AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

La santé, c'est un esprit sain dans un corps sain ▬ Deana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 6 Fév 2012 - 18:29

     La bataille de Salvemer avait été rude et Pryam n'avait pas eu l'occasion de perdre beaucoup de temps dans les détails des combats et de comprendre ce qui s'était réellement passé. Ses principales pensées avaient été pour la jeune Nordienne qui avait combattu à ses côtés pendant la bataille, elle avait été blessée par les assauts des Fer-nés alors qu'il se battait de son côté pour essayer de garder sa vie sauve et le chevalier ne s'était rendu compte de son état que quelques longues secondes après qu'elle se soit évanouie sur le sol. Le blond avait été contraint de tuer un adversaire qui lui présentait son dos, menaçant d'achever la combattante inerte, puis il avait attrapé le bras de la demoiselle pour la tirer plus à l'écart, tant bien que mal, alors que quelques assaillants désertaient pour prendre la direction des boutres qui commençaient visiblement à regagner leurs rameurs. Là, un jeune homme qui connaissait la Nordienne s'était présenté pour s'occuper d'elle et le Valois avait donc laissé Deana dans les mains de l'inconnu qui s'était empressé d'appeler à l'aide pour que la jeune femme soit prise en charge le plus rapidement possible. L'on ne savait jamais avec de telles blessures, l'une d'elle pourrait se révéler mortelle s'ils tardaient trop à la soigner. Après cela, le chevalier errant était retourné dans la bataille pour aller porter son aide - ainsi que celle d'autres combattants qui s'étaient approchés - à ser Joseth, le cousin de lady Rivanon Mallister. A eux tous, ils avaient réussi à tirer le chevalier et ses acolytes de cette mauvaise position et bien rapidement, la plage s'était vidée alors que les pirates des îles repartaient à bord de leurs boutres après avoir sacrifié des hommes des Mallister. En voyant les silhouettes des navires s'éloigner, le blond avait ressenti un vif soulagement à l'idée qu'il n'y aurait plus de morts ce soir. Du moins si tous survivaient à leurs blessures.

     Le jeune chevalier n'avait pas été très grièvement blessé, de simples coupures qui se soigneraient d'elle-même et une vive douleur dans le bras droit qui portait son écu. Heureusement que celui-ci était fait de bois, sans quoi les coups de hache atténués par le bouclier auraient été bien plus douloureux et le blond aurait pu se plaindre de ne plus réussir à utiliser son bras non directeur pendant quelques temps. Il s'en tirait donc relativement bien et n'avait pas à se plaindre de son état, le chevalier avait donc utilisé son temps de manière à apporter une aide souvent précieuse aux habitants de la ville qui avaient été touchés, principalement ceux qui se situaient avec lui et ser Oberyn lors de l'attaque. En parlant de l'Épée du Matin, Pryam avait été soulagé et rassuré d'apprendre que sa disparition soudaine était simplement due au fait qu'il s'était inquiété pour sa promise qui séjournait au château et il s'était donc rendu à ses côtés pour la secourir. Un comportement surprenant de prime abord, mais le chevalier ne pouvait juger une telle réaction puisque lui-même n'avait pas de promise, il ignorait donc quelle aurait été sa décision face à un tel dilemme. En tous les cas, la seule chose qui importait était que tout le monde allait plutôt bien, lady Rivanon était rentrée en bonne santé auprès de son père et il avait donc la satisfaction de ressentir un devoir accomplit. Mais il fallait encore qu'il se renseigne sur la santé de la Nordienne qu'il avait abandonnée aux mains de ses amis, espérant qu'il n'aurait que des bonnes nouvelles la concernant.

     C'était donc habillé de sa tunique habituelle que le jeune homme avait quitté l'enceinte du château où on l'avait convié à séjourner depuis la fin des combats, puis il s'était rendu dans l'auberge où les blessés avaient été accompagnés pour y être soignés. Un mestre et plusieurs servantes du château étaient venus aider les quelques personnes qui se chargeaient de nettoyer les blessures, changer les pansements et effectuer d'autres soins bénins de ce genre. De son côté le chevalier ne portait rien si ce n'était une espèce d'épais bandage serré autour de son bras droit, destiné à atténuer la douleur ressentie dans le muscle suite aux coups répétés du colosse qu'il avait combattu. L'affaire d'une petite semaine lui avait dit le mestre. Le reste n'était pas assez grave pour mériter des soins poussés et il n'affichait donc aucune autre trace de soins. Arrivé devant la porte de l'auberge, Pryam y pénétra avant de poser les yeux sur une salle principale transformée en hôpital de fortune, tout le monde était très occupé, mais rapidement une femme s'avança vers le chevalier pour le regarder de haut en bas avant de poser ses yeux clairs sur le bandage qu'il portait à la main. Elle reporta son attention sur le visage du visiteur avant de se renseigner, lui demandant s'il avait besoin d'un quelconque soin. Il la rassura d'un hochement de tête négatif.

     ▬ Je vous remercie, je vais parfaitement bien, mais je venais rendre visite à une combattante Nordienne, les cheveux blonds et un caractère bien trempé. Elle était blessée assez gravement de ce que j'avais pu constater. »

     Le visage de la femme s'était éclairé dès que le blond avait parlé du caractère de Deana, elle lui désigna donc un escalier qu'il allait devoir gravir et lui indiqua la seconde chambre à l'étage en lui précisant qu'il pouvait entrer en toute quiétude, elle n'était pas en mauvais état. Le chevalier remercia le jeune femme avant de se diriger vers le-dit escalier puis de monter rapidement les marches en se mettant de côté à deux reprises pour laisser passer des femmes chargées de linges propres, puis il arriva finalement devant la fameuse porte. Étrangement, Pryam se demanda ce qu'il allait bien pouvoir faire pour expliquer sa présence ici et il fut tenté de rebrousser chemin l'espace de quelques secondes, mais se retint. Il toqua finalement contre le bois de l'huis et une voix forte se fit entendre en lui demandant de rentrer rapidement. Le prenait-on pour quelqu'un d'autre ? Docilement, le jeune homme poussa la porte après avoir tourné la poignée et entra d'un pas dans la pièce, posant ses yeux céruléen sur une femme forte qui était penchée au-dessus d'un lit. Elle semblait terminer se remplacer un bandage et se redressa quelques secondes après, posant son regard sur le chevalier avant de le regarder d'un air étonné.

     ▬ Oui ? Vous ne vous êtes pas trompé de chambre ? » Sa main toujours sur la poignée, le jeune homme secoua la tête d'un air négatif, heureux de ne pas avoir déjà été congédié, puis répondit de son éternel ton calme.
     ▬ Je venais rendre visite à une connaissance, en bas l'on m'a dit de venir ici avec la description que j'en ai fait... J'ignore s'ils se sont trompés. »

     La femme recula encore un peu, libérant la vue de Pryam alors qu'il vit Deana en train de terminer de refermer sa tunique. Il était visiblement arrivé au mauvais moment. Un bref moment de trouble passa tandis qu'il se rendait compte qu'il avait certainement interrompu les soins de la Nordienne et devant la situation, le Valois ne put s'empêcher de bafouiller un peu.

     ▬ Désolé, je peux repasser plus tard. »
     ▬ Restez ! J'avais terminé, je vais vous laisser tranquilles tous les deux. »

     Elle ricana légèrement en réunissant rapidement ses affaires avant de se détourner finalement pour passer à côté du chevalier qui s'écarta de son chemin, puis elle referma la porte une fois dehors, laissant les deux jeunes gens tranquilles. Le blond l'avait suivie du regard et se retourna donc pour observer la jeune femme qui se trouvait avec lui, ne sachant comment lancer la conversation. Dire qu'il avait normalement préparé tout ce qu'il voulait pour se mettre à l'aise dans une telle occasion, tout lui était complètement sorti de la tête ! Décidant de jouer le tout pour le tout, le blond esquissa un léger sourire avant de s'adresser enfin à Deana.

     ▬ J'étais venu voir comment vous vous portiez, je me sentais coupable de vous avoir laissée aux mains de votre ami sans prendre la peine de m'assurer que vous étiez en état. Comment vous sentez-vous ? »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 9 Fév 2012 - 12:49

A partir du moment où elle avait perdu connaissance elle ne se souvenait plus de rien, mais Omeric à qui Pryam l’avait confiée avant de reprendre le combat et qui l’avait lui-même amené ici lui avait dit qu’elle devait son salut à un jeune chevalier blond aux yeux azurs, elle avait immédiatement reconnu dans cette descriptions son ami de la grotte qu’elle avait retrouvé avec joie et soulagement sur le champ de bataille alors qu’elle pensait que tout espoir était perdu pour elle. Elle s’était réveillée deux jours plus tard après plusieurs cauchemars fiévreux pleins de sangs et de membres découpés, de manteaux noirs et de feu, de fracas de l’acier et de cloches assourdissantes. En réalité elle avait eut quelques moments de conscience entre temps mais à chaque fois on lui donnait du lait de pavot et elle n’avait pas la force de se rebeller, mais depuis lors, elle n’avait plus rien avalé contre la douleur qui puisse l’endormir et faire d’elle un légume et lorsqu’on prétendait la forcer elle se débattait tant et si bien que le mestre ordonnait de la laisser souffrir si ça la chantait mais qu’on évite de se battre avec elle pour ne pas rouvrir la plaie. Bref, elle menait la vie dure aux soignantes, mais que voulez vous, un loup sauvage alité reste un loup et il regarde toujours vers la forêt avec l’ardeur et la férocité de ceux qui ne se sentent pas entièrement libres, on ne peut dompter une âme affranchie et farouche avec du vin songe. Elle préférait largement avoir mal que de continuer à dormir, et régulièrement on la ramenait dans son lit car elle aimait prendre la poudre d’escampette pour aller dans la grande salle en bas où les moins touchés conversaient, parlant de la bataille et des exploits accomplis par chacun.

