AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Le vent souffle dans une direction, puis une autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 13 Aoû 2012 - 21:59

Willem était rentré triomphant du Conflans. Un village de plus avait été pillé, sous la barbe des suzerains des rivières et il avait ramené des rivières une jolie prise qui plus est. Une noble nommé Carolyn Grell. Oh, ce n'est pas la fille d'un tout puissant seigneur, mais tout de même, une prise est une prise et le jeune homme était tout fier: fier d'avoir tué, pillé et saccagé une ville de plus. Sauf qu'à son retour, bien peu de spectateurs l'attendaient. Le gros de la flotte était partie vers le nord avec la Seiche d'Or. C'est la première chose dont l'informa Veloran, à son retour. C'est un brin déçu donc d'avoir raté ce grand départ que Willem fit le compte de ce qu'il avait ramené du Conflans et attendit patiemment le retour de la flotte, comme tous les Fer-Nés restés sur les îles. Il était inquiet, parce que sa têtue de sœur était partie avec la Seiche, enceinte jusqu'aux oreilles. Un risque inutile à prendre, même lui, l'inconscient de la famille, le savait.

La flotte revint, plus ou moins victorieuse, c'est selon les interprétations. Le Nord était prêt et attendait les Fer-Nés. Le durcissement des défenses côtières était donc bien une réalité et pas seulement une fabulation de moine ou de barde. Ils eurent vite des nouvelles de leur sœur, saine et sauve selon les premiers rapports, mais Veloran apprit bien vite, par des oreilles et des bouches plus proches de la Seiche que le paysan moyen, que leur sœur était blessée et qu'elle était maintenant alitée. Un des deux frères devaient aller la voir, l'autre devait rester à Cormartel. Willem se porta tout de suite volontaire. Vu l'inquiétude qu'affiche son frère ses derniers jours, pour une raison qui lui est inconnue d'ailleurs, comme s'il pensait que le temps était désormais compté, il allait être celui qui va aller au chevet de sa sœur, histoire de lui rendre la pareille que ce qu'elle a fait l'autre jour. Surtout, le plus important, voir comment le bébé se porte, si elle le porte toujours. Bon sang, une fausse couche à ce moment-ci gâcherait tout! Il prit donc la Larme Noire après avoir rassemblé son équipage et fit voile vers le domaine des Greyjoy.

La mer était houleuse, le vent se levait et bientôt, la pluie se manifesta. Pour un marin doué comme Willem et avec des hommes d'équipage bien expérimentés, c'est sans mal que le Bonfrère parvint à Pyk. Par contre, il était trempé de la tête au pied et pressé comme à son habitude, il prit à peine le temps de s'essuyer, de se détremper, pour se mettre en marche vers le château des Greyjoy. Il y parvint rapidement et comme un corbeau avait été envoyé pour prévenir de son arrivée, il était attendu et le jeune homme n'eut pas de problème à se rendre au chevet de sa sœur, plutôt bien protégée d'ailleurs, vu le nombre de gardes qu'il croisa en chemin, signe de l'importance quand même que la Seiche lui accorde.

Quand il arriva à la chambre, le jeune Bonfrère resta dans l'embrasure de la porte, appuyé contre son cadre, enlevant ses gants, qui dégoûtait d'eau contre le sol. Il observa un petit instant sa sœur de loin, sans dire un mot. Il brisa le silence quelques instants plus tard, après qu'il eut constaté à quel point elle était mal en point vu de loin, ou non. Le jeune homme ne montrait aucune émotion, aucun signe d'inquiétude, mais dans le fond de ses yeux, quelque chose le trahissait: l'amour d'un frère envers sa sœur.

-Je suis venu préserver notre réputation: "bon frère".

Une blague facile sans doute et une drôle de façon de dire bonjour, mais voilà, c'est Willem et on ne le changera pas de si tôt. Il laisse ses gants sur une austère tablette de bois et se rapproche un peu plus du lit pour voir encore mieux quelle mine a sa sœur. Qu'est-ce qui lui avait pris de faire voile vers le Nord? Elle s'ennuie à ce point de l'époque où elle était capitaine? Ou bien est-ce Lord Greyjoy qui a besoin du soutien moral de sa femme au combat? Il soupçonne la première option.

-Je ne te ferai pas la moral. Tu es assez intelligente pour savoir que partir au Nord avec la flotte était stupide et inconscient. C'est peut-être de famille... l'inconscience.

Il enlève son grand manteau tout trempé, qu'il accroche à une chaise et s'assoit sur une autre, qu'il amène près du lit, mais il reste debout une fois que c'est fait, pour aller donner un baiser contre la joue de sa sœur. Il lui murmure alors doucement, comme un souhait plutôt qu'une menace:

-Ne fais plus jamais ça.

Ne plus faire jamais quoi? Passer à un cheveu de la mort bien sûr. Que lui risque sa vie, c'est normal et il s'en donne le droit, mais il ne donne pas le même droit à sa sœur. Elle n'est peut-être plus une Bonfrère officiellement, mais elle reste sa sœur malgré tout et elle porte en elle l'avenir des Iles de Fer et elle ne peut plus se permettre de prendre de tel risque. Elle plus que quiconque aurait dû le savoir et agir un peu plus sagement. Ah, comme on dit, les erreurs sont faites pour ne pas être répéter.

Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mar 14 Aoû 2012 - 3:08

Elle avait réussi à retrouver son mari, même s’il avait certainement déjà épuisé les réserves d’alcool. Elle ne pouvait pas lui en vouloir. Elle était certaine que jamais tout cela changerait. Elle avait risqué le tout dans cette aventure. Elle acceptait les remontrances avec dignité. Elle n’allait pas pleurer sur son sort. Elle avait toujours un sommeil fort paisible dans les derniers temps. Il fallait le dire que le saigneur aidait bien la cause. Elle ne voyait presque plus personne, sauf lorsque Zachery venait quémander de l’affection de sa belle-mère. Elle aimait ce garçon pour qui, elle avait beaucoup d’affection. Dagon aurait peut-être préféré moins d’affection, mais le jeune fils de la Seiche savait la manipuler, enfin elle le laissait y croire. Depuis son retour, il était un passe-temps, puisqu'il revenait chaque jour des plages de Pyk avec des coquillages. Elle passait le reste de ses journées à dormir pour la plupart du temps. Lysena venait la voir de temps à autre, mais rien de très significatif. La femme de la seiche ne parlait que peu. Elle souffrait en silence.

L’arrivée de son frère marqua une trêve à son mutisme. Il lui avait manqué. Elle pourrait soutenir une conversation, même si elle savait tous les reproches qu’elle pouvait recevoir. Or, elle était bien contente de le voir. Elle eut même un léger sourire lorsqu’il lui lança une petite blague au passage. Elle en restait une même si voilà presqu’une année qu’elle était la femme de la seiche Greyjoy.

Je suis contente de te voir. Je vais devenir folle à contempler les murs de Pyk.

Depuis leur retour, le château avait mauvaise mine. Il était silencieux, comme lorsque Dagon n’était pas là, ou peut-être aussi silencieux qu’il y a plusieurs années, lorsque la Seiche n’avait que son fils. Elle ne savait pas depuis combien de temps, il avait tué sa propre épouse, après leur mariage. Elle n’avait pas envie de rejoindre la dernière, donc, elle l'écoutait. Elle eut un second sourire, lorsqu’il lui lança qu’il ne la sermonnerait pas. Il la connaissait trop bien. Mais ce n’était pas par inconscience qu’elle était partie dans le Nord, avec le reste de la flotte. Bien loin de là.

Ce n’est pas de l’inconscience cette fois. Même si cela est de famille quand même. Je l’ai fait par orgueil. C’était idiot, je le sais. On me le fait assez regretter dernièrement, ne t’inquiète pas.

Combien de fois, elle avait eu des colères contre le prêtre du dieu Noyé. Elle l’avait envoyé balader quelques fois, pour ne pas dire trop. Elle n’aimait pas l’influence qu’il avait sur son mari, il n’allait donc pas l’avoir sur elle. Elle avait juré obéissance et fidélité à son mari et à personne d’autres de la maison de Pyk. Même si le prêtre faisait partie des proches de Dagon, il n’avait pas sa confiance. Elle se laissa embrasser sur la joue, et lui donna une légère étreinte. Elle l’aimait bien celui-là. Il la protégerait toujours.

Pour certainement la centième fois, je promets de ne plus refaire ce que j’ai fait. J’aurais du écouter son premier ordre, qui me disait de me rendre au boutre. À la place, il a changé d’idée et Qalen m’a ramené avant de partir. Mais peu importe, je subi les conséquences, je ne me plaindrais pas. Le saigneur dit que c’est une question de semaine ou de jour, pour que je sois enfin libérée. J’espère seulement ne pas avoir fait une erreur lamentable.

Moyen subtile de détourner la conversation sur son frère plutôt que sur elle. Elle avait fait une bêtise elle se l’Accordait. Elle ne pouvait faire autrement, mais la prochaine fois, elle essaierait de ne pas jouer les gentilles guerrières. L’égo durement frappée, elle espérait simplement donner une raclée dans le futur aux Nordiens. Elle avait simplement voulu sauver sa cousine une fois de plus.

Sais-tu si Elyn va bien? Je sais qu’elle était gravement blessée et que tu reviens tout juste du Conflans. Je ne participerai certainement pas à un raid, avant d’être complètement remise et je doute que Dagon me laisse y aller avec un enfant en si bas âge. Même s’il voudrait bien que j’y retourne.

Elle avait un sourire aux lèvres, enviant presque son frère de pouvoir partir et revenir comme il le voulait sans prétention. Cette fois-ci, les rôles étaient inversés.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 14 Aoû 2012 - 4:14

La famille... Parfois, Willem se dit que c'est tout ce qui compte, qu'en définitive, c'est tout ce qu'il a. Par famille, il entend surtout son frère et sa sœur. Une tempête pourrait bien se lever bientôt depuis le continent et les Bonfrère de Cormartel devront trouver le moyen de résister au raz de marée qui risque de s'abattre sur les Iles. La famille, se soutenir les uns les autres, voilà sans doute ce qui constituera la meilleure issue, le meilleur moyen de s'en sortir et de triompher de toutes les menaces, comme lorsque orphelins, des nobles rivaux voulaient la fin des Bonfrère et prendre Cormartel pour leur propre compte.

Alors c'est tout naturellement que Willem était là. Ce n'était pas un acte qu'il se sentait obligé de faire, il allait de soi. Aaricia avait, somme toute et compte tenu des circonstances, bonne mine. Le jeune homme comptait passer quelques jours à Pyk, comme invité de la Seiche ou non, peu lui importait. Il voulait être auprès de sa sœur et l'aider dans sa convalescence, mais dans la suite aussi. La guerre pouvait attendre, sans doute. C'est du moins ce qu'il avait en tête à ce moment. Sa sœur se dit contente de le voir et apparemment, elle s'ennuyait. C'est vrai que le château est bien lugubre et silencieux. Des cliquetis de bas de temps en temps, le vent qui souffle ici et là, mais sinon, rien, le calme plat.

Silencieux, il eut un sourire en coin à la blague et continua de s'approcher du lit, adressant quelques mots à sa sœur, parlant de son inconscience et de la stupidité de son geste. Elle lui fait corriger le tir et parle plutôt d'orgueil, un autre défaut de famille si vous voulez son avis, ou en tout cas, sur trois Bonfrère, il y en a au moins deux qui soient d'un orgueil démesuré. On se souvient encore de qui a chargé le navire amiral de la flotte lannister alors qu'il en était à son baptême de feu. Comme il se doutait, apparemment, on avait déjà fait assez de reproche à la Greyjoy, alors il ne se sentait pas obligé d'en rajouter et de toute façon, il était venu ici pour l'aider et non pas pour lui faire la morale. Ce n'était pas son rôle et puis de toute manière, il se sent un peu mal placé pour faire la morale à sa grande sœur.

-Je m'inquiète plus pour ton état de santé.

Autrement dit, il voulait des nouvelles. Allait-elle être sur pied bientôt, comment se porte le bébé? Ah, bon sang, s'il le pouvait, il irait kidnapper un de ses bons mestres qu'on trouve sur le continent, il la soignerait bien. Quoique Lord Greyjoy doit bien avoir quelque part dans son château un esclave qui sache se rendre utile. Suit une petite étreinte et une demande formulée par Willem. Ça ne datait pas d'hier qu'Aaricia se retrouve en difficulté et confronte le danger, mais un jour, elle pourrait bien faire face à une fois de trop et cette fois, elle semblait avoir frôlé la catastrophe. Pareille pour sa cousine, dont le sort est un moindre soucis pour le jeune homme. Assit sur la chaise, il écouta sa sœur avec une certaine attention. Une semaine, quelques jours peut-être, mais pour le reste, il faudra voir, il n'y a pas de certitude.

