AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Après les affaires, les retrouvailles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Ven 4 Mai 2012 - 14:54

Il avait suffi d'un échange de messages par corbeaux pour arranger la rencontre. Depuis l'assaut surprise des Fer-nés contre Salvemer, le Conflans avait été épargné. Les pirates rebelles, comme Ryman les appelait, s'étaient essentiellement tournés vers le Nord et les Terres de l'Ouest. Maleck, le frère du Seigneur des Jumeaux, qui s'était rendu avec son bataillon dans la cité maritime, avait assuré qu'il n'y avait pas eu beaucoup de dégâts, mais qu'en revanche des défenses mieux organisées auraient pu empêcher le sac de la ville. Aussi Ryman avait-il rencontré Robert Mallister pour consolider la côte et éviter qu'à l'avenir les habitants du Conflans soient surpris. Et il avait fallu entrer en contact avec les autres Seigneurs. Comme Lord Béric Nerbosc, de Corneilla.

"Lord Frey,

C'est avec plaisir et impatience que j'attendrai votre venue. En l'absence de Lord Tully, il est en effet de notre devoir d'assurer, pour sa prospérité, la protection du Conflans.

Vous espérant le plus rapidement possible,
Lord Béric Nerbosc"


Telle avait été la réponse reçue suite à un premier message, tout aussi bref, évoquant les défenses peu solides de la région, envoyé par Ryman. Et à peine l'avait-il reçue que le Seigneur des Jumeaux avait fait préparé son escorte pour un départ dès le lendemain matin, aux Aurores. Le trajet prendrait environ trois jours, il fallait donc s'y préparer. En son absence, ce serait son frère Tiber qui prendrait les rênes de la forteresse. Et puis, de toute manière, Petra était là, et ce serait elle qui, officieusement, serait responsable pendant le voyage de son aîné.

Avec suffisamment de vivres et de quoi s'installer pour camper deux nuits, le détachement des Jumeaux partit donc au lever du soleil, Ryman chevauchant en tête, avec son frère Maleck à ses côtés et une vingtaine d'hommes. Par chance, le temps était clément, et il ne tomba presque pas une goutte de pluie durant le trajet. Seule une averse vint perturber leur avancée dans l'après-midi du dernier jour. Et bientôt la cité de Corneilla apparut à l'horizon. Ryman envoya son frère et deux hommes annoncer leur arrivée et ils furent reçus.

A la déception de Ryman, Bennifer n'était pas présent. Depuis sa première venue à Corneilla, il y avait quelques années, alors que les Seigneurs étaient encore Lord Quentyn et Lord Tiber, les deux jeunes gens avaient sympathisé et étaient devenus amis. Mais le principal objectif de la présence de Lord Frey n'était pas de se complaire dans de joyeuses retrouvailles. Il y avait un sujet sérieux à traiter. Et les deux hommes, en tête-à-tête, y passèrent presque toute la soirée. Finalement, leur plan fut achevé. Il ne manquerait plus qu'à le présenter à Lord Robert Mallister, le Commandant des forces du Conflans.

Ryman, bien qu'il se doutait de la proposition, feignit d'être surpris lorsque Béric l'invita à passer la nuit ici. Et il accepta avec joie, promettant de rendre la pareille dès que l'occasion se présenterait. Et c'est ainsi qu'ils prirent congé l'un de l'autre, le temps pour chacun d'aller se changer un peu les idées. Ryman, lui, pouvait déjà imaginer ce qu'il allait faire. En effet, à son arrivée, il avait aperçu une silhouette familière, celle d'une femme qu'il n'avait pas vue depuis des années. Pas de Bennifer, il se consolerait donc, largement, avec Carolyn. Elle qui avait été la pupille de Lord Quentyn était de retour à Corneilla.

Le dîner avait, exceptionnellement, été repoussé en raison de l'entretien tardif des deux Seigneurs. Ryman croisa, sur le chemin de la chambre qu'on lui avait attribuée, un serviteur qui l'informa que le repas serait servi sous peu. Dans la chambre, il trouva ses affaires. Maleck avait été installé dans la pièce voisine, et le reste du détachement logé ailleurs. Le Seigneur des Jumeaux fit venir de l'eau chaude pour se laver un peu, chose dont il avait bien besoin après le trajet et la longue discussion qui avait suivi.

