AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Celui qui se présente en sauveur pourrait bien être crucifié ▬ Aslak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Jeu 12 Juil 2012 - 16:29

RP flashback se déroulant quelques mois avant le début de la guerre.

     Les voyages des Iles de Fer jusqu'aux Cités Libres n'était pas de tout repos, cela faisait belle lurette que Sargon le savait, mais malheureusement vu la situation actuelle c'était soit cela, soit rester à végéter sur les Iles. Seulement le Harloi était un homme d'action et il ne se sentait vivre que lorsqu'il était en train de se battre ou d'entailler quelques personnes. Quoi de plus normal lorsque vous étiez issu d'un peuple qui ne vivait que pour se battre ? Malgré le fait que le comportement et le caractère du Fer-né n'étaient pas dignes de son nom, il possédait un goût certain pour les champs de bataille. Autant dire que le seul moyen de trouver un peu d'action en ce bas-monde était donc d'aller le chercher. Westeros étant en paix avec les Iles de Fer - qui ne s'estimaient pas comme faisant partie de ce monde - et les seules possibilités de pillage qui s'offraient aux Fer-nés étaient donc en allant au-delà du continent. Les Cités Libres, Myr, Lys ou même Braavos ! Des richesses à contenter n'importe qui, même si au fond la bataille qui précédait le pillage était ce qui poussait le jeune homme à voguer aussi loin de ses contrées natales.

     Il fallait compter un bon mois de voyage pour espérer atteindre des villages dignes de ce nom, puis vu le temps que durait ce trajet, il fallait bien évidemment rendre tout cela rentable en pillant un nombre maximum de bourgades. Au bout du compte, sans comptabiliser le trajet de retour, Sargon et ses hommes avaient quitté les Iles de Fer depuis un mois et demi lorsqu'ils décidèrent qu'il était plus que temps de rentrer à leurs pénates. La Veuve Salée avait quelques bancs de dégarnis, même face à des paysans ou des artisans, des Fer-nés pouvaient se faire battre. Mais le nombre était si négligeable qu'il n'inquiétait absolument pas le capitaine du boutre. Le retour se ferait tranquillement, ils avaient de bonnes réserves pour voguer jusqu'à l'île de Harloi et dans le pire des cas, pourraient se débrouiller pour obtenir ce qu'il manquait en chemin.

     Environ trois semaines après avoir quitté les rivages des cités libres, la Veuve Salée voguait dans la mer du Crépuscule en se tenant assez loin des côtes pour éviter les récifs que les flots pouvaient dissimuler. Ils avaient capturé des serfs et des femmes qui serviraient d'esclaves ou encore de cadeaux à quelques seigneurs qu'il fallait flatter, comme l'oncle du jeune capitaine qui portait son neveu en basse estime. Les captifs étaient presque toujours synonyme de problèmes. Ils pleuraient, râlaient, geignaient ou encore essayaient de s'enfuir alors qu'ils ne pouvaient que plonger rejoindre des créatures aquatiques bien plus dangereuses que leurs bourreaux. En général le Harloi évitait soigneusement de s'embarrasser avec des personnes de ce genre, il n'était pas d'une grande patience pour ne pas dire impulsif, il n'était donc pas rare que le capitaine se laisse aller à se débarrasser d'une « cargaison » trop énervante. Malgré tout, plusieurs marins espéraient obtenir l'une des captives pour en faire leur femme-sel et par conséquent, histoire de récompenser ses hommes, Sargon avait accepté de prendre à son bord plusieurs d'entre elles, séparées avec soin de leurs époux, frères ou voisins.

     Les choses se déroulaient très bien, un vent assez fort s'était levé et le capitaine avait ordonné à ses hommes de se rapprocher de la côte. Ils manqueraient bientôt d'eau claire et vu le ciel dégagé, la pluie n'arriverait pas avant un bon moment. Les Terres de l'Ouest abritaient quelques petits coins pourvus d'eau potable et par conséquent, Sargon comptait y faire une halte le temps de remplir les outres et les barriques vides. Il ne sut jamais réellement ce qui se passa. Une captive certainement trop heureuse de voir de la terre après plusieurs semaines passées sur les flots, se laissa aller à imaginer qu'elle pourrait se tirer d'affaire si elle parvenait à sauter à l'eau. Les esclaves n'étaient pas entravés, pas les femmes du moins, où pourraient-elles donc aller si ce n'était sauter à la mer et y mourir d'épuisement ? Quoi qu'il en soit, la proximité des plages sembla revigorer la demoiselle qui se leva d'un bloc avant de se précipiter vers le bastingage et sauter lestement par-dessus bord. La surprise immobilisa tout d'abord les Fer-nés avant que le Harloi ne comprenne ce qui venait de se passer. Il tournait le dos aux esclaves lors de l'incident et par conséquent, n'avait pas vu venir le coup. Rapidement, le Fer-né donna l'ordre et braquer à tribord pour accoster sur la plage qu'ils avaient repérée juste avant, la silhouette frêle de la fuyarde était visible dans l'eau, mais ne s'éloignait pas très rapidement. Ils n'étaient qu'à une vingtaine de mètres de la terre ferme, mais les flots étaient agités, plus qu'elle ne l'avait pensé et la jeune femme manqua de se noyer à plusieurs reprises, disparaissant sous des vagues hautes pour réapparaître plus loin en se débattant pour rester à la surface.

     Le temps que la Veuve Salée accoste, la nageuse avait réussi à gagner la terre et lorsque Sargon sauta par-dessus le bastingage pour atterrir sur le sol quelques mètres plus bas, elle s'était déjà enfuie en courant vers l'intérieur des terres. Il n'était pas question qu'une esclave se fasse la malle aussi facilement et l'épuisement de la nage la rendrait certainement plus facile à rattraper. Crépuscule pendant à sa ceinture, le Harloi ordonna à Yoren, son second, de faire remplir les outres pendant qu'il se chargeait d'aller récupérer la fuyarde. Ni une, ni deux, il s'élança à la poursuite de la captive dont la robe bleu foncé – assombrie par l'eau – était visible de loin. Ils gravirent une butte assez importante qui masquait l'intérieur des terres et après une vingtaine de mètres, le capitaine ne voyant plus son boutre en se retournant. Ce n'était pas si grave, la retrouver et la ramener par les cheveux ne prendrait pas plus de quelques minutes ! Il entendait ses pleurs alors qu'elle se pressait, voyant que le Fer-né gagnait du terrain sur elle, ils s'engagèrent sur une espèce de petit chemin sinueux qui slalomait entre les arbres et volontairement, Sargon la laissa reprendre un peu espoir histoire de faire durer l'amusement. Il l'aurait, le doute n'était pas permis, mais s'amuser un peu n'était pas exclus. Alors que le jeune homme décida qu'il était temps de la rattraper pour la reconduire au boutre, il fut pris de court en voyant apparaître une silhouette au bout du chemin et la fuyarde se dirigea aussitôt vers ce nouvel arrivant pour se jeter littéralement dans ses bras. Implorant la personne qui se révéla être un homme, elle lui déclara avoir été enlevée par des pirates qui voulaient la ramener sur leurs îles. C'était l'entière vérité et de toute manière, Sargon ne comptait pas mentir à ce sujet. Il arriva d'un pas calme, mais ferme et se planta devant le duo à quelques mètres de la demoiselle qui s'était collée contre son sauveteur providentiel. Elle n'était pas repoussante, les pirates des Iles de Fer ne prenaient que les plus belles femmes, sans compter que son minois effrayé et ses cheveux trempés lui donnait un petit air sauvage qui n'était pas pour déplaire à la plupart des hommes de ce bas-monde. Soupirant d'un air agacé, Sargon ne laissa pas à son « rival » l'occasion de prendre la parole et l'admonesta aussitôt.

     ▬ Je n'ai pas envie de perdre mon temps, alors rends-moi cette fille et on s'en ira aussitôt. »

     Son ton n'était même pas faussement aimable, non juste dédaigneux et arrogant. Sargon était un homme vaniteux, mais surtout plein d'assurance. Même s'il ne dénigrait pas autant les continentaux que ses homologues des Iles de Fer, il n'avait aucune affection ou estime pour ces personnages. Ils n'étaient bons qu'à être manipulés et servir de bétail, de véritables moutons ! Il avait désigné la jeune femme d'un geste du menton et celle-ci s'était collée encore davantage dans les bras de son protecteur comme pour l'implorer de ne pas accéder à la requête de ce pirate. Avec sa chance du moment, cet homme était certainement un chevalier digne de figurer dans la liste des personnes les plus serviables de tout Westeros ! Peu lui chalait, chevalier ou simples paysans, ils étaient tous faits pareil à l'intérieur et l'acier Valyrien tranchait tout sans distinction.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Jeu 12 Juil 2012 - 22:29

Les Terres de l'Ouest. Voilà où venait d'atterrir notre cher camarade après avoir traversé tout le Bief sur sa longueur. Concrètement, il en avait mis du temps pour parvenir jusqu'aux Terres de l'Ouest. Il faut dire que le Bief était vaste et que pour peu qu'il aimait découvrir et visiter des choses, il avait forcément passer quelques années à parcourir ces étendues vertes qui le changeaient fortement de Dorne. Autant il avait du s'habituer à cette contrée plus que chaleureuse aux températures écrasantes, au temps une fois habitué il avait du s'acclimater de nouveau à ces saisons qu'il connaissait bien qui ressemblait quand même d'avantage à celles qu'il pouvait avoir dans les Terres de la Couronne et sur les autres Terres environnantes. Dorne lui manquait énormément mais il avait mis tout ça de côté pour pouvoir profiter de ces instants de liberté, de vol, et de boulots en tout genre, bien payés et surtout peu convenables qui lui permettaient de vivre sans trop de difficultés. Oh bien sûr ce n'était pas le plus facile mais sincèrement ça ne lui déplaisait guère. Pourquoi se plaindre d'être libre ? Sans responsabilités, sans attaches, avec pour seul but de découvrir du pays et d'avancer dans la contrée, s'octroyant les biens utiles des gens qu'il pouvait croiser. Et puis il y avait toutes ces femmes... Oh oui ça il en avait croisé un nombre incalculable, il avait partagé la couche d'un nombre tout autant incalculable. Après tout, après les tavernes, voire même avant, les bordels étaient des endroits qu'il affectionnait pas mal. Et puis même sans cela, il n'avait jamais vraiment eu beaucoup de difficultés à aborder une dame et à tenter de la séduire comme il faisait avec presque toutes la gente féminine qu'il croisait dans sa vie. Il n'était pas du tout difficile. Bon évidemment, pour peu que ce n'était pas la grand mère de soixante passé et que ce n'était pas non plus la gamine d'en dessous de 17 ans, il n'avait pas de critères de sélection particulier. Il fallait évidemment un minimum de beauté mais il ne prenait pas que les magnifiques demoiselles de service. Ce qui fallait c'est qu'elles aient du charme et quelque chose qui fasse la différence. Et puis une femme restait une femme, il aimait leur compagnie il ne pouvait pas le nier et surtout il était totalement sensible à leur charme. Bien sûr, il n'y avait pas d'attaches. Il allait et venait, passait de l'une à l'autre à travers les différents lieux qu'il visitait. Cela lui plaisait. Mais il ne faisait pas que s'amuser, il arrivait toujours à trouver quelqu'un qui cherchait un exécutant pour la basse besogne : un assassinat, aller dérober quelque chose chez quelqu'un, bref... tout ce qu'on pouvait imaginer que certaines personnes ne préféraient pas faire elles-mêmes. C'était comme ça qu'il gagnait sa vie. Sinon pour le reste, il s'appropriait simplement même si ça ne lui appartenait pas.

Toujours est-il qu'il était arrivé par le sud sur les Terres de l'ouest et qu'il n'avait pas mis longtemps avant de rendre un petit service à un cher monsieur qui lui proposait ce travail comme un logement. Il n'allait pas refuser mais ce qu'il n'avait pas compris de prime abord puisqu'il ne connaissait pas encore la géographie des lieux, c'est qu'il devrait se rendre à la côte et que finalement, ce n'était pas vraiment tout près...donc le gîte ce n'était pas gagné. Il quémanda alors davantage de l'argent mais ne refusa pas le boulot en soi vu qu'au final, cette obtention pécuniaire lui permettrait de payer autre chose plus tard. Dormir à la belle étoile au fond, il en avait un peu l'habitude aussi. Donc s'octroyant comme toujours une monture qui n'était guère la sienne, il se rendit sur la côte. Heureusement qu'il n'était pas arrivé à l'est des Terres de l'Ouest... Sinon il aurait eu une trotte à faire. Mais là il n'était pas tellement loin et au final, il ne mit qu'une journée pour se rendre sur les lieux. Cependant, une fois arrivé sur place, il dut prendre repos car la journée s'était fort bien écoulée et éreinté par le voyage, il préféra se trouver de quoi manger puis un lieu tranquille où pieuter. Ce qu'il fit après quelques heures passées dans une taverne et la trouvaille d'un coin plus ou moins douillet dans une espèce de carriole de fortune abandonnée. L'alcool jouant il ne mit pas longtemps à s'endormir et ce fut la luminosité qui le tira de son sommeil le forçant à émerger et se rappeler pour quelle raison il était sur place. Il mit quelques instants pour se reprendre et puis parti à la quête de nourriture à voler pour remplir son estomac vide avant d'exécuter le travail qu'on lui avait quémandé et qui se résumait à menacer un pêcheur qui avait escroqué l'homme en question qui l'avait envoyé. Encore fallait-il qu'il le trouve cet homme. Mais son estomac vide lui rappela la priorité et ce ne fut qu'après quelques larcins et un festin qu'il put s'aventurer à la recherche du concerné. Concerné qu'il ne trouva qu'un certain laps de temps plus tard. Il avait quand même eu quelques informations mais bon en tant qu'étranger et non connaisseur de la région, ça avait été moins évident que s'il était déjà venu auparavant. En attendant, l'homme n'était qu'un couard né qu'il n'eut aucun mal à soudoyer en le menaçant de lui couper quelques parties corporelles. Il en profita pour la peine pour le détrousser également histoire d'avoir un peu de bénéfice. Toujours est-il que ce fut fort satisfait qu'il quitta les lieux et se mit en quête d'une nouvelle monture pour repartir d'où il venait. Quoi qu'au fond il pouvait bien faire un petit tour. Ce qu'il fit.

Il ne marcha que quelques mètres après cette bonne résolution qu'il fut heurté et même emprisonné dans les bras fragiles et fins d'une jeune demoiselle qui semblait tout droit venue des montagnes telle une sauvageonne. On aurait dit une sorte d'animal terrifié avec sa façon ainsi de demander de l'aide comme si sa vie en dépendait. Ce qui au fond était peut-être le cas, particulièrement quand il entendit cette voix masculine qui réclama clairement apparemment son du. Qui était-elle ? une fille vendue ? Une esclave ? Une fille kidnappée ? Allez savoir... Il était difficile de dire en la voyant là comme ça. Néanmoins elle se camoufla tant bien que mal dans ses bras en s'accrochant désespérément. Elle semblait clairement ne pas avoir envie de le suivre et lui en bon gentleman et homme de ses femmes, il n'allait tout de même pas la donner à ce rustre. Elle semblait bien jeune en plus. En clair il allait encore s'embarquer dans une affaire qui ne le concernait pas pour une donzelle qu'il connaissait que depuis quelques minutes.

"Allons allons... De un déjà, te la "rendre" serait impossible pour peu qu'elle ne m'appartient pas. " Lui et son humour toujours mal placé... "De deux, ta tête a pas l'air de lui revenir non plus à ce que je vois. Peut-être qu'envisager de la laisser choisir sa route serait de bonne augure ? Ou alors te couper les cheveux... elle aime peut-être pas ça. "

Oui oui il avait toujours l'art de tout tourner en dérision. Mais il n'était pas complètement stupide. Bien que l'homme qui se tenait devant lui était clairement plus jeune, il n'avait l'air guère commode pour la peine. Mais comment pouvait-il résister à une bouille aussi mignonne et à cet air tellement désemparé qui lui suppliait du regard de l'aider ? Rhaaa ces femmes... Elles finiraient par signer sa perte c'était certain. Mais en attendant, il ne pouvait pas l'abandonner, donc il passa simplement un bras autour de la demoiselle et la fit glisser gentiment sur le côté pour ne pas qu'elle soit exposée à d'éventuels écarts masculins, sans pour autant l'éloigner de lui. Quitte à la protéger autant le faire jusqu'au bout non ? Néanmoins, entraîner une rixe en pleine rue n'était peut-être pas l'idéal non plus... Une petite négociation peut-être ? Allez savoir. Ou alors simplement une légère proposition ? Il pouvait toujours essayer au fond, il verrait bien ce que ça donnerait.

"Je te propose de gentiment faire demi-tour qu'en penses tu ? Ce serait plus agréable pour tout le monde. Tu retournes je sais pas où, tu te trouves une autre dame qui peut-être serait plus encline à te suivre, enfin bon si tu changes pas tes manières t'as peu de chance, et puis tu vas voir ailleurs si elle y est pendant que moi je m'en occupe ? Hein ? On fait ça ? Non ? " Il l'observa un instant avant d'ajouter "Je ne sais pas pourquoi mais je sens que la tâche va être rude avec toi mon gaillard..." Il se tourna quand même vers la demoiselle et lui fit un magnifique sourire charmeur comme il en avait si bien l'habitude "Ne vous en faites pas ma dame, je vous protégerais autant que je le peux."

Il ne risquait sûrement pas de perdre la vie ici.... enfin ... normalement ! Bon après avec ces jeunes robustes, on ne pouvait jamais dire de quelle impulsivité ils pouvaient faire preuve. Bon évidemment, il ne désirait nullement sortir une de ses lances directement et commencer un combat qu'il pouvait éviter si c'était possible. Après tout, il avait de l'argent, il avait accompli son boulot, il pouvait bien retourner tranquillement...mais pas sans la fille. Et pour une dame il était tenace. Sans ça il n'aurait même pas fait attention à l'homme posté devant lui qu'il regarda de nouveau pour éviter de trop le perdre du regard non plus. Après tout il n'avait pas la moindre idée de qui c'était et il pouvait très bien être dangereux qui sait... Mais bon, ils n'avaient peut-être pas le même âge mais il était toujours très habile... Surtout qu'il avait continuer à s'entraîner avec ses lances qu'il avait acquises à Dorne.





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 13 Juil 2012 - 14:24

     En voyant ce julot se pointer au bout du chemin, Sargon avait senti les ennuis s'approcher et les premiers mots qui sortirent de la bouche de l'homme ne furent qu'une simple confirmation. Il était évident qu'elle ne lui appartenait pas puisqu'elle était désormais la possession du capitaine, même si elle serait très certainement cédée à l'un de ses oncles comme l'on offre un cadeau. La remarquée lancée sur son physique laissa le Harloi de marbre. Si l'autre avait espéré le vexer ou le titiller à ce niveau, il arrivait malheureusement bien trop tard. Depuis aussi loin que le Fer-né puisse s'en souvenir, son physique trop frêle avait éveillé les moqueries de ses homologues et cela faisait donc plus de deux décennies qu'il avait à essuyer ce genre de piques aussi basiques que stupides. Sargon était vaniteux, il ne doutait pas une seule seconde que son physique puisse ravir les femmes, mais là il s'agissait des véritables femmes, les habitantes des Iles de Fer et non ces stupides esclaves juste bonnes à récurer les pierres du château de Kenning. Avec elles la réaction était toujours la même : pleurs, cris, larmes, supplications. Une infinité de manifestations de faiblesse qui énervaient le Harloi aussi sûrement qu'un loup à qui l'on agiterait un morceau de viande saignante sous le nez. Qu'il l'effraye n'était pas étonnant, elles étaient juste bonnes à jouer les victimes et lui et ses marins les prédateurs.

     Comme la stupide génisse continuait sa mascarade, l'homme enchaîna en « proposant » au Fer-né de faire demi-tour pour s'en-aller en laissant la donzelle tranquille. Est-ce qu'il était réellement sérieux ? Oui, apparemment. Vu l'expression qui figurait sur le visage de son opposant, Sargon comprit que l'homme croyait sérieusement qu'il avait une chance de se débarrasser de lui avec quelques belles paroles. Même s'il ajouta avoir l'impression que la tâche serait plus compliquée que prévue, il était bien en-deçà de la vérité. Le capitaine de la Veuve Salée ne laisserait jamais une femme qui lui appartenait s'en-aller tranquillement. Ou alors elle le ferait avec la gorge ouverte d'une oreille à l'autre. Comme il jugea utile de rassurer la sotte qui s'accrochait à lui comme une rémora à son requin, le Fer-né fut à deux doigts de manifester son dégoût en rendant ce qu'il avait mangé la veille. Le stéréotype du chevalier sauveur de belles demoiselles, sauf qu'elle n'était rien de plus qu'une esclave. Comme la situation était suffisamment ridicule du goût du Harloi, il décida d'annoncer bien rapidement la couleur et de faire comprendre à ce séducteur de pacotille qu'il faudrait bien plus que des mots pour le persuader de s'en-aller.

     ▬ Tu parles autant qu'une donzelle, s'en est presque épuisant. Pour quelqu'un qui utilisait les mots pour manipuler les autres, c'était un discours bien étrange. Mais l'homme face à lui ne le connaissait pas et la réputation des Fer-nés était suffisante pour le persuader qu'il n'était qu'une stupide barbare. Sous-estimer son adversaire était la meilleure chose à faire pour lui offrir une chance supplémentaire de vous battre. Encore fallait-il que l'autre sache qui il était, même si sa tenue et le sang qui la maculait devaient parler d'eux-mêmes. Mais tu as raison sur un point, cette femme ne t'appartient pas puisqu'elle est ma propriété. Le vénale personnage avait une grande difficulté à partager, encore plus lorsqu'il s'agissait de prises en nature. Crépuscule pendait à sa ceinture et Sargon n'hésiterait pas une seule seconde à s'en servir si c'était là le seul moyen de récupérer cette idiote sans cervelle. Il est hors de question que je m'en aille d'ici sans elle. »

     D'un geste du menton, il désigna la jeune femme, toujours lovée dans les bras de l'homme sans nom. La situation était déjà bien avancée et presque dans une impasse. Il n'y avait qu'un chemin pouvant permettre d'en sortir en envisageant que le continental refuse de laisser le Fer-né récupérer son dû. Il était dangereux de s'interposer entre un chasseur et sa proie et une chose était certaine, Sargon ne lâcherait pas avant d'avoir ce qu'il souhaitait, ou d'être dans l'incapacité de le souhaiter ! Un combat entraînerait obligatoirement la mort de l'un des deux participants, à moins qu'un ne baisse les bras en signe de reddition. Seulement ce scénario n'était envisageable que du côté du continental, le natif des Iles de Fer avait suffisamment combattu pour savoir qu'il préférait encore mourir que perdre un combat. Est-ce que le chevalier - ou ce qu'il pouvait être d'autre - serait prêt à donner sa vie pour une simple donzelle qui n'aurait rien de plus à lui offrir que quelques heures de plaisir ? Rien n'était moins sûr. Vu la manière dont les Fer-nés percevaient les continentaux, il était aisé de comprendre que le Harloi était persuadé qu'il allait pouvoir le faire fuir en quelques minutes. Peut-être que les choses évolueraient autrement, après tout, tous les hommes n'étaient pas les mêmes. Ses bras pendant le long de son corps, la main gauche de Sargon se laissa finalement aller à errer du côté de la garde de Crépuscule alors qu'il reprenait la parole d'un ton hautain et dédaigneux, sans cesser de fixer l'homme comme si la fille n'existait pas. Ironique sachant qu'elle était la raison de leur discussion.

