AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

« Quand un deuil se prolonge, d'autres viennent s'y ajouter. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Helya Harloi
Homme d'Armes

Général
Capitaine de l'Amazone

♦ Missives : 1733
♦ Missives Aventure : 46
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 15/12/1988
♦ Arrivée à Westeros : 10/05/2012
♦ Célébrité : Sarah Polley
♦ Copyright : FEE aka Sargon
♦ Doublons : Nope
♦ Age du Personnage : 27 années
♦ Mariage : Sargon Harloi
♦ Lieu : Îles de Harloi - Dix-Tours
♦ Liens Utiles :

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
401/500  (401/500)


Message Sam 23 Juin 2012 - 9:42

Une semaine venait de s'écouler depuis le retour de l'Amazone du Nord. Raid qui s'est avéré être fructifiant et la capitaine avait perdu peu homme, certes, certains étaient gravement blessés mais la mort ne planait pas au dessus de leurs tête. De toute façon, si c'était le cas, c'était là leur destin et ils s'étaient combattu comme de vrai fer-né, il n'y avait aucun honte à s'éteindre de ses blessures. La mort n'est pas une honte quand on se bat bravement et dignement. Helya s'affairait sur son boutre, effaçant du mieux possible les frasques de la bataille pour qu'il reprenne la mer prochainement. Des rires gras rompirent le silence paisible de son navire, reconnaissant les origines de ses rires bruyant, la capitaine ne daigna pas relever la tête jusqu'à qu'elle soit apostrophée de deux silhouettes massives. Rien d'autre que Rhoawyr et Ulrek. « Mes salutations, Helya » « Ulrek, quel vent d'mauvais augure amène ta carcasse flétrie sur mon boutre ? » Se contenta de prononcer la Botley sans se redresser se doutant déjà que ce qui sortirait de la bouche de son vieil ami ne lui plairait guère. Ulrek, fidèle à lui même parti d'un rire tonitruant affichant son sempiternel sourire et déjà une envie de le lui faire ravaler s'emparait de la Capitaine. « Toujours aussi agréable qu'un feu ardent, Botley » « Au lieu d'me sortir des répliques pourries revues encore et encore, crache l'morceau, j'ai pas qu'ça à foutre, Urek » L'atmosphère se défait de son ton de légèreté des retrouvailles entre deux amis et la piquante rousse sait déjà le pourquoi de sa venue, redressant enfin son visage pour planter son regard bleuté dans celui de son ami. Soudain, comme un spectre en quête de chair fraîche plane une lourdeur sur les épaules d'Helya, lui rappelant soudain l'absence de sa plus chère amie : Aurane. « J'ai à te parler » « Parle donc, j'écoute » D'un geste sec du menton, elle fait comprendre à son second de s'éloigner. Si ce dernier se doute très certainement de quoi il en retourne, la rousse préfère qu'il n'y aie nul témoin au récit peu plaisant qu'Urek compte lui conter, c'est ainsi protéger la réputation d'Elyn car nul doute qu'Urek ne viendrait en personne vers elle uniquement pour cette raison compte tenu de leur dessein au commun. « Tu t'en doute, je viens pour te parler d'Elyn. Ca va mal. Je crains pour la vie d'Elyn, elle se met en danger de son propre chef en ayant pris part à la razzia du Nord avec des blessures pas totalement guéries, en faisant les repérages d'elle-même. » Soupir et exaspération prennent possession de l'unique fille Botley alors qu'elle abandonne les outils en main sur le pont de son boutre d'un geste irrité « Et tu l'en as pas empêché ? Pour une fois que ça peut servir que t'ouvre ta grande gueule » « Je lui ai dit de ne pas se rendre à la razzia du Nord car c'est encore tôt pour ces blessures mais tu sais comment elle est, têtue comme sa soeur » « Aurane est partie bien trop tôt » Simple constatation d'une absence douloureuse à laquelle Urek opine d'un sourire. Sa manie de sourire surtout en évoquant Aurane l'énerve radicalement « Arrête d'sourire, ç'me fait chier » « Fais avec, Botley. C'est pas tout, j'ai comme la sensation qu'elle perd pied face à la disparition de sa soeur et j'ai peur que ses hommes voient cela comme une faiblesse » « Une mutinerie sera de mise si c'le cas. » Helya était bien au courant de cela, c'est bien pour cette raison qu'elle s'efforçait d'être constamment dure, ne montrer aucune faille, même quand cela est difficile. « Ramène-la moi qu'on cause » « Ses blessures se sont ré-ouvertes, elle ne peut pas se dé... » « J'en ai rien à foutre, Urek ! Quitte à faire la brave, autant l'faire jusqu'au bout maintenant. Qu'elle assume et ramène son cul ici ! » Fin de la discussion et pour clore l'échange, Helya retourne à ses occupations sans un mot laissant planer un froid.

