AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Jour 1, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 5 Juin 2012 - 10:15

Avait-elle vexée sa jeune voisine ? Elle espérait que non, mais il fallait avouer que parfois l’enthousiasme de Jeyne lui faisait dire des choses dont elle ne mesurait pas les conséquences. Evidemment, elle ne pensait pas à mal, mais comme toute bonne noble elle avait parfois une telle estime d’elle-même et de sa famille qu’elle en venait à dénigrer les autres, sans le vouloir. Sans penser. Pourtant sa septa lui avait toujours dit de réfléchir avant d’ouvrir la bouche ! Décidément, elle oubliait tout !
    Je vous pris de bien vouloir excuser mon impudence. Je m’ennuie parfois tellement à Corval qu’il me semble être la jeune fille la plus malheureuse du royaume… Je ne devrais pourtant pas penser ainsi, j’ai eu la chance de voyager un peu et de rester hors de chez moi durant quelques années. Je ne voulais pas vous paraître insolente.
C’était ainsi qu’elle avait été élevée, il était tout à fait normal qu’elle lui présente ses excuses. Après tout, elle était en faute.
    Effectivement, vous n’êtes absolument pas à plaindre ! Ce que cela devait être beau ! Maintenant, je vous envie !
Elle lui fit un beau sourire. C’est vrai qu’elle l’enviait. Quelle chance elle avait d’avoir rencontré toutes ces personnes et en plus la famille Targaryen ! Pour Jeyne ils étaient une sorte de mythe… Des personnes tellement importantes qu’une simple jeune noble de l’Ouest comme elle ne pouvait qu’imaginer sans jamais pouvoir les voir. Elle était fascinée par la famille royale. Elle avait envie de poser un tas de questions idiotes à Lady Ashlee à ce sujet mais préféra ne pas passer pour une imbécile.
    De la famille Hightower je ne connais que Lord Clarence. Il m’a sauvé la vie.
Elle n’en dit pas plus et haussa les sourcils avec un léger mais pourtant bien présent, sourire sur les lèvres. Ce qu’elle était fière de pouvoir dire cela et puis… Que voulez-vous, elle avait un faible pour Dragon d’Or, mais comment cela pourrait être différent, il lui avait tout de même sauvé la vie !
    Cela fait quelques années maintenant que nous nous connaissons ! Lady Morag est absolument charmante et elle connait tout un tas d’histoires très intéressantes ! Cela serait vraiment merveilleux que nous puissions nous rencontrer à nouveau chez l’unes ou l’autre !
Ce qu’elle aimerait ça ! Elle demanderait à père d’inviter Ashlee !
La dornienne entra à nouveau dans la salle, calmée de toute évidence. Elle s’excusa d’ailleurs et Jeyne, qui avait décidé qu’elle ne l’aimait pas beaucoup, se calma mais… Elle avait du mal avec les dames qui n’hésitaient pas à élever la voix. Ce n’était pas dans son caractère alors elle avait du mal à comprendre. Elle écouta donc ce qu’il se passait tout en zieutant toujours « son » Lord Arryn, Dragon d’Or n’étant pas présent. Elle comprit vite que les danses allaient bientôt arriver ! Ouhlala, elle croisait les doigts pour ne pas être en reste. Elle voulait absolument danser ! Les conversations battaient leur plein ici et là et Jeyne en avait presque la tête qui tournait. Elle voulait tout écouter mais n’y parvenait pas. Elle devait d’abord se concentrer sur sa voisine et ne pas oublier de se nourrir. Elle vit comme tout le monde apparaître un Immense chevalier et Lady Ashlee sembla le reconnaître. Mais qui était il donc ? Un prétendant ? Non… Elle avait surement bu trop de vin, voilà qu’elle divaguait !
    C’est donc lui ? Ce qu’il est impressionnant ! Il était à votre tournoi donc ?
Ses yeux étaient rêveurs… Elle l’enviait vraiment d’avoir vécu cela et pas uniquement, quelques minutes plus tard, après qu’elle a échangé quelques paroles avec une servante, paroles dont elle ne perdit pas un mot, Lord Ryman lui fit apporter une magnifique rose ! Elle ouvrit de grands yeux fascinés, très heureuse pour sa nouvelle amie et malgré une désagréable odeur de brulé, cela ne lui gâcha en rien son plaisir d’être ici, elle espérait juste avoir autant de chance que Lady Ashlee. Elle avait très peur de n’être invitée par personne mais sentait des regards se poser sur elle… Ou alors était-ce à nouveau sur Lady Ashlee ? Il fallait avouer qu’elle était vraiment très belle. Elle espérait secrètement que Lord Arryn l’invite, après tout, il faisait partie de ceux dont elle sentait le regard se poser sur elle… Rêvait-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Mar 5 Juin 2012 - 14:10

Le Ferboys, après s'être enquit auprès de sa cousine que tout allait bien pour elle, goutait encore et toujours avec plaisir aux nectars du vin servit à sa table... D'ailleurs, il venait de terminer une nouvelle coupe de vin, si bien que s'il n'avait été un Dornien salé, ses pommettes se seraient teintes légèrement, signifiant que le jeune homme sentait avec plaisir l'ivresse lui monter à la tête. Néanmoins, l'homme de bonne constitution ne semblait pas être ivre pour le moment, tant et si bien qu'il dissimulait sans peine son tourment pour l'instant. Et heureusement, le vin du Conflans était moins fort que celui de Dorne, que Asafa avait l'habitude de déguster, dont le soleil ardant et la sécheresse du sol le rendait plus parfumé certes, mais bien plus alcoolisé et ainsi, moins appréciable pour un palet sensible.

Les danses débutaient et il vit sa belle cousine se faire inviter par le rustre personnage l'ayant bousculée récemment. Son sourire se fit plus grand et, le vin aidant, il se mit à rire. Son rire était franc, vide de méchanceté mais résolument amusé par la scène. Croquant dans un plat, il lança, toujours hilare.

- Par la Mère Rivière, cachez vite tout ce qui peut être inflammable dans les alentours ! Deux tempérament de feu vont tournoyer dans les bras l'un de l'autre, prenez garde à ne point nous incendier !

Le ton, quoi que légèrement moqueur, ne se voulait pas outrageant. Simplement, et Edarra le savait mieux que quiconque ici, Asafa était en quelque sorte un grand enfant, éternel optimiste et jovial en toute circonstance. Ainsi, il riait de bon cœur devant la situation où l'ombrageux et vulgaire Ser Tom le Noir devait partageait une danse avec la froide et caractérielle Lady Ferboys.

Ce fut ensuite à son tour d'être invité à danser, par une belle jeune femme, une des filles de Lord Ambrose qui plus est, la jeune Maelyn. Bien qu'elle ne fut pas particulièrement belle, Asafa était d'un naturel charmeur et il ne se fit pas prier pour se redresser. Saisissant la main de la jeune noble, y déposant délicatement un baisé, il se redressa, son sempiternel sourire aux commissures des lèvres.

Asafa n'était pas particulièrement beau. Sans être laid toutefois, son charme résidait principalement dans ses yeux rieurs et son sourire enfantin lui donnant un air attendrissant. De plus, de bonne stature, plutôt beau parleur, doté d'un léger accent Dornien, sa barbe fournie mais bien entretenue et sa peau mate lui donnait une allure exotique qui dépareillait des autres personnes de l'assistance.

Tenant la main de la jeune Beaurpuits, il s'avança vers la piste de danse, et lui répondit d'un ton enthousiaste, accompagnant ses mots d'un regard charmeur.

- Ce sera avec honneur et surtout un plaisir non dissimulé que je danserais avec si belle femme que vous, Ma Dame.

Il inclina la tête alors qu'il se mit en position.

- Il existe en effet de nombreuses danses à Dorne, mais je crains que celle-ci ne correspondraient guère à une beauté fragile telle que vous. Toutefois, si l'occasion se représente, et si vous me jugez assez doué pour la chose, je vous les enseignerais avec plaisir.

L’œil rieur d'Asafa plongea un instant dans celui de la jeune femme avant de passer sur les différents danseurs de la salle. Un instant, il s'arrêta sur celui d'Alysanne, puis il reprit sa cavalière. Le Dornien n'était pas particulièrement bon danseur, juste assez pour ne pas être ridicule. Et lorsque la chanson se termina, il adressa un nouveau baise-main à la jeune femme, se redressant avec le sourire.

- Ma Dame, vous m'avez honoré de cette danse. J'espère vous avoir rendu grâce. Je danserais avec plaisir plus tard dans la soirée, si vous le souhaitez...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 5 Juin 2012 - 14:44

Le repas s'annonçait long et monotone et rien ne semblait vouloir changer la donne jusqu'au moment où la jeune Arryn se tourna vers Ewald tout en se présentant de manière... officielle à lui. Ewald eut un moment d'absence et tel un poisson fixa autour de lui avec crainte tout en ouvrant et refermant la bouche pour voir à qui la demoiselle adressait la parole. S'assurant qu'il s'agissait bien de lui à qui la jeune femme s'adressait, il fixa le bout de ses doigts qui dépassaient de ses manches quelques secondes, ne sachant pas réellement comment se présenter face à une personne de si haute stature. Il ne s'agissait pas là d'un vassal ou d'une petite gens mais la sœur du seigneur du Val, rien de moins. Le petit opta alors pour la méthode qui lui semblait la plus adéquate, c'est à dire celle que Maeve Arryn avait utilisé.

E-Ewald Frey... Frère de Lord Ryman et de ... de la mariée, Dame.

Bien sûr, tout cela devait être connu de la jeune fille face à lui, mais il souhaitait faire tout cela dans les bonnes formes afin qu'on n'aille pas raconter plus tard à Ryman qu'il avait fait honte à la famille. Bien que leur mère soit toujours vivante, il la craignait trois fois moins que son frère qui n'avait pas pour habitude de sourire ou de faire preuve d'une quelconque affection. Le petit Frey laissa échapper un sourire pour combler le silence qui s'installa confortablement entre les deux et leva un œil intéressé lorsque Jasper Arryn proposa à sa sœur de lui raconter Hautjardin. On disait tellement de belles choses sur le Bief et sur sa beauté, pour sûr qu'il souhaitait en savoir plus ! Et puis, peut-être qu’avec Pryam ils auraient la chance d’aller là bas ? Peut-être ? Certes c’était là un beau rêve, mais rien ne l’empêchait.

J'en serais plus que ravi !

Cependant, les préparatifs pour la danse touchèrent à leur fin et tout un chacun commençait à inviter celui qui serait son partenaire pour la 1ère danse. On disait tellement de choses sur la 1ère danse, comme quoi celle-ci était la plus importante puisqu’elle ouvrait les danses, mais qu’elle permettait également de tisser des liens ou de faire des rencontres souvent déjà préparées à l’avance. Ewald regarda penaud les demandes et les pages qui passaient et fixa un instant son frère qui était toujours à la table d’honneur, sans sa femme, mais avec tout son charme aucun doute que Ryman se trouverait une partenaire rapidement. Mais lui, ne danserait pas. Il n’était promis à personne et un garçonnet de 8 ans n’intéresserait sûrement pas la majorité des demoiselles de la salle qui avaient déjà eu leurs premiers sangs et tentaient d’attirer des hommes faits et plus charmants. Lorsque la fillette Beurpuits se mit devant lui, il lui adressa un petit sourire et zieuta avec intérêt les couples qui se formaient, il ne faillit d’ailleurs pas entendre sa demande et tourna les yeux quelques instants vers elle avant de lancer un long regard vers Ryman… Que devait-il faire ? Il s’agissait de la fille du seigneur des lieux, elle devait sûrement mériter mieux que lui… et puis, il ne savait pas danser. Malgré cela, il se souvint qu’il ne devait pas faire déshonneur sur sa famille et afficha un grand sourire tout en se levant de sa place.

