AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Les Lions entre eux ne se mangent pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Lun 30 Juil 2012 - 3:15

Il était encore tôt. Elle avait feint de dormir encore quelques heures et Tristan avait disparu. Ouvrir les yeux lui était désormais chose pénible. Même si elle trouvait les décors bien plus charmant que Castral Roc, elle s’ennuyait de ses appartements. Elle était tout de même heureuse de savoir qu’elle aurait enfin une place juste à elle. Elle savait que son avenir serait meilleur que si elle aurait voulu grandir dans les murs de Castral Roc. Elle avait encore des preuves à faire et elle les ferait sans l’ombre d’un doute. Elle était prête à recevoir n’importe quel défi.

Elle s’en voulait un peu de son comportement, mais il n’y avait qu’un seul jour qui les écartait du mariage. Elle était une rose désormais. Bien qu’elle essayait de le faire, elle buvait un peu beaucoup pour calmer sa peine et la tempête dans son cœur. Elle savait que rien ne pouvait lui arriver maintenant. Elle serait loin du roc à jamais. Elle aurait bien voulu demander conseil à Lady Jeanne ou encore Maura, mais elle voulait régler ses choses par elle-même. Elle ne voulait plus ¸être la petite et fragile Aliénor. La petite princesse du Roc. Cette époque était révolue. Elle ne voulait plus de personne sauf peut-être de sa nouvelle famille. Elle n’avait pas cherché Tristan, il aurait du temps amplement.

Elle avait pris la direction du petit sanctuaire que Lady Jeanne lui avait fait visiter à sa première visite dans la demeure de la Rose. Elle venait s’y recueillir quand elle ne supportait plus la pression. Elle regardait les sept, les dieux qu’elle avait appris par cœur. Et ne sachant pas à qui s’adresser cette fois, elle soupira, agenouillée. Il n’était pas rare qu’elle entretienne une discussion stérile avec les dieux. Elle le faisait depuis qu’elle était toute petite. Elle avait imploré les sept de lui donner la force de faire paraitre Tristan sous une meilleure apparence. Elle avait demandé la force de la mère dans l’épreuve d’épouse qu’elle devait jouer. Ainsi qu’elle lui accorde son pardon, comme elle-même l’avait fait. Elle avait demandé à l’Aïeule de lui donner la sagesse pour le ramener dans le bon chemin. Elle avait imploré les dieux de lui donné cette chance de montrer à son frère qu’elle était capable de quelques choses. Elle ne le faisait ni pour lui, ni pour elle. Elle le faisait pour Tristan. S'il pouvait retrouver les grâces de son père. Enfin, il y avait plus de chance qu’elle réussisse à le faire pardonner de Jeanne que de nul autre membre de la famille Tyrell. Elle avait finit par quitter espérant que ses prières seraient exaucés.

Elle avait retrouvé la chaleur de ses appartements qu’elle partageait avec son nouveau mari. Nouveau était un mot bien grand après leur pacte. Elle savait qu’il était prêt à faire tout pour se faire pardonner. Aliénor s'était laissé choir dans un divan, un verre à la main lorsqu’une des servantes entra.

Ma Lady vous ne devriez pas boire encore.

Qu’un seul, Leona.

Quelques choses vous tracassent-ils autant? Je ne voudrais pas me voir dans l’obligation d’informer Ser Tristan …

Ce n’est pas un mauvais garçon. J’ai connu pire. Il a voulu bien faire, enfin je crois. Il est insouciant … Enfin, je sais Lord Tyrell le voudrait autrement. Est-ce vraiment à moi de le changer ? Nous sommes deux étrangers et

Vous êtes sa femme, ma Lady. Plus que jamais il aura besoin de votre soutien, de votre bonté et de votre sagesse. Ser Tristan est un éternel gamin. Je l’ai su la première fois que je l’ai vu. On ne change pas un homme en un claquement de doigt, encore moins un chevalier. Cessez de prendre compte de l’Avis des autres. Ne le faites pas pour ceux qui croient Ser Tristan indigne de Lord Tyrell. Faites le uniquement pour lui.

Aliénor se détendit au fait de savoir qu’on l'écoutait pour une fois. Leona avait certainement connu le petit chevalier bien jeune. Elle devait avoir la quarantaine avancée, comme son ancienne suivante. Ce qui ne déplaisait pas à la petite lionne qui s’était toujours tenue avec des femmes plus vieille. Sans doute parce qu’elle n’Avait pas eu la présence de sa mère assez longtemps dans sa vie. La petite rose du Bief, avait décidé de ne plus s'apitoyer sur son sort. Elle pouvait faire de grande chose si elle le voulait et cela même Tybolt ne pouvait pas l’empêcher. Enfin elle s’était mise à détester ses deux frères le soir du banquet de son mariage. Elle ne leur pardonnerait certainement jamais les discussions et les retenues qu’ils avaient faites sur le banquet. Pour une fois, elle en avait voulu amèrement à Tybolt. Dire qu’au roc, le seul coupable s’avérait être neuf fois sur dix Gérold. Il ne l’avait jamais aimé et Aliénor ne pouvait pas dire qu’elle avait éprouvé quelconque sentiments envers son frère. Elle avait toujours eu peur de lui ce qui avait toujours amusé le Lion Gris. Aliénor avait toujours eu peur de faire partie de ses plans et elle était tombée bien bas. Son mariage sentait le Gérold tout plein. Elle ne lui en voulait pas d’une sorte. Il lui donnait l’occasion de quitter à jamais le Roc, mais il avait fait une erreur. Il l’avait gardé trop proche des terres de l’Ouest. Pour Aliénor s’était la seule erreur qu’il avait faite.

Ruminer des plans dans sa tète lui avait donné faim. Elle avait pris son repas seul et avait pris le reste de l’après-midi dans les jardins de Hautjardin. Il y avait encore quelques parfums des dernières fleurs qui ne voulaient pas se faner. Elle appréciait ce doux parfum qui serait toujours de retour lorsque l’été céderait à l’hiver. Elle descendait les allés alors qu’elle était seule. Elle avait l’impression qu’on lui tordait l’estomac. La dernière fois qu’elle avait marché dans cette allée, ses deux chevaliers étaient encore vivants. Elle avait haut le cœur sachant qu’elle avait courut à leur perte. Elle avait fermé les yeux pour sentir ce vent frais et ce doux parfum qu’elle commençait à apprécier.

Sans bien le vouloir, elle se ramassa au sol, heurtant sans bien le vouloir un jeune homme.

Vous devriez regarder … Gérold ….

Stupéfaite et de mauvaise humeur, elle s’était relevée, essuyant sa robe. Enfin, elle manquait de tact, et face à lui c’était pire. Faisant taire les mauvaises voix de sa tête, elle le regarda et prit une bonne respiration.

