AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Noble coeur ne serait faillir... quoique ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 22 Juil 2012 - 19:32

    Le chiffon passa une dernière fois sur le plat de la lame en un dernier polissement précis avant que le tissu n’aille rejoindre un tiroir contenant tout le matériel nécessaire à l’entretien de l’armement. Voilà une heure déjà qu’il était concentré sur l’entretien de son épée, soucieux comme il l’était de la perfection de ses affaires personnelles. Surtout que sa si précieuse lame était à ses yeux d’un trop bel ouvrage pour qu’il se permette de la laisser rouiller dans son fourreau. Cela faisait des mois qu’il n’avait pas combattu de véritable adversaire, soit depuis que le Suzerain du Conflans, le tout jeune Lord Tully, avait veillé à ce que les tensions entre Nerbosc et Bracken s’apaisent, au grand dam du chevalier qui aurait volontiers porter les couleurs de la maison du cheval contre leur éternel rival. A défaut donc d’ennemis « héréditaires », le jeune homme avait décidé de voguer sur les terres à la recherche d’une quelconque quête à accomplir pour étoffer son palmarès. Il n’était guère enjoué à l’idée de vagabonder sans but précis, lui qui n’avait jamais voulu devenir l’un de ses paladins chevauchant pas monts et par vaux avec pour seule compagnie leur désir de lumineuse gloire. Toutefois, Ser Tancred était trop soucieux de son image et des valeurs attachées à sa caste pour rester cloîtré chez lui, à attendre de nouvelles escarmouches, surtout qu’il doutait qu’un pendard viendrait jusqu’à sa porte pour lui proposer un défi décent. Et, par les Sept, s’il existait, c’est qu’il devait être bien fou !

    Brossant d’une main distraite ses boucles blondes, le chevalier contempla une dernière fois son visage dans le miroir accroché au mur et émit un léger soupir de satisfaction. Il aimait ce faciès avenant, avec sa mâchoire si virile, ses lèvres vermeilles et ce regard fier aussi bleu que le faucon frappé sur le poitrail de son armure. Abandonnant son reflet dans la glace, il commença à enfiler son armure, elle aussi rutilante comme au premier jour. Il avait longtemps songé à prendre de nouveaux domestiques pour l’aider à se vêtir mais avait finalement renoncé à ce projet. Armer un chevalier était le devoir d’un écuyer et Tancred n’avait pas encore trouvé de garçon prêt à le seconder dans ses aventures, surtout qu’il ne devait pas être le guerrier le plus demandé des environs. Il était d’une loyauté sans faille envers les Bracken et ses faits d’armes contre la maison rivale lui avaient valu ses galons mais il n’était pas le plus irréductible des chevaliers, loin de là, et sa basse naissance ne lui permettait pas de prétendre au prestige. Du moins, pour le moment, car il avait bien en tête de s’arracher quelque gloire qui ferait parler de lui dans le pays.

    Une fois vêtu de pied en cape et l’épée ceinte sur le côté, il quitta sa demeure dans le cliquetis de son armure avant de se diriger vers l’écurie où se reposait un destrier à la belle robe noire comme l’ébène. Entendant son cavalier approcher, l’animal dressa oreilles et corps afin de venir hennir jusqu’à ce que son maître soit enfourché sur son dos, les pieds dans les étriers. Les alentours de la Haye-Pierre ne comptaient guère de monde à cette heure matinale mais le jeune homme s’en contenta. S’il appréciait d’être observé lorsqu’il chevauchait Narcisse, il désirait cette fois un peu de calme et de sérénité, un moment de solitude pour réfléchir. Qui pouvait bien avoir besoin des services d’un jeune et téméraire Chevalier telle que sa personne ? La naïveté le poussa à songer aux dames éplorées ou encore à des garçons orphelins mais il se dit que la réalité était bien plus tordue que dans les contes. Lui-même ne se faisait guère d’illusions quant à la teneur des missions d’un être de son rang. Être Chevalier était certes bien plus prestigieux et noble dans l’esprit de la populace qu’un simple soldat mais il n’empêchait que la différence était bien plus mince. Après tout, lui-même avait bien trempée son épée dans le sang. Pas forcément des êtres abjects, des hommes simples parfois, avec une famille et des amis mais son rang lui offrait une estime dont ne disposait pas les simples reîtres et, Tancred le savait bien, son devoir était avant tout d’être au service des plus démunis, même s’il ne savait pas encore si le démuni en question allait lui offrir une noble quête à accomplir ou bien une simple chasse au poule pour son futur dîner…

Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rebecca Staedmon
Noble

Général .
♦ Missives : 134
♦ Missives Aventure : 30
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 04/07/2012
♦ Célébrité : Kate Beckinsale
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Aaricia Greyjoy, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Lord Stefan Staedmon
♦ Lieu : Grande-Arche
♦ Liens Utiles : Lady Rebecca Staedmon de Grande-Arche

Voyages et aventures d'une Infidèle

Intrigue d'une intriguante

Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
301/500  (301/500)


Message Lun 13 Aoû 2012 - 23:53

La température était contrastante à ce qu’il avait connu dans les derniers jours de l’été. Heureusement, Maud avait toujours était éloignée des champs et des récoltes. Elle avait passé une partie de sa vie dans les cuisines de Guède à aider les servantes, mais elle rentrait toujours chez elle une fois le soleil couché. Elle avait bénéficié d’une petite chance de jouer les clandestines. Enfant cela lui plaisait, mais lorsqu’elle avait grandi il y avait eu son fils et son mari et aujourd’hui, il n’y avait plus rien. Elle avait quitté Guède à moitié effondrée sur la monture de son père. Elle avait dormi dans un coin reculé de la forêt pour ne jamais être vue. Elle dormait le jour et continuait sa route le soir. C’était sa routine. Du moins jusqu’à sa halte à Haye-Pierre. Elle n’était plus attachée à rien et voyageait, comme elle l’avait toujours voulu. Elle était libre de faire ce qui lui plaisait, même si son éternelle maladresse était toujours présente. Elle savait s’attirer les foudres des dieux sur elle, simplement en claquant des doigts. Que leur avait-elle faire pour que cela soit ainsi. Elle se souvenait d’avoir entendu des histoires de son père sur les seigneurs de Haye-pierre. Elle espérait ne jamais rencontrer la brute Bracken. Elle n’était pas médium, mais elle savait que ses rencontres étaient parfois semés de problèmes. Elle espérait seulement faire quelques sous, pour pouvoir reprendre le chemin à travers Westeros. Elle était libre désormais. Enfin ce mot était encore complexe pour elle, mais elle s’y faisait un peu chaque jour. Elle tentait du mieux qu’elle pouvait de s’habituer. Elle avait trouvé travail dans une petite auberge. Endroit tout a fait parfait. Nobles comme chevaliers s’y arrêteraient parfois. Elle avait réussi quelques petits larcins rien de trop effrayant. Le soir très tard, elle arrivait à subtiliser le reste qui n’avait pas servi à l’alcool. Le peu qui restait. La nuit tombée, elle retournait là ou elle avait installé sa monture le temps de son escapade. Comme tous les soirs, elle grimpait dans les arbres et s’y endormait.

