AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

L'égalité est la condition de l'échange ▬ Rivanon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 20 Avr 2012 - 12:31

     Peu de temps après le retour de Sargon sur les Iles de Fer, suite à la bataille de Port-Lannis, une réponse au sujet de la rançon de la jeune Belmore était arrivée. Le capitaine de la Veuve Salée avait pris soin de faire parvenir une missive sur le continent, plus précisément au père de la jeune femme de manière à ce que l'échange puisse se faire. Le Harloi ne comptait pas garder l'aveugle avec lui bien longtemps, elle avait un caractère qui ne lui convenait pas et il préférait les espèces sonnantes et trébuchantes plutôt que la présence exécrable d'une noble atteinte de cécité. L'intérêt et le plaisir de la nouveauté avait rapidement laissé place à une profonde lassitude. Eirlys ne l'amusait plus, elle provoquait simplement une profonde irritation qui le rendait plus lunatique et versatile qu'à l'accoutumée. Ainsi donc, pour le bien de tout le monde, dès que la réponse de lord Belmore était arrivée, il avait été décidé que la jeune femme serait rapidement ramenée chez elle. La somme était assez conséquente, mais il était certain que le père de la suivante n'hésiterait pas à demander de l'aide autour de lui s'il ne possédait pas cette somme. Puis au pire, lady Maura pourrait toujours y mettre un peu du sien, après tout, c'était entièrement de sa faute si Eirlys était sa captive. Le capitaine avait demandé la somme de 100 Dragons d'Or pour rendre la jeune femme, plus un supplément de 50 Dragons afin de la rendre entière et de ne pas lui ruiner ses chances de trouver un époux plus tard. Il était évident que les autres Fer-nés n'avaient pas apprécié que le Harloi négocie ainsi la vertu d'une continentale, habituellement les femmes captives ne rentraient pas chez elle aussi pures qu'à leur arrivée. Seulement le Fer-né était un négociateur et un manipulateur, l'argent était bien plus intéressant à ses yeux que la virginité d'une gamine du continent.

     Il avait donc rapidement répondu à la missive afin de faire savoir que l'échange se ferait en mer, il était hors de question qu'il aille se promener sur le continent alors que sa tête devait être mise à prix. Mais visiblement lord Belmore avait été conseillé et faisait savoir au Fer-né qu'il refusait de prendre le risque de sacrifier un équipage et d'offrir de nouveaux captifs au Harloi. Ce dernier aurait pu répliquer en avançant le fait que sa fille resterait donc avec lui, mais il avait envie de s'en débarrasser le plus rapidement possible et refusait tout simplement de la garder plus longtemps chez lui. Surtout qu'elle ne servait à rien, mis à part occuper une chambre et deux servantes pour la surveiller et parer à d'éventuelles tentatives de suicide. Ainsi donc, Sargon accepta, l'échange se ferait à Belcastel sans les troupes de l'Ouest. Il y aurait juste quelqu'un de neutre pour recevoir la jeune femme et donner la rançon, ainsi qu'une escorte pour parer à une éventuelle tentative d'enlèvement, mais rien de plus. En échange, le Harloi devait accepter de ne venir lui-même qu'avec quelques hommes, les autres restant sur le boutre afin de prévenir une attaque surprise. L'accord fut scellé, même si Sargon avait le sentiment d'avoir été trop aimable avec eux et de ne pas être resté sur ses positions. Il en profita autrement. Lord Belmore aurait une agréable surprise en apprenant qu'il économiserait 50 Dragons d'Or, même si en échange cela signifiait certainement qu'il devrait faire de sa fille une septa. Au moins les autres Fer-nés ne viendraient plus lui reprocher son manque d'investissement dans les traditions de leur peuple. Un moment du moins.

     La Veuve Salée ayant subi de nombreuses pertes, Sargon avait été contraint de demander de l'aide à son oncle et quelques rameurs de ses boutres étaient donc provisoirement allés à bord de celui du jeune homme. La traversée serait ainsi plus rapide et vu qu'il n'y avait pas de combat en vue, il n'y avait aucune raison de lui refuser ce petit service. Eirlys fut donc embarquée sur le boutre et ils prirent la mer afin de traverser la vaste étendue d'eau salée pour rallier Belcastel. Pendant le voyage, le Harloi se demanda qui était donc cette personne « neutre » qui servirait d'intermédiaire. D'un côté, Sargon regrettait que ce ne soit guère lady Maura, il aurait été très plaisant de la revoir et de se rappeler à son bon souvenir, mais il y avait bien peu de chances pour que ce soit le cas malheureusement.

     L'île des Farman se dessina enfin à l'horizon après moins d'une semaine de voyage, la jeune femme allait bientôt pouvoir retrouver sa famille en imaginant qu'elle ne soit pas trop honteuse pour rester auprès d'elle. Ils accostèrent sur l'une des plages et le Fer-né sauta au bas du boutre en passant avec habitude, au-dessus du bastingage. Eirlys le suivit de près, accompagnée de Yoren, Wulfric et trois autres marins qui étaient surtout là pour dissuader d'une éventuelle attaque surprise de la part des gens de l'Ouest. Crépuscule à la ceinture, le Harloi ouvrait la marche pour se rendre sur le lieu de rendez-vous, situé plus en hauteur, presque invisible de la plage. Il n'aimait pas l'idée de s'éloigner de la mer, mais les continentaux avaient une chose stupide qui servait beaucoup dans de telles occasions : l'honneur. Le jeune homme était persuadé qu'ils n'oseraient pas tenter une attaque, ne serait-ce que pour être fidèles à leur parole. Le petit groupe arriva rapidement en haut d'une petite colline, plusieurs silhouettes se dressaient, des hommes armés et une femme au milieu de ce qu'il semblait. Les natifs des Iles de Fer approchèrent, Yoren avait sa main posée sur l'épaule de la demoiselle pour la guider tout en veillant à ce qu'elle ne s'échappe pas. Alors qu'ils étaient à une dizaine de mètres de la femme qui devait certainement être celle qui lui confierait la rançon, Sargon ordonna à ses hommes de rester là et de veiller. Ils n'approcheraient que lorsqu'il en donnerait l'ordre. Après quoi, le capitaine de la Veuve Salée marcha d'un pas visiblement tranquille jusqu'à s'arrêter assez près de la femme pour pouvoir la dévisager. Trop près de l'avis de certains, juste assez du sien. Il esquissa un sourire amusé comme s'ils étaient là pour une Danse du Doigt, puis il prit la parole.

