AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Une missive de lord Hightower à lord Tarly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Sam 4 Aoû 2012 - 18:57

     Les nuages étaient nombreux et lourds dans le ciel qui couvrait Port-Réal de ce dôme grisâtre et qui menaçait d'un orage, mais aucun d'eux n'était de nature à troubler la clarté du regard de Clarence qui avait longuement réfléchi à ce qu'il s'apprêtait à faire et au corbeau qu'il comptait bientôt écrire. Le mariage de sa sœur Virginia viendrait bientôt. Celui de Valencia aussi. Ne restait donc plus que lady Victoria, la petite dernière, la douce et discrète petite sœur qu'il couvait d'un œil presque paternel depuis qu'il était devenu lord Hightower. En tant que membre de la maison de la Grand-Tour, elle était en droit de s'attendre à un beau et bon mariage, une union qui ajouterait à l'honneur et au prestige de sa famille. Le choix aurait donc dû couler de source et revêtir les tendres couleurs de la simplicité. Mais il n'en avait rien été, et Clarence le déplorait un peu. Le Grand Argentier aimait les schémas compliqués, mais il n'était pas contre, de temps en temps, un peu de limpidité dans ses affaires. Une personne en particulier s'était imposée à lui comme le choix idéal pour lady Victoria, et pendant un certain temps, Clarence avait été convaincu que ce choix serait le bon et qu'il entreprendrait au plus tôt les démarches afin de mieux s'assurer qu'un tel parti ne lui échappe point. Mais depuis, il y avait eu la bataille de Port-Lannis, et le retour à Castral Roc. Il avait rencontrer Gerold Lannister et même eu le plaisir de s'entretenir en privé avec lui. Cela avait suffi pour convaincre Clarence d'abandonner pour toujours l'idée d'unir l'une de ses sœurs à l'un des Lions de l'Ouest. Cette décision fut d'autant plus facile à prendre que depuis plus longtemps encore, Clarence avait sous ses yeux un autre célibataire qu'il estimait de nature à faire un meilleur mari et un meilleur parti pour sa petite sœur Virginia. Il s'agissait d'un homme né dans l'une des meilleures familles du Bief, héritier d'une longue tradition de chevalerie et futur porteur d'une lame en acier valyrien qui faisait à elle seule le renom et la gloire du lignage de Corcolline. De plus, Samwyle Tarly était le fils de lord Leslyn qui se trouvait être un proche de leur suzerain Leo Tyrell, proche au point d'avoir acquis la tête de l'ost partiel convoqué pour répondre à la menace Fer-née... sans parler du prestige militaire attaché au fin tacticien qu'était lord Leslyn. Autant de raisons, donc, d'attarder son regard sur lui et de laisser à la porte le cadet Lannister pour ne retenir que l'aîné Tarly. Ainsi, sûr de ce qu'il s'apprêtait à faire, Clarence commença à écrire cette missive que lirait bientôt le porteur de Corvenin.

      « Lord Tarly,

     Que ce corbeau vous trouve en bonne et heureuse santé est mon souhait le plus cher, car il est porteur d'une nouvelle qui, je l'espère, suscitera votre intérêt. Votre réputation n'est plus à faire et avec vous comme modèle, nul doute que votre fils aîné Samwyle ne devienne un grand homme comme le Bief sait en produire. Nos ennemis aiment à nous croire affaiblis et troublés, il est de notre devoir de prouver qu'ils se trompent et à cette fin, le bon sens nous motive à leur opposer le front uni de toutes nos forces, et les Sept savent qu'elles sont nombreuses. Or vous conviendrez avec moi que cette union n'est qu'illusion si elle n'est suivie dans les faits par des actes concrets.
     C'est pourquoi je porte à votre connaissance cette proposition. Ma jeune sœur Victoria, femme accomplie, est en âge de prendre époux et je ne vois de meilleur parti pour elle que votre fils aîné. Si vous considérez cette proposition d'un bon œil, nous pourrons convenir d'une rencontre afin de vous la présenter et de discuter les termes et les détails d'un mariage qui n'attend que notre consentement. Ma charge de Grand Argentier me retient pour le moment à Port-Réal, mais soyez assuré qu'aussitôt revenu dans le Bief, je pourrai rapidement me déplacer jusqu'à vous. Dans l'attente d'une réponse, que les Sept vous gardent vous et les vôtres.