Elle se réveillait le matin et descendait avec précautions pour ne pas tomber la tête première sur le sol. Elle sentait vite sa monture dans son dos. Toujours aussi fidèle celle la. Une amie assez précieuse. Elle lui caressa l’encolure et soupira.

Laisse-moi encore peu de temps. Nous en aurons assez pour partir dans quelques jours. Je te ramènerais une pomme ce soir. Reste sage.


Elle en avait assez pour quelques jours. Elle rangea la bourse dérobée et quitta en direction de l’auberge. Il fallait qu’elle y soit tôt. Si on se rendait compte de son absence si facilement. Pour l’heure qui y était, il était encore tôt. Elle était entrée et elle était surprise devoir l’endroit désert. Mais tapit dans l’ombre, un homme bien plus imposant qu’elle aurait voulu le croire s'était approché d’elle et lui avait pris le bras. Elle s’était retournée avec une vitesse, le cœur battant à tout rompre. Elle lui fit face et fixa son regard

Je crois que tu as quelques choses qui m’appartient ma jolie. Si tu voulais que rien ne t’arrive soit gentille et rends la bourse.

Le cœur battant et elle tourna les pieds pour fuir vers l’arrière.

La jeune femme se sentit soulevé au moment même ou elle avait les pieds à l’extérieur. Battant des pieds rageusement, elle frappait son adversaire à coup de poing. Il la traina et la relâcha en la laissant tomber au sol. Elle se releva et lui assena un violent poing au visage. Le revers lui fit certainement encore plus mal qu’elle ne pu le croire. Il l’attrapa par la taille et elle se débattit en criant. Il posa sa main sur sa bouche et elle lui mordit les doigts, avant de le refrapper violement dans l’estomac. L’homme se plia et Maud prit une grande respiration. Autant partir un jour plutôt. Elle récupéra le pendentif de son père qui était tombé au sol et se sentit projeté contre un mur. Elle retint un juron et instinctivement, elle porta ses mains près de son cou pour défaire ses doigts.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 21 Aoû 2012 - 8:24

    Narcisse avançait paisiblement sur la voie pavée, rien ne pressait le destrier et son maître ne semblait pas décidé à vouloir accélérer l’allure. Le jour était encore jeune et rien ne pressait le chevalier que personne n’attendait et qui n’avait aucune envie de chevaucher à bride abattue du matin au soir. Des badauds circulaient déjà sur les voies, prêts à commencer une nouvelle journée de labeur qui ne s’achèvera que le soir venu, et certains saluèrent Tancred d’un geste de la main auquel il répondit avec un léger sourire. Il jouissait d’une assez bonne réputation auprès des sympathisants Bracken et en profitait allégrement. Il appréciait d’être respecté et faisait toujours en sorte de ne pas souffrir d’une mauvaise réputation ou de ragots rapportés par des langues de vipère. Il veillait également à ne pas faire des écarts de conduite, le genre de choses qui pouvait ruiner à vie la réputation d’un chevalier, aussi faisait-il attention à ne pas finir soûl comme le premier soudard venu ou de ne pas se retrouver impliqué dans des bagarres. Une conduite assez facile à tenir pour le jeune homme qui n’avait jamais été un amateur d’alcool et qui préférait de loin n’user de la violence qu’en cas d’absolue nécessité. Tout en prenant la direction menant à la sortie de la cité, le jeune homme observait les environs, plus par habitude que par réelle envie d’observer des lieux qu’il connaissait parfaitement. C’est toutefois ce coup d’œil familier qui attira son attention vers une scène des plus étranges : une femme quittant une taverne à toutes jambes comme si des démons étaient à ses trousses. Sa crinière de cheveux noirs virevoltait autour de son visage frappé par l’angoisse et elle disparue bientôt à l’angle de la ruelle. Le chevalier n’aurait guère accordé beaucoup d’importance à cette séquence si la demoiselle n’avait été poursuivie par un grand échalas visiblement décidé à coincer la bougresse qui venait de lui filé entre les doigts.

    Fronçant les sourcils, perplexe, le chevalier fit tourner bride à son destrier pour que ce dernier marche dans la direction où les deux personnages venaient de fuir. Réfléchissant à la situation, Tancred se dit que ce genre d’événement lui semblait étrangement familier… une jolie jeune femme tentant de fuir un malotru à la mine patibulaire et, non loin, un preux chevalier remarquant la détresse de la jouvencelle et qui s’élance au secours de la demoiselle en détresse. Certes, sauf que Tancred n’avait pas bouger d’un pouce et que rien ne lui assurait que cette fille était réellement en danger. Après tout, peut-être était-ce juste un jeu entre amants avant la partie de jambes en l’air ou juste une simple dispute, à moins qu’ils ne soient réellement pressés par autre chose ? Pestant intérieurement contre sa curiosité et son incapacité actuelle à prendre rapidement une décision, le jeune homme décida de suivre le chemin emprunté par les fuyards, décidé à en avoir le cœur net. Au fur et à mesure qu’il s’approchait d’eux, il entendait le bruit étouffé d’une conversation confuse ainsi que des cris lointains. Il ne rêvait pas, cette fille était bel et bien en train de se faire agressé par l’homme qui la poursuivait ! Mettant pied à terre, il courut aussi vite que son armure le lui permettait, tout en se disant que le cliquetis distinct de la ferraille ne le rendait pas le plus discret possible mais peut-être que l’agresseur prendra la fuite en pensant qu’un garde venait dans sa direction.

    Il bifurqua à droite et tomba juste face à l’inconnu qui, mains serrées autour du cou de la femme, la maintenait collée au mur tandis que cette dernière se débattait tant bien que mal. Visiblement trop préoccupé par sa tentative de meurtre, le badaud n’avait pas entendu le chevalier débarqué malgré le son parfaitement audible de son armure et de ses armes. Tirant son épée du fourreau, Tancred saisit l’agresseur par l’arrière de sa veste et frappa le haut de son crâne avec le pommeau de sa lame, assommant le malpropre d’un seul coup. Le laissant choir pitoyablement au sol, le chevalier porta son attention sur la demoiselle en détresse qu’il venait de sauver. Echevelée et suffocante, elle était visiblement mal en point. Rengainant son arme, il s’avança vers elle, quelque peu inquiet que le bougre ait pu la blessé bien plus qu’il ne le craignait.

