AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

(Ouvert/Lyessa/Alexander) Et une chopine de bière...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 6 Juil 2012 - 20:31

La nuit tombait lentement sur Vivesaigue, mon oncle m’avait annoncé que nous ne retarderions pas beaucoup plus notre départ du château a fin de remonter jusqu’à notre Fief.

Nous n’avions pas mis les pieds sur le ponton qui surplombait la rivière pour rentrer dans le château que mon oncle demandait déjà la route pour la rourquerie pour y déposer un message a destination de mon Seigneur et Père. L’informer que nous étions sur la dernière ligne droite pour rentrer à la maison et lui raconter les expériences de la route j’imaginais. Nous n’avions pas ramené les prisonniers et escorté les Reed innocemment et je n’espérais pas une seconde qu’il ferait un rapport complet à mon père avant d’envoyer le corbeau.
Mais ça, c’était il y a des jours. Depuis tout n’avait été que préparation, politesse de visiteur et encore des préparations… c’était d’un ennuis…

J’avais donc pris l’initiative de m’éclipser de mes quartiers si tôt que me l’avait permit mon Oncle en direction de la grande salle du château.
Une chose s’était imposée à moi depuis mon plus jeune age, si tu veux voir l’âme d’une ville ou d’une place forte, visite tavernes et Salle commune et tu poseras les yeux et les oreilles sur le cœur même de l’endroit où tu es !
Je portais un subtil mélange de cuir et de tissu léger, passant du noir au vert sombre, le tout rehaussé de ma cape d’épaule qui couvrait la vue de mon épée, ma harpe sur l’épaule droite qui, protégée dans son étui de cuir, pendait sur mes cotes.

Après une volée de marche, je fini par arriver dans la salle commune que je poussais avec un léger sourire. Les battants n’avaient même pas disparu de mon champ de vision que je scrutais déjà les moindres recoins de l’endroit à la recherche de quelque chose de notable.
Bien entendu, la place des Seigneurs du Conflans ne pouvaient être ignorés, mais c’était toute la pièce et l’atmosphère qu’elle dégageait qui me rempli de Nostalgie. Oh non, ce n’était pas Winterfell, ce lieu me rappelait bien plus notre propre salle commune que celles du Nord et cela me rappela à quel point j’étais étranger ici, lieu qui était pourtant si proche de notre Fief…

C’est à ce moment là que j’aperçu Lyessa dans un coin, seule. Elle avait également l’air changée, plus de poussière du voyage, plus de sang, voilà qui changeait radicalement n’est-il pas ?
Mes yeux se portèrent sur une chope de ce qui semblait être de la bière vue d’ici et mes narines se retroussèrent légèrement.
Je gardais mes distances un instant, inspectant les lieux. Si elle buvait, elle n’était surement pas seule, si ? Mais pourtant après une minute, je ne vis personne revenir à ses cotés et cela m’intrigua au plus haut point.
J’assurais donc la lanière de cuir de mon instrument et me dirigea vers le bout de la longue table qu’elle occupait seule.

Décidant de parer à l’étiquette, je me plaçais légèrement sur sa gauche pour qu’elle puisse bien voir qui j’étais avant de m’éclaircir la gorge en regardant la chope de coté.


- Dame Reed. Verriez-vous un inconvénient à ma compagnie à votre table ? Il vous suffit de dire un mot et je m’en irais, mais je tenais tout de même à proposer, d’un étranger des lieux à un autre vous voyez…

Je suis souris de bon cœur et me tint droit en attendant une réponse de la part de la Paludière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 7 Juil 2012 - 17:29

Je n'avais pas encore répondu à Beron Stark. Dans ma main, je tenais là son message, ne sachant encore que répondre. J'attendais mon entretient avec Edwyn Tully qui devait arriver dans les très prochains jours. Sûrement était-il préoccupé, lui aussi, par les agissements des Fer-Nés. De toute manière, je repoussai cette visite comme on chercherait à épargner un borgne et un aveugle en même temps. Je poussai un profond soupir dans ma chope de bière fraîche, qui me faisait grimacer car peu habituée à ce breuvage, et je la reposai sur la table pour me replonger l'esprit dans cette missive. Je ne savais pas comment la prendre. Où étaient les ordres, y en avaient-ils seulement ? Sans les directives de Winterfell, je ne savais ce qu'on attendait de moi précisément. Devais-je rentrer dans le Neck sur le champs ? Pouvais-je diviser notre armée en deux sans consulter mon frère ?

