AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

[Terminé] Quand Gerold n'est pas là... [Lady Maura/ Lord Tybolt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 23 Avr 2011 - 12:54

Lord Tybolt serait bien resté plus longtemps en compagnie de Lady Maura sur la terrasse balayée par les vents frais marins mais il lui avait fallu se rendre comme chaque jour auprès de ses troupes en garnison à Port-Lannis. Sa présence il le savait avait le don de remonter le moral des hommes, il connaissait le nom de la plupart des hommes et se faisait de toute manière indiquer au préalable ceux des nouveaux venu afin que chacun puisse ressentir la rencontre avec le Seigneur Lannister comme un évènement particulier. Tout autant que les hommes d'arme qu'il visitait, les habitants de Port-Lannis appréciaient d'avoir Lord Tybolt en ville, cela leur rappelait s'il était nécessaire que le Roc veillait sur eux et qu'ils n'avaient rien à craindre. Il visitait généralement les lieux de vie tels que la taverne ou le marché ou encore le port, sa présence, alors qu'il portait l'armure rouge sombre marquée de la gueule de lion, se voyait de loin et ces rencontres autant qu'elles apportaient ferveur aux habitants, lui donnaient véritablement la mesure de la charge qui était la sienne, du peuple qu'il devait protéger et défendre envers et contre tous. Il restait le plus souvent néanmoins à cheval lors de ces visites, il avait remarqué que son destrier, Antares, ajoutait énormément à l'image de Lord qu'il devait renvoyer.

Si le jeune Lord n'est pas aussi habile que son frère pour ce qui est des intrigues politiques et des plans à plusieurs niveaux, il lui est par contre quasiment inné de se faire apprécier et respecter de ses hommes ainsi que de la population des Terres de L'Ouest, son passé de champion de tournoi n'y étant sans doute pas pour rien... Les qualités martiales d'un suzerain ayant bien souvent pour effet de renforcer sa position dans l'esprit de ses sujets. Tybolt était toujours surprit qu'on lui parle encore de son combat contre ser Jon Penrose, les gens le questionnant généralement sur la manière dont il avait bien pu réussir à vaincre le chevalier avec son seul bouclier. L'orgueil du jeune Lord ne se lassait jamais de leur expliquer avec force détails la moindre de ses pensées durant l'affrontement et invariablement son audience n'en repartait que plus convaincu du bienfondé de ses titres et responsabilités. Son père l'aurait certainement morigéné pour son comportement, la manière dont il allait parmi son peuple sans jamais plus de trois gardes marchant à quelques pas derrière lui, mais le jeune Lord n'avait jamais l'impression d'être plus en sécurité qu'au milieu de ses gens. Il avait parcouru Port-Lannis en long et en large depuis qu'il avait été adoubé, avait été avec les gardes dans les fortifications durant de longues semaines durant son apprentissage et jamais cette ville ne lui avait paru hostile. Mais depuis son accession aux titres de son défunt père les choses prenaient toutes plus de sérieux et de poids qu'elles n'en avaient à l'époque.

Son retour au Roc, se fit au son des sabots de Antares frappant le chemin rocailleux menant à la citadelle troglodyte. Il laissa le destrier aux soins de son palefrenier personnel, lui indiquant par la même de prendre soin comme s'ils étaient les siens des chevaux de Lady Maura et de ses gens. Il prit quelques minutes pour s'informer auprès de son intendant de la situation des hommes du Val jusqu'à ce qu'un jeune serviteur ne vienne lui indiquer que Lord Gerold le faisait demander dans la bibliothèque du Lion Gris pour l'entretenir d'une affaire urgente. Le Seigneur de L'Ouest prit donc la direction de la citadelle et pénétra dans l'atmosphère rafraichissante de cette dernière. Ne sachant s'il avait le temps ou non de se permettre de faire retirer son armure, Tybolt se dirigea directement vers la bibliothèque du Lion Gris en faisant signe au serviteur porteur du message de le suivre afin de l'aider durant son entretien avec Gerold à retirer la lourde protection d'acier. En s'apercevant que son conseiller n'était pas encore arrivé, Tybolt commença à ôter les attaches de la cuirasse pourpre, le jeune garçon réunissant chaque partie de l'armure avec déférence et les emmenant au fur et à mesure que son suzerain s'en dévêtait. A son grand étonnement et alors qu'il venait de finir ses ablutions dans une vasque prévu à cet effet, Lord Tybolt ne voyait toujours pas l'ombre d'un Gerold dans la pièce. Les cicatrices de ses combats passés se dessinant sur son corps et ne désirant pas attendre plus longtemps Lord Tybolt prit ses affaires pour rejoindre ses appartements lorsque des bruits de pas résonnèrent dans le vestibule donnant accès à la bibliothèque. Il rejeta donc son pourpoint sur un fauteuil et fit entendre son point de vue à Gerold qui était sur le point de faire son entrée. Ou tout le moins était-ce ce qu'imaginait Lord Tybolt en se fiant à ce qu'il avait entendu.


- Il va vraiment falloir que l'on se mette d'accord sur ce que signifie le mot urgent mon frère...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 23 Avr 2011 - 21:38

Après le départ du seigneur des lieux, la jeune femme se retrouva seule en compagnie du cadet. Il y eût un silence embarrassé de quelques secondes avant que, d'un accord semblant tacite, les deux jeunes gens se mettent à parler de tout et de rien laissant de côté la politique pour ne s'occuper de préoccupations plus conformes à leur âge à première vue encore tendre. Gerold Lannister lui parla de tournois et des grands domaines des terres de l'Ouest tandis que la jeune femme lui expliquait l'architecture des Eyrié et de ce qu'elle pensait des dernières tenues qu'elle avait fait venir de Port-Réal. L'absence de Tybold semblait créer un vide, ils n'étaient après tout que deux conseillers d'un seigneur...En dehors de la présence de Jasper ou de Tybolt, quel intérêt y avait-il à discuter politique des Sept Couronnes d'autant plus que la jeune femme ne souhaitait pas se découvrir plus qu'elle ne l'avait fait jusqu'à lors. Le repas terminé, le fils cadet du Lion Gris ramena la jeune femme jusqu'aux appartements qui lui avaient affectés après une rapide visite du château.

Une fois assise, seule et tranquille, elle soupira en se vautrant dans le sofa qui accueillait son auguste personne. Un mois de voyage avait été plus que long et, maintenant qu'elle était seule, elle devait s'avouer que le Val lui manquait. Si elle savait garder la tête haute, son frère, de si peu son cadet, restait une présence sécurisante et une épaule sur laquelle s'appuyer et se confier quand elle en avait besoin. D'autant plus qu'il était désormais plus sûr de lui et plus prompt à s'occuper des intérêts de sa sœur. Elle inspecta sa chambre sans réellement réussir à apprécier l'aspect troglodyte du château. Tout était si différent du Val et pourtant...

