AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Une nuit de bon temps - Maerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chevalier
avatar

Corwin Rogers
Chevalier

Général
Chevalier de la maison Rogers.



"Tel le vent, semer la graine aux quatre coins de Westeros"

♦ Missives : 506
♦ Missives Aventure : 95
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 15/05/2012
♦ Célébrité : Richard Armitage
♦ Copyright : Lapy
♦ Doublons : Even Corbray, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : Elen Rogers, née Horpe
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
453/500  (453/500)


Message Sam 19 Mai 2012 - 0:28

Corwin avait fait route depuis Amberly jusqu'à Port-Réal, accompagné de quelques hommes d'armes qu'il avait sous ses ordres, afin d'aller passer commande auprès du meilleur forgeron de la ville. Il désirait faire faire une épée de grande qualité pour son fils aîné, Alban, et il se montrait très exigeant et pointilleux. Il aurait évidemment pu la faire faire par les bons forgerons qui se trouvaient à Amberly ou ses alentours, mais il voulait vraiment de la très haute qualité. Il tenait à aller traiter avec l'artisan par lui-même, non seulement parce qu'il avait une idée très précise de ce qu'il voulait voir réalisé, mais également parce qu'il était extrêmement dur en affaires, et qu'il les menait toujours par lui-même quand c'était possible. Pour le coup, il n'avait pas laissé son fils l'accompagner, car il voulait lui offrir l'épée comme cadeau d'anniversaire.
En arrivant, le chevalier et ses hommes s'étaient rendus dans une bonne auberge de la capitale, où ils avaient pris des chambres et laissé leurs montures. Après quoi, Corwin n'avait pas traîné plus que nécessaire et s'était rendu dans l'atelier du forgeron. Il avait longuement décrit l'épée qu'il désirait voir confectionnée, n'hésitant pas à répéter jusqu'à ce qu'il soit absolument certain que l'homme ait bien compris sa commande. Une fois cette certitude acquise, il se mit à négocier âprement le prix, n'étant pas près à céder un pouce de terrain par rapport à celui qu'il avait prévu de verser. Il ne fut satisfait que lorsque l'homme eut cédé, et il prit congé en lui donnant quelques jours pour effectuer le travail. Il avait dans l'idée de ne payer que si l'épée était à la hauteur de ses attentes. Si ce n'était pas le cas... le forgeron se souviendrait de lui.
Revenu à l'auberge, il alla boire une bière avec ses hommes dans la salle commune. Elle était épaisse et mousseuse, avec un léger arrière-goût de miel, et pour l'accompagner il finit par commander du ragoût qui mijotait sur le feu. Il ne lui restait plus qu'à attendre que sa commande soit prête, ce qui voulait dire patienter plusieurs jours... Malheureusement, il était très loin d'être un homme patient, et il rongeait son frein en se demandant ce qu'il pourrait bien faire en attendant. Un bon tournoi lui aurait plu, et lui aurait permis de passer le temps. Il pouvait toujours rester à boire, manger et jouer à l'auberge, mais la perspective de faire cela durant des jours, encadré par des croquants et des gueux, même de moyenne extraction, ne lui plaisait guère. Aussi prit-il la décision de passer agréablement sa nuit dans un des bordels de Port-Réal. Ce n'était pas cela qui manquait...

Le soir venu, il se rendit seul et armé jusqu'à un des établissements les mieux famés et les plus cossus de la ville. Ses hommes étaient eux aussi partis courir la ribaude, mais dans des lieux sans doute moins bien famés. C'était l'ennui, quand on avait moins de moyens financiers... Mais Corwin s'en fichait comme de sa première culotte. Il avait effectué son choix avec soin, et il s'arrêta sur le pas de la porte du bordel, jetant un regard pensif à la lanterne rouge qui pendait au-dessus de la porte telle une enseigne. Après quoi, il passa la porte d'un pas sûr de lui, presque en conquérant.
A l'intérieur, il trouva tout de suite une ambiance feutrée et intime. De nombreux voiles pendaient devant les fenêtres pour les obstruer seulement en partie, des tentures décoratives ornaient les murs. De nombreuses chandelles et lampes à huile diffusaient leur lumière tremblante, et il flottait dans l'air comme une légère odeur d'encens et de parfum. Voilà qui lui convenait parfaitement au premier coup d'oeil. Comme pour le conforter davantage, une femme s'approcha de lui sans délai, un sourire aux lèvres. Le chevalier en déduit qu'il devait s'agir de la tenancière de la maison de plaisir.