Pourtant, peu importe l'occupation, ses pensées seront constamment dirigées vers celle qu'elle considère comme une expansion précieuse de son amie défunte. Peu nombreuses sont les personnes qu'elle estime, encore plus du sexe féminin et Elyn en fait partie, même si elle en rejette l'idée farouchement, elle y est attachée. La nuit tombée, aucune trace de la Veuve Noire, la patience peu énorme de la capitaine prend feu et ordonne le démarrage de l'Amazone. Rhoawyr prend les directives, sachant déjà où il faut mener le navire alors que sa supérieure fulmine sur le pont extérieur. La lune poursuit sa course lente alors que l'Amazone glisse sur les flots pour finalement s'amarrer au port du Vieux Pyk. Helya pose un pied à terre et se dirige d'un pas pressé vers la forteresse de Shatterstone. Alors qu'elle pénètre les corridors connus par coeur pour se rendre dans la chambre d'Elyn, Urek l'arrête en imposant son bras en travers de son chemin. « Il est tard, Botley. Elyn se repose et elle en a besoin pour se remettre de ses blessures. » Le regard de la rouquine farouche se plante sur le bras de l'intrus avant de remonter lentement vers le visage d'Ulrek. « T'es venu chialer sur mon boutre parce que t'as l'frousse pour Elyn alors maintenant t'me laisse faire. Tu sais que j'déteste poireauter pour rien et j'n'ai pas vu l'ombre d'une rame de la Veuve Noire alors laisse-moi passer » « T'es vraiment horripilante comme femelle, enfin si t'en est une » Il laisse passer Helya de mauvaise grâce qui s'avance de quelque pas avant de se retourner « J't'emmerde, Ulrek. Et à l'avenir, t'éviteras de t'interposer au travers d'mon chemin si t'veux pas qu'j'te montre mon amitié à coup d'hache » Urek sort son indécrottable sourire alors que la Botley pénètre les quartiers d'Elyn. Cette dernière dort paisiblement sur son lit et pour peu, la capitaine est presque tentée de la laisser terminer sa nuit mais c'est sans compter son irritation d'avoir poireauter, l'exaspération des nouvelles entendues et sa dureté habituelle. Elle s'approche du lit d'un pas irrité et sans attente, ses doigts viennent s'enfoncer dans la blessure recouverte de bandes de tissus maculées afin d'offrir un réveil digne de ce nom à sa protégée. « Debout, Elyn ! » Elle continue d'appuyer encore un instant avant de reculer « C'fini d'pioncer maintenant. Sors d'ce lit et lève-toi ! T'es capable d'te foutre dans une merde profonde maintenant blessure douloureuse ou pas, tu lève ton cul d'ce lit » La rouquine aux abords froids n'aime pas le spectacle auquel elle assiste mais la manière douce, elle ne connaît pas. Elle-même n'a appris que par la manière dure qui écorche, c'est ce qui a fait d'elle la capitaine qu'elle est aujourd'hui mais elle n'est pas sans coeur pour autant et voir ainsi Elyn, même sans se l'avouer, cela l'affecte autant que si c'était Aurane à sa place. « M'éviter n'sers à rien, Elyn. Maintenant qu'je m'suis déplacée en personne, va falloir qu'on cause. De capitaine à capitaine, si toute fois t'en est encore une » Qu'est ce qu'Aurane aurait fait à sa place ? Helya n'a jamais eu de petite soeur, elle est la dernière de sa famille. On fait comment quand quelqu'un qu'on apprécie met sa vie en péril ? La capitaine de l'Amazone n'est pas douée en relation humaine, c'est un fait connu.