Je croyais que tu étais avec Tybolt ou encore avec Maura.
Gérold Lannister, fier bras droit du seigneur de l’Ouest. Elle n’avait jamais vouvoyé Tybolt, Gérold ou encore Tya. Ce n’était pas parce qu’elle était désormais dans une autre famille qu’elle ferait ainsi. Encore, elle gardait un œil suspect sur son frère. Que pouvait-il bien manigancer au milieu de nulle part. Avec lui, même l’impossible était possible.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Lun 30 Juil 2012 - 14:19

Gerold ruminait. La veille, il avait assisté aux noces qu'il avait montées depuis Castral Roc. Dans l'intérêt des Lannister, il fallait unir sa Maison aux grandes familles de Westeros. Tybolt, le seigneur des Terres de l'Ouest, avait ainsi épousé Maura Arryn, du Val. Tya, sa plus jeune sœur, avait matérialisé l'union avec les Baratheon. Et enfin, pour l'alliance avec la Maison Tyrell, du Bief, il avait conclu un accord pour le mariage entre son autre sœur, Aliénor, la "petite princesse", avec Tristan Tyrell, frère du seigneur de Hautjardin. Il était ainsi double vainqueur, dans cette dernière union. Non seulement, deux grandes familles se trouvaient liées, et un enfant viendrait bientôt consolider l'alliance. Mais également, il éloignait de son entourage immédiat celle qu'il n'avait jamais réussi à supporter. Ce serait désormais le mari qui devrait subir les caprices de sa nouvelle épouse. D'abord, il y avait eu les réjouissances, les festivités. Et aujourd'hui, l'aspect politique allait devoir être mis sur le tapis. Et Gerold ruminait, parce qu'il n'était pas présent autour de la table.

Le jeune Lion était demeuré un moment devant la porte close, derrière laquelle discutaient les différents Lords : Tybolt, Jasper, Leo, mais aussi Maura, qui faisait le lien entre les Maisons Lannister et Arryn. Et puis, n'y tenant plus, et jugeant que son niveau de tension ne pourrait diminuer s'il restait là, il tourna les talons et erra un moment dans les couloirs. Durant tout l'après-midi, il avait revu avec son aîné les points à soulever. Pour conclure l'alliance entre les Maisons, mais surtout pour garder intacts les intérêts de Castral Roc. Il était absolument impensable que la situation tourne mal. Après ces lunes, passées à subir les assauts fer-nés, à déplorer l'inaction du Trône et de la Main du roi, il était temps que des initiatives soient prises. Derrière lui, un serviteur le suivait avec un plateau, qui portait quelques fruits, mais surtout, une carafe de vin. Gerold s'installa un moment sur le rebord d'une fenêtre, sa coupe à la main.

« Va chercher une autre carafe, je reste ici. » ordonna le Lannister, en saisissant celle qui pourtant était encore pleine, pour la déposer près de lui.

Il porta son regard sur le paysage, avant de boire une longue gorgée de son verre. Le vin le détendait. Et en ces instants de stress, il était d'autant plus nécessaire. Dans son esprit, il tentait d'imaginer le déroulement les négociations. Il répétait à voix basses les paroles qu'il avait dites à son frère. L'important était l'avenir de tous. Le bâtard albinos, si évoqué, devait le rester. S'appesantir sur son inaction, son manque d'intérêt pour le sort des riverains de l'Ouest, était à bannir. D'un trait, le jeune Lion vida sa coupe, avant de la remplir de nouveau. Il y a autre chose qui l’aurait calmé, dans cette situation. Mais étant loin de Castral Roc, il ne pouvait se permettre d’écart. Pourtant, il avait bien vu quelques servantes qui auraient convenu à ses loisirs. Peut-être, le soir-même se permettrait-il un petit quelque chose… C’était loin d’être raisonnable, mais selon ce qui ressortirait des discussions, il y avait une chance pour que ça lui soit indispensable.

Plus apaisé, Gerold s’autorisa à boire d’une traite le contenu de son verre, avant de le laisser là, et de saisir la carafe. Et il se remit en marche, sans trop savoir où ses pas les mèneraient. Derrière lui, il entendit que le serviteur le rattrapait. Bien. Au moins, s’il manquait de vin, le Lion n’aurait qu’à se tourner vers lui, sans avoir à le chercher. Au moins, le service à Hautjardin était irréprochable. Si elle souhaitait que l’on réalise le moindre de ses souhaits, Aliénor avait un personnel efficace. Après plusieurs minutes, Gerold arriva près des jardins. Il but directement à la carafe, avant de la rendre au domestique. Et bras croisés dans le dos, il s’engagea dans une allée. Voilà quelque chose qui n’existait pas à Castral Roc. Il y avait encore beaucoup de fleurs, malgré l’imminence de l’hiver. Après avoir passé un massif, il croisa une autre allée, qu’empruntait déjà… une connaissance. La demoiselle manqua de tomber, Gerold parvenant à peine à l’empêcher de s’étendre totalement. Et lorsqu’elle se redressa, il la reconnut. Et elle le reconnut également, interrompant du coup une remontrance, qui aurait de toute manière été injustifiée.

« Aliénor. » constata-t-il, simplement, sur un ton neutre.

Ils se toisèrent quelques secondes. Lui ne cherchait pas ses mots. Il n’en avait simplement pas. Elle, au contraire, parut lutter contre des pensées contradictoires. Finalement, lorsqu’elle prit la parole, ce fut pour ne pas dire grand-chose. Gerold s’autorisa un fin sourire, avant de tourner la tête vers le domestique. D’un geste, il lui fit signe d’aller voir ailleurs. Il s’exécuta sans discuter. La moindre hésitation de sa part lui aurait de toute façon valu une remarque acerbe. Posant de nouveau le regard sur sa sœur, le jeune Lion répliqua.

« Ils sont actuellement avec Lord Tyrell et Lord Arryn. Une vague histoire d’alliance. »

La neutralité de sa voix avait traîné quelque peu, comme s’il portait peu d’intérêt à l’objet de cette réunion au sommet. Ne pas y assister le dévorait, mais il n’allait pas le montrer à Aliénor. Elle avait été l’une des clauses du contrat, elle n’avait pas besoin d’en savoir plus. Elle le saurait de toute façon bien assez tôt, si elle se montrait concernée, ou bien si on l’en informait rapidement.