     ▬ Cette femme est à moi, je l'ai gagné par le fer-prix alors si tu veux qu'elle soit libre, il va falloir gagner sa liberté. Il faisait référence aux traditions des Fer-nés. L'Antique Voie disait qu'un homme qui gagnait une femme par le sang devenait son propriétaire. Le seul moyen de la récupérer étant de verser le sang de son propriétaire actuel pour devenir le nouveau et bien entendu, cela incluait la mort de son prédécesseur. Cela dit, ce concept devait certainement être obscur au chevalier et Sargon – dans sa grande bonde – éclaira donc sa lanterne. C'est-à-dire que si tu veux qu'elle soit tienne, tu dois me tuer. C'est aussi simple que cela. »

     Sa voix ne s'était pas altérée, la mort n'effrayait pas le jeune homme, il savait déjà qu'il mourait jeune et d'une mort violente, depuis longtemps ce sort avait été assimilé et accepté. La question ne se posait donc pas, s'il devait finir sa vie aujourd'hui et dans cette partie de Westeros et bien tant pis ! Mais pourtant l'assurance qui transparaissait dans l'attitude du Fer-né devait renseigner son adversaire sur le fait qu'il risquait de se confronter à quelqu'un qui ne reculerait pas devant quoi que ce soit. Sargon était vaniteux, il se considérait comme un excellent combattant et l'épée Valyrienne qui pendait à sa ceinture décuplait ses capacités. Seulement trop d'assurance pouvait aussi conduire à sa perte, un jour à force de se sentir supérieur, il risquait d'être surpris. Le Fer-né ne sous-estimait pas les autres. Il se savait simplement supérieur à eux. De nature les habitants des Iles de Fer étaient supérieurs aux continentaux - d'après eux - ils naissaient dans le seul but de faire la guerre, piller et tuer contrairement aux habitants de Westeros qui jouaient au jeu des trônes. Sachant que le Harloi se considérait comme au-dessus de ses homologues Fer-nés, il était aisé de comprendre à quel point il se considérait comme plus fort que l'homme face à lui. Celui-ci était plus âgé que son jeune adversaire, mais c'était sans importance, l'âge donnait l'expérience, mais malgré le fait que Sargon était encore jeune, il avait connu plus de combats que certains chevaliers ayant le double de son existence.

     Bien entendu, tout ceci se passait dans l'esprit du Fer-né et il pouvait exister – et existait sans aucun doute – plus fort et meilleur combattant que lui, mais dans le cas présent le continental pouvait voir que son adversaire était un homme pétri d'arrogance et d'assurance. Cela n'empêchait pas qu'il soit effectivement bon combattant. Comprendrait-il qu'il avait affaire à un Fer-né ? Si oui, il saurait aussi que les membres de ce peuple ne quittaient jamais les abords de la mer et que par conséquent il y avait de fortes chances pour qu'un équipage entier de Fer-nés se trouve à quelques dizaines de mètres d'eux. Autant dire que la prudence était de mise, sauf si le joli minois de la gamine était trop tentant pour comprendre qu'il y avait peut-être plus à perdre qu'il n'y avait à gagner. Approchant d'un pas nonchalant qui montrait clairement qu'il se fichait pas mal du combat qui se profilait peut-être à l'horizon, Sargon lança une dernière phrase à son adversaire.

     ▬ Alors ? Est-ce qu'on fait ce combat pour régler la question rapidement, ou tu me rends cette garce avant que je ne m'impatiente ? »

     Il parlait d'un ton toujours aussi dédaigneux comme s'il avait affaire à un simple paysan. Ce n'était pas dirigé contre le continental, c'était tout simplement le comportement naturel d'un Fer-né habitué à dominer les autres et certainement trop sûr de lui.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Sam 14 Juil 2012 - 19:16

Ok. Première constatation, cet homme n'était absolument pas doué d'humour. Mais alors, pas du tout. Il n'avait qu'une envie c'était récupérer ce qui était soi disant son bien, bien qui ne cessait de s'agripper à lui comme s'il était le sauveur qu'elle avait tant espéré. Bon après vu comme l'homme qui se tenait devant lui n'avait pas l'air commode, même malgré son jeune âge, il pouvait comprendre qu'elle n'avait pas envie de s'éterniser en sa présence. De plus concrètement, vu comme elle était vêtue et aguichée, elle devait sûrement faire office d'esclave ou de jouet personnel, allez savoir. Concrètement, il n'aimait pas forcément connaître les pratiques courantes des autres hommes par rapport aux femmes. Il avait les siennes et elles étaient très bien. Du moins les femmes ne s'en plaignaient guère. Après tout il s'évertuait à les charmer, à leur offrir des moments agréables, et voire plus si affinité. Il n'y avait pas tellement de quoi se plaindre. Bon d'accord après il disparaissait parce qu'il avait autre chose à faire ou promettait des choses qu'il oubliait d'exécuter par après.... comme revenir et emmener la donzelle vers un monde meilleur. Une fois qu'il était parti, il était en quelque sorte parti et il rebroussait rarement chemin. Mais c'était un détail... Et surtout ça n'intervenait guère dans la situation actuelle. Situation qu'il sentait allait se complexifier à coups sûr. Pourtant il ne voulait pas les ennuis. Quelle chose étrange que ceux-ci parvenaient toujours à le rencontrer malgré sa propension récurrente à tenter de les éviter ou du moins de leur échapper. Mais non...il fallait toujours qu'il lui arrive quelque chose qu'il n'avait pas prévu et qui le mêle à des histoires qu'il ne souhaitait guère. Après tout, ici, il avait fini un travail, il avait une belle bourse, et tout ce qu'il voulait c'était retourner de là où il venait pour obtenir plus d'argent et continuer son périple... Mais une nouvelle fois le destin n'était pas d'accord avec lui et souhaitait qu'il affronte de nouvelles difficultés. Surtout que l'homme devant lui avant la nette tendance à porter un peu trop souvent à son goût la main à l'épée qui se trouvait à sa taille. Certes, il avait deux lances et il savait clairement les manier, elles n'étaient pas là pour faire joli, mais en attendant, s'il pouvait éviter une rixe en pleine rue ...ça l'arrangerait également.

Bon... Maintenant qu'il avait parlé ça annonçait assez la couleur : c'était mal barré. Il voulait la fille, la fille ne voulait pas de lui, et lui était encore au milieu d'une histoire qu'il aurait pu éviter. Mais maintenant qu'il y était mêlé et que la belle demoiselle montrait des signes de souffrance, il ne pouvait décemment pas l'abandonner. En plus, ce genre d'appartenance de personne, ce n'était pas son truc. Ce qui pouvait se comprendre lui qui n'avait aucune attache, aucun bien matériel à part ses affaires de voyage, donc forcément, même s'octroyer comme acquis une femme, ce n'était pas son truc. Il aimait toutes les femmes donc une seule ne pourrait lui suffire et surtout il ne pourrait lui offrir fidélité. Enfin après, ce n'était pas parce que l'homme devant lui voulait cette femme que c'était celle-là qu'il voulait. L'infidélité était connue et reconnue. Encore plus qu'il savait ici n'être pas loin des Iles des Fer-nés. Peut-être en était-ce un... Ils n'étaient pas réputés très jouasses et même plutôt brutaux... à s'approprier des filles qu'ils "volaient" quand ils pillaient les lieux. Allez savoir... peut-être était le cas actuellement. Peut-être que cette donzelle qui s'accrochait à lui espérait autre chose que finir faucher par un homme tel que Sargon, qu'elle n'avait ni désiré, ni voulu.... Raison de plus pour qu'il ne laisse pas celui-ci l'emmener. Voilà qu'en réalité il confirmait en fait cette fameuse tendance des Fer-nés à tout résoudre par la violence et par la mort.... C'était d'une barbarie. Il n'avait jamais vraiment compris cette méthode... A quoi ça servait de se battre inutilement pour perdre la vie ? C'était parfaitement stupide.... Il y avait encore tellement de chose à vivre et à voir, pourquoi s'enfourner dans un combat qu'on savait pouvoir perdre... Enfin lui il avait une philosophie dénuée de toute fierté. Il préférait fuir et se cacher plutôt que de se lancer dans un combat qu'il savait perdu d'avance. Ou alors il tendait d'amadouer l'ennemi comme il pouvait pour garder la vie.... En bref, ce n'était sûrement pas le preux chevalier courageux et qui ferait tout par honneur qu'on pouvait narrer aux belles et jeunes filles....

"Effectivement pour être simple c'est simple.... mais quelque peu inutile non ? "

Autant faire part de son idée... si ça se fait après réflexion, ce jeune garçon allait se rendre compte de la stupidité de cette règle ? il fallait espérer dans la vie... Et être d'un optimisme parfois naïf ! Il avait assez vécu de choses pour savoir que parfois le bien se trouvait là où on ne l'attendait pas et que certaines choses qu'on pensait improbable pouvait se dérouler devant les yeux sans qu'on comprenne comment cela se faisait qu'on y avait droit. Mais bien évidemment, généralement ce n'était guère quelque chose que l'on prévoyait. Donc ici il aurait aimé prévoir qu'il allait rebrousser chemin, donc il savait d'office que ça avait peu de chance de se produire. Surtout qu'il n'avait nullement l'air de le craindre, et nullement l'air de vouloir rentrer gentiment là d'où il venait... Dommage... Ca lui aurait permit de clôturer son escapade vers la côté gentiment... Alors qu'il voyait l'homme approcher à son aise lui envoyant une certaine défiance dans le regard, due plus à son assurance qu'à l'optique de clairement l'intimider, il se pencha un peu vers la demoiselle pour lui murmurer quelques paroles avant de se redresser et d'offrir un joli sourire à son agresseur. Bon certes il ne l'agressait pas lui personnellement, quoi que là pour la peine si un peu, mais c'était plus la demoiselle qu'il voulait. Et vu les paroles c'est vrai que dans toute autre situation, il aurait peut-être cherché à contourner la situation et à échapper à la bagarre. Mais vu ce qu'il venait de glisser à l'oreille de la demoiselle, c'était comme qui dirait mal barré.

"L'impatience... Ah un défaut peu engageant... et..."

Et il poussa la fille en arrière qui détala finalement dans les rues pour s'échapper de nouveau. En réalité, il lui avait gentiment conseiller de se tirer et d'aller voir ailleurs si on ne pourrait pas l'aider pendant que lui allait occuper le garçon pour lui éviter de lui courir après. Il n'avait pas la moindre idée de s'il était capable de combattre cet homme. Il avait de l'expérience, il savait manier les armes qui ornaient son dos, mais il devait reconnaître qu'au choix garder la vie serait bien aussi.... Toujours est-il que faire gagner du temps à la demoiselle serait déjà un avantage non négociable. Après tout, une fois partie dans les sinuosités de la contrée, elle pourrait être n'importe où. Et comme elle tenait à s'échapper, elle courrait irrémédiablement jusqu'à en perdre haleine. Donc ça la mènerait déjà bien plus loin le temps que lui retienne l'homme avant de trouver une solution pour détaler lui aussi et éviter de perdre la vie.... OU alors peut-être arriverait-il à lui mettre une raclée ? Bon une chose à la fois. Sachant que son acte venait sûrement de signer la fin de la paix et de mettre en place le combat, il envisagea vivement de décrocher une lance de son dos et de la prendre en main.

"Aha ! Tu vois à moi aussi elle m'a échappé au final... Peut-être est-elle trop forte pour nous. Les femmes sont douées pour filer !"

GAgner du temps... C'était sa seule optique. Il se doutait bien que l'homme n'allait pas rester sagement avec lui mais il comptait bien le retenir le temps qu'il faudrait pour que la demoiselle aille largement de l'avance. Donc s'il s'était mis en route, forcément, il était dans son chemin. Donc il s'attendait à voir surgir la magnifique lame qui ornait la ceinture du damoiseau. Bon damoiseau n'était pas trop correcte. Plutôt de la brute !

"Sincèrement on pourrait peut-être régler ça autour d'un verre non ? Des filles y en a plein pour un soir... Même pas besoin de chercher à se les approprier... Il y en a tellement dans ce monde que je suis persuadé qu'où que tu ailles, certaines seraient ravie de partager quelques moments avec toi.... Laisse donc celle-là gambader...."

Futiles paroles il le savait pertinemment mais c'était plus fort que lui ! L'humour et la dérision avaient toujours été ses points forts....ou du moins des traits prégnants de sa personnalité.






You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Dim 15 Juil 2012 - 13:15

     L'homme face à Sargon avait réellement l'air de croire qu'il parviendrait à le convaincre qu'une vie et que des traditions qu'il connaissait depuis sa naissance étaient « inutiles ». C'était plutôt gaspiller sa salive qui était inutile parce que le jeune homme ne comptait pas laisser cette sale garce s'enfuir aussi facilement. Si elle s'imaginait pouvoir vivre tranquillement comme une habitante de Westeros, elle se fourrait le doigt dans l'œil et jusqu'au coude. Les yeux mordorés du Fer-né étaient dirigés sur le dos de la captive en fuite alors qu'il ignorait tout simplement le sourire que son adversaire lui envoyait. Il pouvait garder ça pour les femmes, ce n'était pas le genre de manifestation qui touchait le Harloi. Lorsque l'homme commença à parler avant de pousser la fille derrière lui pour l'inviter à fuir, Sargon resta de marbre. Il n'était pas question qu'il s'amuse à la courser avec un imbécile qui voulait jouer les héros dans son dos. Oh, certes, le jeune homme était persuadé de pouvoir régler son compte à cet inopportun, Crépuscule était plus efficace que n'importe quelle arme et rendait tout tellement plus facile. Mais disons simplement que le Fer-né n'avait pas envie de gaspiller son énergie pour lutter contre un adversaire qui au final, n'avait d'importance pour lui que parce qu'il se trouvait sur son chemin. Toujours muet devant les provocations du chevalier – bien qu'il n'était toujours pas sûr que l'homme en soit un – Sargon resta debout sans bouger jusqu'à ce que le silence se pose à nouveau entre eux. Désormais, c'était le moment de montrer à cet idiot qu'il n'avait pas affaire à un simple barbare venu des Iles de Fer, mais bel et bien à quelqu'un qui savait tirer une bonne carte de n'importe quel jeu.

     ▬ Je me fiche pas mal de cette gourde, je n'en veux pas pour moi, je n'ai aucun goût pour les génisses juste bonnes à pleurer et s'abriter dans les bras d'un continental trop sûr de lui. C'était l'évidence même, il n'y avait qu'à voir les « fréquentations » du Harloi pour comprendre qu'il goûtait davantage à des femmes de caractère. Mais là n'était pas la question, Sargon ne comptait pas parler de ses préférences en matière de jupons à soulever. Mais je te félicite, elle ne vient pas de Westeros et grâce à toi elle tombera dans les bras du premier patron de bordel qu'elle croisera, c'est certain que c'est un sort plus enviable que devenir la femme-sel d'un lord. Car c'était bien le sort qui lui était réservé, devenir la concubine du lord de la maison Harloi, être couverte de cadeaux et pourquoi pas avoir une meilleure vie qu'elle n'avait à Myr ? Cette fille était une catin là où je l'ai ramassée, alors ne me fais pas rire, elle a juste changé de lieu de vie, mais certainement pas de mode de vie. »

     C'était bien évidemment un énorme mensonge. La jeune femme n'était pas une catin dans le petit village où elle avait été ramassée. Non, elle travaillait dans un atelier de joaillerie, une affaire familiale de ce que le Harloi avait cru comprendre puisqu'il avait ses trois sœurs et son père à bord de son boutre. Cette pensée lui fit naître une idée plus qu'intéressante. Il y avait déjà songé au moment où la jeune fille s'était abritée dans les bras du chevalier, lui faire peur et toucher la corde sensible. Avec les femmes c'était tellement facile, elles étaient toutes sentimentales et adoraient leur famille, cette idiote n'avait pas dû y penser au moment où elle s'était enfuie, mais peut-être qu'elle y repenserait en chemin ? De toute manière, Sargon avait bien compris le point sensible de son adversaire, du moins c'était ce qu'il croyait. Celui-ci avait l'air de goûter aux charmes des femmes, il n'y avait qu'à voir la manière dont il avait eu des gestes protecteurs et des sourires charmants à l'encontre de la fugueuse. Est-ce que l'idée qu'il puisse provoquer la mort d'autres donzelles pouvait l'inquiéter ? Alors qu'un léger sourire arrogant se dessinait sur les lèvres du capitaine de la Veuve Salée, celui-ci reprit la parole d'un ton toujours aussi vaniteux.

     ▬ J'espère qu'elle reviendra te remercier, tu pourras aussi lui dire que c'est à cause de toi que ses sœurs ont été tuées. Plongeant son regard dans celui de l'homme aux lances pour lui montrer qu'il était absolument sincère - et il l'était - le Fer-né continua. Cette idiote a oublié que j'ai enlevé ses sœurs et son père en même temps qu'elle, puisqu'elle a fugué je vais tout simplement punir sa famille en leur ôtant la vie. Puisqu'elle a pu partir grâce à toi, tu peux t'estimer responsable de ce massacre. Il laissa planer quelques instants de silence pour que l'autre puisse assimiler les informations, avant de continuer. Tu as parfaitement raison, des filles il y en a plein, je n'ai pas besoin de courir après une simple petite catin alors que je peux en ramasser à la pelle dans sa contrée d'origine. C'était assez amusant de constater que l'autre n'avait rien contre l'idée qu'il enlève d'autres filles du moment que celle-ci était en sécurité. Pourtant elle n'était pas franchement particulière. À moins qu'il ne se soit juste mal exprimé? Je dirai aux prochaines captives qu'elles ont été enlevées grâce aux discours d'un petit continental trop chevaleresque. »

     Est-ce que l'autre allait le croire ? Une chose était certaine, c'était que le Fer-né était parfaitement sincère lorsqu'il parlait. De toute manière bon nombre de captifs étaient capturés pour être sacrifié au Dieu Noyé, sauf qu'en général Sargon ne le faisait jamais puisqu'il n'était pas un fervent partisan de l'Antique Voie. Peut-être que le chevalier allait lui dire qu'il s'en contrefichait, dans ce cas ma foi, Sargon se contenterait de demander de l'aide à quelques marins pour ratisser la zone. Elle n'avait pas été nourrie – ou si peu – et serait vite à court d'énergie, la retrouver ne serait donc pas franchement difficile. Son arrogance le persuadait qu'il y arriverait, même si la vérité était certainement bien différente. Seules quelques secondes de silence venaient de passer avant que le Fer-né ne laisse sa main s'éloigner légèrement du pommeau de son arme pour montrer à son adversaire qu'il n'avait aucun intérêt de se battre contre lui. Maintenant qu'il n'avait plus la fille, la seule raison pour laquelle le jeune homme restait ici était bel et bien parce qu'il voulait que cet homme l'aide à remettre la main sur la fugueuse. Après tout, devenir femme-sel n'était pas un sort si horrible. Vous aviez à manger, de quoi vous habiller, même des cadeaux précieux pour les femmes-sel les plus « dévouées », en bref la vie d'une noble sauf que vous n'étiez pas libre de vos mouvements. Toujours en regardant son adversaire, il continua.

     ▬ Si tu crois que je bluffe, du peux toujours me suivre, mon boutre est à quelques dizaines de mètres de là, tu verras les filles et elles pourront te dire que cette idiote est leur sœur. »

     L'assurance était palpable dans ses paroles, il ne tenait qu'à l'homme de décider s'il allait ou non croire ce qui sortait de la bouche du Fer-né. Au fond, si l'homme lui faisait savoir qu'il n'en avait rien à faire et bien le capitaine le laisserait tout simplement planté là et se détournerait de lui pour aller chercher quelques hommes histoire de chercher dans les environs. Ils ne perdraient pas beaucoup de temps, si jamais la captive en fuite ne revenait pas, ils exécuteraient sa famille et laisseraient les corps sur la plage pour qu'elle puisse les voir dès que ses pas l'y mèneraient à nouveau. Après ça, il y avait fort à parier qu'elle ne serait plus jamais la même et qu'elle culpabiliserait à jamais. Le capitaine de la Veuve Salée termina son intervention avec une dernière phrase destinée à son interlocuteur. Peut-être la dernière de leur conversation !

     ▬ À toi de décider. Soit tu te débrouilles pour que cette idiote revienne ici puisque tu sembles être son protecteur, soit tu refuses et je vais de ce pas demander à mes marins de se débarrasser définitivement de sa famille. Une brève pause, un sourire amusé se dessina sur ses lèvres. À fourrer ton nez dans les affaires des autres tu vois ce que tu récoltes. Tu devrais te contenter de te servir de ta langue avec les donzelles. »

     Lui aussi pouvait faire de l'humour après tout.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Lun 16 Juil 2012 - 15:22

Aslak ne comprenait guère le comportement du jeune homme devant lui.... Pourquoi poursuivre une fille dont il n'avait rien à faire alors ? Il aurait pu éviter de la courser dès le début non ? Ou alors c'était par fierté. Laisser partir une femme ne pouvait avoir lieu ! Oh non ! mon dieu ce serait une attaque personnelle à son combat et à ce prix durement gagné.... Non décidément il n'était pas fait pour tout ces jeux de guerre, de prix et d'autres choses. Oh bien sûr il rendait des "services" et obtenait contribution pécuniaire à la fin. Mais de là à s'octroyer des choses par fierté ou par honneur, ce n'était nullement son truc. On obtenait quelque chose parce qu'on l'avait gagné ou qu'on l'avait volé...mais il ne cherchait clairement plus loin. De toute façon il n'en avait nullement envie. En attendant, ce guerrier et apparemment Fer-né lui peint gentiment le tableau de ce qu'aurait été la vie de la demoiselle qu'il venait de sauver. Au final, il préférait ne pas réellement se questionner. La fille était venue vers lui, avait demandé son aide, et lui c'était exécuter. Penser plus loin n'était pas non plus dans ses facultés. Après tout, si la demoiselle avait fuit pour se réfugier ailleurs, c'était qu'elle n'en voulait pas de sa vie. Et même si elle était une catin par de son passé, cette vie lui convenait peut-être bien mieux que femme-sel en captivité d'un homme qu'elle ne connaissait guère et qui serait peut-être tout aussi violent que les personnes qui l'avaient attrapée. Allez savoir... Toujours est-il que les intentions de la jeune fille, il n'avait guère eu le temps de lui demander et elle n'avait point été contre son plan d'évacuation forcée. Donc c'était ce qu'elle désirait. Point barre. Lui n'allait pas chercher plus loin. Après tout il n'avait rien demandé. Il aurait vu la jeune fille courir suivit de cet homme, il aurait peut-être légèrement intervenu avec le placement d'un pied qui aurait fait rencontrer le sol à la face du guerrier mais il aurait tout simplement joué les stupides en niant son implication et serait reparti comme si de rien était. Ce n'était pas son genre de se mêler des histoires des autres... mais par contre c'était le genre des affaires des autres à venir se mêler à sa vie à lui. A croire qu'il les attirait tel un aimant. Enfin il délaissa ses pensées pour l'instant pour répondre au fer-né.

"Et bien si elle ne t'intéresse pas, laisse la errer à son aise. Et apparemment, ton offre de femme-sel pour un Lord ne lui apparaît pas comme plus jouissif que sa vie de femme de plaisir. Chacun son choix, même pour une catin."