     ▬ J'imagine que ce doit être vous la personne neutre dont a parlé le Belmore dans sa missive ? »

     Il n'usait pas du titre de lord Belmore, les Fer-nés n'avaient aucune estime pour les rangs et ne se privaient pas de les occulter. Le regard de Sargon s'était posé sur le minois de la femme, elle était jolie, très jolie même. Il se dit avec une certaine déception qu'il n'avait réellement pas hérité de la bonne continentale avec Eirlys, s'il avait eu celle qui se tenait devant lui, nul doute qu'il n'aurait pas négocié pour la rendre. À moins qu'elle ne soit aussi sotte qu'une oie, ce qui n'était pas impossible. Le regard mordoré du capitaine s'attarda sans gêne sur les formes de la jeune femme jusqu'à ce qu'il décide de reporter ses yeux sur le visage de son interlocutrice. Il savait bien que les soldats n'hésiteraient pas à réagir s'il levait la main sur elle, tout comme ils devaient être attentifs au moindre de ses mouvements, mais cela ne le gênait guère. Il était habitué à être au centre de l'attention. Sans attendre la réponse de la belle, puisqu'il était persuadé qu'elle était ici pour s'occuper de cela, le capitaine enchaîna ses paroles.

     ▬ Nous étions partis sur une somme de 150 Dragons d'Or, mais il y a eu quelques changements de dernière minute, tout comme le Belmore a changé le lieu de rendez-vous au dernier moment. 100 Dragons d'Or suffiront donc. »

     Il ignorait si elle était au courant de la raison de ce supplément. Si c'était le cas et qu'elle n'était pas idiote, elle comprendrait immédiatement la raison de ce changement. Comme Sargon l'avait dit, la faute en incombait à lord Belmore, s'il avait été moins agaçant sur le lieu de rendez-vous, sa fille pourrait encore prétendre épouser une jeune noble. Maintenant si le septuaire acceptait de la recevoir, elle pourrait s'en estimer heureuse. Au final, il aurait été beaucoup plus humain de la tuer, mais des fois les proches avaient énormément de mal à voir ce qui était réellement bon pour leur famille.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Dim 22 Avr 2012 - 13:56

Je me tenais sur les hauteurs de Belcastel, patientant et observant l’horizon. Quelques jours auparavant, alors que j’étais sur le point de quitter Port-Lannis suite aux affrontements, je reçus un courrier de mon oncle Melwyn. J’avais lu la lettre avec empressement, voulant en connaitre la teneur et si de nouveaux éléments au sujet de ma cousine avaient été découvert. Je fus surprise de constater que des négociations avaient été entreprises à l’initiative du fer-né. En tout cas, mon oncle me fit part de toutes les modalités du marché et me demanda de jouer les intermédiaires neutres. J’acceptai, le sort de ma cousine en dépendait, mais je gardai pour moi le fait que je n’étais pas la plus neutre qui soit, j’avais quelques griefs contre ces pirates, néanmoins je ferai en sorte de les mettre de côté pendant la transaction. Pour constituer une petite escorte d’une demi-douzaine d’hommes, je fis appel à ceux qui se trouvaient sur le navire qui m’avait mené jusqu’à Port-Lannis et qui battait pavillon Mallister. Reurik se tenait à mes côtés, prêt à en découdre en cas de problèmes, il fallait toujours se méfier des fer-nés.

Tout ceci reportait d’autant mon voyage dans le nord et donc la mission que m’avait confié mon suzerain. Cependant, la vie de ma cousine était en jeu, quelques jours de perdu ne seraient pas un handicap dans les négociations. J’en étais à ce point de mes réflexions quand je vis se profiler un groupe. J’aperçus une silhouette féminine entourée par les marins fer-nés. L’un d’eux se détacha du groupe pour venir à notre rencontre. Je le laissais venir, restant immobile, je n’avais aucune envie de m’avancer vers lui. J’en profitai pour l’observer. Il avait l’air plutôt serein, sûr de lui. Il s’arrêta à quelques mètres de moi, un sourire étirant ses lèvres. Je vis du coin de l’œil Reurik poser la main sur la garde de son épée, un signe de mise en garde pour mon interlocuteur. Celui-ci prit la parole, omettant le titre de mon oncle. Je notai cela dans un coin de mon esprit. Je sentis son regard sur moi, soutint ce dernier tandis qu’il parcourait mon corps. L’homme ne me laissa guère le temps de répondre à sa première question qu’il enchaînait déjà. Je tiquai quand il m’informa du changement de montant, je fis de suite le rapprochement. Et cela pour un simple changement du lieu de transaction… Il privait ma cousine de sa vie. Si mon oncle apprennait ce déshonneur, il enverra certainement Eirlys au septuaire. Une existence au service des dieux… Laissez moi rire, ils s’acharnaient sur elle… Après lui avoir ôté la vue, ils la privaient de sa vie. Enfin non, cet immonde individu l’en privait. La bêtise des hommes, leur appétit….

Je sentais la colère grondée en mon for intérieur, mais je tâchais de ne rien laisser paraître, cela aurait été une victoire pour le ravisseur et je ne voulais pas lui laisser ce plaisir. Cependant, il était possible que mes yeux me trahissent.

- Ainsi vous devez être le Harloi qui a enlevé lady Belmore…

Puisqu’il semblait faire fi des titres je n’allai pas m’en priver d’en faire autant. Je n’avais aucun estime pour les fer-nés, il le comprendrait bien assez tôt.

- Je m’attendais à autre chose… Oui, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si présentable, on se faisait parfois de ces idées avec les fer-nés, mais évitons de nous fier aux apparences. En tout cas, je suis bien celle chargée de l’échange.

Je tus mon identité, il n’avait nullement besoin de la connaître, même si cela allait à l’encontre de la bienséance, chose que j’oubliai volontiers en la présence des fer-nés. Je fis signe à deux personnes qui vinrent poser à mes pieds deux sacs de 50 dragons d’or chacun.

- Vous faites honneur à votre réputation, aucun scrupule à s’en prendre à une jeune femme sans défense. Pitoyable…finis-je par murmurer.

Je ne détournai pas mon attention de mon interlocuteur, je sentais une certaine amertume dans mes paroles, mais aussi du mépris. Le sentirait-il aussi ? Je n’en avais cure. Cependant, je me devais de tenir ma langue tant qu’ils tiendraient Eirlys entre leurs mains.

- Libérez lady Belmore, et vous pourrez récupérer vos sacs d’or, mais pas avant.

Je la voulais à mes côtés avant de payer ces infâmes. Les précautions étaient de mises et je ne me fiais nullement à la parole d’un pirate d’eau douce. Voilà que je m’égarai de nouveau dans le monde des insultes, mais cela faisait du bien même si j’aurai préféré voir ce fer-né au bout d’une lame plutôt que de discuter avec lui. Plus vite toute cette histoire prendrait fin, plus vite nous pourrons quitter les lieux, je me sentirai plus sereine.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Lun 23 Avr 2012 - 15:50

     Si Sargon avait accepté de faire cette échange lui-même, c'était principalement pour avoir le plaisir d'importuner et d'agacer la personne en charge de la négociation. Il n'y avait pas énormément de divertissement sur les Iles de Fer et la plupart du temps, les désaccords se réglaient à coups de hache et non de mots. Il comptait donc bien profiter de cette rencontre originale pour retrouver tout son allant et sa bonne humeur. Pour ce faire, il faudrait faire sortir la jolie dame face à lui, de son calme apparent. Le Harloi ne savait si c'était son esprit qui lui jouait des tours ou si le regard clair de la jeune femme était bien habité d'une hostilité qui lui était destinée. Quoi de plus normal d'un côté ? Il avait enlevé et ruiné la vie d'une jeune noble, peut-être était-ce une amie de Eirlys ou encore une sœur ? Sargon ne s'était pas trop renseigné sur la famille de la Valoise et il ne savait pas si elle avait des sœurs, mais quoi qu'il en soit, la manière dont elle se tenait semblait exprimer le fait qu'elle n'appréciait pas la situation. Avec un sourire, le Fer-né se dit que le contact neutre n'était visiblement pas si neutre que cela....