Cela faisait trop longtemps qu’elle n’avait reçu la visite de personne, ses hommes n’osaient pas se montrer car elle les avait mis Dred dehors en lui rétorquant qu’elle ne voulait pas qu’il la voit comme ça, il avait dû rapporter les faits à ses amis et plus personne ne passait la voir. Dezial Tully était venu alors qu’elle dormait encore et avait laissé une missive pour elle, avec un peu de chance il reviendrait, mais là elle reprenait du poil de la bête à vue d’œil et était de plus en plus intenable et parler à un ami l’enchanta car elle se laissait des septas et des mestre qui étaient seuls autorisés à mettre les pieds dans la chambre et elle se contentait d’écouter les autres, parlant le moins possible et restant la plupart du temps plus ou moins cachée car dès lors qu’elle n’avait plus sa couverture pour cacher ses jambes elle n’était pas vraiment descente avec cette tunique de coton heureusement épaisse qui lui arrivait aux genoux. Elle n’avait pas rêvé de Pryam, enfin si mais pas du tout de la manière dont elle avait rêvé de lui dans la grotte, elle était donc beaucoup plus détendue que la dernière fois qu’ils s’étaient vus, et puis de toute façon elle avait trop envie d parler, surtout à lui qui lui avait sauvé la vie, deux fois si on compte le moment où il avait transpercé le Fer-Né qui était près de la tuer.

« Je peux répondre moi-même ! » hurla-t-elle à la femme en se redressant sur son séant. La servante - anciennement cuisinière de l’auberge réquisitionnée pour les soins qui aidait les septas et seule à pouvoir un minimum maitriser l’ombrageuse Nordienne et s’occupait donc de ses pansements depuis quelques jours déjà - la traitait comme une enfant ou une infirme selon les cas, ce qui avait le don de mettre la blonde hors d’elle sans parler de ce pansement qui la démangeait et du fait qu’elle n’ait pas le droit de se lever à part pour faire ses besoins dans le pot de chambre entreposé sous son lit. Quand à l’expression trahissant les pensées de la grosse dame, elle ne la remarqua heureusement pas.

« Restes Pryam. Restez, pardon. En même temps tu m’as sauvé la vie, alors si ça ne te dérange pas, je vais te tutoyer au moins jusqu’à ce que je t’aie rendu la pareille. Après tout j’ai une sacrée dette envers toi, chez moi on dit que si quelqu’un te sauve la vie tu devras le traiter en frère et lui sauver la vie à ton tour ou lui donner tout ce que tu possèdes. Je ne possède pas grand-chose et étant au service de Beron je ne peux pas te donner mon cheval et mon épée sans trahir au autre serment, et mon armure est beaucoup trop petite pour toi. Bref, si un jour tu as besoin de quelque chose tu n’auras qu’à envoyer un corbeau à mon intention à Winterfell, et j’espère bien avoir l’occasion de me battre encore à tes côtés et de te sauver à mon tour. »

Lui par contre n’avait pas l’air vraiment à l’aise, était-ce à cause de cette foutue tunique qu’elle venait de reboutonner ? C’est vrai que s’il était arrivé u instant avant il aurait eut des chances de voir ce qu’il ne devait pas voir mais ça n’était pas le cas, elle avait presque tout refermé quand il était entré et comme maintenant il était un frère d’arme et qu’elle le savait respectueux et moins obsédé qu’Omeric, elle ne comptait pas faire sa mijaurée, elle lui devait trop pour le mettre dehors sous prétexte qu’elle n’était pas présentable. Elle se décala un peu et désigna le bord du lit pour qu’il vienne s’y assoir, il n’y avait hélas pas de siège dans la pièce.

« Je vais très bien, par contre tu vas me faire le plaisir de me tutoyer aussi hein ! Le mestre dit que j’ai eut de la chance que ça n’ait rien touché de vitale, j’ai seulement perdu beaucoup de sang. Mais que ça cicatrise très bien d’après lui, il dit que je suis tirée d’affaire à moins que ça s’infecte mais il dit que se serait étonnant que ça s’infecte maintenant » Elle secoua la tête en faisant un gnagnagna silencieux avec sa bouche et ajouta sur un ton agacé et un peu moqueur « A moins que je ne tienne pas tranquille le temps que la blessure ne soit totalement refermée. » Elle releva les couvertures avec une mine boudeuse et reprit. « Par contre il m’interdit de reprendre la route avant quelques jours, enfin il a dit une ou deux semaines selon mon rétablissement, mais il faut que je rentre pour rendre compte à mon Lord, donc quand ça aura arrêté de me faire mal je partirais, qu’ils le veuillent ou non. »

Elle grogna en laissa quelque instants son regard divaguer sur les murs dénudés de la petite chambre où elle avait été installée, un traitement de faveur dû à son sexe, les autres chambres étant occupées par des hommes plus gravement touchés et qui ne se remettaient pas malgré les soins, des morts en sursis pour la plupart et au mieux des soldats qui garderait les stigmates de cette bataille, elle était consciente d’avoir eut une chance immense

« Ils n’ont même pas voulut que j’aille sur la plage pour chercher le cadavre de Jarod avec les autres. Heureusement Ser Dezial les a aidés. Au fait tu as participé au festin demandé par la truite ? Je sais qu’il y a invité mes hommes mais j’espère que tu as pu en profiter, c’était une belle victoire, arrachée dans le sang, nous méritons tous de nous en réjouir autour d’un bon repas, ne serait-ce que pour honorer nos morts ! »

Elle se mit une série de petites claques sur le visage en grimaçant avant de s’exclamer :

« Ça gratte c’est insupportable ! Je ne peux pas gratter si non ça va se rouvrir et si ça s’infecte je serais bien avancée, mais tu n’imagines même pas la torture, entre ça et l’interdiction de bouger je crois que je vais devenir folle. »

C’est à ce moment là qu’elle remarqua le bandage sur le bras de Pryam, avant elle était trop occupée à piailler et à se plaindre, pour être loquace elle l’était, une fois n’est pas coutume, cela montrait à quel point elle s’ennuyait seule ici.

« Oh mais tu es blessé aussi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Ven 10 Fév 2012 - 14:12

     Fidèle au comportement qu'elle avait eu dans la grotte, la Nordienne faisait preuve de beaucoup d'assurance et il semblait à Pryam qu'elle avait l'air comme chez elle. Visiblement son caractère avait rapidement été cerné par les femmes qui s'occupaient des soins vu la manière dont la femme avait laisser filer les protestations de la blessée. C'était une bonne chose, face à de forts caractères, mieux valait laisser passer que de répondre aussi vivement sous peine de se retrouver à hurler à n'en plus finir. Le silence était brièvement tombé après la sortie de la soignante et Deana reprit la parole pour lui demander de rester avant de lui proposer d'en passer au tutoiement. Le Valois n'avait rien contre les familiarités, après tout il était vrai que verser le sang de concert rapprochait bien souvent davantage que de parler pendant des lustres ensemble. La jeune femme fit alors étalage de tout ce qu'elle pensait, expliquant qu'elle avait une dette d'honneur envers lui qu'elle ne pouvait malheureusement pas rembourser pour le moment. De toute manière, il aurait été hors de question pour le blond d'accepter quoi que ce soit venant de la Nordienne, il avait agi comme n'importe qui l'aurait fait, sauver la vie de quelqu'un faisait partie de sa vocation, sans compter qu'il avait été engagé pour protéger Salvemer et que par conséquent, l'argent perçu pour ce service payait amplement ce qui avait été effectué. Se battre à nouveau aux côtés de la blonde aurait été une chose agréable en effet, elle savait combattre et il n'était jamais désagréable de voir des visages familiers, même couverts de sang, au milieu d'une rixe. Simplement Pryam aurait préféré que les combats ne se reproduisent plus, car qui disait combat disait forcément morts. Il s'approcha du lit et s'installa aux côtés de Deana qui l'avait si aimablement invité, esquissant son éternel sourire mystérieux pour lui répondre.

     ▬ Venons-en au tutoiement en effet, les circonstances semblent propices comme tu le dis. Mais laisse-moi de détromper de quelque chose, tu n'as aucune dette à mon égard, je n'ai fait que ce pour quoi j'étais engagé. Puis dans le pire des cas, considère que cela paye le service que tu m'as rendu lors de notre première rencontre, sans ta présence je n'aurais certainement pas réussi à m'en tirer indemne. »

     Il faisait référence au fait que la jeune femme avait été là pour faire le feu et le renseigner sur la fraîcheur qui allait venir pendant la nuit lorsqu'ils avaient tous les deux été surpris par une tempête, près de six mois auparavant, voir même bien plus. Le temps passait vite, Pryam ne se souvenait plus depuis combien de temps ils ne s'étaient plus croisés. Quoi qu'il en soit, le blond ne considérait pas que la combattante avait la moindre dette à son égard, il avait sauvé sa vie comme il aurait sauvé celle de n'importe qui et comme elle aurait pu le faire pour lui. Sur un champ de bataille, il était rare que l'on réfléchisse longtemps, il fallait agir et réagir sous peine de se retrouver rapidement dépassé par les évènements.

     Elle expliqua alors que le mestre avait précise qu'elle n'avait pas été touchée à des zones vitales ce qui était une très bonne chose, dans ce genre de blessures il était rare que l'on s'en tire ou même que l'on puisse retrouver sa forme initiale. Pryam connaissait plusieurs combattants qui avaient été blessés très grièvement, avaient survécus, mais finissaient par ne plus pouvoir rester très longtemps debout tant la blessure avait été grave. Seulement un combattant qui ne pouvait plus combattre ne servait plus à grand-chose, surtout que Deana semblait avoir tout misé sur cette vie. Il y avait peu de chances pour qu'elle tolère de devoir changer de vie. Bref, cela rassurait sincèrement le blond qui était heureux de savoir qu'elle allait simplement devoir se montrer tranquille le temps que tout cicatrise, même si cela ne devait pas être très facile pour la malheureuse. Il était vrai que la patience ne semblait pas faire partie de ses prédispositions. Cela s'apprenait, elle n'aurait malheureusement pas le choix. Devant la mine boudeuse qu'elle arbora, le chevalier errant ne réussit pas à s'empêcher de sourire et détourna brièvement son regard du minois de la jeune femme pour dissimuler son amusement alors qu'elle parlait de ne plus pouvoir bouger avant d'être en parfait état. Devant son intention de reprendre la route, il tourna à nouveau ses yeux vers elle pour répondre d'un ton on ne peut plus sérieux.

