AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Jour 2, journée : Gradins et Lices ouest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Sam 30 Juin 2012 - 12:53

     Lady Eleyna et sa compagne Fer-née bavardaient bien tranquillement, elles liaient une bonne conversation visiblement, passant d'un sujet à l'autre comme les femmes savaient si bien le faire. Il n'était pas certain que leurs bavardages échappent aux autres roturiers qui se trouvaient autour d'eux, d'ailleurs si les deux jeunes femmes étaient attentives elles pouvaient même voir qu'un homme à l'aspect plutôt patibulaire, les dévisageait. Il avait remarqué la jolie Nordienne et avait visiblement envie d'en voir plus, pourquoi diable ne portait-elle pas une tenue aussi révélatrice que celle de sa compagne du moment ? ! Comme la belle questionnait la bâtarde sur la rencontre qu'elle avait faite avec le chevalier qui venait de jouter quelques instants auparavant, l'homme se décida et approcha du duo en bousculant les personnes qui se trouvaient sur son chemin. En quelques instants après divers coup de coude, l'inconnu se plaça derrière Eleyna et sans aucune délicatesse, la plaqua contre la barrière. Elle aurait pu croire que c'était un mouvement de foule jusqu'à ce qu'elle sente une main tenter de se glisser sur ses habits à des endroits stratégiques. Une chose était sûre : cet homme ne voulait pas lui voler sa bourse, mais plutôt sa vertu ! La bâtarde des Iles de Fer devait avoir une vue plongeante sur la scène, défendrait-elle son homologue si grossièrement « abordée » ou irait-elle se remplir la panse ? Ce fut à ce moment même qu'un serviteur passa non loin de là, portant sur ses bras un plat débordant de victuailles visiblement destinés aux membres de la roture. Si elle s'en-allait en laissant Eleyna seule, Deirdre pourrait se sustenter sans problèmes !

     Alors que lady Maeve et son prétendant discutaient, un domestique approcha des deux enfants pour leur glisser quelque chose à boire, du lait au miel qui avait de quoi contenter n'importe qui de gourmand ! Quelques morceaux de nourriture - salé comme sucré - furent proposés aux jeunes gens pour qu'ils puissent meubler leur discussion en grignotant si l'envie leur disait. Comme ils semblaient fort occupés, personne ne les dérangea, excepté une servante qui s'approcha de la jeune Arryn pour lui glisser une question. « Ma dame, votre suivante est dans la foule et semble avoir du mal à voir le spectacle, souhaitez-vous que je la fasse venir vers vous ? » Lady Noreen était noble et par conséquent elle pouvait gagner les gradins, mais comme sa dame n'en avait pas formulé le souhait elle avait été laissée avec la roture. Son sort était à définir par lady Maeve !

     Asafa et sa cousine bavardaient tranquillement en se servant à boire et à manger, visiblement l'incident de la veille avait été oublié par tout le monde et ser Tom le Noir avait déjà trouvé une nouvelle victime. Le soleil de Dorne était donc revenu briller au-dessus des deux jeunes gens qui pouvaient profiter des festivités sans craindre que la maladresse de la belle dame de Ferboys ne leur porte préjudice. Lord Ambrose se pencha d'ailleurs dans leur direction avant de se renseigner pour savoir s'il ne faisait pas trop froid à leur goût. « Après tout, à Dorne j'imagine que même en hiver il doit faire plus chaud que cela ! » Qu'on ne vienne pas dire que lord Ambrose ne veillait pas à la santé de ses invités. Même si la veille il avait plutôt ri que défendu la malheureuse qui était agressée par son gendre trop prompt à s'emporter !

     Comme lord Ryman se renseignait au sujet des préférences que lord Ambrose pouvait avoir, celui-ci hocha la tête avec une certaine vigueur, apparemment il avait potassé la question pour pouvoir se décider aussi rapidement. « Ser Tom est un bon jouteur, mais trop colérique, même s'il me plairait de voir mon gendre gagner, je doute qu'il y parvienne ! » Le regard désapprobateur de sa fille, l'épouse du concerné, ne semblait pas le gêner puisqu'il continua. « Plusieurs chevaliers errants ont attiré mon attention, j'attends de voir la manière dont ils vont se comporter avant de me décider pour de bon ! » Il semblait pourtant déjà avoir une idée bien arrêtée à ce sujet. Un sourire amusé se peignit sur ses lèvres alors qu'il tourna la tête vers le seigneur des Jumeaux. « Je suis persuadé que les Sept me donneront un vainqueur digne de posséder cet œuf ! » Lord Ambrose ne semblait pas désireux d'en dire plus à ce sujet. La mariée porta son attention sur son frère avant d'esquisser un sourire à son tour tout en répondant par l'affirmative. « Ser John me semble bon jouteur, j'espère qu'il gagnera. » Un éclat de rire se fit entendre de la part du marié alors qu'il offrait un clin d'œil à son beau frère. « Je crois surtout que ma jeune épouse est sensible à son joli visage. À peine marié, déjà déprécié ! » Il était vrai que l'attention de la majorité des femmes était attirée par ce chevalier au physique très avenant.

     Comme lady Rivanon et lady Alysanne bavardaient toutes les deux, des serviteurs s'approchèrent pour répondre à l'appel de cette dernière. La jeune femme qui avait semblé intéressée par ser Kyle le Chat était d'ailleurs présente, elle approcha de la belle dame aux cheveux blonds avant de s'incliner, un sourire resplendissant aux lèvres. « Ma dame, souhaitez-vous boire ou manger quelque chose ? » Une brève pause se fit avant qu'elle n'enchaîne. « Je voulais aussi vous remercier pour ser Kyle, j'ignore ce que vous avez fait, mais je l'apprécie sincèrement, si je puis vous remercier d'une quelconque manière, n'hésitez pas. » Pendant ce temps, une noble d'une autre maison du Conflans qui était installée à côté de lady Rivanon, porta son attention sur elle en esquissant un sourire amusé. « Connaissez-vous ser John ma dame ? Il semblerait qu'il provoque l'hystérie parmi les dames, je dois avouer qu'il n'est guère déplaisant à regarder, mais est-il galant pour autant ? »

     Les joutes progressaient rapidement et ser John affrontait ser Glendon qui n'était malheureusement pas assez doué pour son adversaire. À peine la lance entra-t-elle en contact avec le bouclier du Bieffois que celui-ci fut expédié en arrière et tomba au sol où il se fit mal à l'épaule. Il fallut que trois garçons d'écurie vienne afin de l'aider à se redresser. Le coup de l'impact avait fait voler des morceaux de lance au loin et l'un d'entre eux décolla jusqu'aux gradins pour tomber aux pieds de lady Ashlee Cendregué. Elle n'avait pas été blessée et le bout de bois était arrivé trop doucement pour qu'elle risque quoi que ce soit, mais ser John sembla s'en inquiéter et approcha de la tribune avant de saluer la jeune dame. « Veuillez m'excuser ma dame, je ne souhaitais guère votre malheur, je vous dédie ma prochaine joute pour me faire pardonner ma maladresse ! » Dans un geste de la tête, il la salua avant de se diriger vers son adversaire pour l'aider à gagner le campement et plus précisément, la tente des mestres où il serait soigné.

------------------------------------

    Je rappelle quelques points :

  • Les joutes ne sont pas relancées comme celle des PNJs ont été épuisées, donc n'hésitez pas à discuter entre vous pour faire progresser ce côté !
  • Certains d'entre vous ont reçu des blessures au cours de la soirée de la veille, n'oubliez pas d'en tenir compte. Lady Coeurdepierre n'oublie jamais rien.
  • Rappelez vous que la lecture des règles est obligatoire.
  • Les interactions avec les PNJ seront nombreuses, merci de laisser au MJ le soin de les mener à bien !
  • Il fait beau, l'air est un peu frais.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Sam 30 Juin 2012 - 23:01


Enfin, elle n'était pas certaine de vouloir un œuf de dragon dans le château des Eyrié. Quoique l’image pouvait rester un peu romanesque puisque la petite imaginait bien la puissance que pouvait donner une telle bête à une maison. Elle se demandait si les Targaryen auraient peur ? Enfin, elle avait lu et surtout compris que certains rois avaient tenté de le faire et d’ouvrir leur œuf, mais selon Mestre Wyman, un adorateur des créatures mythique et de magie, il fallait faire un sacrifice par le feu. Une chose dont la petite Arryn était trop jeune pour comprendre le réel sens. Le mestre de la maison Arryn laissait aussi entendre que ses cousins, les enfants de sa tante, possédait à eux chacun œuf de dragon. Bref, elle n’était pas certaine de voir un œuf éclore un jour, il fallait simplement regarder les Targaryen qui n’y arrivaient pas.

L’idée de voir l’œuf de ses propres yeux l’enchantait, mais elle doutait que Lord Ambrose lui fasse cette chandelle. À moins que … à moins qu’Edwyn lui demandait. Malgré sa jeunesse et son innocence, il restait tout de même Lord Suzerain des Terres du Conflans. On pouvait toujours jouer sur cette note intéressante, mais elle doutait que le petit Lord veuille utiliser de ce pouvoir seulement pour un œuf. Elle se pencha à l’oreille de son ami, lorsque l’on leur servit du lait au miel. Une exquise boisson que la petite peste du Val adorait bien. Elle s’était penchée pour parler à l’oreille de son compagnon, mais n’eut pas encore le temps de lui parler puisque l’on l’a dérangea sur sa suivante. Depuis le tout début, elle ne s'était pas souciée de Noreen, trop occupée, à surveiller son frère et parler de dragon avec le petit seigneur. Elle soupira et ajouta :

Oui, qu’elle vienne, mais seule.

Noreen avait un don pour s’entourer de garçon, que la petite enfant n'aimait pas. Oui, elle restait sa suivante, choisie par sa sœur, mais elle avait parfois de drôle de manie que Maeve ne comprenait pas toujours. Enfin, il y avait tant à regarder qu’elle ne voulait pas se soucier du reste. Elle avait émit son avertissement voila tout. Elle finit par regarder Lord Ambrose et son épouse et attendit que le silence revienne dans la place avant de regarder Edwyn et prendre une très grande respiration. C'était maintenant ou jamais.

Voilà un spectacle fort bien réussi, Lord Beurpuits.

Petite entrée en matière pour flatter un peu leur hôte.

Lord Tully et moi-même se demandions si nous pourrions voir l’œuf de dragon, avant de l’offrir au gagnant de ce tournoi.

Elle sentait déjà les regards se tourner. Elle avait rajouté quelques formules de politesse, mais elle n’avait pas pu empêcher ses joues de rosir sous le coup de la gêne. Elle n’insisterait pas si Lord Ambrose refusait, mais elle espérait le contraire. Surtout qu’une fois, on ne pourrait pas la punir de sa curiosité.



Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Dim 1 Juil 2012 - 8:53

Ainsi Alysanne avait aperçu Pryam, du moins le supposait-elle. Elle n'en était pas certaine mais elle déclara reconnaître des visages familiers. Que le chevalier errant fasse parti des jouteurs ne m'étonnait guère, c'était certainement une manière de parvenir à gagner de quoi vivre, en autre chose. Tout ce que la jeune biefoise me raconta au sujet des Boule était intéressant, je me rappelai vaguement qu'il avait pris part à la rébellion Feunoyr comme le soulignait ma voisine, cette guerre avait divisé notre pays et la trahison ne fut guère absente de ce conflit. Une fois la réponse apportée, Alysanne se désintéressa de la joute actuelle. De mon côté, j'observai les duellistes, le combat fut bref mais rude pour ser Boule qui frappa le sol avec assez de violence pour se blesser à l'épaule. Je n'étais guère surprise par ce type de dénouement pouvant survenir lors de ces rencontres.

Ce fut la jeune servante de la veille qui vint nous servir, l'entendre parler de Kyle le chat me fit sourire. La voir trouver son bonheur avait quelque chose de réconfortant. Alysanne avait bien œuvré. Tout le monde avait droit à sa part de joie. A cet instant, j'entendis une de mes voisines m'adresser la parole. Je portai mon attention sur elle, l'observant quelques instants pour essayer de l'identifier. Son visage ne m'était pas inconnu, je cherchai ses armoiries pour vérifier son origine. Potentiellement une maison riveraine... Sa question me fit sourire, ser John avait un tel succès.