     Lord Clarence Hightower »

     Observant l'oiseau qui s'éloignait des tours massives du Donjon Rouge, Clarence se demandait s'il n'aurait pas été plus utile d'être plus détaillé dans cette missive, et d'expliquer les mille et un détours qui avaient abouti à cette décision de jeter son dévolu sur l'héritier de Corcolline plutôt que sur le frère du seigneur suzerain de l'Ouest, plutôt que l'un des fils de l'Orage ou d'ailleurs. Il était trop tard pour rattraper le corbeau qui n'était plus qu'un point noir à l'horizon. Tout ce que pouvait faire Clarence à présent, c'était se préparer à la réponse et à la réaction de lord Tarly. Hélas, le Grand Argentier ne connaissait point l'individu que de nom et de réputation, et peut-être s'acheminait-il sans le savoir vers quelque étonnante surprise, agréable ou mauvaise ? Il le saurait dans les jours à venir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 4 Aoû 2012 - 23:03

La journée avait pourtant commencée fort mal. Visiblement levé du pieds gauche, Leslyn avait entamé ce qui était sensé être une journée de repos en manquant de s'étouffer avec un insignifiant morceau de pain durant le repas matinal. Qu'il avait pris seul d'ailleurs. Sa femme était resté couchée, se sentant ballonnée. Il était vrai qu'il commençait à se faire du soucis pour elle, il était désormais habillé et elle n'avait toujours pas paru. Mais il n'aimait guère manger seul. Ses fils s'étaient levés avec lui, et ses frères devaient déjà déambulés dans la forteresse. Soit ! Il n'allait pas faire son vieux grincheux.

Quand on lui annonça qu'il avait reçu un corbeau, il ne prit pas tout de suite la peine de lire la lettre, la laissant dans sa chambre. Si c'était encore les soldats en poste près des rives, qui se plaignaient de tout et n'importe quoi, cela le mettrait définitivement en rogne. Il n'était pourtant pas un commandant tyrannique, mais il avait le droit à ses sauts d'humeur, lui aussi. Il laissa donc cette histoire de corbeau de côté pour aller prendre l'air frais et profiter de la rosée matinale qui planait encore.

Après avoir repris bonne humeur en voyant la citadelle prendre vie, il regagna sa chambre pour lire ce que ce fameux corbeau lui avait apporté. Il se rappela vaguement que son mestre lui avait signalé le sceau d'une famille, mais encore mal réveillé, il devait avouer avoir à demi écouté. Quelle ne fut pas sa surprise quand il ouvrit la porte de sa chambre et qu'il trouva sa femme, debout, la lettre décachetée entre les mains et un sourire jusqu'aux oreilles.


- Est-ce une si bonne nouvelle que cela ? s'enjoua-t-il.

Sans vouloir répondre, elle lui tendit le papier et il le lit à voix basse. Les Hightower... Lord Hightower qui donnait la main de sa soeur, presque sur un plateau, à Samwyle, son héritier. Lié son héritier au Grand Argentier du Roi... Il ne devait pas se laisser emporter par l'excitation, tout comme sa femme. Il était un homme réfléchis. Il mijota un peu tandis que sa femme le sommait de renvoyer directement un corbeau, et le plus rapide qui soit, pour Port-Real. Il était clair qu'il ne pouvait trouver meilleurs parti pour le moment pour Sam. Il tentait tellement de marier son cadet à Lady Graceford qu'il en avait délaissé son héritier. La réponse serait pour le moment positive, et il pourrait avancer un peu plus son avis après une rencontre, mais il était plutôt enchanté par la nouvelle, de plus que l'étalage de respect et de courtoisie dont avait fait preuve Lord Hightower lui avait plu. Il était temps de rédiger sa réponse, et les Sept savaient qu'il était bien difficile pour Leslyn d'accomplir ce genre de tâche, car s'il était éduqué, l'écriture n'avait jamais été son fort. Il tenait néanmoins à le faire lui-même et se munit d'une plume et de papier pour écrire de sa plus belle écriture.


Citation :
« Lord Hightower,

Veuillez tout d'abord recevoir mes plus sincères et honnêtes salutations. Soyez ainsi rassuré, mon intérêt a été plus que soulevé. Une union si forte de nos deux familles, engageant mon héritier et fils aîné ainsi que votre jeune sœur ne serait que favorable. Il m'est aussi aisé d'accepter une rencontre, vous rencontrer pour parler en détail de ce projet ne peut paraître qu'un détail dans l'organisation et la conclusion de ces heureux événements, mais me paraît indispensable. J'aimerais aussi que les deux jeunes gens se rencontrent, car je ne veux forcer la main ni à l'un ni à l'autre. Il va de soit que mon fils connaît ses devoirs et ne fera guère la bouche fine, de plus, je ne doute pas que votre sœur soit une de ces douces créatures dont nous dotes les familles du Bief chaque années, mais sait-on jamais.

En espérant vous rencontrer au plus vite, et vous souhaitant les plus agréables journées d'ici ce jour,

Lord Leslyn Tarly »

Une fois cette tâche accomplie, peu certains de faire bonne effet avec son talent pour l'écriture, il fit mander son corbeau le plus rapide, lui attacha le petit message avant de le confier au dresseur qui le fit partir pour Port-Real sans plus attendre...
Revenir en haut Aller en bas

Une missive de lord Hightower à lord Tarly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» The lord of the ringard
» Lord Voldemort [Une vraie présentation en cours]
» Lord Voldemort
» Figurines Lord of the Ring
» Lord of Ultima

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-