Une civilisation se transforme lorsque son élément le plus douloureux devient tout à coup une valeur
Lorsqu'il ne s'agit plus d'échapper à cette humiliation, mais d'en attendre son salut, d'y trouver sa raison d'être.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 25 Juin 2012 - 14:11

Le retour du Nord avait été long et pénible.
Il lui avait même semblé durer plus qu'une éternité. La capitaine de la Veuve Noire avait rouvert sa blessure à la hanche en se battant contre les éclaireurs nordiens et ne serait sans doute plus qu'un cadavre refroidit si le lord Ravage ne lui était pas venu en aide, de même que sa cousine Aaricia. Avec le recul, Elyn enrageait sur cette aide qu'elle avait accueillie avec joie au début, sans se rendre compte des conséquences sur sa propre crédibilité. Elle avait l'impression d'enchaîner les échecs et l'ivresse d'avoir réussi son coup à Port-Lannis était depuis bien longtemps dissipé. Elle avait mal, et n'acceptait que les soins rudimentaires, comme si cette douleur la faisait expier. Longtemps, elle était restée dans sa cabine, laissant le commandement routinier à Urek, son second. Elle était assise et réfléchissait, le regard perdu dans le vide. Remise en question profonde. Une de plus, sur si peu de temps...Elyn savait qu'elle n'agissait pas correctement, qu'elle ne se comportait pas en capitaine mais bien en femme. Sargon l'avait-il affaiblit? Etait-elle manipulée? Pouvait-elle vraiment faire concorder ces deux aspects totalement différent de sa personnalité, à savoir son sexe et son grade ou devait-elle faire un choix? Faucheuse brillait d'un sombre éclat, posé sur ses genoux. Elle se perdait dans l'acier de sa lame, quoi qu'ébréché et pas mal abîmé. Elle devrait penser à contacter son ami Lakdhar, une fois de retour chez elle. Oui, la Bonfrère rentrait à la forteresse Shatterstone et irait se reposer, se remettre de ses blessures. Selon le guérisseur, il lui faudrait un mois et demi. Elyn doutait que son équipage lui laisse autant de temps avant de donner dans la mutinerie. Elle n'était pas capable, actuellement, de tenir tête à trois hommes de front. Elle n'était pas capable de leurs offrir une démonstration de force qui les avaient tous convaincu il y quelque mois, à la mort d'Aurane. Ceux qui l'avaient suivie par loyauté envers l'ancienne capitaine commençaient à douter, et s'il y avait un seul marin sur qui elle pouvait se fier, c'était son second. Les autres? Elle n'aurait pas la prétention d'oser leurs tourner le dos, craignant trop qu'une hache vienne se loger entre ses omoplates. Mutinerie. Aurane en avait subit elle aussi, au tout début. Ce n'était pas honteux pour un capitaine, que des imbéciles pensent à prendre sa place. Ce qui était honteux...Et bien c'était le fait qu'ils avaient de bonnes raisons d'agir ainsi. Elle-même en était consciente mais ne savait pas comment parer à cela. Aussi avait-elle annoncé qu'ils ne partiraient plus en raid avant d'avoir reconstitué un équipage complet -car les dégâts de Port-Lannis se faisaient encore sentir. Cela prendrait suffisamment de temps, peut-être même un mois, et elle aurait le repos dont elle avait besoin. Elle pourrait se reprendre. Tu n'y es jamais arrivé toute seule.
Ta gueule.