Il n'aimait pas trop ce genre de rabaissement pour une femme. Bon d'accord il idéalisait peut-être toutes les femmes mais il ne méjugerait jamais une de celles-ci parce qu'elle avait opté pour une vie de luxure et de plaisir. Après tout, lui aussi agissait comme ça. Et il était bien content qu'existe des bordels pour occuper certaines de ses nuits en belle et douce compagnie. C'est vrai qu'il fallait payer mais ça en valait toujours la peine. Reposer au creux des bras d'une femme était un pur ravissement qu'il adorait. Oh bien sûr, jamais la même femme... C'était intéressant de connaître d'autres points de vue. Mais il était vrai que peu de gens avouaient sans honte fréquenter ces lieux de débauche. Comme si c'était la peste alors qu'au final, quand on ne les regardait pas, beaucoup d'hommes même nobles allaient fourrager dans ces lieux pour trouver un bonheur d'une nuit, autre que leur épouse ou encore leur solitude masculine. Mais chacun faisait ce qu'il voulait et si la fille qu'il avait aidé avait envie de quitter cet homme pour retrouver sa vie d'avant ou une autre vie, c'était son droit. Point barre. L'homme reprit la parole et lui remit la faute de la suite des évènements sur le dos. C'était quoi cette arnaque ? Lui porter un tel fardeau ? Jamais de la vie ! Il n'était pas quelqu'un qui ne se souciait de personne, loin de là, mais il devait reconnaître qu'il se souciait d'abord de lui-même et qu'il préférait oublier cette histoire pour mieux vivre que commencer à se torturer l'esprit en se disant que par sa faute - ce qui n'était techniquement pas super juste non plus... au fond il n'avait rien fait - d'autres personnes avaient perdu la vie. Il semblait en plus le défier du regard comme pour bien accentuer ses propos. Comme si sincèrement il s'intimidait pour si peu... Au vu des nombreuses situations où il avait trahi, vendu la mèche, ou avait quitté toute fierté simplement pour garder la vie, il n'avait strictement rien à craindre des menaces que le Fer-né mettait en place... Il ne savait d'ailleurs même pas pourquoi il l'avait fait alors qu'il quittait le pommeau de son épée pour faire comprendre en quelque sorte qu'il ne comptait guère combattre. Tout ça pour ça ? Il préférait quand même garder sa lance en main. Il se méfiait des tentatives parfois de dissuasion que certaines personnes pouvaient mettre en place avant de tout simplement attaquer par surprise. Il valait mieux être prudent plutôt que de se risquer à être trop naïf. Il lui était déjà arrivé tellement de choses qu'il préférait mettre toutes les chances de son côté.

Voilà que maintenant il lui proposait de le suivre.... C'était quoi ça ? Une tentative pour le faire capturer et buter par un attroupement de Fer-nés ? Ou alors c'était réellement sincère ? Il n'en savait rien mais tout ça ne lui disait qui vaille... Et encore moins avec les dernières paroles. Il croyait vraiment qu'il allait se mettre à harponner la ville pour retrouver une fille qu'il venait de sauver ? Bon ok ça pouvait hypothétiquement sauver sa famille... mais bon elle avait fait son choix la gamine et au fond elle avait sauvé sa peau. C'était un acte qui était à ses yeux totalement compréhensible. En plus... Minute... pourquoi lui devrait faire le travail raté d'un mec qui n'avait pas été capable de garder ses captives ? Tant mieux pour la demoiselle bien sûr, mais il ne voyait de nouveau pas pourquoi c'était lui qui s'en prenait plein la poire ensuite. Il accrocha sa lance de nouveau dans son dos près de sa jumelle avant de croiser les bras en regardant le Fer-né et de prendre la parole.

"Attends laisse moi résumer la situation... Donc... De un, une de tes captives arrivent à se tirer de ton boutre devant tes yeux. De deux, tu n'es pas capable de la rattraper. De trois, tu la laisses filer une seconde fois. Et de quatre, tu demandes l'aide d'un inconnu pour la retrouver.... Ca fait pas un beaucoup d'erreurs de ta part ça ? Enfin moi sincèrement je fais cette réflexion là mais quelque part ça ne me regarde pas. Tu sais j'ai rien demandé moi. Tu peux remettre autant que tu veux la faute sur moi... je n'ai fait que répondre à la demande d'une demoiselle qui passait sur mon chemin, que TU as laissé filer. Elle ne m'a jamais demandé de l'aider à sauver sa famille, elle a quémandé mon aide pour s'enfuir. C'est chose faite. Après si toi à côté de ça, ça a tellement atteint ta fierté que la seule chose pour répliquer que tu es capable de faire c'est tuer des personnes qui sont restées sagement sur ton rafiot... C'est ton problème. Si ça peut prouver que tu es un homme ou un Fer-né que de tuer des gens sans défense grand bien t'en fasse. Mais moi je ne tiens nullement à porter son fardeau. C'est ta responsabilité et de toute façon au final, c'est de toute façon toi qui y perds, mon gaillard. "

Il marqua une pause et regarda le Fer-né. Il avait l'air sérieux sans avoir l'air en même temps. Il n'était pas du tout en train de menacer ce dernier, il ne cherchait même pas à le faire changer d'avis, il lui donnait simplement son avis et émettait les idées qui lui traversaient l'esprit. De toute façon, comme il l'avait plus l'air de vouloir combattre, il ne voyait pas pourquoi il se laissait prendre tout ça dans la tête sans rien dire. Et puis il cherchait bien à le culpabiliser non ? Alors pourquoi lui ne pourrait pas mettre un peu la pression sur les épaules du Fer-né. Il sourit néanmoins après et croisa ses mains dans sa nuque amusé.

"Allez allez... Me voilà en train de jouer le moralisateur." Bon ce n'était pas totalement ça mais l'humour lui manquait dans cette conversation. "Allez laisse tomber cette histoire va. T'as perdu une gamine mais c'est pas la fin du monde que je sache. Retourne sur ton boutre et va offrir les soeurs de la concernée à ton Lord... Il n'y verra que du feu non ?"

Oui c'est vrai qu'il pouvait paraître infâme... Mais que pouvait-il faire dans cette situation ? Il en avait sauvé une, c'était déjà bien non ? Il n'était pas un vengeur né, un héros sur qui compter dans les pires situations... Vraiment pas. Lui il était là et aidait dans la mesure de son possible. Cette jeune demoiselle n'avait effectivement pas sollicité son aide pour aider sa famille mais pour l'aider elle. C'était ce qu'il avait fait tout bonnement. Les choses s'arrêtaient là. Il regarda avant de sourire et de parler de nouveau.

"Bon par contre tu m'excuseras mais j'ai guère envie de t'accompagner... Je te crois sur parole pour la famille. Parce que franchement m'aventurer sur un rafiot où y a que des comme toi, je ne sais pas si j'en sortirais vivant... Ou alors je voudrais pas qu'on me prenne pour une gonzesse parce que je parle beaucoup et m'offrir à un des lords... J'aime la luxure mais pas celle-là ! " Il se mit à rire à l'idée d'être embarqué dans ce genre de combine. "Allez je t'offre un verre si tu veux... Je suis de bonne humeur."

Lui pactiser avec l'ennemi ? Toujours !






You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Lun 16 Juil 2012 - 18:31

     Ils ne se comprenaient pas, c'était un fait. Sargon ne perdait pas sa salive en vain dans de tels cas et il se contentait d'envoyer l'autre sur les roses pour reprendre son chemin. Pourtant la simple idée que cette garce puisse s'imaginer l'avoir floué lui était tout simplement insupportable. Fierté mal placée, il avait un égo sur-dimensionné et inévitablement la moindre offense prenait des proportions énormes. Pourquoi avait-il fallu que ce julot soit là ? Il ne pouvait pas être dans un bordel à besogner une donzelle au lieu de venir ennuyer les honnêtes combattants ? Les catins faisaient ce qu'on pouvait leur ordonner et cette gamine n'était rien de plus qu'une esclave. Tant pis pour elle, elle comprendrait bien que personne ne se moquait des Fer-nés et encore moins de lui. Sargon resta muet devant la déclaration de l'homme dont il ignorait toujours le nom. Simple roturier ou noble en train de visiter ses terres ? Peu lui chalait, le résultat était le même : cet homme l'irritait au possible. Discuter avec les hommes n'avait jamais été sa tasse de thé de toute manière, il savait très bien qu'il était rapidement classé dans deux catégories bien différentes. Chez les Fer-nés on le considérait tout simplement comme un fluet continental, même s'il avait fait ses preuves depuis belle lurette. Chez les continentaux, comme un barbare mal-élevé à la langue trop pendue et aux manières trop sulfureuses pour convenir à des nobles dames. En somme, il n'avait sa place nulle part, mais loin de le frustrer cette constatation l'enjouait plutôt : il était unique. Autant dire que les critiques balancées par le continental glissaient sur lui comme de l'eau sur les plumes d'un canard. Croyait-il réellement que le Harloi allait douter de ses capacités parce qu'un inconnu lui soulignait les « fautes » qu'il avait commises ? Ce n'était pas des fautes de toute manière, Sargon mettait plutôt cela sur un coup du sort. Il aurait effectivement pu empêcher cela en enchaînant les captives, mais c'était tellement plus intéressant de pouvoir les sanctionner si elles dépassaient les limites ! Ce serait le cas cette fois-ci, il ne démordait pas de son idée de départ et dès qu'il rentrerait à son boutre, il donnerait l'ordre de regrouper la famille de la fugueuse.

     Laissant l'autre déverser son flot de recommandations, de critiques et de moral, le capitaine resta silencieux, arborant un air vaguement blasé comme s'il était en train de supporter les remontrances de son père. Même si l'homme était plus âge que lui, il ne pouvait néanmoins pas jouer ce rôle, c'était évident. Au final, après une légère pause, l'étranger enchaîna pour lui conseiller de laisser tomber cette histoire et de s'arranger autrement. C'était évident, Igon ne saurait pas combien de femmes il avait capturé, ni combien étaient restées en vie. Mais lui le savait, c'était la seule chose qui importait. La discussion se termina sur une déclaration à laquelle Sargon s'attendait, l'homme ne voulait pas le suivre, il avait peut-être peur qu'il ne puisse pas repartir en vie ? C'était une possibilité, sauf que dans le cas présent, mis à part pour lui avoir fait perdre du temps, le jeune homme ne voyait aucune raison de salir Crépuscule avec son sang. Non, pour le coup, il préférait encore le laisser planté là plutôt que de s'ennuyer à se débarrasser d'un corps. La dernière phrase dessina un sourire moqueur sur les lèvres de Sargon, c'était la première fois qu'on la lui sortait celle-ci !

     ▬ On ne m'offre rien, je préfère prendre ce qui m'intéresse. Et sans vouloir te vexer, l'alcool que vous avez chez vous n'est bon que pour les petits chevaliers délicats. Il était vrai que l'alcool des Iles de Fer était davantage râpeux et moins délicat que les breuvages qui pouvaient venir du Bief par exemple. Le jeune homme marqua une légère pause avant de reprendre. Mais rassure-toi, même si tu causes autant qu'une donzelle, je crains que ta langue ne sois pas assez entraînée pur satisfaire mes marins. Sargon avait déjà bien souvent essuyé ce genre de boutades de la part de Gabriel, il commençait à savoir comment s'y prendre pour répliquer. Même si c'est vrai que t'as la gueule d'une donzelle. J'ai entendu dire que les Nordiennes avaient autant de barbe que toi. Tu pourrais peut-être bien mettre en appétit quelques-uns de mes rameurs. »

     Blague à part, Sargon avait certainement l'air plus efféminé que son interlocuteur qui n'arborait pas non plus la démarche ou la délicatesse d'une Lysienne ou d'une Myrienne. C'était une simple provocation destinée à railler l'homme, il voulait jouer sur ce plan et bien il était bien tombé avec le Harloi. Les blagues graveleuses et les sous-entendus scabreux ça le connaissait, ne faisait-il pas qu'échanger ce type de phrases avec les autres Fer-nés qui mettaient en doute sa virilité ? Apparemment ce chevalier ou ce qu'il pouvait être d'autre appréciait l'humour, même s'ils ne partageaient pas le même. Il semblait fort sensible aux charmes des demoiselles, mais pas assez pour risquer sa vie ou perdre son temps pour elles. Certainement le type à soulever les jupons avant de s'éclipser en se dégageant de toute responsabilité. Peut-être bien qu'il devait avoir semé des bâtards à travers tout Westeros, du moins à condition que ce soit un noble ce qui n'était pas franchement certain. Quoique, le Harloi était aussi censé être un noble et pourtant rien dans son comportement ou son apparence ne le laissait envisager.
     Au final, tout cela était sans importance. Sargon ne comptait pas s'expliquer devant cet homme, ni lui dire pour quelle raison il avait laissé fuir cette gamine, peut-être simplement lui faire savoir qu'il n'y avait qu'une profonde indifférence vis-à-vis de cette idiote. Que ce soit elle ou une autre, il aurait agi pareil, mais il y avait fort à parier qu'elle n'aurait pas fait long feu sur les Iles de Fer, tentant certainement de s'enfuir à la nage avant de finir dévorée par une bestiole moins compatissante que le Fer-né. Sa main s'était éloignée pour de bon du pommeau de son épée qui pesait toujours à sa ceinture, il ne se départissait pas de son sourire avant de reprendre la parole une fois de plus.

     ▬ Cela dit, tu as raison sur un point, mon lord comme tu dis, ne sais pas combien de femmes je compte lui ramener. Je ne vais pas perdre mon temps plus longtemps ici dans ce cas. Il fixait l'homme dans les yeux. Ce n'est pas une question de fierté ou de possession, c'est simplement qu'elle comprendra que chaque acte entraîne ses conséquences. C'est la meilleure manière d'apprendre la vie, tu ne crois pas ? Question rhétorique, il n'attendait aucune réponse de sa part. Détourna son visage vers le chemin qu'il venait d'emprunter, le jeune homme reprit. Je n'ai rien contre toi, je ne vais pas me fatiguer à essayer de te tuer et si ça te rassure, les Fer-nés sont en paix avec Westeros, si je t'enlevais j'aurais des ennuis avec mon seigneur et tu m'excuseras, mais tu n'as pas d'assez jolies cuisses pour que je me lance là-dedans. »

     S'il avait à nouveau été en contact avec Shaïra Seastar, ma foi, les choses auraient été différentes, mais là il fallait avouer qu'il ne voyait aucune raison de vouloir l'embarquer sur les Iles de Fer. Le jeune homme pivota pour présenter son dos à l'autre bien qu'il restait attentif au moindre bruit pour se défendre si jamais il venait à être attaqué. Puis il s'éloigna d'un pas nonchalant qui donnait l'impression qu'il venait juste de discuter de la plus et du beau temps avec une connaissance. Après quelques pas, il lâcha une phase à l'attention de l'inconnu.

     ▬ Si tu veux boire autre chose qu'une boisson de fillette, tu peux me suivre. Enfin, si tu n'as pas trop peur de moi pour ça. »

     Un sourire se plaqua sur ses lèvres comme si l'idée l'amusait. Après quoi, il continua son chemin d'un pas toujours aussi tranquille, dévalant le petit chemin gravit quelques minutes auparavant, puis continua jusqu'à gagner le haut de la butte qui lui donna enfin une vue sur la plage. Le boutre était accosté quelques dizaines de mètres plus loin, une vingtaine d'hommes marchaient dans les environs, les bras chargés d'outres pleines d'eau comme Sargon en avait donné l'ordre. Ce dernier se dirigea vers son bâtiment sans vérifier que l'homme le suivait, puis une fois arrivé à proximité, fut rejoint par Yoren qui le fixait d'un air neutre. S'arrêtant à ses côtés, le jeune capitaine désigna le boutre d'un geste du menton.

     ▬ Va me chercher les sœurs et le père de cette petite idiote et ramènes-les sur la plage. »

     Sans poser de questions, le second de la Veuve Salée se détourna pour se diriger vers le boutre où se trouvaient les autres membres de la famille. Wulfric, le plus fidèle marin de Sargon qui servait déjà sur la Veuve Salée lorsque cette dernière appartenait au père du jeune homme, approcha de son capitaine en fixant un point derrière lui. Arrivé à ses côtés, il lâcha quelques mots d'un ton bourru qui lui était propre.

     ▬ No't jolie donzelle s'est transformée en vieux barbu ? »

     Il renifla d'un air désapprobateur comme si Sargon y était pour quelque chose, pourtant contrairement à ce que le ton pouvait laisser penser, le Fer-né n'était pas énervé. Il se renseignait simplement, avec sa délicatesse très Fer-née. Le jeune homme pivota sur lui-même pour regarder derrière lui avant de s'adresser à l'homme dont il ne connaissait toujours pas le nom.

     ▬ Tu vois, aucun risque que tu ne te fasses retrousser la jupe sur mon bâtiment. »

HP:
 


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Mar 17 Juil 2012 - 7:33

Bon alors autant il n'était nullement dérangé par aller boire un verre avec l'ennemi - enfin ennemi était un bien grand mot au final - autant celui-ci n'avait pas l'air du même avis. Bon après vu le sourire qu'il abordait, il n'avait pas l'air de trop prendre mal non plus la proposition, l'explication vint d'ailleurs rapidement. Il sourit amusé d'ailleurs à celle-ci. Il était vrai que les chevaliers ne tenaient guère aussi bien l'alcool que ce qu'ils devraient. Ben fallait avouer qu'ils avaient trop d'honneur, trop de je ne sais quoi pour passer leur soirées à boire, contrairement à lui qui buvait quasiment tous les soirs... Bon pas toujours des grandes quantités, ça dépendait ce qu'il arrivait à chopper dans les bourses d'autrui dans la journée et surtout dans les bourses des autres buveurs. Après, s'il passait plutôt son temps dans les bordels, là il avait tout intérêt à avoir les poches renflouer... Et il ne buvait certes pas énormément, son argent partant davantage dans l'obtention d'une dame de compagnie. Après tout il était là pour ça. S'il ne voulait que boire, il allait dans une taverne et pour la dame, il essayait de séduire la serveuse s'il y en avait une. Ca marchait encore bien comme processus et ça lui permettait parfois de ne pas passer la nuit seul... enfin sauf quand il buvait trop, il se réveillait toujours dans un endroit insolite. Une fois il s'était retrouvé couché à côté d'un cochon dans une étable. Il avait tellement été surpris qu'il avait failli hurler. Ben avouez que se réveiller avec une gueule de cochon juste à côté, c'était pas le summum... Surtout quand il était barbouillé de boue... Enfin bon tout ça pour dire que lui avait l'habitude de boire... Pas toujours de s'en sortir décemment, mais de boire quand même. Après, il était curieux de connaître l'alcool typiquement Fer-né. Ils devaient bien avouer que son amour pour la découverte du monde le poussait à s'intéresser un peu à ses rustres... Enfin rustres, au fond ils avaient leur culture... Bon ça n'empêchait pas qu'ils étaient sûrement des rustres, des barbares et des brutes. Autant s'en faire des amis non ? Parce que sincèrement... Ca pouvait toujours servir des amis dangereux... Plus que de les avoir pour ennemis ! C'était bien pour ça qu'au final il cherchait davantage la socialisation autour d'un verre que la bagarre à coup de fer. Et parfois ça marchait...

Il ne put s'empêcher de rire- un peu jaune ?- à l'idée qu'il pourrait ressembler aux femmes du nord et plaire à certains de ses marins. C'était surtout la dernière partie qui donnait la couleur jaune... S'il pouvait éviter franchement, il ne dirait pas non. Mais quelque part cela n'indiquait-il pas une nouvelle touche d'humour pour son interlocuteur ? L'aurait-il mal jugé ? Peut-être. Faut dire que rare était les gens comme lui qui en toute situation, même critique, arrivait à faire de l'humour ou à tourner la situation en dérision. Ce n'était sûrement pas une manière d'intimidation et d'assurance et encore moins un signe de fierté... Donc forcément, les guerriers en tout genre avec plus tendance à être fier qu'autre chose... Il pouvait le comprendre mais lui ça ne l'intéressait pas. Etre traité de lâche ne lui posait aucun problème, il préférait rester en vie. Finalement, la guerre - ou du moins la pseudo mésentente entre les deux hommes - semblait totalement finie puisque l'épée sûrement très tranchante du Fer-né fut totalement délaissée au profit de nouvelles paroles. Paroles qui lui apportaient l'assurance qu'au final la gamine serait tranquille. Apparemment, il comptait lui foutre la paix simplement parce qu'il ne s'intéressait guère à elle, du moins pas plus à elle qu'une autre et qu'il avait juste voulu lui intimer une petite leçon.... Mouais... Façon de voir les choses qu'il ne partageait pas du tout. Après tout elle avait juste tenté de survivre la gamine et de retrouver la liberté... Bon peut-être allait-elle perdre sa famille... Mais encore faudrait-elle qu'elle le sache. Lui s'il avait été à sa place, il aurait juste couru aussi loin que possible sans jamais se retourner. Donc pour peu qu'elle adopte cette méthode de survie assurée, elle ne reviendrait jamais sur ses pas. Et c'était le plus intelligent à faire. Et pour son cas à lui, il était tranquille aussi. Ce n'était pas plus mal. Il sourit amusé à la remarque sur ses cuisses.

"Ah bon ? Elles sont très bien mes cuisses."

Il regarda le jeune homme partir et il allait s'apprêter à faire de même lorsque celui-ci lui proposa de nouveau de le suivre. Il mit quelques secondes à réfléchir à cette proposition avant de se dire que c'était peut-être la seule chance qu'il aurait d'approcher des Fer-nés. Tout le monde savait bien qu'aller sur leur île c'était quelque peu....compliqué...et voire même fortement pas conseillé. Et puis, il faisait tout à pied lui... prendre la mer n'avait jamais été dans son planning de route. Il préférait au fond la terre ferme et les montures qui s'y rapportaient. De toute façon, c'était bien simple, il ne savait pas nager. Ben oui... Pourquoi le saurait-il ? Personne ne lui avait jamais appris et à Culpucier il ne voyait pas trop qui l'aurait fait. Donc l'idée de prendre la mer, ce n'était franchement pas son truc... Mais par contre, aller boire un verre avec un Fer-né... Il n'était pas sûr que ce soit à la portée de tout un chacun. En plus, cela lui permettrait de goûter ce fameux alcool bien rude qu'ils buvaient. Il sourit donc et décida de le suivre. Si jamais c'était un piège, il aviserait à ce moment là, mais il était presque sûr que l'orage était passé. De toute façon, il n'aurait pas eu besoin de ses congénères pour vouloir lui mettre une raclée... Enfin il se débrouillait bien en combat ! Ce n'était pas parce qu'il les évitait qu'il ne savait pas se battre. Il le suivit donc gentiment et observa le boutre une fois à proximité. Il devait quand même avouer que ça avait de la gueule. Bon par contre, entendre que finalement il allait quand même s'occuper de la famine de la gamine.... bah il virerait cette information de son cerveau et il passerait à autre chose. De toute façon il ne la reverrait sûrement plus jamais la demoiselle. Décidément il avait l'air important ce Fer-né qu'il accompagnait car un nouvel homme vint le trouver. Il sourit amusé et fit un geste de la main en signe de bonjour alors qu'on venait de le traiter de vieux.

"Et bien... pour être honnête ça m'arrange ! N'empêche que le terme vieux... Je trouve ça un brin injuste. J'ai simplement plus d'âge que vous. Bon par contre barbu... J'avoue que je suis assez fier de cette belle barbe..."

Bon ok... Il parlait vraiment trop. Mais c'était plus fort que lui. Il regarda les deux hommes qui devaient sûrement se dire qu'ils étaient tombé sur un mec chieur et il leur sourit simplement en faisant un nouveau signe de la main l'air de dire qu'il avait compris, il la mettait un brin en veilleuse. Il observa de nouveau le rafiot avant de reprendre la parole.