Elle eût toutefois le temps de se changer, de passer des voiles légers la protégeant de la chaleur et ayant l'avantage de lui permettre de profiter des courants d'air et de la fraîcheur de Castral Roc. Au bout de quelques heurs à écouter une suivante lui faire la lecture, un valet survînt pour la prévenir que lord Gerold l'attendait dans la bibliothèque du Lion Gris afin de discuter de quelques problèmes diplomatiques avant que son frère ne revienne. Suivant le guide, elle finit par atteindre la pièce dite et s'introduisit après avoir cogné à l'huis. Elle ne s'arrêta que lorsque la voix, différente de celle attendue, la fit se retourner brusquement.


"Je...Lord Lannister ?"

C'était bien lui en train de discuter de la notion d'urgence avec une apparente désinvolture, torse nu. La jeune femme sentit brusquement son visage et le haut de son décolleté se mettre à rougir et ses pommettes la brûler. Elle était seule, face à un homme nu qui n'était même pas son parent. Enfin nu, tout était relatif. Bref, la situation pour une jeune femme était loin d'être évidente. Se rendant compte qu'elle était complètement en train de scruter le seigneur du Roc torse nu, elle se retourna brusquement en portant la main à son front et sans vraiment trop savoir quoi dire.

"Par les Sept, je suis désolée. Gerold m'a fait demander pour que je le rejoigne dans cette pièce. Je ne pensais pas que...vous ne seriez pas en état de recevoir une dame."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 24 Avr 2011 - 3:07

Lord Tybolt n'avait encore une fois pas su lire les plans en filigrane de son jeune frère et fut complètement surprit par l'arrivée de Lady Maura en lieu et place de son conseiller. Cependant cette dernière sembla beaucoup plus gênée qu'il ne l'était lui même, elle s'excusa avec embarras, expliquant qu'elle ne savait pas qu'il n'était pas en position de recevoir une Dame. Lord Tybolt n'était sur ce point pas véritablement d'accord, il lui semblait au contraire qu'il était tout à fait en tenu pour recevoir une Dame, bon d'accord peut être pas une Dame à proprement parler mais une femme tout du moins... Néanmoins face à la situation et surtout rapport à la réaction de Lady Maura, il saisit prestement sa tunique pour la passer sur son torse bardé de cicatrices. Il n'avait aucunement envie ni même besoin de créer une situation embarrassante pour la dame des Eyrié plus que celle-ci ne l'était déjà. Pendant qu'il ajustait le vêtement, il ne pouvait empêcher son esprit de chercher à faire les connections lui permettant de comprendre la raison qui avait poussé Gerold à fomenter ce subterfuge. Une fois, juste une fois il aurait aimé que son jeune frère agisse aux vues et sues de son suzerain et cesse ses incessantes manigances. Par moment, Lord Tybolt avait la désagréable impression d'être au sein même du panier de crabes de Port-Réal alors même qu'il était en ses terres. Gerold s'épanouirait invariablement dans une ambiance comme celle de la cour du Roi se faisait-il la réflexion. Désormais présentable, Lord Tybolt revint à Lady Maura et ce non sans un certain sourire taquin.

- Vous n'avez rien à vous faire pardonner Lady Maura, la faute me revient en totalité, je ne m'attendais pas il est vrai à recevoir votre visite. Bien que je dois avouer que votre embarras me surprend, je ne vous pensais pas sujette à rougir de la sorte, ceci dit c'est une couleur qui vous ravit je dois admettre.

Le Seigneur du Roc donna les instructions pour que l'on fasse apporter à boire et de quoi manger et le serviteur se tenant à l'entrée de la pièce disparut dans un bruissement de chausses. Il fit alors signe à Lady Maura de prendre place sur un des nombreux fauteuils de la pièce, celle ci ne manquait pas de confort, le Lion Gris dont elle portait le nom, en avait fait un de ses lieux favoris à Castral Roc et il y passait du temps, bien souvent jusqu'au petites heures du jour, à étudier cartes et traités. Prenant place lui même Lord Tybolt, s'autorisant au préalable à regarder la jeune femme dans sa nouvelle toilette, prit la parole pour rompre ce moment de gêne si bien mis en scène par Gerold.

- Cette situation et j'en suis navré, me fait accroire que mon frère s'amuse ici à nos dépends. Il semblerait Lady Maura que nous ne soyons que de simples pions qu'il déplace selon ses envies. J'ai moi même été fait mandé ici pour le retrouver, tout comme vous, pour une raison qui me semble désormais n'avoir été qu'un subterfuge efficace. Lord Tybolt jouait avec la chevalière autour de son index en parlant. Je commence à croire que votre visite n'était en réalité pas tant du fait de la situation de Aliénor et des demandes du Bief que de la situation actuelle de notre maison. Souriant en regardant de nouveau la demoiselle Lord Tybolt ajouta. Je ne peux trop lui en vouloir du reste, il n'a que l'intérêt supérieur des Lannister en tête et force m'est d'avouer que même si cela résulte d'un piège dont nous sommes les victimes, me retrouver ici avec vous n'est pas fait pour me déplaire.

Lord Tybolt entrevoyait désormais mieux les plans de Gerold, une alliance avec les Eyrié serait une très bonne chose pour la Maison Lannister d'autant que si Aliénor épousait l'héritier Tyrell et avec la position actuelle de Pya, la Maison aurait un rayonnement qu'elle n'avait pas eu depuis des générations. Dés lors plus rien ne serait impossible au Seigneur du Roc, il disposerait des appuis et des troupes pour pouvoir mettre définitivement fin à l'insurrection Fers-Nés. Les Terres de L'Ouest seraient alors à l'abri au Sud ainsi qu'à l'Est et les Greyjoy vaincus, l'Ouest maritime ne serait plus une menace. Néanmoins Gerold aurait dû agir en tenant son suzerain informé de ses tractations, Lord Tybolt n'appréciait décidément pas d'être ainsi une marionnette entre les mains expertes de son cadet. Cependant et en observant la jeune noble face à lui, il ne put que se féliciter des choix de Gerold, ce dernier connaissait véritablement bien les gouts de Tybolt. La chevelure de Lady Maura brune risquait de contraster avec les attentes du peuples pour une Dame du Roc à la manière Lannister, mais Tybolt savait que sa famille avait le don de, et ce mal grès les épouses que les Seigneurs prenaient, n'avoir que des héritiers à la tête couronnée de l'or Lannister. Mais dès avant de penser à ces détails il lui faudrait entamer des négociations avec le Seigneur du Val, le jeune lion se doutait que Lord Jasper ne laisserait pas passer une occasion de s'allier aux Terres de L'Ouest, mais dès qu'il s'agissait des Lannister les nobles essayait toujours de tirer plus de profit qu'ils ne feraient en temps normal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 24 Avr 2011 - 15:15