- J'ai rencontré ser John hier soir, lors du dîner. C'est vrai qu'il est très apprécié de ces dames, il a toutes les qualités pour. Sa compagnie est loin d'être désagréable. Il fait preuve d'un grand savoir vivre et se montre galant.

Je répondais volontiers à la jeune noble, je n'avais aucune raison de lui cacher des informations. Si elle était présente la veille, elle m'avait certainement vu danser avec lui. Je vis John venir s'excuser auprès d'une des dames pour l'éclat de lance qui avait failli atteindre la jeune femme. Il se montrait courtois, mais je me demandai s'il n'utilisait pas l'attrait qu'éprouvait pour lui la gente féminine à son profit. Peut-être étais-je trop méfiante....

- De plus, il se montre fair-play envers ses adversaires. En tout cas, si vous souhaitez lui parler, je ne vois rien qui vous empêcherait de le rencontrer.

Après tout dépendait de ce que recherchait mon interlocutrice. Ser John restait un homme abordable en dépit de la foule d'admiratrices. Moi-même je n'étais insensible à son charme, cependant je n'attendais rien de cette rencontre. Observant de nouveau la lice, je me demandai quels seront les prochains jouteurs.



Spoiler:
 


Dernière édition par Rivanon Mallister le Dim 1 Juil 2012 - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Dim 1 Juil 2012 - 14:36

La réponse de Lord Ambrose arriva sans attendre, il avait visiblement déjà son avis sur la question, et avait même probablement déjà prévu qu’on lui pose la question. Ainsi, le favori à ses yeux était son propre gendre, malgré ses défauts. Sa fille lui jeta un regard désapprobateur, mais il l’ignora. Ryman fit mine de ne pas l’avoir remarquée, et écouta la suite. En effet, il y avait encore plusieurs joutes à voir qui permettraient de se faire un avis plus tranché sur certains, notamment les illustres inconnus qui combattaient durant ce tournoi. Quant à l’œuf, il n’ajouta rien. Cachait-il quelque chose, ou bien n’avait-il vraiment rien de plus à dire ? Sienna répondit à son tour, montrant un petit penchant pour Ser John, un chevalier qui semblait avoir un certain succès auprès de la gente féminine. Lord Ryman ne goûta pas la remarque suivante de son beau-frère, mais n’en montra rien, se contentant d’un petit sourire.

Et comme si les Sept s’étaient penchés sur ses interrogations, c’est l’innocence même qui vint apporter le sujet de nouveau sur la table. La jeune Maeve Arryn, sœur de Lord Jasper et qui s’entendait très bien avec Lord Edwyn, vint, après avoir fait un compliment à Lord Beurpuits, demander s’il était possible que son jeune ami et elle-même puissent voir l’œuf. Ryman ne put empêcher son sourire de s’élargir. Voilà qui mettait Lord Ambrose dans l’embarras si réellement il avait quelque chose à cacher. Et dans tous les cas, refuserait-il une requête émanant de son suzerain et d’une fillette ? A ses côtés, Mera se pencha pour entendre la réponse.

« Vous ne sauriez donc refuser, Lord Ambrose ? » appuya Ryman, désireux lui aussi de jeter un œil à cette merveille.

D’ailleurs, il était curieux de savoir comment Lord Beurpuits avait pu se le procurer, pour pouvoir ainsi se permettre d’en faire un présent à un chevalier. A moins qu’il n’en ait d’autres… ou bien qu’il soit pressé de se débarrasser de celui qu’il possédait déjà. Lord Frey se retourna ensuite et fit signe à un domestique qui se tenait là, en retrait, dans l’expectative.

« Apporte-nous de quoi nous désaltérer. Je suis sûr que ces dames apprécieraient quelques rafraichissements. »

Lui-même ne dirait pas non à quelque boisson, mais pas de vin, quelque chose d’adapté à l’instant de la journée. Tout cela devait d’ailleurs avoir été prévu, mais pour le moment, rien n’avait encore été apporté. Il fallait que chacun reparte ravi, qu’il n’ait rien manqué. Il en allait de la réputation des Frey et du Conflans en général, avec tous ces visiteurs venus d’autres régions.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Dim 1 Juil 2012 - 14:41

Alysanne eut un sourire sincère. La charmante servante qui lui proposait à boire et à manger avait donc avancé ses pions auprès de Ser Kyle grâce à sa petite intervention... cela la réjouissait car sous ses dehors rationnels demeurait toujours toujours un reliquat de sentimentalisme typiquement bieffois. On ne grandit pas bercé par des chansons d'amour courtois sans développer une certaine tendance à l'oeil humide et au soupir rêveur devant les idylles naissantes.

« Je prendrais volontiers un peu d'eau, tout simplement... mais vous me rendriez un plus grand service encore en transmettant un petit message à Lord Ambrose. » dit-elle à voix basse. « Dîtes-lui qu'Alysanne Florent le remercie pour le magnifique spectacle qu'il nous offre et le félicite pour cet heureux mariage. Dîtes-lui également que je m'étonne que certains de ses gardes fassent fi de leurs devoirs en une telle occasion, mettant en danger l'honneur de la Maison et le bon déroulement des festivités. » Elle marqua une pause, mesurant ses paroles. Trop en dire ne servirait qu'à plonger Lord Ambrose dans l'affliction ou la fureur à un moment où il devait paraître en public dans son rôle d'hôte... un mauvais tour à lui jouer. Mieux valait simplement planter la graine et le laisser traiter cette affaire de la manière qui lui semblerait judicieuse. « Il en saura plus, s'il le souhaite, en interrogeant les roturiers présents hier soir dans la cour. » Ceux qui restent, du moins. Un certain nombre d'entre eux a dû s'éclipser sans demander son reste. « Ou peut-être Ser Pryam du Val, qui participe au tournoi aujourd'hui. » Je ne l'ai pas vu dans la grande salle, il devait donc être dans la cour. Elle se demandait bien pourquoi, mais après tout il se sentait peut-être plus à l'aise avec les gens du peuple qu'avec les autres chevaliers et les nobles. Elle pensa ensuite au mestre du château : l'un ou l'autre des blessés s'était peut-être fait soigner par celui-ci. Mais la probabilité était faible ; compte tenu de leur statut, ils avaient plus probablement consulté une sage-femme ou un guérisseur de village. Elle renonça donc à le mentionner.

« Quant à moi, je suis évidemment à sa disposition... hélas, mon savoir est limité. » Elle n'aurait pas grand-chose de plus à lui apprendre ; mieux valait qu'il prenne le temps de questionner discrètement un témoin. S'il était avisé, il enverrait la jeune servante chercher discrètement un serviteur portant la livrée d'un de ses invités, Ferboys ou autre, ou Ser Pryam durant son temps de repos, et le verrait dans un lieu à l'écart, sous un quelconque prétexte... c'est du moins ce qu'elle aurait fait à sa place. Elle était curieuse de le voir à l’œuvre, après tout ce qu'elle avait entendu dire sur lui à Darry...

Elle s'assura que la servante avait bien compris le message et la remercia avant de la laisser vaquer à ses diverses tâches. Puis elle se tourna vers Rivanon, en grande discussion avec sa voisine. Ser John venait de remporter la joute et de faire une démonstration de galanterie auprès de la petite Cendregué. Alysanne se rappela que la demoiselle lui avait adressé un sourire un peu plus tôt, comme si elle la reconnaissait, mais elle peinait à retrouver son prénom. Elle n'avait pas croisé les Cendregué depuis longtemps et cette jeune fille devait être une enfant lorsqu'elle l'avait vue pour la dernière fois. Lord Cendregué avait deux fils et une fille, non ? Ashley. Ou Ashlee. Elle se rappelait surtout de son frère aîné auquel son père avait vaguement songé à la marier à l'époque, avant de considérer qu'elle pouvait par ses qualités et sa dot prétendre à une Maison plus riche et influente. Et avant de comprendre sa répugnance pour la condition de châtelaine.

Rebondissant sur la réponse de Rivanon à sa voisine, elle renchérit :« Galant, il l'est assurément. Presque trop pour un simple chevalier errant, ne trouvez-vous pas ? Je connais de nobles chevaliers du Bief qui n'ont pas son port de tête, sa courtoisie et son éloquence... alors, un chevalier des haies ! » Hugo émit un petit bruit vexé à côté d'elle, juste pour la forme - elle avait raison, il devait bien le reconnaître. Il était peut-être rattaché à la Maison Florent, par intermittence, et il avait reçu une bonne éducation, mais il n'était pas moitié aussi gracieux que ce mystérieux « Violoniste ». « Je ne serais pas autrement surprise s'il cachait une histoire romanesque... peut-être l'une de ses admiratrices saura-t-elle lui soutirer quelque aveu fascinant ! Qui sait ? N'était-il pas sous le charme de votre beauté, Lady Rivanon ? Il vous confesserait peut-être d'où lui viennent ces nobles manières...»





Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Dim 1 Juil 2012 - 16:16

Le Dornien à la peau mate sourit alors que sa cousine faisait référence à son manque d'entrain quant à avoir la démonstration de ses qualités martiales. D'un hochement de tête entendu, il souligna son approbation, prenant une nouvelle gorgée de vin.

- Pour sûr ! Je ne souhaite pas non plus avoir à faire l'étalage de mes qualités de combattant, cela signifierait en effet que la situation est dangereuse, et je n'ai pas encore en projet de mourir. J'ai encore bien trop de fleurs à butiner...

Il se mit à rire, appuyant son propos d'un clin d’œil pour faire comprendre à la jeune femme qu'il s'agissait bien là d'une plaisanterie. Il savait pertinemment que son comportement frivole avait causé bien des tracas à sa famille, Edarra en tête, et à raison. Pourtant, cela ne l'empêchait pas, comme d'habitude, de dédramatiser la situation en plaisantant avec malice de ce sujet pourtant encore épineux... Pour preuve, elle avait encore causé indirectement une grosse colère chez le Chevalier Tom.

Il poursuivit en terminant son verre de vin puis en grignotant une grappe de raisin. De temps à autre, son regard vagabondait jusqu'à la belle Alysanne Florent, mais il semblait faire en sorte de ne pas s'y attarder plus que cela ou de ne pas attirer l'attention sur son comportement, avec plus ou moins de bonheur. Puis Edarra fit référence à son futur lorsqu'elle serait mariée à l'héritier des Daynes. Un instant silencieux, comme s'il était perdu dans ses pensées, il se remit à sourire en haussant les épaules avec nonchalance.

- A vrai dire, je n'en sais rien... Je n'y ai pas réfléchit. Lorsque tu ne voudras plus de moi, peut-être que je pourrais... Je ne sais pas...

Il fixa alors Edarra avec un regard empli de malice, le même qu'il affichait lorsqu'il entrainait enfant sa jeune cousine à faire des bêtises, un grand sourire de coquin lui barrant le visage, lui donnant cet air de garçon filou mais adorable.

- Je pourrais me retrouver au service de ton frère, et l'initier à mon goût pour les voyages... Je suis sûr que nos mères en seraient ravies !

Il se mit à rire de nouveau de bon cœur. Un rire qu'il réprima lorsque Lord ambrose s'adressa à eux. Oubliant les convenances, qui auraient certainement voulue que ce soit sa belle cousine, en héritière de la maison, qui réponde la première, il répondit avec l'enthousiasme qui le caractérisait.

- Pour sûr, le soleil est bien plus chaud à Dorne qu'ici ! Toutefois, il est bien plus clément sur vos terres que sur les nôtres, rendant le climat particulièrement appréciable également, car il peut rapidement se révéler insoutenable sur nos terres désertiques. Ce qui nous permet d'apprécier plus aisément les charmes de nos femmes, soumises comme nous à cette chaleur harassante, mais également, leur caractère farouche !

L'homme sourit franchement à la fin de sa phrase, prononcée avec un humour qui serait apprécié ou non. Il était évident que la réponse, bien que certainement peu adaptée à un Lord, était d'une honnêteté et d'une naïveté désarmante. Asafa avait cette lueur enfantine dans les yeux et cet aplomb, cette joie de vivre, qui lui faisait sans doute parfois oublier les convenances, mais qui le rendait authentique à quiconque pouvait discuter un temps soit peu avec lui, tranchant avec les habiles courtisans habitués aux cours...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 1 Juil 2012 - 20:46

Le sujet changé en feignant d'être inquiète que l'on puisse bien trop s'intéresser à elles, car elles en parlaient, Eleyna, parla donc de Pryam. Après lui avoir confié qu'elle avait sûrement raison de ne pas trop parler de l'altercation de al veille au banquet, elle lui informa qu'elle était une amie de Pryam, donc. A la bonne heure. Elle aspirait mille fois plus à savoir si le chevalier du Val avait parlé d'elle à la demoiselle du nord. Elle lui sourit tout simplement, déviant un peu son attention, toujours sur le terrain, qui était encore vide d'action, juste des roturiers, écuyer qui couraient d'un bout à l'autre, sûrement du matériel à leur chevalier. Elle n'en savait rien. Vraiment, ce genre d’évènement, c'était bien une première fois pour elle. Des combats aussi organisé et festive, elle ne connaissait pas. C'était si différent.