    « Ma Dame, vous allez bien ? »

    Il n’était pas certain de l’étiquette à suivre face à une jeune femme qui venait juste d’essuyée une tentative de meurtre mais veillait à se montrer le plus conciliant possible. Après tout, il ignorait totalement pourquoi cet homme avait ainsi attenté à la vie de la demoiselle mais il était suffisamment conscient de la folie humaine pour savoir que certains n’avaient pas besoin de raisons pour commettre des actes répréhensibles.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rebecca Staedmon
Noble

Général .
♦ Missives : 134
♦ Missives Aventure : 30
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 04/07/2012
♦ Célébrité : Kate Beckinsale
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Aaricia Greyjoy, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Lord Stefan Staedmon
♦ Lieu : Grande-Arche
♦ Liens Utiles : Lady Rebecca Staedmon de Grande-Arche

Voyages et aventures d'une Infidèle

Intrigue d'une intriguante

Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
301/500  (301/500)


Message Dim 26 Aoû 2012 - 1:09

Si seulement elle avait pu. Voila une phrase qui lui revenait que trop suivant dans sa tête. Elle était un peu de mauvaise humeur, elle avait échoué. Elle ne pourrait rester plus longtemps dans cette ville. Elle ne priait même pas les sept de l’aider. Que pouvait faire sept dieux contre une voleuse. Le père la châtierait, mais elle n’avait pas l’intention de se laisser faire. Son regard s’imprégnait des traits de ce dernier. Ses doigts glissaient nerveusement sur ceux de l'homme qui se refermait toujours plus sur sa gorge. Elle voulait sa tête et le maudissait intérieurement. Elle avait un don pour s’attirer les ennuis. Surtout les ennuis avec les hommes. Elle finissait toujours par être mal en point. Avec le temps cela devenait une malédiction. Elle se savait minutieuse dans ses gestes, mais elle ne voulait pas se faire berner par les trompeurs et se ramasser dans une position délicate. Situation comme dans celle qu’elle était au moment même.

Elle se débattait toujours aussi fermement même si ses chances de réussite étaient très minces. Elle savait une chose, elle ne voulait pas mourir, avant de terminer son voyage. Même si l’air commençait à lui manquer, elle tentait du mieux qu’elle pouvait de réfléchir à une solution. Elle se rappelle même de la sensation de perdre toute sensation comme la fois, ou elle avait presque perdu la vie en tombant d’un quai. Elle jouait innocemment avant de perdre le pied et faire une chute dans l’Oeildieu. Le pire étant qu’elle avait peur de l’eau. C’était le genre d’endroit qu’elle préférait éviter, habituellement. Perdant quelques minutes à peine, elle perdit un peu la notion du temps. Elle ferma les yeux incapables de lutter, mais au moment même, son corps heurta le sol et elle chercha de l’air, enfin pour respirer. Elle eut même le temps de s’étouffer. Ses yeux fixaient toujours l’homme qui était désormais affalé au sol. Elle ne l’avait pas vu venir et encore moins s’interposé contre le malfrat. Ce qui lui avait importé c’était de respirer.

Même si la réponse semblait évidente malgré la situation, elle n’allait certainement pas rester agressive avec lui. Bien sur que tout allait mieux. Ce n’était pas compliqué à voir, mais elle voulait rester polie avec lui. Ce n’était pas son genre de faire les méchantes. Enfin surtout pas avec ses sauveurs. Les sept savaient combien il y en avait, mais la jeune femme ne leur adressait plus aucunement la parole. Ils n’avaient jamais été là pour elle, quand elle avait imploré leur aide.

Quelques égratignures, mais je survivrais. Je survis toujours. Certes sans votre aide, il m’achevait par pur plaisir. Merci beaucoup de votre aide

Un petit mensonge dont le chevalier ne pouvait pas savoir. Elle l’aurait vaguement mérité. Elle s’en voulait elle-même pour son imprudence. Elle devait faire attention à l’Avenir. Elle avait attiré beaucoup trop l’attention sur elle les derniers jours. Voilà ce qui en résultait. Elle se ramassait avec un soudard qui voulait sa mort pour lui avoir pris les trois petits dragons qui lui restaient. Il serait vite dépensé, lorsqu’elle retournerait dans son périple, mais avec la saison froide, qui semblait vouloir prendre place, elle n’aurait nul autre choix. Elle survivait des moyens qu’elle avait. Comme elle n’était plus dans sa propre maison, il lui fallait parfois gagner quelques piécettes et disparaitre. Son gout de voir le monde et de voyager était bien idiot, par une saison pareille, mais elle n’aurait certainement pas supporté la décadence de son époux dans l’alcool, une saison de plus.

Elle tendit sa main au chevalier afin d’Acquérir un peu d’aide afin de se remettre en bon état. Elle pouvait être au moins présentable pour lui offrir ses remerciements. Elle cherchait son regard,même si elle sentait la gêne la dévorer. Elle était toujours un peu timide, lorsque les gens qui étaient bon l'aidaient.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 31 Aoû 2012 - 8:26

    La demoiselle semblait être sonnée et la marque écarlate qui couvrait la totalité de son cou ne semblait pas arranger ses humeurs. Poussant légèrement de la botte le corps inerte pour éviter de lui marcher dessus par inadvertance, Tancred contempla le visage grotesque du bougre, se demandant pour quelle raison il avait bien pu agresser la femme face à lui. Certes, il savait que certains n’avaient pas de réels motifs pour se montrer violents mais celui-là avait semblé réellement décidé à tuer la donzelle, tant et si bien qu’il n’avait ni vu ni entendu – un exploit avec le bruit provoqué par son armure – le chevalier se glisser dans son dos pour l’assommer. Demander à une personne venant d’échappé à une mort certaine si elle allait bien était certainement futile et déplacé mais c’était un réflexe, le jeune homme désirant avant tout s’assurer que la fille n’allait pas s’effondrer plusieurs minutes plus tard, ce qui serait quand même une situation cocasse pour le chevalier. Lui affirmant que ses blessures étaient superficielles et qu’elle était bonne pour seulement une bonne migraine et quelques douleurs supplémentaires, elle tendit la main au jeune homme, quémandant une aide pour se relever. Saisissant doucement la main de la jeune femme pour ne pas lui briser les doigts avec son gantelet en acier, le chevalier l’a remis sur pied, ce qui lui permit de regarder de plus près la demoiselle qu’il venait de sauver. Elle semblait plus âgée que lui, même si le temps avait été clément et n’avait pas encore marqué son visage de rides creuses, sa crinière de cheveux noirs cascadait sur ses épaules, encadrant un faciès aux traits fins et stricts mais élégants. Elle fuyait le regard du chevalier, et ce dernier ne savait pas si c’était là une marque de grande timidité ou le désir de fuir le plus loin possible pour éviter de croiser des fous dans le genre de celui qui gisait à leurs pieds.