     ▬ Je ne suis pas certain que ce soit une excellente idée. Les pas du cheval risquent de rendre la blessure très douloureuse et de la rouvrir, que feras-tu si tu arrives chez ton lord en sang ? Tu risqueras de grandement aggraver ta blessure et peut-être de ne jamais correctement t'en remettre. Il esquissa un sourire désolé pour elle. Je comprends ton impatience et c'est même tout à fait naturel je crois, mais des fois la patience est la seule arme que l'on peut avoir pour se soigner. Il soupira légèrement. Désolé, je joue les moralisateurs alors que cela ne me regarde pas vraiment au final, mais je ne voudrais pas apprendre que tu as été plus gravement blessée parce que tu as repris la route sans être en parfaite santé. »

     C'était compréhensible, lui-même voulait se remettre en marche le plus rapidement possible, mais il savait que le plus sage était de patienter le temps qu'il fallait dans de tels cas. Heureusement ses « blessures » ne nécessitaient aucun repos physique, sauf son bras qui devait rester aussi peu chargé que possible, donc hors de question d'user de son bouclier pour les semaines à venir. La voix de Deana perça à nouveau le bref silence qui s'était installé alors qu'il avait détourné son regard azur du visage de la Nordienne pour contempler la pièce presque vide. Elle parla du cadavre de l'un de ses amis, du moins c'est ce qu'il en déduisit puisqu'elle parlait de lui par son prénom, il en fut désolé pour elle, mais encore une fois c'était le lot des combattants. Lorsqu'elle orienta la conversation sur le repas qui avait été effectivement mis en place pour récompenser les valeureux guerriers, le blond reporta son attention sur elle. Il l'avait vu et quelqu'un l'y avait convié, mais il ne s'y était pas rendu. Ce n'était pas vraiment son style, les réjouissances qui découlaient toujours d'après les combats, son esprit était toujours trop parasité par ceux qui ne pouvaient en profiter parce que leur vie avait été arrachée par la lame d'un Fer-né. Le jeune homme haussa légèrement les épaules en répondant assez légèrement.

     ▬ Non, je n'y ai pas pris part, j'avais d'autres occupations à faire, je dois reprendre rapidement la route et elles ne pouvaient pas attendre. Ce n'était pas un mensonge, mais simplement un léger changement des faits. Il n'y avait pas été pour une autre raison, mais avait bel et bien occupé son temps à préparer son départ. Je suis navré pour ton ami. »

     Ce n'était que des mots et il ne le connaissait pas, mais après tout, il était ami avec la jeune femme et Pryam pouvait bien faire preuve d'empathie pour elle. Deana se donna alors quelques petites claques sur le visage comme si elle essayait de se réveiller, avant de déclarer que sa blessure était insupportable. Il la croyait sur parole et n'avait aucune envie de se trouver à sa place ! Malheureusement à part boire du lait de pavot ou quelque chose comme ça, elle ne pourra pas espérer que la douleur s'atténue avant quelques jours au mieux. Il n'eut guère le temps de lui répondre qu'elle lui demanda s'il avait été aussi blessé, une brève lueur d'interrogation passa dans le regard du blond avant qu'il ne se souvienne de son bras et secoue la tête avec dénégation.

     ▬ Non, absolument pas. Ce n'est rien de grave, un simple coup trop fort porté sur mon bouclier. Je ne sens rien, tu es bien plus à plaindre que moi, les Fer-nés ont dû considérer que tu étais bien plus dangereuse que moi pour s'en prendre ainsi à toi. »

     Il rigola légèrement, c'était vrai puisqu'elle avait été plus attaquée que le blond, il pouvait donc en déduire qu'elle avait semblé représenter un danger bien plus grand que lui. Cela lui avait d'ailleurs permis de constater qu'elle était effectivement très bonne combattante, la preuve que tout ce qu'ils avaient dit dans la grotte il y a de cela quelques mois, était tout à fait véridique.

     ▬ J'ai d'ailleurs pu constater par moi-même que tu es très douée avec les armes, au moins aurais-je eu l'occasion de le voir dans le feu de l'action. C'est bien plus parlant qu'une simple discussion. Je t'en félicite d'ailleurs. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 13 Fév 2012 - 18:55

Pryam vint s’asseoir sur le lit, il accepta de la tutoyer et lui fit savoir qu’elle n’avait aucune dette envers lui, elle hocha la tête en réponse, mais quoi qu’il dise, il avait fait bien plus que ce qu’elle n’avait jamais fait pour lui. Certes il était là pour se battre, mais pas nécessairement pour sauver une Nordienne qui avait fait la bêtise de se séparer des autres, elle lui devait la vie et elle paierait sa dette, mais elle était contente qu’il n’attende pas de payement en or, elle aurait été bien peiné de devoir le lui refuser. Quoi qu’il en soit la conversation s’engageait bien et elle était heureuse qu’il soit venu la voir, déjà parce qu’avoir de la visite lui faisait plaisir, mais que de la part du jeune chevalier, elle trouvait le geste vraiment adorable. Elle l’aurait bien sûr fait pour lui, mais mine de rien, c’était un choix dangereux, il aurait pu croiser un ennemi à ce moment là et se faire tuer n’ayant pas les deux mains libres. Quand à sa façon de sourire à sa mine boudeuse, elle ne lui en tint pas rigueur, il était tellement gentil, elle savait qu’il ne pensait pas à mal et quelque part elle se rendait bien compte qu’elle était insupportable et un peu ridicule de ne pas avoir pas patience de s’être totalement remise.

« Le fait est que je dois tout de même rendre compte à Lord Beron, peu importe dans quel état j’arrive si il a les informations qu’il doit avoir… Mais… Je pourrais peut-être lui envoyer un corbeau c’est vrai… en attendant de pouvoir lui faire un rapport détaillé de la situation de vive voix. D’autant plus que si je suis blessée ou moribonde alors que les Fer-Né attaquent le Nord je ne serais pas en mesure de faire mon devoir, il ne serait pas content d’avoir un homme en moins dans ses rangs, même s’il ne manque pas d’hommes, ça ne serait pas responsable de ma part. Tu as raison mon ami, je devais peut-être apprendre à écouter les conseils des autres parfois… »

Elle sourit, effectivement avec une telle réflexion qu’elle avait effectué à vois haute, elle ne pouvait que se réjouir d’être encore en vie et que le mestre dise qu’elle allait s’en sortir indemne dès lors que la blessure serait cicatrisé, elle était déterminé à être plus sage. Mais rien que de s’imaginer rester encore une semaine allongée, elle avait envie de partir et de retourner à Winterfell, la forteresse lui manquait et ici, les gens la dévisageaient sans cesse, comme s’ils n’avaient jamais vu de femmes en arme, sa blessure la démangeait atrocement et plus encore quand elle se voyait ainsi inactive. La douleur elle s’en fichait royalement, tout autant que d’arriver en sang dans le Nord et de mourir pour donner l’information à son suzerain le plus vite possible, mais par contre le priver de son épée pour une future bataille qui d’après ce qu’elle venait de constater promettait d’être bien âpre, ça elle ne pouvait pas le supporter, et un corbeau ferait très bien l’affaire. La patience n’était pas son fort, c’était certain, mais peut-être justement que les Dieux lui envoyaient cette épreuve pour la lui enseigner. Elle se souvint d’un conseil de son frère, parfois l’attaque n’est pas la meilleure solution, parfois il vaut mieux patienter et contre attaquer, là aussi la patience était une vertu, attendre le bon moment, mais dans un combat elle pouvait faire preuve de bien plus d’intelligence et de tactique que dans la vie…

« Comme je l’ai dit à Dezial, les guerriers sont faits pour mourir sur un champ de bataille, il est mort honorablement, la seule chose qui me chagrine c’est qu’il était très jeune, c’était sa première bataille et j’aurais aimé qu’il en voit d’autres avant de quitter ce monde. Je lui ai donné le coup de grâce, c’est d’ailleurs comme ça que j’ai perdu les autres et que je t’ai trouvé toi… »

Il la rassura sur sa blessure et elle sourit à sa remarque, elle n’avait pas vu les choses ainsi, il l’avait secourue au moment où elle en avait le plus besoins, et ils avaient tout deux réussit à se sortir d’une situation bien compliquée. Mais finalement elle était tombée et lui non, on ne pouvait donc pas dire qu’elle était meilleure qu’elle et quand à penser que les Fer-Né l’avaient plus attaqué elle que lui parce qu’ils la pensaient plus dangereuse, elle subodorait que se soit plutôt l’inverse. Quoi qu’il en soit, elle s’en fichait, elle était vivante et elle avait apprécié cette bataille, cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas pris les armes contre un véritable ennemi et qui plus est aussi coriace. Elle était donc très contente d’avoir pu se dérouiller avec ses pirates et malgré les morts et les blessés que cela engendrait, elle ne pouvait pas regretter de se battre et encore moins d’être du côté des gagnants, cela l’amusait follement et allait nourrir les conversations pour les mois à venir. Elle était une combattante, elle aimait la guerre, c’était sa raison d’être, le jour où le monde serait en paix, elle s’ennuierait à mourir même si elle estimait que chaque bataille devait apporter plus de apaisement que de troubles, qui veut la paix prépare la guerre, la puissance était bien plus dissuasive que n’importe quel traité signé sur un parchemin.

« M’étonnerait, j’ai fais une bêtise, m’éloigner du groupe, c’est de ma faute et heureusement que tu étais là pour m’aider si non j’ignore si je m’en serais sortie à si bon compte. Crois le ou non mais je pense que tu as dû être meilleur que moi dans cette bataille, tu n’as presque rien alors que moi j’ai faillit y rester, c’est bien la preuve que pour un chevalier tu n’es pas si mauvais ! Et puis après tout, ça gratte et je suis alitée comme une idiote, mais ça n’est ni la première ni la dernière fois que je suis blessée, c’est juste la plus grave jusqu’ici. A part une belle cicatrice que je pourrais arborer fièrement, il ne m’en restera bientôt plus rien si j’attends sagement que se soit bien refermé avant de reprendre la route, et ça, je te promets de le faire, pour honorer ton sacrifice. »

Elle était très sérieuse, mais elle ne put s’empêcher de rire avec Pryam à ses souvenirs de bataille, dont, malgré sa blessure, elle avait de quoi être fière.

« Merci, je dois te retourner le compliment, non seulement tu as le chic pour arriver au bon moment mais tu te débrouille largement aussi bien que moi avec ton épée et même ce bouclier là, que tu as… enfin, c’est sûr qu’après avoir tant parler de combats la dernière fois que nous nous sommes vu, il me fait plaisir de te voir à l’œuvre et de constater que j’ai eut raison de t’aider et de te considérer comme un homme digne de son titre, qui bien qu’inutile n’en est pas moins fumant. »

Elle le prit dans ses bras et lui tapota le dos.

