AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

La nuit porte conseil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Edric Estremont
Noble

Général
Que trépasse si je faiblis

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 67
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 25/04/2011
♦ Célébrité : Hayden Christensen
♦ Copyright : Seamus
♦ Doublons : Brynden Rivers
♦ Age du Personnage : 26 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Vertepierre, Estremont, Terres de l'Orage
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
301/500  (301/500)


Message Mer 4 Juil 2012 - 15:48



Profitant de l’été qui semblait durer plus que de raison, Edric avait quitté l’île d’Estremont en compagnie de son jeune cousin, Loren Connington. Ils avaient traversé le petit bras de mer avant de cheminer entre les arbres du Bois-la-Pluie, tentant autant que possible de dormir dans les demeures des seigneurs de l’Orage. Ils avaient ensuite cheminer quelques jours dans les rocailleuses marches de Dorne et cela les avait fait déboucher dans le verdoyant Bief, même en cette saison aride. Passant par Cendregué, ils avaient finalement atteint la route royale qu’ils avaient suivi un temps jusqu’à Hautjardin. Après moultes réflexions, l’étrange duo était finalement remonté le long de la côte en direction de l’Ouest. Cela ne s’était pas fait sans casse, mais ils étaient finalement arrivés à Port-Lannis qu’ils avaient rapidement visité avant de repartir pour d’obscures raisons. Ils avaient bien fait parce qu’à peine quelques jours plus tard, une sanglante attaque Fer-née s’y était abattue ! C’est du moins ce qu’on entendait sur les routes et Edric ne savait pas trop quoi en penser… Cheminant le long des routes, ils avaient traversé le col de la Dent d’or afin d’arriver dans le Conflans. Après s’être un peu perdu entre les diverses rivières et autres ruisseaux, ils avaient fait une surprenante rencontre qui ne s’était pas éternisée. Cela s’était à peine déroulé deux jours plus tôt et c’est pour cette raison qu’ils s’étaient peu à peu éloignés de la côte.

La nuit tombant lentement, Edric et Loren avaient pressé le pas afin de remonter rapidement la route jusqu’à une auberge qu’on leur avait indiqué. La silhouette du bâtiment se profila bientôt devant eux, forme indescriptible sur le fond d’encre noire de la nuit. Loren prit soudain la parole, rompant le silence nocturne où s’égayaient quelques insectes chantant.
« J’espère que leurs lits n’auront pas de puces… » « Si tu préfères, je suis sûr qu’il y a quelques fourrés qui n’attendent que toi. » Le jeune homme bougonna tandis qu’Edric ne put s’empêcher de sourire. Les derniers mètres se finir sans grand mal et ils purent mettre pied à terre. Un palefrenier s’avança vers eux et Edric lui donna les rênes de leurs montures, laissant au passage quelques sous de cuivre entre ses mains. Prenant leurs sacoches, il se dirigea alors vers la porte de l’établissement qu’il ouvrit.

Les lieux étaient bruyants et les voyageurs cherchant un toit pour la nuit y côtoyaient les marchands du cru, les troubadours de passage et autres itinérants. L’air était lourd, chaud et enfumé, mais on pouvait malgré tout y percevoir le fumet d’une pièce de viande qui rôtissait au-dessus du feu. Les places vides se comptaient sur les doigts de la main et Edric ne voulait pas se faire avoir. Cherchant des yeux une table vide, il déposa une somme entre les mains de Loren l’envoyant au comptoir.
« Va commander deux repas bien fournis et deux grandes chopes de bière. De la vraie bière, pas du breuvage maison coupé à l’eau. S’ils ont du vin, ça serait encore mieux, mais j’en doute. Demande quand même, on ne sait jamais avec Murs-Blancs. » « Et pour les lits ? » Edric lui répondit en souriant. Décidément, son cousin était incorrigible. « Demande la meilleure chambre. Et qu’on ait des draps propres. Tu lui diras qu’on paiera le double demain matin, si on a bien dormi. » « J’espère… » « Ah, tant que tu y es, demande l’installation d’un grand baquet. Je veux pouvoir me laver. »

Regardant Loren partir vers le fond de la salle, Edric scruta la salle des yeux, cherchant à reconnaitre les blasons qui s’y affichaient. Il y avait visiblement quelques fermiers et quelques gardes, mais rien de bien intéressant. Par chance, il n’affichait pas ouvertement son appartenance à une famille noble et on pouvait donc le voir comme un voyageur parmi d’autres. C’était en tous les cas ce que pouvait laisser penser son apparence actuelle… Sale et poussiéreuse.