    « Les gardes se chargeront de cet imbécile, il ne vous importunera plus. »

    Il lui offrit un sourire rassurant, celui qu’il affichait à chaque fois pour tenter de remonter le moral de ceux qu’il croisait. Il était assez doué dans la chose et en usait volontiers pour éviter de se coltiner des dépressifs chroniques ou des indésirables cyniques. Il avait après tout autre chose à faire que de subir les affligeante considérations philosophiques de certains qui se pensaient plus savants que quiconque, et avait en horreur les personnages qui passaient le plus clair de leur temps à regarder les nuages filer en débattant stérilement sur les raisons de la vie et de la mort. Il n’avait rien contre la diplomatie et les joutes verbales, bien au contraire, mais il ne comprenait pas pourquoi beaucoup utilisaient leur langue pour déblatérer des âneries au lieu de parler avec utilité. Reportant son attention sur la jouvencelle qu’il venait de secourir, Tancred s’interrogeait toujours sur le rôle qu’avait joué la femme dans cette affaire. Elle était victime, certes, mais il savait que les apparences pouvaient être trompeuses.

    « Pourquoi ce bougre vous a-t-il assailli de la sorte ? »

    Si sauver une gente dame en détresse faisait partie des emplois réguliers d’un chevalier, sauver une gente dame en détresse qui s’avère être la sorcière à la fin du conte n’était pas du tout recommandé pour avoir une carrière digne et honorable. Toutefois, en l’absence de preuve concrète et ne connaissant rien de cette femme face à lui, le jeune homme se devait de songer à tous les scénarii possibles. S’il vivait avec le préjugé ridicule que les femmes étaient plus frêles que les hommes, il savait pertinemment que leurs atouts étaient ailleurs et qu’elles pouvaient se montrer bien plus redoutables que leur joli minois ne le laissait présager.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rebecca Staedmon
Noble

Général .
♦ Missives : 134
♦ Missives Aventure : 30
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 04/07/2012
♦ Célébrité : Kate Beckinsale
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Aaricia Greyjoy, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Lord Stefan Staedmon
♦ Lieu : Grande-Arche
♦ Liens Utiles : Lady Rebecca Staedmon de Grande-Arche

Voyages et aventures d'une Infidèle

Intrigue d'une intriguante

Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
301/500  (301/500)


Message Jeu 6 Sep 2012 - 1:20

Ses yeux fixaient toujours le corps de l’homme assommé. Elle se demandait si elle aurait pu prendre sa place. Cela aurait certainement amusé les sept. Il avait un don depuis plusieurs temps de la mettre en de mauvaise posture. Elle ne voulait pas faire de cas, mais elle était d’un coté heureuse que quelqu’un l’ait entendu. Sinon, elle aurait certainement pris la place de l’homme qui se trouvait près d’elle. Elle avait encore la sensation de cette main autour de son cou. Elle sentait encore la main appuyé sur sa trachée l’empêchant de respirer. Pendant un moment, elle avait eu peur. Elle avait retrouvé cette sensation du vide. La seule image lui revenant en tête était cette fois près de l’Oeildieu. Elle avait eu si peur. Elle avait aussi cette malédiction de se trouver toujours dans de mauvaise posture avec les hommes. Elle provoquait toujours des catastrophes sans le vouloir réellement. Elle était ainsi et c’était certainement pourquoi, elle maudissait tous les dieux de lui donner cette misère. Maud prit cette main sans faire d’histoire. Elle avait quelques écorchures, mais elle n’avait pas envie de se plaindre à l’homme qui lui avait sans doute sauvée la vie. Elle saurait se soigner une fois près de Sheila, mais surtout lorsqu’elle serait très loin du Conflans.


Jamais je ne vous remercierais assez. Si vous n’aviez pas été là, mes chances étaient minces contre cet homme.


La question était légitime de la part de ce chevalier, mais elle n’était pas certaine de vouloir lui dire la simple vérité. Parfois, elle lui causait plus de tort que les autres choses. Elle savait que le chevalier était trop noble de cœur, pour la laisser s’en tirer si elle lui racontait tout. Autant modifier un peu les événements. Sa peau était plus chère que celle de ce pauvre soudard au sol. Elle n’avait pas envie de finir aux oubliettes. Même si le chevalier n’aurait pas une véritable réponse, elle n’allait pas le laisser sans rien dire. Car celui qui ne dit mots, se trouvait parfois coupable. Le regardant pour la première fois dans les yeux depuis qu’il l’avait sauvé, elle remarqua chaque trait de son visage. Il était certes plus jeune qu’elle. Le temps était clément avec elle, mais si elle continuait sur cette lancée, elle finirait certainement six pieds sous terres. Elle finit par regarder devant elle avant d’étaler son histoire.

Je travaille dans une petite auberge. Il y un ou deux jours, un groupe d’homme y a passé la nuit. Il ne faisait pas si beau et le vent vous mordait la peau. Ils ont bu. Encore, encore et encore. Jusqu'à en être ivre mort. Celui que vous avez assommé, je me suis débattue, avec lui, plusieurs fois pendant cette soirée. Quand ils sont partis, je suis allée dormir. Aujourd’hui, il me réclamait les dragons qu’il avait tout dépensés, croyant que je les avais volés.


La victime n’était pas la bonne en l’étant. Malheureusement, elle préférait sauver sa peau que celle des autres. Maud se frotta l’avant-bras et ne chercha pas le regard du chevalier. Sa vie était tissée de problème et de mensonges. Certainement le châtiment que les sept lui avaient donné pour la punir de son manque de foi. Elle les avait maudit et les maudissait à chaque levé. Elle en payait le prix. Elle ne devait plus rester à Haye-pierre. Elle sentait le regard des passants.

J’ai un don de m’attirer des ennuis. Je suis désolée que vous ayez du utiliser la force.

