AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Annabelle Solverre pour Jeyne d'Estremont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Annabelle Solverre
Noble

Général Noble dame de Solverre
♦ Missives : 597
♦ Missives Aventure : 84
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 11/01/1993
♦ Arrivée à Westeros : 07/08/2012
♦ Célébrité : Hayley Hatwell
♦ Copyright : Miri ♥
♦ Doublons : Lorant Trant, Cylia Stark, Daenerys Martell et Emeraude
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Fiançailles en négociation
♦ Lieu : Dulceport-Le-Pas
♦ Liens Utiles : Fiche de Anna

Petits papiers de Anna

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
263/500  (263/500)


Message Mer 22 Aoû 2012 - 13:30

Ma chère Jeyne,


J'espère que vous me pardonnerez le temps qu'il m'a fallu pour esquisser quelques mots à votre encontre. Ne croyez pas, toutefois, que mon absence de nouvelles ne m'ait fait vous oublier, bien au contraire. On ne peut en effet jamais oublier une amie aussi chère que celle que vous m'êtes devenue, il y a déjà bien des mois, lors de ma venue dans votre famille. Je n'aurais jamais pensé que ce voyage que je fis avec curiosité et impatience m'apporterait une confidente et une amie telle que vous, ma belle Jeyne et je remercie bien souvent les nouveaux Dieux de m'avoir permis cette rencontre.

Je ne sais si la nouvelle est parvenue jusqu'à vous, mais notre famille a eu à affronter un bien triste malheur. Notre père, que les Dieux veillent sur lui, a quitté notre monde il y a maintenant plusieurs jours, victime d'une terrible pneumonie. La mort de Père nous a tous considérablement attristée : il était encore si vigoureux que jamais nous n'aurions pu croire à une pareille tragédie. Comme vous vous en doutez, ma chère amie, la douleur de son absence est loin d'être encore apaisée dans mon cœur. Sans doute faudra-t-il du temps … C'est en tout cas ce que répète Mère, jour après jour, m'obligeant ainsi à avancer, malgré tout. Sa force m'impressionne tant, si vous saviez Jeyne, avec quel courage elle a pris cette horrible nouvelle, elle qui pourtant lui était si attaché … Notre famille est donc bien chamboulée par ce dernier événement. Comme il se doit, Heward, mon frère aîné, a pris le relais, devenant ainsi le roc sur lequel toute la famille s'appuie bien humblement. Vous savez combien j'aime mon frère et comme je le crois capable d'assumer cette lourde tâche. A n'en pas douter, il fera un fantastique Lord Solverre. Il ne lui reste plus qu'à prendre épouse et à perpétuer notre nom, comme il se doit.

En parlant d'épousailles, ma douce amie, n'avez-vous pas eu de plus amples informations sur la personne à qui on vous destine ? Il me semble avoir entendu maintes rumeurs sur les fiancés qui vous étaient destinés, mais comme toute rumeur, je n'y accorde crédit que lorsque la principale intéressée la confirme. Pouvez-vous éclairer ma lanterne, ma chère Jeyne ? A-t-on trouvé pour vous un mari qui vous mérite et qui saura vous apprécier à votre juste valeur ? Je vous le souhaite de tout mon cœur, mon amie. Même si je sais comme vous que les mariages dans notre milieu servent avant tout nos familles. Voilà notre lot, il convient de nous l'approprier de la meilleure des façons. En cela, Mère est une véritable source de réconfort. Elle-même n'a-t-elle pas trouvé le bonheur dans le mariage ? Je ne puis croire qu'il n'en aille pas de même pour nous …

Des nouvelles alarmantes sur la santé de votre père nous sont parvenues dernièrement, Jeyne. J'ose espérer que Lord d'Estremont n'est pas aussi en danger que celles-ci nous le faisaient croire, ma chère amie et que vous pourrez très vite me donner des réponses positives à son sujet … Votre père est un homme de bien, Jeyne et je ne doute pas que les Dieux et en particulier la Mère veille sur lui. Je prierais pour son bien-être chaque jour, ma chère amie.

Comme il est difficile de vous faire parvenir par écrit toutes ses nouvelles. Il fut un temps où je n'avais qu'à vous rejoindre dans votre chambre ou vous dans la mienne afin de discuter longuement de tout ce qui nous intéressait alors. Comme ce temps me semble loin, désormais, et comme j'ai grande hâte de vous revoir, Jeyne. Il me semble qu'il me serait alors bien plus facile de vous raconter toutes les petites péripéties du quotidien, et combien nous pourrions rire, alors. Malheureusement, je ne sais quand cette chance de nous revoir nous sera donnée. Peut-être faudra-t-il attendre pour cela la fin des négociations concernant mes propres fiançailles ? Je ne saurais vous en dire plus.

Avec toute ma tendresse et mon attention,

Annabelle Solverre
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 24 Aoû 2012 - 16:03

Ma Chère Annabelle,

Vous ne devinerez jamais quelle joie j'ai ressenti en recevant votre lettre. J'étais tellement en joie que Septa Leonette croyait que j'étais invitée à un quelconque mariage qui m'aurait permis de parcourir les routes de Westeros qui m'attirent tant. Il n'en est rien, mais cela est bien mieux. Votre présence me manque, et recevoir vos mots est une bénédiction à laquelle je ne m'attendais pas.

