AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Voyage dans les Rus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 2 Mai 2012 - 16:33

Winterfell était bien calme ces temps-ci, du moins pour Barth, car Beron semblait toujours avoir une montagne de travail. A le voir, on comprenait que régner ne signifiait pas simplement s’amuser avec le pouvoir : des tas d’affaires, parfois particulièrement inintéressantes, étaient son lot quotidien. Finalement, notre petit bâtard était bien content de sa condition : proche du pouvoir, mais pas trop, pour ne pas avoir à en subir les difficultés. Entre deux réunions, il fut convoqué par son Seigneur qui lui attribuait une mission, en réponse aux problèmes face aux fer-nés. De quoi cela allait-il s’agir ? Le fils du Nord n’en était pas sûr, mais il avait déjà sa petite idée. Bien avant l’heure de son rendez-vous, il se tenait prêt à aller à la rencontre de son maître pour entendre ses ordres. Lorsque fut venu son tour, il pénétra dans la salle du seigneur et posa un genou à terre, attendant les ordres, qui ne tardèrent pas à arriver :

« Barth, si je vous ai convoqué ce matin, c’est parce que des éclaireurs nous ont rapporté que des navires Fer-nés ont été vu non loin de nos côtes. Vous savez comme-moi que ce peuple a toujours convoité nos terres et a régulièrement pillé nos villages… Je tiens à ce que vous vous rendiez aux Rus où ils ont été vu il y a peu pour faire comprendre à lord Ryswell que la situation doit requérir toute son attention... Ai-je été clair, maître d’arme ? »

Barth se releva durant ce discours, et répondit aux salutations de son seigneur expressément. Il avait raison, les fer-nés n’avaient que trop souvent provoqué le Nord et il était impératif de rester sur le qui-vive. Il était donc nécessaire de rappeler que les terres enneigées appartenaient au Seigneur Stark, et à lui seul. Cela passait par une revue d’effectif, de l’état des dits effectifs, et par un redressement en règle des vassaux. Clairement, il y avait eu manquement par le passé, et cela ne devait pas se reproduire, car des guerriers plus nombreux et puissants que ceux des Îles de Fers pourraient finir par s’en inspirer. Barth s’éclaircit la voix avant de répondre et qu’une conversation courte mais claire ne s’engage :

« Bien sûr, Lord Stark. Soyez sans crainte, je rappellerai à vos sujets ce à quoi leurs vœux les engagent…
- Très bien. Réquisitionnez une dizaine d’hommes pour vous accompagner, ceux que vous voudrez, peu m’importe lesquels.
- Sur-le-champ, my Lord. »


Barth salua lord Stark avant de quitter la pièce. Il se dirigea directement vers les écuries pour qu’on lui prépare un cheval puis vers la caserne, que quelques hommes se tiennent prêts, avant de se diriger vers sa demeure pour préparer ses affaires, ainsi que ses vivres. Le voyage prévu ne prendrait que quelques jours aller-retour, mais il fallait quand même bien s’y préparer, car les Rus n’étaient pas si proches que cela de Winterfell. En début d’après-midi, après avoir pris le temps de se remplir l’estomac pour un moment, le maître d’arme quitta la capitale nordique en direction de la maison Ryswell.
Le voyage à cheval prit plusieurs jours à notre ami, durant lesquels il n’eut que très peu de distractions, pour ne pas dire aucune. Il devait se contenter d’observer les nuages et les animaux en espérant arriver vite et que son cheval ne mourrait pas en chemin, tant la bête paraissait parfois si fragile. Pour autant, il avait un certain goût pour les excursions de ce genre : elle permettait de voir du pays, de se ressourcer, de prendre le temps de réfléchir sue sa vie, ses choix et son futur. Toutefois, à l’aube du deuxième jour, il avait hâte d’arriver à destination et pressa le pas, malgré la faiblesse apparente de ce qui lui servait de destrier. Il voulait dormir dans un lit douillet au plus vite et, si possible, y retrouver les bras chaleureux d’une femme gracieusement payée, ou pas, d’ailleurs.
Lorsque les portes de la forteresse de Ryswell furent en vue, Barth dû se retenir pour ne pas exploser de joie : ENFIN, se disait-il. Il était temps. Notre héros se mit au galop pour arriver le plus vite possible et, une fois prêt des portes, ralentit le pas. Un garde l’arrêta et lui demanda de décliner son identité, avant qu’un second arrive, d’apparence plus gradé, pour intervenir :

