AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Intrigue n°2 : le Lion et la Mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mer 22 Fév 2012 - 20:05


Aaricia avait crée une fixation sur la flèche qui avait traversé le capitaine. Enfin seulement le bras de Sargon. Même Yoren l’avait poussé pour lui éviter une flèche. Si Aaricia mourrait, Sargon en pâtirait, tout le monde en était conscient. La seiche n’était pas d’humeur et la jeune femme savait amplement que si elle n’Arrivait pas à faire attention au futur héritier, ce serait elle qui le regretterait. Bref ceci dit tout déboula à une vitesse fulgurante avec le temps. Au moins, les filles arrivaient à tenir le rythme. Sauf peut-être sa cousine. Dagon croyait peut être avoir enterré la Bonfrère, mais il avait tort. Elle survivait non loin de la Greyjoy. N’avait-il point compris que la capitaine sommeillait non loin.

Bref, elle n’aurait cru que cela aurait été possible. Lors que Deirdre l’attrapa dans ses bras, elle sentit une énorme pression tomber sur ses épaules. Sargon était de mauvaise humeur et pour cause. Elyn était de mauvais état et elle … Elle était trempée, mais tenait physiquement le coup. Elle murmura discrètement à la cousine de son mari que tout allait bien. Enfin presque … Le fils de la seiche pourrait se vanter d’avoir participé inconsciemment et sans consentement à l’attaque de Port-Lannis. Elle avait délaissé Deirdre pour aider le médecin, mais aussitôt, Sargon réclama ses derniers marins. Elle se demandait comme la Larme Noire se débrouillait. Enfin, elle n’Arrivait pas à tout mettre en place dans sa tête. Elle devait aider Deirdre. Pour une fois, elle ne s’objecta pas aux ordres de Sargon. Enfin, personne ne semblait mener cette expédition. Elle arrivait à traduire la douleur de Sargon et même celle d’Elyn. Éteignant les flammes chaque fois qu’elles osaient apparaitre, elle se surprit jeter un regard vers les autres boutres. Concentré sur ceux qui s’attaquait aux dromons. C’était suicidaire, mais elle se demandait ou pouvait bien être passé le boutre de l’Amiral de la flotte.

***

Même s'il y avait la frustration et l’envie d’avoir vu couler le fils du roc, il avait bien réussi à faire fermer la grande gueule de soldats. Le dieu noyé lui pardonnerait en sauvant quelques peu les fesses du Harloi. Une fois de plus, il continuait en direction des dromons. Il n'allait pas faire l'imbécile cette fois. Bizarrement, il trouvait l’idée suicidaire. Sacrifier des boutres pour un autre. Il avait remarqué que plusieurs des boutres avaient détournée leur attention sur la plage. Il avait fait demi-tour. Inutile de casser la Larme Noire. Elle serait plus utile pour sauver la Veuve Salée. Non, Willem Bonfrère n’en avait rien à faire du Boutre du Harloi. Il en avait que pour sa sœur. Il ne pouvait pas la laisser mourir. Il était les yeux de son frère jumeaux, pour surveiller la jeune femme de la seiche. Question de détourner l’Attention de certain dromon, la Larme Noire s’attaque à un des dromons pour l’Aborder et faire un peu de saccage. Le second restait sur le navire fer-né pour s’assurer que l’on ne s’attaque pas à la voile ou même tenter de faire du bois à feu du Boutre de Cormartel. Abordant avec quelques marins, il n’Avait pas fair le compte de ses pertes. Mais en observant, il pouvait se vanter d’en avoir en quelque blessé. Et d’autre en bon état. Si ce n'était que de lui, il trouvait que la Veuve n’avançait pas assez rapidement. Willem Bonfrère n’eut que peut de temps avant de sentir frôler un tir près de son épaule. L'évitant de justesse, sa lame trancha quelques gorges avant que son esprit soit complètement détourner par les cris de Cors …

***

La jeune femme des Ile de fer continuait sa tache sans broncher regardant Elyn et Deirdre parfois. Elle avait envie de parler mais les mots ne sortaient simplement pas. Elle était de mauvaise humeur Sa tête tournait, mais elle devait prendre sur elle et ne pas flancher maintenant. Surtout pas maintenant. Au bruit des Cors, elle sentit son cœur lui lâcher. C’était la fin. Ils avaient rempli leur mission et se devaient de retourner sur les iles. Il fallait aussi soigner le capitaine et Elyn. Regardant aux alentours, elle pesta. Le Cruel n’y était même pas alors au diable! On devait donner l’ordre de retourner sur les iles. Mais qui l'exigeait. Dagon n’était pas là. Le cruel les boudait de sa présence. La jeune femme du seigneur des Iles regarda le Harloi. Elle le désigna de la tête et lui lança :

On sort de ce guêpier et on retourne sur les iles immédiatement ! Inutile de sacrifier les boutres davantage. Nous avons fait ce que nous devions faire.

L’ordre était simple. On rentrait sur les iles. L’ouest ne perdait rien pour attendre. La réjouissance seraient peut être longue pour les Terre de l’Ouest, mais ce n’était que partie remise. Aaricia donnait le total contrôle de la flotte à Sargon. Elle l’avait décidé sur un coup de tête.





« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Mer 22 Fév 2012 - 20:21

La petite lionne du Roc était de fort mauvaise humeur lorsque le garde lui fit un sourire de triomphe. Elle n’avait qu’une envie lui mettre son poing dans les dents. Elle n’était pas d’humeurs. Surtout qu’elle attendait Tybolt de pied ferme. Il y avait eu plus de peur que de mal. Certes, elle aurait du avertir le grand frère, mais ses coups de tête était fréquent depuis quelques semaines. C'était une mauvaise habitude de trainer dans les rues de Port-Lannis. Lorsque son frère enfin apparu, elle se soulagea. Ce n’était que partie remise, elle le voyait très bien, mais elle prit tout de même le temps d’étreindre son frère de soulagement.

Mes gardes m’ont amené au Guet lorsque les cloches ont sonnées. Vous n'y avez rien a gagner dans ma sécurité.

Raison subtile de ne pas donner aucun crédit au jeune homme. Elle n’Avait certainement pas envie de le voir gagner. Surtout qu’elle arrivait à s’indigner. Elle savait que ce n’était que partie remise. Elle allait passer un sale quart d’heure quand Tybolt voudrait lui parler. Bizarrement, elle avait ce don de tout faire pour se mettre dans l’embarras, mais elle ne se laissait pas faire. Heureusement parce qu’elle devait sentir la sanction. Mais au moins cette fois, elle aurait un argument comme quoi malgré sa faute, elle n’Avait pas l’imbécile et avait rejoint le Guet, un endroit plus que sécuritaire. Fallait au moins qu’elle gagne un crédit.

La lionne regarda son frère avec un regard qui cachait bien son agacement. Qu’il ose … Il pouvait bien être Lord Lannister, mais elle ne le laisserait pas faire. Surtout si elle lisait entre les lignes. Qu’il ose s’en prendre à ses chevaliers, elle grognerait bien avant. Cachant sa colère au fond d’elle, elle se mordit les joues pour ne pas esquisser de sourire malveillant ou même répliquer à Tybolt. Il pouvait toujours rêver. Il avait le droit de vie ou de mort, mais pas sans conséquence.

Elle laissa Tybolt sortir sans plus d’histoire et offrit un regard meurtrier au jeune soldat de l’ouest. Il pouvait toujours rêvé. Elle arriverait à se débarrasser de cet homme quand elle serait Lady Tyrell. Elle se débarrasserait de lui. Elle serait servit par les hommes du Bief comme une dame de Hautjardin se doit d’être protéger. Elle ne pouvait accepter qu’il arrive quelques choses à ses hommes. C’était de sa faute, c’était elle qui ne voulait pas que l’on sache ou elle était.

Si j’étais vous je ne m’emballerais pas aussi vite, Karl le Malheureux! Ne croyez pas obtenir le mérite qui vous va, vous m’avez trouvé uniquement par votre logique. Si je n’avais pas eu l’idée brillante de vous suivre, j’étais encore mieux là-bas à ne pas vous supporter.

Dévisageant le jeune homme, elle lui jeta un regard dédaigneux avant de continuer ses belles paroles. Il n’avait rien à gagner avec elle. Franchement, il aurait été préférable qu’il ne la retrouve jamais. Cela aurait été mieux pour sa santé mentale. Pauvre homme. Soupirant, elle lança tout bonnement, mais très décidé à faire ses propres choix :

Rêver toujours, mais ne compter pas sur moi pour vous garder une fois que je serais Lady Tyrell, je trouverais un moyen de me débarrasser des gardes de mon frère sans problèmes!


Petite menace d’une lionne à l’égo brisé. Elle n’avait pas l’intention de ne garder personne de l’ouest avec elle, une fois qu’elle serait mariée. Elle aurait ainsi la paix et puis c’était au tour de Tristan et les gardes de Hautjardin de s’occuper de leur nouvelle lady ….



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Mar 28 Fév 2012 - 12:57

Nous patientions dans la salle du corps de garde. Apparemment lord Lannister était occupé ailleurs. Cependant ce dernier finit par se présenter et s'enquit immédiatement concernant lady Arryn, sans se préoccuper de nos identités. Je m'étais levée de mon siège à l'entrée du seigneur et je comprenais que certains sujets étaient plus importants que d'autres. Je ne pus lui fournir qu'une réponse négative. Je n'avais pas vu Maura depuis quelques temps et découvrais par la même occasion qu'elle se trouvait en ville. J'aurai pensé qu'elle serait restée dans la citadelle, à l'abri. Je me fis la réflexion que la jeune noble avait tous les droits de descendre à Port-Lannis sachant qu'il n'y avait aucun danger à ce moment-là. Trystan, le petit prince, put fournir une réponse plus précise. Ainsi la lady s'était rendue au septuaire, lord Tybolt sembla soulagée par la nouvelle. J'en vins à me demander de nouveau quels liens s'étaient tissés entre les deux comparses. Alliance ou plus?... Peut-être aurai-je le fin mot de l'histoire.

Le seigneur des lieux nous fit savoir que nous étions en sécurité dans la Ville Haute et que nous pouvions circuler à notre guise nous conseillant par la même occasion de rester là. Sauf que je n'aimais pas me tenir à l'écart sans savoir ce qu'il se passait à l'extérieur. Mon père avait pu constater que je n'obéissais pas vraiment aux ordres et conseils qui m'étaient donnés. M'aventurer en ville au cours d'une attaque ne me faisait pas peur, du moins pas trop. Alors je pris ma décision. Reurik me fit savoir que ce n'était pas la plus sage des décisions, sauf que savoir les fer-nés en ville ne me donnait qu'une envie, voir ce qu'il en était. Surtout suite à l'enlèvement d'Eirlys. Il était même possible que son ravisseur soit parmi les assaillants, mais cela je ne pouvais que le supposer. Alors que je sortais de la salle et en dépit du brouhaha ambiant, je pus clairement entendre les cors de guerre retentirent. Quelles nouvelles annonçaient-ils? N'étant pas familière de la ville j'espérai de bons augures, de l'aide. J'adressai une brève prière aux Sept pour que le destin joue en notre faveur.

