AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Jour 2, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 14 Aoû 2012 - 15:36

     Les paroles d'Eleyna n'étaient pas vraiment très conseillées et pour tout dire, il avait même craint qu'elles ne vaillent un tour au cachot à la jeune femme ! Insulter – ou mettre en doute leur parole – les hôtes n'était pas une chose très conseillée et même si la Nordienne ne cherchait certainement pas à mal, elle pouvait bien devenir une nouvelle victime des évènements. Pryam était totalement d'accord avec ce qu'elle venait de dire, mais cela ne signifiait pas pour autant qu'il allait le dire de manière aussi crue. Certes, certains prendraient cela pour un manque de courage, mais les années passées au service des nobles lui avait appris à canaliser ses pensées et à se taire lorsque son esprit lui criait de se défendre. Glissant son regard sur la demoiselle, il inspira légèrement avant de lui frôler le bras de sa main.

     ▬ Je ne suis pas certain qu'ils apprécient de telles paroles... Attention ma dame. »

     Une légère crispation était palpable, mais le chevalier avant parlé d'un ton qui se voulait détendu et surtout très bas pour éviter que ces paroles ne viennent aux oreilles du chevalier qui s'était approché d'eux. Les yeux clairs du Valois se dirigèrent sur l'homme qui n'avait visiblement pas apprécié l'intervention de l'errant et le lui faisait savoir d'un simple regard. Les paroles qui suivirent ne ravirent pas le jeune homme, bien au contraire, disons plutôt que voir que ses mots étaient utilisés pour enfoncer le chevalier au Corbeau l'irritait grandement. Mais il garde un masque de neutralité alors que de l'autre côté lord Beurpuits se débrouillait pour apaiser la colère d'un homme portant un bâton. Après une légère hésitation, le Valois répliqua toutefois.

     ▬ Les chevaliers au service d'une maison ne s'achètent pas messer. »

     Les errants si par contre. Mais il n'eut guère le temps de développer davantage ses paroles puisqu'un échange se fit entre les deux seigneurs et une preuve fut avancée. Il était vrai que l'on pouvait sans peine dérober un poignard pour faire croire que c'était une autre personne qui était responsable de ce crime, mais n'ayant aucune preuve à fournir, l'accusé ne pourrait certainement pas se défendre. L'inquiétude de voir Serena débouler pour voler au secours du chevalier au Corbeau était toujours aussi présente, tentant le tout pour le tout, le Valois avança une autre argumentation.

     ▬ Ser Even n'est pas le seul finaliste qui éprouvera des difficultés à remporter le tournoi. Vous devriez accuser tous les finalistes, moi au même titre que ser Even, voir même plus sachant que s'il se retire des joutes je n'aurai pas à me confronter à lui. Il me semble bien surprenant qu'un homme aussi doué pour se battre laisse l'arme du crime sur les lieux. Même un chevalier aussi peu érudit que moi ne le ferais pas, alors un noble... »

     Bien évidemment axer les nobles sur l'idée qu'il puisse être responsable n'était pas une bonne chose bien au contraire, mais le Valois se savait innocent, il ne craignait donc rien. Sa foi en la justice était trop présente et inébranlable.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Chevalier
avatar

Even Corbray
Chevalier

Général
Courage et honneur.



Chevalier du Val.

♦ Missives : 628
♦ Missives Aventure : 84
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 01/05/2012
♦ Célébrité : Eric Bana
♦ Copyright : Izhelinde
♦ Doublons : Corwin Rogers, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 30 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Cordial, Val d'Arryn
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
251/500  (251/500)


Message Mar 14 Aoû 2012 - 15:42

Even se rassit sans rien ajouter, mâchoire serrée mais tête haute. Il n'allait pas avoir l'air contrit pour une faute qu'il n'avait pas commise, toutefois il s'aventurait en terrain glissant. Quand on était piégé par des sables mouvants, il vaut mieux rester immobile et ne faire que des gestes doux. C'était une chose que Iafarr lui avait appris à Dorne, et qui s'appliquait tout à fait dans la situation actuelle. L'exhibition du poignard marqué du blason des Corbray jouait clairement en sa défaveur. Un fait demeurait toutefois : n'importe qui pouvait avoir eu accès à sa tente et le dérober. Il y avait eu largement assez d'activité pour que cela passe inaperçu. Toutefois, certains seraient trop contents de croire à sa culpabilité sans chercher plus loin. Il ignorait ce qu'il avait fait à ce seigneur du Bief pour qu'on le prenne ainsi comme bouc émissaire. A moins que...

Son regard se posa un instant sur ser Tommard et ser Otho, comme si souvent depuis le début de la soirée. Il avait vu le geste de son adversaire de joute à l'attention d'un garde quelques instants plus tôt. Les pièces du puzzle commençaient à s'agencer dans son esprit, mais il manquait encore de matière pour prouver ce qu'un pressentiment lui dictait. Et cloué dans cette salle, il n'était pas près de trouver les réponses à ses questions ! Se tournant vers Pryam, il parvint à lui adresser un léger sourire plein de gratitude.


« Je vous remercie d'avoir pris ma défense, messer. Rien ne vous y obligeait. Plusieurs personnes pourraient prouver que je n'ai pas quitté le camp dans la journée... Lord Arryn, votre sœur... Toutefois, elle m'a laissé entendre que vous ne vouliez pas vous faire reconnaître, je crois. Je pense que vous avez une bonne raison, et n'ayez crainte : je ne lui demanderai pas de s'exposer pour moi en témoignant. Vous ne me devez rien. »

Un nouveau sourire, mais qui s'effaça bien vite alors qu'il regardait à nouveau la salle dans vraiment la voir, les mains jointes et l'esprit en ébullition. Oui, mis bout à bout, les témoignages du mestre de Murs-Blancs, de lord Jasper et de Serena pouvaient prouver qu'il était resté au camp tout au long de la journée, car il avait été successivement avec chacun d'eux. Jusqu'après que les deux brutes lui aient fait du chantage devant sa tente. Ser Otho y avait disparu, et...
Une nouvelle pièce se mit en place dans l'esprit du chevalier, qui plissa les yeux. Ils avaient largement pu voler le poignard à ce moment-là, ou même avant. Tous deux le haïssaient et voulaient lui faire du mal... Ser Tommard avait très mal pris sa défaite et aurait pu désirer récupérer l'oeuf par ce moyen... Lord Gormon avait aussi parlé des Nerbosc en mauvais termes alors qu'ils étaient en conflit ouvert avec les Bracken, comme par hasard... Quant à ce geste à l'attention du garde qui s'était éclipsé... Peu à peu, l'hypothèse se faisait de plus en plus solide dans l'esprit du Valois. Les deux brutes étaient bien assez fortes pour tuer les gardes, et avaient assez peu d'honneur pour ça. De plus, leur présence n'avait plus été requise lors des joutes après la défaite du Démon. Ils avaient largement le loisir de s'en aller et de revenir sans attirer l'attention, et il y avait fort à parier que l'accès au château leur était ouvert.
Even posa un instant son regard sur lord Jasper, priant les Sept pour qu'il vienne lui parler. Il désirait lui faire part de ses réflexions. Mais daignerait-il lui adresser la parole ?


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 14 Aoû 2012 - 15:55

     Alors que Lyra contemplait la scène, elle manqua de sursauter en voyant Oteh bondir sur la table pour attirer l'attention sur eux. Mais que faisait-il ? Les yeux ouverts comme des soucoupes, la Dornienne sentit un frisson d'inquiétude l'étreindre, craignait de voir le prêtre se faire repousser avec brutalité. Ils n'étaient que des roturiers et aussi étranger soit-il, Oteh restait un simple religieux aux yeux des nobles, il serait donc traité comme un moins que rien s'il attirait trop l'attention sur eux. Alors que le seigneur des lieux remettait les choses au point avec une vigueur qui acheva de mettre la jeune femme en panique, cette dernière ne pouvait s'empêcher de jeter des regards à Maël et à la petite famille présente à leurs côtés. Par la Mère Rivière, que le prêtre comprenne qu'il prenait le risque de les faire tous tuer ! Inspirant avec difficulté, la jeune femme déglutit avant de se redresser légèrement. Avançant sa main vers Oteh, elle le frôla pour attirer son attention.

     ▬ Oteh je vous en prie, laissez les nobles régler ce problème ! Pensez aux personnes présentes à cette table, je vous en prie... »

     Les mains moites elle le suppliait littéralement. L'idée qu'il puisse être la cible des gardes l'inquiétait déjà, mais au-delà de cela elle songeait aussi au fait que si jamais les soldats attaquaient, les personnes présentes à cette table comme Maël, la jeune étrangère à la robe blanche, Eva et la petite famille avec le bébé, deviendraient des cibles potentielles. Est-ce que le prêtre allait pouvoir faire fi de son envie d'aider les autres ? Elle comprenait parfaitement qu'il refuse de voir les choses se dérouler de la sorte, mais la jeune roturière avait compris depuis longtemps que de simples membres de la roture n'avaient malheureusement aucune chance de convaincre des nobles. Si ce n'était de les faire emprisonner. Déglutissant une fois de plus, la bouche sèche devant l'inquiétude qu'elle ressentait, la demoiselle tourna la tête vers Maël comme pour le supplier de l'aider. Pourquoi fallait-il toujours que les moments de joie se brisent de la sorte ? Redressant le visage vers le prêtre à barbe, elle reprit.

     ▬ Les dieux de ce chevalier ne le laisseront pas se faire accuser s'il est innocent. Il n'a pas volé cet œuf et sera innocenté, j'en suis persuadée. »

     Là, elle parlait avec sincérité. Ayant rencontré ser Even à Lancehélion il y a de cela plusieurs années, elle avait compris qu'il n'était pas un voleur sans foi ni loi et qu'il ne pouvait être responsable de ce dont on l'accusait. Puis c'était sans compter qu'il avait apparemment le seigneur de sa région pour le défendre, un simple prêtre n'aurait donc aucune chance d'attirer encore plus l'attention. Sauf s'il tenait à tous les faire prendre le risque de perdre leur vie.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Corwin Rogers
Chevalier

Général
Chevalier de la maison Rogers.



"Tel le vent, semer la graine aux quatre coins de Westeros"

♦ Missives : 506
♦ Missives Aventure : 95
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 15/05/2012
♦ Célébrité : Richard Armitage
♦ Copyright : Lapy
♦ Doublons : Even Corbray, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : Elen Rogers, née Horpe
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
453/500  (453/500)


Message Mar 14 Aoû 2012 - 16:08

Les choses avaient évolué de façon inattendue et des plus intéressantes. Contrairement à nombre de convives, Corwin était resté assis à sa place sans bouger quand le vol avait été annoncé et le coupable désigné. Cela manqua de le faire éclater de rire. Fallait-il être idiot pour formuler une telle accusation ! N'importe qui pouvait faire l'affaire en tant que coupable, mais un de ces idiots du Val qui n'accordaient à rien plus d'importance que l'honneur ? Il était ce qu'il était, mais c'était un fin observateur. Il avait compris dès le début, au comportement et au regard de l'accusé, que c'était quelqu'un de bien trop enfoncé dans son devoir et dans son honorabilité pour s'abaisser à ça. Le blondinet à son côté était logé à la même enseigne. C'était le genre d'homme qui le faisait mourir d'ennui... Non, il n'était pas le coupable, c'était certain.

Jouant avec la coupe de vin qu'il avait à la main, le chevalier d'Amberly observait la scène qui se déroulait devant lui avec intérêt. Cela l'avait totalement tiré de son ennui et de ses pensées brumeuses, il avait à présent l'esprit aussi clair que s'il avait plongé la tête dans un tonneau d'eau glacée. Il était simplement en train de se demander pour qui il allait prendre parti. Au choix, les jouteurs qu'il jalousait, ou bien lord Ambrose et sa brochette de Frey ? Un léger sourire finaud étira ses lèvres tandis que le choix se faisait dans son esprit. Il but une petite gorgée de vin en regardant lord Gormon extirper des preuves qu'il trouvait lui-même un peu faiblardes et trop faciles. Prendre parti contre eux serait sans doute le plus amusant. De plus, il pourrait effacer l'air satisfait de ser Otho et ser Tommard, qu'il méprisait. Ils auraient sans aucun doute pu s'entendre... si ce n'est que Corwin trouvait leur comportement trop proche de celui de gueux parvenus, et il détestait ça. Il jeta un œil vers l'accusé qui s'était rassis et se leva en s'éclaircissant la gorge. Il prit la parole d'une voix forte et claire à l'attention de lord Ambrose.