Lorsque je relevai la tête pour trouver l'inspiration - et j'avais déjà bu une chope seule - ce fut pour me retrouver nez à nez avec Alexander Garner. Je souris en fermant les yeux. Rien de mieux qu'un chevalier pour me voir me noyer dans un alcool auquel je ne suis pas habituée. Je pouffai doucement de rire et secouai la tête pour lui indiquer qu'il ne me dérangeait pas. Je repris une gorgée de bière et grimaçai. Je tendis une main pour désigner la table : longue et vide et donc pouvant parfaitement accueillir de nouveaux gais lurons.

_ Comme vous pouvez le voir : il y a de la place !

Acquiesçant, je lui montrai la missive de Winterfell signée par Beron Stark.

_ Voici ma réponse. Je ne sais pas quoi faire. Je dois retrouver Edwyn Tully d'ici demain ou après-demain et... je ne sais toujours pas quoi dire. Je n'ai aucun moyen de contacter mon frère, envoyer un messager aujourd'hui ne servirait à rien ! Lui saurait quoi faire.

Pour une fois, j'étais seule. Brennadon et Carleon prenaient leurs petites vacances, sûrement avec de splendides demoiselles qu'ils abreuvaient de leurs paroles de grands romantiques, j'en mis ma main à couper. Je me frottai le visage et passai les doigts dans mes cheveux avant de reprendre, dans un soupir aussi désespéré que las.

_ Dois-je rentrer, dois-je prendre une décision seule ? Dois-je fuir ? Personne n'est capable de me donner la situation précise du Nord, de l'Ouest ou du Conflans aujourd'hui. Je suis faite pour suivre des ordres ou pour mener une équipe à la pêche, je ne suis pas faite pour prendre des décisions, c'est le rôle de mon frère !

Je le fixai puis haussai les épaules, l'interrogeant du regard puis de vive voix.

_ Que feriez-vous ? Si vous étiez moi, Chevalier, que feriez-vous ? Parce que pour Brennadon et Carleon, la situation est claire : demi tour vers le Neck pour rejoindre Winterfell. Et le Conflans ? Qu'en fait-on ? Un harem pour les Fer-Nés ? Un... Une cage aux esclaves ? Un terre de haut banditisme, ou...

Levant une main, je redressai le menton pour continuer.

_ Je vais tout dire à Edwyn Tully. Peut-être saura-t-il quoi faire, lui ! Ce n'est pas parce qu'il ne s'agit là que d'un enfant qu'il en est moins intelligent qu'un autre ! Pas vrai ?

Quand bien même le Garner trouverait que je pose un peu trop de questions ou bien qu'il ne convient pas à une Lady de boire ou de prendre des décisions, je voulais tout de même avoir son opinion. Après tout, grâce à lui, nous étions arrivés sains et saufs - du moins pour les 3 survivants du Neck que nous étions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 7 Juil 2012 - 19:17

Voilà une réponse qui me plaisait tout particulièrement. Détachant la lanière de cuir de mon épaule et rabattant ma cape par dessus mon épée, je m’installais donc en face d’elle sans la quitter des yeux. Tout d’abord ce fut un regard global qui se perdit de nouveau sur la choppe de bière avant de notifier qu’elle tenait un morceau de parchemin entre les doigts qu’elle agita fébrilement. Je fis un signe de tête vers elle, me méprenant un premier temps sur ce qu’elle venait de dire.

- Voilà donc la fameuse réponse que vous attendiez après avoir quitté Herpievoie, content que le corbeau soit arrivé à bon port dans ce cas là, c’est une bonne nouvelle, non ?

Mais au vu de ses traits, ce n’était pas vraiment une bonne réponse pour le coup…

Je la laissais parler cependant, visiblement, que ce soit par besoin ou à cause des vapeurs de bière, elle en avait franchement besoin. Je me contentais donc de croiser mes longs doigts et d’observer la jeune femme en attendant patiemment. Au vu de ce qu’elle venait de dire, elle était complètement perdue et cela me fit faire la moue en secouant la tête. Quel sage réponse donner à ce genre de situation ? Je pensais sincèrement qu’il n’y en avait aucune…


- Ne vous rabaissez pas ma dame… votre sang vous prédispose à diriger tout autant que votre frère. Peut être pas au même niveau, mais vous êtes née pour prendre des décisions. Peut-être que cela devrait commencer maintenant ? Vous ne pouvez vraiment pas l’envisager ? Vous pensez que votre frère se défilerait de votre jugement ? Après tout, c’est vous qui êtes là, ce n’est pas pour rien, n’est-ce pas ?