Si la rougeur qui se dessinait sur le visage de la demoiselle du Val avait sans doute tout à voir, au départ, avec la gène de trouver un homme, quel qu'il soit, à moitié nu dans une bibliothèque, la suite et les explications de celui qui se lançait dans une imitation masculine des femmes légères de Port-Lannis ne la rassurèrent pas vraiment. Sans doute que l'atmosphère du Roc était plus relâchée ou plus licencieuse que celle des Eyrié mais il avait toujours été hors de question chez elle qu'une demoiselle bien née, descendante des premiers rois Andals, se voit imposer des actions qui étaient et demeuraient bien loin de ce qui était attendu d'une dame. Heureusement, il se décida -enfin- à se couvrir. Non pas qu'elle soit prude mais cela ne se faisait tout simplement pas, elle n'était pas une fille légère mais la sœur du seigneur du Val d'Arryn. Le compliment la laissa de marbre et elle se contenta de hausser les épaules pas vraiment ravie d'avoir fait la découverte impromptue des cicatrices de guerre du Lannister. Elle devait toutefois s'avouer qu'il était bel homme, bâti pour la guerre et que la situation, malgré sa courte durée, n'avait pu la laisser indifférente.

A l'invitation du seigneur du Roc, elle marqua un temps d'arrêt, n'étant pas réellement sûre qu'elle faisait bien d'accepter la discussion alors qu'il l'avait attendu à moitié nu. Elle goûta le confort du fauteuil et laissa son regard détailler la petite bibliothèque alors que son hôte donnait ses ordres au serviteur. Celle des Eyrié n'avait pas cet aspect chaleureux et demeurait de toutes les façons le territoire exclusif de mestre Wyman. L'explication qui suivit n'étonna pas vraiment Maura. Certes, Gerold était intelligent mais bien cavalier dès qu'il s'agissait des intérêts du Roc et la jeune femme aurait pu se sentir mortellement vexée par cette manœuvre et ne pas hésiter à quitter l'Ouest avec les propositions du Val. Elle était d'ailleurs en train de se demander si il n'aurait pas été plus opportun de le faire plutôt que de se laisser offrir aux subterfuges les plus indélicats.


"Votre frère ferait mieux de se souvenir qu'il ne s'agit pas d'un jeu et que mon frère ne verrait pas d'un bon œil que les Lannister essayent de jouer avec son unique sœur."

La façon qu'avait Tybolt de lui parler la faisait presque sourire malgré son agacement palpable à l'égard du frère cadet. Celui-ci ne l'emporterait pas au paradis, la chose était certaine. L'on ne jouait pas avec une Arryn et l'on ne tentait pas non plus de la jeter en pâture dans une situation peu honorable. D'autant plus qu'elle n'avait guère besoin de voir Tybolt pour se décider ou non à l'épouser, il pouvait bien être gras, gros et vieux, cela ne comptait que peu à part au moment de se mettre au lit auquel cas il suffisait de fermer les yeux et d'attendre que le moment passe. Mais une alliance avec l'Ouest aiderait Jasper et cela seul comptait, Maura n'était pas une personne particulière et se devait de servir au mieux les intérêts de sa maison.

"Qui vous dit que je suis venue au Roc en victime Lord Tybolt ? Enfin si vous ne pouvez en vouloir à votre cadet, je le peux, moi, encore un peu et mon frère, lorsqu'il l'apprendra, encore plus. Je suis ici pour discuter des modalités d'une alliance entre Est et Ouest. Très sincèrement, les histoires de mariage de mon cousin m'importe peu même si j'ai accepté de rendre ce service à Oncle Leo et, malgré toute la meilleure volonté, pour le peu que j'ai pu en constater, je ne sais pas si votre sœur réussira jamais à se sentir à l'aise en ayant tout Hautjardin à diriger." répondit-elle encore légèrement sur la défensive avant de se reprendre d'un sourire. "Enfin, je dois vous avouer que votre compagnie m'est agréable et le sera sans doute encore plus quand nous aurons décidé d'un juste châtiment pour Lord Gerold, de quoi lui rendre la monnaie de sa pièce. Il paraît qu'un Lannister paie toujours ses dettes, je suppose que vous ne dérogez pas à l'adage Lord Tybolt, n'est-ce pas ?"

Elle devait bien avouer qu'elle trouvait tout de même le beau et blond Tybolt un peu lent ou moins roué que son frère. Peut-être était-ce d'être davantage occupé par la guerre et les tournois ? Les Sept en soient remerciés, Maura n'avait jamais eu à gérer ses préoccupations secondaires même lors des années où le Val s'était replié sur lui-même sous sa tutelle afin de s'éviter les affres du Fléau. Jasper s'était rangé à ses avis, fort heureusement. Effectivement, un mariage entre le Val et l'Ouest arrangerait et permettrait bien des choses mais cela serait-il le sien ou celui de Jasper ? Pour Maura, la question demeurait ouverte et sujette à des interrogations sans fin ayant trait principalement à la capacité de Jasper à régner seul et sans son aide. Elle le savait capable mais ne pouvait s'empêcher de rechigner quelque peu devant le grand saut. Le Val était aussi chez elle et, bien plus qu'une jeune fille comme Aliénor, elle avait participé à son gouvernement après le décès de leur père. Et la fratrie Arryn restait sans doute plus unie que ces étranges Lannister.

"Mais après tout, jouons cartes sur table, Lord Lannister. Souhaitez-vous le soutien du Val ou non ? Pour notre part, nous pensons que le temps du repli est terminé et qu'il serait bon que nous soyons plus en prise avec les événements des autres Couronnes. Nous sommes proches des Tyrell par les liens du sang...des Stark dans une moindre mesure mais nous aspirons davantage à nous rapprocher de territoires avec qui nous partageons des valeurs et une histoire commune. Les Lannister comme les Arryn descendent des anciens souverains de Westeros...et il serait sans doute bon que nos lignées se rapprochent dans un futur proche. Ne serait-ce qu'à cause de la faiblesse du pouvoir de Port-Réal. La Main fait sans doute ce qu'elle peut mais elle n'est pas le roi."

Elle avait été franche. La vacance du pouvoir inquiétait les Arryn qui, pourtant, comptaient parmi les fidèles des rois Targaryen et le roi bibliothécaire n'était pas parmi ceux capables de redonner confiance aux seigneurs du Val. D'où un repli encore plus accentué sur leurs montagnes au cours des dernières années. Bien sûr, la jeunesse de l'héritier de Lord Jon n'était pas à dédaigner dans cette décision mais le contexte extérieur à l'Est ne pouvait l'être non plus. Et, avec cette période trouble qui s'annonçait, la population et les forces du Val encore intactes malgré le Fléau du Printemps mais aussi grâce à la gestion avisée de l'épidémie de Jasper et Maura pouvaient être un levier intéressant pour qui saurait utiliser cette alliance.


