AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

« Les retrouvailles inattendues d'un chevalier et d'une ménestrel » ft. Pryam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 21 Avr 2012 - 10:13

Trop de choses sont arrivées, songe amèrement Eleyna en observant la reliure usée du livre offert par son oncle Brandon. Ses doigts parcourent la surface rugueuse du cuir avant de finalement tourner les premières pages. Remplies d'une écriture différente de la sienne, elles renfermaient des aventures et des secrets qui ne lui appartenaient pas mais qu'elle connaissait sur le bout des doigts et dont elle tirait beaucoup de ses chansons. Son oncle, son idole. Son modèle. Son héros. Lentement, comme si elle lisait le Compendium de Jade, vieil exemplaire tiré de la bibliothèque des Omble qu'elle avait lu de nombreuses fois, Eleyna tournait les pages pour arriver aux premières qu'elle avait écrite, quelques jours après son départ d'Âtre-Lès-Confins. La joie et l'excitation transpirait à outrance de chaque lettre écrite avec un soin confondant pour le soin apporté, là où son oncle avait rédigé de façon brouillonne, avec son écriture serrée, quasi illisible pour qui n'y était pas habitué. La Omble avait relaté toutes ses aventures et son coeur fit une chose étrange lorsqu'elle arriva dans le Val. Pas de dates, mais des noms pour distinguer les différentes parties. Et l'un d'eux ressortait tout particulièrement au milieu de cette encre unicolore. Pryam Juste Pryam, chevalier errant. Elle avait raconté les détails de cette première rencontre, pour elle, avec un chevalier qui correspondait à tout ce qu'on lui avait dis sur eux. Il correspondait à ce que chacun devait être, il appartenait à l'espèce rare dont lui avait parlé son oncle Brandon et elle avait adoré le soumettre à son petit jeu de questions, entendre une de ses histoires de batailles -guère plus qu'une bagarre en réalité avec une fer-née mais Eleyna avait tant fantasmé cette histoire qu'elle était devenue une grande bataille. Puis elle en avait imaginé des tas d'autres, comme à son habitude depuis sa plus tendre enfance. Vie dans un monde de rêve. Déconnectée d'une réalité trop dure. Adorable disent certains. Dangereux affirment d'autres. Les seconds ont raison, Eleyna en est consciente mais sait aussi que la réside sa plus grande force. Alors elle n'hésite pas et ne se remet pas en question. Elle avance, avec ses désirs, ses certitudes, que rien n'ébranle. Ou presque. Elle se souvient d'une phrase prononcée par le chevalier errant au sujet des certitudes, comme quoi lorsqu'on commence avec elles on termine avec des doutes. Et en commençant avec des doutes on finit avec des certitudes. Elle avait beau avoir réfléchi et retourné cette phrase dans tous les sens possibles et imaginables, Eleyna campait sur ses positions. Une trop grande foi en elle ou en ses instincts qu'elle pense mené par les Dieux? Rien de trop grave. Un murmure, une sensation, une impression. Comme celle qui l'avait poussée à affirmer au chevalier qu'ils se retrouveraient. Ni heure, ni date, ni lieu. Juste une certitude profondément ancrée dans son âme. Et ils se séparèrent, pour se retrouver plus tard...Les doigts de la nordienne courent toujours sur la page, pour la tourner. La suite de l'histoire, elle la connaît par coeur. Retrouvailles, rencontre. Le chevalier est vu pour la première fois de Lukas et Jorah. Elle sait que son frère enrage mais s'obstine, ne dit rien. Ils voyageront ensemble, elle le veut et le chevalier semble être également partisan de cette solution. Alors ils continuent, jusqu'à ce qu'un jour il s'éloigne de leur campement pour revenir avec une femme. Une soeur, selon ses dires. Elle a les yeux rouges, elle semble méfiante et les toise tous. Lukas ne l'a même pas remarqué, Jorah, pourtant, ne fait que la dévisager. Eleyna l'observe, lui sourit, mais n'a que froideur en retour. Un glacier hivernal. Elle se détourne de la jeune femme et reprend sa contemplation des flammes. Une fois la nuit venue, elle s'éloigne pour écrire quelques lignes dans son épais livre, qu'elle rangera dans sa sacoche en cuir. Elle a peur des étrangers. Elle se cramponne à son frère comme si sa vie en dépendait. Ce faisant, elle songe à Lukas et à l'histoire que leur mère racontait: Il ne s'arrêtait jamais de pleurer, jour et nuit il hurlait. Puis votre oncle eu l'idée de vous laisser côte à côte. Une fois ensemble, il s'est immédiatement calmé. Plus une seule larme, depuis. Les deux ne sont pourtant pas jumeaux mais Eleyna ignore ce qui les lie exactement. Sa plume caressant sa lèvre supérieure, elle avait soufflé sur l'encre pour s'assurer qu'elle était sèche et avait refermé son ouvrage, pensant que la soeur se sentirait mieux le lendemain.
Elle était loin du compte.

Serena, de son nom, ne se montrait pas ouvertement hostile envers Eleyna. Aucun des garçons n'avait d'ailleurs remarqué la tension pourtant palpable entre les deux. C'était un regard. C'était une grimace. Un rictus, une simple lueur voir même une impression. Eleyna se sentait oppressée, se sentait malvenue et étrangère. Sensible à ce genre de comportement, elle avait l'impression d'être face à son propre père, ce qu'elle ne pouvait supporter. Elle avait pourtant essayé, mais avait la sensation qu'adresser la parole au chevalier était un pécher mortel. Voix des Sept sur terre? Elle percevait Serena en représentante et la soeur se serait bien entendue avec Lukas. Si Eleyna s'était habituée à l'hostilité de son frère envers toute personne, homme ou femme, qui l'approchait jamais, elle ne se sentait pas de taille à encaisser le double féminin de son propre père. Ainsi un matin, elle décida de s'en aller avec ses deux compagnons, sans vraiment être capable de donner une explication au chevalier. Quelques mensonges inventés, au mieux. Nous sommes trop nombreux, nous ne voulons pas être un poids. Et au cas où l'élément serait contré par la bonne âme du chevalier, Eleyna avait ajouté: J'aimerais voir Vieilles-Pierres, c'est un détour inutile. Continuez, nous vous rattraperons. Elle avait souris à Pryam, avec cette espèce de certitude qui ne la quittait jamais. Hélas pour elle, un léger doute s'était insinué. L'ironie ne lui échappait pas et c'est un sourire amère qui avait orné son visage dés qu'ils avaient tourné le dos sur leurs chevaux reposés.
La situation n'avait pas été en s'arrangeant. Un silence de plomb s'était installé entre eux trois sans qu'elle ne comprenne pourquoi. Fredonnant des mélodies à voix basse, elle sentait le regard de son frère darder son dos comme mille flèches de feu. Il n'avait pas fallu deux journées ainsi pour que la dispute explose. Violente. Rentré saoul comme souvent depuis le début de ce voyage, Eleyna l'avait attendu derrière la porte et accueilli avec une mine fermée. Il l'avait observé sans un mot et ils s'étaient mis à hurler tous les deux en même temps. Paroles incompréhensibles. Reproches informulés. La main d'Eleyna fend l'air pour trouver la joue de son frère, mais le coup est arrêté en vol. Il serre son poignet, si fort qu'il le lui brise presque. Elle lui donne un coup de pied, il ne la lâche pas. Il approche sa bouche à l'haleine de vin tourné et lui assène un coup: « Tu t'inquiètes plus de ton chevalier que de ton frère. Fou moi la paix. » Il la lâche, elle reprend son bras et pose sa main sur son poignet pour le masser. Elle le regarde, furieuse. Il raconte n'importe quoi. Sa jalousie est mal placée et ne devrait pas exister. Ils sont du même sang. Elle l'aime, certes, mais lui l'aime plus que ne le devrait un frère, que ne le devrait un jumeau. Il se déplace en équilibre sur une frontière trop mince, mal définie et souvent il perd pied. Les baisers, cela n'est rien. Sa jalousie exprimée à voix haute suffit pour qu'elle s'inquiète de son état. Ou qu'elle en prenne affront. « Que mon frère arrête de se détruire et je m'inquièterais de son sort. Crétin prétentieux, jaloux! Tu ressembles à Père sauf que tu es bien pire que lui. » Il le prend mal, car Lukas sait à quel point elle ne supporte pas cet homme. Il le prend mal aussi, car elle a souvent comparé leur père à leur aîné. La dispute s'envenime. « Tu es malade! Tu restes mon frère, tu restes ce qui compte, mais je ne supporte pas voir l'ombre d'Huther Omble dans tes yeux! L'ombre que tu rends fiévreuse par tes délires paranoïaques. » Il lui attrape les cheveux et les tire pour découvrir sa gorge. Il l'attire contre lui et elle ignore ce qu'il pourra fait, jusqu'où il ira cette fois. « Tu ne peux pas faire ça. Tu ne peux pas faire ça. Tu ne peux pas faire ça. » murmure, psychotique. Sa voix tremble, ses muscles aussi. Ce sera le baiser ou le coup. Elle n'a pas peur, elle n'a pas confiance non plus. Elle a l'habitude d'encaisser et de rendre. Alors elle rendra, s'il le faut. Sauf qu'on l'en empêche.
A cet instant, alors, tout bascule.

Jorah, pour la première fois, se mêle de leur dispute. Coup de poing violent, tiré de sa force de gosse roturier, de chasseur, il explose le nez du frère qui en perd l'équilibre, abasourdit. Il se place entre les deux jumeaux. Elle ignore ce qui passe entre leurs deux regards décidés, l'un coléreux, l'autre rendu fou par le vin et par un trop long refoulement de sentiments. Lukas se lève et s'en va. Il n'avait même pas enlevé son manteau ou ses bottes. Il prend le chemin inverse, ferme la porte sans même la claquer. Eleyna croise ses yeux une dernière fois. Son regard est hanté. Et il va la hanter, elle. La Omble a la force d'aller jusqu'à son lit et de s'y assoire. Elle attend ainsi, regard fixée sur cette porte, scène précédemment joué dans le Val. Elle n'a pas sortit son livre. Elle n'a pas sortit son luth. Elle reste deux jours sans bouger, à attendre. Elle attend.
Mais la porte ne s'ouvre pas. Jamais.
Même Jorah ne sort pas. Il la fait boire sans qu'elle ne s'en souvienne, mais ne parvient pas à lui donner à manger. Eleyna attend, rien ne vient, et son coeur se mue en furie vengeresse. Sa douceur s'éloigne, se terre dans un trou trop petit et son poing se crispe. Un état de rage dans lequel seul Lukas peut la plonger. Il joue? Elle en a douté, à voir l'éclat dans son regard. Elle le sent vivant, en elle. Il est la, quelque part mais où? « Un jour il m'a dis qu'il préférait partir au Mur plutôt que de te perdre. » dit soudain Jorah, après l'avoir vu se lever et rassembler leurs affaires. « Et bien qu'il y gèle. Il m'a perdue tout seul en refusant de revenir. Partons! Et si la raison lui revient, il saura où nous retrouver. » Froide. Une rage l'anime, comme jamais auparavant. Elle est incapable de gérer cette détresse qui s'est emparée d'elle, incapable de faire face. Elle doit bouger, elle doit se reprendre. Elle se rend à l'écurie avec Jorah pour récupérer leurs deux montures. Celle de son frère n'est plus la. Les deux chevaux sont préparés, elle lance le sien dans un galop furieux. Elle a besoin du vent fouettant son visage, elle a besoin de s'isoler, trouver son univers à elle, inaccessible tant qu'elle est dans cet état. Elle a besoin de calme et donc d'un arbre où se percher. Etrange jeune femme. Ou d'un cours d'eau. Elle le saura en le trouvant. Elle le saura en arrivant non loin, quand son esprit retrouvera sa livrée habituelle. Quand elle sera apte à sourire à sa façon, avec son mystère tenace. Quand elle pourra écrire cette mésaventure sans ressentir cette rage profonde, qui couverait pourtant toujours en elle, la métamorphosant. Un manque, un vide. Une moitié d'elle-même avait disparu et Eleyna devait continuer avec. Surtout ne pas abandonner ses rêves. Et ses illusions/ Il reviendra. Il ne peut que revenir. Comme l'enfant qui prie les Anciens Dieux pour que les ténèbres ne l'engloutisse pas. Elle ferme les yeux et se laisse guider. Quand elle les rouvre, Bélial s'est arrêté au bord d'une rivière. Elle inspire l'air, le cheval baisse la tête pour boire. Elle démonte, lui tient les rênes et s'assoit. Jorah la suit de prêt, silencieux. Elle s'offre le temps de se calmer, s'offre le temps de se reconstruire. Plus d'une moitié de journée passe, perdue dirons certains, gagnée dirons les autres. Ses doigts courent sur la surface de l'eau, légèrement humide. Elle se couche dans l'herbe et elle dort, sommeil veillé par son précieux gardien à l'arbalète. Quant elle ouvre les yeux, elle a retrouvé sa maîtrise. Et une nouvelle mélodie lui est venue.