Quand elle me posa la question, je pris le temps de la réflexion, levant les yeux vers le plafond pour en regarder les poutres et me donner un minimum de contenance quand à la réponse que je préparais. Il est vrai que je n’étais pas dans sa situation, qu’il était simple pour moi de parler et de donner des conseils… mais si c’était vraiment moi qui étais à sa place ? Mmmh…
Je fini tout de même par redescendre sur terre et posait mes yeux sur le visage de la paludière.


- La première chose que je ferais, c’est attendre de parler à la personne pour laquelle j’ai fais toute cette route. Que ma mission et les choses que nous avons perdues sur la route ne soient pas perdues en vain. Je pense que vous êtes de mon avis sur ce point là au moins, non ? Il est facile pour moi de parler de ça, ce n’est qu’une mise en situation et en aucun cas mes choix auront des répercutions sur ce qui suivra… Mais je sais que cette discussion avec le Jeune Seigneur vous donnera des pistes que vous n’avez pas pour le moment ma Dame. Les choses seront plus claires après, si vous devez détacher ne serait-ce qu’un contingent de Trident pour le Conflans, je suis certain que pour Vivesaigue, cela sera toujours un geste qui vous honore au plus au point vous et les vôtres…

Une pensée me traversa l’esprit en disant ça et je pris la décision d’en faire part à Lyessa.

- J’ai croisé une jeune femme à Winterfell. Une femme des clans du Nord, une guerrière qui perdait espoir d’aider Winterfell alors qu’elle était déjà sur place avec ses hommes. Je me suis dis à ce moment là, que si ma région était en danger, que si Grand Duc était menacé par des Pillards… et malheureusement, l’Ouest est aussi ravagé par les Fer-Nés que le Nord ou les terres des rivières, ne serait-ce qu’une dizaine d’hommes en plus pour nous venir en aide serait le plus beau des cadeaux. La vie à de la valeur… ne jamais penser que les gens sont des nombres… chaque personne peut faire la différence sur le champ de bataille et chaque connaissance est précieuse. Les vôtres peuvent apporter beaucoup par ici, même si ils ne sont qu’une poignée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 9 Juil 2012 - 23:17

[Je me pose enfin ! J'annonce mon petit concours Tomorrow, je te réponds et au dodoooo ! Huuu, l'été va être trop court pour refonder Minstrum, m'occuper de Tomorrow, d'UV en même temps... Aheuuuuuu, pas assez d'heures dans une journée. Moi qui n'aime pas être surbookée, je fais fort cette année...]

Jouant de mes mains sur la chope de bière, je penchai légèrement la tête pour l'écouter. Puis j'acquiesçai. Son idée de déployer un contingent n'était pas idiot, effectivement. Finalement, il amenait les mêmes idées que moi, seulement... Mieux rangées dans sa tête que dans les miennes. Au final, j'étais venue pour parler à Edwyn Tully, aussi je lui parlerai avant de faire connaître ma décision à Beron. Celui-ci devait attendre ma réponse depuis plusieurs jours mais je secouai à nouveau la tête. Sa missive n'entendait aucun ordre et j'étais dérangée. Je n'étais pas quelqu'un qui aimait tant que ça suivre des ordres dictés par un être supérieur, cependant, je savais reconnaître ma hiérarchie. J'étais peut-être une noble, selon les définitions de beaucoup de personnes, mais je savais éprouver un respect certain pour mon suzerain, mon gouverneur.

_ Mon sang...

J'inspirai profondément avant de replier la missive et de sourire pour relever les yeux sur lui.

_ Le sang, c'est tout ce qui importe, pas vrai ? Mon père... est un homme que plus personne ne respecte et mon frère prend des décisions qui lui font bien plus mal au coeur qu'à n'importe lequel de ses peuples, croyez-moi bien. Sans être une famille de couards, je crois que nous sommes bien plus efficaces à la chasse et à la pêche, autant qu'à mener une guerre à bien, mais pas pour gouverner un peuple au jour le jour. Je crois que nous sommes bien meilleurs dans l'action. Il faut reconnaître que tout ceci n'est pas fait dans les meilleurs conditions. J'ai un père qui boit, vomis tout ce qu'il sait, jour et nuit et qui refuse de mourir dignement pour que mon frère, bien pensant même si maladroit, prenne proprement la relève et fasse ces hordes de Fer-nés !