Avec grand plaisir ! … dame.

Imitant les gestes qu'il avait vu autour de lui, il s'approcha de la demoiselle et tendit sa main pour prendre la sienne. Il n'avait pas l'intention d'aller au milieu des danseurs de peur de se faire écraser par toutes ces grandes personnes pas toujours délicates, mais il suivrait les envies de la jeune fille, lui adressant toujours un grand sourire, les yeux brillants.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mar 5 Juin 2012 - 18:01

     La servante rougit légèrement suite à la proposition de lady Alysanne, elle baissa les yeux, gênée que son inclinaison pour le jeune chevalier ait été remarquée avec autant de facilité, puis elle bafouilla quelques mots. « Oh, ne vous embêtez pas pour moi ma dame, pensez à vous amuser ! » Pourtant il était clairement visible qu'elle n'aurait pas été contre, mais peut-être que l'incident de la domestique et la Dornienne avait-elle refroidi les ardeurs de la roturière ? Celle-ci s'éloigna donc rapidement pour apporter la réponse positive au chevalier qui se redressa derrière sa table pour venir chercher sa cavalière à la sienne. Il lui tendit la main avec galanterie, bien qu'il était aisé d'imaginer que le jeune errant n'avait guère l'habitude de la danse. Entraînant la noble dame au centre de la pièce, il se montra parfaitement galant et respectueux en s'abstenant de profiter de la proximité offerte par ce moment pour abuser de sa position. Un léger sourire flottait toutefois sur les lèvres du chevalier visiblement ravi d'avoir obtenu une réponse positive de la demoiselle. Il ne se priva pas de le lui faire savoir d'ailleurs. « Ma dame, je vous suis gré d'avoir accepté mon invitation, j'avoue que je n'avais pas beaucoup d'espoir de la voir acceptée. Visiblement l'audace paye de temps en temps. » Cela dit, tout dans son comportement semblait faire savoir qu'il n'avait nullement l'intention de se montrer davantage audacieux. Visiblement il était bien au courant du gouffre qui les séparait et il se contenterait donc de ce que la demoiselle lui offrirait. Après quelques pas de danse, lady Alysanne put constater que son cavalier n'avait pas volé son prénom et qu'il possédait un bon sens du rythme, il aurait presque pu se fondre dans la masse des nobles !

     Après que le Dornien eut accepté l'invitation de la fille du marié, ils se dirigèrent tous deux vers le centre de la pièce pour danser quelques instants. La demoiselle avait beau ne pas être une magnifique femme, elle se débrouillait parfaitement comme partenaire de danse et nombreux furent les hommes à regarder le duo progresser au milieu de la salle. Comme quoi si les Sept n'offraient pas la beauté de corps, ils se rattrapaient toujours quelque part. Une fois que la danse fut terminée, Asafa fit preuve d'une audace qui ne manqua pas d'amuser la demoiselle qui rigola légèrement avant de répondre. « Oh ma foi, qui sait, peut-être que je pourrais être intéressée. Vous le verrez bien le moment venu. » Ce n'était pas une réponse, mais la demoiselle avait le luxe d'être l'hôte des lieux et par conséquent de pouvoir se permettre ce luxe. Elle adressa une révérence au Ferboys avant de se détourner pour se fondre dans la foule des danseurs.

     Lady Myrcella ne dissimulait pas sa joie lorsque le jeune Ewald accepta son invitation, elle arborait à présent un sourire absolument radieux qui rendait son minois enfantin encore plus charmant. Le petit couple ne manqua pas d'attirer l'attention amusée de plusieurs nobles qui se montraient attendris de voir deux jeunes enfants danser ensemble. Visiblement à cet âge il était bien plus facile de lier la conversation. Les deux enfants dansèrent un moment ensemble au bord de la piste afin de ne pas être écrasés par les danseurs plus âgés, puis comme ils se regardaient dans les yeux, la fillette commença à satisfaire sa curiosité. « Je m'appelle Myrcella ! Je suis la petite fille de mon papa, tu viens de loin toi ? » La logique enfantine n'était plus à prouver.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 5 Juin 2012 - 18:52

     Il avait attendu ce moment avec impatience. C'est donc sans se faire prier qu'il abandonna la table d'honneur après avoir remercié lord Ambrose, lord Ryman, sa mère et sa sœur pour s'en aller quérir la main de lady Maeve Arryn afin de la conduire jusqu'à la piste de danse où ils pourraient, ensemble, faire quelques pas, quelques figures, comme ils l'avaient déjà fait à Hautjardin. Cette fois, l'expérience aidant, ils seraient peut-être moins ridicules, en tout cas ils ne tomberaient pas sans cesse, quoique la perspective de rouler par terre avec la fillette l'enchantait autant qu'elle le faisait rougir. Mais ce faisant, ils risquaient d'entraîner avec eux les autres danseurs qui ne verraient sans doute pas d'un bon œil d'être mis à terre... sans parler de la honte pour lui, tout jeune seigneur du Conflans, à se rouler ainsi sur le sol dans les bras d'une demoiselle, fût-elle jolie, fût-elle douce ! Les plus gras d'entre les spectateurs en auraient profité pour faire des remarques salaces incompréhensibles du point de vue du gamin qui était bien loin de se douter que certaines parties de son anatomie servaient à autre chose qu'à évacuer son urine, et les plus polissons auraient carrément applaudi l'initiative du petit lord qui aurait ainsi « déjà pris les choses en main, et en bonne main ! » Mais sur le chemin qui le séparait de celle qui serait sa cavalière pour la première danse, Edwyn ne pensait point à tout cela. Il était joyeux comme rarement on peut l'être en de telles occasions, car il allait pouvoir tenter d'impressionner celle qu'il aimait déjà sans le savoir – comment aurait-il pu distinguer l'émotion concernée qui l'étreignait quand il regardait Maeve d'une amitié dans tout ce qu'elle a de plus pur, tant il lui semblait que tout se confondait dans le sourire de la jeune enfant ?

     Quand il fut enfin auprès de Maeve, il ne sut cependant quoi dire. L'invitation était prise, ne pouvaient-ils simplement se prendre par la main et aller gigoter comme les mauvais danseurs qu'ils étaient sur la piste ? Tout était plus simple dans l'esprit des enfants, mais cette fête était celle des adultes et lord Tully devait agir en conformité avec ses rangs et titres. Comme cela l'agaçait ! Comme cela ajoutait à sa confusion. Il s'inclina profondément devant Maeve et Jasper et malheureusement, son front heurta le dossier du siège de la fillette et lui arracha un petit cri de surprise. Il porta la main à son front pour le frotter fort et se décida enfin à parler, d'une voix petiote, avec hâte, comme s'il avait dans le ventre un phacochère qui le taquinait.

– Je viens pour la danse... si la « princesse » du Val veut bien me l'accorder toujours...

     Comme il se sentait ridicule, et comme il devait l'être, à user du surnom qu'il lui avait trouvé à Hautjardin ! Il espérait cependant que cette boutade inopinée autant qu'imprévue passerait inaperçue et qu'on ne le reprendrait pas à user d'un titre supérieur au rang réel de la personne qu'il nommait ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 5 Juin 2012 - 18:56

La danse s'avéra être moins pénible qu'il ne le pensait, le petit garçon eut même un certain plaisir. Il prit cependant garde à ne pas écraser les pieds de sa partenaire et surtout de ne pas salir sa si jolie robe. Pour sûr qu'il aurait le droit à des remarques de ses frères lorsqu'il reviendrait à la table, mais il n'avait qu'une envie en cet instant : profiter du moment présent. Son sourire ne quitta pas sa petite bouille et les yeux pétillants de joie, il suivit les pas de la demoiselle qui semblait autant apprécier que lui ce moment hors des discutes entre adultes. La question de la petite fille lui fit légèrement froncer les sourcils : son papa ? N’était-elle pas la fille du seigneur des lieux et de son beau frère ?

Enchanté lady Myrcella, je suis Ewald Frey, le frère de lord Ryman. Et … euh… oui… je viens de loin, mais pas trop, c’est pas très loin. Moins que Port-Réal !

A vrai dire, Ewald savait que Murs-Blancs se trouvait dans les Conflans, mais à savoir si cela était réellement ‘proche’ des Jumeaux, c’était une toute autre histoire. De son point de vue d’enfant, tout paraissait immense, éloigné et incroyablement iréel… cependant il ne souhaitait pas dire de bêtises, cela aurait fait tâche auprès de la jeune fille avec qui il dansait…Après tout, peut-être savait-elle elle-même où se trouvait les Jumeaux. Il ne se souvenait cependant pas de l’avoir vu un jour, mais ce n’était pas là un gage de justesse, le petit garçon ne faisait alors pas très attention aux jeunes filles plus jeunes que lui. Ce fut presque avec orgueil qu’il parla de Port-Réal, il l’avait vu ! Oui, lui l’avait vu avec ser Pryam et si la demoiselle voulait en savoir plus, elle n’aurait qu’à demander. Myrcella était apparemment plus jeune que lui, ce qui n’empêchait pas de pouvoir lui conter les voyages avec son chevalier, de raconter la ville et les chevaliers, les routes et les gens.

Vous dansez merveilleusement bien, lady Myrcella. Et votre robe vous sied à merveille, vous resplendissez.

Comme le lui avait dit un jour Tiber, un de ses frères, les filles n’aimaient rien de mieux que les compliments – même si ce n’était pas vrai… surtout si ça ne l’était pas, paraissait-il. Aussi mit-il en application son enseignement, en espérant que cela ne semblerait pas déplacé ou mal formulé. Comment pouvait-on savoir ce qui se passait dans la tête d’une femme ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 5 Juin 2012 - 19:18

      La remarque de son voisin le fit rire. Effectivement, lady Jeyne Brax était ravissante, elle avait la fraîcheur de ces jeunes jouvencelles qu'on sait sur le point d'entrer dans les liens du mariage, car une fleur de sang s'est épanouie entre leurs cuisses étroites. Jasper n'était point vraiment sensible aux charmes féminins, car ses priorités étaient ailleurs, et peut-être était-il trop austère pour accorder foi aux atours sophistiqués dont la demoiselle s'était parée pour le banquet. Toutefois, il avait vu dans le Bief ce qu'il y avait de plus raffiné et de plus distingué en matière de beautés féminines, alors sans doute était-il un peu injuste de ne point reconnaître quelques grâces à la fille de lord Brax. « Je vous remercie. Je vais prendre la première danse avec lady Brax. » Lui qui craignait de n'avoir personne avec qui danser, il n'avait pas pensé à cette demoiselle qui les avait accompagnés depuis Vivesaigues. Il savait si peu d'elle que prétendre la connaître était pure folie. Il se souvenait des vagues démarches entreprises par son père pour intéresser le jeune homme à un possible mariage entre elle et lui, mais cela n'avait jamais été qu'un échange de corbeaux dont les conclusions n'avaient rien donné et n'avaient abouti à rien. Sa mémoire lui faisait remonter des bribes de ces lettres où lord Brax vantait les beautés naturelles de sa chère enfant, et pour le coup Jasper constatait par le menu qu'il s'agissait là d'exagérations éhontées. Elle n'avait rien d'une beauté divine, mais comme elle présentait était bien assez, et de fait Jasper ne comprenait point cet engouement de la plupart des hommes pour les femmes aux appâts généreux, aux visages ouverts et aux cheveux de miel. À ses yeux, des cheveux trempés dans du miel étaient des cheveux sales, ni plus ni moins. Peut-être était-ce que le suzerain du Val demeurait insensible à la poésie des corps et des désirs ? Avant qu'il n'ait pu se lever, le petit lord du Conflans arriva et après s'être cogné la tête contre le dossier du siège où était assise sa petite sœur, il réclama la danse que Maeve lui avait précédemment accordé.