Des chevaux furent fournis à notre demande, après quelques tergiversations tout de même. Je me demandai ce qu'allait penser lord Lannister de ces nobles qui sortaient allègrement se jeter dans la gueule du loup. Pour le moment, je voulais prendre la température de la ville, peut-être bifurquerai-je en cours de route pour avoir un aperçu des docks, si la situation le permettait bien évidemment. La sécurité du prince était de mise, l'idéal serait qu'il reste à l'intérieur de la Ville Haute, mais il serait le seul à en juger. La traversée de la ville me fit prendre conscience de la panique qui avait gagné les rangs des citadins. Il y en avait encore un certain nombre qui courait dans les rues, je savais Reurik sur ses gardes car un ennemi pouvait se tapir derrière chaque visage. Quelle serait la suite du parcours? Fer-nés ou de simples citadins? J'espérai que rien de fâcheux ne surviendrait et que lord Tybolt trouverait lady Maura en bonne santé, il était parti avec sa garde de leur côté. Je levai la tête pour apercevoir Loth que je savais dans les parages, le corbeau vint tournoyer au-dessus de nos têtes. Il avait quitté le survol des flots pour revenir sur terre, s'éloignant de la fumée que générait le feu. D'ailleurs qu'en était-il à ce sujet? Je ne pourrai le savoir qu'en me rendant sur place ou en interceptant un messager. Mais pour le moment je suivais les rues vers la mer en évitant de blesser les piétons et en conservant une distance de sécurité par rapport aux bruits de combats que je percevais.



Spoiler:
 


Dernière édition par Rivanon Mallister le Mar 28 Fév 2012 - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 28 Fév 2012 - 19:27

Jyanna restait dans les parages de la lady. Peu rassurée par la situation, même si elle savait que le septuaire offrait une sécurité relative, son regard parcourait la foule. Hommes, femmes, enfants, tous terrifiés par les fer-nés. L'idée saugrenue d'en rencontrer un traversa l'esprit de la jeune ménestrelle. A sa décharge, elle expérimentait pour la première fois les razzias fer-nés, cela devait ressembler à celles qui se déroulaient parfois dans les contrées. La noble lui fit comprendre qu'elle devait surveiller son langage quand elle parlait de son époux. Jya hocha la tête pour signifier qu'elle avait bien reçu le message tout en se disant que ces nobles se croyaient tout permis de part leur statut. Elle détourna la tête pour éviter que ne soit perçu un sentiment contradictoire. La prière... Jyanna n'était pas croyante pour un sou, esprit trop rationnel qui se forgea à travers les épreuves de son existence. Alors elle laissa Maura prier tranquillement. Jinto manifestait son mécontentement, l'atmosphère ne convenait pas au sapiens. Pour le calmer, la musicienne sortit un fruit de sa poche et le tendit à l'animal qui s'en saisit avec vivacité et le dévora avec appétit.

La venue d'un garde attira l'attention de la jeune femme. Celui-ci se dirigeait vers la lady pour lui annoncer la présence d'un danger. Des ennemis se dirigeaient vers le monument religieux. Jyanna qui s'était assise pour nourrir le singe se redressa prestement et s'approcha. Cette fois-ci elle accepta la proposition de Maura et les suivit. La jeune lady informa les citadins de sa décision, tournant ses explications de manière à prouver que ses actes n'étaient dictées que par sa volonté de mettre ses sujets à l'abri. Du moins, ce fut ainsi que Jyanna le perçut. Une fois dehors, elle signala qu'elle n'avait pas de monture. Alors l'un des gardes accepta de la prendre avec lui, après consentement de leur chef. Jyanna grimpa derrière le soldat et s'assura de ne pas tomber. L'escorte traversa la ville jusqu'aux portes de la Ville basse. La ménestrelle crut que tout allait bien se passer mais la découverte d'un cadavre dans le corps de garde assombrit son pronostic. Le groupe constata que la porte était bloquée.

- Il est possible de rejoindre la Ville Haute par le port, mais cela nous mènerait face aux fer-nés...

Jyanna donna cette information mais ils ne purent l'exploiter pleinement avec l'arrivée d'une horde en colère. Les chevaliers se déployèrent pour assurer la protection de la jeune dame et signifièrent à fort cris leurs intentions envers quiconque s'attaquerait au cortège. Jyanna restait cramponnée à son soldat, se demandant ce qu'il allait se passer. Elle vit Maura Arryn s'avancer de quelques pas vers la foule pour clamer son identité et questionner les indociles. L'artiste qu'était Jya préférait restée à l'écart. Si Maura parvenait à gérer cette crise, tant mieux pour eux, sinon, la stormienne observait les alentours pour trouver une voie de secours en cas d'affrontement. Elle ne se sentait pas du tout de se confronter à des hommes armés et qui semblaient vouloir en découdre. Que voulaient-ils d'ailleurs puisqu'ils n'avaient pas été identifiés comme fer-nés? Une rébellion couverait-elle au sein du peuple ouestrien? Ou était-ce encore des manigances entre nobles?....
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mer 29 Fév 2012 - 16:00

Dans le corps de garde de la Ville Haute, lord Tybolt Lannister avait enfin eu la réponse à la question qui le taraudait tant. Son épouse secrète devait se trouver au septuaire ! C’était pourtant là ce que lui avait dit une servante à son départ du Roc et c’était aussi là qu’il avait envoyé l’un de ses chevaliers. Mais il fallait croire qu’il n’avait pas pensé au fait que la Dame du Roc s’abriterait dans les murs du temple de ces dieux qu’elle vénérait tant. Remerciant le Garde Royal et n’obtenant aucune autre information du paysan interrogé, lord Tybolt quitta la bâtisse après s’être entretenu avec sa jeune sœur et partit en direction du septuaire, franchissant les portes du quartier.

Lorsque la noble Dornienne demanda des chevaux en jouant à la noble qui commandait, le soldat du Guet lui lança un regard mauvais. Croyait-elle avoir le moindre pouvoir sur eux ? Ils étaient le Guet de Port-Lannis et ils avaient toute autorité sur les nobles des Sept Couronnes. C’est pour cela que, souriant, il alla lui chercher trois chevaux, l’un d’eux semblant quelque peu malade alors qu’un deuxième arrivait visiblement en fin de vie…
« C’est ça ou rien. Les meilleurs, on les garde pour la défense, pas pour les balades. » Le garde de la porte les laissa sortir pour une seule raison. Elles faisaient ce qu’elles voulaient de leurs vies. Mais une chose était sûre, une fois les portes passées, elles seraient définitivement coincées dans le port, sans aucun moyen de retour à la sécurité. [HP : A vous de voir où vous allez, mais si vous vous rendez sur le port, vous serez congédiées sans somation et votre statut de noble ne changera rien. Le Guet est la « police » de Port-Lannis et il a donc toute autorité sur les nobles étrangers, surtout en temps de conflit.]

*** *** ***

A la porte de la Ville Basse, lady Maura Lannister sentait une étrange impression de peur alors que les portes dont son chevalier s’était assuré l’ouverture demeuraient closes. Les hommes du Guet les avaient-ils trahis ? Ou alors quelqu’un s’était occupé d’eux ? Mais qui donc et surtout, pourquoi ? Ils en eurent vite un aperçu alors qu’une dizaine d’hommes s’approchaient d’eux. Certains n’étaient que des habitants en colère, sans doute ceux-là même qui s’étaient trouvés devant le septuaire, plus tôt. D’autres étaient armés, comme des mercenaires. Peut-être servaient-ils habituellement sur les navires coincés au port ? Ou peut-être étaient-ils là pour une autre raison encore ? Quoi qu’il en soit, l’un d’entre eux éclata de rire à l’entente des propos de la dame et prit à son tour la parole. « J’men contre-fiche des Fer-nés. Mais c’que j’sais, c’est qu’un type nous a promis cent dragons et des filles si on ramenait la p’tite dame jusque chez lui. Z’auriez mieux fait d’rester chez vous, j’pense. Il f’ra tout pour vous avoir tant qu’vous s’rez là. Tout. » Souriant à pleines dents, l’homme tira alors son épée au clair tandis que d’autres encochaient des flèches sur des arcs ou pointaient leurs lances vers les chevaliers. Seuls les pauvres citoyens semblaient maintenant perdus, pris dans un combat qu’ils n’avaient pas prévu… Désignant l’autre femme du groupe, le reitre puant reprit brièvement la parole. « Tant qu’à faire, j’vais m’garder l’autre p’tite dame pour moi. » Son sourire se fit plus malsain et c’est là qu’une flèche s’abattit sur le cheval du capitaine de la Garde du Lion, déclenchant les hostilités. [HP : Maura et Jyanna, libre à vous d’agir à votre guise Very Happy ]

*** *** ***

Alors que des cors retentissaient, Eva sentit un grand soulagement évacuer toute sa frustration et c’est dans cet élan qu’elle entraina la jeune fille qui travaillait pour elle jusque sur le port, à quelques pas de là. Elles purent y admirer les navires un court instant mais furent rapidement interrompues par un homme en armure monté sur un cheval. C’était sans nul doute un chevalier au service de la maison du Lion et possiblement même un capitaine de son armée. D’un ton rude, ce dernier s’adressa alors à elles deux. « Vous là, vous allez me faire le plaisir de dégager le passage. La bataille est loin d’être finie et ce n’est pas la place des catins, sauf si vous souhaitez prendre les armes. Comme je doute que vous en soyez capables, quittez le port sur-le-champ ou vous finirez la semaine en cellule. » A peine eut-il fini de parler qu’il se déplaça vers un groupe d’hommes du Guet, n’écoutant même pas ce que les femmes auraient pu dire. Mais si elles étaient encore là quand il se retournerait, il y avait fort à parier que ça finirait très mal pour elles, Dornienne ou pas. [HP : A toi de décider ce que tu fais !]

*** *** ***

Dans l’auberge des Faubourgs du Griffon, lord Clarence Hightower put peu à peu remettre les éléments en place et il y avait fort à parier que lord Lannister aurait plus tard besoin de ses lumières. Quittant l’établissement, il donna aux hommes du Guet le conseil de se débarrasser du chien avant qu’il ne fasse d’autres victimes et malgré la crainte que ces derniers avaient d’approcher le molosse, ils parvinrent malgré tout à le trainer dans l’arrière-cour de l’établissement. Les aboiements cessèrent alors bien vite, permettant à lord Hightower d’entendre les propos que prononçait la femme que son frère écoutait attentivement.

Elle s’appelait Mira et était l’épouse du forgeron. Ils avaient une fille blonde comme les blés – image qui ne pouvait que rappeler le corps étendu à l’étage – et gentille comme tout. Elle aidait à l’auberge, comme serveuse. Mais le patron lui faisait des ennuis et comme on racontait secrètement qu’il avait déjà fait du mal à une fille par le passé, le vieux Robb s’était inquiété. Lorsque l’alerte avait sonné, il avait pris ses outils et était venu là avec des amis. Quant à la suite… Maintenant, sa fille était morte et son mari ne pourrait plus jamais forger. Même si l’autre ne l’avait pas tué, ça ne changerait rien pour eux… Les yeux en larmes, elle termina en demandant au jeune lord de tout faire pour punir le faux chevalier.
[HP : Clarence, libre à toi d’improviser pour la suite ! L’intrigue arrivant sur sa fin ultime, tu peux aller où tu veux.]

