AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Un bol d'air beaucoup trop frais, en fait.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 6 Avr 2012 - 12:12

Ah! L'air marin. Inimitable. La sensation de l'air glacial giflant ses joues, griffant ses yeux.... Le drap de vent claquant dans ses oreilles rougies, et le sel, les éclaboussures criblant son visage d'eau à intervalle irrégulier... Le roulis des vagues! L'altitude! Le mouvement! Quelle expérience vivifiante! Quelle aubaine! Quelle épopée fantastique! Quelle belle source d'inspiration! Tenant bon le pont du navire, le ménestrel était en proie à de puissants élans créatifs tous droits venus de............. .... ... .. . son estomac. Ce dernier ne daignait effectivement pas calmer sa production de sucs gastriques ou du moins, ne daignait pas les garder pour lui.

Les épaules voutées, grimaçant faute à la nausée violente qui tempêtait dans son océan digestif personnel, Sheratan n'allait malheureusement pas avoir l'occasion de coucher sur le papier les impressions magiques qu'il avait eu durant les premières heures d'un voyage qui n'avait déjà que trop duré. Son enthousiasme avait été douché depuis longtemps, ainsi que la robe d'une femme passée un peu trop près de lui la première fois qu'il s'était senti malade. La truie -c'était vraiment ce dont elle avait l'air - avait hurlé jusqu'à ce que le chanteur l'insulte gentiment, et que son mari vienne et frappe Sheratan au visage. Il en gardait une douloureuse trace brune autour de l'oeil: et encore, depuis plusieurs jours, l'hématome avait diminué en taille. Les premiers temps il avait eu l'air tout particulièrement stupide. Depuis dès qu'il se sentait malade -environ la moitié de la journée - il venait ici et ne bougeait plus jusqu'à ce que son estomac se fut vidé par dessus bord. A force de régurgitations, sa gorge était blessée, et sa voix était devenue rauque, presque éteinte. Ce n'était pas comme ça qu'il allait gagner sa vie, tiens... Si Loras ne pouvait plus compter sur lui pour chanter, il allait sans doute être ravi de le traîner... lui, et sa vielle presque inutile dans ses mains inexpérimentées.

Il eut un soupir agacé, proche du grognement comique. Il était effondré en avant entre ses propres épaules.

"Loraaaas... Trouve à boiiire... Ma gorge est en feuuuu..."

Il aurait peut-être fallu lui dire que l'alcool n'allait atténuer ni sa nausée, ni la douleur. Sheratan avait tellement envie de se mettre à l'envers qu'il en oubliait que la boisson créait toujours plus de problèmes qu'elle n'en arrangeait. Bon d'accord en fait il n'oubliait pas grand chose: il n'en n'avait jamais vraiment pris conscience.

Le jeune homme fut soudain secoué par une nouvelle crise: Un grincement clapotant lui échappa tandis qu'il vidait de nouveau ses tripes dans la mer, dans laquelle il avait vraisemblalement semé tous ses repas depuis leur départ jusqu'à maintenant. Il avait encore perdu des kilos: un peu plus, et il deviendrait maigre. Un rugissement de mécontentement lui échappa tandis qu'il rejetait la tête en arrière... Mauvaise idée. Il dut replonger en avant dans la seconde pour effectuer une nouvelle vidange. La bonne nouvelle, c'est qu'il étaient bientôt arrivés à destination, même si il leur faudrait encore faire le chemin jusqu'à Winterfell. Sheratan était un habitué des longs voyages.... Mais voilà. D'habitude il les effectuait sur la terre ferme. Il était plus facile de rejoindre le Nord en passant par la mer. Cette première expérience lui apprenait que ce moyen de transport n'était vraiment pas fait pour lui... . Et il allait encore falloir repartir, ensuite. Qui avait eu l'idée stupide de monter si haut pour donner cours à leur art, déjà? Pourquoi ne s'étaient-ils pas arrêtés dans le Val...? Ou même plus bas? L'idée de visiter cette région reculée dans laquelle il n'était presque jamais allé l'avait émoustillé... Mais maintenant, il se souvenait pourquoi Clyde avait souvent refusé de venir jusqu'ici.