"Bien que je ne raffole pas de ce genre de type de voyage, c'est un bien beau boutre... Il valait le détour quand même." il regarda ensuite le jeune homme et sourit en coin "Bon... Tu m'as parlé d'alcool il me semble... T'es prêt à ce que je te montre que je bois pas de l'alcool de donzelle ?"

un défi ? Noooooon.... Bon ok si. inconscient ? nooooon... Bon ok si un peu aussi. Il n'avait pas la moindre idée d'à quel point l'alcool pouvait être fort... Donc il n'avait pas la moindre idée sa capacité à tenir celui-ci. En plus, sincèrement, il était partisan de tous les alcools, pas simplement que les forts, donc il n'était pas aussi bien rôdé que ce qu'il était en train de le sous entendre. Il avait l'habitude de boire certes, mais peut-être pas l'alcool qu'on allait lui présenter. Bah il verrait bien. Agir oui toujours, réfléchir bon ben ça ça présentait encore quelques petites difficultés ou ça venait à retardement. Ca n'était pas toujours la meilleure des solutions et ça expliquait surtout comment il se retrouvait parfois dans des galères qui n'étaient nullement prévues, surtout si on ajoutait la malchance qu'il avait de toujours mettre les pieds là où il ne fallait pas... Il se souvint alors d'une bienséance qu'il aimait appliquer lorsque de l'alcool allait être versé. Et il sourit au Fer-né. Qui dit alcool, disait présentation. On ne buvait jamais avec un inconnu ! Le compagnon de beuverie devenait forcément un ami. C'était comme ça et pas autrement.

"Au fait, je me prénomme Aslak. Voyageur expérimenté pour vous servir !"

Il aimait encore bien cette appellation. Ca sonnait plutôt bien et ça voulait tout dire. enfin dans sa tête ça résumait bien tout ce qu'il était sans rien dévoiler de ce qu'il faisait réellement. Les ennuis ce n'était pas pour lui, donc ses activités restaient non abordées pour peu que l'intéressé ne semblait pas intéressé. C'était peut-être aussi à cause de celles-ci que les morts ce n'était pas forcément difficile pour lui à concevoir. Bon ok il ne tuait jamais des filles... Simplement parce qu'il en était incapable. Elles lui apportaient bien trop pour qu'il puisse vouloir en tuer une. Et même si celle-ci voulait mettre fin à sa vie, il tenterait de lui foutre une bonne pêche mais la tuer...peut-être pas. Il avait toujours dit qu'elles l'enterraient un jour.... Toujours ! Enfin bon là il était entouré d'hommes. Pour la peine il avait déjà donc une chance de s'en sortir... Contradictoire peut-être mais compatible avec sa pensée du moment.





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 17 Juil 2012 - 13:32

     Ce n'était pas tant la « critique » portée par Wulfric qui sembla toucher le continental, mais simplement le terme « vieux ». C'était assez ironique lorsque l'on savait que le rameur était certainement plus âgé que l'homme qu'il raillait, mais c'était sans importance au fond, les natifs des Iles de Fer ne se laissaient pas toucher par ce genre de détails. Devant les paroles plutôt décalées du chevalier, Sargon ne put s'empêcher de décrocher un regard à Wulfric qui l'observait d'un air lassé. Qu'avait-il donc encore ramené ? Il était vrai que le jeune homme semblait avoir un don pour rencontrer des personnages plutôt originaux, mais c'était justement ce qui rendait ces raids et ces arrêts si intéressants. Le Harloi ne doutait pas que ses rameurs avaient bien plus apprécié la fois où la si séduisante Shaïra de Lys leur avait fait l'honneur de venir sur la Veuve Salée, elle offrait un spectacle un peu plus intéressant que ce continental. Même s'il prétendait avoir de jolies cuisses ! Devant le silence de ses interlocuteurs, l'homme sans nom repartit de plus bel dans ses déclarations pour le moins originales, complimentant toutefois la Veuve Salée. C'était un bon point. Le Dieu Noyé savait à quel point le capitaine était fier de ce boutre qu'il avait hérité de son père, avec Crépuscule, son épée, c'était certainement la seule chose qui puisse avoir de l'importance à ses yeux en ce bas monde. Le boutre était effectivement un beau bâtiment, issu d'une famille importante des Iles de Fer, le jeune homme pouvait avoir le luxe de posséder un aussi gros boutre alors qu'il n'occupait pas la place d'héritier de sa maison. Habituellement les bâtiments aussi imposants étaient réservés aux nobles plus importants, c'était donc une raison supplémentaire de s'en sentir fier. Après une dernière pique, le continental se présenta finalement en prétextant être un voyageur « expérimenté », que devait-il comprendre par là ? Le sourire mi-amusé, mi-arrogant du Fer-né ne disparaissait pas alors qu'il répondait.

     ▬ Pour me servir ? Je pourrais bien prendre cette formule au pied de la lettre. Il n'était pas sérieux, lui recruter un continental ? Certainement pas. Sauf pour faire le bouffon à la rigueur, même si celui-ci semblait plus enclin à jouer les jolis cœurs. En plus tu sembles avoir tapé dans l'œil de Wulfric. Il est timide, mais c'est sa manière de te dire que tu lui plais bien. Le concerné se contenta de lâcher un grognement contrarié avant de se détourner pour s'en-aller avant que son capitaine n'ait l'idée saugrenue de débiter davantage d'âneries à son sujet. Suis-moi dans ce cas. Il fit quelques pas avant de s'arrêter, réalisant qu'il n'avait pas répondu à la politesse en dévoilant son identité. Pivotant légèrement, il posa ses yeux mordorés sur le visage du barbu. Oh et je m'appelle Sargon Harloi, même si ça ne doit pas t'éclairer davantage. »

     Il était vrai que les Fer-nés n'étaient pas assez mélangés avec le continent pour qu'ils puissent être connus d'eux. Sargon doutait donc que le patronyme qu'il portait puisse éveiller le moindre souvenir dans l'esprit de son interlocuteur qui semblait d'ailleurs être né roturier vu la manière dont il s'était présenté. Ce n'était pas plus mal, le jeune homme détestait tout bonnement les nobles, sur les Iles de Fer les titres n'avaient pas d'importance, la preuve étant que son oncle, le lord de la maison Harloi, ne se faisait pas appeler par son titre, mais se contentait d'un « Le Harloi » à la manière des clans des montagnes du Nord. Ainsi donc, Sargon avait toujours senti un meilleur fluide avec les roturiers du continent, ils se montraient moins délicats que leurs seigneurs et pour être francs, ressemblaient surtout moins à des femmelettes. Quoique, les Bieffois étaient une exception.
     Après cette petite précision, le Fer-né se retourna donc pour continuer son chemin, approchant de la Veuve Salée où se trouvaient les tonneaux contenant le fameux breuvage qui devait prouver l'absence ou la présence de virilité chez le prénommé Aslak. Mais pour le déguster, il allait devoir faire un peu d'escalade ! Les boutres étaient des bateaux très spéciaux, ils accostaient à même le sable et pour se retrouver sur le pont, il fallait donc grimper sur le côté de la coque en se servant des quelques prises disposées assez aléatoirement. Pour les marins et le capitaine de la Veuve Salée, c'était inné, ils empruntaient ce chemin depuis des années, mais pour un étranger la tâche serait certainement plus ardue. L'idée de le voir se débrouiller comme un manche amusa franchement le capitaine qui laissa son sourire s'accentuer en espérant que le continental leur offre un spectacle bien divertissant. Arrivé à côté de la coque, le Fer-né se hisser avec habitude jusqu'au bastingage avant de l'enjamber pour se retrouver sur le pont, après quoi il se retourna pour se pencher par-dessus le garde-fou et s'adresser au continental.

     ▬ Allons, pour commencer montre-moi que tu sais monter sur autre chose que les donzelles que tu rencontres. Son sourire était plus qu'amusé. Tu m'as dit que tu trouvais ma Veuve jolie, je suis certain que ça t'aidera à te motiver. Du plat de la main, il tapota le bastingage comme s'il flattait la croupe d'un cheval ou la chute de reins d'une jolie fille. Si tu n'y arrives pas, tu pourras demander à Wulfric de te donner un petit coup de main, je suis sûr qu'il ne refusera pas. »

     Finalement, il avait été bien inspiré en laissant cette gamine s'envoler, perdre une idiote pour tomber sur un julot aussi divertissant, ce n'était pas un si mauvais calcul. De toute manière, Sargon n'était pas homme à se refuser des petits plaisirs et même s'il savait pertinemment que la présence de continental sur le pont de la Veuve Salée risquait de frustrer plus d'un rameur, il s'en contrefichait. S'il pouvait s'amuser durant quelques minutes en sa compagnie, ma foi, pourquoi refuser ? Après l'avoir regardé se débrouiller seul quelques instants, le Harloi recula finalement pour laisser Aslak se débrouiller tout seul avec la coque, avant de s'approcher de l'emplacement où les vivres étaient tous entreposés. Les boutres étaient construits de telle sorte à ce que les côtés soient occupés par les bancs des rameurs, ne laissant qu'un chemin au milieu pour rejoindre l'avant ou l'arrière du bâtiment. À l'arrière était installée une espèce de tente – démontée en raison du beau temps – qui permettait d'abriter les vivres de la pluie et d'un soleil de plomb. Ils se situaient donc à l'avant et devait traverser le boutre pour se retrouver de l'autre côté où les esclaves étaient aussi installés. Ils n'étaient pas entravés et restaient tous collés contre le bastingage où les tonneaux entreposés à leurs côtés. Sargon les ignora superbement et attendit que le continental ne le rejoigne pour se tourner vers lui.

     ▬ J'espère que tu es aussi capable que tu le dis, ce serait dommage d'avoir fait tout ce chemin pour te ridiculiser devant mes hommes en tournant de l'œil. L'alcool n'était quand même pas si fort, mais c'était juste pour le railler un peu. À la longue il pouvait abrutir plus qu'un autre alcool, mais à petite dose se contentait de bien réchauffer la carcasse. Attrapant une pinte en bois, le capitaine la plongea dans le tonneau qu'il avait ouvert et la retira remplie d'un liquide ambré et presque opaque, puis le tendit à Aslak avant de réitérer l'action pour lui-même. Si jamais tu ne tiens pas le coup, je ne voudrais pas te faire risquer d'être détroussé en te laissant sur la plage, j'espère que t'as une solution de secours. Si tu changes d'avis, tu peux toujours rester avec nous, tu me fais bien rire je dois l'avouer. Ça au moins, c'était dit ! Portant la choppe à ses lèvres, le capitaine commença à boire avant de se concentrer à nouveau sur le continental. Et ça t'arrive souvent d'attendre sur les plages que des donzelles en fuite te saute dans les bras ou tu fais une exception pour moi ? »

     La situation avait beau être.... étrange, elle ne semblait pas pour autant choquer ou troubler le Fer-né qui bavardait avec Aslak comme s'ils étaient dans une taverne sur les Iles de Fer.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Mer 18 Juil 2012 - 7:38

Aslak finalement se disait qu'il avait bien fait de venir. Outre la première frayeur, il n'avait pas l'air effectivement de risquer grand chose à monter sur ce boutre. L'homme en question qui était soi disant attiré par lui - humour voulant et humour qu'il appréciait bien qu'on ne lui avait encore jamais faite ce coup de donzelle pour qui il passait - n'avait vraiment pas l'air de vouloir concrétiser les propos du premier Fer-né. Plus il passait d'ailleurs du temps avec celui-ci plus il se rendait compte que ce n'était pas tellement avec un ennemi qu'il désirait pactiser mais plus avec un homme qui pouvait se montrer digne d'intérêt. Oh pas un intérêt professionnel loin de là, un intérêt davantage centré sur l'amusement et la détente. Et c'était prioritaire sur le professionnel. Il ne put s'empêcher de rire à l'entente que le grognement magistralement masculin qu'il venait d'ouïr n'était d'autre qu'une forme de séduction typiquement Fer-né. Bon après il exagérait peut-être un brin en indiquant cet acte que général à cette population mais bon... Il devait reconnaître que l'homme qui s'éclipsait déjà l'amusait beaucoup. Il sentait de toute façon que la journée allait prendre une tournure bien différente de ce qu'il avait prévu et pour le coup, contrairement à quelques minutes plus tôt, ce n'était pas pour lui déplaire. Après tout qui refuserait une bonne dose d'alcool entre hommes ? Bon effectivement ça manquerait peut-être un peu de femmes. Enfin apparemment non vu qu'ils en avaient fait siens comme la gamine qu'il avait laissé partir au détriment du Fer-né. Mais il préférait quand même les femmes libres que les femmes enchaînées... C'était compréhensible. Toujours est-il qu'ils se remirent finalement en route pour débarquer sur le boutre. Ce qui allait être une expédition en soi il le sentait bien. Il n'était en plus jamais monté sur un rafiot de ce style... Même sur un rafiot de n'importe quel style, il n'avait jamais pris la mer tout court. Et concrètement il aurait peut-être bien commencé par un radeau plutôt que de monter directement sur cet énorme bâtiment. Bon tant qu'il ne prenait pas la mer après, ça restait un bâtiment comme un autre au sol... Avec la mer d'un côté du rempart. C'est tout, tout bonnement et simplement, il ne fallait pas chercher plus loin. Il regarda le Fer-né réalisant effectivement qu'il l'avait suivi sans même s'attendre à un échange de nom... quel étourdi. Mais il fut bien à son aise de l'entendre et il sourit.

"Et bien Sargon Harloi, dont le nom ne me dit rien, enchanté! C'est une base de connaissance plus agréable qu'un combat à mort non ?"

Il se mit à rire avant de prendre conscience que ce Fer-né portait un deuxième nom donc ce qui voulait dire qu'il était sûrement un noble sur ses îles. Ah bah... Tant qu'il ne lui faisait pas de remarques et qu'il ne souhaitait pas un langage et une façon de parler différente, il ne comptait pas changer son attitude, ce n'était nullement son genre. Lui il parlait franchement surtout à des hommes, avec son langage de voyageur expérimenté. Ah ce que ce terme l'amusait... Expérimenté. Ca donnait une certaine expertise dans un domaine où la maîtrise de celui-ci ne voulait strictement rien dire. Pas grave, ça donnait un genre et ça permettait une sorte de léger regain de prestige dont au final il n'avait cure. Il préféra donc délaisser largement toutes ces pensées pour suivre gentiment le Fer-né jusqu'au boutre qu'il allait devoir apparemment escalader. En regardant le Fer-né il ne se prit pas trop la tête...ça avait l'air facile. Mais bon au fond en y regardant de plus près, ça avait juste l'air. Il avait déjà perdu les prises d'accroche des yeux pour grimper. Ca promettait... il leva la tête en regardant le Fer-né qui se moquait ouvertement de lui... Bon il avouait n'être jamais monté sur un boutre mais quand même, il avait un passé juvénile de cancre qui se faufilait partout... Et puis pour échapper à certaines circonstances, on apprenait à faire avec le terrain et à s'adapter à son architecture, donc il arriverait bien à faire avec....enfin il espérait. Il tourna un regard vers les autres Fer-nés qui semblaient tout à faire disposer à le regarder monter.

"Ne te moque pas trop vite ! " Il regarda l'endroit à escalader avant de dire "Je suis sûr que je peux le faire sans l'aide de mon futur promis!"

L'idée de se faire aider par une brute n'était pas vraiment pour le ravir.... Il le voyait déjà l'embarquer comme un sac de patate sans aucune douceur et avec autant d'entrain qu'un gars brusque. Non merci il allait arriver à se débrouiller tout seul. Il prit un air comme s'il devait surmonter la pire des montagnes et il commença à grimper. Au bout de la troisième prise, sa main glissa et avec "Who..ho..ho !" il se retrouva sur le cul dans le sable. Il avait omis ce détail : qui disait boutre disait mer, qui disait mer disait eau, qui disait eau disait armature glissante. Il se releva en s'époussetant un peu avant de sourire et de rire un peu avec les autres Fer-nés qui s'étaient pris une franche rigolade. Second essai, prendre en compte le côté glissant. Il se remit en route et cette fois-ci, escalada plus haut... au fur et à mesure et avec l'agilité dont il avait fait preuve toutes ces années, il parvint pratiquement au dessus mais l'assurance qu'il s'était octroyée au fil de la montée le fit se presser trop sur la fin et il se sentait déjà partir en arrière, excepté qu'une corde passant par là fut la première chose à laquelle il s'agrippa, les pieds toujours accrochés à la coque.... il avait l'air passablement ridicule à gigoter ainsi pour maintenir son équilibre sur ses pieds - parce que se retrouver en l'air pendu à une corde ce serait encore pire- grâce à la corde à laquelle il se maintenait et tenter de revenir avec ses mains sur la coque. Les rires qu'il entendit, et non l'aide apportée bien évidemment, le poussèrent à ne surtout pas abandonner et au bu d'agiles mouvements corporels - et de nombreuses positions bizarres - il s'accrocha au bastingage et s'octroya quelques secondes de répit sous les remarques amusées des Fer-nés avant de grimper finalement clairement. Au vu des moqueries passagères, il s'inclina tel un homme qui venait de faire un petit spectacle et qu'on remerciait puis il alla rejoindre Sargon. Il suivit la seule rangée par où il pouvait passer et en arrivant près de son hôte il avait vu cet amas de gens recroquevillé au même endroit sans broncher.

"Sympa pour venir sur ton boutre..." dit-il ironiquement après une montée telle que la sienne.

Il écouta Sargon finalement le provoquer sur l'alcool et se dit qu'au niveau du ridicule, effectivement, il avait déjà fait pas mal et qu'il avait bien intérêt à tenir. Ne pas savoir gravir correctement un boutre était une chose mais se laisser devancer en alcool en était une autre. Bon de toute façon... lui et la fierté... s'il se faisait rétamer il se faisait rétamer. Ce n'était pas nouveau et franchement ce ne serait pas la dernière fois. Il laissa Sargon remplir la pinte et la prit avec plaisir - après l'effort qu'il venait de faire il méritait bien un réconfort- et il se mit à rie en écoutant la proposition pour rester avec eux.

"Moi la mer... c'est pas mon fort. Je préfère la terre et ses chevaux. Et puis, j'ai bien envie de frustrer mon futur époux, ce serait trop facile si je m'offrais à lui comme ça." N'importe quoi ! Il rit avant de boire une bonne gorgée de la pinte et de faire une petite légère discrète grimace mais plus par étonnement que dégoût puisqu'il formula sa pensée tout haut "Hey ! Pas mal du tout cet alcool. C'est clair que c'est autre chose que chez nous mais franchement pas dégueulasse !" et une nouvelle lampée suivit ses propos sans grimace cette fois.

C'était effectivement plus fort que ce qu'il avait l'habitude de boire, plus rêche aussi, mais il était partisan. De toute façon lui...l'alcool, sous toutes ses formes c'était plutôt son truc. Bon évidemment quand c'était trop fort et qu'il se retrouvait à presque s'étouffer ou encore ne plus savoir respirer comme ça lui était arrivé une fois. Une connaissance sur sa route lui avait offert un alcool maison qu'il n'avait strictement pas refusé et dont il s'était abreuvé comme tous les aclools de manière général. Mais ça avait été tellement fort qu'il avait cru mourir sous l'hilarité grandissante de son hôte qui semblait simplement attendre cette réaction... Du coup maintenant, quand on lui proposait quelque chose il était plus prudent...ou pas. Il écouta la question et sourit.

"J'aurais aimé dire que c'était une exception pour toi et que j'avais tout calculé mais...non. Je suis toujours à l'endroit, contre mon gré, où il faut pas être. C'est comme ça depuis toujours et ça le restera sûrement jusqu'à ce qu'une de ces histoires qui me tombent dessus m'emportent dans la mort !"

Il rit avant de prendre une nouvelle gorgée comme si ça ne lui faisait ni chaud ni froid. et en fait c'était un peu le cas. Cela faisait des années maintenant qu'à certaines péripéties il se disait que c'était sa dernière heure. Et finalement il s'en était toujours sorti d'une façon ou d'une autre, de son fait ou pas. Alors il avait acquis une certaine assurance dans sa chance et il se disait qu'il pouvait de toute façon toujours voir au moment où celle-ci viendrait de nouveau frapper à sa porte. Que pouvait-il faire d'autres ? Avoir une vie rangée ? non ce n'était pas du tout son truc. Donc il préférait se laisser couler et profiter des choses qui lui tombaient dessus. D'ailleurs il ajouta une fois avalé.

"Et puis regarde... Grâce à cet inconvénient, j'ai sauvé une demoiselle et je bois avec son bourreau maintenant. C'est merveilleux non ? Des situations décadentes comme ça c'est mon lot quotidien et au moins ça a le mérite de provoquer des rebondissements dans ma vie !" Il sourit amusé au Fer-né avant d'ajouter "Et toi alors ? Tu te prends souvent la tête pour une fugitive ? Non parce qu'elle avait pas l'air très importante comme tu me le signalais plutôt. Et puis.." il désigna l'amas de gens plus loin et expliqua son geste "T'as pas l'air d'en manquer de captifs. Ca sert à quoi tout ça ? Vous allez les bouffer ?"

bon c'était bien sûr de l'humour. Enfin il espérait parce que être sur un rafiot entouré de cannibales, c'était encore plus dangereux que ce qui ne l'aurait imaginé... Mais bon, il n'était pas clairement sérieux et précédemment Sargon avait expliqué que la gamine qu'il avait libéré était de prime abord pour le Lord de celui-ci. Il regarda encore un instant le groupe de gens en buvant une gorgée et par pure curiosité et non jugement il posa encore des questions.

"D'ailleurs pourquoi vous les choper ceux-là ? C'est tous pour ton Lord ? Non parce qu'y a un paquet de gens quand même...vous avez pas de la population sur les îles ?"





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 18 Juil 2012 - 12:51

     Le continental déclara ne pas particulièrement apprécier la mer, c'était tout bonnement une hérésie aux yeux d'un Fer-né qui lui ne vivait que pour cet élément. Seulement Sargon n'était pas homme à imposer ses passions aux autres et cela faisait longtemps qu'il avait compris que les habitants du continent n'étaient pas fait pour voguer sur les flots. Au moins celui-ci comprenait que sa place était sur le dos d'un canasson et non sur le pont d'un navire ! Du côté du Harloi c'était plutôt le contraire, même s'il était déjà souvent monté à cheval, ce n'était pas un moyen de transport qui le passionnait, bien au contraire. À chacun son truc après tout ! Quoi qu'il en soit, au moins Aslak semblait apprécier l'alcool qui lui coulait dans le gosier, ce serait un point qu'il appréciait chez les Fer-nés puisqu'il n'avait pas l'air d'être passionné par tout le reste. Après une légère pause, le continental répondit finalement à la question de son vis-à-vis en expliquant que c'était simplement le hasard qui se jouait de lui en le mettant au mauvais endroit au mauvais moment. Il avait bien raison en prétextant qu'il encourait le risque qu'un jour tout cela lui coûte sa vie. Aujourd'hui aurait bien pu confirmer cette pensée, si Sargon avait été moins enjoué et plus lunatique, ou encore si le roturier avait dit le mauvais mot au mauvais moment, cette discussion aurait très certainement été remplacée par un combat dont seul le vainqueur sortirait en vie ! Mais ce n'était pas arrivé et tant mieux, après tout, le continental était plutôt divertissant et même s'il était aussi peu doué qu'une donzelle pour escalader la coque de la Veuve Salée, il se rattrapait avec ses tournures de phrases bien cherchées. C'était aussi simple que cela avec le Fer-né, il suffisait d'être un beau parleur et de savoir se servir de ses mots pour qu'il décide de vous accorder une chance.

     Il enchaîna en soulignant avec justesse que cette « poisse » lui avait permis de sauver une demoiselle et de pouvoir boire avec son bourreau. C'était un fait, il était peu probable qu'ils se soient croisés et attardés pour discuter dans d'autres circonstances, surtout avec un continental. Au final, la curiosité prit le dessus dans l'esprit d'Aslak qui interrogea son homologue sur les raisons qui le poussaient à garder autant de captifs. Il était vrai que pour quelqu'un qui n'était pas familier des traditions des Fer-nés, il pouvait être surprenant de voir autant de prisonniers, certains s'imaginaient certainement qu'ils serviraient aux plaisirs de ces barbares, mais en réalité la vérité était bien différente. Un léger sourire se dessina sur les lèvres du Fer-né lorsque son interlocuteur lui demanda s'ils n'avaient pas assez de monde sur leurs îles. Pas autant qu'il y en avait sur le continent à n'en pas douter, mais ils s'en sortaient pourtant encore très bien !

