AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Un salut au fils aîné [Privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 15 Mar 2012 - 13:35

      Le soleil se faisait plus silencieux que jamais, se tapissant derrière un large mur de nuages aussi blancs que la neige qui couvrait les terres du Nord. Les cris des oiseaux déchirèrent le silence si harmonieux qui régnait chaque matin sur Fort-Terreur, demeure antique des Bolton. Les premiers rais de lumière transperçaient le firmament tels les sept glaives sacrés de la souffrance. Dans le fabuleux château de Fort-Terreur, maison des péchés enfermés derrière les murs d'un gris morne, venaient de se lever Adrian Bolton, et sa cousine Maureen. Moi, je suis Adrian, Lord héritier de Fort-Terreur, le serpent qui se cache dans l'aigle. Effectivement, Maureen venait de revenir à Fort-Terreur depuis quelque temps déjà, et, aujourd'hui, nous nous préparions à rendre visite aux Karstark qui nous avaient dernièrement envoyés un corbeau nous prévenant de la mort de l'aîné et héritier, Aonghas. Une triste nouvelle ma foi. Nous avons longtemps entretenu des relations plus que magnifiques avec la large famille des Karstark, famille de ma tante Lady Megan.

      Ouvrant les yeux à demi seulement, regardant le plafond magistral au dessus de ma tête, je ne trouvais toujours pas le courage de sortir de mon lit si chaud. L'idée de devoir passer cinq jours dans le froid du Nord me décourageait terriblement. Cependant, je me levai tant bien que mal et allai me laver rapidement. Je me vêtis, me chaussai, puis dans un coup d'éclair je fus descendu en bas. Je pris mon petit-déjeuner vélocement, en tête à tête avec Maureen, nous échangeant quelques sourires de temps en temps. A l'autre bout de la table était assis Réginald Bolton, aussi grincheux que toujours, et qui voulait, disait il, obligatoirement assister à notre départ pour nous bénir. Nous avions en effet appelé dix hommes de la maison Bolton, de bons guerriers et de bons défenseurs, ainsi que Ser John qui se devait de nous accompagner dans nos voyages. Nos bagages étaient fin prêts, nous avions bien mangés, nous restait il plus que de battre de l'aile et prendre notre chemin.

      Nous sortions tous dans la cour gagnant toute la surface devant Fort-Terreur, Maureen, Réginald et moi. Ser John et les autres hommes nous y attendaient déjà, et les chevaux étaient tous prêts. Nous nous dirigeâmes vers deux bêtes tellement belles, aux pelages d'un noir de jais. Les deux chevaux hennirent à l'approche de leurs maîtres. Quelques minutes plus tard, Réginald Bolton, un sourire ornant son visage, nous bénissait avant notre départ. Il rentra ensuite à la forteresse en compagnie de ses servants.

      En un seul et unique mouvement unanime, les chevaux commencèrent à avancer à coups de sabot. Ser John ouvrait la marche, suivi de près par Maureen et moi et, tout autour de nous, se trouvaient les dix hommes qu'il avait lui-même choisi pour ce voyage. Normalement, le voyage devra durer cinq jours seulement, mais on ne sait jamais si une tempête frappera ou si des brigands ne voudront pas perdre la vie pour rien. Nous passâmes rapidement en dessus de la Pleureuse, grande et belle rivière côtoyant Fort-Terreur. Après un jour et demi de marche, l'Ultime était à son tour dépassée et nous nous apprêtons bientôt à entamer une rude marche dans les bois des Karstark. Pour une marche rude, elle l'était vraiment. Je n'ai jamais aimé les bois, et ce n'est pas aujourd'hui que ça commencerait. Chaque jours, nous nous permettions trois ou quatre heures de repos avant de reprendre notre voyage. La nuit, on marchait plus rapidement, le froid piquant nous donnant l'énergie nécessaire. Finalement, nous y arrivâmes.

      Au milieu des bois nous voyions les magnifiques murs de pierre de Karhold nous accueillir, les chevaux avançaient doucement maintenant. La tristesse qui submergeait la famille avait attaqué le château aussi. Nous étions maintenant devant les portes de la forteresse. Ser John abandonna sa monture, et, se dirigeant vers les gardes, il nous présenté.

