AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Jour 1, soir : Couloirs du Château

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Dim 27 Mai 2012 - 19:07

Alors que la fête et le banquet battaient leur plein dans la Grande Salle de Murs-Blancs, les roturiers s’amusaient à leur façon dans la cour du château. Néanmoins, lors d’une telle période de faste et de fête, tout le monde ne s’amuse pas nécessairement… Les maitres coqs, garçons de cuisine, boulangers, pâtissiers, servantes et tout le personnel qui devait permettre à la fête de se dérouler dans de bonnes conditions étaient en effet débordés de travail. Ils allaient et venaient entre les différentes salles du château, entretenant les feux, remplaçant les torches et les bougies, servant des vins de Murs-Blancs et des plats goûteux, surveillant les murailles et le précieux œuf de dragon, remplissant de nombreuses autres tâches. Il y avait tant à faire et bien plus encore !

Les longs couloirs illuminés et les corridors étroits grouillaient donc d’affluence mais pourtant, dans les étages ou dans certaines ailes, c’était le vide et le silence qui primaient. Tout avait été fait pour que les invités ne s’égarent pas, mais qui pouvait certifier que cela n’arriverait pas ? Il fallait bien avouer que si le banquet permettait de converser avec amusement avec les autres convives, il était bien plus difficile d’y parler secrètement… Alors quoi de mieux que de s’entretenir dans un couloir désert pour conserver le mystère sur ses propos ? Bien entendu, il fallait une excellente raison pour agir ainsi, mais les seigneurs et les dames n’ont-ils pas tous des buts et des envies bien précis ? Il n’y a pas de temps mort dans le Jeu des Trônes et il ne faut pas rater la bonne occasion. Mais même lorsque l’on pense disposer de tout le secret possible, rien ne garantit qu’il n’y a pas une curieuse petite servante derrière la porte au coin du couloir…

Tout est affaire de choix et il faut savoir assumer les siens propres.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Jeu 14 Juin 2012 - 16:09

Dans le couloir, tout le monde avait compris que la fête devait battre son plein ! Du côté des hommes, la mariée avait été portée par ser Duncan et son homologue, ser John, les invités la poussaient dans le corridor en lui lançant des blagues grivoises, des allusions salaces et des propositions plus qu'explicites. Ils en profitaient en même temps pour lui enlever un à un les habits qu'elle portait de manière à ce qu'elle arrive entièrement dénudée dans la chambre conjugale. De l'autre côté, lord Ambrose avait été poussé par les dames qui gloussaient d'un air amusé, glissant des mots plus légers, mais tout aussi explicites que ceux employés par les hommes avec la mariée. Elles détachaient avec habilité les habits du seigneur de Murs-Blancs pour qu'il parvienne finalement dans sa chambre nu comme un vers. Cette tradition pouvait ne pas convenir à tout le monde, mais il n'empêchait que c'était quelque chose de profondément ancré dans la culture de Westeros – ou plus précisément des Sept – et nombreux étaient ceux qui s'amusaient d'une telle situation. L'alcool y ayant participé, même les jeunes femmes les plus chastes et les plus gênées ne se montraient pas rebutées devant l'idée de voir les deux mariés poussés ensemble dans la chambre pour la nuit de noce. Mieux valait s'y faire, elles allaient de toute manière subir le même sort lors de leur union et il était donc préférable de savoir ce qui nous attendait. Qui donc aurait osé s'opposer à cette coutume de toute manière ?

Lord Ambrose ricanait et l'on sentait bien que l'alcool n'était pas neutre dans cet amusement qui n'était pas feint. L'une des jeunes femmes glissa d'ailleurs sur l'un des habits jeté au sol et s'étala de tout son long, provoquant l'hilarité générale alors qu'elle peinait à se remettre sur ses pieds. Visiblement tout le monde avait bien abusé de la boisson et il était fort probable que de nombreuses participantes allaient rougir de ce qu'elles avaient osé faire ce soir. L'emportement étant plus important que le reste et l'effet de foule aidant, tout le monde se moquait bien ce que les autres pouvaient penser. Ser Duncan avait cédé la place à quelques autres nobles et se retrouvait en arrière, au milieu des autres hommes qui s'amusaient visiblement tout autant que les femmes de l'autre côté. Difficile de dire si la mariée goûtait aussi à la liesse générale, elle arborait une expression quelque peu troublée, mais ne semblait pas pour autant gênée. C'était certainement qu'elle relativisait en se disant que cela serait bientôt terminé.

--------------------------------

N'hésitez pas à poster pour faire avancer, quitte à interagir avec des PNJs qui se trouvent dans la foule, le coucher sera clos dimanche donc si vous avez envie de faire progresser vous pouvez, je ne pourrais pas relancer si je n'ai pas suffisamment de participations !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 15 Juin 2012 - 20:29

     Avec sa sœur à la main, Edwyn suivait la troupe dans les couloirs qui accompagnaient le marié et la mariée. Ils furent cependant séparés, car les dames devaient accompagner l'époux et les hommes l'épouse. Deux chevaliers portaient cette dernière et tous les autres faisaient des plaisanteries qu'Edwyn ne comprenait pas, sans doute car il était trop fatigué pour tout saisir des subtilités hautement intellectuelles que s'échangeaient les invités encouragés par l'ivresse et la bonne chaire. Des histoires de « vit », de « con », de « mamelle », de « quenouille », de « verge », d' « asperge »... il ne reconnaissait presque aucun de ces mots et les rares qu'il avait déjà entendu ici et là, il n'était pas sûr d'en avoir jamais su le sens. Il se fit la promesse de demander à septa Melara ce que signifiait l'expression « décrasser la cramouille ». Il aurait tant voulu que Morag soit avec lui, peut-être qu'elle, elle savait ? Il n'osa pas s'approcher de Jasper pour lui poser ces questions-là, car il craignait de paraître stupide, alors il se forçait à rire et à applaudir aux bons mots de ces nobles sires et ser qui escortaient la marié. Il se risqua même à répéter en criant, car après tout le suzerain du Conflans ne devait pas rester effacé quand tout le monde semblait s'adonner à de beaux compliments pour la mariée, la phrase qu'il n'avait pas compris mais que plusieurs avaient lancé :

–      Si lord Ambrose est bien couillu, il va lui farcir le croupion !

     Tout fier de lui, il se joignit aux rires et aux chansons en priant les Sept que son défunt père le regardent ce soir pour voir quel homme il était à ainsi se comporter comme leur égal parmi les autres. Il avançait dans le cortège en jouant des épaules comme pour se donner l'air important. Il était le suzerain du Conflans, après tout ! Il se rapprocha de la mariée en riant sans vergogne, car s'il était un peu gêné qu'on la dévêtisse ainsi en public, il se prenait au jeu sans vraiment en saisir toutes les règles. Les vêtements de la demoiselle passaient entre les mains des hommes et il finit par récupérer le châle de lady Sienna qu'il porta à ses narines pour en humer le parfum avant de le repousser en riant toujours, car le linge puait fortement. Ser Duncan, qu'il ne connaissait pas, était à ses côtés et avait laissé à d'autres le soin de porter la mariée. Edwyn, porté par l'enthousiasme, s'écria presque en le regardant, cet homme si grand :

–      C'est comme à Hautjardin ! On s'amuse bien !

     Toutefois, dans un coin de sa tête, Edwyn n'oubliait pas qu'il y avait dans la chambre quelque chose qu'il souhaitait voir : l’œuf de dragon. Il pourrait certainement l'observer à loisir pendant que lord Ambrose s'endormirait avec son épouse !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 16 Juin 2012 - 11:16

