AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Jour 1, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 12 Juin 2012 - 20:58

     Le petit Edwyn et sa sœur étaient revenus s'asseoir après avoir dansé un peu et constaté qu'ils n'iraient pas bien loin tant ils se complétaient mal. Mais le garçonnet n'eut guère le temps de se reposer car déjà lady Maelyn Beurpuits, l'une des filles de lord Ambrose, s'approchait de lui en souriant et Edwyn lui rendit ce sourire même s'il se demandait pourquoi elle venait ainsi alors qu'auparavant, elle dansait avec un étranger à la peau très étrange. La jeune fille semblait avoir deux fois son âge, ou peut-être un peu moins, et quand bien même son sourire lui donnait cet air mignonnet des braves demoiselles, on ne pouvait pas dire qu'elle était belle. Au contraire, elle n'avait rien pour attirer l’œil ou le regard, et à vrai dire personne ne devait dans la salle l'observer avec admiration. Elle avait de beaux yeux, mais c'était bien là tout ce qui sauvait l'ensemble : des joues grasses, des lèvres couvertes d'un duvet brun qui n'avait rien d'invisible ou de soyeux, des traits grossiers comme ceux d'un laboureur du Conflans... en fait, Edwyn aurait pu dire qu'elle était un pur produit du terroir s'il avait seulement sur ce qu'était le terroir ! Edwyn répondit d'un signe de tête jovial à sa révérence, et il sourit quand elle lui demanda très obséquieusement s'il voulait danser avec elle. Edwyn approuva de la tête et quitta aussitôt sa chaise pour la conduire par la main sur la piste de danse. Il prenait très à cœur d'agir en bon seigneur.

–      Alors allons danser, je suis trop content pour votre papa et je ne veux pas que vous soyez laissée sur le côté ! Venez !

     Edwyn partagea donc avec elle quelques pas de danse, et il fit son possible pour être un cavalier agréable. Il avait toujours, cependant, à l'esprit les paroles de lord Ambrose. Ce dernier avait semé en lui le grain tenace de la curiosité, et il s'était dérobé alors que mille questions demeuraient encore sans réponse ! C'était un peu injuste, mais Edwyn était bon joueur et surtout bon public : il avait mordu à l'hameçon comme la petite truite frétillante qu'il était, mais il n'en resterait pas là et comptait bien profiter de la bonne compagnie de lady Maelyn pour assouvir sa curiosité : le père n'avait rien dit mais la fille peut-être serait plus loquace ! Le désir d'en savoir davantage pétillait dans ses yeux, et jamais il n'avait été intéressé comme cela à quelque chose. C'était là bien sûr une considération très exagérée, mais s'il avait pu, il aurait quitté la salle pour partir à travers le château en quête de l’œuf de dragon qui s'y cachait ! Mariage ou pas, il y avait des priorités !

–      Dis, c'est un vrai œuf de dragons que ton père promet au vainqueur du tournoi ? Tu crois qu'on pourra le voir ? Il l'a trouvé où ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 12 Juin 2012 - 21:54

      Aussi haut que l'honneur. C'était la devise de sa maison. Jasper avait toujours fait de ces quelques mots l'idéal qu'il se devait se suivre et de respecter au quotidien. Les paroles de Jeyne trouvèrent un écho favorable dans l'esprit de Jasper qui lui accorda un sourire sincère. Elle l'accepta à ses côtés à table, et manifestement son irruption à ses côtés ne sembla point gêner personne parmi ceux qui, restés assis, ne dansaient pas. Certains mangeaient, d'autres se contentaient d'attendre que reviennent leurs partenaires de conversation. Ceux-là n'intéressaient pas Jasper, à vrai dire. Assis à table, il désirait continuer à discuter avec lady Jeyne afin de mieux connaître celle-ci dont le père avait nourri l'idée de la marier à lui. Il avait conscience du malaise de la demoiselle et ne souhaitait pas retourner le couteau dans la plaie où y ajouter aussi fit-il l'effort d'être plus socialement ouvert. Son visage s'éclaira difficilement d'une expression de bienveillance curieuse alors qu'il s'apprêtait à prendre la parole. Malheureusement aucun son ne sortit de sa bouche et Jasper dut concéder qu'il ne savait pas très bien quoi dire. Il n'avait jamais été très brillant pour alimenter les conversations, mais il savait toute la saveur d'une discussion bien rôdée, d'autant plus que la demoiselle n'était pas de la pire compagnie qui soit. Heureusement pour lui, elle le devança et il se surprit à rire du sujet qu'elle choisit pour leur conversation. Rire lui fit du bien, car c'était chose bien rare. « Je vous avoue que je ne suis pas un spécialiste... La cérémonie du coucher va clore le banquet. Durant celle-ci, les convives de l'autre sexe amèneront chacun des deux époux jusqu'à leur chambre nuptiale. Durant le trajet entre cette salle et la chambre, nous aurons, si nous les accompagnons, le loisir de chanter des airs grivois, de faire des plaisanteries paillardes tout en déshabillant progressivement le marié et la mariée qui doivent pénétrer nus comme au premier jour dans la chambre du coucher. »

     Jasper se tut un instant, jetant ses yeux sur la piste de danse où il observa quelques secondes les danseurs parmi lesquels se trouvaient lord Ambrose et son épouse, mais également lord Edwyn Tully et une demoiselle que Jasper ne reconnaissait point. Il poursuivit à l'attention de lady Jeyne. « Et une fois les deux époux dans le lit, la coutume veut que les invités défilent devant eux en les... encourageant. Une tradition originale, n'est-ce pas ? De vous à moi, je doute que les invitations au coït de mes deux sœurs m'encouragent en quoi que ce soit le soir de mes noces, mais que voulez-vous, c'est la tradition... » Et l'on s'étonnait, ensuite, que le monde entier considère Westeros comme la terre des barbares... Jasper ne goûtait point trop cette coutume, de son côté, mais il suivrait le cortège par respect pour les mariés. Qui était-il pour discuter des siècles de coutume ? D'autant plus que c'était un événement festif comme un autre, et de plus il ne pouvait supporter l'idée de demeurer en retrait quand tous les autres allaient certainement suivre lord Ambrose et son épouse jusqu'à la chambre nuptiale.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Mer 13 Juin 2012 - 8:29

A la réponse du serviteur, Asafa ne put s'empêcher de rire. Toutefois, il fit son maximum pour ne pas s’esclaffer bruyamment, se retenant en se mordant la lèvre inférieure. Après un instant, il acquiesça de la tête, faisant signe au serviteur de prendre congé en même temps qu'il lui répondait.

- Oui, très bien, merci de m'avoir prévenu.

A la suite de quoi Alysanne surenchérit avec un trait d'esprit particulièrement savoureux, piquant légèrement la fierté du noble Dornien, ce qui ne manqua pas de le faire rire aux éclats. Un éclat de voix surement malvenu, qu'il tenta de retenir mais que le vin aidait au contraire à s'exprimer pleinement. Toujours hilare, il poursuivit en réponse à la belle demoiselle du Bief, ses yeux rieurs se plongeant dans ceux de sa voisine.

- Vous me flattez, ma Dame ! Même si je crois, par expérience, que ma bourse suscite plus d'intérêt que mon charme ou mon... Exotisme !

Il se pencha alors, sur le ton de la confidence amusée.

- Quoi que, j'arrive dans la plupart des cas à m'en accommoder.

Il prit une nouvelle gorgée de vin, alors que sa bonne humeur non feinte trahissait que l'homme au teint halé passait une excellente soirée. De plus, il ne semblait pas réellement se formaliser de ce qui aurait pu hérisser le poil de bien des nobles ici présent. Cela pouvait s'expliquer notamment par la relative faiblesse de son importance dans le lignage de sa maison, lui offrant une latitude peut-être plus importante quant à l'image qu'il devait renvoyer. En vérité, l'homme semblait d'une honnêteté désarmante, de celle des enfants, ce qui pouvait déstabiliser ou énerver certains, s'attendant à voir chez un homme de son age, de sa carrure et de son statut plus de sagesse et de noblesse.

- Ne croyez toutefois pas toutes les chansons, ma Dame. Même si la condition des femmes de notre contrée reste plus enviable que dans le reste de Westeros, il n'empêche que l'égalité entre homme et femme se ressent surtout dans la noblesse. Les roturières sont, comme partout, malheureusement, soumise parfois à la brutalité de mes compatriotes. La faute à un vilain avantage physique, qui, bien souvent ajouté à l'alcool, pousse certains à commettre de bien vilaines choses. Toutefois, en matière de libertinage...

Il se remet à sourire, tout en se penchant pour chuchoter à l'oreille de la dame.

- Et vous discuter avec un expert en la matière, bien que cela hérisse les miens et m'a joué bien des mauvais tours hors des frontières des Osseux...

En se reculant pour parler à nouveau sur un ton normal, mais résolument enjoué.

