AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Une nouvelle dragonne à protéger [Addison]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 14 Juil 2012 - 14:23


En une seule journée, la petite Alys avait rencontré son promis et ses beaux-parents. Sans doute Theodan ne s'attendait-il pas à cela et serait très impressionné qu'elle lui raconte tout ce qu'elle avait vu et entendu au Donjon Rouge. Enfin, presque tout. Elle ne comptait évidemment pas lui parler du secret que lui avait révélé Daeron concernant son don de vervue. Cacher quelque chose à l'un de ses frères serait d'ailleurs une première mais elle y parviendrait pour l'homme qu'elle allait épouser. Il fallait qu'elle s'entraîne à le faire passer avant sa famille et il allait sans dire que cette perspective était beaucoup moins effrayante maintenant qu'elle savait quel être touchant et charmant se dissimulait sous le surnom d'Ivrogne que ses détracteurs lui avaient donné. Toutefois, avant d'espérer raconter quoi que ce soit à son frère qui devait l'attendre près de la barbacane, il lui fallait réussir à trouver la sortie. N'ayant absolument aucun sens de l'orientation, Alys allait et venait dans les couloirs au hasard de ses pas. Elle était incapable de dire depuis combien de temps elle errait ainsi sans savoir si elle s'était rapprochée de son but ou non. En tous cas, ses pieds commençaient à lui faire mal. Elle fit donc une pause pour ôter ses petites chaussures qu'elle garda à la main. Sa robe traînait par terre à présent, dissimulant parfaitement la nudité de ses membres inférieurs. Maegor le Cruel avait fait construire un véritable labyrinthe de couloirs, de salles, de ponts et de culs de sacs. Il arriva plusieurs fois qu'Alys se crut en train de descendre dans les étages alors que c'était l'inverse. Certes, elle aurait pu demander son chemin à un serviteur mais le jeu aurait perdu sa saveur. D'un naturel curieux, la jeune femme aimait découvrir des choses et, puisqu'on ne la laissait jamais aller nulle part toute seule à Grigibets, l'occasion présente ne pouvait se manquer.

La jeune Trant ouvrit bientôt une porte sous laquelle filtrait de la lumière et débarqua sur ce qui semblait être une sorte de chemin de ronde. Elle s'approcha du bord gauche pour voir ce qu'il y avait en dessous et reconnu le bois sacré dans lequel Daeron l'avait emmenée la veille. Émerveillée et peu sujette au mal des hauteurs, elle laissa tomber ses chaussures par terre et posa ses avants-bras sur le rempart de pierre rouge pour observer les jolies feuilles vertes en train de danser doucement au rythme du vent. Le ciel était clément. Vraiment, cette journée était parfaite !
Lorsqu'une batterie d'oiseaux s'envolèrent soudain du chêne couvert de fumevigne pour passer au dessus de la muraille, Alys leva le nez en l'air pour les voir faire, un large sourire aux lèvres. Elle ramassa ses chaussures et courut quelques mètres sur ce qui se trouvait être la Promenade du Traître avant d'être arrêtée par le rempart qui empêchait d'en tomber de l'autre coté. Là, son sourire se figea quelques secondes et sa bouche s'ouvrit de surprise et de stupeur. L'estuaire de la Néra s'ouvrait devant elle, bleu et presque infini. Impressionnée par ce spectacle, elle échappa un de ses chaussures qui rebondit sur le bord pour finalement chuter du mauvais coté, directement sur les rochers en contrebas de la forteresse. Elle ne s'en rendit pas tout de suite compte, occupée comme elle l'était à regarder les oiseaux glisser sur la gentille brise, sur ce fond parfait de majesté. Heureuse, elle leva les bras à l'horizontal et ferma les yeux pour prendre une profonde inspiration. Elle se demandait si Daeron était déjà venu ici. Sans doute serait-il moins triste s'il pouvait voir des spectacle aussi beau que celui-ci.

