AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Tout est toujours possible en matière d'alliances ▬ Elyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 15 Aoû 2012 - 10:03

     Le retour sur les Iles de Fer avait été assez.... Compliqué, autant pour Sargon que pour ses collègues capitaines. Même si le Harloi n'avait pas trop porté attention aux autres combattants, certaines rumeurs arrivaient rapidement à ses oreilles. À peine après avoir remis la Veuve Salée à l'eau que certains marins avaient déjà commencé à parler de ce qu'ils venaient de vivre et notamment des blessures que plusieurs personnes de la connaissance du capitaine, avait subis.
     Dans le lot se plaçait Aaricia. Même si ce n'était pas une blessure à proprement parler, l'épouse de la Seiche avait visiblement été à deux doigts de mettre bas sur la plage rocailleuse de ce village sans intérêt. Quelle drôle d'idée d'amener avec soi une femme enceinte jusqu'aux yeux qui manquait de rejeter son gamin à chaque fois qu'elle contractait le ventre. Dagon était-il devenu aveugle au point de ne pas voir que son épouse n'était plus en état de se battre ? Même si l'homme ne possédait plus qu'un œil, il lui avait pourtant toujours semblé très attentif et stratège lors de ses décisions précédentes, à croire qu'il s'était laissé monter la tête par son épouse à défaut de se laisser monter au sens propre du terme vu le ventre qu'elle arborait. Bah ! Au fond Sargon s'en moquait, qu'Aaricia accouche maintenant ou à terme, cela ne lui changeait pas grand-chose, il n'avait aucun lien avec eux et même si ses tentatives d'approche vis-à-vis de la jeune femme risquaient de cesser suite à cet incident, il s'en moquait toujours autant. L'idée de pouvoir profiter des charmes de l'épouse de Dagon était toujours ancrée dans son esprit, mais le Harloi n'était pas stupide et doutait de parvenir un jour à ses fins. Autant dire que voir cette possibilité s'envoler l'embêterait un moment avant qu'il ne trouve un nouveau moyen de braver les interdits, avec une autre femme ou dans un autre domaine. Nul n'était irremplaçable.
     Puis cela avait le tour d'Elyn, la capitaine de la Veuve Noire qui semblait avoir trop présumé de ses forces. Sargon savait bien que la demoiselle avait été blessée très gravement lors du raid sur Port-Lannis puisqu'elle avait passé plus d'une semaine à Kenning en attendant d'être en état de pouvoir voyager avec plus de facilités. Puis il l'avait eu sur son boutre le temps qu'ils regagnent les Iles de Fer, sans compter qu'il l'avait vue presque dénudée et que les pansements qui couvraient son flanc montraient alors l'étendue des dégâts. Il avait donc été assez étonné d'apprendre qu'elle désirait être du lot lors du raid sur ce petit village et apparemment le Dieu Noyé lui avait rappelé que même en étant une Fer-née, elle restait humaine. D'après les dires de ses marins, la blessure de la Bonfrère s'était grandement aggravée et elle avait été à deux doigts de passer de vie à trépas. Bon, les hommes aimaient bien exagérer et par conséquent, Sargon ne savait à quel point il devait prêter foi à ses rumeurs, mais au moins savait-il que les deux femmes étaient dans un état plutôt grave et qu'elles ne pourraient certainement plus quitter leur demeure avant un bon moment.
     Lui-même avait été victime d'une désagréable « blessure » si l'on pouvait appeler les choses de la sorte. La sauvageonne sur laquelle le Fer-né était tombé lui avait expédié un bon coup au niveau de l'entre-jambe et seule son armure suffisamment longue lui avait sauvé la mise. Où plutôt préservé ses descendants dirons-nous ! Heureusement pour lui, personne n'avait été dans les environs et l'humiliation avait été évitée, bien que la manière dont il marchait pour rejoindre son boutre avait dû interloquer plusieurs marins. Yoren remarqua bien que son capitaine avait l'air de mauvaise humeur, mais n'avait pas demandé pour quelles raisons. Ce n'était pas comme si cette humeur était rare d'un côté.

     Tout le monde était donc rentré sur les Iles de Fer et Sargon avait été contraint de prendre quelques jours pour remettre les choses en ordre, trouver un moyen de recruter davantage de monde puisque ces raids successifs dégarnissaient gravement les bancs de son boutre, puis surtout avoir le temps de rendre visite à son oncle. Igon Harloi avait eu vent de la « dispute » qui avait eu lieu entre ses deux neveux et qu'ils en étaient arrivés aux mains. Il n'ignorait pas plus les raisons de cet affrontement et savait que la situation avait atteint un point très dangereux pour les deux jeunes hommes. Vu l'état de leur relation, il était légitime de penser que l'un des deux allait chercher à se débarrasser de l'autre. Et lorsque l'on connaissait la manière dont le Harloi traitait ses amis, il était facile de comprendre que Gabriel risquait gros, même s'ils étaient frères. Enfin, à moitié. Igon avait décidé de laisser les deux jeunes hommes se débrouiller entre eux et n'intervenait donc jamais, pourtant, Sargon avait bien flairé l'air désapprobateur de son oncle et se doutait qu'un « malheur » qui pourrait arriver à Gabriel lui vaudrait de retomber dans l'estime de son oncle. Sachant qu'il luttait depuis des années pour se faire bien voir du seigneur de Dix-Tours, ce n'était pas pour retomber d'un étage à cause de ce sale bâtard. Qui justement, n'en était pas un.

     C'était passablement contrarié et franchement irrité par ses relations avec les autres que Sargon avait pensé à Elyn. Elle était normalement chez elle puisque son état de santé l'empêchait de pouvoir reprendre la mer, il songeait qu'il pourrait lui rendre une visite de courtoisie. Bien entendu, il n'y avait aucune bonne humeur ou désir de lui faire plaisir derrière tout cela, non, disons simplement qu'il voulait lui rappeler qu'elle était censée être sa partenaire de pillages et que dans son état actuel, elle ne lui serait d'aucune utilité. Désir de l'humilier pour pouvoir passer sa mauvaise humeur sur elle, la malheureuse Bonfrère était la seule personne qu'il pouvait railler sans risquer quoi que ce soit en retour. Si ce n'était son hostilité, mais sachant qu'à l'époque d'Harald ils ne pouvaient pas se voir, cela ne serait qu'un simple retour à la normale. À côté de cela, s'en prendre à Helya réduirait ses chances de l'épouser et tous les autres n'avaient aucun intérêt pour lui. Au fond, la jeune femme pouvait se sentir charmée par tant d'attentions de sa part !

     Il avait donc demandé à ses quelques hommes de prendre place sur la Veuve Salée et celle-ci s'était dirigée vers la demeure des Bonfrère pour pouvoir rendre visite à Elyn. En arrivant là-bas, Sargon constata que le boutre de la jeune femme était bien présent sur la plage rocailleuse, il la trouverait donc chez elle. Sans se gêner, il se dirigea aussitôt vers la demeure des Bonfrère de Shattertone histoire d'y pénétrer et demander à lord Bonfrère de voir sa fille. Même si la réputation du Harloi n'était pas la meilleure, il aurait été stupide de l'envoyer paître alors qu'il pouvait toujours leur permettre de gagner quelques richesses en poussant Elyn à reprendre la mer plus tôt. Même si là n'était pas son intention, au contraire. Quoi qu'il en soit, bien que Sargon ignorait que ce l'homme pensait de lui, le seigneur de la maison l'autorisa à aller dans la chambre de sa fille, mais au fond même s'il s'était vu refuser ce droit, le Harloi l'aurait pris de lui-même. Guidé par une servante, il se retrouva bientôt devant la chambre de la jeune femme et sans prendre la peine de s'annoncer, poussa l'huis pour entrer dans la pièce de son éternelle attitude vaniteuse. Peu soucieux de ménager les domestiques, il claqua la porte au nez de la servante qui l'avait accompagné ici et regarda autour de lui pour poser les yeux sur la silhouette d'Elyn. Un sourire arrogant se plaqua sur les lèvres de Sargon alors qu'il entamait la discussion.

     ▬ Et bien, à croire que je te vois plus souvent à moitié nue et pleine de bandages qu'en armure et prête à te battre. Avançant de quelques pas, il s'arrêta, ses yeux mordorés posés sur le visage de la jeune femme. Tu devrais songer à arrêter d'être capitaine vu qu'à chaque raid tu te retrouves avec un trou quelque part. Tu ferais mieux d'exploiter correctement ceux que le Dieu Noyé t'as donné à ta naissance. »

     Remarque déplacée pour lui faire savoir qu'au fond, elle serait bien mieux en bonne épouse à écarter les cuisses pour pondre des marmots braillards, qu'en tant que capitaine de boutre. Le pensait-il ? Ce n'était pas important, la seule chose à savoir était qu'il voulait la bousculer comme chaque fois qu'ils se voyaient, histoire de lui rappeler qu'on ne se liait pas à lui sans en subir les conséquences.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 15 Aoû 2012 - 18:43

Elyn avait perdu la notion du temps depuis leur retour du Nord. Il lui semblait que des années s'étaient écoulées à la place de plusieurs jours, au maximum quelque semaines. Être ainsi contrainte à la solitude, à l'enfermement, commençait à porter sur ses nerfs voir même sur sa santé mentale. Ses seules fréquentations se constituaient de servantes qu'elle avait arraché à leur famille pour la plupart et qui la regardaient d'un air craintif, de son second qui l'informait régulièrement de l'avancée du recrutement et parfois de son père qui commençait à ramener le sujet tabou nommé mariage sur le tapis. Excédée, la fer-née aurait aimé que n'importe qui d'autre passe cette maudite porte. Elle ne se sentait pas vraiment bien, sa dispute avec Gabriel la pesait toujours et elle n'avait pas eu l'occasion de lui parler depuis sa discussion avec l'Edenteur quelques jours plus tôt. La Bonfrère avait cette tendance à broyer un peu du noir au point que le pire seul pourrait la sortir de cette torpeur sinistre. Son humeur jouait comme la mer, capricieuse et dangereuse. Par moment elle se sentait forte et capable de tout surmonter en suivant les conseils de son ami, à d'autres elle se sentait impuissante, faible, lâche, incapable d'avancer. Les regards effrayés des servantes ne flattaient pas son ego puisqu'elles n'étaient que de misérables continentales sans la moindre once de courage. Parler de la Veuve Noire avec son second lui rappelait à quel point elle était un capitaine médiocre en ce moment, à quel point elle ne ressemblait pas à Aurane. Quant à son père, et bien s'il n'avait pas été son géniteur elle l'aurait sans doute jeté par la fenêtre. Si elle avait appris à s'accepter comme étant une femme elle avait de plus en plus de mal à concilier ce côté avec le fait d'être une capitaine. Un seul homme était responsable de ses doutes, de son incapacité à gérer, et cet homme si elle le recroisait jamais...Ah! Idiote. Sargon n'avait fais que l'orienter sur un autre chemin que beaucoup n'approuvaient pas, mais elle avait choisi de le suivre plutôt que de faire demi-tour. Être raisonnable ne lui ressemblait pourtant pas si bien qu'entre une minute et une autre et bien ses envies au sujet du Harloi se modifiaient. Tantôt l'étrangler tantôt aller le voir. Mais le voir, pour quoi faire? Encaisser à nouveau des insultes, comme lors de leur dernier entretient? La Bonfrère n'était pas certaine de pouvoir accepter sans craquer. Pleurer? Peu probable. Lui sauter à la gorge? Certainement. A ses risques et périls...