Il était facile de lui faire porter le chapeau. Elle se savait coupable, mais dire et mentir étaient dans son registre. Elle n’était la que depuis quelques semaines. Elle était pour plusieurs une roturière, mais elle arrivait à faire avec les apparences. Elle avait deux choix. Soit il la croyait, soit, il trouvait le mensonge bien déguisé. Dans ce cas, elle devrait prendre la poudre d’escampette. Elle avait pour habitude de créer toutes les possibilités. Son regard était revenu vers le chevalier. Elle ne faisait pas les petits yeux de la vierge malmenée. Elle savait se défendre, la position n’avait seulement pas aidé à se débarrasser de l’homme.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 4 Oct 2012 - 9:43

[ Navrée pour ce long retard ]


    La jouvencelle restait muette, le regard toujours fixé sur le corps inerte de son agresseur. Le choc semblait avoir été plus violent qu’il ne le paraissait et Tancred se demanda un court instant s’il ne devrait pas l’emmener auprès d’un guérisseur pour voir si le mécréant qui l’avait étranglée ne l’avait pas blessée plus sérieusement. Après tout, c’était un robuste gaillard comparé à sa victime et nul doute qu’une fripouille de cet acabit pouvait tuer ou blesser grièvement n’importe qui avec quelques grammes d’alcool ou de colère dans le sang. Lui-même, bien que chanceux d’avoir pour père un bijoutier riche et influent lui avait évité de vivre au milieu des canailles, avait parfois eu affaire à des idiots de cette espèce, stupides et veules, qui ne vivaient que pour la violence et l’argent facile. Il n’y avait pas une once de sympathie ou d’intelligence dans les âmes de ces personnages plus aptes à agresser des innocentes à la nuit tombée qu’à se comporter en hommes véritables, une honte pour l’espèce humaine vraiment. Et le chevalier ne comprenait guère comment les Sept pouvaient tolérer l’existence de cette misérable sous-espèce humaine. Peut-être pour que lui et ses congénères, bien plus civilisés et justes, se sent comme supérieurs à eux et exercent leur autorité sur ces cafards qui ne se pensaient forts que lorsqu’ils avaient face à eux des femmes et des hommes sans défense. La marque même des lâches. La jeune femme finit, après une énième silence, à lui raconter comment elle s’était retrouvée aux prises avec l’individu étendu à leurs pieds. La gente dame était donc tombée sur une bande d’ivrognes qui n’avait cessé de la harceler, au point de manquer de la tuer aujourd’hui.

    « Il y a décidément trop de soudards dans ces environs… »

    La phrase était autant pour lui que pour la demoiselle. Peu habitué aux tavernes et aux joies souvent excessives de l’alcool, Tancred n’avait guère de respect pour les pochetrons qui passaient le plus clair de leur temps accoudés au bar le plus proche pour noyer leur vie misérable dans la bière et il n’était pas plus attiré par ce qui, à ses yeux, étaient signes de déchéance à savoir l’alcool à foison, les femmes faciles et les bagarres des rues. Il avait toujours été un gentilhomme dans l’âme quelque part, un garçon attiré par les belles valeurs et les nobles idéaux mais qui se savait paradoxalement trop humain pour être le chevalier vertueux qu’il brûlait d’envie d’être. Il savait que, parfois, les aspects les plus noirs de sa personnalité étaient parfaitement visibles, même s’il essayait de les atténuer dès qu’il le pouvait, par la réflexion ou l’action. Reportant son attention sur la demoiselle, il se dit qu’il ne lui avait même pas demandé son nom, une erreur certaine car il aimait au moins connaître le patronyme des gens qu’il sauvait et ils étaient suffisamment rares pour qu’il en profite.

    « Cet idiot ne vous importunera plus. Puis-je me permettre de vous demander votre nom ? Pour ma part, je suis Tancred, chevalier au service de la Maison Bracken. »

    Il aurait peut-être du l’inviter à quitter la ruelle sinistre où elle venait d’être agressée mais il savait qu’il avait frappé suffisamment fort pour que le bonhomme ne se réveille que d’ici une heure ou deux avec une migraine magistrale et une bosse persistante pour trois semaines. Un délai largement suffisant pour faire connaissance avec la jeune femme et essayer d’en apprendre un peu plus sur elle, par simple curiosité. Passé le moment de tension ayant suivi la mise à l’écart du rustre, il retrouvait ses manières affables et chaleureuses et était toujours ravi de discuter, surtout avec une inconnue qu’il venait d’arracher aux griffes de la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rebecca Staedmon
Noble

Général .
♦ Missives : 134
♦ Missives Aventure : 30
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 04/07/2012
♦ Célébrité : Kate Beckinsale
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Aaricia Greyjoy, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Lord Stefan Staedmon
♦ Lieu : Grande-Arche
♦ Liens Utiles : Lady Rebecca Staedmon de Grande-Arche

Voyages et aventures d'une Infidèle

Intrigue d'une intriguante

Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
301/500  (301/500)


Message Sam 6 Oct 2012 - 16:07

Il y en avait un peu trop partout. Maud les détestait. Pour la plupart ils étaient chevaliers. Elle n’avait jamais réussi à faire abstraction à cette classe de la population. Son père en était un et pourtant il s’était toujours conduit comme un digne homme. Il avait fait serment et avait toujours protégé la veuve et l’orphelin. Il l’avait toujours fait avec elle. Il l’avait recueillie et adopté comme sa propre fille. Elle était sa seule enfant puisque même chevalier, il souffrait d’infirmité qui dégoutait les femmes. Elle avait eu la chance de rencontrer plusieurs chevaliers dans sa vie, mais aucun n’était comme son père. Aussi noble de cœur. Enfin aucun ne changeait beaucoup. Le dénommé Tancred faisait partis des vrais. Elle se retint même de hausser des sourcils lorsqu’il nomma la maison des Bracken. Avec la réputation de la famille, il était certain que tout le monde connaissait Otho Bracken. Heureusement, il ne ressemblait en rien à cette brute.

Par expérience, je vous dirais qu’il y en a un peu trop.


Mais pour elle, un homme restait un homme. Elle avait connu la déchéance de son mari avec l’alcool. Deux longues années à endurer la misère. Il n’y avait pas eu que l’alcool, il y avait eu la violence, et parfois même, elle se retrouvait avec une gueuse dans la demeure de son propre père. Combien de fois, en avait-elle chassé ? Dans ses souvenirs, un peu trop. Il ne lui avait jamais fait de mal, car elle était plus forte. Elle savait manier les armes et elle l’aurait fait contre lui c’était indéniable. Tant qu’elle savait qu’elle était à la hauteur de son adversaire, elle ne cherchait pas à fuir.

