AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Jour 2, journée : Campement des jouteurs et Lices est

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mer 20 Juin 2012 - 13:40

     Un jour nouveau s'était levé sur Murs-Blancs et le soleil qui en caressait les toitures brillait tant par sa blanche lumière que par l'affligeante banalité de ses couleurs bien morne, comme si l'astre lui-même prenait ombrage des événements de la veille au soir. Le soleil, comme personne ici-bas, n'avait guère oublié le banquet des noces de lord Beurpuits et de nombreux roturiers gardaient encore des traces de l'événement. Auraient-ils seulement le temps d'en parler aujourd'hui, ou bien feraient-ils comme lord Ambrose quand il prit connaissance de ce qui s'était passé dans la cour de son château alors même qu'il festoyait en si bonne compagnie ? Ce dernier avait affiché une mine choquée et avait assuré « qu'on ne l'y prendrait plus » avant de reprendre un morceau de bon fromage de son domaine pour mieux se préparer à cette journée de joutes et de glorieux affrontements sur le champ du tournoi.

     Tout le jour y serait consacré et durant la matinée, l'on s'était affairé pour accomplir les derniers préparatifs afin qu'aucun imprévu ne vienne troubler le déroulement des joutes et le divertissement des nobles invités installés dans les gradins. Les concurrents au gain suprême, à savoir l’œuf de dragon, demeuraient bien sûr dans le campement, où ils n'étaient pas en reste d'activités préparatoires, dans une ambiance mi-figue mi-raisin de franche camaraderie ou d'hostile rivalité. De nombreuses tentes se toisaient les uns les autres, et parmi celles-ci figuraient celles où mestre Lothar se promènerait aidé du septon de Murs-Blancs et de quelques septons itinérants ainsi que de sœurs du silence pour prodiguer de bons soins aux jouteurs qui reviendraient blessés de leur échange. Dans l'une de ces tentes, d'ailleurs, un petit autel à la gloire du guerrier avait été aménagé ; cela n'était rien que très rudimentaire, mais cela suffirait certainement à contenter les élans de piété des jouteurs désireux de s'assurer les bonnes dispositions de la divinité.

      Par ailleurs, entre les tentes, des tonneaux plein d'une bonne eau de la rivière n'attendaient rien sinon qu'on vienne y tremper son gobelet ou sa cruche, sous l’œil endormi des râteliers d'armes où pendaient des épées, des haches, des masses d'armes, tout l'attirail du parfait chevalier désireux de concourir à un tournoi. Chaque jouteur, évidemment, avait son équipement à disposition dans sa tente, et l'on pouvait déjà voir les différences de moyen des uns et des autres. C'était d'ailleurs dans le campement l'occasion d'exhiber son prestige ou son aisance financière, mais il n'y avait pour le moment rien de tout cela dans le campement : l'ambiance était plutôt bonne, même si certains concurrents avaient de quoi être déçus ; ils étaient les malheureux perdants du jour. Messire Bennifer Nerbosc n'avait pas fait le poids contre le pourtant très âgé ser Buford Bulwer : le coup porté par ce dernier fut particulièrement violent et l'homme de Corneilla tomba de son cheval pour ne se relever du sol qu'avec l'aide de Roger, son écuyer. Cependant, ser Bufort, qui fut déclaré vainqueur, était venu féliciter son adversaire infortuné, ce qui dut peut-être apaiser l'amertume de la défaite.

     Kerigan, qui s'était inscrit au tournoi sous le nom du chevalier aux Ronces Cendrées, fut tout aussi peu chanceux : le coup porté par ser Uthor fut si bien mené et si peu conventionnel qu'il ne put que surprendre le reître déguisé ; poussé de côté, Kerigan chuta lourdement dans sa carapace de métal et il fallut l'intervention de quelques garçons d'écurie pour venir le relever. Avant de retourner, défait et honteux, au campement, Kerigan put voir ser Uthor qui paradait sous les acclamations de la foule. Le Guerrier n'était ni du côté de Bennifer, ni du côté de Kerigan, mais il n'était pas plus du côté de ser Corwin Rogers qui ne sut vaincre ser Franklyn Frey : ce dernier, non sans difficulté, sut déstabiliser son opposant qui, un court instant, lâcha prise sur ses brides et fut désarçonné. Aussitôt à terre, il manqua d'être écrasé par sa dangereuse monture, et l'intervention de plusieurs personnes furent nécessaires pendant que ser Franklyn Frey, sous les applaudissements de la foule et de sa nombreuse famille, paradait.

     Revenus dans le campement, les vainqueurs furent félicités et les perdants plaints ou moqués. L'ambiance était telle autour du champ qu'on entendait les cris et la rumeur des conversations dans les gradins jusque sous les tentes. C'est alors que les trompettes sonnèrent à grand cri pour appeler lord Joffrey Caswell et lord Jasper Arryn. Ce dernier craignait de ne pas être à la hauteur et pourtant, le Guerrier lui-même sembla porter son geste. La lance du seigneur du Bief glissa sur l'écu de son adversaire, quand celui-ci porta un coup précis qui envoya voler lord Joffrey dans le sable. Après le tour d'honneur et un signe de tête amical à l'égard de son adversaire qu'on relevait, lord Jasper quitta le champ sous les vivats de la foule et s'il avait regardé vers le ciel, il aurait vu le vol d'un faucon majestueux. Rentré au campement, il fut accueilli par les acclamations des membres de son escorte qui félicitaient sa prestation autant que l'honneur qu'il rendait à la longue tradition de chevalerie du Val d'Arryn. Parmi eux se trouvaient ser Even, mais ce dernier félicitait-il son lord ? Il était le seul de la troupe Arryn à s'être inscrit au tournoi et il avait là un aperçu de ce dont était capable son suzerain qui serait aussi son concurrent. Certes, il n'était pas originaire du Bief, mais d'aucun chuchotait déjà que le sang Tyrell de sa mère était pour beaucoup dans l'extrême netteté de sa victoire sur le seigneur de Pont-l'Amer. Dans la tente du seigneur suzerain du Val, son lynx-de-fumée était étendu sans dormir, il patientait. On n'allait pas tarder à appeler les prochains jouteurs.

      Ser Franklyn Frey, fort de sa réussite qu'il commentait, riait de bon cœur avec Ewald et ser Addam Frey, ainsi qu'avec Pryam qui dissimulait toujours son identité. Il disait : « Ça sert à rien d'avoir neufs licornes ! Un bon cheval, et une lance assez longue au bout du bras, c'est la clef d'une joute réussie. » Non loin, un jeune homme insistait auprès de ser Corwin pour que ce dernier gagne la tente où mestre Lothar était prêt à lui administrer soins et médecine au besoin. « Pour vérifier que votre... cheval ne vous a pas blessé messire... » Bennifer Nerbosc avait été conduit jusque là d'ailleurs, sous les huées et les moqueries méchantes de ser Otho Bracken et de ses sbires qui n'auraient jamais manqué cette occasion d'humilier un natif de Corneilla. « Bennifer « sait rien faire » ! » répétaient-ils en chœur à grand renfort de gestes obscènes mettant en doute les mœurs du sire Nerbosc. Aux abords d'un tonneau, ser Uthor Sous-la-feuille, qui s'humectait le visage, discutait avec Kerigan. « Alors, voulez-vous connaître mon astuce pour faire de ces tournois une copieuse source de revenus? » Ser Uthor n'avait pas réussi à intéresser ser Duncan à ses magouilles, mais il espérait que le chevalier aux Ronces cendrées y serait moins hostile.

      Une foule de chevalier grouillait dans le campement, et l'on pouvait très nettement distinguer, bien plus grand que les autres, ser Duncan qui conversait avec ser Buford Bulwer pour le complimenter car malgré son grand âge, le chevalier du Bief avait offert une belle démonstration lors de sa joute. Tout le monde retint son souffle quand les trompes sonnèrent cependant, et l'on appela ser Glendon Boule et lord Costayne qui s'empressèrent d'entrer dans le champ, à cheval et bien équipés, sous les acclamations de la foule qui commentait encore la prestation de lord Arryn. Les regards, immédiatement, se tournèrent vers les lices où le chevalier et le seigneur s'apprêtaient pour ce duel monté à la lance qui faisait la gloire de la chevalerie depuis ses origines. Depuis les barrières, on put voir ser Glendon Boule, très sensible dès qu'étaient mises en question ses origines, s'approcher des gradins pour parader mais côté campement, nombreux étaient ceux qui se moquaient de lui et de ses prétendues origines. Lord Costayne ne manqua pas lui-même de parader, mais on le vit moins énervé que son adversaire.

      Mais du côté des barrières qui séparaient le champ du tournoi du campement où s'étalaient, un peu éparses, les tentes des jouteurs, il n'y avait pas que des chevaliers ou des concurrents. Il y avait aussi un grand nombre de roturiers venus là pour assister au spectacle, applaudir les vainqueurs, rire des perdants, féliciter le gagnant et, à la fin de la journée, quand les joutes auraient pris fin, voir l’œuf de dragon qui serait mis entre les mains du vainqueur final. Parmi ces roturiers, on retrouvait le délicat Pip et la forte Meera qui tenait sa petite fille entre ses bras dodus. Les heureux parents étaient entourés de Lyra, Oteh et Maël qui discutaient avec eux alors que la mère trop enthousiaste oubliait parfois les joutes pour exhiber son petit bout de fille. Non loin, ignorant ce spectacle, Jehan peinait à se faire une place entre un grand gaillard forgeron et Owayn qui se trouvait presque coincé contre les barrières par la foule qui n'était pourtant pas très dense. Un peu plus loin, Serena Templeton attendait sans doute avec impatience de voir son frère jouter, ou peut-être ser Even qu'elle avait remarqué au cours de la soirée très mouvementée de la veille. Irait-il le rejoindre dans le campement ? Personne ne l'en empêcherait, mais un tel lieu était-il vraiment la place d'une femme ? Tous en étaient là, côté campement, quand les trompes sonnèrent, quand les jouteurs s'élancèrent.

    - Une nouvelle phase commence !
    - Certains d'entre vous ont reçu des blessures au cours de la soirée de la veille, n'oubliez pas d'en tenir compte. Lady Coeurdepierre n'oublie jamais rien.
    - Rappelez vous que la lecture des règles est obligatoire.
    - Les interactions avec les PNJ seront nombreuses, merci de laisser au MJ le soin de les mener à bien !
    - Les joutes suivantes ont eu lieu : Bennifer Nerbosc / Buford Bulwer ; Kerigan / Uthor Sous-la-feuille ; Corwin Rogers / Franklyn Frey.
    - La joute suivante vient d'avoir lieu : Jasper Arryn / Joffrey Caswell.
    - La joute suivante est en cours : Glendon Boule / Lord Costayne. Vous ne pouvez pas encore la commenter car raisonnablement, à la fin de votre post, les deux jouteurs s'élancent et vous, vous retenez vos souffles en espérant que le jouteur qui a votre faveur l'emporte facilement.
    - Il fait beau, l'air est un peu frais. Dans le campement, les tentes ne sont pas à proprement parler alignées. Des gardes de Murs-Blancs assurent la « sécurité ».
    - Vous êtes autorisés pour le premier message à un maximum de 1 100 mots, mais attention, uniquement pour commenter toutes les joutes ! Si vous me faites un 1 100 mots uniquement pour parler du temps qu'il fait, je ne tiendrai pas compte de votre message. Donc comprenez bien que c'est UNIQUEMENT pour commenter les joutes déjà effectuées !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 20 Juin 2012 - 15:24