-Et le bébé? Il va bien?

Parce que mine de rien, sa vie en dépend peut-être tout autant que de sa propre santé. Aaricia parle de nouveau d'Elyn. En effet, les rumeurs disent qu'elle est en mal en point. Willem ne s'est pas trop tenu au courant. Il faut dire qu'il a été occupé et puis Elyn... c'est Elyn quoi.

-Cette fois, je pense que tu vas rester tranquille pour un bon bout de temps. Quoique avec toi, on ne sait jamais... Reste que tu ne voudrais pas que ton enfant soit élevé par des servantes du continent, si?


Ou pire, emmener un bébé sur un boutre et dans des batailles. Mauvaise idée selon lui. Non, Aaricia devait maintenant se faire à l'idée que sa place était sur l'île maintenant et elle devait laisser à d'autres le soin de faire cette guerre. De toute façon, il y a d'autres façons de contribuer à l'effort qu'en naviguant au quatre coins des vents. Prenez Veloran par exemple...

-Si Lord Greyjoy cherche à tout prix un Bonfrère à ses côtés, tu peux toujours lui suggérer mon nom. Je crois avoir fait mes preuves. Ah, si tu voyais ce que j'ai ramené du Conflans ma sœur... Tu serais fier de moi! Quant aux Nordiens, j'ai hâte d'en découdre avec eux. Je leur ferai payer très cher chacune des blessures qu'ils t'ont infligé.


Dit-il avec un regard plus intense, comme pour marqué ces mots. Oh oui, le prochain homme du nord qui croisera sa route, il aura beau prier les dieux anciens ou les nouveaux, peu importe, c'est dans la mer que son corps finira, non sans avoir souffert tous les maux avant. Le jeune guerrier se lève, après avoir senti un courant d'air frais et se dirige vers le foyer, où brûlait un feu, visiblement affaibli. Il ajoute donc un peu de bois et de branches lui-même, histoire de le voir gagner en vitalité. Dos à sa sœur, il écoutait bien sûr la réponse de sa sœur, ses yeux observant les flammes grandirent pendant ce temps.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mar 14 Aoû 2012 - 19:09

Elle savait que les jumeaux ne venaient jamais ensemble. Surtout depuis la mort d’Euron. Elle aurait aimé les revoir tous les deux, mais elle en profiterait lorsque le petit Greyjoy naitrait enfin. Elle appréhendait la douleur qui viendrait, elle avait aussi peur de ce qui se passerait. Elle se souvenait encore du visage crispée de douleur de sa mère. Parfois, elle s’endormait, et au lieu de rêver aux événements de Motte la foret, elle rêvait à sa mère qui rendait son dernier souffle, mais à la place c'était elle. Elle se réveillait constamment en sursaut, mais il y avait toujours une domestique qui veillait sur lorsque Dagon ne couchait pas dans son lit. Elle le réclamait peu, sachant qu’il ne voulait pas lui montrer comment il l’aimait et comment il avait peur pour elle. Pour le bébé aussi, mais il avait davantage peur de la perdre. L’égo de la Greyjoy était assez alimenté pour ne pas vouloir mourir en couche, comme la majorité des femmes. Elle ne supporterait pas cette idée. Elle prit le temps de se relever et soupira d’aise. Elle était heureuse de voir qu’il était là. Willem lui était toujours de fort bonne compagnie.

Je vais bien, ne t’inquiète pas. J’ai quelques blessures mineures, mais elles vont disparaître.

Elle lui montra sa main qui avait quelques écorchures de lames. Elle ne savait pas pourquoi, elle se blessait toujours à la main. Elle avait quelques bleus sur le reste du corps, mais elle en restait tout autant désirable pour la seiche. Il était de ces hommes qui ne supportaient pas de voir les femmes agir comme des chipies. Plus elle était rude, plus il l’adorait. Un homme compliqué, mais dont, elle trouvait le parfait harmonie avec. Elle savait que leur écart d’âge ne les aidait pas, mais elle avait toujours fait son possible pour qu’il l’aime bien. La question sur toute les lèvres des gens étaient la même et elle ne pouvait pas se fâcher c’était normal. La seiche n’avait plus l’âge de jouer les pères. Pyk n’avait qu’un remplacent si l’enfant venait à mourir à la naissance, mais Aaricia avait de l’espoir.

Il va bien. Il ne ménage pas sa mère, mais il est bien vivant. C’est la question qui est sur toutes les lèvres. J’ai eu peur les premiers jours, je ne le sentais pas, mais il s’est manifesté bien rapidement.

Son ventre était bien rond cette fois. Elle ne pouvait plus faire ce qui lui tentait. Oui, elle savait qu’on l’exigeait beaucoup d’elle présentement, mais elle ferait avec. La remarque de son frère la fit rire. Il pouvait toujours espérer. Elle se tenir tranquille? C’était comme dire à la mer de rester calme. Impossible. Elle avait besoin de repos, avant, pendant et après. Elle avait certainement négligé la partie avant, mais Dagon ainsi que tout le monde veillait à ce qu’elle ne se lève pas de son lit. Elle avait les jambes engourdies par moment et quand la seiche passait, il avait toujours la manie de lui masser les jambes. Aaricia ne se plaignait pas. Elle aimait ce silence qui planait entre eux. Au moins, ils ne se tiraillaient pas. Elle s’endormait souvent, mais pouvait-on lui en vouloir? Posant instinctivement ses mains sur son ventre, elle regarda son frère et se déplaça un peu pour lui laisser de la place.

Je dois rester alitée, mais tu sais que ce n’est pas dans la nature des Bonfrère de rester tranquille.

Elle se retenait, mais la fatigue, la peur et les hormones ne purent se retenir. Jamais une femme-sel ou encore une domestique élèverait son fils. Encore moins aucune autre femme des iles de fer ne le ferait. Elle ne put se retenir longtemps la réponse, elle devait la dire.

Aucune femmes des Iles de fer ou encore une femme-sel s’occupera de mon enfant.

Le message était claire, même si elle en prenait les conséquences, personne ne la remplacerait à Pyk, personne encore moins dans le lit de son mari. Elle était la seule dame de Pyk. La seule et unique et personne et encore moins une femme-sel s’occuperait de son enfant. Elle devait se calmer. Willem touchait à deux sujets difficiles avec elle. Son enfant et son futur. Elle ne voulait pas rester cloitrer sur les iles de fer définitivement. Elle n’était pas assez idiote pour amener son fils sur les mers. Dagon lui avait promis qu’elle pourrait retourner sur la Sirène Noire.

Pardonne-moi. Ce n’est pas une question d’avoir un Bonfrère ou pas. Tu peux participer aux batailles que tu veux Willem. Il ne te privera jamais de le faire. J’ai arrêté à cause d’une stupide erreur, qui a couté la vie à certains de mes marins et mon boutre. Dagon, il me laisse une chance de lui prouver ce que je vaux. Oui j’ai des regrets de lui avoir demandé, mais une fois qu’il aura son fils, je serais libre. Je ne supporterais pas rester enfermé dans la forteresse pendant qu’il se bat je ne sais où.

Elle venait d’Admettre à demi qu’elle était amoureuse de sa seiche alors qu’elle avait toujours dépeint la seiche. Que pouvait-elle faire de plus. Oui, elle avait de l’Affection pour lui, ce qu’une femme n’avait certainement jamais eu à force d’endurer son caractère, mais il était comme le sien. Un tempérament de feu. Willem pouvait rire s’il le voulait, sa sœur amoureuse d’un homme, qui aurait pu prétendre cela. Bizarrement, certainement personne. Elle espérait pouvoir garder ce secret que pour elle et son frère. Elle n’avait pas envie d’entendre de moquerie. Il y avait assez des allusions dans la forteresse. Laissant son frère raviver le feu, elle ferma les yeux.

Apporte-moi la couverture sur la chaise près de toi et vient me raconter tes trouvailles

Dire qu’elle avait été presque leur mère. Elle se souvenait de Veloran tout jeune qui venait trouver sa sœur lorsque les nuits étaient orageuses. Il avait finit par oublier sa peur. Willem avait toujours été téméraire ce qui l’avait toujours amusé. Elle avait eu des regrets lorsqu’ils avaient grandi, mais cette époque reviendrait bientôt
.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 14 Aoû 2012 - 21:13

C'est toujours facile pour la personne dans le lit de dire qu'il ne faut pas s'inquiéter. Ce l'est moins pour celui qui est debout et indemne de le croire, mais Willem voulait bien croire sa sœur et de toute façon, il la connait bien. Aaricia n'est pas faite de paille, c'est une femme solide comme le rock de Cormartel et ce n'est pas une quelconque blessure infligée par un homme du nord qui viendra à bout d'elle. Une des premières choses dont il s'était réjoui en la voyant, c'était de voir qu'elle était en meilleur état que lui après la bataille de Port-Lannis. Il avait vraiment failli y laisser sa vie, mais le voilà aujourd'hui, de nouveau debout et bien fringuant et c'est maintenant sa sœur qui est alitée. Qui sait, la prochaine fois, ce sera peut-être le tour de Veloran. D'ailleurs, après que sa sœur l'eut rassuré, il eut une petite remarque presque poétique à cet égard.

-La dernière fois, le vent soufflait depuis Pyk vers Cormartel pour que tu viennes tenir compagnie à un blessé. Cette fois, c'était le contraire. En venant ici, le vent était favorable. Il faut sans doute profiter de la chance qu'on a. Un jour, les vents pourraient bien être contraires à nos souhaits.

Ce qu'il voulait dire, entre autre chose, c'était qu'ils avaient eu de la chance jusqu'ici. Chacun s'était blessé à la guerre, chacun avait survécu, mais chacun devra sans doute se montrer plus prudent, ou encore, se faire à cette idée inévitable: que personne n'est immortel et que tout le monde peut mourir, même Aaricia Greyjoy et Willem Bonfrère. Ceci dit, tant qu'ils ont les uns et les autres pour s'entraider, les vents seront peut-être toujours favorables à la famille Bonfrère.

Si la femme va bien, alors il voulait avoir des nouvelles du bébé aussi. Mine de rien, de voir sa sœur enceinte faisait découvrir à Willem que lui aussi, il avait hâte d'être marié, même s'il sait d'avance qu'il fera un bien piètre mari. D'ailleurs, il n'a pas pressé cette matière. Des paroles ont été échangé avec les Salfalaise, mais voilà, ça ne donnera sans doute pas de déboucher et ce n'était pas bien grave. N'empêche, la paternité n'est pas quelque chose qui effraie Willem. Il fera peut-être un meilleur père qu'un mari, qui sait? L'espoir fait vivre. En tout cas, c'était dans l'ordre des choses qu'Aaricia soit la première à avoir un enfant, bien qu'elle se soit mariée tard, d'après l'avis de certains. D'après ce qu'elle disait, l'enfant allait bien, il était même plus vigoureux que jamais et cela faisait plaisir à entendre. Si l'union entre un Greyjoy et une Bonfrère s'avère donner de bons résultats, alors on peut espérer que les deux familles restent proches une de l'autre.

-Content d'entendre de bonnes nouvelles alors. N'est pas né celui qui viendra à bout d'un Bonfrère! Euh... d'un Greyjoy je veux dire.

Un sourire en coin, on pouvait sentir que cette erreur était peut-être bien volontaire. Imaginer Aaricia alitée lui était difficile et il se dit qu'elle devait difficilement passer une journée complète au lit, à moins qu'on ne l'ait attaché quelque part. Il eut un autre sourire donc en entendant le commentaire comme quoi un Bonfrère reste un Bonfrère. Ils font de bien mauvais patients! Pour ce qui était de voir une autre femme élever son enfant, visiblement, il en était hors de question et déjà, il pouvait sentir que sa sœur serait bien protectrice envers son enfant. Le pauvre... Willem le plaignait presque à l'avance, mais de voir sa sœur dans tous ses états rien qu'à y penser le faisait sourire, c'est bien certain.

-Ouais, mais je t'imagine mal emmener un bébé sur un boutre. Remarques que tu as été sur un boutre en étant enceinte, alors une fois cette barrière franchie, il n'y a qu'un pas à faire pour y traîner un nouveau-né, pas vrai?

Aaricia semblait tout vouloir. Elle voulait élever son enfant elle-même sans jamais le confier à d'autres, mais elle voulait aussi reprendre le commandement de la Sirène Noire et reprendre son rôle de capitaine. Pourra-t-elle vraiment concilier son rôle de mer et son rôle de capitaine? Willem était un peu sceptique sur ces questions, mais bon, le temps dira si son scepticisme est avéré ou non. De toute façon, tout ça ne sont guère de ses affaires et il en est bien question, c'est pour ça qu'il ne comptait pas s'attarder encore très longtemps sur le sujet.