« C’est Barth Snow, maître d’arme de Winterfell… Une des plus fines lames de Nord à ce que l’on dit. C’est un honneur de vous rencontrer.
- Voyez-vous cela… J’aimerai pouvoir en dire autant, cher ami, mais je n’ai pas le plaisir de vous connaitre. »
Barth arborait, volontairement, un sourire à la limite de la provocation, avant de reprendre, pour ne pas laisser à son interlocuteur la possibilité de répondre. « Veuillez dire à votre Lord Ryswell que je suis ici sur ordre de Lord Stark et que je dois m’entretenir avec lui dans les plus brefs délais. Veillez aussi à ce que mon cheval soit nourri et puisse disposer d’un endroit où se reposer, le voyage fut relativement éprouvant pour lui. »

Le soldat s’exécuta et demanda à Barth et ses hommes de le suivre. Notre ami guerrier profita des quelques instants de préparations que sa venue exigeait pour manger quelque chose de chaud et décemment cuisiné, avant de se rendre face à Lord Ryswell et sa famille, accompagné des quelques guerriers qu’il avait choisi. Il entra dans la pièce où plusieurs gardes et membres de la famille semblaient le regarder de manière loin d’être amicale. En même temps, il n’était pas noble. Pire, en tant que bâtard, se retrouver dans ce genre de situations n’aurait pas dû être pour lui. Mais ses exploits, arme à la main, lui avait permis de se hisser très haut dans la Seigneurie nordienne, et cela, il en était particulièrement fier. Après avoir salué son interlocuteur, ce dernier l’interrogea :

« Barth Snow, maître d’arme de Winterfell… On dit de vous que vous êtes la meilleure lame de Winterfell… Que nous vaut « l’honneur » de votre visite ? » déclara-t-il, non sans insisté sur le mot honneur.
« Je suis ici sur ordre de Lord Stark, votre Seigneur, Lord Ryswell. Il m’a chargé de vous transmettre qu’il a eu vent des excursions des fer-nés à proximité de vos côtes, et il vous demande d’accentuer la protection et l’observation pour ne pas être pris à revers. Vous savez comme lui que les fer-nés ont la facheuse tendance de croire qu’ils peuvent s’en prendre au Nord impunément… Cela ne doit pas se produire. Lord Stark ne le veut pas.
- Pourquoi vous envoyer en personne pour nous dire cela ? Un simple corbeau aurait suffi… Cette visite cacherait-elle autre chose ?
- Pas à ma connaissance, Lord Ryswell, mais je n’ai pas la prétention de pouvoir comprendre les nuances du pouvoir que souhaite exercer Lord Stark. Il a toutefois insisté sur le fait que le message que je viens vous transmettre était crucial et ne devait pas être pris à la légère. Je suppose que, si incident il devait y avoir, vous pourriez être jugé en partie responsable.
- Nos défenses n’ont jamais cédé face aux fer-nés et ça n’est pas prêt d’arriver. Veuillez en informer lord Stark, Maître d’armes : la maison Ryswell ne faillira pas à sa tâche.
- Je suis heureux de l’entendre, Lord Ryswell, et j’espère que vous avez raison. Je me vois aussi dans l’obligeance de vous demander l’hospitalité, pour moi comme pour mes hommes, ainsi que nos chevaux. Nous sommes une douzaine.
- Cela va de soi, Barth Snow. Nous avons déjà demandé à ce qu’une chambre soit préparée pour vous, vos soldats devront se contenter d’un dortoir collectif, nous n’avons pas assez de places pour tous les loger.
- Et ils seront heureux de s’en contenter, n’ayez pas de craintes à ce sujet. Nous repartirons demain, après le déjeuner.
- Parfait. N’hésitez pas à visiter notre forteresse et à vous joindre à nous ce soir, nous serions enchantés d’échanger avec un homme tel que vous…
- Ce sera avec grand plaisir. My Lord, my Lady. »
conclu Barth en saluant ses hôtes.

