AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

« Ballade au clair de lune » ft. Pryam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 6 Fév 2012 - 20:25

La nuit est fraîche, mais Eleyna ne dort pas. Le feu commence à s'éteindre, ainsi elle y jette un bout de bois pour le ranimer. Les flammes agonisantes cherchent à lécher ce cadeau inespéré, reprennent un peu de vigueur. Fascinée, la jeune fille observe. La réalité s'efface et fait place à un autre monde. Imagination fertile. Un sourire s'étend sur ses lèvres, le temps s'arrête. La clairière dans laquelle ils on fais halte, à quelques minutes seulement du chemin qu'ils empruntent depuis un moment déjà, s'amenuisent. Elle ne semble plus tangible, tout se brouille. Elle cligne des paupières, le feu est la, brûle tout entier devant ses yeux noisettes. Des images merveilleuses prennent petit à petit sa place, trop belles, ineffables. Elle ressent le besoin de les écrire. Sans un bruit, elle se penche pour attraper sa sacoche et se redresse sur ses fesses. Elle prend son précieux livre, sa bouteille d'encre et sa plume. Elle dépose la seconde sur les feuilles et tient fermement la troisième. Le papier caresse sa peau, à mesure que les pages se tournent. L'écriture brouillonne et désordonnée de leur oncle fait place à une autre, légèrement penchée et ronde. quelques pages de remplies, tout au plus. Ils commencent seulement un long périple à travers les Sept Couronnes. Ils ont quitté le Nord plusieurs lunes auparavant et en sortent enfin. Elle sent que tout a changé, déjà, autour d'elle. Eleyna sait que l'endroit n'est plus le même, la nuit est plus fraîche que glaciale, le ciel est plus noir que noir blanc et les chemins sont bordés de feuilles mortes aux couleurs de l'automne. La neige éternelle est loin derrière eux et même si sa peau est froide, la sensation elle-même est différente. La nordienne trempe sa plume et trace les lettres sur son papier précieux. Une journée encore d'écoulée. J'ignore combien sont passées depuis notre départ. Le temps semble s'être arrêté, avoir perdu son cours et son emprise. J'ai l'impression d'être immortelle. La pointe suspend son envol, les lèvres de la jeune femme attrapent son bout. Yeux dans le vague, elle réfléchit sans vraiment y penser. Paradoxe. Le Nord est derrière nous, je sens que tout a changé autour de moi. C'est infime, Jorah le remarque à peine. Le manque de neige le perturbe, je me demande quelle sera sa réaction une fois dans les contrées lointaines de Dorne, où l'on dit que le sable brûle la peau autant que le soleil. Je me réjouis de voir un désert! En attendant nous avançons vers le Val, à l'aveuglette. Pas de cartes, et quand bien même, aucun de nous n'est capable de l'utiliser. Nous nous sommes éloignés de la route royale, car elle semble peu sure. J'ignore si quelqu'un a envoyé des hommes pour nous chercher. En tous cas, ils ne nous ont pas encore retrouvé... Et quelque chose lui souffle à l'oreille qu'ils ne le feront jamais. Peut-être sa soeur aura-t-elle reçu un message, lui demandant de les prévenir si jamais les jumeaux passaient par la, de les retenir ou même de les renvoyer. Eylena refuse de rebrousser chemin. Elle a pris goût à cette vie, et si Âtre-Lès-Confins lui manquent un peu, si elle s'inquiète pour le chagrin causé à sa mère, à son grand-père, elle ne veut pas faire demi-tour, ni faire face au destin de toutes les femmes. Découvrir. Voila sa route, toute tracée.

Elle souffle sur les pages, pour aider l'encre à sécher, puis elle referme le précieux ouvrage. Elle n'écrit pas chaque jour, n'écrit pas vraiment de façon cohérente. Tantôt une pensée, quelques phrases. Tantôt une aventure, une rencontre à consigner, et il lui faut des lignes, et des lignes, et des lignes. Quelque peu engourdie par le froid, Eleyna s'étire. Elle a envie de marcher, l'immobilité la tue. Elle ne dormira probablement plus, et sait que ses compagnons ont besoin de repos. Ils ne dorment jamais que sur un oeil, les cernes commencent à prendre le pouvoir sous leurs yeux. Lukas ne laisse pourtant rien paraître. La Omble se lève, et une main se pose sur la sienne. Son jumeau a les yeux grands ouverts et la regarde. Elle s'allonge à côté de lui, pour murmurer. Elle ne veut pas réveiller Jorah. « Je vais marcher. Un peu...Plus loin par là-bas. » Il la regarde, la scrute. Ses yeux sont le reflet parfait des siens. Sa main se serre davantage sur la sienne. C'est dangereux, lui dit-il sans même ouvrir la bouche. Elle le lit dans son regard. Elle sourit et dépose un baiser sur sa joue, en secouant doucement la tête. Tu le sauras si je suis en danger. Elle y croit, fermement. Le lien entre deux jumeaux est toujours fort, mais entre eux deux, il est exacerbé. Quelque chose le préviendra, si elle craint quoi que ce soit. Une impression, une sensation, un sentiment fort et impérieux. Elle sait qu'il ouvrira les yeux quand il le faudra et saura la trouver, même dans les froids ténèbres. Une certitude, qui la rend confiante. Un sentiment qu'ils partagent, ils se comprennent si bien...Lukas lui lâche alors la main et ferme les yeux. Elle n'est pas dupe, elle sait qu'il ne dort pas vraiment et ne dormira plus que d'un oeil en la sachant plus loin. Pourtant, elle prend sa sacoche, dans laquelle se trouve son luth, et s'éloigne en silence. Prudente, elle fait tout pour ne pas briser une brindille et réveiller leur ami chasseur. Elle leurs a déjà donné assez de fil à retordre, qu'ils se reposent enfin tous deux.
Eleyna s'enfonce entre les arbres et se rapproche d'un petit chemin. Le même qu'ils ont emprunté, dissimulés sous les feuillages, pour finalement s'arrêter dans la clairière. Elle aime ce chemin, le trouve magnifique. Il ressemble pourtant à n'importe quel autre, avec ses pierres, sa terre, ses buissons aux abords et ses arbres tout autour. Elle ne l'oubliera pourtant jamais. Si elle avait été doué en dessin, sans doute l'aurait-elle représentée dans son livre mais ses talents se limitaient aux mots et à la musique. Pas très utile sur les routes. Quoi que. Peut-être un jour parviendra-t-elle à obtenir l'hospitalité chez de grands seigneurs en chantant. Vivre la vie d'une raphsode avait quelque chose de tentant...Mieux valait qu'elle se créé un personnage, une nouvelle identité. Les Omble avaient beau être une maison mineure du Nord, Eleyna ne pouvait savoir qui était au courant pour leur disparition, ni qui serait assez zélé pour tenter de les ramener chez eux. Elle n'aimait pas mentir, mais aimait bien jouer. Elle ne ferait de mal à personne...Pas même avec les deux poignards qu'elle avait sur elle. C'est qu'elle avait donné sa parole de ne pas s'en séparer....

Elle finit par s'arrêter près d'un arbre étrange, quelque peu tordu. En s'appuyant sur les nœuds de son tronc, elle parvint à grimper assez haut pour être hors de portée de quiconque. Ils n'avaient pas croisés grand monde, encore moins avec de mauvaises intentions, comme s'ils les évitaient...Ou se concentraient sur les côtes. Au centre des terres, les gens étaient occupés à tout faire pour se nourrir, palier à cette famine qui commençait heureusement à régresser et à vivre, survivre, peu importe. Ils étaient encore assez loin du Val pour ne pas croiser des sauvages montagneux. Ainsi, sure d'elle, peut-être un peu trop, elle appuie son dos contre le tronc de l'arbre. L'une de ses jambes est tendue sur la branche, l'autre pend dans le vide. Elle sort son luth de sa sacoche et se met à jouet. Ses doigts effleurent les cordes et une mélodie toute naturelle en sort. Personne ne la connaît, en dehors d'elle et Lukas, car elle l'a composée sans vraiment y penser, sur le chemin. La balade des aventuriers. La geste de la liberté. Elle caresse les cordes, les notes s'élèvent dans le silence nocturne. Étrangement poétique...Eleyna ferme les yeux. Perdue dans son univers, il lui semble entendre le bruit d'un cheval tout proche. Elle n'y fait pourtant pas plus attention et continue de jouer. La mélodie transcende et reste discrète, tout à la fois. Paradoxe, elle aussi, à l'image de la musicienne.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 7 Fév 2012 - 12:28

     La journée avait été éprouvante, non en raison du trajet effectué – il aurait été ironique qu'un chevalier errant se sente fatiguer pour cette raison – mais tout simplement parce qu'elle avait été riche en rencontres. Le chevalier avait croisé quelques « anciennes connaissances » qui dataient de ses années d'écuyer et cela ne s'était pas particulièrement bien passé. Visiblement son départ de Neufétoiles avait été plus remarqué qu'il ne le pesait, chose qui n'était pas pour l'arranger étant donné qu'il avait tout de même tenté de minimiser les dégâts. Apparemment cela avait été un gros ratage et même si le jeune homme savait pertinemment que ce n'était pas sa faute, il ne pouvait s'empêcher de s'en vouloir. Bien évidemment, il était hors de question d'en faire état et le blond avait donc pris sur lui face à ces personnes peu amènes qui semblaient désireuses de le ridiculiser, son écuyer n'avait rien dit, se contentant de suivre la scène en silence. Pourtant, malgré le manque de réaction de son jeune accompagnateur, l'errant avait ressenti la désagréable impression d'être revenu des années en arrière lorsque les chevaliers que lui et ses frères servaient, se moquaient d'eux pour les ridiculiser devant leurs homologues. A croire que l'humiliation allait de paire avec le métier de chevalier. C'était dans ce genre d'occasions que le Valois se trouvait bien heureux et bien inspiré de ne pas être resté à Neufétoiles, sans quoi cela aurait signifié qu'il aurait été contraint de les côtoyer quotidiennement.

     Pryam avait donc faussé compagnie à ses anciens collègues aussi rapidement que possible, heureux que son père ne séjourne pas dans le Val actuellement, mais soit bel et bien avec le reste de l'armée du Val. Étrangement, le jeune homme ne parvenait pas à s'inquiéter pour cet homme, l'idée qu'il puisse se faire tuer ne semblait pas lui poser beaucoup de tracas. Le blond se faisait bien davantage de soucis pour lady Eirlys qu'il savait aux mains des Fer-nés, que pour cet homme qui n'avait pourtant élevé et lui avait donné de quoi devenir ce qu'il était aujourd'hui. Les mystères des limbes de l'esprit humain, peu lui chalait au final, ser Symond était bien assez manipulateur et imbu de lui-même pour ne guère se soucier de savoir que son fils aîné se moquait du sort que lui réservaient les Sept. C'était donc l'esprit ainsi habité de noires pensées que le jeune homme avait déclaré à son écuyer qu'ils allaient s'arrêter dans une petite clairière qui bordait le chemin qu'ils empruntaient depuis plusieurs heures à présent. Un soupir de soulagement fut lâché par le jeune garçon qui semblait on ne peut plus heureux à l'idée de pouvoir enfin se poser ailleurs que les fesses sur le dos de sa mule. Le malheureux n'avait pas encore l'habitude de voyager autant et bien souvent il en venait à se plaindre de douleurs dans le dos à force de rester assit sur sa monture toute la journée. Compatissant, Pryam avait donc décidé qu'ils s'arrêteraient plus souvent qu'il n'en avait normalement l'habitude, après tout, ils n'étaient pas pressés ou attendus à quelque part et arriver chez leur prochain employeur, fourbus et épuisés par le voyage ne plaiderait pas en leur faveur.

     Ils avaient donc rapidement monté le campement alors que le jeune garçon partait en quête de bois pour alimenter le feu qu'ils comptaient allumer. Une nuit assez fraîche s'annonçait si on la comparait à celles précédemment connues alors que la sécheresse dominait encore toutes les régions de Westeros. Mieux valait éviter que l'écuyer ne tombe malade ! Les deux hommes avaient ensuite rapidement dîner de viande séchée avant que l'enfant n'aille se reposer pendant que les bêtes se reposaient tranquillement, la nuit était tombée sans qu'elle ne soit particulièrement sombre en raison de la lune presque pleine. Une soirée idéale pour monter la garde en somme ! Lorsque l'on ne voyageait qu'à deux il était compliqué de dormir convenablement et l'errant allait donc devoir monter la garde une partie de la nuit avant de réveiller son écuyer pour que celui-ci le remplace. Bien évidemment Pryam ne dormait jamais sur ses deux oreilles, un enfant de huit ans ne pouvait pas réellement surveiller un campement, c'était plus une manière de l'entraîner et de lui donner tout doucement confiance en lui. Au creux de la nuit, alors que le chevalier jetait quelques petits bouts de bois dans le feu qui crépitait devant lui, il entendit un bruit incongru en un tel lieu : de la musique. Tendant l'oreille, le chevalier se redressa finalement pour essayer de deviner d'où provenait le son, sans être gêné par le vent qui pouvait fausser sa perception. Comme le bruit persistait, le blond décida d'aller jeter un coup d'œil aux environs et s'approcha de son écuyer pour le réveiller en douceur.

     ▬ Reste ici et prends garde à toi, je vais voir d'où provient ce bruit. Ne t'inquiète pas et surveille le matériel et les bêtes. »

     Le tout avait été prononcé sur un ton très calme alors qu'il portait sa main vers son visage pour poser son index sur ses lèvres dans un signe qui invitait son écuyer au silence. Celui-ci hocha docilement la tête après avoir écarquillé les yeux en entendant la musique, il était visiblement aussi étonné que son maître. Le jeune homme se redressa avant de vérifier qu'il portait bien son épée à la ceinture, puis il s'éloigna en silence, décrochant un dernier regard au jeune garçon qui se retournait pour vérifier qu'il n'y avait personne sur le campement. Un léger sourire flottant sur ses lèvres, le blond marcha quelques instants dans le silence de la nuit, seulement brisé par le bruit de ses pas et les notes de musique qui s'élevaient toujours davantage. Il approchait de la source du bruit. Sa quête le mena sur le petit chemin que lui et son écuyer avaient suivis toute la journée, puis il posa ses yeux céruléens sur un arbre qui se trouvait de l'autre côté du sentier. Visiblement c'était de là que provenait la musique. Prudemment, le Valois regarda autour de lui, ne distinguant aucun signe d'embuscade – cela aurait été ô combien original vous en conviendrez – puis il s'approcha enfin de l'arbre en question, tout en silence. Arrivé sous l'arbre, il leva les yeux vers le feuillage qui commençait déjà à tomber et son regard se posa sur une silhouette qu'il ne distingua pas immédiatement, mais par prudence il décida de s'annoncer avant de se retrouver avec un coup d'instrument de musique en plein visage. Il y avait mieux comme prise de connaissance.

     ▬ Est-ce une manière de rabattre les curieux ? »

     Il n'avait pas dégainé son arme et son ton n'indiquait aucune agressivité, simplement un léger amusement. Le temps que ses yeux s'habituent en changement d'éclairage puisque les feuillages dissimulaient une bonne partie de la lumière de la lune, il aperçut enfin plus clairement la silhouette. Une jeune femme assise sur une branche, le dos appuyé contre le tronc et une jambe pendante dans le vide. Elle jouait bel et bien d'un instrument de musique. Une fois de plus, les yeux du jeune homme quittèrent la silhouette pour se promener sur les environs, vérifiant qu'aucun autre comparses ne s'approchait pour prendre l'imprudent dans son piège. Mais non, elle semblait être seule. Qui était-elle ? Certainement pas une femme des clans des montagnes, il en avait déjà rencontré et elles n'avaient rien à voir avec cette mystérieuse inconnue. L'interrogation ne trouvant pas de réponses, le jeune homme releva son visage pour observer une fois de plus la demoiselle avant de reprendre la parole.

     ▬ Puis-je vous convaincre de descendre d'un étage pour ne pas attraper de torticolis à force de lever les yeux pour vous parler ? »

     Son ton était toujours amusé comme si cette idée semblait hilarante. En réalité il se posait une multitude de questions, se demandant ce qu'elle pourrait bien avoir à lui donner comme explication à sa présence dans un arbre. Une voyageuse détroussée qui cherchait un abri ? Elle n'avait pas l'air particulièrement inquiète ou affolée, certainement pas dans ce cas. Alors que les possibilités s'enchaînaient dans son esprit, le Valois reprit une dernière fois la parole d'un ton interrogateur.