La Bonfrère avait eu une discussion avec son père à peu près trois jours après leur retour du Nord. L'une des femmes-sel qu'elle lui avait ramené allait accoucher d'ici quelques semaines au plus et Elyn s'en réjouissait secrètement. Non pas que dorloter un enfant lui fasse envie, simplement elle se sentirait moins coupable de partir et de mourir en abandonnant son père sans héritier. Certes un enfant de femme-sel ne serait pas prioritaire sur elle mais au moins la lignée Shatterstone ne s'éteindrait pas si sa blessure avait la malencontreuse idée de s'infecter, ou de se rouvrir lors de son prochain combat. Son père avait été inquiet en apprenant son état et semblait vexé qu'elle ne lui ai même pas écris pour lui assurer qu'elle allait bien. Seul Urek lui avait transmis des nouvelles et le fait qu'elle ai logé chez Sargon Harloi n'avait en rien amélioré l'humeur du patriarche. Elle avait accepté les remontrances sans sourciller puis avait demandé à aller se coucher. Hélas en chemin, elle avait croisé Urek. « Faut que j'te cause. » Elle secoua la tête. « J'ai envie de me reposer. » répondit-elle et elle le contourna pour aller jusqu'à sa chambre. Il la suivit et eu même le culot d'entrer, refermant la porte derrière lui. La Bonfrère posa ses fesses sur le lit et soupira. « C'est bon vas-y. » lâcha-t-elle, assez en colère. Il lui rendit son habituel sourire qui lui avait valu le surnom de « Le Joyeux » et parla: « Ya la Botley qu'veux t'voir. Elle m'a dis d'te dire d'ram'ner ton cul jusqu'à elle, et direct. Veut t'parler. » La jeune femme ne répondit pas immédiatement, se mordillant la lèvre inférieure, quelque peu gênée. Helya Botley avait été la meilleure -et sûrement la seule- amie de sa soeur Aurane. Elyn lui vouait un grand respect et admirait sa valeur. Elle ressemblait à Aurane sur bien des points ce qui avait poussé la jeune fille à l'éviter au maximum. C'était encore difficile pour elle de regarder la mort de sa soeur en face, alors voir son amie, qui lui ressemblait tant...Et qui semblait avoir décidé de veiller sur elle, de prendre la relève...Non, elle ne pouvait pas encaisser. Elyn avait développé une trop forte sensibilité qu'elle devait enfermer ou détruire à tout prix. Le Trompe-La-Mort avait eu le mérite d'occuper son coeur, oscillant entre faiblesse et rage profonde, lui permettant d'oublier tout le reste. Avec sa mort, elle se retrouvait démunie et ne pouvait même pas dire d'haïr le Harloi. C'était à devenir fou. Tu sais ce que deviennent les femmes fragiles, sur les îles? Des femmes sels. Crétine. « Tu sais bien que je ne peux pas bouger...Le guérisseur m'a dis de me reposer, sinon mon flanc va se rouvrir. » Une fuite. Pitoyable, vraiment risible. Elle se jetait droit dans la bataille contre des nordiens mieux entraînés et qui faisaient trois fois sa taille mais fuyait la capitaine de l'Amazone comme la fièvre de printemps. « Ouais...Ah ah s'rai bien bête! Mais y se s'rai pas rouvert si t'm'avais écouté. » Elle le sait, est consciente de la moindre de ses fautes. Au lieu de l'avouer, elle lui lance un regard noir. « Ferme là. » Sans se départir de son éternel sourire, il hausse les épaules et s'en va.
Si elle avait su...

Si elle avait su qu'Helya Botley allait débarquer et qu'elle aurait mieux fait de bouger jusqu'à elle. Hélas, Elyn ne savait pas et dormait profondément, à moitié nue sous les peaux constituant les couvertures. Son flanc était recouvert d'un bandage trempé dans de l'eau salé, qui diffusait dans tout son corps de légers picotements, finissant par la bercer. Elle dormait, elle ne pensait plus. Elle dormait, et aucun cauchemar ne venait la troubler, si bien qu'en sentant des doigts s'enfoncer dans son flanc, elle crut que les habituels songes noirs arrivaient enfin, quoi qu'avec un peu de retard. Elle ouvrit les yeux en sursaut et cria. D'instinct, elle donna une droite à cet agresseur qui eu vite fais de l'esquiver. Elyn se rend alors compte qu'il ne s'agit pas d'un cauchemar, que la Botley est bien la, en rogne, et qu'elle lui intime de bouger son cul. Elle exige qu'elle se relève immédiatement, sauf qu'elle n'en a aucune envie étant donné qu'elle est quasi nue en dehors d'une chemise trop grande. Toutes ses connaissances semblaient s'être passé le mot pour la découvrir dans ce genre de situation. Elle aurait du l'envoyer chier, mais Helya était comme Aurane en bien pire. Elle n'aurait pas pour elle cet amour fraternel qui la rendrait faible et influençable. Non, Helya serait sans pitié. Alors Elyn repoussa la pelisse et se leva en grimaçant. « Je suis toujours une capitaine! Putain. » rétorque-t-elle, vexée. Elle sait pourtant que la Botley n'a pas tord. Elle est en pleine remise en question, mais n'ose pas étaler ses sentiments face à cette femme dont le coeur semble être à l'abris des pires assauts de la vie. « C'est pas de ma faute si ces nordiens mesurent dix pieds de haut et qu'ils sont plus farouches que les continentaux habituels! T'a jamais perdu une bataille toi peut-être? » Elle ne sait pas exactement ce que veut Helya. Elyn ne comprend pas bien pourquoi elle est ainsi maltraitée mais n'aura pas l'idée idiote de s'en plaindre. « Qu'est-ce que tu fous ici? Tu m'as fais mal, merde! T'es tarée ou bien? Je dois me reposer... » Tentative bien timide pour envoyer chier la Botley. Mais Elyn ne se sent pas la force d'un affrontement avec elle. La fer-née craint trop ses propres réactions pour cela. Pas tant celle de ses poings, plutôt celles de ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Helya Harloi
Homme d'Armes