Les deux jeunes adultes ont continué leur chemin. A un moment, sans doute ont-ils passé la frontière mais Eleyna n'aurait su dire quand exactement. Elle sait simplement que l'air a changé, le paysage aussi. Les terres de l'Ouest. Elle pense aux fer-nés qui ont fais tant de ravages ici et est presque excitée à l'idée d'aller se promener sur la côte. Mise en danger délibérée. Elle a vraiment envie d'en voir. Animaux de cirque? Risible pour ces guerriers, qu'elle imagine fier mais que l'on dit couards et lâches en réalité. Ils doivent l'être, pour attaquer des paysans sans défense. Pour s'en retourner au son des chevaliers en approche. L'esprit romanesque d'Eleyna les transforme trop pour coller à la réalité, mais elle aime ce qu'elle imagine. Passe-temps. Elle a retrouvé les clés de son autre univers, elle a inventé de nouvelles histoires. Elle les note dans son livre à la couverture de cuir, mais n'a encore rien noté au sujet de Lukas. Elle le remet toujours à plus tard. Lâche...Il ne reviendra pas siffle la pernicieuse petite voix en son sein. Elle l'ignore, pousse un peu plus sa monture. « Eleyna? » tente la voix de Jorah, enrouée par les trop longs silences. Il n'y a plus de tension néanmoins et cela leurs fait du bien. La nordienne tourne la tête vers son ami, signe qu'elle écoute. « J'me d'mandais...Ca fais longtemps que t'a plus chanté. J'me d'mandais si tu pouvais pas...fin... » Elle écrit beaucoup, joue quelques fois, mais sa voix n'a plus transcendé l'air comme avant depuis un moment. La dernière fois remonte à chez les Darry, du moins le pense-t-elle. Parfois sa mémoire est une vile dame bien cruelle, pour ce qu'elle veut bien. « J'aime bien quand tu chantes le Fléau. » Elle sourit, doucement. Ce n'est pas la chanson préférée de Jorah, mais le tact interdit à son ami de lui demander le Dernier Géant. Eleyna sort son luth et ses doigts s'égarent déjà sur les cordes, maladroit d'abord comme s'ils cherchaient des repères depuis longtemps perdu. Puis elle ferme les yeux et entame les premières notes. Confiance absolue en sa monture qui suivra celle du chasseur, elle commence à chanter. Mais pas le Fléau. Celle qu'il voulait vraiment. Ooooooh, je suis le dernier géant, mon peuple a quitté la terre. Le dernier, quand, à ma naissance, les géants des montagnes gouvernaient le monde.
Une fois terminée, Eleyna ne s'arrêta pas de jouer. Juste jouer. Parfois sa voix fredonnait quelques phrases sans véritable sens. Il fallut quelques jours avant qu'ils n'arrivent à ce qui ressemblait à une ville, non loin d'un château qui appartenait aux Brax selon la population locale. Corval, voila le nom de même que celui de la petite ville -plus grand qu'un village mais Eleyna avait du mal à qualifier l'endroit de ville pour autant. La folie des grandeurs, sans doute, qui lui fait perdre le sens des réalités. Il commençait à se faire tard. La nuit était tombée depuis trois heures au moins et les deux cavaliers étaient courbaturés. Ils s'arrêtèrent dans une auberge proche, nommée Poney Fringant à en croire l'enseigne défraîchie, pour y passer la nuit. Leurs réserves d'or diminuaient petit à petit, même si les chansons d'Eleyna payaient parfois assez pour s'offrir une nuit et que Jorah s'arrangeait pour leurs trouver à manger en chassant, ils ne pouvaient toujours se le permettre. Ils devraient réfléchir à une solution d'ici la suite de leur voyage. Peut-être jouer pour des nobles et commencer à se faire un nom...Mieux valait qu'elle utilise un pseudonyme. Eleyna n'était pas du genre imbue de sa personne mais n'aimait pas voir les choses en petit. Peut-être des rumeurs sur son compte remonteraient-elles dans le Nord. Qui pouvait savoir...
Ils poussèrent la porte de l'auberge et entrèrent dans un endroit raisonnablement bruyant. Il y avait un groupe de quatre hommes déjà saoul qui semblaient être parti pour une nuit de beuverie. L'endroit ne manquait pas d'animation sans être véritablement bondé ni spécialement trop mal fréquenté. Un feu était allumé dans une grande cheminée. Attirée comme un papillon, le regard d'Eleyna s'y pose, ainsi que sur la silhouette solitaire attablée non loin de la. Un sourire léger mais pas dépourvu de joie illumina alors le visage de la Omble quand elle le reconnut. « Pryam. » dit-elle, sauf qu'il n'aurait pas pu l'entendre d'aussi loin. La mention n'échappa pas à Jorah qui tourna la tête pour repérer le chevalier errant et poussa une sorte de soupire à peine dissimulé. Sans s'y attarder, elle le laissa régler leur affaire et s'avança vers la table. L'avait-il vue? Il semblait plongé dans ses pensées. Elle prit une chaise juste à côté de lui et fit tout haut: « Moi qui commençait à avoir des doutes, j'aurais du en rester à mes certitudes. » Allusion qu'il pouvait comprendre sans que ça soit vraiment le cas, car l'errant n'avait pas été dans sa tête ces dernières semaines. Elle espérait qu'il avait tant et plus d'histoires à raconter sur ce qui lui était arrivé. Elle était contente de le revoir, mais ce premier sentiment laissa place à un second, plus tardif car elle n'avait pas aperçu la soeur à ses côtés. De même que l'écuyer et l'autre homme arrivé avec Serena, dont Eleyna n'avait pas fais grand cas ni retenu le nom. Dormaient-ils à l'étage? Une voix désagréable lui disait que oui. Elle aurait pourtant, en quelque sorte, préféré retrouver le chevalier avec simplement son écuyer. Non pas qu'elle entretienne une haine envers Serena, simplement elle ne pouvait supporter l'image renvoyée par son regard. Du coup, ça ne changera absolument rien, vous repartirez chacun de votre côté.
Rien ne l'empêchait, pourtant, de parler avec lui ce soir et d'en profiter jusqu'à ce que l'aube les entraîne sur deux chemins opposés.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Dim 22 Avr 2012 - 18:53

     Pryam avait été étonné d'entendre Eleyna lui annoncer qu'elle comptait quitter le groupe. Il dût même avouer qu'un léger pincement de regret se fit sentir dans son coeur, il commençait à s'habituer à la présence rafraîchissante de la jeune femme. Mais la raison évoquée était tout à fait justifiée, lui-même avait pensé a même chose lorsque le compagnon de Serena s'était joint à eux, ils parviendraient certainement mieux à s'en sortir en voyageant à deux groupes séparés. Fidèle à lui-même, le Valois avait donc acquiescé avant de leur souhaiter une bonne continuation, même s'il n'était pas certain que leurs chemins se croisent à nouveau. Il avait déjà eu beaucoup de chance en retrouvant Serena, puis ils s'étaient déjà retrouvés par hasard quelques temps plus tôt, autant dire qu'il devait avoir épuisé son capital chance. Pryam n'avait rien dit de plus, ni la pointe de déception que cette annonce provoquait, ni le soulagement lié au fait de voir Lukas s'éloigner. Le chevalier n'avait pas trop accroché avec le Nordien, au contraire même. Pourtant le jeune homme n'avait rien fait de mal à son attention, pas plus qu'il n'avait parlé froidement où lui avait lancé une réplique cinglante, mais quelque chose coinçait. L'errant avait tout d'abord soupçonné la méfiance d'un frère trop protecteur, puis il avait finalement mis cela sur le compte de la jalousie. Les cadets du chevalier étaient jumeaux et par conséquent, le blond savait comment se comportaient deux personnes aussi liées. Les réactions de Lukas n'étaient pas celles que les Nordiens adoptaient lorsqu'ils tombaient sur des chevaliers. Au final, Eleyna avait peut-être opté pour la meilleure solution en prenant cette décision.

     Leurs chemins s'étaient donc séparés, les deux jeunes gens ne se reverraient peut-être jamais et le blond décida donc de se concentrer sur sa sœur afin d'éviter de se perdre dans les méandres de son esprit. Il s'était demandé, pendant un instant, si la belle avait pris l'une de ses paroles comme une insulte et s'éloignait pour cette raison. Pryam espérait bien que non, il aurait été dommage de se quitter en mauvais termes. Le voyage se poursuivit donc doucement, ils firent une halte dans un village afin d'acheter un cheval digne de ce nom pour Serena, puis un cheval un peu plus vieux pour le jeune roturier. Il y avait clairement un écart entre la qualité des deux montures, mais le blond voyait loin et considérait que sa sœur pourrait se servir de cette bête plus tard encore. Mieux valait dépenser tout de suite une bonne somme plutôt que de devoir en acheter une nouvelle dans quelques semaines. Après cela, ils progressèrent dans le reste du Conflans, faisant de temps en temps des haltes dans certains châteaux afin de demander si les seigneurs des lieux cherchaient de la main d'œuvre. Mais la réponse était toujours négative, ou alors uniquement pour quelques jours. Ils passèrent un petit moment dans la demeure d'une famille mineure de la région, puis reprirent la route pour finalement se diriger vers l'Ouest. Les terres des Tully ne leur avaient pas portées chance, mieux valait donc voir plus loin et changer de coin. Peut-être même pousser jusqu'à Dorne, qui sait ? Il se demanda un peu étrangement si la saltimbanque était finalement partie pour les cités libres afin d'y passer l'hiver. Puis il n'y repensa plus. Serena occupait ses pensées pendant la journée.

     Après avoir rencontré quelques autres voyageurs avec qui ils ne se lièrent pas, le groupe décida finalement de faire halte dans une auberge du coin. Ils avaient dormi dans un campement monté dans la forêt depuis quelques jours, mais rien ne valait le sommeil que l'on trouvait dans un lit ! Profitant de son petit pécule, le blond demanda plusieurs chambres et réussi même à obtenir un rabais en acceptant de rendre un petit service à l'aubergiste. Ils dînèrent, parlèrent un peu en se réchauffant au coin du feu qui ronflait dans la cheminée, puis le chevalier conseilla à ses amis d'aller se coucher pour profiter d'une bonne nuit de sommeil. Lui-même ne tarderait pas trop, mais avant il souhaitait passer un petit moment tranquille. Seul surtout. Perdu dans ses pensées, un verre à moitié vide posé devant lui, les yeux clairs du Valois fixaient un point invisible dans le vide. Il manqua de sursauter en entendant une voix familière à ses côtés, puis tourna la tête dans cette direction. Le bruit de la salle se fit plus présent, il se souvint qu'il était assit là à rêvasser, puis il vit le visage d'Eleyna. Une expression de surprise passa brièvement sur le faciès du chevalier alors qu'il se demandait s'il était encore perdu dans ses pensées, mais il semblait que non. Quelques secondes furent nécessaires avant qu'il ne se remémore ce que la demoiselle venait de lui dire. Un sourire se dessina sur les lèvres pleines du Valois alors qu'il reconnaissait les mots qu'elle prononçait. Un léger haussement d'épaules avant de répliquer d'un ton calme.

     ▬ Force est de reconnaître que vous êtes plus dans le vrai que moi. Je dois avouer qu'une fois de plus j'étais persuadé que nos chemins ne se croiseraient plus. Il semblerait pourtant que ce soit toujours le cas. »

     Bien évidemment, sans quoi elle ne serait pas devant lui ! Il avait tendance à dire des évidences lorsque la surprise le prenait. Le regard céruléen du Valois quitta le visage de la demoiselle qui s'était installée à ses côtés, pour se promener sur la salle. Il craignait de voir un Lukas furieux le dévisager, mais il ne repéra rien. Étrange, peut-être que le Nordien était allé réserver une chambre et viendrait s'incruster dans quelques minutes ? L'idée le refroidit et son sourire s'atténua légèrement alors qu'il reportait son attention sur la saltimbanque. Quelques secondes de silence, puis Pryam reprit la parole, essayant de rester aussi neutre que possible de manière à ce que le jumeau d'Eleyna ne lui tombe pas dessus s'il voyait soudain qu'ils discutaient tous les deux.

     ▬ J'espère que vous me laisserez vous offrir quelque chose à boire histoire de féliciter votre clairvoyance. »

     D'un geste de la main, il fit signe à une serveuse dont la robe trop serrée montrait clairement qu'elle avait trop abusé de la bonne chaire et n'avait certainement pas souffert de la famine. Elle s'approcha d'eux et demanda à Eleyna ce qu'elle souhaitait. Lorsque la demoiselle répondit, l'employé hocha la tête et s'éloigna d'un pas lourd. L'attention du Valois fut donc essentiellement concentré sur la jeune femme, ils n'étaient plus en pleine journée, Serena était en sécurité, il avait donc le droit de s'accorder une pause. Pryam se remémora ce que la Nordienne lui avait dit quelques semaines plus tôt, lors de leur première rencontre, essayant de se souvenir le chemin qu'elle suivait. Il ne se souvenait pas qu'elle avait parlé de cette ville et s'attendait plutôt à la voir débarquer à Port-Lannis. Mais bien entendu, le jeune homme était heureux de la retrouver. Plus que la première fois même. Le bruit de fond était léger, mais suffisait à le tirer de ses pensées, ainsi, le chevalier reprit la parole de son éternel ton calme.

     ▬ Avez-vous fait bon voyage depuis que nos chemins se sont quittés ? Je pensais que vous vous rendriez directement à Port-Lannis ou Lancehélion, nous avons tellement traîné dans le Conflans que je n'envisageais pas pouvoir me trouver encore dans la même zone que vous. »

     Autrement dit, il avait pensé à son voyage et très logiquement à elle. C'était involontaire, mais cela se déduisait automatiquement. Le Valois délaissa une fois de plus le visage de son interlocutrice pour le promener sur la salle d'un air neutre, alors qu'en réalité il souhaitait surtout vérifier si son frère avait soudain débarqué au milieu de la pièce. Mais non. Toujours pas. C'était étrange, bien que cela l'arrangeait. Préférant savoir à quoi s'en tenir, le chevalier errant décida de l'interroger à ce sujet immédiatement. Bien qu'il ne comptait pas lui avouer le plaisir qu'il ressentait à la revoir, Pryam avait envie de se montrer un peu plus chaleureux que la fois où Lukas se trouvait non loin d'eux. Mais pas sans assurer ses arrières avant.

     ▬ Votre frère est-il fatigué au point de disparaître en vous laissant seule pour passer la soirée ? »

     Une manière subtile de se renseigner sur la question. Enfin, c'était ce qu'il espérait du moins. Bien que la finesse n'avait jamais été son fort.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 29 Avr 2012 - 13:20

Une étrange expression passe sur les traits du chevalier errant lorsqu'il remarque la présence de l'ancienne noble. Eleyna sourit, car les sentiments spontanés sont les plus faciles à interpréter et nuls doutes qu'il ne s'agissait pas d'une mauvaise surprise. Son sourire ne trompait pas. Un peu de baume au coeur, elle en oubliait déjà les désagréments qui viendraient plus tard lorsque d'autres protagonistes se mêleraient à leur duo et les empêcheraient de discuter librement. Eleyna avait, depuis l'accident sur les routes, décidé de prendre chaque journée comme elle venait de façon bien plus ponctuée qu'à son habitude première. Cela l'aidait à ne pas trop penser, tout comme cela l'aidait à ne pas trop se rendre compte de sa situation. Elle avait perdu un frère, jumeau de surcroît et recroisait un homme qu'elle aurait peut-être mieux fait d'éviter. Dieux cruels ou simplement un destin qui s'acharne à mettre en commun une ménestrel et un chevalier? Eleyna n'aurait su le dire, bien qu'elle trouvait cela romanesque. Digne de son imagination. Pour peu elle se serait pincée, pour s'assurer de ne pas rêver. Ce n'est pas comme si elle n'avait jamais songé à lui dans les ténèbres...Il lui arrivait de s'endormir après avoir relu une vieille page et de rêver du blond en plein combat. Ou simplement du blond discutant tranquillement avec elle, perchée sur sa branche et lui se tordant le coup pour l'observer, intrigué. Et peut-être lui-même avait-il songé à elle. Aveu voilé à demi mot ou simplement interprétation de sa part, il déclare avoir pensé ne jamais la revoir. Il y a donc pensé...Elle hausse les épaules, s'installe mieux sur cette chaise. Le dos droit, elle s'est toujours bien tenue quoi qu'on la qualifie de gauche à cause de sa grande taille -et il est vrai qu'elle manquait d'adresse lorsqu'il ne s'agissait pas de laisser ses doigts glisser sur une corde. Il enchaîne en lui proposant un rafraîchissement. Il fait signe à une serveuse et Eleyna demande simplement un vin aux épices, se doutant qu'il ne vaudrait pas un grand cru mais suffirait amplement. Elle remercie le chevalier errant pour l'invitation et il lui fait remarquer un fait étrange, qui la renvoie bien loin en arrière, dans des souvenirs qu'Eleyna aurait préféré gardé enfouit encore quelques minutes. Elle aurait pu, aurait du relever qu'il avait sans doute beaucoup plus pensé à elle qu'il n'y paraissait puisqu'il avait traîné longtemps dans les Conflans et avouait ne pas avoir pensé la revoir -deux fois sur trois phrases était plutôt une bonne moyenne. Seulement elle pensait à Lukas, nostalgique. Elle ne répond pas immédiatement, elle se demande comment expliquer ce gros retard. En a-t-il seulement quelque chose à faire? Eleyna tourne la tête et le surprend à scruter les gens autour d'eux. Cherche-t-il quelqu'un? Peut-être la soeur, revenue d'une balade nocturne. Ils n'avaient croisé personne sur le chemin, du moins aucune femme, mais elle avait très bien pu emprunter un chemin différent avec son étrange ami. Eleyna regarde elle aussi, non sans ressentir une pointe d'angoisse ou du moins ce qui s'y apparente car une sorte de noeud étreint avec passion son estomac. Rien ne vient pourtant...Discrètement elle jette un coup d'oeil au chevalier et voit qu'il fixe Jorah. Que cherche-t-il? Tu sais très bien ce qu'il cherche. Tu le cherches toi aussi malgré toi, quand tu croises un ivrogne tu observes son visage et cherche les traits familiers. Il te bouffe le coeur vivant, il te torture même à distance. Il sera toujours la, où qu'il soit, une ombre qui plane. Et il le cherche, parce qu'il l'a sentit lui aussi, l'hostilité grandissante de sa part. regarde, son visage s'est fermé...
Pryam pose alors la question.