Je suis heureuse de faire votre connaissance Ser Tancred, salua-t-elle en inclinant légèrement la tête. Je m’appelle Maud. Je viens de Guède, plus au sud du Conflans. Mon père était un chevalier de la maison portant le même nom, vassale de la maison Lothston d’Harrenhal.


Bien qu’elle anticipait la question « Que fait une gente demoiselle, loin de chez elle ? ». Elle ne saurait quoi répondre. Elle vivait c’est tout ce qu’elle pourrait lui dire. Elle était libre désormais. Elle n’avait plus personne sauf peut-être Sheila qui l’attendait en quelques parts dans les bois, mais elle ne devait plus rien à personne. Elle le regarda avant de baisser le regard et reprendre la parole. Elle se sentait parfois très idiote et maintenant, si elle y arrivait, elle aurait certainement fui. Même les hommes les plus gentils avec elle, la mettait mal à l’aise. Elle ne savait jamais quoi faire.

Je sais ce que vous devez vous demander, que fais une femme loin de chez elle. Disons que là d’où je viens on me considère comme morte. Même si j’ai tendance à m’attirer les ennuis depuis le début de mon voyage, je m’en sors bien, mais sans vous, Haye-pierre aurait été ma dernière destination.

Pas facile d’avoir un adversaire qui avait deux fois votre taille. En plus, elle n’était pas armée. Autrement, elle l’aurait peut-être découpé afin de se venger. Elle était une créature bien maligne et charmeuse. Ce que l’on disait d’elle à Guède n’était pas toujours faux. Elle savait obtenir ce qu’elle voulait. Elle avait plus d’un tour dans son sac et les années bien qu’elle arrivait presque à la trentaine, avaient été clément avec elle. Elle passait parfois plus jeune, même si elle ne ressemblait en rien aux jeunes jouvencelles. Elle ne passait pas inaperçu et pourtant, elle était d’une beauté classique, rien de très extravagant. Certains hommes, chez elle, l’avaient craint, elle avait été entrainée par le Vieux Rickard. Il l’avait traité comme il le faisait avec ses écuyers. Elle s’avérait plus habile qu’il ne l’avait cru et il lui avait toujours fait promettre de ne jamais utiliser la force contre personne. Sauf si sa vie en dépendait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 9 Oct 2012 - 8:05

    Dire qu’il servait la Maison Bracken lui avait plus souvent desservi qu’autre chose, bon nombre de personnes se rappelant sans mal l’attitude de celui qui se faisait désormais appelé la Brute Bracken. Il est vrai que planter sa hache dans le crâne d’un haut noble de Westeros, fut-il son pire adversaire, démontrait une nature coléreuse et violente. Néanmoins, tout le monde dans le Conflans connaissait l’ancestrale rivalité entre les Nerbosc et les Bracken était encore trop vive pour que les deux maisons puissent se lier d’une quelconque manière. Ayant grandit aux alentours de la Haye-Pierre, il avait toujours été un loyal guerrier du blason au cheval rouge, c’est d’ailleurs en défendant leur étendard qu’il avait gagné ses galons de chevalier et, même si son rang le poussait à venir en aide à n’importe quel être sur cette terre, il était bien plus enclin à aider ceux de son camp que les autres, par pure loyauté envers la famille qu’il l’avait élevé à la dignité de Ser. Il attendait d’ailleurs avec une certaine impatience les prochaines escarmouches avec les Nerbosc mais, même si seule la Culbute séparait les deux rivaux, les ordres des Tully empêchaient ces vieux ennemis de croiser le fer à nouveau, au grand dam des fidèles des deux maisonnées pour qui abattre un serviteur de l’autre clan était signe de grande victoire. La dame que Tancred avait face à lui avoua enfin qu’elle portait le nom de Maud et que son géniteur était un chevalier de Guède. Voilà un long chemin jusqu’à Haye-Pierre, surtout pour une femme seule mais le jeune homme ne fit aucune remarque, estimant que la vie privée de Maud ne le concernait en aucun cas. Après tout, elle était plus âgée que lui et avait certainement du vivre des péripéties insoupçonnées

    « On peut dire que vous avez fait un bien long voyage, ma Dame, depuis votre terre natale. »

    Devinant que le chevalier risquait de la questionner sur la raison de sa venue en des territoires forts éloignés des siens, la brune continua son récit, faisant froncer les sourcils du garçon. Allons bon, une demoiselle que l’on croyait morte chez elle et qui venait ici pour on ne savait quelle raison. Il en avait déjà entendue des histoires farfelues mais celle-là semblait méritée que l’on penche l’oreille sur elle. Toutefois, il n’était pas sûr qu’harceler la jeune femme soit l’éthique à suivre pour savoir ce qui lui était arrivé avant qu’elle ne pose ses bagages dans les environs, surtout qu’elle n’avait aucune raison valable de raconter ses voyages à Tancred, même si ce dernier venait de lui sauver la vie.

    « Il était normal que je vous vienne en aide, cela n’aurait pas été humain de vous laisser entre les pattes de cette brute. »

    Depuis quelques instants, il avait la sensation que celle qu’il avait prit au départ pour une jouvencelle en détresse, stéréotype de la dame inoffensive et attaquée par les premiers alcooliques passant, était peut-être un personnage bien plus complexe et bien plus mystérieux que ne le laissait penser son minois innocent. Néanmoins, cela n’était que des suppositions. Lui-même n’était pas forcément le chevalier qu’il semblait être même s’il faisait tout pour le cacher au mieux à la vue de ceux qui le côtoyaient. Il était bien plus entaché par le vice qu’était la prétention que ne le laissait paraître son sourire jovial et ses manières chaleureuses et lutter au jour le jour contre sa vanité naturelle était un combat bien plus difficile à mener que de brandir les armes contre des adversaires vivants.

