AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Jour 1, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Mer 30 Mai 2012 - 13:03

Asafa, tout d'abord choqué par la réaction du chevalier, posa instinctivement son bras entre lui et sa cousine pour la protéger du malotru. Alors qu'il se redressait, dévoilant ainsi sa haute stature et sa silhouette imposante, son sourire s'effaça alors que les provocations du Chevalier le faisait perdre sa bonne humeur habituelle.

Les sourcils froncé, l'air sévère, il se tenait dans une tension palpable face à l'impudent chevalier alors qu'il déglutissait son flot de paroles abjectes à la face de sa cousine.

Sa réaction avait été instinctive, et il s'était dressé dans l'instant, sans réfléchir, faisant face au redoutable guerrier dans une posture proche de celle d'un combattant. Les muscles tendus se dévoilaient légèrement sur sa silhouette alors que ses poings se serraient, glissant instinctivement vers la garde de sa dague cérémonielle.

Finalement, le chevalier cracha ses dernières paroles au visage de sa cousine avant de se retirer, et la tension qui animait le jeune Dornien descendit quelque peu. L'homme au teint halé eut de nouveau un léger sourire naissant aux commissures de ses lèvres, se grattant un instant sa barbe parfaitement taillé, gardant ses yeux noirs fixés sur l'homme s'éloignant. Relâchant son étreinte sur le bras de sa cousine, tout en reprenant une posture plus détendue, il déposa une main amicale sur son épaule, accompagnant son geste d'un sourire, pour lui signifier à la fois sa sympathie et son soutien. Il la regarda quitter les lieux en silence, son sourire se faisant plus succin un instant.

Finalement, il se pencha, reprenant une coupe de vin qu'il porta à ses lèvres dans un sourire. Il avait dans le passé eut à subir les quolibets et les comportements haineux à son égard, certains à cause de son origine. Mais il n'était pas homme à prendre les choses personnellement, et habituellement, il préférait en rire. Mais là, il ne semblait pas que le jeune noble de la Maison Ferboys soit disposé à prendre cela autant à la légère qu'à l'accoutumée.

- Quelle fâcheuse scène que voilà...

Lâcha t'il laconiquement. Sa cousine venait de quitter la pièce et il tenait sa coupe de vin à la main, qu'il observa un instant en silence. Selon toute vraisemblance, le malaise lui était imputable, ou tout du moins à son passé. Aussi, une pointe de remord lui pinçait le cœur, et il prit une nouvelle gorgée de vin. Lord Ambrose venait de s'adresser à l'assistance, prenant le parti de l'humour pour détendre l'atmosphère, avec un certains succès, à en croire les rires des membres de l'assistance. Tout ceci désignait clairement les Dorniens comme les « dindons de la farce », chose dont avait fort bien l'habitude Asafa mais que sa cousine ne semblait pas digérer avec autant d'aisance. Terminant sa coupe, toujours debout, il la reposa sur sa table avant de faire quelques pas en direction de la sortie.

Il s'arrêta à mi chemin de la cour, adressant une révérence protocolaire à l'encontre de Lord Ambroise, avant de poursuivre son habituel ton enjoué.

- My Lord, veuillez accepter nos plus plates excuses pour cette scène. Et veuillez accepter plus particulièrement les miennes. Je suis directement responsable de cette regrettable échauffourée verbale. Que voulez-vous, chaque famille compte son lot de canards boiteux, n'est ce pas ?

Son sourire se fit plus large, alors qu'il se redressait, imposant sa stature dans la pièce.

- Certaines souffrent de jeunes nobles un peu trop porté sur les plaisirs de la chair, d'autres semblent affligée par les cruels fléaux de la bêtise, de l'alcoolisme et du manquement à l'honneur.

Son regard se porta sur le Ser responsable de toute cette agitation, son sempiternel sourire enfantin barrant son visage alors qu'il fixait l'homme. Reportant son attention sur Lord Ambroise, il lui adressa une nouvelle fois un salut, dans un style plus Dornien, cette fois.

- My Lord. Ma Dame. Votre repas fut succulent. J'espère que ma cousine ne jurera pas qu'il dusse être notre dernier ensemble.

Il fit alors volte-face et se dirigea vers la sortie à son tour. Du coin de l'œil, il observa Lyanna avant d'ouvrir à son tour les portes et de quitter la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 30 Mai 2012 - 14:42

Les paroles de Ryman Frey enthousiasmèrent le petit garçon qui ne se sentait plus de joie. Il avait suivi avec grand intérêt la courte présentation de la famille régnant sur les Jumeaux et avait chaque fois observé chaque personne avec deux gros yeux scrutateurs pour imprimer en lui le souvenir de leurs visages. Il lui était difficile de passer du visage doux et rassurant de Maeve aux visages inconnus de ces vassaux de Vivesaigues mais le petit garçon le leur devait bien, car après tout ils étaient pour lui autant de soutien que leur fidélité était grande. Edwyn but un peu d'eau avant de répondre à son vassal qui venait de lui faire remarquer qu'il avait moins souvent eu l'occasion de voyager que lui.

– C'est vrai... Les Eyrié... Port-Réal... Hautjardin... Castral Roc... ça en fait des endroits ! Mais je préfère le Conflans. C'est plus... enfin... la vie y est plus simple...

Il n'avait pas su le formuler autrement, mais comment s'y prendre quand, à son âge, on éprouvait avec des yeux d'enfants les spectacles qui n'ont de sens que pour les adultes ? Les Eyrié étaient une forteresse remarquable, mais il n'imaginait pas d'y vivre à tout jamais, car il se sentait trop loin du sol et des rivières. Les Larmes d'Alyssa sont peu de choses en comparaison de la Culbute et de la Rufurque. Port-Réal était une ville trop grande, trop fourmillante, trop laide aussi. Hautjardin était comme un rêve, mais il y avait là-bas trop de majesté et trop de splendeur, trop de lumière pour ses pauvres petits yeux aveuglés. Quant à Castral Roc, la citadelle était trop étrange à ses yeux et il n'avait pas osé le dire, mais il n'aurait pas fait la différence entre la tanière des lions et la maison d'une taupe. Peut-être était-il de trop grand parti pris, mais rien ne valait à ses yeux les châteaux du Conflans, et en particulier Vivesaigues.

– Oui, le Val est notre ami ! Lord Jasper est vraiment un brave, vous savez, il m'a sauvé la vie ! Et sa sœur est vraiment très gentille, et très belle aussi...

Edwyn était sans doute trop niais encore pour deviner toutes les subtilités politiques qui sous-tendaient les « amitiés » entre les grandes maisons du royaume, mais il était sincère dans son amitié pour Jasper et n'imaginait pas une seconde qu'il put en être autrement que dans la plus totale réciprocité. Certes, il avait conscience de ces impératifs qui faisaient le quotidien des seigneurs et plus particulièrement des seigneurs suzerains dans les temps de trouble et d'adversité, mais par moment, Edwyn aimait les oublier ou les ignorer pour s'accrocher à ces douceurs qui font la vie plus supportable. Toutefois, la dernière phrase de Ryman acheva de le combler d'excitation. Il avait particulièrement du mal à cacher qu'il débordait d'euphorie.

– Vous croyez qu'il y aura des propositions de mariages durant ces jours heureux ? Ce serait formidable !

Edwyn était tellement allègre qu'il ne prêta d'abord point attention à ce qui se passait à une table un peu plus loin, mais la situation là-bas prit de telles proportions qu'une demoiselle fort jolie et à la peau d'une teinte étonnante quitta les lieux pour s'en aller ailleurs, peut-être dans la cour du château, mais Edwyn n'était pas sûr. Elle fut bientôt suivi par un autre. Quelque peu inquiet et soucieux de montrer qu'en dépit de sa joie immense il s'intéressait aussi à ce qui arrivait autour de lui, il demanda à Ryman Frey et à lord Ambrose :

– Qui était-ce ? Qu'est-ce qui s'est passé ?

Sa curiosité était en éveil et rien ne l'arrêterait sur le chemin de l'obtention de réponses précises à ses questions. Sauf peut-être la faim, car comme on dit ventre affamé n'a point d'oreilles, mais fort heureusement il pouvait manger tout en écoutant la réponse de ses vassaux, ce qu'il ne se priva pas de faire d'ailleurs avec délectation, car la nourriture servie au banquet était un vrai délice. Elle manquait peut-être de la grande diversité qu'il avait connu dans le Bief, mais cela n'avait pas d'importance : son estomac n'était pas difficile et il saurait se satisfaire de ce qu'il avait dans son assiette.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 30 Mai 2012 - 16:17

Sa voisine était décidément une délicieuse jeune personne, un peu à l’image de Jeyne finalement. Elle n’avait pas encore beaucoup échangé avec elle mais elle sentait qu’elles pourraient bien s’entendre. Avouons tout de même que Jeyne était le genre de jeune fille très facile qui s’entendait assez facilement avec tout le monde, la preuve, elle avait passé des heures à bavasser avec un simple roturier qui l’avait d’ailleurs beaucoup amusé. Là, c’était différent... En tant que jeune noble, Lady Ashlee devait très certainement avoir pleins de choses à raconter à Jeyne. Elle avait de toute façon décidé que tout se passerait bien. C’était le cas pour le moment mais des éclats de voix vinrent perturber notre jeune Brax. Elle n’était pas habituée à entendre une noble crier ainsi sur une pauvre jeune fille ayant oublié ses manières. A Corval cela n’arrivait jamais. Heureusement, avant cela un charmant troubadour avait chanté l’une des chansons favorites de Jeyne, choisie par Ashlee. Elles avaient les mêmes goûts ! Jeyne ne pouvait pas se tromper ! Elle ne dit rien et ne fit que profiter de cette chanson tout en jetant des regards furtifs à Lord Arryn. Elle ne voulait pas qu’il la remarque, évidemment, cela aurait été bien trop gênant mais elle ne pouvait s’en empêcher. Elle passait aussi beaucoup de temps à admirer Lady Sienna et la plupart des convives d’ailleurs. Elle ne savait pas qui était cette Lady qui s’était mise ainsi à crier mais elle avait décidé qu’elle ne l’aimait pas beaucoup et quand Ser Tom Le Noir tapa du poing sur la table, elle sursauta et ne put réprimer un sourire en direction d’Ashlee comme pour dire : « Preuve qu’une vraie Lady doit être indulgente et ne pas ainsi essayer de montrer sa supériorité sur une pauvre fille ne sachant pas ou plus, ce qui se fait ou non. » La jeune fille s’était excusée après tout.

Elle pouvait désormais retourner à sa conversation, certaine qu’elle n’aimait pas les Dorniens. Ashlee la complimenta sur sa famille, en bonne noble qu’elle était, Jeyne lui retourna le compliment bien qu’elle ne sache pas vraiment qui était les Cendregué… Elle connaissait les noms des grands suzerains, les noms des familles de l’Ouest mais n’avait pas assez écoutée Lady Tyssier quand elle lui avait parlé des familles du Bief… Elle avait des lacunes…
    Il en va de même pour votre famille, Lady Tyssier chez qui j’ai passé de merveilleuses années, m’a souvent parlé du Bief et de ses maisons… Je suis ravie d’enfin rencontrer une Cendregué.
Ce n’était pas un mensonge. Elle était vraiment contente de la rencontrer. Elle arrivait mieux à comprendre les arbres généalogiques et à se visualiser les familles et blasons si elle connaissait quelqu’un de ces dites maisons. Elle aimait que les choses soient concrètes et ce bien qu’elle soit une très grand rêveuse.
    Comme je l’envie… Enfin… Je ne suis pas jalouse, loin de moi un tel sentiment, mais elle si chanceuse… Mais je le sais, notre tour viendra aussi, très bientôt.
Elle avait envie de lui demander si elle était fiancée mais cela serait surement trop indiscret alors qu’elle venait à peine de se rencontrer.
Lord Edwyn avait maintenant invité la jeune Lady Arryn à danser. Cela, elle l’avait bien entendu… Une si jeune demoiselle était déjà invitée alors que Jeyne et Ashlee, elles devaient rester à table…
    Avez-vous remarqué comme Lord Edwyn et Lady Maeve s’entendent bien ? Ne serait-ce pas merveilleux que dans quelques années nous assistions à leur union ? Ils seraient si beaux ensemble et bien qu’encore très jeune, je suis certaine que Lord Edwyn serait un merveilleux époux à l’âme chevaleresque.
Elle sourit doucement, amusée mais aussi persuadée de ce qu’elle disait.
Puis elle se mit à nouveau à rêver à des unions. Le mariage n’était pas passé depuis quelques heures que Jeyne rêvait déjà du prochain où elle pourrait se rendre. Elle ne pensait qu’à cela mais à seize ans cela n'était-il pas normal?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 30 Mai 2012 - 19:23

Une reître…Cette chienne de reître jouait le parfait grain de sable dans une mécanique rôdée mais pas parée à de tels imprévus du quotidien. Damon préféra se maintenir dans son mutisme évitant d’être pris entre deux feux en cette soirée importante. Pendant ce temps, Asafa Ferboys lui évoqua à quel point il appréciait les mets cuisinés dans les Terres de l’Ouest. Certes, il ne s’agissait pas des préoccupations de Damon Tarbeck. Ce dernier était loin d’être un estomac sur pattes. Mais, il devait avouer que de temps à autre, il appréciait planter ses dents dans de la bonne viande que ce soit du cerf, de la volaille ou quoi que ce soit d’autre.

