AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

La Truite et la Chouette (Eleanor Tully)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 11 Juil 2012 - 22:45

J’étais nostalgique… ces hauts murs, ces rivières, l’odeur de l’eau sur les remparts, le bruit du courant de jour comme de nuit… je passais beaucoup de temps à trainer sur les remparts m’attirant les regards curieux des gardes en patrouille, mais ces petites marches me faisait un peut de bien. Tout ça me rappelait beaucoup trop la maison. Elle n’était pourtant pas loin, quelques jours sur la rivière et nous serrions de retour à Grand-Duc, mais cette décision n’était pas de mon fait, non… c’était à mon Oncle de décider quand nous partirions, comme ça avait été sa décision de rejoindre Winterfell et d’en partir également. Mais je me confortais dans ces choix… il m’aurait volontiers laissé les reines, mais visiter tout ces endroits était bien plus amusant, n’est-ce pas ?

Ma marche sans but m’avait amené d’un coté que je n’avais encore jamais vu du fief. Une vaste étendue de verdure au milieu de toute cette pierre, voilà qui me rappelait encore la maison. Je pense que c’est pour ça que j’ai fini par me poser là contre un arbre pour regarder les branches d’en dessous, me demandant si j’aurais osé il y a quelques années grimper là haut et y rester caché comme un gamin. Cette pensée me fit pouffer et me remit du baume au cœur.

Aujourd’hui, je portais ma tenue classique de voyage, mélange de cuir vert sombre, de lin noir et ma cape d’épaule verte également. Je portais toujours mon épée a la garde de rapace nocturne et ma harpe à l’épaule dans son étui de cuir.
C’est cette dernière que je sorti lentement de son carquant pour la poser à coté de moi dans l’herbe fraiche à l’ombre.
Chaque fois que je jouais une note de cet instrument, ça me transportait ailleurs, haut, dans mes souvenirs et dans mes rêves. Dans des balades héroïques aux paroles que j’inventais comme une histoire qu’on raconte le soir au coin des flammes, souvent, cela me plongeait dans une sorte de léthargie, une légère transe en quelque sorte.

Mes pensées me ramenèrent à la nuit où Lyessa était venue fouiner autour de notre campement, de son air effrayé quand mon Oncle l’avait récupérée et de la légère pointe de honte que j’avais éprouvé en me rendant compte que j’avais fait courir un grave danger à mon Oncle et moi en jouant comme un enfant. Mais là, c’était différent. Nous étions en territoire neutre et je ne risquais rien à fredonner en laissant mes doigts courir sur les cordes.

Une légère brise vint me fouetter le visage, faisant voleter mon catogan sur mes épaules. Les senteurs que m’apportais le vent me firent sourire de plus belle, ce mélange d’herbe, de fleurs et d’eau fraiche, c’était vraiment une odeur qui me rappelait la maison.

Il s’était passé beaucoup de chose depuis que nous avions reprit la route pour redescendre du Nord. D’ailleurs, tellement de chose qu’il fallait à tout prix que je note chacune de ces histoires pour que mes pensées s’y encrent et que je puisse y revenir plus tard pour composer là dessus. Qui sait ? Peut-être qu’un jour on chantera l’histoire du Grand-Duc et des Paludiers ?
Ce coup-ci, j’éclatais franchement de rire. J’avais complètement oublié que des gens pouvaient m’entendre et que je risquais de me tourner en ridicule ou pire, passer pour un fou si une personne venait à passer à ce moment là et m’entendait m’esclaffer tout seul en jouant des airs de harpe au hasard…

Je me mordis l’intérieur de la bouche pour me forcer à retrouver mon calme et me mis à chanter cette fois, des paroles qui n’avaient surement pas grand sens pour des gens qui ne savaient pas écouter, mais cela me faisait du bien après tout, alors pourquoi pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 13 Juil 2012 - 16:43

Dès l'aube, la journée s'était annoncée particulièrement agréable. Le soleil brillait haut dans un ciel parfaitement mais de ses rayons émanait une douce chaleur tandis qu'une brise légère balayait l'air par intermittence et Eleanor savourait tout particulièrement ces quelques instants de tranquillité.