Alys n'avait pas remarqué le garde, immobile de l'autre coté, à coté de la porte de la roukerie. Au moment où il l'avait vue débarqué sur la promenade, il aurait du la chasser mais la vision de ses cheveux tellement caractéristiques des Targaryens l'avait fait rester à sa place. Vue son âge, elle pouvait tout à fait être l'une des filles du Prince Maekar et il croyait que si elle était là c'est qu'il l'avait autorisée à s'y rendre. Comme il ne voulait pas d'ennui avec le Grand Commandant des Armées du Roi, il jugeait préférable de ne rien dire à cette fille étrange avec son air parfaitement angélique et une chaussure à la main. Il se contentait donc de la regarder sans mot dire ni mouvement faire, espérant juste qu'elle n'est pas l'idée insensée de monter sur le rempart.
Les Sept étaient avec lui. Alys décrivit quelques tours sur elle-même, les bras en l'air, en chantonnant discrètement une berceuse inventée par sa mère rien que pour elle. Cette dernière racontait l'histoire de leur famille. La naissance de ses frères qu'elle aimait tant et puis la sienne. Évidemment, tout le monde finissait heureux à la fin de la balade. D'ailleurs, la petite fille épousait un prince dans les paroles. Ce n'était probablement pas une coïncidence. Songeuse, la demoiselle se demanda depuis combien de temps sa mère avait prévu de les faire retourner au cœur de la famille royale. Apparemment, Elaena avait souffert comme ses sœurs du traitement du roi Baelor. Alys s'était rendue compte lorsque son promis lui avait parlé de la Crypte aux Vierges qu'elle ne connaissait pas sa mère aussi bien qu'elle aurait peut-être du. Elle ignorait tout de l'oeuf de dragon qu'elle possédait ou d'Alyn Velaryon qui lui avait donné ses premiers enfants. Pour elle, c'était seulement sa maman chérie. Comme beaucoup d'enfants, elle n'avait pas imaginé quelle pouvait être sa vie avant son arrivée au monde. Peut-être aurait-elle le courage de lui demander, une fois de retour à Grigibets, maintenant qu'elle commençait à comprendre...

Se rendant tout à coup compte que sa main gauche était libre, Alys sursauta et sortit de ses pensées pour regarder tout autour d'elle à la recherche de sa chaussure perdue. Elle déposa l'autre par terre et s'accola au bord du rempart pour se mettre sur la pointe des pieds et essayer de voir si elle était tombée du coté de la mer. Bien sûr, elle en avait d'autres à l'auberge. Theodan irait les lui chercher ou la porterait jusqu'à là-bas. Le vent taquin vint jouer dans ses cheveux, faisant envoler ses mèches plus blanches que blondes. Le garde pâlit en la voyant faire et fit un pas en avant dans l'intention d'aller lui conseiller de ne pas se pencher de cette manière si elle ne voulait pas finir en galette de pommes de terre sur les rochers en contrebas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 16 Juil 2012 - 12:12

Le soleil venait à peine de se lever et Addison était déjà debout, arborant avec fierté son armure damasquinée, accompagné de son écu entièrement blanc qui fait la fierté de la Garde Royale. Les Chevaliers de la Garde étaient en effet connus à travers tout le royaume pour leurs exploits et leurs aptitudes légendaires au combat.On dit même que ces sept chevaliers dont la bravoure n'a d'égale que la dévotion envers leur Roi seraient les meilleurs bretteurs de Westeros. Après s'être rendu de bonne heure dans la Salle du Conseil, près de la conciergerie pour tenir une réunion avec le Conseil Restreint qui occupa la majorité de sa matinée,il prit son Tour de garde auprès de la famille royale, assurant sa protection de toutes ses forces comme il avait l'habitude de faire. Il avait juré de protéger la famille Targaryen à son entrée dans la garde et c'est ainsi qu'il honore chaque jour son devoir en faisant preuve d'une efficacité remarquable. Comme tout frère de la garde royale, il ne compte pas ses heures de travail et s'assure de la sécurité des Targaryen aussi bien de jour comme de nuit.
Bien sur, ce n'était pas une tâche facile et la fatigue l'accompagner dans ces longues heures de garde aussi bien d'un point de vue physique que mentale. C'est grâce à ces longs moments, livré à lui même qu'il apprit à faire preuve d'une immense patience.
Il se déplaçait tantôt dans l'immense salle du trône où le Roi et sa main tiennent audience, dans la grande galerie qui peut accueillir un millier de convives durant les réceptions royales ou encore dans la citadelle de Maegor, cœur du Donjon Rouge, qui abritait les appartements royaux, en fonction des déplacements du Roi.

