AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

L’exploration de lord Arryn [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 5 Mar 2012 - 15:10

L’été laissait peu à peu place à l’automne et le Val voyait déjà ses températures chuter. Bientôt, la neige recouvrirait les hauteurs et toucherait peut-être même le sol de la vallée. Les eaux des lacs gèleraient et la maison des Arryn rejoindrait alors sa demeure d’hiver, le puissant château des Portes de la Lune bâti aux pieds de la Lance du Géant. Mais cette année-là, les choses seraient quelque peu différentes. En effet, suite au mariage à venir de son cousin de la maison Tyrell, le jeune lord Arryn avait pris le départ du Val pour rejoindre la douceur relative du Bief et la chaleur accueillante de Hautjardin. Il était prévu qu’il demeurerait ensuite quelques temps à la capitale pour des affaires importantes et son retour dans le Val ne se ferait qu’à une date qu’il ne pouvait encore indiquer…

Le départ s’était donc fait aussi sobrement que possible et le jeune lord Arryn avait pris la route accompagné de sa jeune sœur et d’une escorte suffisante pour traverser sans encombre un royaume encore meurtri par les récents tourments qui l’avaient affligé. Malheureusement, quelques heures à peine après avoir franchi la Porte Sanglante, le convoi avait été pris pour cible par plusieurs sauvages des clans des montagnes de la Lune. S’ils s’en étaient finalement sortis en matant les insurgés, les hommes du Val avaient subi de nombreuses pertes, chose qui n’était jamais très réjouissante. C’est après avoir pris les dispositions qui s’imposaient et la mort dans l’âme qu’ils avaient finalement repris la Grand-Route en direction de la petite bourgade d’Herpivoie.

De nombreuses heures de marche plus tard, il avait été temps de monter le bivouac et pendant que les hommes de la maison au Faucon installaient les tentes et les défenses pour la nuit, les autres voyageurs se reposaient déjà. Le feu était un élément indispensable de tout cela, mais il était aussi source d’un réel danger… En effet, si le feu avait cela de bon qu’il permettait de se préparer sa pitance, il pouvait aussi servir de fanal aux clans des montagnes, pour peu que ces derniers soient assez fous pour s’attaquer une nouvelle fois au groupe… D’un autre côté, sans feu, ce dernier devenait la cible des autres créatures qui peuplaient ces montagnes, bêtes féroces ou monstres de légende. Le choix entre les deux adversaires n’était pas des plus aisés à faire, mais on s’accordait souvent pour dire qu’il était préférable de pouvoir voir son ennemi arriver.

Debout à la limite du campement, les yeux rivés dans le noir, lord Jasper Arryn semblait préoccupé. C’était la première fois depuis bien longtemps qu’il quittait ses terres et il était en droit de se demander si cela en valait réellement la peine. Les portes à peine franchies, la mort venait déjà les accueillir… C’était une pensée des plus désagréables et n’importe qui aurait pu comprendre l’agitation qui régnait dans son esprit. C’était d’autant plus vrai que les raisons qui hâtaient son départ allaient sans aucun doute le conduire vers toujours plus de mort. C’était un jeune lord qui quittait sa demeure, mais qui serait-il seulement en revenant ? Seuls les Sept pouvaient le dire… Le bruit des gamelles qui se remplissaient derrière lui le tira soudainement de ses songeries et c’est en soupirant que le jeune seigneur se détourna de la nuit noire.

Mais à peine eut-il agit ainsi que des bruits attirèrent à nouveau son attention, à l’extérieur du cercle de lumière. Il s’agissait de sons feutrés, comme si quelque chose se déplaçait, discrètement. Ce ne pouvait être des sauvages, bien trop bruyants pour agir ainsi… Mais qu’était-ce donc, dans ce cas ? La sentinelle en faction non loin de là ne semblait pas avoir remarqué quoi que ce soit et il était toujours possible que ce ne soit que son esprit qui jouait des tours au jeune lord. Certes, mais cela n’empêchait pas les sons de se répéter, encore et encore… Que fallait-il faire ? Réunir tout le monde et partir ? S’aventurer seul dans l’obscurité ? Ou simplement l’ignorer et s’en détourner pour aller manger ? Une décision difficile à prendre, mais lui seul pouvait le faire.



HP : Voilà, premier message de situation posté. Je pense que ce RP ne fera pas plus de trois ou quatre messages de chacun de nous, donc ça sera relativement court. On va aussi éviter de trop s’enliser dans des considérations inutiles et se limiter à des messages de 600 à 800 mots x)

Tu es libre de reprendre ce que j’ai dit pour le signaler de ton point de vue, bien évidemment. Ensuite, si tu décides de partir explorer, je te laisse décrire dans quelle situation (avec qui, avec quel équipement, etc.) et tu n’auras qu’à expliquer vers où tu te diriges. Quoi qu’il en soit, tu ne pourras encore rien voir pour le moment !

Voilà x) Je te laisse décider tout ça et on verra ce que ça donnera Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 6 Mar 2012 - 0:57

Les préoccupations de Jasper étaient nombreuses, mais toute son attention avait été captée par ces bruits étranges entendus à l'orée du cercle lumineux défini par leur campement. Il n'avait rien pu voir mais il avait la très nette sensation que quelqu'un ou quelque chose se déplaçait tout près et en toute discrétion. Était-ce un animal, un ennemi, un espion ? Étaient-ils en danger ? Était-ce un piège ? D'un battement de cils il chassa ces pensées troublantes, car après tout, peut-être rêvait-il ces bruits discrets comme les pas d'un loup.

Il se détourna de l'obscurité pour revenir vers le centre du campement où l'on distribuait la nourriture, mais de nouveaux bruits, plus sûrs, plus inexorables, attirèrent à nouveau son attention et Jasper fit volte-face. Quelque chose se déplaçait, un ennemi peut-être voilé dans l'obscurité de la nuit qui couchait sur eux son manteau noir. Jasper devait aller voir, il en allait peut-être de la sécurité de leur campement tout entier. S'il négligeait de donner l'alerte et qu'il arrivait par malheur une catastrophe par la suite, la honte serait grande et il s'en voudrait terriblement. Jasper convoqua la sentinelle et ordonna qu'on lui amène rapidement son épée et sa cotte de maille.