« Je t’aurais crue avec ton époux. Il faudrait apprendre à le connaître. Nul besoin de vraiment l’aimer, mais il vaut mieux préparer au mieux le terrain avant de concevoir votre premier enfant, n’est-ce pas ? »

Il avait un peu mis les pieds dans le plat, mais il ne s’embarrassait presque jamais des subtilités avec Aliénor. Il fallait la bousculer un peu, la descendre de son piédestal, mettre un peu de désordre dans son confort. Ensuite, il regarda autour de lui, se penchant exagérément pour mieux voir quelque chose d’invisible, et il ajouta :

« A moins qu’il ne se cache dans les jardins ? Ce serait amusant. »


Spoiler:
 


Dernière édition par Gerold Lannister le Lun 6 Aoû 2012 - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Mar 31 Juil 2012 - 12:33

Elle aurait aimé tomber sur Tybolt ou encore Maura. Elle n'avait pas eu de chance cette fois. Très jeune elle se cachait derrière sa mère lorsque Gérold était près d'elle. En grandissant, elle se tenait près de son père ce qui le faisait bien rire. Il n'avait jamais compris pourquoi elle se cachait de lui. Elle ne l'avait jamais compris jusqu'au jour ou Tybolt était venu lui parler dans ses appartements du sacrifice qu'elle devait faire. Son malaise de devoir lui dire la faisait souffrir. Elle en avait conclu que c'était Gérold l’investigateur de ce projet. Ses deux frères avaient toujours fait passer le Roc et l'ouest avant tout le monde. Elle ne pouvait leur en vouloir. Elle aurait fait la même chose et lorsque lord Tyrell laisserait le flambeau à son fils il y avait fort à parier quelle serait reléguée au deuxième plan. Contrairement à Ses frères, Tristan aurait toujours besoin d'elle. Elle n'arrivait plus en vouloir à son mari. Les temps des rancunes étaient oubliés. Elle ne voulait pas le dire aux autres simplement parce qu'elle se mériterait des remontrances des frères. Elle l'avait oublié que Tristan serait de la partie. Léo voulait certainement le tremper dans la politique. Pauvre de lui. La petite rose ne voulait même pas imaginer la teneur du débat dont elle n’avait pas été invitée. Aliénor finit par comprendre ce que son époux lui avait susurré à l'oreille alors qu'elle dormait encore contre lui. C’était à cette rencontre d’alliance qu’il allait.

Et notre bon frère n'a pas tenu à te voir à ses côtés. Étrange. Tu es habituellement son principal conseiller. À moins que ce soit Maura qui n’y tenait pas?

La jeune Tyrell eut un sourire quelques peu sarcastique, mais elle ne pouvait se retenir sur ce point. Combien de fois elle n'avait pas eu le dessus sûr son frère. Elle s'était toujours tenue à distance de lui. Elle se souvient encore d'une image qu’elle n'arrivait pas à effacer de sa tête. Une petite tête blonde qui venait dans la loggia de son père. Elle se revoyait se blottir contre lui. Il lui demandait de qui se passait et elle lui disait qu'elle avait croise son frère. Évidement le vieux lion en riait. Il n'avait jamais compris pourquoi elle avait toujours aimé Tybolt et avait toujours eu peur de l'autre. L'attaque sur Tristan fit voir la petite rose aussi rouge que celui des Lannister.


Quand vous nous avez laissé seuls la nuit de noce nous avons amplement fait connaissance. Nous avons tout notre temps. Je ne suis pas pressée et lui encore moins. Avec le temps, les mariages politiques ne le sont plus autant.

Lui parler d’enfant à venir, un terrain certainement très glissant et dangereux. Elle préféra mettre une chose au clair. Au cas que ses frères voudraient intervenir après. Elle était capable de gérer les choses par elle-même. Il suffisait que l’on lui en donne le droit. Elle pouvait être très différente de ce qu’ils connaissaient. Son petit séjour à Hautjardin l’avait changé un peu.

Ce qui concerne Tristan et moi ne requiert en aucun cas les Lannister. Toi et Tybolt avez faites votre grande part dans l'histoire, je saurais gérer le reste comme il me plaît. . Je te rappelle que tu es le dernier Lannister qui n’Est pas marié. À défaut d’avoir les Tyrell dans votre camps, quelle autre maison se fera gratifier d’avoir épousé un Lannister.

Elle parlait sur un ton de reproche et jouait aussi avec l’ironie du sort. Personne n’aurait le droit sur ses enfants. Elle n’avait certainement pas mis cela au clair avec Tristan, mais lorsque l’occasion viendrait, elle espérerait voir l’appui de ce dernier. Elle ne voulait que personne choisisse pour ses enfants. Seuls elle et Tristan auraient cette chance. Malheureusement la relation qu’elle avait avec le Roc s’effriterait. Elle ne croyait pas envoyer ses fils ou ses filles un jour à Castral Roc. Enfin pas si elle restait en froid avec eux. Elle ne supporterait pas de les voir loin d’elle.

Même si elle allait croitre avec force et se changer en rose, la lionne ne restait jamais bien loin. Elle était toujours aussi vive et capricieuse, quoiqu'un peu plus vieille. Son regard se fit très dur à l'intention de son frère ainé. Pourquoi agissaient-ils tous ainsi avec lui? Il avait fait une grosse erreur une fois, il n’allait certainement pas déplaire à sa nouvelle épouse. Surtout lorsqu’il y avait tant de monde. Il avait changé et elle avait apprécié. Elle ne le jugeait plus sur ses erreurs. Elle avait qu’un seule envie c’était de faire de Tristan le fils digne de Léo Tyrell. Et tout porterait à croire qu’une bonne aura féminine pouvait faire le travail.

Cette blague est de fort mauvais gout Gérold Lannister. Il a fait des erreurs et s’en est repenti. De plus, il a dépassé l’âge de se cacher dans les jardins. Tristan se trouve avec Lord Tyrell. Même s’il doit rester silencieux, il participe à cette grande discussion dont le sens m’échappe.

Et bang! Un point pour la petite rose. Elle était heureuse pour une fois. Contrairement à Gérold, Tristan avait été invité à prendre place à cette discussion dont la teneur échappait à la petite rose. Elle savait que l’indifférence que portait Gérold à son absence de cette salle, n’était pas réelle. Il devait se mordre les doigts maintenant qu’il savait que son beau-frère y assistait. Tristan n’était pas méchant ou ignorant, il était insouciant et jeune garçon dans son cœur. Il agissait comme un gamin. Il avait été gentil avec elle depuis son retour dans les terres du Bief. Elle avait eu peur, mais elle avait eu tort. Il avait été d’une extrême gentillesse avec elle depuis le banquet. Aliénor n’avait pas peur. Elle s’était approchée des fleurs qui ne tarderaient à mourir et regarda son frère.

Tu n’as jamais pu me supporter quand nous étions jeunes et encore moins quand j’ai grandi. J’imagine que tu es content de m’avoir éloigné du Roc. Tu n’as jamais voulu que je t’offre la même affection que j’avais pour Tybolt. Nous avons toujours été froid l’un envers l’autre, sans que cela ne dérange rien et je ne sais même pas pourquoi.

Elle ne jouait pas l’art de la tendresse. Inutile avec son frère c'était peine perdu.




 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Lun 6 Aoû 2012 - 20:41

Mains croisées dans le dos, Gerold encaissa la remarque de sa sœur sans broncher. Finalement, elle savait se montrer intelligente dans ses piques, mais il n’allait très certainement pas lui faire le plaisir de se vexer ou de réagir sur le même ton. Il avait l’habitude de porter lui-même les petites attaques, et lorsque ça ne venait pas de lui, il refusait de se mettre sur la défensive. Il s’efforçait tout simplement de laisser glisser, de ne pas être atteint. Maura fut même évoquée, alors qu’elle n’avait rien à voir avec l’absence du conseiller de Tybolt. La réunion se déroulant à Hautjardin, il était logiquement revenu à Lord Tyrell de décider des présents. Peut-être avait-il eu peur qu’il y ait trop de Lannister, qui sait ? Mais ça n’aurait de toute façon pas correspondu au caractère de Gerold de parler. Il aurait été trop exposé, lui qui préférait rester en arrière. Il prit ensuite la main, et la réaction ne se fit pas attendre. Aliénor prit la mouche, touchée sur sa relation avec son époux.

