AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Intrigue n°2 : le Lion et la Mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 11 Fév 2012 - 18:13

Deirdre se débattait avec hargne, dès qu'elle le pouvait, mais ne cessait jamais de maintenir la force qui animaient ses bras pour retenir l'homme qui était sur elle. C'était à se demander qui tentait de planter qui, tant la lame n'arrêtait pas de gigoter, pointant un visage et l'autre sans arrêt. Puis alors elle sentait ses bras faiblirent, juste au moment où Elyn allait arriver pour tout régler. Elle sentait ses coudes venir lentement, petit à petit se coucher sur le sol et atteindre le sable. Il s'approchait de plus en plus d'elle, l'écrasant de toute sa masse musculaire. Soudain, il vola sur le côté et le cœur de Deirdre lui donna l'impression d'exploser, tant la tension ne laissa pas le temps au soulagement de venir en douceur.

Elyn, dans son charisme de capitaine, de FEMME capitaine, intouchable, l'avait balayé d'un simple coup et il roula sur le sol. Deirdre entendit la lame tomber près de son visage, alors qu'elle reprenait doucement son souffle, se massant rapidement les avant bras. Elle tourna la tête et bientôt, l'homme reçu un autre coup en plein visage, alors que son nez était déjà bien abîmé. Que de grâce de fer-né ! Bientôt, il ne se transorfrma qu'en une cascade de sang, un tonneau de vin percer qui se vidait de toute son âme.

Deirdre s'était remise debout face à son amie. Elle avait l'air d'avoir oublié la froideur qu'elle lui offrait plus tôt. Deirdre aussi avait bien omis cette histoire, étant simplement heureuse d'une chose, d'être en vie et entière. Elle opina du chef à son amie pour lui dire qu'elle se sentait bien. Elle ajouta ensuite, retournant ensuite dans leur mission, qu'elle allait la couvrir. Elle hocha de nouveau la tête et s'élança vers la charrette, mais s'arrêta un instant, en voyant le corps presque inerte de l'homme qui l'avait accompagnée dans le chantier. Il était de plus en plus mal. Il divaguait. Deirdre lui embrassa la tempe avant de venir le serrer contre lui. Il était pris de spasme. Elle l'acheva, pour lui éviter une trop grande souffrance, et en un geste, un seul, ses cervicales craquèrent dans le creux de ses mains. Elle récupéra la machette, mal entretenue et la fixa rapidement à sa ceinture, avant de s'emparer des tonneaux. A l'aide du deuxième homme de Tarbeck, très costaud, elle les vida rapidement sur ce qu'elle trouvait, toutes fondations, constructions, et habitations qu'elle trouvait à porter de main.

Ils vidèrent une bonne partie de leurs marchandises et là, Deirdre, courut au milieu des altercations, juste pour récupérer la torche, encore allumée sur le sol. Elle slaloma entre les hommes armés, ses alliés qui veillait à sa sécurité et là, une lame vint lui découper légèrement le bras. Elle réussit tout de même à répondre d'un coup latéral de machette, et prendre la torche. Puis alors, toujours secondée par le grand costaud, qui lui servait plus de garde du corps, elle en alluma un maximum. (MDJ : Réussite de la mission ? Je laisse le choix au MDJ de donner les résultats des courses. ) Elle ne pouvait faire plus, il était temps de partir et très vite. Tant pis ! Elle aurait tout donné.

Elle fit signe à Elyn d'aller vers le bord de mer, puis de s'élancer dans l'eau. Elle se dirigea rapidement vers l'eau et plissa les yeux pour tenter de trouver le boutre de Sargon au loin, celui qui devait repêcher les deux jeunes femmes et les trois autres hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Sam 11 Fév 2012 - 20:03

L'intervention surprise de ces gardes et messager venus annoncer que le Prince de Dorne était peut-être aux portes de la Ville haute en compagnie de nobles dames venaient ajouter à l'effervescence de la situation qui semblait toutefois épargner le visage de Clarence dont le calme sépulcral était toujours intact. Rien ne semblait plus l'atteindre, pas même le triste sort de sa dernière proposition qui fut absorbée dans l'oubli et le flot des événements. Mais Clarence pouvait aisément comprendre l'empressement de Tybolt à se porter à la rencontre de ce mystérieux porteur de message ; la situation était contrôlée mais semblable à un champ sec menacée par les étincelles d'un brasier à sa bordure : d'un coup d'un seul tout pouvait se retourner et dégénérer. C'est d'ailleurs avec une certaine inquiétude que le Grand Argentier observait la colonne de fumée qui tranchait le ciel de sa noirceur, grand serpent noir que le vent porterait d'ici peu dans leur direction. Et s'il n'y avait pas de fumée sans feu, nul doute que le vent du sud annoncé par Clarence un peu plus tôt aurait grande influence sur l'incendie qui s'était déclaré au sud de la ville. S'il n'était pas maîtrisé rapidement, c'est toute la ville qui serait la proie d'un grand brasier, et alors Clarence regretterait très amèrement d'avoir dédaigné la protection inaltérable des murs de Castral Roc. Il fallait surveiller la progression de l'incendie car si celui-ci étendrait ses bras enflammés jusqu'aux abords de la ville haute, Clarence ne tenait pas à toster sur place comme une vulgaire poularde qu'on abandonne à la morsure de la fournaise. Il glissa quelques mots à l'oreille de son frère cadet dont il s'était rapproché pour laisser aux laquais de la maison Lannister toute la place nécessaire pour obéir aux ordres de leur maître qui avait demandé à ce qu'on apporte ici même une carte et de quoi restaurer les invités du Lion. « Reste à la fenêtre et surveille le feu. Si la fumée prend plus d'ampleur et si d'autres foyers d'incendie semblent apparaître, tu le signales. » Ser Calvin approuva la nouvelle directive de la tête et prit place à son poste avec toute la résolution dont il était capable. Il était de ceux qui obéissent et son frère de ceux qui commandent, les Sept en avaient décidé ainsi depuis toujours et ce n'était pas pour déplaire au chevalier qui préférait très largement la posture du commandité à celle du commanditaire.

S'appuyant sur la table de bois où le vieux parchemin d'une carte de la cité avait été étendu, Clarence observa avec grande attention la disposition des quartiers de Port-Lannis qui se déployait sous ses yeux en miniature. Ces maroufles de Fer-nés avaient bien de l'audace de s'en prendre ainsi à la troisième ville du royaume. Ce qu'ils cherchaient, ce qu'ils espéraient prouver demeurait un complet mystère, sauf à se convaincre que la folie de Dagon Greyjoy était bien réelle et qu'elle ne dissimulait rien de plus que sa propre dégénérescence. Ou était-ce que les dépositaires de la suzeraineté des Îles de Fer se croyaient assez forts et assez puissants pour porter la Couronne de bois flotté et s’asseoir sur le Trône de Grès au prix de défaites insensées ? Dagon Greyjoy irait-il ainsi jusqu'à Port-Réal en passant par Villevieille ? Lancerait-il ses seiches à l'assaut de cités fortifiées et averties de la menace, et bientôt se lancerait-il sur le continent à l'assaut des plus implacables forteresses ? C'était improbable, mais il fallait s'attendre à tout de la part de ces rustres sans cervelle ni honneur. Clarence observait la carte, et plus il la regardait, plus il se disait que l'ennemi aurait tout intérêt à prendre position sur les digues qui ceignaient la rade pour tenter d'utiliser et de retourner les balistes contre les forces Lannister, mais c'était un mouvement improbable de la part des Fer-nés qui seraient très certainement bien incapables d'utiliser à bon escient ces machines de guerre trop sophistiquées pour eux. Pourtant s'il y avait un traître parmi les hommes de l'Ouest et si ce traître était assez fortuné pour graisser la patte de quelques responsables et stipendier la basse soldatesque pour tourner les balistes du mauvais côté... un scénario catastrophe apparaissait dans l'esprit de Clarence, mais ce dernier semblait trop rocambolesque et il était peut-être plus probable de voir Dagon Greyjoy en personne se ruait dans la bataille sur le dos d'un dragon millénaire.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Dim 12 Fév 2012 - 4:00

Aliénor n’était pas fière sur ce coup. Elle aurait su elle-même se retrouver et reprendre la direction du Roc. Hors non, c’était son frère qui envoyait ses chevaliers la chercher. La petite lionne ne faisait pas exprès de se mettre dans l’embarras. Elle avait simplement la fâcheuse habitude de se mettre dans des positions désespérantes. Comme si les dieux s'amusaient à la vouloir sermonner. Elle n'était pas tête de linotte. Cette fois ci elle était seulement à la mauvaise place au mauvais moment. Personne ne lui voulait du mal. Elle était trop gentille pour ca. Bref personne ne comprenait rien avec elle.

Même si elle éprouvait une certaine colère, elle ne pouvait en vouloir au pauvre chevalier. Il ne lui avait rien fait. Il obéissait aux ordres. L’ordre était de la ramener auprès de Tybolt. Tôt ou tard, Ser Richard l’aurait fait.

Elle ne se fit pas prier deux fois. Elle ramassa ses effets qu'elle avait laissés dans le bureau du commandant et prit les devants en marchant rageusement. Elle était encore la sale gamine qu'on venait ramasser après une gaffe. Sans montrer son agacement, elle ne prit pas le temps de regarder le chevalier de l’ouest et remercia le commandant du guet. Quelle surprise ne fut pas l'arrivée de la lionne dans la cour ou se tenait sa monture. D'un air plutôt bête, elle regarda son Ser et soupira. Bizarrement les deux hommes n'étaient pas assez sots pour la laisser loin de castral roc. La petite lionne était piquée dans son orgueil, mais elle s'en remettrait.

Comme toujours ce n'est qu'une question de temps avant que ses bêtises ne la rattrapent.

Évites de lui dire si tu ne veux pas qu'elle te saute au cou. Ses griffes sont sorties, elle risquerait de t’éviscérer si elle le voulait.


Tybolt est dans la ville. Il désire que je lui sois ramené dans l'immédiat.


La lionne trop fière pour se laisser faire, grimpa sur monture sans l'aide du chevalier qui venait de proposer de l'aider en parfait gentleman. Les deux autres chevaliers fidèles serviteurs de la petite Lannister se regardèrent avant d’échanger un sourire. Inutile de provoquer les choses. L’escorte ainsi que les chevaliers de la dame prirent la direction de la haute Ville. Presqu’à mi-chemin, Aliénor stoppa sa monture et sentit son cœur se lever. Ser Richard empoigna les rênes et incita la lionne à continuer le chemin. Il était inutile de créer davantage de problème. Sans embûche, elle arriverait à destination. Elle ne bougerait plus les pieds cette fois. Elle avait au moins eu l’intelligence de se protéger. Encore, par chance seulement. Ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’Avoir tué. Aliénor n’était pas encore en totale sécurité sur les routes …

Suivant le chevalier à bon port, la jeune Lannister ne prit même pas le temps de laisser sa monture à quelconque personne. Elle la laissa seule, aux mains de ses chevaliers. Elle entra et ne se fit pas prier deux fois.

Dites à mon frère que je suis ici.


Sa voix n’était pas nette. Elle craignait les représailles.




 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 12 Fév 2012 - 16:21

La porte du septuaire fut ouverte après qu'un des soldats de Maura eut confirmé l'identité du prétendu chevalier. Finalement le nom mentionné n'était pas inconnu de la ménestrelle, elle l'avait déjà entendu au sein de la citadelle, elle avait cette « mauvaise » habitude de laisser ses oreilles trainées un peu partout et elle conservait en mémoire tout ce qu'elle entendait. Toute parole pouvait receler une information intéressante. Les nouveaux venus portaient les couleurs Lannister et une conversation s'engagea entre Maura et ses hommes. Sûre d'elle, la jeune lady informa son interlocuteur qu'elle ne bougerait pas du lieu de culte et donc qu'elle n'obéirait pas à Tybolt Lannister. Une femme de poigne, Jyanna appréciait cela. Puis la noble lui offrit l'opportunité de usivre les gardes jusqu'à la ville haute et donc de profiter de la sécurité offerte par les troupes du lord. Et elle ferait office de messagère par la même occasion.

Proposition alléchante, mais Jyanna se demandait s'il ne valait pas mieux rester dans un lieu qu'elle savait pour l'instant sûr, plutôt que de s'aventurer dans les rues de la ville sans savoir où se trouvait les zones de combats et de peut-être tombé sur les fer-nés. Elle n'avait aucune envie d'affronter ces pirates. Certes, elle devrait peut-être faire face à la populace en colère, mais elle considérait cela comme étant un moindre mal par rapport aux îliens. Elle avait peur et elle l'assumait, sa main crispée sur la lanière de son sac, Jinto toujours recroquevillé contre son cou. Si elle avait été assurée de ne rencontrer aucun problème sur le chemin elle serait partie.

- Je... vais rester ici, ma dame. Même si elle savait qu'une telle opportunité ne se représenterait pas de sitôt. Votre proposition est tentante, mais ne sachant ce qui se trame dans les rues, je préfère rester dans un lieu que je connais et que je sais pour l'instant hors d'atteinte des fer-nés.

Alors qu'elle venait de fournir sa réponse, le bruit de cor sonnant attira l'attention de curieux se trouvant près de la porte du septuaire. Intriguée, Jya se dirigea vers l'attroupement qui désignait une colonne de fumée s'élevant apparemment des chantiers navals. Nouveau vent de panique dans les rangs. Nouvelle traitrise des fer-nés certainement, la coïncidence était trop forte pour que cela soit le fruit du hasard.

Jyanna se tourna vers Maura qui venait de clore une discussion avec le capitaine de sa garde. Elle se demanda ce qu'ils avaient bien pu échanger, mais haussa les épaules. Elle fit part à la jeune lady de la nouvelle tournure que prenait la situation.

- Le feu risque de diviser l'efficacité des hommes de votre mari, en apportant une nouvelle source de tracas... Évident... Mais que pouvaient-ils faire? Aller prêter main forte? Suicidaire... Et surtout, les gens vont s'agiter de plus en plus, il va falloir faire attention... Si je puis vous aider....

Demande indirecte. Jyanna s'étonnait elle-même, elle n'était pas du genre à se préoccuper su sort d'autrui, mais étant donné que le sien était lié à celui des autres, autant s'assurer de sortir vivant de cette attaque.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 13 Fév 2012 - 0:51

Kaeril avait pout habitude d'être juste et d'assez bonne nature Golfag et Galmart le savaient, mais il y a avait autre chose qu'ils savaient c'est qu'ils y avait des limites à ne pas franchir. Malheureusement pour ces hommes il les avaient franchis, et s'adresser comme il l'avaient pour Kaeril s'en étais trop. Il avait quitté son val, sa femme, il endurais le fait de se battre au coté du guet au lieux d'être avec les vrais troupe, l'attitude de ce sales type le dégouttaient mais pour qui il se prenaient ces fils de chienne.


"Forgerons c'est ça? et bien tant mieux je suppose que tu dois aimer l'acier parce-que c'est de l'acier froids que je te réserve sale chien.
Je vous ais donner une chance de vous rendre et vous m'insulter ? Et bien soit vous l'aurez chercher. Soldats du guet il est temps pour nous de faire ce pourquoi le bon seigneur Tybolt nous emploie. Puisqu'ils ne veulent pas se rendre et se moque de notre clémence, ils accepterons surement avec moins de réticence notre acier. Désarmer-les et mettez-les au fer et s'il résistent encore tuez les . "


Comme un signal pour l'attaque il relâchât Saraus en disant

"Vasy mon beau" Saraus sauta à la gorge de celui qui s'était exprimer le premier et sa mâchoire, ses crocs cherchaient à déchirées la chair.

Kaeril avait fait une promesse et comme à son habitude il allait la tenir il attaquât donc le forgerons épée et bouclier au poing tandis que Golfag et Galmart chargeaient le reste des contrevenants les soldats guet suivaient heureux de prendre leur revanche ces pseudo dur à cuire.

Kaeril pris le combat au sérieux certes il s'agissait de personne non entraînées et mal armé mais les sous estimé c'était se mettre en danger, ça il en était hors de question le combat devait se dérouler rapidement si certains des agresseur se rendaient rapidement cela pourrait aller encore plus vite mais peu de chance que cela arrive vue leur précédente réaction.
Cela était désolant de voir tant de bêtise c'était pour Kaeril complètement aberrant de résister.
Il leur aurait suffit de se rendre mais leur obstination allait les mener à leur perte.

Kaeril attaquait avec un sang froids effrayant mêlé de dégoût, dégoût de la bassesse humaine à plusieurs contre un tavernier et voila qu'ils étaient forcé de faire de même pour sauver le vie du tavernier.
Quel gâchis ce serait, Kaeril espérait vraiment que devant cette démonstration de force ils lâcheraient leur armes et se rendent, évitant ainsi un bain de sang inutile.