*** *** ***

Une fois les deux Fer-nées embarquées, Sargon Harloi avait donné ses ordres et malgré les trop nombreuses pertes qu’il avait subies, la Veuve Salée avait commencé à s’éloigner de la plage. Toutefois, faire retrouver sa cadence de rame standard à un équipage n’était pas une chose aisée, surtout après un arrêt aussi brutal. Malheureusement, cela voulait aussi dire que les dromons, qui eux n’avaient pas eu à ralentir, continuaient sur leur lancée et se rapprochaient dangereusement d’eux. Peut-être même un peu trop, en fait. A portée de flèches des navires de l’Ouest, le navire du Harloi parvint malgré tout à rejoindre ses compatriotes, au point où la bataille en mer faisait toujours rage.

Dépassant l’un des dromons, Sargon put se rendre compte que l’un des trois boutres qui l’avaient suivi flambait comme un feu de joie et que cela ferait malheureusement un autre équipage qui ne rentrerait pas sur les îles. La Veuve Noire avait quant à elle réussi à vaincre son adversaire, mais non sans subir quelques pertes supplémentaires, ce qui était aussi le cas du dernier dromon qui avait davantage subi des dégâts matériels, notamment la perte de son mât. Le capitaine savait qu’il ne pourrait jamais rejoindre les îles dans ces conditions, surtout pas avec des poursuivants aux fesses. C’est pourquoi il décida de donner réellement corps à cette histoire sur la folie des Fer-nés en lançant son boutre à l’assaut des dromons qui tentaient de suivre la Veuve Salée. Cela donnait au moins le temps à Urek le Joyeux de rejoindre le flanc du navire Harloi.

Plus loin, la Larme Noire de Cormatel se dirigeait déjà vers le petit groupe et de son pont, Willem Bonfrère pouvait voir qu’à l’horizon, des voiles Lannister pointaient le bout de leur nez… Une nouvelle flotte se dirigeait vers eux ? Il était donc plus que temps de partir, surtout qu’ils se rapprochaient dangereusement. Et vu que ces nouveaux navires arrivaient sur leurs flancs, les boutres Fer-nés feraient une cible idéale pour les balistes embarquées. Mais qui allait sonner l’ordre de départ ? Où se trouvait le Cruel ?
[HP : Voilà ! Vous êtes toujours en contact plus ou moins direct avec des dromons et d’autres arrivent. Vous devez donc prendre le large et vite, ou tout le monde va couler x)]

*** *** ***

Au train où il allait, lord Tybolt Lannister parvint rapidement aux portes menant de la Ville Basse au Quartier des Halles et malgré toutes les tentatives de ses hommes, personne ne parvint à ouvrir les portes, comme si quelqu’un avait fait tout son possible pour les sceller. Ils entendaient toutefois une inquiétante rumeur provenant de l’autre côté des murs et de ce fait, ils devaient faire vite. Faisant un long détour par le port, ils parvinrent finalement à pénétrer dans le quartier par une autre porte. De là, le septuaire n’était plus très loin et il se voyait même déjà, dépassant des autres structures de la ville. A moins que le seigneur de l’Ouest ne décide d’aller voir du côté de la porte ce qui pouvait bien se tramer… [HP : Tybolt, je te laisse décider ! Note bien que tu peux rejoindre Maura et participer à sa défense x) ]

Poussé par les vents, la Flotte de l’Ouest s’était rapidement rapprochée de Port-Lannis comme si une force quelconque soufflait dans ses voiles. Les Fer-nés pouvaient maintenant clairement voir les voiles et si les navires étaient encore assez loin, au vu de l’état des boutres, la fuite allait s’annoncer rude. En effet, lancés sur leur sillage et avec un nombre de rames bien supérieur, les dromons de la Flotte de Lion risquait fort bien de les rattraper en chemin, du moins si leur but était de les couler jusqu’au dernier. Il ne fallait plus tarder et peut-être était-ce même le moment pour un fervent croyant de sacrifier quelqu’un au Dieu Noyé ? Mais qui ? Après tout, il n’y avait pas le moindre prisonnier de l’Ouest… Mais ne disait-on pas que ce qui est mort ne saurait mourir mais se lève à nouveau, plus dur à la peine et plus vigoureux ?


HP : Voilà x)
Dernier message de relance ! Vous avez de brèves consignes en HP dans chaque section. Si vous voulez des précisions, merci de me MP !

Ce message est le dernier qui servira de relance ! Les Fer-nés fuyant, l’intrigue prendra rapidement fin. Vous aurez toutefois droit à de petites interventions ponctuelles pour vous aider à conclure vos actions ! S’il n’y a besoin de rien à ce niveau, l’intrigue sera close dans le week-end à venir ! Les annexes seront mises à jour dans la soirée. Donc patientez avant de signaler que les choses ne sont pas correctes ! Razz

Pour finir, quelques petits rappels :

- Merci de privilégier les réponses à l'intrigue avant vos autres RP ! Sinon, vous risquez de pénaliser 14 autres joueurs, ce qui n'est pas rien !

- Les RP devront faire un maximum de 800 mots. Merci de respecter cela sans quoi le rythme du MdJ (et donc de l’intrigue elle-même) en pâtira.

- N'hésitez pas à relancer l'intrigue selon vos envies et vos idées. Les initiatives pourront être récompensées !

- Les aptitudes ne sont que des guides pour le MdJ. Tentez de les respecter au mieux, mais ne vous privez pas pour autant du jeu ! Le plus important reste malgré tout le RP !

- Les résultats des combats seront donnés par le MdJ, à moins que ce dernier ne vous ait indiqué par avance que vous pouviez tuer le PNJ correspondant. N’hésitez donc pas à indiquer clairement (en gras), une demande d’intervention du MdJ dans votre message ! Notez aussi que bien que les PJ ne puissent pas être tués, ils peuvent subir les conséquences de leurs actes, tout comme les PNJ (qui eux peuvent mourir !). Donc réfléchissez bien avant d’agir !

- N’oubliez pas de consulter les aides de jeu indiquées dans la signature de la Corneille !

Bonne chance !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 29 Fév 2012 - 20:22

Un cavalier portant les couleurs de Lord Tybolt Lannister s’approcha des deux femmes qui admiraient la victoire du Lion sur la Seiche, il leur parla sur un ton qui ne plut pas tellement à la jeune femme, pas tant parce qu’il ne laissait pas place à la réplique mais plus parce qu’elle se demandait comment il pouvait savoir qu’elle était une catin, et pour la jouvencelle qui l’accompagnait, la question se posait d’autant plus, le petite n’avait jamais vendu son corps et ni l’un ni l’autre n’étaient habillé de manière ostentatoire, or la dernière fois qu’elle s’était regardé dans un miroir, sa condition n’était pas marquée sur son front… Enfin, Eva n’avait pas imaginé gêner quelque manœuvre que se soit, mais cette petite balade avait eut le don de la calmer et, bien que fière, elle n’était pas folle au point de défier l’autorité d’un gradé du guet. De une, elle n’avait aucune envie de finir dans les geôles, de deux elle n’avait aucune mal intention, si ce n’est que cela n’aidait pas son affaire, elle ne retrouverait certainement pas le soldat aujourd’hui, mais ça ne serait pas la première fois qu’elle devait attendre pour obtenir sa vengeance, elle n’en était que plus savoureuse. Mais elle répondit simplement bien que le capitaine n’écoutait déjà plus…

« Veuillez m’excuser Messer, c’est de ma faute, nous partons sur le champ, et que les Dieux soient avec vous… Viens Clara… »

Elle emmena la jeune fille vers la ville, pas franchement décidée à retourner s’enfermer au bordel, elle se dit qu’elles allaient elles aussi chercher Lolys, la perspective de mourir dans les murs de sa dernière acquisition avant même d’en avoir réellement profité lui avait donné la bougeotte.

***

Pendant ce temps, Luc se démenait pour chercher Lolys à travers toute la ville basse courant partout, bousculant certaines personnes, s’arrêtant pour regarder dans la foule. Il aimait bien la jeune femme, même s’il n’avait jamais osé lui dire quoi que se soit à ce sujet, il était inquiet pour elle, il n’avait pas envie de la retrouver écrasée par les pieds de la population, il voulait la retrouver en forme, entière. Peut-être même que s’il la trouvait, il aurait le courage de lui dire ce qu’il ressentait en vrai, car pour lui, le simple fait de coucher avec une femme ne signifiait qu’une attirance sur le moment, mais le fait de coucher régulièrement avec elle c’était autre chose, et il se l’était payée bien souvent, jusqu’à ce qu’elle devienne trop chère pour lui en tout cas. Mais elle tout ce qu’elle voyait c’était son argent, pourtant ils riaient bien tous les deux, en plus de partager ces moments sensuels, mais comprenait-elle ? Il en doutait… Le noir garde à catin tomba sur des cavaliers dont deux cavalières, il demandait à tout le monde alors, il leur demanda aussi à eux :

« M’Seigneurs, M’Dames, z’auriez pas vu une femme a’c un manteau rouge sombre, assez heu… » Il fit les gestes des formes plantureuses de Lolys « Blonde et heu… » Il mit les mains devant son poitrail épais en mimant des seins très généreux, il n’osait pas trop dire les mots qu’il pensait devant les Dames… « Assez p'tite, mais… v'voyez… qu'les hommes aiment se… » Il s’éclaircit la gorge. « L’avez vue ? »

***

Lolys continuait à discuter avec l’homme qui venait de lui révéler ses sentiments, à sa manière, elle ne savait pas trop quoi faire ni quoi répondre, elle n’était pas véritablement amoureuse de lui, mais il était gentil, un homme travailleur et fort, et probablement le seul qui oserait jamais lui dire qu’il l’aimait et qu’il voulait plus que simplement la payer.

- Tu ne vas pas me dire que tu veux m’épouser ?! Dit-elle en riant.
- Peut-être bien… si tu veux… Répondit-il gêné.