Le Jeune Lion s’autorisa un petit sourire satisfait. Et en même temps, il se rendit compte qu’elle lui tenait un peu plus tête que d’ordinaire. Autrefois, elle avait pris l’habitude d’aller se réfugier derrière leur père. Et après le décès du Lion Gris, elle l’avait plutôt évité. Mais là, à présent qu’elle portait le nom des Seigneurs de la Rose, c’est comme si elle se sentait investie d’une nouvelle âme, plus forte, qu’elle pouvait opposer à son frère. Après avoir, croyait-elle, affirmé que tout ce qui se passerait entre Tristan et elle le demeurerait, sans que les Lannister ne s’en mêle, elle mit le doigt sur un point pertinent. En effet, Gerold était le dernier de la fratrie à n’avoir pas encore contracté d’union. Il haussa les épaules.

« L’occasion se présentera peut-être, qui sait. Nombre de maisons s’uniraient volontiers à la nôtre. Ne t’avise pas, cependant, de saper les fondations de notre alliance avec les Tyrell. »

Les derniers mots avaient été prononcés sur un ton un peu plus dur. On ne jouait pas impunément avec les accords passés entre les grandes familles suzeraines. Bien sûr, les conflits et mésententes faisaient partie du jeu, mais jamais ils ne devaient provenir de la volonté des partis engagés. D’autant qu’Aliénor n’était qu’un partie du contrat. Dans les faits, elle n’avait pas son mot à dire. Mais son caractère capricieux ne manquerait pas de ressurgir, sans aucun doute. Pourquoi la relation entre eux était-elle aussi mauvaise ? Jamais ils n’avaient pu s’entendre. La divergence était trop évidente dès les premières années. Il n’y avait pu y avoir d’autre évolution qu’une dégradation. Et si aujourd’hui elle était loin de lui, Aliénor sortait aussi de la surveillance de Gerold.

La petite note humoristique sur Tristan Tyrell fut très mal accueillie par sa femme. La nouvelle Lady de Hautjardin prit la défense de son époux avec véhémence, et se permit ensuite de renvoyer l’attaque. Encore une fois, le Jeune Lion demeura impassible. Si elle avait trouvé un angle parfait pour s’en prendre à son frère, Aliénor avait commis deux erreurs. Celles de remarquer l’inutilité des deux époux dans les tractations. Oui, le fils de Leo Tyrell devait rester silencieux. Que pouvait-il dire, s’il ne comprenait que la moitié de ce qui se passait ? Et elle, elle n’en comprenait rien.

« Ah oui, j’oubliais. Peut-être sera-t-il en mesure de te balbutier les quelques bribes de la conversation qu’il aura bien voulu mémoriser. A deux, vous parviendrez peut-être à deviner l’objectif de la réunion. »

Pour une fois, Gerold avait répondu. Le meilleur moyen de ne pas paraître gêné ou blessé, c’était de reprendre l’avantage. Là, il avait été méchant gratuitement, et il en était pleinement conscient. Aliénor ne pourrait pas aller cependant trouver du réconfort auprès de Lord Damon. Intérieurement, le Jeune Lion espérait qu’elle trouverait quelque chose à dire. Une petite joute verbale était un passe-temps tout trouvé pour lui qui tournait en rond. Aliénor s’approcha ensuite des fleurs, beautés éphémères qui perdraient leurs couleurs à l’arrivée imminente de l’hiver. Sa sœur aussi était belle, oui, les Lannister n’avaient jamais eu à se plaindre sur ce plan-là, mais entre Lions, il arrivait que la fierté de chacun se heurte à celle des autres. Plus que de raison pour ces deux-là.

Gerold écouta attentivement les mots d’Aliénor. Elle avait changé de ton, presque fataliste, mais sans pour autant s’apitoyer ou chercher à l’attendrir, ce qui aurait de toute façon été peine perdue. Un silence de quelques secondes s’installa entre eux. Puis il fit quelques pas, pour se placer à côté d’elle. Son regard se fixa sur les fleurs devant lui. Lorsqu’il prit la parole, ce fut du même ton neutre que d’habitude.

« J’ai essayé, tu sais. Ça aurait pu être possible. Mais quelque chose s’est brisé quand j’ai découvert quelle petite peste tu pouvais être. Tu n’en étais pas consciente, tu étais trop jeune, et j’ai même cru que tu pouvais changer. En vain. Je n’imagine pas que c’est aujourd’hui que notre relation peut changer, mais si nous sommes aussi loin, ça ne peut pas être pire. »

Il sentit que le vin ferait bientôt de l’effet, le désinhiberait quelque peu. Il préférait que cela n’arrive pas en présence d’Aliénor, il pourrait ne plus contrôler suffisamment ses paroles et ses réactions. Oh, et puis… En fait, qu’est-ce que cela pouvait bien lui coûter ? Ne venait-il pas d’être honnête ? S’il parlait, ce serait des mots qu’il pensait. Aliénor savait l’estime qu’il pouvait lui porter, tout comme l’inverse était vrai. Que pourrait-il avouer d’autre qui soit blessant ? Non, le pire, c’est qu’il était capable de laisser échapper les quelques bons côtés qu’il trouvait chez elle.

Chassant ses réflexions intérieures pour ne pas s’appesantir sur une décision qu’il n’aurait de toute manière pas à prendre, puisque l’alcool n’avait jamais demandé son avis à personne, il tâcha de passer à autre chose, quitte à ce qu’elle s’en étonne. Leur relation était si monotone qu’un peu de surprise pour la pimenter ne pouvait pas faire de mal.

« Hautjardin est une belle cité. Tu devrais t’y plaire, elle est plus dans tes goûts que ne l’est Castral Roc. »

Ses yeux n’avaient pas lâché les fleurs. Il déglutit et s’humecta les lèvres. Un peu d’eau maintenant n’aurait pas été de refus.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Mar 7 Aoû 2012 - 17:33

Elle devait lutter conter elle-même. Elle avait engagé les hostilités, mais elle n’avait pas l'intention d’abandonner. Elle n’était plus la douce petite Lionne. Elle en avait assez de ce surnom qui avait tendance à la rabaisser plus qu’à l’aider. Si les roses avaient des épines, nul doute que la nouvelle Tyrell s’en servirait pour se protéger. Gérold était un coriace. Autrement, avec Tybolt, elle ne discutait pas, mais ses deux frères l’avaient marié et elle était prête à leur faire payer leur impertinence au sujet de son mari. On oubliait rarement le passé chez les Lannister et en ridiculisant Tristan, il la ridiculisait elle. Elle prenait les commentaires personnels. Une chose qu’elle avait toujours fait malheureusement.