Dernière édition par Maura Arryn le Lun 25 Avr 2011 - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 25 Avr 2011 - 5:53

Écouter Lady Maura se plaindre de la manœuvre de Gerold eu le don de faire sourire Lord Tybolt. Il fallait tout de même admettre qu'il avait été un peu loin, mais de là à s'en offusquer ou a laisser planer la menace de représailles diplomatique venant des montagnes, il y avait une grande différence. Le jeune Lord ne releva volontairement d'ailleurs pas l'évocation de cette option tant elle lui paraissait disproportionnée, il ne s'agissait en tout état de cause là que d'une réaction un vive à un égo froissé par les manigances peu avisées de son frère. Le Lannister prenait un peu plus ses aises dans le confort du fauteuil. La jeune femme continua à pérorer sur le comportement de Gerold et l'amusement de Tybolt grandit en même temps que son intérêt pour Lady Maura, la demoiselle du Val avait un caractère semblable à celui que l'on pourrait attendre d'une lionne du Roc, une volonté farouche de réclamer réparation pour une offense la plus bénigne soit elle. La manière dont elle dénigra les qualités de Aliénor su provoquer chez lui un intérêt plus sérieux que ses remontrances à l'encontre de Gerold n'avait su éveiller. Il écarta le problème soulevé d'un geste de la main comme on le ferait d'un insecte volant désagréable.

- Je ne me fais pas trop de soucis concernant cela. Aliénor saura le moment venu trouver en elle la force qui sied à toute Lannister, cela se produit toujours lorsque les filles de la maison ont des responsabilités élevées, le sang Lannister entre en résonance avec le pouvoir pour donner des dirigeantes de grand talent.
Son regard se fit plus dur l'espace d'un instant. Quant à votre oncle et bien que je porte un profond respect à sa personne je suis certain qu'une dote comme celle de ma sœur n'est pas quelque chose qu'il peut se permettre de refuser. Le bief est un jolie grenier à grain pour le royaume mais chacun sait que la fortune ne pousse pas dans les champs. Qui plus est lorsque ceux ci sont ravagés par les pirates Fers-nés...

Lord Tybolt n'avait aucune intention de relever la proposition sous-jacente de Lady Maura, voulant que Aliénor serait peut être plus à sa place au Val qu'au Bief. Cela aurait anéantit l'image qu'il avait des Terres de L'Ouest préservées au Sud, Est et Ouest une fois les pirates vaincus et surtout le Val était beaucoup trop éloigné de Castral Roc. Dans l'idée du jeune Lord, Aliénor deviendrait trop facilement une Arryn si jamais elle venait à se rendre dans les montagnes. Alors que le Bief et sa proximité permettrait à Tybolt de garder une influence importante sur la maison Tyrell là où l'isolement des Eyrié n'offrirait que très peu de prise politique à la maison Lannister. Il lui fallait garder Aliénor à portée pour véritablement profiter de son mariage avec l'héritier de Hautjardin. Qui plus est qu'il avait une solution beaucoup plus à la faveur des Lannister en ce qui concernait une alliance avec le Val. Voyant que la jeune femme ne démordait pas de son envie de faire payer à Gerold le prix de sa supercherie, Lord Tybolt se pencha vers Lady Maura avec un sourire de conspirateur.

- Vous parlez en véritable Lionne ma chère. Mais ne vous inquiétez pas, Gerold paiera sa dette envers nous, il ne saurait en être autrement.

Elle en avait appelé à la doctrine officieuse des Lannister et Tybolt ne pouvait donc dès lors pas faire abstraction de sa demande. Même s'il devait bien dire qu'en générale celle-ci s'appliquait à des choses autrement plus importante qu'une simple supercherie visant à rapprocher deux personnes. D'une certaine manière Lady Maura entrait d'autant plus dans le jeu de Gerold en cherchant à comploter avec Tybolt dans le but de se venger. Le rapprochement avait bel et bien lieu, peut être pas à la manière dont le cadet du Seigneur du Roc l'avait imaginé mais la finalité n'en était pas moins la même. D'autant que Lord Tybolt pouvait découvrir une facette de Lady Maura qu'il n'avait pas décelé de prime abord, la jeune femme avait le caractère de la lionne.


La discussion devînt plus sérieuse lorsque Lady Maura entra dans le vif du sujet, exposant la raison réelle de sa présence. Le passage sur les origines partagées des Lannister et Arryn bien qu'ayant un certain attrait à l'oreille ne piqua pas particulièrement l'intérêt du jeune Lord. Il était conscient que cela devait entrer en ligne de compte bien entendu, mais plus que ce simple artifice de vieilles maisons, Lord Tybolt entrevoyait la sécurité de ses gens sur tous ses flancs à l'exception faite du Nord mais comme le soulevait très bien Lady Maura, les Arryn et les Stark partageaient d'ores et déjà une partie de leur lignage. Ces perspectives lui permettaient d'entrevoir un futur où Castral Roc et Port-Lannis rayonneraient tout autant si ce n'est plus que Port-Réal et cela avait le don de séduire le Seigneur du Roc.

- Il serait en effet fort avantageux pour nos deux familles de s'allier, cela ne peut être ignorer et quoi de mieux qu'un mariage pour nouer des liens solides entre le Val et le Roc. Je suis du reste étonné que votre frère vous envoie négocier votre propre mariage, j'aurai pensé avoir à parlementer avec Lord Jasper pour négocier vos épousailles. Mais s'il vous fait confiance sur ce point je ne peux que m'en remettre à son jugement. Que propose donc Lord Arryn dans le cadre de ce mariage ? A l'exception faite bien entendu de votre adorable personne.


Laissant à Lady Maura le temps de mettre ses idées en ordre, Lord Tybolt accueillit les serviteurs amenant la collation qu'il avait demandé. Ils déposèrent un plat de fruits sur la table entre les deux nobles, ainsi qu'une cruche d'eau et deux coupes gravées à l'effigie du lion rugissant. Lord Tybolt fit le service lui même, remplissant les deux avant de boire lui même en observant la jeune Dame. Il s'attendait à ce que tout ceci, cette visite, les manigances de Gerold et l'intérêt feint pour Aliénor n'eut été fait que pour arriver à ce moment précis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 25 Avr 2011 - 23:13

Le sourire moqueur du Lannister fut loin de passer inaperçu mais Maura se le tînt pour dit, l'autre petit intrigant paierait. Œil pour œil, dent pour dent. Et elle n'était jamais à cours d'expédient, elle trouverait bien moyen de payer sa dette au cadet du Roc. Cela lui ferait les pieds. La suite était un poème qui ne manqua pas de lui tirer un sourire : le fameux orgueil Lannister dans toute sa splendeur. Heureusement qu'elle ne prendrait pas part aux discussions entre le Bief et l'Ouest, elle aurait été capable de rire au nez de ces deux seigneurs qui n'en auraient sans doute jamais soupé de comparer la taille de leurs épées afin de savoir laquelle était la plus prestigieuse. Elle souleva un sourcil en entendant parler des champs ravagés du Bief.