     Il ne releva pas la provocation qu'elle lui lança en déclarant s'attendre à « autre chose » après tout, cela pouvait être un compliment comme une insulte. Il préférait garder le dessus en ne lui donnant pas l'occasion de l'humilier. La jeune femme fit alors un signe pour inviter deux hommes à s'approcher avec des sacs qui contenaient la somme destinée à payer la liberté de Eirlys. Une réplique suivie de près ce geste, Sargon reporta son attention sur le joli minois de la blonde pour l'observer alors qu'elle lui déclarait qu'il était fidèle à la réputation de son peuple. Le sourire du Fer-né ne fit que s'agrandir face à cette déclaration, il était vrai que pour une fois, il s'était comporté comme un véritable natif des Iles, à quelques exceptions près bien évidemment. Sans qu'il ne puisse répliquer, la demoiselle reprit la parole afin de lui ordonner de libérer sa captive s'il souhaitait récupérer son argent. Cette fois-ci, le sourire laissa place à un léger rire sincèrement amusé. Elle se risquait sur un chemin dangereux en parlant de la sorte. Changeant de pied d'appui, le capitaine de la Veuve Salée répondit d'un ton arrogant et vaniteux, comme à son habitude.

     ▬ Je ne suis pas convaincu que de me donner des ordres soit la meilleure manière de récupérer Eirlys. Je n'ai pas pour habitude de faire ce que l'on me dit, en réalité, cela me donne même l'envie de faire l'opposé. Il inspira légèrement, ses yeux mordorés posés sur le minois charmant de la blonde. Son sourire retrouva rapidement sa place sur ses lèvres pleines avant qu'il n'enchaîne. Pour vous montrer que ce n'est pas l'attitude à adopter, je vais poser une nouvelle close à notre accord. Il faudra attendre que l'argent soit chargé sur le boutre avant que votre amie ne vous soit rendue. Mes marins s'occuperont de le ramener là-bas et moi je resterais ici avec notre jolie captive. Au moins n'aurez-vous pas à craindre qu'ils fuient pendant ce temps. Son regard inquisiteur scrutait celui de la demoiselle. C'est non négociable évidemment. Si vous refusez, nous repartons aussitôt. Avec elle évidemment. »

     Son expression et sa désinvolture pouvaient faire penser qu'il était ici chez lui, sur son territoire et nullement en danger de mort. Il était vrai que les chevaliers qui accompagnaient la belle pourraient très certainement se débarrasser d'eux rapidement, mais la vanité du capitaine le poussait à croire qu'il ferait sauter la tête de plusieurs d'entre eux avec Crépuscule, avant qu'ils ne puissent espérer s'approcher assez près pour le tuer. Quoi qu'il en soit, Sargon ne lâcherait pas, il avait déjà fait un gros effort en acceptant que l'échange se déroule ici et non en mer comme il le souhaitait au départ, il était hors de question qu'il lâche même un peu de leste. Le Harloi observait le visage de son interlocutrice sans nom, il souhaitait principalement s'amuser avec elle comme il s'était amusé avec Maura, puis Eirlys – même si cette dernière avait été plus « utile » que les autres – et il ne partirait pas avant d'y arriver. Fidèle à lui-même, le capitaine était bien décidé à mettre les choses au clair et que la belle comprenne qu'elle n'était pas face à un Fer-né comme les autres. Bien évidemment, son accoutrement et son comportement pouvait le faire comprendre, mais il savait que bien souvent, les dames du continent avaient une idée faussée de son peuple. Toujours aussi sûr de lui, le jeune homme reprit donc la parole sans accorder le moindre regard aux hommes présents ici.

     ▬ Je me dois de vous signaler que je ne fais pas honneur à la réputation de mon peuple, au contraire même. Si tel était le cas ma chère, je n'aurais jamais accepté de vous rendre Eirlys et elle me servirait de femme-sel à l'heure qu'il est. Le Belmore peut me remercier de ne pas le faire grand-père trop tôt. De la provocation pure et simple, il savait bien que les femmes du continent avaient tendance à être très irritables sur le plan de la virginité et des mariages. Mais si vous voulez réellement que je me comporte comme les barbares que vous semblez avoir à l'esprit à l'énoncé du nom de mon peuple, autant le dire tout de suite. Nous rentrerons sur les Iles avec elle. »

     Des menaces pour lui faire peur, même s'il ne pensait vraiment pas que cela allait avoir le moindre impact sur la belle. Elle avait l'air posée et intelligente, ce n'était pas le type de femmes qui se montait la tête et envisageait les pires choses. Est-ce qu'il y avait une chance pour qu'il parvienne à toucher un point sensible ? Peut-être bien. Il espérait que ce serait le cas. Histoire de compliquer encore un peu la situation de manière à ce qu'elle ne puisse pas refuser sous peine de provoquer le départ du groupe, le capitaine lâcha une dernière phrase. Elle allait devoir répondre ou craindre le pire en ce qui concernait Eirlys. C'était une technique habituelle, noyer quelqu'un sous une masse d'interrogation et de menaces pour qu'elle n'ose pas tout rejeter d'un bloc. Encore fallait-il qu'elle se laisse manipuler.

     ▬ Je constate aussi que vous n'êtes pas fidèle à votre réputation. J'avais cru comprendre que la politesse était de rigueur dans votre peuple, vous connaissez mon nom, mais j'ignore le vôtre. Ce n'est pas très poli et il se pourrait que je le prenne comme un affront. Êtres-vous réellement aussi neutre que le Belmore me le faisait croire ? »

     Léger haussement de sourcils interrogatif, allait-elle se laisser avoir, ou l'enverrait-elle bouler ? Une chose était sûre, Eirlys ne serait pas rendue avant que les sacs de Dragons d'Or ne soient chargés sur la Veuve Salée. À ce niveau, il était très sérieux.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Ven 4 Mai 2012 - 8:59

Mes paroles semblaient provoquer une certaine hilarité chez mon interlocuteur, accompagnée d'une arrogance bien sentie dans sa réponse. Il n'aimait pas recevoir d'ordre... Mais s'il croyait que j'allais me plier à ses règles, il se trompait, bien que j'avais conscience qu'il me faudrait modérer mes propos pour Eirlys. Je fronçai les sourcils à l'écoute de la nouvelle clause qu'il ajouta. Démarche qui me prouva qu'il souhaitait conserver la main mise sur la situation, je me demandai qu'elle serait sa réaction si les évènements venaient à lui échapper complètement. De ce que je percevais, le Harloi était homme à obtenir ce qu'il désirait, soit par la force, soit par une diplomatie feinte comme présentement. Il était différent de ces guerriers barbares qui prenaient d'assaut nos côtes, ne vivant que pour se battre, il paraissait tout aussi retors qu'un noble du continent. Il me faudrait faire preuve d'encore plus de prudence car s'il pouvait jouer sur la table diplomatique westerosi, je n'étais pas forcément apte à jouer sur le plateau des fer-nés. Même si j'en savais un minimum à leur sujet, je n'avais pas côtoyer ces pirates assez longtemps pour me faire une idée précise de leur politique. J'entendais hors pillages. En fait c'était la première fois que je me retrouvais face à un fer-né en dehors des combats, cela en était presque déroutant.

