AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Jour 2, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mer 18 Juil 2012 - 18:32

Évènement final de la phase 2 !
Le repas du soir


         Le village de Murs-Blancs tout comme la forteresse éponyme étaient en liesses en cette période de festivités. Après le mariage de la veille, la première journée de joutes prenait fin, qualifiant quatre vaillants chevaliers pour les épreuves du lendemain. Ser Pryam, chevalier errant du Val d’Arryn, ser John le Violoniste, ser Even Corbray de Cordial et lord Jasper Arryn étaient donc les grands favoris du moment et ceux vers qui convergeaient tous les regards. Lorsque les joutes avaient été achevées, lord Ambrose avait invité tous les gens présents à rentrer au château. Les nobles seigneurs et dames étaient évidemment conviés à sa table, mais contrairement au repas de mariage de la veille, les roturiers pourraient eux aussi entrer dans la Grande Salle afin d’y manger aux tables qui étaient mises à leur disposition. Toutefois, il leur fallait faire attention de ne pas dépasser le statut qui était le leur parce qu’après les évènements de la veille, les gardes de Murs-Blancs ne feraient pas dans la dentelle et enverraient manu militari tout fauteur de troubles aux cachots pour une durée indéterminée… Toujours ornée des blasons Frey et Beurpuits, la disposition de la Grande Salle avait néanmoins été modifiée pour accueillir davantage de personnes. Les places d’honneur avaient été conservées pour les nobles qui siégeaient à cette table lors du banquet de la veille, mais les autres nobles pouvaient aller et venir entre leurs tablées à leur guise. Quant aux tables les plus proches des portes – et donc des gardes – elles avaient été prévues pour les roturiers et les chevaliers errants.

         Assis sur le fauteuil d’honneur aux côtés de sa jeune épouse, lord Ambrose observait la salle, écoutant d’un air distrait les propos tenus par ser Tommard Heddle qui lui expliquait certains des événements survenus au cours de la journée. Les lords Tully et Frey installés non loin d’eux ne pouvaient toutefois rien saisir de ce qui se disait, mais ils attendaient sans doute impatiemment la réalisation de la promesse de leur hôte : la présentation aux yeux de tous de l’œuf de dragon ! Qu’on soit noble ou pauvre, enfant ou vieillard, le simple fait de voir une telle merveille restait un moment inoubliable au cours d’une vie !

         Un peu plus loin, les chevaliers vainqueurs des joutes avaient eu droit à leurs propres tables, attirant évidemment les regards et l’attention de tous, que cela leur plaise ou non. Ser Pryam, l’esprit occupé par les derniers événements de la journée, siégeait donc aux côtés de sa jeune sœur, toujours accompagnée par celui qui avait visiblement succombé à son charme, ser Even Corbray. Il était difficile de dire ce que le chevalier avait en tête mais il était encore bien plus compliqué de les séparer, au grand dam de la ménestrelle qui était attablée avec eux et qui espérait sans doute profiter de l’occasion pour se faire connaître des gens présents. Avec tant de nobles dans la même salle, il aurait été bête de rater une occasion de se trouver un bienfaiteur ! Ils furent interrompus par un vieil homme qui s’approcha de leur table, s’adressant à Pryam. « Messer, puis-je me joindre à vous ? Je dois dire que vous m’avez fait forte impression, lors de notre joute. » Ce n’était ni plus, ni moins que ser Buford, l’un des héros de la bataille du champ d’Herberouge !

         A la table voisine, lord Jasper Arryn avait retrouvé le mystérieux chevalier avec qui il avait échangé, plus tôt dans la journée. Ser John le Violoniste devait lui aussi avoir apprécié cette conversation, sans quoi il n’aurait eu aucune raison de venir s’attabler avec un personnage aussi important que le suzerain du Val. Que pouvait penser lady Maeve de tout cela ? Difficile à dire, d’autant qu’elle aurait sans doute préféré retrouver le jeune lord Tully afin de découvrir et de toucher l’œuf de dragon en sa compagnie !

         Lady Jeyne Brax, lady Ashlee Cendregué et lady Alysanne Florent avaient quant à elles trouvé des places à la même table. Si la noble de l’Ouest semblait intriguée par ce qui se passait à la table du seigneur du Val, lady Alysanne attendait quant à elle la venue du reitre à son service, Kerigan, celui-là même qui s’était fait passer pour un Chevalier Mystérieux. Elle avait à lui parler et cette occasion était bien la première qui se présentait à elle ! Néanmoins, elle ne voyait toujours pas l’homme en question… Cherchait-il à se cacher d’elle ou avait-il d’autres chats à fouetter ? Quant à lady Ashlee, elle avait eu le plaisir de voir venir à elle lady Maelyn Beurpuits, la fille de lord Beurpuits. « Je vous remercie de votre présent de cette après-midi, lady Ashlee. Veuillez acceptez ce cadeau de ma part ! » Les yeux brillants, la jeune fille lui tendit alors un petit peigne blanc qui semblait être fait en ivoire, attendant que lady Cendregué l’accepte.

         A une autre table, la maison Ferboys côtoyait les maisons Tarbeck et Mallister. Attendant une occasion de rencontrer ser John, lady Rivanon discutait donc avec messire Asafa que tous avaient pu voir la veille, lorsque sa cousine avait amplement fait parler d’elle. Pourtant, s’il reçut une visite ce soir là, ce n’était pas pour la même raison… En effet, deux chevaliers s’approchèrent de leur table, s’adressant au Dornien. « Alors comme ça, on voulait nous voir, hein… J’crois qu’il va falloir s’expliquer un peu. Me semble qu’une amie à toi aura besoin d’aide, si tu t’excuses pas, mon gars. » A priori, les deux hommes n’avaient pas apprécié la blague réalisée dans la journée et ils ne rigolaient toujours pas. Et qui donc était cette amie qu’ils mentionnaient ? Que penserait lady Rivanon de la situation ?

         Assis à l’une des tables de roturiers, Owayn repensait à ce coffret de métal orné d’un soleil qu’il avait découvert. Possédant la clef qui l’ouvrait, en avait-il révélé le contenu ou non ? Seul lui pouvait le décider et s’il avait effectivement ouvert cette mystérieuse boite, il y aurait découvert un objet étrange, de petite taille et représentant visiblement une truite bondissante. Qu’était-ce donc et qu’elle utilité cela pouvait bien avoir ? L’avait-il conservé sur lui ou l’avait-il caché quelque part ? Tant de questions et pourtant, il ne possédait aucune réponse. Il fut soudain tiré de ses pensées par un chevalier assit face à lui. L’homme portait un bandage à l’œil suite à sa dernière joute et on pouvait reconnaitre en lui le petit mais féroce ser Uthor Sous-la-feuille. « Dis-moi, gars ! T’as l’air d’un type qui aime l’or, j’me trompe. J’suis sûr qu’on peut se trouver un arrangement, si tu veux, j’ai des trucs à te proposer. » La scène se déroulait sous les yeux d’un jeune homme fort discret installé à quelques places de là. Mais qu’en pensait donc le dénommé Jehan, alors qu’il croquait dans une pomme, c’était un mystère.

         Un peu plus loin, Oteh Byris, le prêtre à barbe, avait vécu une étrange et intense expérience. Il avait en effet eu une vision divine, mais il est très compliqué de dire ce que cela signifiait. En tous les cas, s’il cherchait des réponses à ses questions, c’était sans doute le moment où jamais ! Pourrait-il retrouver la septa ? Ca, il ne pouvait le savoir. Il fut alors bousculé par un homme à l’expression hargneuse et colérique. Ser Glendon Flowers qui se faisait appeler Glendon Boule était en effet peu ravi par la tournure que prenaient les événements. Oteh pourrait-il seulement reconnaitre le chevalier ? Et surtout, accepterait-il de se laisser bousculer sans recevoir d’excuses en retour ? Peut-être que la prostituée Eva pourrait l’aider à y voir plus clair, du moins si elle connaissait l’histoire de Glendon. On racontait en effet qu’il était le fils d’une prostituée, qu’il avait vécu toute sa vie dans un bordel et qu’il avait été adoubé par un chevalier qui acheta ainsi la virginité de sa propre sœur… Il était toutefois peu probable que ser Glendon apprécie que l’on raconte ces choses à son sujet. Il n’était par ailleurs pas le seul chevalier bougon de l’événement puisque ser Corwin Rogers détenait la palme de l’air renfrogné. Une servante l’évita d’ailleurs soigneusement après qu’il lui eut aboyé dessus et il y avait fort à parier qu’il ne serait pas de la plus agréable compagnie, ce soir.

         Assis à une autre table, Lyra et Maël profitaient d’être enfin tous les deux – du moins si l’on pouvait dire cela ! Malheureusement pour eux, les Sept ou d’autres divinités ne voyaient pas les choses sous cet œil. Ainsi, deux écuyers débarquèrent à leur table, s’installant sans même en demander l’autorisation. « Alors, t’as réfléchi ? Tu veux miser ? Y reste que quatre chevaliers, ça te laisse une chance sur quatre de gagner, c’est pas rien ! T’imagines si t’es riche en partant ? » Comme si cela n’était pas suffisant, Lyra sentit soudain une présence derrière elle. Se retournant, elle eut alors le plaisir de découvrir Meera, Pip et leur petit bébé endormi. A priori, elle n’en avait pas encore fini avec cette famille qui croyait lui en devoir beaucoup. « Vous vous souvenez de nous ? » Comment dire non face à un si grand sourire ?

         Debout près des portes, Deirdre Pyke gardait un œil sur la salle, comme si elle cherchait quelque chose de précis. Qu’elle l’ait ou non remarqué, elle avait attiré l’attention de ser Otho Bracken, ce qui n’était pas forcément une bonne chose pour elle. C’est alors qu’elle fut approchée par un chevalier de l’Ouest, un certain Maynard Quetsch. « Vous devriez faire plus attention, il y a des hommes peu recommandables dans les environs. Vous devriez vous trouver un garde. »

    - Vous êtes donc tous attablés et vous pouvez déjà manger les plats que vous souhaitez. Considérez cette soirée comme un repas habituel dans un château noble. Vous avez reçu des informations, libre à vous de les suivre ou de changer totalement de but pour aller explorer d’autres horizons, vous serez de toute façon relancés en fonction de vos choix. Bon jeu à vous !

    - Certains d'entre vous ont reçu des blessures au cours de la soirée de la veille, n'oubliez pas d'en tenir compte. Lady Coeurdepierre et la Corneille n'oublient jamais rien.
    - Rappelez vous que la lecture des règles est obligatoire.
    - Les interactions avec les PNJ seront nombreuses, merci de laisser au MJ le soin de les mener à bien !
    - Il fait nuit, l'air est frais. Suite aux événements de la veille, les gardes de Murs-Blancs circulent dans tout le château et dans la cour. Il est donc très difficile de circuler librement et absolument impossible de se déplacer discrètement. Vous ne pouvez actuellement pas quitter la Grande Salle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 18 Juil 2012 - 19:41



     Owayn piocha allègrement dans le plat qui passait à sa portée, saisissant une pomme de terre à pleine main. Le légume avait été arrosé de jus de viande issu d'un cochon imposant qui, les quatre fers en l'air, régalait l'autre côté de la table. Pour le reître, c'était un festin royal. Contrairement à la veille, il n'avait pas hésité à boire, et avait déjà englouti son lot de bière ; attention, il ne roulait pas sous la table pour autant. Disons juste qu'il commençait à être légèrement gris. Si jamais la soirée tournait au grabuge encore une fois, mieux valait avoir toutes ses facultés...
     Mais franchement, aucune chance ! Les gardes étaient bien là, ce coup-ci, et lord Ambrose avait du leur passer un sacré savon. Non, pour l'instant, l'heure était à la ripaille ! Festoyons et oublions ces vilaines affaires. Après tout, c'était jour de fête.