      Dans les couloirs, deux chevaliers portaient la mariée. Jasper avait reconnu parmi eux ser Duncan qu'il se souvenait avoir vu quelques années auparavant lors du tournoi de Cendregué, en 209. Comment oublier cet homme à la taille hors norme et pour toujours associé dans sa tête au Jugement des Sept qui avait conduit son oncle Maekar à devenir malgré lui un fratricide ? Il n'avait pas quitté la salle du banquet depuis longtemps que déjà les grivoiseries et les paillardises fusaient comme des oiseaux enragés dans la ramure d'un barral forcené. Jasper goûtait peu ces plaisanteries viriles, car il était trop sérieux et trop austère pour avoir le brin d'humour qui lui faisait cruellement défaut, mais il se laissa prendre au jeu et s'il ne riait pas à gorge déployée comme d'autres, il affichait cependant un sourire gêné, car il se demandait si la mariée savourait cet instant comme les convives semblaient le faire. Jasper se souvenait de la cérémonie du coucher à Hautjardin. En revanche, il aurait aimé se souvenir d'une cérémonie du coucher concernant sa sœur aînée, mais les circonstances du mariage de celle-ci n'avait guère offert cette possibilité. Finalement, ces deux-là avaient bien réussi leur coup, et le souvenir de leur coucher n'était partagé que d'eux seuls, ce qui ne serait pas le cas du souvenir du coucher de lord Ambrose et de lady Sienna. Quand il entendit cependant le petit Edwyn qui répétait très sérieusement une phrase que d'autres avaient lancé comme un pavé dans la mare, il ne put se retenir d'éclater de rire, ce qui donna à entendre un curieux spectacle auditif car le rire de Jasper n'avait rien d'une sinécure, bien au contraire il riait maladroitement, comme s'il avait un hérisson accroché à la luette. Au gré de leur progression, Jasper se retrouva non loin de la tête du cortège et de ser John qui portait la mariée. Jasper se substitua à ser Duncan pour lui aussi porter lady Sienna qu'il n'enviait guère, dans sa position. Le suzerain du Val en profita pour glisser à ser John ces quelques mots : « Un peu d'aide, messer ? »

      Jasper ne voulait pas donner l'impression qu'il ne partageait pas la liesse générale, et c'est pour cette raison qu'il se lançait à tout rompre dans la conversation avec celui qui était à ses yeux un illustre inconnu. Ils étaient si nombreux à ce mariage que Jasper n'aurait su les dénombrer et il fallait bien commencer par quelqu'un pour briser la glace. Il aurait pu discuter avec lord Edwyn, mais il ne voulait pas donner à croire qu'il se fermait des portes, d'autant que le petit garçon semblait très bien s'amuser sans lui. Il semblait même avoir des prédispositions pour ces traditions saugrenues mais respectables que Jasper lui-même saurait respecter le moment venu. Même si l'idée d'être dévêtu progressivement pas des mains féminines... lui était à cet instant insupportable. Déjà qu'il avait du mal à considérer la « chose » en elle-même, ces préliminaires lui semblaient inexorablement pénibles. Mais peut-être sur le moment connaîtrait-il l'excitation des chairs qui rend tout plus facile, comme un peu d'huile sur la fente, s'il en croyait les paillardises qui fusaient de tous les côtés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 17 Juin 2012 - 8:44

Dans un grand bruit de robe, et au terme d’un petit exercice physique qui mit la jeune fille hors d’haleine, elle parvint dans le couloir où le marié et son cortège de dames avançaient. Les rires, les plaisanteries, la sueur, emplissaient l’air, et la demoiselle avait bien du mal à discerner correctement ce qui se passait. Mais malgré tout, l’hilarité générale, la bonne humeur, le fait que tout le monde semblait être si à l’aise l’entrainait elle aussi dans le même état d’esprit.
Presque devant elle, une femme trébucha sur les vêtements du marié - les vêtements du marié ?! Ashlee avait presque oublié qu’il devait être tout nu pour entrer au lit, dans son agitation – et un courant de rire général traversa le couloir. Une femme lui glissa qu’elle était allongée aussi bien que le serait Lady Sienna, une autre déclara qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de savourer l’odeur d’un homme quand elle le déshabillait : les joues enflammées mais pouffant de rire à chaque remarque devant tant d’audace, la noble tendit une main à sa congénère affalée sur le sol, pour qu’elle se relève sans encombre.
Coude à coude avec elle, la cadette des enfants Cendregué se laissa entrainer un peu plus avant dans le cortège, tout en agitant à l’instar de certaines autres femmes un morceau du vêtement qu’avait laissé Lord Ambrose en se laissant déshabiller. La tête lui tournait, et les odeurs de vinasse aidant, tout semblait à ses yeux si irréel que la réalité semblait se fondre avec un rêve étrange de quelques scènes d’orgie monstrueuse, dans lequel corps et têtes se mêlaient pour pêcher, encore et encore, dans l’enthousiasme général.