En tout cas, il poursuivit sur sa lancée. Il confirma mes impressions le concernant, il n'était pas un fer-né ordinaire. Je me rembrunis quand il mentionna l'avenir qu'il aurait pu réserver à ma cousine en tant que femme-sel. Il me provoquait délibérément, je le sentais en mon for intérieur. Cherchait-il à me déstabiliser? Cela ne m'étonnerait point et je pris bonne note de ses menaces. Des conseils de mon père me revinrent à l'esprit, au cours de négociations celui qui ne parvenait pas à se maitriser était généralement perdant, il se laissait déborder et embobiner facilement. Je n'avais pas l'intention de laisser ce plaisir au Harloi. Je me devais de laisser mes opinions de côté et me vêtir du manteau de la neutralité. Je pris une profonde inspiration et m'apprêtai à répondre quand il parla de nouveau. Je l'écoutai avec un fin sourire, je n'étais pas toujours fidèle à notre réputation il avait raison, en fait je n'avais aucune envie d'être respectueuse avec lui.

- Je n'use de politesse que lorsque je juge que mon interlocuteur en vaut la peine... Je laissai planer quelques secondes de silence portant mon attention sur Eirlys avant de continuer. A quoi vous servirez de connaitre mon identité? Nos routes se séparerons définitivement une fois Belcastel quittée. J'observai l'attitude du fer-né pour voir comment il réagissait. Mais puisque vous semblez si susceptible et si prompte à réviser les termes de notre accord, je vous concèderai peut-être ce point... Disons que je suis une voisine. Sinon vous pouvez demander à Dagon Greyjoy, je ne doute pas qu'il saura vous éclairer au sujet de mon nom... ajoutai-je avec une pointe de malice dans ma voix avant de reprendre rapidement mon sérieux.

Finalement, je ne précisai pas plus avant, si je lui donnais mon nom il comprendrait que ma neutralité envers les fer-nés n'était pas si objective que cela, et je préférai garder pour moi les liens qui unissaient Belmore et Mallister. Or comme je ne savais pas s'il était au fait de la généalogie des terres je préférai me taire. Je lui avais fourni bien trop d'explications à mon goût et je savais que mes piques me faisaient danser sur la frontière tenue de nos négociations. Un mot de travers et il pouvait faire demi-tour comme il le prétendait. Je ne doutai pas qu'il saurait me faire une remarque sur mon manque de coopération.

- Concernant les sacs d'or, je ne vois aucune raison pour rejeter votre modification. Elle me semble légitime. Vous pouvez venir les prendre, ajoutai-je en désignant les deux sacs à mes pieds, et nous attendrons ensemble le retour de vos hommes.

Nous cherchions tout deux à maintenir notre emprise sur le déroulé des opérations. Cependant, il avait un atout en sa faveur, ma cousine. Alors plus vite il aura chargé son or, plus vite je pourrai récupérer son otage et quitter ces lieux. Pourtant je m'attendais à ce qu'il ne lâche pas facilement l'affaire...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 4 Mai 2012 - 17:56

     Elle gardait un calme qui pouvait bien n'être qu'apparent, mais cela n'empêchait pas Sargon de l'admirer quelque peu. Rares étaient les dames qui se mêlaient de la politique et parmi elles, celles qui savaient se maîtriser l'étaient encore plus. En voyant une donzelle se dessiner devant lui lorsqu'il était arrivé sur le lieu de l'échange, le capitaine avait d'abord cru que le Belmore se fichait de lui, qu'il avait décidé de lui envoyer une jolie demoiselle pour éventuellement adoucir son attitude. Mais maintenant, avec du recul, le Harloi était en droit de se dire que cette jeune femme n'avait peut-être pas été envoyée sans raison valable. Visiblement, la politique et le calme ne lui étaient pas inconnus. Sargon pouvait le prendre comme un compliment, cela signifiait que le père de Eirlys ne le voyait pas comme quelqu'un d'aussi insignifiant que la majorité des seigneurs du continent. À moins qu'il ne se monte tout simplement la tête, ce qui n'était pas à exclure, mais vu sa vanité il était évident que l'idée ne lui effleura même pas l'esprit.

     Elle refusait toujours de donner son prénom, prenant même la liberté – et le risque – de l'insulter en restant poli. Une attitude qui amusait et intéressait beaucoup le Fer-né qui ne dissimula pas ses pensées en arborant un sourire teinté d'amusement. Ce n'était pas une de ces sottes nobles du continent, c'était certain ! Quel dommage qu'ils ne se soient pas croisés lors d'un raid, il l'aurait volontiers rapportée comme souvenir sur son île. Lorsqu'elle avança le fait qu'ils ne se reverraient jamais plus après cet échange, son sourire s'accentua. Elle avait l'air bien sûre d'elle, cela signifiait-il qu'elle vivait au centre du continent ou de l'autre côté de Westeros ? Son aplomb pouvait se révéler surprenant et même déstabilisant, mais lui appréciait sincèrement. La demoiselle daigna enfin lui donner un détail concernant son identité, expliquant qu'elle était « une voisine » et qu'elle était visiblement connue par le seigneur des Iles de Fer. Un léger froncement de sourcils pour toute réaction, Sargon considéra que la neutre demoiselle ne l'était peut-être pas autant qu'il n'y semblait au final. Peu lui chalait pour le moment, s'il pouvait discuter avec une personne aimable, cela pouvait bien être accepté. Au final, l'inconnue sans nom autorisa les hommes du capitaine à embarquer les sacs d'or sur la Veuve Salée en attendant de rendre Eirlys, il leur fit donc un simple signe et les quelques rameurs s'approchèrent du trésor pour les soulever et les transporter en direction du boutre. Sargon avait reculé pendant ce temps, afin de se placer aux côtés de la jeune Eirlys et s'assurer qu'elle ne chercherait pas à faire de bêtises. Sa main posée sur son épaule, le Harloi la quitta finalement du regard pour le poser sur l'inconnue si surprenante.