     ▬ Vous seriez-vous faite détrousser par des brigands pour vous abriter ainsi dans un arbre ? »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 8 Fév 2012 - 18:41

Elle est consciente du monde qui l'entoure sans pour autant y prendre garde. Paradoxe. Elle sait que quelqu'un approche, car elle entend ses pas. Elle entend ses pieds heurter les cailloux, toucher les feuilles mortes, les froisser. Elle entend le bruit du vent qui le caresse. Une impression du moins. Elle entendrait, pour peu, le bruit de sa respiration mais l'homme n'est pas assez près. L'homme? Elle l'a identifiée comme tel sans vraiment avoir de preuves concrètes. Une sensation, une impression. Et peut-être aussi le bruit de son armure, car peu de femmes en portent. Il avance vers elle, vers sa cachette, et semble la chercher dans le noir. Eleyna n'arrête pourtant pas de jouer. Ses doigts caressent avec tendresse les cordes de son luth, elle fredonne sans émettre une parole audible. Sa voix véritable, elle la réserve à quelques particuliers. Timide? Oui, bizarrement. « Est-ce une manière de rabattre les curieux ? » demande l'homme, qui est désormais juste en dessous de son arbre. La nordienne ne répond pas mais réfléchit à ses paroles. La technique peut-être prometteuse, si jamais ils doivent se convertir en bandits de grand chemin, un jour prochain. Eleyna servirait d'appât, Jorah serait dissimulé d'un côté de la route, Lukas de l'autre et ils attendraient qu'un malheureux se laisse prendre au piège. Un malheureux riche, de préférence, car elle n'aimerait pas que sa musique attire des gens de moindre qualité, des gens peu intéressant. Bien que la richesse ne fasse pas l'intérêt...Quoi que, dans cette situation...
Elle ignore de quoi l'avenir est fait, elle note cependant cette question dans son esprit. Elle n'a pas encore baissé les yeux vers lui mais trouve sa voix agréable. Elle est douce et forte à la fois, un curieux mélange, teinté d'une touche de rire. La situation l'amuse? Elle a envie de sourire avec lui.
Intriguant et sans doute intrigué, le probable chevalier n'avait pas dégainé son arme et ne cherchait même pas à la menacer. La pensait-il seule? Fragile? Une proie facile? Elle avait deux hommes capables de la sauver, et si cela ne suffisait pas...Et bien l'aventure se terminerait ainsi. Elle relativise, et sourit dans l'obscurité. Elle a pourtant une confiance absolue en ses compagnons.

Le rythme de la musique ralentit, petit à petit. La chanson ne se termine pas vraiment, simplement, l'artiste y met fin pour pouvoir discuter. Elle n'a pas encore vu de véritable chevalier et espère que cet homme-ci en est un. Il est en tous cas poli, sans doute un noble, comme elle. Ainsi Eleyna ne divulguera-t-elle pas son identité, pas totalement. Sait-on jamais jusqu'où la nouvelle de leur disparition a pu aller. Dans le Val, cela semble évident et peut-être un peu trop pour qu'on s'y laisse prendre. Quiconque les connaît un minimum savent que Roslyn leurs manquent. Et on les attend peut-être de pied ferme, à Lynderly. D'où vient cet homme? Qui est-il? Dans le doute, elle ne donnera que son prénom. «Puis-je vous convaincre de descendre d'un étage pour ne pas attraper de torticolis à force de lever les yeux pour vous parler ? » Ainsi demandé, tout à fais, il pourrait. Elle était parfaitement consciente de devoir se méfier davantage des gens qu'ils pouvaient croiser mais elle fonctionnait à l'instinct, depuis toujours. C'était ainsi qu'elle avait remarqué l'adorable garçon, derrière les apparences sauvageonnes de Jorah. Qu'elle avait su pouvoir l'approcher sans risquer sa vie une seule seconde, sans qu'il n'aie de mauvaises pensées. Stoppant nette la course de ses doigts sur les cordes, la dernière note mourut à la faveur lunaire. Le demi croissant éclairait suffisamment le ciel pour lui permettre de distinguer l'agréable visage de son interlocuteur. Fascinant, en fait, était le jeu de lumière sur ses traits marqués par l'aventure. Elle brûlait de demander une histoire mais, consciente qu'ils ne se connaissaient pas le moins du monde, parvint à retenir cette requête saugrenue. Parfois, Eleyna réagissait comme une petite fille... « Oui, vous le pouvez. » Pourtant elle ne descendit pas tout de suite et lui sourit.

Vous seriez-vous faite détrousser par des brigands pour vous abriter ainsi dans un arbre ? » Pendant qu'il posait la question, elle avait ramené sa jambe vers elle et changé un peu de position, juste assez pour la rendre plus confortable. En jouant, une branche lui était rentrée dans le dos. Prise par la musique, Eleyna ne s'en était pas rendue compte. Droite, appuyée sur ses deux mains devant elle, ses jambes balançaient chacune d'un côté et de l'autre de la branche. Elle le regardait, toujours sans rien répondre, et réfléchissait à la fois. Son imagination vagabondait dans les tréfonds d'une aventure nouvelle où des brigands tentaient de les attaquer. Son frère s'y distinguait par une maîtrise d'arme digne du meilleur bretteur de Westeros et parvenait à effrayer les bandits. Quelques gouttes de sang tâchaient un sol enneigé, qui lui rappelait douloureusement celui d'Âtre-Lès-Confins, mettant fin à sa lointaine rêverie. Retour à la réalité. « Faut-il être en danger, dans le Val, pour vouloir profiter de la nature, de la lune et de cette légère brise si agréable? Ne montez-vous donc jamais dans les arbres? Inutile d'aller bien haut pour distinguer un monde totalement différent...Vous devriez essayer. » répondit-elle, laissant ses jambes se balancer. Son luth avait disparut à l'intérieur de sa sacoche de cuir, juste à côté de son si précieux livre, de la bouteille d'encre et de la plume blanche. Elle réfléchissait déjà à comment décrire cette rencontre et cet homme. Ses cheveux blonds bouclés, son nez visiblement cassé -soit une fois soit à de nombreuses reprises la jeune fille ne saurait dire- et ses traits, marqués par la route. Quelques rides au coin des yeux, significatives, sans parler de son teint. Elle se demandait s'il portait des cicatrices sur le corps. Si elle avait été un peu plus attentive à certaines leçons données par leur nourrice, elle saurait qu'elle n'était pas censée avoir ce genre de pensées. Rien de malsain, pourtant, dans sa curiosité. Juste de l'envie. Un corps marqué devait être beau. Le sien était encore vierge de tout assaut mais l'homme avait connu des batailles, de grands affrontements. Peut-être avait-il vu des fer-nés ou des brigands, peut-être avait-il sauvé des vies autant qu'il en avait prise. Elle fantasme.

« Je crois que les hommes ne prennent jamais le temps de profiter des choses simples, de s'arrêter quelques secondes. Surtout ici, vous n'avez pas de beaux arbres pour vous y inciter, même si je trouve celui-ci parfait. D'ailleurs il y a bien sur toujours une excuse pour ne pas en profiter. Souvent, c'est la guerre, ils préfèrent détruire que créer, ou même aimer. » Elle avait cessé de faire balancer ses jambes et regardait désormais devant elle, comme perdue dans une pensée profonde. Des images, en réalité, d'hommes morts, de charniers et de rivières rouges. Insensé, pour elle qui n'avait même jamais vu quelqu'un mourir. Imagination trop fertile. Ainsi elle secoua la tête et le paysage du chemin revint envahir son champs de vision. passant du coq à l'âne, comme c'était son habitude, elle se souvint de la question initiale de l'inconnu et décida d'y revenir. « Je n'ai pas encore croisé de brigands. C'est dommage, j'aimerais voir s'ils sont comme je les imagine...Êtes-vous un brigand? Je n'ai pas grand chose que vous pourriez voler ceci dis, vous devriez peut-être attendre quelqu'un de plus riche. Mais je crois plutôt que vous êtes...Chevalier? Vous ressemblez à l'idée que je m'en fais. » Déconcertante, tel était le mot pour qualifier Eleyna Omble, que ce soit en cet instant précis ou à tout autre instant de sa vie. Mais cela avait le mérite de faire son charme...Naïve aussi, peut-être en avait-elle l'air mais la jeune femme savait très bien à quoi s'en tenir. Manipulatrice? Oui et non...Dur à dire, ce qui se cache derrière cet adorable sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Jeu 9 Fév 2012 - 15:15

     Elle répondit positivement, mais ne descendit pas pour autant, curieuse réaction, peu commune surtout en réalité. Pryam était habitué aux comportements dictés par les règles, il fallait toujours répondre oui lorsqu'on l'on vous demandait si vous étiez heureux, toujours se montrer respectueux, même lorsque l'envie n'était pas au rendez-vous, puis enfin, toujours répondre positivement aux demandes qui vous étaient faites comme dans le cas présent. Mais la mystérieuse saltimbanque restait perchée dans son arbre, ramenant sa jambe contre elle pour emprunter une position plus confortable qui faisait penser à Pryam, qu'elle ne comptait pas descendre de si tôt. Loin d'être agacé, le jeune homme se sentit une fois de plus amusé, ce n'était pas tous les jours qu'il lui était donné de rencontrer quelqu'un qui faisait fi des règles de « normalité » de la sorte, mais vous me direz que la normalité était toute relative. Peut-être que l'inconnue venait d'une région où les mœurs étaient différentes ? Il songea au Nord, puis à Dorne, deux régions bien particulières qui semblaient dicter une conduite plus libre à ses habitants, quelque chose de plus sincère que les réactions stéréotypées des chevaliers par exemple. Les yeux de la demoiselle étaient toujours dirigés vers le chevalier alors qu'elle semblait réfléchir, la lueur de la lune ainsi filtrée par le feuillage jaunissant, ne permettait pas au jeune homme de distinguer clairement les traits de l'inconnue alors qu'elle, de sa position, devait parfaitement y parvenir. Injustice qui ne le troubla pas outre mesure, le physique était seconde, au moins pouvait-il se concentrer sur les paroles de la jeune musicienne. Elle reprit la parole en lui demandant si elle devait nécessairement être en danger pour monter dans un arbre, faisant en même temps disparaître son instrument dans sa sacoche. Il haussa légèrement les épaules avant de répondre par une question.

     ▬ Avez-vous entendu parler des clans des montagnes ? Il faisait référence aux brigands qui vivaient dans les montagnes du Val et détroussaient les passants, principalement les saltimbanques d'ailleurs, même si rien ne prouvait que c'était le cas de la jeune femme. Je vous crois sur parole, mais j'avoue que je n'ai malheureusement pas bien souvent le temps de grimper rejoindre les écureuils.... Ou les musiciennes qui cherchent l'inspiration. »

     Cela faisait bien longtemps qu'il ne grimpait plus dans les arbres, depuis que son père l'avait envoyé chez les chevaliers environnants pour devenir l'écuyer de l'un d'entre eux en réalité. Il croisa ses bras sur sa poitrine alors que la demoiselle reprenait après un léger silence, lui déclarant que les hommes devraient apprendre à vivre de choses simples. Les arbres étaient beaux, c'était un fait, mais malheureusement il aurait beaucoup de difficultés à faire communion avec la nature alors qu'ailleurs il pourrait apporter son aide. Un léger sourire flotta sur les lèvres pleines du chevalier errant qui se demandait s'il n'avait pas affaire à une étrangère qui se servaient de la nature pour survivre ou encore une sorte de prêtresse ou de chaman qui pourrait voir les arbres comme ses semblables. Des paroles pour le moins étranges s'il en est, surtout par les temps qui couraient, car comme elle le disait si bien, la guerre était à leurs portes. Le jeune homme inspira légèrement, cherchant comme formuler sa réponse sans paraître fermé d'esprit ou contre la nature. Au fond, les paroles de l'inconnue lui rappelaient vaguement celles de Serena lorsqu'elle était encore enfant, persuadée qu'il était bien plus amusant de vivre dans les arbres que dans un château de pierre ou un fortin de bois.

     ▬ En temps de paix il est vrai qu'il est utile de prendre le temps de regarder la nature, mais je dois avouer que par les temps qui courent, je suis bien plus préoccupé par le sort des malheureux qui subissent les attaques des Fer-nés. Les arbres seront toujours là à mon retour. Les humains peut-être pas. Une légère pause comme s'il hésitait à enchaîner. Tous les hommes qui se battent ne le font pas par plaisir, mais aussi par devoir. »

     Il ignorait totalement si la jeune femme avait entendu ce qu'il venait de dire, elle avait le regard perdu dans le vague et semblait ne plus faire partie de ce monde. Allez savoir, peut-être était-elle en train de penser à quelque chose de meilleur et avait-elle déjà oublié ce chevalier au pied de son arbre, comme le renard guettant le corbeau ? Il disait vrai, selon lui du moins, les hommes qui se battaient le faisaient bien souvent par devoir, lui-même ne tuait pas parce que cela lui provoquait un quelconque plaisir ou le sentiment de servir à quelque chose. Mais simplement parce que tel était son devoir. C'était aussi simple que cela. L'état d'esprit de l'inconnue semblait être bien différent de celui du chevalier, mais qui disait différent ne disait pas forcément opposés, ils pensaient d'une autre manière, mais celle-ci ne posait pas de barrières entre eux pourtant. La saltimbanque sortit de ses pensées en secoua la tête pour finalement déclarer n'avoir par rencontré de brigands, bien qu'elle en éprouvait un vif regret. Le sourire du blond qui s'était doucement envolé, revint sur ses lèvres lorsqu'elle lui demanda de but-en-blanc s'il était un voleur. Quelle drôle de manière de demander une telle chose ! Une sincérité et une franchise désarmante, mais rafraichissante. Le Valois hocha la tête lorsqu'elle avança la possibilité qu'il soit chevalier. Tout juste. Son ton était toujours aussi patient et posé alors qu'il répondait.

     ▬ Chevalier en effet, mais chevalier errant et non au service d'un quelconque lord, si cela signifie quelque chose pour vous. L'idée qu'elle était étrange se faisait toujours plus présente dans son esprit, peut-être n'était-elle pas coutumière des us des Valois ? Ne soyez pas chagrinée de ne pas avoir croisé de brigands, dans votre intérêt souhaitez que ce soit toujours le cas. Ils n'ont rien de bien différent des brigands du reste du monde au final, vous aurez bien assez de temps pour en découvrir. Il baissa alors la tête quelques secondes, le temps de détendre sa nuque qui protestait qu'il garde la tête levée pour observer la jeune femme. Et vous, êtes-vous une saltimbanque, une amoureuse de la nature, tout cela en même temps ou totalement autre chose ? »

     Ce n'était pas une curiosité malsaine, simplement le désir d'en apprendre un peu plus sur cette étrange jeune femme qui restait toujours perchée sur sa branche. Le jeune homme décroisa les bras, les laissant retomber le long de son corps alors qu'un léger vent se leva pour faire bouger le feuillage qui abritait l'inconnue, dessinant des zébrures de lumière sur son minois. Étrange perspective, cela donnait une tout autre dimension à son visage. La nuit transformait tout de toute manière. Il recula d'un pas, balayant une fois de plus les environs du regard à la recherche d'une lueur de feu de camp ou de la fumée qui monterait dans le ciel obscurcit par la nuit, mais rien. Si elle était accompagnée, son campement devait se trouver plus loin. Pryam reporta son attention sur l'inconnue, après tout, elle avait l'air de ne pas être contre l'idée de discuter avec un inconnu, pourquoi ne pas en profiter ?

     ▬ Si j'avais été un brigand, je doute que je vous l'aurais dit vous savez. L'évidence même. Je ne me suis pas présenté et puisque vous semblez désireuse d'apprendre, c'est la moindre des choses. Je m'appelle Pryam. »

     Il ne lui demanda pas le sien, attendant de voir si elle allait faire comme le voulait l'usage et se présenter à son tour, ou faire comme si ne rien n'était. Attente amusée de la part du chevalier qui n'avait pas donné son titre comme à son habitude. Cela faisait bien moins solennel, surtout vu les circonstances. Puisqu'ils en étaient au stade des révélations et des discussions moins philosophiques, le jeune homme enchaîna avec quelques questions tout à fait naturelles.

     ▬ Vous n'êtes pas du Val alors, du Nord ? De Dorne ? Recherchez-vous quelque chose de particulier, ou vos pas vous mènent-ils ici dans le simple but de rencontrer des chevaliers, des brigands et des arbres ? »

     Nulle moquerie. Un simple amusement sincère.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 9 Fév 2012 - 19:45

Perdue dans ses pensées encore quelques instants auparavant, comme cela était de coutume pour Eleyna, elle était persuadée d'avoir loupé quelques paroles du chevalier. Pourtant, cela ne la perturba pas vraiment, habituée à ne suivre les conversations que d'une oreille, voir d'aucune et deviner en fonction des phrases suivantes ce qu'elle avait bien pu manquer. Caractéristique fameuse, chez la nordienne, que celle de son intelligence. Avec Eleyna, tout est toujours une affaire d'esprit. Face à des armes, elle se sait en position de faiblesse absolue. Face à des mots, en revanche...Elle se sait fine lame. Ainsi elle revient à la réalité, qu'elle ne cesse de quitter pour se perdre en étranges considérations. « Chevalier en effet, mais chevalier errant et non au service d'un quelconque lord, si cela signifie quelque chose pour vous. » répondit le chevalier et elle lui adressa un grand sourire, à la fois satisfaite et fascinée. Satisfaite, parce qu'il n'obéissait qu'à son propre jugement, en tant que chevalier errant. Il était un aventurier libre de choisir ses quêtes, ses combats, et donc ressemblait assez à son oncle Brandon, qui lui manquait. Fascinée, parce que jusqu'ici elle n'en avait jamais croisé. Dans le Nord, personne ne devient chevalier puisque personne n'a la foi des Sept, ce qui n'empêche pas leurs guerriers d'être terrible, elle le sait. Elle a pourtant l'impression qu'un monde sépare ce chevalier errant de tout ce qu'elle a pu connaître. Un univers même, plein d'aventures, de batailles, de victoires et de défaites, de leçons données et reçues. Elle a envie de se laisser glisser sur le sol pour l'écouter conter chaque exploit, qu'il soit vrai ou non. Si le beau blond avait un tant soi peu de talents pour les histoires, Eleyna savait d'avance qu'elle boirait ses paroles. Il leurs manquait un bon feu pour se réchauffer et mettre une bonne ambiance. Une pleine lune serait aussi l'idéal. « Ne soyez pas chagrinée de ne pas avoir croisé de brigands, dans votre intérêt souhaitez que ce soit toujours le cas. Ils n'ont rien de bien différent des brigands du reste du monde au final, vous aurez bien assez de temps pour en découvrir. » Elle le regarda baisser la tête en songeant à ses propres expériences avec les brigands. Eleyna n'en avait rencontré qu'une seule fois, alors qu'elle se promenait à cheval dans un village non loin d'Âtre-Lès-Confins. L'hiver arrivait et chacun faisait ses provisions pour survivre. Hélas, des brigands avaient décidé de condamner ces villageois et tentés de leurs voler leur nourriture. Ils ne s'étaient pas laissé faire et s'étaient vaillamment battu, sous l'oeil admiratif d'Eleyna qui avait été blessée par accident dans cette rixe. Cicatrice au bras, rien de plus. Il n'en restait sur sa peau vierge qu'une légère ombre, invisible pour tout qui ignore son existence. Les brigands avaient ensuite été mis en déroute dés que leurs proies avaient commencé à opposer un peu de résistance, offrant un bel aperçut de la lâcheté humaine. Elle n'avait jamais oublié cet épisode, pas tant parce qu'il l'avait traumatisé -c'était être loin du compte que de le penser- mais plutôt parce que de fabuleuses histoires étaient nées dans son esprit, suite à cet accident. Elle avait même une chanson qui en était inspirée...

« Et vous, êtes-vous une saltimbanque, une amoureuse de la nature, tout cela en même temps ou totalement autre chose ? » demanda le chevalier, relevant la tête vers elle, son cou visiblement détendu. Il affichait un petit sourire amusé sur le visage, ce qui donnait à Eleyna l'envie de rire, pour l'accompagner. Consciente d'offrir un spectacle un peu étrange -parce qu'on lui avait souvent fais cette réflexion- elle ne voulait pourtant pas changer sa façon d'être. Douce rêveuse...Et petite terreur, quand elle le voulait. Nouveau paradoxe. Sans doute étais-ce son second prénom. Mais que répondre à ce chevalier? Elle était tout et rien à la fois. Si j'avais été un brigand, je doute que je vous l'aurais dit vous savez. » Elle haussa les épaules. Evident. « Vous auriez été un mauvais brigand, en effet, si vous me l'aviez dis. » accorda-t-elle, tout ce qu'il y a de plus sérieux. D'ailleurs, s'il avait été un brigand, sans doute aurait-il tenté de la dépouiller, forçant son frère à sortir de son repos bien mérité pour venir la défendre. Eleyna en aurait été contrariée. Ainsi, mieux valait qu'elle soit face à un chevalier. Si les histoires à leurs sujets étaient vraies, elle pouvait difficilement être plus en sécurité. « Je ne me suis pas présenté et puisque vous semblez désireuse d'apprendre, c'est la moindre des choses. Je m'appelle Pryam. » Pryam. Elle aimait la sonorité de ce nom, à la fois simple et grand. C'était le prénom d'un grand homme, qui lui inspirait bien des sentiments. Pryam...Pryam. Avait-il seulement un nom? Un surnom peut-être, qui qualifierait ses exploits en tant que chevalier? Pryam le Grand. Pryam le Féroce. Pryam le Sanglant. Pryam le Juste. Curieuse, Eleyna ouvrit la bouche pour lui demander lequel était le bon mais il l'interrompit, sans doute par accident car il avait été bien trop poli jusqu'ici pour changer aussi brutalement. « Vous n'êtes pas du Val alors, du Nord ? De Dorne ? Recherchez-vous quelque chose de particulier, ou vos pas vous mènent-ils ici dans le simple but de rencontrer des chevaliers, des brigands et des arbres ? » Encore une fois, il se moquait gentiment d'elle et la nordienne décida de se prendre au jeu. Il voulait en savoir plus sur son compte et elle également. Ainsi perchée sur sa branche, elle hésitait désormais à descendre. Elle aimait cette position, le tableau étrange qu'ils devaient offrir mais l'homme souffrirait bientôt du cou à force de se le tordre pour ne pas la perdre de vue. « Pryam...Pryam le chevalier errant. C'est joli, on dirait le titre d'une chanson. » Un semblant de mélodie trottait déjà dans sa tête. « Et Pryam le chevalier curieux, pourrait être le titre d'un conte! En votre honneur, bien sur. Vous vous appelez juste Pryam et vous possédez un nom tout aussi intéressant? » A elle de poser les questions, sans pour autant répondre aux siennes. Dialogue de sourd, ils n'y arriveront jamais.

Alors une idée germe, dans l'esprit tordu de la belle jeune fille et son sourire se fait étrange. Peut-être facétieux, peut-être mystérieux. Les adjectifs pleuvent, pour qualifier un simple rictus mais celui d'Eleyna est particulier. Elle vient d'avoir une bonne idée, une idée intéressante qu'elle brûle de partager avec le chevalier errant curieux nommé Pryam. Il y avait sur la route du petit bois, un grand chevalier nommé Pryam. Il était... La suite restait à écrire.
Elle se laissa basculer sur la branche, heureusement épaisse. A plat ventre, elle relève son visage en se posant sur ses coudes. Des feuilles encadrent sa peau pâle. « Je suis injuste...Je vous pose des questions sans répondre aux vôtres alors que vous répondez aux miennes. Et si nous jouions? Je vous pose une question, vous y répondez, et ensuite c'est mon tour! Vous avez le droit de ne pas répondre à une seule question...Si j'aime vos réponses, je vous promets de descendre de ce bel arbre. » L'idée la chagrinait, car elle aimait ce feuillu mais rien ne l'empêcherait de revenir, un jour, le revoir et s'y percher à nouveau. « Je vais commencer par répondre à la vôtre, nous commencerons à égalité. Je suis...Je suis une saltimbanque, je suis une amoureuse de la nature, tout cela donc et tout autre chose à la fois. Je peux être ce que vous voulez que je sois, au fond...Nous sommes chacun qui nous désirons être, au moins dans notre coeur! Mais disons que je suis une saltimbanque musicienne, amoureuse de la nature et apprentie aventurière. » Rien qu'il ne sache déjà, en somme. Réponse utile et inutile, à la fois. Eleyna aime joué au jeu habile des révélations cachées, des mensonges par omissions. Car la nordienne est tout cela, mais bien plus encore. Soeur jumelle, noble en cavale, en route pour voir sa soeur et découvrir ensuite le monde...Les contrées inconnues l'appellent. Si le chevalier se montre doué à ce jeu, elle imaginera un bien plus compliqué. « J'aime les aventures...Vous en avez sûrement vécues beaucoup. Racontez moi celle où vous vous êtes fais cassé le nez, elle doit être intéressante! » Même si cela s'avérait être une simple rixe ou une chute idiote, elle aurait perdu sa question pour rien. Qu'importe, ainsi était le jeu...Et Eleyna avait toujours été très joueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Ven 10 Fév 2012 - 16:10

     Étrange, c'était le mot qui ne cessait de revenir dans l'esprit du chevalier alors qu'il la contemplait, perchée sur son arbre, l'écoutait répondre à ses questions. Enfin répondre, c'était un mot bien flatteur pour le peu d'informations qu'elle semblait désireuse de laisser filtrer. Avait-elle quelque chose à se reprocher ? Le maître du chevalier lui avait enseigné que bien souvent, l'on en apprenait davantage sur ce que les gens refusaient de dire que sur ce qu'ils daignaient formuler. Il était vrai que cette technique s'appliquait à lui, dissimulant bien souvent son nom en regardant dans cette direction il était aisé de voir que tous les problèmes qu'il avait, venaient de là. Si elle refusait de lui répondre sur son nom, peut-être pourrait-il considérer qu'elle préférait rester une anonyme ? A moins qu'elle ne lui en offre un faux, dans quel dans il serait bien incapable de s'en rendre compte. Mais le Valois n'envisageait pas que cela puisse être le cas, elle semblait faire preuve d'un esprit assez respectueux et il avait du mal à croire que si elle rechignait face aux combats, l'inconnue sans nom puisse employer le mensonge sans rougir. Mais elle était si étrange justement, qui sait, peut-être était-elle tellement originale qu'elle ne répondait pas aux règles qui régissaient la vie bien réglée du jeune homme. L'avenir le lui disait.

     Elle répondit bien justement en avançant qu'un brigand ne dévoilait pas son identité normalement, mais certains étaient si sûrs d'eux qu'ils en étaient capables. Le blond resta silencieux jusqu'à ce qu'elle réponde à l'énoncé de son prénom, déclarant que c'était joli, associé à sa condition de chevalier errant. Il la regarda simplement, cela ne lui avait jamais semblé mélodieux ou quoi que ce soit d'approchant, mais elle semblait être bien plus mélomane que lui, le blond se fiait donc à ses paroles. La suite le fit tout d'abord sourire, la curiosité était une bonne chose au final, surtout face à quelqu'un qui ne souhaitait visiblement pas lui donner beaucoup d'informations sur elle. Mais le sourire laissa place à un léger malaise lorsque l'inconnue pointa une question plus poussée, lui demandant s'il possédait aussi un nom. Non. Pas intéressant. Il ne le représentait pas, du moins pas pour le moment, les Templeton étaient de bons chevaliers, mais ils étaient associés aux Arryn et par conséquent, le jeune homme ne pouvait le porter pour le moment. Cela serait humiliant pour son père d'apprendre que son héritier usait de son patronyme et de la gloire qui y était associée alors qu'il refusait de faire ce qu'il lui dictait. C'était une manière de protester pacifiquement. Un bref instant de silence avant qu'il ne le brise.

     ▬ Non, rien d'intéressant, juste Pryam. »

     Il ne mentait pas ! Pryam se contentait de dire ce qu'il pensait voilà tout. La jeune fille se laissa aller sur la branche et pendant un bref instant, le chevalier errant se demanda si elle n'allait pas céder, la sécheresse avait beaucoup touché les arbres et peut-être que celui-ci en avait souffert ? Mais non. Elle tint bon, heureusement pour eux, il aurait été étrange que la brune se retrouve allongée par terre devant lui sans qu'il ne puisse lui venir en aide sous le coup de la surprise. Toujours en train de regarder l'inconnue, il écouta ce qu'elle lui disait, se déclarant injuste de ne pas lui répondre, puis elle lui proposa un jeu plutôt étrange avec comme pour récompense, de descendre de son perchoir. Il rigola légèrement, quelle manière originale de faire connaissance, un bref instant il se demanda quel âge elle pouvait bien avoir pour agir de la sorte. Ce n'était pas une pensée négative bien évidemment, le jeune homme appréciait beaucoup de voir de la naïveté et un côté enfantin chez les gens qu'il côtoyait. C'était rafraichissant, il décida de se laisser prendre au jeu et hocha la tête pour toute réponse. Qu'elle explique donc son jeu ! L'inconnue toujours sans nom répondit alors à la question du blond, enfin répondit à sa manière puisque ce qu'elle disait n'éclairait pas réellement le blond sur la personne qui se trouvait face à elle. Voilà quelque chose qui promettait ! Il allait falloir qu'il fasse preuve de beaucoup d'attention pour trouver comment formuler correctement ses questions pour qu'elle ne puisse pas les esquiver. Mais ce fut elle qui posa la première question, lui demandant de conter la manière dont il s'était cassé le nez. Instinctivement, il glissa sa main jusqu'à cette cicatrice assez visible, hésita un bref instant, puis répondit.

     ▬ Je ne suis pas très bon pour conter des histoires, vous savez.... »

     Il ne mentait pas, lorsqu'il était jeune ce n'était pas lui qui s'amusait à raconter les histoires à Serena tout simplement parce qu'il ne trouvait jamais le moyen de rendre les gens attentifs à ce qu'il disait. Pryam réfléchit rapidement alors que ses pensées revenaient à cette Fer-née dont il ignorait toujours le prénom, pourtant ils s'étaient rencontrés à deux reprises et à chaque fois avaient manqués de se tuer. Le sort en décidait autrement à chaque fois, c'était étrange, comme s'ils étaient destinés à se croiser sans que jamais l'un ne prenne la vie de l'autre. Ce récit n'était pas très glorieux, mais cela ne le dérangerait pas de dire la vérité. Il n'avait jamais été honteux d'avoir été battu par une femme, car elle l'avait bel et bien battu lors de leur dernière rencontre. Il inspira légèrement, posant ses yeux d'azur sur le visage pâle de la jeune femme. Avec cette position il distinguait bien mieux ses traits.

     ▬ Je dois cette blessure à une femme, une guerrière plus exactement. C'est une Fer-née que j'ai rencontré à deux reprises, qui m'a laissé la vie sauve à chaque fois, bien que ses raisons soient plus qu'étranges. Il n'avait pas cru ce qu'elle lui avait donné comme excuse pour expliquer ce geste en réalité. Nous nous battions et elle a été inquiétée par le bruit des lames qui s'entendait, craignant qu'elle ne soit interpellée par la garde, elle m'a donner un coup au visage et a réussi à s'enfuir. Il la regardait, attendant une réaction quelconque de sa part, qu'elle rigole, se moque de lui ou tout simplement s'en contrefiche. Rien de très glorieux, mais c'était une excellente combattante. »

     Il avait répondu à ce qu'elle lui demandait, aussi sincèrement que possible, sans toutefois tout dévoiler bien évidemment. Il était absolument hors de question qu'il puisse dévoiler toute sa vie simplement pour obtenir des informations d'une jeune femme qu'il ne reverrait peut-être plus jamais. Si l'inconnue faisait un effort, il pourrait éventuellement envisager de lui accorder un supplément d'informations à la prochaine question qu'elle poserait. En attendant, le jeune homme était retombé dans le silence, attendant de percevoir des signes d'amusement ou de moquerie gagner son visage. Désormais c'était à lui de poser la question à laquelle la demoiselle allait devoir répondre, il en avait tellement dans l'esprit qu'il était difficile de sélectionner celle qu'il avait le plus envie de voir éclairée. Difficile de savoir se contenter d'une seule parole de sa part, surtout qu'il ignorait totalement combien de temps est-ce qu'il resterait là à bavarder avec elle. Quelques secondes étaient passées avant qu'il ne prenne finalement la décision de poser la question la plus évidente. Histoire de remettre les choses équitables entre eux.

     ▬ A moi donc. Quel est votre nom ? Je veux dire, votre véritable nom ? »

     Au moins ne pourrait-elle pas inventer de prénom, à moins qu'elle ne respecte pas les termes de son jeu. Il n'y croyait pas trop, encore une fois la jeune femme avait l'air d'être du genre à se montrer sincère, mais l'originalité semblait être son fil directeur, peut-être qu'elle déciderait soudain de changer les règles du jeu pour les arranger à sa manière ? Fidèle à lui-même, le jeune homme resta patient sous son arbre, attendant de voir si elle allait décider de le rejoindre au sol ou tout simplement de lui répondre.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 11 Fév 2012 - 14:57

Rien d’intéressant, selon lui. Il prétendait s’appeler uniquement Pryam, mais il semblait à Eleyna que le chevalier lui mentait. Une raison particulière, sans doute. Peut-être avait-il honte de son nom, peut-être était-il, comme elle, un homme en cavale ou peut-être était-il en disgrâce et cherchait-il refuge quelque part, le temps de mettre en ordre ses affaires, de faire le point, de comprendre ce qui lui arrivait. En ces temps troublés, qui pouvait le dire ? Le destin avait tendance à jouer des tours étranges à certaines personnes. Ainsi, le chevalier semblait suivre le chemin vers le Nord. Quelle était sa destination finale? Quelle était son histoire ? Brûlante de curiosité, la jeune femme décida de poser les règles d’un jeu très simple où ils pourraient apprendre à se découvrir et peut-être, qui sait, à se révéler leurs secrets. Eleyna ne cherchait pas à le piéger pour aller ensuite le dénoncer, non…Innocente –à sa façon- elle voulait simplement nourrir son esprit de merveilles, de combats et d’aventures. Pryam, juste Pryam l’écouta alors, visiblement amusé, poser les règles de son petit jeu et le lui expliquer. Accepterait-il ou se révélerait-il irascible, désagréable et intéressé par tout autre chose que son esprit ? Après tout, sur les routes, qui pouvait savoir…Certains hommes, l’avait prévenu son oncle, voudrait sa virginité et si jamais elle la perdait, chercherait quand même à coucher avec elle. Si son corps était le but final de cet homme, alors elle ne pourrait pas vraiment se défendre et devrait hurler, pour que son jumeau vienne la sauver. Mais Eleyna n’avait pas peur. Instinctive, elle se laissait aller car elle sentait en lui quelque chose de bon. Elle savait, au fond d’elle-même, que Pryam le chevalier errant ne lui ferait aucun mal, du moins pas tant qu’elle n’irait pas dans ce sens. Et ce n’était pas du tout son intention…Il avait été attiré par la musique, et, curieux, avait voulu savoir d’où elle venait. Depuis il n’avait rien tenté contre elle, simplement discuté et se prêter à ses fantaisies.

Ainsi, après avoir expliqué les règles, Eleyna posa une première question. Elle préférait commencer en bas de l’échelle et remonter petit à petit vers des histoires plus croustillantes, plus aventurières et romancées. Son nez avait visiblement été cassé, et cela ne se passait le plus souvent qu’au court d’un combat, à moins qu’il ne soit tombé d’un arbre et dans ce cas, elle pourrait se permettre un mot d’esprit, à lui qui se moquait gentiment de la jeune nordienne sur son arbre perchée. « Je ne suis pas très bon pour conter des histoires, vous savez.... » avoua-t-il, presque désolé. Elle haussa les épaules et lui adressa un sourire. Les meilleurs conteurs sont ceux qui ne se vantent pas d’en être capable. Puis un simple énoncé des faits suffirait pour que son esprit se mette à imaginer tout le reste, à fantasmer l’aventure en grand. Attentive, elle bloqua son menton sous les paumes de ses mains jointes et l’écouta : « Je dois cette blessure à une femme, une guerrière plus exactement. C'est une Fer-née que j'ai rencontré à deux reprises, qui m'a laissé la vie sauve à chaque fois, bien que ses raisons soient plus qu'étranges. » Fascinant ! Ainsi il avait rencontré ces fameux fer-nés que la jeune femme ne parvenait pas à visualiser. Il avait même combattu l’une d’elle ! Sur ces îles inhospitalières, les femmes devaient sûrement être aussi dure que les hommes, un peu comme dans le Nord ou à Dorne…Etrange, comme les climats extrêmes favorisent l’apparition de vocations inespérées. Il avait approché cette femme, lui avait parlé, s’était battu avec elle à deux reprises et en était ressortit vivant. Vu les légendes qui courraient aux sujets de ces gens, cela faisait de lui soit un bon combattant, soit un menteur. Eleyna ne croyait pourtant pas qu’il racontait des histoires. Dans le cas contraire, il n’aurait pas parlé d’une femme…Orgueil masculin oblige. « Nous nous battions et elle a été inquiétée par le bruit des lames qui s'entendait, craignant qu'elle ne soit interpellée par la garde, elle m'a donner un coup au visage et a réussi à s'enfuir. » Rusée et fourbe. Eleyna imaginait cette guerrière ou du moins, elle essayait. Elle la voyait gigantesque, avec des cheveux foncés et un regard dur, meurtrier. Elle la voyait armée d’une grande épée pleine de sang et debout sur un monceau de cadavres. Autant la jeune fille ne supportait pas l’idée de tuer par elle-même, autant la mort des autres ne lui donnait pas matière à souffrance. Illogique, encore, toujours…Ainsi est Eleyna. « Rien de très glorieux, mais c'était une excellente combattante. » La nordienne lui adressa un grand sourire, en voyant son air un peu renfrogné. S’attendait-il à ce qu’elle se moque ? A ce qu’elle le ridiculise, pour avoir été vaincu par une femme ? Au contraire, elle trouvait ce chevalier plus courageux que beaucoup d’autre, car il osait assumer ses défaites, sans chercher à embellir la bataille ou à déprécier son ennemi. Fascinant, c’était le mot qui convenait pour qualifier cet homme. Décidément, elle l’aimait beaucoup.

« A moi donc. Quel est votre nom ? Je veux dire, votre véritable nom ? » La nordienne hésita pendant plusieurs secondes. Qu’est-ce qu’un nom ? Elle pouvait lui révéler s’appeler Eleyna sans courir le moindre risque, tant qu’il ne cherchait pas à savoir son nom de famille. D’ailleurs, il lui avait menti par omission sur ce point, ainsi pouvait-elle agir de même. « Je crois que je peux le dire à un homme tel que vous…Je m’appelle Eleyna. » répondit-elle finalement, puis elle lui fit un clin d’œil, sans savoir s’il allait le distinguer dans la pénombre. « Juste Eleyna. » Comme sa position commençait à devenir inconfortable, elle bougea à nouveau. Se relevant, elle s’assit sur la branche, les deux pieds dans le vide et se pencha vers lui pour ajouter quelque chose quand, drame, elle oublia sa sacoche. Le poids supplémentaire la fit ainsi tomber, directement sur le chevalier…Qui la rattrapa, lui faisant une démonstration de ses incroyables réflexes. Le cœur de la Omble cognait dans sa poitrine et un petit rire franchit la barrière de ses lèvres. Elle ne se serait sans doute pas fais très mal en tombant car elle n’était pas si haute perchée, mais tout de même…Il lui avait évité de pénibles bleus. Hélas, en la rattrapant, ils étaient tombés tous les deux et c’était lui qui avait pris la place au sol, pour amortir sa chute. Couchée sur lui, elle s’appuya sur ses avant-bras pour au moins redresser son torse. « Ce que je peux être maladroite ! » En fait le mot exact aurait été distraite, car dans le cas contraire jamais elle ne se serait laissée tomber si facilement. Mais l’histoire du chevalier et sa franchise lui avaient tellement plu qu’elle avait voulu le voir d’un peu plus près. Là haut, sa branche semblait la narguer. Dommage, elle y était bien installée…« Vous ne vous êtes pas fais mal au moins ? Ce serait gênant…Je n’ai aucune compétence de mestre pour vous soigner. » Pourtant elle ne bougeait pas de sur lui et discutait comme s’ils étaient face à face, inconsciente de l’incongruité de cette position. Au pire elle lui chanterait une belle chanson pour se faire pardonner. Quoi que, elle ne donnait sa voix à personne d’autre que son frère jumeau et son cousin de dix ans. En y repensant, Jorah saurait peut-être l’aider si jamais il s’était fait mal, mais cela impliquerait de réveiller les garçons et ils avaient besoin de leurs précieuses heures de sommeil. « Pour me faire pardonner, vous pouvez me poser une deuxième question ! » lui annonça-t-elle avec un sourire, toujours sans se bouger de sur lui. Elle se redressa simplement, mais se retrouva alors assise à califourchon sur le haut de ses cuisses. Inconsciente de ce que la position pouvait signifier rien qu’au niveau des usages de politesse et de bienséance –non pas qu’elle soit ignorante des relations entre hommes et femmes mais le plus souvent cela ne traversait pas spécialement son esprit, elle resta ainsi et regarda son visage de plus près. La bosse sur son nez la fascinait, un combat féroce se déroulait dans son esprit, plein de bottes compliquées, de blessures infligées, de sang coulant au compte goutte sur du sable. Un duel de titans ! Ses yeux étaient également beaux, rappelant l’océan. Grâce à la clarté de la lune, elle parvenait à les distinguer mais le mélange avec la pénombre leurs donnait un éclat digne d’une mer sous ciel couvert, peut-être soumise à une tempête. L’homme était pourtant normalement constitué, rien ne sortait de l’ordinaire chez lui, mais elle le trouvait…Particulier. Intéressant. Fascinant.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Dim 12 Fév 2012 - 14:46

     La jeune femme daigna lui donner son prénom, déclarant qu'elle pouvait le faire à un homme comme lui, mais comment devait-il prendre cette déclaration ? Pas en mal bien évidemment, cela avait l'air d'être un compliment, mais il n'était pas dans la tête de la jeune femme et ne pouvait pas savoir la manière dont elle le percevait. Quoi qu'il en soit, Pryam espéra simplement que ce serait une bonne chose pour lui. Cela l'aurait embêté qu'elle le voit comme quelqu'un d'embêtant. Le chevalier errant crut distinguer un clignement de paupière dans la pénombre, mais le manque de lumière pouvait lui jouer des tours et il n'en était pas convaincu, il laissa donc cela passer sans prendre la peine de s'en soucier. Un sourire éclaira toutefois ses lèvres lorsqu'il entendit la prénommée Eleyna emprunter ses mots pour préciser qu'elle n'avait pas de nom de famille. Il n'avait aucune raison de douter de ce qu'elle disait et le blond considéra qu'elle devait certainement être une saltimbanque des environs, une roturière ou quelque chose d'approchant, bref, qu'elle ne possédait pas de nom. C'était plus fréquent qu'on ne pouvait le croire et la route de Pryam croisait bien plus souvent celle de roturiers que de nobles qui se promenaient seuls sur les routes de Westeros. C'était donc avec un hochement de tête convaincu qu'il nota ce qu'elle venait de lui apprendre, dans un coin de son esprit. S'ils se revoyaient un jour, ce serait toujours une bonne chose de se souvenir de ce genre de détails.

     Elle changea de position sur la branche alors qu'il la regardait toujours, puis sembla perdre son équilibre tout à coup. Attentif à ce genre de risques, il la vit glisser et tendit instinctivement les bras pour la rattraper alors qu'elle manqua d'aller embrasser le chemin qui lui plaisait tellement. Une manière comme une autre de montrer son amour au paysage me direz-vous, mais vu la hauteur elle aurait récolté quelques beaux hématomes. Malheureusement, le poids d'Eleyna avait déstabilisé le jeune homme qui n'avait pas eu le temps de trouver une position stable lorsqu'il l'avait réceptionnée, ils se retrouvaient donc tous les deux, allongés sur le sol. La demoiselle avait rigolé d'un léger rire, comme si la frayeur l'avait tellement surprise qu'elle n'avait pas réussi à comprendre ce qui lui était arrivé. C'était d'ailleurs aussi le cas du chevalier errant qui ne réalisa pas immédiatement pourquoi est-ce qu'ils étaient couchés sur le sol poussiéreux, il fallut que la saltimbanque se redresse légèrement pour déclarer avec justesse qu'elle était bien maladroite. C'était le moins que l'on puisse dire, une chance qu'il ait été là pour lui empêcher la chute sur le sol sans quoi elle aurait certainement écopé de quelque chose de plus douloureux. Eleyna se renseigna aimablement pour savoir s'il s'était fait mal, mais à première vue ce n'était pas le cas. Du moins il ne sentait rien de douloureux. Posant ses yeux sur la demoiselle il constata avec une certaine gêne qu'elle ne semblait pas décidée à bouger. Un bref instant d'hésitation avant qu'il ne réponde aussi sérieusement et d'une manière aussi détendue que possible, du moins que la situation le permettait.

     ▬ Non... Tout va parfaitement je vous remercie. »

     Remercier une femme dans une telle situation – et position – était une première pour lui, la demoiselle ne faisait décidément pas les choses comme tout le monde. Alors qu'Eleyna restait toujours dans la même position ô combien gênante, elle lui annonça avec un grand sourire qu'elle l'autorisait même à lui poser une seconde question. Sur le coup, une seule lui vint en tête et était de savoir si elle pouvait bouger pour libérer la position et lui remettre de se redresser. Une interrogation on ne peut plus simple, mais qui ne semblait pas vouloir se formuler dans son esprit. Il n'était pas timide ou pas coincé au point de ne pas pouvoir approcher une femme, mais disons simplement que lorsque la personne qui se trouvait avec lui n'était qu'une inconnue qu'il venait juste de rencontrer et qui pouvait peut-être bien être accompagnée – voir même déjà mariée – les choses étaient différentes. Il la regarda quelques très brèves secondes avant de se redresser légèrement à son tour en prenant appui sur ses coudes, Pryam cherchait un moyen de la faire se décaler sans avoir l'air d'un butor. La pousser comme un sac à patates n'aurait pas été franchement galant et même clairement désagréable, autant pour lui que pour elle. Le chevalier entrouvrit la bouche pour formuler sa demande, mais ce ne fut pas une réussite.

     ▬ Une question ? Et bien... Est-ce que... Non, oubliez. »

     Il devait avoir l'air vraiment étrange pour le coup, ne pas savoir parler correctement, tout simplement parce qu'il ne voulait pas la vexer ou avoir l'air de jouer les malpolis. D'un côté, elle devait certainement se rendre compte que la situation actuelle était on ne peut plus étrange, à moins qu'elle ne vienne d'un clan des montagnes de la lune, mais il en doutait. Les montagnards ne savaient pas jouer du Luth tout simplement. Inspirant légèrement, Pryam esquissa un sourire à la fois quelque peu gêné et amusé, finalement la situation était plus hilarante qu'humiliante ou embarrassante, après tout il n'y avait personne pour les voir non ? Son ton se fit légèrement plus détendu alors qu'il reprenait la parole.

     ▬ Oui une question, mais pas sur vous. Est-ce qu'il serait possible que vous vous décaliez ? Le sol est plutôt froid et si je reste allongé dessus, je vais finir par avoir des fourmis partout. »

     tait totalement idiot comme déclaration, il se faisait l'impression d'être un gamin d'une dizaine d'années qui cherchait une excuse pour ne pas avoir à faire quelque chose qu'il ne voulait pas. Mais ce n'était pas faute d'avoir cherché autre chose pour éviter de devoir jouer les butors en la faisant se repousser. Comme Eleyna n'avait pas encore répondu, Pryam décida de prendre les devants, elle était tellement étrange qu'elle serait capable de lui dire qu'ils étaient bien installés et qu'elle n'avait aucune envie de bouger. Si c'était le cas il songerait à ce recycler en coussin pour saltimbanque si jamais son père décidait de le bannir totalement de sa vie. Quoi qu'il en soit, le jeune homme passa son poids sur son bras directeur avant de libérer l'autre pour poser sa main sur le bras de la demoiselle et effectuer une légère pression pour la faire basculer de côté. Une manière certes peu cavalière de faire comprendre qu'il n'avait pas envie que quelqu'un tombe sur eux dans une telle situation, surtout si cette personne devait être son écuyer qui s'inquiéterait de ne pas le voir revenir. Quelle drôle de vision aurait-il, il risquerait de prendre son chevalier pour quelqu'un de louche. Lorsque la saltimbanque fut décalée sur le côté, le chevalier errant se dégagea rapidement, se repoussant à son tour sur le côté - opposé à celui de Eleyna - puis se redressa finalement avant de se retourner pour tendre la main à la jeune femme, arborant un léger sourire toujours amusé.

     ▬ Ne restez pas au sol, sinon je n'aurais jamais l'occasion de vous voir autrement qu'en levant ou baissant la tête. »

     Lorsqu'elle attrapa sa main, il la tira pour l'aider à se redresser avant de libérer sa poigne pour épousseter rapidement sa tunique maculée de poussière. Ce n'était pas si grave au final, il voyageait toujours avec sa tunique et elle était rarement d'une propreté parfaite. Après avoir légèrement remis de l'ordre dans ses affaires, le blond releva ses yeux vers le visage de la jeune femme qu'il distinguait enfin à peu près clairement. Elle avait de beaux traits, agréables à regarder et qui dégageaient quelque chose de charmant. Rien à voir avec les nobles qu'il côtoyait souvent. Cette inspection ne dura que quelques brèves secondes à peine visibles, avant qu'il ne détourne le regard pour observer les environs et finalement en revenir au minois de Eleyna, comme si ne rien n'était. Il poserait donc son autre question.

     ▬ Mon autre question donc. Pour quelle raison êtes-vous sur cette route, enfin je veux dire, voyagez-vous pour une raison particulière ? »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 14 Fév 2012 - 20:30

Une chute malencontreuse avait conduit la jeune femme à s'écraser sur le pauvre chevalier errant. Heureusement, Eleyna n'était pas très lourde mais l'élan de sa chute avait tout de même fais perdre l'équilibre à Pryam Juste Pryam, si bien qu'il se retrouva rapidement sur le sol, la jeune femme contre lui. Si la nordienne avait eu le bon sens de se redresser, il lui avait manqué celui de s'ôter de sur lui, sans se rendre compte du malaise que son comportement pouvait provoquer. C'était d'ailleurs souvent le cas, Eleyna agissait sans se poser de questions, évoluant en dehors des règles élémentaires de bienséance. Un naturel déstabilisant, dans une société réglée au millimètre. Elle en avait vaguement conscience. « Non... Tout va parfaitement je vous remercie. » répondit-il et elle fut soulagée. Elle se serait vraiment sentie mal si elle l'avait blessé dans sa chute. Eleyna n'aimait pas être la cause d'une douleur sans qu'il n'y ai de bonnes raisons. Le chevalier avait été aimable avec elle, très poli, il avait même plaisanté et s'était prêté à ses caprices. C'aurait été injuste de le récompenser en lui tombant dessus pour marquer sa peau de quelques bleus, voir peut-être de lui briser un os. Horreur absolue! Elle ne connaissait aucun mestre et doutait que les seigneurs des environs ouvrent leurs portes à un chevalier errant sans nom et trois jeunes gens apparemment roturiers -ce qui était vrai pour l'un d'entre eux. Heureusement, Pryam avait eu l'amabilité de s'en sortir indemne. Pas que cela d'ailleurs. Il semblait mal à l'aise, comme s'il voulait dire quelque chose sans oser. Eleyna avait fini de débiter sa tirade, lui ayant proposé une seconde question en guise de dédommagement. Elle trouvait le marché honnête, puisqu'il n'était pas blessé. Pryam semblait dans l'attente, plongé dans une réflexion sur la meilleure façon, peut-être, de dire ce qui le taraudait. Pourtant rien ne vint. « Une question ? Et bien... Est-ce que... Non, oubliez. » Elle arqua délicatement un sourcil. Curieuse de nature, personne ne pouvait s'en tirer en commençant une phrase pour la terminer en plein milieu. Oublier? Jamais! Désormais elle voulait savoir, quelle que soit l'information. Bénigne? Gênante? Sans avoir consciente du malaise qu'elle provoquait par sa position, elle le fixait, elle attendait. Il finit par se redresser sur ses coudes, rapprochant leurs visages. De près et sous la lumière rassurante de la lune, il lui semblait encore plus agréable à regarder. « Oui une question, mais pas sur vous. Est-ce qu'il serait possible que vous vous décaliez ? Le sol est plutôt froid et si je reste allongé dessus, je vais finir par avoir des fourmis partout. » Il y eu une seconde de battement, le temps que la jeune femme comprenne, sorte de sa rêverie en rapport avec ce visage qu'elle imaginait plissé par la concentration, quelques gouttes de sueur perlant sur son front durant un combat titanesque -ou presque. Son histoire sur la fer-née était remontée à la surface.
Puis elle se mit à rire.
Bien sur, le sol était froid! Ils étaient sortis des territoires nordiques mais tout de même, la nuit n'épargnait pas les voyageurs. Elle, habituée aux rudes climats, ne s'en rendait même pas compte. Si ça n'avait été que cela...Pourtant elle le sentait gêné. Elle ne parvenait pas à comprendre pourquoi. Avait-elle dis quelque chose de désagréable? Peut-être le simple fait d'être tombée. La maladresse, par moment, était agaçante. « Bien entendu. » Elle s'écarta donc de lui, posant à son tour ses fesses sur le sol. Puis ses deux mains. Elle le trouvait agréable, au point de laisser ses doigts courir dans la poussière du chemin. Le chevalier se releva alors à son tour, lui tendant la main. « Ne restez pas au sol, sinon je n'aurais jamais l'occasion de vous voir autrement qu'en levant ou baissant la tête. » Elle lui rendit son sourire, sans pour autant répondre par des mots et tendit la main. Il la tira comme si elle ne pesait rien et la nordienne se retrouva sur ses pieds. Ainsi debout, elle avait à peu près la même taille du chevalier, ce qui était perturbant pour elle. En dehors de Jorah, elle n'avait connu que des hommes à sa taille -c'est à dire plutôt grand puisque Omble- mais savait que ce n'était pas courant. Elle aurait du être plus petite, à l'image de sa mère, de toutes les autres femmes ou presque, en réalité. Anomalie, encore. Eleyna en était pleine.

Son oeil agile ne manqua pas de remarquer que le chevalier la regardait de bas en haut, comme pour noter ses traits et son corps dans sa mémoire. Eleyna ne s'en formalisa pas le moins du monde puisqu'elle agissait ainsi continuellement. Encore était-elle bien moins discrète que Pryam Juste Pryam, elle avait tendance à fixer ouvertement les gens pour ne rien rater et emmagasiner l'information dans sa mémoire. Il lui semblait ne rien oublier, lorsqu'à ses yeux s'était important. Elle aurait grand mal à parler de médecine, d'herbologie, de tactique militaire ou de combat en tous genre mais pouvait sans problème évoquer l'histoire, les blasons, l'histoire des familles sans parler de la musique, des ballades et autres chansons adorées. Laissant le chevalier terminer son tour d'horizon, elle attendait la question suivante qui ne tarda pas à venir. « Mon autre question donc. Pour quelle raison êtes-vous sur cette route, enfin je veux dire, voyagez-vous pour une raison particulière ? » La nordienne aurait du s'attendre à ce que l'interrogation soit soulevée et elle hésita. Mentir? Non, elle détestait cela, n'était pas du tout adepte sauf en cas d'extrême nécessité. Elle aurait pourtant du se méfier d'un inconnu, toute information en trop risquant de mettre son frère et Jorah en danger, mais elle ne parvenait pas à éprouver quelque chose de négatif vis à vis du chevalier errant. Une trop bonne impression pouvait être pire que l'inverse...Elle décida pourtant de suivre son instinct. « C'est une bonne question! » complimenta-t-elle, sans se départir de son sourire. Moins à l'aise debout qu'en hauteur ou simplement assise au sol, la Omble décida de s'appuyer contre l'écorce de l'arbre, sans lui tenir rigueur du mauvais tour dont elle avait été victime. « Une question qui peut vous apprendre énormément, ainsi, écoutez bien... » avertit-elle avant de poser ses mains dans son dos et d'appuyer ses fesses dessus, les appuyant contre l'écorce qui lui griffait la paume et les doigts. Ses yeux semblèrent l'emmener loin de la réalité, virant sur le ciel. Son franc sourire se teinta d'une touche mystérieuse, hors du temps. « C'est l'accomplissement d'un rêve...Je voyage pour échapper à des règles qui me dépassent, pour fuir des situations qui m'empoisonnent. Je voyage pour éprouver ce sentiment enivrant de liberté, pour découvrir le monde et vivre des aventures. Je voyage pour vivre la vie que j'ai toujours désiré, pour éprouver du bonheur et profiter de chaque respiration. Je ne suis pourtant pas une guerrière à la recherche de défis, une femme désireuse de faire ses preuves, non...Je voyage pour me trouver, pour trouver l'existence qui me sierra mieux que l'ancienne. » Ton lointain, son regard fixé sur la lune change d'objectif, pour observer son interlocuteur et ses réactions éventuelles. Eleyna lui adresse un étrange sourire. « Je voyage pour être moi-même. »

Chaque mot sortit d'entre ses lèvres énonçaient une réalité véridique, sans la moindre once de mensonge, d'idées fausses, d'omissions. Eleyna avait été d'une absolue sincérité envers le chevalier et elle en était elle-même étonnée. Non pas que ses mots puissent la compromettre en tant que noble en cavale ou même ne mette son frère et Jorah en danger mais tout de même. Conter ses rêves à un inconnu? Pour certains points, la nordienne restait étrangement pudique. Anormale, inversée. Conçue à l'envers. Pathétique petite chose...Son corps bouge, se déplace légèrement. La trace de l'écorce s'est imprimée dans la paume de sa main. « Et vous, Pryam Juste Pryam, pourquoi avoir fuis l'endroit qui vous a vu naître? Êtes-vous le chevalier en quête de justice dans un monde où son absence se fait sentir ou cherchez-vous simplement à oublier quelque chose? » Elle ne pense plus vraiment au jeu des questions ni au fait qu'il a gaspillé la première par malaise, bien qu'elle n'ai toujours pas compris pourquoi. Son interrogation a fait naître en elle un désir souverain quoi qu'étrange. Elle attend sa réponse pour suivre l'intuition qui la taraude. Elle sent en lui quelque chose d'intriguant, elle veut toucher son coeur et son histoire, elle veut comprendre ce qu'il est et ce qu'il représente. Elle veut comprendre pourquoi il lui ressemble tellement, refusant de donner le nom de famille qu'il possède plus que probablement, pourquoi il est sur les routes, pourquoi il n'a pas cherché à profiter de la situation. Il la fascine, à sa façon. Figée, la jeune femme attend.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mer 15 Fév 2012 - 13:47

     La jeune femme lui déclara que c'était une bonne question, arborant un sourire qui ne semblait pas désireux de s'envoler, certainement qu'elle avait décidé de prendre les choses du bon côté ? Pryam se demandait sincèrement si Eleyna allait lui répondre ou se contenter de lui déclarer qu'il avait été bien inspiré, cela aurait été plutôt frustrant et elle n'aurait pas joué à son propre jeu, ce qui aurait pu décevoir le Valois. Mais celui-ci avait appris à ne pas se laisser toucher par des détails de ce genre. Combien de fois lui avait-on promis quelque chose qui finalement n'était jamais arrivé ? Trop de fois pour toutes les dénombrer. Il n'était pas du genre à se laisser importuner par la tendance à oublier, que certaines personnes - principalement des nobles - pouvaient avoir en sachant que c'était à leur tour de rendre la pareille. S'il commençait à se laisser prendre l'esprit par des détails aussi insignifiants et futiles, il n'en aurait pas fini avant longtemps. Ce n'était certainement pas sans raison que le blond restait silencieux la plupart du temps, peu désireux de signaler un oubli certainement volontaire. Il était en paix avec lui-même et savait qu'il avait fait ce qu'il fallait, le reste ne le regardait pas. Les yeux céruléens du chevalier errant avaient suivis la demoiselle alors qu'elle s'était légèrement éloignée pour s'appuyer contre l'arbre, puis finalement répondre. Enfin répondre, avance qu'il pouvait en apprendre beaucoup en l'écoutant convenablement. Nul besoin de le lui dire, Pryam n'écoutait jamais que d'une oreille, il était toujours attentif à ce que l'on pouvait lui dire, les gens expliquaient bien plus par leurs silences que par leurs paroles. Il ne répondit pas, se contentant de la regarder à demi éclairée par la lueur blafarde de la lune, tamisée par un nuage plus épais que les autres qui la masquait en grande partie.

     Eleyna la contemplait d'ailleurs avant de répondre pour de bon, éclairant le chevalier errant sur ce qui la menait sur la route en expliquant qu'elle voyageait pour échapper à des règles. C'était étrange, le voyage était pourtant le meilleur moyen de devoir se plier à des règles, celle de devoir prouver son identité, celle d'avoir le devoir de montrer que l'on pouvait se trouver à tel endroit, etc. Pryam n'avait jamais autant subit l'assaut des devoirs et des règles que depuis qu'il voyageait à travers tout Westeros. Mais il ignorait quelle était sa vie avant ce jour et par conséquent, si elle avait des situations plus dérangeantes que celle de devoir obéir à un père trop ambitieux comme c'était par exemple son cas. C'était une bonne chose en tous les cas, voyager pour pouvoir trouver un meilleur moyen de vivre, c'était un peu comme ce que lui avait décidé de faire après tout, parcourir le monde pour réussir à se sentir moins coupable de mener une vie uniquement dédiée au service des gens qui en avaient déjà bien assez. Ce n'était pas une mince affaire malheureusement, les difficultés étaient très nombreuses et elle risquait certainement d'avoir beaucoup de surprises avant de réussir à trouver la vie dont elle avait réellement envie. En envisageant la possibilité qu'elle puisse la trouver un jour bien évidemment. Rien n'était moins sûr. La demoiselle conclut ses explications sur un sourire qu'il lui rendit dans un mimétisme inconscient, elle avait le sourire communicatif. Le blond l'observait toujours dans un silence parfait alors que la saltimbanque lui retournait la question, lui demandait assez étrangement pour quelle raison il fuyait l'endroit où il était né. Quelques secondes passèrent avant qu'il ne réponde d'un ton toujours aussi calme. Chaque mot était pesé, il parlait rarement sans réfléchir, chose que certains prenaient pour de la stupidité ou de la lenteur d'esprit.

     ▬ Qu'est-ce qui vous fait dire que je fuis ? Il la regarda quelques instants en silence. Il ne fuyait pas. Il se contentait d'épargner la déception à sa famille subtile nuance, mais qui restait réelle. Je ne fuis pas, je me contente d'aller voir si l'on a besoin de mon aide ailleurs. Je ne suis guère en quête de justice, pas plus que je ne désir oublier quelque chose, je veux simplement pour mener ma vie comme je l'entends, un peu comme vous au final. Il était vrai que leur situation était assez semblable en y regardant de plus près. Disons simplement que j'estime qu'il y a bien assez de chevaliers valeureux qui sont capables de secourir les nobles dans le besoin, moi j'essaye d'apporter mon aide aux personnes de moindre naissance. Cela faisait un peu utopique comme manière de fois les choses il était vrai. Enfin, tout n'est pas aussi rose qu'il n'y paraît, disons simplement que je n'avais pas envie de terminer comme les autres chevaliers qui passent souvent leur temps à compter fleurette plutôt que de faire leur travail. »

     Malgré tous ses efforts, le blond ne parvenait pas à exprimer clairement ses pensées, il se donnait le sentiment de vouloir jouer les héros qui ne voulaient pas vivre avec la facilité et l'argent des nobles, mais en réalité, il cherchait surtout à ne pas devenir comme son père, l'on pouvait considérer qu'il fuyait cela. Tout comme il fuyait la culpabilité d'avoir laissé Serena toute seule auprès de leur père, il voyait ce que cela avait donné désormais..... Les choses étaient trop compliquées, Pryam n'avait pas envie de tout dévoiler à la première venue, cela ne serait pas logique et totalement contraire à son mode de fonctionnement, déjà que son écuyer ne connaissait presque rien de la vie de son chevalier - mis à part son nom de famille qu'il avait été obligé de connaître depuis la rencontre avec lady Maeve - et même si Eleyna était agréablement surprenante, il ne pouvait pas prendre de risque. De risque de quoi d'ailleurs ? Tout simplement qu'elle puisse avoir la langue trop bien pendue et parle accidentellement de leur discussion. De plus une chose secrète ne le restait plus s'il en parlait au premier venu. Inspirant légèrement, le chevalier croisa une fois de plus ses bras sur son torse.

     ▬ N'allez pas me prendre pour un utopiste acharné, je suis bien loin d'en être un. En réalité mon choix est principalement dicté par l'égoïsme, je n'avais aucune envie de devoir prêter allégeance à une seule personne qui avait déjà une foule de chevalier à sa botte et je préférais largement pouvoir profiter de ma jeunesse pour voyager. C'est aussi simple que cela. »

     Pryam voulait être certain que les choses étaient claires et non prendre le risque d'être vu comme quelqu'un qui aidait toutes les personnes dans le besoin alors que ce n'était pas le cas. Même en étant chevalier et en ayant juré de servir les gens qui avaient besoin de son aide, le blond ne pouvait pas offrir ses services contre du vent, pas toujours du moins. Il avait aussi l'obligation de payer sa nourriture, les auberges où il dormait, son équipement et tout ce qui faisait qu'il était chevalier. Pryam essayait de travailler pour des nobles afin de gagner un peu d'argent pour se faire un bon pécule et faisait fi des paiements lorsqu'il aidait des gens pauvres, mais avec les temps qui courraient, les pauvres dans la difficulté étaient plus nombreux que les nobles qui engageaient des chevaliers errants. Inutile de dire qu'actuellement, le Valois n'était pas d'une grande utilité. Après un bref instant de silence alors que l'attention du jeune homme s'était détourné, il trouva une autre question à poser à la jeune femme et reprit la parole, brisant la nuit si calme.

     ▬ Et est-ce que vous faites cette quête de vous-même toute seule, ou avez-vous des compagnons saltimbanques qui se promènent avec vous dans ces contrées ? »

     Il avait aussi envie de lui demander pourquoi est-ce qu'elle avait choisi le Val, ce qu'elle pouvait bien chercher ici et encore toute une foule d'autres questions, mais le jeu disait clairement de ne pas poser plus d'une question à la fois. Même si la jeune femme avait visiblement oublié les règles, le chevalier lui ne pouvait s'empêcher de les suivre. Elle qui semblait vouloir les fuir avait visiblement une vision des choses bien différente de la sienne. Pourtant, elle l'intriguait.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 17 Fév 2012 - 17:17

Curieuse, Eleyna interroge. Elle a soif de savoir, soif des connaissances que peut lui apporter ce chevalier. L'homme la fascine, elle a envie de s'asseoir pour l'écouter pendant des heures. Elle sent en lui quelque chose d'abstrait, de complexe, elle désire toucher du bout des doigts tout ce qu'il a à offrir. Son instinct ne la met pas une seule seconde en garde contre cet homme, comme si une espèce de destin tordu avait décidé qu'ils devaient se rencontrer, là, maintenant et discuter. Comme s'il avait décidé qu'ils devaient se connaître. Délicieusement romanesque, Eleyna y voit la un signe qui, pour d'autres, passerait inaperçu. Peut-être l'invente-elle, ou peut-être pas. Parfois, Eleyna elle-même ne se comprend pas mais rien ne la bouleverse, ne la perturbe. Elle se laisse vivre, laisse passer le temps et les évènements. Elle en profite ou les encaisse, en fonction. En partant de son campement, elle n'escomptait rencontrer personne, simplement désireuse de se donner à la nuit. Si Pryam avait été silencieux au possible, peut-être même l'aurait-il entendu chanter. Seule, elle n'hésite pas vraiment. Donner de la voix lui fait du bien, pourtant elle est pudique et n'offre ce spectacle qu'à peu de gens. Être vue nue la dérangerait moins que de laisser sa voix à portée de n'importe qui. Son trésor, son véritable cadeau, voila ce qu'est sa voix. Hélas le chevalier avait fais du bruit et désormais, ils discutaient. Il avait intéressé Eleyna au sujet de ses aventures et elle brûlait de tout connaître, de tout entendre, d'être le témoin absolu de ses aventures. Cet avant-goût au sujet de la fer-née n'est pas assez. Il stimule, certes, son imagination mais comme tout feu, il finira par se tarir. En une nuit, dans un mois, personne ne peut le dire. Elle veut de quoi se réchauffer l'âme pour des années. Ainsi, appuyée contre son arbre, l'écorce imprimée dans la main, Eleyna pose sa question. Enigmatique, elle aurait du jouer plus longtemps sur les non-dits mais cherche le déclencheur de cette série d'aventure. Elle sent en le chevalier des choses qui les rendent proche, sans parvenir à mettre le doigt dessus. C'est une sensation, une impression, un instinct peut-être. Le mot lui échappe, cela la frustre considérablement. « Qu'est-ce qui vous fait dire que je fuis ? » Elle ne répond pas, se contente de le regarder. Le fond de ses yeux dispense une impression d'intensité, comme si elle ne se contentait pas de savoir mais bien de Savoir. Un absolu. Elle-même ne saurait l'expliquer, peut-être une simple intonation dans la voix de Pryam Juste Pryam, peut-être un regard mal octroyé, peut-être simplement l'envie qu'il soit comme elle. Le ton utilisé lui laisse suggérer qu'elle a touché au but. « Je ne fuis pas, je me contente d'aller voir si l'on a besoin de mon aide ailleurs. Je ne suis guère en quête de justice, pas plus que je ne désir oublier quelque chose, je veux simplement pour mener ma vie comme je l'entends, un peu comme vous au final. » Elle sourit, délicate. Oui, ils sont semblables. L'idée la réjouit! Le chevalier possédait de grandes qualités, sur lesquelles Eleyna ne pouvait discuter. Il était noble d'âme, honnête, droit, visiblement avec un tempérament altruiste. Il semblait presque trop parfait pour exister vraiment. Sa main martyrisée la démangeait, désireuse de toucher le chevalier et s'assurer ainsi qu'il avait une consistance véritable, pas seulement celle d'un rêve... Cela lui arrive encore souvent, d'imaginer des personnages inexistants. « Disons simplement que j'estime qu'il y a bien assez de chevaliers valeureux qui sont capables de secourir les nobles dans le besoin, moi j'essaye d'apporter mon aide aux personnes de moindre naissance. » Un rêveur, un utopiste. Eleyna aime cette particularité, là où d'autres se moqueraient. Elle, elle approuve. Si tel est son désir, son rêve, son ambition, alors il doit la poursuivre. Le chevalier n'est pas motivé par l'argent, ni, apparemment, par la couche d'une belle femme. Il se promène au gré du vent tel une feuille dans la brise. Elle se demandait s'il s'était déjà fais happer par une tempête. « Enfin, tout n'est pas aussi rose qu'il n'y paraît, disons simplement que je n'avais pas envie de terminer comme les autres chevaliers qui passent souvent leur temps à compter fleurette plutôt que de faire leur travail. » Elle acquiesce, silencieuse. Elle réfléchit.

Utopiste, rêveur? Maître du mensonge et de la manipulation? Non, l'idée la traverse mais elle la repousse. Rien en elle ne lui crie au danger. Pryam Juste Pryam est un chevalier errant qui a honte de sa naissance, sans que la jeune femme ne sache pourquoi. Contrairement aux idées reçues, n'importe qui ne pouvait être chevalier. Il suffisait de regarder uniquement sur un plan pratique: Il fallait de l'argent pour acheter un bon équipement et même si on avait la chance de le recevoir en héritage, sans doute faudrait-il le faire ajuster, l'entretenir. Ce qui lui disait que cet homme appartenait sans doute à la noblesse? Le fait que son armure lui aille comme un gant et paraisse bien entretenue. Ce qui lui disait que cet homme ne lui mentait pas? Son instinct. « N'allez pas me prendre pour un utopiste acharné, je suis bien loin d'en être un. En réalité mon choix est principalement dicté par l'égoïsme, je n'avais aucune envie de devoir prêter allégeance à une seule personne qui avait déjà une foule de chevalier à sa botte et je préférais largement pouvoir profiter de ma jeunesse pour voyager. C'est aussi simple que cela. » Elle pouffe de rire, pas méchamment. Elle le trouve très à cheval sur la vérité, d'une honnêteté confondante, qui l'étonne véritablement. Elle ne se souvient pas avoir rencontré un jour un homme si droit, si vrai, qui n'hésite pas à préciser les détails véridiques même si cela joue en sa défaveur. Il suffisait de voir son histoire de tout à l'heure avec la fer-née. Certes il aurait pu l'inventer, mais elle était certaine qu'il l'aurait tourné bien autrement, si ça avait été le cas. « Aussi simple que cela. » approuve-t-elle, communiquant son sourire au visage du chevalier. Elle se décale un peu, pour laisser le sang affluer dans sa main. Juste à temps pour la question du chevalier! « Et est-ce que vous faites cette quête de vous-même toute seule, ou avez-vous des compagnons saltimbanques qui se promènent avec vous dans ces contrées ? » Elle hausse les épaules, ignorant quoi répondre. Cela mettrait-il vraiment Lukas et Jorah en danger, si elle parlait d'eux? Un éventuel effet de surprise en moins...Mais au point où elle en était, de toute façon, le chevalier aurait pu lui faire du mal sans qu'elle ne s'en rende compte. C'était bien loin du caractère d'Eleyna, de faire ainsi confiance à un inconnu car personne ne lui avait jamais inspiré ce genre de sentiments. Son côté instinctif expliquait ce fait à lui seul, mais tout de même. Ca avait un côté perturbant. « J'ai deux compagnons, qui se reposent plus loin dans la forêt. » Elle ne précise pas où exactement, cela n'a de toute façon aucune importance. « Peut-être les rencontrerez-vous bientôt? Ce sont des gens bien, un peu comme vous...Même si aucun d'eux n'est chevalier. » Son frère aurait aisément pu le devenir, hélas la foi des dieux anciens ne permettait pas ce genre de fantaisie, contrairement à celle des Sept. Peu importait, au final, le titre. Aux yeux d'Eleyna, Lukas était le plus grand des guerriers en devenir. Leur voyage le forgerait, nuls doutes! Et elle se servira de ses talents musicaux pour lui composer de belles chansons, que toutes les dames chanteront. Cette idée la fait sourire, lui qui n'a jamais eu d'yeux que pour sa soeur. Inquiet, évidemment, comme toujours...Ils ne font qu'un.

Eleyna aurait pu préciser que l'un d'eux était son frère jumeau, que le second était un chasseur et leur meilleur ami. Elle aurait pu lui dire que Lukas savait très bien qu'elle était partie se promener et savait sans doute où elle se trouvait avec exactitude. Elle aurait pu donner des détails à foisons mais, joueuse, elle laissait le temps se passer et les informations sortir au compte goutte. Il en savait déjà beaucoup sur elle, du moins ce qui était véritablement important. Qu'est ce qu'un nom de famille en comparaison d'un but? D'une ouverture sur un morceau de son âme? « Je suppose que vous aussi, vous ne voyagez pas seul...Vous n'auriez pas laissé votre cheval sans surveillance, ni même le reste de votre équipement. Vous devez avoir un écuyer...Les chevaliers en ont souvent, je crois. » Ce n'est pas une question, simplement une déduction. La nordienne peut bien sure se tromper mais elle doute que le chevalier ai été assez bête pour laisser son cheval sans surveillance, à la portée du premier rôdeur, voleur, pillard, barbare, venu. Elle-même tenait trop à sa monture pour l'abandonner sans être certaine de la savoir plus ou moins en sécurité. Elle savait pourtant que c'était un tord, s'attacher à un animal durant un voyage. Belial risquait fort de mourir un jour...« Ou alors serais-ce un ami? Mh non ne répondez pas, ce n'est pas ma prochaine question...Je le saurais bien un jour. » Elle sourit, encore. Comme si c'était d'une implacable logique, que sous peu elle rencontre la personne qui voyageait avec le chevalier errant. Peut-être étaient-ils même plusieurs. Un regroupement de chevaliers, qui avaient à raconter des tas d'histoires toutes plus fantastiques les unes que les autres. A cette simple idée, elle sentit son coeur s'emballer dans sa poitrine, une soif violente la prendre non pas à la gorge, mais dans les tripes. Elle voulait entendre chaque histoire, chaque bataille, chaque exploit. Passionnée déjà par le chevalier sans nom qui était en face d'elle, Eleyna ne réfléchit pas plus. « Vous savez, j'aime beaucoup ce que vous êtes...Nous nous ressemblons de façon troublante. Les mêmes buts, les mêmes histoires. Voyager...C'est pour cela que je suis partie. J'ai envie d'aller même au delà de Dorne, au delà des Citées Libres. J'ai envie de tout voir...De franchir les frontières de Westeros. De respirer l'air d'autres contrées encore inconnues. De voir des choses incroyables. N'avez-vous jamais rêvé des merveilles qui peuvent proliférer au delà du monde connu? N'avez-vous jamais rêvé de dragons, de créatures extraordinaires? D'autres coutumes, d'autres mœurs? N'avez-vous jamais été curieux? » Ce n'est pas vraiment sa question, la véritable est toute autre. Eleyna, dans son excitation, se perd. Elle s'est relevée de contre l'arbre durant sa tirade et s'est mise à bouger, tourner autour du végétal gigantesque. Elle parle à Pryam, mais ne le regarde pas vraiment. Elle sent pourtant toujours le regard du chevalier sur lui, visiblement attentif. « J'ai posé trop de questions d'un coup... » murmure-t-elle alors en s'arrêtant soudain, une main sur l'écorce, debout au pied de son ancien perchoir. Elle relève la tête, son sourire est toujours présent mais s'est un peu éthéré. Aura de mystère, d'énigme en fait. « Vous n'aimeriez pas voyager pour être autre chose que simplement un chevalier errant...? » Vivre une autre aventure, suivre un chemin différent. Elle le pousserait presque de son côté de la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Sam 18 Fév 2012 - 14:19

     Pryam regardait toujours la jeune femme alors qu'elle haussait des épaules, manifestant le fait qu'elle ne savait pas quoi lui répondre. Il esquissa un nouveau sourire, étrangement l'idée de la voir à court de répliques lui semblait incongru. La demoiselle n'avait pas vraiment l'air d'être le type de femme qui pouvait se laisser troubler par ce genre de détails, l'errant était presque persuadé que si elle ne voyait pas quoi lui dire, elle changerait tout simplement de sujet ou inventerait quelque chose pour meubler le silence. Mais il ne la connaissait, du moins il venait juste de la rencontrer et le Valois savait bien que l'on ne pouvait se targuer de connaître réellement quelqu'un, que lorsque cette personne parlait sans ambages. Sans honte d'être jugé. Cela n'était pas encore le cas, peut-être même ne se reverraient-ils jamais après ce jour ? Seuls les Sept savaient. La réponse arriva alors qu'Eleyna expliquait voyager avec deux compagnons avant d'avancer l'idée qu'il pourrait peut-être les rencontrer, puis il se demanda brièvement s'ils étaient chevaliers avant qu'elle ne réponde à cette interrogation muette. L'idée qu'elle puisse être Nordienne devenait de plus en plus palpable, Pryam savait bien que les habitants de cette région n'avaient que très peu de chevaliers dans leurs rangs, seulement quelques maisons s'ils se souvenaient bien. C'était toutefois quelque chose de rassurant, une femme qui voyageait seule était toujours en danger, même si c'était malheureux à dire, le blond avait trop souvent remarqué que les femmes solitaires étaient de meilleures proies que les combattants esseulés. Comme si l'impression de faiblesse qui pouvait se dégager de certaines femmes – en raison de leur carrure moins impressionnante – était un argument choc. Au moins Eleyna avait-elle quelqu'un pour veiller sur elle, peut-être d'autres femmes ? Non, sans savoir pourquoi, Pryam ne l'envisageait pas.

     Elle marqua un bon point en avançant que lui-même devait certainement voyager accompagné, cela n'était pas le cas il y a quelques mois, mais jamais Pryam ne se serait offert le luxe de laisser son équipement et ses montures seules s'il avait été solitaire. Il ne répondit pas et la saltimbanque l'en dissuada de toute manière en déclarant que ce serait certainement l'une de ses prochaines questions, puis avança une déclaration qui sonna pleine de certitude et ne manqua pas de surprendre son interlocuteur. Elle avait l'air absolument certaine qu'ils se reverraient un jour. Certainement le fait qu'elle commençait juste à voyager, Westeros avait eu n'être qu'une partie de ce vaste monde, ce n'en était pas moins de très vastes étendues et il était ardu de croiser par hasard deux fois la même personne, Pryam le savait d'expérience. Mais il n'allait pas gâcher la certitude qu'elle semblait avoir, bien qu'il ne put s'empêcher de rire légèrement en lâchant quelques mors d'un ton amusé.

     ▬ Votre assurance est désarmante. »

     Un chevalier désarmé, quelle drôle de vision des choses ! Pryam retomba dans le silence alors que la voix de la demoiselle perçait à nouveau le silence pour qu'elle déclara qu'ils se ressemblaient beaucoup. C'était le cas de bon nombre de personnes sur les routes, fuir quelque chose ou vouloir découvrir une vie meilleure tout simplement, même si Eleyna ne le savait certainement pas, leur histoire était commune à bien des voyageurs. Plus ou moins tragique pour certains. L'entendre expliquer qu'elle souhaitait voir des paysages que peu d'habitants de Westeros avaient vus, le fit sourire une fois de plus, c'était un discours qu'il avait tenu au début de son voyage solitaire, mais qui s'était rapidement envolé avec le temps. Il y avait bien assez de choses à faire dans une seule et même région pour aller voir ailleurs. Pryam était quelqu'un de très terre-à-terre, contrairement à celle qui lui faisait face et qui avait davantage l'air de vivre la tête dans les étoiles. Eleyna posa une foule de questions, ayant visiblement oublié la règle de son propre jeu, mais pourtant il n'aurait su y répondre même s'il l'avait désiré. Oui et non. Il l'avait voulu, mais plus désormais. Le temps avait démystifié tout cela et désormais l'écuyer rêveur était devenu un chevalier plus posé qui vivait pour un but bien précis et ne s'en écartait que rarement. Ils étaient différents au fond, même si dans la forme ils se ressemblaient beaucoup. Alors qu'elle bougeait, il détourna brièvement ses yeux d'elle pour les diriger vers le ciel qui restait clair malgré les nuages qui venaient de temps en temps le voiler, puis se concentra à nouveau sur Eleyna qui constatait avec justesse qu'elle avait bien trop posé de question. Il avait dû tendre l'oreille pour l'entendre parla et rigola très légèrement, pas d'un rire moqueur bien évidemment.

     ▬ Force est de le reconnaître. »

     Pryam ne raillait pas la jeune femme, elle l'amusait, mais pas de la manière malsaine que les chevaliers avaient habituellement. Combien de fois avait-il vu des chevaliers de moquer d'une jeune dame un peu originale ou d'un écuyer trop empoté ? Il ne voulait pas devenir comme ces personnes et faisait tout son possible pour l'éviter, bien qu'avec le temps une certaine lassitude s'installait dans sa vie. Il était encore relativement jeune et ressentait pourtant déjà les effets d'un métier où il fallait tuer pour être bien vu. Un métier, c'était plus une vocation, car elle prenait totalement une personne et la changeait. La demoiselle posa alors sa question, une très simple, mais pourtant si compliquée. L'avait-il déjà souhaité ? Trop souvent oui, avoir une vie plus simple et plus posée ou ses choix lui seraient dictés, où il reprendrait avec joie le flambeau d'un père qui se dirait fier de lui. Une vie utopique à ses yeux, mais dénuée d'intérêt pour quelqu'un comme la saltimbanque, sans aucun doute. Ce fut son tour de hausser les épaules, il risquait de passer pour une personne étrange, mais ce n'était pas bien grave. La bizarrerie était toute relative entre eux.

     ▬ Pour être franc, je ne sais pas. J'avais souhaité être chevalier depuis que j'étais enfant et j'ai atteins ce que je souhaitais, mais maintenant que j'y suis, j'apprécierais une vie plus simple et avec moins de possibilités qui s'offrent à moi. Il la regarda quelques instants. Cela va certainement vous sembler étrange après ce que vous venez de me dire, mais j'apprécie beaucoup la simplicité et le sentiment d'être quelque part chez soi, amusant pour un voyageur me direz-vous. Mais je n'ai pas de rêve de grandeur, simplement des choses réalisables. C'est généralement moins dur lorsque l'on rate son objectif. Plus vous visez, plus vous tombez bas. »

     Il était certainement étrange de rencontrer quelqu'un qui pensait à la chute avant de penser à ce qu'il pourrait avoir. Mais Pryam avait été comme cela, son chevalier lui avait enseigné qu'en ayant choisi cette voie, il prenait avant tout la responsabilité d'aider les autres et qu'il devait donc faire passer ses envies après. Plutôt ironique lorsque l'on pensait qu'il avait quitté sa demeure pour éviter de se soumettre aux obligations de sa famille. Une manière de rattraper sa faute et corriger ses torts. Le jeune homme était retombé dans le silence, conscient que ses paroles allaient certainement refroidir la demoiselle ou au moins lui faire se poser des questions, mais ce n'était pas grave, il répondait avec sincérité. Pryam se voyait mal jouer les grands rêveurs alors que son rêve le plus fou à ce jour avait été de visiter Dorne. Chose qui n'avait d'ailleurs pas encore été réalisée, c'était dire le temps qu'il passait à satisfaire ses souhaits. Il n'y avait pourtant rien d'altruiste dans son comportement, simplement un manque d'ambition et de courage flagrant, il n'avait rien du chevalier des contes de fée, au contraire. Ces paroles avaient fait naître une question dans son esprit, il inspira légèrement avant de reprendre.

     ▬ Mes propos doivent vous sembler bien sombres j'en conviens, mais ce n'est rien de décourageant, je vous conseille vivement de penser à vous et de faire ce que vos envies vous dictent, vous en avez la possibilité alors pourquoi hésiter ? Elle n'attendait certainement pas ses conseils pour le faire, mais ce n'était qu'une manière comme une autre de montrer qu'il n'était pas totalement aigri. Et est-ce que vous êtes partie en quête des Cités Libres pour vous promener dans le Val, ou aviez-vous une raison précise de venir ici ? »

     Elle n'avait pas l'air d'occuper une place importante dans une famille, mais peut-être avait-elle caché quelque chose qui pourrait donner des détails sur sa vie ?


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 19 Fév 2012 - 16:21

Le chevalier souriait, amusé de son erreur. Vulgaire débutante, voila l'impression qu'avait la nordienne d'elle-même. Hors, les erreurs commises étaient dues au chevalier errant, face à elle. Il mettait son esprit créatif en ébullition, sa curiosité la rendait folle et elle désirait le forcer à tout lui révéler. Pryam Juste Pryam avait un côté fascinant, derrière ses apparences prétendument normales. Eleyna ne s'y trompait pas, quelque chose couvait en lui, quelque chose à exploiter, à réveiller. Elle ignorait encore de quoi il s'agissait et la jeune femme attendait simplement la réponse à ses questions pour le deviner, le déduire ou simplement l'apprendre. Elle avait remarqué que le chevalier ne répondait pas par des détours, juste avec franchise, du moins le plus possible. Il avait omis quelques détails, elle en aurait mis sa main à couper mais comment exiger la vérité d'un étranger? Seule Eleyna pouvait le faire sans se rendre compte de la naïveté de cette requête. Pourtant, ce qualificatif lui allait si mal...Nouveau paradoxe. Eleyna sait qu'elle ne doit rien attendre, mais exige tout de même. Désarmant, vraiment. Le chevalier l'affirme lui-même. Elle a d'ailleurs souris, à sa conclusion. Désarmante...Quel comble! « Pour être franc, je ne sais pas. J'avais souhaité être chevalier depuis que j'étais enfant et j'ai atteins ce que je souhaitais, mais maintenant que j'y suis, j'apprécierais une vie plus simple et avec moins de possibilités qui s'offrent à moi. » Compliqué. Illogique. Eleyna ne s'interroge même pas une seconde sur les questions que soulèvent cet aveu. Et si ses rêves à elle volaient en éclat une fois réalisé? Non, cela ne lui vient même pas à l'esprit tant elle a foi en son futur, tant elle a foi en les merveilles de ce monde. « Cela va certainement vous sembler étrange après ce que vous venez de me dire, mais j'apprécie beaucoup la simplicité et le sentiment d'être quelque part chez soi, amusant pour un voyageur me direz-vous. Mais je n'ai pas de rêve de grandeur, simplement des choses réalisables. C'est généralement moins dur lorsque l'on rate son objectif. Plus vous visez haut, plus vous tombez bas. » La nordienne penche délicatement sa tête sur le côté, signe d'interrogation. Elle ne comprend pas très bien ce qu'il lui dit. Ou plutôt elle le comprend trop bien et elle trouve cela triste. Il a cessé de croire en ses rêves, en ses désirs d'enfants. Elle sent les larmes lui monter aux yeux, sans pour autant que les rivières salées ne coulent. Une sensation, rien de plus. La tristesse...A quoi bon vivre si c'est pour ne rien tenter? A quoi bon voyager si c'est en étant désenchanté? Oui le monde est cruel, les gens sont infâmes, mais pas tous les gens et pas tous les mondes. Eleyna rêve des contrées lointaines, des citées libres, des contrées exotiques. Peut-être même ira-t-elle jusqu'à l'ancienne Valyria? Peut-être y trouvera-t-elle des dragons encore en vie? Un rêve, un de plus. Une folie enfantine, du haut de ses dix neuf ans. Eleyna est une jeune femme étrange, hors du système social malgré sa noblesse. Elle n'agit pas comme on le lui a appris. Esprit libre, indomptable. Une petite sauvage raffinée.

« Mes propos doivent vous sembler bien sombres j'en conviens, mais ce n'est rien de décourageant, je vous conseille vivement de penser à vous et de faire ce que vos envies vous dictent, vous en avez la possibilité alors pourquoi hésiter ? » Elle ne comptait pas hésiter, pas même une seule seconde. Eleyna a la foi, elle sait que rien ne pourra le lui ôter. C'est pour Pryam Juste Pryam que son coeur est lourd, douloureux. Elle ne supporte pas de voir quelqu'un désenchanté, elle ne supporte pas de voir des rêves brisés. Pourquoi a-t-il abandonné? Elle brûle de le savoir presque autant que d'apprendre le reste de son aventure. Elle brûle de le faire changer d'avis. « Et est-ce que vous êtes partie en quête des Cités Libres pour vous promener dans le Val, ou aviez-vous une raison précise de venir ici ? » La question, la dernière. Elle cligne des paupières, pour se concentrer sur le présent. Tout lui revint alors, Pryam, ses rêves, son abandon. Elle se sent trahie, d'une certaine façon, mais ne lui en veut pas. Elle va l'aider. Du moins c'est ce qu'elle croit, en avançant vers lui. Elle se décolle de son arbre et fait quelques pas, calme. Elle tend sa main, doucement, et la pose sur la joue de son interlocuteur. « Ce que vous dites est profondément triste, chevalier Pryam... » lui dit-elle et son pouce lui caresse la peau. Elle le regarde, droit dans les yeux. Elle le fixe, intensément. Désarmant, encore. « Vous avez peur de tomber...Mais à quoi sert la vie, si on existe en évitant les erreurs? En évitant les obstacles? A quoi sert-il de respirer si on ne se contente que de respirer, sans oser profiter du reste? Sans oser vivre nos rêves? Je suis une femme, les routes sont dangereuses. Pourtant j'ai entrepris un long voyage qui me mènera au confins du monde, au delà des cités libres, au delà des contrées exotiques. Je ne suis pas un chevalier, je ne sais pas me battre. Je vais sûrement rencontrer des gens dangereux, on cherchera sans doute à me nuire, à prendre ma virginité voir à me tuer. Je tomberais très bas, dans la boue voir sous terre...Mais j'aurais le plaisir de mourir sans regrets, de mourir en paix. J'aurais fais ce que je désirais... » Sa main s'arrête, glisse le long de son cou. Eleyna baisse les yeux une seconde, suit le trajet de ses propres mouvements puis fixe à nouveau son regard dans les yeux du chevalier errant. « Vous aussi, vous avez des rêves...Vous en aviez, du moins. Qu'est ce qui vous empêche de continuer à les vivre? Vous n'avez pas l'air d'avoir envie de rentrer chez vous...Alors pourquoi ne pas continuer cette aventure? Quelle était votre destination, Pryam Juste Pryam, avant que vous n'abandonniez et ne perdiez la foi? » Son doigt glisse et se pose sur ses lèvres. Un sourire naît sur celles de la jeune fille. « Ne répondez pas...Ecoutez juste ma réponse. »

« Je suis dans le Val pour voir quelqu'un qui m'est cher. Pourtant c'est dangereux pour moi, de me rendre là-bas car il y a des chances pour qu'on me renvoie d'où je viens. Je n'en démords pas, hélas. Je suis quelqu'un de borné. » Son sourire s'accentue, elle y ajoute même un clin d'oeil. « Après cela j'irais dans les Conflans, dans les terres de l'Ouest, le Bief, avant de remonter vers Port-Real, les terres de l'Orage et redescendre par Dorne. Puis je quitterais Westeros, avec mes deux compagnons. Un long périple...Beaucoup de paysages à voir, de gens à rencontrer...De dangers également. De grands dangers. Des brigands sur les routes, des fer-nés sur les côtes, le monde contre trois voyageurs. Vous n'avez jamais pensé à quitter le Val, Pryam Juste Pryam? » Elle laisse alors son doigt glisser dans son cou puis s'ôter finalement du corps du chevalier, lui signifiant qu'il pouvait parler désormais. Elle l'espérait assez subtil pour comprendre. En l'entendant parler ainsi, de manière si défaitiste, Eleyna avait ressenti l'impérieux désir de le faire changer d'avis, de lui montrer que les rêves ont encore leur place dans ce monde. Pryam était sans doute plus vieux qu'elle, avait vu bien plus de choses, vécus plus d'horreurs mais elle n'en démordait pourtant pas. Elle refuserait de céder et s'en irait seule à contre coeur, si jamais il refusait d'ouvrir les yeux. Eleyna lui faisait déjà confiance, par instinct...Et désirait plus qu'un autre compagnon: un guide dans ce périple qui les attendait. Il devait au minimum connaître le Val et peut-être même lui montrer le chemin jusqu'au château Lynderly. Pour la suite? Elle ne rechignerait pas à l'avoir avec eux. Ils seraient tous bien plus en sécurité avec un vrai chevalier. Quant à lui...Il y gagnait également. Eleyna lui offrait une chance de partir à l'aventure, d'aller au bout de ses rêves. Ou des leurs? Il semblait à Eleyna qu'elle faisait un amalgame entre les deux situations. Elle se sentait proche de lui, trop peut-être. « Quitter le Val et devenir un véritable chevalier errant...Un véritable voyageur. Aller au delà des marches de Dorne...Toujours plus loin. » Son ton rêveur la reprend. Elle a fini, désormais Eleyna attend.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 20 Fév 2012 - 13:50

     Les yeux désormais accoutumés au noir, le jeune homme suit la demoiselle du regard alors qu'elle quitte le refuge que semble être son arbre pour s'approcher de lui. Il n'a plus à l'idée de se protéger, peut-être que son côté confiant était trop développé, mais Pryam avait toutes les difficultés du monde à voir en Eleyna un danger quelconque. Peut-être était-ce justement là la pièce ? Être mis en confiance et se faire avoir alors que sa main était éloignée du manche de son épée ? Non, certainement pas. Sinon elle en aurait profité lorsqu'ils étaient au sol juste avant. L'esprit du chevalier lui échappe comme bien souvent, trop habitué à chercher le côté louche chez les gens, le Valois en vint finalement à soupçonner tous les individus qui croisaient sa route. Il fallut qu'il se concentre pour pouvoir chasser plus loin ces pensées étranges alors que la jeune femme se retrouvait devant lui. L'errant esquissa un léger mouvement de recul lorsque la demoiselle avança sa main vers lui, il n'était pas très tactile, pas du tout pour être franc, mais principalement parce que la proximité permettait aussi l'approche du danger. Simple sécurité. Seulement, comme il venait de chasser sa méfiance, Pryam décida de laisser la jeune femme faire, après tout elle devait avoir une idée derrière la tête pour agir de la sorte et certainement pas chercher à tester s'il était bien rasé. Ses pensées devenaient étranges, il se disait que c'était certainement le manque de sommeil et oublia rapidement cela alors qu'Eleyna se déclarait profondément triste. Pour quelle raison ? Il n'avait fait qu'énoncer la vérité, ni plus, ni moins. Les doigts de la jeune femme en contact avec sa peau, une étrange sensation qui lui rappelait trop la manière que Serena avait de capter son attention. Il éprouve le désir de la repousser, mais ne le fait pourtant pas, attendant la suite avec une appréhension teintée d'intérêt.

     Le Valois ne baisse pas les yeux, soutenant son regard qui semblait vouloir le sonder. La suite de ses paroles était attendue, Pryam se doutait que ce discours finirait par arriver tôt où tard, c'était ce qu'on lui disait toujours. A quoi bon prendre la décision de quitter les ornières dessinées par ses ancêtres si c'était pour ne pas oser quitter le chemin ? Bonne question. Manque de courage, manque d'ambition, peur de dépasser la limite et de ne pas avoir la possibilité de revenir en arrière. Il n'avait jamais été question de quitter définitivement Neufétoiles pour lui, simplement de s'en éloigner le temps de forger son caractère et ses ambitions. Mais cela le bloquait, il n'osait pas. C'était ridicule et ce n'était pas pour rien que le blond éprouvait le désir de ne pas parler de cela à qui que ce soit. Il en avait à la fois honte et ne voulait pas ébruiter ses doutes. Il entend les paroles de la jeune femme et sent sa main glisser légèrement, mais ne voit que répondre. Elle ne peut pas comprendre, elle n'est pas dans sa tête. Vu sous son angle, les choses ont presque l'air faciles, mais sous le sien, aussi insurmontables que des montagnes. Pourquoi ne pas continuer ? Parce qu'il était temps de réfléchir et d'agir en adulte, de cesser de fuir éternellement les responsabilités et d'envisager la possibilité de rentrer chez lui auprès de sa famille. Les responsabilités ne pouvaient être fuies éternellement, il avait dit ne rien fuir et pourtant c'était tout le contraire. Un retour chez lui signifierait peut-être un retour de Serena qui sait ? Eleyna lui dit de ne pas répondre. Il n'en avait pas l'intention. Il ne savait quoi dire de toute manière. Cette proximité ne le gêne plus tellement au final.

     Sa question est simple. Pourtant la réponse ne vient pas. Tant de données entre en ligne de compte, il avait toujours imaginé pouvoir laisser tomber toutes ses inquiétudes lorsque le moment idéal serait là, pourtant ce n'était pas le cas. Pryam se demandait sans cesse s'il avait laissé passer cet instant sans le voir et que désormais, il ne restait plus qu'à rentrer chez lui. Il lui avait menti et elle serait obligée de s'en rendre compte puisqu'il devait parler de responsabilités. Avec aigreur, le jeune homme constata que son père réussissait à garder une emprise sur lui, même sans l'avoir vu depuis des années. Le Valois avait été éduqué trop strictement, il croyait dur comme fer à ses devoirs en tant que chevalier et à ceux qu'il avait envers sa famille. S'il était été le second-né, les choses auraient éventuellement été plus simples, mais désormais il faudrait qu'il prenne les choses en main s'il arrivait malheur à son père et s'il se retrouvait à Braavos ou les Sept savent où, il ne pourrait pas. Un devoir qui le retenait ici. Il ne pouvait pas rêver, plus à son âge, la vérité était bien trop palpable et depuis Salvemer, Pryam comprenait à quel point elle pouvait être brutale. Il secoua légèrement la tête alors que la main de la jeune femme s'était finalement ôtée de son visage, la réponse serait simple. La réponse allait la décevoir aussi.

     ▬ J'y avais pensé. Lorsque j'étais encore écuyer et lorsque j'ai décidé de servir un chevalier errant. Mais la réalité m'a rattrapé et j'ai compris qu'il y aurait un jour où je devrais reprendre mes responsabilités. Son ton était doux et calme, comme s'il cherchait à éviter de la brusquer par ses paroles. Je vous ai mentis, en partie. J'ai fuis des responsabilités il y a plusieurs années et le temps de les assumer approche de plus en plus. Contrairement à vous, je n'aurais bientôt plus le loisir de jouir de mon temps, mais cela ne signifie pas pour autant que je ne puisse le souhaiter. »

     Il était vrai qu'il pensait souvent à Dorne, sa rencontre avec l'Épée du Matin n'avait d'ailleurs fait que renforcer ce désir de découvrir les vastes étendues de sable qui faisaient la réputation de cette région désertique, puis pourquoi pas, pousser jusqu'à Lancehélion ? Les rêves ne s'envolaient pas, seulement la possibilité de les réaliser. Mais ce n'était pas si grave, Pryam avait toujours trouvé le moyen de puiser de la satisfaction dans le devoir accomplit. L'idée de pouvoir aider à la gestion de Neufétoiles n'était plus si repoussante, le temps avait appris la patience et l'obéissance au chevalier et il finirait par trouver supportable, si ce n'est agréable, de pouvoir appuyer son père dans ses décisions. S'il n'était pas capable de rêver trop loin, le chevalier errant était toutefois plutôt doué pour tirer du plaisir de chaque situation dans laquelle il se trouvait. Un léger soupir alors qu'il baissait les yeux vers le sol, un chemin comme un autre. Un chevalier comme un autre.

     ▬ Il est parfois bien plus agréable de trouver de la satisfaction dans le devoir accomplit. Je crois que nous ne sommes pas pareils sur ce plan. Vous avez l'air d'avoir plus de courage pour pousser votre quête personnelle, que je n'en ai. J'ai déjà profité de beaucoup de mes rêves et j'ai déjà fait ce que je souhaitais sans tenir compte de ce que mes proches avaient besoin. Il est temps de revenir sur terre. Je suis chevalier après tout, c'est mon rôle. »

     A force d'aider les gens, il en oubliait presque que sa famille aussi avait besoin de lui. Serena avait été victime de son égoïste et il ne souhaitait pas que ce soit le cas d'autres personnes encore. Peut-être allait-il passer pour quelqu'un d'incapable de rêver, mais il s'en moquait. Pryam n'était pas là pour plaire aux autres, mais pour avoir la conscience tranquille et faire ce pour quoi il avait été adoubé. Les Sept avaient leur œil sur lui, il ne pouvait envisager de faillir à son devoir et dans celui-ci, l'allégeance à sa famille s'y trouvait aussi. Il esquissa un léger sourire à la fois navré et désolé.

     ▬ Je suis conscient que mes paroles doivent vous décevoir, mais je ne compte pas tout laisser tomber en une seule fois. Je vais certainement pousser mon exploration encore dans quelques endroits, mais cela prendra fin un jour ou l'autre. Il marqua une brève pause. Ne pensez-vous pas à ce que votre famille peut attendre de vous ? Les liens du sang ne s'effacent jamais. Même si on pourrait le souhaiter parfois. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 21 Fév 2012 - 16:30

Elle attend. Il lui semble ne faire que cela depuis longtemps. Pryam...Sa réponse est décisive à ses yeux. Son instinct ne doit pas avoir été trompé. Il ne l'est jamais, ne le sera jamais, de toute façon. Eleyna a foi en elle, foi en ce qu'elle est. Elle sent en ce chevalier quelque chose qui lui plait et aimerait le découvrir. Sa franchise ne fonctionne pas toujours, certains se braquent. Son cas? Oui, il semblerait. Parfois, elle ne conçoit pas qu'on lui refuse l'accès à certaines informations alors qu'elle même est si avare de paroles à son propre sujet. Secrète, mystérieuse, Eleyna refuse pourtant que les autres se conduisent ainsi. Franchise, honnêteté, ses mots d'ordres. Jusqu'ici, il ne l'a pas véritablement déçue. Hormis sur ses paroles, celles qui lui ont enfoncé un poignard dans le coeur. Blasé. Rêve enfuit, ils ont déserté. Elle doit les retrouver! Elle ne supporte pas l'idée que les siens puissent imiter ceux de Pryam. Un doute? Peut-être, même si c'est à ses yeux inconcevables. « J'y avais pensé. Lorsque j'étais encore écuyer et lorsque j'ai décidé de servir un chevalier errant. Mais la réalité m'a rattrapé et j'ai compris qu'il y aurait un jour où je devrais reprendre mes responsabilités. » Eleyna secoue délicatement la tête. Les responsabilités? Cet univers ne lui plait pas. Les responsabilités ne sont que des contraintes imaginaires mises en place par les gens de pouvoir pour continuer à contrôler leurs semblables. Les seules responsabilités importantes sont celles entretenues envers ceux que l'on aime. Protéger sa soeur. Son frère. Son ami. Ne jamais le trahir. Eleyna avait sa propre vision des principes et de la responsabilité. Elle sentait que Pryam différait d'elle sur ce point. Ses responsabilités étaient de celles imaginaires, que la jeune femme connaissait bien. Trop bien. « Je vous ai mentis, en partie. J'ai fuis des responsabilités il y a plusieurs années et le temps de les assumer approche de plus en plus. Contrairement à vous, je n'aurais bientôt plus le loisir de jouir de mon temps, mais cela ne signifie pas pour autant que je ne puisse le souhaiter. » Rêve brisé, bridé. Quelqu'un tire les ficelles e la belle marionnette animée. Il a un coeur qui palpite, qui désire, mais tant que son maître ne lâche pas du lest, il continuera à refuser de voir ses rêves en face. Profondément déprimant. Elle aimerait avoir un poignard, pour couper ces liens qui les unissent. Hélas, seul Pryam peut le faire. « Il est parfois bien plus agréable de trouver de la satisfaction dans le devoir accomplit. Je crois que nous ne sommes pas pareils sur ce plan. Vous avez l'air d'avoir plus de courage pour pousser votre quête personnelle, que je n'en ai. J'ai déjà profité de beaucoup de mes rêves et j'ai déjà fait ce que je souhaitais sans tenir compte de ce que mes proches avaient besoin. Il est temps de revenir sur terre. Je suis chevalier après tout, c'est mon rôle. » Et elle, avait-elle tenu compte de ce que désirait ses proches? Seulement ceux qu'elle aimait. Son modèle, son oncle, lui avait dis de foncer, pour ne jamais rien regretté. Elle a consolé son petit cousin, elle est partie sans un mot de plus pour son grand-père et sa mère. Quant à son frère aîné et son père, elle est persuadée qu'ils prient chaque jour pour que son cadavre rejoigne les nombreux déjà présent au bord de la route. Fille inutile, boulet en moins. Prête à mariée, elle s'était défilée...Sans tenir compte de la douleur infligée. Sauf à son jumeau, son absolu, le seul qui compte réellement. Il l'avait suivit, imité par Jorah. S'était-elle un jour demandé s'ils le voulaient vraiment? Non. Eleyna laissait libre ceux qui l'accompagnaient. Elle pouvait partir seule vivre ses rêves, si personne ne désirait venir avec elle. Le chemin aurait sans doute été plus court. Elle regarde Pryam, sans bien comprendre. Si ceux pour qui il se sacrifiait l'aimait vraiment, alors nuls doutes ils comprendraient son choix, ses désirs. Et si ce n'était pas le cas, il leurs suffisait de l'accompagner. La logique de la musicienne était à son sens implacable, imparable. Vie injuste, impossible de faire plaisir à tout le monde. Autant ne rien regretter et revenir un jour, leurs dire: Je suis heureuse! J'ai vécu ma vie! Je ne regrette rien!
Elle ne s'excusera même pas pour le mal causé. Telle est Eleyna Omble. Elle assumera ses actes jusqu'au bout...Sans doute est-elle un peu égoïste, voir égocentrique. Peu importe. Tel est le fardeau des idéalistes.


Elle cligne des yeux. Encore, le monde s'est estompé autour d'elle durant sa réflexion. Pryam la regarde, il semble...Triste? « Je suis conscient que mes paroles doivent vous décevoir, mais je ne compte pas tout laisser tomber en une seule fois. Je vais certainement pousser mon exploration encore dans quelques endroits, mais cela prendra fin un jour ou l'autre. » A votre mort uniquement, eut-elle envie de répondre. Elle comprend pourtant que tous les hommes ne lui ressemblent pas, que tous n'ont pas sa détermination. Peut-être le chevalier a-t-il peur de quelque chose ou peut-être fait-il cela pour le bonheur de quelqu'un. Un sacrifice nécessaire? Certes, mais Eleyna trouve cet acte infiniment triste. Elle aimerait pouvoir l'empêcher mais sait très bien que c'est impossible. Ou peut-être pas, car impossible n'est pas Eleyna. « Ne pensez-vous pas à ce que votre famille peut attendre de vous ? Les liens du sang ne s'effacent jamais. Même si on pourrait le souhaiter parfois. » Que répondre? La vérité? La nordienne craint de la lui révéler, mais après tout que risquerait-il de dire? La croiser en route pour le Val ne risquait pas d'être une information nouvelle. Après tout, elle compte bien se rendre chez les Lynderly. Reste à voir si elle passera par la grande porte ou verra sa soeur en secret dans quelque auberge de la région. Ils trouveront bien une servante pour porter un message, un cuisinier zélé, un jeune écuyer peut-être. Le plan favoris d'Eleyna reste l'improvisation pure, puisqu'on ne peut jamais juger de toutes les inconnues avant d'être en place. « Ma famille...J'ai tiré un trait sur cet aspect de ma vie. Je pense que si les gens nous aiment vraiment, alors ils peuvent comprendre et se réjouir pour nous, si on trouve le bonheur. Où que ce soit. On voulait se servir de moi, me marier, me faire avoir des enfants mais je ne me sentais pas prête. Je ne voulais pas d'une telle vie, parce que j'ai toujours rêvé à l'aventure. Mon oncle me racontait ses histoires et ses exploits passés, mais dépeignait des tableaux magnifiques de tout Westeros, me parlait de ce qu'il savait au sujet du reste du monde. J'ai toujours eu envie de voir cela par moi-même. Quand je le lui ai annoncé, il a compris et m'a encouragé. Je savais que mon grand-père ne comprendrait pas, ma mère non plus. Ils auraient eu trop peur pour moi...Quant à mon père et mon frère, ils m'auraient empêché simplement pour l'honneur, le plaisir de me voir m'étioler dans une cage dorée. Alors j'ai préféré partir de nuit, en laissant une lettre pour leurs expliquer. Je ne sais pas s'ils ont envoyé des gens à ma recherche, s'ils sont en colère contre moi. Mais je sais qu'au fond d'eux, ils savaient depuis longtemps que cela arriverait et comprennent ma décision. Je crois qu'ils n'auraient pas supporté de me voir m'éteindre dans un château lointain, perdre mon goût pour la vie, perdre mes rêves, ma voix, mon envie de jouer de la musique. » Elle s'arrête un instant. Ses yeux se lèvent vers les étoiles. « Ou peut-être que tout cela sont des excuses pour justifier ce que j'ai fais. Je ne regrette rien, absolument rien. Je sens que la vie m'appelle ailleurs, comme si les Anciens Dieux me l'avaient chuchoté. Tout comme je sens que nous devions nous rencontrer, la, sous cet arbre. Pryam Juste Pryam...Un jour peut-être, je connaîtrais votre véritable identité. » Un sourire, rien de plus. Suivit d'un silence.

Elle a retenu deux choses du discours du chevalier: Le fait que son aventure n'était pas tout à fais terminée et le fait qu'il devait rentrer par obligation et non par choix. Elle avait tranché nette les liens qui l'unissaient à la famille Omble, à ce père invisible et ce frère infecte. Elle n'a gardé que le meilleur et laissé le reste. Si elle désire voir Roslyn, c'est aussi pour que sa soeur envoie une lettre à Âtre-Lès-Confins, pour leurs dire qu'Eleyna allait bien. La jeune fille comptait d'ailleurs en envoyer souvent mais pour cela, il lui fallait un mestre et un corbeau à qui confier son précieux chargement. Il lui fallait donc trouver refuge dans des maisons plus ou moins nobles. Une épreuve de plus à surmonter. Elle devrait rivaliser d'imagination pour y parvenir à chaque fois! « J'ai un autre jeu pour vous, mon triste chevalier...Votre route n'est pas terminée, si j'ai bien compris. Vous allez partir dans une direction et moi dans une autre. Je me rends dans le Val, quelque part, puis je suivrais mon chemin ailleurs. Quant à vous, je suppose que vous preniez une autre direction que la mienne...Que dites-vous de ceci? J'ai l'absolue certitude que nous allons nous revoir, un jour prochain. Nous allons nous croiser...Par le plus pur des hasards, je puis vous l'assurer! Quand nous ne nous y attendrons ni l'un, ni l'autre. A ce moment-là peut-être comprendrez-vous et croirez-vous tout ce que j'ai pu vous dire, sur l'aventure et sur ce que je sentais en vous. » La prétendue saltimbanque s'éloigne alors. Ce qu'il pense d'elle? Ce qu'il a pu deviner à travers ses paroles? Elle ne saurait le dire et ne s'en inquiète pas. Elle sait que les bribes secrètes sont en sécurité avec lui. Elle sait aussi qu'ils se reverront. Une certitude violente lui étreint le coeur. D'ailleurs, elle lui a tourné le dos en sans se sentir menacée. Elle a fait quelques pas vers les arbres, puis s'est arrêtée. « Je crois que votre voyage est en réalité bien loin d'être terminé et que vos responsabilités peuvent attendre que vous ayez accomplis vos rêves. Vous feriez un compagnon des plus intéressant... » Elle tourne la tête, juste assez pour qu'il distingue l'étrange sourire sur ses lèvres. « A bientôt, Pryam le chevalier errant. » Eleyna lui fit un clin d'oeil, avant de disparaître sous le couvert des arbres. Silencieuse par la force de l'habitude, elle se mit à courir plus loin du campement, juste au cas où le chevalier la suivrait. Mais elle en doute...Ils auront tout le temps de se revoir et de elle, de lui tirer ses secrets. Elle se mordille la lèvre et ralentissant sa course. Appuyée contre un arbre, elle sourit quant une main la saisit. Elle se retourne et voit le visage de Lukas. Elle dépose un baiser sur sa joue. Elle se sent soudainement fatiguée. Elle va dormir contre lui jusqu'aux quelques heures qui les sépare encore de l'aube.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

« Ballade au clair de lune » ft. Pryam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Ballade au (Lime)clair de lune
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-