"Je n'en peux plus...! Quand allons-nous arriver, enfin! Nous naviguons depuis des jours, je n'arrive même plus à compter..!"

Normal, direz-vous. Il avait été plus occupé à compter le nombre de fois où il s'était plié en deux au dessus du pont. Les convulsions de son estomac ayant visiblement cessé de l'ennuyer pour le moment, il se retourna, et se laissa glisser assis par terre, dans un gros soupir qui en disait long sur ce qu'il pensait de cette situation. Il couvrit d'une main son oeil encore douloureux et marmonna dans sa barbe (de trois jours).

"Ce voyage a tout intérêt à en valoir le coup..."

... Et vu comme les nordiens étaient connus pour avoir le sens du spectacle et des amusements, ce n'était pas gagné d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 6 Avr 2012 - 13:32

La mer semblait infinie… Bleue ou verte, parfois noire selon les angles, couronnée d’écume argentée, le navire n’était que son invité. La mer était la reine en ses eaux, et on ne pouvait que la respecter. Cela dit, il fallait avouer que tout le monde n’était pas à même de l’honorer comme il se doit. Les libations de Sheratan étaient un bien piètre tribut à une si belle femme. Cela faisait plusieurs jours déjà que le chanteur au sang-mêlé ne faisait que vomir par-dessus bord. Un miracle qu’il n’ait pas encore donné ses entrailles en offrande… ! La gerboise n’était peut-être pas un animal marin, mais Loras l’était lui. Il était né dans le Val, mais à Combemèche, sur la côte de la Baie des Crabes, et pas dans le nid de faucons que la plupart des gens s’imaginaient lorsqu’on parlait du Val d’Arryn. Loras n’y connaissait rien en navires, mais au moins, il était capable de garder son déjeuner en place.

Assis sur le pont, adossé au mât principal, il avait sorti sa vièle et en jouant distraitement en surveillant Sheratan. Cet idiot vomissait tellement fort qu’il allait finir par se jeter tout seul par-dessus bord, et sans le faire exprès ! Loras s’amusait à rythmer ses spasmes de musique, sur une improvisation lente, comme le roulis des vagues sous le navire. Parfois, il s’arrêtait un temps, pour échauffer sa voix. La gorge de Sheratan était si enrouée qu’il ne pouvait plus chanter, ce que Loras fit à sa place, non sans un grand sourire narquois.

« Mère adorée, prends ce cadeau,
Je n’ai rien à t’offrir de mieux.
Mère adorée, calme les cieux,
Berce-moi douc’ment de tes eaux. »


Il finit son couplet aux rimes faciles dans un grand éclat de rire, et reprit sa mélodie, qu’il accéléra alors qu’il se mettait debout. Il ne tarda pas à danser, son corps bougeant tout seul sous lui, comme possédé par la musique. En regardant son visage, on pouvait voir qu’il s’amusait beaucoup, car un grand sourire étirait ses lèvres. La mélodie partit dans les aigus, soudainement, comme un éclat de rire. Loras riait oui… Il aimait le mouvement des vagues contre le bateau, pas comme cette mauviette de Sheratan, qui était en train de lui demander à boire. Ouais, du vin, ça aidera pas beaucoup mais il pouvait toujours demander. Une fois qu’il aurait fini de jouer et de danser. L’équipage et les quelques autres passagers s’étaient un temps arrêtés pour tourner leurs yeux vers Loras, juste assez de temps, en fait, pour le voir tomber à la renverse.

Le remous des vagues contre la coque du navire combiné à tout ce qu’on pouvait trouver sur un pont - en l’occurrence, son propre sac qu’il avait laissé traîné là - avait fini par faire tomber le blond. Il s’était prit le pied dans le sac, alors qu’il dansait à reculons. Sa vièle s’en sortit indemne, mais pas son cou ni son cul. Loras toussa un grand coup, son instrument l’ayant presque étouffé sous l’impact. Quant à ses fesses, elles devaient sûrement être rouges sous les braies de laine du ménestrel. Il se releva douloureusement, sous les rires de son public improvisé. Qu’ils ne s’y trompent pas, Loras était un ménestrel, un chanteur et musicien, et pas un bouffon… Quoique.