Cela faisait un moment qu'elle n'avait plus vraiment pensé à Sargon, ses pensées étant focalisées sur Gabriel et cherchant le meilleur moyen de régler le problème, prenant en compte les conseils qu'elle avait pu recevoir et mettant au point différents plans. Elyn devait bien admettre qu'il lui faudrait mettre sa fierté de côté et s'expliquer à coeur ouvert pour que son ami ai une chance de lui pardonner, qu'ils puissent se réconcilier et rattraper ce temps bêtement gâché par un ego mal placé et une incapacité à s'exprimer comme il le fallait lorsqu'il s'agissait de sentiments. Facile à dire, moins à concrétiser. Elle hésitait et, à chaque fois qu'elle se pensait prête à se lancer, quelque chose l'arrêtait. Mal à l'aise, elle se rasseyait alors sagement et recommençait à penser, adaptant ses idées pour les rendre meilleures...Sans grand succès puisqu'elle n'était jamais satisfaite. Déprimant. Ridicule également. Le légendaire tempérament d'Elyn, fait d'une mer en furie que rien n'arrêtait jamais, semblait s'être envolé quelque part au loin au cours de l'année écoulée. Cela lui faisait mal, de se rendre compte à quel point elle avait changé sans en comprendre l'origine. Certains appelleraient ça grandir. La Bonfrère aurait préféré rester enfant. Tout était plus simple, dans son ancien univers. Blanc, noir, réglé à la perfection. Pas de fausse note, de mélange entre couleur. Une simplicité outrancière, qui avait contribué à la forger telle qu'elle était.

Elyn songeait à cela, assise à sa fenêtre, observant le ciel étrangement dégagé. Cela la contrariait, bien que le vent souffle une brise salée jusqu'à ses narines, caressant sa peau avec la douceur insistante d'un amant en attente. Elle adorait les tempêtes, sentir la furie des éléments, la vivre et vibrer avec eux. La jeune femme était perdue dans ses pensées, quelque part entre ici et ailleurs, quand la porte s'ouvrit. Elle n'y fit guère attention, persuadée qu'il s'agissait d'une servante venant changer ses draps ou lui apporter de quoi boire, quand une voix familière qu'elle n'aurait pas cru entendre en ces murs s'éleva. Son corps se tendit instantanément et elle ferma les yeux, demandant au Dieu Noyé pourquoi donc s'acharnait-il ainsi sur elle? Paupières closes l'espace d'une seconde, elle écouta la moquerie fuser, remarque désobligeante. Se retournant brusquement, elle le fixa. « C'est ce qu'on récolte lorsqu'on est en première ligne. Mais tu dois pas connaître, planqué comme t'es. » rétorqua-t-elle, un sourire hypocrite collé sur ses lèvres. Elle n'avait pas relevé sa semi nudité. Elyn se sentait plus à l'aise lorsqu'aucune chausse ne compressait son flanc fragile, aussi se contentait-elle le plus souvent d'une chemise. C'avait été pareil chez Sargon et aussi lorsqu'elle s'était disputée avec Gabriel. A croire que les vêtements représentait une force ou en faiblesse, en fonction de leur présence. « Qu'est ce qui me vaut le plaisir? Je pensais que tu m'avais oublié...En même temps c'est pas comme si c'était important. » précisa-t-elle en haussant les épaules. Elle avait eu suffisamment à penser ces derniers temps sans en plus devoir se préoccuper du Harloi et de leur arrangement. Sans compter qu'il ne l'avait pas invitée récemment à l'accompagner lors d'un raid. Les côtes du continent étant bien gardée, il leurs fallait monter jusqu'au Nord, région isolée, pour espérer obtenir quelque chose. Et l'hiver arrivait...Ils seraient donc moins invasif.

Elyn ramena sa jambe pendante dans le vide contre elle, se réjouissant de porter une chemise qui couvrait au moins jusqu'à la moitié des cuisses, lui évitant de trop s'exposer. A dire vrai elle ne pensait pas mal vis à vis de Sargon et l'idée de remettre sur le tapis leurs ébats d'il y a quelques mois ne lui vint même pas à l'esprit, ayant d'autres choses plus importantes auxquelles penser. « Puis tu m'fais rire à parler de mes trous. J'croyais qu'on était de capitaine à capitaine pour le moment, alors oublie que je suis une femme. Si ça te perturbe de me voir comme ça t'a qu'à fermer les yeux. » Précisa-t-elle. Elle préférait éviter de retomber dans ses travers alors qu'elle cherchait justement un moyen de se réconcilier avec Gabriel. S'il apprenait que Sargon était venu à Shatterstone, il risquait déjà d'y voir un signe d'acoquinement et de se montrer hostile à toute forme de réconciliation. Elyn n'avait pourtant pas envie de jeter le Harloi dehors -quoi que- consciente qu'il l'avait aidé par deux fois et sans le vouloir à trouver la force nécessaire pour renaître de ses cendres et trouver un chemin. Pas toujours juste hélas, mais un chemin était tout de même mieux qu'une errance sans but.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 15 Aoû 2012 - 22:37

     Elle le provoquait, mais sa remarque glissa sur lui sans le toucher. Il avait été au centre de l'action, certainement comme la majorité des Fer-nés certes, mais avait eu le « plaisir » de croiser le fer avec une sauvageonne, chose qui n'était pas donnée à tout le monde. Au fond, qu'elle le prenne pour un trouillard était sans intérêt à ses yeux, il n'avait pas besoin de son admiration pour se sentir doué et talentueux, c'était l'avantage à être aussi bouffi d'arrogance que le Harloi. Lorsqu'elle avança l'idée qu'il puisse l'avoir oubliée, ce n'était pas faux, Sargon avait pensé à bien d'autres choses avant la jeune femme et elle n'avait échoué dans ses pensées que lorsqu'il n'avait rien d'autre à faire. Ce n'était pas forcément très flatteur pour elle, mais après, ce n'était pas comme si c'était une surprise, le capitaine avait toujours agi de la sorte avec ses relations. Il resta muet tandis qu'elle changeait de position sans que le regard mordoré du Fer-né ne soit attiré par les éventuels aperçus que sa position pouvait lui offrir sur certaines parties de son corps. Il n'était pas venu ici pour cela, il était ici pour l'écraser et se souvenir à quel point il lui était supérieure, tout simplement. Tandis qu'elle lui offrait une dernière réplique mordante, le Fer-né se gaussa en ricanant comme si elle venait de lui débiter une sottise.

     ▬ Ne me fais pas rire Elyn, tu n'as rien que je n'ai déjà vu chez une autre et bien souvent plus joli et plus fourni d'ailleurs. »

     Une pique destinée à lui faire savoir qu'il ne la voyait même pas comme une femme à cet instant actuel. Certes il avait prouvé à plusieurs reprises que la jeune femme lui plaisait, mais c'était sans importance, il savait qu'il pouvait sans soucis changer de discours en lui racontant que la fois où ils avaient « discuté » de leur arrangement, Sargon n'avait agi de la sorte que pour la pousser à accepter. C'était cruel, c'était avilissant, mais il s'en moquait. Son but était de l'humilier encore et toujours pour qu'elle comprenne que c'était lui qui menait la danse. Au fond, ce comportement était idiot, car Elyn était certainement le seul appui qui lui restait, la seule personne qui acceptait son caractère et son manque de piété. Non, il y avait aussi cette garce de Deirdre, mais la bâtarde n'était plus venue sur les Iles de Fer depuis tellement longtemps qu'il ne la comptait plus dans le lot. Non, dans le cas présent, la Bonfrère était la seule personne qui semblait vouloir lui accorder sa chance et le considérer comme quelqu'un d'intéressant. Il avait une bien drôle de manière de la remercier, mais c'était justement son monde de fonctionnement. Le Harloi doutait que la demoiselle puisse un jour l'envoyer paître parce qu'elle ne supporterait plus ses manières, même si elle n'était pas amoureuse de lui comme Deirdre, il lui offrait certaines possibilités qu'elle n'aurait pas ailleurs et avec un autre. Il savait se rendre utile, restait à espérer qu'un caillou nommé Gabriel ne vienne pas bloquer l'engrenage de ses plans.

     Au fond, Sargon ignorait si elle portait un quelconque intérêt à ce qu'il pensait d'elle, il y avait bien la possibilité que son attention la laisse indifférente, mais il s'en moquait. Approchant de la fenêtre où la jeune femme était installée, il s'appuya finalement contre le mur du côté de ses pieds pour pouvoir la regarder en face. Vu sa position, il aurait éventuellement pu en profiter pour baisser un peu les yeux et compter sur le Dieu Noyé pour laisser venir un coup de vent, mais ce n'était pas ce qu'il avait à l'esprit à cet instant. Avec sa vanité habituelle, le Fer-né lui décrocha un regard hautain avant de poursuivre.

     ▬ Tu étais tellement concentrée sur ta petite personne que tu n'as certainement pas vu les personnes en première ligne tu veux dire ? Rester sur la plage c'est tellement glorieux c'est certain.... Il esquissa un sourire encore plus moqueur. J'ai préféré aller explorer le village pour trouver un adversaire à la hauteur et je n'ai pas été déçu. Tu savais que les sauvageonnes quittaient leur habitat ? C'était une question rhétorique, il enchaîna donc aussitôt. Finalement après avoir vu comment elle utilisait son épée, je me demande si je n'aurais pas mieux fait de la ramener ici, elle avait l'air plus dégourdie que les femmes de Iles. »

     Ce n'était qu'une provocation de plus, Sargon avait un réel intérêt pour les femmes des Iles de Fer et cette sauvage ne l'avait pas intéressé de la même manière qu'une native de ces contrées. Elle était trop sauvage et trop masculine pour éveiller son intérêt, mais il était vrai qu'elle possédait une beauté qui aurait fait d'elle une superbe femme-sel pour son oncle. Quel dommage qu'il ne puisse pas l'avoir rapportée en souvenir ! Mais vu la manière dont elle se débattait, il était fort probable qu'il eut été obligé de la tuer avant d'arriver à Dix-Tours, les femmes comme elles ne se laissaient pas dompter. Malheureusement. Est-ce que la jeune femme allait se laisser provoquer par ses répliques ? Il ne le savait pas, pour le moment Sargon était surtout en train de tester les limites de la belle pour pouvoir la titiller juste ce qu'il faut pour l'agacer, sans lui donner la possibilité de répliquer par les poings. Son truc c'était les mots. Alors que son regard restait dardé sur le visage de la jeune femme, il soupira légèrement avant de reprendre la parole comme s'il parlait à une gamine.

     ▬ Mais venons-en au fait. Je ne suis pas venu ici pour te reluquer, je suis venu ici parce que je constate que notre accord n'a plus aucun intérêt. Tu es totalement inapte et si j'ai besoin de ton aide, je peux toujours rêver pour que tu puisses me soutenir sur un raid. Tu n'as pas respecté ta parole Elyn. »

     Il parlait d'un ton sec comme si c'était la faute de la jeune femme de ne pas pouvoir retourner sur son boutre. Nul doute qu'elle aurait certainement préféré pouvoir fuir sa chambre pour reprendre la mer, il aurait été heureux de savoir qu'elle était en état et pouvait le soutenir lors d'une attaque plus conséquente que celles qu'il faisait pour le moment, mais ce n'était pas possible. Il était en colère, oui, contre elle, mais aussi contre lui. Sargon avait accordé sa confiance à la Bonfrère, d'une certaine manière du moins, persuadé qu'elle pourrait lui rapporter gros, mais voilà qu'elle était clouée au lit ! Après ses projets avec Aaricia, voilà que ses projets pour Elyn s'envolaient ! Puis vu sa relation avec le capitaine de la Jouvencelle, il ne pouvait pas compter sur lui non plus. Comble de l'ironie lorsque l'on savait que c'était le Harloi qui avait confié le boutre à son demi-frère. Quelle amère décision. Décollant son épaule du mur, il s'approcha encore davantage de la jeune femme sans la quitter des yeux.