Que trépasse si je faiblis

Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 8 Juil 2012 - 23:53

Le bruit des piécettes tinta dans les mains trapus de l'homme au crane chauve, une belle demoiselle, juste assez vêtue pour ne pas faire un attentat à la pudeur, s'appuyait sur son épaule. Elle ricana. Duncan leva un sourcil en tapant du poing sur la table. Il claqua sa langue. Il reposa une pièce. Les gobelets tournaient sur la table à une vitesse folle. Duncan ne les quittait pas des yeux, comme possédé par ces godet en bois. L'homme trapus s'arrêta et fit glisser la pièce devant une des verres, hésitant entre le milieu et la gauche. Au milieu ! On lève le verre. Rien. Il était à gauche, il n'était pas loin. Il soupira en finissant son fond de bière.

- Tu triches, j'en ai marre j'arrête...
- Je ne triche pas petit. Juste, si t'arrêtais d'boire, t'y verrai mieux. Au début je trichais, c'vrai ! Mais là, je bouge juste trop vite p'toi !
- Moque toi !
- Allez, on joue au verre ... S'tu perds, t'bois...

Quelques minutes plus tard, aussi longues pouvaient-elles être, il se retrouvait le front collé sur le bois collant de la table. L'homme rondouillard, rigolait de son rire gras, en te tapotant le ventre. La demoiselle arriva lentement, contournant la table et vint masser les épaules du pauvre forgeron qui s'était fait avoir au jeu. La grosse main de l'homme remplaça celle de la jeune femme, dont ses doigts étaient tendrement remonter dans ses cheveux pour lui frictionner le cuir chevelu. Il lui tapota alors le sommet du crane, toujours bedonnant, son rire secouant sa graisseur.

- J't'aime bien petit ! J'aime ta détermination.
- Elle m'a valu quoi sérieux ? J'ai perdu argent et esprit, balbutia Duncan.
- Je peux bien t'laisser ma soeur. J'va embêter un aut' gars, et fermer les yeux. Tu m'a fais rire, tu sais ça !

Duncan releva la tête, alors que dans le brouhaha de la taverne, la chaise grinça sur le sol un peu meuble. Il écarquilla les yeux avec autant de difficulté qu'il eut pour parler. Il se retrouva face aux magnifique décolleté trop serré de la demoiselle, qui laissait imaginer une poitrine plus que généreuse. Mais alors, juste au dessus de cette dune de peau laiteuse et légèrement moite, une silhouette attira son attention. Il se redressa lentement et son visage se figea si subitement. La demoiselle sans vertus se dandinait devant lui, lascive et affamé d'un peu d'attention, mais alors, le plat de la main du forgeron ne chercha point à tâter ces seins qui lui souriaient, mais bien à la repousser, en la plaquant sur son ventre. Il se leva dans le même instant, la jeune femme se retrouvant assise sur un banc un peu plus loin.

Il s'essuya les yeux un moment. Pas croyable ! Cela ne pouvait être lui. Les mêmes cheveux, la même allure, la même façon d'être, ces style de vêtement. Les poings serrés, il attendait d'en voir plus. Il n'était plus sûr de ses souvenirs, cela faisait si longtemps qu'il n'avait point vu son seul et grand ami...

Mais tourne toi ! Juste le profil ! Je t'en prie !!! hurlait-il intérieurement.