Elle répliqua presque aussitôt, quand Deirdre, pour éviter les questions, expliqua en quelques mots, une semi-vérité à propos de sa rencontre avec le chevalier blond. Elle leva qu'un coin de sa bouche en un rictus, un peu tendu, qui pouvait cacher un certaine malaise et non pas l'envie de s'enfuir et de ne point en dire plus. Or, si elle s'en camouflait et fuyait, elle ne serait que plus vêtue de soupçons. Eleyna, sincère, parlait du jeune homme comme quelqu'un d'intègre et droit et qu'on s'étonnait de le voir faire du tord. Elle n'y avait pas pensé. Ils étaient amis, elle se devait de bien le connaitre et même le peu de temps qu'elle avait passé avec le jeune homme, elle devinait facilement qu'il était ce genre d'homme, sans être une catin des près, avec son caractère. Elle regarda un long moment Eleyna, le regard plus dur.

- Je ne sais si je peux vous en parlez, j'ai si honte si vous saviez, feignit-elle de se cacher le visage dans ses mains. Il n'a pas fait de tord, non loin de là, au contraire, c'est plutôt moi. Disons qu'il est un homme charmant, que je suis une jeune femme. Il était si gentil et il a simplement repoussé mes avances... C'est tout aussi simple, pas de quoi en faire une musique. Et vous savez, pas besoin de trouver ce genre d'excuse pour que je vous explique quelque chose.

Elle eut un petit rire un peu forcée, pour lui faire comprendre qu'elle devinait très bien que la demoiselle était simplement curieuse. Elle finit par lui malaxer doucement l'épaule.

- Enfin, si on pouvait évitez de trop en parler, je ne suis point fier de cet épisode où j'ai tellement pu manquer d'politesse.

C'est alors que la demoiselle à qui elle parlait et qu'elle commençait fortement à apprécier se retrouva coller contre la barrière brusquement. Au début, Deirdre fut inquiète, bloquant les muscles de son ventre, de peur qu'il lui arrive la même chose. Étrangement, seule Eleyna se retrouva violemment bloquée contre la buche en bois. Elle leva un sourcil, jetant un regard tout autour d'elle. Il y avait du monde, mais il n'y avait pas de quoi venir autant s'approcher de la demoiselle, surtout s'il ne se passait rien sur la piste. Deirdre finit par se renfrogner lorsque ses yeux clairs descendirent lentement le long des mains de l'homme qui se perdait dans les plis des vêtements de la nordienne. Elle sourit en coin.

Certes un plateau à l'odeur plus qu'alléchante passait non loin d'elle, si près, à portée de main, elle aurait pu se nourrir le ventre ... Il ne lui fallait faire que quelques pas... Or, elle venait enfin de trouver finalement, une personne relativement intéressante, intrigante et marrante qui plus est dans sa façon d'être et de parler. Elle n'allait pas laisser un homme se moquer du respect d'une telle femme. Encore, serait-elle une noble, elle l'aurait abandonnée, ou une servante idiote et candide, pareille, mais là ...

De plus, cela n'avait pas l'air de plaire à Eleyna, elle allait se montrer solidaire pour une fois. De plus, Deirdre était aussi douée pour attirer les hommes que de les calmer... Enfin relativement souvent.

Elle s'approcha d'eux, son épaule gauche se collant à celle de l'homme. Doucement sa main glissa entre les deux protagonistes et se mit à serrer non pas la bourse de l'homme mais bien ses bourses. Profitant éventuellement d'un moment de surprise, sa main droite attrapa une des mains sur le corps d'Eleyna, la tenant fermement, elle vrilla son bras, dans le but de le faire reculer et l'intimer à arrêter. Ses petits doigts de la main gauche ne s'étaient pas relâchés une seconde, au contraire, à chacune d'elle, ils se seraient petit à petit, ne donnant pas de sensation désagréable sur la virilité de l'homme trop entreprenant. (MDJ ? Réaction de l'homme ?)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 2 Juil 2012 - 14:15

     Ce fut l'initiative de son amie Maeve qui acheva de convaincre Edwyn qu'il désirait vraiment revoir l’œuf de dragon de lord Ambrose. Dire qu'à l'issue du tournoi, le chevalier qui l'aurait emporté sur tous les autres repartirait chez lui avec un tel trésor ! C'était bien un événement qui ferait frémir les culottes des messires et des mesdames jusqu'à Port-Réal ! Il se demandait bien comment réagirait le Trône de fer si certaines familles d'importance variable à travers les Sept couronnes venaient à posséder publiquement des œufs de dragon alors que ces merveilles d'un ancien temps étaient réputées pour être l'apanage exclusif de la maison Targaryen. Comme il serait drôle de voir le roi chassé de son trône par le même animal qui y avait placé autrefois son ancêtre Aegon le Conquérant ! Ces pensées-là frôlaient presque la trahison mais le petit Edwyn était trop innocent et trop jeune pour comprendre la portée de ce qu'il imaginait simplement avec candeur et humour. Il était bien loin de se douter d'à quel point les dragons avaient été pour beaucoup dans le processus d'établissement de la domination de la dynastie targaryenne sur le continent, mais il savait que ces créatures de légende n'étaient pas un point de détail de l'histoire des dragons tricéphales. Lord Ryman appuya la demande de lady Maeve et intérieurement, Edwyn l'en sut gré, car il n'aurait lui-même pas osé en rajouter pour pousser lord Ambrose à faire ce qu'il ne voulait peut-être pas faire car après tout la veille au soir, lors de la cérémonie du coucher, nombreux étaient les convives qui avaient pu, dans sa chambre, admirer l’œuf aux couleurs rougeoyantes !

–      C'est vrai que j'aimerais le revoir moi aussi... mais s'il est réservé au vainqueur du tournoi...

     Ces paroles, Edwyn ne les adressait pas spécifiquement à lord Ambrose, mais il était clair qu'elles n'étaient que pour lui et que le petit garçon désirait lui faire comprendre que l'opportunité était trop belle car ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait voir un tel trésor. Lord Ambrose s'honorerait de montrer l’œuf une fois de plus, mais la décision lui revenait. Cependant, Edwyn était persuadé que dans les gradins, tout le monde aurait été ravi de pouvoir voir l’œuf une fois de plus.

–      Vous pensez le donner à voir aujourd'hui aussi comme hier soir ? Je suis sûr que tout le monde serait d'accord avec moi pour dire que ce serait formidable !
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 2 Juil 2012 - 18:10

     Comme la jeune lady Maeve avait fait savoir qu'elle acceptait que sa suivante vienne les rejoindre, la domestique s'éloigna en silence afin de quitter les gradins. Elle contourna ces derniers pour finalement jouer des coudes dans la foule de roturiers et se hisser à la hauteur de lady Noreen. Frôlant l'épaule de la fille de chevalier fieffé, la servante se pencha vers elle pour lui donner cette nouvelle. « Ma dame, lady Maeve dit que vous pouvez la rejoindre dans les gradins si vous le souhaitez, mais il faudra vous y rendre toute seule. » Elle faisait savoir à la jeune femme qu'il lui faudrait oublier son ami qui de toute manière n'avait pas été invité à voir les joutes de près puisque le gros paysan qui avait pris la Valoise sous son aile avait envoyé l'indésirable plus loin. Il ne tenait qu'à la demoiselle de suivre la domestique.

     Pendant ce temps, la demoiselle des Eyrié s'était intéressée à l'œuf de dragon en demandant à son propriétaire actuel, la permission de pouvoir le voir de plus près. L'homme resta d'abord muet, souriant devant la gêne manifeste de la lady qui devait avoir pris son courage à deux mains pour demander une telle chose. Lors Ryman apporta son concours à la tentative de la petite lady, puis ce fut le tour du seigneur de Vivesaigues, ils étaient tous ligués pardi ! Au final, lord Ambrose rit légèrement avant de lever les mains en signe de reddition. « Vous avez tous l'air de vouloir voir cette merveille et je ne peux vous en vouloir ! Soit ! Ce soir après le dîner je demanderai à mes domestiques d'apporter l'œuf pour que tout le monde puisse le voir. » Il tourna la tête vers lady Maeve. « Et notre jeune amie aura même le droit de le toucher. » Cette promesse ainsi faite, les invités pouvaient se sentir rassurés, ils allaient voir l'œuf en vrai ! Le domestique interpellé par lord Frey s'éloigna rapidement pour revenir les bras chargés de nourritures et de boissons qu'il distribua à tout le monde pendant que dans la foule, les roturiers s'agitaient en attendant le début de la joute suivante, visiblement le fait d'être parqués comme du bétail ne semblait pas les gêner outre mesure. Comme quoi, même mal placé tout le monde pouvait s'amuser !

     Pendant ce temps, lady Rivanon qui avait attiré l'attention du si courtisé ser John était en train de discuter avec sa voisine qui dévorait ce que la Riveraine avait à lui dire. Ainsi donc elle confirmait bel et bien ce que disait la rumeur ? Un sourire ravi se plaqua sur les lèvres de la jeune dame tandis qu'elle réfléchissait. À côté d'elles, lady Alysanne conversait avec la servante pour qui elle avait joué les entremetteuses la veille au soir, lui demandant un peu d'eau ainsi qu'un service à la portée de n'importe qui. La roturière hocha la tête en servant à la Bieffoise ce qu'elle avait demandé, puis répondit d'un ton toujours aussi enjoué. « Je vais lui transmettre de ce pas ma dame. » Puis elle s'éloigna, laissant les trois dames parler entre elles. Se mêlant à la conversation, la jeune femme souleva une question qui ne sembla pas faire la joie de son accompagnateur, mais intéressa grandement la Riveraine sans nom qui hocha la tête avant de rétorquer. « Peut-être est-ce tout simplement un noble qui n'a pas sa place dans un tel tournoi et qui souhaite remporter cet œuf ? Ou peut-être un admirateur qui suit sa dame pour concourir en son nom, qu'en pensez-vous ? » Elle regarda tour à tour les deux demoiselles avant de sourire à l'attention de Rivanon. « Peut-être encore cherche-t-il un bon parti et profite-t-il de ce tournoi pour rencontrer de belles jeunes femmes célibataires ? » Vu le ton employé, la demoiselle ne semblait pas contre cette idée. Bien au contraire.

     Asafa avait répondu aux paroles de lord Ambrose en plaisantant, ce dernier esquissa un sourire amusé puisqu'il avait effectivement eu l'occasion de constater que les Dorniennes avaient un caractère très... Spécial ! Ce fut à ce moment que la domestique envoyée par lady Alysanne se glissa aux côtés de son seigneur pour répéter les paroles de la Bieffoise de manière à ce que les personnes présentes ici entendent. Le marié hocha la tête avant de répondre. « Faites savoir à lady Alysanne que ces hommes seront rudement sanctionnés, je n'ai guère voulu troubler la fête et c'est pour cette raison que je ne suis pas intervenu avant, mais je compte bel et bien faire savoir à ces hommes que l'on ne se comporte pas impunément de la sorte sous mon toit ! » Un geste qui montrait qu'il voulait bien aider les roturiers et qu'il ne souhaitait pas que les choses se passent mal en ces journées de joie ! La domestique hocha la tête avant de s'éloigner pour rapporter ces paroles à la demoiselle du Bief.

     Dans la foule, le roturier qui avait approché Eleyna de trop près semblait avoir attiré l'attention de Deirdre qui n'allait pas laisser sa nouvelle amie se faire traiter de la sorte par un rustre ! Alors qu'il vit le beau décolleté de la bâtarde approcher, un sourire se dessina sur les lèvres du grossier personnage, sourire qui se mua en une grimace de douleur lorsqu'il sentit la main petite mais ferme de la Fer-née se refermer sur son intimité. Reculant légèrement, il se tortilla en attrapant le poignée de la jeune femme pour l'inciter à lâcher prise. « Lâche ça sale garce, sinon je te brise le poignet ! » Autour d'eux personne ne regardait, mais une chose était sûre, l'homme n'avait plus l'air désireux de laisser ses mains découvrir les collines Nordiennes.