La rapidité était de mise car il leur faudrait surement agir ailleurs dans la ville, faire partit du guet n'était pas une mince affaire et ce n'était pas l'action qui manquait finalement.
Cela n'était pas sans déplaire à Kaeril au final lui qui au départ avait peur de s’ennuyer et de manquer toute l'action se retrouvait en plein dedans il se passait beaucoup de chose en ville.

Et sentir la fièvre qui régnait en ville d'une certaine manière cela le réjouissait il ne restait pas la à rien faire bien au contraire, il se dit que cela s'avérerait une expérience enrichissante d'un certain point de vue. Finalement celui qui disait que chaque jour apportait son lot de leçon n'avait pas tord même pas tord du tout.

Néanmoins il se demandait ce que préparait les forces Lannister quels était leur plans quel serait leur prochaine action.
Car s'il restait concentré sur son combat il n'en restait pas moins curieux de savoir ce qui se passait ailleurs en ville.
Etant trop occupé à l'intérieur du bâtiment avec son combat il ne pouvait voir pour le moment que le feu s'était déclenché en ville.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 13 Fév 2012 - 19:20

Au cœur du poste de garde de la Ville Haute, lord Tybolt Lannister avait donné de nouveaux ordres. La ville s’agitait suite à l’annonce du feu et déjà les hommes du Guet convergeaient vers le quartier du Griffon pour stopper ce mal si terrible dans une ville de ce genre. Pendant ce temps, le Prince de Dorne, les ladies Mallister et Ferboys ainsi que leurs gardes étaient invités à passer la porte du quartier avant d’être conduits dans le corps du garde. On les convia à prendre place dans une petite pièce en attendant que lord Tybolt ne les reçoive. Mais cela allait sans doute prendre du temps puisque le seigneur de l’Ouest se décida d’abord à interroger le messager, demandant aussi que l’on apporte une carte et de quoi se restaurer au jeune lord Hightower.

Entrant dans la salle d’armes, lord Tybolt attendit qu’on lui amène l’homme porteur du message, ce qui ne tarda pas à se faire. C’était un homme plutôt âgé et qui avait tout d’un paysan… En tous les cas, il était évident qu’il n’avait jamais été soldat ou combattant. Une fois qu’ils furent seuls, ce dernier pâlit devant la situation qui se présentait à lui.
« M’sire, j’suis pas un bandit, j’vous jure ! J’viens d’un ptit village des montagnes qu’a pas d’nom. J’cultive les haricots ! Enfin, c’tait avant ça… Maintenant, j’ai plus rien et ma femme qu’est morte… » Levant les yeux un instant, l’air sérieux de lord Lannister le poussa à poursuivre, plus rapidement. « Y a queq’jours, un homme il est v’nu avec ce papier. Y m’a dit qu’y me donnait cent cerfs pour que j’vous apporte ça ce jour ! Et même qu’il allait m’en donner cent autres à mon retour. Moi j’ai trouvé ça facile et comme j’ai plus rien, j’l’ai fait. Mais j’sais rien, m’sire, j’vous l’jure ! » L’homme semblait sincère mais fallait-il le croire ? Quoi qu’il en soit, il tendit au seigneur un pli scellé dont le sceau lui était inconnu. Ce pli contenait le message suivant :

Sargon Harloi sera présent dans la flotte qui attaquera Port-Lannis.

Un ami

[HP : Tybolt, je te laisse décider ce que tu fais au niveau de tous tes invités ^^ Si tu as des questions, n’hésite pas !]

*** *** ***

A l’intérieur du septuaire, alors que lady Maura s’entretenait vivement avec les hommes de lord Lannister, la jeune Jyanna s’était dirigée vers les portes du bâtiment pour chercher à repérer l’endroit d’où ce son de cor provenait. Il ne lui en fallut pas plus pour constater que de la fumée s’élevait du sud de la ville, ce qui ne présageait rien de bon… Elle fit alors part de ses conclusions à la dame et attendit que cette dernière prenne une décision. Elles allaient sans nul doute devoir agir vite si elles voulaient demeurer en sécurité ici…

Pendant ce temps, le capitaine de la Garde du Lion était sorti et avait parcouru la route jusqu’à la Porte d’Or, s’assurant qu’il n’y avait ni combat ni dangereux brigands dans les environs. Tout semblait parfait et il avait fait le nécessaire auprès des hommes de la porte pour qu’on leur offre un passage rapide s’ils en avaient besoin. Mais alors qu’il revenait vers le septuaire, un soldat du Guet, blessé, s’approcha de lui.
« M’ser ! Sur le marché, plus loin ! Des hommes viennent… Ils sont armés… Tué le sergent. Ils veulent la lady, qu’ils ont dit. Ils savent qu’elle prie ! Vite ! » Ce furent ses derniers mots. S’il ne voulait pas perdre la tête, le capitaine de la Garde devait faire vite. Il devait à tout prix protéger sa dame et surtout, espérer pouvoir ensuite quitter le septuaire, vivants… [HP : Je vous laisse voir ensemble ce que vous décidez de faire !]

*** *** ***

Après avoir pris la décision de suivre le jeune soldat Karl jusqu’à la Ville Haute, lady Aliénor fut introduite dans une pièce du corps de garde où elle allait devoir attendre. Le soldat du Guet resta lui-même dans les environs, comptant bien se voir donner la récompense annoncée plus tôt par son seigneur ! Mais nul doute que cette situation risquait encore plus de dissiper les pensées du jeune seigneur de l’Ouest qui avait déjà tant à faire… Parfois, il était bien difficile de diriger, surtout quand les éléments et les membres de sa propre famille faisaient tout pour vous donner des cheveux blancs… [HP : Je te laisse voir avec Tybolt comment vous faites ^^ A moins que tu ne décides de quitter la pièce pour aller voir Rivanon, Edarra et Trystan ou que tu ne montes rejoindre Clarence. Libre à toi !]

*** *** ***

Devant le bordel de l’Aubade de la Lysienne, Eva avait répondu au jeune garde par la négative, ce qui n’était pas pour lui plaire. S’il avait voulu coucher avec une vieille femme, il aurait pu aller où il voulait ! En plus, ce n’était pas une Lysienne donc il n’avait aucun intérêt pour sa proposition. Après tout, il ne voulait pas d’une femme mais bien d’une de ces Lysiennes si réputées pour leurs talents… « Vous s’vez, comme j’vous dis l’lord il a fermé la Ville Haute. Y a qu’les nobles qui peuvent y rentrer. Les aut’portes sont fermées aussi donc vous êtes coincées sur le port. Et si les Fer-nés débarquent… » Tout ça, c’était la logique même. L’endroit le plus menacé en cas de débarquement, c’était le quartier du port et il ne fallait pas être un génie pour le comprendre. « Mais mon frère travaille à la porte de la ville basse. Il peut nous faire entrer et nous cacher dans un entrepôt du Guet. C’est surveillé, y aura rien à craindre. Mais c’est dangereux donc j’le fais pas pour rien… Au moins une Lysienne… » Il ne souhaitait pas lâcher le morceau, c’était ça ou rien. Au pire, lui irait se mettre à l’abri et elle resterait là, à la merci des Fer-nés qui allaient sans doute s’occuper eux-mêmes des Lysiennes en question… « Mais si vous voulez vous débrouiller… » Le jeune homme fit alors volte-face et il commença à marcher en direction de la porte close du quartier…

Pendant ce temps, Lollys se retrouvait bel et bien coincée à la porte de la Ville Haute, sans aucun espoir de pouvoir y entrer. Si elle restait là, elle prenait le risque de se faire piétiner par la foule en colère… Il lui fallait trouver une cachette, et vite.
[HP : A toi de décider ce que tu fais !]

*** *** ***

S’il y avait une chose que Kaeril Corbray ne semblait pas avoir compris, c’était que malgré son rang, il n’avait aucun droit d’attaquer des gens innocents sans la moindre raison valable. Et s’il fallait avouer une chose, c’était que les huit hommes de l’auberge n’avaient pas commis le moindre crime, si ce n’était celui d’entrer sans y être invités dans un établissement public clos. Cela aurait du être puni par une nuit d’emprisonnement dans les cellules de la caserne du Guet, mais l’arrogance du seigneur du Val l’avait finalement poussé à les attaquer… Voyant le molosse de combat se jeter sans raison sur l’un des hommes en le mettant à mort, les hommes du Guet ne bougèrent pas. Ils étaient fiers de leur fonction et savaient respecter les règles. Règles que le seigneur du Val avait transgressées dans leur totalité, menaçant de mort les hommes dès son arrivée sans même avoir pris la peine de comprendre la raison de leur présence…

Finalement, alors que deux des huit hommes avaient déjà été mis à mort par lord Corbray et ses chevaliers – bien que l’on pouvait douter de cette condition après l’exemple qu’ils venaient de donner – et que deux autres avaient été gravement mutilés, le sergent du Guet fit un pas en avant et s’adressa directement au seigneur originaire du Val.
« Au nom du Lion, cessez immédiatement vos actes ! Vous êtes actuellement soumis à l’autorité du Guet et cela ne vous autorise en aucun cas à attaquer des civils innocents et désarmés ! Déposez immédiatement vos armes, rappelez votre molosse et reculez ! Le seigneur du Roc décidera lui-même de votre sort ! » Se tournant ensuite vers les pauvres citoyens terrorisés, le sergent posa la question que lord Corbray aurait du poser en premier, avant de lancer des menaces de mort… « Quant à vous, quelle est la raison de votre présence ici ? » Levant les yeux brièvement, l’un des hommes s’écarta pour se mettre à l’abri derrière les hommes du Guet avant de prendre la parole. « Comme on l’a dit, s’type y sait pas s’qui’s’passe ! L’aubergiste, c’est un tueur ! Y a cinq ans d’jà, il avait tué une pov’fille, mais personne a pu l’prouver. Et là, y profite qu’y a les pirates et il a enfermé la fille d’Robb, le forgeron qu’ce foutu seigneur vient de blesser ! J’suis sûr que pendant qu’y nous attaquait, l’aubergiste il l’a tuée ! »

L’homme s’effondra alors et lord Corbray put se rendre compte de la stupidité de ses actes. Il avait attaqué de pauvres innocents, commerçants du quartier, alors que ces derniers avaient tenté de libérer une pauvre fille retenue prisonnière par l’aubergiste qu’il avait mis tant d’ardeur à protéger… Aubergiste qui était visiblement déjà connu pour des crimes passés bien qu’il ait pu s’en sortir à cette époque… Les hommes avaient eu raison. Il n’était qu’un étranger et il n’y connaissait rien. Il avait agi sottement et il devait maintenant assumer ses actes. Il avait fait tuer deux hommes, en avait gravement blessé deux autres et avait certainement provoqué la mort de la jeune femme… Cela n’allait pas plaire à lord Lannister qui allait devoir décider lui-même se son sort et de celui de ses hommes. Le sergent se tourna alors vers l’un des hommes. « Toi, va à la caserne et demande au commandant de venir. Fais aussi prévenir le seigneur. C’est à lui de décider ce qu’on va faire. » [HP : Tu as pris ta décision, il faut donc l’assumer. Inutile d’aller éditer encore une fois ton message pour corriger tes erreurs ! Je te laisse donc réagir à la situation, à toi de faire en sorte de ne pas aggraver ton cas x)]

*** *** ***

Alors qu’Elyn Bonfrère avait réussi à tuer les gardes qui surveillaient la porte du chantier naval de Port-Lannis, Deirdre Pyke devait faire de même avec ceux qui étaient restés à l’intérieur. La plupart des hommes étaient partis éteindre les feux, mais il en restait néanmoins pour protéger l’accès principal, dernier rempart à leur plan d’attaque. Après de longues minutes d’un combat intense et prenant, Deirdre avait finalement réussi à tuer l’homme avec l’aide de son amie. Cette dernière avait en effet pu rentrer dans l’enceinte grâce au second homme de Tarbeck qui avait ouvert les portes du chantier. La charrette d’huile les suivait de près, mais ils ne furent pas assez rapides que déjà la situation se compliquait un peu plus…

Alertés par les bruits de combat, les autres soldats du chantier arrivaient vers eux en courant. Ils devaient être environ huit, les autres s’occupant toujours des divers départs de feu. Les Fer-nés firent leur possible pour laisser le champ libre à Deirdre, occupant au maximum les combattants. Ces derniers ne tentèrent d’ailleurs pas de franchir le mur de lames puisque c’était somme toute très dangereux à faire si l’on voulait survivre. Ils espéraient donc se débarrasser rapidement des pirates avant de s’attaquer au chariot…

Poussé par Deirdre et son acolyte, ce dernier avança doucement et ensemble, ils commencèrent à déverser leur huile, parfois interrompus par des ouvriers qui cherchaient à les en empêcher mais qui le regrettaient bien vite. Pendant ce temps, Elyn et ses hommes faisaient face à diverses vagues de soldats et malgré les blessures et les pertes, ils semblaient tenir bon. Mais un son de cor leur noua les tripes et ils savaient qu’ils ne devaient plus trainer, maintenant… Reculant petit à petit tout en combattant, ils pouvaient voir Deirdre virevolter derrière eux pour tenter de mettre le feu aux installations. Il était difficile de savoir si tout allait vraiment brûler, mais même si ce n’était pas le cas, les structures seraient malgré tout endommagées… Les feux prenaient, l’un après l’autre, et si certains restaient petits, d’autres créaient des flammes gigantesques. De quoi ravir un prêtre rouge… Mais ce n’était pas le moment de s’en réjouir car déjà des hordes de soldats du Guet pénétraient par la porte laissée grande ouverte des chantiers. Si les Fer-nés ne fuyaient pas rapidement, ils mourraient très certainement. Ou pire…
[HP : A vous de détailler la manière dont vous tentez de fuir !]

*** *** ***

Sur la Veuve Salée, les ordres donnés par Sargon Harloi avaient permis d’éteindre rapidement le feu qui menaçait d’en brûler la voile, mais ça ne réglait pas tous les autres problèmes pour autant. Aaricia Greyjoy était en effet tombée à l’eau et la repêcher n’était pas une mince affaire, surtout quand on se trouvait au cœur d’une bataille, entouré de dromons ennemis prêts à vous noyer sous une pluie de flèches enflammées… Toutefois, l’opération de sauvetage fut rondement menée et la jeune femme fut ramenée à bord saine et sauve. Mais il fallait maintenant poursuivre l’attaque… Malheureusement, les ordres donnés par lord Lannister étaient suivis à la lettre et chaque nouvelle approche d’un navire de l’Ouest était accueillie par une pluie de flèches enflammées… Fallait-il vraiment prendre ce risque ou valait-il mieux attendre à l’écart ? Mais attendre quoi ? Et puis, avec une femme enceinte à bord… Mais quel merdier ! C’était d’ailleurs sans compter Yoren qui venait de signaler à son capitaine l’étendue du feu qui embrasait la ville… Il était temps d’en finir ! [HP : Je te laisse décrire tes manœuvres d’approche. C’est la Corneille qui en donnera le résultat !]

Plus loin, le Cruel était devenue la cible d’un nouveau dromon qui cherchait à le transformer en pelote d’épingles à l’aide des flèches de ses archers. Le boutre tentait de naviguer au mieux de ses capacités afin d’y échapper, mais ce n’était pas une chose aisée ! Et malheureusement pour lui, être ainsi prit pour cible par deux navires de guerre n’allait pas arranger les choses, surtout quand, profitant de cette situation désespérée, un troisième bateau vint s’ajouter à la partie… Sorti de l’ombre du dromon que tentait d’éviter le Cruel, ce dernier navire surprit tous les Fer-nés qui ne parvinrent pas à changer de cap à temps et qui furent éperonnés de plein fouet. Dans un horrible craquement de bois, le Cruel fut déchiré en deux par la force du choc, tandis que le dromon poursuivait sur sa lancée. Certains des marins coulèrent à pic, mais d’autres restèrent à la surface de l’eau quelques temps. Si leurs alliés ne pouvaient pas venir les récupérer au milieu des navires de l’Ouest, il n’y avait aucun doute sur le fait que les forces de lord Lannister feraient des prisonniers…

La Veuve Noire demeurait encore à l’écart, attendant une occasion de pouvoir attaquer sans risque, mais ça semblait plutôt improbable pour le moment… Sur le Fils du Roc, à force de coups portés sur la porte, le second du navire parvint enfin à l’ouvrir non sans se blesser sérieusement à l’épaule. Mais au moins, il pouvait maintenant remonter sur le pont et aider son capitaine avant qu’il ne se fasse démolir par le colosse des Cités Libres.
[HP : Libre à toi de finir le combat. Ils sont à deux contre un, donc tu peux gagner ^^ Tente juste de rester réaliste Very Happy Et ensuite, à toi d’aviser pour la suite !]