- Nous sommes plus... Ouvert, que la plupart des peuples de Westeros que j'ai eu le plaisir de côtoyer. La place des maîtresses est plus importante et revêt bien souvent un caractère plus... "Officiel" qu'ailleurs, d'après ce que j'ai pu voir. Surement que cette chasteté des vôtres est imposée par votre étrange religion...

Un sourire malicieux, entre deux gorgées de vin.

- Les femmes ont plus de marges de manœuvres de ce côté-ci, bien qu'elles restent bien plus soumises au commérage que les Dorniens. Comme quoi, il y a des choses qui traversent les frontières...

Il ponctue sur un sourire, alors que son regard se porta sur le coup porté par Lord Frey à la servante l'ayant souillée. Son sourire disparut quelque peu, avant de réapparaitre ensuite. Les mots filèrent entre ses lèvres, comme s'ils n'étaient destinés qu'à lui et qu'ils lui avaient échappé.

- Bien... Des domestiques qui insultent les nobles, des nobles qui insultent d'autres nobles, des meurtres dans la cour et désormais, des nobles qui frappent des domestiques en plein repas... Heureusement que nous sommes les sauvages, à Dorne...
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Mer 13 Juin 2012 - 11:00

Plus détendue qu’elle n’en avait l’habitude en société, Alysanne pouvait se féliciter du hasard de cette rencontre qui lui offrait un divertissement bienvenu, mais aussi une généreuse moisson d’informations. Elle prenait garde toutefois de manifester son enthousiasme avec plus de retenue que son partenaire, trop consciente des regards qui pesaient sur eux avec acuité. Le Conflans n’était-il pas connu pour ses intrigues ? L’intérêt de Lady Mallister pour les membres du Conseil Restreint apportait par ailleurs du crédit à cette réputation… ici plus qu’ailleurs encore, elle devait marcher sur la corde raide.

« Comme c’est intéressant ! J’ai toujours trouvé fascinante la variété des coutumes d’une région à l’autre du monde… ou d’une époque à l’autre. »
Elle commençait à entrevoir ce qu’elle pouvait espérer de Dorne à titre personnel, et cela la séduisait, même si cette pensée avait encore quelque chose d’étrangement dérangeant… Y avait-il seulement deux lunes qu’elle avait quitté Rubriant ? Le costume de fille de Lord s’était désagrégé au fil des routes et des rencontres, pareil désormais à une enveloppe frêle, dont elle se dépouillait peu à peu pour révéler sa véritable peau.

Elle s’apprêtait à prendre congé quand un nouvel incident troubla le déroulement de la soirée. Alysanne pinça les lèvres en voyant s’abattre la colère du frère de la mariée sur la domestique maladroite. Il n’y avait rien d’exceptionnel ou de déplacé dans ce geste, mais elle n’avait jamais jugé très digne ni très humain de passer sa colère sur un être vivant, que ce fut un valet ou un simple animal de compagnie. Un homme, en particulier, avait d’autres moyens de se faire respecter. Un regard sévère, une parole ferme, une sanction juste. Est-ce qu’un soufflet rendrait la servante plus habile ou plus empressée à servir ses maîtres ? Je parierais plutôt le contraire. Et puis, allez savoir si cet homme ne se comportait pas de même avec son épouse, lorsque celle-ci avait le malheur de lui déplaire… à cette idée, elle sentit ses entrailles se nouer et dut prendre une part de cygne pour se donner une contenance. Contenance qui s’effrita proprement aux paroles d’Asafa.

« Des meurtres dans la cour ? Que s’est-il passé ? » s'exclama-t-elle en posant ses doigts sur le poignet du Dornien. Sans parler de l’horreur des faits et de leur proximité, elle avait en tête la présence de son garde Kerigan dans ladite cour, et un doute glacial avait éteint sa bonne humeur. Elle n'avait pas parlé fort, pour ne pas affoler ses voisins, et la musique avait probablement couvert ses questions, mais un œil suffisamment observateur aurait sans doute décelé l'inquiétude sur son visage... Mais que se passe-t-il donc ici ce soir ? Cette affaire ne lui disait rien qui vaille...




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 13 Juin 2012 - 15:59

Assise à table en compagnie de Ser Duncan le Grand et de sa mère, la noble du Bief savourait la fin de soirée, en proie à une délicieuse langueur, probablement due aux nombreuses coupes de vin, mêmes coupées d’eau, dont elle se désaltérait pour faire face à la chaleur et à la richesse des mets succulents servis ce soir-là.
Tournée vers le chevalier errant, elle ne fit pas vraiment attention à sa voisine de table qui revenait s’asseoir ; mais une voix masculine, prononcée quelque part dans son dos, lui fit discrètement tourner la tête, le temps d’apercevoir Lord Arryn – Lord Jasper Arryn, le Seigneur Suzerain du Val, en personne – qui s’installait aux côtés de Jeyne Brax, pour continuer visiblement la conversation entamée pendant qu’ils dansaient tous deux. L’envie de se présenter à lui, de pouvoir partager la conversation d’un des plus hauts seigneurs de Westeros lui faisait battre le cœur, mais la jeune fille se morigéna intérieurement. Décidément, elle n’était qu’une petite écervelée sans une once de politesse ; si elle n’était pas capable de raisonner comme une lady et non comme une fermière, alors père avait raison de la garder cloîtrée à la maison. Mais… tout de même ! Ce banquet était décidément plein de surprises et d’émotions, et il était si difficile de ne pas pouvoir faire à son aise parfois !
Ashlee avala une nouvelle gorgée de vin, essayant de garder un visage serein pour ne pas trahir l’impatience de pouvoir exprimer sa joie de revoir le haut seigneur, tout en se demandant ce qui avait bien pu l’amener au mariage d’une jeune fille de la maison Frey avec un chevalier du Conflans : sans doute y avait-il des intérêts politiques ou commerciaux (ce qui finalement relevait un peu au même, dans certaines circonstances, car sans pain et sans les autres denrées qui rendaient la vie possible, sinon agréable, comment tenir le peuple et ses vassaux dans le calme et l’obéissance ?) à discuter avec eux. Ou avec les Tully… on racontait d’ailleurs qu’ils étaient venus ensemble. Mais la demoiselle n’avait ouïe que des rumeurs, et sa mère l’avait prévenue que celles-ci étaient bien souvent fausses et qu’il ne fallait pas s’y fier aveuglément.

Bon… il ne fallait pas se mettre martel en tête. Elle trouverait bien un instant propice pour le saluer, à tout le moins. Cela faisait partie de ses devoirs de dame de saluer les connaissances – et il fallait dire que pour la jeune Cendregué, ce n’était pas un fardeau, tout au contraire, une joie !
Un peu inconstante et surtout un peu enivré, elle n’y pensait déjà plus, lorsque la voix claire de sa nouvelle amie s’éleva juste derrière son dos, la figeant un instant de stupeur. Bouche-bée, elle ne put s’empêcher de dévisager son voisin de table, ser Duncan, tandis que ses joues reprenaient une fois de plus une teinte rosée. Mais c’était de la gêne, cette fois-ci, mêlée à une curiosité enfiévrée pour ce genre de détails. Visiblement, la mère de Jeyne devait également penser que c’était un sujet inconvenant à évoquer, puisque sa fille n’était pas au courant… ce qui rassura un peu notre jeune oie blanche. Qu’allait donc pouvoir répondre Lord Jasper Arryn ?! Nul doute qu’il penserait…

Il répondit enfin, et Ashlee virait maintenant au cramoisi en imaginant la scène, non sans un poids étrange sur son estomac, où sa pudeur excessive se révulsait. Mettre la mariée et le marié nus, les les voir, dans le plus simple appareil ! Et les encourager … « au coït » ? au quoi ? Ignorante de la signification du mot, elle fronça les sourcils d’un air agité et vaguement désapprobateur, oubliant un peu le chevalier errant dans sa réflexion. Elle mordit sa lèvre pâle et fine, avant de jeter un coup d’œil peu discret aux deux convives fautifs. Une gorgée de vin, pour se donner du courage, puis la jeune fille se pencha vers son interlocuteur, le visage toujours autant en feu. Le ton de sa voix, même un peu plus bas, restait cependant parfaitement audible :

- « Que pensez-vous que Lord Arryn ait voulu dire par "coït" ? »

Une voix féminine et glacée la coupa. Bien que son visage soit resté impassible, elle était visiblement mécontente ; aussi, Lisbeth Cendregué intervint-elle :

- « Ce n’est pas un sujet à aborder pour une dame de votre condition, Ashlee. Excusez-vous auprès de ser Duncan et tenez-vous plus droite. Nous reparlerons de tout ceci plus tard. »

Maussade, le visage aussi enflammé que si l’on avait peint sa figure pâle avec une tomate, la jeune fille s’exécuta de mauvaise grâce, bien qu’elle désirât sincèrement qu’on ne lui tienne pas rigueur de son incorrection. En réalité, elle était surtout humiliée d’avoir été grondée devant une assemblée aussi brillante !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 13 Juin 2012 - 16:52

