AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

On juge mieux de loin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 11 Sep 2012 - 8:24

          Cette fois-ci, il savait très précisément les objectifs de sa venue à Port-Réal et de sa visite à la Main du roi. Lord Brynden Rivers avait été prévenu par lui-même et depuis, Jasper avait chevauché jusqu'à la capitale sans relâche avec ce seul but en tête : obtenir de la plus haute autorité des Sept couronnes après le roi la justice que lui refusait son têtu de beau-frère. Qu'il aurait ri, le lion doré, à le voir ainsi fatigué, fourbu et suant qui pénétrait dans le Donjon Rouge et qui, sans prendre la peine et le temps d'arriver, de s'installer et de se changer, avançait d'un pas résolu et ferme vers la salle du trône où il savait que la Main se tenait pour recevoir les pétitionnaires venus d'ici et d'ailleurs pour faire valoir leurs requêtes, leurs doléances, leurs droits. Il était comme ceux-là, c'est pourquoi il ne chercha pas à user de son rang ou de son nom pour obtenir la faveur d'être placé en haut de la liste des personnes à passer devant le siège des mille épées. En lui-même, il entendait battre son cœur à tout rompre, comme un tambour enragé. Avait-il seulement la force de patienter ? Ce n'était pas la véritable question. Ces hommes devant lui avaient attendu leur tour, il ferait de même, car c'était la bonne chose à faire. Là encore, lord Lannister aurait certainement ri de lui. L'Orage Moqueur aurait fait de même, très sûrement, ce Baratheon qui n'était jamais sérieux. Tant d'autres lords de plus ou moins grande importance auraient ri de lui, mais Jasper n'en avait cure : il préférait qu'on moque son honneur plutôt qu'on loue sa roublardise. De plus, à patienter ainsi, il se calma et bientôt le fracas des battements de son cœur se mua en pulsation dolente, presque sereine. La salle du trône n'était pas pleine, et les pétitionnaires passaient rapidement autour de lui, parfois si promptement qu'il n'avait guère le temps de s'intéresser à l'objet de leur visite. Puis, ce fut son tour, il entendit quelqu'un claironner son nom d'une voix forte. Machinalement, il s'avança jusqu'au devant du trône où siégeait lord Brynden Rivers. Lord Arryn était le dernier à se présenter, mais un nombre assez important de notables et de courtisans étaient restés pour entendre ce que le seigneur suzerain du Val avait à dire ou à faire avec le Trône. Pourquoi était-il là ? Un bruissement murmurait parmi la foule, indice de la grande curiosité suscitée par la visite de Jasper. Lui n'entendait rien, ne voyait rien d'autre que celui qui, par le passé, avait été une fois son interlocuteur. Comme le voulait la coutume, il s'agenouilla, se présenta, renouvela ses serments hâtivement, car il manquait de souffle, et se releva pour exposer sa doléance. Il n'en avait qu'une, en vérité. « Seigneur Main, je viens jusqu'ici pour requérir de vous l'arbitrage convenu entre lord Lannister et moi-même. Je ne suis pas sûr que le corbeau envoyé depuis Hautjardin vous soit parvenu. Êtes-vous au fait de ce différend, ou dois-je vous en exposer le contenu ? »