Général
Capitaine de l'Amazone

♦ Missives : 1733
♦ Missives Aventure : 46
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 15/12/1988
♦ Arrivée à Westeros : 10/05/2012
♦ Célébrité : Sarah Polley
♦ Copyright : FEE aka Sargon
♦ Doublons : Nope
♦ Age du Personnage : 27 années
♦ Mariage : Sargon Harloi
♦ Lieu : Îles de Harloi - Dix-Tours
♦ Liens Utiles :

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
401/500  (401/500)


Message Sam 7 Juil 2012 - 0:39


Être un homme d'armes c'est tout ce qu'Helya désirait depuis sa plus tendre enfance, elle souhaitait vivre cette vie que sa mère désirait tant éloigner d'elle. Elle voulait pouvoir faire ce qu'elle désirait comme ses frères qui n'avaient aucuns tabous, aucuns interdits. Naître femme n'était pas chose aisée sur les îles même si elles bénéficiaient de plus de respect que sur le continent. Une femme fer-née n'avait rien à voir avec celle du continent. Elles étaient plus coriaces, plus caractérielles, plus dures mais le statut de femme n'était néanmoins pas moins facile à porter. La capitaine de l'Amazone en a bien conscience et a assurément souffert dans sa jeunesse de ce statut et de ce qu'on attend d'une femme. Seulement, elle ne voulait pas être confinée dans un rôle pourri : se marier et enfanter. Ce n'était pas une vie pour elle. Aurane a toujours été présente pour la soutenir et l'encourage à sa façon en lui parlant durement, en la poussant à bout pour qu'elle puisse donner le meilleur d'elle-mêmer. Elle a été une amie du début à la fin de son calvaire n'hésitant pas à cracher sur les gens qui se moquaient ouvertement d'Helya. La Botley avait, hélas, bien peu d'amis sur qui compter à cause de son caractère peu buvable mais Aurane avait su dompter la teigne et s'accommoder de ses jougs verbales. Par les épreuves passées et son entêtement, Helya fut enfin promue Capitaine de l'Amazone, recevant le boutre de la famille à la place de Clovyn. Aurane et Urek furent les seuls à fêter cette réussite avec elle alors que son propre frère crachait sur son accomplissement et que d'autres se moquaient éperdument d'elle. Être unne femme capitaine est une tâche dure, Aurane le savait, Helya le sait. Il faut se faire respecter par ses marins et cela n'est pas chose aisée tous les jours. Certains ont l'affront suicidaire de tenir tête à la capitaine de l'Amazone avançant ouvertement qu'elle n'a pas l'étoffe de tenir la barre de son boutre car elle a un poitrine. La réaction est immédiate, il faut faire taire les insolents. Si ce n'était que cela, un bon capitaine sait se faire respecter mais doit aussi être un exemple pour son équipage : pas de faiblesse, ne pas se lancer corps et âme dans une bataille en prenant des risques inutiles. Quel homme doté d'une logique suivrait un capitaine qui le pousse dans la gueule béante de la mort ? Nul homme. Si un capitaine n'a aucun stratagème, se montre faible et inapte à se protéger, ses rangs se videront ou une mutinerie prendra naissance car un capitaine a des responsabilités. Cependant aujourd'hui, Helya n'avait plus sa chère amie à ses côtés, elle était partie bien trop tôt à son tour. Son absence a laissé un vide conséquent et qui ne sera jamais renfloué, le vide que dois ressentir Elyn doit être pire et la rousse peut le comprendre mais accuse tout de même son comportement inapproprié et inconscient. Se rend-t-elle compte qu'elle peut tout perdre en agissant ainsi ? Perdre ce qu'Aurane a construit ? La Veuve Noire est tout ce qui reste de l'honneur d'Aurane sur terre, c'est son unique souvenir de sa trace sur les îles.