Et c'est apprêté et rafraichi qu'il se présenta dans la salle où allaient dîner Lord Béric, son entourage et ses invités. Un serviteur accompagna Ryman jusqu'à sa place, entre le Seigneur de ces lieux et... Carolyn. Place idéale, finalement, puisqu'ils pourraient longuement discuter en mangeant ! Lui qui croyait que les retrouvailles se feraient plus tard, il était particulièrement ravi du siège qu'on lui avait attribué. Arrivé près de de la demoiselle, il lui prit la main et s'inclina, pour lui offrir un baisemain.

"Lady Carolyn, c'est une joie de vous revoir." fit-il, officiellement, et quelque peu pompeusement.

Puis il se pencha et lui murmura à l'oreille, de façon à ce qu'elle seule entende :

"Tu es bien plus belle que dans mes souvenirs."

Oh, bien sûr, Ryman était marié, et il avait appris à aimer son épouse, mais ça ne l'empêchait pas d'apprécier la beauté des autres femmes. Après tout, il avait une certaine réputation de charmeur, bien moindre depuis qu'il était Seigneur des Jumeaux, mais il savait encore y faire honneur quand l'occasion se présentait. Il fut tiré de son petit numéro par Béric, qui l'invita à s'asseoir, afin de pouvoir lancer les festivités.

Et les premiers plats furent apportés sur la table. Ryman se proposa de servir Carolyn et lui emplit même son verre de vin, avant de faire de même pour lui. Jouer les chevaliers servants pour ces dames, il aimait ça. Prenant sa coupe, il la tint devant lui et se leva. Les voix se turent.

"Je tiens à remercier Lord Béric pour son hospitalité. Notre rencontre ne pouvait qu'être bénéfique pour le Conflans et j'espère que nous saurons bientôt apporter notre contribution à la crise qui frappe les Sept Couronnes."

Après s'être rassis, il présenta son verre à Carolyn, pour qu'ils puissent trinquer.

"Alors, que deviens-tu après toutes ces années ? Je constate que Corneilla t'a séduite au point que tu y reviennes !"

S'il se permettait de la tutoyer, montrant ainsi quelque familiarité, c'était bien parce qu'ils se connaissaient depuis longtemps. Et comme tous deux étaient encore jeunes, cela pouvait même sembler tout à faire naturel. Béric, de l'autre côté, se trouva entraîné dans une conversation avec Maleck, ce qui arrangeait bien Ryman. Ainsi, il pouvait entièrement se consacrer à sa voisine, ce qui était bien agréable après avoir longtemps parlé affaires.



Spoiler:
 


Dernière édition par Ryman Frey le Mar 31 Juil 2012 - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 10 Juil 2012 - 9:01

Depuis combien de temps à présent Carolyn était-elle de retour à Corneilla? La question était plus ou moins problématique. Assise dans un fauteuil à haut dossier qui composait en partie le mobilier de sa chambre, Lady Grell se tenait donc là, le menton appuyé sur la paume de la main, la yeux vagues et une livre ouvert posé sur ses genoux. Oh, à vue d'oeil... Deux mois, tout juste plus. Le changement entre Telnarann et cette citée avait été une nouvelle fois radical. Elle se souvenait bien que Corneilla était bien plus grande que son fief de naissance, mais elle avait eu du mal à s'y re-acclimater, elle n'y avait pas posé les pieds depuis quelques années, grave erreur d'ailleurs, la moindre des politesses, lorsqu'on était une dame, aurait été de rendre une ou deux visites à Beric et Bennifer Nerbosc. Que voulez-vous... Elle ne l'avait pas fait, certainement trop occupée à l'époque à pester contre son père.

Mais aujourd'hui, Carolyn quitterait bientôt son état de méditation, non loin d'un état comateux d'ailleurs, pour revoir un visage familier. Ryman Frey, actuellement Seigneur des Jumeaux avait envoyé tantôt une missive à Lord Beric; la jeune femme avait bien entendu eu vent de l'assaut dont Salvemer avait été victime... Et l'actuel maître des Jumeaux avait suggéré à Beric qu'il serait préférable de consolider la côte. Lorsque son employeur lui avait fait part de cela, Lady Grell avait souri, voilà qui était un conseil et une entreprise avisée. Même si Lord Nerbosc devait avoir son idée bien en tête, il avait préféré demander à sa Conseillère ce qu'elle pensait de l'affaire. Sans mentir, Carolyn lui avait dit qu'il serait un seigneur des plus prudent s'il acceptait de rencontrer Lord Frey; l'homme avait hoché la tête, lui confiant que c'était bien là son intention. A la bonne heure! Ryman n'allait plus tarder.