Barth quitta la pièce et un soldat se dirigea vers lui pour indiquer à ses hommes où ils iraient dormir. Notre héros le remercia et se dirigea vers sa propre chambre pour s’y installer. Ses quelques affaires de voyage avaient été déposées au pied du lit et un feu doux venait d’être allumé, embaumant la pièce d’une agréable odeur de bois. Barth posa les quelques affaires qu’il avait gardé sur lui avant de s’allonger quelques minutes sur lit, pour voir comment sa nuit s’annonçait. Plutôt bonne, l’objet étant douillet et rembourré à souhait. Les Ryswell ne s’étaient pas moqués de lui : la pièce était réellement confortable et il sentait très bien qu’il pourrait en profiter pour passer une folle nuit d’amour. Après une bonne demi-heure passée à ne rien faire d’autre que rêvasser, notre héros attacha sa lame à sa ceinture, remit sa cape encore chaude car étalée près du feu et quitta la pièce afin de visiter un peu son nouvel environnement.
Il n’avait jamais mis les pieds ici, mais l’endroit semblait agréable à vivre. Du fait de la proximité de la mer, le climat semblait légèrement plus doux qu’à Winterfell. Ou alors, sa cape chaude lui jouait un mauvais tour. En tout cas, il était heureux d’être là, d’autant qu’il fut salué à plusieurs reprises, ce qui était assez rares pour être signalé. Quelques soldats vinrent à sa rencontre pour lui demander de les superviser un instant, mais il refusa, par respect pour le maître d’armes en poste ici. Après avoir repéré ce qui semblait être le bordel du lieu, il retourna vers la demeure du Lord pour retrouver sa douillette petite chambre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 2 Mai 2012 - 21:49

Ce matin-là, un air nouveau soufflait sur Les Rus. C’était une journée exceptionnellement chaude pour l’automne nordien, et même l’odeur salée de la mer venait dans ces contrées montagneuses qu’étaient le Rus. Dès son réveil, Liliann fut interpelée par sa mère : Un voyageur de Winterfell arriverait bientôt, comme l’avaient décrété les gardes des plus hautes tours de la forteresse. Puisqu’il voudrait certainement parler à Lord et Lady Ryswell, tout devrait être fait dans le calme, chose bien rare lorsqu’on a une dizaine d’enfants dans la même pièce. C’est pour la même raison que Lady Diana fit savoir que tous devraient gagner leurs chambres respectives, ou se cantonner dans le salon désigné spécialement comme appartenant aux enfants Ryswell. Mais là était le problème. « Océlya a disparu dans le château, ce matin. Toi qui connais si bien ses cachettes, va la retrouver et restez dans le salon. » Liliann acquiesça, et sans perdre une minute de plus, s’habille afin de retrouver sa sœur disparue. Elle mit une robe fort bien simple, mais jolie, vert pâle au corset brun foncé, la jupe se terminant en légers frisons pas très encombrants. Si il y avait un invité, il fallait faire bonne impression. De plus, cela ne devait pas être n’importe qui s’il était envoyé depuis Winterfell. Pendant ce temps, une servante l’aida à serrer son corsage, et Lili se brossa les cheveux. Sans attendre une seconde de plus, elle se précipita dans les corridors sinueux, espérant trouver Océlya avant que l’homme n’arrive dans les lieux.

Elle commença par les environs des chambres des enfants, questionnant servantes et gardes, mais personne n’avait rien vu. Puis, la jeune fille visita les cuisines, où des femmes s’affaissaient à produire de la nourriture fantaisiste pour l’arrivée de l’invité. Mais rien non plus. C’est vers midi que Liliann trouva enfin sa sœur, à l’écurie, brossant les chevaux. Ce n’était pas les bêtes du château, bien trop maigres et fatiguées. Oh, sûrement celles des arrivants ! Sans attendre un instant, Lili fit monter Océlya dans sa chambre, puis ensemble, regagnèrent le salon particulier des enfants. Le reste de la journée se passa dans le calme. Lénor lisait un livre, Anabess jouait avec Yann à l’épée, Océlya rêvait de contrées lointaines à sa fenêtre. Pour sa part, Lili s’occupait d’Eliane, sa jeune sœur de maintenant un an. Les autres filles n’aimaient pas ces tâches jugées pour les servantes, mais Liliann trouvait du plaisir à habiller et à jouer avec sa sœur. C’était également elle qui s’était occupée de sa fratrie cadette lorsqu’ils portaient encore des couches. Pour la jeune fille, c’était tout à fait normal, quoi qu’il lui arrivait d’en avoir assez. Puis, elle récita une histoire à voix haute, qu’elle avait inventée, mettant en scène elle et Anabess dans de rôles farfelus. À un moment du récit, alors que le soir était tombé depuis quelques temps, Océlya éclata en sanglots et quitta le salon en courant. Laissant tout tomber – l’histoire, ses sœurs et frères, et le calme demandé – Liliann courut après la jeune enfant. Mais comme c’était bien connu, la maladresse de Lili l’emporta, après s’être enfargée plusieurs fois dans sa robe, et bientôt, Océlya fut hors de vue. Sans lâcher prise, elles continuèrent leur course dans les corridors silencieux, et dans un détour, Lili retrouva sa sœur qui s’enfuyait encore. Mais, contre toute attente, dans le même couloir se trouvait un homme, qui fut aussitôt bousculé par Océlya.