Quelque amertume dans ma voix et mon ton un peu plus effréné que d'accoutumé. J'en voulais à mon père. Je lui en voulais tellement qu'il m'était devenu impossible de conserver un semblant d'objectivité face à mon opinion de lui, tout géniteur légitime qu'il soit. Je secouai la tête vivement et grognai avant de reprendre une bonne gorgée de bière, la grimace envahissant mon visage. Reposant le boc, je plissai le nez et reprit, les yeux dans ceux d'Alexander.

_ Mon frère est comme vous dites. Il connait chacun de ses hommes, sait dire précisément lequel d'entre eux est apte au combat, sur quelle ligne, dans quel domaine. Il sait mettre à profit les forces et faiblesses de chacun. Sur un territoire comme le Nord qu'il connaît bien, il est incollable.

Je levai l'index vers lui et plissai les yeux en me penchant, menaçante.

_ Ne m'appelez plus "ma dame". Je ne suis pas assez vieille pour nécessiter ce genre d'attention et mes origines géographique ne me rendent pas familière à ce genre de manières. Appelez-moi Lyessa. Ou alors... Ma Dame la Paludière. Mais pas... Ma Dame... Ai-je vraiment l'allure d'une telle chose ?

Fronçant les sourcils, je me reculai pour qu'il me dévisagea, ma chope à la main, mes cheveux - certes "brossés" - mais en pagaille, le bout de la tresse touchant presque le banc sous mes fesses.

_ Je sais que mon rang oblige à une certaine noblesse etc mais... Est-ce vraiment nécessaire ? Ne pouvez-vous pas laisser tomber l'armure dans un endroit comme celui-ci ? De plus, vous ne me devez rien. C'est moi qui vous dois la vie.

A ces derniers mots, je baissai les yeux en les replongeant dans ma chope de bière. J'avais parfois agi avec une certaine insolence. Mais je n'avais jamais omis de reconnaître - en moi-même - que sans eux, nous aurions pu faire face à plus de pertes que nous n'en avions eues, bien que le vide laissé par Ulys m'attristait plus que de raison.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 11 Juil 2012 - 23:13

Sa loquacité me laissa quelque peut perplexe…
Mais a vrai dire, il ne me fallut pour trouver le coupable de ça… mes yeux se baissèrent sur la chope et une nouvelle fois, je me rendis compte qu’il manquait une grosse partie de son contenu.
Cette observation me gêna légèrement et je me pris l’arrête du nez du bout du pouce et de l’index. A vrai dire, ce qu’elle me disait était justifié, si ce n’est le passage sur son père où je la trouvai vraiment dure, tout le reste était certes maladroit, mais je comprenais.
Je fis un geste vers elle et haussa les épaules pour m’excuser de ce qui la dérangeait visiblement beaucoup.


- Je suis désolé si le fait que je fasse appelle à l’étiquette aussi souvent soit une gêne, c’est devenu une sorte de peau que l’on enfile et que l’on enlève plus à vrai dire. Mon frère et moi avons surement suivi autant de cours là dessus que ma Sœur… je suppose que ça laisser des marques, pas vrai ?

Je levais un index vers elle et la regarda caché derrière ma main, mon ombre de sourire aux lèvres.

- Je ne vous promet rien, mais je ferais de mon mieux pour éviter de vous froisser de nouveau, entendu ? Cela vous semble acceptable ?

Je me voyais mal l’appeler ma Dame la Paludière, bien que l’idée me fit pouffer de rire quand même et fit pétiller mes yeux de malice en regardant la jeune femme.

- Dame Lézard-Lion a la rigueur ?

J’accompagnais ma boutade d’un clin d’œil avant de tenter de reprendre mon sérieux au plus vite. Elle avait l’air perdue et une bonne discussion lui ferait surement le plus grand bien, bien que je doute qu’une discussion avec moi lui sois vraiment secourable. Ce qu’il lui fallait, c’était du sang neuf, un regard extérieur au problème et qui ne lui rappelle pas sans cesse ses pertes. Mais je jouerais le jeu du mieux que je pouvais. C’était un devoir que je me faisais.

- Vous ne me devez rien. Durant un combat comme celui que nous avons vécu, chaque âme aide les autres, qu’elle soit grande ou petite. Mon oncle à l’habitude de dire quelque chose qui illustre très bien ce que je veux dire…

Je m’éclairci la gorge et prit une voix qui voulait se rapprocher de celle de mon bourru d’oncle.