     ▬ Je comptais sur toi, même avec ta blessure je t'ai laissé une chance et tu vois comment tu me remercies ? J'imagine qu'en plus t'es en train de te morfondre ici au lieu d'essayer de diriger la Veuve Noire de loin. Dis-moi seulement que j'ai tort ? »

     Ses yeux pétillaient, il était contrarié et cela se voyait clairement. Rien que pour cette raison il allait s'amuser à la pousser jusqu'à ce qu'elle daigne l'implorer ou s'excuser. Seulement la jeune femme ne le ferait pas, du moins c'était ce qu'il espérait. Elle avait effectivement l'air de se morfondre sur elle-même, mais est-ce que la bousculer un peu suffirait à la faire réagir ? Peut-être pas, il n'avait aucune envie d'en venir aux mains et si elle ne répliquait pas, il considèrerait qu'il avait simplement perdu son temps avec elle et se désintéresserait de son sort. Penchant son visage vers celui de la Fer-née, il conclut son attaque.

     ▬ Je te traite comme une femme et pas comme un capitaine oui, parce que pour le coup, t'es rien de plus qu'une pauvrette qui attend sagement que les choses se passent au lieu de bouger. C'est dommage. Je commençais à apprécier ta présence, mais j'imagine que t'es facilement remplaçable, va donc materner si t'es bonne qu'à ça... Et encore, je ne te vois pas avec un rejeton, surtout que je doute qu'un Fer-né veuille de toi. »

     Il ne chercherait pas longtemps, s'il tentait de la pousser dans cette direction c'était parce qu'il avait besoin d'elle pour les raids, mais qu'il ne pouvait tout simplement pas le lui dire. Alors comme toujours, il manipulait les gens pour leur faire faire ce qu'il voulait.... Mais encore fallait-il que l'autre le veuille aussi. Était-ce le cas ?


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 27 Aoû 2012 - 18:49

Le Harloi ressemblait à ces enfants mal élevés qui insultent à tout va, cherchent la bagarre, parce qu'ils se sentent mal dans leur peau ou s'ennuient, tout simplement. Elyn était une habituée de ses gentillesses, cible perpétuelle d'insultes en tous genre, de remontrances qui avaient le don de la faire sortir de ses gongs. Au bout d'un moment, pourtant, la fer-née apprend et ne peut que le regarder avec lassitude déblatérer ses conneries. Plus joli ailleurs? Tant mieux pour sa queue si elle trouvait meilleur fourreau. Celui de la Bonfrère était indisponible et la situation risquait de devenir permanente. Elle ne ressentait aucun besoin vis à vis de lui, certaine que cette situation se règlerait par des mots ou des coups, peut-être les deux. Si elle avait appris de Sargon qu'elle était une femme, Elyn savait également être une capitaine et que, par moment, ces deux facettes ne pouvaient être compatibles. Hélas pour elle en cet instant précis elle ignorait ce qu'elle pouvait être exactement, mélange, l'un, l'autre...Mystère. La pique aurait malgré tout du la blesser, l'inciter à réagir. Le fait qu'elle se contente de l'observer avec ce regard presque vide indiquait qu'il faudrait beaucoup plus pour la titiller, un affront plus grand ou une vérité blessante. Elle était trop bas pour être atteinte par cela. « Si t'avais eu les yeux en face des trous et pas braqués sur ceux de ta sauvageonne t'aurais ptet remarqué que j'étais pas sur la plage mais dans la forêt à me tuer du nordien de deux mètres avec le Lord Ravage. Chacun sa définition du grand adversaire... » répliqua-t-elle en réponse à sa longue pique qui jouait également le rôle d'explication sur ce qu'il avait fais dans le Nord. Elyn l'avait rapidement perdu de vue puisqu'elle avait démarré un peu après tout le monde, forcée de convaincre son second et d'affirmer d'avantage son autorité. Une femme capitaine rencontre pas mal de difficultés, une femme capitaine blessée attire les convoitises de requins cherchant à s'emparer d'un pouvoir qu'elle ne laisserait jamais. Même si tout partait à la dérive dans son existence, elle savait qu'elle devait se battre pour conserver l'héritage dessus. Elle le savait, oui...En aurait-elle la force? Trouvera-t-elle le moyen de redresser la barre? Elle l'ignorait encore. Par moment elle se sentait invincible et pleine de convictions, capable de déplacer des montagnes et bien plus encore. D'autres fois elle était faible, vulnérable, mal en point et défaitiste au possible. Son côté versatile n'aidait pas à stabiliser son humeur. Que du contraire, empirant les choses pour tout qui l'entourait, elle devenait rapidement une horreur faite femme.

Cessant de disserter au sujet du Nord, le Harloi enchaîna sur un autre, bien plus actuel et sans doute plus important. La partie favorite de son allié ou du moins prétendu, celle où il enchaînait les reproches, les véritables, ceux qui étaient assez violent pour faire office d'insultes. Il la dit incapable de tenir sa parole, insinue qu'elle ne vaut plus rien. Il la pique au vif, en plein coeur du débat qui faisait rage en elle sur son utilité, sur ses compétences. Elle sent une poussée d'adrénaline qui atténue miraculeusement le tiraillement de son flanc. Il visait juste à chaque mot qui sortait de sa bouche. Oui elle avait été blessée et oui elle le vivait plutôt mal, mais ce n'était pas tant le mal physique qui la mettait dans cet état, quoi qu'être handicapée deux raids de suite avec de quoi déprimer. Un vrai capitaine y aurait plutôt puisé une force. Elle avait tenté de se rétablir plus rapidement, avait repris son entraînement dés qu'elle l'avait pu chez les Kenning avant de reprendre la mer et rentrer chez elle. Ensuite Sargon l'avait invité à partir vers le Nord mais n'avait pas attendu son soutien pour se perdre dans la foule et, puisqu'elle avait reçu des ordres émanant de Dagon Greyjoy, elle ne pouvait rien faire d'autre que de s'éloigner et sonner l'alerte si jamais il devait y en avoir une. Cette dernière n'avait pas tardé...En y réfléchissant, le besoin ressentit par la Bonfrère de prouver sa valeur, prouver qu'elle était encore capable de quelque chose de bien, réaffirmer par la même son autorité, avait failli couper cher à sa cousine et à elle tout autant. Un coup de chance ou une dernière bénédiction du Dieu Noyé avait empêché son cadavre de pourrir entre les arbres, sous un tas de neige, dévoré par les corbeaux du continent. Ses erreurs, lors de cette attaque puis avec Gabriel, cette accumulation d'échecs, ce sol qui tremblait sous ses pieds, menaçant de l'engloutir, tout cela l'empêchait de voir clairement la solution à son problème, la plupart du temps.

Coup fatal, ensuite, ultime et dévastateur. Qualifiée de pauvrette, assimilée aux continentales pouliches juste bonne à être engrosser puis à expulser de jolis garçons hors de leurs corps, ce n'est pas tant la remarque finale sur le fait que personne ne veuille d'elle -elle n'en avait jamais rien eu affaire- que cet amalgame qui la rendit folle. Son poing se serra, si fort qu'il se mit à trembler. Elle cessa de le regarder, plongée dans la contemplation du mur qui aurait fuit au loin s'il avait été vivant, vu le regard qu'elle lui lançait. Un regard meurtrier. Destiné à un autre... « Tu t'crois assez bon pour me dire comment diriger ma vie, mon équipage? Tu t'crois tout puissant et invincible au point d'imaginer que j'te sers plus à rien? Tu connais la sortie. » réplique-t-elle, froidement, avant de subitement tourner la tête vers lui. « Tu crois que je vois pas clair? T'essaie de me faire craquer, t'a ptet envie que je te fasse des confidences, que jt'explique ce qui va pas chez moi? Tu me crois assez ramollie pour ça? T'a tord...Fais comme tous les autres, la, dehors, sous-estime moi, j'ai rien à prouver à des connards dans ton genre...Rien. Et j'me laisserais pas manipuler. » rajouta-t-elle, sans y croire vraiment.

Envoyer bouler le Harloi n'était pas l'idée du siècle, elle ne pouvait affirmer le contraire. Mais si elle ignorait comment orienter son existence elle refusait qu'un tierce le lui impose, le lui explique. Son chemin, elle devait le tracer toute seule et ramasser en bord de route ceux qui pourraient lui être utile. Sargon était un bon allié mais si elle ne s'imposait pas, elle le perdrait aussi et alors la Veuve Noire n'aurait plus aucune crédibilité, elle serait capitaine de blanches, de voile, et de quelques idiots qui n'ont pas saisi de meilleures occasions ailleurs. Elle serait seule, isolée, abandonnée par son meilleur ami autant que par son pseudo allié. La vérité? Elyn était tout bonnement terrifiée à l'idée que Sargon l'écoute et franchisse cette porte. Elle l'avait suffisamment étudié pour savoir que, s'il était ici, c'était pour une bonne raison et qu'il n'avait certainement pas fais le voyage uniquement pour s'amuser avec elle. Il avait un but précis et elle devait le découvrir, devait en jouer, devait se l'approprier pour reprendre un semblant d'avantage. Elle se jetait à corps perdu dans cette ridicule bataille en espérant vaincre, au moins une fois.

Elle se leva de cette fenêtre, tenant sur ses deux pieds sans vaciller. Equilibre parfait, elle avance en boitant légèrement jusqu'à lui et pointe son index sur sa poitrine. « Et si tu m'expliquais en quoi TOI tu m'as été utile? A Port-Lannis, t'a ptet perdu des hommes mais ton nom a été associé à une belle victoire. On l'a brûlé, c'chantier, avec Deirdre et c'est toi qui a récolté les fruits de ça, plus que nous! J'crois même que t'a gagné des points avec Greyjoy, mais moi? Une blessure qui a failli me faire rejoindre le Dieu Noyé et quelques histoires de soudards. Au Nord, quand j'avais besoin que tu me rendes un service, t'étais pas la, t'a pas protégé mes arrières comme moi j'ai pu protéger les tiens, t'es parti bien vite à l'opposé faire tes petites affaires avec les sauvageonnes et tu nous as laissé dans la merde. Qu'est ce que tu crois? Une alliance ça marche dans les deux sens, je t'aide, tu m'aide. J'protège ton cul, tu protèges le mien. Pour le moment, j'ai surtout protégé le tien...Et la t'arrive, tu me cherches, tu m'insultes, et tu crois quoi? Que j'vais baisser la tête et te supplier de bien vouloir me garder, me donner une autre chance? Que, parce que j'suis blessé, parce que j'suis en colère, parce que j'ai d'autres trucs en tête, j'vais m'abaisser devant toi? Continue de rêver. Si t'estime que j'te rapporte pas assez, passe ton chemin, essaie avec quelqu'un d'autre. Ah mais j'oubliais...Personne veut de toi. T'es un paria, j'suis la seule assez folle pour accepter de marcher de front avec toi, et ouais pas de te suivre. » Dans sa longue tirade elle avait laissé échapper quelques informations cruciales qui pourraient offrir des armes au Harloi s'il les relevait et en trouvait la source. Elyn ne l'avait pas encore remarqué et s'en fichait. Serrant le point, elle fit mine de le frapper mais au dernier moment changea d'avis et lui donna un violent coup de genou dans les parties intimes. « J'crois que c'est le genre de coup que donne une femme, parce que ouais c'est c'que je suis, mais je suis pas que ça, alors tâche de t'en rappeler. » Elle cracha ensuite sur le sol, juste à côté de lui, et retourna s'appuyer contre le rebord de sa fenêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 28 Aoû 2012 - 12:21

     Elyn n'appréciait visiblement pas les répliques du Fer-né, mais d'un autre côté, quoi de plus normal alors qu'il l'insultait purement et simplement ? Le jeune homme se contentait de la fixer avec un léger sourire moqueur flottant sur ses lèvres. Même le fait de s'entendre dire qu'elle avait affronté de plus grands adversaires ne parvenait pas à gâter son humeur, Sargon savait ce qu'il valait et une fois de plus, il n'avait que faire de ce que la capitaine pouvait penser de lui. À ses yeux, les Nordiens n'étaient que des imbéciles et des bras cassés qui ne valaient rien comme adversaires, au moins avait-il été agréablement étonné en tombant sur cette sauvageonne au détour d'une ruelle, même si de l'avis d'Elyn elle ne valait rien. Était-ce de la jalousie féminine ? Au fond il n'en savait rien et s'en contrefichait, ignorant si la Bonfrère était du type à éprouver ce type de sentiments vis-à-vis d'une femme plus – ou pareillement – douée qu'elle dans le maniement des armes.