Addison se trouvait désormais dans l'enceinte de la Tour de la Blanche Epée, édifice qui se situe près de la baie de la Néra. C'est dans cette tour que se trouve le siège de la garde blanche, composé au sous-sol, d'un entrepôt pour les armes , aux premiers et deuxièmes étages de chambres d'appoint pour les six membres de la garde et le troisième étage étant à l'entière disposition du Lord Commandant. Le bâtiment étant orné de tapisseries évoquant les faits d'armes des anciens membres de la garde royale. L'histoire de celle-ci est très riche en événements puisque la garde a été fondée il y a plus de 200 ans par le Roi Aegon I Targaryen dit le Conquérant.
Addison considère cet endroit comme étant « sa véritable maison » et de par son statut de « Bâtard », la garde royale est pour lui « sa véritable famille ». Ne trouvant aucun de ses frères présents dans la tour, il en déduit qu'ils devaient sûrement effectuer leurs devoirs de gardes ou veiller à la protection de la famille royale. Il se décida donc à faire un tour sur les murailles du Donjon Rouge qui lui offrirait à la fois un instant de répit et de détente après cette rude journée. En effet, le chevalier affectionnait ses moments de repos après l'effort que lui demandaient ses missions et se rendait souvent sur les remparts où il pouvait apprécier à sa juste valeur l'incroyable paysage qui se trouvait sous ses yeux. Le Donjon Rouge étant dressé sur la colline d'Aegon, il surplombe la baie, la ville de Port-Réal et le fleuve de la Néra par ses flancs abrupts du sud et de l'est. La vue y est plus que magnifique et le chevalier se souvient de tous ces moments passés à observer Port-Réal dans toute son activité, ainsi que la multitude de navires se rendant dans le port de la ville.

Soucieux de revivre ces moments de détente, il se dirigea d'un pas vif et assuré vers cette porte en bois massif qui laissait filtrer quelques rayons de lumière. A peine était-il sortit de la Tour qu'une forte lueur venant du soleil l'obligea à détourner le regard de l'astre lumineux et à se protéger en disposant une de ses mains au-dessus de ses yeux sous peine d'être atteint d'une cécité temporaire.

«Je n'ai jamais aimé le soleil, il est trop...lumineux.» se dit-il après avoir été fortement ébloui.

Cette Journée était marquée par ce soleil resplendissant que Addison avait fini par oublier, ayant passé la majorité de son temps à l'intérieur des murs du Donjon Rouge.
Après quelques instants,le chevalier pouvait désormais se diriger vers la Roukerie qui surplombait les appartements du grand mestre de Port-Réal.
Sa marche se faisait au rythme des saluts incessants des gardes qui l'apercevaient et des sons vocalisés des oiseaux chanteurs qui s'étaient rassemblés en masse pour cette journée ensoleillée.
En apercevant les gardes, Addison ne pouvait s'empêcher de discuter avec eux. Il possédait cette «fibre naturelle» qui lui permettait d'être proche des hommes d'armes et de parfaitement les comprendre. Depuis son arrivée au Donjon Rouge, il y a onze ans de cela, il ne cessait de repenser à sa nomination au statut de frère juré de la garde royale et chaque jour, il veillait à faire preuve d'une exemplarité hors-normes pour honorer et rentre hommage à cet Ordre Prestigieux.

Et c'est tout en ayant un air soucieux qu'il finit par atteindre la fameuse promenade du Traître qui se déroulait devant lui tel un tapis rouge, long d'environ 200 mètres. Ces imposantes murailles, en grès rosâtre, ont impressionné plus d'une personne et le Commandant n'a jamais remis en question la sécurité au sein du Donjon Rouge qui représente un des plus célèbres édifices dans tout Westeros.
Tout en contemplant la longue muraille , il assista à une drôle de scène :
Une jeune fille émerveillait par les oiseaux qui avaient décidé d'envahir le Donjon, se trouvait sur les remparts, en face d'un garde qui ne semblait pas s'en soucier le moins du monde. Ne comprenant pas la présence d'une jeune femme dans un tel endroit, Addison se pressa de rejoindre les lieux. En approchant, il remarqua que la chevelure à la fois Blonde et Blanche de la jeune inconnue comportée des caractéristiques de la famille Targaryen, sa peau était pale comme l'aurore et sa taille fine comme une plume d'oiseau.
Il comprit immédiatement la réaction du garde qui devait sûrement être très impressionné par sa beauté en l’apercevant et la prenant pour une des filles de Maekar Targaryen. Or, connaissant celles-ci, Addison se rendit très vite compte qu'il ne s’agissait pas d'une d'entre elles mais d'une autres membres de la Famille Targaryen.
A l'arrivée du Commandant, le garde fit un pas en avant dans l'opposé de sa direction, croyant qu'il tente de fuir ses responsabilités, Addison choisit ce moment précis pour saisir son épaule avec sa main.
Le garde, pris d'un sursaut se retourna et commença immédiatement à présenter ses plus plates excuses mais Addison ne lui en laissa pas l'occasion, apercevant l'étrange inconnue se penchant dangereusement vers le bord des remparts. Il ne chercha pas à comprendre la situation et courut de toutes ses forces malgré le poids de son armure en direction de cette femme en détresse qui continuait à se pencher vers le vide comme si elle était happée par la Néra.
Il finit dans un dernier élan à la rattraper, lui évitant de finir en pâté pour chiens dans les contrebas.

Après quelques instants où chacun repris son souffle,il dit très calmement, sur un ton calme et posé :

« Il me semble que vous admirez beaucoup les oiseaux mais ce n'est pas une raison valable pour tenter de les imiter en se jetant du haut de cette muraille. Si vous voulez les voir de plus près, rendez-vous dans le bois sacré, il en abrite de nombreuses variétés qui vous plairont, j'en suis certain. »

« Veuillez m'excuser mais dans la précipitation, j'ai oublié de me présenter : je me nomme Ser Addison Hill, frère juré de la garde royale et vous, quel est votre nom ? »
Se permit-il de demander très respectueusement à la jeune femme qui lui accordait désormais toute son attention et se trouvait en face du chevalier en Armure.

Toute cette scène se déroula devant les yeux du garde, ébahit dont le visage avait pris une teinte d'une pâleur extrême et qui n’oser pas faire le moindre mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 5 Aoû 2012 - 10:16

La gravité est une chose terrible. Surtout lorsque vous vous trouvez en haut d'un rempart et que vous vous penchez pour regarder en contrebas. Mais c'était la faute de cette satanée chaussure aussi. Où avait-elle filé pendant que sa propriétaire ne regardait pas ? L'innocente Alys s'allongeait le cou sur le créneau, pour voir si elle n'aurait pas été prise par les remous de la Néra, quand elle sentit soudain son petit corps entraîner vers l'avant. Elle écarquilla ses grands yeux bleus et se fit la réflexion que si elle continuait à donner ainsi son poids au vide, elle allait irrémédiablement tomber de son perchoir. Seulement, le temps de réagir était écoulé et rien ne semblait plus pouvoir empêcher qu'elle ne finisse en morceaux sur les rochers en contrebas. A moins que des ailes ne lui poussent dans le dos pendant sa chute. Fort heureusement, elle n'avait pas besoin d'ailes alors le fier commandant de la Garde Royale à proximité. Deux bras solides jaillirent sur ses flancs et l'attirèrent en arrière pour l'empêcher de tomber. Alys ne cria pas. Une fois ses pieds nus revenus sur les dalles de la promenade, la demoiselle se retourna vers son sauveur pour voir à qui elle devait remercier. C'était un homme aux larges épaules et à la stature imposante, aux cheveux blonds et aux yeux clairs. L'armure qu'il portait lui donnait fière allure. D'abord très impressionnée de le trouver si grand alors qu'elle était si petite, elle ne dit rien et ramassa sa chaussure survivante pour la serrer entre ses mains. Elle craignait de se faire réprimander mais l'inconnu s'adressa à elle avec un calme complice et une petite touche d'humour qui la fit retrouver le sourire. L'évocation du Bois Sacré lui rappela son escapade avec Daeron et son sourire s'élargit considérablement. Elle eut même un léger rougissement. Et puis enfin, son sauveur se présenta. La garde royale ? Qu'est-ce que c'était ? Alys avait honte d'ignorer ce genre de choses. Il fallait dire aussi qu'à Grigibets, qu'elle n'avait jusqu'alors jamais quitté, cette connaissance lui avait été parfaitement inutile. Mais à Port-Réal, elle rencontrait tous ces gens fort intéressants et beaucoup de choses commençaient à l'intriguer. Même si ce n'avait pas été pour Daeron dont elle recherchait déjà trop la compagnie, elle aurait aimé rester un peu plus longtemps dans la capitale pour découvrir des choses. Oui, vraiment, les grandes villes étaient un terrain de jeux parfait pour la petite curieuse qu'elle était. Réalisant que c'était à son tour de se présenter et qu'elle n'avait encore rien dit, la demoiselle s'empourpra avant de fléchir le genou pour esquisser une légère révérence.

_ Je m'appelle Alys, messer. Fille de Lord Othell Trant et de la Princesse Elaena Targaryen. Merci beaucoup d'avoir empêché le pire. Je ne m'étais pas rendue compte du danger.