     Toutefois, le roturier restait vigilant. La petite truite serrée contre son corps, entre la tunique et la peau, au niveau de la ceinture, lui rappelait que les choses n'étaient pas toujours ce qu'elles semblaient être. En l'occurrence, un simple mariage assorti d'un tournoi pouvait cacher bien plus qu'une fête. L'herbe rouge, les ailes blanches du carnage, la truite bondissante. Le coffret ne lui était assurément pas destiné, et la septa annoncerait certainement à son vrai propriétaire qu'elle l'avait déjà remis à quelqu'un. Ce n'était qu'une question de temps avant que l'on ne remonte jusqu'au roturier. Et si le coffret vide il l'avait caché dans un bosquet, avec le vélin et la clé, il avait toujours la truite sur lui. Enfin, pas le poisson bien sûr ; il s'agissait plus d'un petit objet froid, en métal ou en bois très dur, vraisemblablement ; Owayn ne savait le dire avec exactitude.
     Étrangement, l'homme assis en face de lui ne fit que confirmer son sentiment que quelque chose ne tournait pas rond. Pour commencer, le chevalier ne devait pas être ravi de se trouver à la table des roturiers, mais passons. Il venait d'offrir à Owayn une proposition des plus étranges. Tout le bon sens du reître lui hurlait de refuser ce qui ressemblait à un micmac louche comme on en voyait rarement, mais ce fut la curiosité qui remporta la bataille. Qui sait, peut-être cela avait-il à voir avec cette truite, l'herbe rouge et les ailes blanches.
     Aussi, il offrit un sourire plein de patate écrasée à son interlocuteur, et lui répondit la bouche pleine, tentant de ne pas mettre du légume partout.

     ▬ Ça pour sûr, l'or ça m'branche, c'est com' voilà ma spécialité, les boulots qui gagnent de l'or. Qu'est-ce qu'j'y puis faire pour vous, ser ? s'enquit-il, tout sourire.


Dernière édition par Owayn le Dim 22 Juil 2012 - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 18 Juil 2012 - 20:28

     La soirée s'annonçait prodigieuse, après cette journée riche en émotion ! Les joutes avaient été un spectacle formidable, et le petit Edwyn en garderait toujours l'impérissable souvenir. Il avait d'ailleurs été très heureux d'apprendre que lord Jasper Arryn figurait parmi les quatre finalistes qui concourraient le lendemain, après la nuit impatiente qui suivrait cette soirée de fête et de banquet. Décidément, lord Ambrose ne cessait des les surprendre à tous ! À chaque fois qu'Edwyn croyait que la bombance allait s'achever, le seigneur de la maison Beurpuits levait le rideau sur de nouvelles réjouissances et offrait de les enivrer encore et encore jusqu'à ce qu'ils explosent d'allégresse et de bonheur... quel hôte merveilleusement organisé ! Du fait du très grand nombre de personnes rassemblées ce soir dans la grande salle du château de Murs-Blancs, Edwyn avait l'impression que celle-ci était plus petite, mais cela ne changeait rien à la qualité du banquet et sous les regards sans yeux des bannières Frey et Beurpuits, le petit garçon qu'il était n'attendait qu'une chose à présent : la venue de l'oeuf de dragon que lord Ambrose avait promis de donner à voir durant la soirée. Mais plus il y repensait, et plus il craignait d'être déçu, alors il se concentra sur autre chose, sur la première pensée qui lui vint, et il se tourna vers lord Frey pour le questionner de la sorte, sur le ton de la conversation, car l'enfant qu'il était n'oubliait pas ses devoirs de suzerain du Conflans. Parler des joutes semblait tout indiqué après une telle journée.

      – Dîtes, lord Ryman... vous avez une idée de qui sera le vainqueur des joutes, demain ? Lord Jasper semble bien parti, tout comme ce ser Pryam... et ce ser John aussi, il a tant de succès auprès des nobles dames... Je ne sais quoi en penser, c'est assez agaçant ! Mais vous qui vous y connaissez, vous avez certainement un avis plus sûr que le mien... Et vous lord Beurpuits, qu'en dîtes-vous ?

     Pour être tout à fait honnête, Edwyn n'était pas sûr de lui-même comprendre ce qu'il disait, ni même s'il faisait bien d'entretenir son vassal des joutes du jour considérant le piètre résultat des candidats Frey à la victoire, mais il ne pouvait non plus sans rien faire à table en attendant que l’œuf leur soit montré par leur hôte généreux. De plus, l'heure était venue d'avoir avec certains de ses vassaux une discussion sérieuse à propos de l'avenir du Conflans et comme nombreux étaient ses bannerets réunis ici, l'occasion était belle, voire dorée.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Jeu 19 Juil 2012 - 3:05

Maeve avait prit le temps de se faire, faire une toilette. Sa Septa n'aurait jamais voulu qu’elle se présente à moitié coiffé. Elle ne tenait plus en place et avait attendu sa suivante le plus de temps qu’elle le pouvait, mais puisque celle-ci avait prit du retard, la petite Arryn avait filé comme une fusée dans la grande salle. Contrairement à la veille, elle avait opté pour une couleur qui représentait sa famille ainsi qu’un pendentif qu’elle avait reçu de son père avant sa mort. Lorsqu’elle était arrivée Jasper y était déjà et la petite peste du Val lui avait offert un large sourire. Tout enthousiasme, elle avait déposé un léger baiser sur sa joue, toute heureuse.

Tu as été le meilleur! Ser Corbray aussi.

Ce compliment et ce geste d’affection pourrait peut-être paraitre anodin, mais il était sincère venant d’elle envers son frère. D’accord, elle n’avait pas regardé la joute en entier, mais c'était un secret entre elle, Edwyn et Noreen. Elle ne lui avait pas encore parlé de sa discussion avec sa sœur, mais pour le moment, elle voulait éviter les larmes. Jasper faisait déjà de son mieux pour l’aider. Comme si son cerveau voulait raconter tout ce qui s’était passé, elle lança toute heureuse :

Tu sais, pendant que tu joutais, Lord Beurpuits m’a promis qu’il me laisserait toucher l’œuf de dragon qu’il a promis au vainqueur du tournoi ! Il a dit qu’on le verrait ce soir, avant d’en faire cadeau au champion.

Pour Maeve cela comptait avant tout. Elle aimerait bien que Jasper ramène l’œuf de ce dragon dans le Val. Même si elle avait quelques peu de réticence face à une bête d’un tel genre, elle le garda pour elle. Enfin, les finales seraient Valoise, avec le chevalier Errant, le Ser de Cordial et son frère le Lord du Val. Elle avait jeté un regard à travers la pièce cherchant Edwyn qui semblait occupé. Elle aurait le temps de se perdre dans ses pensées jusqu’à ce qu’elle remarque le chevalier qui avait tant fait parler de lui dans les gradins. Enfin par les deux Ladys qu’elle avait croisées pendant les joutes. Reconnaissant les traits de l’homme, elle ne put s’empêcher de se rappeler de son nom.

Vous savez que vous avez fait beaucoup parlé de vous dans les gradins alors que vous joutiez. Je crois que vous avez des admiratrices

Maeve avait jeté un coup d’œil du coté de Jasper, en espérant qu’il ne lui en voudrait pas de ce petit commentaire.



Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Jeu 19 Juil 2012 - 11:36

     L'idée de se retrouver à une table spéciale n'enchantait pas Pryam, bien au contraire, mais il y avait du bon dans tout cela, au moins Serena et Eleyna pourraient en profiter pleinement. Après tout, ils étaient venus ici dans l'unique but de pouvoir permettre aux jeunes femmes de découvrir ce qu'était un tournoi non ? La cadette des Templeton se trouvait aux côtés de son frère qui veillait d'un œil attentif à ce qu'elle faisait. La proximité du chevalier Corbray était certainement plus pesante que le fait de se trouver à l'écart des autres chevaliers, il craignait sans cesse que la langue de sa sœur ne fourche et que leur couverture soit éventée. D'un autre côté, si Serena pouvait profiter de cette occasion pour rencontrer d'autres personnes, il n'allait pas s'en montrer frustrer. Bien que les choses auraient été plus rassurantes si son interlocuteur n'avait pas été issu de la même région qu'eux. Autre point positif dans cette présence, Pryam pouvait prendre le temps de s'excuser auprès de la Nordienne qui siégeait à ses côtés. Il ne l'avait pas vue de la journée et la manière peu aimable dont il lui avait parlé la veille lui avait pesé toute la nuit et tout au long des joutes. Les yeux du chevalier avaient bien cherché la silhouette de la ménestrelle dans la foule, mais il avait été incapable de la localiser. L'idée qu'elle se soit envolée lui avait alors traversé l'esprit, autant dire que c'était avec un réel soulagement qu'il l'avait donc aperçue installée à cette table.
     L'agitation autour d'eux était digne de celle de la veille, il ne restait qu'à espérer que la présence de lord Ambrose en personne suffirait à dissuader d'autres tricheurs de s'en prendre aux chevaliers présents ici. Les yeux du Valois se posèrent sur la Nordienne à qui il n'avait pas encore beaucoup adressé la parole, laissant Serena s'occuper avec son voisin qui semblait accaparer toute son attention.

     ▬ Je suis rassuré de vous voir ici, je dois avoué que j'avais crains que vous n'aillez repris la route en ne vous apercevant pas dans la foule. Une légère pause s'installa. À cause de mon comportement d'hier je veux dire, je m'en excuse d'ailleurs, j'ignore pourquoi je vous ai parlé comme ça. »

     Au moins savait-elle qu'il l'avait cherchée du regard ! Preuve que sa remarque peut-être vexante de la veille n'était certainement liée qu'à une maladresse de sa part et non à un quelconque désir de l'humilier ou encore de lui faire mal. Mais ils n'eurent guère le temps de discuter plus amplement de cette première journée de joute, car un homme d'âge mûr approcha de la table pour s'adresser au Valois qui ne dissimula pas sa surprise en voyant l'identité de son interlocuteur. Ser Buford, que la chance avait abandonné le temps de leur joute. Il était évident que le jeune homme se sentait plus qu'heureux de lui parler en dehors des joutes. Ce fut pour cette raison qu'il répondit aussitôt et avec sincérité.

     ▬ Oh bien entendu, avec joie même. Libérant une place pour le chevalier du Bief, Pryam ajouta quelques mots à son attention. Je dirais simplement que la chance était de mon côté, sans quoi je ne doute pas un seul instant de votre victoire. »

     Après tout, il n'avait eu aucune difficulté à désarçonner Bennifer Nerbosc et avait brillé à la bataille d'Herberouge, il était donc plus qu'évident qu'un tel homme se révélait forcément plus doué qu'un simple chevalier qui participait à son premier tournoi en tant que jouteurs. Puis c'était sans compter que dans le Bief, les chevaliers étaient réputés pour leurs talents en la matière. Il ne pouvait donc qu'y avoir le facteur chance pour changer la donne.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 19 Juil 2012 - 11:51

     Lyra était installée à côté de Maël et profitait de ce moment ensemble, mais visiblement quelqu'un ne semblait pas vouloir qu'ils soient laissés en paix avant la fin de ce mariage ! Lorsque les deux écuyers qui avaient interpellés le Dornien quelques heures plus tôt, s'avancèrent vers eux, la jeune femme sentit venir la fin de leur tranquillité. Apparemment ils voulaient à tout prix que le tailleur participe à leur pari ! Lyra le dévisagea en plissant des yeux comme si elle essayait de savoir s'ils allaient tenter d'arnaquer Maël, elle n'avait jamais trop aimé les jeux d'argent parce qu'elle savait combien il était difficile d'en gagner. Mais bon ! Si c'était une petite somme simplement pour s'amuser, pourquoi pas ? Alors qu'elle s'apprêtait à glisser quelques mots à l'oreille du jeune homme, la Dornienne sentit une présence derrière elle et se retourna pour voir Meera et sa petite famille. Un sourire s'afficha sur les lèvres de la jeune femme tandis que la mère lui demandait si elle se souvenait d'eux. Riant légèrement, la demoiselle répliqua.