    « Les raisons de votre venue m’intriguent mais elles ne me concernent en rien. Désirez-vous un peu d’aide pour vos prochains voyages ? A vos paroles, il semble que vous aimiez parcourir les landes. »
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rebecca Staedmon
Noble

Général .
♦ Missives : 134
♦ Missives Aventure : 30
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 04/07/2012
♦ Célébrité : Kate Beckinsale
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Aaricia Greyjoy, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Lord Stefan Staedmon
♦ Lieu : Grande-Arche
♦ Liens Utiles : Lady Rebecca Staedmon de Grande-Arche

Voyages et aventures d'une Infidèle

Intrigue d'une intriguante

Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
301/500  (301/500)


Message Mer 10 Oct 2012 - 3:17

Elle avait envie de sourire mais n’en fit rien. Elle était habituée de jouer les étrangères. Même à Guède, elle était toujours celle qui était a part. Une chose certaine, elle avait vécu à Guède, mais n’en était pas né là. Plein de rumeurs avaient été dites sur son sujet, mais Rickard avait toujours assuré qu’elle n’en soit pas au courant. Il n’y avait pas de guide pour être parent, mais le vieil homme avait certainement été le meilleur père que celui dont elle était la fille. Il l’avait aimé et faites grandir. D’où elle venait, elle ne le savait pas et ne le saurait certainement jamais. Elle errerait jusqu’à la fin de sa vie, parce qu’elle l’avait souhaité. Elle se ferait quelques sous à travailler parfois pour des aubergistes. Rien n’était écrit sur le chemin de sa vie. Il y avait tellement d’embûche depuis le début, qu’elle pourrait affronter l’Étranger demain, s’il le fallait.

Mon voyage ne fait que commencer. J’ai l’impression de n’être parti que depuis quelques jours et pas autant. J’ai encore un long chemin à faire.

Elle avait quitté Guède depuis plusieurs semaines. Elle n’avait pas peur, elle connaissait les risques d’une femme seule sur les routes. Si elle était partie c’est qu’elle avait voulu disparaitre. Elle avait fait disparaitre son mari et elle était partie ni vu ni connu. Haye-Pierre lui avait donné le temps de réfléchir à son itinéraire. L’automne était déjà bien installé et cela annonçait que l’hiver pourrait se montrer le nez, la journée qu’il voulait. Elle trouverait un petit endroit pour travailler faire quelques petits larcins, rien de bien grave, en autant qu’elle arrivait à survire

Les mots qui sortirent de la bouche du chevalier la tétanisèrent. Elle avait figée et avait fixée le sol évitant de ce même le regard de Ser Tancred. Personne ne l’Avait jamais aidé lorsqu’elle vivait à Guède. Des cicatrices qu’elle prenait le soin de cacher le prouvaient aisément. Son père adoptif aurait été amusé d’entendre les paroles sortant de la bouche d’un chevalier. Il n’avait réussi à intervenir contre son gendre. Même si Maud savait se défendre, elle n’avait jamais usé de violence envers son mari qui se résumait à être une grosse brute, quand il buvait. Des souvenirs qu’elle avait enterré en brulant sa vie à Guède.

Certaine personnes croient que ce l’est. Heureusement dans ce monde, il reste encore des gens censés et des chevaliers avec le sens de l’honneur.

Elle était intrigante avec ses manières et son petit minois qui ne laissait tout de même pas indifférent. Elle avait rencontré des gens sympathiques jusqu’à maintenant, mais peu lui avaient posé des questions sur sa vie ou sur ce qu’elle faisait. Elle apparaissait un jour et quelques jours plus tard elle disparaissait comme par magie. Voilà ce qui était arrivé la dernière fois et qui allait se passer. Elle avait pris la direction opposée à l’homme qui était toujours étendu au sol. Elle n’avait qu’une image en tête, et elle n’était pas des plus jolis. Elle ne voulait plus voir le corps de ce soudard qui lui avait presque ôté la vie.

Il n’y a pas de raison particulière. Haye-pierre est pour moi une destination comme les autres. Que peut faire un noble chevalier pour une dame qui n’a pas de limite. J'étais toute petite je désirais voir la neige éternelle du Nord, les montagnes du Val, les champs verdoyants du Bief et le Sable de Dorne. J’apparais un jour et je disparais un autre lendemain. Je suis un piètre compagnon de voyage. J’ai ce que l’on peut appeler un don pour me mettre dans des situations peu communes.

Elle lui avait souri. Un sourire pour la première fois sincère. Elle n’avait plus cette gêne qui la tenait distante. Elle ne savait comment prendre les paroles du chevalier. Voulait-il s’inviter dans sa nouvelle liberté? Elle n’était pas trop certaine ce que les paroles de Ser Tancred lui disait. Elle avait plutôt voulu répondre d’une manière un peu plus vague. Elle s’attardait à des places qui n’avaient aucune valeur pour la région et encore moins elle. Elle errait dans Westeros pour se retrouver. Elle avait été élevée pour survivre et non mourir. Quel honte aurait son père adoptif, parfois, quand elle se mettait dans les sales draps. À force d’utiliser son charme sur les hommes elle en payait le prix.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 11 Oct 2012 - 7:33

    Maud ne souriait guère, c’est à peine si elle regardait le chevalier dans les yeux. Cette attitude étrange aurait d’ordinaire interpellée le jeune homme mais, au vu de l’histoire de l’étrangère, il pouvait comprendre qu’elle évite le regard des hommes ou même des gens en général, surtout si certains n’hésitaient pas à tenter de la supprimer purement et simplement. La demoiselle ne laissait échapper que des phrases sibyllines et mystérieuses, sans donner de réponse concrète, au grand étonnement de Tancred qui commençait à se demander pourquoi cette femme semblait si pressée d’en avoir fini avec lui. Il n’était pas vilain pourtant, et ne faisait pas partie des rustres qui accostaient les membres du beau sexe dans l’espoir d’un coït rapide et sans saveur au fond d’une ruelle sordide mais il ne connaissait pas suffisamment sa vis-à-vis pour comprendre son attitude. Après tout, lui-même avait parfois des réactions dont un inconnu ne pouvait comprendre la raison, celle-ci étant le résultat d’un vécu propre au chevalier. Après tout, peut-être cette femme avait-elle dû souvent essuyée la violence crasse de certains déchets sociaux ou subir la misère, qu’en savait-il ? Il est vrai que, par les temps qui courent, le sens de l’honneur et du courage était une notion bien difficile à enregistrer pour beaucoup. Même au sein de la caste des chevaliers, pourtant réputée pour former de vertueux combattants, souffraient des vices qui menacent le cœur des hommes. Lui-même n’était pas à l’abri de devenir un jour un simple coq se pavanant en armure – les Sept savaient à quel point il était vaniteux – mais il veillait toujours à ne pas se laisser emporter par l’orgueil. D’autres de son rang étaient bien moins soucieux de l’étiquette, et beaucoup de Sers n’hésitaient pas, dans l’ombre, à devenir des débauchés et de vulgaires épées-liges pour le compte de tyrans à la bourse bien remplie.