« Merci encore Pryam. »

Evidement ce fut ce moment là que la soignante de Deana choisit pour entrer sans crier gare avec une cruche d'eau et une timbale neuve. En voyant la scène attendrissante qui se déroulait sous ses yeux elle sourit avant de dire sur le ton enjoué auquel la blonde avait finit par se faire !

« Désolé de vous déranger les amoureux, mais j'apporte un peu d'eau, il ne vous en restait plus beaucoup... »

La Nordienne se surprit à rougir et regarda la grosse femme approcher et déposer le plateau sur la petite table à côté du lit avant de lui faire un clin d’œil. Elle ne savait pas trop quoi dire, en fait elle était comme bloquée par la honte, qu’allait-elle donc s’imaginer, que les femmes du Nord couchaient avec tous ceux qui leur sauvaient la vie ? Elle n’y connaissait vraiment rien, il était un frère d’arme et elle se comportait avec lui comme telle, il n’y avait rien de choquant à ça et si elle voyait des amourettes dans tous les coins, libre à elle, mais qu’elle n’aille pas crier sur les toits que Deana Lideuil s’était donnée à Pryam Templeton, pas qu’elle ne l’estime pas digne d’elle, mais après ça, ses hommes ne la respecteraient plus, et ça c’était hors de question. Avant même qu’elle ait pu répondre, la servante enchaina :

« Tu as raison ma belle, il est mignon tout plein ce petit chevalier. »

Cette fois s’en était trop…

« Non ! Si… Oui ! Je veux dire… il n’est pas petit ! Et ne m’appelez pas ma belle ! » Heu, s’en était trop mais elle était tellement gênée qu’elle ne savait pas quoi dire, bien sur qu’il était mignon… heu… charmant… beau même, elle avait pu le constater dans la grotte et encore maintenant d’ailleurs, mais il n’était pourtant pas l’homme à qui elle vouait de tels sentiments, dommage ça aurait été tellement plus simple, enfin cela dit pas certain qu’il la trouve à son gout, elle faisait peur à la plupart des hommes et encore plus aux sudistes qui la considéraient à peine comme une femme d’ailleurs. Enfin, il fallait qu’elle trouve quelque chose pour lui faire fermer son caquet. « Nous ne sommes pas amoureux, nous sommes frères d’arme Madame, et si vous ne saisissez pas la différence c’est simplement parce que vous n’avez jamais connu le champ de bataille. Quoi qu’il en soit si j’apprends que vous avez proféré des mensonges sur l’un ou l’autre d’entre nous, vous aurez à répondre de cette calomnie, je ne souffrirais pas que des rumeurs courent sur mon ami et moi ! »

La remarque de la femme lui avait immédiatement fait penser à son suzerain, et à ce qu’il pourrait bien penser d’elle s’il venait à apprendre qu’elle couchait avec le premier chevalier venu. Elle devait s’abstenir, toujours, pour la simple et bonne raison qu’elle était à son service, là elle n’en avait pas envie, mais même le jour où elle le voudrait elle devrait se retenir car elle l’aimait et qu’elle devait honorer sa maison et se préserver de tout autre sentiment pour continuer à le servir au mieux et ne pas se laisser dérouter par un autre homme. Elle voulait le revoir, ce qu’elle pouvait être heureuse d’être en vie ! Elle compris alors à quel point cela la blesserai et pourquoi, parce qu’elle était vierge et comptait bien le rester à jamais à moins de trouver un homme qu’elle aime véritablement. Elle adorait Pryam, elle l’appréciait énormément, mais elle ne l’admirait pas, pas comme elle admirait Beron en tout cas, pas assez pour lui donner son cœur et déposer les armes au profit d’un mariage et d’une famille, elle ignorait même si elle en était capable pour quiconque, mais la question n’était pas là. Si le valois était un homme valeureux qui méritait tous les égards, il risquait de manquer un peu de caractère pour faire face à la blonde dans la vie quotidienne, il serait mieux avec une Dame digne de ce nom, tout comme Beron qui méritait le meilleur parti. Elle, elle n’était bonne qu’à se battre, à payer sa dette à Pryam et à servir son Lord jusqu’à sa mort, mais rien que d’y penser, elle se rendit compte qu’il lui serait impossible de se donner à quelqu’un d’autre qu’à lui, Le Sombre Loup. Et elle venait de comprendre que même s’il était impossible qu’il l’aime et encore moins qu’il se marie, elle l’aimait et elle le servirait toujours parce que c’était le seul moyen de rester près de lui et de s’assurer qu’il était en sécurité.

« Veuillez m’excuser, je… vous êtes si charmants tous les deux, les deux blonds aux yeux bleus, je pensais que… Pardonnez moi. »

La bonne femme était cramoisi et après s’être inclinée avec un air pincé, elle se retira probablement calmée de ses remarques idiotes pour un bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 14 Fév 2012 - 15:31

     Deana semblait capable de pouvoir accepter des conseils, même lorsqu'ils venaient de quelqu'un qu'elle ne connaissait presque pas. C'était un signe de sagesse de ce que l'on disait, réussir à comprendre qu'une autre personne parviendrait peut-être mieux que soi à voir la situation sous le bon angle. En tous les cas, Pryam fut rassuré d'entendre que la demoiselle avait l'air de considérer qu'il était possible de rendre compte à son lord en lui envoyant un corbeau le temps de le faire patienter. De ce que le Valois savait, les Mallister étaient liés à une famille du Nord, ils devaient certainement échanger de temps en temps des corbeaux avec cette région et par conséquent pouvoir aider la Nordienne à ce niveau. Après tout, elle avait apporté son aide pendant les combats, cela ne serait qu'une juste récompense ! Si le blond n'avait pas été contraint de rentrer dans le Val, il aurait peut-être envisagé d'accompagner Deana jusqu'aux frontières du Nord, après tout il avait un écuyer natif des Jumeaux qui aurait certainement été on ne peut plus heureux de revoir sa famille. Mais les Sept en avaient décidé autrement et le jeune homme ne pouvait pas modifier ses projets, au moins pouvait-il espérer qu'il avait réussi à lui faire entendre raison pour de bon et qu'elle ne disait pas simplement cela pour lui faire plaisir, ou pour le faire taire. L'idée de mourir ne semblait pas l'inquiéter, mais l'idée de ne pas pouvoir combattre, bien davantage. Au mois avait-elle une raison de se tenir sagement allongée sur ce lit ! Il lâcha quelques mots d'un ton toujours aussi calme.

     ▬ Je suis persuadé que c'est la meilleure chose à faire. »

     Elle arbora alors un léger sourire tandis qu'elle expliquait que les guerriers devaient mourir sur le champ de bataille, mais que celui-ci avait été trop jeune pour connaître autre chose. C'était malheureux en effet, mais au moins avait-il pu apporter son aide en combattant pour Salvemer, c'était une mort honorable comme Deana le disait si bien. De l'avis du Valois, lorsque la mort n'était pas naturelle, l'on était toujours trop jeune pour mourir, même si son père devait décéder demain sous les coups d'un Fer-né, il le serait malgré son âge avancé. Une vision bien étrange de la mort lorsque l'on savait qu'il avait emprunté la voie des armes, mais c'était comme ça et il garderait toujours cette vision des choses en tête. Il hocha légèrement la tête, affichant un air neutre, au moins était-elle tombée sur lui et Pryam comprenait mieux pour quelle raison la Nordienne s'était retrouvée isolée alors qu'elle avait plusieurs compagnons qui se battaient avec elle. Elle sembla lire dans ses pensées puisqu'elle aborda le fait qu'elle avait fait une bêtise en quittant le groupe et déclara que sans lui elle ne s'en serait certainement pas tirée aussi bien. Ce n'était pas certain, Pryam se battait rarement avec d'autres personnes et pour être sincère, il doutait même d'être capable de pouvoir combattre en sachant qu'un ami, un proche ou un allié était en train de risquer sa vie à ses côtés. La preuve avec Deana, lorsqu'elle s'était battue après qu'il lui ait sauvé la mise, le Valois avait eu beaucoup de difficultés à se concentrer.

     Elle le fit rire en déclarant que « pour un chevalier » il n'était pas si mauvais. Il était vrai que la Nordienne n'avait pas une très bonne estime des chevaliers, pour peu l'errant l'aurait oublié ! L'absence de blessures graves était un hasard et de la chance, il s'était toujours trouvé au bon endroit au bon moment et portait tout de même des entailles et d'autres coupures consécutives à des combats avec des armes. Il avait toutefois eu un avantage pour s'être entraîné à plusieurs reprises contre un combattant à la hache lorsqu'il était arrêté dans un château du Conflans, le combat était très différent de celui avec une autre épée. Enfin, la jeune combattante semblait prendre cela du bon côté, il était sincèrement rassuré de savoir qu'elle avait bel et bien décidé de prendre du repos pour ne pas voir sa plaie s'ouvrir une fois de plus, bien souvent il était extrêmement difficile de se remettre d'une blessure qui avait déjà été soignée, que d'une blessure « fraîche ». Il n'avait aucune envie d'entendre dire que la guerrière du Nord qui avait combattu les pirates à Salvemer, était morte sur le chemin qui menait à Winterfell parce que sa blessure s'était à nouveau ouverte. Le Valois esquissa un sourire amusé avant de répondre.

     ▬ Voilà, considère que je souhaite te revoir en vie la prochaine fois que nos chemins se croiseront, donc hors de question que tu n'aggraves tes blessures. Les Fer-nés ont fait bien assez de victimes comme cela je crois. »

     Il ne plaisantait pas non plus et ne tenait pas particulièrement à voir la liste des morts s'allonger encore. Surtout lorsque l'on considérait que Deana se trouvait ici un peu par hasard, elle n'avait pas été engagée pour se battre comme lui par exemple. La Nordienne semblait motivée à discuter avec son compagnon d'armes et celui-ci devait avouer qu'il appréciait toujours de pouvoir parler avec elle, comme lors de leur première rencontre par exemple. La manière dont elle présentait les choses semblait signifier que c'était un compliment, même si la manière de le dire était plutôt surprenante, heureusement Pryam se moquait pas mal de la manière dont on présentait les faits, il appréciait ces paroles à leur juste valeur. C'était plaisant de savoir qu'une femme qui ne semblait pas avoir d'estime particulière pour les chevaliers, considérait qu'il savait se battre. Cela n'avait été qu'un échantillon de combat de toute manière, ils ne s'étaient pas confrontés longuement aux Fer-nés comparé aux autres batailles que le Valois avait pu entendre contées. Mais cela avait déjà été bien assez. Deana coupa court à ses pensées en le prenant dans ses bras comme cela arrivait quelques fois entre frères d'armes, puis elle le remercia sans qu'il ne puisse répondre puisque la soignante de la demoiselle entra dans la pièce, chargée de quelques affaires. Elle débita une phrase qui gêna et surprit Pryam, ils n'avaient absolument pas l'air d'amoureux voyons ! Cela se voyait clairement, sans compter que Deana n'était pas le genre de dame que l'on venait courtiser alors qu'elle était blessée et alitée depuis plusieurs jours, à moins d'être suicidaire éventuellement.