Elle était fière d’être aux côté de Lord Arryn qu’elle pouvait enfin observer de près ! Son père ne lui avait évidemment rien dit sur le physique du jeune suzerain et quand elle l’avait croisé, elle n’avait tout simplement pas osé le dévisager mais là, elle lui parlait, avait dansé avec lui, elle pouvait donc à loisir le regarder sans pour autant paraître étrange. Elle avait donc pu constater qu’il était fort séduisant et cela, même de près. Elle était rassurée, imaginé qu’il ait eu des dents horribles ou des sourcils bien trop touffus ? Tout cela n’était en soi pas bien important pour n’importe qui mais pour elle, son physique agréable était un vrai plus. Elle pourrait ainsi et à loisir « rêver » de lui. Elle était aussi très heureuse d’avoir trouvé un sujet de conversation mais la suite la mit dans un embarras sans nom. Elle ne s’y attendait pas et finalement, c’était de sa faute mais tout cela était si déplacé ! Si elle avait su ! Pourquoi sa septa ne lui avait elle pas mieux expliqué les choses ?! Elle n’aurait pas eu à demander et à un suzerain en plus !
Elle ne lui en voulait pas, bien évidemment, surtout qu’en plus il ne semblait pas particulièrement attiré ou enchanté lui-même par cette tradition. Si elle n’avait pas été aussi prude elle aurait surement réagit autrement mais là…
    Nus ?
Elle ouvrit de grand yeux. Alors qu’elle avait pensé à lui demander si il accompagnerait le cortège elle avait vite oublié sa question. Si elle les suivait elle verrait donc le marié complètement nu ?! Et tous les hommes verraient la jeune épouse dévêtue ?! Complètement ?! Tout cela était si gênant ! Personne ne lui avait parlé de cette cérémonie en ces termes ! Elle avait presque envie de renoncer à toute union. Ses frères la verraient nue ? Elle était partagée entre le fait de penser aux mariés ici présent qu’elle allait éventuellement voir dans leur plus simple appareil et se demander si elle-même accepterait, une fois mariée, de participer à une telle cérémonie. La suite la perturba encore plus et elle manqua de s’étouffer. « Coït » ?! Elle n’était pas la seule. Elle entendit Ashlee Cendregué qui était assise de l’autre côté demander à Ser Duncan ce que pouvait bien être le « coït ». Jeyne toussa encore un peu, consciente en plus d’être devenue rouge écarlate.
    Je vous pris de bien vouloir excuser , je ne m’attendais pas à cela… Pas du tout.
Elle savait ce en quoi le coït consistait, en théorie, il s’agissait de procréer. Comment… Il fallait en tout cas être nu. Mais en parler avec lui ! Qu’il évoque de plus cette situation lors de sa propre nuit de noce alors qu’elle espérait être celle qu’il épouse la choqua encore plus. Mais peut être avait il déjà trouvé une fiancée, ce qui expliquerait qu’il en parle si simplement devant elle ? Ce n’était pas le moment de se poser de telles questions ! Elle devait reprendre une contenance.
    Voilà un sujet fort intéressant que ma Septa aurait peut être dû aborder plus en détails… Hum… Il faut effectivement respecter les coutumes. C’est important…
Elle n’était absolument pas convaincue ! Ses frères la verraient nue ?!! Et son époux aussi mais en même temps que… Combien de personnes seraient présentes ? Elle allait, par pure politesse et devoir, être contrainte de voir chaque petit, ou non, détail de l’anatomie de Lord Ambrose ? Elle intercepta une servante pour que celle-ci lui serve du vin et elle but une grosse gorgée avant de s’adresser à nouveau à Lord Arryn.
    Je ne vous aurais pas embêté avec ce sujet si j’avais eu la moindre idée de ce en quoi cela consistait mon seigneur.
Elle lui fit un joli sourire gêné, toujours les joues teintée de rouge. Ce qu’elle avait honte de son ignorance et aussi de sa réaction. Elle se rendait compte que finalement, elle ne connaissait vraiment pas grand-chose à la vie. Cela le ferait peut être même fuir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 13 Juin 2012 - 19:24

      « Vous ai-je choquée ? J'en suis navré, ce n'était pas mon but. » Jasper se mordit la lèvre. Son désarroi était sincère, il n'avait pas souhaité jeté le voile de l'embarras sur leur conversation. Il avait répondu à la question de la demoiselle sans considération pour son âge ou pour son éducation et à bien y réfléchir, il regrettait d'avoir été si crû et peut-être aurait-il faire l'usage d'une métaphore élégante et délicate pour évoquer l'acte du coït en lui-même... Une histoire d'abeilles et de choux-fleurs aurait peut-être fait l'affaire et épargné à la pauvre lady Ashlee Cendregué ces tracas pénibles et honteux. Mais Jasper n'allait pas se refaire en un soir, il était plutôt impulsif et spontané si bien qu'il oubliait parfois que ces jeunes demoiselles à peine écloses vivaient encore dans l'ignorance totale des vertus et des usages de la fente silencieuse entre leurs blanches cuisses. Il se jura cependant de mieux maîtriser ses paroles et d'essayer de ne plus rien dire que put choquer les chastes oreilles présentes à cette table. Il n'avait pas l'impression d'être un monstre pervers ou un rustre sans éducation, mais il ferait un effort supplémentaire. Ce surcroît d'attention rendrait peut-être sa compagnie plus supportable à ces jeunes demoiselles assises près de lui. Jasper réprima un sourire cependant, car il doutait vraiment que la septa de lady Jeyne aurait apprécié que son « élève » la questionne au sujet d'un coït dont sa dévotion aux Sept dieux la privait pour toujours. « Vous ne m'avez pas embêté, rassurez-vous. C'est effectivement un sujet particulier, mais il est plus incommodant que gênant en vérité. Nous sommes tous appelés à nous marier un jour, et à... semer. La cérémonie du coucher est à mes yeux un mauvais moment à passer... je ne serais pas du genre à refuser les tendresses de mon épouse, mais l'idée de les exhiber... enfin. Nous y passons tous, tôt ou tard. »

      Jasper s'interrompit. Il était temps de passer à un autre sujet de conversation, et tout naturellement son choix se porta sur le banquet des noces de lord Ambrose. Lui qui craignait de ne savoir quoi dire, voilà qu'après ces premiers pas difficiles il semblait plus à l'aise. « En dehors des Tully, connaissez-vous quelqu'un ici ? Je dois dire qu'il y a ici de nombreuses personnes qui me sont tout à fait inconnues... » Il était loin du compte. Il se souvenait bien sûr des Cendregué et de l'inoubliable Reine d'amour et de beauté du tournoi de 209, mais il ne pouvait pas prétendre les connaître personnellement. Quant aux autres... il avait reconnu certains blasons, mais pas tous, et ceux qui n'arboraient pas les couleurs de leur maison... eh bien il était incapable de mettre un nom sur leurs visages. Peut-être leur serait-il présenté plus tard ? Il l'espérait, au moins ne serait-il pas venu ici pour rien en sus du tournoi. Il ne tarderait pas d'ailleurs, puisqu'il commencerait dès le lendemain... Jasper avait déjà hâte.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Mer 13 Juin 2012 - 20:28

Je ne pouvais qu'être d'accord avec mon cavalier. Le doute était légitime et pouvait avoir sa place dans notre existence, mais à trop douter cela pouvait nous ralentir et créer des résultats inattendus.

- Certes, vous avez raison, mais il nous faut tout de même douter un minimum, rien n'est gratuit dans ce monde...

Pour le coup, je généralisais, à moins que je ne me montrais méfiante et pleine de désillusions pour la nature humaine. Cependant, je n'étais pas campée sur mes opinions. En tout cas, ser John partageait la même vision concernant les règles, certaines étaient faites pour être enfreintes, dans une certaine mesure cela va s'en dire, je n'étais pas non plus téméraire ou suicidaire. Je comprenais mieux son statut de chevalier errant.

Ainsi il était musicien. Diversifier ses compétences était des plus compréhensibles et à notre époque, fort utile. On ne savait ce que nous réservait l'avenir. Je souris à son compliment, en plus d'être bon danseur ser John savait manier la langue. Avec ces atouts en poche, John aurait pu se révéler bon parti, je ne doutais pas que la femme qui éveillerait son intérêt et satisferait à ses attentes y trouve son compte.

- Il n'est point audacieux de se fixer une ligne de conduite et de vouloir certaines choses bien précises. Il serait ennuyeux de ne pas en avoir finalement.