« Je suis ravi de l’entendre, messire Ferboys. Faîtes le moi savoir si un jour vous comptez repasser par Port-Lannis. »

Et puis la discussion s’envenima davantage, malgré les efforts des deux hommes qui entretenaient une discussion plutôt légère. Un chevalier prit le parti de Lyanna, la reître. N’ayant pas sa langue dans sa poche, il humilia Edarra Ferboys, avec le soutien de lord Ambrose. Damon ne pouvait faire que profil bas. Elle avait été trop loin et l’accompagner en ce sens aurait mis en péril ses projets. Inutile de dire que cela agaçait le frère de lord Celos Tarbeck. Si seulement il avait le pouvoir d’installer dans la cour, ce chevalier impertinent et cette trainée de reître au bûcher, cette odeur de mort, s’immisçant entre les naseaux sous l’apparence de carcasses de barbaque brûlée, en calmerait plus d’un.

Comment pouvait-on oser interrompre sa marche en avant, ses projets…aussi facilement ? Et comme par hasard, il fallait que cela se produise pendant le banquet du mariage. Le noble rejoignit prestement sa table, persuadé de pouvoir faire face à ces pépins impromptus. Scrutant les individus du regard, le cadet Tarbeck demeurait désormais à sa table. Il s’abreuva de quelques gorgées de vin et accorda enfin à son estomac de se satisfaire d’un repas délicieux.

Pas mal d’entre eux allaient cesser de rire très bientôt. Et à ce moment là, d’autres visages connaîtraient enfin le sourire. Ils devaient profiter de ces instants de relative allégresse. Sur ses pensées, le noble résidant à Port-Lannis, reposa son godet sur la table, relativement calmement, et répondit aux sourires qu’on lui adressait. Ici, au milieu de tant de personnes qu’il détestait. Il percevait aussi certaines bribes de discussion et tentait d’en assimiler le sujet général. Entre les discussions traitant de robes et ces jeunes gens évoquant déjà le mariage, il ne pouvait rien trouver de plus mielleux. Mais, il tenait bon.



Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Mer 30 Mai 2012 - 19:38

Visiblement, rien que la présentation de sa famille par Lord Ryman enthousiasma son jeune suzerain. Ce dernier semblait sincèrement avide de savoir qui étaient tous ses vassaux, même si le seigneur des Jumeaux était loin de pouvoir lui présenter tous les invités venus du Conflans. Et ne parlons pas des autres. D'ailleurs, Lord Edwyn confirma qu'il avait déjà beaucoup voyagé en énumérant les différentes cités qu'il avait visitées. De nom, aucune n'attirait réellement Ryman, hormis peut-être Hautjardin. Les autres, ce pouvait être simplement pour le coup d’œil. Rien ne valait pour lui les deux forteresses dont il était le protecteur. Rien ne valait le Conflans, comme le signala le petit Tully. Avec ses mots, mais l'idée était suffisamment claire pour être saisis. On ne se sentait réellement à l'aise que chez soi.

Ensuite, la fougue du petit garçon et sa franchise prirent le dessus sur la dignité et la retenue dont il aurait dû faire preuve quand furent évoqués les Arryn. Le Val était bien un allié précieux du Conflans, et une union future entre les deux Maisons régnantes seraient propices, mais la manifestation aussi sincère de ce que pensait Edwyn était peut-être... un peu trop. Ryman avait vu la jeune Maeve, mais il était bien en peine de pouvoir donner son avis. Aussi revint-il sur un point précisé par son suzerain :

« Sauvé la vie ? Je n'ose imaginer que votre vie ait pu être en danger ! C'est un acte de bravoure remarquable. »

Dans la même intervention, Ryman avait su atténuer sa propre fierté pour adresser un compliment à chacun des deux Seigneurs. Fier, oui, mais loyal, et désireux de garder de bonnes relations. Enfin, l’excitation fut à son comble lorsque Lord Frey évoqua les occasions de rencontres entre de jeunes gens à marier. Lord Edwyn parut sur le point d’exploser tant il paraissait impatient de découvrir si cela se vérifierait, et s’il pourrait y avoir des fiançailles durant les jours de festivités. Ryman ne pouvait s’empêcher de sourire devant tant de fougue à peine contenue. Et puis, l’attention se porta sur Tom le Noir, qui avait réagi avec véhémence devant l’attitude d’une Dornienne.

Après de dures paroles à l’encontre de la jeune femme à la peau sombre, il l’invita à se taire. Elle fit même plus, en quittant la salle. Un autre Dornien, apparemment de sa famille, se leva à son tour, avant de se tourner vers la table d’honneur pour présenter ses excuses. Le regard de Ryman passa furtivement sur Lord Ambrose, et il croisa celui de sa sœur, impassible. Rien ne pourrait visiblement gâcher son mariage, pas même quelques accrochages dans la Grande salle. Elle réagissait en dame, et pour cela, son frère était fier d’elle. Enfin, après la sortie de l’homme du Sud, il s’adressa à Lord Edwyn, qui désirait comprendre ce qui s’était passé.

« Il semblerait que nos coutumes ne plaisent pas à tout le monde, ici. Au moins, nous allons pouvoir poursuivre sans nous inquiéter de leur présence qui cause certain trouble. »

Puis il poursuivit, cette fois à l’intention de son hôte, et désormais beau-frère. Un nouveau membre de sa famille, qui fort heureusement ne porterait pas le nom de Frey, déjà porté par un grand nombre…

« Rien ne saurait cependant gâcher la fête, n’est-ce pas ? L’excellence des mets et du vin doit bien nous faire éviter de penser à ces quelques accrochages. »

Attrapant son verre, il le leva avant de boire une longue gorgée de son contenu. Il capta le regard réprobateur de sa mère, au passage, mais l’ignora. Il n’avait que faire de son avis sur la question, et n’allait certainement pas se laisser guider pendant le dîner : en tant qu’homme et seigneur, il était parfaitement autonome, indépendant. Ce qui n’était pas forcément le cas de tout le monde à la table. D’ailleurs, il gardait un œil sur ce que faisait Lord Edwyn, au cas où ce dernier commettrait un impair. Ce qui aurait été normal pour un garçon de son âge, mais pas pour un seigneur suzerain. Surtout en présence de tant d’invités prestigieux.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 30 Mai 2012 - 19:54

Tandis que l’altercation entre la servante et les nobles dorniens semblait se poursuivre, les deux jeunes filles étaient restées coites. Tout d’abord choquée du manque de pudeur de la servante, qui insinuait visiblement des rapports d’origine plutôt amoureuse devant tant de monde sans faire preuve de la moindre retenue, la jouvencelle de Cendregué devait admettre une chose : comment reconnaitre un noble s’il ne s’annonçait pas, s’il n’avait pas de suite et s’il ne se comportait pas comme tel ? Un chevalier n’était pas censé se mêler des affaires des filles du commun ; et s’il le faisait en se vautrant dans la débauche – que l’innocente enfant imaginait déjà terrible en partageant un baiser en-dehors des liens du mariage - eh bien, ce n’était finalement que justice qu’il se couvre de ridicule devant toute l’assistance. Mais alors que les choses semblaient se calmer, ce qui avait l’air d’être sa sœur (il était difficile de juger qui pouvait être d’autre cette illustre inconnue à côté de lui, bien qu’elle puisse être aussi son épouse, à la réflexion) se mit dans une colère noire.
La main serrée sur sa robe, Ashlee ne pouvait s’empêcher de regarder la scène furtivement ; et de sursauter lorsque la voix de Tom le Noir s’éleva dans le silence maintenant générale de toute l’assemblée des nobles. Sans doute l’histoire était-elle plus grave qu’elle ne le paraissait à la base ! Sinon, pourquoi tant de cris pour une simple promenade avec une fille de taverne qui semblait un peu écervelée ? Discrètement, la jeune fille regarda furtivement partir la dornienne, suivie de son frère, avant d’éclater d’un petit rire gênée devant sa nouvelle compagne.
Comme toute cette scène était grossière !

Puis, comme la damoiselle Brax, visiblement soulagée aussi que toute cette scène fut enfin finie, recommençait à parler, en continuant d’échanger les politesses d’usage, Ashlee lui offrit un sourire sincère, la regardant dans les yeux pour marquer un intérêt qui n’était pas feint. Quel soulagement en apprenant que sa nouvelle amie n’était pas mariée ! Ainsi, elle n’était pas la seule à être pratiquement vieille fille… Un sentiment de honte l’assaillit aussitôt, et, froissant les parements de sa nouvelle robe de velours, tâcha d’afficher une mine plus gentille encore, si elle pouvait. Elle allait rapidement devoir faire pénitence auprès de la Jouvencelle, si cela continuait…

- « Oui, je suis certaine que cela arrivera bientôt. Je dois vous avouer que… que … »

Elle rougit, ses joues déjà roses devenant progressivement rouge brique sous la gêne de sa pudeur naturelle. Elle avait si peu l’occasion de se confier, à une jeune fille de son âge et de sa condition qui plus était : mais sa réputation n’en ressortirait-elle pas ternie ?

- « Que lorsque j’étais au tournoi qu’avait organisé Père pour mes treize ans, j’ai reçu plusieurs demandes en mariage. Mais rien n’est décidé encore. »

Son visage était désormais devenu rouge brique, et elle fut soulagée d’entamer un autre sujet de conversation. Elle fixa ses yeux bruns sur l’espace libre au milieu des tables placées en U et ne put retenir un soupir : elle-même avait tant envie de danser qu’à cette heure-là, elle devenait presque jalouse de la chance du jeune Lord Tully, dont elle se souvenait d’ailleurs de la mère avec précision. Une femme d’une grande courtoisie, dont elle avait alors envié les yeux si clairs…

- « Peut-être ressentent-ils de l’inclinaison l’un pour l’autre. Regardez comme Lord Edwyn semble heureux, tout comme Lady Maeve. J’espère aussi que cette alliance sera une bonne chose pour le Conflans et pour le Val d’Arryn, mais je n’en ai pas beaucoup de doutes, à vrai dire, Lady Jeyne. Ils ont l’air de deux amants dans le plus pur style chevaleresque. Dites-moi ? Connaissez-vous tout le monde ici ? Je ne reconnais ici que Lord Jasper Arryn, et Lady Charissa Tully … mais, voyez-vous, c’est la première fois que je sors de Cendregué. C’est mon premier voyage ! »

Ashlee n’avait cure de paraitre naïve. Mise en confiance par son interlocutrice qui semblait charmante, elle n’avait plus peur de paraitre sotte – et si elle désirait s’informer sur toute la compagnie présente, il n’y avait pas grands choix : il fallait bien se jeter à l’eau, ce qui était bien plus facile avec une jeune fille de son âge plutôt que d’avouer son ignorance à plus grand ou plus petit que soi.
Les yeux rêveurs, elle songea à quel point elle avait envie de danser. Oh, par les Sept, et si personne ne l’invitait ?! Elle en mourrait, c’était certain !
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Mer 30 Mai 2012 - 20:24

Alysanne était d'accord avec moi, cette situation était somme toute surprenante. Elle me fit part de ses soupçons basés sur les rumeurs qui circulaient. La famille royale en avait un certain nombre à son sujet et les histoires de coucheries n'étaient pas si rares que cela.