Toutefois, vous me voyez chagrinée suite au décès de votre père. La maladie est un vent terrible et je n'aurai jamais cru que votre père en soit terrassé si rapidement. Je prie les Sept pour lui, mais également pour vous ma belle amie. Je soufflerai sur votre peine pour qu'elle s'envole de vous si je le pouvais, mais malheureusement ce genre de voeux n'existe que pour les petites filles que nous étions. Les lady que nous sommes doivent prendre le temps comme allié, à l'image de votre mère dont vous admirez la force à juste raison. J'aimerai vous insuffler ma force et vous tenir dans mes bras. J'espère que vous avez tout le soutien que vous méritez en ce genre de moment.

Votre frère fera un excellent lord, je n'en doute pas. J'espère qu'il trouvera facilement épouse et qu'il engendrera un fils qui à son tour le succèdera un jour. Cela vous changerait également les idées que d'avoir un nourrisson entre vos murs. Rien de mieux que le changement pour alléger le coeur, lui réapprendre à vivre.

Concernant mes épousailles, je patiente encore. Mon frère Edric s'est rendu à Villevieille en vue de rencontrer Clarence Higthtower. Je ne sais rien de lui, à part ce qu'on dise les rumeurs et tout comme vous je préfèrerai faire mon opinion par moi-même. Pour le moment, Edric ne m'a pas écris depuis son arrivée à Villevieille, je ne sais donc pas s'il a pu négocier mon mariage ou s'il devra encore parcourir Westeros pour ce dernier. Si vous saviez comme j'ai hâte. J'aimerai de tout mon coeur que ce mariage connaisse l'amour comme pour votre mère ainsi que pour la mienne...Mais ce qui met en joie mon coeur est de quitter Vertepierre et de voir de nouveaux horizons. Je sais que je me verrai encore vivre dans un château, que parcourir les routes ne durera que le long de mon trajet, mais mon coeur s'ouvrira de nouveaux paysages tandis que mon esprit pourra absorber de nouveaux savoirs. Je ferai tout pour ma famille, tout comme vous, mais je ne prie pas pour un mariage d'amour, je prie pour être une épouse louable avant tout. N'est-ce pas ce que les Sept attendent des épouses?

J'ai toute confiance en Edric, et je sais quoiqu'il en soit, qu'il choisira un homme qui ne me rendra pas malheureuse. Vous me savez bavarde et curieuse...alors un homme qui n'aurait pas peur de cela, voilà qui serait fort suffisant.

Mais dîtes moi tout ma chère. Je sais à quel point Gunthor vous a plu quand vous êtes venu nous rendre visite. Ne manque-t-il point de ne pas avoir loisir de mieux le connaître? Je reste persuadée comme lorsque nous en parlions, que l'amour peut naitre entre vous. Et avouons le, ce mariage serait prolixe pour nos deux familles et je serai l'heureuse gagnante d'une belle soeur charmante.

La santé de mon père est préoccupante. Edric est chargé de demander conseil à un mestre de Villevieille, car aucun de ceux des Terres de l'Orage ne semblent connaître son mal. Il ne bouge pas de son lit, ma mère ainsi que Gunthor s'occupant des affaires de l'île. Je sais que vous connaissez mon inquiétude, vous venez de vivre la même concernant votre propre père. Je me sens si inutile à le voir ainsi, que je souhaite qu'il se remette et qu'il soit présent à mon mariage. J'ai beau avoir trois frères fabuleux, aucun d'eux ne peut remplacer l'unique père que nous avons. Je me permettrai de vous donner des nouvelles autant que je le pourrai à son sujet. Je vous remercie de m'en avoir demandé.

Vous me manquez également. Ma cousine, Elesha, est de bonne compagnie, et je dois bien avouer qu'entre mes lectures et nos discussions, mes journées passent rapidement. Toutefois, vous voir arriver dans ma chambre sans prévenir, venir me murmurer vos états d'âmes et de coeur, me manquent depuis trop longtemps. J'espère avoir la chance de vous revoir avant vos fiançailles. J'ai peur que par la suite mon frère ne vous accapare de trop, quoi que je vous le souhaite aussi.

Ma chère amie, je ne peux que vous souhaiter le meilleur. N'hésitez pas à m'écrire vos joies autant que vos peines, et seuls les Sept savent à quel point ces dernières doivent être lourdes à porter dernièrement. Vous êtes la bienvenue en tout temps sur Vertepierre, et si cela ne tenait qu'à moi, je viendrai vous retrouver dès aujourd'hui.