Serena avait passé une très mauvaise nuit étant donné qu'elle avait du dormir sur le ventre pour laisser sa blessure au dos cicatriser le mieux possible. On lui avait appliqué un baume aux fruits sensés aider. Elle ignorait si cela avait eu de l'effet mais au moins, elle sentait bon en se levant ce matin. Sa robe blanche complètement ruinée était allée directement à la poubelle ou plutôt entre les mains de tavernière qui l'avait reconverti en chiffons de bar. Les taches de vin étaient impossibles à enlever. Heureusement, il ne s'agissait pas là de la seule toilette de la jeune femme qui était vêtue d'une robe en toile d'un vert foncé, lassée au niveau du corset et munie d'une très large capuche pour les mauvais temps. D'ordinaire, elle s'en servait comme camouflage dans les arbres mais elle l'avait toute décrottée pour l'occasion. Ses grandes bottes de cuir lui donnaient un air de vagabonde qui contrastait fortement avec la noblesse de ses traits. Après avoir coiffé ses longs cheveux d'encre, elle avait rejoint son frère autour d'une table où elle avait essayé discrètement de transférer dans son assiette la moitié de son petit-déjeuner. Il fallait qu'il prenne des forces vu ce qui l'attendait aujourd'hui. Son dos la faisait encore souffrir, ainsi que la tempe où elle avait reçu le coup de tête de Ser Clarence la veille. D'ailleurs, cette région de son visage avait bleui. Cette fois, elle portait sa petite besace contenant toutes ses possessions et parmi elles, le couteau qu'elle trimballait depuis son départ de Ninestars.
Si, petite fille, Serena avait déjà assisté à des joutes, elle ne s'en souvenait plus. Après avoir abandonné Pryam à l'entrée du campement où il devait se préparer, Bray l'avait conduite aux lices afin de lui montrer la piste et de lui expliquer le peu de règles qu'il connaissait. Le garçon de champ avait encore un mal de crâne atroce. Il faut dire que la veille, une brute l'avait séché d'un seul coup de tête. A chaque fois qu'un malheureux faisait sonner une sorte de trompette pour faire des annonces, il grimaçait et plaquait ses mains sur ses oreilles. La cadette Templeton n'en menait pas bien plus large. A chaque fois qu'on la bousculait un peu dans la foule et que quelque chose venait à la rencontre de son dos meurtri, elle poussait un cri de surprise et de douleur. Bray finit par se placer juste derrière elle pour la protéger des contacts et ils regardèrent ensemble les premiers concurrents s'élancer.
Tout le temps où les chevaux s'élancèrent, Serena sautilla sur place et criant des encouragements – plus aux montures qu'aux chevaliers d'ailleurs. Cependant, lorsqu'elle vit la lance de ser Buford se briser violemment contre le bouclier de Bennifer et ce dernier basculer vers l'arrière pour descendre de son cheval au galop et s'écraser lourdement sur le sol, la jeune femme cessa tout mouvement et sa mâchoire se décrocha. Elle resta ainsi de longues secondes, sans parvenir à croire ce qu'elle venait de voir. Et puis, comme si on avait brusquement rebranché la prise, la brunette fit volteface et partit en courant et en bousculant tout le monde vers le campement. Elle passa près des gardes de Murs-Blancs et se permit une courte pause pour les fusiller du regard, en non-remerciement de la veille – avant de repartir de plus belle. Le nez en l'air, elle chercha d'abord l'étendard des Templeton avant de se souvenir qu'il n'y serait pas. Elle erra donc entre les tentes jusqu'à entendre la voix de son frère. Sans frapper ni s'annoncer, Serena écarta le tissu pour entrer et attrapa le bras de Pryam par surprise en s'exclamant :

_ C'est horriblement violent ! Il y en a un qui vient de tomber de cheval comme une pierre dans une rivière. Tu es bien sûr que tu peux faire ça ? Toi qui est si gentil. Je ne veux pas qu'on te fasse du mal...

Elle déposa un baiser sur les phalanges d'une de ses mains, inquiète.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 20 Juin 2012 - 21:23

      Jasper avait pu voir les premières joutes, il avait pu voir ser Buford Bulwer triompher de messire Bennifer Nerbosc, ser Uthor Sous-la-feuille du chevalier aux Ronces cendrées, et ser Franklyn Frey de ser Corwin Rogers. Il avait vu les trois joutes et gravé dans sa mémoire le souvenir de cet instant crucial où la lance frappe sa cible, et où tout peut basculer. Lui-même, il avait pénétré le champ, salué le public, affronté lord Caswell, et voilà qu'il revenait dans le campement sous les acclamations et les applaudissements. Tout avait été si rapide en fin de compte ! Il avait à peine élancé son cheval que déjà lord Caswell se traînait sur le sol, et Jasper le saluait dans la défaite sans avoir encore pris conscience de sa victoire. Pourtant, les membres de son escorte n'avaient pas manqué de l'acclamer à son retour dans le campement, et l'on scandait son nom avec une telle ferveur qu'il lui était difficile de cacher et de réprimer son émotion. Il lui faisait chaud au cœur d'être ainsi applaudi par ces chevaliers qui l'avaient suivi depuis les Eyrié, et qui voyaient en lui bien plus qu'un suzerain en définitive. Ils le regardaient tous comme leur meneur, comme leur chef, comme l'homme pour lequel ils donneraient volontiers leur vie. Partageant avec eux plus que la liesse de son succès à la joute, il souhaitait le leur rendre au centuple. « Aussi haut que l'honneur ! » Jasper répétait sa devise en chœur lui aussi, serrait les mains et recevait des tapes dans le dos avec toute la dignité dont il était capable et tout le confort possible considérant qu'il était encore équipé de son armure de tournoi qu'un écuyer vint promptement l'aider à retirer. Ôter un tel attirail prendrait du temps et le remettre tout autant, alors Jasper se contenta de lui remettre son heaume et prit sur lui de garder son armure en place. Ce faisant, il s'approcha de ser Even qu'il gratifia d'un sourire amical, mais comme d'habitude avec Jasper, les sourires du jeune homme n'étaient qu'un vague pincement de lèvres, encore qu'à cet instant, mu par l'enthousiasme de sa réussite, Jasper sut étirer ses lèvres avec assez d'audace pour les barrer d'un réel sourire.

      « Je souhaite que le Guerrier vous soit favorable comme il l'a été pour moi, ser Even. » Ses paroles étaient sincères. Selon les résultats des uns et des autres, Jasper serait peut-être amené à affronter sur le champ du tournoi le chevalier de Cordial. C'était une éventualité qu'il savait probable, et si elle se présentait, il espérait vraiment qu'ils sauraient faire fi de leur lien pour s'offrir l'un à l'autre une joute digne de figurer dans les mémoires des damoiseaux et damoiselles venus ici, à Murs-Blancs, pour le tournoi. Toutefois, Jasper se souvint également, entre les vivats et les bravos, qu'il avait vu ser Even quitter la salle assez tôt durant la soirée de la veille, pour n'y point revenir. Jasper n'avait pas eu l'occasion de le questionner à ce sujet et même s'il ne prétendait pas s'immiscer dans les affaires peut-être privées de son vassal, il n'en demeurait pas moins curieux de savoir pourquoi le chevalier avait quitté la compagnie des autres nobles au banquet pour celle des roturiers dans la cour du château. Sauf à dire qu'il avait été ailleurs, mais Jasper restait sur l'idée précédente. « Vous nous avez quitté bien tôt hier soir, ser Even. Comment étaient la fête, dans la cour du château ? J'ai ouï dire qu'il y avait eu un incident, mais que ce n'était là rien de grave... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 21 Juin 2012 - 7:36



     Owayn avait passé une soirée terrible. L'intervention des gardes avait calmé le jeu, mais pas relevé les contusionnés par l'intervention des chevaliers. Aussi, les rebouteux et grands-mères du village de Murs-Blancs avaient été plus que sollicités. Le reître avait passé une claire partie du début de la nuit à trouver un lit pour Kerran, avant de se servir sans vergogne dans sa bourse pour s'acheter de nouvelles frusques ; le négociant lui devait bien cela. Toutefois, il n'y avait là rien de bien extravagant, condition sociale oblige. Tunique de lin grossière, braies et chausses de la même matière. Il avait gardé ses chaussures, mais avait fait un allez-retour jusqu'à la Verfurque, histoire de se débarbouiller. En temps normal, il était relativement laxiste sur son hygiène personnelle, mais là il était couvert de vin, bière et boue. D'ailleurs, il avait récupéré son équipement, et avait longuement hésité à le revêtir au cas où les choses tourneraient mal. Mais les gardes risquaient d'être encore plus vigilants aujourd'hui.
     Ses deux bras étaient bleuis, couverts d'hématomes dus à la raclée de ser Galtry. Le roturier n'avait d'ailleurs pas eu l'occasion de l'apercevoir, mais le chevalier devait arborer un sourire ravageur — et ravagé. Quant au négociant, les côtes fêlées, il était resté allongé, un cataplasme plaqué au flanc.

     Il avait suivi les joutes avec une attention certaine, tentant de comprendre le shéma mis en œuvre par les jouteurs. Après tout, lorsqu'il aura trouvé un moyen d'être anobli, ce genre de choses sera monnaie courante. Mieux valait s'y préparer tout de suite.
     Aussi, il était des plus attentif, bien qu'il trouvât que les joutes manquaient un peu de... Piquant ? Tout semblait réglé en un passage, et l'un des deux mordait irrémédiablement la poussière. Le reître attendait avec impatience un peu de spectacle. mais peut-être les prochains candidats lui offriraient un peu plus d'action. Ce n'était toutefois pas faute d'avoir une position de choix pour apprécier les échanges, tout pressé qu'il était au premier rang des autres roturiers.

     Alors que les deux jouteurs suivants se préparaient, caracolants sur des destriers marqués à leurs couleurs, Owayn remarqua qu'à ses côtés se dressait le jeune homme qu'il avait remarqué la veille, celui-même qui, poursuivi par un épéiste, avait étalé ser Galtry d'une pomme bien placée. Le roturier y vit là une excellente occasion d'engager la conversation.

     ▬ Tiens qu'j'y pense, faut quand même que j'te r'mercie pour hier. T'as la pomme sacrément vivace, mon gars ! lança-t-il à celui qui, bien qu'il l'ignorât, se nommait Jehan.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 21 Juin 2012 - 13:08

     Lyra avait été heureuse que la soirée se termine, elle avait longtemps rêvé de pouvoir assister à un mariage digne de ce nom, mais il fallait avouer que tout ne s'était pas exactement déroulé comme elle l'espérait. La demoiselle avait longtemps craint de se voir interpellée par un garde parce qu'elle avait été témoin de ce manquement à l'hospitalité de la part des Beurpuits. Attaquer des roturiers venus festoyer, mais quelle honte ! La Dornienne s'en serait bien rebellée pour les remettre à leur place si elle n'avait pas été trop occupée par l'accouchement de Meera. Heureusement d'un côté, Lyra était trop prompt à s'énerver et il y avait fort à parier que lady Edarra n'aurait pas été ravie d'apprendre que sa suivante avait été corrigée par des gardes parce qu'elle les avait agressés verbalement. Peut-être même physiquement allez savoir.

     La jeune femme suivait les joutes d'un œil assez peu attentif. Sa joie avait été altérée par les incidents de la veille et elle n'éprouvait plus qu'une envie : rentrer rapidement à Dorne où l'hospitalité était davantage présente que dans le Conflans. La demoiselle se consolait en se disant qu'elle avait Oteh et Maël avec elle et que par conséquent, elle pourrait converser avec eux si jamais le spectacle devenait trop ennuyeux. Meera était du nombre, sa petite fille dans les bras et semblait se porter à merveille. Cette vision lui réchauffait le cœur de la Dornienne s'était approchée d'elle pour contempler la petite et caresser sa joue dodue du bout des doigts. Les bébés étaient tellement mignons lorsqu'ils dormaient. Conquise par ce petit bout, la demoiselle avait retrouvé un semblant de joie et avait fini par tourner la tête vers Maël et le prêtre à barbe.

     ▬ Une aussi jolie petite ne vous donne pas envie d'avoir la vôtre messieurs ? »

     Les trompettes sonnaient alors que les joutes suivantes étaient annoncées. Lyra fronça légèrement les sourcils en posant ses yeux sombres sur le bébé dans les bras de Meera. Une pareille agitation n'allait-elle pas rendre la petite très ronchon ? Restait à espérer que non, il aurait été dommage que la bonne humeur des nouveaux parents soit gâtée par une crise de larme de leur petite. La Dornienne s'éloigna finalement de quelques pas pour s'approcher de Maël. Elle le dévisagea un bref instant avant de se placer à ses côtés, glissant son bras autour de celui du tailleur, puis posant sa tête contre l'épaule du jeune homme. Elle avait été inquiète pour lui la veille, craignant qu'un homme ne s'en prenne au Dornien pour le battre. Maël était pas un combattant et ses mains étaient plus habituées au tissu qu'aux armes. C'était ce qu'elle aimait en lui d'ailleurs. Profitant de cette proximité, la demoiselle leva les yeux vers le visage de son compagnon pour esquisser un sourire et relancer la discussion.

     ▬ Je suis heureuse de te voir ici Maël ! Je n'ai pas eu le temps de te le dire hier avec tout ça. Mais pouvoir passer du temps avec toi me met du baume au cœur ! »

     Alors que la charge suivante se lançait, Lyra constata que finalement elle était bien plus intéressée par la présence de son ami que par les affrontements qui se déroulaient sur la piste. À chacun ses priorités.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Jeu 21 Juin 2012 - 14:16

     Les joutes commençaient tôt le matin, mais par habitude Pryam ne souhaitait pas y assister où même chercher à écouter ce qu'il se disait à leur propos. Il n'avait jamais été un fervent admirateur des tournois, tout comme le fait d'y participer ne l'emballait jamais vraiment. Sa présence en ces lieux était simplement liée au fait qu'Ewald soit le frère de la mariée, puis aussi à ce que sa sœur et Eleyna puissent assister à un tournoi. Pragmatique et austère, Pryam n'arrivait pas à concevoir l'intérêt de posséder un œuf de dragon. Mis à part « pour la frime », il n'y voyait aucune utilité, si ce n'était de s'encombrer et d'attirer les voleurs bien évidemment. Autant dire que sa participation à ces joutes était donc plutôt... Étrange, mais ce n'était pas parce qu'il n'éprouvait pas d'attirance pour ce genre d'évènements qu'il ne comptait pas s'y adonner réellement et se donner au maximum de ses capacités. Ewald était présent avec lui dans le campement, le fait qu'il soit le frère de la marié ne l'empêchait pas de devoir remplir ses devoirs d'écuyer. Il aurait bien l'occasion de pouvoir assister aux joutes si jamais son chevalier échouait dès le premier tour. Ce qui n'était pas improbable vu l'expérience du chevalier dans ce domaine. Comme des rumeurs venaient de l'extérieur et que le Valois se doutait que son écuyer apprécierait de pouvoir être au courant de ce qui se passait dehors, il s'adressa donc au jeune Ewald.

