AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Nulle amie ne vaut une sœur ▬ Serena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Ven 16 Mar 2012 - 16:07

     Cela faisait quelques temps à présent que le chevalier et son écuyer voyageaient en compagnie du groupe de Nordiens qu'ils avaient rencontré il y a plusieurs semaines. Pryam éprouvait toujours une certaine difficulté à côtoyer autant de personnes d'un coup, les années passées à voyager en solitaire se faisaient sentir et le chevalier errant manifestait fréquemment le besoin de se retirer pour se retrouver un peu seul. La présence d'Ewald était tolérable lorsqu'ils ne voyageaient que tous les deux, même si le petit était très bavard dans son genre, il n'en était pas moins d'une compagnie assez apaisante lorsqu'il savait tenir sa langue. De plus, le jeune homme avait beau être une personne taciturne et réticente à l'idée de se montrer désagréable avec autrui, lorsque l'enfant se montrait trop bavard, le Valois ne se privait pas de le lui faire remarquer. Les deux hommes avaient donc trouvé une bonne manière de fonctionner et l'arrivée de trois nouveaux protagonistes dans leur vie provoquait un chamboulement qui demandait un réajustement de mode de vie. Pryam ne crachait jamais sur la possibilité de pouvoir rencontrer de nouvelles personnes et de pouvoir tisser des liens, mais il fallait avouer que l'originalité d'Eleyna pouvait être aussi agréable et rafraichissante que difficile à supporter suivant les instants. Le Templeton était une personne assez versatile, même si généralement cela ne se voyait pas. Il passait rarement assez de temps avec la même personne pour que celle-ci remarque que son air débonnaire laissait des fois place à une frustration que lui-même avait du mal à s'expliquer. Les doutes, les incertitudes et les questionnements se montraient des fois trop lourds à porter et le Valois extériorisait cela en se montrant d'une humeur assez massacrante. Toutefois, soucieux de ne pas faire subir à quelqu'un ses rares élans de mauvaise humeur, le blond préférait s'isoler de temps en temps pour laisser le silence et la solitude faire son œuvre et lui permettre de réfléchir tranquillement. Car malheureusement il fallait l'avouer, la présence de quatre autres personnes ne laissait que rarement l'occasion de pouvoir rêvasser sans voir ses pensées troublées par des cris où des paroles – qui lui étaient adressées ou non – mais il ne s'en plaignait pas.

     C'est donc pour cette raison que le jeune homme avait décidé de s'isoler un peu alors que la nuit était tombée. Le groupe avait décidé de monter le campement non loin d'une forêt, l'endroit idéal pour ne pas avoir un lieu ouvert aux quatre vents et cela permettait aussi de pouvoir aller chercher du bois en toute tranquillité. Ils avaient donc installé l'endroit où ils passeraient la nuit, ramassé du bois et nourris les animaux, puis avaient bavardé quelques temps avant que le Valois ne se lève pour déclarer qu'il souhaitait se retrouver un peu seul avant que le sommeil ne se fasse sentir. Les Nordiens et le Frey n'avaient rien répliqué, peut-être habitués au fait qu'il déclare de telles choses puisqu'il l'avait déjà fait à plusieurs reprises depuis le début de leur escapade, puis le blond s'était éloigné du campement. Il portait évidemment toujours son épée à la ceinture, même si les temps étaient plus cléments qu'il y a quelques mois de cela, les brigands étaient malheureusement encore très nombreux et le jeune homme ne souhaitait pas se retrouver avec des adversaires sans avoir d'arme sur lui. Ses pas le menèrent donc vers la petite forêt qui abritait normalement moins de dangers que les chemins découverts qui parcouraient le Conflans, il tournait de temps en temps la tête pour se rendre compte que le feu était toujours visible, puis il poursuivait son chemin jusqu'à ce que les voix ne deviennent des murmures et que derrière lui, les arbres camouflent presque complètement la lueur de leur feu de camp.

     Le chevalier s'arrêta après quelques minutes d'une marche tranquille, puis il s'assit sur un tronc d'arbre couché sur le sol pour laisser le silence s'installer, simplement troublé par les cris des oiseaux nocturnes qui sortaient chasser. Puis un autre bruit, surprenant et certainement pas lié à un quelconque animal, Pryam redressa la tête et fixa l'obscurité devant lui, ses yeux clairs s'étaient habitués à la pénombre, mais pas assez pour qu'il puisse se targuer d'être nyctalope. Le craquement reprit alors et le Valois se redressa pour de bon, glissant sa main vers le pommeau de son épée qui risquait finalement de lui servir plus qu'il ne le pensait. Ce fut à ce moment qu'une voix se fit entendre et à la grande surprise du blond, une fois féminine.

     ▬ Laisse donc ton épée là où elle est. »

     L'errant avait appris qu'il était généralement plus prudent de se montrer docile tant qu'il ne savait pas à quoi ou à qui il avait affaire. Il laissa donc sa main retomber du pommeau de son épée tout en promenant ses yeux sur les arbres sombres sans repérer la propriétaire de cette voix. Pryam se trouvait dans une petite clairière et en levant les yeux au ciel, il voyait la lune briller, mais pas suffisamment pour l'éclairer correctement. Toutefois, cela suffisait visiblement à ce que l'individu qui lui parlait puisse le voir et savoir qu'il était armé. Le silence était retombé puis finalement des bruits se firent entendre et quelques silhouettes s'avancèrent dans la clairière, il en compta exactement quatre, mais se laissait aller à penser qu'il devait y en avoir plus. Les femmes – puisqu'il s'agissait de quatre femmes – n'avaient pas le visage camouflé, ce qui laissait penser qu'elles se souciaient assez peu de pouvoir être reconnue, chose qui ne présageait rien de bon. Toujours muet, le blond laissa celle qui lui avait visiblement adressé la parole approcher encore un peu en tendant une dague devant elle avant de reprendre la parole d'un ton peu aimable, visiblement elle savait ce qu'elle voulait.

     ▬ Est-ce que tu as de l'argent sur toi ? Tu es seul ? »

     Entrée en matière plutôt étrange, le jeune homme fronça les sourcils en se rendant compte que ces femmes n'avaient visiblement rien de vrais brigands. Le chevalier errant décida de garder le silence pour voir la manière dont ses agresseurs allaient prendre la situation dans laquelle ils se trouvaient. Visiblement la femme n'était pas particulièrement tranquille, car elle passait son poids d'une jambe à l'autre comme si quelque chose la dérangeait dans tout cela. Un murmure arriva à ses oreilles alors que les deux femmes de gauche discutaient entre elles à voix basse, puis la première leur intima le silence avant d'admonester une fois de plus le Valois.

     ▬ Réponds donc lorsque je te parle ! » Le blond la regarda quelques instants avant de s'exécuter d'un ton aussi calme que possible.
     ▬ Qui êtes-vous ? Vous n'avez pas l'air de brigands, enfin pas aussi dangereuses qu'eux du moins. » L'intéressée rigola légèrement avant de répondre.
     ▬ Parce que nous sommes des femmes ? »

     Le jeune homme secoua légèrement la tête pour faire savoir que cela n'avait rien à voir. Le Valois ne considérait pas les femmes comme moins fortes et moins capables que les hommes, il avait déjà été confronté à des guerrières du sexe dit « faible » pour constater qu'elles étaient bien plus fortes que certains chevaliers. Mais disons simplement que la manière dont la femme tenait son arme montrait qu'elle n'en avait pas l'habitude. Il réfléchit rapidement, faisant le lien avec le petit village qu'ils avaient traversé quelques heures plus tôt, les habitants leur avaient dit qu'il y avait énormément de veuves dont les maris avaient été tués alors qu'ils combattaient à Salvemer. La plupart avaient perdu leur maison comme elles n'étaient plus capables de payer leur seigneur et il ne leur restait donc que la possibilité de voler ou de vendre leur corps. Avec cette idée en tête, le jeune homme ne pouvait tout simplement pas envisager de s'attaquer à elles. Battre des guerrières, soit, mais agresser des femmes qui ne faisaient que cela parce qu'elles avaient besoin de se nourrir, il ne le pouvait pas ! Hésitant une fois de plus, Pryam recula d'un pas, provoquant un cri de la femme qui n'aimait visiblement pas que le blond prenne des initiatives, puis elle approcha une fois de plus avant de lui intimer un dernier ordre.

     ▬ Jette ton épée au sol ! Tout de suite ! » Il ne le pouvait pas, c'est bien pour cette raison qu'il s'en excusa.
     ▬ Je suis désolé, mais je ne peux pas. Vous n'obtiendrez rien de moi. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 20 Mar 2012 - 13:05

Un peu plus tôt dans la journée, Bray faisait la courte échelle à Serena pour lui permettre de grimper dans un chêne de bonne taille. « N'en profite pas pour me tripoter » lui dit-elle en plaisantant parce qu'elle savait très bien ce qu'il allait arriver. Ça ne manqua pas ; Embrys surgit de nulle part et fouetta le derrière du jeune garçon de champ avec les rennes de son cheval en bougonnant « Tu as entendu ce qu'a dit la lady ». Bray commença vaguement à couiner une protestation mais il se tut bien vite, sachant pertinemment qu'il ne servait à rien de traiter la demoiselle de menteuse puisque leur chef prenait toujours partie pour elle au final. Une fois installée sur une branche à plusieurs mètres du sol, cette dernière lui tira affectueusement la langue pour le narguer. Son effronterie était séductrice. Le jeune homme lui sourit avec tendresse, maudissant intérieurement le Sort qui avait fait d'elle une personne de noble lignage et de lui un moins-que-rien, ce qui rendait tout projet d'avenir impossible entre eux. « Essaye de ne pas t'endormir » railla-t-il en s'éloignant avec les autres hommes de la petite troupe. « Essaye d'entendre le sifflet du premier coup » rétorqua la demoiselle perchée, faisant référence à un jour où elle s'était essoufflée pendant au moins cinq minutes dans l'appeau servant à prévenir ses compagnons qu'une cible intéressante approchait. Le rire de Bray se perdit au milieu des arbres et la forêt redevint aussitôt silencieuse.

Les heures avaient passé sans que la moindre âme ne passe dans les environs. Bien cachée par le feuillage de l'arbre qui lui servait de perchoir, Serena s'était endormie. C'est la raison pour laquelle, lorsque ses camarades revinrent la chercher, ils ne surent pas où la trouver. Ils appelèrent son nom à mi-voix, puis un peu plus haut, sans résultat. La jeune femme était du genre à avoir un sommeil de plomb. « Tu sais sûr que c'est ici ? » demanda Embrys à Bray, les sourcils froncés. Le garçon de ferme en était persuadé. Il tourna autour du bon arbre pour essayer de voir s'il y avait quelque chose dans ses branches mais il ne vit rien. Comme il appela le prénom de la belle pendant plusieurs minutes et qu'il n'eut aucune réponse, il en conclut qu'elle ne s'y trouvait plus. Inquiets pour la seule dame de leur compagnie, les hommes décidèrent de rejoindre le village le plus proche. Peut-être avait-elle eu besoin de quelque chose et qu'elle s'y était rendue.
Serena dormit encore une heure après la nuit tombée et ne s'éveilla qu'en entendant les rumeurs d'une conversation qui avait lieu sous son arbre. Curieuse, elle se frotta les yeux pour se réveiller un peu mieux et tendit l'oreille. Une femme parlait à un homme. La jeune Templeton dut se remettre de sa surprise en comprenant que c'était l'homme qui était sur le point de se faire agresser. Cette idée la fit sourire. Ça changeait de l'habitude. Bien décidée à ne rien interrompre, elle resta immobile sur sa branche.

Il ne lui fallut que quelques secondes pour se dire que, quand même, cet homme était bien poli et n'avait pas l'air prêt à se défendre contre des femmes. C'était tout à son honneur. Presque... chevaleresque. Soudain, une idée s'imposa à son esprit : et s'il s'agissait vraiment d'un chevalier ? Peut-être connaissait-il son frère. Peut-être pourrait-il la mettre sur la bonne route. Elle avait rencontré peu de gens en douze ans qui avait vu Pryam mais cela valait la peine de tenter le coup. Si cet idiot en bas se faisait tuer par des paysannes en refusant de les attaquer à cause de leur sexe, elle ne pourrait jamais lui poser la question.
Grommelant intérieurement, elle se pencha un peu pour essayer de voir ce qui se passait en bas. Comme elle était dans le noir depuis longtemps maintenant, ses yeux s'étaient habitués à l'obscurité. Elle n'en était pas certaine car la lueur de la lune était discrète mais il semblait y avoir quatre brigands. Serena soupira. Elle était seule et n'avait qu'un seul couteau. Peut-être que l'effet de surprise réussirait à mettre les femmes en fuite mais ce n'était pas dit. Elle ignorait même si elles étaient armées. Il allait donc falloir y aller au bluff. Serena avait déjà vu Embrys le faire. C'était une technique qui permettait de faire croire à l'ennemi que l'on était en supériorité numérique lorsque ce n'était pas le cas. Évidemment, cela ne fonctionnait que dans la nuit. Une chance pour la situation présente.

Serena prit une poignée de petits cailloux dans son sac et, un par un, elle se mit à les lancer en arc de cercle, dans le dos du potentiel chevalier. Quatre, cinq, six... A chaque fois qu'ils tombaient, ils entrainaient un bruissement dans les feuillages qu'ils touchaient et sur l'herbe en roulant. La jeune femme accéléra le rythme de ses lancers pour donner l'impression que les mystérieux marcheurs se rapprochaient. Les paysannes n'en menaient plus vraiment large. Elles avaient perdu leurs postures offensives et se ratatinaient peu à peu sur elles-mêmes. Leur chef sondait avec crainte et méfiance la forêt derrière le blondinet, hésitant encore un peu à battre en retraite. Histoire de la faire se décider rapidement, Serena sortit son couteau et l'envoya d'un coup sec et précis se planter dans le sol à ses pieds. Ses trois comparses sursautèrent et décampèrent aussi vite qu'elles purent. Ne pouvant plus faire grand chose toute seule, la chef détala à son tour.
Le tour était joué !

Très satisfaite, Serena entreprit de descendre de l'arbre – entreprise vraiment périlleuse lorsque l'on n'a personne à la réception. Elle se pendit à sa branche grâce à la force de ses bras et regarda en bas. Il lui resta une chute de quelques trois mètres avant d'atteindre le sol. En soupirant, elle se laissa tomber et plia un peu les genoux pour amortir la réception. Cette dernière fut un peu plus violente que ce à quoi elle s'était attendue à cause de l'inégalité du sol – qu'elle n'avait pas pu voir à cause de la nuit – et se ramassa les quatre fers en l'air dans un bosquet de fougères.

_ Nom d'un petit oeuf de dragon ! S'exclama-t-elle, adepte des expressions désuètes depuis toujours, en se débattant dans le feuillage jusqu'à s'en extraire.

