AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

[TERMINE) Âge tendre et têtes de bois [Edern]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Agent
avatar

Alysanne Florent
Agent

Général
Réfléchissez avant de croire,
informez-vous avant de réfléchir,
et doutez avant de vous informer.

♦ Missives : 2209
♦ Missives Aventure : 79
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 01/01/2012
♦ Célébrité : Viva Bianca dans 'Spartacus'©Starz
♦ Copyright : Avatar©Seamus et signature©Sargon.
♦ Doublons : Lantheïa, Danelle Lothston, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Lancehélion
♦ Liens Utiles : Mémoires de la Maison Florent
Carnets de voyages
Talents cachés
Distinctions
Archive de présentation

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
4/500  (4/500)


Message Dim 4 Mar 2012 - 21:53

Citation :
NOTE : Ce RP a lieu en 203!


L'oncle Jon n'avait jamais été très doué avec les enfants, les siens comme ceux des autres.

« Aly, j'ai dit non. Je vais à Villevieille pour affaire, et je n'ai pas besoin d'un mioche dans les pattes ! » grogna-t-il sans cesser d'affûter son épée, sous le regard déterminé de sa nièce qui venait d'apprendre son prochain déplacement dans le sud.

« Je ne t'embêterai pas, promis ! »
protesta la fillette. « Je ne suis pas allée à Villevieille depuis des siècles. Il y a plein de marchands de livres là-bas ! J'aimerais tellement y aller... je t'aiderai à porter tes affaires ! Je te tiendrai compagnie ! Je te raconterai des histoires pour te distraire en chemin ! »

Jon Florent haussa un sourcil interloqué et posa sur elle son regard d'aigle d'un bleu glacial. « La compagnie d'une petite fille de dix ans ? Me racontant des histoires de chevaliers ? Et portant... quoi, mes gants ? » Il éclata d'un rire moqueur. « Hors de question. Et si tu insistes, fillette ou pas, je te colle une taloche qui te fera sortir les yeux de la tête.»

Alysanne était trop prudente pour vérifier s'il cherchait juste à l'intimider ou s'il était prêt à mettre sa menace à exécution. Elle fila sans demander son reste, mais elle n'était pas disposée à abandonner aussi facilement. Villevieille était pour elle un paradis inaccessible où elle n'avait que trop rarement pu s'aventurer, une sorte d'île au trésor exerçant sur elle un attrait irrésistible. C'était après tout la cité du savoir, le meilleur endroit pour acheter un livre rare, un carnet de voyage, un recueil de poèmes... et l'oncle Jon était la personne idéale pour l'amener là-bas : d'abord parce que sa présence découragerait Septa Lysa, qui voyait en lui un infâme semeur de bâtards, de les accompagner, et ensuite parce que lui-même n'avait que faire des livres et n'irait pas regarder à deux fois ceux sur lesquels elle jetterait son dévolu... qu'ils soient ou non « convenables » pour la toute jeune fille d'un Lord.

Résolue à trouver un moyen de parvenir ses fins, la petite alla trouver le mestre de Rubriant, le vieux Josua, pour ses leçons quotidiennes. L'inspiration ne tarda pas à lui venir et elle prit soin, l'air de rien, de mentionner le voyage de son oncle, avant de commenter : « Peut-être qu'il pourra vous rapporter ces herbes qu'il vous manque... vous disiez hier que vous n'aviez plus de pavot, ni de cette plante importée de Lys... il pourrait passer chez votre herboriste habituel ! »

Mestre Josua, qui était en train de relire ses exercices de calcul, répondit distraitement :

« Malheureusement, chère Alysanne, je crains que ton oncle ne soit guère intéressé par une commission aussi triviale... de toute façon, il vaut mieux que j'y aille moi-même : il est difficile de prévoir exactement ce que l'herboriste aura en réserve et ton oncle ne connaît pas les équivalents des plantes dont j'ai besoin, ni les raretés qui pourraient m'intéresser. Hélas, je ne puis me déplacer en ce moment. Comme tu le sais, ta petite sœur est malade et je dois veiller sur elle jusqu'à ce qu'elle soit rétablie. »

« Je pourrais peut-être y aller à votre place, avança-t-elle d'un air innocent. Je ne suis pas aussi savante que vous mais vous m'avez appris beaucoup de choses sur les plantes depuis que j'ai commencé à tenir un herbier... »

Les yeux pâles et usés du vieil homme quittèrent le parchemin pour se tourner vers la petite qui attendait, sagement assise sur son banc, ses longs cheveux blonds et ses iris clairs lui donnant un air angélique. « Je ne doute pas que tu sois à la hauteur de la tâche, en effet. Tu as déjà suffisamment de connaissances en herboristerie pour accomplir cette modeste mission. » Il était intéressé, mais hésitant. Il n'était pas né de la dernière pluie et savait qu'il avait peu de chances d'obtenir gain de cause en adressant directement sa requête à l'intraitable et irascible Jon Florent...« Je devrais peut-être en parler à ton père dans un premier temps, et lui laisser le soin de convaincre ton oncle. »