*** *** ***

Le port était totalement sécurisé, mais l’endroit critique était maintenant situé ailleurs, au niveau des chantiers navals. Le feu risquait de s’étendre et de provoquer une catastrophe… Mais les précautions prises par lord Lannister grâce aux prévisions de lord Hightower allaient grandement changer la donne ! D’ailleurs, en y prêtant attention, on pouvait constater que le vent avait finalement bien changé de direction ! Depuis combien de temps, c’était difficile à dire, mais il soufflait maintenant du sud vers le nord…

Dans le poste de garde, lord Clarence eut la surprise de voir débarquer un nouveau garde, énième message envoyé par le Guet. Surpris de ne pas découvrir lord Lannister, l’homme s’adressa donc à lui.
« Messire… Savez-vous où se trouve le seigneur ? Le commandant du Guet aurait besoin de lui… L’un des seigneurs du Val a provoqué des problèmes au Griffon et le commandant sait qu’il ne pourra rien faire parce que l’homme le traite de haut. Il est pourtant patient… Mais seul le lord pourrait s’en occuper… » Attendant une éventuelle réponse, il laissa planer un petit silence avant de reprendre. « Votre homme est chevalier ? Vous êtes… un lord ? Peut-être pourriez-vous nous aider ? » L’homme ne savait pas du tout si c’était envisageable, mais la présence d’un seigneur de sang ne pourrait que les aider. Le commandant savait que malgré son rang, il n’était qu’un roturier et il avait vu à quel point le seigneur originaire du Val se pensait supérieur. Il avait horreur de ces gens-là, mais il n’y pouvait rien… L’intervention du Lion serait exemplaire, mais il devait avoir d’autres chats à fouetter. Alors peut-être que ce lord…

Avant que lord Clarence n’ait pu donner sa réponse, son frère toujours présent à la fenêtre l’appela. Il semblait en effet que bien que le feu ait gagné en intensité, il ne s’étendait pas réellement, dévastant certes les chantiers, mais épargnant le quartier alentours. Toutefois, ce qui l’avait interpellé, c’était autre chose. En mer, loin vers le sud, près de l’horizon, on voyait quelque chose. Il n’aurait su dire ce que c’était, mais il semblait évident que ce devaient être des navires. Mais quels navires, c’était une bonne question…
[HP : Je te laisse décider ce que tu veux faire ^^ Tu peux suivre l’homme pour rejoindre l’endroit où se trouve Kaeril, mais tu peux aussi aller faire un tour au niveau de l’incendie ou sur le port, tes conseils pouvant éventuellement servir là. A toi de voir !]


HP : Voilà x)
Nouveau message ! Vous avez de brèves consignes en HP dans chaque section. Si vous voulez des précisions, merci de me MP !

Je posterais un message dès que vous aurez besoin d’une intervention du MdJ. Sinon, le prochain message de relance viendra encore une fois en fin de semaine ! Les annexes seront mises à jour dans la soirée ! Donc patientez avant de signaler que les choses ne sont pas correctes ! Razz

Pour finir, quelques petits rappels :

- Merci de privilégier les réponses à l'intrigue avant vos autres RP ! Sinon, vous risquez de pénaliser 14 autres joueurs, ce qui n'est pas rien !

- Les RP devront faire un maximum de 800 mots. Merci de respecter cela sans quoi le rythme du MdJ (et donc de l’intrigue elle-même) en pâtira.

- N'hésitez pas à relancer l'intrigue selon vos envies et vos idées. Les initiatives pourront être récompensées !

- Les aptitudes ne sont que des guides pour le MdJ. Tentez de les respecter au mieux, mais ne vous privez pas pour autant du jeu ! Le plus important reste malgré tout le RP !

- Les résultats des combats seront donnés par le MdJ, à moins que ce dernier ne vous ait indiqué par avance que vous pouviez tuer le PNJ correspondant. N’hésitez donc pas à indiquer clairement (en gras), une demande d’intervention du MdJ dans votre message ! Notez aussi que bien que les PJ ne puissent pas être tués, ils peuvent subir les conséquences de leurs actes, tout comme les PNJ (qui eux peuvent mourir !). Donc réfléchissez bien avant d’agir !

- N’oubliez pas de consulter les aides de jeu indiquées dans la signature de la Corneille !

Bonne chance !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 13 Fév 2012 - 22:46

Finalement, la jeune ménestrel ne semblait pas vouloir quitter le Grand Septuaire de Castral Roc pour gagner la sécurité de la Ville Haute sans doute mieux défendue que ne l’était le reste de Port-Lannis. Elle la comprenait : quelle meilleure protection que la foi et les Sept ? Elles avaient quelques épées. Et l’on ne viendrait certainement pas l’enlever. L’enlever… La jeune femme blêmit brusquement. Le susnommé Russel partait avec ses ordres et, durant une fraction de seconde, elle fut tentée de courir après lui et de s’accrocher à ses bottes pour qu’il l’emmène avec elle retrouver les bras réconfortants de Tybolt. Un simple regard autour d’elle la dissuada d’agir ainsi. Les gens attendaient d’elle qu’elle les guide et les protège. Et sans doute les sauve… Elle doutait pouvoir faire grand-chose face à une horde de Fer-nés ceci dit mais ces murs seraient sans doute leur plus sûre protection. Pour elle et pour ces pauvres gens.

 « Les hommes de Lord Lannister…Pas de mon époux. Souviens-toi de cela. Ils feront ce qu‘il faut.» Une manière comme une autre de prévenir aimablement qu’elle devait mettre un bœuf sur sa langue ou qu’il lui en coûterait.  « Il n’y a pas grand-chose à faire. Je ne peux pas faire apparaître des défenseurs par magie, les Fer-nés sont toujours à l’extérieur des murs à ce qu’il semblerait et je n‘ai pas de dragon dans la poche pour aller les exterminer. Tout ce qui est en notre pouvoir est de prier. » A quoi donc cela servait de s’escrimer à chercher des solutions. Elle n’allait pas sortir, monter à cheval et mener des hommes à la bataille. Joignant le geste à la parole, elle suivit son inspiration et, tranquillement, se mit à genoux afin d’implorer le Guerrier de leur venir en aide. Le tout avec calme et componction.

Jusqu’à ce qu’un bruit de bottes, lourds, résonnent dans l’antre sacrée, s’approchant d’elle de plus en plus vite. Elle se signa sept fois avant de soupirer et de se lever pour faire face à un capitaine de la garde du Lion cette fois-ci bien plus résolu que la dernière fois qu’elle l’avait envoyé voir si les roses ne poussaient pas mieux à Hautjardin. Elle leva vers lui des yeux interrogateurs. Que se passait-il cette fois ? Le Dieu Noyé était-il apparu pour dire qu’il allait s’occuper personnellement de lady Maura Lannister ?


 « Nous devons partir, ma Dame. Des hommes viennent pour vous. Pas des Fer-nés à priori. Ils ont tué un sergent du Guet. Il est temps de rejoindre la sécurité de la Ville Haute, plus que temps. Même avec les Fer-nés encore dehors, d‘autres ennemis semblent se dresser contre vous. »

Un bref silence accueillit cette annonce et elle se souvînt de ce que Tybolt lui avait dit à la suite de l’attaque non loin de Falaise. Certains ne voyaient pas forcément d’un bon œil la présence de la dame du Val entre ces murs. Elle jeta un coup d’œil autour d’elle, si des hommes entraient ici, ce serait un massacre.

 « Nous y allons. Par le marché de l‘or, nous irons peut-être plus vite. Vous pouvez venir avec nous Jyanna, si vous voulez.» déclara-t-elle avant de se rapprocher du mendiant.  « Des hommes se dirigent vers le septuaire pour m’enlever ou pire… Je n’attirerai pas un bain de sang sur la demeure des Sept. Lord Tybolt ne laissera pas les Fer-nés entrer dans la cité. Restez ici où vous serez protégés jusqu’à la fin de la bataille. Et priez le Guerrier pour la victoire de nos armes. » Puis après une brève parole de bénédiction, elle tourna les talons pour rejoindre la porte devant laquelle étaient stationnés les montures. Ils ne leur restaient plus qu‘à partir pour rejoindre la sécurité en priant pour avoir suffisamment d‘avance sur les hommes envoyés après Maura. Aidée d‘un chevalier, elle enfourcha son grand destrier laissant le cortège se former autour d‘elle pour partir au galop en direction de son époux.


Dernière édition par Maura Lannister le Jeu 16 Fév 2012 - 5:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Lun 13 Fév 2012 - 22:55

Encore un messager ! Décidément ces derniers occupaient les rôles clefs de la scène qui se jouait en ce moment même à Port-Lannis ! Porté par le vent du sud qui avait bien fini par se lever, un garde pénétra dans la pièce avec empressement. De toute évidence, il avait couru, et semblait chercher quelqu'un du regard, peut-être lord Lannister qui avait quitté l'étage quelques instants plutôt ? Jouant d'une malchance fortuite, il ne trouva que Clarence et son frère, toujours en poste de vigie à la fenêtre. C'est à lui cependant qu'il s'adressa, d'une voix haletante, pour lui faire part d'une situation fâcheuse « au Griffon », que Clarence identifia comme l'un des quartiers qu'il avait vu sur la carte. L'un des seigneurs du Val causait des problèmes. « J'ai peur que lord Lannister soit occupé... » répondit-il dans un souffle, et comme pour lui-même. Défendre la cité de Port-Lannis n'était pas déjà une mince affaire, alors s'il devait en plus s'occuper des têtes brûlées parmi les troupes envoyées depuis le Val. Qu'un soudard cause des soucis dans la panique qui avait pris la ville à l'approche des voiles menaçantes, c'était compréhensible, mais qu'un seigneur du Val soit à l'origine de troubles restait une grande surprise. Ce n'était peut-être rien mais Tybolt Lannister devait être mis au courant. « Ser Calvin est chevalier, je suis lord Hightower. Lord Lannister a... » Mais avant d'avoir pu achever sa réponse, son frère cadet l'interrompit, car il avait vu à la fenêtre quelque chose de nouveau et d'intéressant. Clarence eut toute l'opportunité de voir loin au sud quelques points mouvants sur l'horizon marin. Des navires s'approchaient, profitant du vent, et ils seraient bientôt là pour s'ajouter peut-être à la bataille navale, mais pour l'heure il était impossible de savoir d'où provenaient ces navires... Tybolt Lannister avait évoqué un navire, le Lord Damon, peut-être s'agissait-il d'une section de la flotte du Lion qui revenait d'une mission dans le sud ? Rien n'était sûr, ce pouvait également être une flotte ennemie venue en support des boutres fer-nés déjà aux prises dans les combats bordant la rade du port. Comme un coup de fouet, cette nouvelle information le vivifia et c'est d'un air décidé qu'il se tourna vers le messager en l'invitatant à approcher pour voir par lui-même. Plein de calme et d'assurance, il le devança dans l'escalier. « Venez avec moi. Nous allons informer lord Lannister, et je vais venir avec vous mais il faudra tout me raconter en chemin. Calvin, dépêche toi ! » Au bas des escaliers, dans la pièce du rez-de-chaussée du corps de garde, ils ne trouvèrent pas le suzerain des Terres de l'Ouest. Où était-il ? Ils n'avaient pas le temps de vagabonder dans le bâtiment à la recherche du Lion, alors Clarence interpella l'un des soldats présents aux alentours : « Dîtes à votre maître que des navires arrivent du sud, ils sont encore trop loin pour les identifier mais ce n'est plus qu'une question de temps. » Se tournant vers le messager, il enchaîna en s'avançant vers l'extérieur : « Allons jusqu'au port pour prévenir le responsable de l'arrivée prochaine d'une flotte, ensuite, nous nous occuperons de ce seigneur du Val trop agité. D'ailleurs, dîtes moi ce qu'il en est de ces « problèmes » dont vous avez parlé. » C'est à cheval qu'ils quittèrent la Ville Haute, les deux frères menés par le messager qui leur permit de passer les portes comme précédemment, quand il était entré pour porter son message depuis le faubourg du Griffon.

Gagner la zone du quartier du port où étaient réunis les soldats en charge de sa défense parmi lesquels se trouvaient sûrement des responsables fut assez compliqué car les rues étaient encore aux prises avec une agitation certes moindre qu'auparavant mais toujours remarquable. Cependant Clarence comme Calvin avait l'habitude des grandes cités et savaient s'y déplacer sans trop de problèmes. Filant droit au sud, le messager lui fit le bref récit des exploits du seigneur du Val, et Clarence crut ne pas en revenir. Une telle inconscience était-elle seulement possible ? Une fois arrivé à la pointe sud du quartier du port, Clarence s'approcha de la tour près des digues, où il trouva quelques uns des soldats Lannister parmi ceux qui manœuvraient les balistes positionnées sur les digues bordant la rade du port. Le spectacle de la bataille était fascinant et chaotique. Clarence interpella l'un de ces soldats qui s'apprêtaient à rejoindre l'une des balistes sur la digue.
 « Tiens, un dragon d'or pour toi si tu fais passer ce message jusqu'à tes supérieurs : une flotte arrive du sud. Et ne tarde pas, si l'information traîne, je le saurai. » Sa voix n'était pas menaçante. Il jeta la pièce d'or en direction du soldat qui la saisit sans peine d'une main sûre. Ajoutant comme un mensonge, mais il se dit que cela redonnerait du courage et un regain de force aux hommes qui manœuvraient les machines de guerre « Le Lord Damon revient et prendra les fer-nés à revers. La victoire est proche ! » Clarence s'étonna lui-même de l'entrain qu'il mit dans ses intonations. Mais sans attendre il filait vers le faubourg du Griffon, en compagnie du messager et de son frère.

[HJ : - 1 Dragon d'Or dans la bourse de Clarence // MdJ : Le soldat transmet-il l'information?]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 13 Fév 2012 - 23:20

Lolys était toujours à la porte et impossible pour elle de passer, elle essaya de parler à un garde, mais fut de nouveau repoussée par la foule en colère, elle aurait été prête à fière n’importe quoi pour passer les portes ou trouver une cachette ? Elle avait été vraiment idiote de ne pas écouter Eva, pourquoi avait elle eut si peur, pourquoi était elle partie, au moins, dans le bordel elle était à l’abri de cette folie. Elle n’aurait pas été tuée sous les piétinements des habitants de Port Lannis, là elle allait mourir à cause des siens, à cause des soldats qui bloquaient la porte et à qui elle avait probablement vendu ses services, à cause de tous les marchands, artisans, hommes, femmes et enfants apeurés pour les uns, furieux pour les autres, elle se mit à pleurer à cette idée. Elle tenta une nouvelle percée vers un garde qu’elle avait reconnu, mais tomba à terre et fut piétinée pendant plusieurs minutes.

Elle sentait les pieds sur elle, sur ses jambes ses bras, sur son buste et sa poitrine, plus ça allait moins elle arrivait à trouver de l’air, et elle criait pourtant, elle criait de toutes ses forces mais personne ne l’entendait. Elle essayait de s’agripper aux gens, de leur faire savoir qu’elle était là en dessous d’eux, ils ne la voyaient pas et pourtant elle, elle ne percevait qu’eux leurs visage au dessus d’elle, leurs yeux qui ne la discernaient pas, elle criait mais de moins en moins fort car elle n’arrivait plus à respirer, elle suffoquait, toussant et essayant entre deux quintes d’inspirer, mais on lui marchait sur les poumons, elle ne pouvait rien faire contre cette marrée humaine qui la submergeait. Elle allait mourir, elle sentait ses forces l’abandonner, elle avait mal partout, mais petite à petit elle ne sentit plus rien, simplement sa bouche, il y avait du sang, son nez, elle n’arrivait plus à respirer, même plus à crier, elle allait perdre connaissance quand elle sentit des mains la saisir sous les aisselles et la soulever elle put prendre une grande respiration et se fut comme une renaissance, elle était vivante !

L’homme qui venait de la sauver elle le connaissait, c’était un docker, un client et un ami, elle lui sourit et il l’emmena à l’écart de la foule pour qu’elle se remette de ses émotions, elle était en sang, ne ressemblant plus à grand-chose, mais il lui parla comme si de rien n’était et cela lui fit grand bien, elle était à l’abri, dans une petite ruelle où personne ne s’était aventuré, peut-être pas le meilleur endroit, mais bien mieux que sous les pieds de la foule malgré tout.

***

Heureusement pour le petit soldat, Eva n’avait pas la capacité de lire dans ses pensées, cependant, elle vit à sa mine défaite que se taper l’ancienne maitresse du Lion Gris n’était pas ce qu’il escomptait, était-elle donc si abimée par les années à moins de trente ans ? Incroyable, et pourtant son charme opérait sur la plupart des hommes, nobles ou roturiers, et lui cet imbécile, cela ne lui suffisait pas, pourtant c’était une belle offre, il aurait dû s’en rendre compte, car elle ne la ferait pas une seconde fois. Elle était hors d’elle et si elle en avait eut la possibilité elle l’aurait tué sur place, mais il ne s’agissait pas de se mettre à dos les forces du guet, et avec un seul garde tout ce qu’elle gagnerait serait un séjour dans les geôles, et sans garantie que Tybolt l’en fasse sortir.