Oh bien sur il est subtil. Il demande sans demander, s'intéresse sans véritablement en avoir l'air. Lui aussi se demande pourquoi Eleyna se retrouve seule avec Jorah. Ils viennent de passer la porte, difficile pour Lukas de passer inaperçu à cause de sa haute stature. Impossible de croire qu'il aurait pu traverser la salle sans que personne ne le remarque, même sans que Pryam ne sente son regard aussi froid que l'hiver du Nord se poser sur sa gorge, avec cette envie d'en extraire le sang à gros bouillons. Surréaliste de penser qu'il aurait laissé Eleyna seule quelque part. Jorah a terminé de négocier leur chambre, il s'approche et salue le chevalier d'un signe de tête. « C'est au premier étage, la troisième chambre sur la gauche. » Elle acquiesce pour signifier qu'elle a compris et le remercie. Elle sait qu'il aimerait dire d'autres choses. Elle sait qu'il voudrait préciser qu'il l'attendra jusqu'à ce qu'elle repasse la porte mais qu'elle peut prendre son temps. Il n'aime pas vraiment le chevalier errant, sans doute persuadé que le petit groupe a éclaté en partie par sa faute mais Jorah, à force, sait se tenir et n'en dit rien, ne montre même pas d'hostilité. Il aime trop Eleyna pour cela. Il acceptera Pryam si elle le veut. L'important pour lui c'est qu'elle aille au bout de son voyage sans mourir. Elle lit tout cela dans son regard, en moins de trois secondes, puis il se détourne en souhaitant une bonne soirée. Il monte, la nordienne soupire mais n'est pas las, non. Elle laisse simplement l'air s'échapper de ses poumons, pour reprendre un peu d'oxygène et peut-être trouver les mots. Pour la première fois, elle est comme démunie. Elle ne sait pas. Une sorte de silence se fait, s'éternise.

Puis d'un coup, elle ouvre la bouche.
« J'ignore si mon frère est fatigué ou non. J'ignore même où il se trouve exactement. » Elle choisit la franchise et la simplicité. A quoi bon tourner autour du pot? « Il a pris une route différente de la nôtre peu après que nous vous ayons quitté. Jorah est resté avec moi pour me protéger des dangers de la route et me tenir compagnie. » Développer? Non, elle n'en a aucune envie aussi précise-t-elle: « L'histoire ne mérite pas vraiment d'être racontée...Elle n'a d'ailleurs aucun sens. » Elle espère ainsi clore le sujet. Eleyna essaie de ne pas montrer la douleur qu'elle ressent à l'évocation et peut-être y parvient-elle. Aucun miroir aux alentours pour le confirmer. La serveuse revient pour leurs apporter leurs boissons, juste au bon moment. La nordienne vide une bonne gorgée, sans doute un peu trop car comme prévu le vin n'est pas très bon et est plutôt fort. Gorge en feu, elle tousse et manque de s'étouffer. Les larmes lui montent. Elle repose avec prudence la boisson. Elle rit. « Je crois que j'ai bu trop vite... » Dira-t-elle, cela vaut mieux. Eleyna n'avait auparavant jamais quitté son jumeau plus de quelques heures. Une habitude résignée l'avait prise et Jorah évitait avec soin d'évoquer le jumeau. Le chasseur a peur de la voir s'effondrer. Il la pense fragile au cœur tendre. Elle ne peut le lui reprocher, elle a toujours montrer cette facette d'elle-même. La détermination, la violence brute, elle la cache et la garde pour les disputes violentes. Jorah la croit femme, tout simplement. La Omble est plus que simplement cela...« Et votre soeur? Je suppose qu'elle se repose véritablement à l'étage, à moins que sa route a elle aussi se soit éloignée de la vôtre? » Elle ne souhaitait cette sorte de douleur à personne mais espérait juste assez, au fond de son coeur, pour que ça en devienne indécent et parfaitement injuste envers Pryam. Sa voix ne laisse rien paraître de plus que son ton habituel, ce léger sourire aux éclats de mystères, incompréhensible. « Racontez moi donc vos aventures...Vous avez du en vivre je suppose pour avoir autant traîné dans les Conflans. Une noble dame à secourir? Ou peut-être simplement des pillards à tenir à distance? Un seigneur dont vous deviez sauvegarder la vie contre rémunération? »Trop de questions d'un coup. Eleyna secoue la tête. « J'oublie mes propres règles...Une seule question à la fois. » Clin d'oeil. Pour la première fois depuis le départ de son frère, elle sent le poids sur son coeur s'alléger petit à petit. Doux réconfort. Se dire qu'il n'était que passager était d'une intolérable cruauté.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 30 Avr 2012 - 13:43

     Le silence s'installa entre eux et Pryam constata alors avec satisfaction que ce n'était pas en raison d'une quelconque gêne qu'ils restaient muets. Rien n'était plus désagréable que ce genre de sensation, ne pas oser briser le silence de peur de dire une sottise ou encore de froisser son interlocuteur. Étrangement, Eleyna semblait tolérer le mutisme quasi permanent du chevalier et ne pas le pousser sans cesse à combler ce « vide ». Ou peut-être n'est-ce que lui qui se monte la tête et la Nordienne est simplement d'une humeur passable, ne souhaitait pas babiller inutilement ? Décidé à voir les choses du bon côté, l'errant se persuada pour le moment qu'elle faisait preuve de compréhension. Il pourrait perdre ses illusions plus tard si jamais. Les yeux céruléens du Valois ne quittent que brièvement le minois de sa voisine de table, alors que Jorah le chasseur s'approche du duo afin d'annoncer où se situait leur chambre. Pryam est légèrement surpris d'entendre que le Nordiens dévoile cette information devant lui. Il lui semblait que le jeune homme ne l'appréciait pas énormément et dans un cas pareil, le chevalier n'aurait jamais annoncé où se situait la chambre de la demoiselle. Peut-être qu'il le pensait trop peu dangereux pour prendre la peine de camoufler ce détail ? Le Valois reste silencieux, chassant ses interrogations de son esprit. Quelle question. Il n'avait pas la tête de l'homme qui pouvait profiter d'une femme. Pas le comportement non plus.

     L'homme s'éloigna après avoir souhaité une bonne soirée aux deux jeunes gens. Pryam le remercie alors d'un simple signe de la tête, puis reporta son attention sur Eleyna qui soupira alors. Puis il patiente, persuadé que si la Nordienne avait quelque chose à lui dire, elle le ferait certainement. Jusqu'à présent, la demoiselle n'avait pas fait preuve d'un comportement très à cheval sur les convenances, elle n'hésiterait donc certainement pas à lui faire savoir si quelque chose posait problème. Après un petit moment de silence, la saltimbanque brisa finalement son mutisme afin de déclarer quelque chose qui ne manqua pas d'étonner Pryam. Il s'était attendu à tout, sauf à ce que les jumeaux se séparent et pour tout dire, il avait même du mal à y croire alors qu'il en avait la preuve sous les yeux. Quoi qu'il en soit, la demoiselle déclara qu'elle ne souhaitait pas en parler et il se contenta de hocher la tête d'un air compréhensif. Le Templeton avait eu assez de secrets de famille à cacher dans sa vie, pour ne pas aller fouiner dans les affaires des autres. Une désagréable sensation se fit alors sentir, Pryam ne pouvait s'empêcher de se demander s'il avait joué involontairement un rôle dans cette mascarade. Ce serait se donner trop d'importance. Il n'était qu'un voyageur parmi tant d'autres.

     Il imita Eleyna en buvant une gorgée de sa pinte, mais sans s'étouffer de son côté. Il était habitué à l'alcool rugueux et fort des tavernes de Westeros. Cela faisait belle lurette qu'il ne buvait plus que de la piquette de table. Un bref sourire se dessina sur ses lèvres tandis que la Nordienne remarquait avec évidence qu'elle avait été un peu trop rapide dans sa consommation. Puis elle aborda le sujet de Serena, mais Pryam ne pouvait se douter qu'il y avait quelque chose entre les deux jeunes femmes et prit cette question comme une politesse. Un simple geste de la tête en signe de dénégation, puis il laissa un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu'elle reprenait ses marques avec rapidité pour conclure sur une phrase qui le ramena au jour de leur rencontre. Reposant la pinte en grès sur la table, il s'accorda quelques instants de silence avant de répondre d'un air posé, plus apaisé maintenant qu'il savait que Jorah n'était pas dans les parages. Même si cela le gênait de constater cela, il était presque heureux que les deux jumeaux se soient séparés.

     ▬ Pour commencer, Serena est toujours avec moi, vous avez raison, elle se repose à l'étage, je lui ai dit de profiter que nous ayons un lit digne de ce nom à notre portée. »

     Il ne remua pas le couteau dans la plaie en ajoutant qu'il avait trop de choses à rattraper avec Serena pour la laisser s'en-aller de la sorte. Eleyna venait de se séparer de son jumeau et visiblement, éprouvait beaucoup de difficultés à en parler. Par pudeur et respect, le chevalier errant prit donc la décision d'éviter le sujet des liens fraternels. Cela comprenait donc Serena. Quelques brèves secondes de silence passèrent tandis que l'agitation autour d'eux ne cessait pas malgré l'heure qui avançait rapidement, puis il reprit la parole, toujours concentré sur ce qu'il disait.

     ▬ Je crois que pour une fois, nous pouvons faire une pause dans le jeu ? Sauf si vous souhaitez vous contenter d'une question bien entendu. Il lui faisait simplement savoir qu'il était un peu plus ouvert aux interrogations qu'à l'accoutumée. Sinon, j'ignore si je puis qualifier cela de « noble dame à secourir », mais j'ai bien fait la rencontre d'une jeune dame de la maison Piper. Elle était juste... Perdue non loin de son château et je me suis contenté de la raccompagner chez elle. Mais ce n'est rien de très glorieux en comparaison de ce que les autres chevaliers doivent faire en ce moment je pense. »

     Vu le caractère que la demoiselle en question avait eu, il aurait bien pu déclarer avoir rencontré des Fer-nés plus avenants. Mais son habitude de passer les « tares » de ses clients sous silence reprenait le dessus. Pryam se verrait bien mal casser du sucre sur le dos de quelqu'un qui l'avait traité aussi... Étrangement que la jeune femme. Au fond, il ne connaissait pas son histoire et elle avait peut-être une bonne raison à ce comportement. Chassant ces pensées de son esprit, il réfléchit quelques secondes à la manière dont il pouvait se renseigner sur le voyage de son interlocutrice, mais sans pour autant aborder le sujet de son jumeau. C'était presque impossible et il risquait même de mettre les pieds en plein dans le plat. Les personnes qui passaient à côté de leur table n'attiraient pas l'attention du chevalier. Il était concentré sur sa discussion avec la Nordienne et ne perdait donc pas de temps avec tout ce qui se passait autour de lui. Après après enfin trouvé ses mots, il reprit finalement.

     ▬ Et vous ? Avez-vous fait partager vos talents de mélomane et de musicienne à d'autres nobles des environs ? Je m'attendais à entendre votre nom dans toutes les bouches du Conflans après l'effet que vous aviez provoque chez lady Darry. »

     Elle était douée, du moins c'était ce qu'il avait cru comprendre en voyant la manière dont les personnes de la demeure avaient été réceptives. Pryam ne pouvait pas estimer le talent d'un musicien, il était aussi doué en la matière qu'un berger dans une joute. Son domaine était les armes et les combats, pas la musique. Cela ne l'avait pas empêché d'apprécier les sons qu'elle avait produis, même si au final il avait été perdu entre les accords et toutes les autres subtilités. Joignant ses mains, il en posa le côté sur la table avec que son regard quitta le visage de la Nordienne pour se promener sur les aspérités de la table qui semblaient soudain ô combien intéressantes. Leur conversation pouvait être comme celle de n'importe quelles personnes qui se rencontreraient à plusieurs reprises, pourtant il avait l'impression de se donner le sentiment d'être indifférent aux malheurs de la demoiselle. Mais cela ne le regardait pas. Il n'avait pas à se mêler de sa vie, Eleyna avait décidé de prendre ses distances avec le groupe, ce n'était pas sans raison. Arborant un air plus apaisé que lors de leurs dernières discussions, le Valois conclut finalement.

     ▬ Et maintenant ? Vous comptez continuer vers Dorne pour partir jusqu'à dans les Cités Libres ? L'hiver approche rapidement, il vous faudra reprendre votre voyage rapidement j'imagine. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 30 Avr 2012 - 15:20

Pryam propose une pause dans leur jeu et la nordienne acquiesce. Si elle aime parfois être confrontée à des difficultés, elle aimerait véritablement entendre tout ce que Pryam a à lui raconter sans devoir se dévoiler outre mesure. Non pas qu'elle ai des choses à cacher, simplement elle ne se sent pas encore prête à aborder le sujet Lukas. Elle a beau savoir au fond d'elle-même que le jumeau respire, vit, la séparation la pèse plus qu'elle ne voudrait l'admettre. Lui arrache la moitié de son corps, de son être, aurait produit le même effet. Heureusement la Omble ne manque pas de force ni de vigueur. Elle est issue du sang des géants du Nord. Elle a beau avoir abandonné son nom, elle ne peut se purger du liquide noble qui coule dans ses veines, faisant pulser son coeur avec avidité. Ce même sang qui lui pince le palpitant quand il évoque une dame rencontrée dans les Conflans. Piper...Piper...Eleyna est censée avoir étudié le nom de chacune des maisons de Westeros et être capable de les associer avec le blason, ainsi que la devise. Sa mémoire ne lui fait pas défaut, simplement elle n'a jamais rencontré un seul membre de cette famille et la façon dont Pryam décrit la représentante ne l'intrigue pas. Une jeune demoiselle pure, perdue loin de sa maison, terrorisée sans doute dans les bois sombres, sauvée par le grand et beau chevalier errant. Histoire banale, celles dont la ménestrel s'ennuie rapidement. Ainsi elle ne pousse pas plus loin. Elle rêve de combats. Elle sait que son chevalier a la modestie gravée dans la peau ainsi préfère-t-elle imaginer sa propre version de l'histoire, avec des brigands et divers hommes féroces aux combats. Elle enlève la demoiselle du champs d'action, se fichant pas mal de sa survie ou même de son existence. Jalousie mal placée? Pas vraiment. Réflexe, dira-t-elle plutôt sans vraiment s'attarder sur le sujet. Elle préfère écouter les questions que Pryam lui pose après avoir patiemment répondu aux siennes, autant concernant le voyage que Serena -sur cela non plus Eleyna préférait ne pas s'attarder.
Il lui demande si elle a fait profiter de ses talents à d'autres. Il la complimente, elle lui sourit avec une certaine douceur. Elle apprécie, pourtant elle se souvient de ce qu'il lui avait dit: Il n'a pas l'oreille musicale, est incapable de reconnaître un bon morceau. Il est un chevalier pur et dur, pour qui les armes sont un moyen d'expression plus fort que n'importe quel mot. En cela, ils sont deux opposés et se complètent pour ainsi dire parfaitement. Elle réfléchit sur ce qu'elle doit répondre. La vérité, bien sur...En route, elle a rencontré quelques personnes sans beaucoup d'intérêts. Elle a vu Harrenhal, bien sur, mais avait ensuite rejoint Pryam en ayant la surprise de le trouver avec une demoiselle, sa soeur selon lui. Après qu'ils se soient quittés, Eleyna n'avait pas eu le coeur à chanter. Y repenser était désagréable mais elle ne pouvait en vouloir au chevalier errant de poser la question. Sans doute tentait-il la de faire preuve de gentillesse ou de s'intéresser. Elle le savait silencieux de nature aussi appréciait-elle l'effort à sa juste valeur. Sur ce point également, les deux s'opposaient. A croire qu'ils étaient une sorte de miroir...C'est Lukas, ton miroir. Elle se mord l'intérieur de la bouche et l'écoute lui demander sa prochaine destination. Veut-il déjà se débarrasser d'elle? Non, l'homme qu'elle connaît est trop poli pour le sous-entendre d'une façon aussi énorme. Il s'intéresse, véritablement. Son coeur se serre. Continuer seule? Oui, le voyage sera tout aussi beau et elle finira par guérir ses blessures. Elle découvrira de nouvelles contrées, lorsqu'elle aurait fini d'explorer Westeros. Elle comptait s'attarder dans l'Ouest pendant un petit moment, espérant voir des fer-nés -même de loin. Le Val, tout comme les Conflans, recelait de mauvais souvenirs et elle espérait se forger dans la région où elle venait d'entrer, de nouvelles images agréables. Un voyage, Eleyna, ce n'est pas seulement du bonheur et des découvertes. Le plus souvent, c'est un long périple et sur ta route se dressera bon nombre de difficultés. Son oncle l'avait prévenu, elle l'avait écouté mais n'avait alors pas réalisé l'implication que pouvaient avoir ces mots.