Ainsi fut fait : il parla à Lord Florent qui parla à son cadet, et l'affaire fut entendue. Le lendemain, Alysanne prenait la route avec son oncle, le cœur léger et bondissant, perché sur la selle d'un palefroi d'un noir de jais, entre les bras du chevalier qui ruminait son éternelle mauvaise humeur. Bien décidée à le dérider, elle finit à force de plaisanteries et de risettes par lui arracher un sourire. Jon n'était pas un homme insensible, et la famille était sacrée à ses yeux. Même si son neveu et ses nièces l'agaçaient parfois au même titre que ses bâtards, il était dans l'ensemble assez fier d'eux et leur vouait une affection réelle bien que distante et peu chaleureuse.

Arrivés à Villevieille dans la soirée, ils louèrent une chambre confortable dans une auberge cossue. Alysanne ne tenait plus en place à l'idée de passer toute une journée en ville sans Septa Lysa pour lui faire à longueur de temps des remontrances et des sermons. Réveillée très tôt, elle tira littéralement son oncle hors du lit et lui apporta son manteau, son ceinturon et son épée pour accélérer la manoeuvre. Quand il s'avéra qu'il avait l'intention de commencer par briser le jeûne, elle gémit intérieurement, mais finit par prendre son mal en patience.

Finalement, elle se retrouva enfin dehors, dans les rues tortueuses et labyrinthiques de l'antique cité des Hightower où flottait le parfum de la mer, à écouter bruire la foule des passants. Toute à sa joie au départ de cette escapade, elle ne tarda pas à déchanter. Après un rapide passage chez l'herboriste, Jon commença à s'occuper de ses propres achats, et la journée s'étira sans l'ombre d'un passage chez un marchand de livres ou toute autre boutique susceptible d'intéresser la petite. Alysanne n'avait que faire d'aller chez le tailleur, l'armurier, l'orfèvre ou le négociant en vins... au bout d'un moment, elle se lassa de suivre son oncle aux quatre coins de la ville comme un bon petit chien, et se laissa distraire par la devanture d'une échoppe vendant des figurines décoratives en bois exotiques. Quand elle releva la tête, elle avait perdu de vue son oncle dans la foule.

Son premier réflexe fut de ne pas bouger. Selon toute vraisemblance, Jon n'allait pas tarder à revenir sur ses pas pour la chercher. Après un instant de réflexion, elle réalisa qu'elle n'avait pas vraiment envie qu'il vienne la chercher. Ce qu'elle voulait, c'était partir explorer la ville de son côté, profiter d'un bref moment de liberté avant que cette journée ne soit irrémédiablement perdue.

Elle serra autour d'elle sa cape bleue et partit en courant dans une ruelle adjacente. Son oncle ne quitterait pas Villevieille sans elle, il ne manquerait donc pas de l'attendre dans un poste de garde après avoir signalé sa disparition... elle risquait plus qu'une simple taloche, mais à cet instant cela lui était égal, et elle était toute prête à inventer une histoire pour justifier sa fugue. Ce qui l'inquiétait le plus, en fait, c'était de se retrouver sans protection au milieu d'une foule d'étrangers. Elle n'était pas candide et elle savait très bien que certaines personnes mal intentionnées pourraient vouloir l'enlever ou l'agresser. Aussi se précipita-t-elle sur le premier homme d'armes qu'elle aperçut en s'exclamant : « S'il vous plaît, monsieur, aidez-moi ! Je m'appelle Alysanne et j'ai perdu mon oncle... vous voulez bien m'aider à le retrouver ? Il vous récompensera généreusement !» Ceci lancé assez fort pour que plusieurs personnes se retournent et regardent l'homme auquel elle s'était adressé. Elle ne le connaissait pas, mais s'il n'était pas assez honnête ou intéressé pour l'aider, il n'oserait sûrement pas s'en prendre à elle sous les yeux de tous ces gens... de toute façon, pensait-elle, il serait bien bête de ne pas accepter, après tout il n'avait pas l'air bien riche, même s'il n'avait rien d'un mendiant...




Thème musical : Passacaglia / Bear Mc Creary


PS : certains de mes PNJ peuvent être incarnés, MP-moi si vous êtes tenté !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

[TERMINE) Âge tendre et têtes de bois [Edern]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Tournée d'âge tendre et tête de bois
» [TERMINE] Une cabane blottie au fond d'un bois [Smith et Casey]
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» tendre histoire
» Une baston... Quoi de mieux pour se détendre... et pour boire du Tzinpaf ? (PV Jenna, Laara, Saeko, Clio et Keylo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-