       « Avec vous sur la piste, Edwyn, nous allons tous passer pour des balourds. Ne le fais donc pas attendre, Maeve, quant à moi je vais suivre votre conseil. » Il adressa un sourire convenable à son voisin Frey avant de se lever de son siège et de se diriger, aussi décontracté que possible, vers lady Jeyne Brax. Jasper se savait mauvais danseur, il se savait plus adroit une épée à la main qu'une femme entre les bras, et l'homme qui avait dit autrefois que c'était plus ou moins la même chose était un menteur ou un idiot ! Quand il arriva à sa hauteur, il s'éclaircit la gorge et s'inclina poliment pour attirer l'attention de la demoiselle.  « Veuillez pardonner mon interruption, ma lady, mais je viens réserver la prochaine danse. Et si vous m'accordiez la première qui commence, vous feriez de moi le plus heureux des hommes. » Les paroles étaient savamment pesées, les mots choisis avec soin. Tout aurait pu paraître très bien s'il n'y avait pas eu dans sa voix comme un air de rocaille. Jasper était tout sauf à l'aise, et se donner les airs de celui qui fait cela souvent n'y changerait rien. Il aurait donné cher pour être déjà au tournoi plutôt qu'ici, auprès de lady Jeyne, qui tenait entre ses mains une arme terrible contre lui : un refus qui le couvrirait de honte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 5 Juin 2012 - 20:20

Finalement, après quelques minutes qui parrurent être des années, Asafa revient en salle, et alla parler à la table des seigneurs de la maison. Décidément, les Dorniens allaient laisser une sacré emprinte dans l'esprit de tous dans la soirée. On aurait pu dire tant mieux ou tant pis selon la suite des évènements, mais pour le moment ce n'était pas la question. Asafa revient donc à la table et demanda si la jeune femme allait bien ou si elle avait besoin de quelque chose « Je crois que j'ai surtout besoin de vin. Et toi, ça va ? Dans la cours, tout se passe bien ? » Elle savait que Lyra et Gerold pouvaient parfaitement s'en sortir dans n'importe quelle situation, après tout ils avaient tous les deux une spontanéité incroyable et savaient se défendre. Mais dans de telles occasions, si particulières, on était sur de rien. Finalement, la musique s'intensifia et l'heure des danses arriva finalement et avec ce qu'Edarra avait redouté depuis qu'elle était revenue en salle...

Le pas bourru de l'homme qui avait manqué de la frapper tout à l'heure ne lui laissa aucun doute : c'était vers elle qu'il avançait. Mince, elle aurait largement préféré ne pas se faire accoster une fois de plus par ce bougre sexiste et un peu raciste envers les Dorniens certainement. Le toucher et être à une distance aussi restreinte serait une torture mais comme elle avait contrôlée son débit et son faciès depuis le début, elle continuerait malgré tout. Après tout, elle était assez réputée pour son visage de glace qui ne se tordait jamais que ce soit sous la colère ou la tristesse, elle n'allait faire que continuer. Ainsi, quand il l'invita, il ne lui demanda pas vraiment son avis et l'incita à venir. « Vous avez raison. » Elle se leva et entama alors une danse. Elle n'était pas très très douée dans les danses du nord. Elle les avait apprises par acquit de conscience et parce qu'elle voyageait beaucoup mais elle ne se laissait pas autant allée comme certaines autres nobles qui n'avaient pas à compter les temps ou faire attention où leurs pieds se retrouveraient pour ne pas les emmêler. Alors qu'elle partait, son cousin lança une blague, certainement un peu éméché avec l'alcool. Elle aurait bien voulu qu'il ne force pas trop sur la boisson, mais après tout, il était un vrai gamin et n'écouterait que ce qu'il voudrait bien entendre. Du coin de l'oeil, Edarra avait remarqué Damon Tarbeck, il faudrait qu'elle s'entretienne avec lui plus tard, d'une part pour lui présenter des excuses et d'une autre pour continuer la discussion qu'ils avaient entamés. Pour le moment pourtant, elle était avec un cavalier plutôt bourru et, ne voulant pas attiser encore plus son caractère aussi incendiaire que le sien, elle se mit en tête de faire la conversation. « Allez-vous participer au tournoi ? Vous avez une épreuve de prédilection ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 6 Juin 2012 - 7:42

Les surprises de ce tournoi dépassaient visiblement ses rêves les plus fous. Elevée presque en recluse dans son château, Ashlee devait admettre, si elle voulait faire preuve d’honnêteté, que son interlocutrice avait entièrement raison. N’avait-elle pas pêché par orgueil en voulant démontrer combien l’on s’amusait chez elle, combien la vie sociale y était importante ? Et désormais, cette pauvre lady Jeyne, si charmante et polie au demeurant, s’excusait d’avoir pu la froisser. Une pointe de remord jaillit dans le cœur de la demoiselle, s’épanouissant en un grand sentiment de culpabilité. Orgueil et mensonge, la Jouvencelle serait horriblement fâchée contre elle, sans parler du septon qui lui ferait des reproches – ô combien justifiés, d’ailleurs. Il était temps de réparer cette erreur, de se repentir sincèrement et de faire preuve d’humilité. Après tout, sa voisine méritait bien quelques excuses à son tour, si cela pouvait engendrer une amitié véritable… non, cela serait pour le Bien. Pas pour un quelconque dessein.
Son regard se fit plus doux, ses lèvres esquissèrent une moue sincère d’excuse, pendant qu’un petit pli barrait brièvement son front lisse.

-"Lady Jeyne, surtout, ne vous tourmentez pas. Vous ne m’avez aucunement offensée… Il est vrai que Père m’a parfois tenue isolée, et que je me suis bien ennuyée à mon tour. Vous êtes au contraire très chanceuse d’avoir pu voyager, et pour cela, il me faut avouer que je vous envie beaucoup. Il m’arrive parfois d’en rêver... Mais le premier devoir d’une fille est d’obéit à son géniteur, et il m’a fallu me résigner. J’espère cependant que vous me conterez cela, et que vous oublierez bien vite mon tempérament par trop vif. Les Sept savent qu’il n’est point très facile de s’astreindre à l’humilité, alors que tant de joie et de luxe sont à portée de main."

A nouveau, la damoiselle de Cendregué se remit à sourire devant l’emportement de sa voisine, tant il était communicatif et que sa bonne humeur naturelle reprenait le dessus. Alors, elles avaient des connaissances communes ! Et Lady Jeyne était d’accord pour qu’elles se revoient ! Oh, quelle chance, sa première véritable amie – en dehors de sa septa ! Comment tenir des résolutions d’humilité alors que la fête était si belle, alors que tant de bonheur envahissait son âme ? Ce ne pouvait être qu’un cadeau des Sept, et il serait toujours temps de faire amende honorable de ses pêchés un peu plus tard. Peut-être se priver de danse. Oui, c’était ce qu’elle aimait le plus au monde…

-"Ma chère amie, je ne savais pas que nous avions une connaissance commune. Ainsi, il vous a sauvé la vie ? Oh, vous devrez tout me raconter demain ! C’est un seigneur si charmant, tout comme ses frères, d’ailleurs. Quel dommage que son frère aîné soit mort du Fléau de Printemps… Une véritable tragédie qui nous a tous attristé, dans le Bief. Mais il a su reprendre les rênes de Vieilleville avec brio. Depuis, chacun s’accorde à dire qu’il était fait pour cela. Oh, et pour ser Duncan…"

La jeune noble s’interrompit lorsque la servante se pencha vers elle, porteuse de la réponse du chevalier errant. Elle hocha la tête pour marquer son assentiment, et allait reprendre sa conversation lorsqu’un deuxième domestique fit irruption, porteur d’une rose que l’on ne retrouvait nulle part dans les arrangements floraux de la salle de banquet. Ainsi, Lord Ryman voulait danser avec elle ? Malgré sa résolution précédente, c’était un geste que la politesse la plus élémentaire commandait d’accepter : il s’agissait du père de la mariée, donc pratiquement de leur hôte. C’était là geste galant, et … elle aimait tant danser.
Ashlee se tourna donc vers le valet, acceptant la fleur avec un hochement de tête, avant de lui répondre :

-"Dites à Lord Ryman que je suis enchantée de lui accorder ma première danse et que sa rose est un geste des plus délicats."

Rose d’or, rose couleur de soleil qui formait son blason ; que voilà charmante attention ! Et en attendant que Lord Ryman ne vienne vers elle pour qu’ils puissent danser, la damoiselle eut une pensée pour sa voisine qui n’avait pas encore été invitée. N’étais-ce pas Lord Arryn et le frère de la mariée qui la regardait ? L’un deux allait certainement l’inviter !
Aussi souffla-t-elle à voix basse à la jeune fille, afin qu’elle ne se sentit pas en reste :

-"Lady Jeyne, ne regardez pas, mais je crois que Lord Arryn vous regarde. Je suis sûre qu’il va vous inviter… ne regardez pas !"


Et en effet, celui-ci se leva, s’approchant de sa voisine pour lui demander de danser… Ainsi, elles avaient toutes deux un cavalier. Et point de jalousie entre elles deux désormais, les Sept faisaient bien les choses !
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Mer 6 Juin 2012 - 10:15

J'étais contente d'apprendre que Pryam se portait bien, j'appréciais beaucoup le chevalier. Par contre je ne savais qu'il avait une soeur. Je me demandai si elle tenait de son frère ou non, mais n'ayant pas eu l'occasion de la rencontrer je ne m'appesantis guère sur la question. Tandis qu'Alysanne discutait avec la servante en s'enquérant de ses impressions sur le chevalier, j'en profitai pour goûter aux petits légumes sautés. Quand la roturière expliqua où se trouvait ser Kyle le Chat je suivis la direction indiquée pour observer ce dernier. Il se trouvait à la table des chevaliers au fond de la salle, il n'était pas désagréable à regarder et semblait faire preuve de bon sens puisqu'il ne touchait pas à l'alcool en raison des joutes du lendemain. Un sourire fleurit sur mes lèvres quand j'entendis Alysanne accepter l'invitation. Sourire qui s'accentua à la proposition de la jeune noble qui n'avait pas manqué remarquer les inclinaisons de la servante pour le dit-chevalier.

Après avoir porté mon attention sur une partie de la salle, je tournai la tête vers la table d'honneur. L'annonce de la première danse avait incité nombre d'hommes à choisir une cavalière, le jeune Edwyn s'était rapproché de la cadette Arryn. Je trouvais les deux jeunes enfants touchants dans leur démarche. Je constatai que lady Mera s'était retirée. Lord Ambrose, quant à lui, s'absenta apparemment pour régler quelques problèmes, enfin ce n'était que supposition, je ne savais ce qu'il advenait dans les autres parties du château. Je perçus des mouvements qui venaient dans ma direction. Je posai mon regard sur le chevalier qui approchait, un bel homme pus-je constater. Avec une élégance et une galanterie de mise, il m'invita à danser. Je souris avec une certaine modestie au compliment dissimuler dans ses paroles. Ma voisine ne m'avait-elle pas répondu quelques instants plus tôt que cette soirée réservait des surprises ?

Il avait adopté une attitude des plus courtoises, de plus il présentait bien, je ne voyais rien qui puisse orienter ma réponse vers un refus. Alors autant profiter de l'ambiance festive et des occasions qui se présentaient. Je lui accordai un nouveau sourire avant de répondre.

- J'accepte volontiers, messer ?...

Je laissai planer l'interrogation concernant son identité, je n'avais guère eux l'occasion de me renseigner sur toutes les personnes présentes à ce mariage, étant donné que mon intérêt s'était porté de prime abord sur les nobles présents. Il est vrai que j'avais un peu délaissé les chevaliers, mais apparemment ces derniers ne nous avaient pas oubliées. Un espace avait été dégagé au centre de la pièce, la musique emplissait déjà l'atmosphère et je suivis mon cavalier.



Spoiler:
 


Dernière édition par Rivanon Mallister le Mer 6 Juin 2012 - 16:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Mer 6 Juin 2012 - 12:22

Lord Ambrose approuva la suggestion de Ryman concernant l’affaire qui s’était passée dans la cour. Après s’être levé pour annoncer que les danses allaient commencer, il se pencha vers le Seigneur des Jumeaux pour l’investir du maintien de la bonne ambiance générale. Pendant qu’il serait en train de chercher à en savoir plus, le marié ne pourrait assurer lui-même son devoir d’hôte. Or, qui mieux que le frère de son épouse ?

« N’ayez aucune inquiétude. Je m’efforcerai d’agir en tant que le plus irréprochable des hôtes en votre absence. Après tout, j’ai pu vous avoir comme modèle depuis le début de la soirée. »

Puis Lord Beurpuits s’éclipsa, alors que chacun rejoignait ou trouvait sa cavalière pour la danse. Peu après, le valet revint auprès de Lord Ryman, en compagnie d’une servante. Le premier l’informa de l’accord de celle qui partagerait avec lui les premières minutes au milieu des autres danseurs, sur le grand espace dégagé à cet effet, tandis que la seconde lui confirma l’identité de la demoiselle. Lady Ashlee Cendregué. Elle venait donc bien du Bief. Qui plus est, elle n’avait encore été promise à personne. Ce mariage était donc l’occasion idéale pour elle. Mais Ryman était marié… Lord Edwyn Tully avait déjà quitté la table. En se levant à son tour, Ryman aperçut Ewald, en compagnie d’une fillette de son âge. Et il ne put retenir un sourire, tout en espérant que son petit frère serait à la hauteur. En passant près de sa sœur, il se pencha à son oreille.

« Tu accorderas bien sûr ta première danse à ton époux… mais il va de soi que la seconde sera pour moi. »

Il lui déposa un baiser sur la joue avant de contourner les rangées pour arriver jusqu’à une autre table, près d’Ashlee Cendregué.

« Lady Ashlee. Je vous sais gré d’avoir accepté. Il est temps pour nous, ne croyez-vous pas ? »

Il s’inclina avant de lui présenter sa main. Puis ils rejoignirent les autres danseurs et se mirent en position, avant de commencer à se mouvoir au rythme de la musique. La différence de taille entre eux était assez importante, mais lui avait l’habitude d’être plus grand que beaucoup de monde, notamment les femmes.

« Passez-vous une bonne soirée ? Le Conflans répond-il à vos attentes ? »

Autant commencer à converser, ils n’allaient pas demeurer muets comme des tombes durant toute la durée de la danse, ils finiraient bien par s’ennuyer. Les danses étaient des moments parfaits pour apprendre à connaître les gens. Et en même temps, il jetait parfois un œil à son petit frère, simplement par précaution…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Mer 6 Juin 2012 - 18:24

Alysanne sourit en retour à son cavalier. Ce Kyle le Chat semblait être une personne de qualité, indépendamment de son rang ; il ne manquait pas de bon sens ni de galanterie, à sa façon. « Nobles ou roturiers, nous devons tous faire preuve d'audace pour nous affranchir des limites de notre condition. Ne perdez pas cette qualité, ser Kyle... aux audacieux, la vie offre bien des chemins. Les timorés n'en connaîtront jamais qu'un seul, celui qui a été tracé pour eux dès leur naissance. » Elle cala ses pas sur les siens, suivant sans effort la musique avec l'aisance née de l'habitude. Elle n'excellait pas dans cet art, mais des maîtres de danse exigeants avaient veillé à son éducation en la matière. Vite rassurée quant au niveau de son cavalier, elle pouvait même prendre un certain plaisir à l'exercice, et laisser vagabonder ses pensées. « Je me suis laissée dire que vous étiez ici pour les joutes. J'espère que la fortune vous sourira ! Il m'a semblé reconnaître un autre amateur de tournoi à votre tablée... Ser Duncan le Grand, si je ne m'abuse ? Je l'ai croisé jadis au service de mon père... »

Elle écouta la réponse de Ser Kyle avec curiosité ; elle ne connaissait pas vraiment Duncan, juste Dunk l'écuyer du chevalier Arlan. Ce qui l'intéressait, c'était son histoire et ce qu'il représentait... l'authentique esprit de la chevalerie. Le savoir présent lui donnerait peut-être quelque intérêt pour le tournoi.

« En tout cas, cet œuf de dragon attise les convoitises... je vous souhaite de remporter un tel trésor, et je vous envierai si tel est le cas ! » Elle repensa à la jeune servante et glissa avec un petit sourire : « Je suis sûre qu'au moins une charmante jeune personne vous encouragera demain lorsque vous entrerez en lice. Peut-être apprécierait-elle aussi une rose... » dit-elle sur le ton de la confidence, son regard dérivant vers la pétillante domestique fort affairée.

Quelques instants plus tard, la danse s'acheva aussi plaisamment qu'elle avait commencé et Alysanne esquissa une révérence pour saluer son cavalier, avant de lui souhaiter en souriant une belle soirée. Cherchant du regard un autre partenaire disponible, elle adressa un regard et un signe de tête courtois au Dornien enjoué qu'elle avait remarqué un peu plus tôt, lui laissant le soin de venir à elle, selon l'usage... ce qu'il fit. Elle le salua à son tour avant d'entrelacer ses doigts avec les siens, s'amusant du contraste de sa peau si pâle avec celle de son cavalier, et il lui vint à l'esprit qu'une telle image, un simple détail, avait quelque chose de miraculeux... le Bief et Dorne, qui s'étaient si longtemps fait la guerre, qui s'opposaient en tout point, comme le jour et la nuit, avaient fini par s'accorder autour d'une paix fragile... au fond d'elle, elle remercia Leo Tyrell d’œuvrer à consolider cette paix, et d'avoir sollicité son aide, si modeste fût-elle, dans ce projet...

« Je suis Alysanne Florent, de Rubriant... »
dit-elle d'un ton chaleureux en étudiant son nouveau cavalier, qui était aussi grand que son garde du corps, et d'allure avenante. « Veuillez me pardonner, mais je ne crois pas avoir l'honneur de connaître votre nom, Messire... ? »

MDJ : Qu'a dit Kyle sur Duncan ? Comment a-t-il réagi au sujet de l'intérêt que lui porte la servante ? (je me suis permis de faire avancer les choses considérant que cela n'aurait pas de conséquence "instantanée"... Wink )




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Jeu 7 Juin 2012 - 2:37

La petite peste du Val regarda son frère avec un regard suspect. Pourquoi disait-il ca ainsi? Oui, elle le savait, mais il n'était pas obligé de lui mettre cette réalité en face. Elle n’avait pas envie de quitter le val et n’avait pas encore envie de quitter Edwyn. Elle voulait apprendre à connaitre le Conflans et encore plus son seigneur. Oui, son éternelle curiosité. Elle aurait aimé être une enfant comme les autres et que le jeune Lord le soit tout autant qu’elle. Ils auraient pu profiter entièrement de leur enfance. Maeve grandissait et Edwyn en ferait autant. Ils étaient condamnés à grandir et que Jasper lui dise une telle chose l’avait frappé. Elle savait que le Val ne serait pas toujours sa demeure. Il suffisait qu’il fasse un bon choix pour elle. Un choix certainement politique, mais elle lui faisait confiance.

Peu importe, elle s’ennuierait trop de ce gentil petite garçon qui la faisait sourire chaque fois qu’il était en sa compagnie. La petite truite avait le don de chasser les mauvais nuages de la tête de son amie. Regardant son frère, elle haussa les épaules et soupira sans réelle raison.

Je le sais, mais ce n’est pas pareil. Je m’amuse avec Edwyn. Mais bon passons.

Elle n’avait pas envie d’en parler. Elle était heureuse de pouvoir faire partie de ce grand voyage qui la menait presque partout. En plus, elle avait le loisir d’en apprendre sur son jeune compagnon. Elle trouvait amusant de voir le petit Lord être aussi curieux. Lui et Maeve partageaient presque le pouvoir d’être innocent. Edwyn deviendrait un charmant Lord. Les Sept lui montreraient la voix de la sagesse. Elle n’avait aucun doute là-dessus. Elle s’était faite la promesse de ne pas oublier ce jeune garçon qui la marquait bien plus qu’elle voulait le croire.

Alors que le petit frère de Lord Ryman était tout joyeux à entendre la petite Arryn résumer à tout ce qu’elle avait pu voir dans le Bief, on annonça les danses et le petite Frey fut aussitôt disparu avec la jeune Beurpuits. Elle haussa les épaules. Inutile, elle voyait d`jà Edwyn arriver vers elle. Elle regarda son frère puis jeta son regard sur le jeune Tully. Elle osa même jeter un regard sur Lady Charissa. Elle espérait ne pas trop susciter la curiosité. Surtout que le petit garçon se frappa la tête contre le dossier de sa chaise. Maeve sursauta avant de regarder son compagnon de près. Comme à son habitude, la petite peste du Val eut un sourire.

Elle vous l’accordera toujours

Attrapant la main du petit Tully, elle l’amena sur la piste de danse et lui offrit un grand sourire. Maeve savait que le petit Lord n’était pas si mauvais danseur pour son âge.

Vous êtes magnifique ce soir Prince Edwyn.

Elle aimait lui rendre le titre qu’elle aimait lui donner lorsqu’il jouait ensemble. Enfin c’était un jeu dont personne ne pouvait leur interdire.



Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Jeu 7 Juin 2012 - 8:42

Le Dornien sourit de plus belle à la remarque de son hôtesse. Sur son habituel ton enthousiaste, il s'adressa à la Lady sur un ton charmeur, avant que celle-ci ne s'éclipse dans la foule.

- Dans ce cas, j'espère que la Mère Rivière elle-même m'offrira la bonne fortune de vous guider à nouveau à moi, afin que vous m'aidiez à ne pas paraître un trop mauvais danseur grâce à votre expertise en la matière.

De toutes évidences, Asafa savait qu'il n'était pas le meilleur des danseurs de la piste, loin s'en faut, étant plus habitué à faire danser les armes que les jolies nobles. Néanmoins, il était évident que ce dernier n'en avait cure, prenant un plaisir non dissimulé dans ce jeu de séduction parfaitement codé et millimétré qu'était la danse de salon.

Puis, son attention se reporta sur la belle noble du Bief qui venait de terminer une danse avec un chevalier. Elle lui adressa un salut de la tête, lui signifiant de venir auprès d'elle. Le cœur enhardit par la demande de la belle noble, il s'avança, souriant comme à son habitude vers Alysanne. Une fois à proximité, il s'inclina dans une révérence pour saluer la jeune femme, puis lui présenta sa main en se redressant.

- Ma Dame, me feriez vous l'honneur de m'accordez cette danse ?

Lui rendant sa révérence et se saisissant de sa main, Alysanne eut le loisir de se rendre compte que la grande main du Dornien arborait une cicatrice sur le dessus et que l'intérieur était calleux, peu agréable au toucher mais signe que l'homme devait certainement manipuler les armes régulièrement. Son ton restait cordial, avenant et chaleureux, comme il semblait l'être en toute circonstance. Et c'est avec un enthousiasme non feint qu'il répondit à la jeune noble.

- Asafa Ferboys, cousin de Lady Edarra Ferboys, originaire des Osseux et fier Dornien au caractère difficile, comme tout ceux de mon pays, Ma Dame.

Ses mots étaient lâché sur le ton de l'humour, avec entrain. En effet, l'homme ne semblait pas être un homme colérique ou d'une fierté exacerbée, comme la majeure partie de ses compatriotes, aussi il semblait s’amuser de ce trait de caractère.

- C'est un honneur et un plaisir de vous rencontrer. Vous dites être de Rubriant, dans le Bief ? Je comprends mieux l'empressement de mon peuple à venir piller vos terres des siècles durant, si elles renferment des joyaux tels que vous, Ma Dame. Et je comprends également l'ardeur de vos hommes à vouloir nous mettre au pas. Si toutes les femmes du Bief sont aussi resplendissantes que vous, les préserver seraient également une priorité.

Le regard enfantin de l'homme au teint halé s'illumina alors que son regard plongeait dans celui d'Alysanne. Puis, il continua d'un ton badin.

- A vrai dire, Dame Alysanne, je suis plutôt heureux que vous ne me connaissiez pas.

Il se penche pour chuchoter à l'oreille de la jolie noble.

- J'ai une mauvaise réputation, à vrai dire.

Il se redresse dans un sourire.

- Vous comprenez donc que je sois plutôt heureux de l'anonymat dans ce cas, ne croyez vous pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 7 Juin 2012 - 17:37

Tandis que Lord Arryn invitait sa voisine de table, Ashlee regardait sans en avoir l’air le père de la mariée s’avancer vers elle, pour l’emmener enfin danser. Danser… malgré sa décision de prendre la chose avec le sérieux qui incombe à un devoir que l’on devait accomplir, elle ne pouvait s’empêcher d’en concevoir, avant même d’être debout, mille joies infinies ! Et ce fut avec un sourire rayonnant qu’elle se leva, s’inclinant brièvement devant la révérence de son partenaire de danse, en tâchant de se souvenir des leçons de son précepteur sur les Frey. Ils régnaient sur deux ponts, que l’on surnommait les Jumeaux ; et ils étaient réputés pour leur tempérament un peu rude – probablement l’air humide du Conflans qui, par réaction, durcissait leur cervelle.
Espérant ne pas paraitre maladroite, l’étourdie demoiselle se mit en position pour danser, avant d’entamer les premiers pas, sous la musique éclatante et enjouée qui accompagnaient déjà les premiers danseurs. Elle connaissait par cœur les pas de la ritournelle connue et sa lourde robe de velours vert suivait les mouvements de ses pas en tressautant dans un bruit soyeux. Loin d’être encore fatiguée, elle s’étonnait juste un peu du silence de son compagnon de danse et d’une odeur qui, sans être familière, lui chatouillait désagréablement les narines. Elle fronça un peu les sourcils, essayant d’écarter l’idée inquiétante qui lui venait à l’esprit. Le feu… ? Non, on les préviendrait probablement.
Ce n’était sans doute rien. Un marmiton qui avait dû oublier une quelconque pièce de viande sur la broche. Sans compter que Lord Ryman venait enfin d’entamer le dialogue ; il n’était pas question de gâcher la fête en remarquant la faute d’un cuisinier maladroit.

Un nouveau sourire se dessina sur son visage enfantin rougit par l’effort et la chaleur environnante (quelle idées d’avoir mis du velours ! Mais elle avait eu si froid pendant les noces !), avant qu’elle ne réponde avec enthousiasme :

- « Je n’ai guère eu le temps de goûter cette charmante contrée qu’est le Conflans, Lord Frey. Cependant, je constate que sa réputation d’hospitalité et de beauté n’est pas usurpée. Je n’ai encore jamais vu de mariée si radieuse, et cette soirée est parfaite, véritablement parfaite. Il faut vous dire que je me réjouis des tournois de ces prochains jours ! »

Outre le fait qu’elle n’avait jamais été à un mariage auparavant, Ashlee Cendregué était réellement et profondément heureuse de sortir enfin du fief de son père pour y côtoyer enfin ses pairs. Et la joie de la mariée faisait plaisir à voir – même si elle était peut-être soulagée d’être enfin mariée à son âge.

- « Je vois que votre petit frère est déjà un galant seigneur… Comme vous devez être fier de votre famille en ce jour ! »


Elle avait suivi son regard, qui se posait quelque fois sur le petit garçon qui dansait gauchement avec ce qui semblait être la petite sœur, ou la nièce du marié. Mais d’un coup, cela n’avait plus d’importance… Les doigts entrelacés de la biefoise et du dornien à la peau ambrée manquèrent de lui faire rater un pas, et la jeune fille, dont les joues s’étaient enflammées à la fois de honte et de colère, détourna brusquement son regard, en espérant que son émoi fût passé inaperçu.
Que voilà une Dame du Bief qui se compromettait en public avec un dornien… malgré la paix officielle entre les deux régions, Lady Ashlee partageait les convictions de son père, qui était de ne jamais pardonner à ces sauvages-là leurs raids et leurs pillages. Plût aux Sept qu’elle n’ait pas à adresser la parole à ces nobles du grand sud !

Tentant de dissimuler son émoi par une soudaine fatigue, la jeune fille émit un petit rire nerveux. Il fallait continuer à faire comme si de rien n’était… la danse était presque terminée de toute façon.

- « J’ai entendu beaucoup parler de votre forteresse des Jumeaux. Parait-il que les eaux sonnent comme ces cloches sur les rochers de votre forteresse par gros temps, et qu’elle est imprenable. Je serai vraiment fort curieuse de voir cela de mes propres yeux. Ce doit être si impressionnant ! Tout aussi impressionnant que de voir un véritable œuf de dragon, Lord Frey. Je ne savais pas qu’il était possible de voir encore de telles merveilles hors du Donjon Rouge. »

Désormais, sa gaieté était un peu factice. Et soudain, la tête lui tourna, tant les émotions étaient fortes. La chaleur, la gaieté, la colère, l’excitation, le vin… elle manqua brusquement d’air, et faillit chuter, se retenant à temps à son cavalier pour ne pas s’écrouler de tout son long sur le sol ciré.
Les Sept lui envoyaient probablement un message : visiblement, il était temps de s’arrêter de danser…


Dernière édition par Ashlee Cendregué le Jeu 7 Juin 2012 - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Jeu 7 Juin 2012 - 18:13

     Ewald dansait avec la jeune fille du marié et celle-ci, vu les joues rougissantes qu'elle arborait, semblait tout particulièrement ravie d'être tombée sur un cavalier de son âge ! Comme l'enfant avait soudain adopté le vouvoiement, la petite sembla se souvenir que les règles de bienséance demandaient une telle politesse. Elle arbora un sourire resplendissant en entendant les compliments offerts par le petit frère de la mariée, puis baissa les yeux d'un air gêné. « Oh ! Merci mess... messire ! » Elle semblait visiblement ravie de se souvenir de ce titre. « Et vous... » Elle papillonna un moment des yeux. « Vous dansez comme un vrai chevalier ! » En réalité elle ignorait totalement comment un chevalier dansait, mais dans son esprit cela sonnait bien. « Vous êtes chevalier ? Vous vous battez contre les méchants ? Vous avez déjà tué des seiches ? » Elle avait souvent entendu son père parler de « la Seiche d'or » et dans son esprit cela parlait d'un véritable animal, la jeune dame était trop immature pour comprendre la véritable nature de ces paroles. En tous les cas, vu le regard pétillant qu'elle accordait à Ewald, l'idée semblait l'enchanter. Brusquement, alors que la petite esquissait un pas de danse, elle trébucha sur sa robe, s'emmêla les pieds et tomba de ton son long sur la piste, entraînant le malheureux Ewald avec elle. Là, assise sur ses fesses, ses yeux se mirent soudain à briller, puis rougir et bientôt des sillons de larmes se formèrent sur ses joues rosies. Il était temps pour le futur chevalier de montrer sa valeur !

     Ser Tom le Noir n'était pas un excellent danseur et la manière dont il guidait lady Edarra montrait qu'il manquait d'expérience. L'effort de la demoiselle pour lancer la conversation sembla porter ses fruits, flatter l'égo d'un homme en parlant de ses exploits était une bonne chose. « Bien sûr ! Et je compte bien arriver en bonne place pour montrer à tous ces petits chevaliers ce qu'est un véritable joueur. » La vérité était surtout que la colère et l'impulsivité du chevalier avaient souvent été de son côté et rares étaient ceux qui osaient se confronter à lui. Il baissa les yeux, dominant la Dornienne d'une bonne tête, puis reprit la parole. « J'ose espérer que nous vous y verrons ? Votre cousin ne participe pas j'imagine ? Qui allez-vous donc supporter ? » Question piège ? Peut-être pas. Mais peut-être que si, allez savoir, l'homme était tellement étrange qu'il était difficile de le décrypter.

     Lady Rivanon avait accepté l'invitation du jeune chevalier qui arbora un sourire ravi et charmeur lorsqu'elle lui tendit sa main. L'attrapant avec douceur, il répondit à sa question. « L'on m'appelle John le Violoniste, appelez-moi donc ser John ce sera parfait. » Entraînant la jeune femme sur la piste de danse, il commença à la faire valser, maîtrisant visiblement bien l'art de la danse tout en s'autorisant une certaine liberté avec quelques pas. Deux ou trois jeunes femmes suivaient le duo sur la piste et détournèrent le regard lorsque le chevalier errant les observa. Il reporta aussitôt son attention sur lady Rivanon pour lancer la conversation. « Si je ne me trompe pas, vous êtes l'une des filles de lord Robert de Salvemer n'est-ce pas ? » Visiblement il s'était bien renseigné, mais d'un autre côté quel chevalier participerait à un tournoi sans en savoir un minimum ? « L'on m'a conté l'attaque de Salvemer, à ce qu'il paraître une dame de la maison se serait mêlée aux combats, j'imagine qu'il doit s'agir de vous ? » Simple idée, il pouvait se tromper, mais semblait parfaitement sûr de ses paroles. « Vous cachez bien votre jeu, de prime abord je vous aurais perçue comme une noble dame comme les autres, mais force est de constater que ce n'est guère le cas. » L'on pouvait dire qu'il n'avait pas peur de dire ce qu'il pensait, mais qui s'en plaindrait ?

     Lady Alysanne faisait la conversation à son cavalier qui semblait très intéressé par ce qu'elle disait. La discussion glissa vers les joutes et la demoiselle lui souhaita beaucoup de chance avant de poser une question qui fit sourire ser Kyle. « En effet, ser Duncan le Grand, il est bien difficile à ne pas remarquer et semble avoir beaucoup de connaissances ici. » Il pensait notamment à la famille Cendregué qui l'avait invité à partager leur table. « Un homme d'honneur m'est avis, je suis persuadé qu'il ira très loin et que d'ici quelques années son nom sera sur toutes les lèvres. » Apparemment le chevalier semblait avoir son homologue en grande estime. Comme la conversation continua sur la récompense, le regard de ser Kyle se fit rêveur, visiblement l'idée de posséder un œuf de dragon l'intéressait grandement, certainement comme tous les participants des joutes d'ailleurs ! Finalement, lady Alysanne conclut en parlant de la jeune servante qui semblait apprécier ser Kyle, celui-ci suivit le regard de la belle du Bief et esquissa un léger sourire. « Je vais aller voir ce que je peux faire dans ce cas. Je vous remercie de vos conseils ma dame, comme vous l'avez dit, il faut oser de temps en temps. » Visiblement ser Kyle ne semblait pas contre l'idée d'apprendre à mieux connaître cette dame. Au final, la danse se termina, le jeune homme remercia une fois de plus sa partenaire avant de s'éloigner pour aller proposer son aide à la jeune domestique débordée. Si lady Alysanne refusait de se marier, elle semblait toutefois avoir un bon avenir d'entremetteuse si l'envie lui en disait.

-----------------------------------

Etant donné que la danse semble vous intéresser plus que le repas, je rallonge le délai jusqu'à demain soir après quoi la suite du repas se fera, donc n'hésitez pas à poster d'ici là !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 7 Juin 2012 - 20:03

     Edwyn ne connaissait plaisir plus agréable que celui de la compagnie de Maeve, alors naturellement quand elle confirma qu'elle acceptait toujours de danser avec lui, il lui sembla qu'un millier de papillons aux ailes de feu venait de s'envoler dans son ventre pour se répandre dans tout son corps. Il lui fallut bien quelques secondes pour prendre toute la mesure du petit événement qui se jouait entre eux mais au moins, quand il reprit tout à fait ses esprits, la douleur qui mordait son front d'enfant maladroit avait totalement disparu. Il guida donc Maeve jusqu'à la piste de danse où il lui prit les mains et la taille comme on le lui avait appris et comme il avait pu le découvrir « pour de vrai » à Hautjardin. Danser lors d'un banquet de noces, c'était tout de même autre chose que de s'entraîner dans les bras de Melara dans la grande salle de Vivesaigues où la famille Tully prenait habituellement ses repas. Mais fort heureusement pour lui, Maeve était légère et leste comme le royal volatile de son blason séculaire. Il lui semblait d'ailleurs que ses petites mains avaient la douceur de la plume, et il s'en voulait un peu d'avoir quitté son assiette et sa place sans s'être essuyé les menottes pour aller prendre celles de Maeve. Il était un peu tard pour y penser, mais peu lui importait, elle avait l'air contente de danser avec lui et lui-même était plutôt satisfait : il se débrouillait assez bien. Son euphorie était complète, et l'on pouvait lire sur son visage qu'il était heureux. Ah, comme il semblait loin, désormais, l'orphelin aux lourdes responsabilités de seigneur suzerain !

–      Tu es la plus belle, ce soir !

     Ses joues rosirent un peu. Ces mots lui avaient échappé un peu comme le poisson jaillit hors de l'eau pour gober la mouche imprudente qui flâne sur la rivière endormie. Il les pensait du fond du cœur, et plus encore il désirait apprendre à connaître cette amie sincère et douce dont il ne se séparerait pas sans peine. Cruel destin que celui qui fit naître le petit poisson si loin dans l'eau et le petit oiseau si haut dans le ciel ! Ils étaient nés et faits pour s'entendre, c'était aujourd'hui une certitude. Edwyn était trop jeune pour imaginer les rouages du pragmatisme politique que recouvrait leur rapprochement, mais il savait en revanche qu'il n'oublierait jamais Maeve, quand bien même celle-ci, il le savait, était amenée à devenir bientôt la pièce maîtresse d'un mariage qu'arrangerait son frère aîné Jasper, cet autre ami qu'Edwyn s'était découvert dans le Val. S'il avait était plus âgé, nul doute qu'Edwyn aurait tôt fait de comprendre qu'il aurait très bien pu être l'époux de Maeve. Mais pour l'heure, il était bien trop jeune et bien trop extatique pour faire autre chose que goûter chaque instant de la danse qu'il composait avec celle qu'il croyait, de plus en plus, aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Ven 8 Juin 2012 - 3:33

Edwyn avait eu son baptême de danse à Hautjardin. Enfin, il ne lui marchait pas sur les pieds, donc il était bon danseur. Elle était habituée, Septa Marianna lui avait appris très jeune la danse. Lorsqu’elle lui apprenait cela, la petite du Val ne courait pas dans tous les sens et de faire des bêtises. Elle était ainsi occupée, mais elle trouvait Edwyn très bon danseur. Elle le regarda et elle ne pouvait faire autrement que de sourire. Maeve avait regardé son frère qui avait demandé la main d’une petite rousse. Elle ne tenta pas d’en savoir plus. Elle arriverait bien à demander à son frère lors d’une petite pause. Son attention revint vers la petite truite. Qu’il était mignon et adorable quand il le voulait. Rougissant au compliment du jeune seigneur, Maeve répondit :

Merci beaucoup Edwyn.

Elle remerciait les Sept de ne pas avoir sa grande sœur trop près. Elle aurait eu peur que celle-ci remarque son attention qu’elle portait au petit Tully. Elle l’avait certainement vu à Hautjardin. Maeve regrettait de devoir partir dans le val. Regardant la petite truite, elle lui offrit un sourire avant de lui dire innocemment.

Tu es très bon danseur

Elle ne regrettait pas de ‘s’être arrêté sur la petite truite du Conflans. Elle avait entendu parler de lui, alors que Lord Tully était décédé et elle se souvenait d’avoir bombarder de question le Mestre de la maison Arryn. Lorsque la jeune enfant avait su que le jeune Lord faisait route vers sa demeure, elle avait été curieuse de le rencontrer. Elle était heureuse et n'avait pas de regret. Elle ne jouait pas avec les garçons parce qu’elle les trouvait tous brutaux et idiots, sauf celui qu’elle surnommait toujours avec affection, son petit Prince des Eaux. Elle n’avait jamais cru avoir autant d’affection pour quelqu’un. Les seuls qui en bénéficiaient c'était bien Jasper et Maura. Mais sa sœur n’était plus avec elle désormais.

Je n’ai pas envie de rentrer au Val. Tu me répondras si je t’envoie des corbeaux à Vivesaigue?

Elle ne savait pas encore quand ils rentreraient, mais elle ne disait pas un mot. Elle aimait beaucoup trop la présence du petit garçon. La séparation serait certainement douloureuse puisqu’elle avait passé la totalité de son temps avec le Suzerain du Conflans. La demande avait été spontanée sortit tout droit d’un coin reculée de son esprit torturée. Elle n’aurait pas du demander cela. C’était idiot.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 8 Juin 2012 - 15:16

Comme elle l’avait bien imaginé, le temps de la première danse arrivait à grands pas et déjà des hommes invitaient ou faisaient inviter par leur serviteur les demoiselles et femmes ici présentes. Elle attendait cela avec impatience et pourtant rêvait aussi de continuer cette conversation avec Ashlee. Elle apprenait plein de choses et adorait cela. Jeyne ayant une très grande imagination, elle n’aurait pas de mal, l’heure du couché venu à s’imaginer à la place d’Ashlee à ce tournoi organisé rien que pour elle !
    Vous avez raison, j’ai moi-même tant de choses à apprendre encore. Je ne manquerai pas de vous raconter mon séjour chez Lady Tyssier. J’ai seulement peur de ne pas avoir le temps maintenant. Tout le monde semble doucement s’agiter autour de nous.
Il fallait bien le remarquer et c’était de toute façon une évidence. Selon Jeyne, même la « jeune » Dornienne n’avait pas fait autant de « vagues » que l’approche de la première danse. Evidemment, toutes les jeunes filles désiraient être invitées par le meilleur des partis. Cela ne serait pas donné à tout le monde mais certaines seraient plus chanceuses que d’autres. Ashlee par exemple ? Ou encore Jeyne ? Notre petite rousse savait qu’elle n’était absolument pas à la mode du Bief et qu’elle ne ressemblait d’ailleurs absolument pas aux jeunes femmes de la région. Jeyne appartenait entièrement à L’Ouest, que ce soit physiquement ou même sentimentalement. Elle se plaisait autre part mais… C’était parfois trop différent de ce qu’elle connaissait depuis toujours. Elle aimait les paysages ici mais c’était surtout la vie mondaine qu’elle appréciait plus que le reste et quand elle regardait Ashlee, elle savait bien qu’elle était fort différente de ce genre de beauté.
    Sans faute, je vous le promet ! J’ai d’ailleurs bien hâte d’échanger avec vous à son propos. Lord Hightower est si…
Elle souriait et leva les yeux au ciel, ne trouvant pas le mot adéquat. Il avait été fort serviable mais Jeyne était fascinée. Elle n’eut pas le temps de trouver comment continuer puisque les deux jeunes ladies furent interrompues. La danse. Elle s’essuya doucement la bouche et attendit patiemment sans que cela ne prenne vraiment de temps. Elle devint rouge écarlate à la remarque d’Ashlee et n’eut pas le temps de changer de couleur quand Lord Arryn s’adressa à elle. Il était exactement… Comme elle l’imaginait en fait.
    J’en serais ravie mon seigneur.
Elle se leva donc, attendit qu’il lui offre sa main pour la prendre et rejoindre les autres danseurs qui déjà se mettaient en place. Elle avait lancé un regard à son frère que cela ne gêna pas de la voir en compagnie de Lord Arryn et sourit à Colleen puis à Ashlee. Elle faisait de son mieux pour rester calme et digne de cet homme si haut placé qui lui accordait, selon elle, le privilège de danser avec lui. Elle n’avait évidemment pas imaginer une seconde lui refuser cette danse. Elle le trouvait si charmant !
    Ce fut un magnifique mariage, ne trouvez-vous pas ?
Il s’en fichait surement ? Que devait-elle dire ? Il fallait bien qu’elle parle sinon il la prendrait pour une idiote, ou alors c’était en parlant qu’elle se grillerait auprès de lui ?
    J’ai ouïe dire que vous jouteriez demain. Vous devez être très impatient, je suppose que le tournoi vous plait beaucoup plus que les cérémonies. Robert, mon frère, ne participera pas et pourtant il aurait adoré. Il m’a d’ailleurs confié que bien qu’il passait une excellente soirée, le tournoi était l’évènement qu’il attendait le plus.
Si il était comme son frère, elle était surement dans le vrai ? Elle ne faisait que supposer sur ce qu’elle avait pu entendre dire de lui. Il était du genre vaillant et non le genre à aimer se cacher dans des grandes salles, à se goinfrer et boire pendant que les autres combattent. Elle disait cela suivant ce qu’elle savait de lui. C’était le preux chevalier dont elle rêvait. Celui qui pourrait lui mettre dans étoiles dans les yeux, elle en était sure mais espérait ne pas l’embêter. Elle était très certainement beaucoup plus bavarde qu’il ne pouvait l’être !
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Ven 8 Juin 2012 - 16:45

Alysanne jaugeait silencieusement son cavalier tout en savourant avec amusement ses flatteries. A en juger par sa stature et la rugosité de ses paumes, c’était un homme d’armes, un de ces lanciers que les maisons bieffoises les plus vindicatives aimaient à représenter à l’état de cadavres exsangues sur leurs tapisseries d’intérieur, au pied d’un héros familial triomphant… Celui-ci semblait départi de cet orgueil mâle et obstiné que l’on attribue traditionnellement aux hommes de la péninsule ; mieux encore, il le tournait en dérision. Oncle Jon est moins urbain que ce guerrier… constata-t-elle avec ironie. L’Oncle Jon n’était jamais avare de commentaires dépréciateurs à l'égard des gens du désert, mais il aurait gagné haut la main n'importe quel tournoi de rustres face au présent Dornien. 