     ▬ Bien évidemment ! Je doute pouvoir vous oublier un jour vous savez. »

     C'était dit d'un ton amical et la jeune femme se décala légèrement pour libérer un peu de place à ses côtés. Jusqu'à présent elle avait beaucoup apprécié de discuter avec la petite famille – puis la petite fille portait son prénom après tout – elle ne voyait donc aucune raison de ne pas les inviter à rester avec eux un petit moment. Si la Mère Rivière désirait qu'ils ne se retrouvent pas en tête-à-tête pour le moment, c'était certainement pour une bonne raison !

     ▬ Venez, assaillez-vous donc avec nous ! Laissant les deux parents s'installer avec leur petite fille, la demoiselle se pencha légèrement vers Maël pour glisser quelques mots à son intention. Si tu veux, je peux donner de quoi parier, j'ai un peu d'argent sur moi. »

     La décision finale reviendrait à Maël et elle s'y plierait ! Détournant ses yeux du jeune tailleur, l'ancienne suivante de noble dame tourna les yeux vers la petite famille pour le regarder quelques instants en souriant. Visiblement le naissance de ce bébé avait fait plus de bien que Lyra ne l'avait envisagé ! Comment les choses auraient-elles tournées si jamais Oteh le prêtre à barbe n'avait pas été là pour s'occuper de les aider ? Il était préférable de ne pas y penser ! Relançant la discussion, la Dornienne se renseigna donc.

     ▬ Et bien, comment se passent vos premières journées en tant que parents ? J'imagine que cela doit vous changer beaucoup de choses ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 19 Juil 2012 - 11:55

      Lord Arryn n'était pas mécontent d'avoir vu arriver la fin de la journée et donc la fin des joutes. Cette première partie du tournoi fut particulièrement riche en émotions et en surprises, point tant pour lui que pour les autres : de son côté, les joutes avaient été chacune un franc succès. Jasper n'éprouvait nulle compassion pour les trois concurrents qu'il avait boutés hors de la compétition, mais il ne pouvait s'empêcher cependant d'éprouver quelque vague peine à l'idée qu'il ait pu les blesser ou ruiner leurs espoirs. Toutefois, c'était la dure réalité d'un tournoi, les gagnants s'élevaient au détriment des malheureux perdants laissés sur le côté. Il n'y pouvait rien changer et il ne servait à rien de s'y attarder davantage. Mieux lui importait la soirée qu'offrait à nouveau lord Ambrose, pour festoyer et fêter la fin du premier jour du tournoi. Il y aurait sans doute des plats et des vins à profusion mais le seigneur suzerain du Val avait choisi de ne point trop ripailler afin de se ménager les meilleures chances le lendemain contre les trois autres concurrents qui demeuraient en course. Il y avait ce chevalier errant du Val qu'il ne connaissait guère, ser Even Corbray le membre de sa suite, et ce John le Violoniste, avec lequel il avait eu le loisir de discuter un peu dans le campement. Il avait ainsi découvert un chevalier avec lequel il partageait une large vision des vertus propres aux vœux prononcés lors de l'adoubement. Il était d'ailleurs ravi d'enfin découvrir un chevalier digne de son titre et de l'épée brandie au nom des Sept. Il espérait également pouvoir discuter encore avec lui. Maeve était arrivée et l'avait embrassé sur la joue. Jasper lui avait rendu son baiser avec plaisir. « Les Sept ont veillé sur moi comme tu as pu le voir, et sur ser Corbray aussi. C'est un chevalier méritant et sa place à nos côtés demain n'est pas usurpée. »

      Il regrettait de n'être point assis à ses côtés afin de pouvoir le féliciter ou même simplement lui parler, mais il ne boudait pas non plus le plaisir de la compagnie de sa petite sœur ou de ser John, avec lequel cette dernière amorçait une conversation qui s'annonçait des plus communes. Elle lui avait confié la promesse de lord Ambrose et Jasper s'était contenté de hausser un sourcil curieux. Il comprenait l'enthousiasme suscité par l’œuf de dragon et lui-même ne pouvait nier qu'il espérait bien l'emporter pour recevoir cette merveille. « Un tel succès se justifie cependant, ser John. Vous êtes un jouteur exceptionnel et je crains d'être celui qui vous affrontera demain. Une prière seule ne suffira pas à me prémunir contre vos excellentes aptitudes à cheval et à la lance. » Ces paroles étaient polies et quelque peu attendues mais Jasper ne mentait guère. Il n'était pas homme à maquiller ses sentiments ou ses convictions.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Jeu 19 Juil 2012 - 12:20

Le Ferboys était, comme à son habitude, de bonne humeur et affable, buvant quelques gorgées de vin alors qu'il discutait avec la belle noble du conflans. Il était souriant, d'agréable compagnie et semblait animé d'une bonhommie naturelle de tout instant. Sa cousine, quant à elle, semblait plus discrète, plus fière aussi dans son attitude, alors que le Géant Salé était visiblement habitué à la compagnie d'étrangers. Malgré son enthousiasme débordant, il restait malgré tout élevé tel que les nobles l'étaient, et même s'il était jovial et gai, ne se comportait pas comme un roturier ivre et irrespectueux.
Le Dornien, qui semblait sincèrement apprécier la compagnie de la ravissante Rivanon, s'intéressait à l'origine de la Lady Mallister, questionnant sans cesse la belle sur sa demeure, sa cité, les mets locaux, le climat, avec une curiosité presque enfantine.

- Et vos terres ont-elles eu à souffrir de l'attaque des Fer-nés ? Je confesse que ces affaires ne sont que peu parvenues à nos oreilles de Dorniens, les nôtres étant bien souvent intéressé que par notre contrée...

Il afficha alors un léger sourire visant à mettre à l'aise son interlocutrice, comme s'il cherchait à se faire excuser de l'attaque Fer-né lui-même. Puis, les deux chevaliers se présentèrent à la table des Dorniens et de la jeune femme, et se montrèrent fort peu courtois, pour ne pas dire impoli. Levant un instant un sourcil, l'air subitement sévère, le Dornien observa les deux hommes. Puis, son sempiternel sourire se fit de plus en plus grand alors qu'une moue moqueuse naissait sur ses lèvres, l'obligeant à porter sa coupe de vin à ses lèvres. Il se pencha vers Rivanon pour lui glisser quelques mots.

- Veuillez m'excuser, ma dame.

Puis, il reporta son attention sur les deux hommes. Bien qu'il était assis, il observa les chevaliers un large sourire aux lèvres, affichant une nonchalance certaine alors qu'il leur répondait d'un ton badin.

- Ainsi donc, mes seigneurs, vous n'avez guère gouté à ma faconde ? Vous m'en voyez navré, sincèrement, je ne voulais nullement vous offenser, soyez en convaincu. En même temps, je n'imaginais guère que deux hommes de vos âges seraient gré d'une petite galéjade sans méchanceté. Que voulez vous, ma culture de sauvages Dorniens m'a sans doute induit une erreur de jugement à votre encontre, je croyais les chevaliers exemple de noblesse de cœur, défenseur de la veuve et de l'orphelin...

Il prit une nouvelle gorgée de vin, et lorsqu'il reposa son verre, son sourire avait disparu, laissant place à une mine sévère.

- Et non des hommes d'une telle bassesse qu'ils s'abaisseraient à proférer des menaces et à faire preuve d'une bien vilaine impolitesse...

Il tourna la tête pour observer Lady Rivanon à qui il adressa un franc sourire.

- Surtout en présence d'une si douce personne que Lady Mallister. Et si nous allions questionner Lord Ambrose, savoir ce qu'il pense de deux hommes n'ayant pas fait preuve de l'esprit nécessaire pour ne pas tomber dans une ruse enfantine, puis qui viennent demander réparation en rustre, et en menaçant de s'en prendre à une servante ? Je suis sûr qu'il portera une oreille sensible à vos doléances...

Il conclue sur un sourire narquois, clairement provocateur à l'encontre des deux hommes. Asafa, qui pensait que la personne dont parlait les chevaliers était la jolie Lyanna, avait fréquenté dans sa jeunesse moult auberges, aussi ce genre de comportement, s'il ne lui était pas familier, ne l'effrayait pas. De plus, le Dornien à la peau mate avait du répondant, et semblait convaincu d'être dans son bon droit...


"Je ne sais faire que deux choses dans la vie : la guerre et l'amour... Certains disent que ce sont les seules qui comptent réellement..."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 19 Juil 2012 - 13:21

Eleyna n'avait pas manqué une seule seconde des joutes et s'était réjouie des victoires de Pryam. Le chevalier errant était qualifié pour la suite du tournoi, ce qui promettait d'être des plus excitants à observer. La nordienne avait beaucoup appris au court de la journée, notamment que certains hommes n'ont aucun scrupule. Elle s'était également faite une amie en la personne de Deirdre, qu'elle ne localisait pas dans la foule présente. Elle ne l'avait, à vrai dire, cherché qu'un instant en entrant avant d'aller s'installer à la table réservée pour Pryam et ses compagnons -pour eux en somme. Jorah ne les accompagnait pas, prenant du repos et souffrant encore d'un mal de tête qui ne semblait vouloir le quitter. Une bonne nuit de sommeil et peut-être un petit verre d'alcool lui feront du bien, la jeune fille n'en doutait pas. Elle était triste qu'il ne puisse profiter de cette fête où la noblesse côtoyait les petites gens. Elle avait d'ailleurs observé chaque noble présent et s'était rassurée: Sa seule connaissance était lady Florent, qui serait incapable de la désigner comme la fille Omble en fuite.

La nordienne ne se sentait pas totalement à son aise, au milieu de cette foule. Elle n'avait pas encore adressé la parole à Pryam, se demandant s'il lui en voulait toujours à cause de sa légère bêtise d'hier. Elle et son imagination trop fertile...Il avait été fâché, elle l'avait senti et s'était tenue éloignée de lui, sans pour autant s'en aller bien qu'elle y ai pensé. Elle voulait le féliciter pour avoir gagner ses joutes du jour et aurait voulu lui souhaiter bonne chance pour le lendemain. Elle réfléchissait encore à la façon d'aborder cela sans s'attirer un regard noir de la part de Serena quand le chevalier la devança, s'excusant et se montrant heureux qu'elle ne se soit pas enfuie comme il l'avait visiblement pensé. Non seulement il avait craint qu'elle s'en aille mais en plus il l'avait cherché. Malgré sa grande taille elle devait passer inaperçue dans la foule compacte qui assistait ce jour-là à la joute et cela expliquait sans doute pourquoi il ne l'avait pas remarquée. Lui adressant un sourire, elle commença à répondre: « Ce n'est pas... » Elle fut interrompue par un homme qui avait été l'adversaire de Pryam. Elle se souvenait d'avoir entendu son nom annoncé mais elle avait été trop concentré sur son chevalier errant pour le retenir. Dommage pour elle...

