AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Rivanon Mallister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Mar 19 Avr 2011 - 21:10


● Nom : Mallister
● Prénoms : Rivanon (dite Rian) Ceridwen
● Sexe : Femme
● Âge : 23 printemps.
● Origine : Conflans par mon père, Val d'Arryn par ma mère.
● Métier : Noble


● Physique :
Beaucoup de personne prétendent que j'ai hérité de la beauté de ma mère et du regard bleu ardent de mon père, ils ont raison. Une chevelure ondulée d'un blond cuivré me descend jusqu'au bas du dos et suivant la luminosité ils paraissent plus ou moins blond ou roux. Une couleur qu'aucun de mes frères et sœurs ne partagent avec moi. Mes yeux sont d'un bleu mêlant les teintes de l'océan, encadrés par des fins sourcils et surmontant des pommettes hautes, un nez droit et une bouche bien dessinées s'ajoutent à l'ensemble, le tout composant un visage aux traits harmonieux. Le mélange de mes origines fait bien les choses.
Je ne suis pas d'une grande taille, culminant à 1m60, cependant mes formes sont adaptées à ma corpulence, bien proportionnées et finement musclées. Je dégage un certain charme d'après mon entourage, mais je ne suis pas la plus belle femme du royaume j'en conviens parfaitement. Par contre, je partage avec mon père cette facilité à cacher mes expressions faciales ce qui peut déconcerter mes interlocuteurs. Néanmoins, cela ne m'empêche pas d'exprimer certaines de mes émotions.
Quant à mes habitudes vestimentaires, elles restent celles d'une noble bien que je n'accorde pas la même importance aux atours que certaines dames.


● Personnalité :
Déterminée, indépendante, un brin rebelle voici quelques traits qui compose ma personnalité, ce qui fait que, bien qu'ayant connaissance de l'étiquette de la cour, il m'arrive d'y déroger. D'où mon côté quelque peu direct, pas forcement apprécié de la haute société. Je ne suis pas une demoiselle rêvant d'épouser son prince charmant ou son chevalier le cas échéant, je ne reste pas sagement aux côtés du trône de mon seigneur ni dans mon château à espérer sans agir. Je suis comme le vent empreinte de liberté, je suis comme l'eau qui se fraye un passage à travers tout obstacle... Courageuse mais pas téméraire.
En dépit de cela, je reste une personne plutôt avenante, je ne rejette pas les gens qui m'aborde sauf quand mes sens, auxquels je ne fie beaucoup, me font ressentir une impression négative. J'apprécie la vie comme elle vient. Méthodique, il m'arrive d'amener un vent d'imprévu dans mes projets. Perspicace, je comprend assez rapidement les tenants et aboutissants d'une situation. Parfois, il m'arrive de laisser mon esprit vagabonder sur des chemins irréels mais je ne perds pas pour autant le sens des réalités. Par contre, je suis rancunière, j'oublie rarement un affront ou un visage...
Côté passion, on peut noter mon penchant pour la faune et la flore de Westeros, pour les escapades et les découvertes en tout genre. Et pour l'heure, je sers ma maison...


● Famille :
Ma grand-mère : dame Alyesa Mallister. Une main de fer dans un gant de velours.
Issue d'une branche secondaire de la maison nordienne des Harclay, elle possède une connaissance très pointu de l'échiquier politique. En dépit de son vieil âge, elle reste une femme dynamique à l'esprit acéré. Elle vit d'un mauvais œil le mariage entre son fils et ma mère parce que Daena lui semblait une femme bien trop indépendante à son goût mais Robert eut le dernier mot. D'autant que ce mariage ne fut pas exclusivement motivé par des enjeux politiques comme le fut celui d'Alyesa, fruit des alliances politiques.

Mon père : Robert Mallister. Un homme déterminé.
Seigneur et maître de Salvemer, mon père est un homme fier, buriné par les ans, les cheveux poivre et sel. Toutefois, il demeure un bel homme élancé, rasé de près, aux traits fins et aux pommettes hautes, doté d'yeux ardents gris-bleu. Voilà la première impression qu'il donne aux personnes de son entourage et à la face du monde. Pourtant, il a su donné de l'amour à ses enfants, s'accordant à nous prodiguer une éducation complète qui nous permettrait de comprendre les enjeux du Trône et ainsi pouvoir nous débrouiller dans le flot d'intrigues dominant la scène de Westeros.


Ma mère : Daena Mallister. Une femme de caractère.
Issue de la maison des Belmore, Daena est une femme volontaire, possédant la beauté des femmes du Val, sachant ce qu'elle désire et faisant en sorte de l'obtenir. D'un esprit quelque peu rebelle, la benjamine de la famille Belmore se dressa contre la volonté de son père concernant son avenir. Ma mère jeta son dévolu sur mon père et parvint se faire remarquer par lui. Elle réussit également à faire accepter ses choix par son père. Actuellement, elle suit notre éducation et n'hésite pas donner son opinion dans la gestion du domaine.

Mon frère ainé : Gareth Mallister. L'héritier de Salvemer.
De deux ans mon ainé, Gareth est un jeune homme déterminé ayant déjà les prédispositions pour devenir seigneur, il sait se montrer sympathique avec les personnes qu'il juge intéressantes et pouvant lui fournir une aide utile. Mes relations avec lui sont plutôt bonnes.

Mon petit frère : Delwin Mallister. L'érudit.
Né six ans après moi, Delwin est plutôt un garçon réservé, plus intéressé par le savoir que par le combat. Mais derrière son air détaché et désintéressé, il cache un esprit affuté suivant de près les mouvances dans l'horizon politique de nos contrées. Je partage plus de points communs avec lui qu'avec Gareth.

Ma petite soeur : Walda Mallister. La courtisane.
Née un an après Delwin, voilà une petite princesse gâtée, qui sait manipuler les gens de la maisonnée pour obtenir des faveurs. Elle sait jouer de ses atours, surtout auprès de la gente masculine. Nos rapports sont plutôt électriques.

Les jumeaux : Yoris et Maïwenn Mallister. Les artistes.
Les derniers nés de la famille, au seuil de l'adolescence. Leur naissance, quatre années après Walda, fut difficile pour ma mère et les sages femmes lui firent comprendre qu'elle risquait de ne plus pouvoir enfanter. Ils s'entendent très bien et j'ai tendance à les protéger.

Ser Joseth Mallister : un cousin de mon père et un chevalier appartenant à notre maison. Il participa au tournoi de Sorbier en l'an 209 et défendit les couleurs de notre maison. Mon cousin sert fidèlement ma famille, je n'ai pas beaucoup d'affinité avec lui mais il reste un élément de valeur.



● Histoire :
Le Vervoyant, le Zoman et l'Etranger.

De ma naissance je n'ai que le récit de mes nourrices. Je suis née un soir de printemps de l'an 188 au cours d'une tempête particulièrement puissante et orageuse qui frappa les côtés de la Baie du Fer-né. Apparemment, les sages-femmes qui entouraient ma mère crurent que j'étais morte-née car je ne pris aucune inspiration quand bien même elles me donnèrent la claque traditionnelle. Devant mon inactivité, elles virent la marque de l'Etranger venu prendre mon âme alors que je n'avais pas encore mis un pied dans le monde des vivants. Sur le point d'annoncer la mauvaise nouvelle à la dame des lieux, je ne leur en laissai guère l'occasion. Je consentis à pousser mon premier cri en réponse au croassement insistant d'un corbeau bicolore qui s'était réfugié sur le rebords de la fenêtre. Certaines servantes parmi les plus superstitieuses virent un signe des anciens dieux. Pourquoi aurais-je réagi au corbeau et non aux humains si ce n'était par la volonté des dieux?

D'ailleurs, les années suivantes, ce corbeau me rendit plusieurs fois visite quand j'étais seule ou que mes nourrices avaient le dos tourné. Ces dernières remarquèrent que j'avais une certaine affinité avec les animaux, ce qui confortait les superstitieuses dans leurs suppositions. Une fois, j'avais échappé à leur surveillance et elles m'avaient retrouvée en train de jouer avec Brak, un des chiens de chasses de mon père et le moins conciliant avec les humains, mais il fut doux comme un agneau avec moi qui n'avais pas encore cinq ans à cette époque. Il m'avait permis de grimper sur son dos, c'était un wolfhound donc j'avais de la place et il me baladait dans un coin de la cour de Salvemer. Cette tendance à faucher compagnie à mes surveillantes ne me quitta pas et je trouvais des cachettes plus farfelues les unes que les autres. Bien entendu, défier l'autorité me valait des punitions mais cela ne m'empêchait pas de recommencer à la première occasion.

L'Aïeule et le Guerrier.

Pendant mon enfance je suivis les mêmes cours que mon frère Gareth, mestre Edwin nous enseignait tout son savoir sur demande de mon père. J'aimais beaucoup l'étude de la faune et de la flore ainsi que les légendes concernant Westeros et les anciens peuples, j'avoue que mon intérêt était dicté par certains rêves qui peuplaient mes nuits. Parfois, j'avais l'impression de me retrouver dans le corps d'un oiseau sillonnant les cieux ou bien d'observer des contrées ressemblant étrangement au nord ou à l'Ile aux Faces. Ces rêves avaient commencé à l'horizon de mes huit ans, et bien que je les trouvais étrange je n'osai en parler à mon entourage. Peut-être que mon imaginaire était alimenté par les ragots des serviteurs prétendant que j'avais attiré l'attention des anciens dieux, comme en témoignait la présence persistante du corbeau bicolore que j'avais fini par surnommer Loth. Mais la récurrence de ces rêves finit par me convaincre d'en parler avec ma grand-mère. Celle-ci m'expliqua les croyances de son pays concernant les vervoyants et les zomans, et elle me mit en garde contre l'esprit de l'animal. Je suivis ses conseils et ces songes finirent par s'espacer dans le temps sans pour autant disparaître complètement...

Quand mon frère fut en âge de commencer son apprentissage des armes, je pus bénéficier également de cet enseignement car il va s'en dire qu'habiter dans la Baie du Fer-né pouvait présenter bien des dangers à cause des raids des Fer-nés. Alors dans l'optique de mon père, ses enfants devaient être capables de se défendre. Il maniait l'épée bien mieux que moi, cependant je le surpassais au tir à l'arc. Un esprit de compétition s'instaura entre nous deux dans tous les domaines, néanmoins cela ne vira jamais à la guerre ouverte. En nous mesurant l'un l'autre nous progressions à grands pas, ce que remarqua rapidement notre maître d'armes qui axa son apprentissage sur cette méthode. D'autant plus que j'avais une certaine facilité à mémoriser les cours dispensés et les différentes astuces que nous donnait notre maître d'armes pour perfectionner notre maîtrise. Pour mon dixième anniversaire, Alyessa m'offrit un arc en barral qui me suit toujours à l'heure actuelle. Gareth s'était vu offrir une épée la même année, sa fidèle compagne de tous les jours.


Le Père, la Mère et le Dieu Noyé.

Les Fer-nés faisaient fréquemment des raids sur nos côtes et s'aventuraient de plus en plus loin. Je venais d'avoir 13 ans quand un raid fut lancé dans la région de Salvemer au crépuscule. Ce jour-là je m'étais disputé avec mes parents et j'avais fugué. M'aventurer seule sur nos terres ne me faisait pas peur pourtant me retrouver face au danger fer-né changea la donne. Poursuivie par un groupe de pillard barbus je fus sauvée par l'arrivée de la garde et des chevaliers de mon père qui mirent en déroute mes poursuivants. Ma mère était tellement contente de me revoir vivante qu'elle suspendit ma punition et nous remerciâmes la Mère pour sa bienveillance. Or, il me revint à l'esprit que j'avais rêvé quelques jours plus tôt de raids fer-né, des images très réalistes qui ressemblaient étrangement à ce que j'avais vécu. Cependant était-ce un signe de vervue ou simplement la conséquence des mises en garde de ma famille? Depuis ce jour, je me méfie grandement de ces îliens et mes parents affectèrent Reurik Henshor à ma protection et ma surveillance. Cet homme d'une trentaine d'année était un chasseur au service de mon père ainsi qu'un bon combattant et il força mon admiration en réussissant à me retrouver à chaque fois que j'échappai à sa vigilance. Pourtant ce n'était pas faute d'avoir essayé. Une relation amicale mêlée de paternalisme se forma entre nous et depuis il m'accompagne dans mes différents déplacements étant passé à mon service direct.

Au cours de mon adolescence, mon éducation changea pour s'orienter davantage vers les devoirs d'une dame et les manières à adopter en présence de la haute société. J'avoue que je trouvais ces leçons fort barbantes mais je dus me plier à l'exigence parentale et seigneuriale. Néanmoins je pus assister à certains conseils en compagnie de Gareth qui s'instruisait de sa future charge auprès de notre père. J'appris quelques ficelles des arcanes politiques et judiciaires lors de ses séances. Durant la même période, je me joignis à ma mère quand elle décida de séjourner quelques temps à Forchant, faisant par la même occasion connaissance avec mes cousins. Les jumeaux nous accompagnaient aussi J'aimais beaucoup le Val et ses paysages, les Montagnes de la Lune étaient devenues la destination de mes escapades solitaires ou non. Car souvent j'étais accompagné de Reurick ou de Wolf mon wolfhound... Plutôt pratique d'avoir un chien louvetier deux fois plus gros que la moyenne, un chasseur et un protecteur qui m'obéit au doigt et à l'œil. En tout cas, mon grand-père maternel n'arrivait pas à se faire complètement à l'idée que sa fille Deana soit devenue une Mallister, il avait eu d'autres projets pour elle... Néanmoins, il accueillit de bon cœur ses petits enfants et nous restâmes plusieurs semaines dans sa demeure avant de retourner à Salvemer.

La Jouvencelle et le Ferrant.

Plus j'avançais vers l'âge adulte plus j'entendais parler d'hypothétiques mariages. Sauf que je fis part à mon père que je ne souhaitais pas me marier pour l'instant. L'entêtement que j'affichais sur ce point convint mon père de ne plus aborder le sujet en ma présence, mais j'étais persuadé qu'il continuait d'y penser en privé et de prendre connaissance des dispositions des différentes maisons qu'il jugeait intéressantes pour les Mallister. Que la Jouvencelle entendent mes prières et ôte cette idée de l'esprit de mon père... Non pas que je sois contre l'idée du mariage mais je n'étais pas prête... Parallèlement à ces démarches politiques, les étranges rêves qui avaient presque cessé les années précédentes, revinrent peupler mes nuits sans pour autant devenir envahissants. J'en discutais avec Alyesa qui me préconisa d'y prêter une certaine attention car ils pouvaient receler d'importantes informations, insistant sur le fait que j'étais peut-être l'une des rares à posséder le don de vervue. Parfois, j'aurai préféré que les anciens dieux m'oublient dans leurs tablettes, d'autant plus que je ne savais si c'était réellement une manifestation de la magie ancestrale ou autre chose. Personne ne put me renseigner concrètement... Mais je m'accommodais de la situation et Loth n'était jamais loin...

Port-Réal, ses beautés, ses artisans, ses intrigues et ses pièges. Pour mon 18e anniversaire, mon père, Gareth et moi-même nous rendîmes à la capitale du royaume de Westeros. Ce fut au cours de ce voyage que je fis l'acquisition d'une dague en acier château grâcement payée par mon père, et d'un fouet en cuir tressé, une arme plutôt exotique, ce qui attira mon attention. D'ailleurs j'entendis parler d'un forgeron ayant les capacités pour reforger de l'acier valyrien mais je n'eus guère le temps de le rencontrer. Nous n'étions pas à Port-Réal simplement pour du commerce mais également pour découvrir le siège du pouvoir et la famille détentrice. Et somme toute le plus important, pour assister au tournoi de l'an 205. Une rencontre où les différentes familles de Westeros faisaient démonstration des aptitudes de leurs chevaliers ou faisaient et défaisaient des alliances. Ce tournoi fut riche en évènements, le plus marquant pour nous habitants du Conflans fut la mort de lord Quentyn Nerbosc de la main de ser Otho Bracken. Nous rentrâmes dès la fin des festivités.

Des pions sur un échiquier.

Nous vivons des temps difficiles... Tout d'abord, la rivalité entre Nerbosc et Bracken s'est accrue suite au tournoi cinq ans auparavant, mais là, actuellement, elle est devenue tellement ardente qu'elle risque d'embraser les terres du Conflans, à cause de la succession à la tête des Bracken. Bien entendu, lord Tully n'est qu'un enfant dans cette histoire et ses conseillers ne sont guère à la hauteur et la couronne ne risque pas d'intervenir, les ramifications de ce conflit montent jusqu'à la Main du roi lié à la maison Nerbosc. Cela ne va pas arranger nos affaires...
En prime, le fléau du Printemps s'abattit sur nous touchant une grande partie de la population et décimant grand nombre de personnes. Salvemer ne fut pas épargné mais aucun membre de ma famille ne succomba... Mais, la sécheresse qui suivit cette épidémie n'aidait pas, surtout que les fer-nés augmentèrent leurs pillages... Notre pays est en pleine crise. Nous sommes entre deux feux et notre place n'est pas forcément la meilleure... Et certains rêves se faisaient plus précis...

Je suis le fou, singulier et incontrôlable
Je suis la tour, forte et protectrice
Je suis le cavalier, courageux et combattant
Je suis le roi, puissant et fédérateur
Je suis la reine, éminente et radieuse
Nous sommes des pions entre les mains des dieux....


● Inventaire : Voyons voir mes possessions... Un arc courbe en barral offert par ma grand-mère et gravé de runes nordiennes, une dague en acier château remise par mon père et un fouet de chasse en cuir tressé d'une longueur de 2m avec une pièce d'ivoire comme embout, un instrument dont je trouve l'usage polyvalent et intéressant même si ce n'est pas digne d'un noble d'après certains...
J'ai également une monture, un roussin pour être plus précise, nommé Emdal. Et outre mes vêtements de tous les jours, j'ai dans mes bagages des protections en cuir souple en cas de confrontation, sait-on jamais.
Et mes compagnons, Reurik, Loth et Wolf.



● Pseudo : Rian
● Âge : 25 ans
● Divers : Je passe mon tour.
● Avatar : Sophia Myles
● Connaissez-vous le Roman ? Oui et non
● Comment avez-vous connu le forum ? Par son fondateur
● Comment trouvez-vous le forum ? **
● De quelconques suggestions ? Aucune pour l'instant
Revenir en haut Aller en bas
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Mar 19 Avr 2011 - 22:47

Bienvenue sur le forum Rian !

Alors que dire, si ce n'est que cette fiche est vraiment géniale ? Le style est vraiment parfait, l'histoire fourmille de détails, tu intègres bien les éléments de l'univers, bref, je n'ai vraiment rien à redire ^^

En tant que fille d'une maison noble, tu bénéficies évidemment des richesses de Salvemer et de la maison Mallister. Toutefois, d'un point de vue RP, tu disposes surtout de tes possessions de départ. De plus, tu débutes le jeu avec 30 dragons d'or. Tu pourras te servir de cette somme pour acheter des biens aux marchands ou tout autre chose. Même si ça semble peu au premier abord, ça reste quand même une vraie petite fortune ! N'oublie pas de les ajouter à ton inventaire, dans ta fiche de personnage (accessible dans ton profil) !

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage.

Bon courage dans tes voyages en Westeros !


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/

Rivanon Mallister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Solide comme le Roc ↑ Rivanon Rougefort
» Lord Jason Mallister, Seigneur de Salvemer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives des Demandes de Citoyenneté :: ◄ Archives du Conflans-