AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

la lumière vit-elle en toi ? feat.kelyane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 25 Juil 2012 - 17:20

La nuit avait été mouvementée le soir où Kelyane était arrivée au château et ce n'était pas la première fois que ces crises me prenaient, non, loin de là. Depuis le départ d'Edward, c'était devenu monnaie courante que je fasse des crises nocturnes, rien de violent, enfin je ne pensais pas … Je n'arrivais pas à fermer l'œil dans un premier temps, je passais donc plusieurs heures, les yeux rivés sur l'horizon, regardant par ma fenêtre les montagnes, ces immenses colosses de pierre qui sont les veilleurs de ma sécurité. Je sais que bien loin de là, oui bien loin, le jeu des trônes était dans les esprits de tous et ces montagnes me préservaient de tous ces tracas … J'avais déjà bien assez à faire au château Rougefort, surtout avec l'arrivée de la nièce d'Edward. On pouvait dès à présent dire que j'allais être occupé pendant un long moment, peut-être que ça me sortirait de ma mélancolie … Cette mélancolie qui ne me quittait plus depuis mon mariage, nostalgie mêlée à du désespoir qui n'avait fait que s'accroître depuis que j'avais dit « oui ». Une fois que j'avais passé trois à cinq heures devant ma fenêtre, je me rendais dans les chambres de mes fils pour les regarder dormir … J'aurais eu leur quiétude, cette paix intérieure qui faisait qu'ils dormaient les yeux clos, sur leurs deux oreilles en ne pensant pas au lendemain. J'avais offert à mes fils une tranquillité à mes enfants que je n'avais pas eus longtemps durant mon enfance. Je leur avais offert une enfance après leur avoir donné la vie … Ils étaient la chose la plus inestimable à mes yeux, ils étaient ce qui m'avait retenu ici à Rougefort au lieu de fuir vers le Vieux Rouvre, comme j'avais pensé à le faire pendant si longtemps et ce sont eux qui avaient fait que j'étais encore là aujourd'hui. Je savais ce que ça fasiait de perdre sa mère jeune et je ne voulais pas infliger ça à mes enfants … Edward s'en serait remis, il aurait retrouvé une épouse, aurait eu des nouveaux enfants, mais mes enfants, eux, ils auraient toujours eu un manque, un manque qu'ils n'auraient jamais pu combler. Ils étaient mon seul réconfort ici, la seule chose à laquelle je portais énormément d'intérêt. Puis, une fois que j'avais passé une à un heure a les regarder dormir chacun, je regagnais mes appartements et m'endormais paisiblement … Enfin, jusqu'à que je me réveille, hurlant à plein poumons, fort heureusement, j'étais isolée dans le château, ce qui faisait qu'on ne m'entendait que très peu dans le reste du bâtiment. Sauf quelques couinements peut-être, je ne savais pas, toujours est-il que ma suivante venait tous les soirs dans mes appartements pour me calmer, me rappelant à la réalité. Les choses allaient mieux quand Edward était là, je me réveillais juste en sursaut, me blottissait contre lui et me rendormait. Mais quand il n'était pas là … La solitude était ma pire ennemie, c'était la plaie de mon existence, ce qui aurait me pousser à faire des choses terribles. Cette aigreur, cette amertume, cette froideur que je montrais aujourd'hui était née de cette plaie, de cette solitude qui me rongeait et qui me laisserait, au fur et à mesure, d'une coquille vide et un corps fantomatique. Fort heureusement pour moi, ces mésaventures n'arrivaient que quelques fois tous les mois, puis le matin arrivait et tout revenait à la normale.

Je pris un bain à la rose pour me changer les idées, on m'amena mon fils cadet qui venue clapoter avec moi en riant. Ces rires étaient le soleil de ma vie … Mes enfants étaient deux petits rayons solaires qui perçaient les nuages qui avaient assombri mon ciel biefois. Comme ils auraient aimé me voir à l'époque où je rayonnais, puis il eut tout ce qui s'était passé entre-temps et voilà comment j'étais à présent. Une lady autoritaire qui détestait tout désordre dans une demeure qui aurait bien besoin de dérangement. Kelyane serait peut-être cette bombe qui ferait exploser le mur de glace que j'avais érigé devant moi pour me protéger, ou celle qui en colmaterait les fissures, condamnant à mon âme à mourir dans cette enveloppe de marbre. Le petit déjeuner avait été servie à huit heures trente précises, je m'étais alors installée avec mes enfants à table pour écouter les confidences de la nuit : quels rêves ils avaient fait, qu'est-ce qui leur avait peur, si un bruit les avait réveillés. Mais non, rien, ils avaient dormi à poing fermé. Alors que Mathys buvait son lait pendant qu'Étan jouait avec des chevaux de bois … Puis, j'entendis quelqu'un descendre dans les escaliers. Etan me tira le bras avant de dire.

« Maman regarde. »

Je détournais mon attention de la porte et écoutais mon fils en train de parler de ses histoires de chevaux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 28 Juil 2012 - 12:52

Je dormais d'un sommeil profond alors que l'aube commençait à poindre. J'avais mis de longues heures à trouver le sommeil, n'osant pas m'aventurer hors de ma chambre j'étais restée à la fenêtre à jouer avec Lou et à réfléchir à tout cela. Dehors, tout était calme. Il me sembla bien entendre un son étouffé mais, à cette tardive, je mis cela sur le compte de la fatigue. Peut-être qu'un des jeunes garçons avait fait un cauchemar. Moi-même j'en avait fait et en faisait souvent. Dans ma chambre au château Vanbois, c'était Maëlynn qui me calmait et me consolait. Qui d'autre, tout le monde s'en moquait royalement. De toute façon je ne voulais les mots rassurants de personne d'autre.
La nuit était tombée depuis belle lurette lorsque je parvins enfin à m'assoupir. J'étais tellement épuisée que je dormis d'un sommeil sans rêve, ce qui était aussi bien ainsi. Autant dire que sans ma nouvelle dame de compagnie, je ne me serais jamais levée à l'heure. Fort heureusement, l'initiative de Lady Rougefort se révéla excellente, et ce plus tôt que je ne le pensais. Mathilde, après avoir poliment donné trois coups sur le bois de la porte et m'avoir appelé plusieurs fois pour que je vienne lui ouvrir moi-même, finit par faire irruption dans la pièce.

"Dépêchez-vous Lady Vanbois, il est déjà presque l'heure de descendre pour le déjeuner ! Claironna-t-elle en fouillant mes valises dans l'espoir d'y trouver une tenue convenable.

Un grognement de ma part fit office de réponse. Devant mon manque de coopération, elle tira les rideaux d'un coup sec, laissant l'aurore envahir la chambre.

"Au nom des Sept..." jurai-je avant de fourrer ma tête sous mon oreiller.

La jeune fille n'abandonna pas la partie, à mon grand regret. Elle m'arracha l'oreiller de sous la tête et me força à me redresser d'une main de fer.

"Mais enfin, je viens de me coucher..., me lamentai-je, la lumière faisant larmoyer mes yeux encore endormis.

- La prochaine fois vous vous endormirez plus vite, allez debout ! Il faut que vous fassiez votre toilette avant de descendre vous présenter à Lady Rougefort."

Ça, c'était certain que Gabrielle me ferait des remarques si elle me voyait telle que j'étais d'ordinaire, à savoir en pantalon et coiffée à la va-vite. Déjà hier il me semblait bien qu'elle n'avait pas du tout aimé ma robe. Moi non plus cela dit.
Je m'extirpai contre mon gré des couvertures et, après m'avoir débarbouillée, Mathilde m'aida à m'habiller d'une robe simple et agréable et natta savamment mes cheveux.

"Je pense que nous pouvons y aller à présent, il est l'heure. Suivez-moi Lady Vanbois.

-Arrête de m'appeler ainsi, je suis juste Kelyane", marmonnai-je en la suivant néanmoins.

Ma dame de compagnie me guida à travers les couloirs pendant que j'essayais machinalement de prendre mes repaires. Le château était vraiment grand, et moi vraiment fatiguée, si bien que je laissais tomber. Mathilde n'allait pas me laisser tomber si vite après sa mise à ma disposition... Finalement, nous arrivâmes dans une grande salle à manger où se trouvaient déjà Gabrielle et ses deux enfants, installés autour d'une grande table. Mathilde se retira, me laissant seule avec mes hôtes. J'espérais ne pas être en retard, étant donné que les Rougefort avaient déjà commencé à manger. Je m'installai à côté du plus grand, Mathys me semblait-il, qui buvait sagement son bol, me retrouvant ainsi en face de la maîtresse de maison et de son cadet, entouré d'une ribambelle de petits chevaux de bois. Je m'éclaircis la gorge.

"Hum... Bonjour.." lançais-je timidement.

Plusieurs mets se trouvaient déjà sur la table et semblaient m'inviter à me jeter dessus. Devais-je me servir moi-même ou mon hôtesse tenait-elle à ce que je prenne quelque chose en particulier ? Comme elle ne semblait pas particulièrement avoir envie de donner des ordres, je m'efforçai de me servir rationnellement et commençai à manger proprement.
Revenir en haut Aller en bas

la lumière vit-elle en toi ? feat.kelyane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» CORALEEN MCDOUGALL ► Kristina Pimenova - Papa ! Viens manger ta glace, elle va refroidir.
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» L'armée d'Haïti est-elle soluble dans la démocratie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-