"Tout comme le sont ceux de l'Ouest...Mais mon oncle aime l'or autant que tous les autres seigneurs."

Si le prix était suffisant et qu'on donnait à Leo la pucelle en plus de l'argent, nul doute qu'il ne s'aviserait pas de refuser l'aubaine. Tant pis si elle se révélait incapable à l'usage, les dragons d'or suffiraient à faire oublier le reste. Ce n'était plus du cynisme, c'était presque pire que cela. Elle remarqua que toute hypothèse d'un mariage avec Jasper avait été écartée, elle trouvait l'idée assez déplaisante. Mais il fallait s'y faire : quand les Arryn parlaient d'honneur, les Lannister ne savaient, eux, que compter leurs sous. Alors que d'imaginer jouer un tour à Lord Gerold l'amusait, la façon qu'eût Tybolt de se pencher vers elle la refroidit instantanément. Cette façon paternaliste de tenter de l'amadouer...Elle retint un tressaillement et se contenta d'un sourire à peine forcé. Il fallait bien faire bonne figure et honneur à Jasper. Elle ? Une lionne ?! Certainement pas. Le faucon et les couleurs de lune lui suffisaient comme à tous les Arryn, sa famille n'avait jamais eu besoin de clamer une parenté qui coulait de source, ni un respect qui leur était acquis où qu'ils aillent.

Elle lui expliqua les raisons de sa présence en finalement peu de mots quand on pensait aux grands avantages qui auraient pu sortir d'une telle alliance mais la façon qu'il eût de sauter du coq à l'âne la surprit quelque peu. Bien entendu, il ne put s'empêcher de donner dans le poncif habituel qui voulait qu'une femme ne puisse s'intéresser ou seulement comprendre les enjeux d'une alliance. La jeune femme ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel. Que pouvait bien comprendre ce blondinet à la belle épée à la politique des Sept Couronnes ? Il était sans doute intelligent mais avant tout taillé pour la guerre. Il ne tenait d'ailleurs qu'à voir qui régentait réellement le domaine : celui qui les avait fait se retrouver.


"Mon adorable personne ?" demanda-t-elle sans réelle surprise mais amusée tout de même par l'indélicatesse certaine du seigneur du Roc. "Il s'agit d'une alliance, pas d'une quelconque proclamation de ban, Lord Tybolt. Je ne sais pas ce que votre frère vous a expliqué des échanges passés entre le Val et l'Ouest mais il n'était question que d'un mariage. Celui d'Aliénor. Du moins pour le moment. Pour sa part, mon frère pourra vous faire parvenir du bois de meilleure qualité que celui d'ici en quantité pour la construction de vos flottes mais le plus important étant que le Val d'Arryn n'a pas ou très peu connu le Fléau. Nos armées sont intactes, nos paysans et nos gens également. Et notre capital diplomatique est intact et bien établi. Après, si vous souhaitez vous marier dans le Val, mon frère n'y verra sans doute aucun inconvénient, nous ne manquons pas de jeunes filles de bonne famille et suivant vos honnêtes propositions, il y répondra de bon cœur, j'en suis certaine."

Le tout annoncé d'un ton aimable et très sérieux. Non pas qu'elle soit sotte au point de penser que sa main n'avait aucune valeur mais, malgré les plans de son frère, elle ne s'offrirait pas comme un trophée à l'orgueil de Tybolt Lannister. De toutes façons, la dame des Eyrié ne venait certainement pas proposer sa main à quiconque mais n'était pas contre à ce qu'on la lui demande. Privilège de femme après tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 26 Avr 2011 - 5:04

Lady Maura n'était visiblement pas femme à rendre les armes sans combattre, le dit combat eut-il été perdu d'avance. Lord Tybolt nota sa réflexion sur le fait que les champs de l'Ouest étaient tout aussi ravagés que ceux du Bief, néanmoins il ne jugea pas opportun d'ergoter plus avant en faisant valoir le fait que bien que les champs de l'Ouest étaient de fait ravagés, le Bief ne possédait cependant pas les mines aurifères qui regorgeaient sur son domaine. Ils avaient des choses beaucoup plus importantes sur lesquelles s'opposer et plus particulièrement cette histoire de mariage avec notamment la dote qui serait offerte par le Val. Car si il se fiait au discourt de la jeune femme, cette dernière ne semblait pas comprendre ou plus certainement tentait de biaiser l'équilibre des forces dans cette alliance. Certes le bois du Val pouvait être un avantage non négligeable dans son entreprise de mettre une flotte suffisamment imposante et robuste pour tenir les Greyjoy en respect, cependant il s'agissait là d'une chose qu'il pourrait tout aussi bien acquérir par le biais commercial, rien qui ne vaille le titre de Dame Lannister en somme. Lord Jasper devait certainement avoir d'autres propositions en réserve, il ne pouvait en être autrement. Certes l'armée du Val était une force avec laquelle compter cela ne pouvait être exclus mais la flotte des Arryn était pour ainsi dire inexistante et quand bien même, il lui serait impossible de rejoindre la mer d'Été en un temps acceptable pour aider à la défense des côtes. Non cela n'avait décidément rien d'une négociation sérieuse. L'humeur de Lord Tybolt montrait du reste des signes d'impatience devant les faux fuyants de la Dame des Eyrié.

Il saisit un fruit dans la coupe qui se trouvait entre eux, si cet entretien ne devait pas être plus qu'un énième jeu de dupe autant qu'il se restaure pendant qu'ils jouaient. La figue une fois consommée, Lord Tybolt décida de reprendre la parole. Il parvenait jusqu'à maintenant à garder tout son calme et le lion en lui bien que commençant à s'échauffer passablement était encore sous son contrôle.


- Que faisons nous là au juste ? Quel est le but de cet entretien ? Il me semblait que vous vouliez jouer cartes sur table et pourtant vous continuez néanmoins de louvoyer en périphérie des véritables enjeux.


Lord Tybolt parlait de manière conciliante mais toute cette affaire commençait à perdre de son attrait. Ces gens du Val, avec leur domaine aussi hermétique qu'une pucelle pensaient-ils réellement qu'il avait le temps et l'envie de jouer ?

- Que vous désiriez défendre au mieux vos intérêts est une chose, j'en conviens parfaitement mais n'oubliez pas ma Dame que vous vous adressez au Seigneur des Terres de L'Ouest. Ne me prenez pas pour le premier marchand venu que l'on pourrait duper en feignant l'ignorance. Que viennent faire ces histoires de jeunes filles de bonnes familles dans notre affaire ? Ou de visite dans le Val ?
Ne poussez pas trop votre chance ma Dame, si je peux être un hôte dévoué et conciliant, je supporte très mal que l'on veuille se jouer de moi.