Il faillit tomber, retourner sur son banc, sur la table collante. Il s'était réellement sentit défaillir et ses jambes ne plus parvenir à le tenir debout. Tout se dérobait sous lui. C'était peut-être l'alcool, mais mélangé au choc, c'était presque fatal. Il ne savait plus quoi penser. Avait-il si bu que ça. Il pouvait bien le croire. Ou alors, la fatigue, cela aussi pouvait marcher... Mais ... Il faisait si vrai.

Tant pis ! Si ce n'est point lui, je serai juste ridicule...

Un pied après l'autre, son bras qui écartait les gens trop encombrant sur son chemin. Edric tourna enfin la tête dans sa direction. Malgré son taux de bière dans le sang, Duncan se laissa emporté, tel un oiseau volant jusqu'à lui. Il escalada une table, fit tomber une serveuse et un homme trop bourré, sauta, arrivé derrière lui, refit un bond et le voila accroché dans le dos du noble des Terres de l'Orage.

Ses bras lui étranglait sa petite gorge, ses jambes autour de ses hanches, son étreinte si serrée et pleine d'enthousiasme.

- Mais par les Sept, que fais-tu là, cria t-il dans son oreille, sans jamais le lâcher. Je n'imaginais pas un seul instant qu'j'puisse t'voir là ! Dis moi que tu n'es point folie des Dieux entrés dans mon esprit, pour me punir d'boire tant !

Il se laissa glisser le long de son dos, et le tourna face à lui, puis tatônna tout son visage, voulant être sûr qu'il était réel et vivant. Il souriait jusqu'aux oreilles et lui sauta à nouveau dans les bras, le décollant du sol, juste un court moment.

- Prend à boire, j'offre ! Je veux une cruche de ta bière la plus fraich' ! Eh oh ! On se réveille, tapa t-il sur le comptoir.

Il sautillait presque sur place. Les yeux pétillants, il ne cessait de se retourner pour voir si Edric était toujours là et attendait son breuvage. Il finit par s'appuyer sur le comptoir pour le regarder, sa bouche, se tordant et ses yeux s'humidifiant.

- Mince... Par toutes les catins des près, tu es là... J'pensais pas t'voir avant des mois ! Je comptais descendre quand l'hiver se f'rai sentir dans l'nord ! En espérant que t'y serai... J'ai reçu ta lettre. J'ai pleuré comme une jouvencelle, s'tu savais.

On plaqua une cruche et deux godets. Duncan les remplit à ras le bord et lui en tendit un, avant de trinquer et d'éclabousser en partie la tenue d'Edric. Il ne se sentit pas coupable, mieux encore, il riait, faisant tomber une larme sur sa joue.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Edric Estremont
Noble

Général
Que trépasse si je faiblis

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 67
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 25/04/2011
♦ Célébrité : Hayden Christensen
♦ Copyright : Seamus
♦ Doublons : Brynden Rivers
♦ Age du Personnage : 26 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Vertepierre, Estremont, Terres de l'Orage
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
301/500  (301/500)


Message Mer 11 Juil 2012 - 14:47

Après une longue route qui devenait plus supportable en cette saison d’automne, Edric et son cousin Loren étaient arrivés dans une petite auberge comme on en trouvait souvent le long des routes fréquentées. Là, ils avaient laissé leurs chevaux au garçon d’écurie et ils étaient entrés dans la bâtisse. Pendant que Loren partait commander de quoi manger ainsi que réserver une chambre pour la nuit, Edric observait la pièce qui s’ouvrait à lui, cherchant à reconnaître ceux qui fréquentaient ce lieu. Mieux valait avoir toutes les cartes en main s’il voulait éviter les ennuis ! Il n’avait certes pas l’air trop noble, mais ce n’était pas cela qui le sauverait en cas de souci. Alors pour être certain de rentrer chez lui entier et intact, il lui fallait éviter les mauvaises surprises.

