AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Le bonheur c’est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles ▬ Elyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 9 Mar 2012 - 14:32

     L'attaque de Port-Lannis avait eu lieu depuis environ deux semaines, le retour sur l'île de Harloi avait été plus long qu'à l'allée étant donné que les pertes dans les équipages étaient relativement lourdes, mais la Veuve Salée et ses acolytes avaient finalement réussi à rejoindre les Iles de Fer. Les soins aux blessés avaient été donnés pendant le – trop – long trajet de retour et les pertes avaient été plutôt minimes pendant ce bref voyage, du moins lorsque l'on regardait le total des morts. C'était alors qu'ils voguaient vers les Iles de Fer que les capitaines des boutres avaient compris qu'en plus des nombreux navires qu'ils avaient perdus, le Cruel ne rentrerait plus chez lui. L'arrogance du Timbal et sa sensation de supériorité lui avaient été fatales, l'on avait beau dire de Sargon qu'il était un homme vaniteux et trop plein d'assurance, lui au moins ne s'était pas fait éperonné par un Dromon du lord Lannister. Alors que la rumeur se répandait comme une traînée de poudre parmi les rameurs de la Veuve Salée, Sargon était resté silencieux, cela ne lui faisait ni chaud ni froid, il n'avait jamais estimé Harald et se moquait de ne plus le croiser au détour d'un voyage sur Pyk. Après tout, il ne ressentait de vide que lorsque quelque chose ou quelqu'un d'important disparaissait de sa vie. Là c'était comme lors de la mort de Ahelyn Kenning, la mère de Sargon, une profonde lassitude de savoir qu'il allait devoir entendre parler de la mort du « lord capitaine » de la flotte de fer. Qu'il soit vite oublié et digéré par les poissons de l'Ouest !

     Ils étaient donc à Kenning depuis quelques jours et Sargon sentait toujours les élancement de son bras qui n'avait hélas pu se reposer convenablement lors de leur retour sur les Iles, il avait fallu ramer pour rentrer et vu le nombre de bancs vides, même le capitaine ne pouvait s'offrir le luxe de regarder ses hommes ramer. L'homme de soin avait donc signalé au Harloi que la guérison serait plus longue et plus douloureuse qu'à l'accoutumée, mais peu lui chalait, il ne comptait pas repartir tout de suite à l'assaut des contrées de Westeros ! Tout d'abord, la Veuve Salée devrait se repeupler et trouver des marins capables de ramer aussi bien que ses anciens matelots, ce n'était pas une chose facile et pour le moment, le jeune homme n'avait pas envie de s'occuper de tout cela. Ils avaient réussi à faire flamber le chantier naval de Port-Lannis et récupérer les espionnes, mais à quel prix ? Trop cher de l'avis de beaucoup de monde, peut-être même de Sargon qui se demandait si une espionne et une capitaine valait le sacrifice de plusieurs navires. Certainement pas. Il aurait été plus logique d'abandonner les femmes sur la plage et de les laisser se débrouiller pour quitter le coin, quitte à ce qu'elles soient récupérées ailleurs plus tard. Mais Sargon avait promis, il avait juré à Elyn qu'il la traiterait comme son égal, sans compter que Deirdre était un pion très important de son jeu et qu'il ne pouvait pas se permettre de la perdre. Si les autres capitaines protesteraient, le Harloi les enverrait sur les roses, après tout, il n'avait obligé personne à le suivre et l'idée principale venait de son oncle, il n'avait fait que l'exécuter pour une fois.

     Elyn avait souhaité séjourner à Kenning le temps qu'elle soit rétablie convenablement, cela ne dérangeait pas vraiment Sargon qui avait de toute manière libéré une chambre puisque l'échange de la jeune Belmore allait être effectué très prochainement, elle promettait une grosse somme d'argent qui lui remontait le moral d'avance. Deirdre s'était envolée, tout comme Aaricia et au final, il ne restait que lui et Yoren le temps que la capitaine de la Veuve Noire ne soit en état de parler. Ils avaient discuté assez longuement avant que le second ne s'en-aille pour s'occuper de recruter quelques hommes pour s'installer sur les bancs du boutre du Harloi. Il avait donc sa journée devant lui. Étrange sensation de ne pas savoir quoi faire après avoir été si actif durant les dernières semaines. Naell était quelque part dans le château, le Fer-né ignorait où exactement et s'en souciait assez peu pour le moment, il décida donc d'aller rendre une petite visite à Elyn qui séjournait dans l'une des chambres réservées aux invités. Après avoir traversé une bonne partie de la demeure - vu qu'elles se situaient dans l'aile opposée à celle de la chambre du Harloi - il arriva devant une porte close d'où provenait des bruits de voix. Certainement une servante qui discutait avec la Bonfrère. Le capitaine ne prit pas la peine de toquer - après tout, il était chez lui - puis poussa la porte d'un geste rapide après avoir appuyé sur la poignée. Ses yeux mordorés se posèrent sur une domestique, debout face au lit où Elyn se trouvait assise. Certainement qu'elle venait de se faire contrôler le pansement destiné à protéger sa blessure. Apercevant le Harloi dans le cadre de la porte, la jeune domestique le dévisagea avec surprise avant de parler comme si elle souhaitait s'excuser du fait que la Bonfrère soit assise au lieu d'être allongée à se reposer.

     ▬ Elle peut se redresser, votre soigneur a dit que sa blessure se cicatrisait bien. »

     Léger haussement d'épaules de la part du capitaine qui entra dans la pièce avant de faire signe à la demoiselle de s'en-aller. Même si elle avait encore quelque chose à faire, celle-ci ne demanda pas son reste et hocha vivement la tête avant de ramasser les quelques affaires qu'elle avait apportées avec elle, puis se glissa à côté du Harloi sans lui accorder un regard. La porte claqua dans le dos du jeune homme alors que la domestique s'était éclipsée, puis le Fer-né approcha du lit pour passer à côté et s'appuyer dos au mur, face à Elyn, toujours installée sur le lit qu'elle occupait depuis quelques jours. Il la dévisagea un long moment avant de finalement prendre la parole, tandis que son éternel sourire vaniteux flottait sur ses lèvres pleines.

     ▬ Tu es plus difficile à tuer que je ne le pensais. Je ne donnais pas cher de ta peau après avoir vu l'état dans lequel tu te trouvais sur le pont de ma Veuve. J'ai bien cru que tu allais tout me salir... »

     Il ne parlait pas sérieusement, mais le voyage de retour avait été très silencieux. Sargon était resté éloigné des trois femmes, Deirdre et Aaricia parce qu'il était très en colère contre elles, puis Elyn parce qu'il ne voulait pas que l'épouse de la Seiche se fasse des idées sur leur relation. Il ne perdait pas de vu l'espoir de pouvoir un jour réussir à faire céder Aaricia et ne tenait absolument pas à ce qu'elle imagine qu'il y avait autre chose qu'un contrat entre lui et sa cousine. Même si la tentation de rendre Deirdre jalouse avait été là, le Fer-né avait jugé préférable d'éviter soigneusement les trois femmes présentes sur son boutre. C'était donc la première fois qu'ils se reparlaient depuis qu'ils avaient quitté le port de Port-Lannis. Même si Elyn ne devait certainement pas comprendre le comportement distant de son collègue. Celui-ci s'empressa d'ailleurs de reprendre la parole, histoire de ne pas lui laisser le temps d'en placer une pour le provoquer.

     ▬ Il y a eu beaucoup de pertes, mais l'essentiel reste que nous ayons atteins notre objectif. Est-ce que tu as apprécié de nouveau rôle ? Tu vois, finalement ce n'est pas moins dangereux d'utiliser tes charmes que ton épée, tu as même été au centre de l'attention avec Deirdre.... »

     Même si au final elle avait tout de même usé de son arme pour attaquer les hommes qui lui barraient la route, Elyn avait été placée au sol en tant qu'espionne, ou du moins qu'agent infiltré. Deirdre était plus habituée à tout cela que la Bonfrère, mais visiblement elles avaient toutes les deux eu beaucoup de mal à parvenir à leurs fins. Sargon en ignorait les raisons, il était simplement resté concentré sur les Dromons qu'il y avait à abattre, le reste ne le regardait pas lorsqu'il combattait.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 10 Mar 2012 - 11:17

C'avait été une bataille hors du commun, à laquelle Elyn n'avait assisté que brièvement. Forcée d'être sur terre pour porter main forte à Deirdre lors d'une périlleuse mission, les deux femmes s'étaient débrouillées et étaient les seules à avoir réussi ce qu'on attendait d'elles...Mais à quel prix? Si la fer-née n'avait pas de morts sur la conscience, elle déplorait que les évènements eussent si mal tourné, tout comme elle déplorait ses nombreuses blessures infligées par la garde du chantier naval. Elle se sentait tout de même fière d'avoir réussi ce tour de force, fière d'être parvenue à prouver sa valeur, à sa façon. Elle s'était sentie ivre et puissante en voyant les flammes ravager la coque des navires en construction, lécher les palissades. Certes, il leurs suffirait de reconstruire, mais cela prendrait du temps et de l'argent. Trop de temps et trop d'argent. Ils avaient porté un coup critique à l'Ouest et pouvaient en être fiers, malgré les pertes, malgré les blessures. Celles d'Elyn avaient été préoccupante lorsqu'elle avait senti ses jambes se dérober sous elle, une fois sur le pont de la Veuve Salée, en sécurité. Rattrapée par sa cousine Aaricia qui l'avait emmener voir le soigneur, ils avaient du faire face à d'autres problèmes plus urgent que son état, comme le fait de voir le navire prendre feu. La fer-née s'était levée en prenant sur elle pour aider Deirdre à éteindre les flammes, puis avait perdu connaissance. Trop de sang s'était écoulé hors de son corps, la douleur l'avait faite flancher, même si elle n'avait pas hurlé. Lorsqu'elle avait retrouvé ses esprits, ses deux amies s'occupaient d'elle au mieux. Un silence désagréable régnait sur le boutre et Elyn cherchait à poser ses questions. La première, la plus importante: La Veuve Noire avait-elle été coulée? Non, lui avait-on répondu. Son second s'était parfaitement débrouillé et le précieux boutre était sauf, bien qu'une partie de son équipage ait périt pour couvrir la Veuve Salée. Etaient-ils tirés d'affaire? Oui, on se dirigeait vers les Îles de Fer et les dromons ne les poursuivaient pas. Les flammes avaient-elles bien prise? Oui, Elyn n'avait pas rêvé. Leur mission était réussie, même si le prix humain, à son sens, ne valait pas la peine. Après cela, la fer-née était retombée inconsciente, dans un sommeil profond et sans rêve. Simplement un lointain bruit, deux épées qui s'entrechoquent. Piqûre de rappel.
Lorsqu'elle avait émergé la seconde fois, le soigneur changeait ses pansements qu'il avait préalablement trempé dans l'eau salée. La brûlure sur sel avait tiré la capitaine de sa léthargie, et c'est la qu'elle avait appris une nouvelle dont elle se serait passée. C'est que l'homme n'avait pas vraiment la langue dans sa poche et que la rumeur enflait sur tous les boutres encore à flot: Le Cruel avait été coulé, le Trompe-La-Mort ne méritait plus son surnom car il était reposait désormais dans la Demeure du Dieu Noyé. Le choc avait paralysé Elyn, qui avait été incapable de dire quoi que ce soit. Déconnectée de la réalité, l'homme continuait de parler mais elle ne cherchait pas à connaître les détails. La seule fin de l'histoire importait. Il termina ses soins et l'observa une seconde, en se demandant si elle était toujours bien consciente. Il lui posa une question qu'elle n'entendit pas, le regard fixé sur un petit trou dans le bois. Il s'en alla sans qu'elle ne s'en rende compte et si elle sait que Deirdre a passé une partie du voyage avec elle, la fer-née ne s'en souvient pas. Le sommeil et la catatonie semblaient être les deux seuls états dont elle était capable pour le moment.

L'éloignement qu'elle avait pris par rapport à Harald l'aidait à surmonter cette nouvelle d'une autre façon que s'ils avaient toujours été allié et prétendument proche. Le fait qu'elle le haïsse pour cette pseudo trahison également. Elle n'imaginait pourtant pas sa mort possible et se sentait étrangement fragile depuis qu'elle l'avait appris. Quelque chose en elle s'était cassé de façon définitive, un peu comme lorsque Aurane l'avait laissée. Elle n'avait rien pu y faire, c'était tout simplement arrivé. Et ce n'était absolument pas de sa faute, puisqu'il ne venait pas pour l'aider -savait-il seulement qu'elle était présente? Sa page n'avait pas été tournée assez vite, une certaine tristesse la possédait et elle ne savait pas comment la gérer. Alors elle ne disait rien. Allongée sur le sol, elle se contentait de fixer droit devant elle lorsqu'elle était consciente. Elle n'avait pas vu le temps passer, n'avait pas spécialement remarqué l'absence de sollicitude de la part de son associé. Non pas qu'elle en attendait une quelconque, de toute façon et même s'il avait été la, elle aurait été incapable de s'en rendre véritablement compte. Elle sentait juste la présence de Deirdre et se sentait ridicule d'avoir été si cruelle à son égard lorsqu'elles s'étaient revues. Le fait qu'elle n'ai pas hésité à être blessée pour la sauver prouvait bien que son amitié comptait et était plus fort que cette obsession malsaine pour un homme qui ne l'avait jamais considérée. Le Trompe-La-Mort avait disparu, Elyn était véritablement libre d'agir à sa guise. La rage ne la possédait plus, elle était trop épuisée pour cela. Vide. Et c'était bien mieux ainsi...
Lorsqu'ils arrivèrent sur l'île de Harloi, elle prononça ses premiers mots, aidée sans doute par le cadre familier. D'une voix un peu rauque par le silence, elle demanda pour loger chez les Kenning le temps d'être rétablie. Elle ne se sentait pas de rentrer chez elle, sur le Vieux Wyk, où on pleurerait la mort du bien aimé Lord Capitaine du matin au soir, où on aurait pitié de la future mariée, pseudo-veuve. Au moins avec Sargon dans les parages pourrait-elle espérer un autre sujet de conversation que simplement des pertes à déplorer. Puis lui ne viendrait pas la prendre en pitié au vue de son état, qui avait été critique au début. Il la traiterait comme d'habitude, et elle n'avait besoin que de cela. La sollicitude commençait à lui peser un peu trop. Grâce au Dieu Noyé, sa requête fut accordée et on la plaça dans une chambre d'invitée, dans une aile de la forteresse. Chaque jour une servante venait changer ses bandages, et lui apporter des repas. Elyn se remettait petit à petit, sortait de sa léthargie et retrouvait son caractère habituel. Depuis qu'elle dormait moins, elle commençait à s'ennuyer ferme et avait essayé de sortir de son lit...Hélas un peu trop tôt. Le soigneur l'avait sermonnée et elle l'avait envoyé au Dieu Tornade. « Aucuns doutes, vous vous en sortirez! » avait-il rétorqué et lorsqu'il était sorti, elle s'était mieux sentie. Un peu plus forte, un peu plus sure d'elle-même, bien qu'elle ai rouvert sa blessure au flanc. La plus préoccupante et la plus gênante de toutes, en réalité, puisque vraiment profonde. Il lui manquait un morceau de chair, qui ne reviendrait jamais, tant ça avait été bien tranché. Sacrifice nécessaire pour parvenir à sortir de ce merdier dans lequel on l'avait fourrée. Ca a été utile se répétait-elle en boucle. Son second était venu la voir au bout d'une semaine, pour discuter avec elle et lui rapporter l'état de ses hommes. Il faudrait en trouver une dizaine d'autres avant de pouvoir penser à partir razzier des côtes, où que ce soit. Ils avaient eu des pertes, mais moins que sur la Veuve Salée. Il y avait eu un début d'incendie vite maîtrisé sur le boutre, et c'était tout ce qu'ils avaient à déplorer -à son sens c'était déjà énorme. Urek s'était bien débrouillé, elle le lui dit. Il ne répondit pas, juste en haussant les épaules. Sa confiance avait été bien placée, elle n'hésiterait pas à recommencer s'il le fallait.
Elle demanda le ressentit des hommes par rapport à cette histoire. Ils étaient fiers d'avoir pour capitaine la seule qui avait réussi la mission confiée même s'ils avaient perdu du monde en allant la récupérer. Pas de mutinerie à l'horizon, ce qui prouvait, somme tout, qu'elle ne souffrait pas pour rien.