Lâchant le bras de sa comparse inconnue, oubliant totalement la pauvre Lady Jeyne dans son ivresse et sa confusion, Ashlee entrevit alors le marié, poussé avec hardiesse vers sa chambre, et dont les parties du corps totalement nues semblaient se balancer avec insolence. Fermant immédiatement les yeux, la demoiselle plaça une main devant ses yeux pour ne pas regarder. La gêne l’étouffait, elle qui ne voyait pas un pouce de la peau de ses jambes sans détourner les yeux pudiquement !
Elle se raccrocha à sa voisine pour ne pas tomber, et essaya de lancer le vêtement au hasard dans la foule pour continuer à faire comme les autres.
Un encouragement un peu trop précis la fit un peu sursauter, et elle se remit à rire, sans vraie raison. Elle ne pouvait s’empêcher désormais de penser qu’elle serait bientôt à la place de la mariée, au milieu de tous ces hommes qui la verrait nue, qui verrait la peau de ses jambes, qui regarderait son ventre, en lui glissant des encouragements dont elle ignorait la teneur. Plus précisément : dont elle voulait maintenant ignorer la teneur, sans comprendre l’acte précis en lui-même. De toute façon, est-ce que Lord Ambrose était normal ? On ne savait pas, après tout ! Peut-être que tous les hommes ne ressemblaient pas à ça… Peut-être était-il difforme. C’était si… laid ! Et si atrocement gênant qu’elle fourra encore son visage dans ses mains, comme pour étouffer définitivement son embarras.

Il faudrait qu’elle demande tout à sa septa, le soir-même !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 17 Juin 2012 - 16:19

Noreen qui avait la malchance d’être en fond de salle arriva dans les premières près de Lord Ambrose et put ainsi commencer à le pousser et lui défaire son surcot en éclatant de rire pendant qu’elle cherchait quelque chose à dire et que, n’y connaissant rien elle butait un peu sur les mots à employer. Enfin elle se contenta bientôt de répéter ce que les autres disaient tout en applaudissant, celles qui savaient de quoi elles parlaient, enfin à priori, mais rien de moins sûr. Participant à l’hilarité générale qui connut son paroxysme lorsqu’une des accompagnatrices s’étala de tout son long dans le couloir.

« Vous allez gouter la pucelle Lord Ambrose ! »

Ah mais oui, bien sûr elle était vierge, la mariée ! Voila quelque chose de tout trouvé à dire !

« Elle va saigner sur les draps ! »

Noreen était très contente de sa remarque qu’elle trouvait tout à fait assez sale pour l’occasion, mais à priori, vu les regards et les sourires amusés des femmes, c’était idiot. La rouquine. Un peu gênée se laissa pousser un peu plus en queue de pelotons et se faisant elle marcha sur le pied d’une jeune femme blonde (Ashlee).

« Oh pardons Ma Dame ! Veuillez excuser ma maladresse, je suis désolée. »

Peut-être qu’elle savait quoi dire elle, elle suivit le mouvement pour entendre ce qu’elle dirait, enfin, elles arrivèrent près de la chambre et elle étaient de nouveau assez près pour voir Lord Ambrose entrer dedans, nu comme un vers. Contrairement à sa voisine, qui désormais s’accrochait à elle, Noreen ouvrit de grands yeux ainsi que la bouche, c’étaie donc fait comme ça. A vrai dire elle s’y attendait un peu, elle avait vu des chevaux, des mâles et des femelles et même des saillies, elle avait vu tout un tas d’animaux, mais de voir un homme ainsi, c’était… étrange… choquant, un peu… amusant surtout, ce truc qui pendait n’avait rien du machin des chevaux ou des cerfs, c’était tout petit et tout poilu, amusant vraiment. Cela dit heureusement que c’était petit, car à priori, elle n’avait pas les attributs d’une jument. La jolie blonde riait aux éclats et la rouquine l’accompagnait même si elle ne comprenait strictement rien à ce qui se disait. Effectivement, con, queue, cul, couillu, croupion, tout cela était bien nébuleux pour elle, seins oui, ça elle connaissait, et l’acte lui-même sans l’imaginer vraiment, elle le voulait plus tendre que la sailli d’un étalon sans en être tellement certaine pour autant et craignant un peu que son époux la morde.