Pourtant, cet avis ne semblait pas être partagé par tous les clients de l’établissement puisque l’un d’entre eux n’hésita finalement pas à créer cette surprise. Certes, elle était au final plutôt bonne et agréable, mais la manière dont elle se présenta à Edric ne l’encouragea pas des masses à l’entrain et à la bonne humeur. En effet, alors qu’il avait tourné la tête vers l’un des coins de la salle, il avait juste eu le temps de voir un homme se diriger rapidement vers lui, monter sur une table pour finalement sauter derrière lui avant de l’attaquer sauvagement ! Le noble de l’Orage s’apprêta à répondre à cette menace lorsqu’il constata qu’en réalité, il ne risquait absolument pas sa vie…

Il fallait avouer que si l’homme en question cherchait à le tuer, il s’y prenait vraiment très mal… Mais alors qu’est-ce qu’il faisait donc ? Etant donné la vitesse à laquelle s’était déroulée la scène, il n’avait pas eu le temps de clairement voir le visage qui l’avait ainsi pris pour cible et de ce fait, il ne savait pas trop à quoi s’attendre. S’il avait pu, il aurait tenté de se débarrasser de l’importun ainsi attaché à lui, mais il semblait pratiquement impossible de le déloger de sa place… Ce n’est donc que lorsqu’il prit la parole qu’Edric le reconnut enfin.
« Duncan ?! » L’autre finit alors par se laisser glisser au sol et faisant pivoter le noble face à lui, il permit au jeune homme de le reconnaitre comme tel. C’était incroyable… Duncan, son jeune ami partit vivre sa vie dans le Nord il y a de cela quelques temps se trouvait finalement face à lui, dans une petite auberge du Conflans ! Pour un hasard, c’était vraiment extraordinaire. Lorsque Duncan se laissa aller à le prendre une nouvelle fois dans ses bras, Edric répondit fermement à l’étreinte, tout à la joie de retrouver celui qui représentait tant à ses yeux.

Commandant une cruche de bière fraiche, le petit forgeron laissait clairement transparaitre la joie qui le gagnait peu à peu et cela faisait plaisir à voir. Duncan expliqua alors avoir reçu la lettre d’Edric, ce qui signifiait qu’il était déjà passé par Estremont avant de se trouver ici. S’étaient-ils ratés de peu ? Possible mais rien ne pouvait le certifier. Saisissant le godet tendu par son ami qui lui en renversa un peu dessus, Edric sourit.
« Ce n’est que le juste retour des choses en ce cas, Duncan. Crois-tu réellement que ton départ pour le Nord m’ait laissé dans la joie ? » Il était vrai que même s’il n’avait pas pleuré comme une jouvencelle, ce départ lui avait laissé un vide immense dans sa vie. Edric avait du le combler autrement, mais rien n’avait plus été pareil. Alors retrouver ainsi Duncan représentait beaucoup pour lui.

Voyant reparaitre Loren près d’eux, Edric se rappela qu’il avait faim. Avisant une table vide un peu plus loin, il la désigna à son cousin qui s’y dirigea. Puis, passant son bras autour des épaules de Duncan, il le tira à sa suite.
« Viens, allons nous installer, j’ai faim. Et n’oublie pas ta cruche ! D’ailleurs, tu veux aussi te remplir l’estomac ? Je doute que la bière soit très nourrissante… » Souriant, ils finirent par atteindre la table, Edric attendant la réponse pour éventuellement envoyer Loren chercher une nouvelle part de ce repas copieux mais peu recherché. S’installant sur un banc, le jeune noble tira le tranchoir de pain vers lui et commença à manger sa part. « Tu as donc décidé de rentrer chez toi ? Si tu as reçu la lettre, c’est que tu es repassé par Estremont. Que fais-tu donc ici ? Ca fait longtemps que tu es redescendu du Nord ? » Certes, Edric posait beaucoup de questions… Mais il était curieux et il voulait savoir ce que son ami pouvait bien lui raconter de sa vie jusqu’à ce jour.