- Les rumeurs ont parfois un fond de vérité, fis-je remarquer avec une pointe de malice. J'en savais quelque chose étant donné les rumeurs qui circulaient à mon propre sujet, bien que je doutais qu'elles soient connues de tout Westeros. Il est fort possible que vous touchiez du doigt les véritables causes. Peut-être aurons-nous le fin mot de l'histoire lors de la remise du prix....

Bien que je doutais que lord Ambrose fasse étalage d'un déshonneur, si tel était le cas, sur la place publique. Il y avait bien trop d'oreilles étrangères présentes à son mariage. La jeune biefoise ne sembla guère importunée par mes questions somme toute directes. Ce fut avec un certain intérêt que j'écoutai sa réponse. Je répondis à sa question par un sourire énigmatique et je notai dans un coin de mon esprit toutes les informations récoltées par cette première approche.

- Je veux tout savoir, répliquai-je avec un sourire presque complice. Pourtant je ne pouvais me permettre trop de familiarité. Il est toujours utile de suivre les changements qui s'opèrent à Port-Réal, de savoir à qui on a affaire et à qui s'adresser... De même la connaissance des alliances des grands personnages de notre société, de leurs aspirations ou projets permettent de savoir si l'on à une chance de se faire entendre si on les aborde sur certains sujets. Ce sont des éléments précieux dans le jeu des trônes...

Jeu auquel je ne m'adonnais pas vraiment. J'aimais suivre les nouvelles, pourtant je n'avais pas de rôle particulier dans la politique, bien que notre jeune suzerain me donne parfois quelques hautes responsabilités. Je pris le verre de vin que venait de remplir un des serviteurs et pris une gorgée. Notre hôte avait su choisir un cru de bonne qualité, peut-être même était-ce un Redwyne.

- J'avoue ne pas bien connaître votre région, je n'ai eu qu'une seule fois l'occasion de m'y rendre. J'ai pu constaté par moi-même la beauté de vos terres même si la sécheresse avait laissé son empreinte. Par contre je n'ai pas encore eu la chance de rencontrer lord Hightower, ni lord Redwyne. Le tableau que vous me brossez me donne très envie de faire leur connaissance. Je présume que bon nombre de seigneurs se bousculent à leur porte pour obtenir leurs faveurs... Une interrogation se faisait entendre. On dit que le Grand Amiral a sillonné toute les mers, est-ce véridique ?[

Si Alysanne me renseignait sur leurs alliances tant politique que maritale, cela me conviendrait parfaitement. Je portais une certaine attention sur ce dernier point vu que je cherchais un bon parti pour mes sœurs mais également pour moi-même. Quoi de plus intéressant qu'un seigneur suzerain ou une icône politique ? La soirée poursuivait son cours, les plats commençaient à arriver sur les tables et leur odeur me mettait l'eau à la bouche. Mon attention fut attirée par des éclats de voix provenant de la table des Ferboys. Ces derniers étaient en pleine altercation avec une servante et un chevalier, cela ne marqua pas d'attirer l'attention de nombreux invités. Néanmoins, le problème sembla se résoudre de manière plus ou moins civilisée. Ce qui permit au ménestrel de pouvoir partager son talent musical.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 30 Mai 2012 - 20:45

Il n’y avait maintenant plus de problème et tout semblait rentré dans l’ordre autour d’eux. Cette drôle de noble sans manière avait quitté la salle accompagné d’un homme à la peau aussi foncée que la sienne. Jeyne n’était pas malheureuse de les voir partir. Elle n’aimait pas du tout les personnes se faisant remarquer. Elle trouvait que cela était un énorme manque de politesse et de savoir vivre. Mais tout cela était maintenant derrière elle. Elle ne s’occupait plus que de Lady Ashlee et de ce qu’il se passait à la table d’honneur. Bien qu’un peu naïve sur certain points et même parfois simple, ce dont rêvait Jeyne était de s’élever socialement et comment le faire si elle s’intéressait trop aux petites gens, voire, aux petits nobles ? Du coup, même si elle ne faisait rien, elle s’intéressait tout de même à ce qu’il se passait à la table d’honneur, sachant pertinemment qui s’y trouvait. Elle ne voulait surtout pas regarder Messire Tarbeck qui avait l’air mauvais et méchant et puis, qui n’était même pas aussi élevé socialement que son frère cadet. Ryman Frey l’impressionnait beaucoup mais elle n’était pas plus passionnée que cela par lui, ou alors juste par ses vêtements qu’elle trouvait très originaux. Il était surement beau sous tout cela. Surement mais elle n’irait certainement pas lui parler, un peu trop timide qu’elle était. Robert s’occuperait de remercier la famille Frey pour leur merveilleux accueil. Elle, elle n’avait qu’à papoter, manger légèrement et boire un verre ou deux. Ce qu’il était bon d’être une jeune noble !
Ashlee était sur le point de lui révéler quelque chose, de toute évidence… Elle attendit sans la presser, sans rien dire pour ne pas lui montrer qu’elle était curieuse, et pourtant.
    Un tournois ? Que cela devait être beau ! J’ai toujours aimé la façon de vivre du Bief… Il me manque d’ailleurs beaucoup. Connaissez-vous Lady Tyssier ? Plusieurs demandes ?! Oh, veuillez m’excusez… Je suis emportée par mon enthousiasme.
Elle avait envie de lui crier qu’elle était fort chanceuse ! Elle savait bien que cela arrivait souvent mais elle n’avait pas eu ce privilège. Elle avait seize ans, son père avait bien des idées de Lord avec lesquels elle pourrait s’unir mais rien de plus. Plus Ashlee, cela semblait mieux engager. Si elle gardait contact et qu’elles devenaient amies, Jeyne pourrait même se rendre à son mariage. Il fallait qu’elle arrête de ne parler que de cela, mais comment faire alors qu’elle se trouvait précisément à cet évènement précis dont elle rêvait tant.
    Lord Arryn est réputé pour ses qualités chevaleresques et son honeur ainsi que sa bravoure… Je suis certaine qu’il aura organisé cette union avec beaucoup de soins. Il est agréable de voir que les mariages d’amour existent encore. Si tel est bien le cas, mais quand je les regarde, je n’ai aucun doute... Si union il y a, bien entendu.
C’est vrai, ils étaient mignons tous les deux. Beaux même et ce malgré leur jeune âge. Jeyne n’avait pas de mal à les imaginer époux.
    Je suis venue en compagnie des Tully, Lady Morag est une très bonne amie. Nous étions accompagnés de Lord Arryn et de sa jeune sœur que vous connaissez aussi alors ? Néanmoins, je dois admettre ne pas avoir échangé beaucoup de mots avec les Arryn. J’espère rattraper cela. Comment les avez-vous connues, si cela n’est pas indiscret, évidemment. Vous n’êtes jamais sortie de vos terres ? Et moi qui trouvait que je ne faisais jamais rien !
Ce n’était pas très gentil ? Elle n’avait pas voulu être désobligeante. Elle avait eu la chance de passer des années loin de chez elle, elle remercierait jamais assez son père pour cela . Lady Ashlee était donc plus à plaindre et ce bien qu’elle ai déjà eu plusieurs demandes en mariage.
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Jeu 31 Mai 2012 - 8:37

Un homme aviné interrompit brièvement la conversation des deux jeunes femmes avant d’être chassé par un autre plus courtois. Des dragons au Donjon Rouge ? Alysanne sourit, sans relever. Il y a bien des dragons au Donjon Rouge, mais pas de ceux qui fendent les cieux… De toute façon, si vrais dragons il y avait, pourquoi la Main les cacherait-elle ? Pour s’emparer du trône par surprise ? Décidément, les gens étaient prêts à croire toutes les calomnies dès lors qu’il était question des Grands Bâtards. Elle secoua la tête d’un air incrédule et écouta Lady Rivanon répondre à sa question.

La fille de Lord Mallister gardait une attitude ouverte et directe, avec toute la grâce qui seyait à son rang. Était-ce le style habituel des dames du Conflans ? Difficile à dire. Une Bieffoise aurait sans doute dissimulé davantage ses intentions, semé de fausses pistes avec une apparente innocence et des rires enjôleurs. Le jeu des trônes… Tout l’art du jeu, pour certains, était dans la capacité à faire croire que l’on n’y jouait pas. Mais tous les nobles y jouaient. Bon gré mal gré, que ce soit par l’action ou la passivité. Nous entrons sur ce plateau de cyvosse par notre naissance et nous n’en sortons que par la mort ou la déchéance.

Avant qu’elle n’ait eu le temps de rebondir sur les propos de sa voisine, une altercation éclata à une autre table. N’ayant pas saisi le début de la dispute, Alysanne eût été bien en peine de prendre parti si on le lui avait demandé, et fort heureusement ce ne fut pas le cas. Elle nota seulement la susceptibilité de la jeune noble, et la goujaterie du chevalier qui lui faisait face. Une prise de bec avec une servante ? Tout cela aurait sans doute pu se régler fort simplement, mais le vin avait peut-être échauffé les esprits. Elle n’aurait prêté aucune attention à l’incident si un détail ici n’avait éveillé sa curiosité : la vêture et l’allure des invités impliqués suggéraient des origines dorniennes. Elle n’aurait su dire de quelle famille.

Peut-être serai-je amenée à les rencontrer à Lancehélion. Tous les Dorniens ont-ils un tempérament aussi fier ? J’imagine que c’est ce qui leur a permis de tenir face aux Targaryen. Ils ne se laissent ni plier, ni briser, ni soumettre… Cela peut être à la fois leur force et leur faiblesse… la source de leur grandeur et de leur chute. Un paramètre dont elle devrait tenir compte. J’espère qu’Hugo et Kerigan sauront s’adapter assez vite… quelques étincelles sont à prévoir au début, je le crains.

Elle tourna à nouveau son regard gris vers Rivanon, tandis qu'une chanson remplaçait agréablement les invectives.

« Déjà une querelle… dire que la soirée vient à peine de commencer ! Espérons que ce banquet de mariage ne tournera pas au jeu de massacre à la mode dothraki. Il paraît que chez les seigneurs des chevaux, il faut au moins quatre duels à mort pour qu’une noce soit considérée comme réussie. Une manière de s’attirer les faveurs des dieux… » Les dieux d’ici et d’ailleurs ont décidément de cruelles exigences, songea-t-elle pour elle-même avant de se rendre compte qu’elle déviait du sujet initial. Elle agita doucement son éventail et recentra ses pensées.

« Mais pardonnez-moi, cet incident m’a distraite. Nous parlions de Jace Redwyne… eh ! bien, il a navigué dans les eaux des Cités libres et fait la guerre dans le Détroit avec les succès que l’on sait. Il serait probablement faux de dire qu’il a sillonné toutes les mers, mais c’est un voyageur aguerri, sans nul doute, et son esprit est aussi ouvert que les horizons qu’il a poursuivis si longtemps. J’ai moi-même quelque passion pour les mœurs des contrées exotiques et ses récits ont contribué à assouvir ma curiosité. J’aurais aimé le croiser à Port-Réal, mais les hasards des voyages n’ont pas permis une telle rencontre. J’imagine qu’il doit organiser la défense de nos côtes depuis son fief. Les Fer-nés restent une puissante menace malgré leur défaite à Port-Lannis… j’espère que vous-même n’avez pas trop souffert de leurs exactions ? Un chevalier nommé Pryam m’a parlé de la bataille de Salvemer… venant moi-même d’un domaine situé tout près du littoral, je ne puis me départir d’une certaine inquiétude pour ma famille, même si je fais confiance à Lord Tyrell et ses vassaux pour organiser la défense du Bief avec la plus grande compétence…»






Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 31 Mai 2012 - 13:15

Ainsi, Lady Brax et sa famille était venue avec la Maison Tully. Malgré elle, la jeune fille ne put s’empêcher de regarder à la table d’honneur tout en picorant ses poires pochées au vin du bout de sa fourchette, avant d’adresser un signe de tête poli à tous ceux dont elle croisait les yeux. La mine très sage, les joues rougies d’avoir bu autant de vin pur, elle profita du passage d’une servante pour lui demander à voix basse de couper son vin, et tandis que sa mère esquissait un sourire approbateur, Ashlee Cendregué se tourna à nouveau vers son interlocutrice. Même si ces derniers propos n’étaient pas très obligeants, il fallait avouer qu’ils avaient au moins le mérite de l’honnêteté. Père n’avait-il pas voulu faire de son mieux ? Ce n’était pas à elle de décider, voilà tout ; mais il fallait avouer, à sa grande honte, qu’elle ressentait une pointe de jalousie à l’égard de cette jeune fille qui devait certainement connaitre bien plus de monde dans sa jeune vie. Et ainsi, avait plus de relations...
Même si elle avait eu l’honneur de parler et de festoyer à côté des Targaryen et des Tyrell trois ans auparavant, la cadette des Cendregué n’avait guère échangées que quelques lettres de courtoisie par la suite. Bah, il ne fallait pas s’embarrasser pour cela... Lorsque les danses auraient commencées, elle irait saluer Lady Charissa et rendre hommage à Lord Tully, puis à la maison Frey, et elle savait déjà qu’elle serait reçue. Il fallait voir les choses de manière positive : s’il était arrivée la moindre anicroche en voyage, pratiquement aucune des maisons ne lui auraient refusé l’hospitalité ; et elle savait Père toujours préoccupé de garder des bonnes relations – même si elles n’étaient pas très proches.

Néanmoins, c’était peut-être pour elle l’occasion de faire plus ample connaissance avec les Tully, et plus particulièrement avec Lady Morag ! Et peut-être, aussi, le moment de démontrer à cette jeune fille de son âge que niveau prestige, la Maison Cendregué n’était pas en reste. Tout de même ! C’était comme si Lady Jeyne venait de la traiter de recluse !

- « Oh, ne me plaignez pas. Je ne sors guère car Père estime que les voyages ne sont pas recommandés pour les jeunes dames, mais désormais je suis assez grande. Et puis notre Maison n’est pas en reste quand il s’agit de voir du monde. Nous ne sommes certes pas isolés : mous savons recevoir… d’ailleurs, je connais Lady Tully pour l’avoir rencontré au Tournoi de Cendregué qui a eu lieu pour mes treize ans. Lord Edwyn devait être encore trop jeune pour y assister... Il y avait tant de monde ! La famille Tyrell et la famille Hightower étaient présentes, bien entendu, mais il est vrai que nous n’avions malheureusement pas autant de temps que nous aurions aimé pour faire plus ample connaissance avec tout le monde, car sa Grâce Aegon Targaryen était présent, tout comme ses frères… Et vous savez certainement comme ils sont fascinants ! »


Des étoiles dans les yeux, Ashlee revivait le souvenir comme s’il se fût s’agit de l’instant présent, oubliant presque totalement l’once de jalousie qui avait envahi un bref instant son cœur un peu trop tendre. Finalement, on ne s’ennuyait certes pas à son château, et les plus hauts seigneurs les avaient honorés de leurs présences. Ce tournoi-ci serait sans doute moins flamboyant – même si la jeune fille en concevait mille joies tout de même.

- « Ceci dit, chère Lady Jeyne, il faut absolument me raconter maintenant comment vous en êtes venue à connaitre si bien la maison Tully... Lady Morag est-elle si intelligente qu’on le dit ? Il me tarde vraiment de pouvoir la connaitre. Peut-être irons-nous la saluer toutes deux, nous aurons ainsi des connaissances communes. Ce serait charmant que nous puissions nous revoir dans un de nos trois châteaux. Et nous nous amuserons comme ici ! »


Enthousiasmée, la jeune demoiselle faillit se mettre à battre des mains comme une enfant, mais elle se retint juste à temps pour ne pas sembler ridicule. Oubliée, la jalousie ; oubliés aussi, les propos un peu vexants de sa compagne. Certainement que cette dernière n’avait pas voulu la blesser – et Ashlee non plus, du reste. Elle avait cependant sa petite fierté, bien acquise, lui semblait-il.
Vraiment, le soleil était radieux. Radieux dans son cœur !

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 31 Mai 2012 - 13:18

Après s’être calmée les nerfs, Edarra se sentait largement mieux. Elle avait cru une seconde se prendre un coup dans la figure ou voir pire. Son comportement avait été trop loin pour une simple domestique qui l’insultait. Après tout, ce n’était pas à elle de relevait l’impertinence ou même de protéger l’honneur de sa famille. Elle n’était pas l’héritière directe donc c’était totalement ridicule. A trop s’emporter à cause de son caractère Dornien et de sa stupidité, elle se ferait tuer une fois. Elle avait complètement oublié que c’était à un Lord de relevait ça et que les domestiques pouvaient, ainsi faire ce que bon leur semblait tant que le maître des lieux ne mettaient pas le haut là. Hors l’affront de l’insinuation de bâtards et de réclamation d’argent n’avait pas l’air d’être une injure dans cette cours. Tant pis. Elle n’aurait qu’à essayer de démentir les ragots si ils venaient à atterrir jusqu’en Dorne. Et si des prostituées de Port Real venaient jusqu’à Ferboys, elle se contenterait de les renvoyer sèchement ou de les enfermer si elles se montraient trop insistantes.

Elle alla un instant laver sa robe pleine d’immondices renversées par le chevalier de tout à l’heure, histoire de revenir présentable, sans aucune trace de ce malheureux accident. Elle finit par revenir dans la salle, la tête aussi froide et neutre que possible, se faufilant entre les autres personnes qui se déplaçaient dans la salle et sortaient ou rentraient par la porte, de toute manière les gens avaient reprit leurs conversations et ne firent apparemment presque pas attention à elle. Les entrées et sorties étaient courantes dans ce genre de rassemblement, histoire d’enlever tâches oud ‘aller au cabinet au lieu de se tortiller sur la table. S’approchant de la table du Lord, elle se mit juste en face et s’abaissant dans une révérence lui dit « Excusez moi, Lord Beurpuits pour mon comportement de tout à l’heure. L’émotion de cette journée aura eu raison de mon sang froid face à vos domestiques. Cela ne se reproduira plus. » Après avoir été sure d’être entendue, elle retourna finalement à la table qui ne contenait en fait, plus rien du tout vu que le contenu était tombé par terre. Tant pis, elle attendrait le prochain plat. Elle remarqua surtout qu’Asafa et Damon Tarbeck n’étaient plus là non plus. Ce serait possiblement là, le prix de son humiliation. Au pire, elle retournerait s’excuser auprès du seigneur après que la tension se soit un peu calmée. Elle s’assit sur la place d’à côté où le vin et la nourriture n’était pas. Elle avait un peu nettoyé sa robe et ne voulait pas avoir à recommencer.

HRP : excusez moi pour les précédents messages, ça ne se reproduira plus dans l'intrigue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 31 Mai 2012 - 14:52

          Maeve semblait avoir une très bonne opinion d'Edwyn Tully, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Elle était encore jeune et même s'il ne pensait pas qu'il aurait du mal à la convaincre de l'opportunité d'un grand mariage pour elle, il craignait que sa très grande sensibilité ne supporte mal qu'il lui choisisse un époux qu'elle n'apprécierait point ou qu'elle ne connaîtrait point. Si ses bonnes dispositions à l'égard de la petite truite se confirmait avec le temps, nul doute qu'elle accepterait sans causer ni tracas ni peine à quiconque le projet que nourrissait Jasper et qui serait, bien plus encore que le mariage de sa sœur aînée, son véritable premier mouvement diplomatique en tant que seigneur suzerain du Val. La fête fut troublée par la scène que fit une noble dame à la peau mordorée mais Jasper ne prêta à l'événement qu'une oreille distraite et peu intéressée, car les frasques de personnalités qu'il ne connaissait pas ne le concernaient guère : il aurait tout le temps de s'informer plus tard si le cœur lui en disait. Pour l'instant, tout ce qu'il espérait, c'était en apprendre davantage sur Maeve et sur la relation qu'elle entretenait avec Edwyn. « C'est un garçon qui apprend vite. Il est peut-être un peu naïf encore considérant sa situation. Tu devrais goûter ça, c'est délicieux. Est-il gentil avec toi ? Penses-tu qu'il sera un bon époux pour celle qu'il se choisira ?» La question n'était pas innocente, mais Jasper avait fait l'effort de l'amener avec élégance, même s'il se savait peu habile avec les mots. Mais avec Maeve, il n'avait plus besoin d'user de gants, et le frère et la sœur avaient manifestement trouvé une forme d'harmonie dans leur relation qui leur permettait de communiquer sans heurts à chaque fois. Il laissa à sa sœur le soin de lui répondre, et lui s'occupa de manger ce qui leur avait été servi.

         Quelques instants après, la demoiselle qui avait quitté la salle après avoir manqué de déclencher un scandale et en la regardant, Jasper éprouva le besoin d'en savoir davantage, il se tourna donc à nouveau vers les Frey et, de la même voix neutre et polie qu'il avait adoptée quand il s'était pour la première fois adressé à eux, il risqua une question : « Savez-vous de qui il s'agit, ce qu'il s'est passé ? Je ne connais pas cette personne et je ne veux pas donner l'air de m'emporter, mais je trouve son attitude très insultante à l'égard de nos hôtes les mariés et leur famille. Charbonnier est maître chez soi, je croyais l'adage connu du plus grand nombre... » Jasper admirait la patience de lord Ambrose et de lord Frey, car lui-même n'était pas sûr qu'il aurait toléré le retour d'un trouble-fête à son propre mariage, sauf à ce qu'il revienne avec de plates et sincères excuses. Il savait toutefois qu'il n'irait pas offrir à la demoiselle de danser avec lui quand la musique s'élèverait entre les plats pour permettre aux convives de digérer en dansant. Il y avait du reste, comme l'avait dit le Frey auparavant, bien assez de demoiselles pour cela. Parmi elles, il lui semblait avoir reconnu lady Ashlee Cendregué, celle qui fut reine d'amour et de beauté au tournoi de Cendregué, en 209. Il y avait également lady Jeyne Brax, qui avait voyagé avec eux depuis Vivesaigues. En vérité, nombreuses étaient les demoiselles célibataires présentes et à bien y réfléchir, il aurait très bien pu se donner l'occasion de rencontrer là celle qui deviendrait son épouse. Cette pensée le fit sourire, alors qu'il déchirait de ses dents la chair d'un légume savoureux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 31 Mai 2012 - 17:17

Ewald était excité, et c'était un euphémisme. Le gamin allait revoir sa famille... Ryman, Sienna, Maleck, toute cette fratrie qui, malgré les cris, les coups et les disputes lui manquait terriblement et il n'aurait eu aucun mal à l'avouer à qui le lui aurait demandé. Cependant l'atmosphère surchargée de la salle et le peu de connaissance qu'il avait des individus le pétrifiait. A force de réciter les blasons et les devises à ser Pryam, il n'avait aucune difficulté à reconnaitre les familles, mais pas moyen de savoir le nom, la classe ou même la parenté de chacun. Le petit garçon tentait bien de tendre l'oreille pour entendre les noms des uns et des autres afin de les retenir, mais les remarques bruyantes de ses frères et cousins l'empêchaient de saisir complètement le statut de chacun.

Le petit garçon avait compté sur la présence d'Erron pour pouvoir jouer un peu avec lui, mais surtout lui raconter comment il avait erré à Port Réal et parcouru des terres qui lui étaient jusque là inconnu avec son chevalier. Ser Pryam était pour lui un homme bon et droit, et malgré son manque apparent de discussion - Ewald se contentait encore et toujours de réciter les blasons et les devises de chaque maison et c'était bien souvent là les seuls mots échangés. Le bruit ambiant des conversations et des chansons de la grande salle lui paraissait d’un coup assourdissant. Non pas qu’il n’avait pas fréquenté une taverne ou un groupe entre temps, mais il avait pris l’habitude du silence et du bruit des sabots sur la terre. Le petit garçon s’était collé à ses frères et regardait avec de grands yeux les gens qui l’entouraient, le seigneur Arryn avec sa jeune sœur, discutait avec un de ses frères qui lui mit un coup de coude. Le gamin baissa la tête à la remarque. Il était tout propret pour l’occasion et on n’aurait pas remarqué ses semaines d’errance avec Pryam si son ainé ne l’avait pas mentionné. Il marmonna quelques paroles en piquant d’autant plus du nez que les seigneurs Arryn – bien qu’ils n’étaient pas plus âgés que Ryman – tournent leur attention sur lui et fassent remarquer qu’il ne semblait pas avoir erré. Sachant qu’il était de son devoir de remercier le suzerain du Val, il se contenta cependant de laisser échapper un petit sourire de remerciement et préféra se tourner immédiatement vers la nourriture qui venait d’être servie plutôt que de devoir chercher à trouver quoi dire en de tels instants. Il n’était pas Ryman et n’avait appris pour l’instant qu’à bien se tenir et se taire. Et il doutait que sa connaissance des blasons impressionnerait outre mesure un seigneur et suzerain du Val, aussi aimable avait-il l’air.

L’ennui se fit cependant rapidement sentir. Ce genre de banquet servait souvent à former des liens, autant politiques que des rencontres et il ne se sentait pas à sa place. Il savait que le moindre projectile lancé lui vaudrait une rouste de la part de Ryman et il ne souhaitait pas que son frère ou que sa famille dusse subir la honte de ses actions, aussi laissa t-il son attention couler sur ses voisins de tablée. Ses frères étaient engagés dans une discussion à propos des cousines à marier. Tournant son attention vers Ryman, il dévisagea quelques instants son frère aîné et le seigneur du Conflans, le jeune Tully. Celui-ci semblait avoir le même âge que lui, Edwyn Tully, mais un tout autre destin l’attendait. Ewald ne serait jamais qu’un enfant de la branche principale, un chevalier s’il avait de la chance, un conseiller s’il grandissait suffisamment bien, peut-être, mais rien de plus. Il n’aurait pas le droit à un beau mariage avec tant de gens, pas d’héritiers qui pourraient prétendre à un jour diriger la famille, mais cela ne le chagrinait pas. Il ne serait donc pas de ce genre de gens à fréquenter le Tully qui avait des obligations bien plus importantes.

Le retour fracassant de la demoiselle le fit se lever légèrement de sa place pour pouvoir jeter un coup d’œil plus approprié à ce dont parlait Jasper Arryn, les mains posées sur la table, presque dans les plats, il se pencha d’autant plus qu’il failli s’écraser dans l’écuelle de son voisin, il fut malheureusement tiré sur son siège par son frère qu’il ne s’agissait pas là de choses à faire, surtout après un tel retour fracassant. Le petit Ewald adressa un sourire contrit à son frère et par la même occasion au seigneur du Val et d’une petite voix fluette, sans cible précise adressa aux gens autour de lui des excuses.

Mon acte était idiot et inconsidéré, veuillez m’excuser, cela ne se reproduira plus.

Avant de tourner son attention vers Ryman pour vérifier que celui-ci n’avait pas remarqué son geste.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Jeu 31 Mai 2012 - 17:24

     L'attitude irrespectueuse de lady Edarra Ferboys n'avait pas manqué d'interloquer beaucoup de monde et rares étaient ceux qui n'avaient pas trouvé ce comportement grossier. Heureusement, le cousin de la jeune dame s'excusa publiquement auprès de lord Ambrose qui apprécia l'initiative du jeune homme et ne manqua pas de le lui faire savoir. « Je vous remercie de vos excuses, mais ne vous inquiétez pas, je connais les forts caractères. » Il n'avait guère l'air froissé par le comportement de la Dornienne, par contre ce n'était absolument pas le cas de Tom le Noir qui dévisageait Asafa d'un air visiblement remonté. Une fois que l'homme se fut éloigné, le marié tourna la tête vers le jeune Edwyn Tully. « Il ne s'agit là que de la preuve que les Dorniens sont bel et bien fous de laisser autant de libertés aux femmes ! Qu'elles restent à s'occuper des enfants et nous ne leur demandons rien de plus ! » Il rigola alors comme s'il venait de faire la blague du siècle. Des paroles machistes assez malvenues auprès d'un jeune enfant influençable, surtout lorsque la mère de ce dernier se trouvait à proximité, mais le marié avait tous les droits non ? Les conversations reprirent pendant un moment jusqu'à ce que lady Edarra ne refasse son entrée afin de présenter ses excuses au couple marié. Lord Ambrose fronça légèrement les sourcils avant de faire un geste de la main comme si c'était sans importance. « Bah ! Ce n'est pas très grave, je comprends que le mariage puisse retourner une jeune dame ne vous en faites pas. » Il esquissa un sourire avant de se pencher légèrement pour regarder son genre. « Ser Tom se fera un plaisir de venir prendre votre première danse pour se faire pardonner son impulsivité. N'est-ce pas ? » Celui-ci répondit par un grognement qui ne donnait rien de bien engageant, mais semblait se plier à la volonté de son beau-père. La jeune noble put alors regagner sa place.

     Ce léger désaccord fut réglé à temps pour l'arrivée des plats suivants. Petits légumes sautés aux pacanes, raisins, fenouil rouge et fromage râpé, friand de porc aux œufs et aux pignons, salade mêlée de doucette, d’épinards, de prunes et de noix pilées et bien d'autres plats furent apportés, les plateaux débordaient littéralement et le vin coulait à flot. Les mets apportés ne laissaient guère penser qu'une sécheresse venait de très récemment frapper Westeros et encore moins que les Fer-nés attaquaient les côtes. Tout le monde se sentait bien, la bonne humeur était revenue et les ménestrels jouaient de la musique en permettant aux invités de se remplir la panse.

     Alors que tout le monde dégustait, l'on vit une haute silhouette se dresser au fond de la salle pour se déplacer vers l'un des membres d'une famille Riveraine. Le chevalier errant parla brièvement avec le lord d'une maison et plusieurs tournèrent leurs regards vers ce colosse qui dépassait tout le monde de plusieurs têtes. Ashlee Cendregué ne fut pas laissée en reste, à peine ses beaux yeux se furent-ils posés sur la masse de l'homme qu'elle reconnut aussitôt un des chevaliers qui avait participé au tournoi dont elle venait de parler à lady Jeyne. Peut-être serait-il intéressant d'être amené à lui reparler aller savoir ?

     Lord Ambrose tourna la tête vers lord Ryman avant de reprendre la discussion. « Et dites-moi lord Ryman, comment se porte votre épouse ? Et les enfants ? J'imagine que vous devez être fort occupé avec toute votre fratrie ! » Bien que le jeune homme venait de retirer une personne à sa charge en l'offrant à lord Ambrose. Celui-ci tourna alors la tête vers le jeune lord de Vivesaigues et l'interrogea lui aussi sur ses amours. Après tout, dans une telle occasion il était normal de se renseigner sur ce genre de détails, même si l'enfant n'était pas encore en âge de s'unir. « Et vous lord Edwyn ? Je constate que la jeune soeur de lord Arryn semble avoir votre attention, je vous comprends, elle est tout à fait charmante ! » Parler au jeune garçon comme s'il était de leur âge, le mêler à la conversation, sous son air affable lord Ambrose était visiblement un homme doté d'une bonne éloquence.

     Alors que lady Rivanon et lady Alysanne conversaient tranquillement, une servante se glissa jusqu'à la table des jeunes dames et glissa une rose à l'attention de la Biefoise. Elle esquissa un léger sourire. « Ma dame, ser Kyle le Chat m'a demandé de vous glisser cette rose en espérant que vous lui accorderez votre première danse. » Amusant de constater que la célibataire attirait l'attention d'un chevalier errant. Encore plus amusant de constater qu'il avait dégoté la rose dans un arrangement présent sur les tables, mais c'était l'intention qui comptait après tout non ?

-----------------------------------

Petite relance pour vous permettre d'avancer dans vos discussions, la prochaine intervention se fera jeudi dans la journée et cette fois-ci vous serez amenés à bouger davantage ! Je vous laisse encore discuter un peu avant la première danse !
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Jeu 31 Mai 2012 - 23:10

Maeve louchait des yeux. Ou voulait-il en venir avec ses questions. Edwyn elle l’aimait. L’aimait comme un ami, une personne dont elle ne voulait pas se séparer. À moins que la question fût une question piège? Elle leva aussitôt son regard sur celui de son frère. Elle était habituée aux questions, mais c’est vrai que Jasper pouvait avoir des doutes. Enfin s’il en avait. Elle était détestable habituellement. Elle n’aimait personne et avait une certaine préférence pour être turbulente. Hors depuis que le fils de Lady Charissa était entré dans la vie des deux Arryn, elle agissait très différemment. Elle prit le temps de réfléchir et regarda son frère.

Edwyn est encore jeune. Il n’a certainement pas demandé à devenir Lord aussi vite. Il est très gentil avec moi et tout le monde je dirais. Je suis même surprise que nous soyons autant amis. Je l’aime bien. Oui, sans aucun doute. Elle sera chanceuse d’avoir un mari gentil et respectueux. Toi aussi tu semble beaucoup l’apprécier.

Mais quelle question. Son frère avait décidément de drôle de question pour elle. Elle ne savait pas comment et pourquoi, mais elle comprenait mal ce que le petit prince des Eaux venait faire dans les pensées de son frère. Peut-être que lui aussi s’était attaché à cet enfant. Il était tellement gentil, comment ne pas l’aimer. La petite Arryn avait regardé son plat avec un certain dégout, elle n’avait pas faim.

Enfin, je n’ai pas envie de rentrer dans le Val.

Jasper ne comprendrait certainement pas cette moue toute nouvelle, mais elle ne l’embêta pas plus, avalant le plat qu’on lui avait servi. Elle était habituée de diner avec les seigneurs du Val. Par chance, dans celui-ci se trouvait des gamins qui étaient plus ou moins âgé qu’elle. L’un deux était même assis près d’elle. Après avoir jeté deux ou trois regard en direction du seigneur du Conflans, elle se tourna vers le garçon qui se trouvait près d’elle. Elle retarda ses salutations jetant des regards partout pour trouver sa suivante que Maura avait choisie. Elle se retourna vers Jasper puis le jeune Frey.

Je suis Maeve Arryn, la sœur de Lord Jasper et to … et vous?

Elle était habituée de tutoyer le jeune seigneur du Conflans, mais elle n’était pas chez elle et Jasper ne lui permettrait pas un affront à aucune maison. Elle le savait que trop bien. Elle avait incliné la tête en saluant le jeune garçon.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 2 Juin 2012 - 14:16

          Ainsi donc la jeune dame qui causé du tracas était une dornienne ! Edwyn ne les connaissait guère, ces habitants du désert, mais quand bien même la demoiselle si mal élevée était venue présenter ses excuses à lord Ambrose, le petit garçon gardait une première impression très partagée à leur égard. Il avait bien sûr, comme tant d'autres, entendu d'eux qu'ils avaient le sang chaud comme le soleil du blason des Martell... ou bien s'agissait-il des Martyll ? Edwyn ne s'en souvenait plus et cela n'avait pas vraiment d'importance à ses yeux. Il s'était contenté d'approuver du chef à la remarque éminemment sexiste de son vassal, et lorgnant du coin de l’œil du côté de sa mère et de sa sœur pour s'assurer que ces dernières savaient la digérer avec patience et tolérance. En tout cas, lord Ambrose ne mâchait pas ses mots et le petit Edwyn ne pouvait qu'opiner silencieusement : il avait littéralement savouré d'être extrait de l'atmosphère empuanti de féminité de Vivesaigues pour celle autrement plus masculine et vivifiante de la compagnie de Jasper Arryn. Edwyn était bien loin de se douter de tout le bien que lui faisait la compagnie d'hommes durs et loin de la douceur feutrée des manchons et des cheveux tressés. Edwyn mangeait encore quand lord Ambrose le questionna au sujet de lady Maeve et le petit garçon manqua de s'étouffer autant qu'il ne put retenir le rouge qui lui montait au front et colorait ses joues. Il n'avait jamais cherché à dissimuler la grande affection qu'il avait pour la demoiselle des Eyrié, mais il se sentait confus et embarrassé que cela soit si évident. Il se sentait comme pris la main dans le sac et il n'appréciait que très peu cette sensation de honte et de ridicule qui le mettait en défaut sous l’œil adulte et compassé de ses vassaux ! Il ne se le formulait pas ainsi, naturellement, car il n'avait ni l'esprit ni le vocabulaire pour cela, mais toutefois il trouva au fond de lui la force de répondre avec assez d'humour et d'audace pour ne pas se laisser embarquer dans une conversation qu'il n'était pas sûr de vouloir voir durer.