« Vous aimeriez déjà me voir repartir? » demande-t-elle en réponse à sa dernière phrase, voyant qu'il avait terminé. Elle sourit, sans laisser paraître à quel point l'idée ne lui plaisait pas tellement. Elle sait pourtant qu'elle le devra, car elle ne pourra supporter le comportement de Serena à son égard, encore moins depuis que Lukas l'avait laissée. Elle risquait de causer des soucis au chevalier et elle préférait l'éviter. Elle appréciait beaucoup cet homme, dont la flamme des rêves semblaient éteindre. Elle le regardait, et le trouvait...Un peu changé. Comme plus heureux. Nul doute, la présence d'une soeur lui était profitable et elle ne devait pas se dresser sur leur chemin. « Je n'ai pas fais profiter de mes talents à grand monde. Je pense que mon dernier château était Harrenhal et vous savez déjà ce qui y est arrivé. Nous avons emprunté des petites routes, coupés par les bois et nous avons évité la compagnie des gens pendant un moment. La nature est une chose vraiment formidable, pleine de vie, d'un calme reposant et d'une beauté à couper le souffle. J'ai beaucoup aimé les rivières des Conflans. Nous avons longé la Ruffurque pour arriver ici d'ailleurs...C'est la que nous nous sommes arrêtés dans une ville mais n'avons pas approché du château, j'ai joué dans l'une ou l'autre auberge pour payer notre nuit et récolter quelques pièces. Je comptais me rendre dans l'Ouest et m'y attarder quelques temps. L'hiver doit y être un peu moins rude qu'au Nord et je devrais trouver un château qui accepterait de m'accueillir, ainsi que Jorah. Qui sait...Peut-être Lord Lannister appréciera-t-il ma musique? » Elle sourit, de cet air lointain qui lui est propre lorsqu'elle rêvasse tout en étant éveillée. Il était possible qu'elle ait une entrée dans l'un ou l'autre château mineur mais elle doutait d'avoir la chance d'être invitée à Castral Roc. Rien n'était impossible ceci dit. « Peut-être me baptisera-t-il d'un surnom qui raisonnera dans tout l'Ouest et remontera dans les Conflans? Les nobles ont un certain talent pour nommer les gens. Enfin, c'est ce qu'on dit. » Elle en fait pourtant partie, de cette noblesse. Dans une autre vie...Et lui? Elle a un doute, depuis le début et s'interroge. Peut-être même essaie-t-elle de le piéger pour en savoir plus sur ses origines. Curiosité malsaine, mal placée aussi. Tout comme celle qu'elle nourrit à l'égard du monde entier. Mégalomane, elle se perd dans son minuscule délire. Eleyna s'est intéressée aux tournois dit du sud, en a lu les résumés et a entendu de nombreuses histoires au sujet des grands nobles de Westeros. Elle n'a jamais été très à cheval sur les convenances, pas plus que sur la noblesse mais elle est curieuse de voir à quoi ressemble cet homme plus riche que tous les autres ou encore cet autre, qui l'on dit meilleur guerrier des Sept Couronnes. Elle n'a pas la folie des grandeurs au sens stricte du terme. Elle ne cherche pas la puissance ni le pouvoir, mais elle ne dédaignerait pas rencontrer toutes ces personnes. Un espoir parmi des centaines d'autres...Un objectif qui aurait le mérite de l'occuper assez pour lui éviter de réfléchir.

Elle se penche pour prendre le récipient avec une certaine prudence et le porte à ses lèvres. Elle avale une petite gorgée, qui lui brûle la gorge mais au moins ne la fait pas s'étouffer. Elle sourit, sans douter une seule seconde de s'habituer au goût de l'alcool roturier. Elle se demande vaguement si finir la boisson est une bonne idée, ne se souvenant pas de la dernière fois où de l'alcool a touché ses lèvres. Elle repose son verre et appuie sa joue sur la paume de sa main. Tête penchée quelque peu sur le côté, elle regarde Pryam puis lui sourit. « Racontez moi une histoire. » murmure-t-elle, comme une jeune enfant perdue dans le noir. De quoi alimenter ses délires pendant quelques semaines, juste un peu...Un tournoi, un combat, n'importe quoi. « Une de vos histoires. » précise-t-elle, au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 1 Mai 2012 - 14:03

     Pryam se contenta de secouer la tête en signe de dénégation lorsque la jeune femme lui demanda s'il souhaitait déjà la voir partir. Bien sûr que non, ils venaient juste d'entamer une discussion, sans compter qu'il était plutôt heureux de pouvoir à nouveau discuter avec la Nordienne. Ce petit « quelque chose » qu'elle avait et qui avait eu pour effet de le déranger au début, devenait un point de son caractère qu'il apprenait à apprécier. Elle ne pensait pas comme tout le monde, elle n'agissait pas non plus comme tout le monde. Ce n'était pas plus son cas à lui si l'on regardait les choses sous un angle précis. Le blond avait décidé de laisser tomber ce que bon nombre de chevaliers souhaitaient avoir : un seigneur à servir fidèlement. Peut-être que s'ils se ressemblaient à ce niveau, avaient-ils d'autres points communs ? Bonne question, il faudrait qu'il la soulève un jour lorsque l'occasion se présenterait.

     Eleyna répliqua alors, expliquant qu'elle n'avait pas beaucoup joué depuis son départ de Harrenhal et qu'ils avaient surtout cherché à éviter les chemins très fréquentés. S'il en avait le choix, le chevalier errant aurait certainement lui aussi opté pour ce mode de voyage, mais sachant qu'il devait trouver des employeurs, ce n'était pas le meilleur plan. En silence, attentif, le blond écoutait ce que la ménestrel lui disait en parlant de la nature, elle avait l'air toujours aussi proche d'elle que lors de leur première rencontre. C'était amusant de se souvenir la manière dont elle était collée à cet arbre lorsqu'ils avaient échangé quelques mots dans la pénombre de la nuit. Pourtant Pryam avait l'impression que cela s'était déroulé il y a des lustres, les choses évoluaient rapidement, un peu trop à son goût d'ailleurs. Quoi qu'il en soit, le Valois ignorait les goûts que lord Lannister pouvait avoir pour la musique, était-il comme lui-même à ne penser qu'aux armes et à ne pas savoir faire la différence entre deux accords ? Pour Eleyna, le jeune homme espérait que ce ne soit pas le cas. Mais peut-être que la jeune sœur du lord de Port-Lannis serait plus réceptive dans le pire des cas ? Ses paroles au sujet des nobles qui aimaient trouver des surnoms aux autres, fit sourire le blond. Il était vrai que les habitants de Westeros avaient l'air d'apprécier ce genre de choses, mais pas forcément que les nobles. Il haussa légèrement les épaules en répondant alors qu'elle se concentrait sur son verre.

     ▬ Je ne saurais dire. Les roturiers aussi aiment s'offrir des surnoms étranges, tout comme les chevaliers. Il semblerait que ce soit une coutume. Mais j'espère qu'il vous en trouvera un à la hauteur de vos talents. »

     Après tout, ser Symond aussi possédait un surnom dont son fils finirait par hériter, mais n'était pas noble pour autant. Les choses étaient bien compliquées. En tous les cas, Pryam n'avait pas remarqué que la demoiselle avait tenté d'en apprendre plus sur lui. À ses yeux, il était tout bonnement impossible que l'on imagine qu'il puisse être noble. Fils de chevalier fieffé à la rigueur, mais certainement pas l'héritier, il n'en avait pas la carrure, son père le lui avait assez souvent répété. Eleyna avait terminé de boire sa gorgée et reposer son verre sur la table avant de lui formuler une requête plutôt surprenante. Il la dévisagea quelques instants dans trop savoir quoi répondre, avant de finalement esquisser un sourire pour lâcher quelques mots d'un ton amusé.

     ▬ Vous me sur-estimez je crois, je n'ai malheureusement que très peu d'histoires dignes d'être racontées à mon actif. »

     Il ne voyait absolument pas ce qu'il pourrait lui dire à ce niveau, après tout, mis à part l'attaque sur Salvemer à laquelle il avait participé, puis la bagarre contre la Fer-née si étrange, Pryam s'était contenté de brefs petits combats contre des brigands. Rien de bien méchant. Le blond détourna son regard de la jeune femme quelques instants, posant ses yeux clairs sur leu feu qui crépitait dans la cheminée à quelques mètres d'eux. Cela l'aidait à se concentrer, à trier ses pensées, puis finalement une fois qu'il localisa quelque chose « d'intéressant » à dire, son attention se reporta sur son interlocutrice.

     ▬ Soyez indulgente, je suis loin d'être un conteur né. C'était même tout le contraire. Autant commencer par le commencement. C'est l'histoire d'un enfant qui n'avait pas envie de suivre le chemin déjà tracé qui lui était destiné. Rien de bien glorieux, mais quelque chose qui devait servir à sa famille. J'ai décidé d'être égoïste et j'ai quitté ma maison ainsi que ma famille, persuadé que je trouverais quelque chose de mieux dans le vaste monde. Il avait aussi abandonné Serena. J'ai voyagé seul pendant longtemps, sans rien d'autre avec moi, que ce que je portais sur le dos. Puis arrivé à Port-Réal, je suis tombé sur un homme étrange. Je suis certain qu'il vous aurait plu, il était un peu comme vous, très proche de la nature et il pensait aux autres avant lui. Le souvenir de son chevalier fit naître un léger pincement au cœur. Je ne sais pas pour quelle raison, mais il a décidé de m'accorder ma chance et il m'a demandé de venir avec lui. J'ai beaucoup voyagé suite à cela, je crois que c'est là que je me suis rendu compte que finalement, c'était bien plus instructif et gratifiant de choisir ce que l'on souhaitait faire plutôt que d'obéir aveuglément à un noble. Légère pause avant qu'il ne termine. Mais tout s'est assez rapidement terminé, j'ai aussi appris que la vie de chevalier errant ne permettait pas de vivre vieux. Il esquissa un sourire d'excuse. Je suis navré, je ne suis vraiment pas doué pour raconter quoi que ce soit. Je crains que mon histoire ne soit plutôt sombre et pas réellement intéressante. »

     Mais malheureusement, il n'avait pas grand-chose d'autre à raconter. Le jeune homme baissa les yeux pour fixer le verre posé devant lui, à la base il avait surtout voulu raconter ce qui avait été plaisant. Le fait de découvrir quelque chose de nouveau, comprendre que finalement les voyages forgeaient le caractère, mais au final, son but était raté. Le blond avait espéré qu'en parlant de la sorte de son expérience, il pourrait montrer à la Nordienne qu'il n'y avait pas que de mauvaises choses et qu'elle pourrait trouver encore beaucoup de choses intéressantes. Il n'était pas certain qu'il y soit arrivé. Le brouhaha ne diminuait pas autour d'eux et il redressa finalement son visage pour regarder Eleyna.

     ▬ Ce qu'il faut retenir de tout cela, c'est qu'il ne faut jamais demander à un chevalier aussi peu doué que moi, de raconter quelque chose le concernant. »

     Il eut un léger rire, espérant ne pas avoir trop déçu a jeune femme, mais au moins l'avait-il prévenue. C'était un effort de sa part, le Valois avait voulu lui montrer qu'il pouvait lui raconter quelque chose sur lui, à force de toujours se débiner lorsqu'elle abordait le sujet, le chevalier errant avait en effet craint qu'elle ne s'imagine qu'il ne lui faisait pas confiance. Peut-être comprendrait-elle même pour quelle raison il ne pouvait pas laisser partir Serena toute seule ? Tout ce qu'il souhaitait, c'était de ne pas avoir gaffé. Après un petit instant de silence, le natif du Val finit par reprendre la parole afin de s'adresser à la demoiselle.

     ▬ Et vous, me raconterez-vous aussi votre commencer ? Ne voulant pas la mettre mal à l'aise, il s'empressa d'ajouter quelque chose. Ou toute autre chose si vous préférez. »

     Simple curiosité, il ne se renseignait pas par politesse pour avoir l'air de s'intéresser à elle. C'était sincère, Eleyna l'intriguait et il se demandait bien ce qui pouvait pousser une jeune femme à quitter sa maison avec son frère pour partir à l'aventure sur les routes. S'il se basait sur son expérience, ce n'était rien de bien engageant. Peut-être avait-elle quelque chose de plus gai à conter ?