------------------------------------

    Je rappelle quelques points :

  • Les joutes ne sont pas relancées comme celle des PNJs ont été épuisées, donc n'hésitez pas à discuter entre vous pour faire progresser ce côté !
  • Certains d'entre vous ont reçu des blessures au cours de la soirée de la veille, n'oubliez pas d'en tenir compte. Lady Coeurdepierre n'oublie jamais rien.
  • Rappelez vous que la lecture des règles est obligatoire.
  • Les interactions avec les PNJ seront nombreuses, merci de laisser au MJ le soin de les mener à bien !
  • Il fait beau, l'air est un peu frais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 3 Juil 2012 - 9:34

Les joutes se succédaient sans discontinuer et c’était désormais au tour de Ser John le Violoniste et d’un certain ser Glendon de s’affronter. La jeune noble se souvenait clairement du premier pour l’avoir entraperçu avoir fait montre d’une grande galanterie avec Lady … Rivanon lui semblait-il, au banquet de la veille où elle-même avait fait tant d’excès. Il se débrouillait d’ailleurs fort bien et il mit tant d’ardeur au combat que sa lance se brisa en impactant sur le bouclier de son adversaire, qui vida ses étriers aussitôt. Quel spectacle !
Eblouie, la damoiselle du Bief allait agiter son mouchoir qu’un morceau de ladite lance vola jusqu’à elle, où elle atterrit devant elle. Son premier réflexe fut de se reculer vivement sur son banc de bois ; mais heureusement, il était arrivé doucement et elle ne fut pas blessée. Ashlee le ramassa alors vivement, les joues roses d’un plaisir certain. Quelle relique extraordinaire, à conserver précieusement pour se remémorer ce tournoi fabuleux !

Avec un enthousiasme enfantin, la cadette de la fratrie des Cendregué montra le morceau de lance à sa mère, puis à Lady Jeyne Brax, avant que le jouteur ne vienne s’approcher d’elle, auquel elle dédia un sourire un peu ému. Il s’excusa avec politesse, craignant visiblement qu’il ne pense vouloir son malheur, puis lui dédia sa joute suivante avec un savoir-être qui ne manqua pas de faire légèrement rougir la jeune fille. Sa réputation n’était visiblement pas usurpée – et tant d’attentions n’était pas pour lui déplaire. Aussi la bieffoise répondit-elle d’une voix claire :

-"Vous êtes tout pardonné, ser John. Comment en vouloir à un jouteur qui possède votre talent ? Vous me voyez très honorée de votre proposition… Je suis sûre que Cendregué vous portera chance, bien que visiblement, les Sept vous accompagnent ! »

Elle lui dédia un grand sourire enfantin, avant d’incliner légèrement la tête et les épaules lorsqu’il prit congé pour repartir sous la tente où se faisaient soigner les combattants. L’excitation était à son comble dans son cœur naïf, avant qu’elle ne songe tout à coup qu’elle ne suivait pas du tout sa résolution, qu’elle se laissait entrainer par la joie d’être présente… et qu’elle ne rattraperait certainement pas son manquement à ses devoirs religieux en prenant trop de plaisir. Il fallait encore un sacrifice pour prouver aux Sept qu’elle n’était pas une pécheresse, mais seulement une noble qui accomplissait son devoir. Mais que donner de plus, et à qui, pour faire montre d’humilité, pour montrer de manière éclatante aux yeux des dieux qu’elle était prête à tout pour leur plaire ?
Ses deux mains se desserrèrent autour du précieux débris de bois, pour le lâcher sur ses genoux, avec une vive pointe de regret. Son plus beau souvenir serait dans sa tête, désormais… Mais à qui le donner ?

Mûe par une inspiration, Ashlee Cendregué se souvint de la jeune fille de Lord Beurpuit au physique ingrat qui avait dansé avec Lord Edwyn ; sans doute serait-elle heureuse de posséder un précieux souvenir du tournoi – sans compter qu’étant de rang similaire, cela ne saurait passer pour de la flagornerie. Enfin, l’insouciante lady l’espérait. Ce n’était vraiment pas le but !
Avec vivacité, la jeune fille guetta une servante, puis, lorsqu’elle se fut approchée, lui confia le morceau de lance brisé dûment enveloppé dans un de ses mouchoirs :

- « Veuillez faire parvenir cela à Lady Maelyn Beurpuit, je vous prie. Dites-lui que les Cendregué lui offrent ce petit souvenir en espérant qu’il lui permettra de se rappeler avec autant d’enthousiasme que nous combien ce tournoi est réussi, et combien son souvenir en restera gravé dans notre mémoire. Dites-lui également que les Cendregué remercient son père de son invitation et que nous transmettons aux nouveaux mariés toutes nos félicitations. »


Ashlee but une gorgée d’eau, avant de regarder la servante s’éloigner. C’était comme cela devait être : une preuve secrète de sa dévotion aux Sept, par le sacrifice de ce qu’elle avait de plus cher à l’instant même. Mais comme c’était difficile !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 3 Juil 2012 - 13:40

     Ces mains levés en signe de reddition par lord Ambrose entraînèrent le sourire d'Edwyn qui, à son tour, usa de ses petites mains pour approuver et applaudir la décision de son vassal qui, très généreux, venait d'offrir à lady Maeve l'opportunité non seulement de voir l’œuf de dragon, mais aussi de le toucher. Un domestique, les bras chargés de nourriture et de boisson, circula entre les membres du public dans les gradins et Edwyn ne se priva pas pour faire quelques réserves sans oublier bien sûr de remercier la générosité de lord Ambrose et de lord Frey. C'est alors qu'un domestique intervint pour rapporter les paroles d'une certaine dame de la maison Florent qu'Edwyn ne connaissait pas, mais le petit garçon fut très intrigué et très inquiété par ce qu'il entendit. Du grabuge dans la cour du château pendant que les nobles festoyaient dans la grande salle ? Comme était-ce possible ? C'était là sans doute une rumeur calomnieuse, mais alors pourquoi lady Florent la colportait-elle ? Edwyn ne pouvait imaginer qu'une dame de la maison Florent, éminente vassale de Hautjardin, puisse mentir éhontément. Elle disait certainement la vérité donc, et le petit garçon fronça les sourcils. Qu'était-il arrivé dans la cour ? Sa curiosité, en éveil, le motivait à poser mille questions, mais il préféra se taire, car il eût été fort impoli d'importuner son vassal, lord Beurpuits, qui avait d'autres chats à fouetter. D'autant plus qu'il avait expliqué à haute voix pour quelles raisons il n'avait informé personne. Il se risqua malgré tout à l'exercice dangereux du compliment :

–      Je comprends maintenant pourquoi mon père vous estimait beaucoup, lord Ambrose. Votre mariage et ce tournoi sont une vraie réussite ! Je suis sûr qu'on en parlera encore dans plusieurs années !

     Edwyn avait un peu l'impression de se répéter, mais peu lui importait ! Il n'attendait qu'une chose à présent, la prochaine joute, car il voulait voir encore la course des chevaliers et entendre le fracas des lances sur les écus ! C'était là un spectacle bien assez formidable pour combler ses futurs rêves d'images féeriques. Il se souviendrait pour toujours de cet événement, et quand lui-même deviendrait chevalier, il n'aurait qu'un but : égaler au moins les brillants chevaliers vus ce jour, à Murs-Blancs, au tournoi donné par lord Ambrose ! Il en faisait le serment solennel devant les Sept, devant l'assistance, devant les lices, devant le monde entier  !

–      Un jour, moi aussi je serai chevalier. Un jour, moi aussi je jouterai pour l'honneur de ma famille. Un jour, je porterai haut nos couleurs ! Un jour, le Conflans sera fier de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 3 Juil 2012 - 17:49

Comme toujours, exclue, Noreen était trop jeune et trop gentille pour enrager, mais parfois tout de même, elle se disait que sa condition était presque aussi lourde à porter qu’une bâtardise. Car oui, malgré le fait qu’elle soit la suivante de Maeve ainsi que son amie, même si ce mot était bien grand au vue de leur différence de rang abyssale, elle était réduite à regarder le tournoi les pieds dans la boue et serrée comme une sardine avec les gens du commun. Elle avait, toute sa douce enfance aimé tout partager avec Duncan, son roturier de frère de lait, mais comment pourrait-elle bien trouver un parti honorable si elle partageait les réjouissances avec des paysans, paysans adorable au demeurant puisque le géant qui lui barrait la vue l’avait gentiment laissé passer devant et qu’elle se retrouvait donc collée contre la barrière. Enfin, après avoir gracieusement remercié l’homme et l’avoir gratifié d’un immense sourire, elle bouda quelques minutes en regardant sa maitresse restée, elle, en bonne compagnie, mais comme toujours, la candeur repris le dessus bien vite. Sans pour autant crier et s’agiter comme le faisaient les gamines à son côté, elle fut enchantée par le spectacle et ses yeux se mirent à briller bien plus fort qu’elle n’osait applaudir. Imaginez, des chevaliers, des joutes, et ce après la soirée extraordinaire qu’elle avait passé ! S’il était un peu vexant d’être reléguée avec les soubrettes, elle devait au moins reconnaître cela, être la suivante de la petite Arryn avait des avantages immenses, celui de pouvoir la suivre partout où elle était invitée était probablement le plus enrichissant de tous. A son retour, elle aurait vu les plus belles choses et les chevaliers les plus exceptionnels, peu de jeunes filles de son âge pouvait se targuer d’avoir vécu tant d’aventures !

Évidement, elle accueillit la chute brutale de Bennifer par une grimace et un soupir de désolation, elle repensa à ce qu’avait dit Matthiew la veille, il n’avait donc pas raison sur tout. Elle encouragea les combattants avec timidité jusqu’au tour de Jasper Arryn, là elle ne cacha pas sa joie de le voir jouter et vaincre. Tout en applaudissant à tout rompre, elle hurla :

« Aussi haut que l’honneur, Aussi haut que l’honneur ! Lord Jasper ! Lord Jasper ! »

Elle couina ensuite de terreur lorsqu’elle vit Lord Costayne s’écraser par terre, mais fut soulagée de le voir sortir en vie de la lice. Quoi qu’il en soit, tous ses rebondissements avaient agité la foule et elle était presque en train d’étouffer le long des barrières tant les gens se pressaient contre elle. Et se fut encore pire après que les premières phases furent terminées. Elle allait bientôt mourir étouffée ou bien passer les barrières et se retrouver sur la lice lorsqu’une jeune femme l’aborda pour lui dire qu’elle pouvait rejoindre les gradins. Elle resta bouche bée devant l’invitation, à vrai dire elle n’y croyait pas vraiment, elle dans les gradins ! Elle sourit mais ne sut quoi dire.

« Heu merci… Oui je… bien sûr… Enfin… Oui… »

Elle sourit au roturier qui l’avait si gentiment laissé passé devant et lui dit :

« Merci encore monsieur. Au revoir… »

Elle n’était pas si sûre de son choix, à vrai dire jusqu’ici elle s’amusait presque mieux ici, mes les mouvements de foule et l’agitation lui laissait de moins en moins de place et de souffle et vu sa petite taille, elle craignait de terminer sous les piétinements de la foule si cela continuait, aussi suivit-elle la domestique tant bien que mal, au plus près qu’elle put, s’excusant régulièrement car elle bousculait tout le monde et avait marché sur une bonne dizaine de pieds.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 3 Juil 2012 - 18:32

Pendant ce temps, Eva qui de toute façon ne voyait strictement rien se demandait s’il ne faudrait pas mieux partir avant que cela ne dégénère. Elle n’était pas là pour les joutes, pourquoi était-elle là d’ailleurs ? Parce qu’elle avait reçu une missive d’un Lord richissime rencontré par hasard quelques auparavant qui lui disait de la rejoindre ici pour affaire, résultat, elle n’avait fait aucune affaire et c’était faite démasquée. Comment, elle l’ignorait toujours, mais tous semblaient savoir qu’elle était une prostituée tout en prenant un malin plaisir à ignorer laquelle elle était, et évidement le fait qu’elle ait sauvé tout le monde la veille au soir ne faisait aucune différence. Qu’ils brulent dans les sept enfers, tous ! Et elle, hé bien elle était damnée depuis sa naissance, alors cela ne changeait rien, mais ça commençait à la faire rire de moins en moins. Elle déambulait donc sans but précis dans la foule en maudissant le salaud, l’enflure qui lui avait vendu ses chaussures qui lui faisaient un mal de chien.