     ▬ Une voisine, connue de Dagon ? Peut-être n'êtes-vous finalement pas si neutre que le Belmore voulait me le faire croire. Mais peu me chaut, au final même s'il pensait peut-être me berner en agissant de la sorte, je ne prends pas ombrage. Une chance pour elle, vu la fierté qui l'étouffait il aurait aussi bien pu se sentir vexé. Les hommes s'éloignèrent en soufflant sous le poids des sacs d'or. Au moins cela m'aura-t-il permis de vous rencontrer et je peux considérer que je n'ai pas totalement perdu mon temps. Il sous-entendait plus ou moins qu'elle était agréable à regarder et rendait ce voyage plus supportable. Pas certain que cela enchante ses accompagnateurs. Mais vous avez l'air bien sûre de vous en avançant le fait que nous ne nous reverrons plus. Avez-vous donc prévu de quitter ce monde ? Vous sembliez en savoir long sur mon peuple, j'aurais donc imaginé que vous vous doutiez que nous apprécions de visiter toutes les régions alentours. »

     Quoi qu'il en soit, il était fermement décidé à aborder Dagon pour lui demander plus de précisions sur cette jeune femme si étrange. Il avait un peu de mal à imaginer par quel biais son cousin pourrait avoir rencontré cette demoiselle, mais la Seiche était des fois surprenante et lorsque l'on voyait qu'il avait fait sienne une femme très courtisée des Iles, Sargon était en droit d'imaginer une infinité de solutions pour eux deux. Les hommes s'étaient éloignés depuis un moment et le Harloi considérait qu'ils devaient être occupés à charger les sacs sur le boutre, ils ne tarderaient donc pas à revenir. Sa main toujours posée sur l'épaule de Eirlys qui semblait totalement pétrifiée en raison de cette proximité – sans doute craignait-elle qu'il ne s'autorise plus de familiarité – Sargon décida d'en rajouter une couche. Il espérait bien faire sortir la jolie blonde de ses gongs et lui faire savoir que personne ne restait indifférent avec lui. Même si pour le coup, il y avait de grandes chances pour qu'elle le haïsse plus qu'elle ne l'admire. Il glissa donc sa main dans le dos de l'aveugle jusqu'à atteindre son autre épaule comme si elle était l'une de ses conquêtes ou une amie à lui. Jetant un regard à la femme sans nom, le capitaine continua d'un air léger, comme s'ils étaient en train de discuter autour d'un verre dans une taverne du coin.

     ▬ Et comment donc se porte Maura Arryn ? Je n'ai pas vraiment eu de nouvelles de sa part depuis notre précédente rencontre, je me demandais si elle avait facilement réussi à s'en tirer.... Il darda ses yeux dans ceux de la jeune femme. Après avoir tué mes deux marins bien entendu. Visiblement ils ne devaient pas être à son goût, quel dommage. Je n'ai même pas eu l'occasion de la saluer avant qu'elle ne nous quitte. »

     Il avait eu l'intention de laisser partir la noble, c'était une chose qui avait été décidée entre eux, mais Sargon avait simplement prévu qu'elle passe un peu de bon temps avec deux de ses marins. Les malheureux n'en eurent jamais l'occasion et ils trainaient parmi les morts du guet-apens lorsqu'ils avaient quitté la terre, mais ce n'était que de simples marins sans importance. Sargon guettait les réactions de la jeune femme alors qu'une question naquit dans son esprit. Comme à son habitude, il ne se priva pas et la lui posa directement. Qu'elle réponde où non n'y changerait pas grand-chose, il voulait surtout la tester et la réaction importait plus que la réponse.

     ▬ Seriez-vous une amie, ou une dame de compagnie de Maura ? Je ne crois pas que vous étiez du nombre l'autre fois pourtant. »

     Il faisait référence à l'attaque surprise qui s'était soldée par l'enlèvement de Eirlys. Il voulait savoir si elle était liée à Maura, Eirlys ou le Belmore. Au loin, les bruits de pas des marins se faisaient entendre, ils ne tarderaient pas à revenir vers eux.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Dim 6 Mai 2012 - 8:52

De nouveau en train de sourire. Mon interlocuteur paraissait apprécier les piques que je lui lançais, je préférais cela plutôt qu'il n'en prenne ombrage car dans ce cas, Eirlys payerait certainement mon indiscipline, chose que je ne souhaitais nullement. Mais je fus contente de le voir froncer les sourcils à la mention du Greyjoy, semer le doute dans son esprit était plaisant. Finalement, il comprit que je n'étais pas si neutre que mon oncle l'avait prétendu, mais cela ne l'irrita pas voire même cela l'indifférait. Une chance pour moi. Je l'écoutai discourir et vis Reurik se crisper sur son arme quand le Harloi déclara ne pas avoir perdu son temps en venant. Je présumai qu'il ne s'était pas attendu à parlementer avec une femme mais qu'il y trouvait un certain plaisir. Mon garde du corps n'aimait guère ce genre d'allusion, pour ma part je ne me froissais pas pour si peu. UN fin sourire étira mes lèvres et je secouai la tête.

- Non je n'ai pas prévu de quitter de sitôt ce monde, et je sais parfaitement que vous attaquez nos côtes mais je n'ai pas l'intention de me retrouver de nouveau face à vous, d'autres affaires retiennent mon attention...

Je me rendis compte que j'avais donné un renseignement supplémentaire au pirate. Il en déduira facilement que j'étais certainement présente lors d'une de leurs attaques, soit Salvemer, soit Port-Lannis, voire un petit pillage moins important. Je constatai avoir aussi à moitié dénigré le peuple fer-né en démontrant que j'avais plus important à faire que de m'occuper d'eux, ce qui en soit n'était pas vraiment exact puisque ma demeure était en première ligne lors des affrontements. Quant à mes affaires, elles me mèneraient vers le nord et loin des côtes donc hors d'atteinte des fer-nés, voilà la raison qui m'avait poussé à prétendre ne pas le recroiser après notre rencontre actuelle.

Tandis que ses hommes prenaient les sacs d'or pour les déposer dans leur boutre, mon interlocuteur s'approcha de ma cousine et lui enlaça les épaules. Je vis le désarroi de son otage. Je trouvai cette démarche fort peu à mon goût, j'avais presque envie de lui ordonner d'ôter ses sales pattes d'Eirlys, pourtant je me retins la transaction était presque terminée, nul besoin de tout faire capoter à cause d'une remarque désobligeante. Je fusillai du regard Sargon Harloi, sa légèreté était tout de même un brin déstabilisante. Tiens donc, le voilà qui prenait des nouvelles de Maura maintenant...

- Lady Arryn se porte bien, elle attend avec impatience le moment qui verra vos têtes au sommet d'une pique... Je ne pus m'empêcher d'en rajouter une couche mais j'avais traduis l'idée générale de la dame du Roc. Je doute qu'elle reçoive votre salut avec plaisir.