Et bien voila, il allait falloir qu’elle prenne une décision, que ferait-elle une fois mariée, il faudrait qu’elle travaille ? Qu’elle fasse quoi ? Mais, c’est sûr que la vie de catin, même dans un lieu tel que l’Aubade de la Lysienne n’était pas vraiment la vie à laquelle elle aspirait, et si elle devait faire semblant de l’aimer pour sortir de là, après tout, et puis elle était l’un des filles les moins chères du bordel, pas vraiment considérée comme utile, enfin quand même, que dirait Eva… Elle aurait pu disparaitre avec lui, mais il ne quitterait probablement pas Port-Lannis, alors il y avait fort à parier qu’elle recroiserait la brune Dornienne, la ville était grande mais pas à ce point, peut-être pourrait-elle-même se faire engagé par Eva pour le ménage ou le linge… Il fallait qu’elle y réfléchisse mais l’occasion était une bénédiction…
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Jeu 1 Mar 2012 - 15:11

     Harald se faisait désirer, Sargon pestait intérieurement en regardant à l'horizon, cherchant du regard la silhouette du Cruel, mais rien. Avait-il été coulé ? L'idée semblait plutôt improbable, mais après tout, même si le capitaine avait « trompé » la mort plusieurs fois, il finirait bien par la croiser un jour ou l'autre ! Le Harloi n'avait aucune envie de moisir ici en attendant que le Timbal décide de pointer le bout de son nez crochu. Aaricia semblait être en accord avec les pensées du capitaine de la Veuve Salée, elle déclara qu'il était inutile de rester ici à sacrifier des boutres alors que le chantier naval des Lannister flambait joyeusement. C'était certain. Sans compter que Sargon avait remarqué qu'ils avaient perdu un autre boutre qui brûlait derrière eux sans que les marins ne puissent être sauvés. Beaucoup trop de pertes pour aujourd'hui, ils ne pouvaient se permettre de traîner plus longuement dans les eaux du port. Avant qu'il ne puisse ouvrir la bouche, le Harloi entendit des cris éloignés, tournant la tête vers le dernier boutre qui les accompagnait, le jeune homme eu le déplaisir de constater qu'ils perdraient encore plus d'hommes, même s'il admira et apprécia à sa juste valeur le sacrifice de l'équipage. Il était temps !

     ▬ C'est certain, Yoren ! Sonne le cor, on fiche le camp d'ici et tant pis pour le Cruel ! »

     La Veuve Noire était à côté du boutre du Harloi et le navire des Bonfrère approchait rapidement, il était temps de s'en-aller avant que d'autres boutres ne soient sacrifiés. Yoren lâcha sa rame d'une main pour attraper le cor qui se trouvait autour de son cou, puis le porta à sa bouche pour souffler dedans, provoquant un bruit familier que tout le monde comprendrait. En toute logique, cela aurait été à Harald de sonner le départ, mais puisque son absence se faisait sentir, ils étaient obligés de changer les plans. Au loin, des voiles se dessinaient déjà, certainement une autre partie de la flotte du seigneur de Port-Lannis, Sargon ne tenait pas à la croiser dans un tel état. Les marins avaient tous compris ce qu'il fallait faire, tout le monde se concentra donc à nouveau sur les rames et les hommes firent leur possible pour essayer de s'éloigner le plus rapidement possible. Ils avaient perdu une grande partie de leurs homologues, beaucoup de cadavres risquaient de flotter là ce soir, mais au moins avaient-ils rempli leur part du marché et Sargon ne pouvait en être que satisfait. Désormais, ils devaient compter sur la chance et la force des Fer-nés installés sur les rangs. S'ils avaient eu Harlon le Rouge à bord, peut-être que les choses auraient été différentes ? Il en doutait, ce n'était qu'un vieux fou incapable de comprendre où était l'intérêt de son peuple. La Veuve Salée avait subi pas mal de dégâts et le cœur de son propriétaire en était malade, il jeta un coup d'œil en arrière pour s'assurer qu'elle ne flambait plus, puis lâcha quelques mots à l'attention des filles.

     ▬ C'est le moment d'adresser une prière à votre Dieu Noyé, ou alors ramez aussi ! »

     Les femmes n'étaient pas très qualifiées pour ramer, mais pour le coup il ne fallait pas faire la fine bouche. Elyn ne le pouvait pas, elle était trop blessée et risquait plutôt de se vider de son sang si elle faisait cette idiotie, quant à Aaricia Sargon ne savait pas si son état le lui permettrait. Enfin Deirdre pourrait éventuellement se rendre utile, la colère du Harloi s'était atténuée étant donné que les risques étaient trop grands pour qu'il fasse la fine bouche. Quoi qu'il en soit, les boutres prirent rapidement le large alors que les marins ramaient comme jamais, ils auraient tout le temps de se reposer plus tard lorsqu'ils seraient loin des Dromons, mais pour le moment, seul le large comptait. Le Harloi croisa les doigts pour que les capitaines des navires n'aient pas l'idée de les suivre très loin, peut-être préfèreraient-ils rester aux abords de leur port ? Il l'espérait. Le large se rapprochait et seule cette idée comptait, regagner les îles sans faire davantage de pertes.

------------------------

HP : Je n'ai pas dit qu'on arrivait au large parce que je ne sais pas si le MdJ avait prévu un autre problème de dernière minute, mais c'est comme si pour moi, si tu n'as rien à ajouter on peut considérer que c'est le cas.


.


Dernière édition par Sargon Harloi le Sam 3 Mar 2012 - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 1 Mar 2012 - 16:13

En voyant au loin se dessiner la silhouette imposante du Septuaire, Tybolt pressa de nouveau les flancs de Antares et les sabots vinrent frapper le sol de pierre avec d'autant plus d'ardeur et de rythme. En parvenant sur la place et face aux portes closes de la bâtisse Tybolt tira les rênes à lui d'un seul mouvement. Antares dans son effort pour obéir et freiner des quatre fers finit par littéralement s'assoir sur ses postérieurs en glissant sur presque un mètre soulevant un nuage de poussière. Le jeune seigneur fut en un bond sur ses propres jambes, Rétribution tirée au clair, il laissa Antares derrière lui pour foncer sur les portes du septuaire qu'il frappa rudement à plusieurs reprises de la garde de son épée. Je suis Lord Lannister ! Ouvrez ces portes sur l'instant ou ce ne sont pas les Fer-Nés qu'il vous faudra craindre ! Les cinq gardes arrivés après leur seigneur furent plus calmes que ce dernier et plutôt que de se ruer sur la bâtisse se déployèrent en formation pour assurer la protection du suzerain de l'Ouest. Ils savaient pour leur part que le son des cors de guerre annonçaient peut être l'imminence de la victoire mais jamais l'ennemi n'était plus dangereux que lorsqu'il n'avait plus rien à perdre. Chacun se déplaçait donc avec attention sur la place observant chaque allée avec intérêt, d'autant que ces portes closes n'avaient en rien été pour leur assurer un sentiment de sécurité et ce même au cœur de la ville. L'un d'entre eux au nord de la petite place devant le septuaire porta bien vite la main à son arme, une bâtisse lui cachait la vue de la porte demeurée close mais l'absence d'hommes était en soi le signe d'ennuis à venir. Faisant volter sa monture et reforma le rang aux cotés des autres et d'une voix posée il s'adressa à son seigneur et maître. Monseigneur. Leur suzerain n'avait pas l'expérience du combat réel et encore moins l'instinct du soldat aguerris mais ils le savaient prompt à combattre avec hardiesse et bravoure, ainsi ils attendirent qu'il remonte sur sa monture pour les rejoindre. Tybolt avait sentit l'impériosité de l'interpellation de son Garde, ces hommes n'étaient certainement pas des hauts nés mais ils avaient dans leur ton et leur maintien plus d'assurance et de prestance qu'aucune naissance n'en donnerait jamais. Il remit donc Rétribution au fourreau avant de remonter en selle pour les rejoindre.

De manière quelque peu ironique Tybolt devenait par le simple fait des évènements celui qui devait obéir plutôt que celui qui donnait les ordres. Il calqua donc le pas de sa monture sur celui des Gardes et tel un mur ils passèrent le coin de la bâtisse cachant la vue sur la porte. Le spectacle qui apparut alors au regard du jeune Lion avait tout de ses pires craintes. Maura était bel et bien là entourée de ses gardes mais un groupe d'hommes lui faisait face, certains armés d'arc tandis que d'autres ne semblaient pas plus équipés que de simples paysans, on aurait pu les croire de l'Ost Arryn tant leurs armes semblaient faites de bric et de broc. Il ne perçut pas le regard qui s'était échangé entre les Gardes du Lion autour de Maura et ceux à ses cotés mais lorsque les sabots martelèrent le sol, Antares réagit plus vite que son cavalier et le jeune seigneur se retrouva lancé dans une charge furieuse à revers de l'ennemi. Rétribution retrouva sa liberté et sembla s'animer de vie propre dans la main du seigneur de l'Ouest, coupant et taillant de part et d'autres. Il ne sentit pas son bras fatiguer jamais, ni même ce dernier se couvrir de sang poisseux jusqu'au coude il ne faisait qu'avancer en taillant et n'avait pour ainsi dire aucune conscience des cinq l'entourant pour le protéger et empêcher d'être atteint par ses ennemis. Il ne vit pas plus ser Reynald être arraché de sa monture et se faire transpercer la gorge par la lame d'un reitre. Antares fut le plus impressionnant des destriers de guerre qu'il lui fut donné de voir, il répondait aux simples changement d'assiette de Tybolt se portant tantôt à gauche ou à droite selon la position de son cavalier et ruant lorsqu'un adversaire était trop proche.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Jeu 1 Mar 2012 - 18:55

Le soldat ne nous avait pas fourni des montures de première fraicheur, mais pour ce que j'avais l'intention de faire, cela conviendrai parfaitement. Je comprenais la réticence des gardes, mais je voulais en avoir le cœur net. Je voulais voir de visu le déroulement de la bataille ou ce qu'il en restait. Avec Edarra je traversais la ville basse en direction du port, nous avions laissé Trystan et ses gardes auprès des gardes Lannister. Nous allions à contrecourant de la tendance générale et certaines personnes nous enjoignaient de faire demi-tour. Je les rassurai rapidement de quelques mots avant de poursuivre ma route. Ma monture rechignait parfois à obéir à mes actions, néanmoins elle me mena là où je voulais. Une fois la place du marché derrière nous, je ralentis le pas et observais les alentours. Je ne cherchais pas à m'aventurer sans précaution sur le port, en fait je cherchais un poste d'observation, un lieu en hauteur qui me permettrait de voir la zone portuaire.

- Edarra, nous allons essayez de monter sur les fortifications, cela nous donnera une bonne vue sur le port, nous pourrons faire un point de la situation avant de s'aventurer plus avant. Je ne sais si cela me permettra d'en savoir plus sur Eirlys...

Je laissai ma phrase en suspension, pour en savoir plus il aurait fallu que j'ai un fer-né sous la main pour l'interroger. Mes mains se crispèrent brièvement sur les rênes. J'avais omis le titre d'Edarra sans le vouloir vraiment. A vrai dire j'avais autre chose à l'esprit pour l'instant, mais si cela la gênait je ne doutais pas qu'elle m'en ferait la remarque. Les fers de chevaux frappaient les pavés, mais alors que nous parvenions à quelques mètres des murs, la voix d'un garde retentit. Et d'un ton ferme il nous fit comprendre que nous n'avions rien à faire ici. Je tentais d'argumenter pour avoir simplement accès au chemin de ronde, mais il rétorqua que les ordres de Tybolt Lannister ne pouvaient être enfreint et que si nous persistions dans notre entreprise cela nous conduirait directement en prison. Face à la menace, je fis faire demi-tour à ma monture pour m'éloigner. Pourtant je me tournai une dernière fois vers le garde.

