rien ne valait le réconfort de ses proches. Roy en savait quelques chose...

Il finirent par entrer dans la cour du châteaux sans que celui-ci, perdu dans de sombres pensées, ne se rende vraiment compte du chemin qu'ils avaient parcouru. Il fut d'abord surprit de voir toutes ces tentes dressées comme autant de piédestaux aux bannières des familles du Val d'Arryn présentes. Certaines illustres, d'autres moins, aucune qui ne lui soit inconnue cependant, du moins de nom. Il allait, à l'occasion certes sombre de ce rassemblement, du moins revoir nombre de gens qu'il n'avait plus croisé depuis parfois de longues années. Et parmi ceux-là, certains avec qui il aurait de la joie à partager quelque nouvelle.

Avant de les laisser entre les mains de leurs consciencieux domestiques, Lady Tyana vint à nouveau les voir, le visage plein de sollicitude. Roy était sommes toute étonné de voir cette femme à l'apparence si menue, n'était fragile même, et dont la tristesse se lisait sur son visage malgré tous ses efforts pour ne pas en accabler ses invités, penser ainsi avec autant de profondeur au bien être de ses convives. Se pouvait-il qu'elle soit si bonne comédienne? Roy en doutait sérieusement.

« Je vous en prie, retrouvez nous dans la grande salle lorsque vous serez installés. Nous y servirons le repas et du vin chaud. J'espère que votre chambre sera à votre gré. » - leur dit-elle.

Et elle le fut, personne n'aurait su en disconvenir. Roy fut particulièrement touché par la tenture aux couleurs de sa maison. Peu d'hôtes pousseraient la culture de l'accueil aussi loin. Pour le reste, la chambre était simple, mais bien chauffée et reposante. Après avoir pris un bon bain et s'être changé pour enfiler des atours plus séants pour le repas, les Grafton se firent conduire à la salle du banquet où Lady Tyana leur proposa une place à sa table, une attention que remarqua aussi Roy qui, pour ne pas être à ce point à cheval sur les convenances, apprécia cette marque de respect à sa famille. En chemin, il croisa plusieurs visages connus à qui il décocha qui un sourire, qui une petite révérence, mais il ne s'attarda guère à prendre place face à Lady Tyana et à sa famille. Il aurait bien le temps pendant la durée de leur séjour a Grand-Arc de faire le tour de toutes ces connaissances.

Le discours d'ouverture du repas de Lady Tyana fut bien senti. L'humour léger masquant à merveille l'émotion de cette dernière. Mais lorsque Roy croisa son regard, verre de vin aux épices tendu en l'honneur de son défunt mari, il décela pour être juste en face d'elle que les larmes n'étaient guère loin de couler. Faire ainsi montre de force fasse au malheur était un excellent moyen de donner courage à son fils. Par un léger mouvement de tête compatissant lors de leur échange de regard, Roy lui signifia à nouveau toute sa sympathie et son soutien.

Puis la valse des plats débuta pour ne se terminer que de nombreuses heures plus tard. Durant le repas, Roy fit de son mieux pour aborder toutes sortes de sujets distrayants en évitant soigneusement de parler "affaires" avec Lord Melclom, craignant d'ennuyer Lady Tyana, et n'abordant le sujet de Lord Jeric qu'avec circonspection et parcimonie. L'entretien des Terres, qui était mené avec brio à Grand-Arc, la chasse et finalement le dressage des chevaux furent parmi les sujets les plus abordés. Mais il était assez difficile de maintenir une conversation détaillée avec une seule personne au milieu du brouhaha somme toute joyeux qui prit place peu à peu dans la salle. Surtout avec Lady Tyana ou Lord Eron qui étaient très sollicités.

Finalement, Roy se dit qu'il serait probablement plus séant d'attendre un moment plus calme dans les jours suivants pour s'entretenir en particulier avec la jeune Lady. Et il tâcha de profiter au mieux du reste du banquet malgré une forte migraine qui commençait à le malmener sévèrement.


Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Tyana Veneur
Noble

Général

Une poigne de fer dans un gant de velours.
Dame de Grand-Arc

♦ Missives : 314
♦ Missives Aventure : 38
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/09/2012
♦ Célébrité : Imogen Poots
♦ Copyright : Seamus
♦ Doublons : Lyessa Reed, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Le défunt lord Veneur
♦ Lieu : Grand-Arc dans le Val d'Arryn
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Carnet de route

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
514/1000  (514/1000)


Message Ven 26 Oct 2012 - 19:45

    Les festivités ne durèrent guère ce soir là – beaucoup de visiteurs ayant fait longue route pour arriver jusqu’à Grand-Arc et ressentant les prémices de la fatigue les accabler. L’on servit à table des mets plus délicieux les uns que les autres – soupe de champignons et d’escargots au beurre, friand de porc aux œufs et aux pignons, ragoût de chevreuil aux oignons et sa purée d’épices sans oublier les fameuses tartes aux myrtilles. Malgré son chagrin, Tyana apprécia la soirée, où les plus proches amis de son époux contèrent quelques aventures du défunt, glissant touches d’humour et paroles sincères et émouvantes dans leurs discours. Elle put parler de sa passion équestre pour se vider la tête et fut ravie de voir que certains avait aussi le goût pour. Lord Grafton, notamment, avec qui elle échangea quelques mots avant qu’on ne la sollicite pour une autre discussion. En fin de soirée, elle prit soin de saluer tous ses convives avant de les voir disparaître dans leurs chambres, son père y compris. A peine eut-t-elle refermée la porte de sa chambre, qu’elle sentit la lassitude lui peser lourdement sur les épaules. Si elle était bien heureuse de voir tant de monde dans sa maisonnée, elle ne faisait que regretter que ce soit en hommage à Jeric.

    Quoiqu’il en soit, en tant qu’hôte, Tyana se montra attentionnée avec chacun de ses convives. Le lendemain, une chasse était prévue sur les terres de Grand-Arc pour réjouir les esprits. Tôt dans la matinée, le convoi se mit en route – les hommes discutant de tout ce qui concernait la guerre à venir contre les Fer-nés et pour les femmes réticentes, elles profitaient pour se détendre non loin de là dans des tentes installées. Le temps était clément, à la plus grande satisfaction de lady Veneur qui guidait fièrement le convoi dans la forêt de Grand-Arc. A ses côtés, son fils chevauchait, tâchant de se comporter comme le jeune lord qu’il était devenu. Mais difficile pour un enfant encore jeune de se lier aux devoirs des hommes. Tyana gardait l’oreille attentive sur chacune des discussions qu’il entretenait avec ses compères. Sûrement devait-il regretter l’époque où il jouait avec son épée en bois et foulait la terre avec les gens de son âge. Guidant Fougueuse sur le terrain humide, évitant soigneusement les racines qui pourraient lui poser préjudice, lady Tyana entreprit de mener sa monture jusqu’à lord Grafton. Ce dernier s’entendait très bien avec son paternel, lord Melcolm, et la jeune femme regrettait de ne pas avoir encore pu lui adresser quelques mots en privé.

    « Lord Grafton… J’espère que je ne vous dérange pas dans vos pensées. » – Lui souffla-t-elle avant d’incliner légèrement la tête en guise de salutations. « Votre cheval est magnifique. Prenez-vous en soin vous-même ? »

    La question pouvait sembler étrange mais la plupart des seigneurs remettaient à leur palefrenier le droit de s’occuper de leur bête. Tyana, quant à elle, aimait à soigner son cheval autant que faire se pouvait. Podrick était toujours là, bien sûr, pour veiller sur elle quand elle était trop occupée.

    « Je suis ravie de vous rencontrer enfin. J’ai souvent entendu votre nom dans diverses discussions, que ce soit dans la bouche de mon père ou de Jeric. » – La jeune femme esquissa un sourire avant de reprendre sur le ton de l’humour. « Et c’est en bien rassurez-vous. Je suis bien contente que nous en ayons finis avec le Fléau du Printemps. Devoir craindre le reste des Sept Couronnes à cause de ce mal eut été bien tragique. Quels sont vos projets pour les mois à venir, si ce n’est pas trop indiscret bien sûr. »

    Elle se mordit la lèvre, se demandant si son approche ait été vraiment judicieuse. Elle savait qu’elle avait le devoir de s’informer des agissements des maisons du Val maintenant qu’elle était à la tête de la sienne. Ça n’avait jamais été facile – Jeric avait toujours jalousement gardé ce droit avant cela. Heureusement, elle pouvait compter sur son père pour l’épauler dans cette tâche même si ça la gênait de devoir lui demander.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 27 Nov 2012 - 14:35

Malgré l'occasion peu réjouissante de leur réunion au Château de Grand-Arc et la fatigue résultante de leur long voyage, Roy passa plutôt une bonne soirée. Mais quand vint le moment d'aller se coucher, il en fût profondément reconnaissant et s'effondra de sommeil aux côtés de sa bien aimée, bercé par le doux crépitement du feu qui diffusait dans la chambre une chaleur douillette.