      « -Sa seigneurie Adrian Bolton, et Lady Maureen Bolton. »
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Dim 18 Mar 2012 - 3:12

Elle avait oublié comment le Nord n’avait pas de charme comparé à l’Orage. Oui Pierheaume était situé tout près des montagnes rouge, près des osseux, enfin à quelques kilomètre. Fort-Terreur n’était plus qu’une maison froide pour elle. Même si elle avait la vague impression qu’on avait tendance à la sous-estimer. Jouait-on avec son caractère, ou elle avait des visions et des désillusions. Elle était revenue de Pierheaume et même le vieillard ne semblait pas malheureux de son retour. Pourquoi, elle ne saurait dire. Et Adrian. Pourquoi voulait-il vraiment destituer son grand-père? Pour qu’elle reste? Que Nenni! Elle aurait bientôt fait de se caser, simplement pour échapper à cette terreur. Bref, elle n’allait pas en glisser un mot à qui que ce soit. Elle était quelques peu égoïste, mais elle avait besoin et envie d’autres choses. On la considérait toujours comme la grande Maureen, alors qu’elle n’avait pas accompli réellement quelques choses de très important.

Il fallut plusieurs minutes pour que la jeune fille de l’écorcheuse puisse mettre le pied au sol et se lever. Tout ce qu’elle faisait était de fixer le plafond espérant que quelques choses de spéciales se produisent. Puis les mégères de Réginald Bolton avaient insisté encore et elle avait appelé Mortimer, qui la servait-elle, avant de servir même son cousin. Le vieil homme avait consacré les dernières années à surveiller les dangers qui guettaient la douce et belle enfant du Nord. Il le faisait pas devoir, mais surtout pour une vielle promesse qui datait depuis longtemps. Se levant enfin, elle prit son petit déjeuner en vitesse avant de se laisser prendre par l’ennui. Elle était habituée au voyage solitaire. Elle se posait toute les questions inutiles qui existaient dans sa tête. Non, elle appréciait la compagnie de son petit cousin. Habituellement

Enfin, elle ne savait pas. Si un jour, elle aurait moins l’envie de l’appeler petit. Il resterait toujours en quelques sortes un fils plus qu’un frère et même un cousin. Dès qu’il n’y avait eu qu’elle comme présence féminine dans la maison de Fort-Terreur, elle avait pris soin du jeune Adrian. Dès son jeune âge, elle n’avait eu qu’une envie, de le bâtir comme son père à elle. L’écorcheur lui avait presque tout montré, sauf de ne pas laisser son cœur parler. Elle réagissait comme une fille du sud parfois. Au grand damne de son grand-père de Fort-terreur. De toute manière, lorsqu’un était satisfait, l’autre ne l’était pas.


En approchant de la bête, elle sentit un mouvement de recul de sa monture. Pauvre chéri. Il n’avait pas grand repos. Regardant Mortimer, elle lui offrit un sourire, avant de caresser sa bête. Il avait le sang vif. Il était un cheval qui n’aimait qu’elle, mais elle le trouvait nerveux. Elle n’Avait pas la patience, mais Aaron Bolton avait forgé sa fille, en la faisant éduquer sa monture. Il se faisait un peu vieux, mais il était toujours aussi prêt à courir dans les champs, comme dans la neige. Montant sans aide, sur son étalon, elle le retint partir, en lui caressant l’encolure. Elle salua Lord Bolton et parti à la suite de son cousin et de la troupe.


Les dernières nouvelles avaient trouble, la jeune femme. Elle avait toujours eu une bonne relation avec sa tante et le reste de la famille. Sauf peut-être avec Evander. Elle était jeune et préférait de loin, les deux ainés Karstark. L’un était mort, pauvre Megan. Maureen se souvenait d’avoir eu un long débat de sur les événements avec Lord Bolton. Elle ne connaissait pas les raisons qui avaient poussé l’un à haïr l’autre, mais le vieux Lord avait tendance à mépriser presque tout le monde. Une vieille habitude. Elle remercia même les Anciens de s’éviter une conversation sur les derniers événements. Elle était même heureuse que son cousin prenne la place qui lui sied. Laissant faire, le seul Ser que devait abriter Fort-Terreur, la jeune fille de l’Écorcheur, resta quelques peu en retrait afin d’observer son jeune cousin.

Petit conseil utile à te rappeler. Évites tous commentaires sur grand-père.

Elle se retint d'ajouter "devant Lady Karstark surtout".