Avec douceur et bonne pensée,

Jeyne Estremont
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Annabelle Solverre
Noble

Général Noble dame de Solverre
♦ Missives : 597
♦ Missives Aventure : 84
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 11/01/1993
♦ Arrivée à Westeros : 07/08/2012
♦ Célébrité : Hayley Hatwell
♦ Copyright : Miri ♥
♦ Doublons : Lorant Trant, Cylia Stark, Daenerys Martell et Emeraude
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Fiançailles en négociation
♦ Lieu : Dulceport-Le-Pas
♦ Liens Utiles : Fiche de Anna

Petits papiers de Anna

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
263/500  (263/500)


Message Ven 24 Aoû 2012 - 19:15



    Très chère Jeyne,

    Si ma lettre a provoquée chez vous une joie conséquente, je ne sais si elle pourrait rivaliser avec la mienne lorsque j'ai pu enfin ouvrir la votre. En effet, quel bonheur de comprendre que les corbeaux m'apportaient bel et bien une missive de votre main. Vous me trouverez très certainement d'un tempérament fort trop sensible si je vous dis que lire votre écrire m'a rappelé de forts bons souvenirs, du temps où j'avais la chance d'être à vos côtés lorsque vous rédigiez votre correspondance. J'avoue m'être laissée aller à repenser à ces instants où nous étions l'une près de l'autre. Malgré tout, si Septa Leonette pouvait avoir raison, je vous avoue que j'en serais fort aise : quel bonheur ce serait pour moi de me rendre à un mariage ou même à un Tournoi, et de sillonner à nouveau notre fort beau Continent ? Je meurs d'envie de découvrir encore les méandres, les vallées, les contrées merveilleuses de Westeros. Je suis certaine qu'il y a tant à voir, tant à découvrir et sans doute bien des choses que je suis bien en mal d'imaginer … Par ma foi, si j'en avais l'occasion, je crois que je partirais, comme mon frère et mon oncle, avant moi, à la découverte du Monde. Quel destin palpitant, n'est-ce-pas, ma chère amie, que de voguer ainsi, de villages en villages, de seigneuries en seigneuries ?

    J'espère, enfin, ma douce amie, que nous aurons désormais une correspondance si variée et si agréable que recevoir nos lettres l'une de l'autre deviendra une douce nouvelle, une merveilleuse habitude … Je trouve que pour nous, nobles dames calfeutrées dans nos domaines, il n'est de joie plus douce et agréable que de connaître le destin de Westeros par les lettres de nos compagnes et amies. Ainsi, il nous est possible bien facilement d'échanger nouvelles et racontars. Je ne bénirais sans doute jamais assez les corbeaux pour leurs services bien utiles.

    Mais assez divagué, Jeyne. Je tiens tout d'abord à vous remercier pour vos prières qui accompagneront et aideront ma famille, j'en suis certaine, dans ce deuil qui est le notre. Peu à peu, nous acceptons la triste nouvelle et allons de l'avant, mais je ne vous cache pas que cela reste bien difficile … Sachez que vous et votre famille ne quittez pas les miennes, que ce soit en ce jour ou en tout autre journée bénie des Sept. De même, je vous remercie pour vos douces paroles sur mon frère aîné. Heward, j'en suis certain, serait touché de savoir que vous le considérez ainsi … Quant à son mariage, ma chère, je vous en parlerais dès que j'en saurais plus. Je suis certaine que cela ne pourra qu'être intéressant d'avoir une belle-sœur, ici, à Dulceport. Car même si j'adore mes frères et mon oncle, Mère et moi nous sentons parfois un peu seules et je suis certaine qu'une compagne pour Heward serait une distraction et une compagnie très attachante. Je n'ose même pas rêver à un enfant, mais vous avez raison, quel bonheur ce serait pour notre maison … Je vois que vous avez la chance de vivre en compagnie d'une jeune fille de votre âge … Je ne me souviens guère d'Elasha, était-elle là lors de mon séjour ? J'ai grande honte de l'avoir oublié, si tel était le cas, mais je crois que prise à notre amitié, je ne pensais qu'à cela et en oubliait le monde extérieur.

    Clarence Hightower ? Voilà qui semble particulièrement intéressant, si je puis me permettre. Voilà un Seigneur que je ne connais pas. En avez-vous entendu quelques échos, ma chère Jeyne ? Il est parfois si difficile de remettre notre destin dans les mains d'autrui, fussent-ils nos frères bien-aimés, je trouve. Et ainsi, même si j'ai évidemment confiance en mon frère, parfois je m'interroge … Sera-t-il capable de garantir mon bonheur par un mariage ? N'y voyez là aucune ombrage contre votre frère, ma chère amie, d'ailleurs, avec la mort de père, nos plausibles fiançailles sont évidemment remises en question et je ne sais pas vraiment ce qu'en pense mon frère aîné. Il est vrai que le sujet n'est pas forcément des plus simples à aborder et que généralement, je préfère n'en rien dire jusqu'à ce qu'il se décide lui-même. Mais quand voudra-t-il aborder le sujet, je ne le sais réellement … Excusez mes divagations, chère Jeyne, mais j'avoue être bien plus inquiète que vous à l'idée de quitter définitivement Dulceport … Certes, j'aime voyager, mais là, il ne s'agirait que de se fixer dans un ailleurs, qui si il ne m'est pas totalement inconnu n'a pas pour moi les tendresses de l'enfance.