HP : n’hésite pas à PNJiser Loren pour aller te chercher de quoi manger si tu veux Very Happy Il est là pour ça, alors autant qu’il serve XD



Que trépasse si je faiblis

Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 23 Juil 2012 - 2:27

Les retrouvailles de ces deux amis d'enfance, fut aussi étonnante des deux côtés. La surprise était partagée. La fortune les avait réunis en cette taverne perdue dans Westeros. Incroyable et Edric, même si peut-être moins imbibés et démonstratif que Duncan avait l'air tout aussi heureux et stupéfait de voir son ami ici, tout deux s'étant perdu de vue depuis bien quatre longues, très longues années.

Le forgeront lui sauta au cou à plusieurs reprises, lui posant tant de question qui n'attendaient qu'une seule et même réponse, mais l'étonnement l'obligeait à se répéter et à affûter son besoin de savoir, sa curiosité grandissante en son ventre. Des accolades et rapidement, une cruche d'alcool, hurler au comptoir pour fêter tout ça. Il lui confia enfin pour finir, qu'il avait souffert de son absence, d'être parti et de l'avoir laisser derrière lui. Il était vrai que cette missive laissée à son attention sur Rocvert l'avait touché en plein coeur et que les larmes n'avaient cessé de couler pendant un long moment. Voir Edric lors de son bref retour sur la petite île, aurait été d'une grande aide morale.

Il vit rapidement Edric faire signe à un autre jeune homme. Les questions fusaient dans sa tête, mais rapidement, le bras de son ami autour de ses épaules, d'un le canalisé et de deux, lui réchauffa tout son corps. Il était bien vrai. Il lui manquait énormément, cruellement même. Il lui proposa de manger. Duncan passa lui aussi son bras sur les épaules d'Edric et lui tapota ensuite le dos.

- Je ne peux te refuser quoi que ce soit, tu l'sais ! J'ai bien faim ma foi, mais la bière, elle est puissante ! Elle m'oblige à dépenser mon argent dedans, pire qu'les dames !

Duncan se laissa donc guider par son ami jusqu'à la table et fit un clin d'oeil à l'homme dodu qui dépouillait un autre homme. La cruche sous le bras, Edric sous l'autre, il était un homme heureux. Il ne manquait plus qu'une femme. La soeur du gros ne devait pas être bien loin. Elle serait sûrement toujours aussi joyeuse et affamée. Il vit le jeune de plus près, même très près, venant presque à coller son nez contre le sien, pour le jauger. Il finit par lui demander gentiment d'aller chercher encore à manger, devançant Edric, avec toute la poltiesse que pouvait s'offrir l'éducation d'un forgeron. Le jeune cousin s'en alla.

- Je le connais non ? C'te petite bouille m'dis que'qu'chose !

Il s'installa et s'étira un peu la nuque. Puis sourit.

- C'compliqué c'que t'me demande là. Je suis descendu sur l'île quand j'ai su mon père mourant. Je suis arrivé trop tard... Soit. Je suis allé à Vestepierre, mais t'étais po là. Je suis reparti aussi sec à Winterfell. A l'heure actuelle, j'vais voir, tu sais la petite noble qui me faisait la cour, qui était folle de moi. Elle s'marie. Je vais dans le Bief, puis, j'profite pour voir du pays et du monde en bas. Ca fait une bonne semaine et demi que je suis parti du Nord, je remonte une fois mon séjour fini. T'sais, je suis à Winterfell, je travaille pour les Stark ! 'Fin ! Je suis assistant. J'me dis que c'pas mal, mais pour mon père, j'aurais du reprendre son affaire. Enfin, je sais pas. T'façon, quel intérêt, t'es pas là ! Et toi alors ? Ca avance ? J'ai entendu dire que tu cherchais un gars pour ta soeur. Elle va bien ?

Lui aussi, les questions lui brûlaient la langue. Il était si curieux, si heureux. Il ne pouvait retenir cette langue qui n'avait qu'une envie, tout savoir d'Edric, pour une fois qu'il le voyait. Il se posait tellement de question à son sujet. Même, si souvent, il se dressait quelques parts dans la cour de Winterfell, à tailler du bois ou du metal, il pensait à Alysane, mais aussi à Edric et se questionnait : Que faisait-il ? Allait-il bien ? Etait-il en vie ? Que devenait-il, ... Il était là, alors... Il en profitait.