     Il laissa donc filer ses répliques puisqu'elles ne l'atteignaient pas, observant le comportement de la jeune femme qui semblait indiquer qu'elle s'agaçait au fur et à mesure des paroles prononcées par le Harloi. Tant mieux, c'était là tout l'intérêt de leur « discussion » ! Le jeune homme se contenta de la fixer en silence alors qu'elle lui balançait qu'elle n'avait pas besoin de lui et qu'il pouvait bien aller voir ailleurs s'il s'imaginait indispensable. L'espace de quelques secondes, Sargon fut tenté de la planter ici et de s'en-aller tout simplement. Elle s'en mordrait les doigts et il aurait été divertissant de voir si elle oserait venir le chercher à Kenning pour s'excuser, mais d'un autre côté il aurait été frustrant de passer du temps à la « dompter » pour ensuite voir tous ses efforts s'envoler sans avoir pu en profiter un peu lors de raids nécessitant une aide secondaire. Après l'avoir regardé d'un air assassin, la jeune femme lui balançant de nouvelles pseudos vérités en plein visage, alors que malheureusement si, elle avait quelque chose à prouver et elle finirait par se laisser manipuler. La vanité de Sargon le poussait à l'imaginer du moins, même s'il devait admettre qu'Elyn avait l'air davantage irritée qu'à l'accoutumée.

     Lorsqu'elle se redressa pour s'approcher de lui et l'admonester, Sargon ne se méfia pas, la proximité ne l'avait jamais inquiété et il était persuadé de la maîtriser en deux temps trois mouvements si jamais la Bonfrère venait à avoir un geste malheureux. Il la laissa déverser sa bile comme elle l'accusait d'un nombre innombrable de fautes plus où moins véridiques, avant d'essayer de retourner les choses en le faisant passer pour le connard dans l'affaire. Le pire étant qu'elle avait tout à fait raison, il n'avait pas assuré son rôle d'allié dans leur dernier raid, mais ce n'était pas dans ses habitudes de surveiller les arrières des autres, aussi jolis soient ceux de la jeune femme d'ailleurs. Elyn ne l'étonnait guère, le Harloi s'attendait à de telles accusations, mais il ne s'attendait certainement pas au geste qu'elle fit avant de cracher au sol. Le coup de genou qu'elle lui envoya entre les jambes fut d'autant plus violent qu'il ne s'y attendait absolument pas et que cette fois-ci, il n'avait rien pour le protéger, contrairement au raid sur le Nord. La douleur fut si prenante qu'il lâcha un cri de douleur indiquant clairement qu'elle avait visé la bonne partie pour le blesser. Verbalement, Elyn n'en avait pas la capacité, mais physiquement, la jeune femme connaissait apparemment le point faible des hommes. Laissant son genou toucher le sol tant la douleur était soudaine et prenante, le Fer-né leva un regard assassin sur la demoiselle qui cracha au sol avant de retourner s'installer sur son rebord de fenêtre. La situation faisant qu'il n'arrivait pas à parler pendant quelques instants, Sargon fut contraint de ravaler ses insultes jusqu'à ce que les élancements s'apaisent un peu, puis il lâcha un mot d'amour à l'attention de la jeune femme.

     ▬ Espèce de sale garce ! »

     Un cri du cœur, il fallait avouer que ce n'était pas un geste qu'il avait l'habitude d'essuyer, dire qu'il s'estimait capable de la maîtriser si elle se jetait sur lui, celle-ci il ne l'avait pas vue venir ! Lorsqu'il fut capable de se redresser en ignorant les derniers relents de douleur qui remontaient, le jeune homme inspira pour reprendre contenance avant de s'approcher d'Elyn d'un air qui indiquait clairement qu'il n'avait pas du tout apprécié son attention. Arrivé à ses côtés il lui décrocha un regard noir qu'il ne lui avait encore jamais réservé jusqu'à ce jour, s'ils ne s'étaient jamais trop appréciés au début de leur relation, ils n'en étaient jamais arrivés aux mains pour autant. Entre Gabriel et Elyn, les choses dérapaient fréquemment ces derniers temps et l'humeur du Fer-né ne fit que se gâter. Sentant son irritation remonter à la surface, il lui attrapa le bras juste sous l'épaule et la serre avec une fermeté qui frisait la violence.

     ▬ Pour qui est-ce que tu te prends ? Tu crois peut-être que tu peux te permettre de te foutre des autres et de diriger tranquillement ton boutre de merde sans rendre de compte aux autres ? T'es complètement à côté de la plaque Elyn ! Même Dagon en personne a intérêt à nous montrer de quoi il est capable s'il veut rester à sa place de grand seigneur, alors une simple capitaine juste bonne à écarter les cuisses, ne t'imagine pas que tu peux y échapper ! »

     Pourtant, lui-même ne se gênait pas pour se moquer de l'avis des autres. Sauf que, comme la jeune femme l'avait souligné, il était devenu un paria et ne pouvait compter que sur lui-même. Sargon n'était pas convaincu que la demoiselle puisse être assez folle pour se lancer dans une telle aventure, surtout en l'ayant lui comme adversaire puisque visiblement elle ne le voulait plus comme allié. Son regard mordoré brillait d'irritation et de colère alors qu'il la dévisageait d'un air qui ne laissait aucun doute sur ce qu'il pensait d'elle à ce instant. Serrant les dents pour se retenir de la frapper, le Fer-né continua ses accusations, toujours dans le même but : la blesser. Il avait visé juste avec Gabriel, alors pourquoi pas avec elle ?

     ▬ Tu apprendras ma chère Elyn, que moi malgré le fait que je sois un paria comme tu dis, on me respecte parce que je sais me battre et que je sais naviguer. Je ne rentre pas sur les Iles avec la moitié du bide ouvert à chaque fois, alors n'espère pas hériter de mes victoires si tu n'es même pas capable d'assurer tes arrières. Il pesait chacun de ses mots, son ton emporté s'était envolé et s'était mué en une intonation moqueuse et hautaine comme s'il prenait plaisir à souligner tous ses défauts un à un. Je suis navré, j'ignorais que tu avais besoin de quelqu'un pour surveiller tes miches parce que tu n'étais pas capable de te battre et de te défendre en même temps. Moi je n'ai pas besoin que l'on me protège, j'avais besoin de toi pour attirer l'attention et effrayer l'adversaire avec le nombre de marins de deux équipages. Tout ce qu'il voulait dans le cas présent, c'était l'humilier au plus haut point pour qu'elle le supplie de ne pas la laisser. Un peu comme Deirdre qui l'avait supplié lorsqu'il avait menacé de la bannir de sa vie. Sauf qu'elles n'étaient pas pareilles, est-ce qu'Elyn irait jusqu'à le repousser ? Il était sûr du contraire, pourtant c'était une possibilité non négligeable. Si t'as besoin de quelqu'un pour surveiller tes fesses, dans ce cas tu devrais peut-être aller supplier Dagon, j'ai cru comprendre qu'il aimait bien accorder des attentions particulières aux femmes capitaines. Dommage qu'il soit marié, t'aurais pu espérer payer sa protection en lui pondant des gamins sinon. »

     D'un côté, un tel discours était un peu ironique sachant qu'ils avaient scellé leur accord d'une manière plutôt... Particulière dirons-nous. Mais ce n'était pas comme ce qu'il sous-entendait pour sa relation avec Dagon, déjà qu'il sous-entendait qu'Helya avait les faveurs de leur seigneur à cause de sa valeur à l'horizontale... Il savait qu'Elyn se sentait particulièrement humiliée lorsqu'elle était traitée comme une femme, bien que son irritation devait lui avait fait oublier quelques détails importants. Une fois n'était pas coutume, lui qui gardait toujours son calme avait malheureusement été dépassé par le coup envoyé dans une zone sensible. Relâchant le bras de la jeune femme avec un geste sec comme si elle le dégoûtait, il lui décrocha un dernier regard acide.

     ▬ Si t'as envie que je te laisse, soit, tu n'as pas besoin de me le dire deux fois, tu crois peut-être que tu es irremplaçable ? Est-ce que tu es aussi convaincue que cela que personne ne voudra te remplacer ? J'ai déjà d'autres femmes capitaines qui n'attendent que ça pour prouver leur valeur alors ne t'imagine pas que ta présence va me manquer. »

     Plusieurs était peut-être exagéré, mais Visenya avait semblé intéressée par l'idée de s'allier au Fer-né en effet et il ne reculerait pas devant l'idée de l'avoir à ses côtés, ne serait-ce que pour montrer à Elyn qu'elle n'était pas irremplaçable. Pourtant, le Dieu Noyé savait qu'il aurait préféré garder la Bonfrère à ses côtés, ce n'était pas sans raison qu'il était venu la trouver elle en première, enfin, même si c'était elle qui était venue à la base, mais ce n'était qu'un détail. Son attention se détourna d'elle alors qu'il reniflait d'un air désapprobateur. Parcourant la pièce du regard, il finit par lâcher une dernière pique.

     ▬ C'est con, lorsque je t'avais proposé cette alliance je t'estimais vraiment et je pensais même que tu valais plus que les autres imbéciles. Mais apparemment je me suis planté vu comme tu présentes les choses. T'as qu'à aller proposer à Gabriel de t'allier avec lui puisque visiblement cet imbécile s'imagine pouvoir se débrouiller sans moi. Au moins vous serez deux à vous planter. »

     Il sourit d'un air moqueur et se laissa même aller à rire un peu, l'idée de voir les deux amis s'allier et chuter alors que lui s'en sortait parfaitement, était ô combien divertissante. Même s'il y avait une chance – même infime – qu'ils réussissent, Sargon était persuadé du contraire. C'était le côté positif d'avoir un caractère aussi vaniteux et assuré : vous ne doutiez jamais de vos capacités.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 2 Sep 2012 - 8:10

Sargon avait étonnamment mal pris son attention. Qu'attendait-il, à débarquer chez elle pour l'insulter? Un bouquet de fleur et des chansons sans doute, peut-être qu'elle acquiesce à tout ce qu'il lui disait et promette de s'améliorer en le remerciant pour son extrême bonté, lui vouant un culte parce qu'il acceptait d'être encore son allié? Elyn n'était pas une femme faible malgré son état actuel. Sa blessure la faisait souffrir et son coeur était remué par bons nombres de troubles, néanmoins elle possédait encore sa fierté et son ego mal placé, celui-la même qui avait été une faiblesse lors de son entretient avec Gabriel. Une partie d'elle-même se disait qu'il valait mieux se débarrasser de Sargon pour espérer retrouver son ami, une autre lui disait que son statut de capitaine en prendrait un fameux coup. Le Harloi pouvait lui apporter pas mal de privilèges, de plus belles prises, plus conséquentes puisque deux boutres valent mieux qu'un et que les deux veuves étaient faites pour répandre leur malédiction ensemble sur les flots. Sargon pouvait l'aider à réaffirmer son image, mais elle ne se mettrait pas à genoux en ouvrant la bouche pour cela. S'ils étaient alliés, ils étaient égaux et s'il avait des griefs contre elle, elle en avait pas mal contre lui également. Que devait-elle dire, de son égoïsme? De son manque total d'intérêt à son égard lorsqu'il ne s'agissait pas de l'utiliser? De ses nombreuses tentatives pour essayer de s'imposer, de la dominer, pour au final revenir vers elle en l'insultant et en l'humiliant?