Helya esquiva d'un geste leste le coup rapide d'Elyn confortant la rousse sur les réflexes encore présents de la brune malgré ses blessures. « Vraiment ? Parce que moi, j'en vois pas une, là ! Couvre-toi, bordel ! » Saisissant une couverture, la furie rousse la lui jette à la figure avant de tourner autour d'Elyn, tentant de calmer sa mauvaise humeur bien présente, ce n'était pas en restant sur place sans bouger que ses nerfs se calmeraient. « J'sais comment sont les Nordiens et t'le sais aussi bien qu'moi apparemment mais tu t'es quand même jetée dans la gueule d'loup. Connerie, Elyn, maintenant t'fous la raison de ta défaite sur les nordiens ? Sois une fer-née et assume tes actes. T'es l'propre cause de ta perte » Tout se sait sur les îles et bientôt les échos sur cet incartade planera dans les rues. « J'ai déjà perdu une bataille bien entendu ! J'suis pas faite d'fer mais j'sais user d'ma cervelle ! Il y a montrer l'exemple, l'bon et s'faire passer pour une idiote intrépide en quête d'sensations fortes ! Grandis, merde ! » Se montrer forte et être sur le pont de son boutre malgré ses blessures c'est un fait mais aller se confronter à plus grand et plus farouche que soit, c'est de la stupidité. Même si cela ne plaît pas à Helya, elle a ses limites et parfois elle est dans l'incapacité de se battre quand son corps souffre trop de blessures douloureuses mais il y a un temps à tout et si la passion pour le sang qui coule anime la rousse, il y a un moment où le boutre doit resté amarré par logique, pour ne pas perdre tout ce qu'elle a acquis jusqu'à ce jour. La force, c'est aussi de reconnaître ses propres limites, ce n'est pas agréable mais il faut l'accepter. « Et alors ? T'vas chialer pour ce petit geste d'rien du tout ? Si ça t'as fait mal, tant mieux et encore, j'ai été gentille ! Te reposer, qu'est ce qui faut pas entendre ! Un capitaine s'repose jamais ! On en a pas l'loisir ! » C'est pas pour rien qu'Helya était insomniaque et toujours sur la défensive, sur le qui-vive au cas-où. Les capitaines se bouffent entre eux et les femmes capitaines encore plus étant considérées parfois comme un atout faible et facile à renverser, elles doivent être réactives. On ne repose pas de ses blessures, on attend que cela cicatrise en continuant son rôle, on larve pas dans un lit. Bon, certes, là, c'était la nuit, il faut bien pioncer mais Helya avait déjà balancé toute logique agissant de façon impulsive « J'me demande bien pourquoi j'suis ici aussi. J'ai peut-être l'mauvais goût d'venir voir comment tu flambes l'oeuvre de ta soeur ! Même aussi impulsive qu'elle était, jamais elle se serait mise en danger de son plein gré » Se retrouvant face à Elyn, elle lève une main pour l'empêcher de répondre « As-tu seulement conscience des responsabilités qui sont sur tes épaules ? En plus de celle de capitaine, t'as entre les mains tout ce qui reste de la mémoire d'Aurane. Ca m'fait chier d'voir comment tu manque de respect à cela ! T'cherche une mutinerie ? T'veux perdre la Veuve Noire ? Répond, Elyn ! » Sa voix s'élève et se cogne contre les murs, résonnant alors que son visage reste dur et impénétrable comme dénué d'émotions alors que ce n'est que mensonge. Helya était agacée non seulement par l'attitude d'Elyn mais aussi par l'attachement qu'elle avait envers elle qui l'inquiétait grandement. Elle aimait penser qu'elle n'était attachée à personne, qu'elle se fichait de tout mais aujourd'hui venait de prouver le contraire. C'était une faiblesse. Le deuil d'Aurane, elle ne l'avait pas fait correctement mais enterrait cela dans les ténèbres de son inconscience, c'était là sa principale qualité. Helya enterrait tout et s'enveloppait dans une dureté et une froideur sans limite. C'est plus facile de feindre de ressentir aucune émotions que faire face à ses propres douleurs. Mais tout remonter en cette soirée, absolument tout ce qu'elle avait enterré. La rousse était peut-être un peu dure avec Elyn mais elle avait beaucoup de choses à apprendre du rôle que doit tenir une capitaine et en plus de cela, porter avec brio le flambeau de sa soeur. Par dévotion pour Aurane, Helya s'est mise en quête de mettre sa petite soeur sur le bon et droit chemin, peu importe le moyen. Il est vrai qu'elle aurait pu être plus encline, plus posée mais hélas, la capitaine de l'Amazone ne connaît pas la douceur, elle ne connaît que le débit acide et les geste brusques. Ce n'est pas de mauvais intentions mais il en conviendra que le moyen utilisé est peut-être mal choisi.