« Messire, je crois que les accusations que lord Gormon formule et les preuves qu'il présente sont un peu trop faciles. N'importe quel abruti est capable d'aller voler un poignard et de s'en servir... Ce n'est pas la première fois que ça se voit. Et franchement, vous avez vu l'air qu'il a ? Il transpire le devoir et l'honneur par tous les pores de la peau, ça se voit autant dans son maintien que dans ses yeux ou dans ses paroles. Je sais à quel type d'homme j'ai affaire quand je le regarde...

Il laissa sa phrase en suspens en promenant son regard sur les accusateurs d'une façon qui pouvait sembler désinvolte... ou pleine de sous-entendus. Dans leur comportement, il voyait qu'ils n'étaient pas très clairs. Néanmoins, il se moquait de qui était vraiment coupable, du moment qu'il faisait déchanter ceux qu'il n'appréciait pas. Il but une nouvelle gorgée de vin avant de poursuivre.

- De plus, je peux assurer que cet homme était au camp entre ses joutes. Je l'ai vu de mes propres yeux. Il a été chercher de l'eau pour le mestre de Murs-Blancs, et je l'ai vu de loin en compagnie de lord Arryn. Et pour finir, il a passé beaucoup de temps dans le camp avec cette demoiselle-là. »

De son index tendu, il désigna clairement Serena. Il ne mentait pas, car durant ses déambulations dans le camp en quête de filles de joie, il avait vu à plusieurs reprises l'accusé, de loin ou de près.


Nulles ténèbres pour le cœur valeureux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 14 Aoû 2012 - 17:01

« Ivrogne imbécile ! » Voilà ce que pensait Oteh de ce Lord qui le conspua sous prétexte qu’il essayait d’aider. Et si pour un noble il était intolérable qu’un roturier se fasse entendre, pour un prêtre à barbe serviteur de toutes les fois, il était tout aussi intolérable de ne point être entendu. Le regard littéralement furieux d’Oteh qui même avec les années ne supportait toujours pas l’insulte, ne cessèrent de foudroyer le « si généreux » hôte. On était mieux accueilli sous un pont par un chien malade ! Il n’en démordait pas, faire preuve de si peu de sagesse. Où était la priorité ? A retrouver l’œuf ? A arrêter le coupable ? A faire taire un homme quand la vérité sortait de sa bouche ?

Lord Ambrose de son infinie « sagesse » lui ordonna une dernière fois de lâcher son baton. Ses hommes de main, Bracken et Tommard se rapprochèrent et Oteh resserra son étreinte sur son bâton avec la furieuse envie d’en user contre ces imbéciles. Puis des arbalétriers apparurent. Tant d’hommes gâchés alors qu’ils pourraient parcourir le château. Il faudrait vraiment donner une leçon à se Lord … descendre gentiment de la table en arrière puis la soulever pour parer à la première pluie de carreaux, abattre la table sur les deux résidus de chevalier qui se tenaient face à lui, foncer en sautant sur les tables vers Beurpuits et lui apprendre ce qu’il en coute d’insulter un prêtre. Il allait le lui faire avaler son rang !

Il fit craquer les articulations de ses omoplates lorsqu’une main l’effleura. La voyant d’abord du coin de l’œil, il tourna ensuite complètement son regard vers Lyra qui, les larmes aux yeux, en était presque à le supplier.

Une fois qu’il eut entendu la belle dornienne, il fixa de nouveau son regard d’acier incorruptible vers l’avant. Il devait prendre une décision maintenant. Finalement il fit un pas … en avant.

Descendant du côté des Ser Bracken et Tommard, il tendit son bâton à ce dernier l’informa lorsqu’il eut posé la main dessus :

« Je suis Oteh Byris, Prêtre à Barbe de Norvos, Serviteur des Septs, Protecteur des barrales et des autres dieux, j’ai combattu des ennemis autrement plus meurtrier que vos chevaliers et vos arbalétriers. Si votre seigneur refuse toujours de savoir qui je suis, vous mon seigneur vous le savez. »

Puis il relâcha son bâton, nul doute que les chevaliers se fichaient de sa personne, et pour une bonne raison. C’était eux et Lord Ambrose qui étaient coupables de cette mascarade. Oteh en était de plus en plus sur. Il n’avait simplement pas de preuves et ne comptait pas le hurler comme ça cette fois. La culpabilité du seigneur du Conflans était logique pour Oteh, pourquoi offrir ce que l’on a de plus précieux lorsque l’on peut le déclarer voler. Ainsi cette mascarade de mariage aurait eu bien lieu, mais il avait déjà suffisamment du lui coûter à ce charlatan, il ne voudrait donc pas risquer de perdre un objet de tel valeur en plus. Annoncer qu’il offrirait l’œuf avait juste servit à attirer plus de monde. Il n’avait seulement aucune envie de le laisser partir.
Se sentant cependant coupable d’avoir mis des vies en danger, Oteh n’osa pas regarder de nouveau la petite demoiselle qu’il avait prit sous son aile. Il préféra glisser discrètement quelque mots à Lady Edarra :

« Ne vous fiez pas à la distance, je veille sur vous. »

Il ne voulait juste pas mettre cette table en danger. Une fois cela dit, il s’éloigna, longeant les murs, se rapprochant du cœur de l’évènement : La table des jouteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Mar 14 Aoû 2012 - 17:07

Edwyn ne remarqua pas ma présence de suite, mais quand il se tourna vers moi ce fut avec beaucoup de jovialité qu'il m'adressa la parole. Je retrouvai le jeune garçon derrière la fonction de suzerain. Je lui adressai un sourire tout en l'écoutant. Ainsi il souhaitait simplement me parler, il est vrai que, depuis son retour dans le Conflans je n'avais guère eu l'occasion de le voir ni de lui parler. Je fus étonnée que lord Tyrell se soit souvenu de moi, ma visite dans le Bief remontait déjà à plusieurs mois, néanmoins, avoir manqué son esprit me contentait, c'était comme marquer des points auprès des suzerains de notre pays. Outre Edwyn Tully, je pouvais maintenant compter Léo Tyrell et peut-être prochainement Beron Stark. Je reportai mon attention sur le jeune garçon pour répondre à ses questions.

- Je remercie grandement lord Tyrell, je transmettrai ses paroles à mon père dés que possible. Je ne pensais pas qu'il se souviendrait de moi à vrai dire, déclarai-je avec une modestie certaine dans la voix. Certes transmettre ses amitiés oralement peut sembler plus adéquat mais je n'aurai nullement rechigner à lire un corbeau venant d'une famille aussi prestigieuse que les Tyrell. Je leur transmettrai mes amitiés et celle de ma famille avant de partir pour le Nord.

Je ponctuai ma réponse d'un sourire comme pour soulager mon jeune suzerain du poids du doute que je sentais transparaître derrière son discours. Puis je poursuivis.

- Ma famille se porte bien messire, je vous sais gré de prendre de leurs nouvelles. Les réparations sont presque terminées et nos citoyens reprennent une vie pour ainsi dire normale, bien que la présence des fer-nés ne nous garantit pas la tranquillité. Le recul de la sécheresse est également de bonne augure pour les moissons à venir.

J'avais fait le tour de manière succincte, je doutai que le jeune lord veuille que je lui donne tous les détails, mais s'il en voulait il saurait me le faire remarquer et me questionnerait en conséquence. La suite de la conversation nous ramena vers les événements actuels, le mariage et le tournoi.

- Les joutes furent menées avec brio, ce tournoi regroupe des participants de qualité, tant concernant les nobles que les chevaliers errants et les moins connus, répondis-je avec un sourire appréciateur, je pensais à ser Pryam ou encore à l'intrigant ser John. Mais il est également intéressant d'observer les invités et les relations qui se forment, c'est très instructif. C'était l'un des éléments qui me poussaient à participer à ce genre de rencontres, même si ce n'était qu'un événements mineur cela restait une action sur le plan du jeu des trônes. Gareth aurait bien voulu participer mais ses devoirs l'ont retenu dans notre fief. Une petite moue contrite traversa mon visage, je savais que mon frère ne raterait pas le prochain tournoi où il pourrait s'illustrer, il en avait les capacités.

Puis Edwyn me fit savoir que sa mère souhaitait rencontrer mon frère et revoir mon père, je me demandais dans quel but avant que mon suzerain ne m'apporte la réponse sur le ton de la confidence. Elle voulait rencontrer chacun de ses vassaux, excellente idée qui pouvait cacher bien des intérêts. Je ne laissais rien paraître de mes réflexions et pris la parole.

- Je ne vois rien qui empêcherait cette rencontre surtout si votre mère le désire. J'en ferai part à mon père, et comme vous le soulignez il vaudrait mieux attendre la fin des festivités pour éviter de voler la vedette à lord Ambrose ou bien accaparer les esprits alors qu'ils devraient seulement se laisser distraire...

Je venais à peine de finir ma phrase que surgit dans la salle un nouvel individu. Trahison ? Vol ? Voilà qu'il se passait de drôles de choses. Suivant Edwyn je m'approchais de l'attroupement, lord Peake accusa Even Corbray de ce méfait. Le suzerain du chevalier valois entra dans la conversation, des preuves furent demandées, des interventions inopinées d'un roturier détournèrent l'attention. Pourtant je perçus les paroles de Pryam et décidai de m'approcher de lui, jouant quelques peu des coudes pour me frayer un passage.

- Messer Pryam que sous-entendez-vous ? Avez-vous un suspect en vue? glissai-je à son oreille.

Celui qui savait tendre l'oreille aurait parfaitement compris les insinuations du chevalier errant et mon regard se porta sur ses compères, cherchant John du regard. Il risquait d'être inquiété, à moins que... Des preuves furent avancées, des témoignages apportés. Tout laissait croire que le Corbray était l'auteur, mais cela était presque suspect. Il n'aurait pas commis l'erreur de laisser une dague portant ses armoiries. Quelque chose clochait. Je ne savais quoi, mais cherchais toujours à repérer les personnes que je connaissais tandis que les portes étaient fermées.



Spoiler:
 


Dernière édition par Rivanon Mallister le Mar 14 Aoû 2012 - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 14 Aoû 2012 - 18:10

      Des coups de poing frappés sur une table attirèrent son attention, et Jasper découvrit un drôle d'homme au regard de braises qui interpellait tout le monde, invitant les uns et les autres à une sorte de chasse au trésor dans le château. Son idée aurait pu être bonne, mais elle avait été présentée de façon si déplacée que le jeune Faucon ne fut guère surpris d'entendre la réaction très virulente de lord Ambrose qui ordonna que personne ne quitte la salle avant que la lumière soit faite sur l'affaire du vol de l'oeuf de dragon. Lord Arryn approuva du chef, mais sans rien dire, il était soucieux de découvrir les preuves que lord Gormon devait nécessairement posséder pour ainsi accuser si sûrement ser Even. Jasper écouterait d'ailleurs avec plus d'attention lord Gormon qu'il n'écouta les autres. Ce seigneur du Bief était l'accusateur et devait présenter ses preuves, comme le lui demandait leur hôte, et lord Peake le fit non sans assurance. L'accusateur présenta l'arme ayant servi au massacre des gardes de l’œuf de dragon. Il s'agissait d'un poignard retrouvé dans le dos de l'un d'eux et présentés pour l'occasion dans un coffret que lord Gormon lui tendit en l'enjoignant de regarder les armoiries de placardées sur le poignard. Difficile d'ignorer qu'il s'agissait du blason de la maison Corbray. Trois corbeaux noirs, trois cœurs rouges. Lord Gormon poursuivit en rappelant à tous les déshonneur jeté sur la maison de Cordial par son propre lord dans les terres de l'Ouest, affaire que Jasper aurait préféré ne par voir ramenée sur les devants de la scène. Jasper laissa parler lord Gormon jusqu'à ce qu'il en ait terminé. Il lui rendit le coffret contenant le poignard. « La présence d'un tel poignard sur les lieux du crime est troublante en effet. » Jasper avait dit cela tout en cherchant dans ses réflexions les failles de l'accusation sans pour autant les trouver immédiatement. L'intervention de ser Pryam l'aida cependant à trouver le fil de son raisonnement. Il prit la parole à la suite de ce chevalier qui déclarait avoir vu ser Even en compagnie de lord Arryn dans le campement entre les joutes. C'est en réponse à cette déclaration que Jasper intervint à son tour.

      « J'étais en compagnie de ser Even, mais point à chaque instant, ser. Joutant moi-même, il y a bien des moments où ser Even n'était plus dans mon champ de vision. » Il tourna son regard vers lord Ambrose et planta ses yeux ténébreux dans les siens. La culpabilité de ser Even semblait évidente, mais s'il avait fomenté tout ce plan pour éponger les dettes de sa famille nées de la condamnation de son lord de cousin, que ne l'avait-il fait proprement ? Quel assassin oublie l'arme du crime qui l'identifie directement sur les lieux du crime ? « Votre toit, votre loi, lord Ambrose, nul ne saurait le contester d'autant plus que le crime en question est abominable. Toutefois je crois qu'il faut laisser à ser Even une chance de nous donner des explications. S'il n'a effectivement point quitté le campement durant les lices de ce jour, il doit pouvoir s'en expliquer et présenter les témoins qui viendront confirmer son récit. » Jasper n'était toujours pas sûr de ce qu'il devait croire. Ser Even affirmant son innocence, lord Gormon affirmant sa culpabilité, la présence de ce poignard frappé des armes de la maison Corbray... Cela semblait évident, mais par ailleurs si grossier... Lord Arryn ne pouvait toutefois point excéder le domaine de ses droits et malheureusement, ils n'étaient pas dans le Val. Il n'avait aucun pouvoir juridictionnel d'aucune sorte en ces lieux. Cela n'empêchait point cependant de contribuer à ce qu'éclaircisse cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Mar 14 Aoû 2012 - 23:10

Ryman, à son repas, suivi d’une oreille la conversation entre son suzerain et Lady Rivanon. Pour ne pas paraître trop indiscret, il se tourna de l’autre côté, attrapant un plat encore à peine touché. Et soudain, le dîner ayant été jusqu’à présent bien trop calme pour être vrai, un homme fit irruption dans la grande salle. Un Seigneur du Bief entra d’un pas décidé, entouré de gardes. Lord Frey se leva immédiatement, prêt à toute éventualité, quand le mot « trahison » fut prononcé. Et ce qui suivit le laissa bouche bée. L’œuf ! Lui qui avait entendu la veille au soir parler dans les couloirs d’une possible disparition du présent pour le vainqueur du tournoi, voilà que Lord Gormon venait crier à qui voulait bien l’entendre que l’œuf de dragon avait été volé ! Ryman tourna le regard vers Lord Ambrose, mais ce dernier était tout entier accaparé par l’accusateur. Car en effet, il y avait bien un coupable désigné. Pas n’importe qui, l’un des finalistes des joutes : Ser Even Corbray.

En digne suzerain, Lord Jasper prit immédiatement la défense de son vassal, quémandant par la même des preuves. Preuves que chacun était bien sûr désireux de découvrir. Car de telles insinuations étaient graves et se devaient d’être fondées, sous peine de voir l’opprobre s’abattre sur la Maison Peake. Un homme décida alors de faire parler de lui et de se montrer, en se dressant sur l’une des tables, brandissant un bâton. Le prêtre à barbe de Norvos. Quelles qu’étaient ses intentions, il aurait probablement mieux fait de se taire et de regarder. Que pouvait-il de toute manière espérer ici ? Lord Ambrose prit la situation en main en ordonnant à l’homme de rendre son arme et de se calmer, sous peine de se voir abattre. La solution était peut-être trop radicale, il ne voulait tout de même pas faire tuer un homme au milieu du dîner, devant les femmes, les enfants ?

Heureusement, le prêtre obtempéra. Et Lord Gormon apporta une preuve. Ou du moins, un élément troublant qui pouvait en tout logiques faire pencher la balance de l’accusé vers ser Even. Un poignard des Corbray. En revanche, Ryman jugea déplacé l’amalgame fait sur la Maison entière, Lord Peake évoquant ser Kaeril Corbray, qui s’était distingué de bien triste manière à Port-Lannis. Les crimes d’un seul homme devaient-ils forcément être portés par toute sa famille ? Lord Frey, toujours debout, prit la parole à la suite de Jasper, tout en contournant la table pour se placer devant Lord Gormon.

« Vous me semblez bien désireux de trouver des circonstances aggravantes à l’encontre de Ser Even Corbray, Lord Gormon. Que des doutes puissent être émis, c’est acceptable, mais que vous soyez aussi virulent et direct dans vos accusations, ça ne l’est plus. Comme l’a dit Lord Arryn, nous sommes sous le toit de Lord Ambrose. Qu’il décide de ce qu’il juge bon de faire à présent. Je rejoins la suggestion de Lord Jasper : écoutons Ser Even, et les éventuels témoins qui pourraient confirmer ou infirmer ses propos. »

Plus grand que la plupart des hommes présents, Ryman dominait Lord Gormon. Et malgré son jeune âge, il ne se laissait pas démonter. De toute manière, personne, ou peu de gens, ne semblait croire à la culpabilité du chevalier. La salle entière était prête à le soutenir tant que la vérité n’aurait pas éclaté.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Jeu 16 Aoû 2012 - 7:43

Le cousin protecteur de l'héritière des Osseux s'était montré à la table des roturiers, en demandant à une vieille connaissance, la jolie Lyra, de l'aider à veiller à la sécurité de sa cousine. Cela avait semblé être une conduite raisonnable au géant de Ferboys, la haine viscérale que certains portaient ici à son peuple lui dictant sa conduite. D'autant plus que Ser Tom le Noir, l'imbécile et colérique homme de main de leur hôte, semblait avoir particulièrement sa cousine dans le nez. Il n'avait pas prévu que le prêtre Oteh Byris, que visiblement Edarra connaissait, serait un fou furieux qui, au lieu de faire profil bas en espérant que les problèmes ne viendraient pas à eux, les cristallisaient sur lui.

- Par la Mère Rivière...

Asafa semblait incrédule devant la réaction du prêtre. Comme pétrifié un instant, il l'observa en silence, bouche bée mais un léger sourire aux lèvres devant le comportement pour le moins... Suicidaire du prêtre. Néanmoins, reprenant rapidement ses réflexes de protecteurs, il posa une main sur le bras de sa cousine pour l'éloigner de ce drôle d'énergumène. Il ne l'avait pas vu venir, à vrai dire. Le dornien au teint halé avait espéré qu'en se rapprochant des petites gens, lui et sa cousine glisseraient ainsi hors de l'intérêt des seigneurs du Conflans, et ainsi, éviteraient d'attirer l'attention sur eux, vu qu'ils n'étaient pas vraiment apprécié par les locaux (et qu'ils le leur rendaient bien..). Tout en s'éloignant de quelques pas de la table, il glissa, mi hilare, mi stressé, à sa cousine.

- Tu connais ce guignol ? J'ai l'impression que les hommes de foi ne supportent guère le vin... Heureusement que je leur avais demandé de veiller sur toi...

Il l'observa revenir à un semblant de raison, se rendant aux hommes de main de Lord Ambrose, il glissa quelques mots à sa cousine lorsqu'il passa à sa hauteur. Cela tira d'ailleurs un sourire au Dornien Salé, qui ne put s'empêcher de répondre à l'homme.

- Je serais toi, mon ami, je veillerais désormais plutôt à ma propre sécurité. Tu aura bien assez de travail de ce côté là...

Puis, il se redressa légèrement, restant dans une posture protectrice devant sa cousine. De la main, il fit signe de la main à Lyra de se rapprocher de lui, espérant qu'elle se souviendrait sa demande d'aide. Pour le Dornien, connaître ou non le coupable lui était parfaitement indifférent. Désormais, il ne comptait qu'assurer la sureté de sa cousine, le reste était secondaire et tous les moyens seraient les bons.

- Il n'y a pas à dire, les chevaliers sont de vrais modèles d’honnêteté et dévouement... Heureusement que nous sommes les sauvages, ici...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 16 Aoû 2012 - 18:35

« Mon ami ? » Quelle manière saugrenue et hypocrite de l’appeler ainsi maintenant. Oteh ne savait pas à qui il avait affaire mais il le mettait dans le même panier que les nobles de cette salle, et s’il n’y avait pas ses amis dorniens, la lady des Osseux, et cette affaire de vol. Oteh aurait bien prit la poudre d’escampette. Les dieux lui avait montré le chemin et il le tardait de le suivre. Si en plus le seigneur ne savait faire preuve que d’hypocrisie en invitant les roturiers, ce qui était louable en soit, pour mieux les insulter en suite, cela rendait l’attente insoutenable. En seule guise de réponse, Oteh lui répondit :

« Le plan fonctionne, peu importe comment, j’escomptais qu’au moins la moitié quitte la salle, maintenant les trois quart ont un regard sur moi. Cela fait moins d’ennemis à votre cousine ainsi. »

Puis il s’était écarté sans attendre de réponse. En se rapprochant, il entendait l’accusation, et franchement, si ce chevalier était bien coupable, qu’on le pense non pour vol mais pour stupidité ! C’en était méprisable de telles accusations. En se rapprochant, il était apte à apercevoir l’arme du crime, un bien beau poignard en vérité, peut être trop beau pour ce genre de forfait et assurément trop beau pour être oublié comme un vulgaire couteau de boucher planté dans la viande. Même ce vol tournait à la vulgaire farce mais quel choix le seigneur avait il ? Penché en faveur de l’accusation et se couvrir d’opprobre ? Eventuellement déclencher un conflit avec le suzerain de ce chevalier ? Alors que la renier le poussait à dénoncer son propre chevalier et passer ainsi pour le maitre de menteurs et de voleurs, s’il n’en était pas un lui-même. Là encore, Oteh les auraient bien conseillé d’aller voir les corps de plus prêt, ainsi que la scène de crime, mais vu comment avait été accueilli sa dernière proposition, ils pouvaient tous être dévoré par des dragons, Oteh ne bougerait le petit doigt que pour le féliciter.

Restant bien loin des gardes, il ne pouvait pourtant s'empêcher de siffler entre ses dents…

« S’il ne se décide pas, seul un duel à mort saura départager le vrai du faux. »

… sans savoir si quelqu’un l’avait ou non entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Jeu 16 Aoû 2012 - 19:56

La servante ayant achevé sa tâche ingrate et levé le camp, Alysanne soupira et sourit à Kerigan. « Nous aurons tout le temps d'approfondir cette discussion à Darry ou sur le navire. » Elle glissa un coup d’œil à Hugo qui festoyait un peu plus loin, son visage hermétique dépourvu de sourire. « Je vous demanderai de ne pas parler de notre arrangement à mon cousin, du moins dans l'immédiat. Il est sous le coup de la colère et il lui faudra du temps pour qu'il vous adresse à nouveau la parole. Par ailleurs il reste un chevalier du Bief... même s'il n'est pas aussi rigide que d'autres, il a à cœur de me protéger, parfois un peu trop à mon goût... et je ne suis pas certaine qu'il verrait d'un bon œil cet accord, surtout après votre... coup d'éclat d'aujourd'hui. Si j'étais vous, je commencerais par lui présenter des excuses pour... hum, cet emprunt furtif. A vous de voir. Il peut être particulièrement pénible lorsqu'il est de mauvaise humeur et nous allons passer plusieurs semaines sur le même navire... »

Comme il hochait la tête, elle lui signifia d'un léger signe qu'elle retournait à sa place. En chemin, elle s'attarda pour bien repérer la tablée de Ser Pryam qu'elle avait l'intention de féliciter pour sa prestation, ce qui lui donnerait l'occasion de saluer sa sœur ainsi que la ménestrelle Eleyna. Pour l'heure elle devait sa compagnie à ses voisines de table ; les délaisser trop longtemps pour des roturiers risquait d'offenser ces demoiselles nobles qui se faisaient une haute idée de leur condition, toutes à la naïveté de leur jeunesse. Alors qu'elle dirigeait son regard vers sa table, elle aperçut la servante maladroite auprès de la jeune Cendregué. La présence de la domestique auprès d'Ashlee n'eût pas attiré l'attention d'Alysanne si un geste n'avait uni furtivement leurs mains. Elle n'en tira aucune conclusion mais jeta dans un coin de son esprit cet attouchement étrange ; lady Ashlee semblait trop imprégnée de son statut pour souiller ses blanches mains au contact d'une roturière qui venait de récurer les sols. Et n'y avait-il pas une certaine impatience dans son expression ? Ou même de l'agacement ? Alysanne n'eut pas le temps de s'interroger davantage : à l'instant même un esclandre éclata.

Tournant son regard clair vers le trouble-fête, elle reconnut le bieffois Gormon Peake. Figée comme tous les autres convives, elle assista avec stupeur à des révélations sans aucune cohérence. Comment un seigneur du Bief avait-il pu découvrir le vol de l’œuf ? Se promenait-il donc librement dans les couloirs du château ? Et comment savait-il où était gardé l'enjeu du tournoi ? Plus étonnante encore était l'assurance avec laquelle il accusa tout à coup un chevalier du Val, comme si celui-ci portait sa culpabilité inscrite sur son visage. Plusieurs personnes prirent la défense du suspect et la confusion s'accrut lorsque Gormon Peake produisit une supposée preuve. Alysanne manqua de peu étouffer un rire. Quel imbécile irait laisser sur place la signature de son crime ? Ser Even Corbray, tel que l'avait nommé Lord Arryn, ne s'était pourtant pas exprimé comme un imbécile. L'attitude de Gormon lui semblait à dire vrai bien plus suspecte que celle du supposé coupable. N'était-il pas étrange qu'un Bieffois fort de son éducation se laisse aller à causer un tel scandale en public, ce qui ne pouvait qu'éclabousser la réputation de leur hôte ? N'eût-il pas été plus sensé de faire appréhender discrètement Ser Even pour l'interroger à l'abri des regards ? L’œuf aurait pu être retrouvé sans que nul ne sache jamais qu'il avait été volé. Que savait d'ailleurs Ser Gormon du déshonneur d'un membre obscur d'une famille valoise dans le fief Lannister ? Il semblait presque réciter un réquisitoire bien préparé... tout comme il avait pris la peine de faire ranger l'arme du crime dans un coffret pour l'en extraire de manière théâtrale. Cela sentait un peu la mise en scène, mais elle n'osait émettre tout haut pareille opinion. Quelle que soit l'issue de cette affaire, la mort qui avait déjà frappé ce soir, frapperait encore, d'un côté ou de l'autre. Il y avait en ces murs des gens prêts à tout pour réaliser leurs sombres desseins et même elle devait avancer avec précaution sur ce terrain piégé.

Troublée par ces considérations, elle se glissa jusqu'à sa table et se rassit aux côtés de Jeyne Brax et d'Ashlee Cendregué. « Voilà une affaire bien étrange, n'est-ce pas ? Puissent les Sept accorder à notre hôte la clairvoyance nécessaire pour la résoudre avec justice... »




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 16 Aoû 2012 - 21:00

     Gardant son calme, ou du moins essayant, Edwyn retenait son souffle. Il y avait du grabuge dans le fond de la salle et Edwyn craignait que cela ne dégénère mais fort heureusement, lord Ambrose y mit bon ordre et c'est avec un certain soulagement qu'il vit l'ordre revenir parmi eux. Il n'avait guère apprécié que lord Gormon s'attaque avec mépris à la maison Nerbosc, qui comptait parmi ses bannerets les plus prestigieux et les plus indiscutablement loyaux. Le corbeau noir de Corneilla ne méritait pas ces vilaines paroles, et Edwyn aurait bien voulu s'énerver contre lord Gormon, mais il ne put que se taire et cligner des yeux comme s'il essayait de s'éveiller d'un mauvais rêve. D'ailleurs, sans doute dormait-il, et sans doute tout ceci n'était qu'une mauvaise farce, un vilain songe jeté sous ses yeux par le Père d'en haut pour lui enseigner quelque secret d'homme. Hélas, il n'était qu'un petit enfant, et il avait beau faire tous les efforts nécessaires, il n'arrivait pas à s'éveiller. L'intervention de lord Ambrose contre le prêtre à barbe qui ne savait pas tenir sa place avait été d'une fermeté exemplaire et pourtant elle n'avait pas suffi à tirer Edwyn de la grossière incompréhension qui lui martelait l'intérieur de la tête. Des preuves furent exigées de lord Gormon et celui-ci en présenta une qui sut faire son petit effet sur l'assemblée. Edwyn lui-même ne sut quelle opinion se faire après avoir repéré sur le poignard dans le coffret les armoiries de la maison Corbray, qu'il connaissait bien pour avoir suivi lord Arryn depuis les Eyrié et jusqu'à son retour dans le Conflans. À ce nouvel élément réagit un certain chevalier des terres de l'Orage dont Edwyn n'avait guère le souvenir... avait-il participé aux joutes ? Il n'avait pas dû s'y distinguer, mais ce qu'il dit ne manquait pas d'intérêt, même si cela venait compliquer la situation. Cette arme retrouvée sur les lieux du crime accablait ser Even, mais s'il était prouvé que ce dernier n'avait jamais quitté le campement des jouteurs durant les épreuves de ce jour...

     Toujours silencieux, Edwyn écouta les réactions successives et notamment celle de lord Arryn qu'il sentait mal à son aise de voir encore une fois la maison Corbray trempée dans le fiel d'un scandale qui, ayant eu lieu en dehors du Val, soustrayait son Vassal à sa pleine juridiction. Il entendit et retint aussi les paroles de lord Frey qu'il ne manqua pas d'approuver car à ses yeux, lord Ryman parlait avec la sagesse des anciens.

      – Je suis tout à fait d'accord... lord Ambrose, nous devrions écouter le récit de ser Even... je crois. Les lois... les lois de l'hospitalité le demande... autant... autant qu'elles condamne ce chevalier... s'il est coupable, évidemment... Nous étions de l'autre côté des lices, mais il y avait bien assez de monde dans le campement pour nous dire ce qu'il en est et confirmer ou infirmer la version de ser Even... non ?
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Ven 17 Aoû 2012 - 1:52

Maeve trouvait l’Atmosphère quelque peu trop lourde. Elle se demandait comment un homme comme le Corbray avait fait pour dérober l’œuf. Enfin, il ne l’avait pas fait, elle en était certaine. Il était un homme trop bon pour le faire. Mais il fallait un coupable. Elle préférait observer que de parler ou d’émettre un commentaire, qui lui vaudrait certainement un regard de son frère qui avait assez de défendre son chevalier. Elle comprenait pourquoi Mestre Wyman lui disait que la cruauté des hommes lui étaient encore inconnu jusqu’à aujourd’hui. Elle comprenait un peu aujourd’hui, que son monde était très différent ce qu’elle croyait. Elle tenait toujours fermement la main de Noreen. Au moins s’il y avait un mouvement de foule. Lord Ambrose avait parlé, mais ce qui intéressait certainement les Valois c’était les accusations de l’homme qui avait prononcé le nom de Ser Even. Les informations étaient un peu compliqué à Aligné. Pourquoi parler de Nersboc, alors qu’on parlait d’un vol d’œuf? Bref, elle reporta son attention sur Lord Gormon et le fixa intensément. Elle était sceptique. Même la preuve n’aurait pas suffit de la faire changer d’avis. Elle était certaine que n’importe quel chevalier, aurait pu être pris au dépourvu et perdre son arme pour la retrouver près de l’œuf. Malheureusement, elle espérait que le Val n'en pâtirait pas que le jeune chevalier s’en sortirait indemne de cette histoire. Elle voyait une partie de la cruauté de l’homme malheureusement, elle était une petite fille avec de l’imagination, mais elle eut un sourire au commentaire de Ser Pryam. Elle l’Avait rencontré une fois et elle n’avait pas eu de fausse représentation. Il était un vrai chevalier, comme l’on en faisait peu désormais. Ser Corbray ne pouvait répondre des accusations de celui que son beau-frère tenait à Castral Roc. C’était ingrat de la part de Lord Gormon, surtout s’il l’on regardait la famille entière, Ser Gwayne était un homme bien. Maeve accorda un regard à Edwyn. L’avait-il vu?, Elle en doutait tout les yeux étaient à la même place. Se tournant vers sa suivante, elle lança tout innocemment :

Si j’étais le voleur, je serais très loin à cette heure. Je ne me pointerais pas le nez au banquet au risque de me faire prendre. Malheureusement il fallait que cela tombe sur l’un de nos gens.

C’était désespérant à la fin. Elle fixait Jasper, espérant que Ser Corbray soit innocent jusqu’au bout des doigts.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 18 Aoû 2012 - 21:37



     Le plan du chevalier avait l'air intéressant ; il suffisait à Owayn de chevaucher un destrier, déguisé de la tête aux pieds, de mordre la poussière après avoir parader un peu ; et ensuite, à lui la fortune. Au départ, il était juste venu assister au mariage, mais s'il pouvait se faire un peu d'argent de poche, il ne disait pas non. Il s'accorda tout de même quelques minutes de réflexion.
     Ce genre d'évènement était l'occasion idéale pour commencer à se faire une réputation ; il lui suffisait d'un nom de chevalier convenable, et il pouvait concourir masqué... Et si jamais il réussissait, par chance, à faire mordre la poussière à l'autre... À lui tout le pactole ; son opposant n'aurait qu'à expliquer publiquement qu'il avait passé un accord avec un roturier dans le but de se faire de l'argent.
     La mesquinerie du projet le fit sourire, et il s'apprêta à répondre à la proposition ma foi fort intéressante de son interlocuteur, lorsqu'un grand bruit retentit dans la salle.

     On venait d'annoncer que le prix du tournoi avait été volé !
     En temps normal, Owayn s'y serait sans doute intéressé ; dans une telle situation, nombreux seraient ceux prêts à payer cher pour être les premiers à démasquer le coupable. Et pour cela, il leur faudrait un fin limier ; un travail sur lequel le roturier ne crachait pas en temps normal, pour avoir arpenté un jour vingt-cinq hectares de ferme à la recherche d'un bijou de famille disparu. Travail pour lequel il avait été payé grassement, bien entendu. Eh, quoi, il ne faisait pas la charité, même à un petit couple de paysans. Il fallait bien vivre.
     Quoiqu'il en soit, cette petite intervention lui fit un petit peu perdre le fil de ses pensées. Peut-être était-ce aussi le plat de patates qui fit un retour triomphal dans sa partie de la table, et dans lequel il piocha sans vergogne.

     Enfin, l'autre attendait sa réponse. Il attendit un peu que l'agitation et l'indignation de la salle soit retombée tandis que les accusations diverses et variées pleuvaient ; il sentait que la petite truite en bois coincée entre sa tunique et sa peau feraient mieux de rester où elle était. Puis il finit par ouvrir la bouche, décidant de jouer franc jeu avec son futur employeur.
     ▬ Pour tout vous dire, m'sieur, c'est qu'j'ai comme qui dirait l'habitude de faire des p'tits boulots pour un peu d'menue monnaie. Et c'est pas grave si c'est un peu magouilleux, voyez c'que j'veux dire... J'sais t'nir ma langue, et chuis pas trop empoté une lame au poing. Mais vot' affaire là, ça m'botte bien.


[Comment réagit ser Uthor face à la réponse d'Owayn ?]


Dernière édition par Owayn le Dim 26 Aoû 2012 - 17:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 18 Aoû 2012 - 23:07

Spoiler:
 

« Merci Ma Dame. »

Même en dehors de toutes les portes que cette relation privilégiée lui ouvrait, Noreen était satisfaite d’avoir gagné sa confiance et ses faveurs tout en restant elle-même. Elle-même elle l’était toujours, oh elle avait évidement dû renoncer à certaines de ses frasques d’enfance et devenir une véritable Noble, enfin, et ça n’avait pas toujours été facile. Mais c’était plus le lieu et les rangs qui l’y avaient contrainte, et elle savait en partant de Penn Irin qu’elle ne serait plus jamais la petite sauvageonne qu’elle avait été jusque là. Cela dit elle avait toujours le chic pour se retrouver dans des situations étranges, heureusement, elle s’en était toujours bien tirée jusque là, et elle en avait acquis bien des enseignements, tout comme de ses lectures nouvelles et de ses observations des Dames de haute naissance. Elle était triste de ne pas avoir pu passer au Roc pour voir son père et ne comprenais pas grand-chose aux raisons de cette embrouille étant donné qu’elle ne savait rien de l’entretient qui avait eut lieu à Hautjardin, mais elle faisait avec. Après tout bientôt elle aurait une maison à tenir et n’aurait certainement plus l’occasion de voir sa famille. Elle n’eut pas l’occasion de poser des question à Jasper, en aurait elle eut le courage de toute façon ? Elle répondit avec enthousiasme à la petite Arryn.

« Bien sûr ! »

Elle réfléchit un instant, cherchant une réponse qui ferait comprendre à tout le monde combien elle appréciait d’être ici, combien elle était attachée à sa petite maitresse mais aussi combien elle voulait se marier, si possible sans oublier ses devoirs envers le Val et envers sa chère Maeve.

« Je servirais Lady Maeve de tout mon cœur tant que ni vous ni mon père ne me vouerez à d’autres devoirs, ceux d’une épouse et d’une mère que j’espère devenir un jour. Parce que je suis sa suivante, mais aussi parce que je l’aime beaucoup et surtout parce que c’est un honneur de servir la famille Arryn, Lord Jasper. »

Et pourtant, cette phrase fut bien inutile car le sujet vint sur la table de la propre bouche du suzerain du Val. Elle ouvrit la bouche et la referma, elle avait voulut dire que même avec un époux et des enfants elle resterait toujours loyale au Val tout comme son père, mais ça n’était pas si simple, tout dépendait où elle habiterait, alors devant l’ingénuité de cette réflexion elle se tut. Elle eut un petit sourire timide et baissa les yeux alors qu’il parlait d’un beau et noble mariage, quelque soit ses atouts, sa naissance ne lui offrait pas le loisir de prétendre à un grand mariage et elle aurait aimé qu’il en soit autrement. Pas tant que l’argent ou le pouvoir l’intéressait pour elle-même, mais elle aurait aimé pouvoir offrir à ses enfants un destin plus glorieux que le sien. Peut-être si elle avait été d’une beauté à couper le souffle ou assez éloquente pour attirer dans ses filets un jeune Lord, elle aurait pu pouvoir en rêver. Mais elle n’avait pas ses qualités, elle en avait d’autres, mais de celle qu’on ne remarque pas nécessairement au premier coup d’œil, et elle ne pouvait rien y faire même si elle s’employait à suivre les conseils de Gwayne. La question de Jasper l’intrigua, mais hors de question de faire comme avec Maura, la gentille petite bouseuse soumise. Elle n’était plus la gamine qui était arrivée aux Eyrié à la fois perdue et effrayée. Elle était la Demoiselle qui avait protégé Maeve des Faces-Brûlés, une jouvencelle bien éduquée et une archère de talent, une jeune femme gentille et dévouée qui méritait d’être heureuse. Après avoir présenté un visage étonné, elle se ressaisit et sourit.

« Je n’ai d’autre ambition que de servir au mieux les intérêts de la Maison Arryn, de ma propre famille, et de mes futurs enfants. Je sais que je ne suis pas la plus jolie des jouvencelles et que mon nom est bien petit pour de grands desseins, mais Ser Gwayne Corbray m’a assuré que je possédais bien d’autre qualités. Or si pour le moment mon unique devoir est de rester auprès de Lady Maeve, peut-être que bientôt mon humble présence pourrait vous être utile pour affermir une alliance ou rétablir la paix. Je l’espère en tout cas, de manière à ce que vous ne regrettiez jamais de m’avoir accueillit aux Eyrié, aussi haut que l’honneur Mon Lord. »

A peine avait elle terminé sa phrase que la porte s’ouvrait brutalement, provoquant chez la rouquine un sursaut alors que déjà cris et murmures emplissaient la salle. Noreen suivit tant bien que mal le mouvement, empêchant que Maeve ne soit bousculée outre mesure. En réalité, la petite Arryn qui était en fait déjà aussi grande qu’elle se débrouillait plutôt mieux que sa suivante pour avance dans la foule. Une fois Jasper, Maeve et elle-même près de la table d’honneur, alors que le Suzerain du Val venait de terminer sa phrase, elle murmura à l’adresse de sa maitresse :

« Si vous voulez mon avis, celui qui se permet d’accuser quelqu’un sans preuve devrait être placé en tête de la liste des suspects… Surtout lorsque celui qu’il accuse est un membre de l’illustre Maison Corbray qui n’a nul besoin de voler pour gagner sa vie et qui ne saurait attirer l’opprobre sur votre frère par un tel acte. »

Peut-être Jasper avait-il aussi entendu, il était juste devant, mais vu le brouhaha ambiant, se serait bien le seul avec Maeve à pouvoir entendre, à moins qu’une oreille indiscrète n’ait trainé par là… Qui sait ? Elle sursauta une nouvelle fois alors qu’un homme enjoignait tout le monde à chercher l’œuf, ce qui aurait pu provoquer un dangereux mouvement de foule, était-il fou ? Mais les preuves présentées ensuite par Lord Gormon la laissèrent bouche-bée et triste, elle n’arrivait pas à y croire et pourtant c’était accablant, pauvre Gwayne Corbray, après cette histoire avec Kaeril, le voila qui allait perdre Even…

« Oui, je pense aussi, et je ne peux pas croire que se soit Ser Even, mais comment le prouver ? »

Ser Even a encore une chance de gagner l’œuf, pourquoi alors le voler ? Ca n’a aucun sens ! Je suis presque certaine que la trahison vient de l’intérieur même, des employés ou des amis de Lord Beurpuit, ils étaient seuls à savoir où se trouvait le prix du Tournoi. D’ailleurs même si Even avait voulut voler l’œuf pourquoi le faire ici, dans un château, avec des gardes alors que lorsque l’œuf sera sur la route de la demeure de son nouveau maitre, il sera nettement moins bien gardé, enfin je pense. Et pourquoi laisser un poignard avec ces armoiries et rester malgré tout au banquet ? Cela sent mauvais pour le chevalier mais cela sent aussi la machination ! Elle avança un peu pour s’approcher de Jasper et chuchoter non loin de son oreille mais le plus discrètement possible.

« Il faudrait être fou ou idiot pour participer au banquet après avoir perpétré ce crime et laissé une arme du crime qui permette d’identifier sans mal le coupable. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 19 Aoû 2012 - 0:34

« Mieux que ne le laisserait penser l’état de mon visage. Cela date de cet après midi, les gardes m’ont prise pour une voleuse cette après midi et n’ont rien trouvé de mieux que de me refaire le portait. Enfin… j’espère que ça cicatrisera vite, mais quoi qu’il en soit, je te remercie de t’en inquiéter. »

Arrivée à la table de Lyra et après lui avoir répondu avec une froide courtoisie car si Lyra ne lui en voulait plus de lui avoir parlé sèchement la veille, elle en voulait à la suivante car elle pensait que c’était sa faute si certaines personnes connaissaient son métier même si elle savait que ça n’était pas volontaire. Elle reconnue Serena et la serra dans ses bras.

« Comme je suis heureuse de voir que vous allez bien. »

Puis elle s’installa à côté de Maêl, un inconnu pour elle-même si elle l’avait déjà aperçut la veille. Eva se mit à boire sur les conseils d’Oteh, incapable d’avaler quelque chose de solide, elle se contenta de se noyer peu à peu dans l’alcool.

« Ah vous êtes donc tailleur ?! Cela pourrait m’intéresser pour moi et mes employées. Avec vous l’intention de faire un tour du coté de Port Lannis d’ici peu ? »

Elle souriait à nouveau malgré les bleus et les coupures sur son visage, reprenant grâce à ce mauvais vin un peu d’assurance et en oubliant la douleur. Elle écouta Oteh et ne comprit pas grand-chose à ces ferveurs religieuses.

« Hightower ? Qu’y a-t-il Oteh ? Vous voulez vous rendre à Villevieille ? Vous voulez voir le Grand Argentier ? »

Lorsque les gardes firent irruption et que le vol, les meurtres et le coupable de tout ceci fut mis à jour, Eva ne put s’empêcher de ressentir ses entrailles se serrer, la peur l’envahissait. Et pourtant, cela commençait à faire beaucoup de coïncidences, beaucoup de choses étranges pour un mariage et un tournoi, et l’accumulation des faits ignobles l’échaudaient plus qu’elle ne l’aurait cru. Avec tout ce qui lui était arrivé, elle craignait que cela ne sonne le glas de sa réussite et ce même si elle n’avait rien à se reprocher, après tout c’était aussi le cas lorsque les gardes l’avaient battue ! Il fallait rester discret pour rester en vie… Mais c’était sans compter sur Oteh… Elle leva un bras pour l’attraper et le faire se rassoir, mais le mal était déjà fait et elle cacha son visage entre ses mains le temps que l’orage passe. Seulement le prêtre ne semblait pas vouloir plier, et elle ne voulait pas que ce dernier ne soit tué, pas plus qu’elle ne voulait perdre la vie ou que ses amis ici présents ne soient blessés…

« Faites ce qu’il demande Oteh, pour votre propre salut et le notre, je vous en supplie ! »

Elle fut surprise d’être sur la même longueur d’onde que Lyra, excepté pour le rôle des Dieux dans toute cette histoire, elle ne put d’ailleurs s’empêcher de dire le fond de sa pensée, enfin avec un peu de miel pour tempérer son hérésie. Enervée autant qu’effrayée car elle avait eut son compte de coups et d’intrigues pour la journée, elle siffla ses mots acerbes entre ses dents :

« Les Dieux ne peuvent rien contre la cruauté des hommes, ne soyez pas naïfs ! Mais ça n’est certainement pas en manquant de respect au Maitre des Lieux que vous pourrez l’aider. »

Elle fut interpelée par la prière d’un jeune homme à la peau mate « la Rivière Mère », il était bien rare d’entendre de telles paroles en dehors des dunes de Dornes. Elle lui adressa un léger sourire, cela lui rappelait sa contrée chérie, la chaleur, les couleurs, les odeurs, tout ce qui lui manquait depuis qu’elle était partie et qu’elle ne pouvait plus retrouver car elle ne gagnerait jamais autant d’argent au delà de la Passe du Prince. Elle ne put s’empêcher de rire à sa dernière remarque, effectivement, les Dorniens étaient considérés comme des sauvages dans le reste des sept Couronnes, et pourtant, les derniers événements prouvaient que c’était bien ici que se trouvaient les barbares…

« Pensez vous que cela ait un rapport avec les événements d’hier ? Peut-être que la bagarre générale était une diversion. En tout cas tout cela me semble bien étrange et l’accusation un peu légère… »

Mais le principe de présomption d’innocence n’existait pas, bien qu’il soit plus à même de protéger un noble chevalier qu’une catin ou un simple roturier. Eva essayait de retourner tous les éléments de cette affaire dans sa tête pour comprendre, en tentant de rejoindre Oteh, jouant des coudes pour se frayer un chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 20 Aoû 2012 - 8:36

La jeune noble du Bief n’avait plus le temps de penser à la servante maladroite. Déjà, les évènements et les témoignages se succédaient ; et c’était sans compter Lady Alysanne Florent, qui revenait s’installer près d’elle, pour lui glisser quelques mots à voix basse.
Bien qu’elle n’eut certainement pas voix au chapitre et qu’elle ne connaisse pas l’accusé en question, il fallait dire qu’Ashlee avait la tête un peu tournée de cette histoire insensée. D’abord, pourquoi voler un œuf de dragon ? C’était offenser gravement les Dieux, et puis il était surtout évident que le coupable serait châtié de manière exemplaire, car le vol ne pouvait pas rester inaperçu. D’ailleurs, visiblement, rien n’avait été prévu pour rester discret. Le plus troublant était que personne ne songeait à la culpabilité du chevalier du Val ; ce qui provoquait la plus grande des confusions dans la tête de linotte qu’était celle de la demoiselle de Cendregué. En effet, tous volait à son secours : son suzerain, ce qui était un peu normal étant donné qu’il faisait partie de sa suite, mais aussi un membre de la famille Rogers, ainsi qu’elle en avait reconnu le blason la veille, Lord Frey… Ils soulevaient tous des arguments auxquels elle n’avait pas pensé de prime abord. Il était aussi vrai que seul un sot pouvait laisser une preuve aussi compromettante sur les lieux – à moins que plus subtilement, ce soit à but de faire croire à tous à un coup monté contre lui. Mais c’était probablement aller un peu loin…

Un peu pensive, elle sourit de manière distraite à sa nouvelle voisine, la détaillant pendant quelques secondes. Et dire qu’une honorable dame du Bief avait semblé sympathiser la veille avec un dornien – le même qui fuyait comme un lapin égaré vers la table des roturiers, se sentant probablement plus à l’aise en compagnie des petites gens et de l’imminence de la sortie – cette même dame qui paraissait de près si raisonnable ! Enfin, c’était toujours étrange de la savoir vieille fille… Mais balivernes ! Ce n’était pas le moment de réfléchir à ces choses-là. Aussi Ashlee allait-elle répondre à son interlocutrice qu’un homme se manifesta, causant un grand émoi visible sur le visage enfantin de la jeune fille, qui saisit sans réfléchir la main de sa compatriote du Bief ; avant de la lâcher sagement, sans en avoir réellement conscience, lorsqu’il accepta enfin de rendre son bâton aux deux chevaliers de leur hôte. Un prêtre à barbe ? Serviteur des Sept mais aussi protecteur des barrales et autres barbareries du nord … ? Tout devenait si étrange à cette soirée que la jeune fille se demanda un instant si les Sept ne leur imposait pas épreuve ; mais là, elle n’avait rien fait de mal… alors cela ne pouvait pas être de sa faute.

Avec vivacité, elle se pencha vers Lady Florent, avant de lui glisser d’une petite voix :

- « Je suis d’accord avec vous. Cette histoire a l’air si folle ! Tout semble si bien l’accuser que cela en est troublant. Mais peut-être est-il ou bien très sot, ou bien très intelligent : je n’aurais pas laissé cette arme sur place, sauf si j’avais voulu en effet que tout le monde me pense innocent. Mais… si ce n’est pas lui, qui pensez-vous que cela pourrait être ? »


Son regard sombre glissa sur le couple de dorniens, au fond de la salle. Et son cœur manqua de s’arrêter de battre. Les Dorniens ! Mais bien sûr… mais bien sûr… cela ne pouvait qu’être un coup des dorniens ! D’une voix pressée, basse, un peu étouffée par une vertueuse indignation provoquée par d’antiques préjugés qu’elle n’avait jamais remis en cause, la damoiselle repris la parole :

- « Si ce n'est pas messer Corbray.... vous rappelez-vous ce dornien… il me semble vous avoir vu discuter avec lui ? Il vous a sans doute paru étrange ? On raconte tant de choses sur ces barbares… »

Croisant une seconde le regard du chevalier qu'elle visait, elle baissa les yeux de gêne, avant de recroiser celui de son interlocutrice, avec toute la bonne foi que pouvait conférer sa croyance aveugle.
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Lun 20 Aoû 2012 - 19:42

Lady Ashlee semblait toute retournée par l'événement. Alysanne sourit du raisonnement de la demoiselle. « Finasser à l'excès n'est pas synonyme d'intelligence. En l'absence d'autre indice, Ser Even n'eût pas été inquiété, n'est-ce pas ? Alors qu'à cet instant, il est le principal suspect jusqu'à preuve du contraire, bien que sa culpabilité soit... contre-intuitive. Si quelqu'un a voulu détourner les soupçons sur lui, il a fort bien réussi et c'est tout ce qui compte pour le coupable, ne croyez-vous pas ? Puisque cela lui donne de meilleures chances de passer entre les mailles du filet. Que de temps mis à profit pour cacher l’œuf ou le faire sortir d'ici par quelque stratagème habile...  »

Elle soupira. « Le vrai coupable à mon sens, c'est... la rumeur. Quand on veut mettre un trésor en sûreté, on ne clame pas sur tous les toits qu'on le garde dans son château. Et on ne le place pas à la vue des invités comme c'était le cas hier dans la chambre des mariés.»  Et on ne réagit pas à l'incurie et à la corruption de ses gardes en plastronnant que les vilains garnements seront dûment privés de dessert. « Pourquoi ne pas commencer par faire courir de fausses rumeurs induisant les gens en erreur sur l'emplacement de l’œuf... faire croire qu'il a été mis en sécurité dans un certain endroit... information qui s'ébruiterait comme par mégarde... laisser là une copie, bien sûr, âprement gardée par des sentinelles ignorant la contrefaçon... et cacher le vrai, sans dire à personne où ?» Elle conclut en haussant les épaules : « Mais bien sûr je ne suis qu'une jeune fille ignorante de ces choses... Lord Beurpuits a certainement pris toutes les précautions nécessaires. Parfois, la malice des criminels dépasse tout simplement l'imagination ! » dit-elle d'un ton de parfaite jouvencelle impressionnable. Elle n'en pensait pas moins mais le lieu et le moment étaient mal choisis pour formuler franchement ce genre d'opinion.

Il l'aura bien cherché, en tout cas. Cette dernière pensée flotta un instant dans son esprit. L'imprévoyance de Lord Ambrose était surprenante pour une ancienne Main, même s'il n'avait pas brillé dans la fonction. Mais cette pensée ressemblait fort à une pente verglacée, dont elle ne voyait pas l'issue... et sur laquelle elle n'eut d'ailleurs pas le temps de glisser, les suppositions de sa voisine captant à nouveau son attention. Elle contempla Ashlee avec une parfaite immobilité, réussissant l'exploit de ne même pas sourciller au mot « barbares ». Après tout, l'oncle Jon n'était pas moitié si aimable avec les Dorniens. Peu de gens dans le Bief l'étaient à l'exception notable de Jace Redwyne, Virginia Hightower et quelques autres esprits en phase avec leur temps. Les Cendregué comme les Rouvre, pour ce qu'elle en savait, étaient du genre à affûter leurs épées en grinçant des dents assez fort pour qu'on les entende jusqu'à Lancehélion.

« On raconte bien des choses en effet. D'un côté comme de l'autre des Montagnes Rouges, sans aucun doute... » commenta-t-elle pour signifier que les préjugés n'avaient pas de frontière. Elle glissa un coup d’œil à Asafa. « C'est un Ferboys. Il me paraît tout sauf suspect, pour autant que je puisse en juger. A dire vrai il m'a semblé homme à convoiter un tout autre genre de trésors, si vous me suivez. » Elle réalisa, à voir l'expression de sa compagne, que celle-ci ne la suivait peut-être pas du tout, en fait. N'a-t-elle jamais entendu l'expression « voleur de vertu »? « Le pire que vous ayez à redouter de lui est un compliment audacieux », expliqua-t-elle avec un sourire en coin. Puis elle prit une gorgée de vin. « A mon humble avis, du moins. Mais comme je le disais, je ne suis qu'une jeune fille ignorante de ces choses. La vérité nous surprendra peut-être l'une et l'autre. » Dans un ou deux ans, avec un peu de chance... vu l'efficacité des interrogateurs. Entre-temps trois ou quatre innocents auront été torturés et pendus pour faire bonne contenance, je suppose. Elle garda pour elle ses commentaires, se contentant d'une moue.




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Mar 28 Aoû 2012 - 12:34

Les regards se tournaient avec de plus en plus d'insistance sur les Dorniens qui, presque naturellement, s'étaient regroupés dans un coin de la salle. Que ce soit le fruit du hasard, de la volonté de la Mère Rivière en personne ou simplement un regroupement inconscient amené par les ressemblances physiques et l'accent prononcée de cette chaude contrée importait au final peu, car les faits étaient là : on pointait désormais des regards accusateurs sur les Ferboys et les roturiers issus de la désertique Dorne.

En même temps, il était vrai qu'ils faisaient d'excellents bouc-émissaires : ils formaient, aux yeux de tous, un peuple de sauvages, arrogants, insoumis et querelleurs, et les frasques des Ferboys, de Eva et même du prêtre, qui n'avait pourtant rien de Dornien, n'avaient pas manqué d'abonder dans le sens de leurs détracteurs. Ainsi, le jovial Géant des Osseux semblait avoir bien du mal à conserver son sempiternel sourire alors que la situation devenait de plus en plus tendue, d'autant plus que le prêtre, en sus de se couvrir de ridicule, avançait des arguments si farfelues qu'ils effrayés réellement le Ferboys : avec des alliés de cet accabit, lui et sa cousine n'avaient même plus besoin d'ennemis.

Alors qu'elle adressait également une remontrance toute légitime au prêtre, la jolie jeune femme originaire de sa contrée lui adressa un sourire, ce qui ne manqua pas de réchauffer le cœur de charmeur du jeune homme au teint halé. Malgré tout, il se mit à rire légèrement lorsque cette dernière souleva une hypothèse intéressante, comme si la bagarre et le meurtre dans la cour était le fait d'un coup parfaitement orchestré pour préparer le vol de l’œuf.

- Tu as raison...

Dit-il à Eva.

- Il me semble également évident qu'il y a un lien entre ces différentes histoires. Un mariage où des gens se battent, d'autres se font assassiner et enfin, un œuf de dragon se fait dérober, ça fait un peu trop à mon goût pour être une succession de coïncidences. Ou bien leurs Dieux ne souhaitaient pas que ces gens s'unissent...

Il se retourne pour observer un instant Lyra, puis reporte son attention sur Eva à nouveau, se voulant souriant et détendu... De façade seulement, car il était aisé de voir que le jeune homme était tendu. Surement à cause de son devoir de protéger sa cousine et que l'évidence voudrait qu'à un moment ou à un autre, les accusations tombent sur eux...
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mer 29 Aoû 2012 - 14:56


Intervention finale !

         Une chose était certaine, les événements prenaient une tournure plus qu’imprévue. Ce mariage devait être une fête célébrée par le biais du tournoi mais de nombreux événements malencontreux l’émaillaient et il était difficile de savoir quoi en penser. L’accusation du vol et du meurtre que l’on imposait à ser Even n’était pas en reste et il fallait maintenant voir si les arguments présentés allaient ou non faire mouche auprès de l’assistance.

         Le premier à remettre en cause les preuves fut ser Pryam qui mentionna non seulement le fait qu’un chevalier noble ne ferait jamais une telle chose, mais aussi qu’un chevalier n’était pas suffisamment bête pour abandonner son arme du crime sur les lieux. Lord Gormon le regarda en riant avant de lui répondre. « Pensez-vous que lord Corbray a fait preuve d’intelligence en tuant des hommes en plein milieu de Port-Lannis devant les hommes du Guet ? Je crois que la maison Corbray a plus que largement fait la preuve de ses… capacités en la matière. » Ser Even ne poursuivit pas sa défense, préférant attendre de voir, mais dans son esprit, les pièces d’un puzzle s’imbriquaient les unes dans les autres. Toutefois, pouvait-il affirmer que c’était le bon motif qu’il découvrait ou lui manquait-il encore des éléments importants ? Difficile à dire, mais s’il voulait s’en sortir, il allait devoir la jouer finement. Lorsque ser Corwin prit la parole, lord Ambrose échangea un regard avec lord Gormon avant de parler à son tour. « L’alcool doit embrumer votre esprit, messer. Si n’importe quel abruti, comme vous dites, peut voler un poignard, celui qui se fait voler une telle arme est encore plus stupide. De plus, comme nous l’avons déjà dit plus tôt, l’honneur est une qualité qui fait grandement défaut à ces gens. Vous pouvez dire ce que vous voulez, nous connaissons tous la valeur de votre honneur, ici… Mais admettons. » Se tournant vers la table en retrait, le seigneur posa son regard sur le mestre de Murs-Blancs. « Mestre Lothar, vous confirmez les dires de ser Corwin ? Cet homme a passé du temps avec vous aujourd’hui ? » C’est avec un air plus que surpris affiché sur son visage que le mestre répondit. « Il doit faire erreur messire. Je n’ai jamais vu cet homme avant ce soir. » Lord Gormon attendit un instant et reporta son attention sur ser Corwin. « Peut-être aviez-vous abusé du vin dans la journée, messire. Cela expliquerait vos exploits à la joute. Quant à cette jeune femme, je crains que son témoignage ne soit pas recevable. Qui sait ce que le chevalier a pu lui promettre en échange d’un témoignage favorable… » Après tout, quelques cerfs d’argent suffisaient à s’assurer du soutien de la première paysanne venue.

         Lord Ambrose confirma tout cela en reprenant les propos tenus par lord Arryn. « Vous avez raison, messire, ser Even doit se défendre. Mais pour le moment, son silence est plus qu’éloquent. Quant à ses témoins, vous venez de confirmer n’avoir pas passé tout votre temps avec lui et mestre Lothar affirme ne jamais l’avoir vu avant ce soir. Il ne reste que cette jeune paysanne mais l’argent achète bien des paroles. Que devrions-nous faire dans ce cas ? » La question était plus rhétorique qu’autre chose parce que oui, ser Even n’avait pas de grandes possibilités de se défendre. Ses témoins étaient soit peu fiable, soit incapable de prouver son innocence. Quant aux preuves, même si elles pouvaient avoir été manipulées, ça ne révélait pas qui était le véritable coupable. Il n’y avait donc pas tant de solutions possibles. Lord Ambrose se tourna alors vers lord Frey et lord Tully. « Messires, vos propos sont justes mais ils ne tiennent pas compte de tous les éléments. Si ser Even est bien le responsable de ce vol, nul doute qu’il n’a pu le commettre seul. Il y avait bien du monde dans le campement, en effet. Les chevaliers jouteurs, certes, mais aussi des reitres et des paysans. Pensez-vous sincèrement qu’un reitre fait un alibi crédible ? Quant aux roturiers, nous venons de voir à l’instant quel respect des convenances ils possèdent alors je crains que leurs témoignages ne soient guère propices à la véracité. » Il reporta alors son attention vers la table où le prêtre à barbe avait fait du grabuge en ne tenant compte d’aucune valeur de Westeros, jetant par la même occasion le doute sur tout ce qui aurait pu venir de la part des roturiers. Par ses actes, il avait insulté un lord, il s’était révolté contre son autorité judiciaire en cherchant à prendre les devants et ce n’était là que quelques uns de ces ennuis qu’il avait causé. Comment croire une personne capable de telles choses ? Si ça se trouvait, il était même le compagnon de vol de ser Even !?

         Les choses semblaient donc être très compliquées. Tout accusait ser Even même si les preuves contenaient un certain niveau de doute. Pourtant, ce dernier ne pouvait pas vraiment se défendre et la situation en était donc à un point mort. C’est alors qu’un nouveau chamboulement eut lieu, surprenant autant les lords Ambrose et Gormon que les gens de l’assistance. Un homme s’était levé et s’était frayé un passage jusqu’à la table d’honneur, où il y fut accueilli par le seigneur des lieux. « Messer ? » Ser John, puisque c’était bien de lui qu’il s’agissait, vint alors se placer aux côtés du lord et il prit la parole. « Lorsque lord Gormon a présenté ses accusations, ser Even a juré sur les Sept et sur son honneur n’avoir rien fait. Tous ici semblent enclins à penser qu’il est un homme de valeur. Dans ce cas et devant l’impasse qui se présente, pourquoi ne pas recourir au jugement des dieux au travers d’un duel judiciaire. S’il est bien innocent, ser Even vaincra, mais si ce n’est pas le cas, sa défaite prouvera son crime et montrera que vos preuves étaient indéniables. » Prenant le temps de réfléchir, lord Ambrose finit par en venir à la même conclusion. « Un duel judiciaire me semble effectivement être la seule solution envisageable, messer. Les Sept feront la lumière sur ce crime ignoble. Comme nous accueillons un tournoi, ce duel prendra donc la forme d’une joute. » Cela avait été dit d’une voix forte que toute la salle pouvait entendre, malgré l’étrangeté de toute cette situation. Le duel semblait la seule solution viable et tout refus entrainerait immanquablement la preuve de la culpabilité. Ser John reprit alors la parole. « Messire, seul un chevalier d’honneur peut affronter ser Even et il semble évident que lord Jasper ne pourra s’opposer à son vassal sans que cela n’engendre de nouveaux ennuis. Laissez-moi donc être le champion de votre défense. » Un instant, lord Ambrose sembla gagné par une forme d’inquiétude, mais il se reprit vite. Que penser de cela ? « Si vous le souhaitez, messer. Ser Even, acceptez-vous ces conditions ? Votre seule possibilité de prouver votre innocence est de vaincre ser John lors d’une joute judiciaire. Y consentez-vous ? » Comme s’il avait vraiment le choix…

    - J’ai répondu à toutes vos interventions du mieux possible ! Comme l’accusation et la défense ne pouvaient pas aboutir à un résultat probant, voici la solution présentée ! Je vous laisse quelques jours pour réagir si vous le souhaitez ! Notez que ce week-end, je clôturerais cette phase et je lancerais enfin la phase finale qui ne devra guère durer. C’est à ce moment là que la confrontation réelle aura lieu, mais pas uniquement ça Wink Bientôt la fin, alors ne perdez pas courage !

    - Owayn, je n’ai pas intégré ta réponse dans le contenu du message parce que c’est totalement hors de propos, mais ser Uthor accepte le partenariat, sinon, il ne l’aurait pas proposé Wink Tu n’auras qu’à lui en reparler le lendemain !

    - Certains d'entre vous ont reçu des blessures au cours de la soirée de la veille, n'oubliez pas d'en tenir compte. Lady Coeurdepierre et la Corneille n'oublient jamais rien.
    - Rappelez vous que la lecture des règles est obligatoire.
    - Les interactions avec les PNJ seront nombreuses, merci de laisser au MJ le soin de les mener à bien !
    - Il fait nuit, l'air est frais. Suite aux événements de la veille, les gardes de Murs-Blancs circulent dans tout le château et dans la cour. Il est donc très difficile de circuler librement et absolument impossible de se déplacer discrètement. Vous ne pouvez actuellement pas quitter la Grande Salle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 29 Aoû 2012 - 17:12

La distance qu’avait mis Oteh avec le reste des Dorniens, lui permettait en effet de ne pas les mêler à ses propres erreurs, même s’il était trop tard, mais aussi de réfléchir calmement. Outre cette affaire qui l’intéressait finalement de moins en moins tant l’issue était certaine, la culpabilité admise, ou l’épreuve par le duel, l’ancien garde du corps d’élite se remettait à maugréer quelques pensées personnelles. Il avait retenu des paroles d’Eva le fait que l’un des Hightowers n’était autre que le Grand Argentier des 7 couronnes, ce qui selon son avis était la dernière pièce à son puzzle. Ses pensées étaient donc un mélange de prévisions, d’échafaudage de plan et de préparation de route, avec d’autres souvenirs plus lointain. Son regard se perdant de temps à autres sur une personne…

Edarra Ferboys.

Si aucune des personnes présentes à cette comédie ne pouvait se plaindre de vraiment connaitre l’étranger, la dame de Ferboys était en tout cas celle qui le connaissait le mieux présentement. Outre le fait qu’il était ici grâce à elle, ils s’étaient rencontré voila six ans maintenant. Se souvenait-elle de leurs discussions ? Ils n’en avaient pas reparlés récemment, suite à la mort de Mewan, une marque de respect de sa part ? Se souvenant du tempérament de la Dame des Osseux, il se doutait plutôt que cela devait faire parti de ses plans. Elle ne tarderait pas de toute façon à lui demander une rétribution pour ce voyage, peut être aurait elle-même l’audace d’évoquer son éclat de la soirée comme un affront jeté sur sa famille et demandant réparation…

Mais elle savait aussi que sans son arme de prédilection, et son épouse de surcroît, il était tout bonnement inutile. Il lui faudrait donc continuer son périple seul en sachant qu’un jour où l’autre il allait devoir retourner la voir pour éponger ses dettes.

Mais d’autres choses le perturbaient… notamment la conversation qu’il avait eu avec elle à l’époque et qui revenait aujourd’hui le hanter comme un écho glauque.

Mais la soirée continuait et cette fois un chevalier fit son entrée et apparemment à la surprise quasi générale, Oteh excepté, il énonça ouvertement l’idée du duel judiciaire. Comment en être étonné quand on avait sois même prédit cet unique échappatoire. Peut être que d’autre y avaient pensé, mais personne d’autre ne l’avait évoqué ouvertement. Le gros lord embagousé accepta finalement, enfin une preuve de bon sens, ce duel. N’empêche … quel farce, il ne serait pas étonnant que le duel de demain soit truqué, si l’on pensait toujours que le coupable n’était autre que le lord, il lui serait ainsi aisé de tuer sa victime désigné et de déguiser ça en volonté des dieux. Ceux-ci, s’ils étaient bien témoins de tout ceci, devaient se gausser de tout ce divertissement, tant de mortels trépignants soit disant en leur nom. Ils allaient sans doute ne pas intervenir dans tout cela, sauf s’ils étaient vraiment insultés par les manigances du Lord… Mais les affaires des dieux …

Tout ce que voulait Oteh à présent, c’était de partir. Et si ce n’était pas pour Edarra Ferboys, il partirait de nuit en direction de Port Réal…
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Jeu 30 Aoû 2012 - 16:37

Contemplant le fond de sa coupe de vin d'un air écœuré, Alysanne la reposa. Un duel judiciaire. Bien sûr, c'était le couronnement logique de cette farce tragique. « Ils auraient plus vite fait de tirer à pile ou face en priant les Sept de faire retomber la pièce du bon côté » commenta-t-elle entre ses dents. Si les Sept, à supposer qu'ils existent, se souciaient le moins du monde de la justice des hommes, les Fer-nés auraient déjà été vaincus à plate couture. Elle jeta un regard suspicieux à Ser John. Son empressement à se mêler des affaires des nobles, et le bon accueil qui avait été fait à son intervention, lui semblaient plutôt curieux compte tenu de la manière dont les roturiers avaient été traités jusqu'ici par Lord Ambrose. Elle s'était attendu à le voir rabrouer pour son audace, quitte à ce que sa solution soit adoptée un instant après. Il avait beau s'être illustré au tournoi, il n'en était pas moins un chevalier errant dépourvu de nom. Du moins, en théorie. Mais peut-être était-ce un bâtard de la Maison, qui sait ? Elle ne comprenait toujours pas ce qui était en train de se passer là, juste sous son nez, et cela l'agaçait prodigieusement.

Elle reporta son attention sur Lord Peake qui pour sa part semblait convaincu de la culpabilité de Ser Even. L'homme ne manquait pas d'arguments, encore que certains fussent un peu spécieux. Mais son attitude ne lui plaisait pas. Une sorte de détermination méprisante, dénuée de toute velléité de rigueur intellectuelle. Une enquête méthodique, c'était trop demander apparemment. Ne pouvait-on commencer par fouiller le château et procéder à des interrogatoires serrés, secrets, individuels et contradictoires ? Enfin, il ne fallait pas s'attendre à beaucoup de bon sens de la part d'un ancien partisan du Dragon Noir. Ce ne serait pas la première fois qu'il commettrait une grave erreur, s'il s'avérait en fin de compte que Ser Even était innocent. Elle ne savait pas quoi penser de l'accusé, mais trop de choses l'étonnaient depuis son arrivée en ces lieux pour avaler toute crue l'hypothèse la plus facile.

La pensée du Dragon Noir en amena une autre. Cette fête ne manque pas d'anciens partisans de Daemon. Entre ce Boule qui participait aux joutes... et les Ferboys ! La présence ici de ces Bieffois et Dorniens était suffisamment inattendue pour que la coïncidence n'en soit pas une, et elle n'aimait pas cela. Elle ne se rappelait pas des maisons rebelles du Conflans, connaissant surtout l'histoire des fiefs du sud de Westeros. Que lui avait dit sa sœur sur Lord Ambrose ? Qu'il avait gardé un pied dans les deux camps, non ? Elle secoua la tête pour s'éclaircir les idées. Les derniers Feunoyr étaient de l'autre côté du Détroit mais Lord Beurpuits voulait peut-être continuer à jouer sur les deux tableaux au cas où les rebelles feraient un retour fracassant. Certains appelleraient cela de la prévoyance, d'autres du machiavélisme, quant à elle il lui semblait que c'était seulement un symptôme de lâcheté et peut-être le fait d'un esprit étroit, revanchard, celui d'un petit homme cherchant à se refaire une place au soleil après avoir été honteusement évincé du pouvoir. En tout cas, cela ne l'aidait guère à se sentir plus à l'aise sous son toît, ou même à démêler les fils de cet imbroglio.