Enfin, valait mieux arrêter les frais pour aujourd’hui. Loras rangea son instrument dans son sac, et poussa un cri horrible. Non, c’était pas possible, comment… ? Il avait marché dessus au passage, pour qu’elle soit dans cet état-là… ? Une petite larme coula sur la joue du blond alors qu’il héla Sheratan :

« Sher’ ! Ma flûte… elle est tordue !!! »

Pour illustrer son propos, il sortit l’instrument : en effet, toute la partie inférieure de l’instrument avait été écrasée. Il lui faudrait réparer ça au plus vite, parce que bizarrement, les gens avaient tendance à se fatiguer assez vite de la vièle à archet. Du moins c’était l’impression que Loras en avait. Et puis Sheratan qui s’usait la gorge à vomir… Ils allaient arriver dans le Nord, en terre hostile pour les ménestrels, et sans être au mieux de leurs capacités. Quelle déconfiture… ! Dépité, Loras sortit une flasque de vin aigre, et remit son sac sur le dos. Il s’avança vers Sheratan et lui donna à boire :

« On ne devrait pas tarder à arriver maintenant… ma flûte… Hé bois pas tout hein ! De toute façon, tu vas le vomir à l’instant… ma flûte… »

Loras s’accouda à la rambarde, et regarda le paysage. Ils n’avaient pas été bien loin des côtes pendant tout leur voyage, et le blond serait bien mal en peine de dire où ils en étaient exactement. Mais ils ne devaient pas être loin non ? Disons… moins loin qu’hier ? C’était déjà ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 8 Avr 2012 - 7:48

Ce Loras était impayable. Si Sheratan n'en était point certain car le vacarme de son appareil digestif en feu l'empêchait de bien entendre, il était presque sûr que son compagnon de voyage se moquait de son mal de mer. Jouer en rythme des vomissements! Quelle idée! Originale, du moins. Sheratan restait chanteur jusque dans les affres de la douleur, mais sa voix était nettement moins douce qu'à l'habitude. Mère adorée, prend ce cadeau... Sheratan profita d'une brève accalmie pour relever la tête, exténué, et jeter un regard aussi entendu que blasé à Loras qui plus loin continuait de jouer pour deux. Allait-il rester renfrogné, vexé par les taquineries d'un ménestrel blond en proie à la folie créative..? Que nenni. Sheratan en avait vues d'autres, et n'avait rien contre l'auto-dérision. Il fallait bien dire qu'il devait sembler bien pitoyable, ancré au pont, à vider le contenu de son estomac par dessus bord, le visage encore marqué d'un hématome.

Un sourire éclaira son visage rendu (plus) pâle par la douleur et la fatigue. Il ricana bêtement durant quelques secondes, mais son envie de vomir revint à la charge sans prévenir, et se mélangea à l'un de ses éclats de rire, dans lequel il s'étouffa tandis qu'il essayait tant bien que mal de libérer ses bronches et ses sinus de son propre suc gastrique. Aaaah! C'était acide, quel désastre! Il était en train de se noyer dans ses propres sécrétions! Sheratan toussa comme un demeuré, et ce jusqu'à réussir à tout évacuer. Sa grimace était parlante: Ça faisait un mal de chien! Et en parlant de parler, le jeune homme n'hésita pas à hurler:

"AAAAAAH!! Ça fait mal, nom d'un épi de bouc putréfié!!"