Il ne voulait pas perdre de temps à revêtir sa tenue complète de combat. Son but n'était pas de répondre à une menace, mais bien d'en identifier une et pour cela, la protection de la maille et de sa lame suffirait. De la même façon, pour l'accompagner, il n'y aurait point toute la troupe, mais uniquement trois sentinelles : quatre hommes passeraient plus facilement inaperçu pour confondre la source de ces bruits étranges, quelle qu'elle soit. Jasper et les sentinelles, armes et torches à la main, s'éloignèrent du campement et quittèrent la lumière bienveillante pour s'enfoncer dans l'obscurité sombre.

Jasper avait donné pour consigne le silence le plus complet : les homes devaient le suivre et se contenter de le protéger en cas d'attaque frontale. Sans autre menace, ils devaient rester près de lui et muets comme une tombe. Quant à lui, il conduisait leur groupe à travers cette nature hostile où l'on n'y voyait rien de plus que les contours indistincts des rochers et de la végétation clairsemée alentour. Un peu plus loin on pouvait apercevoir la masse noire et difforme d'un bosquet ou d'une forêt, mais les bruits ne pouvaient provenir de là-bas. Sans trop s'éloigner du campement, ils tournèrent en quête d'indices, en quête de preuves du passage d'un éclaireur ou d'un animal quelconque, mais hélas ils ne trouvèrent rien de très singulier.

Jasper s'interrogea alors, mais il était sûr d'avoir bien entendu ces bruits. Il décida cependant qu'il était inutile d'insister et ils retournèrent au campement. Seulement, une voix dans sa tête le laissait perplexe. Il y avait quelque chose, il le pressentait. Ses soldats essayèrent de le dissuader mais Jasper, convaincu, décida de retourner explorer les environs, seul. Mais jamais les chevaliers du Val ne l'aurait laissé partir seul, et Jasper finit par céder : ser Jorah l'accompagnerait, mais il devrait demeurer silencieux et n'obéir qu'à ses ordres.

Ainsi les deux hommes s'aventurèrent-ils à nouveau à l'extérieur du campement en s'enfonçant plus profondément encore dans la noirceur des ténèbres qui les entouraient et que peinaient à éclairer la torche que ser Jorah tenait haute. Jasper redoublait d'attention, il suivait la direction supposée des bruits suspects, mais comment être sûr ? Avançant pas à pas, il espérait trouver un signe, un indice qui le conduirait jusqu'à la source de ces nuisances. Il n'en démordait pas, quelque chose rôdait dans les environs, et s'il devait passer la nuit à chercher, il resterait éveillé jusqu'au petit matin.

Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 7 Mai 2012 - 17:55

Le départ du Val d’Arryn avait été quelque peu mouvementé en raison de l’attaque perpétrée par les clans des montagnes de la Lune. Plusieurs hommes avaient trouvé la mort et le voyage avait repris dans une morosité certaine. Lorsque la nuit avait commencé à tomber, il avait été plus que temps de monter le bivouac et c’est depuis la limite de ce dernier que le jeune lord Arryn observait la nuit, pensif et songeur. Il fut finalement tiré de ses pensées par le bruit et l’agitation qui accompagnaient le service du repas mais il n’eut guère le temps d’en profiter. En effet, des bruits issus de l’ombre et des ténèbres attirèrent son attention et étrangement, il semblait être le seul à les percevoir.

Finalement, poussé par le besoin d’agir, le jeune lord envoya la sentinelle quérir son épée et sa cotte de mailles. Il devait jouer son rôle de seigneur protecteur d’autant plus qu’il avait sous sa responsabilité le jeune lord du Conflans. Qu’un malheur survienne et la honte teindrait à jamais la réputation de la noble et ancienne maison au Faucon. Pour l’éviter, lord Jasper prit donc la décision d’aller mener son enquête et c’est accompagné de trois sentinelles qu’il s’éloigna du campement, torches à la main et en silence. Ils parcoururent les environs à la recherche d’indices probant quant à la présence d’un animal sauvage ou d’une sentinelle ennemie, mais ils ne découvrirent malheureusement rien de très utile.

Cela poussa le jeune seigneur à s’interroger sur ce qu’il avait entendu, mais il était absolument persuadé que ces sons n’étaient pas sortis de son esprit. Toutefois, ne pouvant rien prouver et comme il valait mieux ne pas s’aventurer plus avant dans le noir de la nuit, le petit groupe rentra au bivouac… Jusqu’à ce que lord Jasper ne décide de retourner voir ce dont il pouvait s’agir accompagné de ser Jorah, un chevalier qui refusait de le laisser risquer sa vie, seul. Doucement et dans le silence le plus religieux, les deux hommes repartirent sur leurs traces, aux aguets, écoutant le moindre son qu’ils pouvaient percevoir. Leur torche n’éclairait que trop peu les environs et il fallait avouer que lorsque l’on y faisait attention, la nature était très vivante en pleine nuit.

De nombreuses créatures semblaient rôder dans les environs, mais aucune ne faisait le bruit qu’il avait entendu plus tôt. L’animal en question, si c’était bien un animal devait être de fort grande taille. Et à bien y repenser, quel homme aurait pu se déplacer sans lumière dans de telles conditions ? C’est avec ces pensées à l’esprit que le duo chevaleresque passa l’angle formé par un rocher et qu’il fut surpris par une ombre bondissante. En effet, quelque chose venait de leur couper la route et de bondir un peu plus loin, sans qu’ils ne puissent voir ce dont il s’agissait. Puis, sans crier gare, un feulement attira leur attention. Un feulement qui venait de derrière eux.