     ▬ Tu peux sortir un peu pour regarder ce qui se passe, mais ne t'éloigne pas trop, je vais avoir besoin de toi sous peu. »

     Il n'eut guère le temps de développer davantage ce qu'il disait qu'une silhouette entra dans la tente et que Pryam reconnu le visage de sa sœur. Une légère surprise passa dans les yeux du jeune homme qui ne s'attendait pas à voir Serena débarquer alors que les joutes battaient leur plein. Il la regarda comme elle s'inquiétait pour lui et ne masqua pas son amusement, arborant un sourire qui se voulait rassurant.

     ▬ C'est des joutes Serena, c'est moins violent que tout ce que j'ai connu jusqu'à présent si cela peut te rassurer. Le fait qu'elle le qualifie de gentil l'amusait, il était vrai qu'il n'aimait pas la violence – ironique pour un chevalier me direz-vous – mais il savait aussi respecter son rôle de chevalier. Ne t'inquiète pas, il ne m'arrivera rien, si ce n'est de me retrouver les fesses dans le sable et ça n'a jamais tué personne. »

     Elle tenait sa main près de son visage et il en profita pour lui caresser la joue avant de s'approcher d'elle pour l'enlacer rapidement. Pryam n'avait jamais été très démonstratif et ses maladroites attentions devaient être bien ridicules à côté de l'attitude de Serena, mais c'était sincère. Comme il ne souhaitait pas qu'elle manque tout le tournoi à cause de ses inquiétudes pour lui, le jeune homme enchaîna.

     ▬ Tu risques de louper tout le tournoi en restant avec moi. J'ai entendu que lord Jasper allait jouter, ou peut-être qu'il est déjà passé, tu risques de ne plus voir de joutes avant longtemps, tu devrais aller admirer le spectacle. »

     Après tout, elle était l'unique raison de leur venue ici. Enfin presque, mais pour lui elle passait avant les autres, c'était une chose certaine !


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 21 Juin 2012 - 14:53

Comment ça moins violent que ce qu'il avait connu jusqu'à présent ?! Le chevalier devait surement faire référence aux évènements qui l'avait conduit au surnom de « héros de Salvemer ». D'ailleurs, elle ne lui avait pas encore demandé de les lui conter après l'avoir appris de la bouche de Lord Lannister en personne. Serena perdit complètement sa réplique lorsque la main de son frère laissa une caresse sur sa joue et qu'elle se sentit glisser dans ses bras. Aux anges, elle ferma les yeux alors qu'un sourire brillant d'honnêteté s'installait sur ses lèvres.

_ Je ne suis pas tranquille pour regarder le spectacle en sachant que tu sera bientôt celui qui galopera face à une lance qui voudra te mettre à terre. En plus, Bray a dit que je n'aurais pas le droit d'attaquer ton adversaire en représailles s'il te donnait un méchant coup.

Cette dernière phrase était évidemment une plaisanterie et le petit rire qu'elle eut le prouva. Bien sûr, elle ne comptait pas embarrasser Pryam en sautant sur l'autre jouteur. Cette petite blague lui remémora l'incident de la veille et son visage redevint sérieux. Elle passa distraitement une main dans les cheveux blonds et bouclés de son frère pour remettre quelques mèches en place, avec une affection qui aurait pu la faire prendre pour l'aînée et lui pour le cadet, avant de demander :

_ Et, à propos, comment va ton dos ? N'as-tu pas trop mal ? Oui, je te l'ai déjà demandé au lever mais je m'inquiète. Je ne comprends toujours pas pourquoi ces hommes s'en sont pris à nous... Les gardes de la forteresse n'ont semble-t-il pas été punis pour leur passivité puisque j'en ai vu la plupart autour des lices et du campement. La pleutrerie me donne mal au coeur.

La jeune femme se détacha de son frère pour aller écarter le tissu de la tente et observer le dehors sans sortir de l'abri. Des chevaliers revenaient des lices, suivis d'écuyers qui transportaient leur matériel. Pas de bannière au faucon et la lune en vue pour le moment. Sans doute était-il planté plus loin. Pas de corbeaux et de coeur non plus d'ailleurs. L'espace d'une seconde, la belle se demanda si Ser Even serait heureux d'avoir ses encouragements avant qu'il n'entre en lices. Distraite, elle s'enquit :

_ N'est-ce pas dangereux d'être ici alors que notre suzerain s'y trouve également ? Je courberai l'échine si mon chemin croise le mien et j'ai l'air si quelconque qu'il ne songera jamais à m'interroger sur mon identité. Mais toi, que lui diras-tu s'il demande ton nom ? D'ailleurs, sous quel nom combats-tu ? Que je sache lequel crier tout à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Even Corbray
Chevalier

Général
Courage et honneur.



Chevalier du Val.

♦ Missives : 628
♦ Missives Aventure : 84
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 01/05/2012
♦ Célébrité : Eric Bana
♦ Copyright : Izhelinde
♦ Doublons : Corwin Rogers, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 30 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Cordial, Val d'Arryn
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
251/500  (251/500)


Message Jeu 21 Juin 2012 - 16:30

Après la soirée mouvementée de la veille, Even s'était réveillé au matin légèrement engourdi. Néanmoins, les Sept s'étaient montrés cléments avec lui : son mal de dos, occasionné par la chute de la Brute de Bracken sur lui, et qui l'avait fait souffrir pendant la soirée et la nuit, s'était finalement dissipé. Jouter aurait été particulièrement délicat dans ces conditions... Après avoir avalé un petit déjeuner modeste, mais qui collait à l'estomac, il avait été jeter un œil aux premières joutes. Son but était surtout de se faire une idée du terrain, des participants, de voir un peu comment chacun procédait afin de connaître un peu leurs techniques en selle, etc... Il avait donc assisté aux défaites de certains et aux victoires d'autres. Un chevalier de l'Orage au bouclier frappé de neuf licornes blanches entourant un labyrinthe de la même couleur l'avait marqué, car après sa chute où l'on eut le plus grand mal du monde à rattraper son étalon dément qui menaça de le piétiner, il se montra au moins tout aussi détestable que sa monture en manquant de frapper ceux venus le relever, tant il semblait courroucé de sa défaite. Le genre d'homme même que le Valois n'appréciait guère...
Après avoir assisté à la brillante victoire à la lance de lord Arryn, le chevalier se rendit auprès de lui pour le féliciter. Un petit groupe s'y employait déjà, ce qui n'était guère étonnant. Quand son suzerain l'aperçut, il lui souhaita bonne fortune sous le signe du Guerrier. Even inclina légèrement la tête, respectueusement, avant de lui adresser un léger sourire poli.


« Je vous remercie, Monseigneur. Votre performance était vraiment belle à voir. Si nous sommes amenés à croiser la lance, j'ai bien peur de ne pas faire le poids face à vous.

Il ne s'agissait pas là d'une flatterie pour se faire bien voir, mais bien de la vérité. La longue lance de tournoi, lourde et massive, n'était pas l'arme favorite du Valois. Il s'en sortait bien mieux avec les lances légères pour le combat à pied, ou le combat léger à cheval. Il avait bien vu que le seigneur du Val maîtrisait bien mieux que lui cette aptitude, mais lorsque l'on avait quelqu'un de la réputation de lord Tyrell comme oncle, ce n'était guère étonnant. Alors qu'il songeait à aller échauffer sa monture en prévision de son propre passage dans la lice, lord Jasper aborda le sujet du soir précédent. De toute évidence, bien peu de choses avaient filtré dans les hautes sphères en comparaison de ce qui s'était vraiment passé. Il se demanda ce que son suzerain savait véritablement de l'affaire, mais s'il souhaitait en être instruit, il était tout à fait disposer à lui narrer les évènements. Ce n'était toutefois pas forcément l'endroit pour cela...

- Je désirais initialement seulement prendre l'air, Monseigneur. J'ai pris l'habitude de côtoyer les roturiers, et j'avais l'intention de remonter peu après. L'ambiance était calme et joyeuse dans la cour, autour de plats et de boissons pour tous, que l'on devait à la générosité de lord Ambrose. Cependant, il y a eu des... évènements qui ont fait que je ne me sentais pas le droit de revenir dans la salle de banquet. Un départ d'incendie, et une... grande bagarre, en quelque sorte. Si vous le désirez, je me ferai une joie de tout vous expliquer quand vous en aurez l'envie. »

Il s'inclina légèrement, ne souhaitant pas gâcher l'euphorie du moment à son seigneur, avec des choses étranges et graves qui s'étaient produites. Euphorie totalement justifiée, après sa performance dans la lice. Malgré tout, il continuait à se poser des questions sur ce qui s'était passé. Il n'avait pas réussi à comprendre la raison du passage à tabac qu'avaient opéré la Brute de Bracken et sa bande. Par ailleurs, il aurait aimé revoir la jeune femme dont il avait fait la connaissance la veille, pour s'assurer qu'elle allait bien, et pour la remercier de l'aide qu'elle lui avait apportée quand il affrontait la Brute. Elle lui avait dit qu'elle regarderait la joute, mais il était peu probable qu'elle s'aventure dans le campement... mais qui sait ?


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Jeu 21 Juin 2012 - 16:48

     Serena était toujours aussi inquiète, Pryam s'en voulait un peu de la priver d'un bon moment en la forçant inconsciemment à s'inquiéter pour lui. Au fond, se retrouver disqualifié dès le premier tour ne serait pas forcément si mal, au moins pourrait-il aller voir les joutes suivantes avec sa sœur. Il se contenta d'esquisser un sourire amusé lorsque la jeune femme lui fit savoir qu'elle était agacée de ne pas pouvoir s'en prendre à ses adversaires et Pryam ne put retenir quelques mots prononcés d'un ton amusé.

     ▬ Un chevalier qui se fait défendre pas sa petite sœur, j'avoue que ce serait une situation unique. C'est toi que l'on aurait dû inscrire à ce tournoi finalement. »

     Certainement pas, il ne l'aurait jamais autorisé, c'était beaucoup trop dangereux pour une femme, même pour un homme, mais avec Serena il se montrait d'autant plus protecteur. La belle se renseigna sur son dos, Pryam avait eu une légère douleur durant la nuit en raison du coup de gourdin qu'il avait eu au bas du dos et il espérait simplement que cela ne serait pas encore plus douloureux une fois assit sur sa monture. Pour le coup, il se sentait mieux que pendant la nuit, restait à espérer que les élancements cesseraient bientôt complètement. Et elle ? Sa blessure avait été bien pire que celle du Valois et il ne cessait de la surveiller pour cette raison. Haussant doucement les épaules, il reprit la parole.

     ▬ Ça va bien ne t'en fais pas. J'ai déjà eu pire. Et ton dos à toi ? Je pense que c'est simplement des supporters un peu trop fervents de l'un des participants. Ils auront voulu éliminer quelques adversaires, ou alors simplement des gardes qui avaient trop bu, va savoir. Tu ne sauras certainement jamais la vraie raison de tout cela. »

     Le silence retomba un instant et la belle jeune femme s'éloigna un peu pour regarder à l'extérieur. Il l'observa de dos, ne pouvant s'empêcher de se demander si elle n'avait pas trop mal au dos, persuadé qu'elle ne lui dirait pas la vérité si tel était le cas. Comme la demoiselle lui posait des questions justifiées, il se concentra sur sa réponse.

