AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Envier, c'est se reconnaître inférieur ▬ Aaricia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Lun 6 Fév 2012 - 15:59

     Cela faisait quelques jours qu'il avait été rendre visite à Dagon suite à la demande de ce dernier et Sargon n'avait toujours pas digéré ce qu'il avait appris là-bas. Au fond de lui, le jeune homme était persuadé que son cousin avait pris beaucoup de plaisir à lui annoncer que Deirdre - sa Deirdre - avait été voir Harald pour lui montrer ce qu'elle était capable de faire avec son corps si délectable. Ce Greyjoy pouvait se montrer tout bonnement infecte avec le Harloi, tout cela pour la bonne et simple raison que le caractère de Sargon ne lui revenait pas. S'il ne le supportait pas, il n'avait qu'à l'ignorer au lieu de s'embarrasser avec des détails et chercher à le provoquer. Dagon l'avait lui-même dit, il n'appréciait pas de voir un « bon élément » parasité pour un caractère aussi arrogant et vaniteux, la seule chose que la Seiche ne comprenait pas était que si Sargon était aussi doué dans son domaine, c'était tout simplement parce qu'il avait un tel comportement. Les Fer-nés ne respectaient que les gens qu'ils jugeaient dignes de porter un tel honneur, mais pourtant malgré les nombreuses protestations que le jeune homme avait entendu face à son mépris pour l'Antique Voie, il n'avait pas encore été défié ou tué pour laisser sa place vacante. C'était donc que l'on devait le respecter au fond. Il ne faisait qu'exploiter des terrains encore non utilisés, en quoi cela pourrait-il provoquer autre chose qu'une réussite ? Et dans le pire des cas, si jamais Sargon venait à se faire sanctionner par le Dieu Noyé pour avoir trop bravé ses lois, il ne manquerait à personne. De quoi contenter tout le monde. Mais non, Dagon avait été obligé de voler au secours de la petite bâtarde et désormais le Harloi avait l'esprit parasité par ces paroles. Sur le coup, si la jeune femme avait été à Kenning il aurait été capable de l'étrangler sur-le-champ en la regardant dans les yeux. Une trahison, voilà comment il prenait cet acte.

     Mais même si la colère était présente au point de lui en retourner l'estomac, le jeune homme n'avait pas oublié qu'il devait donner des cours à l'épouse de son cousin, qui n'était nulle autre que la délicieuse Aaricia. Il se souvenait encore de leur première rencontre comme si c'était hier, le goût du baiser volé avait beau s'être estompé avec le temps, le souvenir restait lui totalement intact. En serait-il de même chez la belle Fer-née ? Il n'en doutait pas une seule seconde. C'était donc la perspective de revoir le joli minois de la Greyjoy qu'il avait mis le cap sur Pyk ce matin-là, prêt à prendre la jeune femme à son bord pour lui enseigner les rudiments de la navigation et – il l'espérait – en profiter pour tester le terrain. Aussi suicidaire que cela puisse être, le jeune homme avait décidé de constater par lui-même des souvenirs que la Fer-née gardait de leur première rencontre. Dagon semblait s'être mis martel en tête à l'idée que le Harloi – réputé pour son goût pour les femmes – puisse passer autant de temps seul avec son épouse, c'était du moins ce que Sargon en avait déduis en voyant la manière dont il l'avait averti que son ancien maître d'arme avait été rendu incompétent pour avoir trop regardé son épouse. Peu lui chalait, cela ne serait pas la première fois qu'il prendrait de tels risques, après tout le simple fait d'avoir une relation avec Deirdre l'exposait à la colère de Harlon le Rouge. Le danger ajoutait une dose de plaisir non négligeable.

     C'était donc avec cette idée en tête qu'il posait le pied sur la plage rocailleuse de Pyk, après avoir fait signe à Yoren de patienter le temps qu'il revienne alors la dame des îles de fer. Sargon ignorait si Dagon était chez lui ou même s'il était en compagnie de Harlon, mais espérait que ce n'était guère le cas, il n'avait aucune envie de voir qui que ce soit qui puisse encore rajouter à son agacement. Les gardes postés devant les portes firent entrer le Harloi sans difficulté et le jeune homme pénétra dans la demeure des Greyjoy alors qu'une domestique s'approchait de lui pour savoir ce qu'il souhaitait. Il la dévisagea quelques instants avant de se désintéresser d'elle pour lâcher quelques mots d'un ton las. Personne ne soupçonnerait qu'il prenait plaisir à l'idée de passer bientôt un petit moment en la charmante compagnie de Aaricia.

     ▬ Lady Aaricia est censée venir prendre quelques cours avec moi, dis-lui donc que je l'attends ici. »

     Il avait été décidé avec Dagon que le jeune homme viendrait ce jour précis, après si Aaricia décidait de ne pas le suivre, libre à elle, il considèrerait que leur accord était caduc et ne prendrait pas la peine de réitérer son voyage jusqu'à Pyk pour se faire à nouveau jeter comme un malpropre. Le jeune homme patienta tant bien que mal, il n'avait pas franchement envie de rester planté dans ce grand hall pendant des heures et commença à s'occuper l'esprit en s'éloignant de quelques pas de sa place initiale pour promener ses yeux mordorés sur les environs. Les pièces étaient toutes relativement sobres, c'était toujours quelque chose qui ne manquait pas de surprendre le jeune homme, Kenning était totalement différente de cette demeure, peut-être que son oncle avait fini par tolérer les extravagances du Harloi à force ? Quelques instants passèrent alors que le Fer-né manifestait les premiers signes d'impatience, puis la domestique qui était venue l'accueillir approcha à nouveau pour lui faire savoir que lady Aaricia allait bientôt arriver et qu'elle terminait de se préparer. Il ne voulait pas jouer les gentils chiens bien dressés et balaya les paroles de la malheureuse d'un geste impatient avant de lui répondre plutôt brutalement. Sa patience avait été trop rudement triturée par Dagon pour faire preuve de compréhension avec cette servante.

     ▬ Et bien tu lui diras que je l'attends à bord de la Veuve Salée dans ce cas. »

     Il se détourna et se dirigea vers les portes de la demeure des Greyjoy avant de les pousser pour se retrouver dehors et prendre la direction de son boutre. Les marins attendaient calmement, certains sur la plage rocailleuse pour pousser le navire à la mer le moment venu, d'autres sur le pont à attendre les ordres. Sargon décida de la jouer vrai professeur, du moins jusqu'à ce qu'il sache ce que Aaricia avait retenu de leur dernière rencontre. Il grimpa donc à bord de sa Veuve Salée sans prendre la peine d'attendre la venue de la belle pour l'aider à y grimper, puis il s'éloigna de quelques du bastingage pour parler avec Yoren. Quelques instants plus tard, des bruits de voix lui indiquèrent que la jeune femme était arrivée sur la plage, mais il ne bougea pas d'un cil jusqu'à ce que la tête rousse de la belle se dessine derrière le bastingage qu'elle enjamba élégamment pour arriver sur le pont. Sargon s'approcha alors enfin d'elle pour la saluer à sa manière.

     ▬ Bien, j'avais fini par croire que vous aviez changé d'avis Aaricia. Il marqua une brève pause alors que son éternel sourire arrogant refaisait surface. Ou peut-être devrais-je dire lady Aaricia désormais ? J'ai appris par les rumeurs que vous aviez épousé Dagon, nullement de votre bouche, j'en déduis donc que je ne suis plus dans vos bons sentiments. »

     Il faisait référence au fait que la jeune dame lui avait donné l'autorisation d'occulter son titre lors de leur première rencontre. Ils ne s'étaient plus recroisés depuis par ailleurs, la demoiselle avait trouvé ce qu'elle cherchait ailleurs et Sargon n'avait aucune raison de rendre des visites de courtoisie. Il était évident que s'il avait cherché à le faire de toute manière, cela aurait été très mal vu avec sa réputation. Toujours souriant, il reprit alors la parole.

     ▬ Votre époux m'a demandé de vous enseigner comment bien naviguer, il pense visiblement que ce n'est pas encore le cas, je croyais pourtant avoir compris le contraire. »

     Rancunier ? A peine !


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Lun 6 Fév 2012 - 20:53

Aaricia s’était levée de fort bonne humeur et en plein de forme. Et cela, même si ses os et ses muscles la torturaient depuis quelques jours. Elle avait l’impression de supporter une autre personne avec elle. Elle ne quittait plus Dagon, du moins, sauf quand il la demandait. Elle avait trouvé ses nouveaux refuges dans le château de Pyk au lieu de la plage, ce qui semblait enlever un poids énorme à la colère que Dagon avait parfois. Oui il la piquait quelques fois, elle le laissait faire sans y répondre vraiment. Elle savait prendre sur elle, même dans un état second. Quand elle ne voulait pas le voir ou qu’elle était de mauvaise humeur, elle ne dormait pas avec lui. En fait, elle avait ce privilège et voulait le garder. Même si jamais au monde, elle avait cru avoir des sentiments pour lui, elle en avait.

Dans ses débuts, elle détestait simplement le fait d’être encore trop jeune pour le comprendre. Avec le temps, elle se laissa faire. Elle le laissait diriger. Il avait l'expérience et même si ses sentiments n’étaient pas ceux qu’elle voulait vraiment, elle l’aimait pour ce qu’il faisait pour elle. Derrière l’homme cruel, il y avait son mari et Aaricia ne pouvait se permettre de le perdre. Pour une fois, elle était lasse et fatiguée de se battre contre un homme. Quand Dagon ne voulait pas de sa présence, elle se retirait dans les appartements. Zachery venait l’embêter, mais derrière son cœur de garce et de sans cœur, se trouvait quand même une mère.

Ce matin là, elle s’était levée en réveillant la Seiche. Il l’avait attiré contre lui et elle l’avait embrassé dans le cou, avant que la domestique entre dans la chambre et Aaricia soupira assez fort pour se faire entendre. Elle se tourna vers la servante et planqua son regard noir dans celui de la femme. Qu’elle parle bon sang, elle n’allait pas attendre toute la journée. Comme si elle avait peur que la femme de la seiche l’étrangle d’un simple regard, elle déboula en mot.

Madame, le capitaine Harloi est en bas, il vous attend

Le seul matin, ou elle arrivait à avoir l’attention de Dagon on l’importunait. Quelle misère. Aaricia offrit un sourire à son mari et se retourna vers la servante qui quitta en vitesse la chambre. Sargon Harloi? Oh, elle l’avait presque oublié. Elle chassa la domestique et se leva pour s’habiller. Elle arrivait malgré tout à cacher sa grossesse. Elle était encore à quelque mois et il s’était arrondi au plaisir de son mari. Elle s’habilla délaissant ses robes qu’elle avait prit habitude de porter. Elle s’habillait avec des tuniques plus amples. Elle chaussa ses bottes et attacha ses longs cheveux. Elle embrassa la seiche avant de dévaler les escaliers en vitesse. Il lui avait murmuré quelques mots qu’il l’avait rendu heureuse. Elle était de bonne humeur. Une chance pour le Harloi.

Il est déjà parti, madame. Il a dit qu’il vous attendait sur la Veuve salée.

Quel homme impatient …

Aaricia attrapa un morceau de pain pour grignoter du château au Boutre. Elle prit son temps. Elle voulait voir si le Harloi oserait mettre sa Veuve à la mer. Il était bien capable, elle le savait. Avalant le rester son repas matinale, elle s’avança et monta sans problème. Elle n’eut même pas besoin d’un marin. Elle n’avait pas besoin d’aide. Elle refusa même qu'on l’aide. Elle regarda Sargon et eu un sourire. Heureusement que certain ne changeait pas.

J’avais oublié que la patience n’était point une vertu que vous aviez, Sargon.

Elle s’approcha de lui, mais gardait bien ses distances. Aaricia ne craignait que deux choses, ou plutôt deux personnes. Dagon Greyjoy et Sargon Harloi. Dans les derniers mois, elle avait perdu toute notion de temps. Elle se souvenait de Sargon Harloi. Il avait provoqué bien des bouleversements dans sa tête. La jeune Bonfrère n’avait pas su que dès lors, elle serait mariée à seiche Greyjoy. Maintenant que Dagon avait décidé d’occuper son épouse avec quelques leçons, elle n’avait jamais prévu voir comme professeur Le Harloi. À quoi jouait Dagon ou même Harlon? Elle avait des doutes raisonnables, mais encore cela la titillait. Dans quelques mois, elle serait confinée à Pyk, à attendre son héritier. Le fils qui sommeillait en son sein. Elle n’avait pas envie de jouer les aventurières stupides pour le moment. Mais Dagon ne pourrait pas la laisser ainsi sur les iles.

J’aurais pris la peine de vous avertir si j’avais choisi de faire autrement.

Les yeux de la Greyjoy s’assombrirent. Il faisait exprès. Il aimait quand elle était en colère. En fait, elle avait beaucoup plus de charme. Le regardant et répondant à son sourire arrogant. Elle lança tout bonnement.

Je ne porte toujours pas le Lady, je vous y autorise toujours, sauf en la compagnie de mon époux. Vous êtes aussi bien placée que moi, pour comprendre qu’on ne refuse rien à votre cousin. Il a pris ce qu’il voulait et voilà.

Du moins, si on ne voulait pas se faire démonter la tête. Aaricia le savait, elle l’avait vu. Le pauvre maitre d’arme. Elle en avait presque vomi de voir la scène à laquelle elle avait assisté. Le pauvre homme était devenu aveugle en tant de le dire. Il avait été de mauvaise humeur pendant longtemps, mais elle avait laissé tomber. Elle avait compris trois choses fondamentales. On ne refuse rien à la seiche, on ne contredit pas la seiche et on la contrarie pas. Voilà. Elle avait compris et ne jouait pas avec le feu. Quoique parfois c’était frôler la folie.

Je n’ai pas navigué depuis près de six années. Tout comme je n’ai pas mis les pieds sur un boutre depuis tant d’années. Bref, ce n’Est pas lui qui le demandait. C’est moi. Il vous a choisi et je ne saurais le dire pourquoi et il va que je vous accompagne aussi dans l’Ouest.

Harald avait beaucoup mieux à faire. Elle savait que son frère ne pouvait mieux l’aider. Elle le savait pertinemment. Si Euron Pyke avait été vivant, le batard aurait eu cette lourde tâche. Malheureusement ou peut-être qu’au contraire, le Harloi était heureux de la ravoir près de lui. Elle s’en méfiait. Elle et ses sentiments étaient facilement manipulables.






« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 7 Fév 2012 - 13:36

     La remarque de la jeune lady au sujet de la patience du Fer-né le fit sourire, il se contenta de hausser les épaules alors qu'elle s'approchait, sans pour autant oser réduire davantage la distance. Cela ne fit que l'amuser encore plus, avait-elle peur de lui ? Pensait-elle qu'il pouvait décider d'essayer de la charmer alors que son époux l'avait mis en garde contre sa jalousie ? C'était une possibilité, en tous les cas Sargon était persuadé que son cousin avait parlé de cet avertissement à son épouse, pourquoi aurait-il gardé secret qu'il avait menacé le Harloi de s'occuper de son cas s'il tentait ne serait-ce que d'approcher de trop près sa délicieuse femme ? Si Aaricia se tenait à une distance respectable, cela pouvait être autant pour sa sécurité personnelle comme parce qu'elle n'avait pas envie qu'il se fasse tuer à cause d'elle. La seconde possibilité lui plaisait bien davantage. Le jeune homme la regarda en silence alors qu'elle déclarait avoir été prête à le prévenir de son mariage, sauf qu'elle n'en avait pas eu l'occasion. Il la croyait bien volontiers, mais lui faire penser le contraire était bien plus amusant vous en conviendrez. Le regard de la demoiselle se marquait d'un début d'agacement, signe plus que visible qu'il n'avait rien perdu de ses talents à provoquer cette passion si recherchée. La jeune dame lui donna à nouveau l'autorisation de l'appeler par son prénom au lieu de devoir lui offrir du « lady » qui ne convenait pas du tout à la manière de faire du Harloi. Au moins les choses n'avaient pas beaucoup changées depuis leur dernière rencontre. Il soupira légèrement en l'entendant répondre que l'on ne refusait rien à Dagon, c'était bien vrai, mais il y avait toujours un moyen de contourner les règles. Il ne se gêna pas pour le faire savoir par ailleurs, bien à sa manière.

     ▬ Nul besoin de refuser, il y a toujours possibilité d'arranger les choses à sa manière par contre. »

     Son sourire ne le quittait pas alors que Yoren et quelques marins suivaient la scène en silence, regardant tour à tour la dame de leur suzerain, puis leur capitaine, comme s'ils craignaient que les choses ne dérapent. Mais bien peu se souvenaient qu'ils avaient déjà été rendre visite à la jeune femme alors qu'elle vivait encore sur son île natale, seul le second de la Veuve Salée en gardait quelques souvenirs. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'il restait attentif aux gestes de Sargon, prêt à lui poser sa main sur l'épaule lorsque le jeune homme pousserait le bouchon trop loin, puisqu'il n'y avait pas le moindre doute dans l'esprit du second, que cela allait arriver. Le Harloi était trop attiré par les flammes, il risquait de se brûler les ailes à force de trop tourner autour de l'épouse de Dagon, mais cela ne l'inquiétait pas outre mesure et Yoren veillait donc au grain à la place de son imprudent capitaine.

     La jeune femme reprit la parole pour expliquer qu'elle n'avait pas navigué depuis longtemps et que c'était elle qui avait demandé à pouvoir reprendre ses marques sur un boutre. Lorsqu'elle déclara ne pas savoir pour quelle raison son époux avait choisi son cousin plutôt qu'un autre capitaine pour lui enseigner ces quelques petites choses, les lèvres du jeune homme s'étirèrent encore davantage. Il savait bien pourquoi, même si on le traitait d'arrogant ou de vantard, il était un excellent navigateur et savait parfaitement comment manier sa Veuve Salée. C'était l'une des raisons, l'autre étant peut-être que Dagon espérait secrètement que le Harloi lui donnerait une raison de le tuer. Mais ce n'était pas encore arrivé, Sargon savait être discret lorsque le besoin s'en faisait sentir, la preuve personne ne savait encore que les deux jeunes gens s'étaient déjà rencontrés il y a un peu moins d'un an. Sentant sa bonne humeur refaire surface, le capitaine fut toutefois pris au dépourvu lorsque la belle déclara qu'elle allait devoir l'accompagner dans l'Ouest, parlait-elle de l'attaque dont Dagon lui avait fait état quelques jours plus tôt ? Il fronça légèrement les sourcils tout en répondant.

     ▬ M'accompagner ? La Veuve Salée n'est nullement un navire de voyage, mais un boutre de guerre. Qu'il vous confie donc à Harald puisqu'il semble avoir une telle opinion de son lord capitaine. »

     L'idée d'avoir Aaricia à ses côtés ne le gênait nullement bien évidemment, mais lors d'une attaque aussi importante que celle sur Port-Lannis cela signifierait qu'il devrait se montrer bien plus prudent qu'il ne l'était habituellement, tout comme il devrait veiller à la santé de la jeune femme. Le Fer-né s'éloigna de quelques pas, passant aux côtés de l'épouse de Dagon tout en la frôlant, l'air de rien, puis se pencha par-dessus le bastingage pour ordonner aux marins au sol de mettre le boutre à l'eau. Cela fut fait et rapidement les rameurs regagnèrent leurs places, rejoints par les marins qui montaient à bord alors que les vagues emportaient doucement le navire. Sargon se détourna du garde-fou pour s'approcher une fois de plus d'Aaricia et de prendre à nouveau la parole.

     ▬ Si votre époux m'a choisi, c'est parce que je suis un très bon marin tout simplement. Il n'y a aucune autre raison puisque d'après ce qu'il m'a dit à votre sujet lors de notre dernière rencontre, il n'est pas courant que nous nous connaissons. Du moins pas de la manière donc notre prise de connaissance s'est déroulée. »

     Une manière comme une autre de lui faire comprendre qu'il savait bien qu'elle n'avait rien dit de leur première rencontre. Était-ce par peur ? Il avait du mal à le concevoir pour être sincère, mais sait-on jamais, les surprises étaient parfois désagréables. Le capitaine s'éloigna finalement de la jeune femme pour faire signe à Yoren de s'approcher. C'était un excellent marin qui lui était fréquemment envié par d'autres capitaines et Sargon était heureux de savoir que l'homme lui était tout dévoué. Il discuta brièvement avec lui pour lui demander d'assurer la surveillance habituelle puisqu'il allait devoir se concentrer sur leur invitée, avant de l'abandonner pour faire signe à Aaricia de le suivre. Sargon traversa la Veuve Salée en passant par le pont qui se trouvait entre les deux rangs de rameurs, puis déboucha sur l'avant du boutre avant de se retourner vers la jeune femme. L'une des premières choses était de définir le cap et la vitesse de voyage, tout cela dépendrait de ce qu'elle dirait. Même si bien évidement le Harloi veillait derrière, hors de question de voir sa Veuve Salée abîmée par une maladresse.

     ▬ Je vous laisse le choix du cap, à vous de me dire à combien de degrés vous pensez que l'on doit tourner, quelle vitesse de navigation et si l'on doit lever la voile ou la laisser fermée. Je vous écoute ? »

     Il tourna ses yeux mordorés vers elle, bien évidemment son boutre était beaucoup plus petit que celui des Bonfrère puisqu'il n'était qu'un simple neveu de lord et nullement un héritier, sans quoi son navire serait bien plus grand. Mais la taille n'était pas un problème, qui disait navire plus petit disait aussi meilleure navigation et mouvements grandement facilités. Peut-être qu'elle trouverait cela amusant au final ? Il détourna brièvement son regard pour le lever vers le ciel et vérifier si les nuages filaient rapidement, le vent était assez faible pour l'heure actuelle, mais promettait d'augmenter avec l'avancée du jour. Après quelques secondes de silence, tandis que son invitée réfléchissait, Sargon s'autorisa le luxe de reprendre la parole pour l'interroger sur un autre sujet, tout aussi intéressant selon lui.