Une fois debout, elle épousseta dignement sa tenue, s'éclaircit la gorge et se dirigea droit vers l'endroit où son couteau s'était planté pour le ramasser. Elle essuya les deux cotés de la lame contre sa botte et le remit dans son petit sac comme si de rien était. Après quoi elle se tourna vers l'inconnu qu'elle venait d'aider et, les poings sur les hanches, le dévisagea. L'obscurité de la nuit ne lui permettait hélas pas de voir grand chose. A cette distance, elle pouvait seulement distinguer sa silhouette se découper sur la forêt derrière lui. Il avait l'air d'avoir les cheveux un peu bouclés. De quels couleurs étaient-ils ? Et ses yeux ? Tant d'inconnues qui faisaient qu'elle n'avait aucun moyen de savoir que l'objet de sa longue quête était juste devant elle. Le seul indice qu'elle possédait était les battements insensés de son coeur mais elle les mettait sur le compte de l'adrénaline. La dernière fois qu'elle avait vu Pryam, c'était tout juste un adolescent. A présent, il devait être un homme. Avait-il changé ? Souvent elle se demandait si elle pourrait passer à coté de lui dans un village sans le reconnaître. Et puis, elle se disait que non, que même si ses yeux ne le reconnaissaient pas, son coeur saurait que c'était lui. C'était justement ce que son coeur était en train de lui dire, mais elle ne l'écoutait pas.

_ Ça a failli sentir le roussi pour vous, messire. Puisque je vous ai évité une douce humiliation, peut-être pourriez-vous m'aider. Je recherche un chevalier.

Serena ôta ses poings de ses hanches et fit quelques pas, pas en direction de son frère mais plutôt en arc de cercle autour de lui. Elle avait appris à ses dépends à se méfier des hommes. Même de ceux qui avaient l'air chevaleresque, malheureusement. Elle s'arrêta et souffla ces mots qui allaient changer sa vie :

_ Il s'appelle Pryam Templeton.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 20 Mar 2012 - 19:10

     Alors que le jeune homme avait les yeux dirigés sur ses « assaillantes », il réfléchissait rapidement pour savoir ce qu'il pourrait bien faire pour se sortir de ce pétrin. D'un côté la situation la plus évidente et la moins risquée – du moins pour lui – était de se débarrasser rapidement des femmes qui ne pourraient certainement pas rivaliser face à un chevalier expérimenté. Mais d'un autre côté, cela était totalement contraire aux lois de la chevalerie et surtout de la manière de fonctionner du blond. Il n'eut guère le temps de tergiverser plus longuement puisque des bruits se firent entendre derrière lui. Pryam se retourna à demi, jetant un coup d'œil derrière lui en s'attendant à distinguer la silhouette de l'un des Nordiens, mais rien. Léger froncement de sourcils alors que le Valois se retourne pour faire face aux femmes qui semblaient aussi avoir capté les mouvements et les bruits derrière leur proie, du moins c'était ce qu'il comprenait en voyant l'air surprit qu'elles arboraient. Les bruissements persistèrent, semblant même se rapprocher sans que qui que ce soit ne se dessine pour autant au milieu des feuillages déjà jaunis par l'arrivée de l'automne. Il avait beau ignorer qui – ou quoi – était responsable de toute cela, mais une chose était certaine, les femmes avaient l'air effrayées et se jetaient des coups d'œil semblant devoir les rassurer. Malheureusement pour elles, la chef n'avait pas l'air de faire meilleure figure que ses compagnes et Pryam devinait que s'il dégainait à ce moment elles détaleraient comme des lapins, sans demander leur reste.

     Mais il ne le fit pas. Il n'en eut pas l'occasion à dire vrai étant donné qu'une arme se planta soudain dans le sol, aux pieds de la chef qui vit ses collègues décamper aussitôt, puis elle les suivit rapidement en comprenant que ses chances de racketter ce chevalier venaient de s'enfuir en même temps que ses amies. Un léger sourire se peignit sur les lèvres pleines du jeune homme alors que les bruissements d'un feuillage se firent à nouveau entendre, mais non plus derrière lui, il tourna la tête en direction de ces bruits, plissant les yeux pour essayer de distinguer quelque chose dans la pénombre. En vain. Il ne vit qu'une ombre qui semblait pendue à un arbre avant que celle-ci ne disparaisse aussitôt, puis un éclat de voix dont les mots n'arrivèrent pas clairement aux oreilles du blond. Tout ce qu'il savait, c'était que l'individu semblait être une femme, était-ce elle qui lui avait sauvé la mise où faisait-elle parti du groupe des voleuses et était-elle en retard ? Des questions, encore et toujours, son silence pouvait le faire passer pour quelqu'un de benêt, mais il n'en était pas moins le contraire. Sans être un génie, le chevalier appréciait de se poser de multiples interrogations qui pouvaient toucher tous les sujets possibles, en l'occurrence toute son attention était dirigée sur l'inconnue qui approchait dans l'obscurité. Avec amusement, le Valois nota que c'était la seconde femme qui tombait d'un arbre qu'il rencontrait de nuit, si cela continuait il allait songer à marcher le nez en l'air pour s'assurer qu'une ne lui tomberait pas dessus sans qu'il ne s'y attende.

     Sa sauveuse providentielle ramassa l'arme qui prouva qu'elle était bel et bien responsable de tout ce petit manège, en gros il lui devait une sacrée chandelle et constata avec amusement que c'était la première fois qu'il devrait son sauvetage à une femme. Heureusement qu'il n'avait pas de préjugés sur les sexes. Il faisait trop noir et Pryam ne parvenait pas à distinguer les traits de la jeune femme, il voyait simplement qu'elle avait l'air plus petite que lui avec de longs cheveux sombres, en résumé le physique d'environ la moitié des habitantes de Westeros. Elle prit la parole la première, confirmant de vive voix qu'elle l'avait aidé avant de lui demander à son tour un coup de pouce. Il la regarda d'un air quelque peu étonné en l'entendant dire qu'elle cherchait un chevalier, parlait-elle de quelqu'un de bien précis ou d'un homme portant le titre de ser et pouvant l'aider ? Elle changea de position alors qu'il restait silencieux, se doutant qu'il y aurait une suite à ce qu'elle disait et il ne se trompait pas. Cela dit, si Pryam s'attendait à ce qu'elle en dise plus, il ne s'attendait pas à ce qu'elle prononce son nom. Le Valois resta interdit quelques instants, ouvrant légèrement la bouche avant de se retenir. Qui était-elle ? Une personne qu'il connaissait étant jeune ? A moins que ce ne soit quelqu'un avec qui son père s'était brouillé et qui venait lui réclamer des comptes ? Les idées défilaient dans son esprit et les probabilités se confondaient alors qu'il constatait qu'il était resté presque une vingtaine de secondes silencieux, il décida donc de faire passer cela pour de la réflexion.

     ▬ Templeton dites-vous ? Peut-être devriez-vous vous rendre dans le Val dans ce cas, je crois savoir que c'est dans cette région que se situe leur fief. »

     Les années sur les routes avaient enseigné au jeune homme à se montrer prudent. Certes cette jeune femme venait de lui éviter de devoir subir ou faire subir des violences, mais ce n'était pas pour autant qu'il prendrait des risques inconsidérés. Seules les personnes liées à sa famille connaissaient son nom de famille, depuis son départ de Neufétoiles le Valois n'avait plus usé de son nom de famille en occultant les dames Arryn qu'il avait récemment croisées, elle devait donc avoir un lien avec sa maison et il ne tenait pas particulièrement à savoir ce qu'elle pouvait lui vouloir. Quoique. La curiosité était très présente et c'était la première fois depuis bien longtemps que le chevalier errant entendait quelqu'un prononcer son prénom associé à son nom, cela valait bien la peine de creuser un peu la question non ? Ces réflexions ne durèrent pas bien longtemps, il décida finalement de se renseigner plus en avant pour savoir ce que cette mystérieuse donzelle lui voulait. Son ton avait été relativement calme et posé, il ne laissait pas transparaitre son inquiétude et sa curiosité, Pryam tenta donc de faire de même encore une fois.

     ▬ Que lui voulez-vous ? Il est plutôt inhabituel de chercher un chevalier, surtout si celui-ci est sur les routes, en imaginant que je puisse vous aider, je ne souhaite pas mettre en péril un compagnon d'armes. »

     L'inconnue pourrait lui rétorquer que cela ne le regardait pas et qu'elle ne souhaitait en parler qu'avec Pryam, mais dans ce cas, lui-même ne pourrait pas se trahir. Il avait trop à faire et quelqu'un à retrouver, il ne pouvait donc pas se permettre d'échouer maintenant. Certes, les années avaient transformé l'espoir de retrouver sa cadette en un rêve lointain puis bientôt en une chimère. Il croisait fréquemment des alliés, mais jamais son chemin n'avait rejoint celui de Serena. Les Sept semblaient se jouer de lui et une certaine lassitude s'était installée dans son esprit et dans son cœur. Le blond chassa cette mélancolie pour se concentrer sur le moment présent sans quitter la silhouette sombre du regard, bien qu'il restait attentif aux mouvements autour d'eux. Peut-être n'était-elle qu'une voleuse, bien que le hasard qu'elle connaisse son prénom aurait été surprenant. Il décida donc d'opter pour les questions à son tour, ne quittant pas son éternel ton posé.

     ▬ Et d'ailleurs, qui le demande ? Bien que j'ignorais qu'il existait des femmes qui vivaient dans les arbres, j'imagine que vous devez bien avoir un prénom ? Je n'ai pas une très bonne première impression des dames de ces bois voyez-vous, une présentation ne serait pas du luxe... »

     Il était vrai que les voleuses n'avaient pas donné de très bonne impression au chevalier, même s'il pouvait comprendre que des paysannes ne puissent pas réussir à vivre seules, il ne souhaitait toutefois pas à quiconque d'emprunter ce chemin. Il n'y avait qu'une issue à ce style de vie et bien souvent c'était la mort où l'amputation d'une main pour avoir volé. L'idée que cette jeune femme puisse en être une lui traversa l'esprit sans qu'il n'en fasse état, elle le lui dirait bien de toute manière, pas forcément directement, mais dans sa manière de répondre. Si elle avait quelque chose à cacher, il devrait le deviner, après tout lui-même agissait de la sorte depuis des années, il connaissait donc les ficelles du métier. Après quelques secondes de silence, Pryam conclut en la rassurant histoire qu'elle ne s'échappe pas trop rapidement.

     ▬ Mais je vous rassure, je connais ce prénom. »

     C'était le moins que l'on puisse dire.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 22 Mar 2012 - 7:37

En l’entendant parler du Val, Serena releva le menton. Cet inconnu, qui qu’il soit, savait en tous cas situer la Maison Templeton sur une carte. Il avait du beaucoup voyager, ce qui accroissait ses chances d’avoir croisé le chemin de son frère. Quand il lui demanda ce qu’elle lui voulait à ce Pryam, la jeune femme plissa ses beaux yeux bleus en prenant un air renfrogné. Et en quoi, s’il vous plaît, était-ce son affaire à celui-là ? Il semblait craindre pour la vie de son confrère. C’est vrai qu’après avoir pu constater son extraordinaire habilité au lancer de couteau, elle ne pouvait plus vraiment passer pour une douce demoiselle en détresse auprès de cet homme. Ne tenant tout de même pas vraiment à se montrer coopérative, et parce qu’elle avait posé une question en première, la jeune femme croisa les bras sur sa poitrine et arrêta de marcher. Voilà qu’il voulait savoir son nom à elle à présent. C’est vrai qu’ils auraient peut-être du commencer par là. Serena ne l’avait pas fait car elle se fichait éperdument du nom de cet homme. Un seul lui apportait : celui de son frère. Elle hésitait vraiment à tourner les talons et à s’en aller maintenant. Elle n’avait pas envie de perdre plus de temps. Surtout que ses compagnons de voyage devaient la chercher partout. En fait, elle décroisa les bras et commença à se détourner de l’inconnu au moment où il lâchait cette phrase « Mais je vous rassure je connais ce prénom ». Là, la jeune femme marqua une pause. Après un long soupir, elle se retourna vers l’homme qui jouait avec ses nerfs et marcha droit vers lui pour ne s’arrêter qu’à un mètre tout au plus. Son cœur battait fort. Elle distinguait un peu mieux ses traits et une expression familière s’en dégageait. Avait-il déjà croisé ce chevalier auparavant ? Ce serait bien le diable qu’elle l’ait croisé deux fois lui et jamais Pryam. Mais si c’était le cas, il le lui aurait dit lorsqu’elle lui avait demandé des informations sur son frère, n’est-ce pas ? Un peu renfrognée de s’être laissée piégée, Serena lâcha :

_ J’avais un nom autrefois mais les années me l’ont pris. Aujourd’hui, on m’appelle seulement Lady Wood. Là, êtes-vous satisfait ? Pardonnez que je ne m’enquière pas de votre nom à vous mais, en vérité, je ne m’intéresse qu’à celui que je vous ai déjà cité.

Serena pencha la tête sur le coté pour mieux observer l’inconnu. La lune étant dans son dos, il y avait beaucoup d’ombres sur son visage mais il avait l’air gentil. En le constatant, elle se radoucit un peu. Il faut dire qu’on ne survivait pas longtemps dans la nature sans être un peu revêche, a fortiori si on était une femme. Elle s’était souvent demandé ce qui se passerait si un jour elle retrouvait Pryam. Est-ce qu’elle pourrait continuer son errance à coté de la sienne ? Est-ce qu’ils retourneraient à Ninestars ? Elle ne savait pas ce qui lui faisait le plus envie. En fait, tout était envisageable du moment qu’elle restait auprès de lui.

_ Je suis désolée d’avoir été si agressive. Mais je crois que si vous cherchiez quelqu’un depuis aussi longtemps que moi, vous vous emballeriez un peu en rencontrant une personne qui a des informations et demande des comptes avant de les livrer.

La jeune femme s’était toujours demandé si Pryam avait appris son évasion lorsqu’elle avait été escortée au septuaire pour échapper à son mariage avec le vieux et gras seigneur du fief voisin. S’était-il lui aussi lancé à sa recherche ? Il devait l’avoir fait. Comment aurait-il pu imaginer qu’une enfant de son éducation puisse survivre dans la nature sans personne ? Elle avait pu faire de mauvaises rencontres dans chaque parcelle de forêt, se faire violer dans chaque auberge, mourir de faim tous les jours. Elle n’avait rien pour se protéger, sinon sa volonté admirable de rester en vie pour retrouver son frère. Les dangers étaient partout dans le royaume et il prenait bien des apparences pour tromper le monde. Serena était consciente de la chance qu’elle avait d’avoir survécue, saine, sauve et vierge. La seule chose qu’elle avait perdu en voyage était son nom. Mais quelle importance ? Elle le retrouverait en même temps que son frère. Il le lui rendait en la prenant dans ses bras. Il le lui rendait en le murmurant à son oreille…
Peut-être parce que, vu de près, cet inconnu lui semblait sympathique, Serena décida de se montrer un peu plus coopérative.

_ Très bien. Je vous dis ce que je veux à Pryam Templeton et vous me dîtes ce que vous savez de lui, d’accord ?

Elle attendit d’avoir une sorte de signe d’assentiment avant de plonger la main dans le petit sac où elle avait rangé son couteau deux minutes plus tôt. Au lieu de le ressortir, elle attrapa le petit jouet de bois fabriqué par son frère il y a plus d’une décennie. Elle fit encore un pas vers le chevalier et attrapa d’autorité sa main qui pendait le long de sa cuisse. Elle la releva jusqu’à mettre son avant-bras à l’horizontal et déposa le petit objet dans sa paume.

_ J’ai un message de la part de sa sœur.