« Une mauvaise réputation ? » releva-t-elle avec curiosité. « Elle n’a pas franchi les montagnes pour voler jusqu’à Rubriant, si cela peut vous rassurer. » Alysanne n’avait rien entendu des propos de la servante au sujet d’Asafa, et si le nom Ferboys lui était familier, elle ignorait tout d'éventuelles rumeurs à leur propos. Toutefois le sourire de son cavalier et son style charmeur laissaient entendre que sa « mauvaise réputation » pourrait bien avoir trait à un penchant prononcé pour la gent féminine. Les hommes sont bien tous les mêmes, d’un côté ou de l’autre des montagnes, songea-t-elle malicieusement. En voilà un qui s’entendrait à merveille avec un certain Tyrell…

« Il paraît que les Dorniens ont un tempérament de feu… fait remarquable et remarqué. Tout le monde sait que le feu peut brûler, pour autant l'on ne peut s'en passer. Ainsi en va-t-il de Dorne et des Dorniens, j'imagine. » Elle ponctua sa remarque d'un léger rire. « Ma tante Rhea attisa la flamme d’un Dornien, en son temps, et s’en alla vivre auprès de lui à Lancehélion… Il faut croire que les chevaliers du Bief n’ont pas toujours su protéger les fleurs de leurs jardins... Elle est veuve aujourd'hui, mais vit toujours là-bas, et j’aurai bientôt le plaisir de lui rendre visite. Si tous les Dorniens sont aussi charmants que vous, je risque de m'éterniser. »

Elle lâcha l'une de ses mains pour volter, en cadence avec les autres danseurs, balayant du regard ce ballet de papillons colorés. Elle aurait presque pu se croire de retour dans le Bief. Revenant au contact, suivant les pas, elle tourna autour de son cavalier avant de reprendre sa main, toute espèce d'ennui oublié. « Vous venez de bien loin pour ce mariage. Lord Ambrose doit être très lié avec votre famille... » Derrière l'affirmation se terrait la question, induite sans qu'il n'y paraisse. Son ton ne laissait filtrer qu'une chaleur sincère, la joie de voir la concorde entre Dorne et le reste de Westeros, mais au fond d'elle perçait aussi un intérêt plus personnel pour la réponse. Lord Beurpuits, son œuf de dragon, ce mariage grandiose et ses mystérieux invités l'intriguaient... si elle pouvait en même temps recueillir quelques informations sur la péninsule et ses affaires avec le Conflans, elle aurait de quoi se féliciter de sa venue inopinée à Murs-Blancs.




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 8 Juin 2012 - 19:07

     Et comme il fallait s'y attendre, le compliment de Maeve ajouta à l'allégresse de la truite frétillante. Il était plus flatteur que réaliste, car Edwyn dansait avec la grâce d'une langouste grattant les cordes d'une lyre, mais était-ce si important ? À la virtuosité, il préférait la simplicité et s'il se remuait plus qu'il ne dansait vraiment, il se moquait bien de l'opinion que les autres pourraient bien se faire de lui. Il fallait toutefois lui reconnaître une certaine aisance : s'il ne connaissait point les pas, les mesures, les notes et les clefs, il se sentait, aux bras de Maeve, comme un poisson dans l'eau, chose qu'il était d'une certaine façon. Les Tully n'étaient peut-être pas la maison la plus prestigieuse qui soit, mais elle avait dans le Conflans bien assez de renom pour inspirer à ses membres l'allure et la prestance qu'il sied de donner à voir. Il s'agissait de tenir son rang et peut-être était-ce pour cela que le petit garçon n'était point tout à fait ridicule. Au moins, il glissait sur la piste et avec lui, Maeve ne semblait pas gênée.

–      Bien sûr ! Melara et notre mestre me surveilleront et si je manque à mon devoir de te répondre, j'exigerai d'eux qu'ils me punissent !

     Jamais Edwyn n'avait envisagé d'abandonner tout à fait Maeve aux loups sombres de la mémoire, qui déchirent les souvenirs de ceux qu'on aime pour n'en laisser que des lambeaux. Au contraire, il éprouvait, mu par la puissante naïveté de l'enfance, l'envie inexorable de voir se construire l'affection qu'ils avaient l'un pour l'autre sur la durée et comme la truite remonte la rivière pour aller retrouver les siens, il se sentait prêt à affronter tous les obstacles, toutes les peines, tous les chagrins, toutes les souffrances ! Il aurait pu faire le trajet à pied jusqu'aux Eyrié si cela avait été nécessaire, mais il se souvint alors de ce que lui avait confié Jasper à Vivesaigues, peu avant qu'ils ne quittent la demeure des Tully pour rejoindre Murs-Blancs : après cet événement, ils se rendraient à Port-Réal, et ce serait là l'occasion pour les deux enfants de passer encore plus de temps ensemble et en si bonne compagnie. Comme il avait hâte, alors, d'inviter ses amis du Val d'Arryn chez lui pour un séjour plus long que la trop courte halte concédée avant le mariage de lord Beurpuits ! Il pourrait les présenter tous à sa famille et surtout présenter Maeve à sa mère Charissa et à ses deux grandes sœurs. Il était persuadée que la douce petite sœur du seigneur suzerain du Val ferait bonne impression sur chacune d'elle. Il les y obligerait au besoin, car après tout, n'était-il pas lord ?

–      J'espère que nous resterons un peu à Vivesaigues, il y a tant de choses que j'aimerais t'y montrer !

     Il pensait à cet instant à ce qui faisait la spécificité du château, le système des vannes qui, ouvertes, transformaient le château en île fortifiée. Cela n'avait rien à voir avec la splendeur aérienne des Eyrié ou la magnificence charmante de Hautjardin, mais à ses yeux comme à ceux de tous les habitants du Conflans, cela valait bien le détour !
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Ven 8 Juin 2012 - 20:31

La jeune Cendregué paraissait réellement enchantée par ce qu’elle vivait. Beaucoup de dames n’auraient montré qu’un enthousiasme feint, par politesse, pour ne pas froisser le seigneur des Jumeaux. Mais il n’y avait là aucune raison de douter de la sincérité d’Ashlee tant les mots qu’elle employait pour décrire ce qu’elle voyait étaient spontanés. Et elle avait là la chance, en plus d’assister à un mariage, de pouvoir être dans les travées d’un grand tournoi opposant parmi les plus habiles jouteurs des Sept couronnes. Ryman se contenta de sourire, et fut surpris qu’elle souligne la présence d’Ewald. Pourtant, les coups d’œil que jetait le frère aîné sur son cadet se voulaient discrets. Il faudrait qu’il soit plus prudent, finalement.

« Ewald s’efforce d’être à la hauteur, et je dois dire que je suis agréablement surpris par ses performances. Notre Maison se doit d’être irréprochable en ce jour. En effet, je suis fier. »

Oui, il était fier, oui, il le disait. Les quelques riverains des Jumeaux savaient que c’était un trait de caractère marqué chez lui, et bientôt, cette réputation s’étendrait. Puis ce fut le tour de Lord Ryman de surprendre un regard de Lady Ashlee, adressé à un couple improbable. Le Dornien, un Ferboys, qui s’était fait remarquer plus tôt avec sa cousine et avait présenté ses excuses à Lord Ambrose, dansait avec une dame de la Maison Florent. Ryman ne fit aucun commentaire, surtout lorsqu’il remarqua que cette vision provoquait un certain trouble chez sa cavalière.

Après avoir feint de ne rien voir, il la laissa se reprendre, avec un petit rire, et enchaîner. Si elle n’avait pas d’elle-même trouvé un sujet de conversation, il l’aurait fait, mais elle avait déjà de bonnes ressources. Malgré son jeune âge, elle se comportait déjà avec aisance dans le grand monde. Et le fameux sujet, ce fut de nouveau la fierté de Ryman. Ou plutôt, l’un de ses motifs de fierté : les Jumeaux. Au moins, elle savait où appuyer pour faire gonfler son orgueil. Et la comparaison avec un œuf de dragon n’était pas pour atténuer l’effet !

« Et bien, s’il vous agrée, vous êtes la bienvenue, dès que vous le souhaiterez. Les Jumeaux sont en fait deux forteresses, identiques, bâties sur chaque rive de la Verfurque. Elles sont en effet imprenables, et c’est un spectacle incomparable. En revanche, leur intérieur est d’un grand confort. Et… »

Lord Ryman retint sa cavalière à temps avant qu’elle ne s’effondre. Visiblement, entre l’émotion et le vin, elle venait de vivre un coup de fatigue. La soutenant, il fit signe à une domestique de venir l’aider à accompagner, en toute délicatesse, Lady Ashlee à un siège proche. Lorsqu’elle fut assise, il demanda qu’on apporte de l’eau.

« Ma dame, comment vous sentez-vous ? Souhaitez-vous vous étendre quelques instants ? »

Un regard en biais vers sa mère la lui montra pincée. Visiblement, voir son fils être aussi proche d’une demoiselle autre que son épouse n’était pas pour lui plaire. Et bien, tant pis ! Il ne faisait rien de mal, après tout.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Sam 9 Juin 2012 - 4:21

Maeve s’amusait avec son petit prince des Eaux. Elle aimait bien le jeune Lord. Il la rendait heureuse malgré tout. Jamais la petite Arryn n’avait fait la tête depuis qu’Edwyn était là. Elle était heureuse d’avoir capté l’attention du petit Lord. Enfin, comme on pouvait ne pas l’aimer. Même la jeune Aliénor avait trouvé le petit Lord très adorable et charmant. Jasper avait quelques peu raison même si elle ne voulait pas l’avouer. Celle qui aurait le droit d’épouser le jeune Lord, beaucoup plus tard aurait beaucoup de chance. Enfin, s’il restait tout aussi gentil et adorable. Il y avait de forte chance pour qu’il soit autant adorable. Au moins, elle aurait eu une opinion différente sur les garçons en rencontrant le jeune Lord du Conflans. Certes, elle n’enviait pas sa place. Du moins pas à son âge. Ils étaient trop jeunes pour se confiner dans le monde des adultes. Maeve avait eu le droit à une enfance particulière, mais étant une femme et aussi la cadette alors que ses ainés étaient beaucoup plus vieux, elle avait toujours pu faire ce qu’elle voulait. Elle avait des doutes que la petite truite puisse bénéficier de cela.