Le lendemain il était en bien meilleur forme pour attaquer avec énergie la journée qui s'annonçait pleine d'activités organisées par la châtelaine pour ses convives. Notamment une chasse, que Roy n'aurait raté pour rien au monde. Ça n'était pas tant la chasse elle-même que Roy appréciait, mais l'immersion dans la nature et la découverte de nouveaux lieux, surtout dans ce Val qu'il connaissait bien mal, qui le remplissait toujours d'une joie simple et forte et lui faisait oublier tous les soucis du quotidiens... ou du passé.

Après avoir demandé à ses palefreniers de préparer les chevaux, il avala rapidement une collation, puis fît mander Télion, son capitaine des Gardes et, avec l'autorisation amusée de sa femme, se dépêcha de rejoindre Cime, la jument avec laquelle il préférait chasser ces derniers temps. Celle-ci l'accueillit d'un hennissement de bienvenue et tendit son cou pour lui quémander quelques caresses, manquant faire chuter le jeune palefrenier qui finissait de lui fixer la scelle. Il adorait cette jument. Encore un peu folle dû à son jeune âge, son énergie remplaçait celle, un peu déclinante, de son maître - du moins Roy le ressentait-il ainsi - et sa robe pie gris-claire et noire faisait ressortir son regard bleu clair dont la rareté faisait la fierté de Roy.

Une fois que Le Bougre fut enfin arrivé, la barbe hirsute encore maculée de bière et de miettes de brioche, ils rejoignirent les autres participants à la chasse pour échanger quelques commentaires sur leurs montures, leurs armes, voir sur la politique du Val ou du Royaume et, bien entendu, sur la guerre qui grondait contre les Fer-Nés.

La taille ceinte de son épée et trois lances attachées aux flancs de sa monture - Roy n'aimait pas être suivit par des serviteurs pour lui amener ses armes car il aspirait à se sentir "libre" quand il battait la campagne - il se retrouva rapidement à l'écart, une fois la chasse lancée, le regard perdu vers les lointaines collines qui apparaissaient ça et là entre les arbres. Télion s'était lié d'amitié avec quelques gaillards de son acabit et courrait déjà sus à une bête ou une autre, et Roy, qui s'était tout d'abord écarté en suivant les traces de ce qu'il croyait être un chevreuil, avait finalement été captivé par la beauté du décor et ses pensées se perdaient désormais dans les limbes sans retour qui se cachaient parfois derrière l'admiration. C'est à ce moment là que Lady Tyana le rejoignit.

« Lord Grafton… J’espère que je ne vous dérange pas dans vos pensées. »

Tout d'abord brièvement contrarié d'être extirpé ainsi à l'improviste de sa contemplation, Roy changea immédiatement d'expression en réalisant que c'était son hôte qui l'avait rejointe. Il accompagna d'un sourire un peu gêné son mouvement de tête signifiant qu'il n'en était rien.

"Lady Tyana il vous serait bien impossible de me déranger, quand bien même vous puissiez en avoir l'intention. C'est toujours un honneur pour moi que d'avoir le plaisir de votre compagnie. "

Lependant, Cime, cette coquine séductrice avait, comme elle le faisait toujours en présence d'inconnu et contrairement à la majorité des autres chevaux qui s'en méfiaient plutôt, jeté une œillade azurine à la nouvelle arrivante. L'effet était irrémédiablement le même à qui ne l'avait déjà vue auparavant, et Roy était presque sûr que cela provoquait le contentement de sa jument : elle éveillait la curiosité et suscitait même parfois l'émerveillement.

« Votre cheval est magnifique. Prenez-vous en soin vous-même ? »

"Quand j'en ai le temps madame. Malheureusement ça n'est jamais aussi souvent que je l'aimerais. Mais je dois vous retourner le compliment: votre jument a fière allure et fait honneur à la réputation qui vous précède en matière de chevaux. "

Sentant sa jument commencer à s'impatienter de cette pause imprévue, il proposa du regard à Lady Tyana de reprendre la balade à allure douce pendant que celle-ci lui dit:

«Je suis ravie de vous rencontrer enfin. J’ai souvent entendu votre nom dans diverses discussions, que ce soit dans la bouche de mon père ou de Jeric. »

Se rappelant une mémorable querelle qu'il avait eue moins de deux ans auparavant avec feu son époux, Roy ne pu réprimer un haussement de sourcil d'appréhension, craignant qu'une bien piètre image de lui n'aie été dépeinte à la jeune dame. Il fut vite rassuré néanmoins quand elle ajouta en souriant :

«Et c’est en bien rassurez-vous. »
Et il le fut, même s'il brulait d'envie de lui demander ce qu'il en était exactement, il n'osa l'importuner avec ses considérations égocentriques.

Puis elle poursuivit : « Je suis bien contente que nous en ayons finis avec le Fléau du Printemps. Devoir craindre le reste des Sept Couronnes à cause de ce mal eut été bien tragique...»

"Quand l'orage est passé, qui ne se sent pas rassuré? Et pourtant d'aucuns diraient que c'est un mal nécessaire. Il irrigue nos champs à tout le moins. Je ne puis imaginer que les Sept n'aient pas de dessein caché derrière un tel fléau qui ne soit au final une belle et bonne chose. Bien qu'il ait dû, pour votre malheur et le notre, ravir la vie de Lord Jeric comme l'orage parfois l'enlève à celui sur lequel il pose sa foudre. " N'étant plus très sûr a la fin, que sa tirade n'était pas susceptible de provoquer le tristesse de la jeune veuve, il reprit rapidement, un peu gêné.

"Mais je partage évidement votre soulagement de pouvoir à nouveau échanger avec les autres contrées du Royaume. Encore que parfois, on se demande là aussi quel grand bien cela recèlera qui puisse contrebalancer le mal que sur le Val parfois, cela libère. " Il avait prononcé ces derniers mots avec gravité et le regard bas, perdu dans ces considérations peu avenantes. Mais déjà Lady Tyana continuait, et il lui fut reconnaissant de le sortir de ces sombres pensées.

« Quels sont vos projets pour les mois à venir, si ce n’est pas trop indiscret bien sûr. »

"Voyons ma chère, nous sommes tous deux du Val, que pourrions-nous avoir à nous cacher?" Lui répondit-il non sans espièglerie. "Malheureusement mes projets n'ont rien de très heureux. Ayant reçu l'appel de Lord Arryn, nous nous devons de préparer nos hommes à la guerre. Les affaires commerciales de Goëville seront prises en charge par mon fils et je conduirai l'Ost aux Eyrié en attendant les ordres. Et je crains que pour les réjouissances, il ne faille patienter longtemps avant de pouvoir à nouveau nous y adonner le cœur léger. C'est pourquoi je chéris les moments de calme et de communion avec la nature comme ceux que vous m'offrez par votre invitation céans. Et je dois chaleureusement vous en remercier." Un doute le prit soudain... Et il ajouta non sans une certaine hésitation : "Vous avez certainement dû recevoir aussi l'appel de notre Seigneur j'imagine? "








Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Tyana Veneur
Noble

Général

Une poigne de fer dans un gant de velours.
Dame de Grand-Arc

♦ Missives : 314
♦ Missives Aventure : 38
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/09/2012
♦ Célébrité : Imogen Poots
♦ Copyright : Seamus
♦ Doublons : Lyessa Reed, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Le défunt lord Veneur
♦ Lieu : Grand-Arc dans le Val d'Arryn
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Carnet de route

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
514/1000  (514/1000)


Message Mer 12 Déc 2012 - 11:11

Tyana crut lire une once d’agacement sur le faciès de son interlocuteur lorsqu’elle troubla ses pensées mais elle n’en fut point gênée, surtout lorsque ce dernier lui assura que sa compagnie était toujours un plaisir. Roy Grafton avait des yeux d’un bleu cristallin et une barbe fournie – un visage que Tyana trouvait paisible et réconfortant de par les petites rides de sagesse qui le plissait. Son père à elle avait plus mal vieilli, mais n’en restait pas moins un homme en forme pour son âge. D’un petit geste de tête, Tyana rejeta ses cheveux en arrière puis se porta au niveau de son interlocuteur pour l’accompagner. Elle avait eu vite fait de remarquer la magnifique monture de lord Grafton – surtout de par ses yeux d’un bleu rare chez les chevaux. Elle s’enquit rapidement de savoir s’il s’en occupait lui-même mais, comme elle s’en doutait, il lui confia que rares étaient les occasions que lui donnait son temps libre. Il la flatta à son tour sur sa propre jument et elle devait avouer que tout deux partageaient une passion immodérée pour les équidés. Elle le suivit de bon cœur, ravie de presser Fougueuse dans une foulée un peu plus vive et ils poursuivirent la discussion en évoluant dans la forêt. Il était temps pour Tyana de faire plus amples connaissances avec tous les bannerets du Val. La guerre approchait et bientôt, elle devrait envoyer ses hommes sur le front pour affronter les Fer-nés. Elle redoutait les pertes mais la guerre était un juste passage dans la situation actuelle. Les admirateurs du Dieu Noyé n’avaient que trop fait parler d’eux. Leurs pillages se faisaient de plus en plus dans les terres, et Tyana était bien heureuse d’être à l’autre extrémité du continent pour ne pas avoir à subir ce fardeau supplémentaire. Ils avaient bien les clans des montagnes de leur côté, et ça lui suffisait amplement. Tyana dut dire quelques mots sur son regretté époux et sur le redoutable Fléau du Printemps qui venait de disparaitre et Roy lui entretint un discours voulu rassurant.

Lorsqu’il mentionna que comme l’orage, c’était un mal nécessaire, la jeune femme offrit son visage au couvert des arbres, ne préférant pas offrir sa circonspection à son interlocuteur. Croyait-il vraiment que les Sept étaient à l’origine de ce mal ? Que s’était écrit que son époux périsse pour quelque chose de bien ? Tyana avait quelque peu perdu la foi depuis la tragédie mais elle s’était abstenue de formuler ses doutes – jusqu’à maintenant.

« Parfois, je trouve les Sept bien cruels. » – Commença-t-elle sur un ton neutre. « J’ose espérer que vous dites vrai et que c’est un mal pour un bien. »

Si seulement cette croyance pouvait la saisir pour l’aider à faire son deuil – pour lui enlever toute amertume à l’égard de sa perte. Etait-elle trop égoïste pour sans cesse ressasser cet évènement et refuser de se détacher ? On lui avait bien dit que faire son deuil prendrait du temps, mais pour le moment, tout cela lui semblait inconcevable. Lord Grafton dut assez bien remarquer les réflexions occasionnées par ses paroles car il enchaina derechef au sujet de la tranquillité nouvelle des Sept Couronnes vis-à-vis du Fléau. Un sujet qui finalement lui fit adopter la mine grave et que Tyana se surprit à écarter pour enchainer sur les projets de sa maison. Elle inclina poliment la tête, un nouveau sourire aux lèvres lorsqu’il lui assura qu’étant tout deux du Val, ils n’avaient rien à se cacher. Tyana craignait qu’on ne la mette à l’écart, étant donné qu’elle régissait dorénavant Grand-Arc pour son fils. Il lui expliqua que les préparatifs de la guerre à venir allaient prendre le plus clair de son temps. Une heure grave à venir qui semblait fort l’inquiéter, ce qui était parfaitement normal. Il la remercia justement des convivialités organisées etTyana lui offrit un nouveau sourire. Il la questionna alors sur le sujet et la jeune femme s’empressa de lui répondre.

« Bien sûr, même si j’ai pressenti quelque peu de gêne à l’égard des récents évènements. Mon capitaine de la garde, le frère de mon défunt époux, se chargera de mener nos hommes jusqu’aux Eyrié. C’est toujours délicat de laisser une femme s’immiscer dans des affaires de guerre n’est-ce pas ? » – La question était plus rhétorique mais l’on pouvait sentir une légère amertume sur le sujet. « Je redoute un peu le déroulement de la guerre. Pourquoi faut-il qu’un peuple se dresse contre les Sept Couronnes ? Ne trouvez-vous pas ça… Culotté ? »

Elle n’avait entendu que mentions au sujet des Fer-nés. Elle n’en avait jamais rencontré et espérait sincèrement ne jamais avoir à les croiser. C’était des voleurs et Tyana méprisait ce genre d’individus – comme beaucoup, sûrement. « Si vous avez un quelconque conseil à me donner, je serais toute ouïe de l’entendre. Vous savez, Jeric ne me laissait que très rarement entendre quoi que ce soit au sujet de ses responsabilités. »

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Triste jour pour une rencontre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Cent ans pour le Voleur.. Un jour pour le Maître ? [Jin Tachibana]
» Noël, une fête plutôt triste pour certains … (Libre)
» triste fin pour SGU
» 5 millions près pour un chien de garde en Haiti
» Quel triste paysage pour une nuit sans étoiles ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-