« Reviens ici ! » cria Liliann.

Mais la sœur aînée n’eut pas de chance, l’homme se retourna, et elle fonça en plein dedans. Avec horreur, Lili toisa l’homme. Il était grand. Très grand. Ses poignets – la seule peau qu’elle pouvait voir sauf son visage - étaient marqués de cicatrices. Son regard était dur, tout comme son visage.

« Je… Je… suis totalement désolée… » murmura Liliann, ne sachant pas quoi dire.

Qui était cet homme, forgé pour la bataille, marqué par l’expérience ? Que faisait-il là, prêt à rentrer dans une chambre ? La jeune fille connaissait chaque personne de ce château, mais l’homme ne lui revenait pas en mémoire… Trop sauvage pour être un servant, n’ayant pas de tenue de garde – pourquoi prendrait-il cette chambre de choix, alors ? Tout d’un coup, Liliann comprit.
L’invité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 3 Mai 2012 - 17:38

Après avoir visité la belle forteresse des Rus, Barth se dirigea vers la demeure du Lord. Il était comblé de voir que, s’il le voulait, il pourrait passer la nuit à batifoler avec quelque(s) fille(s) de joie que ce soit, même si la fatigue du voyage commençait doucement à l’accabler. Il était vraiment temps pour lui de se reposer, puisque dès le lendemain, il allait devoir reprendre la route vers Winterfell et faire son rapport de la situation à Lord Stark. Avant de rentrer, notre ami pris le temps de passer par les dortoirs (qu’il mit un temps fou à trouver, même après avoir été renseigné quatre fois sur le chemin à suivre) pour voir comment était installé ses hommes. En entrant, les soldats le saluèrent, mais il leur dit tout de suite de rester au repos. La pièce qui leur avait été dévolue était relativement spacieuse et bien chauffé, ou alors, c’était la chaleur humaine qui se faisait ressentir. Les guerriers étaient, d’après leur dire, « très bien installé », pour le plus grand plaisir de leur chef bâtard. Ce dernier les quitta assez rapidement, leur lancement toutefois un « Pas de bêtises. » avec le sourire, sachant très bien que les quelques personnes l’ayant accompagné n’étaient pas du genre à en faire.

Se dirigeant vers sa chambre, Barth dû s’arrêter en urgence car une jeune fille lui coupa la route, courant à toute vitesse. Il la regarda s’enfuir, sans comprendre ce qu’il pouvait bien se passer. Mais soudain, une masse vînt le frapper dans le dos. Il fit volte-face et vit qu’une autre jeune fille courait, celle-ci vraisemblablement plus âgée, au beau milieu de l’adolescence certainement. Son regard était assez dur en se retournant, mais il tendit rapidement une main à la jeune fille en esquissant un large sourire. C’était-elle fait mal ? Il ne l’espérait pas, cela l’aurait mis mal à l’aise. D’abord parce que c’était une enfant, mais aussi parce que c’était une fille. Et qui dit fille dit futur femme et quand on s’appelle Barth Snow, on ne veut surtout pas abîmer une femme. Il dit à l’adolescente, en l’aidant à se relever :

« T’es-tu fais mal ? Vous devriez faire plus attention en jouant, il y a pas mal d’activités ici, on pourrait vous réprimander… »