Après avoir lâché cette phrase décisive, Serena releva la tête vers lui. Ils étaient tous proches maintenant. Découvrant mieux son visage, elle retint son souffle. Il y avait vraiment quelque chose à propos de lui qui l'interpellait. Elle laissa son regard caresser son front, ses tempes, ses joues, son menton, ses lèvres, puis remonter vers ses yeux. Comme si son corps avait compris bien avant sa tête, ses yeux s'emplirent de larmes.
Qui était-il ? Pourquoi avait-elle l'impression qu'elle aurait du le savoir ? Pourquoi avait-elle l'impression qu'elle le savait déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Jeu 22 Mar 2012 - 19:02

     Le jeune homme avait bien remarqué que la mystérieuse inconnue semblait avoir mieux à faire que lui donner son prénom, c'était du moins ce qu'elle semblait démontrer en se détournant de lui jusqu'à ce qu'il la retienne involontairement. Étrangement, il ressentit une sensation de soulagement, même s'il craignait que cette demoiselle puisse lui apporter de mauvaises nouvelles, il savait aussi qu'elle était le seul lien qu'il avait jusqu'à présent avec Neufétoiles et il aurait été dommage de la voir s'éloigner sans en savoir plus. Elle s'approcha de lui jusqu'à s'arrêter à un petit mètre de distance, le chevalier posa ses yeux sur elle, distinguant plus clairement les traits de son visage, sans pour autant les détailler avec attention. Ses pensées étaient beaucoup trop troublées par une inquiétude qui le prenait, il se demanda si cette jeune femme était une amie de Serena, s'il lui était arrivé quelque chose où si au contraire, quelqu'un l'avait retrouvée. L'idée que son père puisse avoir remis la main sur elle ne l'enchantait pas, il savait bien que ser Symond savait se montrer persuasif au point de convaincre la belle qu'un mariage arrangé était la meilleure chose pour elle et sa famille. Enfin plutôt simulacre de famille, Pryam savait bien que la maison Templeton ne tenait pas debout par les liens qui unissaient les membres de la famille, au contraire. Un léger soupir alors qu'il contemplait l'inconnue du regard sans vraiment pouvoir se défaire de cette inquiétude qui venait de naître. Il avait envie de savoir ce qu'elle avait à dire et le craignait en même temps. Situation compliquée qui ne pouvait bouger qu'avec les aveux de la jeune femme.

     Le ton qu'elle empruntait montrait clairement qu'elle n'était pas enchantée de devoir lui répondre, ses paroles n'étaient d'ailleurs pas très utiles et n'avançaient en rien le blond. Il ne répliqua toutefois rien étant donné qu'elle lui sauva la mise en ne lui retournant pas la question. Il n'avait jamais aimé cette interrogation et était toujours profondément soulagée lorsqu'elle lui était épargnée. Lorsque le regard de « lady Wood » se fit plus attentif il envisagea tout d'abord de reculer dans l'ombre pour éviter qu'elle ne le reconnaisse s'ils se connaissaient, puis elle s'excusa en des termes qui firent froncer les sourcils à l'errant, chercher quelqu'un depuis longtemps ? Le doute se faisait de plus en plus présent, dans son esprit l'idée que Serena puisse le chercher, n'était même pas envisageable, c'était le rôle du frère de sauver sa sœur ! Il se contenta de hocher la tête lorsqu'elle avança finalement le fait qu'elle lui dirait ce qu'il souhaitait s'il acceptait de faire de même. Un accord équitable qui pouvait même bien régler leurs problèmes à tous les deux si jamais elle se révélait plus importante qu'il ne pouvait le penser. Les yeux clairs du chevalier suivirent les mouvements de la sauveuse providentielle alors qu'elle glissait sa main dans une sacoche d'où elle tira quelque chose qu'il n'identifia tout d'abord pas, puis lorsqu'elle attrapa sa main pour y déposer le jouet en bois, il entrouvrit les yeux de surprise. Les années avaient défilé et les souvenirs s'envolaient très naturellement, le visage des êtres aimés s'estompaient tout comme les cicatrices, seuls les sentiments restaient. Lorsqu'il posa les yeux sur le petit jouet accompagné des paroles de l'inconnue, le cœur du chevalier se serra. Il était certain qu'elle avait un lien avec Serena. Son ton se fit à la fois surprit et inquiet.

     ▬ Serena ? »

     Ses pensées étaient occupées par les inquiétudes et il n'avait pas dévisagé la jeune femme avec attention, quand bien même l'aurait-il fait, Pryam gardait en mémoire le visage d'une enfant en pleine croissance et non d'une belle jeune femme. Ses yeux dirigés vers le jouet de bois, le Valois raffermit sa prise dessus avant d'avancer pour briser la distance qui le séparait encore de la demoiselle, puis d'un geste ferme, mais doux, il attrapa son bras pour l'empêcher de partir en imaginant qu'elle puisse prendre peur en le voyant réagir aussi promptement. Il planta ses yeux dans ceux de la belle, tellement surprit et déstabilisé que les choses lui tombent dessus de la sorte alors qu'il cherchait depuis des années, le blond enchaîna. Son ton était tendu et inquiet, il avait vraiment en tête des pensées effrayantes et craignait tellement que cette inconnue lui annonce quelque chose qu'il ne voulait pas entendre.

     ▬ Qu'est-ce que vous savez d'elle ? Où l'avez-vous rencontrée ? Est-ce qu'elle a bien ? »

     Il était clair que le jeune homme n'avait plus du tout le comportement d'un homme qui connaissait simplement le chevalier qu'elle cherchait, mais pour le coup il s'en moquait éperdument. Le plus important à ce moment était que pour la première fois depuis des années, il entendait le prénom de sa sœur prononcé par quelqu'un d'autre que lui-même ou ses contacts. Il en avait beaucoup, des paysans, des prostituées de Port-Réal à qui il payait un petit salaire en échange d'informations sur sa précieuse Serena. Et cette inconnue qui se présentait là, comme une fleur, sortait le jouet qu'il avait fait pour sa sœur il y a de cela des années et qui disait avoir un message d'elle. Il avait perdu espoir, autant le dire, une certaine désillusion s'était installée chez lui et les rêves qui le poussaient jadis n'étaient plus d'actualité. Le temps avait effacé sa volonté à toute épreuve et il n'envisageait même plus la possibilité de pouvoir se rattraper avec sa sœur. Tout le reste était passé au second plan, Pryam avait toujours un coin de son esprit uniquement réservé à la belle, elle ne le quittait que rarement, même s'il n'avait plus rien de son enfance pour avoir totalement coupé les ponts avec les Templeton. Elle était certainement la seule chose qui pourrait le pousser à revenir auprès de sa famille. Tant de questions défilaient dans son esprit, que ferait-il si jamais il la retrouvait maintenant ? Pour la première fois depuis longtemps, le chevalier du Val envisagea la possibilité de pouvoir faire des projets d'avenir, chose qu'il refusait de faire depuis des années à présent.

     Alors qu'il dévisageait la jeune femme pour essayer de distinguer quelque chose dans son attitude qui pourrait lui indiquer s'il avait dit quelque chose qui la faisait réagir, il commença à noter des détails surprenants. Son regard, elle avait des yeux visiblement très clairs qui détonnaient beaucoup avec la couleur de ses cheveux, puis son teint pâle lui rappelait aussi quelque chose. Pendant un bref instant, il superposa le visage de cette femme au minois de la petite Serena, seul souvenir qu'il gardait d'elle avant de quitter Neufétoiles. Est-ce qu'il était simplement en train de se faire des idées parce qu'elle était la seule personne qui semblait liée à sa sœur ? Pryam essaya d'apaiser son esprit et les idées qui y bouillonnaient, ses yeux passaient de ceux de lady Wood à son nez, sa bouche, puis à nouveau son regard comme s'il essayait de faire le lien. Son esprit refusait de se laisser emporter aussi facilement, le Valois s'imposa donc de se calmer, sentant son cœur battre douloureusement de sa poitrine, puis il humecta ses lèvres avant d'inspirer légèrement pour retrouver un semblant de sérieux et posa une question. Si simple, mais pourtant si compliquée à la fois.

     ▬ Est-ce que c'est toi ? »

     Il desserra sa prise autour du bras de la demoiselle, si ce n'était pas Serena elle ne comprendrait pas et voudrait s'en-aller. Il ne l'en empêcherait pas. Mais si c'était bien elle, la jeune femme comprendrait certainement ce soudain changement de son comportement ainsi que le fait qu'il avait opté pour le tutoiement. Pour la première fois depuis longtemps, il s'autorisa à espérer un bref instant, qu'il puisse enfin avoir réussi à faire quelque chose de bon. Même si une fois de plus, c'était la jeune femme qui avait fait tout le travail.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 23 Mar 2012 - 14:49

Serena sursauta en entendant son prénom dans la bouche de l'inconnu. Elle resta de longues secondes immobile, tous les muscles tendus, prête à ficher le camp en cas de besoin. Elle ne réalisa que tardivement qu'il ne s'adressait pas à elle véritablement mais énonçait seulement le prénom de la soeur de Pryam – c'est-à-dire le sien – comme elle venait de lui en parler. Soulagée, elle poussa un discret soupir. Elle s'était toujours demandé si son père n'avait pas envoyé des hommes de sa garde personnelle sur sa piste en apprenant son évasion. Il n'y avait aucune chance que Lord Templeton craigne pour la vie de sa fille bien sûr. Pour lui, il s'agissait plus d'un investissement perdu, ce qui devait être bien pire en fin de compte. Quoi qu'il en fut, s'il avait bien envoyé quelqu'un à ses troupes il y a douze ans, il avait du perdre tout espoir de la retrouver depuis. Homme de peu de foi. Serena n'avait jamais cessé de penser qu'elle retrouverait Pryam, elle. Et aujourd'hui, sa détermination allait être récompensée...

L'inconnu combla l'espace qui était resté libre entre eux en faisant un pas en avant. La cadette Templeton ouvrit la bouche pour une protestation muette et tenta de reculer, réflexe farouche acquis lors de sa vie après Ninestars, mais elle en fut empêchée par le mystérieux jeune homme qui attrapa son bras pour la contraindre à rester près de lui. Intimidée par sa vivacité, Serena se recroquevilla un peu sur elle-même et mit son autre bras à la hauteur de son menton en fermant les yeux, comme si elle s'attendait à se faire frapper. Comme rien ne venait, elle les rouvrit et baissa très lentement son bouclier d'os et de chair. L'inconnu avait planté son regard dans le sien. Il avait l'air bouleversé. Le voir ainsi serra le coeur de la jeune femme. Pour un peu, elle aurait eu envie de le consoler. Il était si prêt qu'elle ne manquait rien du spectacle en plus. Il aurait suffit qu'elle se hausse un tout petit peu sur la pointe des pieds pour que leurs nez se touchent. Cette vision rapprochée lui donna l'occasion de mieux l'étudier. Ses cheveux étaient effectivement un peu bouclé. Ils avaient une couleur claire, quelque chose approchant le blond certainement. Ses yeux étaient petits mais ils la fixaient intensivement, comme s'il essayait de lire en elle.

Serena avança une main vers celle de l'inconnu dans l'intention de batailler pour reprendre le petit jouet de bois quand il parla. Il ne posa que trois questions mais il le fit si vite que la jeune femme resta plusieurs secondes confuse. Qui était-il pour s'inquiéter de la sorte de son sort ? Était-il un bon ami de son frère ? Est-ce que Pryam lui avait parlé d'elle ? Si c'était le cas, cela voulait sans doute dire que le voyage de la jolie brune touchait à sa fin. Cette dernière devait à présent se demander si elle devait révéler son identité à cet inconnu. La croirait-il après la mascarade qu'elle lui avait joué ? Elle était vraiment indécise sur la réaction à adopter. Peut-être qu'il valait mieux se faire passer pour une de ses amies le temps d'être amenée devant Pryam. On ne savait pas ce qui pouvait arriver d'ici-là si son identité était révélée.

La jeune femme ouvrit la bouche et leva les yeux vers le mystérieux chevalier qui ne semblait toujours pas vouloir lâcher son bras. Les mots restèrent coincer dans sa gorge et, sans quelle y puisse quoi que ce soit ni n'en comprenne immédiatement la raison, son coeur se mit à tambouriner dans sa poitrine. Son nez lui piquait et ses jambes commençaient à trembler. Ses yeux embués de larmes caressèrent une nouvelle fois le visage de l'inconnu et cette fois, son esprit analysa tout précautionneusement. Ces cheveux blonds un peu bouclés, ces petits yeux inquiets et plein d'espoir, cette mâchoire volontaire... Elle se dit que Pryam avait probablement les mêmes à l'heure actuelle. L'inconnu posa alors la question qui se trouvait au bord de ses propres lèvres. « Est-ce que c'est toi ? »

Le silence radio se fit dans la tête de Serena. C'était comme si ces mots l'avaient déconnectée du monde qui l'entourait. Plus rien n'existait au monde, qu'elle et lui, et cette main qui desserrait lentement sa prise sur son bras. Comme si elle n'avait plus de force, la jeune femme tomba à genoux devant le chevalier alors que les larmes avaient enfin franchi la barrière de ses cils et descendaient en cascade sur ses joues. C'était Pryam. C'était lui. Il ne pouvait en être autrement. Serena était si bouleversée qu'elle ne pouvait plus parler. Elle se contenta d'enlacer la jambe droite de son frère au niveau du mollet et de se pelotonner contre elle en tremblant, comme une pauvre petite chose frigorifiée. Bien qu'elle n'ait jamais cessé de croire qu'elle le retrouverait un jour, elle n'arriverait pas à réaliser qu'elle venait d'y parvenir. Après longues et éprouvantes douze années d'errances dans les Sept Couronnes. Après avoir chevauché des montagnes, marché jusqu'à l'épuisement, mourut de faim, s'être fait battre comme un animal, s'être battue comme une chiffonnière, avoir volé, avoir fait dix mauvaises rencontres pour une de bonne... L'espoir avait payé. Toutes les épreuves qui lui restaient encore à surmonter n'étaient plus un problème désormais puisqu'elle serait sur les épaules de Pryam, son héros, son frère, comme lorsqu'ils étaient petits...

_ P-Pryam, parvint-elle à souffler entre deux hoquets de sanglots, j-je savais q-que je te retrouv-verais.

Toujours obstinément accrochée à la jambe de son frère, Serena laissa couler ses larmes de joie. Il y avait bien longtemps que ses yeux étaient secs. La vie hors de Ninestars avait endurci la fragile demoiselle qu'elle était en quittant l'écrin de son château. Cela avait été une nécessité. Dehors, les faibles étaient des cibles faciles. Pas besoin de rajouter cela au fait qu'elle était une femme et donc une victime toute désignée des aléas de la vie dans ce monde d'hommes.
Finalement – sans trop savoir si c'était son frère qui l'avait relevée ou elle qui l'avait fait de son propre chef – Serena se retrouva de nouveau ses deux jambes. Elle plaqua ses mains de chaque coté de la tête de Pryam et se mit légèrement sur la pointe des pieds pour maculer son visage de baisers. Elle n'oublia pas le moindre centimètre avant de lui sauter littéralement dans les bras. Les bras croisés sur sa nuque, elle enfouit une main dans ses cheveux bouclés et retrouva la même sensation familière que ce geste avait quand ils étaient plus petits. Elle enterra son visage dans son cou pour humer le parfum naturel de sa peau. Il avait bel et bien l'odeur de chez elle, l'odeur qui lui permettait de se rendormir le soir quand elle avait fait un cauchemar et qu'elle s'immisçait discrètement dans son lit. Les larmes n'en finissaient plus de rouler. Elle resta dans cette position pendant plusieurs minutes avant de finalement reculer son visage pour pouvoir le regarder dans les yeux. Ses lèvres tremblaient encore d'émotion. Elle esquissa un sourire en posant une main sur sa joue gauche pour la caresser lentement avec son pouce.