     ▬ Votre époux m'a l'air d'être très jaloux de ce qu'il m'a conté à votre sujet, dois-je en déduire que vous lui avez donné toutes les raisons du monde de ne pas me craindre, ou est-il tout simplement trop confiant à mon égard ? »

     Il ne disait pas clairement qu'il n'était pas contre l'idée de lui faire du charme, mais il ne le niait pas pour autant. Aaricia était bien assez futée pour comprendre qu'il ne serait pas assez stupide pour tout dévoiler d'un coup.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mer 8 Fév 2012 - 5:05

La jeune épouse du Lord suzerain des Iles fixait le Harloi. Il n’avait pas changé, mais elle avait été assez longtemps seule, pour dire que le Harloi lui avait quand même manqué. Oh certes, elle adorait le capitaine. Elle l’avait toujours apprécié en quelques sortes. Il aimait faire sortir son coté mauvais. Elle se souvenait fort bien comment il l’avait rendu furieuse. Et pourtant, il y avait Dagon. Dagon qui aurait bien pu officier de père, mais il était son mari. Les deux cousins se ressemblaient bien plus qu’elle le croyait. Les deux avaient le don de la mettre en colère quand il le voulait. Bref, elle n’était pas venue parler de son mari ou même faire des confidences au capitaine de la Veuve Salée. Elle avait un autre but.

Ou de vivre dangereusement …

Un sourire malicieux aux lèvres, la Greyjoy eut un sourire à l’intention de Sargon. Il vivait dangereusement, elle aimait ça. Il n’avait pas de règle et elle se souvenait que le Harloi adorait l’interdit, du moins il lui avait prouvé. Elle se rapprocha du capitaine et murmura à sa seule intention :

Vous savez à force de jouer avec le feu, on finit par s’y bruler. Même si cela est beaucoup plus amusant.

De toute manière, quand elle refusait de céder, Dagon lui crachait une menace qu’elle ne croyait pas. Il ne le ferait pas. Alors que s’il le ferait, il attendrait d’avoir son fils. Il était sérieux pourtant et Aaricia arrivait toujours à la limite de l’impossible. Elle était une tête brulée et aimait en quelques sortes le danger. Dagon ne le supportait pas. Surtout qu’il tenait trop à ce qu’elle portait en son sein. Elle aussi avait fait une drôle de tête lorsque son mari lui avait dit qu’elle accompagnerait Sargon. Sa joie s’était séparée en deux parties. La jeune Bonfrère qui avait existé allait certainement renaitre dans un coin de son esprit, mais la partie plus terre à terre et moins casse-cou, se refusait d’accompagner le Harloi, pour bien des raisons. Même si elle avait eu le choix entre Harald et Sargon, elle aurait pris le Harloi. Cependant, elle s’avouait que tout aurait été différent s’il n’était pas mort. Sombre pensée de comprendre que la mort venait toujours à bout de ceux que vous aimiez.

Harald n’a que faire de la femme de son Lord et à une flotte entière à s’occuper. Dagon ne participera pas et je n’ose pas m’imaginer sur la Sirène Noire. Mon frère est trop jeune et n’arrive certainement pas à votre cheville. Et mon oncle est mort après son retour sur les iles de l’attaque de Salvermer.

Un gout amer qu’elle ne digéra pas. Elle avait été près de son mari quand il avait succombé dans la forteresse de Pyk. Elle n’avait pas réussi à s’en remettre. Peut-être était-ce cette relation privilégié qu’elle avait avec le frère bâtard de son père. Peut-être était-ce la complicité qu’elle avait eue très jeune qui lui faisait regretter le manque de la mer. Elle était une femme d’eau. Il y aurait eu une autre personne, mais elle ne l’avait pas proposé à sa seiche. Une des capitaines des Boutres de Cormartel. Aaria savait que son frère avait été invité à faire la fête parmi les autres. La jeune épouse de Dagon n’avait pas apprécié, c'était un peu pourquoi elle avait insisté encore plus, quand le choix avait été fait. Dans un sourire qu’on pourrait traduire quelques peu sadique ou masochiste, elle répondit avec toute la franchise du monde.

Ou êtes-vous le seul capitaine qui n’a pas peur de moi.

Elle n’avait pas osé dire le seul capitaine qui n’avait pas envie qu’elle enflamme son boutre. Elle comptait sur Dagon pour l’avoir raconté au moins à tous ceux qu’il avait croisés. Aaricia la pyromane de boutre. Si elle avait brulé le sien c’était pour une raison bien à elle. Du moins, elle arrivait encore à se souvenir de l’indignation du prêtre.

Bien qu’il arrive à le masquer, il sait que j’ai été convoité par plusieurs seigneurs. Il n’est pas idiot. Je lui ai dit que je vous connaissais, mais j’ai le droit à une part de mes secrets et lui les siens.

Tout pour clairement expliquer que l’ancienne Bonfrère n’avait toujours pas oublié le baiser volé et celui qu’elle lui avait laissé prendre. Elle ne l’avait pas oublié. Elle savait que le capitaine s’en souvenait toujours. On n’oubliait pas le regard ou même le capitaine. Il était toujours là, et la troublait toujours autant. À la seule différence, qu’elle ne pouvait pas jouer les écervelés. Elle ne pouvait pas se le permettre. Surtout qu’elle essayait de se remettre des dernières semaines. Elle était souvent dans un état second et elle espérait que son expérience avec lui, pourrait lui redonner la mémoire sur des souvenirs qu’elle avait oublié

Bizarrement, elle avait été tétanisée par la réponse. Comme si les dernières années avaient tout fait pour effacer sa mémoire. Elle ne semblait pas capable de répondre à une question si facile.

Cela dépend de vous capitaine. Vous avez prévu faire un petit voyage de courtoisie dans les Iles de fer ou rendre visite au continent ? Bref, ne comptez pas sur le vent pour nous aider à nous rendre à destination pour le moment.

Belle avancée, elle avait répondu au moins, à deux questions sur quatre, dont une était toujours en instance de décision. D’une part, elle l’incitait à jouer le professeur et prendre les devant. Non qu’elle n’osait pas répondre. Elle détestait avoir tort. Avec Dagon, elle avait toujours la mauvaise habitude de détourner les phrases pour ne pas à y répondre directement. Heureusement le Fer-né ne semblait pas s’en rendre compte. Sargon était trop différente. Il verrait certainement la chose comme une réticence de donner une réponse. Surtout qu’il avait été capable de la détourner de sa réflexion.

Dagon est un homme jaloux et il ne le cache pas. Il m’a dit vous avoir raconté ce qui était arrivé au maitre d’arme de son fils qui m’entrainait. J’ose penser qu’il croit que vous ne tenterez rien de stupide, du moins, si vous tenez à vos Yeux autant qu’à vos mains.

Aaricia avait menacé le Harloi de lui couper lors de leur première rencontre. Elle lui avait sourit espérant qu’il se rappelle comment elle l’avait menacé, avant de finir dans ses bras. Le Harloi avait tout de même pris la liberté de profiter de la Bonfrère entre ses mains. Malheureusement les menaces de son mari finissaient par aboutir plus souvent que les siennes. Mais qui allait dénoncer le Harloi d’indécence ? Certainement pas ses marins ou son second et puis, Aaricia aimait en quelques sortes être courtisée, même mariée…




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 8 Fév 2012 - 14:24

     Vivre dangereusement était une chose, mais vivre prudemment n'en valait pas la peine. Du moins aux yeux du Fer-né qui ne comprenait pas l'intérêt que certains avaient pour une vie paisible et sans le moindre danger. Ce n'était pas vivre, simplement se contenter de laisser faire les choses sans jamais prendre sa vie en main, au moins en affrontant le danger Sargon avait-il le sentiment de diriger lui-même sa vie, comme il dirigeait la Veuve Salée sur les territoires à piller. Le murmure qu'elle lui accorda le fit tout autant sourire qu'elle, qu'était donc une brûlure, si ce n'était une trace indélébile de ce que l'on avait pu frôler ? Il avait pris le risque de lui voler un baiser jadis, alors même que le menaçait de lui régler son compte s'il se montrait trop familier. Et pourtant il était encore là, face à elle et la lueur qui brillait dans les prunelles de la belle, montrait clairement qu'elle s'en souvenait comme si c'était hier. Son but avait été atteint : elle ne l'avait pas oublié. Les lippes du capitaine s'entrouvrirent alors qu'il répondait d'un ton propre à lui.

     ▬ Au moins garderais-je un souvenir plus que visible de ma rencontre avec vous. A quoi bon rester prudent si cela retire toute sa saveur à un tel moment ? »

     Imaginer se trouver aux côtés de la belle Greyjoy sans même prendre la peine de lui accorder un regard, était une chose tout bonnement impossible. Ce serait comme d'imaginer qu'il puisse passer à côté d'une magnifique épée en acier Valyrien sans éprouver le désir de la posséder. Aaricia le savait bien et elle en jouait certainement, preuve plus que visible qu'elle n'était pas contre les attentions du Harloi. Si ce n'était pas le cas, elle en montrait pourtant tous les signes, ce qui ne faisait qu'attiser l'envie de Sargon d'obtenir plus que ce qu'il n'avait déjà eu de sa part. Il ne serait jamais rassasié, c'était un fait avec le jeune homme, lui donner ce qu'il souhaitait ne faisait que faire naître un nouveau désir dans son esprit. Un cercle sans fin. La voix de Aaricia se fit plus attitrée alors qu'elle parla de la mort de son oncle et du fait que Harald avait autre chose à faire que ce s'occuper d'elle. Comme si cela allait être à Trompe-la-Mort de s'occuper de toute l'attaque, il n'allait rien faire de plus que d'attaquer la flotte ennemie tout comme les autres capitaines. Ce n'était qu'un titre pompeux qui faisait bien rire Sargon et non de jalousie. Mais ses pensées noires furent à nouveau poussées par la parole de l'épouse de Dagon alors qu'elle avançait la possibilité qu'il soit le seul à ne pas la craindre. Amusante perspective, cela promettait donc qu'ils se revoient prochainement ?

     ▬ Harald n'aurait pas grand-chose de plus à faire que les autres capitaines de la Flotte de Fer, ce n'est qu'un titre pompeux destiné à flatter son égo. Ne me dites pas que vous lui portez la moindre importance ? Son regard se posa sur le minois de la jeune femme. Mais soit, si cela me permet de passer du temps en votre compagnie, je prendrais l'ordre avec plaisir. Un sourire se dessina sur ses lèvres. On dirait que votre époux vous pousse à me côtoyer. »

     Une simple provocation bien évidemment, Dagon ne pousserait jamais son épouse à rester dans les pattes de Sargon au risque de finir dans ses bras. Finalement elle expliqua que bien que son époux était au courant du fait qu'ils se connaissaient, il n'était pas pour autant au fait de leur bref échange plus intime. C'était une bonne chose, si tel avait été le cas le Harloi avait du mal à croire que son cousin l'aurait laissé passer plus de temps avec la jeune femme de toute manière. Le Fer-né ne répondit rien à cette déclaration, simplement amusé par le fait de savoir qu'elle avait gardé le « secret », peut-être par manque d'envie de voir son mari s'énerver pour une chose passée, peut-être parce qu'elle l'avait apprécié plus qu'elle ne le lui avait avoué ? Il préférait la seconde option. Redevenant sérieuse, la Greyjoy répondit alors à la question de son professeur sur la manière dont ils allaient quitter les environs de Pyk, elle avait semblé hésitante et il mettait cela sur un simple désir de lui prouver qu'il ne lui donnerait pas d'ordres, ce qui ne fit que l'amuser davantage. Hochant la tête, le jeune homme se tourna vers Yoren en lui faisant signe de donner les ordres à l'homme qui battait la mesure des rameurs, puis il reporta ses yeux mordorés sur son élève.

     ▬ Je dirais que nous pourrions aller aux abords de votre île natale, qu'en pensez-vous ? Un lieu familier où vous allez aisément retrouver vos traces, tout comme vos souvenirs, n'est-ce pas ? Cela sera certainement plus aisé pour vous. »

     Parlait-il de la navigation ou du baiser ? Bonne question, le sourire vaniteux qui flottait sur ses lèvres pleines n'aidait pas vraiment à savoir ce qu'il pensait de tout cela. Les rameurs gardèrent la même cadence lente pendant quelques temps, le temps qu'ils puissent sortir des courants qui se formaient toujours au bord des îles. Le Harloi changea de position, se glissant derrière Aaricia pour finalement s'installer juste à côté d'elle en lui donnant quelques détails sur la manière dont ils allaient naviguer.

     ▬ Ne jamais partir trop rapidement lorsque l'on quitte une île, il y a toujours le risque de tomber sur un rocher et d'abîmer les rames, sans rames un boutre n'est rien comme vous le savez bien. Le temps de prendre le bon courant et nous pourrons naviguer plus tranquillement. »

     Il était devenu très professionnel comme s'il se trouvait aux côtés d'une femme quelconque, mais dès que la jeune femme aborda à nouveau le sujet de Dagon, le regard du capitaine changea légèrement, se teintant d'une expression amusée. La jalousie, les deux cousins partageaient ce point de caractère, Sargon ne supportait pas qu'une femme qui lui appartienne – ou qu'il considérait sienne – puisse aller voir ailleurs. Deirdre en était un parfait exemple par ailleurs. Le jeune homme se souvenait parfaitement de la menace d'Aaricia lorsqu'ils s'étaient croisés, il leva sa main comme s'il voulait lui faire voir qu'il l'avait toujours, puis se pencha légèrement vers elle pour lui parler d'un ton plus bas. Le bruit des vagues contre la coque atténuait grandement ses paroles et les rameurs n'en percevaient donc rien.

     ▬ Il semblerait que je possède encore mes deux mains. Et votre époux n'a qu'un œil et semble parfaitement s'en tirer. Et peut-être serait-ce une manière de vous sembler plus séduisant puisque vous semblez plus sensible aux charmes de mon cousin qu'aux miens ? »

     Il savait très bien qu'elle n'avait pas choisi d'épouser Dagon et que cela lui avait certainement été imposé, mais c'était plus fort que lui, la déception qui l'avait brièvement habité lorsqu'il avait appris le mariage de la belle Bonfrère, s'était tout doucement transformée en un désir. Il avait décidé qu'il parviendrait à faire céder Aaricia, un jour prochain ou dans dix ans, mais il y parviendrait. Quoi que cela doive lui coûter. De plus, ce n'était pas comme s'il était déjà apprécié par Dagon ou même Harlon, cela ne ferait que renforcer l'hostilité qu'ils avaient déjà à son égard. Détournant ses yeux de la jeune femme, il les porta vers le ciel où des oiseaux volaient au-dessus d'eux. Le professeur reprit le dessus.

     ▬ Si nous devions nous rendre sur le continent, quelle approche conseilleriez-vous ? La rapidité et un rythme soutenu en changeant fréquemment les rameurs pour y arriver plus plus rapidement possible, ou le contraire ? »

     Des questions techniques le temps qu'ils puissent atteindre des flots plus profonds qui permettraient de faire quelques actions où Aaricia pourrait démontrer ses talents. De navigatrice bien évidemment.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Jeu 9 Fév 2012 - 16:06

Non, on n’oubliait difficilement un homme comme son mari ou comme le Harloi. Il avait été arrogant, mais jamais il avait tenté de la rabaisser. En fait, elle n’avait jamais compris pourquoi il avait agi comme cela avec elle. Tant d'hommes avaient essayé de la rabaisser seulement parce qu’elle était une femme. Dagon lui-même avouait parfois détester son caractère qui avait tendance à se rebeller. Sargon avait été arrogant comme elle les aimait. Elle avait toujours préféré piquer l’orgueil des hommes. En fait, c’était un jeu très amusant quand on y avait le temps. Aaricia l’avait fait quelques années. Amusée par le capitaine, elle murmura que pour lui :

L’interdit est tellement plus délectable. Tout comme les baisers volés n’est-ce pas …

Voilà un joli sourire à croquer et elle tentait le diable. Non, elle ne trahirait jamais la seiche. Elle aimait seulement avoir de l’attention et Sargon lui en donnait quand elle le provoquait. La jeune Greyjoy eut un sourire amusé. Elle pouvait prétendre posséder la plus grosse partie de la flotte. Car ce que peu de gens savait, était que l’inexpérience de ses jumeaux pour l’instant, l’aidait à mettre en valeur quelques talents de Cormartel. Les Bonfrère de Grand Wyk possédaient des bateaux encore plus gros que le Cruel. Elle n’éprouvait rien de particulier envers le Timbal. Elle le respectait comme tout fer-né sensé de ce monde. Mais bon d’un coté, elle se disait que même le surnom était quelques trop. Pour elle, les hommes étaient que de simple mortels et le Trompe la Mort, ne dérogeait pas de cette pensée.

Vous ferais-je de la peine si je portais en estime le Timbal ? demanda-t-elle avec un sourire tout à fait innocent. Bien avant Salvemer, je voulais retourner sur la Larme Noire. Quand il revenu, j’ai brulé mon boutre et cela a rendu Dagon noir de colère. J’avais cru que tout oublié commençait par la.

Elle avait envie de s’amuser. Le fer-né avait bien plus de patience qu’elle et elle trouvait cela amusant. Il prenait ses mots et s’amusait à lui rappeler les quelques heures qu’il avait passé sur son ile. À quoi Dagon jouait vraiment? Elle n’en avait aucune idée et c’était bien ce qui la tracassait. Qui allait se plaindre? Dagon ne l’entendait pas, Aaricia restait calme et Sargon eh bien lui …. Il en profitait. Elle aussi jouait ce petit jeu. Elle avait déjà voulu tester les limites du capitaine quand elle était célibataire, les tester de nouveau sachant qu’il pourrait subir le courroux à la fois de Dagon et Harlon c’était plutôt dangereux.

Je ne saurais vous dire, mais je suis certaine qu’au fond de vous vous n’avez rien contre cette idée.

Elle se retourna et se surprit à sourire de nouveau. Il n’essayait pas de la mettre hors d’elle. Au contraire, elle était heureuse de pouvoir s’amuser. L’allusion à ses terres natales était à la fois douloureuse et amusante. Ile de malheur et de bonheur. La jeune femme surveilla de près le capitaine lorsque celui-ci passa derrière elle. Elle était quelques peu méfiante avec les hommes. Elle n’oubliait pas les cicatrices, que la plupart des hommes qu’elle avait connus, lui avaient laissé ce sentiments. Elle se méfia aussi de Dagon. Elle lui montrait, car elle savait que lorsqu’elle avait fait un pas, la seiche en avait fait au moins dix. Cormartel restait son lieu de sérénité avant tout. Même si beaucoup de souvenirs s’y trouvaient. La jeune femme avait adorée et regrettée certaine chose.

Cap sur Cormartel alors, je suis sure que vous y trouverez aussi de bon souvenir.

Elle n'était pas sotte, elle avait compris une certaine allusion. À tout moment, il changeait. Il redevenait sérieux, puis il recommençait ses allusions. La nouvelle qu’elle l’accompagnait dans l’Ouest, ne l’avait pas autant sonné. Elle était heureuse, parce qu’elle n’avait pas envie de discuter des ordres de Dagon. C'était même inutile, si l’on se rappelait les trois principes de la seiche Greyjoy. Elle écouta attentivement le Harloi notant ce qu’elle avait jadis appris. Elle eut même un rire, lorsqu’il lui montra ses deux mains. Elle n’était pas si cruelle que l’on le croyait. Quand on trouvait ses points faibles et qu’on les exploitait on arrivait à ses fins avec elle.

Vous êtes fin observateur, je ne suis pas insensible à lui. J'ai de l’affection pour lui et pour son bâtard. Mais je ne reste pas insensible à vos charmes et vous le savez aussi bien que moi. Cependant, oserais-je croire que vous en êtes jaloux ? Que je ne sois point votre, mais à lui ?

Elle avait murmuré la dernière phrase à l’intention seul de Sargon. Elle aurait pu l’éviter, mais elle savait qu’elle affectionnait le capitaine. Par contre, elle était saine d’esprit, elle appartenait à une famille importante des Iles de fer. Sargon n’était qu'un capitaine. Rien qui rapportait aux Jumeaux. Malgré que la jeune femme avait toujours été la première dans l’éducation de ses frères, elle savait son père très pointilleux sur les futurs potentiels époux de sa fille. Le Harloi ne passait pas pour le père, il ne passerait jamais pour les fils du défunt Lord. Aaricia ne s’était jamais attendu aussi à épouser le seigneur suzerains des Iles. Elle avait eu la surprise de sa vie.

Je prendrais cette option, mais n’allons pas trop vite, car nous connaissons nos terrains, mais pas les leurs. Ce serait dommage d’abimer les embarcations.

Elle y allait de logique cette fois. Sargon avait le droit de ne pas être d’accord avec elle. Une vitesse constante permettait de ne pas trainer, mais en terrains ennemis, il fallait toujours faire attention. La n’était plus l’interrogation de la Greyjoy. Elle avait une pour le Harloi. Elle voulait une réponse et elle le connaissait pour savoir qu’il était de nature franche.

Pourquoi ne pas suivre les principes de l’Antique Voie et pourtant, votre oncle est le prêtre du Dieu Noyé le plus connu des Iles.