« Je crois qu'il est temps que la « fête » se termine » soupira-t-elle en effleurant amicalement la main de la jeune Lady Ashlee qui se trouvait fort émue par les événements. « Cette sinistre affaire m'a noué l'estomac, tout comme vous... Et cela n'ira guère en s'arrangeant, j'en ai peur. Si cette joute a lieu demain... » Elle ferma les yeux, dégoûtée. « J'aimerais autant rentrer à Darry, mais je ne voudrais pas offenser notre hôte en partant prématurément. De toute façon, je doute que quiconque soit autorisé à quitter Murs-blancs dans un délai aussi court après le vol. Nous assisterons donc ensemble à la résolution de ce drame, quelle qu'elle soit... »





Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 


Dernière édition par Alysanne Florent le Sam 1 Sep 2012 - 8:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Corwin Rogers
Chevalier

Général
Chevalier de la maison Rogers.



"Tel le vent, semer la graine aux quatre coins de Westeros"

♦ Missives : 506
♦ Missives Aventure : 95
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 15/05/2012
♦ Célébrité : Richard Armitage
♦ Copyright : Lapy
♦ Doublons : Even Corbray, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : Elen Rogers, née Horpe
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
453/500  (453/500)


Message Ven 31 Aoû 2012 - 23:17

Corwin resta debout même si on lui rejeta ses dires au visage. Alors qu'il aurait volontiers défié un de ces deux seigneurs bouffis, voire les deux à la fois, dans un duel à l'épée pour leur apprendre à l'insulter, il se contenta de rester immobile et stoïque. Lord Ambrose et lord Gormon venaient successivement de laisser entendre qu'il était un moins que rien sans honneur, mais il était prêt à parier ce qu'il avait de plus cher qu'il les battrait sans mal aux armes, et on verrait alors qui était le moins que rien dans l'affaire... Il but une petite gorgée de vin sans détacher son regard du seigneur de Murs-Blancs. Un sourire carnassier et dépourvu de joie, plein d'ironie et de mépris, était venu étirer ses lèvres. Il aurait eu fort à dire sur cet énergumène. Mais pour le coup, il préféra simplement tenir sa langue, laissant s'appesantir ses prunelles de glace sur lui jusqu'à ce qu'il en ressente un malaise. Inutile de rappeler à tous comme lord Beurpuits avait été jeté aux orties après avoir été une, sinon la Main la plus désastreuse de toute l'histoire des Sept Couronnes.

Il s'attacha plutôt à écouter le mestre du château démentir ses dires, allant même jusqu'à annoncer qu'il n'avait jamais vu ser Even avant le repas ce soir là. Le regard prédateur du chevalier d'Amberly déserta la pitoyable carcasse du seigneur des lieux pour se porter sur le vieillard. En quelque sorte, il le traitait de menteur. Une chose qui lui aurait valu de se faire ouvrir le ventre depuis le fondement jusqu'au menton pour exposer à tous de quoi un homme se composait.
« Menteur... » siffla simplement Corwin entre ses dents. Cette fois, ses sens s'étaient mis en éveil. Il trouvait déjà tout cela trop simple pour être honnête auparavant, mais là... Tout semblait si bien accuser le Valois que cela en devenait ridicule. On aurait presque pu croire une pièce qui avait été dûment répétée par des saltimbanques avant une parfaite représentation. Mais jusqu'à preuve du contraire... ces nobles bouffis de suffisance n'étaient pas au somment de la hiérarchie. Il y avait là deux lords suzerains, même si le seul à avoir vraiment autorité en ces lieux était lord Tully...

* Un mioche...*

Le seigneur du Conflans avait l'âge de son fils le plus jeune, Murray. Mais comment réfléchirait-il si on lui soulevait quelques arguments qui prouvaient l'étrangeté du comportement des accusateurs ? Se comporterait-il en enfant ? En adulte ? En seigneur ? Se laisserait-il influencer par son entourage ? Cette fois, Corwin réfléchissait attentivement. Il était loin d'être idiot, et cela se remarquait lorsqu'il s'en donnait la peine. A voix haute, il lança d'un air presque pensif :

« Que dire de l'honneur d'un mestre qui ment ? Quoique... tout le monde sait qu'un mestre fait vœu de servir une maison... Cela voudrait-il dire que quelqu'un a intérêt à faire porter le chapeau à ce chevalier ? »

Il se rassit avec un rictus mauvais sur les lèvres. Il ne comptait auparavant pas prendre cette affaire trop à cœur, mais qu'on se permette ainsi de rire de lui, même de façon à peine masquée, avec une telle suffisance... Voilà qui suffisait à réveiller dangereusement sa colère, qui cette fois, fait rare et remarquable, serait au service de la réflexion et non de l'action. Il écouta en silence ser John venir proposer la solution du duel judiciaire...


Nulles ténèbres pour le cœur valeureux.

Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Even Corbray
Chevalier

Général
Courage et honneur.



Chevalier du Val.

♦ Missives : 628
♦ Missives Aventure : 84
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 01/05/2012
♦ Célébrité : Eric Bana
♦ Copyright : Izhelinde
♦ Doublons : Corwin Rogers, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 30 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Cordial, Val d'Arryn
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
251/500  (251/500)


Message Ven 31 Aoû 2012 - 23:51

Even ne s'était absolument pas attendu à ce que le chevalier d'Amberly prenne sa défense. Il le connaissait vaguement de réputation, et il semblait n'avoir de chevalier que le nom... Il valait sans doute mieux que ser Otho Bracken, ce qui n'était guère difficile, mais de là à le qualifier de fréquentable... Toutefois, ses dires n'avaient rien de faux puisqu'il attesta de faits réels. Néanmoins, cela mettait clairement Serena dans l'embarras en nécessitant son témoignage, chose que le Valois avait voulu lui éviter. Les arguments que Pryam et lui présentèrent furent malgré tout écartés comme un rien par lord Ambrose et lord Gormon. Quand ce dernier en profita pour railler la maison Corbray, le chevalier sentit son poing se crisper et sa mâchoire se durcir. Il lui aurait volontiers fait ravaler ses paroles outrageantes, mais cela lui aurait sans doute fait plaisir. Il se contenta donc de laisser couler l'affront sans le relever, restant apparemment calme comme si cela ne le touchait pas. Que pouvait-il dire de plus de toute façon ? Chaque argument semblait si facile à écarter...

En revanche, quand mestre Lothar nia l'avoir vu au cours de la journée, il sentit son sang bouillir, chose qui ne lui arrivait que rarement. Son expression s'assombrit. Il semblait que l'honneur se perdait dans le Conflans, et le mestre mentait sans sourciller à son seigneur. A moins qu'il n'aie eu des instructions à ce sujet... Cette idée lui fit froncer les sourcils. Se pouvait-il qu'à l'origine du complot se trouvent directement l'organisateur du tournoi ? Cela semblait impensable... Pour quelle raison aurait-il fait cela ? Ou alors fallait-il regarder dans son entourage ? Un mestre était-il réellement inachetable ?

Lorsque lord Ambrose annonça que le silence de l'accusé était éloquent, ce dernier ne réagit pas davantage qu'auparavant. A part jurer une fois encore de son innocence, il ne pourrait rien faire de mieux. On ne donnait aucune valeur à ses éventuels témoins, et le blâme de son cousin tachait son honneur, alors qu'il n'était nullement responsable de tels évènements. De fait, que pouvait-il faire de mieux que de garder le silence ? Ser Corwin lança à voix haute, l'air de rien, ce que lui-même avait pensé à propos du mensonge du mestre. Mais ce fut l'intervention de ser John qui retint majoritairement l'attention, lorsqu'il proposa un duel judiciaire. Etrangement, le seigneur de Murs-Blancs accepta vite... trop vite ? Tout ce qui avait été dit jusque là, peu importe le statut de l'intervenant, avait été écarté d'une pichenette. Là en revanche, on avait écouté avec attention et accepté sans tergiverser. Lord Beurpuits se tourna vers Even pour lui demander s'il consentait à disputer une joute pour prouver son innocence.


« J'accepte, si tel doit être le moyen de prouver mon innocence... »

Le Valois n'avait de toute façon pas le choix. S'il refusait, ce serait pour tous une preuve de sa prétendue culpabilité, et éventuellement un manque de foi dans les Sept. Or, il croyait en leur jugement, et il s'en remettrait à eux une fois encore. Il dévisagea un moment ser John, qui en plus de proposer le duel judiciaire, s'était également proposé comme champion. Qu'avait-il à gagner dans l'affaire... ? Indéniablement, beaucoup de choses. Un chevalier errant pouvait jouer gros sur une telle situation. Mais tout cela semblait trop étrange... Le duel serait-il réellement équitable ? Encore une fois, un curieux mauvais pressentiment le taraudait... Ce qui était d'autant plus inquiétant car il jouerait sa vie dans cet affrontement.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 1 Sep 2012 - 20:36

          Le chevalier visait juste. Jamais lord Arryn n'aurait consenti à lever son épée contre ser Even, mais ce n'était pas vraiment parce que ce dernier était son vassal. À la vérité, s'il avait été lui-même convaincu de la culpabilité du prétendu voleur, il n'aurait pas hésité une seconde à le condamner publiquement et à lui appliquer la pire des sentences qui fût. Or en l'occurence, tout semblait le définir comme coupable, même s'il étonnait le jeune suzerain des Eyrié que mestre Lothar ait ainsi démenti avoir vu ser Even au cours de la journée... Se pouvait-il que le vieil homme eût la mémoire si courte ? Il était possible d'incriminer l'âge, ou la loyauté... mais pourquoi donc le vieux mestre aurait-il menti consciemment ? Son maître venait de subir un vol terrible, quel intérêt avait-il donc à se mettre en travers du chemin de la vérité en favorisant l'incrimination d'un faux coupable ? Et voilà que ser Even acceptait la proposition... « Un duel judiciaire. Ainsi soit-il. » Jasper était un jeune homme des plus simples, et dans le fond, le secours des dieux lui semblaient toujours préférable à celui des hommes. Si ser Even était innocent, jamais il ne serait défait par quiconque, car le Guerrier porterait son épée et le Père d'en haut ferait luire son innocence à la lumière de sa bravoure. Il n'y aurait pas procès plus équitable et plus juste que celui de l'innocent qui place son destin entre les mains des dieux. Naturellement, demeurait la possibilité que le chevalier que Jasper observait d'un œil inquiet fût coupable... auquel cas, ser John le vaincrait lorsqu'aurait lieu le duel judiciaire, ce qui placerait la maison Corbray plus encore dans la panade qu'elle ne l'était déjà. Quand il reviendrait de la guerre dans le Val d'Arryn, Jasper se promit de visiter ses vassaux afin de clarifier quelques points d'une situation qui n'allait qu'en s'envenimant.

          Une telle pensée le gênait, mais Jasper se rassurait de savoir que ser Even n'avait pas succéder à Kaeril Corbray à l'instant même où, pour punir ce dernier, il avait expédier par corbeau le message qui signifiait sa décision à l'égard de lord Corbray, qui ne l'était désormais plus. Ce Kaeril qui lui avait causé tant de soucis et de problèmes s'étaient vu déchu de ses titres et possessions et contraint à l'exil, car à peine serait-il aperçu à la Porte Sanglante qu'il serait abattu sans détour. Pénible décision, mais l'honneur autant que le devoir le commandait. Jasper n'avait eu d'autre choix, car il était un Arryn et ni son père ni aucun de ses ancêtres n'auraient permis à un assassin et un traître à ses serments de demeurer à la tête d'une maison noble après avoir commis les atrocités dont se rendit coupable ce chevalier félon et criminel.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Jour 2, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant


Sujets similaires

-
» MI5 ► Y a des fois où je me dis que j'ai tout gagné.
» Le potager
» ‣ SUJET COMMUN : Repas de Début d'année
» Grande salle de Réception [Officiel]
» Hadhod, nain de la Moria [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°3 : Murs-Blancs-