Une civilisation se transforme lorsque son élément le plus douloureux devient tout à coup une valeur
Lorsqu'il ne s'agit plus d'échapper à cette humiliation, mais d'en attendre son salut, d'y trouver sa raison d'être.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 16 Juil 2012 - 11:11

La Botley ne lui laissait aucune forme de répit. Après lui avoir balancé la pelisse à la figure, elle se mit à déblatérer des reproches qui s'enchaînaient avec une telle rapidité que la Bonfrère se demanda si elle avait répété avant de venir. Des insultes, des incompréhensions, elle se prenait en pleine figure chacun de ses doutes énoncé à voix haute et elle n'aimait pas cela du tout. Helya avait beau être la meilleure amie de sa soeur, Elyn n'acceptait pas d'être traiter comme une gamine. Merde, elle était une femme! Une capitaine! Comme si la Botley n'avait jamais failli, comme si elle était parfaite et que cela lui donnait le droit de la martyriser, de rouvrir sa blessure à l'aide de ses doigts, de répandre son sang de fer-née sur ses draps. S'enveloppant dans la pelisse, elle toisa Helya en sentant une rage bouillonner à l'intérieur de son être, enflammant son sang au point que sa vision du monde se tentait d'un rouge écarlate. L'idiote intrépide en quête de sensation forte en avait assez de se faire agresser par tout le monde autour d'elle, de devoir rendre des comptes. Etaient-ils tous dénués de sentiment sur cette île ou le Harloi l'avait-il rendue guimauve en voulant la transformer en femme? Son coeur souffrait pour bien des raisons et il arrive un moment où l'être humain défaille. Fragile. Elle n'avait jamais pensé à elle en ces termes, et pourtant peut-être devait-elle se rendre à l'évidence. « MAIS LA FERME! » s'exclama-t-elle lorsque la Botley évoqua la mémoire d'Aurane et la honte qu'elle jetait sur elle par son comportement. Que savait-elle de la mémoire d'Aurane? Être telle qu'elle l'avait été ne lui avait pas sauvé la vie, et si elle avait été vengé le fait est qu'elle était morte tout de même. Elle ne s'était pas assez méfiée, n'avait pas assez agit par elle-même. Elyn était décidée à ce que ça ne lui arrive pas, pour rien au monde. « Un capitaine se repose, s'il veut pouvoir dignement commander ses hommes! Un capitaine se repose, quand il risque de crever d'une fuite de sang s'il le fait pas! C'est parce que j'me suis pas reposée qu'j'ai eu des merdes au Nord, c'parce que j'ai pensé comme toi! » C'était à moitié vrai. Elyn avait pensé que trois semaines étaient largement suffisantes pour se remettre d'une telle blessure et elle aurait pu avoir raison si leur incursion dans les terres froides de Westeros n'avaient pas été si pleine de surprise. Et son cadavre pourrirait dans la forêt, servirait de nourriture aux arbres -elle en aurait craché par terre- si Dagon Greyjoy n'avait pas été la pour lui prêter main forte. Lui, et sa cousine Aaricia. Sans eux, Elyn n'aurait plus été de ce monde...Un moindre mal, sans doute.