Barth ne savait pas du tout qu’il avait, face à lui, une Lady. Et ce faisant, son comportement était très inapproprié, à commencer par son tutoiement. Mais en même temps, l’enfance qu’il avait eu à subir le rendait naturellement attendri par les enfants et il avait du mal à réfléchir quand il s’agissait de s’occuper de l’un d’eux dans ce genre de situations particulières. Une fois sûre que la jeune fille n’avait rien, il l’observa un instant. Elle avait un joli petit visage légèrement rondouillet et de magnifiques cheveux roux qui lui donnaient un air d’enfant innocent. Barth lui sourit à nouveau et lui dit :

« Et dis-moi, comment t’appelles-tu ? Et qui est l’autre petite, ta sœur ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 5 Mai 2012 - 1:23

Aussitôt après être tombée, ce que Liliann pensait être l’invité releva doucement l’enfant, le sourire au lèvres. Du moins, maintenant, il avait l’air plus sympatique, même presque chaleureux. Alors qu’il l’aidait avec grande précaution, l’homme demanda à la jeune fille. « T’es-tu fais mal ? Vous devriez faire plus attention en jouant, il y a pas mal d’activités ici, on pourrait vous réprimander… » Liliann souria à son tour. L’interlocuteur ne savait sûrement pas qu’il se tenait en face d’une jeune lady, encore moins la fille de Lord Ryswell. Mais c’était compréhensible, alors Lili ne se vexa pas, ne prenant pas en compte le tutoiement de l’homme. Après tout, il était beaucoup plus vieux qu’elle, et venait de Winterfell, sûrement pour représenter Lord Beron Stark. Il avait ainsi le droit de faire ce qu’il voulait, et de traîter « son peuple » sur ce principe. Puis, voyant aucune réponse de la part de Lili qui était encore bouche-bée, il continua de parler. « Et dis-moi, comment t’appelles-tu ? Et qui est l’autre petite, ta sœur ? » Amusée, et beaucoup plus calme maintenant qu’elle avait dépassé le stade de la surprise, Liliann s’entreprit de répondre à l’homme.

« Veuillez m’excuser de ma maladresse, mylord. Je vous remercie beaucoup, mais non, je suis saine et sauve grâce à vous. »

C’était certes un peu distingué comme paroles, mais il y a toujours un bon temps pour montrer un peu de politesse. Ainsi, l’invité pourrait comprendre que la jeune femme n’avait rien d’une fille de servante, ou encore de domestique particulièrement jeune. Mais ce n’était pas si grave, après tout, il n’y avait rien de honteux à ne pas être né noble, tout n’était qu’une question de chance…

« Nous ne jouions pas… Pour tout vous dire, je suis Liliann Ryswell, fille de Lord Ryswell, et l’autre jeune fille est ma sœur cadette, Océlya. Nous avions reçu l’ordre de rester dans notre salon personnel alors qu’Océlya s’est enfuie sans aucune raison, voilà la raison de cette course à travers le château… »

Voilà qui expliquait à peu près le tout. Liliann avait quand même confiance en l’homme, même s’il lui était inconnu. Elle avait le sentiment irréfutable qu’elle pouvait lui parler en toute sécurité. Après tout, que devait-elle craindre ? C’était un envoyé de Winterfell, pas un roturier assassin au sombre passé…! Justement, pour enfin connaître le nom de l’homme qui se tenait devant elle, Lili lui posa tout simplement la question qui était sur le bout de ses lèvres depuis un bon bout de temps…

« Je vous retourne la question… Et vous, qui êtes vous ? J’imagine que vous êtes envoyé de Winterfell, l’invité qui a parlé à mon père plus tôt dans la journée, non ? Mais cela ne me dit pas non plus quel est votre nom… »