Se retournant, lord Jasper put donc voir qu’une créature se tenait sur un rocher en surplomb. Elle les regardait et ne semblait pas particulièrement contente de les voir ici… Là où elle se trouvait, elle tait hors de portée de leurs lames et ils ne disposaient ni d’un arc, ni d’une arbalète. Ils pouvaient éventuellement faire demi-tour et rentrer jusqu’au campement, rassurés, mais est-ce que la bête ne risquait pas de leur sauter dessus ? Qui savait ce qu’elle pouvait faire dans le cas où elle aurait faim ? D’ailleurs, peut-être était-ce justement l’odeur de la nourriture qui l’avait attirée près du bivouac, non ? A moins que ce ne fut autre chose… Pouvaient-ils la laisser ici et repartir ? N’allait-elle pas les attaquer pendant la nuit ? Et surtout, était-elle seule ? Tant de questions que devait se poser le jeune seigneur afin de prendre sa décision.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 8 Mai 2012 - 14:14

Dans la nuit noire, la lueur de la torche n'avait qu'une portée très réduite, mais pourtant, Jasper connaissait assez le bestiaire des montagnes de la Lune pour se faire une idée précise de la nature de la bête qui les toisait de haut, ser Jorah et lui. La créature était un félin qu'on aurait pu difficilement confondre avec un autre. Des jambes longues, des pattes volumineuses, l'appareil idéal pour faciliter les déplacements dans la neige car ces membres longs permettent de se dégager plus facilement de l'épais manteau neigeux qui vient couvrir les montagnes du Val quand l'hiver vient. Une courte queue terminée en manchon, un pelage noir et blanc couvert d'une quantité de taches sombres faisait la robe de l'animal. Sa tête, de forme arrondie et portée par un cou assez court, était très reconnaissable. Ses oreilles triangulaires, longues et ornées d'une touffe de poils en pinceau, demeuraient immobiles, aux aguets. Tombant sur les joues, des favoris lui faisaient une collerette sévère. La créature qui leur faisait face et les contemplait de ses yeux sombres et accusateurs était un lynx-de-fumée, cela ne faisait aucun doute. Ser Jorah portait déjà la main à son épée mais d'un geste vif, d'un regard et d'un mouvement de la tête, Jasper lui intima l'ordre de n'en rien faire. Fronçant les sourcils pour manifester son désaccord, le chevalier s'interrompit.

Le danger était là, sous leurs yeux, la bête pouvait d'un bond fondre sur eux, profiter de sa supériorité physique, de sa grande dextérité, de ses avantages naturels et les tuer sur place sans qu'ils aient le temps de réagir. Il fallait réfléchir à toute vitesse, il fallait penser vite, il fallait pensait bien. Un peu comme durant l'attaque des Faces Brûlées, il était nécessaire de peser chaque décisions en un temps limité. Jasper écarta ses mains du fourreau de son épée en un geste d'abandon total de toute intention offensive et d'un regard, contraint son chevalier à faire de même et à s'éloigner car, s'il tenait la torche, il représentait peut-être pour l'animal un danger et une menace. Jasper songea à faire un pas en arrière, mais il s'en abstint. Il se mettait déjà en danger en ne tirant pas tout de suite son épée, prêt à se défendre et à parer toute agression, mais ne point tenir sur ses jambes aggravait encore le péril. Ses yeux croisèrent le regard de la bête qu'il contempla, la gorge serrée et le souffle presque coupé. Elle était belle, à sa manière, ténébreuse et puissante, mais d'une sérénité sise et solide. Peut-être apparaissait-elle, de son poste d'observation, plus grande qu'elle ne l'était vraiment, et l'obscurité dense ajoutait à la terrible splendeur qui émanait de lui.

Le lynx aurait pu les tuer quand il était encore dans l'ombre et qu'il ne s'était pas manifesté. Pourquoi ne l'avait-il pas fait ? Deux hommes faiblement armés et protégés, privés de la lumière du jour, dans cet environnement très à leur désavantage, ne représentaient que deux proies faciles pour lui. De la même manière, pourquoi avait-il quitté le couvert de la nuit pour se montrer à eux, pour interrompre leur petite expédition ? Ces questions n'appelaient aucune réponse précise, le plus urgent était de se sortir de cette impasse. Que faire ? Fuir ? L'idée était intéressante, mais elle n'effleura pas même l'esprit du jeune homme. Il ne fuyait devant rien ni personne. Attaquer était hors de question, inconscient et stupide. Alors il décida de tenir lui aussi sa position, comme le lynx et, en silence, il se tint droit, gardant les yeux dans ceux du félin, comme pour lui signifier qu'il n'avait pas peur, mais qu'il ne ferait rien, qu'il attendrait que le lynx se décide à agir, et peut-être à partir.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mer 9 Mai 2012 - 18:13

Le noir d’encre de la nuit rendait l’exploration particulièrement ardue et compliquée. En effet, non seulement le voile nocturne dissimulait les créatures qui pouvaient rôder aux alentours, mais en plus, il rendait le chemin traitre et dangereux. Il était facile de trébucher sur une pierre ou de se briser les os dans une longue chute et ce n’était pas la torche et sa faible lueur qui allait arranger cela. Ce n’était d’ailleurs pas la créature juchée sur son rocher qui allait rendre la situation plus favorable pour eux puisque le moindre de ses mouvements pouvait entrainer une réaction vive qui résulterait en un accident bête et méchant.

La détaillant de haut en bas, lord Arryn ne mit pas longtemps à reconnaître la créature. Tout comme les Arryn, elle appartenait indiscutablement aux terres du Val. Le lynx-de-fumée. Alors que le chevalier protecteur faisait mine de sortir son arme, le jeune seigneur lui fit comprendre d’un seul regard qu’il n’était nullement question d’agir comme ça. Cela n’était pas forcément pour plaire au serviteur, mais on ne remettait pas en question un ordre de son suzerain. Il était vrai que la bête pouvait les attaquer à tout moment et les lynx-de-fumées étaient particulièrement réputés pour leur grande taille. De ce fait, un assaut pouvait se révéler dangereux… Pourtant, si elle avait voulu s’attaquer à eux, n’aurait-elle pas déjà pu le faire ? Lord Jasper ne l’avait-il pas entendu aux environs du campement ? Il était vrai que c’était pour la trouver qu’ils s’étaient ainsi éloignés du bivouac et c’était l’animal qui se présentait maintenant à eux, de face. S’il avait voulu les dévorer, n’aurait-il pas mieux fait d’agir autrement ? C’était probable, mais qui aurait pu le certifier…

Réfléchissant à toute vitesse, lord Jasper prit finalement la décision d’éloigner toute intention hostile de sa personne en écartant les mains de son fourreau et en faisant s’éloigner son chevalier. Si l’animal pouvait comprendre ce qu’il se passait, il n’en montrait rien et les grondements caractéristiques de cette race féline continuèrent à se faire entendre dans le presque silence de la nuit. Immobile, ne bougeant pas d’un pouce, le jeune seigneur demeura dans sa posture comme le roc du Val qu’il représentait. Sa décision était prise et il allait attendre de voir ce que ferait l’animal. Une fois de plus, ce dernier tenta d’effrayer les hommes qui lui faisaient face mais il dut bien se rendre compte que cela ne fonctionnait pas. La situation était étrange et elle changeait beaucoup de ce qu’il avait pour habitude de connaitre dans ces montagnes. Levant les yeux vers la lune, l’animal huma l’air une dernière fois avant de faire volte-face et de s’éloigner dans la nuit.

L’immobilité nocturne resta encore de mise pendant quelques instants et le jeune lord ne sut pas nécessairement ce que venait de faire l’animal. Un silence s’était établi, mais il fut rapidement rompu par des chutes de pierres. En effet, on entendait de légers mouvements se faire dans l’obscurité de la nuit, droit en face de lord Jasper. Puis, en silence, la créature qui les avait toisés de haut se présenta une fois de plus à eux… Tout ce qui changeait, c’était qu’elle était maintenant à leur niveau. Elle ne semblait pas particulièrement hostile, en dehors de son aspect physique puissant et redoutable. Elle ne grognait plus non plus et on pouvait presque la dire curieuse. L’immobilité et l’absence de menace de ces deux proies semblaient en effet l’intriguer au plus haut point et elle avait décidé de mener son enquête auprès d’eux. Peut-être n’avait-elle pas envie de voir une chose inconnue rester sur son territoire ? La question pouvait se poser mais la réponse resterait à jamais inconnue.

Ainsi, le lynx-de-fumée s’avançait, doucement, pas à pas. Il humait l’air et posait deux billes sombres sur le seigneur, méfiant mais curieux. Ses mouvements dépendraient beaucoup de ce que ferait lord Arryn et son chevalier et eux seuls savaient ce qu’il en serait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 9 Mai 2012 - 23:21

L'instant d'avant, l'animal était là, majestueux, terrible, et l'instant d'après, il avait disparu, ombre furtive dans les ténèbres de la nuit menaçante. Où était-il allé ? Avait-il décidé de fuir ? Jasper n'en savait rien, il n'était pas dans la tête de cet animal, mais il avait l'intime conviction qu'il la reverrait très vite, très bientôt. C'est pourquoi il ne bougea pas, malgré la disparition du lynx, malgré les bruits suspects, malgré les risques, malgré les dangers. Il était le seigneur suzerain du Val, il ne fuyait pas. Il se devait d'être solide comme le roc de ses montagnes. Mais alors la bête reparut, puissante, redoutable, mais quelque chose avait changé. Elle ne grognait plus, elle ne manifestait plus aucune forme d'hostilité. Elle demeurait dangereuse et effrayante, dans les ténèbres impénétrables, mais sans être moins impressionnante, elle n'était plus comme au sommet de son rocher. Jasper le perçut. Ser Jorah manqua de dire un mot, mais Jasper l'interrompit d'un geste sec de la main. Il n'avait pas souhaité agir offensivement l'instant d'avant, il n'était pas question d'agir offensivement à présent. La bête ne les menaçait plus ouvertement, elle semblait davantage s'intéresser à eux qu'à la menace qu'ils représentaient pour elle. Imposante, grande et mystérieuse, elle s'avançait en douceur, sans se presser, dans leur direction. Comme si elle mesurait chacun de ses pas, elle refusait de se précipiter et Jasper sentit bien que ser Jorah respirait difficilement. Il craignait pour la vie de son suzerain, ce qui était bien normal étant donné la proximité de la bête. Le suzerain du Val risqua un chuchotement.

« Ne bougez pas, c'est un ordre. » Le ton se voulait dur, et peut-être était-il même un peu sec. Jasper n'aurait pas toléré que son chevalier mette leur vie en péril par excès de zèle et de prudence, aussi son ordre était clair et sa voix ne souffrait aucune discussion. Il reposa son regard sur le lynx qui, lui, ne le quittait pas des yeux. Jasper attendit que ce dernier se soit approché d'assez près pour tenter quelque chose. Cela pouvait paraître fou ou stupide, mais il sentait que c'était la chose à faire, que c'était la réaction qui s'imposait, comme si les Sept lui soufflaient à l'oreille ce qu'il devait faire. Alors il se pencha en avant, tout doucement, et leva le bras droit, la main grande ouverte devant lui, paume dirigée vers le sol. Il n'osa pas murmurer un « Viens » qui aurait pu alerter le félin, car sur le coup, les mots lui semblèrent superflu, inappropriés. De plus, il ne pouvait imaginer une seconde que la bête puisse comprendre le langage des hommes. Il était déjà difficile de se faire comprendre d'un chien, alors d'un lynx-de-fumée ? Non, Jasper se contenta de lever ainsi la main, invitant sans le dire l'animal à s'approcher davantage, lui offrant presque sur un plateau sa main nue et désarmée.

Ce geste, Jasper ne le vivait pas comme un aveu de faiblesse, mais plutôt comme une concession faite à la créature. Celle-ci désirait manifestement rester autour d'eux, les observer, apprendre d'eux peut-être... Alors il lui offrait ce qu'elle voulait, elle viendrait peut-être jusqu'à lui pour le voir, sentir sa main, s'y frotter, et Jasper se laisserait faire, il resterait là, impassible, il attendrait un signe d'elle avant d'agir, avant de partir, car il faudrait bien sûr retourner au camp. Mais pas tout de suite, il voulait aller jusqu'au bout de cette rencontre improbable et si particulière. Il voulait en apprendre davantage sur ce lynx-de-fumée qui n'avait pas hésité à se tenir devant eux comme lui-même se tenait à présent devant l'animal.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Ven 11 Mai 2012 - 18:23

Pour une obscure raison, le lynx-de-fumée avait quitté son perchoir rocheux afin de descendre les rejoindre. De fait, le jeune lord et son chevalier protecteur étaient en droit de se demander ce que cela pouvait bien cacher. Est-ce que l’animal allait tenter de les attaquer ou au contraire, manifestait-il plutôt une drôle de curiosité à leur égard ? C’était très difficile à dire d’autant que l’on ne pouvait pas certifier du fait que ces animaux puissent éventuellement éprouver ce genre de sentiments. Néanmoins, l’animal ne semblait pas être des plus hostiles et c’est sans doute la raison qui poussa le jeune seigneur à garder le silence et à intimer à son défenseur de faire de même. Prenant même brièvement la parole, lord Jasper fit comprendre que sa décision était prise et quelle ne souffrait aucune contradiction. Sa voix était clairement celle d’un lord et il aurait été fou d’aller contre sa volonté aussi le chevalier ne broncha pas et ne fit pas mine de bouger.