Visiblement, sa sœur était bien proche de Lord Greyjoy. Elle parlait de lui comme s'ils étaient inséparables désormais et comme si elle s'inquiétait pour lui, c'était peut-être même le cas d'ailleurs. Quand elle était venue lui rendre visite à Cormartel, il avait déjà constaté ce rapprochement et le fait qu'elle et le Lord Ravage semble bien proche. C'était peut-être une bonne chose dans un sens, quelque chose qui éventuellement, pourrait être profitable aux Bonfrère. Fixant de son regard un instant sa sœur, il n'émit finalement pas de commentaire et se leva pour aller alimenter le feu.

Une fois que ce fut fait, sa sœur aînée lui demande de lui apporter la couverture. Elle devait sans doute dormir un peu, mais avant, elle était prête à entendre son frère sur ce qu'il avait ramené du Conflans. Docile, il prit la couverture et l'installe doucement sur sa sœur. Une fois que ce fut fait, il lui demanda si elle était bien. Avec la réponse désirée, il se rassoit contre sa chaise.

-On a ramené plein de belles choses du Conflans, mes hommes et moi. Du vin, de la bière, du blé aussi, qui était caché dans un grenier souterrain. On a ramené plusieurs prisonniers, qu'on a offert au Dieu Noyé et on a gardé quelques prisonnières. J'en ai une à moi d'ailleurs. Une noble du Conflans, une certaine Grell, enfin, on se balance de son nom. Tout ce que je peux te dire, c'est qu'elle fait la jalousie de bien des capitaines. À défaut de me trouver une femme, j'aurai au moins une femme-sel.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mer 15 Aoû 2012 - 0:38

La jeune femme de la seiche eut un léger rire. Elle était de fort bonne humeur malgré tout. Elle gardait espoir, mais elle aimait ce revers de situation. Il était certain que si elle n’avait pas été enceinte, elle aurait été déjà sur pieds. Parfois, elle avait mal, mais le saigneur prenait soin d’elle. La Sirène de Pyk était précieuse aux yeux du maitre de la maison. Il ne fallait pas l’oublier. C’était Dagon qui commandait. Elle renvoyait le prêtre du Dieu Noyé, puisqu’elle savait qu’elle aurait le droit à un sermon. Elle était certaine de ne pas y échapper.

Au moins pour moi, le soleil brillait encore. Je crois que tu t’ais fait avoir par la pluie. Mais n’empêche mon bon frère est là, c’est tout ce qui compte pour moi.

Elle aimait le sens de la répartie de son frère. Il était toujours aux aguets. Elle était contente et ne savait l’exprimé autrement. Elle aurait pu lui sauter au cou, mais il n’aurait certainement pas aimé. Si elle avait élevé deux garçons qui n’étaient que ses frères, elle serait certainement capable d’élever une fille ou un garçon. Elle croyait réentendre la conversation qu’elle avait eue avec Dagon. Ils avaient comme une sorte de pacte entre eux. L’un tuerait l’autre. Elle lui avait aussi dit qu’un Greyjoy ne viendrait pas à bout d’une Bonfrère. Elle le taquinait, elle n’était plus l’insolente qu’il avait épousé. Elle avait changé, beaucoup même.

J’en parlais justement avec Dagon la dernière fois. Je lui disais qu’un Greyjoy ne pouvait et ne pourrait jamais tuer un Bonfrère. Ce qui n’est pas si faut, si l’on considère que j’ai encore ma tête sur mes épaules. Espérons qu’il n’héritera pas de l’insouciance de sa mère, je doute, que la Seiche puisse le supporter.

Mais le petit, qui qu’il soit se réservait un caractère bien particulier s’il le prenait de ses deux parents. Les défauts comme les qualités étaient bien. Cet enfant serait un combattant du Dieu Noyé, comme l’était son père et ses ancêtres. Il était aussi la stabilité de l’union entre les Bonfrère et les Greyjoy. Un Bonfrère, pouvait venir à bout d’un autre Bonfrère et les yeux qu’elle leva qu’un instant vers son frère ne furent pas les plus doux qu’il lui connaissait. Elle était insouciante, parfois trop téméraire et ne regardait pas les conséquences de ses actes, mais avec son enfant se serait autre chose, elle le chérirait comme la prunelle de ses yeux. Son petit chéri. Elle avait déjà hâte de le prendre dans ses bras et de le bercer doucement. Elle voulait raviver les anciennes flammes de jadis.

Je suis insouciante, mais pas au point d’amener un bébé sur un boutre. Lysena sera la. Elle pourra s’occuper de l’enfant, pendant que je serais sur la sirène noire et je me battrais dans l’optique de revenir pour en prendre soin. Tu ne peux pas dire que tu as manqué d’affection pendant que je jouais les mères à Cormartel. Je dirais même que cela me manque. Au moins, je ne me sens pas ridicule et j'essais faire quelques choses que la seiche ne sait pas faire.

Il savait qu’elle était une mère qui avait du nerf. Elle ne laissait pas les bêtises se faire et à défaut d’avoir eu un père qui voulait vraiment s’occuper d’eux, elle avait fini par prendre le relais et éduquer les deux garçons. Elle n’avait pas été toujours gentille, elle se souvient encore d’une crise de Veloran. Elle avait reçu des insultes, mais elle ne leur avait jamais fait de mal. Elle avait été aimante et sévère. La couverture fut la bienvenue. La petite Greyjoy avait froid, même avec ce feu. Elle le remercia et lui offrit un sourire.

Ne parle d’alcool. Si je pouvais seulement en boire au lieu des affreuses mixtures que le saigneur me donne. Dis-moi au moins, qu’elle n’est pas comme l’affreuse femme-sel de père qui est morte, après la mort de père.

Tout le monde savait qu’elle avait détesté la femme sel de son père. Surtout que la petite Aaricia n’avait jamais supporté celle qui avait pris la place de sa mère. Elle avait, sans le démontrer à ses frères, une certaine haine. On avait retrouvé le corps de la jeune femme quelques jours après. Euron avait fini par inventé qu’il l’avait vu fuir alors que Aaricia l’avait jeté à la mer, sans vouloir la tuer.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 15 Aoû 2012 - 1:51

C'était bon de discuter avec Aaricia. Ce n'était pas le même genre de discussions que celles qu'il partage avec ces marins ou même Harkar. Ce sont des discussions bourrus, qui tournent souvent autour des mêmes sujets. Oh non pas qu'il se plaigne de cela, mais enfin, parler d'autres choses, ça fait du bien et avoir un semblant de conversation significatif aussi. Pour ce qui est des conversations avec Veloran, les deux frères se parlent trop pour ne pas être parfois fatigués l'un de l'autre. En tout cas, parfois, Willem l'est. Ils se connaissent trop et il peut même presque prédire ce que Veloran va dire après qu'il eut débuté une phrase. Aaricia de son côté lui réserve encore des surprises et puis, la jeune femme a changé depuis qu'elle vit avec le Lord Ravage. Elle n'est plus tout à fait la même femme depuis qu'elle a quitté Cormartel. Il ne saurait dire par contre en quoi précisément elle a changé. Peut-être qu'elle a gagné en maturité.

Quand Aaricia lui parle de la pluie, le jeune homme a un sourire amusé et un petit regard sur lui-même, comme de bas en haut, baissant la tête pour mieux voir. De la pluie? Mais voyons, qui a parlé de la pluie? Ce n'est pas la pluie qui allait l'empêcher de voir sa sœur en tout cas. Même une tempête ne l'arrêterait pas. En tout cas, il était heureux de voir qu'elle était contente de le voir. Elle aurait pu être... disons, lasse ou bien indifférente, mais visiblement, ce n'était pas le cas et il s'en réjouissait.

La conversation continuait donc, dans toute sa simplicité. Qu'Aaricia ait dit qu'un Greyjoy ne pourrait jamais tuer un Bonfrère, c'était quand même un brin risqué. Il y a bien quelques Bonfrère que le Lord Ravage pourrait tuer par simple envie. Prenez Elyn par exemple... Willem n'en connait pas beaucoup qui verserait une larme sur le sort de cette femme. Aaricia, sans doute... Chose certaine, le bébé à naître risque fort d'avoir un sacré caractère, ou encore, d'être tout le contraire de ses parents et être un des enfants les plus dociles qui soit jamais né sur les Iles de Fer. M'ouais... on peut toujours rêver. Rien ne prédestine cet enfant à être sage comme une image.

-Tu devrais quand même faire attention à ce que tu dis. Je ne voudrais pas perdre ma tête juste parce que Lord Greyjoy veut prouver que tu as tord.

On dit beaucoup de choses du Lord Greyjoy. Aaricia est une des rares personnes qui le connait "vraiment", pour ainsi dire. Willem se demande parfois comment est l'homme, au-delà de cette image qu'il projette du Lord cruel des Iles de Fer. D'où sa réputation de ne pas hésiter à tuer lorsque c'est nécessaire ou lorsqu'il en a envie. Willem n'a pas peur de la Seiche, mais comme tout le monde, il reconnait qu'il vaut mieux être prudent, d'après ce qu'on dit de lui.

La discussion se poursuit et celle la même qui disait ne pas vouloir faire élever son enfant par une servante ou une femme-sel, mentionnait maintenant que Lysena Salfalaise jouera les nourrices tandis que madame ira jouer aux guerrières des mers. Fort bien, rien n'empêchera jamais Aaricia Greyjoy de faire se dont elle a envie. Cette fois, Willem ne peut pas se retenir de dire le fond de sa pensée sur les ambitions guerrières de sa sœur.

-Je continue de penser que ta place n'est pas sur une boutre. Tu viens tout juste de dire que ton enfant ne sera pas élevé par une autre... C'est tes affaires, mais il me semble qu'on a chacun notre rôle dans la famille. Veloran est le seigneur de Cormartel, je suis le guerrier et toi, tu es la femme de la Seiche. Qu'est-ce que tu veux prouver aux gens han? Tu peux me le dire? Ce qui t'es arrivée au Nord t'as pas suffi?

Cette fois, il se frustrait, parce que visiblement, elle n'a rien retenu de la leçon et qu'elle ne s'en tient pas à son rôle, qui est pourtant très simple et ça commence à l'énerver. Déjà à Port-Lannis, il a pris des risques pour elle, parce qu'elle était présente à la bataille. Ensuite, elle va au nord et disons que tout ne s'est pas bien passé, sinon, elle ne serait pas dans ce lit. Une fois mère, elle garde dans sa tête de mule de continuer à jouer les capitaines. Elle est si jalouse d'Elyn? De la Volmark? Elle devrait savoir, mieux que quiconque, que sa place n'est pas sur un boutre. C'était du moins l'avis de Willem.

La tension se calme sans doute, si tension il y a d'abord, parce qu'ensuite, il raconte ce qu'il a ramené du Conflans et il fit quelque peu l'envie de sa sœur au détour. Par contre, elle recommence sa vieille rengaine sur les femmes sel et le jeune homme bougea doucement la tête de gauche à droite. Franchement... Elle devrait passer à autre chose depuis le temps.

-La pauvre femme... même morte, tu la détestes encore et pour elle, tu détestes toutes ses semblables, s'en est ridicule. Tu devrais arrêter de t'accrocher à cette histoire comme à un morceau de bois sur la mer.

Aaricia aime à parler du passé. Elle aime évoqué les souvenirs du temps où elle jouait à la maman des frères Bonfrère. Elle aime parlé de l'époque où elle était capitaine. À la longue, c'est un brin énervant pour son petit frère, qui lui, essaie de faire ses marques. Willem quant à lui n'aborde jamais, ou presque, le sujet du passé. D'abord, il n'y avait rien à dire, rien à penser là-dessus. La pièce s'était comme refroidie et le jeune homme se lève de nouveau pour retourner près du feu, les bras croisés devant. Cela l'aidait à sécher plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Jeu 16 Aoû 2012 - 2:21

Aaricia haussa des épaules. Ce que Dagon disait, elle le faisait. Ce qu’elle disait, il l’écoutait et la jugeait ensuite. Elle avait appris comment s’y prendre avec lui. Elle était certaine de réussir, mais elle avait toujours eu un certain problème. Elle était une femme. Elle était certainement une battante, puisqu’elle essayait de prouver combien elle arrivait à être la cheville des autres. Dagon était un homme particulier, mais il avait l’expérience. Aaricia cacha sa petite colère au tréfonds d’elle. Elle ne donnerait jamais ses frères en pâtures à son mari. Elle devait faire attention, pour ne pas froisser la seule famille qui lui restait. Déjà certain lui reprochait son influence sur son mari. Il était un autre homme en sa présence, elle le savait. Pourtant, elle ne pouvait faire autrement que de toujours vouloir être au sommet avec lui. Elle n’aimait pas que l’on la remette à sa place. Depuis que la seiche de Pyk la traitait comme une reine, elle y prenait plaisir.