« Ce n'est pas la chance qui fait un bon chevalier! » Une pensée qui la traversa et sortit de ses lèvres sans qu'elle n'y prenne garde. C'était un compliment à l'égard de Pryam, qu'elle avait trouvé impressionnant -mais sans doute son jugement manquait-il d'impartialité. Elle n'aurait pas du le reprendre mais elle n'aurait pas été Eleyna de laisser passer cela. Elle n'aurait pas été Eleyna si elle n'en avait pas rajouté une couche. « Vous avez vaincu de façon tout à fais honorable contre des adversaires de taille. Il ne faut pas parler de chance, c'est les insulter autant que vous insulter vous-même... » Se mordant la lèvre, elle se traita d'idiote. N'apprenait-elle donc jamais rien? Non, hélas...« Je veux dire vous avez été...Impressionnant. » Elle détourna les yeux, cherchant une occupation qui l'empêcherait de continuer à se comporter comme une idiote et de s'attirer ses foudres une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 19 Juil 2012 - 14:06

La place de demi-finaliste de son frère dans les joutes avait valu à Serena de s’asseoir avec lui à une table spéciale qui faisait converger les regards, lors du banquet le soir au château. Cette fois-ci, plus question de séparer les nobles figures des visages de terre et la jeune femme se détendait déjà en pensant – peut-être à tort – qu’ils ne risquaient plus d’escarmouches ainsi installés sous le nez du maître des lieux. Elle était à peine sur sa chaise que son regard clair se porta sur la table de Lord Arryn, qu’elle n’avait finalement pas eu l’occasion de revoir plus tôt dans la journée malgré sa demande. Presque inconsciemment, elle cherchait ce chevalier si courtois. Malheureusement, il n’était nulle part. Elle eut par contre la joie d'apercevoir cette jeune lady du Bief qu'elle avait rencontré dans une auberge et qui l'avait mise sur la piste de son frère alors qu'elle le cherchait encore. Il fallait absolument qu'elle aille lui annoncer qu'ils s'étaient enfin retrouvés ! Cependant, alors qu'elle allait se lever pour marcher dans sa direction, quelqu'un tira la chaise libre qui se trouvait à sa gauche. Quand elle tourna la tête par réflexe pour voir qui serait son voisin, elle se figea une seconde en voyant qu’il s’agissait justement de l’homme qu’elle espérait revoir. Elle détourna si rapidement la tête pour cacher son léger rougissement qu’elle se fit mal aux cervicales. Pryam, à sa droite, était occupé à discuter avec quelqu’un d’autre mais Serena glissa tout de même sa main sous la sienne. Pas nécessairement pour attirer son attention mais seulement pour nouer un contact physique entre eux. Elle en avait besoin. Ainsi, elle se sentait forte. Alors que son pouce crochetait presque entièrement l’index de son frère, elle fit de nouveau face à Even pour lui sourire doucement. Elle était heureuse que ser Tommard et le Bracken n’aient rien eu le temps de lui faire tout à l’heure. Il était bien malheureux qu’ils s’acharnent sur lui. Quel était leur but d’ailleurs ? Ne s’agissait-il réellement qu’une affaire de vengeance pour avoir été battu ? Ils devaient beaucoup s’ennuyer dans leurs existences s’ils en étaient réduits à déclencher des combats pour les pimenter. Serena n’engageait une bagarre que lorsqu’il s’agissait d’une affaire de survie. Eux semblaient le faire uniquement par jeu.
Caressant distraitement le doigt de son frère, Serena se pencha légèrement vers le Corbray pour lui souffler :

_ Je suis heureuse que vous n’ayez rien, messer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 19 Juil 2012 - 21:25

« Sombre est la mer pour qui s'y aventure dans la nuit des pensées, mais c'est à l'appel du phare que le chemin s'éclaire. Au pied de la tour, tu ne trouveras que des pierres, mais à son sommet tu verras le soleil. »

Tel était la phrase qui tourbillonnait dans son esprit, tel un vent glacial venant du nord au-delà du Mur, rebondissant et frappant les parois de son esprit. Il l’avait retourné dans tous les sens, traduit dans toutes les langues qu’il connaissait, remplacé par des mots aux significations identiques, il l’avait même prononcé à l’envers. Il cherchait un moyen de déchiffrer cette énigme depuis que la sensation de puissance écrasante l’avait quitté. Tout avait été si rapide … la sensation s’était évaporée aussi rapidement qu’elle l’avait frappé. Pourtant elle avait marqué le prêtre, laissant une trace qui ne s’en irait que le jour où le soleil se lèverait à l’ouest et se coucherait à l’est… Il avait eu du mal à se relever dans la tête, autant physiquement que mentalement. On ne balaye pas un passage des dieux comme ça. Lorsqu’il fut capable de se relever, il était seul sous la tente. La vieille Septa s’était volatilisé. Bouleversé, il prit ses affaires et sorti. Il lui fallut encore plusieurs minutes pour se remettre mentalement du choc et commencé à réfléchir aux paroles du Guerrier. Il marcha un moment à travers le camps avant de se rappeler qu’au repas du soir qui n’aurait su tarder, moult personnalités seraient susceptible de l’aider.

Se présentant finalement aux portes de la salle, il fit mine de s’appuyer sur son bâton en prétextant une blessure de la veille pour pouvoir rentrer avec dans la salle. Elle avait beau être vaste et haut de plafond, la foule lui donnait un sentiment d’oppression et de mal-être. Il n’en laissa pourtant rien voir et s’avança sans oublier de s’appuyer pour continuer de feinter la garde. Il aperçut de loin la belle dornienne qui l’avait accompagné jusque-là, assise à côté des mêmes personnes qui l’avaient accompagné durant la journée. Il voulait lui parler de cette vision et de cette énigme qui le tiraillait, aussi commença-t-il à traverser la grande salle dans sa direction lorsqu’un inconnu ronchon le bouscula. Il se retourna alors pour voir le visage de l’irrespectueux, mais le visage qu’il aperçut fut celui d’Otho Bracken. Il tourna alors les talons et se dirigea vers le chevalier maudit. Les dieux avaient-ils aussi exaucés ses prières ? Il fallait rester néanmoins prudent, Oteh n’oubliait pas où il était, une salle pleine de nobles et de gardes… sans oublier les chevaliers.

Il vint alors à la rencontre d’Otho et lui dit d’abord en toute politesse :

« Ser Bracken … vous souvenez vous de moi ? »

Ils se jaugèrent un instant du regard, puis il se rapprocha de l’oreille de l’homme pour y murmurer à l’abri des oreilles indiscrètes :

« Vous avez eu la chance hier que je ne puisse m’occuper de vous et de vos amis. Alors pour ce soir je vous conseille de rester dans votre coin et de ne point chercher querelle, sinon croyez moi vous le regretterez. Dix hommes comme vous ne valent pas un guerrier d’Essos ! »

Puis Oteh recula son visage, jaugeant la réaction de son ennemi. S’il ne comptait pas réagir, ce qu’Oteh prévoyait vu la situation, il comptait retourner vaquer à ses occupations, chercher des réponses notamment. Mais dans la perspective où L’Illustre imbécile comptait bien se venger de ces paroles, le prêtre serait prêt à le recevoir …
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Jeu 19 Juil 2012 - 21:42

La première journée de l’événement s’achevait, on et l’on attaquait le second soir. La première partie du tournoi était passée et avait désigné quatre braves chevaliers. Le Val d’Arryn se distinguait tout particulièrement, puisque Lord Jasper Arryn, le Seigneur des Eyrié, Ser Pryam du Val, qu’accompagnait Ewald en tant qu’écuyer, ainsi que Ser Even Corbray, en étaient tous originaires. Ser John le Violoniste complétait le quatuor qui en découdrait de nouveau le lendemain. Le Conflans aurait probablement mérité de disposer de plus de représentants, mais le sort avait voulu que la courtoisie prenne le pas : c’étaient donc les invités qui se trouvaient à l’honneur. Mais les joutes avaient été un agréable spectacle, et tout le monde semblait ravi. Ou du moins, ceux qui ne l’étaient pas ne le montraient pas.

Pour ce dîner, la disposition de la grande salle avait été modifiée. Cette fois, les chevaliers et les roturiers avaient reçu la permission d’y prendre place. Lord Ryman avait été installé un peu plus loin de Lord Ambrose que la veille, mais il restait aux côtés de son suzerain. Lord Edwyn s’était montré digne de son rang, et avait su faire bonne figure. D’ailleurs, le petit seigneur tâcha de poursuivre sur sa lancée, puisque ce fut lui qui donna le ton, en entamant la conversation. Rien de bien original, bien sûr, mais parler de ce qui se passait restait une valeur sûre.

« Je ne saurais faire un pronostic sans que mes prévisions n’échouent lamentablement… Lord Jasper Arryn s’est montré particulièrement performant, disons que je ne serais pas surpris s’il venait à l’emporter. J’ai cependant un petit penchant pour Ser Pryam. Et, vous savez, avoir du succès auprès de la gente féminine n’a jamais assuré la victoire à qui que ce soit… au moins peut-il espérer un succès avec l’une d’entre elles, quoi qu’il arrive… »

La dernière remarque pouvait être… comprise sous plusieurs points de vue. Edwyn ne saisirait probablement que l’allusion la plus légère. Il était encore un peu jeune pour se faire des idées… Il suffisait de la voir avec la petite Maeve pour en être persuadé. Lord Beurpuits également fut interrogé sur le sujet. Après sa réponse, Ryman s’adressa à son tour au maître des lieux, suffisamment fort pour être entendu de lui, et aussi de quelques autres :

« Quel que soit le chevalier qui l’emportera, il sera le plus chanceux de Westeros. Le prix mis en jeu est d’une telle rareté… D’ailleurs, à quel moment comptez-vous l’exhiber ici, cher beau-frère ? »

Le sujet était mis sur la table. Et l’emploi du qualificatif familial, volontaire, était une petite touche affective, une sorte d’atout mis en avant pour éviter tout retournement fâcheux. Une promesse était une promesse, non ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Sam 21 Juil 2012 - 13:22

J'avais fait la connaissance d'Asafa Ferboys, le cousin d'Edarra, alors que les joutes prenaient fin. Les épreuves avaient démarqué les chevaliers favoris pour gagner la récompense, l’œuf de dragon, qui normalement serait présenté à l'assemblée ce soir-là. Nous fûmes conviés à rejoindre le château pour nous restaurer. La grande salle avait été aménagée de telle sorte à pouvoir accueillir une foule plus importante que la veille. Les roturiers et chevaliers, que je n'avais pas eu l'occasion de côtoyer lors du précédent repas, étaient présents. J'aperçus des visages familiers dont celui de Pryam et de notre mystérieux chevalier-musicien. Mais je n'eus guère l'opportunité de lui parler avant de m'installer, cependant il avait pris place à la table destinés aux gagnants du jour, je ne serai pas obligé de le chercher partout. Pour ma part, je me trouvais aux côtés d'Asafa, discutant avec lui. Le dornien était d'humeur joviale et d'agréable compagnie, comme je le découvrais au fil des heures. Quant à Edarra elle se faisait discrète, peut-être pour éviter de rappeler l'esclandre de la veille.

J'observais quelques instants la salle, repérant Alysanne en compagnie de deux jeunes ladies. Je n'oubliai pas l'avoir sollicitée pour m'accompagner lorsqu'il me serait possible de parler avec John. En attendant je conversai volontiers avec mon interlocuteur du moment. Il se montrait intéressé par tout ce qui concernait Salvemer et le Conflans. Je pouvais parfaitement comprendre cette curiosité, nombre de lieux séparaient nos deux régions aux cultures si différentes.

- Oui, Salvemer a subi une grosse attaque fer-né dernièrement, enfin elle fut moins importante que celle fomentée à l'encontre de Port-Lannis, et heureusement nous avons réussi à les repousser sans dénombrer trop de pertes dans nos rangs. Des aides extérieures furent les bienvenues, le destin voulut leur présence au moment idéal. Je souris au jeune homme. Etant l'un des plus proches voisins des Greyjoy et de leurs acolytes, nos côtes offrent une cible tentante pour les raids, des petits surviennent régulièrement mais pour l'heure, ils se tournent vers d'autres horizons nous permettant de recouvrer nos forces.

Je fis une pause pour boire une gorgée de vin et piocher quelques mets parmi les plats présents sur la table. Mon estomac me rappelait que je n'avais fait que grignoter pendant les épreuves, donc je croquai dans un légume frit avant de reprendre la parole.