          Dans la salle, on murmura de plus belle. Certains semblaient déjà au courant. La rumeur menaça d'évoluer en un formidable brouhaha mais un geste de la Main du roi rétablit d'un trait le silence, comme si par quelque sortilège infâme elle avait privé tout ce beau monde du don de la parole. Foutaises. Jasper avait rencontré l'homme une fois, et ce dernier n'avait rien du sorcier malfaisant que les racontars décrivaient. Certes, il était intimidant et impressionnant à sa manière, et très visuellement. Mais en dépit de cette tare mystérieuse qui lui faisait la peau plus blanche que le nacre, il n'en demeurait pas moins fait de chair et d'os comme tous les autres. Jasper retenait sa respiration. Il n'avait jamais été, auparavant, ainsi acteur lors d'une audience publique auprès d'une haute autorité. Il avait déjà participé à ce genre d'événement aux Eyrié, mais alors il était soit spectateur de feu son père, soit juge d'un cas qui était soumis à sa juridiction. Voilà qu'aujourd'hui, les rôles s'inversaient et ce litige qui l'opposait à son beau-frère allait être tranché sans doute devant tous ces gens assemblés. Tous ceux-là seraient les témoins de son échec ou de sa réussite. Jasper était sûr de son bon droit, mais c'est la le propre des certitudes qu'elles rompent toujours avec éclat. Comment quitterait-il la salle ? Quel goût prendrait sa gorge à l'issue de cette audience ? Celui du devoir accompli, ou celui de l'injustice ? Le sort de milliers d'hommes du Val reposait sur ses épaules désormais bien lourdes... mais il les tenait droites. Aussi haut que l'honneur, depuis ses premiers hurlements de nourrisson jusqu'à son dernier soupir de vieillard. Inlassablement vertueux sans concession aucune offerte à la compromission. La goutte pure dans l'océan des vices.
Revenir en haut Aller en bas
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 31
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Mer 3 Oct 2012 - 18:36

Une fois n’était pas coutume, lord Brynden Rivers siégeait sur le trône de son neveu pour remplir les fonctions qu’il fuyait dans les livres. Jamais la Main n’avait voulu d’un tel rôle, mais il avait toujours eu à cœur d’aider et de soutenir sa famille d’une manière que son frère ainé n’avait pu remplir. Daemon Feunoyr portait en lui la souillure des bâtards mais Brynden Rivers souhaitait tout faire pour faire oublier la sienne. Malgré cela, il n’avait pas abandonné son nom afin d’éviter de commettre les mêmes erreurs que le Dragon Noir. Situation ironique, certes, mais qu’il ne pouvait malheureusement pas la changer.

Quoi qu’il en soit, ce jour-là allait être différent des autres. Certes, il y avait bien là les habituels pétitionnaires, mais on annonçait aussi la venue de lord Jasper Arryn. Ce jeune seigneur, Brynden l’avait déjà rencontré lors de son passage à Port-Réal, quelques temps plus tôt. Malgré son âge, il lui avait trouvé la force des Arryn et la droiture des chevaliers d’honneur, des qualités pour faire un seigneur aimé du peuple. Néanmoins, il allait encore devoir faire son chemin pour devenir un bon seigneur parce que l’honneur et la droiture ne faisaient pas tout. Un seigneur devait parfois mettre cela de côté pour résoudre des problèmes graves, mais en serait-il seulement capable ? Seul l’avenir pourrait le dire et dans tous les cas, ce n’était pas la question du jour. Lord Arryn venait ici pour quérir la justice de la Main dans une affaire qui l’opposait visiblement à lord Lannister, le Lion qui avait tenté de mener des manigances en cachette de la Couronne. Se croyait-il si puissant qu’il n’avait que des hommes sûrs dans son entourage ? Possible, mais était-ce vrai, ça… Ainsi donc, ce problème que souhaitait soumettre lord Arryn à la justice de la Main concernait des troupes envoyées en soutien au cours de ce mariage secret organisé en catimini loin du Roc… Il s’agissait là d’un point que la Main n’appréciait guère, mais il pouvait comprendre que le Lion ait ainsi cherché à abuser de la jeunesse de lord Arryn. Il avait aussi pu rencontrer la sœur de ce dernier lors d’un passage à Port-Réal et Brynden ne doutait pas qu’elle soit en partie responsable de ce désastre.

Lord Rivers avait donc vu le Faucon entrer dans la salle du trône entre l’écoute de deux pétitionnaires aux problèmes bien insignifiants, mais il s’étonna de ne pas le voir s’avancer pour parler. Quant enfin vint le tour du jeune lord, la Main pensa à nouveau qu’un jour, l’honneur inébranlable de ce dernier risquerait fort bien de lui causer des torts, si ce n’était pas déjà le cas… Mais ce n’était pas ce qui importait pour l’instant. Après s’être présenté, lord Arryn évoqua donc la raison de sa venue, celle-là même que Brynden avait attendue. Un geste de sa main mit fin au brouhaha qui retentit après la question du jeune seigneur et c’est dans ce silence religieux que la Main prit la parole. « Votre corbeau nous est bien parvenu, lord Arryn, et je suis au fait de ce différend. La question a été longuement étudiée, mais la réponse à apporter à ce problème est toujours restée la même. Lord Lannister est dans son droit lorsqu’il a mandé votre aide pour combattre les Fer-nés et vous aviez tous les droits de lui envoyer vos troupes en soutien. Néanmoins, jamais cela n’aurait pu être inclus dans les négociations de ce mariage. Les lois sont strictes à ce sujet et une dot offerte lors d’un mariage ne peut être constituée que de biens matériels. Des hommes ne figurent en aucun cas dans la liste des biens potentiels… »