Je ne laisserais pas mon mari s’en prendre à mes frères sous aucune condition. Même si je voulais t’expliquer à quoi cela rime, tu ne pourrais pas comprendre. Il ne s’en prendra jamais à vous deux. Je ne le laisserais pas faire. Tu ne le connais pas comme je le connais Willem.

Elle sentait ses mains crispées. Elle devait se calmer. Si elle pouvait au moins s’expliquer. Non. Elle en avait assez d’entendre toujours les même sérénades. Toujours une par ci, une autre par la. Elle était toujours la dernière, celle qui n’était rien. Celle qui voulait tout faire pour recevoir des honneurs. Les paroles de Willem étaient dures, vraies, mais très dure à supporter pour Aaricia. Il ne comprenait pas le fardeau qu’elle portait et ce à cause de son égo qui était facilement irritable. Elle lui en voulait amèrement. Elle n’avait jamais été comme Elyn, elle. Elle ne l’aurait jamais été de toute manière. Elle portait trop d’attention à des petites choses qui n’étaient pas importante. Elle avait sacrifié son temps pour eux, et aujourd’hui, elle ne devrait être rien. C’était une déroute, pour la jeune femme de la seiche. Elle en avait mal au cœur. Son propre sang la destinait à rester les bras croisé? Non, elle ne supporterait pas. Cette image lui faisait mal au cœur, elle qui avait toujours voulu montrer sa valeur. Elle était une combattante et le premier qui en douterait, elle ne se priverait pas de lui faire savoir.

Un ventre pour donner des héritiers, c’est tout ce que je suis pour me deux frères. Tu n’es pas confronté à ca toi! Tu es un homme, tu as le plus gros boutre de notre ile! Je ne suis pas là pour faire partie des meubles. Tout allait bien dans le Nord! Tout allait bien jusqu’à ce que le bébé m’empêche de continuer. Autrement, tout allait bien. Tu crois que j’aime ca me retrouver dans des situations ridicules. Pourquoi je ne peux pas avoir un bon rôle pour cette fois? J’y ai le droit non? Ma vie n’appartient pas à Dagon et à ma famille.

Elle s'était adossée contre le mur peiné de ce que son frère pensait. Elle qui avait toujours cru en ses frères pour avoir des alliés. Il y avait de bonne chance que Veloran pense tout comme son frère. Pouvait-elle leur en vouloir de l’espérer e vie? Certainement pas. Pouvait-elle leur en vouloir de la croire bonne qu’à élever des enfants, ils se trompaient. Même Dagon voyait une perspective de la revoir sur les boutres. Elle ne serait pas si téméraire, il fallait bien la croire cette fois. Il n’y aurait plus de Port-Lannis ou encore de Nord, elle resterait en arrière si elle le devait, mais elle ne voulait pas rester cloitrer dans la forteresse. Elle avait les nerfs à vif et la seule chose qui fit taire sa colère fut un coup du bambin qu’elle portait. Elle en avait assez de cette douleur. La jeune femme de la seiche laissa son frère prendre place devant la cheminée et elle se laissa tomber sur le dos. Vivement, qu’elle puisse être libre.

C’est moi qui l’ai tué. C’était un accident.

Une erreur certainement. Elle s’en souvenait comme si c’était hier. Elle fixait les murs. Elle savait que son frère allait certainement contre-attaquer. Elle n’avait jamais voulu la mort de la femme-sel de son père, même si elle l’Avait souvent dit à haute voix. Si elle n’avait pas frappé trop fort, elle n’aurait certainement pas perdu pied. Elle savait que rien ne pourrait l’excuser, mais elle avait toujours eu de l’orgueil et ses frères le savaient. Elle n’avait jamais aimé les femmes-sels et elle avait toujours tout fait pour que Dagon n’en ai aucune. Elle voulait être la seule qui puisse le distraire. Elle ne voulait pas être remplacée. Quel plaisir il y avait. Elle voulait aussi vivre

J’ai toujours voulu être comme les autres. Être comme Elyn. Je n’ai jamais réussi à rester libre. Il faut toujours veiller constamment sur moi pour que je ne tombe pas. Je voulais simplement montrer que je pouvais faire autre chose que de faire preuve de mauvaise foi et d’entêtement. Je ne veux pas être une femme qui attends son mari et qui ne revient pas. Je ne veux pas mourir et laisser un fils. Je ne veux pas qu’on me protège incessamment. Je sais me défendre et défendre ceux que j’aime.

La jeune femme fixait les murs de la forteresse en pensant vaguement le ressentiment de honte mélangé à la tristesse. Elle n’avait jamais voulu se confronter à personne. Elle avait simplement oublié que parfois, il fallait faire attention. Elle n’avait pas peur de son mari, mais elle avait peur de la mort. Dagon lui avait assuré qu’elle l’accompagnerait lorsque le bébé serait né. Tant qu’elle ne jouait pas les casse-cous et qu’elle n’essayait pas d’assurer la protection des autres, elle pourrait faire attention à elle-même. Sa chute à Port-Lannis avait été provoqué par un des soldats de l’Ouest, mais si elle n’avait pas tenu à sauver Elyn, elle serait certainement dans une meilleure position.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 16 Aoû 2012 - 3:17

Il y avait bien quelques rumeurs au sujet du Lord Greyjoy et de son épouse, du pouvoir que celle-ci pouvait avoir sur lui. Mais cela n'était que des rumeurs. N'empêche, Willem le premier avait suggéré à Veloran qu'ils devaient profiter de la situation, mais ce dernier s'y était opposé. Trop risqué et puis, il ne voulait pas causé de dispute au sein de la maison Greyjoy et provoquer des disputes inutiles ou avivés des rivalités au beau milieu d'une guerre contre le continent. Fort bien s'était dit Willem, cependant, l'union entre Aaricia et Dagon profitait bien à ce dernier. Après tout, la Bonfrère était enceinte, elle va lui donner un beau mâle, un héritier légitime. Il lui semble qu'ensuite, il serait quand même bien que les Bonfrère jouisse de certains avantages à leur tour. Cependant, chez les Fer-nés, il faut se battre pour gagner quoique ce soit, un simple mariage n'est pas une garantie de quoique ce soit.

En tout cas, au moins, selon Aaricia, les Bonfrère était à l'abri de la colère du Lord Ravage. Une bonne chose, mais Willem n'irait pas tester sa colère pour autant. Pour ce qui était des raisons de cette protection, le jeune homme n'aurait probablement même pas pris la peine de poser des questions sur celle-ci. Il n'était pas vraiment curieux et puis, il était à même de respecter l'intimité et la vie privée du couple le plus important des Iles de Fer. Ce qui se passe dans leur chambre ou ce qu'ils échangent sur l'oreiller, ça ne l'intéressait pas du tout.

-Non, en effet et c'est correct comme ça. Il y a des choses qui doivent rester entre une épouse et son mari.

Après, la conversation s'emporte. Willem était frustré de voir que sa grande sœur ne comprenait rien à rien et qu'elle refusait de s'en tenir à ce qu'il avait appelé "son rôle. Bien sûr, il n'était pas cruel au point de vouloir la transformer en mère porteuse, mais il lui semblait que tant que l'enfant serait en bas âge et tant que l'issu de la guerre serait incertaine, qu'elle devait rester tranquille et éviter de mettre sa vie inutilement en danger et les raisons à cela étaient multiples. Si jamais il arrive malheur à Dagon, alors c'est son enfant qui sera vu comme son successeur. Or, s'il est trop jeune, Aaricia devra prendre le relais jusqu'à ce que le petit soit grand. Elle pourra compter sur plusieurs alliés et Veloran est plutôt doué dans l'art de convaincre. Reste que si le père et la mère se font tuer, ou que la mère se retrouve alitée comme en ce moment, Veloran aura bien du mal à leur trouver des alliés et les mauvaises langues, les opportunistes, saisiront la bonne occasion. Willem était conscient de tout cela et c'est bien pourquoi il tentait de convaincre sa sœur d'oublier un peu sa petite personne et de penser aux intérêts de sa famille, mais aussi, de son peuple. On ne peut pas faire ce qu'on veut dans la vie, parfois, on est contraint.

-Mais tu ne peux pas faire ce que tu veux de ta vie! Ta vie a une incidence sur celle de tous les autres maintenant! Alors arrêtes de faire l'idiote, tu veux!

Cette fois, Willem avait augmenté le ton de plusieurs tonalité. Il avait ce regard sévère envers elle qu'il avait rarement pour elle, mais qu'il pouvait avoir aisément envers d'autres. Sauf qu'il n'oubliait pas à qui il s'adressait, alors il prit une bonne inspiration et se calma.

-Ton rôle ne se limite pas à enfanter voyons et si tu veux jouer au capitaine, vas-y... Personne ne pourra t'en empêcher et si un jour tu devais régner sur les Iles, en attendant que ton fils ait l'âge, ton passé de capitaine te servira bien... Mais tu ne dois plus courir de risques inutiles et tu ne pourras pas tout avoir ma sœur.

Parce qu'elle semblait tout vouloir. La vie intrépide de capitaine de boutre et celle de mère de l'héritier des Iles, en plus d'être une épouse exemplaire pour le Lord Ravage et être à ses côtés pendant les batailles. Si elle veut vraiment tout faire et devenir la plus grande dame qu'il y eut jamais dans les Iles, elle peut toujours essayer, mais elle prendra de gros risques et elle devrait penser à ce qui pèse dans la balance parfois. Il n'est pas seulement question de sa vie à elle après tout.

Une fois calmé, Aaricia semblait ressentir le besoin de parler de la femme-sel de leur père. Willem ne lui avait jamais vraiment accordé beaucoup d'attention, mais il pouvait comprendre que son père ait été proche de cette femme. Elle aura sans doute été la seule chose à laquelle ce sale égoïste froid tenait dans sa vie. L'ironie veut qu'il ne se soit jamais occupé de ses trois enfants, mais en revanche, cette femme-sel ne manquait de rien. Aaricia avait raison de la détester, mais Willem avait de l'énergie à mettre ailleurs et puis, ça ne sert à rien d'haïr des fantômes. Alors qu'il fixait le feu, sa sœur lui fit un aveu. La femme-sel était morte par sa faute. Une faute accidentelle apparemment, mais une faute quand même. Euron l'avait donc protégé, comme toujours. Lâchant un léger soupir, le jeune homme se tourna doucement.

-Et ça pesait sur ta conscience? Tu sais, personne n'a versé de larmes sur le sort de cette femme. Elle est morte en même temps que notre très cher père.

On pouvait sentir l'ironie grisante dans le "notre très cher père". Willem ne l'aimait pas, il avait même une forme de mépris pour lui, comme s'il avait une revanche à prendre sur cette homme qui l'a traité comme un moins que rien durant toute sa vie. Euron avait bien plus l'étoffe d'un père, d'un modèle à suivre. Aaricia n'avait donc pas à s'inquiéter, ce n'est pas Willem qui lui en voudrait le moins du monde d'avoir tué, accidentellement ou non, la femme-sel du paternel. Peut-être que Veloran aurait un avis contraire...

Puis, Aaricia continua de se confier à son frère. Elle disait souhaiter être comme Elyn. Un mauvais exemple à suivre selon lui. Si les choses continuent comme elles vont pour elle jusqu'ici, sa carrière de capitaine sera courte. Pas un marin ne voudra suivre une femme qui court après la mort ou qui se fait poursuivre par elle. Il se rapprocha de nouveau du lit tandis que sa sœur parlait. Il la sentait exaspérée, pas après lui, mais après la vie en général. Silencieux un moment, il était revenu s'asseoir au bout du lit et fixa un instant la fenêtre, avant de reporter son attention sur sa sœur.

-Aaricia... Tu es exigeante, trop sans doute. Bientôt, tu auras un enfant, un garçon, on en est tous certain. Ensuite, la vie reprendra un cours presque normal, changé, mais quand même. Personne ne va t'empêcher de défendre ceux que tu aimes ou d'être la femme que tu veux être. Tu es une Bonfrère, personne n'aura le dernier mot sur toi. Seulement, tu dois savoir que si tu ne veux pas mourir, alors tu vas devoir faire des choix. Si tu ne veux pas attendre ton mari, tu devras en faire d'autre, mais dis-toi juste une chose:

Il ancra alors son regard dans le sien.

-Tu ne pourras jamais empêcher ton frère de te protéger toi, tes enfants et ceux que tu aimes.

Voilà quel était son rôle maintenant, en parti du moins et en ce qui le concernait, il était prêt à l'assumer. Il l'avait prouvé à Port-Lannis et il le prouvera sans doute en d'autres occasions. Willem ne craignait pas la mort. Sa témérité existe à cause de cela, autrement, il serait plus prudent. C'est plus facile aussi d'être téméraire lorsqu'on est jeune. Il vivait pour la guerre et il mourrait pour elle. Rien ne le retient vraiment, il n'a pas de raison de ne pas prendre de risque. Il n'a pas d'enfant lui, même pas de femme. Pourtant, il est aussi un battant, un survivant. Pas question pour lui de mourir dans un avenir proche.

-Tu devrais te reposer maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Sam 18 Aoû 2012 - 3:19

Elle n’allait certainement pas lui révéler son pacte de folie qu’elle avait fait avec sa Seiche. Elle ne supportait pas son absence et surtout son mutisme dont il faisait preuve dans les derniers jours. Même si elle préférait un silence entre eux, cela l’angoissait beaucoup à l’idée que le temps était compté avant son accouchement. Elle avait terriblement peur, mais elle ne l’avouerait certes jamais. Personne ne pourrait réellement comprendre. Elle préférait se taire et ne rien dire. Paraitre forte, même si elle ne l’était pas. Elle savait que ses gestes le disaient. Elle était aussi devenue insupportable avec le temps. Quoiqu’elle fasse, elle était toujours de mauvaise humeur. Elle ne se pouvait plus de faire rien. Elle voulait bouger, sortir prendre l’air. Sous le soleil ou sous la pluie cela ne lui dérangeait pas. Elle voulait sentir la fraicheur des Iles de fer. Elle était alitée depuis trop de temps déjà. Les remontrances, elle les prit sans broncher. Elle était certaine d’une chose, elle était de mauvais poil lorsque l’on voulait la protéger. Elle était certainement moins fragile qu’avant, puisque la Seiche lui avait découvert l’endurance. Elle se montrait plus patiente, et plus disciplinée, enfin sur quelques points. La Maternité ne l’aidait pas non plus. Elle saurait élever un garçon, mais une fille, elle doutait qu’elle puisse y arriver sans en faire son portrait.

Tout changeait de position. Habituellement c’était elle qui sermonnait les gens et non les gens qui lui faisaient les sermons. Elle aurait cru tout sauf ce discours venant de la bouche de son frère. Elle ne l’avait jamais vu ainsi, enfin pas devant elle. Elle avait prit un ton boudeur d’une gamine que l’on sermonne après avoir fait une bêtise. Pourtant, ce n’était qu’un discours qui prouvait qu’il tenait à elle, après tout. Peut-être que si elle n’avait pas eu un problème avec son égo, elle aurait écouté sans broncher, mais que voulez-vous, les femmes enceintes pouvaient s’avérer de vrai tête de mule, si elles le voulaient.

On dirait entendre le prêtre du Dieu Noyé sur le fait que je ne dois pas faire ce qui me plait, mais ce que l’on attend de moi, bougonna-t-elle.

Elle voulait avoir une vraie vie sans devoir se demander si elle devait le partager entre la guerre et le bébé. Oui, elle aurait des occupations quand il naitrait. Dagon verrait même une autre femme. En fait, il n’avait pas tort. Elle comprenait pourquoi. Il lui faudrait attendre quelques semaines, voir des mois pour s’en détacher. Il avait tout de même cohabité avec elle pendant neuf mois, elle n’allait pas se plaindre de retrouver son corps comme il était. Peut être un peu différent, mais elle retrouverait sa mobilité et sa souplesse qui lui manquait vraiment. Elle aurait tout le loisir de reprendre les entrainements et s’amuser avec le fils de la seiche. Même si elle n’était nullement demander dans l’éducation de Zachery, elle y participait de plus en plus. Elle avait l’autorité d’une mère et elle était heureuse que le fils de las Seiche s’y plis sans broncher.

Je ne sais pas. Je ne l’ai jamais réellement supporté ou encore aimé. S’il voulait combler une place dans son lit, il aurait du prendre une épouse, a la place de remplacer ma mère par une vulgaire catin. Bref, tu comptes faire quoi avec elle? Je suis certaine que lointain dans ton esprit tu es heureux que je ne sois plus à Cormartel.

Elle le taquinait, elle n’aurait jamais osé briser les jouets de ses frères. Oui, elle aurait abusé, elle aurait tourmenté un peu la pauvre pour s’amuser, mais elle aurait bien d’autre loisir dans quelques semaines. Elle voulait simplement changer l’atmosphère. Ses frères étaient les seuls liens qui lui restaient de Cormartel. Les seules personnes qu’elle aimait avec la tendresse d’une mère.

Parce que l’on m’a toujours demandé de l’être. Ne t’inquiète pas, je rêve et prie le Dieu Noyé toutes les nuits pour que ce soit un fils. Non pour Dagon, mais je doute avoir les capacités d’élever une fille et le pauvre ne supporterait certainement jamais de subir deux caractères aussi explosif dans sa forteresse. Si un jour, Dagon devait ne pas revenir, il aura besoin d’un modèle masculin. Un homme qui n’a pas froid aux yeux et plein de courage. Pourrais-je alors compter sur mes frères pour le guider sur la bonne voix? Faire comme Euron a fait pour nous trois.

Sans la rendre exécrable, il y avait peu de chance que Dagon souhaite cela. Il avait vaguement parlé de cela et elle se souvenait entendre qu’il aurait son mauvais caractère. C'était même amusant. Ce qu’elle lui demandait c’était presque de devenir comme Euron. De faire comme il avait fait avec ses neveux. Veloran était le mieux placé pour le conseiller et Willem sans doute, le meilleur pour lui montrer ce que tout bon fer-né devait savoir en navigation. Elle le demandait même si elle espérait voir la seiche et son fils ensemble. Tant d’effort récompensé, mais il ne fallait pas vendre la peau de la bête avant de l’avoir tué. Il n’était pas encore né. Se sentant quelques peu raisonnable, elle sourit et regarda son frère.

Promis, je ferais attention à l’Avenir, oncle Willem. Tu restes un peu à Pyk cette fois? Enfin quelques jours?




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 18 Aoû 2012 - 3:58

Il y avait eu une soudaine confrontation entre les deux Bonfrère, toujours aussi franc un envers l'autre, mais cette fois, Willem avait monté le ton, comme il n'aurait pas osé le faire à l'époque où Aaricia jouait les grandes sœurs, si ce n'est les mères avec lui et qu'il était encore un garçon. Il était maintenant un homme, il avait participé à des batailles et il commandait son propre navire. Il était donc tout aussi capable de faire des remontrances à sa sœur, fut-elle l'épouse du Lord Ravage lui-même. Il ne s'attendait pas à ce que sur le coup, elle lui donne raison ou s'incline, elle était bien trop orgueilleuse pour cela et à sa place, il serait de même, mais n'empêche, il espérait qu'une fois seul, elle y pense un peu et révise les plans qu'elle pouvait faire. Autrement, hey bien au moins, il lui aura dit sa façon de penser et il ne se sentira pas coupable de ne pas lui avoir dit ce qu'il pensait, simplement pour ne pas la troubler ou la déranger dans sa grossesse.

Aaricia boudait comme une enfant. Pour une fois, les rôles étaient inversés et c'est lui qui faisait maintenant des leçons de sagesse à sa sœur. Qui l'eut cru, en effet. Cela aurait été beaucoup plus du genre à Veloran de le faire et sans doute qu'il s'y serait pris avec un peu plus de tact et non avec une voix teintée d'exaspération. La Greyjoy resta silencieuse un court instant, avant de déclarer qu'il parlait comme un prêtre, à vouloir lui dire à quoi s'en tenir.

-Fais la sourde autant que tu veux, en quelque part, tu sais que j'ai raison.

Voilà qui clouait quelque peu le sujet, du moins, pour sa part. Aussi tête de mule l'un que l'autre, c'était impensable qu'ils capitulent, mais ils étaient aussi capables de laisser les éléments de désaccord entre eux de côté pour continuer à parler d'autre chose. De toute façon, parler, c'est bien beau, mais on verra bien ce que le futur leur réserve. À commencer, si elle aura un enfant, si elle survit à l'accouchement, si, si, si. Donc on verra bien si la Greyjoy partira de nouveau aussi souvent en mer qu'elle semblait le souhaiter ou si finalement, ce sera si exceptionnel que même Willem ne s'en souciera pas davantage.

La femme-sel de son père semblait vraiment être un sujet qui occupait une place importante dans la pensée d'Aaricia. Au contraire, pour son frère, c'était vraiment un détail, quelque chose qui méritait à peine qu'on le mentionne et d'ailleurs, il ne comprenait pas pourquoi sa sœur s'accrochait autant à ce sujet plutôt ennuyeux, de sa perspective et d'ailleurs, il l'avait dit d'emblée. Évoquer cette histoire, c'était pour lui s'accrocher à un bio de bois en pleine mer, rien de bien attrayant donc, valait mieux le laisser se faire emporter par les vagues. Même après avoir dit qu'il n'y avait pas de larme à verser sur le sort de cette femme, Aaricia demeure sur le sujet, ce qui, et il s'en cachait de moins en moins, commençait à ennuyer Willem. D'ailleurs, il regardait comme au loin, un peu perdu dans ses pensées, jusqu'à ce qu'elle lui parle de nouveau de sa femme-sel actuelle et non de celle de son paternel.

-Han, comment ça? Oh... tu veux dire ma femme-sel... Je dirais que tu te montres trop curieuse et que je fais ce qui me plait avec ce qui m'appartient.


Il y a des choses qu'il partageait avec sa sœur, d'autre qu'il ne partageait pas. Ce qu'il comptait faire de sa jolie femme-sel du Conflans, cela relevait plutôt de l'évidence de toute manière e t on pouvait même dire dans ce cas-ci: "ce qu'il en avait déjà fait". Willem n'était pas trop du genre à s'enfarger dans des principes quelconques, il prend ce qu'il veut et quand il le veut.

Après un petit moment de réflexion, le plus jeune des Bonfrère se livra à un petit monologue qui garantissait à sa sœur qu'il la protégerait toujours et qu'il veillerait sur elle, malgré ses autres occupations. Celle-ci semblait le croire, semblait croire avant tout sa sincérité. Elle avait donc un homme de plus pour la protéger, mais elle devait savoir depuis un bon bout de temps qu'elle pouvait compter sur Willem. La guerre le faisait maturer encore un peu plus rapidement, sans doute la nécessité d'une époque pareille. Il avait dû prendre la place de son oncle comme capitaine et mener les équipages de Cormartel au combat. D'ailleurs, ces actes ne devaient pas passer inaperçu et que sa sœur lui demande de prendre le relais, si le pire devait arriver à Dagon et de devenir le modèle de son enfant le flatta beaucoup et le fit sourire. Aucun compliment ne pouvait être meilleur que cette demande exigeante. Aucun doute, il en fera baver à son neveu autant qu'Euron lui en avait fait baver.

-Tu pourras compter sur moi.


Willem pouvait parler en son nom, il ne le ferai pas pour Veloran. Les deux jumeaux se complétaient bien et compléteraient sans doute tout aussi bien l'entourage du jeune Greyjoy à naître. Quant au reste, il était le premier à souhaiter pour Dagon et le bienfait des Iles que l'enfant dans le ventre de sa sœur ne soit pas une fille. Autrement, il faudra éviter Pyk pour au moins les quinze prochaines années, si ce n'est plus. Ce sera invivable. Cette pensée le fit sourire et si sa sœur lui demande à quoi il pense, il répondra "non, rien" et ne l'embêtera pas davantage avec ses pensées. Après quoi, Aaricia lui promet de faire attention et quand elle l'appelle "oncle Willem", il grimace, puis roule des yeux. Cette appellation ne lui plaisait guère. Will' ou Willem, c'était suffisant.

-J'y compte bien! Je ne compte pas quitter Pyk avant la naissance de ton enfant. Oh, je ne tiens pas à voir le spectacle de la naissance, je laisse ça à d'autres, mais quand même, un Bonfrère doit bien être là.

Le jeune homme s'était redressé, puis relevé. Il avait bien dit un Bonfrère et non pas une. Veloran semblait plus occupé que lui, alors Will' voulait bien jouer les émissaires ou les ambassadeurs à Pyk et de son côté, il n'avait pas prévu de raids dans un avenir proche. De toutes manières, ce serait plutôt imprudent par les temps qui courent. Comme la plupart des marins des Iles, il attend de voir quel sera la prochaine décision du Lord Ravage, quels seront ses ordres. Il espérait d'ailleurs croiser la Seiche pour peut-être tenter d'en prendre connaissance ou lui en glisser un mot.

-D'ailleurs, j'attends toujours de savoir où on va m'installer. Une servante devait venir me voir pour me montrer ma chambre...

