AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Un Karstark à Winterfell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 5 Aoû 2012 - 16:55



La chevauchée n'avait pas été des plus reposantes, depuis le départ de Karhold. Accompagné par un petit groupe de soldats, Lord Harold Karstark avait traversé la forêt qui entourait sa forteresse, puis les plaines et les collines avant de parvenir dans la capitale du Nord, Winterfell. Bien que le Nord fasse partie du Royaume des Sept-Couronnes, Lord Karstark se plaisait à nommer le bastion des Stark leur capitale. L'idée que ces Dragons du Sud contrôlaient officiellement la région avait de quoi horripiler le Seigneur de Karhold, qui rêvait secrètement de l'indépendance du Nord. Certes, il fallait honorer la Paix du Roi, et la paix réussissaient mieux aux petites gens que la guerre, mais tout de même, Lord Karstark avait l'impression que le Nord était entravé par des chaînes forgées par le souffle des dragons Targaryen.

Ajouter à ces idées sombres l'obscurité des bois et le froid mordant qui régnait dans les vastes étendues nordiques, Lord Karstark avait de quoi arborer une mine maussade lorsqu'il aperçut les tours de Winterfell se dresser au loin. Cela faisait bien deux semaines - il n'avait pas compté les jours exacts - que la compagnie était partie de Karhold, un matin lugubre. Battue par une tempête de neige, la forteresse avait eu l'air bien plus accueillante que la forêt, et Lord Karstark n'avait pas réussi à se défaire de l'image du visage de sa Lady Carolyn rongé par l'inquiétude de le voir partir à nouveau. Il lui avait expliqué qu'il serait bientôt de retour, que ce voyage vers Winterfell n'avait d'autre but que d'aller voir comment le Stark se portait et de lui amener des précisions sur les opérations destinées à décimer les brigands de la forêt de Karhold.

Ce prétexte était véridique, mais il avait volontairement omis de révéler à son épouse qu'il brûlait de retourner à Winterfell, centre névralgique du Nord, afin de s'enquérir de la santé des peuples Nordiens et pourquoi pas, dénicher un époux pour sa belle Jeyne. L'intéressée elle-même n'était pas au courant, du moins Lord Karstark ne lui en avait pas encore causé. Mais elle devait bien se douter que c'est à cela qu'il la destinait, à quoi d'autre sinon ?

Quant au jeune Harvard qui l'avait seriné pour qu'il accepte de l'emmener avec lui, Harold avait été on-ne-peut-plus ferme : « Ton heure viendra, mon fils, et tu pourras alors chevaucher vers Winterfell quand le coeur t'en dira, ou quand ton frère te l'adjoindra. »

Sur ce, il avait tourné les talons, faisant virevolter son grand manteau de fourrure dans son sillage, le son que produisaient ses bottes en frappant le sol de pierre résonnant dans le couloir. Un fils de Seigneur ne faisait pas toujours ce qu'il souhaitait, Lord Karstark l'avait appris dans sa jeunesse. Et une fille de Seigneur encore moins, s'était-il dit en songeant un instant à sa Jeyne.

Confiant la responsabilité de son château à son capitaine des gardes durant son absence, Lord Karstark s'en était allé, tout emmitouflé dans son gros manteau. Il avait revêtu une cotte de maille et un surcôt de cuir noir frappé de son emblème, un soleil blanc, le Soleil de l'Hiver, surmonté de son manteau. Il avait une lourde épée ceinte à son côté gauche ainsi qu'un bouclier arborant lui-aussi son blason, et ses mains étaient soigneusement enveloppées dans des gants en peau d'ours. Il ne portait pas de heaume, préférant garder la tête au frais et les cheveux au vent, et il chevauchait un grand étalon gris nommé Tempête.

Le voyage s'était donc déroulé dans le froid, le groupe ne rencontrant que quelques brigands qui détalèrent en les voyant arriver, et Lord Karstark et ses hommes les avaient traqués avec plus ou moins de réussite, s'arrêtant parfois dans une auberge si auberge il y avait, ou bien dressant un camp sur le bord de la route, montant la garde à tour de rôle. Harold avait l'habitude de tout cela, c'était sa vie, mais avec la vue de Winterfell s'éveillèrent les souvenirs des soirées passés au coin d'un bon feu, bien à l'abri du vent dans un château. C'était le plus souvent celui de Karhold, mais ce soir serait différent. Lady Carolyn lui avait fait jurer de lui dépêcher un corbeau lorsqu'il serait parvenu à destination, il lui faudrait donc aller trouver le mestre de Winterfell.

En arrivant devant les portes de la cité, Lord Karstark vérifia que son porte-étendard se trouvait à côté de lui. Des paysans, des marchands et des chevaliers entraient et sortaient de la ville presque sans discontinuer et Lord Karstark se porta à la suite de ceux qui entraient.

Les gardes connaissaient pour la plupart son blason, et certains sa tête, aussi n'eut-il pas de difficulté à passer la porte. Une fois passé la ville basse, le groupe entra dans la forteresse à proprement parlé, et Lord Karstark mit pied à terre dans la grande cour.