Loren arriva avec un plateau et trois bol de gruau. Il était très bon ici. Duncan eut l'occasion d'en gouter un petit peu. Il remercia gentiment le cousin d'Edric et engouffra presque la moitié du bol en deux cuillères. Cela lui fit tellement de bien à son estomac qui grondait. Non pas qu'il manquait d'argent, mais qu'il voyait ses priorités ailleurs et qu'il essayait de dépenser le moins possible : vraiment quand c'était plus supportable. Il frappa soudainement sur la table.

- Eh, fais moi penser ! J'ai un truc pour toi ! J'l'ai fais moi même. Il est dans ma chambre. Et donc, alors tu rentre quand à Vestepierre. T'y seras cet hiver ? J'peux même passer avant. C'est ... C'est compliqué, mais j'ai besoin de m'évader un peu de là-bas. Tu t'rapelles comment qu'on me traitait à Rocvert... C'pire là. Sont en plus, plus grands et plus forts. Puis cette fille........ J'ai besoin de me changer les idées. J'étais si bien avec toi, ça ne devrait pas changer. 'Fin, c'est pas pareil dans le Nord.

Il lui fit un sourire bref. Oui, c'était lourd et compliqué dans le Nord depuis peu, surtout quand il se rendait compte qu'une fille pas comme les autres arrivait à faire battre son coeur d'une passion qu'il ne connaissait guère. Alors qu'il touillait son gruau et comptait en prendre d'autre bouchée alors qu'Edric avait enfin le temps de lui répondre, la soeur du "magicien" vint s'installer à la table et se pendit à son cou.

- Tu as essayer de me perdre, j't'ai trouvé, rit-elle, sentant l'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Edric Estremont
Noble

Général
Que trépasse si je faiblis

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 67
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 25/04/2011
♦ Célébrité : Hayden Christensen
♦ Copyright : Seamus
♦ Doublons : Brynden Rivers
♦ Age du Personnage : 26 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Vertepierre, Estremont, Terres de l'Orage
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
301/500  (301/500)


Message Dim 29 Juil 2012 - 19:44

Affamé par le long voyage qu’ils avaient effectué en ce jour, Edric avait désigné une table vide à son cousin afin que ce dernier y dépose ce qu’il était allé chercher comme nourriture. En même temps, il avait entrainé son ami de toujours à leur suite et il lui avait aussi proposé de quoi se nourrir à son aise. Duncan accepta, bien qu’il précisa aussi au passage que la bière avait le pouvoir de lui faire dépenser son argent bien plus sûrement que les femmes. Cela voulait donc dire qu’il n’avait pas grande volonté ou alors, qu’il était subitement devenu très riche. En tous les cas, Edric se décida à s’amuser un peu, aussi se permit-il une petite remarque. « Est-ce donc ainsi que tu dépenses ce que je t’ai laissé en don ? En bière et en femmes ? Décidément, tu ne changeras jamais. » Riant, ils finirent par arriver à la table où Edric s’installa tandis que Duncan chercha à se rappeler s’il avait déjà rencontré Loren par le passé, avant de l’envoyer chercher un autre plat. « Oui, il est arrivé à Vertepierre juste avant ton départ. C’est Loren, mon cousin. » Le noble de l’Orage commença alors à manger en demandant à son ami ce qu’il avait bien pu faire pendant tout ce temps.