Elle ne comprenait pas ce comportement. Il y avait certainement une raison. Elle n’avait rien murmuré et encore moins rien caché. Elle avait croisé le regard du Second et elle sentit une mauvaise aura passer.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 10 Fév 2012 - 15:09

     Il était plutôt heureux de constater que la jeune femme n'était pas mortifiée à l'idée de passer un petit moment en sa compagnie, c'était un doute qui était passé dans son esprit pendant un bref instant il fallait l'avouer. Sargon avait beau être arrogant et vaniteux, il y avait certaines fois où il ne pouvait se persuader que les choses tourneraient comme il l'escomptait, la preuve en avait été avec Aaricia. Dès leur première il avait compris qu'il n'avait aucune chance de prétendre pouvoir l'épouser, lui le petit capitaine qui ne possédait aucun titre. Dire que son imbécile de cousin occupait la place d'héritier qui lui revenait pourtant de droit. Peut-être qu'avec ce titre futur, ses chances auraient été décuplées ? C'était une possibilité, mais rien ne servait de ressasser le passé, Aaricia appartenait désormais à Dagon et il ne pouvait changer ce qui avait déjà été écrit. Au moins Aaricia était-elle plutôt réceptive à l'idée de passer ces quelques heures en sa compagnie, le Harloi avait sincèrement cru qu'elle avait fini par le balayer de son esprit, pourtant il s'était assuré du contraire. Au moins savait-il désormais que c'était simplement un concours de circonstances et les sourires qu'elle lui offrait ne pouvaient le détromper à ce sujet, sans quoi elle aurait arboré un visage fermé comme Helya Botley dès qu'elle voyait le visage de son prétendant.

     Il répondit à sa pique au sujet des baisers volés, par un simple sourire, il était inutile d'en dire plus, le Harloi lui avait clairement fait savoir que le baiser qu'il lui avait pris sur la plage il y a plusieurs mois de cela, avait été agréable. La discussion glissa alors vers Harald tandis qu'elle lui demandait s'il se sentirait peiné si elle avouait le porter en estime. Pas vraiment. Chacun sa vision des choses, du moment qu'elle n'obligeait pas Sargon à penser comme elle, le reste importait peu. Alors que Aaricia abordait le sujet son boutre, le Fer-né avait entendu des rumeurs qui parlaient de ce qu'elle avait fait subir au navire à son retour de Salvemer, une véritable folie de l'avis du jeune homme, il aurait préféré mourir une seconde fois plutôt que de savoir que sa précieuse Veuve Salée puisse brûler s'il venait à mourir. Il avait beau être possessif, il n'en souhaitait pas moins que son boutre écume encore les mers longtemps après son trépas. Observant le minois de la jeune femme, il répondit.

     ▬ Je serais peiné uniquement si vous me disiez l'estimer plus que moi, surtout à cause de ce titre. Vous savez ce que je pense des titres.... Il lui avait dit, lors de leur première rencontre, qu'il faisait fi des titres et s'en moquait totalement. Mais promettez-moi que si je venais à mourir lors de la prochaine attaque, vous fassiez subir un bien meilleur sort à ma Veuve Salée qu'à votre Larme Noire. Un bref instant de silence alors qu'il répondait enfin à ce qu'il pensait de l'idée de la côtoyer fréquemment. On ne refuse rien à votre époux, vous l'avez dit vous-même. »

     Ce n'était pas comme s'il faisait cela uniquement pour faire plaisir à Dagon, c'était une simple excuse en réalité, Sargon se moquait éperdument de ce que son cousin pouvait bien vouloir et s'il n'avait pas eu à y gagner dans cette affaire, le jeune homme n'aurait jamais accepté. Jours les professeurs n'était pas son dada favoris. Il avait provoqué Aaricia en prétendant que ce serait elle qui s'occuperait de son boutre s'il venait à décéder, cela signifierait qu'elle serait beaucoup plus de lui que quiconque. Chose plutôt improbable au final, même si lorsque l'on regardait plus sérieusement, l'on constatait rapidement que le Harloi ne possédait aucun proche qui l'apprécie, ou même puisse l'aimer. Il se contenta de sourire alors qu'elle parla de bons souvenirs à Cormartel, c'était le moins que l'on puisse dire, mais il n'avait nul besoin de se rendre là-bas pour en profite pleinement. Dagon revint donc se dresser entre eux tandis que Aaricia expliquait avoir de l'affection pour son époux, c'était une chose qu'il ne parvenait pas à comprendre, non parce que son cousin était un homme bien plus âgé qu'elle, mais tout simplement parce qu'un mariage arrangé ne se basait pas sur les sentiments. Tout cela le dépassait, mais il ne put s'empêcher de laisser son arrogance reprendre le dessus sous la forme d'un sourire amusé, lorsqu'elle déclara ne pas être insensible à ses charmes. Pas assez malheureusement, pour lui céder totalement, à son grand dam. La belle s'aventura alors sur un terrain glissant en lui murmurant une question plutôt osée pour une femme mariée, mais il joua le jeu et posa ses yeux mordorés sur le beau visage de la jeune femme.

     ▬ La jalousie est l'envie et l'envie est un signe d'infériorité. Or mon arrogance me rend incapable de croire que votre mari m'est supérieur. Mais vous n'êtes pas tombée loin toutefois, peut-être qu'il y a un peu de cela, mais ce n'est pas le genre de questions que pose une femme comblée normalement. »

     Son ton était ironique, légèrement moqueur et surtout provocateur. Elle était heureuse en ménage ? Une bonne question, si tel n'était pas le cas et qu'il voyait un signe de défaillance, Sargon n'hésiterait pas à se glisser dans cette brèche. Seulement ce n'était pas vraiment envisageable. Aaricia s'amusait à ne lui répondre qu'à moitié, il faisait de même en laissant le doute planer sur un sujet qui avait semblé l'intéresser. Celle qui parviendrait à lui faire avouer son côté possessif n'était pas encore né ! Il détourna brièvement son regard pour parler d'un ton plus posé, bien que légèrement déçu.

     ▬ Vous n'êtes pas insensible à mes charmes, mais pas assez pour y succomber toutefois. Drôle de situation, je ne sais si je dois m'en réjouir ou m'en attrister, au moins si vous restiez de marbre je saurais à quoi m'en tenir. »

     Il était vrai que le manque de désir d'une femme se changeait difficilement, si l'épouse de la seiche avait été hostile à ses tentatives de séduction, il aurait cessé et tout serait redevenu normal, mais là... Les choses étaient si étranges que même lui ne savait ce qu'il fallait faire. L'avenir le lui dirait bien, en attendant il persistait, après tout Sargon n'avait rien à perdre. Aaricia se concentra, expliquant qu'elle prendrait l'option qu'il suggérait tout en allant lentement pour éviter de voir les boutres abîmés. Excellente réponse, sans compter qu'épuiser les hommes signifiait aussi prendre le risque qu'ils soient moins performants une fois le combat engagé.

     ▬ Excellent choix, nous verrons bien si cette décision nous portera chance lors de notre prochain raid. Espérons-le, vous serez à bord, la moindre erreur pourra s'avérer fatale. »

     Le paysage défilait rapidement alors qu'ils appareillaient pour prendre la direction de Cormartel où ils pourraient faire quelques mouvements basiques. Aaricia reprit alors la parole pour poser une question qui ne manqua pas de surprendre le jeune homme. Les personnes qui demandaient ce genre de choses étaient très rares, en réalité l'on prenait rarement la peine de connaître les raisons de Sargon à ce niveau. Il esquissa un léger sourire en haussant les épaules, répondant d'un ton léger.

     ▬ Parce que je ne veux pas me contenter de peu lorsque je peux avoir beaucoup. L'Antique Voie pose des barrières qui empêchent de faire certaines choses qui peuvent rendre riche. Je ne pourrais jamais devenir lord, je ne serais éternellement que le capitaine de la Veuve Salée et si je ne veux pas me contenter de disparaître des esprits dans quelques années, il faut bien les marquer non ? Les raisons qui le poussait à ce comportement étaient si multiples qu'il ne pouvait les résumer. Je vous l'ai dit. Je préfère la passion à la neutralité. Toutes les îles ressentent quelque chose pour moi, même si c'est de la haine, ils ne peuvent nier que j'apporte beaucoup à la maison Harloi. Les traditions sont faites pour évoluer, ne croyez-vous pas ? Il s'approcha légèrement d'elle. Les règles sont là pour être transgressées. »

     Parlait-il des règles qui disaient qu'un Fer-né ne devait pas toucher à la femme d'un autre Fer-né ? Possible. Il ne respectait pas les lois lorsque cela l'arrangeait. Libre à elle de deviner ce qu'il avait derrière la tête.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Ven 10 Fév 2012 - 18:13

Aaricia ne savait pas se qu’elle pensait du Trompe-la-mort. Elle le considérerait comme tous les autres, même s’il prenait toute prestige. Commandant de la Flotte de fer, ça se méritait, mais c’était aussi un titre très dangereux. Bref, n’ayant jamais raconté le Timbal, elle n’avait pas vu comment elle pourrait avoir une opinion. Elle qui jugeait rarement sur des ouï-dire. La petite Greyjoy estimait ses capitaines avant même ceux de son mari. Elle n’avait guère de préférence pour le moment. Elle observait et faisait mine de rien. La Greyjoy savait que les boutres n’étaient pas comparables. Il y avait des plus gros, comme des plus petits. Il y avait des capitaines d’expérience, comme le Harloi et certain encore qui devait faire leur preuve comme son frère. Alors que le Timbal soit davantage à l’avant scène ne lui faisait ni chaud ni froid. En fait, elle se demandait même à quoi il pouvait servir par moment.

Je me souviens très bien de ce que vous pouvez penser des titres. Le Timbal n’est que pour moi un capitaine de la Flotte de Fer au même titre que mon frère et que vous. Par contre, j’estime toujours certaine personne plus que d’autre.

Petit message que même si Dagon n’était pas enchanté de choisir Sargon, elle, elle était heureuse d’avoir quelqu’un qui ne la jugerait pas que pour la juger. Elle appréciait le Harloi et les raisons étaient quelques peu bizarre, mais cela la concernait elle.

Je n’abîme que ce qui m’appartient. Je vous conseille de rester vivant.

Si le Harloi mourrait ça ferait trop plaisir a Dagon ou même certains capitaine qui ne le supportait pas. Au contraire de la Bonfrère qui l’appréciait. Il y avait plus que son époux, mais elle ne connaissait pas les raisons qui avaient motivés le Harloi. Habituellement, on préférait l'éviter et elle restait seule. À Pyk, elle était presque un fantôme, quand Dagon n’avait pas besoin d’elle. Ce qui était rare, puisque la Seiche était plus souvent à Pyk. Bref, l’attaque de Port-Lannis serait une étape pour lui dégourdir les jambes quelques peu. Ce qui lui ferait du bien. L’action lui manquait surtout qu’elle pourrait voir son frère à l’œuvre.

Mais comme toujours et ce avec n’importe qui, la seiche s’installait dans le sujet de conversation. Il était toujours le sujet principal, quand il n’était pas la. Elle devrait l’oublier parfois. N’était-ce pas la raison pourquoi il l’envoyait faire ses preuves. Fin, elle préférait mettre les choses au clair. Oui, elle aimait Dagon, comme il l’aimait à sa manière. Elle le respectait et n'en faisait pas un plat. Le cousin que connaissait Sargon n’était pas celui qu’Aaricia connaissait en tant que mari. Il était bien différent et il n’y avait qu’elle qui avait le droit à cette relation bien spécial.

L’homme qui est votre cousin, n’est pas le même homme en tant que mari. Et je le sais parfaitement. Je suis une femme spéciale je me le permets voilà tout.

Enfin de compte, elle voulait seulement l’entendre dire de la bouche de Sargon qu’il enviait quelques peu la Seiche de la posséder. Dagon se fichait bien de ses sentiments, mais elle savait qu’un homme n’était jaloux que s’il tenait fermement à quelques choses. Il n’avait pas aveuglé le pauvre maitre d’arme, seulement pour son plaisir. Dagon possédait et n’aimait pas que l’on regarde ses possessions. Si tout aurait été différent peut-être aurait-elle dit oui à Sargon. Le capitaine savait pourquoi il n’aurait jamais sa main et ne l’aurait jamais eu, mais Aaricia éprouvait de l’affection pour les hommes qui ne tentait pas de la rabaisser parce qu’elle était une femme.

J’ai une affection particulière qui vous a été acquise lors de votre passage à Cormartel. Je ne puis y faire autrement. Je suis désolée. Vous ne me jugez pas comme les autres. Je l’apprécie. Dites-vous qu’il y a au moins une personne à Pyk qui vous apprécie vraiment et même plus.

Elle était assez nulle en sentiment. Un de ses gros point faible que Dagon prenait malin plaisir à exploiter. Elle était heureuse et malheureuse, mais peut-être pas au point de céder à des avances qui en disait plus long. Aaricia regarda le capitaine et regarda le large. Elle n’aimait pas qu’il cherche ses regards pour enfin redevenir sérieux et lui faire les leçons. Elle n’aimait pas. Mais bon, elle était la pour réapprendre. C’était le mandat de Sargon. Endurer la femme de la seiche. Peut-être qu’en suite, elle aurait le droit de monter sur la Sirène Noire. Elle aimerait bien se battre avec Dagon au moins un fois. Bref, elle ne connaissait pas ses intentions et se laissait toute attentive au instruction.

Vous êtes allé dans l’Ouest ?

Elle se rendait compte qu’elle ne connaissait pas beaucoup le continent. Tant mieux, puisqu’elle ne supportait pas leur gens. Elle avait tué la femme sel de son père qui venait du Conflans. La pauvre s’était adaptée à la vie sur Grand Wyk, mais quand le Lord était mort, elle l’avait rejoins grâce à Aaricia. Elle n’avait jamais supporté cette brunette qui avait pris la place de sa mère alors qu’elle avait à peine dix années. Elle se souvenait vaguement d’avoir été dans les terres vertes de ce qu’il appelait le Bief, mais autrement rien, c’était la première fois qu’on l’autorisait vraiment à se battre. Sinon, elle restait éloignée.

La suite plut à la Greyjoy. Il ne croyait aucunement lui cacher des choses. Il était agréable. Elle ne le niait pas. Oui L’antique Voie mettait bien des barrière, mais plusieurs capitaines n’étaient pas de bonne famille. Certains ne voulaient pas être reconnus.

Il en aurait été autrement. Sur l’Ile d’où je viens nul besoin d’être de bonne famille pour rester éternellement marqué.

Il y avait quelques différences sur ses Iles. Un mouvement qu’elle n’avait jamais très bien compris. Certains boutres survivaient toujours grâce à un autre. Certains avaient tendances à naviguer cote à cote et à aborder ensemble. Bref, elle n’avait jamais trop bien compris.

Elles sont faites pour évoluer. J’ose tout de même croire qu’avec Harlon comme oncle vous devez l’éviter souvent. Les règles peuvent être transgressés mais certaines comporte des risques et des conséquences plus graves.

Elle savait ce principe. Elle l’avait déjà fait et le regrettait encore parfois.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »


Dernière édition par Aaricia Greyjoy le Mar 21 Fév 2012 - 1:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Sam 11 Fév 2012 - 14:50

     Elle aurait éprouvé beaucoup de difficultés à ne pas se souvenir de son avis sur les titres, il lui avait assez clairement expliqué qu'elle soit lady Bonfrère – ou Greyjoy désormais – ou une simple roturière, cela n'y changerait rien et qu'il ne se gênerait pas pour prendre ce qu'il désirait. Mais les choses avaient légèrement changées, désormais même s'il comptait toujours obtenir quelque chose de plus poussé qu'un simple baiser, de la part de la belle demoiselle, Sargon devait veiller à son comportement. Dagon n'était pas un simple mari, il était le lord des îles de fer, son cousin et un très bon combattant. Il avait le soutient de presque tous les Fer-nés et ceux qui n'étaient pas derrière lui le respectaient tout simplement. Il aurait donc été tout bonnement impossible pour le Harloi d'envisager la possible de faire la cour à la jeune femme aussi clairement qu'il le faisait pour les autres demoiselles qui retenaient son attention. La situation actuelle était donc très différente de celle qu'il avait l'habitude de connaître, mais la récompense qu'il pouvait espérer était à la hauteur des risques. Au moins pouvait-il se rassurer en sachant que Aaricia n'estimait pas Harald plus que sa personne, même si elle ne le disait pas clairement. Il se contenta de sourire avec son éternel expression pleine de vanité.

     ▬ Me voilà donc rassuré. Reste à espérer que je sois du ombre de ceux que vous estimez. »

     Rien ne pouvait indiquer le contraire, mais elle laissait toujours planer une parcelle de doute comme si elle était désireuse de garder un certain mystère. Le jeune homme retomba dans le silence alors qu'elle expliquait n'abîmer que ce qui lui appartenait tout en lui conseillant de rester en vie. C'était une chose qu'il préférait aussi, mais des fois l'avenir réservait de drôles de surprises et le Fer-né ne pouvait pas être persuadé de survivre aux batailles à venir. Il suffisait simplement d'être au mauvais endroit au mauvais moment, de prendre un coup mortel et de rendre l'âme alors que l'avenir semblait nous réserver pleins de bonnes choses. Sargon partait toujours persuadé de rentrer debout sur sa Veuve Salée, mais rien n'indiquait que cela pouvait changer un jour. Il le saurait bien assez tôt. Seul le silence répondit aux paroles de la jeune femme.

     Elle reprit alors la parole en expliquant que l'homme qui était son cousin n'était pas le même que son époux. Il rigola légèrement à ces paroles, Dagon n'était jamais apparu comme le cousin de Sargon à ses yeux, ils ne nourrissaient aucune proximité, aucun lien familial, en réalité le jeune homme se sentait plus proche de Deirdre que de Dagon alors qu'elle n'était qu'une bâtarde d'une servante de Harlon. La famille n'avait jamais été le point fort du Harloi, il suffisait de voir la manière dont il avait réagi à la mort de sa mère, une neutralité et un profond agacement, voilà tout. Lorsqu'elle expliqua être une femme spéciale, le capitaine de la Veuve Salée opina du chef, c'était le moins que l'on puisse dire en effet, mais il restait à voir si cela lui porterait toujours chance. Pour le moment l'avenir lui avait réservé de belles choses, devenir l'épouse du lord des îles de fer n'était pas un destin offert à toutes les femmes. Quelques secondes de silence passèrent avant qu'il ne réplique.

     ▬ Je ne vois pas votre époux comme mon cousin, la famille n'a jamais été mon fort voyez-vous, je le vois simplement comme mon suzerain et rien de plus. Mais je confirme le fait que vous soyez une femme spéciale. C'est justement ce qui me plait autant chez vous. »

     Un compliment à sa manière alors qu'il regardait les vagues qui venaient se briser contre la coque du boutre, puis la voix de Aaricia reprit la parole alors qu'elle déclarait avoir une affection spéciale pour lui. Il resta de marbre sans tourner ses yeux vers elle comme si cela le laissait neutre, puis elle enchaîna en expliquant les raisons de ces sentiments, c'était tout à fait normal à ses yeux de ne pas la juger comme les autres, elles était spéciale, lui aussi, pour quelle raison se comporterait-il comme tout le monde à son égard ? Lorsque la Greyjoy termina en déclarant qu'au moins une personne l'appréciait à Pyk, il tourna ses yeux vers elle, le « même plus » lui semblait prometteur, mais des fois il en venait presque à souhaiter qu'elle l'eut repoussé tout simplement lors de leur première rencontre. Il aimait les défis, mais il aimait aussi parvenir à ses fins, ce qui ne semblait pas gagné d'avance pour l'occasion.

     ▬ Une personne et pas des moindres. Même si j'aimerais beaucoup savoir ce que signifie ce « et même plus » bien que je doute que vous acceptiez de m'éclairer à ce niveau. »

     Son sourire amusé montrait clairement qu'il se doutait qu'elle garderait une part de mystère juste pour l'embêter. Il inspira légèrement alors qu'elle lui demandait s'il avait déjà été dans l'Ouest. Bien évidemment. Dans l'Ouest, dans le Nord, dans le Bief et encore bien ailleurs, un capitaine de la flotte de fer ne pouvait pas faire grand-chose de plus que de naviguer, piller, voler et rentrer à son domicile ensuite. Certainement que Aaricia ne devait jamais être partie de chez elle, sauf peut-être pour quelques petits raids lorsqu'elle était jeune. Il hocha la tête en portant son attention sur l'eau qui défilait devant eux.

     ▬ Dans l'Ouest et bien ailleurs encore. Je navigue beaucoup, comme tous les capitaines. »

     Il était rarement à Kenning pour cette raison d'ailleurs. Il ne se sentait pas chez lui dans cette demeure et attendait impatiemment de pouvoir un jour quitter la demeure de sa mère pour pouvoir regagner celle qui lui était destinée, de part le nom qu'il portait. La demoiselle expliqua finalement que sur son île il ne fallait pas venir d'une bonne famille pour marquer les esprits. Certainement. Mais il fallait au moins cela pour prétendre épouser une jeune femme de bonne famille. Chose qu'il souligna d'ailleurs.

     ▬ C'est une bonne chose, mais pourtant il faut tout de même venir d'une bonne famille pour courtiser une noble dame. Si je veux espérer tirer mon épingle du jeu et épouser une femme qui vous arriverait à la cheville, je dois au moins avoir marqué tous les esprits. »

     Un sourire flottait sur ses lèvres alors qu'il parlait d'un éventuel mariage, ce n'était pas une chose qu'il écartait et il persistait à courtiser Helya Botley – à sa manière certes – dans l'espoir qu'elle finisse par accepter ce qu'il lui proposait. Aaricia était perdue à ses yeux, cela ne signifiait pas pour autant qu'il ne pouvait pas compter sur quelque chose qui pourrait lui être utile. Les Botley n'étaient peut-être pas aussi nobles que les Bonfrère de Cormartel, mais ils possédaient un bon emplacement. L'attention du capitaine fut détournée par les paroles de son invitée alors qu'elle parlait encore une foi de Harlon, il haussa simplement les épaules comme si cela lui était égal.

