AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Jour 1, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Juin 2012 - 11:50


      Quand il saisit la main de lady Jeyne pour la conduire jusqu'à l'espace aménagé pour permettre aux convives de danser au gré de la musique, il fit l'effort d'être délicat. Elle avait accepté, sans surprise, mais il la savait gré de ne point l'avoir humilié devant tant de beau monde. « Vous m'obligez, ma lady. » Avant même leur arrivée sur la piste, la demoiselle lui faisait déjà un brin de conversation, ce qu'il trouva fort embarrassant, car il ne se sentait pas capable de danser et parler en même temps sans être médiocre à la fois dans ses pas et dans ses mots. Il répondit donc d'une traite, avant d'avoir esquissé les premiers pas. « Magnifique ? Certainement, lord Ambrose nous a offert une belle cérémonie. » Le sourire pincé qu'il afficha dut être peu convaincant, mais c'est tout ce qu'il était capable d'offrir à la remarque de lady Jeyne ; après les noces de son cousin à Hautjardin, il lui était difficile de ne point établir de comparaison et même si les noces de lord Beurpuits étaient insolentes de faste et de bombance, il ne goûtait que très peu ce banquet gras et provincial, dégoulinant du jus des viandes et des légumes. L'odeur même qui embaumait la salle aurait pu lui donner faim, s'il n'en avait déjà plein le nez. Mais il ne comptait point partager ces opinions avec quiconque, et tout ce qui l'intéressait à cet instant était de faire danser la demoiselle qu'il tenait à ses bras. Alors qu'ils tournaient sur la piste, cette dernière lui donna l'impression qu'elle tenait à engager une conversation dont lui, au contraire, se serait volontiers passé. Toutefois, le sujet qu'elle choisit piqua sa curiosité, car tout comme son frère Robert, bien plus que le mariage l'intéressait le tournoi. Il jouterait et engagerait son nom et sa réputation dans l'événement : forcément, il ne prenait rien de tout cela à la légère. Après une volte silencieuse, il lui répondit, profitant d'un répit accordé par des pas plus lents et plus pratiques pour la conversation.

      « Je jouterai en effet, ma lady. C'est l'honneur et le devoir de tout chevalier qui se veut digne des vœux qu'il a prononcé devant les Sept. » C'était à ses yeux ce qui distinguait les preux des autres, les vertueux des méchants. Ce tournoi n'était peut-être pas le plus prestigieux du siècle, mais il n'en était pas moins l'occasion d'afficher sa valeur et son honneur. Il ne connaissait point encore l'ensemble des autres participants, mais il espérait vraiment que chaque autre compétiteur lui offrirait un honorable défi. Il pouvait bien supporter les vapeurs nauséeuses de ces noces en attendant cela. « Mais vous, qu'êtes-vous venus faire à ces noces ? Votre père est vassal de Castral Roc, non de Vivesaigues. » Le ton était interrogatif, et curieux, car quand bien même lady Jeyne et son frère les avaient accompagnés depuis Vivesaigues, avec les Tully, il n'était pas sûr de comprendre les raisons de sa présence ici, à Murs-Blancs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Juin 2012 - 12:45

     Maeve était vraiment gentille avec lui. Leo Tyrell était de très loin l'homme le plus brave et le plus honorable qu'il lui ait été donné de rencontrer jusqu'à présent, il était en quelque sorte un héros à ses yeux et d'être ainsi, d'une phrase, comparé à lui, le petit garçon en éprouva une grande joie. Il espérait vraiment qu'un jour, il soit comme elle l'avait dit, un seigneur bon, honorable et valeureux, bien installé à Vivesaigues, écouté de ses vassaux et peut-être même des autres qui, ailleurs auraient pu avoir besoin de son conseil ou de son aide. Il avait la tête plein d'histoires et de contes, de légendes et de récits d'aventure, mais il savait qu'être seigneur suzerain entraînait son lot de responsabilités et de souffrances qui déchiraient le rêve et la réalité. Il ne serait jamais un excellent jouteur comme Leo Tyrell, et n'arrangerait peut-être point un mariage aussi prestigieux pour sa sœur aînée comme Jasper Arryn l'avait fait pour la sienne, mais il grandirait bientôt avec le souvenir de ces exemples et s'évertueraient à être le seigneur suzerain dont le Conflans avait besoin. Pour l'heure, il ne souhaitait qu'une chose, continuer à danser ! Un sourire s'éveilla à nouveau sur ses lèvres quand lady Maeve le questionna sur Vivesaigues et sa famille.

–      Nous aurons tout le temps, Vivesaigues est un petit château et ma famille n'est pas très grande... je suis sûr que maman... que lady Charissa t'aimera beaucoup. Mes sœurs seraient bêtes de ne pas être tes amies !

     Maeve était si gentille, si douce, si amicale qu'il était impossible au jeune Edwyn d'imaginer une seconde que sa famille puisse ne pas l'apprécier ! Leur halte à Vivesaigues avait été courte, mais Edwyn était persuadé que les Arryn y avaient fait très bonne impression à sa mère et ses sœurs. De toute façon, si l'une des femmes de son entourage se montrait méchante à l'égard de l'un de ses deux invités des Eyrié, il ne le leur pardonnerait jamais. De ce point de vue, il était très pénétré de son titre et de son rang et jamais il n'aurait accepté, de toute sa colère de petit garçon, qu'on insulte sous son toit ceux qu'il considérait comme ses plus chers amis, qui plus est par sa propre mère et par ses propres sœurs. Si l'une de ses deux aînées le faisaient, il leur en voudrait pour toujours, et quand il serait en âge de penser à ces choses-là, il arrangerait pour elle les pires mariages qui soient ! Il choisirait pour chacune d'elles un sauvageon d'au-delà du Mur et cela serait leur punition ! Mais il n'y avait aucune raison que cela se passe de la sorte, bien au contraire, et c'était ce qui réjouissait le petit garçon alors qu'il tournait encore et dansait avec Maeve. Malheureusement, en essayant un mouvement complexe, il ne fit point mouche et son pied alla s'écraser sur les orteils de sa partenaire. Il s'arrêta aussitôt, l'air profondément attristé.

–      Oh, je suis vraiment désolé ! Est-ce que ça va ? Pardon...
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Sam 9 Juin 2012 - 13:08

     Lady Myrcella était semblable à une fontaine, ses joues potelées inondées de larmes certainement exagérées étant donné que la chute n'avait guère été bien douloureuse, mais les paroles réconfortantes du jeune écuyer eurent tôt fait de consoler la malheureuse. Elle s'interrompit dans ses larmes pour le regarder avec des grands yeux pétillants avant d'arborer un grand sourire. « Oh oui ! Des dragons, comme dans l'œuf ! » Elle tapa dans ses mains avant de les tendre à son partenaire pour qu'il l'aide à se redresser. Après quoi, la demoiselle s'approcha d'Ewald pour coller une bise sonore – et légèrement humide – sur sa joue, visiblement elle avait été charmée par l'attention qui lui était témoignée. « Mon chevalier ! Je serai la princesse alors et tu me protègeras ! » Souhaitant certainement imiter ses aînées la petite mima une pseudo révérence avant de taper une fois de plus dans ses mains sous le coup de la joie. Visiblement sa tristesse s'était complètement envolée et mis à part les yeux légèrement rougis qu'elle arborait, plus rien ne témoignait de sa crise de larmes.

     Alors que tout le monde s'amusait bien, les serviteurs firent à nouveau leur entrée et plusieurs nobles regagnèrent leurs places. La suite du repas arrivait, apportant de bonnes effluves qui auraient fait saliver n'importe qui malgré le bon début de dîner qu'ils avaient déjà fait. Jambon au miel, cygne rôti farci d’huitres et de champignons, brochet poché au lait d’amande, accompagnés de choux-fleurs, fenouils rouges, pois, oignons, aulx, artichauts, olives, betteraves, haricots, maïs doux et de quelques miches de pain bis firent leur entrée. Certains couples restèrent sur la piste de danse, visiblement plus intéressés par leur partenaire que par la nourriture qui arrivait, ce qui n'avait rien de très étonnant d'un côté. Il n'était pas rare que la seconde partie du repas se fasse de manière plus anarchique et que certaines personnes changeaient des place pour aller bavarder avec tel ou tel autre noble. Ce fut d'ailleurs le cas de ser Duncan qui n'avait pas oublié sa promesse aux Cendregué et quitta la table des chevaliers errants pour gagner celle de la famille du Bief où il fut accueilli avec joie. La jeune lady Myrcella tira Ewald derrière elle pour l'embarquer à sa table, visiblement elle avait décrété qu'il serait son nouveau chevalier et qu'il devrait la supporter jusqu'à ce que la nuit soit trop avancée pour qu'ils restent éveillés. Lord Ambrose refit son apparition, occupant à nouveau sa place et se changeant de faire la discussion aux personnes encore assises à table. Comme son épouse par exemple qui avait malheureusement été privée de la première danse, mais son visage ne semblait pas marquer la moindre contrariété comme si elle avait décidé que rien ne viendrait lui gâcher ce beau jour. Le repas progressait bien et les quelques incidents de la cour n'avaient aucun effet ici, deux mondes différents qui se côtoyaient, mais sans jamais se toucher.

----------------------------------

Étant donné que nombre d'entre vous ont entamé des discussions, je ne vais pas vous arrêter d'un coup donc si vous souhaitez encore danser, ne vous gênez pas ! Pareillement si vous souhaitez manger à une autre place que celle qui vous avait été allouée jusqu'à présent, l'alcool faisant un peu oublier le protocole vous en avez le droit ! Je posterai quelques relances en voyant la manière dont vous faites avancer vos personnages, mais la « fin » de ce plat prendra fin d'ici trois jours environ, après quoi vous pourrez embrayer sur une nouvelle danse ou vous contenter de manger !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Juin 2012 - 17:23