Tu ne manqueras pas à ton devoir Edwyn Tully. Tu es un très bon seigneur pour ton âge. Et je suis certaine que plus tard, tu seras le meilleur des Lord. Et aussi gentil et vaillant que mon oncle, Lord Léo et Jasper.


Bizarrement, elle en était persuadée. Les autres Lord pourraient dire ce qu’ils voulaient. Il y avait peu de chance pour que Maeve déroge de ce point. Elle était certaine de ce qu’elle avançait. Elle espérait seulement que les sept l’aideraient toujours. C'était la seule prière qu’elle pouvait faire pour ce gentil petit garçon qui l’avait croisé. Auraient-ils été aussi bons amis, si Edwyn n’était pas venu aux Eyrié? Elle était certaine que non. C’était fou comme les gens pouvaient en changer une autre. Maeve était bien plus responsable ou encore plus calme depuis qu’elle l’avait croisé. Enfin, Jasper pourrait affirmer que quelqu’un avait réussi à attirer son attention et la changer.

Qu’on lui parle de Vivesaigue la fit sourire. Elle avait envie de voir ce château sous toutes ses facettes. Lorsque le petit prince adoré de la petite peste était aux Eyrié, Maeve lui avait montré tous les passages qu’elle connaissait. Elle était même certaine que Jasper ne les connaissait pas.

Tu crois que tu auras le temps de tout me montrer ? Il me ferait plaisir de faire plus ample connaissance avec tes sœurs et surtout avec Lady Charissa.

Ce serait à son tour de lui faire le tour du propriétaire. Elle avait entendu plusieurs histoires sur le château De Vivesaigues. Elle ne demandait qu’à voir et explorer en bonne compagnie. La petite peste du Val d’Arryn avait envie de faire une confidence à son ami, mais très loin de son frère qui pourrait la voir ou encore l’entendre. Faisant exprès de conduire le petit garçon du Conflans, un peu plus loin, elle lui lança :

Je suis heureuse de t’avoir connu. Tu es un lord très gentil et amusant. Je serai ton amie pour la vie.

Quelques petites confidences, mais elle l’aimait trop et elle n’était pas du genre à garder ce genre de commentaire pour elle-même.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Juin 2012 - 9:52

Attentive aux réponses de Lord Ryman Frey, Ashlee exécutait avec automatisme les pas de danse qu’elle avait mis des mois à apprendre dans son enfance encore proche. Elle l’écoutait parler de son jeune frère avec une fierté qui, songea-t-elle brusquement, devait être le symbole de tout noble envers leur famille dont ils avaient à la fois responsabilité de protection, mais aussi de moralité. Quelle joie son propre père avait-il du éprouver en voyant ses fils faire leurs premières armes, et devenir des chevaliers honorables et courtois… le même style de sentiment qu’elle-même éprouverait probablement devant ses propres fils, par ailleurs. Avec quel père, la jeune demoiselle n’en savait encore rien ; mais s’il lui tardait de connaitre la réponse, ce n’était pas à l’ordre du jour pendant ce tournoi. Pour l’instant, son bref malaise l’empêchait de rassembler clairement ses idées, et elle s’abandonna dans les bras de la domestique avec une once de soulagement. La tête lui tournait… mais n’étais-ce pas plutôt le sol qui chancelait, dansait la sarabande sous ses pas pour mieux la ridiculiser aux yeux de tous ?
Une fois assise, la jeune noble se sentit un peu mieux. Malgré son trouble, elle entendit le frère de la mariée demander de l’eau : décidément, il se comportait en hôte parfait tandis qu’elle incarnait ce qu’il désormais s’imaginer comme les faiblesses féminines. Elle avait sans doute bu trop de ce vin fort et pur qu’on leur avait servi si généreusement, voilà tout. Mais encore une fois, il était hors de question qu’elle ne consente à l’admettre publiquement. Oui, plutôt mourir que de causer de la honte à sa famille ! Elle devait se faire violence et prouver que la cadette des dames de la maison Cendregué n’était pas de ces créatures insipides et faibles que l’on rencontrait partout – même s’il fallait bien avouer, pour s’être posée mille fois la question, que tel était malheureusement le cas, même si elle s’était reposée justement pour avoir de l’énergie à revendre pendant la fête.

Se forçant à respirer plus amplement, Lady Ashlee dédia un sourire décidé à son interlocuteur, avant de se redresser un peu plus convenablement sur sa chaise. La tête très droite, quelques boucles blondes s’échappaient de la tresse sagement nouée dans son dos, se mêlant aux rubans de sa coiffe de dentelle à la mode plus campagnarde des profondeurs du Bief.

- « Lord Frey, vous êtes décidément si courtois que je conçois grande honte de ma conduite. Je vais tout à fait bien désormais, ce n’était qu’un banal éblouissement… Certainement la chaleur. Vous connaissez certainement comment se comportent les septa : ces femmes veillent toujours sur nous avec l’ardeur d’une nourrice, et nous étoufferaient sous les fourrures plutôt que de nous laisser prendre froid. Et si je lui sais gré de veiller sur moi, elle fait parfois trop de zèle pour mon propre bien.»

Les joues très roses, Ashlee réitéra un léger rire sincère, espérant fortement ne pas trop ennuyer son interlocuteur par son bavardage intempestif. Le demi-mensonge la mettait également mal à l’aise : la jeune fille avait un grand respect pour sa duègne qui ne la quittait jamais, mais il fallait agir avec délicatesse et politesse avec un seigneur si important, et passer pour une jeune fille trop couvée était certainement préférable à celui de mauvais parti trop fragile pour mener à bien une simple danse.
D’une voix qu’elle se força à raffermir malgré la douleur qui lui coupait la poitrine – et qui s’en irait probablement avec un peu de repos – elle reprit la parole, déterminée au moins à finir l’agréable conversation qu’elle menait avec le chef de la maison Frey. Après tout, il venait de l’inviter chez lui ; ce n’était que justice qu’elle l’écoutât jusqu’au bout conter les merveilles de sa maison. De cette manière, il n’emporterait pas une image négative d’elle-même, ce dont la damoiselle eut soudain très peur. Et si tous les invités critiquaient sa conduite ?

- « Je dois vous avouer avoir bien plus honte encore de vous avoir interrompu, Lord Ryman. Il est vrai que rien ne saurait me faire plus plaisir que de visiter les Jumeaux. J’ai lu quelques légendes sur ces forteresses et il parait qu’elles recèlent l’âme même du Conflans en leur sein. Père vous écrira certainement pour vous signifier son accord. »

Un peu essoufflée mais ne désirant pas le montrer, la jeune biefoise posa une de ses mains sur la table pour se soutenir, et se releva avec dignité. Elle était naïvement fière d’avoir su faire face à la situation sans se ridiculiser ; même s’il fallait avouer qu’elle haïssait parfois sa nature trop fragile, qui n’avait certainement pas finie de lui jouer des vilains tours.


Dernière édition par Ashlee Cendregué le Sam 9 Juin 2012 - 12:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Juin 2012 - 11:30

Tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, la danse n’était pas si catastrophique que ça, il n’avait pas massacré les pieds de la demoiselle et n’étaient pas rentrés dans des danseurs, une petite victoire en quelque sorte. Et puis rien n’était venu les embêter, il n’y avait pas eu Ryman pour les séparer, pas de dispute, pas de nouvelles femmes qui faisaient une crise, tout allait pour le mieux.

Une seiche ? Non, mais mon chevalier, il a tué des Fer-Nés ! Moi eh ben je serais chevalier que dans plusieurs années, faut d’abord que j’apprende comment faire.

Ewald espérait bien un jour devenir un véritable chevalier, un peu comme Pryam mais en restant assimilé à sa famille. Enfin, pas un chevalier errant, mais un chevalier lui irait très bien, à rester près de ses frères, pas forcément à être proche des décisions mais à rester quelqu’un dans la famille qui ‘compte’ un petit peu. Ce qu’il souhaitait, c’est avoir les qualités morales de Pryam et ne pas devenir trop imbu de lui-même dans quelques années, c’était là un contexte bien abstrait pour un petit garçon, dans sa tête cela ressemblait plus à être le Gentil Chevalier qu’un homme bon. Qu’on lui dise qu’un homme était bon lui aurait fait de suite se poser la question : Est-ce que l’on mange les hommes bons ? Il comprenait évidemment le principe de bonté, mais lorsqu’il utilisait l’adjectif ‘bon’ pour qualifier un homme, il le faisait par moutonisme, pour reprendre un terme qu’il avait déjà entendu.

Et puis, ce fut le drame. Celui avec un grand D. Le petit ne comprit pas trop ce qui se passait, mais il se retrouva allongé sur Myrcella après une chute aussi courte que basse – il ne fallait pas trop s’attendre à quelque chose d’impressionnant vu la taille des deux gamins. Il s’éloigna aussitôt pour permettre à la petite fille de se relever, mais elle resta assise, ses deux joues inondées par les larmes. Et ça, c’était pas bon, vraiment pas bon. Si Ryman voyait quelque chose, il n’aurait plus le droit de revenir aux Jumeaux ! Il ne pourrait plus marcher tellement il se ferait savater ! Et il l’abandonnerait sans tunique dehors ! Le petit garçon lança des regards éperdus autour de lui, il ne pouvait pas décemment demander de l’aide, c’était une mission pour lui tout seul. Il prit alors la main de la petite fille.

Dame Myrcella, séchez ces larmes, voir votre beau visage mouillé par celles-ci m’affligent. Regardez, moi j’pleure pas ! Il faut pas pleurer pour si peu, les gens eh ben ils vont se dire que tu as très mal, et moi j’suis sûr que tu vas très bien et si c’est pas vrai eh ben ça va me rendre triste ! Où que t’as mal ? Faut pas pleurer, si tu pleures, je pourrais pas devenir un grand chevalier parce que ça va m’inquiéter. Si tu arrêtes d’être triste, je pourfendrai des dragons pour toi, et des Autres, et j’irais cueillir les plus belles fleurs du Bief et les plus beaux fruits des Îles d’Eté… et ... et... et je te défendrai contre les Fer-Nés et on sera comme des héros de contes, moi le chevalier et toi la princesse !

Ewald était passé du vouvoiement au tutoiement sans réellement s’en rendre compte, il tenta tant bien que mal d’essuyer les larmes des joues de la petite fille pour effacer les traces de sa tristesse.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Jour 1, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant


Sujets similaires

-
» MI5 ► Y a des fois où je me dis que j'ai tout gagné.
» Le potager
» ‣ SUJET COMMUN : Repas de Début d'année
» Grande salle de Réception [Officiel]
» Hadhod, nain de la Moria [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°3 : Murs-Blancs-