     Jetant un regard à Deana, Pryam fut amusé de constater qu'elle arborait une légère rougeur, mais il mit cela sur la colère qu'elle devait certainement ressentir devant le manque d'analyse que semblait avoir la grosse femme. Reportant son attention sur celle-ci, le Valois fronça légèrement les sourcils en la voyant adresser un clin d'œil à la Nordienne en parlant de lui comme s'il n'était pas dans la pièce. Mais pour qui se prenait-elle ? Pryam avait beau se moquer de ce que l'on pensait de lui, il n'était toutefois pas du genre à apprécier que l'on dise clairement cela face à lui. Surtout pour mettre Deana dans l'embarras. Celle-ci s'empressa d'ailleurs de répondre pour faire savoir à la soignante qu'ils n'étaient rien de plus que des frères d'armes et qu'elle n'accepterait aucune rumeur sur leur compte. La femme sembla gênée pendant quelques instants avant de s'en-aller, visiblement très confuse et contrariée, puis les laissa seuls. Le regard céruléen du jeune homme avait suivi la servante jusqu'à ce qu'elle referme la porte sur elle, puis en revint à Deana alors qu'il oscillait encore une expression perplexe et amusée.

     ▬ Les gens sont bien étranges quelques fois. Elle aurait davantage nous prendre pour un frère et une sœur si elle se basait sur la couleur de nos cheveux. Il eut un rire amusé. Enfin, vu la manière dont tu lui as répondu, je doute qu'elle aille colporter quelques bêtises sur notre compte. »

     De toute manière, qui aurait bien cru ce qu'elle pourrait raconter ? Personne. Pryam n'avait rien du chevalier qui allait profiter d'un moment de pause pour aller s'amuser avec une femme, puis Deana n'avait rien de la femme qui écartait les cuisses pour le premier venu. L'affaire était donc réglée pour le Valois qui s'empressa d'oublier l'incident, après tout, inutile de s'y attarder des lustres. Il inspira légèrement, détournant son attention de la Nordienne en reprenant la parole pour poser quelques questions.

     ▬ Et que venais-tu faire ici ? Est-ce que lord Stark a-t-il une raison de craindre les attaques des Fer-nés ? J'ai pourtant cru comprendre qu'ils étaient concentrés sur le Conflans et l'Ouest en ce moment, le Nord est relativement paisible non ? Il regarda la jeune femme avant de reprendre. Les pirate attaquent-ils souvent ta région ? »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 19 Fév 2012 - 17:18

Alors que Pryam disait qu’il voulait la revoir en bonne santé la prochaine fois que leurs chemins s croiseraient, il ajouta que les Fer-Né avaient déjà fait assez de victimes, cette remarque lui rappela tous les morts sur le champ de bataille, et les civils pris à partie, et toute l’horreur de cette attaque éclair. Si les Fer-Nés étaient capable d’attaquer une ville comme Salvemer, un port bien protégé, que feraient-ils dans les villages de la côte, qu’étaient ils capable de faire, jusqu’où pouvaient ils aller, que cherchaient ils en s’attaquant à cette cité du Conflans ? Il fallait qu’elle trouve une réponse à cette question, si non son voyage ici aurait été inutile, enfin pas tout à fait, en les combattant, elle avait appris pas mal de choses, et le rapport qu’elle ferait à Beron serait d’autant plus complet, mais cela valait-il la mort d’un tout jeune homme ? Et finalement s’ils étaient assez fous et sûr d’eux pour mettre en péril cet endroit, qu’est qui pourrait bien les arrêter ?

« Hmmm… J’ai bien peur que ça ne soit pas terminé mon ami… Tant que le Roi ne fera pas en sorte de les calmer ils continueront, ils ont eux aussi perdu des hommes, mais pas assez à mon gout. J’ignore pourquoi ils ont eut la folie d’attaquer Salvemer, j’ignore pourquoi maintenant, peut-être pensent ils qu’après la sécheresse nous sommes à genoux, ou peut-être que se sont eux qui ont trop faim pour ester sagement sur leurs îles. Mais ce que je sais c’est que s’ils osent s’attaquer à une ville bien protégée du Conflans, nous avons du souci à nous faire dans le Nord, nous sommes loin de présenter une configuration des lieux adéquate à la défense de nos côtes, c’est pour ça que je dois dire au plus vite ce que j’en pense à mon Lord… » Elle soupira d’un air résigné et triste à la fois. « Au fait tu vas où ensuite ? Je t’inviterais bien à rallier le Nord, toi et tous tes amis chevaliers errants… »

Il aurait effectivement fallut être totalement suicidaire pour venir courtiser Deana alors qu’elle était alité et donc d’une humeur massacrante, heureusement pour Pryam son humeur s’adaptait aussi à la personne avec qui elle était. Le chevalier d’un calme olympien avait le don d’adoucir la sauvage Nordienne, de plus elle l’appréciait beaucoup et était très contente qu’il vienne la voir, cela dit, courtiser Bloody Lady n’était pas une mince affaire, quelque soit la situation. La blonde n’avait jamais été courtisée, enfin si, lors des rencontres avec ses prétendants dix ans auparavant, mais c’était spécial, elle refusait de se marier, et donc généralement, elle était pire que glaciale avec eux. Quoi qu’il en soit si un jour tel était le cas, il y avait de grandes chances pour qu’elle ne comprenne pas bien ce qui se tramerait et qu’elle ignore complètement comment réagir. Enfin, si la personne ne lui plaisait pas c’était très simple, elle lui proposerait un duel et elle le battrait, et s’il y avait une chance pour que ça ne soit pas le cas, elle sortirait griffes et crocs et très vite il reverrait son jugement et irait courir une donzelle plus accessible et moins féroce, mais si le galant lui plaisait, que faire alors ? A quoi bon y penser puisque le seul homme qui trouvait grâce à ces yeux était plus qu’inabordable. Enfin... cette grosse femme ne comprenait rien au concept de frère d’arme pas plus qu’elle ne comprenait qui était réellement Deana et encore moins Pryam, mais grâces aux paroles sèches et dures de la blonde, elle comprendrait désormais bien mieux, il fallait l’espérer, et aussi espérer qu’elle ne s’aviserait pas de mettre à l’épreuve la parole de la blonde, parce que même si la Nordienne était contre le meurtre, elle pouvait aussi se montrer impulsive et rancunière, et elle n’admettrait pas qu’on discute d’une pseudo histoire avec un chevalier du Val, aussi adorable soit-il, sous prétexte qu’une mégère avait l’imagination florissante et voyait dans toute relation entre un homme et une guerrière l’occasion de sentiments autre qu’amicaux ou pire de coucheries.

La blonde se contenta de grogner en réponse à Pryam, elle était encore sous le coup de la colère et mit quelques instants à quitter la porte que venait de passer la bonne femme de ses yeux plissés par le mécontentement, et tout aussi céruléens que ceux du chevalier. Mais elle finit tout de même par repasser son attention sur lui et le dévisagea quelques secondes avant de se mettre à sourire. « C’est vrai que tu me ressembles. » Elle prit une mèche de ses cheveux pour comparer les deux couleurs, très proches, elle ne l’avait jamais remarqué auparavant, en même temps ce n’est pas comme si elle connaissait le jeune homme depuis l’enfance. « Je suis sûre que les Templeton ont des origines de chez nous… » Elle le regarda avec un air entendu avant d’éclater de rire puis de couiner et de glousser en se tenant son flanc blessé. « Merde, ça fait encore mal en fait… » Elle n’arrêta pas de rire pour autant, mais juste moins fort et en essayant de ne pas trop bouger ni respirer trop profondément. « Cela dit tu es beaucoup trop placide pour être mon frère, quoi que mes frères sont plus posés que moi je crois, ils n’ont pas eut à se battre pour pouvoir porter des armes eux… »

Pour avoir longtemps vécu entourée presque exclusivement d’hommes, elle savait que même si personne n’y croyait, les gens aimaient colporter des rumeurs et que de quelques mots on pouvait faire une fable qui se répand, très blessante pour ceux qui étaient pris à parti. Evidement, la plupart savaient assez bien qui elle était ou qui Pryam était pour se rendre compte que c’était tiré par les cheveux, mais ça n’était pas le cas de tous, et une histoire graveleuse plaisait trop à certains pour pouvoir l’étouffer quand elle aurait commencé à être racontée, alors il valait mieux la tuer dans l’œuf, car une fois mise dans la bouche de quelques uns, la rumeur est un poison bien plus puissant que la vérité. C’était fait, et maintenant que le chevalier repassait au sujet des Fer-Né, elle pouvait partager ses craintes avec lui, quand à révéler les faiblesses du Nord, elle ne l’aurait pas fait avec un inconnu, mais le Valois était un homme bon, elle en était certaine maintenant…

« Non, ils n’attaquent pas le Nord, enfin pas en ce moment, mais cela arrive néanmoins, et ils n’ont aucune raison de ne pas le refaire un jour prochain, comme je te l’ai dit, nous sommes assez fragiles au niveau des côtes. » Une pause et elle se mit à rire doucement « La preuve, tu vois. » Elle montra négligemment ses propres côtes de la main et lui sourit, très fière de sa plaisanterie. « Bref, si j’étais eux je me précipiterais au Nord pour faire le plus de dégât possible sur les centaines de miles de côtes non protégées que nous avons et qui, qui plus est ont été relativement épargnées par la canicule et présentent encore de nombreuses réserves de vivres. La seule chose que je ne comprends pas c’est ce qu’ils cherchent exactement. Encore une fois pourquoi Salvemer, pourquoi ne pas s’être contenté des razzias sur les petits villages côtiers comme au début de la guerre ? » Elle prit quelques instant de réflexion avant de reprendre. « On croirait qu’ils ont quelque chose à prouver ou si non ils en ont marre de ramener seulement de l’orge et de l’avoine, ils veulent des armes et des bijoux, du coup ils pillent une ville et tuent des artisans, des soldats, et essayent d’accéder au château pour prendre des objets plus précieux… Ils ont bien faillit y parvenir d’après ce que j’ai entendu. »