Sa voix était toujours aussi enrouée. On l'aurait presque cru en train de subir une seconde mue, c'était dire. Puis d'un coup la musique cessa, le son d'un corps heurtant le sol retentit, et des rires se déchainèrent autour d'eux. Ah. Ça, c'était Loras qui venait de tomber durant son numéro, prouvant au passage que, finalement, on était pas forcément si mal dans ses guêtres: Au moins, accroché au pont comme il l'était, Sheratan ne risquait pas de se retrouver par terre. Il avait rangé son précieux collier dans une poche. Il aurait été dommage de risquer de le perdre dans l'océan: un accident était si vite arrivé. Cela dit Sheratan avait cessé d'avoir des convulsions. Il s'était donc retourné pour s'asseoir, et eut tout juste le temps de le faire avant d'entendre Loras pleurer sa flûte. Fichtre, et re-flûte! Ou pas justement. Mais pourquoi fallait-il que le sort s'acharne sur eux, et les recouvre de malchance? Cessons tout de suite les métaphores dangereuses... Il n'aurait plus manqué qu'un nuage crève le ciel chargé, et qu'une tempête s'effondre sur eux. Loras et Sheratan n'avaient pas exactement eu les moyens de payer les meilleures places sur le navire... Le presque-dornien grimaça en voyant l'état de l'instrument, un peu comme si Loras lui avait présenté une fracture ouverte.

"Diantre! Loras, nous perdons nos instruments uns à uns. Bientôt nous devrons vendre nos vêtements pour nous nourrir.. Surtout n'abîme pas ta vielle!"

Ce disant, il sortit de sa poche le fameux collier et le noua à nouveau autour de son cou. Il n'avait pas conscience de la singularité du geste assemblé à la parole: avec l'argent de la vente d'un tel objet, il aurait pu les nourrir des semaines et des semaines, voire peut-être des années. Mais voilà. Il s'agissait de son dernier lien avec Ishbel. Bien sûr il n'avait pas raconté cette histoire à Loras... Loras qui lui tendait une fiole d'une vinasse qu'il prit et dont il lampa une grosse gorgée. Il grimaça encore. Cet alcool était infect. Il eut un haut le cœur, mais se força pourtant à continuer.

"... Si je vomis, ça sera à cause de cette piquette infâme... Où as-tu dégotté cette fiole? C'est de l'urine de chameau ou bien quoi?"

Il se força pourtant à en boire une deuxième gorgée avant de la rendre à Loras en la lui plaquant contre la jambe. Eh! Il aurait au moins pu s'asseoir. Loras était trop occupé à se plaindre encore de l'état de sa flûte... Certes cette histoire n'allait pas leur faciliter le travail.

"Bah, cesse donc de pleurnicher! Mieux vaut cette flûte là que l'autre, quitte à ce que l'une soit tordue. Il faudra la faire réparer, je me demande si nous avons encore assez d'argent..."

Même malade, Sheratan trouvait encore le bon goût (?) de faire des sous-entendus. Il plaqua l'arrière de sa tête contre la paroi du navire, une main sur l'estomac, et tandis qu'un grondement profond échappait à sa bouche... Son estomac n'était encore pas bien accroché.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 16 Avr 2012 - 15:47

C’est sûr que là, on pouvait se demander si le sort ne s’acharnait pas. Le sort, ou la stupidité sans fin de Loras. Sa flûte, bien qu’il en joue moins souvent que de sa vièle, s’était tordue sous l’impact. Quel impact ? Hé bien… Celui de son fessier, quand il avait perdu l’équilibre dans une danse aussi idiote qu’inutile. Ils étaient sur ce bateau pour servir de distraction, c’était vrai, mais là il s’était surtout agi de se moquer de Sheratan. Finalement, chacun pouvait se foutre de la tronche de l’autre. Pas de jaloux.

Accoudés sur la rambarde, le duo comique - bien malgré eux, croyez-moi - regardait passer les vagues, et approcher la terre au loin. Le voyage avait été long et ennuyeux, mais il semblerait qu’enfin ils en voient le bout. Cela dit, ça ne se serait pas fait sans dommages. La pauvre flûte de Loras…

« Oh, elle n’est pas irréparable… enfin je pense… Et puis toi, tu as toujours ta v… Ouais non en fait. Bon, j’en prendrais soin. Tant que toi tu fais attention à la tienne. »

Parce que Sheratan avait également un instrument, en plus de sa voix : sa vièle à roue. Il avait bien du mal à en jouer, et Loras essayait de lui enseigner mais il n’avait décidément pas l’étoffe d’un professeur. En plus, il aimait pas le bruit de la vièle à roue. C’était moche. Tout ça pour dire que même s’ils étaient diminués de moitié, Loras ne perdait pas espoir : il y avait toujours un moyen de se faire quelques sous, voir de récupérer un instrument. Plus ou moins légalement, disons. Hé, on fait comme on peut, lorsqu’on est aussi pauvres que deux ménestrels qui allaient paumer dans le grand Nord !