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 27 Mar 2012 - 21:30

Spoiler:
 
PNJ: Lord Iagan Karstark
L'ambiance, au sein de la forteresse de Karhold, était loin d'être au beau fixe. La mort d'Aonghas l'héritier et le déshonneur de son fratricide, Asher, avaient laissé une profonde entaille à la famille Karstark... Entaille dont les bords cicatrisaient mal. Asher avait réussi à fuir. La mort de l'ainé n'avait pu être vengée. Le noyau familial avait presque diminué de moitié en taille... Et pas de la manière dont le lord et la lady l'auraient préféré, quand bien même il était triste de faire pareilles pragmatiques constatations.

La vie ici, semblait fonctionner au ralenti. La tristesse formait comme une épaisse mélasse invisible dans laquelle s'empêtraient les divers habitants du domaine, du serviteur le plus insignifiant, jusqu'aux Karstark eux-même, qui avaient rarement eu l'air plus abattu. Évidemment, ça n'empêchait personne d'être efficace, même si légèrement moins qu'en temps normal. Ces événements ne devaient pas entraver le bon fonctionnement de la maison, laquelle était déjà suffisamment affaiblie sans que les survivants ne montrent de signe de défaillance. Ainsi, tout était fort silencieux. Une visite des Bolton était attendue, mais il en faudrait beaucoup pour égayer la maisonnée en deuil, alors que les sordides événements qui l'avaient divisée étaient encore si récents.

Lord Karstark déambulait dans les couloirs, le teint de cire, des valises sous les yeux. Lui qui avait toujours paru jeune malgré ses traits sévères avait pris dix ans en l'espace de quelques semaines. Ses cheveux mi-longs, poivre et sel, encadraient un visage caractériel. Sa mâchoire puissante semblait perpétuellement serrée, et elle le restait d'autant plus qu'il était extrêmement contrarié depuis la mort et/ou la traitrise de ses deux ainés. Une longue barbe masquait son expression grave, parfois vaguement attristée. Son regard vert brun perçait sous des sourcils broussailleux, soucieux. Il avait perdu de l'embonpoint mais n'en restait pas moins un homme fort et musclé, bâti dans le même bois qu'Aonghas et qu'Asher. Alors qu'il avait prévu de s'adonner à un instant de chasse oisive - et s'était équipé en fonction - afin d'évacuer la masse de ses problèmes actuels, on vint le prévenir de l'arrivée des cousins Bolton. Forcément, cela changeait ses plans. Il prit la direction du hall d'entrée.

Pendant ce temps là, les gardes saluaient les nouveaux arrivants, et faisaient ouvrir les portes pour les laisser entrer. Iagan avança jusqu'à une fenêtre, qui surplombait la cour, afin de regarder ses hôtes avancer, jusqu'à les perdre de vue faute à un mauvais angle. Il soupira et reprit sa marche silencieuse. Cela faisait plusieurs semaines que lord Karstark n'avait plus envie de voir grand monde, et qu'il était même devenu irritable. Sa femme payait le prix de son affliction contrôlée. Evander était encore plus touché par la rancune involontaire de son géniteur, qui lui en voulait d'être en vie tandis que son fils préféré était mort, et que l'autre, en fuite, aurait eu mieux fait de l'être, puisqu'il s'était avéré ne pas mériter toute l'estime que son père lui avait voué. Il ne lui restait plus que ce freluquet, rat de bibliothèque, pour lui servir d'héritier... N'allons pas croire: Iagan avait toujours aimé ses fils également, mais jamais il n'avait imaginé Evander lui succéder. Cette idée n'était pas pour le ravir, du tout. Le jeune homme était trop éloigné des valeurs transmises dans la famille...

Iagan demanda à l'un des gardes en faction dans le hall d'entrée d'approcher, d'un geste de la main sec, contrarié. Il était rarement plus éloquent ces derniers temps, et quand bien même il aurait été plus avisé de faire appel à un servant, le lord était de trop mauvaise humeur pour ménager ses proches. Le garde approcha pour prendre ses ordres.

"Va donc dire à Lady Megan et à Evander de venir, si ils n'ont toujours pas été prévenus que nous avions de la visite..."