     ▬ Croyez-moi, Harlon aura bien d'autres choses à me reprocher que mon manquement à l'Antique Voie. S'il devait découvrir toutes les choses que je fais contre son autorisation, ce serait le dernier de mes soucis. Et puis, à quoi bon vivre si ce n'est pas pour vivre dangereusement ? »

     Il pensait à Deirdre en parlant des choses à reprocher, Harlon se montrait si hostile à leur relation qu'il aurait certainement tué son neveu à l'instant où il aurait appris ce qu'il faisait avec la bâtarde. Les paroles du capitaine furent atténuées par le bruit du vent qui se levait alors qu'ils approchaient de Cormartel dont la silhouette se dessinait non loin de là. Ils étaient arrivés, désormais c'était à la jeune femme de jouer. Regardant la demoiselle avec sérieux, il reprit la parole d'un ton plus professionnel.

     ▬ Bien, à vous de jouer, effectuez la manœuvre de votre choix, mes hommes sont prêts à obéir à vos ordres. »


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Dim 12 Fév 2012 - 15:18

Un sourire voilà ce qu’elle offrit au Harloi en guise de réponse. Il savait les traduire chaque fois. Elle avait parfois la langue bien pendue, mais elle appréciait le capitaine de la veuve Salée. Elle n’avait pas besoin de se répéter. Il aurait été un de ses choix. Mais il y en avait tant eu. Faire le contraire de ce qu’elle avait fait, elle n’aurait jamais rencontré le capitaine. Dagon serait peut-être venue la chercher quand même. Sa famille possédait plusieurs boutres, tous fidèles à la seiche, mais parfois les alliances politiques n’étaient que pour assurer une étroite surveillance. Non qu’elle veuille croire que Dagon pense que les Bonfrère auraient un jour ou l’autre douter de la seiche. Si le Greyjoy semblait fixer l’Antique Voie, comme unique but, son père en avait fait autant.

Elle ne connaissait pas autant Harald que Dagon ou Sargon. Elle préférait ne pas émettre des jugements trompeurs. Si Harald était devenu Amiral de la Flotte de Fer, Dagon avait ses raisons. À défaut de cerner le Trompe la Mort, elle préférait s’en tenir à autre chose.

Il y a de bonnes chances pour que vous le soyez, Sargon.

À quelle place? Elle ne saurait le dire. Le capitaine pouvait se le demander, elle ne dirait rien. À la différence de Sargon, Aaricia avait été brisé par la seiche. Son tempérament n’avait pas fait long feu. Harlon lui avait fait vite changer d’idée. Quand il lui avait avoué à demi-mot, avoir quand même une pointe d’affection pour elle, elle avait laissé tomber les armes. Il ne l’avait jamais frappé alors qu’elle lui avait donné toutes les occasions de le faire. Elle avait testé ses limites et aujourd’hui, elle obéissait, ou s’éloignait dans une tour, pour méditer. Elle ne demandait rien de plus. Ils arrivaient à faire avec.

Je crois que la notion de famille n’existe pas plus chez lui. Enfin de ce que je sais, sourit-elle avant de rire. Et qu’aimez vous tant chez moi ? J’ai un caractère exécrable, tout Grand Wyk vous le dira.

La seiche était un homme, comme elle pouvait en connaitre peu. Il avait une affection particulière pour son bâtard, un peu pour elle. La famille se résumait qu’à cela. Elle avouait être surprise. Par habitude, elle avait toujours été la plus détestable. Elle n’avait jamais été autrement. Limite elle avait son caractère à elle qui ne voulait que rien lui soit dictés. Elle voulait simplement avoir un certain contrôle de sa personne. Tout le monde à Pyk avait compris que la jeune Bonfrère avait un tempérament orageux et peu obéissant. Dagon avait fini par arriver au bout de ses peines. Parce qu’elle avait cessé de se battre, mais quand elle laissait tout passer, elle rageait intérieurement. Son caractère plaisait uniquement à des hommes comme Sargon ou encore Dagon. Les autres avaient bien mieux à faire que de l’endurer.

Vos regards en disent plus que votre bouche. J’ai connu bien des hommes qui n’arriveraient pas à votre cheville et à celle de la Seiche.

Sargon était arrogant. Elle aimait les hommes qui ne se laissaient pas prendre au sentiment. Elle les aimait encore plus quand il était plus fort qu’elle. Cela la poussait à l’être encore plus. Aaricia était une fervente admiratrice de l’arrogance, du sarcasme et de l’ironie. Un art dont le Harloi et le Greyjoy excellaient en maitre. Oui d’une quelconque manière elle enviait le capitaine. Elle, aussi, avait joint son oncle plus d’une fois. Dans le Conflans et dans le Nord, rien de plus. Son dernier avait été dans le Conflans, elle avait été sur le Boutre de son père, qui était davantage à sa place dans Cormartel que sur un boutre. Il avait ramené sa femme-sel qu’Aaricia avait tué sauvagement. La Bonfrère de l’époque n’avait jamais aimé cette femme qui avait pris la place de sa mère. Elle tenterait la même expérience, si une femme sel devait se pointer dans sa maison et surtout dans le lit de son mari.

La jeune femme éclata de rire. Sargon ne pas marquer l’esprit d’une femme? Elle avait des doutes raisonnables de croire qu’il se jouait d’elle. Et puis, comme il parlait, elle avait l’impression qu’elle était un trésor perdu. Il n’avait pas froid aux yeux et la petite Greyjoy encore moins : malheureusement. S’adressant à Sargon, elle remarquait les regards du second envers elle. Elle cherchait simplement à amuser le capitaine de la Veuve Salée. Elle n’allait pas lui faire courir un risque inutile. Elle l’appréciait trop pour que sa tête se retrouve sur une pique.

Jamais je vous comprendrais … Vous parlez de moi comme si j’étais un trésor perdu en mer. Au contraire, j’ai toute à leur envier. J’avais cru entendre quelques histoires de marin disant que vous courtisiez la capitaine de l’Amazone …

Douceur amère. Elle ne tenait pas à la rumeur, mais elle avait envie de piquer un peu le Harloi sur ses conquêtes. Helya était bien plus forte qu’elle. Une autre femme de caractère que la seiche appréciait beaucoup. Bref, c'était plutôt la Bonfrère qui n’arrivait pas à cheville de certaine femme. Elle n’était pas aussi dure que l’Amazone et encore de l’autre Bonfrère ou encore l’autre qu’elle ne se rappelait plus le nom. Elle n’était qu’une femme roc. Elle était certaine que les capitaines passaient bien avant elle, mais que grand bien leur fasse! C'était elle qui portait l’héritier de Pyk et n’avait pas l’intention de laisser son fils dans les mains de Harlon ou même son mari.

À quoi bon vivre si ce n’est que pour une vie routinière et simple.

Cormartel se dessinait déjà. La jeune femme était heureuse, surtout qu’elle savait presque tous les capitaines au port.

Aaricia se figea. Elle ne savait pas la suite. Quand elle était à bord de la larme noire, elle ne prenait le contrôle que lorsque son oncle abordait les navires. Dans le cas contraires, elle observait les vagues en fidèle admiratrice. Elle aimait bien les voir défiler. Elle n’avait jamais fait attention aux paroles de son oncle. Surtout qu’elle arrivait à se souvenir de la gaffe qu’elle avait failli faire un jour. L’idée de la refaire lui laissa un gout amer dans la bouche.

Je préfère que vous les dictiez, je ne veux pas être responsable de l’erreur.

Elle se détourna de Sargon se rappelant comment son boutre avait failli devenir avant d’être brulé. Une seconde d’inattention qui lui avait couté d’être gardée à Cormartel pendant quatre ans.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Lun 13 Fév 2012 - 14:45

     Il avait une chance pour être du bon côté de la barrière, le sourire de la jeune femme semblait confirmer une telle chose, bien qu'il restait toujours une part de doute permise. Mais pas chez Sargon. Le jeune homme était beaucoup trop arrogant et vaniteux pour envisager qu'elle puisse le considérer comme un capitaine lambda, il avait veillé à ce qu'elle ne l'oublie pas lors de leur dernière rencontre et la manière dont elle se comportait avec lui, les petits sourires qu'elle lui offrait, permettaient de balayer les quelques doutes qu'il pourrait y avoir dans son esprit. Aaricia ne cèderait peut-être jamais à la tentation d'aller voir ailleurs que chez Dagon, mais au moins pouvait-il se consoler en se disant qu'il avait réussi à s'insinuer dans son esprit et dans ses bons souvenirs. Le Harloi se contenta d'un léger sourire en guise de réponse, inutile d'approfondir le sujet, ils avaient dit ce qu'il y avait à dire. Elle arbora alors le sujet de la famille avec leur lord, il ne semblait pas en avoir une meilleure vision, cela n'était guère étonnant, sa mère lui avait toujours répété que les hommes qui avaient du sang Harloi qui coulait dans les veines, étaient condamnés à manquer d'attention et d'amour à l'égard de leurs proches. Elle était idiote et n'avait aucun intérêt, mais avec le temps le jeune capitaine avait commencé à croire qu'elle avait raison. Dagon était un Greyjoy, mais sa mère était une Harloi, peut-être qu'ils avaient davantage de points en commun qu'ils ne le pensaient ? Peu lui chalait, bien que cela serait une raison d'expliquer leur mésentente, deux caractères semblables s'accordaient rarement malheureusement. Ou heureusement. Cela dépendait des points de vue. Aaricia rigola d'un rire très agréable, dessinant une expression amusée sur le visage du capitaine qui la regardait tandis qu'elle lui demandait ce qu'il aimait chez elle. C'était si simple pourtant.

     ▬ C'est justement pour cela que je vous apprécie autant. Je pourrais vous retourner la question. Je suis un être arrogant, tous les habitants des îles vous le diront. Vous me ressemblez un peu au final. Peut-être est-ce aussi pour cela que vous m'intéressez... ? »

     Un homme arrogant, vaniteux et égocentrique était forcément intéressé par tout ce qui pouvait lui ressembler. Mais ce n'était pas pour cette raison que le jeune homme appréciait autant Aaricia, c'était à cause de son caractère, de sa manière de le défier et de céder juste assez pour lui donner envie d'aller plus loin, sans pour autant lui accorder ce plaisir. Sargon était comme un enfant à bien des égards, avoir une chose – une femme en l'occurrence – qui l'intéressait était un fait, mais dès qu'il obtenait ce qu'il voulait, le capitaine s'en lassait et allait voir ailleurs. Ce n'était pas sans raison qu'il courtisait Helya sans relâche alors qu'elle se refusait à lui, il aurait été bien plus aisé de proposer un mariage à une femme sensible à ses charmes. Le jeu du chat et de la souris. Aaricia faisait une souris parfaite qui savait éveiller son intérêt. Elle flatta d'ailleurs son égo en avançant que ses regards en disaient beaucoup, il était vrai qu'il ne se privait pas de lui faire savoir ce qu'il désirait par des regards appuyés alors que ses paroles disaient totalement autre chose. L'art et la manière de jouer double jeu, une chose qui n'était généralement pas appréciée sur les îles, mais il s'en moquait éperdument. Au moins l'avait-elle en bonne estime, c'était déjà cela. Yoren les surveillait, Sargon le sentait bien, mais il savait aussi que son second n'oserait rien dire que ce soit à son capitaine ou autour de lui. Il n'y portait donc aucune importance, trop concentré que le minois de Aaricia alors qu'elle riait une fois de plus en lui déclarant qu'elle ne le comprenait pas et qu'elle avait entendu parler du fait qu'il courtisait Helya. Son sourire s'élargit légèrement alors qu'il répondait d'un ton amusé.

     ▬ Je ne courtise pas Helya, je me contente de lui proposer un arrangement. Les Botley représentent un parti intéressant vu leur position sur les îles de Fer, c'est la seule raison qui me pousse à lui parler mariage. Il ne voyait pas Helya, seulement le port qu'elle avait. Puis son caractère jouait aussi bien évidemment, mais c'était un supplément. Vous par contre, vous possédez le caractère idéal, vous ne vous laissez pas marcher sur les pieds, vous êtes une femme de poigne et en prime, vous êtes un véritable plaisir pour les yeux. Je dirais que je n'ai rien à gagner et tout à perdre à essayer de vous faire du charme, pourtant je le fais avec plaisir. »

     Elle ne le comprenait peut-être pas, mais lui savait très exactement pour quelle raison est-ce qu'il restait toujours attentif au moindre de ses mouvements. Elle était un peu comme le supplément, le cadeau qu'il s'offrait de temps en temps, le plaisir de pouvoir charmer pour le simple fait d'avoir envie d'user de l'art de la séduction, même s'il n'y avait aucune récompense au bout. Pouvoir être avec elle en était une, d'une certaine manière. Enfin, ils étaient arrivés en vue de la demeure de la jeune femme, du moins celle où elle vivait avant et alors qu'il l'avait invitée à faire quelques manœuvres, elle sembla soudain se refermer comme une huitre et déclara ne pas vouloir être responsable d'une erreur avant de se détourner de lui. Une lueur de surprise passa dans le regard du capitaine alors qu'il comprenait qu'elle avait réellement «  peur » de donner des ordres qui provoqueraient une catastrophe. Il allait devoir la sortir de ce problème avant de pouvoir envisager de lui apprendre quoi que ce soit. Approchant d'elle, le Harloi posa sa main sur l'épaule de la dame des îles de Fer avant de s'adresser à elle.

     ▬ Ne me faites-vous donc pas confiance Aaricia ? Je suis là pour surveiller ce que vous faites, si vous donnez le mauvais ordre, je pourrais rattraper derrière vous si c'est ce qui vous taraude. Vous n'avez pas à avoir peur de quoi que ce soit sur mon boutre. Si ce n'est de moi. Et ce n'est pas le cas d'après ce que vous m'avez dit. »

     Il la regarda avec son éternel sourire flottant sur ses lèvres bien dessinées, puis lui fit signe de le suivre pour s'approcher du bastingage et regarder la mer. Elle était assez calme, les remous des vagues étaient à peine visibles et ils n'auraient donc pas trop de difficultés à naviguer. Il lui fit signe de le rejoindre et lorsqu'elle fut à ses côtés, le jeune homme désigna les flots.

     ▬ La mer est relativement calme, comme vous avez dit, nul besoin de déployer la voile et par conséquent, l'on peut se permettre et changer de cap sans trop d'inquiétudes. Il suffit de surveiller le vent. »

     Levant les yeux vers le ciel, Sargon désigna les nuages qui paressaient, ils ne bougeaient presque pas, signe que le vent n'allait pas se lever avant un moment. Le jeune capitaine s'éloigna alors du garde-fou pour interpeller le marin qui s'occupait de donner le cap au boutre, il lui ordonna de faire tourner la Veuve Salée de trente degrés par tribord, ce qui allait leur permettre d'entamer un cercle qui permettrait au navire de faire face à la route maritime qu'ils venaient d'emprunter. Mais il avait une idée derrière la tête. Plus loin, à une centaine de mètres, se dressaient des récifs, il fallait les éviter sous peine d'abîmer la coque, voir même pire. D'un ton calme, le capitaine devenu professeur annonça la couleur.

     ▬ Maintenant c'est à vous. Si vous ne faites rien, je crains que nous ne devions rentrer à la nage. Quel cap prendre ? »

     D'un signe de la main, il indiqua discrètement à Yoren de changer de cap si jamais la demoiselle ne se décidait pas. Lui ferait-elle confiance ? Espérons-le. En tous les cas, Sargon lui, lui faisait totalement confiance, elle savait bien que rien n'était plus précieux à ses yeux que son boutre et pourtant, il parlait de prendre le risque de l'échouer. Bluff ?


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mar 14 Fév 2012 - 4:22

Aaricia ne savait dire de plus au sujet du capitaine de la Veuve Salée. Elle remarquait même qu’elle l’appréciait pour les mêmes raisons. Elle n’était pas à prendre, mais elle aimait provoquer la jalousie de Dagon. Aaricia aimait la possessivité que le fer-né arrivait à avoir avec elle. Elle aimait comment il agissait quand elle se rebellait contre lui. Dagon passait parfois ses colères, contre elle, mais la jeune femme de la seiche le laissait faire. Il pouvait avoir tous les raisons du monde de la détester, elle avait plus de chance de survie que la Seiche. Quoiqu’à force de faire des idioties, elle aurait la tête dévissée par son propre mari.

La jeune femme savait ce qui animait ses sentiments. Le caractère de Sargon était tel le sien avant d’être la première dame des Iles de fer. Elle était comme lui. Elle se fichait bien de ce que l’on pensait d’elle. Elle était bien comme cela. Elle ne se laissait pas dicter la marche à suivre. Elle arrivait à tenir tête à certain hommes, mais d’autres non. La preuve étant que devant la Seiche d’Or, elle se faisait toute petite. Aaricia ne voulait pas l’avouer. Elle savait faire taire ses sentiments, mais aimez deux hommes s'étaient tout sauf gérable. Sargon ressemblait beaucoup à Dagon bien que l’un tout comme l’autre ne l’avouerait jamais.

Ou peut-être est-ce aussi le fait que me côtoyer vous met dans une position dangereuse. Lança-t-elle en fixant le second de Sargon. Ce que j’aime chez vous … eh bien … je dois avouer que j'aime vous voir trop sur de vous. Mais vous me ressemblez assez pour que je ne vous déteste pas.

Aaricia savait qu’elle occupait une partie de la tête du capitaine. Lui, il arrivait bien à s’être insinuée dans son crane. Semer le doute sur ses sentiments. Ses regards qui la dévisageaient. Il avait réussi. Elle se souvenait avoir réussi à le vaincre quand il avait pris le chemin de Cormartel. Avait-il vraiment fait exprès? Surement, il aimait la voir sortir de ses gonfles. Qui n’aimait pas ca … Dagon la trouvait éreintante, mais il s’employait toujours à la tester. Bien que son niveau de patience ait diminué très fortement avec le temps. Elle n’était plus la petite enfant que la Seiche avait épousé. Elle était devenue la femme qu’il voulait voir. Elle l’avait fait pour elle.

Un sourire se dessinait sur ses douces lèvres. Il l’amusait quand il le voulait. Elle était exécrable. Une enfant pourrie gâtée qui avait toujours réussi à obtenir ce qu’elle voulait. L’arrivée de Sargon à Cormartel l’avait distraite. Il la regardait différemment, même si derrière, il y avait toujours un homme de caché. Elle aimait ce jeu et la Greyjoy était trop fière et fidèle pour tomber dans une relation autre que celle qu’elle partageait avec son mari. Dagon était une exception. S’il ne l’avait pas prise, elle aurait peut-être pris la peine de se laisser tenter par les regards de Sargon.

Vous n’avez qu’à gagner quelques heures au plus, avec moi. Ce qui est loin de me déplaire et certainement ne vous déplait pas.

Aaricia avait un don de se remémorer les choses. Elle savait qu’il lui suffisait d’un seul faux mouvement pour provoquer une catastrophe. Elle s’était crispée jusqu’à ce qu’il pose sa main sur son épaule. Ce n’était pas une question de confiance en lui, mais plutôt en elle. Quel calvaire se fut. Elle le regarda gravement concentré à ne pas provoquer de cataclysme comme elle l’avait fait avec la Corne Noire. Il n’y avait qu’elle pour réussir à démolir un boutre. Elle avait percé la coque jadis, ce qui avait rendu furieux le Lord Bonfrère. Il l’avait confiné dans la forteresse sans qu’elle puisse défendre sa manœuvre. Elle suivit le capitaine dans un silence quasi religieux avant de le regarder les yeux ronds. Il faisait- exprès? Restez dans cette position condamnait la veuve à passer entre les rochers, alors qu’il était facile de les contourner sans nécessairement s’éloigner. Elle fixa Sargon quelques secondes, avant de dire d’un ton ferme à la seule intention du capitaine:

À bâbord ! Si vous continuez dans cette position, vous condamnez la Veuve à passer entre les rochers. Nous pouvons facilement les contourner sans nous éloigner de l’Ile. Si mon boutre n’y passait pas voila quatre, le votre finira en morceau.

Elle connaissait ses iles natales et surtout ce coin. Elle avait cru qu’elle arriverait à passer, mais la coque avait fini par être percée. Heureusement le port n’y était pas excessivement loin, elle l’avait atteint, mais quand son père avait constaté les dégâts, il avait été d’une sale humeur. Elle n’avait jamais remis les pieds sur la Corne noire, ou même la larme Noire.

La jeune femme déglutit, attendant la confirmation du capitaine. Elle n’était pas réellement d’humeur à jouer. Elle vivait au rythme qu’on lui imposait ainsi que son tempérament plutôt orageux et inconstant.


Spoiler:
 




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 14 Fév 2012 - 17:20

     Elle avait raison, il n'était pas contre l'idée de passer un petit moment avec elle, bien au contraire, cela avait même été la seule raison qui l'avait poussé à accepter la demande de Dagon. Sargon n'était pas un homme patient, il n'était pas vraiment capable de pouvoir apprendre des choses à quelqu'un qui n'avait rien à lui apporter, pour enseigner il fallait avoir la patience et le calme nécessaire pour prendre le temps de développer ses explications. Si un jour le Harloi avait un héritier, il prendrait sur lui et tenterait de lui enseigner les rudiments de la navigation, même si c'était une chose qui était ancrée dans les gènes et ne s'apprenait pas en un claquement de doigts. Cela dit, ce n'était pas demain la veille qu'il aurait à songer à ce genre de détails et le jeune homme devait donc se contenter d'essayer de tout expliquer à Aaricia. Elle n'y mettait pas vraiment de bonne volonté et semblait sincèrement hostile à l'idée qu'il puisse lui laisser les commandes, mais si le Fer-né avait accepté quelque chose, il le faisait jusqu'au bout. Le capitaine de la Veuve Salée ne laisserait pas son invitée quitter son boutre avant d'avoir effectué quelques manœuvres elle-même, c'était comme cela et pas autrement, que cela lui plaise ou non ! Sa patience risquait d'être mise à dure épreuve, mais au moins pourrait-il en profiter pour discuter avec elle. Le plaisir pouvait aussi être dans le devoir après tout, non ?