Dès qu'elle avait pu échapper à ses leçons matinales, elle s'était rendue d'un bon pas en direction des écuries, désirant profiter de cette journée pour faire faire quelques exercices à son palefroi bai favori. Elle avait ainsi passé les deux dernières heures en toute quiétude, profitant de la solitude et du silence des bois environnant Vivesaigues pour galoper et trotter par intermittence avec le cheval, toujours admirative devant la vitesse que pouvait prendre l'animal et sa longue crinière noire qui filait au vent.

Même si elle n'était pas une excellente cavalière, Eleanor avait depuis sa plus tendre enfance appris à monter en amazone, comme toute dame qui se respecte, et elle appréciait tout particulièrement ces moments où elle était seule avec l'animal, d'autant plus qu'il était d'une rare douceur et d'une gentillesse telle qu'elle pouvait tranquillement profiter de ces sensations de paix et de liberté qui l'envahissaient à chacune de ses promenades sans avoir à se soucier de tenir les rênes fermement. Quand elle le menait au pas, le cheval ne semblait avoir besoin d'aucune indication ni d'ordre pour faire exactement ce qu'il fallait et c'était l'idéal dans un moment pareil.

Elle avait fini par ralentir, flattant l'encolure du cheval et lui parlait d'une voix douce, presque chantante.

"Là, là Carotte, nous avons fait une belle promenade aujourd'hui et nous allons pouvoir rentrer tranquillement. Du bon foin et une stalle propre t'attendent. Tu pourras te reposer et je retournerai à mes occupations."

Comme à chaque fois qu'elle évoquait le nom du cheval, un sourire empli de nostalgie se dessinait sur ses traits. Elle se rappelait encore du jour où Joanna avait décidé de nommer le nouveau cheval qui venait d'arriver dans l'écurie et qui était un cadeau de leur père destiné aux jeunes demoiselles de la maisonnée, pour leur apprendre à monter un animal digne de ce nom avait-il clamé d'une voix joyeuse. Elle avait alors pointé du doigt la tâche qui rappelait vaguement le légume et qui s'étalait le long de son flanc droit avant d'annoncer fièrement qu'elle avait trouvé comment l'appeler.

Personne n'avait eu le courage, ou plutôt l'envie, de changer le nom de l'animal, d'autant plus que le Fléau du Printemps s'était abattu sur eux quelques semaines plus tard. Ils avaient longuement délaissé l'animal et Eleanor avait eu beaucoup de mal avant de revenir auprès de lui, son esprit ayant du mal à démêler le malheur qui les avait frappé du pauvre cheval. Et pourtant, à force de temps elle avait réussi à nouer un contact privilégié avec l'animal. Chaque instant qu'elle passait auprès de lui permettait à la jeune femme de vider son esprit et de profiter de l'instant présent, comme cela avait été le cas lors de cette promenade.

Alors qu'elle s'apprêtait à faire demi-tour et à regagner leur demeure de pierre, un bruit qui n'appartenait pas à la forêt lui fit froncer les sourcils. Quelques secondes lui suffirent pour comprendre que ce n'était bien évidemment pas un oiseau qui gazouillait mais bien un instrument de musique, une harpe fort probablement alors qu'elle prêtait une oreille plus attentive à ce qui apparaissait être un son des plus plaisants.