Le garde salua son maître puis partit à la recherche des deux Karstark, tandis que le lord prenait place, dans toute son éminente irritation. Il allait pourtant falloir faire preuve d'un peu de bonne volonté face à ses neveux... .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 8 Avr 2012 - 20:50

Le matin arriva à Karhold. Il en profita pour réveiller le jeune Evander. C'était l'un des rares de la famille à rester au lit aussi longtemps. Mais il était comme ça. Il se *leva* de son lit du pied gauche. Encore peiné de sa rupture avec son lit il fit comme tous les matins. Il déjeuna, se lava et s'habilla. Ces trois actions lui prirent toute la *matinée*. A peine réveillé il sortit prendre l'air. Ces derniers jours avaient été très éprouvant pour lui. L'assassinat de son frère lui avait coûté beaucoup d'énergie. Faire accuser son frère n'avait pas *été* très dur, mais lui avait pas laissé un moment de repos. Fatigué des complots qu'il avait dû imaginer et réaliser il alla s'asseoir à l'ombre d'un arbre.

Une petite brise vint fait frissonner Evander. Cela faisait longtemps qu'il n'était pas sorti pour être tranquille. Il y a quelques mois. Il avait rencontré une magnifique servante qui avait fini dans son lit. Bizarrement quand on est noble les femmes ont plus de facilité à desserrer les cuisses. Surtout quand on est le petit cadet. Les femmes ont plus de choses à lui apprendre et donc d'obtenir sa fidélité. Malheureusement pour elles Evanader n'était pas quelqu'un de fidèle. Mais le temps où il perdait son temps avec les femmes était du passé. Il le regrettait d'ailleurs. Après tout un bon complot prend beaucoup de temps. Le temps... La seule chose qui lui manquait. Il douta un cours instant de sa théorie sur le bonheur du pouvoir. Un cours instant... mais c'était la première qu'il doutait de cela. Mais très vite il se trouva idiot de douter du fondement même de sa vie. S'il était dans ce monde ce n'était que pour avoir le pouvoir.

En temps normal Evander aurait dû être étonné du calme qui régnait dans la forteresse. Mais même lui savait respecter un temps de deuil. S'il avait pu faire autrement pour avoir le pouvoir il l'aurait fait... Malheureusement on vit dans un monde de brute. Cela ne l'attriste pas, mais ça ne le rendait pas plus joyeux. Après tout, ne pas avoir de coeur empêche de connaître la souffrance, mais cela empêche aussi de connaître le bonheur. Cependant, il ne l'avait pas encore compris. Alors qu'il pensait, un garde vint le déranger. Comme d'habitude il ignora royalement le garde. Il attendit qu'il délivre son message. Alors, comme cela ils avaient de la visite? Cela pourrait être amusant. On ne sait jamais. Mais mieux valait ça que de s'ennuyer !

Le jeune Karstark se rendit donc près de son père. Il voyait le vieux s'affaiblir au fil du temps. Bientôt il sera Lord de Karhold. Son rêve était à porté de main. Désormais ce n'était qu'une question de temps. Il sourit hypocritement à son père. Il fallait bien jouer son rôle jusqu'au bout. Son père n'était jamais fier de lui. Toujours à préférer les aînés... Et maintenant? L'un était mort et l'autre déshonorait. Rien que cette pensée lui facilitait le fait de sourire à son père. Ses deux fiertés étaient finies et le petit dernier, le « donné perdant » Pouvait se pavaner intérieurement d'avoir gagné. Il avait battu les règles de ce monde. Une fois devant son père il le salua.

« Je vous salue père ! Où se trouvent nos visiteurs? Il y a longtemps que je n'ai pas vu Adrian Bolton »

Il appréciait particulièrement Adrian. Il était comme lui... le côté intelligent en moins. Tous les deux voulaient le pouvoir, tous les deux voulaient prouver ce qu'ils valaient à leur famille. Tous deux héritiers, tous deux incapables de tenir proprement une épée Adrian était le jeune Evander chez les Bolton en moins intelligent et moins fourbe. Leurs moments étaient toujours agréables. Evander montrant à Adrian ses nouvelles façons de séduire les jeunes demoiselles du château... qui comme par hasard avait plus de moyens financiers après le départ du Bolton. D'ailleurs c'était le seul moment où Evander riait... Pour résumé Adrian était son meilleur ami. Il faisait ressurgir ce qu'il y avait de bien chez Evander... s'il y avait quelque chose de bien chez lui. Il était donc impatient de revoir son ami même si les circonstances les empêcheraient de rire, de boire et de rire des maladresses des servants.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Un salut au fils aîné [Privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Le fils de Michel François a été assasiné
» Un balais pour mon fils ! [matin] [Pv Martin]
» salut aux vrais chevaliers !!!!!!!!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-