Oh les tournois, c’était toujours amusant, mais encore fallait il pouvoir regarder et si possible sans se faire insulter, et surtout, si cela rapportait, mais là, dans la roture qu’est que ça allait lui rapporter à part tout un tas d’emmerdes très certainement, et de la boue sur sa robe. Et puis de toute façon maintenant qu’elle était propriétaire de l’Aubade de la Lysienne pourquoi irait elle vendre son propre corps à un tas de rustres ? Elle n’avait plus envie de faire ça, autant par amour propre que par sens des affaires, il était hors de question qu’elle se brade, et si elle n’était pas la bienvenue ici, il y avait fort à parier qu’elle ne pourrait pas mettre un doigt de pied dans les gradins… Et dire qu’à Cendregué, elle accompagnait le Lion Gris avec tous les honneurs dus à une courtisane Lysienne (MDJ cela signifie qu'elle était dans les gradins, cela dit j’ignore si cela est possible, mais j’aimerais bien savoir). Il y avait de quoi enrager !

Elle avait revêtu une belle robe de velours gris foncé, sans beaucoup de fioritures excepté un décolleté assez suggestif, volée à la seiche sur les Iles de fer. Un bien maigre butin étant donné ce qu’il lui avait fait subir, mais elle était plus adaptée au temps automnal du Conflans que ses robes dorniennes très légères et moins riches que certaines autres qu’elle ne pouvait décemment pas porter dans de telles conditions. Elle regardait du coté des gradins pour voir si elle y reconnaissait quelqu’un qui pourrait la faire monter sans prendre garde à ce qui se tramait autour d’elle.

MDJ, petit poste d'introduction. Est-que je reconnais quelqu'un (le garde de la veille par exemple) et que ce passe-t-il autour de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Mer 4 Juil 2012 - 11:03

Ma voisine, dont j'ignorai l'identité, semblait des plus enthousiastes en entendant les réponses que je lui fournissais. Alysanne se joignit à notre conversation après avoir chargé la jeune servante d'une commission. Les remarques de la jeune biefoise étaient pertinentes et jetaient un voile de mystère supplémentaire sur ser John. Une histoire cachée, voilà qui était plaisant à imaginer. Je souris à Alysanne en réponse à ses observations concernant le fait que j'avais attiré l'attention du chevalier. A force de mettre en exergue les dissonances du comportement de John avec son prétendu statut d'errant, j'avais envie d'en savoir d'avantage à son sujet. D'ailleurs la jeune riveraine en rajouta une couche sur la possibilité qu'il cherchait une épouse. Je ne savais si tout cela était véridique ou non, ou si mes deux interlocutrices se plaisaient à imaginer toute cette histoire.

- Toutes ces hypothèses sont plaisantes à envisager. Je ne doute pas que l'attrait d'un œuf de dragon ait amené certaines personnes à participer sous de fausses identités. Ce type de lot est bien trop rare pour qu'on passe à côté sans le regarder ou sans le convoiter. Quant aux histoires romanesques, c'est tout à fait possible. Ce mariage rassemble un certain nombre de maisons nobles. Que de choix pour un célibataire...

Je regardai ser John rejoindre les tentes dédiées aux combattants, me demandant s'il joutait de nouveau aujourd'hui.

- Il va falloir éclaircir tout cela, déclarai-je avec une sourire de connivence à l'attention des deux jeunes femmes. Trop de mystère entoure cet homme. Comme vous le soulignez lady Alysanne, peut-être aurais-je une chance d'obtenir quelques informations. J'irai le voir à la fin des joutes...

Cela me donnera une occasion de discuter un peu avec lui, je ne voulais pas le déranger en plein milieu de la rencontre, surtout s'il cachait quelque chose je ne voulais qu'il se sente acculé et quitte les lieux avec empressement. En voyant revenir la jeune servante envoyée par Alysanne, ej me demandai si je ne pouvais pas lui remettre un message à l'attention de ser John. Voilà pourquoi, une fois qu'elle en eut fini avec Alysanne, je l'interceptai avec qu'elle ne parte.

- Bonjour, serait-il possible que vous transmettiez un message à l'un des jouteurs ? C'est pour ser John, dites-lui qu'il combat avec beaucoup de brio et que j'apprécierai grandement de pouvoir le revoir après les joutes s'il est disponible.

Je ne savais si la jeune roturière pourrait le voir, mais je lui donnais tous les renseignements nécessaire concernant mon identité, ainsi John saurait que j'en étais l'expéditeur. Je ne savais s'il avait du temps avant sa prochaine joute, car il était possible dans cette optique d'aller le voir au campement. Mais là je ne savais ce qu'il en serait à moins qu'il ne me le dise via la servante. Je me tournai vers la jeune dame, j'avais l'intention de lui demander son nom car je ne remettais pas du tout son visage.

- Puis-je me permettre de vous demander votre nom ? demandai-je avec curiosité.

Il était toujours plus agréable de pouvoir nommer ses interlocuteurs. Une fois qu'elle m'aura donner son nom je lui donnerai le mien, à moins qu'elle ne me connaisse déjà.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 5 Juil 2012 - 9:51

Eleyna avait la curiosité dans le sang mais avait appris à ses dépends qu'il valait parfois mieux taire ses interrogations. Pourtant elle appliquait rarement cette leçon, préférant assouvir ses besoins quasi primaires. Ainsi elle demanda à Deirdre des précisions sur sa rencontre avec le chevalier errant, désireuse de voir comment il avait pu réagir au décolleté enchanteur de la roturière. Selon elle, il l'avait repoussée et elle avait honte de sa conduite. Eleyna ne releva pas immédiatement. Elle l'avait approché avec toute l'assurance d'une femme qui savait ce qu'elle faisait. Peut-être même était-elle une prostituée -ce qui ne l'aurait pas étonné mais ne la dérangeait pas le moins du monde. La nordienne n'était pas de ces nobles qui dédaignent tout ce qui se trouve à un rang "inférieur" et lèche les bottes des puissants. Elle-même n'appartenait qu'à la petite noblesse du Nord, maison mineure dans la toundra enneigée. Oh vous savez, il n'y a pas de... commença-t-elle lorsque quelqu'un la bouscula contre la barrière en bois. Coup de l'estomac, douleur passagère. Sans doute un mouvement de foule, sans grande importance. La jeune femme était bloquée par un poids plus important qu'elle ne pouvait en repousser et s'apprêtait à se retourner pour demander un peu d'air quand elle sentit une main sur sa cuisse. Elle se raidit, et un semblant de naïveté la poussait à penser qu'il s'agissait d'un accident malheureux. Hélas, lorsqu'elle sentit une chose dure pousser contre ses fesses, elle sut qu'elle avait des ennuis.

Eleyna avait beau être noble, elle n'était pas étrangère aux choses de la vie. Elle n'avait que très peu d'amies filles et fréquentait beaucoup de garçons. Jorah et surtout son jumeau perdu, se déshabillaient souvent devant elle et elle savait à quoi ressemblait un phallus. Elle savait aussi comment ils étaient censés s'en servir et elle fut soudain très satisfaite de ses chausses garçonnes, compliquant la tâche du malotru qui tentait malgré tout de passer ses mains sous sa taille, pour les faire glisser. Eleyna se débattait mais manquait de force dans cette position. Elle cherchait de l'aide du regard et allait crier quand soudain, il la lâcha.

La nordienne se retourna, dos contre la barrière, pour observer le rustre aux traits grossiers, vulgaire misérable ayant tenté d'abuser d'une jeune femme sans défense. Elle baissa les yeux sur la main de son amie, crispée sur ce qui faisait en théorie du cochon un homme. Elle serrait, et lui avait sa main crispée autour du poignet de Deirdre. Il la menaçait d'ailleurs. « Vous ne manquez pas de toupet! Tenter d'abuser d'une femme, menacer d'en violenter une autre! Cela se dit-il homme? C'est insulter tous ceux présents ici. » Eleyna n'était pas violente ni même rompue aux arts du combat. Elle savait se servir de petites lames car son jumeau le lui avait enseigné, mais elle ne les portait pas sur elle, du moins pas à portée. Elle n'avait que sa sacoche, ce qui l'empêchait d'aider la servante autrement qu'avec une répartie bien placée. Sa voix, habituée puisqu'elle chantait souvent, portait assez pour peut-être attirer l'attention de personnes bien intentionnées. Elle espérait simplement que les gens autours d'eux n'étaient pas dépourvu de...Compassion? « Lâchez la immédiatement! » Sans doute aurait-elle eu plus de poids si Pryam s'était trouvé avec elle, impressionnant rien que par son titre de chevalier, ce minable. Ou simplement un homme, quel qu'il soit. Hélas son pauvre Jorah était trop loin et trop mal en point.

MJ: Quelle est la réaction de l'homme aux propos d'Eleyna? Les gens autours d'eux décident-ils de réagir? Si oui, comment?
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Jeu 5 Juil 2012 - 17:24

Alysanne écouta en souriant Rivanon rebondir sur sa suggestion. Elle était curieuse de savoir ce qui se cachait sous les manières élégantes de Ser John, peut-être l'apprendrait-elle par l'entremise de sa charmante voisine. Elle se demanda un instant où était passé son propre cavalier de la veille, Ser Kyle le Chat. Ne devait-il pas participer aux joutes ? Il en savait peut-être lui-même un peu plus sur ce mystérieux Violoniste qui attirait l'attention de tout un chacun.

Elle en était là de ses réflexions quand la jolie servante revint lui faire part de la réponse de Lord Beurpuits. Elle hocha simplement la tête et la remercia, mais en son for elle commençait à comprendre pourquoi sa sœur ne tenait pas Lord Ambrose en haute estime, et pourquoi il avait lamentablement échoué dans ses fonctions à la Cour. Quand vous êtes capitaine et qu'une poignée de vos marins sabordent votre propre navire, vous ne promettez pas aux passagers de punir les coupables - vous les faîtes directement jeter par-dessus bord. Leur hôte n'aurait guère à s'étonner si son précieux œuf se faisait voler sous son nez...

Cela en tout cas n'expliquait toujours pas le fait qu'un homme ait été abattu dans la Cour par une flèche. Abattu par les gardes vraisemblablement, c'est ce qu'elle avait compris en recoupant les informations d'Asafa et celles de Kerigan. Un corps évacué en toute hâte. Comme si de rien n'était. Il n'avait pas été question de grabuge à ce moment, pourtant. Encore une fois, elle avait la désagréable sensation que quelque chose clochait, sans être en mesure de percer cette énigme. Elle lissa sa robe avec impatience et chercha un sujet de distraction pour détourner son esprit de ces questions açacantes. Peut-être pourrions-nous nous adonner à une activité un peu plus excitante que d'avoir l'air belle. Elle avait beau chercher toutefois, elle se voyait condamnée avec ses compagnes à rester là comme une de ces couronnes de fleurs décoratives disposées un peu partout en l'honneur des mariés.

« Ce chevalier n'a aucun style, une véritable enclume », lui glissa discrètement Hugo en suivant des yeux Ser Glendon que les garçons d'écurie entraînaient à l'écart des lices. « Il avait la partie facile, votre violoneux. » Etait-il jaloux du succès de Ser John ? Difficile à dire. Il avait son amour-propre, mais aussi un tempérament blasé à l'épreuve de toutes les avanies.

« Tant mieux pour lui »
commenta Alysanne en haussant les épaules, avant de murmurer à son oreille : « En ce qui me concerne, plus vite le gagnant aura défait tous ses adversaires, plus vite nous serons libres d'aller nous dérouiller les jambes. Je suis en train de prendre racine. » L'excitation générale glissait sur elle comme la pluie sur les écailles d'un dragon. Elle reporta son attention sur la jeune femme à qui Rivanon était en train de demander son nom, puis réfléchit tout haut aux paroles qui venaient d'être échangées.

« Ser John a peut-être quelque chose à cacher en effet, mais les histoires romanesques ont aussi bien souvent leur part d'ombre. Peut-être devriez-vous y aller accompagnée, Lady Rivanon. Par simple mesure de prudence... et pour éviter que cette rencontre ne soit mal interprétée. » Dans le Conflans comme dans le Bief, une jeune et belle lady pas encore promise au mariage s'exposait aux rumeurs en allant s'entretenir en tête-à-tête avec un séduisant chevalier... Le ton détaché d'Alysanne laissait entendre qu'elle se proposait d'accompagner la demoiselle sans toutefois s'imposer ; elle ne souhaitait en aucun cas la déranger si celle-ci aspirait à une entrevue plus intime.