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 1 Mai 2012 - 18:16

L'humanité, en fait, avait le don pour s'affubler d'étranges surnoms. Certains cherchaient à impressionner à terrifier. D'autres en avaient été baptisé par malchance, pour un vice ou un accident malencontreux qui les suivrait ainsi toute leur vie. D'autres encore voyaient leur talent récompensé avec une habile association de mots, de lettres, pour former un titre digne de ce nom. Eleyna avait elle aussi envie d'avoir un titre et se demandait vaguement si le désir ne tenait pas d'une vanité exacerbée. Ou la recherche d'une nouvelle identité? L'étrange jeune fille qui n'avait jamais rien fais ou désiré comme tout le monde cherchait quelque chose de commun, aussi simple et idiot qu'un surnom pour remplacer le Omble perdu dans sa présentation. Avec une moitié d'elle-même en moins, on aurait pu penser à Eleyna la Demi, Eleyna Moitié, Eleyna Brisée. Comme si le coeur était un os d'un dureté implacable jusqu'à ce qu'un coup assez fort parvienne à le faire voler en éclat. La nordienne souffrait, vraiment, mais ne s'arrêtait pas d'avancer, n'abandonnait pas ses rêves les plus fous. Animée par son envie d'aller jusqu'aux confins du monde et même au delà, rien ne l'arrêterait, pas même la perte d'un Lukas trop jaloux, trop malsain, frère impossible, jumeau dévastateur. Eleyna la Grande, Eleyna l'Obstinée. Eleyna la Folle, peut-être...Elle sourit pour elle-même, comme souvent lorsqu'elle était perdue dans ses pensées. Parfois même riait-elle, sans raison apparente, s'attirant les regards inquiets ou curieux des gens autours d'elle. La nordienne songe à ses futurs surnoms, puis observe le chevalier qui s'excuse, bafouille. Pas de bonne histoire à raconter, dit-il, rien d'intéressant. Pryam le Modeste. Pryam le Timide. Pryam...Juste Pryam. Elle veut l'encourager, consciente qu'il ne se rend peut-être pas compte lui-même de la richesse qu'elle sent en lui. Un sentiment prenant, un sentiment absolu. Si Eleyna pouvait, elle tendrait la main à travers la poitrine du chevalier pour saisir les richesses dans ses entrailles. C'est un éclat dans son regard. C'est une impression à travers ses mots. Enfant déprécié, peut-être ne se rend-il tout simplement pas compte de ce qu'il peut-être, de cette attraction qui émane de lui et transforme Eleyna en papillon autour d'une vive lumière, d'un feu brûlant. Il parle, elle écoute. Sagement assise, sa joue toujours appuyée contre sa main, à demi tournée sur sa chaise pour l'observer. Ses lèvres bougent, les mots s'échappent et elle en retient jusqu'à la moindre virgule. Il commence en parlant d'une destinée contrariée par lui-même, désireux de suivre un autre chemin. En cela, elle se reconnaît aisément. N'a-t-elle pas elle-même décidé de partir voir le monde au lieu de faire honneur à sa famille en épousant quelqu'un pour écarter les cuisses ensuite, enfanter et...Et quoi? Quel aurait été son destin si elle était restée à Âtre-Lès-Confins? Quel avait été le destin de Pryam? Etait-il un roturier désireux d'échapper à une vie de labourage, ou un noble, comme elle, que l'aventure avait appelé par delà les collines et les vallées? L'expression « servir sa famille » l'oriente sur la seconde option mais par prudence, elle ne dit rien et continue la suite. Belle suite, où les dieux mirent sur sa route celui qui lui apprendra tout. Le mentor, celui qu'il attendait, dont il avait besoin. La route, l'aventure. Sans doute des tas d'aventures où le jeune enfant blond qu'il devait être jadis s'entraînait chaque jour pour mériter son titre de chevalier, jusqu'à ce que l'évènement tragique ne frappe. Quel avait été son évènement tragique à elle? Ah oui, cette rumeur...Ces mots selon lesquels on lui avait trouvé un époux. Un véritable déclic, dans le coeur d'Eleyna, avide de liberté, de musique et de douceur. Être un oiseau en cage? Qui serait assez fou pour comparer l'oiseau au géant...Bercée par les rêves d'aventure, elle avait décidé de tenter sa chance ailleurs. Comme lui. Et comme pour lui, l'aventure s'était mal terminée. Il avait perdu son mentor, elle avait perdu sa moitié. Deux douleurs, qui sans doute resteront dans leur coeur jusqu'à la toute fin.

Pourtant juste avant, Pryam met le doit sur quelque chose. Avoir le choix, sélectionner avec soins les batailles auxquelles on voulait participer. Gratifiant. Oui, ca l'était tellement plus que d'enfanter simplement et chantonner au coin d'un feu pour le simple plaisir d'un homme qu'elle n'aurait sans doute jamais aimé. Et lui-même...Etais-ce la, cette rupture qu'elle avait senti en lui? Ces rêves brisés, cette innocence perdue? Pas l'innocence des enfants, non, celle qui habite les coeurs rêveurs comme le sien. Elle a failli, elle aussi, perdre sa foi. S'ils s'étaient mêlés à la compagnie des êtres humains, sans doute l'aurait-elle détruite. Heureusement le chemin différent emprunté l'avait aidé à entretenir sa flamme immortelle. « Il y a des tas de choses à retenir de votre histoire, Pryam, et celle-ci n'en fait pas partie. » répond-elle et il lui demande de raconter un morceau de son histoire. Ou toute autre chose si vous préférez s'empresse-t-il de corriger, comme craignant qu'elle ne s'effondre en larmes ou ne refuse tout net. Eleyna a apprécié entendre ce morceau de sa vie et a soigneusement retenu chaque mot qui, à son sens, revêt un importance capitale. Elle en a appris plus sur le chevalier ce soir qu'en plusieurs semaines de voyage. Elle secoue doucement la tête. « Grâce à cela je sais que je ne me suis pas trompée sur vous. Vous êtes vraiment quelqu'un de bien...Et vous valez mieux que de servir qui que ce soit. Servez les causes au lieu des hommes, la vie est trop courte pour s'arrêter au bassement matériel. » La Omble se lève alors soudain, l'air étrange. « Je vous propose quelque chose, Pryam Juste Pryam...Allons prendre l'air à l'extérieur et je vous raconterais l'histoire de la jeune fille dans sa cage, qu'en pensez-vous? » La jeune femme est sans doute d'une prudence excessive. Qui pourrait, dans cette taverne bondée, seulement prêter l'oreille à leur conversation? Elle craint pourtant que l'analogie soit vite fait si jamais on s'était lancé à sa recherche, aussi préfèrerait-elle le calme du soir et la lueur des étoiles, bien meilleur cadre à une histoire qu'un feu près d'une taverne. Puis...Elle ressent ce besoin d'ouvrir son coeur, d'expliquer à quelqu'un qui elle est vraiment sans le dire toutefois avec des mots clairs. Elle aimerait que Pryam sache, comme elle sait désormais bien des choses à son sujet. Juste échange, continuité d'un jeu qu'ils ont commencé il y a des semaines, à la frontière entre le Val et le Nord. Elle lui adresse son sourire se particulier et se retourne, certaine qu'il la suivra. Une certitude...Peut-être un souhait ardent. Elle a besoin d'oxygène. Alors elle traverse la salle pleine où on la remarque sans vraiment la remarquer. Les catins ont déjà fais leur nid et Eleyna, bien qu'agréable à regarder, semble déjà avoir trouvé preneur. Alors les soudards s'en fichent et elle passe jusqu'à pousser la porte. Elle ne se dépêche pas, ne se met pas à courir comme lors d'un jeu. Elle marche calmement vers la Ruffurque non loin, qui borde le domaine. Puis elle s'arrête et pose son dos contre un arbre, les mains croisées derrière son corps. L'endroit n'est pas sans rappeler leur première rencontre, quand tout allait encore bien pour elle. Le soir où elle lui avait fait cette étrange promesse, celle de se retrouver. Elle ferme les yeux. Elle sent sa présence, alors elle commence à parler comme si elle ne s'était pas arrêtée, comme si plusieurs minutes ne s'étaient pas écoulées.

« C'est l'histoire d'une jeune fille qui avait tout pour être heureuse. Entouré de gens aimants, elle vivait dans un magnifique endroit et pouvait aller et venir à sa guise, jusqu'à un certain point. Des barreaux dorés entouraient le domaine, comme ceux d'une cage, la contraignant à regarder le vaste monde à travers une petite fenêtre. Envoûtée par les récits fantastiques d'un oncle chéri qui avait longtemps voyagé, la jeune fille rêvait d'aventure et de nouveaux paysages. Elle rêvait même de pousser son voyage aux confins du monde! C'était la son seul souhait, hélas...Qui le lui accorderait? Une autre route se traçait devant elle, la condamnant à perdre ses ailes. Ainsi, tout naturellement, elle s'exila un soir où la lune éclairait à demi, accompagnée par deux êtres chers pour vivre ses rêves loin d'une vie qui ne lui convenait pas, égoïste elle aussi...Elle le sait, mais refuse que les exigences d'un autre la condamne. » Elle avait voulu se servir de métaphore mais n'y était finalement pas parvenue, ou avait changé d'avis sans s'en rendre compte. Eleyna contait son histoire, sans donner trop de détails, juste assez, tout comme lui, pour qu'il comprenne ce qu'elle était. « Alors elle partit sur les routes, avec pour arme un luth et sa voix dont on ne lui avait jamais fais que des compliments. Elle vit son aventure et rencontre d'autres gens. Parfois les rencontres sont mauvaises, parfois plutôt bonnes. » Elle laisse passer une seconde, deux, puis reprend: « Il y en a un tout particulièrement, qu'elle n'oubliera sans doute jamais. Un étrange chevalier modeste, porteur simplement d'un prénom mais accompagné d'un écuyer noble. Un chevalier qui manque d'oreille mais pas de coeur, un chevalier à la compagnie plus qu'agréable et dont la route ne semble vouloir se dissocier de la sienne. Au point qu'elle se demande si ce n'est pas la volonté des Anciens Dieux que de les voir faire route ensemble. Et qui sont-ils pour s'opposer aux dieux... » Elle murmure sa dernière phrase. Idiote...Elle sait que cela finira sans doute mal, elle ne veut pas être à nouveau un parasite entre la soeur et le frère. Elle sait quelle douleur cela pourrait engendrer, mais Eleyna est peut-être un peu saoule, a le cerveau attaqué par le mauvais alcool beaucoup trop fort. Ou peut-être est-elle parfaitement lucide et laisse-t-elle son coeur s'exprimer, loin de toutes les convenances qu'une nourrice trop zélée a tenté de lui enseigner. « Toutes les histoires valent la peine d'être racontée, lorsque c'est à la bonne personne.» ajoute-t-elle et elle relève ses yeux qui étaient jusqu'alors perdu dans le vague. Elle sourit, doucement. « D'ailleurs celle-ci a une fin...Ou peut-être est-ce un commencement. Quand la jeune fille a finalement quitté le chevalier, elle s'est aperçue qu'une sorte de nostalgie l'étreignait. Elle avait appris à apprécier sa compagnie... »
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mer 2 Mai 2012 - 13:38

     Elle ne voyait que le bon côté des choses, Pryam lui avait bien dit qu'il avait abandonné sa famille pour pouvoir faire ce que lui voulait, pourtant Eleyna ne semblait retenir que le fait qu'il souhaitait choisir les personnes qu'il aidait. Au fond, son comportement était bien plus égoïste que les chevaliers qui servaient une famille pendant des générations. Après tout, il avait fait passer son intérêt avant celui de sa famille, famille qui avait tout donné pendant ses années de jeunesse pour qu'il devienne ce qu'il était aujourd'hui. Un léger sourire se dessina sur les lèvres du chevalier alors qu'il se contentait de rester silencieux. Ils n'avaient pas la même vision des choses, la Nordienne ne comprenait certainement pas pourquoi les chevaliers errants étaient normalement mal perçus par les autres. Peut-être était-ce pour cette raison qu'elle prenait tout sous le bon angle ? Pour ce soir, Pryam avait décidé de rester de bonne humeur et donc de ne pas penser à tout cela. Inutile de se parasiter l'esprit avec des pensées aussi sombres, surtout maintenant que le sujet de la famille semblait aussi épineux avec elle. Il ne voulait pas parler d'abandon de famille alors qu'elle venait de lui apprendre que son jumeau l'avait laissée.

     La jeune femme lui dit alors une proposition intéressante et le Valois hocha simplement la tête, même si elle ne le regardait plus. Il n'avait rien contre l'idée de sortir prendre un peu l'air, l'atmosphère était oppressante avec toutes les personnes qui bavardaient, quitter cette pièce ne serait donc pas un mal. Pryam se leva juste après la jeune femme et lui emboîta le pas tandis qu'elle se dirigea vers la porte d'entrée, il ne regarda pas autour de lui, ayant un don naturel pour faire abstraction de ce qui l'entourait. L'air frais de l'extérieur fit du bien et il inspira légèrement avant de reporter son attention sur Eleyna, juste après avoir regardé les environs, puis il la suivit docilement, d'un pas léger. Alors qu'elle s'appuyait contre l'arbre en fermant les yeux, le chevalier errant s'arrêta à un petit mètre d'elle, croisant ses bras pour les occuper un peu tandis qu'elle prenait la parole. Au final comme son histoire se formulait lentement, Pryam comprit un peu mieux pour quelle raison la demoiselle ne le jugeait pas aussi durement que les autres. Elle aussi avait abandonné sa famille en y regardant de plus près, sauf qu'elle semblait visiblement issue d'une famille noble. Jamais un roturier n'aurait parlé de « prison dorée » en parlant de la vie qu'ils subissaient. Cela ne le surprenant pas beaucoup, après tout, la jeune femme avait quelque d'original qui cachait une partie plus sombre. Elle avait l'air cultivée et la vivacité d'esprit dont elle faisait preuve impliquait qu'elle avait eu une éducation digne de ce nom. Bien entendu, Pryam ne dédaignait pas les roturières, au contraire, mais disons qu'il y avait tout de même une claire différence entre deux femmes nées dans deux univers différents.

     Ce qu'elle déclara ensuite fut accueillit avec une certaine surprise, mêlé d'un sentiment de joie par le chevalier. Il était toujours agréable de savoir que la personne avec qui vous parliez avait une bonne opinion de vous, surtout lorsque vous veniez de comprendre que cette même personne était d'une compagnie vivifiante à vos yeux. Il la regarda calmement, toujours en silence tandis qu'elle énonçait des vérités. Il était véridique que les histoires n'avaient pas toutes le même intérêt suivant la personne à qui elles étaient contées. Quoi qu'il en soit, le chevalier avant sincèrement apprécié d'en apprendre plus sur la belle, tout comme il était rassuré de savoir qu'elle ne le jugerait pas maintenant qu'ils avaient avoué une partie de leur « secret » mutuel. Leurs regards se croisèrent comme Eleyna concluait en déclarant qu'après qu'ils se soient quittés, elle avait constaté qu'elle appréciait leur groupe. C'était réciproque. Il était amusant de constater à quel point ils étaient semblables au final. Un léger sourit fit écho à celui de la belle tandis qu'il répondait doucement.

     ▬ C'est souvent lorsque l'on quitte quelque chose que l'on se rend compte que l'on y tenait, ou pas. Il avait fréquemment remarqué qu'au cours de ses pérégrinations, lorsqu'il quittait un endroit ou une personne, il comprenait qu'il l'appréciait plus qu'il ne le pensait. C'est amusant, parce que je me disais la même chose vous concernant. Je pensais vraiment ne pas être du genre à pouvoir voyager avec d'autres personnes pourtant. Il est vrai qu'il n'était pas vraiment sociable et que même s'il voyageait avec son écuyer, Pryam se sentait toujours mieux en étant seul. Une légère pause tandis qu'il réfléchissait avant de détourner son regard pour observer les environs. Défier les dieux dites-vous, ne pensez-vous pas que défier deux religions, c'est prendre beaucoup de risques ? Se mettre les Sept et les Anciens Dieux à dos, ce n'est pas très conseillé. Son sourire posé s'accentua en un sourire amusé alors qu'il se disait que ce serait un surnom original pour leur groupe, s'ils étaient accusés de défier les dieux. Ce n'était pas du tout le genre du chevalier pourtant. Ce serait ironique pour un chevalier. En effet, les chevaliers étaient directement liés aux dieux et si Pryam avait bien gardé une chose de son enfance à Neufétoiles, c'était cette dévotion à la religion. Il essayait bien souvent de ne pas y penser pour ne pas se mettre à douter davantage. Au final.... Il tourna la tête vers elle. Nous ne sommes pas si différents. »

     Peut-être que cela n'avait l'air de rien, mais lui considérait que c'était une chose positive. Il ne se faisait confiance qu'à lui-même, bien que les doutes concernant son comportement venaient souvent l'étreindre. Ce n'était qu'un détail. Le blond décroisa ses bras et les laissa retomber le long de son corps alors qu'il réfléchissait. Eleyna était une présence agréable, c'était une évidence même. Cela dit, elle avait le souhait de voyager, d'aller au-delà de ce que Pryam avait fait en une dizaine d'années d'errance. De plus, la jeune femme avait demandé à quitter le groupe d'elle-même, il ne lui avait pas ordonné. Cela devait certainement signifier qu'elle ne souhaitait pas être trop liée, à moins que ce ne soit simplement un souci pratique ? Lui-même n'aimait pas voyager avec trop de monde, un groupe trop conséquent était une proie de choix. Il serait dommage de gâcher cet instant en lui proposant de poursuivre la route un peu seul. Ce serait égoïste et même s'il se jugeait comme tel, il ne souhaitait pas l'être avec la Nordienne. D'est pour cette raison qu'il tût sa proposition. Un léger sourire naquit une fois de plus sur ses lèvres alors qu'il se disait que mieux valait profiter de l'instant présent sans se soucier du reste.