« Si les Fer-Né débarquent, je mourrais, mais tu mourras aussi très probablement à moins de te mettre à l’abri avec nous… »

Effectivement c’était risqué, mais elle ne pouvait pas se résoudre à brader les lysienne, même une seule d’entre elles, et ce sans leur consentement, elles n’étaient pas des esclaves et elles avaient trop d’importance pour leur donner envie de partir en agissant à la hâte, toute décision régit par la peur était une mauvaise décision. Pour rien ?! Il la considérait donc comme rien ?! Le visage de la dorienne prit une teinte aussi écarlate que la bannière de son maitre et elle lança à l’homme un regard plein de couteaux et de venin avant de répliquer en s’approchant doucement de lui abandonnant toute prudence sous le poids de son orgueil bafoué.

« RIEN ?! Sais-tu seulement qui je suis imbécile ?! J’ai été la maitresse de Damon Lannister, et avant lui bien des seigneurs ont succombés à mes charmes, tu devrais être honoré que j’accepte de coucher avec toi, même pour sauver ma vie ! Va-t-en si tu veux, mais si tu refuses de m’aider, je ferais tout pour que tu perdes ta place et même peut-être d’avantage ! A ta place je prierais pour mourir sous les coups d’un Fer-Né car tu n’as aucune idée de ce dont je suis capable ! »

Luc était prêt à la défendre conscient que ses remarques n'allaient peut-être pas plaire au jeune homme, cela dit il n'avait probablement pas que ça à faire de s'occuper d'une vieille pute complètement folle qui le menaçait gratuitement, que pourrait-elle donc bien faire... s'il savait !
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 14 Fév 2012 - 14:13

     La colère du capitaine ne s'était pas calmée, malgré le geste que la jeune femme avait eu à son encontre en posant sa main sur son bras comme pour lui faire savoir quelque chose. Buté, Sargon garda les yeux fixé sur le Dromon qui se dressait assez loin d'eux alors qu'Aaricia ramassait son arme pour finalement déclarer que si elle lui avait dit quoi que ce soit, il ne l'aurait pas jugée capable de se battre. Des excuses, voilà tout ! Le Harloi n'avait pas envie de se parasiter l'esprit avec des pensées négatives désormais, même si cela semblait partir d'une bonne intention, la tentative de la demoiselle avait échoué. Lorsqu'elle se tut après avoir clairement dit qu'elle accepterait son choix, même s'il signifiait pour elle de rester sur la Veuve Salée, il la regarda quelques secondes, avant de répondre d'un ton exprimant clairement la colère qui l'habitait. Pas forcément à l'encontre de la jeune dame, mais contre lui-même, pour ne pas l'avoir vu avant.

     ▬ Vous m'avez toujours dit que je ne vous traitais pas comme les autres hommes, vous auriez pu vous douter qu'enceinte ou non, je ne vous aurais pas considérée comme faible. Mais il suffit, nous avons une bataille à mener, il sera toujours temps de régler cela plus tard si je survis. »

     Ils devaient se concentrer sur leur objectif qui consistait à détruire le plus de Dromons possibles. Mais visiblement lord Lannister semblait désireux de leur gâcher le plaisir en enflammant tout ce qu'ils approchaient. Sargon serra les dents d'impuissance et de colère, avec une femme enceinte à bord il ne pouvait pas risquer cela, il ne pouvait pas risquer la vie de leur futur lord suzerain ! Yoren s'approcha alors de son capitaine pour lui faire savoir que le feu qui avait pris dans la ville devenait de plus en plus dangereux, il allait falloir évacuer les filles rapidement. Le Harloi ordonna à son second de mettre le cap sur le chantier naval, une ligne de Dromons était visible non loin de là, mais ils allaient devoir la traverser pour atteindre leur objectif. Yoren s'éloigna avant d'attraper la corne de brume accrochée autour de son cou pour souffler dedans et attirer l'attention des trois autres boutres qui se trouvaient non loin de là. Un signal déterminé qui signifiait qu'ils allaient avoir besoin de leur aide. La Veuve Salée se dirigea donc vers le chantier naval, rapidement rejoindre les trois autres boutres qui voguaient à la même vitesse, ils allaient servir de couverture au boutre du Harloi pour que celui-ci puisse rallier la ville avec le moins de perte possible. Se détournant de Yoren, Sargon attrapa le bras de Aaricia pour la pousser vers le mât.

     ▬ Abritez-vous ! Nous allons certainement recevoir une pluie de flèches, restez hors de leur portée et protégez-vous ! »

     Son ton ne laissait aucune réponse possible. Sargon s'éloigna alors de manière à se positionner à l'avant du boutre pour estimer la distance qui le séparait encore du chantier naval où Deirdre et Elyn devaient certainement attendre d'être ramassée. Ils pouvaient se glisser entre deux Dromons qui formaient un mur assez ouvert pour le laisser passer, mais les navires possédaient des archers et certains des balistes, de quoi défoncer une coque sans difficulté. Tournant la tête sur le côté, le Harloi pu voir les autres capitaines lui faire signe qu'ils allaient occuper les Dromons les plus proches tout en essayant de garder le chemin ouvert. Leur approche de la ville allait certainement rameuter d'autres Dromons, mieux valait agir rapidement. Les rameurs reçurent l'ordre de ramer aussi rapidement que possible le temps de passer devant les archers de lord Lannister, tandis que les autres matelots se mettaient autant à l'abri que possible. Sargon resta à l'avant alors qu'ils approchaient des lignes ennemies que les trois autres boutres visaient déjà. Ces derniers protégeaient en partie les flancs de la Veuve Salée, si les flèches pouvaient passer, un tir de baliste beaucoup moins ce qui était le but recherché. Alors que les trois capitaines venus en aide à Sargon, s'occupaient de lui épargner les tirs de projectiles de balistes, les rameurs de la Veuve Salée priaient le Dieu Noyé pour que les flèches ne parviennent pas jusqu'à eux. Mais visiblement les archers étaient motivés par la crainte de voir un boutre atteindre Port-Lannis, car Sargon sentit plusieurs projectiles le frôler – et certains entamer sa peau – mais ils approchèrent du chantier naval et le reste n'importait pas. Quelques pertes étaient acceptables. Le boutre accosta sur la plage où Deirdre et Elyn patientaient, des marins sautèrent hors de la Veuve Salée pour la repousser à l'eau dès que les jeunes femmes seraient remontées, puis les marins changeaient de position pour ramer à nouveau dès qu'ils seraient à l'eau. Faisant de grands signes aux Fer-nées, Sargon les interpella vivement.

     ▬ Dépêchez-vous sinon vous restez ici ! »

     Ils ne devaient pas perdre trop de temps, les autres boutres avaient pour ordre de les aider à atteindre leur cible, mais personne ne savait si les Dromons réagiraient rapidement.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 14 Fév 2012 - 17:42

Elyn et les autres étaient parvenus à entrer sur le chantier. Après avoir sauvé Deirdre, la fer-née s'était assurée que sa partenaire pourrait s'occuper de descendre les tonneaux avec le premier homme de Tarbeck. La mission était le point le plus important, ils devaient réussir quitte à y laisser leurs vies. Ainsi, Elyn et les deux hommes qui lui restaient se tinrent prêt à arrêter les soldats arrivant vers eux et les empêcher d'arrêter Deirdre. Le choc fut rude. Mérik parvint à en abattre un avec la puissance de sa hache, démolissant le crâne de son adversaire. Thorek dut faire face à deux hommes, tout comme Elyn. Sans doute la sous-estimaient-ils, encore. Cela joua à son avantage. Ils ne s'attendaient pas à ce qu'elle sache se battre, pensant sans doute qu'elle n'était la que pour aider Deirdre à allumer le feu. Le premier ne vit que trop tard le sang teintant sa lame, lorsqu'elle s'en servit en la glissant dans une faille présente dans son armure, sous l'aisselle. Le second ne fit pas la même erreur que son défunt coéquipier et affronta rudement la capitaine fer-née. A la droite d'Elyn, Mérik se battait avec férocité lui aussi, celle qu'ont les hommes lorsqu'ils veulent survivre. Sa hache fendaient l'air en de larges mouvements, ouvrant à ses deux adversaires de grands trous dans une garde qu'il n'avait de toute façon jamais eu. Il tua un soldat, suivant le même schéma que la première fois, alors qu'un second lui enfonçait une épée dans l'abdomen. Il planta sa hache dans l'épaule de son assaillant, mais un troisième acheva le fer-né.
Bilan: Trois soldats morts, un blessé gravement. En restait trois.
Thorek avait pour lui une certaine agilité mais manquait de force. Il évitait assez bien les coups des soldats du Guet qui, prisonniers dans leur armure -outil utile mais handicap tout à la fois- mourrant sans doute de chaud avec le feu qui se propageait tout autour, avaient du mal à bouger. Le jeune garçon récolta une sacrée blessure au bras en voulant éviter que la lame ne s'enfonce, comme Mérik, dans sa poitrine. Heureusement pour lui, le soldat du Guet avait ouvert sa garde et le fer-né pu lui enfoncer un poignard dans la gorge. Il tenait toujours sa hache dans l'autre main.

Elyn ne suivait les combats alentours que du coin de l'oeil. Elle avait failli trébucher sur le cadavre de Mérik, alors que le dernier homme ne lui laissait pas une seconde de répit. Elle ne pouvait que parer, attendre une faille dans la défense du Guet comme Aurane le lui avait appris. Ses yeux au taquet, leurs lames finirent par se bloquer l'une contre l'autre pour se séparer aussi sec. Fatiguée, sentant qu'il avait plus d'endurance qu'elle, Elyn tenta d'en finir avec une attaque rapide, comme la fois précédente. Déjà blessée, la plaie s'était rouverte et elle savait que la faiblesse n'était pas permise, ici. C'est alors qu'elle entendit le bruit du cor, signal convenu avec Sargon. Elle devait se dépêcher, en finir et vite, car la Veuve Salée n'attendrait pas longtemps sur la plage. Ouvrant sa garde, son adversaire en profita pour plonger et l'entailler au flanc. Elle sentit le feu lui dévorer la peau, une chaleur désagréable couler dessous ses chausses, mais cela avait porté ses fruits. Le Guet avait lui-même laissé une ouverture dans sa garde, dont elle se servit. Sa nuque exposée, elle enfonça Faucheuse dans sa peau puis retira sa lame en appuyant son pied contre le corps.
C'est alors qu'elle entendit quelqu'un hurler son prénom. Elle eut à peine le temps de se retourner que le soldat se prit un projectile en plein visage. Elle n'eut pas le temps d'identifier exactement cela, mais l'homme fut déconcentré, ce qui permit à la fer-né de lui coller son coude dans le nez, comme elle l'avait déjà fais avec un chevalier des Conflans. Le Guet tomba sur le sol en se tenant le nez. Le bruit des combats allait attirer d'autres hommes, ils devaient fuir au plus vite. Sous le coup de l'adrénaline, oubliant sa blessure, elle cria: « Il fait y aller, maintenant! » Elle vit Deirdre allumer un dernier départ d'incendie, avant qu'elles ne se mettent à courir vers la plage, Thorek sur les talons. Il était moins blessé que sa capitaine, une chance pour lui. L'homme de Tarbeck avait entre temps disparus, difficile de dire où il se trouvait. Et Elyn s'en fichait, toute concentrée sur son objectif premier: Arriver à la plage.

Heureusement pour eux, elle n'était pas trop loin et la Veuve Salée finissait de se poser. Se focalisant sur Deirdre, Elyn imita ses mouvements pour monter sur le boutre sans même entendre que Sargon leurs parlaient. La capitaine était dans un état second, motivée par la seule idée de sortir non seulement du brasier mais du charnier. Sa déchirure au flanc la faisait souffrir, sa blessure au bras laisserait une bonne cicatrice, sans parler des autres entailles qu'elle avait sur le corps. Sa seule envie? Se jeter dans la mer pour soulager la douleur, mais elle devrait compter sur le médecin de bord de Sargon car à peine à bord, elle sentit ses jambes se dérober sous elle.

HJ: Ce poste ne compte que si le MJ trouve la fuite valable ^^ C'était pour ne pas bloquer...
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mer 15 Fév 2012 - 5:16

La porte avait enfin céder. Pour la peine une blessure torturait le second qui s’adonnait à certainement ses derniers raids. Willem n’avait plus la force de tenir, mais il devait attendre qu’on vienne l’aider. Il avait beau repoussé cette attaque, mais il parvint d’un bon coup de pied. Maladroitement, il se remit sur pied. Il avait mal à la tête. Son crane voulait lui exploser. Le colosse avait perdu sa lame, mais ses mains étaient assez violentes pour le tuer. Le poing du géant s’abattit sur le bois, mais le Bonfrère n’eut pas le temps de se retourner avant de se faire plaquer durement. Se tordant de douleur, il sentit sa lame lui quitter les mains.

Au même moment gagnant le pont des batailles, le second et les deux fer-nés coururent en direction du capitaine. L’épée en l’air, le colosse faucha deux trois marins et regarda le Bonfrère en lui mettant des coups lui crachant au visage. Willem le regarda et eu un sourire. Au moment ou il roula sur le plancher, le colosse abattant l’épée, un des fers-né de Gwin, sauta sur le soldat de l’ouest. Il attrapa la dague et l’enfonçant dans le coup du soldat, avant de se faire fracasser le crane sur la paroi de la galère. Le combat était inégal à la base. Il avait perdu assez d’homme pour le moment. Inutile de tenter le diable encore plus. Il aurait sa revanche un jour. Surtout qu’il n’avait pas prévu mourir pendant son premier tour de capitaine.

Tous sur la Larme!!!

Lorsqu’il se fut débarrassé des individus de l’ouest, il ordonna de couper les liens et de ramer en direction des dromons. Son cœur débattait encore. Il devait rejoindre les boutres. Bref, ceux qui étaient derrière n’avaient aucune importance. Il se demandait comme pouvait bien se comporter sa charmante sœur. Elle qui était si difficile à contrôler.

Les salauds! Ils brulent les dromons mais pas celui.la.


Le vieux second éclata de rire, avant de frapper le jeune dans le dos. Il n’avait rien connu de la Flotte du Bief. Il ne payait rien pour attendre. Au rythme du temps, Gwin entendit la corne. Ses yeux se posèrent sur les boutres qui se dirigeaient vers

Cap sur le chantier. Et que ca saute!

Le boutre du Bonfrère de Cormartel prit la direction, afin de suivre les boutres qui arrivaient déjà presque tout près de la Veuve Salée, pour la protéger.

*****

La jeune Aaricia se mordait les joues pour s’empêcher de rager et de crier contre Sargon. Ce n’était pas elle qui voulait garder le secret. C'était Dagon qui craignait trop pour son héritier. Elle n’avait pas voulu cacher cette information, mais elle n’ait pas le choix. On avait tenté de la tuer, après que la nouvelle se soit trop ébruité, mais sans plus. Elle n’avait pas voulu mettre cet handicap sur table, uniquement parce qu’elle était désireuse de pouvoir naviguer et enfin se battre comme elle avait eu le droit une fois. Regardant une dernière fois, Yoren qui n’était pas plus heureux, elle soupira fortement. Ils règleraient cela après, comme des adultes. Inutiles d’en faire un plat quand on était dans une position pour se faire tuer. Elle aurait tout le temps une fois les iles de fer regagné.

Inutile de répondre. Les choses étaient déjà dures. Elle ne savait pas comment regagner sa confiance. Quand bien même, elle ne portait pas n’importe quel enfant non plus. Elle portait le Lord suzerain et puis? Ne voulant pas perdre de temps à s’obstiner avec le capitaine elle fit ce qu’il lui demanda, jusqu’à ce qu’elle entrevit la Larme noire se joindre aux deux capitaines qui s’amusaient avec les dromons. Yoren lui évita une flèche de justesse en la poussant contre la proue. Aaricia y resta, mais elle se retint d’offrir un rire ironique. Les flèches partaient dans tous les sens. Sentant le boutre gagner la plage Aaricia se déplaça vers Sargon.

Au moment ou ELyn mit le pied dans le boutre. La Greyjoy fut allégé. Elles avaient réussi. Voyant la capitaine de la Veuve Noire s’effondrer, Aaricia se déplaça vers elle et l’aida à se remettre sur pied avant de l’amener près du médecin de bord. Aaricia s’occuperait de la soigner avec le marin, Sargon devait à tout pris les faire décoller. Elle le regardait espérant qu’il ne mette pas de temps à prendre le large.





« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 15 Fév 2012 - 16:20

Deirdre avait donc fait son maximum pour le chantier, ne sachant pas si cela avait marché ou non, mais en tout cas, elle avait créer une belle atmosphère de panique. Le feu était partout, petit ou grand, quelques objets furent abîmés, mais détruits, tout cela dépendrait de la vivacité et la réactivité des hommes pour l'éteindre. L'incendie continuait donc de faire danser ses flammes, sans laisser le moindre indice du résultat. Quoi qu'il ne fut, des hommes arrivait dans le chantier, les ouvriers étaient aussi prêt à les tuer qu'à arrêter le feu. Le cor. Deirdre, courrait déjà vers la plage, cherchant Elyn du regard, alors que le grand costaud avait prit lui même la fuite par un autre chemin. C'était chacun pour sa peau avait-elle dit ? Elle s'en moquait bien qu'il lui arrive quelque chose. Tout ce qu'elle espérait, c'était qu'il pouvait bien avoir un incident en route.

Elle arriva au bord, reculant de quelques pas quand le boutre échoua sur la plage. Mais Sargon, quel idiot, avait-elle envie de lui hurler, alors qu'elle levait la tête pour jauger la proue de la Veuve Salée. Elles auraient pu nager jusqu'au boutre en lui évitant de perdre autant de temps. C'était trop tard tant pis. Elyn se retrouva à côté d'elle. Elle lui attrapa un instant la main avant de lui embrasser les doigts et elle s'élança sur la petite corde qui pendait d'un côté et telle un petit singe, habile, elle grimpa tout le long avant de bondir sur le pont. Étrangement, elle se retrouva face à Sargon, si proche. Elle le regarda longuement, intensément et il était froid. Oh, il était bien toujours arrogant avec elle, mais là c'était différent, comme Elyn. Pourquoi tant de distance ? Elle ne comprenait qu'avait-elle fait ? Puis alors son attention se détourna sur Elyn, totalement gisante sur le pont, rapidement aidée par Aaricia qui l'amena au médecin. Elle savait qu'Aaricia était présente, prévenue par Dagon, qui ne devait pas avoir assez confiance en Sargon.

Quand elle se retourna, Sargon n'était plus là. Elle soupira. Encore et toujours, elle était cette fille rejetée et oubliée. Elle était habituée après tout, cela lui passera et franchement, vu la journée, elle n'en avait que faire des sales humeurs de tout le monde. Elle serait toujours seule, jusqu'à la fin de sa vie, alors pourquoi toujours se préoccupée de ce que les autres pouvaient penser d'elle. Ils finiraient par sortir de sa vie un jour ou l'autre, car on ne suivait pas toujours un gibier qui courait sans cesse pour s'échapper.

On poussait le boutre avec force pour le remettre à l'eau. Ils y arrivaient, doucement, mais sûrement. Ils devaient aller vite, avant que les gardes ne venaient les abattre un à un et ensuite, qu'on vienne les coincés sur la plage avec la marine de l'Ouest. C'est alors qu'une bourrasque de vent, lui arracha son écharpe noire qui étaient remontée jusqu'à son nez.Le tissus naviguait dans les airs, porté par le vent. Le visage découvert, elle s'en moquait bien désormais, protégée sur la Veuve Salée.

Elyn était portée au médecin, elle venait d'y penser, oubliant presque qu'elle sentait presque le boutre bouger, mais sans encore se balancer sur l'eau. Elle retrouva Aaricia, qu'elle enlaça un bref instant et lui demandait si elle allait bien, posant, une main sur son ventre, comme pour être sûre que tout le monde aller bien chez les Greyjoy. Elle lui demandait, si Elyn était encore vivante, la voix faible et tremblante. Elle était horriblement inquiète.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Jeu 16 Fév 2012 - 2:24

Clarence avait passé la porte du faubourg du Griffon et ne parvenait pas à comprendre ce qui était passé par la tête de ce seigneur du Val un peu trop hardi pour être tout à fait crédible dans son rôle de vassal de la plus honorable de toutes les maisons suzeraines. Kaeril Corbray n'était-il pas membre de la maison Corbray et donc apparenté au célèbre et fameux chevalier Gwayne Corbray, porteur de Dame Affliction, et grand combattant de la bataille du champ d'Herberouge ? On aurait pu s'attendre à ce qu'un noble seigneur issu d'une maison aussi estimable que celle régnant sur le château et les terres de Cordial soit du même bois que le chevalier membre de la Garde Royale, et pourtant... D'après le récit du messager, les hommes du Guet menés par Kaeril étaient entrés dans une auberge dont la porte avait été manifestement défoncée. Ils découvrirent à l'intérieur des hommes qui semblaient chercher une chose précise, et plus justement une personne. Messire Corbray, sans questionner personne, menaça par l'épée les roturiers chichement armés avant de lâcher sur eux sont chiens, un molosse de guerre impressionnant et brutal. Tout en songeant à cette histoire assez impressionnante, Clarence se demanda quelle attitude il devrait suivre une fois arrivé sur place. Cependant avant d'avoir trouvé une réponse satisfaisante à cette interrogation, Clarence, son frère et le messager atteignait leur destination. De leur position, il pouvait voir l'épaisse colonne de fumée qui s'élevait au-dessus des chantiers navals. Mais davantage l'intéressa la triste scène qui se découvrit à leurs yeux quand ils eurent pénétré l'auberge, ou plutôt à son nez, car il y régnait une odeur partagée entre le sang et la sueur... Clarence remarqua au passage qu'effectivement la porte avait été forcée. À l'intérieur, il repéra les hommes du guet de Port-Lannis, le chien, le seigneur du Val et ses hommes qu'il identifia rapidement : ils portaient les stigmates d'une récente altercation armée. Clarence, suivi de ser Calvin, s'approcha rapidement des hommes en armes attachés à la protection de la Cité et il vit aux pieds de tout ce beau monde deux cadavres dont l'un avait la gorge passablement déchirée comme si une bête féroce y avait planté ses mâchoires grossières. « Que tout le monde garde son calme. Je suis lord Clarence Hightower, Grand Argentier du Roi et je viens ici au nom de lord Tybolt Lannister afin de m'assurer que la situation s'apaise. » Il demeurait calme et impassible, mais au fond de lui il savait pertinemment qu'il improvisait. Comment gérer ce chevalier au comportement si peu chevaleresque ? Son frère Calvin fulminait devant le spectacle et l'horreur des mutilés et des cadavres. Il aurait sans doute été ravi de faire payer le prix du sang à celui qui apparaissait comme un meurtrier, mais il n'aurait rien tenté sans en avoir reçu l'ordre clair et net de Clarence. S'adressant au seigneur du Val et à ses acolytes, Clarence parla d'un ton clair et avec autorité. Son but n'était pas d'envenimer la situation. « Laissez ces hommes faire leur travail, messire. » Il désignait les soldats du guet de Port-Lannis. « Quant au chien, qu'on l'attache avec une corde, et s'il résiste, abattez-le. Lord Corbray, je vous demande de suivre de votre plein gré les hommes du guet qui vous conduiront jusqu'à la ville haute où vous attendrez d'être jugé par lord Lannister. Baissez vos armes, donnez-les à ces hommes, acceptez d'assumer vos actes. »

Il ne faisait aucun doute qu'une lourde sentence l'attendait à la clef. Le chien serait abattu, peut-être même torturé, et ni Kaeril Corbray ni ses sbires ne s'en tireraient à bon compte car Tybolt Lannister n'était pas connu pour sa grande clémence à l'égard des criminels. Car il s'agissait bien d'un crime, les faits étaient là pour en attester. Clarence attendit une réaction du principal intéressé. Il se tenait légèrement en retrait, son frère à ses côtés prêt à le défendre si par hasard ce chevalier du Val aux mœurs sanguinaires décidaient de s'attaquer à lui. S'il venait à prendre une telle décision cependant, nul doute que la sentence à son égard n'en serait que plus dur et plus lourde. Il espérait cependant que l'honneur dicterait à ce vassal des Eyrié de se rendre sans provoquer davantage d'effusions. Clarence ne souhaitait pas que l'intervention de son frère soit rendu nécessaire par la folie sanguinaire d'un seul homme
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 19 Fév 2012 - 16:20

Tybolt écouta l'infortuné lui expliquer non sans une certaine crainte visible qu'il n'était rien qu'un pauvre type servant de messager pour une pognée de pièces. Cependant cet homme avait su le trouver et lui délivrer le dit message alors même que l'offensive Fer-Née n'en était qu'à ses débuts. Un acte somme toute impressionnant pour un simple fermier, avoir su parvenir jusqu'à la Ville-Haute avant même que Tybolt n'en fasse fermer les portes et cela pendant que la ville entrait en état de siège... L'homme pouvait bien en jurer les Sept et en appeler à l'empathie d'un seigneur qu'il n'avait certainement jamais vu mais le jeune Lord n'était pas disposé à croire sur parole un simple fermier capable d'autant de calculs ou simplement l'homme le plus chanceux et investit par les Sept comme aucun autre. C'est d'une main gantée d'acier qu'il saisit le plis scellé. L'étude rapide du sceau ne lui apporta aucune information et il regretta l'absence de Gerold à ses cotés en ce moment pour lui apporter ses lumières. Il décacheta le plis en prenant soin de ne point briser la cire. Si lui ne pouvait mettre un nom sur ce blason, Lord Hightower en serait certainement capable ou à défaut Gerold lorsque tout cela serait terminé. Il déplia le message alors même que son esprit s'occupait d'analyser les dires du fermier, il devait retrouver son "employeur" après l'attaque pour recevoir le reste de sa récompense. Le message était court et concis, il annonçait la présence de Sargon Harloi dans la flotte Fer-Née, ce même homme qui avait tenté de donner la mort à son enfant et son épouse. Lorsqu'il leva de nouveau les yeux vers le mystérieux messager, ces derniers n'étaient plus que ceux d'un prédateur face à une proie blessée. Un rapide calcul lui rappela qu'il disposait encore de cinq gardes du Lion avec lui, Ser Russel ayant normalement rejoint Maura. Il pouvait aisément assigner l'un d'entre eux à la torture de cet homme pour en apprendre plus sur ses motivations et son identité, et plus encore sur celle de son "employeur". Le message bien que court comportait un nombre important d'informations, non seulement son auteur savait que Sargon Harloi était dans la flotte Fer-Née mais le fait de vouloir en informer Lord Lannister ne pouvait signifier qu'il était au courant de l'identité de l'assaillant de Lady Maura... sans compter l'utilisation du futur dans ses mots, ainsi il ne pouvait ignorer que l'attaque allait avoir lieu et ce depuis bien plus longtemps que n'importe qui d'autre... à part le fameux traitre que Tybolt était certain d'avoir dans ses rangs il ne voyait pas qui d'autre pouvait détenir ce type d'informations. Peut être essayait-il par ce message d'acheter la clémence de Lord Lannister...

Le jeune Lion garda la missive dans sa main avant d'ouvrir la porte, Ser Reynald attendait comme à son habitude de l'autre coté de chaque porte que le seigneur de l'Ouest ouvrait dans son existence. Il posa une main sur l'épaule de ce dernier et lui confia sa mission à l'oreille, à savoir faire en sorte de faire parler le messager par tous les moyens nécessaires sans pour autant entrainer sa mort, le jeune Lord voulait savoir qui il était, le nom de la personne derrière ce message et toute autre information susceptible d'apporter un avantage aux défenseurs comme l'objectif toujours peu clair de cette offensive suicidaire. Il quitta alors la pièce y laissant entrer son garde. Sur le chemin vers la pièce où il pensait encore trouver Lord Hightower il put voir une agitation qu'il n'avait pas aperçut lors de son premier passage. En effet de nouveaux venus étaient présent, certainement le jeune Prince de Dorne annoncé plus tôt ainsi que les nobles Dames qui l'accompagnaient. Il n'avait pas espéré y trouver là Maura mais néanmoins la déception fut grande lorsqu'il fit finalement face aux nouveaux venus. Il reconnut sans aucun mal le petit Prince, les deux femmes quant à elles lui étaient inconnues mais il n'avait pas le temps ni l'envie de se soucier plus avant de ce genre de choses. Mais avant de s'en retourner pour aller chercher Lord Hightower, Tybolt s'approcha du jeune dornien.
Je suis heureux de vous voir ici présent jeune Prince. La ville ne tombera pas quoi qu'il arrive ne vous faites aucun soucis. Cependant j'aimerai savoir... Il marqua un temps d'arrêt jetant un léger coup d’œil derrière lui. Savez vous où se trouve Lady Maura Arryn ? J'ai envoyé des hommes à sa recherche mais aucun n'est revenu pour le moment. Le jeune seigneur s'adressait au trois comparses de haute naissance ne pouvant se permettre de laisser la moindre chance de ne pas avoir d'information pour le simple fait de ne pas avoir poser la question.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Lun 20 Fév 2012 - 3:27

Valait mieux ne pas tenter le diable cette fois-ci. La jeune Lionne allait passer un sale quart d’heure et elle en était consciente. Elle avait quitté la demeure sans rien dire comme d’habitude. Enfin, les seules personnes au courant étaient ses chevaliers. Ils avaient l’habitude de toujours laissé quelqu’un dans la confidence lorsque la Lionne du Roc sortait, mais cette fois-ci, ils ne l’avaient pas fait par mégarde. Une salle close encore une fois. Par les sept qu’elle détestait cela. Elle n’avait pas plus envie de faire face à son frère. Ses deux chevaliers l’Avaient abandonné à la main du Ser rouge. Ils seraient plus utiles dans les rangs des soldats. Aliénor était en sécurité maintenant. Elle savait que même le fait qu’elle se soit amenée dans le guet n’aiderait pas sa cause perdue.

Elle allait vivre avec les conséquences n’eut-elle pas le choix véritablement. Elle n’était pas en état de chercher les problèmes. Malheureusement elle allait certainement causer la mort de deux autres hommes. Entre temps, avec son père à la tête de l’Ouest elle n’aurait certainement pas osé lui désobéir comme elle le faisait avec son frère. Elle comprenait parfaitement le désir de son frère de la protéger, mais à force de le faire le lion l’asphyxiait dans sa prison de pierre et elle n’arrivait plus à respirer. Elle avait besoin de liberté, mais sa liberté allait lui couter certainement encore plus chère qu’elle l’avait prévu. Soupirant, elle regardait la porte et le jeune chevalier. Lui-même semblait la défier. Elle devait franchir cette porte au risque même de provoquer le rugissement du lion. Il ne viendrait certainement pas dans l’instant même. Occupé par la défense de Port-Lannis. C’était en quelques sortes normales de ne pas le voir. Ne pouvant rester enfermé dans une salle close, la jeune lionne se leva et s’éclipsa le temps que le chevalier qui l’avait suivi se rende compte qu’elle lui avait filée entre les doigts. Aliénor ne connaissait pas les lieux et prit la première porte qui lui venait. Au même moment, elle sentit la main du chevalier sur son poignet. Elle le regarda d’un regard noir et ouvrit la porte. La pièce était vide. Quelle idée de rester ici. Elle avait envie d’aller se cacher à Castral Roc.

Qui d’autre y a-t-il ici?

Le chevalier ne sut répondre, mais dès qu’une servante entra dans la pièce, Aliénor lui posa la question sans méchanceté. On lui répondit vaguement que deux dames ainsi qu’un des princes de Dorne y était. Avec l’alerte et la fumée qui s’élevait dans les airs, Tybolt devait être débordé. Bref, elle ne chercherait pas à causer d’autre soucie. Elle était déjà dans les beaux draps.

Lady Maura est-elle rentrée?

Non, Madame, votre frère, Lord Lannister attend toujours son retour … et il attendait le votre aussi.


Cet ajout de dernière minute pour ne pas la faire sentir de trop et idiote comme à son habitude. Elle congédia la jeune femme préférant oublier et surtout attendre que Tybolt veuille la voir. La jeune lionne préférait s’inquiéter pour ses deux sers …



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 20 Fév 2012 - 15:14

HP : Note aux gens présents dans le corps de garde de la Ville Haute, vous n’avez pas été relancés puisque le MdJ peut difficilement faire quelque chose à l’intérieur d’un tel lieu. N’hésitez donc pas à vous déplacer vous-mêmes !


Alors qu’il sortait de la salle d’armes en donnant ses ordres, lord Tybolt Lannister questionna ses invités au sujet de lady Maura Arryn. Le dernier à l’avoir vu étant le jeune prince de Dorne, Trystan Martell, c’est l’un de ses gardes qui prit la parole, ser Donnel de Sombreval de la Garde Royale. « Messire, nous l’avons accompagnée jusqu’au septuaire ce matin même avant de partir visiter le port. A moins qu’elle ne se soit déplacée depuis, elle doit toujours s’y trouver. Lady Arryn est une fervente croyante. Nul doute qu’elle priera pour le salut de tous à l’abri des murs de la Foi. » S’inclinant légèrement, il refit un pas en arrière laissant le jeune lord décider de la suite.