Au fond d'elle-même la Bonfrère savait qu'elle ne se comportait pas comme une fer-née le devrait. Elle en était douloureusement consciente, chaque erreur était gravée au fer rouge dans sa mémoire mais elle était bien trop fière pour en admettre ne fus-ce que la moitié. Elle se cherchait des excuses, essayait de rattraper ses fautes avec pour résultat déplorable le fait de s'y enfoncer un peu plus fort encore. Ce n'était qu'une question de temps, avec que l'équipage de sa soeur ne se rebelle et décide de mettre un autre capitaine à sa place. Ce n'était qu'une question de temps, avant qu'elle ne finisse par se faire tuer. Elle ignorait qui aurait raison d'elle: un fer né ou un continental, mais si elle empruntait cette voix, nulle doute qu'elle ne fêterait pas son prochain anniversaire. « J'me mets ptet en danger comme tu dis, mais mes hommes ont des femmes-sels, ils ont de la nourriture pour passer l'hiver! Si on avait pas retenu les éclaireurs, beaucoup ne seraient même pas revenu! Tu crois que j'ai envie de crever? Tu crois que je sais pas ce qu'elle me fera si j'arrive aussi bêtement dans la demeure du Dieu Noyé?! » Sa voix avait tremblé, légèrement. Evoquer Aurane à voix haute n'était pas chose facile et elle s'était disputé avec son meilleur ami à cause de ce tabou qu'elle s'imposait, à cause de ces larmes qui pressaient derrière ses yeux, désireuses de s'écouler mais dont une grande partie de son énergie empêchait de se montrer. Elyn ne voulait pas s'écrouler, ne voulait pas avouer qu'elle était complètement paumée. Lorsqu'il suffisait de razzier des côtes pour en ramener richesses, femmes et nourriture, tout allait bien. Lorsqu'il s'agissait de plus grandes entreprises, au delà de petits villages, quand il s'agissait de trouver le bon moment pour se retirer...C'était différent. Elle se souvenait de Port-Lannis et de sa réussite, de la fierté qu'elle avait eu en se disant que jamais sa soeur ne serait parvenue à l'égaler sur ce point. Elle se souvenait de cette petite victoire, qui lui avait tant coûté...Et des problèmes qui s'étaient ensuite enchaîné. Parce qu'au fond, elle n'allait pas si mal avant que la jalousie ne meurt en son coeur. Au moins avait-elle le mérite de la distraire, de l'aider. Elle s'était rabattue sur les mauvaises personnes, avait tenté de trouver de nouveaux piliers dans sa vie, trop instable pour soutenir la structure, à deux doigts de s'écrouler.

Perdue, faible, voila comment elle se sentait mais jamais elle ne le dirait tout haut. Alors elle continua à rétorquer, la colère s'enroulant autour d'elle comme une armure protectrice. « Je laisserais pas une mutinerie se faire, personne me prendra ma Veuve Noire tant que je serais encore en vie! Et je laisserais personne me tuer pour me dépouiller. J'vois pas pourquoi yen aurait une d'ailleurs. Je cherche rien du tout, je sais pas qui t'a raconté ces...Ces putains de conneries! S'mettre en danger...Toi aussi tu t'mets en danger C'est pas dangereux d'aller sur les côtes, voler les continentaux? On peut crever n'importe quand. Suffit d'un chevalier de trop, suffit d'un type qu'on sous-estime. » Les morts toute bête, elle les connaissait. Elle les avait vue de ses yeux. La mort en elle-même, c'était bête et con. Yavais pas une façon moins stupide de mourir, parce qu'au fond le résultat était le même: Mort, point final. « Je perdrais rien du tout. Jamais. » C'était bien la détermination qui brûlait dans son regard, hélas même si elle le désirait de tout coeur, elle empruntait des voies la menant à l'exact opposé de ses convictions...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

« Quand un deuil se prolonge, d'autres viennent s'y ajouter. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Cynophobie, quand tu nous tiens... [PV Chess/Autres]
» Quand un homme a honte de lui, il est impitoyable pour les autres. [PV Take et Shy]
» Il faut rire de la mort ! Surtout quand c'est les autres |Ulrich|
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-