- Qu'en est-il des fer-nés? lui criais-je.

Daignerait-il me répondre? Peu importait, je décidai d'envoyer Loth en reconnaissance. S'il restait voler au-dessus des flots, alors le danger s'éloignait. Le corbeau était plutôt intelligent et ne restait pas dans un lieu où il risquait sa vie. Je me tournai vers la dornienne, tout de même déçue de ne pas être parvenue à mon but.

- Bien apparemment nous ne pourrons aller plus loin aujourd'hui. Les gardes ne nous laisseront pas accéder au port. Le mieux serait de retourner vers la Ville Haute...

Je lançai mon cheval au pas dans les rues de Port-Lannis, Loth n'était pas encore revenu j'en déduis que les combats avaient diminué d'intensité. Je présumai que des renforts avaient du arriver par voie maritime ou terrestre étant donné que les cors avaient sonné. Mon esprit échafaudait moults scenarii sur le déroulement de la bataille. 0 la différence de Salvemer, je n'étais qu'une spectatrice passive niveau décisions stratégiques. Mais je ne pouvais comparer les deux évènements, l'attaque actuelle était bien plus conséquente que celle survenue chez moi. Il me faudrait attendre les nouvelles de la fin du conflit. Je portai mon attention sur Edarra et son garde, me demandant s'ils avaient des idées en tête.

- A moins que vous n'ayez une autre proposition....

Je leur demandai tout de même leur avis, vu que ma tentative avait avorté...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 2 Mar 2012 - 20:51

 « Votre vie vaut certainement plus que cent dragons… » Elle n’alla pas plus loin, le temps n’était plus à la discussion et elle en avait bien conscience. Contre l’avidité et l’appât du gain, elle ne pouvait rien. Bien sûr, elle aurait pu offrir plus mais, d’une part, elle n’avait pas la somme sur elle, et, surtout, il aurait été déshonorant de s’abaisser à pareil bargouin. Une Arryn n’en viendrait jamais à cela. Aussi Haut que l’Honneur après tout…Vaincre ou mourir. Elle ne se laisserait pas prendre sous le nez de son époux. Et ces reîtres paieraient pour leur forfaiture ! Et ils risquaient d’entendre rugir la garde que son seigneur avait mise à son service afin d’assurer sa protection et celle de l’enfant qu’elle portait.

Les hostilités débutèrent et une flèche vînt se ficher dans le flanc du cheval du capitaine de la garde du Lion. Le hennissement de douleur du pauvre animal lui vrilla les tympans l’effrayant encore plus. Les fer-nés n’avaient pas eu d’arcs, les citoyens agités non plus, mais une seule flèche et tout serait finie. Définitivement. Promptement, elle glissa de sa selle jusqu’à retrouver, avec un réconfort certain, le plancher des vaches. Ainsi, elle serait protégée des flèches que ces fous décochaient. Aux cris de
« Lannister » et de « Arryn », huit chevaliers chargèrent tandis que les autres restaient autour de leur protégée et resserraient leur formation. Se rappelant brusquement qu’elle n’était pas la seule à être particulièrement inapte au moment de se frotter à une épée malgré sa dague et son courage qui allait en faiblissant. Il fallait toutefois essayer d’être sensée et de ne pas se contenter de se faire dessus :  « Capturez-en ! Leur chef au moins. Des réponses, il nous faut des réponses ! » hurla-t-elle tout en craignant de ne pas avoir été entendue puis, faisant de grands gestes tout en prenant garde de rester hors de vue des archers, elle appela Jyanna :

 « Ménestrelle ! Venez vite vous mettre à couvert ! Ces hommes sont fous ! »

Ils n’étaient qu’une dizaine face à douze chevaliers qui n’en étaient pas à leur première escarmouche. L’affreux capitaine de Tybolt, même handicapé sans sa monture, s’élança sans broncher faisant de si grands mouvements d’épées que l’on aurait dit qu’il maniait un énorme espadon de guerre. Les habitants hurlaient et chercher à s’échapper du lieu du combat. Elle aurait bien fait de même si elle n’avait été acculée à une porte verrouillée. Il lui semblait maintenant que les cris saturaient l’atmosphère avec autant d’intensité que si elle s’était elle aussi trouvée sur un dromon à lutter contre les Fer-nés. Elle jeta un vif coup d’œil, bien trop rapide pour se rendre parfaitement compte de la scène qui s’offrait à elle, sans oser rester plus longtemps à découvert. Elle vit toutefois la gueule cassée retirer avec force son épée du torse d’un des mercenaires. Cela lui apporta un certain soulagement. Soulagement vite disparu lorsqu’elle entendit le tonnerre rouler dans la rue. Le fer des sabots d’une troupe martelait les pavés avec une force qu’elle n’était pas prête d’oublier. Elle risqua un nouveau coup d’œil et blêmit en comprenant qui était en train de se jeter sur ses agresseurs. Son propre époux, ni plus ni moins. Elle crut que ses jambes allaient se dérober sous elle et elle sentit pour la première fois la peur, la véritable peur, lui déchirer le ventre. Violemment, elle plaqua ses mains contre les pans colorés de sa robe pour les empêcher de trembler trop fortement.

 « Je t’en supplie, Guerrier, force des hommes, sauve-le, fais qu’il ne meure pas. Rends son bras fort et puissant. Je t’en prie. Pitié. Pas lui… » Pas lui, après ses chevaliers, Eirlys…Tybolt serait plus qu’elle ne pourrait le supporter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 2 Mar 2012 - 22:08

Deirdre qui était perdue dans ses pensées, mais vite ramener sur terre par la jeune Elyn, se pressa pour tenter d’éteindre le feu. Peu importait le pauvre Harloi blessé, il fallait sauver le bateau, pour sauver sa propre peau et voire bien plus qu’une seule, celle seule qui avait de l’importance dans son cœur, même si dans le fond elle aurait aimé s’en passer. Elle s’armait à calmer cette chaleur qui grignotait le navire, mais qui grâce aux mains des dames, n’était jamais repus de son repas et ne faisait pas de dégâts trop dangereux pour les marins. Le bois avait légèrement craqué, noirci, mais tenait en place et rien ne prévoyait qu’ils finiraient tous à l’eau avant d’arriver sur les îles rocheuses.

Les traits tirés, la peau qui la brûlait légèrement, rougissant à vu d’œil, elle ne chômait pas. Les tissus ne cessait de fouetter le feu, pour tenter de dompter les flammes, les faire fuir sous leur humidité. Elle le retirait, le trempait de nouveau et recommençait, jusqu’à ce qu’elle entende le cor de Yoren hurler sur tout le boutre et arrivant sûrement aux oreilles des autres capitaines. Elle regarda tout autour d’elle, déposant à l’aveuglette un tissus. Ils étaient tous entrain de traverser les dromons. Elle pouvait presque entendre la haine ancienne des gens de Westeros qui criaient et souhaitaient leur mort, mais surtout, elle se rassura en voyant les autres boutres venir vers eux, à grande vitesse, pour se rapprocher et ou, venir protéger les autres boutres, comme la Veuve Salée, au milieu de tous. Elle tourna la tête pour trouver le Cruel, un pincement au cœur, se demandant ce que pouvait bien faire le Trompe la Mort. Mais où était cet imbécile ? Jouait-il encore les héros ? Non, il n’en était pas un, il jouait les plus gros idiots, prêt à tout, pour provoquer la Mort… Incapable d’accepter la défaite, ni même de mourir, ou alors de donner sa vie, de façon suicidaire en plein combat. Etat-ce le cas ?

Elle sortie encore une fois de ses pensées, trop perturbée par la situation. Les gens autour d’elle était dans un sale pétrin et elle ne savait plus où elle en était. Elle recula violemment, regardant son avant bras qui était d’un rouge vif et dont quelques cloques commençait déjà à venir buller sur sa peau légèrement halé. Elle fronça les sourcils. Elle y échappa de presque, même si elle avait désormais une petite brûlure, nouvelle amie de ses autres cicatrices. Puis alors, elle entendit Sargon venir beugler sur elles, toutes les femmes du boutre, le trio d’ami, dont Deirdre était au centre. Il leur donna des conseils plein de cynisme et d’ironie. Elle leva un sourcil, agacée par sa réflexion, mais d’un autre côté, le temps n’était vraiment pas à la petitesse d’esprit.

Elle s’avança vers Sargon, le toisa du regard et passa derrière lui, donnant un coup d’épaule à Yoren, qui tout en ramant, se poussa légèrement. Souple et agile, elle s’immisça entre les deux hommes, évitant de se prendre le manche de la rame et l’attrapa fermement. Elle poussa autant qu’elle le pouvait, tirant sur les muscles de son bras et ramait avec eux, du moins, du mieux qu’elle le pouvait. Elle s’était mise de telle sorte, à ce que le bras blessé de Sargon, travaille légèrement moins. Ce n’était pas grand-chose, mais déjà ça de gagner, puis alors, elle chuchotait des prières. Quelle idée de demander ça, elle était quand même la fille du grand prêtre Fer-né, même s’il l’ignorait.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Sam 3 Mar 2012 - 5:02

Clarence avait accueilli avec soulagement et satisfaction la fin des aboiements du chien, car si l'animal avait été réduit au silence, cela signifiait qu'il était mort. Ce décès ne serait certainement regretté par personne, sauf peut-être par le maître de l'animal, mais celui-ci étant un criminel de sang-froid, était-il seulement doué de compassion ? Connaissait-il la pitié et la miséricorde ? Il n'en avait guère eu pour ces malheureux civils abattis sans préavis, ni pour ce forgeron qui ne pourrait plus jamais mettre ses mains au travail. Mais peu l'intéressait la personnalité profonde de lord Corbray qu'il espérait ne plus revoir, sauf à considérer l'éventualité de voir sa tête exposée au sommet du roc, plantée sur une pique et offerte aux corbeaux. Davantage l'intéressait l'histoire de la malheureuse épouse du forgeron devenu infirme parce que l'infortune avait choisi un chevalier à peu d'honneur pour intervenir dans cette auberge dont les portes fermeraient bientôt. La pauvresse s'appelait Mira et c'était bien leur fille qui se trouvait être la victime de l'aubergiste crapoteux, la description que fit la femme du forgeron correspondait trait pour trait à celle du corps découvert à l'étage de l'établissement. Ainsi tout se mettait encore en place pour inculper davantage l'aubergiste qui n'en était manifestement pas à son premier coup d'essai s'agissant des jeunes filles aux allures aimables. « Soyez assurée que tous les coupables seront punis. » Clarence songeait naturellement à l'aubergiste crapuleux, mais il avait également une pensée pour lord Kaeril Corbray et ses sbires, ces chevaliers indignes et traîtres à leurs vœux. Les Lannister n'étaient pas réputés pour être des seigneurs débonnaires et indulgents, mais lord Tybolt irait-il jusqu'à condamner sévèrement l'un des vassaux de son allié ? La manœuvre était légitime, car l'infraction était claire, flagrante et caractérisée, d'autant plus que les témoins ne manquaient pas. Mais diplomatiquement, Tybolt Lannister ne pouvait agir sans prendre le risque de froisser cet allié du Val d'Arryn qui était également le frère de son épouse. Lady Maura elle-même avait conduit l'ost du Val, laisserait-il l'un des seigneurs du Val en si mauvaise et fâcheuse posture sans rien faire ? Clarence n'était pas concerné par l'affaire, mais la façon dont elle serait réglée serait très révélatrice de la situation des relations diplomatiques unissant l'Ouest au Val, même si eu égard aux dernières découvertes de Clarence concernant un presque certain mariage, celles-ci semblaient avoir le vent en poupe.