          – Je ne le cache pas... elle est très gentille et puis, c'est la seule enfant de mon âge que j'ai rencontré durant mon long voyage. Je pourrai danser avec elle sans avoir l'air trop ridicule !

         Edwyn, en repensant à son périple depuis Vivesaigues jusqu'à Vivesaigues en passant par les Eyrié, Port-Réal, Hautjardin, et Castral Roc, se demanda ce que faisait des notables dorniens au mariage de l'un de ses vassaux. L'odeur de la bonne nourriture avait-elle attiré ces étrangers jusqu'à Murs-Blancs ? Edwyn n'avait pas particulièrement d'inimitiés à l'égard des autres régions du royaume, il était bien trop jeune pour nourrir des griefs contre l'une ou l'autre, sauf à l'égard des Fer-nés qui avaient attaqué Salvemer, mais il s'étonnait de voir des étrangers venus de si loin à cet événement. Lui, petit garçon à la vision très étriquée par son âge et son expérience misérable, ne s'attendait à voir que des vassaux du Conflans pour célébrer les noces de lord Beurpuits... Pourtant il y avait là de nombreux nobles venus d'ailleurs et cela lui donnait vraiment l'impression que ce mariage était d'une très grande envergure. Très naïvement, il en félicita lord Ambrose :

          – Je ne sais pas pourquoi des Dorniens sont venus à votre mariage, lord Ambrose. Mais vous devez être très populaire et très aimé pour que toutes ces personnes soient venus de si loin pour célébrer votre second mariage ! J'aimerais être aussi populaire que vous quand je me marierai...
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Dim 3 Juin 2012 - 9:27

Je hochai la tête quand lady Alysanne fit remarquer que les querelles commençaient bien tôt. La soudaine invective d'Edarra m'avait quelque peu surprise, j'aurai pensé qu'elle ferait preuve de plus de retenue dans un lieu où elle n'était qu'une invitée parmi d'autres. Certes, elle avait peut-être l'excuse de ses origines dorniennes, mais cela ne suffit guère aux yeux de certains. Néanmoins, les Ferboys vinrent présenter leurs excuses aux mariés, je haussai légèrement les sourcils aux propos machistes du marié. Je n'avais pas du tout la même optique que les hommes concernant le rôle des femmes. Mais à notre époque il était difficile de faire changer les esprits.

- Il serait dommage que cet événement soit entaché par la mort...

La mention des Dothraki me rappela certaines histoires qui me furent contées à propos des Contrées exotiques. Cependant, je n'étais pas très au fait de leurs us et coutumes et ne pus qu'abonder dans le sens d'Alysanne. Celle-ci revint au sujet principal de notre conversation et je lui accordai un sourire indulgent, elle n'avait pas à s'excuser pour cette déviation. Jace Redwyne semblait un homme fort cultivé et fort intéressant, je ne doutais pas que Clarence Hightower soit de la même trempe, bien qu'il n'ait pas navigué jusqu'aux Contrées. Je me montrais attentive aux paroles de la jeune biefoise, tant au sujet de ces messieurs qu'à son propre sujet.

- Je vous comprends. Les fer-nés sont une éternelle épine dans notre pied. Ils attaquent régulièrement nos côtes, mais rarement Salvemer puisqu'elle a été construite pour les contrecarrer. Bien que nous les ayons repoussés, la ville a tout de même un peu souffert de leur passage et nous avons perdu quelques hommes, mais rien de dramatique. Ser Pryam fut d'une aide précieuse lors des combats, je ne l'ai pas revu depuis. Comment se porte-t-il ?

Je fis une pause, profitant de l'arrivée de nouveaux plats pour me servir. La diversité des légumes proposés faisait oublier la sécheresse qui s'était abattue sur nos terres durant plusieurs années. A vrai dire, le Conflans bénéficiait de son réseau fluvial à la différence des autres régions, ce qui avait permis de pallier en partie le manque de pluie. Je croquai dans un friand avant de poursuivre.

- Je ne doute pas que lord Tyrell cherche à établir la meilleure protection pour ses concitoyens, avec la flotte Redwyne a ses côtés il s'assure déjà une bonne marge de manœuvre, et maintenant que l'Ouest et le Bief sont alliés, l'union de leurs flottes devraient pouvoir fournir une réponse adéquate aux razzias fer-nées et les dissuader de vous attaquer.

En comparaison la flotte riveraine était inexistante, mais nous avons très peu de côtes comparé à ces deux régions. A cet instant, une servante se glissa près de nous. Elle tendit une rose à Alysanne de la part d'un chevalier. Touchante attention, mais ma voisine serait-elle réceptive ? Curieuse je cherchai à repérer le dit prétendant avant de revenir sur Alysanne.

- Lui accorderait vous cette danse ?

Les mariages et autres événements étaient propices à la formation d'alliances, aux rencontres mais aussi aux amours. Qu'en serait-il pour la jeune biefoise ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Dim 3 Juin 2012 - 12:03

Le dîner semblait parti pour répondre aux espoirs les plus fous des invités, à en juger par la qualité et la quantité des plats et des vins. Lord Beurpuits ne se refusait rien... sa Maison n'était-elle pas l'une des plus riches du Conflans, après tout ? Par ailleurs, un tel étalement d'opulence servait sans nul doute les desseins politiques du marié, quels qu'il soient  : mettre le jeune lord suzerain dans les meilleures dispositions à son égard, faire savoir à ses rivaux que sa prospérité lui donnait pouvoir et influence dans le Conflans... Après les échecs passés de Lord Ambrose au service du trône, un mariage réussi pouvait sonner pour lui comme un nouveau départ.

L'enjeu du tournoi sert probablement le même objectif. Qui aurait la folle générosité d'offrir un trésor aussi inestimable qu'un œuf de dragon, reçu de la main d'un roi, au vainqueur d'un petit tournoi de campagne ? Cela ressemblait à une volonté désespérée de clamer au monde sa grandeur et sa munificence... à moins que l'ancienne Main n'eût d'autres motifs plus obscurs... ou plus triviaux : qui sait si sa jeune épouse ne lui avait pas tourné la tête au point de l'amener à cette décision un peu folle ?

Reprenant un peu de friand, Alysanne interrompit ses réflexions pour répondre à la question de Lady Rivanon au sujet du chevalier Pryam. « Eh bien, lorsque je l'ai rencontré il y a quelques semaines à Darry, il semblait se porter à merveille. J'ai également rencontré sa sœur quelques jours plus tard, une charmante jeune femme qui était à sa recherche... j'espère qu'ils se sont finalement retrouvés. »

Elle acquiesça ensuite aux propos de sa compagne au sujet des flottes de l'Ouest et du Bief. Une alliance qui ne pouvait que la réjouir, pas seulement parce qu'elle augurait d'une solide défense des côtes, mais aussi parce qu'Alysanne était elle-même à moitié originaire, par sa mère, des Terres de l'Ouest, et qu'elle aspirait à une coopération pacifique entre les Sept Couronnes, plutôt qu'à de stériles rivalités.

Alors qu'elle s'apprêtait à formuler cette pensée à voix haute, une servante interrompit poliment leur échange. « Ma dame, ser Kyle le Chat m'a demandé de vous glisser cette rose en espérant que vous lui accorderez votre première danse. » dit-elle en lui remettant une fleur. Alysanne, qui ne s'y attendait pas, échangea un sourire amusé avec sa voisine au moment où celle-ci s'enquérait de sa réponse.

« Il semblerait que cette soirée nous réserve quelques surprises. »
commenta-t-elle.

Ser Kyle le Chat. Avec un tel nom, il ne pouvait s'agir que d'un chevalier errant... quant à la rose, elle provenait de toute évidence de la décoration des tables. Le geste manquait de raffinement, certes, mais il n'en restait pas moins galant, et révélait un certain sens de l'improvisation. Curieuse, elle demanda en souriant à la servante : « Auriez-vous l'amabilité de m'indiquer discrètement ce Kyle le Chat, et de me décrire l'impression qu'il vous a laissée ? Je ne puis accepter ou refuser une danse sans même savoir à qui j'ai affaire. »

Elle avait déjà croisé quelques hommes avinés et n'aurait pas été autrement surprise que le vin ait donné à un chevalier désargenté l'audace d'inviter une dame à danser. A moins qu'il n'y ait été poussé par des compagnons de table friands de paris...

MDJ : que dit la servante ? à quoi ressemble Kyle ?




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Dim 3 Juin 2012 - 16:11

     La déclaration du jeune lord concernant le fait que le marié semblait être populaire au vu des origines de ses invités fut accueillie par un sourire amusé. Lord Ambrose s'empressa d'ailleurs d'y répondre. « Oh, vous savez, je suis homme à penser qu'il est bon d'avoir des alliances de tous les côtés. Dorne fait désormais partie de notre royaume, autant nous lier avec eux ne pensez-vous pas ? » C'était une question rhétorique, même si lord Edwyn était le suzerain du Conflans il restait un enfant et par conséquent, n'avait pas forcément les connaissances et le point de vue d'un adulte.

     Du côté de lady Rivanon et lady Alysanne, la jeune servante attendait la réponse de cette dernière. Elle ne tarda guère et un sourire se dessina sur les lèvres de la roturière lorsqu'elle entendit la requête de la noble dame, requête ô combien justifiée lorsque l'on constatait à quel point certains chevaliers abusaient de la boisson. Elle hocha la tête avant de répondre d'un ton assez bas pour que seules les deux nobles entendent ses paroles. « Ser Kyle est assit à côté du chevalier qui dépasse tout le monde de plusieurs têtes ma dame. » Difficile de rater ce dernier en effet, il avait regagné sa place après s'être levé pour discuter brièvement avec un seigneur Riverain. L'homme que lady Alysanne pouvait voir semblait parfaitement sobre et même si son physique n'était pas capable de rivaliser avec celui de beaux chevaliers du Bief, il n'était pas repoussant pour autant. « Il n'a pas bu une goutte de vin depuis le début du repas, comprenez, il se réserve pour les joutes de demain. » Elle sourit légèrement avant de reprendre sur le ton de la confidence. « Il n'est pas noble et ce n'est qu'un chevalier errant, mais je crois qu'il n'a pas de mauvaises intentions, en tous les cas il a été très respectueux avec nous autres servantes. » Ce n'était que la parole d'une servante - qui semblait trouver le chevalier très à son goût d'ailleurs - mais peut-être que cela déciderait la jeune dame ? En tous les cas, l'intéressé était en pleine discussion avec ses homologues errants et ne semblait pas scruter la noble qui semblait avoir retenu son attention. Le respect du chevalier ? Ses compagnons semblaient tout aussi respectables et aucun pari ne semblait être la source de cette invitation. Peut-être simplement un jeune chevalier charmé par le ravissant minois d'une dame du Bief tout simplement.