    Mais je parle, je parle, ou plutôt j'écris, ma chère Jeyne, sans vous préciser combien mes pensées et prières vous accompagnent, face à la santé vacillante de votre père. Je ne puis y penser sans grande tristesse, mais je ne peux croire que les Sept nous enlèveraient coup sur coup deux hommes de bien comme l'était mon père et l'est encore le votre. J'attendrais avec hâte de savoir son état de santé désormais, en espérant qu'il se soit considérablement amélioré. Quel douleur, toujours, que de savoir un de nos proches en mauvaise santé. Voilà une blessure à laquelle on ne s'habitue jamais, je le crains. Mère est pleine de sagesse et de bon sens, mais face aux problèmes de santé, elle-même ne peut rien. Prions, ma chère amie, c'est bien tout ce que nous pouvons faire, je le crains.

    Votre invitation me fait chaud au cœur, Jeyne et sachez qu'il en va de même à Dulceport. Nous vous accueillerons toujours avec amitié et bonheur, chez nous. J'espère que votre prochaine missive sera remplie de bonnes nouvelles et de bonheur, mon amie.

    Tendrement, Votre Dévouée,

    Annabelle Solverre



Dernière édition par Annabelle Solverre le Lun 27 Aoû 2012 - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 27 Aoû 2012 - 14:54

Ma chère Annabelle,

Vous lire est d'un réconfort sans nom. Vous avez une plume qui attise mon imagination et ainsi les vallées, les contrées que vous évoquez prennent valeur de réalité en mon esprit. Vous n'êtes pas sans connaître mon goût pour la géographie, pour le dédale des routes qui parsèment Westeros comme une ribambelle de toiles d'araignées bien intentionnées. Si cela était en notre pouvoir, je vous aurai accompagné, mêlant nos sourires de découvertes en découvertes. Je suis si heureuse de reprendre notre correspondance, que je crains ne m'égarer parfois, dans quelques méandres que ce soit, dont vous m'extrairez, je crois, dès que vous m'y prendrez. Au moins avons nous cela en commun que de vouloir voyager, chose que ma cousine ou encore Septa Leonette ne comprennent pas. Pour elles, une femme est fort à son aise dès qu'elle possède une maison où briller par son sens pratique et son savoir vivre. Pour moi, je n'aurai jamais assez de murs, aussi hauts et forts puissent-ils être. Je ne crains pas pour ma vie, on me dit alors naïve, mais même si la route est dangereuse, elle a cela de vrai de nous rendre vivant.

Que vous dîtes vrai ma douce amie. Nos missives apportées à vol de corbeau, possèdent le goût du lointain, racontent des rumeurs mais aussi, je l'espère, des vérités, qui sans elles ne nous parviendraient jamais. Après tout, quelle importance pour nous que des rumeurs de Dorne? Tant que notre sécurité n'est pas compromise? Et pourtant, il est bon de savoir le monde peuplé, de connaître les fils qui se tissent et se brisent...Nous ne savons pas dans quel monde nous allons prendre notre envol, ni quel lieu nous recevra...Mieux vaut être bien apprêtée et posséder une discussion agréable et large. Ainsi, nos esprits ne souffrent aucune limitation et j'ai eu plaisir à vous lire, vous qui êtes la plus proche de mon coeur à ce jour.

Les temps sont difficiles suite à un deuil, mais je ne doute pas que vous avancerez toujours un peu plus, que votre tête sera toujours un peu plus haute jusqu'à retrouver celle que j'ai toujours connu: une femme gracieuse, à l'intelligence fine et aux discussions fertiles. Je ne souhaite rien de moins en ce moment à ce que vous profitiez à nouveau de la vie, mais également de votre famille. Même si votre mariage est compromis tant que votre frère ne se prononce pas, je suis certaine qu'il ne vous laissera pas de côté, et il pensera à votre bien être, autant qu'à celui de votre famille en vous unissant à qui de droit. J'espère de tout mon être que vous deviendrez ma belle soeur, et si j'avais eu la moindre influence, je l'aurai utilisé. Toutefois, soyez sûre que d'ici notre prochain échange, j'aurai été trouvé mon frère Gunthor, afin qu'il appuie sa demande de mariage en votre faveur.

Oui, je comprends totalement de quoi vous parler. Avant qu'Elesha ne devienne ma dame de compagnie, je dois avouer que celle de Septa Leonette me paraissait ennuyante. J'aurai tout donné pour être un garçon et aller me battre comme le faisait mes frères. Je l'ai d'ailleurs fait, aidé par la bienveillance de mon père, mais cela ne fut qu'en de rares occasions et jamais en public. Mais je m'éloigne du sujet. Vous me tiendrez au courant du probable mariage de votre frère. J'espère que votre belle soeur vous comblera d'attentions et que vous vous entendrez à merveille, surtout après la perte de votre père.