 « Vous devriez vous regrouper et rester à l'abri, auprès des soldats du guet. Dans l'auberge, vous devriez trouver de quoi penser les blessures de cet homme. » Il désignait par là le forgeron. Clarence s'éloigna de quelques pas, suivi de près par son frère Calvin. Ce dernier, naturellement jovial et guilleret, affichait un regard noir de dégoût mêlé de colère. « Qu'est-ce qui ne va pas ? » Ce n'est pas que Clarence s'inquiétait véritablement, mais il connaissait son frère et savait quand celui-ci éprouvait le besoin d'exprimer quelque chose qu'il gardait sur le cœur. « Je croyais les chevaliers du Val honorables. Ils nous regardent du haut de leurs montagnes en prétendant n'être que bravoure et valeur... » C'était donc cela ? Son frère avait une crise de conscience ? Au beau milieu des événements, c'était de tous le plus... inattendu. Clarence ne put retenir un rire franc et musical. « Et cela te perturbe ? Dis-toi qu'ils ne sont pas tous comme ce lord Corbray... ils connaissent la langue de l'honneur, mais celui-là ne parle qu'avec le sang des autres qu'il verse allègrement... » Son frère répliqua avec vigueur : « J'espère que tu dis vrai... mais par les Sept, j'espère que ton lion d'or l'enverra croupir en prison, car si je le recroise un jour... je crains de ne pas retenir mon épée. » Clarence s'arrêta de rire, mais son visage était illuminé par une joie confuse. « Tant de bons sentiments, Calvin, c'est touchant ! » Les deux frères retournèrent vers le petit groupe constitué des hommes du guet et des malheureuses victimes de la fureur de Kaeril Corbray. Calvin alla chercher leurs deux montures. Il s'adressa au sergent d'un ton neutre : « Indiquez la marche à suivre, et nous vous suivrons. » En effet son témoignage serait peut-être demandé, quoiqu'il ne soit pas fondamentalement nécessaire. Cependant les hommes du guet ne pouvaient rester là, ils devraient certainement s'occuper de ces victimes et les diriger là où la procédure devait les conduire. Clarence en avait assez fait pour le moment, et suivre le train de la justice lui paraissait être la meilleure option pour être sûr d'assister à la condamnation de lord Corbray.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 3 Mar 2012 - 14:36

Pour aller au port, il fallait passer les fortifications mais quelque chose disait à Edarra que ça n’allait pas être facile. Etant donné l’attaque ils avaient certainement fermé tous les accès et leur manège de noble ne marcherait peut être pas deux fois. En tout cas ils allaient dans une direction alors que tout le reste allait dans l’autre décrochant des regards interloqués vers les nobles à cheval. Tout semblait légèrement se dissiper. Edarra n’entendait pas au loin le fracas de l’acier ni des cris de douleurs. Ca voulait certainement dire que les fer-nés n’avaient pas débarqués ou étaient déjà vaincus. Peut être. Ils n’avaient pas vraiment eu d’informations jusque là et elle doutait que ça change avant qu’il n’y est eu d’annonce officielle ou qu’elle voit de ses propres yeux ce qui se tramait. Alors qu’ils arrivaient aux fortifications, Rivanon se détacha pour aller parler au garde. Elle en informa la noble en oubliant son titre mais elle ne lui en voulu pas : après tout, l’agitation du moment et l’angoisse pour la vie de sa cousine embrouillait son esprit. Ce n’était pas comme si elles étaient tranquillement installées à la cour non plus. Elles étaient dans une ville assiégée. Finalement, la noble du Conflans se fit refouler directement avec menace d’emprisonnement en prime. Elle demanda sans grand espoir la situation des Fer-nés mais le garde ne sembla pas non plus enclin à répondre. Peine perdue.

Rivanon avoua son échec avant de suggérer de retourner à la ville haute avant de lui demander si elle avait d’autres plans en tête. Edarra haussa les épaules. « Je n’entends pas de signes de bataille aux loin, pas de fracas d’épées ou de cris de guerre. De plus ces gardes ne nous laisseront pas passer avant que Lord Lannister ne leur ai donné l’autorisation d’ouvrir les portes. De plus, les gardes de la ville haute ne seront pas plus disposés que ceux-ci à ouvrir la porte pour nous, déjà que nous avions eu toutes les peines du monde à rentrer. Je propose donc qu’on reste ici car de toute façon nous y sommes bloqué. » elles n’allaient pas encore s’époumoner devant la porte comme la première fois, le Lord Lannister était partit et leur chance de rerentrer dans la ville haute avec lui alors à quoi bon ? Edarra descendit même de cheval en observant les ruelles vides à présent. Les gens s’étaient certainement réfugiés chez eux, à double tour ou s’étaient réfugiés plus au Nord ou au septuaire. Gerold resta perché lui, ne relâchant pas sa surveillance. Croisant les bras elle s’approcha du cheval de Rivanon. « Vous avez essayé de parler à Lord Lannister à propos de votre cousine ? Il a peut être des informations sur les fer-nés, qui sait… Je me demande si avec cette menace sur sa côte il ne s’est pas déjà renseigné. » Il l’avait normalement fait, ou essayer de le faire du mieux qu’il le pouvait. Surtout que les précédentes attaques étaient très proches de Port-Lannis. Malgré le faible espoir de vraiment revoir Eirlys étant donné ce qu’on disait sur les Fer-né, ça valait tout de même la peine d’essayer. Et puis ils ne tuaient pas tous les otages qu’ils avaient après tout, il y avait toujours un espoir. En tout cas, Edarra était soulagée de ne pas avoir été submergée de fer-nés ou frappée comme à Salvemer. Le bleu s’était dissipé depuis mais c’était un de ses premiers affrontements et ça ne s’oubliait pas. Au moins était-elle sortie vivante de deux attaques fer-nées, ça en ferait des choses à raconter à Lyra et à son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Jeu 8 Mar 2012 - 4:03

... Aaricia regardait le capitaine de la veuve salée avec un air dont elle ne connaissait pas la provenance. C’était la peur, mélangée avec l’adrénaline du moment, de voir le Dieu des Tornades perchés près d’elle. Elle l’avait laissé commander, parce qu’elle n’oserait jamais le faire, mais elle était de mauvaise humeur. Harald s’était fait prendre à son propre jeu. Dagon se trouvait à Pyk, il n’y avait plus de chef et trop de capitaine pour la situation. Heureusement, personne n’Avait pris le rôle de Héro. Dans aucun cas, elle aurait osé émettre l’ordre à Yoren ou autre personne. Elle n’aurait jamais eu l’audace et encore moins le culot. Elle plaçait seulement sa confiance entre les mains du capitaine de la Veuve. Par chance … C’était à lui de les sortir de cette galère. Leurs boutres ne valaient pas la peine de tomber aux mains des Lannister.

Elle sentit son cœur s’alléger en voyant que le Harloi la prenait au sérieux. La flotte du Lion brulait. Voilà il avait remplis ce qu’il devait faire. La bataille avait peut-être été courte, mais la jeune femme de la seiche ne voulait que reprendre le chemin de sa forteresse et méditer longtemps sur des questions qui n’était que les siennes et non des autres capitaines. Elle sentit vite la présence de Deirdre la quitter. Elle n’avait pas la force de ramer, elle sera un handicap pour tout le monde du navire. . Son bras lui faisait mal, mais elle ne se plaignait pas. Pourtant, elle savait qu’elle devrait soignée sa blessure, mais elle pourrait survire, alors que Elyn aurait certainement peu de chance. Préférant ne pas prendre la place d’un rameur, elle banda sa main et soupira avant de nettoyer les plaies de la Bonfrère et de la soigner.

En soignant la cousine, elle se rendait compte qu’elle avait toujours cette mauvaise manie quand elle prenait soin des gens. Sa mauvaise habitude de faire tout minutieuse devait la rendre agaçante. Elle avait presque oublié que l’on voulait leur mort, mais elle n’allait certainement laisser la jeune capitaine de la Veuve noire se vider de son sang. Aaricia ne croisait pas le regard de Deirdre et de Sargon qui ne l’approuvait certainement pas. Au moins, elle n’empêchait personne d’avancer. Rien ne pouvait la déranger. C’était effrayant et même énervant de la voir si calme comme si elle devenait intouchable. Pourquoi Dagon n'était pas là. Il les aurait ramenés. Oui elle faisait confiance en Sargon, mais elle se sentait toujours plus en sécurité avec la seiche d’Or. Elle essayait de rester concentrer. Elle devait soigner Elyn c’était en somme la chose la plus utiles qu’elle pouvait faire pour l'instant.

De l’autre coté, sur la Larme noire, Willem évitait les projectiles qui pouvaient lui être fatal, s’il n’y prêtait pas attention. En entendant, le signal du Boutre qu’ils avaient la mauvaise idée de protéger, il fit dévier et avancer la Larme encore plus vite. Tant qu’il suivait cette cadence elle pourrait rejoindre les iles au même moment que les autres.





« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 15 Mar 2012 - 7:38

Ils ne purent mettre en application la proposition de la jeune femme, de nouveau intervenants avaient fait leur apparition et leur comportement n'augurait rien de bon. Jyanna sentait que la situation allait dégénérer. Leurs adversaires avaient pour but de capturer Maura et avait profité de l'attaque fer-née pour agir. La ménestrelle ne comprenait pas tout les tenants et aboutissants de l'opération, mais elle constatait une chose, les deux groupes étaient prêts à s'affronter. Quand elle entendit les paroles du reitre, un frisson glacé lui descendit l'échine. Elle ne voulait pas tomber entre leurs mains, elle ne se laisserait pas faire sans se battre. Qu'ils osent approcher et elle leur montrerait qu'un instrument de musique pouvait aussi occasionner des dégâts. Une flèche fut décochée et les hostilités commencèrent. Jya était dépassée par les évènements, les cavaliers chargèrent, les archers tirèrent. Retrouvant rapidement le plancher des vaches, Jyanna se tourna vers la lady pour l'entendre donner des ordres à ses hommes et lui conseiller de se mettre à l'abri, elle ne se fit pas prier mais elle ne put profiter de l'abri sécuritaire d'une maison, la porte étant fermée. Dans la confusion qui s'en suivit, les citadins quittèrent les lieux précipitamment tandis que la cavalcade de chevaux s'entendait. Elle vit apparaître de nouveaux cavaliers aux couleurs Lannister avec le lord à leur tête.