     ▬ Je me suis inscris comme Pryam du Val. Pas de nom de famille, simple roturier. Je doute que lord Jasper m'adresse la parole tu sais, il est beaucoup trop important et il a sa suite qui doit l'accaparer. Il était encore enfant lorsque j'étais écuyer aux Eyrié, il ne doit même pas se souvenir de mon nom. Un avantage non négligeable. Si jamais il venait à me parler, ma foi, je ne donnerais que mon prénom tout simplement. Brève pause avant qu'il ne reprenne avec un sourire. D'ailleurs, hier, tu ne voulais pas me présenter quelqu'un ? Une ancienne connaissance que tu as retrouvé ? »

     Il était bien loin de se douter de la personne que sa sœur voulait lui présenter. Serena était la plus belle à ses yeux, mais il n'arrivait pas encore à envisager qu'un autre homme puisse la regarder avec le même sentiment.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 21 Juin 2012 - 18:33

Quand Pryam l'interrogea à son tour au sujet de son dos, Serena répondit un évasif « ça va, ça va » mais à la manière dont elle changea de sujet pour parler de leur suzerain, on pouvait comprendre non seulement qu'elle n'avait pas vraiment envie d'en parler et en plus qu'elle mentait. Quoi que, au moment où il avait posé la question, elle n'avait pas mal. Elle devait juste éviter de faire quoi que ce soit qui demande une intervention de ses omoplates, comme gesticuler avec les bras par exemple, et ne pas s'appuyer dessus. Le moindre frôlement au niveau du dos la faisait sursauter et ravivait la brulure causée par la plaie en train de cicatriser.
Le nez toujours dehors à espionner ce qui se passait dans le campement, elle chercha du regard Ser Clarence, ne sachant absolument pas ce qu'elle ferait si elle venait à tomber nez à nez avec lui en plein jour. Peut-être avait-il été trop sonné la veille et ne participait-il pas au tournoi. Ou alors il n'était même pas inscrit, ce qui aurait au moins pu expliquer les risques qu'il avait pris la veille en essayant d'invalider les jouteurs. Quant au garde qui lui avait laissé cette marque dans le dos avec l'épée de Ser Even, elle ne pensait pas pouvoir le reconnaître étant donné qu'elle ne l'avait pas bien vu.

_ Pryam du Val, répéta-t-elle, rêveuse.

Serena médita sa réflexion au sujet de Lord Jasper. Il devait avoir un peu moins de vingt ans maintenant, si elle se souvenait bien. Elle se demandait de quel genre de jeune homme il s'agissait. Etait-il un de ces nobles imbus d'eux-même et bons à rien ou au contraire un esprit malin et éveillé ? Elle songea que si elle avait été la dame de Ninestars, Serena Templeton, elle aurait pu lui être présentée et le découvrir. Malheureusement, elle n'était que Serena et pour encore surement quelques temps. Quelque part, elle trouvait cela ridicule cet attachement aux noms. Lorsqu'elle s'appellerait de nouveau Templeton, elle serait exactement la même personne que celle qu'elle était à présent. Pourquoi ne pouvait-elle pas être présentée à l'Arryn en ce cas ?
La question de Pryam la sortit de ses considérations révolutionnaires et le sourire charmant d'Even lui revint en mémoire. Elle attendit quelques secondes que le rose soit parti de ses joues pour délaisser le tissu de la tente et se retourner vers son frère.

_ Non, c'est une personne que j'ai rencontré à la fête. Avant que les choses ne commencent à mal tourner. Une personne qui m'a invité à danser, elle. La jeune femme leva un sourcil exprès pour embêter son frère en insistant sur le fait que lui n'en avait rien fait. Elle lui sourit et reprit : c'est un chevalier qui joutera aujourd'hui. Il s'appelle Even Corbray. Je crois qu'il m'a dit qu'il avait accompagné Lord Arryn ici. Il m'a fait l'impression d'une personne très gentille. Tout noble qu'il soit, il a aidé à éteindre le feu et il s'est battu hier, tu sais.

Elle ne comprenait pas bien pourquoi mais Serena était un peu gênée de parler de cet homme à son frère. Elle avait tellement l'habitude de ne penser qu'à Pryam qu'elle avait l'impression qu'avoir remarqué une autre personne était comme une trahison. Bray ne comptait pas. Elle s'éclaircit la gorge pour demander d'un air dégagé :

_ As-tu fait des rencontres, toi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 21 Juin 2012 - 20:32

      Jasper inclina la tête aux compliments de ser Even. « Ne vous sous-estimez pas. Je suis certain que vous nous réservez de belles surprises. » Il parlait avec son cœur autant qu'avec sa mémoire, car il se souvenait très bien d'une séance d'entraînement en particulier durant laquelle le suzerain du Val avait eu l'occasion et l'opportunité de constater par le menu la ténacité de l'adversaire de Cordial. Il n'était pas faux d'ailleurs de considérer que ser Even était bien placé pour aller très loin dans la compétition, mais les Sept seuls pourraient décider de l'issue du tournoi. Ils favoriseraient certainement les plus méritants et les plus vertueux, dont ser Even faisaient partie. Mais déjà Jasper avait posé une question à son vassal et ce dernier s'acquittait d'une réponse franche et précise, de celle qui éveillait toujours la curiosité du jeune homme. Ainsi, il n'avait souhaité que prendre l'air dans la cour, pour se mêler aux roturiers venus célébrer dans la cour du château les noces de leur lord sur les deniers de ce dernier. Dans la dernière partie de sa réponse, ser Even fut à la fois vague et spécifique, ce qui agaça quelque peu Jasper autant que cela titilla sa curiosité. Fronçant les sourcils, Jasper l'attira à l'écart de la foule qui continuait de commenter sa prestation à la joute alors que d'autres commençaient déjà à commenter celle en cours. Il n'était pas bien sûr d'avoir compris. Un départ d'incendie et une bagarre ? Ce n'était là rien de très important, et pourtant ser Even semblait présenter ces « événements » comme très importants et très problématiques. À l'intérieur du château, il y avait bien eu quelques imprévus, et l'on avait entendu parler d'un peu d'agitation dans la cour, mais lord Ambrose s'était voulu très rassurant...

      « Dites-moi tout. Que s'est-il passé qui vous a retenu à l'extérieur quand votre place était à nos côtés ? » En effet, honneur lui avait été fait d'être invité aux noces de lord Beurpuits quand les autres membres de son escorte étaient restés à l'extérieur à patienter tranquillement que la soirée s'achève sans eux, et ser Even avait été retenu dehors par quelque mystérieux événement qu'il n'avait révélé qu'à demi-mots : Jasper en attendait davantage, il désirait savoir ce qui était arrivé, du début à la fin. Il était loin de se douter de la vérité et nul doute qu'il serait surpris et choqué d'apprendre que la cour du château avait été le théâtre d'un grabuge éhonté. Mais pour l'heure, il toisait ser Even d'un regard à la fois sceptique et inquiet, prêt à l'entendre et suspendu à la moindre de ses paroles. Ils se trouvaient à l'écart du groupe des chevaliers du Val mais déjà Jasper ne les entendait plus jacasser : il était concentré sur le récit que le chevalier de Cordial ne manquerait pas de lui faire, puisqu'il venait de le lui promettre. Ce n'est pas que plus rien n'existait, mais son intérêt pour la soirée de la veille avait été éveillé et il ne s'éteindrait qu'une fois rassassié.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Even Corbray
Chevalier

Général
Courage et honneur.



Chevalier du Val.

♦ Missives : 628
♦ Missives Aventure : 84
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 01/05/2012
♦ Célébrité : Eric Bana
♦ Copyright : Izhelinde
♦ Doublons : Corwin Rogers, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 30 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Cordial, Val d'Arryn
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
251/500  (251/500)


Message Jeu 21 Juin 2012 - 22:22

Lord Arryn sembla interpellé par ces révélations évasives sur ce qui s'était produit la veille au soir dans la cour, et Even ne fit pas seulement mine de résister quand il l'emmena à l'écart. Au contraire, il se laissa docilement faire. Maintenant qu'ils n'étaient plus entourés par les autres chevaliers du Val, il pourrait faire son récit en toute franchise, et surtout sans être interrompu par l'un d'eux. Le seigneur du Val lui demanda effectivement ce qui s'était passé, et qui l'avait empêché de revenir auprès des convives privilégiées du mariage. Le chevalier prit une bonne inspiration, et répondit en toute franchise, sans détour.

« Il y a eu tout d'abord un homme qui est apparu. Un Bracken, à ses armoiries, je ne l'ai pas reconnu tout de suite. Il sentait fort comme un cochon, et avait l'air prêt à fracasser des crânes. Il voulait savoir où était la salle de banquet, puis il a disparu. Il m'a laissé... comment dire, une profonde impression de malaise, comme si ça simple présence présageait que cela allait mal tourner. Il y a eu un accident peu après : un ivrogne qui avait grimpé sur le chemin de ronde en est tombé en entraînant des gardes qui venaient l'interpeller. Il a atterri droit dans des fûts de vin et de bière qui se sont déversés dans la cour, et l'agitation ainsi que les débris qui volaient ont fini par faire tomber une broche dans les braises, mettant le feu à l'alcool. Des malheureux ont été partiellement brûlés, mais cela se répandait dangereusement vite à cause du liquide au sol qui alimentait les flammes. Comme bon nombre de gens, je me suis attelé à éteindre l'incendie avant que cela n'empire. Nous y sommes parvenus, mais les choses n'en sont pas restées là...

Le chevalier marqua une courte pause, reprenant son souffle, et se repassant mentalement les images qu'il gardait de la veille. Ce sentiment de danger insidieux qui continuait à le tenailler malgré la fin de l'incendie... La disparition des gardes, petit à petit, alors que personne ne semblait le remarquer... Toutes ces choses qui lui revenaient à l'esprit, comme lorsque l'on revisitait un rêve dont on se souvenait très bien. Il constata que lord Jasper était tout ouïe, aussi reprit-il, toujours avec autant de franchise.

- J'aurai pu revenir à la fin de l'incendie. J'y ai pensé, mais j'avais cette intuition que quelque chose de pire allait arriver. Le genre de sentiment qui vous étreint le cœur sans que vous sachiez pourquoi. J'ai donc décidé de rester encore un peu, au cas où l'on aurait besoin de moi. Ces gens avaient beau être des roturiers, j'ai fait serment de les protéger en devenant chevalier, aussi ne me voyais-je pas les abandonner. Le Bracken que j'avais vu plus tôt m'était resté en mémoire, et j'avais eu le net sentiment qu'il préparait un mauvais coup. Je ne m'étais pas trompé, car il est soudain réapparu avec toute une bande de brutes, armés de gourdins, et ils se sont mis à passer à tabac tous les hommes présents dans la cour. J'étais un des seuls à être armé, mais mon adversaire se révéla être ser Otho Bracken. Cet homme a une force colossale, et il aurait pu me tuer plus d'une fois. Je crois qu'il en avait l'intention. Pour ma part, je ne voulais pas le tuer mais seulement le maîtriser, mais c'était particulièrement ardu, au vu de ses capacités physiques. Je n'y suis parvenu que de justesse, et je ne m'en suis pas sorti indemne... J'ai été légèrement blessé, mais les Sept s'étant montrés généreux, cela m'est passé, et je pourrais jouter aujourd'hui. Les autres convives se sont également défendues contre les assaillants, mais il y a eu des blessés... Je ne comprends toujours pas pourquoi cela a eu lieu, qu'est-ce qui les motivait... Mettre des jouteurs hors d'état de prendre part au tournoi, peut-être ? Quelque chose de plus important ou de plus sombre ? Les gardes n'ont pas levé le petit doigt pour défendre les convives, ce qui est particulièrement étrange, ils ne se sont décidés à le faire que très tard. Ce n'était pas une simple bagarre, c'était pire que ça. Je ne sais pas ce qui a motivé cette violence gratuite, mais elle m'a révulsé. Mais si l'on regarde autour de nous aujourd'hui, on n'en voit plus de trace apparente. »

Even s'était montré tout à fait franc en exposant à son suzerain les faits, et en lui donnant son point de vue sur la chose. Il aurait sans doute mieux fait de ne pas rester dans la cour, car cela lui aurait évité des coups et des blessures qui auraient pu être encore plus terribles. Mais cela ne lui était même pas venu à l'idée. Il se tut, attendant de voir ce que lord Arryn pouvait penser de tout cela.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Corwin Rogers
Chevalier

Général
Chevalier de la maison Rogers.



"Tel le vent, semer la graine aux quatre coins de Westeros"

♦ Missives : 506
♦ Missives Aventure : 95
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 15/05/2012
♦ Célébrité : Richard Armitage
♦ Copyright : Lapy
♦ Doublons : Even Corbray, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : Elen Rogers, née Horpe
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
453/500  (453/500)


Message Jeu 21 Juin 2012 - 22:48

Ser Corwin était d'une humeur massacrante. Le type même d'humeur où il se sentait tout à fait disposé à trancher des têtes. Se faire éjecter dès la première joute, mais à plus forte raison par une fouine de Frey, voilà qui le mettait particulièrement en rogne. Il avait regagné le campement d'un pas vif, son écuyer de fils et ses hommes sur ses talons, Cain, son bras droit, tenant tant bien que mal Kaesar par la bride. Le grand étalon noir était extrêmement agité, tentant de se cabrer ou de mordre assez fréquemment. Le chevalier avait pris la direction de sa tente, Darren trottant sur ses talons en portant son heaume et son bouclier, un peu hors d'haleine de devoir soutenir l'allure.

« Ca ne s'est pas joué à grand chose, père... Il a eu de la chance, c'est tout...