Pendant ce temps, le Garde du Lion interrogeait avec une certaine application le pauvre messager. Il en était ressorti que soit il était un véritable dur, soit il avait réellement tout dit dès le début… Il cultivait bien les haricots dans un petit village et ayant tout perdu avec la sécheresse, il avait tenté de subsister comme il pouvait. Quand sa femme était morte, il n’avait plus rien eu à faire et passait ses journées à se lamenter. Et voilà qu’un type inconnu lui donnait une bourse pour qu’il livre un document à lord Lannister ! Il avait forcément sauté sur l’occasion et il pouvait même montrer les cent cerfs d’argent qu’il transportait. Il n’en restait certes que 72, mais c’était déjà une grande fortune pour un tel homme. Il était donc arrivé en ville ce matin-même avant que les cloches ne sonnent et il avait interrogé un garde. Ce dernier l’avait alors guidé à travers la ville jusqu’à la Porte du Lion où on les avait informés que le seigneur se trouvait maintenant dans la Ville Haute, chemin vers lequel ils s’étaient donc dirigés. Le garde pouvait d’ailleurs le confirmer puisqu’il attendait toujours à l’extérieur du corps de garde, le fermier lui ayant promis vingt cerfs pour ses services ! Quant au reste, il n’en savait absolument rien. On avait simplement abusé de sa crédulité…
[HP : Tybolt, à toi de voir pour la suite ! Si tu as des questions, n’hésite pas !]

Quant à lord Clarence Hightower, malgré quelques doutes, il finit par décider d’agir lui-même et, accompagnant le messager, il quitta la Ville Haute en direction du port. Là, il usa de tous ses talents et de son or pour faire porter un message aux responsables du secteur avant de repartir vers le sud. Le message contenait certes un petit mensonge, mais cela ne l’empêcha nullement de redonner courage aux hommes qui voyaient déjà leur salut poindre à l’horizon ! Les Fer-nés allaient être massacrés et on ferait la fête avant la tombée de la nuit !

*** *** ***

Après avoir été informé par un homme du Guet de la situation qui menaçait lady Maura Lannister, le capitaine de la Garde du Lion était rapidement revenu vers le septuaire pour ordonner à cette dernière de monter à cheval afin de rejoindre sans tarder la Ville Haute. La Dame comme son escorte remontèrent en selle et le petit groupe partit au trot vers la porte de la Ville Basse par laquelle venait de passer le capitaine, quelques instants plus tôt. Mais étrangement, à leur approche, personne ne se montra… Les quelques gardes semblaient avoir disparus, à moins qu’ils ne se cachent dans leur poste de garde. Quoi qu’il en soit, la seule présence devant cette porte était celle du corps inanimé du garde qui avait donné ses informations au capitaine. Triste récompense pour un brave homme.

L’un des chevaliers descendit alors de monture et chercha à ouvrir la porte, mais cela semblait peine perdue. Il était aussi impossible de pénétrer dans le corps de garde, l’accès semblant verrouillé ou bloqué de l’intérieur. Pour une obscure raison, cet accès semblait désormais clos et il faudrait alors faire un détour… Malheureusement, il semblait aussi que le danger se présentait maintenant à eux car des cris et des sons métalliques retentissaient déjà derrière eux. Un groupe d’une dizaine d’hommes s’avançait dans leur direction, menaçant. Si certains avaient l’air d’habitants de la ville en colère, les autres ressemblaient davantage à des reitres entraînés et armés… Qu’est-ce que tout cela voulait dire ? Et surtout, qui pouvait être responsable de cette situation ?
[HP : Jyanna, je te laisse voir si tu les suis ou pas ! Quant à Maura, libre à toi d’agir à ta guise Very Happy ]

*** *** ***

Devant le bordel de l’Aubade de la Lysienne, le jeune soldat n’avait pu retenir un sourire lorsque la prostituée lui avait parlé de la possibilité que lui aussi meurt lors d’un débarquement. Etait-elle si bête ? Il venait de lui dire que son propre frère avait les moyens de les mettre en sécurité, alors que risquait-il ? Les Fer-nés seraient vaincus bien longtemps avant de réussir à passer les murs du quartier ! Il avait ensuite comparé Eva avec un paiement nul et cela avait provoqué la colère de cette dernière. Et bien tant pis, elle devait bien se rendre compte de ce qu’il en était. Ainsi, bien qu’un peu effrayé par cette folle furieuse, le jeune garde répliqua malgré tout. « Des femmes, y en a partout dans c’te ville et des plus belles qu’vous. Si en plus y a tant d’seigneurs qu’vous sont passés d’ssus, j’préfère une fille exotique. Une Lysienne ou une de l’Eté. Mais pas vous, pour sûr. » Les choses étaient dites, au moins. Avec sa paye, il pouvait passer du temps avec la fille de son choix, comme la petite brune qu’il avait vu l’autre fois mais qu’il n’avait pas encore approchée. Une jeune, elle au moins, et pas encore trop usée. Mais de toute façon, la discussion était close et il n’avait plus la moindre envie de l’aider maintenant. Lui faire perdre sa place ? Et comment donc ? Elle ne connaissait même pas son nom et ne le reverrait sans doute jamais… Et qui allait seulement croire une vieille prostituée aigrie ? Remontant la rue, le jeune homme bifurqua dans une petite ruelle et disparut totalement à la vue du bordel. Ils étaient maintenant seuls et venaient sans doute de rater leur seule occasion de passer les portes… Mais c’était ainsi. [HP : A toi de décider ce que tu fais !]

*** *** ***

Lorsque lord Clarence Hightower pénétra dans l’auberge en déclinant son identité, les hommes du Guet s’inclinèrent en le saluant. Ils obéirent ensuite à ses ordres et saisirent les armes des soi-disant chevaliers avant de les conduire à l’extérieur de la bâtisse où une patrouille arrivée en renfort les prit en charge afin de les conduire jusqu’à la Ville Haute. Comme s’ils n’avaient pas déjà assez de soucis comme ça… Se tournant alors vers lord Hightower, le sergent du Guet prit la parole. « Messire, je suis en partie responsable de la situation. Comme nous n’étions pas assez nombreux, nous avons demandé de l’aide aux chevaliers… Ces hommes s’attaquaient à la porte et nous nous sommes méfiés d’eux… Quelle erreur… » Se déplaçant un peu dans la pièce, il marqua une pause avant de reprendre. « Quand on est rentré, ils cherchaient quelque chose et ils ont pas écouté le chevalier. Mais ils ont rien fait de mal à part lui parler… Et lui, il a juste lâché son chien et les a attaqués. Même s’il voulait pas les tuer, c’est pas des choses qu’on fait, ça… » A ce moment, un homme descendit de l’étage, la porte ayant été débloquée entre-temps. L’homme qui s’y était réfugié était bel et bien l’aubergiste, mais il n’était pas seul… « Y avait bien une fille en haut, chef, mais elle est d’jà morte là. Pour sûr, il allait profiter de l’attaque pour s’en débarrasser. J’ai vu un puits dans la cour, derrière… »

Comme pour faire écho à ces propos, un cri retentissant à l’extérieur du bâtiment attira l’attention de tous. Une femme s’était mise à pleurer alors qu’on lui annonçait que le forgeron était blessé et que d’autres étaient morts. Elle expliqua alors que son époux était venu là avec des amis à lui dans le but de sauver sa fille. Elle travaillait dans cette auberge mais depuis peu, elle avait eu bien des ennuis avec le patron. Lorsque les cloches avaient sonné, Robb le forgeron avait eu peur pour elle et il était venu, malheureusement trop tard. Nul doute que s’il n’avait rien fait, une nouvelle mort mystérieuse aurait flotté autour de l’aubergiste. Maintenant, il pouvait au moins être puni, mais à quel prix ? [HP : Kaeril est donc envoyé vers la Ville Haute, mais comme il a posté une absence, il sera PNJisé. Sa punition éventuelle sera quand même effective. Quant à toi Clarence, je te laisse faire comme tu le sens ^^ Si tu veux jouer au policier, ne te gêne pas, sinon improvise selon ton envie !]

*** *** ***

Sur la Veuve Salée, Sargon Harloi avait finalement donné l’ordre final de leur opération. Il devait maintenant se lancer dans une sorte d’opération de sauvetage, ce qui n’était pas une mince affaire. Plusieurs dromons lui barraient le chemin, mais il pourrait éventuellement s’y prendre correctement pour passer ce mur. Le plus inquiétant, c’était les autres navires situés plus loin qui ne tarderaient alors pas à naviguer dans sa direction. Il pouvait en voir le long des digues près des côtes de la ville et il pouvait aussi en voir d’autres en direction du sud. Il était plus qu’évident que ces derniers ne le laisseraient jamais faire… Par chance, il pouvait compter sur l’aide d’autres boutres mais cela en valait-il réellement la peine ? Que diraient les autres Fer-nés s’ils apprenaient qu’ils avaient sacrifié un boutre et son équipage au complet dans le seul but de sauver… deux femmes ? Sans doute rien de bon…

La Veuve Salée s’était ainsi lancée sur les flots, accompagnée par la Veuve Noire et deux autres navires. Ces derniers s’étaient placés sur ses flancs dans le but de la protéger des projectiles et cela fonctionnait plutôt bien. Dans un grand rire, Urek le Joyeux avait lancé la Veuve Noire à l’abordage d’un dromon, espérant que ce dernier réagirait comme les autres l’avaient fait jusqu’à présent. Au même moment, l’un des autres boutres venait de se prendre un tir de baliste et avait perdu son mat qui flottait maintenant à la surface de la mer… Quant à la Veuve Salée, elle était prise pour cible par les archers et quelques marins supplémentaires avaient perdu la vie, rapidement remplacés par d’autres rameurs. Sargon Harloi lui-même s’était pris une flèche dans le bras… Le feu avait même commencé à ronger l’arrière du bâtiment, mais Yoren s’était occupé de l’éteindre. Ils avaient finalement réussi à passer le mur et dans leur élan, ils avaient heurté la plage, l’accostant dans un choc violent.

Pendant ce temps, dans le chantier naval, les soldats de la porte revenus après avoir entendu les bruits de combat s’étaient lancés dans la bataille contre les Fer-nés, espérant les retenir suffisamment longtemps pour permettre à leurs compagnons de les rejoindre. Le seul problème était que malheureusement, les autres soldats comme les ouvriers tentaient d’éteindre les incendies avant qu’ils ne provoquent trop de dégâts. Ils devraient donc compter sur l’aide des hommes envoyés en renfort qui ne tarderaient plus à arriver. Cela signifiait aussi tenir le choc et s’ils arrivèrent à blesser et tuer les Fer-nés, ils ne parvinrent pas à survivre assez longtemps pour les empêcher de rejoindre la plage. Elyn Bonfrère, Deirdre Pyke et Thorek furent les seuls à remonter à bord du boutre venu les secourir. Les autres avaient malheureusement trouvé la mort dans cette opération… Du moins tous sauf le dernier homme envoyé par Damon Tarbeck. Celui-ci venait en effet d’être capturé après avoir été sérieusement blessé. Les hommes du Guet l’avaient ligoté et envoyé sur le champ à la caserne où il demeurerait jusqu’à ce qu’on trouve quoi faire de lui.

A bord de la Veuve Salée, les rameurs avaient profité d’un instant de répit pour changer de position afin de pouvoir repartir dans le sens opposé. Certains d’entre eux étaient même descendus afin de repousser le navire à l’eau et ils furent rapidement pris pour cible par les archers du Guet qui débarquaient enfin dans le chantier. Plusieurs furent abattus avant de pouvoir réagir et les autres remontèrent à bord rapidement, préférant cela à la mort. Le boutre flottait déjà, mais il était encore très près de la plage. A coups de rames, ils pourraient sans doute s’en éloigner, mais le capitaine devait aussi faire attention à ne pas subir d’abordage, à faire éteindre les feux et surtout à éviter les dromons qui se rapprochaient maintenant dangereusement… Malheureusement, il ne restait que trop peu de marins pour tout faire et tout le monde devrait mettre la main à la pâte…
[HP : Voilà ! Il te reste une cinquantaine de marins, ce qui veut dire que si tout le monde rame, certaines rames sont vides et plus personne ne fait rien d’autre. A toi de bien répartir les hommes ou de donner des ordres à tes passagers ! Il vous faut quitter la plage en faisant attention à tous les dangers signalés x) Tu peux compter sur la Larme Noire et la Veuve Noire pour ça !]

Sur le Fils du Roc, la situation tournait fortement au désavantage des Fer-nés et ces derniers préférèrent donc prendre la fuite comme l’homme des Cités Libres l’avait si justement expliqué un peu plus tôt. Au final, ils n’étaient que des lâches jusqu’au bout des ongles. Toutefois, bien que la Larme Noire de Cormartel s’éloigna des autres dromons, elle vira rapidement de bord afin d’aller soutenir le combat lancé pour aider la Veuve Salée dans sa mission…

*** *** ***

Dans les chantiers navals, certains départs de feu avaient été maitrisés mais d’autres étaient malheureusement trop importants pour qu’on ne les éteigne aussi facilement. Il semblait maintenant évident que si les Fer-nés n’avaient pas réussi à ravager la ville, ils avaient sévèrement endommagé ces installations. Ce n’était bien entendu rien de définitif, puisqu’il suffirait de reconstruire plus fort et plus solide. Mais cela prendrait du temps… Et le temps, c’était tout ce que souhaitaient les Fer-nés. En quelque sorte, ils avaient déjà remporté cette victoire. Mais elle leur avait coûté cher…

Au même moment, des cors de guerre retentirent du haut des tours d’observation de la ville et tout le monde à Port-Lannis put les entendre. Elles annonçaient une bonne et une mauvaise nouvelle, selon le camp auquel on appartenait. Les voiles à l’horizon se rapprochaient de plus en plus, comme poussées par les vents, et elles n’étaient autres que celles d’une partie de la Flotte du Lion menée par le Lord Damon lui-même. En effet, on pouvait maintenant clairement voir le Lion d’Or se dessiner sur la voile rouge sang, présage de mort à venir. Etait-ce une aide envoyée par les Sept ou au contraire s’agissait-il du Dieu des Tornades qui tentait ainsi de se venger de son ennemi de toujours ? Impossible à dire, mais ce qui semblait évident, c’était que les Fer-nés devaient maintenant fuir. Et vite !



HP : Voilà x)
Nouveau message ! Vous avez de brèves consignes en HP dans chaque section. Si vous voulez des précisions, merci de me MP !

Je posterais un message dès que vous aurez besoin d’une intervention du MdJ. Sinon, le prochain message de relance (sans doute le dernier !) viendra encore une fois en fin de semaine ! Les annexes seront mises à jour dans la soirée ! Donc patientez avant de signaler que les choses ne sont pas correctes ! Razz

Pour finir, quelques petits rappels :

- Merci de privilégier les réponses à l'intrigue avant vos autres RP ! Sinon, vous risquez de pénaliser 14 autres joueurs, ce qui n'est pas rien !

- Les RP devront faire un maximum de 800 mots. Merci de respecter cela sans quoi le rythme du MdJ (et donc de l’intrigue elle-même) en pâtira.

- N'hésitez pas à relancer l'intrigue selon vos envies et vos idées. Les initiatives pourront être récompensées !

- Les aptitudes ne sont que des guides pour le MdJ. Tentez de les respecter au mieux, mais ne vous privez pas pour autant du jeu ! Le plus important reste malgré tout le RP !

- Les résultats des combats seront donnés par le MdJ, à moins que ce dernier ne vous ait indiqué par avance que vous pouviez tuer le PNJ correspondant. N’hésitez donc pas à indiquer clairement (en gras), une demande d’intervention du MdJ dans votre message ! Notez aussi que bien que les PJ ne puissent pas être tués, ils peuvent subir les conséquences de leurs actes, tout comme les PNJ (qui eux peuvent mourir !). Donc réfléchissez bien avant d’agir !

- N’oubliez pas de consulter les aides de jeu indiquées dans la signature de la Corneille !