Les mots avaient été prononcé avec calme mais le ton péremptoire utilisé ne souffrait pas la contradiction.


- Ce que mon frère a pu rédiger dans ses missives n'engage que sa propre personne, je suis désolé si Lord Arryn en a cru autrement. Ce que j'offre de mon coté est de faire de vous la Dame la plus puissante des Sept Couronnes, à l'exception faite de la Reine. J'offre à vos montagne la protection de la plus puissante armée du royaume et l'influence éprouvée et sans commune mesure de la maison Lannister. Alors qu'on ne me parle plus d'une jeune fille quelconque d'un de vos bergers des collines. Le simple fait de soulever ce type d'éventualité pourrait être prit pour une insulte faite à un Seigneur vous accueillant sous son toit. Vous Arryn semblaient être resté trop longtemps cloitré dans vos montagnes et avoir oublié comment fonctionne l'équilibre du pouvoir dans les Sept Couronnes...

Lord Tybolt se disait en son fort intérieur qu'il avait par trop choyé Lady Maura depuis son arrivée lui faisant accroire qu'elle avait une influence ou même une importance plus élevé qu'en réalité. Ce type de désagrément ne serait jamais advenu sous la direction du Lion Gris, mais il ne serait pas reprit à ce type de piège de si tôt.

- Maintenant si vous êtes enfin disposée à parlementer, allons-y, mais ne me faites plus perdre mon temps avec des faux fuyants comme vous venez de le faire. Nous sommes tous deux de haute naissance et connaissons nos places respectives, l'intérêt de notre mariage est indéniable mais que cela ne vous paraisse pas une autorisation à me traiter comme le premier des imbéciles.

Lord Tybolt d'une nature plutôt joviale en temps normal pouvait devenir infiniment plus dur et impérieux lorsque les intérêts de sa famille étaient en jeu. Il n'était pas devenu un chef militaire respecté sur sa simple bonne humeur, sa faculté à trancher et prendre les décisions appropriées était ce qui lui avait valu le respect de ses hommes. Hors ici il avait la furieuse impression d'être prit pour un benêt à qui l'on pouvait faire exécuter le bon tour à la condition de savoir quelle renne tirer. Lord Tybolt se resservit à boire afin de se détendre, il fit un geste, plus révélateur de son agacement qu'il ne l'aurait souhaité, vers un serviteur afin qu'il apporte du vin de La Treille, l'eau était une bonne chose lorsque vous reveniez d'une inspection des garnisons de Port-Lannis mais son état d'esprit actuel commandait quelque chose de beaucoup fort.

Il ne revenait toujours pas de la manière dont Lady Maura venait de se jouer de lui. Il avait tour à tour tenté d'être charmant, conciliant, accueillant et serviable. Tout cela en lui réservant les honneurs habituellement réservés à sa Majesté elle même, et que le Père lui en soit témoin, les Arryn avaient abusé de sa bienveillance allant jusqu'à l'insulter sous son propre toit. Eurent-ils été sous la direction du Lion Gris que Lady Maura serait désormais pensionnaire d'une partie du Roc que personne ici bas ne souhaitait connaitre. Il prit dès lors la décision de ne plus passer par les Arryn pour négocier les épousailles d'Aliénor. Il ferait partir dès après cet entretien un corbeau pour Wyndhall ainsi qu'un autre pour Hautjardin, Lord Estren conduira Aliénor jusqu'au Bief et là bas sera le représentant des intérêts Lannister. L'outrecuidance des Eyrié commençait à ne plus exercer sur lui son pouvoir de séduction, temps était venu que les Lannister prennent leur destin en main.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 29 Avr 2011 - 16:27

Pour tout seigneur rencontré depuis qu'elle était en âge de comprendre les éléments de la politique des Sept Couronnes, il n'y avait bien que les seigneurs Tully et Arryn. Rien en somme qui ne la prédispose à subir la vanité des Lannister si ce n'est les ragots et autres histoires que l'on racontait sur leur compte. Elle se contenta de secouer la tête d'un air sombre tandis que Lord Lannister se lançait dans des exercices de style destinés sans doute à l'impressionner.

"Et que viennent faire ici ces histoires de mariage ? Que vous ne soyez ou non d'accord avec les paroles ou les écrits de votre frère m'importe peu à vrai dire mais ils servent de base à ces discussions. Elles ne nous sont pas parvenues comme celles propres de Lord Gerold mais bien celles du seigneur du Roc. Je ne suis pas venue jusqu'ici pour voir tout changer au moindre événement qui ne vous conviendrait pas."

Le sourire avait cette fois disparu et, même si la voix de la jeune femme restait douce et calme, son amabilité précédente avait disparu. Elle lui répondit point par point concernant son offre. Il devait sans doute oublier quelques spécificités de l'ancien royaume de la Montagne et du Val mais enfin elle ne pouvait pas tout avoir. Par simple politesse, elle devait au moins lui faire comprendre que l'offre était agréable à l'oreille. Quelle jeune femme n'avait jamais rêvé d'être lady Lannister après tout.

"L'idée de devenir la dame du Roc sourirait forcément à n'importe quelle femme, Lord Tybolt. Si vous souhaitez demander ma main, faite-le, je ne vois pas comment je pourrais me sentir autrement que flattée, mais faite-le avec de bons arguments: l'armée Lannister malgré son importance ne nous est pas réellement utile. Il n'y a bien eu que les dragons Targaryen pour passer la porte sanglante et quant à l'influence politique, même si nous venons ici vous proposer notre aide et notre amitié, le Val d'Arryn ne désire pas s'impliquer plus avant dans la politique des Sept Couronnes. Cela ne nous intéresse guère même si nous aidons parfois nos cousins du Bief."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 30 Avr 2011 - 12:40

Lord Tybolt se mit à rire tant le comportement de son invité dépassait l'entendement. Cependant il ne pouvait se permettre un conflit diplomatique ouvert avec le Val, en d'autres temps oui mais pas avec les Fers-Nés harcelant les Terres de L'Ouest et son peuple soumis à leur rixes. Il abandonna donc très sa première réaction qui le voyait renvoyer cette impudente gamine dans son Val natal avec pertes et fracas. Qu'avait commis feu Lord Arryn en permettant à une femme de diriger son domaine le temps de la régence ? Aujourd'hui cela créait une situation inconcevable dans laquelle Lady Maura ne savait plus où se trouvait sa place. Elle avait visiblement finit par croire qu'elle était l'égal des plus grands Seigneurs des Sept Couronnes... Gerold avait vraiment semé une pagaille extraordinaire en prenant des initiatives malheureuses. De plus le Seigneur Lannister n'avait pas le temps de jouer à ce jeu avec Lady Maura, il avait de fait des choses beaucoup plus importantes auxquelles consacrer son temps, comme le chantier naval de Port-Lannis, la formation de la milice payée par le Trône de Fer ainsi que le mécontentement sourd des petits seigneurs des Terres de L'Ouest, montant de plus en plus à mesure que les Fers-Nés dévastaient le fief.