Non loin d’elle, Ashlee qui dansait aussi semblait en difficulté. Elle ne fit que regarder sans pour autant aller voir ce qu’il se passait. Cela ne la regardait pas et elle était en d’aussi bonnes mains que Jeyne pouvait l’être à présent. Elle espérait seulement qu’elle ne souffrait pas. Il n’était pourtant pas le moment pour elle de se préoccuper de quiconque d’autre que d’elle-même. Ce qu’elle faisait maintenant avec Lord Arryn, bien que totalement anodin pour beaucoup, lui semblait être la chose la plus importante qu’elle ait jamais eu à faire. Elle ne devait pas lui sembler idiote ou ennuyeuse et pourtant c’était bien l’impression qu’elle avait. Bien que maladroite, elle estimait qu’il était préférable pour elle de parler un peu que de se taire et de regarder ses pieds. Elle connaissait les danses par cœur et était donc capable, comme toute vraie femme qui se respecte, de faire deux choses à la fois. Seule ombre au tableau, il ne semblait pas convaincu. Peut-être était-ce qu’en réalité il ne voulait pas lui parler ? Mais alors pourquoi l’inviter à danser ? Non… Il ne devait pas vouloir aborder le sujet du mariage et de la réception. Après tout, c’était un Lord très important, un suzerain, qu’en avait-il à faire de la robe ou encore de la nourriture ? Certains étaient très intéressés par le vin mais il ne sentait pas la vinasse comme d’autres. Non.
Elle regardait aussi Mycella et Lord Ewald, ainsi que Maeve Arryn et Edwyn Tully, tous ces enfants étaient si à l’aise… Elle se souvenait de l’insouciance dont elle faisait preuve elle aussi il y avait de cela quelques années et regrettait presque que les choses aient changées. Tout semblait si simple pour eux. Elle aussi aurait rêvé le remercier en lui déposant un baiser sur la joue ou inversement, mais cela n’arriverait jamais, elle le savait bien. Maintenant ils étaient des adultes, lui surtout et qui plus est des adultes qui ne se connaissaient pas. Enfin… Le sujet du tournoi semblait bien plus lui parler. Elle ne fit donc qu’acquiescer à sa remarque sur le mariage, préférant ne plus l’embêter. Avec un sujet si frivole.
    Ce que l’on dit de vous est donc vrai Messire, vous être un Lord honorable et vos paroles m’enchantent… J’ai l’impression que peu de jeunes hommes de votre condition garde encore à l’esprit ces vœux qu’ils ont prononcés. Je me trompe peut être, surement, mais je trouve cela vraiment remarquable.
Il avait dit exactement ce qu’elle rêvait d’entendre en fait. Elle n’avait pas parlé avec beaucoup d’homme, mais elle les entendait converser avec son père et ou encore son frère et rares étaient ceux qui avaient ainsi mis en émoi par leur parole la jeune Brax. Elle rêvait d’un homme courageux, digne, d’un homme sui lui dirait que son devoir est de combattre. Ici il ne s’agissait que d’un tournoi, mais cela pouvait se révéler mortel pour les moins chanceux ! Elle n’osa ajouter qu’elle serait là pour l’admirer, de peur qu’il n’apprécie peut être pas mais oui, elle serait là elle prierait pour lui, pour qu’il l’emporte et surtout qu’il ne se blesse pas.
    Il s’agit surtout d’un hasard en réalité… Ma famille est amie de la maison Tully et quand Lady Morag m’a conviée à Vivesaigues, père n’a pas hésité à accepter l’invitation. Il savait évidemment que le mariage aurait lieu et il a trouvé cela judicieux que nous nous y rendions… Je ne suis malheureusement pas dans sa tête et ne pourrait dire réellement le pourquoi de notre venue ici. Père est effectivement un vassal de Castral Roc de part sa position dans l’Ouest, mais cela ne l’empêche pas d’être amis avec d’autres « régions »… Je suis navrée de ne pouvoir vous en dire plus, père ne parle pas souvent politique devant moi…
Elle lui sourit brièvement et jeta un œil à son frère. Ce qu’elle ne disait pas était que son père ne portait pas vraiment les Lannister dans son cœur. Elle n’était pas vraiment supposée le savoir d’ailleurs mais c’était bien le cas. Pourquoi ? Il y avait une histoire avec le roi que Lord Brax voulait servir quoi qu’il arrive mais qui ne semblait pas être la priorité de Lord Lannister. En gros, c’était ce qu’elle avait compris mais elle n’allait pas se lancer dans une telle discussion et risquer en plus de mettre sa famille dans l’embarras.
    Je suis en tout cas ravie d’être ici et d’avoir pu enfin faire votre connaissance. On m’a beaucoup vanté vos mérites.
Oui et non mais quoi qu’il arrive elle était fascinée par ce suzerain si jeune et pourtant si sage. Elle ne s'occupait pas de la nourriture à nouveau apportée. Elle était en réalité assez troublée par sa question.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Juin 2012 - 18:10

Noreen n’avait pas vraiment fait attention à la dispute pensant d’abord qu’il s’agissait de quelques servantes en train de se disputer tant le ton était hors de propos dans une telle fête. Elle était bien trop absorbée par le regard de son ami avec qui elle ne cessait de danser en espérant que cette musique n’ait pas de fin. Elle ne comprit ce que cela avait engendré qu’au moment ou Tom le Noir gronda de sa voix effrayante, faisant presque sursauter la gamine.

- Ma Lady ? Vous avez eut peur ?
- Non… Un peu…
- Tom le Noir est connu pour sa grande violence, vous avez raison d’avoir peur de lui, il pourrait bien vous tuer sur un coup de tête. Mais ne craignez rien, restez près de moi, évitez de le provoquer, et tout se passera bien.

Edarra passa en trombe à côté d’elle, une noble effectivement, Dornienne, et cela ne faisait ni chaud ni froid à la rouquine qu’elle soit du sud ou d’ailleurs, à vrai dire, elle se méfiait des Dorniens parce qu’il était de notoriété publique qu’ils n’étaient pas comme les autres, mais la paix du Roi avait été imposée là-bas aussi alors... Ce qui la chagrinait était que l’ambiance après ça était un peu retombée et que Matthew avait arrêté de danser et l’avait raccompagnée à table.

- Voyez-vous ça ! Ces dorniennes sont des furies vraiment ! Le sourire aux lèvres, il semblait aimer le caractère explosif de la jeune femme à la peau mate.
- Aimez-vous cela Matthew ? Les furies ?
- J’aime… je… non… je ne sais pas… J’aime bien que les femmes aient leur caractère, je trouve la plupart des jouvencelles un peu trop… hum… frivoles et soumises.
- Ah ?
- Pas vous… Je vous ai vu tirer sur les Faces-Brulées…
- Ah…
- Et vous dansez magnifiquement Lady Noreen, avec grâce et légèreté, j’ai l’impression de tournoyer avec un plume, une très belle plume ! J’ignorais que vous aviez ce talent en plus de celui d’être une archère émérite !

La danse fit place au repas, et entre temps Lady Edarra se faisait pardonner en dansant tant bien que mal avec le monstre qui l'avait insultée un peu plus tôt. En regardant les Ladies danser, elle fut prise d’une grande mélancolie, ne sachant si les paroles de Matthew n’étaient que politesse ou s’il le pensait vraiment. Elles étaient toutes plus belles les unes que les autres, portant des toilettes dignes de princesse et elle malgré le fait qu’elle porte la plus belle robe qu’elle possède, elle se trouvait tellement moins, jolie, tellement ignare aussi, elle ne se sentait pas à sa place, peut-être aurait-elle du être reléguée dans la cour. Comment devenir aussi digne et gracieuse qu’une de ses Dames de haute naissance sans trahir sa nature, le pouvait-elle seulement ? Prendre exemple sur la dornienne ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Juin 2012 - 21:59

Edarra essayait d'à peu près mener la danse car son compagnon n'était pas un danseur des plus doué. Elle ne connaissait pas énormément les danses du nord, mais elle s'y prenait malgré tout avec grâce et en essayant d'être la plus élégante possible. Mais on va dire que le grand dindet devant elle n'était pas un spécialiste en la matière et il n'avait possiblement pas très envie non plus de se retrouver sur cette piste de danse, spécialement avec elle. Au moins sa tentative de discussion avec l'énorme chevalier porta ses fruits et il répondit avec orgueil combien il comptait arriver en très bonne place, surtout pour botter les fesses de petits chevaliers. Evidemment, un homme de sa carrure ne devait pas bien supporter la défaite, comme il ne supportait pas qu'on remette en cause la politesse d'un domestique. Elle le voyait bien en très mauvais joueur, à essayer d'achever un pauvre combattant au sol ou pire encore. Oui, il ressemblait presque à un monstre.

Ensuite il lui demanda qui elle comptait supporter après lui avoit demander si elle aller venir assister aux joutes et si son cousin y participer. « Non, mon cousin n'y participera pas mais nous serons là pour regarder. Il est clair que je supporterais les combattants de la famille des mariés, après tout, le bonheur de cette journée doit rendre leurs chevaliers encore plus ardents et plus combattifs que d'habitude. Je pense qu'on aura un très bon spectacle. » Car après tout, ce n'était pas ça la vraie guerre et ces joutes étaient surtout là pour s'amuser. Ils dansèrent encore quelques valses, le temps de terminer leur courte conversation avant que la musique ne se fasse moins proéminente et que les plats se fassent servir. S'excusant, la Dornienne arrêta la danse en faisant une légère révérence en remerciant le chevalier et s'approcha alors de la table de Damon Tarbeck. « Messire, veuillez m'excuser pour le scandale que j'ai causé, j'ai interrompu notre conversation. J'espère que vous êtes toujours disposé à me parler. » Savait-on jamais, c'était la soirée des réactions étranges. Comme si elle n'avait jamais été noble et n'avait jamais assisté à une fête ou qu'elle n'avait jamais été dans une cours. Il restait tout à réapprendre, et surtout sa place à elle dans l'échelle hiérarchique de la noblesse ou des reîtres.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Sam 9 Juin 2012 - 22:10

Lady Ashlee, une fois assise, put se remettre peu à peu, son étourdissement n’étant plus qu’un mauvais souvenir. Le verre d’eau arriva, et la jeune fille, après s’être redressée, adressa un sourire franc à Lord Ryman, pour bien montrer, comme elle l’expliqua ensuite, qu’elle allait bien mieux. Ainsi, il était « si courtois » qu’elle avait honte de sa conduite… mais jamais il ne se serait permis de lui donner toute la responsabilité de ce soudain trouble. D’ailleurs, elle se chargea elle-même d’en exposer une raison : sa septa, un peu trop présente, un peu trop attentive, au point que parfois elle étouffait sa protégée. L’excuse pouvait tenir, mais elle ne pouvait à elle seule expliquer les événements…

« Je comprends tout à fait, Madame. Il n’est nulle justification pour votre honte, l’agitation et la chaleur sont en effet à blâmer, je n’en doute pas. »

Ryman se redressa et jeta un œil sur la piste, pour voir que son petit frère avait perdu l’équilibre pour s’écrouler comme une masse… sur sa jeune cavalière. Il ferma un instant les yeux et inspira, pour se contenir et ne pas intervenir. La maladresse d’Ewald ne serait pas une raison pour créer un scandale. Se détournant, il reporta son entière attention sur la demoiselle, qui reprenait la conversation là où elle avait malheureusement été interrompue un peu plus tôt.

« Je le répète, votre honte est totalement injustifiée. J’attendrai donc la missive de votre père, mais sachez qu’il n’est nul besoin que je vous réponde, considérez que les portes vous seront ouvertes même si vous venez à l’improviste. »

Avec toute la dignité dont son état la rendait capable, elle s’était redressée. Lord Ryman s’intéressa de nouveau, furtivement, aux agissements de son frère. Et ce dernier, semble-t-il, s’en était tiré à merveille, puisque la petite fille, jusqu’à présent en larmes, riait et applaudissait. Elle l’entraîna même avec elle jusqu’à sa table. Malgré lui, Ryman sentit une certaine fierté à voir qu’Ewald avait réparé son erreur, et l’avait même surpassée.