Je souris, me laissant porter par les pas de danse. La musique finit par s'achever et je remerciai mon cavalier. Je regagnai mon siège et profitai de la nouvelle arrivée de plats. Mon attention fut détournée de ma dégustation par le fracas de plats s'écrasant au sol. Je tournai la tête pour voir Ryman administrer une correction à la servante maladroite. Je grimaçai à la vue du coup. Je n'aimais guère ce genre de sanction, cela n'était pas dans ma façon de faire, je préférais le dialogue à la violence, cependant connaissant l'impétuosité de Ryman, son comportement ne m'étonna point. Je le suivis du regard tandis qu'il allait se changer avant de reporter mon attention sur le couple de mariés. Lord Ambrose invita sa femme à danser et je constatai que le repas ne tarderait pas à toucher à sa fin. Viendrait le moment fatidique... Loin de moi l'idée d'y assister, je considérais qu'il n'était pas nécessaire d'avoir des spectateurs et des encouragements pour parvenir à ses fins avec sa femme. Voilà une étape que je me passerai bien de partager avec autrui le jour de mon mariage... Si mariage un jour il y a...

J'en profitais pour observer la salle et les danseurs. Je repérai le jeune Edwyn Tully aux bras d'une nouvelle cavalière, je vis Alysanne en compagnie du Dornien en grande discussion. Je trouvais très instructif d'observer les gens, leur comportement était parfois plus révélateur que leurs paroles. Finalement je me tournai vers mon père pour voir ce qu'il advenait de lui. Il avait certainement discuté avec ses voisins tandis que je faisais de même de mon côté. Son nouveau statut de chef des armées riveraines devait être connu d'un certain nombre maintenant. Certaines nouvelles se diffusaient bien plus rapidement que d'autres.

Après avoir échangé quelques mots avec lui, je finis mon plat et retournai à mes observations. Pour le coup, je me faisais discrète.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Jeu 14 Juin 2012 - 9:03

Asafa fut légèrement surpris par la réaction de la noble du Bief. En effet, il n'avait pas l'habitude que les nobles se soucient à ce point des petites gens, si bien qu'il hésita un instant, restant silencieux, comme s'il évaluait la réponse qu'il allait donner ou qu'il se demandait les vrais raisons de cette crainte sincère. Toutefois, son sourire refit rapidement surface alors qu'il déposa délicatement sa main sur les doigts de la belle, les tapotant légèrement pour lui signifier à la fois empathie et compassion, et surtout pour la rassurer. Il lui répondit d'une voix calme et chaleureuse.

- N'ayez crainte, ma Dame. J'ai prévenu Lord Ambrose et il a prit les dispositions nécessaires, vous ne risquez plus rien. Un dément a été abattu d'une flèche dans la cour, alors qu'une bagarre d'ivrogne semblait sur le point d'éclater. Mais l'assassin sera bien vite démasqué, les gardes du château sont rapidement intervenu.

Il marqua une pause, comme s'il souhaitait bien peser ses mots, peut-être pour éviter à la jeune femme l'inconfort des péripéties se déroulant dans la cour, ou peut-être pour choisir au mieux ses mots, et ainsi éviter tout malentendu, ou toute remarque pouvant les mettre à mal, lui ou ses hôtes.

- Le vin coule à flots, en bas dans la cour, aussi les esprits s'y échauffent quelques peu. Ce sont des choses fréquentes, bien que cet assassinat m'inquiète au plus haut et m'obligera à redoubler de vigilance, pour le bien de ma cousine. Je ne voudrais pas qu'il lui arrive malheur et que ma tante m'afflige d'un nouveau sermon...

L'homme ponctue par un sourire, avant de porter quelque nourriture à ses lèvres, semblant apprécier les mets locaux. Il semblait essayer de détendre l'atmosphère dans une tentative louable mais quelque peu maladroite d'humour. Sentant toutefois le trouble animant la jeune femme, il se décida de changer de sujet, relançant avec jovialité une discussion plus légère.

- Donc, ma Dame, avez-vous déjà quitter Rubriant ? J'ai comme la sensation que vous seriez attirer par notre aride contrée de Dorne, mais n'y a t'il pas d'autres lieux en Westeros où votre cœur souhaiterait vous guider ? Je suis convaincu que vous apprécierez les beautés que recèle mon pays, mais on trouve dans diverses contrées bien des trésors.
Revenir en haut Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Jeu 14 Juin 2012 - 10:57

Asafa avait déployé tout son charme et sa bienveillance pour la rassurer, avec une chaleur qui n’était pas sans rappeler à la jeune femme son propre frère. Pour autant, Alysanne n’était pas une oiselle effarouchée que l’on rassure en lui lissant les plumes. Un dément abattu par un mystérieux assassin n’avait rien d’un détail insignifiant quand autant de gardes assuraient la sécurité du château. Après tout, un œuf de dragon avait été mis en jeu ! Comment imaginer que ce meurtre n’avait aucun rapport avec la présence de ce trésor à Murs-Blancs, après que l’annonce en eût été faite à travers tout le Conflans ? Alysanne s’efforçait d’écouter Asafa, mais son esprit ne pouvait se détacher de cette énigme. L’hypothèse selon laquelle le crime puisse être fait d’un homme saoul ne tenait pas debout : ses sens embrumés par le vin, il n’aurait pu échapper aux gardes, ni même réussir à décocher une flèche assez précise pour tuer un homme. Et comment avait-il réussi à entrer avec un arc, pour commencer ? Alysanne sentit sa nuque se couvrir de chair de poule. Cet assassin était encore là, quelque part.

« Votre cousine a de la chance d’avoir un protecteur aussi vigilant » remarqua-t-elle, tout en se faisant la réflexion qu’il ne pourrait pas grand-chose contre un archer embusqué. Elle s’efforça à son tour d’alléger l’ambiance : « Faîtes attention à vous, murmura-t-elle. Je vous en voudrais de quitter ce bas-monde avant de m’avoir fait visiter les Osseux. Et pensez à toutes ces soubrettes qui n’ont pas encore admiré votre habileté à manier la lance ! »

Elle eut un rire franc, puis un autre quand il l’interrogea sur ses aspirations. « Le monde entier, au moins ! Westeros et toutes les Cités Libres ne suffiraient pas à assouvir ma soif de voyage. Il est peu probable que cette chance me soit accordée, en tant que demoiselle noble, aussi j’ai choisi de voyager par l’esprit. Peut-être aurai-je l’occasion un jour de vous montrer ma collection de carnets de voyage. J’achète tous ceux que je trouve à Villevieille… on y fait parfois des découvertes stupéfiantes. » Elle conclut amicalement : « Nous aurons sans doute l’occasion d’en reparler pendant le tournoi. J’ai abandonné ma voisine de table qui se trouve bien esseulée, permettez-moi donc de vous fausser compagnie. Ce fut un plaisir, Messire. » Elle hocha gracieusement la tête avant de se lever et se diriger vers sa table où elle ramassa son éventail. Avant de se rasseoir, elle fit un détour par le fond de la salle où se trouvait son cousin Hugo. Tout en s’éventant, elle lui glissa dans un souffle : « Il se passe quelque chose d’étrange. Pourrais-tu aller dans la cour parler avec les roturiers ? Un homme a été abattu et j’aimerais en savoir plus. Essaie de dénicher Kerigan, il a sûrement vu ce qui s’est passé. »

« A supposer qu’il ait encore les yeux en face des trous » blagua le chevalier bâtard. « Entendu, je vais me renseigner. J’ai mangé jusqu’à me faire éclater la panse et je déteste danser, alors je n’ai pas grand-chose de mieux à faire… »

Alysanne s'éloigna, mais elle n’était pas revenue à sa table qu’Hugo, déjà de retour, la rattrapait. « Impossible d’aller dans la cour » dit-il d’un air perplexe. « Les portes sont closes pour quiconque cherche à entrer ou sortir. Les gardes n’ont rien voulu me dire de plus… »

La jeune femme mordit sa lèvre inférieure. « J’imagine qu’ils ont fermé le périmètre pour chercher le coupable… mais pourquoi empêcher les invités de sortir ? On ne confond pas facilement un chevalier avec un vulgaire brigand capable de se fondre parmi la roture.» Si c’était pour assurer la sécurité des invités, cela voulait dire que les gardes n’avaient pas la situation bien en main et qu’ils redoutaient un nouveau meurtre malgré le déploiement de leurs troupes dans la cour. Ou peut-être y avait-il plus que cela. L’œuf pouvait avoir été dérobé, ce qui expliquerait que l’on empêche quiconque de sortir… comment savoir ? Elle ne pouvait s’éclipser dans les couloirs pour essayer de voir ce qui se passait depuis les fenêtres : son absence ne ferait qu’éveiller les soupçons si un vol avait été commis. En désespoir de cause, elle décida de prendre son mal en patience. Une opportunité d’en savoir plus se présenterait peut-être... Après avoir remercié Hugo, elle rejoignit Lady Rivanon. « Avez-vous apprécié votre danse ? » s’enquit-elle en se rasseyant à côté de la demoiselle. « Qui était donc ce mystérieux chevalier ? » Souriante, elle avait rangé ses interrogations dans un coin de son esprit. Elle espérait que tout irait bien pour Kerigan, même si elle ne pouvait se départir d’une pointe d’inquiétude…





Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Jeu 14 Juin 2012 - 12:49

Ryman parcourut les couloirs jusqu'à ses appartements d'un pas vif. Il était assez tendu, et il profiterait de son absence temporaire, non seulement pour se changer, mais aussi pour se calmer. Avant de s'éloigner de la Grande salle, il avait cependant capté quelques étranges paroles, évoquant la perte d'un œuf. Un œuf, n'était-ce pas le prix que l'on remettrait au vainqueur du tournoi ? Peut-être les domestiques ne parlaient-elles simplement que de cuisine, en fait... Mais c'était étrange, Lord Frey ne parvenait pas, à la suite de son écoute indiscrète, à se départir de l'impression qu'il y avait bel et bien un problème avec l’œuf de dragon... Il parvint presque sans s'en rendre compte devant la porte menant à la chambre que lui avait allouée Lord Ambrose.