- De la chance... Moi, me faire battre par un bâtard galeux de Frey ! Ce marmot tout juste torché !

L'adolescent se tut, afin de ne pas attiser le courroux de son géniteur. Sur le chemin du groupe Rogers, les gens s'écartaient, peut-être avertis à la mine de Corwin ou à l'air menaçant de son cheval qu'il valait mieux éviter d'être sur leur chemin. Les fils aînés et le reste des hommes du chevalier étaient en train d'assister aux joutes qui continuaient, et s'il les prenait à jacasser sur sa défaite, il leur en cuirait, tous autant qu'ils étaient. Il se doutait que son aîné, Alban, prendrait ombrage de la défaite au moins autant que lui. Il n'était pas son héritier pour rien... S'approchant de lui en tirant le destrier noir par les rênes, Cain toussota.

- Vous avez besoin de quelque chose, messer ?

- Qu'on me trouve à boire et une pute, et plus vite que ça. Et une hache pour fendre le crâne de ce vermisseau des Jumeaux ! Et occupez-vous de mon cheval.

- Messer...

Alors qu'ils arrivaient à la tente du chevalier aux licornes, les hommes de ce dernier s'éparpillèrent, qui pour chercher de quoi boire, qui pour lui trouver une fille de joie si c'était possible, qui pour s'occuper de sa monture démente. Darren entra en premier sous la tente pour y déposer les affaires de son père et se préparer à lui retirer son armure et à entretenir son équipement. Néanmoins, un jeune homme fit son apparition pour prier Corwin de se rendre dans la tente d'un mestre afin qu'il s'occupe de lui et vérifie qu'il n'avait pas été blessé. Le chevalier de l'Orage eut un rictus assassin, trouvant en cet inconnu une personne sur qui déverser sa hargne, bien qu'il ne lui ait absolument rien fait si ce n'est faire preuve d'amabilité et de sollicitude. Il l'attrapa par le col à deux mains, l'obligeant à se mettre sur la pointe des pieds.

- J'ai l'air blessé, bougre d'imbécile ? Blessé par mon cheval, elle est bien bonne ! Il n'y a que moi qui puisse le chevaucher, tu crois vraiment que je suis incapable de le gérer ? Tu crois qu'il me ferait du mal à moi ? Bougre de crétin sans cervelle...

Il leva son poing encore ganté, comme pour le frapper, un coup qui lui aurait sans doute fait voler quelques dents, mais la bouche du jeune homme fut sauvée par l'intervention de Darren, qui le retint à deux mains par le poignet, figeant son geste. Corwin s'interrompit pour tourner la tête vers son fils. Il eut beau poser sur lui son regard de glace qui lançait présentement des éclairs, le garçon ne flancha pas.

- Non, père ! Il ne faut pas vous déshonorer en lui faisant du mal inutilement... Il ignorait sans doute tout cela.

Le chevalier attendit quelques secondes avant de relâcher l'importun, faisant mine de ne pas voir la mine soulagée de son fils. Il pointa du doigt l'inconnu, avec un rictus féroce sur les lèvres, avant de se détourner pour entrer dans sa tente. Il avait le gosier sec, à cause de la joute et de son débit de paroles acerbes. Il rêvait d'une chope de bière mousseuse, et le plus rapidement possible sous peine de s'irriter encore plus.

- Fiche-moi le camp, je vais parfaitement bien. Et toi Darren, dépêche-toi de m'aider à retirer tout ça. Si je croise cette brebis galeuse de Frey, je me fais un collier avec ses dents ! »


Nulles ténèbres pour le cœur valeureux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 22 Juin 2012 - 8:20

On ne pouvait pas vraiment dire que Jehan tenait la forme. Malgré, le fait qu’il était allé consulter une rebouteuse qui lui avait recousu la blessure, avant d’y mettre un bandage, mais il n’arrivait toujours pas à ouvrir son œil gauche, des hématomes limitaient ses mouvements rapide et comble de la malchance son crâne le faisait atrocement souffrir, il avait peut-être un peu trop bu hier soir. Le mercenaire avait gardé les mêmes frustes qui puait maintenant la vinasse, et les cendres. Le reître avait dû se lever tôt pour trouver une place où sa petite taille lui permettait de voir le spectacle. Les joutes étaient intéressantes, et il les observa avec toute son attention. Avec étonnement, dans la première joute, il reconnut celui qu’il lui avait proposé de devenir chevalier, Un Nerbosc apparemment, qui fut désarçonné à la première lance. Jehan se dit qu’il avait peut-être bien fait de ne pas le rejoindre, le jeune Nerbosc ne semblait guère être un guerrier accomplit et un jouteur hors pair. Les autres combats furent à la fois synonyme de glorieux nom et d’illustre inconnu, et même quelques fois un inconnu avec un nom glorieux.


Le mercenaire ne lâcha pas des yeux, le jouteur au couleur des Arryn mettre à terre son adversaire d’un seul coup de lance sur le bouclier de son adversaire. Mais pourquoi donc les chevaliers visaient ils tous le bouclier ? Cela devait probablement dans les règles. Parce que s’ils voulaient gagner plus que tout, il suffisait de viser le cheval ou pour les plus précis l’une des jambes. Il devait y avoir probablement une raison des plus logiques là-dessous. L’homme à côté de lui parla, alors que le vainqueur sortait sous l’euphorie de la foule. Ses pommes ? Avait-il sauvé plus que la jeune femme hier ? Il ne se le rappelait pas, peut être un tir malchanceux qui avait aidé quelqu’un. Et apparemment se quelqu’un se trouvait à côté de lui, pour peu l’homme, qui semblait aussi haute extraction que Jehan, connaissait des gens qui cherchait une mercenaire, si cela avait lieu les dieux serraient tout pardonner du manque de présent qu’ils lui offraient la plupart du temps, en effet sa bourse c’était alléger encore plus depuis son passage chez la rebouteuse.


-Ne vous inquiétez pas, tout le plaisir était pour moi. Les pommes visassent ? Certes, probablement, mais hélas la précision est une qualité qui me fait le plus souvent défaut. Les joutes sont-elles à votre goût ? Car moi j’ai l’impression que tout cela manque de spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Ven 22 Juin 2012 - 11:51

     Quelques instants de silence passèrent avant que Serena ne se désintéresse finalement de l'extérieur pour se retourner vers Pryam. Celui-ci n'avait pas posé la question d'un air intéressé, il se renseignait simplement puisque la veille ne leur avait pas réellement donné l'occasion de discuter plus sérieusement. Ce n'était pas son genre de jouer les gardes du corps et si Serena souhaitait se faire de nouveaux amis - et plus si affinités - il serait bien mal placé pour le lui interdire. Ainsi donc, le léger battement qui sépara sa question de la réponse de sa sœur ne le dérangea pas outre mesure. Il le remarqua à peine pour être franc. Une fois de plus, la belle aborda le fait que le blond n'était pas venu l'inviter à danser. C'était visiblement quelque chose qu'elle regrettait, mais il fallait avouer que Pryam n'était pas très habile à ce niveau - pour ne pas dire franchement nul - et qu'il était préférable pour la jeune femme qu'elle se contente de danser avec des personnes plus qualifiées. La demoiselle enchaîna alors, expliquant que l'homme en question était un chevalier, puis elle dévoila son identité. L'énoncé du nom « Corbray » ne l'enchanta pas franchement, il s'agissait d'une maison importante du Val et par conséquent, les risques de tomber sur lord Arryn étaient accrus. À moins que cet homme ait déjà oublié Serena ? C'était peu probable, ce n'était pas parce qu'elle était sa sœur qu'il pensait cela, mais la demoiselle n'était pas du genre que l'on oubliait facilement. Le Valois était assez étonné par ce qu'elle disait malgré tout, que faisait donc un noble du rang social des Corbray, à se pavaner dans la cour avec les roturiers ? Il n'eut guère le temps de se renseigner, car la jeune femme embraya sur un autre sujet en lui retournant en quelques sortes la question. Il hocha la tête d'un air affirmatif.

     ▬ Oui, un jeune Dornien qui vit dans le Bief apparemment. Il ne connaissait rien aux chevaliers, aux tournois et à tout cela, il m'a donc posé quelques questions. Une personne agréable, mais je n'ai pas vraiment eu le temps de parler avec lui, nous avons été interrompu et il est parti. »

     Par Eleyna plus précisément, qui était venu couper la parole au jeune Dornien et Pryam lui avait répliqué plutôt froidement. Il constata d'ailleurs qu'il ne s'était toujours pas excusé avec tout ce qui s'était passé et ressentit une forte culpabilité. Est-ce que Serena avait vu la jeune femme aujourd'hui ? Il la regarda quelques instants avant de reprendre.

     ▬ As-tu vu Eleyna aujourd'hui ? Je ne l'ai plus croisée depuis l'incident d'hier, j'ignore si elle va bien. Il savait que la demoiselle avait quelques tensions avec la Nordienne et se tut rapidement. Ser Even va jouter dis-tu ? Souhaitons-lui de gagner le tournoi dans ce cas. Mais je suis assez étonné qu'il ne se soit pas trouvé dans la salle, il est plutôt malvenu de quitter une réception pour aller se promener parmi les roturiers. Ce n'était pas une critique bien sûr, mais une simple constatation. Il n'y a qu'à espérer qu'il ne s'attirera pas d'ennuis avec tout ce qui s'est passé dans la cour. J'imagine qu'il doit être proche de lord Jasper s'il l'accompagne dans ce cas. Peut-être bien que tu le rencontreras finalement. »

     Une fois de plus, le Valois ne prononçait pas cela d'un ton de reproche, mais bel et bien avec sincérité. Après tout, il doutait qu'un homme issu d'une famille noble aussi importante que les Corbray s'amuse à présenter une simple roturière à son lord suzerain. L'absence de noblesse avait souvent du bon en y repensant plus sérieusement.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 22 Juin 2012 - 13:13

Un dornien du Bief ? Il est vrai que Serena n'avait pas vraiment eu le temps de faire beaucoup de connaissances la veille, entre le plaisir de la compagnie de son frère, celle du Corbray, l'incendie et enfin la bagarre générale. Le sourire de belle mourut sur ses lèvres lorsqu'elle entendit Pryam prononcer le prénom d'Eleyna et elle le dévisagea quelques instants, se demandant s'il lui posait la question parce qu'il n'avait aucun discernement ou juste pour lui faire payer en quelques sortes le fait de lui avoir parler d'un autre homme la minute précédente. Comme il eut l'air de s'empresser de changer de sujet, elle conclut qu'il avait réalisé sa bourde et préféra s'abstenir de tout commentaire. Serena se moquait pour le moment comme d'une guigne que la Nordienne soit sur ou sous terre. Elle se garda donc de dire à son frère qu'elle pensait l'avoir aperçue avec Jorah, de l'autre coté de la lice, au bas des gradins. A la place, elle préféra se diriger vers lui pour poser les mains sur ses épaules et déclarer solennellement :

_ Je ne souhaiterai jamais que quelqu'un d'autre que toi gagne.

Et elle embrassa son front en se mettant sur la pointe des pieds avant de se glisser entre ses bras pour y rester un moment et soupirer d'aise. Même après plusieurs semaines, la brunette n'arrivait pas à croire qu'ils s'étaient enfin retrouvés et elle recherchait le contact physique comme pour s'en assurer dès que cette conviction vacillait dans sa mémoire. Le doute était encore plus puissant la nuit, quand ses yeux ne lui permettaient pas de le voir, et elle perdait assez régulièrement la tête en pensant avoir rêvé leurs retrouvailles. Heureusement, Pryam n'avait encore jamais assisté à la scène. C'était toujours Bray qui l'attrapait à temps et la ramenait à la raison en la portant presque jusqu'à son frère endormi afin qu'elle puisse le voir et se calmer.
Serena se détacha de lui et lui sourit en posant la main droite sur sa joue et en caressant sa pommette avec le pouce.

_ Tu as peut-être besoin de calme ou de concentration. Je retourne aux lices et quand tu arriveras sur ton cheval, je serais celle qui criera ton nom le plus fort.

Elle rit doucement et se détacha de lui pour sortir de la tente après lui avoir lancé un dernier clin d'oeil.
Alors qu'elle était en chemin pour la sortie du campement, Serena marqua une pause au milieu d'une allée, indécise. Quelque chose était encore plus tentant que de rejoindre les cris d'encouragements qui montaient des lices. Se mordant l'intérieur de la bouche, elle changea de pieds d'appui plusieurs fois avant de décider de rebrousser chemin pour retourner vers le coeur du campement. Elle aurait bien rabattu sa capuche sur se tête pour plus de discrétion mais il faisait beau alors cela aurait eu l'effet inverse. A chaque coude, elle s'arrêtait et se dévissait le cou pour voir ce qui se trouvait à l'angle, histoire de ne pas tomber nez à nez avec des éléments indésirables.