« Souhaitez-vous retourner parmi les autres danseurs, ou bien préférez-vous reprendre le repas et les rejoindre plus tard? »

Ryman était tout disposé à accorder la prochaine danse à Lady Ashlee, surtout que la première n’avait pu aller à son terme. Si elle choisissait de se reposer un peu avant de retourner « dans l’arène », le seigneur des Jumeaux irait voir sa sœur, qui n’avait pas encore eu la chance de danser, puisque son époux s’était éclipsé. D’ailleurs, Lord Ambrose était revenu, mais il ne semblait pas décidé à conduire Lady Sienna sur la piste. Etrange… Au moins, si elle était contrariée, elle ne le montrait pas. Elle bavardait avec sa voisine ou bien regardait ce qui se passait autour. Au moins, les Frey se montraient dignes, ce soir.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Dim 10 Juin 2012 - 1:23

Quelle chance elle avait cette fois. Elle ne pourrait pas se plaindre. Enfin, il y avait peu de chance pour que Jasper la laisse faire. En moins de temps qu’il fallait pour le dire, elle avait rattrapé les dernières années de solitude dans LES Eyrié, sa prison montagneuse. Elle ne savait pas pourquoi, bien des choses avaient changé depuis qu’ils avaient quitté Le val d’Arryn. Elle avait pu voir les splendeurs du Donjon Rouge. Elle n’avait pas osé approcher son cousin qu’on surnommait l’ivrogne. Elle avait même eu peur de rencontrer son grand oncle Maekar. Ce qu’on disait sur lui, avait tendance à lui donner des frissons dans le dos. Même si elle était déçue de ne pas passer un séjour chez sa tante, à Lestival, elle était heureuse de voyager avec le petit Tully. Il avait fait halte à Hautjardin et même si l’été et la canicule avaient un peu ravagé la beauté des fleurs, selon Emilia. Pour Maeve, ils n’en restaient pas moins les plus beaux qu’elle avait vus. Elle avait trouvé Castral Roc quelques peu différents, mais elle n’avait pas vraiment aimé. Elle préférait encore plus son Eyrié natal. Même si elle n’avait pas passé plusieurs jours à Vivesaigues, elle trouvait la maison du petit Tully très sereine et relaxante. Regardant le petit garçon, elle prit le temps de réfléchir.

Mestre Wyman m’a dit beaucoup de chose sur les maisons des sept couronne. Maura dit que je ne devrais pas tout croire. Alors, c’est vrai que si tu le veux, tu peux transformer la forteresse de Vivesaigues en ile et que ton château devient imprenable?

Elle allait voir si Mestre Wyman avait raison cette fois. Elle était certaine que le vieux Mestre en rajoutait sur la maison des Tully. Qui de mieux que son mestre pour raconter de telle histoires. Lui-même étant un passionné de la magie. Sa chaine en racontait beaucoup sur lui. Et encore plus sur le fait qu’il était un homme avec une imagination débordante. Heureusement pour Maeve, elle aurait la vérité venant de la bouche même de son Lord.

La suite des choses l’amusa. Les pieds gauches d’Edwyn marchèrent sur les siens, mais elle fut plus surprise qu’autre chose. Elle prit plus le temps de rire que de pleurer. Elle n’avait rien senti. La petite Arryn était faite de roc. Elle préféra rassurer son jeune cavalier, en riant.

Ne t’inquiète pas. , tout va bien, il n'y a pas de mal. Vous êtes tout pardonné Lord Tully.

Elle aimait l’appeler par son titre. Elle s’en amusait. Bizarrement, elle n’avait pas encore faim. Mais bon, elle userait de ruse, pour que le petit Lord prenne place près d’elle, ou le contraire.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 10 Juin 2012 - 9:23

Tandis que Lord Frey jetait de fréquents regards à la dérobée vers son jeune frère qui s’était écroulé sur sa cavalière – fait dont au château Cendregué elle aurait bien ri, librement, mais dont ici la jeune fille prenait soin d’ignorer l’évènement – la jeune fille jeta un regard bref sur Jeyne Brax et son cavalier. Sans surprise, notre demoiselle lut le bonheur qui éclatait sur le visage de sa nouvelle amie, et reporta son attention sur le seigneur du Conflans qui lui répondait avec sa courtoisie coutumière, avant de confirmer son invitation aux Jumeaux. Ashlee éprouva une bouffée de fierté en l’écoutant ; ainsi, malgré qu’elle soit femme, elle avait réussi à entretenir de bonnes relations entre sa maison et une maison bien plus importante que la sienne, et même à obtenir invitation sans qu’il en coûtât quoi que ce soit.
Si elle continuait comme ça, peut-être Père la laisserait-il vraiment aller voir Lord Frey. Et aussi Jeyne Brax, et peut-être même Lady Morag, si elle sympathisait aussi avec la demoiselle ! Elle verrait du pays, et elle s’amuserait tant dans ces châteaux qu’elle oublierait complètement qu’elle s’ennuyait autrefois à Cendregué. Et elle se trouverait un mari, aussi.

- « Je vous remercie de votre invitation, Lord Frey. Notre forteresse vous sera bien évidemment ouverte, si d’aventure il vous plairait de venir savourer la douceur du Bief. Nul doute que Père et toute la famille seraient très honorés de votre visite. »

Elle égaya sa frimousse encore enfantine par un sourire sincère, qui montrait une rangée de dents un peu irrégulières, et rougit légèrement lorsque son interlocuteur lui proposa de retourner parmi les danseurs pour une nouvelle danse. Oh, comme elle en avait envie – malgré l’éblouissement qui l’avait saisi tantôt, et la punition qu’elle s’était fixée pour s’être comportée avec tant d’orgueil. Tout d’un coup, elle se sentait pleine d’énergie … mais elle avait promis aux Sept. Son offrande d’humilité et de renoncement.

- « Je crois que mère m’attend pour continuer la suite du repas… Danser avec vous a été un plaisir que je ne pourrais oublier de sitôt, vraiment. »

A la fois frustrée, fière d’elle-même et de son sacrifice et encore un peu confuse de son malaise, la jeune fille ne sut brusquement trouver les mots pour pouvoir partir dignement. Aussi Ashlee s’inclina-t-elle légèrement, avant de prendre congé en se dirigeant vers sa table une fois que son interlocuteur eut répondu.
Elle eut d’ailleurs l’agréable surprise de voir le chevalier errant attablé devant sa mère, qui, très collet-monté, lui faisait conversation d’un air poli – et qui profita tout aussitôt de son arrivée pour se décharger du fardeau de la conversation masculine pour retrouver celle, plus à son goût, de sa voisine de table.

- « Ashlee, mon enfant, j’espère que vous vous souvenez de ser Duncan, qui était venu au tournoi qu’avait organisé votre père pour votre anniversaire ?
- Comment vous oublier, ser Duncan ! »

La demoiselle s’inclina légèrement à nouveau, avant de s’asseoir à table, devant une portion généreuse de jambon au miel qu’elle ne finirait probablement pas. Comment ne pas se souvenir du chevalier errant, alors qu’il incarnait pour la jeune fille l’essence même de la chevalerie !
Aussi lui dédia-t-elle un sourire rêveur et naïf, avant de continuer à lui faire la conversation, les yeux agrandis sous le coup de l’excitation qui reprenait possession de tout son être.

- « J’espère, ser, que vous jouterez à ce tournoi. Nul doute que personne ne peut vous battre et que vous remporterez ce fameux œuf de dragon dont tout le monde parle. Vous serez célèbre dans les Sept Royaumes et même au-delà ! Avez-vous participé à d’autres joutes pendant ces trois années ? »

Foule de questions, foule d’émotions… heureusement que la jeune Lady était restée sagement assise, cette fois. Elle voulait tout savoir !
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Dim 10 Juin 2012 - 11:26

Je pus constater que mon acceptation avait ravi John le Violoniste... Tandis qu'il me menait vers la piste de danse, je me demandai quelle était l'origine de ce surnom, s'il y avait vraiment un lien avec la musique ou si cela cachait autre chose. Généralement, les surnoms étaient révélateurs d'un trait de caractère ou d'une caractéristique bien particulière. J'en étais à ce point de réflexion quand il commença à me faire valser. Ser John faisait preuve d'une maîtrise certaine dans l'art de la danse. Je fis en sorte de m'accorder à son rythme et à celui de la musique, mettant à profit les leçons de danse apprises auparavant. Elles ne faisaient pas vraiment partie de mes enseignements préférés mais se révélaient fortes utiles. Alors que je me laissais imprégner par les notes musicales, je vis l'attention de John se porter sur quelques spectatrices avant de revenir sur moi. Il avait un certain succès auprès de la gente féminine, je ne doutais pas que celle-ci aurait voulu être à ma place.

La question de mon cavalier me ramena auprès de lui. J'en déduis qu'il s'était renseigné sur les invités du mariage et lui répondit :

- C'est exact, je suis bien l'une des filles de lord Mallister. Son aînée...

Mes pensée allèrent à Walda et Maïwenn qui n'avaient pu être présentes à cet événement, pourtant cela leur auraient certainement plu, et Walda aurait pu s'en donner à cœur joie dans sa recherche du parti le plus profitable. Cette pensée me fit sourire, elle était bien différente de moi. Puis, ser John aborda le sujet de la bataille de Salvemer, je fus surprise d'apprendre que de telles rumeurs circulaient. Il est vrai que dernièrement, mon esprit était plutôt accaparé par ma cousine et l'issue de sa capture. J'espérais que mon trouble passerait inaperçu aux yeux de mon interlocuteur. En tout cas, il allait droit au but, j'appréciai étant moi-même adepte des questions directes.

- Ser John, quels éléments vous donne autant d'assurance dans vos présomptions ?

Je ne me montrais pas agressive, seulement intriguée de savoir quelles informations l'avait amené à cette conclusion qui était somme toute véridique, car j'avais pourtant cherché à me faire la plus discrète possible. De plus, je n'étais pas du genre à répandre mes exploits qui, pour le coup, relevaient de la désobéissance. Je préférais me montrer discrète sur ma vie. Je ne pus m'empêcher de sourire quand il déclara que je n'étais pas comme les autres nobles. J'aimais ne pas correspondre au moule dans lequel les hommes voulaient fondre les dames, même s'il était parfois nécessaire de s'y conformer.

- Westeros n'est qu'un énorme jeu, il faut savoir se fondre dans la masse pour survivre. Mes paroles étaient, certes, restrictives, mais décrivaient bien la réalité du jeu des trônes. Néanmoins je savais que notre monde ne se résumait pas uniquement à cette dominante. Ne pas se conformer aux règles établies apporte un peu de couleurs et d'aventure dans notre existence. Qu'en pensez-vous messer John ?

Il était lui-même chevalier errant, donc il ne suivait pas la voie de la majeure partie des chevaliers, voilà ce qui m'avait amené à lui demander son avis sur la question.

- D'ailleurs, votre surnom présume-t-il de dons artistiques de votre part ? En tout cas, vous suscitez l'intérêt de nombreuses dames de l'assemblée...