Il entra sans frapper et tomba sur son épouse, assise dans un fauteuil près d'une fenêtre. La lueur de la bougie qui l'éclairait soulignait juste ce qu'il fallait sa silhouette gracile. Elle avait à la main une coupe de vin et ne semblait rien faire d'autre qu'attendre. Leur fils devait dormir, puisque aucun bruit ne venait de l'angle de la pièce où son lit était installé. Mera se redressa à l'approche de son époux. Et puis, elle remarqua les taches qui souillaient son vêtement.

« Oh, cher époux, te serais-tu montré maladroit quant à l’usage de tes couverts ? »
« Ce n’est pas de mon fait. Je me suis peut-être laissé emporter… j’ai frappé la domestique qui est la cause de ceci. »

Mera considéra Ryman un instant, avant de porter les mains aux attaches du pourpoint. Elle les défit, avant d’ôter le vêtement. Son mari, lorsqu’elle eut terminé, combla les quelques centimètres qui les séparait et entreprit de faire la même chose avec elle. Il avait trouvé un moyen de retourner aux festivités de bonne humeur. Et elle, elle semblait ne pas être réticente. Tant mieux. Après quelques instants, ils furent tous deux nus et étendus sur le lit. En un sens, peut-être était-il temps de donner un petit frère à Walder. Quel meilleur moment qu’une telle soirée ?

Leur affaire faite, Ryman se remit en quête de nouveaux vêtements, qui tout en étant différents, n’en seraient pas moins distingués. Après avoir passé une simple robe de soie, Mera l’aida à se refaire une beauté. Les domestiques étaient en général bien plus appropriés pour ce genre de tâche, mais c’était un moment privilégié entre eux. Ils s’aimaient, bien qu’ils ne le montraient pas souvent, et tous deux se pardonnaient facilement leurs incartades.

« Voilà, paré à retourner dans l’arène. »

Mera se dressa sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur le coin des lèvres de Ryman, avant de retourner à sa coupe de vin. Après l’avoir regardée reprendre sa place, il se détourna et quitta les lieux. Cette fois, il était vêtu d’une tunique plus simple, noire, sur laquelle s’ébauchaient, en fils de broderie bleus et or, les deux forteresses et le pont des Jumeaux. Lord Frey couvrit le trajet retour plus rapidement. Mais avant de retourner dans la Grande salle, il fit un petit détour du côté des cuisines. Là, il attrapa au passage un page, un enfant d’une dizaine d’années.

« Dis-moi, qui par ici sait tout ce qui se passe à Murs-Blancs ? »

Un intendant, ou quelqu’un qui avait des oreilles partout sans qu’on puisse s’en douter, n’importe qui qui pourrait éventuellement répondre à ses questions, en fait.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Jeu 14 Juin 2012 - 16:10

     Tous les invités dansaient entre eux lorsque le jeune Edwyn Tully revint à sa place après une danse avec sa sœur. Là il accepta l'invitation de la fille du marié et ils s'engagèrent vers le centre de la salle avant de commencer à danser. Alors qu'ils valsaient, le jeune garçon demanda quelques informations au sujet de l'œuf de dragon. Un sourire se dessina sur les lèvres de la demoiselle alors qu'elle rigola légèrement, puis une réponse arriva finalement. « Oui c'est vrai ! Il l'a dans sa chambre d'ailleurs, c'est un magnifique œuf avec des dégradés rouges, il est sublime. Je regrette que mon père l'offre au vainqueur... » Il était vrai que c'était une réponse réellement grandiose pour un tournoi aussi mineur. Mais certains hommes avaient la folie des grandeurs. Elle reprit ensuite. « Par contre j'ignore totalement où mon père a réussi à trouvé ce trésor, il a refusé de me le dire... » Une pointe de regret était audible dans sa voix. « Quel dommage que la cérémonie du coucher commence dans quelques minutes, sans quoi j'aurais profité de ce temps pour vous montrer l'œuf ! » C'était regrettable en effet, mais peut-être que lord Edwyn le verrait-il le lendemain lors du tournoi ?

     À côté de cela, la réplique de lord Jasper avait déclenché la gêne ou la stupeur auprès des demoiselles et lorsque lady Ashlee posa une question très logique pour une jeune femme ingénue, un léger sourire se dessina sur les lèvres du chevalier à qui l'interrogation était destinée. Il n'eut guère le temps d'y répondre puisque la mère de la jeune vierge avait déjà coupé court à une éventuelle réplique en sommant à sa fille de ne pas aborder le sujet. Ser Duncan était à la fois amusé par la situation et plutôt admiratif du fait qu'un noble lord comme Jasper ose parler aussi franchement. Habituellement les jeunes gens usaient d'artifices pour camoufler les mots réels en trouvant d'autres termes pour atténuer leur gêne. Après une brève observation du seigneur des Eyrié, ser Duncan le Grand lâcha quelques mots. « Bien des mots ont différents sens, vous apprendrez tout cela en temps et en heure ainsi que d'un meilleur professeur que moi. » Il était bien trop respectueux pour aborder ce sujet après tout. Si lord Jasper pouvait se le permettre, étant seigneur du Val, ce n'était pas forcément le cas de son homologue masculin.

     Pendant ce temps, lady Alysanne avait appris quelques détails croustillants de la part du Dornien qui n'avait malheureusement pas idée du point qu'avait atteint ce petit incident. C'était sans doute préférable par ailleurs sans quoi la fête serait bel et bien gâchée. Après un bref instant, alors que son garde était parti puis revenu pour l'informer du fait que les portes avaient été closes, les danses se terminèrent et tout le monde applaudit, les musiciens et les mariés. S'étant aperçu que le frère de la mariée avait disparu, l'épouse de Tom le Noir avait quitté la table afin de se rendre dans les couloirs pour essayer de lui mettre la main dessus. Elle tomba sur le jeune homme lorsque celui-ci s'adressa à un jeune page qui observait le seigneur avec de grands yeux inquiets, comme s'il avait peur de se ramasser une gifle. Elle glissa sa main sur l'épaule de lord Ryman pour attirer son attention. « Et bien lord Ryman, y a-t-il un problème pour que vous souhaitiez voir notre intendant ? » Elle fit signe à l'enfant de s'en-aller avant de reporter ses yeux sur le jeune seigneur. « Brandon est notre intendant, mais il est fort occupé à gérer les dépenses et tout ce qui découle du mariage. Peut-être que je pourrais vous aider ? »

     Dans la grande salle, tout allait débuter, les mariés seraient transportés vers leur chambre où ils passeraient leur première nuit ensemble. Ser John le Violoniste s'était déjà redressé alors que plusieurs seigneurs et dames avaient commencé à se diriger vers eux pour les pousser vers les couloirs, puis le chevalier errant se dirigea vers ser Duncan le Grand pour lui sommer de l'aider à transporter la mariée à la chambre. L'homme salua les Cendregué en se déclarant ravi d'avoir pu parler avec elles, puis quitta la table afin d'emboîter le pas à ser John. Les invités et les mariés quittèrent donc la salle pour les couloirs et seuls les invités peu désireux de se joindre à cette tradition restèrent dans la salle. Des ménestrels chantonnaient quelques dernières chansons, dès que les autres nobles seraient de retour dans la pièce du repas, chacun regagnerait sa chambre.

------------------------------------

Ceux qui souhaitent participer au sujet du couloir, c'est par ici. Sinon vous pouvez continuer à poster entre vous dans ce sujet, je répondrai si besoin est !
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Asafa Ferboys
Homme d'Armes

Général "Comment ? Non, en réalité, j'aime toutes les femmes. Même si ce soir, c'est toi que je vais aimer..."
♦ Missives : 261
♦ Missives Aventure : 114
♦ Arrivée à Westeros : 27/04/2012
♦ Célébrité : Haaz Sleiman
♦ Copyright : Maron martell
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25
♦ Mariage : Promis à Rahéna Qorgyle
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Chroniques
Intrigues

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
392/500  (392/500)


Message Ven 15 Juin 2012 - 8:08

Le Ferboys se mit également à rire, aux éclats, vraisemblablement à la fois surpris par le mot d'esprit de la dame et surtout conquis par le trait d'humour qu'elle venait de déployer. De toutes évidences, il appréciait sincèrement le moment partagé avec la jeune femme, et il ne s'en cachait pas. Les yeux humides, ayant du mal à reprendre son souffle provoqué par l'hilarité déclenchée par le canular de la jeune femme et certainement par une consommation commençant à être trop importante de vin, il finit par se passer les mains sur les joues, comme pour les apaiser d'avoir été autant sollicitées. Toujours hilare, il répondit à la jeune femme.