_ Je n'arrive pas à croire que c'est toi. Si tu savais combien de fois j'ai rêvé de ce jour... Si tu savais comme je t'ai cherché...

Serena était au comble du bonheur. Sa quête était achevée. Elle pouvait se reposer désormais, son frère était là. Toutes ces années à être sur le qui-vive. Toutes ces années de chasse à l'homme. C'était terminée. Ses compagnons ne lui diraient plus jamais qu'elle était folle à espérer ainsi. Elle l'avait fait et avait été récompensée. Les Sept avaient été de son coté tout du long de son voyage et cela même si elle avait fui le convoi qui l'emmenait au septuaire. A croire qu'ils ne lui en voulaient pas d'avoir préféré son frère à eux.

_ Où étais-tu tout ce temps, mon cher frère ? murmura-t-elle parce qu'elle n'avait plus la force de parler à voix haute.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Ven 23 Mar 2012 - 19:32

     L'on pouvait dire que la situation dans laquelle ils se trouvaient était très étrange. Les deux Templeton devaient offrir un spectacle des plus étranges, mais pour le moment cela n'importait pas à Pryam qui attendait bien trop la réponse à sa si simple question. Ce ne fut rien de prononcé, mais une expression qui passa sur le visage de celle qu'il pensait être Serena. C'était tout de même étrange, ils partageaient le même sang et pourtant ils auraient pu passer l'un à côté de l'autre sans même remarquer qu'ils s'étaient ratés. Les Sept pouvaient être cruels et pourtant là, ils avaient fait preuve de beaucoup de bonté en faisant en sorte que leurs chemins se croisent. La jolie Valoise resta silencieuse et se laissa tomber au sol à genoux, un peu stupidement Pryam se dit qu'elle risquait de se faire mal avec les morceaux de bois qui jonchaient la clairière, mais il resta aussi muet qu'elle. Lorsqu'elle lâcha quelques mots en enlaçant la jambe du chevalier, celui-ci se pencha légèrement pour glisser sa main dans le dos de la jeune femme avant de se débrouiller pour la soulever légèrement de manière à ce qu'elle puisse se remettre d'aplomb. Le cœur du jeune homme battait la chamade, presque douloureusement tant les sentiments et les sensations mélangées émergeaient doucement, il avait encore du mal à réaliser que tout cela se passait bien, son visage était presque dénué d'expression. Si ce n'était la surprise clairement visiblement dans ses yeux clairs, que même la pénombre ne pouvait masquer. Il était heureux, c'était indéniable, mais sa retenue habituelle l'empêchait de fondre en larmes où d'afficher autre chose que cet air hébété. Pour peu, l'on pouvait avoir l'impression qu'il venait de se faire gifler. Ce qui était presque le cas en fin de compte.

     Un peu perdu et ne parvenant pas à assimiler tout ce qui se passait, presque persuadé de se réveiller avec l'effroyable et habituel sentiment de vide qui ressortait après chaque rêve où sa soeur faisait son apparition, Pryam resta pantois alors que Serena avait posé ses mains sur son visage. Ce ne fut réellement que lorsqu'il sentit les lèvres de sa sœur sur son visage qu'il comprit que ce n'était pas son esprit qui le torturait une fois de plus, mais bien la réalité. Ses bras se glissèrent autour de la taille fine de Serena lorsqu'elle se jeta dans ses bras, l'étrange sentiment qu'il l'avait tenue contre lui la veille se faisait sentir. Finalement c'était bien vrai, il suffisait que l'on se retrouve pour que les choses redeviennent « comme avant » et pourtant, il ne l'aurait jamais cru. Du moins pas avant de s'être trouvé dans cette situation. Remontant doucement sa main dans le dos de la belle, Pryam caressa ses cheveux, sentant la texture si familière et leur douceur alors que quelques mèches s'enroulaient autour de ses doigts. Elle avait certainement vécu sur les routes pendant tout ce temps, mais tout semblait être comme lorsqu'ils étaient encore enfants, sauf qu'elle avait grandi pour devenir une ravissante jeune femme. Un sourire se peignit sur ses lèvres alors qu'il restait toujours aussi muet. Cela ne troublerait certainement pas la Valoise, le chevalier n'avait jamais été un homme très bavard et il préférait les sourires neutres accentués par des regards tendres plutôt que tous les discours du monde. Il n'avait pas changé, du moins pas beaucoup. Les secondes se transformaient en minutes sans que cela n'inquiète le blond, il ne se demandait pas si les autres pourraient être amenés à se demander où il était passé, il n'y avait plus qu'eux deux. Les autres ne comptaient plus.

     Lorsque Serena recula finalement pour plonger ses yeux si clairs dans ceux de son frère, ce dernier la fixa avec une intensité qui montrait clairement qu'il avait encore du mal à croire que ce n'était pas un mirage. Mais pourtant c'était bien vrai et il retrouvait trop de similitudes avec elle pour envisager que ce ne soit pas bel et bien Serena. Son sourire ne s'envolait pas, première fois depuis très longtemps qu'il était sincère et non feint par ailleurs. Les paroles de la jeune femme avaient quelque chose de réconfortant, imaginer qu'il n'avait pas été le seul à chercher à la retrouver lui faisait sincèrement plaisir, il avait réellement cru qu'elle l'avait oublié pendant tout ce temps. Mais ce n'était pas le cas. La joie laissait place à un profond soulagement, puis c'est avec sincérité qu'il répondit lorsque la belle lui posa une question très logique.

     ▬ Bonne question, moi-même je me le demande. »

     Il était vrai qu'il devait avoir cherché le nez baissé vers le sol pour ne pas avoir réussi à croiser son chemin pendant douze longues années. Mais des fois le hasard réservait des surprises, qu'elles soient bonnes ou mauvaises. Le regard céruléen du jeune chevalier se promena sur le visage de Serena comme s'il mémorisait chaque trait, chaque expression pour remplacer l'image qu'il s'était forgée de sa sœur à partir de ses souvenirs. Maintenant qu'il la voyait pour de bon, nul besoin de garder ce simulacre de souvenir formé à partir d'autres.

     ▬ Tu es toujours aussi belle, j'ai manqué de ne pas te reconnaître tant je gardais en mémoire le souvenir de la petite fille que j'avais laissée. »

     Il culpabilisait toujours de l'avoir laissée à Neufétoiles alors que lui-même était parti au loin, il devait se douter qu'elle ne resterait pas à obéir à leur père alors même qu'il lui avait conseillé de faire le contraire. Après la joie des retrouvailles, voilà que l'inquiétude pointait le bout de son nez. Serena n'avait jamais combattu dans ses souvenirs, du moins pas au point de maîtriser aussi bien le poignard, cela signifiait donc qu'elle devait avoir rencontré des problèmes dans sa vie pour avoir besoin de savoir se défendre. Pryam ne pouvait pas s'empêcher de se demander si elle avait eu beaucoup de difficultés et éprouva aussitôt le besoin de répondre à cette question. Alors que sa main se levait pour écarter une mèche qui barrait le visage de Serena, l'errant prit la parole d'un ton où l'inquiétude perçait.

     ▬ Et toi ? Est-ce que tu es sur les routes à me chercher depuis tout ce temps ? J'avais entendu parler de ta « fugue » lorsque j'étais passé dans le Val quelques semaines plus tard, j'avais espéré que tu trouverais refuge chez de la famille... »

     Ils étaient cousins avec les Rougefort et Pryam s'y était rendu dans l'espoir de voir sa sœur protégée par le lord de la maison, mais cela avait été vain. Il aurait été difficile et surtout fatiguant de savoir comment ils avaient réussi à s'éviter toutes ces années alors même qu'ils se cherchaient chacun de son côté, mais le jeune homme avait besoin de se rassurer en sachant qu'elle n'avait pas été seule pendant tout ce temps. Une amie, un protecteur ou qui que ce soit d'autre. Serena était débrouillarde, il ne se faisait pas vraiment de soucis à ce niveau. Disons simplement qu'il savait que les hommes pouvaient être profiteurs et qu'il imaginait le pire à ce niveau, surtout que sa sœur était le type de dame qui attirait l'attention lorsqu'elle entrait dans une pièce. Alors qu'il gardait toujours un contact avec elle, que ce soit en lui touchant le bras où en lui caressant les cheveux, le chevalier errant glissa une nouvelle interrogation, reprenant malgré lui son rôle de grand-frère inquiet.

     ▬ Comment est-ce que tu t'es débrouillée depuis tout ce temps ? Tu as des gens qui voyagent avec toi ? Je me rassurais en me disant que ne pas avoir de tes nouvelles signifiait qu'il n'y en avait pas de mauvaises, mais je sais que c'est un peu utopiste de penser de la sorte. »

     Même lui avait eu sa dose d'ennuis alors une jeune femme comme Serena, inutile de dire que cela devait être bien pire. Un peu anxieux, il craignait et attendait à la fois ce qu'elle pourrait bien lui dire à ce sujet.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 27 Mar 2012 - 8:51

A voir l'intensité avec laquelle son frère la regardait, Serena sut qu'il avait autant de mal qu'elle à croire qu'ils étaient bel et bien en présence l'un de l'autre, après tout ce temps de séparation. Son regard filait sur chaque arête de son visage, comme s'il l'analysait. La demoiselle maudit cette lune qui n'offrait que peu de lumière. Elle aurait voulu que le soleil décide avoir trop dormi et se lève maintenant, au milieu de la nuit, afin de les inonder de ses rayons. Elle se demandait intérieurement ce que Pryam pensait d'elle lorsqu'il répondit à cette question, la déchiffrant comme un livre ouvert, comme il l'avait toujours fait. « Comment pourrais-je être belle ? » Pensa-t-elle en esquissant néanmoins un sourire. Son visage ne trahissait-il pas ces douze années d'inquiétude et de sommeil agité qui venaient de se s'écouler ? Ou peut-être le bonheur qu'elle ressentait à présent les avait-il simplement effacé, comme la marée se débarrasse d'une inscription dans le sable ? Sortant de ces considérations pour repenser à la formulation de la phrase de Pryam, concernant le fait de « l'avoir laissée », la jeune femme secoua doucement la tête de gauche à droite. Elle voulait le laisser parler alors elle ne dit d'abord rien mais elle priait pour qu'il ne se soit pas affligé de la faute de l'avoir abandonnée pendant toutes ses années. Elle-même ne l'avait pensé qu'une demi-seconde. La demi-seconde suivante, elle avait réalisé qu'il lui avait plutôt donné une chance de se montrer à la hauteur. Il lui avait donné envie de se lever pour défendre ses propres intérêts, d'être quelqu'un de fort. Et même si elle pleurait comme une petite fille dans ses bras à l'heure actuelle, c'était ce qu'elle était devenue. Quelqu'un de fort.
Serena ferma les yeux en sentant les doigts de son frère caresser son front comme il chassa une mèche de cheveux. Tous ces petits gestes redevenaient si agréables. Les souvenirs plaisants de Ninestars lui revinrent en mémoire. Les fois où ils jouaient à se cacher dans le foin. Les fois où ils courraient après les poules dans la cour. Les fois où il la portait sur ses épaules pour qu'elle puisse cueillir des fruits dans les arbres... La jeune femme renifla en versant encore quelques larmes. Ils avaient bien ri, rien que tous les deux, dans leur petit monde d'enfants. Aujourd'hui, ils se retrouvaient et le terrain de jeu s'était considérablement agrandi. Pourvu qu'il lui demande de rester auprès de lui. Pourvu qu'il accepte si elle le lui demande...

Quand Pryam lui dit qu'il avait entendu parler de sa fuite alors qu'elle devait se rendre au septuaire pour embrasser la foi, sa soeur prit une grande bouffée d'air et sourit. Ainsi il avait su ce qu'elle avait fait. En toute logique, il devait avoir été fier d'elle et cela la rendait vraiment très heureuse. N'importe qui aurait sans doute pensé qu'elle avait fait le mauvais choix en fuyant sa famille et son rang pour errer seule et affamée à travers le royaume. N'importe qui aurait sans doute abandonné depuis bien longtemps. Oui, mais personne n'aimait Pryam comme Serena l'aimait. C'était simplement impensable pour elle de ne pas se battre jusqu'à le retrouver.
Trouver refuge chez de la famille ? Elle n'était plus très sûre d'y avoir seulement pensé. Enfin, ce n'était pas comme si elle avait pu se rappeler le chemin qui menait chez eux bien sûr. Ses connaissances en géographie était beaucoup trop limitée pour cela. Il n'y avait que quelques années qu'Embrys lui avait montré à repérer le nord grâce à la mousse qui poussait sur le tronc des arbres. Quand bien même y aurait-elle songé, il y avait fort à parier qu'elle ne serait pas allé chez ses cousins, craignant trop non seulement qu'ils la ramènent à Ninestars mais surtout de ne pas être à la hauteur des espérances de Pryam en restant à attendre son retour sans rien faire de son coté. Et, oui, c'était incroyablement utopiste de sa part d'avoir pensé que l'absence de nouvelles en constituait une bonne mais c'était tellement lui, c'était tellement Pryam, qu'elle ne lui en voulut pas.
Ce dernier lui caressait les cheveux avec beaucoup de douceur, comme si elle était un cadeau qu'il venait de recevoir et dont il devait prendre soin. Elle avait envie de fermer les yeux et de se mettre à ronronner comme un chat. Honnêtement, il n'aurait pas fallu que sa quête dure bien plus longtemps parce qu'elle était tellement obnubilée par l'idée de retrouver son frère que sa santé mentale vacillait un peu. Ces derniers temps, elle se mettait violemment en colère lorsqu'un de ses compagnons sous-entendait qu'elle n'y arriverait jamais. Ils ne comprenaient pas. Ils ne comprenaient pas qu'elle l'aimait trop pour abandonner. Ils ne comprenaient pas que les Sept ne pouvaient pas laisser un amour aussi pur se perdre dans le néant. Forcément, elle allait y parvenir. Forcément.
Serena agrippa encore un peu plus fermement la manche de son frère, histoire d'être bien certaine encore une fois qu'il était là, en chair et en os. Il y avait fort à parier qu'elle n'allait plus le lâcher maintenant qu'elle l'avait retrouvée. Comme lorsqu'ils étaient petits et que le simple fait de lui tenir la main lui donnait toute la force du monde.

Par où commencer ? Il y avait tant de choses à raconter. Serena se demanda si elle devait taire les vilaines choses qui lui étaient arrivées mais elle y renonça. De toutes manières, Pryam devinerait. Il avait toujours su voir à travers ses sourires. Et puis, il devait se douter que sa vie n'avait pas été douce. Encore une fois, elle se félicita d'avoir refuser les offres de travail généreusement bien payée des tenancières de bordels. Elle aurait détesté devoir dire à son frère qu'elle avait cédé à cette facilité. Elle aurait eu peur de le dégoûter aussi, peur qu'il retire ses mains d'elle comme si elle était la chose la plus dégoûtante qu'il avait touché.

_ Bien sûr que je te cherche depuis tout ce temps. Il ne s'est pas passé un seul jour sans que je demande à quelqu'un s'il connaissait ton nom pour me mettre sur ta piste. Cela a commencé il y a si longtemps maintenant... J'ai l'impression que ce n'était qu'un cauchemar et que ton arrivée l'a chassé. Comme autrefois.

Serena lui sourit tendrement avant de donner une caresse à sa joue. S'obligeant à se souvenir, elle remonta aussi loin qu'elle put et lâcha :

_ C'était si difficile au début. Je n'avais pas du tout pensé qu'il me faudrait mettre en pratique des arts dont j'ignorais tout, comme la fabrication de collets par exemple. Après de multiples échecs, je mourrais de faim et j'ai du aller vendre mon cheval dans un village pour pouvoir acheter de quoi manger. Je suis restée seule pendant des années. Je dormais dans les arbres, c'est plus sûr que la terre ferme. Parfois, des paysans voulaient bien me laisser les aider à leurs taches et ils me donnaient quelque chose à manger en échange. Il y a une dame qui m'a hébergé pendant un peu plus d'une année dans le Conflans. Elle était très gentille. Comme elle était très vieille et seule, elle ne pouvait plus beaucoup s'occuper de ses moutons alors je faisais ce qu'elle avait trop de mal à faire. Je pensais faire une petite provision d'argent avant de reprendre mon voyage. J'ai eu beaucoup de peine à la laisser mais elle comprenait. Et puis, les hommes du village commençaient à devenir grossiers avec moi. Je ne me sentais plus en sécurité.

La jeune femme marqua une pause. Rien qu'à repenser à leurs sifflements appréciateurs et aux mains baladeuses qu'ils posaient sur elle « sans le faire exprès » au marché en la coinçant contre un stand, le sang lui montait à la tête. Maintenant qu'elle savait se servir d'un couteau, elle avait bien envie d'y retourner juste pour leur couper le membre dont ils tiraient leur prétendue virilité. S'intimant au calme, elle reprit, la manche de Pryam toujours serrée entre ses doigts fins :

_ J'ai passé encore plusieurs années seule après ça. A chaque fois que je voyais des chevaliers, je leur demandais s'il te connaissait. J'ai eu tellement de réponses négatives au début que je me demande à présent pourquoi je ne me suis pas jetée dans le mer. Enfin, j'en ai eu quelques unes positives tout de même. Comme celle de cette jolie jeune femme dans une auberge entre Darry et Port-Réal qui t'avait vu deux jours avant que je la croise. Nous devions être si près l'un de l'autre... Le Sort s'est joué de nouveau bien longtemps avant de permettre ces retrouvailles.

Se disant que plus vite elle en aurait fini avec le résumé de son errance, plus vite elle pourrait entendre celui de son frère, la belle enchaîna :

_ Un beau jour, je suis tombée sur une bande de voleurs dans la forêt. Je pense que la rencontre se serait très mal terminée pour moi s'ils n'avaient pas compté dans leurs rangs un jeune homme qui me connaissait. Connaissais-tu un garçon de ferme nommé Bray à Ninestars ? Il doit avoir à peu près ton âge et ses cheveux sont dorés comme les tiens. Quand j'y pense, c'est sans doute à cause de ces similitudes que j'ai eu confiance en lui. C'est bête, n'est-ce pas ? Quoi qu'il en soit, il m'avait déjà aidé avant mon évasion quand j'essayais de manier le couteau. Il m'avait montré quelques trucs. Quoi qu'il en soit, il a sauvé ma vie et ma vertu ce jour-là et nous ne nous sommes pour ainsi dire plus quitter. Le chef m'a incluse dans leur bande parce que j'ai réussi à leur prouver grâce au manuel sur les plantes qui guérissent que j'avais emporté avec moi que je pouvais leur être utile. Depuis, je voyage avec eux. Embrys, c'est le chef, est très paternel envers moi. J'ai appris par un des hommes de la bande qu'il avait perdu sa fille unique suite à une fièvre et qu'elle me ressemblait un peu.

Baissant la tête et effaçant le sourire de ses lèvres, Serena avoua :

_ J'ai honte de te dire que nous survivons grâce au braconnage ou parfois, pire, grâce aux vols commis sur les grasses gens voyageant par les forêts. Je ne fais rien moi bien sûr, enfin, juste le guet dans les arbres, mais c'est comme si moi aussi j'étais coupable. J'espère que tu me pardonnera, Pryam. En tant que chevalier, tu dois faire des choses bien nobles et moi... je fais des choses bien laides.

La jeune Templeton se sentait vraiment minable pour le coup. Pourtant, elle était bien consciente qu'elle n'avait pas vraiment eu de meilleur choix. C'était ça ou le bordel. Le choix était vite fait parce que non seulement elle considérait les bordels comme la dépravation la plus inacceptable qui soit mais aussi parce que le vol lui permettait de se déplacer à travers tout Westeros pour continuer à chercher son frère.
Relevant le menton, elle parvint à plonger de nouveau ses yeux dans ceux de son frère. Lâchant sa manche, elle plaça ses deux mains sur les épaules du jeune homme pour apprécier sa taille en commentant :

_ Tu as l'air d'un véritable chevalier maintenant. Je suis fière de toi.

Prenant encore son visage entre ses mains, elle caressa encore ses joues avec ses pouces. Elle ne se laissait pas de pouvoir faire ce geste. Lorsqu'ils étaient enfants, c'était presque toujours Pryam qui la consolait ou la prenait dans ses bras. Serena se contentait de l'apprécier parce qu'elle était plus petite. Elle ne savait pas qu'il serait peut-être heureux lui-aussi si elle le chouchoutait.

_ Tu es magnifique, lui souffla-t-elle comme si elle n'en revenait toujours pas qu'il soit là.

Elle avait souvent rêvé de leurs retrouvailles mais elle ne parvenait plus à revoir le visage qu'elle imaginait dans ses rêves. Elle avait l'impression qu'il était exactement comme ça mais c'était impossible bien sûr. L'esprit ne pouvait pas être voyant à ce point. Lui décrochant un sourire gorgé de tendresse, elle dit :

_ A ton tour à présent. Raconte-moi ce qui t'est arrivé et n'omets aucun détail.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 27 Mar 2012 - 18:43

     Il écoutait les paroles de la jeune femme alors qu'elle tenait sa manche dans sa main comme si elle craignait qu'il ne s'en aille soudain en la laissant là. C'était impensable, même si le chevalier pouvait comprendre son inquiétude, il était dans le même état d'esprit et craignait de voir quelqu'un débarquer soudain pour prendre Serena et s'en-aller sans plus de cérémonie. Bien entendu, si une telle chose se produisait l'errant ne la laisserait pas s'en-aller sans rien dire ou faire, mais dans ses rêves – ou plutôt ses cauchemars – la jeune femme disparaissait toujours sans qu'il ne puisse réagir et il ne la retrouvait jamais. Il avait beau se croire aimé des Sept pour avoir eu autant de chance en tombant sur sa sœur au détour d'une ballade dans la forêt, ce n'était pas pour autant que le jeune homme pouvait imaginer qu'un tel miracle se reproduise un jour. C'était une chose certaine dans son esprit : s'il laissait sa petite sœur s'envoler où le quitter, ils ne se reverraient plus. Les possibilités étaient trop minces, sans compter que Pryam allait pousser vers d'autres territoires qu'il n'avait jamais visité et qui par conséquent, pourraient représenter un obstacle entre lui et Serena. C'est à ce moment que le blond se rendit compte qu'il allait devoir demander à la jeune femme de le suivre, il n'envisageait pas qu'elle puisse continuer sa route avec quelqu'un d'autre alors qu'il avait passé douze longues années à la chercher. Si elle craignait les autres, il devrait annoncer aux Nordiens que leurs chemins se séparaient, mais jamais au grand jamais ne pourrait-il délaisser sa sœur pour des inconnus.

     La jeune femme expliqua alors qu'elle avait eu des débuts difficiles, un peu comme tous les aventuriers novices au final, puis en enchaîna en résumant la vente de son cheval et une solitude qui dura plusieurs années. Pryam était désolé de savoir que sa sœur avait été obligée de rester seule alors qu'elle avait toujours été très entourée à Neufétoiles, du moins en apparence, il fallait avouer que les autres Templeton ne l'avaient jamais couverte de leur amour. Lorsque Serena parla de la femme qui l'avait aidée, il lui fut redevable même s'il y avait des chances pour qu'elle ne soit plus de ce monde et ils ne pourraient jamais la remercier. Quoi qu'il en soit, elle avait réagi d'une bonne manière en fuyant avant que les hommes du village ne tentent quelque chose de répréhensible. Le Templeton savait bien de quoi étaient capables certaines personnes et il était rassuré que Serena n'y ait pas été confrontée. Cela dit, il n'avait pas encore entendu tout son récit. L'attention du jeune homme était entièrement concentrée sur la demoiselle et ils auraient pu se faire sauter dessus par un chevalier dans son armure qu'il ne l'aurait pas entendu approcher. Les explications de la demoiselle firent culpabiliser le blond pendant quelques secondes, dire qu'il cachait son nom à quiconque lui parlait, s'il avait su que Serena le cherchait, le chevalier n'aurait peut-être pas pris cette précaution. Il avait mis tout seul des barrières entre eux et s'en voulait sincèrement, même s'il ne pouvait pas le deviner. Enfin, c'était dépassé désormais donc nul besoin de culpabiliser pendant des jours. Son regard se teinta toutefois de surprise lorsque Serena aborda le sujet d'une belle dame rencontrée non loin de Darry. Faisait-elle référence à lady Alysanne ? C'était la seule personne qui venait à l'esprit de l'errant et sur le coup, Pryam regretta de ne pas avoir prolongé son séjour là-bas. Ses habitudes de bouger souvent tout en gardant l'anonymat avaient visiblement rendu la vie de Serena beaucoup plus difficile, du moins en ce qui concernait sa recherche.

     Lorsque la demoiselle aborda le sujet des voleurs, il sentit son cœur s'emballer un instant, tout en sachant très bien qu'elle s'en était sortie, sans quoi elle ne serait pas là devant lui. Le nom de Bray ne lui évoquait pas grand-chose, mais Pryam avait pas mal oublié les habitants de leur fief depuis le temps qu'il voyageait sur les routes, toutefois il fut rassuré de savoir que cet homme avait veillé sur sa sœur. Il faudrait qu'il le remercie le jour où leurs chemins se croiseraient. Bien évidemment, le Valois n'était pas enchanté de savoir que sa sœur chérie était devenue une tire-laine, mais la faim justifiait les moyens et il préférait la savoir voleuse et en bonne santé que restée noble, mais avoir été tuée parce qu'elle ne savait pas se débrouiller. Visiblement la demoiselle devait avoir senti sa légère réticence, car elle baissa rapidement les yeux en s'excusant comme si elle craignait qu'il ne lui en veuille. L'entendre parler de choses nobles le mettait un peu mal à l'aise, il faisait tout son possible pour respecter les préceptes de la chevalerie, mais beaucoup de choses pesaient sur sa conscience et il ne s'estimait pas aussi digne qu'elle semblait le croire. Comme pour accentuer le malaise, Serena le regarda en se déclarant fière de lui, Pryam répondit d'un bref sourire légèrement gêné avant qu'elle ne change de sujet en lui demandant son histoire. Quelques secondes de silence passèrent avant qu'il ne réponde finalement, regardant la jeune femme dans les yeux.

     ▬ Tu sais, tu n'as pas à avoir honte de ce que tu as fait. Je peux comprendre que tu doives en arriver à de telles extrémités et même si je ne suis pas enchanté de savoir que tu as risqué ta vie en aidant des voleurs, je préfère cela que si tu avais fait un autre métier, mais qui tu avais été seule et sans soutient. L'honneur passait après sa sœur, il aurait dû le comprendre il y a des années avant de la laisser derrière lui. Les chevaliers ne font pas toujours des choses dont ils sont fiers tu sais, au moins vous, vous le faisiez pour survivre, contrairement à d'autres qui ne le font que par profit. »

     Avant de parler de sa personne, le jeune homme voulait s'assurer que Serena comprenait qu'il n'avait absolument aucun grief contre elle et qu'une seule chose importait : qu'elle soit en bonne santé. Le reste passait après. Il inspira légèrement alors que ses yeux ne quittaient pas le visage de la demoiselle qu'il ne distinguait pas parfaitement dans la pénombre, puis il prit enfin la parole pour répondre à la question de sa sœur. Il n'y avait pas énormément de choses à raconter en fin de compte.

     ▬ Me concernant et bien, après mon départ de Neufétoiles j'ai voyagé dans les environs après avoir quitté le Valois et je suis tombé sur un vieux chevalier errant dont l'écuyer était parti. Il m'a proposé de prendre sa place et j'ai accepté, je l'ai donc servi pendant tout ce temps, jusqu'à ce qu'il termine son voyage dans une auberge de Port-Réal. Le vieil homme lui avait appris bien plus en quelques années que toute son enfance dans le Val. Il m'a adoubé et il m'a légué tout ce qu'il avait. Après ça, j'ai voyagé dans tout Westeros en cherchant des contrats qui correspondaient plus à ma vision de la chevalerie que ce que les autres faisaient. Cela n'avait pas toujours été très productif et il s'était serré la ceinture pendant longtemps. J'ai bien évidemment dû faire des choses qui ne me faisaient pas envie pour pouvoir financer mes voyages, mais dans l'ensemble je m'en suis bien tiré. Il ne tenait pas particulièrement à s'étendre sur le sujet. J'ai trouvé des contacts pour essayer de te retrouver, mais cela n'a jamais porté ses fruits malheureusement. Puis à Port-Réal j'ai trouvé un jeune écuyer dont le chevalier était mort alors je l'ai pris avec moi. Il n'ajouta qu'il avait été en contact avec une prostituée au cas où la demoiselle aurait été vendu à un bordel. Il y a quelques mois j'ai été engagé par lady Rivanon Mallister et j'ai combattu les Fer-nés à Salvemer, puis j'ai repris mes voyages et j'ai finalement décidé de voyager avec des Nordiens rencontrés sur la route. Pryam tourna la tête vers la direction de là où il venait. Ils sont d'ailleurs tous là-bas, au campement que nous avons dressé pour la nuit. »

     Une vie résumée en quelques mots, cela expliquait tout. Pryam n'avait pas été quelqu'un de très bavard depuis son enfance, mais il fallait avouer que conter des aventures était encore moins dans ses cordes. Il aurait fait un bien piètre ménestrel. Désormais était arrivé le moment qu'il attendait depuis qu'il savait que c'était Serena qui se tenait face à lui : savoir ce qu'elle comptait faire. Le Valois ne savait pas trop comment bien présenter les choses en imaginant qu'il puisse y avoir une « bonne » manière, il se lança donc sans trop réfléchir à tout cela, laissant parler ses inquiétudes pour lui.