     Aaricia l'avait regardé avec gravité lorsqu'il avait parlé de lui laisser les commandes, puis désormais, elle le dévisageait avec des yeux ronds comme s'il venait de lui dire la pire sottise qu'elle puisse avoir entendu. Une telle expression le fit sourire, puis rire alors qu'elle le fixait avec insistance pour finalement daigner lui expliquer la raison de ce comportement. Bien sûr qu'il condamnait sa Veuve Salée s'il gardait ce cap, c'était à elle de faire quelque chose pour l'éviter ! Il plaçait la « vie » de son boutre entre ses mains fines et sur ses frêles épaules, que cela lui plaise ou non. Soupirant alors qu'elle s'obstinait à lui dire uniquement à lui ce qu'il fallait faire, Sargon s'approcha d'elle pour se placer à quelques centimètres de la jeune femme comme s'il comptait lui faire la morale, puis d'un ton bien plus calme et compatissant que ce qu'il avait l'habitude d'emprunter, le Harloi lui répondit.

     ▬ Oui, vous avez tout à fait raison. Si nous continuons sur ce cap, la Veuve Salée sera éventrée de la proue à la proue et nous n'aurons qu'à nager jusqu'à chez vous ! Pourquoi est-ce que vous hésitez autant ?! Il secoua la tête en signe d'incompréhension avant de détourner son regard de la jeune femme, puis d'interpeller l'homme qui s'occupait du cap. A bâbord tu as entendu ! »

     Celui-ci hocha la tête avant de s'exécuter, le boutre obéit aussitôt pour changer de direction et éviter les récifs sans trop de difficultés. Il n'y avait pas grand-chose qui pouvait représenter un danger « mortel » pour un boutre, seuls les récifs pouvaient briser la coque, le reste était sans importance. Haut-fond, bas-fond, les navires des Fer-nés étaient capables de voyager où bon leur semblait ce qui ne faisait que renforcer le sentiment du capitaine que la mer appartenait à son peuple et personne d'autre. Voir une femme aussi « Fer-née » que Aaricia, craindre de donner un ordre le dépassait donc. Bien décidé à la faire sortir de ce blocage, le capitaine l'attrapa une fois de plus par les épaules pour la secouer légèrement, juste assez pour attirer son attention et qu'elle le regarde, puis il prit la parole d'un ton on ne peut plus sérieux.

     ▬ Est-ce que vous êtes une Fer-née ou une dame du continent ? Avez-vous peur de naviguer ?! Comment pouvez-vous laisser passer la chance de diriger un boutre alors que vous ne vous gênez pas pour diriger les hommes lorsque vous êtes à terre ? C'est la mer votre territoire Aaricia, par le reste. »

     Il la lâcha, le jeune homme ne se sentait jamais aussi bien et sûr de lui que lorsqu'il était sur le pont de sa Veuve Salée si appréciée. Il n'y avait qu'à voir le nombre de jours qu'il passait en mer à côté du nombre de jours passés sur les îles, le calcul était vite fait. Si Aaricia voyageait, peut-être qu'ils seraient même amenés à se rencontrer plus souvent, qui sait. Le fait de la pousser à voguer de temps en temps lui permettrait peut-être de quitter l'enceinte de Pyk, à moins qu'elle ne se soit transformée en bonne épouse dévouée qui ne demandait rien de plus que contenter son mari et travailler à l'éducation de ses futurs enfants ? Peut-être, allez savoir, il ne connaissait que la Aaricia Bonfrère, pas la Greyjoy, Dagon lui avait clairement dit avoir maté le caractère de la belle pour la rendre plus docile. Une brève expression de déception passa sur le visage du Harloi alors qu'il s'éloignait de quelques pas pour regarder les flots une fois de plus. Yoren attendait assez loin de là, regardant la scène en silence.

     ▬ A moins que vous ne soyez devenue l'épouse idéale et que la vie d'une simple femme au foyer vous sied ? J'avoue que j'avais imaginé que l'occasion de pouvoir reprendre la mer vous apparaîtrait comme une oasis dans le désert... Je me suis certainement trompé. A votre sujet peut-être même. »

     Puisqu'elle ne réagissait pas lorsqu'il lui demandait de faire la manœuvre, il allait agir comme il en avait l'habitude : en la manipulant pour la pousser dans la bonne direction. Il avait réussi la fois précédente, alors pourquoi pas cette fois encore ? Faire croire qu'il allait peut-être changer d'avis sur sa personne alors qu'il venait clairement de dire qu'il la considérait comme la femme idéale allait peut-être la faire réagir. Sargon l'espérait du moins. Son ton avait eu l'air déçu, il ne l'était pas, mais si cela renforçait ses paroles, il n'allait pas hésiter une seule seconde. Un bref instant de silence alors qu'il inspirait l'air du large, puis se retourna pour faire face à Aaricia, dos contre le bastingage.

     ▬ Montrez-moi que la Aaricia que j'ai rencontré à Cormartel existe encore. Faites en sorte que la Veuve Salée soit prête à accoster sur la plage de votre île. »

     Il ne lui laissait pas vraiment le choix pour le coup.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mer 15 Fév 2012 - 5:19

Aaricia se faisait petite pour ne pas passer pour incompétente. Mais elle se demandait si le capitaine de la flotte de fer faisait exprès de la mettre mal à l'aise ou seulement qu’il voulait vraiment mettre sa Veuve Salée dans de sale drap. Cormartel à une certaine hauteur était parsemer de rocher. Par expérience il fallait les contourner et rendu au petit ilot rocheux, il fallait faire un petit virage à tribord afin de se rendre sur la plage de l’ile. Sargon ne faisait que la sortir de sa torpeur. Elle était dans un second état et se retenait de le gifler correctement. Il était malade, de faire ca! Après si elle ne faisait rien, elle allait lui devoir des comptes, mais la fer-né était trop orgueilleuse pour avoir la langue de sa poche. Elle s’obstinait à vouloir, ne rien dire. Elle ne voulait pas paraitre mauvaise joueuse. Elle voulait apprendre, du moins réapprendre ce qu’elle avait déjà su. La jeune femme se retint de ne pas pester devant le capitaine. Elle préférait s’en tenir qu’a ses intentions.

Pourquoi, elle hésitait? Elle n’avait aucune idée. Cormartel était un peu le début de ses cauchemars. Si elle avait arrêté de naviguer c’était à cause de son père. Sa mère quittait souvent la maisonnée pour faire les raids aux coté de la Larme Noire et de la Vierge Rouge. La Corne Noire avait été un emblème de la maison, même s’il fut brulé sur les iles de Pyk. Aaricia avait peur de recommencer et Sargon ne pouvait pas comprendre ce qui ce passait réellement. Il voulait vraiment qu’elle le gifle!

Sur le moment, l’ancienne Bonfrère avait envie de tuer le capitaine qui l’avait secoué. Il la comparait à ses folles que les hommes prenaient plaisir à prendre comme maitresse! Prise par l’orgueil, elle se raidit. Non! Elle n’était pas l’épouse idéale. Elle était une sacrée peste! Elle était détestable et elle ne prenait pas le temps d’être agréable avec quiconque. Sargon la piquait au vif. La comparer à ces folles de greluches du continent. Elle n’Avait rien de ces femmes. Elle aurait pu être un homme et personne n’aurait remarqué. Lentement le passé de la capitaine de la Corne Noire revenait, mais elle ne devait pas se laisser tenter.

Je vous interdis de me considérer au même titre que les greluches que vous prenez plaisir à amener sur nos terres.

Ses dents avaient grincés en parlant. Elle n’était pas une femme des contrées verte. Et pourtant, elle ne voyait pas le jeu du Harloi qui tentait de sortir son coté orgueilleux. Il jouait parfaitement le jeu et Aaricia était complètement floué. Elle avait été prise dans le piège du capitaine sans s’en rendre compte. Il lui donnait une version puis il changeait. Aaricia détestait cela. Surtout qu’il la considérait comme une épouse idéale. Oui, elle y jouait, seulement pour avoir Dagon dans son camp. Dans le cas contraire, elle se laissait faire. Le pauvre capitaine n’avait pas fini de souffrir.

Osez dire encore une parole du mon sujet et je vous faire couper la langue de me comparer a une femme du continent ou encore à une épouse idéale.

Ne voulant pas répétez son exploit de se promener entre les récifs, elle fixa durement Sargon et se détourna de lui d’un air arrogant. Il voulait qu’elle dicte, elle allait le faire. Elle allait lui prouver qu’elle n’était pas loin et peut-être même pire qu’il pouvait le croire. Elle avait du caractère qu’elle avait bien enfouis en elle. Elle l’avait fait pour survivre à Pyke. Elle savait que sa vie tenait à un fil. Un fil bien mince, si ce n’était de la seiche. Elle aurait la tête coupée. Il l’avait averti. Première idiotie et elle finirait comme

Quarante cinq degré à Bâbord. Attention, les eaux sont quelques peu traitres ici.

Elle avait parlé avec un certain détachement. Elle ne voulait pas se sentir idiote. Elle n’accordait pas de regard à Sargon, il la blessait dans son égo uniquement pour la faire sortir sous son vrai jour. Il fallait qu’il la pique au vif, mais il avait eu de la chance qu’elle ne le veuille pas le défier sur le boutre. Il était simplement chanceux. Elle avait parlé plus fort et avait complètement ignoré Sargon alors que son regard croisait celui de Yoren. Elle avait certainement bien anticipé. Le second lui souriait comme si elle avait eu raison. Le boutre prenait la direction de Cormartel avait une bonne vitesse. Remarquant les ilots de roches, elle su par expérience qu’elle arrivait enfin à bon port. La Veuve Salée était en bonne position. D’un air arrogant, elle passa devant Sargon et attendit que le boutre ait assez de place pour faire sa rotation à tribord. Il lui fallait attendre. Si la Corne Noire passait à peine entre eux, il y avait bien des chances que celui du Harloi n’y passe pas du tout.

Comme si elle avait retrouvé son enthousiasme d’antan, elle respira l’air frais d’être libéré de ses démons. Elle reconnaissait au loin, les voiles bleus des Sparr. Il y avait une voile rouge, sur un petit boutre : la Vierge rouge. L’autre voile était plaqué des armoiries Bonfrère. La Larme Noire était accostée auprès de sa sœur. Lorsqu’ils naviguaient au temps d’Euron Pyke. La capitaine était sa maitresse, mais le Batard ne vivait plus. Lorsqu’elle fut en meilleure position sachant qu’aucuns rochers ne pourraient heurter la coque, elle fit tourner le boutre à Tribord en direction de la plage. Sargon n’existait plus. Elle était le capitaine de la Veuve salée. Le boutre vint prendre place au même titre que les autres bateaux de Cormartel sur la plage et la dame de fer se tourna vers le capitaine un sourire malicieux aux lèvres. Elle avait réussi sans problème. Il faudrait qu’elle recommence, mais elle savait ou cela serait plus dur. Elle approcha très près du capitaine et lui murmura à l’oreille :

Suis-je une fer-nées ou une simple dame du continent, coqueluche de grand Lord ? À vous de répondre. …

Elle lui souriait espérant qu’elle en avait fini avec son passé. À force de remuer les choses elle faisait des bêtises. Sargon l’Avait seulement provoqué. Il l’avait rabaissé pour provoquer sa colère. Dagon aussi faisait cela, mais Sargon avait des comparatifs qui la piquait encore plus au vif




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 15 Fév 2012 - 14:25

     Le résultat était au-delà de ses espérances, Sargon avait croisé les doigts pour que sa provocation touche la jeune femme au vif, mais loin de se contenter de donner quelques ordres, Aaricia trouva une soudaine hostilité à son encontre. Alors qu'elle lui disait clairement qu'il n'avait aucun droit pour la considérer comme une femme du continent, le jeune homme ne se départit pas de son sourire. Visiblement il avait touché le point sensible. C'était comme avec Elyn au final, les Bonfrère semblaient être des femmes qui supportaient très difficilement de se faire comparer aux habitantes du reste de Westeros. Elle avait l'air remontée au possible et lorsque la femme de la Seiche le menaça de lui faire couper la langue s'il avait encore l'audace de l'insulter de la sorte, le Harloi ne put s'empêcher de laisser son sourire s'élargir. Le résultat était superbe, s'il avait su qu'il suffisait de la provoquer pour qu'elle réagisse aussi promptement, il l'aurait fait depuis le début ! Ils échangèrent un regard alors qu'elle le fusillait de ses yeux clairs comme si elle allait le tuer, visiblement la jeune femme n'avait absolument pas flairé le fait qu'il était en train de la manipuler pour la pousser dans la direction qu'il voulait. Une fois de plus, ce n'était pas par un comportement agréable et des sourires en coin qu'il avait réussi à obtenir ce qu'il voulait, mais bien avec sa langue et des mots choisis avec attention. Et après l'on osait dire que la manipulation n'était pas digne d'un Fer-né ?

     Le jeune homme resta silencieux, appuyé contre le bastingage et fixant la Greyjoy qui donnait des ordres, les ordres que lui-même aurait donné en temps normal. Son sourire restait collé à ses lippes alors qu'Aaricia ne lui accordait pas un seul regard comme s'il était invisible, certainement vexée par les paroles qu'il venait de prononcer et les propos qu'il avait tenus à son encontre. Un mal pour un bien, cela ne faisait pas plaisir au Harloi de traiter ainsi la demoiselle, elle valait largement mieux que les femmes du continent, mais visiblement il fallait la vexer pour qu'elle réveille la Aaricia qui sommeillait en elle. Yoren était satisfait lui aussi, il esquissa quelque chose qui s'approchait d'un sourire et manifestait le plaisir de voir que leur invitée avait décidé de prendre les rênes, puis le second se tourna vers le marin responsable de la direction du boutre et lui fit signe d'obéir aux ordres. La Veuve Salée tourna alors, suivant les ordres de son capitaine provisoire, puis emprunta la direction de Cormartel à vitesse constante alors que le Harloi restait immobile, laissant la jeune femme prendre la direction des opérations. Elle pouvait s'en sentir honorée, ce n'était pas tous les jours que Sargon accordait l'autorisation, à une autre personne qu'un membre de son équipage, de diriger son boutre. Même Yoren n'avait eu cet honneur que deux fois depuis qu'il travaillait pour lui, ce n'était pas peu dire. La Veuve Salée réagissait parfaitement, entamant un virage à tribord pour prendre la bonne position afin d'approcher de la plage visible de leur emplacement actuel. C'était un boutre bien plus petit que celui de lord Igon par exemple, mais cela permettait une meilleure maniabilité et la Veuve Salée était la fierté du jeune homme.

     La plage approcha rapidement sans que l'inquiétude de Sargon ne monte, Aaricia avait l'air de savoir parfaitement ce qu'il fallait faire, chose qui se confirma lorsque le boutre vint accoster sur les rocailles mêlées au sable, se positionnant aux côtés des autres boutres de la maison. Le sourire du Harloi ne s'était pas envolé alors même que la jeune femme se tournait vers lui en arborant une expression qui semblait montrer qu'elle était plutôt fière d'elle. Il y avait de quoi. Tout s'était parfaitement déroulé et la Greyjoy avait su s'en tirer haut-la-main et sans le moindre dégât. Tandis qu'elle s'approchait pour lui murmure quelques mots à l'oreille, il rigola légèrement, haussant doucement les épaules, puis posa ses yeux mordorés sur son visage.

     ▬ Je dirais que vous êtes la Aaricia que j'ai connu. Votre époux m'a mentis, il disait avoir réussi à mater votre caractère rebelle. Je suis heureux de constater que c'est bien loin d'être le cas. »

     Il ne lui avouerait pas l'avoir provoquée ouvertement et volontairement, simplement pour la voir sortir de ses gongs. Si la jeune femme le comprenait, tant mieux pour elle, sinon tant pis, cela resterait son secret. Mais désormais, il savait qu'elle avait certainement dépassé le blocage qui semblait l'avoir empêchée de voyager pendant des années, bien que chaque nouveau cours permettrait de repousser davantage les limites. Seulement Sargon savait bien que les choses devaient avancer lentement sous peine de tout faire capoter, il allait donc mettre fin à cette leçon pour le moment, mieux valait rester sur un bon souvenir de manière à ce qu'elle ait hâte de reprendre la mer. Comme lors de leur dernière rencontre en réalité. Toujours la même conclusion. Le capitaine de la Veuve Salée quitta le bastingage pour s'éloigner d'un pas avant de pivoter pour se mettre face à son invitée, son éternel sourire collé à ses lippes.

     ▬ Cela suffira pour aujourd'hui je pense, nous reprendrons vos... leçons plus tard, mieux vaut ne pas trop regagner en confiance d'un coup ou votre époux trouvera une raison pour que je ne puisse plus vous voir. »

     Il plaisantait à demi seulement, en effet pouvoir prendre son temps pour lui apprendre tout cela – ou lui réapprendre – lui permettrait aussi de pouvoir croiser plus souvent son chemin. Sargon interpella Yoren pour lui donner quelques ordres avant de faire de même avec celui chargé de la direction. Quelques marins sautèrent au bas du boutre, sur la plage, pour repousser la Veuve Salée à l'eau et remonter à bord avant de reprendre leur place dans les rangs des rameurs. Les rencontres les plus brèves étaient souvent les meilleures. Alors qu'ils prenaient le chemin de la mer haute pour pouvoir rallier Pyk, le capitaine se retourna vers Aaricia après s'être approchée d'elle comme à son habitude. Il aimait beaucoup la proximité avec la jeune femme.

     ▬ Peut-être que nous pourrons espérer pouvoir aller faire des manœuvres en pleine mer la prochaine fois ? J'ose espérer que vous ne viendrez pas armée d'un poignard pour me couper la langue. A force de parler avec vous, je vais finir amputé de beaucoup de membres je le crains. »


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mer 15 Fév 2012 - 17:42

Aaricia était encore plus fière qu’il pouvait le croire. C’était peut-être le temps de lui dire que la jeune et belle Aaricia qu’il avait rencontré la première fois avait encore peur de manœuvrer par elle-même. Il l’avait sorti de sa torpeur en la brusquant, mais c’était un bien pour un mal. Sa réplique n’était qu’encore que plus vivifiante. Il avait réussi à avoir une réaction qu’elle n’avait pas eue depuis au moins quatre ans. Elle n’était plus la gentille femme qui obéissait au doigt et à l’œil. La capitaine refaisait surface non loin de la mère et la femme mariée. Elle trouverait bien un moyen d’accorder les trois pour en faire une seule entité une fois les rôles bien définis. Dagon aurait bien le temps d’être le professeur de son fils et Aaricia, de son coté, ne voulait pas voir le futur. Il était toujours incertain.

La jeune femme eut un sourire à l’encontre du capitaine et tenta vers lui un regard charmeur. Il y répondrait comme il le faisait toujours. Elle aimait bien cela. Il savait qu’il ne pouvait ni la posséder, ni l’embrasser sans représailles de son second qui le fixait chaque fois qu’elle s’approchait

Malheureusement, la femme que vous avez rencontré voila maintenant plusieurs mois, avait encore peur de remonter et diriger un boutre. La mort de mon père avait été un prétexte pour surveiller les jumeaux et leur apprendre leur métier. Mon oncle s’occupait de Willem, et moi de Veloran. Dagon n’a quand même pas tort. Il faudra seulement que j’arrive à gérer la capitaine qui a existé et la femme quelques peu docile

Aaricia regarda Sargon et sourit. Elle aimait lui laisser croire qu’elle n’avait pas compris. Il l’avait poussé à se démarquer comme elle le faisait il y a quelques années de cela. On l’avait toujours apprécié sur les iles. La Larme Noire se dessinait bien encore. Il y avait quelques marins qu’elle reconnaissait et qui avait hélé son nom. En contre partie, elle s’étonnait de voir un bateau de la famille Sparr. Son cousin était donc à Cormartel. Même la Vierge Rouge était vide. Tout était différent pour les capitaines des Grand Wyk. Le prochain raid allait se faire sans le batard de la maison. Willem devrait tenter sa chance. Aaricia se posa près du capitaine et regarda le large.

Cela serait dommage de ne pas recommencer. J’avoue avoir préféré cette journée à mille autres passés dans un château de pierre. J’ai détruit mon premier boutre dans les récifs. Heureusement nous avions réussi à reprendre la direction de la plage. Quand j’ai du me justifier que mon ordre avait été mal interprétée, mon père n’a pas voulu que je retourne sur le boutre de ma mère et encore moins sur la Larme noire. Quand Dagon m’a épousé j’ai compris que je n'alais certainement plus jamais naviguer. Et puis après l’attaque de Salvermer, mon oncle est mort et j’ai brulé le boutre avec son corps. Vous ne pouvez pas imaginer la crise que la Seiche a pu faire. Quand il m’a dit qu’il avait l’homme pour me montrer à naviguer de nouveau j’ai eu peur comme je vous l’ai montré. Si je navigue de nouveau, c’est bien grâce à vous. Peut-être un jour aurais-je la chance de me montrer auprès de votre veuve.

Par habitude, elle n’était pas une femme bavarde. Elle disait ce qu’elle pensait si on lui demandait. Avec Sargon elle remarquait qu’elle avait tendance à lui confier des choses sans s’en rendre réellement compte. Il n’était ni un mari, ni un frère et encore moins un membre de sa famille proche. Elle savait que pourtant il y avait une affinité entre eux. Peut-être était-ce parce qu’il lui permettait de paraitre comme elle était vraiment. Qu’elle n’avait pas de double visage. Elle n’essayait pas d'être quelqu’un d’autres. Elle était une autre femme, avec le Harloi.