J'avais eu connaissance de l'embuscade par Maura quand je la vis au sujet d'Eirlys. Elle m'avait expliqué ce qui s'était passé et les soupçons qui pesaient sur le fer-né. D'une certaine manière, les deux marins morts l'avaient cherché, je n'éprouvais aucune pitié pour eux.

- Je ne fais pas partie de l'entourage de Maura Arryn donc je n'étais pas présente lors de votre guet-apens... Vous en savez déjà bien assez...

Je le soupçonnais de vouloir obtenir de plus amples informations à mon sujet mais je gardai toujours le mystère sur mon identité. Dans d'autres circonstances j'aurai pris un certain plaisir à poursuivre ce jeu, pouvoir titiller un fer-né était une expérience particulière que je ne renouvellerai peut-être pas car trop risquée... Je portai mon attention sur le chemin emprunté par les marins et je crus discerner des silhouettes qui revenaient.

- Je crois que vos hommes reviennent. Nous allons pouvoir conclure notre transaction. Vous pouvez libérer Eirlys.

Pour cette fois, j'avais évité d'user d'un ordre à l'égard du Harloi, j'étais trop près du but pour me le permettre, autant éviter de le froisser définitivement bien qu'il paraissait bien jovial. Et puis cela lui donnerait l'impression que je me plie un peu à sa volonté.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Dim 6 Mai 2012 - 16:12

     Elle ne prit pas ombrage des paroles de Sargon et celui-ci le regretta légèrement. Il aurait été tellement plus amusant et divertissant qu'elle monte sur ses grands chevaux et lui envoie quelques remarques bien senties en plus visage. Cela lui aurait d'ailleurs donné quelques raisons pour poser de nouvelles clauses à leur accord. Malheureusement pour lui, la jolie jeune femme se maîtrisait parfaitement et ne semblait absolument pas réceptive à ses remarques concernant son physique. Ce serait certainement le seul regret qu'il aurait de cette entrevue, avoir été face à quelqu'un qui réagissait aussi promptement qu'Aaricia ou même Elyn, aurait été ô combien divertissant. Chassant cette frustration de son esprit, le capitaine de la Veuve Salée regarda la demoiselle qui expliquait qu'elle ne prévoyait pas de s'en-aller définitivement et qu'elle était bien au courant des attaques de son peuple. Cela pouvait signifier deux choses. La première, elle était native d'une région côtière et par conséquent, avait déjà vu de quoi les Fer-nés étaient capables. La seconde étant qu'elle en avait tout simplement entendu parler et que par conséquent, elle se faisait une idée à ce sujet. Vu la manière dont la demoiselle avait présenté les choses, Sargon se laissait aller à penser qu'elle devait venir du Bief, de l'Ouest ou encore du Conflans. Elle n'avait pas l'accoutrement d'une Nordienne et les habitants de cette région quittaient rarement leurs terres. L'emploi du terme « nos côtes » le confortait dans cette idée, sinon elle se serait contentée de parler des régions côtières. C'était beaucoup de devinettes et peu de choses palpables, mais cela lui suffisait pour le moment. Enfin, il devait s'en contenter.

     Quoi qu'il en soit, la jeune femme avait l'air de ne pas avoir apprécié son comportement vis-à-vis de Eirlys, preuve flagrante qu'elles n'étaient pas neutres et qu'elle semblait plus sensible au sort des autres qu'au sien. Peut-être pouvait-il la titiller sur ce plan ? Elle ne lui en laissa guère l'occasion, répliquant aussitôt à sa question concernant la santé de Maura. Ainsi donc elle espérait le voir mort ? C'était dommage, mais il n'y avait que très peu de chances pour que son souhait soit exaucé. Cela dit, il croyait l'inconnue sur parole, à n'en pas douter, la sœur de lord Arryn ne serait pas enchantée d'entendre parler de lui. Puis elle daigna enfin répondre à l'une de ses interrogations concernant son identité, expliquant simplement qu'elle n'était pas de l'entourage de Maura. Vu que cette dernière semblait particulièrement proche de l'Ouest depuis quelque temps, il pouvait donc exclure l'origine de cette région. Peut-être qu'il faisait fausse route, mais il espérait bien toucher la vérité du bout des doigts. Lorsque la jolie blonde déclara humblement qu'il pouvait lui rendre Eirlys, Sargon hésita un bref instant, laissant sa main sur l'épaule de son ancienne captive, avant de répondre d'un ton toujours vaniteux.

     ▬ Je le peux oui. Il tourna la tête vers Eirlys tout en continuant. Ainsi donc du venez d'une région côtière ? Je dirais... Le Conflans à tout hasard. Après tout, sa robe était bien trop sobre pour être celle d'une femme du Bief. Elles étaient bien plus du genre à s'attifer de tenues ridicules. Il faisait peut-être fausse route, mais Sargon espérait avoir touché juste. Il posa ses yeux sur la jeune femme, scrutant sa réaction avant d'enchaîner. Je crains que vous ne puissiez dire à Maura qu'elle risque de mourir d'ennui si elle attend ma tête. Je n'ai pas l'intention de me laisser tuer aussi facilement. Il ne vous reste plus à prier pour que nous perdions cette guerre, mais il est un peu tard vu les dégâts que vous avez subis pour le moment. Vouloir et pouvoir sont deux choses différentes. Son sourire s'accentua légèrement. Enfin pour vous, les gens du continents. »

     Il était vrai que les Fer-nés réussissaient bien plus souvent à faire ce qu'ils voulaient, que les habitants du continent. Peut-être était-ce simplement les lois de ces derniers qui les empêchaient de réaliser leurs desseins ? Au fond cela lui passait au-dessus de la tête, il s'en contrefichait. Le temps qu'il réplique, ses marins s'étaient glissés dans son dos et Yoren s'approcha de lui, effleurant l'épaule de son capitaine pour lui faire savoir que tout était parfaitement préparé. Ils pourraient s'en-aller rapidement une fois l'échange effectué. Lorsque son neveu lui avait parlé de l'échange de la Belmore, Igon Harloi avait déclaré que jamais les continentaux ne les laisseraient partir de Belcastel en vie. Mais le Harloi savait qu'ils n'avaient qu'une parole et cette fille n'allait pas la trahir. Elle avait l'air bien trop à cheval sur le respect des règles pour le faire. Bien qu'une de ses phrases permettait de mettre cela en doute. Hochant la tête, Sargon ne quittait pas l'inconnue du regard avant de laisser sa main glisser de l'épaule de Eirlys pour l'attraper avec fermeté de l'autre côté.