Bonne chance !
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Lun 20 Fév 2012 - 19:28

     Elyn et Deirdre étaient montées à bord, mais à peine avaient-elles posé les pieds sur le pont de la Veuve Salée que la capitaine s'écroula. Sargon n'eut guère besoin de faire un geste vers elle, puisque aussitôt Aaricia se précipita vers la blessée pour l'aider à se remettre sur ses pieds afin de s'éloigner pour rejoindre l'homme chargé des soins. Le Fer-né soupira, il avait espéré qu'elle reviendrait en meilleur état, maintenant cela lui faisait surtout un poids mort si jamais un abordage se faisait et il devrait surveiller Elyn en plus de Deirdre ! Les choses ne tournaient pas à son avantage, il échangea un regard froid au possible avec Deirdre qui se détourna finalement pour regarder les deux femmes plus loin. Le Harloi profita de cet instant pour s'éclipser, approchant du bastingage pour hurler aux marins descendus à terre qu'il fallait y aller immédiatement, le boutre fut donc poussé à l'eau, mais les archers se mirent à tirer, faisant tomber plusieurs précieux rameurs qui resteraient éternellement loin de leurs îles natales. Lorsque les autres remontèrent à bord, la Veuve Salée s'était à peine éloignée de la plage, il leur faudrait plus de puissance et de rameurs pour y arriver, mais les pertes étaient lourdes et ils n'en avaient plus assez. Le jeune homme regarda rapidement son bras alors que les marins qui venaient de rejoindre le pont reprenaient leur place, la flèche l'avait traversé de part en part et rendant ses mouvements douloureux. Heureusement c'était son bras non directeur qui avait été touché, avec une grimace le Harloi cassa l'un des côtés de la flèche puis enfin l'autre. Cela rendrait certainement l'extraction beaucoup plus difficile, mais lui éviterait de perdre beaucoup de sang. Voyant la situation tourner à la catastrophe, le jeune homme hurla aussitôt les ordres.

     ▬ Deirdre ! Aaricia ! Prenez du tissu et occupez-vous d'éteindre les feux qui prendraient ! Elyn il va falloir que tu patientes pour tes soins. Tous les hommes aux rames, Yoren et les inactifs aussi, équilibrez les deux côtés, il faut déguerpir d'ici rapidement ! »

     Il fallait rejoindre la Veuve Noire rapidement, avant que les Dormons qui avaient repéré son boutre n'approchent trop. Faisant comme tous les hommes, Sargon se pressa et approcha d'une rame vide avant de prendre place sur le banc, puis en cadence, ils commencèrent à ramer. Son bras l'élançait très douloureusement, le morceau de flèche qui y restait logé le faisait souffrir et semblait lui promettre une guérison certainement plus rude que s'il avait été soigné immédiatement. Le médecin laissa Elyn et s'installa aussi sur un banc, tout comme Yoren et les quelques matelots inactifs qui pouvaient se trouver là. Il leur manquait encore du monde et certains bancs étaient vides, mais dans l'ensemble tout était équilibré. Aaricia et Deirdre pouvaient trouver les tissus utilisés par Yoren lors du trajet jusqu'à la plage, elles pourraient sans peine éteindre les éventuels feux, Sargon comptait beaucoup sur elles et espérait qu'elles seraient à la hauteur.

     L'idée de laisser Elyn se vider de son sang – suivant la gravité de sa blessure du moins – ne l'enchantait guère, mais il n'avait malheureusement pas le choix. La Veuve Noire était visible non loin de là et pourtant la distance semblait bien plus grande qu'à l'accoutumée. Ramant en ignorant la douleur lancinante qui lui broyait le bras, le jeune homme tourna brièvement la tête sur le côté pour essayer de repérer un quelconque signe d'approche de la part des autres Dromons, ils semblaient venir vers eux, mais la distance rendait la vision difficile. Heureusement les marins semblaient avoir compris que l'essentiel était de fuir, récupérer les filles avait été une folie en y regardant de plus près, il avait perdu beaucoup d'hommes pour elles et risquait certainement de voir sa précieuse Veuve Salée abîmée, il espérait qu'elles avaient réussi à remplir totalement leur objectif. Sa colère contre les jeunes femmes s'était brièvement envolée, le danger était trop présent pour prendre le temps d'être rancunier et alors que la Veuve Noire s'approchait toujours davantage au point qu'il soit bientôt à portée de voix, Sargon eut le déplaisir de voir une mauvaise situation se profiler. D'autres Dromons approchaient, mais le navire du frère d'Aaricia semblait leur porter secours, il allait falloir faire rapidement le chemin pour s'éloigner des Dromons sans quoi les pertes seraient bien plus lourdes qu'il ne l'escomptait actuellement.

-------------------------------

Maitre du Jeu : Est-ce qu'il y a des dégâts ? Des pertes quelconques ? J'attends le résultat !


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Mar 21 Fév 2012 - 2:17

Lord Kaeril Corbray et ses sbires n'opposèrent aucune résistance aux hommes du guet de Port-Lannis. Réduits ainsi au silence, ils ne causeraient plus aucun problème et Clarence ne se souciait guère du sort qui serait le leur quand le suzerain des Terres de l'Ouest aurait rendu son jugement à leur égard. Ce n'était plus son problème à présent, mais bien celui de Tybolt Lannister et de Jasper Arryn. Un homme du guet s'adressa ensuite à lui, révélant être en partie responsable de la situation. Situation ? Clarence aurait plutôt parlé de boucherie, de massacre, de carnage voire même de bain de sang, mais c'était éminemment exagéré. Le récit du sergent compléta celui du messager, éclairant les zones d'ombre et dispersant les derniers doutes de Clarence. C'était sur un misérable malentendu que lord Corbray avait envoyé à la mort deux malheureux civils qui, dans le fond, ne réclamaient que justice. Leur initiative était peut-être discutable, mais ils n'avaient pas mérité leur triste sort, pas plus que le forgeron blessé. Deux hommes descendirent les escaliers, un homme du guet et l'aubergiste dont les traits témoignaient d'une anxiété mal maîtrisée. Il fut alors révélé qu'une fille se trouvait effectivement à l'étage mais qu'elle n'était plus qu'un cadavre. Tous ces éléments venaient corroborer la version servie par les soldats du guet, version qui accablait lourdement tous les coupables de cette triste histoire : l'aubergiste, mais également le seigneur du Val. Quelle mouche avait bien pu le piquer pour qu'il se laisse ainsi aller à la plus basse violence quand la patience et l'observation aurait suffi à dissiper tous les doutes planant sur la situation initiale ? Concernant le Val d'Arryn, Clarence avait le souvenir de chevaliers épris de justice et de vertu et point de brutes sanguinaires et impulsives... Il fallait espérer que ce Kaeril Corbray n'était qu'une exception. Mais alors que l'homme du guet évoquait un puits dans la cour derrière la bâtisse, un cri de femme retentit à l'extérieur. D'un geste de la tête, il intima l'ordre à son frère d'aller voir au dehors de quoi il en retournait. Il s'adressa aux hommes du guet en désignant l'aubergiste qui n'en menait plus large. «Veuillez saisir cet homme. » Sans attendre de voir son ordre exécuté, Clarence gagna l'étage et put voir de ses propres yeux la dépouille d'une demoiselle présentant à la gorge les traces d'une récente strangulation. Il s'étonna malgré tout de l'apparent apaisement dont semblait animé le visage de la défunte. Peut-être avait-elle trouvé dans son dernier soupir un surcroît de paix intérieure pour entrer dans la grâce des Sept ?

Revenant sur ses pas, Clarence s'approcha de l'aubergiste et le jaugea d'un regard neutre et dubitatif. Ce vil faquin aurait tout le loisir de s'expliquer plus tard, mais Clarence ne tenait pas particulièrement à prendre le pas sur la juridiction du guet de Port-Lannis, et ce d'autant plus que la bataille n'était pas encore terminée. C'est alors qu'on entendit le grondement de ce qui ressemblait à mille cors de guerre. Ils annonçaient une grande nouvelle, mais surtout ils provoquèrent un sursaut général de surprise dont espéra profiter l'aubergiste pour fuir. Malheureusement pour lui, s'il put se défaire d'un geste prompt de l'emprise de l'homme du guet qui le tenait par le bras, le soufflet qu'il reçut de Clarence fut un tel choc qu'il en tomba par terre.
 «Vous aggravez votre cas. » Clarence se tourna à nouveau vers le sergent du guet. « Vous avez bien agi. Mais il est temps pour les hommes du guet de faire leur devoir sans plus d'ingérence extérieure. » Après un signe amical de la tête, Clarence orienta ses pas vers la sortie où il constata que, sous bonne escorte, les chevaliers... plutôt, les meurtriers du Val avaient déjà pris la route de la Ville Haute. Ser Calvin n'était pas très loin, il recueillait les propos de la femme qui avait hurlé juste avant que le chant des cors n'embrasent l'air. Clarence s'approcha d'eux mais son attention fut captée par les grognements et les aboiements du molosse que les hommes du guet avaient attaché à l'extérieur de l'auberge. Il était entouré de plusieurs de ces hommes, mais le départ précipité de son maître agaçait sans doute l'animal. Clarence interrompit sa course pour leur parler. « Avant qu'il ne fasse une autre victime, vous devriez tuer cette bête enragée. » Enfin il rejoignit son frère pour entendre le récit de la pauvre mère éplorée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 21 Fév 2012 - 4:45

Eva était une Dornienne, Eva était un volcan, et le volcan venait d’entrer en éruption, cette fois c’était plus qu’elle ne pouvait entendre, elle explosa littéralement, mais une explosion version « Heaven », elle se rendait compte que son attitude était un peu trop… brutale et hystérique… tellement… roturière finalement. Elle serra donc les dents et lui dit simplement :

« Il y a tout ce que tu veux ici, Lysiennes, filles des Iles d’Eté, filles de Yi-Ti, jeunes, belles, élancée ou aux formes généreuse, l’Aubade ressemble au Paradis mais pour les vivants. Seulement l’Aubade ne reçoit pas les soudards dans ton genre. Quand à moi tu as raison, j’ai passé l’âge de travailler pour des idiots… »

A priori il se fichait éperdument de ce qu’elle avait à dire, il était déjà parti alors qu’elle finissait à peine sa phrase et cela la mit d’autant plus en rage, elle marmonna les lèvres pincées et les yeux plissés.

« Petit con ! Petit con ! Petit con ! »

Elle fit signe à Luc de fermer la porte et à Clara de récupérer les manteaux puis elle se dirigea vers la chambre d’où partait le passage secret. J’aurais ça peau… Il me faut son nom ! Il me le faut absolument ! J’aurais ça peau ! Pensa-t-elle en ouvrant la porte. Mais à ce moment là le cor de la ville retentit et lui ôta cette pensée de l’esprit, tout en elle ne fut plus que soulagement, malgré son sang froid, elle avait eut aussi peur que Lolys, aussi peur que Clara, voir même d’avantage étant donné son passif avec les Fer-Né. Croiser Dagon aurait été une catastrophe, et croiser Sargon aurait pu s’avérer très dangereux avec une dette envers lui, par contre croiser Yoren aurait été un réel plaisir, mais dans d’autres circonstances. Elle se mit à rire, à rire et rire plus fort, encore et encore, elle n’arrivait plus à s’arrêter et elle ne savait plus si elle riait ou si elle pleurait, à vrai dire des larmes lui coulaient bel et bien le long des joues, mais était-ce de joie réelle ou étaient-ce toutes celles qu’elle n’avait pas pu verser avant qui débordaient avec autant de force que son rire nerveux et éclatant à la fois. Sous le coup de l’émotion elle serra même Clara dans ses bras, heureuse que la petite ait toujours un hymen à vendre malgré cette attaque. En tout cas elle était bien aise de ne pas avoir accepté le deal du jeune soldat, et s’il avait raison, elle n’était pas de toute première fraicheur il fallait le reconnaitre, il ne savait pas ce qu’il ratait à s’adresser ainsi à la propriétaire de l’Aubade, ni d’ailleurs ce qu’il risquait, un aspic de Dorne n’oublie rien…

« Luc ! Va chercher Lolys, trouves la coûte que coûte et ramène la ici, même si… Même si elle est morte. Dieux faites qu’elle s’en soit sortie indemne… Toi Clara, viens avec moi admirer Port Lannis victorieux et le Lion rugissant. »

Son humeur était nettement meilleur que quelques minutes auparavant, il y avait de quoi il faut dire, elle s’en sortait avec seulement un peu d’huile en moins alors qu’elle avait bien cru sa dernière heure sonner en lieu et place du premier retentissement du cor. Elle mit son manteau et prenant la petite par le bras, elle l’emmena sur le port et effectivement le Lion rugissait, Lord Damon en tête, évoquant de doux souvenirs pour la grande brune qui souriait.

« Tu vois Clara, Lord Tybolt nous protège, il est aussi fort que le Roc qui l’abrite et aussi féroce que le Lion qui représente sa maison. »

***

Pendant ce temps Lolys discutait avec le docker, il l’emmena chez lui où étaient ses deux enfants et entreprit de la soigner.

- Mais… t’as des enfants, tu… y’d’vraient pas m’voir… t’es marié !
- J’l’ai été, mais l’est morte du fléau, comme trois d’mes gosses, les deux là s’appellent Morik et Mirelle… fais moi chauffer de l’eau.
- Ah… elle se tourna vers les enfants et les salua avec un sourire.


Son fils devait avoir dans les quinze ans, il était déjà grand et fort et serait probablement bientôt de la carrure de son père, quand à la fille, elle avait dans les treize ans et était déjà presque aussi généreuse de poitrine et de fesses qu’elle-même.

- Merci pour ton aide Merak, je ne sais pas comment te remercier, mais sans toi je serais probablement en bouille à la porte.
- Mmh, j’t’aie vue… t’es tombée… Eut peur pour toi...
- J'ai eut peur aussi !
- Tu sais qu’j’t’aime bien hein.
- Oui, je sais...
- J’t’aime plus que bien…


Lolys ouvrit de grands yeux mais ne comprenait pas vraiment ce qu’il voulait dire par là, le jeune homme sortit de la maison en claquant la porte, mais son père n’y prêta pas attention et l’adolescente posa une casserole d’eau bouillante sur la table en bois pour y plonger des linges avec lesquels elle essuya les plaies du visage de la prostituée en gloussant pendant que son père qui s’était reculé la regardait d’un air sévère, les bras croisé, mais pas du tout certain de ce qu’il allait faire maintenant, déclarer sa flamme ou non, allait elle se moquer de lui comme sa fille qui connaissait ses sentiments et s’amusait de le voir patauger dans la bouillie d’avoine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 21 Fév 2012 - 9:42

Les fers des montures avaient longuement résonné contre les pavés de la longue rue qui menait à la porte de la Ville Basse, premier sésame à franchir pour atteindre la relative sécurité des fortifications de la Ville Haute où était sensé se trouver son époux dirigeant la défense de la ville. Défense sans doute extraordinaire puisqu'il ne semblait pas que les Fer-nés aient réussi à prendre pied sur les quais de Port-Lannis. Toutefois, malgré cette relative sensation de baume au cœur, la jeune femme sentait une étrange sensation l'étreindre : la peur. L'ennemi des Iles de Fer avait un visage connu : celui d'un barbare sans foi ni loi pillant et violant dès lors qu'il posait le pied sur la grève. Chacun savait qu'il venait de la mer, aussi vif et puissant que les nombreux avatars de son dieu impie.

Sans doute était-ce le pire des troubles auxquels ils faisaient face, l'ennemi avait plusieurs visages et la jeune femme ne pouvait savoir ni même être certaine de ceux qui lui voulaient du mal. Elle tira les rênes de son destrier en arrivant à la grande porte qui commandait au passage entre les deux quartiers. Fermée. La précaution était normale durant une attaque puisqu'il fallait limiter au maximum les possibilités de l'ennemi de se répandre dans la cité. Elle attendit quelques secondes qu'un homme du Guet sorte de sa guérite pour leur ouvrir l'huis et leur permettre de regagner leurs pénates pour, finalement, ne rien voir venir. Le cadavre d'un homme semblait seul leur répondre allongé à côté de la herse.


"Mais...Qu'est-ce qu'il se passe ? Les Fer-nés...Pas jusqu'ici."

Un chevalier était descendu de selle afin de tenter d'entrer dans le corps de garde sans réussite. L'accès était bloqué et la jeune femme ne connaissait pas la route pour tenter de gagner la Ville Haute sans passer par ici. Elle avait limité ses visites de Port-Lannis au septuaire et aux quartiers les plus à même de voir passer quelqu'un de son rang. Elle n'avait même jamais été jusqu'au port. Avant qu'aucune décision n'était pu être prise, chacun se demandant encore comme cela pouvait être possible, des cris annoncèrent l'arrivée de ce qu'ils avaient fui depuis le septuaire. La jeune femme fit volter sa monture résistant à l'envie de presser ses talons contre ses flancs pour fuir au galop dans une autre direction. Elle resserra sa prise autour des crins de sa monture et eût, pour la première fois, une expression effrayée. Ce n'était pas des Fer-nés mais des habitants accompagnés de...de reîtres ? En tous cas, d'hommes d'armes affublés d'épées et de corselets qui ne s'en laisseraient pas conter à la vue des chevaliers composant l'escorte de la jeune femme. Tous semblaient en proie à une violente colère sans doute dirigée, faute de mieux, vers la jeune femme. Dans un ensemble parfait, les chevaliers tirèrent leurs longues lames d'acier avec un son qui fit tressaillir Maura tant cela ressemblait à celui de la dernière chance.

"Mort à quiconque approchera notre Dame !" s'écria le capitaine de la garde de son époux suivi, pour une fois, des onze autres qu'ils soient du Val ou de l'Ouest dans un ensemble parfait. "Mort !"