Marquant un court instant de silence, Brynden changea de position sur l’inconfortable siège avant de se remettre à parler. « Selon ces mêmes lois, ces hommes ont juré fidélité à la maison Arryn, qu’ils soient à votre service direct ou à celui de vos vassaux. Nul autre que vous ne peut leur donner des ordres et encore moins votre sœur. Une femme n’est pas faite pour commander à la guerre, le Grand Septon vous le dira bien assez. Même stationnées dans l’Ouest, ces troupes demeurent donc toujours sous votre propre autorité. Vous auriez pu nommer un commandant à leur tête et lui ordonner d’obéir aux instructions de lord Lannister, mais cela n’aurait pas fait de lui leur chef militaire. Votre sœur ne pouvant remplir ce rôle de par sa naissance en tant que dame, personne ne peut donc vous priver de vos droits de seigneur suzerain. »

Une nouvelle pause fut marquée avant d’être rompue par le fait que lord Rivers quittait le siège pour se mettre debout. « En conséquence, si vous souhaitez le retrait de ces troupes, vous êtes le seul apte à le décider et toute tentative de lord Lannister pour l’empêcher le mettrait en position précaire par rapport au trône. Néanmoins, si le contrat de mariage unissant lady Maura à lord Tybolt stipule que la maison Arryn doit soutien à la maison Lannister dans cette lutte, vous vous devrez de vous acquitter de cette aide, que ce soit au travers d’hommes envoyés en renfort ou d’une somme visant à couvrir la levée des troupes de l’Ouest. » D’un autre côté, lord Lannister n’avait pas encore levé le ban. Pourquoi donc lord Arryn devrait-il faire sacrifier ses propres gens alors même que lord Lannister l’évitait visiblement soigneusement ? « Si vous demeurez prêts à soutenir et à aider l’Ouest dans la lutte en levant une nouvelle armée, je crois pouvoir dire que vous remplirez toujours les termes de ce contrat. La Couronne statue donc sur cette décision en vous confirmant dans vos droits de commandant des troupes du Val et en obligeant lord Lannister à ne pas vous refuser leur retrait. Toute entrave à ces décisions ira à l’encontre de la Paix et des Lois du Roi et sera jugée une fois la révolte des Fer-nés mâtée en fonction du degré de préjudice imposé. Etes-vous prêt à suivre cette décision, lord Arryn ? »