Quand vous étiez venue, Elesha était encore bien timide. Ma mère lui avait demandé de nous laisser seules, vous et moi, sans doute car elle se doutait du lien qui pourrait se créer entre nous suite à votre mariage...Ma mère ne fait jamais rien à la légère, mais cela explique avant tout pourquoi vous ne vous souvenez pas d'Elesha. J'espère sincèrement que vous aurez l'occasion de la rencontrer. Elle est belle comme une colombe, douce comme une épouse doit l'être et elle possède un humour séduisant.

Pour revenir à vos craintes concernant votre départ de Dulceport, veuillez ne point vous créer d'angoisses. Sachez que parfois, au plus profond de la nuit, des peurs m'assiègent comme de vilaines ombres. Je me demande ce que sera la vie sans mère et sans le réconfort de mes frères. J'aurai espéré qu'Elesha m'accompagne, mais elle aura son propre mariage à assumer, la vie de jeune lady sera terminé pour moi. Sans personne vers qui me tourner, que vais-je devenir? J'aurai peut-être des belles soeurs et un époux, mais pourrais-je me confier à eux? Vous voyez, vous n'êtes pas la seule à penser au pire, mais je préfère fermer les yeux et sombrer dans un sommeil sans songe, au lieu d'alimenter ces peurs. Après tout, vous comme moi sommes de nature sociable, et il serait malheureux dès à présent de penser à ce que des personnes soient malattentionnées envers nous. Ceux ne sont que des paroles, mais je vous assure, mieux vaut partir forte que faible, cela est valable dans n'importe quelle situation.

Je vous remercie pour vos prières. Elles me font du bien, je me rends compte que nous ne sommes pas seuls à veiller sur mon père. J'attends beaucoup du retour d'Edric, trop sans doute. J'espère qu'un Mestre connaitra le mal qui le tient au lit et qu'il possède un quelconque elixir pour l'en sortir. Mais je continue avant tout de prier, car comme vous l'avez souligné, il n'y a que cela que nous puissions faire.

J'aimerai tant pouvoir répondre par l'affirmative à votre invitation. Mais qui sait? Je crois toujours que la vie est faite d'inattendu. Alors j'appelle cette inattendu pour que nous soyons réunis prochainement. Il serait dommage que nous ne nous voyons que lors de nos mariages respectifs. Nous n'aurions pas le temps d'échanger et de nous promener comme nous aimons tant le faire!

Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de vous rappeler à quel point vous me manquez. Votre rire était une précieuse mélodie pour me faire voir la vie avec espoir. Mais soyez assurée que je le porte en moi, et qu'il me suffit de me souvenir de vous pour qu'un sourire s'inscrive sur mes lèvres.

Sur ces bons mots, je vous laisse à votre quotidien que j'espère toujours un peu meilleur chaque jour.

Recevez toute ma tendresse et mon amitié.

Jeyne Estremont.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Annabelle Solverre
Noble

Général Noble dame de Solverre
♦ Missives : 597
♦ Missives Aventure : 84
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 11/01/1993
♦ Arrivée à Westeros : 07/08/2012
♦ Célébrité : Hayley Hatwell
♦ Copyright : Miri ♥
♦ Doublons : Lorant Trant, Cylia Stark, Daenerys Martell et Emeraude
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Fiançailles en négociation
♦ Lieu : Dulceport-Le-Pas
♦ Liens Utiles : Fiche de Anna

Petits papiers de Anna

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
263/500  (263/500)


Message Ven 31 Aoû 2012 - 13:00

Ma très chère Jeyne,

J''espère que cette missive trouvera en arrivant de fort bonnes nouvelle pour votre famille et tout particulièrement pour votre père. Comme je vous le disais précédemment, vous ne quittez pas mes prières un seul jour et il n'est pas une heure sans que je pense aux difficultés que rencontre votre famille. Qu'il est difficile d'être si loin de ceux qu'on aime lorsqu'ils auraient tant besoin de nous. Mes lettres ne sont que de faibles substituts au soutien que j'aimerais vous apporter au quotidien, ma douce amie. Sachez toutefois combien vous m'êtes vous-même précieuse et combien je me raccroche à vous, tel une âme en peine. Je suis certaine que nous saurions si bien nous entraider, nous soutenir, nous élever l'une et l'autre si nous en avions la possibilité. Mais les temps sont ce qu'ils sont et nous savons combien il est important de respecter son devoir et ses obligations.

Pourtant, qu'il est doux, ma chère, de rêver à ces découvertes que nous pourrions faire ensemble. Oh, je sais que je n'ai pas comme mon frère Renaud ou mon oncle Lothar un tempérament réellement aventurier. Je suis plus curieuse qu'aventurière … Il me semble que passer sa vie sur les routes doit être extrêmement épuisant et que j'aspirerais à un foyer. Là n'est d'ailleurs pas le problème, je suppose que j'ai appris toute ma vie à diriger une maison et qu'il est donc logique que je finisse par le faire ... Ce sont plutôt les délais qui m'effraient. Tout va tellement vite. Penser au mariage, même si c'est dans l'ordre naturel des choses, est de nature à me rendre bien peureuse … Mais je n'en dirais pas plus. Vous devez vous doutez des sentiments qui m'animent, ma chère Jeyne, vous qui êtes dans une situation semblable, à l'aube d'une nouvelle vie et pourtant heureuse dans celle actuelle, qui si elle peut sembler routinière par moment est cependant très gratifiante.