Au bout d'une semaine, elle commença à se demander si Sargon ne l'avait pas oublié. Il n'était pas venu une seule fois pendant sa convalescence, à moins qu'elle ne dormait dans ces moments-là mais elle en doutait. Si elle avait été plus éveillée et plus alerte sur la Veuve Salée, sans doute aurait-elle remarqué beaucoup de choses, mais ce n'était pas le cas. Alors elle attendait simplement qu'il se décide à venir, histoire de voir s'il viendrait vraiment. Les jours passant, elle commençait à sentir une pointe de frustration et à être vexée. Après tout, Elyn avait aussi sa fierté et son ego. Elle commençait à se dire qu'il était en colère contre elle pour tous les hommes qu'il avait perdu -Urek lui en avait aussi parlé. Cette simple pensée lui donnait envie de le gifler. C'est lui qui avait décidé tout seul de venir les récupérer, et elle ne manquerait pas de lui rappeler quand il daignerait amener son joli derrière jusqu'à elle.
Ce qui finit par arriver un jour, alors qu'une servante lui changeait ses bandages. Elyn était désormais assez en forme pour se tenir droite et donc changer son dos de position. Elle commençait à se rouiller dans ce lit et en avait vraiment assez de recevoir des blessures sans arrêt. Nue ou presque sur tout le haut du corps, elle était couverte par les bandages qui faisaient office d'habits. Sa peau était encore fort sensible et elle n'avait pas envie de s'infliger un désagrément supplémentaire en enfilant quelque chose. Elle portait simplement une chemise trop ample pour elle, qui était en fait à Aurane et que Urek avait retrouvé dans sa cabine sur la Veuve Noire. Ceux qu'elle portait le jour de l'attaque sur Port-Lannis étaient irrécupérables, troués et tâchés de sang, on pouvait ainsi remercier la prévention de la Bonfrère à en avoir toujours un peu de rechange, juste au cas où, dans sa cabine. On les lui avait apporté pour le moment où elle se relèverait, ce qui n'allait pas arriver tout de suite. Quoi que...Elle se sentait l'âme d'une aventurière et tellement fière de se tenir droite sans ressentir de douleur qu'elle avait envie de pousser l'expérience un peu plus loin. Elle allait s'y prêter, malgré les supplications de la servante, quand Sargon fit son entrée. Elyn se figea dans le geste qu'elle avait entrepris alors que la servante était prise d'une vraie panique. Elle se demanda vaguement ce que le Harloi avait pu faire pour qu'elle soit angoissée à ce point mais ne posa pas la question. La réponse ne l'intéressait pas vraiment...Alors qu'il allait s'adosser au mur non loin du lit, Elyn s'assit correctement, le plus droit et le plus fièrement possible. Elle ramena l'une de ses jambes contre elle ce qui fit craquer sa rotule. Elle devait vraiment bouger au risque de se rouiller.

« Tu es plus difficile à tuer que je ne le pensais. Je ne donnais pas cher de ta peau après avoir vu l'état dans lequel tu te trouvais sur le pont de ma Veuve. J'ai bien cru que tu allais tout me salir... » Sargon. Manque de tact flagrant, comme à son habitude. Connard vaniteux, exactement ce dont elle avait besoin pour se réveiller et acérer sa langue au repos depuis trop longtemps. Elle lui décocha un regard noir qui n'était pas des plus sérieux. « Il y a eu beaucoup de pertes, mais l'essentiel reste que nous ayons atteins notre objectif. Est-ce que tu as apprécié de nouveau rôle ? Tu vois, finalement ce n'est pas moins dangereux d'utiliser tes charmes que ton épée, tu as même été au centre de l'attention avec Deirdre.... » Elle haussa les épaules. C'était même plus dangereux d'utiliser ses charmes que son épée, mais l'expérience avait été instructive, malgré la douleur qui en avait résulté. Elle se demandait à quel moment tout avait dérapé...Le plan en lui-même était quelque peu bancal puisque recelant bien trop d'inconnues, de variables. Elyn avait du se débrouiller et improviser au fur et à mesure. Ils avaient joué d'une foutue malchance voila tout. « Je sais, Urek est venu me voir il y a quelques jours pour m'en informer. Il fallait bien que quelqu'un s'en charge puisque tu étais invisible. » Reproche voila, mais à peine. Elle cherche simplement à le provoquer un peu pour retrouver leur ancienne routine et se prouver à elle-même que tant de choses n'avaient pas changé. « Je ne suis pas certaine d'être pressée de recommencer l'expérience, vu l'état dans lequel la première m'a mise...Attend au moins que je sois guérie avant d'essayer de me tuer à nouveau. » La Bonfrère souriait en coin, montrant clairement qu'elle n'était pas sérieuse. Si tel avait été le but du Harloi, il ne serait pas passé par toutes ces manipulations et serait venu l'achever lorsqu'elle agonisait - ou presque- sur son boutre. Personne n'aurait posé de questions. En parlant de questions, il y en avait des dizaines sans réponses, que la Bonfrère voulait poser sans que les mots ne franchissent ses lèvres. En sortant de son long mutisme et de sa pseudo léthargie, les détails morbides de la fin d'Harald l'avaient démangé. Elle voulait savoir, elle voulait comprendre. Elle voulait tourner cette page. Plus encore, elle voulait savoir pourquoi le Harloi s'était obstiné malgré tout à venir les récupérer alors que le danger était manifestement trop grand et que personne ne lui aurait reproché d'abandonner les deux femmes. Laquelle était si importante à ses yeux pour qu'il risque tout? Un silence s'était installé, qu'elle finit par rompre. « Je suis étonnée.» Laissa-t-elle tomber, sans le regarder. Elle semblait fascine par les peaux qui la tenait au chaud. « Tu avais beau avoir promis de me traiter en égale et quand j'ai réalisé la situation dans laquelle tu t'étais mise pour venir nous chercher, je n'ai pas compris. Te connaissant, j'aurais cru que tu préférerais compter par le nombre et sacrifier deux femmes plutôt que tes propres hommes. Pourquoi est-ce que tu es venu nous chercher malgré tout? J'ai du mal à croire que tu respectais simplement ta promesse. » Ce n'était pas vraiment soupçonneux ni ingrat. Son ton n'allait d'ailleurs pas dans ce sens. Elyn cherchait seulement à comprendre et à s'ôter une question de l'esprit. La conversation finirait par dévier sur autre chose. « Tu dois le regretter, non? » Et elle, le regretterait-elle si elle avait été à sa place? Elle n'avait pas la réponse et ne cherchait pas à la trouver. Sargon était un mystère. Elle avait beau se dire qu'ils se ressemblaient, ses actions contredisaient l'image qu'elle avait de lui. Il ne cessait de la surprendre, dans le bon sens du terme, et de lui prouver qu'elle s'était trompée depuis le début à son sujet. Qu'elle avait laissé des préjugés prendre le dessus sur la raison, et que sa raison, sa façon d'agir était sans doute la bonne, celle qui permettrait aux fer-nés de vaincre. C'était cela, qui lui importait...La victoire. Et il avait sacrifié des dizaines de soldats pour en sauver trois, dont une qui n'était qu'une simple bâtarde. « Ca ne devait pas valoir la peine. »
Profondément perturbant, et comportement intéressant. Il se demandait s'il avait commencé à développer des émotions. Quelle folie ce serait...Et pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Dim 11 Mar 2012 - 12:21

     Sargon sentit bien le petit reproche qui se dissimulait derrière ses paroles au sujet de son « absence ». Il n'aimait pas se tenir au chevet d'une personne blessée, déjà parce que cela lui rappelait combien il était mortel, puis ensuite parce qu'il ne supportait pas de voir les gens affaiblis. Ils lui apparaissaient tellement chétifs et sans défense que son côté dominateur était mis à rude épreuve, un peu comme un prédateur devant une proie blessée au final. Mais le Harloi ne répondit pas, il n'avait absolument rien à se reprocher et pouvait même se targuer d'avoir été plutôt rapide à venir. Pour le moment, ni Elyn, ni Deirdre n'avait eu l'honneur de sa visite et ne l'aurait pas avant longtemps, la Bonfrère pouvait donc se sentir privilégiée. A sa manière. Nul doute que si elle n'avait pas séjourné à Kenning, le Fer-né ne se serait même pas donné la peine de prendre de ses nouvelles avant un bon moment. Il ne possédait pas une telle réputation d'être égoïste, sans raison valable. Après quoi, la capitaine lança une boutade au sujet de sa tentative de meurtre ratée, il laissa un léger sourire amusé remplacer celui qu'il arborait en permanence. S'il avait réellement cherché à la tuer, la demoiselle serait en train de nourrir les poissons sur le trajet des Iles de Fer à l'île de Harloi ! Le jeune homme appréciait très difficilement les échecs, s'ils n'avaient pas réussi à mettre le feu au chantier naval des Lannister, le Fer-né aurait très mal vécu cela. Le silence resta donc, installé entre eux deux alors qu'elle se décida finalement à le briser à nouveau pour se déclarer étonnée. Léger haussement de sourcils interrogatif de la part du Harloi alors qu'il la contemplait tandis qu'elle observait le sol de son côté. Étonnée de quoi ? D'avoir survécu ? Mais ce n'était pas cela, ses paroles éclairèrent alors le capitaine de la Veuve Salée sur les raisons de cette surprise. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres alors qu'il l'écoutait en silence.

     D'un côté, cette interrogation était justifiée, mais de l'autre le Harloi pensait avoir été clair en lui disant qu'il n'avait qu'une seule parole et qu'il ne faillait jamais à cette dernière. Mais visiblement, les idées reçues des gens avaient la vie dure, il aurait imaginé que la jeune femme assise sur le lit puisse comprendre qu'il n'était pas aussi égocentrique que tout le monde voulait bien le croire. Certes, il ne pensait qu'à lui et ne faisait que des choses qui pouvaient lui rapporter quelque chose, mais il respectait toujours les traites des accords et jamais au grand jamais, ne reculerait devant une obligation. Une certaine forme d'honneur si l'on voulait, mais qui en réalité était simplement une réflexion commerciale. Qui accepterait de traiter avec un homme sans parole alors qu'il n'avait déjà pas le respect des autres pour son aversion pour les traditions ? S'il avait abandonné les deux femmes, peut-être que certains lui en auraient voulu, la grande majorité aurait approuvé, car cela aurait limité les pertes, mais beaucoup auraient aussi sauté sur l'occasion pour dire qu'il ne respectait pas ses accords. Oui, Sargon était égocentrique et se sentait supérieur aux autres capitaines, mais seul il ne tiendrait pas aussi longtemps qu'à plusieurs, sans compter qu'il n'avait pas gaspillé sa salive avec Elyn pour la laisser mourir sur une plage de l'Ouest. De plus, elle n'était pas seule, il y avait aussi Deirdre.... Alors que le silence retombait, il répondit.

     ▬ Tu as raison, aucune vie de vaut autant de sacrifices et j'aurais été bien plus inspiré de te laisser là-bas avec Deirdre. Mais je ne l'ai pas fait et je ne le regrette pas. Je pensais au moins que tu réfléchissais autrement que comme tout le monde. Je t'ai clairement dit que je n'avais qu'une parole, je ne vois donc pas en quoi cela t'étonne autant.... »

     Il y avait un léger reproche dans sa voix, en effet le Fer-né n'appréciait que moyennement de constater que Elyn ne semblait pas avoir réellement confiance en lui. Le Harloi aurait été prêt à mettre sa main à couper que Deirdre n'avait pas douté une seule seconde du fait qu'il puisse ne pas les abandonner, c'était la différence entre les deux femmes, la raison qui expliquait pourquoi Deirdre serait toujours plus précieuse que les autres personnes qui travaillaient pour ou avec lui. Elle obéissait les yeux fermés. Le capitaine contempla Elyn quelques instants, elle avait l'air de s'attendre à quelque chose de précis et il se demandait si cela avait à voir avec la mort de Harald. Aaricia avait autorisé Sargon à prendre les commandes de la flotte en ordonnant le départ du port et il n'avait pas hésité à abandonner le Cruel que personne ne voyait. C'était différent, rien ne le liait à Harald, pas même une haine vu que le Timbal ne provoquait qu'indifférence chez son homologue. Quelques instants de silence étaient passés avant qu'il n'enchaîne de son éternel ton plein d'assurance.