     ▬ Si mes Iles t'intéressent tellement, tu n'as qu'à venir les visiter, je suis persuadé que tu y trouveras ton bonheur. Son sourire s'accentua légèrement. Par contre là-bas, ce sera plutôt les femmes qui viendront te sauver que le contraire. Il était vrai que les femmes n'étaient pas franchement très délicates ou même très avenantes sur les Iles de Fer. Même Visenya qui n'était pas physiquement aussi imposante que certaines autres Fer-nées, possédait un caractère très rude. À croire que c'était le climat et la rudesse de la vie sur ces îles qui rendaient ses habitants aussi hostiles. Mais pour te répondre, non ils ne sont pas tous pour mon lord, seulement les plus jolies femmes et celles qui sont le moins probables d'essayer de lui planter une dague dans le dos. Ce serait bête que mon cadeau lui fasse risquer sa vie. Son regard se glissa vers les captifs, il n'y avait pas énormément de femmes parce qu'ils avaient déjà fait le tri au moment du pillage en se débarrassant des moins intéressantes. Les autres seront de parfaits domestiques ou des mineurs pour nos mines de fer. Puis les autres... Son sourire ne le quittait pas alors qu'il parlait comme si les concernés ne pouvaient pas l'entendre. Ils seront sacrifiés à notre Dieu Noyé tout simplement ! »

     Il était parfaitement conscient que cette dernière révélation pourrait bien inquiéter grandement le continental. Les captifs eux avaient compris depuis longtemps ce qui leur était réservé et il était plus qu'évident qu'ils espéraient tous ne pas être sélectionnés pour avoir « l'honneur » d'être sacrifiés à la divinité des Fer-nés. Habituellement le jeune homme ne participait pas à ces actes, il n'avait aucun respect pour la religion et préférait encore garder ses captifs pour en faire de bons cadeaux destinés à charmer les autres Fer-nés, mais sa situation était assez compliquée. Son oncle étant prêtre du Dieu Noyé, il avait le droit à des remontrances de sa part en quasi permanence, le seul moyen que Sargon avait trouvé d'être laissé en paix – quelques jours du moins – par son oncle étant de lui ramener des captifs pour les sacrifices. Plus ils étaient nobles, mieux c'était, mais le jeune homme n'allait pas jusqu'à se montrer aussi respectueux des traditions et ramenait généralement les pouilleux dont il n'aurait aucune utilité. Ce n'était pas franchement apprécié des autres habitants des Iles de Fer, mais au moins pouvait-il être un peu en paix.
     Prenant une nouvelle gorgée de sa boisson en sentant agréablement le passage de l'alcool dans son gosier, le Fer-né reporta son attention sur le continental. Il discutait des captifs et des sacrifices comme si c'était une chose sans importance et au final, c'était bel et bien le cas. Sargon avait grandi en étant habitué à ce mode de vie, c'était comme faire la guerre, inné tout simplement. Après un bref moment de silence, il reprit donc la parole, ses lèvres toujours ourlées en un sourire mi-amusé, mi-arrogant.

     ▬ Je trouve que c'est du gâchis, mais c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour qu'on me fiche la paix avec la religion. Son ton montrait clairement qu'il n'avait aucun intérêt pour toutes ces fadaises. Apparemment pour te mettre dans de telles situations, tes dieux non plus ne doivent pas trop t'apprécier. Tu devrais peut-être te convertir, qui sait, à la longue tu finirais par apprécier les bateaux qui sait ? »

     Voir un continental débarquer sur les Iles de Fer, rien qu'à cette idée Sargon riait intérieurement. Prendre un homme du continent sur son boutre serait certainement le meilleur moyen pour lui de se mettre à dos encore plus de monde, rien que pour cette raison, il en avait presque envie. Le jeune homme détourna un moment son attention pour regarder l'autre bout du boutre où Yoren venait d'apparaître, il semblait attendre des instructions et le capitaine lui fit signe d'approcher. Même si les paroles d'Aslak avant étaient tout à fait justifiées et même très logiques, Sargon n'envisageait toutefois pas de laisser une gamine s'échapper sans en subir les conséquences, même si toute sa famille devait trinquer à cause d'elle. Reposant ses yeux mordorés sur le visage du barbu, le Fer-né reprit la parole.

     ▬ Habituellement les fugitives je me débarrasse d'elles dès qu'elles esquissent le geste de s'enfuir. Mais j'ai voulu m'amuser un peu et voir jusqu'à où elle allait arriver à fuir avant que je ne me lasse de la situation. C'était en effet le cas, il voulait se divertir et voir si elle le supplierait de la laisser en vie et de laisser partir sa famille. C'était malheureusement plutôt raté, mais il se rattraperait autrement désormais. Comme tu le disais, ce serait bête de me débarrasser d'autres captifs en voulant la punir, mais ce sera un bon exemple pour ceux qui restent et crois-moi, après ça plus personne n'osera bouger le petit doigt sans me demander l'autorisation avant de le faire. C'était l'évidence même, à moins d'être fou ou inconscient vous ne preniez pas le risque de réitérer un acte qui avait coûté la vie à beaucoup d'autres captifs. C'est pour ça que je prends toujours des familles, tu comprends, ils sont moins tentés de faire des folies en sachant que leur famille reste avec nous. Il haussa les épaules. Et dans le pire des cas, ce n'est que des simples paysans, ils se remplacent rapidement. »

     L'idée de se débarrasser de quelqu'un et de le remplacer la prochaine fois à l'aide de nouveaux captifs était quelque chose qui ne chagrinait pas Sargon. Les paysans du continent ou des cités libres n'apparaissaient que comme de simples moutons que vous pouviez tuer d'un coup bien placé s'ils vous importunaient. Ce n'était pas sans raison qu'ils les utilisaient comme domestiques ou mineurs. Yoren était debout, droit comme un I aux côtés du continental et attendant les instructions.

     ▬ Débarrasse-toi de deux des filles et arrange-toi pour qu'elles crient assez fort pour qu'on les entende loin. Et envoie quelques hommes dans la forêt pour chercher des traces. »

     Il ne comptait pas rester ici encore bien longtemps de toute manière. Adossé au bastingage alors que les vagues venaient se briser contre la coque immobile, Sargon regarda son second s'éloigner d'un pas rapide, puis il posa finalement ses yeux sur son interlocuteur. Tout les différenciait et pourtant cet homme lui apparaissait comme étrangement intéressant. Preuve était faite que tous les continentales n'étaient pas de simples moutons fades et sans cervelle. Après un bref instant de silence, son intérêt se porta sur un sujet bien précis.

     ▬ Je croyais que les hommes du continent se battaient à l'épée ? Tes armes sont plus décalées pour le coup. Tu es chevalier ? »

     Le ton était marqué d'un léger dédain.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Jeu 19 Juil 2012 - 7:45

Aslak allait finir par croire que Sargon avait bien envie de l'embarquer sur ses ïles vu qu'il lui proposait de nouveau. Coup fourré? Non il sentait bien que l'invitation en soi était sincère...mais pour ce qui l'attendait clairement là bas, il se méfiait quelque peu. Du peu qu'il avait entendu sur cette contrée éloignée et où peu de gens osaient s'aventurer, ça ne semblait pas des plus chaleureux. Lui qui était en plus un fervent admirateur et adorateur d'une contrée telle que Dorne, il risquait d'être quelque peu déçu. En même temps, il s'était quand même dit qu'il visiterait tout.... Il comptait bien aller jusqu'au Nord après tout... Et là bas, c'était sûr et certain qu'il avait intérêt à se préparer au climat... Donc au fond, pourquoi pas les îles de Fer ? En plus l'idée d'être sauvé par une femme, comme il n'avait aucune fierté, serait plutôt amusant... Il pourrait presque de mettre exprès en danger du coup pour en voir accourir une et le sauver... Peut-être serait-elle son preux chevalier ? Il rit intérieurement à cette idée. Etre sauvé telle une donzelle en détresse avec les rôles ainsi inversés... C'était quand même à vivre une fois. Mais bon, il n'était pas prêt actuellement à quitter la terre ferme... peut-être un jour, si sa route croisait à nouveau celle de Sargon, peut-être que là, après quelques jours de préparation psychologique, quoi qu'il valait mieux qu'il fasse ça sur un coup de tête parce que sincèrement...il n'était pas sûr après réflexion d'être capable de prendre la mer. Il y avait trop de choses qu'il n'appréciait pas comme être enfermé dans un bâtiment pendant on ne sait combien de jours sans pouvoir rien faire d'autre qu'être ballotté sur l'eau, avec ces vagues immenses, ses remous dérangeants.... Ca pouvait presque lui foutre le mal de mer à l'idée. Mais qui sait... Il n'était jamais contre de nouvelles expériences de découverte alors peut-être que quand même il s'y risquerait à aller au delà de la mer sur les îles de Fer. Mais une chose à la fois, ce n'était pas pour tout de suite non plus donc il avait le temps de voir venir le projet...ou de l'oublier royalement pour simplement s'y confronter à nouveau le moment venu. Oui c'était bien plus sa façon de faire... Oublier et voir plus tard. Si ça se fait il n'aurait plus jamais d'autres opportunités de s'y rendre alors, pas besoin de se prendre trop la tête sur la question. Pour l'instant c'était non, ça suffisait comme pensée.

Il écouta la suite qui n'était que la réponse à sa question des captifs. Alors en fait, ils n'avaient clairement pas de chance. Soit pour les femmes elles étaient gentiment offertes, soit pour tout le monde, soit ils travaillaient en tant qu'esclaves si on voulait, soit ils mourraient. Il regarda un peu les gens près d'eux qui était désemparé par le seul fait d'être là, maintenant ils étaient tout bonnement horrifié de savoir s'ils allaient servir de sacrifice ou non... Quelle perspective haute en couleur. Dire qu'il était totalement indifférent à ça était quelque peu faux... Mais réellement ce n'était pas son genre à se mêler des histoires des autres et en plus...que pouvait-il faire pour les sauver ? Absolument rien. Il était seul contre une ribambelle de Fer-né qui ne le laisserait jamais partir vivant s'il tentait quoi que ce soit. Et sincèrement, il n'avait pas envie de se les mettre à dos. Sauver une femme qui passait par là pourquoi pas, être le héros d'un groupe de gens en risquant sa vie.... bon ça c'était tout de suite moins dans ses cordes. Donc au final il ne peut que lâcher un petit mot pour exprimer ce qu'il pensait mais sans action à côté. Ce serait bien trop compliqué...

"Réjouissant..."

Voilà ce qui résumait bien la situation avec une pointe évidemment d'ironie non feinte. Il finit par détourner son regard de ces pauvres captifs ne pouvant rien pour eux et il but lui aussi une nouvelle gorgée de ce liquide qui ne pouvait que mettre du baume au coeur... Fallait bien trouver du réconfort dans ce qu'on pouvait. Il était persuadé que les captifs ne seraient pas contre de noyé leur douleur dans de l'alcool aussi... et qui sait finir ivre mort avant l'heure de la mort qui les attendait sur les îles. N'empêche, il sentait bien que ce n'était clairement pas la première fois qu'ils embarquaient des gens comme ça et ce ne serait sûrement pas la dernière, au vu de la façon désinvolte et totalement naturelle avec laquelle il en parlait. Comme quoi il n'avait lui vraiment rien à regretter de sa condition. Enfin de toute façon il ne s'était jamais vraiment plaint. Captif il avait déjà été, il savait ce que c'était, mais lui s'en était sorti avec sa liberté. Ce que peu de personne dans cet attroupement pourrait bénéficier. Il reporta son attention sur Sargon qui apparemment n'était pas forcément pour cette pratique de tuer pour la religion. C'était évident que c'était clairement du gâchis, surtout pour ce que cela allait vraiment apporter c'est-à-dire rien. Enfin selon son avis évidemment. Après on était croyant ou on ne l'était pas. Il ne put s'empêcher de rire à la remarque de ses dieux à lui et pour la nouvelle proposition de sa présence sur le boutre à long terme.

"Mes dieux ? A mon avis c'est peut-être bien parce que je les ignore royalement qu'ils s'en prennent à moi. Et va savoir... peut-être qu'ils espèrent que vu que je suis toujours en vie je vais finir par les remercier un jour.... " Il sourit amusé "Non vraiment pas mon truc la religion." Il but une nouvelle gorgée avant d'ajouter "Dis voir... Tu me proposes bien beaucoup de me reconvertir en pratiquant de la mer et habitant des îles de Fer ! T'espère vraiment m'offrir à ce grognon de tout à l'heure ? " Il sourit amusé à l'idée. C'était bien évidemment de l'humour. Se marier déjà c'était peu probable pour lui...alors à un homme...; Il voulait bien découvrir des choses mais ça ce n'était clairement pas dans ses intentions. "Par contre je serais peut-être pas contre un jour de venir voir cette contrée dont on entend parler de loin. Qui sait si un jour tu r'passes par les côtes... Enfin je ne sais pas très bien où je serai mais si on est amené à se revoir, on se reverra !"

Le destin le déciderait. Bon après c'est sûr qu'il préférait être sûr qu'on ne l'offrirait à personne, qu'on ne le ferait pas travailler comme esclave ou encore qu'on ne l'offrirait à aucun Dieu en lui faisant perdre la vie. Il y tenait à sa petite vie lui... Certes parfois très aventurière mais elle lui plaisait et il ne tenait pas à s'en séparer maintenant. Peut-être tiendrait-il vieux et mourrait de vieillesse... Allez savoir. Il ne le saurait de toute façon pas avant que ça n'arrive et il était persuadé qu'une de ses péripéties rocambolesque finirait par l'achever. Il écouta Sargon lorsqu'il reprit la parole et parla de cet incident qui les avait fait finalement se retrouver là. Quel sadique ce Fer-né... Laisser courir la demoiselle dans le seul but de s'amuser en lui courant après. C'était quand même clairement horrible pour la fugitive qui avait du stresser comme une folle en se sentant ainsi poursuivie. Enfin de toute façon il l'avait vu à sa tête .... Il reparla également de ce dont il avait prévu pour la punir... Bon ben apparemment il n'avait pas oublié et en plus il comptait mettre ça sur le compte de la prévention à d'autres fuites du genre. A voir l'état des autres, il était persuadé qu'ils ne comptaient guère s'échapper. Tout était même calculé...il prenait des familles pour foutre la pression et au pire, il s'en foutait quand même royalement que ces personnes là meurent puisqu'ils étaient remplaçable. C'était quand même incroyable d'accorder aussi peu d'importance à la vie. Bon ok... Il n'avait rien à dire. Tuer des gens il l'avait déjà fait et sans aucun scrupule simplement parce qu'on lui avait demandé et pour obtenir de l'argent à la fin. Au fond c'est vrai que seule sa propre vie importait...le reste n'avait guère d'importance. Mais il ne pouvait pas s'empêcher de trouver ça dommage... Il regarda lui aussi le second partir...l'idée d'entendre mourir les deux filles n'étaient pas vraiment dans ses plaisirs mais bon... Il regarda sa bourse, une idée naissante dans son esprit mais son attention fut de nouveau accaparée par le FEr-né qui venait de lui poser une nouvelle question et appuyé lui aussi il rit de nouveau.

"Chevalier ? Oh la non. Moi l'honneur, la mort au combat pour ce dernier, pour un lord ou que sais-je, c'est clairement pas dans mes objectifs. Mon objectif premier étant de rester en vie. Moi je suis un simple voyageur comme je t'ai dit. Je découvre les terres dans un simple but de curiosité aventurière. Rien de plus." il regarda un peu ses lances avant d'ajouter "Et c'est vrai que j'ai pas d'épée, j'ai deux lances qui me viennent de mes années à Dorne. Tu vois c'est aussi pour ça que ton île j'y viendrai peut-être mais je resterais clairement pas. Je suis fait pour la chaleur, le désert, et les femmes à caractère. Bon peut-être que les femmes Fer-nés pourraient correspondre sur ce dernier point. " il sourit amusé avant de dire "J'ai appris à manier la lance à Dorne et c'est un type de combat qui me correspond bien." Il but une gorgée avant d'ajouter "toi par contre c'est l'épée et elle a l'air d'avoir de la gueule. Je n'ai pas pu clairement vérifier et sincèrement ça m'arrange aussi de ne pas avoir teinté du fer avec toi !"

Il regarda l'épée qui aurait pu être son bourreau mais qui finalement ne l'avait pas été du tout. Heureusement d'ailleurs, il n'avait pas du tout envie de se retrouver égorgé ou éventré. Enfin c'était déjà loin cette idée, le combat n'avait jamais commencé et ne commencerait jamais. C'était pas plus mal. Il préférait boire de l'alcool. Il but d'ailleurs une nouvelle gorgée qui indiquait la fin de la pinte, fond vie qu'il regarda avec regret alors qu'il avalait. Il reposa ensuite son regard sur le Fer-né et tenta son idée. Il prit sa bourse d'argent, qu'il avait volée un peu plus tôt à son objectif de boulot, et il la montra au Fer-né.

"Dis voir, je peux pas te les acheter les deux filles ? Nan parce que je t'avoue que dépeupler les terres de deux femmes ça me brise le coeur."

C'était vrai et faux à la fois. Tant que ce n'était pas sa mort, rien n'avait clairement d'importance. Mais là, il pouvait toujours tenter d'acheter les filles pour les libérer après. Ca ne lui coûtait qu'une bourse d'argent et il aurait tôt fait d'en voler une autre si nécessaire... Il devenait clairement expert en la matière et il savait aussi voler dans les marchés pour pouvoir se taper un repas correct. En somme, c'était simplement un extra cette bourse et il pouvait s'en défaire pour le bien de deux vies. Deux vies féminines bien sûr. Ce n'était pas dit-voire c'était presque sûr au final - qu'il aurait fait de même pour des hommes. Mais des femmes...ces donzelles toute frêles et souvent si jolies qu'il aimait tant charmer. Elles avaient bien plus à offrir que de mourir égorgée ou pire sur une plage pour au final rien... Il était sûr que la gamine ne referait jamais demi tour et ne verrait jamais rien. Et pour les autres captifs, ils ne broncheraient pas non plus. Avoir entendu qu'ils pouvaient se faire exécuter sans sommation s'ils n'étaient pas sages suffisait amplement à les faire se terrer dans un coin du boutre. Il ouvrit donc la bourse et montra les différentes pièces qui tintaient bien dans sa main. Il n'avait pas la moindre idée de l'intérêt des Fer-nés pour l'argent... Si ça se faisait, il en avait clairement pas besoin et ça ne l'intéressait pas du tout. Après au moins il pourrait se dire qu'il avait essayé... Si ça ne marchait pas ça ne marchait pas.

"Je sais que c'est sûrement ridicule de les acheter elles et de laisser le reste se faire tuer en partie, mais que veux-tu, je suis un être faible, je fais des choix de faible et surtout je fais des choix à ma portée. " il sourit amusé.





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Jeu 19 Juil 2012 - 14:14

     Au moins étaient-ils sur la même longueur d'onde concernant leur relation avec la religion. Sargon n'aurait pas franchement apprécié de se retrouver face à quelqu'un qui adulait tout simplement les dieux et tout ce qui y était lié. Devoir dépendre d'une force « supérieure », c'était tout simplement inimaginable de l'avis du jeune homme qui refusait de devoir se placer sous le joug de qui que ce soit. Déjà qu'il n'obéissait pas aux ordres de son cousin, Dagon Greyjoy, puis encore moins à ceux de son oncle prêtre du Dieu Noyé, ce n'était pas pour se soumettre à quelque chose qui n'existait pas. Les Fer-nés s'estimaient comme des individus libres qui ne tenaient pas compte des titres de chacun, ainsi un roturier pouvait bien « manquer de respect » à un noble sans que cela ne pose problème à qui que ce soit. Autant dire que l'éducation du Harloi l'avait poussé à devenir ce qu'il était à ce jour, sauf que son refus de soumission à lui s'étendait jusqu'à la « toute puissance » du Dieu Noyé. C'était donc une certaine satisfaction d'apprendre qu'Aslak non plus ne nourrissait aucune dévotion à l'égard des dieux du continent. Il y en avait d'ailleurs tellement que le capitaine aurait été tout bonnement incapable de savoir lequel se rapportait à son interlocuteur dont il ne connaissait de toute manière pas l'origine géographique.
     La conversation glissa ensuite vers le fait que Sargon tentait visiblement de convertir son interlocuteur, l'idée qu'il puisse essayer de le mettre dans les pattes – et en même temps dans le lit – de Wulfric, l'amusa franchement. Bien que Sargon ne se souciait pas de la vie sexuelle de ses marins, il croyait pouvoir affirmer que le vieux marin goûtait davantage à la chair des jolies filles que celle des chevaliers continentaux. Cela dit, mettre la virilité des autres hommes en doute était toujours une chose qui amusait beaucoup le jeune homme, après tout, lui-même y état confronté en permanence et avait trouvé un moyen de passer outre sans que cela ne l'atteigne. Ils pouvaient bien faire de même ! Quoi qu'il en soit, Aslak sembla apprécier l'idée de pouvoir un jour visiter les Iles de Fer et ajouta que s'ils étaient amenés à se recroiser, il pourrait bien profiter de l'occasion. Le sourire du Fer-né ne s'envola pas alors qu'il répondit.

     ▬ Tu feras plus d'un heureux en venant sur nos Iles crois-moi sur parole ! Et peut-être que le goût des donzelles du continent te sera passé à ce moment. »

     La simple idée de voir la tête que ferait Harlon le Rouge en voyant son neveu ramener un continental à bord de son boutre, l'amusait franchement. Il était même prêt à lui faire faire l'aller et le retour à l'œil rien que pour avoir le plaisir de voir son oncle s'étouffer d'indignation. Au fond, c'était peut-être pour cette raison qu'il affectionnait tant ces petites balades sur le continent, sachant pertinemment que c'était une chose qui avait le don de faire grincer des dents la plupart des Fer-nés. À force de voir quelque chose vous être reproché, vous faisiez tout votre possible pour continuer dans cette voie. Du moins avec le jeune homme.
     La discussion glissa alors sur la question posée par le Harloi et Aslak déclara ne pas être un chevalier. Bien, donc il n'y avait pas qu'eux pour conter fleurette aux jolies demoiselles, les hommes d'armes aussi s'y mettaient ! Avec un sourire amusé, Sargon l'écouta expliquer qu'il n'avait que faire de l'honneur et qu'il voulait juste voyager sans se prendre davantage la tête. D'un autre côté, si le capitaine se souvenait bien de ce qu'il avait entendu à propos des chevaliers, c'était un titre lié à la religion et par conséquent en lui faisant savoir qu'il n'était pas croyant, le roturier lui avait d'ores et déjà répondu plutôt clairement. Difficile de faire le lien lorsque vous n'étiez pas familier des us et coutumes d'un continent cela dit. Ainsi donc les lances venaient de Dorne. Sargon connaissait assez peu cette région, sachant simplement que c'était des étendues désertiques à côté desquelles ils passaient pour se rendre vers les Cités Libres. Rien de plus. Un léger rire se fit entendre lorsque le roturier parla des femmes de caractère. Il était peu probable qu'une Dornienne soit plus caractérielle qu'une Fer-née, à moins qu'elles ne soient aussi presque toutes combattantes. Rien qu'à cette pensée, en visionnant Helya, Sargon confirma en pensées le fait que la rousse était certainement la femme la plus caractérielle qu'il puisse connaître. Puis Aslak glissa une allusion à propos de Crépuscule et machinalement, la main du jeune homme se porta vers le pommeau de l'épée Valyrienne alors qu'il acquiesçait d'un signe de la tête.