     ▬ Je tenais d'ailleurs à m'excuser. Mon comportement avec vous lors de notre premier voyage ensemble, n'a pas toujours été très aimable. Je pense notamment à la manière dont je vous avais parlé lorsque nous étions allés chercher du bois. Peut-être l'avait-elle déjà oublié, peut-être même n'avait-elle pas pris cela comme un reproche ou une marque d'hostilité - et heureusement parce que ce n'était pas le cas - mais il préférait s'en assurer. Je ne vous cache pas que je n'étais pas très à l'aise avec la situation dans laquelle nous étions, je craignais que ma présence ne gâte l'humeur de votre frère et je m'en serais voulu de poser un problème entre vous. Il avait juré de ne pas parler de Lukas, mais pourtant quelque chose le poussait à éclaircir ce point. Il voulait éviter qu'elle ne fasse la même bêtise qu'il avait faite il y a de cela douze ans. S'ils se ressemblaient, c'était peut-être aussi dans les erreurs. Vous savez Eleyna, l'on a qu'une seule famille, un frère ou une sœur c'est bien plus important que tout le reste. Je ne le savais pas avant, mais j'ai eu plusieurs années pour m'en rendre compte. »

     Il ne voulait pas qu'elle s'imagine qu'il lui faisait la morale, au contraire. Mais il pouvait parler d'expérience. Pryam souhaitait simplement qu'elle réfléchisse sérieusement à tout cela et qu'elle vérifie au fond d'elle qu'elle souhaitait réellement continuer son voyage sans son jumeau. Dans quelques années, il serait trop tard pour rattraper tout ce qu'elle avait perdu avec lui. Rien ne pouvait le remplacer, pas même un chevalier errant pétri de doutes.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 5 Mai 2012 - 11:42

Pryam lui semblait changé par rapport à leurs rencontres antérieures. Attentif comme jamais -bien qu'elle n'eut jamais douté de ce point, plus ouvert qu'elle n'en avait eu l'habitude jusqu'à présent, Eleyna notait le changement en ressentant une petite pointe de...Quoi? Joie? La sensation lui donnait envie de sourire. Sourire véritablement. Pourtant le mot lui échappe. Il galope au loin, s'enfuit et l'empêche de le toucher, de le qualifier avec précision. Frustration. Elle se demande si c'est sa proximité qui commence à le changer, à lui rendre cette petite étincelle qu'elle sentait vacillante et mourante lors de leur première rencontre ou simplement les retrouvailles avec sa soeur. Tu le sais. Oui, elle le sait. Elle élude la question dans son propre esprit en ébullition alors qu'elle l'observe. Elle a terminé son histoire et elle attend sa réaction. Nous ne sommes pas si différent. Pour elle, c'est un compliment, une constatation heureuse et porteuse de son lot maudit. Elle aurait presque préféré qu'ils n'aient absolument rien en commun, s'être trompée du début à la fin et s'en aller sans le regret laissé amèrement derrière elle. Le quitter d'une façon différente de la première fois, car elle le savait, Eleyna ne pourrait simplement pas supporter les regards de Serena, ses impressions, sa façon d'être, le ressentit qu'elle laissait derrière elle. L'hostilité claire qu'elle exprimait, quoi que visible uniquement par les deux femmes, comme s'il y avait matière à se disputer, comme si le frère était un objet précieux qu'elles ne pouvaient partager. La nordienne n'était pas une voleuse, simplement une rêveuse aventurière dont le chemin avait croisé par deux fois celui d'un chevalier errant dont elle appréciait la compagnie. Crime infâme si on en croyait son ressentit, raison pour laquelle elle s'était éloignée. Pour cela, mais aussi pour Lukas qui, elle le sentait, était au bord de la rupture. Eleyna le détestait d'agir ainsi, s'était détestée d'avoir cédé à quelque pression et de n'avoir pu en faire abstraction mais si le jumeau désirait, alors la jumelle se laissait faire. Malgré l'apparente force dont Eleyna disposait, malgré le fait qu'elle dominait Lukas sans arrêt, il gardait sur elle ce pouvoir. Pourquoi être partie? Au fond...Des excuses. Eleyna n'a pas la réponse ou elle a trop peur de la trouver. Peur? Un mot qu'elle ne connaissait pas jadis, lorsqu'il était auprès d'elle. Démunie, désormais. Avant cela? Elle a agis, voila tout. Raisons, justifications, arguments, elle les jette au fond d'un lac lestés du poids d'une énorme pierre. Qu'ils coulent dans l'abîme et la laisse. Tout comme les souvenirs, ces sensations. Elle profitera de sa soirée puis s'en ira comme la première fois, à la manière d'un spectre ou d'un songe de minuit. Elle se glissera dans l'entrebâillement de la porte où dors Jorah et se roulera en boule dans le lit qu'il lui gardera car comme toujours, le roturier et son espèce de pudeur -ou de respect- lui laisse le matelas et s'étend sur le sol sans la moindre plainte alors qu'elle accepterait de partager la couche. Affection platonique, grande amitié, tout l'uni à son compagnon sauf de l'amour ou du désir.

Elle y pense, sans vraiment y penser. Elle se tourne vers Pryam alors qu'il ouvre à nouveau la bouche, plus bavard que d'habitude. Elle apprécie, vraiment. Un peu moins ce qu'il semble dire, car voila qui s'excuse, revient sur le passé. Il demande pardon pour un comportement oublié. Eleyna se souvient de la forêt, se souvient s'être assise sur le sol et lui avoir demandé pardon elle aussi, persuadée qu'elle avait fait quelque chose de mal. D'où lui venait cette certitude, elle n'aurait su le dire mais il l'avait rassurée et ils étaient rentrés ensuite. Froid, l'avait-il été? Un peu, mais pas véritablement contre elle. Il se montrait courtois, il était comme tous les hommes bien élevés en compagnie d'une femme dont le frère observe les moindres mouvements. Distant. Il ne cherchait ni l'ennui ni la provocation. Digne chevalier, homme au grand coeur! Il continue sur sa lancée, évoque désormais Lukas. Le coeur de la Nordienne semble se serrer sauter jusque dans sa gorge, au bord de ses lèvres. Il cherche à s'enfuir, à s'enterrer dans le sous-bois et à attendre la mort de sa moitié. Ils ne se seraient jamais entendu, tu le sais non? Elle l'avait su dés le moment où elle avait prédit leurs retrouvailles, que les problèmes surviendraient. Eleyna avait muselé l'instinct, la voix, qui le lui susurrait pour continuer sa route et en jouir à sa guise. Son aventure, elle y tenait et l'égoïste gosse avait arraché au père dédaigneux son second fils, assurance d'une descendance au cas où le premier crétin finirait par se briser le cou. Depuis qu'elle avait croisé le chemin de Pryam Juste Pryam, les problèmes s'étaient accumulés mais le chevalier ne pouvait en être tenu pour responsable. Victime tout comme elle, en réalité, d'un frère taré qui ne distinguait pas la frontière entre amour fraternel profond et amour transcendant que partageraient deux amants. Lui qui avait été son absolu durant des années, il avait fallu que le monde s'ouvre à la vue de la Nordienne pour qu'elle comprenne et qu'elle oublie à la fois, comment se comporter. Les codes de conduite...En a-t-elle seulement eu un jour? L'humeur de votre frère. La présence d'Eleyna suffisait en règle générale pour calmer cette humeur gâtée mais plus depuis qu'il s'était imaginé ces folles choses entre eux. La virginité de sa soeur prise par l'errant devait-être la moins pire d'entre toutes. Cruelle, elle l'avait laissé se torturer l'esprit par vengeance pour la douleur qu'il lui infligeait un peu plus chaque jour, avec son alcool et sa folie. Hélas leur jeu habituel avait dégénéré...Elle se souvenait, mais ne désirait pas en parler. Elle n'en voulait pas à Pryam d'aborder ce sujet d'une façon détournée mais ne souhaitait absolument pas sentir sa voix fléchir, vibrer voir se briser. Eleyna est forte, jusqu'à un certain point. L'obscurité accroît sa sensibilité naturelle. Pleurer? Elle en est capable et ne l'a pas encore fait depuis qu'il l'avait abandonnée. La rage l'avait envahie, puis un calme progressif alors qu'elle s'était assise contre cet arbre non loin de la rivière, les paupières closes et l'esprit vide de toute préoccupation terrestre. Loin...Loin! Eleyna avait rêvé pendant des heures jusqu'à enterrer ses conflits intérieurs. Puis elle avait repris sa route, recommencé à chanter. Jorah la croit guérie, plus ou moins. Il n'imagine pas...Les Anciens ont-ils si peu de pouvoir par ici que ma chance m'abandonne? Ou ont-ils décidé de se montrer cruels? Elle les aimait trop pour oser y songer.

Elle regarde Pryam, l'écoute sans l'entendre. Il parle d'une soeur, de la famille, une unique. Elle pense à sa famille, toute celle qu'elle a laissé dans le Nord. Mère, père, frère, oncle, cousin, grand-père. Elle en aimait la moitié seulement et les avait tous trahi. Culpabilité? Non. Elle ne regrettait pas son voyage, elle regrettait simplement la tournure. Elle espérait que l'Ouest lui apporterait un nouveau lot de rencontres dignes d'intérêts, d'aventures passionnantes au point d'oublier toutes ces déceptions. « Ce n'est pas moi qui ai quitté Lukas. » laisse-t-elle tomber presque immédiatement, comme pour se justifier auprès du chevalier. « Il a décidé de partir, de sa propre volonté. J'ai attendu trois jours durant qu'il daigne revenir puis j'ai continué ma route. Que devais-je faire d'autre? » demande-t-elle d'une voix assez basse. Elle prend ses précautions au cas où son plus grand atout deviendrait traître. Doit-elle en expliquer les raisons? Si futile...Si inutile. Ses ongles s'enfoncent dans l'écorce, dans son dos. Elle sourit, en apparence normalement mais elle sent ses muscles crispés. « Nous sommes jumeaux. Il saura où me retrouver si l'envie lui en prend, mais je refuse de lui courir après, je refuse de devenir esclave, de désespérer et dépérir. Il prend ses décisions, je prends les miennes. Il a voulu me suivre et n'a pas supporté...Je n'y suis pour rien. » Elle ment, elle s'obstine. Tous deux sont fautif, mais Pryam n'a pas besoin de savoir qu'il a été la cause première de tout cela. Eleyna ne lui en veut pas, n'en veut à personne sauf à son damné jumeau. « Même si...Je crois que je le hais. Il m'a abandonné, il n'avait pas le droit. Il m'a laissé et si Jorah n'avait pas été la, j'aurais été seule sur la route. Quand on ne peut se battre qu'avec des mots, c'est une situation plutôt précaire. » Elle sourit, un peu amère. Elle tente de l'humour sans que cela ne fonctionne. Elle a envie de se faire du mal et le meilleur moyen est encore de se bercer d'illusions. Eleyna a beau être une rêveuse, a beau imaginer pouvoir dompter le monde, elle a conscience que la réalité est toute autre. Les évènements de ces dernières semaines l'ont brutalement arrachée à son petit nuage. Elle se hisse désormais péniblement jusqu'au sommet pour retrouver ce qu'elle a perdu, mais la route est longue, la route est dure. Son luth lui manque, elle aurait bien taquiné la corde ce soir. « Sauf si mon preux chevalier serait miraculeusement apparu pour voler à mon secours? Aurions-nous eu autant de chance...Je ne crois pas. Vous êtes toujours si loin, même quand vous êtes tout près. » Soupir, léger comme le vent. Le revoir encore une fois était-il véritablement un choix des Dieux? Qu'ils soient Sept ou Anciens? Ou un mauvais tour de quelque destin perfide? Eleyna l'optimiste a le choix, bien qu'elle change radicalement de bord. Elle se mordille la lèvre et lève la tête vers les étoiles, brillantes sur le ciel anormalement dégagé. Un bleu foncé comme on en voit rarement, avec une demi lune assez brillante pour jouer de son reflet dans les flots noirs de la Ruffurque. Un soupir s'échappe de ses lèvres. Jadis elle cherchait un peu de solitude, maintenant qu'elle l'a obtenue, elle tuerait pour le contact d'une peau aimée. Un bout de coeur en moins. Ses ongles mal en point à force de gratter l'écorce dans son dos. Une chaleur un peu trop lointaine. Et pour la consoler, un visage familier, une discussion, des confidences. Elle se sent mieux depuis que leurs regards se sont à nouveau croisé, mais l'absolu n'a pas encore changé: Eleyna est triste. Un oiseau tombé de son nid...Elle déteste cette sensation, aimerait retrouver ses rêves et son innocence perdue. Elle aimerait que quelqu'un soit capable de l'y aider...
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Sam 5 Mai 2012 - 19:24

     Certes, elle n'avait pas quitté son frère, mais il n'y avait pas toujours qu'un fautif dans une telle affaire. Pryam ne comptait pas dire à Eleyna qu'elle avait certainement fait quelque chose qui avait déclenché le départ de son frère, mais les personnes qui perdaient pied sans raison valable étaient assez rares en général. Il pouvait se permettre de voir les choses sous cet angle, car il avait eu des années pour réfléchir à ce qui avait déclenché son départ de Neufétoiles. La Nordienne venait de subir cela très récemment, elle n'était sans doute pas prête à considérer les choses sous cet angle. De plus, c'était un travail sur soi à faire en solitaire, ce n'était pas à un homme rencontré deux fois par chance, de se charger d'une chose aussi importante. Il resta donc silencieux alors que son sourire s'était doucement atténué et qu'il regardait la jeune femme tandis qu'elle poursuivait son explication. Il était vrai que ce n'était pas à elle de faire tout le travail. Eleyna pouvait bien décider de laisser Lukas se débrouiller seul et revenir lorsqu'il aurait suffisamment réfléchi à la grosse bourde qu'il venait de faire. Seulement il y avait aussi de grandes chances pour que le jeune homme décide de ne jamais remettre les pieds dans la vie de sa sœur. C'était assez peu probable, mais la colère poussait des fois le plus censé des hommes à faire la pire des bêtises. Le mystérieux frère finirait donc peut-être par se rendre compte de sa bêtise, mais ne rebrousserait pas chemin tout simplement parce qu'il était trop fier ou chamboulé ? Pryam ne connaissait pas assez l'homme, il ne pouvait pas se faire d'idée sur la réaction que Lukas aurait. Cela dit, le Valois espérait quelque part du fond de son esprit, que les deux jumeaux ne se retrouveraient pas. Un homme aussi étrange et possessif que Lukas ne ferait qu'étouffer la jeune femme. Pryam avait beau aimer sa sœur, il ne s'opposait pas à tout ce qu'elle pouvait désirer. Le jumeau de la Nordienne ne lui apporterait que frustration à n'en pas douter.