Vous avez raison, cependant, ma chère, notre échange de missive à le goût des contrées exotiques et la saveur d'un déplacement à Port-Réal pour assister à un Tournoi. Oui, quel plaisir savoureux que de vous lire me narrer les nouvelles de votre région de Westeros ! De mon côté, je suis évidemment un peu isolée à Dulceport-le-Pas, mais de nombreux voyageurs s'y arrêtent, notamment pour avoir le plaisir de visiter notre magnifique bibliothèque où je passe moi-même de bien longues heures. C'est ainsi que je peux vous raconter quelques anecdotes. Sans compter, évidemment, mon frère et mon oncle, qui ne sont pas avares de détails et d'histoires. J'apprécie pour cela nos échanges, fussent-ils épistolaires.

Ma chère, je ne saurais trop vous remercier pour vos conseils qui m'ont fait énormément de bien. Vous avez totalement raison quand vous me conseillez de ne pas trop me faire de souci quant à mon prochain mariage. Quoi qu'il arrive, je n'ai pas de prise sur cette situation et c'est à Heward et à lui seul que je devrais mon futur. Vous êtes bonne de penser à parler de moi à votre frère, mais n'en faites rien, ma chère Jeyne … Je ne voudrais pas qu'il s'imagine que je suis une manipulatrice ou pis, que je ne sais pas respecter l'ordre naturel des choses qui veut que ce soit nos frères ou nos pères qui organisent nos vies dans cet aspect. Laissons faire les choses. Il sera bien assez tôt quand je rencontrerais votre frère … Je vous remercie toutefois de votre adorable remarque et de vos attentions me concernant. Je serais chanceuse si vous devenez pour moi plus qu'une sœur de cœur, une sœur de sang.

Votre frère Edric est-il revenu de son voyage afin de trouver un Mestre qui pourra soigner votre père ? Je sais bien combien il est long de voyager et combien de nombreuses haltes sont nécessaires, pour avoir entendu parler nos visiteurs et notamment Catelyn Reyne, une jeune femme qui était venue passer quelques temps à Dulceport-le-Pas il y a quelques mois. Elle-même avait jugé le voyage fort fatiguant et même si votre frère doit en avoir plus l'habitude, il ne peut aller plus vite que le vent … Toutefois, ma chère, si jamais des nouvelles vous parviennent, n'hésitez pas à m'en faire part le plus rapidement possible, que je puisse prier les Sept dans un sens qui vous soit favorable.

Pour ma part, je me fais doucement à cette vie où mon père n'est plus. Heward devient chaque jour un peu plus digne de son rôle de Lord de notre maison et je sais que Mère en est extrêmement fière. Ou du moins, c'est ce que je déduis des regards qu'elle pose sur lui lorsqu'il ne le sait pas. Ce n'est pas encore facile d'oublier, mais je dirais que chaque journée me rappeler que moi je suis encore encore ici et que je dois continuer, en mémoire de lui, à vivre. C'est sans nul doute ce qu'il aurait voulu.

Mère vient de m'interrompre, ma chère amie. Apparemment, on requiert mon aide pour soigner un de nos gens. Rien de bien grave, je pense, mais il est évidemment de mon devoir d'y courir.

Je vous embrasse tendrement,

Votre Annabelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 7 Oct 2012 - 14:53

Ma douce Annabelle,

Je ne trouve pas mes mots pour vous faire part du rêve que j'ai fais la nuit dernière. Mon frère Edric était en route pour VertePierre ! Je ne sais que penser de cela, car mes rêves n'ont jamais été prémonitoires, mais c'est la première fois que je fais un tel rêve! Mon cœur ne cesse de faire des bonds dans ma poitrine et je me retrouve à faire les cents pas à travers la forteresse. J'attends d'en apprendre davantage, de savoir si ce rêve va devenir réalité sous peu ou s'il va rester qu'un simple songe qui me fait ressentir cette attente encore plus longuement qu'auparavant. Si mon frère venait à revenir dès aujourd'hui, cela signifierait des informations sur la maladie de mon père et bien sûr et surtout des nouvelles concernant mon avenir.

Bien entendu, une part d'appréhension se trouve présente. Mon destin est peut-être déjà scellé, et comme vous en aviez déjà parlé dans votre précédente missive, cela peut faire peur, ne serait-ce qu'un peu. Vous me connaissez assez pour savoir que je ne compte pas me laisser aller à ce genre d'émotion. J'ai été élevé, tout comme vous, pour faire face à cette situation qui nous le savons depuis le début arrive tôt ou tard. C'est arrangeant dans un sens, de voir notre père ou nos frères oeuvrer pour nous, mais d'un autre côté, il n'y a qu'en voyant notre futur époux que nous sommes fixés sur ce qui nous attend pour la suite. Ma curiosité s'entremêlent donc à mon excitation et soyez assurée que je vous raconterai tout dès que j'en saurai davantage.