Si cela se révélait vrai, je trouvais l'alliance chevalier-musicien intéressante, il n'était pas toujours permis de rencontrer ce mélange auprès des membres de la chevalerie. Je me demandai comment il accueillerai ma remarque sur son succès, s'il avait connaissance de l'impact qu'il avait sur les femmes. Je poursuivais la danse, qui n'allait pas tarder à prendre fin. Je percevais le ballet incessant des serviteurs qui venait réapprovisionner les tables d'une nouvelle variété de mets. Peut-être retournerai-je à ma table pour en profiter avant que de nouvelles danses ne surviennent.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Dim 10 Juin 2012 - 14:54

Le Ferboys sourit lorsque la belle noble lui fit remarquer que sa sulfureuse réputation n'avait pas atteinte ses oreilles. Visiblement, cela le réjouissait.

- Voilà qui me ravit au plus haut point. Sans doute ais-je surestimé ma renommée, n'est ce pas ? Voilà qui m'apprendra l'humilité, à n'en pas douter.

La danse continuait, et bien que ses qualités de danseurs ne s'amélioraient pas avec les pas, il n'empêche qu'il semblait de plus en plus à l'aise, comme s'il baissait sa garde, prenant désormais simplement du plaisir à valser avec sa cavalière. De toutes évidences, il ne s'agissait plus uniquement pour lui de bien figurer comme danseur, mais simplement de s'amuser à danser avec une magnifique femme. Déjà de bonne humeur, il semblait désormais réellement irradier.

- Les Dorniens n'ont pas réellement un tempérament de feu, savez-vous. Mon expérience me ferait qu'il s'agit plutôt des Dorniennes.

Il se met à chuchoter, se rapprochant légèrement de sa cavalière.

- Vous l'avez vu : nos femmes sont splendides, mais elles ont un caractère très bien trempé.

Il se recule légèrement, toujours souriant, visiblement amusé par ses propos.

- Néanmoins, elles sont clairement la force de notre nation. Comme toutes les nations, me diriez vous, mais elles le sont le. Comment expliquer que notre nation qui n'est rien d'autre qu'un immense désert aride, sous-peuplé, ai tenu tête au reste de Westeros si longtemps ? Uniquement grâce à elles... Ce n'est pas grâce aux Dorniens, soyez en sur ! En tout cas, j'espère que vous apprécierez votre séjour à Dorne, Ma Dame, et si vous souhaitez un guide pour vous en dévoiler les richesses, sachez que je serais honoré de vous rendre ce service.

Il dévoila à nouveau son plus beau sourire, et alors que la danse se terminait, il adressa une nouvelle révérence à la belle. Se redressant, il conserva un instant la main d'Alysanne dans la sienne.

- Je n'ai aucune idée si ma famille est liée à celle de Lord Ambrose, je le confesse. Je crois que lui et ma tante était bons amis, mais l'état de santé de cette dernière lui interdit de longs voyages, donc ma cousine et moi avons été convié.

Il parle à nouveau, mais à voix basse, sur le ton de la confidence.

- Dites moi, Ma Dame, me feriez vous l'insigne honneur de faire fi des convenances, et de vous joindre à ma table ? J'ai particulièrement gouté notre discussion, et je confesse nourrir l'espoir de pouvoir continuer à converser avec vous à table...
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Dim 10 Juin 2012 - 17:40

Une porte entrouverte sur Dorne... c'est ce qu'elle avait espéré de cette conversation, et ce qu'elle entrapercevait la laissait sans voix. Son cavalier n'avait pas hésité à proclamer que les femmes étaient la force de son pays... plus encore que les hommes ! Interdite, elle scrutait son visage sans parvenir à déceler de mépris dans ses yeux sombres ou d'ironie dans le pli innocent de sa bouche. Elle avait lu les récits de guerre, les odes à Nyméria, les carnets de voyage où se dessinait la place des femmes, plus libre là-bas que partout ailleurs dans les Sept Couronnes... mais ces paroles révélaient bien plus qu'une simple « indulgence » envers la gent féminine : elles plaçaient ses pareilles à l'égal de leurs congénères mâles. Hérésie avérée... à laquelle Alysanne avait toujours secrètement prêté foi, comme on s'accroche en silence à un rêve d'enfant, de ces rêves que les adultes piétinent d'un regard et d'un rire humiliants. L'entendre prononcée comme une simple vérité, si claire, si limpide qu'elle aurait dû éblouir le monde entier, lui serrait la gorge. Comme son destin, et celui de bien d'autres femmes, aurait pu être différent, si tous à Westeros avaient partagé ces vues...

Dissimulant son trouble sous le masque de la courtoisie, elle s'inclina dans une dernière révérence et se redressa en souriant. A l'invite discrète de son partenaire, elle hocha la tête et posa la main sur le bras d'Asafa pour l'accompagner à sa table.

« Ma sœur Lady Darry m'en voudrait de ne pas avoir conversé avec le plus grand nombre possible d'invités. Elle était si désolée de ne pouvoir venir, qu'elle m'a fait promettre de tout lui raconter. Et quelle chance de pouvoir parler avec des personnes d'horizons si lointains ! Peut-être pourrez-vous me présenter à votre cousine. Je serais assurément enchantée de faire la connaissance d'une authentique Dornienne. » Elle sous-entendait joyeusement qu'il serait difficile de trouver plus authentique... question « tempérament de feu », Lady Ferboys semblait tout à fait à la hauteur. Encore une fois, Alysanne était plutôt curieuse de se frotter à l'inconnu et de gratter le vernis des apparences pour découvrir la réalité dans toutes ses nuances. Son voyage lui semblait parfois voué à cette seule fin...

Alors qu'il naviguaient vers les tables où s'activaient les serviteurs, son regard vogua d'un invité à l'autre. Là-bas, c'était les couleurs des Cendregué... que faisaient donc ici des gens du Bief ? Une jolie jeune fille vêtue de vert se reposait, l'air quelque peu fatigué, sous le regard bienveillant d'un Frey. Une Brax évoluait encore sur la piste au bras de Jasper Arryn. Lady Rivanon avait accepté l'invitation du beau et mystérieux chevalier errant. Ici et là des enfants singeaient leurs aînés avec une maladresse touchante. Tout était si... parfait, comme si toute la soirée elle-même était à présent réglée comme un ballet. Pourquoi ne pouvait-elle se départir d'une impression étrange, comme si une fausse note tintait à ses oreilles, à la limite de l'audible ? Ce doit être le vin.

Non loin de la table d'honneur, Lady Ferboys conversait avec un homme élégant, aux traits fins et aux cheveux sombres. Alysanne ralentit légèrement à l'approche de la table afin de ne pas s'immiscer abruptement dans leur entrevue, et glissa à Asafa : « J'espère que ma présence n'importunera pas votre cousine, Messire. Je m'en voudrais d'interrompre une conversation passionnante. » Il était assez clair, à sa façon de présenter les choses, qu'elle ne craignait pas la réaction d'Edarra, comme cela aurait pu être le cas après l'incident du début de soirée, mais se conformait tout simplement à l'éducation stricte qu'elle avait reçue à Rubriant en matière de savoir-vivre. Son sourire cordial laissait entendre qu'elle ne se formaliserait pas de devoir changer ses plans si Asafa jugeait opportun de ne pas déranger sa cousine.




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 10 Juin 2012 - 18:29

     Le petit garçon avait eu très peur que Maeve le déteste pour avoir écrasé ses petits pieds et il fut soulagé de l'entendre dire que ce n'était pas si grave. À ses yeux bien sûr, il s'agissait presque d'un crime impardonnable ! Mais il n'allait pas contrarier Maeve si celle-ci minimisait le mal qu'il lui avait causé, animal maladroit et mauvais danseur ! Il dansèrent donc encore un peu malgré le petit incident qu'Edwyn oubliait déjà, comme s'il le noyait dans les yeux de la fillette.

–      Oui, c'est tout à fait vrai ! En ouvrant les vannes, on crée une troisième douve et Vivesaigues devient une île fortifiée, c'est assez énorme !

     Il était très exagéré de dire que le château devenait alors imprenable, mais l'excès est un des privilèges de l'enfance que même la hauteur de la naissance ne peut réprimer. De plus, l'éducation reçue à Vivesaigues ferait de lui un lord compétent mais ne l'opprimerait pas sous les carcans dont on affuble les enfants ailleurs, comme le lui avait raconté Melara à propos notamment des jeunes filles élevées dans le Bief. Fort heureusement pour lui, l'éducation reçue à Vivesaigues était à la hauteur de son rang mais bien moins protocolaire et bien moins oppressante. Ils dansèrent encore quelques instants et quand la musique prit fin, Edwyn s'inclina dignement devant Maeve.


–      Merci d'avoir dansé avec moi... ma lady...

     Il ne put s'empêcher d'éclater de rire. Il l'amusait beaucoup de traiter son amie avec tous les égards dus à son rang alors qu'il aurait aimé aller jouer avec elle dans le château et peut-être découvrir la cachette où lord Ambrose avait dissimulé l'oeuf de dragon promis comme récompense pour le meilleur des chevaliers du tournoi. Il raccompagna Maeve jusqu'à sa place avant de rejoindre la sienne où il découvrit qu'un nouveau plat avait été servi. Il en fut enchanté et le découvrit avec plaisir, car la faim l'avait repris. Il arriva au même moment que lord Ambrose qui lui offrit la politesse de tirer pour le petit garçon sa chaise. Edwyn le remercia d'un large sourire avant de continuer à manger avec une gourmandise certaine. Plus il y pensait, et plus une question piquait sa curiosité. Tout en dégustant son plat, il questionna un peu son voisin de table avec une voix d'enfant pleine de curiosité et d'innocence. Il souhaitait vraiment en savoir plus, mais n'était pas vraiment intéressé comme aurait pu l'être quelqu'un qui convoitait la possession de l’œuf. Il savait comme tout le monde que c'était un vrai trésor, mais il n'avait aucune idée de la mesure de sa valeur marchande. Ces choses-là étaient trop compliquées pour lui.

–      Lord Ambrose... c'est vrai qu'un œuf de dragon récompensera le gagnant du tournoi ? On pourra le voir ? L'enthousiasme d'Edwyn devenait grand à mesure qu'il y pensait. Je me demande où on peut trouver un œuf de dragon aujourd'hui... maman m'a dit qu'ils ont tous disparu depuis longtemps... vous l'avez trouvé dans une grotte abandonnée ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 10 Juin 2012 - 19:09

Beaucoup de ces gens de haute naissance prenaient plaisir à danser gaiment avec son voisin comme si Westeros respirait l’harmonie et la paix entre les différentes familles. Cette pensée amusa le Tarbeck qui ne lésinait pas sur la boisson en cette soirée. Cependant, il n’escomptait pas finir comme d’autres et buvait avec modération afin de rester en pleine possession de ses facultés.

Il put apercevoir la lady Jeyne Brax en pleine discussion avec lord Arryn. Et Damon semblait amusé de l’innocence qu’ils dégageaient tous deux comme bon nombre de ces jeunes gens dans la grande salle. Plus loin se trouvait lady Ferboys qui dansait avec le chevalier qui n’avait pas manqué de la salir sur la place publique. Cette salle était tellement peuplée qu’il considérait cela similaire. Damon ne put s’empêcher de se placer dans les bottes de lady Edarra. Que ferait il à sa place ou à défaut, à quoi rêverait t’il ? Une petite vengeance en bonne et due forme, discrète, efficace et relativement clémente…Après tout, un chevalier avait il vraiment besoin d’une langue pour servir ?