Vous comptez repasser quand pour continuer mes leçons?

Elle avait déjà envie d'être ce nouveau jour. C’était plus gratifiant faire des manœuvres que de rester enfermée dans la forteresse de Pyk. Dagon ne lui accordait que quelques minutes, elle comprenait, mais à la longue, Aaricia s’ennuyait mortellement. Elle n’aimait pas la couture et encore moins ce que devait faire la femme parfaite. La couture et le tralala elle s’en passait bien. Naviguer c’était une seconde nature pour elle. Sargon l’avait peut-être compris.

Pour être franche, elle éclata de rire. Chaque rencontre qu’elle avait eu avec le Harloi, donc celle à Cormartel et sur la Veuve, elle l’avait menacé de lui couper quelques choses. D’abord les mains, puis les Yeux, mais les yeux c'était en partie Dagon qui le ferait. La suite la fit rire de bon cœur. Elle ne le ménageait pas le pauvre. Elle gardait toujours deux dagues bien cachées. Bizarrement, elle n’avait même pas prise sa lame, pour la route. Personne ne les attaquerait sur la route. Elle s’approcha de lui et sourit avant de répondre doucement :

Je ne vous ménage pas en effet, mais comme vous voyez vous avez toujours vos mains alors que vous m’aviez touché. Jusqu’à date vous avez toujours vos yeux. Mais comme vous pourrez remarquer, cette fois ci je n’ai pas aucune arme, sauf peut-être un poignard dissimulé très loin de vos yeux.

Un autre sourire et la jeune enfant des terres de fer se leva sur la pointe des pieds avant de croiser le regard du second de la Veuve Salée. Non elle ne ferait jamais en sorte que Sargon meurt par sa faute. Elle murmura directement à l’oreille du capitaine :


Peut-être ai-je pour habitude de menacer les gens, mais votre langue ne craint rien. Il serait trop dommage de la voir couper. Ca risquerait de me faire terriblement de la peine.

Elle lui offrit un sourire avant de se retourner dos à lui et observer le large. Il savait de quoi elle parlait. Il n'était pas idiot, très loin de la. Elle avait manqué à la mer. L’envie de s’y jeter dedans. Elle ne pourrait pas le faire maintenant. Elle devait garder son secret. Elle était toute détendue, pour une fois. Sentant le capitaine dans son dos, elle eut un sourire.

Est-ce moi ou votre second n’aime pas que je vous approche de trop près?

Elle n’était pas insultée. Elle trouvait cela même très drôle.






« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 15 Fév 2012 - 20:10

     Son regard était comme une invitation, invitation à laquelle il ne pouvait malheureusement répondre sans prendre le risque de se faire sanctionner. Et durement. Définitivement peut-être. Le jeu en valait la chandelle, bien qu'il aurait été sot de se laisser avoir pour une femme, lui qui se targuait de pouvoir manipuler qui il voulait comme il voulait. Deirdre lui avait clairement dit qu'il finirait par mourir à cause d'une femme, c'était peut-être vrai au final, une femme qu'il n'aurait jamais pu posséder contrairement aux autres qui avaient éveillé son intérêt. Il resta silencieux alors qu'elle parlait de la Aaricia qu'il avait rencontrée lors de son passage à Cormartel il y a plusieurs mois de cela. La mort semblait toujours être un tel traumatisme chez les autres, lui n'avait pas été touché par celle de sa mère, pas plus que par celle de son père pour être sincère. Les choses étaient bien étranges des fois. En tous les cas, il était amusé rien qu'à l'idée que Dagon allait peut-être devoir subir la brusque remontée du capitaine qui sommeillait en la jeune femme. Peut-être que son cousin lui en voudrait, cela ne serait pas si grave au final. Il le remercierait plus tard.

     Ils échangèrent un regard, elle lui sourit puis s'installa à ses côtés alors que la Veuve Salée filait sur les flots. Aaricia poursuivait ses paroles, déclarant qu'elle avait apprécié cette journée bien plus que les autres passées dans son château. Mais était-ce pour la compagnie ou pour le plaisir de pouvoir à nouveau diriger un boutre ? Inutile de demander, elle ne lui répondrait pas. L'explication de sa peur arriva ensuite, un boutre qui s'était abîmé sur les récifs et elle avait été privée du plaisir de pouvoir naviguer. Avec une certaine surprise, Sargon constata que l'épouse de son cousin était en quelque sorte en train de se confier à lui, chose qui n'arrivait pas souvent, les gens avaient plus tendance à se méfier et à ne rien dire par peur qu'il réutilise tout cela contre eux un jour. Tant de franchise était réellement étonnant. Il resta silencieux quelques instants avant de répondre d'un ton calme.

     ▬ Je l'espère, au moins ce serait un moyen de voir vos talents à l'œuvre sans être déconcentré par votre présence. Son sourire s'élargit. Je suis heureux que votre blocage se soit envolé, une Fer-née comme vous ne doit jamais renier la mer, ce serait comme de se renier elle-même. »

     Il avait beau ne pas adorer le Dieu Noyé comme tous les autres habitants des îles, il n'en était pas moins un fervent admirateur de la mer. Sargon passait le plus clair de son temps avec elle, l'amante la plus fidèle sans aucun doute. Aaricia posa alors une question qui amusa le Fer-né, quand est-ce qu'il repasserait pour continuer ses leçons ? Bonne question, pas trop tôt pour avoir le plaisir de sentir monter l'impatience et qu'elle songe à lui en se demandant quand il se déciderait à pointer le bout de son nez, mais pas trop tard pour que l'agacement ne vienne pas s'installer dans son esprit. Alors qu'une expression de profond amusement se dessinait sur son visage, le Harloi tourna son visage vers elle.

     ▬ Dites-vous que ce sera une petite surprise. »

     Il n'allait pas lui donner de date précise en effet ! La mer défilait encore, rapidement, le chemin était court, trop court à son goût et ils seraient à Pyk avant qu'il ne puisse dire ouf. La demoiselle rigola, coupant court à ses pensées et Sargon se concentra sur l'instant présent tandis qu'elle s'approchait de lui, souriante, pour avouer qu'elle n'était pas très douce avec lui lorsqu'elle s'y mettait. Il était vrai qu'elle n'avait jamais mis ses menaces à exécution et heureusement d'un côté ! Sans quoi il n'aurait plus eu besoin de faire grand-chose avec tout ce qu'elle lui aurait amputé. Alors qu'elle se déclarait désarmée, il rigola légèrement, peut-être avait-elle quelque chose de dissimulé sous ses habits, il ne pouvait malheureusement vérifier, mais elle n'en restait pas moins dangereuse, comme toute Fer-née digne de ce nom. Chose qu'il lui fit savoir.

     ▬ Je ne crois pas qu'il vous faille impérativement une arme pour être dangereuse voyez-vous. J'ai bien une idée de l'endroit où vous pourriez dissimuler une arme, mais si je venais à vérifier, votre mari devrait me faire subir le même sort que votre maître d'armes.... »

     Elle le regarda puis se hissa sur la pointe des pieds sans être gênée par le roulis des vagues, puis murmura quelques mots à son oreille en lui déclarant que s'il venait à perdre sa langue, elle en serait désolée. Il était vrai que la dernière fois qu'il en avait fait usage, la demoiselle n'avait pas semblé gênée outre mesure, mais les choses avaient évolué et pas forcément dans le bon sens, au moins pouvait-il savoir qu'il avait toujours une ouverture, même si elle était très mince. Sans se départir de son amusement alors qu'elle le contemplait, il lui offrit quelques morts en retour.

     ▬ Malheureusement ma langue semble pouvoir vous divertir que par des paroles, ce qui n'est pas forcément le domaine que je souhaiterais le plus explorer avec vous. Bien que nos discussions me plaisent assez. »

     Elle savait bien tout cela, Sargon ne le lui avait jamais caché et ses manières avec elle exprimaient d'elles-mêmes ses envies. La belle lui tourna le dos avant de lancer un sujet plutôt surprenant en parlant de Yoren. Les yeux du capitaine glissèrent vers son second alors qu'il constatait que celui-ci les contemplait toujours, puis Sargon lui fit signe d'aller voir plus loin s'ils y étaient et le Fer-né s'éloigna docilement sans protester. Le Harloi se retourna pour regarder Aaricia avant de se glisser à ses côtés, la frôlant tant il avait réduit la distance qui les séparait, puis il répliqua d'un ton tout à fait sérieux.

     ▬ En réalité, il ne me fait pas confiance, il a peur de ce que je pourrais faire. Yoren sait bien que lorsqu'une femme telle que vous se trouve sur la Veuve Salée, mon esprit est quelque peu... Occupé par autre choses que la navigation. Il craint de ce que je pourrais vous faire, puis de ce que votre époux pourrait me faire à cause de cela. Il approcha son visage de celui de Aaricia pour l'arrêter à quelques centimètres du sien, la regardant. Mais rassurez-vous, il m'est tout dévoué et rien de ce qui se passe ici ne filtrera. »

     Souriant d'un air amusé, il resta dans cette position quelques secondes comme s'il comptait lui voler un nouveau baiser, puis détourna finalement son attention de la demoiselle, sans pour autant mettre de distance entre eux. Pyk se dressait déjà non loin de là, ils allaient bientôt y arriver, mais Sargon était décidé à profiter de sa présence jusqu'au dernier moment. La jeune femme devrait peut-être patienter quelques temps avant de pouvoir à nouveau remettre les pieds sur le pont de la Veuve Salée, du moins sans compter le raid prochain qui allait le mener dans l'Ouest puisqu'il semblait qu'elle allait devoir prendre part à celle-ci. Même s'il espérait tout de même que Dagon changerait d'avis au dernier moment, il aurait toutes les difficultés du monde à se concentrer avec la dame à son bord. Observait le large, il reprit alors.

     ▬ Il semblerait que nous arrivions chez vous. La prochaine fois, je vous inviterai à vous entraîner dans la Baie des Glaces, au moins cela nous laissera le temps de discuter et je vous montrerai que je sais me servir de ma langue que vous m'avez si gracieusement laissé. »

     Il plaisantait bien évidemment et comme il parlait de discuter, sa phrase n'avait rien de déplacée. A moins que l'on ne connaisse son talent et son affection pour les phrases à double sens. Sargon posa ses yeux sur le minois de la jeune femme, son éternel sourire plaqué sur ses lèvres.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Jeu 16 Fév 2012 - 4:47

Dagon sacrifierait-il sa femme pour des raids? N’avait-elle pas un devoir à accomplir avant? Elle était la mère potentielle pour fournir des héritiers au Ile de fer. Et puis, même si Dagon voulait un jour se débarrasser d’elle, elle l’aimerait toujours. Il n’y avait plus la question de l'âge entre eux. Aaricia savait qu’elle pouvait apprendre beaucoup plus de son mari que d’autres personnes. S’il ne lui donnait pas un boutre et un équipage, peut-être trouverait-elle toujours sa place sur la Sirène Noire. Il avait plus d’un plan dans sa tête. Elle était prête quoiqu’il arrive. Elle était habituée à ce qu'on lui demande plus.

Euron Pyke avait été un homme dur avec elle. Il avait tout fait pour la forger comme sa mère l’était. Il était un batard apprécié par la femme de son frère. Elle pouvait parler navigation quand elle était avec lui. Peut-être était-ce pour cela qu’elle écoutait toujours les histoires des deux adultes en s’endormant contre sa mère. Elle aussi voulait prouver à son époux, qu’elle pouvait concilier la mère et la capitaine.

Je crois que pour vous cela serait pire. Vous vous joindrez à moi pour me sauver la mise si j’en avais besoin. Je ne sais pas si c’est ce qui me bloque de recommencer à nouveau. Je sais que je mettrais à la fois en danger deux boutres de ma maison.

La Larme Noire et la Vierge Rouge ne feraient pas l’exception. Ils la surveilleraient toujours. Elle serait toujours la chose la plus important. Et surtout pour ses frères. Elle avait tenté de les tuer, et ils le savaient. Elle avait toujours joué franc-jeu avec eux. Comme elle essayait de le faire avec quelqu’un comme Sargon. Elle ne se confiait pas à Dagon. Elle n’y arrivait pas. Sargon était comme un frère, il agissait comme elle. Il lui ressemblait, et peut-être en pire. Voilà pourquoi elle avait tant d’affinité avec lui et Dagon. Ils pensaient les trois, avec quelques différences, pareils.

Le Harloi voulait lui faire une surprise? D’accord, elle attendrait patiemment. Elle savait comment faire. Elle trouverait le temps long, mais elle devait retourner à Cormartel. Elle s’exercerait. Tout les jours s’il le fallait. Elle voulait son ancienne vie. Elle voulait défier le vent et danser avec sa mère. L’eau sa source de vie. Elle se retenait de ne pas s’y lancer dans l’immédiat. Si elle n’avait pas eu ce ventre qui la gênait tant. Elle aurait sauté au désespoir de Sargon et de Yoren. Elle éclata de rire en écoutant le Harloi. Non elle ne laissait pas ses dagues sous ses vêtements.

On dirait que je viens d’entendre mon mari ou Qalen. Je ne suis pas un danger réel quand on m’a apprivoisé. Je crois que je vais encore vous décevoir. Elles ne sont pas cachées sous mes vêtements. Si vous ne m’approchez pas trop et que vous laissez vos yeux dans les miens vous risquez de survivre assez longtemps.

Elle n’ajoutait pas qu’il était mieux d’éviter de lui faire la cour quand Dagon était tout prêt. Elle évita surtout de lui dire. Dagon faisait confiance en sa femme. Beaucoup moins en son capitaine. Sargon avait une tendance à être le tombeur de ses dames. On finissait tous au moins une fois charmée par le Harloi, sinon que la première femme qui ne céda pas aux avances se lève. Aaricia était certaine que peu le ferait. Même elle ne restait pas insensible à ses regards et ses manières. Ils n’iraient jamais plus loin et elle respectait que le capitaine ne la contraigne pas.

Vous aimeriez davantage explorer le domaine que vous avez eu déjà le droit de gouter. Durs à oublier quand l’on sait que pour simple au revoir je vous ai donné un baiser tout a fait gratuit. Il n’était pas aussi délicieux que celui que vous m’avez pris.

Tout était frais dans sa tête. Elle savait amplement comment faire. Elle se battait contre lui et il l’avait renvoyé dans son château, mais elle était devenue rouge de rage. Elle l’avait menacé et au moment ou elle avait voulu lui mettre un poing au visage, il l’avait amené contre lui pour lui voler ce baiser dont elle avait eu la honte de ne jamais y avoir mis un terme. Aaricia éclata encore de rire. Pauvre Sargon, elle ne le ménageait pas. Dagon voulait qu’elle soit vigilante, et neutre face au Harloi, mais son cour était plus plaisante quand le Harloi lui faisait les bonnes manières. . Riant presque du capitaine, elle lui lança tout doucement :

N’a-t-il pas peur de ce que je pourrais vous faire?, sourit-elle en laissant un doute planer.

Elle ne ferait jamais de mal au capitaine. Que non. Quand on voyait son tempérament, elle ne se laissait pas prendre toujours au sentiment. Elle était rationnelle tout en étant un peu casse-cou. Ne voulant pas répondre à la provocation du Harloi au sujet de sa langue, elle le coupa dès qu’il eut fini sa phrase.

Avec vos mains et vos yeux. Je suis très clémente. Il n’y a personne à Pyk. Dagon est parti ce matin et je risque encore de me rendre inutile dans cet amas de pierre. J’aimerais qu’on fasse cap sur votre ile. Du moins, si vous le voulez bien. Le soleil est toujours à bonne hauteur. Par chance je rentrerais juste à temps à Pyk pour son retour.

Il n’était pas obligé d’accepter, mais elle avait ce regard insistant. Elle ne lui demandait pas grand-chose. En plus, ils avaient du temps en masse. Pour se montrer plus convaincante, bien que connaissant le Harloi, il n’en avait rien à paitre, elle déclara :

Vous pouvez au moins me faire ce cadeau? Je n’ai jamais mis les pieds sur vos iles. Et puis je suis quand même la première dame des Iles de fer.

Elle sentait venir le sarcasme de Sargon. Un titre comme il les aimait tant. Elle savait attirer son attention, mais elle préférait le faire avec quelques choses qu’il n’aimait pas. Enfin, elle avait mis un fois les pieds sur cette ile et ne préférait pas s’en souvenir.










« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »


Dernière édition par Aaricia Greyjoy le Mar 21 Fév 2012 - 1:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Jeu 16 Fév 2012 - 12:44

     La comparaison avec Qalen n'était pas franchement un compliment pour Sargon, surtout lorsque l'on connaissait le lien qu'ils avaient. Mais il ne lui en tenait pas rigueur sachant qu'elle parlait certainement juste pour le provoquer. De plus l'époux de la jeune femme était certainement la personne la plus proche de Le Pouce, c'était donc tout à fait normal qu'Aaricia le côtoie fréquemment. Toutefois, même en plaisantant, l'épouse de la Seiche montrait clairement qu'il y avait une distance certaine entre eux, le mettant en garde sur le fait qu'il ne risquait rien du moment qu'il restait suffisamment loin d'elle et que ses yeux ne se baladaient pas sur elle. Du moment que ce n'était que les yeux et rien d'autre me direz-vous. Le Harloi ne craignait pas particulièrement Aaricia, il pouvait la maîtriser sans trop de difficultés, mais concernant Dagon ou même Qalen, c'était une tout autre affaire. Le marin serait certainement trop heureux de pouvoir se débarrasser de lui, il ne raterait jamais pareille occasion ! Restant silencieux, il fixa la jeune femme alors qu'elle enchaîna, avançant le fait qu'il préférerait certainement plus approfondir le domaine qu'il avait déjà exploré, c'était un fait. Sargon aurait volontiers reproduit le moment passé en sa compagnie il y a de cela plusieurs mois et lui aussi avant plus apprécié le baiser volé que celui offert. C'était toujours comme ça, l'interdit ajoutait une dose de plaisir supplémentaire.

     ▬ C'est notre politique d'un côté, quelque chose de volé est bien plus agréable que quelque chose de donné. Une sorte de fer-prix au final, que l'on ne vienne pas me dire que je ne respecte pas l'Antique Voie après cela. »

     Il ne se sentit pas vexé par son rire qui cherchait certainement à le railler un peu, après tout le Harloi avait déjà vu bien pire et entendu bien plus vexant. Il se contenta de la regarder alors que l'épouse de la Seiche lui demandait si Yoren ne craignait pas ce qu'elle pourrait lui faire subir. Peut-être aussi. Son second devait certainement se demander ce qu'il pouvait risquer en approchant de trop près la dame des îles de fer, à juste titre d'ailleurs, car tout le monde savait très bien ce que risquaient les fous qui tentaient de séduire une femme déjà mariée. C'était justement ce risque qui ajoutait autant de piment, le jeune homme pourrait difficilement s'en passer. Peut-être bien qu'elle pourrait lui faire quelque chose de mal, mais cela dit Sargon avait beaucoup trop d'autres risques en jeu pour se soucier de surcroit, de ce qu'elle pourrait bien lui faire subir. Haussant légèrement les épaules, le capitaine répondit d'un ton toujours aussi amusé.

     ▬ Certainement un peu aussi, mais entre vous et votre époux, je crains davantage Dagon, sans vouloir vous vexer. »

     Quoi qu'il en soit, Aaricia n'avait pas l'air désireuse de réagir à propos de sa provocation, car elle se contenta de répondre qu'elle ne serait clémente qu'avec ses mains et ses yeux. Manière claire de lui faire savoir que sa patience avait des limites. Il se contentait de les tester. La dame des îles enchaîna en avançant le fait que son époux était absent et qu'elle appréciait de pouvoir passer par l'île de Harloi en avançant le fait qu'elle n'y avait jamais mis les pieds. Le capitaine de la Veuve Salée la regarda quelques instants, il prévoyait en effet de rendre visite à son oncle, Igon Harloi, pour discuter de quelques détails concernant sa cousine. Celui-ci lui avait demandé de passer le plus tôt possible. Mais comment réagir si jamais Dagon rentrait et ne trouvait pas son épouse chez elle ? Au pire Sargon pourrait toujours dire qu'il avait trouvé intéressant de la faire naviguer autour de Harloi. Il n'était pas à un mensonge près. Hochant légèrement la tête, il répondit.

     ▬ Vous savez ce que je pense des titres.... Mais c'est bien parce que c'est vous. Je dois me rendre à Dix-Tours pour m'entretenir avec mon oncle au sujet de sa fille, vous n'avez qu'à m'accompagner, même si je ne promets rien de très intéressant pour vous. »

     Le jeune homme indiqua à Yoren de changer de cap puis ordonna de prendre la direction de Dix-Tours, la Veuve Salée opéra donc un virage habilement mené pour se diriger vers la demeure de lord Igon Harloi. Sa fille était déjà plus âgée que la limite d'âge normale pour une femme célibataire, celui-ci désespérait de la voir mariée à un homme respectable. Il était connu que la jeune femme était d'une grande beauté, sans compter qu'elle était originaire de la famille Harloi et représentait donc un très bon parti. Au final, la belle avait eu bon nombre de prétendants, mais aucun n'avait trouvé grâce à ses yeux et Sargon se doutait que son oncle le faisait venir pour discuter d'un éventuel arrangement avec un autre capitaine. Il le chargeait souvent de s'occuper des détails de ce genre, comme s'il n'était rien de plus qu'un simple serviteur. Reportant son attention sur la jeune femme, le Harloi reprit la parole, toujours aussi vaniteux.