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 8 Oct 2012 - 10:06

         Jasper accueillit les réponses de la Main du roi en silence, insensible aux murmures qui se propageaient par vague dans la grande salle et qui s'éteignaient chaque fois que lord Brynden Rivers élevait la voix. Qu'il était étrange de voir cet homme si décrié et si méprisé assis sur ce trône légendaire et capable d'imposer sa volonté non pas à une simple foule de courtisans mais à un royaume tout entier. Avec sa peau blanche, ses cheveux de même et son œil borgne, il avait tout pourtant du personnage mythique et irréel. Or il était bien là, et il venait d'accorder à Jasper ce qu'il était venu chercher, à savoir la seule solution honorable et juste au différend qui l'opposait à son beau-frère. La satisfaction du jeune homme agenouillé était vive et pourtant elle n'était qu'une étincelle en comparaison du brasier qu'allumait en lui la loyauté indéfectible qui le liait au royaume. À présent que lord Brynden Rivers venait de faire la preuve qu'il savait être impartial, juste et diligent, comment croire encore qu'il était ce ver blanc dévorant les entrailles du royaume ? Comment douter de la fidélité qu'un tel homme devait inspirer ? Sensible à chacune des remarques de son éminent interlocuteur, Jasper n'en éprouva que plus de dépit à l'idée d'avoir un beau jour accepter que lady Maura signe en son nom au bas d'un contrat de mariage inique et parfaitement honteux. Que n'avait-il été sur place et mestre pour en rayer les mentions inconcevables ! Cette mésaventure lui servirait de leçon pour l'avenir et quand Maeve ou lui-même se marieraient, il ferait très attention aux contrats présentés par les belles-familles. Mais le plus honteux dans toute cette histoire était bien que le contrat n'était pas de la plume de Tybolt Lannister mais de celle de sa sœur chérie Maura qui, à son insu, s'était taillé une grande part du gâteau de la dot et du Val d'Arryn. Aurait-elle inscrit au contrat que son fils premier né hériterait du trône des Eyrié en l'absence de progéniture jaspérienne, et voilà que l'entourloupe eût-été complète, parfaite ! Mais à présent, l'excuse de la jeunesse et de l'inexpérience n'était plus recevable. Jasper avait subi en moins d'un an les pires affronts de la part des membres de sa famille, de son allié, de la chair de sa chair : la cicatrice qu'il portait sur le cœur serait toujours là pour lui rappeler, comme une mise en garde, de ne plus jamais laisser personne marcher sur ses petits pieds.

         « J'en conviens plus que jamais, et j'y suis prêt. Dès à présent un ost s'est formé dans le Val d'Arryn, et il prendra sous peu la Grand-route puis la route royale pour gagner Port-Réal. J'en prendrai la tête, et j'attendrai les ordres de la Couronne. Ainsi j'honorerai ma dette à l'égard de l'Ouest et mon devoir à l'égard de sa grâce Aerys. » Jasper se releva. Demeurer agenouillé était inconfortable, et de plus il n'avait plus grand chose à faire ici à présent, puisqu'il n'y avait plus qu'à espérer que lord Tybolt Lannister s'en tiendrait là et obéirait à l'injonction émanant du Trône de fer. Sans doute y verrait-il la preuve d'un complot fantasmé contre lui, d'une conspiration dont les conjurés seraient tous les grands du royaume, mais Jasper n'avait aucun espoir de le convaincre du contraire. Jasper ne savait d'ailleurs point encore comment il s'y prendrait pour rédiger ce corbeau devant annoncer à son beau-frère qu'il avait perdu et qu'il devait rendre à Jasper ce qui appartenait à Jasper. La honte d'une telle décision rejaillirait sûrement sur la maison régnante de Castral Roc, mais elle n'était rien à côté de la honte qu'éprouvait Jasper d'avoir jamais accordé sa confiance à un tel homme.« Sire, je n'ai pas d'autres doléances à vous soumettre. Vous avez souscrit à ma demande et plus encore démontré quel homme juste et sage vous êtes. Aussi haut que l'honneur, qu'il soit dit partout que la maison Arryn répondra toujours à l'appel du roi ! Nous ne sommes point nés à Corcolline, mais des Eyrié nous serons toujours et malgré tout les premiers au combat. Sire, vous avez sûrement des affaires plus urgentes à traiter, je demande à présent le droit de me retirer. » Et Jasper s'inclina bassement, conscient que la bisbille entre deux vassaux puérils n'était pas le genre de choses qu'il devait plaire à la Main du roi de régler quand tout un royaume est aux prises à des problèmes bien plus graves, comme une rébellion ou encore les feux de la sédition. Bien conscient de cela, Jasper n'avait plus qu'une envie à présent, gagner le Conflans, passer ce mariage auquel il n'était invité qu'en qualité d'hôte de marque, et se presser à l'écritoire pour organiser le retrait de ses troupes des terres de l'Ouest pour que chaque homme du Val d'Arryn ayant versé une goutte de sang pour les beaux yeux de sa sœur et de son gamin de mari puisse rentrer au pays. Tant qu'il y aurait un homme du Val en dehors de ses frontières naturelles et protectrices, Jasper ne trouverait pas le repos et ne s'accorderait aucun répit : il serait le dernier homme vivant du Val à n'y être point, dût-il aller tous les chercher lui-même et réclamer leur retour l'arme à la main !
Revenir en haut Aller en bas
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 31
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Ven 12 Oct 2012 - 17:43

C’était d’un œil intrigué que lord Brynden avait regardé lord Jasper approcher. Jadis enfermé dans les montagnes de son Val, il était demeuré bien à l’écart et était un véritable mystère pour la Main. Toutefois, les choses avaient bien changé depuis qu’il avait envoyé ce corbeau, bien des lunes plus tôt. Leurs rencontres semblaient se multiplier selon un schéma encore imperceptible, mais on était en droit de se demander ce que les Sept pouvaient bien prévoir pour eux. Bien entendu, l’aide de lord Arryn serait un atout indéniable pour affronter les Fer-nés, mais une fois cela fait, que se passerait-il ? La cour ne semblait pas être le lieu le plus adéquat pour un tel personnage, alors peut-être rentrerait-il chez lui pour redevenir ce mystère passé. Mais dans ce cas, pourquoi les mener l’un vers l’autre à la moindre occasion ? Réponse bien difficile à trouver. Et la question n’était pas là en ce moment même.

Répondant à la question posée, lord Brynden avait donc rendu son propre verdict quant à l’affaire qui les concernait, espérant que cela apaiserait en même temps les tensions visiblement très fortes qui existaient. Il y avait les Fer-nés qui posaient problème, la menace sourde des Feunoyr, les Nerbosc et les Bracken qui s’enflammaient dans le Conflans… Ne manquerait plus que les Arryn et les Lannister se déchirent pour que le pauvre petit lord Tully soit pris entre deux feux trop puissants pour pouvoir les maitriser. Ce serait là un drame plus que terrible et il valait mieux l’étouffer dès maintenant ! Terminant donc son exposé, la Main attendit de voir si le jeune lord Arryn accepterait la décision ou non. Vu ce qu’il avait cru cerner de sa personnalité, il y avait fort à parier qu’il ne refuserait rien, même si cela allait en sa défaveur, mais on ne savait jamais. Il valait mieux ne pas se fier aux premières apparences. Ainsi, lord Rivers ne fut guère surpris de voir le jeune pétitionnaire accepter la décision et réitérer sa fidélité au trône, acceptant dans le même temps d’apporter son aide aux Terres de l’Ouest dans la guerre illégale qui les opposaient aux Fer-nés.

« Si plus rien ne vous retiens, vous pouvez vous retirer, lord Jasper. Dès à présent, je rédigerais le corbeau qui enjoindra lord Lannister à respecter la décision du Roi et je tiens le Grand Mestre à votre disposition dans le cas où vous souhaiteriez contacter vos commandants ou le seigneur du Roc pour régler vos affaires aussi rapidement que possible. Soyez de plus assuré que le Roi n’oubliera pas vos promesses et qu’il y fera appel si cela s’avère un jour nécessaire, ce que nous n’espérons pas. » Jetant un regard au reste de la salle, lord Brynden constata que le seigneur du Val avait bien été le dernier des pétitionnaires et il prit donc une dernière fois la parole. « La séance est maintenant levée. » Puis, sans autre forme de procès, il s’en alla par l’un des couloirs en direction d’un chemin couvert qui lui permettrait de rejoindre la Tour de la Main et ses propres appartements. Là, il allait rédiger ce message annoncé à lord Arryn, mais il en préparerait aussi d’autres à destination de gens de confiance et cela dans le but de garder ses yeux grands ouverts sur l’Ouest. Lord Lannister semblait avoir fait preuve d’une déloyauté certaine et il fallait s’assurer que sa possible loyauté à l’égard du trône ne s’entache pas de faits similaires. La situation future allait grandement avoir besoin de ces certitudes. Ce serait alors aussi l’occasion de réfléchir plus avant aux options qui s’ouvraient et se fermaient à eux au gré des alliances politiques et des crises de famille. Ce n’était décidément pas une mince affaire que de gouverner un royaume…


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

On juge mieux de loin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Un juge américain accuse six Haïtiens
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Reflexions d'un juge sur le systeme judiciaire haitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-