- Par la Mère Rivière, ma Dame, vous avez bien failli avoir raison de moi.

Il toussa un instant, cherchant son souffle, souriant de toutes ses dents.

- Il est réellement rafraichissant d'avoir affaire à une femme de votre stature disposant d'un tel sens de l'humour. Si j'écoutais mon cœur, je vous demanderais en mariage sur le champ pour ne plus jamais avoir à vivre sans vous, ma Dame.

Reprenant quelque peu son sérieux, même si ses yeux gardait cette lueur rieuse alors qu'il fixait Alysanne avec un sourire.

- Je prendrais garde à moi, je vous le promets, ma Dame. Je vous ai promis de vous faire visiter Dorne, et je ne manquerais pour rien au monde à ma parole. J'espère également que vous me ferez l'honneur de me montrer vos trésors, lorsque vous viendrez à Ferboys.

Saluant d'un regard chaleureux la jeune femme, il ne la quitte pas des yeux alors qu'elle s'éloigne.

- J'espère que votre voisine saura apprécier autant que moi votre douce compagnie, ma Dame. Et j'attends avec impatience de pouvoir à nouveau converser avec vous. Le plaisir fut partagé, soyez en certaine.

Alors qu'il l'observa s’éloigner un instant, l'air songeur, le Dornien à la peau mate se servit une nouvelle coupe de vin et s'attela à déguster son repas. Toujours souriant, il semblait se remémorer sa conversation récente, alors qu'il lâcha les mots suivant dans un souffle.

- Faire apprécier le maniement de ma lance... Mère Rivière...

Il rit à nouveau, cette fois de manière plus retenu, tout en dégustant avec appétit le contenu de son assiette, jusqu'à terminer celle-ci. Son regard se posa ensuite sur la pièce, et il remarqua que sa cousine dansait toujours avec ce Damon Tarbeck. Prenant soin de s'essuyer, il attendit que cette dernière eut terminée sa danse pour se lever et se placer à son côté. Dans un geste amical, il posa sa main sur son épaule pour lui signifier sa présence, lui faisant comprendre qu'il restait ainsi son protecteur tant que Gerold n'était pas présent. Parlant à voix basse, il glissa à Edarra.

- Il faudra que l'on prenne garde en allant se coucher. Je te raconterais, mais il s'est déroulé des choses inquiétantes dans la cour...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 15 Juin 2012 - 12:32

    En réalité, c’est surtout la cérémonie en elle-même qui risque de me … Poser problème. Je ne suis pas habituée à tout cela. Les seules personnes nues que j’ai eu à voir dans ma vie n’avaient pas plus de trois ans…
Ses frères et sœurs bébés quoi. Pour le reste… Un pénis adulte la ferait surement s’évanouir d’horreur.
Il l’avait effectivement choquée mais il n’avait fait que répondre à une question qu’elle lui avait posé. Si ça se trouve, il était très au fait de ce que pouvaient être les rapports intimes entre un homme et une femme… Elle n’était pas certaine d’aimer cette idée. Si il s’y connaissait, cela signifiait qu’il avait trainé avec des filles de joie. Ce n’était pas très honorable. Ou il était juste très informé. Oui, il devait être très informé, c’était ce dont elle se persuadait.
Il fallait maintenant se calmer et ne pas tout gâcher en jouant les vierges effarouchées et surtout complètement ignorante de que les rapports sexuels pouvaient être. Ceci dit, cela allait de soi. Une noble jeune fille de son âge, non mariée, ne pouvait décemment pas savoir comment se faisaient les bébés. Elle demanderait tout de même à sa Septa en rentrant à Corval. Elle se ferait surement incendiée mais avec l’aide de Colleen, elle arriverait peut être à lui faire cracher le morceau. Sinon, elle demanderait à sa mère. Elle aurait des réponses ! Elle ne se doutait seulement pas de tout ce que le terme « coït » pouvait en réalité regrouper. Pauvre Jeyne. Fort heureusement pour elle, sa réaction avait mit fin à cette discussion, ou presque. Maintenant, il fallait « semer », bon, c’ était une métaphore qu’elle comprenait et qui lui allait bien mieux que l’évocation crue du précédent mot. A vrai dire, c’était plutôt les hommes qui semaient mais ça, Jeyne ne le savait pas encore vraiment. Enfin si, il y avait une histoire de graine que l’homme devait planter… Moins choquée et beaucoup plus curieuse elle se demandait maintenant comment tout cela était possible mais la suite l’interpella à nouveau et de toute façon, elle n’allait pas le questionner là-dessus ! Bref, Lord Arryn ne serait donc pas du genre à refuser les tendresses de son épouse. C’était exactement ce qu’il fallait dire pour lui mettre enfin des étoiles dans les yeux, si et seulement si elle ne se mettait pas à cogiter, évidemment. Il semblait être un homme si parfait et puis, il connaissait tant de choses !
    Tôt ou tard oui…
La voilà maintenant rêveuse. Plutôt tard que tôt pour elle à vrai dire mais elle n’était définitivement pas prête à devenir une épouse. Pas encore. Elle avait tant de choses à apprendre.
Ah… Enfin un sujet qui permettait à tout le monde de garder ses vêtements !
    Et bien… Il me semble que l’une de mes cousines est présente, mais je n’en suis pas certaine, il s’agit d’Alysanne Florent. Nos mères étaient sœurs. Je ne l’ai jamais vue ou quand j’étais encore très jeune… Je ne la connais donc pas. Mais je suis dans le même cas que vous, néanmoins, je suis ravie qu’il en soit ainsi, je peux donc faire connaissance avec des personnes vraiment intéressantes et très sympathiques !
Comme lui par exemple ! Cela allait de soi ! Ainsi que Lady Ashlee, car oui, il ne fallait pas l’oublier et ce même si elle s’était faite rappeler à l’ordre par sa mère pour ne pas avoir su se taire.
    Etes-vous satisfait de vos rencontres ?
N’était-ce pas pousser le bouchon un peu trop loin ? A vrai dire, elle n’en savait rien ! Elle aurait évidemment rêvé qu’il lui dise que oui et peut être même qu’il fasse allusion à elle mais, à bien y réfléchir, il n’était peut être pas le genre de personne qui dira ce que vous aviez envie qu’il vous dise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 15 Juin 2012 - 16:45

Damon écouta la dornienne qui semblait avoir repris une certaine contenance même si il percevait certaines piques bien moins affûtées que tout à l’heure dans ses propos. Aux yeux du Tarbeck, sa réaction suite à l’arrivée de la reître ne fut qu’une prise de risque inconsidérée. Il y avait une règle assez simple à appliquer dans une pareille situation pour Damon. Ne pas s’impliquer, rester infiniment neutre en public et surtout laisser le maître des lieux décider de ce qui est tolérable et ce qui ne l’est pas. Certes, cela ne devait pas faire partie de sa philosophie de dornienne au sang chaud. Damon menait avec aisance cette danse et démontrait une certaine assurance. Il profita de l’instant pour chuchoter à l’oreille de sa partenaire, souriant avec un brin de malice.

«Cessez de vous excuser, il n’y a pas péril dans la demeure. Et, si cela peut vous procurer une quelconque rédemption, je vous avoue que je partageais votre opinion … »


Le Tarbeck écouta ce qu’elle avança ensuite pour relativiser. Certes, elle n’avait pas totalement tort…mais n’avait pas totalement raison non plus. Il fallait faire preuve d’autant de virtuosité qu’un athlète capable de réaliser différentes cabrioles impossibles à reproduire pour un homme tout à fait normal.

« Et une réaction disproportionnée aux yeux du nobliau moyen n’aide en rien à vous faire oublier pour autant…Que n’est il pas difficile de savoir comment se comporter au final ? »

Le noble de l’Ouest avait à peine dénoté la gifle perçue par la servante qui venait de lâcher involontairement son emprise sur un plat. Suite à cette maladresse, il eut l’impression que la manière de penser de certains individus était incontestablement étrange à ses yeux. Tantôt noirs, tantôt blancs, les seigneurs avaient tendance à surprendre soit par leur bonté, soit par leur rudesse.

«Tout cela étant dit, votre tempérament pour le moins ardent doit représenter un défi de taille pour n’importe quel homme qui escompterait vous courtiser. Rien ne serait plus ennuyeux qu’une compagne bien trop malléable… »

Le regard concupiscent du Tarbeck croisa un instant celui de la dornienne tandis que les mariés quittaient enfin la grande salle en compagnie de quelques invités. Damon se demanda un instant ce que la mariée devait penser au moment où elle devait probablement perdre sa chasteté tandis que tout le château en était au courant au même instant, en étant presque aux premières loges.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 15 Juin 2012 - 19:58

     Dans la grande salle du banquet, lord Ambrose s'était levé pour faire danser son épouse, et le petit Edwyn l'avait imité. Il avait dansé avec sa sœur Morag, puis avec lady Maelyn Beurpuits. Cette dernière n'était pas la cavalière idéale, mais le petit garçon apprécia sa compagnie car elle alimentait sans peut-être le savoir la grande curiosité qui animait ce dernier. En effet, aux interrogations très pressantes sans être disconvenantes du petit seigneur du Conflans, elle répondit avec un enthousiasme débordant de ses lèvres horribles. Elle riait et lui disait que son père conservait l’œuf dans sa chambre à coucher, en donnant une brève description de la chose en question. Des dégradés rouges... comme il devait être fascinant à regarder cet œuf de dragon ! Il fallait vraiment qu'Edwyn suive lord Ambrose quand ce dernier conduirait la cérémonie du coucher. Le petit homme ne savait pas vraiment de quoi il s'agissait mais septa Melara lui avait raconté que c'était ce qui venait conclure le banquet pour permettre aux époux d'aller dormir sous le regard des invités qui les y suivaient. Edwyn trouvait très amusant qu'on puisse perdre son temps à regarder les mariés tomber dans le sommeil, en commentant peut-être les ronflements, les gestes, les murmures et les rêves des deux endormis... mais il ne comptait point rater cela si c'était là le droit chemin vers l’œuf de dragon ! En revanche, un peu de déception assombrit les horizons du petit garçon quand lady Maelyn lui concéda qu'elle ignorait elle aussi d'où son père tenait un tel trésor. C'était là aussi quelque chose qui titillait Edwyn comme le criquet titille l'épi de blé qu'il dévore ! Il se demandait bien où lord Ambrose avait pu trouver l’œuf... existait-il des nids de dragons dans les arbres du Murs-Blancs ? Avait-il volé le trésor dans le coffre d'un riche seigneur ? Mais quel seigneur avait bien les moyens d'avoir une telle chose, sauf les princes et les rois ? Ou alors... lord Ambrose avait-il pondu l’œuf ? Cette pensée le fit éclater de rire.

–      C'est vraiment dommage ! Mais ce n'est pas grave, on s'amuse bien quand même !

     Quand il remarqua qu'un brin d'agitation se concentrait autour des mariés, Edwyn comprit d'ailleurs que la cérémonie du coucher allait commencer et, enthousiaste quoiqu'un peu fatigué, il abandonna le bras potelé de lady Maelyn pour s'approcher en sautillant tel un gardon hors de l'eau du cortège qui conduirait bientôt lord Ambrose et son épouse jusqu'à leur chambre. Morag vint à sa hauteur et lui tira la langue en lui prenant la main tout en lui disant de rester près d'elle, car elle voulait être aux premières loges pour le « spectacle » à venir ; Edwyn se demandait où elle voulait en venir, un bouffon allait-il faire quelques tours de son crû dans la chambre des mariés ? Il était loin de se douter de la bouffonnerie qui s'y déroulerait sous l'oeil des convives, cela dit...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 16 Juin 2012 - 9:46

      « Je le suis aussi, ma lady. Pour tout vous dire je ne m'attendais pas à être très à l'aise durant ce mariage, et je m'intéressais bien plus au tournoi donné par lord Ambrose... mais je commence à revoir peu à peu mon opinion. J'imagine que pour une fois, les Sept ont jugé bon de punir mon pessimisme à l'égard de mes congénères. » Jasper, en effet, était plutôt satisfait jusque là de la tournure qu'avaient prise les événements. Il n'était d'ailleurs pas mécontent d'avoir choisi, pour danser, lady Jeyne, car même si celle-ci semblait par moment dévorée par les lapins fougueux de sa propre naïveté, elle n'était pas d'une compagnie désagréable et très honnêtement, il prenait beaucoup de plaisir à goûter la fraîcheur de sa conversation. À bien y regarder, il craignait cependant qu'avec le temps, le mariage et l'âge, elle ne perde cette douce candeur comme on laisse échapper l'eau claire de ses mains quand on les ouvre... Elle-même avait déjà dû s'ouvrir, d'une certaine façon, et la fleur de sang qu'elle avait dû découvrir un beau matin dans les draps de son lit avait déjà dû constituer un grand choc... sauf à croire qu'elle n'était pas encore devenue femme, mais elle en avait l'âge en tout cas, du moins pour ce qui le concernait lui : il n'était pas un mestre ou une septa pour connaître les exactitudes des lunes féminines. Celles-ci pouvaient croître, rondir, décroître et s'éteindre, ce n'était point son affaire. Les pertes sanguines d'autrui ne le regardaient pas, sauf peut-être celles de Maeve, mais celle-ci lui semblait encore bien jeune pour avoir taché les draps de quelques gouttes de ce sang que les femmes perdent quand elles sont prêtent à enfanter... Pris dans ces pensées, il poursuivit malgré tout la conversation tout en remarquant que les mariés s'apprêtaient pour la cérémonie du coucher. « J'aimerais beaucoup être présenté à votre cousine, surtout si vous pouvez la promettre d'aussi bonne compagnie que vous... mais regardez, la cérémonie va commencer. Nous nous reverrons tout à l'heure, ma lady. » Après s'être levé, il prit la main de lady Jeyne dans la sienne et, en essayant de faire preuve de douceur, il déposa aux sommes des délicates et blanches phalanges un baiser. Puis il alla, avec les autres hommes, s'occuper de lady Sienna qu'il s'agissait à présent de conduire vers la chambre à coucher. Il se réjouit de voir d'ailleurs que lord Edwyn les rejoignait et emplissait à la perfection ses devoirs de suzerain. Sa mère pouvait être fier de lui, ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 17 Juin 2012 - 8:44

Ashlee Cendregué était un peu rassurée : visiblement, ser Duncan le Grand semblait ne pas avoir pris la mouche qu’on lui posât pareille question. Si la jeune fille convenait qu’elle s’était probablement montrée indiscrète, elle restait tout de même atrocement gênée d’avoir été grondée en public par sa mère. Sans doute avait-elle raison ; mais après tout, il était du rôle de sa génitrice et de sa septa de lui parler de ce genre de choses, maintenant qu’elle était femme et bonne (enfin) à marier ! Heureusement, la réponse habile du chevalier lui fit presque oublier qu’elle était gênée, et le mouvement qui commençait à se faire parmi les danseurs commençait à faire percevoir que la cérémonie du coucher allait bientôt avoir lieu. Les enfants et les adultes, y compris le Lord Suzerain du Conflans, arrêtèrent de danser, et son interlocuteur prit congé en s’excusant, entrainé par un autre chevalier qui le somma de l’aider à porter la mariée.
La curiosité de la jeune fille était piquée ; et comme sa mère s’était déjà levée, la noble regarda cette dernière de ses yeux sombres et interrogateurs. Elle avait certainement le droit d’y aller, n’est-ce pas ?

- « Ashlee, mon enfant, levez-vous. Vous allez voir par vous-même comment cela se passe avant que nous ne le fassions pour vous. »

Un peu étourdie par le vin, la demoiselle obtempéra avec un peu de retard. Aussi lorsqu’elle fut debout, sa mère avait-elle déjà disparu dans la masse des nobles accompagnants le marié. Des chansons confuses lui parvenait tandis que la tête lui tournait désagréablement, et que son euphorie revenait à mesure que les effets de l’alcool estompait la gêne et la honte d’être traitée comme une enfant alors qu’elle n’en avait plus l’âge !
Accrochée au dossier de sa chaise pour ne pas subir d’étourdissements comme la fois précédente, son attention se fixa sur Lady Jeyne, que son prestigieux cavalier venait de quitter pour assister lui aussi à la cérémonie du coucher. C’était certainement le moment ou jamais de ne pas aller toute seule à l’intimidante cérémonie bruyante qui se déroulait maintenant dans les couloirs ! Aussi Ashlee Cendregué lui adressa-t-elle un beau sourire sincère – quoiqu’un peu noyé dans la confusion que le vin ajoutait à ses sens. Le vin, ou la musique, ou la suprême excitation du moment ! Peu importait d’ailleurs…

- « Lady Jeyne, venez-vous assister à la cérémonie du coucher ? Je vous en prie, venez avec moi. Nous allons nous amuser avec les autres ! »

Et son interlocutrice lui raconterait peut-être comment sa danse avec Jasper Arryn s’était passée. Il avait l’air si sérieux et si roide qu’on l’aurait cru toujours dans son armure de chevalier… mais peut-être – sans doute – était-ce les coutumes du Val.
Le bruit des convives s’enfonçaient dans les couloirs, et la demoiselle n’y tint plus.