Le jeune forgeron se lança donc dans une longue explication quelque peu confuse, sans doute en raison de l’abus de bière ou de femmes… Voir des deux. Duncan parla du décès de son père qui avait provoqué son retour à Estremont, mais en raison de l’absence d’Edric, il était reparti pour le Nord où il était visiblement forgeron auprès de la maison Stark. Une grande opportunité, c’était certain ! Il parla ensuite d’une petite noble qui lui faisait la cour et qui se mariait, mais Edric ne voyait absolument pas de qui il pouvait bien parler… Par contre, il nota que Duncan comptait remonter ensuite dans le Nord afin de retourner à Winterfell… Ca par contre, c’était bien dommage et un instant, il se demanda s’il pouvait le convaincre de rester. Mais à quoi bon ? Le forgeron posa ensuite ses propres questions, cherchant à en savoir plus sur Edric.
« Pour quelqu’un qui n’a fait qu’un bref passage sur l’île, tu m’as l’air bien renseigné dis moi !? Mais en effet, je voyage à la recherche d’un époux digne de ma sœur. Je comptais m’arrêter à Port-Lannis, mais c’est un peu trop dangereux pour le moment… Je redescends donc à Villevieille très rapidement, en espérant pouvoir rencontrer lord Hightower. On verra bien ce qu’il en sera. » Souriant en se rapprochant un peu de Duncan, il déposa son morceau de pain pour répondre. « Jeyne va très bien, en effet. Elle a un peu changé depuis ton départ, mais j’imagine que tu t’en doutes. » Edric le savait, le forgeron avait toujours eu une faible pour la jeune lady, même si c’était totalement improbable comme relation.

Loren finit par revenir avec de quoi manger et Duncan se jeta immédiatement sur sa part sous le regard amusé d’Edric et celui plus affligé du jeune page. Attrapant son propre bol, le noble le poussa vers son compagnon, l’invitant à s’y servir aussi, tout en mettant le tranchoir à pain entre eux deux. Ainsi, ils partageraient leur repas, comme au bon vieux temps.
« Vas-y, sers-toi. » Un coup frappé sur la table l’effraya presque au même moment, Duncan se rappelant soudainement qu’il avait un cadeau pour Edric mais que ce dernier se trouvait dans sa chambre. Il posa ensuite une nouvelle question à laquelle le noble réfléchit un moment. « Tu sais, je ne vais pas vivre éternellement sur les routes. Si tout se passe bien à Villevieille, je devrais rentrer très rapidement. Bien entendu, si lord Hightower ne veut rien entendre, il me faudra sans doute repartir vers le Val d’Arryn, mais cela ne se fera pas immédiatement. Je serais donc de retour à Vertepierre dans moins d’une lune et j’y resterais peut-être un petit moment. » Il nota bien les éléments au sujet de cette fille et de ces espèces de barbare, mais il n’en fit aucune mention. Par contre, il semblait évident que Duncan voulait quitter le Nord, mais pourquoi donc ? « Si tu veux revenir à Estremont, tu peux. Nous pourrions faire le nécessaire pour que tu récupères les biens de ton père et tu n’y seras plus ennuyé. Bien sûr, je ne sais pas trop ce que tu as en tête, mais ça peut être porté à réflexion. »

Edric fut soudainement interrompu par l’arrivée d’une jeune demoiselle qui se jeta dans les bras du forgeron en riant, arrachant en même temps un sourire à Edric. « Cela dit, je ne suis pas sûr que ton retour soit une excellente idée. J’aurais du mal à te protéger contre les pères de toutes les pucelles que tu auras rencontré sur l’île. » Eclatant de rire, il avala une bouchée de nourriture avant de reprendre en désignant la jeune fille. « Connais-tu seulement son nom ? Tu en as rencontré combien, des filles comme elle, en quatre ans ? J’espère que tu ne te traines pas une quantité de problèmes derrière toi ! Tu devrais faire un peu plus attention, même si je peux te comprendre. Mange encore un peu, parce que vu l’alcool que tu as ingéré, si ta nuit est aussi reposante que je l’imagine, ton réveil sera très difficile. »



Que trépasse si je faiblis

Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

La nuit porte conseil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» La Nuit porte Conseil... Dangereuse et Perfide [Livre 1 - Terminé]
» Autres : Présentation de la guilde 'La Nuit Porte Conseil'
» La Nuit porte Conseil... Sensuelle et Lascive [Livre 1 - Terminé]
» La nuit porte conseil [Livre 1 - Terminé]
» La nuit porte conseil [Lukas/Crixus]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-