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Ven 6 Juil 2012 - 3:30

Elle pouvait bien rire la petite Arryn. Elle pouvait bien s’amuser. Voilà que Lord Ryman lui aussi s’y mettait. Enfin ce n’était pas tous les jours que l’on voyait un œuf de Dragon. Même Maeve n’en avait jamais vu et elle avait une parente chez les Targaryen. Enfin, il paraitrait selon Maura. Juste à y penser, elle s’ennuyait de sa grande sœur. Cette pensée s’estompa en repensant à l’œuf que Lord Ambrose détenait. Elle finirait par savoir le fond de cette historie. Elle n’était pas curieuse pour rien. Elle fut encore plus heureuse sachant qu’elle pourrait y toucher. Elle espérait que Jasper ne lui en voudrait pas. Il lui faisait confiance en la laissant près de Lord Edwyn.

Je vous remercie Lord Beurpuits. Il me tarde de le voir désormais. La seule personne dont je sais qu’il en possède est mon oncle.


Un Targaryen quoi de plus normal. Elle aurait aimé en avoir un aussi. Peut-être que Jasper remporterait les joutes? Enfin elle n’était pas certaine de le voir éclore un jour, mais elle préférait plus voir le dragon dans l’œuf que le dragon hors de l’œuf. Surtout si ces créatures étaient telles que celle dont lui avait parlé le mestre de la maison Arryn. Maeve avait reposé son regard sur le terrain. Elle espérait y revoir son frère pour une autre joute et encore une autre. Elle espérait seulement que le petit Lord ne raconterait pas à son frère comment elle s'était fermé les yeux lorsqu’il fut le temps pour ce cher Jasper de jouter. Parmi les participants, elle reconnut même Pryam, un chevalier errant qu’elle avait rencontré dans le Val. Elle avait porté attention aux joutes du jeune chevalier, qu’elle avait trouvé fort sympathique lors d’un voyage qu’elle avait fait avec ses propres chevaliers chargés de sa sécurité.

Elle se demandait si la domestique avait réussi à retrouver sa suivante qui devait être avec les autres personnes du peuple. Malheureusement, elle avait été trop pressée et l’Avait oublié. Elle espérait qu’une fois arrivée, elle oublierait cela pour pardonner à sa jeune maitresse qui n’avait vu que le désir de ses premières joutes. Elle n’était pas malheureuse du spectacle, même si parfois, elle trouvait cela brutale, mais les propos de son petit lord préféré l’amusèrent. Dans toute l’innocence qui lui était permise, elle lança comme ca.

Tu seras toujours mon chevalier préféré et le seul.


Rien ne pourrait changer pour Maeve qui adorait trop ce petit garçon.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 8 Juil 2012 - 14:23

Asafa se montra assez flou sur ses projets. Apparemment, il n'en avait pas. Edarra ne comptait pas l'avoir constamment avec elle. Non pas qu'elle ne l'aimait pas, mais il aurait certainement mieux à faire autre part comme avoir une femme et des enfants. Et puis elle espérait aussi qu'il rentre très vite dans le droit chemin, qu'il comprenne son rôle et ses obligations et que bientôt, il lui donne un coup de main à Ferboys. C'était fort possible qu'on lui découvre un talent caché qui se révélerait pratique pour la suite. Mais pour le moment le joyeux drille semblait plus intéressé par le tournoi, la nourriture et la fête. Edarra n'allait pas l'accabler avec toute cette politique pour le moment. Tant que c'était calme... Elle espérait par contre qu'il ai autant de réactivité en période compliquée que pour dégainer son verre de vin. Il suggéra même l'idée d'initier Medger aux voyages. « Hum, je ne sais pas si ce sera à son goût. Il n'aime pas se battre et je crois que partir sur des chemins dangereux ne lui plaît guère. » Ensuite, le seigneur des lieux s'enquit de savoir leur sentiment sur le temps des lieux. Ce à quoi Asafa se dépêcha de répondre que la chaleur avait beau être élevée, les récoltes se montraient plus abondantes dans leurs terres où le soleil ne tuait pas la moindre pousse avant même qu'elle n'ai le temps de produire le moindre fruit. En effet, il n'y avait rien de plus compliqué que d'essayer de faire des récoltes à Dorne. En même temps, le Prince avait commencé à construire des jardins dans le désert, la jeune femme ne savait pas vraiment comment il allait s'y prendre à long terme.

Elle termina son verre de vin. Elle n'était pas une fan inconditionnelle de joutes. Elle préférait de loin les combats à l'épée ou les mêlées qu'elle trouvait plus que passionnantes. Pour elle, c'était là qu'on voyait ce que valait un vrai chevalier. Se heurter avec une lance de ce poids était compliqué et délicat mais en tant que spectatrice, elle n'en retirait qu'un intérêt limité. « Dis moi Asafa, quelle est ton activité préférée ? Les joutes, les festins, les danses, les voyages... Si tu ne devais en choisir qu'une ? Je crois avoir déjà une petite idée mais bon... » Après tout, ils pouvaient se laisser aller aux confidences, la plus part des gens semblait absorbée par les joutes et les combattants.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Lun 9 Juil 2012 - 10:09

Asafa sourit à a sa cousine. Il semblait trouver amusante sa question, comme si la réponse était d'une telle évidence qu'il pensait qu'il s'agissait d'une boutade de la part de sa cousine. Prenant une nouvelle coupe de vin, il prit une gorgée, mimant de réfléchir profondément à la question d'Edarra.

- Alors... qu'est ce que je préfère dans la vie ? La joute ?

Il fit une moue dégoutée, comme si cela lui soulevait le cœur.

- Très peu pour moi ! Je trouve cela distrayant, mais il s'agit d'un loisir trop éloigné de mes goûts pour que cela soit une activité que je pratiquerais ou à laquelle j'assisterais régulièrement. Les festins ?

Cette fois, son expression se fit plus jovial, comme si l'idée même l'enchantait bien volontiers.

- J'apprécie particulièrement cela, en effet ! Il s'agit de choses fort distrayantes, où la bonne humeur est souvent de mise et où l'on peut apprécier sans modération de bons vins et de délicieux mets ! Je dois confesser que les festins sont des moments que j'aime tout particulièrement, en effet ! Les danses ?

Il se mit à réfléchir, pesant le pour et le contre de cette idée, évaluant dans quelle mesure cela lui offrait un certains plaisir.

- Il s'agit bien là d'une activité que je sais apprécier, oui, bien que mon aisance ne soit pas totale en la matière. C'est toujours une occasion pour de belles rencontres, et il est vrai que de virevolter sur la musique en compagnie de jolies femmes est chose qui me tient à cœur. D'ailleurs, il faudra que nous dansions, un jour, que je découvres ton aisance en la matière !

Il se mit à sourire à sa cousine, un sourire franc, réellement amical. Entre temps, son regard s'était une nouvelle fois posée sur la jeune femme avec qui il avait partagé une danse la veille, Alysanne Florent. Tout en prenant une nouvelle gorgée de vin, il répondit à sa cousine.

- Les voyages... C'est surement ce que je préfère... Tout simplement parce qu'ils réunissent tout cela en une magnifique opportunité. Parler, découvrir de nouvelles personnes, comparer chacune des villes visitées, tout cela n'a pas de prix. Toutefois, si je ne devais garder qu'une seule activité, la plus chère à mon cœur, cela serait...

Il se pencha, pour susurrer à l'oreille de sa cousine.

- L'amour des belles femmes. Je crois que je ne pourrais jamais m'en passer, à mon grand dam, et certainement à celui de toute notre famille.

Il se redressa dans un sourire, alors que ses yeux malicieux observaient sa cousine.

- Mais je travaille savoir mieux dissocier amour et finance, sous ta tutelle, chère cousine ! D'ailleurs, en parlant de cela, souhaites tu te joindre à moi ? J'ai cru comprendre qu'une jeune femme souhaitait te rencontrer.

Il se retourna alors vers le maître des lieux et, dans un sourire, lui glissa poliment.

- Veuillez m'excuser, je reviens sous peu.

Le Dornien salé se redressa, posant une main sur l'épaule de sa cousine pour l'inviter à se joindre à lui alors qu'il se dirigeait vers Alysanne et Rivanon. Dans un sourire, il s'adressa à deux chevaliers, discutant près des deux belles jeunes femmes, tout en se penchant pour éviter de parler trop fort.

- Mes Ser, je m'excuse de vous importuner, mais je crois que Lord Ambrose souhaites vous glisser quelques mots dans l'intimité... Si vous pouviez vous rendre à ses côtés...

Il attendit que les deux chevaliers, l'air surpris, libèrent leur siège pour s'installer aux côtés d'Alysanne et de Rivanon, un large sourire barrant son visage illuminé par ses yeux noirs et rieurs. Avec la mine d'un garçon venant de fièrement faire une bêtise, il s'installa et salua avec entrain les deux belles jeunes femmes.

- Mes dames, je vous prie d'excuser ma malice. Mon cœur saignait de vous voir en autre compagnie que la mienne, j'espère que vous saurez me pardonner mon audace et l'odieux stratagème visant à partager votre douce compagnie...

Il conclue en s'inclinant, sans toutefois se départir de cet air jovial et sincère qui le caractérisait tant.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 9 Juil 2012 - 15:24

     Lady Ashlee avait été charmée par l'attention de ser John qui visiblement pouvait se targuer de savoir aussi bien se servir de sa langue que de sa lance, nul doute que les demoiselles ici présentes ne l'oublieraient pas de si tôt ! Il avait donc adressé un salut à la jeune femme avait d'aller porter assistance à son adversaire et la demoiselle avait démontré qu'elle était altruiste en faisant approcher une servante pour lui demander d'offrir le morceau de lance brisée à la fille de lord Beurpuits dont le physique ingrat montrait que les Sept n'étaient pas égaux dans leurs attentions. La domestique acquiesça du chef avant de disparaître avec le précieux cadeau qu'elle apporta à la jeune dame qui se trouvait assise non loin de son père. La surprise se peignit sur son visage et elle arbora un air joyeux qui s'accentua lorsqu'elle apprit à qui appartenait la fameuse lancée brisée. La domestique avait répété les paroles de lady Ashlee et la Beurpuits s'empressa d'y répondre. « Faites savoir à lady Ashlee que son attention me touche sincèrement ! Dites-lui que je viendrai la voir au repas de ce soir pour l'en remercier en personne. » Elle avait aussi en projet de lui offrir un petit quelque chose en retour, mais encore fallait-elle qu'elle trouve un cadeau à la hauteur de celui qu'elle venait de recevoir ! La servante, habituée à faire la messagère, s'éloigna de la demoiselle pour regagner sa place initiale, c'est-à-dire aux côtés de lady Ashlee à qui elle fit savoir la nouvelle. « Lady Maelyn vous remercie sincèrement ma dame, elle vous fait savoir qu'elle viendra vous voir personnellement au repas de ce soir afin de vous remercier plus amplement. » Après quoi, la roturière se renseigna afin de savoir si la jeune dame avait envie de boire ou de manger quelque chose. Il ne serait pas dit que les Beurpuits ne savaient pas recevoir leurs invités !

     Les paroles du jeune Edwyn Tully dessinèrent un sourire ravi sur les lèvres de lord Ambrose. Il était indéniablement charmé par les compliments que lui adressait son suzerain et même s'il était encore très jeune, le seigneur de Vivesaigues s'en tirait à merveille ! Un sourire apparut aussi sur les lèvres de la mariée qui semblait grandement amusée par la perspective que son mariage reste dans les mémoires. Lord Ambrose s'empressa de répondre aux compliments de la jeune Truite. « J'espère que ce mariage restera dans les mémoires en effet, la preuve que le Conflans n'est pas si démuni que cela et que nous sommes dignes de notre réputation ! » Il faisait référence au fait que le Conflans était réputé pour être une région de fêtes, de foires et autres manifestations de joie et d'opulence en matière de nourriture. Il était certain que malgré la sècheresse et les attaques des Fer-nés, la nourriture en abondance poussait à croire que les Beurpuits étaient particulièrement bien lotis à ce niveau et qu'ils étaient d'excellents alliés. Après une brève pause, il enchaîna en réponse aux dernières paroles de lord Edwyn. « Lord Edwyn, croyez-moi le Conflans a déjà de quoi être fier de son suzerain ! Je suis persuadé que votre père repose en paix auprès des Sept en sachant qu'il laisse derrière lui un fils aussi digne de son titre que vous. » Il avait l'air sincère et au demeurant, rien ne poussait à croire qu'il ne l'était pas. Le comportement du jeune garçon était digne en effet et il faisait honneur à la devise de sa maison. Aux côtés de son père, lady Maelyn approuva vivement, elle semblait partager cet avis !