     ▬ Vous pensez égoïstement ma jolie dame. Eirlys n'est plus une dame, aucun homme ne voudra d'elle. Que comptez-vous faire en la récupérant ? Lui donner la possibilité de servir vos dieux ? Il rigola légèrement. Ces mêmes dieux qui l'ont privée de sa vue, je dois avouer que je trouverais cela bien ironique. »

     Rien n'était plus vrai. Sargon savait bien ce que la jeune femme pouvait espérer en regagnant sa maison, elle serait traitée comme une catin par tous les nobles et ne vaudrait pas mieux que la première prostituée de Port-Lannis. Elle serait donc certainement envoyée comme religieuse pour camoufler la honte qui était tombée sur elle, un avenir vraiment misérable en somme. À quoi pensaient donc les nobles en faisant revenir une fille pareille ? À la place du Belmore, le Harloi n'aurait jamais dépensé 100 dragons d'or pour récupérer une fille qui n'était même plus mariable. Juste bonne à servir de religieuse, une perte ! Quelque chose lui disait que cet argument n'allait pas faire mouche et que son interlocutrice s'en ficherait éperdument. Il l'avait provoquée en la taxant de « jolie dame », ayant bien remarqué la contrariété de l'un de ses gardes la dernière fois qu'il s'était autorisé ce luxe. Après un bref instant de silence, il conclut finalement.

     ▬ Je vais vous rendre votre douce Eirlys ne vous en faites pas. C'est qu'elle me manquerait presque déjà. Posant ses yeux sur le visage sale de la noble, il la lâcha brièvement, glissant sa main sur sa joue maculée de crasse. La surprise la fit reculer et presque tomber à la renverse, mais il la rattrapa avec fermeté avant de regarder l'inconnue. Étant donné que vous avez dit moduler vos manières en fonction de votre interlocuteur, je vous demande de me donner votre parole que nous partirons d'ici en sécurité. Vous comprenez, avec ce que vous avez dit, je suis en droit de douter. »

     Il ne donnait jamais ce qu'il avait en main, avant d'être absolument sûr de ce qui l'attendait juste après. On restait difficilement en vie autrement lorsque l'on s'appelait Sargon Harloi.

HP:
 


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Jeu 17 Mai 2012 - 12:42

Il n'était pas idiot, loin de là. Il s'était servi du peu d'éléments que j'avais daigné lui fournir pour émettre des hypothèses. Je fus presque surprise quand il mentionna le Conflans et ne put m'empêcher de faire une légère moue. Celle-ci pouvait révéler beaucoup ou peu suivant son interprétation. Pendant un instant je crus qu'il n'avait pas l'intention de me laisser partir, mais la suite de sa phrase me rassurant, il avait simplement prévu de ne pas mourir de sitôt. Mais certains de mes hommes décélèrent une menace potentielle ce qui augmenta leurs méfiance et hostilité. Il poursuivit en soulignant une grande différence existant entre son peuple et le mien, celle de pouvoir agir comme bon lui semblait. Les fer-nés n'hésitaient pas à mettre à exécution leurs desseins, ils ne s'enferraient pas dans une notion de légalité, contrairement aux continentaux. Nous aimions avoir une certaine maîtrise des actes d'autrui et définir les limites à ne pas franchir.

- Certes, nous ne prenons pas autant de liberté que vous, c'est peut-être pour cela que vous êtes considérés comme des barbares... Je lui laissai le temps de percevoir mon dédain avant de reprendre la parole. Je transmettrai tout de même à Maura quand je serai amenée à le revoir, ainsi elle pourra peut-être pallier un peu à son ennui comme vous dîtes.

Les marins du Harloi revinrent, signifiant à leur chef que le butin avait été déposé à bord. La fin de cette entrevue se profilait de plus en plus concrètement, cela me soulageait d'une certaine manière, car en dépit de mon calme apparent, traiter avec des pirates n'était pas un acte ordinaire et il générait un stress certain. Je fronçai quelque peu les sourcils. Penser égoïstement? Voilà qu'il remettait en question ma décision et celle de mon oncle. Je n'avais aucune envie de recevoir une leçon d'un fer-né, mais je ne pouvais rejeter complètement ses propos, il n'avais pas vraiment tort. Ma cousine serait certainement obliger de prendre le voile à cause du déshonneur subi, mais cela c'était la faute de ce satané Harloi... Une bouffée de colère m'envahit de nouveau et je détournai quelques instants la tête pour refouler cette vague.

- Je ne peux décider de son destin, son père a choisi de payer la rançon, ainsi soit-il. Même si je savais qu'Eirlys deviendrait certainement septa, j'aurai préféré qu'il en soit autrement. Qu'elle soit libre... Cependant je doute qu'elle veuille rester à vos côtés, au moins elle pourra retrouver une famille qui l'aime.

Je ne savais si mon argumentaire, qui n'en était pas un en soit, allait faire comprendre à mon interlocuteur notre façon de penser, enfin je n'étais pas là pour cela. Le Harloi glissa sa main sur la joue de ma cousine, provoquant chez elle un mouvement d'effroi. Cela me conforta dans l'idée de la soustraire à l'influence néfaste de ce singulier pirate. Alors qu'il posait une nouvelle condition, je posai sur lui un regard indéchiffrable, gravant ses traits dans ma mémoire. Je comprenais sa démarche et un sourire fit part étirer mes lèvres. Qu'il doute, cela me convenait parfaitement. Après quelques instants de silence je finis par répondre.

- Vous avez ma parole que je n'attenterai pas à votre vie ni à celle de votre équipage sur cette île. Vous pourrez repartir en sécurité une fois qu'Eirlys me sera rendue. Bien entendu, j'estime que ce marché agit dans les deux sens. Je n'allai pas le laisser assurer sa retraite sans qu'il en soit de même pour nous. Et puis si vous restez en vie vous pourrez constater par vous même la véracité de vos dires ou non concernant l'issue de cette guerre entre le Royaume et vous.

Je ne savais comment il allait prendre mes paroles, mais Eirlys fut libérée. Je l'accueillis, m'enquérant de son état avant de la confier à un de mes accompagnateurs pour qu'elle soit conduite au bateau. Autant qu'elle s'éloigne de son ravisseur. Pour ma part je restai afin de m'assurer que ce dernier ne me jouerait pas de tour.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 18 Mai 2012 - 14:39

     Sargon nota que l'évocation du Conflans sembla éveiller quelque chose chez la jeune femme? Une moue, mais était-ce le signe qu'il avait visé juste ou qu'il s'en éloignait ? La question était permise, toutefois le Fer-né se disait qu'il devait avoir ciblé une bonne zone sans quoi elle n'aurait certainement manqué de lui souligner qu'il s'était fourvoyé. À moins que ce ne soit un moyen de l'induire en erreur ? Les possibilités étaient nombreuses, mais l'arrogance du jeune homme régla rapidement tout cela, il décida tout simplement qu'elle devait être native du Conflans sans quoi sa langue visiblement habile se serait chargée de l'informer qu'il ne devait pas faire de devinettes vu qu'il échouait. C'était une certaine satisfaction de savoir qu'il avait pu en apprendre plus qu'elle ne souhaitait lui donner au départ, même si rien n'avait confirmé qu'il avait visé juste.