     Il fallait avouer qu'il y avait aussi une part du chevalier qui était heureux de ne plus avoir l'ombre permanente du frère qui pesait sur leurs discussions. Même si au fond, leurs chemins se sépareraient certainement très prochainement. Une fois de plus. Elle avança ensuite d'autres arguments qui firent mouche dans l'esprit du jeune homme, il était vrai que le frère protecteur avait laissé sa sœur seule et certainement sans aucune défense, du moins si le chasseur n'avait pas été là pour elle. La sensation que Lukas était un être possessif se fit plus palpable. Il avait l'air d'être le type d'homme qui refusait de laisser sa sœur à un autre, il devait certainement préférer la savoir morte plutôt qu'heureuse avec un autre. Le Valois fut tiré de ses pensées par la voix de la jeune femme qui parla du preux chevalier qui pourrait la sauver. Pryam esquissa un léger sourire bien que l'amusement n'y était pas. Elle avait certainement raison, Westeros était vaste et seule la chance les avait menés dans la même auberge. Il n'y en aurait certainement pas de deuxième. Alors qu'il réfléchissait, le chevalier errant entendit un léger grattement avant de comprendre que c'était Eleyna qui occupait ses mains. Comme lors de leur première discussion. Un bref instant de silence passa une fois de plus, puis le blond répliqua finalement.

     ▬ Vous connaissez votre frère mieux que n'importe qui d'autre, j'imagine que vous savez parfaitement ce qu'il convient de faire face à un tel comportement de sa part. Ses lèvres se scellèrent quelques instants. Au fond, je ne vous cache pas que j'en suis soulagé. Je vais peut-être vous sembler audacieux ou mal-élevé de dire les choses aussi franchement, mais je crois que votre frère ne vous aurais jamais laissé faire ce que vous souhaitiez. Du moins, pas sans vous imposer ses conditions. Il regarda Eleyna, quêtant le moindre signe de frustration de sa part. Il vous aime beaucoup, peut-être un peu trop. L'on dit toujours que dans un duo, une personne aime plus que l'autre. J'avais le sentiment que votre frère ne supportait pas que vous puissiez avoir quelqu'un d'autre avec qui vous vous entendiez. C'est dommage, vous avez l'air d'être une femme très sociable, il aurait dû être heureux de vous voir avoir de nouveaux amis. Pourtant il semblait plutôt hostile à cette idée. Il essayait de prendre un ton aussi neutre que possible. Mais je me trompe peut-être. »

     Il s'humecta légèrement les lèvres, détournant son regard de la jeune femme pour le poser sur le sol inégal. La nuit aidait souvent à dissimuler et il espérait que cela camouflerait son malaise. Pourquoi diable avait-il dit cela ? C'était le genre de choses qu'elle devait certainement savoir et si la Nordienne avait décidé de vivre avec, ce n'était certainement pas pour qu'un chevalier errant au QI d'huitre vienne lui balancer en plein visage. Ce n'était pas le genre de discussion que l'on avait avec un presque inconnu. Comment le prendrait-il s'il était à sa place ? Accepterait-il qu'Eleyna se permette de critiquer Serena alors qu'il venait juste de la retrouver ? Peut-être pas. Mais peut-être serait-il aussi heureux d'avoir un point de vue extérieur ? Mais dans ce cas, Eleyna aurait préféré celui de son ami Jorah à n'en pas douter. Passant sa main sur sa bouche dans un geste de gêne mal dissimulée, il reprit finalement la parole.

     ▬ Excusez-moi, votre problème ne me regarde pas. Mais ça partait d'une bonne intention. »

     Il l'observait en biais afin d'essayer de jauger son état d'esprit, mais il était difficile de savoir ce que pensait une femme aussi originale que la demoiselle. Pryam était perdu, il se disait qu'il n'aurait jamais dû la lancer sur ce sujet, elle avait l'air mélancolique et il n'aimait pas l'idée d'être coupable de tout cela. Certainement qu'elle serait heureuse de reprendre la route pour s'éloigner de sa maladresse, mais le Valois ne souhaitait pas que leurs routes se séparent sur de mauvais termes. Peut-être qu'ils n'auraient plus les dieux de leur côté et qu'ils seraient condamnés à ne plus se rencontrer après un tel fiasco ? Le blond réfléchit quelques instants avant de finalement se lancer. Il avait dit tellement de sottises ce soir, il n'était plus à quelques mots près après tout.

     ▬ Je suis conscient que je ne peux pas faire grand-chose pour vous aider, en fait j'essayais de le faire, mais je me rends compte que je ne suis vraiment pas doué pour tout cela. Il s'enfonçait, tournait autour du pot et s'énervait tout seul. J'ignore les raisons qui vous ont réellement poussées à partir la dernière fois, peut-être y étais-je pour quelque chose, mais ce serait me donner une importance trop grande à mon avis. Il leva les yeux pour la regarder. Sachez simplement que si vous souhaitez voyager avec quelques personnes que vous connaissez un peu, nous serions ravis de vous voir à nos côtés. Au moins jusqu'à Port-Lannis si cela vous dit. Il s'était dit qu'il ne le ferait pas, mais ce n'était plus son cerveau qui décidait de ce qui sortait de sa bouche. Vous savez, après votre départ je me suis rendu compte que votre présence remontait le moral de tout le monde. Le mien y compris. Je dois avouer que je serais sincèrement heureux de voir ce que cela donnerait sur du plus long terme. C'était une invitation en bonne et due forme au final. Je ne souhaite simplement plus vous voir aussi mélancolique. Je vous voyais un peu comme un rayon de soleil dans votre manière d'être, c'était étrange de vous voir aussi triste. Et comme ça au moins, les dieux n'auront plus besoin d'intervenir pour nous et nous serons seuls juges de nos actes. Qu'en pensez-vous ? »

     C'était très maladroit exprimé de la sorte, mais en gros, Pryam ne voulait pas la voir ruminer ses pensées et vu qu'elle avait eu l'air heureuse lorsqu'il voyageait, il espérait que cela l'aiderait un peu. Pourtant un gros point avait changé depuis, elle n'avait plus son frère et c'était certainement cela qui changeait toute la donne. Au moins avait-il tenté, si elle refusait ma foi, il n'aurait pas de regrets.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 6 Mai 2012 - 9:36

Le chevalier errant se montre soudain audacieux, osant critiquer le jumeau perdu. Eleyna aurait pu mal le prendre, mais elle laisse couler les critiques comme de l'eau sur sa peau. Elle sait qu'il a raison, elle a encore assez de jugeote pour s'en rendre compte et a eu tout le temps d'y réfléchir. Lukas, le frère maudit qui l'aime beaucoup, un peu trop sans doute, qui la bride, qui la musèle, l'empêche de respirer. Si dans le Nord sa chaleur protectrice était la bienvenue, s'il incarnait le bouclier, le rempart, entre elle et la difficulté de la vie, il s'est vite révélé avoir un revers effrayant. Eleyna savait tout cela, en était douloureusement consciente mais l'entendre de la bouche d'un autre rendait la réalité de ces faits encore plus palpables...Et son absence plus douloureuse. Les questions l'assaillent, les doutes aussi, qui lui sont d'ordinaires si peu familier. Elle a toujours été trop sure d'elle, toujours persuadée dans une absolue certitude, comme si les Dieux eux-mêmes veillaient sur elle et lui chuchotait tout ce qu'elle devait savoir à l'oreille. L'éloignement du Nord suffisait-il pour que les Anciens perdent leur pouvoir? Ou les avait-elle contrariée en repoussant Lukas? Elle se sentait fragile, loin de ses habitudes. Perdue au milieu d'une vaste étendue de monde, à la fois attirant et effrayant. Une curiosité qui la prend aux tripes, et se bat avec la peur, la solitude. Hostile à ce qu'elle s'épanouisse, à ce qu'elle rencontre des gens. Ainsi était-il, vivant dans l'éternelle terreur de perdre sa soeur adorée. C'est d'ailleurs lui qui lui avait annoncé le premier l'intention qu'avait leur père de la marier, sans préciser de nom toutefois. La douleur était si palpable dans son regard qu'elle l'avait ressentie comme sienne. Ce n'était de toute façon pas le destin qu'elle désirait, ainsi elle avait fuit, abandonné, peut-être jeté la honte sur sa famille. Elle refusait de vivre par procuration, refusait de sourire pour un homme qu'elle n'aimerait jamais, refusait d'élever des enfants dans ces conditions, ou même de les porter à terme. Eleyna aurait été malheureuse et elle ne pouvait concevoir que ces gens qu'elle aimait aurait cautionné cela. Aussi était-elle partie avec la naïveté de penser qu'on comprendrait son geste, mais la réaction de sa soeur Roslyn avait du être celle de sa mère et de son grand-père lorsqu'ils avaient découvert la fuite des jumeaux tout comme celle de leur père, quand il se rendit compte que la fille qu'il dédaignait tant venait de lui faire perdre son cadet, son second espoir. Et voila qu'elle-même le perdait. Elle avait arraché Lukas à une belle vie pour quoi? Il ira dans la garde de nuit plutôt que de te perdre avait dit Jorah. Sans doute y faisait-il route à présent. Peut-être passera-t-il par Âtre-Lès-Confins, ou peut-être pas. Si leurs deux coeurs étaient liés, Eleyna ne pouvait lire ses pensées ni ce qui s'y trouvait sans l'avoir devant elle, sans pouvoir le toucher. Le frère perdu était décidément un sujet tabou, qui la mettait dans des états improbables, impensables, ce qui la dérangeait. Pryam n'y pouvait rien, vraiment...Et s'excusait d'ailleurs, d'avoir osé proférer de telles paroles mais le mal était fais, la rongeait à nouveau. Avec un demi coeur se nécrose plus facilement qu'un entier. Morte? Non, étoile sur le déclin. Elle cherchait une nouvelle raison d'avancer, une flamme pour raviver la sienne, au risque de continuer un voyage qui aurait sur sa langue la saveur de cendres. Lamentations, encore...Ce qu'elle s'insupportait! L'envie d'enfoncer ses ongles non dans l'écorce de l'arbre mais bien dans sa chair se faisait pressante, presque vitale.

C'est alors qu'il lui propose quelque chose d'inattendu. Si elle comprend avant qu'il n'ai vraiment terminé, elle aurait fermé douloureusement les paupières pour qu'il n'ai pas au bout de sa phrase, pour qu'il ne lui propose pas de rester. Avait-elle l'air si perdue? Si mal au point? La prenait-il en pitié ou la demande était-elle intéressée? Il parlait de bonheur, de long terme, il parlait de bien fait qu'elle lui apportait. En serait-elle encore capable? Oui, il lui suffisait de sortir son luth pour divertir le groupe, il lui suffisait d'arborer son air mystérieux, de dire des choses insensées et de laisser parler l'étincelle en elle. Flamme qui vacille, mais qu'un rien pourrait à nouveau alimenter. Port-Lannis...C'était la destination vers laquelle elle se dirigeait, avec l'espoir insensé de voir peut-être des fer-nés le long de la route, puisqu'elle avait entendu les rumeurs folles de cette attaque sur la capitale de l'Ouest. C'était cela qui l'avait remise sur ses jambes et l'avait poussé à continuer. Cela et la possibilité de peut-être y voir Pryam. Devait-elle le nier? Elle avait beaucoup penser à lui ces derniers temps. Plus qu'elle ne l'aurait du, plus même qu'elle ne devrait l'avouer. Le fait qu'il l'appelle rayon de soleil lui donnait envie de briller plus fort et plus haut. Elle relève la tête, elle lui sourit. Mes problèmes sont les vôtres si vous le souhaitez, je n'ai pas coutume de mentir ou de cacher les choses. Même par omission, c'est contre ma nature. Mon frère et moi nous sommes disputés parce qu'il est, comme vous le dites si bien avec d'autres mots, jaloux de tout ceux qui ont le malheur de m'approcher, surtout si ce sont des hommes...Et encore plus si j'apprécie la compagnie de cet homme. Je crois que nous avons trop discuté, trop ris, trop...Peut-être trop partagé à son goût, tout simplement. C'est loin d'être votre faute et si je le dis c'est uniquement pour qu'il n'y ai pas de...De secrets, de cachotteries. De malentendus. Mon frère est ainsi et vous avez raison dans tout ce que vous dites. Ca ne m'empêche pas de l'aimer...Mais si ce n'était pas vous, ça aurait été quelqu'un d'autre. Il m'a suivie par crainte qu'il m'arrive quelque chose, il m'a suivie parce qu'il ne peut rester seul, mais il n'aurait jamais du. Au fond je savais que ça arriverait... » dit elle pour éclaircir cette affaire une bonne fois pour toute et que cessent les malentendus. Et pour vider son coeur des quelques tourments qui y résident. « Mais c'est sa décision. Et je prie les Anciens Dieux de mettre sur sa route une personne qui saura le détourner de sa noirceur, de son obsession. Je prie aussi pour ne pas le revoir tout de suite, j'ai encore trop de rancoeur. » ajoute-t-elle, presque dans la précipitation. Elle a envie d'accepter la proposition de Pryam mais elle doit alors lui dire les choses telles qu'elles sont. Eleyna doit redevenir comme avant, sans gêne, sans tabous. Redevenir un soleil. Elle doit aller mieux, pas tant pour les autres que pour elle-même car par la faute de Lukas, elle se fane, s'éteint, approche de l'état où elle soupçonnait tomber après l'éventuel mariage.