Comme toujours d'ailleurs. L'oiselle n'avait aucun instinct de survie ni aucune lucidité par rapport aux risques qu'elle courrait. Heureusement, elle était combative et quand Lorant ou Theodan n'étaient pas là pour empêcher qu'elle ne fasse des choses inconsidérées, elle s'en sortait plutôt bien toute seule, toujours d'une manière surprenante néanmoins.
Relevant sa frimousse angélique vers le commandant, sa chaussure toujours pressée entre ses deux mains, elle demanda d'une petite voix innocente :

_ Excusez-moi mais... qu'est-ce que la garde royale, Ser Addison ? Est-elle différente de la garde du Donjon Rouge ? Est-t-elle royale parce que vous ne protégez que le roi ? Je croyais que le Roi ne quittait jamais sa forteresse. N'est-il pas ennuyeux de toujours devoir rester au même endroit ? Je suis née et ai grandi dans le fief de Grigibets, voyez-vous, et avant le début de la semaine, je ne l'avait jamais quitté. Ce n'était pas réellement ennuyeux mais il y a beaucoup de choses ailleurs.

C'était Alys. La petite curieuse ne pouvait pas s'empêcher de poser mille questions pour enrichir ses connaissances. Cette pratique aurait pu blaser ses interlocuteurs mais elle parlait toujours avec une candeur absolument charmante qui la faisait être appréciée même de ceux qu'elle harcelait de questions. Généralement, on souriait en se demandant qu'elle était ce drôle de petit personnage, cette petite boule blanche irradiant de fraîcheur et de joie. L'air du large vint jouer dans les cheveux lâchés de la demoiselle à la pâleur toute targaryenne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 11 Aoû 2012 - 12:26

Elle se tenait face à lui, avec ses longs cheveux blonds et ses yeux d'un bleu aussi profond et pétillants que la mer de jade elle-même, tandis que sa fine taille faisait ressortir toute sa splendeur. Ses fines mains tenaient de toutes leurs forces une unique chaussure tandis que sa jumelle avait disparu, rendant ses pieds nus. C'est donc elle, Alys Trant, fille de la Princesse Eleana Targaryen et qui est promise au Prince Daeron Targaryen. Il ne l'avait pas imaginé ainsi et ce n'est quand l'écoutant parler qu'il se rendit compte de l'insouciance de la jeune femme et il ne put s’empêcher de la comparer à un ange, le raccourci était vite établi avec celle qui rassemble à la fois l'innocence, la pureté et la beauté. Il la surnomma « L'Ange de Grigibets », émerveillait par cette jeune femme qui semblait un peu perdue dans ce monde qu'elle n'avait pour le moment pas encore appréhendé, n’ayant jamais quitté le fief de son père.
Addison fini par cerner peu à peu la personnalité d'Alys, il faut dire qu'il est très perspicace et que la curiosité de la jeune demoiselle envers le monde extérieur se faisait remarquer immédiatement. Une vingtaine d'années passées au même endroit devaient sûrement l'avoir rendu curieuse et il se dit qu'il aurait eu le même sentiment de vouloir faire de nouvelles découvertes.De plus, la gaieté et l'optimisme apparurent quasi immédiatement sur son visage lorsqu'elle vous observez. Elle est rayonnante de joie et de bonne humeur, ce qui amenait les gens autour d''elle à en faire autant, émerveillés par sa présence.

Il ne fut donc pas surpris de voir fuser des questions à tout va de la part de la curieuse Alys mais quel ne fut pas son étonnement quand elle lui annonça qu'elle n'avait jamais entendu parler de la Garde Royale !
« Les noms du célèbre Prince Aemon Chevalier-Dragon ou encore Ser Serwyn au Bouclier-Miroir ne vous sont-ils pas familiers et tous les exploits que la Garde à réaliser à travers tout le Royaume durant des centaines d'année ne sont-ils pas connus à Grigibets ? » Il ne put se retenir de lui dire cela sur un ton naturel pour ne pas la brusquer.
« Notre Confrérie est composé de sept frères jurés dont un Lord Commandant qui sont totalement dévoués à la protection de la famille royale et qui servent leur Roi jusqu'à ce que la mort les sépare de leur Devoir. Malgré le fait que les frères jurés ne peuvent pas prendre d'épouse, c'est un véritable honneur de servir dans cet Ordre qui rassemble les meilleurs bretteurs venant des Sept-Royaumes.
Avec nos armures de blancs immaculés,nos casques, nos heaumes et nos écus tous aussi blancs, vous pourrez toujours nous reconnaître. Par exemple,Après votre mariage avec le Prince Daeron, vous pourriez être amenée à être protégée par la garde royale
».