Disant tout cela, elle était désormais bien moins enjouée qu’au début de l’entretient, elle se torturait le cerveau pour arriver à une conclusion logique et pourtant rien ne ressortait de ses heures de ses heures de réflexion à part une chose, en attaquant Salvemer, il venait de démontrer à quel point ils pouvaient être dangereux, et désormais, les Lords autant que la population les craindrait où qu’ils soient aussi bien protégés soient-ils. Bientôt la panique gagnerait Westeros et des centaines de familles délaisseraient les côtes pour de bon, les cultures et le commerce allaient en pâtir, restait à voir ce qu’il en serait du Nord…
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 20 Fév 2012 - 14:28

     Il était certain que le combat n'était pas terminé. Les Fer-nés avaient peut-être perdu une bataille, mais pas la guerre. Pas encore. Quelque chose lui disait qu'il faudrait encore de bien longues semaines, voir même davantage avant qu'ils ne rendent les armes. Pour quelle raison les pirates cesseraient-ils leur rébellion alors qu'ils avaient visiblement assez de force pour attaquer Salvemer et lui faire subir de lourds dégâts ? Les hommes pouvaient se remplacer c'était vrai, mais la famine qui découlait de la sécheresse avait fait beaucoup de mal aux habitants du continent qui n'étaient souvent que de simples paysans enrôlés dans la garde ou dans l'armée sans rien avoir demandé. Les Fer-nés naissaient et grandissaient en étant des guerriers, des navigateurs et des hommes dévoués corps et âme à leurs traditions. Un avantage certain sur les autres résidents de Westeros. Bien malgré lui, le chevalier ne pouvait s'empêcher d'admirer leur mode de vie, même s'ils étaient des barbares sans foi ni loi, ces personnes vivaient pour leurs traditions et les respectaient. Ce n'était pas le cas de toutes les castes, par exemple les chevaliers qui bien souvent oubliaient ce pour quoi ils avaient été adoubés. Pryam n'avait jamais entendu parler d'un Fer-né qui puisse avoir trahis les siens, peut-être parce que cette sanction était punie de mort ? Il l'ignorait, une fois de plus son manque de connaissance sur les autres peuples se faisait cruellement sentir. Les Fer-nés étaient d'excellents combattants et les choses auraient pu très mal tourner pour eux. Attaquer Salvemer n'avait pas été une folie, pas du point de vue du Valois qui voyait là un moyen de montrer que ces hommes n'avaient pas peur et ne craignaient pas la mort. Ils auraient très bien pu faire de plus gros dégâts s'ils avaient réussi à tuer les gens qui sonnaient l'alerte après tout. Si tel avait été le cas, le blond n'osait même pas imaginer ce que cela aurait donné.

     ▬ Je pense qu'ils savaient exactement ce qu'ils prévoyaient de faire. Imagine la catastrophe que cela aurait été s'ils avaient réussi à stopper la cloche. Tout le monde aurait cru que nous avions gagné et ils auraient remporté une victoire. Je suis persuadé qu'ils sont certains de pouvoir gagner cette guerre. À mon avis c'est ce qui les rend aussi dangereux. Comment faire peur à quelqu'un qui ne craint pas la mort après tout ? Ce n'était pas une question qui demandait une réponse. Il haussa légèrement les épaules. J'imagine que c'est la simple perspective de piller, violer et tuer qui les fait sortir de leurs îles, non la famine. Ils doivent avoir des réserves, après tout ils ont toujours volé pour survivre. Léger soupir avant qu'il ne regarde la jeune femme. Je compte rentrer dans le Val, prendre des nouvelles de ma famille, puis aller voir dans l'Ouest si je peux aider quelque part.... Je ne suis pas certain que le Nord soit en danger immédiat, il faut espérer que les Fer-nés feront un mauvais pas ailleurs et que vous serez épargnés. »

     Pryam avait bien entendu parler d'une île dans le Nord qui était fréquemment la proie des Fer-nés, le nom lui échappait d'ailleurs, mais les habitants des îles allaient rarement aussi loin, la Baie des Glaces n'était pas aussi praticable que les abords du Bief ou de l'Ouest après tout. Puis il doutait que les habitants du Nord puissent faire totalement confiance aux chevaliers pour être sincère. Le blond retomba brièvement dans le silence alors que son amie déclarant qu'ils se ressemblaient effectivement, il la regarda sans se départir de son sourire alors qu'elle contemplait ses cheveux. Le blond était très commun au final, ils devaient avoir beaucoup d'autres personnes qui possédaient la même teinte. Lorsque la demoiselle déclara que les Templeton étaient peut-être originaires du Nord, il rigola légèrement. Certainement pas. Le jeune homme était le seul à posséder cette couleur, ses frères, sa sœur et ses parents avaient tous les cheveux bruns et les yeux foncés. Une marque qui l'avait souvent interpellé d'ailleurs, mais la fidélité de sa mère n'était plus à prouver. C'était donc le fruit du hasard. La Nordienne rigola alors en se tenant le flanc, c'était certainement une mauvaise idée que de s'esclaffer avec le ventre blessé, mais on ne contrôlait pas son amusement après tout. Lorsqu'elle déclara qu'il était trop calme pour être de sa famille, le jeune homme hocha la tête, il voulait bien la croire pour le coup.

     ▬ Je suis le seul de ma famille à être de la sorte. Si tu connaissais mon père, tu pourrais te demander si je suis bien son fils. Mais ne va pas te rouvrir ta plaie à cause de moi, je crois que tu aurais une bonne raison de m'en vouloir après.... »

     C'était une plaisanterie, après tout il n'avait rien dit de très hilarant et c'était Deana qui avait pris toute seule la décision de rire. Le blond détourna son regard de la demoiselle alors qu'elle reprenait la parole pour expliquer que le Nord n'était pas encore attaqué par les Fer-nés. Peut-être que cela n'arriverait pas qui sait ? Après tout, les pirates des îles de fer voulaient piller, tuer et violer, la région la plus au nord n'était pas réputée pour se richesses et le nombre de jeunes femmes en fleur qui y vivaient. Le Bief était une bien meilleure cible en y réfléchissant, bien que les richesses devaient s'être taries avec le temps il était vrai. Pour être sincère, le Valois ne savait que penser de cela. Il sourit à la plaisanterie de la guerrière qui prenait au moins les choses du bon côté, puis resta silencieux alors qu'elle expliquait les raisons qui pousseraient les Fer-nés à pouvoir attaquer le Nord. C'était certainement de bonnes explications, mais Pryam avait toujours été persuadé que les habitants des îles trouvaient leur nourriture chez les marchands des cités libres. Cela dit le voyage était long et effectivement, le Nord pouvait représenter une cible idéale. Fronçant légèrement les sourcils, il écouta la suite des paroles, graves, de la Nordienne, avant de finalement acquiescer du chef. Oui, des Fer-nés avaient réussi à s'introduire dans le château de ce qu'il avait entendu dire, mais avaient été rapidement tués par des personnes présentes ici. La fiancée de ser Oberyn s'il se souvenait bien. Une femme qui ressemblait à son promis visiblement.

     ▬ J'ai effectivement entendu dire qu'ils s'étaient introduis dans le château, mais je crois que c'était pour empêcher les cloches de sonner. Je ne suis pas très au fait des détails je dois l'admettre. Il glissa ses yeux vers Deana. Je pense que tu connais mieux que moi le risques de ta région, je suis au courant qu'une île des environs de la Baie des Glaces a souvent été victime de raids, j'en ai oublié le nom, donc j'imagine que cela doit pouvoir s'étendre. Après tout, ils ont pratiquement pillé toutes les régions riches et même si le nom n'a pas l'opulence du Bief, vous avez effectivement de la nourriture. Un léger haussement d'épaules. J'imagine que vos lords vont certainement prendre des dispositions, après tout ils doivent s'attendre à leur venue, même si j'avoue que vu la disposition de votre région, la défense doit être très rude. »

     Pryam ne connaissait pas le Nord comme sa poche, mais certains chevaliers avaient déjà parlé de cette région comme de vastes plaines gelées où les villages étaient très rares. Une attaque sur un petit village des environs d'une grande ville passerait certainement inaperçu et le temps que la garde arrive, ils seraient déjà bien avancés et pourraient s'enfuir sans difficultés. Tout cela était bien trop compliqué pour lui, le chevalier se contentait de prêter sa lame là où les gens en avaient besoin et il déciderait donc de descendre vers l'Ouest pour se montrer plus utile là-bas. Son père y était certainement avec l'armée du Val et comme sa demeure – bien que située en bord de mer – était très à l'abri de par sa position opposée à celle des îles de fer, il pouvait se concentrer sur les autres personnes dans le besoin. Après avoir glissé sa main jusqu'à ses lèvres dans un geste de réflexion, le blond laissa retomber son bras sur son genou pour reprendre la parole, posant ses yeux clairs sur le visage de Deana.

     ▬ Raison de plus pour que tu partes d'ici en forme. Tu peux expédier un corbeau à ton lord, de toute manière lui ne peut pas faire grand-chose si ce n'est conseiller à vos seigneurs côtiers de se protéger. Chacun est responsable de ses hommes. Il soupira légèrement. C'est dans ces moments que je suis heureux de n'être qu'un simple chevalier et non un lord important. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 26 Fév 2012 - 20:18

La guerre durait déjà depuis plusieurs mois, d’abord les côtes du Bief, maintenant le Conflans et ensuite, les Fer-Né préféreraient-ils se frotter au Lion ou au Loup-garou ? Au fond elle espérait que se serait l’Ouest la prochaine cible, mais comment en être assuré, et surtout pourquoi attaquer la plus riche des terres mais aussi la mieux protégée à priori, cela dépendrait probablement à la fois des décisions de Tybolt Lannister que de celles du Stark, et aussi de leur objectif le plus cher ? Attaqueraient-ils par fierté encore ou pour reconstituer facilement quelques réserves pour mieux repartir en guerre ? Elle ne comprenait pas encore assez bien comment ils fonctionnaient pour prédire leur prochain coup et c’était ce qui la dérangeait le plus. D’habitude elle arrivait à tirer une esquisse des stratégies de l’ennemi, mais là rien, elle ne voyait pas la logique de l’attaque de Salvemer par rapport à aux autres et inversement. Peut-être qu’il n’y en avait pas, peut-être qu’elle ne voyait pas la continuité pour la simple et bonne raison, que cette attaque avait un tout autre but que les razzias perpétrées avant. Il était vrai que cette bataille sortait de leur tactique habituelle, s’attaquer à une ville dotée d’une garde et d’un bourdon d’alarme, investir une forteresse, ça n’était pas franchement ce dont on se serait attendu de la part de marins qui aimaient avant tout tuer, violer et voler. A moins qu’ils n’aiment aussi semer la terreur, cela expliquerait bien des choses, mais elle n’arrivait simplement pas encore à se l’avouer, elle ne pouvait pas se l’avouer car cette attaque avait atteint son but, montrer la valeur des Fer-Nés et effrayer les masses autant que les soldats, et oui, désormais elle avait peur, pour la deuxième fois de sa vie, elle avait peur.

La première fois, elle avait passé tout la bataille cachée sous un cadavre, seule ennemi qu’elle ait tué et ce plus par chance qu’autre chose, pensant qu’elle était déjà morte, mais elle s’était relevée presque sans une égratignure et cet échec l’avait tellement énervée qu’elle était repartie de plus belle et s’était entrainée pour devenir meilleure et ne plus jamais avoir à se cacher pour survivre. Mais là, elle était réellement passé non loin de la mort, elle avait aussi vu un de ses amis tomber et un jeune, trop jeune, un gamin, tout ça l’avait mise face à sa peur, toujours présente, même si elle était passée maitre dans l’art de l’oublier. Mais pas sur le coup, pas pendant qu’elle combattait non, après, alors qu’elle était alitée pendant ses cauchemars fiévreux et dès son réveil. Elle avait eut tout le temps de cogiter et elle cogitait beaucoup trop, si bien que la peur grandissait. Elle le savait, plus longtemps elle resterait allongée plus la crainte la gagnerait. Il fallait qu’elle se relève, quelle se remette en selle au plus vite et qu’elle reprenne les armes contre ses barbares avant de ne penser qu’avec sa peur et plus avec son courage et son esprit de guerrière et son désir de vengeance. Elle devait chaque jours se rappeler pourquoi elle avait choisit de prendre les armes et de vivre cette vie où, la mort la plus probable était celle, sanglante et douloureuse du champ de bataille, elle devait garder en tête la gloire qu’elle cherchait alors, elle n’avait rien à perdre, et que vaut une vie de couard bien caché derrière les soldats ? Rien !

« Je pense aussi, mais ils n’en ont pas moins subit de lourdes pertes, était-ce juste pour nous prouver ce dont ils étaient capables ou y avait-il au autre objectif ? Je n’arrive pas à croire qu’un Roi puisse envoyer des centaines d’hommes à la mort juste par défi, mais je ne suis pas Fer-Né et quelque part je comprends leur fierté… Quoi qu’il en soit, si c’est effectivement la fierté qui les pousse à agir, nous avons du souci à nous faire, je pense qu’ils attaquent parce qu’ils nous savent affaiblis par la sécheresse, après tout c’est plus simple de piller Westeros que d’autres contrées plus lointaines. Mais au final que veulent-ils ? Prendre la couronne ? J’imagine qu’ils ne sont pas naïfs au point de penser pouvoir le faire… Mettre le pays à feu et à sang les amuse, c’est certain, mais ont-ils conscience des conséquences ? Pensent-ils pouvoir s’en sortir indemne ? A moins qu’ils ne se soucient vraiment pas de la mort pas plus que du sort de leur peuple… Est-ce une sorte de suicide collectif ? » Elle baissa la tête et soupira avant de reprendre plus déterminée et moins morne qu’auparavant bien que ses réflexions continuaient de la hanter. « S’ils avaient réussit, nous ne serions pas là pour en parler… Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort mon ami, et nous ne sommes pas encore morts, pas plus que les Sept Couronne, nous nous battrons jusqu’au bout ! » Pour détendre l’atmosphère qui devenait de plus en plus pesante avec cette conversation sur leurs ennemis, elle enchaina avec un sourire. « Ils ont pas de bol, quand même ! Mettre au point une stratégie pareille et tomber sur des cerveaux comme nous ! »

Elle se mit à rire, elle était convaincu par ce qu’elle disait, elle se battrait jusqu’au bout, elle était au service du Stark et ne le quitterait pour rien au monde, mais en plus de se battre jusqu’à la mort pour le protéger, il fallait qu’elle soit efficace dans cette tache, il ne suffisait pas de remplir son devoir, elle devait être à la hauteur du Sombre Loup, à la hauteur du Nord, à la hauteur de son père et de ses aïeux, et pour ça, elle devait oublier sa peur, sa blessure elle ne devait penser qu’à son bras et à son épée, elle devait être une lame acérée jusqu’à son dernier souffle. Deana sourit, comprenant que son ami veuille retourner chez lui voir sa famille et cherche du travail ailleurs où il serait certainement mieux rétribué.

« Il faut l’espérer, mais il vaut mieux se préparer au pire… Enfin, en tout cas, je te souhaite bon courage et bonne chance, et j’espère te revoir un de ces jours, et bien en vie ! J'espère que cette éraflure ne t'a pas rendu inapte. »

Elle désigna le bras bandé de Pryam en lui lançait un regard souriant, elle espérait vraiment que ça ne soit pas grave, mais elle se disait que si ça l’avait été, il serait probablement soigné ici tout comme elle, elle ne se faisait donc plus de souci pour lui, ne lui avait-il pas assuré que ça n’était pas grand-chose ? Quoi qu’il en soit, elle était bien décidée à reprendre elle-même les armes, cette blessure ne lui ferait pas abandonner son poste, pour rien au monde, mais il faudrait qu’elle reste bien sagement ici, sans bouger, sans se battre ni s’entrainer ni rien pendant encore une bonne semaine, et dans le même temps, l’appréhension la gagnait. Il fallait donc qu’elle fasse un compromis entre cette rage de reprendre la route pour ne plus avoir à penser à tout ça et l’impossibilité de le faire à moins de prendre le risque de ne plus être apte à protéger son Seigneur. Elle y arriverait, elle devait y arriver d’une manière ou d’une autre, et se serait la pire des traitrises finalement de ne pas attendre d’être remise avant d’aller annoncer à son Lord que les Fer-Né était un foutu danger. Bien sûr on pouvait la remplacer, elle n’était pas indispensable, mais une lame de plus c’était toujours ça de gagné, et elle ne comptait pas faire défaut, donc sa blessure ne devait pas être un handicap, elle devait donc taire son instinct et écouter le mestre, la peur, elle aurait tout le loisir de la faire taire de retour à Winterfell. Et si pour ça elle devait se faire de nouveau botter les fesses par Barth, et bien elle irait au charbon, si elle devait lui avouer qu’elle avait peur, elle le ferait et il la soignerait à grand coup d’épée émoussée, si elle devait essuyer ses moqueries et celles des autres, peu importait, elle ne craignait pas le labeur ni les brimades, ni les paroles cinglantes, elle craignait uniquement de ne pas être à la hauteur de son serment.

« Je vais tâcher de ne pas rire… mais je n’en pense pas moins ! »

Malgré toutes ses sombres pensées qui lui torturait le cerveau, elle était heureuse que Pryam soit venu, il lui permettait à la fois de se changer les idées, d’arrêter de cogiter dans le vent, et de mettre des mots sur ses sentiments, elle n’était pas assez poche de lui pour lui parler de ses craintes, mais mine de rien, elle se rendait maintenant mieux compte des tenants et des aboutissants de ses peurs, et c’était ainsi qu’on pouvait les combattre. Elle était donc aussi prompte à rire qu’à échanger ses avis avec lui, et c’était un moment des plus agréable, probablement le meilleur depuis la bataille.

« Tu dois parler de l’Île aux Ours… En réalité toutes les côtes ouest ont été souvent la cible des Fer-Né, en tout cas avant que la paix ne soit signée. Nous avons besoin que le Roi intervienne, avant que nous ayons trop perdus pour nous relever, la canicule et ensuite cette guerre ? Imaginez un roi livrant ses propres batailles, ça serait mémorable. Au moins Dagon combat aux côtés des siens… Se rend il compte que nous sommes le rempart entre lui et la seiche ? Y’en a marre de se comporter comme des sagouins avec tout le monde, sous prétexte qu’on a des responsabilités ! Cela fait déjà plusieurs mois que ça dure et il n’a toujours pas levé le petit doigt… Je me demande ce qu’il attend… » Elle s’était un peu emportée au fur et à mesure qu’elle parlait, elle leva un sourcil vers le chevalier pour voir sa réaction, après tout les critiques qu’elle venait d’émettre sur la couronne pourraient être taxées de félonie par certains, espérons que Pryam n’était pas de ceux là, il n’avait aucun intérêt à la dénoncer, mais parfois la fourberie des hommes est inattendue, cela dit elle ne pensait pas qu’il soit le genre de sale type à aller rapporter le moindre mot de travers pour quelques sous, il lui avait assez montré sa valeur pour qu’elle lui fasse confiance, mais peut-on se fier à qui que se soit de nous jours ?

« Je suis d’accord avec toi, tout cela est bien compliqué, mais je dois conseiller mon Lord au mieux, et rien que cette tâche me semble insurmontable, je ne sais pas quoi lui dire… Enfin… Je trouverais… J’ai vu beaucoup de choses, mes observation l’aideront, il en sait plus long que moi sur les stratégies à adopter, il trouvera une solution, j’en suis certaine… » Elle soupira et releva la tête qu’elle avait jusque là gardée baissée pendant qu’elle parlait. « L'on m'a dit un jour qu'il y avait pire que la mort. Il y a la perte de l'espoir. Je refuse de baisser les bras et de perdre espoir, je n’ai jamais eut peur de la mort, ça n’est pas avec ces foutus pirates que ça va commencer… » Elle se redressa et serra les dents avant de reprendre. « De toute façon, mon devoir c’est de renseigner Lord Beron et de me battre pour lui et pour le Nord, jusqu’à la fin. Tu m’as offert un sursis, j’en ferais bon usage, sois en assuré. Quand tu prendras congé, si tu pouvais aller mander une plume et un parchemin, cela m’aiderait grandement… Il faut que je fasse ça avant d’avoir tout oublié… »

Elle s’éclaircit la voix et se redressa sur ses oreillers avant de reprendre.