Il parcouru la pièce des yeux. Non, aucun signe d'une servante et il attendait toujours. Peut-être qu'elle le cherchait ailleurs que dans la chambre d'Aaricia cela dit, Willem n'ayant pas pris soin de préciser où il allait exactement après être entré dans le château.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Dim 19 Aoû 2012 - 3:03

Elle ne voulait pas lui donner raison alors qu’elle était dans le tort. Elle savait que l’on voulait son bien, mais elle n’avait jamais aimé être protégée. Elle devrait s’y faire, puisque le temps y était. Elle ne gagne rien en mettant un fils au monde. Elle ne gagnait pas plus que le respect. Elle était la mère de l’héritier certes, mais cela était tout. Elle avait encore un rôle secondaire, mais elle n’avait pas envie de se retrouver en discorde avec son frère. Ils étaient tous ce qui lui restait de Cormartel. La jeune Greyjoy soupira et finit par lâcher prise. Elle ferait attention. Mais inutile de faire une promesse, puisqu’elle les tenait rarement. Elle ne voudrait certainement jamais céder à Willem. Elle ne commencerait pas aujourd’hui.

Pour une fois, qu’elle arrivait à parler de autres choses que de elle, il ne voulait pas. Elle préféra en rire que de continuer la conversation. Décidément, les Bonfrère étaient tous pareils. Elle Eut un sourire amusée. Elle aimait la réponse. Tant qu’il ne faisait pas de petits Willem, elle ne lui demanderait rien. Elle leva les yeux au ciel, prenant un air innocent. Elle pouvait bien se montrer aimable pour une fois.

Bien sur la tienne! Veloran n’en a pas. Oh la la. Tu fais preuve de possessivité mon cher petit frère. Je me demande bien de qui tu peux retenir ca. J’ai bien le droit de demander à quoi elle ressemble. Si tu ne veux pas me le dire, je le verrais bien lorsque j’irai à Cormartel.

Elle lui avait sourit. Ses frères avaient hérité des traits d’Aaricia. La dame des Iles de fer avait toujours eu le profil de sa mère. Elle ressemblait plus à son père, mais elle avait le sale caractère de sa mère. Si elle avait voulu bien une chose c’est que ses frères ne ressemblent à rien à son paternel. Elle se releva sentant une crampe dans son dos. Elle était soulagée de savoir que s’il arrivait quoique ce soit au couple Greyjoy, son enfant ne serait pas seul. Il aurait deux oncles sur qui il pouvait compter et encore, elle espérait avoir l’appui d’un grand gaillard. Même si son caractère était exécrable, elle était appréciée par le demi-frère de la seiche. Était-il assez loyal pour protéger le fils de Dagon? Elle ne pourrait le dire. Elle posa sa main sur celle de son frère et soupira.

Merci Willem.

Elle prit le verre qu’on lui avait apporté plutôt et soupira intérieurement. Elle n’avait pas envie d’ingurgiter quelques choses du genre. Elle manqua tout de même de s’étouffer lorsque Willem lui lança qu’il ne comptait pas s’inviter à l’accoucher. Heureusement, parce qu’elle avait convié personne pour cette partie là. Même Dagon serait absent, il y aurait certainement Lysena, mais sinon personne du château était conviée à assister au spectacle.

Ne t’inquiète pas, j’ai invité personne à cette petite fête. Tu pourras rester de l’autre coté avec Dagon si ca te chante.

Se connaissant très bien, elle allait certainement être très polie pendant le travail. Elle était un peu sceptique à ce que ce soit facile, mais elle tiendrait jusqu’au bout. Elle était faite très forte, même si le Nord l’avait quelque peu abimé. Elle avait fini par remarquer que la porte s'était ouverte discrètement et qu’un intrus repéré avait pénétré sa chambre. Elle avait reconnu le fils de la seiche et souriait. Il avait déposé une épée sur son lit.

Il l’a fait réparer.

Déposes la sur la table, veux-tu.

L’enfant s’exécuta et vint déposer un autre coquillage qu’il avait trouvé sur les plages de Pyk. Il y en avait déjà une quinzaine sur la dite table. Pour Aaricia c’était de la torture, mais elle n’arrivait pas à lui dire d’Arrêter. Chacun représentait un jour où elle était alitée. Pour le fils de la seiche, c’était un jour de plus, ou il ne pouvait pas profiter de sa présence.

Vous ne trouverez pas de servantes dans ce coin de la forteresse, elle les fait fuir.

Alors rends-toi utile petit démon et va m’en chercher une !

Mais tu as promis !

Après Zachery, file en trouver une.

Elle adorait ce petit garçon et elle s’amusait de le voir filer comme l’éclair. Elle était heureuse, elle serait bien entourée cette fois-ci. Elle était contente que pour une fois, on prenait soin d’elle. Elle avait pris sous son aile le fils de la seiche. Il n’était pas le sien, mais elle l’aimait beaucoup. Il l’amusait et elle était heureuse ainsi. Elle se fichait bien de que l’on ne veuille pas le voir en sa compagnie. Elle tenait à ce qu’il soit traité avec autant de respect qu’elle-même.

Heureusement, il est là pour m’égayer et maintenant j’ai mon frère a mes coté.



Spoiler:
 




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 19 Aoû 2012 - 15:07

Willem s'était quelque peu perdu dans ses pensées tandis que sa sœur lui parlait de la femme-sel de son père. De son côté, il n'avait pas plus souffert que cela de la présence de cette femme, son père n'avait pas besoin d'une esclave pour déconsidérer son plus jeune fils et de le regarder avec un air qui indiquait qu'il était peut-être de trop. Pourtant, pour bien des maisons, deux fils en santé, ce serait considéré comme une bénédiction, mais son paternel n'était pas le type d'homme à se réjouir de quoique ce soit. Il était aussi triste que la pluie et aussi froid que les vents d'hiver.

En revanche, quand Aaricia revient sur le sujet de sa femme sel à lui, de nouveau, elle capte son attention et selon ses propres dires, sa sœur se montrer trop curieuse sur le sujet. Elle n'était pas la première à percuter ce mur. Si Willem se vantait bien à qui voulait l'entendre qu'il avait une femme-sel maintenant, après, lorsqu'on voulait en savoir plus, il se faisait plus secret, prétextant souvent que cela ne regarde pas les gens et venant de Willem, c'était typique. Tout ce qui frôlait l'intimité ou un caractère plus personnel était automatiquement secret pour lui. Il n'était pas du genre à exposer sa vie, du moins, pas cette facette, même pas à sa sœur. Quand à la possessivité, c'est un trait de caractère qu'il possède depuis longtemps déjà. Le peu de choses qu'il possède, Willem y tient et ce qu'il a envie de prendre, il le prend, un vrai Fer-né sur ces points. Le jeune homme lâcha donc un soupire tandis que sa sœur se faisait un peu plus curieuse, mais se contentait maintenant de vouloir savoir l'apparence de sa femme-sel. D'ailleurs, c'est un peu ce qui était gênant, car il était conscient d'une chose: elle ressemblait à Aaricia. Pas sur le plan du caractère, diable non, mais sur les apparences, un peu.

-Elle est blonde, de grandeur moyenne, élancée... Elle est très jolie, pour une fille du Conflans.


Aaricia se trouvera peut-être quelques traits communs avec cette femme. Il ne fallait pas y voir des pensées tordues pour autant. Qu'elle soit sa sœur ou non, la Greyjoy restait une jolie fille et cette dame du Conflans n'était pas moins belle parce qu'elle ressemblait légèrement à sa sœur. Willem n'allait pas se priver de toutes les femmes aux cheveux dorés de cette terre!

En tout cas, le jeune homme ne pardonnerait jamais à sa sœur, ou probablement jamais, de tuer sa femme-sel. D'ailleurs, dans sa tête, il prévoyait que celle-ci, en bonne aînée, la mette en garde contre les femmes, leur beauté et toutes les armes et les moyens qu'elles peuvent utiliser. Même soumise, il faut se méfier d'elle. Cela, Willem ne le sait que trop bien et ne laissait jusqu'ici aucune marge de manœuvre à sa prisonnière. C'est du moins ce qu'il se dit.

Ensuite, la discussion prend de nouveau une tournure plus sérieuse. Aaricia semblait soucieuse de savoir si elle pouvait compter sur son frère pour l'aider, elle et son enfant à venir, si jamais Dagon disparaissait, faire comme Euron a fait avec eux, lorsqu'ils étaient jeunes. Une demande à laquelle Willem ne se voyait pas dire non. Il devait beaucoup à sa sœur et il passera sans doute sa vie à lui rendre, d'une certaine façon, bien qu'au fond, il ne se sente pas si redevable. Disons qu'il y avait des limites à ses bons sentiments, mais pour sa sœur, il frôlait l'exception.

Aaricia le remercia de sa dévotion, pour ainsi dire et le jeune homme eut un petit geste de tête, simple, qui signifiait à lui seul le "de rien" habituel. Elle était de la famille et entre membres de la famille, il fallait se soutenir. C'est ainsi qu'ils pourront survivre aux vents et aux marées à venir.

D'entendre sa sœur parler de l'accouchement comme d'une petite fête fit rire le jeune homme de bon cœur. Il espérait oui que les invités ne soient pas trop nombreux. Quant à l'idée de passer l'accouchement dans une antichambre aux côtés du Lord Ravage, cela ne le dérangeait pas. Il faisait confiance à sa sœur pour ce qui était de s'entourer de gens confiances durant ce moment important, un moment qui ne saurait tarder maintenant. À chaque nouvelles marées, les chances allaient en augmentant.

-C'est ce que je ferai.

Il sera avec son beau-frère, une pensée qui le fit sourire. Comme beau-frère, avouons qu'il y a quand même plus modeste que le Lord Greyjoy. Sur ses mots, un garçon ne tarda pas à entrer dans la pièce et Willem eut un regard vers le garçon en question, tentant de cerner qui cela pouvait bien être. Le gamin n'avait d'yeux que pour Aaricia et ses coquillages, entre autre chose. Puis, le garçon s'adressa à lui et le jeune homme eut un petit sourire amusé. Zachery... qui était donc cet enfant?

-C'est qui ce gamin?

Demande-t-il dès que l'enfant a quitté la pièce. Un des enfants de Dagon peut-être? En tout cas, ils semblaient proches et comme elle ne tarde pas à lui expliquer, il l'égaie, ce qui est une bonne chose sans doute, car il est vrai que depuis son arrivé à Pyk, il ne faut pas longtemps pour réaliser qu'un silence lugubre règne ici et quand le Lord Greyjoy est absent, ce qui doit arriver assez souvent, ça ne doit pas être guère mieux.

-Profites en oui!

Cela n'arrivera pas si souvent que Willem prenne un séjour prolongé à Pyk et qu'il se donne la peine de passer des journées avec sa sœur. Puis, une servante entre dans la pièce, après avoir cogné, pour avertir de son arrivée. Le jeune guerrier n'avait pas l'intention de traiter les servantes de Pyk comme il traite celle à Cormartel, mais déjà, on pouvait sentir son regard de mépris. Elle l'invita alors à le conduire à sa chambre et Will' se contenta pour toute réponse de se retourner vers sa sœur et de lui dire qu'il n'en avait pas pour longtemps. C'est ainsi qu'il quitte la pièce un moment et surprise agréable, on avait installé un bain dans sa chambre et il put ainsi en prendre un et se changer ensuite, ce qui lui fit le plus grand bien, c'était quand même préférable d'être sec et de porter des vêtements qui l'étaient tout autant. Ainsi, quand il revint auprès de sa sœur, il devait avoir l'air d'un homme neuf, ou presque. Sa sœur dormait, toute tranquille qu'elle était. Il se rassoit donc auprès du lit et attend patiemment que sa sœur se réveille d'elle-même ou qu'on vienne la réveiller pour une raison ou une autre. Il eut alors un petit sourire en coin.

-Ce que t'es mignonne quand tu dors... C'est le seul moment de la journée où tu te tiens tranquille.

Ce qu'il aimait la narguer ainsi. Mine de rien, cela lui avait manqué!
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Lun 20 Aoû 2012 - 2:14

Elle avait toujours eu peur d’une chose. De marier son père. Euron l’avait toujours mise en garde de faire très attention. Quand elle avait épousé la seiche, elle avait été de fort mauvais humeur. C’était une raison pour laquelle, elle avait toujours fait tourner les hommes en bourrique. Ils étaient pour la plupart tous très ennuyeux. Certains avaient voulu écraser son égo. Elle ne s’était jamais laissé faire. Sauf lorsqu’elle avait laissé Dagon la prendre. Elle l’avait haï comme une femme sel devait haïr celui qui l’enlevait. Cependant, elle ne pouvait rien dire. Dagon n’avait qu’elle et aucune femme sel ne vivait avec eux. Willem finirait par comprendre l’intérêt d’avoir une femme roc, mais pour l’instant, il était jeune. C’était plutôt à Veloran de faire durer le nom. Aaricia le regardait et elle se surprit à sourire lorsqu’il soupira. Elle avait gagné.