« Que puis-je faire pour vous, messer ?

- J'aimerai une bière et une part de mouton rôti, ironisa-t-il. Pourquoi penses-tu que je vienne dans un bordel ?

- Vous avez peut-être des exigences particulières pour le choix de votre fille ? demanda la femme sans se départir de son sourire.

- Donne-moi ta meilleure fille, tout simplement. Je ne me satisfais pas de la première venue quand je paie une prestation.

- Bien sûr, bien sûr, cela va de soi... Si vous voulez bien me suivre, messer... »

Corwin lui emboîta le pas, sans se départir de son air hautain qui lui était coutumier. Il avait horreur de payer pour avoir dans son lit une catin de bas étage. Culbuter la gueuse était réservé aux rapports non payés, comme quand il trouvait à son goût certaines des servantes d'Amberly ou d'ailleurs, par exemple... En l'occurrence, il savait qu'on allait lui taxer un prix plutôt élevé, et il n'avait donc aucune envie de rester sur sa faim. Il voulait une fille fraîche, jeune, belle, compétente, et qui se plie à ses désirs, bien évidemment.
Il fut introduit dans une chambre où brûlaient des chandelles près du lit à baldaquins, et où un bâton d'encens diffusait une odeur douceâtre. Sur quelques paroles onctueuses, la femme l'abandonna en lui promettant de lui amener la fille dans la minute, avec de quoi boire pour l'aider à se mettre dans de bonnes conditions. Le chevalier se laissa tomber sur une chaise une fois que la porte se fut refermée sur la tenancière, et il entreprit de se dévêtir en partie de ses affaires de voyage. Il garda son épée sur lui, toujours méfiant, et se montra satisfait quand il fut simplement en chemise et pantalon, ce qui n'enlevait cependant rien à sa prestance naturelle. Après quoi, il tapota du bout des doigts sur la surface de la table près de lui, impatient et comptant les minutes jusqu'à l'arrivée de la prostituée promise.


Nulles ténèbres pour le cœur valeureux.



Dernière édition par Corwin Rogers le Sam 19 Mai 2012 - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 19 Mai 2012 - 6:05

L’air était humide quand elle sortit accompagnée de Tanya pour aller laver les draps. La jeune fille, à peine seize ans, courrait devant elle sans même prendre la peine de profiter des odeurs de la rue. Pour une fois, pas de crottins de cheval, simplement une odeur de pain chaud et de ce petit quelque chose propre au matin, qui vous faisait croire que tout est possible. Elle se hâta toutefois après Tanya, avant que cette dernière ne la prend pour une rêveuse, chose qu’elle était en grande partie. Surtout quand aucun homme était là, aucune noble femme, ou toute personne qui n’avait de romantiques que les atours et les belles paroles. Parfois, elle avait envie de quitter la ville. Parfois, elle avait envie d’être un homme et chevaucher sans danger…Parfois.

Mais pour le moment, elle frottait les draps, leur retirant tous le vice de la nuit dernière. Elle en profita pour glisser quelques mots à la jeune fille qui, pour fêter son probable jour de naissance, allait avoir un homme dans sa couche.
- Ce n’est pas aussi dramatique que cela y parait.
Les cheveux roux de la jeune fille scintillaient sous le soleil, la rendant d’autant plus agréable à regarder. Les hommes raffoleraient d’elle car elle avait tout de menu dans son corps, du nez, en passant par la poitrine et en finissant par le fessier. Toute menue mais avec un brin d’insolence dans son regard agathe.
- Maerie, j’ai peur.
Juste ces simples mots avant que leurs yeux ne se perdent pour se fonder sur leur tâche de lavage. Que dire à cela ? Tout le monde avait peur de tomber sur le mauvais bougre qui se mettrait à les frapper. Tout le monde avait peur de la première fois, de l’inconnu. Elle-même craignait de rester dans cette maison de joie jusqu’à ce que ses seins lui tombent sur les pieds, mais de cela elle ne souffla mot. Alors elle porta sa main sur celle de Tanya et murmura :
- Tout se passera bien.

*** Ce soir là, la maison était chaleureuse, il n’y avait pas un air de froid qui pouvait pénétrer ses murs. Quand les hommes entraient, ils avaient le droit au sourire de Catelyn et à une chambre douillette malgré le quartier. Maerie savait que Catelyn comptait beaucoup sur les nouvelles recrues pour faire du chiffre. Alors elle avait demandé à Maerie de soutenir la jeune femme afin qu’elle ne flanche pas.
C’est ainsi que tout en la revêtant d’une robe rouge tout en voilage, elle lui souriait et lui parlait en ces termes :
- Tu fais ce qu’il te demande et surtout tu ne pleures pas.
Tanya ne disait mot. Elle semblait absente tandis qu’elle lui coiffait sa longue chevelure lui arrivant tout comme la sienne, au bas du dos. Naturellement Maerie se mit à penser à sa première fois. Malgré la peur, elle s’était sentie en confiance car elle avait toujours considérée Catelyn comme sa mère, et ce que vous demande une mère ne peut pas être dangereux, n’est-ce pas ? L’homme qui l’avait pris ce soir là n’avait pourtant pas été doux. Elle se souvient avoir pleuré longuement jusqu’au matin une fois qu’il fut parti.
Mais loin de se décourager ou de se montrer lâche, elle avait redoublé d’ardeur la nuit suivante, puis celle qui a suivi. Elle avait appris grâce à cette nuit là, qu’en travaillant sans relâche, on se faisait une réputation, et cette dernière aidant on pouvait prétendre à plus. Mais à plus elle n’avait jamais osé se rendre pour le moment.

Catelyn arriva le sourire aux lèvres, sa chevelure d’ébène soigneusement replié en un chignon qui pouvait paraitre noble si ce n’était ses nombreuses imperfections.
- Il y a un chevalier qui t’attend dans la chambre aux épices Tanya.
Le regard que lança Tanya à Maerie fendit l’âme de cette dernière. Elle semblait perdre totalement ses moyens.
- Allons ma chérie – insista Catelyn – ce n’est qu’un homme.
Tanya se leva, tremblante, mais attrapa tellement fort la main de Maerie que cette dernière se sentit forcée de se lever.Le regard de Catelyn était devenue fâcheux, et prenant la situation en main Maerie prit la parole :
- Je l’accompagne. On lui fait un prix, deux pour le prix d’une. Je redoublerai d’effort le reste de la soirée.
Façon sage de dire qu’elle multipliera les clients, chose qu’elle avait cessé de faire il y a plus d’un an vu le prix auquel elle se faisait payer à elle toute seule. Catelyn acquiesça et les laissa passer toute deux.
Main dans la main, elle se dirigèrent vers la fameuse chambre sans savoir qui les attendait et s’il était désireux d’avoir deux femmes dans son lit cette nuit là. Habituellement, cela ne dérangeait pas les hommes, mais Maerie avait appris que chaque homme est unique et qu’on ne pouvait prévoir de son bon plaisir.

Maerie intima Tanya de se saisir d’une carafe de treille, après quoi, elles ouvrirent la porte de la chambre et découvrirent le fameux chevalier. Maerie entra la première, sa main attirant en douceur à elle Tanya. Cette dernière, reprenant ses esprits, se mit à appliquer ce qu’on lui avait appris. Elle se saisit de Maerie par la taille, venant embrasser au cou cette dernière, tandis qu’elle prenait la parole .
- Messer. Pour le même prix vous nous aurez toutes les deux ce soir…Si l’envie vous est, bien sûr.
Les gestes de Maerie étaient toujours d’une douceur enchanteresse. C’est ainsi qu’elle porta sa main sur la poitrine de Tanya, comme une caresse, avant de la repousser et s’avancer vers le chevalier d’un pas sensuel. L’autre jeune fille suivit, mimant la démarche de son aînée.
Maerie apprécia le charisme de son client du soir. Chevalier, il n’y avait aucun doute. L’épée toujours à la taille, de part cette habitude suspicieuse en toute occasion. Elle ne le blâmerait pas, tant elle connaissait le quartier et ses larcins. Son air hautin lui sauta également à la face, mais elle n’était pas intimidée pour autant.

De son côté, il pouvait admirer sous le voilage blanc de Maerie, la silhouette de ses courbes généreuses, tandis que le vert de ses yeux était l’aire de jeux des flammes des bougies.
Sans un mot, tandis que Maerie fixait dans les yeux son inconnu du soir, Tanya s’agenouilla aux pieds de ce dernier et entreprit de lui délasser les pantalons.

Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Corwin Rogers
Chevalier

Général
Chevalier de la maison Rogers.



"Tel le vent, semer la graine aux quatre coins de Westeros"

♦ Missives : 506
♦ Missives Aventure : 95
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 15/05/2012
♦ Célébrité : Richard Armitage
♦ Copyright : Lapy
♦ Doublons : Even Corbray, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : Elen Rogers, née Horpe
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
453/500  (453/500)


Message Sam 19 Mai 2012 - 16:16

Le caractère impatient de Corwin commençait déjà à être à bout quand il entendit la porte de la chambre s'ouvrir. Il fixa de son regard clair la clenche qui se baissait, puis les deux superbes créatures qui firent leur apparition. Il resta sans broncher tout d'abord, les évaluant toutes deux du regard. La première avait des cheveux de jais et des yeux verts enchanteurs, avec des formes parfaites, quant à la seconde, apparemment plus jeune, c'était une rouquine flamboyante qui apportait avec elle une cruche de vin. Parfait, il commençait à avoir le gosier desséché, et rien n'était plus efficace pour pimenter des ébats qu'une bonne dose d'alcool, qu'il tenait par ailleurs très bien. La rousse saisit sa compagne par la taille en lui déposant un baiser dans le cou, tandis que l'autre prenait la parole.

« Messer. Pour le même prix vous nous aurez toutes les deux ce soir… Si l’envie vous est, bien sûr.

Le chevalier haussa un sourcil, et se contenta d'une inclination de la tête en guise d'assentiment. C'était une perspective intéressante et séduisante, surtout s'il ne payait qu'une prestation pour le prix de deux. La prostituée aux cheveux de jais repoussa sa compagne sans violence pour s'approcher de lui avec force ondulations sensuelles. La seconde jeune fille l'imita après avoir posé la cruche de vin sur la table. Tout en les observant toutes les deux, son œil exercé ne perdait pas une miette des moindres détails de leur anatomie à peine dissimulée par leurs vêtements légers. La plus âgée des deux le fixa dans les yeux sans manifester la moindre timidité ou réserve, ce qui lui plut. Tandis que la seconde s'agenouillait à ses pieds et entreprenait de défaire d'une main légère les lacets qui fermaient son pantalon, il détacha sa ceinture et posa son épée sur la table. Il se saisit d'une coupe et de la cruche qui contenait du vin de la Treille, un bon cru. Il s'en versa et but le contenu de la coupe d'un seul coup. Voilà qui lui humecta agréablement le gosier.


Nulles ténèbres pour le cœur valeureux.



Dernière édition par Corwin Rogers le Mer 23 Mai 2012 - 19:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 20 Mai 2012 - 14:52

Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Corwin Rogers
Chevalier

Général
Chevalier de la maison Rogers.



"Tel le vent, semer la graine aux quatre coins de Westeros"

♦ Missives : 506
♦ Missives Aventure : 95
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 15/05/2012
♦ Célébrité : Richard Armitage
♦ Copyright : Lapy
♦ Doublons : Even Corbray, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : Elen Rogers, née Horpe
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
453/500  (453/500)


Message Jeu 24 Mai 2012 - 16:41



Nulles ténèbres pour le cœur valeureux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 26 Mai 2012 - 17:23

Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Corwin Rogers
Chevalier

Général
Chevalier de la maison Rogers.



"Tel le vent, semer la graine aux quatre coins de Westeros"

♦ Missives : 506
♦ Missives Aventure : 95
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 15/05/2012
♦ Célébrité : Richard Armitage
♦ Copyright : Lapy
♦ Doublons : Even Corbray, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : Elen Rogers, née Horpe
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
453/500  (453/500)


Message Dim 3 Juin 2012 - 16:06



Nulles ténèbres pour le cœur valeureux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 24 Juin 2012 - 12:18

Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Dim 24 Juin 2012 - 17:05

     Ser Corwin Rogers s'offrait du bon temps et assouvissait en compagnie de ces deux prostituées mille et une gourmandises, et pourtant les Sept voyaient d'un très mauvais œil qu'il s'adonne ainsi sans retenue ni vergogne aux plaisirs coupables de la chair. Lady Lilia, la mère du chevalier, était morte aujourd'hui, mais qu'aurait-elle dit de le voir ainsi s'accoupler à deux pécheresses infâmes ? Sans doute aurait-elle craché aux figures impies de Maerie et de Tanya, sans doute aurait-elle giflé son fils au comportement si méprisable... Ce n'est certes pas en ces lieux qu'une mère aime voir son fils et pourtant, le lieu lui-même était à l'image de la scène : le bordel où les deux catins officiaient n'étaient qu'un bouge infâme qui, sous les tentures de tissus et les bougies piquées de fleurs pour la diffusion d'un parfum capiteux et plein de volupté dans toute la bâtisse, n'était qu'un taudis vermoulu et délabrée qui, depuis quelques lunes déjà, menaçait de s'effondrer à tout instant. Au moment même où Maerie confessait qu'elle était impuissante à rien faire pour calmer les ardeurs de sa consœur, un bruit de craquement retentit tout autour d'eux alors qu'une violente fracture venait de fissurer en plusieurs endroits le plafond.

     Tout fut très rapide et déjà ce dernier s'effondrait sur le chevalier et les deux prostituées qui n'eurent point le temps d'en réchapper. Maerie serait la première à s'éveiller de son inconscience, et peu après suivrait ser Corwin tandis que Tanya venait de s'endormir du sommeil dont on ne se lève jamais. Les deux survivants se découvriraient rompus, fourbus, couverts de plaies, d'ecchymoses et de bleus, à moitié ensevelis sous les débris de l'étage unique qui leur avait chu dessus, provoquant l'effondrement total du bâtiment. Ils n'étaient cependant pas les seuls survivants et autour d'eux se traînaient les corps nus de quelques filles et de quelques clients qui eurent la chance de n'avoir point ce jour rencontré l’Étranger. Quel dommage pour cette nuit qui s'annonçait déjà formidable ! Cependant, quand il quitterait les lieux après avoir réuni ses affaires et pansé quelques unes de ses plus importantes blessures, ser Corwin prendrait-il conscience qu'une mère veille toujours sur ses enfants, même outre-tombe ? Tanya, elle, ne l'oublierait certainement jamais, à présent qu'elle n'était plus qu'un tas de chair flasque et morte.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Corwin Rogers
Chevalier

Général
Chevalier de la maison Rogers.