Curiosité, curiosité et toujours curiosité. C’était bien rare d’avoir de la visite, dans la contrée éloignée qu’était Le Rus. Liliann n’avait eu que peu d’amis, sauf peut-être ses sœurs et frères, quelques enfants de servantes ou de gardes, et avec chance, des visiteurs nobles qui étaient passés par là avec le reste de leur famille, pour se lier d’amitié avec la maison important qu’était les Ryswell. Mais la jeune fille savait qu’elle avait toujours été protégée par les quatre murs du château, par les soldats et guerriers prêts à risquer leurs vies pour elle… Alors qu’il y avait des enfants roturiers qui mourraient de faim et de froid, sans abris, sans famille… Bien qu’elle connaissait le nom de toutes les maisons, ainsi que leurs devises et leur histoire, comme le mestre lui avait fait répété des centaines de fois pour le savoir par cœur, Lili n’avait guère eut de chance et n’avait pas visité beaucoup d’entres elles. Sauf peut-être Winterfell, là où habitaient ses cousins Stark. Bref, elle revint au moment présent, alors qu’elle se tenait juste devant l’homme dont le nom était encore inconnu… Sa sœur devait être loin à présent, alors pourquoi ne pas connaître un peu l’invité de Winterfell ? Liliann était tellement seule dans la grande forteresse que toute personne extérieure était la bienvenue. Avec un sourire, elle mis un mèche de ses cheveux roux – qui s’était déplacée lorsqu’elle avait trébuché – derrière son oreille, attendant la réponse de son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 23 Mai 2012 - 17:33

Barth aida la jeune adolescente à se relever puis l’observa un instant. Elle ne semblait pas blessée, ce qui le rassura, car il n’aurait pas aimé être responsable du malheur d’une enfant. Lorsqu’elle fut relevée, elle répondit aux questions de notre héros sans le rassurer, loin de là. Il s’avérait que notre cher ami avait face à lui une jeune Lady du Nord, et pas n’importe laquelle, puisqu’elle était la fille du Seigneur Ryswell, soit le maître de la demeure où il se trouvait actuellement. Il n’avait pas pour habitude de multiplier les courbettes, même devant un Seigneur, à part peut-être devant Beron Stark, mais tout de même, il y était allé très fort, cette fois-là. Quand il entendit la jeune fille, il s’éclaircit la voix avant de répondre sur un ton beaucoup plus solennelle :

« Veuillez pardonner mon comportement, my Lady, je ne savais pas qui vous étiez. J’espère ne pas vous avoir offensé par mon comportement, ni même ma familiarité. Si c’est le cas, je vous présente mes plus plates excuses… »

La petite fille semblait légèrement perdue et l’explication qui suivit semblait confirmer cela : sa jeune sœur faisait des siennes et la pauvre gamine devait lui courir derrière en bonne sœur ainée qu’elle était. La situation semblait l’embarrasser, ou alors, c’était le fait d’avoir percuté ce cher bâtard qui la mettait dans un état pareil. Le représentant des Starks allait donc sans doute pouvoir se racheter de sa faute. Barth tourna la tête et regarda le couloir qui continuait sur plusieurs mètres et esquissa un sourire : cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas eu l’occasion de jouer. Il en avait d’ailleurs rarement eu l’occasion à l’âge de ces gamines. Il dit à l’adolescente, en continuant de regarder ce couloir :

« Bien, pour me faire pardonner de mon comportement, de vous avoir fait trébucher et de vous avoir fait perdre la trace de votre jeune sœur, je vous propose mon aide pour cette mission, qui sera sans nul doute la plus périlleuse de doute ma vie… »

Barth laissa s’échapper un léger rire en terminant sa phrase. De toute façon, elle n’avait pas vraiment le choix : ce petit jeu de course-poursuite l’amusait au plus haut point et il n’avait rien d’autre à faire de toute façon. Barth dégaina sa lame et la posa, pointe sur le sol, avant de poser un genou à terre et de déclarer, sur un ton solennel bien trop caricatural pour être sérieux :

« Je suis Barth Snow, maître d’arme de Winterfell et représentant de Lord Beron Stark en ces lieux, et je ferai tout mon possible pour vous servir aussi bien que je le pourrai, my Lady. Donnez-moi un ordre, une piste, et je retrouverai votre petite fugueuse de sœur. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Juin 2012 - 0:14