Mais je m'égare quelque peu en raison de ce rêve. Vous comprendrez j'en suis sûre que je me devais de le partager. Encore une fois votre présence me manque, et j'ai peur que nous n'ayons plus de moment innocent, l'une avec l'autre, que notre destin nous transforme en une femme digne de son époux, mais également trop occupée pour se laisser aller aux joies que nous pouvions partager par le passé. C'est comme si je me retrouvais à un tournant de vie...Du moins, si un mariage va bien avoir lieu. Après tout, peut-être que personne n'a accepté cette union, nous ne sommes pas non plus la plus réputée des familles, mais j'ai encore suffisamment confiance en mon frère pour savoir qu'il a fait tout ce qui lui était possible.

Pour revenir à cette vie aventureuse que vous me décrivez, je partage totalement votre avis. Se retrouver sur les routes, arpenter les déserts de feu ou de glace, voilà qui doit être merveilleux à voir, mais à vivre épuisant. Je ne pense pas être une aventurière. J'ai toujours vécu sur mon île, bien protégée par mes frères et par la mer nous entourant. Certains iront jusqu'à me qualifier de rêveuse, bien que je sais prendre les armes même si cela fait froncer les sourcils de Septa Leonette. Que voulez-vous, le jeu de mes frères m'a toujours semblé de prime abord plus amusant que de se piquer avec une aiguille. Je sais bien avec le recul que le sang que fait couler les hommes n'a rien à voir avec mon index laissant entrevoir une unique goutte de sang, mais il y a aussi quelque chose de noble et d'utile qui m'a toujours attiré. Vous connaissez mon goût pour l'arc. Pas de violence en cette arme, pas de proximité, juste une précision à avoir, tout comme les jeux d'aiguilles et de couture.

Peut-être me trouvez-vous effrontée à ainsi parler de ces choses, mais ceux sont ces choses qui risquent de me manquer une fois que je serai ailleurs. Heureusement, les corbeaux savent voler de la même façon en tout endroit, et je sais que nos lettres trouveront toujours un passage pour arriver auprès de chacune. Au moins cette pensée me réconforte. J'espère toutefois, que l'une comme l'autre bénéficieront de belles sœurs charmantes, avec qui les affinités existeront afin que le temps et la famille prenne un sens jusqu'à notre mort.

Je m'excuse de me montrer d'humeur lunatique au sein même d'un message. L'excitation en vue de l'arrivée de mon frère, se mêle inextricablement à toutes ces pensées qui avaient besoin d'être mis sur papier. Je n'oublie pas pour autant votre deuil et la difficulté qu'a pris votre vie depuis que votre père nous ait quitté. Je suis heureuse d'apprendre que votre frère est parfait dans son nouveau rôle et que vous lisez dans le regard de votre mère un réconfort face à ce dernier. Vous avez bien raison en disant que vous vous devez de continuer à vivre. Même si je n'ai pas parlé de vous à Gunthor, je reste persuadée que nous deviendrons belle sœur, tout n'est qu'une question de patience. En changeant de lieu de vie, vos perspectives vont évoluer et vous créerez un nouvel équilibre dans votre vie. VertePierre est un endroit magnifique, même si éloigné de beaucoup d'autres endroits. Je crois savoir que DulcePort-le-pas n'est pas non plus un endroit fort animé, donc à ce niveau-ci vous ne serez pas dépaysé. Par contre, bien qu'ici le temps peut se montrer rude, les paysages vous portent à la rêverie.

Mais dîtes moi, vous aviez du me laisser pour soigner une personne la dernière fois. Est-ce que tout va bien ? Je sais comme les accidents peuvent vite arriver, j'espère qu'il n'y a rien eu de grave. En tous les cas, cette personne a été entre de bonnes mains avec vous.

Je vais vous laisser avec ces quelques mots. Je ne suis pas dans ma forme la meilleure pour continuer à vous parler. Mes jambes ont envie de marcher, avant de se poster à ma fenêtre, regarder l'horizon dans l'attente d'un bateau qui viendrait confirmer que mon rêve n'était pas vain.

Donnez moi de vos nouvelles, n'oubliez pas. Et surtout, en toute occasion quand votre moral n'est pas au meilleur, pensez à nos échanges.

Mes pensées vous accompagnent.

Avec toute ma douceur.

Jeyne Estremont.


Dernière édition par Jeyne Estremont le Dim 11 Nov 2012 - 8:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Annabelle Solverre
Noble

Général Noble dame de Solverre
♦ Missives : 597
♦ Missives Aventure : 84
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 11/01/1993
♦ Arrivée à Westeros : 07/08/2012
♦ Célébrité : Hayley Hatwell
♦ Copyright : Miri ♥
♦ Doublons : Lorant Trant, Cylia Stark, Daenerys Martell et Emeraude
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Fiançailles en négociation
♦ Lieu : Dulceport-Le-Pas
♦ Liens Utiles : Fiche de Anna

Petits papiers de Anna

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
263/500  (263/500)


Message Lun 8 Oct 2012 - 18:00



    Ma très chère Jeyne,

    Comme il est doux de voir votre joie au retour de votre frère. A dire vrai, ma douce amie, j'en suis ravie pour vous. A l'heure où je vous réponds, votre frère a déjà du rentrer chez vous et j'espère qu'il a pu vous apporter toutes les réponses à vos questions. Il serait si doux pour moi de lire que la maladie de votre père est connue … J'espère tant et je prie également tant pour lui et toute votre famille. M'est avis que la Jouvencelle doit même en avoir plus qu'assez de m'entendre l'implorer. Pourtant, la prière m'est un refuge bien utile, quand je me retrouve avec ma tristesse, ma douleur. Je vous ai confié, vous aussi, à la Jouvencelle, espérant qu'elle trouve pour vous un époux attentionné et aimant, avec qui vous aurait plaisir à passer les restants de vos jours. Puissent mes prières être exaucées.