« Tenez, menez Tempête à l'écurie. » dit-il à l'un de ses soldats, qui obtempéra.

Jetant un regard circulaire autour de lui, Lord Karstark émit un soupir de satisfaction : pratiquement rien n'avait changé depuis sa dernière visite. Décidant de visiter le Bois-Sacré pour y prier les Anciens Dieux, il donna quartier-libre à ses hommes et se dirigea à grandes foulées vers la porte du sanctuaire.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 9 Aoû 2012 - 19:58

    Quelques jours s'étaient écoulés depuis les retrouvailles du Gris Coer et de Lya Norroit, si la jeune femme aurait volontiers passée encore du temps du temps en la compagnie du reître, elle avait ses propres obligations et lui-même devait vaquer, aussi il l'avait laissée la dernière fois avec la promesse de la revoir pour qu'ils puissent ensemble deviser, comme avant. La journée était fraîche mais le soleil éclairait la forteresse de Winterfell, qu'il fût jaune ou blanc n'y changeait rien d'ailleurs, pensa le reître avec malice tout en avisant le seigneur Karstark qui démontait de son cheval. Comme pour Lya, cela faisait un moment qu'il n'avait vu le vieux seigneur de Karhold, il avait jadis travaillé à son service en tant que reître, s'il n'avait put l'approcher de trop près, le seigneur ne se mélangeant pas à la piétaille et préférant volontiers la compagnie de ses gardes à ceux des franc-coureurs, il avait put l'observer, de loin, y croquant le portrait d'un homme sévère, car c'était ce qui semblait le mieux caractériser le Lord Karstark. Sévère, intransigeant et buté comme les vieilles pierres de sa forteresse de Karhold.
    Et digne comme c'était pas permis.

    Mais Elvan ne se moquait pas spécialement des seigneurs, surtout ceux de cet acabit, car malgré cette rigidité dont il semblait faire étal à tout moment, il était nécessaire pour le Nord et les Stark d'avoir ce genre de soutiens, pas des plus détestables au demeurant. Puis il payait bien, du moins dans les souvenirs d'Elvan. Ou peut-être était-ce les Manderly ? Non, pas les poissonniers de Blancport, ceux-là...

    Harold Kartstark passa devant lui, sans même lui jeter l'ombre d'un regard, au moins le Gris Coer était fixé sur la question de son identification ou pas par le Karstark, Karstark qui filait toutes voiles avant vers le Bois Sacrée, c'était à croire que les Anciens Dieux ne s'étaient pas lassés des mots doux que le Slate leurs avaient glissés ces jours-ci ! Il pénétra par la grille de fer à la suite du Lord et le suivit, mais ne lui laissa pas le temps de s'installer pour prier, préférant imposer sa présence d'emblée, il ne savait pas très bien comment engager la conversation, ni très bien quoi lui dire, qu'il fût reître ou second fils de la maison Slate, il n'en demeurait pas moins indigne d'adresser la parole à un seigneur de cet acabit. Et une impertinence pourrait lui valoir une tête de tranchée, il n'en serait pas étonné. Alors quoi faire ? Se présenter en tant que second fils de Slate ? Et révéler un secret qu'il gardait depuis tant d'années à quelqu'un dont il n'était pas sûr de pouvoir se fier (la bonne blague, un reître qui se méfie de la confiance accordée à un noble !). Il s'avança à la rencontre du lord qui, entendant ses bruits de pas, s'était retourné pour voir de qui il s'agissait, ployant genou à terre et baissant la tête, le Gris Coer ne vit que cette approche pour pouvoir adresser la parole au Lord :

      « Lord Karstark, on me nomme le Gris Coer, reître, franc-coureur ou tout autre appellation égale, je viens vous présenter mes respects, c'est un honneur pour moi de rencontrer enfin un seigneur de votre acabit... »


    Il resta ainsi, dans cette position, attendant que le seigneur de Karhold fasse quelque chose, comme lui intimer de se relever, ou s'informer de ce qu'il voulait, voire même de trouver une utilité aux informations que le reître venait de lâcher. Néanmoins il espérait que le seigneur ne prendrait pas mal son intrusion, le Gris Coer tenait à sa tête et à sa liberté et le seigneur ne semblait pas des plus sympathique au premier abord...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 10 Aoû 2012 - 13:29



Fatigué par sa longue chevauchée, mais content d’être arrivé sans encombre à destination, Lord Harold Karstark avait congédié ses soldats et s’en était allé pour le Bois-Sacré, l’un des plus importants de tout le Nord. Cet endroit était l’idéal pour se ressourcer, pour rechercher une certaine paix intérieure, pour se soumettre au regard sévère des Anciens Dieux sous la forme de cette figure sculptée dans un barral. Lord Harold avait déjà eu l’occasion de s’y rendre, le plus souvent seul, mais parfois accompagné, et s’était agenouillé au bord du petit étang au pied du barral. Il avait l’impression que ce Bois-Sacré-ci était plus lumineux, moins froid, que celui de Karhold qu’il fréquentait pourtant avec assiduité. Le fait était que Karhold était plus au Nord que Winterfell, il y faisait donc plus froid.