     À côté de cela, lady Noreen avait été interpellée par la servante venue parler à Maeve et elle la suivait désormais. Habituée à marcher au milieu d'une foule dense, la servante conduisit la fille de chevalier fieffé en sécurité auprès de sa dame. Elle se débrouilla même pour lui tirer une chaise et la placer aux côtés de lady Maeve et non loin de lady Ashlee qui se réjouissait encore de l'attention que lui avait porté ser John. Son arrivée n'éveilla pas l'intérêt du marié qui resta concentré sur les joutes qui n'allaient pas tarder à reprendre et la Valoise eu donc le plaisir d'avoir une vue parfaite sur les affrontements à venir. À peine fut-elle installée qu'un domestique s'approche d'elle pour lui proposer de quoi boire ou quelque chose pour se remplir l'estomac. La proximité qu'elle avait avec la demoiselle de la maison Arryn lui ouvrait visiblement plus de portes que si elle était venue ici en son nom !

     Alors qu'Eva se promenait au milieu de la foule sans attirer particulièrement l'attention puisque tout le monde - ou presque - semblait intéressé par les joutes, elle cherchait du regard quelqu'un qui pourrait la tirer de la populace. Malheureusement pour elle, la prostituée semblait oublier qu'elle n'appartenait qu'à la roture et que si certains nobles acceptaient de la côtoyer, c'était uniquement lorsqu'elle était sur le dos et les cuisses écartées. Ainsi donc, son manège n'attira l'attention d'aucun noble, d'aucun homme plutôt, car lady Maelyn qui se réjouissait du cadeau offert par lady Ashlee se laissa aller à admirer la foule ainsi réunie. Son regard fut aussitôt attiré par cette roturière qui regardait les gradins avec insistance et cela lui sembla particulièrement étrange sachant que toutes les autres personnes étaient occupées à admirer les joutes. Elle interpella donc un garde et lui demanda d'aller vérifier que cette femme louche n'était pas un danger potentiel et qu'elle ne cherchait pas à soutirer quelques bourses ou quelques vies. Le garde hocha la tête et descendit rapidement des gradins pour s'approcher de la catin et l'admonester avec vigueur sans qu'elle ne puisse comprendre ce qui lui arrivait. « Hey toi ! Qu'est-ce qu'tu cherches ? T'es une voleuse c'est ça ? Le spectacle c'est la joute, pas les nobliaux ! S'tu veux voler du fric, laisse-moi t'dire que t'es au mauvais endroit ! » Histoire de confirmer ce qu'il venait de dire, l'homme lui attrapa le poignet sans douceur et la tira un peu à l'écart de la foule pour éviter qu'elle ne s'en prenne à quelqu'un d'autre si elle se voyait ainsi démasquée. Que l'on ne vienne pas dire que les gardes ne veillaient pas à la sécurité de chacun ! [ En réponse à ta question, non une catin n'aura aucune place dans des gradins, ce serait même vu comme une insulte qu'un noble amène une prostituée avec lui assister à un tournoi ! Wink ]

     La jeune dame aux côtés de lady Rivanon sembla s'enthousiasmer à l'idée de voir sa voisine aller rendre visite à sert John. Elle ne dissimula d'ailleurs pas son entrain en gloussant d'amusement, elle avait presque l'air d'une enfant qui apprenait en quoi consistait la cérémonie du coucher. Comme la demoiselle de Salvemer fit savoir à la servante qu'elle apprécierait de voir ser John plus tard, celle-ci déclara à la noble qu'elle allait lui transmettre la requête et qu'elle viendrait lui donner la réponse dès qu'elle serait en sa possession. Nul doute que ser John accepterait sans hésiter vu qu'il avait sembla particulièrement intéressé par la jeune Riveraine plus tôt dans la soirée d'hier. Ce fut à ce moment que la jeune dame se renseigna sur l'identité de sa voisine si curieuse et celle-ci colla sa main devant sa bouche en signe de gêne. « Par les Sept, j'ai oublié de me présenter, quelle sotte ! Je m'appelle Etaine Hawick, je suis une cousine éloignée de la branche principale de cette maison, mais puisqu'ils n'étaient pas en mesure de venir assister au mariage, j'ai sauté sur l'occasion. » Elle esquissa un sourire avant de regarder ses interlocutrices. « Il me semble vous avoir déjà aperçues, mais je n'arrive plus à situer vos prénoms vous m'en voyez navrée. » La question sous-entendue était adressée aux deux demoiselles et lorsque lady Alysanne fit part de ses inquiétudes concernant la sécurité de son homologue, lady Etaine sembla en accord avec ce qui venait d'être dit. « Vous avez parfaitement raison. Les Sept seuls savent ce qu'un homme tel que lui pourrait s'imaginer ! L'une de nous devrait vous accompagner je pense... » Visiblement même si l'idée l'intéressait, il y avait une certaine part de crainte qui prouvait qu'entre se faire charmer par un beau chevalier et aller l'aborder, il y avait un énorme gouffre. La jeune dame ne serait certainement pas très utile à lady Rivanon si elle l'accompagnait, c'était un fait !

     Du côté des roturiers, Eleyna et sa comparse bâtarde n'étaient pas en reste. L'attention qu'avait éveillé la Nordienne n'était pas vraiment à son goût et le malotru qui avait espéré passer du bon temps avec elle était forcé de constater qu'il s'était trompé en s'imaginant pouvoir s'amuser avec une demoiselle sans défense. Il ouvrit les yeux sous le coup de la surprise lorsque la ménestrel lui fit savoir qu'elle trouvait ce comportement honteux, ce qui l'inquiétait surtout, c'était de voir qu'elle parlait d'une voix forte et que tout le monde pouvait l'entendre. Tout le monde, y compris les gardes ! Ainsi donc, lorsque quelques roturiers aux côtés des deux demoiselles entendirent le discours tenu par la Nordienne, ils dévisagèrent le grossier personnage avant qu'une femme n'approche pour l'admonester. « Malotru ! Comment osez-vous en ce jour de fête ! » Ses cris rameutèrent rapidement d'autres spectateurs qui profitaient de la pause des joutes pour se divertir autrement. Les gardes furent rapidement interpellés et l'un d'entre eux approcha des deux demoiselles avec un air visiblement las, collé au visage. Posant ses yeux sur Eleyna et Deirdre, il s'adressa donc à elles. « Et bien ! Qu'est-c'qu'c'est ce remue-ménage ? ! Vous n'pouvez pas vous amuser sans crier ? » Il ne restait qu'aux deux jeunes femmes de décider si elles allaient ou non dénoncer le comportement plus qu'inapproprié du séducteur raté.

     Pendant ce temps, le Dornien plaisantin avait vu là l'occasion de pouvoir à nouveau approcher des belles demoiselles qui assistaient au tournoi. Les deux chevaliers interpellés par Asafa libérèrent donc la place pour se rendre aux côtés de lors Ambrose qui les regarda sans comprendre ce que ces deux hommes lui voulaient, laissant le temps aux Dorniens de prendre leurs places. Il fit lui aussi preuve d'une flatterie qui ne laisserait certainement pas les demoiselles insensibles, en tous les cas la jeune lady Etaine le dévisagea quelques instants avant d'interroger ses deux homologues du regard comme pour leur demander si elles le connaissaient. À quelques mètres de là, l'on pouvait entendre lord Ambrose demander aux deux chevaliers qui pouvait bien leur avoir raconté qu'il souhaitait les voir en pareil instant, mais ils n'eurent guère le temps d'y répondre, car déjà la joute suivante était annoncée.

     Ser Buford entra en lice, il avait l'expérience de l'âge, mais très certainement aussi une récupération plus lente, ce qui expliqua que son adversaire, moins expérimenté, mais plus jeune que lui, parvint à lui tenir tête. Ser Pryam du Val fut donc déclaré vainqueur après avoir réussi à désarçonner le Vieux Bœuf qui retomba sans se faire très mal, puis les deux participants quittèrent la scène pour laisser place à la prochaine joute.

------------------------------------

    Je rappelle quelques points :

  • Une joute a été lancée, mais la suivante se prépare seulement donc vous stopperez vos messages à ce niveau et la suite vous sera donnée lors de la prochaine relance !
  • Certains d'entre vous ont reçu des blessures au cours de la soirée de la veille, n'oubliez pas d'en tenir compte. Lady Coeurdepierre n'oublie jamais rien.
  • Rappelez vous que la lecture des règles est obligatoire.
  • Les interactions avec les PNJ seront nombreuses, merci de laisser au MJ le soin de les mener à bien !
  • Il fait beau, l'air est un peu frais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 10 Juil 2012 - 9:24

Le plan d'Eleyna fonctionna à merveille, lui prouvant que non, les foules n'étaient pas indifférentes au malheur de certains. Alors que son discours commençait à porter dans les rangs, une femme intervint et insulta l'homme en le giflant. Il lui semblait distinguer un éclat dans son regard qu'elle ne parvenait pas à déchiffrer, mais la haine ne devait pas être étrangère à cela. Haine, née de l'humiliation que lui offrait la nordienne sans pitié. Et de la pitié, elle n'en avait pas...Ce n'était pas tant sa tentative d'abus qui la déchaînait que la douleur qu'il avait infligé à Deirdre. Elle ignorait si son poignet était cassé, foulé, ou si elle n'aurait qu'un bleu, peu lui importait. Elle détestait ce genre d'homme, qui se pensaient tout permis et lui rappelait avec trop de netteté un frère laissé derrière elle, dans une autre vie, un grand dadet détestable sans aucun égard pour quiconque hormis lui-même. Mauvais souvenirs.
La femme qui était intervenue continuait à l'insulter et à attirer l'attention. Il n'était pas exagéré de dire qu'une espèce de cercle -quoi que fort étroit- s'était formé autour d'eux alors que les gardes se frayaient un chemin pour les atteindre. Des regards curieux, dégoûtés aussi, outrés chez les quelques femmes présentes. Eleyna ne s'était pas montrée violente, elle avait agit d'une façon bien pire et sans doute plus humiliante pour une homme.
L'un des gardes arriva enfin jusqu'à Deirdre et Eleyna, demandant ce qui causait tout ce remue-ménage. Il ne semblait pas être très motivé par l'envie de le découvrir, mais la nordienne le lui expliqua tout de même, en espérant pouvoir se débarrasser de l'importun avant le début des prochaines joutes.
« C'est fort simple. Ce monsieur que vous voyez se montrait quelque peu collant avec moi et mon amie lui a aimablement demandé de nous laisser un peu d'air. C'est alors qu'il lui a attrapé le poignet et le lui a tordu, menaçant de le lui briser, se montrant insultant, comme si cela ne suffisait pas. Il représente un danger pour toutes les honnêtes femmes présentes ici... » Une chance pour l'homme, Eleyna n'avait pas été explicite quand à ce qui signifiait "quelque peu collant" et les gardes pourraient tirer la conclusion qu'ils désiraient. La tenue d'Eleyna jouait peut-être en sa faveur, pas racoleuse pour deux sous. « Et déshonore le mariage de lord Ambrose par son comportement. Emmenez le loin...S'il vous plait. » rajouta-t-elle à la hâte. Elle avait failli l'ordonner, mais n'était rien ni personne ici et même à Atre-Lès-Confins elle ne donnait que très peu d'ordres aux gardes, n'ayant jamais rencontré de problèmes tels que ceux-ci. Hélas parfois le sang noble est tenace, même parmi la petite noblesse du Nord.