     ▬ Ce n'est pas une épée comme les autres en effet, sans quoi je ne l'utiliserais pas. Les Fer-nés se battent à la hache, c'est un peu plus pratique sur un boutre dirons-nous, mais Crépuscule est trop exceptionnelle pour la laisser au placard. Cette épée était sa plus grande fierté et surtout la chose qu'il affectionnait le plus, même lorsqu'elle était encore accrochée à la ceinture de son père. C'est un peu comme avoir le choix entre une catin et Shaïra Seastar, la comparaison ne se fait même pas. Il était certain que parler de femmes ferait bien mieux comprendre la situation à Aslak. Il ignorait si le hasard l'avait déjà placé sur la route de la Grande Bâtarde comme Sargon en avait eu la chance, mais tout le monde à Westeros connaissait la belle. Mais rassure-toi, si tu décides de venir sur les Iles de Fer, tu trouveras plus de femmes de caractère que tu ne peux le rêver. Cela dit, mieux vaudra faire attention si tu ne voudras pas te retrouver avec un membre ne moins. Son sourire s'accentua. Inutile de te préciser lequel. Au moins pourrait-il se concentrer essentiellement sur le maniement de sa lance de combat et non l'autre après cela ! Mais je ne peux pas nier que la chaleur n'est pas de rigueur chez nous. Même si tu trouves toujours un moyen de te réchauffer. »

     Pas forcément celui qu'Aslak pouvait penser, quoique pour un Fer-né si, mais pour un visiteur, pas vraiment. Après tout, avec leurs femmes-sel les seigneurs des Iles de Fer pouvaient se permettre beaucoup plus de choses que les continentaux. Le roturier semblait être un grand amateur de femmes et l'idée qu'il puisse briser la réputation de coureur de jupons que Sargon se traîna lui sembla soudain très intéressante. Un titre qui n'était pas du tout justifié et qui lassait bien souvent le jeune homme, mais vu la manière dont les autres Fer-nés se comportaient avec les femmes, ce n'était pas très étonnant qu'elles acceptent toutes les avances du « délicat » Harloi. Cela dit, à côté du continental il était clairement petit joueur.
     Apercevant la choppe vide de son interlocuteur alors que la sienne était presque arrivée au bout aussi, il désigna le tonneau d'un geste de la main pour inviter Aslak à se resservir s'il en avait l'envie. Il avait beau ne rien donner gratuitement, le capitaine de la Veuve Salée était persuadé qu'il pourrait tirer quelque chose d'intéressant de cette discussion, il ne restait qu'à attendre. Ce fut à ce moment que son vis-à-vis tira sa bourse pour la montrer à Sargon avant de lui faire une proposition pour le moins surprenante. Habituellement un Fer-né normal lui avait fait savoir qu'il l'insultait. Un homme ne pouvait prendre à un Fer-né ce qu'il avait qu'en le tuant. Le prix du sang comme il lui en avait fait état plus tôt. Inclinant légèrement la tête sur le côté, le capitaine semblait peser le pour et le contre de cette offre, il ne comptait pas dire oui aussi facilement, mais cela dit, une négociation pouvait être avancée. Le sourire du jeune homme ne s'envolait pas alors qu'il répliqua.

     ▬ Je ne suis pas étonné que tu sois prêt à vider tes bourses pour une femme, mais là je dois avouer que je ne m'y attendais pas. Sous-entendu graveleux simplement destiné à laisser le doute planer quelques instants. Sais-tu que je pourrais prendre cette offre comme une insulte ? Le fer-prix, j'imagine que tu n'as pas oublié ce que c'est ? L'argent n'est pas quelque chose de très attrayant pour les Fer-nés.... Il prenait tout son temps histoire d'énoncer tout ce qui s'opposait à son acceptation histoire de mieux faire passer ses conditions. Cela dit, parce que tu m'as l'air plus futé que les autres continentaux, je veux bien faire une exception pour toi. Son sourire arrogant s'était mué en un amusé et intéressé, l'idée d'un rapide divertissement l'enjouait franchement. Se décollant du bastingage, il posa la choppe pour s'approcher d'Aslak avant de reprendre. Il y a trois filles d'ailleurs, je peux te les céder les trois, mais pas seulement pour de l'argent. De toute manière, elles sont Myriennes je doute que tu ai assez dans ta bourse pour les payer. Là, il ne mentait pas, elles l'étaient réellement. Et si nous nous amusions un peu ? Je me demande si tu es aussi doué que cela avec tes lances, j'aimerais bien voir ce que tu donnes face à des Fer-nés. Il marqua une légère pause avant de reprendre d'un ton amusé. Ne t'en fais pas, aucun mal ne te sera fait ! Son regard ne quittait pas les yeux de son interlocuteur alors qu'il brillait d'un intérêt redoublé. Quelques passes contre mes deux meilleurs guerriers, puis pour finir contre moi. Si tu tiens plus de deux minutes à chaque fois, je te laisse les filles, contre ton argent aussi bien évidemment. »

     Il ne bougea pas d'un poil, avant de finalement détourner ses yeux du visage du continental pour regarder par-dessus son épaule en direction de la plage. Son sourire s'accentua alors qu'il lâchait quelques mots d'un ton presque moqueur.

     ▬ Dépêche-toi de te décider où Yoren se sera déjà occupé d'elles. »


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Ven 20 Juil 2012 - 12:18

Aslak ne s'était guère privé de reprendre à boire dans le tonneau puisque ça lui était si gentiment offert. Et comme il ne savait pas encore pour combien de temps il pourrait boire à l'oeil, il ne se privait pas de continuer... C'était quand même un alcool de qualité et il était bien loin d'avoir les effets de celui-ci sur son organisme. Il avait même de la marge avant que ça n'arrive car bien qu'il buvait de tout et donc n'était pas paré à une histoire juste basée sur de l'alcool fort, il avait quand même l'habitude de boire, donc il avait une bonne descente avant de sombrer. Donc là, une deuxième choppe ne le mettrait nullement Ko. Il plongea donc sa pinte dans le breuvage pour combler sa pinte vide et il ne tarda pas à faire suivre le geste d'un autre vers ses lèvres pour laisser le breuvage glisser le long de son gosier avec délectation. Se priver de quelque d'offert n'était pas dans ses capacités. Tout devait toujours se payer, il l'avait clairement appris en voyageant. C'était bien pour ça qu'il volait. Mais ça il l'avait appris il y a plusieurs années quand il n'était encore qu'un gamin et qu'il vivait à Culpucier. Il volait tout ce qu'il pouvait voler et étant inexpérimenté, il s'était fait avoir un nombre incalculable de fois et donc c'était pris des torgnoles qu'aucun enfant n'aurait voulu se prendre à nouveau. Et pourtant lui il avait juste appris à les encaisser ou alors à échapper au tortionnaire. Mais cela ne l'avait surtout pas poussé à arrêter de voler. Maintenant donc il maîtrisait la chose. Après autant d'années de service en même temps, que ce ne soit pas arrivé serait parfaitement malheureux. Néanmoins son attention revint sur le contexte actuel et sur ce qu'il avant engendré avec sa bourse. En réalité, s'il avait su à l'avance que l'arme de prédilection des Fer-nés c'était la hache.... peut-être qu'il n'aurait pas risqué par une proposition financière de les insulter. Bon évidemment il ne le savait pas que les Fer-nés n'étaient nullement aussi attirés par l'argent comme les Continentaux... mais bon il pouvait essayer non ? Après tout ça ne coûtait et au pire du pire, comme normalement on lui avait assuré qu'il ne lui arriverait rien, il perdrait sa bourse et les filles leur vie. Il serait perdant dans l'histoire mais pas tant que ça. Lui au fond serait toujours en vie, aurait bu presque à l'oeil et serait toujours en vie. Que valait une bourse contre tout ça. Par contre, il appréciait assez que le Fer-né se lâche toujours pour lancer de l'humour douteux sur les sous-entendus disséminés dans les paroles. C'était bien amusant... mais ça ne lui disait quand même toujours pas les conséquences que sa proposition allait avoir.

Sargon lui rappela comment marchait les Fer-nés. Le fer-prix. Il aurait du facilement s'en souvenir après tout... il avait manqué d'entrer en combat à cause de ce principe et pour obtenir la demoiselle qu'il voulait juste libérer après au final. Il n'aimait pas posséder quelqu'un simplement parce qu'il ne voulait pas que quelqu'un le possède. C'était bien pour ça qu'il n'était officiellement avec aucune femme et officieuse avec toutes ! ET ça lui convenait parfaitement. Il ne se permit cependant pas de parler car Sargon n'avait pas l'air d'avoir fini même s'il prenait bien son temps ce qui lui faisait un peu douter de la suite des évènements. Il regarda le Fer-né se décoller de la balustrade et abandonner sa chope... C'était mauvais signe ? Il préféra lui boire une nouvelle gorgée ce qui était assez stupide en soi parce que s'il devait se battre il valait mieux être sobre. Mais le sourire qu'arborait son interlocuteur ne lui intimait pas un danger immédiat. Il apprit donc qu'en fait c'était trois filles qui se trouvaient là et qu'elles étaient effectivement hors de prix par leur origine. Ca voulait dire quoi ? Il rangeait sa bourse ? Il lui laissait quand même ? On oubliait tout ça et on continuait à boire tranquillement ? Quand Sargon lui parla d'amusement...il eut un léger sourire un coin un peu jaune flairant qu'il allait en prendre pour son grade. Surtout en parlant de ces lances.... Ca y est...il allait devoir se battre. Sur un boutre en plus entouré de Fer-nés... Il écouta cependant la suite et regarda Sargon. Les amusements étaient vraiment très différent d'une contrée à une autre... Voilà que pour eux un bon petit combat était un amusement ! Et en plus, il devrait tenir deux minutes contre trois brutes différentes !

"Hum... heu..."

Mais il fut coupé par les dernières paroles du Fer-né qui regardait vers la plage et en suivant son regard il comprit effectivement que s'il ne se décidait pas tout de suite, il n'y aurait plus de demoiselles à sauver du tout. Rhaa que faire ? Bon... le Fer-né lui assurait qu'il ne lui arrivait rien ! Mais il n'était pas naïf... Il devait tenir deux minutes mais pour rester en vie il n'y avait pas besoin que la peau soit intacte...il pouvait se prendre de fameuses mandales sans pour autant crouler... Et deux minutes, quoi qu'on dise, c'était long... Il prit encore quelques secondes avant de soupirer, de finir cul sec sa pinte - encore idiot mais il fallait bien du courage - et de la reposer avec force en souriant amusé.

"Tu m'as bien eu Sargon ! Me voilà obligé de combattre alors que j'étais tellement heureux d'y avoir échappé. Je vais devoir tâter de ton épée finalement... "

Par ces quelques paroles, il insinuait donc qu'il tiendrait deux minutes contre les deux meilleurs hommes avant d'arriver à Sargon. En réalité, il n'en savait rien... Mais bien qu'il échappait toujours aux combats, il connaissait ses capacités et elles n'étaient nullement à négliger. Il avait appris avec un maître d'armes performant et sincèrement, il avait souffert pour apprendre à manier aussi parfaitement que possible ces armes bien différentes de par leur longueur et leur portée. Mais maintenant.... Les Fer-nés avaient l'air d'être des bourrins et quelque part, il n'était pas vraiment sûr qu'une petite blessure pouvait entamer leur frénésie de combat....contrairement à lui qui quand ça devenait dangereux préférait fuir... Mais peut-être pourrait-il simplement parer les coups pendant deux minutes ? Après tout on ne lui demandait pas plus si ? Juste tenir deux minutes par personne...donc six minutes en tout... il pouvait le faire ... Enfin il espérait en tout cas. Et voilà n'empêche... il était de nouveau embourbé dans une situation galère comme il avait l'habitude de se fourrer... Comme quoi, quand il croyait se sortir d'une situation, ce n'était jamais le cas. En plus rien qu'à voir les yeux brillants qu'avait eu le Fer-né en lui parlant du combat, il sentait bien le gouffre qu'il y avait entre eux concernant l'envie de combattre. Mais peu importe... Il devait le prendre comme un entraînement. Voilà....ça lui ferait faire un peu d'exercice de combat....Il fallait bien qu'il trouve une motivation dans l'histoire... S'il devait juste se dire qu'il allait peut-être devoir esquiver la mort durant trois fois deux minutes, c'était tout de suite moins réjouissant. Mais bon...il ne pouvait pas mourir ici de toute façon, c'était hors de question.

"Bon... Qui est le premier ?"

Il sourit amusé. Il allait avoir un public en plus... presque comme dans une arène. Ca promettait... Il avait intérêt quand même à y arriver parce que sinon, il perdrait un peu plus que simplement la bourse... A moi qu'il arrive à tout parer...aller savoir. Ca risquait quand même d'être intéressant car c'était un combat au corps à corps avec deux méthodes différentes de e battre : la hache, proximité réduite; la lance, mise en valeur de la distance. Enfin intéressant.... tout était question de choix, parce qu'évident il aurait préféré continuer à boire sans se bagarrer. Mais bon...il n'allait pas s'étonner de se retrouver encore dans une situation périlleuse. Et puis au fond, pour le coup c'était sa faute. Ce n'était pas lui qui avait essayé de monnayer la vie des captives ? Si... Donc au finale, il n'avait qu'à s'en prendre à lui même. Enfin de toute façon il l'avait dit, un jour son pêché des femmes lui feraient perdre la tête .... et la vie.

"On retourne sur la plage pour avoir plus d'espace ?"

Il préférait ça que sur le boutre où ça risquait d'être étroit.





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 20 Juil 2012 - 18:52

     Sargon n'était pas convaincu que son interlocuteur puisse accepter la proposition plutôt spéciale qu'il venait de lui faire. Il avait promis à Aslak qu'il serait laissé en vie et bien que cela sous-entendait qu'il pouvait se faire un peu malmener, le Fer-né n'accepterait pas pour autant que le continental soit amputé d'une main ou encore défiguré. Ayant une seule parole, le Harloi tenait toujours ses promesses, mais cela n'était certainement pas le genre de choses qu'un homme du continent pouvait imaginer venant d'un natif des Iles de Fer. Le jeune homme ne voyait aucune raison de le souligner, avancer ce genre de choses donnait surtout l'impression que vous vouliez assurer quelque chose qui n'était pas forcément véridique, puis qui lui dirait que le roturier le croyait réellement de toute manière ? Quoi qu'il en soit, la décision finale en revenait à Aslak et celui-ci sembla hésiter un instant alors qu'il vidait le reste de sa choppe comme pour se redonner confiance. L'idée que le sauveur de demoiselles puisse avoir une certaine crainte l'amusait sincèrement. Il avait eu l'air tellement sûr de lui lorsqu'il avait tiré sa lance de son emplacement lorsqu'ils étaient tous les deux face-à-face après la fuite de la gamine. Est-ce que finalement le doute était plus présent qu'il n'y semblait dans l'esprit du continental ? C'était une possibilité.

     La réponse arriva finalement, Aslak accepta de combattre, même si visiblement l'idée ne l'enchantait pas franchement. Il fallait avouer que Sargon avait aussi pensé qu'il ne pourrait pas voir cet homme user de son arme, ce qui était fort regrettable étant donné que le jeune homme n'avait encore jamais eu l'occasion de contempler de lancier à l'œuvre. Est-ce qu'ils étaient très différents des autres combattants ? Certainement moins « courageux » puisque les lances permettaient de maintenir l'adversaire à distance et de le battre sans prendre le risque de se faire éborgner. C'était à l'opposé du combat à la hache ! À n'en pas douter le résultat serait fort intéressant, surtout contre les deux adversaires que le Fer-né avait en tête pour le continental. Ils ne faisaient pas réellement dans la douceur, surtout le premier qui était plus du genre à rentrer dans le tas pour trancher tout ce qui se trouvait à portée de hache et cela même s'il devait rentrer avec quelques bouts en moins ! Vu les paroles prononcées, Aslak semblait certain de pouvoir tenir sans problème face aux deux autres Fer-nés, il ferait peut-être moins le malin une fois qu'il verrait qui étaient les personnes en question. En mimétisme inconscient, le sourire du jeune homme s'accentua encore davantage alors que le continental souriait en lui proposant d'aller sur la plage pour plus de pratique. Hochant la tête, le Harloi répliqua.

     ▬ Bien évidemment ! Tu ne crois pas que je vais prendre le risque d'abîmer mon boutre quand même. »

     Son boutre, si précieuse Veuve, l'idée qu'une hache ou même une lance puisse abîmer son bastingage lui était insupportable. Pourtant le Dieu Noyé savait que lors des raids il n'était pas rare que leurs adversaires malmènent son navire. Certains avaient même tenté d'y mettre le feu, comme si un boutre aussi unique pouvait brûler avec de simples torches ! En bref, la plage serait un bien meilleur lieu de « combat » et surtout permettrait d'éviter les coups perdus qui pourraient tuer un prisonnier mal placé, autant que tout le monde puisse admirer la manière dont se déroulerait cet entraînement ! D'un signe de la tête, le Fer-né invita son homologue à le suivre.

     ▬ Suis-moi je suis persuadé que tu seras ravi en voyant qui t'occuperas pendant deux minutes. »

     Sans accorder le moindre regard aux captifs qui les observaient et écoutaient ce qu'ils disaient d'une oreille distraite, le capitaine s'éloigna, traversant le petit chemin qui menait à l'autre côté de la Veuve Salée, puis sauta au-dessus du bastingage pour atterrir lestement quelques mètres plus bas. Le sol sablonneux atténuait bien le choc et l'eau gicla autour du Fer-né sans que celui-ci n'y porte attention. Il se dirigea ensuite vers Yoren et les quatre captifs qui se trouvaient agenouillés sur le sable, d'autres marins du boutre s'étaient approchés pour regarder ce qu'il se passait et assister à l'exécution. Voyant que son capitaine approchait, le second immobilisa son geste en le regardant d'un air interrogateur comme s'il lui demandait si l'exécution avait été annulée. Ils arrivaient juste à temps, la hache était levée et prête à frapper. S'arrêtant aux côtés de Yoren, Sargon regarda les jeunes femmes avant de porter son attention sur Aslak qui devait le suivre.

     ▬ Exécution suspendue mon bon Yoren, le noble cœur que voici nous propose d'acheter ces jolies donzelles pour leur sauver la vie. Son regard se porta sur le père qui se trouvait aux côtés de ses filles. Par contre toi, désolé, mais tu n'échapperas pas à ton sort. Un sourire était étalé sur ses lèvres comme si cette perspective l'amusait grandement. Levant sa main pour tapoter l'épaule de Yoren, le capitaine continua. En échange de sa bourse et d'une petite démonstration de ses talents martiaux, j'ai accepté. Yoren, Wulfric, vous allez servir de partenaire à notre cher invité et il vous aurez deux minutes pour le neutraliser. »

     Un grognement se fit entendre, apparemment Wulfric n'était pas enchanté par cette idée, bien au contraire. Cela dit, c'était tout à fait compréhensible étant donné que le continental avait joué le même jeu que son capitaine en prétendant qu'il puisse s'intéresser à lui d'une manière plutôt tordue. Bien évidemment il n'allait pas se venger sur son capitaine, mais sur un étranger qu'il ne connaissait pas, c'était une autre affaire. Yoren quant à lui restait parfaitement silencieux, habitué depuis longtemps aux lubies de son capitaine, il ne s'agaçait jamais des idées saugrenues qu'il pouvait lui présenter et prenaient les choses comme elles arrivaient sans se soucier du reste. Le regroupement avait attiré d'autres marins qui suivaient la scène avec un intérêt non dissimulé, Sargon s'éloigna un peu de son second pour regarder Wulfric en souriant.

     ▬ Ne fais pas ta tête de grognon veux-tu, il va te montrer comment il sait manier sa lance, tu devrais t'en estimer heureux ! Il aimait beaucoup rajouter sur sel sur une plaie déjà à vif, ne serait-ce que pour voir la manière dont les choses tourneraient alors. Toujours souriant, il enchaîna. Ne me l'abîme pas, je ne voudrais pas que votre séparation se fasse sur une gueule brisée. Un cœur brisé à la rigueur.... »

     Ricanement de la part des autres Fer-nés qui regardaient comment tout avançait. Sargon s'écarta du groupe pour se retourner face à Aslak, il devait avoir compris à qui il allait avoir affaire et il suffisait de regarder les deux personnages en question pour comprendre que cela ne serait pas forcément une partie de plaisir. Wulfric avait l'avantage de l'âge, Yoren à peu près le même que le continental, mais tous les deux étaient nés et avaient grandi pour la guerre. Est-ce que cela changerait quelque chose ? Deux minutes pouvaient être extrêmement courtes, mais aussi très rapides, tout dépendant de la maîtrise de chacun. Désignant d'un geste de la tête, une zone relativement plate et dégagée sur la plage, il reprit la parole.

     ▬ Après toi mon cher, il ne s'agit pas de faire attendre ton cher et tendre. »

     Le cher et tendre en question s'était déjà dirigé vers l'emplacement en question et attendait son adversaire de pied ferme. Il ne tenait qu'à Aslak de le rejoindre ou finalement de décider que se confronter à un Fer-né – même amicalement – ne valait peut-être pas trois jolis minois. Wulfric avait l'air sacrément agacé et il était fort probable que sa « passion » pour le continental prenne le dessus ! Amusé, le Harloi ne se privait pas d'assister au spectacle, tout comme d'autres rameurs qui s'étaient rapprochés pour l'occasion.

Spoiler:
 


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Lun 23 Juil 2012 - 7:11

Aslak n'aurait su dire si c'était l'information comme quoi rien ne pouvait lui arriver qui lui permettait d'appréhender avec plus d'envie que d'habitude le combat qui allait se dérouler. Il était évident qu'il n'était pas homme de duel, qu'il préférait les combats quand il n'avait plus trop d'autres options ou quand sa vie en dépendait, et il préférait attaquer par derrière de manière fourbe pour éviter de se prendre une mandale. Mais, avec les années, il avait acquis une certaine expérience dans l'art du combat à la lance et dire qu'il n'aimait pas du tout se battre était en réalité faux. Il était un homme d'adrénaline, les challenges c'était quand même son créneaux - même si généralement ils étaient fortuits et absolument pas souhaités - et une vie plate et facile, ce n'était clairement pas son truc même si tout ce qui importait c'était de rester en vie - et de ne pas perdre des membres non plus, ce serait moins marrants pour plaire aux femmes...et puis ça faisait mal ! Mais toujours est-il que, peut-être était ce l'effet de l'alcool aussi, il n'était pas complètement contre les combats qui allaient se dérouler. Au final, il devait juste tenir... on ne lui demandait guère de tuer l'adversaire ni même d'attendre d'être lui-même tué. Il devait juste rester debout et éviter de se faire découper par la hache... Et concrètement, c'était plutôt son fort. Il avait peut-être un certain âge, mais l'agilité surtout à la fuite, restait intacte presque comme à son enfance. La taille pratique en moins : ben oui il était plus grand et mieux bâti. Dans tous les sens du terme d'ailleurs, mais ça c'était une autre histoire qui n'interviendrait guère dans l'immédiat. Il sourit donc à Sargon qui ne tenait guère à abîmer son boutre et qui donc se dirigea vers la plage. Il le suivit et se demanda effectivement qui était les guerriers qu'il allait combattre. Il ne savait pas pourquoi, mais il avait l'impression que celui qui allait être son adversaire, du moins un des deux, ne lui serait pas inconnu. Il aimait beaucoup l'ironie des situations qu'il traversait durant sa vie et généralement celle-ci lui avait rarement fait défaut. C'était peut-être pour ça qu'il ne pouvait s'empêcher de faire de l'humour même dans les pires situations... Allez savoir. Il regarda Sargon descendre souplement de son boutre et après avoir regardé un instant le sol sableux plus bas, il soupira un peu et en fit de même. Ce fut presque parfait mais il dut néanmoins se soutenir également d'une main au sol pour éviter de se retrouver à quatre pattes. C'était quand même moins classe comme position...