- « Rejoignez-moi, Lady Jeyne ! Si mère ne me voit pas, elle serait fâchée, et je ne veux pas lui désobéir. »

Les mots étaient plus sincères sous l’effet de la boisson ; et tournant jupe, la fille de Lord Arthur prit son élan et se mit à trottiner en direction du bruit, tout en longeant le mur pour être sûre de ne point tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Dim 17 Juin 2012 - 15:00

La fête continuait de battre son plein, les danseurs profitaient des talents artistiques des ménestrels. Lady Alysanne me rejoignit à table, quittant la compagnie du Dornien. Je l'accueillis avec un sourire, puis répondis à ses questions.

- Elle fut fort appréciable et la vôtre, lady Alysanne ?

Quand elle m'interrogea sur l'identité de mon cavalier, je portai mon regard sur sa table. Ser John était au milieu de ses pairs. Un sourire éclaira mon visage quand je repensai à l'échange qu'ils avaient eu et à la danse qu'ils avaient partagé.

- Il se nomme ser John le Violoniste et se trouve être un chevalier errant. Il allie savoir guerrier et dons artistiques, un mélange fort agréable tout comme le fut la conversation que nous eûmes en dansant. D'autant plus avec le physique qu'il avait. J'aime bien les gens qui possède plusieurs cordes à leur arc, sans pour autant dénigrer les personnes n'ayant pas de compétences particulières.

S'enquérir des capacités d'autrui permettait de se construire une image plus proche de la réalité, voire d'en découvrir beaucoup plus. Je répondais d'un ton calme et avenant.

- Ser Kyle semble avoir remarqué l'intérêt que lui portait la servante à moins que vous ne l'ayez aiguillé sur cette voie ?

Je trouvais l'idée plaisante. Mon sourire s'étira. Voir Alysanne en tant qu'entremetteuse laissait présager un certain nombre de choses, mais pour l'heure je ne m'appesantis pas sur la question. En fait, je changeai de sujet.

- Le jeune Dornien avec qui vous discutiez fait-il partie de la famille de lady Edarra ?

Pendant son séjour à Salvemer, je m'étais rapprochée d'Edarra, mais je n'avais pas souvenir qu'elle ait mentionné l'existence d'un frère. Et comme je n'avais pas eu l'occasion de lui parler ce soir puisqu'elle était occupée, je me renseignai auprès de ma voisine. Tandis que nous parlions, l'agitation gagna la salle. Je vis ser John se lever et se diriger vers les mariés, il fut rapidement rejoint par ses camarades et d'autres invités. La cérémonie du coucher n'allait pas tarder. L'alcool avait coulé à flots comme en témoignait l'allure pas toujours stable de certains. Personnellement, je n'avais aucune envie d'y assister même si cela faisait partie des traditions maritales de notre pays. Pour moi la première devait être un instant partagé seulement entre les deux époux, allez faire comprendre cela à nos concitoyens.

- La cérémonie du coucher ne va pas tarder apparemment, je préfère ne pas les suivre, je vais attendre ici. Et vous ?

Je lui posai la question ne voulant pas qu'elle se sente obliger de rester si elle souhaitait suivre les mariés. Je ne savais quelle était sa position sur le sujet. Je me demandai si je devrais patienter longtemps ou non. Peut-être que je pourrai en profiter pour faire un tour dehors.

- Je vais aller prendre un peu l'air, cela vous tente-t-il de venir avec moi si vous ne les suivez pas ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 17 Juin 2012 - 15:54

Noreen fut sortie de ses pensées par Matthew qui encore une fois discutait des concurrent aux tournois, mais aussi de la mariée et des invités et des tenues des uns et des autres. Il eut l’obligeance de complimenter la toilette de la rouquine, mais elle savait que sa robe ne valait en rien celle des autres convives, la plupart en tout cas. C’était une belle robe, faite d’étoffes de qualité, et de bonne facture, mais moins riche néanmoins que celle des autres Dames. Elle voulait être une dame, mais elle ne se sentait pas dame, elle se sentait fille, elle se sentait archère, mais dame ! Et pourtant elle avait déjà seize ans ! Et toujours aucune prétendants ni promis, elle en avait touché un mot à Maeve, et celle-ci lui avait promis de l’aider, elle semblait avoir trouvé un petit Lord tout à fait à son gout, et à dire vrai, Noreen appréciait beaucoup Edwyn, il était très gentil avec sa maitresse et cela lui suffisait. Elle voulait être une femme, une dame, mais elle n’était pas certaine de vouloir se marier, plus le hasard la mettait face à des épreuves où elle se sentait plus guerrière que dame, plus elle doutait que se soit finalement sa destiné de trouver un époux, la conversation avec Gwayne l’avait grandement chamboulée à ce sujet d’ailleurs. Elle aimait beaucoup son ami, et s’il demandait sa main, elle ne pourrait pas la lui refuser, mais il ne le ferait probablement pas, si non pourquoi n’en avait-elle toujours pas entendu parler ? Enfin de toute façon son choix était limité, soit elle restait au service de Maeve jusqu’à la fin de ses jours, restant alors vieille fille ce qui ne la réjouissant que peu, soit elle attendait que son père ou Jasper accepte une proposition, encore fallait-il qu’il y en ait. Et si tel n’était pas le cas, alors peut-être elle pourrait demander à son père de ne jamais se marier et de courir la campagne avec son arc. Pour faire quoi exactement ? Elle l’ignorait totalement.

« Oooooooooooh ! La cérémonie du coucher ! »

Noreen s’arrêta de danser et applaudit rien qu’à l’idée, toute sa prime jeunesse elle s’était imaginé cette cérémonie comme un amusement extraordinaire bien qu’un peu grivois, il est vrai. Et le fait de pouvoir y participer comme hôte avant de le faire en tant que mariée, la mettait en joie, ainsi elle pourrait voir ce que c’était et en plus dans un grand château, pas dans la forteresse en rondins de son père, et après un copieux banquet et après avoir dansé avec Matthew ! La première fois, elle n’était pas là lors du départ des époux et puis aurait-elle osé les accompagner à la chambre vu leurs rangs ? Vraiment cette soirée était parfaite. Elle se précipita donc vers la porte avec tous les autres pour prendre en charge le marié.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Dim 17 Juin 2012 - 18:16

     Les quelques personnes qui étaient restées dans la salle voyaient l'activité se calmer. Presque tout le monde s'était joins à la cérémonie et les danseurs épars qui valsaient encore furent obligés de s'arrêter lorsque les ménestrels cessèrent de jouer. Les couples entreprirent alors de manger les restes du repas qui fumaient encore sur les tables pendant que des échos des cris et des rires des nobles dans le couloir se faisaient entendre par bribes. Peu à peu, les voix diminuèrent, les domestiques arrivèrent pour ramasser les plats abandonnés, prenant leur temps pour bien faire et éviter de nouveaux incidents comme lord Ryman avait été victime. Celui-ci s'était d'ailleurs éclipsé, même s'il était très difficile de savoir qui s'était lancé à la suite des mariés et qui avait quitté la fête avant l'heure. S'assurant qu'ils pouvaient enlever tout le vin des tables, les domestiques essayèrent de ne pas déranger les nobles qui discutaient encore entre eux, puis disparurent dans les cuisines. Une chose était certaine : si les nobles invités allaient pouvoir se reposer juste après, ce n'était certainement pas le cas des serviteurs des Beurpuits qui eux allaient être contraints de travailler jusqu'à l'aube !
     Après quelques temps, des invités qui participaient à la cérémonie revinrent dans la salle, comme ser Duncan et ser John qui discutèrent un bref instant avant que le plus grand des deux ne décident de se retirer. Le tournoi débutait demain et ils avaient tous bien bu, mieux valait donc pouvoir se reposer un peu avant de devoir jouter contre des adversaires peut-être plus sobres ! Certains nobles approchèrent de lady Rivanon et lady Alysanne pour commenter la cérémonie et leur faire savoir qu'il était réellement dommage qu'elles ne se soient pas jointes à eux, puis ser John s'adressa une dernière fois à la dame de Salvemer. Il lui fit savoir qu'il avait pu observer l'œuf de dragon, mais même qu'après cela, elle restait la plus belle chose qui lui avait été donné de voir ce soir. Sur ces mots lourds de compliments, le chevalier s'éclipsa, non sans avoir souhaité une bonne nuitée aux deux demoiselles. Après quoi, tout le monde se redressa pour regagner ses appartements, sans aucun doute avec la fatigue de la danse et l'alcool, ils allaient tous bien dormir. Même s'il n'était pas certain que le réveil du lendemain matin soit aussi aisé ! Mais il serait bien assez tôt pour regretter d'avoir trop abusé des bonnes choses, c'était bien connu que les sanctions d'une telle liberté n'arrivaient que bien plus tard.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Jour 1, soir : Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5


Sujets similaires

-
» MI5 ► Y a des fois où je me dis que j'ai tout gagné.
» Le potager
» ‣ SUJET COMMUN : Repas de Début d'année
» Grande salle de Réception [Officiel]
» Hadhod, nain de la Moria [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°3 : Murs-Blancs-