     ▬ Je sais que tu as ta vie désormais, mais sache que je suis resté sur les routes uniquement pour te retrouver... Il y a plus que de la place pour toi à mes côtés si tu le souhaites, je n'ai pas du tout envie de te laisser repartir maintenant que je t'ai retrouvée... Mais peut-être que tu préfères rester avec tes nouveaux compagnons ? »

     Il espérait sincèrement que non, mais seul le bonheur de Serena comptait pour le moment. Il avait été égoïste en pensant au sien quelques années plus tôt, lorsqu'il l'avait laissée toute seule à Neufétoiles, il ne commettrait pas une seconde fois la même erreur. Si la demoiselle désirait s'en-aller, il la laisserait faire, même s'il ne pourrait pas s'empêcher de le regretter.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 4 Avr 2012 - 14:12

Un silence suivit ses explications et Serena se demanda si Pryam n'avait pas été choqué parce qu'elle venait de lui raconter. La jeune femme regardait les lèvres de son frère avec insistance, comme si d'un simple regard elle pouvait les forcer à s'ouvrir pour traduire ses pensées en mots. Elle avait besoin d'entendre son avis. Elle avait besoin de savoir qu'elle avait fait les bons choix, parce quand le moment était venu de les faire, elle n'en avait pas vu de plus honorables. Pourtant, elle savait que son existence avait été loin de la perfection jusqu'à présent.
Voilà que Pryam ouvrait la bouche. Tous les doutes de Serena s'évaporèrent en l'entendant dire qu'elle n'avait pas à avoir honte. Il comprenait ses choix. Sans les approuver d'une manière générale bien sûr, il les pardonnait. En quelques sortes. Quand il évoqua le fait que tous les chevaliers ne se conduisaient pas forcément en modèle, sa soeur ne put que hocher la tête. Elle avait rencontré plusieurs hommes portant cette distinction et certains d'entre eux ne lui voulaient rien de bien honorable. Grâce aux Sept, elle s'en était toujours tirée vertueuse. Un petit silence s'était de nouveau installé alors que son frère la fixait toujours. Serena dodelina doucement de la tête et envoya sa main droite chercher la main gauche de Pryam pour entremêler leurs doigts. C'était si étrange de se rendre compte à quel point ils avaient chacun grandi. Pourtant, la sensation de leurs mains jointes était la même qu'avant. Pratiquement. Les mains de son frère étaient peut-être un peu plus rugueuses, parce qu'il avait tenu l'épée longtemps, parce qu'il avait vécu. Celles de Serena portaient pas mal d'égratignures à cause de ses escalades dans les arbres mais elles avaient su rester douces et blanches.

La jeune femme releva la tête vers Pryam qui avait repris la parole. Elle écouta attentivement et se demanda quel genre de contrats pouvait bien être présenté aux chevaliers. A la manière dont son frère ne s'étendit pas sur le sujet, elle comprit qu'ils ne devaient pas tous être reluisants. Repensant à ces chevaliers pervers et rustres qui avaient croisé sa route, elle se dit qu'ils ne devaient pas être du genre à défendre la veuve et l'orphelin effectivement. Ils avaient plutôt l'air de mercenaires en somme. Enfin, son frère ne serait jamais eux, elle en était persuadée. Son frère était un ange sur Westeros, il était incapable de faire le mal.
Comme il n'évoqua qu'en une phrase le fait qu'il ait essayé de la retrouver, Serena comprit qu'il n'avait pas du faire tout ce qui était en son pouvoir pour y parvenir. Il ne s'était sans doute pas autant démené qu'elle s'était démenée elle. Cette pensée lui donna envie de se laisser tomber sur le sol et de se remettre à pleurer mais elle n'en fit rien. Ce n'était pas grave après tout. S'il l'avait libérée du joug de leur père et lui montrant le chemin de la liberté, il était normal qu'il ne se retourne pas pour l'attendre. Le retrouver par ses propres moyens dans l'immensité du royaume représentait une bien plus belle preuve de réussite. Cela ne voulait pas dire qu'il l'aimait moins, seulement qu'il lui faisait confiance pour y arriver. C'est ce qu'elle se dit en tous cas.

Des Fers-Nés ! Ce mot eut le don de reconcentrer Serena sur les paroles de son frère. Elle en avait vu il y a plus d'une semaine lorsqu'elle avait rencontré Lord Tybolt Lannister par hasard dans l'Ouest. Le Lion et sa garde s'étaient sortis de l'escarmouche indemne mais la jeune femme avait tout de même pu constater que les habitants des îles savaient se battre. Imaginé son précieux frère en train de croiser me fer avec eux la fit frissonner. Il avait gagné ses duels puisqu'il se tenait devant elle ce soir mais elle ne pouvait pas s'empêcher d'avoir peur pour lui.
Quand il évoqua les Nordiens avec qui il voyageait, les compagnons de Serena surgirent tout à coup à son esprit. Ils devaient la chercher. Quel était le village le plus proche d'ici ? Nul doute qu'ils y interrogeaient tout le monde pour savoir si elle ne s'y était pas rendue. Elle pouvait imaginer Embrys et Bray malades de l'avoir perdue. Tous les deux tenaient à elle, chacun à sa façon, elle le savait. Il faudrait qu'elle les prévienne.

Comme si Pryam avait entendu ses pensées, il se mit à parler de leur avenir. Serait-il commun ? Il avait l'air de l'espérer en tous cas. A entendre la tension dans sa voix, Serena sentit son coeur s'étreindre. Quel nigaud ! Pensa-t-elle avec toute la tendresse du monde. Croyait-il réellement qu'elle allait le laisser partir sans elle après avoir mis douze ans à le chercher à travers monts et vaux ? Même dans le cas où il n'aurait pas voulu d'elle pour compagnie, elle avait prévu de s'enchaîner à lui afin qu'il n'ait d'autres choix que de la garde à ses cotés. Toutefois, une vague de terreur irrationnelle la submergea toute entière et elle lâcha sa main pour s'agripper nerveusement à sa tunique avec ses petits poings. Et si elle le perdait tout à coup ? Et s'il disparaissait dans la nuit ? Il suffirait d'une seconde, d'un clignement d'yeux. Elle ne pourrait pas passer encore une décennie à le chercher, non, elle ne pourrait pas. Que voulait-il dire avec son « Je sais que tu as une vie maintenant » ? Il ne pouvait tout de même pas croire qu'elle voulait de cette existence de fauche et de misère, si ? Si elle s'était donnée tout ce mal pour le retrouver, c'était pour y échapper. Pour qu'ils soient ensemble et que le monde entier recommence à tourner rond.

_ Ne me laisse pas, murmura-t-elle, les yeux écarquillés, comme si elle était possédée.

Ses mains tremblaient à présent. Elle s'agrippait à lui comme à la vie. Jetant rapidement quelques coups d'oeil furtifs autour d'eux, elle se rapprocha encore de lui jusqu'à se trouver sous son nez. On ne traversait pas les épreuves que Serena avait traversé sans se froisser les ailes. Il allait lui faire du temps avant de réaliser que la paranoïa de prendre encore son frère était inutile.

_ Ne me laisse pas, répéta-t-elle plus doucement, la voix brisée par une nouvelle vague de sanglots qui ne sauraient tarder. J-Je veux rester avec toi.

La jeune femme baissa la tête, ferma les yeux et se remit à pleurer, sans toutefois lâcher la tunique de son frère. C'était bête mais elle se sentait redevenir une petite fille. C'était comme si elle avait encore onze ans et que l'enfant qu'elle était alors était arrivée à temps pour voir Pryam sortir des écuries le soir où il avait quitté Ninestars. La même scène se serait sans doute produite. Elle se serait effondrée et l'aurait supplié de ne pas la laisser. Sauf qu'elle n'était pas arrivée à temps ce soir-là et que depuis, tous ses sentiments avaient patiemment attendu le jour où ils pourraient s'exprimer.

_ Embrys comprendra. Il... Il veut que je sois heureuse.

En disant cela, Serena n'était qu'à moitié consciente de se dire cela pour se rassurer elle-même. Au fond, elle savait que le chef de leur petite bande serait triste de la voir les quitter. Il l'avait acceptée parmi eux parce qu'elle lui rappelait une fille perdue il y a longtemps et, en réalité, il n'avait jamais réellement pensé qu'elle parviendrait à retrouver son frère un jour. Les autres voleurs se moqueraient sans doute du fait qu'elle les quitte. Ils avaient appris à l'apprécier mais ils n'avaient pas développer de liens particuliers. Enfin, il y avait Bray... Imaginer la peine qui baignerait son regard quand elle lui annoncerait qu'elle partirait lui fit beaucoup de mal. Réaliser que cela lui faisait mal lui fit également beaucoup de mal. Toutes ces années, elle avait cru ne penser qu'à son cher Pryam et elle se rendait à présent compte que la compagnie de ce jeune homme avait compté pour elle. Elle n'appréciait pas cette idée, parce qu'elle voulait n'aimer que son frère et personne d'autre. Seulement, on ne choisit pas ce genre de choses.
Refusant d'évoquer devant Pryam le nom du garçon de champ qui l'avait aidée toute sa vie pour ainsi dire, Serena serra la mâchoire pour se ressaisir et chasser les tremblements de son corps pour relever la tête vers le blondinet et plonger son regard dans le sien.

_ Durant ces longues années d'errance, je t'ai cherché sans relâche. Jamais la lune ne m'a semblé aussi belle que ce soir. Crois-moi. Je n'ai nul souhait plus cher que celui de passer le reste de ma vie à tes cotés, mon frère.

La belle prit une profonde inspiration avant de poursuivre :

_ Il me faut juste retrouver mes compagnons pour les remercier de tout ce qu'ils ont fait pour moi et pour leur prouver en te les présentant que mon rêve de te revoir n'était pas fou. Après cela, je te suivrai de Castral Roc à Port-Réal et de Winterfell à Lancehélion, en passant par La Treille et même les Iles de Fer s'il le faut. Ainsi, jamais plus nous ne serons séparés.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Jeu 5 Avr 2012 - 18:24

     La jeune femme avait l'air réellement très tendue, Pryam pouvait comprendre cette réaction, du moins il le pensait puisque lui-même ressentait une certaine inquiétude à l'idée que sa sœur déclare qu'elle préférait rester avec ses amis que l'accompagner. Qui aurait-il été pour le lui interdire ? Il l'avait lâchement abandonnée lorsqu'elle avait besoin de lui, alors que son rôle aurait été de s'interposer entre ce prétendant et sa cadette. Pour être sincère, il se demandait même de quel droit il envisageait la possibilité de lui proposer de voyager avec lui et ses autres collègues, ils se concentreraient certainement sur les recherches de contrats du chevalier et Serena devrait encore une fois subir les choix de Pryam. Ce dernier se disait bien souvent que la belle jeune femme qui se tenait devant lui mériterait bien mieux qu'un tel comportement de sa part, sans compter qu'elle avait quitté le confort de Neufétoiles par sa faute. Mais à se demander si les choses auraient été différentes et à se torturer l'esprit, le Valois perdait son temps. Il ne pourrait malheureusement pas rebrousser chemin pour se comporter plus fidèlement à l'égard de sa sœur, une bien drôle de manière de lui montrer qu'il tenait à elle au final. C'était pour cette raison qu'il était toujours aussi surpris de voir la manière dont elle se comportait avec lui. Si gentille et si aimante alors qu'au final, il avait été à peine plus aimable que ses frères cadets. Était-ce la vérité, ou était-ce lui qui transformait la réalité ? Pour être sincère, il ne savait plus, se disant simplement que Serena devait avoir gardé l'image idéalisée qu'elle avait de lui lorsqu'ils étaient enfants. L'idée qu'elle puisse apprendre à le découvrir et qu'il ne lui plaise plus l'effrayait, mais il se refusait à laisser cela passer avant tout le reste. Il avait suffisamment pensé à sa propre personne, il était temps qu'il pense un peu à Serena. Le meilleur moyen était donc de faire ce qu'elle souhaiterait et il se promis de respecter ses désirs.

     La voix de la jeune femme retentit alors qu'elle arborait un air inquiet, il sentit le tremblement de ses mains et les yeux clairs du chevalier se tintèrent de surprise lorsqu'il les posa sur le visage de sa sœur. Elle avait l'air effrayée, visiblement il avait sous-estimé l'effet de ces années passées à voyager. Seuls les Sept pouvaient savoir ce que ses beaux yeux avaient pu voir. Il quitta provisoirement le minois de la Valoise pour regarder autour de lui en l'imitant, avait-elle entendu un bruit ? Mais rien, les paysannes ne revenaient pas et personne ne semblait se douter qu'ils étaient là. La supplication de Serena attira à nouveau le regard du chevalier errant sur elle, elle avait encore plus l'air perdue. Il entrouvrit les lèvres comme s'il comptait parler, mais consoler par des mots n'avait jamais été dans ses compétences, il se contenta donc de poser sa main sur celle de sa sœur pour la serrer légèrement, signe destiné à lui faire comprendre qu'il n'allait pas la lâcher de sitôt. Soutenant son regard, Pryam l'écouta tandis qu'elle parlait des années passées à le chercher, puis le rassura pour de bon en déclarant vouloir rester avec lui. Le visage du chevalier s'éclaira d'un sourire alors qu'elle avançait l'idée de le suivre jusqu'à sur les Iles de Fer s'il le fallait. Cette fois-ci, la réponse vint plus promptement et plus naturellement.

     ▬ Je suis heureux de t'entendre dire cela Serena. Je suis vraiment désolé de ne pas t'avoir retrouvée avant, je fais un bien piètre pisteur et un bien piètre frère, je l'avoue sans difficultés. »

     C'était le rôle du grand-frère, devoir trouver la sœur cadette et lui permettre de pouvoir vivre normalement. Pryam aurait tant souhaité pouvoir promettre à Serena qu'elle allait retrouver une vie normale, rentrer à Neufétoiles et que leur père cesserait ses projets idiots à son encontre. Malheureusement ser Symond ne semblait pas encore avoir l'air de vouloir changer d'idée, peut-être le ferait-il en comprenant que c'était le seul moyen de revoir ses deux autres enfants ? Les paroles de lady Maura revinrent à l'esprit de Pryam. Elle avait dit que même les familles en froid étaient heureuses de savoir que les autres membres de la maison allaient bien. Le chevalier de Neufétoiles était peut-être un homme dur et calculateur, mais il ne pouvait pas être sans cœur pour autant. Il faudrait qu'il en discute avec Serena, apprendre ce qu'elle voulait et pouvoir faire le nécessaire pour arranger les choses. Hochant la tête à ses propres pensées alors qu'il venait de prendre une décision importante à ses yeux, l'errant reprit la parole pour répondre à ses dernières paroles.

     ▬ Je comprends tout à fait pour tes amis, je voudrais beaucoup les remercier de t'avoir aidée pendant tout ce temps qui plus est. Est-ce que tu sais où ils sont ? Aviez-vous fixé un point de rendez-vous ? Il détourna brièvement son regard du visage de sa sœur pour regarder les environs avant de continuer. S'ils sont loin, j'ai des montures au campement, nous pourrions faire un crochet par là-bas pour les prendre si jamais. Il avait dit cela sur un ton de réflexion, puis reporta son regard sur le visage de Serena. Je te laisse me dire ce que tu préfères. »

     Il songeait d'ailleurs à cet instant que lorsque Serena aurait salué ses compagnons, il faudrait qu'il trouve un moyen de lui donner une monture. Il en avait bien trois pour le moment, mais le cheval de bât était vieux et ne supporterait jamais plus d'un chargement sur son dos. Au pire des cas, elle pourrait monter avec lui ou Ewald sur son mulet le temps qu'ils trouvent un cheval à acheter dans un village des environs. Ses pensées s'activaient rapidement alors qu'il réfléchissait au moyen d'offrir la meilleure manière de voyager pour sa cadette. Il était hors de question qu'elle passe encore des années à se fatiguer à cause de lui, il avait pris la décision de la faire passer avant et n'était pas près de changer d'avis. Il désigna la direction pas laquelle il était arrivé avant de poursuivre.