Quelques instants plus tard, la dornienne en finit avec le type à la carrure assez carrée et se dirigea vers la table du noble vu comme un exemple de réussite à Port-Lannis. Voyant qu’ils disposaient d’une certaine intimité et que les convives de sa table avaient déserté leur place, Damon se permit une plus grande liberté de parole sans élever le ton de sa voix dynamique.

«Allons, allons, ce n’est pas grave…Cela ne fait que confirmer votre tempérament ardent de dornienne…et un certain amateurisme lorsque l’on a entre ses mains des enjeux de cette importance…»

Mais apparemment ce fut sans conséquence. Il y avait une règle fondamentale dans ce genre de situation qui n’était autre que la discrétion. Le nobliau la fixa dans les yeux un instants pour qu’elle saisisse ce pourquoi il serait en mesure de lui en vouloir, ce qu’elle aurait pu remettre en question ce soir. Sa petite bisbille avec ce chevalier de seconde zone et cette catin de reitre ne l’avait en rien perturbé. Le Tarbeck se releva brusquement et s’approcha davantage de la dornienne.

«Seriez vous disposée à discuter tout en m’accordant une danse ? Vos pas semblaient graciles et souples malgré le talent de votre précédent partenaire… »

Damon lui accorda une révérence avant de lui offrir sa main. Il était temps de passer à autre chose et d’oublier ces futilités...
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 11 Juin 2012 - 12:36

     Tom le Noir avait semblé soulagé par le fait que la dame de Dorne mette fin à la danse et il était retourné s'asseoir aux côtés de son épouse qui le dévisageait d'un air qui semblait indiquer qu'elle aurait aussi apprécié de danser. Malheureusement pour elle, l'homme n'avait pas l'air d'avoir envie de réitérer l'exploit et bien fou aurait été celui qui oserait inviter la femme d'un homme aussi colérique que le chevalier ! De son côté, la jeune lady Ashlee avait regagné sa place après avoir dansé avec le galant lord Ryman et elle discutait à présent avec ser Duncan le Grand qui semblait lui aussi heureux de pouvoir revoir la demoiselle. Les paroles que la Cendregué prononça firent sourire l'errant qui haussa ses épaules massives avant de lui répondre. « Je joute effectivement ma dame, mais un chevalier comme moi est davantage versé dans les autres domaines de la chevalerie que dans celui de la joute. » Pourtant il n'en était pas à son premier tournoi. « J'ignore si je remporterai ce tournoi, mais une chose est sûre, je compte faire mon possible pour rester en lice. » Comme tous les participants sans aucun doute. « Et pour répondre à votre question, non je n'ai pas participé à d'autres tournoi depuis celui donné en votre honneur ma dame. D'autres devoirs m'appelaient. » La vie d'un chevalier errant était peuplée de devoirs en effet. « Vous concernant il semblerait que vous vous portiez à merveille. Il est plaisant de voir que vous profitez de votre jeunesse et je suis heureux de pouvoir converser avec vous. Merci de m'avoir invité à votre table ma dame. » Elle connaissait le bon moyen pour être une dame digne de ce nom apparemment et un chevalier aussi respectueux de ses engagements que ser Duncan ne pouvait qu'admirer un tel comportement !

     Lady Rivanon de son côté conversait avec son cavalier tout en dansant. L'intéressé ne se priva pas de lui répondre alors qu'il guidait sa partenaire avec brio. « Parce que je considère qu'un homme doit être sûr de lui, avec des doutes il est difficile d'avancer, ne pensez-vous pas ? » Comme elle s'intéressait à ce qu'il pensait des règles et du moyen de les contourner, le chevalier opina du chef alors qu'un léger sourire se peignait sur ses lèvres. « Je suis on ne peut plus d'accord avec vous, je considère que si les règles ne font que nous lester, il faut se débrouiller pour s'en forger des plus supportables. » Les chevaliers errants étaient tous comme ça au fond, ne souhaitant pas respecter les règles qui voulaient qu'ils suivent un seigneur et non qu'ils offrent leurs services au premier venu. Des paroles tout à fait logiques venant d'un tel homme. Quoique.... ? Après quelques nouveaux pas, ser John reprit la parole pour répondre à l'interrogation de sa cavalière. « J'apprécie la musique, tout comme la danse en charmante compagnie. Je pense qu'un chevalier se doit d'avoir plusieurs cordes à son arc tout simplement. » Il détourna brièvement son regard de la Riveraine pour regarder les jeunes femmes présentes ici avant de se concentrer à nouveau sur sa partenaire. « Mais elles ne m'intéressent guère pourtant. Peut-être me trouverez-vous audacieux, mais j'ai une préférence pour les dames qui ne se cantonnent pas à ce que l'on attend d'elles. » Il dansa encore quelques instants en compagnie de la jeune femme avant de finalement stopper la danse lorsque la musique s'arrêta. Galant, le chevalier déposa un baise-main sur la main de sa partenaire avant de lui souhaiter une bonne fin de soirée, puis il s'éloigna pour regagner sa table.

     Lord Ambrose était revenu, assit aux côtés des Tully et de son épouse. Le jeune lord lui demanda alors quelques secrets au sujet de l’œuf de dragon et le marié manifesta son amusement en un rire sonore et sincère. « C'est bien vrai en effet, vous aurez tout le loisir de l'admirer au moment des récompenses ! Peut-être que si un chevalier du Conflans le gagne vous laissera-t-il le toucher ? » Il enfourna quelque chose en bouche avant de reprendre la parole, envoyant quelques morceaux de nourriture devant lui. « Vous apprendrez mon cher lord, qu'un homme ne révèle jamais ses secrets ! Mais si vous serez toujours aussi intéressé par les œufs au moment de votre mariage, je pourrais vous en offrir un ! » Il sourit une fois de plus d'un air sincère avant de reporter son attention sur les personnes qui dansaient au milieu de la salle.

     Les plats arrivaient à grande vitesse, les invités dégustaient la nourriture abondante et délicieuse, profitant du fait qu'ils n'en auraient certainement plus autant avant un bon moment. Alors que la musique reprenait et que plusieurs serviteurs venaient déjà débarrasser des plats et des assiettes vides, d'autres en apportaient de nouveaux pendant que des couples de nobles se levaient pour danser. Alors que lord Ryman était debout non loin d'une table, certainement prêt à aller inviter sa sœur à danser un peu, il en fut malheureusement empêché par une domestique maladroite. Alors qu'elle quittait une table, les bras chargés de plateaux, la jeune femme entra de plein fouet dans le frère de la mariée qu'elle n'avait pas remarqué avant cet instant. S'en-suivit une cascade de vaisselle qui déclencha un bruit capable de réveiller le dragon qui sommeillait dans son oeuf. Toute l'attention de la salle fut attirée sur la demoiselle qui constatait avec effroi qu'elle avait souillé l'habit du lord des Jumeaux. Celui-ci se retrouvait malheureusement avec de multiples taches de nourriture sur son vêtement. Elle entrouvrit les yeux avec gêne avant de tourner la tête vers lord Ambrose comme si elle craignait une correction, puis reporta ses yeux vairons sur le visage du Frey. « Oh ! Mon lord j'suis bien désolée ! J'vous avions point vu ! J'regardais mes plats, veuillez m'excuser ! Vous pouvez m'suivre, j'vais vour aider à nettoyer ça avant qu'les taches ne s'incrustent ! » Elle lui lançait un regard suppliant, presque comme si c'était la seule chance de rattraper sa faute. Elle pouvait rapidement le débarrasser de tout cela en allant aux cuisines, mais le jeune homme avait certainement mieux à faire que rattraper les boulettes d'une servantes.

     À côté, alors qu'un domestique venait apporter du vin à Asafa et lady Alysanne, il dévisagea longuement le Dornien comme s'il souhaitait lui dire quelque chose, mais sans pour autant franchir le pas. Son regard passa à quelques reprises sur sa compagne comme si l'idée de devoir formuler des mots devant une noble dame lui ôtait tous ses moyens.

     Le repas ainsi presque arrivé à sa fin, lord Ambrose se leva de table pour tendre la main à son épouse et lui offrir enfin la première danse de la soirée. La cérémonie du coucher n'allait pas tarder à débuter et il fallait désormais montrer à ses invités tout l'amour qu'il avait pour sa jeune épouse ! Imitant le lord plusieurs personnes se redressèrent pour gagner la piste de danse pour une dernière valse avant que la fin du repas ne sonne.

---------------------------------

À vous de choisir si vous désirez danser ou tout simplement continuer de parler ! La cérémonie du coucher arrivera mercredi soir ou jeudi dans la journée, vous n'êtes pas obligés d'y participer donc vous pourrez rester dans la grande salle si vous préférez ! Si certains d'entre vous souhaitent inviter des PNJs à danser, n'hésitez pas à le faire, cette fois-ci je ne l'ai pas fait de mon propre chef comme la majorité d'entre vous sont occupés ailleurs, mais ça ne veut pas dire que je ne peux pas jouer encore ces personnages !
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Lun 11 Juin 2012 - 14:07

L'homme à la peau mate se mit à sourire de plus belle lorsque Alysanne fit référence à sa cousine. Se saisissant délicatement de la main posée sur son bras par la belle noble du Bief, il ne cacha pas son entrain à la conduire à la table de sa cousine, marchant d'un pas leste sans toutefois brusquer la belle jeune femme du Bief
.
- Vous verrez, ma Dame, que ma cousine saura ravir votre curiosité de notre peuple. Elle est fière, noble et surtout, elle est l'épine dorsale de notre maison. Bien que ce soit ma tante qui reste la maîtresse de maison, c'est bien la belle Edarra qui règne à Ferboys.

Il se penche à nouveau, comme s'il prononçait ses mots sur le ton de la confidence alors qu'ils étaient teinté d'humour.

- Mais n'ébruitez pas mes mots, je vous prie. S'ils parvenaient aux oreilles de ma tante, je crains qu'elle ne me prenne plus en grippe que cela n'est déjà le cas.

Se redressant, il poursuivit de son ton enjoué.

- En tout cas, j'espère pouvoir profiter de votre compagnie autant que possible, sans toutefois vous importuner. Comment se fait-il que votre soeur ne puisse être présente ce soir ?

Lorsqu'ils arrivèrent à proximité de la table où se trouvait sa cousine, en grande discussion avec Messire Damon Tarbeck, Alysanne retint Asafa. Le Dornien se pencha légèrement pour mieux écouter les propos de la belle noble de Rubriant, puis il se remit à sourire, répondant lui aussi sur le ton de la confidence, alors que sa cousine se levait pour danser avec le noble des Terres de l'Ouest.

- N'ayez crainte, ma Dame, prenons cette liberté. J'en prendrais la responsabilité, chose que je sais faire, si toutefois elle en prenait ombrage, mais j'en doutes. En attendant leur retour, accepteriez vous de vous installer à mon côté, pour déguster ces plats... Exotiques ?

Il avait volontairement appuyé sur le dernier terme employé, comme pour soulever le côté incongru de la chose. Même si ces mets étaient effectivement exotiques pour un Dornien, il était bien plus commun pour les autres convives. Il tira une chaise pour y inviter poliment Alysanne à s'y installer, alors qu'un domestique restait à son côté, attendant visiblement de lui parler. Toujours débonnaire, il se retourna vers ce dernier, l'invitant à parler sur un ton jovial.

- Que veux tu, jeune homme ? Tu semble avoir avalé un scorpion... Dis moi, qu'est ce qui te tourmente ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 11 Juin 2012 - 16:30

      « Vous ne devriez pas trop vous fier à ce que l'on dit de moi. » Jasper était méfiant, la demoiselle étant originaire des terres de l'Ouest, il se doutait qu'on ne devait pas raconter là-bas que de jolies choses à son sujet. Qui pouvait bien savoir ce qui se disait de lui dans l'entourage des Lannister ? Probablement rien, après tout il n'avait pas les oreilles qui sifflaient constamment. Il la trouvait charmante à respecter les hommes qui ne vivent et respirent que pour accomplir les vœux de chevalier qu'ils ont prononcé devant les Sept, et pour peu qu'elle fût sincère, elle avait su éveiller en Jasper un brin de sympathie qu'elle put découvrir dans le sourire du jeune homme qui dansait avec elle. Il était rare, ces derniers temps, de voir Jasper sourire, et même si elle ne pouvait le savoir, elle avait accompli un petit miracle ce soir-là à l'occasion de quelques pas de danse. Il n'imaginait pas cependant que les Brax de Corval puissent être « amis » de la maison Tully... peut-être la demoiselle, trop jeune et trop naïve, avait-elle mal interprété les propos entendus de la bouche de ses parents, ce qui ne seraient pas si extraordinaires considérant la propension des jeunes filles à se monter la cervelle. La dernière phrase de lady Jeyne, cependant, résonna dans sa tête comme un avertissement et, l'espace d'un instant, il s'inquiéta. Qui donc lui avait ainsi « vanté » ses mérites, lui qui n'avait jusque là rien accompli d'héroïque ou de glorieux ? Quel colporteur de ragots fétides avait pu passer par Corval pour faire état des rumeurs courant sur lui ? Il n'était même pas sûr de connaître la teneur de ces racontars. Il n'était même pas sûr qu'ils existaient, ces bruits de couloirs. « Et qu'a-t-on bien pu vous raconter à mon sujet ? »

      Considérant les anciennes démarches infructueuses tentées par lord Brax pour intéresser Jasper à la main de lady Jeyne, il avait de quoi s'y intéresser. Il l'écouta donc parler jusqu'à ce que s'éteigne la musique et ce que s'achève la danse. Elle avait piqué sa curiosité dans le vif et comme il n'avait pas spécialement envie de retrouver la table des Frey, il décida de prendre l'initiative de la raccompagner jusqu'à sa chaise et de lui demander : « Puis-je m'asseoir à vos côtés ? Si cela ne dérange pas vos compagnons de table, bien sûr. » Il s'inclina pour eux en attendant l'éventuel refus qui le ferait reprendre la direction de la table où il avait été initialement placé. Il n'allait pas s'imposer à lady Jeyne ni aux autres, mais il souhaitait poursuivre la conversation qu'ils avaient commencé et pourquoi pas en débuter de nouvelles. N'était-ce pas ce qu'ils étaient les plus habiles à faire, les nobles ici présents ? Discuter pendant qu'un tout autre théâtre se jouait dans la cour ? Jasper ne craignait qu'une chose, c'était le temps où viendrait la cérémonie du coucher et les traditions salaces qui accompagnent l'événement...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 11 Juin 2012 - 17:07

     Les propos de lord Ambrose inondèrent l'esprit du petit garçon de mille rêves, de mille espoirs, de mille désirs que l'on voyait pétiller dans ses yeux malicieux. Comme il avait hâte de pouvoir poser ses yeux sur l’œuf de dragon en question ! Comme il espérait que l'heureux vainqueur lui offrirait la possibilité d'y toucher de ses petites mains ! C'était là un vœu qu'il faisait, même s'il se doutait bien qu'il était un peu trop optimiste d'y croire : le vainqueur du tournoi garderait sans doute très égoïstement l’œuf pour lui-même, et ils seraient tous bien chanceux s'ils pouvaient en apercevoir ne serait-ce qu'une écaille ! Peut-être qu'il serait assis à un endroit d'où il pourrait voir l’œuf, le contempler pendant que les jouteurs feraient leur affaire sur le champ du tournoi ? Tout en mangeant, Edwyn réfléchissait, jetant des coups d’œil à droite et à gauche. Puis lord Ambrose acheva de lui répondre avec des paroles bien mystérieuses, mais Edwyn se concentra surtout sur la fin qui lui mit des étoiles plein les yeux, car la perspective de se voir offrir un œuf de dragon le jour de son mariage avait de quoi l'enchanter plus que de raison ! À vrai dire, s'il n'avait été raisonnable, il aurait réclamé de se marier sur le champ et sans attendre ! Mais il était trop bien élevé pour imposer cela à son vassal de Murs-Blancs.

–      Vous êtes un peu magicien alors ! Je vous envie presque de vous marier aujourd'hui...

     Lord Ambrose lui sourit avant de se retirer pour aller danser avec sa nouvelle épouse, et beaucoup l'imitèrent mais le petit Edwyn n'en fit rien d'abord, avant de poser ses yeux sur sa sœur Morag qui semblait s'ennuyer devant son assiette et la conversation du pilon de poulet qu'elle dégustait sans conviction n'avait pas l'air de l'enthousiasmer. Il quitta donc sa chaise et alla lui offrir de danser ensemble, entre frères et sœurs, et après lui avoir asséné un petit coup d'une phrase bien pesée, elle accepta et les deux petits poissons nagèrent jusqu'à la piste où ils dansèrent, imitant ce faisant lord Ambrose et son épouse. Morag était bien moins agréable, comme partenaire, que Maeve, mais danser avec elle était très drôle car elle ne maîtrisait pas plus que lui les pas et la musique, si bien qu'ils devaient donner un spectacle fort ridicule à l'ensemble des convives qui, demeurés à table, pouvaient les voir danser. Edwyn se demandait ce que Melara aurait pu dire si elle les avait vus ainsi ! Sans doute se serait-elle réjoui de voir le frère et la sœur, tous deux orphelins de père, profiter de la douceur du moment présent ! Edwyn se demandait bien ce que pouvait penser leur mère... Elle n'avait guère été très active durant la cérémonie et cela le chagrinait un peu. N'était-ce point signe d'un quelconque mécontentement ? L'idée même de la décevoir le peinait. Mais il n'imaginait pas une seconde qu'elle aurait pu être source de déception pour lui. Et pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Lun 11 Juin 2012 - 20:12

Lady Ashlee, en demoiselle bien élevée, remercia de nouveau Lord Frey, avant de lui retourner l’invitation, au nom de son père. Pour l’instant, il n’était absolument pas dans les projets de Ryman de se rendre dans le Bief. Et même s’il aurait probablement d’autres lieux où on l’accueillerait durant un possible voyage, il ne manquerait pas de faire un saut au domaine des Cendregué.

« Je vous attendrai donc. Je serai ravi de faire la connaissance de votre père. »

La jeune fille était apparemment avec sa mère, encore attablée, et d’ailleurs cette dernière faisait signe à sa fille. Le temps de se séparer semblait donc venu. Lord Ryman s’inclina devant Lady Ashlee alors qu’elle prenait congé.

« Plaisir partagé, ma Lady. Et qu’il me tarde de réitérer à la première occasion. »

Ryman ne quitta pas des yeux la demoiselle jusqu’à ce qu’elle ait rejoint sa place, et croisa le regard de sa mère, Lady Petra, à laquelle il adressa une expression de défi. Elle pourrait bien se montrer choquée ou désapprouver, ça ne changerait rien. Se détournant, il retourna près de la table d’honneur, avec l’intention d’inviter sa sœur à danser. Lord Ambrose était bien revenu, mais il avait surtout repris une conversation. Son interlocuteur n’était autre que Lord Edwyn, qui avait terminé sa première danse avec la jeune Maeve Arryn. A son âge, il avait déjà su trouver une fille de bonne naissance, de son âge. Ils étaient bien sûr encore loin de pouvoir se marier, mais c’était évidemment une union future qui formerait une alliance de poids.

Et puis, survint le drame. La valse des plats avait repris, et le rythme se devait d’être soutenu afin que chaque récipient vide soit remplacé aussitôt par un nouveau, débordant de mets succulents. L’une des domestiques, qui venait à peine de se saisir de quelques assiettes à débarrasser, ne vit pas le seigneur des Jumeaux. Et lui-même ne put éviter le choc. Un énorme boucan résonna, couvrant la musique brièvement. Ryman resta immobile, tendu, et entendit à peine le flot de bêtises que débita la fille. Elle semblait même craindre des représailles de la part de son maître. Ah oui ?

Ryman se força à sourire et s’éclaircit la gorge. Mais il ne dit rien. D’un geste ample, il frappa la fautive du dos de la main, et elle s’écroula à ses pieds. Tout en se frottant les doigts qui venaient d’entrer en contact avec le visage de la domestique, il contourna la table et se pencha entre les mariés. Il ne souriait plus.

« Pardonnez-moi, je m’absente quelques instants, le temps de me changer pour une tenue… non souillée. » Il s’adressa tout particulièrement ensuite à son nouveau beau-frère. « Si vous n’invitez pas votre épouse à danser, je vous en volerai l’honneur. »

Il avait parlé sérieusement. Charge à Lord Ambrose de deviner si c’était ironique ou non. Et sans un regard en arrière, il emprunta une des portes sur le côté pour rejoindre ses appartements. Il lui faudrait un moment avant de revenir, absolument impeccable.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 12 Juin 2012 - 10:59

Piquant un peu de jambon au miel dans son assiette, la jeune Lady écoutait le chevalier errant avec une pointe de distraction, bien qu’elle ne désirât pour rien au monde le laisser paraitre. En réalité, son attention était en partie accaparée par une scène qu’elle trouvait des plus choquantes, sans penser une seconde qu’elle avait pu ressembler au dornien et à la Dame de la maison Florent en dansant avec le seigneur Ryman Frey un peu plus tôt. Parce que ce n’était tout simplement pas la même chose ; et que voir cette peau dorée effleurer la pâleur aristocratique de la biefoise lui conférait un profond sentiment de malaise – voire d’un dégoût singulier. Ah non, Ashlee ne supportait plus de les voir à la limite de son champ de vision.
Il fallait vraiment qu’elle se concentre. Son interlocuteur, s’il était moins noble, était certainement bien plus honorable qu’un bandit du désert de toute façon ; et si la jeune femme, d’une maison supérieure à la sienne, désirait se déshonorer, ce n’était finalement son problème. Elle ne lui parlerait que pour faire montre d’une courtoisie naturelle, mais cela s’arrêterait là. Une damoiselle qui se comportait bien parlait aux sujets loyaux des seigneurs de Sept Couronnes, comme sa nouvelle amie, Jeyne Brax. Oui, c’était cela !
Sans penser une seconde qu’elle se montrait terriblement injuste et hâtive dans ses jugements, la cadette des Cendregué reporta sa pleine attention sur son interlocuteur, en lui offrant un autre de ses sourires sereins tandis qu’elle avalait une petite bouchée de légumes trempés dans le miel de son jambon. Elle se montrait si gourmande que dès le lendemain, elle devrait probablement se mettre à la diète – mais on verrait plus tard, cela n’avait pas grande importance pour le moment. De toute façon, le repas tirait à sa fin ; et la cérémonie du coucher aurait probablement lieu bientôt. De tout ce que la jeune fille en savait, c’était un moment important dans un mariage, mais ce qu’y passait exactement était encore un mystère que sa mère n’avait pas voulu lever. Apparemment, pour en savoir plus, il faudrait aller accompagner la foule… ce qu’elle redoutait un peu, d’ailleurs. L’important, c’était le chevalier qui lui faisait la conversation. Car même s’il était extrêmement impressionnant, il savait se montrer si doux et si gentil que toute peur s’envolait au profit d’une naïve admiration pour toutes ces valeurs de chevalerie qu’il incarnait. Son rang social n’entrait presque pas en ligne de compte : les Sept devaient forcément l’honorer de leurs bénédictions.

- « Vos exploits restent gravés dans la mémoire de mes frères, ser Duncan. Nul doute que vous vous distinguerez en lice. »


Justement, il lui disait n’avoir pas eu l’heur de participer à d’autres tournois, mais qu’il avait dû accomplir son devoir pendant trois ans. Trois ans, que c’était long ! La jeune fille eut comme une moue de compassion.

- « Vous avez bien du mérite alors ! A Cendregué, j’ai demandé pour que l’on ouvre un hôpital pour les pauvres, et j’y ai été une fois. Mais il n’est pas encore tout à fait fini, et parfois je me demande s’il le sera un jour. J’ai si hâte de voir ce bâtiment s’édifier que chaque jour qui passe rend l’attente parfois insupportable. Chacun a ses propres devoirs ; ainsi les Sept l’ont-ils décidé pour nous mettre à l’épreuve dans nos vies. Mais la récompense est toujours proportionnelle à nos efforts, j’en suis convaincue. »


Elle l’était sincèrement – et naïvement. Mais comment ne pas croire dans les déclarations du septon lorsque Père vous recommandait de l’écouter ?
L’adolescente baissa légèrement les yeux sous les compliments, tout en accentuant malgré elle un sourire ravi et un peu coquet, tandis que sa mère regardait fugitivement le chevalier, comme pour l’avertir de ne pas aller trop loin. Sa fille était vraiment par trop sensible, ce qui risquait de nuire à son caractère.
Et elle écouta attentivement lorsque son écervelée d’enfant répondit de sa voix claire :

- « Vous seriez-vous engagé à la guerre contre les Fer-nés ? Mes frères sont partis là-bas, avec d’autres chevaliers… c’est bien un des actes les plus héroïques qu’il soit donné de faire ! La guerre doit être une activité exaltante… »


Il était vrai qu’elle en gardait une vision très romanesque, bien loin de la brutalité et des geysers de sang de la sordide réalité. Puis un vacarme de de vaisselle interrompit un instant la musique, qui reprit presque aussitôt son cours normal, lui faisant tourner la tête brusquement vers l'origine du bruit. Mortifiée pour Lord Frey - un homme si digne et si courtois ! - la jeune fille essaya de faire comme si elle n'avait rien vu. Décidément, les domestiques étaient bien maladroits ce soir !
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mar 12 Juin 2012 - 12:37

     Le jeune serviteur regardait le Dornien avec insistance et celui-ci sembla avoir sentit l'attention dont il était victime, car il se renseigna rapidement sur la raison de ce comportement. Le domestique hésita un bref instant, détournant son attention d'Asafa pour chercher quelqu'un du regard avant de reporter ses yeux sur le Dornien. Il se pencha légèrement vers lui comme sur le ton de la confidence avant de lâcher quelques mots d'une voix volontairement basse. Lady Alysanne pouvait toutefois entendre ce qui était dit, du moins si elle y portait attention. « Messire, Lyanna m'a fait savoir qu'elle serait ravie de vous r'voir si jamais vous aviez le temps d'ici c'soir. Elle sera dans les couloirs d'château si jamais ! » Visiblement la jeune servante qui avait provoque moult problèmes au début de la soirée se rappelait à leur bon souvenir. Chose qui ne serait certainement pas pour déplaire au jeune garde du corps qui avait après tout manifesté le souhait de revoir cette ancienne « connaissance ». Que dirait une dame aussi bien éduquée que lady Alysanne si elle entendait parler aussi ouvertement des frasques du Dornien ? Le serviteur s'immobilisa quelques instants comme s'il attendait une réponse – positive ou négative – de la part du concerné.

     Lord Edwyn était assit à sa place après que le marié et son épouse se soient éloignés pour danser un peu, mais il put voir venir approcher une jeune femme au physique assez commun. Lady Maelyn Beurpuits, l'avant-dernière née de lord Ambrose, qui avait déjà dansé avec Asafa Ferboys s'approcha du jeune lord, un sourire visiblement joyeux collé aux lèvres. Elle avait beau ne pas accrocher les regards par son physique, son bonne humeur n'était pas feinte et elle semblait beaucoup prendre de plaisir à danser. Pratiquement essoufflée, elle s'arrêta aux côtés du jeune garçon avant de lui offrir une révérence. « Lord Edwyn, oserais-je espérer que vous accepterez une danse avec moi ? Je sais que je suis loin d'être aussi belle que lady Maeve, mais il m'est rarement donné de pouvoir danser avec de véritables seigneurs ! » Elle pencha légèrement la tête sur le côté, attendant la réponse du jeune homme. S'il refusait, elle ne se vexerait certainement pas, la demoiselle avait l'air au-delà des frustrations habituelles des jeunes femmes !

     Lord Ryman avait été victime de la maladresse d'une servante et cette dernière avait été justement sanctionnée. Alors qu'elle ramassait les restes au sol en même temps que sa dignité, le frère de la marié s'éloigna en direction de la sortie pour prendre la direction des appartements des invités. Le couloir de ces derniers se trouvait à l'opposé des corridors menant aux cuisines, mais lorsque le jeune homme se glissa hors de la salle et que les portes se refermèrent sur lui, il put entendre des murmures non loin de là. En direction des cuisines, deux personnes discutaient apparemment, mais la distance rendait leurs mots presque intelligibles. S'il s'était trouvé en compagnie d'une servante, il en aurait certainement entendu plus. « … œuf.... perdu.... non ? » Est-ce que les Sept le punissaient de son manque de compassion à l'égard de la jeune domestique ?

     Suite aux paroles de ser Duncan le Grand, lady Ashlee répondit quelque chose qui fit sourire le chevalier, non d'une moue moqueuse, mais au contraire appréciateur. « Je ne peux qu'approuver vos dires, la sécheresse et la rébellion des Fer-nés doit certainement être un jugement des Sept, reste à espérer qu'ils nous jugeront suffisamment sanctionnés et apaiseront leur colère. » Il était vrai que Westeros avait subi de lourdes pertes et de lourdes sanctions divines depuis plusieurs mois, voir même années à présent. La gentillesse dont lady Ashlee faisait preuve en souhaitant apporter son concours à l'effort de guerre était admirable. Si tous les nobles y mettaient un peu du leur, la vie serait bien plus simple. « Je participe comme je le puis, je me rendais normalement dans le Nord pour répondre à l'appel de lord Beron Stark contre les Fer-nés, mais j'ai croisé d'autres compagnons errants en route qui m'ont convaincu de venir à Murs-Blancs avant toute chose. » Ce qui était tout à fait légitime, après tout, entre le Nord et un tournoi digne de ce nom, il n'y avait pas à tergiverser ! « La guerre est malheureusement moins poétique sur le champ de bataille que dans les contes, mais je suis persuadé que Westeros saura se défendre face aux Fer-nés. » La conviction avec laquelle il parlait laissait peu de place au doute.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 12 Juin 2012 - 13:08

Elle ne savait vraiment pas si elle l’ennuyait ou non jusqu’à ce que Lord Arryn lui offre un sourire qui lui réchauffa le cœur. Ceci dit, et avant cela, il lui avait tout de même conseillé de ne pas se fier à ce que l’on pouvait dire de lui. La réalité était que de toute façon, elle n’avait pas forcément beaucoup entendu parler de lui mais il lui était apparu que pour « lui faire plaisir » elle devrait lui dire le contraire. Sa Septa lui avait plus ou moins toujours dit que les hommes aimaient qu’on les complimente. De façon tout à fait raisonnable, évidemment, mais montrer son admiration pour le courage de tel ou tel chevalier ne pouvait que lui faire plaisir. Ou alors avait elle mal comprit ? Elle ne savait pas y faire en réalité. Elle essayait, certes, mais aurait peut être mieux fait de danser en silence… Elle allait de plus être contrainte de continuer cette discussion puisqu’il lui posait des questions. Elle ne perdit pas la face ni le sourire et tenta de ne pas s’enfoncer plus. Le pire étant qu’on lui avait bel et bien parlé de lui, en bien, mais pas autant de fois qu’elle avait pu le laisser entendre. Elle soupira pourtant un peu.
    Pas tant de choses que cela en réalité, mon seigneur… Mais, il est évident que la devise de votre maison vous précède et selon ce que j’ai entendu, elle vous sied à ravir. Voilà tout.
Ce qu’elle disait, elle en était persuadée ! Effectivement, dans l’Ouest, on ne parlait pas tous les jours de la maison Arryn excepté peut être chez leur suzerain vu le récent mariage. Chez les Brax on les nommait de temps à autres et uniquement car le père de Jeyne avait des vues sur Lord Jasper. Sinon… Elle n’aurait jamais du dire cela.
La danse s’arrêta et il lui proposa se l’accompagner à sa table et de s’y installer avec elle. Jamais elle ne s’était sentie aussi flattée de toute sa jeune existence. Tout ce qu’il pouvait se passer maintenant autour n’existait plus. Elle entendait à peine la musique ou encore les éclats de voix ici et là. Il lui fallait se concentrer et essayer de ne plus commettre ce qui lui semblait avoir été un faix pas.
    Avec plaisir Lord Arryn.
Elle lui offrit un charmant sourire et regarda les autres convives autour de la table. Personne ne semblait gêné par le fait que le suzerain du Val s’installe ici. Il était de toute façon personne si importante qu’à leur place, elle lui aurait laissé sa chaise. Bon, elle était une femme et ne devait laisser son siège à un homme mais : Il s’agissait tout de même de Lord Arryn !
Elle voulait cependant éviter le plus possible d’avoir à parler alliance ou politique, amitié entre familles… Elle, elle était amie avec des gens, peu importe leur blason, mais, la vie n’était pas si simple que cela et même si elle écoutait toujours aux portes, elle ne comprenait finalement que peu ce qu’il pouvait se dire. Elle avait beaucoup observé Lord Jasper ce soir et ne l’avait effectivement pour souvent vu sourire et le fait de lui en avoir arraché un lui avait presque fait oublier sa grande gêne.
    Je pense que la cérémonie du coucher ne devrait pas tarder… ? Cela risque d’être très mouvementé. Ce sera la première fois pour moi… J’avoue ne pas trop savoir à quoi m’attendre. Je ne suis pas habituée à tout cela… Peut être connaissez-vous mieux que moi cette tradition ?
En réalité elle avait peur d’être choquée ou… Mal à l’aise. Il n’était pas vraiment la personne à qui en parler mais, elle avait aussi besoin d’agir naturellement. Jeyne était certes une noble mais essayer d’être parfaite en permanence la fatiguait beaucoup et d’autant plus quand elle savait que c’était plus ou moins perdu d’avance, du coup, elle préférait parler normalement de ce qui pouvait lui passer par la tête, sans pour autant dire des bêtises.
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Mar 12 Juin 2012 - 20:01