MJ: Que se passe-t-il? Les gardes emmènent-ils l'homme? Quelle est la réaction des gens autour d'eux?
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Mar 10 Juil 2012 - 13:12

Lord Ambrose, sous les assauts répétés et conjugués de Lady Maeve, Lord Edwyn et Lord Ryman, eut tôt fait de lever les mains en signe de reddition. Peut-être aurait-il refusé s’il avait eu face à lui d’autres personnes, mais se trouver confronté à son suzerain et sa jeune et amie et son nouveau beau-frère n’était pas une sinécure. De toute manière, Lord Beurpuits n’était pas homme à montrer de la mauvaise volonté, n’est-ce pas ? Finalement, il annonça qu’il montrerait l’œuf après le dîner. Et il se devrait de tenir sa parole. Ensuite, une domestique se glissa près de lui alors que la commande de Ryman était servie. Des plateaux furent apportés parmi les convives, afin que chacun puisse boire et manger un peu.

Le maître des lieux réagit ensuite à un message visiblement envoyé par Lady Alysanne. Il y avait eu de l’agitation, et il ne tolérerait pas qu’on puisse gâcher la fête. La réponse orale fut donc portée par la domestique, qui repartit vers celle qui l’avait mandée. Le cours normal des événements reprit donc. Edwyn n’avait pas manqué de remercier son hôte, ainsi que Ryman, bien que ce dernier n’avait pas appuyé la requête sans intérêt. Mais ça n’était pas quelque chose qu’il allait dire. Le jeune suzerain refit quelques compliments, dont il n’était décidément pas avare. Peut-être en faisait-il un peu trop d’ailleurs, mais à son jeune âge, on pouvait le lui pardonner. Quant à Lady Maeve, elle était plus mesurée, ce qui était probablement mieux. D’ailleurs, elle glissa une information intéressante : son oncle possédait lui aussi un œuf de dragon.

Ryman reporta son attention sur les joutes, ignorant la proximité des Dorniens, qui s’étaient fait remarquer la veille. En tant qu’hôte, il aurait probablement été plus ouvert, mais Lord Ambrose remplissait bien son rôle. La fille de ce dernier reçut d’ailleurs un présent de la part de Lady Ashlee, la jeune femme avec qui Lord Frey avait dansé la veille. En plus d’être aimable, douce et agréable, la fille Cendregué savait aussi prendre des initiatives toutes à son honneur. La pauvre Maelyn savait au moins attirer un peu l’attention. Ryman réagit ensuite aux propos sur le Conflans tenus par son beau-frère.

« Le Conflans est loin d’être démuni en effet, et la présence de tant d’ambassadeurs d’autres régions de Westeros ne pourra qu’être bénéfiques lorsqu’ils s’en retourneront chez eux. Vous vous êtes dépassé pour rendre l’événement inoubliable. » Il rebondit ensuite sur les propos adressés à Lord Edwyn. « Et dans ce cadre, vous vous montrez digne de votre rang, Lord Edwyn. »

Il prit sur un plateau un verre empli d’eau fraîche et le leva à l’attention de son suzerain. La première gorgée fut presque salvatrice, après tout ce temps passé à converser et assister au spectacle. D’un signe, il fit venir à lui un jeune page. Ce dernier s’approcha, un peu craintif, mais c’est un avec sourire que Ryman lui parla. Il avait retenu son expérience de la veille, mieux valait éviter d’effrayer les garçons qui travaillaient ici.

« Demande donc à ces dames si elles passent un moment agréable, Lady Ashlee, Lady Mallister, et Lady Florent, et si elles ne manquent de rien. »

S’il en avait le temps, peut-être irait-il lui-même les voir. Elles n’étaient pas assises bien loin, mais un peu trop pour qu’il puisse se faire entendre d’elles.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 10 Juil 2012 - 13:46

Dans les ébats entre Deirdre et l'homme entreprenant, elle avait finit par lâcher prise. Elle avait même reculer de quelques pas. La façon dont il lui avait prit la main, lui avait fait mal, et dans la surprise et la poigne de fer du roturier, elle ne pouvait que voir la défaite en face. Elle lui jeta un regard bien plus que noir. C'était simple, soit ils trouvaient un terrain d'entente : ce qui voulait donc dire, qu'il la lâche, s'en aille et les laisse tranquille, sinon ... Elle risquait de provoquer un violent remue méninge. Devons nous rappeler mainte et mainte fois, qu'elle avait l'habitude de se chamailler et de se battre avec des hommes faisant deux fois sa taille, et trois fois son poids ? Quoi qu'il y avait une grande différence entre cet homme et ceux qu'elle ne se laissait d'embêter : ses deux géants se retenaient, lui ne le ferait pas.

Elle tentait de trouver une position plus confortable à son poignet, mais le poing fermé malgré tout, le tournant lentement, elle ne se faisait que plus mal. Son autre main, discrète, remontait lentement un pan de sa robe, prête à attaquer.

C'est alors que lentement, le tissus glissa de nouveau le long de sa jambe. Eleyna venait de parler haut et fortement à ce rustre personnage, lui faisant comprendre à quel point son attitude était honteuse. Elle allait attirer des témoins. C'était sûrement l'idée. La batarde tourna la tête tout autour, pour voir si elles avaient un public. Oui, rapidement, les yeux convergèrent sur elle, puis même des corps qui se tournèrent pour créer un petit cercle.

Deirdre poussa un léger soupir, l'homme humilié et agacé qui avait resserré l'étreinte sur son poignet un instant. Une femme se mit à son tour à insulter le personnage sans aucune tenue. Elle finit par se débattre légèrement, voulant récupérer son bras, se mettant à geindre comme une petite fille.

- Mais laissez moi partir, vous m'faites mal !

Puis alors, l'ombre imposante des gardes s'installa autour du petit groupe et jusqu'aux deux femmes. Deirdre les yeux faussement humides, fustigeait les gardes, puis l'homme. Eleyna leur expliqua ce qui se passait, mais les gardes avaient l'air si agacé qu'on les dérange pour faire leur travail. Elle répliqua presque aussitôt après Eleyna. L'homme l'avait enfin lâché, lorsque les gardes s'étaient présenter à eux. Elle se frottait le poignet, énervée. Oh ? Pour si peu. Il fallait jouer le jeu.

- Collant ? C'qu'il mettait s'mains là où fallait pas ! J'demande à c'qu'il lâche, mais me fait mal ! Les cochons se comportent mieux ! Il prend les gens pour des catins des prés !

Elle fixait l'inconnu d'un regard si mauvais et fier d'elle. Elle espérait que les gardes allaient faire quelque chose. Elle ne supporterait pas qu'un homme tel que lui, puisse gagner à ce genre d'altercation. Autant, elle pouvait jouer de ses charmes, mais quand on jouait avec les charmes d'une dame qui n'avait rien fait, ni même rien demander, cela l'horripilait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 11 Juil 2012 - 18:19

–      Pour le Trident !

     Edwyn avait proclamé ces paroles comme d'autres chantent, comme d'autres s'écrient. Il s'agissait d'un mugissement guttural, d'un jaillissement venu du cœur comme l'eau de la rivière s'ébranle à sa source, perçant la roche de la montagne pour se répandre à grands flots sur la terre. D'autant plus que le compliment de lord Ambrose rassurait Edwyn qui, touché dans sa virginale intimité d'enfant, s'identifiait corps et âme à la terre de son fief tutélaire. Ils étaient nombreux, les loups hivernaux, à croire le Conflans vulnérable et prêt pour la funeste moisson ! Ils étaient nombreux à souhaiter profiter de la faiblesse du jeune suzerain, dont l'âge le présentait comme une proie facile, influençable, et docile. Lord Ambrose donna l'impression d'entendre ses pensées quand il le félicita, cette fois, directement, en évoquant le souvenir de feu son père, lord Medgar. Des larmes de joie auraient pu déborder de ses yeux s'il n'avait été tout entier dévoré par l'euphorie du tournoi et de l'événement. Et lord Ryman d'en rajouter ; mais était-il vraiment digne de son rang ? Il n'avait pas l'impression de déployer un surcroît d'effort particulier, il n'avait pas non plus l'impression d'être différent de ce qu'il était d'ordinaire... il était simplement et sobrement lui-même, sans rien ajouter, sans rien dissimuler de sa personnalité spontanée et directe... Alors forcément, cela le flattait d'être considéré, malgré son jeune âge et son inexpérience, comme un seigneur « digne de son rang ». Et à bien y regarder, il y avait de quoi être fier ! N'avait-il fait du seigneur suzerain du Val d'Arryn son ami ? N'était-il pas l'ami de sa jeune sœur et peut-être bientôt son fiancé ? N'avait-il pas, à Hautjardin, fait bonne impression à la famille Tyrell ? Ne s'était-il donc pas assuré de l'amitié de ces deux voisins de l'Est et du Sud ? Il y avait de quoi s'estimer justement, et son père en effet aurait loué ce fils qui réussissait en dépit de tous les obstacles qui se présentaient à lui.

–      Bravo ! Bravo ! Ces chevaliers du Val sont vraiment en veine aujourd'hui, vous ne trouvez pas ? Cela me donne mal au cœur pour les nôtres du Conflans...

     Le petit garçon s'était levé sans attendre pour applaudir la prestation de ce Pryam du Val qui n'était peut-être qu'un chevalier errant mais qui avait envoyé se rhabiller le Vieux Bœuf dont malgré tout Edwyn saluait la prestation. Quelle joute emportée facilement ! C'était à croire que les Sept veillaient sur les chevaliers natifs du Val en ce jour, et à ce titre il tardait au jeune enfant de voir entrer en lice, à nouveau, le seigneur venu des Eyrié.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 13 Juil 2012 - 22:44

En arrivant dans les gradins, Noreen salua tout le monde bien bas, Dame Ashlee, avec laquelle elle avait échangé quelques mots la veille lors du coucher.

« Lady Ashlee, je suis heureuse de vous revoir en bonne forme. »

Mais aussi leurs aimables hôtes Lord Frey et Lord Ambrose ainsi que son épouse.

« Lord Ryman, Lord Ambrose, Ma Dame, je ne saurais vous dire combien je suis honorée d’être parmi vos hôtes pour cette splendide fête et ce tournoi digne des plus grands chevaliers. »

Et aussi les Ladies Alysanne Florent et Rivanon Mallister qu’elle trouvait d’une rare beauté toutes deux et dont elle avait appris les noms grâce à son ami Matthew.

« Lady Alysanne, Lady Rivannon, je me présente, Lady Noreen de la maison Ruthermont, vous êtes toutes deux très en beautés aujourd’hui, mais vous l’étiez tout autant hier. »

Et se retrouva bête face à un jeune homme brun dont elle ignorait autant le nom que le rang. Dans le doute, elle s’inclina, de toute façon il y avait toutes les chances que le sien soit insignifiant par rapport à ceux de toutes les autres personnes ici présentes, après un moment d’hésitation, elle dit avec un sourire timide :

« Bonjour Ser… Messer… Je n’ai pas l’honneur de vous connaître. Je m’appelle Noreen, de la maison Ruthermont. »

Bientôt elle s’assit aux côtés de Maeve et fut servie, elle se contenta d’un verre d’eau et d’un fruit, n’ayant pas vraiment faim et surtout pas envie de se sentir mal à force de trop boire comme la veille. Elle remercia sa maitresse de l’avoir fait venir et salua enfin Edwyn qu’elle connaissait mieux que les autres pour avoir beaucoup voyagé avec lui.

« Messire Edwyn, comment allez vous aujourd’hui ? Ne trouvez vous pas que Lord Jasper se bat admirablement ? Lady Maeve, j’imagine que vous êtes fière de votre frère… »

Effectivement on l’avait rarement aussi bien traitée qu’ici, une raison supplémentaire d’apprécier sa condition de suivante de Maeve, vraiment, c’était incroyable, elle rencontrait les plus grands de ce monde, elle assistait aux plus grandes fêtes, elle voyageait et connaissait un tas d’aventures. Son père avait finalement bien fait de l’envoyer aux Eyrié plutôt que chez les Hardyng, c’était certes plus éloigné de Penn Irin mais bien plus enrichissant. Les paroles de Gwayne Cobray lui revinrent en tête, cela manquait hélas d’hommes célibataires pour pouvoir espérer trouver un époux, mais elle avait encore le temps d’y penser même si son âge ne lui permettait plus de trainasser à ce propos. Et puis Maeve lui avait promis de l’aider et pas seulement elle, devait-elle donc s’en faire pour cela ? Devait-elle minauder comme l’avait suggéré le chevalier ou se contenter de rester elle-même avec tout ce qu’elle avait appris dernièrement ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Jour 2, journée : Gradins et Lices ouest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» Ville, citadelle et château de Parthenay
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°3 : Murs-Blancs-