Avec un simple claquement de langue et un léger coup de rênes pour faire changer Carotte de direction, elle se dirigea dans la direction supposée de la musique au petit trot. Alors qu'elle se rapprochait, la musique s'accompagna soudain d'une voix masculine, d'un timbre agréable certes, mais qui lui était totalement inconnue. Après quelques mètres elle finit par apercevoir la silhouette du musicien et elle arrêta doucement le cheval, avant d'en descendre et de lui tenir fermement les rênes, hésitante. Elle resta ainsi sans bouger durant de longues minutes, savourant la musique et le chant qui étaient tous les deux de grande qualité. Le moment semblait magique, presque irréel, jamais elle ne se serait attendue à tomber sur un musicien tapi au beau milieu de la verdure.

Il semblait savourer ce moment de solitude et, si Carotte n'avait pas renâclé bruyamment, Eleanor aurait probablement fait demi-tour sans hésiter, ne désirant pas le déranger ni troubler ce moment de quiétude et encore moins paraître effrontée face à un parfait inconnu. Mais le cheval ne semblait pas de cet avis et, c'est la mine contrite qu'elle fit son apparition dans la petite clairière où s'était installé l'inconnu.

Elle se racla la gorge pour être bien sûre qu'il l'avait remarqué et hésita une fois de plus, ne sachant pas vraiment comment se présenter à lui. Prenant une petite inspiration, elle finit par se décider d'une voix douce.


"Ser… vous me voyez sincèrement désolée de vous avoir interrompu. Loin de moins l'idée de vous déranger mais cette musique était si belle que je ne pouvais pas ne pas venir l'écouter."

Un bref sourire alors qu'elle caressait doucement l'encolure du cheval qui commençait à piaffer de rester ainsi sans bouger.

"Je suis Lady Eleanor Tully, de Vivesaigues. Je ne crois pas avoir le plaisir de vous connaître en revanche."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 13 Juil 2012 - 19:16

Ce petit moment me faisait le plus grand bien. Cet endroit était vraiment magique. Isolé et pourtant si proches du Fief. Cet isolement était le bienvenue de toute façon, j’avais de nouveau l’impression d’être dans ma bulle, loin de mon oncle de ses sermons, des Reed avec lesquels j’avais beaucoup de mal à savoir l’attitude à adopter ou encore les habitants de Vivesaigue avec lesquels je ne savais pas non plus comment agir. Après tout, nous n’avions pas été invité, comme pour Winterfell, nous étions ici parce qu’ils le voulaient bien, voilà tout.

Quand un bruit un peut plus loin de moi me tira de ma rêverie, ma bulle n’éclata pas pour autant comme à l’accoutumée, ma bulle se contenta de grossir pour englober la source du bruit. Je mis quelques secondes à tourner la tête, mais une voix devança mon mouvement en s’éclaircissant la gorge.
Ma tête se tourna vers la source des deux bruits et mes yeux se posèrent sur la jeune femme et sa monture sans que j’y perde mon sourire tout de même. Ce cheval n’avait rien d’un des animaux qu’on trouvait en Auberge ou dans les petites villes, non, la jeune femme non plus d’ailleurs. Les tissus qu’elle portait et son port général ne laissaient aucun doute sur sa condition. Elle était de haute naissance.

Elle n’avait pas peur. Elle aurait put… vu ce que nous avions vécu en arrivant ici, une Dame sans escorte… Mais heureusement, je n’étais pas un danger malgré mon épée à la ceinture à moitié cachée par ma cape d’épaule.
Quand elle se présenta cependant, mes doigts manquèrent un accord et je déglutis avant de me redresser vivement, posant mon instrument sur son écrin de cuir protecteur.
Lyessa m’avait beaucoup parlé du jeune Lord, par mes cours à Grand-Duc je savais pertinemment qu’il n’était pas le seul enfant de la Lignée… mais la surprise de croiser une des Tully ici et seule me laissa perplexe un instant. Un instant seulement, je me repris très rapidement.


A ma façon si particulière, je déposais mon index et mon majeur sur mes lèvres pour saluer la jeune femme, suivant l’étiquette, je m’inclinais bien bas pour marquer notre différence sociale et mon respect sans pour autant me départir de mon éternel sourire aux lèvres.