« Je pense...Je pense que c'est sans doute la volonté des Dieux qui s'exprime par votre bouche, mais si je suis partie c'est aussi par crainte d'interférer dans vos retrouvailles. Vous avez perdu votre soeur depuis longtemps, du moins en ai-je eu l'impression et je ne voudrais pas... » Elle ment, alors elle s'arrête immédiatement et se mordille la lèvre. Un léger silence, une hésitation quant à la formulation de ses mots. Et depuis quand cela te perturbe-t-il? Elle se reprend, elle laisse couler le flot de parole hors de sa bouche. « En réalité si. J'ai véritablement envie de continuer jusqu'à Port-Lannis. Je veux voir...Je veux voir les plaines de l'Ouest, je veux que nous nous arrêtions dans des châteaux, vous pour la chevalerie et moi pour la musique. Je veux voir Castral Roc et chanter pour les Lannister, je veux apercevoir au loin les voiles de la flotte du Lion et qui sait peut-être celle des fer-nés. Je veux écrire de nouvelles histoires, apprendre de nouvelles chansons, en composer même. Si c'est la votre véritable destination, alors partageons la route. » Elle lui sourit, une impulsion soudaine. La tristesse n'a pas totalement disparue mais une lueur au loin commence à chasser les noirs nuages.
Eleyna se détache de l'arbre et fait un pas vers Pryam. Etonnée de le voir si réceptif, de le voir si ouvert. Il enchaîne les phrases, semble se perdre dans ses mots mais lui parle pas uniquement pour lui répondre. Il la relance, il l'invite et ce sans savoir au préalable qu'il était, en quelque sorte, la cause de tout cela. « Je suis contente que vous m'ayez invité avant que je ne vous raconte l'histoire. Au moins je sais que ce n'est pas de la pitié ou une quelconque tentative pour un rachat inutile. » Elle est à côté de lui désormais et dépose, sans crier gare, un baiser sur sa joue, tout près de ses lèvres. Elle aurait pu pousser jusqu'à imiter son geste passé, chez les Darry, mais elle préfère lui sourire et attendre. « Merci. » murmure-t-elle alors.
Tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Dim 6 Mai 2012 - 19:53

     Pryam s'était attendu à ce que la jeune femme lui fasse savoir – de manière plus ou moins aimable – qu'il n'avait pas à se mêler de ses affaires. Mais elle ne le fit pas, redressant simplement la tête en arborant un sourire qui présageait quelque chose de plutôt bon. Le chevalier l'observait, toujours aussi taciturne comme s'il n'excellait que dans ce comportement. Ses mots étaient maladroits, mais ils étaient sincères. Il n'avait pas été formé à l'éloquence et son père était un homme qui considérait que les gestes étaient plus parlants que les mots. Facile de comprendre pour quelle raison le Valois préférait s'abriter derrière un mur de silence. Pourtant, les paroles d'Eleyna ne reflétèrent pas la maladresse du jeune homme alors qu'elle déclarait que ses problèmes étaient aussi ceux de son interlocuteur. C'était une preuve de franchise et de sincérité qui étonnait toujours autant Pryam. Lui-même était tellement secret sur son passé qu'il avait perpétuellement du mal à comprendre que d'autres parviennent à en parler avec autant d'aisance. Son manque de confessions ne venait guère du fait qu'il ne faisait pas confiance à ses interlocuteurs, mais simplement parce qu'il estimait que ce qu'il pouvait bien avoir à dire n'était pas intéressant pour deux sous. Les yeux clairs de Pryam laissèrent place à une sorte de soulagement alors que sa surprise se distillait au fil des paroles de la Nordienne. Ainsi donc il avait vu juste. Lukas était un homme jaloux et comme le blond le craignait, il avait été responsable – même sans le vouloir – du déchirement des deux jumeaux. Une sensation de culpabilité se faisait sentir avant d'être éclipsée par une forme de soulagement à l'idée de savoir qu'elle serait débarrassée de ce poids. Puis la culpabilité revenait. C'était étrange, il ne parvenait pas à faire le clair sur ses pensées et tout apparaissait aussi trouble qu'à travers l'eau d'une mare pleine de boue.

     Toujours aussi attentionnée, Eleyna avança l'argument très logique que si cet homme n'avait pas été lui-même, cela aurait été un autre. Leur relation était vouée au déchirement, à moins qu'ils n'aient décidé de passer toute leur vie dans leur village - ou ville - natal. Et encore, rares étaient les femmes qui restaient célibataires bien longtemps, qu'elles soient roturières ou nobles. Le fait que la jeune femme souhaite se montrer sincère à son égard le touchait beaucoup. C'était une marque de confiance ainsi que le signe qu'elle n'avait pas quitté leur groupe par lassitude la première fois. À son départ, Pryam avait longuement imaginé avoir été la cause de cette séparation, au final c'était le cas, mais pas de la manière dont il l'avait craint. Était-ce mieux ? Lui-même l'ignorait. Quoi qu'il en soit, si les dieux étaient aussi bienveillants qu'ils l'escomptaient pour les placer toujours sur la même route, ils entendraient les prières de la belle et n'hésiteraient pas à les exaucer. La discussion s'enchaîne tandis qu'elle avance le fait qu'elle ne souhaitait pas interférer dans les retrouvailles du chevalier et de sa sœur, puis elle s'interrompt soudain comme si elle se souvenait de quelque chose, avant de poursuivre. En constatant qu'elle s'apprêtait à mentir, il esquisse un sourire amusé, puis surtout ravi de ce qu'il entend, prononcé par la Nordienne. Cela lui faisait plaisir de savoir que le désir de la voir revenir était réciproque, il aurait été moins agréable de l'entendre argumenter qu'elle préférait profiter de sa solitude pendant quelques temps.

     Pryam la regarda approcher alors qu'elle quittait son arbre pour venir dans sa direction, il esquissa un nouveau sourire qui disparut rapidement comme à chaque fois. La pitié n'était pas dans ses habitudes, il était sincère lorsqu'il proposait de telles choses et même si Eleyna lui avait parlé de son histoire avant, le Valois n'aurait pas agi sous le coup de la culpabilité. Avec une autre éventuellement, mais la Nordienne avait été bien trop.... Bien trop elle, depuis leur rencontre. Cela changeait la donne. C'est le moment qu'elle choisit pour le déstabiliser une fois de plus, approchant sans qu'il ne puisse comprendre ce qui se passait avant de sentir le baiser de la jeune femme sur sa joue. La manière dont elle lui sourit en accompagnant son geste d'un simple remerciement, le fit sourire à son tour. Mimétisme inconscient, peut-être qu'à force de voyager seul il avait oublié de se montrer enjoué ? Suffisait-il de trouver quelqu'un de plus joyeux que vous pour vous remonter le moral ? Visiblement oui. Il secoua légèrement la tête avant de répondre d'un ton posé.

     ▬ Je n'ai rien fait ou dit qui mérite cela. Parlait-il du baiser ou du remerciement ? Allez savoir, le jeune homme n'était pas décidé à s'exprimer plus clairement à ce niveau, c'était déjà assez difficile de s'en sortir comme ça. Mais je suis heureux que vous ayez accepté. Vous avez, il n'y a aucune raison pour que je me comporte autrement que sincèrement avec vous. Jusqu'à présent, vous avez été totalement sincère à mon égard, je serais un bien piètre chevalier si je ne faisais pas de même. »

     C'était une manière de lui faire savoir qu'il n'agirait pas par pitié ou parce qu'il se sentait redevable. Bien au contraire. Pryam avait toujours le besoin de se justifier, de faire savoir qu'il ne souhaitait pas telle ou telle chose en disant cela ou encore qu'il ne disait pas telle chose parce qu'il y avait été forcé. Le Valois n'était pas très spontané, la manière dont Eleyna le déstabilisait à chaque fois était bien la preuve flagrante qu'il ne parvenait pas à se lâcher suffisamment pour agir comme elle. Aurait-il oser déposer une simple bise sur sa joue si les rôles avaient été inversés ? Non, pourtant ce n'était pas l'envie qui lui aurait manquée. Toujours tourmenté par « son devoir », comme si ce rôle lui interdisait de se comporter comme il le souhaiterait réellement. Pryam était un homme patient, pondéré, il pesait et calculait chaque décision avant de se lancer. Ils auraient eu le temps de dormir jusqu'à ce qu'il se décide à agir comme il le souhaitait réellement. C'était peut-être ce côté surprenant qui lui plaisait tant chez la Nordienne. Son regard clair n'avait pas quitté le minois de la demoiselle tandis qu'il réfléchissait rapidement. Encore. Une fois de plus, le Valois se rendit compte qu'il analysait ce qui venait de se passer au lieu de réagir comme son cœur le lui disait et non son cerveau. Décidé à se laisser aller – une fois n'est pas coutume – il s'humecta légèrement les lèvres avant de reprendre la parole.

     ▬ Si vous souhaitez découvrir tout cela, nous nous débrouillerons pour que vous y arriviez. Vous aviez raison lorsque nous en avons parlé l'autre fois, il faut des fois aller au-delà de ce que l'on voulait faire au début. Qui sait, peut-être qu'à Port-Lannis nous trouverons quelque chose de plus intéressant que ce que vous escomptez ? »

     Une manière comme une autre d'exprimer le fait qu'il n'allait pas la laisser tomber. Jusqu'à ce jour, Pryam évitait de faire des projets. Avoir des idées en tête signifiait avoir des espoirs et l'espoir allait bien souvent de paire avec la déception. À force d'avoir peur de ne pas obtenir ce qu'il voulait, le jeune homme avait surtout oublié de vivre en y réfléchissant bien. Laissant son instinct lui dicter sa réaction, le blond leva sa main. D'abord, il avait pensé frôler son visage, mais il se ravisa finalement, constatant que c'était trop audacieux pour la première fois et il se contenta de laisser glisser sa main sur celle de la demoiselle. Il n'attrapa pas sa main à proprement parler, se contentant de l'effleurer comme pour la rassurer, comme s'il n'osait pas aller jusqu'au bout. Un moment de silence s'installa, il entrouvrit les lèvres pour dire quelques mots... Puis se ravisa. Une fois de plus. Fermant la bouche, il esquissa un sourire désolé avant de finalement détourner le regard en direction de l'auberge. Soupirant légèrement, le Valois reporta son attention sur elle.

     ▬ Nous devrions rentrer, vous allez finir par ne plus pouvoir vous lever demain. »

     Ce n'était pas ce qu'il avait voulu dire. Mais chaque chose en son temps.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 12 Mai 2012 - 13:43

Merci, tout simplement. Merci pour le sourire qu'il avait fait fleurir sur ses lèvres. Merci pour la chaleur qu'il apportait à son corps. Merci pour sa proposition généreuse. Merci qu'elle n'ai pas été motivée par la pitié. Merci de ne pas le regarder avec cet air triste et désolé qu'elle n'aurait pu supporter. Merci, tout simplement, à lui et aux puissances supérieures qu'ils soient Anciens ou Sept, d'avoir accordé cette ultime chance de se retrouver et de partager un bout de chemin ensemble. Eleyna ne pouvait mentir, c'était contre sa nature. Spontanée, elle avait donc dit la vérité. Oui, elle voulait continuer la route en leur compagnie et ce même si Serena ne l'acceptait pas ou se montrait hostile. Au fond, la nordienne était au dessus de ça. Fragile sans Lukas, cette perte allait peut-être constituer sa force pour ses aventures à venir. L'Ouest s'étendait devant eux à perte de vue, avec sa richesse et ses châteaux. Eleyna allait peut-être rencontrer un Lord Suzerain dont la réputation n'était plus à faire, elle allait peut-être chanter pour lui, pouvoir remplir sa bourse et se permettre ensuite de voyager avec plus de confort. Ils allaient se rendre à Port-Lannis, Pryam louerait son épée à qui en aurait besoin et ils y passeraient peut-être l'hiver. Ensuite ils allaient repartir et s'enfoncer jusque dans le Bief, les terres de l'Orage, la capitale, Dorne...La folle enfant voulait tout voir et plus elle était avec ce chevalier, plus elle se rendait compte que le voyage gagnerait en saveur tant qu'ils le partageraient. S'accommoder de la soeur serait chose facile si elle parvenait à garder la bouche fermée, à se retenir d'expliciter sa façon de penser. Si la tension devenait trop impitoyable, elle se contenterait de changer de chemin avec Jorah, s'éloigner, pour ne pas briser une fratrie en plus de la sienne. Pryam méritait un peu de bonheur, tout comme il méritait de retrouver une raison de vivre. Eleyna avait voulu ranimer sa flamme pour l'aventure et y était peut-être parvenue, à sa façon. Elle le sent dans ses paroles. Aller au delà de ce que l'on avait prévu.Oui, puisqu'après tout, rien ne pouvait être prévu. Rien ou presque. Son oncle aussi le lui avait dit, lorsqu'avec enthousiasme elle lui avait décrit le parcours qu'elle comptait suivre. Tu prévois tant de choses, mais tu oublies l'essentiel. Tu oublies que la marche du monde pourrait contrarier tes plans, une guerre, des brigands, ou même les éléments. Ne prévoit pas, Eleyna. Va où tu en as envie, mais ne prévois pas plus loin que le lendemain. Elle n'avait pas prévu de se disputer aussi violemment avec Lukas. Elle n'avait pas prévu de recroiser la route de Pryam après cela, tout comme elle n'avait pas prévu qu'il lui propose de la continuer ensemble. Elle avait cessé de croire que tout fonctionnerait comme elle en avait envie. Encore plus intuitive qu'à l'accoutumé, c'était ce qui l'avait décidé à ne pas mentir et à assumer ses envies. Aller avec lui, avec eux, tous ensemble, jusqu'à cette ville qui hantait ses rêves depuis plusieurs jours déjà. Port-Lannis...

Pryam est déstabilisé par le baiser qu'elle dépose sur sa joue. Ils ont déjà échangé plus intime, mais sa retenue fait son charme. Pour ainsi dire, elle amuse Eleyna qui loin d'une dévergondée, aime simplement tester la limite de chaque chose. L'air de rien, leurs doigts s'effleurent et son sourire se fait plus prononcé. L'air de rien, elle regarde ailleurs alors qu'il lui propose de rentrer. Il a voulu dire autre chose. Instinctivement, elle s'en doute mais ne relève pas. « Judicieuse idée, il me semble me souvenir que vous aimez partir dés l'aube. Elle ne doit plus être si lointaine. » Quelques heures au plus, cinq, peut-être six, Eleyna estime mal le temps que ce soit de jour ou de nuit. Ils entrent dans la taverne qui semble s'être étrangement vidé. Combien de temps ont-ils passé à l'extérieur? Elle n'aurait pas dis plus d'une heure, et pourtant. Peu de gens subsistaient encore, issu de l'espèce de soudards invétérés qui se noient dans l'alcool. Des corps vivants mais défoncés qui se noient dans une marre de vomis ou de picole bon marché. Les autres dorment, à l'étage. Ils vont aller les imiter. Elle monte, après avoir souhaité la bonne nuit au chevalier errant et se rend dans la chambre indiquée par son ami chasseur. Il est la, assis dans un coin, en train de nettoyer son arbalète. Elle sait qu'il fait semblant, cherche simplement à s'occuper les mains pour ne pas rester amorphe tandis que son esprit tourne à plein régime. Il est la, il pense, et elle aurait presque pu lire toutes les questions dans son regard. Elle ferme la porte derrière elle et se dirige vers le lit qu'il lui a laissé, comme toujours lorsqu'ils dorment à l'auberge. Il pourrait se prendre une chambre mais refuse de laisser la jeune fille seule dans quelque établissement que ce soit. Elle enlève son manteau en peau de loup et le pose à la place de sa sacoche, qu'elle attrape pour en sortir le livre cher à son coeur. « Nous allons sûrement reprendre la route avec eux. » dit-elle caressant sa lèvre avec la pointe de sa plume, l'air occupé. Elle réfléchit à tout autre chose, les mots sortent tout seul. « Je sais. » Elle relève la tête, la penche légèrement sur le côté en le regardant. Elle fronce les sourcils, il soupire. « Ton sourire. C'est la première fois qu'il est vrai depuis qu'il est parti. » Ce n'est pas un reproche, simplement une constatation. Eleyna se mordille la lèvre, sourit à nouveau. Ce n'est pas de la gêne, juste une étrange sensation qui la prend aux tripes. Elle pousse un petit soupir et trempe sa plume dans l'encre. Elle grattera son papier jusqu'à une heure avancée de la nuit, pour ne fermer les yeux que trois heures avant l'aube. Elle n'a pas besoin de plus. Pour la première fois depuis le départ de Lukas, elle dort profondément d'un sommeil sans rêve.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

« Les retrouvailles inattendues d'un chevalier et d'une ménestrel » ft. Pryam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Des Retrouvailles inattendues ! Investigation au cœur des révolutionnaires !
» Des retrouvailles inattendues - 2013 [Katherine Pierce]
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Des retrouvailles inattendues avec son cousin (pv Guillaume)
» [Joker & Hells] Retrouvailles inattendues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-