Je suis heureuse pour toi, mais attention. Si Dagon n'était pas occupé à se concentrer sur ses cartes, il te ferait certainement le profil de la femme comme étant la pire créature qui existe. Il n’aurait pas tort. Elles sont manipulatrices entre elle. Elle usera de tous les charmes pour ensuite te poignarder dans le dos. Fais attention.

Dagon ne lui avait pas donné d’attention pour ne pas s’emmêler dans un ramassis de sentiment qu’il n’avait pas. Elle avait traité comme une femme-sel, jusqu’à ce qu’elle lui montre qu’elle était capable de bien plus. Il lui avait fallu plusieurs semaines. Elle s'était enfermée, ne se nourrissant plus. Elle avait espéré souvent que le dieu Noyé la prenne, elle ou son enfant. Il l’avait maltraité qu’une seule fois. Il l’avait regretté, mais elle ne lui en avait jamais voulu par la suite. C’était ce qui faisait la différence. Elle s’occupait de lui, elle en prenait soin. Elle lui montrait une face de sa personnalité et cela l’amusait. Elle était toujours heureuse, lorsqu’il la rejoignait. Et pourtant, ceux qui avaient cru que cela serait certainement un désastre, devaient voir qu’ils s’étaient trompés.

Zachery est le fils de Dagon. Celui qu’il a eu avec sa femme-sel. Ce n’Est pas toujours facile, certain le traite autrement, mais je veille à ce qu’il ait la meilleure éducation.

Elle aimait ce petit démon. Il l’aimait aussi. Il avait été le premier à lui adressé sympathiquement la parole. Or Dagon avait toujours veillé à ce qu’il ne la dérange pas. Pourtant, elle était certaine qu’elle ferait une bonne mère à cause de lui. Chaque fois que la seiche était partie, elle avait eu le droit à sa présence, sauf lorsqu’il l’avait éloigné de Pyk. Elle lui en avait voulu. Si le petit démon ne revint pas. La servante, elle se présenta à sa chambre et conduit son frère dans ses appartements. Elle ferma les yeux et soupira d’aise. Personne ne vint la déranger dans son léger sommeil, sauf un commentaire de son frère qui était revenu et qui l’observait. Elle avait attrapé l'oreiller et lui avait lancé dessus pour le punir de son insolence.

C’est même le seul moment de ma vie ou je n’énerve personne. Cela doit faire du bien d’être dans des vêtements secs.

Elle eut un léger sourire. Elle mesurait l’importance de son frère près d’elle. Elle était même soulagée de le voir. Elle était très heureuse qu’un membre de sa famille avait pu se déplacer. Oui, elle comprenait que Veloran ne pouvait pas venir, puisque Cormartel, ne pouvait pas rester sans surveillance. Autrement, si Euron avait été encore vivant, elle aurait eu ses deux frères à ses cotés. Elle pensait beaucoup à lui dernièrement. Elle mesurait l’importance qu’il avait eue sur sa vie, sur ses choix.

J’ai très peur parfois. Surtout depuis que nous sommes de retour. J’ai toujours la force de tout faire, mais aujourd’hui j’ai peur. Je me souviens encore de son regard quand elle est morte.

Elle l’avouait, parce qu’elle était fatiguée de toujours paraitre comme une femme forte. Elle n’était pas capable de l’avouer à Dagon, mais avec ses frères, c'était autre chose. Elle arrivait à s’Exprimer. Elle était capable de dire ce qu’elle ressentait vraiment. Elle ne put continuer ses aveux, puisque le fils de la seiche entra dans la pièce avec une servante. Aaricia fit signe de servir son frère. Elle n’avait pas faim et il y avait certes plusieurs choses qui la tracassaient, mais elle ne voulait pas en parler devant le jeune garçon qui avait pris place sans demander. Il fixait son frère et Aaricia eu un sourire.

Willem, voici Zachery, le fils de Dagon. Zachery, mon frère, Willem.

Alors c’est toi le capitaine? Moi aussi un jour je serais un grand guerrier, mais faudrait qu’Aaricia demande a Papa si je peux aller avec eux taper des nobles.

Aaricia lui lança un regard désapprobateur et le petit retourna à ses moules qu’il avait pêché. Elle n’avait aucun droit sur l'éducation de ce dernier, mais elle prenait soin comme son propre fils. Tant que son époux ne dirait mot, elle le ferait. Autrement, elle ne dépasserait jamais les limites.

Il y en avait encore plein. Je les ai pêchées avec la nourrice que tu m’as trouvée. C’est plus amusant de le faire avec toi. Je pourrais le faire avec mon petit frère aussi, plus tard.

Merci de ne pas me mettre de la pression. Vous semblez tous vouloir un garçon.

C’est plus amusant qu’une petite sœur.

Aaricia soupira intérieurement, amusée par la situation et les paroles du jeune garçon qui mangeait goulument ses trouvailles. Tout le monde espérait un garçon pour qu’il n’y ait pas de sosie à endurer. Elle était tout de même heureuse de savoir que le fils de la seiche voyait l’enfant à venir d’un bon œil. Elle savait que si jamais il en état autrement, Pyk n’était pas vraiment perdu. Il y avait toujours Zachery. Elle était encore jeune et ne se laisserait certainement jamais abattre. Elle pourrait donner encore plusieurs enfants, si elle le pouvait toujours et si elle faisait moins l’idiote. Elle serait certes plus calme décidé à changer pour concilier, l’enfant, la mer et Pyk.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 20 Aoû 2012 - 12:50

Willem ne voyait que des avantages, ou presque, à avoir une femme-sel. Bien sûr, il n'écartait pas pour autant l'idée d'avoir une femme-roc, d'autant plus que la lignée de la famille doit se perpétuer, mais on peut très bien avoir les deux à la fois et savoir contenter l'une autant que l'autre. Car Willem est jeune et qui dit jeunesse dit besoin à satisfaire, besoin intense qui plus est. Il fallait donc sans doute plaindre sa pauvre femme-sel, parce que le jeune homme ne comptait pas se priver d'elle, loin de là.

En revanche, il connaissait la mise en garde de sa sœur. Il se l'adressait à lui-même par moment. Même le plus cruel des hommes peut se laisser attendrir par le toucher d'une femme. Certains marmonnent même que Lord Greyjoy ne serait plus tout à fait le même homme depuis qu'il a marié la Bonfrère. Willem de son côté, qui connait bien la première concernée, serait assez surpris du fait qu'elle ait adouci l'homme. Ce serait plutôt le contraire en fait. Cependant, Aaricia avait raison sur la femme-sel. Celle-ci usera de tous les moyens pour l'attendrir, lui faire oublier qui il est et qui elle est, pour mieux servir ses desseins par la suite. Cela, il se le répétait souvent, parce qu'après tout, aussi confiant est-il de ses qualités, il connait aussi bien ses défauts, sa vanité, son orgueil et le fait qu'il est jeune et bien qu'il ne le montre pas ou qu'il le cache bien, la jeunesse comporte son lot de naïveté parfois. Will' avait donc acquiescé, avec un certain silence, puis, il avait répondu autre chose, sur ce qu'Aaricia avait mentionné.

-Alors comme ça, Lord Greyjoy se concentre sur ses cartes?

Ce qui veut dire qu'il prépare quelque chose. Nul ne saurait prédire, après les tours de force qu'il a fait, que ce soit l'attaque sur Salvemer, en passant par la destruction de la flotte du Lion ou le raid sur le Nord, comme à l'époque de l'Antique Voie. Quelle meilleure façon de souligner la naissance d'un nouvel enfant dans la famille que d'organiser une grande attaque qui fera trembler les continentaux une fois pour toute et leur passera toute envie de prendre la mer. Cette fois, Willem voudra être du voyage, c'est certain et se démarquer d'une meilleure façon qu'à Port-Lannis. Avec Elyn qui est blessée, Aaricia qui aura un nouveau-né, sans oublier tous les morts qu'il y a eu, la Seiche devra se tourner vers de jeunes capitaines intrépides, mais compétents, forcément. Une occasion en or, qu'il suffit à Willem de saisir.

Loin des idées de guerre et de pillage du capitaine de la Larme Noire, il y avait ce petit garçon, qui semblait proche de sa sœur. Zachery, un prénom qu'il n'entendait pas souvent dans les parages, était donc le fils de la Seiche, enfin, le fils de sa femme-sel. Il y aura tout de même, on imagine, une place pour lui dans la maison Greyjoy, dans l'ombre des enfants légitimes entre Dagon et Aaricia. Car oui, si Aaricia voyait en ce gamin un gentil garçon plein d'innocence, Willem y voyait de son côté, en parti du moins, une sorte de rival potentiel face à son neveu, une idée qui ne lui plaisait guère, mais laissons le temps faire son œuvre. Pour l'heure, le gamin est un gamin et le bébé est encore dans le ventre de la mère.

-C'est gentil de ta part. Je me demande parfois pourquoi tu t’embarrasses de toute cette gentillesse?

C'était une drôle de question à poser, mais il la posait tout de même. Ce n'est pas lui en tout cas qui irait se soucier du fils de l'autre, être à la place de sa sœur, encore moins de son éducation et du reste.

Après cette première conversation, chacun prit un peu une pause, Willem allant à sa chambre et y prenant le bain qui n'attendait plus que lui. Un moment fort agréable, après le mur d'eau qu'il avait franchi pour venir à Pyk et il se sentait beaucoup mieux après, même s'il n'était pas homme à se plaindre, il devait reconnaître que le fait d'être sec faisait le plus grand bien. Impossible d'ailleurs de ne pas faire une petite remarque narquoise à sa sœur, qui mord à l'hameçon et qui lui lance un oreiller en retour, qu'il attrape après l'avoir reçu, Will' riant de bon cœur.

-Plutôt oui.

Une fois revenu près d'elle, Aaricia eut un ton de confidente, tandis qu'elle avouait avoir peur, peur de ne plus être capable d'être forte. Willem était quelque peu étonné de l'entendre parler ainsi. Sans doute était-elle fatiguée. Être enceinte épuise les femmes et puis, les derniers jours n'ont pas dû être facile. Elle ne doit surtout pas se laisser abattre ou laisser le moindre signe de faiblesse prendre le pas sur sa volonté.

Willem allait répondre quelque chose, mais il se tut en entendant les pas légers du gamin qui revenait dans la pièce. Les présentations se font alors set le jeune guerrier en profite alors pour toiser le garçon du regard et le jauger de haut en bas. Il ressemblait bien à un Greyjoy, enfin, on pouvait sans doute lui trouver quelques traits familiers.

-Tu peux m'appeler Will'.

Fit-il savoir avec un petit sourire en coin. Puis, le gamin parle du fait qu'il est capitaine et amusé, Willem jette un regard vers Aaricia, avant de reporter son attention sur le garçon et de faire mine de rester sérieux. C'est qu'il avait des ambitions le petit, ce qui le ramenait à ce qu'il pensait un peu plus tôt. Il n'y a pas de place à Pyk pour beaucoup de Greyjoy.

Silencieux, comme le garçon évoquait sa sœur et le pouvoir décisionnel qu'elle pouvait avoir, c'est amusé, mais intrigué aussi qu'il leva le regard vers elle. Cependant, elle semblait désapprouver. Willem reporta donc son attention sur le garçon.

-Je suis certain qu'un jour, on te laissera taper sur des nobles oui. Mais avant, tu vas devoir te faire taper dessus, petit homme.


Will' s'était permis après cette phrase de tapoter la tête de Zachery. Après quoi, le gamin reprit son repas, ainsi que Will', qui comme toujours, mangeait avec un appétit de loup et assez rapidement également. Le petit parlait déjà de ce qu'il ferait avec son frère. Oui, c'est vrai que le nombre de déçus sera assez élevé si c'est une fille, mais bon, tout le monde fera avec. Pour Zachery, aucun doute qu'un frère sera plus amusant qu'une petite sœur. Willem écoutait tout cela en bon spectateur, ne brisant pas le moment des deux, il s'évitait tout commentaire inutile.



Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mar 21 Aoû 2012 - 2:44

Que pouvait faire le Lord Ravage? Elle ne le savait pas, mais elle était sure d’une chose. Elle évitait d’en parler, pour oublier ce léger détail sur sa solitude. Il devait noyer son chagrin dans l’alcool. Pour une fois, il était incapable de faire quoique ce soit. Il était impuissant face à elle. L’un comme l’autre respectait l’autre et Aaricia ne lui en voulait pas de rester écarter toute une journée. Heureusement, elle pouvait dire une chose, il lui était fidèle. Elle ne pouvait que l’adorer plus. Elle ferait tout pour lui. Il était conscient de l’écart d’âge qu’ils avaient. C’était sans doute, la plus grande faille de leur couple.

Je ne pourrais te dire ce qu’il fait exactement. S’il le veut vraiment, il peut fixer une carte toute une journée.