Pauvre enfant, osa penser la petite rose de Hautjardin. Elle n’aurait supporté aucun de ses frères comme époux. Encore moins Gérold. Elle n’enviait même pas sa future épouse, si future il y avait. Le pire qui pourrait arriver c’est que sa femme soit un clone parfait de son frère ce qui pousserait Aliénor à ne plus jamais remettre les pieds dans l’auguste demeure des Lions. Peut-être trahirait-elle une promesse faite à Maura? Peu lui importait, elle vivait dans le Bief désormais. Elle ne put s’empêcher de retenir son rire, mais ce contrôla vite fait.

Vous avez un joli tableau d’alliance. Le val avec Tybolt, le Bief avec moi, et l’Orage par le mariage de Tya. Que reste-t-il pour le dernier Lannister. Une Stark? Ou encore, tu pourrais épouser la Lothston Je doute qu’elle soit toute à elle, mais sinon, il me semble que Lord Redwyne a une sœur. Un soutien parfait quand on voit l’état de la flotte Lannister.

Même si elle avait un ton un peu amer, elle jouait pour la première fois avec les mots. Elle avait une voix assurée, mais il y avait peu de doute sur le fait qu’elle tremblait un peu. Elle ne voulait plus d’intervention de ses frères dans son mariage. Elle ne voulait plus entendre le nom Lannister, quand bien même, elle en fut une et en restait une par son sang.

J’aime ce que tu penses de moi Gérold. Contrairement à ce que tu penses, je n’ai pas l’intention de saper les fondations de cette alliance. Et je vous conseille d’en faire autant.

Un jour, elle serait la première dame de Hautjardin et les Lions n’auraient qu'à se tenir. Les lions avaient beaucoup plus à perdre lorsque Lady Amélia aurait fait son travail. Autrement, elle ne laisserait pas de chance `s ses frères. Quand bien même qu’ils essaieraient de marcher sur les pieds de Tristan. Son humeur était quelques peu massacrants. Oui, elle était plutôt volage, mais elle n’était pas assez stupide pour sacrifier une nouvelle vie. Lord Tyrell lui laisserait certainement la place de montrer ce qu’elle avait dans le ventre, ce qu’elle n’avait jamais pu faire au Roc, parce qu’elle avait toujours été la petite et fragile lionne. En regagnant Hautjardin, elle avait changé. Elle était froide avec sa famille et même si cela lui coutait de devoir quitter le Roc, elle n’en était pas si malheureuse. Elle était une petite fleur qui ne demandait qu’à croitre avec force. Et elle le ferait, seulement pour montrer qu’elle était plus forte que Tybolt et l’ensemble du Roc l’était.

Aliénor sentit une raideur dans sa main. Si elle n’avait pas envie de rester polie, elle lui aurait volontiers mis une gifle qu’il se rappellerait jusqu’à son mariage. Elle aurait été si forte, que même Tybolt aurait interrogé la nature de la rougeur qui aurait teinté le visage de son frère. Cependant, il fallait un peu de diplomatie et ne pas se laisser tenter par de telle bassesse. La petite rose eu un sourire nerveux, mais son sourire ne put que s’élargir davantage.

Peu importe s’il ne retient rien de cette réunion. Il pourra au moins prétendre avoir participé à une discussion de grande envergure avec les Lord Lannister et Arryn. Contrairement à toi qui était condamné à errer dans les couloirs et les jardins.

La jeune Tyrell l’écoutait, mais elle restait plus attentive sur les fleurs que sur ses paroles dont elle ne croyait pas le moindre mot. Il n’avait pas essayé. Il avait plutôt voulu de l’éloigner. Elle l’avait détesté, même lorsque Damon la sermonnait sur l’importance de la fratrie. Elle avait perdu sa mère trop jeune pour grandir. Jessica Lannister aurait pu faire autrement pour la petite lionne.

Ce n’Est pas vrai. Tu n’as jamais cherché à m’approcher et je ne l’ai jamais fait. Pour vous, je n’étais que la petite dernière. La petite lionne. Celle qui n'aurait jamais de place à Castral Roc. Vous avez préféré m’oubliez et j’ai toujours manqué mon coup lorsque je voulais montrer mes capacités. Je n’étais pas comme Tya ou encore comme Tybolt. J’étais différente, je ne vous ressemblais pas et je ne vous ressemblerais jamais.

Aliénor se souvenait que chaque implication était marquée par un gout amer de la défaite. Elle avait toujours voulu montrer ou même s’intéresser aux affaires de l’Ouest, mais on l’Avait toujours chassé du revers de la main. Elle n’Avait jamais apprécié et elle déversait maintenant sa frustration ce qui lui faisait un grand bien.

Ce n’est pas une question de préférence. Hautjardin est une cité que j’adore, comme j’aime le Roc. Très différente, mais je ne m’en plaindrais pas. Au moins, ici j’ai une famille qui veut me voir grandir. Une famille qui me traite comme une personne qui veut apprendre et devenir une grande Dame. J’aurais cette chance que je n’ai pas eu parmi mes frères.

Elle ne les accusait de rien. Ils avaient du vivre avec un caractère instable presque tout leur vie. Elle ne pouvait faire autrement que de leur en vouloir quand même de l’avoir oublié et prendre la bonne voie cette fois ci. Elle avait de la difficulté à croire qu’elle montrerait le coté détestable de la lionne. Mais comme ses frères ne voulaient pas la soutenir, elle préférait faire le chemin seul, cette fois. Au moins, elle ne se sentirait pas coupable. Lady Jeanne croyait en elle et elle était prête à montrer ce qu’elle avait dans le ventre




 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Mer 8 Aoû 2012 - 23:37

Elle rit. Gerold haussa un sourcil lorsqu’Aliénor éclata de rire. Ce fut bref, comme si elle n’en avait pas eu l’intention, rapidement masqué, mais suffisant pour que le Jeune Lion le perçoive. Il n’eut d’autre réaction, d’autant qu’elle prit immédiatement la parole. Elle énuméra les alliances qu’avaient conclues les Lannister, et les différents mariages qui les unissaient désormais au Bief, au Val et aux Terres de l’Orage. Trois Maisons suzeraines, avec les Tyrell, les Arryn et les Baratheon. Aucune autre famille n’aurait pu convenir sur chacun des territoires. La politique passait par l’influence, et rien n’était plus influent qu’un grand Seigneur, hormis peut-être les membres de la famille royale ou ceux du Conseil restreint. La toute jeune rose se permit quelques suggestions, chacune étant plus stupide que la précédente. Les Stark… La Lothston… Les Redwyne. Certes, Jace Redwyne siégeait au Conseil. Mais s’il perdait sa place…

Gerold haussa à nouveau un sourcil aux derniers mots de sa sœur. La flotte Lannister. Elle se permettait de dénigrer les possessions, les moyens de sa propre famille. Tybolt avait lancé de grands chantiers pour la reconstituer le plus rapidement possible. Et le temps qu’un quelconque accord soit passé avec le Conseil restreint, qu’une aide, même infime, vienne de la Main du Roi ou de son entourage, les navires seraient déjà à flots. Le ton avait été assuré. Cette assurance était peut-être de façade, mais elle avait appris à contrôler ses émotions. Du moins, elle le faisait plutôt bien pour le moment.