Le laissant déverser son venin, elle l'écoutait avec une sorte de rage, outrée, choquée, par tout ce qu'il lui reprochait. Certes sur les îles, un homme -et une femme- se juge à sa valeur et non à sa naissance. Dagon pouvait être un Greyjoy, s'il se montrait trop faible un autre se ferait plaisir en prenant sa place et cet autre pourrait bien être un Harloi. Chacun devait prouver à chaque nouveau jour, qu'il était digne et capable d'assumer la fonction qu'on lui prêtait. Elyn, ces derniers temps, l'avait prouvé à sa façon. Malgré ses blessures, elle était allée se battre et ne manqua pas de le lui faire remarquer: « Et t'aurais voulu quoi? Que je reste ici pendant qu'tu partais avec tous ces gens qui aimeraient bien voir couler ton boutre? J'ai bougé mon cul même sans être rétablie pour honorer notre accord, t'a le droit de RIEN me reprocher t'entend? Absolument RIEN! J'peux veiller sur moi toute seule, mais c'coup-ci j'aurais aimé avoir quelqu'un derrière moi, juste au cas où. J'vais t'ouvrir le bide et on va retourner au Nord, histoire de voir comment tu t'en sors. » Elle crache, avec une certaine hargne et est prête à serrer la poignée de son arme qui avait bien besoin des soins attentionnés du géant des îles. Elle ne désirait qu'une chose: le blesser suffisamment pour qu'il se retrouve dans son état. Elyn avait été amochée durant l'attaque de Port-Lannis et il était bien placé pour le savoir puisqu'elle s'était écroulée sur le pont de son boutre et que son propre guérisseur s'était occupée d'elle. Elle avait été veillée par sa cousine, femme du Lord Ravage et par Deirdre qui avaient fais grand cas de son état, sans véritable exagération. Elyn aurait pu mourir, voila la vérité. Elle n'était pas passée loin et s'était trop rapidement lancée dans une nouvelle aventure, voulant prouver sa force. Pas le meilleur moyen d'y parvenir mais au moins avait-elle ramenée de quoi tenir l'hiver à ses hommes, qui n'avaient rien à lui reprocher sur ce plan. Elle tenait ses engagements...Pas toujours la tête haute, bien que cette fois-ci elle ai attendu d'être dans sa cabine pour laisser ses jambes se dérober sous elle, étouffant un cri de douleur en se mordant l'avant bras.
Peu importait.

La Bonfrère préféra ne pas relever la remarque au sujet de Dagon, peut désireuse de se lancer dans un débat au sujet du Lord Ravage qu'elle appréciait à sa juste valeur et à qui elle devait d'être encore ici. Discuter avec Sargon à son sujet relevait du ridicule, aussi laissa-t-elle couler jusqu'à ce qu'il la menace, à nouveau, de la laisser. Se pensait-elle irremplaçable? Et bien, à sa façon, oui. Elle doutait que d'autres capitaines soient prêts à s'allier avec Sargon tant ils étaient rigoureux dans leur religion et leur Antique Voie, ce que son prétendu allié avait tendance à interpréter, arranger, à son avantage. Quand aux autres femmes capitaines, deux noms lui venaient à l'esprit et pour l'un d'eux, Elyn était certaine qu'il n'oserait même pas essayer. La Botley était farouche, trop inaccessible pour lui. La seconde en revanche, pourquoi pas...Elle ne la connaissait pas assez bien pour avancer un jugement. Croisant les bras sur sa poitrine, elle haussa les épaules, visiblement contrariée. « Tu fais ce qui t'amuse, Harloi. Tu penses même ce que tu veux. J'ai pas besoin de toi pour prouver ma valeur, j'ai besoin de personne. Tu m'donnes des avantages, mais t'en a aussi de ma part, alors si t'es pas foutu de ravaler ton ego de merde tu peux aller te le carrer où je pense. » Elle réplique, sans savoir exactement où elle veut en venir. Conserver le Harloi comme allié était avantageux certes, mais pas s'il ne la traitait pas comme son alliée, son égale. Elle allait ajouter quelque chose, lorsqu'il évoqua Gabriel. Erreur fatale...Le visage d'Elyn se décomposa l'espace d'une seconde, le poids de ses intenses réflexions lui pesant brutalement, à nouveau, sur les épaules. En se disputant avec Sargon, elle avait pu retrouver un peu de verve, mais évoquer son frère n'était pas la meilleure idée qu'il ai pu avoir. Détournant le regard, elle préféra observer la mer s'écrasant sur les rochers le temps de reprendre contenance. C'était la l'une de ses grandes faiblesses. Si vive, elle avait du mal à dissimuler ses émotions. « Et qui t'dis qu'on y arriverait pas? Qui t'dis que tu t'en sortiras mieux sans moi? Si tu l'croyais vraiment, tu serais pas venu jusqu'ici pour le plaisir de me le dire en face, tu l'aurais fais et t'aurais attendu que je viennes à toi en t'insultant pour avoir l'avantage. Tu crois que j'ai pas appris à t'connaître? » rétorque-t-elle en ne le regardant toujours pas, faisant peut-être perdre un peu de poids à son joli discours. « J'ai rien à te prouver, Sargon, vraiment rien. D'ici deux semaines ou trois je pourrais repartir en mer. Si tu veux qu'les deux veuves sèment la terreur ensemble, fais le moi savoir, sinon je m'en remettrais. »

Et peut-être étais-ce mieux ainsi. Elyn n'en savait rien, d'un côté les désirs d'une capitaine, de l'autre ceux d'une femme, s'affrontaient sans trouver de terrain d'entente. Elle préférait abandonner et prendre les problèmes un par un. Elle n'était pas certaine de ne rien avoir à prouver mais Sargon n'avait pas à connaître ses doutes comme il n'avait pas à savoir dans quel état elle se trouvait. Son visage avait été suffisamment expressif lorsqu'elle avait prononcé le nom de Gabriel. Il l'avait remarqué, le connaissait, et s'en servirait contre elle. Il serait loin de la vérité, à moins qu'une servante les ai entendu se disputer et ai été trop bavarde. Rien d'impossible, il n'avait peut-être pas abattu toutes ses cartes et elle était prête à ce que tout cela ne finisse pas rapidement. Sauf s'il la poussait vraiment à bout et que Faucheuse la titillait trop ardemment. Elle ne lui demanderait, dés lors, même plus son avis quand à lui faire un trou dans le ventre pour voir s'il s'en sortait vraiment mieux qu'elle. Ou elle le lui ouvrirait, répandant ses tripes sur le sol en pierres froides. Elle savait que les problèmes découlant d'une telle action ne valaient pas la seconde et demi d'exaltation que lui procurerait son acte, mais y penser ne pouvait pas faire de mal...
Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Dim 2 Sep 2012 - 18:32

     Étrangement le fait de voir Elyn s'énerver, l'amusait plus que le contrariait. Rien de ce qu'elle disait ne pouvait l'atteindre, il se sentait si supérieur à elle, à eux tous en réalité, que le Fer-né n'envisageait pas pouvoir se faire toucher par de simples mots. Peut-être parce que, jusqu'à ce jour, personne n'avait trouvé son point sensible. Sargon lui-même l'ignorait et comme Igon le répétait souvent, ce serait peut-être là la chose qui lui coûterait cher un jour, qui lui coûterait sa vie même. Mais en l'occurrence, Elyn ne représentait rien de plus qu'une pauvre blessée à asticoter, pas un danger qui pouvait se révéler fatal. Son arrogance l'empêchait d'envisager l'idée qu'elle puisse lui voler sa vie, pourtant à force de la pousser, c'était une chose risquée.... La demoiselle avança l'idée qu'elle était venue avec dans le Nord pour suivre leur accord. S'inquiétait-elle pour lui ? Non, malgré toute l'assurance et la vanité qui faisaient la personnalité du Harloi, ce dernier ne pouvait croire au fait que la Bonfrère tenait à lui. Elle le voyait comme un bon investissement, un peu comme lui, mais il n'y avait guère de sentiment entre eux. Elle n'était pas Deirdre et c'était pour cette raison qu'il la respectait autant. Peut-être. Il secoua la tête d'un air moqueur, laissant son éternel sourire flotter sur ses lèvres pleines, tout cela le divertissait et c'était pour cela qu'il était venu ici : la railler, l'humilier et se sentir supérieur à elle. C'était un besoin vital qui le forçait presque à saborder ses trop rares relations « amicale ». Elyn ne lui avait jamais rien fait, contrairement à Gabriel par exemple, pourtant c'était elle qui subissait et non le roturier. La vie était injuste, encore plus sur les Iles de Fer, aux côtés du vaniteux Harloi.

     Les yeux mordorés du jeune homme restaient fixés sur le minois de la femme, un visage dur et taillé à la serpe, elle n'était pas comme les femmes du continent c'était certain. Son attention se détourna bien rapidement de ses traits, il ne l'avait jamais scrutée du regard pour la voir sous dans le rôle d'une femme intéressante. Elle oscillait entre la position de capitaine et de femme, mais dans ce second rôle il ne s'intéressait qu'à une partie d'elle, située bien plus bas que son minois.
     Elle le provoqua une fois de plus, sauf que jamais le capitaine de la Veuve Salée ne s'amuserait à lui baiser les pieds pour la garder avec lui. Elle se croyait unique et irremplaçable ? Soit ! Sargon n'allait pas s'ennuyer bien longtemps, au fond ce serait même plus pratique pour lui d'en revenir à une collaboration avec lui-même, au moins savait-il qu'il pouvait compter sur ses capacités et ne pas finir allongé sur un lit avec le ventre ouvert comme la Bonfrère. Le Fer-né avait remarqué ce que ses paroles avaient provoquées chez la demoiselle, surtout l'énoncé du nom de son roturier de demi-frère, cette raclure sans intérêt ! Est-ce qu'elle était entichée de cet imbécile ? L'idée était juste hilarante, il imaginait Elyn et son manque de féminité en train d'essayer de séduire Gabriel, pour peu son sourire se transformerait en rire moqueur. Et méchant. Il se contenta de hausser les épaules alors qu'elle ne le regardait toujours pas, soit. Elle semblait avoir décidé qu'il n'avait plus rien à lui apporter, alors pourquoi perdrait-il son temps avec elle ?