     ▬ Le campement est à quelques minutes dans cette direction, ce n'est pas dérangeant si jamais. Il laissa retomber son bras le long de son corps avant de continuer. D'ailleurs, est-ce que tu as d'autres affaires à récupérer auprès de tes amis ? Je pense qu'il faudra que nous fassions halte dans un village demain pour pouvoir prendre ce dont tu auras besoin pour la suite du voyage. »

     Une manière de montrer qu'il prenait les choses en main et qu'il était bien décidé à lui simplifier la vie. Après tout, c'était le rôle d'un grand-frère. Le jeune homme tourna son visage vers Serena, la regarda quelques instants, puis pris d'une pulsion qu'il n'avait plus depuis bien des années, il décida de se comporter comme un frère et non un chevalier. Il attrapa la main de Serena et la tira vers lui avant de glisser ses bras autour d'elle pour la serrer contre lui. Puis après cette brève, mais sincère étreinte, il déposa une bise sur sa joue avant de lâcher quelques mots à son oreille.

     ▬ D'ailleurs mieux vaux ne pas traîner dans le coin, si jamais les voleuses reviennent elles risquent de ne pas être seules. Je ne veux pas que nos retrouvailles se soldent par un combat, pour une fois que les Sept sont de mon côté... »

     Il esquissa un sourire avant de reculer d'un pas, attrapant à nouveau la main de sa cadette. Même avec la lune, la lumière restait très tamisée et les branches des arbres, bien qu'elles étaient dégarnies de beaucoup de feuilles, bloquaient le peu qui passait. Il était facile de se perdre dans un tel lieux, après l'avoir retrouvée il ne voulait pas déjà la perdre. Surtout à cause d'une bêtise pareille !

HP:
 


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 6 Avr 2012 - 18:42

Serena secoua énergiquement la tête en fermant les yeux lorsque Pryam s'accusa d'être un mauvais frère. Elle serra un peu plus l'étoffe de son vêtement entre ses doigts. Au contraire, il avait été parfait. Il l'avait libérée. S'il l'avait emmenée avec lui en quittant Ninestars, peut-être n'aurait-elle jamais pu devenir indépendante. Sans doute même. Elle aurait été un poids pour lui parce qu'elle n'aurait rien su d'autres que faire de la broderie (et encore, elle était une piètre élève dans ce domaine). Il aurait été obligé de la nourrir, de la protéger. Ils auraient avancé lentement et elle l'aurait empêché de faire des choses parce qu'il n'aurait pas voulu la laisser toute seule même le temps d'une mission. Oui, vraiment, ça n'aurait vraiment pas été une réussite s'ils étaient partis ensemble.
Aujourd'hui, Serena était plus grande et plus forte. Elle ne savait toujours pas broder un motif correctement mais elle savait lancer un couteau sans manquer sa cible – chose bien plus utile dans le vrai monde. Elle savait monter à cheval et galoper sans que personne ne la tienne. Elle savait grimper aux arbres et se rendre invisible dans la nature. Grâce à son grimoire, elle savait soigner les maladies bénignes qu'on pouvait rencontrer à force de dormir dehors et de manger n'importe quoi. Elle n'était peut-être pas une femme accomplie comme son siècle l'entendait mais elle était un être humain entier et capable. Elle comptait.

Où étaient les membres de sa petite bande ? C'était une bonne question. A vrai dire, c'était la première fois qu'elle se retrouvait séparée de tout le groupe depuis qu'elle les avait rencontré. Il lui était déjà arrivé d'être en aparté avec Bray mais jamais seule. Prenant une grande inspiration pour faire cesser une fois pour toute ces maudites larmes qui lui broyaient la vue angélique de son frère, la jeune femme se mit à réfléchir. Pour deviner l'endroit où ils se trouvaient, elle devait se mettre à la place d'Embrys puisque c'était lui qui commandait. Il était plutôt certain qu'ils avaient du se scinder en deux groupes. L'un d'eux serait statique tandis que l'autre serait mobile, pour augmenter leurs chances de la retrouver. Embrys était un fils de paysan qui n'avait eu aucune instruction mais il était rusé. D'instinct, il savait améliorer des statistiques et avait les bons réflexes au regard des situations les plus épineuses. Quoi qu'il mit en oeuvre pour retrouver Serena, il devait y avoir une logique évidente à sa position actuelle.

Les questions de Pryam la firent sortir de ses pensées. Si elle avait des affaires à récupérer ? Sa soeur lui sourit un peu tristement. Le contenu de sa besace était tout ce qu'elle possédait à l'heure actuelle. D'ailleurs, elle récupéra le petit jouet en bois qu'il tenait toujours pour le ranger dedans, à coté de son grimoire de botanique, de son couteau de cuisine et de ses quinze cerfs d'argent enveloppés soigneusement dans un bout de tissu avant qu'ils ne fassent pas de bruit en s'entrechoquant. C'était là toute la fortune qu'elle avait réussi à économiser. Les jours où elle voulait laver sa robe, Bray lui prêtait sa chemise de rechange pour qu'elle ne soit pas nue en attendant qu'elle sèche. Elle était toujours un peu humide quand elle la remettait et elle éternuait à chaque fois qu'ils passaient sous le couvert des arbres mais cela ne la gênait plus.
Serena allait lui répondre que non lorsqu'elle croisa encore le regard de son frère et que les mots moururent dans sa gorge. Il y avait quelque chose de différent cette fois. Son regard était plus profond et plus chaud que ceux qu'ils avaient échangé. Elle fut très surprise de sentir soudain qu'il tirait sur son bras pour la précipiter dans ses bras. Elle sentit ses bras l'envelopper et ses mains sur son dos qui la pressaient contre lui. Les lèvres de la jeune femme s'étirèrent lentement en un large sourire et elle ferma les yeux pour soupirer d'aise. C'était si agréable... Elle serait bien restée ainsi, blottie contre son frère enfin retrouvée, pour l'éternité.

L'étreinte fut hélas trop brève à son goût et Pryam se détacha bientôt d'elle. Il la surprit néanmoins encore en déposant un baiser sur sa joue, ce qui ne manqua pas de la faire rosir de plaisir. Son cher frère était si mignon avec ces attentions éclairs si spontanées.
Quand il parla de ficher le camp au cas où les paysannes reviendraient mieux armées et plus nombreuses, Serena hocha la tête. Elle fixa de ses yeux brillants d'émotion tandis qu'il lui prenait la main et referma ses doigts fins sur les siens. Ainsi, ils ne se perdraient pas. Plus. Elle les pressa en souriant et commença à se diriger d'un pas léger à l'opposé du campement.

_ Le village n'est pas très loin d'ici, dit-elle simplement. Juste derrière la colline.

Ils auraient pu discuter en marchant mais ils ne le firent pas.
La jeune femme se contentait de mettre un pied devant l'autre. Elle avait presque mal aux joues à force de sourire. Régulièrement, son esprit était assailli par un doute affreux et elle s'arrêtait pour se tourner sur sa droite. C'était bien Pryam qui tenait sa main et il était toujours à coté d'elle. Alors, rassurée, elle reprenait sa marche en souriant de plus belle.
Elle songea à toutes les personnes qui l'avaient soutenue dans sa quête. Même aux simples voix qui l'avaient galvanisée avec des « Tu le retrouvera ». Elle songea à ces villages un peu partout dans le royaume qui l'avaient surnommée La Dame au Chevalier à force de l'entendre demander des renseignements sur ce Pryam Templeton qu'elle cherchait sans relâche. Quelles têtes ils feraient tous si elle y retournait aujourd'hui avec lui. Sans doute que les femmes seraient un peu déçues d'apprendre qu'il ne s'agissait pas d'un amour digne de contes de ménestrels mais simplement un amour fraternel très fort. Elle songea également aux gardes de son père qui étaient sensés l'accompagner jusqu'au septuaire. Avaient-ils été punis pour l'avoir laissée s'échapper ? Ça aurait été si injuste qu'ils le soient... et pourtant si inévitable connaissant Ser Symond.

Le village le plus proche était minuscule. Ce n'était qu'un rassemblement de chaumières mal en point parmi lesquels ni auberge ni lieu saint. La taverne ne ressemblait à rien de courant à vrai dire et on peinait à la distinguer des autres bâtisses. Les deux Templeton s'engagèrent au milieu d'elles, toujours main dans la main. Serena regardait à gauche et à droite, étudiant les rares silhouettes qui trainaient encore dehors dans l'espoir d'en reconnaître au moins une. Etant donné qu'Embrys lui avait répété cent fois de ne pas entrer dans une taverne toute seule, surtout après la tombée du jour, elle pouvait déjà éliminer ce lieu comme point de rencontre. Elle venait de décider de rejoindre ce qui semblait être une sorte de place du marché lorsqu'une voix forte s'éleva derrière eux :

_ Lâchez immédiatement cette jeune femme ou vous devrez tâter de ma lame !

Serena sursauta et fit volte-face, sans pour autant retirer sa main de celle de son frère, pour découvrir Bray, l'épée sortit du fourreau et pointée en direction de Pryam. Elle étouffa un rire devant le comique de la situation et glissa un bras dans le dos du chevalier pour se tenir encore plus près de lui. Se faisant, elle lança en riant à son hardi défenseur :

_ Tu peux ranger ta rapière, Bray. Tu t'en voudras de l'avoir levée contre lui lorsque je t'aurais dit à qui tu as affaire.

Le garçon de ferme, aujourd'hui devenu un beau et solide jeune homme, fronça les sourcils mais s'exécuta, voyant que son amie n'avait manifestement rien à craindre de ce blondinet dont le visage commençait peu à peu à lui dire quelque chose. Il n'y avait plus d'arbres ici. Seulement la lumière de la lune qui éclairait très bien l'endroit où ils se trouvaient. D'ailleurs, en relevant la tête vers Pryam, Serena se fit surprendre par la finesse et la beauté de ses traits. Elle lui sourit, inconsciente qu'en le faisant elle brisait un peu le coeur de son camarade qui ne l'avait jamais vue si heureuse.

_ Je te présente mon frère Pryam.

Au comble de la joie, certainement parce qu'en le présentant, il devenait tout à coup réel, Serena n'en pouvait plus de sourire. C'était le plus beau jour de sa vie pour ainsi dire. Elle avait envie d'enlacer tout le monde, de sautiller et de chanter. De crier son bonheur au monde entier pour le partager car il était trop grand pour son petit coeur humain.

_ Tu vois, je l'ai retrouvé ! S'exclama-t-elle, triomphante en éclatant de rire avant de se hausser sur la pointe des pieds pour écraser un baiser sur sa joue.

Puis elle tendit la main vers son camarade qui avança vers elle comme un zombi, sans parvenir à détacher ses yeux de Pryam tant il avait du mal à croire que c'était bien lui, qu'après toutes ces années d'errance, la brunette avait finalement atteint son but. Il était presque plus estomaqué qu'elle. La jeune femme attrapa ses doigts.

_ Pryam, je te présente Bray.

Comprenant que Serena allait joindre sa main à celle du chevalier, l'ancien garçon de champ libéra prestement la sienne pour échapper à ce contact dont il ne se jugeait pas digne. A la place, il inclina légèrement la tête et murmura en guise de salut un « Messire » très respectueux. Il avait apparemment perdu sa langue.
Des pas pressés s'élevèrent derrière eux sur la terre battue et trois voleurs de plus débarquèrent sur la petite place. Parmi eux se trouvait Embrys. En voyant la jeune femme, son poids invisible quitta ses larges épaules et il prit une profonde inspiration avant de courir jusqu'à elle. Ne faisant d'abord aucun cas de Pryam, il écrasa ses deux grosses paluches de chaque coté de la tête de Serena et baisa son front en tremblant légèrement.

_ Les Sept soient loués, tu es sauve ! Rugit-il de sa grosse voix qui impressionnait toujours les enfants. Soyez cent fois remercié de nous l'avoir ramenée, mon garçon, déclara-t-il ensuite et tapotant un peu brusquement l'épaule du blondinet.

Il n'avait pas encore compris la situation. Il y eut un silence de plusieurs secondes pendant lequel le regard du chef de la bande alla d'un Templeton à l'autre. On ne saurait trop dire ce qui le fit réaliser, car ils ne se ressemblaient pas vraiment physiquement, mais il ôta hâtivement sa main pour faire un pas en arrière comme si on l'avait piqué. Serena lui sourit avec douceur et glissa :

_ Embrys... Voici mon frère.

Le vieil ours n'en croyait pas ses yeux. Les autres voleurs derrière lui étaient silencieux. Ces derniers s'étaient souvent demandés si ce Pryam Templeton existait bel et bien, malgré le fait que Bray ait pu confirmé ce fait. Quoi qu'il en soit, ils avaient toujours plus ou moins pensé que leur guérisseuse était un peu folle et que sa quête était vaine. Embrys mit quelques secondes à se ressaisir et un sourire qu'il aurait voulu plus joyeux se peignit dans sa barbe.

_ Alors tu as réussi... Tu as retrouvé ton sang. Tu as retrouvé ton nom.

Puis, s'adressant au frère de sa protégée, il dit :

_ Veuillez pardonner le « mon garçon » lorsque j'ignorais qui vous étiez. C'est un honneur de vous rencontrer, Ser Pryam. J'avais presque oublié que ce jour viendrait mais votre soeur a tenu bon. C'est une jeune femme des plus extraordinaires. Prenez bien soin d'elle.

En voyant qu'Embrys avait déjà compris qu'elle allait les quitter, le coeur de Serena se serra. Ils ne pouvaient pas venir avec eux bien sûr. Que ferait une troupe de voleurs aux cotés d'un chevalier ? Mais tout ce temps, ils avaient été sa famille. Elle leur devait la vie et plus d'une fois. La jeune femme ne savait pas quoi dire. En tous cas, elle refusait de lâcher la main de son frère. Occupée à se retenir de laisser les émotions la submergée, elle ne s'aperçut pas que quelqu'un non loin était encore plus mal qu'elle. En effet, juste derrière eux, Bray regardait ses chausses, l'air complètement atomisé par la perspective de la voir s'en aller.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Dim 8 Avr 2012 - 16:32

     Ils s'éloignèrent de la petite clairière pour prendre la direction opposée à celle où se trouvait le campement. C'était dans la zone où Pryam avait repéré une bourgade sans grand intérêt où il n'avait pas prévu de s'arrêter avant de reprendre la route. Il la suivit donc docilement et en silence puisque leur marche de nuit se fit dans l'obscurité seulement baignée d'une faible lueur parfois plus présente lorsque les arbres s'éclaircissaient. À plusieurs reprises, la jeune fille s'arrêta quelques secondes pour finalement reprendre la marche. Même si le blond ne s'expliquait pas ce comportement, il ne pouvait s'empêcher de laisser un sourire naître sur ses lèvres lorsque sa cadette lui tournait le dos. Pas une expression moqueuse, simplement amusée.