Après avoir expliqué l'absence de sa sœur par le pieux mensonge concocté à Darry, à savoir un coup de froid et une mauvaise fièvre, largement inspirée de celle qui l'avait elle-même clouée au lit avant le mariage, Alysanne suivit son cavalier jusqu'à sa table, rangeant dans sa mémoire les bribes d'informations recueillies. Lady Edarra Ferboys était donc maîtresse officieuse en son domaine. Une bonne chose à savoir, si tant est qu'elle eût affaire à cette famille au cours de son voyage à Dorne. Pas de Lord Ferboys, mais une Lady, sans doute veuve, maîtresse officielle de la Maison, peut-être bien susceptible, et défendant des principes qui n'étaient pas ceux de son neveu, si elle l'avait pris en grippe. Principes que Lady Edarra ne partageait pas totalement, ou pas du tout, puisqu'elle avait emmené son cousin avec elle dans ce périple, de préférence à tout autre homme de la Maison. Elle pouvait donc faire preuve d'une certaine tolérance, tout en ayant assez de caractère pour s'imposer si nécessaire, ce qu'elle faisait visiblement de manière plutôt directe voire impulsive. Le jeune homme quant à lui semblait d'un naturel insouciant, enclin à profiter de la vie plutôt qu'à se couler dans le moule étroit de la discipline et du devoir. Il était sans a priori sur les gens du Bief, mais qu'en était-il de sa cousine ? Peut-être le découvrirait-elle lorsque la dame en question serait assez disponible pour des présentations...

Alysanne en était là de ses réflexions quand un serviteur embarrassé se fit violence pour glisser une requête tout à fait déplacée à Asafa. Déplacée, oui – c'était un simple constat, non un jugement en soi. Elle-même dépositaire d'un secret d'herboriste offrant une liberté de mœurs dont elle avait bien l'intention de faire usage, Alysanne inclinait à la curiosité plutôt qu'à la réprobation. Les hommes avaient une latitude dans leurs amours, même dans le Bief où la moindre rumeur prêtait à scandale – l'oncle Jon et les Tyrell en savaient quelque chose. Mais les femmes ? La moindre incartade, si elle n'était étouffée, ruinait leur réputation aussi sûrement que le soleil se lève à l'est. Tierle avait failli connaître ce déshonneur... tout comme la petite Frey que l'on mariait aujourd'hui en grande pompe, si certaines rumeurs étaient exactes... les choses étaient-elles vraiment différentes à Dorne ? Les livres en sa possession n'évoquaient la question qu'à demi-mot, mais l'occasion lui était peut-être offerte d'en apprendre davantage. Prudence. Pas de faux pas.

Après avoir caché un petit rire derrière sa main, elle murmura à son compagnon, aussi discrètement que possible : « Encore une servante ensorcelée par un bel homme d'armes ! Décidément, ce mariage attise les amours ancillaires... » En temps normal, elle aurait poliment feint de n'avoir rien entendu, mais Asafa n'était à l'évidence pas le genre d'homme à lui tenir rigueur d'une petite indiscrétion. « Ces jeunes filles du Conflans sont bien audacieuses ! Ma septa en tournerait de l’œil. Encore qu'elles n'égalent sans doute pas les Dorniennes à ce sujet, si l'on en croit les chansons... » Le ton restait léger, détaché, celui d'un plaisant badinage, mais l'enjeu était tout autre. Susciter une réponse qui l'aiderait à mesurer sa propre marge de manœuvre à Dorne... cela, pour elle, n'avait rien d'anodin, mais elle ne pouvait interroger frontalement Asafa sous peine d'éveiller ses soupçons. Si sympathique fût-il, elle ne pouvait s'y risquer. Il lui fallait donc lancer ses filets, et voir ce qu'il en ressortirait...

Tandis qu'elle attendait la réaction du Dornien, elle décida qu'elle ne tarderait pas à regagner sa place auprès de Lady Rivanon : si elle appréciait son cavalier d'un soir, le plaisir de sa compagnie ne la dispensait pas des précautions d'usage en matière de ragots.




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 12 Juin 2012 - 20:14

Damon Tarbeck affirma que ce n'était pas bien grave et que cet évènement confirmait seulement que les Dorniennes avaient le tempérament chaud et rajouta qu'elle avait fait preuve d'une totale stupidité quant aux enjeux que comportaient ce mariage. Elle soupira. « Je ne suis apparemment pas encore au courant de comment on traite les domestiques dans le conflans. Les codes et subtilités hiérarchiques de cette région me dépassent apparemment et j'aurais cru que défendre son honneur serait moins scandaleux que de laisser passer des rumeurs de bâtards haut et fort. J'avais tord, pardonnez moi encore une fois. » Elle qui faisait tout son possible pour qu'on ne prenne pas les Ferboys pour des débiles, elle avait tout faux sur la ligne et elle était quasiment sure que la réputation des Ferboys serait entachée pour des générations. Elle n'aurait qu'à ne plus sortir de Dorne, après tout, cette région avait plein de charme et elle ne serait pas raillée de son manque de politesse face à une domestique insultante partout où elle irait. Alors qu'elle écoutait ce que le seigneur Tarbeck disait, une domestique renversa des plats et se prit une gifle de la part du noble sur lequel elle avait renversé son vin... Edarra ne put s'empêcher quelques secondes de se demander en quoi renverser sans faire exprès un plat était plus grave que d'insulter à voix haute en place publique un noble invité. Mais le Conflans semblait être une région où tout était à l'envers dans ce qu'elle avait apprit. Ou alors elle subissait simplement un racisme et un sexisme que sa seule origine avait provoqué. Les nobles de Dorne n'avaient simplement pas le droit aux mêmes exigences de respect certainement. Qui plus est, elle était une femme, c'est à dire rien du tout.

Le seigneur se redressa et s'approcha un peu plus d'Edarra en lui proposant une danse pour qu'ils puissent discuter, même si sa performance avec le grand et costaud chevalier de tout à l'heure n'avait pas eu l'air transcendante. Elle accepta tout de même, après tout, la danse et la musique forte seraient certainement de très bons moyens de camoufler l'importance de leur discussion. Edarra se leva et suivit le seigneur sur la piste au milieu des tables. « On m'a aussi apprit que trop de discrétion devient suspect. Au moins j'aurais confirmé les doutes de tout le monde par rapport aux Dorniens plutôt que susciter l'intérêt d'une attention mal venues sur un caractère trop souple à l'égard de ma fierté... Qu'en pensez-vous ? » Si les gens s'était attendus à ce qu'elle explose, après tout, c'était une bonne manière de ne pas les surprendre. Si elle était restée calme et avait même répondue avec la même familiarité à la servante ou l'avait laissé parlé des bâtards d'Asafa haut et fort à la table sans même s'ne offusquer, ça aurait été plus que suspect et elle se serait certainement faite interrogée sur le motif de son indifférence face à un tel manque de tact. Mais après tout, elle n'y connaissait rien en diplomatie, en intrigue ou en politique comme elle venait de le démontrer, alors elle pouvait bien dire ce qu'elle voulait, le ridicule semblait fermement attaché à sa réputation.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Mar 12 Juin 2012 - 20:47

Après avoir eu les petits pieds un peu amoché, mais sans peine plus, elle s’inclina devant Lord Tully qui la remerciait d’avoir dansé avec lui. Elle le gratifia d’un sourire et elle le laissa regagner sa place sans dire un mot ou encore même broncher. Elle aurait encore continué, mais bon. Reprenant sa place, elle soupira en regardant tous les danseurs. Ou était donc son frère? Elle fini par le trouver dansant avec une demoiselle rousse. Pendant de longue minute, la petite peste du Val d’Arryn posa ses yeux sur la jeune femme que faisait danser son frère. Elle n’avait même pas faim. Elle préférait cent fois mieux continuer de danser avec le petit Lord qui venait d’inviter sa sœur. Fixant son assiette, elle soupira avant de grimacer. Elle n’avait même pas faim. Perdue entre deux pensées, elle s’imaginait encore à Hautjardin. Elle riait dans son fort intérieur. Heureusement que les Lannister n’étaient pas seigneur du Conflans. Elle imaginait déjà les ragots de mécontentements sur l’abondance que représentait ce banquet. Fixant une dernière fois la piste de danse, elle se maudissait de ne penser qu’à elle, elle avait perdu Jasper de vu. Un petit tour de table, le voila! Il ne venait même pas la chercher, ni présenter sa nouvelle amie. Elle était seule avec des gens qu’elle ne connaissait même pas. Finissant par hausser des épaules, elle soupira et porta ses yeux sur l’assiette. Si elle mangeait encore quoique ce soit, son estomac allait mourir sur place. Cherchant de la compagnie d’enfant ou encore d’adultes, elle posa son regard sur le petit Frey qui s'était trouvé à ses cotés quelques minutes plutôt. Elle l’avait trouvé sympathique, mais il semblait avoir trouvé sa dame. À défaut, de faire pleurer la Beurpuits de nouveau en lui volant son cavalier, elle rit et se tourna vers les autres. Elle n’était pas assez mal élevée pour créer des problèmes hors du Val. Jasper aurait vite fait de la renvoyer aux Eyrié et elle ne pourrait pas séjourner quelques jours encore chez le petit Tully. Elle était assez heureuse, que son frère la considère enfin assez grande pour voyager seul. Elle n’était plus traitée comme une enfant, même si elle en restait une. Elle savait être a la hauteur de la réputation de sa famille et n’espérait qu’une chose, c’est que ses parents, où qu’ils soient, étaient fière d'elle pour une fois.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Jour 1, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant


Sujets similaires

-
» MI5 ► Y a des fois où je me dis que j'ai tout gagné.
» Le potager
» ‣ SUJET COMMUN : Repas de Début d'année
» Grande salle de Réception [Officiel]
» Hadhod, nain de la Moria [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°3 : Murs-Blancs-