     ▬ Et tu n'étais pas seule, peut-être que si cela avait été le cas, j'aurais révisé mon jugement, mais je t'ai dit que Deirdre est mon agent sur le continent et que j'ai besoin d'elle. C'est grâce à ses yeux et ses oreilles que j'ai eu beaucoup de plans ces derniers temps, je ne pouvais certainement pas me permettre de prendre le risque de la perdre. Il sourit légèrement. Tu penses comme tous les autres Fer-nés finalement, tu la vois comme une bâtarde alors que moi je la vois comme une espionne particulièrement douée. C'est pour cette raison que je parviens à doubler les autres capitaines, ils ne profitent pas de ce qu'ils ont à portée de main. »

     Après tout, dire que Elyn était la seule raison qui l'avait poussé à accoster aurait été un mensonge double d'une sottise. Même s'ils avaient scellé un accord ensemble, il ne fallait pas oublier qu'une hostilité était installée entre eux avant leur dernière rencontre et que le jeune homme n'oubliait jamais les relations passées. Il ne pourrait jamais avoir autant confiance en elle qu'en une personne qui lui aurait été dévouée dès le début. Sans compter qu'il était un égocentrique et un homme vaniteux, il faudrait de très longs mois de collaboration avant qu'il ne puisse la percevoir comme quelqu'un d'aussi important pour ses intérêts que Deirdre l'était. Oh, bien entendu, elle possédait un boutre et allait pouvoir l'aider lors des attaques alors que la bâtarde elle ne pouvait lui donner que des informations, mais sans ces dernières, il n'aurait pas besoin d'aide pour ses raids. C'était sans compter que le Fer-né était parfaitement conscient que Deirdre avait des sentiments pour lui et qu'il pouvait la manipuler par ce biais alors qu'Elyn était indépendante et ne le voyait que comme son égal. Pour un manipulateur tel que lui, il était évident qu'il privilégierait toujours les personnes qui lui étaient soumises. Bien sûr, cela ne signifiait pas qu'il négligerait Elyn, le fait qu'il l'ait laissée séjourner à Kenning au lieu de la renvoyer chez elle en était un exemple, au final, le Harloi lui accordait quelques privilèges. En tant que seule alliée de la Veuve Salée, elle avait bien le droit à un traitement de faveur.

     ▬ Pourquoi cette question ? Je ne vois pas ce que tout cela va t'avancer, au final tu t'en moques, l'essentiel c'est que tu sois là non ? »

     Alors qu'il la dévisageait, une idée lui traversa l'esprit. Se pourrait-elle qu'elle imagine qu'il puisse avoir fait preuve de mansuétude, de compassion ou quoi que ce soit de ce calibre ? C'était une possibilité, dans ce cas, ce serait vraiment bien mal le connaître. Déjà qu'il avait constaté qu'elle ne le comprenait pas parfaitement, si de surcroit elle envisageait qu'il puisse se prendre d'affection pour elle ou pour Deirdre, c'était plutôt... Amusant. Les gens étaient des pions plus ou moins importants, mais des pions tout de même. Après un bref instant de silence, son sourire arrogant refit surface, puis avec un rire amusé, il conclut, persuadé qu'elle allait nier ce qu'il dirait par simple esprit contradictoire.

     ▬ Imaginerais-tu que je sois tombé sous ton charme ? Même si notre dernier échange a été très plaisant, il en faudra plus que cela pour que je te vois autrement que comme un intérêt pour mes affaires. »

     C'était cru, pas forcément aimable, mais au moins pouvait-on lui laisser le fait qu'il était sincère. Sargon ne cherchait pas à manipuler la jeune femme, preuve flagrante qu'il se comportait avec elle comme son égale.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 12 Mar 2012 - 20:15

Elyn n'avait pu s'empêcher de poser tout haut la question. Logique. La fer-née n'avait jamais été très douée pour tenir sa langue lorsqu'une question la titillait. Puisqu'elle ne faisait de secrets que pour ce qui en valait vraiment la peine, elle estimait que tout le monde devait agir de la même façon. Le Harloi avait-il une raison secrète d'avoir risqué autant d'hommes au secours de deux femmes, s'attirant ainsi les foudres d'une quantité incertaine de marins, de familles et autres désagréments du même genre? Cela ne collait pas avec son caractère. Si, aux yeux de la fer-né, il avait pris une autre dimension -des plus intéressante, il restait tout de même un homme vaniteux, imbu de sa personne, qui voyait son propre intérêt avant celui des autres. Elle pensait que ces caractéristiques iraient au delà d'une simple promesse, mais Elyn avait eu tord. Elle l'apprit bien vite en jaugeant sa réaction. « Tu as raison, aucune vie de vaut autant de sacrifices et j'aurais été bien plus inspiré de te laisser là-bas avec Deirdre. Mais je ne l'ai pas fait et je ne le regrette pas. Je pensais au moins que tu réfléchissais autrement que comme tout le monde. Je t'ai clairement dit que je n'avais qu'une parole, je ne vois donc pas en quoi cela t'étonne autant.... » Elle haussa les épaules, de façon peu prononcée puisque son corps était encore fragile et que certains mouvements s'avéraient, contre toute attente, des plus douloureux. Elle avait perçu le reproche dans sa voix, mimant une fausse blessure. Elle doutait qu'il puisse se vexer pour si peu et si tel était le cas, c'était dommage pour lui. Les deux capitaines avaient à peu de choses près le même caractère, ce qui n'était pas pour arranger leurs relations. Longtemps ils s'étaient menés une petite guerre, des mots et parfois des actes. Leur premier échange intime remontait pourtant à bien avant leur alliance...Mais n'avait fais qu'empirer la situation. « Et tu n'étais pas seule, peut-être que si cela avait été le cas, j'aurais révisé mon jugement, mais je t'ai dit que Deirdre est mon agent sur le continent et que j'ai besoin d'elle. C'est grâce à ses yeux et ses oreilles que j'ai eu beaucoup de plans ces derniers temps, je ne pouvais certainement pas me permettre de prendre le risque de la perdre. » Elle ne réagit pas. Elle comprend, même si pour elle ça ne valait toujours pas la peine. La vie de Deirdre comptait énormément à ses yeux, c'était d'ailleurs pour la sauver qu'elle s'était faite si grièvement blessée, mais ni la sienne ni celle de la bâtarde ne pesait grand chose face aux hommes qui avaient été fauché pour les récupérer. Une femme capitaine et une espionne. Uniques alliés d'un homme détesté, dont tous se méfiaient dans les îles. Que dire de plus? Sa pensée, par extension, se rapprochait du ressenti général. Certes, elles avaient bien rempli leur mission et étaient les seules à y être parvenue.
Et après?

« Tu penses comme tous les autres Fer-nés finalement, tu la vois comme une bâtarde alors que moi je la vois comme une espionne particulièrement douée. C'est pour cette raison que je parviens à doubler les autres capitaines, ils ne profitent pas de ce qu'ils ont à portée de main. » Elle grimace, dédaigneuse. Elyn n'a que très peu d'amis, ils se comptent sur les doigts d'une main et encore il y a trois doigts de trop. Femme forte, inaccessible, elle ne s'est jamais laissée approchée de trop prêt sauf par cette bâtarde, que les autres dédaignaient si facilement. Une femme attachante, avec son petit caractère, pour qui elle n'aurait pas hésité à donner sa vie malgré les reproches et les griefs qu'elle nourrissait à son égard. Sargon ne comprenait pas et il ne pourrait jamais comprendre le principe de l'amitié. Est-ce qu'Elyn voyait Deirdre comme simplement une bâtarde? Non. Est-ce pour cela que leurs deux vies valent plus que les autres? Elle en doute fortement. Elle aurait pu le couper pour lui dire à quel point il était idiot et ne comprenait absolument rien à la relation qui pouvait unir Deirdre et elle-même, sauf qu'elle était persuadée qu'il n'en avait rien à faire et de toute façon, le Harloi ne lui en laissa pas l'occasion. « Pourquoi cette question ? Je ne vois pas ce que tout cela va t'avancer, au final tu t'en moques, l'essentiel c'est que tu sois là non ? » Coupée nette avant que le moindre mot ne sorte de sa bouche, elle tourne à nouveau son regard vers lui et le toise. Oui, l'essentiel était qu'elle soit la, qu'elle soit en vie, et elle ne contestait pas cette chance. Elle cherchait simplement à prévenir un éventuel coup tordu, même si elle ne voyait pas exactement ce qu'il pouvait être. Méfiante de nature, Sargon avait sa confiance uniquement dans une certaine mesure car même s'ils s'étaient rapprochés, elle ne pouvait encore parfaitement le jauger. Le capitaine de la Veuve Salée devait comprendre cela. Lui-même n'accordait pas une confiance absolue à la Bonfrère, ou alors il était vraiment stupide. Non pas qu'elle compte un jour le doubler ou lui planter un poignard dans le dos -aucun intérêt à son sens- mais on n'est jamais trop prudent. « Imaginerais-tu que je sois tombé sous ton charme ? Même si notre dernier échange a été très plaisant, il en faudra plus que cela pour que je te vois autrement que comme un intérêt pour mes affaires. » C'est si inattendu, si risible et si absurde, qu'elle en reste une seconde bouche bée...
Avant de simplement éclater de rire.

Elle rit. Son corps entier tressaute, et proteste tout à la fois. Elle tousse, se tient la blessure à demi grimaçante sous la douleur, à demi hilare. Le tout doit rendre une image assez pittoresque mais elle n'y peut rien. Pour elle, il n'y a rien de plus...Improbable. L'idée en elle-même ne peut être qualifié d'absurde tant elle est au dessus de cela. Des sentiments à son égard? Non jamais. Jamais, dans un sens, dans l'autre ou même dans les deux. Un échange de bons procédés, au mieux une sorte d'amitié à bénéfices mutuels. Un partenariat d'affaire. « Je retire ce que j'ai dis: LA, tu as faillis me tuer! Bon sang...Que le Dieu Noyé me préserve! Ne te fais pas d'illusions, je ne pensais pas du tout à cela...Plutôt à un sentiment plus banal. Tu sais, quelque chose comme...Voyons...Ah! Oserais-je dire altruisme? Non je plaisante...Je pensais que peut-être tu commençais à t'intéresser un peu aux autres, à être moins imbu de toi. J'ai du me prendre un sérieux coup à la tête. » Elle plaisante, véritablement. Une étincelle dans le regard, un sourire aux lèvres, Elyn n'avait plus ris depuis trop longtemps et malgré la douleur occasionnée, elle se sent soulagée. Appuyant sa tête contre le haut du lit, elle regarde le plafond. « Je ne t'ai pas posé cette question pour me rassurer sur tes intentions...Juste par curiosité. Les habitudes ont la vie dure, tu ne devrais pas me le reprocher. Si je ne te faisais pas confiance, j'aurais refusé tout net d'abandonner ma Veuve Noire pour aller jouer les agents d'infiltrations. Je me serais passée de cette galère...D'ailleurs si tu avais l'amabilité de t'approcher j'en profiterais pour te gifler. J'ai sauvé la vie de Deirdre je te signale alors ne t'avise pas de me faire la morale. Elle n'est pas qu'une bâtarde. » Hélas il allait sans doute continuer à se tenir loin d'elle, fièrement appuyé et debout sur ses deux jambes, lui au moins. La Bonfrère ne pouvait nier ressentir une bouffée de jalousie. Elle avait vraiment envie de se lever et de faire fi de cette blessure qui certes était gênante et douloureuse...Mais ne devrait pas l'empêcher de se déplacer si elle le voulait vraiment. Le voulait-elle, au fait? Elle commençait à s'habituer à l'endroit et se sentait toujours mieux ici que chez elle, à la forteresse Bonfrère, sur le Vieux Wyk...Tellement proche de celle des Timbal en deuil. Le sourire de la jeune femme se fana doucement. Elle essaya tout de même de garder un sourire dans la voix. « Quoi que, maintenant tu vas sûrement devenir Lord Capitaine alors j'ai intérêt à me tenir à carreau et à te donner du "Oui mon capitaine, à vos ordres mon capitaine." » L'image ridicule parvint à la faire sourire à nouveau. Une page se tournait dans son histoire personnelle, de façon définitive. Avec le recul et maintenant que tout souffle avait quitté le coeur de celui à qui elle avait tant été attaché, elle se trouvait absolument ridicule. En vouloir à Deirdre, maltraiter la Salfalaise, être tellement irascible et invivable pour cette broutille...Elyn se trouvait pitoyable. Heureusement, elle était la seule à le savoir. « Ou pas. Ca te ferais vraiment trop plaisir, je me trompe? » Cela donnait surtout une image assez malsaine dans l'esprit de la Bonfrère. La soumission n'avait jamais été son fort, hormis dans un seul domaine dont il n'était pas vraiment question la, tout de suite. Et encore...
Tout est relatif.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 13 Mar 2012 - 16:43

     Lorsqu'elle se mit à rire, Sargon se demanda si elle avait pris un coup trop fort sur la tête et qu'elle allait devoir se faire soigner par quelqu'un de plus compétent que son médecin de bord. Il resta impassible à la regarder rigoler alors qu'elle ne faisait qu'aggraver sa blessure, se disant toutefois qu'il était bon pour elle qu'il ne soit pas dans son mauvais jour. Le jeune homme avait des mauvais jours, comme tout le monde me direz-vous, sauf que lui devenait particulièrement irascible et lorsque l'on possédait un égo aussi gros que celui du Harloi, il était aisé de comprendre de quelle manière il prenait les moqueries. Cela dit, le rire de la Bonfrère n'apparaissait pas comme tel, après tout, ce n'était pas comme s'il avait parlé sérieusement. Déjà parce qu'il savait bien qu'il n'éprouverait jamais d'amour pour une femme, puis ensuite parce que c'était Elyn. La femme avait beau correspondre au caractère qu'il aimait, elle était toutefois trop masculine pour qu'il puisse envisager d'éprouver des sentiments à son égard s'il en avait été capable. Aaricia correspondait davantage à ce qu'il aimait chez une personne du sexe opposé, ou même Deirdre d'une autre manière puisqu'elle était plus sauvage et moins à cheval sur les convenances. Drôle de constatation lorsqu'il remarqua que Aaricia aussi avait porté le nom de famille d'Elyn, même si cette dernière provenant d'une branche mineure de la famille de l'épouse de la Seiche. Bref, tout cela pour conclure qu'il ne prenait absolument pas mal ce qu'elle venait de dire, après tout, c'était une plaisanterie, puis au moins les choses étaient claires comme de l'eau de roche entre eux. Il n'était pas question de sentiments, qu'ils soient amicaux ou amoureux puisque le Fer-né ne voyait que l'intérêt d'un tel accord. Le jour où Elyn ne pourrait rien apporter de plus que ce qu'il avait déjà, le Harloi n'hésiterait pas à clore leur collaboration. Deux caractères semblables ne devaient pas rester trop longtemps ensemble.

     Le silence plane alors que Sargon est toujours appuyé contre son mur, contemplant Elyn qui observe le plafond comme s'il représentait quelque chose d'intéressant. La voix de la capitaine brise le silence comme elle reprend la parole pour déclarer qu'elle ne souhaitait pas se rassurer sur ses intentions, mais simplement satisfaire sa curiosité. Le Harloi grimaça légèrement, il mettait un point d'honneur à peser chacun de ses mots lorsqu'il parlait et chaque fois qu'il voyait quelqu'un poser une question sans autre raison que la curiosité, cela l'irritait. Elyn avait eu l'air de chercher à le jauger alors que finalement elle ne faisait que poser des questions sans vraiment réfléchir à ce que les réponses pourraient lui donner. Il ne comprenait pas vraiment ce procédé, mais après tout, qui était-il pour juger la manière de penser des autres ? Si un jour elle posait la mauvaise question au mauvais moment, la Bonfrère remarquerait bien qu'il n'était pas du genre à apprécier les badinages. Le jeune homme ne bougea pas, même lorsqu'elle parla de le gifler, qu'elle se lève si elle souhaitait le faire, il n'était pas à son service après tout ! Un léger sourire se peignit sur les lèvres du capitaine alors qu'elle restait silencieuse avant de reprendre la parole pour déclarer quelque chose qui manqua de le faire éclater de rire tellement l'idée était... Stupide ? Irréfléchie ? Il hésitait. Sargon soupira finalement comme si une enfant venait de lui dire une grosse bêtise, puis il secoua la tête avant de rétorquer d'un air légèrement agacé.

     ▬ Bien sûr, excellente idée, je vais devenir Lord Capitaine pour essayer de rattraper les idioties de Harald et pour devoir partager tout ce que je sais et ce que j'ai durement acquis avec les autres capitaines ! Il était certain que le partage n'était pas vraiment son fort, déjà avec Elyn cela avait été compliqué. Sans compter que si nous perdons la guerre, avec toutes les attaques et tous les enlèvements que j'ai fait, je suis certain de finir sur un gibet à Port-Réal ! Certainement pas, je n'ai aucune envie de prendre le risque de tout perdre si nous ne gagnons pas la guerre. Tu n'as qu'à demander à Dagon de te donner la place si elle te fait tellement envie. »

     Ce n'était généralement pas le genre de discussion que deux capitaines de la Flotte de Fer pouvaient avoir, après tout, ils devaient considérer qu'ils parviendraient à gagner la guerre et pourraient enfin devenir indépendants et avoir le reste de Westeros à leurs pieds. Sauf que le Harloi ne se berçait pas d'illusions, un peuple contre toutes les autres régions des Sept couronnes, était-il nécessaire de dire que leurs chances étaient plus que réduites ? C'était réaliste surtout. Sargon n'avait pas peur de la mort, il n'avait pas de problèmes à l'idée qu'il pouvait se faire tuer lors du prochain raid, mais il était inutile de souligner que de se faire exécuter à la place de Dagon si jamais ils perdaient la guerre, ne lui faisait absolument pas envie. Puis c'était sans compter que le jeune homme n'avait pas bonne réputation, seulement pour que les autres capitaines acceptent de suivre le Lord Capitaine de la Flotte de Fer, ils devaient estimer celui-ci un minimum. Le Harloi était bon combattant, il était aussi bon navigateur, mais son manque de respect pour l'Antique Voie risquait de bloquer beaucoup de capitaines. Il n'avait pas envie de devoir se battre contre des récalcitrants, il préférait rester en arrière et profiter des raids pour se faire son petit pécule et laisser les ennuis et les soucis de coordination à une autre. Il inspira légèrement avant de reprendre la parole, Sargon n'était pas énervé, il n'était pas mécontent, mais puisque la demoiselle avait demandé de le considérer comme son égal, il le faisait.

     ▬ Puis détrompe-toi, je n'aime pas les personnes soumises, j'aime dominer, mais uniquement lorsque c'est moi qui suis normalement l'échelon en-dessous. C'est bien plus amusant de pouvoir se hisser au-dessus de quelqu'un qui vous est normalement supérieur. Deviens Lord Capitaine et là je me ferais un plaisir de t'entendre m'appeler comme cela. »

     Ce n'était qu'une boutade, le jeune homme avait horreur des titres et de tout ce qui s'en approchait, comme bon Fer-né qui se respecte, à quoi bon se faire appeler « mon capitaine » si ce n'était pour flatter son égo qui était déjà bien assez gros comme ça ? Il revint alors à ce qu'Elyn avait dit juste avant, déclarant que Deirdre n'était pas une bâtarde et qu'elle ne la considérait pas comme telle. Le Harloi ignorait ce qui liait les deux jeunes femmes et avait assez de mal à imaginer la bâtarde faire amie-amie avec Elyn, pourtant le comportement que les trois dames avaient eu sur le boutre laissait penser le contraire. Il n'y avait aucun doute sur le fait que la Bonfrère ignorait ce qui liait Sargon et Deirdre, ils n'avaient jamais été proches lorsqu'ils étaient dans la même pièce et Elyn devait certainement penser qu'il n'y avait qu'une entente professionnelle entre eux. Le contraire aurait été gênant de toute manière vu que personne n'était au courant de la relation du Harloi et de la Pyke. Après un bref silence, il esquissa un sourire toujours aussi amusé avant de reprendre.

     ▬ Tu es donc amie avec Deirdre ? Étrange, je ne pensais pas que tu puisses te lier avec une autre femme et encore moins avec quelqu'un qui n'use pas des armes comme elle. Soudain, une idée germa dans son esprit, il voulait malmener un peu Elyn, sans autre raison particulière que la dominer. L'occasion en or pour la torturer un peu se présenta et l'air de rien, il amorça sa provocation, espérant bien la toucher en plein cœur. Tu me diras, c'est une bonne chose, Deirdre va avoir besoin d'une amie. Tu savais qu'elle couchait avec Harald ? J'imagine qu'elle sera sûrement triste de savoir que son amant est mort pendant l'attaque, tu pourras lui remonter le moral comme ça. »

     Il arborait un air neutre, comme s'il ignorait qu'Elyn avait toujours eu l'air d'être particulièrement proche de Harald. Pour être sincère, le Harloi n'en savait rien, il ne connaissait pas la teneur des sentiments de la Bonfrère pour le Timbal, mais imaginait que cela devait certainement être plus que de l'admiration. Ce serait sa réaction qui le renseignerait sur cela, si elle réagissait brutalement, il pourrait imaginer que celle qui riait à l'idée de pouvoir avoir des sentiments pour lui, en avait déjà eu pour un autre. L'idée était amusante au final. Il réussit toutefois à conserver son calme et sa neutralité comme tout bon manipulateur qui se respecte.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 17 Mar 2012 - 13:39

Elyn n'avait plaisanté qu'à demi en affirmant que Sargon deviendrait sûrement Lord Capitaine. Il était, après tout, le seul avec elle-même à avoir réussi quelque chose de correct durant cette attaque sur Port-Lannis et puisqu'elle était une femme, elle ne pouvait envisager posséder un jour ce titre. Non pas qu'elle le convoitait, loin de la. Elyn était de ces femmes libres, que l'océan appelle dans leur prime jeunesse, qui entendent les murmures de l'eau aussi bien que ses grands cris, fracas sur les rochers inhospitaliers des îles de fer. Longtemps, c'était un regard fasciné et envieux qu'elle avait porté sur la mer qui entourait la forteresse des Bonfrère de Shatterstone, jusqu'à enfin convaincre sa soeur de lui apprendre à manier la hache et l'épée. Son idée première? Partir avec elle sur la Veuve Noire, sillonner les mers, piller les côtes et montrer aux continentaux que les enfants du Dieu Noyé n'ont rien perdu de leur superbe. Elyn a des rêves de gloire, elle espère qu'un jour son nom entrera dans une légende et qu'on le répètera jusqu'à ce qu'une nuit éternelle s'abatte sur les terres de Westeros. Jusqu'à ce que le monde lui-même n'existe plus. Elle a le désir d'être un murmure, un songe, un personnage dont on ignorerait s'il a vraiment existé ou non. Ce qu'elle désire pourtant par dessus tout, c'est la liberté d'aller où bon lui souhaite, de faire tout ce qui lui passe par la tête sans s'imposer de barrières. Enfant naïve peut-être, quelque part dans ce corps taillé par le combat et cette âme glacée par les épreuves, il reste une petite étincelle au fond de son coeur, comme une sorte de clapotis léger, lointain, qui peut offrir une petite lueur d'espoir. Une enfance pas tout à fais abandonné. Elle n'est pas encore blasée, pas autant qu'elle le voudrait. « Bien sûr, excellente idée, je vais devenir Lord Capitaine pour essayer de rattraper les idioties de Harald et pour devoir partager tout ce que je sais et ce que j'ai durement acquis avec les autres capitaines ! » Entendre Sargon Harloi évoquer la notion de partage avait quelque chose de comique en soi. Pourtant elle n'avait pas envie de rire. Pour elle, la proposition serait faite à cet homme vaniteux, dans peut-être pas si longtemps que cela. Les Fer-Nés ont besoin d'un leader. A défaut du charismatique Trompe-La-Mort, il faudrait se contenter du détesté Harloi. Aux yeux d'Elyn pourtant, le choix n'aurait pas été mauvais. « Sans compter que si nous perdons la guerre, avec toutes les attaques et tous les enlèvements que j'ai fait, je suis certain de finir sur un gibet à Port-Réal ! Certainement pas, je n'ai aucune envie de prendre le risque de tout perdre si nous ne gagnons pas la guerre. Tu n'as qu'à demander à Dagon de te donner la place si elle te fait tellement envie. » Elle lève les yeux au ciel et décide de le laisser cracher son venin sans véritablement écouter. Elle a bien entendu ses doutes sur leur victoire, mais ne les relève pas. Elle n'a aucune opinion sur le sujet, elle se contente simplement de profiter tant qu'elle le peut et s'en sortir à sa façon. S'ils gagnent, tant mieux. S'ils perdent, au moins elle pourra regarder sa soeur en face.
Vexée, juste un peu, elle aurait bien aimé être en pleine possession de ses moyens pour pouvoir se lever sans crainte de retomber presque immédiatement. Elle l'aurait giflé, interrompu par la violence, et lui aurait appris à ne pas la prendre pour une idiote. Avait-elle seulement dit qu'il devait accepté? D'un côté elle aurait pensé que son ego surdimensionné aurait apprécié l'honneur, mais plus elle y regardait et plus il lui semblait que le Harloi correspondait d'avantage à un capitaine fer-né que le Timbal, qu'elle avait pourtant longtemps admiré. Lui, il avait adoré cet honneur et les petits à côtés qui s'y ajoutaient. Sargon n'aurait pas apprécié. Être le chien de quelqu'un? Son bras armé? Après tout le Lord Capitaine n'était que cela: Le second du seigneur des Îles. Si le coeur d'Elyn avait rejeté l'idée, l'envie, d'être Lord Capitaine un jour ce n'était pas uniquement à cause de son sexe, qui lui interdirait plus que sûrement le poste. Elle n'avait tout simplement jamais supporté les laisses...Et préférait peut-être voir Sargon avec un collier autour du cou. L'image en elle-même était attirante.

« Puis détrompe-toi, je n'aime pas les personnes soumises, j'aime dominer, mais uniquement lorsque c'est moi qui suis normalement l'échelon en-dessous. C'est bien plus amusant de pouvoir se hisser au-dessus de quelqu'un qui vous est normalement supérieur. Deviens Lord Capitaine et là je me ferais un plaisir de t'entendre m'appeler comme cela. » Espèce de tordu faillit-elle lui jeter au visage, mais les mots ne franchirent pas ses lèvres. L'insulte était trop petite, trop basse, trop infime, pour vraiment convenir au venin brûlant sur la langue de la fer-née. Elle se demandait si Sargon n'entretenait pas exprès son image d'enquiquineur, pour pimenter ses relations. Elle l'aurait bien pimenté à coup de haches si elle avait pu, bien qu'elle l'aurait sans doute regretté par la suite. Elle n'aimait pas son ton presque condescendant ni la petite pointe d'agacement qui perçait manifestement dans chacun de ses mots. Si le Harloi avait un ego surdimensionné, la Bonfrère n'était, dans le genre, pas mal non plus. Elle savait pourtant qu'il plaisantait en disant cela, mais peut-être la blessure et ses quelques phrases d'avant lui avaient fais perdre son sens de l'humour. Ou peut-être pas. Elle voyait en ce sourire plus une façon de se moquer d'elle que de la prendre véritablement au sérieux. Elle avait d'ailleurs cessé de le regarder, pour contempler à nouveau le plafond quand il recommença à parler: « Tu es donc amie avec Deirdre ? Étrange, je ne pensais pas que tu puisses te lier avec une autre femme et encore moins avec quelqu'un qui n'use pas des armes comme elle. » Elle lève les yeux au ciel, encore. Seconde fois en moins de trois minutes, la Bonfrère commence à avoir mal à la tête. Certes il a raison, mais ses nerfs à fleur de peau lui font tout prendre de travers. Ne pouvait-elle pas avoir d'amies fidèles? Deirdre était de toute façon la seule pour qui elle donnerait aisément sa vie. Elle avait un morceau de flanc arraché par sa faute, mais ne lui en voulait pas une seule seconde. La capitaine appréciait également sa cousine Aaricia bien qu'elle ne la connaisse pas aussi bien que Deirdre. En fait, les personnes appréciées d'Elyn se comptaient sur les doigts d'une main, et il y avait encore des excroissances en trop. Le fait que pour une fois, le Harloi imagine bien la dérangeait. « Tu me diras, c'est une bonne chose, Deirdre va avoir besoin d'une amie. Tu savais qu'elle couchait avec Harald ? J'imagine qu'elle sera sûrement triste de savoir que son amant est mort pendant l'attaque, tu pourras lui remonter le moral comme ça. »
Cela pris une seconde, pas plus.
Quelque chose passa dans le regard d'Elyn, une flamme, ou une douleur. Une grimace, un simple tic, elle s'était trahie. Un battement de coeur et la fer-née s'était reprise, mais elle savait très bien que le Harloi avait du remarquer. Il remarquait tout. Et la fixait d'une façon...Dérangeant. Elle ignorait depuis combien de temps il avait deviné ni ce qu'il savait exactement. Elle avait pourtant pris grand soin de ne rien laisser paraître, ou presque pas. Lorsqu'elle était venue chez lui complètement saoule, il n'avait pu deviner la raison de cet état ni même s'il y en avait une -après tout elle avait le droit de boire! Etais-ce son regard, cette fois-là, lorsqu'il avait évoqué Harald? Ou étais-ce simplement l'une de ces intuitions qui le rendait si dangereux? Un air étonné prend place sur son visage. Rien d'exagéré, simplement un regard écarquillé, deux sourcils relevés, un air interrogateur. Elle essaie de rattraper son erreur, elle sait pourtant qu'il est trop tard. Connard pensa-t-elle simplement. Elle ne sait pas ce qu'il cherche peut-être rien de particulier. S'il n'avait pas eu l'intention de faire quoi que ce soit, elle s'était trahie de toute façon et il l'avait remarqué. « Non sans rire, elle couchait avec lui? Je n'avais plus vu Deirdre depuis un bon bout de temps, je ne savais pas...C'est sans doute pour cela qu'elle semblait si malheureuse. » En fait Elyn n'avait plus revue son amie depuis qu'elle l'avait aidé à éteindre l'incendie sur la Veuve Salée. Elle savait pourtant que la bâtarde n'avait pas souvent quitté son chevet, sans pour autant s'en rappeler ni même savoir si elles avaient discuté. Un vide, un flou total, une ombre. Elyn avait été catatonique, mais pas à cause des blessures reçues comme le pensait le soigneur des Harloi. Pas encore remise de ce choc malgré les bonnes résolutions prises quelques minutes auparavant, le deuil n'était pas terminé -de loin! Remuer le couteau dans la plaie était un coup bas, s'il savait vraiment de quoi il en retournait.
Pouvait-on vraiment s'attendre à autre chose de la part de Sargon?

« C'est une femme forte et il ne devait être qu'une passade à ses yeux. Deirdre n'est pas du genre à s'attacher aux hommes...Pas plus qu'eux s'attachent à elle. Il avait bien des qualités, mais n'était pas très futé. Elle a du rapidement abandonné la partie. » Elyn n'en sait rien, elle dit ce qui lui passe par la tête et insulte le Timbal au passage, pour se rattraper. Si la vie est revenue dans son regard, si elle a pu dissimuler l'étincelle d'une autre façon que derrière ses pupilles vides, elle sait qu'il est trop tard. Elle a donné une arme à son allié, qui pourrait se retourner contre elle s'il décidait de trop la titiller. S'il a bien choisis son angle d'attaque, il s'est trompé au sujet de Deirdre. Elle n'en veut plus à son amie, cela fait un moment déjà qu'elle est passée à autre chose. Ce que le Harloi a perçut, provoqué, c'était la douleur née de l'évocation d'un nom qui déjà n'était plus qu'un souvenir, celle d'un espoir, d'un rêve, qui n'aboutirait jamais et qui tuait un peu plus cette partie en elle, où vivait les sentiments positifs qu'elle nourrissait encore rarement. Alors elle ne fait pas que le regarder, elle observe le visage de celui qui fait de même et essaie de trouver le piège dans sa question, sa constatation, aux apparences anodines. Sur ses gardes, elle l'est dés que quiconque prononce le nom d'Harald et pour cause, elle se connaît. Elle sait très bien que ses réactions sont absolument imprévisibles... Le choc passé, elle sort de cet état où les réponses s'échappent de sa bouche sans contrôle, retrouver un semblant de dignité. Elle le fixe, presque le toise. Princesse aux grands airs, alitée misérablement. Ses muscles se bandent pourtant, elle se demande s'il va approcher et comment le provoquer assez pour qu'il perde le contrôle. « Qu'est ce que tu cherches, Sargon? Mes points faibles? Tu t'y prends mal...Je pensais avoir été claire la première fois au sujet du Trompe-La-Mort. Tout comme je pensais avoir trouvé un allié un peu plus intelligent. J'ai du me tromper...Peu importe. Pense ce que tu veux, dis ce qui te chante, il y a des choses qui, hélas, échapperont toujours à ta compréhension. » Forcément, c'était courut d'avance. Elyn le provoque, Elyn le cherche, elle veut l'énerver, le vexer, peut-être l'attirer vers le lit où elle saura alors se redresser d'un coup et lui briser le nez une bonne fois pour toute. Oh elle regrettera la douleur auto infligée, mais elle s'en fiche. En cet instant, elle a envie de se battre, peu importe l'état de son corps. « Ca a du te contrarier non? Toi qui ne supportais pas Harald, voir ton employée coucher avec lui? Tu as du craindre pour tes petits secrets. Peut-être qu'elle les a révélé tiens? On se dit des tas de choses dans ce genre de moments. Peut-être même qu'elle voulait te trahir! C'est une femme intelligente, Deirdre. Elle aura peut-être trouvé meilleur acheteur. » Vengeance, douce vengeance. De ce qu'Elyn connaissait de Sargon, elle aurait juré qu'il devait être très possessif avec ce qui lui appartenait. Il avait d'ailleurs dit clairement que Deirdre lui était précieuse...Elle imaginait plutôt bien sa réaction en apprenant le risque qu'elle lui avait fait courir en couchant avec son ennemi! Cocasse, nuls doutes...Bien loin d'effleurer la vérité, la Bonfrère jouait sur l'ego du Harloi en espérant que cela fonctionne. Au pire, elle avait toute la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Dim 18 Mar 2012 - 15:38

     Il la fixait droit dans les yeux alors qu'elle passa brièvement par une expression qui prouvait qu'il avait touché un point sensible. Cela ne dura que quelques secondes, mais suffisait amplement à amuser le Fer-né qui laissa son sourire s'étendre sur ses lèvres bien dessinées. Il était allé au bluff total, ne savant absolument pas si la Bonfrère éprouvait quoi que ce soit pour le Timbal et visiblement il avait touché quelque chose qu'il ne soupçonnait pas. Malgré tout, Sargon n'était pas devin et par conséquent il ignorait si c'était des sentiments amoureux ou alors une simple attirance physique que la jeune femme nourrissait vis-à-vis de feu le Lord Commandant. Si c'était cette dernière possibilité, le Harloi pourrait s'en sentir vexé, être comparé à cet homme qui ressemblait à tout sauf à un homme séduisant, ce n'était pas très reluisant, même si Elyn n'avait jamais déclaré qu'elle avait couché avec lui par désir. C'était peut-être simplement dans le feu de l'action, mais en tous les cas les pensées du Fer-né étaient trop dirigées sur sa personne pour qu'il envisage que ce ne soit pas le cas. Le capitaine de la Veuve Noire laissa finalement une expression étonnée se dessiner sur son visage comme si elle espérait lui faire croire qu'elle se moquait éperdument de ce qu'il venait de lui dire et sur le coup, le Harloi regretta de ne pouvoir lire dans les pensées de gens. Il aurait tout donné pour savoir ce qui défilait dans la tête de Bonfrère et savoir ce qu'elle pensait de Deirdre et de Harald. Son sourire ne disparaissait pas alors qu'elle se moquait du mort en avançant qu'elle comprenait mieux la tristesse de la bâtarde si elle couchait avec Harald, seulement le Harloi était bien placé pour savoir que ce n'était pas le cas. Il ignorait totalement si elle était une régulière du Timbal ou simplement un coup comme un autre et pour être franc, il ne voulait pas en savoir plus, mais comptait bien jouer ces cartes jusqu'au bout avec Elyn. Surtout maintenant qu'il voyait qu'il avait réussi à la faire réagir, même brièvement.

     Le silence se posa entre eux alors que Sargon ne répondait pas, puis la jeune femme enchaîna en déclarant qu'elle n'était certainement qu'une passade à ses yeux et cela rappela étrangement les pensées que lui-même avait eu. Elle essayait de se rassurer en disant cela, il savait parfaitement comment les gens réagissaient face à ce genre de nouvelles puisqu'il était lui-même concerné. Mais le jeune homme avait l'avantage d'avoir dépassé ce stade et il avait relativisé, contrairement à Elyn qui était en plein dedans. Des mots qui sonnaient creux et totalement faux, les idées germaient dans l'esprit du Fer-né au fil de la discussion solitaire de son interlocutrice qui le fixait d'un air tout à fait révélateur. Elle lui en voulait d'avoir abordé ce sujet, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure et son sourire ne faisait que se renforcer. La demoiselle enchaîna en lui demandant ce qu'il cherchait, avant d'essayer de le convaincre qu'il se trompait en l'insultant, mais c'était vain, il se fichait pas mal qu'elle le prenne pour l'idiot du village, il n'avait aucune envie de lui plaire et ne comptait pas changer sa manière de fonctionner pour y parvenir. Arriva alors le moment où elle essaya de le provoquer encore plus et de le faire sortir de ses gongs, il ne semblait pas particulièrement réagir face à ce qu'elle disait, puis rigole légèrement lorsqu'elle termina ses paroles. Sargon l'observa d'un air toujours aussi amusé – prononcé plus que de raison pour l'agacer – puis répliqua d'un ton très détendu.

     ▬ Crois-tu que je surveille ce que chaque employé fait ? Elle peut bien aller se farcir tous les chevaliers du continent que je m'en moquerais, je n'ai aucun lien avec Deirdre si ce n'est celui d'employé. Ça me ferait le même effet si tu décidais d'aller voir Yoren pour qu'il s'occuper de tes envies tordues. Il mentait pour Deirdre, mais le mensonge ne lui était pas méconnu et il le maîtrisait bien à force. Tu vois, si j'ai choisi Deirdre ce n'est pas pour ses jolies formes, mais parce qu'elle sait tenir sa langue. Tu te trompes lourdement si tu imagines qu'elle pourrait aller vendre mes secrets ailleurs, déjà parce que je n'en ai que très peu, puis ensuite parce que je connais beaucoup de choses sur elle qui lui vaudraient des ennuis trop importants pour qu'elle en prenne le risque. Il rigola légèrement en l'observant. Tu me prends pour qui ? Tu crois franchement que je vais aller confier des informations importantes à quelqu'un qui peut me trahir ? C'est pour cette raison que tu ne sauras jamais plus que ce que les autres Fer-nés peuvent apprendre.... »

     Il la provoquait ouvertement, disant clairement que même s'il la prenait pour une alliée, il n'irait jamais lui confier des secrets ou des informations qui pourraient lui porter préjudice. Parce qu'elle n'était pas comme Deirdre, le simple fait qu'elle avance la possibilité que la bâtarde puisse le trahir pour un meilleur parti montrait qu'elle n'hésiterait pas à le faire. Elyn n'était pas le type de femme à qui il pourrait accorder totalement sa confiance et le peu qu'il pourrait était des choses comme le plan de Port-Lannis. La Bonfrère n'allait certainement pas être ravie d'entendre cela, mais il n'oubliait pas qu'ils étaient encore ennemis il n'y a que quelques mois de cela. Le capitaine de la Veuve Salée ne mentait pas sur un point, c'était qu'il pouvait mettre Deirdre dans des ennuis bien pires que ce qu'elle pourrait gagner comme récompense en le trahissant. Et puis... Deirdre était amoureuse de lui, il savait que s'il lui accordait encore ses petites attentions qu'il lui réservait à chaque visite de la belle, elle ne pourrait jamais aller voir ailleurs. Sinon elle l'aurait fait depuis longtemps. L'idée de voir Harlon déborder de rage en apprenant qu'elle venait lui faire des avances l'amusait beaucoup, si un jour la Pyke faisait la bêtise de le vendre, il irait directement chez son oncle lui apprendre que la bâtarde essayait d'obtenir ses faveurs. Même si le prêtre se douterait qu'il y avait anguille sous roche, Sargon savait bien qu'il la frapperait si fort qu'elle n'oserait plus jamais recommencer. Une technique plutôt sournoise et pas franchement glorieuse, mais il s'en contrefichait. Les yeux de Sargon quittèrent le visage de la Bonfrère alors qu'il restait collé contre son mur, changeant simplement de pied d'appui.

     ▬ Il semblerait que nous ayons un gros problème de compréhension, parce que toi aussi il y a beaucoup de choses qui t'échappent. C'est dans ces cas que je suis heureux de ne pas avoir d'amis, lorsque je vois comment tu considères Deirdre alors que tu dis qu'elle est ton amie, je n'imagine même pas ce que les autres peuvent se raconter entre eux... »

     Provocation, encore et toujours, il accentuait et disait des choses qu'il ne pensait pas réellement, juste pour échauffer la jeune femme et voir comment elle réagirait. Elyn avait beau le connaître, il doutait toutefois qu'elle puisse l'avoir vu souvent en action dans ce genre de moment. Il dressait un bouclier contre lui et renvoyait à l'envoyeur toutes les provocations lancées, cela fonctionnait plus ou moins bien, mais comme elle était déjà passablement énervée, il ne lui faudrait pas grand-chose pour s'enflammer. L'idée de l'embêter encore un peu se présenta et il reprit la parole de son éternel ton vaniteux.

     ▬ Je ne cherche pas tes points faibles, à quoi bon me serviraient-ils ? Je t'ai déjà dit que je ne te considérais pas comme une ennemie. Non, je parlais simplement de ça parce que pendant que tu te reposais, je suis allé à Dix-Tours pour rendre conte du raid à mon oncle et j'y ai rencontré quelqu'un de très intéressant. Il la regarda en souriant. Lysena Salfalaise ! La presque veuve de Harald, un très joli bout de fille, charmante et très délicate. Des femmes rares sur ces îles, j'ai longuement discuté avec elle et je dois avouer qu'elle me plait beaucoup. Dommage qu'elle ne soit pas d'une maison plus importante, je l'aurais bien récupérée sinon. Léger soupir. Enfin, heureusement que tu ne visais pas Harald parce que tu n'aurais eu aucune chance contre elle. »

     Il espérait qu'elle allait vraiment réagir à cette provocation, Sargon savait qu'elle nourrissait une profonde hostilité à l'égard de la belle Lysena et qu'apprendre qu'elle valait moins qu'elle risquait de la faire sortir de ses gongs. Le Harloi ne pensait pas tout ce qu'il disait, la jeune femme était belle en effet, mais ne possédait pas le caractère d'une Fer-née, seulement rien n'était mieux pour énerver une femme que de mettre ce genre de choses en doute. Même lorsque la femme en question se déclarait trop masculine pour se sentir comme telle.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 22 Mar 2012 - 17:27

Le Harloi la provoque. Elyn le sait, elle sent pourtant son sang bouillonner dans ses veines comme un feu de dragon se déchaînant sur les plaines du continent. Chaque mot semble être la pire insulte, sortie de la bouche du prétendu allié. Elle le déteste, elle le hait, en cet instant précis et pourtant l'adore car elle se sent revivre comme jamais auparavant. La douleur même de son flanc semble s'estomper pour laisser place au désir de se lever, de lui donner un violent coup de poing avant de se poser à califourchon sur lui pour démolir ce visage agréable, quoi que marqué profondément par la mer. Elle était assoiffée de sang, barbare jusqu'au bout des ongles. Elle n'accepte pas qu'il la traite d'idiote, arguant qu'elle n'en saura jamais plus que les autres capitaines fer-nés. Elle n'accepte pas qu'il soit si imbu de lui même, tellement persuadé qu'il vaut mieux qu'elle. Elyn est une femme capitaine qui a gagné le respect des hommes par ses actes. Ce même respect se fait encore plus ressentir depuis Port-Lannis, du moins au sein de son propre équipage. Elle se fiche du reste. Si elle a fait alliance avec le Harloi, c'est pour offrir à ses hommes de plus belles conquêtes, de plus belles femmes, plus de richesses et de meilleures conditions de vie. Elle espère parvenir à ce que tous passent l'hiver et réfléchit depuis un moment déjà aux meilleurs endroits pour une prochaine razzia. Si elle a fait alliance avec le Harloi, c'est aussi pour son profit personnel car la chance semble sourire au capitaine tant hait et il est plein de principes qui plaisent à la fer-née, elle qui, bien que proche du Dieu Noyé et des croyances inculquées par sa soeur, ne peut s'empêcher de se reconnaître en Sargon. Un homme si particulier...Et si important à ses yeux. Non pas qu'elle l'aime, loin d'elle cette idée stupide, ce sentiment honteux. Elle se sent juste bien, elle-même, lorsqu'il est dans les parages. Sa grande gueule n'est plus un problème, son tempérament non plus. Il la traite en égal, et il a été le premier à agir ainsi. Il est d'ailleurs le seul. Pour tout cela, Elyn sait qu'elle ne le massacrera pas et ce malgré l'envie pressante qui lui broie les tripes à chaque syllabe qu'il ose prononcer. Pourtant elle n'hésitera pas à engager un combat physique sans tenir compte de son état actuel. Ce qui lui plait chez Sargon? Justement le fait qu'il n'hésitera pas à lui rendre coup pour coup, sans aucune once de pitié. Elle aime la violence et la tension qui crépite perpétuellement entre eux. Elle aime leur partenariat indécent et leur relation étrange. Elle aime aussi sa franchise, le fait qu'il ai les pieds sur terre et n'ai absolument pas la moindre once de compassion -raison pour laquelle elle a préféré rester ici.
Oui, Elyn aime tout cela mais le hait également. Elle ne supporte pas l'entendre parler de Deirdre comme s'il la connaissait admirablement bien, comme s'il pouvait comprendre quel genre de sentiments peut unir deux femmes. Imbécile! Elyn, à son sens, n'insultait pas Deirdre et si la bâtarde avait été présente, elle l'aurait su. Cela, encore pouvait-elle le tolérer bien que son poing la démange affreusement. L'adrénaline n'était pas assez forte pour lui permettre de bondir hors de son lit, à peine vêtue, et se jeter sur lui pour lui inculquer une bonne leçon. L'air de rien, la Bonfrère pouvait faire preuve de self control. Bien plus que lorsqu'elle avait seize ans et désirait se battre contre tout qui la regardait. Elle ne pouvait par contre pas se contrôler lorsqu'il évoquait ses faiblesses.

En tant que femme, Elyn n'avait pas confiance en elle. Lorsqu'elle avait rencontré la petite Salfalaise sur le Vieux Wyk et qu'elle l'avait maltraitée pour le simple plaisir de passer ses nerfs, elle n'avait pu s'empêcher de remarquer la beauté fragile qu'elle incarnait, continentale à souhait, comme beaucoup d'hommes semblaient aimer. Lorsqu'elle avait tourné le dos et planté là la jeune fille en larmes, aux genoux écorchés et aux cheveux malmenés, après lui avoir inculqué une leçon dont elle se souviendrait longtemps, elle était rentrée dans la forteresse des Bonfrère et s'était enfermée dans sa chambre. Assise sur son lit, totalement immobile, elle avait réfléchit pendant des heures entières, mal à l'aise, mal dans sa peau. Elle n'avait pas osé faire chercher un miroir, qu'elle savait pourtant posséder quelque part et s'observer. Elle ne voulait pas regarder ses cheveux emmêlés et pleins de sel, sa peau burinée et couturée sur le corps par des cicatrices, ses mains aux ongles rongés, son attitude d'homme plus que de femmes malgré le visage aux traits fins dont elle avait hérité, l'éclat sauvage, violent, qui brillait dans ses yeux couleur océan ainsi que son corps finement musclé, taillé, par la mer et les combats. Repliée sur elle-même, la nuit avait été longue, difficile. Elle avait senti ses yeux la piquer, longuement, alors qu'elle se demandait si en étant femme, vraiment femme, il aurait posé les yeux sur elle. Le doute. Horrible compagnon qui semble gagner toujours plus de force une fois la nuit tombée. Sa maison était mineure en comparaison, mais ce n'était pas l'une des premières préoccupations sur les îles, bien qu'elle entrait en ligne de compte. Cette nuit-là, Elyn avait compris tout ce que Sargon lui avait dis, le jour où leur accord avait été scellé. Elle était une femme et avait tout gâché en tentant de ressembler à sa soeur, seule vraie beauté à ses yeux. Elle avait pourtant du mal à faire confiance au Harloi sur ce point. Elle doutait encore de ses charmes malgré tout ce qui lui était arrivé sur le continent -elle avait songé pendant un long moment à l'Estremont- et il devait le savoir. Visant aussi bien qu'un chasseur aguerrit et mourrant de faim, la flèche piquante avait traversé le coeur de la Bonfrère et avait achevé d'ébouillanter son sang, qui approchait de la fusion. Son corps, sous une pulsion d'adrénaline, prit le dessus presque immédiatement. Les draps furent jetés de l'autre côté et elle se leva, sans même ressentir la douleur. Elle tituba, se rattrapa au mur. Elle avait des fourmis dans les jambes, ce qui n'était pas étonnant puisqu'elle s'était relevée bien trop vite et qu'elle ne les avait pas encore bougée véritablement aujourd'hui. Dardant un regard haineux sur le Harloi, elle rétorqua: « Si tu la veux tant que ça, cette petite fille ridicule qui ressemble à une gamine de douze ans, prend la! J'avais cru comprendre que les titres ne t'intéressaient pas...Tu es plutôt arrangeant! Je ne vois pas ce que tu peux lui trouver, elle est encore plus frêle qu'une continentale et se brisera au premier assaut. Lorsque je l'ai vu...J'ai voulu la jeter à la mer, ç'aurait été charitable. » Elle crachait son venin, tombant ou plutôt se jetant droit dans le panneau du Harloi. Elle en était consciente, mais malgré tout elle ne pouvait s'en empêcher. Ainsi était Elyn Bonfrère, un concentré d'illogique, une boule de nerfs perpétuellement au bord de l'explosion. Il lui offrait l'occasion de bouger, de frapper, de détester et surtout de ne plus vraiment penser. Pour cela elle l'adorait et paradoxalement, elle le haïssait. Le Harloi a tendance à déclencher ce genre de sentiments inconstants chez elle.

Le temps qu'elle termine sa tirade, la désagréable sensation de fourmillement avait quitté le bas de son corps et elle put donc s'élancer, le rejoindre contre le mur où il s'était nonchalamment installé et depuis lequel il l'observait depuis tout à l'heure. Rien de menaçant dans ses gestes, rien qui laissait présager une quelconque attaque physique comme la dernière fois qu'ils s'étaient retrouvés seuls dans une chambre. Elle ne portait sur le corps que la ample chemise recouvrant ses vêtements, puisqu'elle n'avait pas pris la peine d'enfiler des chausses. Pieds nus sur la pierre froide, ses jambes aussi nues que la moitié de ses fesses, elle avait appuyé sa main juste à côté du cou du Harloi. Tout proche, elle avait immédiatement trouvé son regard et avait dardé le sien aussi profondément que possible dans ses prunelles. Il l'avait blessée, il le savait et nuls doutes il en était heureux. Il avait trouvé un point faible à exploiter, mais elle n'avait pas dis son dernier mot. Il déclenchait en elle des pulsions violentes mais pas uniquement. Sa main droite fusa pour se poser sur son sexe, comme pour vérifier s'il ne bandait pas...Ou simplement comme si elle voulait le lui arracher pour le lui faire manger. Elle hésitait encore. « Si tu as envie de t'envoyer une femme, ai la décence de ne pas insulter tes autres...Partenaires, en choisissant quelqu'un d'aussi minable. » Elle retira sa main d'un air dégoûté et la gifle fusa au même moment. C'était tellement étrange pour elle de porter un coup...Comme une femme. Car il s'agissait d'une vraie gifle et non pas du coup de poing qu'elle donnait habituellement. Sa main était restée ouverte, droite et s'était claquée sur sa peau si fort qu'elle avait laissé une marque rouge. « Arrête de me prendre pour une imbécile, Harloi. Et arrête de me chercher. Ce n'est pas parce que je suis blessée que je ne peux pas me battre avec toi. » Vu comment ça s'était terminé la dernière fois, elle n'était pas certaine de dire vrai mais il n'avait pas à le savoir. La lueur déterminé dans son regard masquait le doute, et l'adrénaline empêchait son flanc de l'élancer. Son coeur battait à la chamade, la fer-née avait besoin d'action et attendait presque le retour de frappe avec impatience, quelle que soit la façon dont il répliquerait.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 23 Mar 2012 - 12:23

     Il espérait bien la blesser, même s'ils étaient alliés, Sargon voulait lui faire savoir qu'il pouvait encore la manipuler s'il en avait envie. Elyn avait des points faibles très visibles et elle avait fait l'erreur de lui montrer le plus important lors de leur dernière rencontre. Le sourire du Fer-né ne le quittait pas alors qu'il la contemplait avec une intensité qui témoignait de l'intérêt qu'il portait à tout cela. Puis elle réagit, jetant ses draps de l'autre côté en se redressant, si elle continuait elle risquait encore de faire sauter les coutures qui maintenait fermée sa plaie. Qu'elle ne vienne pas s'en prendre à lui si elle devait rester alitée encore quelques semaines parce qu'elle avait trop bougé ! Il la regardait d'un air amusé, comme si l'expression haineuse qui figurait sur le visage de la jeune femme était la chose la plus hilarante qu'il avait vu depuis longtemps, puis elle parla. Les mots qui traversèrent ses lèvres furent certainement bien plus intéressants que tout ce qu'elle avait dit jusqu'à présent, visiblement il avait touché un point sensible en abordant le fait que Lysena était jolie comme un cœur et qu'elle avait certainement plus d'intérêt qu'Elyn. Il était étonné qu'elle ne riposte pas en se déclarant étonné du fait qu'il puisse s'intéresser à une femme incapable de le repousser. Il était toutefois vrai que la jolie rousse était beaucoup trop fragile pour supporter quelqu'un comme le Harloi, mais il ne parlait pas sérieusement et la seule vision de la Bonfrère en train de cracher son venin valait bien tous ces mensonges !

     Le silence retomba tandis qu'elle essayait de s'approcher de lui sans aller embrasser le sol de pierre de la chambre, puis lorsqu'elle fut assez près, elle laissa glisser sa main à un endroit qui lui avait été autorisé quelques semaines plus tôt. Mais là, il se contenta de la regarder avec un désintérêt parfaitement feint comme s'il était trop intéressé par ses pensées concernant la Salfalaise. Sargon était bien décidé à aller jusqu'au bout de sa provocation pour la malmener comme il fallait, hors de question de la laisser s'en tirer aussi aisément. Puis ses paroles exprimèrent une fois de plus la frustration de ce qu'il venait de dire, il était évidemment qu'elle n'appréciait pas l'idée qu'il puisse la comparer à Lysena sur un plan plus intime que le simple physique. Étrangement, il ne put s'empêcher de rigoler légèrement, comme si elle avait percé à jour ce qu'il voulait faire. Au fond, le Harloi doutait que la petite rousse puisse envisager de se laisser toucher par qui que ce soit qui ne lui aurait pas passé la bague au doigt, sans compter qu'il n'avait pas l'intention de le faire, mais elle n'avait pas besoin de le faire. Lorsqu'Elyn retira sa main, il s'attendait à ce qu'elle s'en aille, mais ce fut un nouveau coup qui arriva. Cette fois-ci ce n'était pas un coup de poing, mais bel et bien une gifle qui élança douloureusement toute sa joue à l'endroit où elle l'avait touché. Pendant un bref instant, son oreille siffla comme si le coup l'avait aussi touchée, puis elle lâcha une dernière tirade avant qu'il ne lui décroche un regard toujours aussi pétillant d'amusement. Elle avait réellement envie de se battre ? Il n'était pas sûr qu'elle puisse avoir le dessus. Surtout dans son état. Sargon glissa sa main sur sa joue à l'endroit où la douleur se faisant sentir, puis il haussa légèrement les épaules avant de répliquer d'un ton toujours arrogant.

     ▬ Parce que tu crois franchement que je serais aussi gentil que la dernière fois si tu m'attaques ? Tu ne sais pas de quoi je suis réellement capable Elyn, je n'ai pas envie de te blesser plus, tu risquerais de devoir rester là encore plus longtemps. »

     Il arbore un air dédaigneux comme si l'idée de la voir séjourner à Kenning plus qu'il n'était prévu de prime abord, le rendait mécontent. En réalité, il s'en moquait pas mal, cela faisait un peu d'animation au château et il passait tout son temps ailleurs, la présence de la demoiselle dans l'enceinte du château ne changerait donc pas grand-chose. Sa joue l'élançait encore et la colère de s'être fait gifler montait doucement, il semblait qu'à chaque fois qu'il se trouvait en tête-à-tête avec une femme il finissait par se prendre un coup. Déjà avec Deirdre, ensuite avec Elyn lors de leur dernière rencontre, puis une fois de plus, à croire qu'il était noté quelque chose pas sur son visage qu'il fallait le frapper. La situation dans laquelle ils se trouvaient pouvait prêter à confusion - ou pas de confusion justement - si quelqu'un entrait à cet instant précis, il voyait là encore une raison intéressante pour lui faire savoir qu'elle n'était pas à la hauteur de Lysena. Arborant un sourire amusé, il lâche quelques mots chargés de provocation, espérant qu'ils feraient autant mouche que les derniers.

     ▬ Tu devrais reculer ou te couvrir, si quelqu'un entrait à cet instant, il risquerait de se faire des idées. Je n'ai pas envie que des rumeurs circulent sur nous deux. »

     Le Fer-né lui décrocha un regard moqueur comme s'il était en train de lui faire comprendre qu'elle n'avait été qu'une bref passade qui se trouvait là au bon moment. La vérité n'était pas du tout de cet ordre, mais Elyn n'avait pas besoin de savoir le fond de sa pensée. Il aimait beaucoup perdre les gens dans ses explications, lors de leur dernière discussion Sargon avait cherché à lui faire comprendre qu'elle était une belle femme et qu'elle devait en prendre conscience et en profiter. Maintenant il optait pour le comportement opposé en lui faisait savoir qu'elle n'arrivait pas à la hauteur d'une petite noble digne du continent. Le capitaine quitta son mur pour s'approcher de la demoiselle jusqu'à se trouver assez près pour sentir son corps frôler le sien. Il n'affichait pas son habituel air charmeur qu'il lui avait réservé lors de leur dernière entrevue, cette fois-ci c'était à une autre facette de sa personnalité qu'elle avait affaire. Le Harloi planta ses yeux dans ceux de la brune avant de s'adresser à elle en arborant une expression dédaigneuse, soulignée par son ton hautain.

     ▬ Tu crois que si tu l'avais jetée à la mer, cela t'aurait empêché de voir qu'elle avait plus de chances que toi avec Harald ? Ah oui, j'oubliais, il ne t'intéressait pas. Tu comptes certainement finir comme une vieille fille histoire que les autres puissent confirmer leurs paroles au sujet des femmes capitaine incapables d'allier leur sexe et leurs obligations. »

     Il continuait, doucement, guettant ses réactions et les expressions qui pouvaient passer dans son regard ou sur son visage. Sargon se demandait si elle comprendrait ce qu'il voulait dire par là. Il parlait bien évidemment des hommes qui racontaient que les femmes capitaines de boutre étaient juste des dames repoussées par tous les hommes et qu'elles trouvaient quelque chose pour remplacer ce vide dans le métier d'homme d'armes. Le Harloi savait que ce n'était pas le cas, même si pour le coup entre Elyn ou Visenya les choses étaient plutôt du genre à pencher de ce côté. Toujours en train de chercher à la pousser dans la direction qui l'intéressait, le Fer-né continua. Il ne détourna pas ses yeux mordorés du visage d'Elyn avant de lever la main pour attraper son bras, juste entre le coude et l'épaule pour le serrer avec une certaine force. Juste assez pour que cela la gêne.

     ▬ Tu parles tout le temps de te battre, est-ce que tu es une sauvage ma parole ? Si tu veux de ce genre de comportement autant me le dire tout de suite, je te considèrerais comme un homme à partir de maintenant puisque c'est visiblement ce que tu veux. »

     Il relâcha sa prise d'un geste rapide pour lever sa main jusqu'à attraper la chevelure emmêlée de la demoiselle pour la tirer légèrement vers lui. Ce n'était que des cheveux, mais le fait de ne pas la frapper montrait clairement qu'il ne la voyait pas comme étant assez forte pour pouvoir riposter. Bien évidemment elle pourrait facilement le repousser et le gifler une nouvelle fois, le fait qu'elle ait échangé son poing comme une gifle était d'ailleurs déjà une bonne chose, mais pas assez à ses yeux. Il attira le visage de la jeune femme proche du sien jusqu'à pouvoir lâcher quelques mots à son oreille.

     ▬ Il serait temps de te décider ma chère, si tu veux jouer à ce petit jeu, sache que je ne fais pas les choses à moitié . »

     Elle le savait déjà. Si Elyn le frappait encore une fois, il n'hésiterait pas à lui retourner la politesse, mais sans atténuer ses coups parce qu'elle était une femme. Une femme qui frappait devenait une combattante à ses yeux et il n'y avait qu'un traitement pour ce type de personnes. Et généralement il était assez radical, même si avec Elyn il resterait plus... Bienveillant ? C'était à elle de voir, mais une chose était certaine, le Fer-né n'était pas du genre à mélanger les deux relations, il l'avait fait clairement comprendre à Deirdre que le jour où il la payerait pour ses services d'agent, cela sonnerait la fin de leur relation plus personnelle. Il n'avait pas pour habitude de mélanger travail et plaisir, même si Elyn lui avait proposé cela lors de leur dernière rencontre. C'était aussi l'une de ses particularités, arranger les choses au fil du temps pour que tout cela lui convienne davantage. Si la Bonfrère n'était pas d'accord, elle n'avait malheureusement pas énormément de solutions, une seule qui revenait à briser l'accord qui les liait. Mais il était certain qu'elle ne le ferait pas. Pourquoi ? Parce qu'il était trop arrogant pour l'envisager. C'était l'avantage d'être aussi vaniteux, les doutes n'avaient pas leur place dans son esprit.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 24 Mar 2012 - 15:56

Un geste un seul.
Le Harloi lui attrape le bras. Il la serre, appuyant sur l'une des nombreuses coupures infligées à son corps lors de l'attaque des côtes ouest. Elyn ne souffre plus, la blessure est refermée mais sa peau reste terriblement sensible. Elle devrait grimacer, se plaindre, geindre et demander une faveur: Après tout elle est blessée! Mais qui sur les îles fonctionnent ainsi? Qui sur les îles obéirait à un capitaine qui fonctionne ainsi? Elle continue de le toiser, muette, le visage déserté par toute grimace éventuelle, par toute manifestation de douleur ou de désagrément. Elle se laisse faire, ce contact la rassure. Il lui fait du bien, elle se sent en vie pour la première fois depuis leur retour. Elle est debout, elle peut l'insulter, elle a même réussi à le frapper. Une gifle, coup de femme qui lui ressemble si peu. Elle n'a pas réfléchit, elle a simplement agit. Il existe visiblement entre eux, depuis leur dernier échange, une sorte de code: Elle peut être femme car à ses yeux le sexe de ses alliés importe peu. Si elle se comporte trop en homme, il se contentera de la traiter comme un homme. Et un homme...Manque d'avantages dans ce genre de situations.
Il parle de Lysena, mais Elyn l'écoute à peine. Elle ne veut plus évoquer cette petite enfant, elle veut simplement l'oublier comme elle désire oublier le Timbal. Le Harloi est d'ailleurs pour cela un parfait instrument. Elle se concentre sur la seconde partie de sa phrase: Allier le sexe et les obligations. Elle connaît la rumeur sur les femmes capitaines, et les considère comme elles doivent l'être: Du sexisme pur et dur. Des paroles amères issues de la bouche d'hommes ridicules, qui ne supportent pas d'être dominés par ce qu'ils voient comme le sexe faible. Elle sait que Sargon ne pense pas comme eux, elle se rend compte qu'il cherche à la provoquer. Elle est consciente mais se laisse paisiblement embarquer, parce qu'elle en a besoin, qu'elle en a envie. Cette routine la rassure, cette sensation de peau, ces mots acérés prononcés d'un côté ou de l'autre. Masochiste? Pas tellement. Elle rend coup pour coup. Gosse paumée qui recherche l'attention du seul à qui elle n'a jamais claqué la porte de son monde. Sargon est une valeur sure: Un connard qui restera un connard. Aussi stupide que cela paraisse, elle n'imagine pas un univers où ses remarques désagréables ne fendraient pas l'air. Ils se sont souvent battus, par le passé...A leur façon. Par deux fois ils ont été amant. Désormais ils sont alliés. Depuis qu'elle avait mis un pied sur la Veuve Noire, elle se souvenait qu'il ai été présent, de loin ou même de prêt.
Etranges considérations qui traversent la tête d'une femme en moins de quelques secondes, alors que ses yeux se sont fixés sur la main qui serre sa chair juste assez pour que ça soit désagréable, mais pas trop, ce qui la rend encore plus folle. Une vraie douleur n'était pas de refus...Ou autre chose. Elle n'en savait rien elle-même. Il la lâche, au moment où elle s'apprête à répliquer et l'insulte encore, à sa façon, avec une sorte de subtilité si énorme qu'elle se voyait autant qu'une armada de boutre fonçant vers les côtes par temps clair. Il la menace également, de la considérer comme un homme. Il est si proche, qu'elle a du mal à réfléchir. Que veut-elle, au juste? S'est-elle seulement posé la question sur ce qu'elle voulait retirer de cet homme, en plus de ses bons conseils et de ses plans astucieux? Ou voulait-elle évoluer pour être à la fois femme et capitaine, c'est à dire dans la direction vers laquelle il l'avait poussée lors de leur dernier échange intime? Voulait-elle se servir de lui comme les deux dernières fois, pour oublier? Tout cela en même temps?

Il attend, ne la brusque même pas. Il semble s'amuser comme un petit fou, alors que le débat fait rage à l'intérieur d'elle-même. Ses instincts se contredisent. Les uns supplient pour qu'elle lui donne un véritable coup de poing cette fois-ci, les autres pour qu'elle joue sur un autre tableau. Ceux-ci sont contrés par sa fierté, estimant qu'elle ne doit s'incliner devant personne ni même abandonner. Elyn est perplexe et cela se voit sur son visage, malgré le défis qui brille dans ses yeux il y a également du doute. Incertitude. Si elle le frappait à nouveau, il la traiterait en homme. Il lui rendrait les coups, il cesserait de voir en elle quelqu'un avec qui il peut coucher tout en travaillant. Si elle ne le frappait pas, elle serait une femme à ses yeux, ils pourraient continuer comme avant et aurait plus de chance d'être vue par lui comme un égal, alors qu'en tant qu'homme rien n'était gagné. Si elle était femme, elle continuerait à bénéficier d'une arme contre lui. Elle pourrait tirer profit de ses charmes comme il le lui avait plus ou moins appris, ce qui serait bénéfique sur bien des plans. En tant que femme, elle avait un remède certain contre ses doutes, contre ses mauvaises humeurs, contre les douleurs de son coeur. En tant qu'homme, elle n'avait rien hormis un exutoire par le combat qui fonctionnait moins bien, elle le savait. « C'est pourtant tellement drôle de jouer... » finit-elle par répliquer, le ton bas, un sourire aux lèvres. Pourtant il ne distingue pas ce sourire, car elle n'a pas bougé après qu'il lui ai murmuré sa menace. Son souffle s'est égaré, a caressé son oreille. Tout comme elle a laissé son corps anticiper l'excitation que cela provoquait. Combat? Non, plutôt action! Peu importe de quel type. Elyn se rouille dans ce lit, elle n'en peut plus. A la mort d'Aurane, Elyn s'était tournée vers d'autres personnes pour être son mentor ou du moins ce qui s'en approchait -fou celui qui qualifierait ainsi le Harloi! Il y avait eu Harald bien sur avec les conséquences que l'on sait. Il y avait eu -et avait toujours- Helya qui veillait sur elle et vers qui elle pourrait toujours se tourner et il y avait Sargon...Qui l'orientait sur un chemin qu'elle ne connaissait pas, dont personne ne lui avait parlé et sur lequel, même si elle ne se sentait pas encore très à l'aise, pourrait aisément s'épanouir. Je suis une arme et ce n'est pas seulement parce que je sais me battre. Pensée simple qui éclot toute seule dans son esprit. Elle ignore si c'est la bonne réponse, le bon chemin, mais elle gagne en conscience.
« Tu me connais, je te connais. On sait tous les deux que tu m'énerveras à un moment donné et que je répliquerais physiquement ou non, on a toujours fonctionné comme ça...On peut très bien se battre, baiser puis parler de nos prochains coups. Tu es d'un compliqué... » Ou était-elle trop simple? Elle éloigne sa tête, pour le regarder en face même si sa vision est floue, car ils sont trop près, bien trop près. « C'est stimulant. » ajoute-t-elle, comme pour préciser sa pensée. Elle réfléchit tout haut, et il l'aide sans le savoir à faire le point dans sa tête. Elyn est étrange...Quelques instants auparavant elle voulait lui arracher la gorge. Désormais elle lui parlait, ils étaient tout proche et elle commençait à avoir chaud. Quand à savoir si c'était parce qu'elle était debout depuis trop longtemps ou pour autre chose...Je ne veux pas que des rumeurs circulent sur nous deux. Elle non plus, pourtant elle ne bouge pas tout de suite, malgré sa conscience du risque éventuel. Elle-même ne veut pas que des rumeurs circulent sur eux, qui dépassent le cadre professionnel. Ce qu'elle fait de ses fesses ne regarde qu'elle et si sa virginité est perdue depuis des années, les habitants des Îles n'ont pas besoin de connaître les détails de sa vie privée, aussi déserte a-t-elle pu être pendant un long moment. Depuis un peu plus d'un mois pourtant, les hommes semblent être plutôt stimulés en sa présence, deux en si peu de temps...Elle aurait secoué la tête si elle avait pu. Il y en a un, particulièrement, auquel elle ne préférait pas penser. Quand au second et bien il se tenait toujours aussi droit, arrogant, devant elle.
Et elle le regarde, passe sa langue sur ses lèvres puis recule jusqu'au lit où elle s'assoit avec délectation. Ses jambes ne l'auraient pas porté deux minutes de plus, pas maintenant que l'adrénaline guerrière ne la maintenait plus droite et fière. « Alors je suis un homme avec qui tu te bas, une capitaine avec qui tu traites ou une femme avec qui tu baises, c'est ça? Puisque tu as tellement insisté pour que je sois femme et capitaine, l'un n'ira pas sans l'autre... » Exigence? Quand elle y regarde, elle n'est pas certaine d'avoir compris, de savoir quel choix exactement elle devait faire. Homme ou femme, elle s'était arrêtée la. Elle avait maintenant un doute, mais elle voulait les deux. Elle avait besoin des deux. Il était un remède indispensable et sur. Elle savait qu'elle ne trouverait pas les mêmes...Sensations. Les mêmes...Satisfactions ou quel que soit le nom, avec quelqu'un d'autre. Pas sur les Îles. « Ca permet d'entretenir de bonnes relations! » précise-t-elle, un sourire un peu moqueur sur les lèvres. Pourtant elle est sérieuse. Elle grandit, commence à aimer les échanges intimes, qui peut le lui reprocher? Elle grandit, elle voit où est le bon chemin. Elle grandit, et exige elle aussi certaines choses, tout comme Sargon qui fixe les règles depuis le départ. N'a-t-elle pas le droit d'être un peu incommodante, parfois? Qu'elle se trompe ou non sur le sous entendu qu'elle a cru percevoir, Elyn ne fléchira pas et si une autre dispute éclate et bien...Tant mieux!
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Dim 25 Mar 2012 - 18:02

     Il reste silencieux en l'entendant déclarer que c'était pourtant une chose amusante de jouer un peu, cela dépend des personnes selon lui. Bien évidemment, le Harloi était un grand joueur et appréciait tout particulièrement d'avoir quelqu'un de réceptif face à lui, mais c'était aussi un être vaniteux et arrogant qui aimait tout diriger. Il était donc impensable que le capitaine puisse entrer dans le jeu de quelqu'un d'autre, c'était lui qui menait la danse ou cela ne l'intéressait pas. Elyn savait bien que son compagnon du moment était quelqu'un qui ne se bornait pas à ce qu'il connaissait déjà et qui appréciait d'être surpris et étonné par ses relations, mais ce n'était pas pour autant qu'il appréciait de se retrouver dans une situation qu'il ne maîtrisait pas. Sargon avait commencé son petit jeu et il le tiendrait jusqu'à la fin sans que la Bonfrère ne vienne troubler et secouer tout son plan. La demoiselle continua alors en résumant brièvement leur dernière entrevue, déclarant que cela se terminerait une fois de plus de cette manière. Elle se trompait. Mais il ne pouvait pas lui en vouloir, la jeune femme ne connaissait de lui que ce qu'il avait bien voulu lui faire voir. Sargon ne s'était jamais mouillé beaucoup en sa compagnie et elle n'avait vu que son côté arrogant – difficile de le rater d'un côté – et celui où il pouvait avoir envie de s'amuser un peu. Mais il n'avait encore jamais usé de son côté manipulateur sur elle, contrairement à Deirdre qui le subissait presque en permanence. Si le Harloi avait décidé que leur petite entrevue se terminerait sur une frustration pour la jeune femme, il irait jusqu'au bout et ne changerait pas d'un iota de ce qu'il avait en tête. Il pouvait se montrer très borné lorsqu'il désirait quelque chose.

     Était-elle réellement aussi convaincue que cela que leur discussion se terminerait de la sorte ? Si c'était le cas, il en était sincèrement amusé, peut-être bien qu'elle manquait d'expérience en la matière et au fond, le capitaine se disait que le contraire était surprenant. Son arrogance lui faisait penser qu'il était unique et qu'aucun autre Fer-né ne provoquerait Elyn comme lui le faisait. Était-ce la réalité pour autant ? Il l'ignorait, mais ne se posait pas vraiment la question. Sans aucun doute, la jeune femme n'était pas souvent mise à l'épreuve de la sorte et si c'était le cas, il jurerait être supérieur à cette personne. Son assurance lui facilitait beaucoup les choses en fin de compte, celui lui épargnait énormément de questions inutiles. Il se contenta de hausser les épaules lorsqu'elle lui déclara qu'il était compliqué. Bien évidemment ! Quelle question, même si cela n'en était pas une, il se targuait d'être une personne très compliquée et extrêmement difficile à cerner, sinon à quoi bon jouer les manipulateurs s'il était facile à comprendre ? Il se fichait pas mal d'avoir la confirmation orale de la demoiselle puisque pour lui, tout cela était déjà acquis et validé. Lorsqu'Elyn s'éloigna pour s'installer sur son lit, il se retourna pour poser ses yeux mordorés sur elle au moment où elle résumait ses pensées. Ce n'était pas exactement ce qu'il avait en tête non. Mais voir son obstination pour essayer de le persuader d'avoir les deux, le fit sourire. Il rigola légèrement, retrouvant son sourire moqueur alors qu'il rétorquait d'un ton à la fois moqueur et plein d'assurance.

     ▬ Parce que tu crois que je te laisse la possibilité d'avoir les deux ? Sois un peu égoïste Elyn, pense aux autres, si je te dis oui à toi, je vais devoir faire de même pour les autres.... Il la dévisageait. Et de toute manière je n'ai pas l'âme d'un bon samaritain comme tu le sais bien ! »

     Il approcha légèrement du lit où elle était installée pour s'arrêter à un petit mètre de la jeune femme. Sargon comptait bien l'embêter jusqu'au bout, il avait constaté qu'elle semblait faire des efforts pour devenir une femme et à la fois rester un véritable capitaine. Le capitaine considérait que cela faisait partie d'un tout, il n'envisageait pas la possibilité que les deux puissent se dissocier sans quoi cela reviendrait à dire qu'il regardait sur le sexe de ses alliés. Ce qui était à l'opposé de la réalité au final. Mais pourtant, il exigeait exactement que ce soit ce que la Bonfrère faisait. Pour quelle raison ? L'envie de l'embêter, de ne pas lui laisser de repères et qu'elle doive sans cesse se creuser la tête en sa présence. Si le Fer-né lui disait rouge et demandait toujours rouge, la surprise et l'initiative disparaîtrait rapidement de leur « relation » seulement lorsque l'on savait que le capitaine réagissait essentiellement à ce genre de choses, tout devenait plus clair. Sargon se lassait rapidement des relations longilignes qui ne variaient pas et ne provoquaient aucun changement. Il avait envie de pouvoir faire quelques folies de temps en temps, laisser les envies guider les actions et non l'esprit. A ses yeux, si Elyn comprenait tout ce qu'il pouvait attendre d'elle, elle finirait par se reposer sur ses lauriers et ne ferait plus l'effort d'essayer de faire preuve d'originalité. Autant stopper leur collaboration tout de suite dans ce cas. Il reprit la parole, toujours souriant.

     ▬ Je t'ai dit que je te considérais comme mon égal, cela que tu sois une femme ou un capitaine. Je ne vais rien changer à cette promesse, mais je ne veux pas que notre... Relation personnelle vienne parasiter le reste. Je veux savoir quand est-ce que j'ai affaire à la capitaine ou à la femme. Il la regarda plus intensément. Et ce n'est pas négociable. »

     Il y avait bel et bien quelque chose de véridique dans ce qu'il disait, après tout il n'était pas question pour lui de prendre le risque de se retrouver avec une Elyn en colère – pour une raison ou pout une autre – lors d'une attaque et de se faire tuer à cause de cela. Les femmes avaient une propension à sa laisser influencer par leurs sentiments et cela n'avait rien à voir avec un quelconque machisme. C'était juste un fait. Jusqu'à ce jour, il n'avait jamais rencontré de femme dénuée de sentiments et par conséquent il y avait fort à parier qu'Elyn puisse se laisser guider par ses émotions si elle venait en tant que femme et non que capitaine. Le jeune homme croisa ses bras sur sa poitrine en la regardant de haut, elle était assise sur le lit et donc « en position de faiblesse » bien qu'il n'avait nullement besoin de cela pour imposer ses idées. Après un bref silence, le Fer-né reprit la parole de son éternel ton vaniteux.

     ▬ J'ai essayé d'être gentil en te laissant la possibilité de choisir, mais si tu ne veux pas, je vais être obligé de choisir moi-même dans de cas. Il la dévisageait avec intensité. Aujourd'hui et jusqu'à ce que tu me signales que ce n'est plus le cas, tu seras un capitaine par conséquent. C'est plus prudent pour toi et pour moi de toute manière. »

     Comme si la prudence avait été le maître mot du Harloi jusqu'à ce jour, c'était l'hôpital qui se moquait de la charité. Sargon n'avait que faire de la prudence, tout comme il se moquait pas mal des rumeurs qui pouvaient circuler sur lui et sur la Bonfrère, mais c'était simplement pour l'agacer. Il ne la considérait pas comme suffisamment stupide pour se faire avoir par ces paroles, mais après tout puisqu'il était décidé à l'humilier, autant aller jusqu'au bout des choses non ? Si Elyn s'imaginait qu'il la prenait pour une idiote, au moins s'énerverait-elle encore plus et cela donnerait plus d'animation à leur discussion. Quoi qu'il en soit, le capitaine voyait se profiler la fin de leur discussion, il l'avait suffisamment provoquée pour aujourd'hui et ne comptait pas finir cette journée au corps-à-corps, que ce soit d'une manière plus ou moins agréable. Il arbora donc une dernière fois son sourire pour lui envoyer une pique de plus.

     ▬ Estime-toi heureuse que je te donnes le rôle du capitaine, tu es bien plus douée dans le comportement de l'homme que de la femme après tout. »


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 29 Avr 2012 - 14:33

Il n'y avait qu'un mot pour qualifier le Harloi: Détestable. A peine se disait-elle cela qu'Elyn en avait trouvé de nouveaux: Déstabilisant. Illogique. Irrationnel. Contradictoire. Imbu de lui. Beaucoup trop de mots pour désigner un seul homme, une seule petite personne dans un seul corps avec certes des atouts sur bien des points mais ils n'entraient pas en ligne de compte. Lors de leur dernier échange, avant l'attaque de Port-Lannis, ils avaient couché ensemble et elle avait eu l'impression d'être une femme. Elle s'était sentie désirée, elle avait eu envie de l'être et ce n'était pas tant parce qu'il s'agissait du Harloi que parce qu'elle se sentait mal dans sa peau. Elyn avait énormément ressassé au sujet de la Salfalaise, se demandant pourquoi, cherchant un point de comparaison, cherchant pourquoi un homme comme lui pourrait épouser une fille comme elle. Depuis quand la noblesse valait-elle quelque chose sur les îles? Ils se connaissaient mieux, s'entendaient bien. Hélas il la voyait comme un homme, à n'en pas douter, au contraire de Sargon qui l'avait déjà prise comme une femme il y a plusieurs mois de cela, même année lorsqu'elle y regardait puisqu'Aurane vivait encore à l'époque...Elle se souvenait du malaise à l'idée que sa soeur découvre son acte. Elle se souvenait de la souillure qu'elle avait ressenti en voyant le Trompe-La-Mort par la suite. Puis elle se souvint des sensations touts autres que lui avait procuré cette aventure avec Sargon Harloi, lorsqu'il lui avait appris qu'être une femme n'excluait pas forcément le fait d'être capitaine et vice versa. Apprit...Etrange de penser à Sargon comme d'un mentor, d'un professeur, peut-être d'un guide. Elyn avait énormément changé sur quelques mois de temps. Des tas d'évènements étaient survenus dans son existence qu'elle avait eu le temps de ressasser -encore- durant sa convalescence. Elle n'était heureusement pas arrivé à la conclusion que le Harloi ne lui voulait que du bien, agissait dans son intérêt sans en tirer de profit véritable. La Bonfrère était loin d'être une femme naïve. Perdue, sans aucuns doutes. Mais pas naïve. L'adjectif ne conviendrait pas à une digne femme de fer. Elle savait qu'il la manipulait à sa façon, qu'il tentait de l'orienter sur un chemin utile pour lui et qu'il n'hésiterait pas à la sacrifier si cela s'avérait nécessaire. Le geste, consistant à venir les chercher au prix de nombreuses vies, avait ébranlé ces certitudes et il avait beau dire que Deirdre était plus importante en tant qu'espionne, Elyn gardait en elle une impression assez malsaine lui disant qu'il était venu pour elle aussi, sur un pied d'égalité avec son amie bâtarde. Son problème venait du fait qu'elle y ai pensé. Etait-elle désespérée, seule, mal, au point d'en arriver la? A considérer Sargon comme un pilier essentiel de son existence? Non pas qu'elle l'aime ou quelque autre bêtise profonde du même genre, de cela au moins elle en était persuadée...Mais qu'elle ai besoin de sa présence, même au loin, même en tant qu'allier et parfois divertissement occasionnel? La Bonfrère ne s'était donné en tout et pour tout qu'à trois hommes au cours de sa vie, et elle ne comptait pas le troisième de façon véritable puisqu'elle n'avait guère eu beaucoup de choix. Des trois, deux l'entouraient encore alors que celui qu'elle pensait vraiment vouloir pourrissait au fond de l'océan. Ou festoyait avec le Dieu Noyé, la formulation était plus juste plus belle, il n'empêchait que son corps n'était plus, que sa vie avait pris fin et qu'Elyn perdait encore un repère précieux. Portait-elle vraiment malheur? Elle allait finir par le croire...

C'est sans doute pour cela qu'elle écoutait Sargon avec une concentration non feinte. Elle imprimait ses mots dans son esprit et tâchait de comprendre le sens caché dans ses phrases. Ils sont égaux. Il veut de la clarté. Elle se demande pourquoi. Elle n'imagine pas l'esprit d'un homme aussi tordu mais Sargon n'est pas n'importe quel homme ni n'importe quel fer-né. Il a une idée derrière la tête ou simplement une inquiétude. Il essaie de lui maintenir la tête sous l'eau pour qu'elle se noie et se relève, plus forte à la peine, plus vigoureuse. Elle avait cru que l'inciter à la rejoindre au lit aurait aidé, mais elle se sentait finalement soulagé qu'il n'ai pas cédé. Elle était encore trop fragile, trop perturbée, trop peu sure d'elle, bien qu'elle n'en montre rien, pour ne pas être certaine que cet acte n'entraînerait pas des conséquences un peu trop grave à son goût. Déjà qu'elle le voyait comme bon, de son côté, dans tout son raisonnement...La perte de sang lui avait sans doute handicapé le cerveau de façon temporaire, à moins que ça ne soit la douleur de la blessure revenue après qu'elle ai tenté -idiote- de se relever pour aller lui mettre une bonne gifle. Le simple fait qu'elle ai giflé au lieu de cogné purement et simplement signifiait bien qu'elle avait un grave problème quelque part. Restait à savoir où exactement.
La voila ainsi confinée au rôle de capitaine, sans avoir eu son mot à dire mais cela l'arrangeait plutôt pas mal. Capitaine donc, sans sexe définit. Puis dernière pique, avant de conclure. Bien plus douée...Ses lèvres se pincent, elle lui lance un regard noir et l'effet est sans aucun doute gâché par sa position assise, sans compter qu'il la dominait pas mal. « Et bien que je sois capitaine, je m'en contenterais très bien jusqu'à nouvel ordre. » rétorque-t-elle sans lui laisser le temps d'éventuellement ajouter quelque chose. Elle a aussi son mot à dire, après tout...Elyn appuie sur ses bras pour se reculer jusqu'à reprendre sa place dans le lit attribué. Elle glisse ses jambes nues sous les peaux et fait mine d'ignorer Sargon. Mine seulement, car elle lui parle encore. « Et au cas où tu ne l'aurais pas compris, cet ordre ne viendra pas de toi. Il y a deux choses qui m'intéressent et que tu peux me donner, je me fiche du reste. C'est...Comment dit-on...Ah oui, de la récréation. Un amusement. » Elle ne se recouche pas. Assise, elle a étendu ses jambes pour ne pas trop tirer sur les sutures mises à mal. « Ce n'est pas comme si nous valions mieux que ça. » Une pique sans que cela soit vraiment une. Ils ont terminé, du moins pour aujourd'hui. Pas besoin de réplique, la situation est claire entre les deux capitaines et Elyn n'a besoin de rien d'autre. Oui, songe-t-elle alors qu'il se dirige vers la porte, du pouvoir et du respect. Le sexe, ce n'est qu'un supplément. « Au fait. » ajoute-t-elle, juste avant qu'il ne s'éclipse. « Si tu croises ton guérisseur, demande lui de faire un tour par ici. J'ai envie de changer d'air. »
Elle a surtout peur de soulever sa chemise pour s'assurer que tout est bien à sa place.

Le Harloi s'en va. Lui enverra-t-il ce qu'elle a demandé, cela reste à voir et la jeune femme n'y croit pas plus que cela. Elle attendra le retour de la servante pour l'envoyer demander l'homme, voir même son propre médecin de bord bien qu'il lui semble que celui du Harloi soit meilleur. Elle allait encore rester une semaine ou deux, puis serait capable de se lever sans problèmes. Elle reprendrait l'entraînement et dans un mois, avec de la chance, elle pourrait repartir razzier les côtes de Westeros comme si rien n'était arrivé...Ou presque. Parce qu'au fond d'elle-même, la Bonfrère était changée plus qu'elle n'aurait bien voulu l'admettre. Une entaille supplémentaire avait blessé son être et elle n'avait pas eu droit à son remède. Tant mieux! se disait une partie d'elle-même qui craignait de devenir accro au médicament si simple et si facile d'accès qu'était le Harloi. Une partie fragile, celle d'une enfant qui n'avait pas tout à fais grandis. L'autre justement, qui se pensait invincible, qui correspondait à son image de capitaine, aurait voulu en profiter. Peu importe au fond que l'une ou l'autre ai raison ou tord. Peu importe, que l'une ou l'autre domine. Elyn savait que sa vie serait bien plus simple sans cette tentation, sans la perturbation qu'incarnait le fils Timbal. Elle pourrait se concentrer sur ses véritables objectifs. Il y avait des côtes, des rivages, que la pirate fer-née n'avait pas encore exploré.
Le Nord lui semblait être la destination idéale.

AND THAT'S ALL...?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur c’est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles ▬ Elyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» La bouteille d'eau emportée était une oeuvre d'Art...
» Les séraphins sont des anges avec 6 ailes. - UC - || 21 juillet
» les personnes qui aiment manger, sont toujours celles avec qui on passe les meilleurs moments × (Dantman).
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-