Le lynx continua à avancer, doucement mais sûrement, scrutant chaque mouvement à la recherche de la moindre menace à son encontre. Lorsque lord Jasper se pencha en avant, l’animal stoppa finalement et il demeura ainsi, immobile, observant et attendant. Il put voir la main s’approcher de lui, lentement, mais sans présenter la moindre menace. L’ombre derrière le seigneur ne bougeait pas davantage et après de longs instants, le lynx se remit en action. Un pas après l’autre, il s’avança vers le seigneur du Val, les oreilles aux aguets, ses deux billes noires rivées sur la main offerte. Lorsqu’il fut à quelques centimètres à peine de cet objectif, l’animal sembla marquer une nouvelle pause, comme s’il réfléchissait à ce qu’il allait faire. Il aurait été facile pour lui d’arracher cette main d’un seul et rapide coup de dents et il lui aurait sans doute même été possible de s’enfuir sans le moindre problème. Mais pourquoi donc agirait-il ainsi ? Il n’avait aucune raison. Un animal n’était pas foncièrement mauvais et il n’attaquait que s’il se sentait menacé ou qu’il avait faim. Lord Jasper faisait tout pour se montrer le plus pacifiste possible alors tant que l’animal avait le ventre plein, il ne devait y avoir aucun risque.

Brisant soudainement son immobilité, le lynx fit un bref mouvement en avant et sa truffe humide heurta la paume ouverte du seigneur du Val. Le souffle chaud pouvait se sentir contre la peau alors même que l’animal humait les odeurs qu’il y trouvait, choses nouvelles dont il ne devait certainement pas avoir l’habitude dans son territoire rocheux des montagnes. Après quelques instants à opérer ce manège, l’animal eut une nouvelle réaction et ce fut sa langue chaude et rugueuse qui glissa le long de la main. Une telle réaction pouvait surprendre, mais il s’agissait aussi d’une marque de confiance, l’animal réagissant comme il aurait pu le faire face à l’un de ses congénères. Fixant son regard noir sur le visage de lord Jasper, l’animal finit par s’asseoir face à lui, sa truffe demeurant à quelques centimètres seulement de la main tendue. Le lynx ne manifestait toujours pas d’hostilité et il semblait même être très calme. Que pouvait-il donc attendre du jeune seigneur au Faucon ? Et surtout, qu’est-ce que le jeune seigneur allait faire ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 14 Mai 2012 - 0:45

Le contact frais et humide de la truffe de l'animal sur sa main ouverte le surprit quelque peu, mais il fit l'effort de n'en rien montrer, ou tout du moins Jasper essaya de contenir la réaction de surprise qui l'aurait projeté en arrière s'il n'était pas pénétré de la sereine assurance qu'il affectait. Sur sa peau nue, il sentait le souffle chaud de la bête qui le flairait de toute sa curiosité de félin sauvage et ténébreux. Il était risqué de laisser faire la créature qui, piquée par n'importe quelle mouche passant par là, aurait pu d'un mouvement brutal de la mâchoire croquer les doigts sans protection du seigneur suzerain du Val d'Arryn. Perdre l'usage de sa main eut été une perte cruelle pour Jasper, qui s'était juré de vivre par l'épée une vie longue et glorieuse et qui, comme tout chevalier respectable, aspirait à de grands et nobles combats. Il eut une pensée pour les Sept et alors que son cœur l'incitait à la prière, il sentit la langue chaude et rugueuse du lynx-de-fumée qui s'allongeait sur sa main. La sensation, sans être désagréable, était inhabituelle, et Jasper eut bien du mal à réprimer, cette fois, un brusque mouvement de recul, mais il réussit à se contenir et à demeurer immobile en serrant fort les dents jusqu'à s'en faire mal aux gencives et fort heureusement pour lui sa langue n'était coincée dans l'étau mortel qu'étaient devenues ses incisives. Le lynx lui léchait donc la main, mais ne semblait pas plus que cela désireux de la dévorer et Jasper, qui n'avait rien d'un expert en zoologie et ne savait rien des mœurs félines, interpréta ce geste comme une curiosité de plus de la bête qui, d'une certaine façon, se montrait désireuse de le goûter, de le découvrir un peu plus.

Puis le lynx s'assit face à lui tout en le regardant fixement. Là, Jasper saisit de sa main propre son autre poignet, et le serra en posant sur l'animal un regard interrogateur, cherchant dans les prunelles noires et brillantes de la créature une réponse à cette question : « Que veux-tu ? » Mais il ne trouva rien qu'un obscurité profonde et mystérieuse, comme s'il s'y trouvait concentrées toutes les énigmes du monde. Face à ce lynx si étonnant, Jasper ne sut que faire. Quelques instants auparavant, il était presque sûr que la bête les aurait attaqués à un moment, ou à un autre, et pourtant elle n'en avait rien fait et se tenait devant lui, calme, sereine, sans aucune hostilité. Tout doucement, Jasper se laissa alors aller à un geste qu'il n'avait pas vraiment réfléchi et, avec lenteur, tomba à genoux devant le lynx-de-fumé. D'une voix faible, presque sourde, Jasper laissa échapper :
« C'est étrange ... » Effectivement il y avait là quelque chose d'étrange, car le jeune homme avait l'impression que l'animal le connaissait, qu'il se comportait avec lui comme si ce n'était pas la première fois qu'ils se rencontraient. Jasper de son côté aurait eu à l'esprit le souvenir d'une bête si magnifique s'il avait déjà croisé sa route, mais maintenant qu'il y regardait de plus près, il n'était plus sûr de rien. Il se tenait là devant elle, à genou, à sa hauteur, et les deux paires d'yeux noirs et sombres se faisaient face, se toisaient, s'observaient, se jaugeaient. Il avait le souffle court, et faisait l'effort douloureux de demeurer immobile malgré l'inconfort de sa position. Au fond de lui, Jasper avait l'impression nette et grandissante que quelque chose se produisait. D'un geste bien placé, le félin aurait pu l'égorger ou le défigurer, mais il n'en avait que faire. Jasper avait l'impression de faire ce qui était attendu de lui et, d'une certaine manière, il sentait que c'était la bonne chose à faire, comme si les Sept eux-mêmes le lui murmurait à l'oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mer 16 Mai 2012 - 15:47