- Durant un combat Fils ! Il n’y a qu’une chose qui compte, le frère a ta gauche et celui à ta droite. Sache qu’ils en feront de même et que quoi qu’il arrive, vous ferrez de votre mieux.

Je souris légèrement avant de me rendre compte du double tranchant de ma boutade…
Je pris un air instantanément sérieux et reprit.


- Ne vous torturez pas. Ce n’est pas votre faute, mais celle de ces hommes, entendu ? Ils seront jugé par Lord Tully pour leurs crimes et nos actions et leur sort servira d’avertissement à qui aurait l’idée de reprendre le flambeau après eux. Sur ces routes, le banditisme n’est pas le bienvenue.

Pour souligner mes propos, je cognais légèrement du poing sur la table sans la quitter des yeux.
Je ne savais vraiment pas comment faire pour lui changer les idées et la faire arrêter de penser à Ulys, je ne savais pas si je le pouvais d’ailleurs, alors je ferais de mon mieux pour apaiser la chose…

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 16 Juil 2012 - 9:42

Vivesaigues accueillait actuellement de respectables invités, en la présence de deux chevaliers de la Maison Garner et d'une Dame du Nord et de sa suite, qui avaient confié le sort de leurs prisonniers au jugement du Conflans. S'étant rendu lui-même dans les geôles, afin de savoir de quoi il en retournait, le Mestre en était fort vite arrivé à l'évidence qu'il s'agissait de simples brigands, écumant les routes du Trident en quête de voyageurs à détrousser.

Il devra donc aviser de leur sort, et conseiller son jeune Lord dans les mesures à prendre, et à ce sujet précis, le vieil homme était quelque peu mitigé. La Loi était la Loi, il le savait, et une exécution sommaire ferait office d'exemple, annonçant la couleur aux gredins que la Maison Tully ne les toléraient point, or l'avis personnel d'Emeric penchait pourtant vers la clémence, en ces temps troublés, malgré la crainte que cela soit prit pour une énième faiblesse de la part du jeune Edwyn. Il lui restait encore un peu de temps, et se disait qu'il n'avait pas à faire passer son avis personnel en premier, mais qu'il devrait tout-de-même abordé cette possibilité à son Seigneur, afin de lui inculquer que souventesfois le respect apportait bien plus que la crainte.

Sortant de sa bibliothèque, aux étagères tant chargées de reliures et de parchemins que de bocaux et d'herbes médicinales, alors qu'un voile obscur, comme constellé de fins diamants, plongeait le château dans une quiétude toute relative, le Mestre parcourra les couloirs, pensifs. La plus grande menace n'était point les vauriens qui parsemaient la campagne, encore que sous cette dénomination pouvait être inclus les redoutables Fer Nés, qui semblaient bien décidés à mettre à feu et à sang les côtes de Westeros, et qui devaient préparer quelque raid en ce moment même. Le plus grand danger que courait le Conflans résidait en son sein, alors que le pouvoir de Lord Tully se voyait morcelé entre sa mère et ses vassaux, et que deux Maisons du Trident n'attendaient qu'une opportunité pour s'entre déchirer.

Cela faisait bien longtemps que l'ombre avisée du jeune Lord n'avait point bu la moindre lampée de vin, des années, et pourtant ce soir elle y était fort tentée ... Le royaume semblait vulnérable face aux marins, or aucun corbeau de Port-Réal n'était arrivé depuis plusieurs semaines et l'on lui avait fait comprendre fort désagréablement que sa tâche était de servir Vivesaigues, et non de prendre part aux entrevues militaires. Autant dire que le natif du Bief se demandait comment il pourrait remplir ses responsabilités avec aussi peu de moyens, et avec autant d'obstacles sur sa route.

Malgré quelque réticence, il emprunta donc la route de la grande salle, et plongé dans ses réflexions, il ne remarqua que bien tard qu'il se trouvait en la présence de Dame Lyessa et du jeune Ser Garner, qu'il avait accueillit de manière bien protocolaire à leur arrivée, sans avoir encore eu l'occasion de leur parler. Ne voulant point les interrompre dans leur discussion, l'homme grisonnant salua d'un signe respectueux de la tête les deux jeunes gens et s'assit à l'autre bout de la table, dans le but de respecter leur intimité, avant de demander une coupe de vin à un serviteur, de manière aussi déférente que si le garçon avait été un noble, ce qui le troubla quelque peu.