    La proposition de Tancred tira un véritable et sincère sourire à la demoiselle, une attitude par laquelle le chevalier conclut qu’elle n’avait pas du bénéficier d’une grande aide depuis son départ de sa terre natale. Il est vrai que, sans son intervention, Maud serait certainement morte à l’heure actuelle, le corps abandonné dans cette allée pendant que son assassin repartait sans remords vers l’auberge. Personne n’avait tourné le regard lorsque cette femme était poursuivie par son agresseur, comme si cette scène faisait partie du quotidien. Lui-même aurait certainement continué son chemin s’il n’avait pas eu le pressentiment que quelque chose ne tournait pas rond. Quoi qu’il en soit, la jeune femme, si elle semblait touchée par l’attention du Ser, ne semblait guère attirée par l’idée d’avoir un homme dans les pattes. Sur le moment, seule la compassion avait poussé Tancred à proposer son aide mais peut-être avait-il commit un impair. Maud pouvait très bien pensé qu’il désirait s’immiscer dans ses secrets afin de démêler le vrai du faux dans son altercation avec le bandit ou qu’il tentait là une séduction maladroite. Se rendant compte de sa maladresse, le chevalier passa une main dans ses boucles blondes, un sourire gêné sur les lèvres.

    « Ne voyez pas là une tentative stupide pour vous séduire, ma Dame, je désirais juste vous apporter un peu d’aide si vous en avez besoin. »

    Il était d’ordinaire assez doué pour parler aux femmes mais il ne savait guère comment réagir avec une inconnue qui ne semblait pas vouloir révéler grand-chose sur sa personne et qui ne cessait de s’enrouler dans un voile de mystères. S’écartant légèrement pour laisser passer Maud, il désigna le haut de l’impasse débouchant sur l’avenue.

    « Nous devrions peut-être sortir de cette allée, discuter à côtés d’un bougre assommé n’est pas très agréable. »
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rebecca Staedmon
Noble

Général .
♦ Missives : 134
♦ Missives Aventure : 30
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 04/07/2012
♦ Célébrité : Kate Beckinsale
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Aaricia Greyjoy, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Lord Stefan Staedmon
♦ Lieu : Grande-Arche
♦ Liens Utiles : Lady Rebecca Staedmon de Grande-Arche

Voyages et aventures d'une Infidèle

Intrigue d'une intriguante

Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
301/500  (301/500)


Message Ven 12 Oct 2012 - 3:27

Si elle était un piètre compagnon de voyage, elle était aussi mauvaise raconteuse. Elle avait l’impression parfois de s’emmêler dans ses histoires. Elle ne voulait pas la pitié des gens, elle en avait assez souffert. Elle avait appris à survivre pour vivre. Elle se sentit même un peu mal devant le chevalier qui venait lui sauver la vie. Pour une fois que quelqu’un était gentil avec elle, depuis son arrivée. Depuis la première, on la regardait dans les yeux quand on lui parlait. Il était respectueux avec elle et Maud, ne savait simplement pas comment réagir. Elle avait connu des gens et des manières qui laisseraient à désirer n’importe quels individus. Les excuses que lui présentèrent Tancred la mirent mal à l’aise. Elle n’était pas habitué à tant de bonté et elle en bafouait presque à trouver des excuses.

Je suis désolée … je ne voulais pas dire cela. Quelle idiote je suis, vous me sauvez la vie et je tente de m’échapper à vos questions. Je crois que je ne suis plus habituée aux chevaliers fort courtois et d'une extrême gentillesse.

N’étant pas aux meilleurs de ses jours, elle doutait qu’un homme veuille bien tenter de la séduire. Elle n'était pas une femme facile prime d’abord. Elle préférait charmer que se faire charmer. Quand elle avait le contrôle, elle avait l’impression de pouvoir s’en sortir plus facile que si l’on a une emprise sur elle. Elle n’était plus habituée à la noblesse des cœurs. Surtout Lorsque l’on voyait à quoi se résumait principalement son entourage, on devinait pourquoi, elle était un peu distante avec le monde extérieur. Elle espérait même que le Ser ne voyait pas cela comme une tentative de le repousser.

Ne le prenez pas mal. J’ai toujours eu une relation tendue avec les hommes. Et cela date de mes plus jeunes années. J’ai la mauvaise habitude de les traiter comme mes égaux alors que la plupart sont parfois deux fois plus grands que moi et peut-être même trois fois plus fort que moi. Habituellement, j’ai plus de chance que j’en ai eue cette fois-ci. Sans votre intervention je ne serais jamais parti. Et je ne puis vous imposer ma personne, le faire serait presqu’un châtiment.

Il était vrai qu’une fois accoutrée autrement, elle savait largement se défendre. Surtout qu’elle avait son épée proche lorsqu’elle devait s’en servir. Si elle avait eu cette chance de ne pas apparaitre ainsi accoutré, soit d’une robe, elle aurait fait vite de donner une bonne leçon. Elle était loin d’être la meilleur à l’épée, mais ses mains pouvaient s’avérer aussi dangereuse qu’une lame. Son corps était assez souple pour esquiver et elle avait même tendance provoquer les choses. Elle avait aussi tendance à provoquer le premier homme qui venait jouer dans sa bulle. Les femmes pouvaient s’avérer être de merveilleuse manipulatrice, quand elle le voulait. Maud n’en échappait pas à la règle. Elle savait tirer profit de ses rencontres, or, avec le chevalier, elle n’tait que sincère. Enfin en grande partie. Elle n’allait certainement pas lui révéler qu’elle avait tenté de voler le type qu’il avait assommé.

Elle finit par passer devant et le regarda avec un sourire sincère. Elle avait peut-être extrapolé certains fait, pour elle, tant qu’elle s’en sortait c’était ce qui primait. Elle ne pourrait pas rester éternellement ici. Elle se tourna vers le chevaliers avec la fermer intention de lui demander un service.

Vous seriez d’une bonté si vous m’accompagniez beaucoup plus loin. Il y a une petite clairière. J’y ai laissé ma monture et il est temps pour moi de continuer mon voyage. . Elle est à plusieurs pas d’ici, mais en chemin, je veux bien répondre à toute vos questions sur mon sujets. Votre regard me montre beaucoup d’interrogation et je sais que je suis restée évasive sur plusieurs choses.

Elle reconnaissait se faire très prudente, mais elle ne se sentait pas forcée ou encore obligé. Et puis, elle lui devait bien. Il essayait d’être gentil avec elle. Pour une fois qu’un homme ne voulait pas sa tête, elle pouvait bien profiter d’un peu de protection pour le chemin qui allait la mener à Sheila qui l’attendait certainement pour un départ.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Noble coeur ne serait faillir... quoique ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» L' EAU et le COEUR
» 1.07/1.08 : Un dernier battement de coeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-