- Que ma surprise est grande de vous croiser ici et seule Dame Eleanor. Mon nom est Alexander Garner. Fils de la Chouette. Dans l’Ouest. Ce hasard m’enchante et il n’y a aucun mal quand au fait que vous écoutiez. En général, je joue pour ma personne, mais le public est toujours bienvenu bien entendu…

En me redressant, j’écartais ma cape d’épaule pour la repousser dans mon dos. Mon catogan m’était tombé sur l’épaule gauche et d’un geste vif de l’épaule, je le replaçais dans mon dos pour me montrer le moins dépenaillé possible.

- Veuillez excuser ma tenue, j’ai troqué l’Armure contre le Harpe aujourd’hui et je dois paraître bien étrange.

Pouffant de rire pour moi-même en imaginant l’image que je devais donner en face d’elle, j’inclinais de nouveau la tête avant de laisser un léger blanc s’installer entre nous. Comment engager une conversation dans ces cas là ? Ne voulant pas faire naitre de malaise, je décidais de me lancer et de broder sans vraiment réfléchir. Après tout, c’était dans ces moments là que j’étais le plus naturel, non ?

- Je n’ai pas eu la chance de remercier les membres de votre maison pour votre hospitalité le temps des préparatifs de notre voyage de retour dans l’Ouest. Nous venons du Nord, nous avons escorté Dame Lyessa Reed jusqu’ici.

Voilà qui était plutôt bien, non ? J’étais un inconnu pour elle, de la sorte, j’avais eu le temps de me présenter et d’expliquer ma présence dans les environs… voilà qui semblait un bon préambule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 14 Juil 2012 - 16:08

Eleanor n'avait que très rarement peur d'être seule ou d'être confrontée à des inconnus. Son éducation, à la fois simple et efficace ne l'avait pas dotée de trop de préjugés et elle se sentait toujours en sécurité lorsqu'elle était sur ses terres et qu'elle savait sa demeure non loin. Ce n'était ni la première ni la dernière fois qu'elle profitait de quelques heures de solitude et c'était plus de la surprise et de la curiosité que de l'inquiétude qui l'avaient envahie lorsqu'elle s'était trouvée face au mélomane.

Elle avait pourtant réprimé un léger sursaut lorsqu'elle avait aperçu une partie de l'épée dissimulée par sa cape mais, après quelques instants de réflexion, il lui avait paru logique qu'un inconnu en voyage ne soit pas désarmé. Et après tout, elle aurait pu le surprendre facilement si elle avait été armée, chose qui ne risquait pas d'arriver elle avait les armes en horreur malgré tout ce qu'elle avait pu entendre sur leur utilité, et il ne semblait guère animé d'attention belliqueuses. Mais, une infime part d'elle appelait à la prudence et elle décida de garder quelques mètres de distance entre eux pour rassurer sa conscience.

Visiblement, l'annonce de son nom eut un effet certain mais elle se contenta de hausser les sourcils lorsqu'il manqua son accord, continuant de l'observer sagement et lorsqu'il la salua, elle répondit par une légère révérence, suivant elle aussi l'étiquette malgré la situation quelque peu incongrue et marquant par là elle aussi leur différence de statut.


"Le hasard fait parfois bien les choses, Alexander Garner, fils de la Chouette. Il s'en est fallu de peu pour que je ne vous entende pas mais j'aime suffisamment la musique pour l'entendre à chaque instant."

Elle laissa couler un sourire de convenance, glissant un regard attentif sur la harpe, instrument dont elle n'avait jamais joué et dont l'utilisation l'intriguait quelque peu.

"Je ne souhaitais aucunement troubler un moment de solitude pour le simple plaisir de profiter de vos talents de musicien Ser Garner. Mais je serais enchantée de vous écouter jouer et chanter une fois de plus."