Décidément Lady Maura, vous êtes impossible. Depuis votre arrivée parmi nous, je me suis évertué à rendre votre visite le plus agréable possible et ce malgré la guerre qui frappe à nos portes et mes gens qui meurent sous les lames Greyjoy. Je prends sur mon temps pour m'entretenir sérieusement avec vous d'une alliance entre le Roc et la Val, mais tout de même vous jouer avec cette situation comme si nous étions deux courtisanes de Port-réal folâtrant dans les ruelles sur qui possède la plus belle toilette.

Il nota la manière dont le soleil illuminait la pièce en cet instant, l'heure avait plus que tourné et il avait d'ores et déjà perdu un temps précieux à vouloir contenter cette gamin capricieuse ne sachant pas où se trouve sa place.


Vous me parler de demander votre main, cela ne fait aucun doute que je le ferai si nous tombons d'accord à partir du moment où cela représente quelque chose pour vous. Mais il ne saurait être question de mariage sans qu'un accord soit passé entre le Roc et le Val, vous êtes belle Lady Maura j'en conviens mais pas assez pour que les Terres de L'Ouest vous prennent comme Dame sans accord préalablement établit entre nos deux fiefs. Maintenant et si véritablement le Val ne souhaite pas intervenir dans les affaires des Sept Couronnes et préfère demeurer cloîtré dans ses montagnes, le Roc sera heureux de vous accueillir aussi longtemps que vous le souhaiterai mais plus rien ne vous retient dès lors parmi nous.


Lord Tybolt se leva enfin, s'inclina légèrement face à la jeune femme. Les affaires lui encombrant l'esprit étant si nombreuses que le Gardien de L'Ouest ne savait pas par où commencer en quittant cette pièce, si jamais il finissait par la quitter avant que la nuit ne finisse par tomber sur le Roc.

Maintenant si vous voulez bien m'excuser, il est des affaires que je ne peux laisser plus longtemps de coté pour participer à cette mascarade se voulant être une négociation. N'hésitez pas à me faire savoir si jamais vous êtes prête à entamer de véritables pourparlers en ce qui concerne notre affaire.

Que les Eryé ne veulent pas s'occuper des affaires des Sept Couronnes lui paraissait totalement dénué de la moindre once d'intelligence, n'était-il pas dit que celui qui ne s'occupait pas de politique, celui-ci la politique s'occuperait de lui ? Comment un tel fief avec une histoire si riche pouvait seulement penser que le jeu des Trônes pouvait être laissé de coté de la sorte et espérer malgré tout continuer d'être prit au sérieux par les Seigneur du royaume ? Il espérait très sincèrement que le Bief se montrerait plus réaliste et pragmatique que ces rêveurs des montagnes ayant perdu tout contact avec la dur réalité de la vie dans les Sept Couronnes. Lord Tybolt se fit la réflexion que les mariages au sein même de leurs montagnes avaient dû corrompre leur sang comme il l'avait fait des Targaryen. L'Est du royaume tombait véritablement en déliquescence entre Port-réal se complaisant dans l'inaction et le Val déconnecté de la réalité. Il ne restait guère plus que les Barathéon pour avoir un semblant de valeur dans cette région de Westeros.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 30 Avr 2011 - 19:11

Le rire de Tybolt ne sembla susciter aucune réaction chez la jeune femme qui ne se laissait guère impressionner par les diverses mines et démonstrations de son interlocuteur. La blondeur en moins, elle avait eu à faire aux mêmes hommes, tellement certains de la supériorité de leur sexe qu'ils en perdaient tout sens commun. D'un certain côté, elle souffrait de cette comparaison constante qui les poussaient à la déconsidérer simplement parce qu'elle portait des jupes. Ou surtout parce qu'elle osait leur dire non. Elle sentait l'exaspération du jeune seigneur mais il n'était pas question une seule seconde qu'elle se lance dans l'approbation d'un mariage entre Lannister et Arryn alors que ce n'était tout simplement pas le but de ce voyage. A vrai dire, elle devait surtout s'en prendre à elle-même pour s'être faite l'avocate d'une alliance avec les terres de l'Ouest et en comptant pour rien l'orgueil de ces banquiers de Lannister. A croire que ces derniers s'étaient depuis trop longtemps endormis sur leurs lauriers et qu'ils oubliaient les ravages du Fléau de printemps et des flottes des Greyjoy, ravages et dangers qui n'avaient jamais atteint le Val d'Arryn qui, seul, était resté intact et préservé. Et, de cela au moins, elle se félicitait. Certes, ils avaient quitté le grand plateau du jeu des trônes mais leurs terres étaient sûres et leurs gens vivants. La prudence avait payé et elle était certaine que les gens de l'Ouest ne se félicitaient pas autant des politiques de leur lige que ceux des montagnes.

De son côté, Tybolt montrait qu'il était lassé par des discussions dont il n'avait sans doute pas l'habitude. Elle pouvait le comprendre, elle-même n'avait jamais eu de patience pour les petits jeux des militaires qui consistaient à vérifier chaque lanière d'une armure mais elle trouvait bien cavalier de lui faire sentir à ce point qu'elle n'était plus la bienvenue au Roc après quelques heures. Il fallait croire que l'hospitalité du riche clan Lannister avait des limites bien plus ténues que ne le voulait la courtoisie la plus élémentaire. Mais à voir la façon dont se comportait la fratrie, qui aurait pu en douter ? Là encore, elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même. Le gardien de l'Ouest, à court d'arguments, en était venu aux insultes à peine voilées. Elle retînt un nouveau soupir alors qu'il devait lui-même se retenir de la comparer à une catin de Port-Réal. Amusant quand on pensait aux rumeurs qu'elle avait surprise courant sur la propre sœur de Lord Tybolt.


Si c'est la comparaison qui vous inquiète Lord Tybolt, ne vous en faîte pas. Même en temps de guerre, les Lannister mettent beaucoup plus de soins dans leur vêture que moi.

Elle n'avait pas pu s'en empêcher, elle commençait à en avoir soupé des leçons du blondinet. Et ses paroles avaient le don de l'exaspérer. Elle n'était peut-être pas la Dame de son domaine mais elle connaissait sa place et jamais il ne saurait dit qu'elle avait relevé ses jupes devant un Lannister autrement que pour lui faire un enfant. Et de cela, il ne saurait en être question. Jasper pourrait bien hurler tout son saoul, la place, certes enviable et enviée, d'épouse de Lord Tybolt n'était rien par rapport aux efforts demandés au Val pour cela. Maura était certes fière mais pas assez orgueilleuse pour penser que la vie de ses soldats était nécessaire à son épanouissement personnel. D'autant plus qu'il la croyait assez vaine pour penser que sa seule apparence lui permettrait de poser ses fesses, fort menues au demeurant, sur le deuxième siège le plus important des Sept Couronnes.