Plus que la vue des armes à nue, ce fut l'accord soudain entre ses hommes, après l'épisode devant le septuaire, puis le son bruyant des cornes de brume qui raffermit le courage de la jeune femme qui se redressa brusquement sur sa selle et fit avancer de quelques pas son cheval restant toutefois derrière les chevaliers déployés en arc-de-cercle autour de sa précieuse personne et surtout de inestimable don qu'elle portait en son sein.

"Je suis Maura, de la maison Arryn, l'hôte de votre seigneur et maître. Que voulez-vous ? Que signifient ces cris ? Les Fer-nés sont battus. Lord Lannister les a repoussé et a vaincu. Et, en agissant ainsi, vous poussez à sédition contre la Paix de Sa Grâce le Roi Aerys."

HJ : J'ai préféré attendre les ordres du MJ plutôt que de jouer les gens en colère et les reîtres armés au milieu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 21 Fév 2012 - 16:26

Le médecin était penché sur Elyn, mais rapidement, le bateau se mit à tanguer, juste après avoir entendu des râles, comme l’expulsion d’une âme hors d’un corps. Elle se pencha sur le côté, des hommes étaient à terre. Ils allaient manquer d’effectif. Elle se tourna pour balayer le boutre des yeux et vit Sargon, qui commençait à s’agiter, même si au premier abord, on pensait qu’il restait calme et gardait son sang froid. Deirdre avait passé tant de temps à le surveiller et l’observer, qu’elle le connaissait bien. En tout cas, elle pouvait être sûr qu’il était conscient du danger imminent.

Le véhicule avançait lentement, entre d’autre bateau remplis d’homme qui n’avaient qu’une envie : faire un carnage et réduire ces fer-nés en cendre. On avait légèrement abandonné Elyn dans un coin du boutre, pour sauter sur les bancs et les rames. Sargon se mit à lui hurler quelques ordres. Elle le fixa un moment, quelque peu perdue, alors Que Yoren lui lâcha un tissu humide dans les mains, avant même d’aller attraper une rame et tirer de toutes ses forces. Elle devait calmer le feu et éteindre le reste, si d’autre flamme venait à s’inviter toute seule, sans autorisation. Quelle douce ironie, voilà qu’elle devait éteindre le feu, alors que juste avant, elle devait provoquer un incendie.

Elle resta malheureusement, un instant sans bouger. Ses yeux bleus étaient tellement obnubilés par la flèche plantée dans le bras de Sargon. Elle le voyait là, lui aussi tirer sur les rames immenses. Il devait souffrir. Il n’était pas temps de s’inquiéter d’un autre côté, et … Comme elle avait toujours vécu : D’abord sa sécurité, sa vie, qui l’aime la suit, rien de plus. Elle était seule, resterait seule et avancerait seule.

Elle s’élança sur la partie qui commençait doucement à ronger le bois du navire. Elle posa les tissus humide dessus, attrapait les autres et continuait, jusqu’à ce que plus aucune flamme ne vienne danser sous son nez. Aaricia devrait l’aider, mais dans l’action, elle ne fit même pas attention, si la femme de son cousin était auprès d’elle. Elle balança un petit sceau attaché à une corde, par-dessus bord. Elle remonta doucement le récipient remplis d’eau et y jeta des bouts de tissus, allant jusqu’à sacrifier les derniers pans de sa jupe pour retrouver de quoi atténuer la chaleur dévorante qui tentait de détruire le navire. Allaient-ils tenir jusqu’aux bout ? Ils s’approchaient de plus en plus près de la ligne de mire des navire du Lion. Deirdre s’échauffa l’avant bras, alors qu’elle regardait les dromons, d’un air angoissé. Elle avait doucement reculé, les membres devant son visage pour se protéger, mais gardait un œil stressé sur les ennemis. Elle pria longuement le Dieu Noyé, comme son père le lui avait appris, souhaitant sortir vivante de ce pétrin, et reprit sa mission de dernière minute.

Or, elle avait du mal à se concentrer : Sargon et Elyn blessé, d'une la demoiselle, encore en état de fatigue, Aaricia qu'elle devait surveillé, sa vie qui était comptée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 21 Fév 2012 - 16:59

Le septuaire... par les Sept qu'il n'avait été qu'un sombre abruti finit depuis le début de cette affaire ! Comment n'avait-il pas envisagé tout simplement que Maura se serait mise à l'abri dans ce foutu septuaire ? ! Eut-il été seul qu'il s'en serait frappé le front du plat de la main. Au lieu de cela le jeune seigneur remercia le Garde Royal. Il n'apprécia pas plus que ça d'avoir un manteau blanc en ses murs mais il ne pouvait faire autrement. D'un geste il indiqua au garde présent que les trois nobles pouvaient se déplacer selon leur guise au sein de la ville haute. Puis se tournant de nouveau vers le jeune Prince et les nobles Dames. Vous êtes en sécurité ici même, vous pouvez bien évidemment quitter le corps de garde mais je ne saurai trop vous conseiller de rester à l'abri de ces murs au moins jusqu'à ce que l'attaque soit repoussée. Le garde auquel il avait fait signe se pencha vers lui pour l'informer que Lady Aliénor attendait dans une pièce à l'écart. Rasséréné par cette nouvelle Tybolt ne répondit que d'un signe de tête avant de se diriger vers la porte menant à la pièce en question. Il y pénétra sans préambule pour découvrir sa jeune sœur ainsi que le garde qu'il avait missionné pour la retrouver. Il pensa sur l'instant qu'il existait au moins un homme parmi le ramassis d'incapables formant le guet en mesure de remplir une simple mission. Néanmoins c'est avec un sourire qu'il s'approcha de Aliénor. Je suis heureux que tu sois saine et sauve ma petite lionne. Cependant et bien que je sois heureux de t'avoir ici, il y a des choses dont il nous faudra parler une fois que j'aurai repoussé ces maudits Fer-Nés. Pour le moment tu es en sécurité et c'est bien là tout ce qui importe. Il se redressa pour observer un instant le garde qui ne l'avait pas quitté des yeux. Karl c'est bien ça ?... Avant que l'homme esquisse autre chose qu'un signe de tête affirmatif il continua. Je n'ai pas oublié la promesse donnée, nous traiterons des questions de statut et de rétribution une fois cette crise passée mais sachez que vous êtes désormais le protecteur de ma jeune sœur. Le regard du suzerain se fit plus dur. Sachez toujours où va votre allégeance et jamais vous n'aurez à connaitre ce que vos prédécesseurs à ce poste vous découvrir. Puis avec un large sourire il ajouta avant de quitter la pièce. Pour le moment gardez un œil sur Lady Aliénor et cherchez vous un nom... un chevalier se doit d'avoir un nom.

A peine avait-il quitté la pièce qu'un nouveau garde vint lui porter les mots de Lord Hightower sur la venue possible si ce n'était certaine du Lord Damon. Les cors de guerre qui résonnèrent de par la ville confirmaient cette annonce comme si les Sept eux même venaient en renfort pour repousser les hérétiques Fer-Nés. Encore une fois le Lion Gris défend Port-Lannis pour la garder de ses ennemis... Laissa-t-il échapper dans un souffle. En levant les yeux vers une porte qui s'ouvrait il vit ser Reynald apparaitre, ce dernier essuyait ses mains avec un large morceau de lin grossier. Le Garde du Lion fit un signe négatif de la tête à l'intention de son seigneur. Tybolt ne pouvait croire que le "fermier" n'en savait pas plus que ce qu'il lui avait dit, il ordonna donc au garde lui ayant annoncé la venue du Lord Damon de veiller à ce que le prisonnier soit mis aux fers, il n'avait pas le temps à l'heure actuelle de s'occuper de cette affaire. Ser Reynald rejoignant le jeune Lion l'interrogea. Vous ne voulez pas que je m'en occupe monseigneur ? Tybolt le saisit par les épaules avant de jeter un regard vers les quatre autres Gardes du Lion. Non pas car je vais avoir besoin de toi et de tes frères d'armes. Se tournant vers les quelques hommes et femmes présents dans la salle. Car le temps est venu pour nos ennemis de faire face à leur sort et au peuple de Port-Lannis de savoir que le Lion du Roc est toujours présent parmi eux ! Les cinq chevaliers l'entourant Tybolt quitta le corps de garde pour retrouver Antares dans les stalles attachées à la bâtisse. L'un des chevalier assurant depuis l'arrivée du seigneur de l'Ouest sa faction à l'intérieur de la grande salle où toute la scène avait eu lieu se tourna avec un sourire vers le jeune Lion. Nous allons donc au septuaire...? Tybolt répondit à son sourire et une fois sur sa monture. Nous allons au septuaire. D'une pression des jambes il lança Antares au petit trot avant de stationner devant les portes en train de s'ouvrir. Une fois ces dernières laissant l'accès libre il lança le furieux destrier en direction du monument religieux suivit de près par sa garde personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 21 Fév 2012 - 17:58

L'adrénaline s'était envolée, un peu à l'image de la fumée qui s'élevait du chantier naval. Du coup, Elyn sentit ses jambes se dérober sous elle, sa tête lui tourner. Elle avait perdu du sang, ses blessures la lançaient dans tout le corps et pourtant elle ne cria pas lorsque Aaricia la rattrapa. Elle savait que sa cousine avait fais de son mieux pourtant elle aurait préféré qu'elle ne lui touche pas les bras, entaillées de partout. Une grimace, rien d'autre, alors qu'on l'emmenait voir le médecin de bord. La situation était critique, la jeune capitaine en était plus que consciente. Elle voyait sa précieuse Veuve Noire non loin, et son second toujours debout. Elle aussi, visiblement, avait subis des pertes sur son boutre en plus des trois hommes qui avaient péris sur la plage à ses côtés. Ils avaient risqué très gros pour venir les récupérer. La capitaine savait que la réussite de leur mission atténuerait la rancune qu'on leurs porterait, mais pas de beaucoup. Non pas qu'elle en ai quelque chose à faire, au final. Au moins elle, était parvenue jusque sur les côtes et avait remplis sa mission, contrairement à certain. Ils avaient sous-estimé les Lannister et cela risquait de leurs être fatal. Le poing serré, elle s'enfonçait les ongles dans la main pendant que le médecin regardait l'état de son flanc. Elle saignait beaucoup mais pourrait encore tenir le temps qu'ils sortent de la. Elyn n'avait de toute façon pas le choix, Sargon avait besoin de tous ses hommes: « Occupe toi juste de nous tirer de là, je me démerde avec moi-même! » Sa voix ne tremblait pas, malgré la pâleur évidente de son visage. Pourtant, s'ils subissaient un abordage et bien elle se lèverait, puiserait dans ses réserves pour mourir Faucheuse à la main. Sa lame dans son fourreau, pleine de sang, elle avait l'envie stupide de la nettoyer. Comme si c'était le moment. La Veuve Salée prenait feu, son capitaine était blessé, les hommes tombaient comme des mouches, sa cousine risquait de se faire tuer au même titre que son amie. Et elle était la, au repos forcé dans un coin, une main contre son flanc pour contenir le sang. Elle maudit mille fois les sbires du lion et se jura de se venger un jour prochain. Appuyant sa main vide d'activité sur le sol, elle essaya de se lever pour aller aider Aaricia et Deirdre à stopper le feu qui prenait à l'arrière. Elle alla jusqu'à Deirdre en boitant et devait donner une image assez pitoyable. Elle ne se sentait pourtant pas capable de rester assise et attendre que ça se passe. Sa tête pulsait, elle se sentait faible, nauséeuse mais avait tout de même pris sur elle pour se lever, puisé dans ses réserves pour aider. Une fois face au seau remplit d'eau salée, elle s'appropria un morceau de tissu. Elle en profita également pour tremper sa main pleine de sang dans l'eau et pour la poser contre son flanc. La douleur était atroce mais au moins elle risquait moins l'infection. Fermement appuyée sur le bastingage, ses doigts s'y accrochaient comme si sa vie en dépendait et c'était plus ou moins le cas. « Tu vas te choper des rides à force d'être aussi concentrée. » dit-elle à son amie, consciente que paniquer ou broyer du noir ne servirait à rien. Il fallait conserver la tête froide et s'occuper de survivre. Elle entendit la voix de son second donner un ordre et sourit, un peu jaune. Elle s'en serait mieux sortie, nuls doutes, si elle n'avait pas écouté Sargon. Mais au moins elles pouvaient se féliciter d'avoir contrarié leurs ennemis sur le long terme. Elle plongea le chiffon dans l'eau salée et s'en servit pour éteindre un autre départ de flammes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 22 Fév 2012 - 16:16

Les portes mirent un certain temps à s’ouvrir. Apparemment, l’agitation des environs semblait avoir profondément perturbé les gardes et les gens aux alentours : ils devaient avoir peur d’une incursion fer-né dans les hauts quartiers comme cela s’était produit à Salvemer : avec beaucoup de culot dans un tel bazar, il semblait finalement très facile de déjouer des gardes. Mais là, la ville semblait néanmoins moins assaillie que Salvemer en avait eu l’air quand Edarra avait regardé par les fenêtres à l’époque. Maintenant, c’était peut être une question de point de vue. Finalement, les portes s’ouvrirent et celui qui devait apparemment être Lord Lannister ne les accueillit pas vraiment, ou du moins seulement le prince de Dorne, et demanda directement où était Lady Maura Arryn. Lady Edarra n’était même pas au courant qu’une noble Arryn se trouvait dans les parages. En tout cas, elle, ne l’avait pas vu mais heureusement un des gardes du jeune Prince informa leur hôte qu’elle se trouvait au septuaire pour prier. Prier pendant une bataille, c’était quelque chose d’assez étrange pour la jeune Dornienne qui n’adorait pas cette religion : quand il y avait une guerre, on se battait ou on se protéger mais en appeler à des Dieux, ça lui semblait vraiment étrange. A présent, le Prince de Dorne était au moins en sécurité et serait protéger par les gardes Lannister en plus des siens. Les responsabilités d’Edarra s’arrêtaient à peu près là et lui permettaient à présent d’agir à sa guise. Le Lord se retira pour quelques affaires et la jeune noble pu lire sur les traits de son garde qu’il était un peu plus calme et soulagé de se trouver entre ces murs. Cependant, elle était aussi anxieuse de ne pas avoir de vu d’ensemble sur ce qui se passait dans la ville. Car bon, ils auraient bien l’air malins si ils finissaient par se faire assiéger. Le Prince de Dorne, aussi entouré qu’il le serait avec ses gardes ne serait plus aussi en sûreté dans cette situation.

Alors que Lord Lannister sortit du grand hall pour apparemment aller hors de la ville haute, Edarra échangea un bref regard avec Rivanon et lui fit signe de la suivre dehors. Elle demanda d'un ton sans réplique des chevaux pour elle, son garde et la Lady du Conflans. Elle enfourcha le sien alors que Gerold la suivait de près. Elle avait déjà mieux accroché son épée et ses poignards au cas ou il serait utile de les utiliser une fois dans les rues de la ville. Elle s'approcha de Rivanon. « Je vous suis, j’aimerais voir un peu ce qui se passe et je pense que vous avez envie de voir si il serait possible d’apercevoir votre cousine non ? Mieux vaut qu’on vous accompagne Lady Rivanon… » Et ça lui permettrait de prendre la température de l’affrontement, légèrement en retrait histoire de bien mesurer les risques au cas où le jeune Prince soit encore en danger. En s'approchant de la porte, Rivanon derrière elle, elle indiqua aux gardes qu'ils devaient aller chercher quelqu'un, une noble et que si ils ne les laissaient pas sortir, la perte de la cousine de Lady Mallister serait alors mise sur leurs épaules. Le garde leur ouvrit précipitamment avant de refermer derrière elles. Les chevaux battaient le sol et les habitants de la ville courraient dans tous les sens. Edarra priait à chaque instant pour qu’aucun ne se retrouve sous ses sabots par mégarde dans l’agitation. Il serait bien dommage d’alourdir des pertes que les fer-nés faisaient déjà grossir avec beaucoup d’enthousiasme. Gerold avait retrouvé sa mine dure et aurait bien voulu contredire sa dame, derrière des murs épais elle aurait été hors d’attente alors que là, elle se jetait presque dans la gueule du loup à cause de sa forte tête et de son tempérament têtu. Toujours le même qui les avaient envoyé autant dans le Nord, le garde se demandait bien combien de temps avant que ça ne lui coûte le prix fort. Pas tant qu’il serait debout du moins.


Dernière édition par Edarra Ferboys le Mar 28 Fév 2012 - 22:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Intrigue n°2 : le Lion et la Mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant


Sujets similaires

-
» Quand une pieuvre s'adresse à un lion, mieux vaut le faire sous le regard de la lune. ♦ Intrigue IdF
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Résumé de l'intrigue
» [vente] R armure lion
» Question...(armure lion)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires-