AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

On lit pour se trouver et on rencontre les autres -- Naell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 9 Fév 2012 - 22:58

La journée était fort belle.

L'heure du déjeuner s'approchait lorsqu'un marin aida la demoiselle à poser ses menus pieds sur le sable fin de l'île où elle désirait se rendre.
Harald était parti depuis quelques jours à présent et nulle nouvelle n'était parvenue encore aux oreilles de la Salfalaise. La rencontre avec Elyn, trois matins auparavant, avait renfermé la jeune fille un peu plus dans sa coquille. Quand bien même la femme Timbal l'avait interrogée, inquiète, à propos des rougeurs au niveau de ses cheveux et des égratignures sur ses mains à son retour, Lysena n'avait pas craché un mot de ce qui s'était déroulé, préférant garder pour elle l'étrange rendez-vous improvisé.
Ses bras et genoux la faisaient d'ailleurs toujours souffrir un peu et de petits bleus avaient parsemé sa peau délicate. Une migraine digne des mois les plus éreintants avait maltraité ses tempes avant de se dissiper, lentement, dès le lendemain.

Pour sans doute chercher à délier la langue de la future fille de la maison, on lui avait, ce matin, du bout des lèvres, donné le droit de voyager entre îles. Elle avait hésité à se rendre là où se trouvait son frère mais la curiosité avait été la plus forte : les livres des Harloi l’intéressaient bien davantage finalement. Revoir son ancien lieu de résidence risquait de la rendre bien trop mélancolique et il valait mieux éviter ; elle n'était pas sûre de tenir mentalement si on la forçait ensuite à en repartir.

La veille une domestique avait osé laisser échapper le nom du pirate briseur de cœurs dans la maison Timbal. Si elle s'était excusée moult fois auprès de ceux présents, cela avait rappelé à la jeune fille une parcelle de souvenir. Quelques questions, une fois seules, à la pauvre servante angoissée avaient fini par donner à Lysie ce qu'elle voulait : une piste pour trouver un autre exemplaire du petit livre offert par Père, si c'était possible. Elle découvrit au passage, que ce nom était honni ici. Harald aurait-il râlé si il les avait entendues discuter ?

Les grimaces d'ailleurs que firent les marins à qui elle adressa sa requête lui firent comprendre qu'elle était malvenue mais son sourire timide et les ordres de sa belle-mère suffirent à les forcer à prendre la route. Tant qu'elle restait auprès d'un des hommes de confiance de la famille, après tout, elle ne craignait rien, n'est-ce pas ?

Dans son petit balluchon elle cacha son trésor d'enfance fait de papier. L'idée de voir maints parchemins la rendait ravie. Même si l'endroit était surement infesté de rats, elle se sentait radieuse : les encres et le vélin étaient de bien meilleure compagnie que les humains et peut être trouverait-elle ce qu'elle cherchait.

Elle foula le sable avec plaisir, soupira silencieusement d'aise. Les voyages en boutre n'étaient décidément pas toujours agréables et, question d'habitude, elle préférait la terre ferme. Cela changerait, peut être, un jour, si on lui permettait de "voir" si elle était adaptée à la Mer. Même si l'idée de vivre dessus la rendait un peu malade.
Le sol caressait sa peau, réchauffait ses joues. Aucun nuage ne bloquait la route de ses rayons et la traitresse Mer, lorsqu'elle se tourna vers elle, lui fit penser à milles miroirs tellement elle luisait. Le spectacle était magnifique.
Elle inclina légèrement son visage sur le coté, songeuse, comme pour saluer cette immensité dangereuse avant de s'en détourner sans regret. Où aller, maintenant ?
Son regard se posa sur l'horizon, sur les bâtiments qui se dressaient, brisant le voile parfait du ciel. Où s'adresser ? A qui demander le droit de voir les livres Harloi ? Est-ce qu'on lui permettrait au moins ? Devrait-elle... Payer ? Elle écarquilla les yeux. Zut. Sa bourse était restée chez Harald.

Derrière, mal à l'aise, un des hommes descendu du boutre la suivait à petits pas. Elle frissonna, se sentant tout à coup encore plus mal que lui. Être accompagnée d'un inconnu qui avait sans doute reçu l'ordre de ne pas la lâcher des yeux mais de ne surtout pas l'importuner était bizarre pour elle.
Enfin, tout était bizarre ces derniers temps.

Vêtue de la jolie robe verte qu'elle avait chez Dagon, les cheveux pour une fois attachés par un ruban en une tresse pratique, elle eut un sourire timide pour son chevalier-servant qui éclaira ses traits tout joliment.
Malgré la gêne, elle était joyeuse. Elle rêvait, déjà, d'histoires plus charmantes les unes que les autres à découvrir. Sa petite cervelle était emplie de sirènes et de kraken, de gentils ou violents pirates et de demoiselles presque aussi fortes que les hommes. Elle se voyait déjà rire si un double de son livre se trouvait sur les étagères. Des songes naïfs mais ô combien délicieux.

Le trajet jusque Dix-tours vers lesquelles elle se dirigea au pif lui sembla une éternité même si elle pressa le pas.
Les joues rosies par l'effort, ce fut de sa voix toute douce bien qu'impressionnée par le bâtiment qu'elle expliqua sa présence au domestique à l'entrée. Pouvait-elle avoir accès aux merveilles que recelait ce... Ce fort si la bibliothèque s'y trouvait bien ? Ou sinon de qui en obtenir la permission et où la trouver ? Son sourire se fit grand, sincère, heureux lorsqu'il lui accorda ce qu'elle désirait et se proposa de la guider.

Elle le suivit, dévorant du regard ce qui les entouraient, pressée d'être enfin sur place. Elle retint, bien malgré elle, son souffle quelques secondes lorsque le serviteur lui indiqua qu'ils étaient arrivés.
Tandis que la porte s'ouvrait sur le monde merveilleux, Lysena eut l'air ébahie. Un léger cri de joie lui échappa.

" Ne faites pas trop de bruit... "
Le conseil était parfaitement inutile. Elle pénétra dans le sanctuaire à petits pas, oubliant complétement de remercier son guide. Par le Dieu Noyé, rêvait-elle debout ? Sans oser toucher quoi que ce soit sur l'instant, elle sentit un énorme frisson s'emparer de nouveau d'elle. Ah, si seulement elle pouvait vivre là. Elle serait radieuse et la vie ne pourrait qu'être merveilleuse.

Quelques pas derrière, le marin faisait une sale tête. Mais alors une vraiment sale tête.

Plus tard, après avoir retrouvé légèrement sa raison, ce fut très timidement qu'elle osa, encore, formuler une demande au garçon chargé de ranger les ouvrages cette fois-ci. Savait-il où étaient rangés les livres de légendes spécifiques ? La réponse lui arracha un air déçu. Il lui indiqua un long rayon dans lequel elle ne trouva pas son bonheur et l'invita à sortir voir si, par tout hasard, Lord Kenning n'avait pas emprunté celui qu'elle voulait.
Il lui expliqua vocalement comment faire pour ne pas se perdre et ce fut avec regret qu'elle laissa derrière elle ce lieu si réconfortant. Devoir quitter les parchemins gorgés de savoir lui arrachait le coeur.

Avec un soupir triste, elle fit donc route vers la demeure du Seigneur Kenning, toujours gardée...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 13 Fév 2012 - 19:06

Naell assista au départ de Sargon de loin, elle n'avait pas souhaité rejoindre les autres domestiques et membres de la maison Harloi sur la plage. Ses adieux avaient eu lieu quelques soirs auparavant, depuis ils n'avaient fait que se croiser sans s'adresser la parole. Les domestiques lui avaient confirmé pour la réserve. Si bien que chaque fois que Naell passait devant, elle ne pouvait s'empêcher de s'y arrêter, mais n'avait pas encore osé en franchir la porte. Une sorte de sanctuaire sacré, le sien bientot mais pas encore.

Une nuit après la fin de ses tâches domestiques, Naell se dirigea vers la réserve. Elle s'assit devant la porte fermée à même la poussière, fermant les yeux comme cherchant le moyen d'y entrer.

Elle se revoyait enfant, entrant pour la première fois dans l'atelier de Keban.

-"Appréhende cet endroit comme s'il était déjà tien, observe les flammes des foyers, ils seront tes compagnons, eux seuls sauront te guider vers la finalité. Le bijoux tel qu'il doit exister. Parce que le métal seul sait comment il veut être formé et n'acceptera aucun autre moule."

Elle l'avait regardé, ne comprenant pas ce qu'il avait voulu dire, mais aujourd'hui elle savait. Même si les foyers n'existaient pas encore, elle sentait déjà leur chaleur sur sa peau, les éclats des feux qui coloreraient l'atelier, le parerait d'orangé.

Quand elle se releva, ses jambes étaient ankylosées, elles tremblèrent quelques instants si bien que la jeune orfèvre dut s'appuyer sur la porte pour conserver son équilibre. Elle ouvrit la porte, observant l'intérieur. La réserve ne faisait que quelques mètres carrés mais cela lui suffirait. Elle apporta sa torche à l'intérieur, observant les ombres disparaître dans les coins sombres, et les rats courir se cacher ailleurs. Cela lui attira un sourire. Oui elle serait bien ici. Elle déposa la torche, commençant à déplacer les caisses, dans le but de les installer en une table provisoire. Elle découvrit une torchère et y plaça la lumière. Naell nettoya la poussière, renversa une caisse pour y placer les rebuts qu'elle trouvait au sol, morceaux de verre, ou d'autres objets méconnaissables.

Elle s'imaginait déjà ici. Le seul soucis restait l'aération, si elle ne voulait pas que l'atelier devienne sa tombe. Elle réprima un baillement, quitta la pièce, refermant soigneusement la porte.

Naell resta un moment assise sur sa paillasse, faisant rouler la pierre que lui avait offert Sargon, jusqu'à la connaître sur le bout des doigts. Elle voyait déjà quelques idées pour l'exploiter au mieux. Un collier ou une bague ne mettrait pas en valeur la pierre, elle était trop petite pour être réellement visible, même si la monture du bijou était aussi petite que possible. Mais une boucle d'oreille peut-être. L'orfèvre resta songeuse un moment avant de s'endormir. La journée de demain serait longue si elle ne prenait pas un peu de repos.

-"Non, il n'y a aucun armurier à Kenning, tu aurais fini par le croiser. Cela fait quelques jours que tu vis ici. Le château n'est pas si grand."
-"Mais sur l'île..."
-"Oui, à Dix Tours, le plus gros château de l'île."
-"C'est aussi la demeure de Lord Igon"
-"Peut-être que le maître te laisse quelques libertés mais pas celle-là"


Naell baissa la tête, consciente que la domestique avait raison.

-"Je trouverais autre chose."
-"Naell ?"
-"Hmmm ?"
-"Crois-tu réellement qu'encourir la colère du maître pour cette chose, en vaut réellement le coup ?"
-"Sans hésiter"


La jeune femme retourna à ses tâches ménagères avec un léger sourire, elle devrait donc se rendre à Dix tours ou trouver le moyen de faire parvenir ses questions au forgeron. La journée fut effectivement longue, mais Naell réussit à terminer ses tâches avant que le soleil ne se couche. L'atelier prenait forme peu à peu. La jeune femme observa la vitre. Elle empila quelques caisses les une sur les autres en une tour branlante pour l'atteindre. Il lui manquait encore quelques centimètres, mais sauter équivaudrait à se briser le cou. Le verre ne semblait guère épais, ce qui n'était pas étonnant pour une simple réserve, beaucoup n'aurait même pas eu de fenêtre. Elle finit par redescendre de sa tour, le problème du verre attendrait qu'elle ait avancé dans ses autres travaux auparavant.

Aujourd'hui, la jeune femme avait décidé d'explorer les alentours du château pour commencer ses essais. Aujourd'hui était son premier jour de congé, depuis sa capture et elle avait bien décidé d'en profiter. Les gardes la regardèrent passer sans faire mine de l'arrêter.

L'un d'eux la détailla, tandis qu'elle passait la porte. Elle était vêtue d'une robe orangée qui lui arrivait aux genoux, laissant ses bras nus. Elle portait un sac de toile. Et elle allait toujours pieds nus. Bien sur elle appartenait à Sargon, mais les belles femmes étaient rares entre ces murs. Et elle était plaisante à regarder.

Elle observa la mer au loin, frissonnant en la voyant si proche. Il faudrait qu'elle s'y habitue, elle n'avait pas le choix. Mais l'air pur lui faisait du bien, elle se sentait libre à l'extérieur des murs. La jeune myrienne s'éloigna du château, tout en tournant le dos à la mer. Son regard parcourait le sol, cherchant des galets. Traînant un sac, contenant ses trouvailles, quand elle remarqua qu'un couple se dirigeait vers le château de Kenning.

Naell les observa un court moment, ils semblaient aussi différents qu'il puisse en être possible. La femme semblait être une dame du continent. Selon les dires de Sargon, les femmes fer-né ne devaient pas ressembler à ce qu'elle avait sous les yeux. Un corset enserrait sa poitrine, laissant deviner sa poitrine, une robe verte agrémenté de quelques broderies. Une poupée, voilà ce qu'elle évoquait. L'homme quand à lui n'aurait pas détonné sur le navire de Sargon. Elle se détourna, retournant à sa quête des galets en un voyant un qui l'intéressait.

Comment récupérer un moyen de faire du feu, les torches n'étaient pas illimitées, mais les moyens de faire du feu étaient rare. Elle soupira en remuant les galets. Son esprit revenait à son probleme de fenetre, au final, la vitre devrait surement être brisée, et cela ne mettrait pas le pirate de bonne humeur quand il lui apprendrait, et cela serait difficile de lui cacher cela bien longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 13 Fév 2012 - 21:48

Le son de la mer comme partout, accompagnait leur route. Sur le chemin tandis qu'ils s'approchaient de la demeure Kenning, elle se retourna vers le marin et esquissa un sourire timide en mettant son balluchon tenu à deux mains dans son dos.

" Après cette visite, nous rentrons au boutre, c'est promis. "

L'humeur peu délectable du gars avait fini par l'atteindre. Il ne répondit qu'avec un grognement et elle détourna la tête, penaude. Ce n'était vraiment pas facile, les hommes... Et si elle ne parvenait pas à rendre le sourire à ce simple marin, comment pouvait-elle plaire à Harald ? Mais, pour une fois qu'elle s'amusait un peu, ne pouvait-on pas la laisser ?

De la couleur insolite attira son regard. Non loin, penchée sur un endroit plein de petites pierres, une femme.
Plaisante n'était pas l'expression qui lui venait à l'esprit pour la décrire. Éphémère, magnifique fantôme que l'on n'attendrait pas là. Perle parmi les cailloux était bien mieux. Lysena ne l'aurait sans doute pas remarquée si elle n'avait pas été vêtue ainsi : la robe avait un petit quelque chose qui rajoutait à son charme.

Le dos courbé, elle ressemblait à ces statues décrites dans les histoires. Sa peau attirait les reflets du soleil, ses cheveux un peu emmêlés paraissaient légers. Est-ce que, si on les touchait, ils seraient aussi suaves qu'ils en avaient l'air ?
Lysie était trop loin pour voir ses yeux mais pouvait deviner l'air attentif qu'elle devait avoir. Ses sourcils joliment dessinés étaient-ils foncés d'indécision ? Que cherchait-elle parmi ces petites pierres ? Un trésor caché ?
Avait-elle sinon perdu quelque chose ? Lorsqu'elle l'aurait trouvé, serait-elle radieuse ? Ses lèvres ourlées s'ouvriraient-elles sur des dents blanches ?

Cela ramenait en mémoire des souvenirs mignons de recherche de coquillages avec Nourrice. La curiosité la tiraillait. Pouvait-elle aller voir, juste discrètement, avant de reprendre la route ? Elle porta à ses lèvres un doigt songeur. Bien malgré elle, elle battit des cils un peu plus vite, ce qui eut pour effet de lui donner un air totalement innocent.

Elle fit volte-face, considéra encore le pauvre marin. Elle allait faire une bêtise.

" Je... Je vais demander notre chemin. "
Le mensonge la fit rougir et baisser les yeux. Enfin, ce n'était qu'une demie vérité : autant s'assurer, n'est-ce pas, que le trajet qu'ils empruntaient était le bon.
Elle força un peu ses pas, chercha à aller plus vite, déviant donc de leur route initiale. Elle prenait un grand risque. En fait, tandis qu'elle approchait de plus en plus, elle était de moins en moins sûre d'elle. Si l'inconnue la recevait comme Elyn... Un léger frisson la traversa. Mais toutes les beautés n'étaient pas vilaines, n'est-ce pas ?

Elle stoppa sa marche rapide à quelques distances de la belle ; une lueur d'amusement au fond de son regard se disputait avec la peur.

" Pardon... "
Sa voix douce portait peu. Sa gorge se nouait futilement de timidité. Elle tendit en un geste gracile une main dans la direction où elle se rendait auparavant.

" Est-ce que le... La demeure des Kenning se trouve bien par là-bas ? "
Elle pouvait mieux percevoir la jeune femme maintenant. Ses pieds avaient, ici et là, souffert de ne pas être couverts mais restaient assez propres dans l'ensemble. Ses jambes étaient modelées, façonnées par un artiste qui n'avait sans doute jamais fait d'erreurs. Un ventre plat, que la tenue orangée soulignait. Des seins rebondis. Un menton délicieux, des lèvres gorgées de soleil, un petit nez mutin et un regard... Quel regard. Comment pouvait-on ne pas se perdre dedans ?
Un peu jalouse, Lysena se demanda un bref instant si sa poitrine ne la gênait pas pour courir. Ou comment elle faisait pour maitriser sa si abondante chevelure.

Elle rebaissa son visage, parut contempler les galets. La femme avait un sac, elle aussi. Que tenait-elle donc dedans ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 16 Fév 2012 - 18:40

Naell entendit la jeune femme lui parler. Elle leva la tête, avant de se redresser complètement, l'observant. Son regard porta dans la direction que désignait la main de l'inconnue. Les ordres de Sargon lui revenait en mémoire. "Tu ne parleras pas avec les gens extérieurs à Kenning". Mais si on lui parlait en premier devait-elle répondre ou feindre d'être muette ?

" Est-ce que le... La demeure des Kenning se trouve bien par là-bas ?"

-" Oui, c'est bien ce château."

Elle glissa le caillou qu'elle avait ramassé dans son sac.

-"Si vous cherchez Sargon, il n'est pas là, il a pris la mer depuis peu."

Naell ouvrit son sac, essayant de visualiser ce qu'elle ferait avec les pierres, si elle en avait assez.

-"Et je ne sais pas quand il reviendra.
- Oh. Je... "


L'inconnue s'empourpra, parut surprise.

-"Qui êtes-vous exactement ? D'ou venez-vous ? Je peux lui faire passer un message de votre part à son retour si vous voulez, à lui ou un autre."


Elle se permit un petit sourire. La femme répondrait-elle à ses questions ou l'enverrait-elle paître ? Après tout Naell ressemblait à une sauvageonne à se promener ainsi vêtue et sans chaussures.

Naell avisa un galet qui correspondait à ce qu'elle cherchait et le ramassa. Si la femme lui confiait une coursive, cela lui ferait une excuse pour se rendre à Dix-tours voir le forgeron. Sargon ne pourrait rien dire, n'est-ce pas ?

-"Pourquoi vous voulez aller là-bas ?"

Son ton ne contenait qu'une nuance de respect suffisante pour que la dame en prenne véritablement ombrage.

-" C'est votre garde du corps ?"

En désignant le marin qui la suivait et s'était arrêté quelques pas derrière elles, les surveillant d'un oeil. Il semblait manifestement agacé d'être là, plutôt que sur son navire.

Son esprit revenait à son expérience du matin. Elle avait empilé les galets en une sorte de tour, avait ramassé un peu de bois morts puis y avait mis le feu à l'aide d'une torche qu'elle avait pris du château. Le four avait fumé mais de manière non régulière. Et la température ne semblait réellement pas assez chaude, Naell avait pu approcher sa main très près des flammes. Elle soupira, en cherchant ce qui avait pu ne pas fonctionner correctement.

Peut-être en bouchant correctement les espaces entre les galets, ou alors en modifiant la forme du four. Elle ne pouvait pas utiliser de l'argile avant d'être sûre d'avoir compris le principe de fonctionnement. Naell était resté un moment à l'observer, essayant de visualiser à partir de ses souvenirs le four de Keban. Peut-être en effectuant son prochain test à partir d'une petite caverne naturelle, qui serait plus hermétique que son empilement de pierres. Mais elle ne pourrait trouver ceci qu'au bord des falaises et donc de la mer. Son corps se crispa à cette pensée, sa respiration s'accéléra, ses mains s'enfoncèrent dans la terre meuble.

L'étrangère était-elle une des conquètes de Sargon malgré ses dires ? Est-ce qu'il aimait le genre fragile qui se brise au moindre mouvement ? Cela ne la regardait pas vraiment d'un coté.

-" Est-ce que vous connaissez l'île ? "


La femme ne pouvait surement pas l'aider. Peut être aurait-elle pu lui indiquer une de ces cavités ? Y en avait-il une sans eau aux alentours ? Dommage qu'elle n'aille pas vers dix-tours. Elle aurait peut être pu lui demander d'aller chercher des informations pour elle sans vraiment désobeir à Sargon ainsi. Après tout, elle avait une excuse toute trouvée si son nouveau possesseur posait trop de questions ou se fâchait.
Naell haussa les épaules. Elle se débrouillerait bien d'une manière ou d'une autre au final. Même si elle manquait de temps, elle était patiente.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 16 Fév 2012 - 20:34

Sargon, pourquoi chercherait-elle donc ce... Cet inconnu en particulier ? Elle rougit devant la méprise, fit non de la tête.
Avant de répondre, après avoir regardé ce que ramassait la dame, elle se saisit d'un galet qui lui semblait correspondre à ceux que la femme prenait. Se mettre au même niveau que la demoiselle lui paraissait naturel. La prendre de haut aurait bien été malpoli, surtout qu'elle avait besoin d'informations. Et puis aider quelqu'un était un acte bon, non ? L'activité n'était point salissante.

" Je m'appelle Lysena Salfalaise. " Fit-elle toujours aussi suave en regardant de nouveau Naell.
" Et vous ? "
Elle lui tendit le caillou, son sourire tout timide tout le temps aux lèvres. D'où elle venait encore ? Sans doute devait-elle dire de la maison d'Harald ?
La femme avait sans doute un nom magnifique. Peut être un peu étrange.

" Je vis sur Vieux Wyk. "
Leur peau à toutes deux était fraiche, presque froide même si celle de Naell avait l'avantage en ce domaine. L'inconnue prit le présent de fortune et Lysena se remit à la recherche d'autres semblables.
Posant son balluchon, non loin, elle se saisit de sa jupe d'une main, la releva à peine, y creusa un léger creux pour pouvoir glisser plusieurs pierres dessus.

Elle chuchota les palabres suivantes, pour ne pas se faire entendre de quelqu'un d'autre que sa belle interlocutrice :
" Le... Enfin l'homme derrière vérifie juste que je ne fais pas de bêtises et qu'il ne m'en arrive point. "
Son sourire se fit penaud, mais de l'amusement se lut clairement dans son regard. Ce n'était pas l'exacte réelle explication mais l'idée lui semblait rigolote sur le coup. Quelles stupidités pouvait-elle faire de toute manière qui gêneraient sa nouvelle famille ?

" Je cherche un livre et l'on m'a dit que je le trouverai peut être à la demeure des Kenning puisqu'il n'était pas à la bibliothèque. " Un autre morceau de rocher poli dans ses doigts, puis sur son plateau improvisé. Elle continua, sagement, ses recherches.

" Je ne connais que la route pour aller à Dix-tours pour le moment. Vivez-vous ici ? Savez-vous à qui je dois m'adresser une fois à la maisonnée pour... Pour savoir si je peux lire l'ouvrage si il y est bien ? "

La dame posait des questions, alors pourquoi pas elle tant que cela restait bon enfant, entre femmes ? Quand bien même elle semblait fort curieuse, elle n'avait pas l'air méchante et ramasser des choses était divertissant même si Lysie n'en n'entendait pas encore le but. A ce propos...

" Puis-je vous demander ce que vous allez faire de toutes ces petites choses ? Essayer de les sculpter ? "
De l'admiration dans son ton. Mais elle ne voyait vraiment pas ce qu'elle pourrait en faire d'autre, à part peut être les collectionner ? Y avait-il un intérêt à les garder cependant ?

Derrière, le marin semblait un peu excédé. Il se foutait, bien entendu, de ce qu'elle pouvait dire ou faire mais cela allait encore retarder leur départ.

" Et qui est... Qui est Sargon ? "
Ses pommettes redevinrent fort rouges. Elle avait déjà entendu ce nom, bien entendu mais tout de même. Elle ne savait au final rien de plus de lui que des rumeurs, des on-dits et ceux-ci étaient toujours déformés, n'est-ce pas ?
Il était un homme, elle le savait. Un capitaine qu'Harald n'aimait pas. Mais.. Mais à part ça ? Etait-il aussi inhumain que les domestiques le disaient ? Etait-il aussi charmeur que ce que d'autres suggéraient ?
Si c'était lui qui avait le livre... La laisserait-il seulement jeter un œil dessus ? Devoir parler à un homme l'angoissait déjà. Le souvenir de l'avoir déjà rencontré quand elle était petite ne lui revenait pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 21 Fév 2012 - 15:48

L'inconnu répondit négativement quand Naell lui demanda si elle cherchait Sargon. Beaucoup de gens semblaient chercher Sargon selon les domestiques. Ca n'aurait été qu'une de plus.

-"Lisséna"

En répétant son nom avec l'accent des cités-libres. L'inconnue qui n'en était plus vraiment une comme elle lui avait fait cadeau de son nom lui tendit un galet, que l'orfèvre glissa dans le sac. Celui-ci teinta en tombant sur les autres.

-"Je suis Naell, juste Naell"

Après avoir entendu que la femme vivait sur vieuvik. Elle ne savait même pas si c'était un château, un bâteau ou autre chose. Elles continuèrent de ramasser des pierres, tandis que Lysena lui racontait ce qu'elle venait faire à Kenning.

Naell se mit à rire quand sa compagne lui demanda si elle comptait sculpter les pierres.

-"Non, non, je cherche à fabriquer une sorte de four, comme mon maître en possédait avant."

L'orfèvre trouvait étrangement facile de discuter avec la jeune femme, bien que celle-ci ait l'air fragile.

-"Mais mes expériences se sont révélées infructueuses pour le moment, mais je continue, je finirais par réussir."

Elle se tut quelques instants, se demandant si elle devait se présenter en qualité de femme-sel de Sargon ou d'orfèvre ? Peut-être une sorte d'orfèvre-sel ? Cette idée lui arracha un sourire.

-"J'ai été capturé par Sargon à Myr, la cité-libre"

Naell ne savait pas ce qu'on apprenait aux femmes des îles, elle-même connaissait l'existance de Westeros mais en tant que terre lointaine, elle n'aurait jamais pensé y mettre les pieds un jour.

-"Je suis orfèvre."

Se raccrocher à ce fait, ne pas en parler au passé, elle était et resterait orfèvre.

-"Sargon..."

Elle fit une légère moue en réfléchissant à cette question.

-"Mis à part que c'est l'homme qui m'a capturé, c'est un fer-né tapageur, colérique et collectionneur qui essaie d'obtenir les faveurs de son oncle et qui s'intéresse à tout ce qui a des seins."

Sa réponse n'avait été qu'un murmure destiné aux seules oreilles de Lysena, puisqu'elle ne savait pas pour qui l'homme travaillait. Bien qu'elle ne connaisse pas Sargon depuis longtemps elle ne devait pas être trop éloignée de la vérité.

-"Vous ne portez pas de bijoux par choix ?"

Ni son cou, ses poignets, ses doigts ou ses oreilles n'étaient orné d'un quelconque bijoux, c'était presque choquant. Même Naell en portait quelques uns, principalement à ses oreilles. Elle détailla quelques instants le visage de la jeune dame, sans penser que son attitude pourrait être qualifiée d'insultante tout en réfléchissant à moitié à haute voix.

-"Opale...Saphir...Non, plutôt une aigue-marine pour la couleur des yeux..."

Son regard descendit sur le cou, puis les mains et enfin les poignets.

-"Monté sur un bracelet très fin... Plutôt une pierre unique pour faire ressortir..."

Naell repassait dans sa tête les différents métaux, hésitant entre l'argent et l'or. Elle n'était pas partisane de touts ces bijoux clinquants avec les pierres les plus grosses possibles, cela desservait plus souvent son porteur que l'inverse. Mieux valait un bijoux discret qui mettait en valeur qu'une horreur qui attirait tous les regards.

-"L'or donc, l'argent ferait ressortir la blancheur..."

Elle attrapa un morceau de bois et traça quelques symboles dans le sable, sans en paraître satisfaite. Les dessins ne semblaient rien évoquer de particulier. Un ensemble de cercle, trait, courbe et autres formes sans queue ni tête.

-"Pour en revenir à votre livre, peut-être que les domestiques attitrés des maîtres auront une idée de son emplacement, je ne peux guère vous aider, sinon vous indiquer à qui vous adresser pour poser vos questions."

Naell se redressa, observa le ciel un moment, avant d'estimer rapidement le nombre de pierre que contenait le sac de jute. Elle l'ouvrit devant Lysena pour que celle-ci y dépose les galets qu'elle avait ramassé.

-"Je vais vous accompagner, j'ai d'autre tâche à finir au château."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 21 Fév 2012 - 17:27

Naell, juste Naell. La jeune fille ressentit une joie éphémère. Pour une fois la discussion était agréable mais elle ne devait pas pour autant oublier ses manières. Cette inconnue-ci ne menaçait en tout cas ni de la frapper ni de la faire disparaitre six pieds sous terre. Elle ne l'insultait pas non plus.
Lorsqu'elle rit et parla des pierres, les yeux de la fer-née s'écarquillèrent de curiosité :

" Un four ? Puis-je vous demander pourquoi ? "
Que voulait-elle faire d'une telle chose ? Manquait-il de la chaleur à Kenning ? Les nuits froides devaient être bien difficiles si oui.
Naell était une "servante". Les traits de la Salfalaise s'attristèrent un peu.

" A quoi cela ressemble t'il, Myr ? "
Demanda elle d'une voix un peu plus timide, les pommettes toujours rougies. Était-ce différent des paysages qui les entouraient ? Le soleil y était-il toujours le même ? Il y avait sans doute la Mer, sinon qu'y aurait fait un capitaine ?

Elle était d'ailleurs. A sa façon de prononcer son nom et à ses dires, cela était de toute façon devinable : elle ne venait pas clairement pas des îles. Et puis oser parler d'un homme ainsi, c'était... Incongru. Presque choquant et en même temps délicieusement amusant. Si seulement elles avaient été seules, Lysena aurait demandé davantage de précisions mais la présence du marin non loin la fit se tenir sage. Voilà qu'elle était intriguée par cette femme sortie elle ne savait d'où aux propos insolites.
Elle songea qu'elle était bienheureuse soudainement que Sargon ne soit pas là. Si il était aussi affreux que le décrivait la jeune femme et les rumeurs... Un frisson la traversa alors que son interlocutrice partait dans un monologue dont elle ne comprit pas grand chose. Cet homme, ce Sargon, avait-il la moindre qualité, outre d'être fer-né ? A cause des racontars, elle l'imaginait tel un énorme géant horrible, malpoli mais sachant manier les mots, tenant une hache aussi grande qu'elle. Risquait-elle de le croiser si elle profitait parfois de la bibliothèque de Dix-Tours ? L'interrogation lui brûlait les lèvres mais ne les traversa pas.

Le regard que l'exotique étrangère lui lança la mit mal à l'aise. Comme si Naell la déshabillait des yeux, elle détourna les siens et se força à se concentrer sur la recherche de galets.

" Je... Je n'y ai juste jamais vraiment songé. "
Répondit-elle troublée. La femme se mit à tracer des choses étranges sur le sable. Lysie y jeta un coup d’œil sans oser s'approcher davantage pour mieux scruter les formes ; les lignes sans queue ni tête lui semblèrent aussi bizarres que la belle venant de Myr.
Ce n'était pas qu'elle lui faisait terriblement peur ; elle avait l'air même gentille mais son comportement était... Surprenant. Oui, c'était le bon mot : totalement surprenant. Comment devait-elle réagir face à une personne de son genre ? Etaient-elles toutes ainsi les habitantes de là-bas ? Ou bien Naell était-elle un cas à part ?
Elle avait dit être orfèvre et parlait maintenant de bijoux. Enfin, divaguait plutôt, voilà qu'elle revenait à la question du livre.

" Merci. "
Son léger sourire habituel revint flotter sur ses joues. Le fait que la femme accepte de la guider annonçait une suite moins dure : elle n'aurait pas besoin de quémander, ici ou là, de l'aide à des visages moins amicaux et, enfin, avec de la chance, elle trouverait ce trésor qu'elle espérait tant.
Le marin arrêterait peut-être d'être tout grognon aussi ainsi.
Elle fut invitée à déverser ses cailloux dans le sac grand ouvert et le fit sans davantage se faire prier avant de récupérer son propre balluchon.

" Lisez-vous vous aussi ? " Osa-t' elle demander lorsqu'elles prirent enfin la route.
" Je ne suis pas sûre mais... Dans la bibliothèque de Dix-Tours n'avez-vous pu trouver des informations pour votre four ? "

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

On lit pour se trouver et on rencontre les autres -- Naell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Pour se trouver il faut d'abord savoir se perdre [PV Higuen]
» Croisé Caniche noir à la SPA de Dunkerque
» J'ai traversé toute la Terre du Milieu pour vous trouver!
» Ecoute le vieux rafiki et il te montrera le chemin car tu dois "regarder au-delà de ce que tu vois" (a)
» Il est temps pour moi de voler vers d'autres horizons...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-