« Pryam, j’aimerais savoir où je pourrais t’envoyer des corbeaux éventuellement. Je ne pense pas t’écrire souvent, ce n’est pas mon truc, mais j’aimerais avoir de tes nouvelles, ne serait-ce que pour savoir si je peux toujours te sauver la vie pour payer ma dette… » Elle sourit…
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 27 Fév 2012 - 14:59

     Il était vrai que tout ce que la jeune femme disait aurait été valable pour un peuple « normal », mais Pryam avait appris à ses dépends que les Fer-nés étaient tout, sauf « normaux ». Du moins d'après les critères des gens du continent. Tout le monde savait qu'ils considéraient le reste de Westeros comme des personnes sans intérêt ou tout simplement incapables de leur tenir tête, plus il écoutait Deana parler et plus il avait le désagréable sentiment que pour les Fer-nés, tout cela était parfaitement clair. Restait à espérer que la Nordienne avait raison et que les habitants des îles de Fer étaient simplement fous ou suicidaires, mais d'un autre côté, c'était assez peu probable. Auraient-ils survécus tant d'années s'ils avaient été aussi stupides ? C'était impensable, sans compter qu'ils étaient réputés pour être de très bons navigateurs, il aurait été étrange qu'ils s'en prennent à la Couronne alors qu'ils avaient la possibilité de voyager jusqu'aux Cités Libres, s'ils n'avaient pas une vraiment bonne raison derrière la tête. De toute manière, ce n'était pas un chevalier du Val et une combattante du Nord qui allait pouvoir deviner ce qui pouvait bien se passer dans l'esprit du seigneur des îles, après tout ils n'avaient pas été élevés comme eux et ne pouvaient donc comprendre leurs us et coutumes. Rien que pour Pryam les mœurs des Nordiens étaient obscures alors comment pourrait-il juger d'un peuple qui vivait aussi loin de leurs territoires ? Neufétoiles était à l'opposé des Iles de Fer, les Templeton ne connaissaient pas ces lieux aussi bien que les habitants de l'Ouest, sans aucun doute. Il rigola légèrement en entendant les paroles de Deana alors qu'elle parlait de leur malchance. Ils avaient eu de la chance dans les rangs des combattants de Salvemer c'était certain, mais peut-être que les Fer-nés avaient finalement eu ce qu'ils voulaient ? Qui sait ? Il haussa les épaules d'un air léger.

     ▬ Une malchance oui en effet. Malheureusement pour nous, même en réfléchissant des heures à tout cela nous ne pourrons comprendre. Je ne comprends pas les coutumes de ta région alors que nous sommes voisins, comment espérer comprendre les traditions des Fer-nés ? Au fond je peux les comprendre sous certains angles, avec la paix ils ont dû renoncer à leurs traditions pour adopter les Sept et avec un tel peuple, il est facile de comprendre qu'ils ne se laissent pas faire. Il tourna les yeux vers Deana. J'imagine que si les rôles avaient été inversés, nous aurions fait pareil non ? Je ne sais pas, il y a tellement de choses que nous ne connaissons pas sur eux, je dois dire que s'ils espèrent dominer tout Westeros, j'admire leur courage. »

     Il était sincère et ne prenait pas cela pour de la bêtise, après tout pour courir à sa perte tout en sachant que l'on risquait de tout rater, c'était signe de courage non ? Cela dépendait des points de vue. Pryam était prudent et n'envisagerait jamais cela, mais pour un tel peuple, les choses devaient être différentes. Les Iles de Fer étaient rues, le climat et les ressources disponibles là-bas ne permettaient pas de vivre normalement, quoi de plus normal que de devenir un peuple de pillards ? Les Nordiens étaient aussi froids que leur climat, les Dorniens aussi impulsifs et dangereux que le désert, finalement, ce n'était que logique. Le rire de Deana le tira de ses pensées avant qu'elle ne déclare qu'il valait mieux se préparer au pire puis désigna son bras avec une phrase qui aurait pu l'inquiéter en temps normal. Mais ce n'était pas son bras directeur, sans compter qu'il pouvait tout de même l'utiliser en cas de besoin, ce n'était pas comme s'il allait être incapable de le bouger pendant plusieurs semaines. Le corps s'habituait avec le temps, il avait déjà eu des blessures bien pires.

     ▬ J'ose espérer qu'il me faudrait bien plus que cela pour ne plus pouvoir me battre. Et aussi que je ne me battrai pas prochainement. Sinon, pourquoi est-ce que je porterais un bouclier dans ce cas ? »

     Ce n'était même pas une blessure digne d'être appelée de la sorte, mais le sujet n'était pas assez intéressant pour s'y attarder et il fut soulage que Deana parte sur un autre sujet, rappelant à sa mémoire le nom de l'île dont il avait parlé plus tôt. La suite de son discours pouvait aisément lui attirer des ennuis, mais heureusement pour elle, Pryam était du même avis. Ce n'était pas son genre de critiquer ouvertement le Roi et tout ce qu'il faisait, ou ne faisait pas justement, mais lorsque quelqu'un lui demandait son avis, il ne le cachait pas. Le blond n'était pas quelqu'un de mauvais, mais il avait décidé de mettre ses intérêts personnels et les projets que son père avait pour lui, de côté afin de pouvoir aider les gens dans le besoin. Qu'un Roi ne soit même pas capable de le faire était donc quelque chose qu'il ne pouvait comprendre. Il était vrai que le Greyjoy en personne osait combattre de ce que l'on disait, même si le Valois ne pouvait le vérifier par lui-même puisqu'il ignorait à quoi il ressemblait, mais savoir que la moitié des sujets de Westeros n'avaient jamais vu le Roi montrait à quel point ils étaient différents. Le chevalier hausse les épaules d'un air neutre avant de répondre.

     ▬ Personne ne le sait réellement, encore une fois. Je n'ai jamais attendu trop du Roi, il est bien plus occupé par ses livres et peut-être ne prend-il pas réellement la mesure de tout ce qui se passe ? Tu sais, à Port-Réal, les choses doivent sembler bien plus lointaines et légères que sur le champ de bataille. Je ne juge pas sans savoir, tout comme pour les Fer-nés. Mais je n'en pense pas moins. Écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes, ce n'est pas quelque chose que le Roi doit connaître. »

     Si elle avait craint que le blond ne la dénigre parce qu'elle avait trop parlé du Roi, Deana pouvait être rassurée. Quelques instants de silence passèrent avant qu'elle ne reprenne en parlant encore une fois de son lord qui semblait avoir beaucoup d'importance à ses yeux. C'était étrange, le Valois avait beaucoup de mal à envisager que la jeune femme puisse obéir aussi aveuglément à une seule et même personne, elle avait eu l'air si indépendante lors de leur première discussion. Elle lui demanda ensuite un petit service qui allait bien évidemment de soi, puis il estima l'avoir suffisamment dérangée. Mieux valait qu'elle ne se sente pas trop déchaînée après sa visite sans quoi la servante qui s'occupait d'elle allait certainement subir encore plus de crises de colère. Par compassion pour elle, Pryam décida d'apaiser un peu Deana avant de la quitter, du moins d'essayer, ce n'était pas dit qu'il y parvienne.

     ▬ Je n'oublierai pas, d'ailleurs je vais certainement te laisser te reposer un peu, je ne veux pas que ta soignante personnelle ne m'accuse de t'avoir rempli la tête avec des pensées qui te rendent trop survoltée. Il esquissa un sourire. Il n'y a aucune raison pour que les Fer-nés gagnent, nous sommes supérieurs en nombre et ils ont perdus cette bataille, la seule chose à faire est de ne pas baisser les bras et je doute que qui que ce soit le fasse. »

     La jeune femme s'était mieux installée sur ses oreillers avant de poser une demande plutôt surprenante au chevalier errant. Encore l'histoire de dette, il ne put s'empêcher de sourire à son tour d'un air amusé, même s'il n'était pas vraiment certain de pouvoir répondre à sa demande. Pryam n'avait pas de « chez lui » pour le moment et il était hors de question de rentrer à Neufétoiles pour demander à ses parents de s'occuper des éventuelles missives qu'il pourrait avoir. Être sur la route signifiait aussi de ne pouvoir entretenir de liens avec des gens qui vivaient loin. Après un bref instant de réflexion, le jeune homme répondit.

     ▬ Pour le moment, je ne peux te dire où je serai joignable, je suis sur les routes et je ne sais pas où mon voyage va me mener, mais dès que que séjournerai quelques temps à un endroit précis, je pourrais te communiquer cela si tu le souhaites. »

     L'hiver approchait et il allait devoir trouver un endroit où se poser et où offrir ses services jusqu'au retour du beau temps. Mais ce n'était pas encore pour tout de suite. Le chevalier se redressa alors, jugeant qu'il avait suffisamment embêté la jeune femme, après tout il était venu ici pour savoir comment elle allait et visiblement la réponse était : très bien, vu la manière dont elle bougeait. Il lui offrir un dernier sourire accompagné de quelques paroles.

     ▬ J'ai été heureux de savoir que tu allais bien, prends soin de toi pour les temps à venir. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. »

     Il lui adressa un salut aussi respectueux qu'il en avait l'habitude, puis se dirigea vers la porte pour quitter la pièce. La servante attendait dans le couloir non loin de là, il s'approcha donc d'elle, bien qu'elle l'avait remarqué avant qu'il ne fasse le moindre geste, puis demanda à ce qu'un parchemin et de quoi écrire soit envoyé à Deana. La femme ne lui demanda pas plus de détails, visiblement bien refroidie par les paroles que la Nordienne avait eu à son encontre juste avant, puis le blond s'en-alla, la laissant s'occuper des doléances de la blonde qui trouverait certainement une bonne raison pour partir avant l'heure.

HP:
 


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

La santé, c'est un esprit sain dans un corps sain ▬ Deana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» "L’amitié, c’est un seul esprit dans deux corps." [Pv. Calypso]
» Triss Souvignet ►Un esprit libre dans un corps tatoué ◄
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» Quelque part dans le Val d'Anduin [Flashback PV Sefir]
» Vána ♦ Corps sain, esprit sain...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-