Notre Lord Commandant n'ayant pas beaucoup de travail cette après-midi, il accepta le plus aimablement possible de répondre aux questions d'Alys et ne fut pas le moins du monde blasé par ces questions.
Si elle souhaite connaître notre monde, je me dois au moins de lui expliquer mon rôle pensa-t-il.
Tandis qu'elle lui assénait d'autres questions à une vitesse déconcertante, Il ne se découragea pas et lui expliqua durant plusieurs minutes ce qu'elle désirait si ardemment savoir.
« Oui, il m'arrive souvent de collaborer avec la garde du Donjon Rouge que l'on nomme plus communément les « Dents de Freux » en raison de leur fidélité à notre chère « Main » qui porte comme surnom « Freuxsanglant ». Brynden Rivers est un personnage très important dans le Royaume et je m'entends très bien avec lui.
Tout comme moi ,il a partagé le même statut,celui de «bâtard» que ce soit sous le nom de Rivers pour les Conflans ou de Hill pour les terres de l'ouest songea-t-il en repensant à lui.
Le Commandant des Dents de Freux, Alrik Mallery est également un de mes amis et il partage comme moi un sens du devoir qui se fait de plus en plus rare par les temps qui court.
Vous n'avez donc aucun souci à vous faire puisque les Dents de Freux sont bien plus nombreux que la Garde Royale, il me semble qu'ils comptent plus de trois cents membres.Votre sécurité est donc assurée dans l'enceinte du Donjon Rouge mais essayé de ne plus vous prendre pour un oiseau.
»

Enfin, il finit par lui dire que l'ennui n'était pas au rendez-vous dans une ville comme Port-Réal et que les occupations en tous genres ne manquez pas.
« Sans vouloir offenser votre père, je pense que vous serez plus à votre aise dans une ville aussi grande et riche en activité que l'est Port-Réal. D'ailleurs, durant ma vie de Chevalier errant, j'ai eu l'occasion de parcourir les terres de l'orage et je peux vous assurer que la vie dans les terres de la couronne est plus agréable. »
Il faut dire qu'il avait gardé un souvenir plutôt humide et sanglant de son passage dans les terres de l'orage malgré la gentillesse des villageois qui l'avaient très bien accueilli.Que ce soit les averses intempestives,les vents violents ou encore sa rencontre sanglante avec ce chevalier vêtu de noir, Addison avait un souvenir plutôt mitigé de ces terres.

« C'est pour fuir l'ennui que j'ai parcouru Westeros à la recherche de gloire et de renommée. Je peux vous assurer que lors de mes diverses aventures, l'ennui n'était jamais présent et ces voyages à travers ses différentes contrées des sept Royaumes m'ont permis d'apprendre beaucoup de choses aussi bien sur la vie que sur notre histoire, après tout, ne dit-on pas que les voyages forment la jeunesse et si c'est l'ennui qui vous fait tant peur, sachez qu'ici, il n'a aucun pouvoir sur ces gens.
Il y a fréquemment des tournois qui sont organisés dans la capitale où des centaines de chevaliers venant de tout Westeros se retrouvent. Les banquets sont aussi présents et rassemblent un grand nombre de personnes très importantes pour le Royaume qui festoient gaiement.
Enfin,les réceptions privées et les bals qui sont organisés dans l'enceinte même du donjon rouge, dans le Bal de la Reine sont riches en rencontres dans cette sublime salle qui est ornée de Lambris richement ciselés et donc l'éclat des torches est redoublé par les nombreux miroirs d'argent qui ornent les murs.
» lui dit-il.

Il pourrait ainsi continuer ce dialogue durant toute l'après-midi. Il y avait tant de chose à dire et la jeune Alys semblait à la fois intéressée et curieuse mais il finit par se rappeler de lui demander la raison de sa présence sur les remparts et il le fit avec la plus grande délicatesse.
« Notre Discussion est fort intéressante mais je me demande toujours la raison de votre présence sur la promenade du Traître ? N'êtes vous pas censée être avec votre futur époux?»
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Une nouvelle dragonne à protéger [Addison]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Comment créer sa nouvelle équipe ?
» Le pois congo : source de protéines et de devises

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-