A la remarque sur sa tenue, elle jeta un bref regard sur la sienne. Elle portait une longue robe bleu nuit aux larges manches bouffantes d'un bleu plus clair et dont la solidité était parfaite pour monter en amazone, mais dont la simplicité n'était guère faite pour des rencontres officielles alors qu'une fois de plus elle avait laissé ses cheveux flotter librement dans l'air. Elle devait avoir l'air passablement échevelée et sentit une vague gêne la gagner brusquement. Une dame ne devait pas se présenter d'une telle façon mais il était trop tard maintenant, elle devait s'en accommoder.

Elle se racla la gorge et se redressa, comme pour reprendre une contenance avant de répondre, de l'air le plus digne qu'elle pouvait trouver.


"Nul besoin de vous excuser. Ni vous ni moi ne pensions que nous risquions de faire une rencontre plus protocolaire et qui aurait demandé un peu plus de tenue et qui se serait déroulée dans un lieu plus approprié. Et vous voir jouer de la harpe en armure aurait été quelque peu incongru vous ne trouvez pas ?"

Nulle trace d'humour dans sa voix, elle se contentait d'énumérer un fait, une situation alors que le chevalier cherchait visiblement les mots appropriés pour expliquer sa présence surprenante dans cette clairière.

A la mention de Lady Lyessa Reed, Elenaor hocha la tête en signe de reconnaissance. Comme beaucoup de monde elle avait assisté au tournoi de Port-Réal et la participation de l'archère l'avait plus marquée que les autres. Probablement était-ce dû au fait qu'il s'agissait d'une femme dont la dextérité avec un arc était impressionnante, toujours est-il qu'elle garda un vif souvenir de cette femme à peine plus âgée qu'elle, sans parler du fait qu'elle avait bien évidemment entendu parler de sa famille. Elle croyait même se souvenir avoir entendu Edwyn parler d'elle depuis son retour de voyage mais elle n'arrivait plus à se rappeler précisément de la discussion.


"Vous venez du Nord alors. La route a dû être particulièrement longue. J'espère que vous n'avez pas rencontré de grosses difficultés sur votre chemin. Combien de temps avez-vous mis pour nous rejoindre ? Et combien de temps encore allez-vous rester dans les environs ?"

Ses questions étaient un savant mélange entre la courtoisie, dont elle se devait de faire preuve de par son rang, et une franche curiosité. Elle voulait en savoir plus sur le Nord, n'étant jamais allée dans cette région qui lui semblait particulièrement lointaine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 15 Juil 2012 - 18:45

Je ris de bon cœur en voyant qu’elle rentrait dans mon jeu. Puis elle avait de la répartie, ce qui présageait de bonnes choses pour le coup.
Quand elle m’avoua qu’elle aurait souhaité m’entendre jouer un moment de plus, je ne pus qu’abonder dans son sens. Avec une légère inclinaison de la nuque, je retournais sous mon arbre pour me remettre en position, mes doigts coulant de nouveau sur les cordes de façon très fluide. Je formais de nouveau cette bulle autour de moi que j’étendis à la jeune femme pour qu’elle profite pleinement de mes inventions musicales.

Mes yeux se perdirent dans le vague un instant tandis que je cherchais quelque chose de bien précis, une idée à laquelle m’accrocher pour qu’en découle une bonne mélodie. Une fois que ce fut fait, je reposais enfin les yeux sur la Dame Tully. Sa boutade méritait qu’on la relève, je pris donc la parole, une pointe d’amusement dans la voix.


- Vous savez, il n’est pas rare que je joue de la harpe en armure quand je n’ai pas la chance de pouvoir l’enlever. J’ai déjà fais bien plus incongru que ça, croyez-moi sur parole…

Je lui souris de bon cœur avant de fredonner un petit air de mon invention qui suivait parfaitement les accords que jouaient mes doigts.

Quand elle parla du Nord, je pris le temps de la réflexion, le voyage avait été long, certes, mais a bien y penser, pas si long que ça pour un voyage aussi long… nous avions bien avancé, surtout une fois en dehors du Neck, la route avait été mangée de façon plutôt fluide et nos montures avaient suivi le rythme sans broncher contrairement à ce que pensais Lyessa et mon Oncle à ce moment là.


- Le Nord, oui. La route n’a pas été si longue que ça… enfin, si tant est qu’une Quinzaine de jours n’est pas long s’entend. Lors de la première partie du voyage, la chose la plus difficile à surmonter aura été le froid une fois la nuit tombé. Les gens pensent souvent que le Nord est froid. Ils ont raison certes… mais on ne prend pas l’ampleur de la chose tant qu’on n’a pas passé une nuit dehors. Même avec un bon feu de camp et sous le couvert des arbres, la nuit est affreusement mordante.

Pour illustrer mes propos, je lâche ma harpe une seconde pour souffler sur mes doigts comme je le faisais si souvent quand nous étions dans le Nord, puis je reprends mes cordes avant même que la dernière note est finie de sonner dans l’air.
La seconde partie du voyage me posait un problème… comment lui expliquer ? Je pris une minute pour réfléchir à la question, puis me décidait pour la franchise la plus simple. Ce n’était peut être pas la meilleur des solutions, mais au moins, je ne lui cacherais rien…


- Au sortir du Nord, le voyage aura été rapide, on a longer les rivières pour gagner Herpivoie et de là, avons prit vers l’Ouest pour rejoindre vos remparts. Malheureusement, c’est sur la dernière portion de route que nous avons croisé des brigands. Pas un grand groupe… mais ils étaient décidés et voyaient en Lyessa une bonne rançon, alors nous avons dû nous défendre. Nous sommes sortit victorieux de cette rixe, nous avons passé la majorité du groupe par les fers, compte tenu de la situation, faire autant de prisonnier et si peut de victime a été une bénédiction des Septs…

Sans même m’en rendre compte, ma mélodie c’était faite plus triste, plus douce. Je m’en rendis compte et fit la moue avant de relever les yeux vers Eleanor.

- Notre groupe a connu une perte cependant. Un homme d’arme des Reed, Ulys, un guide, un mentor pour Lyessa. Nous l’avons enterré dignement sous le couvert des arbres à quelques lieux d’ici avant de faire route directement pour Vivesaigue pour livrer ces hommes à la justice de votre frère et amener les Reed en sécurité.

Un léger sourire ralluma l’éclat de mes yeux.

- Mon oncle ne nous fera pas rester plus de deux jours maintenant. Il a horreur d’abuser de l’hospitalité des gens, surtout quand nous ne sommes pas invité. Rassurez vous ma dame, nous prendrons bientôt un radeau pour regagner Grand-Duc. Nous sommes voisin après tout…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 16 Juil 2012 - 11:03

Elle haussa un sourcil, légèrement dubitative face à l'éclat de rire du chevalier qui se tenait non loin d'elle. Elle ne voyait pas réellement où était le comique de la situation mais elle était souvent confrontée à cette espèce d'incompréhension latente lorsqu'elle entendait les gens éclater d'un rire joyeux comme s'ils partageaient tous les deux un trait d'humour qu'elle n'arrivait pas à discerner.

Elle se sentit soulagée voyant qu'il n'insistait pas et qu'il s'apprêtait à jouer une nouvelle mélodie avec sa harpe. La musique avait réellement le don d'adoucir les mœurs, même celui des animaux visiblement, Carotte ayant enfin cesser de renâcler et de vouloir repartir au petit trot en direction de l'écurie. Eleanor le sentit rapidement, voyant qu'il ne tirait plus sur les rênes et esquissa un sourire à l'animal avant de reporter son attention sur le musicien, pensive.


"Je trouve tout de même que ce n'est pas des plus pratiques de jouer en armure. Mais je pense que vous êtes mieux placé que moi pour en décider, après tout, je n'ai jamais porté ce genre de tenues."

Elle s'imagina un bref instant essayant de ne pas succomber sous le point de ces lourdes plaques de métal, son regard fixant un point invisible au-delà du chevalier avant de secouer la tête et de revenir à la réalité, un sourire vaguement absent sur le visage. Elle écouta avec attention l'air composé par Alexander, fermant les yeux quelques instants pour apprécier la mélodie. La musique avait toujours été l'une de ses matières d'études favorites au fil des ans. Si elle ne savait pas jouer de la harpe, elle savait jouer fort convenablement de plusieurs autres instruments de musique et apprenait rapidement sans pour autant être une virtuose. Elle préférait de loin danser au son des airs entrainants qu'elle pouvait entendre et se savait bonne danseuse, ayant toujours suivi avec application les enseignements dans cette matière.

Ecoutant alors avec attention Alexander parler de son trajet, elle hocha la tête à l'évocation du froid, songeuse.


"J'avoue n'avoir guère connu ce type de nuit froide dont vous me parler mais je les imagine sans peine avec tout ce que j'ai pu lire ou entendre à ce propos. La rigueur du climat du Nord est célèbre, bien au-delà de leurs terres. J'imagine que vous devez être bien aise d'être enfin arrivé dans une région plus tempérée et où un bon feu vous réchauffe sans la moindre difficulté."

La durée du trajet était bien plus courte qu'elle l'aurait pensé, surtout qu'ils ne semblaient pas avoir spécialement été pressés par le temps. Eleanor n'aimait guère passer du temps sur les routes mais elle était quelque peu curieuse à l'idée de voyager dans ces grandes régions pas si lointaine que ça. Elle espérait qu'un jour l'occasion se présenterait sans pour autant chercher à la provoquer d'elle-même. Après tout ce n'était pas quelque chose qu'une dame de son rang se pouvait de décider seule.

Alexander sembla hésiter quelques instants avant de poursuivre à propos de la suite du voyage, comme s'il se répugnait à aborder un sujet difficile. Quand il se mit enfin à parler, Eleanor comprit immédiatement pourquoi. Si elle était choquée à l'idée que des brigands puissent jalonner les routes, elle n'en était pas surprise, ayant entendu de nombreuses discussions à propos des nombreux dangers que devaient affronter les voyageurs lorsqu'ils se décidaient à entreprendre leur périple surtout avec les nombreux problèmes dus aux Fer-nés.

Elle laissa échapper un petit soupir triste en apprenant le décès de l'un des membres de leur groupe avant de laisser couler quelques secondes d'un respectueux silence.


"Vous me voyez désolée de cette horrible mésaventure qui a coûté la vie à l'un des vôtres. Il est mort au combat, luttant pour protéger les siens, je pense qu'il n'y pas de décès plus honorable pour un homme d'armes et je suis soulagée de savoir que vous lui avez accordé une sépulture digne de ce qu'il a fait pour vous.
La justice de Vivesaigues saura quoi faire de ces hommes, n'en soyez nullement inquiet. Vous êtes tous en sécurité maintenant, c'est le plus important.
"

Elle avait réalisé elle aussi que la mélodie s'était faite plus triste, suivant le cheminement des pensées d'Alexander qui avait un réel talent pour user de cette harpe. Elle esquissa alors un sourire en réponse à ses propos sur l'hospitalité.


"Voyons, vous savez très bien qu'au sein du Conflans personne ne vous jettera dehors parce que vous auriez soi-disant abusé de notre hospitalité, bien au contraire. Et combien de temps votre voyage va encore durer une fois que vous serez partis d'ici ? Et avez-vous apprécié votre séjour sur ces terres ?"
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

La Truite et la Chouette (Eleanor Tully)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» (Terminée) Eleanor Tully | Tout le monde sait et tout le monde se tait
» Petite Chouette
» Un chouette wagon scratchbuild
» Sous l'égide de la Chouette d'Argent {Fête}
» Chouette hulotte et parchemin[libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-