Sa coupe en main, humant le nectar, il n'y toucha point, et la reposa avant d'entreprendre de se plonger dans la lecture d'un manuscrit, son oreille pourtant attentive à ce qui se contait plus loin, bien malgré lui. Nous dirons que là est un vestige de ses anciennes habitudes, qui tarde fort à disparaître ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 17 Juil 2012 - 15:28

Je pouffai de rire - avec facilité - aux répliques d'Alexander. De tous les surnoms les plus mignons et discrets, il lui offrait le moins discret ! Mais d'avoir déjà fini cette chope me rendait de bien bonne humeur. Je levai un index et ouvris la bouche. Le vieillard - c'était l'image qu'il me donnait - qui nous salua nous passa à côté et je le suivis, interdite. Je crois que la bière commençait à faire son effet. Quelque chose dans sa barbe me donna envie de rire et je pouffai avant de le saluer à mon tour. Ah bravo, Lyessa... Tu passes pour la pire des familles du Nord ! J'offris à l'homme un immense sourire et reportai mon attention sur Alexander.

_ Juste Lyessa. Vous pouvez faire ça, non ? Ce n'est pas dur à prononcer en plus, je vous assure. Tout est dans la douceur du nom, laissez les lettres glisser sur votre langue. Lyeeeeessssssa... Tout simplement.

J'acquiesçai, lui fis un sourire et relevai ma main avec la chope pour m'apercevoir qu'elle était vide. Un coup d'oeil à l'intérieur et effectivement, elle l'était. Je commençais à bien me faire à ce goût un peu râpeux et fort. Peut-être pourrais-je en avoir encore un ? Je me sentais bien. j'étais en bonne compagnie, j'avais pu me reposer un peu et puis je venais de reprendre quelque peu confiance en moi et en ma décision face au Conflans. Alexander avait raison. Un discours se fit dans ma tête avec quelques mots. Il fallait que je les écrive. Je devrais les réviser avant mon entretien avec Edwyn Tully ! Je me mis à rire alors que le Chevalier imitait son oncle.

_ Votre oncle est sûrement une très grande âme ! J'en mettrais mon arc au feu. Il ressemble beaucoup à Brennadon, dans un sens, je trouve ! Toujours à grogner, à faire son "je sais tout" mais au final, c'est un coeur d'or qui donnerait sa vie pour moi.

Je fis tourner la chope vide entre mes mains et penchai la tête en observant Alexander, une moue sur les lèvres.

_ Je crois que les hommes oublient trop facilement ce que signifie donner parole à mon frère quand ils disent "Je donnerai ma vie pour votre maison". Nous sommes les Stark du Neck !

Je lui fis un immense sourire, moi-même amusée par mon jeu de mots. En temps normal, je ne me serais pas tant amusée d'une situation comme celle que je vivais actuellement. Mais l'alcool devait sûrement me faire du bien. Me dérider. Puis je haussai les épaules en tordant les lèvres et je baissai les yeux sur ma chope. Je jouais toujours avec elle, cela m'occupait les doigts et me permettait de garder le contrôle sur quelque chose de solide au moins.

_ Parfois, je me demande ce qu'il se serait passé si j'étais passé par les Jumeaux. Peut-être aurions-nous été plus sûrs ? Le chemin aurait été moins long, la terre plus connue. Je pense que jamais je ne pourrai le savoir, de toute manière. je crois que le banditisme n'est bien vu sur aucune des routes de Westeros...

Je poussai un profond soupir et laissa ma tête se poser dans mes bras croisés sur la table, le regard dans le vide.

_ Mes marais me manquent. Leur aspect dégoutant et les grenouilles qui croassent... La fraîcheur des arbres, le bruit des lézards sous les feuilles... Le rire de mon petit frère. Les histoires de mon père lorsqu'il était encore en âge d'en raconter... Il nous narrait ses batailles... ses déboires avec les uns et avec les autres, ses négociations parfois un peu musclées. Mon père n'est pas quelqu'un qui aime beaucoup les Stark. Je crois qu'il voudrait que le Neck soit indépendant. Mon frère, lui est plus réservé, il marche en faveur des Stark. Il connaît sa place sans être un paon enfariné qui fait la cour. Mon frère est sûrement l'homme que je respecte le plus. Sa voix me calme, m'apaise... j'ai appris à chasser avec lui. A me caler sur son souffle avant de tirer, à obéir à ses ordres. Mon frère n'est pas un gouverneur. Mais il connaît ses peuples.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

(Ouvert/Lyessa/Alexander) Et une chopine de bière...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Un pub anglais offre bière et tatouages à ses clients...
» Le Partenariat est-il ouvert aux invités?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-