Carolyn avait, pour l'occasion, revêtit une robe qu'elle espérait être d'un grand effet. Le bustier qui la composait enserrait sa taille pour mieux souligner les traits gracieux de son corps et le bas de la robe se terminait en entrant légèrement en contact avec le sol, lorsque sa propriétaire se déplaçait. D'un bleu nuit, le buste était brodé de fils d'argent et deux broches dans le même métal, une sur chaque épaule, retenait une traîne. La blonde avait remonté ses cheveux en un chignon pour l'évènement, laissant seulement quelques mèches bouclées venait caresser sa nuque. Pour rien au monde, elle n'aurait manqué son arrivée. Alors que l'on se pressait dans la cour, elle était appuyé derrière une fenêtre de la bibliothèque et observait la scène en hauteur, elle sourit lorsqu'elle reconnu son ami de longue date. Ryman et elle s'entendait très bien par le passé. La dernière fois qu'elle l'avait vu, elle devait avoir dix-sept ans, peut être un peu plus; mais à l'époque, elle n'avait d'yeux que pour Bennifer avec qui elle vivait une idylle encore récente. A présent, la situation n'était plus du tout la même puisqu'elle avait quitté le domaine Nerbosc à dix-neuf ans, mettant un terme à cette relation.

Le dîner... Épreuve de la journée que Carolyn appréciait certainement le plus. Elle se doutait qu'elle pourrait alors retrouver sans peine, les conversations d'entant qu'elle entretenait avec Lord Frey. D'une démarche assurée, elle entra dans la grande salle. Beric était déjà là, une chose à laquelle s'attendait Lady Grell, elle le connaissait que trop bien à présent, et savait à quel point il était soucieux de recevoir ses invités qui il se doit! Lorsque Ryman passa la lourde porte, elle put enfin le détailler dignement. Fâcheuse habitude qui n'était pas prête de partir... On installa son ami entre Lord Nerbosc et elle même. Avant de prendre réellement place, Ryman attrapa sa main et y déposa un délicat baiser, s'inclinant par la même occasion. Il n'avait pas perdu ses manières à ce qu'elle pouvait constater!

"Lady Carolyn, c'est une joie de vous revoir."

Ses lèvres s'étirèrent en un sourire discret avant qu'elle ne rétorque, s'inclinant également:

-Mon Seigneur... La joie est partagée.

Puis d'une façon habile et discrète, il lui glissa à l'oreille:

"Tu es bien plus belle que dans mes souvenirs."

Flatteur et charmeur il était resté, ce qui déclencha un nouveau sourire, bien plus visible cette fois, de la part de Carolyn. Beric invita à s'asseoir et la dame de la maison Grell prit garde à ce qu'elle se trouve sur sa chaise quelques secondes après Ryman. Ce dernier entreprit de la servir, un acte qui vint légèrement la surprendre mais qui au final, n'était pas déplaisant. Elle inclina la tête pour le remercier, ses yeux verts toujours posés fixement sur son ami.
Il se leva alors pour remercier son hôte. Une fois rassis, Carolyn entrechoqua son verre avec celui de Lord Fray, qui entama la conversation:

"Alors, que deviens-tu après toutes ces années ? Je constate que Corneilla t'a séduite au point que tu y reviennes !"

D'un mouvement habile de la main, elle faisait tourner le liquide rouge sombre qui se trouvait dans son verre, alors qu'elle se pencha légèrement vers Ryman pour répondre aux questions ou constatations faites avant. Elle était certaine que pendant cette soirée, ils auraient fort à partager puisqu'ils ne s'étaient plus vu depuis un bon bout de temps.

-Ton compliment me va droit au coeur, Ryman... dit-elle en faisant référence à sa beauté dont il avait parlé.

-J'ai grandi, depuis la dernière fois, ceci explique cela.