Lorsqu'elle aperçut enfin Ser Even, un sourire brillant de sincérité fendit ses lèvres et elle commença à s'avancer dans sa direction. Il était de coté avec un chevalier un peu plus petit que lui qu'elle ne voyait que de dos. Vue sa tenue, il avait déjà jouté. Elle n'était plus qu'à quelques mètres d'eux lorsqu'elle entendit quelqu'un d'autre mentionner le nom de « Lord Arryn » en désignant les deux hommes vers qui elle allait. Réalisant brusquement qui était l'interlocuteur du chevalier, Serena bifurqua sur la droite pour aller se réfugier un peu plus loin. Elle ignorait si le Corbray l'avait vue ou non. Tout en se le demandant, la jeune femme ne regardait pas vraiment où elle allait et ses pieds se prirent dans un cordage qui la fit tomber de tout son long dans l'herbe derrière des barriques de sable servant de contrepoids. Ce faisant, elle avait involontairement donné un coup sur le tissu de la tente qui n'abritait en ce moment même nul autre que l'infect Corwin Rogers.
Revenir en haut Aller en bas
Artisan
avatar

Maël
Artisan

Général
« Tailleur Dornien,
en service dans le Bief »

♦ Missives : 501
♦ Missives Aventure : 46
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 25/02/1992
♦ Arrivée à Westeros : 02/02/2012
♦ Célébrité : Jared Leto
♦ Copyright : Cami-Ali
♦ Doublons : Shaïra Seastar, Gabriel, Velanna Vance
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Le Bief
♦ Liens Utiles :
~ Fiche ~
~ Les Tissages ~
~ Aptitudes et Succès ~

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
273/500  (273/500)


Message Ven 22 Juin 2012 - 15:14

Les évènements de la veille restèrent gravés toute la nuit puis la journée durant dans l’esprit échauffé du Dornien. Il était encore troublé par ce qu’il avait vu, même si la joie d’avoir assisté à la venue au monde d’une jolie petite fille saine et rondelette surpassait tous ses sentiments négatifs, il ne pouvait s’empêcher de songer à l’échauffourée qui avait mit prématurément fin aux joyeuses festivités. Quel dommage, quelle tristesse ! Et peut-être même un sinistre présage pour l’union célébrée, bien qu’il espérait fortement se tromper. Il ne restait plus qu’à prier pour que le Tournoi en lui-même se passe dans l’honneur, le respect, et offre un spectacle digne de ce nom.

C’est en compagnie de la belle Lyra et du prêtre Oteh que le tailleur rejoignit les lices Est où ils trouvèrent un espace de libre sans se faire écraser par la foule, une performance en soit. Non loin d’eux se tenaient Meera et Pip, le Dornien leur adressa un sourire chaleureux. Les jeunes parents semblaient parfaitement remis de l’éprouvante soirée et Maël se surprit à trouver le spectacle de leur famille tout à fait charmant, attendrissant au possible. Consolé par cette scène simple mais touchante, il en oublia ses tracas pour profiter du lancement des premières joutes. Grâce à l’aide gracieusement offerte par le chevalier du Val, Maël était un peu moins ignare en la matière. Il fut même tout à fait fier de murmurer quelques remarques au creux de l’oreille de Lyra, lui vantant tantôt l’inventivité du coup de ser Uthor ou la précision de la lance du seigneur Arryn dans des mots maladroits mais enjoués.

    Ainsi avait-il soufflé en désignant l’homme tenant un bouclier noir avec des licornes blanches « Tu vois comme il tient sa lance ? On dirait qu’il veut frapper en plein centre du bouclier pour le faire tomb… Oh ! »

Le spectacle était plein de surprises, et effectivement moins violent que ce qu’il s’était imaginé en pensées. Il n’avait malheureusement pas eu le temps d’échanger suffisamment avec ser Pryam au sujet des chevaliers et seigneurs se présentant, ses connaissances étaient donc fort limitées en la matière. Ainsi le roturier ne put reconnaitre que lord Jasper Arryn, grâce à l’aigle gravé sur son simple écu, symbole d’une maison de haut lignage. Il espérait aussi de tout cœur que le blond Valois allait bien, il s’inquiétait de ne pas le voir s’élancer sur la piste… Malheureusement la jeune femme ne semblait pas se satisfaire du spectacle, sans doute était-elle encore attristée par tout ce qui s’était passé. Elle préféra porter son attention sur l’enfant puis, à sa question, Maël ne put empêcher ses joues de s’empourprer à vu d’œil.

    « Oh, hum, oui, oui. Elle est très jolie, la petite Lyra… » Balbutia-t-il, tout gêné à l’évocation d’une possible paternité.

Il l’accueillit contre son épaule avec un large sourire, enchanté de cette proximité qui lui avait tant manqué. C’est rêveusement qu’il caressa de sa main libre les élégantes boucles sombres de son amie, acquiesçant d’un signe de tête à ses paroles. La soirée avait été en effet assez frustrante là-dessus, leurs retrouvailles avaient été reléguées au second plan par les évènements mais… C’était différent à présent, et très plaisant. Il posa un délicat baiser sur son front.

    « Tu m’as énormément manqué, j’ai beaucoup pensé à ce dont nous avons parlé la dernière fois… Le fracas des fers et des lances brisées n’était toutefois pas propices à ce genre d’aveu. Il faudra que nous parlions avant que tu repartes avec lady Edarra. Si tu veux bien. » S’empressa-t-il d’ajouter avec un sourire timide.

Il n’eut pas l’occasion de rajouter quoique ce soit car sa voix fut couverte par le vacarme d’une prochaine joute opposant deux chevaliers dont, à nouveau, il ignorait complètement l’identité.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 22 Juin 2012 - 17:45



     L'autre n'avait pas tardé à lui répondre, sans quitter des yeux les deux participants suivants.

     ▬ Ne vous inquiétez pas, tout le plaisir était pour moi. Les pommes vivaces ? Certes, probablement, mais hélas la précision est une qualité qui me fait le plus souvent défaut. Les joutes sont-elles à votre goût ? Car moi j’ai l’impression que tout cela manque de spectacle.

     Le reître ne put s'empêcher de sourire en entendant le vocabulaire châtié de son interlocuteur. S'agissait-il d'un noble qui aurait, pour quelque raison que ce soit, revêtu des habits de roturier ? Un regard en coin lui assura le contraire. Mais alors pourquoi parler comme ça ?
     Il ne masqua pas son étonnement, allant jusqu'à l'énoncer à haute voix.

     ▬ Comme t'y vas avec tes grands mots ! Pas b'soin de m'dire vous, jeunot, j'ai l'âge d'être ton paternel, pas ton grand-père.

     Toutefois, l'autre avait vu juste : Owayn trouvait en effet que tout cela était un peu mollasson. Mais peut-être était-ce là le but ? Afin de ne pas choquer ces belles ladies, les concurrents n'allaient pas se rouler dans le sable et échanger des coups bas. On était là pour voir du spectacle, pas une tuerie.
     C'était à ses yeux la solution la plus logique, dont il décida de faire part à l'autre.

     ▬ J'crois qu'ils font leur spectacle que pour la pousse. S'ils voulaient s'étriper, ils y auraient sans doute des trucs plus méchants qu'ça. Enfin bon, j'suis pas sur leur canasson, ça doit sacrément leur secouer l'ciboulot là-haut. Au fait, moi c'est Owayn. expliqua-t-il, sans renfort de gestes, puisque ses avant-bras le faisaient toujours souffrir.

     Il reporta ensuite son attention sur les deux concurrents, mais la foule se pressait tellement derrière lui qu'il n'eut guère le loisir d'observer l'action, tout écrasé qu'il était contre les barrières de bois dressées à la va-vite afin de contenir le public. Il espérait juste qu'elles tiendraient le coup, et ne décideraient pas de craquer avant la fin de la joute. Après l'échauffourée de la veille, une vague de roturiers se répandant sur le terrain de joute gâcherait la réputation de lord Ambrose pour au moins quelques générations.
     D'ailleurs, malgré un regard scrutateur, Owayn ne pouvait apercevoir l'œuf de dragon, objet de toutes les convoitises. Lord Ambrose le gardait-il bien à l'abri ? Ou alors n'était-ce qu'une sombre farce ? L'esprit du roturier était teinté de scepticisme. La bande qui avait déchaîné l'émeute la veille était composée de chevaliers. Cela avait-il un rapport avec "l'herbe rouge et les ailes blanches du carnage" évoquées par le prédicateur ? Si l'herbe teintée de sang prenait certes couleur vermeille, d'où venaient ces ailes ?
     Autant de questions sans réponses dans l'esprit du reître. Il se promit d'en parler à Kerran lorsque celui-ci serait sur pieds, avant de reporter son attention sur les joutes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 22 Juin 2012 - 20:09

      Ser Otho Bracken. Ce nom n'était pas étranger à Jasper, qui n'avait guère oublié les tristes événements du tournoi de Port-Réal en 205... Comment du reste ne pas se souvenir de la cruauté et de la sauvagerie du geste de la Brute de Bracken à l'égard de lord Nerbosc, dont il avait fendu le crâne à coup de hache ou de masse malgré la présence du casque, si Jasper avait bonne mémoire ? Il en avait assez vu, sept ans auparavant, pour se faire une opinion tranchée sur la personne et quand bien même ces quelques années avaient éloigné de ses premières préoccupations le cas Bracken, jusqu'à l'effacer totalement, Jasper fut prompt à souscrire aux paroles de ser Even qui accablait ser Otho d'une grande responsabilité dans les événements de la veille. Il imaginait très bien ce fruste personnage à l'origine d'un violent carnage. Dans le campement, Jasper avait eu l'occasion de le croiser sans l'approcher toutefois, car il n'était pas sûr de pouvoir supporter sa tristement célèbre compagnie. Homme d'honneur et de vertu, il lui aurait été difficile de dissimuler la méfiance que lui inspirait l'héritier de Haye-Pierre et comme il ne voulait pas créer d'ennuis à son protégé et ami lord Edwyn Tully, Jasper avait préféré n'initier aucun contact avec les membres de la maison Bracken ou même avec ceux de la maison Nerbosc, car leur conflit et leur rivalité étaient justement les deux prétextes à la venue du suzerain du Conflans aux Eyrié quelques lunes plus tôt. Plus il écoutait ser Even, et plus Jasper se persuadait qu'il avait fait le bon choix, mais plus il en apprenait sur la soirée de la veille, plus il s'interrogeait : comment un tel chaos avait-il pu proliférer dans la cour du château, à deux pas de la salle où les convives et les mariés festoyaient dans la plus parfaite insouciance, dans la plus stricte ignorance de ce qui se passait à l'extérieur, dans la cour du château ? Le chevalier du Val posait d'excellentes questions : pourquoi les gardes étaient-ils restés inactifs ? Pourquoi personne n'avait prévenu lord Ambrose ? L'accident et le départ d'incendie à eux seuls justifiaient déjà qu'on prévienne le lord, alors ce qui arriva ensuite... « Effectivement... »

      Le jeune lord peinait à en croire ses oreilles... Une émeute, ni plus ni moins ! S'il avait été moins sûr de la noblesse et de la vertu de ser Even, Jasper n'aurait pas cru un seul mot de son témoignage. Et pourtant, ce dernier ne lui mentait pas. Quel intérêt du reste aurait-il eu à lui travestir la vérité ? « C'est là une aventure très sérieuse, ser Even, et je vous crois sur parole. Dès qu'il me sera permis de revoir lord Ambrose, je lui en toucherai deux mots, voire plus. Lumière sera faite sur cet incident, je vous le garantis sur mon honneur. Ouvrez l’œil et le bon et que les Sept nous guident s'il y a parmi nous des ennemis de la vertu. Les crimes qui vous m'avez décrits ne resteront pas impunis, j'en fais devant vous le serment. Pour l'heure je me sens bien impuissant, et j'ai presque des regrets d'avoir festoyer quand d'autres ont subi l'affront et la violence, tout comme je m'interroge... lord Ambrose a-t-il été prévenu ? Il serait tellement étonnant qu'il soit toujours ignorant des événements que vous m'avez décrits... » Lord Ambrose devait bien avoir été mis au courant, et peut-être avait-il préféré étouffé l'affaire pour ne pas ombrager ce jour tout entier consacré au tournoi ? « Je vous remercie de m'avoir fait part de ce récit. Vous faites honneur à votre maison, ser Even, et je regrette que votre nom ait eu à souffrir des frasques de votre infortuné cousin. Je suis chanceux de vous avoir à mes côtés. Essayez si vous le pouvez d'en apprendre davantage sur cette histoire, et quant à moi je ferai de même. Plus nous en saurons, mieux nous pourrons comprendre ce qui est arrivé. » Jasper salua le chevalier d'un signe de la tête et fit quelques pas en direction de son escorte qui commençait à se disperser. Il ne savait guère par où commencer et peut-être devait commencer par bien assimiler tout ce que lui avait conté ser Even.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Sam 23 Juin 2012 - 12:36

     Comme Pryam l'avait craint, Serena ne prit pas particulièrement bien le fait que son frère lui demande des nouvelles de la Nordienne, s'il avait été plus intelligent il se serait abstenu de poser la question ! Mais le Valois espérait que les deux femmes finiraient par se tolérer, il ne perdait pas espoir et restait fermement convaincu qu'elles sauraient tôt ou tard s'apprécier. Peut-être pas au point de devenir des confidentes ou des amies – il ne fallait pas se leurrer – mais si elles s'acceptaient sans se regarder avec un air contrarié, c'était déjà une bonne chose ! Le jeune homme ne répliqua pas lorsqu'il entendit sa sœur déclarer qu'elle voulait ne voir qu'un vainqueur à ce tournoi, il s'estimera déjà heureux s'il ne sortait pas au premier tour dirons-nous, mais il ne souhaitait pas avoir l'air défaitiste pour autant. Le chevalier n'était pas très positif de nature, ses belles pensées et ses résolutions s'étaient érodées avec le temps et à ce jour, il ne croyait plus vraiment que tout le monde soit si beau et si gentil. Bah, il jouterait et verrait bien ce que tout cela donnerait ! Pryam était appliqué et par conséquent n'allait pas faire preuve d'un manque d'investissement, bien au contraire ! Après l'enlaçade de sa cadette, le Valois hocha la tête comme elle avançait le fait qu'il valait mieux qu'elle le laisse seul, puis la regarda s'éloigner tout en lui donnant quelques brefs conseils.