Elle lui montrait tant que mal son indifférence. Elle ne voulait pas montrer à son frère que cela lui pesait de ne pas voir la Seiche chaque jour, comme elle le voulait. Elle comprenait aussi le désir de la seiche de s’éloigner d’elle. Chaque jour, elle avait hâte au soir pour se reposer dans ses bras et s’endormir en sécurité. Voila ce qu'était devenue leur relation. Il se cachait pour ne pas lui montrer qu’il avait peur lui aussi. Elle le comprenait que trop bien.

Je ne sais pas non plus. Il m’est apparu comme la première personne sympathique du château. Si Dagon voulait qu’il m’évite, il faisait tout pour m’observer. La Seiche est partie à Salvermer et j’ai eu tout le loisir de profiter de sa présence. Son innocence me fait de grand bien. Je ne sais toujours pas pourquoi j’agis ainsi avec lui.


Zachery était la première personne qui l’avait apprécié dans la forteresse de Pyk. Peut-être même le seul, pendant plusieurs mois. Elle se souvenait des activités qu’ils avaient faites ensemble. Elle avait appris à le connaitre et pour Aaricia s'était comme si elle retournait dans son enfance, ou elle avait élevé ses deux frères. Elle médita longtemps sur ce point et lorsque Willem vint l’Agacer à son retour, elle se fit plus sérieuse, après l’épisode de l’oreiller.

La réponse, à la question de tantôt, est plus simple que je ne le croyais. J’aime attirer l’attention, mais j’ai besoin d’en donner aussi. Je sais que Dagon m’a épousé pour que je devienne la mère du futur héritier de Pyk et des iles de fer, mais je vois en Zachery, moi à son âge.

Les années où elle avait habité chez son oncle avait certainement été les plus terrible. Elle n’avait pas connu les jumeaux à leur naissance jusqu’à l’âge de quatre ans. Si elle n’avait pas essayé de les tuer tout aurait été différent, mais son père avait fini par lui pardonner. La faute de l'âge. SI Veloran était un ange, elle avait souvent voulu étriper l’autre pour qu’il reste tranquille. Elle ne l’avait jamais fait. Elle avait enduré le caractère qu’il avait et elle et son oncle en avaient fait un homme digne de la famille. Elle n’avait plus besoin de protéger ses frères et encore moins Willem. Il était capitaine, il savait se garder en vie.

Zachery avait pris place comme il lui sied et avalait goulument son repas. Aaricia aurait bien osé, mais manger lui était quelques peu insupportable. Elle demanderait certainement de quoi grignoter plus tard. Elle laissa son fils adoptif discuter avec son frère et Aaricia reprit la parole suite à celle de son frère. Il avait parfaitement raison. Puis il enchaina sur son petit frère. Évidemment.

Une sœur peut être très amusante aussi. Demande à Willem, il en n’est pas mort de m’avoir enduré.

Papa dit que si tu as une fille, elle aura le même caractère. Et puis les filles pleurent toujours. On ne peut pas jouer avec des épées de bois non plus. Et tu m’as promis un petit frère.

Ce que Lord Ravage disait était n’importe quoi. Elle n’aurait pas el même caractère exécrable. Comme si le sien était parfait. Vieille seiche, il avait de drôle idée à transmettre à son fils.

Ton père a un don de dire n’importe quoi. Cesse de l’écouter sur ce qu’il dit sur les femmes. Willem n’est pas mort à force de côtoyer une fille, qui était sa sœur.

Elle espérait un petit peu de solidarité de la part de son frère. Sacré gamin. Elle l’aimait bien et même trop.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 22 Aoû 2012 - 12:42

Comme la plupart des gens des Iles de Fer, Willem ignore tout, ou presque, de la vie personnelle ou intime de Lord Greyjoy, un homme plutôt secret et il est sans doute dans son intérêt de l'être. Sans doute que s'il harcelait sa sœur de question, le jeune capitaine aurait quelques réponses, mais pour l'essentiel, il ne s'intéressait pas tant à la vie intime de son suzerain, bien qu'il soit heureux que sa sœur lui en parle un peu, puisque leurs vies sont désormais liées une à l'autre et d'après ce qu'il en jugeait, Aaricia ne semblait pas malheureuse avec lui, c'était même le contraire et tout à l'heure, rien qu'à sa façon d'en parler, Willem avait bien senti qu'elle tient à son époux et même, à ce fils qu'il a eu avec une autre femme et qu'elle a pris sur elle d'élever. Que faisait donc Lord Greyjoy en ce moment s'il n'est pas au chevet de son épouse? Elle avait dit qu'il lisait des cartes, mais au fond, elle ne savait pas vraiment ce qu'il faisait. Cela aurait fait plaisir à Willem de savoir qu'il prépare une autre attaque. Il faudrait sans doute cogner de nouveau sur l'Ouest. Ce n'est pas au Nord après tout qu'on trouve le plus de richesse et ce n'est pas le Nord qui se dotera d'une flotte pour venir attaquer les Fer Nés sur leur Iles. En revanche, à l'Ouest...

-Mine de rien, il a des décisions à prendre qui soit importante. Moi, j'ai seulement hâte à la prochaine bataille!

Willem s'enthousiasmait toujours, ou presque, face à la guerre. Il ne la craignait pas, on pourrait même dire qu'il l'embrassait et sa blessure, son expérience, à Port-Lannis ne l'avait en rien diminué. Au contraire, il était plus déterminé que jamais et enclin à vouloir sa revanche et deux fois plutôt qu'une. Loin de la guerre semble-t-il, il y avait Pyk et la vie simple qu'elle offrait à Aaricia. Elle s'occupait donc du garçon, sûrement par excès de gentillesse, comme cela pouvait lui arriver. D'un autre côté, amadouer le fils de Dagon a bien quelques avantages sur le long terme.

-C'est ton côté maternel je suppose... En tout cas, tant mieux si ça te permet de ne pas t'ennuyer. C'est assez morne ici...

Qui aurait cru qu'il faisait meilleur à Cormartel, du moins, d'après ce qu'il constate jusqu'ici, qu'à Pyk? Il aurait cru que plein de gens vont et viennent, que la vie y est plus active, mais apparemment non, il avait fait fausse route. Parti quelques temps pour se changer et prendre un bain, lorsqu'il revient, Aaricia l'accueille en lui envoyant un oreiller en plein dessus, mais un peu plus tard, elle se livrait à une certaine réflexion à voix haute, que le jeune homme écouta avec attention. Il ne savait pas par contre si Aaricia s'attendait à ce qu'il dise ce qu'il en pensait. En bout de ligne, Willem n'eut qu'un "hmm...", l'air pensif et ne dit rien. C'était sans doute vrai, voilà tout, mais on sait que le jeune homme n'était pas trop du genre à philosopher ou quoique ce soit, quoique, on pourrait s'étonner.

Bientôt, c'est le petit Zachary qui est de retour et qui vient prendre l'attention des gens présents. Willem était ainsi à même de constater comment ou pourquoi sa sœur semblait si attachée à cet enfant et pourquoi aussi il lui faisait penser à elle, plus jeune. En l'entendant vouloir jouer les guerriers et cogner les nobles, le petit garçon lui rappela un instant un autre enfant qu'il connaissait bien. Le gamin tenait vraiment à avoir un petit frère et Aaricia tentait, avec sa sagesse habituelle, de convaincre l'enfant du contraire, en vain, ce qui fit rire Willem dans sa barbe, enfin, pour le peu qu'il a et il avait un sourire affiché, curieux de voir comment elle allait s'en sortir. La réponse à cela était simple, elle cherchait des renforts du côté fraternel. Elle allait être déçu, puisque, amusé de toute évidence, le jeune guerrier se lève.

-Avoir une sœur, c'est pas si mal, mais personnellement, je ne saurais dire, puisque j'avais un frère aussi...

Comme il était debout, il était clair qu'il allait prendre son congé de sa sœur et du gamin. Ils avaient beaucoup parlé et puis, le petit Zachary était débarqué, mais il voyait bien qu'Aaricia était fatiguée, il la connaissait assez pour le voir, au-delà de ces yeux et de ce regard si intense qu'elle pouvait avoir.

-Je vais vous laisser tranquille tous les deux. Je viens si peu souvent à Pyk, j'aimerais bien visiter un peu... Oh et Zachary, première leçon sur les femmes: il faut les ménager, sinon, gares à toi. Alors moi à ta place, je laisserais Aaricia se reposer un peu et je repasserais plus tard.

Sur ces mots, Willem quitta la pièce et partit faire ce qu'il avait dit. C'était quand même drôle de voir Aaricia avec le petit Zachary. Nul doute qu'elle fera une bonne mère, le moment venu, un moment qui ne saurait plus tarder maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Dim 26 Aoû 2012 - 2:12

Elle aussi avait hâte à la prochaine bataille. Elle savait qu’elle serait difficile et qu’elle serait seule pour combattre. Ni Dagon et certainement encore moins ses frères ne pouvaient l’aider dans son combat. Elle serait seule contre l’enfant. Seule contre la volonté du Dieu noyé. Elle savait que Lord Ravage ne lui en voudrait pas de mettre une fille au monde. Elle savait qu’il ferait tout pour en faire une vraie reine de fer s’il le fallait. Elle était certaine de la volonté de son époux à supporter un caractère encore plus effrayant que celui de sa femme, qu’il aimait toujours avec tendresse. Son frère voyait un autre genre de bataille et elle ne pourrait lui en vouloir. Elle ne pouvait lui donner qu'un conseil, s’il voulait s’illustrer davantage.

Prends le plus de boutre de notre flotte. Quoique l’on dise des Bonfrère, nous possédons en nombre et en talent. Nous avons de jeune capitaine, mais des capitaines autant expérimentés. Je suis certaine que tu feras mieux que Port-Lannis. Même si je suis fière et le serait toujours de mon petit frère.

Elle ne voulait pas non plus le perdre. Elle était attachée à lui. Si Veloran avait toujours été son confident et son conseiller dans les temps de discorde avec la seiche, elle aimait autant Willem qui était beaucoup plus comme elle. Elle piquait son égo, car elle l’avait toujours fait, mais il gagnait fort en expérience. Il faisait un bon capitaine et c’était tout ce que l’on lui demandait.

Évite de t’attaquer aux galères, si Dagon veut seulement faire un petit coup de destruction.

Elle eu un petit sourire. Elle, la fibre maternelle? Jamais, elle n’était certainement la pire mère de toutes les iles. Elle était parfois cruelle avec Zachery, le mettant au pas. Il ne l’aimait pas toujours. Elle n’avait pas été non plus, une très gentille mère avec les jumeaux, même si elle avait toujours pris soin d’eux. Elle arrivait à être tendre et juste. Elle n’éduquait pas des continentaux. Elle était un peu sévère, mais la seiche l’avait un peu ramolli avec le temps et son contact quotidien.

Toi et Veloran êtes toujours vivants, à croire que je ne suis pas si pire comme mère. Mais bon comme tous les deux pensées que Dagon m’a ramolli, c’est peut-être pour ca.

Même le « hmmm » de son frère lui parut comme une raison évidente. Pourquoi avait-elle dit ca. Il ne l’avait pas connu lorsqu'elle était une enfant. Elle avait grandi trop vite puisque les jumeaux avaient été un centre d’intérêt quotidien. Elle était devenue une femme plus vite qu’elle l’aurait crue et certainement voulue. Le seul qui aurait pu en témoigner était son oncle, mais il était parti trop vite, pour voir, qu’elle accomplissait son destin. Des fois, il lui manquait énormément et elle regardait les coquillages que le fils de Dagon lui rapportait. Le bon temps était déjà très loin derrière elle. Elle grimaça en voyant Willem prendre le parti du gamin. Elle lui offrit un regard amusé et lança avec amusement :

Tu vois, il est encore en vie, donc même une petite sœur sera amusante.

Sauf, qu’elle devrait faire attention aux bêtises qu’il pourrait lui faire faire. Il était le petit démon de Pyk, mais elle l’aimait bien. Elle remercia son frère et elle regarda Zachery qui en profitait pour lui faire les yeux mignons. Elle était amusée.

Merci encore d’être venu, Willem.

Elle le laissa partir et s’installa dans son lit avant de faire place au gamin. Zachery alla bondir de sa place et vint se blottir dans ses bras. Il ne se souvenait pas de cela de sa propre mère. Heureusement Aaricia était là. Elle rabattit les couvertures sur lui et ferma les yeux. Elle était aussi exténuée.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Le vent souffle dans une direction, puis une autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Quand le vent siffle dans les montagnes...
» Maya ~ Le vent souffle où il veut, tu l'entends mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va.
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» HAITI SURPRISE !UN AUTRE VENT SOUFFLE SUR LE PAYS !
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-