Elle avait ajouté cette phrase en haussant légèrement les sourcils. Elle ne comptait pas le charmer toute la soirée, elle savait bien qu'il était marié, et puis ce n'était pas du tout son but. Mais peut être que si elle entrait dans son "jeu" ne serait-ce qu'un instant, cela pourrait se révéler être amusant, après tout elle était une femme! Et les femmes disposaient de certains atouts... Mais ce qui l'important en ce moment était bien plus de rattraper le temps perdu. Car aussi loin qu'elle pouvait s'en souvenir, Ryman avait toujours été une personne avec qui elle aimait converser:

-Tu as bien évolué également! affirma-t-elle avec un rire discret.

Après les flatteries mutuelles, il était temps pour Carolyn de répondre aux questions, et elle n'allait pas vraiment le faire attendre plus longtemps, car c'était une joie immense pour elle de pouvoir renouer un quelconque dialogue avec quelqu'un d'autre que Beric, surtout que Bennifer n'était pas présent aujourd'hui:

-Et bien, tu as en face de toit la Conseillère de Lord Beric Nerbosc! Surprenant, n'est-ce pas? Je me trouve à Corneilla que depuis quelques mois... Mais cela est vrai que je n'ai pas pu résister bien longtemps à la proposition de Lord Nerbosc, finalement, j'ai des bons souvenirs ici...

En cet instant, beaucoup de choses lui vinrent à l'esprit. Mais Lady Grell gardait surtout en mémoire le fait d'avoir eu une relation avec le second fils de la famille qui avant cela, avait été d'une aide précieuse pour qu'elle puisse s'habituer à vivre ici. Elle se demandait toujours si Ryman avait été au courant ou pas. Car il était aussi proche de Bennifer, et la jeune femme ne savait pas du tout, ce que ce dernier avait pu confier au nouveau Seigneur des Jumeaux:

-Mais permet moi de te féliciter également!! J'ai entendu pour ton ascension! Que de responsabilités en plus! Arrives-tu à y faire face constamment?

Elle ne remettait pas en doute ses compétences, loin de là. Elle savait juste que diriger pouvait se révéler être fatigant à certains moments, elle restait avec Beric presque toute une journée parfois et elle voyait très bien à quoi il pouvait être confronté. Ryman n'était certainement pas épargné! Alors qu'elle porta la coupe à ses lèvres, ses yeux continuaient de fixer son ami; elle devait croire qu'il s'en sortait bien: ses traits n'étaient en rien tirés et ne montraient pas de trop grosses marques de fatigue. Elle préférait cela; elle avait toujours été soucieuse auprès des gens qu'elle appréciait... Carolyn ne doutait pas de lui, elle lui avait accordé sa confiance depuis bien longtemps déjà:

-Je suis contente de te revoir.

Simple mais véridique. Elle avait murmuré cette dernière phrase, dans l'espoir que tout le monde ne l'entende pas. Beric n'était pas si loin et elle savait que se permettre certaines familiarités ne serait pas vraiment bien vu part son employeur... Cependant, elle n'avait pas pu s'en empêcher, Ryman devait savoir que quelque part, il lui avait manqué. Et surtout, que cela lui faisait plaisir de parler à une personne étrangère à la maison Nerbosc.





Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ryman Frey
Noble

Général
~~ Seigneur des Jumeaux ~~

♦ Missives : 1490
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 17/02/1989
♦ Arrivée à Westeros : 30/04/2012
♦ Célébrité : Nicholas Hoult
♦ Copyright : Seamus & Sargon & Randal
♦ Doublons : Gerold Lannister & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Lady Mera Vance
♦ Lieu : Les Jumeaux
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
418/500  (418/500)


Message Mar 31 Juil 2012 - 23:42

Après le baisemain, les salutations et politesses d’usage, Ryman prit place aux côtés de Lady Carolyn. Lorsqu’il se fut assis de nouveau, une fois ses remerciements adressés au maître de maison, la conversation put s’engager avec la demoiselle qu’il connaissait depuis si longtemps. Remisant temporairement la question qu’il lui posa, Carolyn revint sur le compliment qu’il lui avait murmuré à l’oreille. Une chose positive, du moins du point de vue de Ryman, c’est qu’elle entrait dans son jeu. D’autres femmes se seraient contentées de répondre, sans faire remarquer quelque compliment précédemment adressé. Mais la jeune Grell connaissait suffisamment son interlocuteur, ou tout du moins, l’avait par le passé suffisamment connu, pour lui emboîter le pas sur ce chemin si souvent emprunté à deux.

Elle souligna qu’elle avait grandi. Certes, prendre quelques années et sortir de l’adolescence transformait souvent les jolies demoiselles en belles jeunes femmes, telles de fleurs s’épanouissant au monde. Le fait n’était pourtant pas toujours vérifié, il arrivait que quelques représentantes du sexe faible voient leur beauté se flétrir trop vite. Mais l’air du Conflans réussissait particulièrement bien à Carolyn, qui rayonnait. Lord Frey acquiesça en répétant, simplement :

« Ceci explique cela. »

Il en aurait bien ajouté un peu, mais il aurait commencé bien trop fort. Le repas débutait à peine, il n’allait pas déjà épuiser ses munitions. Tel un archer, il garderait ses traits et les tirerait le moment opportun. D’autant qu’en face, son interlocutrice avait quelques réserves également, et il était toujours plus agréable qu’une conversation soit un échange, plutôt qu’elle n’aille que dans un sens. D’ailleurs, rebondissant sur ses paroles, Lady Grell retourna un compliment. Ce qui eut le don de faire rire le concerné. Tout comme elle, un rire discret, bien évidémment.

« Je te remercie. Je dois dire que je m’en sors plutôt bien.»

Référence à peine voilée au physique parfois peu avenant des Frey. Ryman avait les yeux bleus de son père, mais il devait ses traits fins plus à sa mère. Lord Tiber était un homme un peu bourru, dont la barbe cachait des joues rebondies. Son amour pour la chasse ne l’avait pas empêché de prendre du poids, puisqu’il considérait qu’il fallait bien profiter du gibier attrapé… Et en comparaison de ses frères et sœurs, l’aîné de la fratrie était probablement le plus beau… Sans vouloir s’en vanter, bien évidemment. D’ailleurs, il eut une pensée pour Lady Petra, qui se serait offusquée si elle avait été au courant.

Carolyn, ensuite, en revint au sujet de conversation lancé par Ryman. Ainsi, elle était la conseillère de Lord Béric ! Surprenant en effet. Bien qu’elle connaisse Corneilla, il était incongru qu’une femme ait pu obtenir ce poste. Mais s’il était ainsi, c’est bien qu’elle en avait les compétences. L’idée étant visiblement venue du seigneur lui-même, c’est qu’il devait avoir jugé qu’elle était à la hauteur d’un tel poste. Certes, le prestige n’était pas au rendez-vous, Corneilla n’était pas une grande cité, mais le nom des Nerbosc était respecté.

« Conseillère. Excellent. Et quels sont les sujets sur lesquels tes conseils sont les plus appréciés ? J’imagine que sur les sujets de guerre, tu n’es pas forcément la mieux placée, si ? »

La question relevait du constat. Peut-être se trompait-il, peut-être que Carolyn savait donner des conseils avisés à Lord Béric concernant la menace fer-née et les mesures à prendre. Peut-être était-elle derrière la discussion que Ryman avait menée avec son hôte avant le repas. Mais comme il était intrigué, il préférait demander directement. Rarement ils ne s’étaient embarrassés pour se poser franchement les questions, l’un à l’autre.

Puis, Lady Grell enchaîna, en reportant l’attention sur lui. Elle le félicita pour son « ascension ». En tant que nouveau Lord Frey, il s’était souvent demandé si des félicitations étaient utiles, et même, si elles étaient vraiment acceptables. Après tout, il n’avait pas pris la succession de son père au mérite, ou parce qu’il l’avait désiré, non. Il était devenu le Seigneur des Jumeaux parce qu’il était le fils aîné de feu Lord Tiber. En quelques sortes, les félicitations pouvaient plutôt s’associer à ce qu’il avait fait depuis. D’ailleurs, Carolyn ne manqua pas de le faire remarquer, et même de l’interroger.

« Je fais face. La position stratégique des Jumeaux m’impose un surcroît de décisions, mais je suis loin d’être dépassé. Ce n’est que le début. »

Si à peine devenu Lord, il perdait déjà pieds, il n’était pas prêt d’arriver au bout. Et il se voyait mal laisser sa place à son frère. Son fils étant encore bien trop jeune, Maleck était le logique successeur. Mais la question ne se posait pas. Ryman était le Seigneur, et il menait ses actions et prenait ses décisions comme il se devait. Du moins, le pensait-il. L’espérait-il. Alors qu’il buvait une gorgée de vin, Carolyn se pencha, pour prononcer une phrase à voix basse, visiblement peu désireuse d’être entendue du reste de l’assemblée. Il est vrai que le tutoiement pouvait passer, ils étaient jeunes et se côtoyaient quelques années auparavant, mais s’adresser autant de gentillesses pouvait paraître suspect. Ryman jeta un œil de l’autre côté. Lord Béric était en pleine discussion.

« Moi aussi. En venant ici, je m’attendais à voir Bennifer, mais il n’est pas présent. Alors, te retrouver toi est comme un vent de fraîcheur sur cette visite officielle. Qui me permet de respirer après cette après-midi étouffante de stratégies et d’accords. »

Deuxième flèche. Si elle avait lancé sa deuxième salve avant lui, ç’avait été plutôt gentil, dans la simplicité. Lord Ryman, lui, avait opté pour un peu plus développé. Et tout comme elle, il avait parlé à voix basse. Car non seulement son hôte aurait tiqué sur les compliments adressés, mais en plus, il n’aurait probablement pas apprécié la façon de son invité avait parlé de ce qui au départ été le but de sa venue. Bien sûr, Lord Frey le respectait, mais c’était simplement sa considération pour les longues conversations politiques et militaires qui pouvaient l’ennuyer, surtout si elles s’éternisaient.

Ensuite, histoire de montrer que la discussion n’était pas exclusivement privée, Ryman passa à un autre sujet, retrouvant un volume de voix plus classique. Il chercha la formulation juste, et ne la trouva qu’en y adjoignant un compliment, encore. Même s’il était une répétition, ce qui en quelque sorte en atténuait les effets, si l’on peut dire.

« As-tu des prétendants ? Ou, devrais-je demander, combien en as-tu ? Tu dois faire chavirer bien des cœurs, j’imagine. »

Ah, et si Lady Mera avait été là… Elle aurait probablement ri. Le couple était spécial, il est vrai. Et dire qu’il aurait aussi pu l’épouser elle, Carolyn…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.azkaban.laurentdufont.fr/index.html
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 21 Aoû 2012 - 19:37

« Je te remercie. Je dois dire que je m’en sors plutôt bien.»

Carolyn hocha alors la tête, faisant mine d'affirmer les dires de Ryman. Elle aurait bien rajouté un petit "et très bien même", mais elle voulait la jouer en finesse dans un premier temps. Pas la peine de mettre les pieds dans le plat dès les premières minutes. Elle savait très bien à quoi s'attendre avec son ami et vu leur caractère respectif, elle était certaine que la soirée n'allait pas se continuer en un échange plat et sans intérêt.
Il était vrai que le retrouver à cet âge était bien plus agréable; ils ne s'étaient pas croisés depuis quelques années et à l'époque, ils n'avaient pas autant d'assurance que maintenant. En vieillissant, l'éloquence de Lady Grell s'était encore perfectionnée; elle estimait cependant avoir encore bien du chemin à faire et chaque jour, elle tentait d'enrichir son vocabulaire par des lectures assidues. Pas grand chose ne pouvoir la détourner de cette voie:

« Conseillère. Excellent. Et quels sont les sujets sur lesquels tes conseils sont les plus appréciés ? J’imagine que sur les sujets de guerre, tu n’es pas forcément la mieux placée, si ? »

Carolyn se souvenait encore de la missive qu'elle avait reçue de la part de Lord Beric quelques mois auparavant. En découvrant le contenu elle avait bien été surprise, elle aussi. Mais elle avait réfléchi et avait jugé qu'il était avisé qu'elle accepte. Consciente qu'il était rare qu'un femme occupe cette position, elle faisait depuis de son mieux pour servir la famille Nerbosc.
Elle eut un sourire à la remarque de Ryman. Bien entendu qu'elle ne prenait pas l'initiative de conseiller Beric sur les tactiques guerrières ou encore sur certains problèmes politiques... L'idée venait toujours du maître des lieux, mais ce qu'il attendait c'était une autre vision, un avis plus reculé, celui de Carolyn lui semblait être de confiance; ainsi c'était avec application qu'elle lui disait ce qu'elle pensait de telle ou telle situation, ce qu'il ferait peut être mieux d'ajouter ou de supprimer dans une lettre officielle. Elle était également sollicitée pour les banquets, la constitution des repas ou encore la façon de disposer les invités. La jeune femme proposait et Lord Beric approuvait ou modifiait à sa guise. Ils faisaient une bonne équipe et pour l'instant ils n'avaient été que très rarement en désaccord.
Après avoir bu une nouvelle gorgée du vin, elle se pencha vers Ryman et répondit enfin à sa question:

-J'influence dirais-je... La guerre n'est bien entendu pas mon domaine de prédilection, mais il est possible que certaines fois, Lors Nerbosc demande mon avis sur un point, la décision finale lui appartenant toujours bien entendu. Le domaine politique est aussi abordé, ce dont il a surtout besoin c'est d'un oeil différent que celui de la famille Nerbosc, l'avis de quelqu'un d'extérieur. Les femmes sont souvent bien plus avisées pour négocier les affaires en douceur...

Elle marqua une pose et alors que ses lèvres montraient les prémices d'un nouveau sourire, elle ajouta:

-Quoi que...

Elle espérait que la réponse fournie satisferait Ryman, de toutes les façon elle lui faisait confiance pour qu'il la questionne un peu plus si jamais ce n'était pas le cas. Puis, il répondit quant à son ascension sociale. S'il faisait face, c'était tant mieux, elle le souhaite de tout coeur pour lui. Elle se doutait qu'il serait un dirigeant juste. Le début... Effectivement. Cependant elle évitait de se faire du soucis; alors elle se contenta d'hocher une seconde fois la tête, plus lentement, montrant qu'elle comprenait la situation dans laquelle il se trouvait. Ajouter quelque chose n'était pas de plus utile car elle savait que Ryman s'en sortirait très bien, du moins elle le croyait dur comme fer!

« Moi aussi. En venant ici, je m’attendais à voir Bennifer, mais il n’est pas présent. Alors, te retrouver toi est comme un vent de fraîcheur sur cette visite officielle. Qui me permet de respirer après cette après-midi étouffante de stratégies et d’accords. »

Carolyn laissa échapper un rire léger et jeta alors un coup d'oeil en direction de Beric; il semblait être absorbé dans une autre conversation et n'avait pas remarqué "l'indiscipline" de Lady Grell, elle en soupira d'aise. Non pas qu'elle craigne de se faire taper sur les doigts mais il était tout a fait capable de lui lancer un regard noir qui en dirait long sur sa façon de penser!
Ryman redevenait flatteur, elle devait l'admettre cela lui allait bien. Et un compliment faisait toujours plaisir. Très plaisir même! Elle était heureuse de constater qu'elle pouvait si aisément remplacer Bennifer par sa présence aux côtés de Lord Frey. Un instant, Carolyn joua avec une des mèches blondes bouclés qui restaient sur sa nuque, l'enroulant autant de son doigt puis la déroulant. Elle releva ensuite la tête, affichant un air triomphant qui était destiné plus à amuser Ryman qu'à être pris au sérieux, elle entrait simplement encore plus dans son jeu:

-Quel grand honneur pour moi d'avoir réussi à égayé ta journée je n'avais pourtant guère cette prétention en te voyant arriver! Je suis à ton service alors n'hésite pas si tu as besoin!

Elle avait encore une fois répondu à voix basse. Il était préférable pour eux que l'échange se produise en toute discrétion, bien qu'a première vu, ils ne faisaient rien de mal. Mais l'échange aurait pu légèrement choquer certains, du moment qu'on ne se trouvait pas en possession de tout le contexte.
Ryman retrouva un ton plus classique, l'interrogatoire qui suivit fit hausser les sourcils de Carolyn, il fallait bien avouer qu'elle ne s'attendait pas à ce type de questionnement. Elle ne s'imaginait surtout pas que Lord Frey pouvait s'intéresser à sa vie amoureuse, ou était-ce encore là un moyen de la complimenter. Pour parlement le plus justement possible, la jeune femme se perdit dans un intense réflexion. Le sujet évoqué n'était pas du tout complexe mais son but était de répondre le plus justement possible, tout en restant discrète sur certains éléments de sa vie, il y avait des choses qu'elle ne pouvait révéler et cela, même à Ryman, même si elle plaçait une certaine confiance en lui. Ayant rassemblé des "arguments" qui semblaient lui convenir, elle s'attaqua au contenu de son assiette pour le délaisser bien rapidement, préférant ne pas faire trop attendre celui qui se trouvait à ses côtés:

-Père s'était employé à me trouver un mari auprès de la maison Bracken... Je suppose que tu imagines aisément ma réaction...

Ryman savait certainement l'aversion profonde qu'elle portait pour cette famille... Carolyn soutenait les Nerbosc sur ce point, elle était toujours persuadée que ces derniers étaient liés de près ou de loin à la mort de Lord Quentyn. Elle appuya son menton sur le dos de sa main d'un geste gracieux, ses yeux se perdirent plus loin comme si elle fixait une chose qu'elle seule était capable d'apercevoir. Depuis qu'elle avait, à 19 ans, quitté la tutelle de cette famille, elle avait bien eu quelques "aventures" mais rien de bien sérieux, rien qui aurait pu attirer l'attention de son père sur un éventuel mariage... A bien y repenser rien n'avait été aussi sérieux que ce qu'elle avait vécu avec Bennifer. C'est pour cela qu'elle se surpris à répondre de façon très vague:

-Il fut un temps...

Idiotie! Jamais il n'avait été question de mariage entre Bennifer et Lady Grell. Mais à ses yeux leur histoire gardait une importance. Carolyn ne savait pas si Ryman était au courant. Elle ne lui en avait jamais parlé, ça c'était certain. Cependant, elle savait aussi que Lord Frey n'était pas idiot, il avait des yeux et pouvait facilement faire des constats de lui même: avait-il deviné? Enfin elle savait qu'il était très proche de Bennifer, il se pouvait que ce dernier lui ai parlé de l'affaire mais là aussi elle ne pouvait l'affirmer.
Depuis qu'elle était revenu à Corneilla elle passait le plus clair de son temps avec Beric ce qui était normal vu qu'elle était sa conseillère... Les fois où elle se retrouvait à pouvoir discuter avec le second fils de la famille Nerbosc lui était agréables, elle avait toujours aimé avoir de longues conversations avec lui et cela avant même de se rendre compte, quand elle était plus jeune, qu'elle éprouvait un certain trouble en le voyant. Les sentiments passés n'étaient plus d'actualité. Elle eut un sourire crispé avant de répliquer:

-Enfin maintenant je suis assez occupée! Pour le plus grand malheur de mon père je ne fais pas du mariage ou des hommes ma priorité. Je sais qu'au fond de lui il aimerait que je me mari rapidement, avoir des petits enfants avant que son grand âge ne le rattrape trop...

Elle ria une nouvelle fois discrètement:

-Et pour l'instant je ne suis pas si disposée que cela à lui donner satisfaction! Tu connais mon caractère...

Pause. Carolyn fixa son ami, s'empara d'un bout de pain et le porta jusqu'à sa bouche qu'elle entrouvrit pour l'y pousser à l'intérieur, tout cela sans lâcher Ryman des yeux, comme si ce geste était le plus naturel du monde:

-Peut-être suis-je destinée à rester ainsi tout ma vie, qu'en dis-tu?

Regard malicieux. Les sous entendus étaient toujours très fins et discrets entre eux, c'était beaucoup plus bon enfant que sérieux. Carolyn avait cet air permanent de vouloir défier le monde entier mais en réalité, elle restait bien plus sage, connaissant les convenances et donc ce qui était à dire et ce qui ne l'était pas. Elle se souvenait de la première fois où elle avait vu Ryman: plus jeune qu'elle il lui inspirait déjà un certain respect et maintenant encore, il y avait quelque chose en lui qui traduisait cette impression.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Après les affaires, les retrouvailles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Récupère ses affaires (après la prison) [PV NINON]
» Retrouvailles. Ai-je vraiment grandi ?
» You left, I died ▲ John -retrouvailles- [Terminé]
» Retrouvailles entre amis? [Noah]
» Des retrouvailles après de longues années (Fineldor)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-