Ils s'approchèrent de l'exécuteur désigné et le firent du coup arrêter sa besogne. Et voilà, des vies qui allaient être épargnées...enfin peut-être. Il fallait quand même qu'ils tiennent. Il ne garantissait guère d'y parvenir mais il se sentait d'humeur à faire tout pour et non à fuir. De toute façon, ici, il ne voyait pas trop l'intérêt de fuir. Et puis des vies de damoiselles en détresse étaient en jeu. Enfin concrètement, s'il avait été sur le point de mourir il se serait d'abord préoccupé de sa vie... Ben oui il l'avait déjà dit il n'était clairement pas un héros et l'honneur, fierté et tout le bazar ne faisait pas partie de ses priorités. Bon par contre, il sourit un peu jaune en se rappelant qu'il y avait aussi un homme dans la famille.... Bah il ne pouvait pas sauver tout le monde. C'était effectivement juste qu'il n'y avait plus pensé et qu'au fond, seules les vies féminines l'intéressaient...et même pas par profit personnel. Il était trop bon envers les femmes.... De toute façon, les hommes, il en avait tué aussi alors au final... La mort n'était pas quelque chose qu'il se répugnait à donner. C'était plus perdre la vie qui le dérangerait fondamentalement. Il avait du coup vu juste car effectivement, ce fut les deux autres Fer-nés qu'il avait croisé plus tôt qui devenaient ses adversaires. Il sourit amusé en se disant qu'il allait se battre contre son futur mari... Que d'amusement ! Bon d'accord il n'avait jamais vraiment été question de ça, mais Sargon et lui avaient commencé à se lancer de l'humour à ce sujet, il ne voyait pas pourquoi ne pas continuer. Au fur et à mesure que le combat se préparait, un petit attroupement d'observateurs commençait à se créer. il s'y était attendu...les combats étaient toujours quelque chose qui attirait l'attention d'un public. Lui-même aurait bien volontiers accepté de reluquer un peu ce qui se passait mais au final...pas besoin. Lui ne pouvait pas se pavaner autour à observer, non, il était obligé de participer. Il sourit un peu en coin à Sargon qui demandait à son futur adversaire de ne pas l'abîmer.

"Qui te dit que ce n'est pas moi qui vais te l'abîmer hein ?"

Non ce n'était pas pas fierté... mais bon voilà, autant jouer le jeu jusqu'au bout! Il regarda Sargon et s'amusa des dernières paroles alors que le dénommé Wulfric l'attendait déjà au coeur de l' "arène". Alala... Si on lui avait dit qu'il allait encore se fourrer dans un tel guêpier.... sincèrement il aurait pu le croire sans difficulté. ET oui à force, on ne s'étonnait qu'un instant avant de se dire que finalement, c'était habituel. Il décrocha donc les deux lances de son dos et lança la seconde un peu plus loin. Il n'était pas du genre loyal et n'aurait guère hésité dans un combat normal à prendre ses deux lances pour le combat. Mais ici, c'était une sorte de duel, avec observateurs, et au fond, normalement, c'était une arme contre une arme. L'homme qu'il rejoignit n'avait qu'une hache. Bon ok... La hache faisait clairement plus peur que son arme à lui... Mais en attendant, ce n'était quand même qu'une hache...pas deux. Donc il se contenta d'une lance. Et il préféra enlever l'autre de son dos parce qu'il sentait qu'il allait bien avoir besoin de celui-ci pour faire des culbutes afin d'esquiver les attaques qu'il sentait allaient se montrer d'une brutalité sans aucune once de douceur. Il tint fermement sa lance et se retrouva donc à quelques mètres du Fer-né... Les deux se toisèrent un moment avant qu'il ne lâche une petite phrase d'humour.

"Bon et bien, cher futur mari, je pense que notre relation s'arr...."

Mais il n'eut pas le temps de finir sa phrase que l'autre se rua sur lui. Ok bon les conversations ce n'était pas son fort... ou alors c'était peut-être le "futur mari" qu'il n'avait guère apprécié. Il n'aurait su dire et sincèrement ça lui était égal par ce que la force et la rapidité avec laquelle le coup fit donné lui intima que ce fer-né avait clairement l'habitude de son arme et que sa lourdeur n'enraillait en rien ses capacités de combat. Il avait donc esquivé mais il n'eut pas le temps de se poser d'autres questions que l'homme revint à la charge. Il devait se concentrer mais il savait que dans ce cas-ci, quelque part, il avait l'avantage : il pouvait combattre à distance avec sa lance tandis que le Fer-né devait absolument se rapprocher. Donc il resta à distance un temps jusqu'à ce que l'homme décida que finalement, il pouvait aussi jouer à distance et il lança sa hache avec force et maîtrise ce qui l'obligea à se jeter dos rond sur le sable pour culbuter et échapper avant de se redresser rapidement, mais déjà le FEr-né lui fonçait dessus avec un cri rauque et brute et il se mangea le corps robuste de plein fouet qui l'éjecta plus loin. Bien que la douleur lui avait coupé le souffle, il ne prit pas le temps de récupérer et un bras autour de son ventre il se redressa aidé de sa lance tandis que le Fer-né alla récupérer sa hache. Ok il avait sous-estimé la possibilité d'une attaque à distance avec la hache. Il allait devoir faire attention. Il essaya de récupérer au mieux sa respiration mais le FEr-né n'était guère près à être clément et il revint à la charge la hache brandie. Il esquiva alors de nouveau mais cette fois si en roulant sur le sable non de côté, mais de façon à se retrouver dans le derrière l'adversaire et il asséna un coup de manche de sa lance fortement dans l'arrière des genoux de son adversaire ce qui fit tomber celui-ci à genoux. Mais cela n'arrêta guère l'homme qui même à genoux déjà pivotait avec le bras qui fit de même dans le but de lui asséner un coup de hache, coup qu'il sut éviter de justesse en faisant un petit bon en arrière - il s'était relevé après le coup dans les jambes - pour éviter de perdre une jambe et tout aussi rapidement et agilement il fournit un nouveau coup de manche de lance - il n'utilisait guère sa lame, le but n'était pas de tuer- dans le visage de l'adversaire assez fortement pour qu'un peu de sang se retrouve au coin des lèvres. Ce fut ainsi que se termina le premier combat...

Il était déjà essoufflé concrètement et il prit quelques secondes pour récupérer appuyé sur sa lance. Avoir de telle poussée d'adrénaline lui plaisait toujours sans lui plaire. Vu le grognement du Fer-né, il n'avait guère apprécié cette fin et si le combat s'était éternisé, il n'était pas sûr qu'il s'en serait sorti indemne de la sorte. Mais bon... Au moins le premier combat était fini. Yoren ne tarda pas à rejoindre le centre et il lui sourit vaguement en faisant un petit signe de main mais ce Fer-né restait un Fer-né, donc il le regarda simplement sans expression, d'un calme olympien mais lui aussi bien équipé niveau arme. Il était vraiment fou pour s'être lancé dans cette expédition... Il n'eut pas le temps d'y réfléchir davantage, le Yoren prenait déjà une pose un peu plus belliqueuse et après un léger soupir il fit pareil. Allez...encore deux minutes. Le désavantage, c'était que ce deuxième combattant l'avait vu au combat et donc savait comme il fonctionnait : esquive et coup par derrière. C'était un peu sa tactique préférée. Le Fer-né se rua sur lui et il s'apprêta à esquiver mais ce dernier s'attendant à son acte pivota sur le côté pour lui asséner un coup de pied magistral dans le ventre ayant suivi la direction même de son esquive, mais il ne s'arrêta pas là et lui asséna directement après, un coup de poing magistral qui fendit sa lèvre et lui fit voir quelques étoiles en prime. Il eut cependant le temps de voir arriver un coup de hache qu'il esquiva tant bien que mal et il se recula pour reprendre un peu ses esprits. L'homme le regarda faire cette fois sans attaquer avec un regard brillant suggérant qu'il était fier de l'écraser. Il essuya rapidement sa lèvre et se remit en position. Son ventre et son visage le lançaient toujours.

"T'as de la force dis donc..." Un combat sans parler ? Nooon... Pas possible. "Et si on se buvait un co..."

Mais le combat reprit et l'homme débarqua de nouveau sur lui... Il voulut lui asséner un coup de lance mais l'homme esquiva avant de donner un coup de hache que lui-même esquiva comme le premier combat en arrivant derrière l'homme plus ou moins mais il n'eut le temps de rien faire car s'y attendant, le Fer-né lui frappa le nez d'un nouveau poing s'étant agilement retourné qui évidemment, fit couler le sang. Cela faisait particulièrement mal mais là il ne chercha pas à esquiver et d'un coup rapide il frappa violemment le ventre du Fer-né du bout sans lame de sa lance qui fut obligé de reculer le souffle court également. Le deuxième combat se clôtura de la sorte, lui-même étant cette fois-ci en désavantage mais au moins il avait frappé une fois ce Yoren qui le regarda un instant avant de marquer clairement la fin du combat en retournant près des autres. Il bougea un peu son nez pour savoir s'il était cassé mais ça ne semblait pas être le cas. Par contre il continuait à saigner et il dut déchirer son haut pour pouvoir s'essuyer et s'appliquer une pression sur celui-ci. Il regarda alors SArgon et sourit bien que du coup, vu son état, sa phrase prit une tournure humoristique, ce qui était le but.

"Tu vois... J'avais dit que je tâterais de Crépuscule."

Concrètement....il n'avait pas envie du tout. Il avait déjà subit de trop gros dégâts à son goût, mais il ne pouvait pas s'arrêter en cours de route. Il ne lui en restait plus qu'un. Certes pas des moindres, c'était quand même Sargon, chef de toute cette petite troupe, et qui semblait clairement maîtriser son épée, ce qui était une tactique de combat différente de la hache et bien plus agile. Mais bon comme toujours, il aviserait sur le coup... Là il devait d'abord arrêter de saigner, ça l'aiderait grandement pour la suite des évènements.



Spoiler:
 





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Lun 23 Juil 2012 - 15:26

     Abîmer Wulfric n'était pas une chose à la portée du premier venu et même si Sargon savait pertinemment qu'une personne invincible n'existait pas, il voyait le vieux combattant comme une personne unique. Quoi de plus normal après tout, cet homme l'avait connu depuis sa naissance et il se battait déjà avant même que le père du Harloi n'ait dans l'idée de faire un héritier. Autant dire que si Aslak parvenait à abîmer son adversaire il gagnerait un profond respect de la part du Fer-né. Silencieux, un sourire plaqué sur ses lèvres, le jeune homme regarda la scène, constata que le continental faisait preuve d'équité en se débarrassant de ses deux lances et en vint à se demander si ce geste ne lui coûterait pas la victoire. L'avenir le leur dirait bien ! Les yeux mordorés du guerrier suivait le spectacle et ce fut avec amusement qu'il vit Wulfric couper court aux paroles de son adversaire qui visiblement ne pouvait s'empêcher d'avoir la langue bien pendue ! Titiller le colosse sur ce point n'était pas forcément une excellente idée, mais ma foi, si c'était sa manière de provoquer son homologue, chacun faisait selon ses envies ! Une chose était certaine, c'était que Wulfric n'apprécierait pas forcément de se faire autant chambrer sur ce point, il pourrait bien se venger en donnant des coups plus forts qu'il ne l'aurait dû. Aslak ne pourrait y voir que de la passion supplémentaire !

     Pour les avoir déjà testés, Sargon savait que les coups du Fer-né étaient comparables à des coups de boutoir et qu'il était donc préférable de les éviter que de chercher à riposter. Tenter de parer un coup de hache avec un bouclier reviendrait à voir son bras se briser sous l'impact, un malheureux chevalier en avait déjà fait l'amère expérience, même si Sargon n'avait ressenti aucune compassion à son égard. L'attaque du guerrier à la hache aida donc à calmer la langue du continental qui se débrouilla toutefois plutôt bien pour reprendre le dessus. Le style de combat de Wulfric était très sommaire, il ne cherchait pas à faire dans la dentelle et frappait pour faire mal. Son atout résidait dans sa force, il savait bien qu'un seul coup bien placé briserait les membres de son adversaire, à quoi bon vouloir ruser avec des techniques dans ce cas ? Heureusement pour Aslak, le marin obéissait à la demande de son capitaine, même de mauvaise grâce et par conséquent ses coups étaient atténués comparés à ceux qu'il avait l'habitude de porter lors de véritables combats. Le sourire du jeune homme ne s'envolait pas tandis qu'il observait les deux hommes se battre. Quel dommage que le sang ne puisse être versé, un léger regret s'insinua dans son esprit et altéra sa joie, un combat sa hémoglobine c'était comme une femme sans charme, ça n'avait pas la même saveur. Son sourire s'atténua doucement alors qu'il lâchait un léger soupir de regret qui fut seulement remarqué par Yoren, immobile et silencieux aux côtés de son capitaine. Nul besoin de se demander quelle était la raison de ce subit changement de comportement, le Fer-né était habitué au côté versatile du Harloi. Il faisait avec et se tut donc, regardant le continental aux prises avec Wulfric tandis que les autres Fer-nés acclamaient la scène en criant ou en frappant dans leurs mains. Tout à coup, Aslak qui n'apparaissait que comme une simple tapette du continent leur sembla plus intéressant. Les Fer-nés respectaient les bons combattants et l'étranger en était un.

     Le combat prit fin de la sorte et ce fut au tour de Yoren d'approcher. Stoïque et silencieux, il se contenta d'adopter la position habituelle avant de lancer l'affrontement. Pendant ce temps Wulfric s'était glissé aux côtés de Sargon qui lui décrocha un simple regard satisfait sans dire quoi que ce soit. Il n'avait pas besoin de parler pour que le marin comprenne ce qu'il pensait. Le regard mordoré du capitaine de la Veuve Salée se glissa sur la scène qui se déroulait devant eux et une fois de plus, le second qui ne brillait pas par son éloquence démontrait pour quelle raison il était respecté par les siens. Yoren était un bon guerrier et même si sa carrure ne rivalisait pas avec celle de son prédécesseur, il était toutefois plus costaud que son adversaire. Ce dernier l'était lui-même plus que le capitaine. Le combat fut tout aussi intéressant, apparemment le coup préféré du continental était de se déplacer assez rapidement pour frapper par l'arrière. Sargon n'avait pas décidé de passer en dernier pour réussir à détecter les points faibles de son adversaire, de toute manière lors des raids il ne combattait pas contre des personnes qu'il connaissait alors bon. La surprise n'était pas un problème. Le combat à la lance était très intéressant et éveillait l'intérêt du Fer-né qui n'avait encore jamais eu l'occasion de se battre contre un lancier Dornien. Une nouvelle lubie venait peut-être de naître dans son esprit alors qu'il songeait que Dorne n'était pas si loin. Quel dommage qu'ils ne soient pas en guerre ! Nouveau soupir désolé alors que le sable giclait sous les coups portés par les deux hommes. Wulfric grogna légèrement en regardant Sargon qui ne détourna pas ses yeux du spectacle qui faisait visiblement l'unanimité. Il avait toujours de bonnes idées pour se mettre ses marins dans la poche. Ne tenant visiblement pas plus de deux minutes sans parler, Aslak provoqua une fois de plus Yoren qui se débrouilla pour lui fermer la bouche assez rapidement. Quelques coups furent échangés et le sang coula finalement au grand plaisir du jeune homme qui sentit son désir de combattre faire un bon soudain. Le sang changeait totalement la donne, mais quel dommage que ce soit une blessure si minime.... Quoi qu'il en soit, la fin du combat arriva finalement et Yoren retrouva sa place auprès de ses compagnons avant qu'Aslak ne stoppe le flot de sang qui coulait de son nez pour lâcher quelques mots à un Sargon visiblement amusé.

     ▬ J'ignorais que mon épée t'intéressait autant. Tant d'application juste pour t'amuser avec moi, j'en suis charmé ! »

     Parce que oui, il s'agissait bien d'un jeu aux yeux du jeune homme. Un véritable combat aurait été bien trop fatal pour le moment « agréable » qu'ils venaient de passer ensemble. Sargon sortit du rang formé par les marins pour s'approcher d'Aslak d'un pas qui montrait clairement qu'il avait hâte d'en découdre avec le continental. Avec Crépuscule ce serait plus délicat, l'acier Valyrien tranchait comme personne et un simple frôlement pouvait lui offrir une cicatrice définitive. Mais ce n'était pas un souci, Sargon avait appris à maîtriser cette lame avant de s'aventurer avec elle dans les combats qu'il effectuait aujourd'hui. En position, il dégaina la lame immaculée qui tranchait – c'était le terme – étrangement avec les habits maculés de sang du Fer-né. Crépuscule était unique et comme sa Veuve Salée, le Fer-né la bichonnait comme une amante. Aslak aimait peut-être passionnément les femmes, il y avait des chances pour qu'il comprenne que son adversaire préférait les objets inanimés et uniques comme son boutre et son épée que les femmes qui pouvaient toujours trahir et aller voir ailleurs. Elle était en permanence en état et il ne laissait jamais de sang tacher et gâcher la beauté de l'acier. Un sourire toujours aussi enjoué flottait sur ses lèvres avant qu'il ne reprenne la parole.

     ▬ Ne t'approches pas trop près, Crépuscule est jalouse et tu pourrais bien t'en mordre les doigts. Il plaisantait évidemment, une épée, même Valyrienne, ne possédait aucun esprit et ne pouvait jalouser un homme. Tu pourras t'estimer privilégié, généralement ceux qui jouent avec elle ne peuvent pas le raconter après. »

     Dans les raids, c'était soit eux qui mouraient, soit lui et vu qu'il était ici et bien en vie, inutile de développer. Laissant quelques secondes de silence pour qu'Aslak puisse répliquer vu qu'il ne manquerait pas de le faire, Sargon lança finalement les hostilités. Crépuscule à la main, il avança d'un pas pour briser la distance qui le séparait du continental. Un coup d'estoc fut envoyé en direction du bas-ventre de son adversaire - bien qu'il prenne garde de ne pas le blesser - ce qui ne pouvait pas être tenté avec une hache vu la manière dont le tranchant était disposé. Sargon était plus fin et beaucoup moins imposant que ses marins, ainsi donc ses déplacements se faisaient plus facilement, mais ses coups étaient aussi moins puissants. Même si dans le fond l'acier Valyrien atténuait de beaucoup ce problème. Après avoir laissé à Aslak le temps de riposter, il fit mine de partir sur le côté et changea de direction à la dernière minute, optant pour un pas rapide qui lui permit de s'approcher dangereusement du continental. Mais au lieu de lui traverser le ventre avec sa lame comme il l'aurait tenté en temps normal, le Fer-né releva brutalement son épée pour essayer de percuter la mâchoire de son adversaire avec le pommeau de son arme. Il voulait tâter de Crépuscule ? Aucun problème, Sargon n'avait rien contre partager un peu !

Spoiler:
 


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Mar 24 Juil 2012 - 7:12

Foutu douleur lancinante au nez ! Yoren n'y avait vraiment pas été de main morte pour lui asséner ce coup ! Enfin au moins il avait de la chance que ce ne soit pas cassé, mais il était sûr que ça aurait clairement pu. Enfin en attendant, avec son bout de tissu, tête en arrière, il avait un peu de mal à calmer tout ça. Il appuya bien pour essayer quand même d'arrêter ce dégoulinement parce que sincèrement, ça ne serait pas pratique du tout pour combattre Sargon. Déjà qu'il ne se réjouissait guère... Enfin il était fier de lui - pour peu que la fierté ait de l'importance à ses yeux - d'avoir tenu deux minutes à chaque fois face à ces deux monstres. Bon il devait reconnaître que le fait que ce ne soit pas des combats à mort avait beaucoup joué. Et puis lui n'avait pas utilisé sa lame... Il ne préférait pas parce sinon il aurait sûrement abîmé au moins un peu les deux Fer-nés. Il ne disait pas qu'il aurait gagné si sa lame avait été utilisée, jusque que ça ne se serait pas fini avec simplement un nez pissant le sang. Mais bon de toute façon, il ne devait plus que tenir contre Sargon et puis on en parlait plus. Enfin s'il y arrivait bien sûr... Il sourit tant bien que mal malgré sa position à SArgon au vu de ses paroles... Il disait ça mais au fond, il n'avait cherché qu'à sauver sa peau pendant deux minutes, simplement. Quand il pensait qu'il faisait tout ça pour sauver des vies... lui ? Il ne sait pas qui l'aurait vraiment cru. Enfin sauf s'il disait que c'était bien évidemment pour des femmes. Mais de là à se blesser "autant" pour d'autres... C'était presque inconcevable. Dire qu'il s'amusait aurait été un bien grand mot... Il n'aimait pas être blessé et avoir mal. Bon il en avait tellement l'habitude de coups pareils depuis qu'il était gamin qu'il n'était clairement plus à ça près...mais quand il pouvait éviter il évitait. En réalité, il n'était pas si mauviette qu'il pouvait laisser croire. Encaisser des coups il savait bien faire... Et avec le temps, il se sentait moins vite accablé que quelqu'un qui se faisait battre pour la première fois. Mais bon tout ça faisait partie de son instinct assez développé de survie. Encaisser mais fuir si possible. Ou alors encaisser mais tenter de négocier entre les coups... Ca il maîtrisait bien aussi. Ou alors encaisser et avoir de la chance...ça ce n'était pas de la maîtrise mais il y avait eu droit plus d'une fois.

Il finit par enlever le tissu et malgré les tâches de sang autour de son nez, il semblait que celui-ci s'était arrêté de couler. Ô miracle car il voyait déjà Sargon s'avancer avec une envie palpable voire même visible d'entamer le combat. Quelle aura belliqueuse.... Vraiment l'opposé de lui. Et ce n'était pas une question d'âge parce que même plusieurs années en arrière, il n'avait jamais eu cette fougue violente. Mais avec cette vie, il avait bien plus gagné en agilité et en roublardise. Il était souple, il échappait plus facilement au coup et il pouvait faire des coups en traître ou alors fuir et se faufiler par des lieux où on avait du mal à le poursuivre. Dix-huit ans à fuir à Culpucier, ça formait. Sans oublier tout le reste par après. Enfin il avait quand même clairement failli mourir sur les Terres de l'Orage si on ne l'avait pas soigné.. Mais bon c'était une autre histoire. Il prit place et regarda la lame somptueuse qui sortit de son fourreau. Il avait toujours aimé les épées, les regarder, les contempler mais concrètement, ça ne l'attirait pas plus que ça. Tout ce qui était épée lui rappelait le rang de chevalier et leurs principes, et ça ça n'avait jamais été dans ses cordes ni même dans ses envies. Mais bon il pouvait voir que ce n'était pas parce qu'on portait une épée qu'on était chevalier puisqu'il avait en face de lui un Fer-né. Rien à voir avec un chevalier on est bien d'accord... Il sourit amusé en prenant la parole.

"Je reconnais que tu as une bien belle épée." Fallait-être sincère même si ce n'était pas son arme préférée. Il sourit davantage en entendant la suite des paroles. "Alors je pourrai me vanter d'être un survivant du Crépuscule!" Il ne put s'empêcher de rire à ce double sens.