     ▬ Fais attention à toi et évite de rester seule. »

     Comme si c'était elle qui allait jouter d'un côté... Décidant qu'il avait encore un peu de temps, le jeune homme laissa la demoiselle s'en-aller avant de finalement approcher du tissu de la tente pour se glisser à l'extérieur. Il y avait beaucoup de monde, un regroupement des personnes qui parlaient et Pryam reconnut sans grande difficulté le seigneur suzerain du Val d'Arryn. Comme ce dernier n'avait aucune raison de regarder ailleurs que devant lui, le chevalier n'avait lui non plus pas de raison palpable pour s'empêcher de faire un tour dans les environs ! Il s'éloigna donc de l'agitation et des discussions qui ne l'intéressaient guère, puis progressa dans le campement pour finalement se retrouver à une dizaine de mètres – et deux tentes – plus loin. Mieux valait ne pas trop s'égarer, Ewald devait rester dans cette zone et le Valois ne tenait pas à ce que son écuyer se perdre. Au loin l'on entendait les rumeurs de la foule, certainement ravie de pouvoir admirer des joutes, mais est-ce qu'elles en valaient réellement la peine ? Il ne le savait pas vraiment, certainement que les bons jouteurs devaient relever le niveau, mais de là à envisager que ce soit l'égal d'un tournoi comme celui de Cendregué ou de Port-Réal.... Après avoir attendu quelques instants debout, le chevalier s'installa finalement sur un tronc coupé et nettoya qui avait été posé à même le sol. Un siège luxueux lorsque l'on avait l'habitude – comme Pryam – de passer sa vie dans les forêts. Tendant l'oreille, il essaya de capter quelques informations sur le déroulement des joutes, sans que cela ne soit particulièrement fructueux.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Chevalier
avatar

Corwin Rogers
Chevalier

Général
Chevalier de la maison Rogers.



"Tel le vent, semer la graine aux quatre coins de Westeros"

♦ Missives : 506
♦ Missives Aventure : 95
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 15/05/2012
♦ Célébrité : Richard Armitage
♦ Copyright : Lapy
♦ Doublons : Even Corbray, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : Elen Rogers, née Horpe
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
453/500  (453/500)


Message Sam 23 Juin 2012 - 12:51

Une fois dans la tente, Darren s'était employé à retirer une à une les parties de l'armure de son père. Pendant ce temps, ce dernier continuait de pester en attendant qu'on lui apporte de quoi s'humecter le gosier. Quand l'adolescent eut terminé de le délester de son armure de plates sombres, il alla ouvrir un coffre dans lequel se trouvaient ses vêtements. Il choisit son habituelle tenue de cuir noir dans laquelle il se sentait à son aise, et entreprit de l'enfiler. Son fils, lui, astiquait l'armure pour la rendre à nouveau propre et brillante. Pour se passer les nerfs, Corwin alla s'asseoir sur une chaise de camp et se mit à aiguiser et entretenir son épée. Si les Sept se montraient généreux, il aurait une occasion de s'en servir avant longtemps. Quelque part, le frottement régulier de la pierre à aiguiser contre le métal le calma, ou du moins endormit temporairement le feu bouillant de la colère qui l'habitait. Il n'avait jamais supporté l'humiliation, et il prenait cette défaite pour un joli spécimen en la matière. Ceux qui l'avaient humilié, peu importe à quel moment de sa vie, étaient entrés dans la liste de ses ennemis, et certains s'en étaient déjà mordu les doigts. Il en avait tué quelques-uns... souvent des gens sans importance. Pour ceux de plus haute naissance, il préférait attendre une occasion en or pour se venger.
Darren eut bientôt terminé l'entretien de l'amure, qu'il rangea avec soin, puis il resta là sans trop savoir que faire, légèrement en retrait. Son père cessa de s'occuper de son épée, qu'il posa en travers de ses genoux, et il posa son regard de glace sur son fils.


« Tu peux aller rejoindre tes frères pour regarder la joute. Je te ferai appeler par un des hommes si j'ai besoin de toi.

- Bien, père...

Le garçon sourit, et n'attendit pas plus longtemps pour quitter la tente noire et blanche d'un pas enthousiaste. Le chevalier termina l'entretien de son épée avec un soin méticuleux, puis il rangea son matériel et remit l'arme au fourreau. Il ne l'avait pas sitôt fait qu'un grand bruit se fit entendre, suivi par celui d'un léger déchirement. Sentant sa colère se raviver aussitôt, Corwin sortit de sa tente et la contourna pour trouver une jeune femme affalée dans l'herbe, qui avait de toute évidence accroché la toile de tente dans sa chute et causé une légère déchirure. Rien de grave, mais le chevalier de l'Orage n'était pas d'humeur à laisser passer la moindre petite chose. Il se campa devant l'inconnue, dont il ne se priva pas d'observer les formes, l'air menaçant. Il ne savait pas ce qu'elle était, mais il ne semblait s'agir que d'une simple roturière. Peut-être une occasion pour lui de s'amuser un peu...

- Tu viens d'abîmer ma tente, fillette... Qu'est-ce que tu fous dans le camp, hein ? Peut-être que tu es une de ces femmes qui louent les services de leur entrejambe contre quelques pièces... Je crois savoir comment tu peux réparer cet accident.

Un léger rictus amusé, mais qui n'avait rien de chaleureux, se peignit sur ses lèvres. Une pute en valait bien une autre après tout, et il avait demandé à ce qu'on lui en ramène une. Pour une fois dans sa vie, les Sept avaient peut-être exaucé ses prières, qu'il n'avait d'ailleurs pas faites depuis de nombreuses années. Alors qu'il se penchait sur la jeune femme pour la relever sans délicatesse, il fut interrompu par l'arrivée de Cain. L'homme d'armes toussota, et le chevalier se tourna d'un bloc en haussant les sourcils.

- Quoi ?

- Messire, j'ai à boire pour vous. Et il me semble avoir aperçu le moutard Frey qui vous a fait cet affront dans la lice...

Cain tendit à son chef une chope pleine de bière fraîche et mousseuse. Corwin s'en saisit prestement, ressentant au fond de lui une profonde gratitude pour son homme d'armes. Il en but facilement la moitié cul sec, et il se sentit déjà mieux après coup. Il expira un bon coup et essuya d'un revers de main la mousse qui s'était accrochée aux poils mal rasés de sa moustache. Pas la meilleure bière qu'il aie bu, mais c'était mieux que rien.

- Pas trop tôt... Montre-moi où tu as vu cette chiffe molle, j'ai à lui causer ! Quant à toi fillette, si jamais tu es intéressée par un petit coup, tu n'as qu'à attendre mon retour dans ma tente, je me ferai un plaisir. »


Il se détourna de la jeune femme pour emboîter le pas à Cain, sa chope de bière à la main. Il sentait des fourmillements lui parcourir les mains jusqu'au bout des doigts. Il rêvait d'étrangler le chien de Frey qui avait osé le mettre à terre, ou alors d'utiliser son épée pour le raccourcir un peu des deux bouts.


Nulles ténèbres pour le cœur valeureux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 23 Juin 2012 - 14:00

Quand un grand chevalier au regard pas forcément avenant lui fit soudain de l'ombre en se dressant devant elle, Serena se dit que rester allongée dans l'herbe à l'abri des regards n'était sans doute pas une excellente idée. Comme s'il avait entendu ses pensées, l'homme, dont la beauté dissimulait à merveille le caractère infecte, glissa justement une allusion à peine déguisée sur le genre de personnes pour qui il la prenait. Elle le voyait à contre jour mais c'était comme si elle pouvait sentir son regard gourmand glisser sur son corps. Avant qu'elle n'ait eu le temps de protester, Corwin se pencha pour attraper son avant-bras qu'elle avait avancé dans le but de se défendre et tira dessus sans délicatesse pour la forcer à se relever. Au moment où la brunette ouvrait la bouche pour tenter de lui expliquer sa méprise, un homme intervint dans leur dos, la sauvant probablement du pire. Apparemment, le chevalier était appelé à quelque chose de plus important ailleurs. Elle agita son bras jusqu'à ce qu'il lâche prise et le regarda se détourner. Il eut une dernière parole pour elle – parole qui lui donna envie de vomir – avant de partir pour de bon. Le coeur battant, Serena glissa sa main dans son petit sac pour saisir le petit jouet en bois que Pryam lui avait sculpté lorsqu'ils étaient enfants. C'était un faucon, grossièrement taillé certes, mais l'animal était tout de même reconnaissable. Le tenir dans le creux de sa main lui donnait toujours du courage et de la force.

Finies les émotions fortes. Il fallait qu'elle retourne aux lices où son ami Bray l'attendait surement. Elle ne verrait pas Ser Even avant sa joute puisqu'il parlait avec le Suzerain des Eyriés qu'elle devait éviter à tout prix de croiser. Bien sûr, elle était un peu déçue mais il fallait se faire une raison. Mieux valait jouer la prudence. Les Sept avaient beau l'aimer un peu et l'avoit montré en la laissant retrouver son frère adoré, cela n'empêchait pas qu'ils soient parfois d'humeur un peu blagueuse. Aussi, lorsqu'elle émergea du coté de la tente pour retourner sur le chemin de terre, Serena manqua de percuter un jeune homme qui passait à ce moment là. La surprise lui fit lâcher le petit jouet en bois qui roula à leurs pieds. Comme elle relevait la tête vers le chevalier dans le but de s'excuser poliment, son sourire resta figé sur ses lèvres et elle perdit tous ses mots pendant quelques secondes. Le seigneur qu'elle avait presque percuté d'était nul autre que Lord Jasper Arryn, le même qu'elle voulait justement éviter. Un frisson la parcourut de la tête aux pieds. Ses grands yeux bleus écarquillés étaient ancrés dans ceux du seigneur. Elle battit des cils plusieurs fois très vite, comme si sa constance revenait par salve, et elle esquissa une profonde révérence émue.

_ Je... Je suis navrée, Lord Arryn. Je marchai sans regarder devant moi.

Elle avait parlé d'une voix claire, distincte et affectée, celle qui trahissait trop souvent la bonne éducation qu'elle avait reçue et qui contrastait avec la simplicité de ses robes. Se rappelant qu'un beau bleu marquait sa tempe droite à cause de la bagarre de la veille, elle s'empressa de ramener quelques mèches de cheveux d'encre dessus pour la dissimuler. Après quoi, elle fit un pas de coté, sans se redresser, pour lui laisser la voie libre. Ses yeux regardaient à présent le petit faucon en bois par terre.


Dernière édition par Serena Templeton le Sam 23 Juin 2012 - 21:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Sam 23 Juin 2012 - 14:11

Intervention partielle

      Une erreur s'était glissée dans la gorge du héraut qui avait annoncé les prochains jouteurs. En effet, pour succéder à lord Arrun et lord Caswell, on avait appelé lord Costayne et ser Glendon Boule. Jusque là tout allait bien et les deux chevaliers paradaient en toute quiétude devant le public des gradins jusqu'à ce que la trompette les appelle à l'un et l'autre bout du champ des lices. Malheureusement, la langue du héraut fourcha quand il rappela le chevalier :  « Ser Glendon Flowers ! » qu'il rectifia presque aussitôt. Une telle insulte avait déclenché quelques rires dans la foule rassemblée pour assister au tournoi et à la honte se substitua bien vite la rage, ce qui permit au chevalier d'en finir d'un seul coup avec son adversaire qu'il envoya tête la première dans le sable. Lord Costayne était à ce point sonné qu'il manqua de s'y étouffer et il fallut l'intervention de son écuyer et de gardes de Murs-Blancs pour l'aider à se relever. Ils quittèrent tous deux le champ alors que la foule s'écriait en cadence :  « Boule ! Boule ! Boule ! » tandis que d'autres, moins nombreux, s'écriaient :  « Boulenfeu ! Boulenfeu ! »

      Pendant ce temps, Meera, Pip, Lyra, Maël et Oteh Byris étaient toujours en bonne compagnie, et s'ils ne regardaient pas toujours du côté des lices, ils se concentraient autour de la petite fille de Meera, qui n'était pas tout à fait une Lyra miniature mais dont la mère espérait qu'adulte, elle serait aussi belle et forte que la jeune dornienne qui l'avait aidée à mettre son enfant au monde. Quand Lyra questionna avec humour les hommes autour d'elle, Meera ne put s'empêcher d'éclater de rire. Elle n'était mère que depuis moins d'un jour et pourtant, elle ne connaissait point de bonheur plus grand ! La jeune mère n'avait d'ailleurs rien manqué de tout ce qui s'opérait entre la dornienne et le tailleur, et elle aurait mis sa main au feu que ces deux-là étaient plus que de simples amis ! Décidé à y mettre son petit grand de sel, elle secoua un peu son bébé pour l'entendre rire et rit elle-même en déclarant ainsi, innocemment, au débotté :  « Une chose est sûre, si vous deux faisiez des bébés, ils seraient beaux et futés comme leurs parents ! J'ai pas raison ? » Son compagnon Pip approuva du chef avant d'y aller de son petit commentaire :  « Vous êtes vraiment des personnes formidables. Malgré tout ce qui est arrivé... si jamais vous avez besoin de quoi que ce soit quand vous passez par chez nous, n'hésitez pas, notre porte vous sera toujours ouverte. » Il s'adressait autant à Lyra qu'à Maël et qu'au prêtre à barbe qui n'avait encore rien dit, et il était plus que sincère.

      Mais déjà on appelait ser Pryam du Val et ser Addam Frey pour la prochaine joute. Certains, derrière les barrières et même dans le campement s'étaient écriés :  « Encore un Frey ! » ce qui avait déclenché quelques rires y compris parmi les membres de la famille célèbre pour s'être rendue maîtresse du pont fortifié des Jumeaux. Ser Pryam du Val, quant à lui, n'était là qu'un chevalier aux origines obscures et personne n'allait l'acclamer, sauf peut-être quelques jeunes filles ayant succombé au charme montagnard de son visage aux traits secs. Le premier échange fut très mitigé : Pryam était habitué aux combats, mais il n'y avait rien de comparable dans son expérience avec un tel échange ; il fut projeté à terre mais sut se relever pour débuter un combat à l'épée contre ser Addam Frey qui était quelque peu pressé d'en découdre avec lui, ce roturier chevalier qu'il méprisait. Pour autant, un preste et habile coup de bouclier du chevalier du Val le déstabilisa grandement, en plus du fait que son adversaire était gaucher. Il ne sut finalement quoi faire pour prendre le dessus et finit à terre, allongé dans le sable de la lice, impuissant à rien faire contre le héraut qui déclarait ser Pryam vainqueur.

      Pendant ce temps, à l'orée de la tente de Corwin Rogers, le jeune homme envoyé par mestre Lothar pour prendre des nouvelles de l'état du chevalier aux Neuf licornes se faisait copieusement insulté et manquait même de se faire tabasser par le mauvais perdant qui, par ailleurs, avait réclamé à boire et une catin pour passer l'amertume de la défaite. Or ce qu'il ignorait, c'est qu'il avait insulté et menacé nul autre qu'un énième membre de la famille Frey. Ser Corwin comprendrait bien vite qu'à menacer l'un des membres du clan, il les aurait bientôt tous sur le dos et malgré toute sa méchante hargne, les ennuis suivraient de très près. L'incident avec Serena passa bien vite et il quitta la tente pour aller les Sept seuls savaient où, peut-être vers sa damnation... Quant à la demoiselle, elle fit une rencontre à laquelle elle ne s'attendait guère, et qui pourtant changerait peut-être grandement le cour de sa journée. En effet, alors qu'elle avait maladroitement ramené des mèches de cheveux sur son visage pour dissimuler les marques sur ce dernier, un courant d'air taquin les fit s'envoler et révéla ainsi le bleu qu'elle avait souhaité cacher. De là où il était, lord Arryn n'en avait pu rien rater.

      On appela ensuite ser Even Corbray et ser Tommard Heddle et les deux hommes s'apprêtèrent puis gagnèrent le champ où le public, toujours enthousiaste, les acclamait. Ser Tommard était très impressionnant avec son casque figurant un démon. Ser Tommard fut d'ailleurs à la hauteur de sa réputation, et ce n'est pas lors du premier échange à la lance que l'issue de la joute fut déterminée : c'est à l'épée que le sort décida de les départager. Les Sept se montrèrent souriants à l'égard du chevalier de Cordial qui fit mouche dès son premier coup ! Il avait désarmé le Démon noir, mais ce dernier n'acceptait la défaite qu'avec mauvaise foi : il avait tenté de se jeter sur ser Even pour l'écraser de toute sa force, mais l'intervention de gardes l'interrompit. De dépit et de rage, il ôta son casque et l'envoya rouler sur le sol en adressant ces menaces à l'attention de son adversaire qu'on déclarait vainqueur :  « Surveille tes arrières mon gars, t'en auras besoin... » Le message était on ne peut plus clair ! Les deux hommes revinrent au campement alors que ser John le Violoniste et ser Glendon Boule pénétrait dans le champ pour une nouvelle joute. On en était donc là de ces événements, et chacun s'apprêtait désormais à connaître une journée intense en émotions !

    - Certains d'entre vous ont reçu des blessures au cours de la soirée de la veille, n'oubliez pas d'en tenir compte. Lady Coeurdepierre n'oublie jamais rien.
    - Rappelez vous que la lecture des règles est obligatoire.
    - Les interactions avec les PNJ seront nombreuses, merci de laisser au MJ le soin de les mener à bien !
    - Il fait beau, l'air est un peu frais. Dans le campement, les tentes ne sont pas à proprement parler alignées. Des gardes de Murs-Blancs assurent la « sécurité ».
    - Corwin / Even : Attention, tes derniers posts dépassent les 800 mots ! Je sais bien qu'à chaque fois c'est de peu, mais sur le principe, je devrais les ignorer... Souviens-toi que seul le premier message voyait son maximum élevé à 1100 mots !

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 24 Juin 2012 - 9:52

     Lyra avait bien remarqué la gêne de son ami, mais n'en fit pas état et se contenta de sourire légèrement. Elle était heureuse de le revoir et cela suffisait à lui remonter le moral. La déception de la veille venait notamment du fait qu'elle n'avait pas eu l'occasion de pouvoir discuter plus sérieusement avec lui, mais elle n'avait pas oublié pour autant ce qu'ils s'étaient dit à Villevieille lors de leur dernière rencontre. La Dornienne le laissa donc toucher ses cheveux, déposer un baiser sur son front avant d'aborder justement le fameux sujet. Elle hocha la tête pour l'en assurer, mais n'eut guère l'occasion de parler davantage puisque les joutes s'étaient enchaînées et qu'un bruit assourdissant retentit lorsque la lance entra en contact avec le bouclier de l'adversaire.

     Fermant les yeux pour ne pas voir le malheureux perdant choir au sol, elle les entrouvrit lorsque les acclamations du public résonnèrent, signe évident que tout était terminé. L'homme à pied avait l'air tout simplement sonné et Lyra se demandait comment est-ce qu'ils parvenaient à trouver cela « drôle », même pour un œuf de dragon elle ne comprenait pas cette mentalité ! Finalement, heureusement que les chevaliers n'existaient pas à Dorne et que le peu qu'il y avait ne faisait pas ce genre de choses. C'était du moins ce qu'elle avait entendu dire à propos des Dayne, mais peut-être n'était-ce pas vrai ?

     Meera intervint alors, faisant rire sa petite avant de s'adresser aux deux Dorniens pour avancer le fait que leurs enfants seraient beaux et futés. L'idée fit sourire Lyra. Quelques mois auparavant elle aurait nié ces paroles en assurant qu'ils n'étaient qu'amis, mais là il était évident pour elle que ce n'était pas le cas. Même si Lyra avait toujours été très tactile avec son ami d'enfance. Les paroles du père de la petite firent chaud au cœur de la demoiselle qui répliqua aussitôt.

     ▬ C'est grâce à Oteh ! Sans lui nous n'aurions malheureusement pu vous être d'aucune aide. »

     Elle posa ses yeux sombres sur le visage du prêtre à barbe, quelque peu inquiète qu'il ne parle pas davantage. Il avait l'air morose depuis la veille, bien qu'il fallait admettre que depuis leur rencontre Lyra le trouvait très mélancolique. La perte de son maître certainement ? La demoiselle lui adressa un sourire chaleureux avant de reprendre la parole.

     ▬ Dites-moi Oteh, avez-vous déjà assisté à d'autres tournois comme celui-ci ? »

     Après tout, il avait dit être à Westeros depuis longtemps puisqu'il avait rencontré lady Edarra il y a plusieurs années, non ? De nouvelles joutes débutèrent, comme cela intéressait Maël la suivante les regarda, même si elle me pu s'empêcher de fermer les yeux lors de l'impact ou lorsque les deux jouteurs suivants durent s'affronter à l'épée. Elle n'avait pas les combats c'était définitif, pourtant la Mère Rivière savait qu'elle n'aurait pas hésiter à se servir de son petit poignard si elle avait dû défendre Maël ou sa dame ! Lorsque ser Tom éclata de rage, Lyra entrouvrit les yeux d'un air inquiet et observa Maël.

     ▬ Crois-tu réellement qu'il soit sérieux ? »

     Elle, oui, c'était justement ce qui lui faisait peur.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Dim 24 Juin 2012 - 10:06

     Pryam était installé sur son siège lorsqu'il constata que son tour allait bientôt arriver. En un rien de temps il retrouva son écuyer de manière à pouvoir gagner les abords de l'arène, de manière à lorsque ce fut son tour, le chevalier n'eut plus qu'à monter sur son destrier. La joute n'était pas son fort et il était inutile de préciser que Pryam n'était pas certain d'avoir les capacités de battre le cousin de son écuyer - quelle ironie d'ailleurs - mais la surprise était de mise. Lorsque le jeune homme fut désarçonné et tomba au sol, il s'imagina déjà avoir perdu, mais heureusement les Sept étaient avec lui et il réussit à se remettre d'aplomb et même plus, à gagner son tour. Au moment de quitter l'arène, le regard clair du chevalier se promena rapidement sur la foule, cherchant Serena du regard, mais aussi la Nordienne. Il ne vit ni l'une ni l'autre et se demanda soudain avec une certaine appréhension, si la demoiselle avait décidé de s'en-aller. Ils ne s'étaient plus revus depuis la veille et peut-être qu'elle avait très mal pris sa réplique lorsqu'il avait bavardé avec le jeune Dornien ? Pryam ne pouvait pas vérifier de toute manière, il devait regagner le campement et y rester jusqu'à ce que la prochaine joute sonne.

     Bien décidé à ne pas perdre sa concentration, le jeune homme chassa la Nordienne de ses pensées, tout en se promettant de s'excuser auprès d'elle si finalement il avait simplement été trop aveuglé par la foule et ne l'avait pas vue. Il espérait sincèrement que c'était le cas. Le Valois s'en voudrait sincèrement si la demoiselle avait décidé de fuir sans dire au revoir. Débarquant dans le campement, le chevalier errant fit tout son possible pour ne pas avoir à se mêler aux autres, il n'aimait pas entendre les vantardises des autres et se devait bien évidemment de garder un anonymat complet.

     La prochaine joute qu'il allait devoir effectuer n'était pas des moindre. Ser Buford avait battu Bennifer Nerbosc et par conséquent, était qualifié pour le prochain tour, comme le Valois. L'homme était difficile à rater, il avait retenu l'attention de Pryam autant par sa prestance que par le caractère digne qu'il semblait posséder. C'était un adversaire comme l'on devait en rêver, même si cela inquiétait quelque peu Pryam. Ser Addam Frey était jeune et manquait certainement d'expérience, ce qui avait permis au Valois de prendre le dessus, mais concernant ser Buford il était chevalier depuis bien longtemps, puis de surcroit, natif du Bief, les terres des chevaliers et des tournois. Bah ! Il finirait bien par voir ce qui se passerait après tout ! Décidant qu'il était inutile de soliloquer ou de se triturer l'esprit, le jeune homme retrouva sa place initiale sur le tronc de bois posé au sol, puis attendit la suite avec patience, comme toujours.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Jour 2, journée : Campement des jouteurs et Lices est

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» Ville, citadelle et château de Parthenay
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°3 : Murs-Blancs-