Et justement, le Nord arrivait. Il était encore bien loin, et Loras avait encore tout le loisir de répondre aux lamentations de Sheratan. Qu’est-ce qu’il pouvait être agaçant quand il s’y mettait ! Il n’arrêtait pas de chouiner, depuis le moment où il avait mis un pied sur ce foutu navire ! Il avait peut-être le mal de mer, mais Loras commençait sérieusement à avoir le mal de Sheratan.

« C’est tout ce que j’ai trouvé, et si ça te vas pas, t’as qu’à boire ta pisse ! Tu ressembles pas mal à un chameau, quand tu t’y mets ! »

Dépité et en colère à la fois, Loras recommença de pleurnicher sur sa flûte. Tiens donc, il arrivait à reprocher à Sheratan ce qu’il faisait lui-même. Une grande preuve de bonne foi ! Mais hé, Loras n’avait pas que des bons côtés, loin de là. Comment ça, il n’en a que des mauvais ? Oh, ne soyez quand même pas si sévère avec lui… Le pauvre. Il avait perdu sa flûte, tout de même !

« … Mon autre flûte ne te concerne pas ! Laisse-la où elle est, veux-tu ? Et pour celle en métal… Ouais, j’espère qu’on va trouver quelqu’un qui puisse la réparer sans nous demander une fortune… »

On. Nous. Bien sûr, c’était la flûte de Loras - Sheratan avait rarement droit de la toucher, celle là ou l’autre d’ailleurs - mais quand il fallait la réparer, c’était logique que ce soit les deux qui payent pour l’instrument. Ah, la logique de Loras ! Enfin, il n’y pensait bientôt plus, enfin presque plus : au loin, comme une toile peinte et suspendue devant la proue du navire, se dessinait le Blancport, et derrière lui, le Nord.

Il fallut attendre encore quelques heures avant que le bateau n’arrive jusqu’au port réservé aux marchands de seconde zone, où l’on débarqua Loras et Sheratan presque comme le reste de la cargaison. La ville s’étendait devant eux, blanche et grise et froide comme la neige et les rochers du Nord. C’était la première fois que Loras mettait les pieds aussi près du Mur - qu’il n’avait PAS envie de rejoindre, que ce soit bien clair - et il était grisé par ce qu’il voyait. Il avait toujours aimé voyager et découvrir de nouveaux endroits, et Blancport ne le décevait pas. Du moins, pour la première impression.

« Bien ! Maintenant, il faut qu’on se trouve un marchand pour nous emmener à Winterfell… »

Evidemment ! Plus facile à dire qu’à faire, d’autant plus que le soleil se couchait lentement mais sûrement sur la ville. Ils devraient se trouver une auberge, quitte à devoir payer en nature leur séjour. En musique bien sûr ! En musique ! Quoi d’autre ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 2 Mai 2012 - 14:17

Sheratan lança un long regard en biais à Loras. Non aucun sous entendu douteux, et des deux ça n'était pas lui qui était censé sortir des lorasface en plus... L'autre ménestrel venait de rappeler au presque-dornien qu'il faisait un piètre joueur de vièle à roue, ce qui n'était certes pas faux mais quand bien même, il n'était pas forcément agréable de se le laisser entendre. N'était-il pas censé l'aider à apprendre à jouer, en premier lieu..? Non il préférait jouer de la flûte, se croûter et la tordre, plutôt, et tout ça dans le but de se moquer de lui. Oui, Sheratan aussi pouvait être de mauvaise foi: Comment eut-il pu réussir à lui donner un cours correct alors que le chanteur était occupé à déverser une litanie acide et odorante au fond d'un océan décidément bien gâté...?