« Avez-vous une idée de ce que signifie tout cela Dame… comment vous appelez vous ? Moi c’est Noreen… Noreen Ruthermont. »
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Dim 17 Juin 2012 - 18:07

     Ser Duncan fut amusé par la déclaration du jeune lord de Vivesaigues, il se contente de hocher la tête en ajoutant quelques mots. « Sauf que les Tyrell n'avaient pas d'œuf de dragon ! » Apparemment l'œuf avait volé la vedette à la mariée et tout le monde devait espérer pouvoir l'apercevoir, voir même y toucher ! Plusieurs hommes riaient grassement, visiblement l'alcool et la cérémonie avaient un effet hilarant ! Lorsque lord Jasper se hissa à la hauteur de ser John qui arbora une expression des plus amusées lorsqu'il entendit les paroles prononcées par le Valois. « Vous arrivez à point nommé, je suis persuadé que lady Sienna préfèrera que ce soit un jaune seigneur comme vous qui s'occupe de lui retirer sa culotte ! » Quel insigne honneur, la déclaration provoqua plusieurs nouveaux rires alors que quelques seigneurs se mirent à répéter en rythme « La culotte ! La culotte ! » Ne restait qu'au jeune lord des Eyrié d'avoir le plaisir de s'acquitter de cette tâche !

     Du côté des femmes, la fête était aussi au rendez-vous. Les jeunes dames – et les moins jeunes – avaient réussi à lui retirer une bonne partie de ses vêtements et il se faisait pousser vers la chambre alors que sa nudité devenait de plus en plus précise. Quelques gloussements s'imposèrent lorsque les braies du lord tombèrent à terre, manquant de faire chuter une autre jeune femme que la vinasse avait un peu trop rendue hésitante dans sa démarche. Des cris se firent alors entendre. « Qu'on libère le serpent ! » ou encore « Qu'on lui montre le dragon de messire Ambrose ! » L'hilarité présente rendait presque ces paroles incompréhensibles, mais l'essentiel était que tout le monde s'amuse. La jeune lady Ashlee fut poussée vers l'avant du cortège sans que les gens ne se soucient qu'elle pouvait discuter avec une autre jeune femme, elles étaient ici pour déshabiller le marié et non s'amuser à bavasser ! La Cendregué fut invitée à retirer le dernier tissu qui couvrait l'intimité de lord Ambrose et elle arrivèrent déjà en vue de la porte de la chambre alors que des bruits se faisaient entendre de l'autre côté du corridor.

     Les hommes arrivaient avec la mariée en même temps que son époux avec ses accompagnatrices. Ils furent tous les deux poussés dans la chambre alors que des paroles encourageantes les accompagnaient « Qu'il lui fasse un marmot ! » ou laissaient entendre ce qui allait attendre la jeune femme « Qu'on l'entende crier jusqu'au delà du Mur ! » Puis ils pénétrèrent dans la pièce où se situait le lit conjugal. Ser John et ser Duncan entrèrent en compagnie d'autres personnes comme lord Jasper et lord Edwyn, il en fut de même du côté des femmes et toutes les personnes ici présentes purent admirer l'œuf de dragon. Celui-ci était posé sur un meuble et se révélait être un magnifique œuf dont les couleurs rappelaient étrangement celle d'un coucher de soleil sanglant. Ser Duncan s'approcha du trésor et le souleva avant d'être interrompu par un garde qui lui somma de reposer l'œuf. Après s'être exécuté, l'homme et ses accompagnateurs se glissèrent hors de la chambre, laissant les deux mariés consommer leur mariage et ils regagnèrent leurs chambres respectives.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Jour 1, soir : Couloirs du Château

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Les couloirs du château aile Est
» Ville, citadelle et château de Parthenay
» Mon lit est plus confortable le matin que le soir. ~ le 03-07 à 9h14
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°3 : Murs-Blancs-