     Si elle avait été surprise, elle repart rapidement confiance afin de répondre à son interlocuteur avec dédain, lui soulignant qu'ils étaient tous considérés comme des barbares sur leurs îles. Loin de le vexer, cela le fit sourire, il ne portait pas d'importance à ce que les continentaux pouvaient penser de lui, après tout, n'étaient-ils pas tous de simples moutons qui obéissaient docilement à un roi stupide et incapable de défendre son peuple ? Quel dommage que cette jeune femme ne soit point née sur les Iles de Fer, sans quoi elle aurait rapidement compris le mode de vie du peuple qui y vivait. Il se contenta de hocher la tête lorsque la lady sans nom lui rétorqua qu'elle transmettrait ses paroles à Maura si elle était un jour amenée à la recroiser. Sargon en doutait, quelle jeune femme bien élevée allait donc s'amuser à parler d'un Fer-né qui était responsable de malheur d'une dame ? Mais au moins avait-il une chance, même infime, de se rappeler à son bon souvenir. Un léger sourire flottait sur ses lèvres alors qu'il lâcha quelques mots.

     ▬ Il est tellement plus facile de traiter de barbare ce que l'on ne comprend pas. Au moins vous avez l'impression d'avoir le bon rôle. Il n'y a que les continentaux pour se croire supérieurs à ce qu'ils ne comprennent pas. »

     Cela dit, lui aussi se sentait supérieur à toutes les personnes qu'il fréquentait. Mais Sargon n'était pas un Fer-né comme les autres et il considérait son peuple comme largement plus compétent que ces donzelles du continent qui n'étaient même pas capables de rivaliser contre une femme des Iles. La question était réglée et sans importance au fond, il n'était pas touché par les moqueries ou les provocations de la dame qui les disaient de toute manière bien trop poliment pour qu'il puisse réellement répliquer. C'était le type de femmes qu'il n'arrivait jamais à faire sortir de leurs gongs et cela avait le don de lui donner encore plus envie d'y parvenir. Malheureusement, ni le lieu ni le contexte ne se prêtaient à pareil exercice. Il faudrait mettre ce désir de côté. Pour le moment.

     Puis soudain, pour la première fois, Sargon détecta une expression de contrariété, un froncement de sourcils, puis elle détourna le visage comme s'il ne valait pas la peine d'être regardé. Son sourire se mua en un ris encore plus amusé alors qu'elle fixait un autre endroit avant de daigner le regarder pour lui déclarer qu'elle n'était pas concernée par le choix du père de la captive. En effet, c'était entièrement la faute de son père et elle serait sans aucun doute bien mieux avec une famille aimante autour d'elle, cela dit le capitaine doutait que la jolie aveugle soit confiée à ses proches. Elle allait se retrouver dans un septuaire ou tout autre endroit qui lui apprendrait comment devenir une gentille petite religieuse. Au fond, Sargon se moquait éperdument du sort de la jeune femme, il l'avait souillée uniquement pour compliquer la vie de tout le monde. Après tout, le Harloi était conscient d'être détesté par Maura, autant lui donner une raison de plus de le haïr non ? Un léger rire se fit entendre alors qu'il se contentait de fixer la jeune femme sans nom. Elle allait y penser pendant longtemps, c'était pour cette raison que le Fer-né l'avait dit, pour que ses pensées soient peuplées de doutes et de pensées dont il serait responsable. Une manière pour lui de se rappeler à son bon souvenir.

     ▬ Une famille qui va la confier à un dieu qui ne lui est même pas venu en aide ? Drôle de famille, mais soit, si vous considérez que c'est une manière d'aimer.... »

     Une manière de plus de lui glisser une question dans son esprit, il espérait qu'elle allait se poser une infinité de question sans parvenir à démêler le vrai du faux. Leurs regards se croisèrent, le Harloi soutint les yeux clairs de la jeune femme comme s'il la mettait au défi de lui répondre qu'elle ne donnait pas sa parole. Mais un sourire étira ses lèvres désirables alors qu'elle laissait un instant de silence passer. Puis elle lui donna sa promesse, assurant qu'ils quitteraient Belcastel en sécurité et sans être attaqués. C'était une bonne chose, le jeune homme hocha la tête, puis elle lui retourna la question en lui demandant de lui donner sa promesse lui aussi. Son sourire s'accentua, elle craignait visiblement qu'il ne change d'avis à la dernière minute, mais cela aurait été suicidaire, il n'était pas en position de force et les gardes s'attendaient au pire. Non, ce serait idiot d'attaquer là. Elle le provoqua une dernière fois, mais Sargon ne réagit pas, il se contenta de retourner la promesse à la jeune femme.

     ▬ Je n'ai qu'une parole et je vous la donne. Jusqu'à ce que nous quittions cette île du moins, après quoi, la promesse sera obsolète. »

     Il était évident qu'il n'allait pas lui laisser sa parole pour la fois où ils se croiseraient à nouveau, car il ne doutait pas que ce soit le cas. Le Fer-né poussa Eirlys dans le dos et la jeune femme avança d'un pas incertain jusqu'à l'inconnue qui parla brièvement avec elle avant de la confier à ses hommes pour qu'elle soit éloignée de Sargon qui la fixait en silence. Lorsqu'elle fut hors de portée, il reporta son attention sur la jolie noble sans identité, puis lui offrit un sourire amusé.

     ▬ J'ai été ravi de faire votre connaissance, dame sans nom, mais rassurez-vous, à notre prochaine rencontre je saurais comment vous appeler. »

     Preuve qu'il comptait bel et bien la revoir. Le jeune homme allait esquisser un geste vers elle, mais Yoren posa sa main sur le bras de son capitaine comme s'il lui disait de ne pas aggraver la situation. Sargon tourna la tête vers son second, puis soupira finalement, en effet, la prudence lui disait de s'en-aller sans faire de vagues. Après un bref instant, il chassa la main de son marin avant d'accorder un dernier regard à la jeune femme, accompagné d'un sourire bien évidemment.

     ▬ En attendant vous resterez dans mes pensées, quel dommage que je n'ai plus personne à échanger. Ne pensez pas trop à moins, je m'en voudrais de peupler vos rêves. »

     Il la provoquait simplement, puis se détourna et prit la direction du boutre. Sans se retourner, ils montèrent à bord et le jeune homme ordonna de prendre la mer. C'est sur ces paroles qu'ils se quittèrent et que la Veuve Salée regagna les Iles de Fer. Sargon n'avait pas menti, il n'oublierait pas le joli minois de la demoiselle de si tôt, elle avait été très agréable vu les circonstances et il n'oublierait pas de demander de plus amples informations à son sujet à Dagon. Ne serait-ce que pour le railler d'avoir rencontré une jolie donzelle dont lui connaissait visiblement l'identité. Les meilleures choses arrivaient toujours aux plus téméraires.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

L'égalité est la condition de l'échange ▬ Rivanon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Sortie du Squad de météo (PV tous ceux qui veulent à condition qu'il soient du Grand Arbre)
» Bris d'égalité
» Égalité salaires hommes femmes .
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Suivi de la mise en oeuvre de la Convention sur l’Éliminatio

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-