    J'ai hâte, ma chère amie, de vous lire. J'ose croire que vous ne pourrez me donner que des bonnes nouvelles. Je comprends, bien entendu, quel devait être votre état d'esprit : il est difficile de savoir que son destin est déjà écrit sans qu'on ne puisse rien en savoir. Pourtant, je suis certaine que vos frères pensent au mieux pour vous, comme les miens essaient de le faire pour moi. Il n'en reste pas moins que nous ne pensons pas comme ces Messieurs et que nous n'avons pas la même idée d'un mari acceptable. J'avoue que je suis curieuse de savoir quels sont les critères de mon propre frère. M'est avis qu'ils ne sont pas du tout du même acabit que les miens … Je compte en tout cas sur votre récit détaillé, ma chère Jeyne, dès que possible. Pensez donc, après avoir lu votre lettre je n'ai su m'endormir, hier soir, tant je me demandais si désormais vous en saviez plus sur votre avenir.

    En effet, je prends votre avenir comme le mien, très à cœur. Vous vous doutez bien qu'en tant qu'amie, je ne veux que votre bonheur, et je vois combien nos destins semblent liés. Nous nous marierons très certainement la même année … Peut-être mettrons-nous au monde un enfant la même année, également. J'avoue que cela me laisse songeuse, mais cela a aussi un côté très rassurant. Ces expériences d'une vie d'épouse, nous les feront ensemble. Main dans la main, ou plutôt parchemins après parchemins. Vous craignez, ma chère, que nous ne devenions que des épouses ? Je vous réponds qu'il n'en serait être question. Nous resterons amies, Jeyne, car nous nous soutiendrons. Peut-être même serons nous liées par le sang. Qu'y-t-il de plus fort, alors, que ces liens-ci? Nous aurons besoin l'une de l'autre, à l'avenir, je vous le promets. Pensez donc, ma chère, dès que vous priez la Jouvencelle pour moi et lorsque je la prie pour vous, nous sommes si proches … Ne vous sous-estimez pas, ma douce Jeyne, je vous assure qu'un époux n'aurait rien à redire de vous.

    Jeyne, vous m'aviez caché cette habilité à l'arc. Je peux donc vous confier moi aussi, un secret de ce genre : c'est à l'épée que m'a initié mon oncle Lothar Celtigar. Il y a mis toute son énergie, si bien que je sais désormais me débrouiller, épée à la main. Oh, certes, sans doute pas aussi bien qu'un chevalier aguerri, mais je veux croire que je suis capable de me défendre, arme à la main, si cela est nécessaire. Mais je vous en prie, ma douce, gardez cela pour vous. Il est de si mauvais ton qu'une femme s'adonne à l'épée ! J'espère que nous aurons d'ici quelques temps l'occasion de nous apprendre mutuellement à manier l'arc et l'épée … Il faudra redoubler de discrétion, mais nous en sommes capables, j'en suis certaine.

    Comme il est aimable à vous, ma chère amie, de prendre le temps de me rassurer sur ma vie future et sur Vertepierre. Je n'en doute pas, il est vrai, que vous viviez dans un bel endroit. Néanmoins, chaque souvenir, chaque fibre de moi, vibre devant Dulceport. C'est une place que j'aime, profondément. J'aime nos gens, j'aime ce château avec son donjon si particulier. Je m'y sens terriblement à ma place. Serait-ce le cas ailleurs ? Je l'espère. D'ailleurs, il sera bientôt temps pour moi de laisser ma position ici. Mon frère a annoncé ses épousailles avec Lady Catelyn Reyne et je ne doute pas que malgré sa gentillesse, elle souhaitera devenir réellement la maîtresse de Dulceport … Ce qui serait bien normal, je le sais.

    Ne vous inquiétez pas, j'ai pris l'habitude de soigner nos gens assez souvent. Mère trouve que j'y ai quelques talents, peut-être même plus qu'elle et que j'apprécie réellement cela. Soigner est une tâche gratifiante et j'espère aider ainsi les habitants de Dulceport. Je ne sais cependant pas mener à bien des accouchements ou remettre des os cassés. Mais j'apprends, régulièrement. Et cela m'est fort utile pour moi-même également.

    Donnez moi bien vite de vos nouvelles. Je les attends avec une impatience grandissante !

    Annabelle
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Annabelle Solverre pour Jeyne d'Estremont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-