     Ils arrivèrent ensuite dans le petit village qui était plus un lieu-dit qu'un véritable regroupement d'habitants. Il ne devait pas y avoir énormément de maisons et le chevalier doutait que la taverne soit fréquentable pour quelqu'un qui ne souhaitait pas faire affaire avec des brigands. L'idée que les femmes qu'ils avaient rencontrées juste avant puissent être là, lui traversa l'esprit l'espace de quelques instants. Mais au final, il s'en moquait pas mal, après tout, qu'est-ce que cela pourrait bien changer ? Chassant ses pensées, le Valois se concentra sur sa cadette qui observant les quelques silhouettes qui se dessinaient dans la nuit, puis une voix se fit soudain entendre. Il ne fallut pas plus d'une demi-seconde à l'errant pour comprendre que la menace lui était destinée, ainsi le blond se retourna, les sourcils froncés, pour poser ses yeux sur un jeune homme qui semblait visiblement vouloir tirer Serena de ses griffes. Le chevalier chercha rapidement dans ses pensées, essayant de se souvenir du visage du garçon dont la demoiselle avait fait état plus tôt dans la discussion, est-ce qu'il s'agissait de Bray ? Pryam ne le savait pas et pour être sincère, il ne gardait que très peu de souvenirs de cette époque, du moins ceux qui ne concernaient pas Serena. N'appréciant pas particulièrement de se faire menacer d'une épée, le blond ne répliqua toutefois rien, laissant à sa sœur le plaisir de s'occuper de cet incident vu qu'elle le connaissait mieux que lui.

     Elle lui signala qu'il pouvait ranger son épée et l'intéressé s'exécuta, ce qui montrait clairement à Pryam que le jeune homme devait être très attaché à sa sœur. À moins qu'il ne puisse nourrir une sorte d'amour fraternel à son égard ? Fidèle à lui-même, le Valois resta silencieux le temps des présentations, se contentant simplement d'observer le garçon qui lui faisait face, sans aucune animosité. Une nouvelle intervention des autres compagnons de Serena tira Pryam de son observation, il pivota pour poser ses yeux clairs sur un homme qui se comporta d'une manière très affectueuse avec la jeune femme avant de « remercier » l'errant d'une manière très paysanne. Un bref sourire se dessina sur les lèvres du concerné juste au moment où l'homme recula et que la Templeton fasse les présentations. L'attitude de l'homme changea alors et il adressa une requête que Pryam comptait bien remplir jusqu'à ce qu'il ne soit plus de ce monde. Un léger hochement de tête avant qu'il ne prenne enfin la parole.

     ▬ Ne vous inquiétez pas, les titres ne sont que des mots. Et je vous rassure, je compte bien veiller à sa sécurité. Je vous remercie de vous être occupés d'elle pendant tout ce temps, c'était très aimable de votre part, vous n'étiez pas obligés. »

     Le jeune homme n'était pas quelqu'un de très doué en éloquence, il retomba donc rapidement dans le silence alors que Serena semblait heureuse à l'idée de prendre la route avec Pryam. Il se retourna vers elle pour lui déclarer que si elle souhaitait leur faire ses adieux seule, il patienterait à quelques mètres de là pour lui en laisser le temps. Cela faisait un moment qu'il avait quitté le campement et le Valois doutait que les Nordiens puissent l'avoir remarqué, ils partaient souvent de leur côté eux aussi, le chevalier espérait simplement que son écuyer ne se retrouvait pas tout seul. Il était encore jeune et facile à effrayer. Après un moment de silence, l'errant se détourna de sa sœur pour parcourir les environs du regard et son attention fut attirée par le jeune Bray qui avait visiblement l'air dévasté à l'idée de devoir laisser son amie partir. Une question traversa l'esprit du blond, est-ce que ce garçon pouvait ressentir plus que de l'amitié pour sa sœur ? C'était une possibilité, elle était belle et gentille et avait besoin de quelqu'un pour remplacer sa famille. Après un moment d'hésitation, Pryam s'approcha de lui.

     ▬ Je pense que je ne me trompe pas en disant que vous semblez apprécier beaucoup Serena.... Vous savez, elle vient juste de retrouver son frère, mais ce n'est pas pour autant qu'elle doit quitter tout le reste pour cela. Il marqua une légère pause. Elle m'accompagnera, mais je ne tiens pas à ce qu'elle ait le regret de devoir vous laisser derrière. Si vous le souhaitez, vous pouvez venir avec nous. Je ne sais pas ce qu'en penserait le chef de votre groupe, mais sachez que c'est possible. Après une réflexion rapide, il termina. Il faudra simplement cesser le vol pour se concentrer uniquement sur des tâches plus... Légitimes. »

     Le blond ne souhaitait pas presser le jeune homme, ainsi il lui laissa le temps d'y repenser et s'éloigna de quelques pas. Après que Serena eut fait ses adieux et que le prénommé Bray eut décidé de les suivre, Pryam tira des pièces de sa poche et les glissa au chef des voleurs. Il savait que ce n'était pas conseillé de montrer à des brigands que l'on possédait de l'argent, mais c'était normal qu'il fasse un geste à leur attention après tout le temps qu'ils avaient passé à surveiller et veiller sur la sécurité de Serena. Les trois compères reprirent donc la route de la forêt où se situait le campement du chevalier, ce n'était pas très loin, mais cette fois-ci le blond prit la peine de parler un peu pour les prévenir de ce qui les attendait.

     ▬ Bray, pour vous résumer ce que j'ai déjà dit à Serena, sachez que je voyage déjà avec mon écuyer de huit ans et trois Nordiens qui visitent Westeros. Je ne les connais pas très bien, mieux vaudra donc que vous vous adressiez directement à eux pour faire connaissance. Sachez simplement que vous êtes tous les deux les bienvenus et que désormais, ce sera aussi votre campement. Le partage n'avait jamais été un problème pour Pryam. Demain il faudra que nous fassions halte dans un village plus gros que celui-ci pour vous trouver deux montures dignes de ce nom. Ce sera plus rapide et plus pratique pour voyager. »

     Le groupe prenait de l'importance et pour quelqu'un comme Pryam qui se révélait être très peu sociable, il fallait avouer que c'était un gros effort. Le jeune homme espérait que les deux nouveaux venus allaient s'entendre avec le reste de la troupe, sans quoi ce ne serait pas très grave, leurs chemins se sépareraient ici et les Nordiens partiraient de leur côté. Il fallait avouer que cela ne chagrinerait pas le Valois plus que cela, il avait à peine appris à les connaître et était trop habitué à découvrir des personnes pour finalement ne plus jamais les croiser. Il n'était plus à une fois près. Au final, ils arrivèrent au campement, les Nordiens n'étaient pas là et seul Ewald se trouvait sur sa couche. Avec un certain agacement, Pryam s'estima heureux que personne n'ait attaqué le campement – comme les paysannes par exemple – sans quoi ils n'auraient pas eu grand-chose à leur retour. Rassurant le Frey que tout allait bien, il lui dit de se rendormir avant de se tourner vers les deux amis.

     ▬ Mieux vaut réserver les présentations pour demain, je vous laisse vous installer, si vous avez besoin de quoi que ce soit, servez-vous de ce côté, c'est à moi. »

     Après quoi, il les laissa s'installer comme bon leur semblait, autant entrer directement dans les bonnes habitudes.

HP:
 
Inventaire:
 


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 8 Avr 2012 - 18:09

Serena ne fut pas surprise d'entendre son frère pardonner Embrys de s'être adressé à lui sans les égards dus à son titre. Pryam n'avait pas changé. Il était toujours aussi généreux et désintéressé. Elle ne s'attendait à rien de moins venant de sa part bien sûr mais cela la rendait heureuse. Le souvenir qu'elle avait de lui ne mentait pas. Il possédait encore manifestement toutes les qualités qu'elle lui avait trouvé lorsqu'ils étaient enfants.
La main toujours dans celle de son frère, la jeune femme sourit en l'entendant affirmer qu'il comptait veiller sur elle. Elle ferait de même et ce serait comme au bon vieux temps. Oui, vraiment. L'avenir promettait d'être radieux maintenant qu'ils étaient de nouveau ensemble. Il ne pouvait en être autrement. Quand elle sentit les doigts de Pryam lâcher les siens, la jolie brune fut submergée par une vague de panique. C'était la toute première fois qu'ils perdaient le contact physique depuis qu'ils s'étaient retrouvés. Son coeur jouait du tambour à un rythme soutenu. Elle ouvrit la bouche et tourna la tête vers lui alors qu'il s'éloignait pour leur laisser se dire adieu en toute intimité. Embrys et les voleurs étaient complètement sortis de son esprit. Seul comptait son frère qu'elle voyait à présent de dos. Et l'espace d'un battement de cils, ce n'était plus son frère. C'était un homme aux cheveux dorés et bouclés comme elle en avait déjà vu sur les marchés. Un inconnu avec quelques similitudes physiques qui lui donnait encore un faux espoir. Son regard océan s'emplit de larmes. Avait-elle rêvé ? Encore. Plus le faux Pryam s'éloignait et plus les ténèbres de la nuit l'avalaient. Cette rencontre lui avait semblé si réelle pourtant. C'était comme si elle pouvait encore sentir ses bras autour d'elle et ses lèvres sur sa joue...
Au bord de sombrer dans la folie pour de bon, Serena vacilla légèrement. Une main jaillit de nulle part pour la rattraper. Son regard perdu rencontra celui de son sauveur, Bray, comme souvent, et elle l'entendit lui murmurer « Tu vas me manquer » avant de la serrer très fort contre lui. La jeune femme ne comprenait plus. Elle posa distraitement les mains dans le dos du garçon et chercha une explication dans le regard d'Embrys qui semblait lui aussi retenir des larmes. Quand Bray lui rendit sa liberté, ce fut au tour du chef de la bande de la prendre dans ses bras. Il posa une main à l'arrière de sa tête et la berça lentement avant de renifler bruyamment. Il pleurait maintenant. Il s'écarta et essuya ses joues avec sa manche crasseuse avant de poser ses deux grosses paluches de chaque coté du visage de Serena.

_ Sois heureuse, ma lady. Tu le mérites tellement. Tu sais que je ne crois pas aux Sept mais s'ils voulaient me prouver leur existence, qu'ils fassent nos routes se recroiser un jour. Moi aussi j'attendrais douze ans pour avoir la chance de te revoir. Et maintenant, va. Va rejoindre ce frère que tu aimes tant et veillez l'un sur l'autre, comme les bonnes gens que vous êtes. De ma vie, je n'avais jamais rencontré de nobles figures si aimables. Va, ma belle. Ma fille.

Le jeune Templeton ne comprenait pas mais voir Embrys, d'ordinaire si fort, aussi ému la toucha. Ce ne fut que lorsqu'elle suivit son regard vers Pryam qu'elle se rappela. Le souvenir de leur rencontre un peu plus tôt dans le bois lui revint avec violence à l'esprit. Et ses bras. Et son sourire. Et son baiser. Son frère était debout à quelques mètres d'elle et il la regardait. Elle voyait son visage à présent. Elle n'avait rien inventé. Pas cette fois.
Craquant, elle passa ses bras autour du cou de l'homme qui avait été comme son père pendant de nombreuses années et l'étreignit le plus fort qu'elle put. Le barbu se mit à rire et la souleva du sol. Pendant qu'ils s'épanchaient encore un peu, Bray eut une conversation à laquelle il n'aurait même pas osé rêver avec Pryam. Le chevalier n'avait pas manqué de remarquer son intérêt pour sa soeur et lui proposait de se joindre à leur groupe. C'était trop d'honneur pour qu'il puisse accepter. Pourtant, sa retenue fut complètement annihilée par le désespoir de voir la jolie brune s'éloigner de lui et il accepta, la gorge nouée. C'était si stupide de s'être épris d'elle. Il savait très bien qu'il ne fallait pas et qu'il n'avait aucune chance pourtant. C'était la raison pour laquelle il n'avait rien tenté pendant toutes ses années. D'ailleurs, il n'avait pas du tout l'intention de s'attacher à elle au départ. Il n'était que ce garçon de champ qui l'avait aidé en lui conseillant deux ou trois choses sur l'art de se servir d'un couteau pour autre chose que couper du pain. Il ne se rappelait plus exactement les raisons qui l'avaient poussé à le faire. Peut-être parce qu'elle était belle ou peut-être parce qu'en apprenant la fatalité de son mariage prochain il avait eu pitié. Peut-être les deux.

Serena lâcha Embrys, salua beaucoup moins intimement ses autres camarades restés un peu en retrait et regarda Pryam s'approcher avec Bray. Quand le chef tenta de refuser les pièces que lui tendait son frère, elle le força d'un regard à les accepter. Elle lui aurait donné les siennes de toutes manières. Elle fut très surprise d'entendre le garçon de champ faire lui aussi ses adieux à leurs anciens complices. Embrys quant à lui n'avait pas l'air étonné le moins du monde. Il savait dès le départ que la présence de Bray dépendait de celle de Serena. Cette dernière ne savait pas quoi en penser. D'un coté, elle était contente de ne pas perdre tout le monde à la fois et d'un autre, elle n'imaginait pas pouvoir poursuivre le genre de relation qu'elle avait avec Bray. Elle ne se faisait pas d'illusions. Elle savait qu'elle l'avait pris pour un substitut de Pryam toutes ces années. Maintenant que le vrai Pryam était de retour, elle ne saurait pas comment se comporter vis à vis de l'autre.

Quoi qu'il en soit, les trois jeunes gens repartirent en direction du campement. Serena ne se retourna pas une seule fois. Elle marchait près de son frère et avait discrètement aggripé un pan de sa tunique, puisqu'il ne lui avait pas pris la main comme à l'aller. C'était psychologique ; elle refusait de le lâcher de peur qu'il s'évanouisse encore dans le noir. Cette crainte devrait disparaître avec le lever du soleil mais en attendant, elle ne pouvait pas s'en départir. Bray était derrière eux et calquait inconsciemment son pas sur celui du chevalier. Pryam lui expliqua leur fonctionnement, qu'il enregistra dans un coin de sa tête sans répondre puisqu'il n'en avait pas l'obligation.
Le campement était pratiquement désert. Serena ne remarqua même pas l'écuyer avant de le voir légèrement bouger. Bêtement intimidée, elle lui fit un petit signe de la main en guise de salut mais elle ne fut pas certaine qu'elle le vit avant de se rendormir. Il y avait d'autres couchages mais ils étaient vides. Bray sortit deux couvertures de sa besace et en tendit une à son amie avant d'aller s'allonger dans l'herbe un peu à l'extérieur.

Serena observa les environs. En temps normal, elle aurait trouvé un arbre dans lequel monter pour être à l'abri. Depuis la dernière fois qu'elle s'était faite agressée, elle n'avait plus dormi sur le sol mais toujours en hauteur. Seulement, il y avait Pryam. Non seulement elle lui faisait confiance pour la protéger mais en plus, son corps et son esprit refusaient catégoriquement de s'éloigner de lui. Elle déplia la couverture et la mit sur ses épaules avant de s'asseoir par terre, pas trop loin du couchage de son frère. Elle ne pourrait jamais s'endormir si cela devait signifier qu'elle allait le perdre des yeux. La jeune femme replia ses genoux sous son menton et s'emmitoufla encore plus dans la couverture. Elle avait connu des nuits plus chaudes. Son regard était rivé sur Pryam qui faisait sa vie. Si seulement ils pouvaient redevenir enfants. Elle irait se blottir contre lui et, bercée par la douceur de son odeur et le confort de ses bras, elle pourrait s'endormir sans crainte de le voir disparaître.

La nuit promettait d'être longue.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Nulle amie ne vaut une sœur ▬ Serena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» India ♒ Nulle amie ne vaut une sœur
» Nulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather
» Nulle amie ne vaut une soeur [Alice]
» Nulle amie ne vaut une sœur... il paraît • Romane, dernière née.
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-