     ▬ Ce qui est drôle avec toi Elyn, c'est que tu n'as même pas ta personnalité. Il avait changé de ton, délaissant le côté hautain pour ne garder que celui moqueur. Tu m'appelles « Harloi » alors que tu n'utilisais presque jamais ça avant, tu parles comme une barbare alors qu'avant tu savais au moins articuler. En fait tu ressembles à une copie ratée d'Helya. Il esquissa un sourire encore plus grand, son air habituel s'était envolé comme s'il ne l'estimait plus assez pour se donner cette peine. Je comprends mieux ton soudain changement, elle t'a persuadée que tu valais mieux que de faire équipe avec moi et toi comme tu suis bêtement ce qu'on te dit, tu as tout gobé et tu la joues rebelle. »

     Au fond, il ignorait si Helya était venue rendre visite à Elyn, mais Sargon savait que les deux jeunes femmes avaient une certaine entente. La manière dont la jeune femme se comportait avait beaucoup changée par rapport à leurs dernières discussions. C'était peut-être tout simplement parce que lors de leurs précédents entretiens, la Bonfrère avait opté pour un comportement que le Harloi apprécierait et à présent, elle retrouvait son attitude normale, il ne la connaissait pas assez pour le dire. Mais la seule chose qui importait, c'était de pouvoir l'écraser une fois de plus, souligner une chose insignifiante pour se moquer d'elle alors qu'au final, la malheureuse ne lui avait rien demandé de plus que de lui accorder sa chance. Et elle en avait été digne. S'il se comportait de manière aussi infecte, c'était uniquement pour se remonter le moral. Il n'était pas digne de confiance et apparemment la belle ne le comprenait que maintenant.

     ▬ Lorsque tu es blessée idiote, tu ne vas pas te battre même pour honorer ton accord. Si tu m'avais dit que tu n'étais pas en état, je ne t'aurais pas envoyée bouler, je t'aurais laissée ici et je serais allé là-bas pour nous deux. Il était sincère pour le coup. Je déteste les gens qui ne sont pas capables de connaître leurs limites et c'est ce que tu dégages. Deux raids, deux blessures incapacitantes, c'est aussi simple que ça vois-tu. Les intentions ne comptent pas, seuls les faits restent dans les mémoires et pas seulement la mienne, mais aussi celles des autres. »

     Il secoua la tête, l'espace d'un bref instant son ton moqueur s'était arrêté pour qu'il parle avec sincérité. Ce que le capitaine souhaitait, c'était une personne de confiance sur qui il ne devrait pas veiller sans cesse. Il s'était trompé avec Gabriel, puis à présent avec Elyn. Au fond, vu le lien qu'ils entretenaient ce n'était pas si surprenant que cela. Cela dit, s'attarder sur ce sujet n'était plus utile, la jeune femme lui avait clairement dit qu'elle n'avait pas besoin de lui et Sargon n'avait pas besoin d'elle non plus. Mieux valait donc continuer sur deux chemins bien différents, apparemment ils ne trouveraient jamais une relation apaisée, ce serait toujours par monts et par vaux. Sauf si elle changeait d'avis. Secouant la tête d'un air agacé, le jeune homme reprit.

     ▬ Mais j'ai compris, ça ne t'intéresse plus et tu n'as rien à faire de continuer notre accord. Je vais te retirer une épine du pied, tu peux te considérer libre de tout engagement à mon égard dès que j'aurais quitté cette pièce. Tu vois, je peux être attentionnée avec toi lorsque je le souhaite. Le ton moqueur était revenu aussitôt après. Tu n'auras même pas besoin d'attendre mon bon vouloir ! Il recula légèrement, s'éloignant de la Bonfrère avant de s'immobiliser pour tourner la tête vers elle. Il ne s'appellerait plus Sargon s'il ne la provoquait pas une fois de plus. Toi en pâle copie d'Helya, Gabriel qui se prend pour un Harloi, avec un peu de chance Elyn, il te demandera en mariage et vous pourrez vous amuser dans votre médiocrité. Tu crois vraiment que tu pourrais me dépasser sans que je ne t'en donne la possibilité ? Il le dévisagea un bref instant, persuadé de ce qu'il disait, même si ce n'était pas forcément véridique. La différence entre toi et moi Elyn, c'est que je te laisse croire que tu me connais alors que toi tu fais tout ton possible pour me prouver que je me trompe sur ton compte. »

     Par là, il fallait comprendre qu'il ne s'embêtait pas à lui faire savoir lorsqu'elle se trompait, tandis qu'elle jusqu'à présent lui avait toujours souligné ce qu'il interprétait mal à son sujet. La Bonfrère pensait le connaître, mais est-ce que c'était réellement le cas ? Même lui ne devait pas le savoir au fond.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 5 Sep 2012 - 10:06

Tout aurait pu bien se terminer.
Sargon aurait du passer la porte dés que Elyn l'y avait invité, il aurait pu s'en aller en fermant sa grande gueule de Harloi. Au lieu de ça, il avait décidé de rester pour avoir le dernier mot. Il avait décidé qu'il était plus amusant de continuer un peu à la pousser à bout. Elyn acceptait d'encaisser pas mal de ses critiques sans broncher puisque la plupart glissaient sur elle par leur médiocrité, mais elle n'acceptait pas d'être qualifiée de pâle copie de qui que ce soit ni même de s'entendre dire qu'elle n'avait aucune personnalité. Ses membres commençaient d'ailleurs à trembler sous l'effet d'une poussée de violence. La Bonfrère s'était forgée dans le sang, dans la douleur. Depuis plus d'un an maintenant elle était seule ou presque, s'était isolée au point que Sargon avait été son unique porte de sortie pour trouver un allié qui sache plus ou moins y faire. Elle avait continué à avancer pour honorer la mémoire de sa soeur et pour tenter d'accomplir ses rêves, faisant rejaillir la gloire espérée sur sa famille et même sur le monde. Désirs d'enfants coincés dans la dure réalité d'une vie injuste. Si elle acceptait de tenir compte des conseils de certains, elle faisait ses propres choix. Rien ne l'avait obligé à apprendre à concilier les deux parts d'elle-même; femme et capitaine. Pourtant elle avait décidé que cela pourrait être bénéfique et s'était admirablement plantée. Depuis qu'elle avait commencé à fréquenter le Harloi, plus rien n'allait dans sa vie. Etais-ce une coïncidence ou le résultat espéré par un connard qui prenait son pied à voir les autres souffrir, échouer? Elyn n'avait pas la réponse à cette question mais n'acceptait pas qu'il la dénigre sur ce terrain tout comme elle n'acceptait pas qu'il lui reproche ne pas connaître ses limites. C'était à la fois une qualité et un défaut, elle n'avait pas voulu infliger à ses hommes de rester en arrière alors qu'ils avaient besoin d'un dernier carnage avant l'hiver. Elle aurait pu confier le commandement de sa Veuve à Urek, mais n'aimait pas déléguer. Certains considéraient son second comme le véritable capitaine, depuis quelques temps et c'était une erreur qu'elle devait corriger. La Bonfrère avait réellement cru pouvoir concilier le raid et sa blessure, persuadée qu'elle était recousue malgré les quelques tiraillements qu'elle avait pu ressentir. Seulement voila, elle avait présumé de ses forces et de la solidité des fils qui maintenait les deux morceaux de sa chair ensemble. Elyn n'avait pas été blessée deux fois, il s'agissait du même mal, rouvert par une mauvaise chute. Pouvait-on vraiment l'accuser d'avoir manqué à ses devoirs? Elle avait ramené à ses hommes de quoi manger, certains avaient même pu embarquer des femmes-sels pour se tenir chaud l'hiver et pas mal de peaux animales. A son sens, elle n'avait pas mal agis. Peu importe comment, le but avait été atteint et si elle devait se reposer désormais, qui pourrait lui jeter la pierre?

Un seul homme, évidemment. Trop prétentieux, trop imbu de lui-même pour comprendre. Pourquoi se fatiguait-elle à le convaincre? Pourquoi gaspillait-elle sa salive pour exposer son point de vue? il ne l'écoutait même pas, il retournait chaque mot contre elle, l'enfonçait un peu plus avec un plaisir manifeste. « Ya des gens qui valent mieux que toi, quoi que t'en disent. Et tu ne vaux certainement pas mieux que moi. » cracha-t-elle en réponse à ses insultes alors qu'il continuait sur sa lancée, finissant par rompre leur accord, purement et simplement. Cela la surpris et il pu le lire sur son visage, mais l'expression disparut une demi seconde plus tard. Etais-ce ce qu'elle voulait? Oui...Non...Elle n'en savait rien. Mais peut-être étais-ce ce qu'il fallait. Le fait qu'il s'obstine à parler de Gabriel comme d'un moins que rien n'aidait pas vraiment la Bonfrère à y voir plus clair ni même à se calmer. Si elle avait été une bête, elle se serait mise à grogner, poils hérissés, en position d'attaque pour lui sauter à la gorge. Etait-elle en état de se battre? « Tu parles de dépasser l'autre...Et comment tu t'y prends? Ta méthode, c'est d'insulter les gens, de les dénigrer, t'essaie de les faire se sentir mal et misérable devant toi. T'es pas capable de dépasser les autres d'une façon différente tout comme t'es pas capable de les comprendre. Tu te focalises sur des détails ridicules comme la façon de parler pour croire que j'imite quelqu'un. Pour ta gouverne je mâche mes mots quand je suis contrariée, comme ça oui tu auras le plaisir de savoir que tu me fais grandement chier! » Sa voix claque, monte d'un ton sans toutefois devenir un cri véritable. Elle délaisse son appui de fenêtre pour se diriger vers un coffre en bois dont elle sort des chausses, qu'elle enfile tout en continuant à parler. « C'est vrai, t'es un bon capitaine, t'es un bon combattant, t'a pas mal de qualités dans ces domaines et je suis sure que tes hommes sont très satisfaits. Tant mieux pour toi...T'a l'expérience, t'a tout un tas de trucs que j'ai pas encore vraiment acquis. Par exemple t'es capable de rester en arrière alors que tout le monde va se battre, capable d'évaluer la gravité de tes blessures. Moi pas. Maintenant si, avant pas. C'est en me prenant des coups que j'ai toujours le mieux appris. » Et sa soeur n'hésitait pas à lui en filer. Quand elle lui avait appris à se battre, autant à l'épée qu'avec une hache, Elyn avait récolté pas mal de bleus, de coupures, de douleurs dans les membres, ce qui l'avait motivé et fais rentré les leçons plus vite. Manquer de mourir dans le Nord, ç'avait été comme une grosse claque qui avait aidé à la réveiller. Une grosse claque dont elle avait besoin après le fiasco Gabriel.