Il dut cependant se concentrer car la parlotte était terminée et le combat commençait. Sargon s'avança d'un pas. Il le regarda faire sa lance à la main. Lance qui ne portait guère de nom... Il n'était pas un sentimentale et cela ne changerait guère avec ses armes. Il les aimait, mais ce n'était que des armes. Enfin il devait quand même l'être un peu sentimental, puisque c'était les lances qu'il avait obtenues à Dorne et dont il ne voulait guère se séparer. Il ne souhaitait pas des nouvelles, il préférait encore mieux les faire réparer encore et encore jusqu'à ce que vraiment elles tombent en miette... Enfin il revint dans le combat quand un coup se fit en direction de son entrejambe, qu'il évita d'un mouvement de recul en faisant dévier ensuite la main d'un coup de manche. Il vint alors à la charge en essayant de donner un coup dans le ventre du Fer-né mais celui-ci l'évita également. Ils se tournèrent un peu autour également avant que Sargon ne parte dans une direction qui fut en réalité une sorte de piège puisqu'il changea à la dernière minute pour lui enfoncer Crépuscule dans le ventre ce qu'il tenta d'éviter avant de se rendre compte que le geste s'arrêta et que la main remonta par le pommeau pour tenter d'atteindre sa mâchoire... Il réussit à quelques millimètres près à l'échapper ayant jeter sa tête en arrière de toutes ses forces ce qui le fit se retrouver le cul par terre. Mais il n'eut pas le temps de se relever que Sargon déjà tentait un nouveau coup auquel il échappa en se couchant dans le sable avant de rouler plusieurs fois sur le côté et de se relever rapidement. Il sentait bien que SArgon ne misait clairement pas sur la force comme les deux autres. Il fallait avouer qu'il n'était pas aussi bâti d'ailleurs. Il lui ressemblait plus pour ça et forcément, il adaptait sa technique de combat en fonction. Il regarda un instant Sargon avant de passer à l'offensive ce qui était plutôt rare mais bon ici il n'avait rien à perdre au final donc il s'essaya à asséner des coups de manche à Sargon qui les évita avant même de parer un coup et d'en tenter un autre que lui-même évita. Le combat se résumait davantage à des coups de roublardise entre les deux, des changements de direction, des tentatives de feinte. Lui-même en tenta plusieurs sans grand succès. Il faillit d'ailleurs même de nouveau être tranché par l'épée mais échappa de justesse. Il sourit.

"Bien qu'on utilise pas la même arme il semblerait qu'on ait un peu les mêmes tactiques de combat."

Il s'amusa à cette idée car tout deux n'avait strictement pas la même formation. Lui avait été formé à Dorne et Sargon sur les Îles de Fer. Et ils étaient persuadés que vu l'aura belliqueuse, l'une et l'autre n'avait rien à voir. Enfin quoi que vu qu'il était un étranger à Dorne, on ne l'avait pas ménagé pour lui apprendre. Ca avait été une formation à la dure, en combat réel directement, où apprendre avait été en quelque sorte une façon de survivre aux combats. Peut-être que c'était en ça que se ressemblait les deux formations. Il était presque sûr que si jamais on ne savait pas se défendre sur les îles de Fer, on avait des chances de mourir également... Toujours est-il que les deux minutes filèrent plus vite que ce qu'il n'aurait cru sans qu'à ce stade là du combat, ni l'un ni l'autre ne sache qui aurait pu au final gagner. Oh bien sûr le Fer-né avait réussi néanmoins à le toucher par un coup de pommeau bien placé. Mais pas plus. Bon il savait aussi que le Fer-né lui avait garanti qu'il ne lui arriverait rien...ça devait sûrement jouer sur sa hargne. Si ce combat avait eu lieu dans la rue, quelques temps plus tôt, à leur rencontre, la donne aurait sûrement été bien différente. Et lui aurait sûrement fini par fuir de toute manière... Ben oui il n'aurait pas changé ses bonnes habitudes de survie ! Il sourit néanmoins et raccrocha sa lance dans son dos avant de s'approcher de Sargon.

"Bien que les combats soient pas ma passion, je reconnais que ça a apporté un peu d'amusement quand même ! "...il sourit en coin avant d'ajouter "Mais j'ai quand même gagné." il rit et ajouta "Par chance bien sûr ! Parce que je ne sais pas si j'aurais su en réalité tenir les trois combats s'ils avaient été "réels" ! Et puis je me suis quand même ramassé des coups..."

Il se massa un peu le ventre où le coup de pommeau avait été adressé et remua un rien le nez qui bien que douloureux ne s'était quand même toujours pas remis à saigner. Il regarda ensuite vers la famille qu'il venait de sauver et les observa un peu. Bon c'était quand même la dernière fois qu'il se fourrait dans ce genre de situation... Il sourit intérieurement. Elle était bien bonne celle-là. Il se connaissait trop bien pour savoir que de toute manière, il lui arriverait encore une embrouille et pas qu'une d'ailleurs ! C'était la définition de sa vie et au fond il n'allait pas tellement s'en plaindre. C'était juste jouer à un jeu dangereux.

"Bon...et si tu m'offrais à nouveau à boire pour mon nez... Je l'ai mérité il me semble pendant que ton Yoren relâche mon "fer-prix"."

Bon ok personne n'était mort... Mais il s'était battu quand même !


Spoiler:
 





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 24 Juil 2012 - 12:22

     Aslak se débrouillait bien, même très bien. Il esquivait et ripostait avec une certaine facilité pour ne pas se retrouver avec une nouvelle fois le nez en train de lâcher des flots de sang. C'était dommage, un combat sans sang qui coule, même lors de ses rares entraînements il s'arrangeait toujours pour blesser son adversaire. Seulement là, il avait promis et même si c'était difficile à croire, le Fer-né savait tenir parole. S'il disait quelque chose, il le faisait. Les coups de manche se succédaient aux autres tentatives et le jeune homme devait résister à l'envie de donner un coup sec pour briser la lance du continental d'un coup d'épée. En temps normal, s'il en avait le temps ou l'occasion le jeune homme aimait beaucoup faire durer le combat en s'amusant un peu. Yoren lui avait déjà souligné que ce n'était pas prudent et qu'il risquait bien de se faire tuer à cause de cela un jour, mais c'était plus fort que lui ! Sargon n'était pas une personne prudente de nature et s'il ne mourait pas en ayant sous-estimé quelqu'un, ce serait d'avoir trop provoqué un autre. Les possibilités de choix fatal qui s'offraient à lui étaient tellement nombreuses qu'il ne saurait les dénombrer. Seulement là c'était un combat « amical », même s'il était étrange d'associer ces deux termes il fallait en convenir. Il suffisait de se débrouiller pour mettre Aslak à terre en l'empêchant de pouvoir continuer le combat et il aurait gagné. Pourtant l'envie de le supplanter n'était pas très présente. Comme un gamin agacé, le Fer-né ne ressentait pas l'habituelle adrénaline liée au plaisir de voir le sang couler et la peur briller dans le regard de ses adversaires. Le continental n'avait pas peur, il savait qu'il vivrait, la passion du Harloi était donc quelque peu atténuée. Cela dit, il ne comptait pas pour autant lui laisser remporter ce défi haut-la-main, ce serait bien mal le connaître !

     Les coups se succédaient et généralement n'atteignaient pas leur but. Lorsque le continental se retrouva les fesses dans le sable, les spectateurs se mirent à rire grassement comme si cette scène était la plus hilarante qu'ils puissent avoir vu jusqu'à ce jour. Un coup, l'adversaire paraît, un autre, une fois de plus paré. Le combat semblait tourner en rond et si l'un ou l'autre avait dû gagner en battant à plate couture son adversaire, les choses auraient été bien compliquées. Un sourire se dessina sur les lèvres du Fer-né lorsque le lancier lui déclara qu'ils possédaient le même style de combat bien qu'ils n'utilisaient pas les mêmes armes. Ce n'était pas juste ces dernières qui déterminaient les actions au cours d'un affrontement, du moins c'était ce que Sargon pensait. Avant de posséder Crépuscule, le jeune homme avait dû s'entraîner à la hache et ce n'était que lorsqu'il avait été assez âgé pour soulever l'épée Valyrienne et surtout la maîtriser, qu'il avait pu abandonner cette arme. La hache n'était pas en accord avec sa carrure et surtout sa technique, il préférait les coups bien placés qui traduisaient une bonne maîtrise de son arme, seulement la hache n'était pas vraiment adaptée à ce genre de techniques. Quoi qu'il en soit, les deux minutes passèrent rapidement et bien vite, le combat prit fin, laissant Aslak « vainqueur » puisqu'il avait réussi à tenir les six minutes requises. Certainement les six minutes les plus actives de sa vie depuis un bon moment vu que les combats restaient tout de même rare pour les continentaux. Alors que son homologue rangeait sa lance, Sargon l'imita en glissant Crépuscule dans son fourreau avant de lever les yeux vers l'homme qui prenait la parole pour déclarer qu'il s'était un peu amusé. C'était l'essentiel ! En tous les cas le Harloi s'était bien diverti, même si son regret restait de ne pas avoir vu couler plus de sang. Après avoir vérifié les zones où il avait été touché, Aslak relança le sujet de la famille en rappelant au capitaine qu'il fallait les relâcher. Le jeune homme se tourna vers Yoren avant de désigner la Veuve Salée d'un geste du menton.

     ▬ Va donc chercher à boire pour notre gagnant histoire qu'il puisse se rincer le gosier. »

     Le jeune homme se détourna pour approcher des captives. Elles avaient les mains entravées avec des cordes épaisses, dans le dos et bien évidemment reliées à leurs chevilles de manière à ce qu'elles ne puissent pas quitter la position assise. Le seul moment où les captifs étaient attachés était pour les exécutions aussi nombreuses, il n'y avait pas énormément de Fer-nés dans le coin et il était tellement facile de se faufiler jusqu'à la forêt pour y disparaître. C'était une manière supplémentaire de faire monter la pression dans leur esprit. Apparemment le père avait l'air soulagé de voir que ses filles pourraient être saines et sauves, même si le concernant les choses changeaient totalement. Malgré tout, sa vie serait sauve ! Il était orfèvre et un tel talent pouvait se révéler très intéressant, par conséquent le Harloi avait l'intention de l'offrir à son oncle pour qu'il puisse l'utiliser. Tournant la tête vers Aslak, il répliqua.

     ▬ Je me suis aussi bien amusé, même si je regrette de ne pas avoir vu plus de sang couler. Détournant ses yeux du continental, il glissa sa main vers sa ceinture pour en tirer un petit poignard qui servait à trancher les cordes en temps normal. Un combat sans sang versé, c'est un peu comme une soirée sans que tu ne réussisses à attirer ta compagne dans ton lit, n'es-tu pas d'accord ? Certainement pas, après tout, même si leur style de combat se ressemblait, dans les faits Sargon cherchait le bagarre et Aslak semblait plutôt vouloir l'éviter. C'était donc peu probable qu'il confirme de telles paroles. Espérons pour toi que tu ne testeras jamais un véritable combat contre un Fer-né. »

     Sinon il était peu probable qu'ils soient amenés à se revoir c'était certain ! Utilisant son arme pour trancher les liens des captives, Sargon commença par débarrasser la plus jeune de ses entraves. Visiblement elle craignait sérieusement que le capitaine de la Veuve Salée ne laisse son arme glisser pour lui entailler la peau, elle tremblait littéralement. C'était à se demander ce que la perspective d'aller se réfugier auprès du continental avait de si intéressante. Il en serait presque vexé s'il n'avait pas une telle aversion pour les génisses comme ces Myriennes. Après avoir fait tomber les cordes sur le sable, le Fer-né redressa la demoiselle en lui attrapant le bras d'une poigne ferme et l'envoya dans les bras d'Aslak qui se trouvait non loin de lui. Après quoi il réitéra l'exploit sur les deux dernières demoiselles qui furent complètement libérées de leur position de captive. Cette scène ne semblait pas plaire aux autres Fer-nés qui regardaient le spectacle en reniflant d'un air désapprobateur. Au final, Sargon rengaina son arme dans sa ceinture avant de pivoter sur lui-même pour faire face au continental et son nouveau harem.

     ▬ Je t'aime bien, tu es un assez bon combattant pour un continental, puis tu as de l'humour, c'est une qualité très rare qui vaut souvent d'avoir la langue coupée. Lui-même aimait parler, ce qui signifiait qu'il appréciait ce trait de caractère chez les autres. Mais j'espère pour toi que nous ne serons pas amenés à nous revoir, ou alors de manière amicale une fois de plus. Les Fer-nés n'avaient jamais entretenu de bonnes relations avec leurs voisins du continent et les risques d'une guerre étaient toujours très élevés. Je t'aurais bien dit de garder ces filles en souvenir, mais je paris que tu vas certainement les libérer dès que j'aurais le dos tourné. Son sourire se fit plus amusé alors que Yoren approchait avec de quoi boire et le tendit au continental d'un geste qui n'exprimait que de la neutralité. Tu vois, je suis même aux petits soins pour toi, je t'évite de devoir monter une fois de plus ma Veuve. »

     Délicate attention, c'était certain.

Spoiler:
 


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Mer 25 Juil 2012 - 15:38

Ah quelle bonne nouvelle ce fut de voir qu'il avait droit à boire ! Ben oui après tout il l'avait clairement mérité ! Il avait accepté de combattre alors que sa vie n'était nullement en danger et mieux encore il s'était battu pour d'autres personnes. Il faut dire que c'était assez atypique et qu'il devait pour ce faire obtenir une belle petite récompense. Enfin la récompense il l'avait au fond déjà eue : il était en vie, il avait gagné, les filles étaient libérées, et il allait de nouveau s'abreuver. C'était en gros la belle vie. Et en plus, il y avait des chances qu'il se soit fait une relation plutôt positive avec un Fer-né. Ben ouais il sentait que le courant passait quand même plutôt bien avec ce Sargon et sincèrement, il avait pratiquement apprécié ce petit échange martial ! Ce qui était chose impossible à croire chez lui... Mais comme quoi tout était possible! Il était ce qu'il était mais il n'était jamais contre de nouvelles découvertes et il se rendait compte que dans certains contextes, différents de ceux où sa vie était en danger, il pouvait apprécier user de ses lances. Enfin il observa le nommé Yoren aller chercher à boire pendant que lui même allait chercher sa deuxième lance qu'il avait évacuée plus loin pour le combat mais qu'il ne comptait guère oublier. Ses vestiges dorniens étaient particulièrement important à ses yeux et à moins de les réduire en cendres ou de les avoir en miettes, il ne comptait guère les abandonner. Il se pencha donc pour reprendre sa lance et la raccrocha dans son dos avec la seconde. Il fit quelques mouvements d'épaules et un peu de nez aussi... Son corps était légèrement endolori ce qui pouvait être logique vu qu'il venait de combattre à trois reprises et concernant son nez ça ça risquait d'être encore douloureux quelques jours. Mais ça passerait comme tout le reste. Il avait cependant une tunique déchirée maintenant, il allait devoir penser à en voler une autre qui pendrait chez quelqu'un. Pourquoi user d'argent pour un simple vêtement dont l'état lui était somme toute égal. Alors diriez vous qu'il avait qu'à garder celui-ci... Mais il l'avait malheureusement assez mal déchiré et ça faisait davantage pauvre que voyageur. Et bien qu'il n'était pas forcément riche, il aimait séduire les demoiselles avec des habits convenables. Si on avait l'air d'un moins que rien, elles n'avaient pas tellement envie de s'approcher. Ce qu'il pouvait comprendre... Après concrètement sinon, avoir l'air d'un souillon, ça lui était totalement égal. Mais comme charmer si on était répugnant ? Impossible. Il s'approcha donc de l'eau et mouilla un peu une main pour passer ce liquide sur son visage afin d'en enlever le sang et les crasses du combat. Et histoire de se rafraîchir également. C'était quand même plus agréable.

Il fit ensuite demi tour et retourna près de Sargon qui avait rejoint les captifs. Il l'écouta et sourit amusé. Au moins ils étaient deux à s'être bien amusé. Enfin pour le Fer-né ça ne l'étonnait guère. Il avait l'air d'être plutôt du genre à aimer les combats donc forcément, ça ne pouvait que lui plaire. Sans oublier qu'il avait l'air de tenir clairement à son épée et donc forcément la manier devait lui apporter grande satisfaction également. De toute façon, si ça n'avait pas été le cas il n'aurait jamais demandé à voir ses prouesses combatives. C'était aussi simple que ça. Il le regarda retirer son couteau de sa ceinture se doutant vu l'état des captives de ce qu'il allait en faire. Enfin du moins il espérait. Mais celui-ci n'avait pas l'air de vouloir le trahir ouvertement. Sinon il n'aurait pas mis tout ce petit jeu en place. A moins d'être vraiment cruel de nature et immoral au plus au point. Enfin y en a qui ne tenait pas leurs promesses après tout. Lui il faisait mieux, il n'en faisait pas. Ou quand il en faisait, c'était sûr et certain qu'il la tiendrait. Mais c'était tellement rare qu'au fond c'est comme s'il n'était pas digne de confiance. Et quelque part il ne l'était pas. Il faisait passer sa vie avant celles des autres, donc trahir ne lui posait aucun problème. Forcément, ça faisait de lui quelqu'un d'absolument pas fiable. Et ce n'était même pas de la mauvaise volonté, il voulait juste rester en vie, simplement. Mais effectivement pour la cause il n'était guère fidèle, même lors d'un boulot. Pour peu que ça foire, ben il se rangeait du côté qui pouvait lui permettre de ne pas avoir trop d'emmerdes. Il ne put s'empêcher de rire à la comparaison entre un combat sans sang et une séduction sans sexe. Ce n'était tellement pas comparable à ses yeux que forcément ça provoqua l'hilarité chez lui. Surtout qu'il savait pertinemment qu'en réalité, Sargon le savait pertinemment. Décidément, il l'avait vraiment mal jugé ! De l'humour, ce Fer-né en avait et un bon en plus!

"J'espère aussi ! Quoi que si je risque ma vie je me retrouve avec des facultés auxquelles j'excelle comme la fuite !"

Il ne put s'empêcher de rire de nouveau parce que ça aussi c'était quelque chose que Sargon ne devait sûrement pas connaître la fuite. Lui qui était si fier et surtout qui était si porté sur le combat. Il était persuadé qu'il serait capable de se battre même s'il savait qu'il allait mourir. Pour ça ils étaient totalement l'opposé et au fond, ce n'était pas bien grave. C'était ce qui faisait le charme de leur relation. Qu'ils arrivent à s'entendre alors que leurs principes étaient diamétralement opposés. Mais après lui ne jugeait guère les actes vraiment des gens. Il avait commis des choses qui pouvait sans soucis l'envoyer se faire condamner directement, alors il n'allait pas commencer à critiquer les autres. D'ailleurs ça n'aurait pas été des filles qu'il ne serait jamais intervenu dans l'histoire. C'était donc bien la preuve. Il le regarda libérer les filles mais fut surpris de recevoir une comme ça dans ses bras. CE ne fut que la première, les deux autres suivirent en s'agrippant presque à lui et en tremblant. Il leur fit un magnifique sourire charmeur et les rassura de quelques paroles. Celles-ci se placèrent donc collées à lui en regardant frénétiquement autour d'elle observant les autres Fer-nés qui n'étaient guère loin. C'est vrai qu'ils n'avaient pas l'air ravi de la situation mais bon il fallait bien être fair-play. Il avait gagné il avait gagné. Enfin de toute façon, maintenant qu'elles étaient libres, ils n'allaient pas les recapturer. Enfin ils pourraient mais ce serait spécial quand même comme retournement de situation. Mais les paroles de SArgon le rassurèrent à ce niveau là et il lui sourit. Il prit la choppe que ce Yoren lui offrit sans aucune réaction quelconque et il parla avant de consommer.

"Tellement d'attentions j'en suis comblé !" il rit avant de reprendre "Moi aussi je t'aime bien Sargon ! Je me suis bien amusé et je t'avais mal jugé : tu as pas mal d'humour ! " Il but cette fois-ci une gorgée avant de continuer "Ah...qu'est ce que ça fait du bien ! J'espère quand même que nos routes se croiseront de nouveau, en toute amitié bien sûr ! Ce serait dommage que nos routes nous séparent à tout jamais ! Et puis comment ferais-je alors pour revoir mon futur époux ?" Il rit et but une nouvelle gorgée pour déshydrater son gosier asséché par autant de sport. Et puis il aimait l'alcool tout simplement, alors il ne pouvait qu'apprécier ce breuvage. Il reprit la parole. "D'ailleurs les filles, et bien non je t'avoue que je vais pas me les garder. Je les ai pas libérées pour les mettre dans mon lit. Moi les femmes j'aime les séduire avant qu'elle ne s'offre à moi. Les forcer ou même en abuser sans leur accord, c'est pas mon truc. Quoi de mieux qu'une femme qui s'offre d'elle-même ? C'est d'autant plus agréable..."

Et là c'était un homme d'expérience qui parlait. Des hommes il en avait séduite partout où il allait, mais les forcer, jamais. Il n'aimait pas ça. Ce n'était pas quelque chose qui lui apportait du plaisir. Il n'aimait que les pratiques galantes envers les femmes... ou alors passionnées... Ca arrivait aussi. Mais il n'allait jamais violenter une femme sans raison ou encore moins la forcer à se donner à lui. Il n'en retirait aucune jouissance dans tous les sens du terme. Et puis que ferait-il s'il ne pouvait pas charmer ? Son plaisir régulier voire même quotidien... Même quand il allait dans un bordel, qu'il savait que la fille ne se refuserait pas à lui parce qu'elle était payée, il ne pouvait s'empêcher de tenter de la séduire et de la considérer comme une princesse. Comment pouvait-il en être autrement ? une femme restait une femme même si elle était une catin. Il ne faisait pas de distinction sociale. CE n'était pas trop son genre. Il but une nouvelle gorgée et puis encore une autre ce qui clôtura sa peinte. Puis après une petite exclamation de plaisir, il regarda Sargon et sourit.

"Je pense que c'est ici que nos chemins doivent se séparer. Si mon âme était plus combative et que j'étais un vrai homme dont un voyage entre hommes pouvaient être plaisant, considère que j'aurais peut-être cédé à l'envie de t'accompagner sur ton boutre. Mais je suis un homme à femme et la mer... à la mer.... Je préfère la terre. J'ai encore tellement à voir à Westeros que je passe mon tour ! Mais qui sais... Peut-être arriverais-je à me retrouver sur l'île de Fer et j'espère pas enchaîné ni captif ! "

il rit mais en réalité il l'espérait vraiment... Etre capturé par des brutes comme les Fer-nés, il n'était pas sûr de pouvoir en réchapper. Surtout que Sargon avait été coulant avec lui et à voir les têtes des autres, ça ne semblait pas le cas de tous les Fer-nés, voire même pas du tout ! Donc...il préférait parvenir sur l'île d'une manière plus délicate. Au pire il pourrait toujours dire qu'il connaissait SArgon et peut-être qu'on le mènerait à lui.... De là à dire qu'il resterait pour la cause en vie, ce n'était pas forcément acquis. Mais bon en attendant, une chose à la fois. Il était toujours à Westeros et ne comptait pas partir tout de suite.

"En plus j'ai des filles à libérer et je dois retrouver mon employeur. Il me reste donc des choses à faire en cette journée, mais j'ai apprécié que mon emploi du temps soit bouleversé de la sorte. J'aime les imprévus !" Il sourit amusé en tendit la main vers Sargon dans un geste amical. "J'espère te revoir un jour, l'ami !" Et il partit entouré de trois femmes encore terrifiées qui allaient d'ici quelques minutes retrouver leur liberté.


Spoiler:
 





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Celui qui se présente en sauveur pourrait bien être crucifié ▬ Aslak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» aiden&lullaby → un joyeux anniversaire qui pourrait bien tourner au désastre mais des millions de petits cadeaux à la clé.
» Yop! Un petit vieux qui pourrait bien m'aider
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid
» Hillary Rodham Clinton présente ses voeux à Haiti
» Sauveur Pierre Etienne ap mete KKchat Aristid ak Preval deyorr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-