------------------

Etant donné que j'ai eu peu de réponses, je ne poste la relance que demain. Les danses débuteront et personne ne sera laissé en reste rassurez-vous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 4 Juin 2012 - 11:25

          Et pourtant, ils devraient rentrer tôt ou tard dans le Val. Ce voyage ne pourrait durer éternellement, et lui-même devrait bien rentrer au pays, couvert de honte ou de gloire, dans l'honneur ou la honte. Il était prêt à toutes ces éventualités et n'en déplût aux médisants, il assumerait complètement les hauts comme les bas faits. Jasper gratifia sa petite sœur d'un sourire bienveillant. « Tu n'y reviendras pas pour toujours, qui sait... » Jasper n'aimait pas se montrer mystérieux, à vrai dire il détestait les secrets pour tout ce qu'ils avaient de malhonnêtes, mais il ne pouvait pas encore s'ouvrir à sa cadette du projet qu'il nourrissait pour elle, d'autant qu'il ne voulait pas attirer l'attention sur lui à ce mariage ; il s'agissait de ne pas voler la lumière faite sur lord Ambrose et sa nouvelle épouse pour la braquer sur lord Edwyn et lady Maeve. Bien sûr, l'annonce eut certainement fait son petit effet et sans doute l'aurait-on salué, félicité, applaudi, acclamé, porté aux nues, comme c'est la coutume dans le beau monde, surtout lors des mariages, ou le premier réflexe de tout bon public et d'applaudir le geste quel qu'il soit des puissants, quand bien même ce geste est idiot ou odieux, ce qui n'exclut pas de le critiquer vertement plus tard, à l'ombre d'un lendemain de fête, quand il s'agit d'exprimer sous la table la vérité de ses opinions. Il l'avait bien compris, il savait comment fonctionnait la noblesse de son temps, et lui-même avait payé le prix de sa naïveté. Par respect pour son hôte comme par respect pour Maeve, il n'attirerait pas sur elle les attentions du public qui devaient se concentrer sur la table d'honneur.

          Jasper prit donc le parti de se remettre à manger en attendant les danses, feignant de suivre les conversations des Frey qui, autour de lui, babillaient à tout rompre. Il n'avait que peu d'intérêt pour les discussions fades et légères, et cela devait se voir un peu, mais il pouvait très bien prétexter la fatigue et d'ailleurs, il y avait un peu de vrai dans ce qu'il dit en s'excusant auprès de son voisin qui craignait de l'ennuyer. « Non, non, vous ne m'ennuyez pas, je suis juste préoccupé par les joutes de demain. Je me retiens de ne pas trop festoyer, car sait-on jamais, il faut mettre toutes les chances de son côté. » Ce qui était vrai : demain serait son premier tournoi, et même si celui-ci n'avait ni le prestige ni le renom qu'un tournoi donné par exemple à Port-Réal, Jasper, en acceptant d'y participer, avait mis en jeu son nom, son honneur et sa réputation. Un tournoi, c'était un peu la grande messe de la chevalerie et les dieux récompensaient ou punissaient selon les résultats de l'événement. Il prierait certainement toute la nuit pour que son échec ne soit point trop cuisant. Jasper se tourna ensuite vers sa petite sœur, une fois de plus. « Ne soyez pas si formels, deux enfants de votre âge n'ont pas à s'embarrasser du tribart des adultes. Maeve, ne veux-tu pas lui raconter comment tu as trouvé Hautjardin ? Je suis sûr qu'Ewald serait ravi de t'entendre lui décrire la citadelle de notre oncle. » Il y avait une part de fierté dans la voix de Jasper, qui enorgueillissait d'avoir offert à sa petite sœur un si grand et long voyage, quand bien même celui-ci s'était heurté à quelques difficultés en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 4 Juin 2012 - 13:17

Alors même que sa nouvelle connaissance se resservait d’un peu de pain, la jeune Ashlee suivit du coin de son œil brun les pérégrinations de la dornienne qui était revenue dans la salle. Retenant son souffle un bref instant, elle noya son trouble et son indiscrétion dans une gorgée de vin – par les Sept, heureusement qu’il n’était pas pur, la tête lui tournait un peu – tout en continuant à regarder. Souffler à Lady Jeyne de regarder aussi était du dernier vulgaire ; cependant, il y avait fort à parier qu’elle-même serait curieuse.
Qui ne le serait pas devant un scandale, de toute façon ! D’autant que la jeune fille, soigneusement mise à l’écart de toutes rumeurs (même si sa servante était parfois bavarde, elle avait des ordres strictes qu’il valait mieux respecter) n’avait encore jamais entendu d’histoires aussi croustillantes. Une servante ignorante, une noble visiblement arrogante qui n’hésitait pas à hausser le ton en oubliant les règles élémentaires de politesse et qui s’attirait l’ire de leur hôte… et qui, en plus, revenait s’excuser ! Voilà le genre d’évènement qui ne manquerait pas d’être mentionné dans la prochaine missive qu’elle enverrait à ses frères ; et même si le machisme était la seule réponse à son comportement, la jeune fille devait avouer qu’elle donnait plutôt raison à Lord Frey. Le soleil de Dorne devait bien abîmer le cerveau de ces pauvres dames, et nul doute qu’il ne s’en ressente aussi sur leur flamboyante humeur. Bref, une nation de barbares…

Heureusement, les plats principaux arrivèrent, et après avoir été d’abord apportés à la table d’honneur, ils remontèrent petit à petit jusqu’à la place qu’occupaient les deux maisons, ce qui en accapara quelques instants les corps et les esprits. Ashlee vit arriver avec plaisir le friand de porc aux œufs et aux pignons, et s’en fit servir une portion généreuse. La musique la berçait doucement, alors que son verre semblait ne jamais désemplir ; et elle regardait avec un sourire réservé le ménestrel chanter une de ses chansons préférées au milieu de la salle, lorsqu’une vaste forme attira son attention. Une silhouette, reconnaissable entre toute par sa gigantesque stature, fit alors ressortir toutes sortes de souvenirs. Ser Duncan le Grand, un chevalier errant, qui avait eu l’immense bravoure de s’opposer au prince Aerion pour un simple spectacle de marionnettistes. Sa bonté d’alors avait ensuite hanté quelques-uns de ses rêves, celui où un chevalier aussi noble de cœur et d’âme viendrait l’enlever du haut de son donjon… Il ne fallait pas manquer de le saluer. Un aussi brave chevalier méritait bien, après tout, quelques égards.
Ashlee jeta un coup d’œil à sa mère : cette dernière ne s’était aperçue de rien, et discutait tranquillement avec un noble assit à côté d’elle ; quant à Lady Jeyne Brax, elle était occupée à manger un des plats délicieux préparés par leur hôte dont la prodigalité n’égalait que son imprudence par rapport à l’automne qui n’allait pas tarder à s’installer.

Non, décidément, elle ne devait pas tergiverser.
Aussi, d’un geste, fit-elle venir une servante près d’elle, pour lui demander de sa voix douce habituelle, peut-être quelque peu noyée dans le vacarme ambiant :
- « Je vous prie, faites dire à Ser Duncan le Grand que Lady Lisbeth Cendregué et sa fille sont fort heureuses de le revoir, et qu’elles ont grande hâte de le voir jouter. Dites-lui également que, s’il lui plait de venir converser à notre table, Lady Lisbeth et sa fille seraient honorées de pouvoir leur souhaiter bonne chance de vive voix. »

La vierge désigna d’un geste discret les tables destinées aux chevaliers attachés aux maisons principales, puis, la servante partie, se tourna vers Jeyne Brax, avant de lui souffler à nouveau, le plus bas possible pour ne pas attirer l'attention :
- « Il faut que je vous présente ser Duncan. Vous avez peut-être entendu parler de lui ? Il a participé à un combat véritablement épique. C'était extraordinaire...»

Dans les yeux naïfs encore de la demoiselle brillait comme une lueur de rêve, tandis qu’elle se rappelait encore les évènements qui l’avait tant marquée autrefois…
Ah, quel bonheur d’avoir seize ans et d’assister à un autre tournoi !
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Lun 4 Juin 2012 - 14:11

Quelques temps après sa cousine, le grand Dornien refit son apparition, une coupe de vin à la main. Son visage était toujours aussi avenant, chargé comme à son habitude en bonne humeur alors que son sempiternel sourire trônait au milieu de celui-ci. Néanmoins, son regard était moins vivace et enfantin qu'à l'accoutumée, et il semblait un peu plus fatigué, comme si la consommation d'alcool commençait à lui ôter ses forces.

Toutefois, son pas était encore alerte et sûr, et après avoir franchi de nouveau les portes de la salle, il observa la salle. Voyant sa cousine, son sourire se fit plus grand, puis il se dirigea vers la table de Lord Ambrose, lui adressant une nouvelle révérence protocolaire.

- Me revoilà Mon Seigneur. Comme vous l'avez certainement constaté, je ne suis guère efficace pour courir après les femmes, ma cousine étant revenu ici avant même que je ne puisse la rejoindre au dehors. J'aurais cru mes jambes plus lest, je le confesse.

Le ton était cordial, amusé, et les mots prononcés par le noble Dornien l'étaient avec humour, comme en attesté sa mine réjouie. Après une légère pause, il se redressa, sa mine toujours jovial.

- Je reviens de la cour, où j'ai eu le loisir d'y goûter le vin. Les délices du Conflans sont sans limite, je dois le confesser. Toutefois, j'y ai assisté à quelques évènements tragiques dont je me fais le devoir de vous rapporter. L'un en particulier...

Sa mine se fait plus sombre alors que son sourire disparaît peu à peu. Il parlait moins fort, sans doute ne souhaitait-il pas déclencher un mouvement de panique dans la pièce.

- En effet, je sais qu'un mariage est un moment de joie et de fête, mais un roturier a été abattu d'une flèche dans la Cour, et cela n'est pas l’œuvre d'un de vos gardes, selon toutes vraisemblance. Cela est plutôt préoccupant, et j'ai songé que vous souhaiteriez en être informé.

Un sourire taquin naquit légèrement sur ses lèvres, lorsqu'il conclut.

- J'avais cru comprendre que votre gendre attaché une grande importance à ses gens, aussi il m'a semblé essentiel de vous en tenir au courant.

Il hocha ensuite la tête, demandant ainsi congé à son noble interlocuteur.

- Mon Seigneur. J'espère que ce tragique évènement ne viendra pas troubler ce jour qui se voudrait heureux. Puisse la Mère Rivière bénir votre maison.

Se redressant, il adressa un dernier sourire à ses interlocuteurs, et plus particulièrement à Ser Tom, avant de rejoindre sa cousine. S'installant à ses côtés, il posa ses mains sur ses épaules, dans un geste protecteur, et se penchant pour lui glisser quelques mots.

- Est-ce que ça va, Edarra ? Tu as besoin de quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Lun 4 Juin 2012 - 15:30

L'incident avec la jeune femme de Dorne fut réglée, mais elle vint quand même un peu plus tard, après s'être visiblement calmée, pour présenter ses excuses à Lord Ambrose. Ce dernier lui fit comprendre que tout était oublié, et que l'on pouvait poursuivre sans s'en préoccuper. Puis il enchaîna, reprenant les discussions où il les avait laissées. Il interrogea Ryman sur sa famille, et ce dernier glissa un regard vers son épouse. Avant de remarquer qu'Ewald ne paraissait pas particulièrement à l'aise. Heureusement qu'il ne l'avait pas vu en train de se faire remarquer...

« Mon épouse se porte très bien, je vous remercie. Mais je pense qu’elle ne tardera pas à s’éclipser. Elle n’est pas très friande de tels événements, et elle préfère le calme, avec notre fils. Quand à ma fratrie… je dois dire que, s’ils sont sous ma responsabilité, hormis les plus grands, je ne m’occupe pas d’eux. J’ai d’autres tâches dues à mon rang. Et puis, nous avons encore notre mère. »

Cette dernière surveillait Ewald, d’ailleurs. Ryman espérait qu’elle n’ait pas besoin d’intervenir, ce n’était pas le soir idéal pour que les Frey attirent l’attention. Les regards devaient restés tournés vers la mariée. Mera se leva, illustrant les propos de son seigneur, et quitta la salle. Lord Ryman savait très bien qu’il ne l’aurait pas eue comme cavalière pour la danse, aussi avait-il, de temps en temps, cherché à qui il aurait pu offrir son bras. Et alors que Lord Ambrose poursuivait avec le jeune Edwyn, il fit signe à un page de s’approcher.