     ▬ Il semblerait que vous souhaitiez ma mort pour me demander de jouer ainsi avec le feu. Je crains que votre époux n'apprécie que moyennement que je vous promène à travers toutes les îles.... »

     Mais il n'avait pas refusé et ne s'était pas fait prier bien longtemps avant d'accepter, preuve flagrante qu'il n'avait pas particulièrement envie de se passer d'elle. La Veuve Salée filait à toute allure comme si les marins et les rameurs étaient enjoués à l'idée de pouvoir regagner leur île. Harloi était un bel endroit comparé aux autres îles, plus clémente et presque comparable à la plus rude des îles du continent, Sargon s'y était toujours senti chez lui, même si le fait d'être relégué à Kenning avait le don de l'agacer. Il attendait avec impatience le jour où son oncle lui demanderait de revenir à Dix-Tours. Revenir, pas déménager, car le Fer-né s'était toujours senti étranger à Kenning. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, la silhouette de la demeure des Harloi se dessina non loin de là, Sargon avait brièvement délaissé son invitée pour discuter de quelques détails avec son second, puis il avait regagné sa place aux côtés de la belle pour rester principalement silencieux alors qu'ils se dirigeaient vers le but. Lorsque le boutre accosta, le jeune homme se dirigea vers l'avant avant de passer par-dessus le bastingage pour atterrir les pieds sur le sable de la plage d'un saut leste et léger, puis il s'assura que Aaricia fasse de même sans rien se casser. Une fois à terre, les deux Fer-nés se dirigèrent vers le château de pierre qui se dressait non loin de là, tous les boutres de la famille étaient accostés sur la plage, preuve que tout le monde était là. Après avoir été salués par deux gardes, les jeunes gens entèrent dans un vaste hall, rapidement accueillis par une servante qui reconnu aussitôt Sargon qui passait fréquemment ici.

     ▬ Je suis venir voir mon oncle. »
     ▬ Il vous attend. »

     Leur faisant signe de la suivre, la domestique emprunta le dédale de couloirs qui menaient à la bibliothèque où lord Harloi passait le plus clair de son temps. La plus grande des îles de fer, à un tel point qu'ils avaient besoin de plusieurs domestiques pour l'entretenir. Ils furent introduis dans la pièce et approchèrent du siège où Igon Harloi était installé alors que son fils – chétif et maladif – se tenait non loin de là, contemplant Sargon avec dédain. Ils n'avaient jamais été proches. Tout le monde savait bien que Sargon briguait la place d'héritier à cet homme indigne de son nom. Levant les yeux vers ses invités, Igon afficha un air étonné en voyant Aaricia.

     ▬ Tu nous amènes des invitée Sargon ? Ma dame, cela faisait longtemps que je ne vous avais vu, le mariage a l'air de vous aller à merveille. »
     ▬ Vous m'avez demandé de passer ? » Sargon avait grossièrement coupé son oncle comme si tout cela ne l'intéressait pas. L'homme détourna le regard de Aaricia pour le poser sur son neveu.
     ▬ Oui, concernant ta cousine, comme tu le sais, elle refuse toujours les prétendants que je lui propose, je comptais sur toi pour le trouver quelqu'un de si digne qu'elle ne puisse faire autrement qu'accepter. » Sargon rigola légèrement.
     ▬ Votre fille se croit tellement supérieure que même si Dagon en personne l'avait demandée en mariage elle aurait refusé. » Dagon était aussi son cousin, mais ce n'était qu'un détail. Le lord chasse ces paroles d'un geste de la main avant de regarder la Greyjoy.
     ▬ Et vous ma dame, par le plus grand des hasards, ne connaitriez-vous aucun homme qui puisse convenir à ma douce fille ? »


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Ven 17 Fév 2012 - 15:11

Aaricia avait pour habitude de vouloir chercher les problèmes. C’était écrit dans sa génétique, disait le bâtard de Cormartel. Cela la faisait bien rire, mais la vérité était loin d’être fausse. L’ancienne capitaine s’avérait un vrai danger quand elle le voulait. Elle était capable de provoquer des catastrophe sans le vouloir. Bref la réplique du capitaine eut le dont de la faire sourire. L’allusion était bien choisi et les mots de Sargon la faisait sourire comme toujours. Il avait toujours la réplique qui la faisait rire. Malheureusement leurs caractère à la fois similaires poussaient la Greyjoy à croire qu’elle serait capable de rester des journées entières à écouter le Harloi.

Pour une fois, on ne peut dire que vous ne l’appliquez pas.

Elle ne fut pas vexée de la suite. Elle-même craignait son mari. Chaque fois qu'il osait la menacer, lorsqu’elle était en colère. Elle avait vu Dagon dans des postions de faiblesse. Elle avait toujours tout gardé pour elle. Inutile d’ébruiter les nouvelles. Dagon n’était plus jeune. Un autre Lord viendrait à le remplacer s’il mourrait et Aaricia était bien consciente qu’elle ne resterait pas vivante longtemps. Regardant au large, elle répondit plein de sagesse pour une fois. Elle ne pouvait pas se payer la tête du Harloi chaque fois qu’elle devait ouvrir la bouche.

Je dois avouer que je suis certainement la première à le craindre.

Sargon lui disait que rien d'intéressant se trouverait sur leur chemin à Harloi. Elle ne savait pas. Elle n’avait pas envie de rester seule. Surtout que Dagon n’y était pas et ne rentrerait certainement pas. Bref cela ne la concernait pas et encore moins le Harloi. Elle avait seulement envie de pouvoir rester quelques temps avec le capitaine de la Veuve Salée. Esquissant d'un sourire ironique, la jeune femme de la seiche d’or plongea son regard dans l’eau.

S’il voulait vraiment votre mort, il aurait trouvé un autre prétexte pour vous tuer. Il n’est pas obligé de savoir que vous me faites faire un tour des Iles. Tant que vous devez m’enseigner ce qu’il veut que vous m’enseignez, votre tête restera sur vos épaules. Prenez cela comme une marque de confiance, habituellement, il ne me laisse pas partir de Pyk, sans un ou deux hommes. Et je vous apprécie quelques peu trop pour voir votre jolie tête sur une pique.

Elle avait été un peu sèche, mais elle n’était pas fâchée. Son ton était quelques peu penseur et franc. Les gens qu’elle détestait, elle arrivait à s’en débarrasser. Elle l’avait prouvé plus d’une fois par le passé. Elle s'était accotée sur la proue et semblait fixer un point quelques part dans les environs. Elle ne cherchait rien de particulier sauf peut-être des repères. Dagon rentrerait quand elle serait sur le point de s’endormir, comme il faisait à son habitude. Ainsi donc, il s’évitait une période de question agaçante de sa femme. Sargon n'allait certainement pas cracher sur le fait de rester un peu avec la dame des îles de fer, Aaricia le savait que trop. La rapidité à prendre le large pour se rendre sur l'île du Harloi ne la surprit pas. Suivant docilement le capitaine de la Veuve Salée, elle ne le lâcha pas d'une semelle. Elle connaissait peu la situation du jeune homme et un sourire s'afficha sur son visage. Les références, toujours les références. Il était amusant. La jeune épouse de la Seiche aimerait bien connaitre cette jeune femme, qui voulait s’approprier les titres de femme difficiles. Elle avait marqué les Iles jusqu’à ce que Dagon se décide de bien vouloir se pointer sur Grand Wyk, pour en faire sa femme. Depuis ce temps, elle avait bien changé, jusqu’à ce que le Harloi la provoque. Faisant faire surface à l’ancienne capitaine.

Avec son mariage, elle n'avait jamais cru qu'on l'aimerait vraiment. Était-ce une façade ou simplement on était gentil avec elle uniquement parce que l'on craignait le courroux de Dagon ? Il était vrai que le premier fou qui osait la toucher était un homme mort. Elle l’avait vu lorsque l’on avait tenté de la tuer dans ses appartements. La Greyjoy inclina légèrement la tête en signe de salut. En devenant la femme de la seiche, les hommes de Dagon avaient pris le temps d'apprendre à la jeune lady tout ce qu'ils pouvaient sur les seigneurs fer- nés. Ainsi pour dire, elle avait eut le temps de démêler les différentes généalogies de Harloi. Son regard s’alternait entre le Lord et son neveu. Sargon jouait son éternel jeu d’homme arrogant et elle commençait à croire qu’il n’aimait pas trop son oncle. Elle vint pour répondre, mais Sargon coupa son oncle.

Aaricia se réserva de commentaire. Habituellement, elle laissait planer le doute sur son mariage. Le mariage lui allait plutôt bien. Elle arrivait à contenter la Seiche d’Or. Surtout elle réussissait parfaitement à maitriser ses humeurs et être la femme qu’elle était et qu'il avait certainement toujours désiré à avoir.

La jeune femme fut surprise de la question. Veloran et Willem étaient deux bons partis. L'un était lord, et le deuxième capitaine de son propre boutre. Elle avait toujours veillé sur les deux garçons depuis qu'elle était jeune. Jamais un jour elle n'avait pu croire qu'elle les forcerait à se marier à leur tour. Un jour la question serait fondamentale. . Bref, elle eut un sourire lorsque Sargon lui parla de sa cousine. Quand bien même le Greyjoy aurait réussi à l'amadouer d'une certaine manière. Connaissait- elle des hommes prêts à avoir une femme de cette trempe? Elle connaissait plutôt des hommes qui avaient enduré ce caractère.

J'ai deux frères sur l’ile de Grand Wyk. Ils sont relativement jeunes, mais en âge d’avoir une épouse. L'un est lord de Cormartel et le deuxième jumeau est capitaine. Deux jumeaux à quelques différences de caractère.

Et par dessus tout ils étaient tout deux endurant. Aaricia n'était pas une femme facile avant que la seiche daigne de venir la chercher sur grand Wyk. Elle les avait désespéré plus d’une fois. Mais au compte fait, elle savait que Veloran était l’homme le plus attentif. Elle ne connaissait par la jeune Harloi, mais Willem risquait d’être quelques peu brutal, si elle avait mauvais caractère comme sa sœur. Venant d’Aaricia, Willem refuserait tout mariage. Elle laisserait son frère marier le capitaine. Veloran ne lui refuserait rien. Du moins tenterait-elle de lui glisser un mot sur le sujet. Cela dépendrait du Lord Harloi. Elle ne s’était jamais vu négocier avec un lord, et elle sentait bizarrement qu’elle ne faisait pas plaisir à son professeur.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 17 Fév 2012 - 19:15

     Lorsque la jeune femme prit la parole pour répondre à son oncle, Sargon glissa ses yeux vers elle pour lui décrocher un regard interloqué, était-elle en train de proposer l'un de ses frères pour la fille de Igon ? Léger haussement de sourcils alors que le Fer-né la contemplait d'un air quelque peu perplexe, il était vrai que la fille de l'actuel lord Harloi était un très bon parti pour le lord en titre de Cormartel, deux familles puissantes qui s'alliaient, quoi de plus normal ? En réalité, c'était même le meilleur mari que Falyse Harloi pourrait bien espérer, son cousin doutait qu'elle puisse attirer une meilleure proie dans ses filets. Cela dit, l'entente entre la jeune femme et Sargon n'avait jamais été au rendez-vous et les deux jeunes gens ne s'étaient jamais entendus, même lorsqu'ils étaient jeunes. La belle se doutait que son cousin convoitait la place d'héritier de leur maison et même si elle lui avait dit à plusieurs reprises qu'il ferait un meilleur lord que son frère, elle prenait un certain plaisir à le voir se contenter de la place de soldat de leur maison. Une sale garce, voilà la vision que Sargon avait de la jeune femme et elle le lui rendait bien, ne se gênant guère pour glisser des rumeurs sur son compte dès qu'elle rencontrait d'autres femmes de son âge. Ne serait-ce que pour torpiller les chances de mariage qu'il pouvait avoir. L'idée que Falyse puisse donc épouser lord Bonfrère lui sembla tout d'abord suicidaire pour le futur mari et le jeune homme ne se priva pas de faire connaître son opinion. Même si personne ne la lui demandait.

     ▬ L'un de vos frères épouser Falyse ? Ce serait comme d'échanger une épée en acier Valyrien pour une vulgaire arme de seconde zone. »
     ▬ Sargon ! Il suffit ! Je sais que tu ne t'entends pas avec ta cousine, mais manifeste un peu de respect et de tenue devant lady Aaricia. » L'intéressé soupira en pinçant des lèvres, il détestait se faire rappeler à l'ordre comme un gamin d'une dizaine d'années. Même s'il agissait comme tel.
     ▬ Je ne fais que dire la vérité et Aaricia est bien assez habituée à mon comportement pour que je ne joue pas le jeu des faux-semblants. »

     Igon Harloi soupira en détournant son regard de son neveu, malgré tous les efforts qu'ils déployaient, les deux hommes ne parvenaient pas à se rapprocher, il se dressait toujours un mur d'incompréhension entre eux. Le vieil homme fit signe à une servante qui s'éloigna pour chercher des chaises dans un coin de la grande pièce, puis les apporta aux invités. Sargon s'apprêta à protester, mais son oncle le prit de court et réagit avant lui. Il devait se douter que son neveu ne voulait pas rester ici trop longtemps, mais visiblement lui n'avait pas cela en tête, il recevait rarement des visites à Dix-Tours.

     ▬ Pas un mot ! Je vous en prie, installez-vous que nous puissions discuter plus agréablement. » Il tourna la tête vers Sargon qui ne se priva pas d'intervenir une fois de plus, regardant Aaricia.
     ▬ Ma cousine possède un caractère exécrable, elle est sûre d'être au-dessus du lot et de valoir mieux que tout le monde, vos frères ne pourront pas la supporter, sans compter qu'elle a largement dépassé l'âge où l'on peut avoir des enfants, elle est bonne à finir célibataire. » Igon rigola soudain, d'un rire gras de Fer-né.
     ▬ Arrogante et vaniteuse, cela ne te rappelle-t-il pas quelqu'un Sargon ? Pas étonnant que vous ne vous entendiez pas, vous vous ressemblez trop. Il tourna les yeux vers Aaricia. Je dois avouer que ma fille a déjà passé la trentaine, mais elle est encore en bonne forme et promet de vivre longtemps, je suis persuadé qu'elle donnera de beaux enfants à son époux. De plus, mon neveu non plus n'a pas d'enfants et personne ne le lui reproche. »

     Piqué au vif, Sargon redressa ses yeux pour fusiller son oncle du regard. Falyse était plus âgée que lui, Sargon était le dernier-né de la maison Harloi, mais il n'avait encore ni épouse ni enfant contrairement aux autres capitaines de son âge qui étaient presque tous parents. Mais c'était son choix, cela n'avait rien à voir avec une vierge trop arrogante pour pouvoir ouvrir les cuisses pour un homme qu'elle ne jugerait pas digne d'elle. La jeune femme était trop arrogante pour être acceptée, il fallait la dresser avant de pouvoir la donner à un quelconque lord. Devant le silence de son neveu, Igon Harloi considéra avoir marqué un point, car il enchaîna aussitôt sur le sujet, son attention portée sur Aaricia.

     ▬ Vos frères seraient les prétendants rêvés, une alliance entre les Harloi et les Bonfrère de Cormartel serait profitable, j'avais songé à envoyer mon fils vous courtiser il fut un temps, mais mon neveu m'a pris de court et vous a épousé avant que je ne puisse tenter quoi que ce soit. »

     Il parlait évidemment de Dagon, ignorant que Sargon avait aussi tenté sa chance. Celui-ci manqua de protester en entendant que son oncle avait envisagé de lui faire épouser le débris qui lui servait de fils, cet être chétif et malade qui salissait son nom. Son visage manifestait clairement la contrariété qui l'habitait, mais le lord ne réagit pas, trop occupé à regarder son invitée de marque. Il enchaîna encore une fois, visiblement décidé à convaincre la demoiselle.

     ▬ Ma fille possède en effet un fort caractère, mais je sais qu'elle pourra apprendre à se calmer auprès du bon époux. Il me semble qu'elle m'avait brièvement parlé de votre frère lorsqu'il a succédé à votre père. Sont-ils disposés à se marier, ou attendent-ils que cela leur tombe du ciel comme mon cher neveu ? »

     La provocation était de trop, Sargon se redressa comme s'il comptait s'en-aller, puis son oncle le regarda d'un air paisible avant de lui faire signe de reprendre sa place. A vouloir se faire bien voir de lui, Sargon se piégeait seul, obligé d'obéir pour ne pas le vexer. Le Harloi soupira avant de reprendre sa place d'un air visiblement très agacé, puis il répondit d'un ton cassant.

     ▬ Je n'attends pas que cela me tombe du ciel, je ne veux pas de la première venue. A prendre des femmes faibles, la descendance le devient aussi et lorsque l'on voit votre fils, je suis en droit de ne pas vouloir reproduire votre erreur. »

     Échange de regard entre les deux hommes alors que le fameux fils s'occupait des livres au fond de la pièce, visiblement les discussions entre Harloi étaient toujours très animées. Il était facile de comprendre pourquoi Igon n'avait pas encore invité Sargon à venir séjourner avec lui dans la demeure de leur famille.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Sam 18 Fév 2012 - 12:20

Aaricia savait qu’elle devrait faire elle même ses investigations pour marier au moins Veloran. Willem était un homme farouche. Il était son sosie. Il lui ressemblait encore plus que Veloran. Veloran était comme son père. Il était doux et conciliant. Il était un homme qui aimait les femmes. Quand elle était plus jeune, le gamin s’était ouvert à faire de sa sœur, sa mère. Aaricia avait pris soin d’eux comme une mère. Elle avait eu cette chance, bien qu’elle ait tenté de les tuer lorsqu’ils étaient nés. La jeune femme réfléchissait. Elle avait peut l'occasion de lié deux grande famille. Son regard croisa celui de Sargon qui semblait contre l’idée de marier sa cousine. Il allait certainement lui en faire part sur le chemin du retour. Un jour ou l’autre, il fallait y penser. On avait lié les familles Greyjoy et Bonfrère, autant lié les Harloi. Trois puissantes familles sur les iles de fer.

Chaque fois qu’elle ouvrait la bouche, Sargon émettait un avis ou un commentaire que Lord Igon tentait de repousser du mieux par sa position. Aaricia regardait en alternance les deux hommes. On lui demandait son avis ou on s’attendait qu’elle parle plus tard. Bref, l’échange entre les deux Harloi la fit sourire intérieurement. Elle n’allait pas montrer à Sargon que de le voir dans une autre position que celle de capitaine la faisait sourire et rire un peu. Elle était cruelle par moment, elle le savait. La Greyjoy se retint de rire pour ne pas énerver le capitaine de la Veuve Salée. Elle prit place `dans la chaise qu’on lui avait fourni et regardait toujours l'échange entre l’oncle et le neveu.

Sargon parlait de mauvais caractère et Igon tentait comme tout père de protéger les intérêts et la réputation de sa fille. C’était presque trop amusant de voir le Harloi sortir son vrai caractère. Celui qu’Aaricia ne connaissait pas trop. Puisque le charmeur et le tombeur étaient habituellement utilisés avec la femme du Seigneur. Veloran et Willem avaient vu leur sœur en action. Une femme comme la Harloi ne les impressionneraient seulement jamais. Aaricia avait fait assez de grabuge sur ses propres iles, pour se retrouver enfin de compte mariée au plus puissant homme des iles, même si chaque fer-né s’avérait être égaux. Ouvrant enfin la bouche, elle se tourna d’abord vers son professeur.

Mes frères sont, comment le dire, « connaisseurs » en matière de caractère exécrable. N’oubliez pas que j’en ai fait voir de tous les couleurs aux jumeaux avant votre arrivée et avant que la seiche d’Or décide de faire de moi sa femme. J’étais une femme quelques peu difficiles et de la même trempe que votre cousine. Vous êtes le mieux placé pour le savoir Sargon.

Son regard s’était posé sur le Harloi avant de retrouver celui du vieux Lord, des iles de fer. La jeune Harloi avait de l’âge. Au moins, quatorze années de différence avec les jumeaux. C'était devenu une habitude chez les Bonfrère. Aaricia avait au moins vingt ans de différence avec Dagon. Eh oui, la seiche aurait pu prétendre être son père s’il l’avait été. Cela amusait Aaricia, mais elle préférait en avertir le vieil homme qui semblait bien l’apprécier. Enfin, elle en avait l’impression.

Mes frères sont encore jeunes, mais je ne crois pas qu’ils soient réticent à cette idée. J’arriverais à convaincre Veloran plus que Willem qui préfère la mer comme amante. Je comprends très bien l’alliance qui peut en découler. Trois grandes familles, liées entre eux d’une manière ou d’une autre. Mes aïeules ont toujours été des femmes de caractères autant que je puisse me souvenir de ma grand-mère et de ma mère. Je ne doute pas que votre fille risque de trouver en Cormartel la maison qu’elle désire.

L’offre était lancée. La Maison Bonfrère de Cormartel avait toujours eu des femmes quelques peu spéciale. Helena Sparr en était une. Au même titre que son frère, elle était capitaine, avant que son père tombe amoureux d’elle. Il avait dès lors enfermé la jeune femme dans un château pour lui donner trois enfants. Aaricia était le premier enfant fille à naitre des cinq dernières générations. Il fallait bien croire que quelques caractères exécrables n'étaient pas une denrée rare sur les Iles de fer. La suite la faisait bien rire. Elle aurait renvoyé le pauvre jeune homme sur ses iles. Elle préférait autant marier le capitaine de la Veuve Salée, si on avait du lui donner un Harloi. Elle ne voulait pas vexer le Lord, Dagon la réprimanderait au premier instant.

Ne vous inquiétez pas. Un certain Harloi s’est jadis présentée à moi. Lança-t-elle, en glissant son regard plutôt doux, sur Sargon. Il a réussi à se faire remarquer, mais je n’avais pas dès cet instant l’envie de mariage, mais Dagon Greyjoy m’a réclamé en tant que de Dame des iles de fer.