Elle termine d'enfiler ses chausses et prend soin de vérifier que son bandage ne saigne pas. Elle appuie légèrement dessus, pas de douleur. Elle tentera d'y mettre un coup de poing, plus tard. Une fois vêtue d'une façon plus ou moins décente, elle s'empare de Faucheuse, trônant à côté de son lit. Elle a nettoyé la lame avec grand soin en revenant du Nord, pour faire disparaître le sang de nordien, mais doit encore l'amener à l'Edenteur pour qu'il lui refasse une beauté. Elle l'avait aiguisée, mais elle ne tranchait plus aussi bien qu'à une époque. Ce qui ne serait pas plus mal. « Mais t'en a rien à foutre de ce que je peux bien te raconter sur moi. T'en a rien à foutre de personne... C'est ce qui me plaisait à la base. Avec toi, il y avait aucune conséquence désagréable. Je savais que le lendemain matin, je pouvais me réveiller sans avoir peur que tu commences à t'intéresser à moi. Tu te sers de moi, je me sers de toi, on se respecte et on est égaux, c'était le marché si je me souviens bien. Sauf que la, tu me respectes pas...Tu me vois comme une femme faible qui a pas su prendre conscience de ses limites, tu me vois...Je sais pas trop comment tu me vois exactement, mais j'aime pas ça. » Elle passa son index le long de sa lame puis s'empara de la seconde, celle qu'Aaricia lui avait lancée au Nord et qu'elle avait oublié de récupérer. Elle la lança aux pieds de Sargon. « Alors puisque ça te tient à coeur je vais te monter ce que je vaux. Tu vas ranger ton épée du continent qui couperait la mienne comme du beurre et tu vas prendre celle la, c'est la lame d'Aaricia, elle est solide. Et on va se battre à la loyale enfin si on peut dire, on va se battre à armes égales si tu préfères. Juste pour que tu fermes enfin ta gueule avec tes conneries, juste pour que t'ouvre tes putains d'yeux. Et après tu pourras te casser si t'en a envie. » termina-t-elle, en se rendant compte qu'elle bouillonnait de colère. Son discours avait pourtant été dit sur un ton très calme, trop calme en réalité. La Bonfrère avait le sang brûlant et pour la faire basculer de l'autre côté, il fallait vraiment la pousser à bout. Sargon rirait sans doute de son initiative, de sa demande, mais elle était persuadée qu'il accepterait. Elle s'entraînait tous les jours dans la mesure de ses capacités et n'avait sans doute pas perdu la main. Il connaissait un point faible physique assez large puisqu'il avait vu son bandage mais elle était une femme et connaissait également des bottes violentes et vicieuses.

Si elle se pensait capable de gagner? Oui. Mais elle était également préparée à perdre. Elle avait beau avoir confiance en ses capacités, tout était possible. Elle ignorait où cela pourrait les mener, et se doutait qu'il ne changerait sûrement pas d'opinion à son sujet. Ce n'était pas vraiment ce qu'elle cherchait, elle voulait juste qu'il se taise, exaspérée de se faire insulter sans réagir. Ce n'était pas digne d'une fer-née, ce n'était pas digne d'une capitaine, ce n'était pas digne d'une Bonfrère.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 11 Sep 2012 - 13:43

     Elle ripostait, mais au fond, rien de ce qu'elle aurait pu prononcer n'aurait fait réagir le Harloi. Il avait semé ses graines de critiques et d'accusations, il n'avait pas le moindre doute sur le fait que cela ferait son petit bonhomme de chemin le temps qu'ils se recroisent plus tard. Ironique de parler de semer pour un Fer-né me direz-vous, mais une fois de plus le jeune homme se démarquait de ses congénères, même si ce n'était pas forcément à son avantage. Pas du tout même. Quoi qu'il en soit, il ne faisait pas défaut à son blason, semant maintenant et fauchant pour récolter le fruit de son travail dans quelques temps. Elyn n'était qu'une personne de plus à subir son côté égoïste et elle ne serait certainement pas la dernière. Mais au moins pouvait-elle espérer que ce soit la dernière fois si elle agissait comme il le fallait.
     La surprise provoquée par les paroles de Sargon ne manqua pas de se manifester sur le visage de la jeune femme. De toute évidence elle ne s'attendait guère à ce qu'il mette fin à leur accord, pourtant elle avait clairement exprimé le fait qu'elle pouvait se passer de lui. Il la laissa débiter ce qu'elle avait sur le cœur, lui disant qu'il agissait de la sorte pour dissimuler le fait qu'il n'était pas capable de les dominer autrement. C'était peut-être vrai, mais l'esprit plein d'assurance du Fer-né le persuadait qu'il aurait aisément pu clouer le bec de la Bonfrère au combat, épée comme hache par ailleurs. Elyn continua pendant quelques instants, empruntant un ton qui montrait qu'elle était contrariée et avait d'ailleurs adopté une manière de s'exprimer plus « normale ». Au fond, il avait tout de même touché un point sensible, sans quoi la capitaine ne se serait même pas donnée la peine de répondre ou encore de changer de comportement. Enfin c'était du moins ce qu'il imaginait.

     Ses lèvres closes restaient ourlées en un sourire amusé tandis qu'elle s'habillait, certainement pour lui fausser compagnie ou aller faire un tour sur son boutre. En silence, il attend jusqu'à ce que la demoiselle daigne reprendre la parole pour lui faire savoir qu'elle se fiche de savoir ce qu'il pense d'elle. Réellement ? Ce n'était pas certain, Sargon était persuadé qu'au fond d'elle, la Bonfrère se souciait tout de même de son avis. Qui ne voulait pas être dans ses bons papiers après tout ? Son arrogance le persuade seul d'une valeur bien supérieure à celle qu'il représente réellement. Tandis qu'elle récupère son arme, Elyn continua alors en avançant le fait qu'elle n'aimait pas la manière dont il la voyait désormais, puis vérifia le tranchant de son épée pour lui lancer finalement une autre épée qui se trouvait là. Avant de faire quoi que ce soit avec, où même la ramasser, le Fer-né garda son regard dardé sur elle comme elle exprimait le fait qu'elle allait lui prouver de quoi elle était capable, mais qu'il devrait se battre avec autre chose que Crépuscule. Il finit par hausser les épaules à la fin de son discours et se pencha pour ramasser l'arme qui appartenait donc à Aaricia.

     ▬ Si tu veux.... De toute manière tu ne vaux pas la peine que je dégaine Crépuscule pour vérifier ce dont tu es capable. Enfin, pas après ce que j'ai vu dans le Nord, mais peut-être que tu étais dans ton mauvais jour.... Le ton était moqueur comme si l'idée qu'elle puisse avoir ses règles pouvait altérer ses talents au combat, une manière de plus de souligner le fait qu'elle était une femme. Ne va pas t'ouvrir à nouveau tout le ventre juste pour me prouver ce que je sais déjà. Avec tout le sang que tu as perdu, tu finiras par ne plus pouvoir avoir de gamins et ça te sera utile pour ta nouvelle vie. Il testa le coupant de la lame en la quittant du regard alors que son arme était toujours accrochée à sa ceinture. Crépuscule ne quittait jamais son flanc. Mais assez parlé, réglons cela rapidement. »

     Le Harloi ne voulait que la provoquer par ces paroles, en réalité il était pratiquement persuadé qu'elle parviendrait à le surprendre, il ne l'estimait pas comme une simple reproductrice sans quoi, jamais il ne se serait donné la peine de venir ici pour lui parler. Sargon n'avait de respect que pour ceux qui savaient s'imposer, restait à vérifier que c'était encore le cas d'Elyn. Il n'avait pas soulevé le fait qu'elle avait sous-entendu qu'il restait à l'arrière pendant les combats, tout comme la jeune femme l'avait dit, il se moquait bien de ce qu'elle pouvait penser de lui. Après tout, qu'est-ce que cela pourrait changer, de savoir que le capitaine de la Veuve Noire le prenait pour un poltron ? Elle n'avait aucune position dans la Flotte de Fer, elle n'avait pas plus d'intérêt pour les autres capitaines, c'était en quelque sorte un électron libre qui ne représentait pas grand-chose. C'était du moins ce qu'il pensait pour le moment. Puis même si Elyn avait été le lord capitaine de la Flotte de Fer, Sargon n'aurait pas agi différemment. L'avis des autres était sans importance, seul le sien comptait.
     Après avoir vérifié que la lame donnée par la jeune femme était bel et bien quelque chose de bon pour le combat, il reporta son attention sur l'autre protagoniste de la pièce. Croyait-elle réellement qu'il devait ses talents martiaux à Crépuscule ? Avant de pouvoir la porter et se battre avec, il avait longuement dû combattre avec une simple épée d'acier château. Certes, elle ne valait pas l'épée d'acier Valyrien, bien au contraire, mais cela n'ôtait rien à ses talents. Du moins il le considérait, après dans les faits....

     ▬ J'espère pour toi que tu n'espères pas pouvoir me battre parce que j'ai une simple épée à la main et non Crépuscule ? Avant de l'utiliser elle, je me servais d'épée de ce genre et j'ai dû la mériter. C'est une récompense, déduis-en ce que tu veux. Ou ce que tu peux. »

     Il ne le disait pas pour lui faire peur ou pour se vanter, une fois de plus, Sargon n'avait aucunement besoin de l'admiration d'Elyn, il savait tout seul ce qu'il valait. Disons que c'était une simple porte de sortie pour laisser la jeune femme se retirer si finalement elle ne souhaitait plus combattre contre lui. Comme elle ne sembla pas émettre le désir de le faire, il lui fit signe qu'il était prêt. Inutile d'aller dans la cour pour se battre, après tout, il y avait fort à parier qu'elle ne serait pas capable de tenir plus de cinq minutes, se déplacer juste pour cela, c'était sans intérêt. De plus, les boutres étaient aussi très réduits au niveau du maniement des armes – ce qui expliquait la préférence des Fer-nés pour la hache – alors rien ne changerait. Le Fer-né ne comptait pas lui faire de cadeaux, si elle voulait lui prouver ce qu'elle valait, il n'hésiterait pas une seule seconde à lui envoyer un coup dans le flanc si elle le découvrait trop et tant pis pour elle si sa blessure s'aggravait. Cela ne serait que la preuve de ce qu'il disait : elle ne connaissait pas ses limites.

     ▬ N'espère pas que je vais être gentil avec toi pour tes beaux yeux, puis vu que tu feras pareil, autant que ce soit clair. Son sourire ne s'envolait pas alors qu'il lui faisait un signe pour l'inviter à approcher. Je vais être galant et te laisser débuter, tu devras t'y habituer puisque tu seras bientôt bonne à marier. »

     Oui, c'était plus fort que lui, mais au final, qui pourrait le lui reprocher ? C'était son comportement qui lui donnait sa force et sans son côté arrogant, Sargon ne serait plus le même. Peut-être que leur relation était semblable, sans une dose de critiques et de piques, ils ne pouvaient plus s'entendre ? L'avenir le leur dirait bien. Du moins, s'ils en avaient encore un ensemble.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 29 Sep 2012 - 9:27

Le fer-né ne pouvait s'empêcher de glisser une ou deux piques à chaque phrase qui sortait de sa bouche. Elyn était agacée par ses réflexions mais décida de ne pas répliquer. A quoi bon? Elle savait que c'était inutile, aucune parole ne pourrait lui prouver qu'il se trompait; uniquement des actes. Des actes forts, bien placé, comme le vaincre ici et maintenant. Le fait qu'elle soit blessé lui permettrait de dire qu'il ne donnait pas le meilleur de lui-même, mais la Bonfrère savait que c'était faux. Il se battrait de la même façon que s'il affrontait un ennemi à deux doigts de le tuer. Il n'hésiterait pas à user de coups vicieux et à la démolir, ni même de lui enfoncer une épée à travers le corps si besoin en était. « Je pense pas que ça ai avoir avec Crépuscule même si elle te donne un gros avantage, je crois que tu sais te battre. Enfin va savoir, tu dis toi-même que je me trompe souvent! Juste que j'ai pas envie de perdre un bras pour te prouver que t'a tord. Ca coupe bien, l'acier valyrien. Une merde du continent. » Le fer-né ne pouvait nier qu'user de Crépuscule lui offrait un avantage certain dans bien des duels mais ce n'était pas le sujet ici. Elyn ne voulait pas infliger plus de dégâts à sa Faucheuse et ne tenait surtout pas à la voir brisée, même si Lak pourrait sans doute la lui réparer.