« Trouve une rose et va l’offrir à la demoiselle aux cheveux blonds à cette table. Dis-lui que Lord Ryman Frey souhaiterait qu’elle lui accorde la première danse. Et rapporte-moi son nom. »

De ce qu’il devinait, elle devait être une Cendregué. Mais il était loin de connaître tout le monde, et du coup, n’était pas même sûr. Peu après, alors que le seigneur des Jumeaux se servait, le cousin dornien revint à son tour. Il s’adressa à Lord Beurpuits pour lui conter ce qui venait visiblement de se passer dans la cour. Ryman fronça les sourcils. Comment était-ce possible ? Qui avait donc osé s’en prendre à un homme ? Les armes avaient pourtant été retirées à leur propriétaire, le temps de la fête.

« Il est impensable que nous laissions passer un tel acte. Et pourtant, nous ne pouvons gâcher les festivités. Peut-être faudrait-il rassurer chacun et mener une enquête en toute discrétion sur les événements, afin que personne ne poursuive la soirée dans la crainte ? »

Lui-même n’allait certainement pas sortir. Même si les Frey étaient aussi, en quelque sorte, des hôtes ici, il ne s’imaginait pas envoyer Maleck, par exemple, s’informer de ce qui s’était passé et découvrir tous les tenants et les aboutissants.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 4 Juin 2012 - 18:10

     La jeune lady Ashlee était sans aucun doute digne de son rang, elle avait l'œil alerte et n'avait point manqué de remarquer la haute stature de l'un des participants du tournoi donné en son honneur. La servant qu'elle appela hocha la tête en entendant la requête qui lui fut formulée, puis s'éloigna d'un pas rapide afin de se rendre à la table réservée aux chevaliers errants. Ser Duncan accueillit la nouvelle avec un plaisir non feint et répondit quelque chose à la servante qui fut bonne pour refaire le chemin jusqu'aux Cendregué. Arrivée devant lady Ashlee, elle lui fit part de la réponse du chevalier. « Ser Duncan me fait savoir qu'il sera ravi de pouvoir s'entretenir avec vous et que votre invitation lui fait un réel plaisir. Il m'a demandé de vous dire qu'il viendra converser avec vous après les premières danses. » Avec un léger sourire elle ajouta quelques mots. « Il a dit que ce n'était pas sa tasse de thé et qu'il préférait voir les gens doués pour cet exercice. » Puis elle se retira, laissant les jeunes femmes discuter entre elles alors que les serviteurs débarrassaient les plats en trop pour libérer les tables avant la première danse. Un nouveau valet fit alors son apparition et apporta une rose couleur or qui ne ressemblait à aucune autre présente dans les arrangements. Il la tendit à la jeune Ashlee accompagnée de quelques mots. « Ma dame, lord Ryman m'a demandé de vous apporter cette rose et qu'il souhaiterait que vous lui accordiez votre première danse. » Décidément, le charme de la demoiselle ne laissait aucun homme insensible.

     Pendant ce temps, Asafa Ferboys s'était approché de la table d'honneur afin de s'adresser à nouveau à lord Ambrose qui s'entretenait avec son voisin au sujet de la famille de ce dernier. Lorsque le Beurpuits posa ses yeux sur le visage hâlé du Dornien, celui-ci révéla des informations plutôt inquiétantes qui dessinèrent une expression contrariée sur le visage du marié. Il remercia le Ferboys de son attention avant de tourner la tête vers son beau-frère qui avança une idée tout à fait logique. « Vous avez raison lord Ryman, je vais m'absenter quelques instants pour voir de quoi il en retourne et demander à mes hommes de confiance de veiller à ce que tout cela soit éclairci. » Il se redressa alors, tapa dans ses mains pour attirer l'attention de toutes les personnes présentes ici et reprit la parole d'un ton assez fort pour être entendu par tous les invités. « Mes chers amis, l'heure de la première danse est arrivé ! N'oubliez pas, vous êtes ici pour vous amuser alors ne me décevez pas ! » Il baissa ensuite les yeux vers lord Ryman avant de conclure. « Je compte sur vous pour que la bonne humeur ne s'envole pas, cet incident sera rapidement réglé je vous en assure. » Il lui adressa un sourire avant de contourner la table pour s'éloigner en direction du couloir, aller voir de quoi il en retournait.

     L'agitation de la cour était palpable et une légère odeur de fumée était arrivée jusqu'aux narines des invités présents dans la salle, mais l'obstination de lord Ambrose à maintenir la bonne ambiance semblait porter ses fruits. Si quelques invités pouvaient se demander ce qui se passait à l'extérieur, l'arrivée de plusieurs ménestrels coupa certainement court à tout cela et les odeurs de la nourriture faisaient presque oublier celle du feu qui brûlait non loin de là. Les nobles dansaient pendant que les roturiers trimaient comme toujours.

     La musique résonnait, plusieurs hommes se levèrent pour aller inviter des dames à danser, ser Kyle le Chat attendait toujours la réponse de la belle lady Alysanne, se pliant à sa décision quelle qu'elle fut. Un autre chevalier errant avait remarqué une dame à la chevelure blonde comme les blés, ainsi ser John le Violoniste se leva de sa table pour se diriger vers lady Rivanon Mallister d'un pas décidé et lui tendit la main d'un geste élégant avant de lui offrir de belles paroles. « Ma dame, il m'a été difficile de ne pas vous remarquer au milieu de cette foule, j'osais espérer que vous m'offriez votre première danse. » Il avait un visage rasé de frais avec des traits délicats, des yeux bleu-sombre presque dissimulés par des cheveux noirs comme les ailes d'un corbeau et apparaissait comme mince et leste dans sa tunique. Un bel homme qui avait attiré l'attention de plusieurs jeunes femmes qui espéraient vainement être invitées par ce mystérieux chevalier au pseudonyme prometteur. Mais pour le moment toute son attention était concentrée sur lady Rivanon, attendant son aval ou son refus. Lady Ashlee Cendregué avait été invitée par lord Ryman et à ses côtés la jeune Jeyne Brax n'allait certainement pas être délaissée. Aux côtés de lord Jasper, le frère de la mariée qui avait déjà conversé avec le jeune homme rigola légèrement avant de s'adresser à lui. « Mon lord, si vous n'invitez pas vous-même cette ravissante demoiselle que voilà je prends votre place avec joie. » Nul doute que la galanterie du jeune homme allait certainement le pousser à ne pas délaisser cette jeune dame à la mine rêveuse. Lady Maeve Arryn avait déjà accordé sa première danse au jeune seigneur de Vivesaigues et l'autre enfant présent à cette table ne fut pas laissé en reste ! Myrcella Beurpuits, fille du marié et à peine âgée de sept ans, s'avança vers Ewald l'écuyer d'un geste timide. Les joues rosies elle baissa les yeux, triturant sa robe avec gêne avant d'oser parler au Frey. « Tu veux bien danser avec moi ? » Lady Edarra quant à elle n'avait pas été oubliée, même si ser Tom avait menacé de lui rabattre son caquet, il savait obéir à son beau-père et lorsqu'il se leva pour se diriger vers la Dornienne afin de lui tendre la main, ce fut pour l'inviter et non la menacer. D'un ton bourru, il prit la parole. « Inutile de gâcher ce mariage par des stupides disputes. Venez donc. » Pas très chevaleresque comme invitation, mais l'effort y était. Restait Asafa qui avait marqué plusieurs personnes par sa bonne humeur et ce fut lady Maelyn Beurpuits, l'une des autres filles du marié ayant l'âge idéal pour se marier, qui s'approcha de lui en esquissant un sourire. « Messire, m'accorderiez-vous cette danse ? Je me demande s'il existe d'autres danses dans votre région ? » Loin d'être magnifique, elle avait toutefois de très beaux yeux qui rattrapait le manque d'harmonie de son visage.

     La musique avait débuté, le centre de la pièce dégagé pour permettre aux danseurs de se mouvoir sans être gêné, la fête continuait malgré les malheurs qui se poursuivaient dehors, tout cela semblait si secondaire face à un tel déploiement de bonne humeur.

--------------------------

Je vous laisse deux jours environ pour pouvoir danser, ne vous gênez pas pour poster fréquemment et des petits messages, vous pouvez faire en sorte que les musiques se succèdent puisque ma prochaine grosse intervention sera la reprise du repas. Il y aura une autre danse si jamais !
Je précise que j'ai fait en sorte que toutes les personnes qui ont posté plusieurs fois dans le sujet soient invitées à danser, si un PJ veut inviter un autre PJ qui a été invité par un PNJ, ne vous gênez pas pour dire que le PNJ cède la place au PJ !
Je ferai peut-être des petites interventions si vous avez besoin d'une réponse d'un PNJ donc n'hésitez pas à faire appel à eux si jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Mar 5 Juin 2012 - 8:54

Alysanne avait écouté avec attention la réponse de la jeune servante, et suivi son regard vers le fond de la salle. Le voisin de Ser Kyle lui rappelait décidément beaucoup un certain écuyer, assez empoté à l’époque, qui avait servi auprès des Florent sous la férule du chevalier Arlan de Pennytree, quelques années avant de s’illustrer dans un Jugement des Sept à Cendregué… Peut-être Ser Kyle pourrait-il lui confirmer l’identité de cet homme d’une taille proprement vertigineuse. Elle ne voyait en tout cas aucune raison de refuser l’invitation qui lui était faite ; avec un peu de chance Kyle « le Chat » serait aussi agile et gracieux danseur que son surnom pouvait le laisser espérer, même si un chevalier errant avait peu de chance d’être très versé dans cet art. Pour sa part, elle avait plutôt envie d’aller marcher un peu seule sous les étoiles, mais elle avait un rôle à tenir et ne pouvait s’en acquitter qu’en participant activement à la fête. Plus tard, peut-être.

« Merci de ces éclaircissements » dit-elle avec une inclination de tête et un sourire chaleureux à l’attention de la servante. « Pourriez-vous dire à Ser Kyle que j’accepte son invitation ? » Notant que la jeune fille semblait avoir un faible pour le chevalier, elle ajouta malicieusement, à voix basse : « Je pourrai à mon tour lui glisser un mot à votre sujet, si vous le souhaitez… » L’idée de jouer aux entremetteuses l’amusait. Peut-être initierait-elle une douce histoire entre ces deux-là, qui sait ? Elle aimait bien la simplicité des roturiers et cela ne la dérangerait pas de rendre ce menu service à la servante qui avait si courtoisement rempli son office. Bien sûr, elle se contenterait de quelques mots à Ser Kyle, dans les limites de la bienséance… Quant à elle, elle n’envisageait pas un seul instant d’aller au-delà d’une danse avec un simple chevalier errant, alors même qu’elle était ici pour représenter avec honneur sa famille et celle de sa sœur, en tenant son rang…

Alors qu’elle venait de donner sa réponse, un autre chevalier errant invita Lady Rivanon. Elle en fut ravie pour sa voisine, tout en jugeant l’assurance de cet homme quelque peu déconcertante compte tenu de son statut. Était-il trop sûr de son charme… ou bien était-ce un noble déguisé, comme dans une chanson de barde ? L’idée lui parut un peu folle et elle la remisa sans tarder dans un coin de son esprit.

La musique commençait à s’élever dans la pièce et les danseurs à entrer en piste. Elle pourrait profiter de l’occasion pour étudier un peu les invités des autres tables, et peut-être, après avoir dansé avec Ser Kyle, trouver un cavalier susceptible de lui apporter des informations intéressantes… converser avec le Dornien, par exemple, pourrait l’éclairer sur l’état d’esprit des habitants de la péninsule où elle séjournerait prochainement… il y avait aussi le lord suzerain du Val, et les Brax qui étaient de sa parenté… et bien d’autres invités encore. Pour un mariage Beurpuits, une telle assemblée avait sans nul doute un caractère exceptionnel, mais quoi de surprenant à cela, avec la curiosité que pouvait susciter l’enjeu du tournoi, et la prodigalité du maître des lieux ?

MDJ : La servante veut-elle un petit coup de pouce ? Pour ce qui est de Kyle, je n'ose pas le faire bouger de moi-même, je laisse ce soin à Lady CDP




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Jour 1, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant


Sujets similaires

-
» MI5 ► Y a des fois où je me dis que j'ai tout gagné.
» Le potager
» ‣ SUJET COMMUN : Repas de Début d'année
» Grande salle de Réception [Officiel]
» Hadhod, nain de la Moria [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°3 : Murs-Blancs-