C’est sur ces réflexions climatiques que Lord Harold passa la porte du Bois-Sacré avec la vague impression d’être suivi. N’y prêtant attention, le Seigneur de Karhold s’avança vers le cœur du Bois, là où se trouvait le barral. Tout en marchant, il se déganta afin d’avoir les mouvements plus libres. C’est alors qu’il aperçut une silhouette derrière lui.

C’était un homme, vit Harold, vêtu assez chaudement comme il était de coutume dans ces contrées. Il avait les cheveux bruns qui venaient lui caresser les épaules ainsi qu’une petite barbe impeccablement taillée. Remarquant qu’il était armé, Lord Karstark se tint sur ses gardes, inspectant le nouveau-venu d’un air mi-soupçonneux mi-interrogateur. L’homme s’agenouilla, peut-être dans le but de déjouer la vigilance du Seigneur, ou bien simplement pour lui présenter ses respects. Mais dans quel but ferait-il cela ? Harold ne connaissait pas cet homme, aussi attendit-il que l’autre prenne la parole :

« Lord Karstark, on me nomme le Gris Coer, reître, franc-coureur ou toute autre appellation égale, je viens vous présenter mes respects, c'est un honneur pour moi de rencontrer enfin un seigneur de votre acabit... »

Harold Karstark haussa les sourcils, pas vraiment impressionné, mais décida de ne pas se montrer trop cassant dans sa réponse :

« Le Gris Coer, dites-vous ? Oui … Votre nom ne m’est pas inconnu, ou du moins votre titre, ou toute autre appellation égale. J’ai eu vent de quelques-uns de vos faits d’armes : vous êtes parait-il adroit avec une lame. »

Une imperceptible nuance de moquerie teintait la dernière phrase, mais Lord Karstark n’avait pas pour habitude de distribuer des compliments à tout-va. Son Père lui avait en effet appris à ne pas se montrer outrageusement amical avec les petites gens : un Seigneur se devait d’être au dessus du peuple, ce qui impliquait une certaine distance. Rabrouer ses admirateurs n’était cependant pas la meilleure méthode à employer non-plus. Harold aimait beaucoup ce petit jeu, même s’il veillait à ne pas se faire détester de sa population.

« Et que peut bien rechercher un reître ou un franc-coureur en abordant un Seigneur de mon acabit ? Seriez-vous en quête d’un mécène à qui prêter votre lame et vos talents en échange de quelque rémunération ou récompense ? Sachez que j’attends de mes hommes et de ceux qui s’y rallient une loyauté sans faille. » expliqua-t’il tout en scrutant le visage du Gris Coer avec sévérité.

Feindre l’ignorance quant aux desseins du Gris Coer était une manière comme une autre d’inciter ce dernier à expliciter ses intentions. Lord Karstark avait aussi jugé astucieux de lui rappeler que l’honneur était une qualité très importante pour un soldat : pas question de se retrouver avec un filou dans ses propres rangs.

Lord Harold se caressa lentement la barbe, tout en réfléchissant. Employer ce reître pourrait se révéler utile si celui-ci acceptait de venir à Karhold, où le travail pour les hommes d’armes ne manquait jamais. Et puis Harold n’avait pas d’autre proposition à faire à des reîtres que celle-ci :

« Si ce que l’on raconte sur vous est vrai, il se pourrait que je puisse vous employer. Mes terres autour de Karhold sont fréquemment la cible de brigands qui se terrent dans les bois. Ils attaquent les villages, pillent les maisons avant de les brûler, détruisent les cultures, massacrent les hommes, violent les femmes et noient les enfants dans des puits. Cela fait des années que je mène des opérations contre ces barbares, mais il y en a toujours d’autres et ils savent se cacher aussi bien que des renards dès que mes cavaliers sont dans les parages. Nous les coinçons de temps à autre et tuons ceux qui se battent avant de faire justice à ceux qui se rendent … »

Il tapota la garde de son épée pour montrer de quelle manière il rendait justice aux brigands, tout en arborant un léger sourire satisfait. Protéger des innocents, voilà bien ce que devait souhaiter tout homme doté d’honneur, Lord Harold le premier. Il avait beau paraître froid et même peu aimable, les bonnes gens de son domaine le considéraient comme leur sauveur, leur Seigneur.

« Et relevez-vous, vous allez prendre racine. Lord Stark finirait par se demander quelle espèce d’étrange arbre a poussé dans son Bois-Sacré !! » ajouta-t’il, retrouvant son petit air moqueur.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Un Karstark à Winterfell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Ventes Warhammer 40K Winterfell + recherches
» Journal de la Dame de Winterfell
» Alys Karstark~Les RP
» Théa Karstark - l'amour dans une armure de glace
» Kevan Karstark- L'épée du Roi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-