- Un certain nombre de personnes se méfie de l'inconnu et préfère s'intéresser à ce qui les rassurent, aux choses connues, déclarai-je en écho de la remarque de mon voisin. Messire Asafa, parlez-moi un peu de Dorne s'il vous plaît. Je ne me suis jamais rendue aussi loin dans le Sud et on entend beaucoup de rumeurs concernant les dorniens.

Rattachée récemment aux Sept Couronnes, Dorne était un peu comme le Nord, suivant leurs propres préceptes, comme le démontrait la possibilité d'accès aux pouvoirs des femmes. Inconcevable dans nos régions. Je ne pus obtenir de réponse car nous fûmes interrompu par deux homme à l'allure belliqueuse. Ils interpellèrent le dornien qui s'excusa auprès de moi. Je posai mon regard sur eux. Leurs propos sous-entendaient qu'Asafa leur avait porté préjudice, je n'avais aucune idée de ce qui s'était passé, apparemment une simple blague, mais ce qui me fit tiquer fut la menace proférée à l'encontre d'une amie du jeune noble. Venant de deux chevaliers, ce genre d'argument de pression était inacceptable. Il dévoilait un manque d'honneur flagrant. S'en prendre à une tierce personne, une femme qui plus est. Un homme aurait réglé cela directement avec le fauteur de trouble.

- Comme le souligne mon ami, il est très mal venu de proférer des menaces à l'encontre d'une jeune femme sous le tout de notre hôte, et surtout en présence de témoins.

Je parlai d'une voix calme mais teintée de mécontentement. J'avais usé du terme ami pour faire comprendre aux deux intrus qu'il faudra composer avec moi également. J'étais du même avis qu'Asafa, il avait parfaitement exposé la situation, d'une en mentionnant subtilement mon identité, et de deux en informant nos deux convives des conséquences pouvant découler de leurs comportement. Je ne savais si mon nom pèserait dans la balance, par contre j'attendais de voir quelles seraient leur réaction et la décision de mon voisin.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 21 Juil 2012 - 13:48

Décidément, plus les jours passaient, plus Kerigan détestait avec toujours davantage de véhémence la sœur de lady Alysanne, lady Tierle. De par sa faute, ils s’étaient retrouvés ici à Murs-Blancs. Le garde du corps n’avait guère bien vécu la soirée précédente. Qui pouvait bien vivre le fait d’être attaqué gratuitement ? Cela n’avait plus aucun sens. D’autant plus que les gardes de Lord Ambrose avaient décidé de laisser les roturiers face à leurs problèmes et de se terrer avec les nobliaux festoyant allègrement dans la salle principale du château. Et le lendemain, tout continuait comme s’il ne s’était rien passé. Cela suffisait presque à couper l’appétit du natif de l’Orage. Face à son écuelle, il sentait sa gorge nouée sous une colère démentielle bien contenue. Par ailleurs, il n’avait même pas pu profiter de la situation et terrasser du chevalier au grand jour sur la monture de ser Hugo. Son égo en avait pris un sacré coup et le fait de se remémorer sa chute de cheval suffisait à occulter le combat qui s’était transformé en passage à tabac pour Ser Quenneny. La blessure n’était certainement pas physique même si l’épaule du garde du corps arborait un hématome après avoir été frappé par l’arme contondante du chevalier qui n’était qu’un illustre inconnu jusqu’alors. Non, sa fierté avait été mise à l’épreuve, écorchée par une caste qu’il détestait assurément à Westeros.

La viande se faisait dure et indigeste. Son estomac semblait ne plus éprouver la moindre sensation d’appétit. Et tout autour de lui, les invités continuaient de festoyer. Il n’y avait plus que la boisson pour noyer son malaise. D’ailleurs, sa seule préoccupation se résumait à la choppe qui se tenait devant lui sur la table et surtout à la quantité de vin qu’elle contenait. Bien sûr, il ne comptait pas se mettre dans un état pitoyable pour autant. Mais, consommer autant de vinasse finirait forcément par se faire sentir. Son esprit aurait la fausse impression de se sentir plus léger et moins touché par les évènements de ces derniers jours. Par ailleurs, il n’ignorait pas non plus qu’Alysanne finirait par le croiser ici même si il se terrait à sa table dans un coin de la pièce. Et il n’eut pas besoin de réfléchir consciencieusement pour se douter qu’elle n’avait certainement pas apprécié sa participation au tournoi d’autant plus qu’il n’avait pas demandé sa permission. Mais, lui aurait-elle permis de jouter ? Il connaissait déjà la réponse…

Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Sam 21 Juil 2012 - 15:52



Intervention partielle !
Seuls les gens ayant posté une fois ont été relancé !

         Sous les blasons des deux nobles maisons du Conflans, les domestiques de Murs-Blancs circulaient entre les tables avec des chopes de bière, des pichets de vin, des plats de viande en sauce, des soupes de légumes, des galettes de blé, des légumes fris, des pièces de viande rôtie et toutes sortes d’autres mets plaisant au goût et à l’odeur. Quelques jongleurs tentaient tant bien que mal de démontrer leurs talents alors que des musiciens égayaient les rares convives pouvant les entendre d’airs connus de tous.

         Lord Beurpuits étant visiblement occupé par d’autres pensées qui l’accaparaient, le jeune lord de la maison Tully se tourna vers son vassal de voisin, le seigneur des Jumeaux, afin de le questionner sur le déroulement du tournoi. Intrigué par les exploits des chevaliers qualifiés, le petit garçon espérait en effet que lord Ryman pourrait lui offrir davantage d’explications sur l’issue que pourrait connaitre l’événement ! Ce dernier indiqua donc ne pas trop savoir qui l’emporterait, tout en marquant sa préférence pour ser Pryam du Val. Interrogé au passage, lord Beurpuits réfléchit un moment avant de parler. « Il est très difficile de désigner un vainqueur. Il suffit qu’un cheval se blesse ce soir ou qu’une pièce d’armure disparaisse pour que tout soit chamboulé. Le jeune lord du Val est certes impressionnant, mais il est jeune et frais. Les deux autres me semblent trop peu habitués à ce genre d’événement… Il me semblerait donc que le plus apte à l’emporter soit ser John. » La nouvelle question de lord Ryman tira alors un sourire au maître des lieux. « Vous me semblez bien impatient, lord Ryman. Je vous l’ai promis et vous le verrez, avant même que le dessert ne soit servi ! Vous l’avez dit, le prix est d’une telle rareté… Il faut donc largement ménager le moment où le dévoiler, non ? Ce serait un tel gâchis de le faire à la va-vite… N’êtes-vous pas d’accord ? »

         Un peu plus loin, après s’être brièvement excusé auprès de la ménestrelle qui était attablée avec eux, ser Pryam eut le plaisir de voir apparaitre son adversaire de la journée, répondant positivement à la demande de l’homme qui souhaitait s’installer avec eux. Mentionnant la chance qu’il avait eu à vaincre, le chevalier Valois permit à un sourire de s’afficher sur le visage barbu de l’homme du Bief, sourire qui s’agrandit encore aux propos de la chanteuse assise à leurs côtés. « La jeune dame a raison, la chance n’est pas tout, messer. Cela fait sans doute quelques temps que j’aurais du arrêter de jouter, mais je ne peux m’y résoudre alors je continue. Mais à mon âge, ce n’est certainement plus raisonnable. Les Sept m’en soient témoins, j’ai déjà eu beaucoup de chance moi-même aujourd’hui en restant sur mon cheval ! » Eclatant alors de rire, il interpella une servante pour lui demander d’apporter un pichet d’un meilleur vin, pichet qui ne tarda pas à arriver sur la table. Servant les coupes, il invita ser Pryam et la ménestrelle à boire, son regard se portant alors sur l’autre dame de la table. « Votre amie, messer ? » Après tout, elle lui tenait la main…

         Rejoignant son grand frère finaliste du tournoi, lady Maeve ne put s’empêcher de reconnaitre l’homme installé à la même table qu’eux, ser John le Violoniste. S’adressant à lui, elle lui fit part de ses découvertes de la journée, mentionnant la présence d’admiratrices parmi les dames du public. Lord Jasper lui-même enchaîna en expliquant au chevalier qu’il craignait presque d’avoir à l’affronter le lendemain. Portant le regard sur lady Maeve, le jeune et élégant chevalier afficha donc un sourire ravi. « Ma dame m’honore par ses propos, mais je ne fais qu’essayer de mon montrer digne de mon titre. » Puis, détournant les yeux vers le suzerain du Val. « Messire, vos exploits de la journée n’ont guère à rougir devant les miens et je reste moi-même incertain de mes aptitudes face à un chevalier tel que vous. Il semblerait que les Sept se plaisent à vous bénir et c’est là quelque chose de mérité. Toutefois, je me réjouis aussi de vous affronter, n’en déplaise aux autres concurrents. » En effet, ser Pryam et ser Even n’étaient peut-être pas non plus des faux-chevaliers, mais ser John avait découvert un écho en lord Jasper et c’était donc avec le plus grand plaisir qu’il allait l’affronter le lendemain.

         Si lady Edarra Ferboys avait décidé de se montrer bien plus calme que la veille, son cousin profitait quant à lui de l’instant présent, discutant agréablement avec lady Rivanon Mallister, du moins jusqu’à ce qu’ils ne soient interrompu par les deux chevaliers. L’un des chevaliers prit donc la parole. « Personne n’a été menacé, m’dame. Mais les accidents, ça arrive vite dans un tournoi. » Il sourit un temps, laissant son compère enchainer en s’adressant à Asafa. « J’savais pas qu’les Dorniens faisaient des bons bouffons, mais t’es doué pourtant. » Souriant à pleines dents, le premier chevalier reprit la suite. « T’parles d’impolitesse après c’que vous avez fait hier soir ? Tu t’moques de qui, mon gars ? J’suis sûr qu’en effet, l’lord aimerait bien savoir comment qu’vous vous comportez chez votre hôte. Mais c’est pas l’moment d’l’ennuyer avec ces histoires. Pis on n’est pas des sauvages nous, on va pas faire l’grabuge ici. Mais t’as intérêt à bien surveiller tes arrières, toi. » Observant un instant lady Rivanon, le chevalier la salua avant de repartir, pendant que son compagnon ajoutait une petite phrase. « Ma Dame, vous d’vriez mieux choisir vos amis... Il parait qu’les sauvages plantent leur lance un peu partout ces derniers temps… » Des propos inappropriés en tel lieu et face à une dame ? Sans doute que oui, mais être chevalier ne signifiait pas avoir de l’éducation. Bien au contraire, quand on voyait les spécimens présents à Murs-Blancs.

         Profitant plus que largement du festin qui était offert, le reitre Owayn hésita un instant à répondre à son interlocuteur avant de finalement prendre la parole malgré tout. Il expliqua ainsi aimer l’or et surtout, être spécialisé dans les boulots qui rapportaient. Or voilà, c’était justement ça que recherchait ser Uthor. Après avoir essuyé les refus de plusieurs petits frileux au cours de la journée, il espérait bien tomber sur un type avec un peu moins d’honneur et bien davantage de jugeote ! « Ben vl’a l’affaire. T’as l’air du genre à savoir te défendre, nan ? C’est d’jà bien, ça. Est-ce que tu sais t’nir sur un ch’val, gars ou t’as jamais vu un canasson ? Si t’sais pas, ben tant pis, mais sinon, j’peux p’tet te proposer un truc ! » Le reitre allait-il poursuivre sur cette voie ou pas ? Après tout, ser Uthor avait plutôt brillé lors des joutes mais il ne l’avait peut-être pas vu lui-même, trop occupé à rechercher d’étranges indices…

         Négligeant la bousculade de ser Glendon Flowers qui avait continué son chemin sans rien remarquer, Oteh Byris se dirigea vers un autre chevalier dont il avait fait la connaissance la veille. Savait-il seulement à qui il parlait ? C’était difficile à dire, mais il risquait fort de perdre quelques dents, voire la vie, s’il continuait ainsi. Il eut toutefois la chance que la Brute de Bracken soit de bonne humeur – ce qui ne présageait évidemment rien de bon – et qu’elle ne fasse que le remettre à sa place. « Si j’me souviens d’toi, le pouilleux ? Je devrais ? » Alors que ser Otho détournait le regard vers la table d’honneur, ce fut un autre chevalier portant le blason des Bracken présent à ses côtés qui continua. « Mon gars, ser Otho est le futur lord de Haye-Pierre, alors si tu veux pas d’ennuis, tu d’vrais retourner avec les autres, là-bas. Sinon, tu pourras être content s’il te restera quelques dents pour manger d’la purée de pois. Lord Beurpuits a été très clair à ce sujet. » Détournant lui aussi le regard du prêtre, il constata ledit lord les observait visiblement. Au moindre souci, le prêtre Oteh finirait dans de sales draps…

         Un peu plus loin, aux tables des roturiers, les deux écuyers attendaient toujours la réponse de Maël, fébriles. De son côté, Lyra accueillit avec plaisir la venue des nouveaux parents qu’elle avait aidé la veille au soir. Les choses s’étaient vraiment déroulées d’une manière qu’elle n’avait pas pu imaginer avant de les vivre alors il devait être très étrange de revoir encore et encore ce drôle de couple. S’installant, Meera répondit finalement à la question posée par la jeune Dornienne. « La journée s’passe vraiment bien ! On a d’la chance d’avoir d’quoi manger, en plus. Ca s’ra p’tet pas comme ça tout le temps, v’savez… » Et à son époux de rajouter. « Les temps sont durs, en s’moment. » Comme pour en faire la preuve, un drôle de reitre attablé non loin de là tirait une tête comme s’il venait d’enterrer son épouse… Pourtant, ce n’était pas le cas, mais quelque chose devait le turlupiner, son attitude tranchant grandement avec la joie de Meera et Pip. De plus, Lyra l’avait déjà rencontré par le passé, avant de le revoir la veille au soir… Allait-elle tenter de lui redonner le sourire ?

    - Je vous laisse répondre selon vos envies ! Notez que seuls les gens ayant postés ont été relancé. Une relance globale concernant tous les joueurs aura lieu en début de semaine prochaine. D’ici là, à vos claviers !

    - Certains d'entre vous ont reçu des blessures au cours de la soirée de la veille, n'oubliez pas d'en tenir compte. Lady Coeurdepierre et la Corneille n'oublient jamais rien.
    - Rappelez vous que la lecture des règles est obligatoire.
    - Les interactions avec les PNJ seront nombreuses, merci de laisser au MJ le soin de les mener à bien !
    - Il fait nuit, l'air est frais. Suite aux événements de la veille, les gardes de Murs-Blancs circulent dans tout le château et dans la cour. Il est donc très difficile de circuler librement et absolument impossible de se déplacer discrètement. Vous ne pouvez actuellement pas quitter la Grande Salle.
Revenir en haut Aller en bas
Artisan
avatar

Maël
Artisan

Général
« Tailleur Dornien,
en service dans le Bief »

♦ Missives : 501
♦ Missives Aventure : 46
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 25/02/1992
♦ Arrivée à Westeros : 02/02/2012
♦ Célébrité : Jared Leto
♦ Copyright : Cami-Ali
♦ Doublons : Shaïra Seastar, Gabriel, Velanna Vance
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Le Bief
♦ Liens Utiles :
~ Fiche ~
~ Les Tissages ~
~ Aptitudes et Succès ~

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
273/500  (273/500)


Message Sam 21 Juil 2012 - 17:28

La belle Lyra à son bras le jeune tailleur irradiait de félicité et rien en Westeros n’aurait été capable de l’arracher à cet état de plein exaucement. Plus que le déroulement des joutes – pourtant passionnant – c’est le sourire de la dornienne et l’échange qu’ils avaient eu qui firent de cette journée bien particulière l’une des plus belles et prometteuses de son existence toute entière. Le soir venu le petit couple s’était attablé dans la Grande Salle et Maël ne songeait déjà plus aux évènements de la veille qui avaient secoué la Cour du Château, seuls comptaient les jolies choses : ses retrouvailles avec sa meilleure amie d’enfance et la naissance de la première enfant de Meera et Pip, voilà des prétextes admirables pour se réjouir et festoyer sans compter ! Ce qu’il fit avec une risette comblée sur les lippes, servant à boire et manger pour Lyra et lui-même.

La douce quiétude qui enveloppait leur table fut bientôt bousculée par l’arrivée de deux écuyers que Maël avait presque oublié et qui s’installèrent à leur table sans plus de commisération, retentant leur chance auprès du tailleur. Ce dernier leur adressa un sourire, il ne s’ombragerait pas pour si peu. Sans le dire il avait malgré tout pensé à leur proposition : il n’était pas joueur dans l’âme, pourtant il devait bien avouer que la Mère Rivière avait béni sa venue dans le Conflans… S’il devait miser un jour, c’était aujourd’hui ou jamais. Le problème étant qu’il n’avait pas les poches pleines et qu’il se refusait à prendre l’argent de Lyra si généreusement proposé. « C’est gentil princesse, mais je ne veux pas te forcer la main. Si tu veux parier quand même, il faut choisir ton champion. » Il posa ses lèvres sur son front puis tourna de nouveau la tête vers les quidams. Ses doigts se glissèrent dans la bourse accrochée à sa ceinture et bientôt, un tintement se fit… Il fronça les sourcils et en extirpa cinq liards. La surprise traversa son visage avant qu’il ne se souvienne : c’était ce que lui avait offert l’adorable Pip en remerciement. C’était un signe, quoi d’autre ? En douceur, il déposa les pièces devant les écuyers et y adjoint deux cerfs d’argent de sa fortune personnelle.

    « Ce n’est pas grand-chose, mais elles ont beaucoup de valeur. Il guigna le gentil couple qui s’entretenait avec Lyra puis reporta son attention sur les parieurs. Je mise le tout sur Ser Pryam. »

Il n’avait pas hésité une seule seconde pour choisir son favori. Il connaissait également de nom du seigneur des Eyrié, Jasper Arryn, tandis que les deux autres jouteurs lui étaient inconnus. Toutefois, c’était le blond Valois qu’il avait rencontré et qui s’était montré courtois et agréable avec lui qui remportait sans mal sa préférence. Ce n’était pas un choix calculé, ni proportionné, mais un choix de cœur. Il avait eu la chance de le voir sortir vainqueur contre Addam Frey puis Bufort Bulwer et il espérait sincèrement qu’il serait l’heureux gagnant de l’œuf de dragon. Il entendit alors les paroles de Meera et Pip et se promit de leur offrir une part de ses gains si la chance souriait au chevalier du Val.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 22 Juil 2012 - 9:07

Sous la lame acéré de son regard sévère, un fin sourire se dessina sur les lèvres du prêtre à la réponse de la brute :

« Ca ne m’étonne guère, non seulement vous ne tenez pas l’alcool mais en plus vous devez plus vous souvenir de vos réussites que de vos échecs. »

Puis ce fut un autre chevalier à ses cotés venant visiblement de la même maison qui intercéda à la place du misérable. Oteh lui adressa un regard méprisant, le jaugeant des pieds à la tête, puis ne voulant pas perdre son temps avec un autre chevalier à la morale douteuse. Il décida juste de l’ignorer et se tourna de nouveau vers Otho.

« Mais rassurez vous, la prochaine fois je ferais en sorte que vous vous en rappeliez. »

Ainsi parla l’élu du Guerrier. Il tourna les talons en n’oubliant pas de s’aider de son baton et s’éloigna. Il s’arrêta au milieu de la foule et posa son regard sur les environs, les senteurs fortes des mets cuisinés grossièrement vinrent attiser un peu plus son appétit. Cependant l’énigme qui résonnait encore lui en affamait sa curiosité. Son regard trouva les silhouettes de Lyra et de son ami ainsi que la famille qu’il avait aidé la veille. Il voyait le dornien traité avec deux hommes parés en écuyer, et espérait qu’il savait ce qu’il faisait. Bientôt il devrait se séparer de celle qui avait pris soin de lui et qui avait finalement fait en sorte qu’il soit là ce soir. Il devait beaucoup à Lyra et ne manquerait pas de le lui dire. Avant ça, il fallait qu’il éclaircisse son épreuve. En y réfléchissant bien, Oteh avait l’impression d’être passé à côté de quelque chose. Il avait pensé à beaucoup de chose pour essayer de comprendre les paroles divines, mais il avait la sensation terrible que la réponse était juste là, sous ses yeux. Son regard se baissa et se posa finalement sur le ruban qui entourait son poignet, une pensée pour la chanteuse de la veille accapara alors son esprit. Parviendrait-il à retrouver la dame à qui il appartenait avant de partir ? Il releva les yeux et les posa sur les blasons visibles, essayant de se rappeler les cours de jadis quand il n’était qu’un Gamin. Mais tout ça était si loin, et il avait fait bien des choses depuis. Des choses que le plus aviné des rustres présent ne pourrait imaginer. C’était comme avoir vécu mille vies bien remplies. Tout cela dépassaient de loin les vies… pauvres de ces nobles, de ces roturiers, de ces chevaliers … Mais il y a bien une chose qui pourrait égayer de nouveau le cœur aventurier du prêtre, mais une chose impossible, il était né trop tard pour cela. Trois cents ans trop tard…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 22 Juil 2012 - 12:13



     Le roturier déglutit, faisant passer une bonne poignée de patates de sa bouche à son estomac, où elles allèrent s'entasser sur le reste du festin déjà passé par les dents d'Owayn. Ceci fait, il considéra la proposition du chevalier ; l'autre était un jouteur, et il avait eu le temps d'assister à ses passes avant que son attention ne soit attirée par l'autre affaire. Et d'après ses souvenirs, il avait été d'une efficacité redoutable, étalant son adversaire en un rien de temps. Que pouvait-il donc bien lui vouloir ? Enfin, tant qu'il y avait de l'or à la clé, il n'allait pas être trop regardant : on avait toujours besoin de quelques sols en poche.
     Seulement il avait un petit souci ; il ne savait pas monter. Disons qu'il avait déjà vu des chevaux, mais qu'il s'agissait plus des bêtes de trait tirant une charrue que des étalons sur lesquels montaient les dames, ou des solides bêtes portant chevalier en armes. Bien sûr, s'il avouait ceci, il était sûr de voir le travail lui passer sous le nez. En même temps, s'il mentait ouvertement, l'autre s'en rendrait immédiatement compte dès lors qu'il aurait posé son derrière sur la selle d'un cheval. Il allait lui falloir ruser s'il ne voulait pas s'attirer des ennuis.

     Il passa ce coup-ci son tour sur un plat qui passait par ici, occupé qu'il était à retourner la situation dans son esprit. Finalement, il trouva une formulation qui devrait convenir. Il ne s'agissait pas tout à fait de la vérité, mais pas d'un mensonge éhonté non plus. Il se pencha en avant, au dessus de la table, afin d'éviter que tout le monde présent entende ses paroles. Dans son œil brillait l'éclat de la cupidité ; et travailler pour un chevalier était sans doute le meilleur moyen de commencer à se faire un nom. À moins que cela ait à voir avec ce qui s'était passé la veille ? Son interlocuteur faisait-il partie des chevaliers qui avaient tabassé la foule ? Peut-être ne s'agissait-il que d'un piège tendu par ser Galtry pour obtenir sa revanche... Il verrait bien.
     ▬ Bah moi, si j'suis payé comptant, j'vous ch'vaucherai un dragon, pas d'doutes ! Ce s'rait quoi votre affaire ?
     Cela avait une chance de marcher ; il espérait juste qu'il ne mettait pas les pieds dans quelque chose de pire que ce qu'il avait déjà vu. L'appât du gain était trop fort pour laisser passer une occasion comme celle-ci ; surtout que l'autre était chevalier, et il ne devait pas manquer d'argent pour payer le reître.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Corwin Rogers
Chevalier

Général
Chevalier de la maison Rogers.



"Tel le vent, semer la graine aux quatre coins de Westeros"

♦ Missives : 506
♦ Missives Aventure : 95
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 15/05/2012
♦ Célébrité : Richard Armitage
♦ Copyright : Lapy
♦ Doublons : Even Corbray, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : Elen Rogers, née Horpe
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
453/500  (453/500)


Message Dim 22 Juil 2012 - 14:42

Corwin était d'assez mauvaise humeur, le genre d'état d'esprit qui ne l'avait pas quitté de toute la journée. Même les quelques prostituées qu'il avait trouvées aux abords du camp et emmenées dans sa tente pour s'amuser un peu n'avaient pas réussi à lui faire oublier sa rage et l'humiliation qu'il avait subie. Alors être attablé dans une salle avec une vue imprenable sur ces roquets de Frey qui se pavanaient parce qu'une des leurs allait simplement se faire engrosser par un lord abruti, voilà qui n'était pas pour adoucir son humeur. Il avait manqué d'assassiner une servante avec des mots désagréables quand elle était simplement venue le servir en renversant à peine quelques gouttes de vin... mais il avait jugé peu après que ce n'avait pas été très malin de sa part, car avec quelques efforts, il aurait sans doute pu la convaincre de sortir avec lui dans un couloir pour qu'il puisse la trousser. Ce n'était pas une gravure de beauté, mais c'était une gueuse après tout, potable pour se défouler l'aine, pas plus mauvaise qu'une autre, et parvenu à un certain point, un con en valait un autre. Cela n'avait contribué qu'à le renfrogner davantage, et il se saisit d'un fruit dans un plat, qu'il entreprit de broyer entre ses doigts en s'imaginant que c'était la tête du gringalet de Frey qui lui avait fait vider ses étriers.
Son regard assassin se posa sur la mariée, et il eut un rictus en songeant que le plus drôle serait sans doute de réussir à voler son pucelage à son andouille d'époux. Rien que pour voir la tête de ces corniauds aux deux tous, quand on leur annoncerait que l'épousée n'était pas aussi innocente qu'on pouvait le faire croire... Mais malheureusement, cela semblait impossible au vu de la situation. Dans un autre contexte, et dans d'autres circonstances, pourquoi pas...

Il se contenta donc de continuer à ruminer sa vengeance inassouvie et sa haine grondante, tout en mangeant un peu et en buvant un peu plus. Au moins était-il attablé avec des gens de haute naissance et non pas avec des roturiers, c'était toujours ça ! Quand il voyait l'air niais des chevaliers du Val encore en lice, avec leur fausse modestie et leurs grandes valeurs, il ne pouvait s'empêcher de rire jaune. Encore un peu, et il les aurait pris pour des jouvenceaux farcis de contes comme on n'en trouvait qu'au Bief ! Les Bieffois détenaient vraiment le prix des plus grands idiots naïfs qu'on pouvait trouver dans tout Westeros... Mais pour cette fois, il en avait bien plus après les responsables de sa chute de cheval qu'après ceux qui n'avaient pas participé à son humiliation. Il se contentait donc de les mépriser et de les jalouser, pour être encore dans la course alors que lui, bien meilleur chevalier qu'eux, avait été le jouet d'une moquerie des Sept. Une raison supplémentaire de ne pas devenir dévot...


Nulles ténèbres pour le cœur valeureux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 22 Juil 2012 - 17:31

     Les pronostics de lord Ryman, ainsi que ceux de lord Ambrose, firent forte impression sur l'esprit du jeune Edwyn toujours très réceptifs aux paroles pleines de sens et de vision de ses aînés. Il ne les buvait pas comme si elles étaient extraites du L'Étoile à sept branches, mais il les considérait avec grande attention et grand intérêt. Entendre, écouter, analyser et assimiler lui profitait et quand bien même il ne pouvait comprendre le sens de ces mots si compliqués, il en accomplissait les processus naturellement et spontanément, avec toute la fraîcheur de son jeune âge. Quant à l'oeuf de dragon, Edwyn se retenait d'assaillir et d'accabler encore son vassal Beurpuits des trop nombreuses questions qu'il gardait au fond de lui. Sa curiosité était en éveil depuis qu'il était arrivé à Murs-Blancs et elle ne se tairait sans doute qu'une fois l'événement terminé. Mais s'il y avait une véritable tempête d'enthousiasme sous son crâne, celle-ci ne franchirait point la barrière de ses lèvres qui demeureraient closes à tous ces tourbillons d'enfantine espièglerie. Jetant un coup d’œil du côté de sa mère, il remarqua que celle-ci s'était drapée sous un voile de gentillesse et qu'elle discutait allègrement avec sa voisine de table tout en croquant à pleines dents dans une tranche de pain arrosé de la sauce déglutit par un plat de viande.

      – D'accord... je comprends ! C'est dommage qu'il n'y ait pas davantage de chevaliers du Conflans qui aient participé à ce tournoi, l'un d'eux aurait peut-être pu aller jusqu'en finale... et remporter l’œuf ! Si j'avais été plus âgé...

     S'il avait eu l'âge requis pour cela, il aurait très certainement concouru pour le tournoi dans l'espoir de remporter l’œuf pour l'exposer dans le grand hall de Vivesaigues à la vue de tous, afin que tous se souviennent du grand jour où lord Edwyn Tully s'est honoré lors d'un tournoi. Malheureusement, il n'était qu'un petit garçon et ne pouvait rien faire d'autre que de regarder les autres plus âgés qui se couvraient de gloire sur les lices. Edwyn se saisit d'une cuisse de volaille et porta la tendre chair cuite de l'animal à sa bouche pour y croquer un bon morceau qu'il mâcha avec délectation avant de l'avaler sans bouder son plaisir. La nourriture était bonne à table et il n'allait pas se priver de bien manger. Il se redressa sur son siège avant de tourner la tête vers l'arrière, espérant trouver un domestique ou quelqu'un qui pourrait se charger d'une commission pour lui. S'il ne trouvait personne, il s'en chargerait lui-même !

      – Quelqu'un pourrait aller dire à lady Rivanon Mallister que j'aimerais parler avec elle au cours de la soirée ? C'est très important...
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Dim 22 Juil 2012 - 18:58

Qu'il était regrettable qu'une si douce compagnie que celle de Lady Rivanon fusse troublée par la présence de ces deux rustres, songea le Dornien. Dodelinant de la tête pour signifier l'ennui profond le frappa, la cause étant bien entendu ces deux chevaliers bien mal élevé, avant de se
réarmer de son sempiternel sourire.

- Attendez, restez donc un instant, mes amis... Votre compagnie nous est... Agréable...

Tournant la tête un instant vers la belle noble aux boucles blondes, il lui adressa un clin d’œil complice, comme pour l'inviter à le suivre dans son jeu de dupes auquel il se préparait. Alors que les deux chevaliers avaient fait volte-face pour se retrouver de nouveau proche du duo, il se pencha pour s'approcher de la douce Mallister, il souffla dans un murmure.

- Entrez dans mon jeu...

Puis, il se saisit d'une coupe de vin et se leva pour toiser les deux hommes de toute sa haute stature de militaire Dornien, s'approchant d'eux dans un sourire.

- Mes bons amis, vous allez assister à de la grande bouffonnerie Dornienne.

Il posa sa main l'épaule d'un des chevaliers et... S'envoya brusquement le contenu de son vin sur les vêtements, reculant d'un bond comme s'il tentait d'éviter l'inéluctable, renversant au passage sa chaise dans un fracas. Sa cousine, dans une mine dépitée par les pitreries de son cousin, mais qui n'avait pas loupée une miette de son numéro, soupira.

Avec une amplitude presque théâtrale mais d'un naturel et d'une spontanéité bluffante, le Salé se mit à râler, observant avec dépit l'état de sa tunique, couverte de vin alors que les regards de la salle se portait sur lui. Il s'exprima d'une voix forte, teintée d'un mécontentement feint alors que ses traits se faisaient sévère.

- Rhooooo, mais quelle est cette odieuse façon de se comporter, chevaliers ? Je tiens à vous rappeler que nous servons tous un même Roi ici, et que vous propos insultant à mon égard, à celui de mon peuple, de ma famille et même de Lady Rivanon sont clairement déplacé ! Et votre geste est inacceptable.

Se tournant vers Lady Rivanon, son regard complice croisa celui de la belle noble, espérant une réaction de soutien à sa nouvelle farce de grand enfant, alors qu'il poursuivait son propos en parlant suffisamment fort pour que ceux ayant eu l'oreille attirée par les évènements l'entendent.

- Allez, déguerpissez donc, puisque vous manquez de bienséance. Quelle manque de correction, de tels propos devant des Lady...

D'un geste, il fit signe à une servante de lui porter un linge humide alors qu'il se rasseyait à sa table, tentant vainement de faire disparaître les tâches brunes de vin de son vêtement. Il attrapa au vol la servante et lui glissa quelques mots que seules sa cousine et la lady aurait pu entendre.

- Peux-tu me retrouver Lyanna, et l'envoyer à ma table, je te prie ? J'ai peur qu'elle coure un certain danger... Dis aux gardes que tu pars chercher de quoi me nettoyer...

Puis, il congédia la jeune femme avant de reporter son attention sur la jeune femme, à qui il adressa un sourire malicieux, soutenu par des yeux rieurs alors que le jeune homme semblait satisfait de son petit tour.

- Et voilà, l'humiliant humilié... Je suis profondément confus de vous avoir imposé ceci, croyez le bien... Mais il était si drôle de voir leur regard alors que je viens de les faire passer devant tout le monde pour des voyous de bas-étage... Vous disiez que vous souhaitiez en apprendre plus sur les miens ? Je serais honoré de vous faire part de tout mon savoir en la matière, aussi léger soit-il !

Bizarrement, le drôle d'incident n'avait nullement entamé la bonne humeur du Grand Salé, du moins en apparence, alors qu'il observait tout sourire la belle Noble Mallister. De plus, il semblait faire fi des menaces planant à son égard, proférées par les deux hommes, signe sans doute de son habituelle insouciance...
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Dim 22 Juil 2012 - 20:16

     Les paroles d'Eleyna ne contrarièrent pas Pryam, même s'il était évident que le jeune homme aurait très clairement préféré ne pas s'entendre dire qu'il avait été « impressionnant ». De son point de vue, les choses n'étaient liées qu'à de la chance. Il n'avait jamais jouté au cours d'un tournoi, pas plus qu'il n'avait beaucoup manié la lance, autant dire que c'était uniquement de la chance, sans quoi quelqu'un d'aussi entraîné que ser Buford aurait largement pris le dessus. La main de Serena attira brièvement l'attention du Valois sur sa sœur alors qu'il la sentait toucher la sienne. Elle discutait avec son voisin, Pryam la laissa donc tranquille et reporta son attention sur le chevalier Bieffois qui prenait la parole pour confirmer les paroles de la Nordienne. De tels propos étaient clairement gênants et le chevalier errant préférait passer rapidement sur le sujet, de toute manière il n'envisageait pas de pouvoir admettre qu'il avait eu autre chose que de la chance.
     Une servante arriva alors pour apporter le vin demandé par ser Buford qui servit tous les protagonistes de la scène, avant de finalement attirer l'attention sur Serena qui se tenait à ses côtés. Le terme « amie » le laissait assez hésitant, parlait-il d'une amie dans le sens propre du terme ou est-ce qu'il lui demandait si Serena était sa future épouse ? Ne sachant quelle solution prendre, il opta tout simplement pour une réponse neutre qui supprimerait toute ambiguïté.

     ▬ Oh, non, il s'agit de ma sœur cadette, Serena. »

     Son regard s'attarda sur sa sœur, il ne voulait pas l-importuner étant donné qu'elle avait l'air de bien s'entendre avec son voisin et son attention se reporta donc sur le chevalier du Bief. Les paroles qu'il avait eues étaient plutôt surprenantes, le Valois lui ne prenait pas l'âge pour quelque chose de mauvais, au contraire ! L'âge forgeait l'expérience et il permettait de supplanter les autres avec le savoir acquit au fil des ans.

     ▬ Vous savez, je perçois plutôt l'âge comme une vertu que comme une tare. Vous avez envoyé messire Bennifer au sol sans aucune difficulté alors je crois que vous pouvez encore vous permettre de ne pas être trop raisonnable. »

     Ser Buford avait combattu à Herberouge et tout le monde connaissait sa réputation, autant dire que Pryam n'avait pas espéré une seule fois pouvoir le croiser et encore moins lui parler ! Pouvoir participer à une telle bataille ne devait pas être donné à tout le monde, surtout lorsque vous étiez aussi performant que le Vieux Bœuf ! À ce souvenir, le jeune homme nota d'ailleurs qu'il n'avait pas précisé à Eleyna que l'homme qui se trouvait face à eux était un véritable héros de combat. Le blond tourna la tête vers la Nordienne avant de reprendre la parole d'un ton toujours aussi calme.

     ▬ En parlant de talent, saviez-vous que ser Buford a participé à la bataille du champ d'Herberouge ? Vous cherchez toujours des récits de combats glorieux, vous en tenez un de taille Eleyna. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 22 Juil 2012 - 20:52

     Meera expliqua que la journée avait été très bien et ajouta qu'ils avaient de la chance d'avoir autant de nourriture à portée de main. C'était un fait, cette opulence était d'ailleurs très impressionnante sachant que la sécheresse et les raids des Fer-nés avaient grandement appauvris les ressources de toutes les régions. Mais bon. L'essentiel était d'en avoir ! Hochant la tête avec approbation, la Dornienne resta silencieuse en tourna la tête vers Maël qui pariait sur un chevalier dont le nom ne lui disait absolument rien. Un léger sourire se peignit sur ses lèvres avant qu'elle ne reporte son attention sur la petite famille.

     ▬ En effet, espérons simplement que ces bonnes choses amèneront aussi la fin de la guerre et la paix en Westeros. Tout cela n'a que trop duré. Elle soupira légèrement avant de sourire un peu plus sincèrement, puis continua d'un ton enjoué. Mais ne parlons pas de tout cela, autant voir les choses sous le bon angle ! Avec le petite Lyra désormais vous pouvez espérer que les jours à venir seront d'autant plus beaux. Un enfant change une vie d'après ce que ma mère me disait toujours. »

     Le souvenir de sa mère la rendit un peu mélancolique. Elle ne l'avait plus vue depuis plusieurs mois à présent et sachant qu'elle n'avait jamais quitté Lancehélion avant d'entrer au service de sa dame et que celle-ci ne décède, tout était beaucoup plus difficile. Chassant ces pensées sombres, la demoiselle détourna momentanément son attention du couple et de son enfant pour regarder autour d'elle. Son regard sombre se posa rapidement sur Kerigan, le reître qu'elle avait rencontré il y a quelques temps de cela. Leur relation n'était pas au beau fixe et ils ne seraient certainement jamais amis, mais la demoiselle n'aimait pas voir les personnes esseulées. Même si le colosse n'était pas du genre – ou ne semblait pas du moins – à se coltiner une nana enjouée et une petite famille débordante de joie, Lyra ne pouvait le laisser seul ! La jeune femme se redressa, s'excusant auprès de ses compagnons.

     ▬ Je reviens dans deux minutes. »

     Passant derrière le banc, elle attrapa une choppe et un peu de vin avant de s'approcher de la table où était installé le reître, puis elle posa le tout devant lui avant de lui servir une rasade. Son sourire était sincère, s'il l'envoyait balader et bien tant pis !

     ▬ Ne restez pas seul... Même si je sais que notre compagnie n'est pas la meilleure, vous êtes le bienvenu à notre table... »

     Elle ne le forçait pas, libre à lui de décliner son offre ! La demoiselle le dévisagea un bref instant avant de finalement se détourner pour rebrousser chemin et s'approcha à nouveau de la table où étaient installés Maël et la petite famille. La Dornienne retrouva sa place initiale, glissa son bras autour de celui de son ami avant de poser sa tête contre lui et de lâcher quelques mots.

     ▬ Et maintenant, vous avez d'autres projets pour votre petite famille ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 22 Juil 2012 - 22:00

      Cet échange fort à propos débutait bien. Ser John lui faisait un compliment et lui confiait presque craindre de l'affronter le lendemain. La lutte serait assurément délicate et difficile, et surtout il lui faudrait faire preuve de beaucoup de sang-froid quand il se trouverait face à un tel adversaire, car il se doutait bien que le public serait acquis à la cause du Violoniste, ce qui ajoutait à la pression pesant sur les épaules du seigneur suzerain du Val d'Arryn. Fort heureusement toutefois, Jasper se moquait bien de l'impact qu'il pouvait avoir auprès du public. Il ne courait ni après la gloire ni après ce succès fou qu'avaient certains chevaliers auprès de la gente féminine. Il n'était pas jaloux de ser John mais simplement curieux d'en savoir davantage sur cette aura de séduction qui semblait envelopper chacun de ses pas... « Comment faites-vous, ser John, pour vous attirer ainsi les faveurs de l'autre sexe ? Il n'y a pas une femme ici qui n'ait oublié de poser une fois au moins son regard sur vous. C'est comme si la lumière du soleil s'agglomérait dans vos cheveux pour attirer les papillons de leurs regards. » Jasper s'étonnait lui-même de la poésie de ses paroles, à vrai dire il n'était pas habitué à parler de la sorte et sans doute cela s'était-il entendu au son de sa voix et aux modulations phoniques de ses intonations. Il avait dû lire cette formulation dans un livre trouvé par hasard à Hautjardin, ou peut-être était-ce une réminiscence d'un autre livre lu dans le temps aux Eyrié... il avait essayé de fleurir son langage de quelques belles paroles, peut-être pour se mesurer aux charmes exercés par son interlocuteur sur les nobles demoiselles environnantes. Spontanément, le jeune lord saisit une coupe de vin dont il but quelques petites gorgées avant de la reposer devant lui.

      En jetant un regard aux alentours, Jasper vit le jeune lord Tully qui discutait avec lord Ambrose et lord Ryman, ce qui acheva de convaincre le jeune homme qu'il était temps d'entretenir sa sœur des projets qu'il avait mûris pour elle. Après avoir entendu la réponse du chevalier, il se tourna donc vers lady Maeve qu'il couva de ses yeux de grand frère. « Maeve, j'ai quelque chose à te confier. Je ne t'en ai encore jamais parlé, mais je pense que tu t'en doutais un peu malgré tout... Je compte proposer que tu te fiances à lord Edwyn Tully. » Jasper laissa planer un silence qu'il ne laissa pas s’appesantir toutefois. « Vous vous entendez bien tous les deux, et Vivesaigues est le lieu idéal pour que tu t'accomplisses en tant que femme et épouse. Vous êtes amis et même un peu plus à ce que j'ai cru comprendre. Je pourrais bien sûr te trouver un époux ailleurs et prendre le temps de la réflexion mais à vrai dire j'y songe depuis plusieurs lunes, et je crains que repousser à plus tard la décision soit une perte de temps futile. Les Sept eux-mêmes ont guidé vos pas l'un vers l'autre, alors qui suis-je pour m'opposer à leur volonté ? N'êtes vous pas d'accord, ser John ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 23 Juil 2012 - 1:43

La journée de joute de la vieille fut moins mouvementée et éprouvante que le banquet pour les noces de ces nobles du Conflans. Par contre, elle fut bien plus enrichissante. Malgré la mauvaise aventure avec sa nouvelle amie du moment, elle avait grandement apprécier ce tournois de chevalier, le premier qui eut la chance d'être vu par ses propres yeux et non pas raconter par des pirates aigris quand il fallait faire allusion à ceux des terres.

Encore un repas. Elle s'ennuyait et commençait à en avoir marre. Elle aurait aimé retourner dans l'Ouest, se balader, peut-être croiser Lakdhar et l'embêter. Soit, le Conflans, assez, les festivités, ras le bol, et même manger, cela la répugnait. Retourner aussi sur ses îles, éviter son mari, aller voir son amant. Elle était vers les portes, appuyée contre la pierre d'une immense colonne de la grande salle et laissait balader son regard. Elle cherchait quelque chose de précis ? Oui et non, elle observait : une bourse à voler, Damon Tarbeck qui souriait et s'empiffrait, lui donnant des haut-le-cœur. (Elle mangeait si peu et rarement d'habitude en vadrouille, c'était trop), des visages qu'elle connaissaient, ... Une occupation en soit. Un homme avec qui flirter, se moquer de son ignorance, un peu d'argent. Mais, elle était bloquée par le fait qu'elle accompagnait officiellement Tarbeck et non pas à la solde du Harloi... Enfin pas directement, alors elle n'était pas réellement libre de ses faits et gestes. Juste un petit amusement, discret, quelque chose !

Elle fronça les sourcils, plissant les yeux pour mieux voir. Le fameux prêtre, qu'elle était venue à peine aider au banquet, se faisant encore bousculer. Il avait vraiment une mauvaise aura et s'attirait les ennuis. Puis comme si ce n'était pas suffisant, il irait voir l'autre perturbateur. Il cherchait vraiment les crasses. C'est alors qu'une voix la sorti de ses pensées, juste alors que le prêtre à barbe s'enlisait dans sa malchance. Elle leva les yeux vers le chevalier et lui sourit poliment. Elle éclata ensuite d'un rire bref.

- Un garde ? Moi ! V'm'avez vu ! Je suis domestique, j'ai pas d'garde... Z'êtes rester trop longtemps au soleil, votre esprit a fondu.

Elle se décolla doucement de sa colonne et héla une domestique du château pour lui prendre un godet de bière, puis jaugea le jeune homme de la tête au pied.

- Vous êtes ? Une bonne âme p't'être ? Vous garderiez une domestique vous ? Si oui, je vous invite à le faire, et j'ai point le sous. Alors, vous feriez preuve d'un acte généreux. Vous proposez, faite ! Enfin, sincèrement, y'a d'belles demoiselles, dans des robes et non des frusques comme moi qui aurait besoin de vous. Pourquoi être venu me le dire à moi ? Une gueuse de plus ou de moins, qu'est-ce que ça peut faire ? Les gens pas r'commandable, c'pour tout le monde.

Elle descendit son godet d'une traite, respirant à la moitié. Un peu mauvaise la jeune Deirdre, peut-être. Agacée. Elle fixait à nouveau Damon, espérant que ses envies de rentrer pouvait entrer dans la tête du noble. Elle s'étira et finit par sourire, pour tenter d'adoucir ses paroles. Tendant, toujours l'oreille au jeune homme, elle reporta son attention sur Lord Bracken, ignorant, que même sans le vouloir, le prêtre venait de détourner une peu l'attention de la Brute, lui rendant la pareille lors du banquet.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Jour 2, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant


Sujets similaires

-
» MI5 ► Y a des fois où je me dis que j'ai tout gagné.
» Le potager
» ‣ SUJET COMMUN : Repas de Début d'année
» Grande salle de Réception [Officiel]
» Hadhod, nain de la Moria [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°3 : Murs-Blancs-