Alors que Liliann dit à l’homme qui elle était vraiment, celui-ci s’éclaircit la gorge et s’excusa sur tout un autre ton de voix en vouvoyant la jeune lady. Dès cet instant, la Ryswell se sentait un peu mieux, même si cette formalité était un peu exagérée, après avoir elle-même percuté férocement l’homme qui était seulement au mauvais endroit et au mauvais moment. Alors que Liliann préparait une réponse toute aussi polie, le nordien se tourna quelques instants pour regarder à l’autre bout du corridor, qui tournait vers la gauche, là où Océlya avait disparu. Puis, il s’adressa directement à la jeune lady. « Bien, pour me faire pardonner de mon comportement, de vous avoir fait trébucher et de vous avoir fait perdre la trace de votre jeune sœur, je vous propose mon aide pour cette mission, qui sera sans nul doute la plus périlleuse de doute ma vie… » Il laissa échapper un petit rire, qui fit sourire Liliann. Quelle prouesse de bonté l’homme avait-il fait en proposant à la jeune Ryswell de l’aider à retrouver sa sœur. Pourtant, sans doute seigneur, il devait avoir à faire des choses plus importantes que s’amuser à chasser des petites sœurs timides. Liliann connaissait peu de gens de cette importance qui seraient prêts à aider une gamine comme elle, encore moins en faisant sembler que tout ceci était un jeu. Peut-être voulait-il se racheter de l’avoir bousculé ? Encore une fois, l’enfant se dit que ce n’était pas la faute de l’homme, mais la sienne. Quelle stupidité de courir dans les corridors du château en hurlant le prénom de sa sœur alors que ses parents lui avait demandé de rester bien comme il le faut dans leurs salons respectif, sans faire de bruit. Elle avait encore désobéi ! Quelle serait la punition cette fois ? Mais si elle parvenait à retrouver Océlya, et à faire connaissance avec l’homme qui se tenait devant elle, peut-être qu’elle pourrait échapper à ses parents ? Le nordien la fit sortir de ses pensées en sortant son épée bien acérée du fourreau attaché à sa ceinture, et continua de parler en posant sa pointe sur le sol. « Je suis Barth Snow, maître d’arme de Winterfell et représentant de Lord Beron Stark en ces lieux, et je ferai tout mon possible pour vous servir aussi bien que je le pourrai, my Lady. Donnez-moi un ordre, une piste, et je retrouverai votre petite fugueuse de sœur. » Ce petit jeu fit rire de bon coeur Liliann. Elle resta tout de même surprise du nom de l’homme, sans toutefois le montrer. Il était donc un bâtard? Ses parents lui avait toujours dit de les éviter. Ils étaient pires que les roturiers, de la vraie peste! Bien sûr, la jeune fille n’avais jamais cru ces propos. Les gens étaient étranges! Encore une fois, ce Barth Snow prouvait qu’elle avait raison. Elle n’avait jamais croisé un homme aussi gentil qui se prêtait si bien au jeu! Sans s’attarder plus sur le nom de l’homme, elle répondit amicalement.

« Ravie de vous rencontrer, Messire Barth Snow. J’ai vu ma soeur un peu plus tôt à l’écurie, entrain de brosser ce qui semblait être vos chevaux. Il serait stupide de sa part de retourner là, puisque je l’ai trouvée aujourd’hui au même endroit, mais c’est… de son genre. »

Elle se tut avec un peu d’embarras. Océlya était la plus timide et étrange de la fratrie, et ce n’était pas facile de l’avouer en public. Tout de même, sa soeur cadette avait douze ans, et amplement le temps de changer avant de se fiancer et de se marier. Ne fallait-il pas épouser les soeurs dans leur ordre de naissance? Le tour viendra très bientôt à Leonor, qui a plusieurs nobles prétendants, mais ce sera plus difficile pour Anabess. Liliann avait donc encore quelques années, ou mois, devant elle, avant d’épouser un homme. Puis, elle revint à son invité qui était toujours devant elle. Lili avait presque oublié que Barth ne devait pas être très familia avec les lieux, alors elle suggéra :

« Suivez-moi, je vais vous montrer le chemin. Il est assez difficile de se retrouver dans cette forteresse aux couloirs serpentueux. »

Sans attendre Barth Snow, elle commença à marcher en direction d’où sa soeur avait disparu, prenant une torche enflammée au passage. Il commençait à faire noir.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Voyage dans les Rus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Voyage dans la jungle [CLos]
» Voyage dans l'immensité russe
» Voyage dans le foin...
» Voyage dans les arcanes - Par Laurelyn Silimaurë
» Voyage Dans la Ville Griotte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-