"Ma foi vu le prix qu'elle a coûté, je serais bien ennuyé de l'abîmer, quand bien même elle ne sert pas souvent..."

... Tout comme sa propre flûte. Hahaha. En attendant la vinasse trouvée par Loras était infecte, n'en déplaise au ménestrel, lequel trouva opportun de se plaindre des plaintes du chanteur qui pourtant avait plus de raisons que lui d'être de mauvaise humeur: Sheratan vomissait sans cesse depuis des jours. Cette histoire de flûte n'était pas si grave après tout... Ils trouveraient bien un moyen de la réparer. Le jeune homme rejeta la tête en arrière et émit un nouveau gémissement sourd, signe qu'il redevenait nauséeux, quand bien même il n'en n'était pas encore à vider le non-contenu de son estomac vide.

"Un chameau dis-tu?? Je vais bientôt me demander si ça n'est pas plutôt toi qui a pissé là-dedans... A force de faire le pitre et de tomber tu as plus de chances que moi de te retrouver bossu!"

Bah tiens... C'était visiblement l'heure d'échanger des plaisanteries acides - au moins autant que ce qu'était capable de déverser la gorge de Sheratan. Un peu plus tôt des jets peu râgoutants, et à l'instant, un ricanement sec, bien que malgré tout amusé. Certes la deuxième flûte de Loras, Sheratan n'y avait malheureusement pas l'accès qu'il aurait souhaité avoir. Pas que Loras soit du genre qui l'attirât le plus - Sheratan aurait apprécié de trouver une femme, pour une fois, pour partager ses pulsions naturelles - mais c'était toujours mieux que rien. Rien. Ce rien commençait à lui taper sur les nerfs.

"Ca devrait se trouver si ces nordiens ne sont pas des voleurs... Quoique. Je ne sais pas comment ils accueilleront deux étrangers..."

Vraiment ce voyage avait été organisé au petit bonheur la chance, sans prise en considération des risques inhérents à pareille épopée. Deux ménestrels frêles dans le grand Nord, alors que l'hiver approchait. On aurait tout vu.

Le bâteau finit par arriver à bon port, et ce, sans que Sheratan ne vomisse une fois de plus - miracle ! Dès qu'il eut les pieds sur la terre ferme il se sentit un peu mieux, mais ça devait être psychologique, car son corps n'allait pas se remettre si facilement de pareil voyage, ainsi que du mal qui allait avec. Il s'éclaircit la gorge et tenta de parler. Il avait encore du mal à le faire, sa voix, toujours aussi rauque et abîmée.

"Je te laisserai parler dans ce cas, pour des raisons évidentes... Espérons une fois de plus que nos hôtes seront généreux. Allons dormir déjà si tu veux bien.... Ah. Et l'argent... L'argent va vraiment commencer à manquer..."

Tandis qu'il vociférait avec une voix qui progressivement se transformait en murmure, Sheratan s'éloigna. Son pas était encore rendu gauche par habitude de marcher sur un sol tanguant. Retrouver le plancher des vaches faisait un drôle d'effet. Agréable, mais drôle quand même. Ils trouvèrent une auberge mais Sheratan ne fut guère capable d'aider Loras autrement qu'en frappant dans ses mains pour donner le rythme, afin de financer leur séjour. Impossible, aussi, de discuter correctement avec les hommes qui peuplaient l'auberge, à la recherche d'un marchand pour les transporter. Ils finirent par trouver, toujours pas grâce à Sheratan lequel était devenu presque aphone. Le lendemain dès les aurores, ils étaient en route pour gagner Winterfell. Il y avait encore un bout de chemin à parcourir... Mais ils approchaient du but, enfin!
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Un bol d'air beaucoup trop frais, en fait.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [Ruelles] Une rose avec bien trop d'épines [PV: Chi Yume & Victoria Mccroffed]
» Un cours de langue un peu particulier... | Fauve | /!\ pour public averti | END
» Londres - Oxford Street
» Une île, des gens et beaucoup trop de zombies
» C'est beaucoup trop pour moi...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-