Au grand damne du Harloi, mais Aaricia arrivait à faire sa place. Dagon était un homme bien lorsqu’elle ne le poussait pas à la détester. Elle se trouvait parfaite championne dans ce domaine, mais malgré les airs d’homme dur et cruel, elle avait percé la pierre qui entourait cet homme. Elle arriverait bien un jour à lui faire dire ce qu’elle voulait entendre de sa bouche. Même si elle aurait certainement ce moment sur son lit de mort. Bref, elle revint à ses petites affaires offrant un regard noir au capitaine. Pourquoi était-il ainsi, alors qu’il était toujours moins vif avec elle? Elle n'y comprenait vraiment rien. Oui, Lord Igon lançait les provocations à juste titre, le plus jeune des Harloi avait un peu fait une caricature sa cousine. De toute manière, il ne pouvait pas quitter Dix Tours, sans elle. Il devait la ramener à Pyk.

Veloran trouvera la voie de la raison davantage que mon autre frère. Willem est provocateur, arrogant et méfiant. Enfin la seule femme que je connais assez bien et qu’il arrive à supporter c’est moi. Je verrais un très mauvais choix pour lui. Veloran est plus pacifiste. Je doute qu’il cherche à provoquer votre fille. Et je suis sure qu’il lui laissera prendre sa place comme une dame Bonfrère sait le faire sur notre iles.

Willem était du même genre. Attendre la grâce du Dieu Noyé pour trouver la femme qu’il voulait vraiment. Elle n’avait pas de doute qu’il y en avait une, mais il n’accepterait jamais que ce soit sa sœur qui l’ait choisi pour lui. Heureusement, Aaricia avait toujours le plus vieux des jumeaux. Il avait du caractère, mais il savait cacher son jeu, ce qui le rendait parfois un peu dangereux.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »


Dernière édition par Aaricia Greyjoy le Mar 21 Fév 2012 - 1:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Sam 18 Fév 2012 - 16:28

     La pauvre Aaricia devait principalement subir les échanges des deux Harloi, sans pouvoir y placer son mot et c'était certainement pour cette raison que l'oncle de Sargon faisait tout son possible pour que son neveu n'intervienne pas. Tous les moyens étaient bons et si une chose était clairement visible, c'était que le vieil Harloi était très doué pour toucher les points sensibles de Sargon. Celui-ci arborait un air de plus hostiles alors que la jeune femme le regarda pour prendre la parole, visiblement l'idée de voir sa cousine mariée à un frère d'Aaricia ne l'enchantait pas. Il avait été le premier à songer à lier la famille Harloi et la famille Bonfrère, malheureusement pour lui les choses en avaient décidé autrement. Bien sûr qu'il savait que la demoiselle était dotée d'un caractère très fort, mais ce n'était pas le même que celui de la fille de Igon, elle, était plutôt axée sur l'envie de dominer les hommes et de se faire désirer d'eux sans jamais rien leur donner. Il en avait fait les frais lorsqu'il avait essayé d'user de ses charmes sur la jeune femme alors qu'il était à peine en âge de compter fleurette. Falyse l'avait rapidement repoussé en lui disant clairement qu'elle ne se laissait pas charmer par des nobles qui ne portaient aucun titre. Ce qui poussait le Harloi à penser qu'elle allait certainement accepter le mariage à la seule condition que ce soit lord Bonfrère qui la prenne comme épouse.

     L'attention de l'épouse de la Seiche s'était portée sur le lord qui la regardait avec attention, silencieux comme à son habitude. Lorsque Aaricia expliqua que ses frères étaient jeunes, mais n'étaient pas contre l'idée de se marier ou de pouvoir prendre comme compagne une femme plus âgée, le visage du vieil homme se marqua d'une expression pleine d'approbation. Il avait longuement entendu parler de la famille Bonfrère de Cormartel comme tout Fer-né digne de ce nom et envisageait depuis longtemps de lier leurs deux familles. Les Harloi pouvaient prétendre à prendre toutes les familles de part leur position sur les îles de Fer, ce qui permettait de faire de beaux projets de mariage. Sargon pinça ses lèvres lorsqu'il entendit Aaricia parler de Cormartel comme étant la demeure idéale pour la fille de Igon Harloi, c'était certain, cette garce parviendrait là où lui avait échoué et elle ne se sentirait qu'avantagée par rapport à lui. L'idée de la voir prendre le nom de Bonfrère ne l'enchantait pas outre mesure, surtout si cela signifiait que les Harloi seraient plus souvent en contact avec les habitants de Cormartel. Aaricia n'y vivait plus, il n'avait plus aucun intérêt à se rendre là-bas après tout.

     Lorsque la jeune dame aborda le sujet de son mariage, le capitaine de la Veuve Salée s'immobilisa un bref instant au moment où elle déclara qu'un autre Harloi s'était chargé de lui faire la cour. Il ne regarda pas Aaricia lorsqu'elle posa ses yeux sur lui, toute son attention concentrée sur son oncle qui lui décrochait un regard étonné, teinté d'une certaine contrariété. Ils savaient tous les deux que le fils de lord Igon n'avait presque aucune chance de trouver une épouse, de part sa réputation d'homme faible et le fait qu'il ne soit même pas capitaine de la flotte de fer. Sargon pouvait compter sur son côté manipulateur et le fait qu'il sache jouer de ses charmes, son cousin uniquement sur son nom et sa position d'héritier. Nul doute que ce sujet serait à nouveau abordé lors d'une future rencontre, le jeune homme s'attendait à avoir des remarques de la part de son oncle. Peu lui chalait. Elle en valait la peine. Sargon posa alors ses yeux mordorés sur le minois de la belle qui reprenait la parole pour expliquer que Veloran était le meilleur parti et qu'elle le conseillait donc plutôt lui. Le Harloi rigola légèrement après ces paroles.

     ▬ S'il ne lui laissera pas sa place, elle ne se gênerait pas pour la prendre elle-même de toute manière. »
     ▬ Silence Sargon. Tournant la tête vers Aaricia, il enchaîna. Je suis persuadé que Veloran ferait un bon choix, d'autant plus que ma fille a souvent assisté aux rencontres que j'avais avec les autres capitaines et qu'elle connait donc beaucoup de choses sur l'art de gérer une maison. Je crois savoir que vos frères sont encore assez inexpérimentés dans ce domaine, je suis donc certain qu'elle pourra le seconder et lui apporter son aide. » Sargon soupira légèrement, attirant l'attention de son oncle sur lui.
     ▬ Peut-être a-t-elle pris trop de goût dans la gestion d'une maison justement . Croyez-vous qu'elle va accepter de n'être que l'épouse et non la voix que tout le monde écoute ? »
     ▬ Contrairement à certains autres membres de la famille, je suis persuadé qu'elle ne fera rien dans mon dos et qu'elle saura me faire honneur si je lui demande d'être l'épouse idéale. »

     La réplique avait été bien lancée, le jeune homme s'y attendait, mais il s'assombrit clairement après cette provocation. Le discussion était arrivée au bout, s'ils continuaient, nul doute qu'ils allaient se sauter à la gorge d'ici quelques minutes. Le Harloi détourna son attention de son oncle pour poser les yeux sur la servante qui s'occupait de remettre des livres à leur place, puis Igon Harloi conclut la discussion avec Aaricia, promettant de bonne choses pour leurs maisons respectives.

     ▬ Très bien, puisque nous sommes tous d'accord, je vais vous laisser vous entretenir avec votre frère, vous pourrez parler avec Sargon de tous les détails puisqu'il prendre à cœur le mariage de sa cousine. J'imagine que nous pourrons en reparler sérieusement après le raid sur Port-Lannis. »

     Le jeune homme ne répliqua pas à la tentative de provocation de son oncle et se contenta de se redresser puisque la discussion était terminée. Sans saluer Igon, Sargon se détourna pour quitter la pièce, visiblement de très mauvaise humeur, il déployait toute la mauvaise volonté qui lui était si familière. Igon salua l'épouse de la Seiche avec tout le plaisir qu'il avait tiré de sa visite, puis elle put rejoindre le jeune homme qui patientait dans le couloir, les yeux pétillants d'agacement. Alors qu'ils marchaient dans les couloirs en silence, se dirigeant vers la sortie, le capitaine de la Veuve Salée ne put s'empêcher de lâcher une réplique légèrement agacée à la belle à ses côtés.

     ▬ Mon oncle apprécie beaucoup votre époux, il va certainement lui raconter ma tentative avec vous, j'espère au moins que cela n'annulera pas nos futures leçons. Ma cousine a le don de tout détruire, même sans être dans les parages. »


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Dim 19 Fév 2012 - 14:12

Sargon jouait étroitement avec son égo. Si on devait attitrer un animal à la femme de la seiche d’Or ce serait sans aucun doute une louve. La réplique de Sargon sonna faussement dans son esprit. Ils avaient vécu le terrible caractère de la jeune femme. Elle les avait élevés sans douceur. Elle avait été leur mère et leur protectrice. Tout ce qu’elle savait et ce que l’on lui avait appris elle leur avait enseigné. Elle avait agi en travers de son Veloran. Elle lui avait dicté quelle attitude adoptée. Sargon avait seulement piqué la seconde mère à un point qui lui faisait mal. Que savait-il vraiment des deux jumeaux? Peut-être rien de plus qu’il était ses frères et un Lord et l’autre capitaine. Enfin, elle les avait écartés des autres maisons, mais elle avait toujours tout fait pour eux. Piquée dans son orgueil elle eut le temps de placer une phrase à l’intention de Sargon.

Ne prétendez pas connaitre leur caractère, vous pourriez être surpris plus que vous ne le croyez …

Elle regarda le Lord Harloi calmant ses ardeurs de louve entêtée. Ils étaient jeunes et inexpérimentés, mais ils avaient eu de très bon professeur. Si la Greyjoy savait tenir la maisonnée de son mari en son absence, elle l’Avait appris de Cormartel. Bien qu’elle ait détesté son père, elle avait appris de lui et Aaricia arrivait facilement à se comparer à la fille de Lord Igon. Willem allait prouver qu’il pouvait être un digne héritier de Larme Noire et sa sœur ne doutait pas une minute qu’il réussirait à se surpasser encore une fois. Veloran de son coté aurait largement le temps de se faire à l’idée qu’il entamerait sa quatrième années en tant que Lord, mais cette fois, il n’avait pas sa sœur, mais elle le conseillerait toujours. Laissant son égo de coté assez facilement, elle regarda le vieil homme et eut un sourire.

Ils en sont parfaitement conscients, mais je crois qu’ils s’en sortent plutôt bien. Enfin, l’expérience viendra avec le temps. Ne vous inquiétez pas Sargon, il saura faire je n’en ai aucun doute. Les femmes de caractères, ils en connaissent un peu trop

Elle savait que le capitaine la narguerait dès qu’il aurait franchi la porte de la forteresse. Elle était à moitié amusée et l’autre très agacée. Elle avait réussi à marier un de ses frères. Un préférait les femmes dociles. Willem s’entourerait certainement de femme-sel à Lac au cadavre, tandis que l’autre aurait bien mieux avoir avantage à avoir une femme de caractère comme l’avait été la mère et la sœur. Malencontreusement, ils n’avaient jamais connu Helena Bonfrère. Elle commençait à croire que la Harloi allait être un doublon de sa propre mère. Grand bien lui fasse. Lier de si grand famille était son choix. Dagon n’intervenait aucunement dans les affaires de son ancienne maison, alors elle agissait librement.

Je ferais mieux. Dès que j’aurais pris le temps de discuter avec mon frère. Discussion qui surviendra surement après l’attaque de Port-Lannis, il vous fera savoir son choix. Inutile que j’encombre votre neveu. Il a assez de tâches pour le moment. Mon frère vous fera savoir sa position, bien que je doute qu’elle ne soit pas défavorable.

D’une manière qui lui allait, la jeune femme prit le temps de conclure avec le Lord plutôt que de suivre Sargon dans les couloirs comme un voleur. Elle le remercia de son temps, et s’excusa d’avoir certainement déranger le Lord dans une discussion qui aurait du être d’oncle à neveu. Pour elle, le moment avait été profitable malgré le caractère du Harloi. Elle était bien décidée de lui faire payer quelques peu ses remarques. On ne blessait pas son égo sans représailles. Puisqu’elle n’avait pas envie de reparler de ses frères Sargon lui offrait les répliques. Aaricia qui suivait le capitaine du mieux qu’elle pouvait s’Arrêta et éclata de rire.

Elle se fichait bien qu’Igon aime bien son mari. Car niveau famille, l’ancienne Bonfrère avait quelques problèmes de compréhension et ne pouvait dire si le sentiment était réciproque de la seiche envers le Lord Harloi. Qu’avait à craindre Sargon? Dagon était cruel parfois, mais s’il devait prendre une femme, elle était certaine qu’il n’avait pas fait l’idiot. Il savait qu’elle avait un sale caractère avant même de l'épouser. Elle était même certaine qu’il n'était pas assez fou pour croire que les Harloi n’Avait jamais rien tenté de leur coté. Tant qu’elle ne fautait pas comme une débutante, Dagon ne lui ferait aucun mal. Aaricia s'était approchée du Harloi et le fixait comme jamais. Elle avait un sourire aux lèvres alors qu’elle pouvait lire un regard agacé du capitaine. La réplique qui allait sortir de sa bouche était bien distincte. Elle allait la savourer quelques peu, par plaisir de le narguer un peu. Elle avait le droit.

Grand bien lui fasse de raconter à mon époux que vous m’avez courtisé. Dagon n’en a rien à faire. Vous n'étiez pas le premier homme à venir confirmer les rumeurs sur mon sujet. Un jour ou l’autre, je lui aurais dis ou quelqu’un l’aurait fait. Votre oncle ne peut seulement pas prétendre savoir ce que vous m’avez volé cette journée là. Une chose qui vous couterait peut –être de ne plus m’avoir sur votre boutre. Il n’y a que vous et moi qui le savions.

Dagon trouverait certainement à rire qu’il l’avait emporté sur le jeune capitaine de la Veuve Salée. Aaricia ne resterait jamais insensible à des hommes qui l’appréciaient et qui étaient comme elle. La preuve, elle avait succombé à Dagon et ne restait pas insensible à Sargon. Elle ne dirait pas qu’elle avait eu de la misère à accorder un baiser à son mari alors qu’elle s’était laissé faire lorsque Sargon lui avait volé le sien. Elle lui en avait donné un en échange et rien de plus. Dagon, elle lui avait refusé longtemps qu’il la touche et encore plus qu’il l’embrasse. Aaricia avait reculé d'un pas pour se distancer du Harloi. Elle ne pouvait pas faire l’idiote, même si la tentation et l’interdit était les intérêts principales du Capitaine de la veuve salée.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Dim 19 Fév 2012 - 19:56

     Aaricia éclata de rire comme si la réplique de Sargon était la plus hilarante du siècle. Cela aurait pu le vexer, surtout après l'entrevue qu'il venait d'avoir avec son oncle, mais ce ne fut pas le cas. Une chance, car le jeune homme avait tendance à se montrer particulièrement peu aimable après avoir été traité comme un gamin de dix ans par Igon Harloi, sans compter que l'humiliation était encore plus rude devant la femme qu'il essayait de courtiser depuis des mois. En finalité, le Harloi aurait pu croire que l'épouse de la Seiche pensait tout simplement qu'il ne puisse pas représenter un sujet d'inquiétude suffisamment important pour que son oncle prenne la peine d'en discuter avec Dagon. Mais ce n'était certainement pas la raison de cette hilarité, bien que l'expression butée du capitaine de la Veuve Salée, ne s'envolait point. Il était frustrant de conclure leur journée sur de telles paroles, Sargon craignait sincèrement qu'Aaricia le prenne pour un simple gamin, malgré le fait qu'il soit plus âgé qu'elle. Le dernier-né de la famille Harloi avait toujours été considéré comme impétueux et impulsif par son oncle, alors qu'il était totalement l'opposée puisque la manipulation demandait une profonde réflexion. Igon refusait de comprendre que l'enfant qui avait causé de gros tracas à sa mère – puis son suicide par la suite – était devenu un homme et qu'il n'avait plus besoin d'être traité comme un gamin. Que son oncle refuse de le voir comme un adulte froissait et énervait beaucoup Sargon, puisque cela signifiait forcément qu'il ne serait jamais pris au sérieux. Igon mettait le caractère de son neveu sur la jeunesse et refusait de voir un véritable guerrier derrière toute cette mascarade. Au fond, cela l'avantageait puisque le jeune homme n'était pas raillé pour son irrespect pour l'Antique Voie, mais ses faits glorieux n'étaient pas reconnus. Une arme à double tranchant.

     Son regard mordoré se dirigea vers le visage de la jeune femme alors qu'elle s'approchait, un beau sourire plaque sur ses lèvres si désirables, mais pourtant même cela n'arrivait pas à calmer son agacement. Il détourna brièvement les yeux alors qu'elle prenait la parole pour déclarer que Dagon n'en aurait rien à faire d'apprendre que son cousin l'avait courtisée. C'était certainement possible, cela l'amuserait même de savoir qu'il était passé devant celui qui était réputé pour son goût pour les femmes. Une humiliation supplémentaire, le capitaine n'était plus à cela près de toute manière. Il était aussi vrai que si cela n'avait pas été ici et avec Igon, ces rumeurs seraient forcément arrivées aux oreilles de l'époux d'Aaricia, mais c'était justement sur cela que le Harloi comptait : le temps. Tout était affaire de temps au final. Le jeune homme haussa finalement les épaules après les paroles de la belle, certes seuls eux-deux savaient ce qui s'était passé ce jour-là, mis c'était une bien maigre consolation. La Greyjoy s'éloigna à nouveau de lui comme si elle avait peur qu'il ne tente quelque chose dans la demeure de son oncle, cela aurait été tout bonnement suicidaire. Le Fer-né ne quitta pas son air buté.

     ▬ C'était une très mauvaise idée de vous amener ici, nous aurions mieux fait d'aller à Kenning tout compte fait. »

     Il avait volontairement occulté la réponse à propos du baiser volé puis offert, les murs ont des oreilles et Sargon ne tenait pas à ce que sa cousine ou son cousin puisse entendre quoi que ce soit qui puisse lui nuire. Il fit signe à la demoiselle de le suivre et reprit sa marche d'un pas plutôt pressé, signe plus que visible qu'il voulait rapidement quitter les lieux. Habituellement c'était le contraire, mais cette fois-ci le jeune homme ne se sentait pas à son avantage à Dix-Tours. Sargon n'aimait pas se retrouver dans une situation où il ne maîtrisait pas tout ce qui gravitait autour de lui et si une chose était sûre, c'était que son oncle avait toujours eu un effet perturbant sur lui. Si Harlon restait sans prise sur le Fer-né, ce n'était pas le cas de l'aîné de la fratrie qui avait toujours plus où moins considéré Sargon comme son fils. Lorsque Igon savait que quelqu'un était capable, il le poussait pour que celui-ci atteigne la perfection et il était donc fortement agacé que son neveu se repose sur ses acquis. Son fils ne pourrait jamais espérer avoir mieux que sa situation actuelle, mais il était l'héritier des Harloi, voilà tout. Les pas du Fer-né les menèrent rapidement jusqu'à dans le hall et le capitaine s'apprêta à sortir lorsqu'il fut interpellé par une voix féminine.

     ▬ Sargon ! » Stoppant, il se retourna et son visage qui avait presque retrouvé une expression normale, se rembrunit soudain alors qu'une femme s'approchait d'eux.
     ▬ Qu'est-ce que tu veux ? Je n'ai pas de temps à perdre. » La jeune femme esquissa un sourire faussement aimable.
     ▬ Toujours aussi bien élevé à ce que je vois. Pas étonnant qu'Helya t'envoie voir les femmes du continent. Portant son attention sur Aaricia, elle la salua. Lady Aaricia, je suis la fille de Igon, Falyse, je voulais vous croiser avant que vous ne quittiez notre demeure, j'ignorais que vous veniez nous rendre visite sans quoi je me serais présentée bien avant. »
     ▬ Et bien c'est chose faite. Retourne donc à ta couture et laisse-nous partir ! Il regarda Aaricia avec humeur. Je vous attends à bord de la Veuve Salée, dépêchez-vous sans quoi il faudra demander à mon oncle de vous raccompagner ! »

     Supporter sa cousine après son oncle était trop lui demander. Sargon avait envisagé d'attraper le bras de Aaricia pour l'attirer à l'extérieur, mais il ne voulait pas prendre le risque de se faire repousser devant Falyse. Se détournant, le Fer-né quitta la pièce et se retrouva à l'extérieur avant de marcher jusqu'à son boutre d'un pas rapide, il espérait simplement que la jeune femme ne mettrait pas trop longtemps avant de revenir. Après avoir commencé à donner quelques ordres une fois à bord, le capitaine de la Veuve Salée fut heureux de voir la femme de la Seiche revenir sur le pont, ils quittèrent donc la plage de Dix-Tours pour reprendre la mer et mirent le cap sur Pyk où Aaricia retrouverait son époux. Après avoir pris garde de ne pas tout de suite adresser la parole à la demoiselle, Sargon se dirigea finalement vers elle pour se glisser à ses côtés, posant ses yeux sur elle. Il était encore très énervé, surtout de s'être ainsi fait voir sous son véritable jour, celui qui lui valait sa réputation d'homme insupportable.

     ▬ Pourquoi faut-il toujours que tout soit gâché lorsque les choses se passent bien ? Je crois qu'il faudra que nous nous contentions d'être seulement sur mon boutre lorsque nous nous reverrons. »


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Envier, c'est se reconnaître inférieur ▬ Aaricia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]
» Le taux de criminalité en Haiti inférieur à celui de plusieurs pays de
» Pont Inférieur
» La honte n'est pas d'être inférieur à l'adversaire, c'est d'être inférieur à soi-même ▬ Abigaïl
» La problématique de l’enseignement supérieur Ayitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-