Vous vous méprenez sur mes intentions, Lord Lannister. Je ne suis pas venue jusqu'ici pour tenter d'exploiter la relative faiblesse de l'Ouest alors que vos côtes sont ravagées, encore moins pour me glorifier d'avoir réussi à faire tomber le beau et riche Tybolt Lannister dans mon escarcelle. Croyez-le ou non mais je ne suis pas si vénale. Je suis venue, à la demande de mon frère, afin de vous assurer du soutien du Val d'Arryn et des Eyrié contre les Fer-nés. Il n'était pas question de mariage, simplement de donner notre aide à un autre ancien royaume allié. Nous souhaitions convenir d'une aide à vous apporter parce que la couronne Targaryen reste dans une neutralité qui nous semble de mauvais aloi par les temps qui courrent. Il ne s'agit de rien de plus. Mais de rien de moins non plus.

Elle fit un geste de la main pour montrer qu'elle ne prenait pas, heureusement, les paroles de Tybolt contre elle. D'un certain côté, elle demeurait femme et ne pouvait s'empêcher d'être intérieurement flattée par les quelques compliments dont cet homme avait parsemé leur conversation houleuse. Mais au moins, elle lui avait sa proposition, celle pour laquelle elle avait traversé le continent entier. Elle connaissait mal les Lannister pour dire le vrai mais les Arryn et leurs vassaux étaient avant tout des gens d'honneur et, même en restant soumise aux imperfections de son sexe, Maura personnifiait cet état d'esprit. Il lui semblait détestable voire impossible d'avoir fait la route jusqu'à Castral Roc simplement pour exiger ou même demander une récompense qui lui semblait étrangère. Il n'y avait bien que les Lannister pour déshonorer une honnête proposition d'aide et de soutien.

Je n'ai nulle intention de vous importuner plus longtemps Lord Lannister, nous serons partis demain après que j'ai vu votre sœur. Quoiqu'il en soit, ma proposition d'une aide militaire pour vous défaire des Fer-nés tient toujours. Vous pourrez dès lors la négocier par corbeaux avec mon frère. Cela permettra sans doute à Lord Gerold de prouver l'étendue de ses talents et aura sans doute l'heur de mieux vous plaire.

Elle s'était forcée pour répondre avec plus de calme que son interlocuteur mais se leva en même temps que lui, décidée à aller donner ses ordres pour quitter la place dès que possible. Tant pis pour le repos des gens et des chevaux, elle ne dormirait sous ce toit que le temps qu'elle y serait obligée. Néanmoins, son idée sur la courtoisie de Lord Tybolt était on ne peut plus arrêtée et la grande nuit serait terminée avant que la jeune femme soit prise à faire à nouveau preuve de compassion envers les terres de l'Ouest. Elle avait essayé et en avait été pour ses frais.
La fierté était certes une vertu louable et nécessaire pour les grands seigneurs mais elle n'empêcherait pas l'acier des îles de Fer d'emporter des paysans de l'Ouest à chaque nouvelle razzia.


J'ai toutefois été heureuse de pouvoir contempler le fameux Roc pour la première fois, Lord Tybolt. J'espère de tout cœur que vous réussirez à sauvegarder vos gens et leurs terres...Ah et j'écrirais à mon oncle pour lui parler d'Aliénor. Je ne l'ai que peu vue mais, même si elle me semble encore bien jeune par certains côtés, je suis certaine que sa présence à ses côtés ravirait mon cousin Tristan.

Les mots étaient un peu forcés par la courtoisie mais elle n'en demeurait pas moins une dame des Sept Couronnes parmi les mieux élevées. Elle le frôla du bas de sa robe pour gagner la porte de la bibliothèque du Lion Gris après un dernier sourire bienséant mais où la déception pouvait se lire comme un poème. D'un autre côté, elle ne pouvait s'empêcher de savoir qu'une telle entrevue avait été nécessaire pour prouver que les intérêts de l'Ouest et de l'Est étaient difficilement concordants. A moins que seules leurs personnalités peut-être trop arrogantes soient les seules responsables.

A quelques pas de lui, elle se retourna brusquement sortant de ses pensées avant de s'incliner avec grâce mais aussi un regard quelque peu inquiet :


Je ne sais pas si vous aurez le temps d'assister à mon départ demain mais je suppose que vos préparatifs militaires vous en empêcheront. Prenez garde aux Fer-nés, monseigneur. Que les Sept vous aient en leur sainte garde, Tybolt Lannister.

Malgré son agacement et sa déception, elle avait tenu à lui assurer ses pensées par ces quelques mots. La bénédiction d'une dame pour un chevalier partant en guerre en quelque sorte. Elle n'attendit pas de réponse et quitta la pièce pour de bon dans un bruit de soie froissée par le passage de la chambranle. Pour le coup et malgré toute la pitié voire l'inquiétude que lui inspirait la guerre des Lannister, elle ne tenait pas à rester là où on ne voulait point d'elle. Après avoir retrouvé son chemin jusqu'aux appartements qui lui étaient destinés, elle indiqua qu'il n'y avait aucun besoin de déballer ses affaires et qu'elle comptait repartir dès le lendemain sans autre forme de procès. Elle envoya un page prévenir Lady Aliénor que leur rencontre se devait d'être courte car les affaires la renvoyaient plus rapidement que prévu vers l'Est tout en passant sur les raisons qui la poussaient à quitter le Roc.

Un des chevaliers de son escorte vînt tout de même se plaindre de la rapidité du retour s'enquérant des raisons d'une décision aussi brutale et inattendue mais il se vit répondre qu'ils se reposeraient une fois arrivés sur les terres des Tully et pas avant. Il y eût bien des grognements mais l'un dans l'autre l'escorte armée n'était pas mécontente de quitter des terres soumises à la pression des Fer-nés où l'on n'allait pas loin sans risquer un engagement militaire dangereux et incertain. Après quelques réflexions, elle écrivit une rapide missive à son frère pour lui expliquer qu'elle rentrerait beaucoup plus tôt que prévu et qu'il aurait à voir lui-même avec les Lannister car elle se déclarait absolument incapable de supporter leur seigneur. Autant être franche même si elle gardait pour elle ses réserves quand à la belle apparence de Tybolt et son côté chevaleresque qui avait, par moments simplement, percé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] Quand Gerold n'est pas là... [Lady Maura/ Lord Tybolt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [Terminé] Quand la soif de pouvoir devient plus forte.... (Yaelle)
» [Terminé] Quand le bruit du souffle perce entre les livres... [Lilith Heather/Aël T. Demareck]
» [Terminé] Quand on parle du loup , on en voit la queue. (suite)
» [Terminé] Quand on se trompe de partenaire de chambre... [Alice Eldhwen / Lilia Sabishisa]
» Je suis heureux quand il pleut [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-