"Tel le vent, semer la graine aux quatre coins de Westeros"

♦ Missives : 506
♦ Missives Aventure : 95
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 15/05/2012
♦ Célébrité : Richard Armitage
♦ Copyright : Lapy
♦ Doublons : Even Corbray, Morgan Kenning, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : Elen Rogers, née Horpe
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
453/500  (453/500)


Message Mar 26 Juin 2012 - 20:45

Corwin ne lâcha pas du regard les deux catins, jusqu'à être certain qu'elles obéissaient docilement à ce qu'il leur avait demandé. Il les regarda commencer leur manège, puis, satisfait d'être obéi, il se mit à manger, non sans jeter de fréquents regards sur le spectacle lubrique qu'elles lui offraient. Il prit bien son temps pour se rassasier, plus qu'il n'aurait fallu à vrai dire. Il n'y avait pas tant que ça dans l'assiette qui lui avait été apportée, mais cela lui permettait de regarder les deux prostituées à l'oeuvre sans avoir à lever le petit doigt. Il se fit naturellement un devoir de vider la cruche de vin, sentant la chaleur de l'alcool saisir tout son corps nu et athlétique. Il avait beau tenir la boisson sans mal, cela ne l'empêchait pas d'en ressentir les effets les moins graves. Alors que la rouquine, apparemment mise au supplice du plaisir par le traitement que lui offrait sa compagne, suppliait le chevalier de venir finir le travail, ce dernier reposa sa coupe vide avec un bruit sourd tout près de la cruche qui ne contenait plus la moindre goutte de vin. Il se leva pour aller faire un sort à la jeunette, sans se presser, mais il n'en eut jamais l'occasion.
Un violent craquement se fit entendre, sourd et menaçant. Corwin se figea, interloqué par ce bruit qui ressemblait fort à celui de poutres qui se brisent. Il n'eut cependant pas le temps de réagir. Dans un boucan d'enfer, l'étage supérieur s’effondra, soulevant des nuages de poussière, projetant des échardes de tous côtés, écrasant les filles de la maison de plaisirs et leurs clients sans distinction. Le chevalier sentit un choc à la tête, assez violent pour le projeter à terre, le monde tournant autour de lui en devenant flou. Dans ce vacarme indescriptible, le noir se fit, et il perdit connaissance.

Quand il se réveilla, il eut l'impression que tout son corps était brisé. En réalité, il était enfoui sous une certaine quantité de décombres, et il toussa et cracha de la poussière qui lui envahissait le nez et la bouche au rythme de sa respiration. Il avait mal en divers endroits, mais surtout il voulait se défaire de ce qu'il avait sur lui pour se relever. Il y parvint peu à peu, rejetant autour de lui avec hargne les débris qui le recouvraient. Se relever ne fut pas chose facile, car son corps criait de douleur en plusieurs endroits, et il avait l'impression d'avoir chevauché des lunes sans interruption tant il lui semblait difficile de se mouvoir. Par un effort de volonté, il se remit debout.
Il était toujours nu, mais avant de se mettre en quête de ses affaires, et de vérifier s'il était blessé, il jeta un regard circulaire autour de lui. Il y avait des cadavres, mais aussi des survivants qui se traînaient dans les ruines de l'établissement. On entendait les gémissements des blessés, mais ce qui choquait avant tout était le silence. Il semblait s'être abattu sur la rue comme une chape de plomb. Le regard de Corwin tomba sur Maerie, qui lui sembla hébétée et en état de choc, mais du moins était-elle en vie. Il vit également le corps inanimé de Tanya. Il avait vu bien assez de cadavres dans sa vie pour savoir à quoi s'en tenir.
Quelque chose de chaud et poisseux lui coula dans l'oeil. Il l'essuya du revers de la main, et la retira poissée de sang. En touchant son front, il trouva une bosse agrémentée d'une légère plaie. Comme la plupart des blessures à la tête, elle saignait abondamment même si elle n'était pas grave. C'était sans doute de là que venait le choc qui l'avait assommé. Il entreprit de toucher son corps avec prudence. Il était couvert d'ecchymoses et de petites plaies ouvertes. Une, plus profonde, lui entaillait le mollet et demanderait sans doute des sutures. Mais par chance, il n'avait aucun os brisé, ni dans les membres, ni les côtes, ce qui aurait pu être très grave. Les Sept avaient été cléments avec lui, malgré tout... Il n'était pourtant pas franchement porté sur la religion.

Il enjamba les débris en tout genre qui jonchaient le sol, en prenant garde à ne pas marcher dans quelque chose d'acéré qui le blesserait. Des badauds commençaient naturellement à affluer vers les lieux du désastre, mais il ne leur prêta pas attention. Nul doute que l'on appellerait sans doute la garde pour prendre en charge les survivants, comme les morts... Corwin alla jusqu'à l'endroit où se dressait quelques temps auparavant la table à laquelle il avait mangé. C'était là qu'il avait laissé ses affaires. Il déblaya la zone à la force de ses bras pour dégager ses affaires, entièrement absorbé à sa tâche. Il trouva tout d'abord son ceinturon et son épée, protégée par son fourreau, puis ses vêtements noirs qui étaient couverts d'une poussière blanche. Il dut les secouer pour les en défaire, sans toutefois parvenir à retirer totalement la saleté. Il enfila néanmoins ses habits, afin de ne pas rester nu, puis il ceignit son épée et se remit à chercher dans les débris jusqu'à mettre la main sur sa bourse. Il en aurait besoin s'il voulait consulter quelqu'un qui pourrait s'occuper de ses blessures, notamment celle de son mollet qui continuait à saigner et à le lancer terriblement. Une fois toutes ses affaires récupérées, il referma la main sur une poutrelle qui portait des marques visibles d'infestation. Le regard glacé du chevalier l'examina un moment, puis il se détourna pour cracher dans les débris.


« Putains de termites ! Putains d'insectes !

Il laissa tomber le morceau de bois déchiqueté sur un tas de débris, puis il se détourna pour rejoindre Maerie, des morceaux de plâtre craquant sous ses bottes quand il posait le pied dessus. Il s'arrêta devant la jeune femme sans rien lui dire, se contentant de la regarder. Elle avait perdu beaucoup plus que lui, mais il n'était pas dans ses habitudes d'aider les infortunés. Il n'avait rien de ces niais de chevaliers du Bief qui se prenaient pour des héros de chansons... Les infortunés étaient faits pour vivre dans le malheur, et les grands dans l'opulence, c'était ainsi qu'il en était. Néanmoins, elle lui avait fait passer une bonne nuit jusque là, aussi voulait-il faire un geste. Il plongea la main dans sa bourse et en retira quelques Cerfs d'argent qu'il lui donna avant de se détourner.

- Pour ta peine. »

Il la salua en inclinant légèrement la tête, puis il se détourna et s'en fut d'une démarche légèrement boiteuse. Il n'avait pas envie de s'attarder. Avant toute chose, il voulait se faire recoudre cette fichue plaie qu'il avait à la jambe... et ensuite noyer ces derniers instants de sa soirée pourtant si bien commencée dans une bonne quantité d'alcool, avant d'aller dormir.


Nulles ténèbres pour le cœur valeureux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 1 Juil 2012 - 14:11

Tout avait pourtant si bien débuté. Une soirée avec un chevalier, pas bourru, pas violent et qui savait s'y prendre avec les femmes. Une première fois pour Tanya qui commençait à peine à prendre du plaisir dans son nouveau métier. Une soirée sans anicroche, qui se déroulait sans ombrages, si proche de la perfection...Le chevalier prenait plaisir à les regarder s'exciter mutuellement et Maerie aimait entendre les gémissements de sa compagne qui s'était enfin totalement détendue. Tanya le réclamait par maintes cris et à peine le vit-elle se mettre debout que le monde se renversa sur eux. Elle sentit une poutre l'atteindre au dos et la projeter sur le sol, ce qui la sauva. Sans ça, elle lui aurait sans doute broyer les côtes ou le bassin. Par la douleur, fulgurante, elle perdit un instant connaissance, reprenant connaissance dans un paysage de poussière et de débris.

Elle toussa et entrepris de se relever. Elle se mit à quatre pattes non sans peine. Le bas de son dos l'élançait lui donnant l'impression d'avoir été frappée toute la nuit. Son mouvement fit tomber de son corps quelques bout de bois ou de pierre qui l'avaient recouvertes jusqu'à présent. Chanceuse. En découvrant le toit ouvert à la belle étoile et des trous dans différents endroits du plafond, elle se trouva chanceuse. Quand elle voulut se mettre sur ses jambes, elle se rassit aussitôt. Sa tête lui tournait trop pour qu'elle fasse des moments trop brusques. Pendant ce temps, elle entrevoyait le chevalier qui se relevait. Elle aurait aimé parler, mais le souffle lui manquait. Avec soin, elle se mit à respirer de manière régulière, avant de s'aider du lit pour se mettre debout. C'est là que sa main toucha la cheville froide de Tanya. C'est là que la panique s'empara réellement de Maerie. La jeune prostituée n'était plus visible sous les décombres. Maerie entama de retirer tout ce qui lui passait sous la main, découvrant enfin son visage et se rendant compte avec horreur que la poutre qui recouvrait tout son abdomen avait été un coup fatal. Du sang saignait du nez de la malheureuse, et Maerie eu beau l'appeler tout en avançant ses mains fébrilement de son visage, il était clair qu'elles n'étaient plus du même monde.

Des larmes lui vinrent naturellement aux yeux. Elle aurait aimé crié, mais quelqu'un la devança en dessous d'elle. Un cri, puis un autre. Ce n'était qu'à partir de cet instant qu'elle se rendit compte du marasme qu'avait causé cet effondrement. Sans même rechercher de quoi se vêtir, elle se dirigea vers la porte, la démarche hagarde, tandis que son dos lui demandait de s'asseoir sans attendre. En croisant le chevalier qui semblait aller bien, malgré une coupure à la tête, ce dernier la paya grassement, amenant davantage de larmes dans les yeux de la prostituée. Elle n'avait toujours pas la voix pour le remercier, et elle le dépassa, continuant son chemin, empruntant l'escalier pas à pas, en faisant une grimace à chacune d'elles.

Le rez de chaussée était aussi poussiéreux que l'étage. Et beaucoup plus peuplé aussi. Ici un corps, là un autre, client, prostituée, tout le monde était confondus dans la mort. Mais ce qui avait amené tous ces cris, n'était autre que la mort de Catelyn. Elle la reconnu derechef, vêtue de sa robe en soie, ses cheveux blonds poisseux de sang. Maerie accouru, poussant les filles qui étaient autours d'elle avant de se mettre à pleurer à la vue du visage défigurée qui lui faisait face. Ce n'était plus des larmes, mais des sanglots qui s'étaient emparés de son visage. Elle hurla à son tour, prise de cette émotion qui vous ravage de toute part. Il n'y avait que cet instant qui comptait, le reste n'avait pas d'importance. Chercher une autre maison, chercher des clients, la douleur sur le bas du dos, tout ça n'était rien face à la mort de la seule femme qu'elle avait considéré comme sa mère.

Les clients survivants s'en allèrent sans demander leur reste. Il ne restait plus que trois filles, sur les dix initiales et Maerie, d'encore en vie. Toutes devraient retrouver un emploi. Pour deux d'entre elles, la prostitution était terminée tant leurs visages avaient été touché par cette catastrophe...C'était chacune pour elle désormais. Maerie qui avait toujours été attaché à sa famille d'adoption, se rendait bientôt compte qu'elle était à nouveau orpheline...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Une nuit de bon temps - Maerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» La nuit du renouveau.
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-