Etrangement et sans que personne ne comprenne pourquoi l’animal agissait ainsi, le lynx-de-fumée avait suivi une voie mystérieuse pour se rapprocher de lord Jasper Arryn au point de finir par lui laper la main. Tentait-il de découvrir le goût du jeune seigneur pour voir s’il lui convenait ou cachait-il une autre raison derrière cet acte ? Il était vrai qu’on entendait rarement parler d’un animal agissant de cette manière, à moins qu’il ne se fût agi d’un chien élevé et entrainé par un maitre piqueux dans les chenils d’un château seigneurial. Mais ce n’était visiblement pas le cas de cette bête sauvage et il devait sans aucun doute davantage connaître la sauvagerie violente des clans des montagnes que la voix sûre d’un dresseur. Alors comment expliquer ses réactions ? Se pouvait-il que le lynx remplisse un dessein divin, obéissant à une quelconque injonction des Sept afin d’apporter un soutien au fidèle croyant qu’était lord Arryn ? C’était difficile à dire, d’autant plus qu’on ne pouvait guère savoir si les Sept étaient capables de telles prouesses. Néanmoins, en levant les yeux vers les cieux nocturnes, on pouvait voir la Lanterne de l’Aïeule briller d’une lueur forte, comme si elle tentait de montrer la voie à suivre au jeune homme qui faisait face à cette situation.

Toujours assis face au lord, le lynx-de-fumée semblait l’observer de ses grands yeux noirs, comme s’il semblait incertain quant à la suite des événements. Il était vrai que cette situation était tout aussi étrange pour l’animal qu’elle l’était pour le seigneur, mais ça n’empêchait pas les choses de se dérouler ainsi. Quoi qu’il en soit, il semblait plus qu’évident que jamais l’animal n’avait voulu leur faire de mal. Il était vrai qu’il s’était montré un peu menaçant, sur son rocher, mais ça avait été normal, non ? Après tout, il ne faisait sans doute que défendre son territoire face à d’éventuels intrus comme n’importe quel seigneur le ferait de sa demeure. Néanmoins, lorsqu’il avait vu lord Arryn, il avait totalement changé de comportement, calmant sa colère pour descendre les rejoindre. Est-ce que ce puissant seigneur des montagnes essayait de faire comprendre quelque chose à son homologue humain ? C’était bien possible.

Lorsque lord Arryn se laissa tomber à genoux face à la bête, on put presque voir la surprise traverser le visage félin de l’animal. Il était bien probable qu’il ne s’attendait pas à cela de la part d’un être humain et il resta un long moment sans réagir, comme s’il se méfiait de l’homme qu’il avait léché ou de celui qui attendait en retrait, dans l’ombre. Pourtant, après un certain temps, le lynx finit par se remettre sur ses quatre pattes et en douceur, sans aucun geste brusque, il approcha son museau de la tête du seigneur du Val. Peut-être que l’animal ressentait la même peur que celle qui devait étreindre le jeune homme mais si c’était le cas, il n’en montrait absolument rien. Petit à petit, le mufle du lynx se rapprochait et il finit enfin par entrer en contact avec la tête de lord Jasper. Immobile, l’animal resta ainsi un moment, leurs deux têtes posées l’une contre l’autre, sans rien faire d’autre qu’attendre. Puis, un ronronnement se fit entendre et sentir, comme si l’animal essayait de communiquer d’une quelconque manière. Rapidement, sa tête se mit à frotter celle du jeune seigneur, délicatement et sans aucun geste brusque. Quiconque avait déjà vu un chat s’occuper de sa portée pouvait rapprocher ce comportement de celui d’une mère envers ses chatons. Les coups de langue, le frottement de tête et même le ronronnement faisaient partie de ces processus que ne voyaient que rarement les hommes. Pourtant, le lynx les reproduisait avec lord Jasper Arryn. Pourquoi ? Essayait-il de lui faire comprendre que quelque chose les unissait alors même qu’ils n’en étaient pas conscients ? Que devait penser le jeune lord de tout cela ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 19 Mai 2012 - 10:09

Le lynx se comportait avec lui d'une façon fort étrange. Jasper venait de tomber à genou devant lui et, après un certain temps qui lui parut une éternité, le lynx se remit droit sur ses quatre pattes. Jasper crut son heure venue. Il se dit alors que tout allait s'achever là, à genou, le lynx lui sauterait à la figure et lui arracherait la mâchoire d'un coup de patte, lacérerait son cou vulnérable de ses griffes acérées... Toutefois le jeune homme ne ferma pas les yeux face à l'éventualité d'une menace et d'une mort presque certaine. Au contraire, il demeura digne et l’œil ouvert sur l'avenir qu'il ne contrôlait plus et qu'il laissait entre les mains des Sept. Il recommanda son âme au Père, pria pour le bonheur de ses deux sœurs et surtout, pour le Val qu'il laissait sans suzerain ni héritier. Pourtant, l'heure de sa mort n'était pas venue, il ne passerait pas de vie à trépas ici, dans cet environnement toujours dangereux et mystérieux. Car au lieu de s'en prendre à lui, de l'attaquer, de l'agresser, de lui manifester quelque hostilité, le lynx se contenta d'approcher son museau de la tête du seigneur suzerain du Val. Que cherchait-il à faire, que cherchait-il à prouver ? Il se rapprochait, et le mufle du félin finit par entrer en contact avec la peau tendue du front de Jasper qui se raidit à ce contact frais, humide et inattendu. Qu'allait-il donc se passer à présent ? L'anima demeura ainsi, immobile, inexorablement figé dans cette position d'attente et d'expectative. Jasper n'osa rien faire, il avait la conviction, le sentiment qu'il devait laisser la main à l'animal qui seul prendrait l'initiative de poursuivre ou rompre ce contact. Le temps lui parut long encore une fois, mais assez rapidement somme toute un ronronnement se fit entendre, qui surprit très agréablement le jeune homme. Le félin frottait doucement le haut de sa tête contre son front et Jasper qui n'avait aucune connaissance particulière en zoologie et qui ne savait des lynx-de-fumée que leur force et leur dangerosité, ne sut comment interpréter ce geste qu'il jugea malgré tout « amical » sans savoir s'il était possible de qualifier ainsi l'attitude d'un animal sauvage.

Pour autant le lynx n'avait auprès de lui désormais rien de sauvage, au contraire, il était toujours majestueux et noble, et il le demeurait malgré les caresses, les coups de langues et du bout du museau qui ne cessait de surprendre le jeune homme. Ce dernier, avec un sourire, sut pour autant, inconsciemment peut-être, qu'il venait d'acquérir la confiance de l'animal et qu'il était inutile de jouer davantage un rôle, il lui suffirait d'être lui-même, comme il l'avait été à genou, pour que le lynx se sente auprès de lui comme lui-même. Jasper se releva doucement, sans geste brusque, une main posée sur la tête de l'animal qu'il caressait avec respect et affection.
« Ser Jorah, retournons au campement. Partez devant et prévenez les autres que nous avons un... un invité. » Jasper posa sur l'animal un regard empreint d'un sentiment particulier. Était-ce les prémisses d'une relation d'amitié entre l'homme et la créature ? C'était aller un peu loin et supposer que le lynx-de-fumée les suivrait et resterait un peu avec eux. Jasper avait au cœur le désir de partager un peu de nourriture avec l'animal, même s'il se doutait au fond de lui que le grand prédateur n'avait pas besoin de lui pour se sustenter. Mais naturellement, il déclara d'un ton neutre où l'on entendait malgré tout quelques accents d'un enthousiasme naissant : « Veux-tu venir ? » Jasper s'étonnait lui-même d'ainsi proposer à l'animal de le suivre jusqu'au campement, mais il avait au cœur l'impression que c'était la chose à faire. S'il se trompait, sans doute le lynx le lui ferait-il savoir d'une façon ou d'une autre... il lui était possible de lui mordre cette main qui lui caressait le haut du crâne, par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mer 30 Mai 2012 - 18:39

Une chose semblait maintenant être évidente, le lynx-de-fumée n’avait pas la moindre envie de tuer le seigneur suzerain du Val. En effet, son comportement était inévitablement amical et s’il avait voulu tuer le jeune homme pour se gorger de son sang, il l’aurait fait depuis un long moment maintenant. Prince de ces montagnes perdues, le lynx était un animal extraordinaire et il faisait pour ainsi dire partie des mythes et des légendes du Val. Si les gens les connaissaient souvent de nom ou grâce à des gravures dans un vieil ouvrage, très peu d’humains pouvaient s’enorgueillir d’en avoir déjà croisé un. Et voilà que l’un d’entre eux se présentait devant le jeune lord et qu’il initiait même un contact fort. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Est-ce qu’il fallait voir là-dessous un signe quelconque des dieux ? Peut-être que oui, peut-être que non… Personne ne pourrait jamais rien certifier à ce sujet puisqu’il n’y avait qu’un seul et unique témoin à cet étonnant spectacle montagnard.

L’homme en question, ser Jorah, put ainsi voir son seigneur se relever, lentement et sans geste brusque, avant de le voir caresser l’animal comme s’il n’avait été qu’un mâtin sorti du chenil d’un quelconque château. Suivant les ordres de son lord, le preux chevalier rechigna malgré tout à le laisser ainsi seul avec un animal sauvage… Mais était-il seulement sauvage ? Rien n’était moins sûr et malgré les nombreuses histoires qui courraient sur ces montagnes, aucune ne ressemblait à celle-ci. En attendant, lord Jasper Arryn reporta son attention et sa concentration sur l’animal, comme s’il cherchait à mieux le comprendre. La bête semblait presque faire pareil, scrutant le jeune homme de ses yeux sombres. Que pouvait-elle donc penser ? Savait-elle ce qui se passait ou repartirait-elle simplement dans son antre ? Tant de questions et si peu de réponses… Le lynx sembla changer d’attitude et de posture lorsque le seigneur des montagnes l’invita à le suivre, comme s’il comprenait et étudiait la proposition. Assis, il tournait la tête, ses oreilles remuant comme pour scruter les environs. Puis, finalement, le lynx se redressa et vint lécher la main de sa langue râpeuse. Quand il releva son regard vers le suzerain, on aurait presque pu dire qu’il… souriait ? C’était étonnant et surprenant, mais cette vision résumait plutôt bien ce qui devait se passer dans la tête de la bête. Jetant un dernier regard vers les ombres montagneuses derrière lui, l’animal finit par presser sa truffe humide contre lord Jasper, le poussant ainsi à aller de l’avant en le guidant sur la bonne voie.


Bien, pour ton prochain message, n’hésite pas à retourner jusqu’au campement. Ce faisant, tu peux considérer que le lynx-de-fumée te suit tout au long du chemin, environ deux mètres en arrière. Il s’arrêtera lorsque vous arriverez en vue du bivouac. Là, je te laisse donc prendre les décisions que tu jugeras les plus adaptées. Comme il s’agira sans doute de ton dernier message, n’hésite pas à développer et si tu fais un long message, ça ne dérangera pas. La balle est dans ton camp pour cette ultime ligne droite !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 4 Juin 2012 - 11:01

Jasper n'aurait jamais cru ramener jusqu'au campement un tel compagnon à fourrure. Qu'allaient bien pouvoir penser ses hommes et chevaliers ? Verraient-ils d'un bon œil cet invité surprise dont la réputation de sauvagerie et de férocité n'était plus à faire ? Ne chercheraient-ils pas à se débarrasser de l'animal vorace et dangereux ? Jasper, sur le chemin du retour, ne se souciait guère de l'opinion de ceux qui l'accompagnaient dans son long périple, car toutes ses pensées étaient à l'instant concentrées autour de l'événement presque magique qui l'avait fait s'agenouiller aux côtés du lynx-de-fumée qui n'avait rien désormais d'une créature monstrueuse et terrifiante. Au contraire, le noble félin le suivait sans traîner ni renâcler ni grogner, il semblait même plutôt content mais Jasper redoutait déjà à l'approche du camp, de ses lumières, des hommes en armes et du reste, que la méfiance naisse en lui et qu'il ne retrouve une attitude soupçonneuse et menaçante. Il ne pourrait bien sûr le contraindre à pénétrer dans l'enceinte du camp et à se soumettre aux attitudes circonspectes des autres hommes, à vrai dire il aurait tout aussi bien pu l'encourager à s'enfuir tout de suite. Mais le jeune homme avait le désir et la curiosité d'en apprendre davantage sur ce lynx-de-fumée et curieusement, au fond de lui, il éprouvait le besoin de le garder à ses côtés, bien qu'il ne sût s'expliquer d'où lui venait cette nécessité nouvelle et viscérale. C'était comme un cri sourd dans son ventre, comme s'il se trouvait dans sa chair l'écho d'une amitié qui ne demandait qu'à naître et qu'à s'épanouir dans le champ terrible de l'adversité, là où naît et grandit la flore la plus belle. Quand les lumières du campement se détachèrent devant eux, dans le noir de la nuit, Jasper ralentit le pas. Ser Jorah avait déjà dû atteindre le campement, mais qu'avait-il dit aux autres ? Finalement, Jasper s'arrêta et se tourna vers le gros félin. Il se trouva ridicule à essayer de parler avec lui, mais il sentait que c'était la seule chose à faire. « Tu devrais rester là, le temps que je m'assure que personne ne cherchera à te nuire. Je reviendrai te chercher. »

Il n'aurait pas pu contraindre le lynx à lui obéir, mais Jasper s'avança vers le camp en espérant que l'animal suivrait son conseil. À l'entrée, il trouva ser Jorah et quelques autres qui l'attendaient et s'apprêtaient à l'assaillir de questions que Jasper entendait d'avance : où était le lynx ? que devaient-ils faire ? étaient-ils en danger ? Mais Jasper les interrompit d'un geste de la main avant même qu'ils n'aient pu émettre le moindre mot, la moindre syllabe. « L'animal va nous rejoindre pour la nuit s'il le désire. Qu'on aille me chercher de la viande, je m'en occupe. » Au ton de sa voix, on pouvait deviner ce que Jasper ne disait guère : tant qu'il contrôlerait la situation lui-même, il n'arriverait rien. Il pouvait voir dans les yeux de ses hommes leurs doutes et leurs craintes, mais eux-mêmes pouvaient voir dans les siens ses certitudes et sa détermination. Car Jasper était un homme à beaucoup douter, cela était un fait, mais pour une fois son assurance était lucide et forte. On lui apporta donc de la viande pendant qu'il s'était placé au seuil du campement pour retrouver le lynx-de-fumée en espérant que celui-ci n'avait pas pris la fuite. Il alla à sa rencontre, et si l'animal décidait de le suivre cette fois, il le conduirait jusqu'à l'intérieur du camp où les attendraient un coin tranquille et sûr où manger, boire et dormir. À vrai dire, Jasper n'avait aucune idée du régime alimentaire de base des lynx-de-fumée, alors c'est pourquoi il improvisait. Il n'était même pas sûr de comprendre ou de savoir où cette rencontre étrange allait le mener. Tout ce qu'il savait, c'était qu'il se sentait concerné, désormais, par la créature.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mar 19 Juin 2012 - 16:06

L’étrange rencontre qui avait eu lieu dans la nuit du Val avait finalement débouché sur un résultat plus qu’inattendu. Le jeune seigneur des lieux avait en effet invité la terrifiante créature qu’il avait rencontré à le suivre jusqu’à son campement. L’animal le suivrait-il seulement ? Et après, que déciderait-il de faire ? Resterait-il dans les montagnes du Val ou continuerait-il ce voyage avec eux ? C’était vraiment difficile à dire et cela importait peu pour l’instant, en réalité. Ils avaient effectivement des problèmes bien plus actuels à gérer.

Alors que le jeune seigneur suivait en sens inverse le chemin qu’il avait emprunté plus tôt, l’animal originaire de ces montagnes marchait quelques pas derrière lui. Tout se déroula sans encombre jusqu’à ce qu’ils arrivent en vu du bivouac. Là, lord Jasper ralentit le pas et il invita le félin à l’attendre le temps qu’il prenne les choses en main. L’animal le scruta d’un regard noir et profond et comme s’il le comprenait, il s’assit comme il l’avait fait précédemment et il attendit. Le jeune seigneur du Val s’éloigna alors, disparaissant dans le noir de la nuit.

Après de longue minute, le jeune homme revint auprès de la bête, un plat de viande à la main. L’animal n’avait pas bougé d’un pouce et il attendait toujours. L’odeur de la viande lui agita les moustaches alors qu’il humait l’air et qu’il s’approchait lentement de la source de ce doux fumet. A pas feutrés, le lynx suivit donc lord Jasper jusqu’au campement et, après un long moment d’hésitation, il en franchit la limite. Comme il l’avait ordonné, personne ne se brusqua à la venue de l’étrange bête. L’immobilité les avait tous atteint devant un spectacle aussi surnaturel et irréel. Se déplaçant avec méfiance, l’animal continua de suivre celui qui l’avait guidé ici jusqu’à un coin aménagé pour les accueillir. Là, l’animal s’installa de manière à pouvoir surveiller tout le camp et il se mit à manger la viande qu’on lui avait offerte. Personne ne pourrait dire s’il dormirait cette nuit, mais au petit matin, l’animal serait toujours là…


Voilà, le sujet est clos ! Désolé du temps que j’ai mis à gérer ça…

Tu peux donc clairement ajouter le lynx à ton inventaire puisqu’il fera maintenant partie de tes compagnons. Tu auras aussi un lien assez fort avec lui, l’animal se trouvant autant que possible à proximité de toi. Il aura toujours l’air de comprendre ce que tu lui diras et il semblera même capable de te faire comprendre ce qu’il veut.

Bien entendu, l’animal reste une bête sauvage et il s’aventurera difficilement dans des villes ou des villages. Il pourra être possible de le faire entrer dans des forteresses avec l’habitude, mais cela ne se fera pas rapidement.

Le lynx restera évidemment un animal indépendant et il n’obéira donc jamais à un ordre quelconque. Par contre, il restera toujours non loin de Jasper et si ce dernier se trouve être en danger, l’animal interviendra pour le protéger. Jasper sera aussi le seul à pouvoir l’approcher, quiconque d’autre se risquant à des dangers. Jasper pourra néanmoins tenter de faire accepter une autre personne par le lynx.

Je pense que c’est tout ^^ Si tu as des questions, n’hésite pas à me demander !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

L’exploration de lord Arryn [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» The lord of the ringard
» Lord Voldemort [Une vraie présentation en cours]
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Lord Voldemort
» Figurines Lord of the Ring

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-