« Oh. Ma petite sœur fait de la politique… » fit-il, presque à mi-voix, comme si ses mots ne devaient être entendus que par quelqu’un de vraiment attentif.

Et comme si afficher ainsi le fait qu’elle était sûre d’elle lui donnait encore plus de consistance, elle enchaîna, sous-entendant là que si les fondations de l’alliance avec Leo Tyrell s’érodaient, ce pourrait être de leur fait, à Tybolt et lui. Gerold toussota.

« Ne parle pas de ce que tu ne connais pas. Tu dis des énormités. »

Ensuite, le Jeune Lion sentit une certaine tension grimper chez Aliénor. Elle qui, quelles que soient les circonstances, pouvait s’énerver ou se montrer enthousiaste pour peu de choses, voilà qu’elle tâchait de n’en rien montrer. C’était un progrès. L’air de Hautjardin lui faisait donc du bien ? Peut-être que constamment respirer une atmosphère fleurie l’adoucirait au point d’en faire un agneau ? Gerold sourit intérieurement à cette pensée, invraisemblable.

Aliénor avait décidé de répondre, de ne pas se laisser démonter. Et pour une fois, son aîné se réjouissait presque d’avoir une conversation avec elle. Car la principale différence avec les précédentes occasions, c’est bien qu’il y avait une conversation. Peu importait le ton, peu importait les mots échangés, tant de temps passé à discuter était une chose inédite. Et encore une fois, elle défendit son époux. Peut-être l’aimait-elle déjà vraiment ? Ou bien, plus probablement, souhaitait-elle montrer qu’elle était désireuse de rendre les choses plus faciles, de bâtir des conditions solides et saines pour que se développe leur mariage, et donc, par extension, les bonnes relations entre Tyrell et Lannister.

« Qu’il prétende, qu’il prétende. Tu sauras bien, de toute manière, le rappeler pour lui à quiconque l’aura oublié. »

A présent, il jouait sur la carte « heureusement que tu es là pour lui, le pauvre », carte qu’il n’aurait jamais pensé utiliser. D’ailleurs, à vraiment y réfléchir, il allait très vraisemblablement l’abandonner très vite, parce qu’il ne pouvait se permettre d’être aussi… acerbe avec Tristan Tyrell. Mais ça défoulait. Et Aliénor s’était trouvée être un parfait loisir…

Gerold se retint de lever les yeux au ciel lorsqu’elle sortit son discours de pauvre petite victime, délaissée, abandonnée par sa famille. Le vilain petit canard n’avait pas eu de chance dans la vie. Le Jeune Lion évita de peu le soupir avant de parler.

« Tu ne m’écoutes pas. Tu n’entends que ce que tu veux bien entendre. Tu rirais si je te parlais d’efforts. Tu n’y croirais pas. On n’efface pas le passé d’un revers de main. Non, tout ce que tu sais, c’est que personne ne t’a jamais aimé, malgré tout ce que tu as pu tenter. Tu n’as pas besoin d’explications. Tu regardes droit devant en espérant ne pas nous trouver sur ta route. Pourtant, ça n’a pas toujours été comme ça. Au moins avec Tybolt. »

A chaque pas en avant, elle en faisait un en arrière. Il ne servait à rien de discuter avec elle. Hormis s’occuper. Alors qu’elle reprenait la parole, Gerold se détourna, cherchant du regard le jeune serviteur qui portait le vin. Quand le silence s’installa dans son dos, il pivota vers elle, les mains toujours dans le dos.

« Si tu y vois une chance de devenir une Dame, alors chacun y trouve son compte. Non ? Même si Hautjardin est devenue ta maison, les portes du Roc te seront toujours ouvertes, tu le sais. Si tu veux y remettre un jour les pieds, bien entendu. »

Quelques pas, et il fut de retour près de sa sœur. En tendant le bras, il aurait pu la toucher. Mais pourquoi la toucher ? Ce qu’elle était ne l’avait jamais attiré. Si l’on exceptait le sang qui coulait dans leurs veines, le même sang, elle était une femme beaucoup trop capricieuse à son goût. Non, une femme se devait d’être plus tendre, plus douce, et ne devait montrer son caractère qu’en dernier recours. Dans le couple qu’elle formait désormais avec le fils de Lord Leo, c’était un peu comme si les rôles étaient inversés. Tous deux étaient bien des gamins, mais l’un était un peu perdu et immature, l’autre était volage et caractérielle. Cela pouvait fonctionner, bien sûr, mais il faudrait du temps avant que le mariage se fructifie.

« Puis-je t’offrir une coupe de vin ? »

Se détournant à nouveau, il fit signe au domestique de s’approcher. Ce dernier portait un plateau sur lequel il y avait la carafe, ainsi qu’une coupe. Une seule. Il pouvait bien ne pas boire, il aurait de toute façon l’occasion de se rattraper un peu plus tard.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Ven 10 Aoû 2012 - 15:09

Elle était de très mauvaise humeur. Elle ne savait même pas pourquoi, elle tenait des grands discours à son frère qui se trouvait devant elle. Elle était certaine d’une chose, elle pensait ce qu’elle disait. Même si ses petites attaques étaient puérile et sans force. Elle se demandait pourquoi elle lui parlait autant, certainement à cause de la quantité d’alcool qu’elle avait ingurgité dans les derniers jours. Elle était certaine que ses sens étaient encore sous l’effet de l’alcool. Elle lui en voulait amèrement de s’en prendre à elle et espérait qu’un jour, elle n’aurait jamais affaire à lui. Elle allait certes devenir la première dame de Hautjardin, mais elle n’avait pas l'intention de se laisser marcher sur les pieds par des lions. Elle ne répondit pas à la réplique amère de son frère. Inutile de mettre de l’huile sur le feu.

Je ne suis pas d’humeur. Si vous ne vouliez pas que je fasse trop de bruit, il ne fallait pas me marier. Oui, d’une certaine manière vous vous débarrasser d’une personne encombrante. Cela ne me déplait pas non plus de changer d’air, mais un jour vous aurez affaire à une autre personne que Leo Tyrell. Pour que les piliers ne tombent pas, il faut faire attention aux pions que l’on déplace.

Le pion dont elle parlait c’était elle. Elle savait que ses frères n’avaient pas fini de jouer à leur jeu. Elle était heureuse de savoir qu’elle pourrait être libre, mais elle ne voulait pas voir de Lannister dans son champ de vision. Un jour, c’était Tristan qui serait Lord et elle lui apprendrait bien vite que traiter avec des lions pouvaient s’avérer être difficile. Surtout que si Gérold continuait dans sa ligne d’insulter son mari, elle allait lui faire savoir qu’elle n’appréciait pas. Déjà elle mettait les efforts de son coté pour ne pas laisser tomber Tristan et jouer les bonnes épouses. Il avait beaucoup à apprendre, mais elle serait toujours là pour lui. Même s’ils n’arriveraient jamais à accorder leur violon.

Pourrais-tu un instant cessez de te moquer de lui ? Je crois qu’il a assez payé son impertinence et je sais qu’il a conscience des répercussions de son geste, mais je ne demande qu’une seule chose, de cessez de le juger comme un crétin qu’il n’est pas. Vous me feriez le plus grand des plaisirs si vous cessiez vos allusions à son égard et peut-être les fondations que nous avons avec les Tyrell pourraient rester encore plus solides.

Elle n’aimait pas Tristan. Enfin, pas beaucoup, pour le moment. Elle n’aimait pas que l’on se moque de lui. Il avait fait des bêtises et il l’avait blessé. Depuis son arrivée, il avait toujours été très gentil avec elle et elle en remerciait les Sept. Elle était restée calme sur ce coup. C’était certainement la seule chose qu’elle pouvait faire. Elle ne s'était jamais sentie autant opprimé et ses frères semblaient avoir la mauvaise manie de toujours rendre son époux ridicule, ce qui l’attristait tout de Le sens du pardon semblait être très dur chez les Lannister...

Son histoire avec Tybolt remontait à très longtemps. Elle était encore jeune et fragile. Elle était une petite princesse entourée de sa sœur et de son chevalier. Elle n’avait rien exigé de ses ainés. Même lorsque le Mestre l’avait cloué au lit, elle n’avait pas pu supporter l’idée de rester seule. Jamais Gérold n’était venu la voir au contraire de Tybolt. Lui qui venait presque tous les jours. Et pourtant, elle n’avait jamais refusé ou demandé de ne pas voir l’autre frère. Il n’était jamais venu la voir. Elle était trop jeune pour relativiser correctement. Il aurait pu, mais un jour ou l’autre, la personnalité de son frère et la sienne n’auraient pas fusionnée pour être un peu plus meilleur.

L’histoire entre moi et Tybolt remontent à des années, que je préfère oublier. Je n’ai simplement jamais su pourquoi tu ne m’approchais jamais, peut-être était pour cela que je t'évitais. Pourquoi j’oserais rire ? Je me suis toujours demandé ce que j’avais bien pu te faire pour te dégouter à ce point. Mais je comprends aujourd’hui que je n’ai pas à m’excuser d’avoir été une sale peste capricieuse et égoïste.

L’auto-insulte, qu’elle ne digérait pas autant. Elle avait toujours fui Gérold en pensant qu’il ne l’aimait pas et qu’il lui ferait du mal. En grandissant, cela n’avait jamais aidé, mais elle se rendait compte combien elle avait manqué d’affection envers lui. Il n’y en avait toujours eu que pour son père, son frère et sa sœur. Parfois sa cousine, mais elle ne se souvenait que de peu de chose. Elle était agacée dans son fond intérieur, mais elle avait tenu à rester calme et parler d’un ton qui ne demandait encore moins d’explication. Elle était restée neutre, ne voulant pas trop penser à ce qui lui avait échappé ou ce qu’elle avait fait pour perdre un frère aussi facilement. Les vieilles rancunes étaient toujours la pour les oublier.

Je ne sais pas si je dois dire heureusement. Je l’espère bien, mais il suffira à mes frères de ne pas feindre la joie de me revoir.

Castral Roc était tout de même la maison de sa naissance. Contrairement à certaines dames qui se sentaient toujours prise au piège lorsqu’il suffisait de se marier, Aliénor voyait enfin sa libération. Personne ne lui donnerait cette affreuse étiquette de petite Lionne. Elle ne supportait plus ce surnom dont elle avait trouvé une deuxième signification beaucoup moins affective.

Non, merci …

Refus qui avait une brève explication qu’elle savait qu’elle avait ingurgité trop de vin dans les derniers deux jours. Heureusement, Tybolt et encore moins Gérold avaient été présent à sa petite fête. Une fête dont elle n’avait plus de souvenir tellement, elle avait bu pour noyer son chagrin. Et encore, au banquet, elle avait été plus résistante, mais elle ne devait plus en ingurgiter autant, sinon il était certain que Lady Jeanne ne serait pas d’humeur de la ramener à ses appartements. Elle en aurait certainement eu besoin face à son frère, mais elle préféra faire taire cette envie.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Mer 15 Aoû 2012 - 21:35

Aliénor insistait sur un point : un jour, Tristan Tyrell succéderait à son père. Lord Leo Tyrell n’était certes pas éternel, mais il avait encore de longues et belles années à vivre. Et jusqu’à preuve du contraire, la Dame de Hautjardin, c’était Lady Jeanne. Et de son rôle réduit, de sa position attentiste et peu importante encore, la nouvelle épouse de l’héritier des Seigneurs du Bief espérait pouvoir prendre part au grand jeu d’échec de la politique ? Gerold aurait éclaté de rire, si cela n’avait pas été autant contre sa nature. Aliénor n’était pas vraiment encombrante, comme elle le disait, mais jusqu’à ce qu’elle se marie, elle avait plutôt été inutile. Peut-être aurait-elle pu compenser, dans l’attente d’une union, en étant une véritable maîtresse de maison, aux côtés de leur mère… Mais c’était du passé. A présent, elle avait investi les murs de Hautjardin, et une grande distance la séparerait désormais de sa Maison natale.

Le Jeune Lion écouta ensuite à peine les paroles de défense prononcées par sa sœur à l’endroit de Tristan. Peu importait ce qui avait pu se passer. Le mariage avait eu lieu, et c’est tout ce qui comptait. Son attention cependant s’accrut quelque peu lorsqu’il entendit le mot « plaisir ». Et les quelques derniers mots furent en définitive plutôt plaisants à écouter. Parce qu’ils appelaient à une réplique. Mais Gerold devait-il encore une fois jouer de son talent pour les petites piques bien senties, ou devait-il plutôt s’en abstenir cette fois-ci ? En peu de temps, il avait déjà offert à sa sœur et son nouveau beau-frère un bel échantillon de ce dont il était capable. Il opta pour la seconde solution. Sans pour autant tenir sa langue.

« Oh, mais tu es une Tyrell, à présent, ne l’oublie pas. C’est donc au nom de ces relations que nous entretenons que je ne vais rien ajouter de désobligeant… »

Il aurait pu rebondir sur ce « plus grand des plaisirs », l’occasion était trop belle, mais la résolution qu’il venait juste de prendre s’était montrée trop forte pour qu’il faillisse à la promesse faite à lui-même. Peut-être Aliénor s’en étonnerait-elle, il n’en avait cure. Et sans pour autant se quitter en bons termes, peut-être le frère et la sœur auraient-ils au moins atténué leurs vieilles rancunes de jeunesse.

Elle en était arrivée à un point où même la relation privilégiée qu’elle avait entretenue avec Tybolt pendant des années ne comptait plus. Elle en venait réellement à ne plus rien vouloir en commun avec les Lannister. Et malgré tous les mots échangés, malgré leur histoire partagée, elle disait presque qu’elle ne regrettait rien. La sale peste capricieuse et égoïste revendiquait même ce qu’elle avait été, comme si aujourd’hui ça l’avait menée ici, à Hautjardin, au bras de Tristan Tyrell. Loin de Castral Roc. Gerold soupira.

« Je ne t’ai pas demandé d’excuses. Je comprends que le passé est le passé. Et que tu comptes bien te bâtir un avenir sans la moindre pensée pour nous. Très bien. Vis ta vie. Après tout, Tybolt et moi avons arrangé ce mariage, nous ne pouvons pas tout contrôler. »

« Feindre ». Les faux-semblants n’avaient pourtant jamais été monnaie courante à Castral Roc. Entre membres de la Maison Lannister, ce que l’on pensait avait toujours été dit, quitte à blesser, et ça avait surtout été le cas entre Aliénor et Gerold. Ce dernier garda le silence. Que répondre ? Rien. Il se contenta de hausser les épaules, comme s’il accordait peu d’intérêt aux dernières paroles de sa sœur. Et lorsqu’il lui proposa du vin, elle refusa. Pourtant, dans les couloirs, Gerold avait entendu dire qu’elle avait bu quelques coupes ces derniers temps. Peut-être ne voulait-elle pas abuser. Peut-être ne voulait-elle tout simplement pas accepter quelque chose de la part de son frère.

« Tant pis pour toi. » fit-il alors, saisissant lui-même la coupe.

Il fit tourner quelques secondes le vin, humant les arômes qui s’en dégageaient. Le jeune serviteur resta à proximité, mais eu la décence de faire quelques pas en arrière pour rester hors de vue. Après en avoir bu une longue gorgée, dont la brûlure lui parut agréable, il décida qu’il était temps de conclure cette conversation. Il avait fini par oublier la réunion, et il en aurait presque remercié Aliénor, mais il ne fallait pas abuser des bonnes choses. D’autant qu’il avait lui-même choisi de limiter ces bonnes choses. S’il demeurait plus longtemps près d’elle, il risquait soit de devenir trop gentil, soit de reprendre ses bonnes vieilles habitudes en sa présence.

« Je vais te laisser à tes déambulations, tes réflexions, ou à quoi que ce soit qui t’occupait avec mon arrivée… Passe une bonne soirée. »

Oui, Gerold avait bel et bien terminé sur une formule de politesse. Le ton était resté relativement neutre, mais il avait bien prononcé ses mots. Il ne s’en rendit pas vraiment compte sur le moment, en tournant les talons, mais il ne fit que hausser les épaules. Cela ne pouvait de toute manière faire de mal à personne. Passant devant le jeune domestique, il ne le remarqua même pas. Ce dernier pourtant lui emboita le pas sans même une injonction. Après avoir quitté les jardins, il décida de retourner dans sa chambre.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Ven 17 Aoû 2012 - 13:37

Si seulement, elle aurait pu lui mettre une claque pour qu’il cesse de parler un seconde. Si seulement, elle pouvait se l’autoriser une dernière fois. Il jouait franchement avec ses nerfs et c'était au nom de cette relation qu’elle ne faisait pas de gaffe. Tout allait bien depuis son arrivée, pourquoi gâcherait-elle cela? Parce qu’elle était une sale gamine capricieuse, dont les frères avaient tout fait pour lui rendre cela impossible. Elle leur en voulait terriblement, même si ce dernier qui se trouvait devant elle s’en fichait comme tout. Alors au nom de cette entente, elle n’allait rien faire. Se montrer plus intelligente que lui, ne rien répliquer et se taire. Absorber le tout et l’oublier, parce que demain, il risquait d’être parti de la maison des Tyrell. Elle savait qu’elle connaitrait des gens pire que lui. Elle devrait les affronter sans montrer sa frustration, mais contrairement à des situations futures, Gérold était son frère, il était son sang et sa famille.

Heureusement, parce que si j’avais été encore une Lannister je t’aurais certes mordue, pour toutes les idioties que tu viens de dire. Mais au nom de cette relation, je vais oublier cette conversation. J’ai peut-être beaucoup à apprendre, mais un jour je serais à la hauteur des attentes. Peu m’importe quelles qu’elles soient.

Elle était prête à apprendre de Lady Jeanne et de Lady Amélia. Elle était prête à devenir une dame respectable et respectée et cela demandait beaucoup de travail sur soi-même, mais elle était prête. Elle ne repousserait pas les conseils et elle aiderait du mieux qu’elle pourrait Tristan à retrouver la bonne voie. Elle voulait le voir dans les grâces de son père. Voilà ce qui lui importait. Ce que pouvait penser les Lannister, elle n’en avait rien faire désormais. Ils pouvaient toujours médire, elle foncerait la tête haute. Les chichis étaient terminés, elle devait grandir désormais.

Elle se mordait l'intérieur des lèvres. Il ne prenait jamais de répit celui-là. Il était toujours prêt à contre attaquer. Elle comprenait mieux pourquoi elle l’avait toujours évité. Il n’était pas le genre de personne qu’elle aimait fréquenter, parce qu’il la rendait agressive. Elle était impulsive et n’aimait pas que l’on l’atteigne si facilement, comme il le faisait. C'était une habitude de se protéger contre l’extérieur. Elle était toujours en situation d’auto-défense avec lui. Une habitude de longue date.

Nul doute, vous n’en aurez certainement pas mon égard, et je doute encore plus que vous ayez des regrets. Je n’avais pas l’intention que vous ayez le contrôle pour toujours. Je suis assez grande pour revendiquer ce que je veux désormais.

Accepter la coupe de vin lui aurait été fatale. Elle ne devait plus ingurgiter cette substance sous peine de mal finir cette fois. Elle en gardait de très mauvais souvenir et sa tête en gardait quelques échos. Autrement, elle comprenait que son frère n’avait plus envie de discuter avec elle. Soit, elle avait bien des choses à faire.

Bon retour à Castral Roc! , lança-t-elle sur la pointe des lèvres.

Elle l’avait laissé se retourner et partir avant de soupirer très fort. Elle lui en voudrait certainement toujours. Elle le laissa partir en direction du château des Tyrell. Elle ne voulait pas le suivre. Elle n’y avait aucune envie, pour tout dire. Hautjardin était sa nouvelle maison. Personne ne pourrait changer cela. Elle avait peur un peu, mais elle savait qu’elle pouvait repartir du bon pied cette fois. C’était la seule chose qui lui importait aujourd’hui. Elle avait tourné les talons et était partie dans une direction opposée. Elle n’Avait pas besoin de chaperon. Elle terminerait certainement l’après-midi sur une notre plus tranquille avant de rejoindre Tristan pour le repas.



FIN



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Les Lions entre eux ne se mangent pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Les loups ne se mangent pas entre eux [Livre II - Terminé]
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-