Il essayait de l'impressionner, peut-être de la faire réfléchir à deux fois avant de se lancer, mais Elyn n'en tint pas compte. Elle se fichait des conséquences d'une éventuelle défaite, elle ne voyait, n'acceptait, qu'une victoire. Auquel cas il serait certain qu'elle ne valait plus grand chose autant comme fer-née que comme capitaine. Elle voulait mettre fin à cette série noire, prouver qu'elle était la digne héritière d'Aurane, qu'elle était faite de sel et de sang au même titre que n'importe quel homme doué, sur ces terres désolées. Oui, Elyn avait des choses à prouver, à se prouver à elle-même la où Sargon ne voyait qu'un jeu, qu'une chose à expédier rapidement tout au mieux. Voir une occasion supplémentaire de la descendre, d ela réduire à moins que rien, une confirmation dans sa décision de ne plus être son allié. « T'en fais pas pour moi, Harloi. Donne tout ce que t'a, je ferais pareil. Et ferme ta grande gueule de temps en temps ça te fera pas de mal! » conclua-t-elle en levant son épée, prête à frapper. Ce qu'elle fit. Il para bien évidemment le coup avec une facilité déconcertante, mais c'était voulu. Elle ne cherchait pas à entamer les festivités directement, préférant l'équivalent d'un petit échauffement.
Son regard coulait sur le Harloi, cherchant la faille dans ses déplacements, cherchant une éventuelle faiblesse tout en gardant un oeil sur son arme. Elle était sourde aux commentaires qu'il pouvait formuler, sachant très bien qu'il cherchait avant tout à la déstabiliser, à la mettre en colère, pour la pousser à l'erreur. Une tactique qui aurait fonctionné si elle n'avait pas été aussi déterminée. Fermant de façon hermétique son esprit, elle entendait sans écouter. Les sons passaient la barrière de son oreille sans s'y faire une place. Retentant une approche, elle frappa sur la gauche et profita du fait qu'il pare pour tenter de lui donner un coup violent sur le flanc.

'Dé de joute' :


Il la vit hélas venir, et son réflexe lui permit de se protéger. Il tenta de lui rendre la pareille et parvint à toucher sa blessure. Pas assez fort, il la gratifia d'un tiraillement désagréable et si elle grimaça à l'extrême, ce fut pour le leurrer. Quant à savoir si cela fonctionnerait, seul l'avenir pourrait en décider. « Pas mal, t'a peut être raison, t'a quelque chose en plus de ta grosse épée. » titilla-t-elle, juste pour le plaisir de cracher un peu sur son compte. Les passes suivantes ne relevaient pas de l'exception et Elyn donnait, à dessein, cette impression de bien se débrouiller mais sans plus de talent que cela. Comme si on lui avait appris tout un tas de choses qu'elle répétait sans y ajouter sa touche personnelle, rendant ainsi ses coups faciles à parer, ses bottes quasiment enfantine. Peut-être que cette stratégie fonctionnerait avec un homme aussi imbu de sa personne, persuadé de vaincre envers et contre tout. Parce qu'en y réfléchissant, l'avait-il réellement vu se battre? Avant leur alliance ils avaient tendance à s'insulter sans en venir aux mains -ou du moins sans dépasser le stade des mains. Il n'était pas présent à Port-Lannis autrement qu'à la toute fin et ne l'avait pas vu combattre les hommes du guet. De même qu'au Nord, il n'était pas dans la forêt avec le Lord Ravage et Aaricia, et donc ne l'avait pas vue se débrouiller contre ce géant nordien. Il ne savait rien de ses techniques, elle n'avait pas souvenance de s'être jamais entraînée devant lui, hormis dans la cours de la demeure des Kenning, une fois ou deux, en compagnie d'Urek, ce pour reprendre ses habitudes. Rien de bien conséquent, malgré tout.
Leur échange était malgré tout assez intense, Elyn ne lui laissait pas une seconde, attaquait sans cesse, véritable harcèlement. Elle sentait l'euphorie de l'affrontement monter en elle et la fatigue également, du au manque d'habitude. Son souffle était plus rapide, les battements de son coeur également, mais l'effet se faisait ressentir sur son adversaire. Elle était rapide et violente, compensant son manque de force physique par ces caractéristiques. Elle protégeait malgré tout son flanc au mieux et c'est ce qui l'empêchait, pour l'instant, de tenter des attaques plus décisives, mais plus risquées.
Décidant qu'il était temps, elle lui laissa une ouverture pour attaquer au niveau de son flanc, persuadée qu'elle pourrait encaisser et lui donner un coup de coude dans le ventre en se retournant, le clouant suffisamment pour lui permettre de glisser son arme sous sa gorge, remportant ainsi leur affrontement. Restait à voir si ce serait le cas...
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Dim 30 Sep 2012 - 18:00

     Elyn répliquait, même si elle dédaignait certaines des questions du jeune homme. C'était le signe qu'il avait touché – ou du moins frôlé – un point faible chez elle. Il était évident qu'il ne parviendrait pas à la faire totalement sortir de ses gongs simplement avec des mots, à moins de prendre tout son temps et d'user de ses talents en la matière. Seulement Sargon n'en avait pas l'envie, pas pour le moment. Mieux valait donc éviter de se retrouver embarqué dans une aventure qui n'éveillait aucune passion dans son esprit, ils se battraient et termineraient simplement leur « discussion » sur la défaite de l'un d'entre eux. Que déciderait le Dieu Noyé ? Peu importait ! Le Harloi se fichait pas mal du bon vouloir de cette divinité et seule sa décision importait. Il voulait la battre, lui mettre le nez dans sa propre nullité, lui faire comprendre qu'elle ne valait rien. Est-ce que c'était bien le cas ? Bonne question. Au fond, ils ne se connaissaient presque pas, n'avaient jamais combattu ensemble et ne s'étaient jamais véritablement considérés comme des alliés. C'était peut-être le problème dans leur « relation », lui incapable de penser à quelqu'un d'autre que lui-même et elle désireuse de se prouver à elle-même qu'elle était capable de succéder à sa sœur. Elyn devait comprendre qu'elle ne serait jamais son aînée, mais qu'elle valait mieux en se sentant elle-même. Sauf qu'il était actuellement mal placé pour lui conseiller une telle chose, puis surtout, il n'en avait pas l'envie. Sargon parvenait à deviner des choses à propos de ses interlocuteurs, mais il en usait à mauvais escient. Son but à lui était de dominer les autres, de les écraser et non de les aider. Il prendrait garde à Elyn le jour où il considérerait qu'elle en valait la peine, mais ce jour n'était pas encore arrivé.

     Les premiers coups furent échangés et il para lorsqu'elle attaquait. Ce n'était pas très difficile et même en la sous-estimant, Sargon ne pouvait décemment croire qu'Elyn se battait réellement à ce moment précis. Il était évident qu'elle devait le tester ou du moins essayer de le mettre en confiance, ce qui n'était pas une si mauvaise idée que cela, bien au contraire. Le jeune homme avait un gros défaut : son arrogance. Il se persuadait lui-même d'être le meilleur et par conséquent, avait tendance à sous-estimer ses adversaires. Quelqu'un de suffisamment intelligent et qui le connaîtrait bien pourrait tirer parti de cette faille pour le guider là où il fallait. Et à bien y réfléchir, Elyn était la personne la mieux placée à ce jour pour réussir ce coup de maître.
     Elle essaya de le frapper au flanc, mais n'y parvint pas et il se protégea juste à temps avant de riposter pour essayer de la blesser. L'expression qu'elle affichait dessina un sourire sur les lèvres du jeune homme qui ne se doutait pas qu'elle accentuait sa douleur. Il commençait à envisager la possibilité qu'elle puisse être une femme plus faible qu'il ne le pensait de prime abord, ce qui expliquerait de nombreuses choses. De nouveaux coups furent échangés, plutôt pitoyables et faisant penser au Harloi qu'il avait bien fait de ne pas descendre jusqu'à la cour pour cet affrontement. Il était si minable que le temps utilisé pour descendre les escaliers aurait été gâché. La jeune femme attaquait souvent, mais ses coups manquaient de conviction ou de personnalité, il n'était vraiment pas difficile de les parer et ne donnaient pas plus l'envie de riposter.

     Ce ne fut que lorsqu'elle lui laissa une ouverture pour viser son flanc, qu'il décida de régler l'affaire une bonne fois pour toute. Il profita de l'occasion qu'il ne pensait pas désirée de la jeune femme, pour lui porter un coup au niveau de sa blessure, y mettant suffisamment de force pour lui couper le souffle et l'empêcher de riposter, ou même de continuer le combat.

Le membre 'Sargon Harloi' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de joute' :


     Mais il ne s'attendait pas à ce qu'elle riposte avant même qu'il ne puisse la frapper ! Alors que le Fer-né approchait le garde de l'épée prêtée par Elyn, du flanc de cette dernière, elle parvint à parer et l'empêcher d'atteindre son but, puis de surcroît, lui envoya un coup de coude dans le flanc qui le fit reculer de manière à éviter un autre enchaînement. Bonne idée puisque la demoiselle bougea son arme de manière à essayer de l'attraper pour glisser son arme sous sa gorge. Le Harloi ne la laissa pas faire et bloqua l'attaque de la Bonfrère pour la repousser de justesse, l'empêchant de mettre fin au combat d'une manière plus qu'humiliante pour lui. Au moins pouvait-il lui laisser quelque chose : elle savait y faire pour cacher ses talents, pas une seule seconde il n'avait vu venir l'attaque sournoise et encore moins la suite de son projet. Esquissant un sourire, il haussa des épaules comme si tout cela ne l'intéressait plus, mais en réalité il était quelque peu impressionné, même s'il le dissimulait bien.

     ▬ Et bien, tu n'es peut-être pas si mauvaise que cela. Je dois avouer que tu m'as presque étonné, dommage que tu ne sois pas capable de donner assez de force et de conviction à tes actions pour le mener à terme. »

     Une pique qu'il ne pouvait s'empêcher de prononcer, même si en réalité elle avait été bien plus près de la victoire qu'il ne le laissait penser. C'était là la différence entre eux, Sargon se considérait toujours comme plus fort qu'il ne l'était et le laissait aussi entendre à ses interlocuteurs, une bonne manière de les effrayer et de les faire fuir. De son côté, la jeune femme agissait à l'opposé en lui laissant croire qu'il gagnerait. C'était aussi une bonne chose, sauf qu'il fallait se montrer prudent et ne pas se dévoiler, ce qui n'entrait pas dans le comportement du Fer-né. D'un geste de la main, il lui fit savoir qu'il ne comptait plus continuer et lança l'épée d'Aaricia sur le lit de la jeune femme.

     ▬ Tu sais te débrouiller, on va donc dire que notre accord tient encore quelques temps. Mais dès que tu seras au mieux de ta forme, il faudra que nous combattions réellement histoire que je sache ce que tu vaux vraiment. »

     C'était une victoire pour elle, s'il avait gagné ou considéré qu'elle était trop mauvaise, le Harloi aurait annulé leur contrat, donc Elyn pouvait considérer qu'elle avait remporté cette manche, mais pas la guerre. Le Fer-né lui décrocha un dernier regard avant de lui tourner le dos pour finalement quitter la pièce comme il était arrivé : vanité et plein d'arrogance, mais l'esprit un peu plus apaisé.


.


Dernière édition par Sargon Harloi le Dim 30 Sep 2012 - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Tout est toujours possible en matière d'alliances ▬ Elyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [Théorie] Pourquoi Sacha a-t-il toujours 10 ans ?
» Pour ou contre dire la vérité à tout prix...
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Quand la vie va tout va!!! [PV: toute la clic^^]
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-