Les armes parlaient et Jyanna détourna la tête, elle n'aimait guère assister à ce genre d'évènements, bien qu'ils puissent être source d'inspiration et de grandes épopées retranscrites en chanson. Assister aux évènements historiques était une manière de pourvoir son registre tant en chants qu'en récits. Pour l'heure, elle se tenait à proximité de la dame et vit la peur se saisir de cette dernière, les gestes trahissaient l'état d'esprit de Maura. Voyant son époux entrer dans la bataille elle se mit à prier le Guerrier pour qu'il accorde sa bienveillance aux combattants. Jyanna, quant à elle, observa les alentours car elle ne voulait nullement se frotter aux armes qui volaient en tout sens. Elle alla tester de nouvelles portes avant d'en trouver une qui n'était pas fermée à clé. Elle jeta un coup d'œil à l'intérieur pour éviter de tomber sur de mauvaises surprises. La pièce semblait vide. La jeune femme revint vers la noble, tout en gardant un œil sur les combats.

-Lady Maura, venez vous mettre à l'abri, dit-elle tout en désignant la bâtisse avec la porte entrouverte. Autant éviter que vous soyez blessée...

Ton pressant et déterminé. Jyanna ne surveillait plus leurs alentours, elle espérait simplement que Maura ne fera pas son entêtée et qu'aucun de leurs adversaires ne s'approcheraient d'elles tandis qu'elles avaient le dos tourné. La ménestrelle n'était pas une combattante et elle doutait pouvoir être d'une aide déterminante si les deux femmes se trouvaient prises à partie. Mais elle comptait également sur la présence de Jinto pour les avertir d'un danger potentiel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 16 Mar 2012 - 9:31

Les Sept seraient peut-être généreux. Les Sept seraient généreux ! Ils lui devaient bien cela, foi d'Arryn ! Elle priait tous les jours que le Père faisait, s'excusait et se punissait de ses péchés, il n'était pas possible qu'Ils lui prennent aussi son époux. Pas comme ça, pas maintenant. La jeune fille, toujours parée de sa robe azurée et dorée, ne savait plus que faire. Le sort s'acharnait de fait. Et ce, depuis qu'elle avait épousé Tybolt. Tout avait été plus simple, plus facile et plus évident auparavant. Était-ce donc cela le mariage ? Une simple épreuve où la peur du lendemain la saisissait, vive et douloureuse, sans qu'elle ne puisse être rassurée par ses certitudes. Toujours accroupie derrière son destrier, elle perdit de vue la petite ménestrelle qui s'en était allée fureter auprès des portes des autres maisons bordant la Grand'Rue dans l'espoir, sans doute, de trouver un abri. Pour sa part, elle ne savait que faire si ce n'était jeter de temps à autre un coup d’œil pour prendre la mesure du déroulement de ce combat qui était en fait livré en son nom. Ou pour elle. Rien que l'idée la fit frémir. Qu'avait-elle donc fait pour mériter que l'on veuille se saisir d'elle ? Elle était juste là. Simplement là. Et elle n'y pouvait pas grand chose.

La voix de Jyanna, désormais revenue à ses côtés, la fit sursauter brusquement. Cette dernière l'encourageait à venir se mettre à l'abri pour éviter d'être blessée à son tour. Durant une fraction de seconde, l'instinct de la jeune noble se rebella et elle faillit se dresser avec morgue pour lâcher un "Ils n'oseraient" bien senti. Mais elle avait appris. Oui, ils oseraient. Elle était sans défense seule face à une épée ou à la force. Elle n'était qu'une femme et elle n'avait jamais appris à se battre. Elle tourna heureusement la tête pour suivre le geste de l'artiste vers une porte laissée entrouverte mais hésita légèrement. Vu comme elle avait tendance à tomber du pire au pire ces temps-ci, que risquait-elle de découvrir entre ces quatre murs...Toutefois, force était de constater qu'en restant là, plantée, elle risquait de finir avec six pouces d'acier dans l'estomac, même cachée derrière quelque chose. C'était là une sensation qu'elle ne comptait pas expérimenter de sitôt. Elle hocha la tête avec affolement et suivit sa compagne d'infortune sans poser de questions. Elles passèrent la porte en courant et Maura, dans un sursaut de colère ou de peur, la claqua derrière elles avec violence.

La pièce semblait vide. Et, du moins l'espérait-elle, elle leur offrirait une certaine sécurité, si ce n'était pas une sécurité certaine, pour le moment. Elle se passa une main encore tremblante sur le visage.
"C'est un cauchemar...Je n'arrive pas à croire que...C'est de la folie. Qu'ai-je donc bien pu faire ?!" Les mots étaient plein du désarroi qui s'était emparé d'elle mais aussi d'une colère face à l'injustice flagrante du sort qui était devenu le sien. Avait-elle besoin d'être en plus traquée de la sorte ? Les chiens. Elle le répéta à voix haute avec plus de force : "Les chiens !" Comment osaient-ils ? Une seule phrase lui venait à l'esprit quant à leur sort futur ou plutôt trois mots : têtes, piques, murs ! Ils en feraient un avertissement sordide à ceux qui pensaient que s'attaquer à l'épouse, même secrète, de Tybolt Lannister était seulement possible ou imaginable. Elle prit une profonde inspiration entrecoupée de soubresauts d'indignation avant de réussir à se reprendre au prix d'un grand effort de volonté. Passant une main presque fébrile sous sa cape, elle tira sa petite dague de sa ceinture. Elle avait tué un fer-né. Pourquoi pas un traître ou un reître après tout ? "Bon. Il ne nous reste plus qu'à attendre qu'ils en aient fini avec cette bande de pourritures, qu'ils aillent rôtir dans un des sept enfers !"

A la suite de ces mots, elle embrassa la pièce où les deux femmes se trouvaient d'un regard circulaire avant de soupirer et d'ajouter. "J'espère qu'ils ne nous ont pas vu entrer parce que ça m'a tout l'air d'être un souricière. Il y a un escalier quelque part, vous pensez ? Ou une autre porte qui donnerait sur une cour ?" Aucune trace de reproche dans sa voix, elle se contentait de constater et d'agir en fonction de ce qu'elle avait entre les mains. "Vous avez bien agi, Jyanna."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 22 Mar 2012 - 8:20

Maura finit par suivre Jyanna à l'abri de la masure. Aucun adversaire ne s'approcha d'elles durant leur retrait. Une fois à l'intérieur, la jeune femme repoussa la porte et regarda autour d'elle à le recherche d'un objet pour la bloquer. Mais il n'y avait rien dans cette pièce qui semblait vide alors elle vérifia par le carreau sale ce qu'il advenait à l'extérieur. Le combat se poursuivait. Elle se tourna vers sa compagne d'infortune quand elle l'entendit s'indigner de la situation. Ses dires portaient toute la morgue et la colère que généraient tous ces évènements. Jyanna comprenait le désarroi qui saisissait la lady, elle avait eu vent des mésaventures des jours derniers, pourtant elle ne pouvait apporter de réponses à ses interrogations, alors elle préféra garder le silence. En tant que ménestrelle, elle n'était pas au fait des manigances entre nobles, néanmoins sa position de simple artisan pouvait lui ouvrir des portes et elle pouvait devenir le témoin de certains faits, car parfois les grands de ce monde en oubliaient la présence de simples employés et dévoilaient de histoires fortes intéressantes. Jya considérait que vouloir s'attaquer à l'épouse de lord Lannister était risqué voire téméraire ou suicidaire, car les conséquences, les représailles face à ces actes seraient à la hauteur de la haine des outragés.

Revenant à l'instant présent, elle constata que Maura reprenait ses esprits, décidée à se battre si nécessaire puisqu'elle venait de sortir sa dague. La remarque de la noble lui fit craindre d'avoir pris une mauvaise initiative, elle n'avait pas pensé à vérifier la présence d'issues.

- Idiote, marmonna-t-elle à sa propre attention.

Elle avait oublié tous les principes que lui avait enseigné Wex : toujours se ménager une porte de sortie. Mais à sa décharge, cela faisait plusieurs années qu'elle ne s'était pas retrouvée confrontée à une telle situation. Pourtant, les paroles de Maura la réconfortèrent quant à sa décision et pour pallier cette erreur, elle entreprit de faire le tour de la pièce, Jinto toujours perché sur son épaule bien qu'il promenait un regard intrigué tout autour de lui. Il n'y avait pas d'escalier en vue mais elle découvrit une ouverture à l'angle des murs du fond. Cela ressemblait à un couloir alors, pour en savoir plus elle s'engagea dedans. Elle fut rapidement arrêtée par une porte, qui cette fois ne s'ouvrit pas à sa sollicitation. Revenant sur ses pas elle fit part de sa découverte à Maura.

- Un couloir se trouve dans le fond, mais je ne sais où il mène une porte bloque l'accès quelques mètres après, dit-elle sur un ton légèrement contrit de n'avoir pas de meilleures nouvelles à donner.

De nouveau elle s'approcha de la fenêtre et observa quelques instants la situation extérieure qui ne paraissait pas s'améliorer, à moins que.... Le nombre d'adversaires semblait moindre, mais elle pouvait se tromper avec toute cette confusion.

**************************************


Edarra me fit part de son point de vue et je ne pouvais qu'être d'accord avec elle. L'absence de lord Lannister ne nous permettrait pas de rentrer dans la Ville Haute d'autant que je doutais que notre initiative ait été bien perçue par les soldats. Alors, autant restée dans cette partie de la ville comme le préconisait ma compagne de route. Je vérifiai tout de même par moi-même l'absence de signes de lutte aux alentours proches. Les bruits de bataille paraissaient disparaître en mer. Qu'en était-il véritablement? J'espérai que les fer-nés avaient essuyé une défaite cuisante, cependant je ne pourrai me faire une idée de la situation qu'une fois la ville retournée au calme. La dornienne descendit de sa monture et s'approcha de la mienne.

- J'ai eu l'occasion de m'entretenir avec lady Maura, elle me donna quelques informations sur le ravisseur d'Eirlys, mais à part son identité je n'en sais guère plus. Je réfléchis pendant quelques secondes. Et comme j'aime avoir un maximum de renseignements avant de me lancer tête baissée dans un projet, je vais certainement suivre votre conseil. Tybolt Lannister aura peut-être de nouveaux éléments à apporter à la situation.

Je tournai mon attention vers le port sans pour autant y porter tout mon intérêt. La perspective d'obtenir de plus amples informations me redonnait du baume au cœur. Mais pour l'instant il nous fallait trouver un lieu plus adéquat que le milieu de la rue alors je proposai de remonter jusqu'à la place du marché, ainsi nous pourrions voir le retour du seigneur suzerain et nous joindre à lui s'il retournait dans la Ville Haute.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 22 Mar 2012 - 18:53

Restant un peu à l’écart de la fenêtre afin de ne pas être reconnue, et auquel cas pourchassée, elle essayait tout de même de suivre les épisodes du combat qui se déroulait dehors. Vraiment, elle ne réussissait pas à comprendre pourquoi l’on s’en prenait à elle en particulier plutôt qu’à Aliénor par exemple. Techniquement, le mariage restait encore secret et, à tout prendre, la sœur faisait une proie de plus grand prix qu’une simple invitée même si précieuse alliée. A moins que l’alliance avec le Val soit directement visée ou même simplement la maison Arryn…Au fur et à mesure qu’elle y réfléchissait, les solutions et les réponses se multipliaient. Ne restait qu’une seule inconnue à savoir qui pouvait bien être le commanditaire. Le lien avec l’Ouest était facile à faire puisqu’elle avait été attaquée par deux fois dans cette région. Une autre solution aurait été un traître parmi les rangs des vassaux des Eyrié mais elle ne souhaitait même pas y penser et reléguait l’hypothèse comme impossible dès qu’elle se présentait. Et pourtant… L’idée revenait parfois. Elle se secoua en écoutant Jyanna se traiter d’idiote à voix haute. Elle lui jeta un coup d’œil étonné, presque offusqué, ayant cru une seconde que l’insulte s’adressait à elle. Mais elle comprit rapidement que sa simple observation avait provoqué une certaine colère chez sa comparse. Sans doute le fait de les avoir entrainées dans une masure qui ressemblait un peu trop à une souricière au goût de Maura. Enfin, elles ne risquaient pas au moins d’être blessées en attendant et des murs les protégeaient et des coups et, surtout mais ce n’était pas le moindre des arguments en faveur de Jyanna, de la vue des reîtres.

 « Pour l’instant, nous sommes en sécurité. C’est ce qui est important. » ajouta-t-elle pour l’apaiser bien qu’elle ait encore du mal à faire la fière en pareil moment. Il était bien plus facile de faire preuve de morgue et de classe assise sur un trône ou une chaire à bras plutôt que dans une situation comme celle-ci.

Elle laissa la ménestrelle partir à la recherche d’une issue sans rien ajouter. Il ne lui restait qu’à attendre en priant pour que les mercenaires n’entrent pas alors qu’elle était seule et sans défense. Des yeux, elle chercha rapidement un meuble derrière se cacher mais rien ne lui semblait suffisamment large pour masquer aux regards l’ampleur de son vertugadin. Prenant une profonde inspiration pour tenter de juguler la crainte incontrôlable qu’elle sentait poindre en elle, elle passa une main calme sur son ventre pour se réconforter au contact de son futur enfant. Ce simple geste la rasséréna quelque peu, l’enfant l’avait déjà sauvée. Elle était plus forte en le portant en son sein et elle savait qu’il lui donnait des ailes comme à son glorieux ancêtre légendaire. Quelques instants plus tard, Jyanna était déjà de retour l’informant, d’un air peu glorieux, que la seule sortie possible était barrée et sans doute fermée à clé. Le regard de la jeune femme se posa sur sa dague et prenant le chemin dont venait la jeune femme, elle lui fit signe de la suivre. Au moins, cela les déroberait quelque peu à la vue si jamais une personne hostile entrait. La porte se dressait là, apparemment infranchissable et elle doutait que l’une ou l’autre ait la force de l’enfoncer.


 « Vous avez essayé de l’ouvrir ? Vous avez senti si elle était barrée ou simplement verrouillée ? » demanda-t-elle précipitamment d’une voix que la peur faisait quelque peu monter dans les aigus. Joignant le geste à la parole, elle agrippa la poignée et essaya de pousser et de tirer l’huis de toutes ses forces. Il semblait y avoir un tout petit peu de jeu, suffisamment pour lui laisser à penser qu’une barre ne bloquait par leurs possibilités de fuite. Elle essaya encore un peu avec plus d’énergie que de logique avant de laisser tomber en reprenant son souffle.  « Ce n’est pas barré mais il y a toujours cette serrure ! Est-ce que vous savez les forcer ? Moi pas du tout. Généralement…On m’ouvre les portes. Essayez donc avec ma dague si vous pouvez. Moi je ne sais même pas comment marche une serrure ! » s’exclama-t-elle en espérant que l’artiste en saurait suffisamment pour intervenir et donner un coup de pouce au sort qui semblait vouloir s’acharner sur elles. Elle lui tendit alors sa dague en toute confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Dim 8 Avr 2012 - 13:52

Lady Maura avait tort, la vie du reitre ne valait pas cent dragons d’or. De toute sa vie, il n’avait jamais vu une telle fortune alors cette histoire en valait bien la peine. Et puis de toute façon, il savait que maintenant, le mieux qui pouvait lui arriver était de réussir sa mission ou de mourir. S’il finissait en prison, ça serait pire que tout. Toutefois, dix hommes faisant face à huit chevaliers en armure… Autant dire que le sort était scellé d’avance. Ce qui ne fit que se confirmer après l’arrivée de nouveaux chevaliers et du Seigneur de l’Ouest lui-même !

La bataille fut relativement sanglante, les chevaliers ne faisant pas dans la dentelle, mais ils firent néanmoins leur possible pour garder des prisonniers. Une fois le calme revenu, il apparut comme évident que les chevaliers n’avaient que subi de légères éraflures alors que les pauvres bougres qui avaient mené cette embuscade étaient morts, à l’exception de trois d’entre eux. Toutefois, lady Maura semblait s’être volatilisée et tout le monde se lança à sa recherche dans les environs.

L’enquête qui suivit ces événements révéla plusieurs choses. Certains des hommes du Guet qui gardaient la porte avaient été soudoyés pour la garder fermée et disparaitre, tuant au passage leurs compagnons qui souhaitaient les en empêcher. Ils furent retrouvés quelques jours plus tard dans une auberge de la route, morts. Leur contact ne leur avait visiblement pas donné la récompense promise… Quant aux trois prisonniers de l’embuscade, l’un mourut de ses blessures tandis que les deux autres furent interrogés. Le premier expliqua être un boulanger de la rue voisine du septuaire qui avait été entrainé dans cette histoire par les reitres. Ces derniers leur avaient expliqué que les Fer-nés venaient pour la dame du Val et qu’ils tueraient tous les habitants de la ville pour l’obtenir. Ils n’avaient donc pas hésité en voulant leur remettre la dame en question ! Malheureusement, la situation dérapa et ils se retrouvèrent pris dans la bataille sans même savoir comment… Le dernier prisonnier était justement l’un des reitres. Il expliqua qu’un homme les avait recrutés dans une auberge de la route, mentionnant que son maitre souhaitait qu’on lui ramène l’invitée de lord Lannister. Il leur donna tous les détails de l’attaque avant de leur mentionner la récompense, les appâtant en leur offrant d’avance quelques dragons d’or. Les hommes n’avaient pas réfléchi longtemps et ils s’étaient rendus à Port-Lannis. Il ne pouvait rien dire de plus, en dehors de la description du contact… qui correspondait étrangement à celle que le messager avait fait plus tôt, dans le corps de garde de la Ville Haute ! Lord Lannister n’avait plus qu’à faire les conjectures qui s’imposaient…


*** *** ***

Malgré les craintes qu’elle avait pu ressentir en entendant les cors d’alerte résonner dans toute la ville, Eva devait bien avouer que sa peur avait été vaine. Les défenses de la ville semblaient avoir tenu bon et les Sept devaient être avec eux, même si elle ne vénérait pas forcément ces dieux-là. Quoi qu’il en soit, le retour de la flotte Lannister marquait définitivement le départ de la flotte Fer-née, ce qui voulait aussi dire que la ville était sauvée. Même s’il allait encore falloir attendre un petit moment avant que tout ne revienne à la normale, ils n’avaient plus rien à craindre. Comme quoi, elle avait bien fait de ne pas suivre ce morveux de garde !

Pendant ce temps, lord Clarence Hightower mettait un point final à l’affaire du faubourg du Griffon, non sans présager des nombreux problèmes à venir concernant le seigneur du Val qui avait fauté. Il savait toutefois que la victoire à la bataille navale était proche et c’est pour cela qu’il suivit les hommes du Guet l’esprit relativement serein, compte tenu des circonstances.

Plus loin, à l’autre bout de la ville, les dames du Conflans et de Dorne avaient quitté la sécurité de la Ville Haute pour la dangerosité des rues voisines, espérant obtenir des informations au sujet de lady Eirlys Belmore. Pour cela, elles devaient mettre la main sur un Fer-né, mais qu’est-ce qui garantissait qu’il saurait quoi que ce soit ? De toute façon, les Fer-nés n’ayant jamais débarqué à Port-Lannis, c’était là chose impossible.


*** *** ***

Les Fer-nés avaient subi de très nombreuses pertes. Trop nombreuses, peut-être même. Certes, ils avaient pu provoquer la flambée de plusieurs dromons, encore que dans ce cas-là les gens de l’Ouest en étaient eux-mêmes responsables… Ils avaient aussi mené à bien leur mission en détruisant le chantier naval du Lannister, mais ils avaient perdu la moitié de leurs boutres en échange et pratiquement la moitié des marins des boutres restant. Sans compter les dégâts qu’ils avaient subis… Tout ça allait coûter cher, très cher. Pourvu que ça leur serve au final !

Lorsque le cor retentit pour signaler le départ immédiat vers les îles, tous les boutres tentèrent au mieux de se lancer dans la manœuvre, évitant quelques tirs de balistes et de flèches au passage. Mais il fallait faire vite parce que la flotte qui arrivait était bien mieux équipée que celle qui avait été stationnée dans le port ! La flotte du Lion se lança à la poursuite des boutres pendant quelques temps, parvenant même à en couler un au passage. Mais au final, ils ralentirent l’allure et firent demi-tour, rentrant jusqu’à Port-Lannis.


Citation :
HP :

Voilà ! Après un immense retard de ma part, tout est fini ! Je m’excuse par ailleurs du délai et de l’attente ! Vous avez tous bien joués Very Happy Bravo à vous \o/
Quelques petites indications quant à la suite.

- Un épilogue à cette intrigue sera ajouté à l’intrigue générale des Fer-nés. De même, les PV ayant participés à la bataille seront modifiés pour ajouter cette mention.

- Deux sujets vont être ouverts dans la section dévolue aux intrigues. Vous êtes très largement invités à y répondre !!!!

- Si vous souhaitez jouer des sujets post-attaque, n’hésitez pas ! Vous pourrez ainsi jouer les événements suivant directement la bataille ou des rencontres plus éloignées. L’intrigue se termine en début de matinée, aux environs de huit ou neuf heure. A vous de voir ce que vous décidez Very Happy Notez que la vie va doucement reprendre son cours au fil des heures.

- En cas d’autres questions, n’hésitez pas à contacter Brynden !

- A titre informatif, notez que la prochaine intrigue ne viendra qu'après la fin de l'animation n°1 proposée par Lady Coeurdepierre (et uniquement après au minimum deux semaines de pause).

En tous les cas, merci de votre participation !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Intrigue n°2 : le Lion et la Mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5


Sujets similaires

-
» Quand une pieuvre s'adresse à un lion, mieux vaut le faire sous le regard de la lune. ♦ Intrigue IdF
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Résumé de l'intrigue
» [vente] R armure lion
» Question...(armure lion)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires-